Revue de presse

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 26 novembre 2022Vos flux RSS

L’adhésion de l’Union africaine au G20 : Un palier vers la refonte de la gouvernance mondiale

« L’Afrique sera désormais à la table des négociations et pourra ainsi participer en amont à l’élaboration de l’agenda du Groupe. Elle aura la possibilité d’exercer une plus grande influence sur le contenu de cet agenda. »
Hier — 25 novembre 2022Vos flux RSS

Les BRICS ont choisi le pays qui va abriter leur siège en Afrique centrale

par Modeste Dossou. « Le siège des BRICS pour l’Afrique centrale sera basé à Bangui, et un programme d’investissement sera mis en place entre l’organisation des BRICS et la République centrafricaine ».
À partir d’avant-hierVos flux RSS

L’Europe perd lamentablement la guerre des sanctions

L’Europe souffre donc sérieusement de la confrontation aux sanctions. De fait, les mesures de représailles de la Russie nuisent beaucoup plus à l’UE qu’à elle-même. Alors… qui sera le perdant à la fin ?

Un état des lieux mondial très différent s’installe

par Alastair Crooke. La fenêtre des retraits du distributeur se réduit, le couvercle qui retient les vieilles animosités et les sentiments tribaux ne tiendra pas longtemps. En effet, les démons se lèvent - et sont facilement visibles.

La visite prochaine de Xi en Arabie Saoudite sera historique

Par : jmarti

Par M. K. Bhadrakumar − Le 11 novembre 2022 − Source Oriental Review

M.K. BhadrakumarC’est un symbole très puissant que le président chinois Xi Jinping ait fait le choix de réserver à l’Arabie Saoudite sa première visite à l’étranger après le Congrès du Parti. À en croire le Wall Street Journal, cette visite devrait se produire début décembre, et des préparations intenses sont en cours en vue de l’événement.

Le quotidien cite des personnes bien au fait des préparations, selon qui « l’accueil [réservé au dirigeant chinois] va sans doute ressembler » à celui accordé à Donald Trump en 2017 de par son faste et son apparat.

Il est aisé de prédire que la rencontre va centrer ses échanges sur la trajectoire à venir de l’« alliance » pétrolière sino-saoudienne — ou plutôt, l’établissement d’une alliance pétrolière comparable au cadre russo-saoudien de l’OPEP Plus. Cela étant dit, le contexte géopolitique de la prochaine visite de Xi est particulièrement riche en réalignements dans la région de l’Asie Mineure, et son impact sur le monde peut amener des conséquences profondes.

Le président chinois Xi Xinping planifierait une visite en Arabie Saoudite au cours de la deuxième semaine du mois de décembre 2022.

Le fait est que la Chine comme l’Arabie Saoudite sont des puissances régionales majeures, et que tout schéma qui les implique de manière bilatérale va porter des conséquences importantes sur le jeu politique international. Le Wall Street Journal affirme que « Pékin et Riyad s’emploient à nouer des liens plus resserrés et promeuvent une vision d’un monde multipolaire dans lequel les États-Unis ne dominent plus l’ordre global. »

Sans doute la guerre en Ukraine apporte-t-elle un contexte immédiat. Il va être extrêmement difficile à court terme pour les États-unis de s’extraire de la guerre sans subir un énorme camouflet et une perte de crédibilité en tant que super-puissance, ce qui va saper leur position de dirigeant transatlantique, et même faire peser un risque sur le système d’alliance occidentale en soi.

La Chine comme l’Arabie Saoudite auront tiré la conclusion que le « consensus bipartisan » sur le thème de la guerre en Ukraine pourrait ne pas survivre à la guerre tribale acharnée qui fait rage au sein de l’élite politique étasunienne, et qu’il est certain que ce consensus va éclater une fois statuées les élections de mi-mandat. Si les Républicains reprennent le contrôle de la Chambre des Représentants, ils vont lancer des démarches en vue d’obtenir la destitution du président Biden.

Une enquête est parue dimanche dans le Guardian, relatant des opinions d’experts, sous le titre Les conditions présentes sont propices à la violence politique : les États-Unis sont-ils au bord d’une guerre civile ? Il s’ensuit logiquement que la Chine comme l’Arabie Saoudite voient le désengagement des États-Unis dans la région de l’Asie Mineure prendre de l’ampleur.

Un sujet de discussion majeur animant la visite de Xi en Arabie Saoudite sera la stratégie de politique étrangère du pays arabe dénommée « Regard vers l’Est », qui aura anticipé le retrait étasunien depuis au moins une demi-décennie. La visite de Xi en Arabie Saoudite en 2016 en avait constitué un des événements jalon.

À n’en pas douter, Pékin a suivi de près la détérioration des relations étasuno-saoudiennes depuis cette date. Et Pékin n’a pas pu manquer le fait que récemment, les Saoudiens ont manigancé une coopération énergétique avec la Chine au milieu des tensions entre le prince héritier, Mohammed bin Salman, et Biden.

Pour preuve la plus flagrante, la rencontre virtuelle du 21 octobre dernier entre le prince Abdulaziz bin Salman bin Abdulaziz, ministre saoudien de l’énergie, et Zhang Jianhua, administrateur national de l’énergie pour la Chine — un homme politique d’expérience (qui fut membre de la 19ème commission centrale de discipline du parti communiste chinois.) Cette réunion s’est déroulée au moment d’une crise profonde dans les relations étasuno-saoudiennes, l’élite étasunienne allant jusqu’à menacer Riyad de sanctions.

Nul ne sera surpris d’apprendre que l’un des sujets clés discutés par les ministres chinois et saoudien a été le marché pétrolier. Selon la déclaration faite par les Saoudiens, les ministres « ont confirmé leur volonté d’œuvrer ensemble pour soutenir la stabilité du marché pétrolier international », et ont insisté sur la nécessité d’un « approvisionnement en pétrole fiable et à long terme pour stabiliser le marché global qui subit diverses incertitudes en raison de situations internationales complexes et mouvantes. » N’est-ce pas plus ou moins ce que l’OPEP Plus (l’alliance pétrolière russo-saoudienne) n’a de cesse d’affirmer ?

Les deux ministres avaient également discuté de coopérations et d’investissements conjoints dans des pays considérés par la Chine comme relevant de la vision stratégique autour de la Nouvelle route de la soie, et ont énoncé leur intention de continuer la mise en œuvre d’un accord sur les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire (chose à laquelle Washington s’est opposée.)

Il ne fait pas de doute que la réunion tenue entre les ministres a constitué une remontrance claire et nette visant Washington, et ayant pour objectif de rappeler à l’administration Biden que l’Arabie Saoudite dispose d’autres relations importantes dans le domaine de l’énergie, et que la politique pétrolière saoudienne n’est plus écrite à Washington. Plus important, le calcul qui est fait ici est que Riyad recherche un équilibre entre Pékin et Washington. Les paroles creuses prononcées par Biden au sujet d’une « lutte entre autocratie et démocratie » sont de nature à gêner l’Arabie Saoudite, alors que la Chine n’entretient pas d’agenda idéologique.

Chose notable, les ministres saoudien et chinois ont convenu d’approfondir leur coopération sur la chaîne d’approvisionnement en établissant un « nœud régional » pour que les producteurs chinois installés dans le royaume Saoudien puissent profiter de l’accès à trois continents dont jouit l’Arabie Saoudite.

Le résultat net en est que les élites saoudiennes, dans les milieux politiques et les milieux d’affaires, perçoivent de plus en plus la Chine comme une superpuissance et s’attendent à un engagement global de nature commerciale, suivant la méthode habituellement employée par la Chine et la Russie dans le monde. Les Saoudiens sont convaincus que leur « partenariat stratégique étendu«  de 2016 avec la Chine peut améliorer l’importance géopolitique croissante de leur royaume dans la guerre menée par la Russie en Ukraine, et que celle-ci souligne le fait que Riyad dispose désormais d’un nombre accru d’options, et va donc continuer de rechercher un équilibrage.

L’Arabie Saoudite noue également des liens de plus en plus étroits avec la Chine. Avec un pied sous la tente de l’OCS (le pays a obtenu le statut d’observateur), elle essaye désormais de joindre l’alliance des BRICS. Ces actions sont complémentaires, mais le format BRICS œuvre également à un système monétaire alternatif, chose qui attire Riyad.

Coïncidence ou non, l’Algérie et l’Iran, deux autres pays producteurs de pétrole de premier plan qui maintiennent des relations étroites avec la Russie essayent également de rejoindre l’alliance des BRICS, pour les mêmes raisons. Le fait même que l’Arabie Saoudite en fasse autant et se montre prête à contourner les institutions occidentales et à réduire le risque d’interaction avec elles, tout en explorant des voies parallèles pour nouer des relations financières, économiques et commerciales sans dépendre d’instruments contrôlés par les États-Unis ou l’Union européenne, est porteur d’un message très fort à destination du système international.

Le paradoxe réside en ce que la poussée menée par les Saoudiens vers l’autonomie stratégique va rester fragile tant que le pétrodollar continuera d’attacher le pays au système bancaire occidental. Par conséquent, l’Arabie Saoudite a une grande décision à prendre à l’égard de son engagement de 1971, entérinant le dollar étasunien comme « monnaie mondiale » (à la place de l’or), et de sa décision de ne vendre le pétrole qu’en échange de dollar — une décision qui a permis aux administrations étasuniennes successives d’imprimer des billets à volonté durant un demi-siècle, d’en tirer parti en blanchissant l’argent — et enfin d’utiliser le dollar comme leur arme la plus puissante pour imposer au niveau mondial une hégémonie étasunienne.

Le Wall Street Journal, en annonçant la visite prochaine de Xi en Arabie Saoudite, ajoute que la « re-calibration stratégique de la politique étrangère saoudienne est plus importante que l’explosion récente avec l’administration Biden au sujet de la production de pétrole… Plus récemment leur parade nuptiale (celle des Chinois et des Saoudiens) s’est intensifiée, avec des discussions sur la vente d’une participation à Saoudi Aramco, avec des contrats futurs labellisés en yuan dans le modèle de prix d’Aramco, ainsi que la possibilité d’utiliser le yuan comme monnaie d’échange pour les ventes de pétrole saoudien à la Chine. »

On avait l’habitude de voir les choses évoluer très lentement dans les décisions politiques saoudiennes. Mais Salman, le prince héritier, est pressé de recalibrer la boussole saoudienne, et peut prendre des décisions difficiles, comme en témoigne la création de l’OPEP Plus en alliance avec la Russie. La probabilité que l’Arabie Saoudite change son fusil d’épaule et se mette à vendre une partie de sa production de pétrole en yuan est plus élevée que jamais.

Si les choses finissent par évoluer dans cette direction, c’est bien un changement tectonique qui sera en marche — une re-calibration géo-stratégique majeure — de quoi positionner la visite menée par Xi en Arabie Saoudite comme un événement d’importance historique.

M. K. BHADRAKUMAR est un ancien diplomate de nationalité indienne, dont la carrière diplomatique a trois décennies durant été orientée vers les pays de l’ancienne URSS, ainsi que le Pakistan, l’Iran et l’Afghanistan. Il a également travaillé dans des ambassades indiennes plus lointaines, jusqu’en Allemagne ou en Corée du Sud. Il dénonce la polarisation du discours officiel ambiant (en Inde, mais pas uniquement) : « vous êtes soit avec nous, soit contre nous »

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Le plafonnement des prix du pétrole et ses conséquences sur la relation Russie-Inde

Par : Wayan

Par Conor Gallagher − Le 13 novembre 2022 − Source Naked Capitalism

Pendant des mois, les États-Unis ont essayé à plusieurs reprises de contraindre l’Inde à couper ses liens avec la Russie, donc à abandonner ses intérêts nationaux. New Delhi, cependant, continue de repousser les tentatives de Washington de soumettre son économie à ses diktats.

La dernière affaire en date concerne le plafonnement du prix du pétrole russe par le G7 et l’interdiction par l’UE et le Royaume-Uni du transport maritime et des services connexes pour un brut russe supérieur au prix plafond. L’Inde n’a aucun intérêt à rejoindre l’initiative américaine, car elle bénéficie d’une forte réduction sur le pétrole russe et souhaite maintenir de bonnes relations avec son ancien partenaire stratégique. Le ministre indien des affaires étrangères, Subrahmanyam Jaishankar, était justement à Moscou le 8 novembre pour discuter de la poursuite des ventes de pétrole. 

Extrait du South China Morning Post :

Le ministre indien des affaires étrangères a salué mardi la relation « forte et stable » de New Delhi avec Moscou, lors de sa première visite dans cette ville depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février.

Subrahmanyam Jaishankar a également déclaré que l’Inde avait l’intention de continuer à acheter du pétrole russe, faisant fi une fois de plus de l’appel lancé par les États-Unis à leurs alliés et partenaires à isoler la Russie des marchés mondiaux.

Les plans du G7 sont susceptibles de faire grimper les prix du pétrole (bien que la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, affirme le contraire) et de réduire la disponibilité des pétroliers, deux facteurs qui menacent la sécurité énergétique de l’Inde et nuisent à son économie, l’Inde étant le troisième consommateur et importateur de pétrole au monde.

La Russie a déclaré qu’elle ne vendrait pas de pétrole aux pays qui participent au système de plafonnement des prix, et M. Jaishankar a affirmé à plusieurs reprises que l’Inde ne pouvait pas se permettre d’acheter du pétrole à des prix élevés – du moins pas sans compromettre sa croissance économique, qui devrait atteindre 6,1 % en 2023, soit la croissance la plus rapide des grandes économies du monde. Selon Energy Intelligence :

La Russie est devenue le premier fournisseur de brut de l’Inde en octobre, avec plus de 900 000 barils par jour, soit environ un cinquième de la demande indienne. La principale préoccupation des deux pays est de s’assurer que le pétrole russe continue à circuler après les interdictions de l’UE et du Royaume-Uni du 5 décembre et le plafonnement des prix du G7 qui en découle.

Mais malgré l’attitude optimiste de M. Jaishankar à Moscou, les raffineurs d’État indiens n’ont pas passé de commandes de brut au-delà du 5 décembre en raison d’incertitudes quant à la disponibilité du transport maritime et de l’assurance, selon Energy Intelligence. Et une tentative récente d’un acheteur indien d’utiliser le plafonnement des prix dans les négociations avec un vendeur russe a incité ce dernier à abandonner l’affaire, selon des sources du marché.

Le manque de clarté actuel du G7 pourrait être intentionnel. Les exportations de pétrole russe ont déjà commencé à chuter, et Bruce Paulsen, expert en sanctions et associé du cabinet d’avocats Seward & Kissel, a déclaré à American Shipper : « Si les orientations sur la conformité [au plafonnement des prix] ne sont pas données rapidement, certains acteurs du secteur pourraient rester sur la touche jusqu’à ce qu’ils puissent déterminer que les expéditions dans le cadre du plafonnement des prix sont sûres. »

Les États-Unis, par un habile tour de passe-passe, ont cessé de faire pression sur l’Inde pour qu’elle respecte le plafonnement des prix, et Mme Yellen déclare maintenant que Washington est « heureuse » que New Delhi continue d’acheter autant de pétrole russe qu’elle le souhaite, y compris à des prix supérieurs au plafond imposé par le G7. Mais il y a quelques mises en garde : L’Inde ne pourra pas utiliser les services occidentaux d’assurance, de financement ou de transport maritime pour transporter ce pétrole.

« La Russie va avoir beaucoup de mal à continuer à expédier autant de pétrole qu’actuellement lorsque l’UE cessera d’acheter du pétrole russe« , a déclaré Mme Yellen à Reuters vendredi. « Ils vont être fortement à la recherche d’acheteurs, et de nombreux acheteurs dépendent des services occidentaux. »

Energy Intelligence explique pourquoi cela équivaut à un plafonnement de facto des prix :

Les raffineurs indiens ont la capacité d’absorber 600 000 b/j supplémentaires de brut russe, à condition qu’il surpasse les qualités de base de celui du Moyen-Orient qui constitue la base vitale des 5 millions de b/j de raffinage du pays. Mais la disponibilité du transport maritime, de l’assurance et des canaux de paiement est essentielle. À partir du 5 décembre, les pétroliers et les assurances liées aux pays de l’UE et du G7 – qui dominent le transport maritime du pétrole dans le monde – ne pourront plus vendre de brut russe, à moins que ces volumes ne soient vendus dans le cadre d’un plafonnement des prix, encore indéterminé.

Environ 90 % du commerce de pétrole en Inde est transporté par des pétroliers étrangers, ce qui pose des problèmes, a déclaré Narendra Taneja, analyste énergétique indépendant. L’assurance ne semble pas aussi problématique, et les analystes affirment que les entreprises russes et chinoises pourront s’en charger.

Cela pourrait laisser la Russie dépendante d’une flotte fantôme de vieux pétroliers à la propriété opaque qui ne se fait pas payer en dollars. Selon Freight Waves :

La société de courtage Braemar a indiqué que 33 pétroliers qui s’occupaient auparavant d’exportations iraniennes ou vénézuéliennes ont transporté des exportations russes depuis avril, principalement vers la Chine et accessoirement vers l’Inde.

Braemar a défini cette flotte obscure de pétroliers qui ont transporté du brut iranien ou vénézuélien au moins une fois au cours de l’année écoulée. Elle estime que le total actuel est de 240 pétroliers, pour la plupart de petite et moyenne taille, dont 74 % ont plus de 19 ans. Quatre-vingts de ces navires sont de très gros transporteurs de brut (VLCC, pétroliers transportant 2 millions de barils) qui ne peuvent pas entrer dans les ports russes mais pourraient être utilisés, pour les cargaisons russes, en faisant du transfert de navires à navires.

Si l’ensemble de cette flotte obscure passait au service de la Russie et était aussi efficace que la « flotte classique« , cela suffirait amplement à maintenir le flux des exportations russes, mais « les navires engagés dans le commerce illicite sont très inefficaces« , a souligné Braemar.

En même temps que Washington fait pression sur New Delhi pour qu’elle se conforme au plafonnement des prix, elle importe de l’Inde davantage de gasoil, qui est principalement utilisé dans les raffineries pour produire d’autres produits tels que l’essence et le diesel. D’après Reuters :

La Russie était un fournisseur clé de VGO pour les raffineurs américains avant que la guerre en Ukraine n’éclate.

« Étant donné que les États-Unis n’achètent plus de pétrole russe, ils cherchent toutes les alternatives possibles« , a déclaré Roslan Khasawneh, analyste principal du fioul chez Vortexa….

Les sanctions américaines et européennes ne s’appliquent pas aux produits raffinés fabriqués à partir de brut russe exporté d’un pays tiers, car ils ne sont pas d’origine russe. En Inde, les raffineurs ont augmenté les importations de pétrole russe à prix réduit à 793 000 barils par jour entre avril et octobre, contre seulement 38 000 bpj au cours de la même période précédente, selon les données commerciales.

L’Inde rejoint la liste des pays – dont l’Arabie saoudite, la Serbie et la Turquie – qui ennuient sérieusement Washington car ils refusent de se soumettre.

Tout cela doit être un choc pour Washington, car sa stratégie indo-pacifique de ces dernières années a toujours compté sur une Inde « partageant les mêmes idées » pour aider à contrer la Chine et exécuter les ordres des États-Unis en Asie du Sud-Est. La possibilité que l’Inde poursuive ses propres intérêts nationaux ne semble pas avoir été prise en compte dans cette stratégie.

La tension sur le plafonnement des prix russes n’est que le dernier d’une série de désaccords entre New Delhi et Washington. Les sanctions américaines contre les exportations de pétrole iranien privent l’Inde du pétrole iranien bon marché et la contraignent à acheter des produits énergétiques américains plus chers. L’Inde est désormais la première destination des exportations de pétrole des États-Unis.

Washington arme la Grèce et Chypre dans le but de pousser la Turquie à rompre ses liens amicaux avec la Russie ; elle fait de même avec le Pakistan pour faire pression sur l’Inde. Les États-Unis ont recommencé à accommoder le Pakistan après l’éviction de l’ancien premier ministre pakistanais Imran Khan, qui a attribué aux États-Unis sa perte de pouvoir lors d’un vote de défiance.

En septembre, le département d’État américain a rendu l’Inde furieuse en approuvant un contrat de 450 millions de dollars pour moderniser la flotte de F-16 du Pakistan. Peu après, l’ambassadeur américain au Pakistan a créé de nouvelles tensions lors d’une visite dans la partie du Cachemire tenue par le Pakistan, qu’il a appelée par son nom pakistanais au lieu du nom approuvé par les Nations unies de « Cachemire administré par le Pakistan« .

Le 8 novembre, le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a fait la leçon à l’Inde sur ce qui est dans son intérêt :

Nous avons également été clairs sur le fait que ce n’est pas le moment de faire comme si de rien n’était avec la Russie, et il incombe aux pays du monde entier de faire ce qu’ils peuvent pour réduire leurs liens économiques avec la Russie. C’est dans l’intérêt collectif, mais aussi dans l’intérêt bilatéral des pays du monde entier de mettre fin à leur dépendance à l’égard de l’énergie russe, et certainement de la réduire au fil du temps. Un certain nombre de pays ont appris à leurs dépens que la Russie n’est pas une source d’énergie fiable. La Russie n’est pas un fournisseur fiable d’assistance en matière de sécurité. La Russie est loin d’être fiable dans tous les domaines. Il est donc non seulement dans l’intérêt de l’Ukraine, de la région et des intérêts collectifs que l’Inde réduise sa dépendance à l’égard de la Russie au fil du temps, mais aussi dans l’intérêt bilatéral de l’Inde, compte tenu de ce que nous voyons concernant la Russie.

Nous devrons attendre et voir si le peuple indien comprend le message, car pour l’instant, c’est le contraire qui apparaît. La fondation indienne Observer Research Foundation a publié les résultats d’un sondage le 2 novembre, montrant que 43 % des Indiens considèrent la Russie comme le partenaire le plus fiable de leur pays, loin devant les États-Unis (27 %).

Washington est bien en peine d’expliquer en quoi le fait que New Delhi réduise ses liens économiques avec la Russie serait une bonne chose pour l’Inde.

Alimenté par une forte augmentation des importations de pétrole et d’engrais, le commerce bilatéral entre l’Inde et la Russie a atteint un niveau record de 18,2 milliards de dollars entre avril et août de cette année financière, selon les dernières données disponibles auprès du ministère du commerce. Cela fait de la Russie le septième partenaire commercial de l’Inde, alors qu’elle occupait la 25e place l’année dernière. Les États-Unis, la Chine, les Émirats arabes unis, l’Arabie saoudite, l’Irak et l’Indonésie restent devant la Russie.

L’Inde, l’Iran et la Russie ont également passé les vingt dernières années à développer le corridor international de transport Nord-Sud afin d’accroître le commerce entre les pays, et ce corridor a pris une importance accrue avec les sanctions occidentales contre Moscou. Extrait de The LoadStar :

RZD Logistics, une filiale du monopole ferroviaire russe RZD, a lancé des services réguliers de trains de conteneurs entre Moscou et l’Iran afin de desservir, par transbordement, le commerce croissant avec l’Inde.

L’objectif est de maximiser l’utilisation de l’alternative International North South Transport Corridor (INSTC), un réseau de fret multimodal transfrontalier en Asie centrale qui aide les deux partenaires stratégiques à contourner les problèmes de chaîne d’approvisionnement créés par les sanctions occidentales contre la Russie.

Selon des sources industrielles, la durée du trajet entre l’intérieur des terres et l’océan est estimée à 35 jours, contre 40 environ pour le transport maritime traditionnel.

©Peter Hermes Furian.

De la même manière que la pression exercée par les États-Unis sur de nombreux pays se retourne contre eux, la pression exercée sur l’Inde semble ne faire qu’encourager New Delhi à trouver un moyen de contourner le dollar. Le Loadstar ajoute que la Reserve Bank of India est également en train de mettre en œuvre de nouvelles directives réglementaires pour aider les exportateurs à régler les expéditions en roupies, au lieu de dollars américains qui provoquent des goulots d’étranglement liés aux sanctions :

La Fédération des organisations d’exportateurs indiens a également fait pression sur les dirigeants du gouvernement pour que la méthode de la monnaie alternative soit étendue au-delà des marchés russes.

« Bien que la guerre Russie-Ukraine constitue un revers pour nos exportations à court terme, nous envisageons d’augmenter nos exportations vers la Russie une fois que le mécanisme de paiement en roupies sera opérationnel« , a noté la FIEO.

Si l’Inde bénéficie du brut russe à prix réduit, elle souhaite également maintenir de bonnes relations avec Moscou afin d’éviter de trop rapprocher la Russie de la Chine, et potentiellement du Pakistan, les principaux rivaux de l’Inde en Asie.

Le Pakistan demande également au ministère russe du commerce d’introduire un accord d’échange de devises afin de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

Conor Gallagher

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

❌