Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

On ne reprend pas les mêmes et on ne recommence pas

Par : gun giant
par Gilbert Guingant. Tant de transformations sous-jacentes émergent en même temps. Et les « faux » médias, qui fuient toute véridique info, ne nous renseignent plus sur rien. Sinon de leurs pertes infinies de compréhensions du vrai monde. Dont ? … Le rouble est la monnaie qui a acquis le plus de valeur réelle en […]

Revue de presse RT pour la semaine du 1er au 7 mai 2022

Par : Wayan

Par Wayan − Le 7 mai 2022 − Le Saker Francophone

RT étant difficilement accessible après la censure des gouvernements qui flippaient face à la qualité de son information, je vous propose de compenser cela par une revue de presse hebdomadaire qui, si elle vous intéresse, continuera à être publiée chaque samedi.

Cette semaine au programme, l’Ukraine, en complément de notre information quotidienne sur ce sujet, l’impérialisme occidentale dont l’agressivité croissante montre qu’il est en mode réaction de survie, la crise en Europe, la bataille médiatique aux États Unis, et des nouvelles de la folie covidienne.

Le conflit Ukraine/OTAN-Russie

L’OTAN voyant que la Russie est en train de gagner sur le terrain, malgré toute la propagande médiatique disant le contraire, la pression sur cette dernière est en train de s’accentuer, dans le but de lui faire peur et la pousser à la faute :

« La Pologne participe à deux exercices multinationaux de grande envergure et est le pays hôte de l’un d’entre eux, a révélé dimanche le ministère de la Défense du pays, après des allégations russes disant que Varsovie se prépare à occuper la partie occidentale de l’Ukraine.

Les exercices Defender Europe 2022 (DE22) et Swift Response 2022 (SR22) seront menés dans neuf pays, dont la Pologne, du 1er au 27 mai, a indiqué le ministère polonais.

« Il y aura environ 18 000 participants de plus de 20 pays qui s’entraîneront ensemble lors des deux exercices. La partie des exercices sur le sol polonais verra quelque 7 000 soldats et 3 000 pièces d’équipement », indique le communiqué.

Defender Europe est un exercice multinational dirigé par les États-Unis qui vise à « renforcer l’état de préparation et l’interopérabilité entre les Alliés et les partenaires » de l’OTAN et de l’Amérique. L’entraînement DE22 sera mené sur plusieurs sites en Pologne, les soldats polonais étant rejoints par du personnel des États-Unis, de la France, de la Suède, de l’Allemagne, du Danemark et du Royaume-Uni.

L’exercice Swift Response prévoit le déploiement d’environ 550 soldats polonais en Lituanie et en Lettonie, ainsi que de troupes de la République tchèque et d’une force germano-néerlandaise.

« Des exercices conjoints combinés comme ceux-ci renforcent la sécurité du flanc oriental de l’OTAN grâce à un entraînement conforme aux normes et procédures de l’OTAN », a souligné le ministère de la Défense.

Il a ajouté que les exercices contribuent également à la préparation du bloc « pour relever les défis nouveaux et émergents sur le champ de bataille contemporain afin de dissuader un agresseur potentiel. »

Les militaires ont spécifiquement souligné que DE22 et SR 22 « ne sont pas dirigés contre un pays et ne sont pas liés à la situation géopolitique actuelle dans la région », dans une référence voilée à l’offensive militaire russe en cours en Ukraine.

Ces assurances interviennent alors que le directeur du Service russe de renseignement extérieur (SVR), Sergey Naryshkin, a accusé Varsovie de se préparer à occuper la partie occidentale de l’Ukraine, que la Pologne considère comme lui appartenant « historiquement ». La « réunification » potentielle de la Pologne avec l’Ukraine occidentale se fera sous le couvert du déploiement d’une mission de « maintien de la paix » dans le pays, sous le prétexte de protéger Kiev de « l’agression russe », a affirmé le responsable. Varsovie a démenti ces allégations. »

https://www.rt.com/news/554816-drills-poland-nato-us/

Encore une info montrant que l’alliance anglo-saxonne ne cherche pas une solution au conflit ukrainien mais bel et bien à mettre la Russie à terre :

« La visite du Premier ministre britannique Boris Johnson le mois dernier a été déterminante pour convaincre Kiev de rompre les négociations de paix avec Moscou, a rapporté jeudi le journal Ukrayinska Pravda (UP), citant des responsables proches du président ukrainien Volodymyr Zelensky. L’Occident avait initialement conseillé à Zelensky de fuir parce que la Russie l’emporterait en 72 heures, mais il le soutient désormais pleinement, ont-ils affirmé.

Selon le « regard dans les coulisses » de la crise actuelle publié par le média basé à Kiev, les partisans occidentaux de l’Ukraine étaient convaincus que l’armée russe s’emparerait de Kiev en trois jours et avaient proposé à Zelensky de gouverner depuis un exil à Londres ou à Varsovie.

Lorsque cela ne s’est pas produit et que la Russie a proposé des négociations, Zelensky a envoyé une délégation dans le but de donner l’impression qu’il était prêt à conclure un accord. Selon UP, les points d’accord rendus publics par l’envoyé russe, Vladimir Medinsky, après les pourparlers du 29 mars à Istanbul, en Turquie, « sont en fait vrais. »

Puis les troupes russes se sont retirées du nord de l’Ukraine et le Premier ministre britannique Boris Johnson est arrivé à Kiev, « presque sans prévenir », le 9 avril.

Johnson a apporté « deux messages simples » avec lui, selon UP. Le premier était que [le président russe Vladimir] Poutine était « un criminel de guerre, qui doit être poursuivi et avec lequel on ne doit pas négocier ». Le second était que même si l’Ukraine était prête à signer une sorte d’accord avec la Russie, l’Occident ne l’était pas.

Le message de Johnson a été compris comme un signal que l’Occident collectif « sentait maintenant que Poutine n’était pas vraiment aussi omnipotent qu’il l’avait imaginé », selon des responsables ukrainiens cités par UP. Entre ce qu’ils ont décrit comme des victoires militaires ukrainiennes et les atrocités russes présumées à « Bucha, Borodyanka et Mariupol », l’Occident a cessé d’être « isolationniste » et s’est engagé à aider l’Ukraine avec toutes sortes d’armes lourdes. Les responsables de Kiev planifient désormais publiquement une « défaite totale » et une « capitulation » de la Russie.

« Le fossé moral entre Poutine et le monde est si grand que même le Kremlin n’aura pas une table de négociation assez longue pour le combler », selon UP. »

https://www.rt.com/russia/555038-ukraine-peace-talks-johnson/

 

Et pour être bien sûr que cette guerre s’enlise le plus possible, tout en coinçant l’Ukraine avec encore plus de des dettes envers les États-Unis, Biden va signer dès lundi prochain le fameux Land and Lease act qui permettra au gouvernement d’envoyer tout type d’armes de guerre en Ukraine sans l’approbation du Congrès :

« Le porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, a confirmé que le président Joe Biden signera lundi la loi sur le prêt-bail de 2022. Cette loi permettra à Washington d’expédier plus facilement davantage de types d’armes à l’Ukraine.

L’autorisation aura lieu le 9 mai, ou « Jour de la Victoire » – lorsque la défaite de l’Allemagne nazie est célébrée chaque année en Russie. Ce symbolisme fera certainement sourciller Moscou.

« Le président signera la loi de 2022 sur le prêt-bail pour la défense de la démocratie en Ukraine », a déclaré Mme Psaki vendredi, à bord d’Air Force One en route vers l’aéroport international de Cincinnati/Northern Kentucky. M. Biden doit rencontrer des dirigeants du secteur manufacturier dans la région du Grand Cincinnati vendredi après-midi.

Le « Lend-Lease Act », qui avait été utilisé pour aider les alliés pendant la Seconde Guerre mondiale, a été relancé et soutenu par le Congrès américain la semaine dernière et permettra aux États-Unis d’exporter un nombre illimité d’armes à Kiev.

Si le projet de loi a été approuvé par le Congrès la semaine dernière, il a été élaboré en janvier, soit plus d’un mois avant que Moscou ne reconnaisse l’indépendance des républiques du Donbass et n’envoie des troupes en Ukraine. »

https://www.rt.com/news/555096-biden-signing-lend-lease-ukraine/

L’impérialisme étasunien en mode réaction défensive

« Le président Joe Biden a décrit mardi, au cours d’une visite des installations de Lockheed Martin, le conflit en Ukraine comme un « point d’inflexion historique [qui] survient toutes les six ou huit générations », et a estimé que le rôle des États-Unis dans ce conflit consistait à mener la première « vraie bataille » dans une lutte civilisationnelle contre la Russie et la Chine, ajoutant que « les choses changent si rapidement que nous devons les maîtriser ». Biden a également promis d’envoyer des milliards de dollars supplémentaires d’aide à Kiev. »

https://lesakerfrancophone.fr/biden-le-conflit-en-ukraine-est-un-point-dinflexion-rare-dans-lhistoire

On voit ici que les États-Unis chercheront à établir leur impérialisme sur le monde entier jusqu’au bout et qu’une victoire russe en Ukraine ne marquerait pas la fin du conflit mais serait au contraire « la première « vraie bataille » dans une lutte civilisationnelle contre la Russie et la Chine ». Ils iront donc jusqu’à l’écroulement total du pays avant d’envisager toute paix négociée.

Et donc, puisque la Chine est aussi l’ennemi déclaré, il faut dès maintenant préparer sa future défaite :

 » Les États-Unis et le Royaume-Uni font équipe contre la Chine – FT.

Selon un rapport du Financial Times, de hauts responsables américains et britanniques ont eu des entretiens secrets début mars pour discuter d’une plus grande implication britannique sur la question de Taïwan.

Les négociations ont impliqué Kurt Campbell, le coordinateur indo-pacifique de la Maison Blanche, et Laura Rosenberger, la principale responsable de la Chine au Conseil national de sécurité des États-Unis, et ont eu lieu dans le cadre d’une réunion plus large de deux jours sur la stratégie indo-pacifique entre les deux parties, selon les sources du journal.

Campbell et Rosenberger ont abordé une série de questions allant de la possibilité pour Londres d’intensifier les contacts diplomatiques avec Taipei au renforcement de la dissuasion en Asie, a révélé un responsable anonyme. Le rôle que le Royaume-Uni jouerait si les tensions sur Taïwan conduisaient à une guerre entre les États-Unis et la Chine était également à l’ordre du jour, a-t-il ajouté.

Un fonctionnaire britannique qui a parlé au journal a déclaré qu’il s’agissait de la discussion bilatérale de « plus haut niveau » et « la plus importante » sur Taïwan à ce jour. « Naturellement, la planification de la crise occuperait une place importante dans toute conversation de ce type sur Taïwan », a-t-il noté.

Selon le FT, les États-Unis ne cherchent pas à obtenir un plus grand engagement de la part du Royaume-Uni parce que Taïwan est menacée de façon imminente. Les discussions s’inscrivent dans le cadre d’un effort plus large de l’administration Biden pour stimuler la coopération avec les alliés européens des États-Unis sur cette question.

Washington partage désormais avec certains de ses alliés des renseignements sur Taïwan qui étaient auparavant classés « NOFORN » (ce qui signifie « pas de ressortissants étrangers », c’est-à-dire qu’ils ne doivent pas être montrés aux fonctionnaires étrangers), ont indiqué les sources.

Un haut fonctionnaire taïwanais a confirmé que Taipei était au courant des efforts de Washington pour impliquer davantage de pays dans sa planification de Taïwan. « Ils l’ont fait avec le Japon et l’Australie, et maintenant ils essaient de le faire avec la Grande-Bretagne », a-t-il dit.  »

https://www.rt.com/news/554800-us-uk-taiwan-china/

L’article suivant montre bien que la Chine tire toutes les leçons de la guerre en Ukraine :

« Les États-Unis ne sont pas intéressés par la paix en Ukraine mais font au contraire tout ce qu’ils peuvent pour que le conflit dans le pays dure le plus longtemps possible, a déclaré le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, lors d’un briefing vendredi.

« Alors que la communauté internationale appelle à la fin des hostilités, les États-Unis continuent de jeter de l’huile sur le feu et se montrent prêts à se battre jusqu’au dernier Ukrainien », a insisté Zhao, faisant référence à l’aide financière et aux livraisons d’armes en cours de Washington à Kiev.

« Leur objectif réel n’est pas de parvenir à la paix, mais de faire en sorte que le conflit s’éternise. Comme [les Américains] le disent eux-mêmes, ils cherchent à affaiblir la Russie », a-t-il ajouté.

« Quant à savoir si les États-Unis apportent la paix ou la guerre, la sécurité ou le chaos, je suppose que nous connaissons tous la réponse à ces questions », a ajouté le porte-parole.

En début de semaine, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a reconnu qu’en aidant Kiev, Washington voulait voir « la Russie affaiblie au point qu’elle ne puisse plus faire le genre de choses qu’elle a faites en envahissant l’Ukraine ».

Jeudi, le président américain Joe Biden a demandé au Congrès un financement supplémentaire de 33 milliards de dollars pour soutenir l’Ukraine dans son conflit actuel avec la Russie.

Le même jour, les législateurs américains ont voté en faveur d’un programme de prêt-bail pour Kiev. S’il est approuvé par le président Joe Biden, il permettra à Washington d’envoyer plus facilement des armes à l’Ukraine, mais le pays devra finalement payer pour ces livraisons. Moscou a déjà prévenu que l’Ukraine pourrait se retrouver dans un gouffre de dettes qui affecterait la nation pendant des générations. »

https://www.rt.com/russia/554720-china-us-goals-ukraine/

Du coup, prenant leçons de la guerre hybride lancée contre la Russie, la Chine se prépare elle aussi a un tel assaut :

« Le gouvernement chinois aurait tenu une conférence interne avec des responsables de banques étrangères et locales, alors que la nation cherche à protéger les actifs à l’étranger des sanctions américaines liées aux tensions militaires potentielles à Taïwan.

La réunion entre des responsables de la Banque centrale et du ministère des Finances chinois, ainsi que des dirigeants de prêteurs étrangers et locaux, s’est tenue le 22 avril, a rapporté le FT dimanche, citant des personnes familières avec la discussion.

« Si la Chine attaque Taïwan, le découplage des économies chinoise et occidentale sera bien plus grave que [le découplage avec] la Russie, car l’empreinte économique de la Chine touche toutes les parties du monde », a déclaré au média l’une des personnes informées de la réunion.

Les responsables chinois craindraient que des sanctions similaires à celles imposées à la Russie au sujet de l’opération militaire en Ukraine soient introduites contre la Chine en cas de conflit militaire régional ou d’une autre crise. »

https://www.rt.com/business/554807-china-banks-assets-sanctions-taiwan/

« Le gouvernement chinois a ordonné un « test de résistance » complet pour voir comment le pays gérerait des sanctions comme celles imposées par l’Occident à la Russie, a rapporté mercredi le journal britannique Guardian, citant des sources.

Une personne anonyme ayant une connaissance directe de la question a déclaré au journal qu’un exercice de grande envergure a commencé vers la fin février et le début mars, lorsque les alliés occidentaux ont imposé des sanctions radicales contre Moscou. La source a déclaré qu’il avait été demandé à plusieurs agences gouvernementales chinoises clés de trouver des réponses si l’Occident imposait des embargos similaires à la Chine.

« Les personnes impliquées dans cet exercice utilisent la manière dont la Russie a été traitée comme base de référence pour la réponse politique de la Chine si elle devait être traitée de la même manière par l’Occident », a expliqué la source, ajoutant : « Ce test de résistance implique une série de méthodologies, y compris la modélisation ».

Tong Zhao, chercheur principal au Carnegie Endowment for International Peace basé à Pékin, a déclaré que « du point de vue de Pékin, si les alliés occidentaux dirigés par les États-Unis ont pu prendre de telles mesures contre Moscou, ils pourraient également faire de même avec la Chine. Par conséquent, elle a besoin de savoir à quel point le pays est réellement résilient. »

Zhao a ajouté que « Depuis quelques années, les dirigeants de Pékin sont de plus en plus préoccupés par le fait qu’un conflit stratégique entre la Chine et l’Occident pourrait ne pas être une question de savoir s’il se produira, mais plutôt quand il se produira, en particulier sur la question de Taïwan. » »

https://www.rt.com/business/554999-china-tests-sanctions-scenario/

Pourtant, le Pentagone lui-même explique qu’il n’est pas prêt à s’engager dans une telle lutte existentielle contre la Russie et la Chine. Ou est-ce une simple excuse pour soutirer encore plus d’argent aux contribuables :

« Le chef des forces nucléaires américaines a tiré la sonnette d’alarme au Congrès, suggérant que la capacité de Washington à dissuader les attaques de ses rivaux pourrait faire défaut face aux menaces de la Russie et à l’augmentation rapide de l’armement stratégique de la Chine.

« Nous sommes actuellement confrontés à une dynamique de dissuasion de crise que nous n’avons vue qu’à quelques reprises dans l’histoire de notre nation », a déclaré mercredi l’amiral Charles Richard, chef du commandement stratégique américain (STRATCOM), lors d’une audition au Sénat. Il a réitéré ses inquiétudes concernant la « dynamique de dissuasion tripartite », dont il a averti les législateurs en mars, citant la crise ukrainienne.

« La nation et nos alliés n’ont pas été confrontés à une crise comme l’invasion de l’Ukraine par la Russie depuis plus de 30 ans », a déclaré Richard. « Le président [Vladimir] Poutine a simultanément envahi une nation souveraine tout en utilisant des menaces nucléaires à peine voilées pour dissuader les États-Unis et l’OTAN d’intervenir. »

Pendant ce temps, les dirigeants chinois « observent de près la guerre en Ukraine et utiliseront probablement la coercition nucléaire à leur avantage à l’avenir », a déclaré l’amiral. « Leur intention est de parvenir à la capacité militaire pour pouvoir réunifier Taïwan d’ici 2027, si ce n’est plus tôt. »Richard a mis en garde à plusieurs reprises contre la montée en puissance du nucléaire chinois et a demandé à l’administration du président américain Joe Biden de reconsidérer le financement du développement d’un projet de missile de croisière à faible rendement et à capacité nucléaire qui pourrait être lancé à partir de sous-marins. Il a réitéré cette demande mercredi, affirmant que la crise ukrainienne rendait encore plus urgent le renforcement de la dissuasion nucléaire.

« La guerre en Ukraine et la trajectoire nucléaire de la Chine – sa percée stratégique – démontrent que nous avons un déficit de dissuasion et d’assurance contre la menace d’un emploi limité du nucléaire », a déclaré M. Richard. Il a ajouté que les forces nucléaires sont le « fondement » de la capacité des États-Unis à dissuader les attaques.

Biden a proposé une augmentation de 30 milliards de dollars des dépenses de défense américaines, qui passeraient ainsi à 813 milliards de dollars, alors que Washington dépense déjà plus que le reste des dix plus gros budgets militaires du monde réunis. La proposition comprend une augmentation de 92 % du financement de l’Initiative européenne de dissuasion, qui passe à 6,9 milliards de dollars.

Le commandant du STRATCOM a déclaré que les insuffisances budgétaires ou les retards de développement auraient des « conséquences opérationnelles ». Il a ajouté : « Les retards dans les programmes d’armement nous ont fait dépasser le point où il est possible d’atténuer pleinement le risque opérationnel. Dans certains cas, il ne nous reste plus qu’à évaluer les dommages causés à notre force de dissuasion. » »

 

L’Europe en route vers la crise

Malgré les prévisions très pessimistes des gouvernements européens, l’UE s’entête dans ses sanctions contre la Russie en voulant bloquer rapidement toute importation de pétrole russe :

« L’Union européenne cherche à aller au-delà d’une interdiction d’importation de brut russe dans le cadre de son nouveau train de sanctions, a rapporté Bloomberg mercredi. Selon l’agence, Bruxelles envisage de cibler les assureurs afin de compromettre la capacité de Moscou à expédier du pétrole partout dans le monde.

Selon des responsables et un projet de document consulté par le média, le bloc propose d’interdire aux navires et aux entreprises européennes de fournir des services, y compris des assurances, liés au transport du pétrole et des produits russes dans le monde.

Sans cette assurance, la Russie et ses clients devraient trouver des solutions de rechange pour faire face à des risques tels que les marées noires et les accidents en mer, précise le média.

Ces mesures d’assurance s’ajoutent au projet de l’UE d’interdire les importations de brut et de produits raffinés russes d’ici la fin de l’année. Mercredi, la Commission européenne a proposé un sixième train de sanctions contre Moscou, qui comprend un embargo sur le pétrole russe. Selon les sources de Reuters, l’interdiction du pétrole doit prendre effet dans six mois, sans suppression progressive, tant pour le marché au comptant que pour les contrats existants. »

https://www.rt.com/business/554959-russian-oil-ban-beyond-europe/

Pourtant le PDG de la Shell l’annonce haut et fort :

« Les pays européens ne seront pas en mesure de remplacer le gaz naturel russe sans une transition énergétique, selon le PDG de Shell, Ben van Beurden.

L’augmentation des approvisionnements en gaz en provenance d’Afrique et de Scandinavie ainsi que la stimulation des achats de gaz naturel liquéfié (GNL) ne peuvent pas aider à remplacer l’énergie russe sur les marchés européens, a déclaré M. van Beurden jeudi.

« Apporter plus de GNL sur le marché, augmenter la capacité de liquéfaction et de regazéification, et augmenter l’approvisionnement par gazoducs depuis l’Afrique du Nord et la Norvège sont des choses raisonnables », a-t-il déclaré, ajoutant qu' »il est également inévitable d’avoir une transition énergétique à moyen terme. »

« Il n’y a aucun moyen d’acheter simplement plus de gaz de pipeline et de GNL pour remplacer complètement tout le gaz russe que nous consommons actuellement. Ce n’est pas faisable », a déclaré M. van Beurden. »

https://www.rt.com/business/555059-europe-needs-russian-gas/

Du coup, les pays européens préparent leurs populations à la crise qui s’annonce, la Grande Bretagne en particulier qui veut absolument abattre la Russie :

« La Banque d’Angleterre, confrontée à une inflation de 10%, a de nouveau augmenté son taux directeur. Le gouverneur reconnaît que cette décision affectera « particulièrement les plus petits revenus », tandis que le pays met le cap sur la récession. La Banque d’Angleterre (BoE) a relevé le 5 mai son taux à un plus haut depuis 2009 pour contrer l’inflation qu’elle voit flamber au-dessus de 10% au quatrième trimestre et provoquer une contraction de l’économie. La hausse de 0,25 point, quatrième relèvement consécutif décidé par la banque centrale britannique, porte le taux directeur à 1%. Le gouverneur de l’institut monétaire Andrew Bailey a reconnu «les difficultés que cela [allait] créer pour de nombreuses personnes à travers le Royaume-Uni, particulièrement les plus petits revenus, […] les plus touchés par la hausse des prix de l’énergie et de la nourriture». »

https://francais.rt.com/economie/98355-banque-dangleterre-porte-son-taux-plus-haut-13-ans-prevoit-forte-inflation-recession

La France aussi :

« La croissance française devrait se tasser plus que prévu au premier trimestre 2022, à 0,25% au lieu des 0,5% prévus. Le conflit en Ukraine pénalise en effet plusieurs secteurs industriels, selon l’enquête mensuelle de la Banque de France. La Banque de France a abaissé sa précédente prévision de croissance pour le premier trimestre de 0,5% à 0,25%. « Après avoir retrouvé son niveau d’avant-crise durant le troisième trimestre 2021, plus tôt que la moyenne européenne, le PIB resterait en croissance en février et mars mais plus modérée, du fait de l’environnement international », estime la banque centrale française dans son enquête mensuelle de conjoncture. Au dernier trimestre 2021, le PIB avait progressé de 0,7%.  Lire aussi Les défaillances d’entreprises en France ont augmenté de 6,3% en mars 2022 Ce ralentissement de l’économie française semble confirmer que la croissance sera sur l’année bien inférieure aux 4% prévus initialement par le gouvernement. Et le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a déjà annoncé que le gouvernement réviserait sa prévision prochainement. »

https://francais.rt.com/economie/97808-banque-france-revoit-baisse-prevision-croissance-premier-trimestre

Pendant ce temps, l’économie russe se porte à merveille et les prévisions sont optimistes :

« Après un effondrement historique dans la foulée de l’offensive russe en Ukraine, le rouble a retrouvé des couleurs. Ce succès est nourri par la vigueur des exportations russes malgré les sanctions. Fin février et début mars, le marché des devises s’affole. Le rouble passe des paliers jamais vus face au billet vert : 100 roubles, puis 120…jusqu’à plus de 140 roubles pour un dollar atteints le 7 mars. Mais depuis ce pic, la devise russe n’a cessé de se renforcer, et a atteint, ce 8 avril, 71 roubles pour un dollar [62 roubles ce samedi, NdSF], un record depuis l’automne 2021, et 77 roubles pour un euro, son niveau le plus fort depuis juin 2020.  Pour les autorités russes, c’est une excellente nouvelle, le cours du rouble étant un indicateur très scruté par la population, et suggérant que les sanctions ont finalement moins d’effets que ce qui était redouté sur l’économie russe. Selon Sofia Donets, économiste en chef pour la Russie chez Renaissance Capital (banque d’investissements d’origine britannique présente notamment en Russie), la réponse est à chercher du côté d’un excédent commercial sans précédent. « Les importations en Russie ont décliné, tandis que les exportations sont solides, et avec des prix des hydrocarbures élevés, cela donne un surplus commercial estimé à 20-25 milliards de dollars au mois de mars », un record selon l’économiste. »

https://francais.rt.com/economie/97669-rouble-grande-forme-malgre-pluie-sanctions

 

La bataille médiatique fait rage

Gagner le cœur et l’esprit des population est devenue un enjeu majeur pour les gouvernements « démocratiques » et le bataille est de plus enragée, proportionnellement à la décadence des sociétés occidentales.

La bataille de la semaine est celle lancée contre Elon Musk après que celui-ci a racheté Twitter pour faire du média social le terrain de la « liberté d’expression », créant la panique chez les représentants public du Deep State :

« Quelque 26 ONG, dont celles financées par des gouvernements européens et le financier milliardaire George Soros, ont appelé les principaux annonceurs de Twitter à boycotter la plateforme si Musk rétablit les comptes interdits et lève ses restrictions d’expression. L’engagement déclaré de Musk en faveur de la liberté d’expression, ont-ils affirmé, conduira à « la désinformation, la haine et le harcèlement. »

« La prise de contrôle de Twitter par Elon Musk va rendre encore plus toxique notre écosystème d’information et constituer une menace directe pour la sécurité publique, en particulier parmi les personnes déjà les plus vulnérables et marginalisées », ont écrit les groupes dans une lettre mardi.

Faisant l’éloge des politiques de modération du contenu de Twitter, que les critiques qualifient de censure, les organisations libérales ont averti que « Musk a l’intention d’écraser ces protections et de fournir un mégaphone aux extrémistes qui pratiquent la désinformation, la haine et le harcèlement ».

Sous couvert de « liberté d’expression », sa vision réduira au silence et mettra en danger les communautés marginalisées, et déchirera le tissu fragile de la démocratie », poursuivent-elles.

Parmi les groupes qui s’opposent à la vision de Musk figurent le Black Lives Matter Global Network, Media Matters for America, Women’s March, le Center for Countering Digital Hate et Access Now.

 

De puissants donateurs sont derrière ces groupes. Access Now, qui affirme lutter contre la censure sur Internet mais soutient la « modération du contenu », a reçu plus d’un million de dollars de l’Open Society Foundations de Soros depuis mars dernier, ainsi que des fonds des gouvernements du Canada, du Danemark, de l’Allemagne, des Pays-Bas et de la Suède.

 

Media Matters for America est financé par des mégadonateurs du parti démocrate américain et a été fondé par David Brock, un agent de longue date de la famille Clinton qui a travaillé avec Soros pour élire des démocrates. Soros a également financé un certain nombre d’autres organisations qui ont signé la lettre.

 

Le Center for Countering Digital Hate (CCDH) est une ONG britannique favorable à la censure, dont l’action s’est récemment concentrée sur le lobbying auprès des gouvernements et des entreprises technologiques afin de limiter le contenu en ligne des vaccins sceptiques. La Maison Blanche s’est appuyée sur les recherches du CCDH pour aider à la répression de la soi-disant « désinformation » sur Covid-19.

 

Musk lui-même a appelé ses followers sur Twitter à enquêter sur ces « organisations qui veulent contrôler votre accès à l’information », déclarant que « la lumière du soleil est le meilleur désinfectant ». »

https://www.rt.com/news/554983-musk-twitter-soros-boycott/

Bill Gates lui-même sent le souffle de la flamme :

« « Il pourrait en fait aggraver la situation », a déclaré M. Gates à propos de M. Musk, mercredi, dans une interview au Wall Street Journal. Il a ajouté que le Sud-Africain a des antécédents « époustouflants » en matière de création d’entreprises prospères à Tesla et SpaceX, en étant plus audacieux que ses concurrents et en « les mettant vraiment en valeur ».

 

« Je doute un peu que cela se produise cette fois-ci, mais nous devrions avoir l’esprit ouvert et ne jamais sous-estimer Elon », a déclaré Gates. « Quel est son objectif ? Quand il parle d’ouverture, que pense-t-il de quelque chose qui dit que les vaccins tuent les gens ou que Bill Gates traque les gens ? Est-ce que c’est une des choses qu’il pense qu’il faut diffuser ? Donc c’est toujours… Ce n’est pas totalement clair ce qu’il va faire. »

 

Gates a fait valoir que les gouvernements et les entreprises de médias sociaux n’ont pas réussi à écraser complètement les faux commentaires liés à la pandémie de Covid-19. « Lorsque vous n’avez pas les leaders de confiance qui s’expriment sur les vaccins, il est assez difficile pour les plateformes de travailler contre cela », a-t-il déclaré. « Je pense donc que nous avons un problème de leadership, et nous avons un problème de plateforme ». »

https://www.rt.com/news/554977-gates-says-musk-may-worsen-misinformation/

Parmi les mesures que, dans la panique, le Deep State veut mettre en place, a été annoncé un « Conseil de gouvernance de la désinformation », afin que la population reste bien hypnotisée :

Aux États-Unis, « Le tout nouveau « Conseil de gouvernance de la désinformation », qui opère au sein du ministère américain de la sécurité intérieure, a déclenché une réaction massive, obligeant le chef du DHS, Alejandro Mayorkas, à faire plusieurs apparitions à la télévision nationale pour tenter de clarifier le fonctionnement de l’unité.

De nombreux détracteurs, dont des républicains de premier plan, ont dénoncé cette initiative comme une répression de la liberté d’expression, semblable à un « ministère de la vérité » tiré des pages du roman dystopique « 1984 » de George Orwell.

 

S’exprimant dimanche dans l’émission State of the Union sur CNN, M. Mayorkas a rejeté les critiques en affirmant que la police de la pensée est « précisément le contraire de ce que fera ce petit groupe de travail au sein du ministère de la sécurité intérieure ».

 

« Ce qu’il fera, c’est rassembler les meilleures pratiques pour faire face à la menace de désinformation des États étrangers adversaires des cartels et diffuser ces meilleures pratiques aux opérateurs qui s’exécutent dans la lutte contre cette menace depuis des années », a-t-il expliqué, après que Dana Bash de CNN ait déclaré qu’on ne savait toujours pas « comment ce conseil de gouvernance va agir ».

Le chef du DHS a également rassuré les Américains à plusieurs reprises en affirmant que l’unité n’a absolument aucune intention, « autorité opérationnelle » ou « capacité » d’espionner les citoyens américains. [Snowden doit être mort de rire en entendant un tel mensonge, NdT].

 

Le nouvel organe est dirigé par Nina Jankowicz, qui a notamment travaillé au ministère ukrainien des affaires étrangères et supervisé les programmes sur la Russie et le Belarus au sein du groupe de pression National Democratic Institute. Ses détracteurs l’ont également critiquée pour avoir rejeté l’article du New York Post sur l’ordinateur portable de Hunter Biden, qui avait été supprimé, en le qualifiant d' »opération d’influence russe », alors qu’il a été confirmé par la suite par de grands médias.

 

Lors d’une autre apparition sur Fox News Sunday, Mayorkas a défendu les qualifications et l’objectivité de Jankowicz, la qualifiant d' »éminemment qualifiée » et d' »experte renommée dans le domaine de la désinformation ». » [« Experte renommée en désinformation », écoutent-ils ce qu’ils racontent, NdT].

https://www.rt.com/news/554834-mayorkas-dhs-disinformation-unit/

Voici qui va tout de suite montrer le niveau d’hypocrisie du chef du DHS :

« Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies ont acheté l’accès aux données de localisation des téléphones portables de dizaines de millions d’Américains sous prétexte de vérifier le respect des mesures de contrôle Covid-19, mais ils ont finalement utilisé ces informations pour mener une surveillance beaucoup plus complexe et étendue, selon des documents obtenus par Motherboard dans le cadre d’une demande FOIA, qui a publié ses conclusions mardi.

 

Les documents montrent que si l’agence a invoqué le spectre imminent de la pandémie de Covid-19 pour justifier l’acquisition rapide de données complètes de localisation des téléphones portables de dizaines de millions de personnes, ces informations ont finalement été utilisées à des fins bien plus importantes que le simple contrôle du respect des couvre-feux et des mesures de distanciation sociale. Les visites des Américains dans les écoles et les lieux de culte ont été mesurées à un niveau granulaire, tandis qu’un autre programme visait à surveiller l’efficacité des interventions politiques au sein de la nation Navajo et qu’un autre encore se concentrait sur « l’exposition à certains types de bâtiments, aux zones urbaines et à la violence ».

 

Alors que les données du CDC étaient agrégées – apparemment dans le but de suivre des tendances plus larges au sein des populations – des études ont montré à plusieurs reprises que de telles informations prétendument anonymes peuvent être dépersonnalisées au point d’identifier des individus. Pire encore, la société à laquelle le CDC a fait appel pour obtenir ses données, SafeGraph, est soutenue par Peter Thiel, dont la société Palantir a été profondément impliquée dans les efforts de suivi ultra-intrusifs des Covid-19 au Royaume-Uni.

 

Même Google – lui-même critiqué pour ses violations de la vie privée des utilisateurs – a banni SafeGraph de son Play Store en raison de pratiques commerciales peu scrupuleuses l’année dernière. »

https://www.rt.com/news/554935-cdc-surveilled-americans-phones-covid/

Les États-Unis veulent donc « lutter contre la désinformation », pourtant, selon un sénateur étasunien, et non pas russe, les États-Unis sont eux-même « le plus grand propagateur de désinformation « :

« En raison de sa longue expérience en matière de désinformation, le gouvernement américain n’a pas le droit de dire au peuple américain ce qu’est la vérité, a déclaré le sénateur du Kentucky, Rand Paul. Il a ensuite énuméré un certain nombre d’exemples de cas où Washington a menti à son propre peuple et au reste du monde.

 

Lors d’une audition au Sénat mercredi, M. Paul a interrogé le secrétaire à la sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, sur le « conseil de gouvernance de la désinformation » annoncé par son agence pour aider les plateformes de médias sociaux à filtrer les « fake news ».

 

« Voici le problème : nous n’arrivons même pas à nous mettre d’accord sur ce qu’est la désinformation », a souligné le sénateur républicain. « Vous ne pouvez même pas vous mettre d’accord sur le fait que de de dire que les Russes ont fourni des informations au dossier Steele est de la désinformation. »

 

Il faisait référence au rapport controversé et largement discrédité qui s’est appuyé sur des infos provenant de sources anonymes pour alléguer une collusion entre la campagne de Donald Trump et Moscou avant l’élection présidentielle de 2016 aux États-Unis.

 

« Si vous ne pouvez pas vous mettre d’accord sur ce point, comment allons-nous jamais nous mettre d’accord sur ce qu’est la désinformation, afin de pouvoir la policer sur les médias sociaux ? ». Paul s’est interrogé.

 

« Savez-vous qui est le plus grand propagateur de désinformation dans l’histoire du monde ? Le gouvernement américain ! » a-t-il insisté.

 

Pour étayer son affirmation, le sénateur a mentionné plusieurs exemples de fausses informations délibérément diffusées par Washington au cours des dernières décennies.

Parmi eux, les « Pentagon Papers », qui ont révélé que le gouvernement américain avait désinformé le public sur l’ampleur de ses opérations militaires pendant la guerre du Vietnam. Ces documents ont été officiellement déclassifiés en 2011, mais les médias en parlaient depuis 1971.

 

Paul a également mentionné « George W. Bush et les armes de destruction massive », faisant référence aux affirmations américaines selon lesquelles le régime de Saddam Hussein aurait été en possession d’armes de destruction massive, affirmations qui ont été utilisées par les États-Unis pour justifier l’invasion de l’Irak en 2003, mais qui n’ont jamais été confirmées par des découvertes sur le terrain.

 

Son autre exemple est l’affaire Iran-Contra, qui a vu de hauts responsables américains organiser secrètement la vente d’armes à l’Iran en violation d’un embargo sur les armes entre 1981 et 1986 afin d’obtenir de l’argent pour financer le groupe d’insurgés Contras au Nicaragua.

 

« Je veux dire, pensez à tous les débats et différends que nous avons eus au cours des 50 dernières années dans notre pays. Nous les résolvons en les débattant. Nous ne les résolvons pas en laissant le gouvernement jouer le rôle d’arbitre », a déclaré le sénateur.

 

« Je veux que vous n’ayez rien à faire avec le discours… Vous pensez que le peuple américain est si stupide qu’il a besoin que vous lui disiez quelle est la vérité ? » a ajouté Paul. »

https://www.rt.com/news/555011-rand-paul-disinformation-mayorkas/

La « bataille pour la vérité » continue de battre son plein aux États-Unis entre le Deep State et l’équipe Trump :

« Le technicien informatique du Delaware qui a exposé les données d’un ordinateur portable laissé à son atelier par le fils du président Joe Biden, Hunter Biden, a intenté un procès au représentant américain Adam Schiff (D-Californie) et à trois médias pour l’avoir diffamé en suggérant qu’il était un agent d’une campagne de désinformation russe.

 

Cette action en justice de Mac Isaac est financée par l’America Project, un groupe dirigé par l’homme d’affaires Patrick Byrne, le général de l’armée à la retraite Michael Flynn et le frère de Flynn, Joseph Flynn. « Mon équipe est heureuse de fournir les ressources financières qui permettront à John Paul Mac Isaac de demander une véritable justice », a déclaré Joseph Flynn. [Flynn est un proche de Trump, NdT]

 

La plainte de John Paul Mac Isaac contre Schiff, CNN, Politico et le Daily Beast a été déposée mardi devant la Montgomery County Circuit Court de Rockville, dans le Maryland, et vise à obtenir au moins un million de dollars de dommages réels et bien plus encore de dommages-intérêts punitifs. Mac Isaac affirme que son entreprise et sa réputation ont été détruites parce qu’il a été dénigré comme un criminel traître qui a travaillé avec les Russes pour influencer l’élection présidentielle de 2020.

 

Le dépôt a été rapporté pour la première fois par le New York Post, qui a également révélé l’histoire du trafic d’influence présumé de la famille Biden en octobre 2020 – trois semaines seulement avant l’élection – sur la base d’e-mails provenant de l’ordinateur portable abandonné de Hunter Biden. « Après m’être battu pour révéler la vérité, tout ce que je veux maintenant, c’est que le reste du pays sache qu’il y a eu un effort collectif et orchestré par les médias sociaux et grand public pour bloquer une vraie histoire avec de vraies conséquences pour la nation », a déclaré Mac Isaac au Post mardi.

 

L’infâme ordinateur portable est devenu la propriété de Mac Isaac après que Hunter Biden l’ait déposé dans son atelier pour réparation en avril 2019 et ne soit jamais revenu. Le réparateur aurait donné une copie du disque dur au FBI en décembre 2019 et aurait ensuite partagé les données avec Rudy Giuliani, un avocat du président de l’époque, Donald Trump, qui en a fourni une copie au Post.

Le scoop a été censuré sur les médias sociaux et ignoré ou discrédité par les principaux médias. Plus de 50 anciens responsables du renseignement américain ont suggéré que la masse de données était de la désinformation russe, une affirmation fausse dont Joe Biden s’est fait l’écho pendant sa campagne présidentielle.

 

« Il s’agissait d’une collusion menée par 51 anciens piliers de la communauté du renseignement et soutenue par les paroles et les actions d’un DOJ et d’un FBI politiquement motivés », a déclaré Mac Isaac.

 

Je veux que ce procès révèle cette collusion et, plus important encore, qui a donné les ordres de marche.

Mac Isaac allègue que M. Schiff, président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, l’a diffamé en déclarant, lors d’une interview sur CNN, que « toute la campagne de diffamation contre Joe Biden vient du Kremlin ». Il a affirmé que CNN a sciemment diffusé une histoire diffamatoire liant faussement le portable à la Russie. Il a fait des allégations similaires à propos de rapports de Politico et du Daily Beast.

 

Plusieurs mois après l’entrée en fonction de Biden, les médias traditionnels ont commencé à corroborer le scandale de l’ordinateur portable. Ironiquement, un journaliste de Politico a déclaré en septembre dernier qu’il avait confirmé de manière indépendante l’authenticité des principaux e-mails de l’ordinateur portable, contredisant ainsi les affirmations antérieures de sa propre publication. Plus tôt cette année, le New York Times et le Washington Post ont confirmé l’authenticité des e-mails de Hunter Biden.

 

Mac Isaac a déclaré avoir été accusé à tort d’être un espion russe et avoir été contraint de fermer son atelier de réparation et de se cacher dans le Colorado après que des personnes eurent jeté des légumes, des œufs et des excréments de chiens sur son entreprise. Il a également été inondé de menaces de mort et de courrier haineux. »

https://www.rt.com/news/554981-hunter-biden-laptop-leaker-sues-media/

L’arnaque Coronavirus

Quelques infos mettant en valeur l’énorme business que représente les médicaments et les effets délétères de la mainmise des financiers sur ces entreprises :

« Le chiffre d’affaires de Pfizer a bondi au premier trimestre 2022, dopé par les ventes de son vaccin anti-Covid, avec 25,7 milliards de dollars (soit 24,32 milliards d’euros), selon ses résultats financiers publiés le 3 mai. Ce chiffre représente une hausse de 77% sur un an. Lire aussi Covid-19 : un avocat attaque en justice Pfizer dont le vaccin aurait rendu un adolescent malvoyant. L’entreprise a par ailleurs maintenu sa prévision d’écouler pour 22 milliards de dollars (un peu moins de 21 milliards d’euros) de sa pilule anti-Covid, le Paxlovid, sur l’ensemble de l’année. »

https://francais.rt.com/economie/98299-24-milliards-deuros-chiffre-daffaires-pfizer-bondit-77-vaccin-covid

A ce sujet regardez cette vidéo d’Idriss Aberkane :

https://www.youtube.com/watch?v=Ts06DsI1qzM

Pendant ce temps Bill Gates cherche toujours à étendre son emprise sur la santé mondiale qui, selon ses calculs, doit pouvoir rapporter encore plus gros que l’informatique :

« Selon Bill Gates, cofondateur de Microsoft, l’Organisation mondiale de la santé est actuellement le seul organisme capable de créer et de gérer une équipe multidisciplinaire d’experts de la santé « de premier ordre » pour détecter, prévenir et combattre les futures pandémies. Le milliardaire américain est son principal donateur.

Alors que l’on estime que plus de 6,2 millions de personnes sont mortes de ou avec le Covid-19 au cours de la pandémie, il est possible que le monde n’ait pas encore vu le pire, a averti Bill Gates dans une interview accordée au Financial Times publiée dimanche, quelques jours avant la sortie de son nouveau livre intitulé « How to Prevent the Next Pandemic ».

 

« Nous courons toujours le risque que cette pandémie génère un variant qui serait encore plus transmissible et encore plus mortel », a souligné M. Gates. Tout en affirmant qu’il ne veut pas être « la voix du pessimisme », Bill Gates a estimé le risque que « nous n’ayons pas encore vu le pire » de la pandémie à « bien plus de 5 % », et a souligné la nécessité de mettre au point de nouveaux vaccins plus durables.

Il a réitéré son appel à la création d’une équipe mondiale d’intervention d’urgence opérant sous l’égide de GERM (Global Epidemic Response and Mobilization), avec un budget annuel d’au moins un milliard de dollars. M. Gates a déclaré que le montant nécessaire à cette initiative était « très faible par rapport aux avantages » et a qualifié cette initiative de test de la capacité des dirigeants mondiaux à « assumer de nouvelles responsabilités ».

 

Le mois dernier, il a donné une conférence TED à Vancouver pour développer l’idée, également décrite dans son livre, disant qu’il s’attend à ce que le groupe soit composé d’au moins 3 000 médecins, épidémiologistes, experts en politique et en communication, et diplomates opérant sous la direction de l’OMS.

 

Le livre de Gates a reçu les éloges du directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, qui s’est dit entièrement d’accord avec son insistance sur le fait que « nous devons agir sur les leçons de Covid-19 et innover afin de pouvoir fournir des solutions sanitaires rapides et équitables pour prévenir la prochaine pandémie. » »

https://www.rt.com/news/554833-bill-gates-pandemic-task-force/

Heureusement des voix courageuses continuent de s’élever contre cette gigantesque fraude qu’est l’inoculation quasi obligatoire de poisons :

« Le professeur Harald Matthes, de l’hôpital universitaire Charité de Berlin, a déclaré mardi qu’il avait enregistré 40 fois plus d' »effets secondaires graves » des vaccins Covid-19 que les sources officielles allemandes ne l’ont reconnu. Alors que Matthes appelait les médecins à se faire les porte-parole des personnes touchées, le géant pharmaceutique américain Pfizer publiait une série de données montrant apparemment que son vaccin était beaucoup moins efficace que ce qui était annoncé.

 

Matthes mène depuis un an une étude intitulée « Profil de sécurité des vaccins Covid-19 » et, après avoir interrogé 40 000 personnes vaccinées, il a constaté qu’une personne sur 125 a été confrontée à des « effets secondaires graves », a rapporté mardi la chaîne de télévision allemande MDR.

« Ce chiffre n’est pas surprenant », a expliqué Matthes. « Il correspond à ce que l’on connaît dans d’autres pays comme la Suède, Israël ou le Canada. D’ailleurs, même les fabricants de vaccins ont déjà déterminé des valeurs similaires dans leurs études. »

 

Cependant, Matthes affirme que ce profil de risque est 40 fois plus élevé que celui relevé par l’Institut Paul Ehrlich (PEI), l’agence du ministère de la santé en charge du déploiement des vaccins dans le pays. Le PEI indique actuellement que les réactions graves ne surviennent que dans 0,2 cas sur 1000 doses de vaccin administrées.

Parmi les effets enregistrés par l’équipe de Matthes figurent des douleurs musculaires et articulaires, des inflammations cardiaques, des dysfonctionnements du système immunitaire et des troubles neurologiques. Avec 179 millions de doses de vaccin administrées en Allemagne jusqu’à présent, Matthes affirme qu’il pourrait y avoir jusqu’à « un demi-million de cas avec des effets secondaires graves. »

 

Le chercheur, dont l’hôpital est considéré comme le meilleur d’Allemagne et a soigné l’ancienne chancelière Angela Merkel, a déclaré que les médecins devaient agir et discuter de la prévalence de ces effets secondaires « ouvertement lors de congrès et en public sans être considérés comme anti-vaccination. »

 

Mardi, aux États-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a publié 90 000 pages de documents du fabricant de vaccins Pfizer concernant la sécurité et l’efficacité de son vaccin Covid-19. L’analyse préliminaire de ces documents suggère qu’au cours des études menées par le géant pharmaceutique lui-même, 1 223 personnes sur 29 914 ayant souffert d’effets indésirables sont décédées après avoir été vaccinées, et que le vaccin a réduit le risque absolu de mourir du Covid-19 de moins d’un pour cent, un point qui a déjà été souligné par une recherche publiée dans la revue médicale The Lancet. »

 

https://www.rt.com/news/554976-vaccine-side-effects-pfizer/

Pour finir, cet article montrant cette tendance égocentrique des occidentaux à croire que leurs pays représentent « le monde entier » :

« La prévalence des « sentiments anti-russes » dans le monde entier est l’une des principales raisons pour lesquelles le Comité international olympique (CIO) a recommandé des sanctions sportives contre la Russie, selon le président de l’organisation, Thomas Bach.

 

S’exprimant lundi lors de l’assemblée du Comité national olympique d’Océanie (OCNO), M. Bach a de nouveau affirmé que Moscou avait violé la « trêve olympique » en lançant son offensive militaire en Ukraine à la fin du mois de février.

 

Il a également affirmé que le CIO avait été contraint de recommander des sanctions à l’encontre de la Russie – contrairement aux cas de pays impliqués dans d’autres conflits qui n’ont pas fait l’objet de mesures similaires – en raison de la « réaction mondiale » au conflit ukrainien.

« Nous avons dû émettre des sanctions contre ceux qui sont responsables – et il s’agit du gouvernement de la Fédération de Russie. Nous avons émis toutes les sanctions disponibles, jusqu’au tout premier retrait d’un ordre olympique [de Vladimir Poutine]… », a déclaré Bach.

 

« Dans le même temps, nous avons dû prendre des mesures de protection. Nous devions protéger l’intégrité de nos compétitions, car nous étions dans une situation où, d’une part, les sentiments anti-russes étaient si élevés que la sécurité des athlètes russes et bélarussiens lors de compétitions dans un certain nombre de pays n’aurait pas pu être garantie. » [Le dernier argument est d’une hypocrisie éhontée, NdT] »

 

https://www.rt.com/sport/554941-olympic-thomas-bach-explains-ban-russia/

Comment la solidarité contourne la censure de Twitter

Ce n’est un secret pour personne, la censure sur les réseaux sociaux fait rage, et s’intensifie au fur et à

Suites de l’élection américaine : qui est fasciste ?

Temps de lecture : 3 minutes La séquence qui vient de se produire aux États-Unis, caractérisée par une sidérante pulsion totalitaire, est très intéressante en ce
❌