Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Lettre de la Fédération des OPEX de France au président de la République

par Dominique Delawarde. Pour les non initiés, la Fédération des OPEX de France est une association qui regroupe des anciens militaires ayant effectué des OPérations EXtérieures (OPEX) lorsqu’ils étaient en situation d’activité : ça fait du monde … Ces anciens militaires restent attachés à l’institution qu’ils ont servie. Beaucoup d’entre eux ont des enfants ou […]

Réflexions sur la reconduction de Macron : Partie 5

Par : sellami
Parrainages et fraude Que la société française, globalement, ait perdu ses repères, et que tous les dérèglements passent à peu près comme une lettre à la poste, deux éléments relatifs à la présidentielle 2022 le démontreraient. Une nouvelle version du Parrain Que n’entendrait-on pas si, en Russie, en Iran, au Vénézuéla, en Syrie ou en Hongrie, les gouvernants cooptaient les […]

Présidentielle 2022

Par : sellami
Réflexions sur la reconduction de Macron Partie 4 : Coup d’Etat : un déni permanent ? La tragédie que constitue le maintien de Macron à l’Elysée, impose d’insister encore sur une chose et de mettre certains devant leurs responsabilités. D’autant qu’après avoir fait miroiter des alouettes à l’occasion de la présidentielle, ils recommencent avec les législatives. Oui ou non, ces […]

Les impasses de la politique européenne

Par : Zineb

Les crises se succèdent, de plus en plus vite, bien au-delà des capacités de réaction des structures et des mentalités rigides de l’UE.


Par Alastair Crooke – Le 2 mai 2022 – Source Strategic Culture

Le résultat des élections françaises a une fois de plus démontré la rigidité de la société européenne, qui rend presque impossible l’émergence d’un gouvernement fort et volontaire (c’est-à-dire transformateur), comme celui d’un de Gaulle, au niveau national. Cependant, lorsque ces rigidités nationales sont combinées à l’incapacité des institutions européennes supranationales à taille unique de répondre aux spécificités de situations complexes, nous obtenons un immobilisme total – l’impossibilité de changer de politique de manière significative, dans la majorité des États de l’UE.

Pendant une décennie, l’Europe s’est contentée de son « merkellisme » managérial que l’on peut définir comme une réticence profondément ancrée à prendre des décisions difficiles, se contentant de repousser les problèmes en répandant généreusement la « sauce » libérale et de s’incliner – d’une manière ou d’une autre – à gauche ou à droite, au gré du vent. Ce fut une période de décisions faciles, par-dessus des décisions faciles, et peu de choses ont été faites pour résoudre les problèmes structurels.

Cela a toutefois conduit l’UE dans une impasse, précisément au moment où elle est confrontée à une guerre en Europe, et où les feux d’une grave inflation ont déjà été allumés, avec des flammes qui s’élèvent vers le ciel, exposant les électeurs nationaux à de dures vicissitudes.

Macron est largement impopulaire en France. Il est considéré comme distant et arrogant, et comme n’ayant pas réussi à provoquer un changement politique ou économique significatif. Pourtant, malgré cela, et bien qu’il n’ait obtenu que 4 voix sur 10 en France au premier tour, il a remporté la présidence avec succès. Pourquoi ? Et pourquoi, dans ce contexte, Le Pen, qui a amélioré son emprise notamment dans la majorité des communes de France, n’a pas fait mieux au second tour où elle a ensuite perdu le soutien dont elle bénéficiait ? Elle a mené une campagne efficace et n’a pas fait de faux pas notable lors du débat télévisé.

C’est là que réside la rigidité structurelle (qui ne se limite pas à la France) : Le Pen a cette « étiquette » collée sur elle – elle est « d’extrême droite » , insistent sans cesse les médias. Il ne s’agit pas ici d’approuver ou non ses politiques spécifiques, mais plutôt de souligner le paradoxe selon lequel – objectivement – sa politique, telle qu’elle est présentée, s’accorde davantage avec celle de son rival Mélenchon, issu de la nouvelle gauche française, qu’avec celle du statu quo de Macron.

La gauche est plus proche de la droite (Le Pen) que du centre (Macron). Pourtant, les deux premiers ne peuvent pas se rejoindre – la gauche en France est psychologiquement conditionnée pour s’unir avec le centre contre la droite, aussi disparates que soient leurs programmes. Les grands médias subventionnés sont invariablement complices de cet « arrangement » centriste.

Le résultat du second tour de Le Pen n’a pas non plus beaucoup souffert du fait qu’elle était perçue comme pro-Poutine ; sur la Russie, l’OTAN, l’Ukraine et Poutine, il y avait peu de choses qui la distinguaient de Mélenchon.

L’étiquette a suffi : 42% des électeurs de Mélenchon ont soutenu Macron au second tour, même si la plupart le déteste. La politique identitaire (inventée par les Français au 18e siècle), et popularisée à nouveau par Hillary Clinton en 2016, est l’arme : la gauche ne peut se résoudre à voter pour un candidat d’extrême droite, quoi qu’il arrive. Le centre et la gauche sont obligés de s’unir contre elle. C’est le fait structurel d’une grande partie de la politique européenne.

Mélenchon, semble-t-il, veut l’emporter aux élections législatives de juin, et on pense qu’il aspire à devenir Premier ministre, où, bien sûr, il cohabitera avec le président du statu quo. Le Parlement pourrait avoir une représentation plus forte, mais au fond : tout doit changer pour que rien ne change !

Ces tactiques d’immobilisation par les centristes sont largement employées par les euro-élites. En Italie, une coalition centriste impopulaire est formée à partir des partis les plus faibles sur le plan électoral et qui comptent sûrement reculer devant l’épreuve des élections générales. Ces partis s’allient ensuite à une classe de cadres et de professionnels de gauche, composée de métro-élites cosmopolites – le Centre – qui bénéficient du statu quo, afin de maintenir les Populistes et la Droite à terre – et à l’écart. Macron a remporté le vote de Paris 3 contre 1. En Grande-Bretagne, 90 % des circonscriptions londoniennes étaient de solides « Remainers » .

Le résultat, typiquement, est que les politiciens européens impopulaires persistent dans leur politique impopulaire de statu quo étatico-corporatiste.

Ne s’agit-il pas seulement du jeu politique habituel ? Si, mais il a son prix : l’immobilisme et l’aliénation croissante. Le pouvoir et l’argent gravitent autour du centre métropolitain au détriment des communes, et de là, ils sont drainés vers Bruxelles, dans une complète indifférence à l’inquiétude populaire, aux protestations et à l’appauvrissement.

Des années de politique d’exclusion menée par les partisans du statu quo ont privé de nombreux États européens de toute perspective de changement significatif. Les possibilités de transformation ciblée ont été délibérément empêchées ; les « blocs centraux » eux-mêmes sont souvent rassis et épuisés ; et une politique au sang neuf est interdite.

L’intégrationnisme managérial d’aujourd’hui s’oppose délibérément et directement à toutes les formes de nationalisme, au motif qu’elles sont anti-européennes. Pourtant, il existe une culture européenne qui, d’une certaine manière, nous lie, dans notre diversité, ne serait-ce qu’en tant que mémoire logée dans les couches les plus profondes de notre être.

Ce dernier n’est pas la steppe plate des messages monolithiques et concertés de l’UE d’aujourd’hui. À la fin du quinzième siècle, la Renaissance (qui s’est étendue à l’ensemble de l’Europe) est née du renouvellement du contact avec l’esprit de l’Antiquité (une culture à l’échelle européenne) – pas seulement pour le copier, mais comme un sol fertile dans lequel le nouveau pourrait prendre racine.

Historiquement, cependant, l’Europe a été la plus forte lorsque divers États étaient en concurrence sur le plan culturel.

Macron a gagné de manière convaincante – et se rendra à Bruxelles en tant que primus inter pares, d’autant plus que l’Allemagne est affaiblie et divisée. Là-bas, il découvrira que, malgré sa domination, le problème est que tous les pays du bloc ne partagent pas la vision de l’Europe de Macron. Comme l’a dit un diplomate, les références européennes de Macron n’ont jamais été mises en doute, bien au contraire : il peut être plus « européen que l’Europe » (après sa victoire électorale, c’est l’hymne de l’UE qui a retenti).

C’est juste que pour les politiciens français, depuis des années, « l’Europe, c’est la France » , mais en plus grand. Et Macron va probablement continuer dans cette veine jupitérienne.

Macron a embrassé très tôt l’initiative d’un embargo sur le pétrole et le gaz russes. Une décision qui, suite à l’arrêt de Nordstream 2, laissait présager la désindustrialisation de l’Allemagne – et son découplage brutal de la Russie. L’Allemagne, à la suite du projet ukrainien de Biden, est tombée dans la cour de Washington, comme l’ombre d’elle-même (même si elle conserve un peu plus longtemps l’accès au gaz russe bon marché).

La France sera désormais prééminente et espère développer les structures militaires au sein de l’UE afin d’obtenir une supériorité en matière de sécurité militaire, en tant que seule puissance dotée de l’arme nucléaire et membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

La réalisation de ses objectifs ambitieux dépendra de sa capacité à convaincre et à cajoler ses homologues pour qu’ils suivent son exemple, à forger un consensus et à conclure des accords concrets, plutôt que de se contenter de s’agiter et de débattre. Parmi les obstacles que Macron pourrait rencontrer dans les années à venir figure la résistance collective instinctive à la perspective d’une hégémonie française.

Et c’est là que le second ordre de rigidité structurelle joue son rôle. L’Europe est confrontée à deux crises majeures : l’Ukraine et l’inflation (qui fait déjà des ravages). Et ces rigidités limiteront considérablement les chances de l’UE de gérer ces questions efficacement – voire de les gérer tout court.

En ce qui concerne la seconde (l’inflation), le traité de Maastricht a conféré une indépendance absolue à la Banque centrale européenne qui opère sans aucun des contrepoids – Congrès, Maison Blanche, Trésor – qui entourent la Fed américaine, l’intégrant dans un cadre politique où elle est publiquement responsable. Contrairement à toute autre banque centrale, l’indépendance de la BCE n’est pas simplement statutaire, ses règles ou ses objectifs pouvant être modifiés par une décision parlementaire – elle n’est soumise qu’à une révision du traité.

Même si « l’introduction de l’euro dans une zone monétaire fondamentalement défectueuse était une énorme erreur, il en irait de même pour la réparation de cette erreur » , car la dissolution de la zone euro serait « équivalente à un tsunami de régressions économiques et politiques » . D’où le « piège » dans lequel se trouve l’Europe : elle ne peut ni avancer, ni reculer. La BCE ne peut pas mettre fin au Quantitative Easing (sans créer une crise pour l’Italie et la France), ni augmenter les taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation galopante (sans créer une crise de la dette souveraine, connue sous le nom de « lo spread » ).

En matière d’inflation, la France est un des « malades de l’Europe » (les surendettés). Elle n’est donc pas la mieux placée pour prendre la tête du mouvement – et, de toute façon, une véritable réforme nécessiterait une renégociation du traité de l’UE, ce qui est hors de question pour la plupart des États.

Ce qui distingue l’Union européenne de toute autre structure politique, c’est la présomption de consensus (et les protocoles qui en découlent) de ce système conçu pour exclure l’imprévisibilité du débat public ou le désaccord politique. Le même schéma s’applique à un niveau supérieur, lorsque les décisions sont transmises au Conseil et où chacune d’entre elles doit être accompagnée de photos de famille et de communiqués unanimes.

L’impératif du consensus est tout. Cela explique pourquoi l’élaboration des politiques de l’UE est si secrète, et manque de ce qui est élémentaire à la vie politique au niveau national – une dispute politique ouverte et normale. C’est également la raison pour laquelle l’UE est si rigide et incapable de se réformer fondamentalement.

C’est au Conseil que Macron devra faire preuve de prudence. Il ne pourra pas considérer comme acquis le « consensus » sur une question chargée d’émotion comme l’Ukraine ou la Russie. Bien que tous les États membres soient techniquement égaux et puissent bloquer des décisions en conformité à leurs intérêts nationaux, la réalité, bien sûr, est qu’avec les grandes disparités entre les pays, l’Allemagne et la France commandent de facto les débats en raison de leur taille et de leur puissance. Étant donné qu’elles ne sont pas toujours d’accord et que, lorsqu’elles le sont, elles n’insistent pas toujours, toutes les décisions du Conseil ne sont pas la traduction de leur volonté. Rien n’est « acquis » .

Le conflit ukrainien, en particulier, met en évidence une autre rigidité. Comme George Friedman l’a clairement indiqué, sur les questions de politique de sécurité, Washington ne traite pas avec « l’Europe » – elle la contourne : « Nous traitons plutôt avec des États : avec une Pologne ou une Roumanie » : Nous ne nous occupons pas de l’ « Europe » collective.

Malin ! Les États-Unis, ainsi que certains États européens, déversent (ou du moins tentent de le faire) des armes lourdes et des systèmes de missiles en Ukraine. Oui, ces États élargissent également le conflit, en créant des « points chauds » en Transnistrie, en Moldavie, en Arménie, au Nagorny-Karabakh, en Géorgie, au Kazakhstan, au Kirghizistan et au Pakistan – pour distraire Moscou. Et approfondir la guerre par procuration (en prétendant, entre autres, que leurs renseignements en temps réel ont permis de faire tomber un avion russe transportant des troupes – « tuant des centaines de personnes » ).

En bref, ils fixent le cap de la guerre. L’UE a-t-elle un rôle significatif à jouer dans une telle situation ? Probablement pas.

Ces crises se succèdent, de plus en plus vite, bien au-delà des capacités de réaction des structures rigides et des mentalités de l’UE. Sur le plan institutionnel, l’UE « fonctionne » le mieux, si tant est qu’elle le fasse, par « beau temps » . Elle est mise à l’épreuve jusqu’au point de rupture, par l’arrivée du mauvais temps pour lequel elle n’est tout simplement pas adaptée, que ce soit au niveau supranational ou national.

Ce sont les événements, mon cher, qui décident.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par, pour le Saker Francophone

Réflexions sur la reconduction de Macron

Par : Volti
Proposé par SELLAMI Partie 3 : Tous pour Macron Comment des foules peuvent-elles se passionner pour tel ou tel figurant du film de la présidentielle quand un public adolescent intelligent verrait à quel point ces soi-disant concurrents s’entendent comme larrons en foire tout en feignant de s’écharper ? Les candidats avaient plus ou moins l’air de vouloir dégommer le président […]

Nous ne voulons PAS financer VOTRE guerre en Ukraine contre les Russes

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article11582

Adresse aux membres de la classe dominante occidentale :

Pour financer votre guerre contre la Russie, vous osez augmenter tous les prix. On ne va pas supporter ça longtemps.

Vous nous dites par exemple qu’à cause de votre embargo contre le pétrole russe, le prix de l’essence augmente en France. Vous nous dites que c’est la faute aux Russes ; mais, c’est votre faute ! vous n’avez qu’à cesser immédiatement votre stupide embargo.

Maintenant, je comprends pourquoi depuis des années vous voulez décarboner l’énergie. Ce n’est pas pour sauver le climat dont vous avez rien à foutre. C’est pour faire la guerre à la Russie.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

Commentaire de a_suivre :

Pour être certain et bien comprendre que cette guerre est une connerie monumentale, il faut, Camarades, écouter « La 3e guerre mondiale ? » avec Jacques Baud (vidéo_3h54’) qui est interviewé par « TheSwissBox Conversation » un média Suisse indépendant qui est composé d’une petite équipe d’utopistes, ouverts d’esprit et critiques qui tentent d’appréhender la complexité du monde tout en s’engageant pour ce qu’ils croient juste. Ils proposent pour ce faire des conversations longs formats, libres, puissantes, profondes, honnêtes, nourrissantes et porteuses de sens en libre accès sur Internet.

Voici le lien de l’interview de Jacques Baud :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article11578

Jacques Baud, né le 1er avril 1955, est un ancien colonel de l’armée suisse, analyste stratégique, spécialiste du renseignement et du terrorisme.
/../
Entre 1983 et 1990, Jacques Baud est membre du Service de renseignement stratégique suisse, en charge des forces du Pacte de Varsovie à l’est du Rideau de fer et dans le monde1,2.

En 1995, en raison de sa connaissance de l’Afrique et des mines, il est chargé de mission3,4 auprès du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés à Goma (alors au Zaïre), comme responsable de la Sécurité des Camps de réfugiés rwandais au Zaïre5, afin de prévenir l’épuration ethnique.

En 1997, il est chargé de mettre sur pied un projet pour contribuer à la lutte contre les mines antipersonnel. Il est envoyé comme expert6 auprès du Service d’action contre les mines du Département des opérations de maintien de la paix des Nations unies à New York.

En 2002, il est engagé7 au Centre de Politique de Sécurité Internationale (CPSI) au Département fédéral des affaires étrangères, service nouvellement créé.

En 2005, les Nations unies lui demandent8 de diriger9 le premier centre de renseignement civilo-militaire et multidisciplinaire (Joint Mission Analysis Centre (JMAC)) de la Mission des Nations unies au Soudan (Khartoum)10.

En 2009-2011, il est appelé à New York comme chef des Politiques et de la Doctrine11,12,13 auprès du Bureau des Affaires Militaires du Département des opérations de maintien de la paix (DOMP). Il y travaille notamment sur les opérations civilo-militaires, l’amélioration du renseignement opérationnel, l’intégration des femmes dans les opérations de maintien de la paix et la protection des civils.

En 2011, il est appelé par l’Union africaine pour diriger le Département de la Recherche14 de l’International Peace Support Training Centre (IPSTC) à Nairobi (Kenya). À l’issue de son mandat, il est nommé15 chef de la Lutte contre la Prolifération des Armes Légères et contre les Mines16 de la Division des Affaires Politiques et de la Politique de Sécurité auprès de l’OTAN17, à Bruxelles.

 

 

 

 

 

 

 

Réflexions sur la reconduction de Macron

Par : sellami
Partie 2 : Fallait-il participer à cette mascarade ? La question a beaucoup agité les milieux contestataires : certains fustigent les abstentionnistes, leur reprochant d’avoir facilité la réélection de Macron; les accusés moquent leurs accusateurs, qu’ils considèrent bien naïfs d’être allés voter. Pour notre part, nous ne cesserons de répéter cette évidence, que nous avions soulignée il y a longtemps […]

Emmanuel au pays des merveilles

Temps de lecture : 7 minutes Depuis le 26 août 2014, date à laquelle l’espoir français de la finance internationale a été nommé ministre de l’économie
❌