Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

S’ancrer au sol et résister à la poussée

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 3 Septembre 2021 – Source kunstler.com

https://www.greygoose.com/binaries/content/gallery/greygoose/products/grey-goose-vodka/bottle.png

En fait, la politique progressiste-libérale en matière d’avortement n’est jamais allée assez loin. Si seulement l’avortement était rétroactif ! Nous pourrions renvoyer « Joe Biden » (et peut-être tout le monde) dans les ténèbres cosmiques pré-embryonnaires qui précèdent la conception ? Sinon, nous devrons le chasser du Bureau ovale comme un petit généralissime guatémaltèque, puisqu’il a achevé la transformation des États-Unis en un trou perdu du tiers-monde… et qu’il a donc rempli sa mission.

C’était ça, d’ailleurs ? « Joe Biden » était-il une sorte de kamikaze envoyé ouvertement à la Maison Blanche par des partis mal perçus pour faire sauter les restes en lambeaux d’une république autrefois digne ? Une cohorte d’observateurs, dont de nombreux commentateurs avisés de ce blog, le dirait. D’une manière ou d’une autre, les jours de « Ol’ White Joe » à la barre sont désormais comptés. Même la claque des lèche-bottes quasi-analphabètes des médias d’information se retourne contre lui depuis qu’il a jeté un coup d’œil à sa montre trop souvent pendant que les corps des marines morts étaient roulés devant lui à Dover AFB. Au moins, il n’a pas bâillé et n’a pas allumé de cigarette non plus.

En ces nuits fraîches et agréables d’avant l’automne, Kamala Harris doit être en train de boire une Gray Goose au litre, pour faire passer son Xanax, dans le manoir où loge la vice-présidente, l’ancien observatoire naval, probablement la plus belle maison dans laquelle elle vivra jamais, car elle ne déménagera jamais au 1600 Pennsylvania Avenue, No siree! . Les parties mal perçues derrière tout ça… ce meshugas… ont tout faux avec elle. Elle était censée être une police d’assurance contre le retrait de « JB », tandis qu’il agissait comme une machine à signer les lois.

Mais c’est l’heure de vérité pour les acteurs du pouvoir dans notre capitale nationale, et je pense que Kamala pense qu’ils pensent que peut-être Kamala doit partir aussi… et peut-être pas d’une belle manière… comme si quelque chose allait mal sur Air Force Two à cent miles à l’est de l’île de l’Ascension en plein Atlantique Sud en route vers le Botswana… et la rencontre officielle tant attendue avec le Président Mokgweetsi Masisi… qui n’a jamais eu lieu…. Réveille-toi Kammie !!!! Oh non, c’est encore pire qu’un mauvais rêve, pense-t-elle. C’est la réalité !

Ces partis mal perçus pensent sûrement qu’ils peuvent s’en tirer avec n’importe quoi maintenant. Il n’y a pas de responsabilité, ni de souvenir de ce que cela signifiait autrefois. Les choses se passent et se défont, comme dans un royaume animal brut, préconscient, méchant et brutal, ce qui est exactement ce que notre pays est devenu si l’on tient compte de la lobotomisation massive des Éveillés, de la dépendance à la méthamphétamine et au fentanyl, de la manipulation mentale par les médias sociaux et de l’hystérie Covid. Klaus Schwab, vous allez un peu trop loin maintenant, non ? C’est une chose de ne rien posséder et d’être heureux, mais ne rien se rappeler ? Cette population survivante complaisante d’un demi-milliard de serfs que vous souhaitez réserver pour vous servir comme esclaves ne sera même pas capable d’exécuter les instructions les plus simples. Quelque chose a très mal tourné avec votre Grand Reset… si c’est ce que c’est.

Je préfère l’appeler la longue urgence, simplement la fin de partie de la phase hypertrophique techno-industrielle de l’histoire. On pouvait le voir venir à cent mois de distance, mais maintenant qu’il est là, la société occidentale est passée de la tragédie à la farce et à la psychose. Le groupe de lobbying pharmaceutique connu sous le nom d’American Medical Association a appelé cette semaine à un « arrêt immédiat » de l’utilisation de l’ivermectine pour traiter la Covid-19. Ils interdisent aux médecins membres de le prescrire. Ils suivent le CDC et la FDA dans la condamnation de ce médicament, le condamnant à la sellette… au bûcher ! « Il a été démontré que l’utilisation de l’ivermectine pour la prévention et le traitement du COVID-19 est nocif pour les patients », disent-ils.

Ils mentent, bien sûr. Et ils veulent que tous les médecins mentent. Combien d’entre eux iront dans ce sens pour s’entendre ? Se soucient-ils si ces absurdités psychotiques détruisent ce qui reste de la pratique médicale, tout comme les études sur la race et le sexe ont détruit l’enseignement supérieur ? Un jour pas si lointain, les médecins se présenteront au travail, mais les hôpitaux surpeuplés seront en faillite, les portes fermées, et les médecins reviendront faire des visites à domicile avec un petit sac noir… plus de voitures allemandes pour vous… et peut-être un poulet en échange d’un peu d’Ivermectine de contrebande, si vous êtes chanceux ! Il se trouve que je prends moi-même de l’Ivermectine de qualité vétérinaire à titre prophylactique, parce que c’est tout ce qu’on peut trouver facilement par ici. Je ne me suis jamais senti aussi bien depuis des années. Peut-être avais-je des oxyures (Enterobius vermicularis). En tout cas, je n’ai pas de Covid. Je prends aussi de la vitamine D3 et du zinc. Anathème, saloperies à 2 sous !

Tous ceux que je fréquente en ont assez de ce jeu nauséabond – les politiciens menteurs, les médias menteurs, les bureaucrates médicaux menteurs, les généraux menteurs, les enseignants menteurs, les célébrités menteuses, les magnats de la technologie menteurs, toute l’armature de la contre-réalité que vous voulez imposer à un pays autrefois juste. Nous n’exécuterons jamais vos ordres. Nous ne nous soumettrons jamais. Nous sommes plus nombreux que vous. Allez-y, poussez juste un peu plus fort.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Le programme orwellien du passeport vaccinal repose sur le mensonge du « contrat social »

Par : hervek

Par Brandon Smith − Le 2 septembre 2021 − Source Alt-Market

Il y a une question fondamentale qui doit être posée lors de l’examen de la question du passeport vaccinal, et ce que je constate, c’est que presque personne dans les médias dominants ne s’y attaque directement. Cette question est la suivante :

Est-il légalement et moralement acceptable de restreindre les droits et l’accès économique des personnes afin de les forcer à se soumettre à un « vaccin » expérimental, ou à toute autre procédure médicale ?

En outre, qui décide des procédures médicales qu’il est acceptable d’appliquer ? Qui peut être le superviseur tout puissant et bienveillant du parcours de santé de chaque être humain ? Je pose cette question parce que je ne pense pas que beaucoup de gens réalisent les répercussions futures de permettre aux gouvernements ou aux entreprises (qui sont fortement entremêlés de nos jours) de dicter les vaccinations Covid. Cela ne s’arrête pas là ; en fait, nous n’avons aucune idée d’où cela s’arrête une fois que la boîte de Pandore est ouverte.

Par exemple, le principal argument du culte Covid et de l’establishment en faveur des passeports vaccinaux est le fantasme du « contrat social ». Ils prétendent que parce que nous « vivons dans une société », tout ce que nous faisons affecte tout le monde d’une manière ou d’une autre, et parce que nous sommes tous interconnectés dans notre « collectif », nous sommes donc redevables à la collectivité. En d’autres termes, la collectivité a le « droit » de microgérer la vie de l’individu car si l’individu est autorisé à prendre ses propres décisions, il pourrait potentiellement causer du tort à l’ensemble du groupe.

Au cas où vous ne seriez pas familier avec cette philosophie, il s’agit d’une extension du socialisme et du marxisme culturel, et elle est au cœur même de la propagande du passeport vaccinal. Dans le passé, j’ai eu des débats publics avec des personnes pro-socialistes qui ont essayé de défendre les mérites du socialisme et, à chaque fois, l’argument se résume à une seule déconnexion – je dis que si un groupe de personnes veut partir et créer sa propre petite communauté socialiste, il en a parfaitement le droit… tant que c’est VOLONTAIRE. Ensuite, si elle échoue et s’effondre, cela n’a pas d’importance car cela ne m’affecte pas, ni moi ni quiconque n’a pas voulu participer.

Le problème est que ces socialistes/communistes/Marxistes/collectivistes ne saisissent tout simplement pas la notion de volontariat. Ils pensent qu’il faut forcer les gens à faire ce qu’il faut ou à aider les autres, et que ce sont eux qui décident de ce qu’il faut faire et qui reçoit l’aide. Ce sont eux qui décident quelles libertés sont acceptables et quelles libertés ne conviennent pas à leur programme. Quand ils disent « Nous vivons dans une société… », ce qu’ils veulent vraiment dire, c’est « Vous vivez dans NOTRE société, et NOUS allons déterminer ce qui est le mieux pour vous ».

Lorsque je soutiens qu’une communauté socialiste devrait être volontaire, ils affirment inévitablement que les gens ne s’engageront pas volontairement dans un tel système et qu’il faut donc les forcer à faire ce qui est le mieux pour le « plus grand bien ».

En ce qui concerne les passeports vaccinaux, le contrat social collectiviste est un élément clé. Ils affirment que le fait de ne pas être vacciné n’est pas une liberté personnelle car les personnes non-vaccinées représentent un risque pour la vie de tous les autres. Le contrat social est donc violé car en faisant un choix de vie personnel, vous mettez en danger les droits des autres.

Il est intéressant de noter que le culte Covid est composé de personnes qui n’appliquent pas la même logique à d’autres problèmes de santé comme l’avortement. Je veux dire qu’il n’y a aucune preuve corroborée pour soutenir l’affirmation selon laquelle les personnes non vaccinées sont plus dangereuses pour la vie des autres que les personnes vaccinées, et nous allons y revenir dans un instant. Mais, lorsque nous parlons d’un avortement, nous parlons d’une décision médicale personnelle qui conduit à la mort directe et observable d’un autre être humain innocent ayant ses propres droits. Les avortements mettent fin à la vie de plus de 800 000 personnes à naître par an aux États-Unis, bien plus que ce que la Covid est censé faire.

Le principe « Mon corps, mon choix » ne s’applique apparemment qu’au meurtre de bébés, mais pas aux personnes qui ne veulent pas devenir des cobayes pour un cocktail d’ARNm dont l’innocuité n’est pas prouvée par des tests à long terme.

Imaginez cependant que nous inversions le scénario et appliquions l’argument du contrat social au sens large à quelque chose comme les enfants et la population ? Un membre collectiviste/gauchiste du culte du réchauffement climatique pourrait également soutenir que l’avortement devrait être légalement obligatoire, parce que le fait d’avoir un enfant ou « trop d’enfants » augmente les émissions de carbone et met ainsi la société « en danger » encore plus (encore une fois, sans aucune preuve à l’appui). En permettant au récit du contrat social de ne pas être contrôlé, nous ouvrons la porte à de nouvelles mesures d’oppression horribles et à un effacement complet de notre autonomie.

Je pense que l’on peut dire que l’idéologie du « contrat social » est très sélective et hypocrite. Le culte Covid ne se soucie pas de sauver des vies, il ne se soucie que de son récit idéologique et du pouvoir de faire en sorte que les gens s’y soumettent. Mais creusons un peu plus le raisonnement derrière la revendication du contrat social. Qui meurt réellement à cause des personnes non vaccinées, qui, selon les statistiques nationales sur les vaccins, représentent environ 50 % de la population américaine ?

Le taux moyen de mortalité par infection (IFR) du covid est de seulement 0,26 % selon des dizaines d’études et les propres chiffres du gouvernement. Cela signifie que les personnes non-vaccinées ne représentent même pas une menace lointaine pour 99,7% de la population. Environ 40 % de tous les décès dus à la Covid-19 sont constitués de personnes en maison de retraite présentant des conditions préexistantes, ce qui signifie que nous ne savons pas si elles sont réellement mortes de la Covid-19 ou en raison des problèmes de santé dont elles souffraient déjà. Le bassin de personnes susceptibles d’être affectées par les non-vaccinés se réduit de plus en plus…

Et que dire de la contradiction ridicule qui surgit lorsque l’on parle du récit des obligations et du récit du passeport ? Si les masques et les vaccins fonctionnent réellement, alors comment une personne non vaccinée ou non masquée peut-elle constituer une menace pour une personne vaccinée ? Si les vaccins et les masques ne fonctionnent pas, alors pourquoi les utiliser, et pourquoi exiger des vaccinations forcées par le biais de mesures de passeport ?

La propagande dominante affirme que les personnes non vaccinées deviendront en quelque sorte des boîtes de Pétri pour de nouvelles mutations qui nuiront aux personnes vaccinées. Il n’y a aucune preuve à l’appui de cette affirmation. En fait, il y a plus de preuves qui suggèrent que ce sont les personnes vaccinées qui déclencheront les mutations et les variants. Les médias affirment qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais si ce n’est pas le cas, nous ne devrions pas non plus nous inquiéter des mutations qui se développent dans la population non vaccinée, si tant est qu’il y en ait.

Le fait est que de plus en plus de preuves scientifiques démontrent que les vaccins expérimentaux ne sont PAS efficaces et que les personnes non-vaccinées sont en fait plus à l’abri de la Covid-19, quelle que soit la variante ou la mutation.

Il est impossible de connaître le nombre réel d’infections aux États-Unis car, selon le CDC, 59 % des personnes qui attrapent la Covid et la propagent sont asymptomatiques. Elles ne savent jamais qu’elles sont infectées et il est donc peu probable qu’elles se soumettent à un test de dépistage. Cela dit, il est clair que des millions d’Américains ont été confrontés au virus et ont maintenant une immunité naturelle contre lui (il se trouve que j’en fais partie). Les élitistes de l’establishment comme Anthony Fauci refusent de reconnaître l’immunité naturelle comme un facteur, et ils disent que SEULS les personnes vaccinées sont qualifiées pour recevoir un passeport. Pourquoi ?

De multiples études sont publiées par des pays ayant un taux de vaccination élevé, comme Israël, qui contredisent complètement le discours de Fauci sur l’immunité naturelle. Israël a un taux de vaccination d’environ 63% selon les statistiques gouvernementales, mais les preuves scientifiques qu’ils ont publiées montrent que les personnes vaccinées ont 13 à 27 fois plus de risques de contracter la Covid et 8 fois plus de risques d’être hospitalisées par rapport aux personnes qui ont une immunité naturelle. Il semble presque que les vaccins à ARNm rendent les gens PLUS sensibles au virus plutôt que moins sensibles.

Des données récentes publiées par l’État du Massachusetts confirment cette préoccupation. Au cours du mois de juillet, le Massachusetts a signalé au moins 5 100 infections par la Covid, toutes des personnes qui étaient entièrement vaccinées. Plus de 80 d’entre elles sont mortes, ce qui représente un taux de mortalité beaucoup plus élevé que chez les personnes non vaccinées. Dans mon comté de 20 000 habitants, où le taux de vaccination est faible et où le masque n’est pas obligatoire, il n’y a eu au total que 17 décès dus à la Covid pendant la première année de la pandémie.

Cela soulève la question : Pourquoi prendre le cocktail ARNm ? Qu’y a-t-il à gagner ? Eh bien, il n’y a rien à gagner en termes de sécurité sanitaire. Même si vous faites partie des 0,26 % de personnes exposées au risque de Covid, il est préférable sur le long terme de tenter votre chance avec l’immunité naturelle plutôt que de vous faire vacciner.

La réponse à la question ne concerne pas la santé, mais le refus d’accès. Les gouvernements et leurs partenaires commerciaux essaient de faire en sorte que vous soyez OBLIGÉ de prendre le vaccin pour participer à des activités sociales normales, voire pour garder un emploi. En plus de cela, le processus s’éternise car, chaque année, il y a de nouveaux variants et de nouvelles piqûres de rappel. La seule raison de se faire vacciner est de conserver au moins une poignée de ses libertés et d’éviter la pauvreté et la famine.

C’est ici que nous devons revenir à la question initiale présentée au début de cet article :

Est-il légalement et moralement acceptable de restreindre les droits et l’accès économique des gens afin de les forcer à se soumettre à un « vaccin » expérimental ?

La secte Covid dira que les droits des entreprises privées l’emportent sur les droits individuels et que les entreprises devraient donc être autorisées à discriminer leurs employés en fonction de leur statut vaccinal. Mais encore une fois, ce à quoi nous sommes confrontés dans la plupart des cas, ce ne sont PAS des entreprises privées, mais des conglomérats financés par des renflouements gouvernementaux et qui sont de connivence directe avec les gouvernements pour appliquer l’agenda du passeport. Je dois donc dire que ces entreprises n’ont pas le droit de se nourrir de l’argent des contribuables et de prétendre ensuite qu’elles sont des entités privées qui ont la liberté d’envahir la vie privée des employés et des clients.

Et depuis quand les collectivistes se soucient-ils réellement des droits des entreprises privées, de toute façon ? Encore de l’hypocrisie…

Si nous parlons de petites et moyennes entreprises qui ne sont pas stimulées par le gouvernement, la question devient plus délicate. Dans de nombreux États et autres pays, les entreprises ne font qu’appliquer les passeports parce que, si elles ne le font pas, elles seront punies par le gouvernement. Dans ce cas, l’argument des droits de l’entreprise privée tombe à l’eau. Le culte Covid ne respecte l’indépendance des entreprises que lorsque cela les arrange.

Franchement, ce sont les petites entreprises qui sont les plus touchées par les obligations Covid et les coûts supplémentaires qu’implique la simple application des passeports dans leurs propres établissements vont les ruiner. Tout propriétaire de petite entreprise qui soutient volontairement les règles du passeport doit avoir une envie de mort financière.

En ce qui concerne le gouvernement, la secte Covid prétendra qu’il existe des précédents de la Cour suprême pour l’application légale des vaccinations. Honnêtement, je m’en fiche, et des millions d’autres Américains non plus. Une bande de grands prêtres en robe noire n’a pas à dicter mes décisions indépendantes en matière de santé ; je prends ces décisions et ils ne peuvent rien y faire. C’est là qu’il faut en venir à la morale et aux principes impliqués – La vie des autres n’est en rien affectée par ma décision de refuser de me conformer aux passeports vaccinaux. Et ce n’est pas parce qu’un groupe de personnes a des peurs irrationnelles face à la menace de la Covid qu’il faut exiger des personnes ayant plus de discernement sur les faits qu’elles les fassent se « sentir mieux » ou se sentir plus en sécurité.

La ligne de fond est la suivante : Nos libertés sont plus importantes que vos peurs paranoïaques, et nous ne nous y plierons pas. Nous ne souscrivons pas à votre faux contrat social, et vous n’êtes pas en position de dicter les termes de notre « société ». Vous n’aimez pas ça ? Vous êtes plus que bienvenus de quitter le pays et de créer une utopie vaccinale ailleurs. Nous verrons comment cela fonctionnera pour vous à long terme.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

DICTATURE NUMÉRIQUE EN AUSTRALIE SOUS PRÉTEXTE SANITAIRE

Rien ne va plus au royaume des Kangourous L’Australie est officiellement le pays le plus avant-gardiste concernant la coronafolie. Premièrement, l’armée patrouille dans les rues lorsque vous êtes confiné à domicile, pour veiller au grain. Un coup de pression qui vaut son pesant de cacahuètes. Mais le rapport de force de notre génération est bien entendu en ligne, et cela […]

Une suite insouciante

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 30 Août 2021 – Source kunstler.com

Malgré toute la puissance apparente de l’État profond – alias la « communauté du renseignement » – on ne peut qu’être impressionné par sa stupidité et son désespoir. Il ne peut pas garder de secrets ou couvrir ses traces. Quiconque a prêté attention à l’opération RussiaGate a vu les preuves publiées de tous les comportements illicites qu’elle a engendrés et connaît les noms de tous les acteurs. Idem pour les efforts visant à organiser l’élection de 2020 et à installer un larbin-marionnette manifestement sénile à la Maison Blanche. Et idem pour l’effort visant à fabriquer la crise de la Covid-19 en détournant l’appareil de santé publique du gouvernement fédéral.

Pourtant, cette menace de l’État profond est en train de trébucher parce qu’elle n’a pas compris la dynamique de base de l’urgence à long terme : les surinvestissements dans la complexité produisent inexorablement le désordre et l’effondrement. Cela inclut la complexité de l’État profond lui-même, une entreprise tentaculaire étouffée par l’immense flux de données dont elle se nourrit et par les efforts maladroits de ses agents trop humains pour en faire des armes. La question qui se pose maintenant est de savoir si l’État profond va s’effondrer – et peut-être même être battu avec force par les Américains qui s’y opposent – avant que le pays tout entier et tous ses systèmes de soutien ne s’effondrent.

Les événements se succèdent bien au-delà du contrôle de l’État profond. Son homme de paille, « Joe Biden », a scellé son destin la semaine dernière avec la sortie ratée d’Afghanistan. La mort de treize soldats américains n’est peut-être que l’avant-goût d’un Grand-Guignol à venir, alors que les maniaques islamiques victorieux vont pouvoir mettre en scène des atrocités à l’encontre des milliers d’Américains et d’autres Occidentaux laissés sur place. Pourquoi ne le feraient-ils pas ? Pendant des décennies, ils ont promis de vaincre et d’humilier leurs ennemis « infidèles ». Rappelez-vous les décapitations enregistrées sur vidéo de Nicholas Berg, Daniel Pearl et bien d’autres ? Le rôti du pilote syrien capturé dans une cage en acier ?

Il n’est même pas nécessaire de poser la question rhétorique suivante : qui a planifié et exécuté l’évacuation pied-nickelesque de Kaboul ? C’est une évidence : toute la chaîne de commandement. Cela galvanise enfin la moitié du pays qui n’est pas sous l’emprise de l’État profond pour qu’elle s’y oppose, et c’est ce que vous verrez dans les semaines à venir. Ils se débarrasseront de cet imposteur de « Joe Biden » – si l’État profond n’essaie pas de le faire avant – et ensuite ils « annuleront » la tentative de l’État profond de gérer toute succession au poste vacant au sommet.

Pensez-vous que vous n’entendrez pas parler des résultats de l’audit des élections en Arizona simplement parce que l’entreprise s’est tue la semaine dernière lorsque trois membres de l’équipe d’audit sont tombés malades à cause de la Covid-19 ? Le processus n’a pas été arrêté ou écrasé. Le rapport montrera une disparité flagrante et surprenante entre les résultats certifiés et les bulletins réellement comptés. Cela fera voler en éclats les lambeaux de légitimité que portait « Joe Biden », révélant la créature larvaire et aveugle qui se cache à l’intérieur.

Le CDC et ses agences alliées ont fait le plein des Américains prêts à se faire vacciner. La dernière manœuvre de la FDA visant à « approuver » l’agent de thérapie génétique « Comirnaty », qui n’a pas encore été produit (ou testé), avait pour but de faire croire au public que l’actuel « vaccin » Pfizer-BioNTech était également approuvé. Il n’est pas approuvé. Il est toujours administré en vertu de l’autorisation d’utilisation d’urgence. Les médias d’information menteurs mentent encore à ce sujet. Quoi qu’il en soit, la moitié du pays refuse de prendre un cocktail qui n’agit pas comme un véritable vaccin (c’est-à-dire qui prévient la maladie) et qui menace d’attaquer mortellement la paroi des vaisseaux sanguins… cette grande partie du public en a bien assez d’être bousculée par des obligations et des menaces.

Nous ne nous soumettrons pas. Nous approchons de la fin de ce règne de terreur médicale. Le problème, c’est que l’establishment médical n’y survivra pas. Ils ont perverti et sapé ce que l’on appelait autrefois la science – la recherche de la vérité sur ce qui est réel et ce qui ne l’est pas – et, de toute façon, le système médical s’est déjà empoisonné lui-même avec un racket si excentrique et cruel qu’il fait passer l’ancienne mafia pour une organisation caritative. Non seulement les Américains reçoivent un virus Covid dont le développement a été financé et guidé par le principal responsable de la santé publique des États-Unis, Tony Fauci, mais s’il les conduit à l’hôpital, leurs médecins leur refusent un traitement avec des médicaments efficaces et, si les patients survivent à l’épreuve, ils reçoivent des factures de plusieurs millions de dollars. Cette conduite témoigne d’une sorte de sadisme qui va au-delà de la simple addition d’insultes aux blessures.

La moitié du pays prête également attention à l’invasion de « sauteurs de frontières » venant du Mexique avec l’aide de l’État profond. Ils remarquent également que « Joe Biden » ne se conforme pas à la récente décision de la Cour suprême des États-Unis selon laquelle il doit appliquer la procédure permanente pour renvoyer les « demandeurs d’asile » au Mexique en attendant une décision sur leur admissibilité. Beaucoup de ces migrants viennent des coins les plus reculés du monde, notamment d’endroits remplis de gens qui ne nous aiment pas, ni notre pays. Combien d’entre eux viennent ici pour faire exploser des choses et tirer sur des citoyens américains ? Personne ne le sait. L’État profond ne veut pas le savoir et il ne veut pas que vous le découvriez.

Enfin, il y a la question du système financier qui, ces derniers temps, est devenu le mandataire de ce qui était l’économie productive américaine, son faux front Potemkine. Les divers plans visant à dépenser environ 8 000 milliards de dollars d’argent inexistant pour d’autres expériences sociales telles que payer les citoyens pour qu’ils soient oisifs, auraient suffi à couler la monnaie américaine, le dollar américain. Maintenant que le monde a été témoin du retrait humiliant des États-Unis de notre guerre de 20 ans en Afghanistan, le processus va s’accélérer. Le monde voit que l’on ne peut compter sur nous dans aucune crise étrangère. Ils savent que nous ne produisons plus de choses de valeur. A quoi sommes-nous bons, exactement ? Des entreprises absurdes comme la confusion des genres et l’escroquerie raciale ? La drogue et la pornographie ? Est-ce cela qui se cache derrière le dollar ?

L’ancien (depuis hier) lieutenant-colonel Stuart Scheller est revenu sur YouTube hier. Il montre bien à quel point la meilleure moitié de la nation est en colère, la moitié qui refuse de se plier à l’État profond, la moitié qui cherche à l’écraser et à lui demander des comptes pour avoir tenté de détruire le pays de six façons différentes.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

La débâcle de la sortie d’Afghanistan : incompétence, distraction ou quelque chose de plus sinistre ?

Par : hervek

Par Brandon Smith − Le 18 Août 2021 − Source Alt-Market

Mon premier réflexe a été d’ignorer le cirque entourant l’apparente gabegie de Biden concernant le retrait des troupes d’Afghanistan, principalement parce que je pense que cela détourne l’attention du danger bien plus grand des mandats despotiques et des passeports vaccinaux que Biden et ses manipulateurs tentent de faire avancer en ce moment même sur notre sol. Cela dit, j’ai reçu de nombreuses demandes de lecteurs pour discuter de la situation et j’ai trouvé certains aspects du retrait plutôt suspects. L’hypothèse de base est que Biden est sénile et que sa gestion de la sortie est entachée de sa stupidité, mais il y a peut-être plus que ce que l’on croit…

Tout d’abord, je pense qu’il est important de dissiper un récit de propagande qui circule dans les médias et selon lequel les conservateurs demandent en quelque sorte que les troupes restent en Afghanistan en critiquant la stratégie de sortie de Biden. Il s’agit là d’une propagande typique de la gauche. On peut être en faveur d’un retrait des troupes tout en critiquant la façon dont Biden a géré la situation. Franchement, les États-Unis auraient dû quitter l’Afghanistan il y a plusieurs années ; je ne pense pas qu’il soit trop demander de mettre en place un plan concret pour atténuer les dommages causés aux personnes qui comptaient sur notre présence pour les protéger des talibans.

C’est Barack Obama qui, le premier, a promis une sortie de l’Afghanistan pour 2014, tout en affirmant que la « mission de combat était terminée ». Cela n’est bien sûr jamais arrivé et la gauche politique a ignoré la tromperie d’Obama en faveur du récit du sauveur progressiste.

Pour être juste, l’administration Trump a fait exactement la même chose, en mettant en avant l’idée d’un retrait majeur ou d’une sortie complète, puis en instituant des renforts de troupes à la place, mais au moins les conservateurs ont été beaucoup plus critiques à l’égard de son retour en arrière. Trump s’est finalement engagé à réduire les troupes en 2020, en déplaçant la plupart des actifs APRÈS l’élection de novembre, laissant 2 500 militaires en Afghanistan ainsi que 17 000 entrepreneurs privés.

Le véritable choc a été la rapidité du programme de sortie de Biden après que Trump ait déjà retiré le gros des troupes américaines. Ce retrait rapide a consisté à réduire la quasi-totalité des troupes américaines et à diminuer le nombre d’entrepreneurs privés d’au moins 60 %, le tout en l’espace de quelques mois. Cela a permis aux talibans d’envahir les dernières provinces sécurisées autour de la capitale Kaboul, puis Kaboul elle-même. Une panique s’est emparée des citoyens afghans aux sentiments anti-talibans, et des centaines de milliers de personnes cherchent à s’échapper.

Les multiples administrations américaines ont pour habitude de répondre du bout des lèvres aux préoccupations de l’opinion publique concernant la guerre sans fin en Afghanistan, en disant aux gens que la sortie est imminente, puis en haussant les épaules lorsqu’elles sont prises en flagrant délit de mensonge. C’est devenu une telle formule que je pense que les Américains ont été conditionnés pour s’attendre à ce que nous ne quittions jamais réellement le pays, que les fausses promesses se poursuivent perpétuellement. C’est peut-être la raison pour laquelle le retrait précipité et désordonné des troupes de la région par Biden en l’espace de quelques mois semble si bizarre.

Les apologistes de Biden diront que le jacassant commandant en chef nous a donné exactement ce que nous voulions, et que nous devrions donc l’applaudir. Cependant, la manière chaotique dont Biden exécute le retrait des troupes est de plus en plus suspecte. Cela ressemble davantage à une retraite désespérée face à une attaque écrasante, plutôt qu’à une sortie contrôlée avec un plan défensif face à une insurrection limitée. Ou, plus inquiétant encore, on a l’impression que Biden a besoin de ces troupes et de ces ressources ailleurs et dans l’urgence – mais où sont les troupes nécessaires et pourquoi ?

Une stratégie de sortie aurait dû prendre au moins un an de plus, avec une zone sécurisée entourant Kaboul et les provinces frontalières du Pakistan, ainsi qu’un plan d’évacuation des civils risquant des représailles de la part des fondamentalistes islamiques. Une stratégie à plus long terme (et meilleure) aurait été de diviser une partie des provinces des régions les plus difficiles à contrôler du pays et de former une nouvelle nation composée de personnes qui ne veulent pas vivre sous la domination des talibans (ils sont nombreux). Cela aurait été une solution plus significative, mais qui aurait dû être mise en œuvre il y a des années. Il est bien trop tard maintenant.

Il faut comprendre que les États-Unis n’allaient JAMAIS « gagner » la guerre en Afghanistan. Une stratégie militaire orthodoxe est rarement susceptible de réussir contre une insurrection à long terme utilisant des tactiques asymétriques. Peu importe l’avancée technologique de cette armée, peu importe le nombre d’avions, de chars et de drones dont elle dispose. Au fil du temps, ils finiront par perdre par pure attrition face à une résistance de guérilla.

Je tiens également à souligner que ce n’est pas vraiment le retrait des troupes qui a ouvert la porte à la récente offensive des talibans, mais plutôt le retrait des 17 000 entrepreneurs privés présents dans le pays. C’était la principale force qui maintenait les talibans à distance après les élections.

Aujourd’hui, les Afghans s’entassent sur les trains d’atterrissage des avions qui quittent les bases de l’armée de l’air à l’extérieur de Kabul, alors que la capitale est envahie par les combattants talibans, dans des scènes qui rappellent la fin de la participation des États-Unis à la guerre du Vietnam. Des mères afghanes jettent leurs bébés par-dessus les barbelés pour les soldats de l’autre côté. De nombreux gouvernements n’ont même pas eu le temps d’évacuer leurs ambassades que les talibans ont envahi le pays. Les femmes dépoussièrent rapidement leurs burkas après 20 ans et les personnes qui se sont portées candidates à des fonctions publiques sont laissées derrière pour être massacrées, tandis qu’un nombre incalculable d’armements américains sont tombés entre les mains des talibans. Cela n’a tout simplement aucun sens. Et c’est ici que nous devons examiner certaines théories expliquant pourquoi cela a été géré de cette façon.

Je ne crois pas à l’histoire du « Biden est incompétent », car elle est trop simpliste et ne tient pas compte de la situation dans son ensemble. Biden est une marionnette, une mascotte, un homme de paille que le public peut aimer ou détester, et c’est tout ce qu’il est. Oui, il peut à peine lire sur un téléprompteur, mais ce sont ses marionnettistes qui prennent les grandes décisions, pas Biden. Ce sont des gens mauvais, mais pas incompétents.

Donc nous devons poser des questions importantes : Pourquoi maintenant ? Et, qui en profite ? Après des décennies de présidents nous mentant sur la « mission accomplie » et le retrait imminent des troupes, pourquoi Biden s’engage-t-il soudainement dans une stratégie de sortie de la manière la plus hystérique qui soit ?

Pourquoi l’administration Biden a-t-elle choisi le 11 septembre comme date limite pour le retrait des troupes ? C’est certainement le symbole d’un nouvel échec et d’une nouvelle défaite des États-Unis, mais est-ce aussi le symbole d’une nouvelle phase dans les plans de l’establishment pour les États-Unis dans leur ensemble ? Un autre événement majeur, comme le 11 septembre ou un événement plus important, est-il prévu et la sortie soudaine d’Afghanistan est-elle une préparation à cet événement ?

Comme je l’ai mentionné, certaines scènes me rappellent le Viêt Nam, mais aussi Benghazi. Il y a une odeur de pourriture dans cet événement, comme si le but était de déclencher délibérément un brasier pour cacher un autre motif dans la fumée.

Certes, la folie en Afghanistan est une distraction bien loin de la mise en œuvre des passeports vaccinaux et d’autres mandats illégaux aux États-Unis, avec un nombre croissant de sociétés et de gouvernements de villes et d’États qui tentent de les appliquer. Le DHS vient de publier une déclaration indiquant que toute personne qui refuse de se soumettre aux restrictions et aux vaccins expérimentaux à ARNm « pourrait » être un terroriste potentiel. Ils envisagent même l’idée de restrictions interétatiques sur les voyages des personnes non vaccinées, ce que je prédis depuis un an et qui figure en tête de ma liste des actions qui déclencheront une guerre civile.

Tout ce que les médias alternatifs ont mis en garde ces 18 derniers mois contre la tyrannie médicale est en train de se réaliser. Ce n’est pas une « théorie de la conspiration », c’est une réalité de la conspiration.

L’administration Biden va certainement essayer d’annoncer des exigences de passeport vaccinal au niveau fédéral dans un avenir proche. Le plan consiste-t-il à ramener des troupes américaines et peut-être même des entrepreneurs privés aux États-Unis pour aider à faire appliquer des directives illégales par le biais de la loi martiale ? Il y a une forte probabilité d’une sécession douce des états et comtés rouges si la farce Covid continue. Les troupes américaines étant majoritairement conservatrices, on peut espérer qu’elles n’obtempéreront pas et qu’elles n’ont aucun intérêt à combattre une nouvelle insurrection composée de leur propre peuple. Nous devrons attendre et voir.

Ou bien, y a-t-il une autre guerre en préparation, destinée à détourner les Américains valides pour les envoyer se battre dans un autre trou perdu à l’étranger, alors qu’ils devraient se battre pour la liberté aux États-Unis ? Un renforcement des capacités dans le Pacifique est en cours et le PC chinois est effectivement l’un des régimes les plus horribles qui existent aujourd’hui, mais nous devons d’abord éliminer les communistes et les globalistes dans notre propre pays avant de nous préoccuper de ceux qui gouvernent à l’autre bout du monde.

Un conflit régional avec la Chine ou tout autre pays à ce stade minerait complètement l’économie américaine déjà fragile et la chaîne d’approvisionnement mondiale, sans parler de la dévaluation du dollar américain et de l’augmentation de l’inflation des prix à un degré paralysant. C’est quelque chose à considérer.

Ce qui m’inquiète le plus, encore une fois, c’est la vitesse à laquelle tout cela est mis en œuvre. Dans mes derniers articles, j’ai souligné le fait que le gouvernement et les entreprises bombardent le public de propagande sur les passeports vaccinaux et les restrictions Covid à un niveau jamais vu depuis l’apogée de la pandémie en janvier. C’est comme s’ils DEVAIENT mettre ces mesures en place d’ici la fin de l’année ou le début de l’année prochaine. Par extension, la sortie de l’Afghanistan ressemble également à une course effrénée. Peut-être est-ce parce que les ressources utilisées là-bas seront nécessaires ailleurs d’ici la fin de l’année ?

Je ne peux pas prédire quel sera l’événement exact, mais il semble évident que l’establishment se prépare à une autre crise à court terme. La fin abrupte de l’occupation de l’Afghanistan est un signe précurseur de menaces plus pressantes à venir.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

RAPPORT : LE PASSEPORT VACCINAL EUROPÉEN PRÉVU DEPUIS 2018 (COMMISSION EUROPÉENE)

Voici une traduction d’un document de 2019 de la Commission européenne à propos de sa feuille de route au sujet des vaccins. Veuillez excuser la mise en page c’est une traduction automatique : FEUILLE-DE-ROUTE-SUR-LA-VACCINATIONTélécharger   Version originale en anglais : 2019-2022_roadmap_enTélécharger   Récupérez les reportages, dossiers fuités, articles censurés sur les plateformes des GAFAM : Cliquez sur l’image pour récupérer d’autres ressources   Source […]

[MàJ] Révolte anti-Pass Sanitaire en France : 75 intellectuels du groupe Antigone appellent à la désobéissance civile

Par : Volti
Mise à jour de la liste des signataires, Antigone appelle à la résistance civile et non à la désobéissance civile. (Titre repris de la source de l’article ) Françoise G. Source Cheikh Dieng pour Le Courrier de Soir Le groupe Antigone, collectif composé de 75 intellectuels français, a fait parvenir à la rédaction de notre média, Lecourrier-du-soir.com, un appel dénonçant […]

BONNE RENTRÉE SANITAIRE : VERS UN MONDE D’APRÈS TOTALITAIRE

Le 12 juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait l’extension du passe sanitaire, autrement dit une vaccination (presque obligatoire) pour celles et ceux qui souhaitent conserver un mode de vie normal. Cette annonce présidentielle du début de l’été a fait l’effet d’un choc pour la partie (encore consciente) de la population, qui a vu ses doutes se transformer définitivement en réalité. En effet,  l’instauration […]

⚡️ LES TAUX DE VACCINATION CONTRE LE COVID-19 ONT CHUTÉ ET LES EXPERTS S’INQUIÈTENT

Relâchement sur les mesures vaccinales Lorsque les vaccins contre le coronavirus ont été développés, testés et autorisés pour une utilisation d’urgence et en un temps record, des millions de personnes attendaient avec impatience cette protection promise et la tranquillité d’esprit qu’elles offraient. Mais environ neuf mois après le début des campagnes de vaccination en Occident, il y a eu un […]

Scandale derrière la fausse approbation du vaccin Pfizer par la Food and Drug Administration

Par : Wayan

Par William Engdahl – Le 30 août 2021 –  Source New Eastern Outlook

L’autorité gouvernementale américaine chargée de la réglementation des médicaments, la Food and Drug Administration [FDA dans la suite du texte,NdT], vient d’annoncer qu’elle avait approuvé le vaccin génétique à ARNm de Pfizer et BioNTech. Mais dans quelles conditions ?

Ce supposé nouveau statut est utilisé par l’administration Biden et de nombreux États et entreprises pour imposer la vaccination obligatoire. Le conseiller Covid de Biden, Tony Fauci du NIAID, en conflit d’intérêts notoire, s’appuie sur cette décision pour pousser à une vaccination nationale obligatoire dans tout le pays. Ce qui n’est pas révélé, c’est le cloaque de corruption et de conflits d’intérêts entre la FDA et les grandes entreprises pharmaceutiques, dont Pfizer, qui sont à l’origine de cette approbation précipitée. Et il ne s’agit pas d’une approbation complète pour le vaccin de Pfizer, mais seulement pour le vaccin juridiquement différent de BioNTech.

« …le cachet final d’approbation » ?

Le 23 août, la FDA annonçait l’approbation totale de la substance génétiquement modifiée qu’est l’ARNm de Pfizer. Mais en réalité pas tout à fait, lorsque l’on étudie les documents complets de la FDA. M. Fauci, dont le NIAID a des intérêts financiers dans le vaccin, a qualifié la décision de la FDA de « cachet final d’approbation ». Or, elle est tout sauf finale ou issue d’une évaluation médicale impartiale, scientifique et rigoureuse. Il s’agit plutôt d’une décision à motivation politique prise par une FDA dont la corruption dépasse l’imagination.

Revenant sur sa déclaration de 2020 selon laquelle elle tiendrait des audiences normales du comité consultatif de la FDA, avec des experts indépendants pour discuter de la demande d’approbation complète de Pfizer, la FDA a maintenant déclaré au British Medical Journal (BMJ) qu’elle pensait qu’une réunion n’était pas nécessaire avant d’accorder l’approbation complète d’un des vaccins le plus controversé de l’histoire moderne. Le BMJ cite Kim Witczak, un défenseur de la sureté des médicaments qui représente les consommateurs au sein du comité consultatif de la FDA sur les médicaments psychopharmacologiques : « Ces réunions publiques [de la FDA] sont impératives pour instaurer la confiance, en particulier lorsque les vaccins ont été commercialisés à la vitesse de l’éclair dans le cadre d’une autorisation d’utilisation d’urgence. »

Witczak poursuit avec une note alarmante : « Il est déjà inquiétant que l’approbation complète soit basée sur des données prises sur une période de seulement six mois alors que les essais cliniques ont été conçus pour être étendus sur deux ans. Il n’y a plus eu de groupe de contrôle après que Pfizer ait offert le vaccin aux participants du groupe placebo, avant la fin des essais. » Relisez ça, lentement. Pendant les essais, Pfizer a détruit le propre groupe de contrôle à mi-parcours ! Et l’utilisation de ce vaccin à ARNm depuis six mois dans le monde entier a entraîné des effets secondaires catastrophiques qui ont été officiellement totalement ignorés. Est-ce de la « science », Dr Fauci ?

Le refus de la FDA et de sa directrice par intérim, Janet Woodcock, de convoquer son comité consultatif sur les médicaments pour discuter des décisions de Pfizer et de BioNTech est d’autant plus choquant qu’en juin, trois membres de ce même comité ont démissionné en signe de protestation pour avoir été ignorés au cours d’une autre approbation de médicament. La radio NPR a rapporté : « Trois experts ont maintenant démissionné d’un comité consultatif de la Food and Drug Administration après que l’agence a approuvé un médicament contre la maladie d’Alzheimer appelé Aduhelm, contre les souhaits de presque tous les membres du panel. » L’un des trois, le Dr. Aaron Kesselheim, dans sa lettre de démission du comité consultatif de la FDA (10 juin 2021), écrivait :  » Tant pour l’eteplirsen que pour l’aducanumab, les décisions des administrateurs de la FDA d’ignorer les recommandations claires du comité consultatif ont conduit à l’approbation de deux médicaments hautement problématiques qui offrent peu de preuves qu’ils seraient significativement bénéfiques pour les patients… Avec l’eteplirsen, l’AdComm (comité consultatif) et le propre personnel scientifique de la FDA ont signalé qu’il n’y avait pas de preuves convaincantes que le médicament fonctionnait ; ces deux groupes n’ont pas été écoutés par les dirigeants de la FDA…  »

Le refus de la FDA de convoquer son comité consultatif pour la décision de Pfizer est d’autant plus étonnant que les Centres gouvernementaux de contrôle des maladies (CDC), dans leur banque de données officielle VAERS pour l’enregistrement des effets négatifs des vaccins, ont enregistré 8 508 rapports de décès suite à l’injection du vaccin à ARNm de Pfizer au cours des sept derniers mois, un nombre supérieur à celui de tous les vaccins combinés au cours des 30 dernières années.  En refusant une audition publique, la FDA a évité toute discussion sur ces chiffres alarmants de décès, sans parler des dizaines de milliers d’effets secondaires graves, dont des crises cardiaques, des caillots sanguins, des fausses couches, des paralysies permanentes, provoqués par les injections de Pfizer-BioNTech. La déclaration publique de Fauci, avant l’approbation, selon laquelle il s’attendait à cette approbation, est également une influence contraire à l’éthique, mais c’est le moindre des crimes.

Approbation truquée

Il semble que la FDA ait usé d’une ruse astucieuse en rendant des décisions distinctes pour un vaccin Pfizer Inc. et BioNTech, largement utilisé aux États-Unis, et une autre décision pour le vaccin similaire du partenaire allemand de Pfizer et développeur de la plate-forme d’ARNm, BioNTech de Mayence. C’est seulement BioNTech qui a obtenu l’approbation de la FDA, mais sous réserve de la réalisation d’une série de tests supplémentaires sur des groupes sélectionnés, notamment des nourrissons, des femmes enceintes et des jeunes, d’ici 2027. Le vaccin américain, le vaccin Pfizer-BioNTech Covid-19, n’a obtenu qu’une extension de son autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), et non une approbation complète !

Dans sa lettre séparée adressée à Pfizer, la FDA déclarait : « …Le 23 août 2021, ayant conclu que la révision de cette Autorisation d’Urgence est appropriée pour protéger la santé ou la sécurité publique en vertu de la section 564(g)(2) de la Loi, la FDA réédite la lettre d’autorisation (d’utilisation d’urgence) du 12 août 2021 dans son intégralité avec des révisions incorporées pour clarifier que l’autorisation restera en place pour le vaccin Pfizer-BioNTech COVID-19 pour l’indication et les utilisations précédemment autorisées… » (c’est nous qui soulignons).

Dans une note de bas de page de la lettre, la FDA admet qu’il existe deux entités et deux vaccins juridiquement distincts : le vaccin Covid-19 de Pfizer-BioNTech et le vaccin Comrinaty de BioNTech GmbH de Mayence, qui a son propre nom commercial. La FDA écrit que « les produits sont légalement distincts avec certaines différences… ». Légalement distincts signifie deux vaccins séparés. Si vous trouvez cela déroutant, c’est normal. Ce n’est qu’en vertu d’une décision de l’Autorisation d’Urgence que Pfizer est actuellement exemptée de la responsabilité des vaccins. Certains avocats qualifient la ruse de la FDA de tactique classique du « j’attire et change le produit », une forme de fraude basée sur la tromperie.

Le Dr Robert Malone, vaccinologue américain et concepteur de la technique de l’ARNm, a accusé la FDA de jouer un « jeu de passe-passe bureaucratique » avec sa prétendue approbation précoce du vaccin Covid-19 de Pfizer. Il cite les deux lettres distinctes de la FDA : « Il y a une lettre pour Pfizer et une lettre pour BioNTech. Le New York Times et le Washington Post se sont trompés. L’autorisation n’est pas pour Pfizer. L’autorisation est pour BioNTech, et elle ne sera accordée qu’au moment où le produit BioNTech sera disponible… »

Ajoutant aux irrégularités bizarres, dans ses deux lettres séparées, l’une à BioNTech et l’autre à Pfizer, la FDA supprime à plusieurs reprises le lieu de fabrication du vaccin qu’elle approuve. Pourquoi cela ? Est-ce en Chine où BioNTech a un accord conjoint avec Fosun Pharma de Shanghai pour produire et commercialiser conjointement le vaccin Comirnaty pour le COVID-19 ? Pourquoi ont-ils besoin de cacher ces données de localisation au public ? Cela révélerait-il toute la fraude ?

Conflits d’intérêts entre la FDA et Pfizer

En 2019, Pfizer a procédé à une nomination très conflictuelle au sein de son conseil d’administration. Elle a en effet embauché Scott Gottlieb, qui venait de démissionner de la tête de la FDA trois mois plus tôt. Si cela donne l’apparence d’un énorme conflit d’intérêts, c’est que c’en est un. Aux côtés de Gottlieb au conseil d’administration de Pfizer siège le Dr Susan Desmond-Hellmann, qui a dirigé la Fondation Bill et Melinda Gates jusqu’en 2020. La Fondation Gates est à l’origine de chaque élément clé de la ruée vers le vaccin contre le covid et possède des actions de Pfizer par-dessus le marché.

Une autre personne qui fait le lien entre Pfizer et Gates est le professeur Holly Janes, experte en biostatistique à Seattle, ville natale de Gates, au centre de recherche sur le cancer Fred Huff. Janes est également membre du comité des vaccins de la FDA jusqu’en 2023. Elle a notamment co-conçu les essais controversés des vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna pour le NIAID de Fauci depuis son centre de Seattle, qui est également financé par la Fondation Gates.

Janes est professeur au centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson, division des vaccins et des maladies infectieuses, connu sous le nom de Fred Hutch. Auparavant, elle avait reçu des fonds de recherche de la Fondation Gates pendant une période de six ans, lorsqu’elle a travaillé pour la Fondation Gates de 2006 à 2012 afin de développer « un soutien statistique et de conception d’étude pour des essais précliniques de performance des vaccins. » Le professeur Janes a également participé au développement du programme de suivi des données sur les vaccins à l’université John Hopkins.

La personne qui dirige la FDA en tant que « directrice par intérim » est Janet Woodcock. La qualifier de « sans tâches » serait un peu léger. Elle est à la FDA depuis 1986, presque aussi longtemps que Fauci au NIAID. Woodcock était le choix de Biden pour diriger la FDA, mais l’opposition massive de 28 groupes, dont des procureurs généraux d’État et des groupes de citoyens, a forcé à ce qu’elle soit nommer « intérimaire », ce qui ne nécessite pas d’examen par le Congrès.

Mme Woodcock fut directement responsable de l’approbation par la FDA d’opioïdes mortels, malgré les objections de ses propres scientifiques et autres conseillers. Il y a vingt ans, alors qu’elle dirigeait l’unité responsable de la FDA, Mme Woodcock a joué un rôle déterminant dans l’approbation d’un opioïde puissant, le Zohydro, bien que le propre comité consultatif scientifique de la FDA ait voté à 11 contre 2 pour que le médicament ne soit pas commercialisé parce qu’il n’était pas sûr. Le site en ligne Drugs.com publie : « L’hydrocodone (Zohydro) peut ralentir ou arrêter votre respiration. N’utilisez jamais le Zohydro ER en plus grande quantité ou pour une durée plus longue que celle prescrite. Avalez-le entièrement pour éviter d’être exposé à une dose potentiellement mortelle. L’hydrocodone peut créer une accoutumance, même à des doses régulières. » Woodcock a ensuite approuvé la vente d’une pilule narcotique très forte, l’OxyContin, comme étant « plus sûre et plus efficace que d’autres analgésiques », sur la base des fausses allégations du fabricant, aujourd’hui en faillite, Purdue Pharma. Depuis, quelque 500 000 Américains sont morts des suites d’une dépendance aux opioïdes.

Woodcock est clairement la personne clé de la FDA derrière la décision trompeuse du 23 août concernant Pfizer, veillant à ce qu’il n’y ait pas d’audiences consultatives publiques pour examiner les données pertinentes. Il serait pertinent de savoir quelles discussions ou communications ont eu lieu avec son ancien patron, maintenant directeur de Pfizer, Scott Gottlieb.

Pourquoi ?

De nombreuses questions restent sans réponse dans cette histoire tordue de corruption à la FDA et chez Pfizer. Ce théâtre a-t-il été monté à la hâte par l’administration Biden pour accélérer la vaccination forcée de millions d’Américains incertains ou sceptiques à l’idée de prendre un vaccin d’urgence ou expérimental ? Pourquoi les médias grand public et les politiciens exercent-ils une telle pression pour que chaque homme, femme et maintenant enfant des États-Unis soit vacciné ? Les vaccins sont-ils vraiment sûrs alors que les cas d’effets indésirables après avoir reçu le vaccin Pfizer sont si nombreux ? Pourquoi la FDA a-t-elle refusé de laisser son comité indépendant sur les vaccins s’exprimer ?

Il faut rajouter que, depuis le 14 août, Pfizer n’impose pas la vaccination de ses propres employés. De même, la Maison Blanche de Biden ne rend pas obligatoire la vaccination de son personnel. Ce sont toutes des questions sérieuses qui exigent des réponses sérieuses et honnêtes.

William Engdahl

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

« Boycott. Mac Do ferme 3 restaurants. Plus de personnel !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Voilà une conséquence très concrète de la mise en place d’un pass sanitaire bien mal conçu, mis à la hâte et qui n’a strictement aucun intérêt sanitaire. Je rappelle à ceux qui font encore l’effort de penser et de réfléchir que si l’on ne sait pas tout, certains éléments sont […]

Un été long, chaud et violent

Par : Zineb

L’idéologie de l’exclusion est en train de se retourner contre elle-même. Au sein des sociétés occidentales, et pas seulement vis-à-vis des adversaires étrangers de l’Occident. Désormais, ce sont des segments clés de la société nationale qui sont réprouvés et exilés de la pleine participation à leurs sociétés.


Par Alastair Crooke – Le 16 août 2021 – Source Strategic Culture

Quelque chose de « grand » se prépare-t-il ? On a l’impression que c’est possible. De graves problèmes se préparent dans les sociétés occidentales et les élites commencent à s’impatienter. Nous pouvons l’observer dans la manière dont l’Establishment tente de préserver la narration relative au virus (« tout le monde doit être vacciné »), tout en agissant simultanément pour la modifier, en imputant toute faille narrative au variant Delta. Sir Andrew Pollard, professeur d’infectiologie et d’immunologie pédiatriques à l’Université d’Oxford, affirme catégoriquement qu’il est « impossible » d’atteindre l’immunité collective, maintenant que le variant Delta circule.

En fait, il affirme que le vaccin ne peut pas faire ce qui a été promis, c’est-à-dire instaurer une immunité collective ; pourtant, le professeur continue d’exhorter tout le monde à se faire vacciner. De même, un conseiller principal du SAGE (Scientific Advisory Group for Emergencies) auprès du gouvernement britannique déclare sans ambages que les mesures d’isolement contre le Covid ne peuvent plus être justifiées.

En bref, leurs arguments vont dans tous les sens. La directrice du CDC, Walensky, a déclaré la semaine dernière que le vaccin ne prévient pas l’infection par le Covid et n’empêche pas non plus la personne vaccinée de transmettre l’infection par le Covid, y compris par le variant Delta ; les données montrent un taux d’infection également réparti, indépendamment du statut vaccinal, ce que reconnaît la directrice Walensky. En tant que tel, c’est un aveu qui sape l’ensemble de l’argument en faveur des vaccins obligatoires. Selon la directrice, le seul avantage du vaccin à l’heure actuelle est vraisemblablement qu’il pourrait réduire la gravité des symptômes.

Si une personne vaccinée et une personne non vaccinée ont la même capacité à porter, excréter et transmettre le virus – avec ou sans symptômes – alors quelle différence un passeport ou une carte de vaccination font-ils ? Selon le CDC, les personnes vaccinées et non vaccinées qui entrent dans un restaurant, un magasin, au sein d’un groupe, un lieu de réunion ou un lieu de travail présentent exactement le même risque pour les autres personnes présentes, alors en quoi la présentation d’une preuve de vaccination fait-elle la différence ?

Les infections (que le récit, encore une fois, attribue au variant Delta) montent en flèche : Israël en est un bon exemple. Il s’agit de la société la plus vaccinée (et, selon l’éminent commentateur israélien Nadav Eyal, elle aurait reçu des vaccins Pfizer de « meilleure qualité » que ceux du Royaume-Uni), et pourtant elle connaît une augmentation spectaculaire des nouveaux cas – les cas graves ont bondi de 70 % en une semaine seulement. Le nombre de cas graves a été multiplié par 10 environ depuis le début du mois de juillet : 90% des cas graves sont des personnes de plus de 50 ans ; et 95% des personnes de plus de 50 ans sont vaccinées.

Le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, prévient que les cas pourraient quadrupler en trois semaines et que les autorités se préparent à de nouveaux confinements (même si les confinements se sont avérés inefficaces pour arrêter le virus). La plupart des Israéliens ont pris le vaccin Pfizer à ARNm.

Là encore, les contradictions flagrantes dans le récit établi sont frappantes : les confinements sont-ils justifiés, ou non ? Antony Fauci a déclaré que la récente flambée d’infections était une « pandémie de personnes non vaccinées » et que 99 % des décès concernaient des personnes non vaccinées. Mais ce n’est qu’un mensonge. Les propres données du CDC indiquent que seulement 15% des personnes décédées n’avaient pas été vaccinées.

Il n’est pas surprenant que le public se méfie de plus en plus des affirmations de la « science ».

Que se passe-t-il ? Eh bien, nous ne sommes pas des scientifiques. Cependant, c’est au printemps 2021 que l’on a commencé à entendre dire que les vaccins à ARN messager avaient un sérieux problème d’ADE (facilitation de l’infection par les anticorps). Une fois que la protection initiale des vaccins s’est dissipée (un processus qui dure quelques mois), les personnes qui ont été vaccinées sont beaucoup plus susceptibles de tomber gravement malades en cas de nouvelle exposition au Covid que les personnes qui ne l’ont pas été.

En effet, si cela s’avère exact, les gouvernements américain et européen se retrouvent avec un désastre auto-infligé sur les bras. Le discours a donc, sans surprise, pris une autre tournure : il ne suffisait plus de vacciner 70 % de la population (pour obtenir une « immunité collective »). Non, désormais, tout le monde, sans exception, y compris les personnes ayant une immunité naturelle, devait être vacciné. Après tout, si tout le monde se fait vacciner, il est plus facile de prétendre que ce qui se passe est un nouveau variant désagréable plutôt qu’une ADE induite par le vaccin, puisque personne ne serait en mesure de désigner un groupe témoin non vacciné qui s’avérerait nettement moins vulnérable.

Certains vaccins Covid introduisent de l’ARNm (ARN messager) dans les cellules musculaires. Ces cellules (autrefois saines) sont ainsi conduites par l’action de cet ADN synthétique à fabriquer des protéines synthétiques spike qui constituent la principale arme d’attaque du virus. Il s’agit d’une forme de thérapie génique. Si ces cellules créaient une réponse immunitaire contre la protéine (qu’elles ont elles-mêmes contribué à créer), cela empêcherait en théorie le virus d’infecter l’organisme. La réalité semble toutefois être que les problèmes du système cardiovasculaire, les saignements et la formation de caillots, sont tous associés à la protéine spike du Covid, qui, au lieu de rester dans le tissu musculaire, circule dans tout le système cardio-vasculaire.

Certains scientifiques affirment qu’il est clairement prouvé que les vaccins font que les cellules des muscles du bras fabriquent des protéines spike, qui passent ensuite dans la circulation sanguine, et que cette protéine spike, à elle seule, est presque entièrement responsable des dommages causés au système cardiovasculaire. D’autres scientifiques ne sont pas d’accord.

Un chercheur a observé que le problème central est constitué de caillots microscopiques dans les plus petits capillaires de ses patients. Il a déclaré : « Les caillots sanguins se forment au niveau des capillaires. Cela n’a jamais été observé auparavant. Il ne s’agit pas d’une maladie rare. C’est un phénomène absolument nouveau ». Le Dr Hoffe a surtout souligné que ces micro-caillots sont trop petits pour être visibles sur les tomodensitométries, les IRM et les autres tests conventionnels, et qu’ils ne peuvent être détectés qu’à l’aide du dosage sanguin des D-dimères : « Et donc, nous comprenons finalement que la raison pour laquelle les poumons ne fonctionnent pas, n’est pas due à la présence du virus. C’est parce que des micro-caillots de sang sont là… ».

C’est compliqué ! Le fait est que les « infections post-vaccinales » sont de plus en plus fréquentes et que, vraisemblablement, plus le pourcentage de la population de la région vaccinée avec l’ARNm est élevé, plus elles seront graves. Les variants, bien sûr, seront accusés. Et les médias grand public essaieront de dire que les variants sont entièrement la faute des non-vaccinés, même si la question ne peut pas être aussi facilement réduite à un mème manichéen pro ou anti-vaxx.

Pourquoi alors les élites s’accrochent-elles autant à leur récit explicitement contradictoire ? Il est clair qu’elles craignent une réaction populaire brutale s’il s’avère que certains vaccins sont préjudiciables à la santé. Mais la raison la plus profonde est que les élites américaines et européennes sont enfermées dans un échange intérieur mortel de « missiles » narratifs intelligents. L’argumentation ou la stratégie rationnelles sont exclues. Quiconque sort la tête de la « tranchée narrative » sera éliminé. Le boycott, la honte et l’exclusion des plateformes fonctionnent et sont les outils de prédilection actuels.

Ce qui est différent aujourd’hui, c’est que cette idéologie d’exclusion est en train de se retourner contre elle-même. Au sein des sociétés occidentales, et pas seulement vis-à-vis des adversaires étrangers de l’Occident. Désormais, ce sont des segments clés de la société nationale (et pas seulement les dirigeants étrangers) qui sont humiliés et exclus de la pleine participation à leurs sociétés – et menacés de sanctions – qui, si elles sont appliquées, pourraient détruire leurs moyens de subsistance.

Ce sont principalement les « non-vaxxés » qui sont jugés moralement inadéquats, mais le champ d’application de la nouvelle idéologie morale s’étend plus largement, et inclut ceux qui n’adhèrent pas sans réserve à l’agenda vert et aux droits des LBGTQ. Les médias de l’Establishment insistent sur le fait que ces récits politiquement orientés sur la vaccination, l’« urgence » climatique et les droits des LBGTQ représentent la nouvelle « ligne de démarcation », qui définit la majorité par rapport à la minorité.

Pourquoi le maintien de la « ligne de démarcation » est-il plus important que la clarification de l’approche politique du virus ? La plupart des membres de l’élite savent que le Covid n’est pas la menace que leur propagande véhicule ; mais le récit leur donne l’occasion d’exercer leur pouvoir par le biais d’un « jugement moral », et donc ils mentent – et ils continuent de mentir sur les données, parce qu’ils pensent que le mensonge sera accepté comme une réalité.

Le « revers de la médaille » de cette approche du mensonge utile n’est pas seulement la protection de la narration, mais plutôt la possibilité pour la « majorité » de se sentir pieuse et supérieure à ceux qu’elle est déterminée à blesser.

Une épidémie persistante, combinée à des pertes d’emplois importantes, à une récession prolongée et à un endettement sans précédent, créera inévitablement des tensions sociales qui se transformeront probablement en une réaction politique brutale – un été long, chaud et furieux. L’implosion de la confiance dans le leadership et la crainte d’un bouleversement social peuvent toutefois implanter une pathologie plus profonde. Elle peut produire l’état spirituel qu’Emile Durkheim appelait « l’anomie » ; le sentiment d’être déconnecté de la société ; la conviction que le monde qui nous entoure est illégitime et corrompu ; que nous sommes invisibles : un « numéro » ; l’objet impuissant d’une répression hostile, imposée par « le système », le sentiment qu’il ne faut faire confiance à personne.

Et pourtant, cela ne s’arrête pas là. L’Establishment, qui sent le désespoir, a réagi à la crise des vaccins en déplaçant ses efforts sur un autre flanc du front de la guerre culturelle : l’idéologie moralisatrice est montée en puissance. Le code rouge de l’« urgence » climatique a été lancé, promettant des conséquences vraiment effrayantes si les nouvelles restrictions de l’utilisation de l’énergie et les « confinements » n’étaient pas acceptés par le public. Le Washington Post a clairement exprimé le sous-texte : le nationalisme et le populisme trumpiste ne peuvent être tolérés dans le cadre de la confrontation avec une urgence climatique mondiale. Le message est truffé de propos empreints de supériorité morale et de piété.

Voilà donc les sujets de tension qui préoccupent la « rue », mais qu’en est-il de ceux de l’élite ? Que se passera-t-il s’ils deviennent encore plus désespérés alors que leurs plans de rééquilibrage s’effondrent, que leurs économies sombrent, que leurs chaînes d’approvisionnement sont perturbées, que les pénuries se répandent et que l’inflation monte en flèche ? Vont-ils « faire le dos rond » et déclencher un nouveau Lehman Brothers ?

Est-ce le moment pour eux d’abandonner le système bancaire commercial existant au profit d’un système de banque centrale centré sur les monnaies numériques émises par la banque centrale, les applications de paiement remplissant la plupart des fonctions des anciennes banques commerciales ? Est-ce la façon de sécuriser les oligarques ? Il est beaucoup plus facile de bloquer d’éventuelles faillites et crises financières lorsque la BC contrôle une monnaie numérique : elle détermine si le déposant peut ou non puiser dans son portefeuille, elle peut bloquer ou même déduire des fonds de celui-ci, et elle peut autoriser ou interdire des dépenses à partir de celui-ci, en appuyant sur un bouton numérique.

Cela fonctionnera-t-il, ou cela risque-t-il de provoquer un retour de bâton intolérable ? Le moment est-il donc venu de faire diversion ? L’Iran s’approche-t-il du seuil nucléaire (il l’a peut-être déjà atteint) ? La Russie menace-t-elle l’Ukraine ? La Chine se prépare-t-elle à envahir Taïwan ? Il existe une panoplie de possibilités de diversion déjà préparées dans la cuisine narrative et qui peuvent être facilement utilisées en cas de besoin.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Que pouvons-nous apprendre de l’Australie et de l’Afghanistan sur la tyrannie Covid ?

Par : hervek

Par Brandon Smith − Le 26 août 2021 − Source alt-market

Les personnes despotiques ont tendance à télégraphier leurs actions futures tout comme les combattants inexpérimentés ont tendance à télégraphier leurs coups de poing ; ce n’est pas comme si les intentions des totalitaires étaient obscures ou difficiles à prévoir. Dans certains cas, ils peuvent même croire qu’ils peuvent être aussi transparents qu’ils le souhaitent, car ils supposent que personne ne tentera jamais de les arrêter. Ils détruisent des vies depuis si longtemps qu’ils adoptent un sentiment de supériorité, comme s’ils étaient intouchables.

Dans mon étude approfondie de la psychopathie, je constate que, malheureusement, le principal catalyseur de l’exploitation et de la victimisation de vastes populations est le fait que nombre d’entre elles ne parviennent pas à se faire à l’idée d’une conspiration organisée de monstres humains. Ils refusent de reconnaître l’existence du mal qui se trouve juste devant eux, ce qui permet au mal de rester sans opposition pendant de longues périodes. Il y a TOUJOURS un moment, cependant, où les psychopathes poussent les mauvaises personnes trop loin. Ils ne peuvent pas s’en empêcher, et c’est à ce moment-là qu’ils se retrouvent au bout d’un nœud coulant ou dans la ligne de mire du canon d’une arme.

Lorsqu’il s’agit d’organisations de psychopathes, le même moment finit par arriver, il faut simplement plus de temps pour que le public comprenne que c’est nécessaire.

En ce qui concerne l’agenda du « Grand Reset », la tyrannie médicale utilisant la Covid comme justification est clairement un ingrédient clé des objectifs futurs de l’élite du pouvoir. Au début des confinements pandémiques l’année dernière, j’ai fait plusieurs prédictions et émis des avertissements. J’ai dit que les obligations et les confinements pour la plupart des gens dans le monde ne disparaîtraient jamais, et j’ai appelé cela la « théorie des vagues » ; l’utilisation de moments intermittents de liberté limitée suivis de restrictions de plus en plus agressives.

Ce cycle est destiné à conditionner le public à l’idée que les gouvernements sont « autorisés » à microgérer notre vie quotidienne, que c’est « normal », que c’est pour notre bien et que nous devrions profiter des courts moments de liberté ou de normalité qu’ils nous laissent si gracieusement.

J’ai toujours prévenu que tous les gouvernements du monde finiraient par adopter des exigences en matière de preuve de vaccination pour que les gens puissent participer aux activités quotidiennes telles que se rendre dans des lieux publics, aller à l’école, faire des achats dans des magasins ou même trouver un emploi. L’année dernière, les médias grand public et les gouvernements n’ont cessé d’affirmer que les passeports vaccinaux « n’allaient pas exister » et que cette notion même était une théorie du complot. Aujourd’hui, les passeports vaccinaux sont mis en place dans de nombreux pays, y compris dans certaines régions des États-Unis, et toute personne qui s’y oppose est traitée de « théoricien de la conspiration ».

Vous voyez comment cela fonctionne ? Si vous exposez la vérité d’un complot autoritaire, l’establishment ment et vous traite de « théoricien du complot ». Une fois que l’establishment admet le complot et que vous refusez de vous y conformer, ces mêmes menteurs vous traitent de nouveau de théoricien du complot, ainsi que de « terroriste ».

Oui, cela a également été prédit par moi-même et d’autres au début de la pandémie. Nous avions dit que les personnes qui luttent contre la tyrannie du passeport vaccinal seraient rapidement qualifiées de traîtres et de terroristes « mettant les autres en danger » parce que nous sommes trop « égoïstes » pour nous incliner et prendre le vaccin expérimental ou nous soumettre aux confinements. C’est exactement ce qui s’est passé, le DHS ayant récemment annoncé que l’un des signes avant-coureurs d’un terroriste potentiel est l’opposition aux obligations Covid et aux vaccins.

J’ai également prédit que le but ultime de l’agenda Covid sera de créer des restrictions de voyage à l’intérieur du pays et des points de contrôle dans les États et les villes, sans parler des « camps » ou des prisons Covid pour les personnes non vaccinées. Aux États-Unis, le DHS admet qu’il envisage de limiter les déplacements entre les États et d’instaurer un système de « papiers s’il vous plaît » pour empêcher les Américains de se déplacer librement. L’État de New York a fait allusion à des camps Covid il y a plusieurs mois, mais le véritable plan est révélé à l’étranger, dans d’autres nations occidentales comme l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Et c’est ici que nous trouvons les coups de poing télégraphiés…

J’ai spécifiquement examiné les plans de tyrannie Covid accélérée de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande il y a un an dans mon article « L’avenir totalitaire que les globalistes veulent pour le monde entier est en train d’être révélé«  et j’ai noté que tout ce qui se passe dans ces pays ainsi que dans certains pays d’Europe va être essayé aux États-Unis à court terme. La principale différence est que ces mesures ne peuvent pas être mises en œuvre rapidement de la même manière aux États-Unis, car les Américains sont lourdement armés et ont la capacité d’enterrer l’establishment six pieds sous terre si nous nous organisons pour le faire.

C’est pourquoi les passeports vaccinaux ne sont encore qu’une mesure progressive aux États-Unis et ne sont pas mis en place dans la grande majorité du pays. C’est pourquoi, en dehors des grandes villes, la plupart des Américains ignorent complètement les obligations et ce, depuis de nombreux mois.

Dans ma région, je ne pense pas avoir vu plus de deux personnes par jour porter un masque, où que ce soit. La vue du masque est si bizarre qu’il se remarque presque immédiatement. Une fois, j’ai même vu une femme avec un masque (une touriste évidente) dans la file d’attente de l’épicerie regarder autour d’elle et réaliser que personne d’autre n’en portait. Elle a soudain commencé à trouver des excuses bizarres et très bruyantes pour son masque devant tous les gens dans la file, affirmant qu’elle « déteste l’odeur des détergents » et que c’était pour cela qu’elle le portait.

La différence entre les zones rurales libres et les villes dystopiques est frappante.

Franchement, je me fiche que quelqu’un porte un masque ou non. C’est un placebo qui ne fait rien pour arrêter la transmission du virus, mais si cela les fait se sentir mieux, alors tant mieux pour eux. Le problème est que ces personnes effrayées et pathétiques essaient de projeter leurs illusions sur tout le monde. Le taux de mortalité médian de 0,26% pour la Covid est si faible que je n’arrive pas à croire que tant de personnes dans les états et comtés bleus en soient terrifiées. Je ne pense pas qu’ils comprennent les statistiques de base de la situation – 99,7% de la population a peu à craindre de la Covid.

C’est ce que disent les CDC et des dizaines d’études médicales indépendantes, mais vous n’entendrez jamais ces chiffres dans les médias. Ils parleront du nombre d’infections et de décès, mais ils refusent de mettre les décès en perspective avec les statistiques. Pourquoi ? Parce qu’alors la peur du public disparaîtrait, et l’establishment a besoin d’augmenter la peur pour pouvoir continuer à nous priver de nos libertés au nom de la « sécurité ».

J’ai entendu récemment un argument plutôt naïf selon lequel des pays comme la France font honte aux Américains parce qu’ils sont dans les rues pour protester contre les confinements et les passeports. Ils disent que les Américains « ne se défendront jamais ». Ce que ces gens ne comprennent pas, c’est que dans la plupart des États-Unis, il n’y a PAS de confinements et il n’y a pas d’obligations. Le gouvernement les déclare, bien sûr, et nous les ignorons. Il n’y a que des poches de gauchistes dans certains états et comtés qui suivent et appliquent réellement ces règles. La population conservatrice est tout à fait prête à stopper net cet agenda lorsque le gouvernement essaiera de le faire respecter, et elle essaiera certainement.

C’est ici que nous devons comprendre les développements horribles en Australie et en Nouvelle-Zélande : Les confinements sont maintenant normalisés dans ces pays et les gouvernements n’ont pas besoin d’une réelle excuse pour les justifier. Ils annoncent simplement qu’il y a une poignée de cas de Covid et que les confinements doivent revenir. Les voyages sont étranglés et les droits et libertés fondamentaux sont inexistants. Le dernier discours du Premier ministre néo-zélandais sur les restrictions en dit long :

Le message principal étant que l’interaction sociale est interdite. Il suffit de rester dans sa bulle et de suivre les obligations sans poser de questions. Et, même si vous êtes vacciné, ces règles s’appliquent toujours à vous. La beauté des restrictions Covid est qu’elles sont une excuse parfaite pour un gouvernement tyrannique pour bloquer les rassemblements publics, ce qui permet d’empêcher l’organisation de la résistance.

Les globalistes ont besoin que les confinements durent éternellement. En Australie et en Nouvelle-Zélande, on affirme que toute personne qui enfreint ces restrictions sera la cible de sanctions pouvant aller jusqu’à l’enfermement dans un camp Covid géré par l’armée. Ce sont les mêmes mesures que Biden et les globalistes de l’establishment voudraient pour les États-Unis. Ce n’est pas une théorie du complot, c’est la réalité du complot.

Cela m’amène à la situation en Afghanistan, et certains pourraient suggérer qu’elle n’a rien à voir avec la tyrannie Covid, mais suivez-moi. Encore une fois, il s’agit de prédire les événements futurs en fonction de coups de poing télégraphiés ainsi que d’exemples historiques.

La question que j’entends le plus souvent lorsqu’il s’agit de l’Afghanistan est « comment est-il possible pour un groupe d’hommes des cavernes tribales de vaincre l’armée la plus avancée du monde ». Je pense que cette énigme doit être explorée lorsqu’il s’agit de la tyrannie Covid, car si la puissance épique de l’armée américaine n’a pas suffi à retenir les Talibans, comment les globalistes prévoient-ils de faire respecter les confinements Covid en Amérique ?

Soyons d’abord clairs : nombreux sont ceux qui affirment que l’armée américaine n’avait pas le droit de gagner en Afghanistan. Il s’agit d’une déformation de la réalité. Le fait est que gagner a TOUJOURS été IMPOSSIBLE en Afghanistan. L’establishment le savait il y a 20 ans lorsqu’il a envoyé les premières troupes américaines. Ils n’avaient pas besoin de saboter la mission américaine en Afghanistan, car perdre en Afghanistan était de toute façon inévitable.

L’occupation d’une nation entière afin de réduire une insurrection importante et d’imposer un changement culturel est un effort qui doit être accompli rapidement ou pas du tout. Le coût financier est écrasant, le coût humain est stupéfiant et la quantité de ressources nécessaires pour maintenir la subjugation est exponentielle. En vérité, plus une occupation se prolonge sans l’élimination totale de l’insurrection, moins elle a de chances de réussir. Le problème est que, pour éliminer complètement l’insurrection, il faudrait anéantir la majeure partie de la population en utilisant des tactiques grotesques, qui ne font qu’inspirer davantage d’insurrection.

Je vais répéter le message ici car je pense que certaines personnes ne le comprennent pas : La conspiration visant à piéger les États-Unis dans l’échec a été achevée il y a 20 ans, au moment où nous nous sommes engagés dans l’invasion de l’Afghanistan. À partir de là, tout s’est dégradé et il n’y avait aucun moyen de gagner.

J’ai également entendu dire qu’il n’est pas pratique de comparer une insurrection afghane à une rébellion américaine contre la tyrannie parce que les Talibans sont composés de combattants dont les capacités sont bien supérieures à celles des patriotes américains. En d’autres termes, certaines personnes pensent que les talibans sont des sortes de super soldats. C’est une vision idiote. Je pense que la vidéo suivante illustre bien mon propos :

Ces soldats ne sont pas les plus brillants de la bande et ne sont pas non plus des berserkers inarrêtables. Leur entraînement est médiocre et la majorité des incidents de combat avec les talibans font état de leur habitude de ne même pas regarder le viseur de leur fusil lorsqu’ils tirent. Cela nous amène à une question logique concernant le goulag Covid que les globalistes veulent transplanter aux États-Unis : si les combattants à bas prix des talibans peuvent repousser la puissance militaire moderne des États-Unis, comment diable les globalistes comptent-ils contrôler une insurrection américaine composée de vétérans entraînés au combat et de tireurs civils expérimentés utilisant des tactiques de guérilla ?

Qui vont-ils charger de cette tâche ? Qui est assez stupide pour exiger des papiers, faire respecter les points de contrôle et arrêter ceux qui ne s’y conforment pas dans des régions majoritairement conservatrices où il y a plus d’armes que de personnes et assez de munitions pour combattre au moins deux guerres mondiales ? Je soupçonne que des mercenaires coûteux payés par des entreprises privées seraient la seule réponse en dehors des forces étrangères, et même dans ce cas, je ne voudrais pas être à leur place lorsque le géant endormi de la rébellion américaine se réveillera.

Je suppose que la leçon que je tire de ces exemples est que les globalistes vont essayer d’appliquer l’agenda Covid et la tyrannie du passeport quoi qu’il arrive. Ils ne peuvent pas arrêter le processus qu’ils ont mis en marche. Les événements en Australie et en Nouvelle-Zélande montrent que leur addiction au totalitarisme est insatiable et qu’elle exige qu’ils poursuivent un contrôle croissant quel qu’en soit le coût. Ils nous disent exactement ce qu’ils sont sur le point de faire.

Les événements en Afghanistan montrent qu’un tel contrôle est presque impossible à maintenir sur une population armée et que, du moins aux États-Unis, ils finiront par perdre… gravement. Même s’ils utilisent des tactiques de terreur absolue, ils perdront toujours tant que les Américains continueront à se battre. Les lois de l’usure prévalent toujours, et la supériorité technologique ne signifie rien. Pour résumer, le combat est déjà gagné, mais la lutte ne fait que commencer.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

⛔ RECONFINEMENT AU MOINDRE NOUVEAU CAS !

Libéré sous caution (vaccinale) Tout va au mieux dans le meilleur des mondes. Selon le Républicain lorrain : « L’incitation des détenus à la vaccination en échange d’une remise de peine n’est pas une première en France […] Depuis cette semaine, c’est à la maison d’arrêt de Sarreguemines que l’initiative est en discussion. […] La direction y est favorable », confirme une source interne à […]

Pass sanitaire, biopolitique et apartheid social


Par Patrice-Hans Perrier − Le 11 août 2021 − Source Strategika

Strategika – Le professeur Neil Ferguson a récemment expliqué que l’épidémie de Coronavirus pourrait être jugulée d’ici octobre. D’autres sources semblent indiquer la possible arrivée de nouveaux protocoles de traitements anti-covid en Octobre. Rappelons que Neil Ferguson – que les anglais appelle « Professor Lockdown » – est à l’origine du célèbre modèle de l’Imperial College de Londres. C’est lui qui avait averti Boris Johnson que, sans un confinement immédiat, le coronavirus causerait 500 000 décès et submergerait le National Health Service. Ses projections amèneront la plupart des gouvernements occidentaux à suivre la même politique. Il préconisait aussi dès le départ un confinement de 18 mois en six étapes. Confinement qu’il avait d’ailleurs lui-même enfreint dès mars 2020. Les récentes déclarations de Neil Ferguson ont amené Boris Johnson à mettre en garde la population contre des conclusions « prématurées ». Dans la foulée de ces déclarations en Grande-Bretagne, on commence aussi à parler de la chute des contaminations pour d’autres pays comme les Pays-Bas ou la Tunisie, deux pays qui connaissent de grands soulèvements populaires.

Selon vous, pourquoi Ferguson fait-il ces déclarations en ce moment ? Est-ce pour tenter de juguler la colère populaire qui monte dans le monde entier ? Allons-nous vers un changement dans la narration covidienne ?

PHP – La « narration covidienne », pour reprendre votre expression, est une sorte de coup de semonce, c’est-à-dire qu’elle inaugure la mise en vigueur de ce que j’appelle les « Tables de Davos ». En effet, Klaus Schwab et ses associés caressent un plan eugéniste qui consiste à réduire la taille de l’humanité au moyen d’une cure d’amaigrissement drastique. La grande réinitialisation consistant en un scénario qui table sur une succession de crises – sanitaire, informatique, économique, sociale – afin de déstructurer les infrastructures nationales et de transférer une part importante des actifs régaliens vers l’escarcelle des grandes transnationales.

Lucien Cerise et Yousef Hindi ont très bien expliqué tout le processus cabalistique qui consiste à fragmenter la cohésion d’une société afin d’être en mesure d’en modifier les structures anthropologiques. Car, ne l’oublions pas, il s’agit d’une entreprise de re-façonnage de la société occidentale qui table sur l’effet de PEUR comme principal levier d’action en termes de polémologie. La crise du coronavirus constituant la première salve, c’est désormais toute la question du crédit social et de ses déclinaisons, en matière d’identification et de contrôle numérique, qui s’est installée à demeure.

Neil Ferguson, qui est un condottiere de première, a été mandaté pour représenter des autorités de santé publique qui font partie d’un théâtre d’ombres chinoises et … c’est le cas de le dire. C’est à lui qu’incombe la responsabilité d’avoir lancé la première salve mensongère qui permettra à la classe politique stipendiée de confiner l’ensemble de la population occidentale le temps d’amorcer une première opération de démolition contrôlée des économies en lice.

Maintenant que la première opération de démolition a été menée avec succès, il faut bien admettre que le variant DELTA et les autres chimères concoctées par les cabalistes aux manettes ne sont pas si dangereux que ça et que le taux de mortalité RÉELLE de cette prétendue quatrième vague avoisine le néant. D’autant plus que les test PCR de Drosten sont du pipeau de A à Z – ce que les plus hautes autorités américaines ont bien été obligées d’admettre – et qu’il est patent pour ceux qui ont un minimum de jugeote que la majorité des cas de mortalité causés par le COVID 19 sont en fait des faux en écriture.

En effet, un nombre considérable de décès étiquetés « COVID 19 » concernait des cas de comorbidité où les patients souffraient de graves maladies terminales et avaient été faussement testés positifs au coronavirus. C’est ce qui explique que les autorités médicales impliquées ont vertement refusées de procéder à des autopsies en bonne et due forme. Rajoutons à tout cela le fait que les géants biopharmaceutiques impliqués ont bien été obligés d’admettre que leur thérapie génique en est toujours au stade de l’expérimentation et que l’administration de plusieurs injections de leur potion magique risque de réduire considérablement le système immunitaire des patients ayant consentis sous le poids de la contrainte. Ferguson, sentant que la soupe est chaude, est bien obligé de tenter de calmer le jeu, histoire de sauver la face ; mais aussi de nous préparer à l’étape suivante de cette « démolition contrôlée » : la crise informatique. D’où les récents exercices de simulation baptisés Cyber-Polygone 2021.

Strategika – Pourquoi le gouvernement accélère-t-il la marche en France et tente-t-il de faire passer en force le pass-sanitaire au risque de déclencher un soulèvement populaire plus massif encore que celui des gilets jaunes ? Est-ce justement parce-qu’il sait que la fenêtre de tir covidienne va bientôt se refermer ?

PHP – L’Emmanuel, qui est un autre condottiere, joue son va-tout, c’est-à-dire qu’il accélère la cadence avant la fin de son quinquennat afin d’imposer un PASS SANITAIRE qui n’est, dans les faits, que l’embryon d’un système de crédit social basé sur la traçabilité du cheptel humain et la cryptomonnaie. Macron est, de facto, le dernier représentant d’une lignée de traîtres à la nation, inaugurée par François Mitteleuropa, presque tous des American Young Leaders dûment mandatés par la Round Table et toutes les officines atlantistes de ce monde afin de démanteler la France morceau par morceau. La France ne pouvant plus adopter ses propres budgets – Règle d’Or de Bruxelles oblige – , les oligarques coalisés autour de Macron ayant cédé plusieurs secteurs stratégiques industriels aux américains et les forces armées de l’Hexagone étant sous la tutelle du Haut commandement de l’OTAN, on peut donc dire qu’il ne reste que le PEUPLE de France à briser. C’est la phase ultime du mandat de celui qui pourrait bien être le dernier président d’une Cinquième République moribonde.

Tout ce mouvement de troupes sent la guerre civile larvée – avec une tentative avortée de dresser les vaccinés contre les réfractaires – dans une perspective de coup d’état militaire avant la tenue des prochaines élections présidentielles. Curieusement, on dirait que Macron et sa fine équipe font tout leur possible pour mettre un terme à cette Cinquième République qui a, de plus en plus, une curieuse ressemblance avec … la République de Weimar. La coupe est pleine, le petit peuple de France n’en pouvant plus, les COMMISSAIRES BOLCHÉVIQUES de Bruxelles vont bientôt sonner la fin de la récréation et exiger une reddition de comptes. On sent que cette histoire de PASS SANITAIRE fait partie d’un ultime scénario visant à instaurer, manu militari, un état d’exception où les prérogatives de la constitution seront suspendues, le temps de mettre sur pieds un véritable protectorat bruxellois. Et, de fils en aiguille, les mesures de contrôle sanitaire pourraient bien se métamorphoser en véritable état policier avec un confinement permanent à la clef. Il s’agit, toutefois, d’un ultime coup de grâce asséné à la nation qui pourrait se retourner contre ses auteurs.

Strategika – Sur quoi la colère populaire et les manifestations peuvent-elles déboucher selon vous ?

PHP – La Cinquième République ne tient plus qu’à un fil, toutes ses institutions ayant été discréditées et ne valant plus rien aux yeux d’une immense majorité de citoyens qui ne se déplace même plus pour aller voter. Lucien Cerise a très bien saisi ce kairos – ou temps du moment opportun – qui fait en sorte que les FORCES DE L’ORDRE pourraient abandonner leurs maîtres stipendiés et se ranger du côté des forces vives de la nation. Cette carte aurait l’avantage de permettre au peuple et à la petite bourgeoisie de confisquer le coup d’état anticipé du Président Macron pour instaurer une période d’interrègne. Certains parlent même d’un scénario de restauration d’une monarchie constitutionnelle dans un contexte où il serait hors de question d’instaurer une Sixième République telle que rêvée par tous les Merluchon de ce monde.

Le gouvernement Macron fait la loi par décret et transgresse manifestement toutes les prérogatives de la constitution en imposant une dictature sanitaire qui fait fi des dispositions qui protégeaient les droits et libertés. De facto, l’Habeas corpus a été suspendu en France et la junte aux manettes accélère la cadence en conformité avec les desiderata de Bruxelles, puisque les Commissaires européens ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Hormis sa sociopathie aiguë, le potentat parisien ne fait qu’appliquer la feuille de route des « Tables de Davos », à l’heure où les véritables donneurs d’ordre souhaitent passer au scénario de la crise informatique.

La cadence des manifestations pourrait bien s’intensifier cet automne, avec une montée en crescendo de la paralysie gouvernementale malgré le cahier de charges despotique adopté. La question étant tout simplement la suivante : qui prendra la décision de siffler la fin de la récréation ? Un Conseil militaire d’exception ou une sorte de Conseil national de la Résistance (CNR) ayant pour mandat de déposer l’actuel potentat et d’abroger les prochaines élections présidentielles, le temps d’instaurer un gouvernement de transition.

Strategika – Est-il imaginable qu’on en finisse réellement avec le Covid ? Si oui le scénario covidien va-t-il être remplacé par autre chose ?

PHP – À mon avis, nos élites stipendiées par les cabalistes de Davos pourraient bien faire du PASS SANITAIRE une sorte de « passeport vert » qui vous donnera le droit d’exercer vos prérogatives de futurs « citoyens » d’une gouvernance trans-européenne tyrannique. La crise du Covid débouchant sur une prochaine crise informatique – anticipée à l’horizon du début de l’année 2022 – l’urgence sanitaire va se muer en urgence tout court. D’où cette idée de « passeport vert » déjà mise dans les cartons de nos commissaires stakhanovistes. Il n’y aura pas de cinquième variant, puisque l’Epsilon devrait être, selon toute vraisemblance, une fenêtre d’opportunités débouchant sur une série de crises informatiques d’une magnitude jamais vue. D’ailleurs, plusieurs coups de semonce ont été tirés à travers le monde à ce sujet en 2021.

Strategika – Tout comme Bill Gates, l’épidémiologiste Bruce Aylward, conseiller du directeur de OMS et responsable du programme international Covax expliquait « qu’il faut vacciner autour de 60 % de la population mondiale pour stopper l’épidémie de Covid-19 ». Peut-on penser qu’une fois atteint ce taux de vaccinations dans la plupart des pays, les autorités lâcheront prise ? Que feront-elles alors des non-vaccinés ? Vont-elles tenter de réduire ce bloc d’irréductibles sur le temps long afin d’atteindre une couverture vaccinale totale ou accepteront-elles qu’une partie de la population (30, 20 % ?) continue de vivre normalement sans être vaccinée ?

PHP – Il s’agit, d’abord et avant tout, de diviser pour régner. Il n’est pas nécessaire de vacciner tout le monde. A contrario, il est beaucoup plus avantageux de constituer un régime comportant deux classes de citoyens : ceux qui « jouiront » des prérogatives de la nouvelle Trans-Europe Express et les parias qui seront définitivement spoliés de tous leurs biens et droits. On voit, désormais, se dessiner un mode d’élimination accélérée des réfractaires qui sera rendu possible par une distorsion incroyable d’un état de droit totalement dévoyé. Sous prétexte de protéger la majorité des « citoyens », la junte européenne prévoit, déjà, de mettre en place des camps de concentration et des méthodes d’élimination des contrevenants manu militari.

Un état de confinement permanent sera institué à des fins de « salut public », et pas seulement en termes de « santé publique ». Il s’agit d’un bon quantique de la santé vers le SALUT PUBLIC. Il s’agit de purger les porteurs de VIRUS de la pensée non-conforme : tous les contempteurs du globalisme et du transhumanisme devront être neutralisés, désintoxiqués, voire éliminés. Les non-vaccinés sont, DÉJÀ, identifiés comme des fauteurs de troubles, des antisociaux, voire des extrémistes en voie de radicalisation. Le peuple de France et l’ensemble des forces vives de la nation ont clairement identifié la quadrature du cercle : il faut, de toute urgence, que se poursuive la lutte contre l’instauration du PASS SANITAIRE et d’un mode de gouvernance à deux vitesses. Parce que ceux qui détiendront le « Sésame » pourraient, tout aussi bien, se faire confisquer certains droits à la carte. Il s’agit d’une dictature par soustraction d’air : l’alternance entre « citoyens » conformes et délinquants permettant d’instituer ce fameux crédit social à la chinoise qui fera en sorte de profiler le comportement des détenus de la future geôle planétaire.

Strategika – Comment devront alors vivre les humains non-vaccinés ? Seront-ils réellement des citoyens de seconde zone voire pire ? Un contrôle biopolitique global de type chinois est-il envisageable pour l’ensemble de l’humanité ou le réel est-il encore trop conservateur ?

PHP – L’Habeas corpus a été suspendu. J’espère que vous saisissez cette nuance. Il n’y a plus d’état de droit et nous sommes, déjà, en dictature. Maintenant, c’est la tyrannie qui se met en place, ce qui constitue un temps beaucoup plus fort que celui de la dictature. La dictature, c’est le moment du COUP DE FORCE, le temps intermédiaire entre la DÉCADENCE et … la TYRANNIE.

Cessons de nous plaindre de ce monde déliquescent – à la manière de tous les Philippe Muray de ce monde – et comprenons bien que nous survivons à travers les restes fumants de ce qui constituait, naguère, une proto-société, une sorte de rogaton de société déjà complétement atomisée. Le rôle actuel des politiques n’est PAS d’arbitrer les forces du POLEMOS au sein de la société, mais bien de GÉRER des quantités en lieu et place des anciens citoyens. Nous sommes à l’orée de la société des nombres, un monde entièrement conçu et administré par de mauvais cabalistes qui utilisent le concept de RÉVOLUTION en qualité de VORTEX utilisé afin de liquéfier la société et tous ses codes culturels. Les institutions religieuses, c’est-à-dire la pratique exotérique, ont été compromises ; les élites corrompues et la culture anéantie ; le travail a été graduellement robotisé, puis éliminé, pour qu’un assistanat puisse permettre aux technocrates de lisser tout ce qui dépassait en matière de « bouches inutiles » ; la GUERRE DES SEXES est entrée dans sa phase terminale ; la FAMILLE n’existe plus et la PROPRIÉTÉ INDIVIDUELLE sera bientôt confisquée.

Nous sommes dans l’actualisation du phantasme du Grand Phalanstère de l’utopiste Charles Fourier, un monde où les humains seront reprogrammés afin d’adopter le comportement des fourmis. La grande fourmilière maoïste est désormais, et nul ne peut le nier, presqu’une réalité. Les non-vaccinés sont appelés à être confinés in extremis, le temps d’éliminer une portion indésirable de NOMBRES trop lourds à gérer pour le Politburo ; alors que les vaccinés devront se conformer aux nouveaux « protocoles » de mise en circulation des « nombres » au sein d’une matrice régie par l’Intelligence artificielle et les algorithmes de prédictibilité. Pour paraphraser Schwab le cabaliste « les objets seront interconnectés et nous serons tous interconnectés via un réseau où la prédictibilité permettra d’éliminer la marge d’erreur qui fait en sorte de rendre notre écosystème ingérable. Vous ne posséderez rien, mais vous serez heureux … », et nous serions tentés d’ajouter que « vous ne vous posséderez plus; puisque votre corps, votre esprit et votre âme seront entre les mains de NOTRE science ».

Exit le scénario covidien, maintenant, place au scénario informatique. Avec une pléiade de pannes anticipées, les centrales nucléaires, les trains, une part importante des usines, les centres de distributions, la réseautique des services gouvernementaux, la production et la distribution alimentaire, les services de santé et les forces de l’ordre risquent d’être paralysés partiellement de manière … permanente. Il faudra, conséquemment, RATIONNER. Après le confinement des réfractaires, suivra le rationnement des dociles et le système de crédit social pourra se mettre en place. Avec la paralysie du système de production et de distribution, l’anomie des services gouvernementaux, l’état de rationnement pourra se mettre en place et suivront les CRISES ÉCONOMIQUE ET SOCIALE. Cette partita est magnifique, luciférienne à souhait et elle est proprement délicieuse en cela qu’elle nous permet, enfin, de mettre à plat toute la mécanique projectuelle des adeptes de l’initiation contrefaite, suivant les enseignements de l’inestimable René Guénon.

Le PASS SANITAIRE c’est le SÉSAME de la futur METROPOLIS des algorithmes lucifériens. Voilà la formule magique ! Le futur « citoyen » devra être interconnecté – par injection de particules de graphène et, in fine, par insertion d’une micropuce ou d’un tatouage permanent – avec les objets « intelligents » de la nouvelle SMART CITY luciférienne où la sacro-sainte prédictibilité remplacera le « libre arbitre » si cher aux idiots utiles de la maçonnerie BASIQUE.

Ainsi, si l’on suit le cahier de charges de nos maîtres réels, votre liberté de mouvement sera conditionnée par votre acquiescement à votre propre TRAÇABILITÉ. Il s’agit, in fine, de suivre à la trace vos mouvements et déplacements, vos achats et transactions, mais, tout autant, vos désirs et vos pensées les plus profondes. Il s’agit de faire de VOUS des nombres corvéables à merci. Ceci étant dit, les anciens non-vaccinées, seront promis au confinement permanent et devront, conséquemment, tisser des liens informels avec les « CONFORMES » afin de pouvoir obtenir des accréditations, des biens ou des services de première nécessité. À l’inverse, les « CONFORMES » pourraient avoir avantage à tisser des liens avec les nouveaux pestiférés de cette cité numérisée afin de se soustraire à leurs obligations fiduciaires envers les cabalistes aux manettes. C’est en jouant de l’alternance entre les zones de « non-droit » et les NODES INTERCONNECTÉS que les citoyens de cette cité dévoyée pourront tisser les liens de la future dissidence. Ce sera aux dissidents d’apprendre à DISSOUDRE les nouveaux liens de conformité mis en place par les adeptes de cette marche forcée vers le grand chaos universel. Jouer sur les alternances et les rythmes de cette nouvelle gouvernance mondiale afin de pouvoir REBÂTIR la cité des hommes et des femmes LIBRES.

Patrice-Hans Perrier

Patrice-Hans Perrier est un journaliste indépendant qui s’est penché sur les affaires municipales et le développement urbain durant une bonne quinzaine d’années. Disciple des penseurs de la lucidité – à l’instar de Guy Debord ou Hannah Arendt – Perrier se passionne pour l’éthique et tout ce qui concerne la culture étudiée de manière non-réductionniste. Dénonçant le marxisme culturel et ses avatars, Patrice-Hans Perrier s’attaque à produire une critique qui ambitionne de stimuler la pensée critique de ses lecteurs. Passant du journalisme à l’analyse critique, l’auteur québécois fourbit ses armes avant d’aborder le genre littéraire. Patrice-Hans Perrier est un contributeur régulier de différents sites d’analyses stratégiques tels que le Saker francophone, Dedefensa, Réseau International. Vous pouvez aussi le retrouver sur son propre site : patricehansperrier.wordpress.com et sur le réseau social VK.

COVID : la protéine de pointe du virus peut modifier certaines cellules au niveau du cœur

Par : Volti
Source TruthMyScience Les nombreuses études publiées sur la dynamique du coronavirus SARS-CoV-2 et ses effets sur l’organisme ont montré qu’il s’agissait d’un virus extrêmement complexe aux impacts multiples. Pouvant à la fois toucher les poumons, le cœur ou encore le cerveau, le SARS-CoV-2 entraîne des conséquences profondes sur le corps. Et récemment, des chercheurs en ont encore découvert un exemple […]

⛔ L’EFFICACITÉ DES VACCINS CONTRE LE COVID-19 EN CHUTE LIBRE MAIS…

La dictature sanitaire continue : le vaccin est de moins en moins pertinent, mais… en marche ! « Ces chiffres représentent vraiment un déclin d’efficacité pour le vaccin de Pfizer/BioNtech, selon les chercheurs de l’université d’Oxford ». DADO RUVIC / REUTERSApparemment, l’anti-virus Pfizer est plus efficace que celui d’AstraZeneca, face au variant Delta bien que son efficacité décline sur quelques mois, selon les chercheurs […]

Passe « sanitaire » : l’issue collective contre l’impasse individuelle

Par : sellami
L’infâme pseudo-sésame s’imposant à tout le monde, tout le monde devrait le refuser, à commencer par les salariés des entreprises qui l’exigent. On ne le répétera jamais assez : manifester ne suffira pas à mettre en échec le gouvernement et l’oligarchie dont il relaie les intérêts. Si la population se contente de déambuler dans les rues tous les samedis en […]

Le Québec en crise: « Les professionnels en marche » contre le diktat du gouvernement Legault

Temps de lecture : 10 minutes Nous sommes les défenseurs de la liberté, de la vérité et de la santé (Jessica, Canadian Frontline Nurses) Le samedi

⚡️ PASS SANITAIRE : VERS LE BOYCOTT GÉNÉRALISÉ

Ni vu, ni connu, je te mondialise Avec tout le remue-ménage que cause le rhume-19, une autre loi délétère a été votée et cela est passé relativement inaperçu : la fin de l’école à la maison. À présent, vous n’aurez pas d’autres choix que de laisser la République abêtir vos enfants, en les tirant vers le bas avec le culte de […]

Les lois n’ont pas de bras

Temps de lecture : 3 minutes C’est une évidence, les lois et la constitution ne sont rien de plus que des textes consignés dans des recueils.  

Mort de Maxime Beltra, 22 ans neuf heures après le vaccin Pfizer

Temps de lecture : 3 minutes Il voulait juste vivre, nous dit son père dans une vidéo bouleversante.  Il avait 22 ans, c’était mon unique fils,

Le retour du « bon vieux temps »

Temps de lecture : 4 minutes L’illusion de la démocratie n’est plus, désormais, en France, pays des hommes libres.  C’est la dictature qui avance sans masque,

La presse une fois de plus en flagrant délit de mensonge

Temps de lecture : 2 minutes Alors même que de plus en plus de spécialistes remettent en cause l’intérêt de la vaccination des jeunes au regard

Vaccination des jeunes en Belgique, en dépit de la loi

Temps de lecture : 3 minutes Je n’ai cessé de l’écrire depuis plus d’un an, nous ne vivons plus désormais en démocratie, mais dans un système

Comment l’industrie de l’information vient à la rescousse de l’empire en déclin

L’industrie de « l’information » (médias et entreprises de communication) est sur le pied de guerre depuis qu’un média mainstream (New York Times) a donné son aval à la théorie « complotiste » de l’origine militaire du coronavirus SARS-Cov-2, chimère ayant servi de prétexte à dix-huit mois de terreur sanitaire totalitaires. Tout ce qui grenouille et scribouille à propos de cette pandémie bidon se croit maintenant autorisé à se prononcer sur l’origine « naturelle » (chauve-souris-pangolin) ou « artificielle » (en laboratoire) de cette chimère patentée https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/virus-six-dangereux-virus-crees-laboratoire-15313/  d’un coronavirus bien connu (SARS-Cov-1). Nous, prolétaires révolutionnaires, sommes toujours sur nos gardes. Si l’industrie de l’information-communication et ses larbins politiciens lancent un leurre dans une direction, c’est forcément pour nous distraire de la cible véritable qu’ils tentent de dissimuler. Nous pensons que la véritable question en jeu dans cette affaire de chimère virale n’est pas l’origine « nationale » de cette arme biologique meurtrière, mais l’origine systémique de ces dizaines de laboratoires militaires de développement d’armes virales à gain de fonctions mortelles.  L’humanité pensante et agissante doit mettre fin à l’industrie de guerre et à ses laboratoires de recherche de  mort. L’économie de guerre – la discipline de fer – les 7 du Québec. Cependant, nous savons pertinemment que cela sera impossible sans abolir le mode de production capitaliste moribond. Faisons le point après dix-huit mois de guerre virale expérimentale – les 7 du Québec.  Vous trouverez ci-dessous deux textes spéculant sur l’origine de ce virus expérimental… « accidentel ou artificiel? ». « Attaque de l’Empire américain en déclin ou exfiltration de l’Empire chinois aux abois? »  Robert Bibeau. Éditeur.

 


This article is available in 5 languages on this webmagazine :
3.06.2021.English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese on this blogue:
Que o Silêncio dos Justos não Mate Inocentes: Como a indústria da informação vem em socorro do império em declínio (queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com)

L’origine du Sars-Cov-2: retournement orwellien et pétard mouillé

L'origine du Covid: retournement orwellien et pétard mouilléPar Ron Unz

[Ron Unz est désormais convaincu que le Covid était une arme de guerre économique des néo-cons contre la Chine et l’Iran. L’hypothèse qui est brusquement devenue acceptable dans le discours public, celle de la fuite du labo de Wuhan, est un contre-feu tardif pour étouffer la vérité. Les conclusions du professeur Jean-Bernard Fourtillan n’ont pas encore franchi l’Atlantique, mais l’article de Ron Unz donne lieu à des centaines de commentaires extrêmement pertinents, à lire sur le site unz.com en traduction automatique.]

Cela fait des décennies que je n’ai pas relu 1984 de George Orwell, mais certaines parties de ce roman dystopique classique font désormais partie de notre culture politique commune.

 

Il y a cette scène célèbre dans laquelle un orateur prononce un long discours de guerre lors d’un rassemblement politique, faisant l’éloge de l’allié héroïque d’Eurasia et dénonçant l’ennemi juré d’Eastasia, mais on lui remet discrètement une note au milieu du discours et il fait complètement volte-face, vilipendant le premier et saluant le second. « Nous avons toujours été en guerre avec Eurasia. »

 

Au cours des deux dernières semaines, nous avons assisté en temps réel à ce genre de revirement brutal et soudain des positions défendues de longue date en ce qui concerne les origines de l’épidémie mondiale de Covid, qui a dévasté une grande partie du monde. Depuis le début de l’année 2020, le récit dominant était que le virus était complètement naturel, et quiconque suggérait qu’il pouvait être le produit d’un laboratoire fabriqué par l’homme était dénoncé comme un « théoricien du complot », très proche des activistes de QAnon ridiculisés sans cesse dans les médias. Cette ligne de parti officielle était souvent durement appliquée par nos principaux monopoles de médias sociaux, Facebook bannissant sommairement tous les messages suggérant le contraire.

 

Mais la situation a maintenant complètement changé et, ces derniers jours, le Wall Street Journal, le New York Times et nos principaux médias électroniques ont publié des articles traitant de cette ancienne hérésie de manière très respectueuse, et suggérant même que le poids des preuves pourrait la favoriser. Le Sénat a voté en faveur de la déclassification immédiate de tous nos documents des services de renseignement relatifs à l’origine du virus, et une pression politique massive sur le président Joe Biden l’a contraint à ordonner qu’une analyse complète des renseignements soit produite et publiée dans les 90 jours. Il semble qu’un consensus émergeant au sein de l’élite pourrait bientôt favoriser des théories qui étaient auparavant reléguées dans des recoins sulfureux d’Internet.

 

L’événement déclencheur de ce remarquable revirement du sentiment de l’élite américaine a été un article de 11 000 mots, très raisonné et persuasif, du journaliste Nicholas Wade. Bien que l’auteur ait passé plus de quatre décennies comme grand reporter scientifique au New York Times et dans d’autres grands médias, son travail a été discrètement publié le 2 mai sur le site de blogs Medium, sans aucun soutien ni imprimatur prestigieux, puis republié le 5 mai par le site à faible trafic du Bulletin of Atomic Scientists.

 

L’Origine du Covid – Sur la trace des indices. L’homme ou la nature ont-ils ouvert la boîte de Pandore à Wuhan ?

Par Nicholas Wade – Medium – 2 mai 2021 – 11 000 mots

Malgré ces débuts extrêmement peu propices et le ton prudent et modéré de son texte, les conséquences de cette publication ont été dramatiques. Bien que la quasi-totalité des faits et des preuves dont Wade parle aient déjà été accessibles au public pendant la majeure partie de l’année écoulée, son analyse minutieuse et sa crédibilité journalistique considérable ont rapidement transformé le paysage intellectuel. Il commence son long article en expliquant qu’à partir de février 2020, une énorme bulle idéologique avait été gonflée par une propagande politique se faisant passer pour de la science, bulle qui a ensuite été maintenue par une combinaison de lâcheté et d’incompétence journalistiques. Le président Donald Trump avait proclamé que le virus était artificiel, nos médias ont donc insisté sur le fait qu’il devait être naturel, même si toutes les preuves semblaient indiquer le contraire.

 

La présentation soignée de Wade a immédiatement crevé cette bulle et bouleversé le débat public sur une épidémie qui avait tué des millions de personnes dans le monde. Le 28 mai, le Wall Street Journal titrait « Facebook Ends Ban on Posts Asserting Covid-19 Was Man-Made », de sorte qu’en moins d’un mois, un article auto-publié avait déjà changé ce que près de trois milliards d’individus dans le monde étaient autorisés à lire et à écrire. Cela illustre le contrôle totalitaire de l’information sur Internet exercé par les grands monopoles américains de la technologie, qui déterminent les limites des discussions autorisées dans le monde entier en appuyant sur un bouton. Existe-t-il un meilleur exemple du climat ridicule et stalinien de censure intellectuelle actuellement appliqué par ces géants commerciaux ?

 

Bien que l’article de Wade ait servi de catalyseur crucial, quelque chose de similaire avait failli se produire au début du mois de janvier, lorsque le prestigieux New York Magazine a publié un article à 12 000 exemplaires de l’éminent intellectuel public libéral Nicholson Baker, qui arrivait à des conclusions très similaires et aurait pu avoir le même impact. Mais l’article de Baker avait été publié le 4 janvier et, deux jours plus tard, le Capitole de Washington a été soudainement pris d’assaut par une foule de Trumpistes indignés, ce qui a permis de faire oublier rapidement tous les autres sujets pendant les deux mois suivants :


 

L’hypothèse de la fuite d’un laboratoire

Depuis des dizaines d’années, les scientifiques câblent les virus dans l’espoir de prévenir une pandémie, et non de la provoquer. Mais que se passerait-il si… ?

Nicholson Baker – New York Magazine – 4 janvier 2021 – 12 000 mots

Je pense que l’on peut affirmer que l’épidémie de Covid est l’événement mondial le plus important depuis la Seconde Guerre mondiale, et qu’une volte-face journalistique aussi radicale et rapide semble presque sans précédent. Les membres éminents du quatrième pouvoir ont pleinement reconnu l’ampleur de ce revirement et ses conséquences désastreuses pour leur profession, enregistrant leurs réactions, que ce soit avec joie ou avec un embarras résigné.

 

En tant que principal critique de notre establishment médiatique, le célèbre journaliste d’investigation Glenn Greenwald a tweeté son propre verdict sévère :

Glenn Greenwald

@ggreenwald

25 mai

Il est étonnant de voir avec quelle rapidité, dans les secteurs grand public, cette affaire est passée de « théorie de conspiration folle et déséquilibrée qui doit être censurée sur Internet en tant que désinformation nuisible » à « possibilité sérieuse et plausible pour laquelle il existe des preuves rationnelles ».

 

Son allié fréquent Matt Taibbi a fait des remarques similaires:

 

Lorsque le Wall Street Journal a révélé qu’un rapport des services de renseignement américains, jusqu’alors non divulgué, expliquait en détail comment trois chercheurs de Wuhan étaient tombés malades au point d’être hospitalisés en novembre 2019, le dentifrice était complètement sorti du tube : il n’y avait plus moyen de dire que l’hypothèse de « l’origine laboratoire » était trop idiote pour être rapportée. Cela ne veut pas dire que la théorie de « l’origine laboratoire » soit correcte, pas du tout. Mais cela n’a rien à voir avec le sujet qui nous occupe.

 

Ce qui est encore plus remarquable, c’est le long mea culpa de Douglas J. McNeil, Jr, vétéran du New York Times depuis 45 ans, qui a été le fer de lance de la couverture du Covid par son journal dès le début. Peu après avoir lu l’analyse de son ancien collègue et examiné attentivement les nombreuses preuves citées, McNeil a entièrement changé d’avis sur les origines du virus, approuvant une théorie que lui et d’autres journalistes grand public avaient passé plus d’un an à rejeter comme une folie « d’extrême droite », qu’ils avaient, de son propre aveu, regroupée avec « le Pizzagate, la Plandémie, la grippe Kung, Q-Anon, Stop the Steal et l’invasion du Capitole du 6 janvier ».


 

Comment j’ai appris à ne plus m’inquiéter et à aimer la théorie de la fuite en laboratoire

Douglas G. McNeil, Jr. – Medium – 17 mai 2021 – 4 700 mots

Le Covid a-t-il été développé comme une arme biologique ?

Alors que la croyance en une origine naturelle du virus s’estompe rapidement, le consensus de notre élite semble s’orienter vers la position de Wade, Baker et bien d’autres, selon laquelle l’épidémie initiale a probablement résulté d’une fuite accidentelle dans un laboratoire de l’Institut de virologie de Wuhan, connu pour avoir mené des expériences dans ce domaine général de la recherche virale. Les récentes révélations de membres de notre communauté du renseignement qui soutiennent cette théorie ont fait la une du Wall Street Journal et d’autres grands médias, tout en suscitant naturellement un énorme débat sur Internet.

 

Un élément important du débat est la prise de conscience croissante du public du fait que la recherche virale du laboratoire de Wuhan avait reçu une grande partie de son financement récent de nos propres Instituts nationaux de la santé, offrant ainsi un champ d’application majeur pour les récriminations politiques américaines en colère. Ces faits sont bien connus depuis plus d’un an, mais ils n’avaient évidemment que peu d’importance lorsque le virus était supposé être naturel.

 

Même les accidents biologiques les plus horribles peuvent se produire, étant donné la lâcheté et l’incompétence démontrées de nos principaux organes de presse, nous ne devrions pas être surpris que certaines implications plutôt évidentes de cette hypothèse de fuite en laboratoire aient reçu moins d’attention qu’elles ne le méritent.

 

Tout d’abord, il y a le fait important que les principaux chercheurs du laboratoire de Wuhan ont catégoriquement nié que le virus ait été développé là-bas, une position fortement soutenue par le gouvernement national chinois. Donc, si nous acceptons une fuite du laboratoire, alors les chercheurs chinois locaux et les principaux dirigeants politiques du pays ont dissimulé les faits réels de cette catastrophe mondiale massive dès le premier jour. Un tel manque total de franchise n’est peut-être pas entièrement surprenant, mais il jette une ombre sur toutes les autres affirmations de la Chine.

 

L’historique des publications du laboratoire de Wuhan est encore plus suspect. Des scientifiques américains sympathisants qui avaient douté de l’artificialité du virus ont souligné qu’absolument aucun des nombreux articles produits par ces chercheurs chinois n’avait fait mention d’un travail expérimental avec le virus finalement connu sous le nom de Covid-19, qui aurait sûrement nécessité un temps et des efforts considérables pour se transformer en sa forme actuelle, hautement dangereuse. Cela implique que tout travail de développement viral de ce type a été tenu entièrement secret, un fait qui a de sombres implications. La production d’armes biologiques ayant été interdite par les traités internationaux, tout projet viral illégal de ce type serait nécessairement resté secret.

 

Au début de l’année dernière, nous avons publié le point de vue d’un vétéran de quarante ans de la biodéfense américaine, qui s’est concentré sur les caractéristiques épidémiologiques particulières du virus, qui était extrêmement contagieux mais avait un faible taux de létalité de 1 % ou moins. J’ai résumé son analyse en ces termes:

 

Un point important qu’il a soulevé est qu’une létalité élevée est souvent contre-productive dans une arme biologique, car affaiblir ou hospitaliser un grand nombre d’individus peut imposer des coûts économiques bien plus importants pour un pays qu’un agent biologique qui infligerait simplement un nombre égal de décès. Selon lui, « une maladie à forte transmissibilité et à faible létalité est parfaite pour ruiner une économie », ce qui suggère que les caractéristiques apparentes du coronavirus étaient proches de l’optimum à cet égard.

 

Pour des raisons évidentes, la majorité de nos journalistes traditionnels ont été très réticents à relier ces points du scénario de la fuite du laboratoire de Wuhan qu’ils approuvent maintenant de plus en plus, tout comme la quasi-totalité d’entre eux n’avaient pas reconnu auparavant que le virus était probablement artificiel. Même Wade et Baker ont complètement évité de suggérer que le virus libéré accidentellement à Wuhan était une arme biologique illégale.

 

Mais si nous abandonnons cette réticence compréhensible et nous contentons d’énumérer les éléments centraux de l’hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan, les implications logiques sont assez évidentes :

 

– Le virus a accidentellement fui du centre de recherche biologique le plus avancé de Chine, dont les virologistes de haut niveau ont menti à plusieurs reprises, tant sur la fuite elle-même que sur la création du virus, mensonges repris avec force par les principaux dirigeants du gouvernement chinois.

Comme aucune mention du travail de développement du virus n’est jamais apparue dans les articles publiés, le projet a été gardé entièrement secret. Un tel secret total serait compatible avec la création d’une arme biologique illégale.

Le virus semble avoir les caractéristiques idéales d’une arme biologique anti-économie, destinée à dévaster la société et la vie économique d’un pays ciblé.

Sur la base de ces faits, l' »hypothèse de la fuite du laboratoire de Wuhan » semble n’être qu’un euphémisme pour décrire ce qui est en réalité l' »hypothèse de la fuite du laboratoire d’armes biologiques chinois ».

 

Dès les premiers jours de l’épidémie, les publications et les militants anti-chinois ont régulièrement affirmé que le Covid avait été créé en laboratoire, le décrivant également comme une arme biologique chinoise illégale libérée accidentellement dans le monde. Maintenant que la première affirmation, autrefois stigmatisée, est largement acceptée, la seconde possibilité fera inévitablement partie du débat public, quels que soient les efforts des médias pour l’empêcher.

 

Une fois que le virus a commencé à dévaster de grandes parties de l’Europe et de l’Amérique au cours des premiers mois de 2020, les attaques contre la Chine par le président Trump et d’autres hauts responsables de son administration comme Mike Pompeo sont devenues extrêmement dures, et bien que le terme « arme biologique » n’ait été que rarement prononcé en public, il semblait implicite dans nombre de leurs accusations furieuses et était probablement largement discuté à huis clos. Par exemple, au début de l’année, David Asher, un ancien collaborateur de Pompeo, a publiquement affirmé que le Covid était une arme biologique chinoise lors d’un débat organisé par l’institut néoconservateur Hudson.

 

La destruction mondiale infligée par le virus a été énorme, tant en vies humaines qu’en dommages sociaux et économiques. Si l’on tient compte à la fois des décès et des confinements simultanés, l’Amérique a clairement subi sa pire calamité nationale depuis la Grande Dépression. Plusieurs centaines de milliers de nos citoyens sont morts et, selon l’analyse détaillée des chercheurs en santé publique de l’Université de Washington, le nombre total de décès dus au virus avoisine déjà le million.

 

D’autres régions du monde ont été encore plus durement touchées. L’Inde est actuellement l’épicentre mondial de l’épidémie, et la plupart des observateurs extérieurs considèrent que le nombre officiel de décès est largement sous-estimé. La semaine dernière, une importante enquête du NYT auprès d’experts en santé publique a estimé que le nombre réel de décès en Inde a probablement déjà dépassé 1,5 million et peut-être même plus de 4 millions.

 

Si l’insouciance de scientifiques chinois bien intentionnés a coûté au monde tant de millions de vies et de billions de dollars, cette situation serait déjà assez grave. Mais si toutes ces morts et ces destructions sont dues à la dissémination accidentelle d’une arme biologique illégale, conçue à dessein pour détruire des pays, les conséquences internationales seront certainement bien plus graves.

 

Il y a certaines progressions logiques qui se suivent presque inévitablement, de sorte qu’une fois que nous avons accepté A, nous sommes obligés de passer à B, puis à C et D. Maintenant que nos médias d’élite et notre establishment politique semblent prêts à reconnaître la nature artificielle du virus, il leur sera impossible de supprimer le débat qui en résultera sur la question de savoir si Covid était une arme biologique illégale. En effet, je soupçonne fortement que nombre des premières personnalités qui ont désespérément – et souvent malhonnêtement – cherché à établir que le virus était naturel et à étouffer toute possibilité contraire l’ont fait dans l’espoir de prévenir exactement cette situation. Mais comme le souligne la citation de Taibbi ci-dessus, fin mai, « le dentifrice était complètement sorti du tube ».

 

Un scénario de fuite de laboratoire d’armes biologiques sans fuite de laboratoire ?

Comme nous l’avons vu plus haut, au cours des deux ou trois dernières semaines, nous avons assisté à l’explosion d’une énorme bulle de propagande qui avait dominé notre narration médiatique pendant plus d’un an, construite autour de l’hypothèse selon laquelle le Covid était un virus naturel. Cette bulle a été maintenue par la réticence des journalistes à prendre en compte les défauts évidents de cette théorie et l’absence totale de preuves à l’appui, tout en ignorant complètement des faits importants qui allaient dans une direction totalement différente. En conséquence, cette croyance se trouve rapidement remplacée par l’hypothèse contraire de la fuite en laboratoire promue par les articles de Wade et de Baker. Mais dans ces circonstances, nous devons faire attention à ne pas simplement remplacer une bulle de propagande par une autre.

 

Ensemble, les articles de Wade et Baker totalisent quelque 23 000 mots et, bien qu’ils constituent le principal argument en faveur de l’hypothèse de la fuite de Wuhan, ils semblent étrangement dépourvus de toute preuve significative d’une véritable fuite de laboratoire. Pire encore, à partir d’avril 2020, Trump et Pompeo ont déclaré haut et fort qu’ils possédaient « d’énormes preuves » à l’appui de leurs affirmations concernant une fuite de laboratoire à Wuhan, mais aucune de ces preuves n’est jamais apparue. Avons-nous oublié si vite l’histoire des ADM irakiennes ?

 

Il y a une exception partielle à ces étagères vides. Le long article de Wade contient une brève mention du fait que juste avant que Pompeo ne quitte ses fonctions, il a fait publier par son département d’État une fiche d’information mentionnant que les États-Unis « avaient des raisons de croire » qu’au cours de l’automne 2019, plusieurs chercheurs du laboratoire de Wuhan sont tombés malades avec des symptômes de grippe, et quelques mois plus tard, un ancien haut collaborateur de Pompeo a fait publiquement la même affirmation avec un peu plus de détails.

 

Puis, la semaine dernière, ce petit morceau a refait surface en tant que sujet d’un article entier en première page du WSJ. Selon les informations d’une source tierce anonyme à la fiabilité contestée, trois chercheurs du laboratoire de Wuhan sont tombés gravement malades en novembre 2019, à peu près au moment où l’épidémie a commencé. Taibbi semblait considérer cette bribe comme un appui solide pour une fuite de laboratoire, et l’histoire a été largement promue sur les médias sociaux.

 

Mais cette preuve réelle semble presque invisiblement mince. Les journalistes ont omis de mentionner que le laboratoire de Wuhan comptait plus de 1 000 employés, et est-il vraiment si remarquable que trois d’entre eux aient pu présenter de graves symptômes grippaux au plus fort de la saison de la grippe ? S’agissait-il vraiment de la somme totale des « énormes preuves » revendiquées par Pompeo ? De plus, un blogueur aux yeux aiguisés a remarqué que l’auteur principal de cet article du WSJ n’était autre que Michael R. Gordon, qui avait fait équipe avec Judith Miller pour ses articles notoirement frauduleux sur les ADM irakiennes, un détail important qui soulève certainement d’autres doutes. Et si l’on peut faire crédit aux autorités chinoises, elles affirment avoir testé par la suite tous les employés du laboratoire de Wuhan, dont aucun ne présentait de signes d’infection antérieure.

 

Il est vrai que certains rapports américains suggéraient également que les conditions de sécurité du laboratoire de Wuhan étaient insuffisantes, mais se fier à des indications aussi faibles devient une arme à double tranchant. Au cours de l’année dernière, les activistes de la propagande pro-chinoise ont largement promu la théorie totalement infondée selon laquelle le virus Covid se serait accidentellement échappé de Ft. Detrick, le premier laboratoire américain de guerre biologique, en s’appuyant fortement sur le fait que pendant huit mois de 2019, des parties importantes de l’installation avaient été fermées par le CDC pour de graves violations de la sécurité. Il existe évidemment des preuves circonstancielles bien plus solides d’une fuite d’un laboratoire américain que sur tout ce qui a pu se passer à Wuhan.

 

La principale faiblesse de l’hypothèse d’une fuite de laboratoire à Wuhan est donc qu’il n’y a aucun signe réel de fuite de laboratoire à Wuhan.

 

L’hypothèse d’une attaque américaine de guerre biologique

Il est donc fort probable que le Covid provienne d’un laboratoire et qu’il ait été conçu comme une arme biologique, mais nous n’avons pas d’indications sérieuses d’une quelconque fuite de laboratoire. Ainsi, si l’épidémie initiale de Wuhan était due au déploiement d’une arme biologique puissante, mais pas à une fuite accidentelle d’un laboratoire, la Chine était certainement la cible visée, la victime plutôt que l’auteur. En effet, la RPC n’a évité la dévastation que parce qu’elle a réagi de manière extrêmement rapide et a rapidement imposé des contrôles de santé publique exceptionnellement stricts. Quelque 700 millions de Chinois ont été confinés chez eux pendant des semaines, un confinement probablement plus de mille fois supérieur à tout ce que l’on avait vu auparavant dans l’histoire.

 

Compte tenu de notre confrontation militaire et géopolitique actuelle avec la Chine, l’Amérique semble être la source probable de l’attaque. Cependant, une fois que le virus a fini par atteindre notre propre pays, la réponse totalement apathique du président Trump a démontré qu’il n’avait lui-même absolument aucune idée qu’il pouvait être confronté à la menace d’une dangereuse arme biologique, prouvant ainsi son innocence personnelle. Les suspects les plus probables seraient des éléments dévoyés de notre establishment de sécurité nationale, probablement certains des néoconservateurs de l’État profond que Trump avait placés assez près du sommet de son administration.

 

Cette petite poignée de comploteurs de haut niveau aurait alors fait appel aux ressources de l’appareil de sécurité nationale américain pour mener à bien l’opération. Le virus et ses dispositifs de dispersion auraient pu être obtenus à Ft. Detrick et des agents de la CIA ou des membres des forces spéciales auraient été envoyés à Wuhan pour le diffuser. Cependant, toutes ces personnes auraient cru qu’elles participaient à une frappe militaire secrète pleinement autorisée contre le principal adversaire géopolitique des États-Unis. En fait, ce qui s’est passé est un scénario à la Dr Folamour,  mais dans la réalité.

 

À partir d’avril 2020, j’ai commencé à publier une longue série d’articles et de chroniques qui présentaient les preuves de cette hypothèse d’attaque de guerre biologique. Les liens de trois des articles les plus substantiels figurent ci-dessous, et je suggère à ceux qui sont intéressés de les lire, en particulier le plus récent.

[Note de la traductrice : le site Unz.com permet de choisir la langue dans laquelle on veut lire chaque article, voir la case à cliquer en haut de la page, à droite. Ces traductions automatiques sont peu satisfaisantes, mais ont le mérite d’être accessibles immédiatement]

Pravda américaine : Our Coronavirus Catastrophe as Biowarfare Blowback ? Ron Unz – The Unz Review – avril 21, 2020 – 7,400 Words – 1,638 Commentaires

Pravda américaine : Covid-19, son impact et ses origines après un an. Ron Unz – The Unz Review – 15 mars 2021 – 8,700 Mots – 975 Commentaires

Pravda américaine : « La vérité » et « toute la vérité » sur les origines du Covid-19. Ron Unz – The Unz Review – May 10, 2021 – 6,400 Words – 847 Commentaires

En outre, nous avions précédemment republié deux articles très pertinents, l’un par un vétéran de quarante ans de la biodéfense américaine et l’autre par le journaliste d’investigation Whitney Webb :

Le coronavirus était-il une attaque de guerre biologique contre la Chine ? OldMicrobiologist – The Unz Review – mars 13, 2020 – 3,400 Words – 705 Comments

Chauve-souris, édition de gènes et armes biologiques : Les récentes expériences de la DARPA suscitent des inquiétudes au milieu de l’épidémie de coronavirus. Whitney Webb – The Unz Review – janvier 30, 2020 – 5,700 Words – 297 Comments

Les quelques paragraphes suivants extraits de mes articles fournissent probablement certaines des preuves les plus convaincantes de ma thèse :

Mais les conséquences horribles de notre propre inaction gouvernementale ultérieure étant évidentes, des éléments au sein de nos agences de renseignement ont cherché à démontrer que ce n’étaient pas eux qui dormaient aux commandes. Au début du mois, un reportage d’ABC News citait quatre sources gouvernementales distinctes pour révéler que, dès la fin novembre, une unité spéciale de renseignement médical au sein de notre Defense Intelligence Agency avait produit un rapport avertissant qu’une épidémie hors de contrôle était en train de se produire dans la région de Wuhan en Chine, et avait largement diffusé ce document dans les hautes sphères de notre gouvernement, avertissant que des mesures devaient être prises pour protéger les forces américaines basées en Asie. Après la diffusion du reportage, un porte-parole du Pentagone a officiellement nié l’existence de ce rapport de novembre, tandis que plusieurs autres hauts responsables du gouvernement et des services de renseignement refusaient de faire des commentaires. Mais quelques jours plus tard, la télévision israélienne a mentionné qu’en novembre, les services de renseignement américains avaient effectivement partagé un tel rapport sur l’épidémie de Wuhan avec leurs alliés de l’OTAN et d’Israël, semblant ainsi confirmer de manière indépendante l’exactitude complète de l’histoire originale d’ABC News et de ses nombreuses sources gouvernementales. 

Il apparaît donc que des éléments de la Defense Intelligence Agency étaient au courant de l’épidémie virale mortelle de Wuhan plus d’un mois avant tout responsable du gouvernement chinois lui-même. À moins que nos agences de renseignement n’aient mis au point la technologie de la précognition, je pense que cela a pu se produire pour la même raison que les pyromanes ont la connaissance la plus précoce des futurs incendies. 

Selon ces comptes rendus des médias grand public aux sources multiples, dès « la deuxième semaine de novembre », notre agence de renseignement de la défense préparait déjà un rapport secret mettant en garde contre une épidémie « cataclysmique » à Wuhan. Pourtant, à ce moment-là, il n’y avait probablement pas plus de deux douzaines de personnes infectées dans cette ville de 11 millions d’habitants, et peu d’entre elles présentaient encore des symptômes graves. Les implications sont assez évidentes. En outre :

 Alors que le coronavirus commençait progressivement à se propager au-delà des frontières chinoises, un autre événement est venu renforcer mes soupçons. La plupart de ces premiers cas sont apparus exactement là où on pouvait s’y attendre, dans les pays d’Asie de l’Est limitrophes de la Chine. Mais fin février, l’Iran est devenu le deuxième épicentre de l’épidémie mondiale. De manière encore plus surprenante, ses élites politiques ont été particulièrement touchées, puisque 10 % de l’ensemble du parlement iranien a été infecté et qu’au moins une douzaine de ses fonctionnaires et hommes politiques sont morts de la maladie, dont certains de haut rang. En effet, les activistes néoconservateurs sur Twitter ont commencé à noter avec joie que leurs ennemis iraniens haineux tombaient maintenant comme des mouches.

 Examinons les implications de ces faits. Dans le monde entier, les seules élites politiques qui aient subi des pertes humaines significatives sont celles de l’Iran, et ces personnes sont mortes à un stade très précoce, avant même que des épidémies significatives ne se soient produites presque partout ailleurs dans le monde, en dehors de la Chine. Ainsi, l’Amérique a assassiné le plus haut commandant militaire iranien [le général Qassem Soleimani] le 2 janvier et, quelques semaines plus tard, une grande partie des élites dirigeantes iraniennes se trouvait été infectée par un nouveau virus mystérieux et mortel, qui a entraîné la mort de nombre d’entre elles. Tout individu rationnel pourrait-il considérer cela comme une simple coïncidence ?

 

Le 15 mars 2020, j’avais publié un bref commentaire présentant une simple analogie sur ce qui, selon moi, s’était passé. À ce moment-là, notre pays n’avait subi que quelques dizaines de décès et n’avait pas encore connu son premier confinement, mais je m’en tiens toujours à ces mêmes mots aujourd’hui :

 

Supposons que deux voisins se disputent, et que l’un d’entre eux a un fils adolescent psychopathe, qui sort tard dans la nuit et allume un incendie criminel à côté pour « leur donner une leçon ». 

Mais la famille victime sent la fumée, se réveille et, au prix d’un effort héroïque, éteint le feu en ne subissant que des dégâts mineurs.

 Pendant ce temps, le feu se propage, gagnant la maison de l’adolescent, et comme la famille est trop paresseuse et incompétente pour faire quoi que ce soit, la maison prend feu et brûle, tuant plusieurs membres de la famille et laissant tout le monde sans abri.

 Dans un tel scénario, ne serait-il pas plus raisonnable pour la famille attaquée de se réjouir discrètement et de présenter ses condoléances plutôt que de préparer une nouvelle vengeance ?


 

Les preuves plaident en faveur d’une attaque biologique plutôt que d’une fuite aléatoire en laboratoire.

Mes articles précédents, dont les liens figurent ci-dessus, plaident en faveur d’une attaque américaine de guerre biologique contre la Chine (et l’Iran), mais ils comptent plusieurs milliers de mots. C’est pourquoi je vous propose ci-dessous un bref résumé de ces points principaux, en insistant sur les raisons pour lesquelles le scénario de guerre biologique semble beaucoup plus probable que l’hypothèse concurrente de la fuite en laboratoire :

 

(1) Pendant trois ans, la Chine a été enfermée dans un conflit croissant avec l’Amérique en matière de commerce et de géopolitique, et pendant trois années consécutives, la Chine a été très durement touchée par des virus mystérieux. Un virus de la grippe aviaire a gravement endommagé son industrie de la volaille en 2018 et l’année suivante, un virus de la grippe porcine a détruit plus de 40 % de ses troupeaux de porcs, la principale source de viande de la Chine. La troisième année, le Covid-19 est apparu. Certainement un schéma suspect si le dernier n’était qu’une fuite aléatoire en laboratoire.

 

(2) L’épidémie de Covid-19 est apparue au moment et à l’endroit les plus défavorables pour la Chine, dans le grand centre de transit de Wuhan, presque parfaitement synchronisé pour atteindre des niveaux locaux élevés d’infection, juste au moment où les voyageurs en route pour les vacances du Nouvel An lunaire propageaient la maladie dans toutes les autres parties du pays, produisant ainsi une épidémie imparable. La date d’une fuite accidentelle d’un laboratoire aurait évidemment été aléatoire.

 

(3) 300 militaires américains venaient de se rendre à Wuhan dans le cadre des Jeux militaires mondiaux, ce qui constituait une occasion parfaite pour diffuser une arme biologique virale. Imaginez ce que penseraient les Américains si 300 militaires chinois s’étaient rendus à Chicago et qu’immédiatement après, une mystérieuse maladie virale mortelle se déclarait soudainement dans cette ville. Il s’agirait d’une étrange coïncidence si la visite militaire américaine et une fuite accidentelle de laboratoire sans aucun rapport se produisaient exactement au même moment.

 

(4) Les caractéristiques du Covid-19, notamment une grande capacité de communication et une faible létalité, sont absolument idéales pour une arme biologique anti-économie. Il semble étrange qu’une fuite aléatoire d’un laboratoire puisse libérer un virus si parfaitement conçu pour endommager gravement l’économie chinoise.

 

(5) Dès le début de l’épidémie, des blogueurs américains anti-chinois et le réseau Radio Free Asia financé par les États-Unis ont lancé une puissante offensive de propagande internationale contre la Chine, affirmant que l’épidémie de Wuhan était due à la fuite d’une arme biologique illégale du laboratoire de Wuhan. Il ne s’agissait peut-être que d’une réponse exceptionnellement rapide mais opportuniste de nos organes de propagande, mais ils ont semblé remarquablement rapides pour tirer pleinement parti d’un développement totalement inattendu et mystérieux, qu’ils ont immédiatement identifié comme étant dû à une fuite du laboratoire.

 

(6) Dès « la deuxième semaine de novembre », notre Agence de renseignement de la défense avait déjà commencé à préparer un rapport secret mettant en garde contre une épidémie « cataclysmique » à Wuhan, alors que, selon la chronologie standard, à ce moment-là, seules quelques dizaines de personnes avaient commencé à ressentir des symptômes de maladie dans une ville de 11 millions d’habitants. Comment ont-ils découvert ce qui se passait à Wuhan bien plus tôt que le gouvernement chinois ou quiconque ?

 

(7) Presque immédiatement après, les élites politiques au pouvoir en Iran ont été gravement infectées, et beaucoup de responsables officiels sont morts. Pourquoi la fuite accidentelle du laboratoire de Wuhan s’est-elle propagée aux élites politiques iraniennes si rapidement, avant d’avoir atteint presque tous les autres pays du monde ?

 

Schéma du scénario hypothétique d’une attaque biologique

Compte tenu des conclusions suggérées ci-dessus, je pense également qu’il serait utile que je fournisse mon propre résumé d’un scénario plausible pour l’épidémie de Covid. Bien que j’aie déjà présenté cette esquisse dans un article de septembre 2020, je ne vois pas la nécessité de la réviser. Évidemment, cette reconstruction est assez spéculative, mais je pense que c’est celle qui colle le mieux avec toutes les preuves disponibles, tandis que les éléments individuels peuvent être modifiés, abandonnés ou remplacés sans nécessairement compromettre l’hypothèse globale.

 

(1) Des éléments malveillants au sein de notre vaste appareil de sécurité nationale, probablement affiliés aux néoconservateurs de l’État profond, ont décidé d’infliger de graves dommages à l’énorme économie chinoise en utilisant la guerre biologique. Le plan consistait à infecter le principal centre de transport de Wuhan avec le Covid-19 afin que la maladie se propage de manière invisible dans tout le pays pendant les voyages annuels du Nouvel An lunaire, et ils ont utilisé la couverture des Jeux militaires internationaux de Wuhan pour glisser quelques agents dans la ville afin de libérer le virus. Je pense que seul un nombre relativement faible d’individus a été impliqué dans ce complot.

 

(2) L’agent biologique qu’ils ont libéré a été conçu principalement comme une arme anti-économie plutôt que comme une arme anti-personnelle. Bien que le Covid-19 ait un taux de mortalité plutôt faible, il est extrêmement contagieux, a une longue période infectieuse pré-symptomatique et peut même être propagé par des porteurs asymptomatiques, ce qui le rend parfaitement adapté à cet objectif. Ainsi, une fois qu’elle aurait été istillée dans la majeure partie de la Chine, il  aurait dû être extrêmement difficile de l’éradiquer et les efforts qui en résulteraient pour la contrôler auraient infligé d’énormes dommages à l’économie et à la société chinoises.

 

(3) Comme opération secondaire, ils ont décidé de cibler les élites politiques de l’Iran, en déployant éventuellement un variant un peu plus mortel du virus. Comme les élites politiques ont généralement tendance à être âgées, elles connaîtraient de toute façon un taux de mortalité beaucoup plus élevé.

 

(4) Les épidémies mortelles de SRAS et de MERS en Asie de l’Est et au Proche-Orient ne s’étant jamais propagées de manière significative en Amérique (ou en Europe), les comploteurs ont supposé à tort qu’il en serait de même pour le Covid-19. De toute façon, étant donné que les organisations internationales ont toujours classé les Etats-Unis et l’Europe comme ayant les meilleurs et les plus efficaces systèmes de santé publique pour combattre n’importe quelle épidémie, ils pensaient que tout dommage éventuel en retour serait très mineur.

 

(5) Seul un petit nombre d’individus était directement impliqués dans ce complot, et peu après que la maladie ait été libérée avec succès à Wuhan, ils ont décidé de protéger davantage les intérêts américains en alertant les unités appropriées de la Defense Intelligence Agency, probablement en fabriquant une sorte de prétendue « fuite de renseignements ». En gros, ils se sont arrangés pour que la DIA apprenne que Wuhan souffrait apparemment d’une épidémie « cataclysmique », ce qui a conduit la DIA à préparer et à distribuer un rapport secret avertissant nos propres forces et nos alliés pour qu’ils prennent les précautions nécessaires.

 

(6) Malheureusement pour ces plans, le gouvernement chinois a réagi avec une détermination et une efficacité étonnantes, et a rapidement éradiqué la maladie. Pendant ce temps, le gouvernement américain, apathique et incompétent, choisissait d’ignorer le problème, ne réagissant qu’après que l’épidémie massive dans le nord de l’Italie ait attiré l’attention des médias. Comme le CDC avait bâclé la production d’un kit de dépistage, nous n’avions aucun moyen de reconnaître que la maladie se propageait déjà dans notre pays, ce qui a entraîné des dommages massifs pour l’économie et la société américaines. En fait, l’Amérique a subi exactement le sort qui avait été initialement prévu pour son rival chinois!

 

Articles connexes (voir ci-dessus pour les liens) :

 

Pravda américaine : « La vérité » et « toute la vérité » sur les origines du Covid-19

Pravda américaine : Covid-19, son impact et ses origines après un an

Pravda américaine : La catastrophe du coronavirus, un retour de flamme de la guerre biologique ?

Le coronavirus était-il une attaque de guerre biologique contre la Chine ? par OldMicrobiologist

Chauves-souris, modification génétique et armes biologiques : Les récentes expériences de la Darpa suscitent des inquiétudes dans le contexte de l’épidémie de coronavirus par Whitney Webb

 

Source: https://www.unz.com/runz/american-pravda-george-orwells-virus-lab-leak/

Traduction: MP


 

Quand la Chine éternueQuand la Chine éternue, Cynthia McKinney

Par Kevin Barrett

 

Les livres conspirationnistes sur le COVID de James Perloff et Greg Felton valent vraiment la peine d’être lus. Mais la meilleure et la plus complète enquête en un seul volume sur ce qu’est réellement le COVID-19 et d’où il vient est le recueil d’articles compilé par Cynthia McKinney, When China Sneezes (qui aurait dû s’intituler When DARPA Sneezes) [« Quand la Chine éternue ». DARPA: Defense Advanced Research Projects Agency]

 

L’ancienne députée (qui a été  élue pour six mandats) et candidate à la présidence du Parti vert, Cynthia McKinney, et certains des autres contributeurs ont passé la fin du mois de décembre 2019 et la première moitié du mois de janvier 2020 à parcourir la Chine dans le cadre d’un voyage d’enquête, prenant l’avion quelques jours seulement avant le verrouillage mondial sans précédent. Leur mission initiale était d’enquêter sur les allégations de mauvais traitements infligés aux musulmans chinois. Mais l’explosion soudaine de la pandémie de COVID-19 a changé la donne.

 

Le résultat est un livre qui pourrait changer l’histoire et qui, avec les écrits de Ron Unz sur le sujet, devrait convaincre toute personne rationnelle que le COVID-19 est probablement le résultat d’une guerre biologique menée contre la Chine et l’Iran par les néoconservateurs américains. Le livre de McKinney présente certaines des sources clés qui ont été les premières à alerter les lecteurs et les auteurs de la Unz Review, dont votre serviteur, sur l’hypothèse de la guerre biologique :

 

*Jeff Brown (qui est venu dans mon émission du 8 février 2020 pour déclarer que le COVID était une guerre biologique contre la Chine) fournit des éléments d’introduction sur le SRAS-CoV2 et la guerre biologique ;

 

*Larry Romanoff et un écrivain chinois anonyme (dans un essai bilingue) décrivent comment la Chine, consciente d’avoir été l’objet d’attaques biologiques depuis des décennies, a mis en place l’effort de biodéfense le plus important et le plus réussi de l’histoire ;

 

*Michael Hudson et Peter Koenig expliquent pourquoi les oligarques occidentaux craignent tellement le système bancaire public chinois qu’on peut s’attendre à ce qu’ils s’engagent dans des agressions à haut risque, y compris la guerre biologique ;

 

*William Robinson ajoute des raisons de croire qu’une telle agression ultra-risquée a un sens dans le contexte de la crise financière de l’Occident ;

 

*Whitney Webb met au jour les liens entre la DARPA, le COVID-19 et les vaccins qui ont très certainement été développés en même temps que le virus lui-même ;

 

*Claudio Peretti explique que la guerre biologique est une guerre économique et que les oligarques occidentaux avaient les moyens, le motif et l’opportunité de déclencher le COVID ;

 

*Cynthia McKinney explique pourquoi le contexte historique indique une origine américaine et israélienne de la guerre biologique, en mettant l’accent sur le potentiel ethnique spécifique des coronavirus du SRAS (et peut-être des vaccins mortels similaires) ;

 

*Gary Barnett ajoute encore plus de contexte historique, en expliquant pourquoi « les États-Unis sont l’ennemi du monde en matière de guerre biologique » ;

 

*Helen Buyniski (de False Flag Weekly News) suggère que la dystopie engendrée par le COVID est intentionnelle et non accidentelle.

 

*Alfred Zayas suggère que le remède à la dystopie du COVID serait une conférence mondiale sur le rétablissement du COVID qui mettrait l’accent sur la préservation et l’extension des droits de l’homme.

 

Depuis la publication de When China Sneezes, Cynthia McKinney s’est montrée encore plus méfiante à l’égard des composants éventuellement spécifiques à une ethnie des coronavirus du SRAS utilisés comme armes biologiques. Elle cite l’article intitulé « New insights into genetic susceptibility of COVID-19 : an ACE2 and TMPRSS2 polymorphism analysis« , qui indique que « le COVID-19 est étrangement un virus de la grippe aviaire :

 

« Le COVID-19 est étrangement et tragiquement sélectif… Cette étude suggère que les polymorphismes de l’ADN de l’ACE2 ou du TMPRSS2 sont probablement associés à la susceptibilité génétique du COVID-19… Nous avons constaté que la distribution des variants délétères de l’ACE2 diffère parmi les 9 populations de gnomAD (v3). Plus précisément, 39% (24/61) et 54% (33/61) des variants délétères de l’ACE2 apparaissent dans les populations africaines/afro-américaines (AFR) et européennes non finlandaises (EUR), respectivement (Fig. 1 b). La prévalence des variants délétères parmi les populations latino/mixtes américaines (AMR), est-asiatiques (EAS), finlandaises (FIN) et sud-asiatiques (SAS) est de 2 à 10 %, tandis que les populations amish (AMI) et juives ashkénazes (ASJ) ne semblent pas porter de tels variants dans les régions codantes de l’ACE2 (Fig. 1b). » (c’est moi qui souligne -KB)

 

Étant donné que les Amish constituent près de la moitié de l’oligarchie milliardaire de l’Occident, qu’ils sont surreprésentés dans la R&D en matière de guerre biologique, qu’ils dominent le mouvement néoconservateur et qu’ils nourrissent depuis longtemps un désir messianique-millénariste d’annihilation/de soumission de toutes les autres tribus, le fait qu’ils soient apparemment totalement exempts du facteur génétique clé qui sous-tend la vulnérabilité au COVID-19 en fait des suspects évidents dans ce drame criminel mondial. Alors… méfiez-vous des fermiers barbus portant un chapeau de paille et roulant en charrettes, qui vous soufflent des bises dans des éprouvettes !

Source: https://www.unz.com/audio/kbarrett_cynthia-mckinney-on-when-china-sneezes-the-best-covid-book-yet/y-on-when-china-sneezes-the-best-covid-book-yet/

 

Traduction: MP

 

Ce coronavirus a-t-il été fabriqué à Wuhan ? NON !

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8889

Bonjour à toutes et à tous,

Le 26 mai 2021, après un communiqué de Joe Biden insistant sur la possibilité d’une origine humaine du Coronavirus, Facebook annonçait que les contenus évoquant cette hypothèse ne serait plus censurés de sa plateforme. Pourquoi un tel revirement ?

En fait, il n’y a pas de revirement des États-Unis dans la thèse du coronavirus fabriqué artificiellement par l’homme : que ce soit d’abord du temps de Trump ou ensuite du temps de Biden, les USA disent que le coronavirus a été fabriqué par la Chine.

Ce qu’il y a, c’est que le clan Biden-Obama (mondialiste) déteste encore plus le clan Trump (antimondialiste) que la Chine (mondialiste 1).

Aussi, les Biden et compagnie, quand ils étaient dans l’opposition, expliquaient que Trump disait n’importe quoi quand il prétendait que la Chine avait fabriqué ce coronavirus. Mais, maintenant que c’est le clan biden qui est au pouvoir, il dit comme lui, que c’est la Chine. C’est logique car la Chine est un ennemi des USA.

Il se trouve seulement que les réseaux sociaux sont gouvernés par les mondialistes. Donc c’est seulement un revirement calculé des réseaux sociaux, pas un revirement des États-Unis.

Certains prétendent que c’est l’Amérique, d’autres la France, et d’autres la Chine, qui a fabriqué ce virus ; ou, plutôt, la classe dominante, d’un de ces pays.

Si c’est l’ennemi de classe qui a provoqué la crise. Cela fait un argument de poids contre lui. C’était le cas lors du 11 septembre 2001. Et, si les antimondialistes de Gênes avaient compris et dénoncé que c’est la CIA qui avait fait le coup, au lieu de mourir dans l’altermondialisme, ils auraient eu de grandes chances de réussir la révolution. Mais, New York a effacé Gênes, alors qu’il aurait pu l’amplifier.

Pour accuser le pouvoir d’avoir fait le coup de façon efficace, il faut que ce soit la vérité. Sinon, ça se retourne contre nous.

Par exemple, il est bien clair que ce coronavirus ne sort pas du P4 de Wuhan. Car, quand on fabrique un nouveau virus on le munit toujours d’un gêne de sensibilité à un antibiotique, à une molécule ou à un vaccin quelconque en cas d’accident. Ou alors, c’est qu’on a l’antidote et qu’on a lâché volontairement le virus. Et qu’on garde l’antidote pour soi.

De toute façon, une équipe de chercheurs italiens a découvert que des anticorps de ce coronavirus étaient présents dans le sang de malades du cancer en septembre 2019, deux mois avant son identification dans la ville chinoise de Wuhan :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7435

Donc, c’est clair, il ne vient pas de wuhan ! C’est à Wuhan qu’on s’est aperçu qu’il existait. C’est tout. Il a été amené là, probablement par les Italiens (2), lors des jeux olympiques militaires de Wuhan qui se sont tenus en octobre 2019 :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5341

À Wuhan, il y a effectivement un P4 ; mais, on a bien vite oublié que ce coronavirus est apparu à Wuhan seulement après les jeux olympiques militaires.

Pour le pouvoir, il est évident que que c’est l’occasion qui a fait le larron. Ils ont profité de ce nouveau coronavirus pour semer la panique alors qu’il n’est pas plus dangereux que la grippe (3). Mais, l’occasion était trop belle. Ils ont re-tenté le coup qu’ils avaient loupé avec le H1N1 en 2009 :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article5510

(Jacques Attali, la pandémie et la mondialisation)

Cette fois-ci ils ont bien mieux réussi parce qu’ils maîtrisent bien mieux internet grâce aux réseaux sociaux (4), parce qu’ils ont trouvé des alliés à gauche (5) et probablement qu’ils ont fait d’énormes progrès en sociologie, la science du maniement des foules.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

(1) La chine est mondialiste :

http://mai68.org/spip/spip.php?article11987

(2) L’Italie a été très sévèrement touchée avant tout le monde !

(3) Les prévisions sur les dangers du covid-19 étaient exagérées à l’extrême :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6494

(4) Les réseaux sociaux, c’est eux, et ils font croire à tout le monde qu’internet se réduit aux réseaux sociaux. Ils ne maîtrisent pas internet, mais les réseaux sociaux si !

(5) La trahison de la gauche face au spectacle du coronavirus :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6682

Déjà 12000 morts et plus d’1,2 million d’effets secondaires susceptibles d’être liés aux «vaccins» anti-covid dans l’UE

Par FredericGobert (son site)  Sur  Agoravox

 

Inoculer une substance mettant en péril la vie d’un être humain en toute connaissance de cause est un crime. Imposer un «  passeport sanitaire  » pour imposer ces substances appelées improprement «  vaccins  » anti-covid, susceptibles de causer des millions d’effets secondaires sans résolution à ce jour et des dizaines milliers de décès dans le monde, sans parler des innombrables effets de tous ordres, à moyen et (très) long terme, déjà relevés par nombre de généticiens, épidémiologistes, etc., est un acte dont on peut se demander s’il n’est pas criminel. S’il s’agit d’un crime, les responsables (politiques, industriels, médiatiques…) qui, en toute connaissance des risques et des chiffres ― publics ― cités notamment dans cet article, ont encouragé, voire exigé la «  vaccination  » anti-covid et le «  passeport sanitaire  » devront rendre des comptes, être jugés et condamnés.

Le 3 avril 2021, 5966 décès étaient officiellement susceptibles d’être liés aux quatre «  vaccins  » utilisés dans l’Union européenne.

Le 24 avril 2021, 8686 décès étaient officiellement susceptibles d’être liés à ces trois «  vaccins  » pour les seuls «  vaccins  » Moderna, Pfizer et Astrazeneca.

Au 15 mai 2021, ce sont 11529 décès qui sont officiellement susceptibles d’être liés aux quatre «  vaccins  ».

Entre le 3 avril et le 15 mai 2021, soit en six semaines seulement, le nombre de décès susceptibles d’être liés aux quatre « vaccins » dans l’Union Européenne a tout simplement presque doublé.

Le total des «  effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation  » des quatre «  vaccins  » Moderna, Pfizer, Astrazeneca et Janssen se monte (au 15 mai 2021) à 1.241.141, dont 728.468 effets secondaires non résolus, « en cours de résolution », résolus avec des séquelles ou à l’issue indéterminée (total des colonnes 2, 5, 6 et 7).

Le 3 avril 2021, ce sont 453.752 effets secondaires non résolus, « en cours de résolution », résolus avec des séquelles ou à l’issue indéterminée (« unknown ») qui étaient recensés. Entre le 3 avril et le 15 mai 2021, en six semaines, on observe donc une augmentation de 60% d’effets secondaires non résolus, « en cours de résolution », résolus avec des séquelles ou à l’issue indéterminée.

« Effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation » des « vaccins »
Moderna, Pfizer, Astrazeneca et Janssen au 15 mai 2021
Effets à

«  Vaccin  »

Fatal / décès Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri

/résolu avec séquelles

En cours de guérison

/résolution

Non précisé
MODERNA 3150 13769 0 27096 209 10137 13674
PFIZER 5757 78598 0 201649 4396 91944 71006
ASTRAZENECA 2308 165437 0 268295 8923 167305 92988
JANSSEN 314 4798 0 4104 15 2866 2403
TOTAL 11529 262602 0 501144 13543 272252 180071
TOTAL général des « effets indésirables » 1.241.141

Il est important de relever que les chiffres ci-dessus sont une estimation basse du nombre d’effets secondaires et de décès dans l’Union Européenne. Une estimation sans doute plus proche de la réalité est bien plus élevée. En effet, une étude portant notamment sur la mortalité covid induite par la vaccination (https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/vaccination-un-deces-pour-700-vaccines-en-france-et-dans-le-monde-montre-une) indique que «  si l’on vaccine 80% de la population française (l’objectif pour atteindre la soi-disant immunité collective), plus de 76 500 décès seront à déplorer. […] Le nombre de décès covid en France est proportionnel au nombre de personnes vaccinées. […] Chaque fois que 700 personnes sont vaccinées, une personne de plus décède de la Covid. Cette observation permet de comprendre pourquoi le nombre journalier de décès Covid reste stable en France autour de 250 / jour depuis des semaines. » Par surcroît et pour conforter cette étude, on constate que «  la même analyse peut être faite au niveau mondial ». Pour les détails de l’analyse, se reporter à l’article cité dans ce paragraphe (publié le 14 mai 2021).

En France, le «  vaccin  » Pfizer est chaque jour encensé dans les médias comme étant le plus sûr. Les chiffres ci-dessus permettent de constater que cela est faux. Pfizer n’est pas plus sûr qu’Astrazeneca : les décès susceptibles d’être causés par le «  vaccin  » Pfizer (5757) sont deux fois plus nombreux que les décès liés à Astrazeneca (2308).

Concernant le «  vaccin  » Janssen, il convient de préciser que le faible nombre d’effets secondaires relevés ne signifie pas, à ce jour, qu’il est plus sûr, en raison du fait qu’il a été beaucoup moins inoculé dans l’Union Européenne que les trois autres «  vaccins  ».

Comment les calculs ont-ils été effectués ?

Les effets indésirables recensés au 15 mai 2021 dans cet article proviennent du troisième rapport («  par l’évolution de l’effet  ») de l’onglet 6 («  Nombre de cas individuels pour une réaction donnée  ») de chacune des quatre pages recensant les effets indésirables des quatre «  vaccins  » inoculés dans l’Union européenne (site EudraVigilance).

Sur la page suivante de ce site (www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#), on peut lire que les «  informations disponibles sous les onglets 3, 4, 5 et 6 tiennent compte de l’effet ou des effets indésirables suspectés notifié(s) dans un cas individuel ; étant donné qu’un cas individuel peut faire référence à plus d’un effet indésirable suspecté, les informations NE représentent PAS le nombre total de cas individuels qui ont été notifiés à EudraVigilance, mais le nombre des effets indésirables qui y sont associés.  » Il est donc explicitement confirmé sur le site d’EudraVigilance que le nombre d’effets indésirables cumulés ci-dessous est exact. Il ne s’agit pas du nombre de personnes concernées par les effets indésirables, mais du nombre total d’effets indésirables recensés dans l’Union Européenne officiellement par EudraVigilance. (À ce chiffre inouï doivent en outre être ajoutés tous les effets secondaires qui n’ont pas été notifiés à EudraVigilance entre autres par les personnels médicaux ou dont ces derniers n’ont pas été informés ― j’y reviens plus bas).

Pour confirmer que les chiffres ci-dessous sont exacts et ne comportent pas de surnumération, j’ai consulté le «  manuel de l’utilisateur pour l’accès en ligne par le portail adrreports.eu  » (EMA/754608/2016 Division de la gestion de l’information) qui permet de comprendre les chiffres cités. En page 8, il est explicitement écrit que lorsqu’une même réaction indésirable est remontée deux fois auprès d’EudraVigilance, le rapport électronique consultable en ligne à partir duquel le décompte ci-dessous a été effectué ne comporte, lui, qu’une seule mention. En page 15, on peut lire : «  les informations présentées dans les onglets 3, 4, 5 et 6 NE représentent PAS le nombre total de cas individuels qui ont été notifiés à EudraVigilance, mais le nombre des effets indésirables qui y sont liés.  » C’est bien ce que recense cet article : le nombre d’effets indésirables. Aucun doublon dans les chiffres ci-dessous ; pas de surnumération.

Les tableaux ci-dessous recensent donc le nombre «  d’effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation  » des «  vaccins  » Moderna («  MRNA VACCINE MODERNA (CX-024414)  »), Pfizer («  MRNA VACCINE PFIZER-BIONTECH (TOZINAMERAN)  »), Astrazeneca («  VACCINE ASTRAZENECA (CHADOX1 NCOV-19)  ») et Janssen («  VACCINE JANSSEN (AD26.COV2.S)  ») dans l’Union européenne, mis à jour le 15 mai 2021 sur le site EudraVigilance, et la nature de ces effets indésirables (www.adrreports.eu/fr/search_subst.html#). Les critères de classement sont ceux du site officiel européen European Medicines Agency / EudraVigilance. Tout ce qui suit peut être vérifié en suivant les indications détaillées données dans mon premier article : https://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/les-vaccins-contre-la-covid-19-232177.

Remarque sur le vocabulaire utilisé.

Dans cet article comme dans le précédent, le terme «  vaccin  » appliqué aux quatre «  vaccins  » anti-covid est utilisé avec des guillemets pour la raison suivante : «  Les thérapies utilisées appelées “vaccins” ne répondent pas à la définition du mot vaccin et il serait plus approprié de les nommer thérapies géniques ou thérapies à vecteurs vaccinaux.  » (https://www.francesoir.fr/societe-sante/57-scientifiques-et-medecins-demandent-larret-immediat-de-toutes-les-vaccinations)

MODERNA

15 mai 2021

Effets à

La réaction concerne :

Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
Blood and lymphatic system disorders 20 370 0 356 3 239 182
Cardiac disorders 344 330 0 565 13 120 505
Congenital, familial and genetic disorders 2 1 0 3 0 0 2
Ear and labyrinth disorders 0 224 0 147 6 82 178
Endocrine disorders 1 9 0 7 0 5 11
Eye disorders 4 289 0 269 5 82 258
Gastrointestinal disorders 105 894 0 2804 19 807 1059
Genereal disorders and administration site conditions 1373 4066 0 8755 49 3905 2937
Hepatobiliary disorders 7 38 0 20 1 12 37
Immune system disorders 4 89 0 253 1 56 217
Infections and infestations 169 519 0 445 7 205 809
Injury, poisoning and procedural complications 59 177 0 474 2 32 442
Investigations 70 308 0 563 4 167 465
Metabolism and nutrition disorders 62 157 0 199 1 66 251
Musculoskeletal and connective tissue disorders 61 1701 0 3950 21 1653 1032
Neoplasm benign, malignant and unspecified (incl cysts and polyps) 11 19 0 4 0 0 33
Nervous system disorders 323 2189 0 4883 48 1587 2153
Pregnancy, puerperium and perinatal conditions 0 9 0 48 0 0 15
Product issues 0 0 0 7 0 0 4
Psychiatric disorders 49 284 0 398 7 88 423
Renal and urinary disorders 37 89 0 115 1 24 161
Reproductive system and breast disorders 1 43 0 54 1 19 38
Respiratory, thoracic ans mediastinal disorders 288 691 0 956 7 262 1001
Skin and subcutaneous tissue disorders 23 800 0 1179 8 541 753
Social circumstances 9 95 0 44 0 9 75
Surgical and medical procedures 22 24 0 38 0 2 126
Vascular disorders 106 354 0 560 5 174 507
TOTAL 3150 13769 0 27096 209 10137 13674
MODERNA

15 mai 2021

Fatal (décès) Non guéri / non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
TOZINAMERAN (PFIZER) 15 mai 2021
Effets à

La réaction concerne :

Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
Blood and lymphatic system disorders 57 3587 0 4412 119 3446 1477
Cardiac disorders 689 1389 0 3835 159 1594 1711
Congenital, familial and genetic disorders 4 17 0 13 1 8 22
Ear and labyrinth disorders 3 1514 0 1888 92 1033 758
Endocrine disorders 0 54 0 25 4 33 57
Eye disorders 13 1416 0 2164 88 1179 1194
Gastrointestinal disorders 297 6109 0 20224 426 8524 5077
Genereal disorders and administration site conditions 1824 20728 0 65296 891 27765 19041
Hepatobiliary disorders 27 64 0 45 9 85 79
Immune system disorders 29 373 0 2173 66 913 959
Infections and infestations 621 2707 0 2804 142 2454 4484
Injury, poisoning and procedural complications 76 512 0 886 38 461 2573
Investigations 206 1640 0 3569 99 1688 2614
Metabolism and nutrition disorders 116 629 0 1025 36 569 794
Musculoskeletal and connective tissue disorders 67 11788 0 31278 488 13948 7236
Neoplasm benign, malignant and unspecified (incl cysts and polyps) 13 60 0 16 4 18 110
Nervous system disorders 582 14386 0 38500 993 16303 10661
Pregnancy, puerperium and perinatal conditions 8 30 0 68 21 46 83
Product issues 0 9 0 9 0 5 64
Psychiatric disorders 88 1354 0 3094 81 1231 1830
Renal and urinary disorders 88 254 0 335 21 212 369
Reproductive system and breast disorders 3 471 0 422 17 233 340
Respiratory, thoracic ans mediastinal disorders 665 3406 0 6552 270 3681 3637
Skin and subcutaneous tissue disorders 50 4067 0 8460 170 4277 3582
Social circumstances 9 149 0 156 6 58 234
Surgical and medical procedures 9 24 55 8 28 24
Vascular disorders 213 1861 0 4345 147 2152 1996
TOTAL 5757 78598 0 201649 4396 91944 71006
TOZINAMERAN (PFIZER) 15 mai 2021 Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison/résolution Non précisé
ASTRAZENECA 15 mai 2021
Effets à

La réaction concerne :

Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
Blood and lymphatic system disorders 97 2722 0 1406 64 1599 909
Cardiac disorders 280 1767 0 3842 222 1952 1270
Congenital, familial and genetic disorders 2 18 0 14 2 19 36
Ear and labyrinth disorders 0 2377 0 1707 121 1378 876
Endocrine disorders 2 58 0 38 4 40 48
Eye disorders 7 3352 0 3215 143 2150 1391
Gastrointestinal disorders 105 14155 0 31572 868 16299 8820
Genereal disorders and administration site conditions 653 44936 0 88533 2283 54300 28595
Hepatobiliary disorders 19 92 0 61 5 94 90
Immune system disorders 9 378 0 702 45 614 549
Infections and infestations 153 3338 0 3975 284 3690 1664
Injury, poisoning and procedural complications 38 1211 0 1314 58 992 1799
Investigations 43 2480 0 5801 136 2734 1418
Metabolism and nutrition disorders 36 2287 0 2814 100 2113 716
Musculoskeletal and connective tissue disorders 25 29096 0 40329 1219 26740 9453
Neoplasm benign, malignant and unspecified (incl cysts and polyps) 5 46 0 25 2 52 67
Nervous system disorders 363 35260 0 58110 2230 34045 20288
Pregnancy, puerperium and perinatal conditions 2 18 0 41 8 24 43
Product issues 0 27 0 18 3 10 11
Psychiatric disorders 19 2918 0 4334 168 2515 2336
Renal and urinary disorders 20 580 0 748 35 462 318
Reproductive system and breast disorders 0 1149 0 789 43 562 455
Respiratory, thoracic ans mediastinal disorders 248 5907 0 5782 375 4998 3801
Skin and subcutaneous tissue disorders 16 7989 0 9232 303 6833 5722
Social circumstances 4 122 0 228 10 60 111
Surgical and medical procedures 14 139 0 122 13 124 50
Vascular disorders 148 3015 0 3543 179 2906 2152
TOTAL 2308 165437 0 268295 8923 167305 92988
ASTRAZENECA 15 mai 2021 Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
JANSSEN

15 mai 2021

Effets à

La réaction concerne :

Fatal (décès) Non guéri /non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé
Blood and lymphatic system disorders 7 47 0 18 0 10 44
Cardiac disorders 29 62 0 45 1 14 75
Congenital, familial and genetic disorders 0 2 0 0 0 0 4
Ear and labyrinth disorders 0 27 0 13 0 8 17
Endocrine disorders 1 1 0 0 0 1 1
Eye disorders 2 76 0 38 1 12 41
Gastrointestinal disorders 10 272 0 482 0 251 126
Genereal disorders and administration site conditions 83 1239 0 1375 3 1184 444
Hepatobiliary disorders 2 9 0 4 0 2 14
Immune system disorders 0 10 0 11 0 5 19
Infections and infestations 7 70 0 24 0 17 84
Injury, poisoning and procedural complications 4 53 0 20 0 6 95
Investigations 18 434 0 208 0 61 229
Metabolism and nutrition disorders 9 22 0 19 0 3 31
Musculoskeletal and connective tissue disorders 10 757 0 624 1 570 182
Neoplasm benign, malignant and unspecified (incl cysts and polyps) 0 5 0 0 0 0 2
Nervous system disorders 45 870 0 834 6 586 364
Pregnancy, puerperium and perinatal conditions 0 2 0 0 0 0 3
Product issues 0 1 0 1 0 0 5
Psychiatric disorders 3 49 0 37 0 14 53
Renal and urinary disorders 4 21 0 14 0 2 13
Reproductive system and breast disorders 0 23 0 13 0 2 18
Respiratory, thoracic ans mediastinal disorders 23 217 0 107 1 51 162
Skin and subcutaneous tissue disorders 1 90 0 69 1 23 72
Social circumstances 2 15 0 2 0 2 11
Surgical and medical procedures 15 67 0 26 0 5 41
Vascular disorders 39 357 0 120 1 37 253
TOTAL 314 4798 0 4104 15 2866 2403
JANSSEN

15 mai 2021

Fatal (décès) Non guéri / non résolu Non déterminé Guéri/résolu Guéri/résolu avec séquelles En cours de guérison

/résolution

Non précisé

 

ERRATUM ― L’article que j’ai publié le 26 avril 2021 sur Agoravox intitulé Bientôt 10.000 morts et 2 millions d’effets secondaires susceptibles d’être liés aux « vaccins » contre la Covid-19 comportait une erreur de calcul dont je me suis aperçu le 15 mai. Le nombre de décès susceptibles d’être liés aux « vaccins » était exact, mais pas le nombre total d’effets indésirables indiqué dans le titre. L’erreur était la suivante : un total de 1,7 million d’effets indésirables recensés par EudraVigilance, au 24 avril 2021, avait été calculé, alors que les effets indésirables se montaient à cette date à 1.014.459, ce qui était déjà colossal. Cette erreur était involontaire et il est important de la signaler, même si le total des effets secondaires, passé à plus de 1,2 million au 15 mai, reste considérable.

En outre, le total de tous les effets secondaires officiellement reconnus dans le monde comme « susceptibles » d’être attribués aux « vaccins » anti-covid ne comptabilise pas la majorité des effets secondaires, lesquels ne sont pas recensés : selon une étude réalisée par Harvard (https://www.icandecide.org/wp-content/uploads/2020/12/Lazarus-report.pdf), moins de 1 % de toutes les réactions indésirables aux « vaccins » sont recensées et notifiées au National Vaccine Adverse Events Reports System (VAERS) (https://www.deconstructingconventional.com/post/18-reason-i-won-t-be-getting-a-covid-vaccine).

Faisons le point après dix-huit mois de guerre virale expérimentale

Par Robert Bibeau.

Le capitalisme c’est la guerre virale, bactériologique, chimique et numérique

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
27.05.2021-WAR-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese on this blogue:
Que o Silêncio dos Justos não Mate Inocentes: Façamos um ponto da situação após dezoito meses de guerra viral total (queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com)

Les puissances impérialistes s’affrontent sur tous les fronts dans une  guerre concurrentielle permanente pour la conquête des marchés et le contrôle des ressources – y compris des  ressources humaines (force de travail) – afin de rescaper leur profitabilité déclinante.

 

Dans cette guerre acharnée – désespérée – ces puissances développent de nouvelles armes létales nucléaires – technologiques – spatiales – numériques (Internet) –  bactériologiques et virales  https://les7duquebec.net/archives/257512

 

Les médias d’information alternative diffusent depuis des mois des articles identifiant 42 laboratoires de recherche militaire, soi-disant  de haut  niveau de  sécurité de type P4 – pour la création d’armes de tuerie massive dont le laboratoire de Wuhan (franco-chinois) est un exemple dramatique. Une douzaine de pays hébergent ce type de laboratoires militaires de développement d’armes virales.

 

Depuis le début de l’hystérie pandémique (décembre 2019) nous avons publié une cinquantaine d’articles présentant l’hypothèse que le virus Sars-Cov-2, une arme virologique de faible létalité – se soit échappée ou ait été exfiltrée (???)  du laboratoire P4 de  Wuhan  en Chine: https://les7duquebec.net/?s=laboratoire

 

En décembre 2019, cette « échappée virale« , volontaire ou accidentelle, peu importe, a fourni l’opportunité aux puissances totalitaires, et à leurs États vassaux, de mettre au point leurs stratégies de défense face à une éventuelle guerre virologique mondiale. Depuis, l’humanité tout entière vit les affres de la crise pandémique du coronavirus et ses suites (confinement, couvre-feu, état d’urgence totalitaire, chômage forcée, famine, lois liberticides, désespoir et terreur sanitaire, etc).

Pour comprendre le terrible danger qui pèse sur la tête de milliards d’individus victimes potentielles d’une guerre bactériologique, il importe peu de savoir qui de la Chine, de la France ou des États-Unis, a tiré la première salve de cette guerre totale. Chacun de la douzaine de pays hébergeant un laboratoire de développement d’armes virales à «gains de fonctions» est susceptible un jour «d’échappé ou d’exfiltré» un de ces virus meurtriers que des apprentis sorciers – docteurs Fol-amour et scientifiques démoniaques – auront concoctés.

 

À compter de décembre 2019, la Chine, première puissance contaminée par l’arme Sars-Cov-2, a imposée l’état d’urgence totalitaire sur son territoire afin de mobiliser toutes ses ressources  humaines et médicales pour faire face à cette menace invisible. L’État totalitaire, première étape de préparation de la guerre bactériologique – les 7 du Québec

 

Puis, la Chine a commencé à organiser son économie de guerre afin de mobiliser toutes ses ressources économiques pour contrer cette attaque non conventionnelle et incontrôlable. En parallèle à  ces efforts politiques, économiques, sociaux et sanitaires, la machine médiatique de propagande ne ménageait pas ses efforts pour diffuser la doxa officielle élaborée par «la police de la pensée». Dans une guerre totale, le moral de la populace, à l’arrière du front, est un facteur déterminant pour la victoire du contingent. D’autant plus que dans cette guerre d’un nouveau genre ce n’est pas la piétaille en uniforme qui est la cible des armes létales, mais la population civile et particulièrement les plus vulnérables. Les guerres modernes, avec leurs armes discrètes (bactériologiques, virales, chimiques, numériques, technologiques) ressemblent à des guerres civiles dont les états-majors ne sauraient déterminer le front de la  confrontation, car une fois la bombe chimique lâchée dans la nature – dans la population cible – l’assaillant n’en contrôle plus la diffusion qui, comme nous avons pu le constater avec la pandémie du Covid-19, se propage sur l’ensemble de la planète, aussi bien chez l’assaillant que chez ses concurrents. https://les7duquebec.net/archives/264043

 

C’est ici que les grandes puissances impériales ont à nouveau recours aux laboratoires de Big Pharma, aux scientifiques, aux chercheurs et aux experts des laboratoires militaires pour développer des armes de défense antivirales appelées «vaccins», une façon de poursuivre la guerre concurrentielle en espérant en réduire les inconvénients pour son propre contingent. Une douzaine de vaccins ont été développés à la hâte par les multinationales du Big Pharma  pour contrer le Covid-19 et ses variants…avec plus ou moins de succès comme chacun sait. https://les7duquebec.net/archives/264183

 

Vous aurez constaté que chacune des grandes puissances totalitaires et la quasi-totalité de leurs  vassaux ont suivi, avec plus ou moins de bonheur, la même stratégie que la Chine dans sa préparation-participation à cette phase Un de la guerre virale mondiale. Les lois de l’économie politique s’appliquent inexorablement à tous les pays capitalistes. Voilà le fil d’Ariane qui relie les organismes mondialistes (OMS, ONU, FMI, OMC, BM, UE) et tous ces pays qui, tout en conspirant entre eux, ne peuvent faire autrement que d’appliquer les lois de l’économie même si cette conjoncture singulière les tétanise.

 

Ce ne sont pas les «complotistes-conspirationnistes» qu’il nous faut démasquer et contrer, mais les fauteurs de guerre virologique ayant pignon sur rue, à commencer par ces politiciens larbins de la gouvernance corrompue et ces charlatans médicaux et sanitaires stipendiés par Big Pharma, et par les GAFAM, ainsi que ces experts des laboratoires militaires dits «à gain de fonctions mortelles» et leurs patrons.

 

 ANNEXE

 

Nouveau développement,  la revue scientifique Science a publié le 13 mai 2021 une lettre signée par une vingtaine de chercheurs américains réclamant une enquête sur les origines du Sars-Cov-2. Les scientifiques sont des apprentis sorciers qui mènent ces recherches démentielles pour créer des armes bactériologiques dont ils ne contrôlent même pas les paramètres et ne connaissent pas le «contrepoison». Le crime n’est pas d’«échapper» le virus maléfique, mais de l’avoir fabriqué. Ces 20 chercheurs demandent aujourd’hui une enquête pour se défausser.  Il serait préférable qu’ils réclament la fermeture de ces 42 laboratoires militaires.   Voilà, selon nous,  le véritable enjeu de la phase Un de cette guerre sanitaire mettant aux prises le grand capital mondialisé et  le prolétariat international à conscientiser.

 


Notes

 

Briser le silence sur les origines du COVID 19 – Les Grosses Orchades, les Amples Thalamèges, le blog (lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr)

Ron Unz écrit : Depuis plus d’un an maintenant, j’ai publié une série d’articles et de chroniques sur les origines de l’épidémie mondiale de COVID-19, y faisant fortement valoir que l’épidémie représentait une attaque américaine de guerre biologique contre la Chine (et l’Iran). Voici des liens vers les trois principaux articles, dont le dernier a paru il y a une semaine.

La Pravda  américaine : Notre catastrophe au coronavirus, retour de flamme d’une guerre biologique ?
Ron Unz • The Unz Review 21 avril 2020 • 7.400 mots • 1.638 commentaires

La Pravda américaine : COVID-19, son impact et ses origines, après un an.
Ron Unz • The Unz Review 15 mars 2021 • 8.700 Mots • 975 commentaires

La Pravda américaine : « La vérité » et « Toute la vérité » sur les origines du COVID-19
Ron Unz • The Unz Review 10 mai, 2021 • 6,400 mots • 847 commentaires

 

 

 

Coronavirus – Quelle est la différence entre recherche et découverte (vidéo)

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8834

COVID, Recherche, Curiosité & Vérités internationales

IHU-MI – 25 mai 2021


Pr Didier Raoult, Directeur de l’IHU Méditerranée Infection :

La courbe du nombre de personnes qui se font tester varie à très peu près comme celle des gens qui sont positifs.

Ce que dit Raoult sur la différence entre la découverte et la recherche est très bien décrit par Jean-Marc Lévy-Leblond dans son livre l’Esprit de sel :

Lors d’une nuit noire, quelqu’un cherchait quelque chose depuis un bon moment près d’un lampadaire. Un passant s’approche et lui demande :

— Que cherchez-vous monsieur ?
— Je cherche mes clefs, lui répondit-il
— Et vous ne les trouvez pas ?
— Non ! pourtant ça fait longtemps que je les cherche ?
— Êtes-vous sûr de les avoir perdu près de ce lampadaire ?
— Non, pas du tout monsieur ; mais ; ici, au moins, il y a de la lumière pour chercher.

Les chinois mentent-ils sur les chiffres du coronavirus chez eux ? Dire que les Chinois mentent, c’est casser le thermomètre. Non, les chinois ne mentent pas ; sinon, il arriverait chez nous des cas de coronavirus venant de Chine ; or, il n’y en a pas !

Les Chinois ont-ils fabriqué le coronavirus ? Je ne crois pas, et les Chinois disent que non. En tout cas, le variant Marseille 4 n’est pas celui de Wuhan et il est une mutation qui s’est produite dans un élevage de visons français. Les coronavirus n’arrêtent pas de se mélanger et de muter, ils n’ont pas besoin qu’on fabrique artificiellement des mutants.

J’ai vu les Américains mentir. Par exemple, à propos du bacille du charbon soit disant venu de l’Irak de Saddam. J’ai vu Colin Powell mentir à l’ONU. Je n’ai pas vu les Chinois mentir sur un tel sujet.

Colin Powell à l’ONU le 5 février 2003

 

Le vaccin Moderna contient bel et bien un ingrédient douteux

Temps de lecture : 5 minutes Peut-être avez-vous déjà entendu parler de la polémique qui fait rage autour d’un des ingrédients listés par le fabricant Moderna

Coronavirus – Le pouvoir a bien du mal à forcer la vaccination (vidéo)

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8791

Propagande du gouvernement pour les vaccins anti-covid

Enregistré sur France 2 le 20 mai 2021 au 20 heures

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

Bonjour à toutes et à tous,

L’État est tellement désespéré avec sa campagne de vaccination contre le coronavirus qu’il en vient à dire et faire n’importe quoi à propos des vaccins.

Soit-disant que maintenant les vaccins Pfizer se conservent 1 mois au lieu de cinq jours auparavant. Le pouvoir en vient à dire, contre toute évidence, et contre ce qu’il a dit lui-même auparavant, que tous les vaccins sont efficaces contre tous les variants du coronavirus.

Comme plus personne, parmi les gens autorisés ne veut se faire vacciner, l’État ouvre les vaccins à tout le monde bien plus tôt que prévu.

Il y a une propagande gigantesque de l’État pour la vaccination. Ce qui prouve que cette maladie n’est pas si grave. Si par hasard le coronavirus tuait autant que la peste, comme on a essayé de nous le faire croire au début, les gens se rueraient sur les vaccins sans qu’il y ait besoin qu’on les implore de le faire.

Puisqu’il est question du Qatar dans la vidéo, regardons ce qu’il s’y passe.

https://ourworldindata.org/explorers/coronavirus-data-explorer

Ci-dessus la courbe des cas et ci-dessous celle des morts.

Sur mon site, on peut agrandir les images en cliquant dessus.

Damien Mascret nous dit que la vaccination au Qatar a commencé fin décembre. Constatons tout d’abord que le plus gros pic meurtrier suit la vaccination. Est-ce ça, le côté positif de la vaccination ?

Constatons ensuite qu’en Suède, il y a en ce moment à peine plus de morts qu’au Qatar. Pourtant, en Suède, la campagne de vaccination n’a pas bien marché.

Constatons pourtant que, des trois pays dont j’ai mis les courbes, la Suède est celui où il y a actuellement le plus de cas (courbe du haut). Ils sont donc pour l’essentiel à peu près asymptomatiques

On en déduit qu’au niveau social l’immunité naturelle c’est bien mieux que le vaccin. Puisqu’il n’y a pas le pic meurtrier terrible qui suit le vaccin et que les gens sont quand même protégés.

Constatons de plus qu’au Qatar, il y a eu deux vagues bien visibles sur la courbe du haut. Et que le nombre de cas lors de la première vague était bien plus important que lors de la deuxième ; alors que, c’est pourtant la deuxième, celle qui suit le vaccin, qui a fait le plus de morts !

Bien à vous,
do
21 mai 2021
http://mai68.org/spip2

Coronavirus – Une vaccination anti-covid massive entraine un pic épidémique bien pire que les précédents

La vaccination massive de la population a commencé en Israël dès le 20 décembre 2020. Elle a été suivi d’un pic meurtrier terrible. Le pire pic meurtrier de tout l’histoire covid d’Israël !

Le même phénomène s’est produit en Grande Bretagne et aux Émirats arabes Unis.

En Inde tout allait très bien, l’épidémie était quasiment finie et ce pays s’est mis à vacciner massivement sa population. Du coup, l’épidémie recommence !

Et, d’une manière générale, en France, la « troisième vague » arrive en même temps que la vaccination, et proportionnellement à son intensité.

La suite avec d’autres exemple ici :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8376

Pourquoi une vaccination anti-covid est-elle suivie d’un pic épidémique meurtrier bien pire que les précédents ?

Parce que, quel que soit le vaccin, il contient la protéine spike (*) du virus, ou sa recette de fabrication (ARN). Parce que cette protéine suffit à rendre malade. Parce que la recette de fabrication de cette protéine peut s’intégrer au génome humain. Parce qu’alors toutes les cellules du corps produisent la protéine spike. Le vacciné devient donc extrêmement contagieux au covd-19.

(*) La protéine spike est parfois appelée protéine de pointe dans certaines traductions automatiques.

Que tous les vaccins contiennent la protéine spike ou sa recette sous forme d’ARN, la télévision n’arrête pas de le répéter.

La protéine spike suffit provoquer le covid :

Article en français et en anglais :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8695

PDF article scientifique en anglais :

http://mai68.org/spip2/IMG/pdf/2021-04-coronavirus-spike-protein-additional-key.pdf

Le virus peut s’intégrer dans le génome humain :

Vidéo Didier Raoult en Français :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article8768

PDF article scientifique en anglais :

http://mai68.org/spip2/IMG/pdf/e2105968118-full.pdf

 

Connais ton ennemi

Temps de lecture : 7 minutes Connais ton ennemi et connais-toi toi-même Sun Tzu, l’Art de la Guerre. Mars 2020, une majorité des pays les plus

Vaccin Pfizer, la Rolls-Royce des poisons?

Temps de lecture : 7 minutes En cette époque où le pouvoir, les médias à la botte et les vedettes stipendiées essayent à toute force de

Psychologie des foules et religion vaccinale

Temps de lecture : 5 minutes Le virus et la peur induite vont nous réduire en esclavage et pire encore. Autant comprendre pourquoi nous allons crever

La logique par temps de covid

Temps de lecture : 8 minutes >> Un article de Sébastien Arnal Depuis le début de cette « drôle de crise », une chose a définitivement disparue, aussi

Le peuple du virus

Temps de lecture : 10 minutes Maximilien Robespierre (1758-1794), à qui l’on pourra reprocher beaucoup de choses mais jamais d’avoir fait tirer la police ou l’armée

100 000 morts, vraiment ?

Par : Pierre C.
Temps de lecture : 14 minutes Le 16 avril 2021, la France a célébré son 100 000e décès attribué à la COVID 19. La France est toujours

Et si cette « pandémie » n’était qu’une préparation mentale pour la suite ?

Temps de lecture : 4 minutes Nous sommes toutes et tous manipulables. Doués d’émotions, conditionnés depuis notre naissance, nous voguons à chaque instant dans une réalité

Double mutant indien, la mystification continue

Temps de lecture : 3 minutes Le pouvoir et les médias à la botte sentant que le bon peuple commence sérieusement à renâcler, et que d’autre

198 méthodes d’action non violentes

Temps de lecture : 3 minutes Les méthodes de protestation et de persuasion non violentes Déclarations formelles Discours publics Lettres d’opposition ou de soutien Déclarations publiques

Contre nous, de la tyrannie, l’étendard sanglant est levé !

Temps de lecture : 9 minutes Laurent Mucchielli vient de publier sur son blog un article intitulé : L’espérance de vie a-t-elle réellement chuté de façon inédite

Le Monde d’hier

Temps de lecture : 13 minutes Si je cherche une formule commode qui résume l’époque antérieure à la Première Guerre mondiale, j’espère avoir trouvé la plus

L’arnaque de la chute de l’espérance de vie

Par : Pierre C.
Temps de lecture : 12 minutes Le 19 janvier 2021, l’Insee a sorti son bilan démographique de l’année 2020 en décidant de mettre comme titre « Avec

Etat d’urgence sanitaire : le scandaleux déni du Conseil d’Etat !

Par : Pierre C.
Temps de lecture : 21 minutes Le 6 mars dernier, le mathématicien Vincent PAVAN représenté par son avocat Clarisse SAND a déposé un recours devant le

Surmortalité covid 2020 en France, vraiment?

Temps de lecture : 4 minutes Si vous êtes intéressé à connaître les sources de données qui ont servi à l’élaboration de cet article, ou que

Rendre exploitables les données de mortalité de l’Insee

Temps de lecture : 10 minutes Remerciements Je tiens à remercier chaleureusement Pierre, de la chaine Décoder l’Éco, pour ses précieux conseils.  Statisticien et analyste, c’est

Les mesures prises contre la propagation de l’épidémie ont-elles vraiment sauvé des vies?

Par : Pierre C.
Temps de lecture : 37 minutes Nous sommes en 2021 et des mesures de restrictions continuent d’être appliquées dans une grande partie des pays occidentaux. Pour

La joie mauvaise, la revanche de l’impuissance

Temps de lecture : 9 minutes The Economist, un phare de l’Establishment néolibéral, vient bizarrement de tirer contre son propre camp en qualifiant la France macronienne,

La colonisation de Mars et le Revenu universel

Temps de lecture : 10 minutes « En France on n’a pas de pétrole mais on a des idées ! », proclamaient fièrement nos élites cupides

Si je me fais vacciner et si j’ai bien compris…

Temps de lecture : 2 minutes Si je me fais vacciner et si j’ai bien compris : 1 – Pourrai-je arrêter de porter le masque ?

Macron va-t-il profiter de la tribune de Francis Lalanne pour se débarrasser de France-soir ?

Temps de lecture : 7 minutes France-soir vient de publier une tribune dans laquelle Francis Lalanne reproche au président de la République d’instaurer la « tyrannie » au

Déclic ou déclin ?

Temps de lecture : 8 minutes « Déclic ou déclin » voilà le choix qui s’offre à nous, insiste Arthur Keller, dans une vidéo saisissante intitulée « L’ancien monde

Ces éduqués non-cultivés (2/2)

Temps de lecture : 24 minutes Lien vers la première partie. Une société scientifique ne peut être stable sans gouvernement mondial. Une oligarchie scientifique est vouée

Ces éduqués non-cultivés

Temps de lecture : 23 minutes Avant-propos La politique verticale de nos supposées institutions démocratiques s’est révélée au grand jour avec la crise Covid-19. Le présent

Écrabouillement de Trump et soumission de la masse occidentale

Temps de lecture : 4 minutes Je n’ai pas longtemps cru à la prise d’assaut du Capitole par les patriotes américains ; je me disais en

Covid-19. Le diable contempla son œuvre et vit que cela était bon

Temps de lecture : 8 minutes Neuf mois, cela fait quelque neuf mois qu’en Occident, ou plus précisément dans les pays sous domination étasunienne, nos vies

Les mesures prises altèrent la santé de la population et tuent. La dictature est en marche

Temps de lecture : 8 minutes Covid 19, un virus et des hommes En dix mois, notre quotidien a été grandement modifié et nos repères profondément

Belgique, la dictature sanitaire s’installe, et elle est violente

Temps de lecture : 4 minutes Dans cet article, je vais évoquer un fait-divers récent, qui s’est passé vendredi 18 décembre dans une habitation de Lasnes

Que penser de la menace voilée de Macron sur Brut?

Temps de lecture : 8 minutes En réponse à une question du journaliste de Brut sur les élections présidentielles de 2020, Macron a répondu « Peut-être que je ne pourrai pas être candidat. Peut-être que je devrai faire des choses...

Les mots/maux de la crise

Temps de lecture : 9 minutes Je n’ai pas envie de me réveiller dans un monde dans lequel il serait trop tard. Trop pour agir sur le réel et changer le cours des événements. Un monde dans lequel nous dirions...

Internement du Professeur Jean-Bernard Fourtillan

Temps de lecture : 5 minutes Décidément l’Occident n’en finit pas de sombrer toujours plus profondément dans la dictature.  Lentement, sournoisement, comme une pieuvre qui étend ses tentacules avant de dévorer sa proie, ceux qui nous gouvernent nous enlèvent les...

À propos des vaccins…

Temps de lecture : 5 minutes Chers amis, La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille. Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour...

Être ou ne pas être complotiste, that is the question…

Temps de lecture : 8 minutes Dans la pyramide de Maslow, les besoins sont répartis en trois catégories, les besoins élémentaires (boire, manger dormir, être en sécurité) et les besoins de croissance (se réaliser, trouver du sens). Les besoins de...

La machine idéologique anti-complotiste comme marque du fascisme

>> Un article de Christophe Hamelin La crise de la Covid-19 agit comme un révélateur. Révélateur de nos personnalités mais aussi de l’efficacité des dispositifs idéologiques qui les modèlent. Ainsi en va-t-il du mécanisme...

La république des chats

En voilà un titre étrange, me direz-vous, mais rassurez-vous, je m’en vais vous l’expliquer de ce pas.  Alors pour poser les bases, disons que pour l’instant, nous serions plutôt dans la république des moutons...

Le « grand reset » : dernier virage ou dernière sortie avant l’enfer mondialiste ?

>> Un article de Luc-Laurent Salvador paru initialement sur Agoravox L’effondrement économique qui vient : en quoi ce malheur pourrait-il être salutaire en aidant à déjouer les plans de l’élite ?  Entre autres délices orwelliens de...

Lettre de l’Archevèque Carlo Maria Viganò au Président des États-Unis

  LETTRE OUVERTE AU PRÉSIDENT DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE DONALD J. TRUMP Dimanche 25 octobre 2020 Solennité du Christ-Roi   Monsieur le Président, Permettez-moi de m’adresser à vous en cette heure où le sort du...

J’ai fait un rêve : le peuple renversait les lapins crétins au pouvoir en France

Je me suis réveillée profondément secouée par ce rêve impie. J’ai d’abord ressenti une profonde culpabilité C’est normal, c’est le Premier Sentiment. Cela nous est enseigné, au sein, par notre mère la Secte des...

Belgique, à la recherche de la seconde vague

Saurez-vous aider Médor à trouver la deuxième vague dans les méandres des données officielles mises à disposition par StatBel?  C’est le jeu que je me propose de vous offrir alors même que les zotorités...

Ne pas opposer une explication anxiogène à la propagande de la peur

En mars 2020 démarrait la crise du coronavirus, que dis-je, la pandémie de covid19.  Presque aussitôt la machine à terroriser s’est mise en branle pour nous nous servir un discours toujours plus anxiogène, toujours...

COVID-19: RT-PCR ou comment enfumer toute l’humanité.

Introduction : utilisation d’une technique pour verrouiller la société Toute la propagande actuelle sur la pandémie COVID-19 repose sur un postulat considéré comme évident, vrai et qui n’est plus remis en question : Test RT-PCR...
❌