Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 26 mai 2022Vos flux RSS

C’est la guerre, et l’escalade est à venir

Par : Zineb

« La guerre, c’est la guerre » , et cette guerre va s’intensifier.


Par Alastair Crooke – Le 24 avril 2022 – Source Al Mayadeen

Il s’agit bien d’une guerre. L’OTAN est en guerre contre la Russie. Les juristes allemands diront peut-être que non, mais quand l’Occident arme l’Ukraine, quand les forces spéciales de l’OTAN sont à Kiev (c’est-à-dire les SAS britanniques) et forment les milices sous leur protection à l’utilisation de leurs armes pour tuer des Russes, est-il vraiment pertinent de savoir de quelle épaule est tiré le missile Starstreak (de fabrication britannique) qui abat un hélicoptère russe ? Le sait-on vraiment ?

Quoi qu’il en soit, cette « guerre » (guerre par procuration, si vous préférez) a effectivement été lancée en 2014, et s’est considérablement intensifiée en 2017, lorsque l’OTAN a cessé de s’appuyer sur les forces nationales ukrainiennes (qui s’étaient révélées quelque peu enclines à faire des défections, avec leurs armes, au profit de milices russophones), pour recourir à des internationalistes et des mercenaires, avec l’intention agressive d’affaiblir et d’embourber la Russie.

« La guerre, c’est la guerre » , et cette guerre va s’intensifier.

Personne ne connaît le nombre exact de ces milices d’extrême droite constituées par l’Occident, mais Reuters avance le chiffre de cent mille, ce que constate et approuve Jacques Baud, ancien conseiller principal de l’OTAN. Ces paramilitaires, cependant, ne jouent aucun rôle dans la guerre de terrain normale, mais se concentrent plutôt sur le maintien de « l’ordre » [c’est-à-dire la stricte obéissance] dans les villes. Et c’est exactement ce que vous avez eu à Marioupol et ailleurs. Ces milices de type Azov ne sont pas équipées pour des opérations de terrain. Elles sont équipées pour la guerre urbaine. Pour être clair, ce mode de guerre urbaine impitoyable à la Idlib ne vise pas à vaincre l’armée russe, mais à l’entraîner dans une boue étouffante et enveloppante.

Jusqu’en février de cette année, ce dispositif était essentiellement destiné à alimenter une campagne d’attrition ; un bourbier naissant. Mais soudain, le 16 février, il y a eu une augmentation massive des tirs d’artillerie du côté ukrainien (environ 30 fois plus que par le passé, selon l’OSCE) et cela a coïncidé avec les prédictions de Biden d’une invasion russe imminente. Pour les Russes, et pour le président Poutine en particulier, c’était le signe du début de la guerre d’usure attendue. Et c’est ainsi que le 24 février, l’opération militaire spéciale de la Russie a été lancée.

Pourquoi l’attrition ? Pourquoi pas une guerre ordinaire ? Eh bien, parce que l’OTAN ne voulait pas poser ses « bottes » sur le terrain. Elle voulait une insurrection de faible intensité.

Pourquoi ? Parce qu’il avait été décidé que l’effondrement de la Russie (le but ultime) devait avant tout être obtenu par une guerre financière totale (évitant ainsi les pertes américaines) : des milliers de sanctions ; la saisie des réserves de change russes ; et un effort concerté pour couler le rouble. En mars, Biden se vantait déjà dans son discours sur l’état de l’Union que le rouble s’était effondré de 30% et la bourse russe de 40%. Les combats en Ukraine devaient permettre de renforcer les effets de la guerre financière sur la Russie.

Mais aujourd’hui, nous constatons que les calculs ont changé. En fait, ils doivent changer, car la dynamique et les calendriers s’inversent :

Premièrement, l’économie de la Russie ne s’est pas effondrée. Le rouble est revenu au niveau où il était avant le 24 février. Ensuite, l’Occident a donc déployé sa PSYOP anti-Poutine sans précédent, sur fond d’allégations quasi quotidiennes d’atrocités et de crimes de guerre attribués à la Russie.

La guerre des PSYOPS a complètement imprégné le public européen d’une animosité et d’une haine passionnelles pour Poutine et les russes. Son « succès » à cet égard ne fait aucun doute.

Mais il semble qu’il y ait eu aussi une sous-intrigue anglo-américaine moins remarquée : cette sous-intrigue consiste à affaiblir l’Allemagne et à l’empêcher de s’allier à la Russie, pour au moins une génération. Cette dernière aspiration est bien établie et existait déjà avant la première guerre mondiale.

Comme l’a écrit Ambrose Evans-Pritchard dans le Telegraph cette semaine, « Olaf Scholz doit choisir entre un embargo énergétique sur la Russie et un embargo moral sur l’Allemagne » : « … Le refus de l’Europe occidentale de couper le financement de la machine de guerre de Vladimir Poutine est intenable. Le préjudice moral et politique pour l’UE elle-même devient prohibitif » .

Mais notez le corollaire : pour pousser à cet embargo énergétique de l’UE, la Grande-Bretagne fait monter les enchères en exigeant une « réponse occidentale à la hauteur de la menace existentielle à laquelle l’ordre libéral européen est confronté » .

Voici donc le grand programme révisé : la Russie survit à la guerre financière parce que l’UE continue d’acheter du gaz et de l’énergie à la Russie. L’UE et plus particulièrement l’Allemagne financent, selon le mème, la « guerre grotesque et sans motif » de Poutine. « Pas un euro ne doit parvenir à Poutine » .

Ne s’agit-il pas simplement d’une évolution des objectifs de l’Occident en février ? Non. Car la stratégie du « boycott de l’énergie russe » ne consiste pas à laisser à la « guerre du Trésor » le temps de porter ses fruits, mais plutôt à achever l’Europe, bien sûr, et l’Allemagne en particulier. Et ce sera pour bientôt.

L’Europe n’a aucun moyen de remplacer l’énergie russe par d’autres sources dans les années à venir. Mais les dirigeants européens, consumés par une frénésie d’indignation face à un flot d’images d’atrocités en provenance d’Ukraine – et par le sentiment que le « monde libéral » doit à tout prix éviter une perte dans le conflit ukrainien – semblent prêts à aller jusqu’au bout. L’embargo sur l’énergie pourrait survenir assez rapidement.

Mais voilà le hic : les États-Unis voient bien que leur « guerre » d’usure est un échec. L’armée ukrainienne est encerclée et sera bientôt anéantie (d’une manière ou d’une autre).

Ainsi, la question n’est plus de savoir si la guerre d’attrition peut donner aux sanctions plus de temps pour affecter la population russe. La guerre du Trésor échoue également (pour des raisons complexes liées au fait que la Banque de Russie lie le rouble à l’or et le rouble à l’énergie).

Là encore, ce sont les conséquences économiques/financières qui changent la donne. L’inflation monte en flèche en Europe et va encore augmenter. Et l’opinion publique est en train de changer : « Selon un sondage, le soutien de l’opinion publique aux sanctions contre la Russie diminue à mesure que la crise du coût de la vie commence à se faire sentir. La proportion de l’opinion publique qui accepterait une hausse des prix du carburant en conséquence de sanctions occidentales sévères contre la Russie a chuté de 14 points en un mois, passant de 50 % en mars à 36 % cette semaine » .

Les calendriers ne correspondent plus : les euro-sanctions ont (théoriquement) besoin de plus de temps pour faire effet. Or, l’Occident n’a pas le temps. C’est l’inflation qui frappe « maintenant » (et qui modifie le sentiment européen sur le projet ukrainien). La dernière chose que souhaite l’establishment européen est un « printemps européen » (en référence au printemps arabe).

L’Occident est confronté à un choix difficile : le soutien de l’opinion publique au projet ukrainien est peut-être en train de s’estomper, au moment même où les réalités sur le terrain montrent que l’« ordre libéral européen » ne sera pas sauvé de la désintégration, à travers l’Ukraine.

Pourtant, on a fait croire à l’opinion publique que sans une victoire de l’Ukraine européenne, sans la défaite et l’humiliation totales de la Russie, le monde libéral ne pourrait pas survivre. Ainsi, nous entendons du bout des lèvres du Haut Représentant de l’UE, Borrell, que la situation ukrainienne ne peut être résolue que par des moyens militaires. Ce qu’il veut peut-être dire, c’est que l’Occident doit être maximaliste, avant que l’inflation ne ruine le plan. L’escalade ou l’échec existentiel.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

L’OTAN contre la Russie : la suite des événements

par Pepe Escobar. À Davos et au-delà, le discours optimiste de l’OTAN joue comme un disque rayé, tandis que sur le terrain, la Russie accumule les victoires qui pourraient faire sombrer l’ordre atlantique. Trois mois après le début de l’Opération Z de la Russie en Ukraine, la bataille de l’Occident (12%) contre le reste (88%) […]

L’Europe a bel et bien perdu

par Mario Porrini. La guerre doit durer aussi longtemps que possible afin de saigner à blanc la Russie et de la faire échouer. À ce stade, la domination américaine sur l’Europe deviendra encore plus pesante, certifiée par l’identification désormais complète de l’UE avec l’OTAN. Deux mois après le début de la guerre en Ukraine, Washington […]

La Suède dans l’OTAN

par Leonid Savin. Stockholm a aidé et aide encore l’OTAN à mener des agressions militaires dans d’autres pays de toutes les manières possibles. Contrairement à la Finlande, la Suède n’a pas de frontière commune avec la Russie, de sorte que l’entrée de ce pays dans l’Alliance de l’Atlantique Nord peut ne pas être perçue comme […]

Assaut sur Krasni Liman

par Erwan Castel. Comme je l’évoquais dans le précédent SITREP sur les chaudrons en cours de formation dans le Donbass, les événements militaires s’y enchaînent de plus en plus rapidement et aujourd’hui nous invitent à regarder à nouveau du côté de Krasni Liman (rebaptisé Liman par les Ukrainiens), une localité située à 20 km au […]

Emmanuel Leroy : « L’OTAN se sert des Ukrainiens pour faire saigner les Russes »

« Cette guerre entre l’OTAN et la Russie est une lutte finale entre deux systèmes qui s’affrontent »   source : France Soir

Russophobie ordinaire : L’ex-président moldave Dodon interpellé, mais étant « pro-russe » cela ne provoque aucune réaction internationale

par Karine Bechet-Golovko. Nous vivons une époque somme toute ennuyeuse, à force d’être prévisible … Dès qu’une personnalité étiquetée « pro-russe », c’est-à-dire ne pratiquant pas la russophobie ordinaire, est soumise à des mesures de rétorsion, la bonne conscience internationale ne s’émeut pas – il est « pro-russe », à la guerre comme à la guerre … L’Occident globalisé […]

Les trois scénarios de l’issue du conflit entre la Russie et l’Ukraine

Par : Volti
Par Andreï Kortounov pour Observateur-Continental Le conflit armé actuel entre la Russie et l’Ukraine n’est évidemment pas un conflit ethnique standard: des Ukrainiens ethniques et des Russes ethniques combattent aujourd’hui des deux côtés de la ligne de front.  Contrairement aux idées reçues à Moscou, le nationalisme radical n’est pas la seule ni la principale force motrice de la résistance ukrainienne […]

Ukraine : Vérités ou Mensonges

par Seph. En temps de guerre la première victime est la vérité, car la propagande sort sa boîte à mensonges. Il y a certes des crimes de guerres des deux côtés comme dans toute guerre. Les médias occidentaux ne parlent que des crimes de guerre russes. Et ceux commis par le camps d’en-face ? Parmi […]

Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (12)

par Vladimir Tchernine. RT a ouvert sur Telegram une plate-forme où on peut trouver des vidéos avec des sous-titres en français. Vladimir Tchernine • Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (1) • Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (2) • Ce qui se passe en […]

Un axe anti-américain se dessine en Asie

par Andrew Salmon. La Chine, la Russie et la Corée du Nord commencent-elles à coordonner leurs provocations militaires contre les alliés asiatiques des États-Unis ? Des avions de guerre russes et chinois ont survolé la Corée du Sud mardi 24 mai au soir, puis ce matin (25 mai), la Corée du Nord a procédé au […]

Le Grand jeu : ça chauffe !

Une appréciation sur la situation en Ukraine (différente de celle du yetiblog), une analyse des manœuvres d'Erdogan et un point sur l'Extrême-Orient.

Observatus Geopoliticus
Le Grand jeu : ça chauffe !
yetiblog.org

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Une nouvelle guerre se prépare pour l’après défaite face à la Russie

La guerre en Ukraine est un trompe l’œil. Derrière les apparences de l’unité de l’OTAN et de sa consolidation par de nouveaux adhérents, plusieurs gros joueurs ménagent la chèvre et le chou. En réalité tous ceux qui ne sont pas aveuglés par leur propre propagande savent que leur camp va perdre et qu’il planifie déjà […]

Quand un chaudron peut en cacher un autre

par Erwan Castel. Sur le front russo-ukrainien, depuis 1 semaine les combats s’intensifient sérieusement autour de plusieurs secteurs dans le Donbass, et s’il est encore prématuré de parler de chaudrons russes faisant bouillir des groupes blindés ukrainiens, force est de constater que leur formation est en bon chemin et dans une dynamique fractale où chaque […]

Svetlodarsk sous contrôle de la Russie et de la RPL, bataille à Krasny Liman et encerclement de Severodonetsk et Lissitchansk

par Christelle Néant. Alors que la ville de Svetlodarsk, près de Debaltsevo, est passée sous le contrôle de la Russie et de la RPL (République populaire de Lougansk), la bataille fait déjà rage plus au nord-ouest dans la ville de Krasny Liman, et l’encerclement de Severodonetsk et Lissitchansk est bien avancé. Bilan des dernières évolutions […]

La Russie se frotte les mains : sa production de pétrole repart à la hausse… et son or noir revient déjà en Europe

par Olivier Daelen. Dans les semaines qui ont suivi le début de la guerre en Europe, nombre d’acheteurs européens ont décidé de se passer du pétrole russe, faisant chuter la production locale. Quelques mois plus tard, la situation est déjà en train de s’inverser. En avril, face aux sanctions économiques et à un manque de […]

Christelle Néant parle de la reddition d’Azovstal et de ses suites

Interview : Le pied à Papineau animé par Robin Philpot 4 mai 2022. Ce qui s’est passé ces dernières semaines à Marioupol, ce port important sur la mer d’Azov, marque un point tournant dans la guerre en Ukraine qui dure depuis 8 ans. Mais l’histoire qu’on nous raconte dans nos médias, à Montréal, en Amérique […]

La chute d’Azovstal, tournant majeur dans la guerre en Ukraine

par Mohsen Abdelmoumen. Ce 20 mai, Azovstal, bastion du régiment Azov à Marioupol, est tombé. Depuis le 16 mai, date à laquelle les nazis ukrainiens ont accepté de déposer les armes, le complexe industriel d’Azovstal à Marioupol n’en finissait pas de cracher ses Ukronazis, mercenaires et officiers étrangers qui se sont rendus sans condition aux […]

Réponse à Pierre-André Taguieff sur la guerre en Ukraine

par Fabrice Garniron. Cher Pierre-André Taguieff, Permettez-moi de réagir à la « Lettre à Poutine » que vous avez signée le 26 avril dans Valeurs Actuelles avec Robert Redecker, Daniel Salvatore Schiffer et Guy Sorman. Avant de vous faire part de mes critiques, je dois préciser que si je m’adresse à vous c’est d’abord parce que je […]

Des avions chinois et russes survolent les mers du Japon en pleine visite de Joe Biden

Le président américain Joe Biden a prévenu que les États-Unis étaient prêts à utiliser leurs moyens militaires si Pékin envahissait l’île autonome de Taïwan. Les armées de l’air russe et chinoise ont mené une patrouille conjointe en Extrême-Orient, a annoncé le ministère russe de la Défense. Cette opération a lieu au moment où Joe Biden […]

Objectifs des néoconservateurs

par Oliver Stone. Je suis la situation en Ukraine depuis 2014 avec le professeur Robert Parry initiateur de l’entreprise de cette voie. J’ai suivi les incendies à Odessa, la persécution sans droits légaux et les meurtres de journalistes, de maires, de politiciens et de citoyens. J’ai suivi l’interdiction du principal parti d’opposition, dont les sondages […]

La véritable raison de l’embargo sur le pétrôle russe

par Tom Luongo. Le suicide européen pour dominer la Russie ? L’Union européenne devrait annoncer une interdiction complète des importations de pétrole russe. La Hongrie, dans son premier véritable acte de défiance, menace d’y opposer son veto ; L’Allemagne, après quelques tergiversations, a finalement décidé qu’elle pouvait survivre à une telle interdiction. En supposant que […]

La véritable raison de l’embargo sur le pétrole russe

Le suicide Européen pour dominer la Russie ? L’Union européenne devrait annoncer une interdiction complète des importations de pétrole russe. La Hongrie, dans son premier véritable acte de défiance, menace d’y opposer son veto ; L’Allemagne, après quelques tergiversations, a finalement décidé qu’elle pouvait survivre à une telle interdiction. En supposant que les objections de la Hongrie soient finalement surmontées, […]

L’UE cherche des solutions pour maintenir les importations de gaz russe

Il y a seulement quelques semaines, l’UE affirmait refuser de payer le gaz russe en roubles. Or aujourd’hui, pratiquement tout le monde paye en roubles.

Les affaires de la Russie vont très bien dans la guerre de sanctions, elle …

Christelle Néant parle de la reddition d’Azovstal et de ses suites

24 mai 2022. Ce qui s’est passé ces dernières semaines à Marioupol, ce port important sur la mer d’Azov, marque un point tournant dans la guerre en Ukraine qui dure depuis 8 ans.

Mais l’histoire qu’on nous raconte dans nos …

Guerre en Ukraine : pour le Salut du peuple Russe (et de la France)

par Nicopol. Ah, Vladimir Poutine et ses rêves de « Grande Russie », son projet de reconstituer l’URSS, ses plans d’invasion de l’Ukraine, de la Finlande, de la Pologne, des Pays Baltes ; mais Poutine vaincu par l’héroïque résistance ukrainienne, Poutine humilié, Poutine effondré par la défaite cuisante de son armée, les images de soldats russes en pleurs, […]

Comment les mercenaires étrangers sont recrutés pour Kiev

par Philippe Rosenthal. Après le début de l’opération militaire spéciale russe en Ukraine, des mercenaires étrangers ont commencé à affluer soit à la recherche de salaires élevés, soit pour des raisons politiques et idéologiques. Cela concerne d’anciens militaires professionnels et des combattants expérimentés de sociétés militaires privées qui ont obtenu une expérience du combat en […]

La Croix-Rouge ne veut pas aider la Russie à obtenir des informations sur les prisonniers de guerre russes

La Russie s’est tournée vers le Comité international de la Croix-Rouge pour obtenir des informations sur les prisonniers de guerre russes qui se sont retrouvés du côté ukrainien, ainsi qu’une demande visant à faciliter leur visite. C’est ce qu’a déclaré Tatyana Moskalkova, qui occupe le poste de commissaire aux droits de l’homme en Russie. Selon […]

L’engagement américain dans la guerre en Ukraine est-il au point de basculement ?

par Alastair Crooke. Pour l’instant, l’objectif de l’Ukraine et de ses alliés de l’OTAN devrait être de contenir l’offensive russe dans le sud-est de l’Ukraine, de repousser les forces de Poutine là où c’est possible – et de rendre cette guerre trop douloureuse pour que la Russie la poursuive indéfiniment. Assistons-nous à un point d’inflexion […]

Confrontation dans l’Arctique

par Katehon. L’opération militaire spéciale en Ukraine a entraîné l’imposition de nombreuses sanctions par l’Occident. L’Arctique a également souffert de ces événements. Les activités du Conseil de l’Arctique ont été suspendues et de nombreux projets sont désormais en danger. Conseil de l’Arctique Le Conseil de l’Arctique existe depuis 1996. Elle comprend huit États : Danemark, […]

Ils s’inquiètent de la diffusion de la vérité, pas de la diffusion de la désinformation

par Bruno Bertez. Extrait d’un article de Caitlin Johnstone : « Des responsables américains ont directement déclaré à la presse que l’administration Biden avait délibérément semé la désinformation auprès du public en utilisant la presse grand public afin de gagner la guerre de l’information contre le Kremlin. Ils viennent littéralement de faire circuler des histoires totalement infondées sur […]

Aide militaire de 40 milliards de dollars à l’Ukraine : changement de donne ?

par Larry Johnson. Débattre avec Scott Ritter… Je vous présente ce contexte parce que je ne suis pas d’accord avec le contenu de sa dernière interview avec Sputnik. En passant, il est intéressant de noter que la critique de Scott sur la stratégie militaire russe n’est pas réduite au silence par Sputnik. Ils l’ont publiée. […]

L’Ukraine bientôt dépecée par les Alliés

Washington envisage de rattacher Lviv/Lwów à la Pologne comme ce fut le cas après la Première Guerre mondiale. À l’époque, une brève guerre ayant opposé les Ukrainiens aux Polonais pour le contrôle de la Galicie sur fond d’effondrement de l’empire austro-hongrois, la Conférence de paix de Versailles et la Société des Nations (SDN) décidèrent de […]

Le plan secret américain visant à rétablir sa grandeur à la Russie

par Dmytri Orlov. Il est généralement préférable d’éviter d’attribuer des intentions malveillantes à des actions stupides. Mais dans le cas présent, la simple stupidité ne peut expliquer la longue et constante succession d’erreurs de politique étrangère, sur trois décennies, toutes visant à renforcer la Russie. Il n’est pas possible d’affirmer qu’un surplus d’orgueil démesuré, d’ignorance, […]

« L’Ukraine en feu » ?

par Igor Lopatonok. Au tout début on apprend que dans cette Démocratie ukrainienne : Oliver Stone est interdit ! source : Odysee/Jeanne Traduction envoyé par Thémistoclès

Qui gouvernera le système mondial de demain ? Pour quel type d’ordre ? Et dans quelle perspective globale ?

par Irnerio Seminatore. L’ordre européen de l’équilibre des forces entre l’Est et l’Ouest a pris fin le 24 février 2022 avec l’ouverture des hostilités en Ukraine et le principe de légitimité de cet ordre s’est effondré avec les élections du Parlement européen du mois de mai 2019, avec l’affrontement radical entre souverainistes et globalistes, quant […]

Guerre d’Ukraine – Jours 86-87-88 : la Pologne joue les pyromanes

par Le Courrier des Strateges. L’Union européenne est en train de mettre le doigt dans un engrenage : la Pologne essaie de prendre pied subrepticement en Ukraine. Imaginons qu’elle arrive à ses fins, la Hongrie sera en droit de réclamer l’Ukraine subcarpathique. Et puis, quand la Pologne demandera un accroissement de sa représentation au sein […]

La 3ème guerre n’est pas à écarter

par Mark Milley. La région arctique se transforme en un théâtre international d’opérations militaires. La région arctique se transforme en un théâtre international d’opérations militaires, c’est une tendance très alarmante, a déclaré à RIA Novosti Nikolaï Korchunov, ambassadeur itinérant au ministère russe des Affaires étrangères et président du Comité des hauts fonctionnaires du Conseil de […]

Après la victoire russe à Marioupol

par M.K. Bhadrakumar. Dieu merci, la Russie évite tout triomphalisme à propos de la reddition du régiment Azov, dit néo-nazi, dans le complexe industriel Azovstal de Marioupol. Le ministère de la Défense à Moscou a annoncé vendredi que 2 439 « nazis d’Azov » et militaires ukrainiens avaient déposé les armes depuis le 16 mai, […]

Les « nazis de carnaval » d’Azovstal

par Erwan Castel. Les nazis du régiment « Azov » capturés à Marioupol ne sont pas qu’un épiphénomène d’une Ukraine atlantiste mais bien le symptôme d’un fondamentalisme nationaliste qui a toujours servi les idéologies politiques étatiques occidentales devenues mondialistes. Ici des nationalistes agitant les drapeaux bandéristes du « Parti socialiste-national ukrainien » devenu « Svoboda […]

La Russie, l’Iran et l’Inde créent un troisième pôle d’influence dans les relations internationales

par Andrew Korybko. Le succès de ce projet aidera le monde à progresser dans la phase intermédiaire bipolaire actuelle de la transition systémique mondiale et, par conséquent, à créer davantage d’opportunités pour d’autres pays de renforcer leur autonomie stratégique dans la nouvelle guerre froide. Le ministre russe des Transports, Valery Savelyev, vient de reconnaître le […]

S’informer, évaluer, comprendre

Les forces armées russes poursuivent une opération militaire spéciale en Ukraine qui se déroule comme prévu. Chaque jour, de plus en plus de territoires sont libérés des néo-nazis. Cette semaine, à Marioupol, les soldats et combattants ukrainiens de l’unité nationaliste Azov, bloqués dans les sous-sols de l’usine « Azovstal », ont commencé à se rendre. […]

Une France en déclin

par Mohamed El Bachir. « La France n’est plus ce qu’elle était, j’ai les larmes aux yeux » Des élections législatives dans un contexte de guerre par procuration… Quelles que soient les raisons qui ont poussé la Russie à faire la guerre en Ukraine et qu’on soit pour ou contre cette guerre, un état de […]

Ukraine : La débâcle commence

par Moon of Alabama. Le 14 mai, je faisais remarquer que les États-Unis avaient demandé à la Russie un cessez-le-feu en Ukraine : « Le compte-rendu américain de l’appel dit : « Le 13 mai, le secrétaire à la Défense Lloyd J. Austin III a parlé avec le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgu […]

Le dernier chapitre ukrainien de Marioupol, la Russie écrit un nouveau livre

par Larry Johnson. La reddition des derniers « soldats » militants d’Azov qui se cachaient dans les entrailles de l’aciérie Azovstal à Marioupol est le rideau final du fantasme de l’OTAN selon lequel l’Ukraine battrait les Russes. Près de 2500 membres du bataillon Azov se sont rendus aux Russes et sont maintenant incarcérés dans des camps de […]

Un lance-roquette suédois envoyé en Ukraine explose dans une voiture à Moscou

par Alain de Tinteniac. Les pays de l’OTAN ont déjà eu l’occasion de constater qu’une partie de l’aide militaire donnée aux forces ukrainiennes avait été volée, dispersée, distribuée à des bandes armées plus ou moins civiles (dans le cadre notamment de la levée de bataillons territoriaux de défense) et plus ou moins ultra-nationalistes, vendue même… […]

La Russie réécrit l’art de la guerre hybride

par Pepe Escobar. La guerre hybride se déroule principalement sur le champ de bataille économique/financier – et le cadran de douleur pour l’Occident collectif ne fera qu’augmenter. L’Ukraine est en train de « gagner », tel est le « récit » fictif imposé par l’OTAN. Alors, pourquoi le marchand d’armes réaménagé en chef du Pentagone, Lloyd « Raytheon » Austin, a-t-il […]

À propos des symboles

par Andrei Martyanov. Les gens aiment les symboles. C’est tout à fait naturel et lorsqu’un démantèlement complet de l’organisation nazie Azov s’est produit à Marioupol il y a quelques jours, de nombreuses personnes ont commencé à accorder trop d’importance au fait que le grand patron d’Azov – en réalité, il est l’un des rares – […]

Moments de mensonges et de vérités: L’empire de l’huile sur le feu

Par : Volti
Par  Dr Pascal Sacré via Mondialisation.ca Tous les citoyens européens veulent-ils réellement d’une guerre avec la Russie ? Je parle bien aux citoyens, à vous, lecteurs. Je parle de l’OTAN qui au nom de tous les habitants des pays européens concernés veut nous entraîner dans une guerre avec une puissance nucléaire, en l’occurrence la seule capable, peut-être avec la Chine, de […]

Flux et reflux militaires

par Erwan Castel. Entre les propagandistes ukro-atlantistes qui hurlent à la victoire et les propagandistes pro-russes non moins crétins qui regardent ailleurs dès qu’un char russe brûle dans la steppe, j’essaye modestement de rendre compte de la réalité du terrain et sans me départir de mon engagement aux côtés des rebelles antimondialistes du Donbass et […]

OTAN : quand la Finlande déclare la guerre

En compagnie de la Suède, la Finlande a fait acte de candidature auprès de l’OTAN pour intégrer l’Alliance Atlantique. Cette démarche acte une rupture de la neutralité finlandaise issue de la Seconde Guerre mondiale et interroge sur les motivations réelles d’Helsinki ainsi que sur les conséquences de cette décision. Notre incollable historien militaire Sylvain Ferreira […]

Effet domino de la reddition des soldats ukrainiens à Azovstal sur le reste des troupes ukrainiennes dans le Donbass

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Alors que plus de 2 400 soldats ukrainiens qui se trouvaient à Azovstal se sont rendus, cette reddition massive a un effet domino sur les autres troupes ukrainiennes encore présentes dans le Donbass, les incitant à déposer les armes elles aussi. Depuis le 16 mai 2022, la reddition progressive des soldats ukrainiens qui étaient encerclés dans […]

Voici comment l’Europe a été poussée au suicide économique

Par : Volti
Par Moon of Alabama – via Le Saker Francophone Le 18 mai 2022 Avec l’aide active des « dirigeants » européens, les États-Unis parviennent à ruiner l’Europe. Comme l’écrivait Michael Hudson, professeur et chercheur en économie à l’université du Missouri à Kansas City, début février, avant l’intervention de la Russie en Ukraine : L’Amérique n’a plus la puissance monétaire, l’excédent commercial et une balance des […]

La mort à petit feu : où est la stratégie occidentale en Ukraine ?

Un article du journaliste Pepe Escobar sur le suicide à petit feu de l'Occident en Ukraine face à une Russie maîtrisant parfaitement "l'Art de la guerre".

Pierrick Tillet
La mort à petit feu : où est la stratégie occidentale en Ukraine ?
yetiblog.org

Marioupol – Reddition des soldats ukrainiens retranchés dans Azovstal

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Le 16 mai 2022, les soldats ukrainiens encore présents dans les sous-sols de l’usine Azovstal à Marioupol ont commencé à se rendre à la Russie et à la RPD (République Populaire de Donetsk). Alors que nous étions à Marioupol pour filmer la réouverture d’une école le 16 mai, nous avons été surpris par le silence qui […]

Le culte de la victoire russe

Par : hervek

Par Dmitry Orlov – Le 10 mai 2022 – Source Club Orlov

OrlovDe manière assez inhabituelle pour moi, ce billet est un véritable compte-rendu du site (accompagné de quelques commentaires). Hier, le 9 mai 2022, j’ai participé à une marche d’un million de personnes sur l’avenue Nevsky à Saint-Pétersbourg : la marche annuelle du Régiment Immortel. Un million de personnes (probablement un peu plus) ont défilé sous les portraits de leurs proches ayant combattu pendant la Grande Guerre patriotique (alias la Seconde Guerre mondiale). Nous avons défilé sous le portrait des grands-parents de ma femme, qui ont servi ensemble dans le corps des transmissions et se sont si bien entendus que ma belle-mère est née quelques mois avant la chute de Berlin. Ils ont vécu longtemps et heureux, mais de nombreux autres participants ont défilé sous les portraits de parents, de grands-parents et d’arrière-grands-parents dont la vie a été écourtée. Certains sont morts au combat ; beaucoup d’autres sont morts des mauvais traitements infligés par les nazis. C’était une tragédie aux proportions immenses et pratiquement aucune famille de Leningrad/Saint-Pétersbourg n’y a échappé, mais à l’immensité de la tragédie correspond l’immensité de la victoire, et la puissance brute d’un « Hourra ! » balayant plusieurs kilomètres de l’avenue Nevsky à six voies, bondée de murs en murs, était énorme.

Au cours de cette guerre, la Russie a vaincu l’Allemagne nazie et (comme on l’oublie souvent) également la Roumanie, la Finlande, l’Italie, la Hongrie, la Slovaquie, la Croatie et l’Autriche, qui ont envoyé leurs troupes sur le territoire russe, ainsi que de nombreux mercenaires et volontaires des Pays-Bas, du Danemark, de la Norvège, de la Suède, de la France et de l’Espagne, et, bien sûr, la Grande-Bretagne et les États-Unis qui ont financé les nazis allemands et leur ont fourni des technologies clés notamment autour du carburant. Ainsi, la victoire russe n’était même pas spécifiquement contre l’Allemagne, mais contre l’Occident réuni. Le coût en vies humaines a été absolument stupéfiant – une tragédie humaine qui dépasse l’entendement – mais la plupart des Russes vous diront que cela en valait la peine. En outre, de nombreux Russes vous diront qu’ils répéteront la leçon si nécessaire.

Heureusement, comme cela arrive souvent dans l’histoire, la tragédie est en train de se répéter sous forme de farce. À la place d’Hitler, nous avons le chancelier allemand « Liverwurst » (« Saucisse de foie ») qui s’est fait un nom en Russie : il a pensé tout haut que qualifier les dizaines de milliers de victimes civiles accumulées pendant huit ans de bombardements ukrainiens à Donetsk et à Lougansk de « quelque chose comme un génocide… est vraiment ridicule. » Le ridicule ne s’arrête pas là : il y a la bien nommée dame-gynécologue Ursula von der Leyen chargée de mentir pour l’ensemble de l’Union européenne et les différentes ministres des affaires étrangères et de la défense qui aiment faire des virées sur les chars de l’OTAN (une humiliation rituelle pour tout politicien, mais ceux-là sont trop stupides pour s’en rendre compte).

Et puis il y a le reste de l’OTAN, qui n’a l’air impressionnant que sur le papier et qui continue à envoyer toutes sortes de matériel militaire inutile ou obsolète en Ukraine, où il est soit volé en chemin, soit détruit à distance par les Russes. Le peu de matériel qui atteint le front finit par être abandonné en tas par les Ukrainiens qui battent en retraite et qui sont, à ce stade, pour la plupart des recrues sans formation qui détestent leurs commandants avec passion et sont souvent très désireux de se rendre – parce que, voyez-vous, l’Ukraine nazie manque de nazis ! Les nazis font partie d’un culte de la mort néopaïen, sont sous l’emprise de drogues spéciales pour le champ de bataille fournies par les Américains, et ont donc tendance à se battre jusqu’à la mort, mais leur nombre est réduit avec succès par l’artillerie russe. Les Russes traitent l’ensemble de la « Mission spéciale de démilitarisation et de dénazification de l’Ukraine » (MSDDU) comme un exercice d’entraînement à balles réelles et sont actuellement occupés à faire tourner leurs forces.

L’idée semble être de faire tourner l’ensemble de l’armée professionnelle russe dans le cadre de la mission ukrainienne (il existe une interdiction permanente d’utiliser des réservistes ou des recrues). Si l’on se fie strictement aux chiffres obtenus jusqu’à présent, cela prendra encore quatre mois. D’ici là, l’Ukraine n’aura plus d’armée (la démilitarisation sera achevée), tandis que la dénazification est davantage une affaire de porte-à-porte et n’impliquera pas une grande utilisation de la puissance de feu. Bien que certains rêvent d’une implication directe de l’OTAN dans une lutte contre la Russie, et que les Polonais, en particulier, soient tout à fait disposés à se joindre à la mêlée – étant toujours si désireux de faire ce qui est absolument mauvais et autodestructeur -, je considère qu’une nouvelle partition de la Pologne (la méthode traditionnelle pour calmer leurs esprits nationalistes agités) est tout à fait improbable. Il semble beaucoup plus probable qu’en tant qu’effet secondaire de la MSDDU, des sanctions anti-russes et de l’effondrement économique qui s’ensuivra, l’OTAN sera abandonnée sur le bord de la route comme un Humvee ukrainien bombardé, et qu’il sera alors possible de déclarer que la reprise grotesque de la Seconde Guerre mondiale est terminée et que le culte de la victoire russe est prêt à se poursuivre pendant encore 70 ans environ, avec de nouveaux héros, des obélisques, des flammes éternelles et des marches du Régiment immortel.

Il existe, bien sûr, d’autres scénarios possibles, mais tous sont tout simplement pires – pour tout le monde. Un élément essentiel du culte russe de la victoire est que la Russie gagne. Le rôle des forces armées russes, tant par intention que par conception, est purement défensif ; la Russie n’attaque jamais mais détruit toujours les attaquants. Il s’agit d’une question de doctrine qui n’est pas ouverte à la discussion. Les seules légères modifications à cette doctrine sont :

  • Premièrement, la Russie n’attendra pas d’être attaquée et, dès qu’il deviendra évident qu’une attaque est inévitable (comme ce fut le cas en Ukraine), elle la préemptera.
  • Deuxièmement, le combat ne se déroulera pas sur le sol russe, mais sera mené jusqu’à l’attaquant et, en particulier, la riposte visera non seulement la force attaquante, mais aussi ceux qui lui ont donné l’ordre d’attaquer, que ce soit à Bruxelles, à Washington ou ailleurs.
  • Troisièmement, le rôle de la défense s’est étendu de la défense du territoire russe à la défense des civils russes où qu’ils se trouvent dans le monde (comme dans l’ancienne Ukraine orientale et méridionale).
  • Et, enfin, si une victoire russe est impossible, elle ne le sera pas non plus pour les autres, car ils seront tous morts. « Nous irons tous au paradis en tant que martyrs, et ils mourront simplement comme des chiens parce qu’ils n’auront pas la chance de se repentir », a déclaré Poutine. « À quoi nous sert la Terre s’il n’y a pas de Russie sur elle ? » est une autre de ses citations mémorables. Pentagonistes et ministres de l’UE, prenez garde : ce ne sont pas des blagues.

Le culte russe de la victoire est un culte d’État, soutenu généreusement par le gouvernement russe. Ses sanctuaires et ses temples – les statues, les obélisques, les flammes éternelles – sont omniprésents : presque chaque ville et village de quelque taille en possède au moins un. Il s’agit d’une sorte de culte des ancêtres, accompagné de musique et de rituels. Il n’est pas religieux, mais il comporte un élément mystique : les âmes des héros tombés au combat se transformeraient en grues blanches, ces oiseaux migrateurs majestueux et très appréciés qui circulent entre l’Eurasie et l’Afrique et qui nichent dans toute la Russie pendant les mois d’été. Le Régiment immortel est l’une de ses expressions qui est apparue spontanément relativement récemment et s’est répandue dans le monde entier. Bien que le culte soit essentiellement laïc, ses temples et sanctuaires sont considérés comme sacrés et leur destruction, comme cela a été fait en Ukraine, en Pologne, en Tchéquie et ailleurs, est considérée comme un acte de profanation qui doit être vengé. Cette vengeance sera certainement servie à la russe, très froide. Les profanateurs souffriront du froid et de la faim et les Russes, juste de l’autre côté de la frontière, au chaud et bien nourris, hausseront les épaules et souriront de façon énigmatique sans lever le petit doigt pour les aider. L’absence de colère et la patience sont des caractéristiques russes particulières. Pendant le défilé du Régiment Immortel hier, une femme a crié « Gloire à l’Ukraine » depuis les coulisses. (C’est un slogan nationaliste, au même titre que « Ukraine über alles » – ou « ponad use« ). Elle a été accueillie par quelques huées bruyantes – « Tais-toi, idiote ! » – et la foule a poursuivi son chemin.

En plus des portraits des morts, la foule arborait certains symboles spécifiques – très spécifiques. La plupart des gens portaient des rubans de Saint-Georges rayés noir et orange sur leurs revers. Il y avait de nombreux drapeaux russes et de nombreux drapeaux de la Victoire – des répliques de la bannière régimentaire qui avait été placée au sommet du Reichstag lors de la chute de Berlin. Les drapeaux soviétiques sont encore moins nombreux, mais leur présence est notable. Enfin, il n’y avait qu’une poignée de bannières religieuses, notamment le Mandylion du Christ. Et, bien sûr, les grues blanches, dont les découpes étaient suspendues comme décorations sur la rivière Fontanka.

Une chanson accompagne cette image. Elle est interprétée par l’inimitable Zoe, qui est, dans la vie comme dans l’art, une véritable gaffeuse. Son comportement inhabituellement sérieux en cette occasion reflète le sérieux mortel du sujet.

Dmitry Orlov

Soutenez mes efforts sur https://boosty.to/cluborlov ou https://subscribestar.com/orlov.

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateurs de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Il vient d’être réédité aux éditions Cultures & Racines.

Il vient aussi de publier son dernier livre, The Arctic Fox Cometh.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Stratégie de la Russie en Ukraine : bonne ou mauvaise ?

La stratégie militaire de la Russie en Ukraine est-elle un fiasco ? Ou Poutine a-t-il engagé une patiente, mais gagnante partie d'échec contre l'OTAN ?

Pierrick Tillet
Stratégie de la Russie en Ukraine : bonne ou mauvaise ?
yetiblog.org

La troisième guerre patriotique

Par : hervek

Par Batiushka − Le 7 mai 2022 − Source thesaker.is

Fête orthodoxe russe de la Saint-Georges 2022

Je ne suis pas un homme technico-militaire, mais j’ai des liens très forts avec l’armée et un vif intérêt pour l’histoire militaire, tant russe qu’occidentale, ainsi que pour la géopolitique, pour avoir donné des conférences à ce sujet. J’ai vécu en Russie soviétique dans les années 1970, j’ai connu ses faiblesses, ses forces et aussi sa béance, tout en sachant qu’elle finirait par tomber, car même à cette époque, plus personne ne croyait au communisme. Tout continuait par inertie. L’effondrement était inévitable. Je connais aussi très bien la Russie contemporaine, l’Ukraine, le Belarus, les pays baltes et la Moldavie. En fait, j’étais à Kiev pas plus tard qu’en octobre dernier. On m’a montré le bâtiment de la police secrète du SBU/CIA dans le centre et on m’a demandé d’étouffer ma voix lorsque nous passions devant. Personne ne voulait visiter les salles de torture situées au sous-sol.

Introduction : La guerre

L’opération spéciale visant à libérer le Donbass russe de l’oppression fasciste, qui a débuté le 24 février 2022, signifiait une guerre entre la Fédération de Russie et le régime de Kiev, qui, sous la pression de l’Occident, refusait de faire marche arrière. Cela signifierait inévitablement une guerre entre la Russie et l’OTAN, même si le champ de bataille réel serait toujours limité à l’Ukraine. Je suis fermement convaincu que le gouvernement russe savait tout cela et prévoyait les conséquences, à savoir que l’Occident interviendrait avec toute la puissance économique, politique, militaire et technologique du complexe militaire USA/OTAN. C’est pourquoi le Donbass a dû attendre sa libération pendant huit longues et sinistres années. La Russie a dû se préparer très soigneusement à l’inévitable.

La préparation

Rappelons comment la Russie soviétique est tombée par trahison, pour finir par se dissoudre le 25 décembre 1991. En octobre 1993, 4 000 Marines américains (je connais l’un d’entre eux) ont été envoyés par avion sur une base située à l’extérieur de Moscou. C’était juste au cas où le soulèvement populaire contre la « démocratie » et l’ivrogne marionnette occidentale et traître Eltsine irait dans le sens de la Russie et contre la « thérapie de choc » des néoconservateurs et de leurs privatiseurs. La répression du mouvement de libération d’octobre a fait 5 000 morts russes. Le soutien américain était là, mais il n’a pas été nécessaire de l’utiliser, car il y avait suffisamment de traîtres russes pour faire eux-mêmes la sale besogne.

La faiblesse et la trahison interne de la Russie sont les raisons pour lesquelles le gouvernement russe a trahi la Serbie dans les années 1990 et la Libye en 2011 – il était bien trop faible pour tenir tête à l’Occident. Après que la Crimée soit retournée démocratiquement à la Russie après 60 ans (1954-2014) avec le référendum internationalement observé en 2014, l’Occident a encore appliqué des sanctions illégales à la Russie. Moscou savait alors que toute action visant à libérer l’Ukraine de la junte occidentale de Kiev devait être préparée très soigneusement, car les sanctions ne feraient que se multiplier. Quels préparatifs devaient être effectués ?

Tout d’abord, il y avait le front diplomatique et commercial. Il fallait mettre des alliés de son côté, en Eurasie avec la Chine, l’Iran, l’Inde, la Turquie (la Russie sauvant au dernier moment Erdogan de la tentative d’assassinat américaine en juillet 2016), la Hongrie, puis, du Venezuela au Brésil, l’Amérique latine et ensuite, de l’Égypte à l’Afrique du Sud, l’Afrique. En ce qui concerne le monde occidental, notamment l’UE, il y avait une chance de présenter le point de vue russe à travers RT, car à cette époque la censure occidentale n’était pas encore totale.

Deuxièmement, il y avait la modernisation des forces armées russes à entreprendre, avec de nouvelles armes non nucléaires, des missiles hypersoniques, des drones, des technologies électroniques, dont certaines seraient testées en Syrie.

Troisièmement, il y avait la politique de substitution des importations à mettre en œuvre afin de rendre la Russie indépendante en cas de nouvelles sanctions occidentales illégales.

Pourquoi cela a-t-il commencé le 24 février 2022 ?

Quatre éléments déclencheurs ont été à l’origine de l’opération spéciale du 24 février.

Tout d’abord, le régime Zelensky souhaitait que l’Ukraine devienne membre de l’OTAN. La faible Fédération de Russie postcommuniste avait déjà commis cette erreur à plusieurs reprises, en permettant à l’Europe de l’Est, notamment aux pays baltes, à la Pologne et à la Roumanie, de rejoindre ce racket de protection agressif. C’est ainsi que les États tampons d’Europe de l’Est de l’après-guerre, qui constituaient une zone démilitarisée pour la Russie, ont pris fin. Après tout, si vous avez été envahi par l’Ouest très régulièrement pendant 800 ans, laissant 27 millions de vos citoyens morts lors de la dernière invasion, ne voudriez-vous pas également une zone tampon démilitarisée pour vous protéger ? L’OTAN offensive d’après-guerre est la seule raison pour laquelle le Pacte de Varsovie défensif a dû être mis en place.

Ensuite, avec des missiles sur les bases américaines en Pologne et en Roumanie et des troupes de l’OTAN paradant avec suffisance à la frontière estonienne avec la Russie, l’Ukraine a alors menacé de se doter d’armes nucléaires. Zelensky, lisant son scénario américain comme un véritable acteur, s’attendait-il vraiment à ce que la Russie ne réagisse pas à cela ?

Troisièmement, les États-Unis, non sans l’aide de leur proconsul local, le cocaïnomane Hunter Biden, ont installé une trentaine de biolabs en Ukraine. Leur objectif ? Trouver des virus génétiquement concoctés pour infecter les Russes. La Russie ne se défendrait-elle pas ?

Quatrièmement, bien qu’il soit possible que la Russie ne l’ait découvert qu’un jour ou deux après le début de l’opération spéciale, bien qu’il soit possible qu’elle le sache parfaitement à l’avance, l’armée de Kiev, manipulée, instruite et armée par l’OTAN, avait un plan pour envahir le Donbass russe et génocider sa population. Si elle avait réussi, il est peu probable qu’elle se serait arrêtée à la frontière russe. Truss, le ministre britannique des affaires étrangères suprêmement stupide, a laissé échapper que l’OTAN avait déjà Rostov et Voronezh dans sa ligne de mire.

Après huit ans de tentatives de négociation, que la Russie a utilisées pour gagner du temps afin de se préparer à la guerre en cas d’idiotie occidentale, ce n’est que parce qu’il n’y avait pas d’alternative qu’elle a envoyé quelques troupes dans une opération militaire initialement limitée.

Une lutte pour la survie

Il s’agit maintenant d’une guerre d’usure. La Russie doit détruire toutes les armes et les troupes occidentales et de l’OTAN qui entrent en Ukraine depuis la Pologne ou d’autres pays dès que possible, plus vite qu’elles ne peuvent être envoyées. Et cela doit se poursuivre jusqu’à ce que l’Occident cède, car une grande partie du matériel de guerre occidental aura été détruite au prix d’énormes pertes financières pour lui-même.

La Russie s’appuie également sur les problèmes économiques que l’Occident s’impose à lui-même. L’Occident, et pas seulement l’UE, souffre déjà sur le plan économique. Il pourrait facilement y avoir des soulèvements populaires en raison de l’inflation et du coût incroyable de l’énergie. L’automne et l’hiver prochains seront très difficiles. Et les embargos sur les céréales et les engrais russes n’ont pas encore frappé. Attendez que le coût des denrées alimentaires augmente de 100 % dans les pays occidentaux, au lieu d’augmenter de 10 % comme aujourd’hui : alors vous aurez des émeutes dans les rues et des pillages de supermarchés. Quant à la monnaie ukrainienne, elle ne vaut rien, soutenue par le FMI dirigé par les États-Unis, qui ont volé en 2014 les 15 milliards de dollars de réserves d’or ukrainiennes en prévision. Sinon, l’Ukraine aurait fait défaut depuis longtemps.

Les enjeux sont énormes pour tous. La Chine se tient derrière la Russie parce que celle-ci est comme un bouclier pour elle. Si la Russie tombe, la Chine sera la suivante et elle le sait, c’est pourquoi elle soutient la Russie. Le péril blanc se dirigera ensuite vers la Chine, faisant passer le suicide collectif imposé par les Britanniques lors des « guerres de l’opium » pour un simple pique-nique. Il n’y aura pas de reprise de Taïwan dans un avenir proche, mais des économistes de Harvard et des banquiers d’affaires qui prendront le pouvoir et s’empareront de milliards à Pékin, comme en Russie après 1991. Et puis, au milieu des guerres civiles, des millions et des millions de Chinois prendront la voie du suicide, exactement comme cela s’est produit dans la Russie des années 1990. Ne vous y trompez pas, il s’agit d’une bataille pour la survie des sept milliards du monde contre le milliard [occidental, NdT].

C’est pourquoi la Russie reste aujourd’hui ferme, avec 80% de la population derrière le président Poutine, contrairement au monde occidental où il est rare de trouver un dirigeant qui a plus de 30% de soutien. Pourquoi ? C’est simple : Le président Poutine aime son pays, c’est un patriote : Les dirigeants occidentaux ne sont pas des patriotes, ce sont des mercenaires vénaux, pas plus que les gouvernements fantoches américains en Europe de l’Est. Les seuls Russes qui s’opposent au président Poutine sont les traîtres, recrutés par la CIA, et il y en a encore pas mal à Moscou et ailleurs, mais nous ne citerons pas de noms ici.

Il est vrai qu’une grande partie de la cinquième colonne de traîtres de Moscou est déjà partie ou est en train de partir, Tel Aviv étant une destination populaire pour eux. Pour la Russie, il ne s’agit pas d’un conflit localisé à ses frontières, comme cela apparaît encore à la plupart des Occidentaux, bercés d’illusions par leurs ministères (« médias ») de propagande de Goebbels. Pour la Russie, il s’agit tout autant d’une lutte pour la survie que la Seconde Guerre mondiale. C’est la troisième grande guerre patriotique. Laissez-moi vous expliquer.

Pour ceux qui ne le savent pas, l’invasion de la Russie en 1812 par Napoléon et ses hordes barbares multinationales est connue sous le nom de Première guerre patriotique. L’invasion de 1941 par Hitler et ses hordes barbares multinationales est connue sous le nom de deuxième guerre patriotique. Nous pensons que, tout comme la guerre défensive de 1941-1945 a été appelée la deuxième guerre patriotique, la guerre défensive de 2022- ? sera appelée la troisième guerre patriotique. Varsovie et Bucarest, Berlin et Paris, soyez attentifs.

Quand est-ce que tout a commencé ?

Quand tout cela a-t-il commencé ? En fait, ce n’est pas le 24 février 2022. Certains, à contrecœur, admettront que c’est le changement de régime opéré par les États-Unis en 2014, avec son prix de 5 milliards de dollars pour l’infortuné contribuable américain. À contrecœur, certains pourraient admettre que cela remonte encore plus loin, à novembre 1989, à la chute du Mur. Certains pourraient suggérer deux générations auparavant, en septembre 1939, lorsque Staline a pris à la Pologne le calice empoisonné de l’Ukraine occidentale, la Galicie, et a dû y mener une guerre contre les partisans fascistes, soutenue par la CIA, jusqu’en 1958.

Certains pourraient suggérer qu’il y a exactement 100 ans, en 1922, lorsque Lénine, atteint de syphilis cérébrale, a transféré de la Russie à l’Ukraine la moitié méridionale et orientale de l’actuelle Ukraine, car il voulait que le prolétariat industriel pro-communiste du sud et de l’est fasse contrepoids au nord et à l’ouest de la véritable Ukraine agricole. Mais on pourrait aussi remonter à 1914, l’invasion de l’Empire russe par l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et la Turquie. C’est exactement 100 ans avant la révolution de couleur de 2014 orchestrée par les États-Unis à Kiev, avec ses snipers lituaniens sur le toit de l’ambassade américaine à Kiev assassinant des policiers ukrainiens, puis les États-Unis rejetant la responsabilité de la « répression » sur le gouvernement pro-russe démocratiquement élu.

Conclusion : Un combat jusqu’au bout

La Russie doit gagner cette guerre contre l’OTAN. Cependant, la dernière chose que la Russie souhaite, c’est une guerre nucléaire, même si certains imbéciles en Occident en parlent beaucoup. Et aussi tentantes que puissent être les cibles des quelque 1 000 bases américaines dans le monde, la Russie ne veut certainement pas que la guerre s’étende au-delà du territoire ukrainien actuel. Si la Russie ne gagne pas, la Fédération de Russie sera humiliée et démantelée et deviendra un autre groupe de colonies pour les voleurs d’actifs et les esclavagistes occidentaux. Alors le rêve britannique pour son coup d’état de 1917, transformé en cauchemar parce que ce rêve stupide a permis au bolchevisme d’arriver au pouvoir, deviendra réel.

Ensuite, ce sera au tour de la Chine de tomber, puis le reste du monde encore libre, bien que pour l’instant appauvri et exploité, tombera comme des dominos entre les mains de l’Occident néo-colonial. Et ce sera la fin du monde, sous la dictature mondiale des États-Unis, connue par euphémisme sous le nom de « monde unipolaire ». Nous ne sommes pas prêts pour cela. Nous préférons nous battre. Comme l’a dit le président Poutine, nous ne souhaitons pas vivre dans un monde sans Russie. Comme nous l’avons déjà dit, c’est notre SEULE chance de travailler à une Union de républiques souveraines (NON soviétiques) sociales (NON socialistes) et à une Alliance de pays qui favorisent la prospérité et la justice, et non la pauvreté et l’injustice.

Batiushka

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Une russe répond à Arnold Schwarzenegger

Par : Volti
Merci à Alan S Source RUSSOSPHERE Message de Maryana Naumova à Arnold Schwarzenegger après le message vidéo de celui-ci où, sur le conflit en Ukraine, il fait la leçon de morale habituelle des occidentaux orgueilleux à la mémoire courte et à l’indignation sélective. La vidéo d’Arnold Schwarzenegger à laquelle répond cette vidéo.

Mer Noire : l’Ukraine et l’OTAN ont perdu la bataille de l’île aux Serpents contre la Russie

L’île aux Serpents, ou île de Zmeiny, est un caillou de quelques kilomètres carré situé en mer Noire, non loin de la Roumanie, où se trouvaient les gardes-frontières ukrainiens au début du conflit, qui furent délogés par l’armée russe sans …

« La Russie a commencé la guerre » et autres sophismes

Lundi, Poutine a prononcé le discours annuel du « Jour de la Victoire », qui célèbre la victoire de la Russie sur l’Allemagne nazie en 1945. Le président russe n’a fait aucune des déclarations hyperboliques que les médias avaient prédites, …

« J’ai vu des crimes abominables commis par Azov. » De retour d’Ukraine, Adrien Bocquet raconte

Avec Adrien Bocquet, ancien fusilier de l’armée française, auteur de “Lève-toi et marche grâce à la science” aux éditions Max Milo, il revient de 3 semaines en Ukraine Retrouvez Bercoff dans tous ses états avec André Bercoff et Augustin Moriaux

Nous ne voulons PAS financer VOTRE guerre en Ukraine contre les Russes

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article11582

Adresse aux membres de la classe dominante occidentale :

Pour financer votre guerre contre la Russie, vous osez augmenter tous les prix. On ne va pas supporter ça longtemps.

Vous nous dites par exemple qu’à cause de votre embargo contre le pétrole russe, le prix de l’essence augmente en France. Vous nous dites que c’est la faute aux Russes ; mais, c’est votre faute ! vous n’avez qu’à cesser immédiatement votre stupide embargo.

Maintenant, je comprends pourquoi depuis des années vous voulez décarboner l’énergie. Ce n’est pas pour sauver le climat dont vous avez rien à foutre. C’est pour faire la guerre à la Russie.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

Commentaire de a_suivre :

Pour être certain et bien comprendre que cette guerre est une connerie monumentale, il faut, Camarades, écouter « La 3e guerre mondiale ? » avec Jacques Baud (vidéo_3h54’) qui est interviewé par « TheSwissBox Conversation » un média Suisse indépendant qui est composé d’une petite équipe d’utopistes, ouverts d’esprit et critiques qui tentent d’appréhender la complexité du monde tout en s’engageant pour ce qu’ils croient juste. Ils proposent pour ce faire des conversations longs formats, libres, puissantes, profondes, honnêtes, nourrissantes et porteuses de sens en libre accès sur Internet.

Voici le lien de l’interview de Jacques Baud :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article11578

Jacques Baud, né le 1er avril 1955, est un ancien colonel de l’armée suisse, analyste stratégique, spécialiste du renseignement et du terrorisme.
/../
Entre 1983 et 1990, Jacques Baud est membre du Service de renseignement stratégique suisse, en charge des forces du Pacte de Varsovie à l’est du Rideau de fer et dans le monde1,2.

En 1995, en raison de sa connaissance de l’Afrique et des mines, il est chargé de mission3,4 auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Goma (alors au Zaïre), comme responsable de la Sécurité des Camps de réfugiés rwandais au Zaïre5, afin de prévenir l’épuration ethnique.

En 1997, il est chargé de mettre sur pied un projet pour contribuer à la lutte contre les mines antipersonnel. Il est envoyé comme expert6 auprès du Service d’action contre les mines du Département des opérations de maintien de la paix des Nations unies à New York.

En 2002, il est engagé7 au Centre de Politique de Sécurité Internationale (CPSI) au Département fédéral des affaires étrangères, service nouvellement créé.

En 2005, les Nations unies lui demandent8 de diriger9 le premier centre de renseignement civilo-militaire et multidisciplinaire (Joint Mission Analysis Centre (JMAC)) de la Mission des Nations unies au Soudan (Khartoum)10.

En 2009-2011, il est appelé à New York comme chef des Politiques et de la Doctrine11,12,13 auprès du Bureau des Affaires Militaires du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP). Il y travaille notamment sur les opérations civilo-militaires, l’amélioration du renseignement opérationnel, l’intégration des femmes dans les opérations de maintien de la paix et la protection des civils.

En 2011, il est appelé par l’Union africaine pour diriger le Département de la Recherche14 de l’International Peace Support Training Centre (IPSTC) à Nairobi (Kenya). À l’issue de son mandat, il est nommé15 chef de la Lutte contre la Prolifération des Armes Légères et contre les Mines16 de la Division des Affaires Politiques et de la Politique de Sécurité auprès de l’OTAN17, à Bruxelles.

 

 

 

 

 

 

 

La RPD fête le Jour de la Victoire à Marioupol

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Le 9 mai 2022, la RPD (République Populaire de Donetsk) a fêté le Jour de la Victoire à Marioupol, récemment libérée. Si habituellement la RPD fête le Jour de la Victoire (9 mai) selon la tradition russe avec un défilé militaire et celui du Régiment immortel à Donetsk (la capitale de la République), cette année l’opération militaire […]

Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (5)

Par : Volti
Merci Thierry65 Source RT via Reseau-International • Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (1)• Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (2)• Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (3)• Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs) (4) par Vladimir Tchernine. RT a ouvert sur Telegram une plate-forme […]

Bitcoin, un avenir en or ou arnaque du siècle?

Face aux changements au sein du système financier mondial, sur fond de guerre en Ukraine, le Bitcoin a-t-il un avenir en termes de monnaie et de valeur refuge?

The post Bitcoin, un avenir en or ou arnaque du siècle? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Russie-Otan ???

Par : Thierry65
Dimitri Rogozine sait de quoi il parle, il est le fabricant des missiles russes.. Dmitri Rogozine a rappelé le temps nécessaire à la Russie pour détruire les pays de l’OTAN en cas de conflit nucléaire Source TOPCOR L’OTAN mène une guerre non déclarée contre la Russie, utilisant l’armée ukrainienne et les bataillons nationaux comme chair à canon. Selon le chef de […]

Marioupol – Les derniers civils ont évacué Azovstal

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Les 6 et 7 mai 2022, les derniers civils encore présents dans l’usine Azovstal à Marioupol ont été évacués d’après les informations de l’armée russe et des autorités ukrainiennes. Au total ce sont 51 personnes qui ont évacué le territoire de l’usine ces jours-ci. Les 5, 6 et 7 mai 2022, l’armée russe a relancé […]

Un 8 mai sous la botte du camp du Bien.

8 mai 2022, commémoration surréaliste sur fond de guerre entre l'Otan et la Russie, au bénéfice du nouvel ordre techno-totalitaire mené par l'UE et les USA.

The post Un 8 mai sous la botte du camp du Bien. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

La véritable raison de la guerre entre les États-Unis-OTAN et la Russie en Ukraine

Par : Volti
Source Reseau-International Voici un texte qu’il faut absolument lire, et même relire pour ceux qui en ont le temps. Depuis le début de l’intervention russe en Ukraine, des tas de raisons ont été avancées pour expliquer ce conflit, mais aucune d’entre elles ne va réellement jusqu’au fond du problème. Le texte ci-dessous montre à quel point les enjeux sont colossaux, […]

Ukraine: Sergueï Lavrov sur Al Arabiya.

Vidéo complète et bref résumé de l'entretien donné par Sergueï Lavrov à la chaîne Al Arabiya, ce 29 avril 2022 dans le contexte de la guerre en Ukraine.

The post Ukraine: Sergueï Lavrov sur Al Arabiya. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Lieutenant-colonel français: Ukraine, les Occidentaux ont la mémoire courte

Par : Volti
Par Lieutenant-colonel Jacques Guillemain, (ancien pilote de l’armée de l’Air, analyste politico-militaire) pour Plumenclume via Observateur-Continental En ces temps où la raison semble avoir quitté les chancelleries occidentales et les salles de rédaction européennes, en ces temps où l’hystérie collective anti-Poutine semble tenir lieu de réflexion profonde et de réponse politique incontournable, je rappellerai simplement quelques réalités que le monde en […]

Ukraine : analyse de la situation militaire par un général français

Pour le général français Delawarde, la Russie n'a jamais eu l'intention d'occuper l'Ukraine. Et la qualité du leadership militaire US/OTAN n'est pas à la hauteur.

Pierrick Tillet
Ukraine : analyse de la situation militaire par un général français
yetiblog.org

Donbass – L’armée russe bombarde les soldats ukrainiens à Azovstal, l’armée ukrainienne bombarde les civils et un dépôt pétrolier

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Le 04/02/2022 Pendant le cessez-le-feu mis en place pour évacuer les civils d’Azovstal (à Marioupol), les soldats ukrainiens en ont profité pour se réinstaller sur des positions de tir, poussant l’armée russe et celle de la RPD (République Populaire de Donetsk) à bombarder l’usine afin de les déloger de là. Pendant ce temps, l’armée ukrainienne […]

Le conflit en Ukraine se radicalise

Par : Volti
Par Erwan Castel pour Alawata-rebellion Parallèlement à la deuxième phase opérationnelle des « opérations militaires spéciales » russes en Ukraine engagée en avril en donnant priorité au contrôle total du Donbass, les pays de l’OTAN ont radicalement intensifié leurs aides militaires lourdes aux forces ukrainiennes, obligeant Moscou a lancé un avertissement diplomatique fort aux occidentaux et le lieutenant-général Alexandre Dvornikov a intensifier également les campagnes de bombardements […]

Ukraine: Rencontre entre Sergueï Lavrov et Antonio Guterres à Moscou.

Retour sur la conférence de presse ayant eut lieu aujourd'hui, à Moscou, entre Sergueï Lavrov et Antonio Guterres. Un niveau de réalisme et d'intelligence devenu rarissime sur la scène internationale.

The post Ukraine: Rencontre entre Sergueï Lavrov et Antonio Guterres à Moscou. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

❌