Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 18 septembre 2021Vos flux RSS

Influence du Soleil sur le climat

Par : Volti
Source Aphadolie Des chercheurs ont mis en évidence le processus de formation de nuages à partir du rayonnement cosmique. Il devrait être intégré aux modèles climatiques (mais ce n’est pas le cas). On savait déjà que l’atmosphère terrestre reçoit en permanence des rayons cosmiques, soit des particules chargées (électrons, ions) venant notamment du Soleil ou de supernovæ proches et qui n’ont pu être détournées par […]
Hier — 17 septembre 2021Vos flux RSS

Le ministère de l’Intérieur attaque notre liberté d’informer. Reporterre ne cèdera pas

Par : Volti
Source REPORTERRE Alexandre-Reza Kokabi, journaliste à Reporterre, a été condamné à 750 euros d’amende en couvrant une action d’un mouvement écologiste. Reporterre conteste fermement cette atteinte à la liberté d’informer et dépose ce 16 septembre un recours auprès du ministre de l’Intérieur, M. Gérald Darmanin. L’essence du journalisme, c’est d’aller voir et de raconter ce qu’on voit. Non pas parler sur des […]

Des chèques énergie plus généreux ?

Par : Volti
Charles Sannat pour Insolentiae « Le gouvernement envisage d’élargir le chèque énergie » nous apprend l’AFP, il faut dire que la présidentielle c’est bientôt ! Profitez-en, c’est pas tous les jours dimanche ! « Avec la hausse des prix du gaz, de l’électricité et de l’essence, l’exécutif souhaite rééquilibrer le pouvoir d’achat des Français. Le gouvernement envisage d’« élargir » le chèque énergie […]
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Macron prépare un «Blitzkrieg» pour la présidence française de l’UE

Par : Volti
Par Olivier Renault pour Observateur-Continental Le titre de «Blitzkrieg» est sorti du magazine français Le Point. Observateur Continental, intrigué par le choix de ce vocable nazi et liant une terminologie de guerre pour envahir un espace vital (Lebensraum), a décidé de jeter un œil plus proche sur cette guerre éclaire annoncée. Déjà au début de la pandémie, Emmanuel Macron avait lancé que […]

DONBASS – L’UKRAINE MÈNE UNE ATTAQUE TERRORISTE À L’AIDE DE DRONES ET ENDOMMAGE UN RÉSERVOIR DE CARBURANT À DONETSK

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Le 11 septembre 2021, l’Ukraine a mené une nouvelle attaque terroriste dans le Donbass, en envoyant deux drones larguer des engins explosifs sur le territoire d’un dépôt de produits pétroliers à Donetsk, endommageant un réservoir de carburant. Sans l’action rapide des pompiers de la RPD (République Populaire de Donetsk), l’incendie qui s’est déclenché aurait pu […]

« La façon simple de devenir riche quand on est paresseux ! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Beaucoup veulent devenir riches, et idéalement sans travailler. Travailler cela peut vite être fatigant, vous en conviendrez. Alors, il y a plusieurs façons pour devenir riche sans trop s’épuiser. Vous pouvez jouer au loto. Vous avez sans doute essayé d’ailleurs. Comme moi, je l’avoue. Ce n’est pas que « jouer au […]

Le spectre de la politique

Par : xelnaga
LE SPECTRE DE LA POLITIQUE Je me suis beaucoup questionné au sujet des causes de la stagnation politique caractéristique de l’époque qui commencerait, disons depuis les premières années de ce siècle. La réponse qui me venait le plus souvent à l’esprit faisait massivement appel à la notion psychologique d’addiction ainsi qu’à l’ensemble des mécanismes physico-neuro-chimiques qui sous-tendent cette dernière. Mais, […]

Ils ont DÉJÀ confisqué votre épargne : La méchante gaffe de la chef-économiste du Trésor

Par : Volti
Source L’investisseur sans costume Ma chère lectrice, mon cher lecteur,  Ainsi votre épargne en banque est-elle déjà confisquée pour payer la crise.  C’est ce que vient d’avouer, au détour d’une énorme gaffe, la chef économiste du Trésor Agnès Benassy-Quéré dans une note sobrement intitulée : « D’où vient l’argent ? ». [1] D’où ? Eh beh, de votre compte courant nous explique-t-elle en toute décontraction.  Il est toujours […]

Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts

Par : Volti
Par Patrice Gibertie pour Le blog de Patrice Gibertie via Mondialisation.ca Les opiacés ont tué 500 000 Américains dont beaucoup après prescription médicale et autorisation de la Food and Drug. On vient d’apprendre que la famille  propriétaire de PURDUE avait plaidé coupable et soldé ses comptes avec la justice  pour 4,5 MILLIARDS DE $ ; le cabinet MC KINSEY qui […]

L’obsession de la « vaccination » contre la COVID-19

Par : KromoZom Y
Depuis le début de cette campagne de propagande covidiste acharnée dans le seul but de rendre obligatoire la « vaccination » anti-Covid, ou tout au moins dans le but de faire pression sur les personnes afin de les pousser, bon gré mal gré, à se faire injecter les produits expérimentaux à ARNm ou à ADN, je constate que ceux qui […]

Hausse de 15 à 25 % des prix pour la papeterie l’année prochaine

Par : Volti
Charles Sannat pour Insolentiae La papeterie va subir une hausse des prix de 15 à 25 % l’année prochaine « En effet, dès l’an prochain, l’industrie du papier va connaitre une hausse des prix de 15 à 25 %. Cela est dû à des pénuries de matières premières, de plus en plus inquiétantes car elles touchent de nombreuses industries ». « Eric Jouan, […]

« Panique en Australie. Les rayons sont vides, pénurie de tout !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents,  Comme vous le savez sans doute je me méfie toujours la toute puissance de l’Etat, ici comme ailleurs, car c’est toujours le même résultat à l’arrivée. Les Etats ne savent pas nous enrichir, mais avec une constance étonnante partout à travers le monde, ils s’évertuent avec une efficacité remarquable à […]

L’euro digital, l’arme ultime de la BCE

Avertissement : ce que j’explique ici n’est pas ma propre opinion, mais n’est que le point de vue des banquiers centraux. Si j’étais banquier central, nul doute que mes solutions seraient toutes différentes. Je mets bout à bout des événements et déclarations pour tenter d’expliquer les choix faits par nos banquiers centraux dans le passé et dans le futur proche. […]

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 11 septembre 2021

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Chaque semaine, nous vous proposons un rapport de situation (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine, et la Russie. Cette semaine, le rapport de situation couvre principalement l’évolution de la situation militaire dans le Donbass et le bilan humain de la semaine suite aux […]

De deux semaines de confinement à deux vaccins Covid par an, deux pilules par jour, un vaccin grippal et un passeport intérieur

Par : Katr1
La campagne pour une troisième dose a déjà démarré depuis le 1er septembre en France et s’élargit doucement au moins de 65 ans, les collégiens et lycéens sont fortement incités à la vaccination et des sorties scolaires en centre de vaccination sont prévues au calendrier. Si le rappel vaccinal n’est pas encore à l’ordre du jour en France pour conserver […]

[MàJ] Révolte anti-Pass Sanitaire en France : 75 intellectuels du groupe Antigone appellent à la désobéissance civile

Par : Volti
Mise à jour de la liste des signataires, Antigone appelle à la résistance civile et non à la désobéissance civile. (Titre repris de la source de l’article ) Françoise G. Source Cheikh Dieng pour Le Courrier de Soir Le groupe Antigone, collectif composé de 75 intellectuels français, a fait parvenir à la rédaction de notre média, Lecourrier-du-soir.com, un appel dénonçant […]

BONNE RENTRÉE SANITAIRE : VERS UN MONDE D’APRÈS TOTALITAIRE

Le 12 juillet dernier, Emmanuel Macron annonçait l’extension du passe sanitaire, autrement dit une vaccination (presque obligatoire) pour celles et ceux qui souhaitent conserver un mode de vie normal. Cette annonce présidentielle du début de l’été a fait l’effet d’un choc pour la partie (encore consciente) de la population, qui a vu ses doutes se transformer définitivement en réalité. En effet,  l’instauration […]

[Mise à Jour] Nucléaire, ozone et pollution

Par : xelnaga
Voici un petit parcours des conséquences écologiques de l’utilisation de la technologie nucléaire et plus précisément des essais militaires de bombes atomiques. Au passage, on commentera les exemples de possibles tentatives de manipulations syntaxico-médiatiques que l’on trouvera sur le chemin. PIECES DU DOSSIER 1. la durée de vie des déchets de l’industrie nucléaire Voici un texte tiré du site internet […]

Retour de bâton de la politique étatsunienne de sanctions contre la Syrie

Par : Volti
Par Moon of Alabama pour Le Saker Francophone L’hostilité des États-Unis envers l’axe de la résistance en Iran, en Irak, en Syrie et au Liban conduit à des objectifs contradictoires. Si les États-Unis veulent isoler la « résistance », ils veulent aussi conserver leur rôle dominant au Liban. Ces objectifs sont désormais en conflit. Les États-Unis se trouvent donc dans une situation où ils devront […]

« L’aveux incroyable de Roland Dumas: « Notre erreur c’est avoir voulu faire l’Europe » !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, L’Europe, l’Europe… le mantra sur lequel il est interdit de revenir tant la religion de la classe politique française est européiste. Pourtant les faits montrent sans ambiguité que l’Europe est une vaste histoire mensongère. L’Europe c’est la paix. Dans les faits, la paix n’a pas été apportée à proprement parler […]

Le réchauffement masque la destruction de la couche d’ozone

Par : xelnaga
Le réchauffement du au carbone constitue un immense camouflage médiatique pour masquer la destruction de la couche d’ozone par les halocarbures, le protoxyde d’azote, les épandages et les ondes radio-électriques.   J’ai remarqué que beaucoup assimilent toute évocation d’un danger écologique global à une tentative de manipulation médiatique destinée à détourner l’attention des conséquences socio-économiques de la politique mondialiste. Il […]

« Boycott. Mac Do ferme 3 restaurants. Plus de personnel !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Voilà une conséquence très concrète de la mise en place d’un pass sanitaire bien mal conçu, mis à la hâte et qui n’a strictement aucun intérêt sanitaire. Je rappelle à ceux qui font encore l’effort de penser et de réfléchir que si l’on ne sait pas tout, certains éléments sont […]

François Asselineau (UPR) atomise l’actualité politique et sanitaire

Par : Volti
Source TVLibertés via Aphadolie François Asselineau fait sa rentrée sur TVLibertés ! Le président de l’UPR, invité de « Politique & Eco », a mis le bleu de chauffe pour décrypter l’actualité. Tout y passe : l’Afghanistan, la politique politicienne avec les différentes primaires, mais aussi tout un volet sur la gestion dite sanitaire du gouvernement avec ses conséquences catastrophiques pour notre […]

Mortalité et confinements : ces chiffres qu’on ne veut pas voir

Par : Volti
Par Nasier Ockham et h16 Et pour continuer dans le chapitre de la statistique amusante, je vous propose aujourd’hui, toujours grâce à l’aide de Nasier Ockham qui a réalisé les analyses statistiques suivantes, de tenter une évaluation de ce qu’ont coûté les confinements en termes humains et d’apporter une lumière statistique sur l’état général des établissements hospitaliers publics français. Des […]

Une étude révèle que le regard mutuel avec un robot affecte l’activité neuronale humaine

Par : Volti
La dame qui a fait l’étude n’a apparemment jamais joué au poker, jeu de bluff par excellence, où la prise de décision ne doit pas être influencée par les regards entre partenaires. C’est au plus à même de dissimuler, « faire croire » qu’ira le « pot » ou au plus chanceux Par Quentin Claudel pour la Robolution Voici une étude mêlant psychologie et […]

« France, l’effondrement économique en une image !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Du haut de cette pyramide de dettes et de difficultés c’est 264 milliards d’euros qui nous séparent de l’Allemagne, cet écart de 264 milliards c’est 182 milliards d’excédents pour l’industrieuse Allemagne et 82 milliards de déficit de la balance commerciale pour notre pays la France. Pour l’entendre encore trop souvent, je […]

Face à l’obligation vaccinale, ces grands hôpitaux qui reculent faute de personnels

Par : Volti
Merci à Françoise G Par Éric Verhaeghe pour Le Courrier des Stratèges L’échéance du 15 septembre où les hôpitaux devront suspendre les personnels qui refusent l’obligation vaccinale approche. Le plus grand flou règne sur la réalité du terrain. Le gouvernement continue un travail de propagande sans limite pour expliquer que les non-vaccinés ne sont plus que quelques irréductibles… Mais selon […]

Le Panshir a l’agonie.

LE PANSHIR À L’AGONIE Kandahar serait tombé et la résistance menée par le fils de feu Ahmed Shah Massoud obligée de se réfugiée dans les donjons naturels des montagnes du Panshir… Dans le chaos organisé en Afghanistan par les USA et leurs laquais de l’OTAN, les nouveaux maîtres de Kaboul ont engagé une première bataille de cette nouvelle stratégie étasunienne […]

La mise à mort de la vérité par la technocratie

Par : Wayan

Maintenant que le monde dans son ensemble, en tout cas les grandes puissances, se dirigent vers une technocratie, le problème du mensonge en politique, ainsi que le sens des mots « vérité » et « réalité », doivent être réévalués.


Par Paul Grenier – Le 22 août 2021 – Source National Interest

Pendant la période précédant l’invasion de l’Irak, en 2003, Washington proclamait au monde entier que l’Irak était en possession d’armes de destruction massive. Bien que l’administration Bush ne disposait d’aucune preuve réelle pour étayer cette affirmation, cela ne fut pas un obstacle à la poursuite du plan d’action souhaité. Les preuves nécessaires ont été inventées, et les preuves contradictoires ont été autoritairement reboutées. L’exemple suivant est instructif. José Bustani, le directeur fondateur de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC), s’efforçait à l’époque de faire accepter l’Irak comme membre de l’OIAC, car cela aurait permis des inspections approfondies, et Bustani s’attendait pleinement à ce que ces inspections confirment ce que ses propres experts en armes chimiques lui avaient déjà dit, à savoir que toutes les armes chimiques de l’Irak avaient déjà été détruites, dans les années 1990 après la guerre du Golfe. La réponse de l’administration Bush à Bustani a été rapide : John Bolton, alors sous-secrétaire d’État, lui a donné vingt-quatre heures pour démissionner ou en subir les conséquences. Pour l’administration Bush, le renversement de l’Irak était une affaire bien trop importante pour que la vérité y fasse obstacle.

Comparez cela à la ligne de conduite adoptée par John F. Kennedy lors de la crise des missiles cubains. La crise elle-même a été déclenchée lorsque des avions espions américains ont photographié des sites de missiles SS-4 soviétiques à capacité nucléaire en cours d’installation sur le sol cubain. Contrairement aux armes chimiques irakiennes, ces armes de destruction massive étaient réelles et non inventées. Malgré cette preuve factuelle, et même si cela allait à l’encontre des conseils insistants de ses militaires, Kennedy refusa d’entrer en guerre. Il refusa d’envahir Cuba, sauvant ainsi, selon toute vraisemblance, le monde de l’Armageddon.

Mais il existe un point de comparaison encore plus instructif entre les deux cas : Les efforts constants de Kennedy, dans le sillage de la crise des missiles de Cuba, pour tenter de comprendre l’Union soviétique. Le discours qu’il prononce en juin 1963 à l’American University témoigne des efforts du président pour comprendre à la fois les motivations et la réalité complexe de l’adversaire soviétique. En décrivant les deux camps comme également pris au piège « d’un cycle vicieux et dangereux, la suspicion d’un côté entraînant la suspicion de l’autre », Kennedy montre un esprit influencé par l’Iliade d’Homère. Il a loué le peuple russe « pour ses nombreuses réalisations dans les domaines de la science et de l’espace, sa croissance économique et industrielle, sa culture et ses actes de courage ». Il a reconnu les pertes massives de l’Union soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Au lieu de déshumaniser l’adversaire de l’Amérique, il a fait le contraire ; il a souligné notre humanité commune : « Nous respirons tous le même air. Nous chérissons tous l’avenir de nos enfants. Et nous sommes tous mortels ».

Le contraste entre le niveau de réflexion atteint par Kennedy lors de son discours à l’American University et les banalités et mensonges si régulièrement proférés par les présidents américains depuis lors ne pourrait guère être plus dramatique. Que s’est-il passé ? Comment la qualité de la pensée et du leadership américains a-t-elle pu décliner de manière aussi rapide ?

Page Smith, dans son « Histoire des États-Unis » en huit volumes, revient à plusieurs reprises sur la compétition, pendant la majeure partie de l’histoire américaine, entre ce qu’il appelle une conscience chrétienne classique et une conscience laïque démocratique. Presque dès le début, selon Smith, la seconde l’a toujours emporté sur la première. Bien que cette étude de l’historien se termine avec l’administration de Franklin D. Roosevelt, je dirais que c’est Kennedy qui a brièvement rouvert la possibilité d’une Amérique incorporant au moins certains éléments importants de la perspective chrétienne classique. Avec l’assassinat de Kennedy, cette possibilité s’est refermée. Au moment où George W. Bush et Dick Cheney sont devenus les occupants de la Maison Blanche, la conscience chrétienne classique, à part quelques fioritures rhétoriques peu convaincantes, n’était déjà plus qu’un lointain souvenir. La politique, la culture et la société américaines étaient devenues profondément technocratiques. La conscience séculière, présente dès le début, a subi une transformation ; ou, peut-être serait-il préférable de dire, s’est concrétisée en une technocratie implicite dans son idée même.

Sous la technocratie, la raison, voire la rationalité, ne sont plus reconnues comme ayant une valeur intrinsèque. Elles n’obligent plus notre accord. Au contraire, elles sont désormais elles-mêmes soumises à notre volonté. La nature devient du mastic entre les mains de l’homme technologique : il n’est même plus possible de parler d’« homme ». Les acteurs qui agissent au sein de la société technologique refusent une telle dénomination. Ce sont eux qui décideront désormais technologiquement de ce que nous « sommes » et de qui nous sommes, jusqu’au cœur de notre existence biologique.

Ce milieu culturel américain présente deux aspects, deux vecteurs de fonctionnement. D’une part, nous avons les révolutionnaires de « gauche » et les adeptes des cours accélérés sur Karl Marx et Michel Foucault qui, en nombre surprenant, ont récemment fait irruption sur les campus universitaires américains. Et puis nous avons, d’autre part, le nombre étonnamment élevé d’entreprises mondiales et, en particulier, tous les grands géants des médias sociaux qui, en tant que groupe, ont embrassé cette « révolution ». Ces derniers, en particulier, contribuent à discipliner le discours public afin qu’il reste conforme à la nouvelle idéologie.

Le dernier livre de Rod Dreher, Live Not By Lies, constitue une introduction utile à ce nouveau monde woke. La méthodologie de Dreher repose sur une vaste comparaison entre les États-Unis et l’URSS/Russie. Au cours de ces comparaisons, Dreher tombe parfois lui-même dans le piège du raisonnement technologique, par inadvertance. Néanmoins, son analyse est révélatrice. Elle montre comment ces entreprises et ces soldats wokes expriment une seule et même « civilisation » profondément technocratique.

Dreher prend l’Union soviétique et ses satellites d’Europe de l’Est comme l’exemple paradigmatique d’un ordre politique fondé sur le mensonge. Mais quel genre de « mensonges » a-t-il à l’esprit ?

Tout d’abord, l’athéisme. Pour Dreher, la négation par le système soviétique de la vérité de la foi chrétienne, une négation rendue nécessaire par son credo marxiste-léniniste fondateur, le matérialisme dialectique, est majeur. Le point central, pour Dreher, est qu’un système fondé sur l’athéisme est lui-même, pour cette même raison, déjà fondé sur un mensonge.

Il accorde aussi une attention considérable aux défis moraux auxquels sont confrontés les croyants qui vivent dans une société qui considère la foi comme dangereuse, ou en tout cas comme quelque chose qui appartient entièrement au passé. Dans une telle société, il est difficile, et parfois même dangereux, de vivre ouvertement sa foi. Dans les années 1920 et 1930, lorsque plusieurs milliers de prêtres et de croyants orthodoxes ont été raflés et ont péri dans le goulag de Josef Staline, le danger était mortel. Bien qu’après la Seconde Guerre mondiale et la mort de Staline en 1953, la situation en Russie ait progressivement connu d’importants changements qui ont considérablement facilité la vie des croyants, il n’en reste pas moins que, pendant la majeure partie de la période soviétique, l’expression ouverte de la foi religieuse pouvait au minimum briser votre carrière.

Le deuxième exemple de « vie par le mensonge » cité par Dreher concerne l’exigence de conformité idéologique du système soviétique. Le matérialisme dialectique était l’idéologie régnante, et l’appareil du parti communiste faisait savoir quelle interprétation de cette idéologie devait être considérée comme faisant autorité. Dans un tel système, écrit Dreher, le Parti lui-même devenait « la seule source de vérité ». Les écoliers devaient dire ce que l’idéologie exigeait d’eux au lieu de refléter dans leurs papiers ce qu’ils pensaient honnêtement.

S’appuyant sur ces deux thèmes, Dreher établit une série de parallèles entre ce qu’il appelle l’empire totalitaire soviétique et le « totalitarisme mou » actuellement installé par les révolutionnaires woke. Ces derniers partagent avec les premiers bolcheviks ce que l’on pourrait appeler une faute sociologique. Ils divisent les gens en deux catégories, les oppresseurs et les opprimés. Pour les bolcheviks, les oppresseurs étaient la bourgeoisie propriétaire, et les opprimés étaient les pauvres sans propriété, les paysans et les ouvriers d’usine. Pour les révolutionnaires américains, les oppresseurs sont désormais les chrétiens blancs, masculins et hétérosexuels, tandis que les opprimés sont les minorités sexuelles et les personnes de couleur [et les femmes, NdSF].

Une telle pensée par catégories sociologiques entraîne un échec de la raison. Bien que Dreher n’utilise pas le terme, cela implique également l’adoption du moralisme. Dreher note comment, pour une génération nourrie par Marx et filtrée par Foucault, la raison objective n’existe pas. La rationalité n’est plus considérée comme également disponible entre tous. La raison ne fait plus autorité. Ce qui compte, c’est la position de pouvoir de chacun, et le pouvoir est considéré comme une fonction de la catégorie (oppresseurs ou opprimés) à laquelle quelqu’un appartient. La similitude avec les premiers bolcheviks est en effet très frappante. Du point de vue des praticiens actuels de la justice sociale et autres idéologies wokenistes, note Dreher, l’ennemi ne peut être raisonné. L’ennemi ne peut qu’être vaincu. Ceux qui résistent à l’imposition de nouvelles doctrines par les révolutionnaires sont, prétendument, « en train de pratiquer la « haine » ».

D’autre part, alors que le conformisme idéologique soviétique s’appliquait du haut vers le bas, dans le cas américain, il est plus distribué. Évoquant des thèmes qui rappellent l’essai controversé du metteur en scène russe Konstantin Bogomolov, « Le viol de l’Europe 2.0 », Dreher écrit :

Le totalitarisme [occidental] d’aujourd’hui exige l’allégeance à un ensemble de croyances progressistes, dont beaucoup sont incompatibles avec la logique – et certainement avec le christianisme. La conformité est forcée moins par l’État que par les élites qui forment l’opinion publique, et par les entreprises privées qui, grâce à la technologie, contrôlent nos vies bien plus que nous ne voudrions l’admettre.

Les géants des médias sociaux de la Silicon Valley intensifient encore la menace totalitaire. Citant Edward Snowden, Dreher note que l’État a désormais accès, à perpétuité, aux communications de chacun, et que si le gouvernement veut cibler quelqu’un, il n’y a plus aucune raison d’espérer que la loi soit un refuge. Le résultat est la propagation d’un « capitalisme de surveillance dans des domaines auxquels les tyrans orwelliens du bloc communiste n’auraient pu que rêver », et l’émergence de ce qu’il appelle un totalitarisme doux.

Il est significatif que Dreher cite à plusieurs reprises Hannah Arendt comme autorité en matière de totalitarisme. Il cite sa thèse bien connue selon laquelle le totalitarisme tend à prendre racine dans une société d’individus déracinés, solitaires et isolés. Ces individus atomisés sont des cibles faciles pour une idéologie qui offre un sens, la possibilité de faire partie d’une cause. Un autre thème arendtien clé est la réduction de la raison à un outil pour se donner de la consistance. Une idéologie, pour Arendt, est par définition un système fermé dépourvu d’ouverture au mystère qui est la marque de la raison classique. Selon Dreher, dans la mesure où les géants américains des médias grand public et sociaux encouragent la répétition constante de mèmes et de phraséologie empruntés à la théorie critique des races et à d’autres sources de jargon progressiste, ils encouragent précisément une pensée idéologique. Citant Arendt, Dreher note que ce qui convainc les masses, au point où elles deviennent sensibles au totalitarisme, « …ce ne sont pas les faits, ni même les faits inventés, mais seulement la cohérence du système dont ils font vraisemblablement partie. »

Aux États-Unis, écrit Dreher à un moment donné, il est difficile pour le commun des mortels de ne serait-ce qu’imaginer un monde où il faut constamment mentir pour simplement exister. À intervalles réguliers, il oppose l’URSS « totalitaire » aux États-Unis « libres et prospères ». Il entend par là, bien sûr, les États-Unis tels qu’ils étaient avant qu’ils ne soient attaqués par ce qu’il appelle les Social Justice Warriors (sjws, les révolutionnaires woke susmentionnés).

C’est ici, cependant, que Dreher lui-même glisse vers un certain style de pensée technocratique. Au lieu de comprendre d’abord l’ensemble du phénomène qui se présente à lui, il s’en sert pour marquer des points et mieux vendre son récit. Sa position de missionnaire l’emporte sur son souci de vérité.

La façon dont Dreher traite le phénomène de la Russie et de l’URSS tout au long du XXe siècle manque de nuance et est parfois tout à fait réductrice. Pour Dreher, l’ensemble de l’expérience soviétique a été uniformément « totalitaire » – comme s’il n’y avait pas de différences importantes entre 1937 et 1967. Pour Dreher, tout au long de son existence, on n’a trouvé dans l’empire soviétique que mensonges, souffrance et misère matérielle.

Il est vrai que l’URSS, même après la mort de Staline en 1953, était, à bien des égards, grise : elle connaissait des pénuries chroniques de produits de consommation, le service dans les magasins et les restaurants était grossier. Il y avait, surtout dans la première période, des persécutions religieuses. Les grandes œuvres de la philosophie religieuse russe (de V. Solovyov, S. Frank, N. Berdyaev, P. Florensky, etc.) ont disparu dans des archives secrètes. La Russie soviétique avait beaucoup de choses qui méritaient d’être condamnées dans des termes tels que ceux que l’on trouve en abondance dans le volume de Dreher.

Du coup, le lecteur n’a guère de raison de se douter qu’un certain nombre de monastères et d’églises ont été autorisés à rouvrir dans l’Union soviétique de l’après-guerre, ou que des Russes ordinaires ont été baptisés, et que ceux qui n’étaient pas communistes et soucieux de leur carrière pouvaient assister aux services religieux. La majorité, bien sûr, ne souhaitait plus le faire. L’idéologie matérialiste de l’État et la propagande antireligieuse ayant eu un certain impact.

S’il est indubitable que l’Union soviétique ne possédait pas plusieurs des véritables vertus de l’Amérique de la guerre froide, il est tout aussi vrai qu’elle ne possédait pas certains des véritables défauts de l’Amérique. L’URSS n’était pas un monde centré sur l’argent. Il était plus facile de nouer des amitiés durables, et pas seulement parce que l’on avait plus de temps à leur consacrer. Les gens pouvaient choisir de consacrer leur vie à des activités aussi inutiles – et pourtant la quintessence de l’humain – que l’étude de la poésie ou la pratique du piano. Les classiques de la littérature russe du XIXe siècle étaient encore enseignés, lus et vénérés. Et puis il y a le cinéma soviétique. Quelques exemples suffiront. La nuit du carnaval (1956) et L’ironie du sort (1976) d’Eldar Ryazanov sont des chefs-d’œuvre d’humanité et même de joie. Andrei Rublev d’Andrei Tarkovsky, sorti en 1971 (bien qu’il ait été édité), était imprégné d’un sens tragique et d’une beauté spirituelle. Pendant une grande partie de la période soviétique, les émissions de radio, de télévision et de théâtre destinées aux enfants étaient remarquables par leur chaleur et leur bon goût. Le contraste binaire de Dreher incarne précisément une logique technocratique de simplification excessive.

Le philosophe italien Augusto Del Noce a noté que, du point de vue de la civilisation technologique dirigée par l’Occident, la révolution marxiste en Russie était considérée globalement comme une chose positive, infiniment préférable à l’ordre tsariste antérieur, avec sa foi chrétienne embarrassante et son manque de démocratie. Le matérialisme marxiste permettrait à la Russie d’« évoluer » progressivement dans la direction nécessaire. En fin de compte, l’Occident, grâce à ses attraits supérieurs, surmontera le marxisme en s’appropriant les côtés négatifs du marxisme tout en abandonnant l’humanisme résiduel du marxisme. Déjà en 1969, Del Noce écrivait que la société technologique occidentale imitait la méthode marxiste dans le sens où elle rejetait ce que Marx avait rejeté – en premier lieu le christianisme et Platon. Par contre, la société technologique va à l’encontre du marxisme en instituant un individualisme absolu. Une telle inversion donne à « la civilisation technologique la fausse apparence d’être « une démocratie » et la continuité de l’esprit du libéralisme. »

Live Not By Lies de Dreher présente le thème classique d’une guerre froide entre un Ouest essentiellement bon et libre et un Est essentiellement mauvais et pas libre. Cela rend d’autant plus choquant le fait qu’un des interlocuteurs hongrois de Dreher observe que les trente précédentes années de « liberté » ont détruit plus de mémoire culturelle en Hongrie que toute autre époque précédente. « Ce que ni le nazisme ni le communisme n’ont pu faire, le capitalisme libéral victorieux l’a fait », lui dit un professeur hongrois. L’idée libérale occidentale a abouti à un déracinement plus complet de la personne du « passé et de ses traditions, y compris de la religion » que ce que l’ère communiste avait réussi à faire.

De même, Timo Krizka, cinéaste slovaque et chroniqueur de la persécution des fidèles à l’époque communiste, a déclaré que la prospérité et la liberté occidentales – la liberté telle que l’Occident la définit – n’avaient pas grand-chose à voir avec les aspirations de ces chrétiens qu’il avait fini par admirer. Ils avaient trouvé un sens même à leurs souffrances et vivaient dans la joie malgré le peu qu’ils possédaient. Ce que Krizka a découvert, écrit Dreher, c’est que « l’idée libérale séculaire de la liberté si populaire en Occident … est un leurre ». Il s’est avéré que le fait de se libérer de tout engagement contraignant (envers Dieu, le mariage, la famille) « est un chemin vers l’enfer ».

Cela renverse le thème narratif précédent de Dreher. Le mouvement qui s’éloigne du « mensonge » et qui, comme on nous l’avait laissé entendre, avait un caractère spatial – un mouvement qui s’éloigne de l’Est (de « la longue main de Moscou », du communisme, de la Russie, etc.) et qui se dirige vers l’Occident, idéalement vers les États-Unis, s’avère plutôt être de nature civilisationnelle. Bien sûr, Dreher nous dit que l’Occident lui-même évolue dans des directions analogues à l’ancien ordre communiste. C’est bien le cas. Mais nous voyons maintenant un point très différent émerger. Le cœur même de l’idéal de la civilisation libérale, un idéal, de plus, très ancien en Occident, s’avère, selon Dreher, être un mensonge.

Dreher cite le travail du philosophe catholique Michael Hanby, l’un des critiques les plus perspicaces de la modernité libérale. Hanby décrit ce qui pourrait s’avérer être le fil conducteur reliant le détournement actuel de l’Occident révolutionnaire de la nature biologique, de toute forme traditionnelle, et son apparente adhésion à une nouvelle « utopie » technologique aux qualités dystopiques évidentes. Les deux mouvements trouvent leur source ultime dans cette habitude de pensée qui a défini la modernité libérale pendant des siècles : le mythe du progrès et la science conçue comme le moteur de ce progrès. Pour Hanby, la révolution sexuelle en constante évolution « est au fond, la révolution technologique et sa guerre perpétuelle contre les limites naturelles appliquées extérieurement au corps et intérieurement à la compréhension de soi ».

Le défi que la pensée technocratique pose à la notion de vérité et de mensonge est fondamental. La perspective technologique se développe à partir du positivisme implicitement ou explicitement adopté, sinon par toute la « science » occidentale en tant que telle (certainement pas par toute la physique ou la science cognitive occidentale), du moins par le scientisme qui est à la mode dans le monde occidental éduqué depuis au moins le début du XIXe siècle.

Pour la science ainsi comprise, la connaissance ne peut avoir de valeur que dans la mesure où elle sert des fins pratiques. Mais si seul ce qui est du domaine de la réalité matérielle est reconnu comme réel, alors ce qui est privilégié par rapport à tout le reste est la transformation de la matière, une transformation orientée vers un contrôle toujours plus grand.

Une autre conséquence est la négation de la métaphysique et l’affaiblissement de la tradition. Del Noce aide à clarifier pourquoi cela doit être le cas. Si la notion platonicienne de vérité (qui n’est que « métaphysique ») ne fait plus autorité et si, par conséquent, la vérité ne peut plus être considérée comme étant au-dessus de nous, alors pourquoi devrions-nous la révérer, pourquoi la considérer comme quelque chose de sacré ? La société technologique rejette toute révérence de ce genre. Notez, cependant, ce qui se passe ensuite. Une vérité aussi banalisée devient rapidement ennuyeuse. D’où l’adoration de la nouveauté, d’où la destruction joyeuse de toute tradition, qui est en soi la seule « tradition » encore honorée par l’homme technocratique.

Certes, bien avant le début du XIXe siècle, la pensée occidentale (Francis Bacon, Niccolo Machiavel, John Locke et leurs héritiers) avait déjà rejeté la nature telle qu’elle était comprise par les traditions de la pensée aristotélicienne et platonicienne et les formes de christianisme de l’Orient et de l’Occident influencées par celles-ci. Dans cette conception antérieure, non technocratique, de la nature, toutes les choses créées ont une orientation significative vers leur forme idéale, ou telos. C’est leur nature. En l’absence d’une forme juste pour quoi que ce soit, en l’absence de nature, comme l’a également reconnu Martin Heidegger, tout ce qui reste est de la matière nue au sens d’une « ressource » attendant d’être modelée par une volonté extérieure. L’ordre technocratique est profondément volontariste.

Si ce que nous savons du monde n’est pas conditionné ou limité par ce que les choses sont, dans leur nature même, alors qu’est-ce qui nous empêche de remplacer ce qu’on appelait la nature par ce que nous fabriquons nous-mêmes ? Qu’est-ce qui nous dissuade de supposer que « ce qui existe de plus fondamental » est ce que nous fabriquons nous-mêmes ? Du point de vue du mode de connaissance technologique, comme l’a souligné le philosophe canadien George Grant, les processus de « connaissance » et de « fabrication » commencent à se confondre. Sous la technocratie, l’état d’esprit technologique atteint son apogée : désormais, le sens même de la vérité change, tout comme la notion de mensonge. La vérité est ce que nous fabriquons. Ce que l’on appelait autrefois un mensonge peut être considéré maintenant comme une simple étape de ce processus de fabrication.

La connaissance technologique ne nous laisse plus que deux façons d’être dans le monde : le contrôle ou le conflit. Il n’est plus possible de simplement « laisser être » ce qui n’est pas entièrement sous notre contrôle. Tout comme la vérité ne suscite plus de révérence, les « choses », quelles qu’elles soient – arbres, nations, rochers, visages humains – ne suscitent pas non plus de révérence. Comme le dit Grant, tout ce que nous pouvons devoir, au sens d’un devoir ou d’une obligation nécessaire envers un autre être, « est toujours provisoire par rapport à ce que nous désirons créer ». En d’autres termes, ce qui est « dû » à quelque chose est toujours d’abord soumis à notre propre volonté. La volonté technocratique est autonome et « libre » spécifiquement dans le sens où elle n’est pas entravée par un ordre, un telos ou une obligation antérieurs.

Le rationaliste de style kantien répondrait, bien sûr, que les lignes de démarcation, les principes limitatifs, sont, après tout, fixés ici par l’autonomie et la dignité a priori de chaque sujet, ou personne. Mais quelle est la source de cette dignité ? C’est que nous sommes des créatures capables de concevoir notre propre loi. Et pour cette loi ainsi comprise, faut-il autre chose que la cohérence ? Dans sa forme moderne et vulgarisée, la grandeur de la pensée d’Emmanuel Kant produit le prétendu « ordre fondé sur des règles » sur lequel les États-Unis fondent la légitimité de leur vision de l’ordre international. Mais un tel « ordre » se passe du droit, et ce dans plusieurs sens. Comme je l’ai soutenu ailleurs, un ordre fondé sur le droit exige précisément la permanence et la disponibilité de la vérité – au minimum une capacité à déterminer de manière fiable ce qui n’est pas vrai.

C’est précisément cette capacité qui n’existe plus dans l’ordre technocratique. Si la réalité et la vérité peuvent être créées, fabriquées, alors le waterboarding peut servir de moyen suffisamment fiable de découverte juridique. Le waterboarding, en tant que moyen d’interroger les prisonniers américains, est devenu populaire bien avant toute apparition de la gauche « woke » dans la vie américaine.

Cela nous amène à une omission notable dans le récit de Dreher sur ce que signifie « ne pas vivre de mensonges ». L’instrumentalisation de la raison est en effet une pratique répandue parmi ceux que Dreher appelle les Social Justice Warriors susmentionnés. L’utilisation, ou plutôt l’abus de la raison n’est cependant pas une invention originale des sjws. C’est depuis longtemps un trait caractéristique de la modernité libérale en tant que telle. En même temps, dans le développement historique actuel du technologisme volontariste, c’est l’État américain de sécurité nationale qui a affiné cette approche en faisant de cette instrumentalisation de la raison l’outil le plus vital de son arsenal. Le résultat a été ces « manipulations de l’information » qui ont remplacé ce qu’on appelait autrefois les « nouvelles ». En effet, ces manipulations de l’information ne sont plus le fait d’une seule agence, mais de l’ensemble du gouvernement et même de l’ensemble du bloc politique.

Alors pourquoi blâmer Black Lives Matter ? Si la « majesté de la loi » – représentée par l’État lui-même, même si l’État, sans le reconnaître, a corrompu le sens même de la loi – modèle pour le reste de la société d’une imposition volontariste de sa volonté, pourquoi être surpris lorsque les citoyens d’un tel gouvernement imitent de manière radicale ce que l’État lui-même a déjà béni ? Si la loi modèle le volontarisme comme la forme idéale (aujourd’hui technologiquement comprise) de la « raison » moderne, pourquoi s’étonner que la « raison » des citoyens soit également corrompue ?

Il ne s’agit en aucun cas de prendre le parti des wokes. Leur défense moralisatrice de catégories toujours nouvelles d’opprimés s’auto-détruit de toute façon. D’une part, Dreher décrit avec précision leur cynisme révolutionnaire vis-à-vis de la « vérité », leur rejet de la « raison ». D’autre part, il se peut que les révolutionnaires aient parfois raison de voir clair dans les tromperies d’un pouvoir qui se cache derrière un ersatz de « raison » – Foucault, après tout, n’avait pas entièrement tort. Le problème est le suivant : même les biens réels que les sjws peuvent occasionnellement défendre deviennent finalement sans défense dès que leur propre logique est adoptée. Comme l’a dit D.C. Schindler :

La dignité humaine repose sur le fait que, lorsque l’ordre social s’effondre, face à l’oppression et à la force aveugle du pouvoir, on peut toujours se positionner par rapport à la vérité. Mais si le fondement ultime de la vérité est lui-même suspendu… alors il n’y a pas d’endroit où se tenir.

Arendt, bien connue pour ses études sur le totalitarisme, est moins souvent considérée comme une personne préoccupée par la transformation des États-Unis en un tel système idéologique. Bien qu’elle n’ait peut-être pas utilisé le terme « technocratie », Arendt était très préoccupée par une tendance au sein de la haute politique américaine qui abandonnait son souci de la réalité, et donc son engagement envers l’ordre factuel qui existe indépendamment de notre volonté. Dans son commentaire sur les Pentagon Papers, par exemple, Arendt note que les hauts fonctionnaires de l’exécutif substituaient régulièrement au monde factuel un monde qu’ils avaient simplement fabriqué, un monde basé sur les apparences.

Arendt a fait allusion à des préoccupations similaires lorsqu’elle a écrit, dans son essai intitulé « Vérité et politique », que :

…enfin, et c’est peut-être le plus troublant, si les mensonges politiques modernes sont si gros qu’ils nécessitent un réarrangement complet de toute la texture factuelle – la création d’une autre réalité, pour ainsi dire, dans laquelle ils s’inséreront sans couture, fissure ou cassure, exactement comme les faits s’insèrent dans leur propre contexte original – qu’est-ce qui empêche ces nouvelles histoires, images et non-faits de devenir un substitut adéquat à la réalité et à la factualité ?

Y a-t-il des raisons suffisantes pour supposer que, déjà ici, Arendt pensait non seulement aux régimes infâmes des années 30 en Allemagne et en URSS, mais aussi aux États-Unis tels qu’ils évoluaient déjà à son époque ? Au moment où elle écrit cet essai, en 1967, deux mensonges majeurs se sont déjà institutionnalisés aux États-Unis, même si l’un s’avère plus réussi que l’autre. Le premier concerne la guerre du Vietnam. Les nombreux mensonges qui ont rendu cette guerre possible ont finalement été rendus publics lorsque Daniel Ellsberg a divulgué les « Pentagon Papers » en 1971. Arendt a consacré une attention considérable à ce rapport et à l’obsession malsaine de l’exécutif pour la « fabrication d’images« . D’autre part, les mensonges entourant les assassinats des années 1960 n’avaient pas encore, à l’époque, été rendus entièrement publics, et ils ne le sont toujours pas.

En ce qui concerne l’assassinat de John F. Kennedy, Arendt, dans sa dernière interview, en octobre 1973, remarquait :

Je pense que le véritable tournant dans toute cette affaire a été en effet l’assassinat du président. Peu importe comment vous l’expliquez et peu importe ce que vous savez ou ne savez pas à ce sujet, il est tout à fait clair que maintenant, vraiment pour la première fois dans une très longue période de l’histoire américaine, un crime direct a interféré avec le processus politique. Et cela a en quelque sorte changé le processus politique.

Sa déclaration « cela a en quelque sorte changé le processus politique » est remarquable. Elle fait référence à la naissance de l’utilisation systématique du « mensonge » qui change la réalité dans la politique américaine, l’utilisation d’une technologie capable d’assurer la création réussie d’une nouvelle réalité qui peut, comme Arendt l’a dit, se substituer à « la réalité et la factualité. » Dans cette même interview, à la question de savoir ce qui motive « l’arrogance du pouvoir » de l’exécutif, elle répond : « C’est vraiment la volonté de dominer, pour l’amour du ciel. Et jusqu’à présent, cela n’a pas réussi, car je suis toujours assise avec vous à cette table et je parle assez librement … d’une certaine manière, je n’ai pas peur. »

Dans le sillage de l’assassinat – je devrais dire les assassinats, car les décès de John F. Kennedy, Robert Kennedy et Martin Luther King faisaient bien sûr tous partie de la même série – l’atmosphère spirituelle et intellectuelle des États-Unis a subi un changement radical. L’humaniste de formation classique, pourtant déjà une rareté, a tout simplement disparu de la politique américaine. « Le sexe, drogue et rock-and-roll », le mysticisme, J.R.R. Tolkien, bien que de manière très différente, ont également servi à détourner beaucoup d’autres personnes du contact avec la vraie politique. Ceux qui étaient encore attirés par la politique ne pouvaient être que de deux types. L’un était l’« idéaliste » à la Ronald Reagan qui embrassait une version fantaisiste de l’Amérique et du monde en général. L’autre était le réaliste autoproclamé, le technocrate. Arendt, dans ses réflexions sur les Pentagon Papers, a décrit ces technocrates et « résolveurs de problèmes » comme des hommes intelligents qui, « à un degré plutôt effrayant », sont au-dessus de tout sentimentalisme. Ils mentent systématiquement, non pas parce qu’ils manquent de toute intégrité, mais simplement « parce que cela leur donne un cadre dans lequel ils peuvent travailler. » Le divorce total entre l’acte et sa signification profonde crée en effet le cadre idéal pour un travail sans fin.

Ce même type psychologique en est venu progressivement à occuper tous les bureaux de tous les buildings des think tanks de Washington et de Crystal City. Ce sont eux qui, après la chute de l’Union soviétique, ont élaboré les plans visant à décimer une demi-douzaine de pays au Moyen-Orient et en Asie centrale, après l’avoir déjà fait en Asie de l’Est et en Amérique centrale des années 1960 aux années 1980. Ce sont eux qui ont parsemé leurs discours de bons mots tels que « Tous les dix ans environ, les États-Unis doivent prendre un petit pays minable et le jeter contre le mur, juste pour montrer au monde que nous sommes sérieux ». Rien ne fournit une base plus vigoureuse pour l’action et le contrôle que la peur, et les technocrates se mettent donc volontiers à créer les menaces qui suscitent cette peur toujours si utile.

On pourrait continuer ainsi. D’une manière générale, l’impact de ces assassinats a été le suivant : il a contribué à l’émergence d’une culture américaine qui, si elle n’est pas littéralement terrifiée par la pensée, l’évite au moins autant qu’il est humainement possible. Il est plus sûr de s’en tenir au scénario pré-approuvé.

Maintenant que le monde dans son ensemble, ou en tout cas les grandes puissances, adoptent la technocratie, le problème du mensonge en politique, ainsi que la signification de la « vérité » et de la « réalité », doivent être réévalués. Il ne suffit plus de critiquer le mensonge en termes moraux. Seule une critique philosophique et théologique peut avoir un espoir d’adéquation avec le défi que représente la technocratie, notre nouvelle (anti) civilisation mondiale.

Une fois que le savoir technologique devient omniprésent, la « réalité » ne peut plus agir comme une limite ou une discipline contre le mensonge. Entre l’assassinat de Kennedy et aujourd’hui, en ce milieu d’année 2021, il y a eu de nombreux cas de création technocratique de nouvelles « réalités » englobantes accomplies par l’utilisation de ce que l’on appelait autrefois des « mensonges ». Le Russiagate vient certainement à l’esprit. Tout comme l’opération Timber Sycamore en Syrie. Tout comme ce fameux suicide dans une prison de New York, en août 2019, d’une personne également apparemment liée aux milieux du renseignement [Epstein, NdT]. Nous n’avons ni le temps ni l’espace pour développer tous ces exemples ici, et de toute façon, il serait inutile de le faire, sauf, peut-être, dans une nouvelle itération du Samizdat.

L’Empire romain a persisté pendant des siècles sans aucune dévotion notable à la vérité. C’est en tout cas l’avis de Simone Weil [la philosophe, NdSF]. La Rome antique a démontré l’efficacité de la combinaison du pouvoir absolu, d’une part, et du maintien d’une réputation de grandeur, d’autre part. Cette méthode de domination humaine reposait sur une abondante autopromotion complétée par un système de propagande omniprésent. Cette même propagande était d’autant plus convaincante qu’elle suscitait l’effroi par l’usage massif de la force déployée contre quiconque y résistait. Dans ses Réflexions sur les origines de l’hitlérisme, Weil a trouvé dans la Rome antique l’inspiration originelle de cette puissance qui, au moment même où elle écrivait, terrorisait la France et la majeure partie du reste du continent européen.

La Rome antique était avant tout un système volontariste, même si ce n’était pas, du moins au sens de ce terme que nous avons exploré plus haut, un système technocratique. Certes, sa conception de la nature et de la science différait grandement de celle de la Grèce antique. Ce qui préoccupait Rome avant tout, selon Weil, c’était son prestige. « Toutes ces cruautés [le traitement réservé par Rome à Carthage, entre autres massacres] constituaient le moyen d’élever son prestige. Le principe central de la politique romaine (…) était de maintenir son propre prestige dans toute la mesure du possible, et quel qu’en soit le prix. » Plus loin dans l’essai, elle ajoute que « rien n’est plus essentiel à une politique fondée sur le prestige que la propagande. »

Je me demande souvent si, si Simone Weil écrivait aujourd’hui, elle aurait vu dans les États-Unis le digne successeur de la Rome antique. Certains indices, parsemés dans ses écrits, laissent penser qu’elle aurait pu être encline à aller dans ce sens. Dans « A Propos de la question coloniale », elle écrit :

Nous savons bien qu’il existe un grave danger d’américanisation de l’Europe après la guerre, et nous savons ce que nous perdrions si cela devait arriver. Ce que nous devrions perdre, c’est cette partie de nous-mêmes qui s’apparente à l’Orient. … il semble que l’Europe ait périodiquement besoin de contacts authentiques avec l’Est afin de rester spirituellement vivante… l’américanisation de l’Europe conduirait à l’américanisation du monde entier.

Weil s’inquiète que la domination de l’Amérique après la guerre signifie que « l’humanité dans son ensemble perdra son passé. »

Ce que Weil craignait s’est presque déjà produit. Certes, que ce soit l’Amérique ou un autre pays qui agisse comme moteur de l’ordre technocratique n’a, en fin de compte, que peu d’importance. Tant qu’une grande puissance – les États-Unis, la Chine, la Russie, l’Allemagne, etc. – adopte la technocratie, cela déclenche un mécanisme de rétroaction qui rend presque impossible pour toute autre nation de faire un choix civilisé. Aujourd’hui, la Russie craint clairement que le rejet de l’approche technologique ne fasse d’elle une proie facile pour les prédateurs extérieurs, et son alliance croissante avec la Chine n’est guère propice à l’abandon de la technocratie. Et pourtant, de toutes les grandes puissances, seule la Russie a les moyens historiques de s’engager résolument dans une autre direction.

Il fut un temps, qui semble s’être achevé au milieu de l’administration Trump, où les conseillers du Kremlin conseillaient d’embrasser la tradition russe, influencée par le christianisme byzantin, d’une rationalité fondée sur la métaphysique. Ils ont fait valoir qu’un tel traditionalisme constituerait un exemple attrayant, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de la Russie, et qu’il aurait l’avantage supplémentaire de relier la politique russe à quelque chose que de nombreux Russes ordinaires pourraient respecter et pour lequel ils éprouveraient de l’affection. (Le problème de la conciliation de la politique – en particulier d’une politique qui embrasse la vérité – et de la nécessité pour un public de ressentir une affection authentique pour son pays et son passé, est apparu au grand jour dans de nombreux pays ; aux États-Unis, il est au cœur même d’une crise nationale). En attendant, le résultat de ces efforts des conseillers du Kremlin reste, au mieux, assez ambigu. Les politiciens sont des pragmatiques. Ce qui n’apporte pas de résultats est généralement rejeté, et les ouvertures vers le monde extérieur fondées sur la « tradition » n’ont rien apporté à la Russie.

Est-il possible de terminer sur une note d’espoir ? Je ne peux pas parler pour la Chine. D’ailleurs, je ne peux pas non plus parler pour l’Angleterre, l’Allemagne ou la France. Quoi qu’il en soit, ce que j’ai vu de la Russie d’aujourd’hui suffit à entretenir l’espoir que, si les États-Unis ou toute autre grande puissance amorçait de manière inattendue une rupture avec le projet technocratique, pour embrasser au contraire la tradition de la rationalité qui considère la vérité comme sacrée, il y a de bonnes chances, dès aujourd’hui, qu’elle soit accueillie par la réciprocité de la Russie et, le cas échéant, par le pardon.

Nous devons, bien sûr, mettre de côté les notions romantiques sur les Russes. Certains sont matérialistes. Certains sont des technocrates. Certains sont des tricheurs. Comme tout autre peuple, les Russes ont beaucoup de défauts. Pourtant, il reste en Russie un contingent non négligeable de personnes qui n’ont pas encore oublié leur tradition millénaire et qui murmurent parfois, avec émotion, la phrase : « Pardonnez-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ». Ces personnes, que l’on appelle des chrétiens, ont encore au moins une base solide sur laquelle s’appuyer en Russie. Pouvons-nous en dire autant en Occident ?

Paul R. Grenier est le président et fondateur de Centre Simone Weil pour la philosophie politique

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

La médecine financiarisée est numérique. Elle n’a que faire d’un Raoult ou d’un Fouché.

Par : Volti
Source Liliane Held Khawam La crise Covid a mis deux noms de médecins sur le devant de la scène. Leur premier dénominateur commun est leur lieu de travail: Marseille, et le 2ème concerne leur profil personnel qui refuse les décisions consensuelles si celles-ci ne correspondent pas à leur éthique, ou qui mettrait en danger la qualité de leur intervention médicale. […]

RAPPORT DE SITUATION HEBDOMADAIRE DU DONBASS (VIDÉO) – 4 SEPTEMBRE 2021

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Chaque semaine, nous vous proposons un rapport de situation (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine, et la Russie. Cette semaine, le rapport de situation couvre principalement l’évolution de la situation militaire dans le Donbass et le bilan humain de la semaine suite aux […]

Endurer la terreur pour toujours: d’Al-Qaïda à l’EI-K

Par : Volti
Source Observateur-Continental Une collaboration entre le Pentagone et les talibans est établie; les éternelles guerres de l’ombre de la CIA sont une toute autre paire de manches. C’était, il y a 20 ans aujourd’hui. L’Asia Times a publié Get Osama! Now! Or else… (Attrapez Oussama! Maintenant! Ou bien…). Le reste appartient à l’histoire. Rétrospectivement, cela ressemble à des nouvelles d’une autre galaxie, d’avant la planète du […]

Le pass sanitaire, cette réussite que le monde nous envie mollement

Par : Volti
Par H16 Dans un pays comme la France, il n’y a pas tous les jours de motifs de réjouissance. Heureusement, lorsqu’on est un journal sur-subventionné français, on sait se satisfaire de peu, comme l’Express, qui estime que le « pass sanitaire » est à présent un réussite telle qu’elle est maintenant enviée du reste du monde. Dans un articulet rassemblant les rares témoignages […]

« Inflation des prix alimentaires… 32.9 % sur un an !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Par Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, L’inflation sera peu durable, momentanée… D’ailleurs elle ne sera pas si élevée que cela. Voilà pour le discours officiel des banques centrales. Le 2 juillet dernier j’ai longuement discuté de l’inflation avec David Jacquot pour l’émission Ecorama. Vous pouvez la visionner ci-dessous. L’idée était de défendre le scénario d’une inflation […]

« Alors que les écrans rendent idiots vos enfants, la Chine les interdit pour les mineurs !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Les ravages des écrans sont évidents sur nos enfants et ce n’est pas faute de régulièrement m’en faire écho dans ces colonnes, mais nous sommes peu nombreux à vouloir le voir, à accepter d’en parler, et encore moins nombreux à avoir le courage d’expliquer aux enfants et de façon générale aux […]

Passe « sanitaire » : l’issue collective contre l’impasse individuelle

Par : sellami
L’infâme pseudo-sésame s’imposant à tout le monde, tout le monde devrait le refuser, à commencer par les salariés des entreprises qui l’exigent. On ne le répétera jamais assez : manifester ne suffira pas à mettre en échec le gouvernement et l’oligarchie dont il relaie les intérêts. Si la population se contente de déambuler dans les rues tous les samedis en […]

Le Pass sanitaire préfigure la marque de la bête, car le gouvernement prend le contrôle du corps humain. Monseigneur Schneider

Par : Volti
Merci de commenter sur le fond de ce message, en respectant les opinions de chacun. Source Liliane Held Khawam Apocalypse 1316 Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, 17 et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom […]

Ségrégation sanitaire : les Brigades de la Limonade vont nous coûter cher

Par : Volti
Par H16 Le mois d’août s’achève mais il sera difficile de revenir sur ces cinq dernières semaines de puissants délires qui se sont multipliés en République du Bisounoursland : trop d’absurdités se sont enchaînées au Cerfaland, et obligent l’observateur extérieur à ne retenir qu’une écume passagère… Qui n’en reste pas moins significative de l’air du temps. Air du temps qui ne […]

De l’empire britannique au IVème Reich

Par : KromoZom Y
par Valérie Bugault. Le globalisme financier, véritable intégrisme commercial, comme origine des Guerres Mondiales d’hier et de demain I°) Bref rappel du déroulé des séquences historiques depuis les Révolutions du XVIIIe siècle Du point de vue politique, à partir des velléités impériales d’Olivier Cromwell (1599 – 1658 ; cf. herodote.net/Lord_protecteur_et_dictateur_de_fait-synthese), ce qui deviendra l’empire britannique a étendu son emprise sur le monde via […]

Inondés

Quelque part au bord d’un lac, janvier 2021 Pour la première fois il y a cent trente sept jours, j’ai dormi dans ma caravane fraîchement acquise. Pour de nombreuses raisons, dont l’une présente dans votre existence à tous, à savoir les chamboulements causés par le Covid 19, j’ai décidé de me mettre au vert pour compenser un peu toute cette […]

11 Septembre 2001 : le risque d’un remake en pire

Par : sellami
Il serait étonnant que les criminels qui ont commandité l’explosion du World Trade Center, n’aient pas préparé de nouvelles attaques pour fêter l’anniversaire de leur putsch victorieux. Ce 11 septembre 2021, l’on commémorera les vingt ans des attentats du 11 septembre 2001. A vrai dire, en un sens, cela fait vingt ans que l’on n’en finit plus de commémorer cette […]

Métaphore covidienne

Excellent ! Merci Naelle On en parle beaucoup, on en parle tout le temps, on ne parle plus que de cela, les vaccins, ceux qui sont pour, ceux qui sont contre. Alors, une petite métaphore qui sera parlante, je l’espère, pour expliquer les racines de la méfiance. Ceci est un billet d’humeur, pas un cours de sciences que je n’ai […]

Le travail est-il encore un libre choix ?

Ce que vous allez lire est une lettre de l’Assurance Maladie, service médical, pays de la Loire, envoyée a un de ses employés qui refusait l’injection « obligatoire ». Trois pages coercitives explicatives, avec en conclusion l’obligation vaccinale fixée au 16 octobre 2021, dernier carat. Après cette date, s’il n’est pas vacciné, plus de travail et plus d’indemnités. Vous êtes bien assis […]

Joseph Stroberg : La clef de la libération

Par : Volti
Depuis 18 mois, nous ressassons, vitupérons, critiquons ce que nous vivons, en occultant tout ce qui n’est pas « LE Virus ». Je vous ai souvent suggéré, d’emboîter les pièces de ce gigantesque puzzle, que sont les évènements plus ou moins médiatisés qui assaillent notre quotidien et n’ont apparemment, aucun lien entre eux. Pourtant, tout est lié pour édifier ce nouveau monde […]

UN HOLD UP SANS MASQUE NI HONTE

UN HOLD UP SANS MASQUE NI HONTE   Il fut un temps où les voleurs se cachaient et où les criminels mentaient. Ce temps là est bien révolu car, du haut de leur arrogance protégée par des étatismes à leurs ordres, les thuriféraires du mondialisme occidental tout comme les capitaines de son complexe militaro-industriel revendiquent désormais haut et fort l’esclavagisme […]

RAPPORT DE SITUATION HEBDOMADAIRE DU DONBASS (VIDÉO) – 28 AOÛT 2021

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Chaque semaine, nous vous proposons un rapport de situation (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine, et la Russie. Cette semaine, le rapport de situation couvre principalement l’évolution de la situation militaire dans le Donbass, les nouvelles méthodes de sabotage inventées par Kiev pour […]

Une note interdit aux gendarmes d’exprimer une opinion sur le vaccin contraire à celle du gouvernement… y compris sur leur messagerie privée

Par : Volti
Source Boulevard Voltaire Y a-t-il un malaise dans la gendarmerie après la « note express n° 050481 GEND/CAB » du 17 août 2021 « relative à la vaccination des militaires de la gendarmerie contre la COVID-19 » et qui liste les personnels (à peu près tous) soumis à l’obligation vaccinale ? La FAQ du 23 août le laisse supposer. Et […]

Géométrie & Électrodynamique du Covid en Mouvement

Prolégomènes à l’Incompréhension du Monde . . . Le sombre hiver arrive à point nommé avec son nouveau lot d’informations paradoxales. La grippe aurait disparu grâce aux gestes barrières, aux distanciations sociales et aux couvre-feux. « Merci à vous bons citoyens écolo-progressistes qui avez suivi à la lettre les commandements du comité (scientifique) central. » Et, concomitamment, sur [...]

Covid-19 ou le miracle totalitaire

Pensées éparses sur la Nouvelle Normalité . . . I   Depuis le début de la crise du Covid-19 nous vivons une expérience orwellienne à l’échelle planétaire, une sorte de test mis en scène par nos élites mondialistes, visant à éprouver la résistance de nos corps et de nos âmes au burin compresseur et sadique [...]

L’Assassinat de Donald J. Trump

Histoire d’une hystérie collective INTRODUCTION Une vague d’hystérie collective sans précédent s’est emparée des États-Unis d’Amérique depuis la candidature de Donald J. Trump à l’élection présidentielle de 2016. Le Président Républicain est accusé de tous les maux et il ne se passe pas un jour sans que ses adversaires politiques et les principaux médias du [...]

Le Génie du Complotisme

Le complotisme présente cinq caractéristiques majeures qui le distinguent de l’anti-complotisme et qui résument tout son génie. Ses caractéristiques, que nous passerons rapidement en revue (partie 1), sont autant d’avantages sur l’anti-complotisme qui nous feront comprendre, par contraste, les limites épistémologiques de ce dernier, ses motivations profondes et ses soubassements idéologiques (partie 2). . Notre [...]

Postures et impostures de l’art contemporain

Désincarnation Depuis près de cent ans les avant-gardes marchent à reculons et donnent le spectacle d’un art contemporain qui trouve sa nouveauté et son élan dans l’imitation de ses fondateurs : Duchamp, Mondrian, Malevitch sont les maîtres d’école de nos mauvais écoliers. Le credo de cet art contemporain est propre à nous donner l’illusion d’une nouvelle [...]

Survivrons-nous à l’hystérie ?

S’il était permis à des néophytes de la pandémie de s’exprimer sur la vague d’hystérie collective qui submerge le monde en ce début d’année 2020, voici ce qu’ils pourraient être tentés de se dire à eux-mêmes pour maintenir leurs pensées droites et éviter que leur(s) raison(s) ne vacille(nt) dans la folie d’un monde devenu foule : [...]
❌