Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

#GotGoldorRubles? La Russie vient de briser le dos de l’Occident

Par : Zineb

Par Tom Luongo – Le 28 mars 2022 – Source Gold Goats ‘N Guns

Je ne pense pas que tout le monde ait encore saisi l’importance de l’annonce faite par la Russie de l’établissement d’un plancher pour le prix de l’or. Mais, pour être clair, la Russie vient de briser le système de suppression de l’or papier.

Vendredi, la Banque de Russie a annoncé :

BREAKING NEWS:

THE RUSSIAN CENTRAL BANK WILL RESTART BUYING GOLD FROM BANKS AND WILL PAY A FIXED PRICE OF 5,000 ROUBLES PER GRAM BETWEEN MARCH 28 AND JUNE 30 pic.twitter.com/Q1kTSfzAIm

— Gold Telegraph ⚡ (@GoldTelegraph_) March 25, 2022

ACTUALITÉ :

LA BANQUE CENTRALE RUSSE VA RECOMMENCER À ACHETER DE L’OR AUX BANQUES ET PAIERA UN PRIX FIXE DE 5 000 ROUBLES PAR GRAMME ENTRE LE 28 MARS ET LE 30 JUIN.

5000 RUB au gramme à un taux de change de 100 RUB/USD implique un prix de l’or de 1550 $ l’once.

Quelques jours avant cette annonce, qu’il savait imminente, l’Occident a présenté de nombreux textes de loi pour tenter d’empêcher les Russes de vendre leur or.

Le G7 pense que les sanctions sont tellement fortes que Poutine sera obligé de vendre son or pour échapper aux sanctions et payer ses achats. Ils suivent littéralement un scénario imaginaire qui ne se déroule pas dans le monde réel.

Mais peu importe, les néoconservateurs n’ont jamais rencontré un bâton qu’ils ne voulaient pas utiliser pour frapper quelqu’un à la tête. Dommage que tout ce qu’ils fassent, c’est frapper un pneu en caoutchouc. Boing !

Parce que voilà le truc, la Russie ne va pas vendre de l’or. Elle en achète.

Ils sont censés être les architectes du système monétaire mondial et on pourrait penser qu’ils sont ceux qui le comprennent le mieux. Mais, clairement, ce n’est pas le cas.

Ce qu’ils croient comprendre, c’est qu’ils contrôlent toujours le flux des matières premières dans le monde par le biais de systèmes de suppression des prix sur le CRIMEX, le LBMA et l’ICE.

Ce n’est plus le cas.

En fin de compte, l’« argent extérieur » l’emporte sur l’« argent intérieur » .

Les Autrichiens, comme moi, ont toujours compris qu’en fin de compte, l’argent intérieur [l’argent qui existe au sein du système financier] échoue parce qu’il n’est finalement rien de plus qu’un système de Ponzi construit sur l’argent extérieur : l’argent qui existe en dehors du système financier, comme les matières premières et le bitcoin.

 

L’argent, c’est un succès !

Commençons par les bases. Pourquoi créons-nous de la monnaie ? Pour atténuer le risque entre le moment de la vente de ce que nous avons et l’achat de ce que nous voulons. Nous vendons donc notre travail aujourd’hui pour acheter de l’essence, du papier pour imprimante demain. En attendant, nous détenons de l’argent.

C’est un moyen de transformer la pensée et l’exploitation personnelle de l’énergie et du temps en un jeton qui peut nous procurer des biens réels dans le monde réel.

En gardant cela à l’esprit, réfléchissez maintenant au système financier actuel dans lequel tout l’argent intérieur est créé en vendant d’abord un instrument de dette à quelqu’un qui est prêt à le détenir pour une certaine somme.

Revenons au rouble et à l’or. Car une fois que j’aurai exposé la nouvelle structure d’incitation, vous comprendrez pourquoi le G7 n’a plus d’amis dans ce combat.

Le pouvoir du Davos repose sur sa capacité à créer du crédit et à le vendre à un taux d’intérêt positif aux producteurs de matières premières. Étant donné que la production de matières premières de base dans n’importe quel type de marché efficace devrait être une entreprise à très faible marge, 1-4% de rendement annuel réel, leur vendre de la dette pour extraire du pétrole ou de l’or du sol à des taux plus élevés que cela aspire finalement tout le profit de l’entreprise.

Les marchés libres, lorsqu’ils sont autorisés à fonctionner correctement, extraient les bénéfices par l’arbitrage concurrentiel. C’est à la fois brutal et générateur de nouvelles innovations et d’efficacité.

C’est le désir d’augmenter les profits par rapport à la situation de référence qui fait cela.

Dans les produits de base, cela est, au mieux, difficile à faire. Pourquoi ? Parce qu’ils ne sont rien de plus qu’un bien de second ordre. Le premier ordre serait le minerai ou le bois récolté. Le second ordre serait le lingot ou le bois produit. Plus le bien est de premier ordre, plus il est spécialisé et plus l’opportunité de faire du profit en différenciant le produit sur un critère autre que le prix est grande.

C’est le plus difficile à faire pour améliorer l’extraction des ressources car la plupart des gains d’efficacité majeurs ont eu lieu dans le passé lorsque l’économie était moins spécialisée.

La confusion autour du « système »

Si les banques se trouvent des deux côtés de l’échange et fixent le prix de l’argent, elles contrôlent en fin de compte qui gagne et qui perd en cours de route. Et ne mâchons pas nos mots, c’est eux les gagnants. Les bénéfices reviennent à ceux qui produisent les biens les plus importants avec les chaînes d’approvisionnement les plus complexes.

Les banques investissent les bénéfices provenant des intérêts sur la dette initiale dans les entreprises qui produisent les biens de niveau supérieur nécessaires pour s’assurer que les biens de niveau inférieur ne produisent pas de richesses, en réduisant les bénéfices par arbitrage tout au long de la chaîne d’approvisionnement.

Vous ne me croyez pas ? Demandez aux éleveurs de bétail.

À cet égard, le financement actuel de ces industries n’est rien d’autre qu’une version virtualisée du modèle économique colonial qui a eu cours du XVe au XIXe siècle.

Au lieu d’utiliser des hommes en chair et en os pour soumettre les populations locales à l’aide d’armes plus puissantes et de pots-de-vin pour les amener à extraire les richesses minérales que les colonialistes ramènent chez eux, nous utilisons aujourd’hui les institutions de l’après-guerre pour faire fonctionner le même système par l’émission de dettes pour les investissements et le paiement des intérêts (dans ce cas, il s’agit d’une pure rente économique – une richesse non gagnée).

Les pays producteurs de toutes les richesses minérales du monde ne sont rien d’autre que des esclaves endettés des maîtres de l’argent de Bruxelles, de la City de Londres et de New York. C’est ça le problème.

Puisque nous avons atteint le point de saturation de la dette où plus aucune dette ne peut être émise pour extraire des richesses minérales et faire croire aux marchés qu’elle pourrait être remboursée à ces rendements réels, le système doit être réinitialisé.

Le Great Reset est un moyen de planter le système existant mais de laisser légalement les mêmes colonialistes au pouvoir.

Ce n’est pas vraiment plus compliqué que cela.

Si vous comprenez cette dynamique, vous pouvez maintenant comprendre pourquoi la Russie, en particulier, est l’avant-garde de la volonté du Sud de changer le système mondial.

C’est aussi le seul pays qui a le pouvoir de production de matières premières pour exposer les vulnérabilités de ce Système.

C’est bien… #GotRubles ?

Et c’est là que l’arrimage du rouble à l’or entre en jeu.

La Banque de Russie est maintenant un acheteur d’or à 5000 roubles pour un gramme, ou 155 500 roubles pour une once troy. Au cours de clôture du vendredi 25 mars de 96,62 roubles par rapport au dollar, cela implique un prix de l’or de 1610 dollars par once.

Le rouble se renforce maintenant librement par rapport au dollar américain.

En soi, cela n’a rien de remarquable.

Comme je l’ai expliqué sur Twitter l’autre fois :

  • 1 : A 1550 dollars l’once, l’effet de premier ordre est que cela implique un taux RUB/USD d’environ 75. Cela incite ceux qui détiennent des RUB à continuer et ceux qui en ont besoin à faire monter les prix à partir des niveaux actuels.
  • 2 : Cela crée une boucle d’incitation positive pour ramener le rouble aux niveaux d’avant-guerre. Ensuite, les effets du marché prennent le relais, car la demande de roubles devient structurelle, en fonction de la balance commerciale de la Russie.
  • 3 : Une fois que cela se produit et que le RUB/USD tombe en dessous de 75, alors le prix de l’or en USD augmente structurellement, vidant les marchés de l’or papier et faisant s’effondrer le système financier basé sur l’or hypothéqué/à effet de levier. Nous entrons maintenant dans la phase d’arbitrage que @Lukegromen a postulée avec 1000 barils/oz.

Donc, ce système incite les Russes à détenir leurs économies en roubles, car le rouble est sous-évalué. Il incite également les traders étrangers à détenir des roubles parce que le rouble est sous-évalué par rapport à un prix de l’or ouvert surévalué.

Il est clair que les spéculateurs de devises à Moscou, Shanghai, Singapour, Bombay et Hong Kong s’en donnent à cœur joie.

Si l’on ajoute que Poutine exige que les « pays inamicaux » paient leurs importations russes soit avec de l’or, soit avec le rouble, le choix naturel pour eux est d’acheter des roubles jusqu’à ce que les prix de l’or et du rouble soient synchronisés sur les marchés internationaux.

Les hurlements de douleur du G-7 et de l’Allemagne en particulier sont à la fois pathétiques et hilarants, car ils se plaignent que Poutine est en « rupture de contrat » pour avoir exigé une autre monnaie de paiement pour le gaz que les euros stipulés dans le contrat.

Plus tôt dans la journée de lundi, le ministre allemand de l’économie, Robert Habeck, a déclaré depuis Berlin que la demande du Kremlin concernant le paiement des contrats de gaz naturel en roubles constituait une « violation unilatérale et manifeste des contrats » – affirmant que les contrats devaient être honorés dans les conditions préalablement définies, selon Bloomberg. « Cela signifie qu’un paiement en roubles n’est pas acceptable et nous exhortons les entreprises concernées à ne pas se conformer à la demande de Poutine » , a déclaré M. Habeck. « L’effort de Poutine pour creuser un fossé entre nous est évident, mais vous pouvez voir que nous ne nous laisserons pas diviser et la réponse du G-7 est claire : les contrats seront honorés. »

 

Le Kremlin a rapidement démoli les commentaires du ministre allemand de l’économie et la position du G-7 sur le rouble, lundi, par l’intermédiaire d’un législateur russe à la chaîne d’État RIA Novosti : « Le législateur russe Abramov déclare que le refus du G-7 de payer le gaz en roubles russes entraînera certainement un arrêt des livraisons » .

Les Russes énervés ont certainement un don pour les mots, et en tant qu’écrivain, j’apprécie beaucoup cela. Selon TASS :

Moscou s’occupe des détails de ses plans de livraison de gaz aux pays inamicaux pour un paiement en roubles, mais elle ne s’engagera pas dans la charité si l’Europe refuse de payer en monnaie russe, a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, aux journalistes lundi. …

 

Le porte-parole du Kremlin est resté muet sur les mesures que la Russie pourrait prendre si l’Europe refusait de payer le gaz en roubles, notant que ces « questions devraient être réglées au fur et à mesure de leur développement » . « Mais nous ne fournirons pas de gaz gratuitement, c’est certain. Il n’est guère possible et raisonnable de faire de la charité dans notre situation » , a-t-il souligné.

Vous entendez ça, le Davos ? C’est le son de l’horloge qui tourne.

Le commerce, c’est essentiel …

La raison pour laquelle ce schéma actuel fonctionne déjà est que la Russie a une balance commerciale positive, principalement grâce aux exportations de produits de base. Le Davos ne veut pas que la Russie gagne de l’argent en vendant ces produits au monde entier et continuera à imposer des sanctions pour que les gens n’utilisent pas de roubles.

Ils luttent cependant contre la main invisible du marché d’Adam Smith. La demande de roubles va dépasser le taux de change d’avant-guerre d’environ 75:1 par rapport au dollar américain.

Le prix de l’or/rouble implique ce taux de change. La Russie réexaminera cette question à la fin du deuxième trimestre. Cela signifie également qu’elle s’attend à ce que le taux de change rouble/dollar tombe à 75 à la fin du deuxième trimestre, si ce n’est plus tôt.

Ensuite, si le rouble se renforce au-delà de ce seuil, elle pourra ajuster le prix d’achat de l’or.

Si la parité rouble/dollar tombe en dessous de leur prix fixe, les acheteurs obtiendront du pétrole à un prix réduit lorsqu’ils paieront en or. Cela obligera le CRIMEX et le LBMA à se trouver dans une situation de pénurie d’approvisionnement ou alors ils devront mettre fin à l’expansion de l’or papier par rapport à l’or réel et permettre une véritable découverte des prix à la hausse.

Si les sanctions parviennent à effrayer tout le monde et faire en sorte que personne n’utilise le rouble l’or les matières premières russes, alors le taux de change restera obstinément au-dessus de 75 et le monde boycotteur perdra son avantage concurrentiel par rapport à ceux qui sont prêts à braver l’ire des États-Unis en obtenant des produits russes à bas prix.

Comme je l’ai évoqué dans des articles précédents, cela offre la possibilité de mettre fin à la suppression du prix de l’or par la réhypothèque d’or physique sur les marchés de papier qui est la base de tout le système de colonisation financière que j’ai décrit ci-dessus.

Pour votre information, ce même scénario va se dérouler avec le Bitcoin maintenant que la Russie a déclaré que les « pays amis » pouvaient payer leurs importations en Bitcoin. Quelqu’un a-t-il remarqué le rallye actuel de la crypto-monnaie la plus détestée au monde ?

Nous disposons désormais d’un système d’interconversion or/bitcoin/rouble (et bientôt yuan) qui exclut complètement le Davos et détruit son modèle d’endettement colonial, tout en lui ôtant le pouvoir d’écraser les économies par des flux de capitaux à court terme entrants et sortants.

Parce que la prochaine étape dans tout cela est que la Russie clôture la balance des capitaux et nationalise la Banque de Russie, de sorte que la seule source de roubles internationaux soit le gouvernement russe.

En interne, le rouble sera de facto soutenu par l’or et pourra circuler librement.

La guerre sans fin est finie

La guerre est terminée, les gars. La Russie, la Chine et le reste du Sud ont déjà gagné. Comme m’a répondu Luke Gromen, « au final, ils ne peuvent rien y faire » .

Ce qui me fait peur, c’est la dernière chose que j’ai tweetée dans ce fil :

A part étendre la guerre sur le terrain. C’est ça qui m’effraie.

Et c’est exactement ce que j’attends de la suite, malheureusement. Biden est à Bruxelles en train de dire tout haut le but honteux de cette entreprise en évoquant avec la 82ème division aéroportée un départ en Ukraine et appelant à un changement de régime à Moscou.

Ces gens croient encore à leurs propres conneries au point de penser que cela deviendrait une guerre que les Russes ne pourront pas gagner.

Poutine a rompu avec le monde en douceur avec cette annonce. Il aurait pu entrer dans la salle et annoncer 8 000 roubles au gramme ou 2575 dollars l’once, ce qui aurait cassé les marchés vendredi et pendant le week-end, en vendant son pétrole et son gaz à un prix fortement réduit.

Il a attendu la fin de l’OpEx vendredi dernier et l’annonce du plan de hausse des taux d’intérêt de la Fed.

Le timing est important.

Mais, en faisant cela, il a aussi très subtilement soutenu la Fed et son plan de retrait des dollars d’Europe, car cela permettra de contenir le prix de l’or pendant un certain temps et d’empêcher la BCE de compenser la hausse des rendements des euro-obligations par une augmentation des réserves d’or dans son bilan.

Entre Poutine et Powell, Lagarde est sur le point de subir un revers si le Davos ne joue pas le jeu et n’abandonne pas.

Le problème, c’est l’arrogance infinie de ces élites européennes qui ne croient tout simplement pas qu’elles puissent être battues par les « colonies » des États-Unis et les « sales slaves » de Russie. Je vous dis depuis des années que c’est leur racisme naturel qui les pousse à agir.

Ne soyez donc pas surpris s’ils donnent le pouvoir aux néoconservateurs du Royaume-Uni et des États-Unis pour provoquer une escalade. Les signes s’accumulent pour indiquer que le Pentagone et la Maison Blanche sont en désaccord sur les escalades prévues. Les départements d’État et du Trésor sont des nids de vipères qui ont investi le Congrès pour faire la guerre sans la déclarer.

Je ne peux qu’espérer que des personnes sérieuses et adultes au sein du Pentagone mettront enfin un terme à cette absurdité avant que nous ne nous retrouvions dans une guerre dont personne ne veut, à l’exception d’une bande d’Euro-déchets consanguins dont la date de péremption est largement dépassée.

Je dis toujours que les barbouzes commencent les guerres civiles mais que les militaires les terminent. Espérons que nous n’arriverons jamais au point d’avoir besoin d’une autre armée que celle des Russes pour mettre fin à cette guerre.

En attendant, le message est clair, #GotGoldorRubles ?

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

❌