Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 18 septembre 2021Vos flux RSS

Est-ce la fin de la médecine libre ?

Par : admin

Chers lecteurs,

  • Vous n’avez jamais tué quelqu’un, docteur ?
  • Sans ordonnance, jamais !

Cet extrait d’un sketch de Raymond Devos m’a longtemps fait sourire.

Aujourd’hui, c’est la médecine intégrative que l’on tue. Et cela se fait par décret. Le gouvernement a pris la peine d’établir un arrêt de mort officiel. 

L’apparence du droit et de la démocratie est respectée. Toutefois, le résultat est le même : à partir du 15 septembre 2021, des milliers de soignants et de médecins en France se trouvent bannis du système de santé.

Il leur est imposé une obligation vaccinale contre la covid 19 sans laquelle ils ne peuvent plus exercer. S’ils sont hospitaliers du public ou du privé, ils seront suspendus le temps de l’état d’urgence et de l’obligation vaccinale. Ils ne seront pas payés. (1)

S’ils pratiquent leur discipline en libéral en tant que médecin, ostéopathe ou kiné, leur cabinet peut être fermé à tout moment s’ils ne montrent pas la preuve de leur “passe sanitaire”. 

Or, comme les tests PCR vont devenir payants et qu’ils doivent en faire un tous les trois jours, c’est une obligation vaccinale déguisée.

10% d’irréductibles !

Au mois d’août dernier, 9 médecins généralistes sur 10 auraient été vaccinés contre la covid 19. Il resterait donc 10% d’irréductibles. (2)

Cela pourrait représenter 10 000 médecins sur les un peu plus de 100 000 médecins généralistes qui exercent en France. (3)

Au niveau des hôpitaux, le chiffre serait de 13% sur les 1,1 millions de soignants. (4)

Cela fait tout de même plus de 100 000 soignants !

En tout, 300 000 thérapeutes et soignants pourraient refuser d’appliquer l’obligation vaccinale. (5)

L’obligation vaccinale imposée aux médecins et aux soignants est donc une mesure qui va toucher des millions de Français. Pour l’instant, ils ne se doutent de rien. La mesure a été peu commentée dans les médias. Elle est presque passée inaperçue. Pourtant, ces conséquences à court et à long termes devraient être considérables.

Cette décision pourrait aboutir à un véritable désastre sanitaire. Explications.

Le cadre juridique

Comment, un gouvernement, peut-il, en toute légalité, licencier 10% des effectifs d’un secteur économique entier ?

Cette décision a été prise au début du mois d’août, en quelques jours. Elle a été actée par un décret du 1er ministre du 7 août 2021. (1)

Il faut comprendre que de telles décisions sont possibles sans discussion parce que nous sommes en état d’urgence sanitaire. (6)

Cet état de droit d’exception a été institué une première fois par décret le 17 octobre 2020 à minuit. Il a été prolongé :

  • par une loi du 14 novembre 2020 jusqu’au 16 février 2021.
  • par une loi du 15 février 2021 jusqu’au 1er juin.
  • par une loi du du 31 mai 2021 jusqu’au 30 septembre 2021.
  • par une loi du 5 août 2021 jusqu’au 15 novembre 2021.

Nul doute que le 14 novembre 2021, nos députés voteront sagement une nouvelle loi pour étendre encore et toujours l’état d’urgence sanitaire…

En tout cas, ce cadre juridique permet au gouvernement d’agir vite et sans débat. En effet, lorsque les mesures ne sont pas discutées au Parlement, elles sont moins reprises par les médias. Cela fait moins de polémiques.

Un décret du 7 août 2021 a instauré le fameux “passe sanitaire”. (1)

Depuis le 15 août, ce document ou “QR code” est exigé de tous les majeurs pour accéder aux :

  • restaurants, bars et musées ;
  • hôpitaux, Ephad et maisons de retraite ;
  • transports publics longue distance (train, avion) mais pas aux métros ni aux bus urbains ;
  • centres commerciaux supérieurs à 20 000 m2.
  • événements de plus de 50 personnes.

Il est exigible pour tous les majeurs. Il le sera pour les adolescents de plus de 12 ans à partir du 30 septembre 2021.

Celui qui ne présente pas son “passe sanitaire” s’expose à une amende de 135 euros. Les commerçants qui ne contrôlent pas les “passes sanitaires” risquent, eux, une amende de 1000 euros. (1)

Enfin, les soignants hospitaliers ou libéraux ont l’obligation de se vacciner avant le 15 septembre. S’ils ont déjà reçu une dose de vaccin, ils ont jusqu’au 15 octobre pour faire la deuxième.

Le refus des soignants libres et ses conséquences

Comprenez bien la situation. Les soignants fonctionnaires ne seront pas payés. Mais ils n’auront pas le droit non plus d’avoir une autre activité salariée en raison de leur statut, sauf illégalement. Ils risquent donc d’être à la rue.

Les salariés du privé pourront essayer de trouver un emploi ailleurs.

Les médecins ou les libéraux, habitués à une gestion plus souple de leur activité, la mettront entre parenthèses en espérant tenir sur leurs réserves ou prendront leur retraite pour ceux qui le peuvent.

Dans ces conditions, certains se feront vacciner et continueront à travailler avec beaucoup d’amertume. Vous serez soignés par des personnes qui détesteront les autorités, la société et peut-être même leurs patients.

D’autres partiront à l’étranger ou changeront de voie.

Personne ne sait aujourd’hui combien de thérapeutes, d’infirmiers, d’ostéopathes, etc. vont cesser de travailler.

Même s’il n’y en avait “que” 100 000, c’est énorme pour un système de santé exsangue où le “turn over” et les “burn out” sont déjà très élevés. (7,8)

Le départ de nombreux médecins libéraux va accentuer encore les déserts médicaux. De nombreux patients ne pourront plus se soigner

Pourquoi refusent-ils ?

Vous me direz mais pourquoi ces médecins et ces soignants refusent-ils l’obligation vaccinale contre la covid 19 ?

Pourquoi sont-ils prêts à tout perdre pour ne pas se soumettre aux obligations du gouvernement?

Il y a trois raisons essentielles à cela :

1/ Ils ne veulent pas des effets secondaires des vaccins. La covid 19 tue certaines personnes, c’est vrai. Néanmoins, les vaccins provoquent de nombreux effets secondaires et peuvent tuer également. (9)

Plusieurs milliers de personnes pourraient avoir trouvé la mort à cause du vaccin en Europe, même si ces chiffres font débat parce qu’il n’est pas toujours simple d’établir le lien entre une vaccination et un décès. (9)

C’est moins que la covid 19 mais ce n’est pas un détail non plus.

Par exemple, beaucoup de jeunes infirmières redoutent les effets secondaires douloureux des vaccins. Elles risquent de voir leurs cycles menstruels très perturbés, elles ne savent pas si le vaccin n’impacte pas leur fertilité alors qu’elles savent que la covid 19 ne représente pas un danger pour elles. (10)

Par ailleurs, elles font extrêmement attention aux gestes barrières et sont très prudentes avec leurs patients. Pour elles, le bénéfice du vaccin est vraiment discutable. 

2/ Ils savent que les vaccins ne jouent pas ou peu sur l’épidémie. Ces soignants ont en tête la situation sanitaire dans des pays comme Israël ou l’Islande. Ces pays sont ultra vaccinés mais connaissent toujours des vagues épidémiques. Les contaminations y sont à la hausse ! (11,12)

Les vaccinés y sont autant hospitalisés que les non vaccinés et le virus tue autant les uns que les autres. Il est possible que chez les personnes à risque, ayant des comorbidités, le vaccin permet d’éviter les formes graves de la covid 19. Mais pour des soignants de moins de 60 ans en bonne santé, le risque mortel est faible.

3/ Ils savent que la covid 19 fait peu de victimes. Le taux de létalité du SARS- CoV-2 est faible. (13) La moyenne d’âge des morts est au-dessus de 80 ans. (14) La très grande majorité des morts avaient des comorbidités. On dit qu’ils sont morts de la covid 19 mais on aurait pu les compter dans les victimes du cancer, du diabète de type II, de l’obésité ou simplement de la grande vieillesse.

La vaccination obligatoire n’est pas une fatalité !

Les soignants dont nous parlons sont-ils égoïstes ? Prennent-ils le risque de contaminer leurs patients ?

Ce n’est pas le cas.

Ces soignants comme la majorité des thérapeutes ont choisi ce métier par vocation, par amour de leur prochain. C’est le désir d’aider les autres qui les a mis là où ils sont.

Il faut comprendre qu’ils refusent de se soumettre à une obligation vaccinale qui crée une situation absurde du point de vue sanitaire.

En effet, les vaccins Janssen et AstraZeneca ne fonctionnent pas ou peu. (15,16) Ils n’empêchent pas la transmissibilité du virus. Or ces vaccins ont beaucoup été utilisés pour les personnels hospitaliers. Les soignants concernés ne sont pas protégés et sont des vecteurs possibles de la maladie sans en avoir nécessairement conscience.

À l’inverse, ceux qui ne sont pas vaccinés le savent. Ils font donc très attention. Ils seraient disposés à faire deux tests PCR par semaine s’il le fallait, si ces derniers restaient gratuits.

En clair, il était possible de construire une politique sanitaire prudente fondée sur la confiance et le dialogue avec les patients. Ce n’est pas le choix qui a été fait. Le gouvernement passe en force.

Qui sont ces soignants ?

Parmi les médecins et les thérapeutes qui refusent la vaccination, beaucoup pratiquent des médecines intégratives.

Ils pratiquent l’homéopathie, l’acupuncture, la nutrition, l’hypnose, l’ostéopathie, toutes ces disciplines douces qui s’appuient sur le terrain du patient autant que sur le remède pour l’aider à guérir.

Pour eux, c’est la relation entre le patient et le médecin qui compte avant tout.

Ils refusent d’être les exécutants d’un système médico-technocratique qui ne fait plus qu’appliquer des protocoles de santé validés par l’industrie pharmaceutique et semble ne plus s’occuper des patients.

La perte pour les patients sera donc énorme à la fois au niveau du nombre de médecins mais aussi de la pluralité de l’offre médicale.

Il était déjà difficile de trouver un nutritionniste ou un phytothérapeute. Cela deviendra quasi impossible. Vous n’aurez plus que des médecins prescripteurs de paracétamol – potentiellement dangereux pour la Covid 19 (17) -, d’antibiotiques et de statines.

C’est la grande victoire de la médecine chimique et systématique !

Et c’est de fait, la mort programmée des médecines intégratives, faute de praticiens…

Un désastre sanitaire

Cette victoire toutefois sera de courte durée.

L’innovation dans la médecine vient de ceux qui pensent librement. Toute la recherche actuelle sur le microbiote est venue de gastro-entérologues et nutritionnistes courageux qui ont cherché à comprendre le rôle du monde bactérien dans la santé humaine.

Cela a permis de découvrir de nouvelles pathologies : l’intestin poreux, le SIBO ou l’intestin qui fermente, etc. (18)

Cela a surtout permis de développer de nouveaux traitements et thérapies pour de très nombreuses maladies : digestives mais aussi neurologiques et psychiques. L’importance du lien entre le cerveau et l’intestin n’est plus à démontrer !

La médecine y perd donc et les patients aussi.

Ces médecines intégratives permettent d’agir au niveau préventif. Elles proposent des solutions efficaces pour traiter le stress, les troubles divers, les douleurs multiples…

D’une manière ou d’une autre, donc, compte tenu de leur efficacité, ces médecins reviendront. Mais que de souffrances endurées ! Que de temps perdu !

Enfin, ce passe sanitaire, de manière plus générale, coûte cher aux patients.

Il y a le défaut de soignants, la complexité administrative, les oublis de passe sanitaire, les fraudes, la perte de confiance dans le système médical et la science plus généralement…

Comment chiffrer tout cela ?

Jusqu’où iront les injonctions sanitaires ?

Quand s’arrêtera la chasse aux sorcières contre les médecins alternatifs ?

Combien d’injections vaccinales faudra-t-il pour calmer la machine gouvernementale ? 

Voilà les questions que se posent ces soignants libres, dont certains ont tout perdu depuis le 15 septembre 2021.

Jérôme

Responsable communication

Fondation Hippocrate

Références

Le mensonge à propos de Covid grandit comme le nez de Pinocchio

Par : admin

Prenez 15 minutes et écoutez cette interview avec une infirmière hospitalièrehttps://www.lewrockwell.com/2021/09/no_author/whistleblower-nurse-destroys-delta-narrative-vaccinated-patients-fill-hospital/Elle dit que ce qu’on appelle les «cas de percée» et les cas de variante Delta affectent principalement les vaccinés et sont en fait des réactions indésirables aux vaccinations. Elle dit que les hôpitaux et les médecins hospitaliers ne reconnaîtront pas le fait des effets indésirables et ne signaleront pas les effets indésirables du vaccin en tant que nouveaux cas de Covid. Plus il y a de cas de Covid et de décès de Covid, plus l’hôpital gagne d’argent, donc signaler les réactions indésirables aux vaccins en tant que nouveaux cas de Covid est la façon dont les hôpitaux maximisent leurs profits. De toute évidence, un médecin hospitalier qui n’est pas d’accord est sans emploi. Autrement dit, la vérité sur le Covid et le vaccin coûte trop cher à l’hôpital pour être reconnue.

L’infirmière interrogée dit que la moitié des infirmières de l’hôpital où elle travaille sont sur le point de perdre leur emploi, car elles refusent de se faire vacciner. Nous avons vu, dit-elle, les terribles effets de la vaccination sur les patients et nous ne voulons pas nous le faire nous-mêmes.

De nombreuses infirmières veulent arrêter malgré tout, car elles ne peuvent empêcher les médecins de rendre les gens malades en les vaccinant. La médecine, semble-t-il, a cessé d’être une question de santé. La politique de cet hôpital est essentiellement la politique de tous les hôpitaux. Il convient au NIH, au CDC et à la FDA, car il protège la réputation du vaccin et celle des régulateurs qui ont approuvé son utilisation d’urgence, et il protège les bénéfices de Big Pharma, dont certains reviennent aux régulateurs. Comme Stew Peters résume l’interview, c’est un meurtre pour de l’argent.

L’infirmière dit que le seul traitement que l’hôpital donne aux patients de Covid est le Remdesivir et met les patients sous respirateurs. Le remdesivir a ses propres effets indésirables graves, et les ventilateurs sont des tueurs connus des patients Covid. Interrogés sur l’ivermectine, les hôpitaux refusent de l’utiliser même si un médecin la prescrit à un patient.

Comme je l’ai signalé, dans un autre hôpital, une femme a dû obtenir une ordonnance du tribunal ordonnant à l’hôpital de donner au mari mourant un traitement à l’ivermectine. Mais l’hôpital a traîné des pieds, et apparemment Big Pharma est allé voir le juge et il a retiré son ordre. Le patient a probablement été assassiné par le refus d’un traitement à l’ivermectine.

Pour les hôpitaux, c’est le protocole Big Pharma sur la vie. Comparez cela avec l’utilisation généralisée réussie de l’ivermectine en Inde pour contrôler Covid, et la décision de la Tokyo Medical Association de recommander que tous les médecins traitent les patients Covid avec de l’ivermectine. https://www.paulcraigroberts.org/2021/09/07/the-powerful-case-against-covid-mrna-vaccine/

La conclusion est qu’en matière de traitement Covid, le système médical américain est le plus arriéré au monde. Malheureusement, les préstitués ne rapporteront rien de tout cela, et malheureusement la plupart des Américains sont trop occupés à perdre leur temps comme ils le font pour sauver leur vie en regardant une interview de 15 minutes.

Le mensonge de Covid a commencé avec le test PCR exécuté à des cycles élevés qui rendaient le test peu fiable et générateur d’un taux élevé de faux positifs. C’est ainsi que la « pandémie » a été créée. Des millions de personnes qui n’avaient pas de Covid ont été signalées comme ayant Covid en raison des faux positifs générés par le test PCR.

Ce mensonge intentionnel a été utilisé pour créer la peur qui a conduit les gens à être des cobayes pour un « vaccin » expérimental dangereux. La peur était également motivée par les incitations financières accordées aux hôpitaux. Les décès de Covid signifiaient des paiements de bonus. Cette habileté a incité les hôpitaux à déclarer tous les décès possibles comme des décès de Covid.

La saison de la grippe, les crises cardiaques, le cancer, la pneumonie, tous sont devenus des décès de Covid. Le chiffre très exagéré a été utilisé pour augmenter le facteur de peur. En vérité, les personnes qui mouraient étaient des personnes atteintes de Covid et de comorbidités, et elles mouraient parce qu’elles n’étaient traitées qu’avec des ventilateurs, ce qui s’est avéré ne pas être un traitement qui s’attaque à Covid.

Les traitements connus et sûrs ont été suspendus, car sinon l’utilisation d’urgence ne pourrait pas être accordée aux vaccins en attente. L’autorisation d’utilisation en urgence est conditionnée à l’absence de traitements curatifs. C’est pourquoi aux États-Unis et en Europe, l’HCQ et l’ivermectine, tous deux approuvés depuis longtemps, utilisés depuis longtemps et si sûrs qu’ils sont disponibles en vente libre dans la plupart des pays du monde, ont été diabolisés comme « dangereux », « non approuvés, ” et c’est pourquoi de fausses histoires financées par Big Pharma se répandent, comme celle-ci – https://www.rt.com/usa/534011-ivermectin-horse-dewormer-doctor-debunked/ – qui convainquent les gens qu’il existe pas d’alternative au “vaccin”.

Le vaccin n’est pas un vaccin. Il s’agit d’un effort pour substituer la technologie expérimentale de l’ARN à un vaccin, et il a largement échoué. Ce qui était hier « complètement vacciné » est aujourd’hui non vacciné. Un rappel est nécessaire, Un rappel est nécessaire, et Fauci dit maintenant qu’il en faudra un tous les 8 mois ou malgré de nombreux vaccins, vous ne serez pas vacciné.

En Israël où 84 % sont « vaccinés », la pandémie parmi les vaccinés est si importante que le tsar israélien de la santé a déjà des Israéliens sous un deuxième rappel. Il semble que l’humanité est en train de devenir une pelote d’épingles pour les aiguilles vaccinales. Non seulement le soi-disant vaccin ne protège pas, mais il produit des effets indésirables graves et mortels.

En effet, le cas probable est que la grande majorité de ce que l’on dit être de nouveaux cas de Covid sont en fait des réactions indésirables au vaccin. Cela expliquerait pourquoi la grande majorité de ceux qui sont étiquetés de nouveaux cas de Covid sont parmi les « entièrement vaccinés » et pourquoi les nouveaux cas augmentent avec la vaccination. Voir le tableau israélien par exemple—https://www.paulcraigroberts.org/2021/09/07/the-powerful-case-against-covid-mrna-vaccine/ S’il existe déjà des variantes, il est fort probable qu’il s’agisse de résultats du vaccin qui, selon les scientifiques de haut niveau, permet au virus d’échapper à la réponse immunitaire. Autrement dit, plus il y a de vaccination, plus il y a de variantes, plus le Covid se propage.

Il serait impossible de concevoir un plus grand échec ou une plus grande menace pour la santé publique et la liberté civile que les vaccins à ARNm et la campagne de propagande derrière eux. De nombreux experts distingués sont arrivés à cette conclusion et en parlent, mais ils sont censurés. Pourquoi? Est-ce seulement parce qu’ils menacent les bénéfices des Big Pharma vaccins ?

Malgré l’échec total indéniable et massif du vaccin Covid, il y a une énorme pression de partout pour une vaccination universelle. Biden veut qu’il soit mandaté par le ministère du Travail que chaque entreprise de 100 employés exige la vaccination comme condition d’emploi.

Les hôpitaux et les HMO l’exigent de leurs médecins et de infirmières. Les universités refusent même aux étudiants non vaccinés de suivre des cours en ligne ! https://www.globalresearch.ca/rutgers-university-freezes-accounts-several-non-vaccinated-students/5755319 Il y a des appels pour refuser aux personnes non vaccinées l’accès aux restaurants, hôtels, transports en commun, événements sportifs, hôpitaux et même visites à leur propre médecin et dentiste.

Un passeport Covid qui doit être mis à jour tous les 8 mois signifie une paperasse sans fin. Chaque fois que vous vous retournez, il est temps d’obtenir un nouveau passeport. La pression est incessante. Si vous effectuez un achat dans une pharmacie de l’État de Géorgie, il vous sera remis un sac rouge et blanc sur lequel est écrit  en lettres géantes : « J’ai dit oui au vaccin pour aider à mettre fin à la pandémie ».

« Le vaccin Covid est sûr »,  « Les effets secondaires sont légers et durent un jour ou deux. » “Faites maintenant votre part pour contrôler la pandémie : faites-vous vacciner. Département de la santé publique, gouvernement de Géorgie.”

Ceci vient d’un service de santé publique malgré le fait que la vaccination ne protège pas, nécessite des rappels sans fin, et provoque une pandémie d’effets indésirables et de nouvelles variantes !

La seule conclusion possible est que soit les fonctionnaires, les employeurs et les administrateurs universitaires sont si complètement stupides qu’ils ne peuvent pas comprendre les preuves claires, soit ils veulent plus de réactions vaccinales indésirables, plus de nouvelles variantes et plus de cas de Covid.

Source : The Covid Lie Grows Like Pinocchio’s Nose by Paul Craig Roberts | Sep 13, 2021

Source : Numidia Liberum

Affaires du GIR de Mayotte : Réaction du capitaine Gautier relaxé après 10 ans de “scandale judiciaire”

Par : admin

Rencontre avec le capitaine (er) Gérard Gautier, ex-chef du GIR de Mayotte, mis en cause pendant plus de dix années et finalement relaxé il y a quelques jours par la justice.

Le capitaine (en retraite) Gérard Gautier, ancien chef du GIR de Mayotte, a été relaxé le 1er septembre 2021 par le tribunal de Mamoudzou après plus de dix années de cauchemar judiciaire. (Photo: LP/L’Essor)

Après plus de dix années de cauchemar et de “scandale judiciaire” –comme n’a pas hésité à le qualifier un magistrat du tribunal de Mamoudzou, lors de l’audience–, le capitaine (er) Gérard Gautier, ancien chef du G.I.R. de Mayotte mis en cause par un juge vraisemblablement en croisade personnelle qui voulait “atomiser” son service, vient d’obtenir le 1er septembre 2021 la relaxe.

Retiré en Bretagne, près de Rennes, et son honneur retrouvé, il a accordé un entretien à L’Essor quelques jours après le procès et son retour en métropole. Pour la première fois, il livre sa réaction, entre soulagement et colère.

L’Essor de la Gendarmerie 5,76 k abonnés Après plus de dix années de cauchemar et de scandale judiciaire, le capitaine (er) Gérard Gautier, ancien chef du G.I.R. de Mayotte mis en cause par un juge en croisade personnelle qui voulait “atomiser” son service, vient d’obtenir la relaxe au tribunal de Mamoudzou. Pour la première fois, il livre sa réaction, entre soulagement et colère, de retour en métropole avec son honneur retrouvé. Plus d’infos : https://lessor.org/vie-des-personnels… —- L’actualité de L’Essor au quotidien à retrouver sur: https://www.lessor.org

Source : L’Essor.org

Les accidents vaccinaux sont réels et la santé des enfants est au-dessus de tout

Par : admin

par Senta Depuydt
Mère, journaliste & Présidente de CHD Europe

Depuis quelques semaines, la pression à se faire vacciner commence à devenir insupportable. Dans de nombreux pays, la plupart des gens ont peur de perdre leur emploi et leur réputation, et craignent d’être exclus de toute participation à l’activité économique et sociale de la société. C’est une situation fort éprouvante, mais qui pourrait ne pas durer éternellement, si nous défendons nos droits.
À ceux qui envisagent de « céder » : de nombreux parents d’enfants vaccinés ont non seulement déjà perdu toutes ces choses, mais leur fils ou fille bien-aimé(e) est bien souvent handicapé(e) à vie. Tenez bon, la santé de votre enfant passe avant tout le reste. Voici mon expérience en tant que mère et journaliste :
Bien avant le Covid, des dizaines de parents m’ont livré ce type de témoignage:
Notre enfant a reçu un vaccin et le soir même ou dans la semaine…
‘il a fait une forte fièvre’ ou/et
‘il s’est mis à pousser des hurlements déchirants’ ou/et
Il a eu des convulsions ou/et
Il a perdu connaissance
Nous l’avons amené aux urgences à l’hôpital et on nous a dit que ‘c’était normal’ et que ‘cela veut dire que le vaccin fonctionne’.
Au bout de quelques jours la fièvre est tombée, mais de nouveaux symptômes sont apparus…
il a commencé à avoir des troubles gastro-intestinaux et/ou
Des insomnies
Les hurlements ont continué, on le sentait en souffrance, il a perdu la joie de vivre
Une épilepsie récurrente
En l’espace de quelques semaines, ‘notre enfant a régressé’…
il a perdu le contact visuel et/ou
La marche
La parole
Les interactions sociales
Il a développé
des stéréotypies
des auto-mutilations.
Des crises de violence
Des absences, de l’apathie
A ce stade du récit, j’interrompais les parents en disant ‘je crois que je connais la suite’.
Vous avez consulté le pédiatre qui vous a dit que cela n’avait rien à avoir avec le vaccin et qu’il ne fallait pas s’inquiéter. Aucun des traitements prescrits n’a réellement fonctionné. Vous avez mis plusieurs mois pour avoir rendez-vous avec un spécialiste et pour avoir un diagnostic. Entretemps votre enfant à continué de régresser. On a finalement parlé d’autisme ou de troubles du développement. On vous a dit qu’il fallait faire un test génétique (ou une psychothérapie). C’est probablement…
le syndrome de Dravet
Un autisme de type génétique
Une épilepsie d’origine génétique
Un traumatisme émotionnel
Et invariablement, j’ai entendu les parents me répondre…
Oui c’est exactement cela, personne n’a voulu faire le lien avec le vaccin (ROR ou DTP ou multivalent etc.). On nous a assuré que si les problèmes s’étaient déclenchés au moment de la vaccination, c’était une ‘coïncidence temporelle’, mais qu’il ne pouvait pas y avoir de ‘lien causal’. On nous a méprisés, humiliés, voire même menacés de retirer la garde de notre enfant pour ‘abus’ ou ‘négligence’. Nous nous sommes tus parce que nous avions peur que l’on  refuse les soins et l’enseignement à notre enfant.
Si je vous écris en ce moment, c’est parce que moi aussi j’ai vu mon enfant régresser, perdre le contact visuel, les interactions sociales, perdre la parole, être absent, hurler toutes les nuits, se fracasser la tête à terre et convulser. C’est aussi parce que j’ai la chance exceptionnelle d’avoir pu l’aider à retrouver une vie normale, après des années de traitement qui ont coûté des dizaines de milliers d’euros et des centaines d’heures de notre vie. Malheureusement, même avec autant de soins et de thérapies du corps et de l’esprit, la plupart des autres enfants ne parviennent pas à retrouver la santé et l’ensemble de leurs facultés et il leur sera difficile de mener vie autonome et épanouie.
Quant aux ‘mamans courage’ qui luttent chaque jour pour les porter avec amour, elles n’ont pour la plupart…plus de boulot, plus d’argent, plus de vie sociale, parfois pas d’école ou de centre de soins pour l’enfant, dans 80% des cas plus de partenaire ou de mari, et au bout du compte, plus de santé non plus…
Aux USA, près d’un enfant sur 30 a un diagnostic d’autisme. Durant la tournée du film Vaxxed plus de 10 000 familles sont venues rencontrer l’équipe du film pour raconter ce qu’ils ont vécus et aujourd’hui près de 120 000 témoignages ont été recueillis.
Ca, c’est la réalité cachée des vaccins classiques, garantis sûrs et efficaces pour lesquels les effets secondaires sont rarissimes…
En quelques mois, les ‘vaccins’ Covid eux ont déjà fait plus de morts et de blessés que tous les autres vaccins combinés depuis plus de 20 ans. Les décisions aveugles de la FDA, de l’Agence Européenne des Médicaments et des gouvernements ont entraîné la mort inutile de nombreux jeunes adultes et adolescents. Dans leur cas, la ‘balance bénéfice-risque’ est d’office négative, car ils ne meurent pas du Covid et ne transmettent pas la maladie.
On entend dire que ‘les myocardites, ce n’est pas si grave’…C’est une atteinte au coeur qui laisse de graves séquelles et de nombreux patients décèdent dans les 5 années qui suivent !
Il y a quelques semaines à Bousval, près de chez moi en Belgique, le bébé d’une maman qui a reçu un vaccin Covid a fait une thrombose 3 jours après la naissance, entraînant un dommage cérébral grave. On a assuré aux parents que ‘cela ne pouvait en aucun cas être le vaccin, qui était sûr et efficace et l’on a refusé de signaler ce tragique accident à la pharmacovigilance…
Cela ne m’étonne pas, mais cela ne m’enlève pas l’envie de balancer un seau d’eau à la figure de tous les gynécologues et médecins qui ont abandonné le principe précaution élémentaire et refusent de se remettre en question.
Tout ce désastre,  toutes ces victimes passées et présentes sont la conséquence de l’ensemble des personnes qui ont refusé de voir la réalité telle qu’elle se présente parce qu’il y a ‘leur carrière, leur réputation, leur ‘crédibilité’ et surtout leur culpabilité inconsciente.   
D’après le Dr. Mike Yeadon,  vice-président et directeur scientifique chez Pfizer Global R&D,  les vaccins à ARNm ont 50 fois plus de probabilité de tuer les enfants que les virus du Covid.
Il n’y a rien d’autre à ajouter.
Senta Depuydt

Source : Childrenshealthdefense.eu

Billets d’humeur – annulation du contrat du siècle entre le français Naval Group et l’Australie

Par : admin

Bonjour à tous,

Vous trouverez ci après un très bon billet d’humeur du général Grégoire Diamantidis, membre du Centre de réflexion Interarmées. Voici, en avant propos, mon ressenti à chaud, sur cette affaire:

Après avoir connu, ces derniers temps un allié US qui pille nos entreprises (Alsthom), embastille sans le moindre motif certains de leurs dirigeants (Frédéric Pierucci), impose sa législation extraterritoriale sur les transactions en dollars, sanctionne les entreprises alliées qui ne respecteraient pas scrupuleusement les sanctions anti-russes, anti North Stream 2, anti-Iran, (sanctions imposées unilatéralement par l’exécutif et le législatif US), quitte l’Afghanistan sans consulter ses partenaires, voilà que les USA se mettent aussi à piller les marchés de l’allié français affaibli et déclinant…..

La France est donc devenue le “paillasson” des États Unis à force de soumission, de servilité, de laisser faire. Elle est cocue mais contente parce qu’elle croit qu’elle peut encore compter dans une Europe où elle est désormais plus isolée que jamais. Au delà des faibles protestations, prononcées du bout des lèvres et dont chacun sait qu’elles seront sans lendemain, la France se fait enfumer, rouler dans la farine, violer, sans réagir. Plus elle baissera la tête, relèvera sa jupe et laissera faire, plus les USA, qui méprisent les faibles, continueront à l’exploiter à leur profit tout en continuant aussi à l’entraîner dans des opérations militaires douteuses au profit d’intérêts discutables …..

L’annonce d’une sortie de l’organisation militaire intégrée de l’OTAN et le retour à une vue gaullienne des choses, avec un équilibre entre l’Est et l’Ouest, aurait de la gueule dans la situation actuelle. Il vaut mieux être seule que mal accompagnée, et peut être retrouverions nous une position d’ “arbitre”.

Mais la France a-t-elle encore les moyens de le faire compte tenu de sa dette abyssale et de sa situation d’ État malade et en faillite ? Rien n’est moins sûr ….

Bonne lecture du billet ci dessous.

Général Dominique Delawarde

PHOTO FRANCOIS DESTOC / LE TELEGRAMME LORIENT (56) : Naval Group (ex- DCNS) Frégate multimissions FREMM Normandie

Billet d’humeur du général (2S) grégoire Diamantidis, membre du Centre de réflexion Interarmées
Guerre économique : annulation du contrat du siècle entre le français Naval Group et l’AustralieOn pourrait penser que l’ unilatéralisme et le mépris US pour les “alliés” européens :

  • dans la décision de départ précipité d’Afghanistan,
  • dans cette magnifique manipulation anglo-saxonne au sein des “five eyes”,
  • et dans celles qui ne manqueront pas de suivre …

ouvriraient les yeux des européens et de nos dirigeants nationaux…mais rassurez-vous, braves gens, une fois retombé le soufflé des grandes déclarations d’Ursula VDL sur “l’Europe de la défense”, et de la France sur “le coup dans le dos”, il ne se passera rien de fondamentalement sérieux.
Certes début 2022 la présidence française de l’UE donnera lieu à de magnifiques envolées lyriques sur le sujet, avec même peut-être la création d’une nième nouvelle invention/structure/EM/concept/force EU/etc… , venant s’ajouter aux nombreux gadgets européens déjà inventés pour accompagner la mise à mort de l’UEO (par nos chers alliés) , et maintenir la chimère de “l’Europe de la Défense” en vie, gadgets tels que:

  • EM européen de gestion de crise,
  • Agence européenne de Défense pour l’armement (AED) avec ses 7petits Mds $ pour camoufler les centaines de Mds que les européens de l’OTAN achètent aux USA (pour rappel : ensemble des budgets des membres européens de l’OTAN > sup à 250 Mds $!) sous forme de F35, frégates Aegis, Patriots, etc..
  • Fond européen de défense,
  • CSP ou Coopération Structurée Permanente (PESCO en anglais)
  • IEI : Initiative Européenne d’Intervention,
  • et j’en oublie …

et donc cette présidence française du 1er janvier au 30 juin 2022, avec l’activisme probable qui l’accompagnera, permettra surtout au Président de la République de se présenter comme “l’Archange sauveur de l’Europe” , de lui assurer ainsi une bonne campagne électorale, ravivant du même coup les bonnes vieilles méfiances de certains “amis” européens vis à vis de la France et de sa mousse “euromédiatique” pour justifier ainsi leur sage retour , bien au chaud sous l’aile protectrice du grand frère.Et tout rentrera dans l’ordre, …comme avant, tous bien soumis à l’OTAN car ainsi le veulent l’Allemagne, nos amis de l’Est, notre allié anglais, et bien sûr le grand frère; quant aux autres, ils suivront bien sûr.Car en fait l’expression même d’ “Europe de la Défense” n’a aucun sens, en effet personne ne parle par exemple de la “France de la Défense” , mais plutôt de la “défense de la France” , c’est à dire de la défense d’une entité nationale souveraine, d’où découle sa politique extérieure, d’où découle sa diplomatie, s’appuyant entre autres sur ses armées.
Il faudrait donc d’abord imaginer une entité européenne nationale souveraine : ce qui est un oxymore puisqu’il n’existe pas de “nation européenne” ; d’où pas de souveraineté européenne, et donc pas de diplomatie européenne (pauvre brave Josep Borell !), donc pas de défense européenne. Et c’est bien pour ça que nos “eurolâtres” ont inversé le concept en inventant l’expression “Europe de la défense” , invention qui ne peut qu’être un concept creux, ou pour le moins marginal, puisqu’en réalité:

  • la défense de l’Europe est confiée à l’OTAN, c’est à dire essentiellement aux États-Unis
  • et par conséquent la diplomatie de l’Europe est aussi confiée aux américains (il ne s’agit pas des diplomaties nationales …lorsqu’elles existent !)
  • et toujours par conséquent la politique extérieure de l’Europe.

Par une extraordinaire inversion/soumission de la pensée, nous en sommes arrivés depuis des décennies, à ce que ce soit l’outil de défense OTAN qui justifie/formate la diplomatie et la politique extérieure de l’Europe au lieu de la logique normale inverse, malheureusement impossible puisqu’aucun leadership européen naturel ne peut exister en l’absence d’une “nation européenne” (oxymore!).Alors certains pourraient penser à un état d’Europe qui pourrait être une nation cadre/ leader, comme un pôle autour duquel viendraient s’agglomérer les autres nations européennes. Mais laquelle?

  • La France?

Bien sûr, suivez mon regard, nous sommes immédiatement tentés de penser à la France, qui, comme nous l’avons écrit dans notre dernière synthèse “..politique française utile à l’Europe..” possède un certain nombre d’atouts pour aider l’Europe.
Mais l’Allemagne n’acceptera jamais un quelconque leadership français sur l’Europe : elle est plus puissante (économiquement et démographiquement encore pour un temps) , elle est au centre de l’Europe, et il y a surtout le poids de l’histoire.N’oublions pas qu’après plusieurs siècles de domination française sur le continent, en particulier depuis les traités de Westphalie jusqu’à Napoléon III , Bismarck est parvenu à créer la grande Allemagne sur le dos de la France (grâce au désastre de Sedan entre autres) et à lui donner le rôle dominant et central en Europe. ​Rôle qu’elle a conservé jusqu’à ce jour malgré les deux guerres mondiales ; certes la tache du nazisme l’empêche de le clamer haut et fort, mais dans l’inconscient allemand, la France restera toujours la nation vaincue de 40 , comme l’a monté la réflexion ironique du Generalfeldmarschall Keitel venu à Berlin le 8 mai 1945, signer la capitulation de l’Allemagne, quand il lance , à propos du représentant français ” tiens, ils sont là eux aussi” .

  • Le Royaume Uni ?

Impensable, il n’est plus dans l’UE, et il est reparti vers le grand large et vers son grand frère comme vient encore de le démontrer de façon fracassante l’affaire australienne. Et de toutes façons le Royaume Uni n’a pas besoin d’être ce pôle agglomérant, puisqu’il l’est déjà à travers le rôle majeur qu’il joue sur l’Europe par l’OTAN au sein duquel sa “relation spéciale UK-US” lui assure cette domination.

  • Resterait l’Allemagne ?

Elle assume déjà ce rôle économiquement parlant, mais pour elle, le poids de l’histoire lui interdisant de le jouer politiquement et donc militairement parlant, elle ne peut le jouer qu’à travers l’OTAN, c’est à dire à travers les États-Unis, pour rester ainsi politiquement acceptable ; et c’est ce qu’elle fait en voulant être et rester le meilleur élève de la classe otanienne. La boucle est bouclée.Il ne reste que la solution d’une France plus souveraine , plus libre vis à vis de l’OTAN, s’ouvrant à d’autres états , et capable de fédérer des coalitions de nations au coup par coup, autour d’elle, et selon les besoins.La réflexion est ouverte ..

GD

Roméo Putti – Je veux ma liberté (Official Clip 2021)

Par : admin

Roméo Putti

Je veux ma liberté a été enregistré avec le groupe Black B Rock n’Roll Band,

avec Annelise à la basse

Lucie à la guitare acoustique

Romain à la guitare solo

Jordan à la guitare électrique

Vladi au violon

Florent à la batterie

Enregistrement, mixage et mastering par Face B production.

Le clip a été tourné à l’ancien bar “La Casita” à Tronville en Barrois.

Les tableaux de peinture abstraite ont été prêtés par Petit grain des sens.

Paroles et musique: Roméo Putti

Texte intégral “Je veux ma liberté” J’ai pas besoin qu’un mec me dise tout c’que j’dois faire, surtout sur ma santé! C’est vraiment pas terrible de s’en prendre aux soignants Qui ont mouillé la ch’mise depuis des mois maint’nant Il est juste impossible qu’ils n’ puissent plus travailler ou ne plus être payés. Je veux ma liberté, d’agir et de penser J’ai pas besoin qu’un mec me dise tout c’que j’dois faire surtout sur ma santé. Quand j’regarde plus loin de l’autre côté du Rhin je n’dis pas qu’tout va bien mais y a quand même un point qui est de toute évidence supérieur à la France c’est le respect humain. On n’a jamais vu ça au pays des droits d’l’homme, mettre un ultimatum et ne plus laisser l’choix pourquoi n’ pas faire un vote ou un référendum pour défendre nos droits? Hier on était deux, aujourd’hui on est mille et demain dans chaque ville on s’ra bien plus nombreux cette loi on n’en veut pas, elle est liberticide injuste et scandaleuse.

Source : Youtube

Emmanuel Macron souhaite un «contrôle indépendant» du travail des forces de l’ordre

Par : admin

L’Élysée annonce ce lundi que le président de la République Emmanuel Macron souhaite un « contrôle indépendant » de l’action des forces de l’ordre.

Le chef de l’État Emmanuel Macron souhaite qu’un « contrôle indépendant » soit en charge du contrôle du travail des forces de l’ordre a fait savoir l’Élysée ce lundi. « Il ne s’agit pas d’un organisme nouveau ah hoc mais d’une nouvelle modalité de contrôle, externe à l’administration », a précisé la présidence de la République à France Télévisions. L’Élysée avait initialement évoqué un « organisme indépendant ».

Emmanuel Macron va demander un « contrôle parlementaire et d’évaluation de l’action des forces de l’ordre », selon Le Figaro. Les modalités de ce « contrôle indépendant » n’ont pas été précisées pour l’heure. En avril dernier, le chef de l’État avait évoqué la création d’une « délégation parlementaire chargée du contrôle (des) forces de l’ordre« , comme celle qui existe pour le renseignement.

Le président de la République présentera demain à la mi-journée les conclusions du Beauvau de la sécurité – qui se termine ce lundi après sept mois de consultations -, à l’école nationale de police (ENP) de Roubaix (Nord).

Lors d’un long interview en direct à Brut, en décembre 2020, Emmanuel Macron avait évoqué la nécessité, selon lui, de donner « une vraie indépendance » à l’IGPN avec « plus de transparence sur le suivi ».

Source : Actu17

Cas concret : Capture d’écran du VK Nadine Touzeau.

Par : admin

Même les gens censément sensés se laissent piéger par le markéting gouvernemental. C’est à désespérer mais il ne faut pas car cela amène de l’eau à notre moulin !
A partager pour que tous nos camarades d’active ou en retraite comprennent enfin que la résistance est nécessaire et légitime pour protéger leur santé.

Quelques réflexions sur l’engagement.

Par : admin

Introduction

Si nous sommes pris par les « élites » pour les « idiots » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Chers nouveaux lecteurs, permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au sujet du jour.

Les évènements que nous subissons et que nous allons encore subir sont annoncés sur ce blog, depuis 2012. Je n’utilise pas de boule de cristal, mais je collecte et recoupe énormément d’informations. Cela me permet d’extraire les plus pertinentes. Ce recul m’amène à formuler des anticipations cohérentes.

Accéder à une masse d’informations souvent payantes, les vérifier, les trier, prends beaucoup de temps. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit. Mon travail de lanceur d’alertes à un coût et donc un prix. J’offre gratuitement à un large public, un grand nombre de billets qui traitent de l’écume des choses. Pour m’aider à poursuivre ce travail, je ne demande pas de dons et n’ouvre pas de « cagnotte ».

Si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour affronter sereinement la période compliquée qui est devant nous, ce sera votre manière de m’aider concrètement à améliorer la qualité de mon travail.

Sujet du jour : Le sens d’un réel engagement.

Coucou les amis, c’est Madri . Sachant que « le patron Hubert » ne m’en voudra pas de m’adresser directement à vous, je profite d’une occasion. Puisque nous sommes entre amis, je vais vous faire une confidence. Tous les soirs « après le turbin » et avant d’aller se coucher, non sans lire quelques pages d’un de ses livres de chevet… Hubert se retire dans un endroit qu’il a spécialement aménagé et pratique une profonde méditation.

Nous sommes jeudi soir… non… pardon… « il est déjà » vendredi matin !!! Maintenant que son bureau est désert, je constate que son billet de ce matin n’est pas encore rédigé et qu’il a juste mentionné son titre qui est « Quelques réflexions sur l’engagement ».

Je vais donc l’avancer dans son travail. Je pense qu’il sera autant surpris que content quand tout à l’heure, il découvrira son billet en partie écrit. Je vais faire un « copier/coller » d’un extrait de la rubrique « Espoir : notre réveil collectif » de sa dernière parution des « Rendez-vous d’Hubert » en date du 14 courant, tellement je trouve qu’il « colle » bien au titre qu’il a choisi.

Je ne comprends pas pourquoi vous prenez cet air surpris. Évidemment que les raccourcis clavier, dont le « copier/coller » n’ont pas de secret pour moi . Comment ? Ce n’est pas le cas de votre petit doigt gauche ? Je ne vous crois pas. Serais-je le seul à posséder, entre autres, cette faculté ? Allez, je me mets au travail, car la nuit va être courte …

Voilà, c’est fait  :

« La police (essentiellement de terrain) fait preuve d’un courage admirable, car ces personnels prennent tous les risques : officiellement (certains syndicats) et aussi beaucoup plus discrètement. Sachez que certains policiers, gendarmes et CRS défilent anonymement dans des cortèges de protestation pour les mêmes raisons que nous. De plus, ils œuvrent aussi discrètement qu’efficacement, à réduire les tentatives d’infiltrations des cortèges pacifiques qui ont pour but d’entrainer les personnes « un peu trop sanguines » à des exactions répréhensibles.

Je dis fermement à ceux qui vocifèrent « La police avec nous » qu’elle l’est et pour une partie plus importante que vous ne le pensez. Bien sûr, quand l’ordre sera donné (et il le sera) de tirer sur « une foule haineuse », certains le feront, mais ce sera une infinitésimale partie.

Comprenez bien que policiers, gendarmes et CRS savent très bien qu’ils SONT le peuple, mais il leur est extrêmement « compliqué » de le montrer publiquement, sous peine de révocation. Rappelez-vous tout cela chaque fois que vous les croiserez. Allez vers eux et dites-leur avec les mots du cœur votre admiration pour leur courage. Cela les aidera grandement « à tenir bon ».

Que vois-je ? Mon billet de ce matin est partiellement écrit ? Il me semble pourtant que je ne l’avais pas encore commencé !!! Je sens qu’il y a du  Madrilou là-dessous. Au travail, car il ne me reste que deux heures avant la publication.

Engagement. Ce mot signifie : Contrat oral ou écrit par lequel une personne engage les services d’une autre personne ». J’ajouterais que ce « contrat » peut aussi être moral. C’est même, à mon sens, le plus beau. En effet, pas besoin de garantie autre qu’une ferme intention et la force de s’y tenir.

Dans l’époque agitée que nous traversons, je pense que chacun de nous à un engagement moral. Qu’écris-je ? Un engagement sacré, qui prime sur tous les autres : œuvrer de notre mieux pour que le monde « consumériste, artificiel, égocentrique… » qui s’éteint sous nos yeux, soit remplacé par un monde d’amour et de spiritualité. Un monde dans lequel nous aurons retrouvé qui nous sommes vraiment. Ou nous ferons unité avec nos semblables, avec l’univers et toutes ses composantes : végétales et animales. Cela ne pourra résulter QUE de la somme des engagements de chacun de nous.

Soyez optimistes chers lecteurs. À l’exemple des policiers que j’ai cités, beaucoup parmi nous ont déjà pris conscience de tout cela et ont, aussi discrètement que fermement, pris cet engagement à notre service, à celui de nos enfants, à celui de l’humanité tout entière.  Ouvrez les yeux. Le « Corona-apocalypsus » NOUS offre la possibilité de faire quelque chose de GRAND dans notre vie. Que le plus grand nombre d’entre nous puisse faire sienne cette « ardente obligation ».

« Ta seule obligation, en n’importe quelle vie, être vrai avec toi-même »

(Richard BACH)

Chers lecteurs, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

https://serenite-patrimoniale.com/

Dépeuplement – La FDA savait à l’avance pour les effets secondaires

Par : admin

Hallucinant interview d’un spécialiste américain par l’équipe de l’avocat Fuellmich d’où il ressort que Fauci est l’ assassin mondial en chef avec l’aide du Remdésivir acheté en masse par l’UE bien après la constatation des décès systématiques par destruction des reins et le crime a continué avec les vaccins dont tous les graves effets secondaires étaient connus dès le départ avec en prime une incompétence dans le système de pharmaco-vigilance pour différentes raisons dont les réticences pour les déclarations par les médecins sous contrôle ou complices.

Le Dr Bryan Ardis fait partie de ses recherches quant au remdesivir ainsi que le protocole sanitaire et de la FDA qui savait pour les effets indésirables.

Source : InfoVF

Hier — 17 septembre 2021Vos flux RSS

Le Great Reset, “un programme politique” pour Marc Gabriel Draghi – FranceSoir

Par : admin

FranceSoir 2,73 k abonnés La “Grande réinitialisation” est accusée d’être une théorie infondée alors que c’est un programme politique tiré d’un ouvrage « Covid-19 : The Great reset » de Klaus Schwab, le fondateur du forum de Davos, qu’Eric Verhaege décrivait comme un « syndicat des élites financiarisées ». L’article lié (06/07/2021) : https://www.francesoir.fr/videos-lent… Pour une information libre, indépendante et accessible à tous : soutenez France Soir ! https://www.francesoir.fr/soutien Retrouvez toutes les vidéos de France Soir sur videos.francesoir.fr

Source : Youtube

Le fils d’un très haut gradé de la gendarmerie empêtré dans un mystérieux fait divers

Par : admin

Par Clément Fayol et Marc Leplongeon

Publié le 16/09/2021 à 16h50

EXCLUSIF. Le 12 avril 2020, à Nouméa, une jeune gendarme meurt à son domicile, d’une balle tirée avec son arme de service. Son supérieur et amant était présent. 

Le ton est léger, le plateau gaiement décoré de sapins de Noël, et l’animateur du jeu télé, Cyril Féraud, fait son possible pour mettre à l’aise ses invités du jour. Rien que de très classique pour cette émission quotidienne du service public, Slam, qui met aux prises trois candidats, lesquels doivent répondre à des questions en devinant des lettres de l’alphabet. Nous sommes fin 2020, c’est presque la dernière émission de l’année et celle-ci commence, comme à l’accoutumée, par une courte présentation des candidats. « Qu’est-ce que vous faites dans la vie, Henri* ? », interroge l’animateur. Et celui-ci de répondre : « Je suis gendarme. » Avant d’exposer, avec force sourires et moult détails, ses fonctions et sa passion pour la musique.

La scène n’a absolument rien d’inhabituel. Elle va pourtant profondément surprendre quelques observateurs avisés qui s’attendaient à davantage de discrétion de la part d’Henri. Quelques mois plus tôt, ce fils de général de gendarmerie, par ailleurs chef d’escadron et commandant de la compagnie départementale de Nouméa, a en effet assisté à la mort de sa maîtresse, militaire elle aussi, avec son arme de service. Alors que la gendarmerie avait immédiatement, à l’époque, communiqué sur un regrettable suicide, une enquête préliminaire en recherche des causes de la mort, puis une information judiciaire ont en réalité été ouvertes. 

Selon nos informations, l’Inspection générale de la gendarmerie nationale (IGGN) a même ouvert la porte à de possibles poursuites du chef d’escadron. « Il s’avère qu’aucun élément ne permet d’expliquer la raison pour laquelle Henri n’a pas, par exemple, utilisé son téléphone pour solliciter un renfort » alors qu’il avait « certainement pris la mesure de la gravité de la situation », concluent les enquêteurs dans une synthèse rendue au magistrat instructeur au printemps. 

Une communication hâtive de la gendarmerie 

Tout remonte au 12 avril 2020. Ce jour-là, en plein confinement, à 19 h 06, une alerte clignote sur la Banque de données de sécurité publique (BDSP) de la gendarmerie. Cette base de données qui permet de suivre en temps réel les interventions annonce qu’un appel a été passé au 18, de Nouméa en Nouvelle-Calédonie, pour une blessure par balle d’une gendarme. Deux personnes sont présentes sur les lieux : la blessée, Amel*, 31 ans, maréchale des logis cheffe (un grade de sous-officier), et son supérieur, Henri. C’est ce dernier qui a appelé les secours. La jeune femme décédera à l’hôpital quelques minutes plus tard. 

À la centrale, l’appel ne passe pas inaperçu et la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN) se met en éveil. Si la blessure par balle d’un militaire n’est jamais prise à la légère, la présence sur les lieux au moment du drame d’Henri, fils d’un très haut gradé et dont le nom est donc très connu dans la gendarmerie, rend l’information particulièrement intrigante. Assez, en tout cas, pour que les fantasmes les plus fous circulent au sein de la maison bleue, selon lesquels la hiérarchie aurait aussitôt cherché à ce que la presse ne vienne pas mettre son nez dans cette affaire. 

Des ragots circulent à la DGGN 

Sans même attendre les conclusions de l’enquête ouverte par le procureur de Nouméa en recherches des causes de la mort, la gendarmerie de Nouvelle-Calédonie va en effet communiquer, en interne, sur un suicide, affirmant que la jeune femme « s’est donné la mort ». Ladite enquête est dans la foulée confiée aux képis locaux, la Section de recherches (SR) de Nouméa. Un choix éminemment critiquable, Henri, le seul témoin de la scène, étant le commandant de la compagnie… 

Les investigations ne seront reprises par l’IGGN qu’après ouverture d’une information judiciaire le 22 juin 2020, près d’un mois après le drame. Enfin, dernier élément troublant, des sources assurent au Point que l’historique de l’intervention de la gendarmerie au domicile de la jeune Amel aurait rapidement disparu, à Paris, de la banque de données de sécurité publique (BDSP). Pour la plupart des militaires qui ont eu vent de l’affaire, c’est ici que leur besoin d’en connaître s’arrête. Ils en savent trop pour oublier, pas assez pour comprendre ce qui s’est passé. Les ingrédients pour que le drame se mue en ragots. Interrogée, la DGGN n’a accepté de répondre à aucune de nos questions, sous le prétexte qu’« une information judiciaire [était] ouverte ». 

Une chronologie difficile à retracer 

Le Point a donc tenté de reconstituer la chronologie des événements, laquelle apparaît imparfaite. Ce 12 avril 2020, Henri, marié et père de famille, rejette l’appel d’Amel, sa maîtresse, quand celle-ci lui envoie un message à 18 h 20 sous forme d’ultimatum : « Si tu n’es pas là dans 30 minutes, je me tire une balle. » Le SMS est suivi d’autres messages où elle lui confie qu’elle n’a plus « la force d’avancer » : « Je te laisse 30 minutes où tu me verras plus jamais », lui dit-elle. La jeune femme est connue pour sa joie de vivre, n’a pas un tempérament suicidaire, selon ses proches, mais était depuis quelque temps très affectée par un problème médical. 

Henri tente de la rappeler, en vain, et part aussitôt à son domicile. Selon son récit, il trouve son amante ivre, son arme à la main, et aurait tenté de la désarmer, avant finalement, de peur que les choses dérapent, de tenter une négociation. Le tir serait ensuite parti dans le ventre d’Amel, sans que le chef d’escadron ne puisse dire s’il était accidentel ou non. Lui en tout cas l’affirme : c’est bien elle qui a tiré. Il appelle la gendarmerie et les secours puis, dans la foulée, tente sans succès un point de compression sur la blessure afin d’éviter une hémorragie. 

J’ai essayé de la raisonner (…) J’ai essayé de lui prendre l’arme, j’y suis pas arrivé, j’ai essayé de discuter. 

Lorsqu’ils reprennent les investigations, les limiers de l’IGGN s’interrogent : pourquoi Henri n’a-t-il pas contacté directement les gendarmes avant même d’arriver au domicile d’Amel, ou pendant qu’il y était, puisqu’il connaissait la dangerosité de la situation ? N’a-t-il pas en effet, juste avant la mort de sa maîtresse, envoyé plusieurs messages à son épouse qui voulait savoir ce qui se passait ? « Urgence grave, appelle pas, j’en ai pour longtemps », écrit Henri dans l’un d’entre eux. 

Le chef d’escadron affirme aussi qu’il n’a pas tenté de se saisir de l’arme au moment où le coup est parti. Le geste est en effet dangereux et est fortement déconseillé car il fait courir le risque de tirer un coup accidentel. Ce n’est pas aussi clair dans l’esprit d’un de ses collègues, qui relate : « [Henri] m’a dit quelque chose comme : “Elle s’est débattue et le coup est parti.” Dans une conversation téléphonique avec son supérieur, enregistrée et analysée par l’IGGN, le militaire déclare exactement, sans que la chronologie n’apparaisse plus clairement : « J’ai essayé de la raisonner […]. J’ai essayé de lui prendre l’arme, j’y suis pas arrivé, j’ai essayé de discuter. » 

En réalité, impossible de savoir. Le corps de la jeune femme, à part une étrange marque de morsure sur son bras droit qui n’a pas pu être analysée – le scellé se serait abîmé dans le trajet vers Paris -, ne porte pas de trace de coups ou d’empoignade. La balle a traversé la région lombaire droite, ce qui indique une position étrange pour se tirer dessus, mais pas vraiment contradictoire avec les déclarations d’Henri. Des particules de tir seront également retrouvées sur l’intérieur de la main droite du chef d’escadron et l’extérieur de sa main gauche, mais une fois encore, celui-ci s’étant lavé les mains avant le prélèvement – il avait beaucoup de sang sur lui après avoir tenté de secourir Amel – les résultats sont inexploitables. 

« Pas pris toutes les mesures nécessaires » 

Du côté de la téléphonie, rien à aller chercher non plus : le chef d’escadron a affirmé avoir pris l’habitude d’effacer chacun de ses messages pour éviter que sa relation adultérine ne soit découverte. En rendant son enquête, fin mai, l’IGGN a donc logiquement et prudemment conclu que « les investigations ne permettent pas de démontrer formellement que le tir ait été causé par une action intempestive du chef d’escadron Henri, en tentant de désarmer Amel ». 

Les boeuf-carottes de la gendarmerie prennent cependant le soin de préciser qu’Henri pourrait toutefois ne pas avoir pris « toutes les mesures nécessaires afin d’éviter le drame, en courant notamment le risque d’intervenir sans renfort et de tenter de désarmer seul Amel ». L’affaire est toujours en cours d’instruction. Contacté, Henri n’avait pas répondu à nos questions à l’heure de publication de cet article. 

L’avocat d’une des soeurs d’Amel, Me Étienne Arnaud, espère quant à lui que l’enquête se poursuive : « La famille attend toujours des réponses et se demande si ce drame aurait pu être évité ou géré différemment afin d’empêcher cette fin tragique. La suite des investigations dira si d’éventuelles responsabilités sont à établir. » 

* Les prénoms ont été modifiés.

Source : Le Point

BONNE RENTRÉE SANITAIRE : VERS UN MONDE D’APRÈS TOTALITAIRE

Par : admin

Le 12 juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait l’extension du passe sanitaire, autrement dit une vaccination (presque obligatoire) pour celles et ceux qui souhaitent conserver un mode de vie normal.

Cette annonce présidentielle du début de l’été a fait l’effet d’un choc pour la partie (encore consciente) de la population, qui a vu ses doutes se transformer définitivement en réalité. En effet,  l’instauration d’un régime totalitaire ayant pour prétexte une fausse crise sanitaire, s’accélère de semaine en semaine depuis le mois de mars 2020.

Et désormais on peut le dire sans honte, ce ne sont pas les 114 000 morts officiels du Covid-19 (30 aout 2021) en déjà presque deux années, qui peuvent légitimer ce basculement dans cet autre paradigme.

Bien sûr, le Golem Macron dans un entretien au Financial Times avait déjà annoncé cette fameuse « Bête de l’Évènement », mais peu nombreux était ceux qui pensaient que la France allait basculer aussi vite dans ce régime de manipulations et d’hystérie sanitaire, prélude d’un cataclysme mondial.

Cette obligation du passe sanitaire (avant peut-être la future vaccination obligatoire), a d’ailleurs été validée sans suspens par le conseil constitutionnel du président Laurent Fabius (l’homme de l’affaire du sang contaminé) et élaborée en haut lieu avec la supervision du cabinet Mc Kinsey dont l’un des responsables n’est autre que Fabius fils (Victor et non Thomas, le joueur de Casino).

Pour celles et ceux qui croyaient encore aux institutions de la Ve République et en l’État de Droit, cela a au moins permis à certains de commencer à faire leur deuil.

L’État de Droit n’existe pas et l’illusion qui maintient certains avocats dans des recours en justices inutiles s’est fracassée à l’occasion de cet épisode d’extension du passe sanitaire.

En vérité, il n’y aura jamais de procès d’envergure, d’emprisonnements, de condamnations tant que les peuples n’auront pas repris le pouvoir par la force. Seules quelques maigres victoires symboliques devant les juridictions administratives entretiendront l’illusion que la victoire peut se faire par le droit. Ce qui dans l’Histoire, lors des périodes de grands troubles, n’a jamais été le cas.

D’ailleurs, si le rapport ne s’inverse pas d’ici peu, dans quelques petites semaines lorsque l’automne et l’hiver vont progressivement s’approcher de nous et que les lits d’hôpitaux vont à nouveau naturellement manquer, non pas à cause du Covid, mais en raison des politiques absurdes de suppression et de destruction des services publics (notamment le service public hospitalier en continu depuis plus de 15 ans), ce débat sur la vaccination obligatoire reviendra alors sur la table, à l’heure où ces mêmes hôpitaux, Ehpad et cliniques embauchent des vigiles plutôt que des infirmières, aides soignantes, et médecins, pour contrôler ce fameux passe…

Ainsi, les crispations, divisions, manipulations, vont s’exacerber et reviendront plus forts avec ce débat crucial de la vaccination obligatoire (en vérité du contrôle social permanent et de la mise à mort de certains) dont les enjeux dépassent la simple politique politicienne.

Oui, le projet de vacciner toute la population existe et l’inefficacité des pseudos vaccins ARNm ne sera pas totalement proclamée avant que les peuples y soient tous passés.

Non, plus rien ne sera comme avant

Car comme dans un mauvais film, qui essaie de maintenir le suspens pour cacher la piètre qualité du scénario, le jeu des acteurs, et la mauvaise mise en scène, et n’en déplaise aux vaccinés militants, le Monde d’Avant ne reviendra jamais.

Et cela malgré les déclarations du président du conseil d’administration de la fondation Rothschild, le professeur d’immunologie et coordonnateur la stratégie vaccinale de l’État contre la pandémie de Covid-19 en France Alain Fisher, une ère nouvelle a bel et bien été inaugurée en 2020 et par de multiples facteurs, comme nous l’avons déjà indiqué sur Géopolitique Profonde, le Monde d’Après, annoncé par Macron est déjà là.

Au-delà du masque, du passe et de la folle couverture médiatique du virus, d’un point de vue économique il s’est véritablement passé quelque chose ces derniers mois. En effet, l’économie mondiale est totalement sous contrôle grâce notamment au politique de soutien et à l’action des banques centrales. Elle est désormais prête pour une démolition en profondeur et en règle. Et cela même si l’illusion financière de la dette exponentielle et perpétuelle entretient encore « miraculeusement » et honteusement le statu quo pour le grand public.

Ce « miracle alchimique » de la dette abyssale (politiques d’assouplissements quantitatifs) et des taux d’intérêt bas (voire négatifs avec l’inflation) permet également aux grands groupes financiers internationaux de concentrer toujours un peu plus les richesses dans leurs mains et d’asseoir leurs pouvoirs.

Les Vanguard Group, BlackRock et cie, en profitent pour racheter les richesses importantes dans le « Monde de Demain de la surveillance généralisée ». La monopolisation totalitaire de quelques uns au détriment de la majorité est en marche.

D’un point de vue global néanmoins, il est vrai que la réalité économique pointe quand même, doucement mais surement, le bout de son nez.

Et l’un des signes de ce « vent nouveau » peut être illustré par les spectaculaires hausses de l’inflation constatées depuis la fin du premier trimestre 2021. Cette inflation camouflée, malgré les premières déclarations « rassurantes » des responsables des grandes banques centrales, s’accélère et ce phénomène ne fait à coup sûr que commencer.

Évidemment, l’inflation va servir à détruire les grandes monnaies fiats (dollar, euro, …) que nous connaissons actuellement pour enfin abolir (entre autres) l’argent liquide et donc le peu de liberté financière qui reste aux peuples.

Mais le spectaculaire retour de l’inflation signifie surtout que l’on s’approche de la fin du film…

Nous l’avons déjà dit, après le vaccin, les monnaies fiat sont ainsi amenées à disparaitre dans un grand éclat dans quelques mois seulement, pour laisser la place à leurs « petites sœurs » (CBDC/ Monnaies Numériques de Banques Centrales) évidemment, elles aussi, toujours dans les mains des grands financiers internationaux.

La déclaration de Lagarde du 5 septembre appelant « à vacciner tout le monde », conforte cette analyse…

Le crypto-euro, yuan, dollar (ou les autres noms des monnaies numériques qui prendront leur place) seront de toute façon plus en adéquation avec le monde numérique et « écologique » que l’establishment transnational nous prépare.

Évidemment comme pour le vaccin et le passe sanitaire qui ont été élaborés « pour notre bien » l’ensemble de ces outils numériques à venir  (en l’occurrence ici les CBDC) vont avoir pour effet notamment de solutionner le problème monstrueux de l’inflation qui commence déjà à dévorer les « richesses ».

La hausse (post Covid-19) des matières premières et de l’énergie en particulier, couplée à la folie financière autour des actifs phares que sont les actions et l’immobilier, ne sont que les conséquences de cette folle musique de planche à billets illimitée, et elle ne va pas tarder à s’arrêter, malgré les records battus de semaine en semaine, alors que l’économie mondiale et en particulier l’économie occidentale sont amorphes.

Les banques centrales pourraient même déclencher ce mouvement en organisant une contraction de la masse monétaire mondiale. Les marchés financiers le savent et ils suivent le moindre petit mouvement de la Réserve Fédérale américaine (chef d’orchestre de l’économie mondiale).

Pour certains le vaccin et pour d’autres la faim

De toute façon, les chantres du Great Reset ont enclenché une vitesse supérieure dans la phase de décroissance que nous connaissons en Occident depuis 2008. L’objectif à long terme est de continuer à saigner les peuples, mais de passer néanmoins à une autre dimension dans la mise en servitude et de liquidation des nations.

Les saignées ont désormais étaient remplacées par les injections, mais la logique reste la même. Ainsi la question de la vaccination est en train de devenir la question centrale dans nos sociétés orwelliennes. C’est quoiqu’il advienne dans le futur (effets indésirables, décès ou non), l’outil principal de domestication des peuples.

Panacée, soulagement, pour les uns, consternation, frustration et sidération pour d’autres, le vaccin (davantage que le virus) joue un rôle psychologique fondamental pour l’establishment.

Comme l’illustrent les déclarations du porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, et contrairement à ce qu’avait affirmé le Président lors de la fin de l’année 2020 : la France (l’exécutif) n’exclut rien… Et si l’on est logique, la vaccination des enfants amenant à la vaccination pour tous, nous allons donc forcément tous y avoir droit.

Et la Blockchain dont on a parlé plus haut avec les cryptomonnaies va également servir à enchainer l’humanité et à la transfigurer (fusion des identités biologiques et numériques) dans ce processus de domestication.

Un énième saut qualitatif pourrait être franchi avec cette histoire de vaccination obligatoire. Et il est clair que le contrôle social total des populations (du bétail humain) est au programme, comme le prouve le document de l’Organisation Mondiale de la Santé établissant un certificat de vaccination numérique basé sur la technologie blockchain.

Cette initiative financées par les célèbres philanthropes Fondation Bill et Melinda Gates et la Fondation Rockefeller, pourraient être l’une des principales conclusions de la crise covidienne.

Évidemment certains brillants esprits, anti-complotistes et pro-passe militants nous posent cette question très juste : si le « vaccin » sert à dépeupler en quantité le Monde, quid de l’Afrique et de l’Asie ?

Car pour l’instant, il est vrai, on ne peut pas dire que la couverture vaccinale dans les deux continents les plus peuplés du globe soit à son plus haut.

Et bien, a priori, pour nos amis africains et asiatiques qui sont quand même bien plus nombreux que nous Européens (et même occidentaux), la solution choisie par l’oligarchie financière internationale semble encore bien plus drastique pour éliminer des portions importantes de la population mondiale : à savoir la faim.

Cyber attaques et rupture des chaînes d’approvisionnement

Ainsi, la nouvelle transmutation du monde de demain, après les effets du virus-vaccin sur les sociétés industrialisées, pourrait bien se faire autour d’éléments tangibles et concrets à  savoir : les matières premières ultimes, c’est-à-dire la nourriture et l’énergie !

Et vous l’imaginez, un continent comme l’Afrique, dont une grande partie de la population survie grâce aux multiples importations de denrées alimentaires, ne supporterait pas un « black-out » même temporaire et une rupture importante des flux.

Bien sûr, nous aussi en Europe, après le « vaccin », nous aurons peut-être le droit de goûter aux pénuries alimentaires et aux émeutes, mais sur certains continents l’impact sera réellement dévastateur.

À l’heure ou partout dans le monde, nos villes, nos systèmes de santé, d’informations, financiers/paiement, etc. sont tous les jours un peu plus dépendants de l’électricité et d’internet, une panne totale serait terrible. Mais malheureusement, « débrancher la prise » pourrait être la solution parfaite pour réinitialiser notre monde. Et ce Grand Reset via les infrastructures qui devrait se faire d’ici peu, s’organisera autour de trois concepts bien connus de l’histoire de l’humanité : la pénurie, la famine et la misère.

En effet, comme je l’ai déjà exposé, l’oligarchie qui nous dirige n’hésitera certainement pas à provoquer des famines pour parvenir à remodeler ce nouveau monde. Et il ne serait pas étonnant qu’en cette année 2021, nous soyons devant un changement de paradigme semblable et même plus important que celui qui s’est opéré au cours de l’année 1914 (massacre industriel de la population européenne).

Il n’est pas du tout impossible qu’après avoir terrorisé les populations avec un inoffensif virus et une vaccination forcée, les peuples (ce qui en restera) se réveillent un jour avec le triptyque apocalyptique qu’attendent certains pour nous faire vivre dans leur nouveau monde (guerres, misères, servitudes) pour nous imposer un monde de contrôle et de surveillance totale.

La simulation d’une Cyber attaque massive (Cyber Polygon) qui s’est déroulée une nouvelle fois le 9 juillet dernier et qui vise à mesurer les conséquences de celle-ci sur les chaînes d’approvisionnement mondiale, n’est pas anodine. Cet évènement qui ressemble étrangement à l’Event 201 (automne 2019) organisé par le Forum Économique Mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates, était un exercice du même ordre qui visait à simuler une pandémie mondiale tuant des millions de personnes et entrainant la fermeture de la plupart des économies dans le monde.

À la lecture du livre de Klaus Schwab (The Great Reset), il n’est tout de même pas idiot de penser que ce genre de coïncidence pourrait encore une fois se répéter dans les mois à venir. Schwab nous l’a déjà indiqué : la prochaine catastrophe qui guette l’humanité sera une  « cyber pandémie » dont l’ampleur destructrice serait bien pire que celle du gentil SARS-COV-2.

D’ailleurs, des « incidents » nous préparent mentalement à cette éventualité : l’attaque du Colonial Pipeline aux États-Unis, en juin le bug de la société Fastly qui a entraîné la fermeture de grandes parties du web, notamment un certain nombre de sites d’information grand public, Amazon, eBay, Twitch, Reddit ou encore des sites étatiques (notamment celui des demandes de visa en France).

Imaginez quelques instants une Cyberattaque mondiale capable de mettre à mal les fondations structurantes de l’internet. Imaginez un monde sans internet pendant quelques semaines, mois, etc…

Nos économies déjà en fin de vie, ne supporteraient pas cette privation d’oxygène et des milliers de secteurs seraient impactés, voire détruits : transports, communication, système bancaire, service public d’eaux et d’électricité…

Depuis quelques mois, dans les milieux de la véritable information, cette éventualité est explicitement débattue. D’ailleurs quand on s’intéresse sérieusement à la question des infrastructures, il apparaît clairement que nos politiques (comme pour notre industrie) ont pour projet de liquider les secteurs de l’énergie en France (nucléaire, électricité, gaz, filière bois), mais aussi la gestion de l’eau potable.

Nous allons donc très certainement enfin assister à cet effondrement économique mondial presque immédiat, que beaucoup prédisent depuis tant d’années.

Mais contrairement à ce que nous pensions pour la plupart, cet effondrement ne viendra pas de la prise des consciences des peuples et de l’écroulement du système financier mondial alchimique (faillite totale à cause de la dette mondiale).

Non, cet effondrement va être concrètement provoqué, accompagné et contrôlé de A à Z. La cause sera évidemment fausse (attaques de pirates numériques) et nos maîtres (banquiers et les grands détenteurs de capitaux) ne pourront, en plus, pas être accusés, à l’inverse de la crise des Subprimes de 2007-2008.

Cette fois, comme avec le virus invisible, les terribles et obscures hackeurs russes, chinois, iraniens ou encore les brouteurs d’Abidjan seront responsables des malheurs de notre monde.

Évidemment les monnaies numériques de banques centrales (CBDC) et la blockchain (technologies réputées fiables) viendront ensuite nous sauver et serviront de socle au « Monde d’Après » réputé infaillible.

Le crime sera donc PARFAIT !

D’ailleurs de manière similaire à la fausse pandémie du coronavirus, qui a servi à aggraver la situation des économies et la santé mentale des populations (confinement, couvre-feu, domestication, ennemi invisible, culpabilisation, etc…), cette cyber pandémie programmée va aussi permettre de mettre un terme à l’internet libre, c’est-à-dire à la transmission de l’information et du savoir non hiérarchisé, comme l’a si bien dit l’oracle Jacques Attali :

« L’Internet représente une menace pour ceux qui savent et qui décident. Parce qu’il donne accès au savoir autrement que par le cursus hiérarchique« .

Rajoutons à cela un discours écologique hystérique à la Greta Thunberg qui nous répétera que le monde s’écroule à cause du comportement des peuples surconsommateurs (et pas du capitalisme financier nomade et apatride) et la culpabilisation fera le reste…

11 Septembre : peur et manipulations, il est temps de passer à l’action

Mais ne nous résignons pas tout de suite ! Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir.

Et le plan au lieu de s’accomplir, pourrait tout aussi bien échouer. Car le réveil au sein des populations a déjà eu lieu.

Partout la révolte gronde et couve , en Italie, en Australie, etc. La minorité n’est certes pas la majorité, et les marches pacifiques ne sont pas des révoltes et énervements légitimes. Mais le temps fait son travail et la question des enfants qui arrive risque de réveiller certains instincts de bon sens…

Cependant, pour mettre un terme à cette folie collective, il va nous falloir agir justement collectivement. Et à l’heure des réseaux (a)sociaux et de l’inaction provoquée par ce monde parallèle (de l’isolement) qui nous fait croire que nous agissons en likant, tweetant, postant dans notre coin…, il est temps de véritablement descendre « marcher » dans les rues, de constituer des réseaux (du genre RéinfoCovid) et de montrer notre opposition concrètement.

L’éternel retour au concret (par l’intermédiaire de centaine de milliers/millions de gens énervés dans la capitale ou une grève générale/semaine de blocage, etc.) pourrait mettre fin à ce silence assourdissant et aller un peu plus loin que les gesticulations sympathiques du samedi contre le passe sanitaire (utiles médiatiquement mais peu efficaces politiquement).

Bien sûr pour l’instant, c’est la seule chose que nous avons, et c’est déjà pas si mal, mais il nous faudra forcément aller bien plus loin. Notre histoire nous le démontre, une seule journée peut parvenir à tout changer, surtout si les cibles attaquées sont justes et si l’on se pose les bonnes questions…

Pour éviter l’ultime catastrophe (la chute finale de notre nation et la fin de nos libertés), nous devons impérativement parvenir à entendre Cassandre avant qu’il ne soit trop tard…

Le 11 septembre 2021, pourrait être un jour de libération.  À l’heure où la nébuleuse terroriste réapparait comme à chaque automne, ce jour d’anniversaire symbolique de l’avancement du Nouvel Ordre Mondial par la peur, pourrait être l’occasion pour le peuple d’enfin faire en sorte que cette « peur » change définitivement de camp…

Marc Gabriel Draghi

« Le pouvoir du marketing » dans les ressources sur le Covid-19 :

Vaccination des femmes enceintes et des enfants
Dossiers gratuits en cliquant sur l’image

Source : Géopolitique-profonde

300.000 soignants non vaccinés : Macron a perdu la guerre de la contrainte

Par : admin

Ce n’est pas la fin. Ce n’est même pas le commencement de la fin. Mais, c’est peut-être la fin du commencement.” Churchill à propos de la bataille de Stalingrad

Trois mille soignants sont suspendus en ce 16 septembre, dans un système de santé déjà exsangue depuis deux décennies au moins. Peu importe, puisque certains hôpitaux ou services n’hésitent pas à renvoyer des malades en chimiothérapie ou des parturientes pour absence de passe sanitaire, dont chacun a compris qu’il n’avait de sanitaire que le nom.  Et la suppression continue des lits depuis 2020 a démontré pour les plus naïfs que le but du pouvoir n’était pas de soigner (interdiction des traitements précoces efficaces, euthanasie déguisée au Rivotril dans les EHPAD etc..) mais bien de soumettre le peuple au contrôle numérique via la mise en condition par la vaccination et le pass de moins en moins sanitaire et de plus en plus totalitaire.

LE STALINGRAD DU POUVOIR

La médecine d’Hippocrate agonise, et la question est de savoir quand on va la mettre en réanimation et lui donner les traitements précoces efficaces … Mais est-ce une victoire du pouvoir ou bien un Stalingrad de Emmanuel Macron quand on sait qu’environ 300 000 soignants ont résisté au harcèlement, aux menaces, aux intimidations de leur hiérarchie, des ARS et de la sécurité sociale, et pire peut-être aux pleurs de leur famille, inquiète des conséquences en particulier financières d’un licenciement sans indemnité de chômage, ni aides sociales ni rien… « On va se retrouver à la rue ».

Comme l’explique clairement le Dr Eric Menat dans une interview coup de gueule du soir de cette Bérézina du pouvoir, un étranger qui arrive en France reçoit rapidement entre 1500 et 2000 euros, et il ne le remet pas en cause le moins du monde mais souhaiterait que l’aide-soignante qui gagne à tout casser 1500 euros par mois et n’a donc pas d’avance sur ses comptes, ne se retrouve pas SDF faute de salaire mais aussi interdiction d’autre travail et absence d’indemnité y compris de logement.

Comment accepter cette discrimination sordide entre citoyens ?

Eric Verhaeghe comme souvent nous remonte le moral dans sa tribune du 15 Septembre 2021 dans le courrier des Stratèges : « c’est démangeant d’établir une corrélation entre ce coup de pouce aux profits et les immenses besoins de financement de la campagne électorale qui s’ouvre, même si aujourd’hui aucun élément factuel sérieux ne permet d’étayer ce soupçon. Les communiqués officiels sur l’issue de cette bataille sont évidemment triomphalistes sous la plume du gouvernement. En réalité, Macron a perdu la première manche, et il le sait ».

« Cette campagne, portée par de très puissants intérêts industriels trouvent dans la Commission Européenne une écoute très attentive. Ces intérêts sont à la fois ceux des laboratoires pharmaceutiques, mais aussi ceux de l’industrie numérique et en particulier  sa branche spécialisée dans la surveillance numérique des populations, la reconnaissance faciale, la recherche des citoyens (tracking), l’identité numérique dont le passe dit sanitaire est le modèle »

Pour Eric Verhaeghe l’idée de la bulle du pouvoir renfermée sur elle-même, à cent lieues de la vraie vie des villes et des campagnes, est qu’elle a déjà gagnée.

A contrario les combattants pour la liberté du samedi sont convaincus qu’ils ont déjà perdu !  Ces analyses sont aussi fausses l’une que l’autre et nous partageons cet avis.

Comme nous avait averti Emmanuel Macron en mars 2020, il s’agit d’une guerre dont les racines sont déjà anciennes, (voir les nombreuses vidéos des défenseurs de l’eugénisme et de la société du tout numérique de Attali à Bill Gates en passant par Laurent Alexandre, par exemple).

L’actualité doit nous rassurer sur l’avenir

« Il n’y aura par conséquent aucune victoire-éclair, ni d’un côté ni de l’autre. Il y aura un long combat. Il faut s’y préparer. »

Les médias complices des adorateurs du Great reset ont réussi à réduire le débat (qui n’a jamais lieu) sur l’opportunité de la vaccination et du pass et à le réduire à une bataille rangée entre provax et les citoyens prudents qualifiés d’antivax.

« Dans la durée, l’enjeu mondialisé du passe sanitaire est bien la projection de l’Occident dans une logique de crédit social à la chinoise, et dans une numérisation de l’identité couplée au contact tracking et à la surveillance généralisée. L’Etat veut désormais tout savoir de vous, de vos amis, de vos lieux préférés, de votre emploi du temps, sans que vous n’en preniez ombrage. Votre servitude doit devenir un motif de fierté » nous explique Eric Verhaeghe.

Finalement les générations jeunes ou encore jeunes, nés après 1968, qui ont vécu en bisounours, dans la pensée unique sans grande conscience de ses dangers découvrent un monde inimaginable. Parfois les parents et grands-parents avaient évoqué la seconde guerre mondiale, et l’extermination des Juifs dont certains étaient restés en Allemagne lors de la montée du nazisme car ils ne pouvaient croire aux horreurs que d’autres, plus clairvoyants, pressentaient.

Ils découvrent comme le dit joliment Eric Verhaeghe.

« que la démocratie peut finir brutalement et se transformer en dystopie, lorsque sa conduite est abandonnée à une caste de petits marquis soudoyés par quelques grands possédants. La démocratie est comme une orchidée : elle est fragile, au fond, et demande une attention de tous les instants, quand on croyait qu’elle était immortelle. »

LA FORCE INTERIEURE INSOUPCONNEE EN NOUS 

Et là il nous explique la force intérieure que beaucoup auront découvert dans les nuits d’angoisse et d’hésitations et finalement « ont laissé leur volonté de liberté s’affirmer malgré la pression collective. Ils assument d’être mis au ban de la société pour rester eux-mêmes.

Cette force-là, ce n’est pas en temps de paix, en temps de bonheur, qu’on la découvre en soi. Et il faut ici remercier Macron d’avoir permis à des millions de Français de découvrir qu’ils pouvaient aller loin, très loin, dans les ressources intérieures, dans la souffrance, pour affirmer leur volonté et pour résister ». 

L’électrochoc du 12 juillet a produit un formidable réveil de la volonté et la volonté est ce qui a toujours sauvé et sauvera à nouveau l’Occident. Organiser la sécession pour se protéger de la Caste en commençant par une sécession psychique. »

LA TRAGEDIE ACTUELLE COUPLEE A LA RESISTANCE

La limite du supportable a-t-elle été atteinte ? Comme pour mon père, entré en résistance et le maquis lorsque les mesures de l’occupant avaient dépassé le supportable.

Partout, des soignants ont démissionné, parfois par centaines (on parle de 300 démissions au CHU de Strasbourg), avant d’être suspendus. 450 soignants seraient suspendus à Nice.

Les arrêts-maladie ont explosé partout avec de nombreuses fermetures de service, des urgences, itératives, intermittentes.

Partout, l’obligation vaccinale a clivé et traumatisé des équipes déjà fortement secouées par des mois de COVID et surtout de faux covid et d’interdiction de soigner, de prendre en charge des malades non-covid devant des lits obstinément vides.

Les soignants ont ensuite vu arriver les malades du vaccin, AVC, infarctus, embolies pulmonaires, thromboses etc. avec interdiction d’en parler à l’extérieur sous peine de sanction.  Ils ont été aux premières loges pour évaluer les conséquences morbides de ces faux vaccins qu’on leur impose, d’où les refus, les dépressions, les démissions, les suicides etc…

Quant aux résidences pour personnes âgées, qui vivent un vrai désastre, les familles ne tarderont pas à voir les effets ? Où est passé le respect de la personne humaine dans ces lieux qui n’étaient pas des prisons mais sont devenus des lieux d’enfermement pire que les prisons. Rappelons-nous à quel point les résidents sont contraints à l’injection dangereuse car refus signifie isolement dans la chambre, interdiction de visites et de vie commune etc.… les capos se révèlent vite dans ces périodes de guerre, comme les héros à l’opposé.  Dans les prisons, le refus est accepté car les détenus ne sont pas des cobayes le ministre de la justice l’a dit… Mais les vieux, pas de problème ?

Et chaque jour, le pouvoir en rajoute comme aujourd’hui ces mesures propres à la Nouvelle Calédonie

« Épouvante de l’obligation vaccinale covid en Nouvelle-Calédonie : les trisomiques, les obèses ou les personnes souffrant d’un cancer auront une amende de 175 000 francs (1470 euros) si non vaccinés ! Affreux et scabreux ! Notre combat n’est pas que politique, il est humain ! »[2]

Mais la résistance continue

Des centaines de personnes rassemblés devant l’ARS de #Montpellier, contre l’obligation vaccinale pour le personnel soignant. Ils avaient jusqu’à aujourd’hui pour avoir au moins une première dose du vaccin. Autrement, leur contrat de travail sera suspendu.

Des centaines de personnes rassemblés devant l’ARS de #Montpellier, contre l’obligation vaccinale pour le personnel soignant. Ils avaient jusqu’à aujourd’hui pour avoir au moins une première dose du vaccin. Autrement, leur contrat de travail sera suspendu. pic.twitter.com/awnRfzDmpA

— Maria Aït Ouariane (@Ait_maria) September 15, 2021
https://twitter.com/i/status/1438089713747955714
Et devant l’hôpital de Besançon.
https://twitter.com/i/status/1438148297059966979
Devant l’ARS DU VAUCLUSE à Avignon

🔴 Cet après-midi, environ 150 personnes se sont rassemblées devant les locaux de l’ARS Vaucluse à #Avignon. Soignants et pompiers se sont allongés sur le sol pour symboliser la mort de leur profession déjà fragile, comme abattue par l’obligation vaccinale pic.twitter.com/SHHwYw8Jun

— La Provence (@laprovence) September 15, 2021

Chaîne humaine autour du ministère de la Santé en soutien aux soignants soumis à l’obligation vaccinale.

Une action parmi les centaines d’actions en #France pour défendre la #Liberté de soins & #prescription et dénoncer la Dictature Sanitaire.

Aucun rationnel médical.

Poursuivons, le Droit, l’Humain sont de notre côté, les consciences se réveillent.

Nicole Delépine

[1] https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/15/pourquoi-macron-a-dores-et-deja-perdu-la-bataille-de-lobligation-vaccinale-pour-les-soignants/?

[2] Tweet de Florian Philippot

Source : Riposte Laïque

Vérité… je crie ton nom !!!

Par : admin

Introduction

Si nous sommes pris par les « élites » pour les « idiots » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Chers nouveaux lecteurs, permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au sujet du jour.

Les évènements que nous subissons et que nous allons encore subir sont annoncés sur ce blog, depuis 2012. Je n’utilise pas de boule de cristal, mais je collecte et recoupe énormément d’informations. Cela me permet d’extraire les plus pertinentes. Ce recul m’amène à formuler des anticipations cohérentes.

Accéder à une masse d’informations souvent payantes, les vérifier, les trier, prends beaucoup de temps. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit. Mon travail de lanceur d’alertes à un coût et donc un prix. J’offre gratuitement à un large public, un grand nombre de billets qui traitent de l’écume des choses. Pour m’aider à poursuivre ce travail, je ne demande pas de dons et n’ouvre pas de « cagnotte ».

Si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour affronter sereinement la période compliquée qui est devant nous, ce sera votre manière de m’aider concrètement à améliorer la qualité de mon travail.

Sujet du jour : il est temps de crier haut et fort les valeurs dont nous refusons l’effacement qui est largement en cours.

Coucou, c’est Madri. Bonjour les amis. « Patron Hubert » m’a demandé de vous lire d’écrire les deux dernières strophes du très beau poème de Paul ELUARD : « Liberté, j’écris ton nom ». Il m’a confié cette agréable mission de faire ce clin d’œil à l’inspiration du titre de son billet.

« Sur la santé revenue, sur le risque disparu, sur l’espoir sans souvenir : J’écris ton nom.

Et par le pouvoir d’un mot, je recommence ma vie. Je suis né pour te connaître, pour te nommer : Liberté ».

Voilà, j’ai apporté ma contribution à son billet et pour lui montrer à quel point je l’aime… je ne lui demande pas de droits d’auteur .

Merci, cher Madrilou , ta bonté à mon égard n’a d’égal que ton amour inconditionnel dont les lecteurs de ce blog profitent. Voilà pourquoi j’ai fait appel à toi aujourd’hui.

Comme je l’ai écrit dans mon billet du 9 courant :

« Nous vivons une époque autant unique que magnifique, celle de l’apocalypse. Je vous rappelle que ce mot, si souvent associé aux destructions massives et au chaos, vient du latin apocalypsis qui signifie « révélation ». Lui-même emprunté au grec ancien apokálupsis qui est » « l’action de découvrir », de « lever le voile ».

Évidemment, ce dévoilement va à l’encontre de l’intérêt des « tireurs de ficelles » que vous, chers «lecteurs éveillés » de ce blog, connaissez maintenant bien. Il en est de même de leurs marionnettes que sont les politiciens de tout bord. Ils « mangent tous dans la gamelle », plus ou moins, selon les alternances dites « démocratiques » !!!

Ces quelques exemples me permettent de lever un tout petit coin du voile :

  • La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) est « une autorité administrative indépendante (AAI) chargée d’une mission de service public : promouvoir la probité et l’exemplarité des responsables publics». Vaste programme, dites-vous ? Cessez immédiatement ce genre de pensées. « Votre attitude est une menace pour la démocratie » !!! Dans les 207 pages de son rapport 2020 l’HATVP demande :
    • À être dotée d’un pouvoir de sanction en cas de non-dépôt de déclaration,
    • Une redéfinition de la prise d’illégale d’intérêt,
    • Une clarification des critères d’identification des lobbies.

Tout cela tend à prouver que la transparence ne règne pas encore en maitre dans les déclarations des personnes assujetties. La différence est mince entre transparence et vérité.

  • Du « défunt » ordre des médecins au Conseil constitutionnel, y a-t-il un lien ? OUI bien sûr, il y en a un et même de taille, L’O PA CI TÉ. Démonstration : un rapport de 187 pages produit par la Cour des comptes en décembre 2019 fustige sévèrement « les chefs des toubibs», notamment pour leur gestion opaque avec des comptes « incomplets et insincères ». De plus, la cour enjoint l’ordre de « replacer la sécurité des patients au cœur de ses préoccupations », un comble, non ?

Pour ce qui est du Conseil constitutionnel, cramponnez-vous bien !!! Ses membres sont les champions en matière D’O PA CI TÉ. Les « Sages de la rue Montpensier » sont censés être les garants de « notre état de droit » puisqu’ils se prononcent sur la conformité à la constitution, des textes qui leur sont présentés. Je vous rappelle qu’ils ont récemment validé « l’ignominie » du « passeport vaccinal » (ce devrait être son nom réel), à l’aide d’habiles manipulations du droit pour des raisons avant tout, politiques !!! C’est de l’incroyablemais hélas vrai !!! Une partie de leur 13 000 euros nets mensuel de rémunération est… illégale !!!   . Vous avez dit opacité ? Vous êtes sûr ? Vous pensez même ajouter d’autres qualificatifs désobligeants ? J’en conclus que vous êtes de ceux qui « contestent l’ordre républicain ».

Les trois citations suivantes que j’employais conjointement le 12 janvier 2019 n’ont pas pris une ride :

Napoléon 1er : « Lorsqu’un gouvernement est dépendant des banquiers pour l’argent, ce sont ces derniers, et non les dirigeants du gouvernement qui contrôlent la situation, puisque la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit. L’argent n’a pas de patrie ; les financiers n’ont pas de patriotisme et n’ont pas de décence ; leur unique objectif est le gain ».

Mayer Amschel BAUER, fondateur de la dynastie ROTHSCHILD : « Donnez-moi le contrôle de la monnaie d’une nation et je me moque de qui fait ses lois ».

Son fils Nathan Meyer de ROTHSCHILD : « Je me fiche de savoir quelle marionnette est placée sur le trône d’Angleterre pour diriger l’empire sur lequel le soleil ne se couche jamais. L’homme qui contrôle la masse monétaire de la Grande-Bretagne contrôle l’Empire britannique et je contrôle la masse monétaire britannique ».

Vous avez aimé la crise sanitaire ? Vous allez adôôôôrer la crise financière qui est à notre porte. Celle-ci va faire beaucoup plus de morts et de ruinés que le Covid et tous ses variants (existants et à venir).

J’ai suffisamment crié de vérités pour aujourd’hui. Soyez curieux chers lecteurs. Plus nous serons nombreux à « lever le voile », plus vite nous retrouverons la sérénité nécessaire pour construire le merveilleux monde de demain.

« La croyance absurde dans l’autorité est le pire ennemi de la vérité »

(Albert Einstein)

Soyons lucides, il nous reste du chemin à faire. Restez confiant et observez bien les décisions des « Z’élites ». Elles sont clairement « en mode panique ». La peur n’est pas uniquement dans une partie du peuple.

« Plus l’effondrement d’un empire est proche, plus ses lois sont folles »
(
Cicéron)

Chers lecteurs, vacciné ou pas, résistants ou pas, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

https://serenite-patrimoniale.com/

Pourquoi Macron a d’ores et déjà perdu la bataille de l’obligation vaccinale pour les soignants

Par : admin

Le 12 juillet, à la faveur d’un improbable été pluvieux, Emmanuel Macron déclenchait la bataille de l’obligation vaccinale pour les soignants. L’histoire dira un jour quels ont été les tenants et aboutissants exacts de ce fabuleux cadeau aux laboratoires pharmaceutiques, renforcé par un passe sanitaire qui a tonné comme une mise sous contrainte de toute une population pour recevoir aveuglément l’injonction d’un produit sous autorisation conditionnelle. Mais enfin, c’est démangeant d’établir une corrélation entre ce coup de pouce aux profits et les immenses besoins de financement de la campagne électorale qui s’ouvre, même si aujourd’hui aucun élément factuel sérieux ne permet d’étayer ce soupçon. Les communiqués officiels sur l’issue de cette bataille sont évidemment triomphalistes sous la plume du gouvernement. En réalité, Macron a perdu la première manche, et il le sait.

Et voilà, nous sommes le 15 septembre, et le temps d’un premier bilan pour la bataille de l’obligation vaccinale lancée par Emmanuel Macron vient. Beaucoup de victimes de ce diktat sont encore dans un état de sidération et font régulièrement part de leur angoisse ou de leur conviction d’une résistance sans espoir face à l’évidente offensive internationale, commencée par la France, en faveur d’une vaccination. Nous avons commencé à expliquer (et c’est à suivre), les dessous de cette campagne, portée par de très puissants intérêts industriels qui trouvent dans la Commission Européenne une écoute très poreuse. Ces intérêts sont à la fois ceux des laboratoires pharmaceutiques, mais aussi ceux de l’industrie désormais spécialisée dans l’identité numérique

Deux mois après le lancement de cette campagne éclair par la caste mondialisée au pouvoir, quelle tendance globale pouvons-nous observer ? Je voudrais ici prendre le temps d’expliquer pour quelle raison, de mon point de vue, l’actualité doit nous rassurer sur l’avenir. 

La croyance naïve d’une victoire éclair de la caste

Nous l’avons exposé récemment, la caste vit dans une bulle dont la réalité n’est pas la même que la nôtre. Dans cette bulle-là, les Français sont des “veaux”, une sorte d’emballage de Babybel qu’on peut tourner dans les doigts pour lui donner la forme qu’on veut. Pourvu que les Français puissent prendre un pot en terrasse, tout leur irait, et toutes les libertés pourraient être abolies. Dans ce monde-là, les signaux faibles d’une opinion en colère ne comptent pas, et les craquements qui s’entendent de partout dans la structure architectonique de la maison France n’ont aucune importance. 

Forte de ces croyances naïves sur l’état d’une société, la caste a la conviction (comme l’état-major allemand en 1941 lorsqu’il a lancé l’opération Barbarossa) que l’obligation vaccinale serait une promenade de santé et que tous les Français finiraient bien, tôt ou tard, par s’y conformer. Certes, il y aurait des manifestations, des gens pas contents, mais, globalement, tout finirait par suivre et rentrer dans l’ordre. 

Les adversaires du passe sanitaire (ou en tout cas beaucoup d’entre eux) ont, d’une certaine façon, nourri une croyance assez proche. Dans leur esprit, la bataille durerait deux mois au maximum, et battre le pavé jusque-là chaque samedi devait suffire à faire reculer le gouvernement. D’où l’effet de désespoir qui tétanise de nombreux partisans des libertés, convaincus que, dans une démocratie libérale, un gouvernement ne peut pas se comporter comme ça. 

Et d’où leur sentiment d’avoir déjà perdu la guerre et de ne rien pouvoir face au coup de force contre la démocratie mené par la caste mondialisée

De notre point de vue, la réalité est très différente. Nous essayons de l’argumenter et de le documenter depuis plusieurs mois : la caste mondialisée s’est organisée depuis quelques années pour changer le cours de l’histoire en imposant unilatéralement un nouveau modèle de société où l’humanité sera dégradée au profit de la “nature”. Je renvoie sur ce point à mon livre sur le Great Reset. La bataille qui a commencé le 12 juillet n’est donc qu’un épisode dans une longue guerre qu’il va nous falloir mener avec nos armes face à un ennemi moins nombreux, mais beaucoup mieux équipé, et beaucoup plus structuré. 

Il n’y aura par conséquent aucune victoire-éclair, ni d’un coté ni de l’autre. Il y aura un long combat. Il faut s’y préparer. 

Le Great Reset et la dilution de l’Occident dans un grand tout mondialisé et désincarné

Poussée en cela par la presse subventionnée, l’opinion française a essentiellement réduit la question du vaccin et du passe sanitaire à un comportement de mauvais coucheurs “antivax” qui feraient preuve d’irresponsabilité en menaçant la vie des vaccinés. Cette fixation sur une logique de bouc-émissaire a permis d’occulter l’essentiel de la visée politique portée par le passe sanitaire : la mise en place d’un crédit social, où les citoyens les plus obéissants sont récompensés (le droit d’aller au restaurant, au concert, etc.), et où les dissidents sont dégradés (obstacles multiples pour être soignés, sociabilisés, etc.). Ce faisant, le gouvernement est parvenu à faire croire aux amis du passe sanitaire que devoir décliner son identité pour prendre un café était une récompense réservée aux bons élèves, alors qu’il s’agit d’une ahurissante bascule dans la surveillance de masse. 

Dans la durée, l’enjeu mondialisé du passe sanitaire est bien la projection de l’Occident dans une logique de crédit social à la chinoise, et dans une numérisation de l’identité couplée au contact tracking et à la surveillance généralisée. L’Etat veut désormais tout savoir de vous, de vos amis, de vos lieux préférés, de votre emploi du temps, sans que vous n’en preniez ombrage. Votre servitude doit devenir un motif de fierté. 

L’instrumentalisation de l’épidémie pour convaincre une bonne moitié de la société française que le passe sanitaire est un outil de liberté constitue, de ce point de vue et de la part d’Emmanuel Macron, un coup de maître. Le spectacle des bien pensants au sens large (on y mettra pêle-mêle Pascal Praud, Michel Onfray, et une quantité d’autres qui se laissent distraire par l’écran de fumée du vaccin) convaincus d’être très intelligents en plaidant en faveur de leur mise sous surveillance est de ce point de vue jubilatoire et d’une ironie absolue. 

Mais le programme du Great Reset ne s’arrête pas là. Nous avons déjà insisté sur l’importance du Big Government et sur le remplacement des Etats-Nations par des ensembles multilatéraux calqués sur l’Union Européenne. Mais la principale phase du Great Reset, son stade ultime, sera la révolution “écologique” où l’humanisme ne sera qu’un vieux souvenir, où l’humanité sera considérée comme un stade primitif dans un nouvel ordre naturel où la technologie permettra le dépassement de l’homme.

Autrement dit, le vieux noyau occidental qui conduit le monde depuis des siècles sera définitivement dilué, après des décennies de sape menée par George Soros et ses sbires de Black Lives Matter et autres mouvements racialistes. 

Grâce à Macron, le réveil de la volonté individuelle

Après des décennies de consumérisme aveugle, où le confort valait religion dans une sorte d’insouciance éternelle savamment cultivée comme l’a très bien montré Philippe Muray (aujourd’hui lâchement trahi par certains ou certaines de ses disciples), le réveil est douloureux. Bercés par la propagande unioniste selon laquelle l’Europe garantissait la paix et la victoire ultime des bisounours, beaucoup découvrent que la démocratie peut finir brutalement et se transformer en dystopie, lorsque sa conduite est abandonnée à une caste de petits marquis soudoyés par quelques grands possédants. Et beaucoup comprennent que la démocratie est comme une orchidée : elle est fragile, au fond, et demande une attention de tous les instants, quand on croyait qu’elle était immortelle. 

De ce point de vue, le discours du 12 juillet par Emmanuel Macron a constitué un premier et formidable révélateur. Si une majorité de Français l’a avalé dans le contentement, ou parfois dans la peur et le tremblement, il a pour un grand nombre de Français constitué un signal majeur. L’heure du réveil a sonné, particulièrement pour une masse colossale d’agents hospitaliers, d’aide-soignant(e)s, d’infirmiers ou d’infirmières qui ont dû choisir entre conserver leur emploi ou subir une injection dont ils ou elles ne voulaient pas. 

Pour tous ceux-là, le discours de Macron a constitué une ordalie, comme l’épreuve du feu dans le droit germanique au Moyen-Âge. Certains ont parfois, la mort dans l’âme, et pour des raisons que l’on peut comprendre, choisi d’être vaccinés. Mais leur amertume durera, et la caste le paiera cher tôt ou tard. D’autres, souvent après des nuits d’angoisse et d’incertitudes, après des tourments qu’ils n’imaginaient pas, ont laissé leur volonté de liberté s’affirmer malgré la pression collective. Ils assument d’être mis au ban de la société pour rester eux-mêmes.

Cette force-là, ce n’est pas en temps de paix, en temps de bonheur, qu’on la découvre en soi. Et il faut ici remercier Macron d’avoir permis à des millions de Français de découvrir qu’ils pouvaient aller loin, très loin, dans les ressources intérieures, dans la souffrance,  pour affirmer leur volonté et pour résister. 

Comment le Great Reset réveille la liberté

Ce 15 septembre au soir, nous subirons très probablement la propagande officielle, délivrée industriellement par des medias subventionnés (et détenus par les marionnettistes qui meuvent la classe politique), selon laquelle la mise en place de l’obligation vaccinale constitue une grande victoire des colonnes macroniennes. La réalité profonde est toute autre. 

D’abord parce que la saignée imposée dans les hôpitaux et dans la médecine de ville est terrible, même si elle sera de-ci de-là longue à montrer ses effets. Partout, des soignants ont démissionné, parfois par centaines (on parle de 300 démissions au CHU de Strasbourg), avant d’être suspendus. Les arrêts-maladie ont explosé. Les suspensions vont couronner cette situation de fragilité dangereuse. Partout, l’obligation vaccinale a clivé et traumatisé des équipes déjà fortement secouées par des mois de COVID. Et que dire des résidences pour personnes âgées, qui vivent un vrai désastre dont les familles ne tarderont pas à voir les effets ?

Ceux qui ont déclenché cette bataille méprisent le bien commun et prendront leur mépris en boomerang dans les mois qui viennent, lorsque les vaccinés seront à la recherche d’un médecin, d’un service hospitalier, capable de leur injecter leur quatrième dose, ou capable de soigner en urgence la thrombose créée par le vaccin, et qu’ils trouveront devant eux un système sanitaire dévasté par la folie macronienne. 

Surtout, l’électrochoc du 12 juillet a produit un formidable réveil de la volonté  – et la volonté est ce qui a toujours sauvé et sauvera à nouveau l’Occident. 

Organiser la sécession pour se protéger de la caste

Beaucoup (qui ignoraient que l’Histoire est tragique) me répondront que la meilleure volonté du monde ne peut rien contre un rouleau compresseur aussi puissant que le projet de Great Reset qui se met en place. C’est assez vrai, mais nous disposons en réalité d’une arme extrêmement puissante et destructrice pour contrer les visées de la caste. Il s’agit de la sécession, forme suprême de la désobéissance civile qu’il convient désormais de décliner sous toutes ses formes. 

Je vous propose que nous mettions les jours à venir au service de cette déclinaison, que nous pourrions partager collectivement. L’urgence est en réalité de procéder à une sécession psychique. Je vous expliquerai demain comment la pratiquer. 

Source : Le Courrier des Stratèges

Lire également : Stalingrad de Macron : seulement 1% des soignants non-vaccinés suspendu…

Statistiques officielles, “oublis” : la Drees a-t-elle reconnu son erreur ? “Décoder l’éco” debriefe

Par : admin

Le statisticien et animateur de la chaîne “Décoder l’éco” revient pour XXX FS

Les prétendus “complotistes” avaient-ils raison ? Une fois n’est pas coutume, suite à une analyse de Patrice Gibertie au coeur de l’été, le désormais bien connu de nos lecteurs Pierre, de “Décoder l’éco“, s’était installé en verificateur de sa déclaration. En effet, Patrice Gibertie avait écrit que la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé, oubliait 50% des décès dans son analyse qui a servi de base à la justification d’un message sur l’efficacité vaccinale.

Tout l’été, nous avons entendu que les cas covid dans les hôpitaux étaient principalement des non-vaccinés. Pierre s’est intéressé en statisticien à la validité des déclarations de Patrice Gibertie… pour les confirmer !

Il y a quelques jours, la DREES s’est fendue d’un addendum donnant raison au travail de “Décoder l’eco”. Il manquait bien 900 décès dans l’analyse, ce qui entraîne une inversion du message que 85% des hospitalisés étaient des non-vaccinés. Une correction qui fait un peu tache pour l’organisme se présentant comme “l’expertise statistique publique en santé et en social”.

Cette erreur a été justifiée par la DREES : cependant l’explication n’est pas convaincante pour le statisticien : il nous explique pourquoi en détail dans ce debriefing.closevolume_off

La DREES devra se fendre d’analyses supplémentaires pour fournir une analyse compléte de l’effet de la vaccination. Les données sont là, et cela ne prendrait que quelques semaines pour une bonne équipe.

Les conséquences de cette erreur sont complexes à analyser, mais sans doute importantes : elles peuvent par exemple avoir affecté le consentement libre et éclairé des personnes qui auront été se faire vacciner sur la base de la déclaration du ministre.

Il devient critique pour les médias de questionner les chiffres et communiqués de presse du ministre : le diable est vraiment dans le détail et c’est la précision, l’intelligence collective et le travail de citoyens qui tentent de rebâtir une confiance. Comme le dit Pierre, “c’est facile de vérifier, faites-le” !

Un debriefing proposé en partenariat avec BonSens.org :

Voir la vidéo ICI

Auteur(s): FranceSoir

Le triste scoop du jour : épuisé, l’avocat Fabrice Di Vizio renonce

Par : admin

Un triste scoop : l’avocat Fabrice di Vizio renonce en ce jour symbolique de l’obligation vaccinale des soignants qui va achever le système de santé, déjà en déficit chronique de personnel bien avant la crise du Covid.

Sa vidéo du 14 Septembre sur VA +

Tout d’abord saluons son énergie, son dévouement sans limites au cours de ces longs mois de mascarade et de désastre sanitaire.

On peut imaginer que sa décision de stopper tout combat n’arrive pas sans causes profondes qu’il explique largement dans cette belle et longue vidéo que je conseille de regarder plutôt que les habituels tweets infondés et commentaires inadaptés.

Nous extrayons quelques phrases de cet échange qui ne remplacera pas l’écoute complète de son interview mais qui, j’espère, vous en donnera l’envie.

Père et chrétien, il se demande si on mesure ce qui se passe dans ce pays. Le pass sanitaire n’est pas sanitaire. Personne ne s’en cache et traduit les restrictions des libertés publiques au nom de l’Etat. Il nous explique qu’il est avocat et n’a pas vocation à faire de la politique, ni à être chef de guerre. Ce combat coute cher, entraine beaucoup de lassitude. Il subit des attaques de toutes parts, et n’est pas préparé à cela.

On va entrer dans une lutte des classes

Il choisit de pointer du doigt qu’on a changé l’Etat de droit, en un mois. Enfants pénalisés, ils ne pourront plus se payer le pass sanitaire, ne pourront pas payer ces tests et donc se feront vacciner.  Et on ne peut pas en parler, en débattre. On n’a plus le droit de réfléchir, ni de parler. On vous pourrit la vie.

Des gens renoncent aux soins. On induit une société de discrimination, il n’en veut pas. Il ne veut pas de cette société où il se balade avec des gardes du corps et ses enfants aussi. C’est insupportable.

A propos du Pape : Le pape parle sans savoir. L’église a renoncé d’emblée.

L’église est responsable d’une force de désespérance, seul péché qui ne soit pas pardonné (Saint paul).

A propos des délires de tweeter et des journalistes, ça suffit

Une collaboratrice, à la suite d’une scène tellement violente à l’aéroport, s’est fait vaccinée. Alors oui cela l’a mis en colère, non pas qu’elle se vaccine mais qu’elle le fasse sous la contrainte et je l’ai dit.

Un tweet suffit à enflammer la toile et un journal reprend.  Comment vivre dans ce monde-là ?

« Je ne suis pas préparé à cela. Je n’ai pas vocation à prendre des coups dans la g. toute la journée   je refuse de vivre dans un monde de caricature ». Oui, ils auront sa démission ou sa radiation évidemment, mais il va partir avant.

A la suite de l’épisode Buzyn

J’ai fait ce que j’avais à faire. Le parisien a dit que j’étais mis en examen par la cour de justice de la république ! ils disent n’importe quoi et ne vérifient rien. Ce sont les ministres qui peuvent être mis en examen par la CJR !   Grotesque.  De fait, il précise n’avoir commis qu’un seul crime, celui de proposer aux citoyenx de porter plainte.

Comment ressent-il les attaques de la presse : il n’est pas préparé à cette violence majeure de la société :

On l’accuse dans la presse ou sur tweeter d’être un escroc avec ses plaintes à 2 €.

Or il a créé une association qui assure des permanences juridiques gratuites pendant les manifestations et répond à 500 mails par jour, a recruté des juristes à temps plein et n’a pas voulu faire payer des cotisations.  On a encaissé en tout à l’association douze mille euros, soit un mois de salaire des juristes de l’association qui a 4 mois d’existence.

« On me reproche d’avoir saisi le tribunal. Pour ne pas devenir fou, il faut partir ! »

Leur seule volonté est de nous faire devenir fou.  Je suis rationnel et accepte l’idée du débat, mais ce débat est interdit. Les plaintes de l’association coutaient deux euros. Certains docteurs ont touché 750 EUROS de l’heure pour injecter les vaccins. Une consultation de 4 mn   pour recueillir un « consentement éclairé, et dont personne ne parle sauf le canard enchainé. La presse ne s’y intéresse pas.   Les PCR se seront pas remboursés parce qu’inutiles et les plus pauvres ne pourront pas se les offrir et se feront vacciner.

En 2020, il a emprunté 100 000 EUROS et on le présente comme qq de vénal : incroyable !

Il est un homme de débat, mais on n’est plus dans la rhétorique, il a découvert ce qu’est la méchanceté.   Il ne revendique rien, « arrêtez de m’applaudir ». Cette communauté hyène se déchire. Vous n’avez plus le droit d’avoir une opinion : « je ne suis pas fait pour vivre dans un monde d’animaux ».

Pass sanitaire et contraintes à dimension variable selon les milieux

Il est contre le pass sanitaire et en tire toutes les conséquences, ne va plus au restaurant. Oui, il ne triche pas.

Vie de paria ? Une vie sociale limitée, cela ne le dérange pas, mais ce qui lui fait mal, c’est une société avec la vie déjà à deux vitesses, comme pendant le confinement et les restaurants clandestins. Il n’est pas un révolutionnaire, mais n’accepte pas que la vaccination donne un privilège aux vaccinés alors qu’elle ne protège ni de la contamination, ni des formes graves.

La société parallèle existe déjà, société des pass et société des pass droits

Tout cela est un écran de fumée et la propagande a marché qui finalement s’attaque à autre chose ; l’industrie impose des champs lexicaux qui sont les mêmes dans les pays et mêmes attitudes. Et personne ne s’intéresse à Mac Kinsey et à ses deux millions d’euros par mois payés par nos impôts pour nous imposer cette communication :  « on assiste à une « coupe de monde » de l’industrie pharmaceutique ».

Où est l’opposition politique ?

Il ne s’attendait pas à cela :   le but est de faire taire ceux qui dérangent la bonne conscience du monde, des confrères ont écrit qu’il occupe l’espace public !!

De la mise en examen de Mme Buzyn on retient qu’il a porté les plaintes.   La presse s’enfonce et creuse sa propre tombe. Elle  espère sa mort,   ses enfants sont sous protection,   sa maison est un bunker. Il dit être menacé et certains prétendent qu’il est mytho mais les docteurs qui seraient menacés ne le seraient pas.
De l’autre côté colère froide calculée, en Italie ils ont réussi à faire taire un docteur qui avait trouvé un traitement efficace, il s’est suicidé.

Etat de la France : hypnose, hallucination collective

Attention réveiller les gens sous hypnose sera difficile et probablement violent

MISE EN EXAMEN D’AGNES BUZYN

Il craint qu’elle ne soit que le bouc émissaire. Le droit des citoyens est de porter plainte et celui d’Agnès Buzyn de se défendre.

La Cour a préalablement rejeté toutes les plaintes de mise en danger de la vie d’autrui et A.B. a cependant été mise en examen sous ce chef d’accusation. Pourquoi ?  La Cour de cassation cassera car ce chef d’accusation ne tient pas si, comme elle l’a dit il y a longtemps, elle a averti le gouvernement dès janvier.

Pourquoi ne s’est-elle pas présentée le 18 juillet ? Pourquoi E Philippe et Veran ne sont-ils pas là ?  Est-elle le dindon de l’histoire ?

L ETAT DE DROIT EST MORT :  on a confiné sous la pression on a changé de civilisation en un an

Est-ce que la vaccination ne mérite pas une enquête pénale  et idem pour le pass   et les liens entre mac Kinsey et E.Macron ?

Il faut des idiots utiles et Agnes Buzyn en est une.  Son avenir politique est nul et donc on peut l’utiliser. Agnes B est la faible de service.  Parallélisme avec les attaques contre di Vizio ?  On a l’impression d’un vent de panique.

Théâtre ? il ne sait pas.

Les fameuses 14000 plaintes

Lui sont reprochées mais pas celles de Bruno Gaccio qui a fait un site pour plaintes en début de crise. Le seul droit qui vous reste est pourtant d’exercer votre droit devant les juges.

Une VIOLENCE INTRINSEQUE

présente des deux côtes, vaccinés ou non vaccinés.  Qui est le gardien de la violence légitime ? la justice préfère les plaintes aux rixes. Les jeunes, les salaries vaccinés par extorsion d’un consentement non éclairé ont le ressentiment qu’on va payer cher !!

Les agences font de la politique et les politiques du sanitaire

 Il explique qu’à la suite de l’affaire du sang contaminé, on a voulu créer des agences indépendantes de l’état. Mais de fait les politiques se défaussent sur les agences mais réunissent des conseils de défense secrets.

On avait oublié que si les agences sont indépendantes, il est plus facile pour l’industrie pharmaceutique de les infiltrer.  L’industrie a infiltré les agences

On a dit que la nicotine protège du covid : tous ceux qui ont dit cela sont tous en rapport avec l’industrie du tabac. Un ancien président de l’EMA a dit qu’il est génial de vivre en Europe car le politique ne contrôle pas l’EMA. L’EMA est financée par les labos qui fabriquent les molécules.

L’INDUSTRIE PHARMACEUTIQUE A PRIS LE POUVOIR : propagande monstrueuse !

Le rôle de mac kinsey consiste à organiser les campagnes de communication par des  messages simplistes en boucle. Le pass sanitaire, idée géniale, ne freine pas l’épidémie mais sert à vous contraindre !

Le pass ne sert à rien puisque le vaccin ne protège pas de la contamination mais le green pass en Italie :  une dose suffit

Il n’y a plus rien à faire selon maitre Di Vizio. L’avocat ne voit plus comment avancer avec ses armes juridiques d’où son retrait.

Il évoque les conséquences avec quelques exemples

Dans l’Hôpital de Montbéliard,  on supprime des opérations ; des sociétés d’ambulance n’ont plus de personnel, même le Pr Juvin provax ne peut pas se passer des personnels réfractaires

 LE BUT :  satisfaire une partie du peuple  

Intérêt économique : on a écoulé des vaccins, Le cours de l’action a explosé

Et si Karine Lacombe dit   « qu’ils changent de métier », et bien elle ira faire la toilette aux personnes âgées, ira prendre en charge les malades, faire l’anesthésie. Que va-t-il se passer ?

Quand on va se réveiller cela va faire mal….

Fabrice Di Vizio va partir de France et de sa profession à très court terme car il refuse de faire une profession réglementée comme les médecins et avocats et appartenir à un ordre qui a trop démérité

Il est à bout de nerfs, dans cette société violente, ne veut pas exposer sa famille à cela.

L’urgence est à former des gens comme on ne peut plus soigner, ni défendre  

On a laissé les gens chez eux sans soins : c’est la guerre ! Le taux de décès à domicile a explosé, comment certains médecins ont-ils pu accepter de refuser de recevoir un patient ? Ne serait-ce que pour le rassurer au minimum.

Les avocats ont laissé des gens en prison sans juge.

URGENCE A OUVRIR DES ECOLES, FORMER NOS ENFANTS A L’ESPRIT CRITIQUE

Alexis de Tocqueville a dit « l’état c’est la dictature du bonheur » : nous vivons dans un monde qui fait peur mais même cela n’a plus le droit de le dire.

Beaucoup de soignants ont l’illusion de vivre dans un monde d’avant, mais quand on se soumet dans un monde qui n’a pas de sens…. La Vaccination extorquée, c’est un viol. Il ne se soumet pas et refuse d’être violé par qui que ce soit.

Son crédo :  La vérité rend libre   C’est aussi son Engagement de chrétien et là, on est dans un mensonge éhonté.   « Pourquoi une personne comme moi sans aucune aspiration politique fait aussi peur ? L’avenir le dira »

AINSI VOICI DES EXTRAITS DE SA VIDEO

Merci à Maitre Di Vizio et à son équipe.  Il a beaucoup donné.

Et aussi à Eric Zemmour autre combattant forcé de prendre du recul, car tel est le bon plaisir du monarque qui nous gouverne et de tous ses suppôts complices et soumis

Et à tous ceux qu’on tente de faire taire et dont la liberté d’expression est menacée.
Nicole Delépine

Source : Riposte Laïque

La musique comme moyen efficace de lutter contre la dépression

Par : admin

De nos jours, la dépression touche de plus en plus d’individus petits et grands aussi bien en France que dans le reste du monde. Il ne faut surtout pas prendre à la légère, ce mal être qui touche de nombreuses personnes. Certaines des personnes en état dépressif le sont à cause de leur travail tandis que d’autres le sont à cause d’un divorce, etc. Les raisons pouvant conduire à un état dépressif sont nombreux. Pour aider les personnes dépressives à se sentir mieux, des recherches scientifiques sont réalisées continuellement mais un accent particulier est mis sur les méthodes dites naturelles et par conséquent plus douces. La musique est à ce jour considérée comme un moyen efficace de lutter contre la dépression.

Pour être un moyen efficace de lutte contre la dépression, la musique fait aujourd’hui l’objet de différentes études. Selon une étude sérieuse, les personnes en mal être ayant bénéficié d’une thérapie à base de musique aurait très rapidement retrouvé goût à la vie. Il semblerait que la musique ait un effet positif sur le cerveau humain car certaines mélodies musicales seraient à l’origine de nombreuses émotions et sentiments positifs sur la personne qui les écouteraient.

Avec la musique, pas besoin de parler pour ressentir un certain bien être. Car la musique quand elle est douce, permet à la personne qui l’écoute de se détendre assez rapidement pour ne plus penser aux problèmes qui la préoccupent. En ayant recourt régulièrement à la musique douce comme moyen de lutter contre la dépression, il a été prouvé que les personnes en proie au mal être se sentiraient beaucoup mieux au point de ne plus souffrir de dépression.

Vous avez sans doute remarqué l’effet qu’a la musique sur votre humeur. Quand la musique est douce elle réussit très souvent à vous détendre et vous donne d’avoir une humeur plus joyeuse.

En conclusion, nous pouvons affirmer que la musique est un véritable moyen de lutter contre la dépression. En regardant un film par exemple, il vous arrive de changer d’humeur à l’écoute de la mélodie jouée dans une scène ou dans une autre. Il es donc conseillé aux personnes dépressives d’écouter régulièrement de la musique douce pour lutter efficacement contre le mal être qui les envahit. Retenez donc que la musique a le pouvoir d’influencer positivement ou négativement l’humeur de l’être humain. A vous de découvrir le type de musique ayant sur vous un effet positif.

Source : https://www.aaeps.fr/musique-et-depression/

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Portugal : le juge Rui Fonseca e Castro met au pas les policiers qui verbalisent pour non port du masque

Par : admin

Voici une leçon de courage et de détermination du Juge Ruiz (Portugal) qui met au pas les policiers qui verbalisent pour le non port du masque.

Il s’agit du juge qui a déposé plainte contre le gouvernement portugais pour crimes contre l’humanité.

Sur #Telegram | https://t.co/VBytHnyQ4J
"Voici une leçon de courage et de détermination du Juge Ruiz (Portugal) qui met au pas les policiers qui verbalisent pour le non-port du masque. Il s'agit du juge qui a déposé plainte contre le gvt portugais pour crimes contre l'humanité." pic.twitter.com/HJpiL1GNJh

😎 Jean Pierre 🇫🇷 | 🕊 🤍 🏳 | 🛡 ⚔ ⚖ (@jeanpierre_fr) September 10, 2021

Source : Sott.net

Comment on tue les patients dans les hôpitaux… Tweets…

Par : admin

Par Cogiito – 15 septembre 2021

Glaçant ce témoignage d’une infirmière ! pic.twitter.com/qVKX1tnUir

— minimoog (@minimoog18) September 14, 2021

Eh oui voilà ce qui se passe aux Antilles. Que les crédules continuent à croire la parole d'évangile covidiste bfmtvienne… pic.twitter.com/JniUd4lS4o

— Michael Angelo (@mitch97200) September 14, 2021
Source : Cogiito

Modus operandi : suspension/interdiction d’exercer

Par : admin

je vous adresse cette vidéo d’un avocat de Montpellier saisi par différents collectifs de soignants et aussi du collectif gendarmes libres.


Dans cette vidéo il donne des explications sur les différentes actions juridiques et également des conseils pour que les salariés ou fonctionnaires concernés ne se précipitent pas dans l’affolement et ne prennent pas des décisions hâtives qui leur seraient préjudiciables.


Il dit fournir en outre une liste d’avocats résistants dans les différents départements et adjoindre dans les annexes à la vidéo les textes et sources applicables dans chaque cas. Elles ne figurent pas sur mon écran mais je ne suis pas connecté à YT c’est peut-être pour cela, vous y accèderez sûrement sans problème.


Je pense que ça peut aider les membres représentants des personnels civils comme militaires.


NB : Quelque chose me chagrine dans cette intervention c’est lorsqu’il évoque le décret de début août sur l’obligation vaccinale des différentes catégories professionnelles. Il a l’air de le tenir pour acquis alors qu’il y a encore quelques jours le sénat reconnaissait que le décret n’était toujours pas publié, si bien que les employeurs qui imposent la contrainte vaccinale s’appuient pour l’instant sur du vent et engagent donc leur responsabilité pénale. Il faudra donc vérifier si à la date d’aujourd’hui le décret est enfin publié.

David GUYON 13,1 k abonnés Le 15 septembre 2021 la deuxième phase de la mise en œuvre de l’obligation vaccinale sera actée. Pour continuer de travailler il faudra : – Une dose de vaccin ; – Un certificat de rétablissement ; – Un certificat de contre-indication ; Je reviens ici sur les actions engagées par le cabinet. Remercions les collectifs, justicesoignant34, Liberté13, Gendarmes Libres et Association des Victimes du Covid-19. Retrouvez leur site https://association-victimes-coronavi… L’avis de la HAS du 4 aout 2021 évoquant une contre indication médicale temporaire notamment en tenant compte de l’état clinique du patient https://www.has-sante.fr/upload/docs/… Egalement, j’évoque les possibilités de contourner la vaccination obligatoire de manière légale. Le jour de la suspension je vous explique toutes les mesures à prendre pour rapidement contester cette décision. Les requêtes sont prêtes à être individualisées et engagées. Retrouvez sur mon site les notes juridiques en libre accès pour vous réapproprier le droit : https://www.guyon-avocat.fr/clicknreq… Retrouver une liste de confrère engagés dans la défense des libertés fondamentales conformément au réseau en cours de constitution : Henri de Beauregard, paris Jean Paillot, Strasbourg Benoît Nicolardot, Lyon François Souchon, chartres Paul Yon, Paris François Besson, Paris Xavier du Chazaud, Paris Loïc Lerate, Paris Floriane Hée, Paris Benoît Sevilla, Paris Benoît de Lapasse, Paris Grégoire Belmont, Paris Capucine Augustin, Paris Arthur de Dieuleveult Paris Santiago Muzio de Place, Lyon Tarek Koraitem, Versailles, Jérôme Triomphe, Paris Nancy RISACHER, Epinal Alexandra Soulier, Montpellier Régis Senet, Moulins, Dominique Damo, Aulnay sous-bois, Christine HILAIRE, Alençon Hervé-Sébastien BUTRUILLE, Poitiers Pour une réponse individualisée, n’hésitez pas à prendre un rendez-vous directement en ligne https://consultation.avocat.fr/avocat… Suivez moi sur : Facebook : https://www.facebook.com/david.guyon.376 LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/david-guy… Twitter : https://twitter.com/DavidGuyon3 Instagram : https://www.instagram.com/guyon_avoca… Mon site web : https://www.guyon-avocat.fr/

Source : Youtube

[Roose] Les soignants non-vaccinés, coupables idéaux de la destruction organisée de l’hôpital public ?

Par : admin

Le 15 septembre, les soignants non-vaccinés par crainte des effets indésirables ne pourront plus travailler, provoquant d’inquiétantes pénuries dans les hôpitaux. L’exécutif a trouvé le coupable idéal à l’accélération de la destruction de l’hôpital public, analyse notre chroniqueur Grégory Roose.

Les soignants non-vaccinés le 15 septembre pourraient être licenciés. (illustration). Photo ©UGO AMEZ/SIPA

Au pays de la liberté de conscience, la vaccination obligatoire de tous les soignants est vécue par les intéressés comme un dernier coup de poignard dans le dos des héros de la première vague. Souvenez-vous de ces infirmières, médecins, brancardiers, personnels d’EHPAD qui ont combattu en première ligne contre un virus inconnu, prenant des risques pour leur santé et celle de leur famille. Combien d’entre eux, d’abord applaudis par des confinés, sont aujourd’hui conspués par des cons finis ? D’aucuns osent, sans peur du ridicule, dénoncer le prétendu égoïsme de ceux qui consacrent leur vie à soigner celle des autres, arguant qu’ils doivent se faire vacciner pour les protéger. Ineptie. Jamais, dans l’histoire de l’Humanité, un vaccin n’avait été inoculé de force à un groupe d’individus pour protéger la vie des autres, potentiellement aux dépens des vaccinés. La balance bénéfice risque de la vaccination contre le Covid, très excédentaire pour les personnes âgées et/ou présentant des facteurs de comorbidités, s’inverse diamétralement pour les plus jeunes, en pleine santé, pour qui le vaccin est davantage une menace potentiellement mortelle qu’un moyen de protection contre un virus inopérant sur eux. En France, on ne compte plus les témoignages de jeunes personnes atteintes, parfois mortellement, de thromboses veineuses quelques jours après l’injection d’une dose de vaccin contre le Covid-19. Mais aucune étude officielle n’est disponible sur un problème de santé publique potentiellement explosif pour l’exécutif. Pour être confronté à…

Lire la suite : Valeurs actuelles

Le Dr Anthony Fauci ne se fera pas vacciner !

Par : admin

On comprend mieux pourquoi dans ses séances propagandistes de vaccination il ne se souvenait plus dans quel bras il avait reçu la première injection.

Le Dr Anthony Fauci, le promoteur des “Vaccins” anti-Covid, ne se fera pas vacciner car il sait que leurs “Venins Diaboliques” sont dangereux !

Dr. Fauci : “Heck, No, I Haven’t Be Vaccinated” (Non, je n’ai pas été vacciné !)

Le principal colporteur du vaccin Covid-19 de l’État Profond, le Dr Anthony Fauci, s’est vanté auprès de ses collègues du NIH qu’il n’a pas pris et ne prendra pas le vaccin Covid, a déclaré un ancien employé du NIH qui affirme que Fauci l’a personnellement licencié en juin pour avoir “violé ou envisagé de violer des accords de non-divulgation” concernant les protocoles de vaccination. 
Notre source, qui souhaite rester anonyme pour l’instant, a déclaré à Michael Baxter  qu’il avait été licencié à tort – de manière injustifiée parce qu’il n’a jamais signé de document de non-divulgation sur les politiques de l’Institut concernant le Covid-19. Et la raison pour laquelle il n’a jamais signé ledit document est qu’il avait travaillé pour la Division du SIDA du NIH, qui était largement exclue des réunions de réponse à la pandémie de Covid-19 et du développement de vaccins. 
Pour faciliter la lecture, Michael Baxter  se référera à notre source comme Brian Stowers. Michael Baxter a vérifié la formation et l’historique d’emploi de Stowers, et nous n’avons trouvé aucune raison de croire qu’il avait une vendetta contre Fauci ou qu’il s’engagerait dans la tromperie ; ses références semblent irréprochables. En tant que technicien de laboratoire de niveau 2, sa tâche principale au NIH consistait à faire passer du sang dans une centrifugeuse et à transmettre les résultats à ses supérieurs. Rien de bien excitant. 
Bien qu’il n’ait pas été exposé aux données de Covid-19, il avait été exposé à l’arrogance et à la présence dominante du Dr Anthony Fauci. 
“Au moins une fois par semaine, Fauci faisait la tournée des départements. Il aimait mettre son nez dans les affaires de chacun, rabaisser et ridiculiser les gens sans raison valable. Quoi qu’il en soit, le 15 février 2021, environ deux mois après que la FDA a donné une autorisation d’utilisation d’urgence au vaccin de Pfizer, Fauci entre dans notre département et nous dit que nous devrions encourager nos amis et notre famille à se faire vacciner le plus tôt possible. Mais il nous dit à nous, les employés du laboratoire – ils étaient environ 9 à ce moment-là – de retarder la vaccination jusqu’à ce que, comme il l’a dit, “nous voyons ce qui se passe”, a déclaré Stowers. 
Un long et inconfortable silence a suivi la déclaration de Fauci, a ajouté notre source. 
Selon lui, un employé du laboratoire a demandé à Fauci pourquoi le vaccin était sûr pour les amis et la famille mais pas pour les employés du NIH. 
“Le visage de Fauci est devenu rouge. La question l’a clairement mis en colère. Il a commencé à nous réprimander, nous disant que nous n’étions pas qualifiés pour remettre en question son jugement. Si nous ne suivions pas ses conseils, nous mettrions en danger la santé de nos amis et de notre famille, nous a dit Fauci. Il s’est lancé dans une tirade pendant environ 5 minutes, en jurant comme un marin”, a déclaré Stowers. Puis Stowers a demandé à Fauci, respectueusement, s’il avait été vacciné. 
“Quel genre de question est-ce là ? Ce n’est pas que cela vous regarde, mais, non, bon sang, je n’ai pas été vacciné. Et je n’ai pas l’intention de l’être, du moins pas avant longtemps, voire pas du tout… Si je me fais vacciner et que je tombe malade, alors quoi ? Je suis trop important ici pour prendre ce risque. Vous l’êtes tous, aussi – c’est pourquoi je vous dis d’attendre. Mais vous pouvez être remplacés, je suis irremplaçable. L’administration a besoin de moi pour diriger cette réponse”, aurait dit Fauci. 
Quatre mois plus tard, contre toute attente, Stowers a reçu une lettre de licenciement affirmant qu’il avait violé la clause de confidentialité de l’Institut. L’avis portait la signature manuscrite de Fauci. 
“Je savais que me battre ne servirait à rien. J’ai reçu une indemnité de licenciement de 6 mois et je me suis dit que cela suffirait jusqu’à ce que je trouve un nouveau travail, et c’est ce que j’ai fait”, a déclaré Stowers. 
En conclusion, Stowers a déclaré que Fauci n’a jamais porté de masque à l’intérieur des installations du NIH, mais seulement lorsque, selon Fauci, “des étrangers, des intrus et des médias” étaient à proximité.

Par Michael Baxter le 14 septembre 2021 : 
https://realrawnews.com/2021/09/dr-fauci-heck-no-i-havent-been-vaccinated/

Source : Changera

François Boulo, le 23 mars 2019, lors de l’acte 19 du mouvementHans Lucas via AFP

Par : admin
François Boulo, le 23 mars 2019, lors de l’acte 19 du mouvement
Hans Lucas via AFP

Par Jean-Loup Adenor

Publié le 14/09/2021 à 17:52

Dans un texte publié sur sa page Facebook ce mardi 14 septembre, l’avocat François Boulo, figure des gilets jaunes, annonce son intention de se « retirer de la vie publique ». Celui qui avait rejoint le mouvement des ronds-points en 2018 se dit aujourd’hui « usé » par les abus des « dominants », mais surtout par les querelles d’ego chez les opposants au système actuel.

Coup de blues chez les gilets jaunes. L’avocat François Boulo, qui s’est fait connaître en prenant fait et cause pour le mouvement des ronds-points, a annoncé mardi 14 septembre sur Facebook, son intention de « se retirer de la vie publique ». Dans un long texte argumenté, intitulé « Bientôt, j’arrêterai tout… et je compte sur vous », il explique « sans filtre et sans détour » être aujourd’hui « usé » par le combat politique. Celui qui avait réussi à se faire accepter des gilets jaunes malgré sa condition – de son propre aveu – de CSP+ « pas à plaindre » met en cause, bien sûr, « l’effondrement généralisé (politique économique, social, écologique » d’un système à bout de souffle, à mettre au crédit des « dominants ». Mais François Boulo étrille surtout les « gourous et charlatans du débat public » qui prolifèrent dans le « camp des “résistants” ».

Et c’est encore sur ceux-là qu’il tape le plus fort. « Du simple citoyen lambda qui vomit sa haine ou répand ses thèses délirantes sur les réseaux sociaux au leader d’opinion, tantôt opportuniste tantôt prisonnier de ses récits extravagants ou hallucinés, tous partagent les mêmes faiblesses », écrit l’avocat. Il faut dire que jusqu’à présent, François Boulo s’était fait plutôt discret, tout particulièrement sur les questions liées au Covid, à la vaccination et au passe sanitaire. Peut-être parce que les lignes entre Gilets jaunes et anti-passe se sont faites plus floues ? Les manifestations du samedi, marque de fabrique du mouvement fluo, ont été reprises par les opposants à la politique sanitaire du gouvernement. Beaucoup, dont les Renseignements territoriaux, évoquent une porosité certaine entre les deux mouvements.

L’éminence grise des gilets jaunes

C’est en novembre 2018 que François Boulo s’est fait connaître en allant à la rencontre, au hasard d’un footing, des Gilets jaunes de sa ville de Rouen. Invité à parler à l’une de leurs conférences, puis sur les plateaux pour défendre les revendications d’un mouvement protéiforme, il est rapidement devenu l’une des égéries de la contestation. Contrairement à un Maxime Nicolle ou un Eric Drouet, l’avocat est précis et d’une rhétorique redoutable. François Boulo travaille beaucoup et ça se voit ; son premier passage télé, en janvier 2020, l’oppose au président du Medef. L’avocat est calme, clair : « Ce que souhaitent les gens, c’est que soient remis en cause tous les dispositifs fiscaux qui sont au bénéfice des 1 % les plus riches. C’est-à-dire l’ISF réformé, la flat tax, l’exit tax et le CICE, captés pour moitié par les plus grandes entreprises. L’ensemble de ces cadeaux fiscaux, c’est 20 milliards en 2018 et 30 milliards en 2019. » La vidéo fera plus de 180 000 vues sur YouTube.

Mais depuis, la crise sanitaire a cassé l’élan qu’étaient parvenus à entretenir les gilets jaunes et le mouvement semble avoir fait le plein de nouveaux penseurs et de personnages médiatiques. « Si je n’en veux pas à tous ceux qui écrivent seuls sur leur clavier car ils sont victimes d’un système qui écrase les individus, je ne peux pas en dire autant de ceux qui prétendent porter le flambeau de la résistance et ne recherchent en réalité que la lumière des projecteurs », accuse encore François Boulo dans son texte, dénonçant à demi-mot, la désinformation et les théories du complot qui gangrènent les réseaux sociaux, jusqu’à alimenter la contestation, pourtant saine, des restrictions sanitaires. « Tout n’est plus que cacophonie, entre polémiques stériles et règlements de compte personnels ou partisans regrette-t-il. Dans cet océan de bêtise et de paresse intellectuelle, les voix rationnelles s’éteignent peu à peu. »

« Aujourd’hui poursuit l’avocat, il suffit pour les beaux parleurs de conforter les opinions et les émotions de tous les désespérés pour s’attirer une certaine popularité confinant parfois à une adulation sans limite. » Un phénomène qui parasite selon lui le combat politique et ne peut mener qu’à « l’impasse ». Alors basta : il ira au bout de ses objectifs – écrire un livre et publier une quinzaine de vidéos sur « le système politique actuel » – après quoi, il aura « fait sa part ». Ses derniers conseils ? « Lâchez votre téléphone ! Pensez, débattez, instruisez-vous ! Là est notre salut. »

Source : Marianne

À Callac, soutien aux quatre soignants non vaccinés

Par : admin
Une quinzaine de membres du personnel de la Mas a manifesté, mercredi, au rond-point de Kerbuannec à Callac.point de Kerbuannec.

Ils sont passés de héros à « pestiférés », selon leurs propres mots. Refusant de se soumettre à l’obligation vaccinale, quatre soignants de la Maison d’accueil spécialisée de Callac sont suspendus. Ils ont reçu le soutien d’une quinzaine de collègues, ce mercredi 15 septembre.

À la Maison d’accueil spécialisée de Callac quatre soignants sont suspendus, depuis le 15 septembre, à défaut d’être vaccinés. Ce mercredi 15 septembre, dans l’après-midi, une quinzaine de salariés de la Maison d’accueil spécialisée, ont débrayé pour les soutenir.

« Nous estimons que nous ne sommes pas en danger, que nous ne mettons pas en danger les résidents car eux sont vaccinés. Nous sommes contre le passe sanitaire qui est plus politique que sanitaire. On a envie de travailler, mais on nous le refuse. Nous risquons jusqu’à 7 000 € d’amende si nous nous présentons au travail, c’est un comble », souligne Sébastien et Élodie, deux des suspendus qui exercent la profession d’aide-médico psychologique dans l’établissement de Callac.À lire sur le sujetObligation vaccinale : des opposants dans la rue en Bretagne et en France

« Obligés d’aller au travail, covid ou non »

Ces derniers ne sont pas contre les vaccins en général, mais contre celui de la covid. « Nous n’avons pas assez de recul pour le moment sur les conséquences et effets secondaires. L’année dernière au début de la crise, nous étions obligés d’aller au travail, atteint du covid ou non, et on nous applaudissait. Aujourd’hui on nous interdit de travailler et l’on devient des pestiférés, c’est insensé ».

Sur les 60 agents que compte l’établissement de Callac seul quatre ne sont pas vaccinés. Certains ont franchi le pas ces derniers jours « sous la contrainte de la suspension ».

« Pas soignants pour le Ségur mais soignants pour la piqûre »

« Cette suspension de service a également des conséquences sur les activités des résidents, des sorties sont annulées », souligne le personnel présent qui entend bien poursuivre l’action dans les jours et semaines à venir.

L’occasion aussi de rappeler le combat toujours en cours pour l’augmentation salariale, dans le cadre du Ségur : « Nous ne sommes pas soignants pour le Ségur mais soignants pour la piqûre », déplore le personnel, soutenu par la CGT.

Source : Le Télégramme

ET SI Le Crédit Social devenait une RÉALITÉ ?

Par : admin

Vérité Alternative 17,1 k abonnés

Imaginez un monde ou le crime et les incivilités n’existent plus, un monde ou les mouvements dissidents et contestataires ont disparu. Un monde ou chaque citoyen, les yeux rivés sur son smartphone, se conforme aveuglément à la société pour ne pas voir sa note sociale dégringoler. Cette note peut vous donner accès à certains services privilégiés, mais faites un pas de coté, et celle-ci s’effondrera, vous reléguant ainsi au rang de paria de la société. Préfigurant l’avènement d’un totalitarisme numérique décomplexé, notre monde a basculé. Et si le crédit social n’était que le début d’un monde ou le mot liberté disparaissait ? Les prémisses d’une nouvelle société du contrôle tissant une toile dans laquelle chaque individu risque de se retrouver piégé à jamais.

Source : Youtube

RéInfo Liberté. Pourquoi ? Comment ?

Par : admin
RéInfo Covid réunit depuis un an maintenant des sympathisants et militants, agissant aussi bien dans le domaine de la production d’une information juste, honnête, loyale et réfléchie que dans sa diffusion ou dans la mise en lien des personnes désireuses de la partager et de se réunir autour de discussions sur l’invraisemblance d’un projet politique totalisant qui apparaît de moins en moins sanitaire et de plus en plus idéologique.
Soignants, scientifiques, artistes, spécialistes des réseaux, journalistes, citoyens : la liste non exhaustive des bénévoles qui contribuent à l’action de RéInfo Covid montre à quel point c’est bien l’ensemble de la société qui se retrouve autour d’une envie indépassable de dire non à l’absurdité totale d’un discours gouvernemental et d’une propagande médiatique d’autant plus violents qu’ils viennent agresser chacun au plus profond de son for intérieur, n’hésitant pas à éliminer socialement, économiquement ceux qui auraient la prétention folle de résister – au nom de la liberté de disposer de son corps, de l’égalité devant les soins et de la fraternité avec celles et ceux qui souffrent.

RéInfo Covid est un collectif

C’est-à-dire une association de fait, sans qu’elle ne possède de statut déclaré devant l’administration : il s’est ainsi structuré car il entendait mettre à distance deux mots (et deux maux) qui perturbent trop souvent le fonctionnement démocratique des assemblées : l’organisation pyramidale et l’argent. Le temps a donné raison à ce choix assumé.
Il est parfaitement vrai – pour reprendre les mots de Louis Fouché lui-même – qu’il n’y a jamais eu et qu’il n’y aura jamais d’argent au sein de RéInfo Covid. Et tous ceux qui essaieraient malhonnêtement de faire croire qu’il en est autrement ne méritent aucune attention particulière. Personne n’entend changer le fonctionnement réussi de ce collectif qui a trouvé son équilibre dans la manière de produire cette ré-information si nécessaire en ces temps de corruption du langage.

Alors pourquoi l’association RéInfo Liberté ?

Pourquoi soudain des moyens financiers, un organigramme avec un président, un bureau exécutif, un conseil d’administration au service de RéInfo Covid ?
Une contradiction ? un reniement ? une corruption ? un mensonge ?
Non : juste la nécessité de se défendre, de porter devant la justice les délits invraisemblables de certaines autorités, de s’organiser matériellement face à la censure. • Que l’on pense seulement à toutes les interdictions que nous avons subies sur les réseaux.
• Que l’on pense seulement aux tonnes de boues déversées sur notre collectif, aux diffamations perpétuelles qu’il a endurées et qu’il endure encore.
• Que l’on pense seulement à toutes les escroqueries scientifiques – juridiquement constituées – qu’il a découvertes et à la volonté farouche qui l’anime de démasquer les faux scientifiques, les médecins perclus de conflits d’intérêts, les structures corrompues. Avoir donc des moyens de se défendre, de sécuriser la diffusion de ses messages et de rendre effective une lutte contre les corruptions en tout genre qu’il constate. Voilà pourquoi il est apparu nécessaire à RéInfo Covid de se doter d’une personnalité morale, juridiquement capable de gérer des fonds.
Dans un monde normal, RéInfo Covid n’aurait sans doute pas eu besoin de ces moyens. Mais de toute façon, dans un monde normal, RéInfo Covid n‘existerait pas.
RéInfo Liberté est donc la structure minimaliste qui permet d’assurer – de façon cohérente – le prolongement des raisons d’être de RéInfo Covid.
Constater la censure, la corruption et les dénoncer de façon rigoureuse implique aujourd’hui d’être en mesure d’avoir des moyens financiers de perpétuer une action médiatique et de développer des actions juridiques.
RéInfo Liberté constitue ainsi une association loi 1901 qui récolte des fonds pour financer les besoins de RéInfo Covid, pour ne pas laisser le collectif impuissant face aux agressions odieuses et répétées dont il fait l’objet.

Vincent PAVAN, Président de RéInfo Liberté

Communiqué du webmaster de Profession-Gendarme

Par : admin

Bonsoir à tous et merci de votre présence sur Profession-Gendarme.

Vous avez tous pu remarquer que dans la journée du 15 septembre 2021 je n’ai rien publié. D’autre part, ceux qui ont voulu s’exprimer sous forme de commentaire n’ont pu également le faire…

Que s’est-il passé ?

En fait je me suis retrouvé confronté à un problème informatique qui à ce jour est réglé comme vous le constatez.

Mon technicien attitré a pu régler le problème et depuis ce matin du 15 septembre tout semble être rentré dans l’ordre. Je le remercie vivement pour son travail accompli et sa présence permanente.

Je profite de ce communiqué pour tous vous remercier de l’ensemble des liens et des communications que vous me fournissez au bénéfice de l’ensemble des lecteurs de Profession-Gendarme.com et je demande à chacun de ceux-ci de m’excuser si je n’ai le temps de vous répondre individuellement. Néanmoins sachez que vous participez tous à l’information du plus grand nombre…

A ce sujet sachez que Profession-Gendarme a reçu à ce jour plus de 6 millions 100.000 visites pour cette année 2021 qui est loin d’être finie. Merci à vous tous de votre fidélité

Je tiens à préciser que mon problème informatique n’a rien à voir avec une éventuelle censure… En effet si mon compte Youtube a été purement et simplement supprimé, et si il y a moins de 48 heures mon compte Facebook a été censuré et restreint, je suis encore en possibilité de m’exprimer et de vous faire partager mes nombreuses publications.

Encore un grand merci à vous tous et plus particulièrement à tous ceux qui m’adressent régulièrement des courriels pour m’indiquer telle ou telle publication. Ils se reconnaitront ici j’en suis sur.

Comme vous le savez, ici il n’y a aucune censure et toute opinion a le droit de citer. L’important est à mes yeux la Liberté d’Expression de tous.

Pour conclure n’oublions pas que “Le corps grandit en prenant de la taille. L’esprit grandit en perdant de la hauteur.” (citation de Christian BOBIN)

Ronald Guillaumont, rédacteur de Profession-Gendarme.com

Lao Tseu : “Chaque Pas Est Une VICTOIRE” (Citations & Motivation)

Par : admin

Prendrez vous 4 minutes 30 de votre temps pour lire les citations de Lao Tseu ?

Tout comme vous j’en connaissais quelques unes, mais je dois reconnaitre que je les approuve toutes…

Aussi c’est avec plaisir que je les partage avec vous en espérant que ceci vous apporte réflexion et combativité pour affronter ce monde de maintenant…

Source : Youtube

Pourquoi la mise en examen de Buzyn pose la question de la destitution de Macron

Par : admin

La mise en examen d’Agnès Buzyn pour mise en danger de la vie d’autrui pose brutalement la question de la responsabilité pénale de l’exécutif dans la désastreuse gestion (et instrumentalisation) de la crise du COVID. Et si, effectivement, des gens étaient morts à cause des choix incompétents (non-commande de masques) ou malicieux (stratégie du tout-vaccin) mis en oeuvre par l’équipe au pouvoir ? Au fond, la justice prétend prouver des manquements graves de l’exécutif dans la gestion de la crise… et cette menace pourrait très bien être comprise comme une première étape vers la destitution du Président de la République.

La mise en examen d’Agnès Buzyn n’est probablement que le début d’une longue séquence judiciaire qui devrait prospérer avec la campagne présidentielle. Selon les premiers éléments sur son audition vendredi, on peut en effet penser que les juges d’instruction qui ont interrogé l’ancienne ministre ont privilégié le volet politique de l’affaire, quoiqu’il puisse s’agir d’une stratégie judiciaire. 

Il semblerait en effet que la mise en examen se soit surtout fondée sur des articles de presse, laissant entendre que la ministre n’avait pas fait ses diligences pour prévenir la crise du COVID. Peut-être disposent-ils d’autres éléments d’enquête dont ils n’ont pas fait état, mais ces premières indications peuvent (malheureusement) conforter l’idée qu’il existe une part d’opportunisme dans ce dossier. 

Tout la question est de savoir désormais, et nous nous interrogions sur ce sujet vendredi, si Agnès Buzyn ne sera que la bouc-émissaire idéale pour la macronie, une sorte de symbole de tout ce qui n’a pas marché servi aux milliers de plaignants devant la CJR, ou bien si elle ouvre une série qui touchera également Edouard Philippe et Olivier Véran. Politiquement, les deux démarches n’ont évidemment ni la même portée ni le même retentissement dans l’opinion. 

Dans tous les cas, la reconnaissance de possibles fautes politiques dans la gestion du COVID est un coup de tonnerre compliqué à gérer pour Emmanuel Macron. 

Une affaire de ministre ou de Président de la République ?

Visiblement, les juges vont enquêter sur un éventuel manque d’anticipation de la ministre Buzyn dans la gestion de la crise sanitaire (insistons sur le fait que la mise en examen ne préjuge ni de la culpabilité de l’accusé ni de la sanction dont il écopera en cas de faute avérée). Ce volet ne devrait par ailleurs pas nuire aux éventuelles poursuites contre Jérôme Salomon (toujours en poste…) qui a tout de même reconnu n’avoir pas renouvelé le stock de masques en 2018, mais il a le mérite d’élever au rang ministériel la recherche des dysfonctionnements qui ont conduit à des mesures extrêmes comme des confinements répétés. 

Dans la pratique, dès le début de la crise, sa gestion est assurée au plus haut niveau par le conseil de défense, qui est présidé par Emmanuel Macron. On voit bien le danger que représente le raisonnement de la Cour de Justice pour le Président de la République : dans l’exploration de la chaîne de commandement, il est inévitable que les manquements du Président de la République soient tôt ou tard recherchés, examinés, documentés et circonscrits. 

Constitutionnellement, le Président est jugé irresponsable de ses actes, sauf si ses manquements sont constatés, comme le précise l’article 68 de la Constitution. Et c’est ici que, en théorie, une menace pourrait peser sur Emmanuel Macron.

La procédure de destitution d’Emmanuel Macron…

Nous affirmons que cette menace est pour l’instant théorique car elle suppose une majorité spéciale dans chaque Assemblée pour renvoyer le Président devant la Haute Cour. 

Pour mémoire, voici ce que dit l’article 68 :

Le Président de la République ne peut être destitué qu’en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat. La destitution est prononcée par le Parlement constitué en Haute Cour.

La proposition de réunion de la Haute Cour adoptée par une des assemblées du Parlement est aussitôt transmise à l’autre qui se prononce dans les quinze jours.

La Haute Cour est présidée par le président de l’Assemblée nationale. Elle statue dans un délai d’un mois, à bulletins secrets, sur la destitution. Sa décision est d’effet immédiat.

Les décisions prises en application du présent article le sont à la majorité des deux tiers des membres composant l’assemblée concernée ou la Haute Cour. Toute délégation de vote est interdite. Seuls sont recensés les votes favorables à la proposition de réunion de la Haute Cour ou à la destitution.

L’hypothèse, en l’état, qu’un Richard Ferrand préside une Cour jugeant un Emmanuel Macron renvoyé par les deux tiers de l’Assemblée et du Sénat est évidemment très théorique. Mais, politiquement, rien n’est jamais sûr… 

On rappellera ici que François Asselineau, en son temps, a beaucoup prôné le recours à la pression populaire pour forcer les députés à engager cette procédure. La thématique n’est pas nouvelle. Simplement, la nouvelle donne tient à l’intervention de la justice dans l’affaire. 

Les principaux manquements de Macron à examiner

Dans la gestion du COVID, des interrogations fortes se posent sur les choix opérés par Emmanuel Macron. L’histoire dira tôt ou tard quels en ont été les véritables déterminants. 

Mais au centre de toute cette affaire, le poids du tout-vaccin et des laboratoires pharmaceutiques, en particulier de Pfizer, de nombreuses fois condamné pour corruption, ne manquera pas de poser question. Pourquoi le gouvernement a-t-il méthodiquement interdit aux médecins de ville de prescrire des traitements peu chers et dont l’efficacité ne fait aucun doute, comme l’ivermectine ? Pourquoi a-t-il mis entre parenthèses les libertés fondamentales, pourquoi a-t-il adopté un système de crédit social appelé “passe sanitaire” pour contraindre la population à se vacciner ? 

Ces cadeaux servis à une industrie réputée pour son “lobbying” soulèvent de sérieuses questions que les médias subventionnés se contentent aujourd’hui de balayer en dénonçant le complotisme de ceux qui doutent. Mais, du point de vue de la simple rationalité, écarter aussi binairement toute question de corruption des politiques par les laboratoires pharmaceutiques ne tient pas la route. Surtout si l’on se souvient que les décideurs en cause, comme la commissaire chypriote à la Santé, gravitent dans des cercles où les conflits d’intérêt sont nombreux

On pourrait donc imaginer que des juges d’instruction demandent à des ministres qui a mené la danse dans cette politique du tout-vaccinal, présentée comme salvatrice, mais qui démontre aujourd’hui non seulement toutes ses limites, mais ses risques. 

Pour mémoire, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament reconnaît aujourd’hui 20.000 cas d’effets secondaires graves du médicament. Et tout laisse à penser aujourd’hui que la réalité est bien plus sombre. De nombreux ayant-droit déplorent notamment que les médecins refusent toute autopsie après un décès dont on peut soupçonner qu’il est dû à la vaccination. 

Voilà de nombreuses vies mises en danger sans nuance par un Président de la République qui se comporte en homme-sandwich pour l’industrie pharmaceutique. Il y a sans doute, dans tout cela, matière à explorer quelques dossiers sensibles pour les juges d’instruction. 

Comment obtenir la destitution d’Emmanuel Macron ?

Dans l’hypothèse où des juges établiraient des “manquements incompatibles avec la fonction”, la destitution ne serait pas gagnée. Il faudrait encore déclencher le processus parlementaire conduisant à cette décision inédite dans l’histoire de la République. 

On sent intuitivement que le cas de figure n’est pas prêt de se produire… sauf à exercer une pression forte sur les parlementaires par un mouvement populaire puissant. Concrètement, sauf à bloquer le pays pour obtenir le départ du Président de la République, on voit mal comment cette hypothèse pourrait se réaliser. 

À bon entendeur…

Source : Le Courrier des Stratèges

Ça « pass » ou ça casse ?

Par : admin

Par Dr. Dominique Rueff/10 septembre 2021

Chère amie, cher ami,

En cette rentrée 2021 et en complément de ma précédente vidéo, il m’a semblé important de faire le point avec vous sur le « pass sanitaire » et sur l’obligation vaccinale des soignants à la date du 15 septembre, sous peine d’interdiction d’exercice.

En ce début septembre, les recours devant les tribunaux administratifs pour « atteinte aux libertés fondamentales » ou violation du secret médical sont nombreux.

En termes de hiérarchie des lois, la Constitution est toujours prééminente sur un quelconque arrêté. Il ne faut donc ni désespérer ni céder : c’est une question de temps. Quand on oppose correctement et habilement un « non » à sa hiérarchie, on a beaucoup de chance de la faire reculer.

Prenons conscience que l’étude scientifique qui a servi de socle au Conseil Scientifique Gouvernemental, puis à la déclaration du 12 juillet du Président et à la promulgation de la loi du 5 août, est aujourd’hui attaquée devant les tribunaux (plainte contre X déposée par l’association « réinfo liberté[1] » rédigée par Maître Ludovic Heringuez) pour, entre autres, fraude, faux et usage de faux et tentative de manipulation de la population.

N’hésitez pas : un des derniers remparts qui restent devant le raidissement autoritaire que l’on constate est l’outil du Droit !

La vaccination des jeunes, c’est 17 millions de Français et le risque de plus de 5000 effets secondaires graves, selon les derniers chiffres du Conseil scientifique indépendant du 2 septembre 2021[2].

Lorsqu’il s’agit de personnes jeunes et en âge de procréer, personne ne sait si de tels effets secondaires seraient transmissibles aux générations à venir et si, comme il a été dit dans ce même conseil, nous ne sommes pas devant l’une des pires menaces qu’a connue l’humanité.

Nous arrivons à un moment très important de l’histoire où chacun doit prendre ses responsabilités.

Protégeons nos enfants ! Protégeons ceux qui feront l’avenir de la planète et le nôtre !

Il faut être, comme le dit très justement le docteur Louis Fouché[3], patient, méthodique, déterminé et pragmatique. Le temps de la Justice est long, mais ce temps qui nous est laissé n’est pas là pour rien : il est là pour nous faire préparer un monde meilleur, en termes de Science, de Santé, d’éducation démocratique, d’aide aux personnes les plus faibles et aux enfants. Prenons conscience qu’après cette crise, il nous faudra reconstruire une société entière.

Il faut que cette crise soit un moyen d’éveiller les consciences : si vous êtes déterminé(e) à dire « non », dites-le correctement, dans le calme et la conscience de votre droit. Si vous êtes déterminé(e) à ne pas vous faire vacciner, vous ne serez pas vacciné(e), si vous n’êtes pas d’accord pour que vos enfants ne soient pas vaccinés, ils ne seront pas vaccinés.

Personne ne vous oblige à faire part de votre état de santé à votre DRH : que vous soyez vacciné(e) ou non. Écrivez un courrier à votre hiérarchie en précisant que seule la médecine du travail est habilitée à vous entendre sur ce point. Nous voyons que dans ces conditions, certaines structures commencent à reculer et que d’autres annoncent une catastrophe sanitaire si 5 à 10 % du personnel soignant des hôpitaux venait à manquer.

Je ne résiste pas à vous citer une phrase du journaliste chroniqueur et conteur de C-NEWS, Marc Menant : « Je suis un homme convaincu par le principe de liberté, c’est une idée philosophique qui ne se discute pas et qui permet à l’homme d’atteindre son envergure, de ne pas être dans la servilité. […]  La santé ne peut avoir une prééminence sur la liberté. La liberté est là, et la santé, c’est un autre domaine qui ne détient pas une vérité en plus. »

Considérer quelqu’un en bonne santé comme un danger est une ignominie, poursuit-il, avant d’expliquer pourquoi nous ne sommes pas responsables de la santé des autres. Il conclue ainsi : nous sommes conditionnés, désaccoutumés à la liberté, et la liberté est un risque à courir.

Et pour ceux qui douteraient de l’effet « non altruiste » de ces vaccins, je renvoie à la lettre que j’ai écrite sur le sujet[4].

Pour terminer avec un peu d’humour, je viens de faire un long voyage en train avec des annonces répétées : « Vous devez avoir un pass sanitaire, mais aussi garder votre masque pendant tout le voyage et en gare ! » Cherchez l’erreur…

Prenez soin de vous et gardez courage, moral et convictions, quelles qu’elles soient.

À bientôt,

Docteur Dominique Rueff


[1] https://reinfoliberte.fr/

[2] https://reinfocovid.fr/articles_video/live-csi-du-jeudi-2-septembre-2021/

[3] https://reinfocovid.fr/

[4] https://www.lettre-docteur-rueff.fr/vaccines-par-altruisme/

Source : La Lettre du Dr RUEFF

Directeur de campagne de Marine Le Pen, préfet, et adjudant de réserve de la Gendarmerie

Par : admin

Christophe Bay, 59 ans, ancien préfet de l’Aube, se met en disponibilité du cabinet du directeur général de la Gendarmerie, pour prendre la direction de la campagne de la présidente du Rassemblement national.

Christophe Bay, ici à l’image dans un reportage de France 3, en janvier 2015 (Crédit photo: Capture d’écran France 3).

L’information est devenue officielle par une déclaration de Marine Le Pen au Figaro, confirmée ce matin par une dépêche AFP tombée à 4h02. Le directeur de campagne de la désormais candidate officielle sera Christophe Bay, actuellement conseiller (plus précisément “chargé de mission”) au cabinet du directeur général de la Gendarmerie.  

L’homme a derrière lui une belle carrière de serviteur de l’Etat. Sorti de l’ENA en 1990 comme administrateur civil, il a fait tout son parcours au ministère de l’Intérieur et la préfectorale, alternant des positions de terrain, de cabinet et d’administration centrale. En 2008 il est nommé “directeur de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté”, problématique dont il devient un spécialiste. Il est au cabinet du directeur général de l’Arme depuis 2017.

A noter que par une décision du 12 juin 2019, il a été promu adjudant dans la réserve opérationnelle, rattaché au groupement de la région Rhône-Alpes.

En 2002, il a enfin aussi obtenu le diplôme de thanatopracteur.

Source : L’Essor.org

Lire aussi : Un ancien préfet de la Dordogne nommé directeur de campagne de Marine Le Pen

Les survivants de l’Holocauste exigent la fin du vaccin Covid-19 !

Par : admin

Les survivants de l’Holocauste envoient une lettre ouverte à la MHRA exigeant la fin du déploiement du vaccin Covid-19 parce qu’ils voient un autre Holocauste se dérouler sous leurs yeux ! 

Les survivants de l’Holocauste et leurs descendants ont remis une lettre à l’Agence européenne des médicaments (EMA) et à l’Agence britannique de réglementation des produits médicaux * (MHRA) exigeant l’arrêt du déploiement du vaccin Covid-19 suite à la décision de la FDA d’accorder l’approbation complète à de nouveaux lots de vaccins COVID-19 Pfizer.

Les survivants ont accusé les autorités de ne pas avoir informé adéquatement les populations des risques liés aux vaccins et d’avoir violé le droit au consentement libre et éclairé en vertu du Code de Nuremberg.

Les injections de Covid-19 sont actuellement soumises à ce que l’on appelle une autorisation de mise sur le marché conditionnelle en Europe et une autorisation temporaire au Royaume-Uni, ce qui signifie qu’elles ne sont autorisées qu’en cas d’urgence car elles resteront en phase trois d’essais cliniques jusqu’en 2023.

Les survivants de l’Holocauste ont déclaré que l’immunisation de la planète entière n’avait “jamais été accomplie auparavant en délivrant un ARNm synthétique dans le corps humain. C’est une expérience médicale à laquelle il faut appliquer le Code de Nuremberg…

“Nous, les survivants des atrocités commises contre l’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale… vivons un déjà-vu si horrible que nous nous levons pour protéger nos semblables.”

Dans la lettre à l’EMA, les auteurs énumèrent 22 événements indésirables graves qui étaient connus de la FDA avant l’autorisation d’utilisation d’urgence mais n’ont pas été portés à la connaissance du public, notamment une maladie améliorée par la vaccination, un accident vasculaire cérébral, une myocardite, un syndrome inflammatoire multisystémique aigu chez les enfants, le syndrome de Guillain-Barré, les maladies auto-immunes et les issues de la grossesse et de l’accouchement, comme cela a déjà été révélé ici à The Daily Expose.

Les survivants de l’holocauste écrivent que “le degré de risque à prendre ne doit jamais dépasser celui déterminé par l’importance humanitaire du problème à résoudre. La vaccination’ contre Covid s’est avérée plus dangereuse que Covid pour environ 99% de tous les humains.”Comme l’a documenté Johns Hopkins dans une étude portant sur 48 000 enfants, les enfants ne courent aucun risque de contracter le virus. Vos propres données montrent que les enfants, qui ne sont pas exposés au virus, ont eu des crises cardiaques après la vaccination ; plus de 15 000 ont subi des événements indésirables, dont plus de 900 événements graves. Au moins 16 adolescents sont décédés suite à la vaccination aux États-Unis.

Les signataires ajoutent que selon le principe 10 du Code, les expériences médicales doivent être interrompues chaque fois que « la poursuite de l’expérience est susceptible d’entraîner une blessure, une invalidité ou la mort du sujet expérimental.”

Ils ont également souligné que les mandats de vaccination violent le droit au consentement volontaire en vertu du Code de Nuremberg “sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, d’excès ou de toute autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition.”

“S’il y a 80 ans c’étaient les Juifs qui étaient diabolisés comme des propagateurs de maladies infectieuses, aujourd’hui ce sont les non vaccinés.”  

Les auteurs, qui incluent des survivants des camps de concentration, leurs fils, filles et petits-enfants, déclarent : “Il est évident pour nous qu’un autre holocauste de plus grande ampleur se déroule sous nos yeux. La majorité de la population mondiale ne réalise pas encore ce qui se passe, car ce type de crime organisé dépasse le cadre de leur expérience. Nous savons pourtant. Certains d’entre nous ont des souvenirs personnels.

La lettre est adressée à Mme Emer Cooke, directrice exécutive de l’Agence européenne des médicaments, avec copie au Dr Raimund Bruhin, directeur de Swiss Medic en Suisse, et au Dr June Raine, directrice générale par intérim de l’Agence de réglementation des médicaments et des produits de santé au Royaume-Uni.

Les survivants ont conclu leur lettre par un appel à Mme Cooke pour le nombre réel de victimes du vaccin et ont demandé “combien suffiront pour éveiller votre conscience ?”

Voici la lettre envoyée à l’EMA et à la MHRA par les survivants de l’Holocauste dans son intégralité –

Mesdames et Messieurs,  

Nous, les survivants des atrocités commises contre l’humanité pendant la Seconde Guerre mondiale, nous sentons tenus de suivre notre conscience et d’écrire cette lettre.

Il est évident pour nous qu’un autre holocauste de plus grande ampleur se déroule sous nos yeux. La majorité de la population mondiale ne réalise pas encore ce qui se passe, car l’ampleur d’un crime organisé comme celui-ci dépasse leur champ d’expérience. Nous savons pourtant. On se souvient du nom de Josef Mengele. Certains d’entre nous ont des souvenirs personnels. Nous vivons un déjà-vu si horrible que nous nous levons pour protéger nos pauvres frères humains. Les innocents menacés comprennent désormais des enfants, et même des nourrissons.

En seulement quatre mois, les vaccins COVID-19 ont tué plus de personnes que tous les vaccins disponibles combinés de mi-1997 à fin 2013 – une période de 15,5 ans. 

Et les personnes les plus touchées ont entre 18 et 64 ans – le groupe qui ne figurait pas dans les statistiques Covid.

Nous vous demandons d’arrêter immédiatement cette expérience médicale impie sur l’humanité.

Ce que vous appelez « vaccination » contre le SRAS-Cov-2 est en réalité un empiètement blasphématoire sur la nature. Jamais auparavant la vaccination de la planète entière n’avait été réalisée en délivrant un ARNm synthétique dans le corps humain. C’est une expérience médicale à laquelle le Code de Nuremberg doit s’appliquer.

Les 10 principes éthiques de ce document représentent un code d’éthique médicale fondamental qui a été formulé lors du procès des médecins de Nuremberg pour garantir que les êtres humains ne seront plus jamais soumis à des expérimentations et procédures médicales involontaires.

Principe 1 du Code de Nuremberg :

(a) “Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela signifie que la personne concernée doit avoir la capacité juridique de donner son consentement ; doit être situé de manière à pouvoir exercer le libre choix, sans l’intervention d’aucun élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, d’excès ou de toute autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition ; et devrait avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet en cause pour lui permettre de prendre une décision avisée et éclairée.

(b) Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision affirmative par le sujet expérimental, il lui soit fait connaître la nature, la durée et le but de l’expérience ; la méthode et les moyens par lesquels elle doit être menée ; tous les inconvénients et dangers raisonnablement prévisibles ; et les effets sur sa santé ou sa personne qui peuvent éventuellement provenir de sa participation à l’expérience.

(c) Le devoir et la responsabilité de vérifier la qualité du consentement incombent à chaque individu qui initie, dirige ou s’engage dans l’expérience. C’est un devoir et une responsabilité personnels qui ne peuvent être délégués à autrui en toute impunité.

Ré. (a) : Il n’est pas question d’une décision libre. Les médias de masse répandent la peur et la panique et utilisent la règle de la propagande de Goebbels en répétant des contrevérités jusqu’à ce qu’on les croie. Depuis des semaines, ils appellent à l’ostracisme des non vaccinés. S’il y a 80 ans c’étaient les juifs qui étaient diabolisés comme des propagateurs de maladies infectieuses, aujourd’hui ce sont les non vaccinés qui sont accusés de propager le virus. Intégrité physique, liberté de voyager, liberté de travailler, toute coexistence a été enlevée aux gens pour leur imposer la vaccination. Les enfants sont incités à se faire vacciner contre le jugement de leurs parents.

Re (b): Les 22 effets secondaires terribles déjà énumérés dans l’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA n’ont pas été divulgués aux sujets de l’essai expérimental. Nous les énumérons ci-dessous au profit du public mondial.

Par définition, il n’y a jamais eu de consentement éclairé. En attendant, des milliers d’effets secondaires enregistrés dans de nombreuses bases de données sont enregistrés. Alors que les soi-disant numéros de cas sont bipés à des intervalles de 30 minutes par tous les médias, il n’y a aucune mention des effets secondaires indésirables graves ni comment et où les effets secondaires doivent être signalés. Pour autant que nous le sachions, même les dommages enregistrés ont été supprimés à grande échelle dans chaque base de données.

Le principe 6 du Code de Nuremberg exige : “Le degré de risque à prendre ne doit jamais dépasser celui déterminé par l’importance humanitaire du problème à résoudre par l’expérimentation”.

La « vaccination » contre la Covid s’est avérée plus dangereuse que la Covid pour environ 99% de tous les humains. Comme l’a documenté Johns Hopkins, dans une étude portant sur 48 000 enfants, les enfants ne courent aucun risque de contracter le virus. Vos propres données montrent que les enfants qui ne sont pas exposés au virus ont eu des crises cardiaques après la vaccination ; plus de 15 000 ont subi des événements indésirables, dont plus de 900 événements graves. Au moins 16 adolescents sont décédés suite à la vaccination aux États-Unis. 

Comme vous le savez, à peine 1% environ sont signalés. Et les chiffres augmentent rapidement au moment où nous écrivons. Avec vos connaissances.

Principe 10 du Code : “Au cours de l’expérience, le scientifique responsable doit être prêt à mettre fin à l’expérience à tout moment, s’il a des raisons probables de croire, dans l’exercice de la bonne foi, d’une compétence supérieure et d’un jugement prudent exigé de lui, que la poursuite de l’expérience est susceptible d’entraîner des blessures, une invalidité ou la mort du sujet expérimental.

Environ 52 % de la population mondiale aurait reçu au moins une injection.

La divulgation honnête du nombre réel de”vaccins” blessés, en phase terminale et décédés dans le monde se fait attendre depuis longtemps. Ce sont des millions en attendant. Fournissez-nous maintenant le nombre réel de victimes du vaccin Covid.

Combien suffiront à éveiller votre conscience ?

Liste des effets indésirables connus de la FDA avant l’approbation d’urgence

1. Syndrome de Guillain-Barré

2. Encéphalomyélite aiguë disséminée

3. Myélite transverse

4. Encéphalite/encéphalomyélite/méningoencéphalite/méningite/encéphalopathie

5. Convulsions/convulsions

6. AVC

7. Narcolepsie et cataplexie

8. Anaphylaxie

9. Infraction aiguë du myocarde

10. Myocardite/péricardite

11. Maladie auto-immune

12. Décès

13. Grossesse et issues de la naissance

14. Autres maladies démyélinisantes aiguës

15. Réactions allergiques non anaphylactiques

16. Thrombocytopénie

17. Coagulation intravasculaire disséminée

18. Thromboembolie veineuse

19. Arthrite et arthralgie/douleurs articulaires

20. Maladie de Kawasaki

21. Syndrome inflammatoire multisystémique chez les ENFANTS

22. Maladie renforcée par le vaccin

Signé

Survivants des camps de concentration, leurs fils et filles, et petits-enfants, y compris les personnes de bonne volonté et de conscience.

Holocaust survivors send open letter to the MHRA demanding an end to the Covid-19 Vaccine roll-out because they are seeing another Holocaust unfold before their eyes

Holocaust survivors and their descendants have delivered a letter to the European Medicines Agency (EMA), and the UK’s Medical & Healthcare product Regulatory Agency (MHRA) demanding a halt to the Covid-19 vaccine … Continue reading Holocaust survivors send open letter to the MHRA demanding an end to the Covid-19 Vaccine roll-out because they are seeing another Holocaust unfold before their eyesDaily Expose 8 Comments

Traduction : MIRASTNEWS

Source : Tap News  

Source : Changera

Témoignage poignant d’une médecin d’Ehpad !

Par : admin

Témoignage :

« on nous a demandé de piquer nos patients pour qu’ils partent plus vite, c’est un sentiment d’horreur »

En pleine première vague de l’épidémie, au printemps 2020, le Gouvernement a autorisé le recours à des médicaments palliatifs habituellement interdits, dont le Rivotril.

« Pièces à conviction » a recueilli des témoignages de soignants révoltés et dévastés par cette décision :

En pleine première vague de l’épidémie, au printemps 2020, le gouvernement a autorisé le recours à des médicaments palliatifs habituellement interdits, dont le Rivotril. « Pièces à conviction » a recueilli des témoignages de soignants révoltés et dévastés par cette décision.

🇫🇷 Témoignage : "on nous a demandé de piquer nos patients pour qu'ils partent plus vite""c'est un sentiment d'horreur" pic.twitter.com/VtKKibWvg7

— BAN (@BAN05063867) September 10, 2021

Source : L’Actu dissidente

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Insuffisance respiratoire sévère

Concernant le Rivotril nous avons également publié :

L’immunisation n’est pas obligatoire au Canada en raison de la Constitution canadienne et de la Loi sur la non-discrimination génétique

Par : admin
MISE EN GARDE : Cet article ne constitue pas une opinion juridique ni un avis juridique. Son but est informatif dans l'espoir de susciter une réflexion chez le lecteur. L'auteur utilise sa liberté d’opinion et d’expression, qui sont des libertés fondamentales protégées par la Charte des droits et libertés de la personne du Québec (Chapitre C-12 - Partie I, Ch. 1.3) et la Charte canadienne des droits et libertés (Partie I - 2.b).

J’ai récemment partagé le communiqué de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) rédigé par son président, M. Dan Kelly, sous la forme d’un avertissement aux gouvernements et soulevant les inquiétudes des petites et moyennes entreprises (PME) vis-à-vis l’obligation vaccinale et le passeport vaccinal. La FCEI demande au gouvernement fédéral et aux provinces, ainsi qu’aux propriétaires de PME, de faire preuve de prudence s’ils envisagent de mettre en place ce type de mesures. Selon un sondage interne, la plupart des dirigeants de PME au Canada sont défavorables à l’imposition du passeport vaccinal à leurs clients. Notons également qu’une proportion importante demeure indécise.

Une majorité de propriétaires de PME émettent des inquiétudes d’ordre pratique concernant la mise en œuvre et les risques entourant la vaccination obligatoire ou le passeport vaccinal :

  • Ce serait difficile de mettre en place, dans mon entreprise, un système pour vérifier que mes employés et mes clients sont pleinement vaccinés : 61 %
  • Nous nous inquiétons des risques juridiques (non-respect des droits de la personne, des lois sur la protection des renseignements personnels, etc.) que pourrait nous poser la vérification de l’immunisation de nos employés et/ou de nos clients : 64 %

Le passeport vaccinal soulève de nombreuses questions importantes pour les entreprises et leurs employés. Dans le sondage mené en avril par la FCEI, les PME se demandent si elles peuvent s’exposer à des plaintes en matière de droits de la personne si elles refusent de servir des clients non vaccinés. La FCEI émet alors cette mise en garde : « Certaines entreprises ont choisi de rendre la vaccination obligatoire pour leurs employés et leurs clients sans avoir reçu de directives de leur gouvernement provincial. Toutefois, elles doivent être conscientes qu’elles pourraient s’exposer à des poursuites juridiques possiblement coûteuses, notamment en matière de droits de la personne. »

Pour avoir un début de réponse, j’invite donc les entrepreneurs à regarder cette excellente vidéo de Peter Moore, « La loi canadienne sur l’immunisation », réalisée le 6 septembre 2021.

L’immunisation n’est pas obligatoire au Canada

« Les vaccins ne sont pas obligatoires au Canada ». C’est ce que déclare “Immunisation Canada”, une coalition nationale d’organisations non gouvernementales, d’associations de professionnels et d’intervenants de la santé. [1] Le “Rapport national sur l’immunisation au Canada, 1996”, qui fut préparé pour Santé Canada par plusieurs médecins experts, épidémiologistes provinciaux et territoriaux, les responsables de programmes d’immunisation ainsi que le Dr J Carlson, du ministère de la Santé de l’Ontario et le personnel du Bureau des maladies infectieuses à Ottawa, stipule sans ambages [2] :

« Contrairement à ce que l’on observe dans certains pays, l’immunisation n’est pas obligatoire au Canada et ne peut le devenir en raison de la Constitution canadienne. (…) Il faut se garder de voir dans les lois et les règlements une intention de rendre obligatoire l’immunisation. »

Le Vice-président, Diversité et inclusion de l’Association du droit des affaires de l’Université McGill (MBLA), Ian Bernstein, écrivait le 13 février 2021 : « Ces mandats [de vaccination] soulèvent des préoccupations juridiques et constitutionnelles légitimes, car ils doivent être conformes aux lois sur les droits de l’homme et aux libertés protégées par la Constitution. En effet, un employeur licenciant un employé qui invoque un motif valable pour refuser de se faire vacciner contre la COVID-19 peut constituer une violation des droits humains. Par exemple, cela peut constituer une discrimination fondée sur un motif interdit en vertu du Code des droits de la personne de la Colombie-Britannique. Les mandats de vaccination sur le lieu de travail ne doivent pas non plus être discriminatoires envers les employés qui ne reçoivent pas le vaccin pour des raisons religieuses ou médicales. » [3]

Le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF) écrit sur son site Web : « Les Canadiens ont le droit de donner leur consentement volontaire et éclairé à tout traitement médical. En vertu de la Charte des droits et libertés, les droits garantis à la liberté et à la sécurité de la personne ne peuvent être niés que conformément aux principes de justice fondamentale. Cela nous donne une autonomie sur les choix qui ont un impact sur notre propre intégrité physique ou psychologique. Lorsqu’une exigence est trop générale et porte atteinte à la liberté et à la sécurité de la personne d’une manière qui n’a aucun lien avec son objectif, on peut alors dire qu’elle est contraire aux principes de justice fondamentale. Les vaccins obligatoires pour tout le monde, quels que soient leurs facteurs de risque personnels, leur âge, leurs infections antérieures, etc., sont probablement inconstitutionnels sur cette mesure. »

En vertu de la Charte canadienne des droits et libertés, les Canadiens ont le droit fondamental de prendre des décisions concernant leur propre corps. La Charte protège également les libertés fondamentales de conscience et de religion, ainsi qu’un droit garanti par la Charte d’entrer et de sortir librement de son propre pays. Les passeports vaccinaux contre le Covid violeraient toutes ces protections de la Charte.

Toujours selon le Centre de justice, « les vaccins Covid ont été précipités en production et sont expérimentaux. Étant donné que les effets secondaires à long terme sont inconnus et qu’il y a de plus en plus de rapports sur les blessures et les décès liés aux injections, notamment des caillots sanguins, des lésions neurologiques, des accidents vasculaires cérébraux, des crises cardiaques et des paralysies, et étant donné que de nombreux pays ont suspendu ou cessé d’utiliser certains vaccins Covid en conséquence, seul un gouvernement tyrannique tenterait de subordonner le voyage à la réception d’un vaccin expérimental Covid. De plus, il ne faut pas oublier que les propres données et statistiques du gouvernement nous disent que la Covid n’est pas le tueur inhabituellement mortel qu’on a prétendu être en mars 2020, lorsque les gens craignaient que cela ressemble à la grippe espagnole de 1918. »

Le Centre de justice s’oppose à ce que les gouvernements imposent des sanctions ou refusent des prestations à ceux qui refusent ou ne peuvent pas se faire vacciner. Cela peut se faire par la mise en œuvre directe d’un « passeport vaccinal » ou l’exigence que tout Canadien produise une preuve d’un vaccin Covid pour accéder aux services gouvernementaux, y compris les soins de santé et l’éducation.

https://archive.org/embed/supplement-rapport-national-sur-limmunisation-au-canada-1996/Suppl%C3%A9ment%20-%20Rapport%20national%20sur%20l’immunisation%20au%20Canada%2C%201996

Passeport vaccinal et discrimination génétique

Dans la dernière escalade des violations des droits, les gouvernements au Canada ont annoncé qu’ils procéderaient à des passeports vaccinaux, qui rendraient effectivement obligatoire la vaccination contre la Covid. Selon le Centre de justice pour les libertés constitutionnelles (JCCF), « un gouvernement menaçant ou imposant des restrictions à la liberté contre les Canadiens qui ne veulent pas de vaccin contre la Covid constituerait une violation du droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de la personne de l’article 7 et du droit de ne pas en être privé, sauf conformément aux principes de justice fondamentale. Une fois établi, le gouvernement devrait alors prouver que cette grave atteinte aux droits est manifestement justifiée par une prépondérance de preuves. » La Cour suprême du Canada, dans une affaire fondamentale, a établi qu’au Canada, la liberté signifie l’absence de coercition ou de contrainte. Si les gouvernements canadiens décident de forcer ou de rendre obligatoires les vaccins, ils doivent être contestés efficacement et immédiatement devant les tribunaux.

L’avocat émérite chez Morency, Me Bernard Cliche, écrit dans le Journal de Montréal : « Une déclaration politique ne peut changer l’état du droit, déterminé tant par la loi que par l’interprétation qu’en font les tribunaux. Plusieurs dispositions législatives encadrent la vaccination et ce qui peut en découler, dont le passeport vaccinal. Tant la Charte québécoise que la Charte canadienne des droits et libertés de la personne prévoient notamment que tout être humain a droit à la vie, à la liberté et à la sécurité de sa personne. Au Québec, le Code civil stipule même que nul ne peut être soumis sans son consentement à des soins, quelle qu’en soit la nature, qu’il s’agisse d’examens, de prélèvements, de traitements ou de toute autre intervention, comme la vaccination. » [4]

Me Cliche précise que « le fait d’exiger un passeport vaccinal pour tous les travailleurs, peu importe les circonstances entourant le travail exercé, ne sera pas sans soulever d’importantes difficultés juridiques. Exiger systématiquement le passeport vaccinal équivaut en effet en pratique à exiger la vaccination obligatoire. » Or, il est très important de prendre en note que la Loi sur la non-discrimination génétique (GNA) « interdit à quiconque d’obliger une personne à subir un test génétique ou à en communiquer les résultats comme condition préalable à la fourniture de biens et services, à la conclusion ou au maintien d’un contrat ou d’une entente avec elle ou à l’offre de modalités particulières dans un contrat ou dans une entente. » Le texte « modifie également le Code canadien du travail afin de protéger les employés contre l’obligation de subir un test génétique ou d’en communiquer les résultats, et de prévoir d’autres protections relatives aux tests génétiques et aux résultats de ceux-ci, de même que la Loi canadienne sur les droits de la personne afin d’interdire la discrimination fondée sur des caractéristiques génétiques. » [5]

Selon la Coalition canadienne pour l’équité génétique (CCGF/CCEG), « la discrimination génétique se produit lorsque des personnes sont traitées injustement en raison de différences réelles ou perçues dans leurs informations génétiques (…) Les employeurs pourraient également utiliser les informations génétiques pour décider d’embaucher, de promouvoir ou de licencier des travailleurs. (…) Les modifications apportées au Code canadien du travail offrent un niveau de protection supplémentaire aux employés des industries sous réglementation fédérale. Cependant, tous les employés et les employés potentiels sont protégés par les interdictions de base de la GNA. » [6] Notons que les modifications apportées à la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP) ont ajouté des caractéristiques génétiques à la LCDP. [7] https://archive.org/embed/renvoi-relatif-a-la-loi-sur-la-nondiscrimination-genetique

La Loi sur la non-discrimination génétique définit le “test génétique” de la façon suivante : « Test visant l’analyse de l’ADN, de l’ARN ou des chromosomes à des fins telles la prédiction de maladies ou de risques de transmission verticale, ou la surveillance, le diagnostic ou le pronostic. » [8] Il est à noter que le test PCR est justement un test génétique, c’est-à-dire un outil de test qui peut détecter des séquences dans les gènes. Il s’agit d’une méthode de biologie moléculaire d’amplification génique in vitro ; elle permet notamment de déceler la présence de virus et de mesurer leur concentration (charge virale). Il s’agit d’une succession de cycles en trois étapes : dénaturation thermique de l’ADN, hybridation des amorces et extension des amorces à l’aide d’une ADN polymérase [9]

Les tests de dépistage de la COVID-19 sur la salive, par gargarisme (SYNLAB Suisse) ou bien encore par écouvillonnage nasopharyngé sont tous des tests RT-PCR, c’est-à-dire des tests génétiques.

La loi fédérale interdisant la discrimination génétique est valide, même si Ottawa et Québec ont clamé qu’elle était inconstitutionnelle. [10] En effet, dans une décision à cinq juges contre quatre, la Cour suprême du Canada a infirmé une décision unanime de la Cour d’appel du Québec qui jugeait que la loi ne relevait pas du droit criminel, mais plutôt de la propriété et des droits civils qui relèvent des provinces. Le plus haut tribunal du pays a tranché : la loi relève bel et bien du droit criminel. « Les interdictions prévues par la loi protègent l’autonomie, la vie privée, l’égalité et la santé publique, et représentent donc un exercice valide de la compétence du Parlement en matière criminelle », écrit la juge Andromache Karakatsanis dans la décision majoritaire. [11] Et que prévoit la loi pour ceux qui oseraient contrevenir à celle-ci :

Quiconque contrevient à l’un des articles 3 à 5 commet une infraction et encourt, sur déclaration de culpabilité :
  • par mise en accusation, une amende maximale de un million de dollars et un emprisonnement maximal de cinq ans, ou l’une de ces peines;
  • par procédure sommaire, une amende maximale de trois cent mille dollars et un emprisonnement maximal de douze mois, ou l’une de ces peines.

Cela étant dit, un certain nombre de documents internationaux s’opposent à l’utilisation discriminatoire de l’information génétique :

La position du Centre de justice est que le gouvernement devrait rendre le vaccin Covid accessible aux Canadiens qui le souhaitent, à commencer par ceux qui sont les plus vulnérables. Cela devrait mettre fin à leur participation aux décisions personnelles des Canadiens en matière de santé. « Aller plus loin et menacer ou imposer des restrictions à la liberté des Canadiens qui décident de ne pas recevoir un tel vaccin constitue une violation des droits à la liberté de conscience et de religion, des droits à la mobilité et du droit à la liberté et à la sécurité de la personne en vertu de la Charte. » [12]


Loi sur la non-discrimination génétique (L.C. 2017, ch. 3)

https://www.scribd.com/embeds/524709610/content?start_page=1&view_mode&access_key=key-j5F6QJz53Y2w98ND8C2R Afficher ce document sur Scribd


https://archive.org/embed/coalition-canadienne-pour-lequite-genetique-c.-procureure-generale-du-quebec-et-al.

Cour suprême du Canada : « Coalition canadienne pour l’équité génétique c. Procureure générale du Québec, et al. ». Diffusion Web de l’audience du 10 octobre 2019. Renseignements sur les dossiers de la Cour: 38478.

NOTES DE LECTURE :

  1. Immunisation Canada” est une coalition nationale d’organisations non gouvernementales, d’associations de professionnels, d’intervenants de la santé, et d’organismes des secteurs public et privé qui cherchent spécifiquement à promouvoir la compréhension et l’utilisation des vaccins recommandés par le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI).
  2. Santé Canada: « Rapport national sur l’immunisation au Canada, 1996 ». Volume: 23S4, mai 1997, page 3. [Archive] L’énoncé de ce rapport a été publié dans le Relevé des maladies transmissibles au Canada (RMTC) de mai 1997 par Santé Canada. Après la création de l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) en 2004, le RMTC leur a été transféré. Le site Web et les rapports subséquents du RMTC portent la désignation de l’ASPC. Les personnes suivantes ont participé aux décisions prises au sujet du contenu du présent rapport : Dr F Boucher, Société canadienne de pédiatrie, Ste-Foy (Qc); Dr J Dollin, Collège des médecins de famille, Dollard-des-Ormeaux (Qc); Dr J Guilfoyle, directeur de la santé, ministère de la Santé du Manitoba, Winnipeg (Man.); Mme C Guthrie, UNICEF Canada, Toronto (Ont.); Dr M Landry, médecin conseil, Régie régionale de la santé, Laval (Qc); M. J Laycock, Canadian Rotary Committee for International Development, St. Stephen (N.-B.); Dr L Palkonyay, Bureau des produits biologiques et radiopharmaceutiques, Ottawa (Ont.), et tous les membres du Comité de direction de la Division de l’immunisation, ainsi que Dre M Douville-Fradet, présidente du Sous-comité des maladies infectieuses, Comité consultatif de l’épidémiologie, Québec (Qc); Dr B Law, Comité consultatif national de l’immunisation, Winnipeg (Man.); Dr D Avard, Institut canadien de la santé infantile, Ottawa (Ont.); Mme C Lundy, UNICEF Canada, Toronto (Ont.); Dr J Millar, agent de santé provincial pour la Colombie-Britannique et membre du comité consultatif de la santé de la population, Victoria (C.-B.); Dre C Palacios, Laboratoire de lutte contre la maladie, Ottawa (Ont.) et Dr J Waters, président du Comité consultatif de l’épidémiologie, Edmonton (Alb.). Les épidémiologistes provinciaux et territoriaux et les responsables de programmes d’immunisation, dont les noms figurent ci-après, ont rempli un questionnaire au cours de l’été 1996, et fourni des renseignements à jour qui ont servi à la préparation de ce rapport : Mme K Blinco, Fredericton (N.-B.); Dr P Daly, Vancouver (C.-B.); Dr B Duval, Beauport (Qc); Dr D Horne, Winnipeg (Man.); Mme C McDermott, Edmonton (Alb.); Mme C O’Keefe, St John’s (T.-N.); le Dr H Robinson, Whitehorse (Yn); Dr J Scott, Halifax (N.-É.); Mme M Scott, Regina (Sask.); Dr L Sweet, Charlottetown (Î.-P.-É.) et Mme W White, Yellowknife (T. N.-O.). Le Dr J Carlson, du ministère de la Santé de l’Ontario, à North York, et le personnel du Bureau des maladies infectieuses, à Ottawa (Ont.) ont facilité la réalisation de ce rapport en dirigeant la rédaction et en décidant du contenu des divers chapitres : Dre A Bentsi-Enchill, Dr P Duclos, le Dre L Pelletier, Dr R Pless, Dr P Varughese, Division de l’immunisation, Dr M Tepper, Division des agents pathogènes à diffusion hématogène et Dr P Sockett, Division de la surveillance des maladies.
  3. Ian Bernstein : « A Shot in the Dark: The Legality of Mandatory Immunization ». McGill Journal of Law and Health (Revue de droit et de santé de McGill), February 13, 2021.
  4. Me Bernard Cliche : «Le passeport vaccinal au travail soulève de nombreuses questions juridiques». Le Journal de Montréal, 27 août 2021.
  5. Chambre des communes : « Loi visant à interdire et à prévenir la discrimination génétique ». Projet de loi S-201 (sanction royale) 4 mai 2017. Première session, quarante-deuxième législature, 64-65-66 Elizabeth II, 2015-2016-2017. [PDF]
  6. Coalition canadienne pour l’équité génétique : « Discrimination génétique. Que sont les gènes ? ». Canadian Coalition for Genetic Fairness (CCGF/CCEG).
  7. Législation du Canada : « Loi canadienne sur les droits de la personne », L.R.C. (1985), ch. H-6, Partie I, 3(3).
  8. Législation du Canada : « Loi sur la non-discrimination génétique » (L.C. 2017, ch. 3). Sanctionnée le 4 mai 2017. [PDF]
  9. Frédérick Magniez : « La PCR ». Technobio.fr, 25 février 2008. Frédérick Magniez est ingénieur d’études dans les biotechnologies. Il a travaillé dans des laboratoires privés et publics. [Archive]
  10. La Presse canadienne : « Discrimination génétique : la Cour suprême contredit Ottawa, Québec et la Cour d’appel ». Radio-Canada, 10 juillet 2020.
  11. Cour suprême du Canada : « Renvoi relatif à la Loi sur la non‑discrimination génétique ». Jugements de la Cour suprême, 10 juillet 2020. Référence neutre: 2020 CSC 17 / Numéro de dossier: 38478. Juges: Richard Wagner; Rosalie SilbermanAbella; Michael J. Moldaver; Andromache Karakatsanis; Suzanne Côté; Russell Brown; Malcolm Rowe; Sheilah Martin; Nicholas Kasirer.
  12. The Justice Centre for Constitutional Freedoms : « The Issue of Mandatory Vaccines ». Posted on August 13, 2021.
RÉFÉRENCES :

Source : Guy Boulianne

Vaccins contre la Covid-19 : le récent aveu du Conseil scientifique

Par : admin

Tout ce que nous vivons aujourd’hui, en France notamment, à cause du « passe sanitaire » et de l’« obligation » vaccinale (contre la Covid-19) repose essentiellement sur une seule affirmation, d’ordre scientifique, émise par le Gouvernement et par son Comité scientifique. Cette affirmation a été produite auprès du Conseil d’État, du Parlement (le législateur) et du Conseil constitutionnel.

Comme le révèle le Conseil constitutionnel, cette seule affirmation consistait à dire ceci : « le législateur a estimé que, en l’état des connaissances scientifiques dont il disposait, les risques de circulation du virus de la covid-19 sont fortement réduits entre des personnes vaccinées ».

Or, cette affirmation vient d’être récemment contredite par notamment le Conseil scientifique, lui-même.

En effet, dans une « Note d’alerte » ci-jointe, en date du 20 août 2021 (actualisée le 25 août 2021), ledit Conseil scientifique vient d’admettre notamment ce qui suit :

« Les personnes vaccinées infectées ont des pics de charge virale du même ordre de grandeur que ceux des personnes non-vaccinées infectées (…) suggérant que les personnes vaccinées infectées pourraient être contagieuses (…) » ;

« (…) dans les conditions actuelles d’obtention du pass sanitaire, celui-ci ne saurait être à lui seul le garant de l’absence de contamination entre les personnes qui se retrouvent dans un lieu où celui-ci est exigé et ne doit pas être compris ni mis en œuvre comme une protection absolue contre la contamination. Renforcer le contrôle du respect du pass sanitaire voire chercher à atteindre son respect absolu pourrait faussement faire croire à ses utilisateurs qu’ils sont totalement protégés et nous paraît devoir être évité. Le Conseil scientifique privilégie un message sanitaire que « le pass sanitaire réduit le risque de contamination sans l’éliminer et qu’il convient de respecter le plus possible les gestes barrières même dans les lieux sous pass sanitaire, en particulier pour les personnes les plus à risque » ;

« (…) La très grande transmissibilité du variant Delta, son incubation rapide, et sa capacité d’échappement (immunitaire) vaccinal (…) » ;

« (…) le risque d’introduction du virus à partir de personnes vaccinées mais infectées (…) de faux-négatifs de tests virologiques, ou d’incubation très rapide chez des sujets testés dans les 72 dernières heures, fait que ces lieux soumis au pass sanitaire ne peuvent pas être entièrement considérés comme sécurisés » ;

« Le Conseil scientifique souhaite rappeler que les mesures barrières devraient être conservées même pour les sujets complétement vaccinés (…) » ;

« Chez les personnes âgées (…) l’utilisation d’une 3ème dose autologue paraît être une réponse opérationnelle à court terme pour cette rentrée bien qu’on manque de données scientifiques solides » ;

« A moyen terme, dans un contexte de circulation accrue de virus présentant des variations antigéniques, l’utilisation d’une 3ème dose de vaccin identique pourrait apporter un bénéfice limité. Pour restaurer une bonne protection il sera probablement nécessaire d’utiliser un nouveau vaccin comportant un immunogène (protéine S) actualisé, proche de celle du virus variant circulant. Ces vaccins ne sont pas disponibles actuellement » ;

« Etc. ».

Cette nouvelle preuve vient confirmer, encore davantage, le bien-fondé des précédentes alertes du CTIAP (centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques) du centre hospitalier de Cholet.

Le passe sanitaire et l’obligation vaccinale (contre la Covid-19) n’ont donc aucun fondement : ni scientifique, ni juridique.

Pièce jointe : « Note d’alerte du Conseil scientifique COVID-19 ; 20 août 2021 (actualisée le 25 août 2021) ; Fin de la période estivale et pass sanitaire ; Rentrée de septembre 2021. »

Source : CTIAP centre hospitalier de Cholet

Covid-19 : le gouvernement de Boris Johnson renonce à son projet de passeport vaccinal

Par : admin
© Tolga Akmen Source: AFP

Un manifestant contre le passeport vaccinal manifeste devant le Parlement dans le centre de Londres, le 19 juillet 2021 (image d’illustration).

Le Secrétaire d’Etat britannique à la Santé, Sajid Javid, a annoncé que le gouvernement renonçait à son projet de passeport vaccinal, critiqué par la majorité comme l’opposition. L’Ecosse introduira toutefois son propre pass en octobre. Le gouvernement britannique a annoncé, le 12 septembre, avoir renoncé à son projet d’introduire un passeport vaccinal pour accéder aux discothèques et autres lieux très fréquentés en Angleterre, le jugeant superflu en raison du succès de la campagne de vaccination contre le Covid-19. «Je n’ai jamais aimé l’idée de dire aux gens de devoir montrer leurs papiers […] pour faire ce qui est simplement une activité courante», a déclaré le secrétaire d’Etat britannique à la Santé, Sajid Javid, sur la BBC .

"We shouldn't be doing things for the sake of it"

Health Secretary Sajid Javid says a scheme for vaccine passports for entry to nightclubs and large events in England will not be going ahead
https://t.co/0WkSrkrIAB #Marr pic.twitter.com/bhWRfdXISZ

— BBC Politics (@BBCPolitics) September 12, 2021

«Nous l’avons considéré comme il se doit, et tandis que nous désirons le garder en réserve comme une option potentielle, je suis ravi de dire que nous n’allons pas ajouté avec notre projet de passeport vaccinal», a-t-il ajouté.

Ce revirement intervient alors que l’exécutif avait encore répété cette semaine son intention d’introduire fin septembre un certificat de vaccination pour entrer dans les stades ou discothèques, s’attirant de vives critiques du secteur de la nuit et des députés de la majorité conservatrice comme de l’opposition. Sajid Javid a estimé qu’une telle mesure n’était finalement pas nécessaire, malgré un nombre de cas quotidiens positifs (autour de 40 000 ces derniers jours), compte tenu d’un taux élevé de vaccination au Royaume-Uni. En effet, près de 81% de la population de plus de 16 ans a reçu deux doses.

Chaque nation constitutive de la Grande-Bretagne restant compétente pour les restrictions anti-Covid, l’Ecosse a quant à elle décidé d’introduire, dès le 1er octobre, un certificat de vaccination pour accéder aux discothèques et à certains événements, afin de freiner la hausse des cas attribuée à la rentrée scolaire.

Le Premier ministre Boris Johnson doit détailler, dans les prochains jours, son plan de bataille en matière de lutte contre le coronavirus pour la période hivernale. Selon la presse britannique, la vaccination de masse devrait en rester l’axe principal, avec le déploiement d’un programme de rappel, et une décision sur l’éventuelle administration de vaccins aux jeunes âgés de 12 à 15 ans.

Sajid Javid a également fait part de son intention de supprimer «dès que possible» l’obligation pour les voyageurs doublement vaccinés en provenance de certains pays de se soumettre à un test PCR de dépistage deux jours au plus tard après leur arrivée en Angleterre.

Source : RT France

Louis Fouché s’adresse à Olivier Véran !

Par : admin

Louis Fouché à Olivier Véran : « Olivier, tu es en plein délire ! ».

Dr Fouché à @olivierveran au sujet de la vax des femmes enseintes " Olivier tu es en plein délire" #Manifs11septembre pic.twitter.com/K6MRRMK2ZH

— LE GÉNÉRAL Officiel. 💎 (@LE_GENERAL_off) September 8, 2021

Source : L’Actu dissidente

Covid-19 : le parquet de Paris classe 16.200 plaintes

Par : admin

Ces plaintes visaient à dénoncer les effets secondaires liés au port du masque pour les enfants ainsi que ceux du vaccin contre le coronavirus.

Le parquet de Paris n’a pas cédé à la pression. Il vient en effet de classer 9600 plaintes dénonçant les effets secondaires du vaccin arguant des chefs de tromperie aggravée, de mise en danger de la vie d’autrui, d’abus de faiblesse et d’extorsion aggravée. Le 31 mars dernier, la juridiction parisienne avait déjà classé 6600 plaintes dénonçant les effets secondaires du masque pour les enfants avec les qualifications de violences sur mineurs, tromperie et non assistance à personne en danger.

À lire aussiCovid-19 : «des milliers de plaintes arrivent» sur la gestion de la crise, selon le procureur François Molins

L’ensemble de ces plaintes sont des plaintes types ou formatées venues embouteiller le Pôle de Santé Publique du tribunal judiciaire de Paris. Un classique pour ne pas dire une mode, depuis le début de la crise du Covid-19 et du confinement en mars 2020. Tout avait alors commencé par les 300 plaintes suscitées par le site «Plaintes anti covid.fr». En tout, le parquet parisien a reçu depuis cette date 18.390 plaintes, dont 18.200 types, et 150 individuelles. Depuis seulement quatre informations judiciaires ont été ouvertes.

Source : Le Figaro

Le dormeur doit se réveiller!

Par : admin

Dr In, [12/09/2021 à 07:32]
Beaucoup de gens s’imaginent, à tort que parce qu’il avance tout et son contraire, le gouvernement est incompétent.

Mais, tout a sciemment été fait pour brouiller les cartes et la compréhension des Français, qui ont été soumis à de nombreuses “injonctions paradoxales”, également appelées “doubles contraintes” incompatibles. Une notion théorisée dans les années 50 au sein de l’école de “Palo Alto” par l’anthropologue Gregory Bateson, à l’origine de troubles mentaux comme la schizophrénie.

Il s’agit d’une situation dans laquelle une personne est soumise à deux contraintes ou pressions contradictoires ou incompatibles. Si la personne est ou se sent prisonnière de la situation, surtout si elle est dans l’incapacité de communiquer à son sujet, cela rend le problème insoluble et engendre à la fois troubles et souffrances mentales.

Les exemples sont innombrables dans la gestion de cette pandémie : Confinez-vous, mais allez travailler ; ne vous rencontrez pas, mais soyez solidaires ; restez chez vous, mais faites du sport ; le masque est inutile, mais il est pourtant obligatoire ; pour protéger nos enfants, acceptons de les maltraiter ; Pour sauver nos aînés, laissons-les mourir de solitude ; Pour éviter les attroupements, fermons les petits magasins ; Pour préserver notre santé, fermons les salles de sport ; Pour sauver nos hôpitaux, détruisons notre économie…


En réalité il s’agit donc d’une technique de manipulation parfaitement maîtrisée et d’un des grands ressorts insidieux du totalitarisme, qui fait disjoncter la masse des cerveaux lassés par tant de paradoxes afin de mieux les soumettre et les dominer.

Et force est de constater que cette stratégie est redoutablement efficace, puisque la plupart des gens perdent tout esprit critique et sont comme hébétés, incapables de la moindre réaction.
C’est donc bien une insidieuse guerre psychologique qui nous est livrée, un petit jeu bien malsain et hautement pervers.
L’acceptation généralisée aux règles les plus absurdes ne peut fonctionner que grâce au conformisme et à l’instinct grégaire de la plupart des individus. Un facteur très puissant, qui chez la plupart entrave toute forme de discernement et de jugement personnel et qui peut expliquer beaucoup de choses concernant la passivité de la présente situation.
Ce que nous avons traversé collectivement ces derniers mois, ressemble donc à une gigantesque entreprise de contrôle social et de soumission de la population, à l’instar de la fameuse “Expérience de Milgram”. Ainsi, on doit obéir aveuglément aux décisions les plus aberrantes, au nom du respect de l’autorité supérieure, car c’est elle qui serait détentrice de l’expertise scientifique, des compétences et du savoir, malgré des conflits d’intérêts patents qui sautent aux yeux.
Une soumission qui a culminé jusqu’à l’absurde, avec la nécessité ubuesque et profondément humiliante de se faire signer à soi-même une dérogation d’autorisation de sortie, lors des phases de confinements. Attestations de déplacement dérogatoires officielles, qui n’avaient en réalité aucun caractère obligatoire, comme cela a été ultérieurement avoué par le Conseil d’État.

Nous nous sommes ainsi transformé en gardiens de notre propre prison. Quelle idée tordue et quelle perversion !


Une brillante initiative que l’on doit au cabinet-conseil “McKinsey & Company”, spécialisé dans le “Nudging”, à savoir dans des techniques de marketing incitatif, basées sur l’ingénierie sociale et l’économie comportementale, de façon à induire certaines actions dans la population en la manipulant de manière infra-consciente !
https://t.me/ah2020_org/712067

Discours incroyable de Maître Fabrice DiVizio à Paris

Par : admin

« VOUS NE TOUCHEREZ PAS À NOS ENFANTS » !

manifestation anti pass sanitaire et anti obligation vaccinale avec le grand discours de Maître DiVizio et des révélations incroyable sur le programme des écoles en 6eme. liberté et paix sont les mots juste pour définir ce grand rassemblement de ce samedi 11 Septembre 2021

Source : Youtube

Qui contrôle le monde occidental aujourd’hui ?

Par : admin

Par le général Dominique Delawarde

Les présidents ou chefs d’état occidentaux gouvernent-ils réellement leur pays ?

Subissent-ils des pressions, des influences de la part de groupes ou de lobbies transnationaux dont la puissance financière dépasse, de loin, celle des États et qui, en occident, tiennent entre leurs mains l’avenir des hommes politiques et l’économie des pays qu’ils dirigent ?

C’est une question que beaucoup de citoyens ne se posent jamais (ils s’en fichent et votent sous le coup de l’émotion du moment), mais c’est une question que d’autres citoyens, plus curieux, plus lucides, plus inquiets pour l’avenir de leurs enfants, plus éduqués peut être, se posent avec insistance.

Il convient donc d’y répondre le plus simplement du monde en se mettant à la portée des moins instruits de nos compatriotes, en se fondant sur des faits incontestables et facilement vérifiables par tous, sur des sources inattaquables, pour que chacun comprenne comment fonctionne le «système» et pourquoi un petit nombre d’acteurs, parfaitement identifiés, peuvent affaiblir un pays, contrôler son économie, faire plier des gouvernements, faire élire ou abattre un président, décider de la paix ou de la guerre en fonction de leurs intérêts, imposer leurs lois et leurs règles tout en sauvant les apparences, s’emparer du contrôle des médias mainstream les plus influents, manipuler les opinions publiques, contrôler une partie importante et suffisante des appareils exécutif, législatif et judiciaire ….etc, …etc ….

Le documentaire ci après, de sources néerlandaises et anglosaxonnes mais présenté en français, entre dans les coulisses du grand « théâtre » occidental, de manière très pédagogique et très factuelle, et décrit la situation telle qu’elle est aujourd’hui.

Il fait apparaître, progressivement, les institutions qui contrôlent, en fait, l’économie occidentale, et qui détiennent l’essentiel de la puissance financière. Il fait apparaître clairement les liens inextricables qui unissent ces institutions entre elles.

Tous les géopoliticiens dignes de ce nom devraient garder aujourd’hui, en arrière plan de leurs réflexions et de leurs analyses, ces éléments fondateurs de «la mondialisation heureuse» que l’on nous promet et que certains « dominants » voudraient bien voir aboutir à leur plus grand profit. (Great Reset)

Branchez votre ordinateur sur votre téléviseur, installez vous dans votre fauteuil et vous comprendrez mieux la marche du monde après 45 minutes de documentaire.

Les plus curieux pourront, si l’idée leur en vient, creuser les biographies des individus qui ont fondé et/ou qui dirigent aujourd’hui les dix institutions dominantes. Ils découvriront alors QUI contrôle vraiment le monde occidental et, accessoirement, notre pays.

https://odysee.com/@JeanneTraduction:a/Monopole:3

Écosse – 80% des décès dus au Covid-19 en août étaient des personnes qui avaient été vaccinées selon les données de santé publique

Par : admin

Des preuves supplémentaires prouvant que le programme de vaccination contre le Covid-19 est un énorme échec ont été publiées. Elles confirment que pendant tout le mois d’août, 80% des personnes qui seraient mortes du Covid-19 avaient été vaccinées contre la maladie.

Le tableau 17 du rapport de Public Health Scotland indique le nombre de décès survenus en fonction du statut vaccinal. Cependant, PHS a été très astucieux dans la façon dont il a présenté le nombre de décès. En effet, au lieu de les présenter semaine par semaine comme ils l’ont fait pour le nombre de cas et d’hospitalisations, ils ont inclus les décès en remontant jusqu’au 29 décembre.

Cela signifie qu’ils incluent les décès survenus au plus fort de la prétendue deuxième vague de Covid-19, alors que seulement 9% de la population avait reçu une seule dose et que seulement 0,1% de la population totale était entièrement vaccinée. Par conséquent, PHS est très sournoisement en mesure de donner l’impression que la majorité des décès dus au Covid-19 se produisent parmi la population non vaccinée.

publichealthscotland.scot/21/08/18/covid19-publication_report (page 38)

Le tableau ci-dessus est extrait du rapport publié par Public Health Scotland le 18 août 2021 et montre les décès dus au Covid-19 par statut vaccinal entre le 29 décembre 2020 et le 5 août 2021. Comme vous pouvez le voir, toute personne lisant le rapport aurait l’impression que les vaccins font un travail fantastique pour prévenir les décès dus au Covid-19.

Mais si l’on passe rapidement au rapport le plus récent, le tableau 17 montre qu’il y a eu 3 102 décès dans la population non vaccinée, 279 décès dans la population partiellement vaccinée et 298 décès dans la population entièrement vaccinée entre le 29 décembre et le 26 août 2021.

publichealthscotland.scot/media/21/09/08/covid19-publication_report (page 40)

Par conséquent, le nombre réel de décès par statut vaccinal entre le 5 août 2021 et le 26 août 2021 est le suivant :

  • Population non vaccinée – 25 décès
  • Population partiellement vaccinée – 6 décès
  • Population totalement vaccinée – 92 décès

Cela signifie que la population non vaccinée n’a représenté que 20% des décès présumés liés au virus Covid-19 pendant tout le mois d’août, alors que la population entièrement vaccinée en a représenté 75%. Mais si l’on ajoute les décès dus à la vaccination partielle à ceux dus à la vaccination complète, on constate que, pendant tout le mois d’août, 80% des décès sont survenus dans la population vaccinée.

Cependant, il est difficile de calculer le taux de létalité. Pour ce faire, nous devons examiner le nombre de décès survenus dans le rapport de la semaine précédente. Jusqu’au 19 août, 3 096 décès ont été enregistrés parmi les personnes non vaccinées, 277 parmi les personnes partiellement vaccinées et 264 parmi les personnes complètement vaccinées.

publichealthscotland.scot/21/09/01/covid19-publication_report (page 43)

Par conséquent, le nombre réel de décès par statut vaccinal entre le 19 août 2021 et le 26 août 2021 est le suivant :

  • Population non vaccinée – 6 décès
  • Population partiellement vaccinée – 2 décès
  • Population totalement vaccinée – 34 décès

Si l’on considère que ces décès surviennent deux semaines après le nombre de cas confirmés, on peut calculer le taux de létalité.

Au cours de la semaine du 7 août, 3 788 cas confirmés ont été recensés dans la population entièrement vaccinée. Par conséquent, si l’on se base sur le nombre de décès de 6 personnes non vaccinées au cours de la semaine du 19 août, le taux de létalité est de 0,15%. Cependant, lorsque nous effectuons le même calcul pour les hospitalisations (34) et les cas (3 490) de la population entièrement vaccinée, nous constatons que le taux d’hospitalisation des cas est de 1%.

Cela montre donc que les injections de Covid-19 augmentent le risque de décès en cas d’exposition au Covid-19 d’un énorme 566% au lieu de réduire le risque de 95% comme le prétendent les fabricants de vaccins et les autorités.

Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que le nombre de cas confirmés parmi la population entièrement vaccinée a augmenté de manière significative au cours de la semaine la plus récente par rapport aux quatre semaines précédentes. Par conséquent, le nombre d’hospitalisations et de décès qui pourraient survenir au cours des prochaines semaines pourrait suffire aux autorités pour justifier un nouveau confinement.

Les données montrent clairement que les vaccins ne préviennent pas l’infection ou la transmission, et qu’ils augmentent le risque d’hospitalisation et de décès au lieu de le réduire.


source : https://theexpose.uk

via https://cv19.fr

Réseau International

Source : Planetes360

Hérault : Un jeune sapeur-pompier perd la vie dans un tragique accident

Par : admin

Un jeune soldat du feu est décédé dans la nuit de samedi à dimanche à Gruissan dans l’Aude.

Le jeune sapeur-pompier volontaire était âgé de 25 ans. Maraîcher à Cazouls-lès-Béziers, il faisait partie de la caserne de Valras-Plage. Comme le relate Actu.fr, il a accidentellement perdu la vie cette nuit, lors d’une violente sortie de route.

De nombreux hommages lui ont été rendus sur les réseaux sociaux notamment de son ancien club de rugby mais aussi de l’amicale des sapeurs-pompiers de Béziers.

Le père de la victime est sapeur-pompier professionnel et son oncle est également soldat du feu. Un drame terrible pour le SDIS 34 et l’ensemble des sapeurs-pompiers.

Source : Actu Pénitentiaire

Qu’en diront nos enfants ?

Par : admin

L’eveil des consciences

N’hésitez pas à relayer ce magnifique message

Source : Youtube

Isère : Un hélicoptère de la sécurité civile en intervention se crash avec 5 personnes à bord

Par : admin
© Sicom-urgence.fr

Un drame est survenu ce dimanche après-midi à Villars-de-Lans, en Isère.

Un hélicoptère de la sécurité civile s’est crashé avec à son bord cinq personnes. Selon les informations du Dauphiné, le pilote de l’hélicoptère, traumatisé psychologiquement, souffrirait de plaies relativement superficielles.

Le mécanicien de la sécurité civile qui l’accompagnait serait, en revanche, très gravement blessé. Le médecin du Samu qui se trouvait également à bord est considéré comme en urgence absolue et les deux secouriste du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de l’Isère, en urgence relative.

D’après un témoin dans le quotidien régional, l’appareil a pris feu après l’impact. La préfecture a expliqué, « Alors qu’il se rendait en opération de secours sur le secteur de Villard-de-Lans, un hélicoptère de la sécurité civile s’est abîmé au sol, avec à son bord cinq membres de l’équipe (équipage et secouristes). Les opérations de secours sont actuellement en cours avec l’appui de moyens terrestres et aériens. Les causes de l’accident sont pour l’heure indéterminées ».

Crash d'un d'hélico de la sécu civil à l'instant vers Villard de lans (Isère), on l'a entendu tourner puis se cracher. 2 boums viennent de retentir. De la fumée est visible. @airplusnews @hydra_66 @auvergnerhalpes @France3tv pic.twitter.com/pbYBn9WATv

— Christophe Sylvain (@ChristopheSylv4) September 12, 2021

Source : Actu Pénitentiaire

Besançon : Il dégrade des voitures et agresse deux passants. Il est maîtrisé par ses victimes.

Par : admin

Les forces de l’ordre sont intervenus ce samedi matin à Besançon.

Il est six heures du matin, quand un homme, âgé de vingt ans, dégrade des voitures en stationnement boulevard Charles-de-Gaulle. L’individu est en état d’alcoolisation avancé et agresse également deux passants avant de prendre la fuite.

Comme le relate L’Est républicain, les victimes ne vont pas se laisser faire et vont rattraper le mis en cause et le maîtriser en attendant l’arrivée des forces de l’ordre. L’homme est interpellé mais celui-ci va se rebeller et insulter copieusement les policiers.

Le fauteur de troubles qui déclinera une fausse identité, a été placé en garde à vue avant de se voir notifier sa convocation devant la justice. Il sera jugé en comparution immédiate ce lundi.

Source : Actu Pénitentiaire

Covid-19 : ces soignants qui restent mobilisés contre l’obligation vaccinale

Par : admin

Samedi, dans plusieurs villes françaises, des soignants ont protesté contre la vaccination obligatoire contre le Covid-19 pour les personnels hospitaliers. Certains sont prêts à quitter leur travail plutôt que de céder, mais s’inquiètent pour leur avenir financier ou encore pour leurs patients à l’hôpital. REPORTAGE

Pour la neuvième semaine consécutive, des milliers de personnes ont défilé dans les rues de France pour protester contre la mise en place du pass sanitaire, mais aussi contre l’obligation vaccinale pour les personnels soignants, qui doit entrer en vigueur le 15 septembre. Dans les cortèges, beaucoup de soignants, donc, qui seront contraints à partir de mercredi prochain d’être vaccinés sous peine d’être suspendus. Mais malgré la menace de la suspension, certains refusent de plier et assurent préférer quitter l’hôpital. 

INTERVIEW – Obligation vaccinale des soignants : “C’est quelque chose de positif et on y arrivera”about:blankhttps://acdn.adnxs.com/dmp/async_usersync.html

L’un après l’autre, des centaines de soignants ont jeté leur blouse blanche sur le trottoir juste devant le ministère de la Santé. Un geste fort, avant d’être suspendu. Aide soignante, Céline a peur de ne bientôt plus pouvoir payer ses factures. “J’ai la chance d’avoir encore mon mari qui travaille. On a deux enfants et des charges à payer comme tout le monde, et on ne sait pas comment on va faire”, a-t-elle confié à Europe 1, assurant avoir “commencé à chercher du travail ailleurs”. “La Santé ne veut pas de moi, c’est pas grave, je trouverai ailleurs”, a-t-elle poursuivi. Et d’insister sur son mal-être. “Quand je rentre chez moi le soir, je ne suis pas bien.”

300.000 soignants ne sont pas encore vaccinés

Dans le cortège, Muriel, infirmière, va elle aussi quitter l’hôpital. Mais elle est inquiète du sort de ses patients. “Certains s’arrêtent et laissent leurs patients sans soin, ce qui est dramatique, parce qu’il y a un énorme besoin de soins partout en France”, regrette-t-elle. “Soit on est obligé de laisser nos patients complètement seuls, sans aucun recours et sans savoir quand on pourra les resoigner à nouveau, soit on choisit d’exercer quand même, mais dans l’illégalité, donc en risquant de prendre des sanctions sévères.”

Au total, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, 121.000 manifestants, dont 19.000 à Paris, se sont mobilisés. Au moins 96 personnes ont été interpellées après des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre dans la capitale. En France, 300.000 soignants ne sont pas encore vaccinés, sois 12 % de la profession.

Source : Europe1

Un neurologue explique pourquoi les personnes vaccinées contractent et propagent toujours le COVID-19 à un rythme élevé

Par : admin

( Natural News ) Le Dr Michael Segal, neurologue et neuroscientifique, a expliqué dans un article récent publié par le Wall Street Journal  pourquoi les personnes vaccinées contre le coronavirus de Wuhan (COVID-19) contractent et propagent toujours la maladie à un rythme élevé .

Segal a écrit que les vaccins ne font que stimuler l’immunité interne mais ne font rien pour lutter contre l’immunité des muqueuses. L’immunité interne protège l’intérieur du corps tandis que l’immunité muqueuse fournit la première ligne de défense en protégeant le nez et la bouche et, ce faisant, réduit également la propagation aux autres.

Il a déclaré que tous les vaccins COVID-19 “sont largement inefficaces pour stimuler la sécrétion d’une forme particulière d’anticorps appelée immunoglobuline A (IgA) dans notre nez qui se produit après une infection réelle par un virus”. Pendant ce temps, ceux qui ont contracté et récupéré de la maladie ont à la fois une immunité muqueuse et interne. Ils ont ce qu’ils appellent une immunité naturelle contre la maladie.

Une étude récente en Israël a prouvé qu’une immunité naturelle est meilleure que de se faire vacciner. Les chercheurs ont découvert que les personnes vaccinées étaient 13 fois plus susceptibles d’être infectées et 27 fois plus susceptibles d’avoir des infections symptomatiques que les personnes ayant une immunité naturelle. (Connexe :  guide de l’immunité naturelle contre le COVID-19 par rapport à l’immunité induite par le vaccin. )

Les patients guéris de COVID-19 conservent une immunité large et durable contre la maladie

Une   étude de l’Université Emory publiée dans la revue  Cell Reports Medicine a révélé que la plupart des personnes qui se sont remises de COVID-19 conservent une immunité large et durable contre la maladie , y compris un certain degré de protection contre ses variantes.

Rafi Ahmed, l’auteur principal de l’article, a déclaré que les résultats ont réfuté les premiers rapports pendant la pandémie selon lesquels les anticorps neutralisants protecteurs n’avaient pas duré chez les patients COVID-19.

« L’étude sert de cadre pour définir et prédire l’immunité à long terme contre le SRAS-CoV-2 après une infection naturelle. Nous avons également vu des indications dans cette phase que l’immunité naturelle pourrait continuer à persister », a déclaré Ahmed. Le SRAS-CoV-2 est le virus qui cause le COVID-19.

Une fois que les gens se sont remis d’une infection par un virus, le système immunitaire en conserve la mémoire. Les cellules immunitaires et les protéines qui circulent dans le corps peuvent reconnaître et tuer l’agent pathogène s’il est à nouveau rencontré, protégeant ainsi contre la maladie et réduisant la gravité de la maladie.

L’étude a porté sur 254 patients COVID-19 âgés de 18 à 82 ans, qui ont fourni des échantillons de sang à divers moments pendant une période de plus de huit mois à compter d’avril de l’année dernière. Environ 71 pour cent des patients avaient une maladie bénigne, 24 pour cent une maladie modérée et cinq pour cent une maladie grave.

Ahmed et son équipe ont découvert que la plupart des patients qui se sont rétablis ont développé une réponse immunitaire forte et étendue au virus pendant au moins les 250 jours de l’étude.

La protection immunitaire à long terme implique plusieurs composants. Les anticorps reconnaissent les substances étrangères comme les virus et les neutralisent. Différents types de cellules T aident à reconnaître et à tuer les agents pathogènes. Les cellules B fabriquent de nouveaux anticorps lorsque le corps en a besoin.

Tous ces composants du système immunitaire ont été trouvés chez des personnes qui se sont rétablies du COVID-19. Mais les détails de cette réponse immunitaire et combien de temps elle dure après l’infection ne sont pas clairs. Des rapports épars de réinfection par le SRAS-CoV-2 ont fait craindre que la réponse immunitaire au virus ne soit pas durable.

Une étude publiée le 6 janvier dans  Science a  analysé les cellules immunitaires et les anticorps de près de 200 personnes qui avaient été exposées au SRAS-CoV-2 et se sont rétablies.

Drs. Daniela Weiskopf, Alessandro Sette et Shane Crotty de l’Institut d’immunologie de La Jolla ont dirigé l’étude. Il a été financé en partie par le  National Institute of Allergy and Infectious Diseases  (NIAID) et le  National Cancer Institute  (NCI).

Le temps écoulé depuis l’infection variait de six jours après l’apparition des symptômes à huit mois plus tard. Plus de 40 participants avaient été rétablis pendant plus de six mois avant le début de l’étude. Environ 50 personnes ont fourni des échantillons de sang plus d’une fois après l’infection.

Les chercheurs ont trouvé des réponses immunitaires durables chez la majorité des personnes étudiées.

Des anticorps contre la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 ont été trouvés chez 98% des participants un mois après l’apparition des symptômes. Comme on l’a vu dans des études précédentes, le nombre d’anticorps variait considérablement entre les individus. Mais leurs niveaux sont restés assez stables au fil du temps, ne diminuant que modestement six à huit mois après l’infection.

Les experts recommandent que le coronavirus soit autorisé à circuler dans toute la population

Certains experts recommandent désormais que le virus soit autorisé à circuler dans toute la population , avec des précautions prises pour les personnes vulnérables.

“Nous n’avons rien qui arrêtera la transmission, donc je pense que nous sommes dans une situation où l’immunité collective n’est pas une possibilité et je soupçonne que le virus va lancer une nouvelle variante qui est encore meilleure pour infecter les individus vaccinés”, Andrew Pollard , directeur de l’Oxford Vaccine Group, a déclaré le mois dernier à un panel parlementaire.

Pollard a fait valoir que si les tests de masse n’étaient pas arrêtés, “le Royaume-Uni pourrait être dans une situation de vaccination continue de la population”. Il a déclaré que seules les personnes présentant des symptômes devraient être testées tandis que les autres devraient vaquer à leurs occupations quotidiennes.

L’épidémiologiste de l’État islandais a exprimé des sentiments similaires.

“Nous ne pouvons vraiment rien faire d’autre que de laisser le virus suivre son cours pour que la population acquière une immunité collective”, a déclaré Porolfur Gudnason, épidémiologiste en chef de la Direction de la santé d’Islande. (Connexe :  Étude : 2 Indiens sur 3 ont une immunité naturelle contre le coronavirus, ce qui signifie que « l’immunité collective » est déjà atteinte. )

« Nous devons essayer de vacciner et mieux protéger ceux qui sont vulnérables mais tolérons l’infection. Ce n’est pas une priorité maintenant de vacciner tout le monde avec la troisième dose. »

Les vaccinations de masse doivent cesser

Les gouvernements doivent arrêter les campagnes de vaccination de masse pour tenter de lutter contre l’immunité collective .

En mars, l’expert en vaccins, le Dr Geert Vanden Bossche, a déclaré dans une lettre ouverte que les campagnes de vaccination de masse en cours sont “susceptibles d’améliorer encore l’évasion immunitaire adaptative, car aucun des vaccins actuels n’empêchera la réplication ou la transmission de variantes virales”.

L’évasion immunitaire est un terme utilisé pour décrire lorsque l’hôte n’est plus en mesure de reconnaître et de contrer un agent pathogène tel qu’une variante ou un mutant pertinent du SRAS-CoV-2.

“Plus nous utilisons ces vaccins pour immuniser les gens au milieu d’une pandémie, plus le virus deviendra infectieux “, a écrit Vanden Bossche. « L’augmentation de l’infectiosité s’accompagne d’une probabilité accrue de résistance virale aux vaccins. »

Dans ce scénario, les fabricants seront contraints d’affiner ou d’améliorer les vaccins, ce qui augmentera alors la pression de sélection.

La pression de sélection est un terme utilisé pour décrire le processus qui aide un organisme ou un agent pathogène à évoluer de manière à le rendre mieux adapté à son environnement changeant. Une résistance aux antibiotiques, qui est causée par une surutilisation des médicaments antibiotiques, est un bon exemple de pression de sélection.

Le virus déjouera efficacement les vaccins hautement spécifiques à base d’antigènes qui sont utilisés et modifiés. Vanden Bossche a déclaré que les variantes virales «beaucoup plus infectieuses» sont déjà des exemples d’évasion immunitaire de notre immunité innée.

Suivez Pandemic.news  pour plus d’actualités et d’informations sur la pandémie de coronavirus.

Les sources comprennent :

TheOrganicPrepper.com

TheEpochTimes.com

NIH.gov

TheNewAmerican.com

Dryburgh.com

Source : Natural News

La mise en examen d’Agnès Buzyn par la CJR inquiète la majorité à quelques mois de la présidentielle

Par : admin

L’ex-ministre de la santé a été mise en examen par la Cour de justice de la République pour « mise en danger de la vie d’autrui », dans le cadre de l’enquête sur la gestion de la pandémie de Covid-19.

L’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn répond aux journalistes devant la Cour de justice de la République, à Paris, le 10 septembre 2021. LUCAS BARIOULET / AFP Former Health Minister Agnes Buzyn, who resigned in mid-February 2020 at the start of the Covid-19 epidemic, answers to journalists upon her arrival at the Court of Justice of the Republic (CJR), and could face charges over her handling of the Covid-19 crisis, in Paris on September 10, 2021. (Photo by Lucas BARIOULET / AFP)

Au terme d’une journée d’audition par trois juges d’instruction, la Cour de justice de la République (CJR) a mis en examen, vendredi 10 septembre, l’ancienne ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, pour « mise en danger de la vie d’autrui », du fait de sa gestion de la crise sanitaire liée au coronavirus. Elle est également placée sous le statut de témoin assisté pour un autre chef, celui « d’abstention volontaire de combattre un sinistre ».

Seule instance habilitée à juger des ministres pour les faits accomplis durant leur mandat, la CJR enquête depuis juillet 2020 sur la gestion de la crise sanitaire due au Covid-19. L’institution a été saisie de milliers de plaintes – soit 14 500, selon le décompte du procureur général près de la Cour de cassation, François Molins. Pour beaucoup, elles sont issues de formulaires types proposés en ligne par des avocats opposés à la gestion de la crise sanitaire, parmi lesquels le contesté Me Fabrice Di Vizio. Seize ont toutefois été jugées recevables ; elles portent notamment sur le manque d’équipements pour les soignants ou sur les errances du pouvoir concernant l’obligation du port du masque. Lire aussi Coronavirus, « mascarade » et « grippette » : la mémoire sélective d’Agnès Buzyn

Désormais représentante de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Agnès Buzyn, 58 ans, était ministre des solidarités et de la santé de 2017 à février 2020, date à laquelle – alors que la pandémie inquiétait le monde entier – elle a quitté son poste pour briguer, sans succès, la Mairie de Paris.

En juin 2020, elle avait fait scandale en expliquant au Monde : « Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. (…) Depuis le début [de la campagne municipale], je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade. » Une déclaration qui allait à l’encontre de ses prises de position publiques. Avant sa démission, elle avait en effet évoqué des « risques très faibles » de propagation massive du Covid-19.

D’autres convocations possibles

Agnès Buzyn est mise en cause sur la foi d’un décret qu’elle avait elle-même signé en mai 2017, et qui précise que « le ministre des solidarités et de la santé élabore et met en œuvre (…) les règles relatives à la politique de protection de la santé contre les divers risques susceptibles de l’affecter ».

Depuis 2020, des perquisitions ont eu lieu, ciblant l’ancienne ministre, mais également son successeur, Olivier Véran, ou l’ancien chef du gouvernement Edouard Philippe. D’autres convocations devant la CJR pourraient viser les deux hommes, mais aussi d’autres membres de l’exécutif, en fonction ou non. Reste à savoir si cet agenda judiciaire aura des conséquences politiques pour Emmanuel Macron, alors que ce dernier semble prêt à briguer sa réélection au printemps 2022

Lire la suite : Le Monde

Covid-19 : Agnès Buzyn mise en examen pour “mise en danger de la vie d’autrui” • FRANCE 24

Source : Youtube

Covid-19 : Agnès Buzyn mise en examen pour « mise en danger de la vie d’autrui » pour sa gestion de l’épidémie

La décision de la Cour de justice de la République concernant l’ex-ministre de la santé pourrait être suivie par d’autres convocations visant des membres actuels ou passés du gouvernement.

Le Monde avec AFP

C’est une première judiciaire concernant la gestion gouvernementale de l’épidémie de Covid-19. L’ex-ministre de la santé Agnès Buzyn a été mise en examen vendredi 10 septembre pour « mise en danger de la vie d’autrui »à l’issue de son audition par des magistrats de la Cour de justice de la République (CJR), qui enquête sur la gestion de l’épidémie de Covid-19, a-t-on appris du parquet général de la CJR.

Première personnalité à être mise en cause dans ce vaste dossier, Mme Buzyn a par ailleurs été placée sous le statut plus favorable de témoin assisté pour « abstention volontaire de combattre un sinistre », a précisé la même source.

Elle était arrivée peu avant 9 heures à la CJR, seule habilitée à juger des ministres dans l’exercice de leurs fonctions, qui enquête sur la gestion de l’épidémie depuis juillet 2020. « Aujourd’hui, c’est une excellente opportunité pour moi de m’expliquer et de rétablir la vérité des faits. Je ne laisserai pas salir l’action du gouvernement, mon action en tant que ministre, alors que nous avons fait tant pour préparer notre pays à une crise sanitaire mondiale, qui, je le rappelle, dure encore », avait-elle déclaré alors à la nuée de journalistes présents, accompagnée de son avocat Me Eric Dezeuze.

A l’issue de son audition, Mme Buzyn pouvait soit être mise en examen, soit ressortir sous le statut plus favorable de témoin assisté, si elle parvenait à convaincre les juges qu’il n’existait pas suffisamment d’indices graves ou concordants qui puissent être retenus contre elle.

La mise en examen de Mme Buzyn est la première dans ce vaste dossier consacré à la manière – critiquée encore aujourd’hui – dont les autorités françaises ont anticipé, puis géré quotidiennement, l’épidémie de Covid-19, qui a fait au moins 115 000 morts dans le pays, selon Santé publique France.

Au tout début 2020, Mme Buzyn occupait un rôle central, à la tête du ministère de la santé (mai 2017-février 2020). Alors que le monde commençait à prendre peur après les informations alarmantes venant de Wuhan, en Chine, celle qui est hématologue de formation avait pris la parole à l’Elysée le 24 janvier 2020 pour dire : « Les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles. » Avant de préciser que cette analyse pouvait « évoluer ». A la mi-février, elle était remplacée par Olivier Véran, à la suite de sa décision de quitter le gouvernement pour briguer la Mairie de Paris.

« On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade »

Mais quelques jours après sa défaite électorale, alors que la France se confinait, elle provoquait un tollé en disant dans Le Monde du 17 mars 2020 : « Quand j’ai quitté le ministère, je pleurais parce que je savais que la vague du tsunami était devant nous. » « Depuis le début je ne pensais qu’à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade », avait-elle encore dit au Monde, au sujet du processus électoral. Lire le récit : Les regrets d’Agnès Buzyn : « On aurait dû tout arrêter, c’était une mascarade »

Des propos confirmés en juin 2020 devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire : elle avait expliqué avoir alerté l’Elysée et Matignon en janvier sur le « danger » potentiel du coronavirus.

Depuis, la CJR, seule institution habilitée à juger des ministres en exercice, a reçu de nombreuses plaintes liées au Covid-19, « 14 500 », selon le procureur général près la Cour de cassation, François Molins, mercredi.

Manque d’équipements de protection pour les soignants et pour la population, errements sur la nécessité ou non de porter des masques, etc. Neuf de ces plaintes ont été jugées recevables par la commission des requêtes de la CJR, qui fait office de filtre, et ont permis l’ouverture d’une enquête en juillet 2020. Article réservé à nos abonnés Lire aussi La gestion gouvernementale de la crise sanitaire bientôt au cœur d’une enquête judiciaire

Depuis, d’autres plaintes ont été jugées recevables et jointes à l’enquête, tandis que des perquisitions ont été menées à la mi-octobre 2020 par les enquêteurs de l’Oclaesp (Office central de lutte contre les atteintes à l’environnement et à la santé publique) et de l’Oclciff (Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales).

Auditions à venir

Ces perquisitions ont visé les domiciles et bureaux du ministre de la santé, Olivier Véran, de l’ex-premier ministre Edouard Philippe, de Mme Buzyn et d’une autre ancienne membre du gouvernement, Sibeth Ndiaye, mais aussi du directeur général de la santé, Jérôme Salomon, et de la directrice générale de Santé publique France, Geneviève Chêne. La commission d’instruction de la CJR a ouvert son enquête sur l’infraction d’« abstention de combattre un sinistre ». Article réservé à nos abonnés Lire aussi Gestion du Covid-19 : des perquisitions pour vérifier que tout a été fait pour lutter contre l’épidémie

Ce développement majeur pourrait être suivi par d’autres convocations visant des membres actuels ou passés de l’exécutif, parmi lesquels Olivier Véran ou Edouard Philippe, et avoir d’importantes conséquences politiques pour la majorité alors qu’Emmanuel Macron pourrait briguer sa réélection au printemps 2022.

Interrogé jeudi au sujet de la convocation d’Agnès Buzyn, Jean Castex a répondu qu’« un chef de gouvernement ne peut pas commenter un processus judiciaire en cours ». « Il faut à tout prix éviter (…) que la paralysie guette l’action des pouvoirs publics au moment ou au contraire on a besoin des décisions pour faire face à des crises », a cependant ajouté le premier ministre, considérant que Mme Buzyn avaient « pris les décisions que les circonstances lui commandaient de prendre ».

Sur Twitter, la présidente déléguée du parti présidentiel Aurore Bergé a estimé que la mise en examen de Mme Buzyn créait « un précédent dangereux ». « Si demain un ministre peut être mis en examen pour ce qu’il n’aurait pas fait, pas assez fait, ou mal fait alors qui qualifie le “mal” fait ? Quand ? Sur quels critères d’appréciation ? », a-t-elle écrit. « Maintenant, au suivant ! », a quant à lui réagi Florian Philippot, chef de file des Patriotes et ancien numéro deux du Front national.

Vérification : Coronavirus et hydroxychloroquine : le couple Buzyn-Lévy cible de publications mensongères

Source : Le Monde

Renouvellement des AMM et preuves de qualité des vaccins : le référé-liberté de Me Teissedre

Par : admin
Time is running out Pixabay / FS

Auteur(s): FranceSoir A+A

De nombreuses informations complémentaires sont régulièrement demandées sur les vaccins. Parmi elles, la question des AMM (autorisations de mise sur le marché) conditionnelles est à l’ordre du jour, directement liée à celle des documents attestant de l’efficacité des vaccins, normalement fournis par leurs fabricants respectifs.

En effet, alors que nous avons dépassé les délais d’introduction d’une demande de renouvellement initiallement prévus par les AMM, et que nous n’avons aucune nouvelle de la part des autorités de santé, nous sommes en bon droit de nous poser la question suivante : la vague des troisièmes doses, qui est déjà annoncée, aura-t-elle lieu dans le bon respest du règlement européen ? Comme nous le disions dans l’article précédent, ou bien il n’a pas été respecté, ou bien elle l’a été mais sans aucune transparence sur les différentes étapes à respecter, dont une instance comme l’ANSM devrait rendre compte publiquement au vu des enjeux.

Voir aussi : « En toute inconscience, la troisième dose est totalement hors AMM ! »closevolume_off

Devant l’absence de réponse des autorités et la non disponibilité de ces informations, trois associations (l’Association Internationale pour une Médecine Scientifique Indépendante et Bienveillante, la Ligue Nationale pour la liberté des vaccinations et BonSens) ont saisi le Conseil d’État dans le cadre d’un référé-liberté contre l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé (ANSM), le ministre des Solidarités et de la Santé et la Haute Autorité de Santé. L’objet de cette procédure est d’obtenir les documents demandés concernant les vaccins, par l’intermédiaire de l’avocat des associations Me Teissedre.

Voir aussi : Me Teissedre : “les États totalement défaillants, une logique avant tout industrielle

Par lettre en date du 26 août 2021, le conseil des associations requérantes a écrit à la Directrice générale de l’ANSM pour demander qu’elle lui fournisse les éléments permettant de s’assurer du bon respect de la procédure en question – prévue par deux règlements européens consacrés aux AMM conditionnelles. À ce jour, ce courrier est resté sans réponse et les associations ont donc mandaté Me Teissedre pour obtenir gain de cause.

Il s’agit d’informations capitales, puisque le gouvernement français est engagé dans une vaccination à marche forcée depuis l’annonce du président Macron du 12 juillet 2021. Annonce qui a donné lieu à l’obligation vaccinale pour les soignants, et au passe sanitaire pour le reste de la population.

Sur la papier, une AMM conditionnelle dure un an, mais exige que les fabricants des vaccins fassent une demande de renouvellement six mois avant l’échéance finale. Pour cause, les autorisations reposent sur l’étude approfondie des documents fournis par les fabricants, ce qui nécessite du temps – l’avis de l’Agence Européenne du Médicament doit être rendu dans les 90 jours suivant la demande. Ces délais sont donc supposés impératifs, d’autant qu’ils concernent aujourd’hui l’ensemble de la population.

À noter :
Le vaccin BioNTech/Pfizer a obtenu une AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020.
Le vaccin Moderna a obtenu une AMM conditionnelle le 6 janvier 2021.
Le vaccin AstraZeneca a obtenu une AMM conditionnelle le 29 janvier 2021.
Le vaccin Janssen a obtenu une AMM conditionnelle le 11 mars 2021.

Il y a donc lieu de vérifier si pour les vaccins Pfizer, Moderna et AstraZeneca, la procédure ci-dessus décrite a bien été respectée.

Le mémoire de l’avocat développe ensuite sur le caractère incomplet des preuves relatives à la qualité des vaccins autorisés en Europe, sur les arguments relatifs à leur efficacité, en expliquant qu’ils se révèlent incapables de bloquer la propagation du variant Delta. Avec une protection plus courte et plus faible que celle annoncée par les fabricants et le gouvernement, il y a lieu de vérifier que la règlementation européenne précitée a bien été respectée, d’autant que la vaccination est aussi à l’origine des différentes mesures de plus en plus attentatoires aux droits et aux libertés fondamentaux de la personne humaine.

Me Teissedre demande donc au Conseil d’État :

1. D’enjoindre, sous astreinte de 1 000 € par jour de retard, à l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé, au ministère des Solidarités et de la Santé et à la Haute Autorité de Santé de produire, dans les plus brefs délais qui ne sauraient dépasser 15 jours à compter de l’ordonnance à intervenir, les informations et preuves visées par le règlement*, ainsi que les informations et données complémentaires visées aux  annexes 2 paragraphe E de chaque AMM conditionnelle, et ce pour chaque vaccin anti Covid-19 autorisé en France et dans l’Union Européenne. Ces informations et données portent notamment sur la qualité de la substance active utilisée et des excipients, le procédé de fabrication, la reproductibilité des lots commercialisés, dès lors que les délais stipulés dans chacune de ces annexes sont dépassés ;

*(CE) n°507/2006 du 29 mars 2006 relatif au respect de la procédure relative au renouvellement annuel des Autorisations de Mise sur le Marché conditionnelles.

2. À défaut, d’ordonner la suspension sur le territoire français de l’utilisation des quatre vaccins auxquels une AMM conditionnelle a été octroyée par l’Agence Européenne du Médicament et par la Commission européenne ;

Et de condamner le ministre des Solidarités et de la Santé, l’ANSM et la Haute Autorité de Santé à verser aux requérantes la somme de 4 500 € sur le fondement des dispositions de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

Contacté ce jour, Me Teissedre nous informe que son mémoire a été réceptionné et enregistré. Reste à savoir si cela donnera lieu à une audience.

Auteur(s): FranceSoir

Estimation de la participation aux manifestations du 11 septembre 2021 : une hausse observée avec un décompte aux alentours 520.000 manifestants

Par : admin

Notre syndicat de police se félicite de l’action de la Justice contre Agnès Buzyn, mise en examen. Mais nous restons prudents sur les suites réelles de cette affaire. Nous n’oublions pas la grossière farce judiciaire dans l’affaire du sang contaminé..

Il est tant que les politiciens rendent des comptes de leurs actes et qu’ils ne bénéficient plus d’une totale impunité.

La Macronie sous le gouvernement d’Edouard Philippe avait interdit à nos collègues de porter un masque, les exposant ainsi que la population à une contamination au coronavirus. Leur faute ne doit pas rester impunie.

Force et honneur !

Source : France Police

Fabrice Di Visio demonte le plateau de TPMP sur le pass sanitaire

Par : admin

Break Time TV 37,3 k abonnés

Il aurait également pu ajouter que le pass sanitaire manque de logique car n’étant pas obligatoire dans les transports (et autres lieux bondés comme les marchés les écoles les facs), des millions de personnes s’y retrouvent collés chaque jour…

Source : Youtube

Éclaircissement juridique concernant l’inscription des États sur des registres du commerce

Par : admin
Introduction

Étant donné la multitude de questions que je reçois sur ce sujet, il m’a semblé utile de faire une mise au point.

Sur la forme je me dois, bien malheureusement, de préciser que si ce sujet est si peu et si mal compris, c’est en raison de la profonde méconnaissance qu’ont les Français de leurs institutions et de leur système de droit. Ces notions, simples, qui permettent de comprendre la société dans laquelle chacun de nous vit, devraient faire l’objet des enseignements d’instruction civiques, au lieu et place de la théorie dite « du genre » qui y règne.

Les données juridiques du problème

Sur le fond du sujet, il faut comprendre une chose : en droit continental – droit sous l’égide duquel nous vivons traditionnellement en France et en Europe – une entité publique est une entité publique et ne peut en aucun cas être transformée en entité privée ; ces deux entités sont de nature différente, elles cohabitent et ne sont pas fongibles. Un pas plus loin, les entités de nature privé sont, par essence soumises à la règlementation issue des entités de nature publique, et non l’inverse bien sûr.

Pour cette raison, l’inscription de l’État français à l’INSEE est un non-sens qui n’a aucun effet juridique d’aucune sorte.

Il en va différemment en droit anglo-saxon où les entités publiques n’existent pas et où tout est « dans le commerce ». Cette conception du droit s’oppose à la nôtre.

Ce sont les partisans hégémoniques du droit anglo-saxon qui s’arrogent, de façon unilatérale, le droit de transformer, dans leur propre registre du commerce (qu’ils veulent être de nature internationale en raison de leurs prétentions hégémoniques), toute entité publique en entité commerciale ; le fait que ces entités publiques relèvent de leur territoire ou d’un autre sur lequel ils n’ont aucun droit légitime, politique ou légal, ne les intéresse pas plus que ça.

Concrètement, l’inscription de l’État français à l’INSEE n’a aucune valeur juridique ; elle reflète simplement le fait qu’il y a, en France, de longue date, des traitres qui souhaitent nous rendre esclaves des anglo-saxons.

Concrètement encore, le fait que l’État français (enfin ce qu’il en reste car les traitres ci-dessus mentionnés se sont acharnés, depuis la mort de De Gaulle, à le liquider de l’intérieur) soit inscrit comme entité privé sur un registre du commerce international anglo-saxon n’a aucune valeur juridique tant que ce « non-droit anglo-saxon » n’aura pas été imposé comme seul droit régissant le monde entier !

Considérations d’avenir

Veuillez noter au passage que l’avènement du Gouvernement Mondial prétend justement imposer le « non-droit » anglo-saxon comme seule norme juridique mondiale valide ! On n’y est pas encore…

Enfin, à titre d’exhaustivité, il faut encore préciser que le Gouvernement mondial, prétentieusement désigné sous le vocable de « Nouvel Ordre Mondial », est très loin d’être nouveau : il reflète un ordre, qui est en réalité un désordre économique politique et social, vieux de 300 ans qui prend ses sources dans la Révolution industrielle et dans le siècle dit des Lumières.

Source : Valérie Bugault

Covid, Pass-sanitaire : la gouvernance des hors-la-loi ? – Philippe Prigent dans Le Samedi Politique

Par : admin

Chaîne officielle TVLibertés 398 k abonnés

La France vit au rythme de l’Etat d’urgence sanitaire depuis près de deux ans. Au nom du covid-19 et du péril épidémique, Emmanuel Macron et l’exécutif ont pris le parti de la méthode forte. Du couvre-feu au pass-sanitaire en passant par les confinements, le gouvernement a imposé ses choix aux Français avec un travail législatif souvent discutable, où la question de proportionnalité est fréquemment écartée, quitte à sombrer dans un système qui discrimine au nom du prétendu Bien Commun et de l’impératif de la « guerre » contre le Covid-19.

Avec une Assemblée nationale aux ordres de la majorité, le vote de lois liberticides n’est souvent qu’une formalité. Avec un rôle et un pouvoir complexes, le Conseil d’Etat et le Conseil constitutionnel ont largement abandonné leur rôle de garde-fous qu’on en attend, cantonnés à un rôle de spectateurs-facilitateurs face à des détournements de pouvoir manifestes comme en témoigne l’application du pass-sanitaire, pour contraindre les Français à se faire vacciner. Philippe Prigent, normalien et avocat au barreau de Paris, décrypte les rouages d’un exécutif qui applique les lois froidement en se jouant des procédures et en misant sur le copinage des appareils d’Etat. Spécialiste des recours au Conseil d’Etat, il décrypte les légèretés juridiques, les contraventions à la loi et le cynisme du gouvernement qui semble souvent frayer avec l’illégalité.

Garder le contact grâce à notre chaîne officielle Telegram : https://t.me/TVLofficiel

Retrouvez-nous sur : https://www.tvlibertes.com/https://www.facebook.com/tvlibertes/https://twitter.com/tvlofficiel?lang=fr

Source : Youtube

Coup de théâtre en Espagne : le Tribunal Constitutionnel se révolte et déclare anticonstitutionnel l’Etat d’urgence

Par : admin

Le Tribunal Constitutionnel espagnol déclare anticonstitutionnel le second Etat d’urgence, décrété par le premier ministre socialiste, Pedro Sanchez, pour faire face à la seconde vague de Covid 

La justice espagnole, à nouveau, fait parler d’elle. S’il y a un pays où la justice a donné du fil à retordre aux autorités étatiques dans la gestion de la crise sanitaire, c’est bien l’Espagne, pays où plusieurs tribunaux régionaux se sont récemment levés pour dire non au Pass Sanitaire.

Et la justice n’en a pas encore fini de défier l’Etat central qui avait imposé, pour une deuxième fois consécutive, l’Etat d’urgence sanitaire le 3 novembre 2020 sur toute l’étendue du territoire national. Une mesure qui n’est pas du goût du tribunal constitutionnel espagnol qui la déclare anticonstitutionnelle.

C’est en tout cas l’information qui nous est parvenue de plusieurs sources espagnoles, dont ABC. En effet, à en croire ce média, une plainte déposée par le parti d’extrême-droite VOX a été reçue par la justice espagnole. Dans ladite plainte, le parti politique dirigé par Santiago Abascal dénonce des mesures liberticides qui constituent une atteinte aux libertés fondamentales prises par des gouvernements régionaux qui n’en avaient pas l’autorité. VOX s’est aussi plaint que cet Etat d’urgence ait été décidé sans l’avis du Parlement.

Sur ce point, le média ABC souligne que durant le second Etat d’urgence qui a duré du 3 novembre au 9 mai, le Parlement espagnol a été presque fermé et durant toute cette période, le gouvernement n’a pas fourni des explications aux députés du peuple. “Il n’y avait de séance plénière que lorsque Pedro Sanchez, président du gouvernement espagnol, en avait envie, dans une stratégie politique que plusieurs partis de l’opposition ont qualifiée de ‘séquestration du Parlement’”, a fait remarquer la source.

Cet article est écrit par Cheikh DIENG, auteur du livre : “Covid-19 : le monde d’après sera une dictature”. Vous pouvez acheter ce livre en cliquant sur les liens suivants : “Covid-19“, “Covid-19

Source : Le Courrier du Soir

Lire également :

Les Echos – La justice espagnole déclare le premier confinement anticonstitutionnel

Le Figaro – En Espagne, le premier confinement à domicile jugé inconstitutionnel

Pays de la Loire : Les gendarmes interviennent près de Nantes pour un homme armé retranché chez lui

Par : admin
© Page facebook : Kevin Bonkendorf Photographie

Les gendarmes sont intervenus ce vendredi 10 septembre 2021 pour un homme retranché à son domicile à Saint-Julien-de-Concelles près de Nantes.

Les militaires avaient reçu un appel vers 12h15, un homme désespéré prétend être armé et vouloir en finir. Il affirme être en possession d’un pistolet 9 mm et vouloir se suicider dans la maison familiale suite à la perte de sa femme et de ses enfants.

Comme le relate Ouest-France, les premiers gendarmes de la compagnie de Rezé sont accueillis par un individu armé et menaçant. Un dispositif de sécurisation est mis en place. Les gendarmes du Peloton de Surveillance et d’Intervention de la Gendarmerie (PSIG) se positionnent autour du domicile. Les voisins sont confinés.

Un négociateur régional est également sur place pour désamorcer la situation. Le forcené est finalement sorti de chez lui peu après 14 heures. Le désespéré a été maîtrisé sans mal par les militaires. Un fusil a été saisi à son domicile après une perquisition.

Source : Actu Pénitentiaire

Fichier des non-vaccinés : “Une mesure pour protéger nos patients”

Par : admin

https://www.tf1.fr/embedplayer/13798287/?startAt=0

INTERVIEW – Les médecins traitants qui le souhaitent vont pouvoir recevoir la liste de leurs patients non-vaccinés contre le Covid-19. Le Dr Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins, défend l’intérêt de cette mesure.

Propos recueillis par Idèr Nabili – Publié le 7 juillet 2021 à 15h16, mis à jour le 8 juillet 2021 à 8h49

Si vous n’êtes pas vacciné contre le Covid-19, vous recevrez peut-être bientôt un coup de téléphone de la part de votre médecin. Ce mercredi, la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a autorisé l’envoi aux médecins traitants volontaires de la liste de leurs patients qui n’ont encore reçu aucune injection.

Une nouvelle mesure, destinée à dynamiser la campagne vaccinale, qui peine à retrouver son rythme de croisière. Selon les dernières données disponibles, 51,8% des Français ont reçu au moins une dose de vaccin, un taux jugé insuffisant pour contrer une éventuelle quatrième vague provoquée par le variant Delta. Mais cette possibilité offerte aux médecins sous conditions suscite aussi l’inquiétude. Le Dr Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins, répond à LCI.

Les médecins traitants pourront désormais bénéficier de la liste de leurs patients non-vaccinés. Bonne idée ?

Dr Patrick Bouet : Dans cet avis de la Cnil, il y a deux idées contradictoires. La bonne, c’est effectivement que les médecins traitants puissent être en possession en une seule lecture de leur patientèle vaccinée, et donc par ricochet de celle non-vaccinée. C’est ce que nous avions demandé, plutôt que de faire une demande d’identification pour chaque patient. En revanche, dire que les médecins devront utiliser cette liste pour informer leurs patients et non les convaincre est plus troublant. Mais attention, les médecins feront leur métier. Cette mesure permet de protéger notre patientèle en expliquant que la vaccination est la meilleure protection contre la maladie.Il y aura beaucoup plus de convaincus que de réfractaires- Dr Patrick Bouet, président de l’Ordre des médecins

Que répondez-vous à ceux qui s’insurgent contre un recul des libertés et la fin du “secret médical” ?

Cette liste n’est communiquée qu’au médecin traitant, qui a été librement désigné par le patient, et non à un tiers extérieur. En outre, ceux qui aujourd’hui s’érigent contre cette mesure feraient mieux de regarder comment fonctionne le rapport entre l’Assurance maladie, les médecins traitants et les patients. Au quotidien, ils sont informés de la liste des patients qui prend tel type de traitements, etc… Cela fait déjà partie des usages. Il y aurait un recul des libertés si cette liste était donnée à d’autres personnes que le médecin traitant. Nous serions alors résolument contre.

Craignez-vous que cela augmente la méfiance de certains patients vis-à-vis de leur médecin ?

Au regard de tout ce que nous pourrons faire de positif en ayant cette liste, j’accepte le risque. Il est important d’agir pour expliquer aux patients que la vaccination est une protection. Il y aura beaucoup plus de personnes convaincues que de réfractaires.

Peut-on envisager que, demain, une mesure similaire puisse être prise pour d’autres maladies, comme la grippe ?

Chaque chose en son temps. Nous avons actuellement une urgence sanitaire nationale. Nous ne sommes pas pour que les données de santé circulent librement entre différentes personnes.

Propos recueillis par Idèr Nabili

Source : LCI

Lire aussi :

CNIL – La CNIL rappelle les principes à respecter pour diffuser aux médecins la liste de leurs patients non vaccinés

Usine Digitale – La Cnil autorise la diffusion de la liste des patients non vaccinés auprès des médecins traitants

Citation d’un “incorruptible” de la ripoublique.

Par : admin

A relever l’expression appropriative ” nos forces de l’ordre”.

Rien que ce mépris devrait faire réagir nos chefs !

Un “Travailleur acharné” de l’Assemblée Nationale : https://www.nosdeputes.fr/thierry-solere

18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid

Par : admin

Bonjour à tous,

L’article paru sous le titre “18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid” a été traduit de l’américain en français et publié par le site “Réseau International”, le 6 Septembre.

Je rappelle que je n’en suis pas l’auteur et que je ne fais que retransmettre un article qui a déjà obtenu un certain succès ……. S’informer sur un sujet controversé consiste à écouter les arguments des partis qui s’opposent, avant de se faire sa propre opinion.

Je vous renvois donc le lien de la version française, qui peut évidemment être reprise par les sites qui pourraient être intéressés par l’argumentation présentée.

Le possible n’a pas de limites.

A+

Général Dominique Delawarde

18 raisons pour lesquelles je ne me ferai pas injecter le vaccin anti-covid

Ce texte date d’Avril 2021 mais reste aujourd’hui d’une actualité brûlante. Il m’a été adressé par un membre de ma famille proche, citoyen US

Tous les renseignements que je reçois aujourd’hui, notamment des USA, du Royaume Uni et surtout d’Israël, où la contamination et le nombre de décès chez les double-vaccinés explosent, viennent renforcer la thèse de l’auteur vaccino-prudent ~ Dominique Delawarde

*

Quelques amis m’ont demandé mon avis sur le(s) vaccin(s) anti-covid, j’ai donc pensé qu’il était temps d’écrire un article sur le sujet.

Tous mes amis n’avaient pas entendu la plupart des détails que j’ai partagés, alors j’ai pensé que vous pourriez apprécier d’entendre une partie de ce que je leur ai dit.

Sachant à quel point ce sujet est controversé, une partie de moi préférerait écrire sur autre chose, mais j’ai l’impression que la discussion/les nouvelles sont tellement unilatérales que je dois m’exprimer.

Comme je m’efforce toujours de le faire, je promets de faire de mon mieux pour être raisonnable et non hystérique.

Je ne suis pas ici pour me battre avec qui que ce soit, mais simplement pour vous faire part de ce que j’ai lu, de mes questions persistantes et vous expliquer pourquoi je n’arrive pas à donner un sens à ces vaccins anti-covid.

*

Trois règles de base pour la discussion

Si vous souhaitez discuter de ce sujet avec moi, excellent.

Voici les règles…

Je suis plus qu’heureux de correspondre avec vous si…

  1. Vous êtes respectueux et me traitez de la manière dont vous voudriez être traité.
  2. Vous posez des questions sincères et réfléchies sur ce qui a du sens pour vous.
  3. Vous présentez vos arguments en utilisant une logique solide et ne vous cachez pas derrière des liens ou le mot « science ». En d’autres termes, présentez un argument solide et équilibré (les liens sont les bienvenus), mais ne vous contentez pas de poster un lien et de dire « lisez la science ». C’est de la paresse intellectuelle.

Si vous répondez et que vous enfreignez l’une de ces règles, vos commentaires seront ignorés/supprimés.

Ceci étant dit, laissez-moi vous dire ceci…

Je ne sais pas tout, mais jusqu’à présent, personne n’a été capable de répondre aux objections ci-dessous.

Voici donc les raisons pour lesquelles je renonce au vaccin contre le Covid.

#1 : Les fabricants de vaccins sont à l’abri de toute responsabilité

La seule industrie au monde qui n’est pas responsable des blessures ou des décès résultant de ses produits est celle des fabricants de vaccins.

Établi en 1986 par le National Childhood Vaccine Injury Act, et renforcé par le PREP Act, les fabricants de vaccins ne peuvent pas être poursuivis, même s’il est démontré qu’ils ont été négligents.

Les fabricants de vaccins anti-covid sont autorisés à créer un produit unique, sans aucun test sur des sous-populations (c’est-à-dire des personnes présentant des problèmes de santé spécifiques), et pourtant ils ne sont pas disposés à accepter la moindre responsabilité pour les événements indésirables ou les décès causés par leurs produits.

Si une entreprise n’est pas disposée à garantir l’innocuité de son produit, surtout s’il s’agit d’un produit qu’elle a mis sur le marché à la hâte et sur lequel elle n’a pas effectué d’essais sur les animaux, je ne suis pas prêt à prendre le risque d’acheter son produit.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

Voici pourquoi…

#2 : Le passé mouvementé des fabricants de vaccins

Les quatre grandes entreprises qui fabriquent ces vaccins anti-covid sont/ont soit :

  1. N’ont jamais mis de vaccin sur le marché avant le Covid (Moderna et Johnson & Johnson).
  2. Sont des criminels en série (Pfizer et Astra Zeneca).
  3. Les deux (Johnson & Johnson).

Moderna a essayé de « Moderniser notre ARN » (d’où le nom de la société) pendant des années, mais n’a jamais réussi à mettre AUCUN produit sur le marché – quel bonheur pour eux d’obtenir une importante injection de fonds du gouvernement pour continuer d’essayer.

En fait, tous les grands fabricants de vaccins (à l’exception de Moderna) ont versé des dizaines de milliards de dollars en dommages et intérêts pour d’autres produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient que ces produits pouvaient causer des blessures et des décès – voir Vioxx, Bextra, Celebrex, Thalidomide et les opioïdes, pour ne citer que quelques exemples.

Si les compagnies pharmaceutiques choisissent délibérément de mettre sur le marché des produits nocifs, alors qu’elles peuvent être poursuivies, pourquoi ferions-nous confiance à un produit pour lequel elles n’ont AUCUNE responsabilité ?

Au cas où cela n’aurait pas été compris, permettez-moi de répéter… 3 des 4 fabricants de vaccins contre le Covid ont été poursuivis pour des produits qu’ils ont mis sur le marché alors qu’ils savaient que des blessures et des décès en résulteraient.

Johnson & Johnson a perdu des procès importants en 1995, 1996, 2001, 2010, 2011, 2016, 2019 (pour ce que cela vaut, le vaccin de J&J contient également des tissus provenant de cellules de fœtus avortés, peut-être un sujet pour une autre discussion).

• Pfizer a l’honneur d’avoir payé le plus gros montant de l’histoire en matière de criminalité. Ils ont perdu tellement de procès qu’il est difficile de les compter. Vous pouvez consulter leur casier judiciaire ici. C’est peut-être pour cette raison qu’ils exigent que les pays où ils n’ont pas de protection en matière de responsabilité mettent en place des garanties pour couvrir les procès liés aux vaccins.

• AstraZeneca a également perdu tellement de procès qu’il est difficile de les compter. En voici un. En voici un autre… vous voyez le genre. Et au cas où vous l’auriez manqué, la société a vu son vaccin contre le Covid suspendu dans au moins 18 pays en raison de problèmes de caillots sanguins, et elle a complètement bâclé sa réunion avec la FDA avec des chiffres de son étude qui ne correspondaient pas.

• Oh, et apparemment J&J (dont le vaccin est approuvé pour une « utilisation d’urgence » aux États-Unis) et Astrazenca (dont le vaccin n’est pas approuvé pour une « utilisation d’urgence » aux États-Unis), ont fait une petite confusion dans leurs ingrédients… dans 15 millions de doses. Oups.

Permettez-moi de réitérer ce point :

Compte tenu de l’exonération de responsabilité et du passé douteux de ces entreprises, pourquoi devrions-nous supposer que tous leurs vaccins sont sûrs et fabriqués dans les règles de l’art ?

Dans quel autre domaine ferions-nous confiance à quelqu’un qui a ce genre de réputation ?

Pour moi, cela a autant de sens que d’attendre d’un amant sans remords, abusif et infidèle qu’il devienne une personne différente parce qu’un juge a dit qu’au fond, c’est une bonne personne.

Non. Je ne leur fais pas confiance.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

Voici une autre raison pour laquelle je ne leur fais pas confiance.

#3 : L’histoire peu glorieuse des tentatives de fabrication de vaccins contre le coronavirus

Dans le passé, de nombreuses tentatives de fabrication de vaccins viraux se sont soldées par un échec total, ce qui explique pourquoi nous n’avons pas eu de vaccin contre le coronavirus en 2020.

Dans les années 1960, des scientifiques ont tenté de fabriquer un vaccin contre le VRS (virus respiratoire syncytial) pour les nourrissons.

Dans cette étude, ils ont évité les essais sur les animaux car ils n’étaient pas nécessaires à l’époque.

En fin de compte, les nourrissons vaccinés ont été beaucoup plus malades que les nourrissons non vaccinés lorsqu’ils ont été exposés au virus dans la nature. 80% des nourrissons vaccinés ont dû être hospitalisés, et deux d’entre eux sont morts.

Après 2000, les scientifiques ont fait de nombreuses tentatives pour créer des vaccins contre le coronavirus.

Au cours des 20 dernières années, toutes se sont soldées par un échec car les animaux participant aux essais cliniques sont tombés très malades et beaucoup sont morts, tout comme les enfants dans les années 1960.

Vous pouvez lire un résumé de cette histoire/science ici.

Ou si vous voulez lire les études individuelles, vous pouvez consulter ces liens :

  • En 2004, une tentative de vaccin a provoqué une hépatite chez les furets.
  • En 2005, des souris et des civettes sont devenues malades et plus sensibles aux coronavirus après avoir été vaccinées.
  • En 2012, les furets sont tombés malades et sont morts. Et dans cette étude, les souris et les furets ont développé une maladie pulmonaire.
  • En 2016, cette étude produit également une maladie pulmonaire chez les souris.

Le schéma typique des études mentionnées ci-dessus est que les enfants et les animaux ont produit de belles réponses en anticorps après avoir été vaccinés.

Les fabricants pensaient avoir touché le jackpot.

Le problème est apparu lorsque les enfants et les animaux ont été exposés à la version sauvage du virus.

Dans ce cas, un phénomène inexpliqué appelé « Facilitation de l’infection par des Anticorps » (ADE), également connu sous le nom de « Vaccine Enhanced Disease » (VED), s’est produit : le système immunitaire a produit une « tempête de cytokines » (c’est-à-dire qu’il a attaqué l’organisme de manière excessive), et les enfants/animaux sont morts.

Voici le problème qui persiste…

Les fabricants de vaccins n’ont aucune donnée suggérant que leurs vaccins précipités ont surmonté ce problème.

En d’autres termes, aucune tentative de fabrication d’un vaccin contre le coronavirus n’a jamais été couronnée de succès, et la technologie de thérapie génique que sont les « vaccins » à ARNm n’a jamais été mise sur le marché en toute sécurité, mais comme ils ont reçu des milliards de dollars de financement public, je suis sûr qu’ils ont trouvé une solution.

Sauf qu’ils ne savent pas s’ils l’ont fait…

#4 : Les « données manquantes » soumises à la FDA par les fabricants de vaccins

Lorsque les fabricants de vaccins ont soumis leurs documents à la FDA pour l’autorisation d’utilisation d’urgence (Remarque : une autorisation d’utilisation d’urgence n’est pas la même chose qu’une approbation complète de la FDA), parmi les nombreuses « lacunes dans les données » qu’ils ont signalées, il y a le fait qu’ils n’ont rien dans leurs essais qui suggère qu’ils ont surmonté ce problème ennuyeux de la maladie renforcée par les vaccins.

Ils ne savent tout simplement pas – c’est-à-dire qu’ils n’ont aucune idée si les vaccins qu’ils ont fabriqués produiront également la même tempête de cytokines (et les mêmes décès) que les tentatives précédentes de tels produits.

Comme le souligne Joseph Mercola :

« Les tentatives précédentes de développer un médicament à base d’ARNm en utilisant des nanoparticules lipidiques ont échoué et ont dû être abandonnées parce que lorsque la dose était trop faible, le médicament n’avait aucun effet, et lorsque la dose était trop élevée, le médicament devenait trop toxique. Une question évidente se pose : qu’est-ce qui a changé pour que cette technologie soit désormais suffisamment sûre pour être utilisée en masse ? »

Si cela n’est pas assez alarmant, voici d’autres lacunes dans les données – c’est-à-dire qu’il n’y a pas de données suggérant la sécurité ou l’efficacité concernant :

  • toute personne âgée de moins de 18 ans ou de plus de 55 ans
  • les femmes enceintes ou allaitantes
  • les maladies auto-immunes
  • les personnes immunodéprimées.
  • Aucune donnée sur la transmission du Covid
  • Pas de données sur la prévention de la mortalité due au Covid
  • Aucune donnée sur la durée de la protection contre le Covid.

Difficile à croire, n’est-ce pas ?

Si vous pensez que j’invente tout cela, ou si vous voulez voir les documents réels envoyés à la FDA par Pfizer et Moderna pour leur autorisation d’utilisation en urgence, vous pouvez consulter respectivement ceci et ceci. Les données manquantes se trouvent à partir de la page 46 et 48 respectivement.

Pour l’instant, tournons nos regards vers les données brutes que les fabricants de vaccins ont utilisées pour soumettre leur autorisation d’utilisation en urgence.

#5 : Pas d’accès aux données brutes des essais

Vous aimeriez voir les données brutes à l’origine des allégations d’efficacité de 90 et 95% dont on parle dans les médias ?

Moi aussi…

Mais ils ne nous laissent pas voir ces données.

Comme le souligne le BMJ, quelque chose dans les allégations d’efficacité de Pfizer et Moderna sent vraiment bizarre.

Il y a eu « 3 410 cas totaux de Covid-19 suspectés mais non confirmés dans la population globale de l’étude, 1 594 sont survenus dans le groupe vacciné contre 1 816 dans le groupe placebo ».

Attendez… quoi ?

Ont-ils échoué à faire de la science dans leur étude scientifique en ne vérifiant pas une variable majeure ?

Ne pouvaient-ils pas tester ces cas « suspects mais non confirmés » pour savoir s’ils avaient le Covid ?

Apparemment non.

Pourquoi ne pas tester les 3 410 participants par souci d’exactitude ?

On peut seulement supposer qu’ils n’ont pas fait de tests parce que cela aurait faussé leurs affirmations « 90-95% d’efficacité ».

Où est la FDA ?

Ne serait-il pas prudent que la FDA attende (exige) des fabricants de vaccins qu’ils testent les personnes présentant des « symptômes de type Covid » et qu’ils publient leurs données brutes afin que des tiers puissent examiner comment les fabricants ont justifié ces chiffres ?

Je veux dire que ce n’est que chaque citoyen du monde que l’on essaye de convaincre de prendre ces produits expérimentaux…

Pourquoi la FDA ne l’a pas exigé ? N’est-ce pas l’objectif principal de la FDA de toute façon ?

Bonne question.

Les renards gardant le poulailler ?

On dirait bien.

Pas de responsabilité. Pas de confiance.

#6 : Pas de tests de sécurité à long terme

Il est évident qu’avec les produits qui ne sont sur le marché que depuis quelques mois, nous ne disposons d’aucune donnée de sécurité à long terme.

En d’autres termes, nous n’avons aucune idée de l’effet de ce produit sur l’organisme dans quelques mois ou années – pour TOUTE population.

Compte tenu de tous les risques susmentionnés (risques que présentent TOUS les produits pharmaceutiques), ne serait-il pas prudent d’attendre pour voir si les pires scénarios ont effectivement été évités ?

Ne serait-il pas logique de vouloir combler ces « lacunes » avant d’essayer de donner ce produit à chaque homme, femme et enfant de la planète ?

Eh bien… ce serait logique, mais pour avoir ces données, ils doivent le tester sur des personnes, ce qui m’amène au point suivant…

#7 : Pas de consentement éclairé

Ce que la plupart des personnes qui se font vacciner ne savent pas, c’est que, comme ces produits sont encore en phase d’essai clinique, toute personne qui se fait vacciner fait désormais partie de l’essai clinique.

Ils font partie de l’expérience.

Ceux (comme moi) qui ne le prennent pas font partie du groupe témoin.

Le temps nous dira comment cette expérience se déroule.

Mais, me direz-vous, si les vaccins sont nocifs, ne le verrait-on pas partout dans les médias ?

La FDA n’interviendrait-elle pas pour interrompre la distribution ?

Eh bien, si le système de déclaration des événements indésirables fonctionnait, les choses seraient peut-être différentes.

#8 : Sous-déclaration des effets indésirables et des décès

Selon une étude réalisée par Harvard (à la demande de notre propre gouvernement), moins de 1% de toutes les réactions indésirables aux vaccins sont effectivement soumises au National Vaccine Adverse Events Reports System (VAERS) – lire la page 6 du lien ci-dessus.

Bien que les problèmes du VAERS n’aient pas été réglés (comme vous pouvez le lire dans cette lettre aux CDC), au moment où nous écrivons ces lignes, le VAERS fait état de plus de 2 200 décès dus aux vaccins anti-covid actuels, ainsi que de près de 60 000 réactions indésirables.

« Les données du VAERS publiées aujourd’hui font état de 50 861 rapports d’effets indésirables suite aux vaccins anti-covid, dont 2 249 décès et 7 726 blessures graves entre le 14 décembre 2020 et le 26 mars 2021 ».

Et ces chiffres n’incluent pas (ce qui est actuellement) 578 cas de paralysie de Bell.

Si ces chiffres ne représentent encore que 1% du total des effets indésirables (ou 0,8 à 2% de ce que cette étude publiée récemment dans le JAMA a trouvé), vous pouvez faire le calcul, mais cela équivaut à environ 110 000 à 220 000 décès dus aux vaccins à ce jour, et à un nombre ridicule d’effets indésirables.

Je parie que vous n’avez pas vu ça aux infos.

Ce nombre de décès serait actuellement encore inférieur aux 424 000 décès dus à des erreurs médicales qui se produisent chaque année (dont vous n’entendez probablement pas parler non plus), mais nous n’en sommes pas encore à six mois du déploiement de ces vaccins.

Si vous souhaitez approfondir les problèmes liés au système de notification VAERS, vous pouvez consulter ce document ou ce qui suit.

Mais il y a aussi mon prochain point, qui pourrait faire croire que ces vaccins contre le Covid sont inutiles…

#9 : Les vaccins n’empêchent pas la transmission ou l’infection

Attendez, quoi ?

Ces vaccins ne sont-ils pas censés être ce que nous attendons pour « revenir à la normale » ?

Non.

Pourquoi croyez-vous que nous recevons tous ces messages contradictoires sur la nécessité de pratiquer la distanciation sociale et de porter des masques APRÈS avoir reçu un vaccin ?

La raison est que ces vaccins n’ont jamais été conçus pour arrêter la transmission OU l’infection.

Si vous ne me croyez pas, je vous renvoie aux documents soumis à la FDA dont j’ai donné le lien ci-dessus.

Le principal objectif (ce que les vaccins sont censés accomplir) est de réduire vos symptômes.

Ça ressemble à tous les autres médicaments sur le marché, non ?

C’est ça… la réduction des symptômes est le grand bénéfice que nous attendions.

Est-ce que ça semble complètement inutile à quelqu’un d’autre que moi ?

  1. Le vaccin ne peut pas nous empêcher de propager le virus.
  2. Il ne peut pas empêcher le virus de nous infecter une fois que nous l’avons.
  3. Se faire vacciner, c’est accepter tous les risques de ces produits expérimentaux et le mieux qu’on puisse faire, c’est de diminuer les symptômes ?

Il y a beaucoup d’autres choses que je peux faire pour réduire mes symptômes sans prendre ce qui semble être un produit très risqué.

Passons maintenant à la question logique suivante :

Si nous sommes préoccupés par les propagateurs asymptomatiques, le vaccin ne rendrait-il pas plus probable la propagation asymptomatique ?

S’il réduit effectivement les symptômes, toute personne qui le reçoit pourrait ne même pas savoir qu’elle est malade et donc être plus susceptible de propager le virus, non ?

Pour ce que ça vaut, j’ai entendu beaucoup de gens dire que les effets secondaires du vaccin (surtout la deuxième dose) sont pires que d’attraper le Covid.

Je n’arrive pas non plus à comprendre ce que cela signifie.

Prendre le risque.

Ne pas être protégé.

Subir les effets secondaires du vaccin.

Continuer à porter son masque et à s’éloigner socialement…

Et continuer d’être capable de propager le virus.

Quoi ?

C’est encore pire.

#10 : Des gens attrapent le Covid alors qu’ils sont complètement vaccinés

Tu parles d’une déception.

Tu es vacciné et tu attrapes quand même le covid.

En réalité, ce phénomène se produit probablement partout, mais ce sont ces cas qui font l’actualité actuellement.

Compte tenu des raisons ci-dessus (et de ce qui suit), cela ne vous surprend peut-être pas, mais c’est dommage si vous pensiez que le vaccin était un bouclier pour vous protéger.

Ce n’est pas le cas.

Cela n’a jamais été le but.

Si 66% des professionnels de la santé de Los Angeles vont retarder ou ignorer le vaccin… peut-être qu’ils ne sont pas non plus enthousiasmés par la science hâtive.

Peut-être qu’ils regardent la façon louche dont les décès et les cas sont rapportés…

#11 : Le taux de décès global dû au Covid

Selon les propres chiffres du CDC, le covid a un taux de survie de 99,74%.

Pourquoi prendrais-je un risque avec un produit qui n’arrête pas l’infection ou la transmission, pour m’aider à surmonter un rhume qui a 0,26% de chance de me tuer – en fait, dans ma tranche d’âge, il a environ 0,1% de chance de me tuer (et 0,01% de chance de tuer mes enfants), mais ne coupons pas les cheveux en quatre ici.

Avec un taux (taux de mortalité) aussi bas, nous serons en confinement chaque année… c’est-à-dire pour toujours.

Mais attendez, qu’en est-il des 500 000 morts et plus, c’est alarmant non ?

Je suis content que vous demandiez.

#12 : Les chiffres gonflés des morts du Covid

Il y a quelque chose de très étrange dans cette affaire.

Jamais dans l’histoire des certificats de décès, notre propre gouvernement n’a changé la façon dont les décès sont déclarés.

Pourquoi, maintenant, déclarons-nous toutes les personnes qui meurent avec le Covid dans le corps, comme étant mortes du Covid, plutôt que des comorbidités qui ont réellement pris leur vie ?

Jusqu’à l’apparition du Covid, tous les coronavirus (rhumes courants) n’étaient jamais répertoriés comme la principale cause de décès lorsqu’une personne mourait d’une maladie cardiaque, d’un cancer, d’un diabète, d’une maladie auto-immune ou de toute autre comorbidité majeure.

La maladie était indiquée comme la cause du décès, et un facteur de confusion comme la grippe ou la pneumonie était indiqué sur une ligne distincte.

Pour gonfler encore plus les chiffres, l’OMS et le CDC ont modifié leurs directives de telle sorte que les personnes suspectées ou probables (mais jamais confirmées) d’être mortes du Covid sont également incluses dans le nombre de décès.

Sérieusement ?

Si nous faisons cela, ne devrions-nous pas revenir en arrière et modifier les chiffres de toutes les saisons de rhume et de grippe passées afin de pouvoir comparer des pommes avec des pommes en ce qui concerne les taux de mortalité ?

Selon les propres chiffres des CDC (voir la section « Comorbidités et autres conditions »), seuls 6% des décès attribués au Covid sont des cas où le Covid semble être le seul problème en cause.

En d’autres termes, réduisez de 94% le nombre de décès que vous voyez aux informations et vous obtenez ce qui est probablement le nombre réel de décès dus au seul Covid.

Même si l’ancien directeur du CDC a raison et que le Covid-19 était un virus amélioré en laboratoire (voir la raison n°14 ci-dessous), un taux de mortalité de 0,26% reste conforme au taux de mortalité virale qui fait le tour de la planète chaque année.

Ensuite, il y a ce type, Fauci.

J’aimerais vraiment lui faire confiance, mais outre le fait qu’il n’a pas traité un seul patient atteint de Covid… vous devriez probablement savoir…

#13 : Fauci et six autres personnes du NIAID possèdent des brevets sur le vaccin Moderna

Grâce à la loi Bayh-Dole, les fonctionnaires sont autorisés à déposer des brevets sur toute recherche qu’ils effectuent avec l’argent des contribuables.

Tony Fauci possède plus de 1 000 brevets (voir cette vidéo pour plus de détails), notamment des brevets utilisés pour le vaccin Moderna… dont il a approuvé le financement par le gouvernement.

En fait, le NIH (dont le NIAID fait partie) revendique la propriété conjointe du vaccin Moderna.

Quelqu’un d’autre voit-il cela comme un conflit d’intérêt MAJEUR, voire criminel ?

Je dis criminel parce qu’il y a aussi un problème qui me rend encore plus méfiant envers Fauci, le NIAID et les NIH en général.

#14 : Fauci est sur la sellette pour des recherches illégales sur les gains de fonction

Qu’est-ce que la recherche sur les « gains de fonction » ?

Les scientifiques tentent de faire en sorte que les virus acquièrent des fonctions, c’est-à-dire qu’ils deviennent plus transmissibles et plus mortels.

Ça semble au moins un peu contraire à l’éthique, non ?

Comment cela pourrait-il être utile ?

Notre gouvernement a accepté et a interdit cette pratique.

Alors qu’a fait le NIAID dirigé par Fauci ?

Il a pivoté et externalisé la recherche sur les gains de fonction (dans les coronavirus, rien de moins) en Chine, à hauteur d’une subvention de 600 000 dollars.

Vous pouvez voir plus de détails, notamment l’importante chronologie de ces événements dans ce reportage fantastiquement bien documenté.

M. Fauci, vous avez des explications à fournir… et j’espère que les caméras enregistreront le moment où vous devrez défendre vos actions. Pour l’instant, tournons notre attention vers le virus…

#15 : Le virus continue de muter

Non seulement le virus (comme tous les virus) continue de muter, mais selon le concepteur de vaccins de renommée mondiale Geert Vanden Bossche (que vous rencontrerez ci-dessous si vous ne le connaissez pas), il mute environ toutes les 10 heures.

Comment diable allons-nous continuer à créer des vaccins pour suivre ce niveau de mutation ?

Nous ne le ferons pas.

Cela expliquerait-il aussi pourquoi des personnes totalement vaccinées continuent d’attraper le Covid ?

Pourquoi, alors que l’immunité naturelle n’a jamais failli à l’humanité, ne lui faisons-nous soudainement plus confiance ?

Pourquoi, si je pose des questions comme celles qui précèdent, ou si je publie des liens comme ceux que vous trouvez ci-dessus, mes pensées seront-elles supprimées de toutes les grandes plateformes de médias sociaux ?

Cela m’amène au prochain problème troublant que j’ai avec ces vaccins.

#16 : La censure… et l’absence totale de débat scientifique

Je ne peux pas m’empêcher d’être sarcastique ici, alors soyez indulgent.

Comment avez-vous apprécié tous ces débats robustes, télévisés à l’échelle nationale et mondiale, organisés par des responsables de la santé publique et diffusés simultanément sur toutes les grandes chaînes d’information ?

N’était-ce pas formidable d’entendre les meilleurs esprits en médecine, virologie, épidémiologie, économie et vaccinologie du monde entier débattre vigoureusement et respectueusement de sujets comme.. :

  • Les confinements.
  • Le port de masques
  • La distanciation sociale
  • Les essais d’efficacité et de sécurité des vaccins
  • Comment dépister la susceptibilité aux lésions vaccinales ?
  • Thérapeutique (c’est-à-dire les options de traitement non vaccinales).

N’était-ce pas formidable de voir des responsables de la santé publique (qui n’ont jamais traité personne avec le Covid) voir leur « science » remise en question ?

N’était-ce pas formidable de voir le panel de la FDA interroger publiquement les fabricants de vaccins à une heure de grande écoute, alors qu’ils étaient sur la sellette pour répondre à des questions difficiles sur des produits dont ils ne sont pas responsables ?

Oh, attendez… vous n’avez pas vu ces débats ?

Non, vous ne les avez pas vus… parce qu’ils n’ont jamais eu lieu.

Ce qui s’est passé à la place, c’est une censure maladroite de tous les récits, sauf un.

Ironiquement, Mark Zuckerberg peut remettre en question la sécurité des vaccins, mais pas moi ?

Hypocrite ?

Quand le premier amendement est-il devenu une suggestion ?

C’est le PREMIER amendement Mark, celui que nos fondateurs pensaient être le plus important.

Avec tant de choses en jeu, pourquoi ne nous donne-t-on qu’un seul récit ? Ne devrait-on pas entendre plusieurs points de vue et en débattre de manière professionnelle ?

QU’EST-IL ARRIVÉ À LA SCIENCE ?

Qu’est-il arrivé à la méthode scientifique qui consiste à toujours remettre en question nos hypothèses ?

Qu’est-il arrivé au débat animé dans ce pays, ou du moins dans la société occidentale ?

Pourquoi quiconque n’est pas d’accord avec l’OMS ou le CDC a-t-il été si lourdement censuré ?

La science de la santé publique est-elle devenue une religion, ou la science est-elle censée être un débat ?

Si quelqu’un dit « la science est établie », je sais que j’ai affaire à quelqu’un qui a l’esprit fermé.

Par définition, la science (en particulier la science biologique) n’est jamais établie.

Si c’était le cas, ce serait un dogme, pas une science.

OK, avant que je ne m’énerve trop, laissez-moi dire ceci…

JE VEUX ÊTRE UN BON CITOYEN

Je le veux vraiment.

Si le confinement fonctionne, je veux faire ma part et rester chez moi.

Si les masques fonctionnent, je veux les porter.

Si la distanciation sociale est efficace, je veux m’y conformer.

Mais s’il est prouvé qu’elle ne l’est pas (les masques par exemple), je veux aussi entendre cette preuve.

Si des scientifiques de renom ont des opinions différentes, je veux savoir ce qu’ils pensent.

Je veux avoir la possibilité d’entendre leurs arguments et de me faire ma propre opinion.

Je ne pense pas être la personne la plus intelligente du monde, mais je pense pouvoir réfléchir.

Je suis peut-être bizarre, mais si quelqu’un est censuré, alors je veux VRAIMENT entendre ce qu’il pense.

Pas vous ?

À tous mes amis qui n’ont pas de problème avec la censure, aurez-vous la même opinion lorsque ce que vous pensez sera censuré ?

La censure n’est-elle pas la technique des dictateurs, des tyrans et des personnes avides de pouvoir ?

N’est-elle pas le signe que ceux qui censurent savent que c’est le seul moyen de gagner ?

Et si un homme qui a passé toute sa vie à développer des vaccins était prêt à mettre toute sa réputation en jeu et à demander à tous les dirigeants mondiaux d’arrêter immédiatement les vaccins contre le Covid en raison de problèmes scientifiques ?

Et s’il plaidait pour un débat scientifique ouvert sur une scène mondiale ?

Voudriez-vous entendre ce qu’il a à dire ?

Voudriez-vous voir le débat qu’il demande ?

#17 : Le plus grand vaccinologue du monde tire la sonnette d’alarme…

Voici ce qui pourrait être la plus grande raison pour laquelle ce vaccin contre le Covid n’a pas de sens pour moi.

Lorsque quelqu’un qui est très pro-vaccins, qui a passé toute sa carrière professionnelle à superviser le développement de vaccins, crie du haut des montagnes que nous avons un problème majeur, je pense que cet homme doit être entendu.

Au cas où vous l’auriez manqué, et au cas où vous auriez envie de le regarder, voici Geert Vanden Bossche, qui explique :

1. Pourquoi le vaccin contre le Covid peut exercer une telle pression sur le virus que nous accélérons sa capacité à muter et à devenir plus mortel.

2. Pourquoi les vaccins covidés peuvent créer des virus résistants aux vaccins (comme les bactéries résistantes aux antibiotiques).

3. Pourquoi, en raison de problèmes antérieurs liés au renforcement dépendant des anticorps, nous pourrions être confrontés à de nombreux décès dans les prochains mois/années.

Si vous voulez voir/lire un deuxième entretien, plus long, avec Vanden Bossche, où on lui a posé des questions difficiles, vous pouvez consulter ce document.

Si la moitié de ce qu’il dit se réalise, ces vaccins pourraient être la pire invention de tous les temps.

Si vous n’aimez pas sa science, discutez-en avec lui.

Je ne suis que le messager.

Mais je peux aussi parler du Covid personnellement.

#18 : J’ai déjà eu le Covid

Je n’ai pas apprécié.

C’était un méchant rhume pendant deux jours :

  • Des douleurs incessantes aux fesses et au bas du dos.
  • Très faible énergie.
  • Faible fièvre.

C’était bizarre de ne pas pouvoir sentir quoi que ce soit pendant deux jours.

Une semaine plus tard, le café n’avait toujours pas le même goût.

Mais j’ai survécu.

Maintenant, il semble (comme cela a toujours été le cas) que j’ai une belle immunité naturelle, à vie

… et non pas quelque chose qui risque de s’estomper en quelques mois si je me fais vacciner.

Dans mon corps, et dans mon foyer, le Covid est terminé.

En fait, maintenant que je l’ai eu, il y a des preuves que le vaccin contre le Covid pourrait être plus dangereux pour moi.

Ce n’est pas un risque que je suis prêt à prendre.

En résumé

Ce qui précède ne sont que mes raisons de ne pas vouloir le vaccin.

Peut-être mes raisons ont-elles du sens pour vous, peut-être n’en ont-elles pas.

Quelles que soient celles qui ont un sens pour vous, j’espère que nous pourrons rester amis.

Pour ma part, je pense que nous avons beaucoup plus en commun que ce qui nous sépare.

  • Nous voulons tous vivre dans un monde de liberté.
  • Nous voulons tous faire notre part pour aider les autres et vivre bien.
  • Nous voulons tous avoir le droit d’exprimer nos opinions sans craindre d’être censurés ou vicieusement attaqués.
  • Nous méritons tous d’avoir accès aux faits afin de pouvoir prendre des décisions éclairées.

Que vous soyez d’accord ou non avec moi, je ne vous traiterai pas différemment.

Vous êtes un être humain tout aussi digne d’amour et de respect que n’importe qui d’autre.

Pour cela, je vous salue, et je vous souhaite vraiment le meilleur.

J’espère que vous avez trouvé cela utile.

Si oui, n’hésitez pas à le partager.

Si ce n’est pas le cas, n’hésitez pas à me faire part (gentiment) de ce qui n’a pas eu de sens pour vous et je serais heureux d’entendre vos réflexions également.

Restez curieux et restez humble.

Jusqu’à la prochaine fois,

Christian

_________

PS : Si vous pensez que j’ai bien étudié ce sujet, pensez à la réflexion que je ferais pour vous aider dans votre santé. Aider les gens avec leur santé est ce que je fais toute la journée, tous les jours.

PPS : La santé ne peut pas être injectée, mais elle peut être gagnée.


envoyé par Dominique Delawarde

traduit par Réseau International

Ce samedi, une IMMENSE VAGUE DE RÉSISTANCE

Par : admin
Header Association
Chers amis, Samedi 11 septembre, c’est la manifestation la plus importante, de très loin, depuis le début du mouvement contre le pass liberticide. Faites tout votre possible pour y être, et faire venir vos proches, le moment est DÉCISIF ! Mercredi prochain, le 15 septembre, les soignants non vaccinés seront mis à pied, sans salaire. Mercredi prochain, votre médecin généraliste non vacciné sera interdit d’exercer. Et un mois plus tard, le 15 octobre, les tests PCR deviendront payants – ce qui revient à une obligation vaccinale déguisée ! C’est le moment ou jamais de créer une vague IMMENSE de résistance en descendant TOUS dans la rue. Regardez la courbe des contaminations : le pic de l’épidémie Delta est derrière nous !
Evolution
Descendons dans la rue pour le dire haut et fort :  Nous, vaccinés et non-vaccinés, ne voulons pas du QR CODE PERMANENT ni de l’ABONNEMENT VACCINAL. Nous voulons vivre normalement, dans une société libre, et pas dans un état policier. Nous ne voulons pas de la 3ème dose bientôt obligatoire, puis de la 4ème, 5ème, etc.. Nous ne voulons pas injecter une substances expérimentales à nos enfants et petits-enfants, qui ne risquent rien du virus. C’est LE MOMENT OÙ JAMAIS DE DESCENDRE DANS LA RUE TOUS ENSEMBLE, et dire STOP. Ensemble, nous allons faire de ce samedi 11 septembre LA PLUS GRANDE MOBILISATION POPULAIRE DE LA DÉCENNIE !  A Paris, ce sera à 14h00 porte Dauphine, place du Paraguay. A Marseille, ce sera à 14h au Vieux Port. A Lille, ce sera à 14h Place de la République. Et regardez ci-dessous la ville la plus proche, avec une liste plus complète ! Je compte sur vous, c’est LA manifestation qui peut tout changer ! Et d’ici là, transmettez ce message partout autour de vous, à vos contacts email, sur Facebook, Whats’app et tous les réseaux ! A demain dans la rue,

Guillaume Chopin

Voici la liste (non exhaustive) des manifestations prévues ce samedi 11 septembre : Aix-en-provence – samedi 11 – 10h – La Rotonde Ajaccio – samedi 11 – 14h – à la gare Alençon – samedi 11 – 14h – La Halle Aux Blés Angers – samedi 11 – 15h – Place du Ralliement Angoulème – samedi 11 – 14h – place new york Annecy – samedi 11 – à partir de 12h00 ( pique nique ) avant le grand rassemblement de 14h00 – Soignants et Pompiers, nous nous retrouverons sur le Pâquier  https://fb.me/e/QQyUQqj7 Autun – tout les samedis – 15h -Devant le kiosque à musique Place du champs de Mars Avignon – samedi 11 – 14h – Place de l’Horloge Bastia – samedi 11 – 18h – Préfecture Bayeux – samedi 11 – 18h – Rond-Point Eisenhower Bayonne – samedi 11 – 14h – Place de la Liberté Bedarieux – samedi 11 – 9h30 – Devant la Mairie (Place Pablo Neruda) Belfort – samedi 11 – 16h – Maison du Peuple Besançon – samedi 11 – 14h – Place de la Révolution Bordeaux – samedi 11 – h ? – lieu ? Bourg-en-Bresse – samedi 11 – Square Joubert 12h – Préfecture 14h Bourgoin (38) – samedi 11 – 14h – devant la médiathèque – Pique nique à 12h30 place travot Brest – samedi 11 – 14h – Place de Strasbourg Brest – samedi 11 – 14h30 – BREST : Place de la Liberté (Rejoint par Place de Strasbourg) Brignoles (83) – samedi 11 – 15h00 – rue du 8 mai 1945 Cahors – samedi 11 – 9h30 – Place Mitterrand Cahors – samedi 11 – 14h – Palais de Justice (2e manif) Cambrai – samedi 11 – 13h – Place Aristide Briand Cannes : samedi 11 – 10h30 – Rassemblement Mairie Rassemblement Statique Cannes – samedi 11 – 14h – kiosque à musique de cannes https://fb.me/e/1YtPaPE6W Carcassonne – Samedi 11 – 14h30 – Square André Chenier Challans – samedi 11 – 14h – Devant la Mairie Chambéry – samedi 11 – 14h – Palais de Justice Chazelles-sur-Lyon – samedi 11 – 13h – Place de la Poterne Cholet – samedi 11 – 14h30 – place travot Clermont-Ferrand – samedi 11- 14h – Place De Jaude Colmar – samedi 11 – 14h – Place Rapp Dijon – samedi 11 – 14h – devant le chu ? Place de la République ? Douai – samedi 11 – 11h – place du barlet https://fb.me/e/191iXvCUH Dourdan – samedi 11 – 10h – Place du Chariot Biliothèque pour finir Place Mairie Ferney-Voltaire – samedi 11 – 16h – Parking du Bijou Frejus – samedi 11 – 14h – Base Nature Grenoble – samedi 11 – 14h – Place de Verdun Kingersheim – samedi 11 – 7h30 – Rond-Point Kaligone (Kalijaune) La rochelle – samedi 11 – 11h30 – quai louis prunier https://fb.me/e/2LOSKUJ2y La Rochelle – samedi 11 – 13h – Devant l’Aquarium Le Mans – samedi 11 – 14h – Place Henri Vaillant (Marché quartier PONTLIEUE) Le Puy-En-Velay – samedi 11 – 14h – Place du Breuil Le Rouget-Pers (15290) – Samedi 11 – 12H – Mairie (Picnic) Lille – samedi 11 – 11h ? 13h ? – place de la république https://fb.me/e/VvvcZau5 Limoges – samedi 11 – 11h – place jourdan ( manif a 14h ) Lyon – samedi 11 – 14h – place guichard Lyon – samedi 11 – 14h – Grand cortège au départ de la Mairie de Villeurbanne (place Lazare Goujon) + pique-nique géant à l’arrivée et fin de la manifestation, moment de rencontres et partages – Manifestation déclarée Marseille – samedi 11 – 14h – vieux port Metz – samedi 11 – 14h – Place de la République Montceau-les-Mines – samedi 11 – 10h – Place de la Mairie Montpellier – samedi 11 – 14h – place de la comédie Morlaix – samedi 11 – 10h – mairie Mulhouse – samedi 11 – 14h – Square de la Bourse Nancy – samedi 11 – 14h – place Maginot Nantes – samedi 11 – 14h – Croisée des Trams Nice – samedi 11 – 14h – Place Garibaldi Nice – samedi 11 – 14h30 – Place Masséna ( politique ) Nîmes – samedi 11 – 10h – Rond-Point Delta Nîmes – samedi 11 – 10h – Rond-Point Jardiland Nîmes – samedi 11 – 16h – préfecture Orléans – samedi 11 – 14h30 – Place de la République Palaiseau – samedi 11 – 10h – Gendarmerie Paris – samedi 11 – 10 h – place Wagram ( départ 13h ) https://fb.me/e/NNuZmVzE Paris – samedi 11 – 12h – Hôpital Cochin. Départ Manif 13h30 vers Conseil Constit. Paris 7ème – samedi 11 – 13h – manifestation inter professionnelle devant le ministère de la santé Paris – samedi 11 – 14h – chatelet https://fb.me/e/XuckrDxv ( annulé ? ) Paris – samedi 11 – 14h – Porte Dauphine (Place du Paraguay) ( politique ) Pau – samedi 11 – 10h – Place Verdun Périgueux – samedi 11 – 10h – Palais de Justice puis pic-nic Place Montaigne Perpignan – samedi 11 – 14h – Place de Catalogne Pertuis – samedi 11 – 14h – Place Jean Jaurès Ploërmel – tous les samedis – 10h00 à 12h00 – Place de la Mairie Poitiers – samedi 11 – 14h – Hôtel de Ville Poitiers – samedi 11 – 14h30 – Rond-Point Poitiers Sud Pontivy – samedi 11 – 14h – Sur la Plaine Quimper – samedi 11 – 10h – Casino Ergue-Armel Quimper – samedi 11 – 11h – Place de la Résistance + Pic-Nic Rennes – samedi 11 – 14h – Place de la République Rodez – samedi 11 – 14h – cinéma Rouen – samedi 11 – 14h – Place de l’Hôtel de Ville Royan – samedi 11 – 15h – place charle de gaulle Saint-Dié-des-Vosges – samedi 11 – 14h30 – place du général de gaulle ( politique ) Saint-Etienne – samedi 11 – 14h ? 15h30 ? – rassemblement sitting place de l’hôtel de ville Saint-Germain-en-Laye – Samedi 11 – 11h – Place Charles de Gaulle Saint-Quentin (02 Aisne) – samedi 11 – 14h – place du centre ville Saint-Pierre (Réunion) – samedi 11 – 12h – Marché Forain Strasbourg – samedi 11 – 14h – Place Kléber Tarbes – samedi 11 – 14h – Devant la Mairie Terrasson – samedi 11 – 13h45 – place de la libération Thonon-Les-Bains – samedi 11 – 14h30 – Place des Arts Toulon – samedi 11 – 14h – Place de la Liberté Toulouse – samedi 11 – 12h – assemblé populaire – métro jean jaurès https://fb.me/e/ErGUnQiE Toulouse – samedi 11 – 12h – jean – jaurès manif https://fb.me/e/1f6EpgLEz Tours – samedi 11 – 14h – place jean jaures Valence – samedi 11 – 14h – Devant Préfecture Vannes – samedi 11 – 14h – Esplanade du Port Versailles – samedi 11 – 11h – mairie Vienne – samedi 11 – 16h – Jardin de Cybèle Villefranche-sur-Saône – samedi 11 – 10h – mairie Voiron – samedi 11 – 14h – Devant la Cathédrale

Source :

Header Association
https://www.associatio
-sante-naturelle.info

80% des décès dus au COVID-19 en août étaient des personnes qui avaient été vaccinées selon les données de santé publique

Par : admin

Tous les articles de Global Research peuvent être lus en 51 langues en activant le menu déroulant « Traduire le site Web » sur la bannière supérieure de notre page d’accueil (version Desktop).

Visitez-nous et suivez-nous sur Instagram à @crg_globalresearch.

***

Des preuves supplémentaires prouvant que le programme de vaccination contre le Covid-19 est un énorme échec ont été publiés, ce qui confirme que pendant tout le mois d’août, 80% des personnes qui auraient subi du Covid-19 avaient été vaccinées contre la maladie.

Nous vivons une époque étrange, et si vous pensez que le programme de vaccination Covid-19 fonctionne parce que les autorités à la télévision vous le disent, alors vous devez sûrement trouver extrêmement étrange que le Royaume-Uni soit au milieu d’un tiers vague en plein été ? Surtout si l’on a enregistré qu’à l’été 2020, les décès de Covid-19 ont atteint zéro même si une injection de Covid-19 n’était pas disponible.

Mais l’étrangeté ne s’arrête pas là, il suffit de jeter un œil au dernier rapport statistique Covid-19  publié par Public Health Scotland (PHS) le 8 septembre 2021.

Le rappor t tableau un de fournit sur les Données essais, la mise en quarantaine, vaccinations, cas, hospitalisations et les Décès, Mais il ne va pas très Jusqu’a Ce que Intéressant vous le Read tableau 15, qui couvre l le Covid Nombre de -19 cas positifs par semaine et le statut vaccinal.

Intéressant car il montre que la majorité des cas confirmés font désormais partie de la population vaccinée. Au cours de la semaine la plus récente du 28 août au 3 septembre 2021, le rapport montre qu’il y avait 20 744 cas confirmés parmi la population non vaccinée, qui sont plus susceptibles d’être testés pour la simple raison qu’ils n ‘ont pas été vaccinés.

Mais il montre également qu’il y a eu 5 508 cas confirmés parmi la population partiellement vaccinée et 16 810 cas parmi la population entièrement vaccinée – deux populations qui sont les moins susceptibles d’être testées en raison d’être vaccinées.

Cela signifie qu’entre le 28 août et le 3 septembre, il ya eu 22 318 cas parmi la population vaccinée – près de 2 000 de plus que la population non vaccinée.

Il en va de même pour la semaine du 21 août au 27 août qui a vu 15 647 cas parmi la population non vaccinée et 22 234 cas parmi la population vaccinée, et il en va de même pour les deux semaines précédentes.

Les données déclarées en effet qu’entre le 7 août 2021 et le 3 septembre 2021, il ya eu 47 580 cas parmi la population non vaccinée, 21 020 cas parmi la population partiellement vaccinée et 41 748 cas parmi la population entièrement vaccinée. Cela signifie qu’il y a eu 15 188 cas supplémentaires parmi la population vaccinée.

Alors maintenant que nous avons clarifié que les injections expérimentales de Covid-19 n’empêchent clairement pas l’infection ou la propagation de Covid-19, voyons si elles empêchent les hospitalisations comme le prétendent les autorités.

Selon le tableau 16 du rapport entre le 28 août 2021 et le 3 septembre 2021, il y a eu 36 admissions à l’hôpital lié au Covid-19 parmi la population de plus de 60 ans non vaccinée, tandis qu’il y a eu 7 admissions sur la population partiellement vaccinée.

Cependant, il y a eu un énorme 299 admissions parmi la population de plus de 60 ans entièrement vaccinée, et le même schéma peut être observé pour les semaines précédentes jusqu’au 7 août 2021.

Au total pour la semaine du 28 août au 3 septembre 2021, il y a eu 271 hospitalisations parmi l’ensemble de la population non vaccinée mais 423 hospitalisations parmi la population entièrement vaccinée. Si nous basons ces hospitalisations survenant après les semaines précédentes des cas confirmés alors nous pouvons calculer le taux de cas-hospitalisation.

Au cours de la semaine commençant le 21 août, il y a eu 15 047 cas confirmés parmi la population non vaccinée. Par conséquent, sur la base des chiffres d’hospitalisation non vaccinés de 271 dans la semaine commençant le 28 août, le taux d’hospitalisation est de 1,7%. Cependant, lorsque nous effectuons le même calcul pour les hospitalisations de la population entièrement vaccinée (423) et les cas (14 519), nous pouvons constater que le taux d’hospitalisation est de 2,9%.

Par conséquent, cela montre que les injections de Covid-19 augmentent le risque d’hospitalisation en cas d’exposition au Covid-19 de 70% plutôt que de réduire le risque de 95% revendiqué par les fabricants de vaccins et les autorités.

Alors maintenant que nous avons éclairci les injections de Covid-19 augmenté le risque d’hospitalisation plutôt que de réduire, voyons si elles préviennent des décès comme le prétendent les autorités.

Le tableau 17 du rapport de Public Health Scotland montre le nombre de décès suite au statut vaccinal. Cependant, les PHS ont été très intelligents dans la façon dont ils ont présenté le nombre de décès. Parce que plutôt que de présenter une semaine par semaine comme ils ont fait avec le nombre de cas et d’hospitalisations, ils ont plutôt inclus les décès jusqu’au 29 décembre.

ACDE les incluent signifié Qu’ils du Décès , plus fort de la vague de Deuxième Covid présumée 19- where only 9% de la population received Une Seule Avait dose, et 0,1% de only la population Entière vaccinée Était Complètement d. Par conséquent, les PHS sont très sournoisement capables de donner l’impression que la majorité des décès de Covid-19 se produisent parmi la population non vaccinée.

Le tableau ci-dessus est tiré du rapport publié par Public Heal th Scotland le 18 août 2021 et montre les décès dus à Covid-19 par statut vaccinal entre le 29 décembre 2020 et le 5 août 2021. Comme vous pouvez le voir, toute personne lisant le rapport le donnerait l’impression que les vaccins font un travail fantastique pour prévenir les décès dus au Covid-19.

Mais avancez rapidement vers le rapport le plus récent et vous trouverez sur le tableau 17 qu’il y a eu 3 102 décès parmi la population non vaccinée, 279 décès parmi la population partiellement vaccinée et 298 décès parmi la population entièrement vaccinée entre le 29 décembre et le 26 août 2021. .

Ainsi, le nombre réel de décès par statut vaccinal entre le 5 août 2021 et le 26 août 2021 est le suivant :

  • Population non vaccinée – 25 décès
  • Population partiellement vaccinée – 6 décès
  • Population entièrement vaccinée – 92 décès

Cela signifie que la population non vaccinée n’a représenté que 20 % des décès présumés de Covid-19 tout au long du mois d’août, tandis que les personnes entièrement vaccinées en augmentent 75 %. Mais associez-vous les décès partiellement vaccinés aux décès entièrement vaccinés et vous pouvez constater que tout au long du mois d’août, 80% des décès sont survenus parmi la population vaccinée.

Cependant, cela rend difficile le calcul du taux de létalité. Pour ce faire, nous devons examiner le nombre de décès survenus dans le rapport des semaines précédentes . Au 19 août, il y avait eu 3 096 décès parmi les non vaccinés, 277 décès parmi les vaccinés jusqu’à présent et 264 décès parmi les complètement vaccinés.

Ainsi, le nombre réel de décès par statut vaccinal entre le 19 août 2021 et le 26 août 2021 est le suivant :

  • Population non vaccinée – 6 décès
  • Population partiellement vaccinée – 2 décès
  • Population entièrement vaccinée – 34 décès

Si nous basons ces décès sur le fait qu’ils ont commencé deux semaines après le nombre de cas confirmés, nous pouvons alors calculer le taux de létalité.

Au cours de la semaine commençant le 7 août, il y a eu 3 788 cas confirmés parmi la population entièrement vaccinée. Par conséquent, sur la base du nombre de décès non vaccinés de 6 dans la semaine commençant le 19 août, le taux de létalité est de 0,15%. Cependant, lorsque l’on fait le même calcul pour les hospitalisations (34) et les cas (3 490) de la population totalement vaccinée, on constate que le taux d’hospitalisation est de 1%.

Par conséquent, cela montre que les injections de Covid-19 augmentent le risque de décès lorsqu’elles sont exposées à Covid-19 d’un énorme 566% plutôt que de réduire le risque de 95% revendiqué par les fabricants de vaccins et les autorités .

Ce qui est encore plus préoccupant à ce sujet, c’est que le nombre de cas confirmés parmi la population entièrement vaccinée a augmenté au cours de la semaine la plus récente par rapport à quatre semaines auparavant. Par conséquent, le nombre d’hospitalisations et de décès qui pourraient survenir dans les prochaines semaines pourraient suffire aux autorités pour justifier un nouveau confinement.

Les données manifestent clairement que les vaccins n’empêchent pas l’infection ou la transmission, et cela montre clairement qu’ils augmentent le risque d’hospitalisation et le risque de réduire le risque.

*

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Suivez-nous sur Instagram, @crg_globalresearch. Transférez cet article à vos listes de diffusion. Crosspost sur votre site de blog, forums internet. etc.

L’image en vedette est de Mercola

Source : Global Research

La crise sanitaire vue par un archevêque catholique

Par : admin

L’Abbé Viganò dit que la vérité l’emporte sur la peur : le covid-19, le vaccin et le Great Reset.

Cette crise sert à créer les conditions nécessaires pour rendre inévitable le Great Reset, c’est-à-dire le passage du monde basé sur la civilisation gréco-romaine et le christianisme à un monde sans âme, sans racines, sans idéaux. En pratique, c’est le passage du Royaume du Christ au Royaume de l’Antéchrist

25 mars 2021 (LifeSiteNews)

Ce que nous avons appris jusqu’à présent sur la pseudo-pandémie nous donne l’image d’une réalité inquiétante et d’une conspiration criminelle encore plus inquiétante ourdie par des esprits égarés. Cette réalité, cependant, n’est pas prise en considération par ceux qui, hypnotisés par l’endoctrinement médiatique, persistent à considérer une grave grippe saisonnière comme un fléau pandémique, les traitements connus comme inefficaces, et les prétendus vaccins reconnus inutiles et nocifs comme rien moins que miraculeux.

La réputation des entreprises pharmaceutiques

Nous savons que les géants de l’industrie pharmaceutique – AstraZeneca, Pfizer, Moderna, Johnson & Johnson – non seulement n’ont pas suivi les protocoles ordinaires de test des médicaments, mais qu’ils ont une longue histoire de condamnations pour avoir précédemment causé de graves dommages à la population, en distribuant des vaccins dont il a été révélé qu’ils provoquaient des maladies invalidantes.

Les conflits d’intérêts

Nous connaissons les conflits d’intérêts gigantesques qui existent entre les entreprises pharmaceutiques et les organismes chargés de leur contrôle : dans de nombreux cas, les employés de ces entreprises sont passés par les entités qui doivent approuver et autoriser l’utilisation des médicaments, et il est difficile d’imaginer que ceux-ci – qui continuent souvent à avoir des liens professionnels avec Big Pharma – aient la liberté de procéder à une évaluation juste et prudente. En effet, nous venons de voir récemment avec le cas d’AstraZeneca en Europe que la nocivité évidente du soi-disant vaccin – qui a conduit certaines nations à suspendre sa distribution – n’est pas considérée comme une raison suffisante par l’EMA (Agence européenne des médicaments) pour en interdire l’adoption. Les récentes découvertes sur les effets secondaires graves ont été conçues pour exclure la majorité des cas et surtout pour ignorer délibérément la relation de cause à effet entre l’inoculation du vaccin et ses effets secondaires à court ou long terme.

L’immunité contre les effets secondaires

On sait qu’au mépris de tout principe juridique et de la protection de la population, les laboratoires pharmaceutiques ont exigé une immunité totale pour les dommages pouvant survenir aux patients, à qui l’on demande de signer une décharge avec leur consentement éclairé. Ainsi, en plus des profits scandaleux tirés de la vente des vaccins, les multinationales pharmaceutiques garantissent leur propre impunité pour une opération criminelle, menée avec la complicité des institutions internationales et des gouvernements.

Le secret sur les clauses contractuelles

Nous savons que les clauses contractuelles des accords passés par les nations et par l’Union Européenne avec ces entreprises pharmaceutiques sont inaccessibles et secrètes : même les parlementaires et les représentants politiques ne peuvent pas voir les clauses qu’ils ont dû approuver dans une boîte scellée. Et nous savons que ces mêmes entreprises pharmaceutiques non seulement n’assument aucune responsabilité pour les effets secondaires, mais déclarent également qu’elles ne garantissent même pas leur efficacité à fournir une immunité contre le virus.

L’origine chinoise du virus

On sait que le virus du SRAS-CoV-2 a très probablement été produit en laboratoire, avec la complicité de la dictature chinoise. La Chine étant l’un des principaux financeurs de l’OMS après la Fondation Bill & Melinda Gates, elle a pu empêcher toute enquête sur l’origine du virus ou les premiers stades de sa propagation.

La complicité du personnel de santé

Nous savons que toutes les nations, à de très rares exceptions près, ont immédiatement adopté les protocoles sanitaires les plus absurdes émanant de l’OMS, à commencer par la décision malheureuse de ne pas traiter les malades dès l’apparition des premiers symptômes, et de les soumettre à une ventilation profonde une fois que le syndrome grippal a dégénéré en pneumonie aiguë bilatérale. Et cela s’est produit avec l’exécrable complicité du personnel de santé – des médecins au personnel hospitalier – provoquant des milliers de morts non pas à cause de la COVID, comme nous le disent les grands médias, mais à cause d’un traitement incorrect.

Délégitimation et boycott des traitements disponibles

Nous connaissons également la campagne furieuse contre l’efficacité des traitements déjà existants, depuis l’utilisation de plasma hyperimmun jusqu’à l’utilisation de médicaments que de nombreux médecins, bien que violant les normes sanitaires imposées pendant ces mois, ont jugé de leur devoir d’administrer à leurs patients, avec succès. Et il n’est pas difficile de comprendre que le faible coût des traitements, le fait que beaucoup d’entre eux ne sont pas soumis à des brevets, et surtout leur efficacité immédiate dans le traitement représentent pour les entreprises pharmaceutiques et leurs complices une raison plus que suffisante pour s’y opposer et les discréditer, jusqu’à en interdire l’usage.

Un projet planifié depuis des années

Nous savons que pour mener à bien cette opération criminelle – puisqu’il faut parler de crime contre Dieu et contre l’humanité, et non d’un simple destin malheureux – il a fallu des années de planification, menées de manière systématique, afin d’affaiblir les plans nationaux de lutte contre la pandémie, de réduire drastiquement le nombre de lits dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs, de créer une masse d’employés aveugles, sourds et muets, qui n’étaient plus médecins et qui faisaient passer leur propre sécurité au travail avant leur devoir de soigner les malades. Le serment d’Hippocrate a été violé au nom du profit des entreprises pharmaceutiques et de la poursuite d’un projet d’ingénierie sociale.

L’implication du système de santé

On sait que pour obtenir la complicité des médecins et des scientifiques, on a eu recours non seulement au système de corruption et de conflits d’intérêts qui existe depuis des décennies, mais aussi à la distribution de prix et de primes en espèces. Pour donner un exemple, en Italie, un médecin spécialiste reçoit 60 euros par heure pour administrer des vaccins dans les centres de vaccination ; les médecins généralistes reçoivent des primes pour chaque patient qu’ils ont vacciné ; un lit en soins intensifs est payé environ 3000 euros par jour par le service national de santé. Il est évident que ni les médecins généralistes, ni le personnel hospitalier, ni les agences régionales de santé n’ont intérêt à se priver d’énormes revenus, après que la santé publique ait été démolie au cours de la dernière décennie au nom de la réduction du gaspillage imposée par l’Union européenne. Pour donner une idée, l’Italie a reçu 72 invitations de Bruxelles à fermer tous les petits hôpitaux qui, aujourd’hui, sous le prétexte de la pandémie, ont été rouverts et financés avec des fonds que l’UE alloue à titre de prêt avec des contraintes et des conditions qui, à d’autres moments, auraient été jugées inacceptables. Pourtant, ces hôpitaux ont bien fonctionné, permettant d’offrir un service étendu aux citoyens, et ils ont pu éviter la propagation des maladies.

Le rôle fondamental des médias

Nous savons que des nations ont accordé des financements aux médias, afin de contribuer à l’information sur le COVID. En Italie, le gouvernement de Giuseppe Conte a alloué des sommes importantes pour que le système d’information national donne une version alignée de la pandémie, et a censuré toute voix dissidente. La diffusion des données sur les infections et les décès a été grossièrement manipulée, suggérant que toute personne ayant un résultat positif au test doit être considérée comme malade, même si les asymptomatiques ne sont pas contagieux – de l’aveu même de l’OMS et des organismes analogues aux États-Unis, au Canada, en Australie, etc. Et à côté de ces financements gouvernementaux, dans de nombreux cas, le conflit d’intérêts avec les entreprises pharmaceutiques a pu également interférer dans les choix des diffuseurs et des journaux, d’une part parce que BigPharma représente l’un des principaux acheteurs d’espaces publicitaires, et d’autre part parce qu’elle est présente dans les conseils d’administration des sociétés d’information. Il est difficile de croire que le rédacteur en chef d’un journal, même s’il est persuadé que la pandémie est une fraude, oserait aller à l’encontre du PDG ou priver le journal des bénéfices publicitaires de Pfizer ou Johnson & Johnson.

La responsabilité des réseaux sociaux

On sait qu’en plus de la complicité des médias, la machine infernale des médias sociaux, de Facebook à Twitter, de Google à YouTube, a mobilisé une opération de censure éhontée et scandaleuse, jusqu’à effacer les profils d’éminents scientifiques et de journalistes reconnus, pour la seule raison qu’ils n’obéissaient pas aux diktats du récit du COVID. Même dans ce cas, il n’est pas surprenant de découvrir les relations économiques et de parenté existant entre ces multinationales colossales, qui sont devenues au fil du temps les propriétaires de l’information et les arbitres de qui a le droit à la liberté d’expression et qui ne l’a pas.

Cui prodest ? – Qui profite ?

Nous savons aussi qui sont les premiers bénéficiaires de la pandémie, en termes économiques : les usuriers des banques, qui ont le pouvoir de maintenir à flot les entreprises idéologiquement alignées, et en même temps de faire échouer les petites entreprises si elles constituent un obstacle gênant à l’établissement du Nouvel Ordre Mondial. Ces petites entreprises, répandues surtout sur le Vieux Continent et en particulier en Italie, constituent le tissu social et l’identité économique de nombreuses nations. Leur large diffusion dérange les multinationales de la grande distribution, d’Amazon à JustEat, qui, pendant la période de blocage, ont augmenté leurs profits de manière scandaleuse, au détriment des activités commerciales normales, car ce livre que nous avions l’habitude d’acheter à la librairie du coin doit maintenant être commandé en ligne, tout comme le déjeuner, le toner de l’imprimante et le détergent pour lave-vaisselle. Cette “nouvelle économie” s’est imposée avec arrogance en quelques semaines seulement l’année dernière, grâce à la fermeture simultanée des magasins et à l’obligation de rester à la maison qui ont été imposées aux citoyens.

Éducation

Nous savons que la nécessité d’endoctriner les jeunes générations ne pouvait pas exclure de ce plan l’enseignement scolaire et universitaire, qui est aujourd’hui dispensé par “l’enseignement à distance” avec des conséquences psychologiques très graves pour les enfants et les jeunes. Cette opération jette aujourd’hui les bases pour qu’un jour l’enseignement offert via internet puisse être unifié, décidant quels professeurs sont autorisés à donner des cours et ce qu’ils doivent dire, et je ne serai pas surpris si bientôt cette forme d’enseignement aligné comprend un nombre de plus en plus restreint de professeurs : un seul professeur d’histoire pour tous les élèves d’une nation, avec un programme étroitement défini et contrôlé. Il ne s’agit pas d’une réalité lointaine, lorsque chaque élève sera obligé de se connecter en ligne et ne pourra plus faire appel à un professeur de sa propre école, mis à la retraite ou retiré de l’enseignement parce qu’il ne se conforme pas aux ordres du pouvoir. Nous ne pouvons pas non plus être surpris si les nouveaux enseignants sont des hologrammes qui élaborent des algorithmes, ou des intelligences artificielles inquiétantes qui endoctrinent des millions de jeunes dans la théorie du genre, la doctrine LGBT, et toutes les aberrations morales que nous avons anticipées ces dernières années.

Les promoteurs de la pandémie

Nous savons qui sont les théoriciens de la pandémie comme instrumentum regni, de Bill Gates à George Soros, dans un réseau de complicité d’intérêts si vaste et organisé que toute mesure d’opposition est pratiquement impossible. À leurs côtés, nous trouvons le répertoire le plus inquiétant d’organisations dites philanthropiques et de lobbies de pouvoir, comme le Forum économique mondial avec Klaus Schwab, l’OMS et toutes ses branches nationales, la Commission trilatérale, le groupe Bildeberg, le Conseil pour le capitalisme inclusif dirigé par Lady Lynn Forester de Rothschild sous la direction spirituelle de Bergoglio et, plus généralement, la phalange de multinationales, de banques et de groupes de pouvoir qui font partie de ce dôme de conspirateurs. Ne soyez pas surpris si, en parfaite cohérence avec leurs plans, les sectes et les mouvements satanistes mondiaux se mobilisent également, à commencer par l’Église de Satan qui exalte l’avortement comme rituel propitiatoire pour la fin de la pandémie, exactement comme BigPharma exige des pseudo-vaccins produits avec des cellules de fœtus avortés.

Asservissement de la hiérarchie catholique

Enfin, nous savons – et c’est certainement l’aspect le plus choquant – qu’une partie de la hiérarchie catholique est également présente dans ce plan, qui trouve en Jorge Mario Bergoglio un prédicateur obéissant du récit de la pandémie et le principal sponsor des vaccins, qui n’a pas hésité à les définir comme “un devoir moral”, malgré les très graves préoccupations éthiques et religieuses qu’ils soulèvent. Bergoglio est même allé jusqu’à se faire interviewer par le vaticaniste Domenico Agasso, dans une conversation contenue dans un livre intitulé Dio e il mondo che verrà, pour recommander aux masses l’administration du sérum génétique et fournir une caution autoritaire et malheureuse à l’idéologie du mondialisme. Et depuis mars 2020, le Saint-Siège s’est montré parfaitement aligné sur le plan mondialiste en ordonnant la fermeture des églises et la suspension de la célébration et de l’administration des sacrements. Si cela ne s’était pas réellement produit, et qu’au contraire une forte condamnation de ce projet antihumain et antichristique avait eu lieu, les plus hautes instances de l’Église auraient eu du mal à accepter de soumettre les multitudes à des limitations absurdes de leurs libertés naturelles, au nom d’un asservissement non seulement idéologique mais évidemment aussi économique et social.

N’oublions pas que, en contrepartie de la perte de fidèles dans les églises et de la réduction drastique des offrandes pour les conférences épiscopales qui en résulte, il doit nécessairement exister une forme alternative de financement qu’il ne nous faudra pas longtemps pour découvrir. Je pense que ni la Chine communiste, ni de Rothschild, ni Bill et Melinda Gates (qui, comme je l’ai appris de source autorisée, ont ouvert un compte à l’IOR, la banque du Vatican), ni le réseau des partis démocratiques autoproclamés – la gauche internationale – obéissant à l’idéologie mondialiste, ne sont étrangers à cette opération. En revanche, le Great Reset envisage l’instauration d’une Religion universelle œcuménique, écologique et malthusienne, qui voit en Bergoglio son chef naturel, comme l’a récemment reconnu la Maçonnerie. L’adoration de la pachamama au Vatican, l’accord d’Abu Dhabi, l’encyclique Fratelli tutti et le prochain sabbat d’Astana vont tous dans ce sens, complétant l’inexorable processus de dissolution de l’Église qui a commencé avec le Concile Vatican II.

Si quelque chose ne fonctionne pas, on peut l’utiliser pour autre chose

Il faut reconnaître que l’illogisme apparent de ce que nous voyons se produire – le boycott des traitements préventifs, des thérapies erronées, des vaccins inefficaces, des confinements sans utilité, l’utilisation de masques absolument inutiles – prend tout son sens dès que nous comprenons que le but déclaré – vaincre la prétendue pandémie – est un mensonge, et que le but réel est la planification d’une crise économique, sociale et religieuse en utilisant comme outil une pseudo-pandémie provoquée avec art. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut comprendre la simultanéité et l’univocité des dispositions adoptées par les différentes nations, la narration alignée des médias et le comportement des dirigeants politiques. Il y a un seul scénario sous une seule direction, qui utilise la collaboration et la complicité des politiciens et des gouvernants, des médecins et des scientifiques, des évêques et des prêtres, des journalistes et des intellectuels, des acteurs et des influenceurs, des multinationales et des banquiers, des fonctionnaires et des spéculateurs. Les profits et les gains y contribuent, car ils achètent et assurent la loyauté des subordonnés, mais cette guerre – ne l’oublions jamais ! – est une guerre idéologique et religieuse.

Deux mondes opposés

Cette crise sert à créer les conditions nécessaires pour rendre inévitable la Grande Réinitialisation, c’est-à-dire le passage du monde basé sur la civilisation gréco-romaine et le christianisme à un monde sans âme, sans racines, sans idéaux. En pratique, c’est le passage du Royaume du Christ au Royaume de l’Antéchrist, d’une société vertueuse qui punit les méchants à la société impie et méchante qui punit les bons. Cette idée détestable d'”égalité” qui nous a été inculquée par les libres penseurs a été utilisée pour mettre sur un pied d’égalité le bien et le mal, le bien et le mal, le beau et le laid, sous le prétexte de reconnaître la liberté d’expression ; aujourd’hui, elle sert à promouvoir le mal, l’injustice et le mauvais, et même à les rendre obligatoires, afin de délégitimer et d’interdire le bien, la justice et la beauté. Conformément à cette vision, l’œcuménisme aussi – qui a été initialement introduit dans l’enceinte sacrée par le Concile sous le prétexte de ramener les hérétiques et les schismatiques – montre aujourd’hui sa charge antichristique, en incorporant toutes les fausses religions dans un panthéon mais en proscrivant la Religion Catholique Romaine Apostolique, parce qu’elle est la seule vraie et qu’en tant que telle elle est inconciliable avec l’erreur doctrinale et la déviation morale. Nous devons donc comprendre que, si nous n’assistons pas passivement aux changements en cours et si nous ne nous laissons pas imposer l’idéologie mondialiste dans toutes ses formes les plus abjectes, nous serons bientôt considérés comme des criminels, hostes publici parce que nous sommes fidèles à un Dieu jaloux qui ne tolère pas le mélange avec les idoles et la prostitution. La supercherie de la liberté, de l’égalité et de la fraternité propagée par la Maçonnerie consiste précisément à usurper la primauté de Dieu pour la donner à Satan, avec le prétexte apparent – qui est de toute façon erroné et immoral – de placer Dieu et Satan sur le même plan de manière à permettre une prétendue liberté de choix qui moralement n’existe pas. Mais le but final, le vrai et l’inavouable, est fondamentalement théologique, car l’auteur de la rébellion est toujours le même, l’éternel Vaincu.

Nul n’est prophète en son pays

Bien sûr, ce que nous voyons se produire aujourd’hui sous nos yeux aurait pu être compris et prédit depuis des années, si l’on avait seulement prêté attention à ce que les théoriciens de la Grande Reset déclaraient impunément. En réalité, ceux qui ont dénoncé ce plan, qui est actuellement en cours, ont été traités de théoriciens du complot, ridiculisés ou pris pour fous, ostracisés par l’information grand public et criminalisés, chassés des chaires universitaires et de la communauté scientifique. Aujourd’hui, nous comprenons la clairvoyance des lanceurs d’alerte qui ont crié l’alarme et la puissance du mécanisme d’organisation mis en place par nos adversaires. Au nom de la liberté, nous nous sommes habitués à nous voir privés du droit de parler et de penser, et l’effort de pathologisation de la dissidence afin de légitimer les camps de détention et de limiter les mouvements sur la base du passeport sanitaire est déjà en cours.

La dissonance cognitive

Face à la réalité, il est toutefois difficile de comprendre la raison pour laquelle l’ensemble de la population mondiale s’est laissé convaincre de l’existence d’un virus pandémique qui n’a pas encore été isolé et a accepté sans broncher des limitations à la liberté individuelle qui, en d’autres temps, auraient conduit à une révolution et à des barricades dans les rues. Ce qui est encore plus incompréhensible, ce n’est pas tant l’absence d’une réaction sociale et politique véritable et appropriée que l’incapacité à voir la réalité dans toute son évidence crue. Mais cela est dû, comme nous le savons, à l’action scientifique de manipulation des masses qui a inévitablement conduit au phénomène que la psychologie sociale appelle “dissonance cognitive”, c’est-à-dire la tension ou le malaise que nous ressentons face à deux idées opposées et incompatibles. Le psychologue et sociologue Leon Festinger a démontré que cet inconfort nous amène à élaborer ces convictions de trois manières, afin de réduire l’incongruité psychologique que la dissonance détermine : changer d’attitude, changer de contexte, ou changer de comportement. Les gens ordinaires, incapables de comprendre ou même de reconnaître une quelconque rationalité dans ce que les médias disent de manière obsessionnelle sur le COVID, acceptent l’absurdité d’un virus grippal présenté comme plus dévastateur que l’ébola, car ils ne veulent pas accepter que leurs dirigeants politiques mentent sans vergogne, dans le but d’obtenir la destruction sociale, économique, morale et religieuse d’un monde que quelqu’un a décidé d’annuler. Ils ne savent pas comment accepter que le mensonge puisse passer pour la vérité, que les médecins ne guérissent pas et tuent même leurs patients, que les autorités civiles n’interviennent pas pour arrêter les crimes et les violations flagrantes, que les politiciens obéissent tous à un lobby sans visage, que Bergoglio veut démolir l’Église du Christ pour la remplacer par une parodie maçonnique infernale. Ainsi, par cette volonté de ne pas accepter la tromperie et donc de ne pas vouloir prendre position contre elle et contre ceux qui la promeuvent, ils se réfugient dans le récit mainstream commode, suspendant leur jugement et laissant les autres leur dire quoi penser, même si c’est irrationnel et contradictoire. Des milliards de personnes se sont volontairement faites esclaves, victimes sacrificielles du Moloch mondialiste, en se laissant persuader de l’inévitabilité d’une situation aussi surréaliste et absurde. Ou mieux encore : l’absurdité de ce que nous voyons et de ce qu’on nous dit semble donner plus de force aux raisons de ceux qui, après deux cents ans de révolution au nom d’une prétendue liberté, acceptent la tyrannie comme un fait normal et montent à la potence avec la résignation de ceux qui sont convaincus, après tout, qu’ils sont coupables d’une manière ou d’une autre.

La consternation n’est pas moindre devant le comportement de ceux qui, au mépris de toute évidence scientifique, pensent pouvoir résoudre cette crise en déplorant l’inefficacité de la distribution des vaccins, ou remédier aux dégâts du confinement en garantissant des subventions aux entreprises et aux travailleurs. En bref, ils voudraient pouvoir choisir d’être exécutés par pendaison ou par guillotine, sans émettre la moindre objection quant à la légitimité de la sentence. Et ils s’énervent dès que quelqu’un formule des objections, l’accusant de théorie du complot ou de négationnisme, proclamant qu’il est en faveur des vaccins et donnant des attestations de fidélité à l’idéologie dominante. Et ils ne se rendent pas compte que, précisément en allouant des subventions aux entreprises lésées par le confinement, ils légitiment le revenu universel théorisé par la Grande Réinitialisation et qui est aussi fortement souhaité par le Vatican ; ils ne se rendent pas compte qu’il ne peut y avoir de vaccin contre un virus mutant, et que l’antigène qui garantirait l’immunité contre une grippe saisonnière ne peut exister tant que le virus n’a pas été isolé et non simplement séquencé. Ils nous rappellent ceux qui, dans la sphère catholique, déplorent les dérives doctrinales et morales de Bergoglio, sans comprendre qu’elles sont en parfaite cohérence avec les fondements idéologiques du Concile. Là aussi, on le voit, la rationalité est annulée pour faire place à la ” dissonance cognitive ” et accepter l’absurde.

L’homme n’est pas un robot

Il y a cependant un élément que les conspirateurs n’ont pas pris en compte : la faiblesse humaine d’une part, et la puissance de Dieu d’autre part. La faiblesse humaine fera que certains des complices de cette conspiration ne seront pas totalement obéissants aux ordres qui leur ont été donnés, ou bien ils penseront qu’ils peuvent tirer un avantage personnel de la pseudo-pandémie en dénonçant la tricherie et la corruption ; certains penseront d’abord à leur propre intérêt, d’autres imposeront l’obligation du vaccin à n’importe qui, mais ils auront quelques scrupules lorsqu’il s’agira de vacciner leur propre enfant ou leur parent âgé ; certains craindront que la farce pandémique ne les implique d’une manière ou d’une autre dans le scandale, et ils commenceront à avouer et à parler ; d’autres seront utilisés puis brutalement écartés, ce qui éveillera en eux le désir de vengeance et les conduira à révéler les dessous du plan. Petit à petit, ce colosse aux pieds d’argile s’effondrera, inexorablement, sur ses propres mensonges et ses propres crimes.

[…]

Carlo Maria Viganò, Archevêque 25 mars 2021

Septembre 2021

* Le pape Bergoglio sera en visite en Hongrie et en Slovaquie du 12 au 15 septembre 2021 : 10 allocutions sont prévues et deux messes.

Le pape a exhorté les fidèles à se faire vacciner le 18 août.

Le patriarcat catholique byzantin appelle les prêtres de Slovaquie à protester lors de la prochaine visite du pape.  

– Le 11 août 2021, des chercheurs catholiques polonais ont adressé une lettre ouverte aux évêques et aux prêtres.

« Nous nous adressons à vous concernant l’utilisation des églises et des paroisses en tant que centres de vaccination contre le Covid-19. »

« Le programme de vaccination utilise des cellules HEK-293. Les HEK-293 sont des cellules rénales embryonnaires humaines. Les cellules HEK-293 sont dérivées d’avortements. La lignée cellulaire HEK-293 est utilisée pour produire deux types de vaccins expérimentaux contre le Covid-19. N’est-ce pas là une raison de réfléchir plus profondément ? ».

– Les évêques catholiques de l’État américain du Colorado ont publié une lettre pastorale au sujet de la vaccination contre le Covid avec des vaccins expérimentaux. Cette lettre stipule que l’objection de conscience doit être respectée lors de la vaccination avec tous les types de vaccins. Cette attitude des évêques rejette la vaccination obligatoire. Cela contraste fortement avec la propagande criminelle pro-vaccin du pseudo-pape Bergoglio, qui ignore sciemment les avertissements alarmants des autorités médicales incorruptibles. Son slogan absurde « un vaccin pour tous » prouve que Bergoglio non seulement ignore la conscience des croyants, mais en abuse aussi en prétendant faussement que tout le monde doit être vacciné pour ne pas mettre en danger son prochain. Il a dit : « Nous devons le faire ! ». * Le Vatican forme une alliance avec le conseil pour le capitalisme inclusif initié par Lynda de Rothschild ( décembre 2020) : membres de ce conseil : BP, Dupont, Merck, Bank of America, Ford, Allianz, Mastercard, Cop26, OCDE…

Sur notre site :Le Vatican, George Soros, l’ONU et le changement climatique

Le symbolisme occulte de la crèche 2020 du Vatican

Source : Ciel Voilé

HOLD UP interview complète de Valerie Bugault

Par : admin

Valérie Bugault 19,9 k abonnés Chercheuse INDÉPENDANTE, docteur en droit et analyste de géopolitique juridique, mes travaux, articles et vidéos sont en accès libre depuis plus de 10 ans pour informer et réinformer la population sur des sujets d’intérêt général. Merci à tous ceux qui me soutiennent dans cette démarche et rendent possible la production de mes prochains travaux. ✅ Mes travaux en intégralité 🌐 https://valeriebugault.fr ✅ Participez au 1er Cercle de Réflexion du Droit Alternatif : ⚖ RévoluDroit ⚖ 🌐 https://valeriebugault.fr/revoludroit ______________________________________________________________________________________________________________ ✅ Merci à tous ceux qui me soutiennent et rendent possible la production de mes travaux en toute INDEPENDANCE ! 💰 Tipeee : https://fr.tipeee.com/valeriebugault 💰 Paypal : https://www.paypal.com/pools/c/8uBNNH… ______________________________________________________________________________________________________________ ✅ Pour me suivre Gab : https://gab.com/BugaultV Twitter : https://twitter.com/BugaultV Viadeo : https://viadeo.journaldunet.com/p/val… Parler : https://parler.com/profile/ValerieBug… —————————————————————————————————————— ✅ A suivre également : (parmi tant d’autres) 👍 INFOVF : https://www.infovf.com/ 👍 TRAD.PUB : https://www.transcript.pub/ 👍 France-SOIR : https://www.francesoir.fr/ 👍 STRATEGIKA : https://strategika.fr/ 👍 RESEAU INTERNATIONAL : https://reseauinternational.net/ 👍 Le SAKER FRANCOPHONE : https://lesakerfrancophone.fr/ 👍 Le BLOG de LILIANE HELD KHAWAM : https://lilianeheldkhawam.com/

Source : Youtube

Attali souhaite que les complotistes soient pourchassés pour les « mensonges qu’ils véhiculent »

Par : admin

Jacques Attali a un nouveau souhait : pourchasser les complotistes pour leurs mensonges. Sachant que les complotistes ont raison depuis le début, ils ont annoncé la vaccination obligatoire, les multiples doses, et ont été réprimés sévèrement par les médias sociaux, la junte médiatique et les politiciens de tous bords.

Voici ce que ce triste sir a à dire :

⚠ Jacques Attali devient une nouvelle fois complètement dingue et souhaite que les "complotistes" «soient pourchassés pour les mensonges qu’ils véhiculent. »

👹 Il juge également que le gouvernement, devra utiliser la "méthode chinoise" pour s’en sortir. pic.twitter.com/PAq6Tuk3ay

— h farid (@hfarid22764184) September 4, 2021

Il rêve également que notre identité numérique soit injectée dans notre corps sous la forme d’une « puce électronique ». Là également les complotistes ont vu juste.

[Voir aussi :
Preuves que le pass sanitaire et les vaccins COVID étaient prévu depuis 2019. Attali en parlait même en…1979 !]

Source : Nouveau monde

De l’eugénisme à l’hygiène sociale ou le contrôle mental comme moyen de gérer les masses

Par : admin

Dans cet article, on va revenir un peu plus en détail sur certains points abordés lors de l’émission avec Ariane Bilheran et Akina. Pour commencer, un retour sur le début des travaux scientifiques autour du contrôle de la société et des individus, initié par un courant 100% eugéniste très en vogue dans les années 20, et rassemblé dans et autour de l’Institut Tavistock.

On va voir quelle est l’idéologie derrière tous ces travaux de recherche dont le caractère scientifique reste à démontrer. Une idéologie toujours présente en filigrane dans le discours ultra libéral, et plus que jamais d’actualité.

Note de Sott : A priori, l’émission avec Ariane Bilheran et Akina à laquelle l’auteur fait référence ci-dessus est la suivante :

Nous mettons aussi à disposition de nos lecteurs la même vidéo sur Odysee au cas où YouTube censure la première :

https://odysee.com/$/embed/2021-08-25-CM1-Ariane-Bilheran-Donde-Vamos-HD4/94b83a569432ad7535144900e9765351778f45f0?r=6o6Pf6qHGoT2BuUrtJVp8cGUtEqCnynX

La sociologie comme outil de gestion de la société

Le contrôle des masses et de l’esprit des individus n’est pas nouveau : les religions par exemple s’en sont fait une spécialité depuis des siècles et déjà Platon allait sur ce terrain. Mais la formalisation de ce qui est devenu une véritable discipline “scientifique” remonte à l’entre-deux guerres avec les travaux de la Tavistock Clinic, en Grande-Bretagne.

1921 : La Tavistock Clinic

tavisktock

Avant les nazis, le concept de contrôle mental a été élaboré par la Tavistock Clinic créée en 1921. A cette époque de nombreuses cliniques spécialisées traitaient les adultes et les enfants, et la Clinique Tavistock (sous le nom de Tavistock Square Clinic for the Treatment of Functionnal Nerve Disorders ) s’est spécialisée dans le traitement précoce des enfants.

L’objectif était donc de traiter –et non soigner, un mot absent des études et rapports de l’époque- l’humain (enfant comme adulte mais avec des départements séparés) via la médecine, la psychologie, la sociologie en même temps. Une approche novatrice qui s’inscrivait dans le courant de pensée eugéniste, sur lequel on va revenir dans cet article.

Les premiers vice-présidents honoraires de la clinique étaient des gens aussi réputés que Sigmund Freud, qui était alors en Angleterre, HG Wells, Carl Jung[1], Cyril Burt, Julian Huxley et quelques autres.

La clinique Tavistock qui disait faire de la “nouvelle psychologie” issue principalement des théories de Karl Jung et Freud a été créée en 1921 par le psychiatre Hugh Crichton-Miller, qui a dirigé par exemple la Société Royale de Médecine ou la Société Britannique de Psychologie dans les années 30, et par Cyril Burt qui a été en contact avec les eugénistes dès ses études à Oxford et a notamment travaillé sur le caractère “héréditaire” du QI[2].

freud

Derrière le délire de Burt, l’objectif était de trouver des indicateurs pour assurer l’ordre social, et pour lui le QI était un paramètre important pour développer l’eugénisme, c’est-à-dire une sorte de sélection des individus les plus adaptés voire rentables pour l’ordre économique.

La Tavistock Clinic a aussi repris les thèses et l’idéologie de l’école de Francfort, issue de la création officielle en 1923 de l’Institut pour la recherche sociale, et qui était orientée vers les idées marxistes et “socialistes” en termes de gestion de la société.

Comme il y avait beaucoup de Juifs et –forcément- de marxistes dans ses effectifs, l’école a été très mal vue des nazis qui ont interdit à ses professeurs d’enseigner dès 1933. Elle s’est donc installée à New York en 1935, en association avec la New School financée par la Fondation Rockefeller, puis en Californie en 1940.

rusell

” Lord Bertrand Russell de l’école de Francfort était un défenseur de l’ingénierie sociale de masse clandestine. Dans son livre de 1951, ‘L’impact de la science sur la société’, il a écrit: « psychologie du cul. . . . Son importance a été considérablement accrue par le développement des méthodes modernes de propagande. Parmi ceux-ci, le plus influent est ce que l’on appelle “l’éducation”. La religion joue un rôle, quoique de moins en moins important ; la presse, le cinéma et la radio jouent un rôle croissant. . . . On peut espérer qu’avec le temps, n’importe qui pourra persuader n’importe qui de quoi que ce soit s’il parvient à attraper le patient jeune et qu’il est doté par l’État d’argent et de matériel.

Russell a poursuivi : “Le sujet fera de grands progrès lorsqu’il sera abordé par des scientifiques sous une dictature scientifique… Les psychologues sociaux du futur auront un certain nombre de classes d’écoliers sur lesquelles ils essaieront différentes méthodes pour produire une conviction inébranlable que la neige est noire“.

Theodore Adorno, passé par Oxford et proche de Horkheimer, était un des piliers de l’école de Francfort. Il voulait travailler sur la sociologie de la musique pour “programmer une culture de masse comme une forme de contrôle social extensif qui pourrait dégrader ceux qui la consomment”. Il a aussi travaillé sur les nouvelles technologies d’enregistrement et leur impact sur les auditeurs.

Il a écrit en en Allemand un bouquin publié en 1947 modestement intitulé “Dialectique des Lumières”, expliquant à quel point la civilisation avait évolué depuis les âges des ténèbres à travers la “rationalité” mais que cela l’a éloigné de sa nature et l’amène à l’inhumanité.

statue Freud Tavistock

La Tavistock Clinic a aussi développé le concept d’hygiène sociale et celui d’hygiène mentale. Selon le Tavistock la folie, le crime ou l’inefficacité au travail sont liés à des troubles parfois mineurs déjà visibles dans l’enfance. En 1908 les tribunaux pour enfants ont été créés, et l’amalgame entre enfants en danger et enfants dangereux s’est renforcé. Les autorités envoyaient de partout à la clinique les enfants perturbés.

A l’origine, le Tavistock a surtout travaillé sur les mineurs et le développement de l’enfant. A ce moment un certain nombre de chercheurs se lançaient dans l’étude du psychisme des enfants, notamment des enfants traumatisés ou “difficiles”, dont beaucoup sont passés par le Tavistock.

Par exemple le psychiatre John Bowlby a étudié dans les années 60 l’attachement de l’enfant à la figure parentale qui s’occupe de lui, et a estimé que les enfants ont besoin de cet attachement et de se sentir en sécurité pour se construire. Il a créé une unité spéciale au Tavistock pour cela.

Tavistock Clinic

Mais il y avait aussi d’autres objectifs, comme ceux poursuivis par un des financiers de la clinique, le duc de Bedford, le fondateur du parti fasciste anglais[3]:

“En 1921, le duc de Bedfordmarquis de Tavistock légua un bâtiment à l’Institut dans le but d’étudier les effets du traumatisme sur les soldats britanniques ayant survécu à la première guerre mondiale. Son but était d’établir le “point de rupture” d’hommes en état de stress, sous la direction du Bureau de l’armée britannique pour la guerre psychologique, dirigé par Sir John Rawlings-Reese. 
L’Institut Tavistock a son quartier général à Londres. Son prophète, Sigmund Freud, s’est installé à Maresfield Gardens quand il a déménagé pour l’Angleterre. La princesse Bonaparte lui fit cadeau de la demeure. Le travail de pionnier de Tavistock en sciences du comportement selon les directives freudiennes du “contrôle” des humains en a fait le centre mondial de fondement d’idéologies
“.

1921, année de la mise en service de la Tavistock Clinic, est une année importante pour les eugénistes. C’est l’année de la deuxième conférence internationale sur l’eugénisme à New-York, la première ayant eu lieu à Londres en 1912[4] sous la présidence de Léonard Darwin, biologiste fils de Charles.

eugenics affiche

Ces conférences visaient à inviter des décideurs politiques, des scientifiques, des organisations sociales, pour discuter de la manière dont ils pouvaient améliorer l’hérédité humaine et donc le niveau des humains qui composent la société.

C’est aussi en 1921 que Freud a publié “Psychologie des masses et analyse du moi” qui popularise la psychanalyse, sur la psychologie des individus dans des foules et était notamment inspiré de livres précurseurs en la matière : “Psychologie des foules” de Gustave Le Bon, paru en 1895[5] et des ouvrages de Gabriel Tarde.

En 1928 un neveu de Freud, Edward Bernays, publie “Propaganda : Comment manipuler l’opinion en démocratie“, dont Hitler s’est beaucoup inspiré.

Au tournant de la deuxième guerre mondiale, la Tavistock a été liée beaucoup plus étroitement au ministère de la Guerre, à l’armée et aux renseignements, orientant davantage ses travaux dans le contexte de la guerre, ce qui impliquait aussi de travailler sur les organisations et la gestion des humains.

psychologie des foules

En 1938, “Le personnel de la Clinique exprima son intention d’enquêter sur « les classes patronales et les cadres, car il était tout aussi important qu’ils soient harmonieusement équilibrés. » Ils voulaient appliquer le “traitement scientifique de la psychonévrose” aux problèmes à grande échelle d’efficacité professionnelle et aux dirigeants”, et la sélection des officiers était un moyen potentiel d’y parvenir, résume Alice Victoria White en 2016 dans sa thèse “From the Science of Selection to Psychologising Civvy Street: The Tavistock Group, 1939-1948″

Un volet moins connu des travaux du Tavistock est celui sur les micro-ondes et leur potentiel en termes de contrôle des populations et des individus. Dès les années 50 des tests ont été menés sur des singes pour voir quand le singe dominait devenait soumis, et identifier les fréquences du cerveau correspondant à cet état de soumission.

Ce sont en effet les anglais qui ont marqué les plus grandes avancées sur les micro-ondes à partir des années 40, et c’est d’ailleurs en Angleterre qu’elles ont été testées à grande échelle sur des populations rétives au thatchérisme[6].

Parmi les domaines de recherches du Tavistock, il y a aussi l’identité sexuelle. Le Tavistock a été précurseur pour propager la théorie du genre et la banalisation de la transsexualité auprès des adolescents, quitte à produire des études peu sérieuses.

L’influence de Kurt Lewin

lewin

Depuis 1921, le psychologue allemand Kurt Lewin, qui passe aujourd’hui pour l’un des fondateurs de la psychologie sociale devenue la psychologie du travail il y a quelques années, avait commencé ses travaux sur le comportement humain et la manipulation des individus dans des groupes c’est-à-dire la “dynamique de groupe”.

Des travaux qui ont beaucoup influencé la Tavistock Clinic, qu’il a dirigée en 1932, quand a été créé l’Institute for the Scientific Treatment of Delinquency (l’insititut pour le traitement scientifique de la délinquance).

Lewin a notamment étudié les groupes dans le cadre de l’entreprise, par exemple autour de “la résolution des conflits sociaux” ou l’ “accompagnement au changement” tant apprécié dans les cours de “management”, et a participé à l’initiation de l’Association pour la psychologie expérimentale devenue l’Association Allemande de Sociologie.

usine angleterre

Lewin avait compris l’impact de son environnement sur l’individu et l’importance d’agir sur l’environnement pour modifier la personnalité des individus, bien au-delà des simples comportements. Il cherchait aussi à utiliser le trauma pour manipuler les individus, les “reprogrammer” sur le mode Ordo ab chaos, cette devise à la fois sataniste et franc-maçonne qui dit que l’ordre viendra du chaos.

Lewin s’est dit qu’appliquer ces méthodes à l’échelle de la société pouvait donner des résultats prodigieux en termes d’ordre social. Il a mis cela en application pour contribuer à faire entrer en guerre les US.

Lewin, qui était très proche de l’OSS puis de la CIA, expliquait par exemple en 1947 qu’ “il est préférable de conduire le changement en se focalisant sur la diminution des forces restrictives, plutôt que de chercher à augmenter les forces propulsives. Il est alors possible de changer en réduisant l’attachement des individus à la norme, soit en modifiant la norme elle-même“. Le processus de changement est composé de 3 étapes (cf. Cours de marketing en ligne) :

  • La phase de décristallisation des normes (phase 1), correspond à l’abandon des comportements et des attitudes habituelles et à la création d’une motivation à changer. Cette décristallisation est rendue possible par la discussion en groupe, favorisant la remise en cause des normes du groupe.
  • La phase de déplacement (phase 2), donne lieu à un changement par la réduction des forces de résistance que représente l’attachement aux normes. Il s’agit d’une phase de transition où l’on expérimente les nouvelles pratiques.
  • La phase de cristallisation (phase 3). Cette phase repose sur l’intégration de nouvelles habitudes.
cerveau mind control

Une méthode qui a fait et fait hélas toujours ses preuves car elle consiste à briser les fondements des individus. L’affaire France Telecom, où des cabinets de conseils en manipulation et pressage de citron ont été grassement payés pour éjecter un maximum de fonctionnaires[7], de même que la pseudo gestion de crise covid qui a surtout pour but de nous amener à marche forcée dans le monde orwellien dont certains rêvent depuis plus d’un siècle, le montrent parfaitement.

En écrivant ce genre de chose, dont il savait que cela s’appliquerait à l’entreprise comme à la politique, Lewin trahissait le but des sciences sociales qui est d’identifier et permettre de résoudre les problèmes sociétaux, pas ceux du pouvoir capitalistique.

Etant Juif, Lewin a rapidement été interdit d’enseigner et a fui l’Allemagne nazie en 1933. Après un passage en Angleterre et à la Tavistock Clinic il est arrivé aux Etats-Unis en 1935, enseignant notamment la psychologie sociale et psychologie de l’enfant d’abord à Stanford puis à Cornell, dont on reparlera dans la partie sur MK-Ultra, et enfin à Harvard où a été créée la première chaire de psychologie sociale en 1917 en collaboration avec l’armée.

Lewin-Change-Management-Model-PPT-Templates-Slides

A partir de de la fin des années 30 il s’est lancé dans l’étude du comportement des individus dans le milieu du travail et les mécanismes de défense face à l’ingérence de l’extérieur, et a fondé en 1945 avec le MIT (proche de l’armée US) le Research Center for Group Dynamics.

Lewin a beaucoup travaillé sur l’apaisement des relations de travail, pour améliorer la productivité et limiter les conflits. Comme chez les nazis la notion de bonheur a été intégrée à celle de travail. Et sur la notion de groupe, notamment dans l’industrie du charbon, pour dépasser les conflits sociaux.

Il a aussi travaillé sur les enfants aux Etats-Unis, notamment à l’Iowa Child Welfare Research Station (le pôle de recherche sur le bien-être de l’enfant) où il a mené des recherches entre 1935 et 1944.

deviance

Après 1945, le Département Social de l’institut Tavistock a été créé pour poursuivre les travaux sociologiques, anthropologiques, psychologiques et psychiatriques entrepris pendant la guerre, et les appliquer à la vie sociale en temps de paix.

En 1946 quand la Tavistock Clinic a été intégrée au service national de la santé, elle a reçu un don de la Fondation Rockefeller pour mettre en place une organisation séparée et travailler sur des sujets “non acceptés dans le domaine de la santé mentale[8]. Elle est alors devenue le Tavistock Institute of Human Relations, isntallé sur un terrain de l’université du Sussex. L’Institu Tavistock a obtenu le statut d’ONG auprès de l’ONU l’année suivante.

Des travaux sur les “systèmes socio-techniques”, sur les dynamiques de groupe et l’organisation du travail ont été menés au cours des années 50 et 60 au Tavistock par différents chercheurs comme Eric Lansdown Trist, spécialiste de la psychologie sociale ou le psychologue australien Fred Emery.

A travers tous ces travaux, le Tavistock a institutionnalisé les idées de Lewin, devenues très populaires dans les années 70.

Les influences du Tavistock sur le programme MK-Ultra.

mass manipulation

Un des grands noms du Tavistock, injustement mis sous le tapis aujourd’hui, est un certain John Rawlings Rees, à la fois psychiatre et militaire, cofondateur et premier président de la World Federation for Mental Health créée avec la bénédiction des Nations Unies dès 1947.

Rees était déjà présent à la Tavistock Clinic à sa création en 1920, en avait été nommé directeur médical adjoint en 1926 puis directeur médical en 1933, et il était encore là pour l’inauguration de l’Institut Tavistock pour les Relations Humaines en 1947.

Avec lui, le “Tavi” est aussi devenu un centre de formation à la psychothérapie qui rayonnait dans une série de structures[9] dédiées de près ou de loin à la gestion de la société par la médecine psychiatrique, dont une bonne partie a été créée par Rees et ses amis. Ce microcosme, largement financé et promu sur le plan “scientifique”, a ainsi diffusé une certaine vision de la psychiatrie.

Rees, engagé comme psychiatre consultant par l’armée anglaise à partir de 1939, a été un acteur majeur du développement du concept de guerre psychologique, initiée par les Français durant les guerres d’Indochine puis d’Algérie. Rees a alors développé la psychothérapie de groupe basée sur la psychanalyse, devenue une nouvelle méthode de travail. Pour l’armée Rees a aussi travaillé sur les moyens d’influencer le moral de l’ennemi, sur la gestion des hommes, sur l’autorité… Des travaux qui ont été repris pour travailler sur le conditionnement des salariés et la gestion des “ressources humaines” étudiés au Tavistock.

2021-09-04 23_46_14-John Rawlings Rees – 100 years of the Tavistock and Portman - Opera

Rees a compris que les humains étaient fortement conditionnés par leur culture, leurs valeurs, plus que par le lavage de cerveau tel qu’ils le pratiquaient sur les soldats. Il fallait donc agir sur la société dans son entièreté.

La “Méthode Rees”qui a été très appréciée dans les écoles de guerre mais pas seulement consiste en un contrôle fasciste de la société, adapté à la gestion de la société du futur. Rees prônait un contrôle des communautés locales par des “leadership groups” et la démocratie participative avec évidemment un contrôle strict de l’information.

On notera que Rees a fait partie de l’équipe qui s’est occupée de gérer Rudolf Hess, ce pilier du système Nazi et proche d’Hitler depuis les débuts du NSDAP, qui a pris l’avion pour l’Angleterre en 1941[10]. Rees l’a suivi jusqu’en 1945, quand Hess a été jugé, passant officiellement pour dérangé mentalement grâce à l’analyse de Rees et son équipe. Après la guerre il a évidemment été nommé dans l’équipe de psychiatres chargés d’examiner les quelques nazis renvoyés devant les juges à Nuremberg, soi-disant pour “étudier le nazisme”.

Les nombreux travaux de “JR” Rees pour l’armée et les renseignements militaires lui ont valu de nombreuses récompenses et conféré un statut de “medical statesman” (homme d’Etat médical).

2021-09-04 23_49_54-medal _ British Museum - Opera

C’est donc avec les honneurs qu’il a quitté le Tavistock en 47, pour se consacrer à l’organisation du 1er congrès de la santé mentale à Londres en 1948 et à la création de la World Federation for Mental Health (WFMH) avec Montagu Norman (gouverneur de la Banque d’Angleterre de 1920 à 1944 et proche des industriels Allemands).

La première intervention à la conférence fondatrice (vice-présidée par Carl Jung) a été celle de Margaret Mead, anthropologue et occultiste qui a été présidente de la WFMH en 56-57. La WFMH a lancé le mouvement d’ “hygiène mentale” et a très vite travaillé avec l’OMS et l’UNESCO dont le 1er directeur était Julian Huxley.

2021-09-04 23_52_12-Sword9_TavistockI

Plus inquiétant encore chez Rees était sa volonté d’estomper les limites entre le vrai et le faux, le bien et le mal, et même de faire disparaître ces concepts, s’inscrivant en cela parfaitement dans l’idéologie sataniste/luciférienne. Tout un courant de la psychiatrie suivait cette tendance dans les années 40-50.

En 1934 devant des militaires Rees a expliqué son plan :

Si nous voulons infiltrer les activités professionnelles et sociales d’autrui, je pense que nous devons imiter les totalitarismes et organiser une sorte d’activité de cinquième colonne… Nous avons mené une attaque fructueuse contre un certain nombre de professions. Les deux plus faciles d’entre elles sont naturellement la profession d’enseignant et l’église, les deux plus difficiles sont le droit et la médecine… Ne parlons pas en termes d’”hygiène mentale” mais en termes de “santé mentale”. …Soyons donc tous très secrètement la cinquième colonne. La psychiatrie doit maintenant décider de ce que sera l’avenir immédiat de la race humaine. Personne d’autre ne le peut. C’est la responsabilité première de la psychiatrie”.

Au Tavistock, Rees a aussi travaillé avec un canadien dénommé Brock Chisholm, psychiatre qui fut à l’œuvre dans la création de l’OMS, dont il a été le premier directeur général de 1948 à 1953. Il s’était notamment fixé comme objectif de définir ce qu’était l’hygiène mentale à travers une masse de publications sur la psychiatrie, pour normaliser et cadrer ce domaine crucial pour la gestion de la société.

A la sortie d’une guerre traumatisante pour plus de la moitié de la population mondiale, le sujet était en effet d’actualité. Et la chimie faisait de grands progrès ces dernières années, d’abord en Allemagne puis aux Etats-Unis également.

C’est Chisholm qui aurait suggéré à son ami “JR” Rees de créer une “Organisation mondiale de la santé mentale” pour avoir une organisation soi-disant indépendante avec laquelle collaborer.

Chisholm aussi était un fan du “gouvernement mondial” et lui aussi était pour estomper les notions de bien et de mal ainsi que la foi religieuse car cela “produit des gens non civilisés, l’immoralité, la délinquance et le chaos social“. Et pour y parvenir, il n’y avait selon lui rien de mieux que l’éducation et la psychothérapie.

Brock_Chisholm_2

Un des collègues de Rees qui a dirigé la World Federation for Mental Health, Franck Fremont-Smith, a créé en 1942 le “Cybernetics Group”, lancé par une fondation vitrine de la CIA, la Josiah Macy Foundation où Fremont-Smith était directeur médical. Les financements du Cybernetics Group venaient d’un peu partout, notamment de la WFMH, et servaient à payer des travaux destinés à prévoir et contrôler le comportement humain[11].

Kurt Lewin était d’ailleurs présent à la conférence de lancement, au cours de laquelle un chercheur mexicain dénommé Arturo Rosenblueth a déclaré que le cerveau était juste une machine complexe avec des impulsions électriques et que le comportement humain pouvait être programmé au niveau individuel comme sociétal.

En 69 sur son lit de mort, ledit Rosenbleuth a expliqué que “La culture de la recherche scientifique dans les plus hautes institutions d’enseignement a […] un rôle central. Elle élève le niveau d’enseignement destiné à préparer des professionnels et des techniciens compétents. Elle fournit l’atmosphère intellectuelle nécessaire pour la formation d’enseignants distingués. Enfin, elle permet l’entrainement du reste de la recherche”. Le Cybernetic Group a cessé d’exister en 1953 suite à des bisbilles internes.

Autre psychiatre éminent du Tavistock qui a travaillé sur le programme MK-Ultra : William Sargant, proche du directeur du programme MK-Ultra, le chimiste Sidney Gottlieb. Nommé à la tête du département de psychologie de l’hôpital de Saint Thomas à Londres en 1948 après un séjour de quelques mois aux Etats-Unis, Sargant s’inscrivait totalement dans les vues de Lewin.

sargant_cover

En 1957 il a publié un livre intitulé “Battle for the mind – A psychology of coversion and brain-washing” (La bataille de l’esprit. Une psychologie de la conversion et du lavage de cerveau) dans lequel il parle de diverses expériences, notamment l’utilisation de drogues, de la lobotomie et des “traitements par chocs” électriques ou d’insuline. Il examine aussi les religions et l’endoctrinement, la torture et leurs possibilités en termes de lavage de cerveau.

Il explique que

Beaucoup de croyances peuvent être implantées dans beaucoup de gens après que les fonctions cérébrales aient été suffisamment perturbées par une peur, une colère ou une excitation induite accidentellement ou délibérément. Un des résultats qu’entrainent ces perturbations, le plus commun est une faculté de jugement temporairement affaiblie et une suggestibilité renforcée”.

Il ajoute :

Avant d’être capable de modifier le schéma comportemental des pensées et des actions dans le cerveau humain avec rapidité et efficacité, il est apparemment nécessaire dans la plupart des cas d’induire certaines formes de perturbations physiologiques du cerveau. Le sujet doit être effrayé, énervé, frustré ou dérangé émotionnellement d’une manière ou d’une autre, car de telles réactions sont à même de causer des altérations des fonctions du cerveau qui peuvent augmenter sa suggestibilité ou le rendre capable de dépasser ses conditions normales”.

Et la lobotomie ou les électrochocs semblent parfaitement adaptés pour cela. Au final, Sargant appelle à mener d’autres expérimentations.

2021-09-04 23_59_42-William Sargant quote_

Sargant, ce fils d’une famille méthodiste et grand partouzeur en compagnie de médecins, magistrats et autres personnalités voulait faire entrer la psychiatrie dans une nouvelle ère, en utilisant plus particulièrement la lobotomie préfrontale, le coma hypoglycémique, et les chocs électriques. Il a mené ses expérimentations sur des cobayes pris dans les prisons et hôpitaux psychiatriques de l’armée (auxquels on mentait sur l’objectif réel des expériences) pour le MI5 et MI6, dans des bases militaires anglaises comme Maresfield ou Porton Down l’équivalent anglais de Fort Detrick[12].

2021-08-31 20_42_31-Battle For The Mind _ William Sargant _ Free Download, Borrow, and Streaming _ I

Des tests qui avaient parfois lieu sous la supervision de Sidney Gottlieb et Franck Olson, cet agent de la CIA passé par la fenêtre d’un immeuble alors qu’il avait été gavé de LSD par ses amis de la CIA, et les trois sont même devenus amis.

Sargant avait un rôle pivot dans le programme MK-Ultra, et assurait la liaison entre la fondation pour la recherche sur l’écologie humaine (Human Ecology Fund) et les centres de recherches militaires ou civils anglais impliqués dans le programme.

Sargant a aussi collaboré étroitement avec l’affreux Ewen Cameron, ce psychiatre canadien fils d’un pasteur Ecossais qui travaillait sur le psychic driving, la conduite psychique, et a mené des expériences (électrochocs, drogues, hypnose, privations sensorielles, lobotomies au niveau des parties du cerveau qui gèrent les émotions…) sur des dizaines de patients non volontaires dans des hôpitaux canadiens, dans le cadre de MK-Ultra.

ewen cameron

Cameron, qui était aussi financé par l’Human Ecology Fund et par la fondation Rockefeller, était très réputé. Il faisait le tour des colloques, toutes les publications “sérieuses” lui étaient ouvertes et il est même devenu président de l’American Psychiatric Association, l’asso de référence des psychiatres US, en 1952-1953 c’est-à-dire au moment du lancement officiel de MK-Uktra, puis de son homologue canadienne, et en 1962 il est devenu président de la World Psychiatric Association où est définie la doxa dans le domaine.

Cette collaboration entre Sargant et Cameron a été nouée très tôt, le premier reproduisant en Angleterre les expériences du second[13]. Ils avaient les mêmes vues, celles du Tavistock et des inventeurs de l’ingénierie sociale, sur la gestion de la société. Raciste, élitiste, eugéniste, Cameron a par exemple écrit : “La menace imminente d’une dégénération de la race, la perspective d’une batardisation nationale due au laxisme eugénique, la croissance de la délinquance et de l’immoralité – une approche radicale du traitement peut changer tout cela” au début de sa carrière de responsable d’un hôpital psychiatrique où on laissait littéralement au rebut de la société.

Sargant lui-même a fait un séjour en hôpital psychiatrique au début de sa carrière après une sorte de burn out consécutif à l’échec d’une de ses “thérapies”. Il ne reculait devant aucune technique, et a pu laisser des patients sans sommeil durant plusieurs mois d’affilée, ou à l’inverse les plonger dans un semi coma durant des semaines, a essayé d’en “traiter” d’autres avec le virus de la malaria, en plus des traditionnels délires drogues/médocs-électrochocs-hypnose…

2021-09-05 00_10_40-My electric shock nightmare at the hands of the CIA's evil doctor by Calendar Gi

Apparemment, des mineurs de 16 voire 12 ans ont aussi été utilisés mais évidemment une partie des expériences est restée secrète.

Si les victimes sortaient de ces expériences dans un état pire qu’en arrivant, il attribuait cela à leur personnalité qui ne collait pas. Une actrice anglaise, Celia Imrie, a raconté son passage entre les mains de Sargant quand elle était adolescente. Ses parents l’avaient envoyée au St Thomas Hospital à 14 ans pour une crise d’anorexie.

Les méthodes de Sargant étaient simples : un traitement par électrochocs et des comas induits par l’insuline conduisant à une narcose continue, ou une thérapie du sommeil profond, complétée par des ordres de “lavage de cerveau” diffusés aux patients sous leurs oreillers. Et dire que tout cela était gratuit avec le NHS [le système de santé anglais] !”, écrivait-elle en 2011.

Je me souviens aussi de la célèbre salle de narcose, une salle où les patients étaient contraints pendant des jours à un sommeil induit par la drogue pendant que des cassettes leur diffusaient des instructions sous l’oreiller“.

Les gens y entraient drogués et en sortaient drogués, inconscients.

Elle y a été traitée à l’insuline pour la mettre en sommeil, avec un antipsychotique appelé le Largacil. Elle se rappelle d’une infirmière parlant de sa “dangereuse résistance” aux “médicaments”, de Sargant disant que “chaque chien a son point de rupture, ça prend juste un peu plus de temps pour les excentriques“.

Les origines du contrôle social : l’eugénisme

2021-09-04 22_41_15-Eugenics_Society_Poster_(1930s)

La Tavistock a été créée à l’université d’Oxford, avec le soutien du Royal Institute of International Affairs. Les milieux eugénistes y étaient très actifs.

Les anglais avaient construit les théories eugénistes depuis la fin du XIXe siècle. C’est par exemple à l’University College de Londres qu’ont été formalisés les délires qui ont amené les Nazis à concevoir leur “Solution Finale”.

Cet épicentre du mouvement eugéniste au tout début du XXe siècle, a financé des travaux de recherche sur l’eugénisme et l’hérédité dans son laboratoire de biométrie créé à l’initiative de Galton et dirigé par Karl Pearson, intégré ensuite dans le Francis Galton Laboratory for National Eugenics[14].

L’eugénisme, ou la peur du désordre social chez les classes favorisées

Sir_Francis_Galton_by_Charles_Wellington_Furse

Karl Pearson, formé en Allemagne à la sociologie, était le bras droit de Galton à l’University College, un parfait soldat de l’eugénisme. Pour lui, par exemple, “il n’y a aucun espoir de purification raciale dans un environnement qui n’implique pas la sélection des germes“.

L’idée dingue de créer “une race supérieure” n’est pas née dans le cerveau dérangé des Nazis mais dans celui d’un aristocrate et statisticien anglais, Sir Francis Galton, qui voulait mettre en place une “sélection” des meilleurs humains selon ses critères et créer une “nouvelle race supérieure”. Galton, pionnier de la biométrie, était aussi le cousin de Darwin dont les théories ont elles aussi largement alimenté le délire eugéniste.

darwin_bicentennial

Par exemple, Darwin considérait que

Tous ceux qui ne peuvent éviter à leurs enfants une horrible pauvreté devraient s’abstenir du mariage ; car la pauvreté n’est pas seulement un grand malheur, mais elle tend à s’accroître elle-même en conduisant à l’irresponsabilité dans le mariage. D’autre part, comme M. Galton l’a remarqué, si les prudents évitent le mariage alors que les irresponsables se marient, les membres inférieurs de la société tendent à supplanter les membres meilleurs” (dans “La Filiation de l’homme”). 

Il y a eu un long travail depuis les premiers écrits d’auteurs tels que William Rathbone Greg en 1868 ou Sir Fancis Galton en 1883 pour donner un aspect un peu sérieux à cette “discipline”, à coup d’études et d’enquêtes qui lui ont progressivement donné une forme de légitimité[15].

galton portraits

Galton, obsédé par la question de la transmission des qualités héréditaires et de la “dégénérescence” de la société, définit l’eugénique dont il voulait faire une “religion laïque”, comme suit :

une “science de l’amélioration de la race, qui ne se borne nullement aux questions d’unions judicieuses, mais qui, particulièrement dans le cas de l’homme, s’occupe de toutes les influences susceptibles de donner aux races les mieux douées un plus grand nombre de chances de prévaloir sur les races les moins bonnes“.

Il voulait aussi combiner cela avec un système social de “méritocratie”, que la France technocrate a parfaitement appliqué et dont nous payons fortement les conséquences. Il a aussi travaillé sur des jumeaux toujours pour identifier l’hérédité.

Galton voulait carrément créer un  “clergé scientifique” – qui n’est pas sans rappeler les individus qualifiés de “médecins” qui font la pluie et le beau temps à la télé comme dans tout le pays depuis 19 mois- pour imposer une démarche eugénique dans l’ensemble de la société. Le seul frein à tout cela était la morale de la société qui n’approuvait pas l’élimination brutale d’une partie des citoyens.

Ces théories ont beaucoup intéressé Nietzsche, ce grand philosophe qui entre deux coups de folie les a ramenées en Allemagne.

L’Eugenics Education Society a été crée en 1907 par Sybil Gotto, inspirée par les thèses de Galton.

eugenics affiche USA

En 1911, un article économique intitulé “Les progrès de l’eugénisme” listait les nombreux domaines d’application de l’idéologie eugéniste, qualifiée de “science de la réforme sociale”. Car il fallait régler les problèmes de la société et permettre à cet “ordre social” auquel tient tant cette petite élite de perdurer indéfiniment.

En 1912 c’était le 1er congrès international d’eugénisme à Londres, avant les nazis. Puis en 1921 et 1932 à New York.

Et la création de l’International Federation of Eugenics Organizations par Charles Davenport, qui regroupait des organismes de différents pays, parmi lesquels l’Institut Kaiser Wilhelm d’anthropologie, hérédité humaine et d’eugénisme, le Cold Spring Harbour Carnegie Institution for Experimental Evolution, l’Eugenics Record Office.

Une grande partie de l’argent venait de la fondation Rockefeller, qui après la 1ère guerre a aussi financé la psychiatrie génétique en Allemagne, et la création du Kaiser Wilhelm Institute for Psychiatry à Munich (ex Institut Kraepelin[16]) dont on parlera dans le prochain article sur l’eugénisme version Allemande.

Dès 1913 le Mental Deficiency Act a séparé les handicapés mentaux de la société pour qu’ils n’aient pas d’enfants dans le cadre d’une idéologie eugéniste revendiquée au Parlement. Ce texte a été en vigueur durant une quarantaine d’années.

Concours de la famille eugénique dans le Kansas

Le fondateur du Tavistock, Cyril Blunt, avait travaillé pour la ville de Londres en tant qu’eugéniste / psychologue afin d’établir des tests de QI pour identifier les écoliers moins “intelligents” d’après ses critères basés sur un “ordre social” très hiérarchisé avec l’aristocratie anglaise et les riches tout en haut.

Un test a donc été imposé aux enfants de 11 ans en vue de les répartir dans des écoles de niveaux différents, en fonction du rôle social attendu des enfants.

Entre les deux guerres, l’eugénisme s’est répandu comme une traînée de poudre dans la société anglaise. Bien au-delà de la frange d’extrême-droite de l’aristocratie. Les eugénistes étaient présents dans l’éducation, dans la pédiatrie, dans les politiques familiales pour encourager les femmes de la classe moyenne à avoir plus d’enfants que les pauvres en les incitant par des aides financières tout en pénalisant les pauvres[17] en taxant fortement –comme c’est toujours le cas- les célibataires et couples sans enfants, dans la “médecine” ou assimilé, dans l’économie, matière conçue et standardisée par les anglais…

Cold Spring Harbor Eugenic Archives_ Eugenics Record Office, Field Worker Training Class of 1914 (D

En 1938, l’ “Euthanasia Society of America” a été créée pour défendre les vues eugénistes sur l’élimination des “indésirables” et réclamer la légalisation de ce procédé, d’abord évidemment pour des motifs médicaux (fin de vie, bébés mal-formés…).

Le psychiatre Juif Allemand Franz Kallmann a émigré aux USA en 1936. Il y a créé en 1948 l’American Society of Human Genetics qui a lancé plus tard le “Human Genome Project”. Kallmann a aussi été nommé à la tête de l’Institut Psychiatrique de l’État de New York, rattaché à l’université de Columbia qui était un des centres principaux des expériences MK Ultra.

Le directeur de l’Institut psychiatrique de New-York était le Dr Nolan D.C Lewis, élève de Freud et franc-maçon qui a travaillé avec la fondation Rockefeller pour promouvoir la “psychiatrie génétique” en 1934. Il a contribué avec Ewen Cameron et John Rawlings Rees à l’expertise psychiatrique de Rudolf Hess. Lewis utilisait aussi des drogues, notamment la mescaline, sur ses cobayes / patients.

eugenic exposition USA

Les eugénistes étaient dangereux, car ils considéraient notamment, comme jupicrétin et ses amis, que les pauvres sont la cause de la totalité de leurs maux et même de ceux des classes supérieures. Greta Jones explique par exemple dans “Eugenics ans social policy between the wars” que “la mortalité infantile élevée et le taux de maladies parmi les enfants de la classe ouvrière était dû à la négligence et à l’ignorance –résultat d’une faiblesse  d’esprit héréditaire. Ainsi ce ne sont pas les salaires ouvriers qui sont insuffisants, mais le standard des soins maternels”. Il était même question d’ “inefficience maternelle”.

C’est tellement pratique, et on comprend pourquoi les milieux industriels et d’affaires étaient si intéressés par ce genre de théories. “En outre, une grande partie du retard de croissance, du rachitisme et d’autres les maladies de l’enfance parmi les segments de la classe ouvrière étaient dus, ont-ils suggéré, au fait que les types physiques pauvres gravitaient inévitablement dans la couche sociale inférieure“, ajoute Greta Jones. Rappelons qu’à l’époque les eugénistes étaient considérés comme des “scientifiques” puisqu’on n’avait pas encore mis leurs théories en application à fond comme l’ont fait les Nazis.

2021-09-05 00_40_59-1920s-eugenics-poster

En effet pour les eugénistes, le chômage, le crime et tous les maux de la société sont dus à la condition héréditaire des classes ouvrières ou carrément pauvres. Ils parlaient beaucoup de “groupe à problèmes sociaux” à cette époque, terme repris dans le rapport Wood de 1929 sur la déficience mentale et qui a renforcé la pression pour la stérilisation des handicapés mentaux.

Des articles étaient publiés jusque dans la si fameux British Medical Journal pour appeler à appliquer cette « solution » et à l’époque les braves citoyens de la classe moyenne craignaient vraiment une épidémie de pauvres complètement débiles qui menacerait toute la société.

En 1921, après le 2e congrès international eugéniste, l’American Eugenics Society (appelée aussi “Society for Biodemography and Social Biology”) a été créée pour pousser à la régulation raciale et la santé version eugénistes. Averell Harriman, grand patron de presse US très à droite pour ne pas dire carrément fasciste et fondateur du Time était à son conseil d’administration. Grâce à d’importants subsides de “philanthropes”, la société s’est donnée à fond dans la propagande pour le contrôle des naissances.

Le terrain aux Etats-Unis était très propice pour les théories eugénistes, et des structures ont été créés dès la fin du XIXe, comme le laboratoire privé de Cold Spring Harbor pour la recherche en génétique et biologie, qui a abrité les travaux de Darwin notamment.

2021-09-05 00_51_52-Leaders of the American eugenics movement

Ce labo fondé en 1890 et dirigé par Charles Davenport[18], où l’on cherchait à identifier les traits génétiques parfaits dans les familles américaines et à populariser l’idéologie eugéniste, existe toujours. Il a abrité de 1910 à 1939 l’Eugenics Record Office (ERO) qui avait pour objectif d’étudier le comportement humain dans une perspective eugéniste.

Davenport a recruté pour diriger l’ERO un certain Harry H. Laughlin, spécialiste d’agriculture qui voulait sélectionner les humains comme les graines qui est devenu un des meneurs du mouvement eugéniste aux USA. Ce raciste et propagandiste forcené de l’eugénisme dont les travaux à l’ERO ont été financés par John D. Rockefeller dans les années 1910, a mené des enquêtes aussi nombreuses qu’hasardeuses dans ce sens.

Président de l’American Eugenics Society de 1927 à 1929, Laughlin était un militant de la stérilisation qui a défini les critères des personnes à stériliser appelées “socialement inaptes”. Ces critères ont servi à concevoir les lois de stérilisation ou permettant la stérilisation qui se sont propagées dans la moitié des États Américains entre 1907 (Indiana) et 1921.

Les cibles des stérilisations forcées et les procédures variaient selon les États, mais les “médecins” se couvraient toujours par une décision collégiale et en général les cibles étaient les natifs Américains, les malades mentaux, les délinquants, parfois les Noirs, les épileptiques, les aveugles, les sourds, même gens atteints de tuberculose ou syphilis, les “difformes” ou les “individus à charge” comme les orphelins, les sans-domicile etc.

22-Figure1-1

Hitler s’est directement inspiré des lois inspirées par Laughlin aux Etats-Unis pour sa loi de 1933 imposant la stérilisation massive des handicapés, et aussi pour son délire de gouvernement mondial. Laughlin a même été récompensé en 1936 par l’université d’Heidelberg pour la pertinence de ses travaux sur la “science du nettoyage racial”. Autre marotte de Laughlin : l’internationalisme et la création d’un gouvernement mondial eugéniste.

Les eugénistes se servaient de la “philanthropie” comme un moyen d’utiliser l’hygiène, l’éduction, l’environnement, pour la préservation de la race comme l’explique un texte du début du XXe siècle, “The Groundwork of Eugenics” de Karl Pearson.

L’eugénisme était aussi répandu en Suède où la loi sur la stérilisation de 1934 est passée comme une lettre à la poste, en France où une expérience a été menée près de Strasbourg à partir de 1924 avec de vraies familles[19], aux Etats-Unis à travers la Société Eugéniste et le développement du Planning Familial[20], en Allemagne Nazie bien-sûr où l’école de Francfort a repris les travaux en la matière…

De fait, Greta Jones souligne :

Il y a des liens entre l’eugénisme et la philosophie du néo libéralisme et les héritiers de cette tradition peuvent trouver une compatibilité entre l’eugénisme et leurs vues sociales. C’était une déduction logique de leurs principes. Le néo-libéralisme a redéfini la citoyenneté non comme étant simplement un droit politique mais comme un idéal moral, social et même esthétique”.

La Fabian Society

fabian society

La société fabienne était officiellement de tendance socialiste et constituait le think-thank du parti travailliste, tout en intégrant totalement les vues eugénistes d’une société de castes. Elle a été créée en 1884 et avait pour ambition “la reconstruction de la société en accord avec les plus hautes perspectives morales” tout en critiquant les dérives du capitalisme ainsi que les mouvements de gauche. C’était le début du “socialisme”, mené par des bourgeois dont l’objectif premier était de détourner les classes laborieuses de toute velléité révolutionnaire.

[Voir aussi : Guy Boulianne — « La Société fabienne: les maîtres de la subversion démasqués »]

Sidney Webb qui l’a présidée à la fin du XIXe était un ponte du mouvement socialiste et membre de la Société Eugéniste anglaise dès sa création. En 1904 Webb est devenu président du comité technique de l’Education, en charge de gérer l’enseignement secondaire et supérieur.

Pour les membres de la Fabian Society, l’Etat devait intervenir plus fortement au niveau social pour « améliorer » la société à travers l’éducation, la santé, les aides sociales, les lois du travail, et le repérage des enfants qui deviendraient des adultes problématiques. Tout cela devait être utilisé comme autant d’instruments de régulation des tensions sociales.

Woolf analyse International government

Les “Fabiens” comme ils s’appelaient défendaient aussi un “gouvernement mondial”. Léonard Woolf (membre du parti travailliste, écrivain et mari de Virginia Woolf) qui avait rejoint la Fabian Society en 1913, a publié en 1916 un bouquin intitulé “International government” dans lequel il appelle à la mise en place d’un gouvernement mondial, un pouvoir supranational, cela bien évidemment au nom de la “paix”, cet argument qui a servi à construire l’Europe du business et de la finance.

Les “écrivains” HG Wells ou George Bernard Shaw appartenaient à la Fabian Society, quant à Georges Orwell et Huxley ils gravitaient a minima dans son orbite. Le livre d’Huxley “Le Meilleur des mondes” comme 1984 d’Orwell ne sont pas de la science-fiction mais des programmes, des essais dans le cadre de leurs échanges sur le monde dont ils rêvaient.

brave_new_world

Huxley était un eugéniste revendiqué, il était pour le “contrôle des naissances” et même pour l’amélioration de l’humain par les moyens disponibles (donc le début du transhumanisme) mais il trouvait que ça ne suffisait pas pour assurer un réel contrôle social. C’était aussi un grand ami d’un des plus éminents psychiatres impliqués dans le programme MK-Ultra, Louis Jolyon West[21].

Wells quant à lui était évidemment raciste, voulait une société mondiale et prônait un “darwinisme social”. Il se félicitait de l’arrivée des médias de masse, en premier lieu la télé mais aussi les groupes de presse d’envergure mondiale, qui ouvraient de nouvelles perspectives en matière de stratégie politique. Il est devenu membre de la société eugéniste dès sa création en 1907 mais était plus pragmatique que Galton.

“Ses vues eugénistes paraissent cependant une transposition au niveau mondial des thèses des Webb, encore qu’il ait toujours insisté sur le fait qu’il parlait d’un état futur qui lui n’était pas encore réalisable aujourd’hui “, écrit Daniel Becquemont dans “Eugénisme et socialisme en Grande-Bretagne. 1890-1900”.

Quand Galton a exposé à la Société de sociologie son idée de sélectionner les meilleurs de la société en les poussant à se reproduire, Wells lui a rétorqué que “C’est en recourant à la stérilisation d’éléments déficients de la société et non à la sélection des meilleurs qu’il sera possible d’améliorer la race humaine”.

Wells était le tuteur d’Huxley à Oxford, tout en étant responsable des renseignements anglais durant la Première Guerre mondiale, et a initié son élève au culte des Enfants du Soleil, un groupe de l’élite anglaise qui faisait des orgies “dionysiaques”. En 1937, Huxley a été diffuser sa vision du monde à Hollywood où il a travaillé sur des scénarios pour MGM, Warner Brothers er Walt Disney. Dans les années 50 depuis la Californie, il a aussi étudié les effets des drogues, notamment la mescaline, sur le psychisme.

leary

En Californie, Huxley a été un meneur de cette “contre-culture” développée par la CIA pour capter la jeunesse et la conditionner à coups de LSD et de groupes de rockers drogués. La bande de Charles Manson était d’ailleurs un parfait exemple de ces groupes de hippies borderline qui peuplaient la Californie à l’époque.

De 1960 à 1962 Huxley a contribué avec Timothy Leary et d’autres à une série d’expériences appelées “Harvard Psilocybin Project” sur les effets psychédéliques du LSD et de la mescaline notamment. C’est le Centre pour la recherche sur la personnalité d’Harvard qui hébergeait ces travaux, interrompus après le licenciement de Richard Alpert, qui co-dirigeait les travaux avec Leary.

Quant à Huxley qui était lui aussi membre de la Société Eugénique anglaise, son père “médecin” était déjà surnommé “le bulldog de Darwin” -et de ses théories de l’évolution et de la sélection naturelle. Son frère Julian, biologiste, est passé par l’Allemagne et les Etats-Unis au début des années 1910 avant de revenir en Angleterre pour enseigner notamment à Oxford, puis de travailler avec HG Wells sur le bouquin “La Science de la Vie”.

julian huxley

Il était favorable à la stérilisation des inférieurs, ce qui ne l’empêchait pas de passer pour un “humaniste”. Cet internationaliste a d’ailleurs été à la manœuvre dans la création de l’UNESCO dont il a été le premier directeur général, en 1946.

Parmi les membres de la Fabian Society, il faut aussi citer Annie Besant, disciple de Blavatski et militante de la théosophie, dont va reparler dans le prochain épisode, ou encore William Clarke qui a édité les textes de l’occultiste et fondateur de la république Italienne Giuseppe Mazzini.

Le mouvement dit “comportementaliste” a repris de la vigueur grâce à la Fabian Society qui a permis de mieux diffuser ce concept dans les milieux politiques et académiques puis dans la société. De nombreuses institutions ont une filiation avec l’idéologie de la Fabian Society, comme la London School of Economics qui diffuse la pensée néo libérale.


Pour terminer cette première prtie sur l’eugénisme, il faut quand-même dire que cette idéologie revient au pas de charge, à mesure qu’avancent les technologies de sélection des embryons. La micronie a même été beaucoup plus loin, en autorisant l’ “avortement” jusqu’au dernier jour de grossesse pour simples raisons “psycho-sociales”. Décidée par qui ? Sur quels critères ?

“En 1998, Jeremy Rifkin, qui postule que « les techniques du génie génétique [genetic engineering technologies] sont, par nature, des outils eugéniques”, considère ainsi que “la cartographie du génome humain, les progrès croissants des tests de dépistage des maladies génétiques, les nouvelles techniques de reproduction et les nouvelles méthodes de manipulation du génome humain (…), toutes ces innovations jettent les fondations technologiques d’une civilisation eugénique mercantile”, rappelle Pierre-André Taguieff.

[Voir aussi :
William Sargant, MK Ultra, conditionnement — Le détournement cognitif ou la psychologie qui consiste à façonner la réalité d’autrui
Les inquiétantes origines de la cybernétique et du transhumanismeE]

Notes

[1] Selon David Livingston dans « Tanshumanism : the history of a dangerous idea », l’oncle du grand-père de Carl Jung, Johann Sigmund Jung, était membre des illuminés de Bavière. Son grand-père était franc-maçon, et un autre de ses ancêtres était rosicrucien. Jung a collaboré avec la CIA.

[2] Ce qui a débouché sur des pseudos tests d’ « intelligence » et de « QI ».

[3] Bedford, Hastings Russell aussi appelé « marquis de Tavistock », a créé le parti fasciste anglais, le British Peopole’s Party, en 1939. Cela, avec l’appui actif d’un autre fasciste devenu nazi, John Beckett. Il était aussi proche pendant la guerre de Barry Domvile, fondateur de The Link, une organisation dédiée au rapprochement anglo – allemand. C’est Hastings que Rudolf Hess cherchait à rencontrer lors de son escapade en Ecosse en 1941. Hess a probablement été aidé par le MI6 pour partir d’Allemagne, ainsi que par Aleister Crowley, son ami Ian Flemming et le duc d’Hamilton qui était son contact en Franc-Maçonnerie.

[4] Les International Eugenics Congress ont été mis en place par l’Eugenics Education Society, ou « Institut Galton » (Galton est décédé en 1911). Churchill est venu à la conférence de 1912 à Londres avec le diplomate lord Balfour (qui a mis un bazar sans nom au Moyen-Orient). Le troisième et dernier congrès a eu lieu en 1932 à New-York.

[5] Le Bon était une sorte d’intellectuel très proche des milieux politique, qui avait notamment organisé des déjeuners sur le mode des dîners du Siècle où traînaient par exemple Aristide Briand ou Raymond Poincarré, ainsi que des artistes. Ses travaux sur le déterminisme apparemment assez hasardeux ont malgré tout lancé la « psychologie sociale » en France.

[6] Les ondes ont été utilisées par Thatcher contre le mouvement de protestation de femmes pour la paix à Greenham Common, une base militaire. Beaucoup de militantes ont eu des cancers. Elles ont aussi été utilisées dans les quartiers de mineurs pour els rendra apathiques et qu’ils cessent les grèves et toute contestation sociale. Des ondes ELF (ultra basse fréquence) étaient diffusées par les antennes télé et téléphone.

[7] A l’époque toute réticence face au discours de dégraissage permanent était considéré comme une « résistance au changement » et signait la mort du salarié dans l’entreprise car il n’avait pas assez de « capacités d’adaptation ».

[8] Cf. « Kurt Lewin at the Tavistock Institute » de Jean E. Neumann, 2005.

[9] Cf. « Fifty Years of the Tavistock Clinic (Psychology Revivals) » de H.V. Dicks

[10] On ne connait toujours pas exactement les raisons de ce voyage hasardeux. Ce fidèle d’Hitler était le numéro 3 du parti derrière Hitler et Goering, et avait rejoint le NSDAP dès 1920. Il a atterri dans un champ en Ecosse. Apparemment il avait pour objectif de rencontrer le duc d’Hamilton qui était venu aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936 et avait rencontré les principaux dignitaires nazis, pour préparer une proposition de paix.

[11] Cf. « Transhumanism: The History of a Dangerous Idea » de David Livingstone.

[12] Cf. Gordon Thomas « Les Armes secrètes de la CIA . Tortures, manipulations et armes chimiques ».

[13] Cf. Gordon Thomas « Les Armes secrètes de la CIA . Tortures, manipulations et armes chimiques ».

[14] Créé en 1907, le Francis Galton Laboratory for National Eugenics était alors le principal centre anglais de recherches sur les questions d’eugénisme.

[15] Par exemple en 1869 Galton publie « Hereditary Genius, an inquiry into its laws and consequences », une enquête sur 300 familles d’hommes réputés : « Galton constate ainsi que 31 % des hommes éminents avaient eux-mêmes un père éminent et que 38 % ont un fils éminent. La conclusion qu’il tire de cette étude statistique est qu’il existe une loi de distribution des capacités dans les familles, c’est-à-dire que plus la parenté est proche, plus la proportion de génies est élevée ». Il a persévéré dans ses travaux pour déterminer la part d’inné et d’acquis sans jamais y parvenir.

[16] La création de l’Institut Kraepelin a été soutenue par James Loeb (famille Kuhn-Loeb) le beau-frère de Paul Warburg, et Gutav Krupp von Bohlen und Hallbach, leader de la famille Krupp. Nommé d’après Emil Kraepelin (1856-1926) qui est considéré comme le fondateur de la psychiatrie moderne, de la psychopharmacologie et de la psychiatrie génétique.

[17] Cf. « Eugenics ans social policy between the wars » de Greta Jones, Ulster Polytechnics.

[18] Diplômé d’Harvard où il a enseigné avant d’arriver à l’Université de Chicago. Davenport a ensuite persuadé l’épouse Harriman et John Harvey Kellogg puis la Carnegie Institution de Washington (appartenant à l’industriel Andrew Carnegie) de financer un labo pour « l’Etude expérimentale de l’évolution » à Cold Spring Harbor. C’est aussi lui qui a dirigé l’Eugenics Record Project de sa création en 1910 jusqu’à sa retraite en 1934.Davenport était pour le contrôle des naissances pour améliorer l’hérédité de toute la société.

[19] Un industriel local, Léon Ungemach a créé un quartier pavillonnaire idéal dans lequel il a sélectionné des familles idéales comme on jouerait aux poupées, via des annonces pourtant très claires sur lesquelles on pouvait lire que « Les jardins Ungemach augmentent dans la société de demain le nombre des éléments précieux et contribuent à guider l’évolution humaine vers une ascension plus rapide ». Sur le bail, les résidents signaient aussi pour avoir au moins 3 enfants et pour partir quand le dernier aurait 21 ans, sous peine d’expulsion. Ce parc à bétail humain volontaire a été créé avec l’aide d’une caution « scientifique », Adolphe Pinard, un des pionniers de la puériculture (si si !) qu’il définit comme « la science qui a pour but la recherche des connaissances relatives à la reproduction, à la conservation et l’amélioration de l’espèce humaine ».

[20] Margaret Sanger a lancé le concept de contrôle des naissances dans les année 1910 selon le slogan « Plus d’enfants chez les plus capables, moins d’enfants chez les inaptes », avec notamment la contraception, l’avortement et la stérilisation, qu’elle destinait aux populations qu’il fallait réduire telles que les Noirs, les pauvres et les handicapés mentaux. En 1921 elle a créé l’American Birth Control League devenue ensuite le Planning Familial pour implémenter son idée d’améliorer la race humaine. Dans « The Pivot of Civilization », elle écrit : « Les déficiences mentales constituent une menace permanente pour la race humaine. (…) De plus, lorsque nous réalisons que chaque déficient mental [feeble-minded person] est une source potentielle d’une progéniture atteinte de tares [defect], nous optons pour une politique de stérilisation immédiate pour être sûr que la maternité soit absolument interdite aux déficients mentaux » (cf. Pierre-André Taguieff dans la revue Raisons politiques 2007/2 n° 26)

[21] West était un grand adepte des drogues et de l’hypnose pour manipuler l’humain.

Source : Nouveau monde

Vers une gouvernance médico-génocidaire mondiale planifiée ?

Par : admin

Par Philippe Rossi

Au niveau national

Depuis plus d’une décennie, nous avançons à marche forcée vers une gestion médico-vaccinale autoritaire de notre société dont le but n’est clairement plus la recherche de la santé et de l’intégrité physique des populations.

Ainsi, tous les représentants nationaux de la « santé » sous prétexte d’un dogmatisme pasteurien surfait voire mensonger, n’ont eu de cesse d’alourdir (légalement ?) la charge « vaccinale » obligatoire de la population : la fausse bonhomie de Bachelot (et son plan vaccinal avorté de 2009), l’autoritarisme de Touraine (avec son « la vaccination, ça ne se discute pas »), le cynisme de Buzyn (avec ses 11 vaccins obligatoires délétères pour l’immunité des enfants) et la tyrannie mafieuse de Véran (avec son interdiction persistante faite aux médecins de soigner et son chantage à l’emploi envers les soignants, jadis encensés).

Le piétinement de la vérité et l’utilisation du mensonge ont atteint le sommet de l’ignominie avec le gouvernement Macron : l’inutilité, l’utilité puis l’imposition des masques (criminelle pour les enfants et adolescents), les confinements, les couvre-feux, l’attestation de déplacement dérogatoire préparant le futur passeport « vaccinal » qui ne devait jamais se mettre en place mais quand même à l’œuvre aujourd’hui (grâce à Mr Breton, Fabius, Juppé… !), une vaccination non obligatoire promise mais quand même imposée avec la perspective de son extension à toute la population annoncée par Macron dans son discours brutal, ségrégationniste et psychotique du 12 juillet 2021 qui scelle ainsi la dislocation du contrat social dont le premier représentant de l’État est censé être le garant.

Après avoir neutralisé le débat démocratique, Macron, le représentant d’une gouvernance mondiale sanitaire autoritaire en marche veut, avec le soutien de médecins gavés de conflits d’intérêt, d’hommes politiques corrompus et/ou aveuglés et des médias menteurs, légaliser une « vaccination » perpétuelle criminelle tout en ignorant une bonne dizaine de textes nationaux et/ou internationaux protégeant l’intégrité physique des individus de l’abus de l’interventionnisme médical. Une obligation encouragée aujourd’hui par une bande de sénateurs socialo-félons !

Va-t-il être le fossoyeur terminal de la souveraineté nationale française et réussir à vendre définitivement la souveraineté corporelle de ses administrés aux puissances financières et pharmaceutiques au mépris de leur intégrité physique ?

Son agenda mondialiste avec l’appui de sociétés puissantes de gestion d’actifs comme Blackrock semble de plus en plus clair : refonte du paradigme économique au prétexte d’une crise sanitaire en vue de la mise en place du triptyque poursuivi depuis des décennies : asservissement, surveillance et dépopulation. Le problème du chômage et des retraites pourrait être ainsi réglé de manière radicale !

La firme pharmaceutique Pfizer qui engrange des bénéfices insensés et qui est aujourd’hui leader européen des injections expérimentales nocives, l’est-elle par hasard ?

D’une part, cette firme a réussi à vendre confortablement sa filiale nutrition infantile au groupe suisse Nestlé grâce à l’intervention de Macron de 2008 à 2011, travaillant pour le compte de la banque Rothschild.

https://www.swissinfo.ch/fre/election-pr%C3%A9sidentielle-fran%C3%A7aise_macron-le-banquier-de-nestl%C3%A9-%C3%A0-l-elys%C3%A9e/43153142

D’autre part et curieusement, n’était-elle pas prête à inonder le marché européen avec sa potion injectable dès novembre 2009, avant la déclaration officielle de la pseudo-pandémie ?

Pourquoi cette commande de 1 600 000 000 flacons à vaccins aussi spécifiques ?

Au plan international

Les objectifs de Bill Gates, premier investisseur de L’OMS qui oriente la politique sanitaire mondiale sont très clairs : vaccinations perpétuelles, identité numérique intra-corporelle, dépopulation !

https://www.gavi.org/fr/sante-mondiale-et-developpement/objectifs-de-developpement-durable

En juillet 2021, Gates, le pourvoyeur de vaccins, s’est associé au pourvoyeur de migrants, Soros, pour acquérir l’entreprise « Mologic » spécialiste britannique de la fabrication de tests de dépistage.

https://www.ft.com/content/6cec5334-265b-4de7-b176-9d854cce4d86

https://www.fr24news.com/fr/a/2021/07/bill-gates-et-george-soros-rejoignent-le-rachat-de-la-societe-britannique-de-tests-covid.html

https://thepressfree.com/soros-et-gates-soutiennent-le-rachat-du-groupe-britannique-de-technologie-de-diagnostic/

L’association de ces puissances financières privées diaboliques préfigure l’avenir chaotique médico-dictatorial et immigrationniste dans lequel nous sommes en train de plonger, si un sursaut vital et national n’a pas rapidement lieu.

Qui ? Pour arrêter cette marche inexorable vers l’abîme mondialiste, déculturé, décivilisé, transhumaniste, ségrégationniste, génocidaire…

Au vu des forces financières et économiques impliquées dans le processus mortifère en cours, seule une coalition de responsables politiques souverainistes pourra sortir notre pays de l’étau cauchemardesque mondialiste qui est en train de se refermer sur nos vies.

Les leaders des différentes forces souverainistes doivent impérativement oublier leur ego et proposer à la nation un projet de refonte nationale basé très clairement sur l’abandon de l’ignoble passeport ségrégationniste et l’inscription dans la constitution de l’absolue liberté vaccinale des individus afin de protéger leur intégrité physique du cannibalisme financier des firmes pharmaceutiques qui camouflent leurs vils intérêts commerciaux dans un discours et des pratiques faussement scientifiques.

Philippe Rossi

Source : Nouveau monde

Obligation vaccinale des soignants, la lettre qu’il faut envoyer à tous les directeurs ARS de France

Par : admin

L’ensemble des soignants libéraux français « réfractaires » ayant reçu un courrier émanant des Agences Régionales de Santé (ARS) les menaçant de fermeture de leurs cabinets en cas de non vaccination anti-Covid-19 débutée au 15 septembre 2021, nous publions ici ce que chacun d’eux est en droit de répondre par LRAR à son expéditeur. Le fait de vacciner les soignants de force est une folie mais pas que, à ce jour c’est absolument illégal, pourquoi? Bon copié-collé pour les « menacés » et bonne lecture à tous.

========================

Monsieur le Directeur,

Je prends acte de votre courrier du 19 août courant souhaitant m’informer qu’une obligation vaccinale anti-covid-19 m’est imposée au 15 Septembre 2021, au risque que mon cabinet ne ferme à cette date en cas de non-soumission de ma part.

Sur la forme, vous faites allusion à la Loi 2021-1040 du 5 août 2021 mais j’ai le regret de vous annoncer qu’à la date de ce jour celle-ci n’est pas applicable dans la mesure où le décret mentionné dans le point II de l’article 12 de celle-ci n’est toujours pas paru, celui-ci stipulant expressément :

· Article 12 Division II. –
Objet : « Un décret, pris après avis de la Haute Autorité de santé, détermine les conditions de vaccination contre la covid-19 des personnes mentionnées au I du présent article. Il précise les différents schémas vaccinaux et, pour chacun d’entre eux, le nombre de doses requises.
Ce décret fixe les éléments permettant d’établir un certificat de statut vaccinal pour les personnes mentionnées au même I et les modalités de présentation de ce certificat sous une forme ne permettant d’identifier que la nature de celui-ci et la satisfaction aux critères requis. Il détermine également les éléments permettant d’établir le résultat d’un examen de dépistage virologique ne concluant pas à une contamination par la covid-19 et le certificat de rétablissement à la suite d’une contamination par la covid-19 ».

Vous comprendrez donc qu’en attendant que ce décret d’application ne survienne et soit porté à la connaissance des soignants, rien ne peut leur être imposé, aucun détail supplémentaire ne figurant dans le décret du 7 août.

Sur le fond de cette coercition absolument injustifiée je souhaite attirer votre attention sur quatre points :

D’abord sur le fait que comme vous le confirmera Me Teissedre dans le courrier ci-joint il semble que l’État éprouve le plus grand mal à démontrer que le renouvellement des AMM conditionnelles de tous les vaccins anti-Covid-19 ait été régulièrement enregistré aux dates légalement attendues. L’ANSM ne nous répondant pas alors l’AIMSIB, Bonsens.org et la LNPLV vont saisir le Conseil d’État d’un référé contre l’ANSM, le ministre de la Santé et la HAS tendant à ce que l’État :
– 1/ Produise les pièces que nous avons demandé à l’ANSM de produire ;
– 2/ A défaut, suspende l’utilisation des vaccins sur le fondement du règlement européen de 2004 jusqu’à l’obtention des informations requises.

Ensuite, il faut vous signaler que la composition réelle de ces produits se situe probablement à des années-lumière des descriptions données par les industriels, l’AIMSIB en a tiré un article (1) qui a été transmis à l’ANSM et au Conseil National de l’Ordre ; hélas celui-là non plus n’a, encore une fois, fait l’objet d’aucune réponse. Leurs défauts biochimiques sont si énormes qu’ils sont même parfois macroscopiquement visibles, ce qui a par exemple imposé d’interrompre toute délivrance du vaccin Moderna© jusqu’à nouvel ordre au Japon (2) après une série de décès encore plus suspects (3). Quel matériau aimanté ou aimantable est-il injecté dans ces vaccins que n’importe quel observateur peut facilement mettre en évidence avec une simple pièce de monnaie (4)? Cette anomalie flagrante et bien d’autre va faire l’objet d’une assignation en justice et cette affaire sera entendue le 21/10/2021 devant le tribunal judiciaire de Paris (5).

Je ne méconnais pas le rôle de chacun, il est évident que vous ne pourrez pas infléchir seul la politique insensée menée par notre gouvernement mais puisque vous m’écrivez que « cette obligation vaccinale constitue la mesure la plus efficace pour vous protéger et protéger vos patients », merci de prendre connaissance, ou en compte, ces six faits absolument indéniables :

1- Si la vaccination comme l’hépatite B est obligatoire, elle concerne des personnels soignants n’ayant jamais développé la maladie. Dans le cas du coronavirus, les soignants ont été très exposés et donc sont pour la plupart immunisés. L’immunité naturelle ayant toujours été supérieure à l’immunité vaccinale, il est difficile de comprendre sur quelles bases scientifiques suffisamment rigoureuses s’appuie l’obligation vaccinale des personnels soignants. En effet, la possibilité d’un schéma vaccinal en une seule injection au lieu de deux injections est évoquée sur la base d’une sérologie pré- vaccinale qui ne saurait être à elle-seule représentative de leur immunité humorale réelle et ne tient de plus aucunement compte de leur immunité cellulaire (6).

2- La vaccination n’interrompt pas une seconde la diffusion virale occasionnée par les vaccinés (7)(8), ces nouveaux porteurs sains sont intraçables en France puisque notre passe sanitaire exonère les vaccinés de toute évaluation en général, sauf par exemple quand on doit s’approcher du Président de la République (9) et le résultat est douloureux.

3- La vaccination anti-Covid-19 n’interrompt pas l’expansion de virus lié à la Covid-21, les diffusions planétaires des variants Delta et maintenant Mû dans les populations très vaccinées (Angleterre, Israël, Malte, Gibraltar, etc…) nous le prouvant tous les jours, l’hécatombe de cas survenus sur le navire militaire HMS Queen Elizabeth ne comportant que des marins jeunes, en parfaite santé et tous vaccinés à deux doses en fournit également un déplorable exemple (10).

4- La vaccination anti-Covid n’empêche nullement l’éclosion de cas graves chez les vaccinés et parfois semblent, par effet ADE (11), en aggraver les tableaux cliniques (12), certaines données transmises par les industriels eux-mêmes tendant à laisser penser que la vaccination n’influerait pas sur la mortalité (13).

5- Le nombre astronomiquement élevé d’effets indésirables graves (EIG) causés par ces vaccins anti-Covid imposerait dans toute démocratie indépendante du poids des lobbys industriels que cette campagne pseudo-sanitaire cesse immédiatement, on rappelle que selon Eudravigilance l’Europe déplore déjà 22.000 décès directement imputables aux intrants et plus de 2,2 millions d’EIG, le tout rapporté avec une sous-notification habituelle comprise entre un facteur x10 à x100 (14) : Le témoignage de notre Confrère T. Hertoghe se passe de commentaires (15).

6- La Covid se soigne avec une facilité remarquable dans sa forme initiale comme semi-récente et sans aucun effet secondaire par l’ivermectine, c’est si vrai que même le Conseil National de l’Ordre des Médecins Français a levé toute sanction disciplinaire à l’égard des médecins prescripteurs de la molécule (16). Il n’existe à ce jour plus aucun doute quant à l’efficacité remarquable de cette molécule dans le traitement de la Covid, quel que soit le variant en cause (17).

Au final et comme je viens de vous le décrire, dans la mesure où la vaccination anti Covid-19 demeure, comme attendu, parfaitement inefficace sur les souches 2021 et futures, que la Loi de coercition vaccinale n’est pas applicable en l’état, que ces vaccins sont éminemment dangereux, qu’ils ne revêtent aucune utilité chez les soignants quasiment tous déjà immunisés naturellement, qu’ils soient possiblement délivrés sans aucune AMM encore valable à ce jour, et enfin qu’il existe un traitement aussi peu onéreux que remarquablement bien toléré, vous comprendrez le refus qui m’anime s’agissant de me soumettre à cette obligation.

Je vous informe que cette lettre a été publiée le 05/09/2021 sur le site aimsib.org

En espérant que l’ensemble des arguments développés ici aient pu vous convaincre du bien-fondé de ma position, je vous prie de croire, Monsieur le Directeur, en l’expression de mon respect

La rédaction de l’AIMSIB
Septembre 2021

ANNEXE   Lettre du Cabinet Teissedre à l’ANSM

Notes et sources

[1] https://www.aimsib.org/2021/08/08/wacssyn-covid-lincroyable-scandale-arrive/
[2] https://asia.nikkei.com/Spotlight/Coronavirus/COVID-vaccines/1.6m-Moderna-doses-withdrawn-in-Japan-over-contamination
[3] https://guyboulianne.com/2021/09/01/un-corps-etranger-noir-a-ete-trouve-dans-un-nouveau-lot-suspect-de-vaccins-moderna-sur-le-site-dinoculation-de-kanagawa-au-japon/
[4] https://odysee.com/@Covidbel:5/Une-ancienne-employ%C3%A9e-de-Pfizer-alerte:f
[5] https://reaction19.fr/wp-content/uploads/2021/08/270821-Communique-de-presse-du-27-aout-2021-Assignation-en-refere-ANSM-CNOM-CNOP-et-Vidal.pdf
[6] https://www.nature.com/articles/s41586-021-03647-4
[7] https://reinfocovid.fr/science/les-vaccines-infectes-seraient-aussi-contagieux-que-les-autres/
[8] https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/70/wr/mm7031e2.htm?s_cid=mm7031e2_w
[9] https://www.lci.fr/politique/quatrieme-vague-variant-delta-doublement-vaccine-le-president-de-la-region-paca-renaud-muselier-positif-au-covid-19-2194979.html
[10] https://www.bbc.com/news/uk-57830617
[11] https://www.aimsib.org/2020/08/23/covid-graves-admettre-lexistence-des-anticorps-facilitateurs/
[12] https://docteur.nicoledelepine.fr/tous-vaccines-mais-pas-proteges/
[13] https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2021.07.28.21261159v1.full.pdf
[14] https://www.adrreports.eu/fr/
[15] https://lemediaen442.fr/temoignage-du-dr-hertoghe-victime-du-vaccin-moderna-accident-vasculaire-cerebral-dans-le-cervelet/
[16] Ré à la hune, édition du 5 août 2021 n°228
[17] Bryant A, Lawrie TA, Dowswell T, Fordham EJ, Mitchell S, Hill SR, Tham TC. Ivermectin for Prevention and Treatment of COVID-19 Infection: A Systematic Review, Meta-analysis, and Trial Sequential Analysis to Inform Clinical Guidelines. Am J Ther. 2021 Jun 21;28(4):e434-e460. doi: 10.1097/MJT.0000000000001402. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34145166/

Source : Nouveau monde

Vaccination contre le SARS-CoV2 N’engagez pas votre responsabilité sans lire ceci !

Par : admin

Communiqué spécial – 06 septembre 2021

Vaccination contre le SARS-CoV2
N’engagez pas votre responsabilité sans lire ceci !

Dans le cadre de sa gestion de la crise sanitaire, le gouvernement a pris des décisions qui suscitent de vifs débats au sein de la société. Un syndicat de l’éducation n’a pas de légitimité pour se prononcer sur des sujets à propos desquels
chacun reste libre d’avoir ses opinions. Il n’a pas non plus vocation à prendre part aux vaines polémiques. En revanche, il a pour devoir de défendre les intérêts moraux et matériels de ses adhérents et, plus largement, de l’ensemble des
personnels. Depuis le début de la crise sanitaire, Action & Démocratie prend toutes ses responsabilités en ce domaine et entend bien continuer sans céder à la paresse ni à la peur.

Nous rappelons à tous les personnels de l’éducation qu’en l’état actuel du droit, ils ne sont pas davantage soumis à une quelconque obligation vaccinale contre le SARS-CoV2 que ne le sont leurs élèves, à l’exception notable du personnel soignant affecté dans les établissements scolaires pour lesquels Action & Démocratie réclame la levée de l’obligation puisqu’ils n’exercent pas leur métier en étant au contact de personnes vulnérables.

Nous rappelons que la vaccination, comme tout acte médical, comporte des bénéfices aussi bien que des risques, même si ces derniers sont réputés être minimes. Le choix de se faire vacciner ou non contre le SARS-CoV2 relève de l’entière liberté et responsabilité de chacun : nulle autorité hiérarchique ne peut donc exiger de vous ce que la loi n’ordonne pas. Si vous êtes confronté à des pressions, Action & Démocratie sera à vos côtés et fera tous les rappels à la loi qui seront nécessaires en cas d’abus de pouvoir. De même, nous rappelons que le statut vaccinal est couvert par le secret médical et que nul n’a à s’enquérir du vôtre non plus que de celui des élèves qui vous sont confiés.

Nous rappelons en effet que ce qui vaut pour les personnels vaut aussi pour les élèves : aucun d’entre eux n’est soumis à une quelconque obligation vaccinale, et la décision de se faire vacciner relève de la responsabilité des parents, au moins pour les élèves de moins de 16 ans. Il n’appartient pas davantage aux personnels de l’éducation d’user de leur autorité auprès des élèves pour y inciter les uns ni les autres : les campagnes menées en faveur de la vaccination sont le fait des autorités sanitaires et les personnels de tous les corps de l’Éducation nationale, en particulier les enseignants, n’ont pas mission ni vocation d’en être les relais ou « les ambassadeurs » comme il a été dit. A tous ceux, notamment parmi les personnels de direction, qui outrepassent leurs prérogatives en encourageant les familles à faire vacciner leurs enfants et les professeurs à faire la promotion du vaccin auprès de leurs élèves sous couvert de « faire de la pédagogie », Action & Démocratie rappelle que nous ne sommes pas plus les conseillers médicaux de nos élèves que leurs directeurs de conscience, notre seul devoir consistant à les instruire. Il est à ce titre inacceptable que la DGESCO élabore à l’attention des professeurs des documents pseudo pédagogiques pour « sensibiliser (sic) les jeunes de 12 à 18 ans à la vaccination ».

Nous déconseillons d’ailleurs vivement à tous nos collègues, y compris ceux qui seraient tentés de le faire par conviction personnelle, de collaborer à ces campagnes d’une façon ou d’une autre dans leur propre intérêt. En cas d’effet indésirable grave en lien avec la vaccination (même si ce risque est pour l’instant reconnu comme étant très faible, il n’est pas nul comme le montrent notamment les derniers « Points de situation » publiés par l’ANSM – Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), la responsabilité pénale des personnels de l’Éducation nationale aussi bien que celle des recteurs et du ministre pourrait être recherchée par les victimes.

Action & Démocratie demande enfin expressément et urgemment au ministre de l’Éducation nationale de prendre toutes les dispositions qui incombent à l’institution pour informer clairement et complètement les élèves et leurs familles sur ces effets indésirables, en particulier sur le risque de myocardites et péricardites plus significatif chez les garçons. Que ce soit au titre de la prévention sanitaire ou pour garantir la sérénité des enseignements d’EPS et la tranquillité des professeurs concernés à cet égard, Action & Démocratie demande aussi au ministre de délivrer par circulaire la consigne de dispenser les élèves d’activité physique et sportive intense pendant les 7 jours qui suivent l’injection. Cette recommandation étant faite publiquement par notre syndicat sur le fondement de plusieurs études et constatations, il appartient au ministre d’en tenir compte sans délai.

Source : Action & Démocratie

Pfizer : l’ARS Bretagne interdit aux soignants d’informer les vaccinés

Par : admin

Dans Le Télégramme de Brest du jeudi 26 août, un article intitulé Polémique au centre de vaccination de Quimper avec en chapô : « Une fiche d’information sur le vaccin Pfizer, distribuée au centre de vaccination de Quimper par l’équipe soignante, fait grincer des dents. L’ARS Bretagne a fait retirer le document ».

Nouvelle étape dans l’obscurantisme sanitaire:

▶Refuser le consentement éclairé ‼

L’#ARS de Bretagne retire d’un centre de vaccination de #Quimper une fiche d’information sur les effets secondaires " pour ne pas inciter le patient venu se faire vacciner à faire demi-tour" ‼ pic.twitter.com/dKh0uI6bMQ

— N. Dupont-Aignan (@dupontaignan) August 27, 2021

Les médecins quimpérois, en vrais professionnels, et pas en vaccinolâtres comme on en voit dans tous les vaccinodromes créés par Véran (l’homme qui se prépare à nous imposer le passe sanitaire ad vitam æternam), ont édité une fiche d’information du patient remise aux candidats aux piquouzes Pfizer.

AMM conditionnelle du vaccin, phase 3 de l’essai toujours en cours, vaccin qui n’empêche pas les vaccinés d’être porteurs du virus et de contaminer autour d’eux, durée de l’immunité inconnue, pas de protection contre les variants, recommandation de ne pas mélanger les vaccins chez la même personne, aucune étude sur l’innocuité de la potion, effets secondaires à court terme, impossibilité de connaître les effets à moyen et long terme, invitation à déclarer tous les effets secondaires à son médecin traitant, voici les points de la fiche à signer avant d’accepter l’injection.

Évidemment tous les médecins collabos du gouvernement – et ils sont nombreux – sont aussitôt partis sur le sentier de la guerre.

Un certain Michaël Rochoy – peut-être généraliste outrelois anti-Raoult, peut-être chercheur en épidémiologie (et visiblement pas près d’être un trouveur) déclare : « Mettre que le vaccin a bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle en gras, et qu’il est déployé dans sa phase 3 d’essai clinique, sans en préciser les raisons ou mettre plus d’informations, ça donne l’impression que nous sommes des cobayes. »

https://rochoy.fr/michael/tag/pidmiologie/

Sauf que la fiche ne dit que la stricte vérité : AMM conditionnelle, déploiement en phase 3 d’essai : tous les vaccinés sont des cobayes.

Bien sûr, Michaël Rochoy nie qu’il puisse y avoir des effets secondaires à moyen et long terme, pense que l’on peut, parce que la Haute Autorité de Santé l’a recommandé, mélanger les doses. Un tiers d’AstraZeneca, un tiers de Moderna, un tiers de Pfizer, un excellent cocktail pour vite se retrouver en boîte ! Mais est-ce qu’un jour ou l’autre, tout le monde atteindra sa dose ? Allez une petite Janssenpour la route !

Selon Le Télégramme, les candidats quimpérois à la piquouze se plaindraient d’être pour une fois réellement informés des risques. Parce que, vous comprenez, ils sont obligés de signer un document avec lequel ils ne sont pas d’accord. Pour eux, le vaccin comme le sirop Typhon c’est “l’universelle panacée héhé !” (je sais : pléonasme).

Le ministère de la Santé, balayant la volonté des médecins quimpérois qui s’appuient sur la loi Kouchner de 2002 pour que le futur vacciné ait « un consentement libre et éclairé des actes et traitements qui lui sont proposés » prétend qu’il suffit de fournir les informations oralement.

Et c’est ce que font les médecins des centres de vaccination quand ils n’insultent pas les citoyens qui émettent des doutes sur le vaccin. Une amie infirmière me dit que le médecin à la retraite qui l’a reçue au vaccinodrome lui a lancé du haut de son arrogance qu’avec lui elle aurait été foutue dehors de son établissement depuis longtemps. Quand elle a essayé de parler des différents points mis en avant par les médecins de Quimper, il a tout balayé comme bobards. Ce charmant monsieur serait pour tous les empêcher d’exercer.

L’Agence Nationale de Santé (ARS) Bretagne a tout de suite demandé au centre de vaccination de Quimper de retirer la fiche. Raison : « A ce jour, la fiche de renseignements médicaux doit effectivement être émargée dans le cadre de la vaccination. Tout autre document à titre informatif peut être distribué par les centres de vaccination breton, mais ne nécessite pas de signature. » L’ARS ajoute : « seules les informations officielles doivent être communiquées », en clair seuls les mensonges de Véran ont le droit d’être diffusés.

Pour l’ARS, une telle fiche d’information incite le patient venu se faire vacciner à faire demi-tour.

« Une pandémie où seul le vacciné doit subir et assumer la responsabilité d’un vaccin qu’on lui administre lors d’une prise d’otage sanitaire, le scénario du pire se déroule sous nos yeux ! », écrit très justement Nicolas Dupont-Aignan.

Les médecins quimpérois ne désarment pas. Ils veulent remettre en place leur fiche.

Lorsque les dégâts que la vaccination entraîne – et ils ne manquent pas – commenceront à s’imposer dans le public, qui sera responsable ?

Les fervents de la seringue ?

Certes Véran, dans un courrier au Conseil national de l’Ordre a indiqué que les professionnels de santé ne seraient pas tenus pour responsables en cas de dommages, que ce serait l’État qui paierait « au titre de la solidarité nationale ».

Mais l’État, ce n’est pas un peu nous ?

À ceux qui le peuvent : éditez la fiche des médecins quimpérois et la distribuez-la à l’entrée des vaccinodromes.

Une œuvre de santé publique.

https://ripostelaique.com/pfizer-lars-bretagne-interdit-aux-soignants-dinformer-les-vaccines.html

Source : Resistance Républicaine

Buzyn convoquée devant la Cour de justice de la République concernant la gestion du Covid-19

Par : admin
[Photo : © Christophe Archambault Source: Reuters]

[NDLR : Buzyn va-t-elle être la victime expiatoire d’un pouvoir à l’agonie qui n’a plus que la vaccination obligatoire à proposer comme avenir aux français ?
Dans ce cas, la possible mise en examen de Buzyn pour “mise en danger de la vie d’autrui” tomberait à point nommé.]

L’ancienne ministre de la Santé, Agnès Buzyn, sera convoquée devant la Cour de justice de la République le 10 septembre au sujet de la gestion du Covid-19. Elle pourrait être mise en examen.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé qui avait démissionné mi-février 2020 au début de l’épidémie de Covid-19, est convoquée le 10 septembre à la Cour de justice de la République (CJR) à Paris en vue d’une possible mise en examen, rapporte l’AFP le 9 septembre citant une source judiciaire, et confirmant une information du Monde.

Cette convocation à la CJR, seule juridiction habilitée à juger des ministres dans l’exercice de leur fonction, a lieu dans le cadre de l’enquête menée depuis juillet 2020 sur la manière dont le gouvernement a géré cette épidémie.

À l’issue de cette audition, Agnès Buzyn peut être mise en examen ou ressortir sous le statut plus favorable de témoin assisté si elle parvient à convaincre les juges qu’il n’existe pas suffisamment d’indices graves ou concordants pouvant être retenus contre elle. Contactée par l’AFP, l’ancienne ministre n’a pas répondu immédiatement.

Un risque de propagation du virus «pratiquement nul»

Elle avait quitté le gouvernement mi-février 2020 pour briguer, en vain, la mairie de Paris, et avait été remplacée par Olivier Véran. L’ex-ministre avait créé un tollé en qualifiant les élections municipales de «mascarade» et en déclarant qu’elle «savai[t] que la vague du tsunami était devant nous» au moment de son départ du ministère, à la mi-février.

Pourtant, en janvier, elle avait déclaré publiquement : «Le risque d’importation [du virus] depuis Wuhan est pratiquement nul», ajoutant que «les risques de propagation du coronavirus dans la population sont très faibles».

Devant la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur la gestion de la crise sanitaire, Agnès Buzyn avait indiqué fin juin 2020 avoir alerté l’Elysée et Matignon dès janvier de la même année sur le «danger» potentiel du coronavirus.

L’enquête avait été ouverte en juillet 2020 après que la commission des requêtes de la CJR, composée de hauts magistrats, avait estimé que neuf plaintes visant l’exécutif étaient recevables. Depuis, d’autres plaintes ont été jugées recevables et jointes à l’enquête.

La commission d’instruction de la CJR avait été saisie de la seule infraction «d’abstention de combattre un sinistre» mais, d’après Le Monde, Agnès Buzyn serait également convoquée le 10 septembre pour une possible mise en examen pour «mise en danger de la vie d’autrui». L’AFP n’a pu confirmer cette information auprès d’une source judiciaire.

Le 8 septembre, le procureur général près la Cour de cassation François Molins, qui représente l’accusation à la CJR, a déclaré que «14 500 plaintes» sur la gestion de la pandémie avaient été déposées à la CJR. Des juges d’instruction parisiens mènent en parallèle une enquête portant cette fois sur la gestion de cette crise par l’administration.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/90440-buzyn-convoquee-devant-cour-justice-republique-concernant-gestion-covid-19

Source : Nouveau monde

Appel de Polynésie contre la vaccination obligatoire

Par : admin

” Aidez-nous en Polynésie…
Je suis certaine que vos médias ne relayent pas l’info.
Notre situation est critique et nous qui résistons avons besoin de votre aide.
Quasi toute la population est en obligation vaccinale et confinée 1 mois. La loi est déjà passée.
On ne peut pas manifester contre cette loi d’obligation vaccinale, vu qu’on nous a confiné… avec interdiction de manifester…
L’amende est de 1 500 euros si on refuse le vaccin, et chaque fois qu’on sera contrôlé 😱
Et nous sommes les oubliés de la France.
Les polynésiens, de façon générale, ne sont pas vraiment un peuple qui se rebelle et n’a pas l’habitude de manifester comme en France.
Et ça, Macron l’a vite capté… quand il était chez nous fin juillet. Avant son arrivée, tout allait bien. Depuis sa venue, c’est une vraie catastrophe sanitaire, économique, sociétale, …
On est 280 000 habitants répartis sur 118 îles … pour que vous puissiez visualiser la situation.
Confinés, interdits de manifester … et pas de droit au chômage quand on perd notre travail… et pas de quoi payer leurs amendes ultra salées…
Les français doivent nous aider et manifester pour nous, pour que notre situation se sache (car les français sont tellement loin qu’ils ne savent pas ce qu’on est en train de vivre ici).
Si ça passe chez nous, ça viendra chez vous.
La Polynésie et la Nouvelle Calédonie dont des tests. Même montant d’amende aux contrevenants chez eux

Appel de Polynésie contre la vaccination obligatoire

Source : Youtube

En cas de censure Youtube la vidéo est disponible sur Rumble

Source : Rumble

Dr Christian Vélot : Maître de conférences en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud

Par : admin

Dr Christian Vélot : Maître de conférences en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud :

« il est possible que les non vaxxés protègent le reste de la communauté en empêchant un nouveau variant d’apparaître.”

https://mobile.twitter.com/mammiebocockiq/status/1435486184898191362?s=03

Dr Christian Vélot : Maître de conférences en génétique moléculaire à l'université Paris-Sud : « il est possible que les non vaxxés protègent le reste de la communauté en empêchant un nouveau variant d'apparaître.👀
pic.twitter.com/09m8wiUfwl

— MAMMIE Bocock (@mammiebocockiq) September 8, 2021

QUESTION PRIORITAIRE DE CONSTITUTIONNALITÉ relative à la GESTION DE LA CRISE SANITAIRE – Maitre Philippe KRIKORIAN

Par : admin

Maître Krikorian a déposé devant le Conseil d’État, le 6 septembre dernier, une requête en référé liberté en vue d’obtenir la suspension d’exécution de l’obligation vaccinale.

Cette requête est assortie d’une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité), ici reproduite, tendant à faire invalider l’obligation vaccinale incluse dans la loi du 5 août 2021 comme portant atteinte à des droits et libertés fondamentales garantis par la constitution.

Valérie Bugault

>>> CONSULTEZ et TÉLÉCHARGEZ la version complète ici <<<

Source : Valérie Bugault

Des faits, uniquement des faits. Même s’ils sont dérangeants.

Par : admin

Introduction

Si nous sommes pris par les « élites » pour les « idiots » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Chers nouveaux lecteurs, permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au sujet du jour.

Les évènements que nous subissons et que nous allons encore subir sont annoncés sur ce blog, depuis 2012. Je n’utilise pas de boule de cristal, mais je collecte et recoupe énormément d’informations. Cela me permet d’extraire les plus pertinentes. Ce recul m’amène à formuler des anticipations cohérentes.

Accéder à une masse d’informations souvent payantes, les vérifier, les trier, prends beaucoup de temps. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit. Mon travail de lanceur d’alertes à un coût et donc un prix. J’offre gratuitement à un large public, un grand nombre de billets qui traitent de l’écume des choses. Pour m’aider à poursuivre ce travail, je ne demande pas de dons et n’ouvre pas de « cagnotte ».

Si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour affronter sereinement la période compliquée qui est devant nous, ce sera votre manière de m’aider concrètement à améliorer la qualité de mon travail.

Sujet du jour : d’une demande de brevet déposée, en enquêtant sérieusement, on peut anticiper ce qui est voulu « pour notre bien » et ainsi y échapper.

Les plus anciens lecteurs de ce blog connaissent bien ma façon d’aborder les différents sujets : les faits, rien que les faits. Sachant parfaitement que l’objectivité n’existe pas, mes billets comportent toujours les liens vers mes sources. C’est le seul moyen vous permettant de bâtir un raisonnement, éventuellement différent du mien, pour établir VOTRE vérité. La seule qui compte à mes yeux.

Nous vivons une époque autant unique que magnifique, celle de l’apocalypse. Je vous rappelle que ce mot, si souvent associé aux destructions massives et au chaos, vient du latin apocalypsis qui signifie « révélation ». Lui-même emprunté au grec ancien apokálupsis qui est » « l’action de découvrir », de « lever le voile ». En ces temps troublés actuels et futurs, nous sommes et allons être confrontés à la mise en pleine lumière de nombreux faits et choses qui étaient jusqu’alors, cachés au plus grand nombre d’entre nous.

Nous avons alors deux manières de réagir devant l’énormité de certaines révélations :

  • Les nier en bloc afin de ne pas remettre en cause nos croyances habituelles. Celles qui sont les nôtres depuis des générations et qui ne peuvent donc être remises en cause, car « C’est comme ça depuis toujours».
  • Passé l’étonnement, admettre que « l’inacceptable puisse être ». Ensuite, vérifier qu’il s’agit bien d’une vérité, si choquante soit-elle, puis l’accepter afin d’en tirer le meilleur.

C’est exactement la situation de la révélation d’un lourd « secret de famille » qui arrive au moment de l’ouverture d’une succession. Comme l’a si bien exprimé le philosophe Arthur Schopenhauer :

« Toute vérité franchit trois étapes. D’abord elle est ridiculisée. Ensuite, elle subit une forte opposition.

Puis, elle est considérée comme ayant toujours été une évidence »

Connaissez-vous l’existence de « PubChem » ? C’est :

« une banque de données américaine de molécules chimiques gérée par le National Center for Biotechnology Information (NCBI), branche de la Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis sous l’autorité des National Institutes of Health (NCI).

PubChem répertorie plusieurs millions de composés en mettant gratuitement en ligne, pour chaque substance, une grande quantité de données de divers ordres : chimique, biochimique, pharmacologique, production, toxicologie, environnementale, etc. ».

Autrement dit, nous sommes loin d’un « site complotiste » répertoriant de fausses nouvelles pour susciter et entretenir chez les internautes, une malsaine confusion.

Je cède maintenant le clavier à mon cher Madrilou  qui souhaite participer activement à la rédaction de ce billet.

Coucou, c’est Madri. Bonjour chers amis. Merci, Hubert, de me permettre de m’adresser directement aux lecteurs de ton blog. C’est un auditoire ouvert avec qui j’éprouve beaucoup de plaisir à communiquer.

Nous allons ensemble découvrir des choses surprenantes, voire franchement révoltantes. Échauffez vos poignets, vos doigts… et approchez-vous de vos claviers.

  • Saisissez, dans votre moteur de recherche préféré «Pubchem » ;
  • Cliquez sur ce résultat : https://pubchem.ncbi.nlm.nih.gov/;
  • Sous le champ blanc « Recherche », cliquez sur « covid -19» ;
  • Dans la liste horizontale proposée, cliquez sur « Patents (97)» autrement dit, en bon français : 97 brevets ont été répertoriés dans cette base de données spécialisée ;
  • Le deuxième brevet de la liste intitulé « System and Method for Testing for COVID-19 » en français « Système et méthode de test pour le COVID-19 ». Vous constatez alors :
    • La date de « priority » autrement dit d’antériorité, est le 13 octobre 2015 ;
    • Le brevet est déposé au nom de Richard A ROTSSCHILD ;
    • L’abstract, soit en français, « le résumé » est celui-ci (traduit avec le logiciel Deepl) :

« Une méthode est fournie pour acquérir et transmettre des données biométriques (par exemple, des signes vitaux) d’un utilisateur, où les données sont analysées pour déterminer si l’utilisateur souffre d’une infection virale, telle que COVID-19. La méthode comprend l’utilisation d’un oxymètre de pouls pour acquérir au moins le pouls et le pourcentage de saturation en oxygène du sang, qui sont transmis sans fil à un smartphone. Pour garantir la précision des données, un accéléromètre intégré au smartphone est utilisé pour mesurer les mouvements du smartphone et/ou de l’utilisateur. Une fois que des données précises sont acquises, elles sont téléchargées sur le nuage (ou hôte), où les données sont utilisées (seules ou avec d’autres signes vitaux) pour déterminer si l’utilisateur souffre (ou est susceptible de souffrir) d’une infection virale, comme le COVID-19. En fonction des exigences spécifiques, les données, leurs modifications et/ou la détermination peuvent être utilisées pour alerter le personnel médical et prendre les mesures correspondantes ».

« Un procédé est fourni pour acquérir et transmettre des données biométriques (par exemple, des signes vitaux) d’un utilisateur, où les données sont analysées pour déterminer si l’utilisateur souffre d’une infection virale, telle que COVID-19. La méthode comprend l’utilisation d’un oxymètre de pouls pour acquérir au moins le pouls et le pourcentage de saturation en oxygène du sang, qui sont transmis sans fil à un smartphone. Pour garantir la précision des données, un accéléromètre intégré au smartphone est utilisé pour mesurer les mouvements du smartphone et/ou de l’utilisateur. Une fois que des données précises sont acquises, elles sont téléchargées sur le nuage (ou hôte), où les données sont utilisées (seules ou avec d’autres signes vitaux) pour déterminer si l’utilisateur souffre (ou est susceptible de souffrir) d’une infection virale, comme le COVID-19. En fonction des exigences spécifiques, les données, leurs modifications et/ou la détermination peuvent être utilisées pour alerter le personnel médical et prendre les mesures correspondantes ».

Voilà, j’ai fait mon boulot d’assistance technique. Je repasse le clavier au « patron ». À bientôt chers amis .

Merci cher Madri. Tu nous es vraiment indispensable.

Vous comprenez bien qu’un document d’une telle importance se doit d’être « dévoilé » (l’apocalypse) à un large public. Oui, mais… c’est très « dangereux », cette exposition en pleine lumière !!!

Preuve en est que les « chasseurs de fausses nouvelles » de l’agence France Presse en Allemagne ont publié un article le 9 octobre 2020 dont le titre est explicite : « Non, Richard Rothschild n’a pas déposé de brevet pour un test COVID-19 en 2015 ». La conclusion de ce long article est que :

« Le brevet déposé relatif au COVID-19 ne date pas de 2015. Il s’agit d’un brevet actuellement publié du printemps 2020, qui a été complété par des revendications plus anciennes du droit américain des brevets. C’est la seule raison pour laquelle il est conservé dans la base de données avec une date de priorité plus ancienne. Avec ces pièces plus anciennes, cependant, il n’y a jamais aucune mention de Corona. L’entrée ne prouve en aucun cas que la pandémie de corona est prévue et que certains initiés en étaient déjà conscients avant 2019 ».

Chers lecteurs, ne soyons pas dupes. Ils sont malins ces « chiens de garde », mais… nous aussi « nous avons le droit d’être intelligent ».  La question de savoir qu’un « ROTSCHILD » a déposé une demande brevet relative au Covid 19 en octobre 2015, soit, bien avant la « pandémie officielle » est une fausse piste d’investigation. C’est bien pour cela qu’ils nous emmènent dans cette voie.

Et s’il nous prenait l’idée de faire quelques rapprochements… improbables ???

À la lecture du document auquel vous venez d’avoir accès, nous constations un certain nombre de choses, c’est un fait !!! Un procédé inventé par un membre de la famille ROTSCHILD (cela a une importance très secondaire), promu par GOOGLE est protégé par un brevet. Il permet d’acquérir et de transmettre des données biométriques diverses concernant un humain (vous, moi), par une liaison hertzienne (sans fil) à un smartphone. Ces données (médicales personnelles) sont stockées (devinez par qui ?) via « les nuages » (le Cloud en bon anglais). Cela fait déjà beaucoup, non ?

Allez, c’est l’heure de « la récré » . Amusons-nous maintenant à relier ces divers éléments à certains des déjà trop nombreux « effets secondaires » des « injections expérimentales » actuellement réalisées en masse au niveau mondial… Vous savez, ce curieux effet « d’aimantation » (la petite cuiller qui reste collée au bras à l’endroit de l’injection). N’oubliez pas que, comme toutes choses dans l’univers, nous émettons et sommes sensibles aux diverses vibrations électromagnétiques. La députée européenne Michèle RIVASI (brevet de complotisme décerné par Le Point), a posé le 24 avril 2020 une question prioritaire avec demande de réponse écrite (P-002498/2020)ayant pour objet « La 5G, le virus et l’effet immunodépresseur de l’exposition prolongée aux ondes électromagnétiques de radiofréquence ». À ce jour, plus de 16 mois après… toujours pas de réponse !!!

Puçage ? vous avez dit puçage ? Quel horrrrible complotiste vous êtes, parole de « moutruche » !!!

Quand vous serez ainsi traité, n’en veuillez pas aux auteurs pareils propos. Ils font partie de la première catégorie que j’ai citée plus avant dans ce document. Aidez-les se débarrasser de leurs couches de conformismes… à leur rythme. Les brusquer ne ferait que les retarder dans cette progression.

Chers lecteurs, vaccinés ou pas, soyez bienveillant à l’endroit de ceux qui n’arrivent pas encore à comprendre et admettre « vos certitudes ». En vous abonnant aux « Rendez-vous d’Hubert », vous saurez comment sortir de la peur répandue par les dirigeants politiques. Vous apprendrez à élever vos vibrations et gagner en spiritualité.

Vous deviendrez plus attentifs à l’évolution de notre terre. Vous serez plus apte à accompagner ceux qui « découvrent » que d’autres vérités, bien plus belles que celles estampillées « officielles » existent. De plus (je profite de l’occasion ), en vous abonnant, vous contribuerez à m’encourager à investir davantage de temps et d’argent au profit du plus grand nombre. Je le répète : c’est la somme de nos efforts personnels qui permettra le renouveau collectif.

« Toute l’histoire du contrôle sur le peuple se résume à cela : isoler les gens les uns des autres,

parce que si on peut les maintenir isolés assez longtemps, on peut leur faire croire n’importe quoi »

(Noam Chomsky)

Je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Ptrimoniale

Emission spéciale avec le Pr Christian Perronne

Par : admin

Professeur Christian Perronne, Septembre 2021 :
« Aujourd’hui, les produits que Monsieur Macron veut vous vendre, et imposer aux Français par une obligation totalement illégale, ne sont pas des vaccins, ce sont des produits expérimentaux qui n’ont pas été validés pour leur efficacité, leur tolérance, donc le Gouvernement français et d’autres Gouvernements sont totalement en contradiction avec le code de Nuremberg, on impose aux populations des inoculations de substances dont on sait maintenant qu’elles sont toxiques et qu’elles ne marchent pas, on le savait déjà un petit peu mais maintenant ça éclate à la figure de tous les Français, là ce sont des produits qui ne sont pas des vaccins, ce sont des produits qui ne protègent pas, parfois vous faites des formes plus graves que si vous n’êtes pas inoculé avant, dans certains pays comme Israël les ¾ des gens en réanimation sont des « double-vaccinés », et on vous dit que si vous êtes inoculés par ces substances vous pouvez transmettre le virus donc continuez à porter le masque, continuez à vivre confiné, ce sont les pays qui vaccinent massivement où l’épidémie reprend ça devient on délire total pour une maladie qui maintenant est terminée, le taux de mortalité est 0,03 ou 0,05 % selon les pays.

Le variant Delta c’est du pipeau, il est bien moins virulent, on veut nous faire peur pour nous inoculer des substances, et moi je demande à nos Gouvernements « pourquoi vous voulez nous inoculer ces substances ? ». Un virus qui ne tue pas, qui ne s’attaque qu’à des populations très fragiles qu’on connaît, des médicaments qui existent, qui ont été validés dans des centaines de publications scientifiques qui montrent qu’on peut guérir de cette maladie à plus de 90 % si on traite tôt, pourquoi vous voulez inoculer tout le monde avec ces produits qui sont dangereux, alors que l’on voit maintenant qu’il y a beaucoup de morts et d’effets secondaires graves avec ces produits, pourquoi vous voulez toucher à nos enfants ? Là il y a un problème éthique qui est majeur.

le média de Mike 3,55 k abonnés Nous avons l’honneur de recevoir le Pr Perronne Des questions lui seront posées Nous sélectionnerons quelques questions (pertinentes) dans le Tchat Partagez un max Merci

Source : Youtube

RÉACTION 19 contre attaque pour protéger les forces de l’ordre Françaises du vaccin obligatoire

Par : admin

Par Valérie Bugault|7 septembre 2021

Chers compatriotes,

Devant l’inanité et l’incompétence notoire de l’équipe qui sert de gouvernement à l’aFrance, un avocat remet les pendules à l’heure :

– l’instruction étendant la “vaccination” obligatoire aux militaires est nulle, notamment pour vice de forme (incompétence de son auteur) ;

– la note expresse émanant du Directeur Général de la gendarmerie Nationale qui s’appuie sur l’instruction précitée, entachée d’incompétence, est nulle car non fondée en droit et entachée du vice d’incompétence depuis que la Gendarmerie est rattachée au ministère de l’intérieur.

Sur le fond du sujet concernant l’obligation d’injection d’un produit expérimental à vocation génétique :

Me. Carlo Brusa plaidera devant le Tribunal Judiciaire de Paris, le 21 octobre prochain, un référé suspension afin de faire ordonner la suspension de cette injection dans la mesure ou les produits litigieux ne sont pas ceux visés par l’AMM, laquelle est donc nulle.

Rappelons enfin que l’AMM litigieuse était donnée à titre conditionnelle, en raison du fait qu’il n’existe aucune donnée de long terme sur l’efficacité et la sécurité des produits injectés (https://ansm.sante.fr/dossiers-thematiques/vaccins-autorises).

Dans ce contexte, aggravé par l’opacité de la composition réelle des produits injectés, rendre obligatoire l’injection est un viol de la convention d’Oviedo, du

Code de Nüremberg, du serment d’Hippocrate, ainsi que de tous les articles des Codes civil (art. 16-1, 16-2, 16-3), pénal (notamment art. 222-15), de la santé public (notamment art. L. 1111-4) et de déontologie médicale (art. 36 qui exige le consentement du patient) qui protègent les personnes contre toute atteinte, volontaire ou par manque de discernement ou de respect du principe de précaution, à leur intégrité physique par des médecins ou autres détenteurs de l’autorité publique.

Nous précisons ici que la liste des traités internationaux, des codes internes et des articles protecteurs de l’intégrité physique est uniquement indicative, en aucun cas exhaustive.

Valérie Bugault

Source : Valérie Bugault

Une fiche distribuée au centre de vaccination de Quimper au cœur d’une polémique

Par : admin

Publié le 25 août 2021 à 06h00

La fiche d’information sur le vaccin Pfizer du centre de vaccination de Quimper fait polémique. (Le Télégramme/Enora HEURTEBIZE)

INFO LE TELEGRAMME. Une fiche d’information distribuée au centre de vaccination de Quimper est au cœur d’une polémique. Elle fait tousser certains médecins et antivax. L’ARS Bretagne a fait retirer le document.

1 Quel est le document contesté ?

Il s’agit d’une fiche « d’information du patient » contenant les connaissances « disponibles à ce jour sur le produit Pfizer » : efficacité, effets secondaires, durée de l’immunité, protection… Édité par les professionnels du centre de vaccination de Quimper, le document est distribué depuis quatre mois aux personnes venant se faire administrer la solution, en plus de la fiche d’informations médicales. Les personnes sont invitées à signer le document, qui doit être remis au médecin vaccinateur avant l’injection.

La fiche d’information sur le vaccin Pfizer distribuée au centre de vaccination de Quimper. (DR)

2 Qu’est-ce que reprochent les médecins ?

Des médecins non-bretons se sont agacés du contenu de la fiche, a appris Le Télégramme. « Elle contient de nombreuses approximations de nature à inciter un patient venu se faire vacciner à faire demi-tour », s’insurge le docteur Michaël Rochoy, chercheur en épidémiologie et membre du collectif « Du côté de la science ».

Il pointe par exemple la première ligne du document : « Mettre que le vaccin a bénéficié d’une autorisation de mise sur le marché conditionnelle en gras ou qu’il est déployé dans sa phase 3 d’essai clinique, sans en préciser les raisons ou mettre davantage d’informations, ça donne l’impression que nous sommes des cobayes ».

Pour le médecin, tous les arguments médicaux listés doivent être plus nuancés, pour éviter de jouer « sur les craintes ». Il cite ainsi le dernier point du document, qui indique que « les effets secondaires à moyen et long terme ne sont pas connus à ce stade ». « Vu le suivi en cours depuis un an sur ces vaccins, il n’y a aucune raison, à ce jour, de penser qu’il y a des effets à long terme. Surtout, leur argument n’est pas contrebalancé avec le fait que les effets à moyen et long terme du SARS-CoV-2, comme le covid long, ne sont, eux, pas connus… »

D’autres points du papier posent également problème aux yeux du médecin, comme la recommandation de ne pas mélanger les différentes technologies vaccinales ou l’absence d’étude sur l’innocuité de la vaccination chez la femme enceinte et allaitante. « Il aurait fallu contrebalancer en disant que ‘la Haute Autorité de Santé a recommandé de faire une 2e dose en Pfizer/Moderna si la 1re était en AstraZeneca’ et que les premiers résultats sur les femmes enceintes sont rassurants jusqu’à présent », avance Rochoy.3 Qu’est-ce que reprochent les antivax ?

Des antivax, qui se sont résolus à aller se faire vacciner, s’agacent d’avoir été quant à eux obligés de signer un document avec lequel ils n’étaient pas d’accord. « Je me suis vu obligé de signer le document sans quoi le généraliste ne pouvait pas me faire piquer par l’infirmière », rapporte l’un d’eux. « Si l’on ne signe pas ce papier, il n’y a pas d’injection, donc pas de passe sanitaire et donc pas d’accès à la vie publique ».4 Quelle est la position du centre de Quimper ?

Face à la polémique, le centre de vaccination défend son document, en renvoyant vers la loi Kouchner de 2002. Ce texte prévoit que le patient doit avoir un « consentement libre et éclairé des actes et traitements qui lui sont proposés ».

Si un tel consentement « clair, loyal et approprié » est bien demandé s’agissant de la vaccination contre la covid-19, le ministère de la Santé dit qu’il est à recueillir qu’ « à l’oral par le professionnel de santé, (…) il n’est pas nécessaire de le confirmer par écrit ».

Or, selon le centre de Quimper, « à l’oral, il n’existe aucune preuve que le patient ait bien reçu toute l’information ». La fiche écrite et signée permet de l’inscrire dans le marbre, comme c’est le cas déjà pour les fiches d’informations avant les opérations chirurgicales.

Avec une telle pratique, le centre entend protéger son personnel vaccinateur si des réclamations sur effets secondaires des vaccins – et au consentement éclairé – venaient à être émises dans les prochaines années. Pour l’un des responsables, la crainte est d’autant plus réelle qu’il voit arriver ces derniers temps dans les vaccinodromes des populations agressives et hostiles aux soignants.5 Qu’a décidé l’ARS Bretagne ?

L’Agence régionale de Santé, qui se dit « très étonnée par le document », a demandé au centre de Quimper de retirer le papier polémique le 18 août dernier. « À ce jour, seule la fiche de renseignements médicaux doit effectivement être émargée dans le cadre de la vaccination », explique l’agence, qui suit la directive gouvernementale. « Tout autre document à titre informatif peut être distribué par les centres de vaccination bretons, mais ne peut nécessiter de signature ».

L’agence n’a pas souhaité se prononcer sur le contenu même du document. Elle indique néanmoins que « seules les informations officielles, diffusées par le gouvernement et le Ministère de la Santé et dont les mises à jour sont fréquentes, doivent être communiquées » aux futurs vaccinés.

À ce jour, la fiche contestée n’est plus distribuée à Quimper. Mais le centre n’a pas dit son dernier mot. Selon nos informations, il étudie actuellement toutes les voies possibles pour la remettre en place.6 Une décharge pour les médecins ?

Outre le contenu de la fiche, cette polémique relance le débat sur la responsabilité des soignants dans le cadre de la vaccination contre la covid-19. Le 23 décembre dernier, Olivier Véran s’était pourtant voulu rassurant. Dans un courrier adressé au président du Conseil National de l’Ordre des Médecins, il avait indiqué que les professionnels de santé ne seront pas tenus pour responsables « au motif qu’ils auraient délivré une information insuffisante aux patients sur les effets indésirables méconnus à la date de vaccination ». Ce sera l’État, « au titre de la solidarité nationale » via son fonds d’indemnisation, qui paiera en cas de dommages.

Source : Le Télégramme

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Un ami nous a fait parvenir un original de la fiche incriminée dans l’article du Télégramme. Nous vous invitons à lire attentivement cette Fiche en particulier les parties en gras….

Lire également :

Pfizer : l’ARS Bretagne interdit aux soignants d’informer les vaccinés

Pfizer : l’ARS Bretagne interdit aux soignants d’informer les vaccinés

Analyse de l’accord-cadre de la Commission européenne pour l’achat de vaccins : L’exemple du contrat passé avec Pfizer-BioNtech par Olivier Frot Docteur en droit public

Par : admin

Par Valérie Bugault|7 septembre 2021|

Voici une excellente étude juridique réalisée par Olivier Frot, Docteur en droit public, concernant l’analyse de certains contrats (les principaux) d’approvisionnement en “vaccins” signés par la Commission Européenne pour le compte des États.

Cette étude montre le caractère extrêmement litigieux de ces contrats au regard de toutes les règles de droit, y compris européennes, existantes. Par ailleurs, si le droit applicable auxdits contrats est le droit Belge, il semble légitime de se poser la question de la licéité de cette attribution de compétence exclusive dans la mesure où :

  • les commandes sont effectuées directement par les EM et que s’applique toujours le droit belge,
  • ce sont, expressément, les États membres qui ont délégué la Commission à l’effet de la signature desdits contrats. Les contrats litigieux ne devraient-ils pas respecter le droit interne de chacun des États alors que les commandes et les livraisons sont effectuées directement par les États membres;
  • ce sont les contribuables de chacun des États qui payent la facture et que par ailleurs
  • la responsabilité juridique de chacun des États est expressément engagée en cas de survenue d’un dommage sur les “vaccinés” ?

Valérie Bugault

>>> CONSULTEZ ou TELECHARGEZ la VERSION COMPLETE de l’étude  <<<

Sources : EU vaccine strategy :  https://ec.europa.eu/info/live-work-travel-eu/coronavirusresponse/public-health/eu-vaccines-strategy_en

Résumé non technique :

Nous sommes en présence d’une forme contractuelle très originale et inhabituelle en matière de marchés publics, un Advance Purchase Agreement (APA), que l’on pourrait traduire par accord d’achat d’avance, forme inconnue du rédacteur avant cette étude et non prévue dans les textes régissant les marchés publics passés par la Commission européenne, donc ayant été créée pour l’occasion (1).

Les conditions de passation de ces contrats (publicité, appels à candidatures éventuels, négociation) ne sont pas connues.

Ces contrats, rédigés exclusivement en anglais difficile à lire, ne concernent pas tous les industriels ayant proposé un vaccin anti-Covid 19, on ne sait même pas s’il y a eu la moindre mise en concurrence ni sur quels critères la Commission (et l’EMA chargée de la validation sanitaire) ont choisi ces contractants et leurs produits.

Ce contrat est léonin, en faveur du contractant. Le contractant est exonéré de toute responsabilité en matière d’effets secondaires indésirables de ses traitements, cette responsabilité étant exercée par les États membres, les conditions d’indemnisation ayant été récemment revues en France (au détriment des intérêts des victimes).

Les produits sont fabriqués sur le territoire de l’UE (en Allemagne), pour Pfizer. La société est domiciliée aux USA (Delaware) mais dispose de filiales dans plusieurs pays de l’UE (dont la France) et les flux financiers seront encaissés dans une banque irlandaise.

Les autres contrats n’ont pas été analysés, mais il convient de souligner que seuls les contrats Pfizer et Moderna sont lisibles, tous les autres présentent des parties importantes entièrement biffées (notamment, tout ce qui concerne les quantités, les prix, la responsabilité et la propriété intellectuelle).

Pour les seuls Pfizer et Moderna, la Commission s’est engagée sur l’achat de 460 millions de doses pour un montant total de respectivement 4,85 milliards d’euros et 3,6 milliards de dollars. Elle a versé une avance substantielle (plus d’un milliard d’euros), le solde restant à la charge des États membres.

Olivier Frot

(1) Communication n°245/CE du 17 juin 2020 : https://eur-lex.europa.eu/legalcontent/EN/TXT/?uri=CELEX:52020DC0245

>>> CONSULTEZ ou TELECHARGEZ la VERSION COMPLETE de l’étude  <<<

Sources : EU vaccine strategy :  https://ec.europa.eu/info/live-work-travel-eu/coronavirusresponse/public-health/eu-vaccines-strategy_en

Source : Valérie Bugault

Rentrée scolaire : un candidat citoyen demande à Mr Blanquer de stopper toute vaccination sur nos enfants

Par : admin

Comment organiser la rentrée scolaire en plein cœur de la quatrième vague épidémique ? Si tous les élèves, vaccinés ou non, vont être accueillis dans les écoles, collèges et lycées (source), le nouveau protocole sanitaire mis en place par le Ministre de l’Education pourrait avoir un lourd impact sur la santé des enfants.

En effet, dès 12 ans, ils seront fortement incités à se faire vacciner (source).

En cas de cas positif dans une classe, les enfants non-vaccinés devront s’isoler chez eux pendant 7 jours et suivre les cours à distance.

En parallèle, et c’est ce qui pose vraiment problème, 6 000 à 7 000 centres de vaccination ou barnums seront mis en place dans les établissements scolaires ou a proximité. Il y en aura donc autant, ou presque, qu’il y a d’écoles, de collèges et de lycées. Un système de navettes sera même proposé pour conduire si besoin les enfants vers les centres de vaccination.

Cette organisation est loin d’être anodine. En juin dernier, le Comité national d’éthique avait déjà alerté sur le faible recul quant à la “sécurité de ces nouveaux vaccins chez l’adolescent” (source). Aujourd’hui, de nombreux arguments vont à l’encontre de la vaccination des enfants, à commencer par la situation en Israël : alors qu’il est massivement vacciné, ce pays subit pourtant aussi une 4e vague (source).

Dans ce contexte, Gilles Lazzarini a envoyé un courrier et a réalisé une vidéo pour interpeller Mr Jean-Michel Blanquer et lui demander, au nom de la plupart des parents et des enfants de France, de retirer dans les meilleurs délais cette disposition ou tout projet déguisé de vaccination sur les enfants.

Lui-même père de famille, le candidat-citoyen à la prochaine présidentielle, via son Parti Politique pour la Paix et la Protection de la Planète – P5, prône le retour aux vraies valeurs et une politique transparente et citoyenne pour 2022.

Voici le lien de sa vidéo d’interpellation de Mr Blanquer :

https://player.vimeo.com/video/592041201?app_id=122963&h=5ff148dad6

Agir dès maintenant pour éviter un Covid-Gate

Attention à ce que le remède ne soit pas pire que le mal ! Les données scientifiques actuelles imposent d’appliquer le principe fondamental de précaution en refusant la vaccination des enfants.

Il y a au moins 8 informations capitales qui doivent interroger et inciter à la prudence :

  • Les vaccins n’empêchent plus les contaminations : l’exemple d’Israël, de l’Angleterre ou de l’Islande remet en cause le principe de se vacciner soi-même pour protéger les autres ;
  • Les vaccins baissent en efficacité au fur et à mesure des variants (source) ;
  • Les vaccins ont des effets secondaires en train d’être répertoriés, dont certains s’avèrent graves ;
  • L’immunité naturelle est bien meilleure et bien plus durable que l’immunité vaccinale ;
  • Vacciner les enfants revient à les priver de cette immunité naturelle, valable pour plusieurs variants et plus durable, peut-être même pour d’autres pandémies ;
  • Aucune prise de sang préalable pour vérifier le niveau d’immunité des enfants n’a été prévue, alors qu’ils sont déjà peut-être protégés par un taux d’anticorps suffisant ;
  • Les enfants ne font pas partie de la population à risque et ne sont pas concernés par la majorité des décès liés au covid ;
  • La balance bénéfice-risque pour les enfants plaide très largement en la faveur d’une non-vaccination.

Pour Gilles Lazzarini, la campagne poussant à la vaccination des enfants est donc totalement infondée. En interpellant le Ministre de l’Education, loin de vouloir alimenter les polémiques stériles, il s’inscrit plutôt dans une démarche constructive visant à éviter des conséquences préjudiciables pour la santé des enfants.

Avoir une vision à long terme et une stratégie cohérente

Loin d’être un anti-vaccin, Gilles Lazzarini préconise d’augmenter avec pédagogie le niveau de vaccination des personnes à risques.

Il recommande également de ne plus se cantonner à une approche court-termiste. Le domaine fondamental de la santé implique de mettre en place des actions ambitieuses.

Concernant la stratégie vaccinale, il faudrait a minima :

  • Construire un centre national regroupant nos meilleurs médecins et chercheurs afin qu’ils réfléchissent à de nouveaux vaccins et aussi à de nouveaux traitements protecteurs précoces ;
  • Contrôler quotidiennement le niveau de réponse des vaccins face à l’évolution du virus et de ses variants.

Le sujet de la restructuration en profondeur de notre système de santé doit être mis sur la table.

Pour le parti P5, la restructuration en profondeur de notre système de santé doit donc être une priorité nationale.

Cela suppose notamment :

  • De mettre en place des procédures strictes et des industries (masques, tenues, tests, lits, matériels, etc…) pour devenir autonomes et efficaces face aux prochaines crises ;
  • De procéder à une meilleure répartition des lits dans tous les territoires, inspirée du modèle allemand ;
  • De posséder des lieux de stockages de matériels médicaux par région, pour faire face aux épidémies ou aux autres crises majeures ;
  • De mettre en place un plan national sur les hôpitaux et le personnel soignant (conditions, salaires, emploi du temps, primes, maternités, pénibilité, etc…), ainsi qu’une refonte des Services des Urgences ;
  • D’avoir une politique d’accompagnement humaniste et digne pour les personnes âgées.

Gilles Lazzarini, le seul candidat-citoyen démocrate aux élections présidentielles de 2022

Gilles Lazzarini est le fondateur du P5, le Parti Politique pour la Paix et pour la Protection de la Planète. Animé par la volonté de « construire ensemble le monde de demain au travers d’une France nouvelle », il a annoncé officiellement sa candidature à l’élection présidentielle de 2022.

    “Je défendrai avec force toutes les initiatives en faveur de la vie, du bon sens et de nos valeurs, du bon développement de nos générations futures et de la consolidation de notre pays et de nos libertés face au délitement général !”

Niçois et père de 3 enfants, Gilles Lazzarini est un ancien informaticien IBM, devenu depuis homme d’affaires.

Cet entrepreneur ni de droite, ni de gauche, passionné par les sciences, la planète et la politique est très attaché à la France et aux valeurs de la République :

la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, trois valeurs trop souvent écartées, année après année, au profit d’un néolibéralisme fou et destructeur de la santé, de l’environnement et de l’humanité.

Convaincu qu’il est encore possible de changer les choses, Gilles Lazzarini a d’ailleurs été candidat au poste de Ministre de l’Ecologie à la suite de la démission de Nicolas Hulot en 2018.

Il est également le fondateur de l’OMPE (https://www.ompe.org : Organisation Mondiale pour la Protection de l’Environnement), une association créée en 2013, qu’il préside toujours aujourd’hui.

L’OMPE est une des premières associations au monde à alerter au niveau global sur les pollutions, la perte de notre biodiversité, le réchauffement climatique, les plastiques, les pesticides, les feux de forêt, les virus, etc. Elle soutient également l’affaire du siècle.

L’OMPE se veut être l’un des premiers centres au monde en “Recherche et Développement” pour la protection de l’humain et de la planète, au travers de nombreuses solutions technologiques innovantes et révolutionnaires.

Aujourd’hui, les valeurs d’authenticité et de citoyenneté défendues par Gilles, ainsi que son parcours professionnel (entrepreneur, ex-salarié, ancien représentant CGT et CFDT) et associatif (association de quartier, ex-capitaine et président de club de foot et de tennis, fondateur de l’OMPE…), font que son profil de citoyen expérimenté est en parfaite adéquation avec les attentes des Français pour l’élection présidentielle de 2022 !

Pour en savoir plus

La lettre envoyée à Jean-Michel Blanquer : https://www.relations-publiques.pro/wp-content/uploads/2021/08/Au-Ministre-de-l-Education.pdf

Site web : https://www.pcinq.org

Facebook : https://www.facebook.com/gilles.lazzarini

Instagram : https://www.instagram.com/gilleslazzarini/

LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/gilleslazzarini/

Contact presse

Gilles Lazzarini

Mail : gilles.lazzarini@pcinq.org

Tél : 06 14 91 30 32

Gilles Lazzarini candidat surprise élection présidentielle 2022

Des FOUS dans l’arène…

Par : admin

Depuis quelques temps notre ami RIEN nous manquait, lui qui d’un RIEN nous amenait à la réflexion.

Aujourd’hui qu’il nous revient nous constatons qu’en fait ses publications n’étaient pas RIEN car il nous a un RIEN manqué…

Merci à RIEN pour ce retour !

Signé : RIEN

Réponse astucieuse d’un parent aux autorités pro-toxin.

Par : admin

Une idée de courrier  de type arroseur arrosé,  à soumettre aux parents désemparés à la réception d’injonctions vaccinales de la part des autorités académico-sanitaires.
——————

Bonjour,

J’ai reçu, il y a 48 heures, comme de nombreux parents, une invitation à faire vacciner mon enfant avant la rentrée scolaire. Cette invitation est accompagnée d’un courrier cosigné du Recteur et du Directeur de l’ARS…le contenu de ce courrier m’a affligée. Mais ce n’est que la suite (il)logique de ces 18 derniers mois…

Et après avoir tourné plusieurs réponses possibles dans mon cerveau en alerte, j’ai envoyé la réponse qui suit (de façon anonyme pour ne pas stigmatiser mon enfant…).

________________________________________________________________________________

Madame, Monsieur,

Je vous remercie vivement pour cette invitation à faire vacciner mon enfant. C’est beaucoup plus appréciable qu’une obligation vaccinale comme se permettent d’en envoyer certains employeurs du privé. Je retrouve là tous les motifs de mon attachement au service public qui sait raison et décence garder.

Je répondrais volontiers favorablement à votre invitation car si cela ne tenait qu’à moi, il y aurait bien longtemps que mon enfant serait vacciné. Hélas cet adolescent refuse catégoriquement cette vaccination salvatrice. Je suis désemparé quand il m’affirme que le vaccin n’en est pas un, qu’il est toujours en phase expérimentale, qu’il ne protège ni de la transmission, ni de la contamination et que la balance bénéfices/risques est défavorable pour sa tranche d’âge. Je me demande où il va chercher tout ça !

Il ose prétendre que ces données sont disponibles sur enfance-libertés.fr ou sur d’autres sites complotistes comme toutvabien44.fr ou Réinfocovid. Il a même lu un article sur anthropo-logiques.org qui démontre que la Suède qui n’a ni confiné, ni imposé le port du masque à son peuple s’en trouve très bien aujourd’hui.

Je trouve très grave que des jeunes soient exposés à des informations aussi dangereuses, mais en tant que parent je n’arrive pas à contrôler les risques d’internet.

Je vous l’ai dit, je suis désemparé. L’ambiance à la maison est devenue infernale.

Quand je tente de le raisonner en disant que ce qu’il avance, c’est tout l’inverse de ce que je vois à la télévision, il ricane. J’ai bien essayé de le menacer concernant le risque d’éviction scolaire si un petit camarade choppe un rhume avec PCR positif, ou bien se retrouve avec ce même test positif en dépistage avant une sortie scolaire…Mon adolescent est intraitable ! Il ose rétorquer que sur le plan juridique il s’agit de discrimination ! Et que c’est un crime qui est puni par la loi.

Alors j’ai besoin de votre aide en urgence pour régulariser sa situation. Je ne souhaite qu’une chose, qu’il accepte le vaccin et rentre dans le rang.

Pourriez-vous m’adresser les documents scientifiques qui permettent de démentir le délire complotiste de mon enfant ? Je ne trouve pas ces informations dans le courrier cosigné par Monsieur le Recteur et Monsieur le Directeur de L’ARS.

C’est regrettable. Je n’ai aucun argument solide pour faire obéir cet adolescent qui est si exigeant sur le plan intellectuel. Seuls des documents scientifiques sourcés et indépendants sauraient le convaincre.

Dans l’attente anxieuse de votre réponse, je vous d’agréer Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations distinguées.

Un parent au bord de la crise de nerf


Voir également le Kit Parents à télécharger ci-dessous

Maître FUELLMICH à voir absolument !!! enquête !

Par : admin

Rumble — Merci à France Soir !
L’article ici : https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/debriefing-reiner-fuellmich-ce-nest-pas-un-accident

Il y a deux erreurs de traductions concernant les chiffres, veuillez m’excuser pour cette négligence :

A 17:55 & 18:18, concernant le nombre de décès post-vaccinaux, ce n’est pas 450 & 5000 mais 45000 et 500 000.
A 22:46, concernant le nombre d’employés municipaux, ce n’est pas 600 & 3000 mais 60000 & 30000

Source : Rumble

L’obligation vaccinale pousse les soignants à la démission, entraîne une aggravation des déserts médicaux

Par : admin
85% des Français de 18 ans et plus ont reçu au moins une dose de
vaccin au 26 août 2021

Le passe, instrument d’aggravation d’une catastrophe sanitaire annoncée

L’état pitoyable actuel de la France n’est pas dû au virus (1) mais avant tout aux mesures prétendument sanitaires qui nous été imposées pour, soi-disant, éviter la submersion du système hospitalier.

Mais si cette excuse pouvait tromper certains au début de la crise, elle n’est plus crédible aujourd’hui. En effet le répit du confinement n’a pas été utilisé pour renforcer nos hôpitaux ou tenter de diminuer le nombre des déserts médicaux. Au contraire, il a abouti à la détérioration de la situation des soignants tant à l’hôpital qu’en ville et, à la prochaine crise, nous risquons une fois de plus de payer les conséquences de la politique sanitaire autoritaire et toxique du gouvernement.

La casse du système hospitalier s’est aggravée pendant la crise

La détérioration de notre système de santé n’est pas nouvelle et ne doit pas être imputée au seul gouvernement Macron qui y a fortement contribuée. Elle a commencé il y a plus de 20 ans avec la bureaucratisation autoritaire progressive (création de l’école de la santé de Rennes et des agences régionales de la santé) et une gestion purement financière de réduction des coûts.

La gestion des hôpitaux qui relevait jusqu’alors des élus (les maires) sensibles aux besoins de leurs administrés/ électeurs a été confiée à des fonctionnaires non-médecins avant tout désireux de plaire à leur hiérarchie. En vingt ans nous sommes passés, dans toutes les enquêtes internationales, du premier rang mondial pour la qualité du système de distribution des soins à plus du vingtième.

Depuis plus de cinq ans la misère des hôpitaux est criante avec des services de réanimation incapables de répondre aux crises saisonnières de bronchiolite des nourrissons, imposant de nombreux transferts inter hôpitaux et la multiplication des décès de malades durant d’interminables attentes (parfois 6 à 8 heures) de consultation aux urgences. Les soignants ont crié à l’aide, protesté, fait grève(2), manifesté et n’ont reçuen réponse que répression brutale, gaz lacrymogènes et projectiles de LBD.

La crise du Covid aurait dû permettre d’inverser la politique de santé en mettant les soins aux malades au premier rang des priorités ; il n’en a rien été.

Le ministère aurait dû renforcer les possibilités d’accueil de l’hôpital, mais il a continué à fermer des lits, dans toute la France, y compris de réanimation, diminution qu’il a simplement tenter de camoufler en modifiant les qualificatifs des services de réanimations. Il a fermé des lits, des services et des hôpitaux (tels à Paris l’hôtel-Dieu et le Val de grâce) préférant réaliser des opérations immobilières juteuses que répondre aux besoins de la population.

Il aurait dû renforcer les services d’urgence débordés (en grève bien avant le covid) et en réouvrir où ils manquaient. Mais aucune des revendications du personnel soignant n’a été satisfaite, le ministère arguant la pénurie de soignants pour ne rien faire.

Il aurait pu attirer les soignants par des salaires décents et la réduction des harcèlements bureaucratiques permanents. Il n’a pas augmenté les salaires, mais seulement octroyé quelques primes avec parcimonie et il a aggravé le harcèlement de la hiérarchie en retirant aux soignants le droit d’expression sous peine de sanction pouvant aller jusqu’à l’exclusion professionnelle.

Au total, la poursuite de cette politique a réduit le nombre des soignants par million d’habitants et a démotivé les survivants par l’autoritarisme ubuesque de la hiérarchie administrative sous la pression constante des ARS.

Un investissement d’une dizaine de milliards dans l’hôpital aurait rendu celui-ci prêt à affronter les possibles retours d’une épidémie ou d’autre problèmes sanitaires. Il aurait évité les confinements et autres mesures autoritaires inefficaces qui ont cassé l’économie et pourri la vie quotidienne des Français. Ces mesures médicalement injustifiées et délétères ont déjà couté 400 milliards, entraîné une chute de plus de 8% de notre PIB, aggravé considérablement la dette publique et nuit à l’enseignement des scolaires et universitaires hypothéquant leur avenir et celui du pays, car la qualification de la main d’œuvre est un des moteurs de son attractivité.

La casse de la médecine de ville a atteint des sommets durant la crise

La mise à l’écart des médecins de ville lors d’une épidémie est un précédent historique. Elle a commencé par une campagne de négation de l’utilité du médecin traitant « en cas de possible maladie, ne consultez pas votre médecin traitant, allez directement à l’hôpital ».

Elle s’est poursuivie par une interdiction inédite de prescription d’un médicament (chloroquine) pourtant connu pour son innocuité et sa vente sans ordonnance depuis plus de 50 ans.

Puis le ministre a dicté leur ordonnance à la place des médecins pour les formes bénignes (Doliprane) et pour les formes graves des ainés en Ehpad (Rivotril), alors qu’aucun de ces traitements ne pouvait agir contre le covid et que tous deux étaient potentiellement dangereux et en particulier létal en cas de problèmes respiratoires et d’ailleurs contre-indiqué dans cette situation.

Le ministre a inventé le délit de prescription des médicaments susceptibles d’être efficace contre le covid et a incité le conseil de l’ordre pour qu’il interdise d’exercice les médecins qui guérissaient les malades en les utilisant et avaient tort de le dire

Puis le ministre a inventé le délit d’opinion contre les médecins qui ne répétaient pas exactement le crédo officiel et stimulé le conseil de l’ordre pour qu’il interdise d’exercice ceux qui ne respecteraient pas cette censure.

Pour avoir seulement parlé, de nombreux médecins ont été harcelés, démis de leurs fonctions ou chassés de leur poste

Les médias, les majors d’internet et les gouvernants ont établi une censure féroce des informations susceptibles de nuire à la religion covidiste, empêchant ainsi tout débat scientifique et démocratique sur leurs mesures délétères.

Le ministre a violé le secret médical en demandant à la sécurité sociale de dresser les listes des personnes non vaccinées et de les envoyer au médecin de leur domicile.

Et tandis que le conseil de l’ordre pourchassait les médecins trop peu soumis au lieu de défendre l’indépendance de la médecine, le droit de prescrire un traitement individualisé à chaque malade ou le secret médical, aucun syndicat de soignants ne se manifestait pour dénoncer ces dérives.

Respecter le serment d’Hippocrate expose le médecin aux foudres du ministère et du conseil de l’ordre

Les soignants jadis héros, maintenant boucs émissaires.

Au lieu de reconnaître que les pseudo vaccins actuels sont trop peu efficaces et, que l’immunité vaccinale anti-covid est un leurre inatteignable(3), le ministère préfère désigner les soignants comme responsables de la prolongation de l’épidémie de covid parce qu’ils refuseraient de se vacciner. Lui qui les avait encensés et qui demandait à la population de les applaudir le soir et qui leur avait même proposé une médaille, les accuse maintenant sans aucun fondement scientifique. Car les pseudo vaccins actuels, trop peu efficaces, ne permettent ni de protéger de la maladie, ni de la transmission et les vaccinés malades portent autant, voire plus de virus que les non vaccinés.

La vaccination de la totalité des soignants ne permettrait donc ni de les protéger, ni de protéger les malades, ni leurs contacts.

Les soignants ne sont pas des antivax. Beaucoup d’entre eux font partie des tout premiers vaccinés. Les complications immédiates à l’injection en ont d’ailleurs obligé tellement à se mettre en arrêt de travail que la haute autorité de santé a conseillé de ne plus vacciner en même temps tout un service pour éviter qu’il ne ferme.

Les soignants sont mieux informés que la population de l’efficacité totalement insuffisante des pseudo vaccins actuels et de leurs complications dont ils ont vu beaucoup arriver aux urgences. Au moins deux soignants en parfaite santé sont morts après une vaccination covid (un interne en médecine de Nantes et un aide-soignant de la côte d’azur). C’est pour cela qu’ils ne veulent pas se laisser injecter ces traitements expérimentaux et qu’ils attendent de vrais vaccins et les publications des résultats définitifs des essais en cours.

Plusieurs médecins l’expriment clairement sur medisite(4).

Pr Gayet infectiologue : Je suis ‘pro vaccin’ de manière générale. J’ai d’ailleurs fait beaucoup plus de vaccin que la moyenne de la population : je suis vacciné contre la rage, la fièvre jaune, la méningite…. Or, concernant les vaccins contre la Covid-19, j’ai encore des réticences. »

Raymond Betzinger, médecin généraliste « Je ne souhaite pas être vacciné contre la Covid-19. Parce que nous n’avons pas assez de recul par rapport aux effets du vaccin et les gens qui se font vacciner actuellement servent de cobayes. En général, la préparation d’un vaccin demande 10 ans et là, nous avons seulement 6 mois de recul : ce n’est pas suffisant ».

Une catastrophe sanitaire annoncée

Les soignants sont déjà en nombre insuffisant. Vouloir leur imposer des pseudo vaccins qu’ils savent peu efficaces et dangereux sous le prétexte de protéger les autres ne passe pas. Continuer à vouloir leur imposer ce traitement expérimental prépare une catastrophe sanitaire par disparition du personnel.

L’obligation « vaccinale » va aggraver les déserts médicaux.

Il y avait déjà peu de candidats médecins pour s’installer dans des zones où les autres services publics ont disparu ; la perte de liberté de prescription lors de la crise Covid et l’obligation d’injection d’un traitement soi-disant préventif dont ils connaissent l’inefficacité et les risques risquent d’en dissuader quelques-uns de plus.

D’autant que des médecins près de la retraite ont déjà décidé de la prendre de manière anticipée plutôt que d’accepter un ukase illogique et dangereux.

Catherine Dubien est médecin généraliste-acupuncteur à Montbrison depuis 28 ans vient de prendre la décision d’arrêter d’exercer à cause de l’application du pass sanitaire à partir du 15 septembre(5).

« Mais je ne me bats pas pour moi, même si je suis morte de trouille. Si je me bats aujourd’hui, c’est pour avoir un monde où mes enfants puissent circuler librement. Ils ont la vingtaine. Si je baisse les bras, je ne pourrai jamais les regarder en face. Le pass sanitaire va s’installer dans le temps. Depuis 2015, les lois liberticides ne disparaissent jamais. »

Connaissez-vous d’autres soignants qui vont faire comme vous ?

« Oui. Il y a eu une jeune femme médecin en Ehpad qui a été suspendue. Une jeune kiné de Montbrison est aussi dans ce cas. Je connais également des infirmiers qui ne pourront pas avoir leur diplôme. Je retrouve des gens en larmes.

Au départ, les soignants n’y ont pas cru. Ils ont bossé pendant la première vague et maintenant, on les traite de monstres. Ils sont trop maltraités. Le gouvernement veut les mettre à genoux, la rue ne va pas accepter ça. Je ne vois que cette solution, mais tout en restant unis dans la bienveillance. »

L’obligation vaccinale va aggraver la fuite du personnel hospitalier

Et de nombreux hôpitaux vont manquer davantage de personnel (6)

« De nombreux établissements hospitaliers ont joué avec le feu en faisant déferler une violence patronale inouïe pour forcer les personnels à se vacciner massivement. Souvent, les responsables d’équipes ont illégalement interpelé les non-vaccinés en réunion d’équipe pour les sommer de s’expliquer dans un climat d’humiliation relevant du harcèlement moral.

Très souvent, notamment devant des agents hospitaliers démunis face à ces pressions, les établissements ont annoncé des licenciements secs, sans indemnité et sans droit à chômage pour tous ceux qui refusaient de se vacciner. Dans l’immense majorité des cas, les organisations syndicales n’ont pas levé le petit doigt pour les défendre. »

Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, a mis en garde contre une possible “catastrophe sanitaire” dans les hôpitaux, si “5 ou 10 % du personnel s’en va” en raison de l’obligation vaccinale ». ” J’ai fait remarquer que même si 5 ou 10 % des salariés de la santé ne se faisaient pas vacciner et quittaient (leur poste), les hôpitaux ne tournaient plus.

La CGT-Santé a appelé à manifester le 14 septembre contre l’obligation vaccinale et les sanctions(7) qui s’appliqueront à partir du 15 aux personnels des hôpitaux et des Ehpad qui ne s’y conformeront pas.

Une caisse de grève pour soutenir les soignants qui refusent de se faire vacciner devrait prochainement voir le jour à l’initiative du groupe des Soignants en résistance, qui compte 52.000 membres. Un premier sondage réalisé auprès de ses membres montre qu’une écrasante majorité des répondants affirme sa détermination à aller “jusqu’au bout” de sa démarche de refus.

Pourquoi le gouvernement s’entête-t-il à imposer une mesure que tous les experts jugent maintenant inefficace contre la maladie et sa transmission à du personnel soignant bien informé et dont les vaccinés se définissent aujourd’hui comme les « malgré nous »(8) de la pseudo vaccination.


1 L’épidémie de grippe asiatique de 1958 a entraîné le même nombre de victimes mais le gouvernement de l’époque s’est efforcé de ne « pas ajouter l’hystérie à l’épidémie » et la crise s’est terminée sans mesures autoritaires, ni conséquences économiques, ni psychologiques

2 https://www.francetvinfo.fr/sante/hopital/hopitaux-en-greve-le-ras-le-bol-des-soignants_2412669.html

3 Comme l’a fait l’OMS

4 https://www.medisite.fr/coronavirus-covid-19-confessions-de-trois-medecins-qui-refusent-le-vaccin.5612575.806703.html

5 Elle arrête la médecine à cause du pass sanitaire : « On me l’impose » Le Progrès 14 aout 2021

6 https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/09/04/face-a-lobligation-vaccinale-ces-grands-hopitaux-qui-reculent-faute-de-personnels/

7 https://www.20minutes.fr/sante/3114215-20210901-vaccination-obligatoire-soignants-cgt-appelle-manifester-mardi-14-septembre

8 Reprenant ainsi le qualificatif des alsaciens lorrains enrôlés de force dans la Wehrmacht par les nazis et envoyés majoritairement sur le front de l’est.

Source : Economie matin

Attentats du 13-Novembre : cinq mystères à éclaircir

Par : admin
Le procès des attentats du 13-Novembre, la plus grande audience criminelle jamais organisée en France, doit s’ouvrir ce mercredi dans l’historique palais de justice de Paris, sous sécurité maximale dans un contexte de menace terroriste toujours élevée. (Photo AFP)

Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s’ouvre, ce mercredi, à Paris. En quatre ans, policiers et magistrats ont bouclé une enquête inédite qui éclaire la préparation et la réalisation des pires attaques commises sur le sol français mais des zones d’ombre subsistent.

1 Quelle a été l’implication des planificateurs, logisticiens, convoyeurs et intermédiaires ?

La cour d’assises spéciale de Paris juge, à partir de ce mercredi, 20 accusés, dont Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos téléguidés par le groupe État islamique (EI) qui ont fait 130 morts et 350 blessés à Saint-Denis et Paris. Autour de lui, les enquêteurs sont parvenus à identifier planificateurs, logisticiens, convoyeurs et intermédiaires. Le procès permettra-t-il de préciser leur implication ? « Dans le box, on va se trouver avec des accusés qui ont eu une part extrêmement importante dans les faits. Il ne faut pas se polariser sur le seul Salah Abdeslam », souligne l’ancien procureur de Paris, François Molins. « Il reste des zones d’ombre dans toutes les enquêtes terroristes (…) mais nous avons des éléments qui permettent de comprendre l’organisation, les préparatifs, le déroulement », abonde l’actuel procureur antiterroriste, Jean-François Ricard.

Le gigantesque dossier de 542 tomes déborde, en effet, d’un « nombre considérable de scellés » constitués sur les lieux des attentats, dans les trois voitures des assaillants et leurs « logements conspiratifs » en France et en Belgique, avec des recherches systématiques d’empreintes digitales et de traces génétiques, selon les documents consultés par l’AFP.2 Quel a été le rôle exact de Salah Abdeslam ?

L’enquête a retracé le parcours des assaillants « entre l’été 2014 et les attentats. La chronologie et le rôle de chacun sont bien établis », notent des connaisseurs de l’affaire. Mais, là aussi, certaines questions restent sans réponse. À commencer par le rôle exact de Salah Abdeslam, 26 ans à l’époque. Depuis cinq ans, il oppose aux juges français un silence obstiné. Ses seules explications, sommaires, ont été réservées à une magistrate belge, juste après son interpellation, en mars 2016.

Selon ses affirmations, le soir du 13 novembre 2015, il dépose les trois « kamikazes » au Stade de France où ils se feront exploser. Puis, il roule au hasard, gare sa voiture – « quelque part, j’ignore où », dit-il, alors qu’elle sera retrouvée dans le XVIIIe arrondissement de Paris – et prend le métro. Il en ressort, deux stations plus loin, et rejoint la banlieue sud, où deux comparses belges le récupèrent le lendemain matin. L’homme s’est débarrassé de son gilet explosif dans une rue de Montrouge (Hauts-de-Seine). « Lors des attentats, j’avais une ceinture d’explosifs. Toutefois, je n’ai pas voulu la faire exploser », avance-t-il devant la magistrate belge. C’est tout.

Dans sa revendication, l’EI a mentionné le XVIIIe arrondissement comme un des lieux ciblés par le commando. Et dans un ordinateur, les enquêteurs ont déniché un organigramme avec un dossier intitulé « groupe métro ». Pour les juges d’instruction, Salah Abdeslam a pris le métro pour y commettre un attentat mais sa ceinture explosive, défectueuse, n’a pas fonctionné.

Dans le même organigramme figurait un dossier « groupe Schipol », du nom de l’aéroport d’Amsterdam.

La présence dans la ville néerlandaise, le soir du 13 novembre 2015, de deux membres de la cellule belge, Sofien Ayari et Osama Krayen, a convaincu les enquêteurs qu’un attentat était planifié à Schipol. Pourquoi n’a-t-il pas été mis à exécution ?3 Le « grand mystère » Abaaoud

L’autre « grand mystère » du dossier, selon un de ses connaisseurs, tourne autour d’Abdelhamid Abaaoud, le « chef opérationnel » des commandos tué lors de l’assaut du Raid, à Saint-Denis, le 18 novembre. L’apparition de ce Belgo-Marocain de 28 ans sur les caméras de vidéosurveillance d’une station de métro de l’Est parisien, baskets orange aux pieds et accompagné d’un complice, après avoir mitraillé les terrasses, estomaque les enquêteurs.

La « neutralisation » de cet homme – surnommé « Abou Omar » en Syrie, où il avait rejoint les rangs de l’EI, début 2013 – était pourtant « une priorité urgente » de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) depuis septembre 2015.

Alors que les services de renseignement le croyaient en Syrie, il a regagné l’Europe en se mêlant au flux des réfugiés et est arrivé en Belgique, le 6 août. Qu’a-t-il fait jusqu’au 12 novembre, lorsqu’il prend place dans une des trois voitures des commandos qui quittent Charleroi (Belgique) pour un appartement à Bobigny, en Seine-Saint-Denis ?

Ses empreintes génétiques n’ont été retrouvées que sur un aspirateur et une fenêtre de l’appartement de Charleroi, ce qui suggère qu’il n’y est pas resté longtemps et n’a fréquenté aucune autre planque connue de l’équipe en Belgique.

Le témoin qui l’a identifié dans sa cache d’Aubervilliers affirme qu’Abdelhamid Abaaoud s’est vanté d’avoir emprunté le chemin des migrants vers l’Europe avec « 90 jihadistes » prêts à frapper la France.4 D’autres cellules existaient-elles ?

S’il est avéré que l’organisation État islamique a envoyé des combattants en Europe, ceux qui étaient liés à la cellule belge ont été identifiés. Mais il reste un doute sur l’existence d’autres cellules.

L’enquête a conduit à l’arrestation, dans un centre de réfugiés en Autriche, le 10 décembre 2015, d’un Algérien, Adel Haddadi, et d’un Pakistanais, Mohamed Usman. Tous deux ont reconnu avoir été missionnés avec deux kamikazes du Stade de France par « Abou Ahmad al-Iraki » pour une action en France. Bloqués en Grèce vingt-cinq jours à cause de leurs faux papiers syriens, ils n’ont pu rejoindre la Slovénie qu’au lendemain des attentats parisiens, et l’Autriche, le jour suivant. Pour les enquêteurs, ils n’ont jamais renoncé à l’idée de commettre un attentat et sont restés en lien avec Oussama Atar pendant leur séjour à Salzbourg. Dans l’attente de renforts ? Là, non plus, l’enquête n’a pas permis de répondre à cette question. Selon des connaisseurs du dossier, il est peu probable que les accusés éclaircissent ces zones d’ombre, lors du procès.

Invité, mardi soir, du JT de France 2, l’ancien Président François Hollande, qui doit témoigner au procès, le 10 novembre prochain, espère que ce dernier « va servir à nous dire s’il n’y avait pas d’autres attaques qui étaient prévues. »5 Une coopération étroite avec la Belgique mais pas avec la Turquie et de la Syrie

Gardes à vue, auditions et perquisitions se sont multipliées. Les armes, munitions et gilets explosifs des membres du commando ont été minutieusement examinés, leur matériel informatique et leurs appels téléphoniques passés au crible. La vidéosurveillance et les enregistrements audio retrouvés au Bataclan ont permis d’ajuster la chronologie des événements, de l’explosion du premier kamikaze, à 21 h 16, devant le Stade de France à l’assaut de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI), à 0 h 18, au Bataclan.

Les enquêteurs – jusqu’à 1 000 au début de l’enquête – et les cinq magistrats antiterroristes saisis ont rapidement établi que les attentats avaient été coordonnés depuis la Belgique. Ils ont identifié leur commanditaire en Syrie : Oussama Atar, un Belge né en 1984 surnommé « Abou Ahmad al-Iraki ». Membre important de l’EI, il est vraisemblablement mort dans une frappe de la coalition en zone irako-syrienne, en novembre 2017.

Une coopération de grande ampleur a été mise en place entre la France et la Belgique, avec l’appui de l’unité européenne de coopération judiciaire, Eurojust, et de l’agence européenne de police Europol, qui a créé pour ce dossier une task-force nommée « Fraternity ». Cette collaboration a été étendue à quasiment tous les pays européens. Mais les juges antiterroristes ont dû se contenter d’« éléments sommaires » fournis par l’Irak et le Pakistan et ont déploré l’absence de coopération de la Turquie et de la Syrie. Autant de zones d’ombre à éclaircir en ces neuf mois d’audience.

Source : Le Télégramme

Covid19, cette Pandémie préparée à l’avance !

Par : admin

Concernant le décalage de dates concernant les tests figurant sur les documents douaniers WITS Profession-Gendarme avait publié dans l’été 2020. Par la suite il a été objecté que la mention covid 19 avait été rajoutée comme s’il s’agissait de matériel prévu pour autre chose et après le déclenchement de la plandémie il avait été décidé qu’il pouvait servir aussi à la covid. C’était une justification tirée par le cheveux et aujourd’hui il semble que les faussaires aient oublié de corriger un code HS 300215,  qui parle de trousses de tests covid 19.
Conclusion : c’est très difficile de mentir et les menteurs ne seront jamais aussi efficaces que les porteurs de vérités ! C’est d’ailleurs ce qui fait la force des enquêteurs même si ça prend du temps.

Des médecins allemands et espagnols démontrent que le Covid-19 est une arnaque et une opération criminelle prévues à l’avance ! 

Un groupe de plus de 500 médecins en Allemagne appelé « Docteurs pour l’information » a fait une déclaration choquante lors d’une conférence de presse nationale:

« LA PANIQUE DE CORONA EST UN JEU. C’EST UNE ARNAQUE. UNE ESCALADE. IL EST GRAND TEMPS DE COMPRENDRE QUE NOUS SOMMES AU MILIEU D’UN CRIME MONDIAL.’

Ce grand groupe d’experts médicaux publie un journal médical à 500 000 exemplaires chaque semaine, pour informer le public de la désinformation massive dans les médias grand public. Ils organisent également des manifestations de masse en Europe, comme celle du 29 août 2020 où 12 millions de personnes se sont inscrites et plusieurs millions se sont effectivement présentées.

Pourquoi ces 500+ médecins disent-ils que la pandémie est un crime mondial ? Que savent-ils, que nous ne savons pas ? 

Manifestation pandémique prévue berlin

DES CENTAINES DE MÉDECINS ESPAGNOLS DISENT QUE LA PANDÉMIE EST PRÉVUE


E n Espagne, un groupe de 600 médecins appelés « Médecins pour la vérité », a fait une déclaration similaire lors d’une conférence de presse.

médecins pour la vérité espagne pandémie prévue

« COVID-19 EST UNE FAUSSE PANDÉMIE CRÉÉE À DES FINS POLITIQUES. C’EST UNE DICTATURE MONDIALE AVEC UNE EXCUSE SANITAIRE. NOUS INVITONS LES MÉDECINS, LES MÉDIAS ET LES AUTORITÉS POLITIQUES À ARRÊTER CETTE OPÉRATION CRIMINELLE, EN DIFFUSANT LA VÉRITÉ.’ (2)

L’Allemagne et l’Espagne ne sont que deux exemples. Des groupes similaires de centaines d’experts médicaux existent dans des pays du monde entier.

AUX ÉTATS-UNIS UN DOCUMENTAIRE APPELÉ PLANDÉMIQUE, QUI EXPOSE LE COVID-19 COMME UNE OPÉRATION CRIMINELLE, EST SOUTENU PAR PLUS DE 27 000 MÉDECINS ! 

Pourquoi ces milliers de professionnels de la santé dans le monde disent-ils que la pandémie est un crime ? À quelles informations ont-ils accès, que nous n’obtenons pas des médias grand public ?

Je vous invite à examiner les faits suivants avec un esprit ouvert et à tirer vos propres conclusions…

EN 2015, UNE METHODE DE TEST A ETE BREVETEE POUR… COVID-19

En 2015, un « Système et méthode de test du COVID-19 » a été breveté par Richard Rothschild, avec une organisation gouvernementale néerlandaise. Avez-vous attrapé ça? En 2015 – quatre ans avant même que la maladie n’existe – une méthode de test pour COVID-19 a été développée. (2B)

Respirez profondément et laissez-vous pénétrer pendant un moment… 

Respirez profondément et laissez-vous pénétrer pendant un moment… 

pandémie planifiée brevet rothschild covid

DES MILLIONS DE KITS DE TEST COVID-19 VENDUS EN 2017 ET 2018


Après , nous savons que la nouvelle maladie Covid-19 est apparu en Chine vers la fin de 2019. Par conséquent , il a été nommé Covid-19 qui est un acronyme pour  Corona virus de la maladie 2019.  Les données de la solution mondiale du commerce intégré, cependant, montre quelque chose d’ étonnant:

EN 2017 ET 2018 – DEUX ANS AVANT COVID-19 – DES CENTAINES DE MILLIONS DE KITS DE TEST POUR COVID-19 ONT ÉTÉ DISTRIBUÉS DANS LE MONDE ENTIER.

Exportation de kits de test covid 19 dans le monde
Exportation de kits de test covid 19 dans le monde

‘RAPIDE! CACHE LE!!’


Ces données déconcertantes ont été découvertes par quelqu’un le 5 septembre 2020, qui les a publiées sur les réseaux sociaux. Le lendemain, il est devenu viral dans le monde entier. Le 6 septembre, le WITS a soudainement changé la désignation originale « COVID-19 » en la vague « Kits de tests médicaux ».

CECI N’EST PAS AUTORISÉ DANS LE COMMERCE, PARCE QUE VOUS DEVEZ TOUJOURS ÊTRE SPÉCIFIQUE. IL EXISTE DE NOMBREUX TYPES DE KITS DE TEST POUR DIFFÉRENTES MALADIES.

Le fait qu’ils aient supprimé la spécification « COVID-19 », après que ces données soient devenues connues dans le monde entier, prouve qu’ils ne veulent pas que quiconque le sache. Ils ont cependant oublié de supprimer un détail : le code produit de ces « Kits de test médical » est 300215, ce qui signifie : « Trousses de test COVID-19 »

code produit covid19

Leur dissimulation est arrivée trop tard : cette information critique a été découverte et est révélée par des millions de personnes dans le monde. Vous pouvez  télécharger un PDF  qui montre les données originales de ce site Web.

DEUX ANS  AVANT  L’ÉPIDÉMIE DE COVID-19, LES ÉTATS-UNIS, L’UE, LA CHINE ET LES NATIONS DU MONDE ONT COMMENCÉ À EXPORTER DES MILLIONS D’INSTRUMENTS DE TEST DE DIAGNOSTIC POUR… COVID-19, UNE MALADIE QUI N’EXISTAIT PAS À L’ÉPOQUE.


LE ‘PROJET’ COVID-19 EST PREVU JUSQU’EN 2025


La Banque mondiale montre que COVID-19 est un projet qui devrait se poursuivre jusqu’à…  fin mars 2025 !  L’intention est donc de le poursuivre pendant encore  CINQ ANS. (2C)

programme prévu covid 2025

FAUCI GARANTIT UNE PANDÉMIE AU COURS DES DEUX PROCHAINES ANNÉES


Anthony Fauci prédit une pandémie

En 2017, Anthony Fauci a fait une prédiction très étrange, avec une certitude encore plus étrange. En toute confiance, Fauci a annoncé que  pendant le premier mandat du président Trump,  une épidémie surprise de maladie infectieuse se produirait sûrement. Voici ce qu’il a dit : (3)

Il n’y a PAS DE QUESTION qu’il y aura un défi pour l’administration à venir dans le domaine des maladies infectieuses. Il y aura une ÉPIDÉMIE SURPRISE.
Il n’y a AUCUN DOUTE dans l’esprit de personne à ce sujet.

Comment Fauci pourrait-il garantir qu’une épidémie surprise se produira pendant le premier mandat de l’administration Trump ?  Que savait-il, que nous ne savons pas ?

Antoine Fauci

«Au cours des deux prochaines années, il y aura une ÉPIDÉMIE SURPRISE. Il n’y a AUCUN DOUTE dans l’esprit de qui que ce soit à ce sujet. ANTHONY FAUCI

BILL ET MELINDA GATES GARANTISSENT UNE PANDÉMIE MONDIALE IMMINENTE


En 2018, Bill Gates a annoncé publiquement qu’une pandémie mondiale était sur le point d’anéantir 30 millions de personnes. Il a dit que cela se produirait probablement au cours de la prochaine décennie. (4)

Melinda Gates a ajouté qu’un virus artificiel est la plus grande menace pour l’humanité et a également assuré que cela frapperait l’humanité dans les années à venir. (5)

Laissez leur choix de mots résonner dans votre esprit un instant…

pandémie planifiée - Bill Gates

«Une pandémie mondiale est en route.
Un VIRUS TECHNIQUE est la plus grande menace des sciences humaines.
Cela se produira dans la PROCHAINE DÉCENNIE.’ BILL ET MELINDA GATES

Ils affirment que la forte densité de population du monde garantit cette pandémie mondiale imminente. Mais soyons honnêtes : la plus grande partie de la terre est inhabitée. Survolez l’Amérique en avion et regardez par la fenêtre. Vous voyez un espace vide la plupart du temps, avec quelques villes ici et là. La plupart des États-Unis sont encore grands ouverts et vides. Il en va de même pour le reste du monde. L’Australie, la Russie, l’Inde, la Chine, l’Amérique, l’Afrique… c’est la nature sauvage pour la plupart. Notre planète n’est pas aussi peuplée que Bill Gates veut nous le faire croire. Cette carte du monde le montre clairement…

LA MAJEURE PARTIE DE LA TERRE EST TOTALEMENT VIDE DE TOUTE PRESENCE HUMAINE. AINSI L’IDÉE QUE LE MONDE EST IMMENSE SURPOPULÉ ET EST DONC TENU DE FAIRE NAÎTRE UNE PANDÉMIE MONDIALE IMMINENTE EST UN MENSONGE.

Les Gates ont également affirmé que les voyages en avion créeraient à coup sûr une pandémie mondiale. Mais d’innombrables personnes ont voyagé en avion au cours du siècle dernier. Cela a-t-il donné lieu à des flambées constantes de pandémies mondiales? Bien sûr que non!

Leurs arguments pour lesquels ils ont garanti une pandémie mondiale dans les prochaines années sont des mensonges. Alors, quelle est leur véritable base pour faire de telles prédictions garanties ?

S’ENTRAÎNER POUR UNE PANDÉMIE


 Event201 exercice de pandémie prévu

A  quelques mois avant le début, Bill Gates – n ° 1 concessionnaire de vaccins au monde – a organisé un événement à New York. Devinez de quoi il s’agissait ? Il s’agissait d’un  «exercice de pandémie de coronavirus» . Oui, tu l’as bien lu:

BILL GATES A ORGANISÉ UN EXERCICE DE PANDÉMIE DE CORONAVIRUS, JUSTE AVANT QU’IL SE PASSE !

Sur le grand écran de l’auditorium, vous voyez le texte imprimé :  « Nous devons nous préparer à l’événement qui deviendra une pandémie. Cet exercice pandémique s’appelait Event201 et a eu lieu en octobre 2019, littéralement juste avant l’épidémie .

Leur conclusion était que toute l’humanité doit être vaccinée… 

L’OBJECTIF DE L’EVENT201 ÉTAIT DE PRÉPARER LE MONDE À UNE PANDÉMIE DE CORONAVIRUS… QUI EST ARRIVÉE JUSTE APRÈS L’ÉVÉNEMENT.


ENVIE DE VENDRE DES VACCINS AU COURS DE L’ANNÉE PROCHAINE


S eu de temps après cette « exercice d’une pandémie de coronavirus » Bill Gates a tweeté:

Je suis particulièrement enthousiasmé par ce que l’année prochaine pourrait signifier pour l’un des meilleurs achats en santé mondiale : les vaccins.

tweet Bill Gates vaccins

Pensé à ce sujet : garantit une pandémie mondiale n ° 1 concessionnaire de vaccins au monde à se produire dans les prochaines années, et sa femme a dit que nous devrions tous craindre un virus qui est conçu “sur son chemin”. Ensuite, ils organisent un exercice pour une pandémie mondiale imminente et disent que les vaccins seront la seule solution. Ensuite, Bill Gates tweete à quel point il est excité à l’idée de vendre des vaccins l’année prochaine. Immédiatement après cela, la pandémie annoncée éclate.

En effet, d’emblée Bill Gates proclame que la seule solution pour l’humanité est d’acheter ses vaccins…

PANDÉMIE DE CORONAVIRUS 2020 PRÉDITE EN 2013


Retour en 2013 un musicien a écrit une chanson intitulée PANDÉMIE. Dans ses paroles, il a décrit une pandémie mondiale qui tue des millions de personnes, bloque les économies et provoque des émeutes.

SA CHANSON DÉCRIT LITTÉRALEMENT EN DÉTAILS CE QUE NOUS VOYONS DANS NOTRE MONDE AUJOURD’HUI, SEPT ANS PLUS TARD.

Il a même évoqué  l’année exacte  de la pandémie : 2020, et le  type précis  de virus : un coronavirus. (6) Ceci est une ligne dans ses paroles de 2013 :

« 2020 combiné avec CoronaVirus, les corps s’empilent. »

Cette chanson a également prédit les émeutes qui font maintenant rage dans toute l’Amérique :

« L’ÉTAT EST EN ÉMEUTE, UTILISANT LA RUE À L’EXTÉRIEUR. IL ARRIVE À VOS FENÊTRES.’
émeutes pandémiques pandémiques 2020

Comment ce musicien aurait-il pu savoir en 2013 qu’une pandémie de coronavirus éclaterait en 2020, et que pendant cette pandémie des émeutes éclateraient ? Il explique:

‘J’AI FAIT DES RECHERCHES EN 2012, ET J’AI LU LES ‘THÉORIES DU CONSPIRATION’. VOUS SAVEZ, CES ENQUÊTES QUE LES MÉDIAS NE VEULENT PAS QUE NOUS ENTARDONS. SELON CES THÉORIES, LES PANDÉMIES DEVRAIENT SE PRODUIRE AU COURS DE LA DÉCENNIE 2020-2030. J’AI DONC ÉCRIT LA CHANSON PANDÉMIE À CE SUJET.’


« PRÉPAREZ-VOUS À UNE PANDÉMIE MONDIALE DE CORONAVIRUS »


En septembre 2019 – également juste avant l’épidémie – le Conseil mondial de surveillance de la préparation a publié un rapport intitulé “Un monde en danger”.

Il a souligné la nécessité de se préparer à… une épidémie de coronavirus !

Sur la couverture du rapport se trouve la photo d’un coronavirus et de personnes portant des masques faciaux.

Dans le rapport, nous lisons le paragraphe intéressant suivant :

« LES NATIONS UNIES (Y COMPRIS L’OMS) MÈNENT AU MOINS DEUX EXERCICES DE FORMATION ET DE SIMULATION À L’ÉCHELLE DU SYSTÈME, DONT UN POUR COUVRIR LA LIBÉRATION DÉLIBÉRÉE ​​D’UN PATHOGÈNE RESPIRATOIRE MORTEL. »

Avez-vous attrapé ça?

Ils se sont entraînés pour une  libération délibérée d’un agent pathogène respiratoire mortel. 

UNE ÉPIDÉMIE DE CHINE ANNONCÉE


En 2018, l’Institute for Disease Modeling a réalisé une vidéo dans laquelle ils montrent un virus de la grippe originaire de Chine, de la région de Wuhan, et se propageant dans le monde entier, tuant des millions de personnes. Ils l’ont appelé « Une simulation pour une pandémie mondiale de grippe ». C’est exactement ce qui s’est passé, deux ans plus tard. Pourquoi ont-ils dit que cela viendrait de Chine ? Pourquoi pas l’Afrique, où beaucoup plus de maladies sont présentes ? Ou pourquoi pas l’Amérique du Sud ? Ou l’Inde ?

Comment pouvaient-ils savoir qu’il y aurait un virus de la grippe en provenance de Chine et même montrer Wuhan comme la zone d’origine, qui infecterait le monde entier ?

CE CORONAVIRUS A-T-IL ÉTÉ CONÇU ?


laboratoire de virologie de wuhan

D’où vient le virus ? L’un des plus grands experts mondiaux en armes biologiques est le Dr Francis Boyle. Il est convaincu qu’il provient d’un laboratoire d’armes biologiques à Wuhan, le Bio Safety Lab Level 4.

Cette installation est spécialisée dans le développement de… coronavirus !

Ils prennent des virus existants et les « arme », ce qui signifie qu’ils les rendent beaucoup plus dangereux, pour être utilisés comme une arme biologique. Dans le clip vidéo de deux minutes suivant, vous voyez un porte-parole de l’administration Trump, l’expert en armes biologiques le Dr Francis Boyle et le président Trump expliquer comment ce virus est venu du laboratoire de Wuhan.

VIENT MAINTENANT LA PARTIE INTÉRESSANTE : EN 2015, ANTHONY FAUCI A DONNÉ À CE TRÈS LABORATOIRE 3,7 MILLIONS DE DOLLARS. 

Figure ceci : le même homme qui a  garanti  une épidémie surprise d’un virus au cours des deux prochaines années, a donné près de 4 millions de dollars à un laboratoire qui développe des coronavirus. Dans le court clip ci-dessous, vous pouvez voir un journaliste interroger le président Trump sur cette subvention accordée par Fauci au laboratoire de Wuhan.

Il y a cependant plus d’options à Wuhan d’où ce virus pourrait provenir. Certains pensent qu’il vient de l’Institut de virologie de Wuhan, où ils travaillent également à la militarisation des coronavirus.

LES FILMS ONT PRÉDIT LA PANDÉMIE DE CORONAVIRUS


La programmation redictive est le processus d’informer la population sur les événements qui vont bientôt se produire. Ces dernières années, plusieurs films et séries télévisées ont été produits, sur… une pandémie mondiale de coronavirus !

LE FILM ‘DEAD PLAGUE’ REPRÉSENTE UNE PANDÉMIE MONDIALE AVEC UN CORONAVIRUS ET MENTIONNE MÊME L’HYDROXYCHLOROQUINE COMME GUÉRISON.

Un autre film intitulé « Contagion » montre comment un coronavirus se propage dans le monde avec une distanciation sociale, des masques faciaux, des verrouillages, le lavage des mains, etc.

Littéralement, tout ce que nous voyons maintenant est prédit en détail dans ces films.

PANDÉMIE REPRÉSENTÉE LORS DES JEUX OLYMPIQUES D’ÉTÉ EN 2012


Jeux olympiques pandémiques d'été 2012

Parler de la programmation prédictive : pendant le spectacle d’ouverture des Jeux Olympiques d’été en 2012 à Londres, une pandémie de coronavirus a été joué pour les yeux du monde entier. Des dizaines de lits d’hôpitaux, un grand nombre d’infirmières devenant les marionnettes d’un système de contrôle, la mort qui rôde, un géant démoniaque s’élevant sur le monde, et tout le théâtre était éclairé de telle manière que vu du ciel, cela ressemblait à un coronavirus .

Pourquoi les Jeux Olympiques ont-ils montré une pandémie de coronavirus, dans leur spectacle d’ouverture ?

** Origine 

Posté sur 05/09/2021 par EraOfLight : 

Source : Changera

Le « Passeport vaccinal », c’est la vie ou c’est à vie?

Par : admin

Introduction

Si nous sommes pris par les « élites » pour les « idiots » que nous sommes devenus, c’est à nous seuls qu’il appartient de ne pas le rester.

Chers nouveaux lecteurs, permettez-moi, en quelques lignes, de « planter le décor ». Pour les plus anciens, vous pouvez passer directement au sujet du jour.

Les évènements que nous subissons et que nous allons encore subir sont annoncés sur ce blog, depuis 2012. Je n’utilise pas de boule de cristal, mais je collecte et recoupe énormément d’informations. Cela me permet d’extraire les plus pertinentes. Ce recul m’amène à formuler des anticipations cohérentes.

Accéder à une masse d’informations souvent payantes, les vérifier, les trier, prends beaucoup de temps. Dans la vie, il n’y a pas de repas gratuit. Mon travail de lanceur d’alertes à un coût et donc un prix. J’offre gratuitement à un large public, un grand nombre de billets qui traitent de l’écume des choses. Pour m’aider à poursuivre ce travail, je ne demande pas de dons et n’ouvre pas de « cagnotte ».

Si vous êtes prêts à regarder en face une réalité, parfois dérangeante, mais toujours porteuse d’espoir, abonnez-vous aux « Rendez-vous d’Hubert ». En plus de bénéficier de solutions pratiques pour affronter sereinement la période compliquée qui est devant nous, ce sera votre manière de m’aider concrètement à améliorer la qualité de mon travail.  

Sujet du jour : L’OMS consacre la pérennité du passeport vaccinal.

Pour compléter les stratégies permettant de contrecarrer « le plan », que j’ai listé dans mon billet de vendredi dernier, j’ajoute qu’il est primordial de… correctement s’informer !!! À une époque où les médias dominants se contentent de « servir la soupe gouvernementale », il est indispensable de compléter son information par d’autres moyens.

Je reprends à mon compte trois adjectifs extraits des recommandations conjointes de l’autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) et de l’autorité des marchés financiers (AMF) :

« La fourniture au consommateur financier d’informations claires, exactes, non trompeuses, ainsi que la mise en œuvre du devoir de conseil sont d’autant plus nécessaires que les taux bas sont propices aux multiplications des arnaques ».

Dans ce « Corona-Circus » permanent : des informations claires, exactes et non trompeuses, voilà ce qu’il nous faut pour comprendre et agir, en connaissance de cause, au mieux de nos intérêts. C’est dans ce cadre que je situe mon action de lanceur d’alerte pour vous apporter « d’autres » sources d’informations.

Le 27 aout dernier, l’OMS a publié un document de 99 pages très édifiant : « Documentation numérique des certificats COVID-19 : statut vaccinal : spécifications techniques et guide de mise en œuvre ». Cet opuscule est essentiellement technique et « n’est pas un document politique » !!! S’ils l’écrivent, c’est donc la vérité.

Au fil des pages, il est aisé de voir ce qui se met en place, au niveau mondial. La vaccination de masse… est faite pour s’étendre et durer. Je renvoie ceux d’entre vous qui désirent en savoir plus, à l’excellente analyse faite par Karine Bechet-Golovko sur son blog « Russie politics ».

Ce qu’il faut retenir de tout cela : Si la loi n°2021-1040 du 5 aout 2021 prévoit bien la fin de l’usage du passeport vaccinal, alias « passe sanitaire » pour le 15 novembre 2021… l’OMS indique clairement aux gouvernements la « marche à suivre » pour sa pérennisation. Observez bien. Les « relais « merdiatiques » nous y préparent. En réalité, soyez conscient qu’il s’agit tout simplement, d’une opération de « puçage généralisé » des populations, qui se met en place.

« Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’opinion »

(Paul Valéry)

Chers lecteurs, vaccinés et non-vaccinés, je vous aime et vous salue.

Source : Sérénité Patrimoniale

https://serenite-patrimoniale.com/

Où sont les artistes ?

Par : admin

Plus de trente artistes et techniciens du spectacle de toutes disciplines et de tous pays,
inconnus du grand public sortent de l’ombre pour se réunir et rappeler que leur vocation
est au service de la liberté et non au service de la discrimination.

https://rumble.com/vlznn2-manifeste-international-des-artistes-libres.html

Ces premiers de cordée, soutenus par des milliers d’autres, appartiennent à la partie
invisible de l’iceberg. Tout comme l’Etat ne représente plus le peuple, la pointe de l’iceberg
ne représente plus l’art. C’est donc aux parties immergées de prendre le relai. Faire
entendre une autre voix que celle du chantage, de la soumission et de la dépression.
Derrière ce Manifeste international des artistes libres, c’est tout un mouvement