Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 26 septembre 2022Vos flux RSS

Tous les jeunes, portez la nouvelle (russe)

par Pepe Escobar. L'OCS à Samarcande et l'Assemblée générale des Nations unies ont démontré que la quasi-totalité des pays du Sud hors de l'OTANistan, ne diabolisent pas la Russie. Les plaques tectoniques géopolitiques se déplacent et se balancent, et le son est entendu dans le monde entier, alors que les petits oursons jumeaux, la RPD et la RPL, ainsi que Kherson et Zaporijia, votent pour leurs référendums. Fait irrémédiable : à la fin de la semaine prochaine, la Russie sera très certainement en passe d'ajouter plus de 100 000 km2 et plus de 5 millions de personnes à la Fédération.

Ramzan Kadyrov : « Les intérêts de l’État, la religion du peuple et l’avenir de la postérité sont plus importants qu’absolument n’importe quelle question »

« Chacun doit avoir une position civique claire et ne pas être naïf. Quant à ceux qui se frappent la poitrine en criant qu'ils sont des patriotes, mais qui ont quitté la Russie pendant la période de mobilisation, le chemin du retour devrait être fermé à jamais pour de telles ordures lâches ».
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Zelensky et l’OTAN commettent la même erreur que Hitler

par Douglas Macgregor. Moscou ne se précipitera pas. Les Russes sont des gens méthodiques et déterminées, et les forces ukrainiennes s’étiolent en lançant contre-attaque sur contre-attaque. Pourquoi faire dans la précipitation ? La Chine, l’Arabie saoudite, l’Inde, paient le pétrole russe en roubles. Ce sont les alliés européens des USA qui souffrent des sanctions, plutôt que la Russie. L’hiver qui approche à grands pas va vraisemblablement transformer le paysage politique européen bien plus que toute action que la Russie pourrait entreprendre.

Sylvain Ferreira, Daniel Arnaud & Régis de Castelnau : Guerre en Ukraine (vidéo n°9)

Nouvelle intervention vidéo après les décisions prises par la Russie concernant l’organisation de référendums dans le Donbass et la mobilisation partielle en Russie. Conséquences militaires possibles des décisions russes, réaction de l’opinion en Russie à la suite des annonces de Poutine, conséquences de la propagande occidentale sur les Russes.

Quelle mobilisation russe ?

Les suppôts du régime issu du coup d’État du 22 février 2014 à Kiev s’émeuvent d’une mobilisation de la Russie. Le mot a été, sinon mal traduit, du moins mal interprété. Ce que le gouvernement russe a annoncé n’est pas une mobilisation mais un rappel partiel. L’effectif concerné, à l’issue d’un processus qui devrait s’étaler sur plusieurs mois, ne représente qu’un tiers des effectifs militaires russes du temps de paix, ou qu’un sixième des effectifs de réserve. En valeur absolue c’est aussi bien inférieur à l’apport des mobilisations ukrainiennes.

Dmitri Medvedev : « Les armes hypersoniques atteindront plus rapidement des cibles aux États-Unis et dans l’UE »

par Peter Yermilin. « La Russie a annoncé que ce ne sont pas seulement les capacités de mobilisation, mais aussi toutes les armes russes, y compris les armes nucléaires stratégiques et les armes basées sur de nouveaux principes, qui pourraient être utilisées pour cette protection. Par conséquent, divers idiots à la retraite avec des lampas généraux n'ont pas besoin de nous effrayer en parlant d'une attaque de l'OTAN contre la Crimée. L'hypersondeur pourra atteindre des cibles en Europe et aux États-Unis beaucoup plus rapidement, c'est garanti ».

Kadyrov, le chef de la Tchétchénie : « Il y aura bientôt de bonnes nouvelles de la zone d’opération spéciale »

par Peter Yermilin. Kadyrov a déclaré qu'il y aurait de bonnes nouvelles de la zone de l'opération militaire spéciale dans les prochains jours. « Nous sommes prêts à exécuter tout ordre. Dans les prochains jours, vous entendrez de bonnes nouvelles, et dans un avenir proche, nous terminerons l'opération spéciale ».

« L’Europe se débat comme dans un cauchemar »

par Georges Kuzmanovic. À ce cauchemar dans lequel l’Europe recommence à se débattre, il n’y a qu’une seule solution : la négociation, le compromis. Il est urgent de convoquer une grande conférence pour la paix et la sécurité en Europe.

Ukraine : Derniers éclairages

par Dominique Delawarde. La Russie qui s'oppose à l'encerclement de son territoire s'est préparée à cet affrontement ultime depuis le bombardement de Belgrade, il y a 23 ans. Pour ce faire, Poutine a restauré l'économie de son pays et ses forces Armées. Il a tissé un véritable réseau d'amitié et de coopération avec de grands pays (Chine, Inde, Pakistan, Iran, Brésil mais pas que...) en s'impliquant énormément dans des organisations interétatiques telles que les BRICS et l'OCS, fondées à la suite, et en réaction au bombardement de Belgrade par l'OTAN, sans mandat de l'ONU, sous un prétexte mensonger (Racak).

Rapport d’initié : La Russie prend des initiatives inattendues pour mettre fin à l’opération spéciale en Ukraine

par Peter Yermilin. Les déclarations des responsables et des médias russes sur l'absence d'alternatives aux référendums et leur intention de défendre les territoires « capturés » pourraient n'être qu'un voile pour détourner l'attention de l'objectif principal - l'achèvement de l'opération spéciale.

Discours du président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, du 21 septembre 2022

« Il est dans notre tradition historique, dans le destin de notre peuple, d’arrêter ceux qui aspirent à la domination du monde, qui menacent de démembrer et d’asservir notre patrie, notre Mère Patrie. Nous allons le faire maintenant, et nous le ferons ».

Vladimir Poutine place Washington devant un dilemme : assumer jusqu’à l’escalade nucléaire qu’on est en guerre contre la Russie ? Ou bien opérer un recul stratégique peu glorieux ?

Washington est désormais devant un dilemme : assumer mais alors on va vers une escalade potentiellement nucléaire, où les Russes ont une supériorité stratégique absolue du fait des armes hypersoniques. Nier l’implication de l’OTAN ; là aussi la défaite est au bout de la route ; il vaudrait mieux, pour le monde, qu ce second scénario l’emporte. Dans tous les cas, le principe de réalité s’impose.

Ils voulaient la guerre. Ils l’ont

par Andrei Martyanov. La mesure est sensée et nécessaire dans les circonstances présentes, a déclaré Poutine, ajoutant qu’il avait déjà signé un ordre pour que l’appel commence immédiatement. Les forces armées ne feront appel qu’aux réservistes militaires et à ceux qui ont accompli leur service national, a ajouté le président.

Russie : « Nécessaire », la mobilisation partielle ne concerne que 1,1% des réserves totales, selon Choïgou

Selon lui, la mobilisation partielle est nécessaire pour contrôler la ligne de contact de 1000 km et les territoires libérés. En outre, cette mesure ne concernera que les citoyens actuellement dans la réserve et, surtout, ceux qui ont servi dans les forces armées et ont une expérience pertinente.

Mobilisation partielle décrétée sur fond de référendum d’intégration à la Russie en RPD, RPL, et dans les régions de Kherson et Zaporijia

par Christelle Néant. Une fois les régions de Lougansk, Donetsk, Zaporijia et Kherson intégrées à la fédération de Russie, la présence de soldats ukrainiens dans ces régions sera considérée comme une occupation de territoire russe par l’Ukraine, alors l’opération militaire spéciale russe prendra une toute autre tournure (bien plus dramatique).

Dernière nouvelle : Mobilisation partielle en Russie

par Dominique Delawarde. Dans une allocution télévisée de ces dernières heures, Poutine vient d'annoncer une mobilisation partielle des forces armées russes. Ceci risque fort de changer rapidement la donne en Ukraine. Cette allocution de Vladimir Poutine intervient après que les autorités de quatre régions d'Ukraine ont décidé la tenue dans l'urgence de « référendums » de rattachement à la Russie les 23 et 27 septembre prochains.

4 régions de l’ex-Ukraine intègrent la Fédération de Russie

par Boris Karpov. La Russie n’a pas le choix : c’est un combat de civilisation et l’Ukraine n’est que le pion utilisé pour tenter de nous abattre. Le combat est donc la seule réponse possible pour que la Russie ne disparaisse pas. Et c’est pour cela que nous irons jusqu’au bout.

Stratpol : Référendum, défaite stratégique pour Kiev ?

par Xavier Moreau. Merci au Canard enchaîné et à Libération, pas de gaz de schiste US pour les Européens, réunion de l'Organisation de la coopération de Shangaï, l'opposition russe est-elle pour ou contre la guerre ? Référendum en Nouvelle Russie, carte des opérations militaires, défaite stratégique ukrainienne ? Piège russe ?
❌