Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 11 août 2022Vos flux RSS

Affaire Skripal : le père et la fille sont prisonniers du Royaume-Uni, ou ont été assassinés par ce pays

Par : jmarti

Par Eric Zuesse − Le 29 juillet 2022 − Source Oriental Review

Le 8 mars 2018, le brillant analyste géostratégique qui maintient anonymement le blog « Moon of Alabama » avait fait paraître un article sous le titre « L’agent double russo-britannique empoisonné a des liens avec la campagne Clinton« , et avait documenté le fait que Sergeï Skripal avait été un agent double russo-britannique sous les ordres de Pablo Miller, lui-même sous les ordres de Christopher Steele, qui appartient au MI6 britannique. Steele, quant à lui, avait été engagé à titre privé par l’équipe de campagne de Hillary Clinton, donc le parti Démocrate étasunien, pour trouver des preuves pouvant persuader les électeurs étasuniens que Trump était un agent secret à la solde de la Russie. (Peut-être Sergeï a-t-il été utilisé dans cette opération, mais si on l’empêche de communiquer avec le public, le public ne le saura jamais.) « MoA » poursuivait : « S’il existe un lien entre le dossier [Steele] [sur Trump] et Skripal, chose qui me semble très probable, alors il y a un tas de gens et d’organisations qui peuvent avoir des raisons de le tuer [Skripal]. Des deux côtés de l’Atlantique, beaucoup de types et de dirigeants ombrageux ont été impliqués dans la création et l’animation de la campagne anti-Trump/anti-russe. Plusieurs enquêtes sont en cours, et pourraient un jour ou l’autre révéler l’existence de linge particulièrement sale. Faire disparaître Skripal, tout en accusant la Russie de cette action, apparaît comme une manière bien pratique de se débarrasser d’un témoin potentiel » (pouvant menacer le parti Démocrate étasunien, s’il en venait à témoigner contre Steele, ou à impliquer l’employeur étasunien de Steele).

M. Steele, du MI6, a après tout fort bien servi au parti Démocrate contre Trump et la Russie (même si son « dossier » n’aura jamais mis au jour d’élément probant [dans l' »affaire » du Russiagate; NdT]. Sergeï Skripal était un renégat avéré, qui pouvait par conséquent se retourner une fois de plus, mais cette fois contre le MI6 et le parti Démocrate. On avait pu l’acheter à bon compte : « La récompense touchée par Skripal pour neuf années d’espionnage [pour le compte de la Grande-Bretagne, contre la Russie] s’élevait à la surprenante et modeste somme de 100 000$. » Le service par lui rendu aux Britanniques en échange de cette « modeste » somme était énorme : « Skripal et Miller étaient parvenus à un accord : contre de l’argent, Skripal avait livré des informations aux Britanniques sur au mois 300 de ses collègues dans les services de renseignements russes.«  (Et cette affirmation provient d’un site internet russe anti-Poutine.) Essayer de tuer Skripal et d’en faire porter le chapeau à la Russie aurait donc pu apparaître aux yeux du MI6 comme la meilleure solution à divers dangers guettant le MI6 (en se débarrassant de leurs déchets, tout en en faisant de l’or). (Qui plus est, si Skripal disposait vraiment de sources sur « au moins 300 collègues à lui au sein des renseignements russes, » alors il pouvait non seulement mettre chacun d’entre eux en danger, mais aussi, avant de les cramer, il aurait pu sonder les plus pertinents d’entre eux pour obtenir des pistes utilisables par Steele pour aider le parti Démocrate contre Trump. Et comme Skripal était déjà un traitre, et condamné, sans doute aucune de ces « informations » n’aurait-elle était avérée. Bien entendu, cela n’aurait pas importé le moins du monde aux yeux de Hillary.)

Il est certain que le gouvernement du Royaume-Uni ment au sujet des Skripals — Sergeï et sa fille Yulia Skripal qui lui rendait visite depuis la Russie, qui ont tous les deux (père et fille) été empoisonnés le 4 mars 2018 — en mentant sur les éléments établis dans le meurtre au poison supposé de Sergeï. Les Skripal (mais uniquement Yulia, pas son père Sergeï) ont (ou plutôt a) été présenté(s) au public pour la dernière fois au travers d’une vidéo, tournée courant mai 2018, montrant Yulia Skripal sur une base militaire étasunienne au Royaume-Uni, comme l’a rapporté le grand journaliste d’investigation John Helmer le 8 décembre 2019 au travers d’un article en ligne : « Les Skripal sont sous contrôle des États-Unis sur une base étasunienne de bombardiers nucléaires à Fairford, dans le Gloucestershire« . (Helmer ne livre pas d’explication au sujet des raisons pour lesquelles elle a été filmée sur une base nucléaire étasunienne, mais il a livré des recherches considérables rien que pour déterminer que tel était bien l’emplacement où son discours, rédigé par avance et lu par elle, a été filmé.) Cette vidéo montrant Yulia a été présentée, décrite et analysée le 24 mai 2018 par « MoA, » dans un article paru sous le titre « Publication d’une vidéo de l’otage britannique Yulia Skripal« . « MoA » a également montré le brouillon original en langue russe de son discours, écrit au stylo.

Le gouvernement du Royaume-Uni a menti au sujet du poison spécifique utilisé pour supposément essayer de tuer l’agent double russo-britannique, Sergeï Skripal, dans le but de faire endosser à la Russie la responsabilité de cette action. Une rare exception au milieu des mensonges parus dans la presse occidentale est parue dans le Washington Post, qui appartient à Jeff Bezos, dans un article paru le 4 avril 2018 sous le titre « En Grande-Bretagne, Boris Johnson est accusé de duper le public au sujet des preuves sur l’empoisonnement Skripal. » Cet article indiquait que celui qui allait bientôt devenir premier ministre avait menti en affirmant que l’étude menée par un laboratoire affilié au gouvernement britannique, sur le produit chimique, avait permis d’affirmer que la source du poison était russe, en lançant :

Des dizaines de pays se sont ralliés à la Grande-Bretagne contre la Russie après l’accusation portée contre Moscou d’avoir utilisé un agent innervant de qualité militaire pour empoisonner Sergeï Skripal, ancien espion russe, et sa fille Yulia, en Angleterre, le mois dernier. Boris Johnson, le secrétaire britannique aux affaires étrangères, se voit à présent accusé d’avoir publiquement déformé les faits dans cette affaire.

 

Le premier laboratoire militaire britannique a affirmé mardi ne pas pouvoir vérifier si l’agent innervant utilisé le 4 mars provenait ou non de Russie.

 

Gary Aitkenhead, dirigeant du Defense Science and Technology Laboratory à Porton Down, a affirmé à Sky News que bien que la substance utilisée dans l’attaque ait été identifiée comme du Novitchok — une classe d’armes chimiques développée dans l’ancienne Union soviétique et en Russie — on ne sait pas vraiment s’il avait été produit en Russie. …

 

Ces commentaires semblent contredire les remarques faites par Johnson au cours d’une interview avec l’émission allemande Deutsche Welle le 20 mars. Lorsqu’on lui a posé la question de savoir comment le gouvernement britannique pouvait être aussi sûr de lui sur le fait que la Russie était derrière cette attaque, Johnson avait mentionné « les gens de Porton Down », qui selon lui étaient « absolument catégoriques. »

 

« J’ai moi-même posé la question, j’ai demandé ‘Vous en êtes certain?’ Et il m’a répondu qu’il n’y avait aucun doute, » a affirmé Johnson.

Voici comment l’article Wikipédia [en anglais, NdT] sur l’« Empoisonnement de Sergeï et Yulia Skripal«  a (mal)traité ces informations centrales en provenance de Porton Down :

Porton Down

Le 3 avril 2018, Gary Aitkenhead, dirigeant le Government’s Defence Science and Technology Laboratory (Dstl) à Porton Down, responsable des tests sur la substance impliquée dans l’affaire, a affirmé qu’ils avaient établi que l’agent était du Novitchok, ou de cette famille d’agents, mais avaient été dans l’incapacité de vérifier la « source précise » de l’agent innervant et qu’ils avaient « livré l’information scientifique au gouvernement, qui avait alors utilisé diverses autres sources pour parvenir aux conclusions auxquelles vous êtes parvenus. » [193][194] Aitkenhead a refusé de commenter l’information selon laquelle le laboratoire avait développé ou conservait des stocks de Novitchok.[194] Il a également réfuté les hypothèses selon lesquelles la substance aurait pu venir de Porton Down : « Il n’est pas possible qu’une telle chose aurait pu venir de chez nous ou ait pu quitter les quatre murs de nos installations. »[194] Aitkenhead a affirmé que la création de l’agent innervant relevait « probablement uniquement des capacités d’un agent étatique », et qu’il n’existait pas d’antidote connu.[193][153]

Des membres de l’armée portant des tenues de protection enlèvent une voiture de police et d’autres véhicules d’un parking public dans la poursuite de leur enquête sur l’empoisonnement de Sergeï Skripal le 11 mars 2018 à Salisbury, Angleterre.

Cette phrase « source précise » est restée non-définie dans cet article, et l’on ne sait pas ce qu’elle signifie : s’agit-il de la source nationale, des produits chimiques desquels l’agent chimique a été dérivé, ou peut-être même d’autre chose ? Wikipédia ne le dit pas. Ce passage est rédigé pour détourner l’attention du lecteur de cette question — pas pour l’examiner. La phrase « source précise » a été laissée habilement, mais elle n’apporte pas de sens, pour empêcher que le lecteur découvre que Boris Johnson — le gouvernement britannique — a menti à ce sujet. Mais c’est bien son mensonge sur le rapport produit par Porton Down qui est ici l’élément clé. Wikipédia s’applique à le dissimuler.

La note de lecture « 153 » (la dernière note de lecture de ce passage) fait référence à l’article du Washington Post, mais omet avec soin d’intégrer le fait central présenté par cet article, le mensonge du gouvernement britannique au sujet de ce que son propre laboratoire lui avait dit, au sujet de la source nationale du poison. Qui plus est, comme Craig Murray, journaliste très soigneux, indépendant et honnête, l’a rapporté le 14 mars 2018 :

En résumé :

  1. Porton Down a certifié dans ses publications qu’il n’a jamais vu de « Novitchok » russe. Le gouvernement britannique ne dispose d’absolument aucune information « de type empreinte digitale », comme des impuretés dans le produit, permettant d’attribuer cette substance à la Russie avec certitude.
  2. Jusqu’à présent, ni Porton Down, ni les experts mondiaux de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ne sont convaincus de la simple existence de produits « Novitchok ».
  3. Le Royaume-Uni refuse de livrer un échantillon du produit à l’OIAC.
  4. Les produits « Novitchok » ont été spécifiquement conçus pour pouvoir être produits sur la base d’ingrédients courants, sur n’importe quelle paillasse scientifique. Les Étasuniens ont démantelé et étudié l’installation qui les développait supposément. Il est complètement faux que les Russes étaient seuls en mesure d’en produire, si n’importe qui peut le faire.
  5. Le programme « Novitchok » était localisé en Ouzbekistan, pas en Russie. Ce sont les Étasuniens qui en ont hérité au cours de leur alliance avec Karimov, et non pas les Russes.

Grand merci aux sources que je ne peux pas citer pour le moment.

Donc : Porton Down se montrait simplement honnête en affirmant ne pas savoir d’où le poison provenait. Mais les lecteurs de Wikipédia sont maintenus dans l’ignorance de ce fait central, ou même du fait que le laboratoire de Porton Down a publiquement réfuté les dires publics du gouvernement britannique au sujet de ce que ce laboratoire aurait affirmé.

Tristement, il s’agit de la procédure habituelle au sein de Wikipédia, édité et écrit par la CIA, qui tient sur liste noire (empêche de poster des liens vers) les sites (comme « MoA », Helmer ou Murray) non-approuvés par la CIA. Wikipédia a qui plus est été exposé de manière plutôt convaincante comme une opération de « désinformation » de l’État profond international (une opération pour orienter ‘l’information’ au profit des milliardaires planétaires), profondément corrompue et soldée à vil prix à un grand nombre de milliardaires, au lieu de ne compter que sur quelques donateurs très riches comme le font la plupart des organisations non-lucratives (qui ont moins de propriétaires, mais plus gros). Suivant cette méthode, ils affirment disposer de « revenus annuels dépassant les 109,9 millions de dollars« . En excluant tout lien pointant vers des sources que vous connaissez sans doute, puisque vous lisez le présent article, et en déformant de manière choisie, lorsque cela s’avère nécessaire ce qui a été rapporté par les sources qu’ils ont le droit de citer, ils dissimulent les faits centraux, comme (dans la présente affaire), le fait que la source du poison n’a pas pu être identifiée, et que le gouvernement britannique a menti à ce sujet.

Peu après le mensonge de Johnson, citant non seulement la Russie, mais le gouvernement russe comme source du poison, le premier ministre britannique, Theresa May, avait ordonné l’imposition de nouvelles sanctions contre la Russie, et le Royaume-Uni ainsi que ses alliés avaient promptement renvoyé 153 diplomates russes (dont 60 expulsés hors des États-Unis) ; une décision prise sur la base d’aucune preuve. La Russie avait répliqué en expulsant 189 diplomates de ces pays.

À ce jour, aucun dossier légal n’a été produit du côté du Royaume-Uni ou des États-Unis, affirmant que la Russie aurait bel et bien préparé ou opéré l’incident. Plus stupéfiant encore, le gouvernement britannique a empêché Yulia et Sergeï Skripal de répondre à la moindre question de la part du public, ou de la part du gouvernement russe, de leurs amis, ou même de membres de la famille Skripal. Sergeï et Yulia ont tout bonnement disparu de la circulation, n’ont jamais pu communiquer avec le public, et n’ont jamais eu le droit de témoigner dans le cadre d’une quelconque procédure légale.

Le 19 mars 2019, l’Independent britannique a eu le courage remarquable de titre un article « Un an après, l’affaire de l’empoisonnement Skripal reste percluse de questions auxquelles personne ne veut répondre«  ; mais à présent, la plupart des questions listées par cet article ont bien trouvé une réponse, et nous allons ici les documenter avec des liens. Les résultats (comme nous allons le voir) sont accablants pour le gouvernement britannique et ses alliés (principalement les États-Unis), qui ont tous expulsé des diplomates russes (comme cela est désormais clairement établi) sur la base de mensonges fabriqués contre la Russie au sujet de l’affaire Skripal. Mais le plus grand scandale est bel et bien la presse occidentale, qui continue à ce jour à couvrir ce scandale — un scandale qui la concerne désormais, et l’expose comme ne constituant pas une institution journalistique authentique au sein d’une authentique démocratie, mais plutôt comme organe de propagande de son propre régime, servant à tromper avec cynisme son propre public. Cet incident restera dans l’histoire — au travers de récits honnêtes et revenant sur le passé des événements publics importants — si cela peut encore exister en Occident (ce dont on peut sérieusement douter, si l’on prend cette affaire comme exemple), comme l’une des opérations menées par les dictatures occidentales : une opération de pure propagande, et pas du tout de journalisme.

Le 16 mars 2020, Helmer a rapporté que « Le Defence Science and Technology Laboratory (DSTL) de Porton Down, principale unité de tests sur la guerre chimique affiliée au ministère de la défense britannique, a reconnu avoir produit et testé l’agent innervant organophosphate Novitchok depuis 2014. » Il a livré l’ensemble des détails dans son article du 26 février 2020, paru sous le titre « Contrats de guerre chimique secrète étasunienne au sein du labo britannique de Porton Down« . Cette introduction de preuve, à partir des expériences menées à Porton Down, au bénéfice du programme de guerre chimique du gouvernement des États-Unis, livre bien l’argument clé du livre brillant écrit par Helmer à ce sujet, Skripal en prison, qui a été publié le 13 février 2020.

Précédemment, le gouvernement britannique avait réfuté tout ceci. Cela aurait dû faire les choux gras de la presse occidentale, et produit de nombreux mea culpa en son sein, mais au lieu de cela ils ont continué de tout dissimuler au public. Si l’on peut produire du Novitchok n’importe où, et que l’on en a produit à Porton Down, alors les allégations répétées du gouvernement britannique du contraire n’ont constitué que de purs mensonges.

Le British Guardian, libéro-néoconservateur (ou faussement « progressiste » pro-impérialiste) a titré le 13 avril un article : « la Russie a testé un agent innervant sur les poignées de portes avant l’attaque contre les Skripal, selon un dossier britannique«  et a rapporté :

La Russie avait testé si les poignées de portes pouvaient être utilisées pour transmettre des agents innervants et avait ciblé les comptes email de Sergeï et Yulia Skripal depuis au moins 2013, selon des renseignements précédemment classifiés sur l’attaque de Salisbury qui ont été rendus publics. Le Royaume-Uni a publié les renseignements vendredi, reliant la Russie à l’attaque contre l’ancien agent double et sa fille.

 

Les affirmations sur la poignée de porte et les e-mails ont été produits au sein d’une lettre de la part de Sir Mark Sedwill, le conseiller national à la sécurité du Royaume-Uni, adressée à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN. Il est extrêmement rare que le Royaume-Uni rende publics de tels renseignements …

 

Sedwill a affirmé que la Russie considérait au moins certains de ses transfuges comme des « cibles légitimes d’assassinat », en suggérant que cela pouvait comprendre Skripal, …

Ici encore, les propagandistes ont fait usage de « suggestion », et pas d’affirmations claires, dans le simple but de se couvrir. Il s’agit d’un nouvel exemple de déviation verbale.

Cet article cite Sedwill comme affirmant qu’« il est improbable que du Novitchok ait pu être produit et déployé par des acteurs non-étatiques. » Aucun élément factuel n’est produit de ses allégations. Le « journalisme » produit par le Guardian ne consiste qu’à répandre typographiquement les allégations du gouvernement, exactement comme cela avait été le cas avec les « armes de destruction massive de Saddam ».

Bien entendu, quiconque a fait usage de Novitchok, ou d’un autre poison, sur Sergeï Skripal, avait pour but de l’assassiner afin qu’il ne fût pas disponible pour témoigner publiquement sur les circonstances qui avaient conduit à son empoisonnement. Cependant, il a survécu à cette tentative d’assassinat bâclée, et sa fille — cible collatérale — également. Cela a créé une crise au sein du régime britannique, qui s’est retrouvé à devoir couvrir ses actions, et c’est ce qu’il a fait en emprisonnant les deux Skripal au secret, en empêchant toute possibilité qu’ils auraient pu avoir de s’exprimer franchement auprès de la presse sur les circonstances qui ont amené à la tentative de meurtre contre M. Skripal. Ce régime n’a pas non plus produit de procès en justice visant à identifier et punir les individus que les Skripal, s’ils avaient été libres, auraient publiquement et librement accusés pour cette tentative d’assassinat. Un aspect intéressant de leur emprisonnement est qu’au moins pour partie (voir complètement), il s’est tenu sur la base étasunienne de bombardiers nucléaires de Fairford, dans le Gloucestshire, comme l’a révélé l’article de Helmer et son livre de 2020, Skripal en prison.

Le 6 avril 2022, Helmer a titré « LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE A ENGAGÉ SECRÈTEMENT UN AVOCAT POUR REPRÉSENTER SERGEÏ SKRIPAL ET YULIA SKRIPAL DANS UNE ENQUÊTE PUBLIQUE« , rapportant que « le paiement de Chapman par le gouvernement pour agir pour le compte des Skripal fait paraître qu’ils sont en vie, et pas en prison. » Cependant, Chapman a refusé de répondre à la moindre question posée par Helmer. Helmer note :

Sergeï Skripal n’est pas paru en public depuis le jour de la première attaque supposée au Novitchok, le 4 mars 2018. Les membres de sa famille ne lui ont pas parlé au téléphone depuis le 26 juin 2019 [6]. Yulia Skripal a été vue pour la dernière fois au cours d’une interview dirigée par les Britanniques et les Étasuniens sur une base de bombardiers étasuniens au mois de mai 2018 ; [7] son dernier appel téléphonique a été entendu le 20 novembre 2020 [8]. Au cours des dix-sept mois écoulés depuis lors, aucun élément indépendant [9] (après le 26 juin 2019) n’existe pour témoigner du fait qu’ils seraient en vie.

Puis, le 21 juillet 2022, Helmer a fait paraître un article sous le titre : « SEPT SECRETS SUR LES SKRIPAL QUE LES SERVICES SECRETS NE VOULAIENT PAS VOIR DIVULGUÉS« , et a indiqué que Chapman refusait même de répondre aux questions posées par le juge dans cette affaire, comme « Avait-il quelque chose à dire au tribunal pour le compte de Sergeï et Yulia Skripal, a-t-il été demandé à Chapman. ‘Rien’, a répondu Chapman » :

Le silence de Chapman, son refus d’affirmer qu’il avait communiqué directement avec les Skripal pour vérifier qu’ils sont en vie, capables de lui donner des instructions, et pas en prison ou sous quelque autre contrainte, est le troisième des secrets sur les Skripal que le gouvernement a laissé sortir. En désignant Chapman, le gouvernement britannique et les services secrets (le MI6), responsables de Sergeï Skripal depuis son arrivée en Angleterre, ont fait de Chapman la première et seule source d’éléments publics sur le sort des Skripal.

 

Depuis plus de quatre années, la presse britannique n’a pas enquêté à ce sujet. …

Ou bien les deux Skripal ont été assassinés par le gouvernement britannique (après le 26 juin 2019) pour empêcher que la culpabilité britannique soit jamais connue du public, ou on leur a donné de nouvelles identités, et envoyés en Nouvelle-Zélande, comme énoncé par les rumeurs en Grande-Bretagne. Cependant, même s’ils se trouvent dans un autre pays, sont-ils encore en prison ? Pourquoi le public accepte-t-il les mensonges constants proférés par le Royaume-Uni — et les médias occidentaux ? De qui l’Occident se fait-il le serviteur, dans cette affaire ? Est-ce uniquement les entreprises d’armement, qui fournissent ces gouvernements ?

Traduit par José Martí pour le Saker Francophone

À partir d’avant-hierVos flux RSS

L’art du mensonge

par Batiushka. On disait autrefois mensonges. Puis c’est devenu propagande. Puis c’est devenu contrôle éditorial. Pas de faux semblant. Nous allons l’appeler mensonge. Des millions de personnes sont employées dans le monde entier dans l’industrie du mensonge

Revue de presse RT du 24 au 30 juillet 2022

Par : Wayan

Par Wayan − Le 30 juillet 2022 − Le Saker Francophone

Cette semaine, la Russie qui continue à jouer avec les nerfs de l’Europe, le projet de visite de Pelosi à Taïwan pour provoquer la Chine, l’Ukraine qui délire de plus en plus et le monde multipolaire qui se renforce malgré/grâce à l’agitation occidentale.

L’Europe

Avec de telles décisions masochistes prises par l’UE, la Russie pourra vendre son pétrole au monde entier sauf à l’Europe :

« L’UE autorisera les transactions nécessaires aux entreprises publiques russes pour vendre du pétrole à des pays tiers, a indiqué le Conseil de l’UE dans un communiqué jeudi.
« En vue d’éviter toute conséquence négative potentielle pour la sécurité alimentaire et énergétique dans le monde, l’UE a décidé de prolonger l’exemption de l’interdiction d’effectuer des transactions avec certaines entités publiques en ce qui concerne les transactions pour les produits agricoles et le transport de pétrole vers des pays tiers », indique le communiqué.
Cette disposition signifie que les entreprises publiques russes, notamment Rosneft, Gazprom Neft et Sovcomflot, sont désormais autorisées à conclure des accords avec des Européens pour le transport de pétrole vers des pays tiers. »
https://www.rt.com/business/559509-eu-sanctions-russian-oil-eased/

Du coup, il faut aller chercher le pétrole ailleurs :

« L’UE prévoit d’augmenter ses importations de gaz naturel liquéfié (GNL) en provenance du Nigeria, par crainte que l’approvisionnement en provenance de Russie ne soit coupé, selon le directeur général adjoint du département de l’énergie de la Commission européenne.
« L’Europe est dans une situation difficile en ce qui concerne le gaz, suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, à l’instabilité de notre marché du gaz et à la menace d’une interruption totale de l’approvisionnement », a déclaré Matthew Baldwin lors d’une conférence de presse à Abuja vendredi.
« Nous avons donc lancé la task force de la plateforme énergétique, dont l’objectif premier est de tendre la main à nos partenaires fiables, tels que le Nigeria, pour remplacer le gaz russe par du gaz provenant de partenaires fiables », a-t-il ajouté.
L’UE est le principal acheteur de GNL du Nigeria, 60 % de toutes les expéditions de GNL du pays étant destinées à l’Europe, ce qui représente 14 % des importations de gaz du bloc.
« Nous voulons augmenter la part des importations totales de GNL en provenance du Nigeria, qui est actuellement de 14 %, nous voulons que cette part augmente », a déclaré M. Baldwin.
Il a ajouté que l’UE cherche à accroître ses livraisons de GNL à court terme en provenance du Nigeria, « mais pour l’instant, la capacité, le taux d’utilisation du GNL nigérian est trop faible. » »
https://www.rt.com/business/559556-eu-nigeria-lng-russian-gas/

La Russie continue à jouer avec les nerfs des européens :

« Le géant énergétique russe Gazprom a reçu des documents du géant industriel allemand Siemens, permettant la restitution d’une turbine pour le gazoduc Nord Stream 1, a rapporté dimanche le quotidien économique Kommersant.
Les documents devront d’abord être modifiés, en raison de changements liés aux sanctions dans l’accord initial entre Gazprom et le Canada, écrit le quotidien économique. Selon le contrat existant, Gazprom était censé récupérer l’objet au Canada après les réparations, mais lorsque Ottawa a imposé des sanctions à la société russe, cela est devenu impossible.
Siemens a alors accepté d’expédier la turbine en Russie via l’Allemagne, mais les documents d’exportation n’ont pas été adaptés en conséquence, explique Kommersant, qui ajoute qu’il n’a pas été en mesure d’obtenir des commentaires sur la question de la part des deux entreprises.
En raison de divergences administratives, la turbine, qui se trouve actuellement en Allemagne, a déjà manqué samedi le voyage en ferry prévu vers la Russie via la Finlande. Selon Kommersant, l’équipement peut être envoyé en Russie au milieu de cette semaine, si Gazprom fournit les déclarations douanières nécessaires.
Gazprom a imputé au retour tardif de la turbine la réduction de 60 % de ses livraisons de gaz à l’UE le mois dernier. Selon Kommersant, le retour de l’équipement pourrait ne pas aider Gazprom à augmenter les volumes d’exportation à leur niveau antérieur, car plusieurs autres turbines de la station de pompage Nord Stream ont besoin de réparations. La licence actuelle permet à Siemens Energy d’accepter cinq turbines supplémentaires avant la fin de 2024. »
https://www.rt.com/business/559588-russia-documents-nord-stream/
« Le géant russe de l’énergie Gazprom a confirmé avoir reçu des documents relatifs au retour d’une turbine pour le gazoduc Nord Stream 1, après des réparations au Canada, mais a déclaré qu’il y avait encore plus de questions que de réponses.
Les documents « ne suppriment pas les risques soulignés précédemment et soulèvent des questions supplémentaires », a déclaré l’entreprise lundi via son canal Telegram.
Gazprom a expliqué que des problèmes subsistent concernant les sanctions imposées par l’UE et le Royaume-Uni, qui doivent être résolus pour ramener la turbine en Russie et effectuer des réparations urgentes d’autres turbines à gaz à la station de compression de Portovaya.
« Gazprom a une nouvelle fois demandé à Siemens de l’aider immédiatement à fournir les documents et les clarifications nécessaires pour résoudre les questions en suspens », conclut le communiqué.
La turbine se trouve actuellement en Allemagne en attendant d’être expédiée en Russie. »
https://www.rt.com/business/559602-russia-eu-gas-pipeline-dispute/
« Le grand groupe énergétique russe Gazprom va arrêter l’exploitation de la deuxième turbine Siemens, a annoncé la société lundi. En conséquence, l’approvisionnement par le gazoduc Nord Stream 1 ne dépassera pas 33 millions de mètres cubes par jour à partir du 27 juillet, a rapporté le quotidien économique Kommersant, ce qui correspond à 20 % de la capacité du gazoduc, alors que le gazoduc fonctionne actuellement à environ 40% de sa capacité maximale.
Selon Gazprom, la décision d’arrêter la turbine a été prise en raison de son état technique et du fait qu’elle doit être révisée.
Un porte-parole du ministère fédéral allemand de l’économie aurait déclaré qu’il n’y avait aucune raison technique de réduire l’approvisionnement en gaz via le gazoduc Nord Stream 1. »
https://www.rt.com/business/559618-gazprom-nord-stream-turbine/

« La Russie a dû réduire son flux de gaz vers l’Europe via le gazoduc Nord Stream 1 en raison du dysfonctionnement de turbines, a déclaré vendredi Vitaly Markelov, directeur général adjoint de Gazprom. Ces problèmes sont dus au fait que la société allemande Siemens, qui produit les turbines, n’a pas respecté ses engagements, a-t-il déclaré à la chaîne de télévision Rossiya 24.

Siemens n’a jusqu’à présent éliminé qu’un quart du nombre total de dysfonctionnements découverts affectant ses turbines, a déclaré M. Markelov. Mercredi, l’opérateur de Nord Stream 1, Gascade, a signalé que le débit de gaz dans le gazoduc avait été réduit à un cinquième de sa capacité maximale. Un jour auparavant, Gazprom avait prévenu qu’elle devrait arrêter l’exploitation de sa deuxième turbine Siemens pour une révision.

« Nos partenaires européens nous accusent de réduire l’approvisionnement en gaz de l’Europe sans raisons suffisantes. Pourtant, rien n’est plus faux », a déclaré M. Markelov, ajoutant que ce sont les partenaires occidentaux de la compagnie qui « ne remplissent pas leurs obligations – contractuelles – pour la maintenance de la station de compression. »

« Nous demandons à nos partenaires de résoudre leurs propres problèmes le plus rapidement possible », a déclaré le directeur général adjoint, ajoutant que l’approvisionnement en gaz de l’Europe « reviendrait alors à la normale en un rien de temps. » Markelov a ajouté que son entreprise prévoyait de rendre publique une partie de sa correspondance avec ses partenaires occidentaux.»

https://www.rt.com/russia/559871-gazprom-nord-stream-siemens-gas/

« Les États-Unis travaillent « furieusement » en coulisses pour maintenir l’Union européenne unie contre Moscou, alors que les livraisons de gaz russe au bloc diminuent, a rapporté CNN mercredi, citant des responsables américains.
La panique règne des deux côtés de l’Atlantique face à la possibilité que l’Europe connaisse de graves pénuries de gaz cet hiver, ont déclaré des responsables anonymes à la chaîne de télévision.
« C’était notre plus grande crainte », a avoué l’un d’entre eux, avertissant que l’impact d’une crise en Europe pourrait se retourner contre les États-Unis, entraînant une nouvelle flambée des prix du gaz et de l’électricité pour les clients américains.
L’ensemble de la situation va également devenir un test majeur de la résilience et de l’unité européennes face à la Russie, a-t-il ajouté.
Les prix du gaz en Europe ont atteint 2 300 dollars par millier de mètres cubes mercredi.»
https://www.rt.com/news/559700-us-eu-gas-gazprom/
« L’Union européenne doit se préparer au pire des scénarios, à savoir un arrêt complet de l’approvisionnement en gaz naturel en provenance de Russie, a averti la présidente de la Commission européenne dans une interview accordée à l’agence de presse allemande DPA, publiée lundi.
Interrogée sur le plan énergétique d’urgence de la CE présenté la semaine dernière, Ursula Von Der Leyen a souligné l’importance de rendre l’Union européenne indépendante de la Russie sur le plan énergétique, insistant sur le fait que ce n’était qu’une question de temps avant que Moscou ne décide de couper complètement les livraisons de gaz à l’UE.
« Le Kremlin n’est pas un partenaire fiable pour l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Gazprom a délibérément maintenu ses niveaux de stockage à un niveau bas. Entre-temps, la Russie ne fournit du gaz que partiellement ou pas du tout dans douze États membres », a déclaré Mme Von Der Leyen, ajoutant que « l’Europe doit être préparée au pire des scénarios : un arrêt complet des livraisons de gaz, tôt ou tard. »
La chef de la Commission a rappelé que l’UE a pour objectif d’être totalement indépendante du gaz russe au plus tard en 2027, et que quelque 300 milliards d’euros seront investis dans le cadre du plan REPowerEU, afin d’économiser du gaz et d’accélérer « le passage aux énergies renouvelables. » »
https://www.rt.com/news/559595-eu-russia-gas-cutoff/
« Le gouvernement britannique a élaboré des plans d’urgence en matière d’énergie dans le cadre desquels il pourrait être demandé aux citoyens d’éteindre leurs lumières et de baisser leurs thermostats pour éviter les coupures de courant cet hiver, a révélé le Telegraph.
Ces plans seraient mis en œuvre en cas de pénurie de gaz ou d’électricité, et le public serait invité à réduire sa consommation d’énergie, rapporte le journal samedi. Selon des documents consultés par le Telegraph, dans un tel scénario, le gouvernement britannique diffuserait des messages à intervalles réguliers par le biais de la radio, de la télévision, des médias sociaux ainsi que d’affiches et de dépliants, demandant aux gens de réduire leur consommation d’électricité et de gaz. »
https://www.rt.com/news/559621-uk-emergency-energy-plan/
« Le climat des affaires s’est sensiblement dégradé en Allemagne, les industries se sentant de plus en plus inquiètes pour les mois à venir, selon une enquête d’un groupe de réflexion allemand publiée lundi.
« La hausse des prix de l’énergie et la menace d’une pénurie de gaz pèsent sur l’économie. L’Allemagne est au bord de la récession », peut-on lire dans le communiqué de l’institut Ifo.
L’indice ifo du climat des affaires est passé de 92,2 en juin à 88,6 en juillet, soit le point le plus bas depuis juin 2020 – le pic de la pandémie de coronavirus – et fait suite à plus d’un an de reprise post-pandémie.
Parmi les secteurs qui se sentent les plus pessimistes quant à l’avenir figurent l’industrie manufacturière, les services, la construction et le commerce. »
https://www.rt.com/business/559623-germans-recession-research-index/
« L’Allemagne se dirige vers une « énorme crise énergétique », a averti mercredi un rédacteur en chef de l’un des journaux les plus influents du pays, Die Welt.
« Non seulement les prix du gaz sont proches des records, mais les prix de l’électricité en particulier sont un signe de stress », a écrit Holger Zschaepitz, rédacteur en chef du service économique et financier du quotidien, sur Twitter.
Dans ce qu’il a appelé un « horrible graphique » qu’il a publié avec son tweet, M. Zschaepitz a montré que le prix de l’électricité avait atteint près de 400 € par mégawattheure sur la bourse de l’énergie, soit 0,40 € par kilowattheure. Si les prix à la consommation reflétaient ces tarifs du marché, les Allemands paieraient environ 0,80 € par kilowattheure au lieu des 0,30 € actuels, taxes et redevances comprises. Toutefois, une augmentation aussi brutale serait socialement explosive, suggère M. Zschaepitz. En outre, dans un tel cas, les entreprises énergétiques ne seraient plus en mesure de produire de manière compétitive, ajoute-t-il. »

https://www.rt.com/business/559754-horror-chart-germany-energy-crisis/
« La Pologne et la Corée du Sud ont signé mercredi un accord-cadre portant sur ce qui est considéré comme le plus important contrat d’armement jamais conclu par Séoul. Les fabricants sud-coréens fourniront près de 1 000 chars, plus de 600 pièces d’artillerie et près de 50 avions de chasse à la nation d’Europe orientale.
Ce contrat de plusieurs milliards de dollars sera l’une des commandes de défense polonaises les plus importantes et les plus significatives de ces dernières années et renforcera considérablement les forces armées du pays, a annoncé le ministère polonais de la défense dans un communiqué de presse.
Les commandes sont divisées en deux étapes, selon le communiqué de presse. La première étape concerne 180 chars K2 et 48 obusiers K9, dont les premières livraisons sont attendues cette année. La deuxième étape comprendra plus de 800 chars K2PL améliorés et 600 obusiers K9 et impliquera des transferts de technologie : les deux armes seront produites en Pologne à partir de 2026.
Dans le cadre d’un contrat distinct, la Pologne fera également l’acquisition de 48 jets FA-50 pouvant être utilisés à la fois pour la formation et le combat. Selon le ministère polonais de la défense, les premiers appareils seront livrés l’année prochaine. Le FA-50 permettra à Varsovie de mettre au rebut ses avions post-soviétiques et d’intensifier la formation des pilotes polonais, indique le communiqué de presse du ministère. »
https://www.rt.com/news/559796-warsaw-seoul-arms-framework-agreement/

L’Ukraine

Le pays continue d’être bouffé par la corruption et le délire paranoïaque de ses dirigeants :

« Le gouvernement ukrainien a publié une liste, dite « liste des ennemis de l’Ukraine », qui comprend des hommes politiques, des universitaires et des militants qui « encouragent la propagande russe ». Il est absurde de constater que cette liste comprend de hauts responsables américains – même un sénateur américain en exercice – et un journaliste lauréat du prix Pulitzer.
Une agence liée au gouvernement de Kiev, le Ukrainian Center for Countering Disinformation, a publié la liste au début du mois, identifiant des personnalités telles que le sénateur républicain Rand Paul, l’ancienne représentante Tulsi Gabbard (D-HI), l’analyste militaire Edward Luttwak, le professeur de l’université de Chicago et théoricien des relations internationales John Mearsheimer, et le journaliste primé Glenn Greenwald, anciennement de The Intercept, parmi beaucoup d’autres.
Un certain nombre de noms internationaux notables figurent également sur la liste, tels que la leader politique populiste française Marine Le Pen, ou même un général italien nommé Général Leonardo Tricarico, qui rend l’Ukraine responsable de son invasion par la Russie et a demandé instamment des négociations immédiates pour mettre fin à la guerre.
Certains de ceux qui figurent sur la liste, comme Edward Luttwak, ont en fait soutenu à voix haute l’envoi d’armes occidentales à l’armée ukrainienne. Dans le cas de Luttwak, il a apparemment été considéré par les responsables ukrainiens comme un « propagandiste pro-russe » simplement pour avoir proposé un compromis de temps de guerre consistant à autoriser des référendums dans les régions séparatistes de Donetsk et de Louhansk. »
https://www.zerohedge.com/political/ukraine-issues-blacklist-russian-propagandists-includes-us-senator-prominent-journalists
« « Le gouvernement ukrainien a décidé de demander au gouvernement étasunien de lui fournir un ‘prêt-bail de gaz’ pour une saison de chauffage stable », a annoncé Shmigal lors d’une réunion du cabinet, selon une vidéo publiée sur sa chaîne Telegram.
« Les préparatifs pour l’hiver le plus difficile de notre histoire se poursuivent, et nous recherchons tous les outils possibles pour être prêts à tout scénario », a-t-il ajouté.
Bien que M. Shmigal n’ait pas donné de détails sur le fonctionnement de l’accord proposé, son utilisation du terme « prêt-bail » suggère que Kiev s’attend à recevoir des livraisons de gaz naturel liquéfié (GNL) américain gratuitement. Les États-Unis cherchent depuis longtemps à vendre leur GNL sur le marché européen, mais ils ne peuvent pas concurrencer le gaz russe en termes de prix.
La proposition de Shmigal intervient alors que la compagnie gazière publique Naftogaz a fait défaut sur ses obligations et a demandé au gouvernement de Kiev de prendre « l’entière responsabilité de lever les fonds nécessaires à l’importation de gaz naturel pour la prochaine saison de chauffage. » »
https://www.rt.com/news/559636-eu-gas-cuts-gazprom/

La banqueroute de Naftogaz :

« Les créanciers de la compagnie énergétique publique ukrainienne Naftogaz ont rejeté la demande de l’entreprise de geler le paiement de sa dette pendant deux ans, ont rapporté lundi les médias du pays.
Naftogaz a fait cette proposition au début du mois, invoquant un « déclin économique et commercial important en Ukraine » causé par le conflit actuel avec la Russie. Le délai de réponse des détenteurs d’obligations à cette proposition a expiré jeudi dernier. Naftogaz a une obligation de 335 millions de dollars qui arrive à échéance, ainsi que deux paiements d’intérêts qui étaient dus le 19 juillet, et la proposition a suscité des craintes que la société, et le gouvernement, soient sur le point de faire défaut sur leurs dettes.
Selon un rapport antérieur de Reuters, les créanciers de Naftogaz ne pensaient pas que la société était confrontée à un manque de liquidités immédiat et continuaient de considérer la société comme une entreprise rentable. Selon Interfax Ukraine, Naftogaz va maintenant préparer une nouvelle offre aux détenteurs d’obligations.
Le gouvernement ukrainien avait auparavant interdit le paiement des euro-obligations 2022 et 2024 qui devaient être payées le 19 juillet, invoquant la nécessité pour le pays d’accumuler du gaz naturel en quantités suffisantes avant la prochaine saison de chauffage, selon Interfax Ukraine.
Naftogaz est la plus grande compagnie pétrolière et gazière publique d’Ukraine et une source importante de revenus, représentant près de 17 % des recettes totales du budget de l’État du pays l’année dernière. »
https://www.rt.com/business/559614-naftogaz-debt-plan-rejected/
« La compagnie énergétique publique ukrainienne Naftogaz a fait défaut sur sa dette extérieure, a annoncé l’entreprise mardi.
Naftogaz n’a pas été en mesure d’effectuer des paiements sur les euro-obligations avant l’expiration d’un délai de grâce, a indiqué la société dans un communiqué publié sur Telegram, ajoutant qu’elle « n’a pas reçu le consentement du cabinet des ministres de l’Ukraine pour effectuer les paiements nécessaires ». »
https://www.rt.com/business/559695-ukrainian-energy-giant-defaults/

Ceci explique cela :

« La compagnie de gaz ukrainienne Naftogaz, détenue par l’État, serait à l’origine d’un détournement de fonds massif, car elle cherche à obtenir des milliards de dollars du gouvernement pour de prétendus achats de gaz, alors que l’Ukraine n’a vraisemblablement pas besoin de gaz supplémentaire pour l’hiver, a affirmé lundi Yulia Timoshenko, députée et chef du parti « Fatherland ».
Selon Mme Timoshenko, les législateurs étaient sur le point d’adopter plusieurs projets de loi qui accorderaient à Naftogaz des fonds supplémentaires pour l’achat de gaz avant l’hiver. L’un d’eux accorderait à la société une « compensation » du budget d’une valeur de 150 milliards de hryvnas (4,08 milliards de dollars) pour acheter six milliards de mètres cubes supplémentaires de gaz naturel à l’étranger.
Le gouvernement prévoyait d’utiliser l’aide financière internationale fournie à l’Ukraine par les nations occidentales pour cette « compensation », a écrit le parti de Timochenko dans une déclaration la semaine dernière. Selon Mme Timochenko elle-même, Naftogaz a également cherché à demander 150 milliards de hryvnas (4,08 milliards de dollars) supplémentaires au budget pour augmenter son capital social autorisé et utiliser ensuite cet argent pour acheter le gaz.
M. Timoshenko, qui a également été premier ministre de l’Ukraine entre 2007 et 2010, a également fait valoir que cet achat supplémentaire de gaz pour la prochaine saison de chauffage d’hiver n’était pas du tout nécessaire. Selon le député, l’Ukraine produit et stocke déjà suffisamment de gaz pour l’hiver et pourrait même obtenir jusqu’à sept milliards de mètres cubes excédentaires de gaz au cours de la prochaine saison de chauffage.
Lundi, Mme Timochenko a affirmé que Naftogaz préparait toujours « l’escroquerie du siècle » en détournant jusqu’à 264 milliards de hryvnas (7,18 milliards de dollars) et en les « envoyant à l’étranger ». Elle a également appelé l’administration du président Volodymyr Zelensky à organiser une réunion entre les responsables de son administration, les députés et les experts indépendants, ainsi que les diplomates des pays du G7 pour discuter de la situation.
« Le président ne pourrait-il pas être au courant ? N’êtes-vous pas au courant de l’arnaque du siècle que Naftogaz est en train de mettre en œuvre ? », s’interroge-t-elle dans son message. »
https://www.rt.com/russia/559675-ukraine-timoshenko-naftogaz-scam-century/

Mais, visiblement, la corruption du gouvernement ukrainien n’est pas un problème pour l’Occident :

« Les États-Unis et leurs alliés occidentaux ont l’intention de fournir à l’Ukraine 25 à 30 systèmes de roquettes supplémentaires, a révélé samedi Adam Smith, le chef de la Сommission des forces armées de la Chambre des représentants américaine.
Il s’agira de systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS) et de systèmes de roquettes à lancement multiple (MLRS) provenant du Royaume-Uni et de certains autres pays, a déclaré Adam Smith dans une interview accordée à Radio Liberty. Le président de la commission a admis que le nombre d’armes était inférieur à ce que Kiev avait demandé, mais il a assuré que les États-Unis et leurs partenaires fourniraient autant d’artillerie et de missiles que possible pour ces systèmes.
M. Smith a fait cette annonce à la suite de sa visite à Kiev la semaine dernière, au cours de laquelle il a rencontré, avec plusieurs autres membres du Congrès, le président ukrainien Vladimir Zelensky. Andrey Yermak, chef d’état-major de Zelensky, a déclaré dimanche que la logistique de la livraison des munitions pour les MLRS occidentaux est essentielle pour l’utilisation efficace des lanceurs « sur les différents secteurs du front ». »
https://www.rt.com/russia/559557-himars-ukraine-supplies-us/
« Le Parlement ukrainien (Verkhovna Rada) a adopté jeudi une législation permettant aux Polonais de séjourner légalement dans le pays pendant un an et demi sans avoir à obtenir de permis spéciaux, tout en bénéficiant des mêmes droits que les Ukrainiens.
Le projet de loi sur les « garanties spéciales » pour les ressortissants polonais a été soutenu par 283 députés, selon le député Yaroslav Zheleznyak. La nouvelle loi, une fois signée par le président ukrainien Vladimir Zelensky, donnera aux Polonais le droit à l’emploi, à l’activité économique, à l’éducation et aux soins médicaux, et les rendra éligibles à certaines prestations sociales.
Zelensky a présenté le projet de loi le 11 juillet, jour de commémoration des victimes du massacre de Volhynia, au cours duquel des dizaines de milliers de Polonais ont été assassinés par des nationalistes ukrainiens pendant la Seconde Guerre mondiale. »
https://www.rt.com/news/559803-rada-law-poles-status

 

Les États-Unis

« La maire de Washington, Muriel Bowser, a demandé au Pentagone et à la Maison Blanche l’aide de la Garde nationale pour faire face aux milliers de migrants illégaux amenés par bus, du Texas et de l’Arizona, mais n’a pas reçu de réponse, a rapporté un média local jeudi. M. Bowser s’est plaint que les ressources de la capitale étaient « dépassées » par les arrivées.
M. Bowser a d’abord demandé l’aide de la Garde nationale le 19 juillet dans une lettre adressée au secrétaire à la défense, Lloyd Austin. La deuxième lettre, datée du 22 juillet, était adressée à la Maison-Blanche, selon la chaîne WRC-TV, affiliée à NBC, qui a publié le texte des deux lettres. Le maire n’a pas encore reçu de réponse à ces deux lettres, selon la chaîne.
Dans la première lettre, M. Bowser fait remarquer que le gouverneur de l’Arizona, Doug Ducey, et le gouverneur du Texas, Greg Abbott, ont mis à exécution leur menace d’envoyer dans la capitale américaine les migrants surpris en train de traverser illégalement la frontière américaine. Soulignant que plus de 4 000 migrants étaient arrivés dans le district à la mi-juillet, Bowser se plaint que « le rythme des bus d’arrivée et le volume des arrivées ont atteint un point de bascule. » »
https://www.rt.com/news/559801-washington-troops-illegal-migrants/

La dernière phrase de cet article vaut son pesant de conneries :

« L’économie américaine s’est contractée pendant deux trimestres consécutifs, répondant ainsi à l’un des critères d’une récession, selon les chiffres officiels publiés jeudi.
Le produit intérieur brut (PIB) réel a diminué à un taux annuel de 0,9 % au deuxième trimestre 2022, après une baisse de 1,6 % au premier trimestre, selon un communiqué publié sur le site Internet du gouvernement américain. Il précise que les données du deuxième trimestre représentent une estimation anticipée, et que des données plus complètes seront publiées en août.
« Il n’est pas surprenant que l’économie ralentisse alors que la Réserve fédérale agit pour faire baisser l’inflation », a déclaré jeudi le président américain Joe Biden, commentant les chiffres. « Mais même si nous sommes confrontés à des défis mondiaux historiques, nous sommes sur la bonne voie », a-t-il ajouté. »
https://www.rt.com/business/559790-us-enters-recession

 

La Russie

L’économie russe est, elle, au beau fixe :

« Le ministère russe des Finances a annoncé un retour sur le marché de la dette publique en émettant un montant limité d’OFZ, des obligations souveraines libellées en roubles, en septembre, a déclaré jeudi le vice-ministre des Finances Timur Maksimov à l’agence de presse Prime.
« Nous pensons qu’au cours de la deuxième quinzaine de septembre, après que le gouvernement aura approuvé les projets [de budget russe pour 2023-2025] et les aura soumis à la Douma, nous pourrons entrer sur le marché avec certains volumes », a déclaré Maksimov, répondant à une question sur les plans du ministère concernant l’émission de la dette intérieure.
Selon le fonctionnaire, la première offre d’obligations sera relativement modeste, de 10 à 30 milliards de roubles (175 à 500 millions de dollars), afin que ce changement soudain ne fasse pas « sursauter » le marché.
« Au début, il y aura des volumes très limités, juste pour que le retour se fasse en douceur, pour que nous ne choquions personne avec ce programme », a expliqué le vice-ministre, notant que les volumes définitifs seront décidés après que le ministère aura rencontré les investisseurs pour évaluer leur appétit. »
https://www.rt.com/business/559438-russia-returns-to-bond-market/
« Le géant russe de la technologie Yandex a recommencé à embaucher du personnel, a annoncé l’entreprise lundi.
« Yandex lève toutes les restrictions sur l’embauche de nouveaux employés. À l’heure actuelle, l’entreprise dispose d’environ 2 000 offres d’emploi, et de nouvelles apparaîtront dans un avenir proche », a déclaré l’entreprise dans un communiqué.
Les restrictions ont été introduites peu après le début de l’opération militaire russe en Ukraine, fin février, lorsque la société a suspendu tout nouveau recrutement. Un mois plus tard, les restrictions ont été partiellement levées, permettant l’embauche de développeurs principalement. »
https://www.rt.com/business/559600-russian-tech-giant-recruitment-drive/
« Moscou ne demande pas la levée des sanctions, mais exhorte les États occidentaux à régler les problèmes qu’ils ont créés sur le marché alimentaire mondial, a déclaré dimanche le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.
« Nous ne demandons pas la levée des sanctions – ce sont des problèmes qui méritent d’être traités séparément. Nous allons simplement développer notre économie dès maintenant en comptant sur des partenaires fiables et non sur ceux qui ont une fois de plus prouvé leur totale incapacité…
En ce qui concerne l’alimentation, nos collègues occidentaux (…) devraient lever les obstacles qu’ils ont eux-mêmes créés », a déclaré le diplomate à l’issue d’entretiens avec son homologue égyptien, Sameh Shoukry, en Égypte.
Il a fait remarquer que Moscou n’aurait pas accepté l’accord de vendredi débloquant les exportations de céréales de l’Ukraine si la question de la libération des exportations russes n’avait pas été résolue. Moscou compte désormais sur l’ONU pour tenir sa promesse et aider à lever les restrictions qui freinent les expéditions de céréales russes.
« Ces restrictions illégitimes qui ont été imposées… ont empêché les opérations avec les céréales russes, y compris l’assurance, y compris l’admission de nos navires dans les ports étrangers et l’entrée des navires étrangers dans les ports russes », a déclaré Sergueï Lavrov.
« Après la signature d’accords à Istanbul, à l’initiative du Secrétaire général de l’ONU, il s’est porté volontaire pour obtenir la suppression de ces restrictions illégitimes. Nous comptons sur lui pour réussir », a ajouté le ministre des affaires étrangères. »
https://www.rt.com/business/559561-russia-sanctions-removal-lavrov/

La Russie fait marronner les États-Unis :

« Moscou a reconnu avoir reçu une demande d’appel de Washington jeudi. Une conversation entre les hauts diplomates des deux nations pourrait avoir lieu dès que l’emploi du temps chargé du plus haut diplomate russe, Sergey Lavrov, le rendra possible, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.
M. Lavrov « prêtera attention à cette demande lorsque le temps le permettra », a déclaré aux journalistes la porte-parole du ministère, Maria Zakharova, en référence à la demande de Washington d’une conversation téléphonique entre M. Lavrov et le secrétaire d’État américain Antony Blinken.
Plus tôt dans la journée de jeudi, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a déclaré lors d’un point de presse que les États-Unis « ont clairement fait savoir à la Fédération de Russie qu’ils souhaitaient une conversation entre le secrétaire d’État Blinken et le ministre des affaires étrangères Lavrov ».
Cette demande a été transmise à la Russie « directement » et « à plusieurs reprises », a précisé M. Price. Les États-Unis s’attendent à ce que les deux hauts diplomates « aient l’occasion de se parler dans les prochains jours », a-t-il ajouté.
Le porte-parole du département d’État a toutefois admis qu’il n’avait « aucune mise à jour » sur les dates potentielles de la conversation, ajoutant que les deux parties « continuent à en discuter dans les canaux appropriés ».»
https://www.rt.com/news/559804-lavrov-blinken-call-time-permit/

Mais pas trop longtemps quand même :

 » Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, s’est entretenu vendredi par téléphone avec le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, à la demande de Washington, a confirmé le ministère.

Il s’agissait de la première conversation entre les hauts diplomates de Moscou et de Washington depuis que la Russie a lancé son offensive militaire en Ukraine en février.

Outre le conflit, ils ont discuté de l’accord d’exportation de céréales ukrainiennes, signé en Turquie la semaine dernière, et d’un éventuel échange de prisonniers entre les deux nations, a indiqué le ministère.

Plus tôt dans la journée de vendredi, M. Blinken a déclaré lors d’un point presse qu’il avait eu « une conversation franche et directe » avec le ministre russe et qu’il avait « insisté auprès du Kremlin pour qu’il accepte la proposition substantielle que nous avons faite concernant la libération de Paul Whelan et de Brittney Griner. » »

https://www.rt.com/russia/559866-lavrov-blinken-speak-phone/

La relation entre la Russie et Israël s’envenime :

« Moscou considère que la position anti-russe d’Israël sur le conflit ukrainien est regrettable, selon la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Lors d’une apparition dans un talk-show télévisé mardi, elle a noté que la récente rhétorique de Jérusalem-Ouest était « absolument non constructive » et « non objective ».
Les relations entre la Russie et Israël se sont dégradées depuis le lancement de l’opération militaire de Moscou en Ukraine, et Zakharova a attiré l’attention sur le fait que cela « n’est pas arrivé tout seul. »
« Ces derniers mois, nous avons entendu une rhétorique absolument non constructive et, surtout, biaisée de Tel-Aviv », a déclaré Zakharova. Elle a noté que les évaluations anti-russes provenant de divers niveaux d’autorité en Israël ont soulevé de sérieuses questions à Moscou, d’autant plus qu’elles étaient formulées d’une manière exclusivement pro-ukrainienne.
« Et ce, non pas en termes de soutien au peuple ukrainien, mais uniquement en soutien au régime de Kiev », a noté la diplomate, ajoutant que cette rhétorique était « absolument en phase avec la voix étrange et sauvage de l’Occident. »
Zakharova a également souligné que « l’impulsion » visant à compliquer les relations bilatérales avec Israël ne venait pas de la Russie.
« Lorsque nous entendons maintenant des commentaires des dirigeants de ce pays selon lesquels certaines actions de la Russie pourraient affecter les relations bilatérales, je voudrais demander si ces mêmes personnes ne pensent pas que leurs actions et leurs déclarations au cours de ces mois ont déjà affecté les relations bilatérales », a-t-elle déclaré. »
https://www.rt.com/news/559651-israel-russia-stance-unconstructive/

Mais la relation avec la Turquie s’améliore :

« La coopération militaro-technique sera à l’ordre du jour de la rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, à Sotchi. C’est ce qu’a répondu le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, mercredi, lorsqu’il a été interrogé sur la révélation d’Erdogan selon laquelle Moscou avait un œil sur les drones de combat Bayraktar de la Turquie, qui sont actuellement fournis à l’Ukraine.
Plusieurs médias turcs ont rapporté mardi qu’Erdogan avait fait part à la direction de son parti de l’intérêt de Poutine pour l’industrie turque des drones militaires. Le dirigeant russe aurait évoqué le sujet de la coopération avec Baykar Makina, le fabricant de Bayraktar, lors de la réunion du 19 juillet à Téhéran. Interrogé à ce sujet, M. Peskov n’a pas donné de détails.
« La coopération militaro-technique entre les deux pays est constamment à l’ordre du jour », a déclaré le porte-parole du Kremlin aux journalistes. « Le fait même que notre interaction se développe dans un domaine aussi sensible indique que, de manière générale, l’ensemble de nos relations se situe à un niveau très élevé. »
Erdogan doit rencontrer Poutine à Sotchi le 5 août. »
https://www.rt.com/russia/559722-sochi-putin-erdogan-drones/

 

La Chine et le monde multipolaire

De telles infos montrent le niveau de panique qui touche la diplomatie occidentale face à l’émergence du monde multipolaire :

« Les pays occidentaux ont tenté d’empêcher les responsables arabes de prendre des photos avec leurs homologues russes, a déclaré le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov lors d’une visite en Égypte dimanche.
M. Lavrov a révélé qu’avant de se rendre au Caire, on lui avait montré un document de la Ligue arabe, dont le siège se trouve dans la capitale égyptienne, parlant d’une « initiative … d’un groupe d’ambassadeurs des États-Unis, de la France, de l’Allemagne, du Royaume-Uni et d’un représentant de l’UE. »
« Elle demandait à nos amis arabes, premièrement de condamner, deuxièmement de rejeter certaines actions de la Russie. Et cette initiative a surtout insisté sur le fait qu’ils ne devaient pas signer de documents avec nous et prendre des photos avec nous », a souligné le ministre des affaires étrangères russe après s’être entretenu avec son collègue égyptien, Sameh Shoukry.
Il a également rappelé comment la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock a récemment qualifié de « défi » une photo du président turc Recep Tayyip Erdogan avec ses homologues russe et iranien Vladimir Poutine et Ebrahim Raisi. Mme Baerbock a ajouté qu’une telle image était « incompréhensible » pour elle.
« Ils ont une obsession pour ces photos », a déclaré Lavrov à propos de l’Occident. « Ce n’est pas une question relevant de la sphère de la diplomatie ; c’est une branche différente de l’étude de la nature humaine », a-t-il ajouté.
Plus tard dans la journée, le ministre russe des affaires étrangères a rencontré le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, et a déclaré aux photographes : « Les gars, j’ai entendu dire que vous ne devriez pas prendre de photos de moi ».
La remarque a provoqué des rires dans la salle, selon la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, qui a partagé le moment sur sa chaîne Telegram.
Mme Zakharova a conseillé aux photographes d’envoyer leurs clichés directement au département d’État américain, qui, selon elle, craint particulièrement que Moscou n’utilise ces images à des fins de propagande. »
https://www.rt.com/news/559586-lavrov-photos-egypt-west/
« Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, s’est plaint d’être moins populaire auprès des médias occidentaux que le haut diplomate russe Sergey Lavrov.
Dans une interview accordée à la radio espagnole Cadena SER mardi, M. Borrell a évoqué la récente tournée du ministre russe des affaires étrangères en Égypte, en RD Congo, en Éthiopie et en Ouganda : « Lavrov va en Afrique et tente de persuader les Africains que les sanctions sont à blâmer pour tout ce qui se passe… et l’ensemble des médias occidentaux le répète. »
« Je vais en Afrique pour dire le contraire, que les sanctions n’ont rien à voir avec tout cela, et personne ne le rapporte », a-t-il déploré.
https://www.rt.com/news/559708-borrell-lavrov-africa-eu/

Déficit de popularité que la Russie admet bien volontiers, sourire aux lèvres :

« Lors d’un appel régulier avec les journalistes jeudi, on a demandé au porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, de commenter la remarque de M. Borrell.
« C’était juste de sa part de se plaindre », a répondu Peskov. « Il est effectivement moins populaire que Lavrov. Il n’a aucune chance dans ce domaine ». »
https://www.rt.com/russia/559781-borrell-less-popular-lavrov/

L’Afrique affiche clairement son refus de rejeter la Russie :

« L’Ouganda cherche à renforcer sa coopération avec la Russie et refuse de combattre « les ennemis des autres », a déclaré le dirigeant du pays, Yoweri Museveni, lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, dans la ville d’Entebbe, mardi.
« Nous voulons commercer avec la Russie et nous voulons commercer avec tous les pays du monde. Nous ne croyons pas qu’il faille être l’ennemi de l’ennemi de quelqu’un. Nous voulons nous faire nos propres ennemis, pas combattre les ennemis des autres. Telle est notre doctrine », a déclaré le président ougandais.
Le dirigeant africain a fait remarquer que la Russie, et l’Union soviétique avant elle, ont soutenu l’Ouganda et le mouvement anticolonial africain pendant plus de 100 ans et n’ont jamais fait de mal au pays.
Faisant état des riches ressources naturelles de l’Ouganda, M. Museveni a déclaré qu’il espérait que son pays pourrait renforcer sa coopération avec la Russie dans des domaines tels que la science spatiale, l’énergie nucléaire, la médecine et l’alimentation.
Il a également insisté sur le fait qu’il ne comprenait pas les appels lancés à l’Afrique pour qu’elle adopte « automatiquement » une position anti-russe, notant que l’Ouganda ne peut pas se retourner contre des pays qui ne lui ont jamais fait de mal, d’autant plus qu’il a même pardonné ses oppresseurs coloniaux du passé et qu’il travaille désormais avec eux.
La conférence de presse conjointe s’est tenue dans le cadre de la tournée diplomatique du ministre russe des affaires étrangères, Sergey Lavrov, en Afrique et a marqué la première visite d’un haut responsable russe en Ouganda. »
https://www.rt.com/news/559668-uganda-president-russia-relations/

L’annonce d’un voyage de Pelosi en Chine est l’occasion d’un rapport de force entre la Chine et les Etats-Unis :

« La Chine aurait fait monter les enchères dans son conflit avec Washington au sujet du voyage prévu de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi à Taïwan, en déclarant qu’elle pourrait réagir militairement si la démocrate californienne effectuait sa visite.
Les dernières mises en garde ont été adressées en privé à des membres de l’administration du président Joe Biden, a rapporté le Financial Times dimanche, citant six personnes non identifiées connaissant bien la question. La déclaration était nettement plus forte que les avertissements que les responsables chinois ont donnés par le passé à propos d’actions ou de décisions politiques américaines controversées concernant Taïwan.
Il est prévu que Mme Pelosi se rende à Taipei le mois prochain, ce qui serait le premier voyage d’un président de la Chambre des représentants dans la république sécessionniste depuis 1997. Le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré mardi dernier que le voyage de Mme Pelosi aurait un « impact grave » sur les liens entre les États-Unis et la Chine. « Si les États-Unis devaient s’obstiner à suivre la mauvaise voie, la Chine prendra des mesures résolues et fortes pour sauvegarder sa souveraineté et son intégrité territoriale. Toutes les conséquences qui en découleront seront supportées par la partie américaine. » »
https://www.rt.com/news/559572-china-warns-over-pelosi-taiwan-trip/

Caitlin Johnstone nous prévient que, malgré les avertissements de la Chine, un support bipartisan se construit aux Etats Unis pour accompagner Pelosi dans son voyage :

« « Nancy, je vais t’accompagner », a tweeté le belliciste secrétaire d’État et directeur de la CIA de l’administration Trump, Mike Pompeo. « Je suis interdit en Chine, mais pas à Taïwan, qui aime la liberté. On se voit là-bas ! »
« C’est mon opinion personnelle que la politique d’une seule Chine a dépassé son utilité, qu’il est temps de sortir de l’ambiguïté stratégique », a déclaré le secrétaire à la défense de l’administration Trump, Mark Esper, au lendemain de la nouvelle de la visite de Pelosi lors d’une réunion avec la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen.
« Je pense que la Chine ne devrait avoir aucun droit de regard sur les déplacements des fonctionnaires américains. Je pense que si la présidente de la Chambre des représentants veut y aller, elle doit y aller », a déclaré M. Esper dans l’émission New Day sur CNN.
« La présidente Pelosi devrait absolument emmener une délégation bipartisane du Congrès à Taïwan », a tweeté l’ancien président républicain de la Chambre des représentants, Newt Gingrich. »
https://caitlinjohnstone.com/2022/07/26/warmongering-republicans-have-throbbing-hard-ons-for-pelosis-taiwan-trip/

Du coup la Chine fait aussi monter les enchères :

« La Chine pourrait utiliser des avions de guerre et des exercices de tir de missiles afin d’empêcher la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, de se rendre à Taïwan, selon de multiples rapports. La démocrate californienne n’a ni confirmé ni infirmé son intention de se rendre sur l’île le mois prochain, selon les médias.
Pékin pourrait déclarer une zone d’exclusion aérienne ou restreindre la navigation en menant des exercices militaires près du détroit de Taïwan, obligeant l’avion de Mme Pelosi « à faire un détour », a rapporté mercredi le South China Morning Post, citant des experts militaires.
De même, CNN a cité vendredi un responsable de la Maison Blanche qui s’est dit préoccupé par le fait que la Chine puisse annoncer une zone d’exclusion aérienne dans le but de faire dérailler l’éventuel voyage de Mme Pelosi. Le New York Times a cité lundi des responsables américains affirmant que la Chine pourrait envoyer des avions de guerre pour « escorter » l’avion de Mme Pelosi et l’empêcher d’atterrir. »
https://www.rt.com/news/559702-pelosi-taiwan-trip-planes/

Qui baissera les yeux le premier ?

« Le Pentagone pourrait envoyer des navires, des avions et des systèmes de surveillance supplémentaires pour protéger la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, si elle donne suite à son projet de visite à Taïwan, a rapporté AP mercredi, citant des responsables américains anonymes.
Un « plan d’urgence », en cours d’élaboration par l’armée américaine, prévoit la création d' »anneaux de protection superposés » pour la présidente de la Chambre des représentants pendant son vol vers l’île et son séjour sur place, a précisé l’agence de presse.
Les responsables ont également évoqué la nécessité de créer des « zones tampons » autour de Mme Pelosi et de son avion pendant la visite, pour parer à tout incident potentiel lié à la Chine, rapporte AP. »
https://www.rt.com/news/559732-us-pentagon-contingency-plan-taiwan/

Toutes ces provocations n’empêchent en rien la Chine de continuer sa progression économique et technologique :

« La monnaie chinoise, le yuan, a dépassé l’euro en termes de volume d’échange sur la Bourse de Moscou (MOEX) pour la première fois dans l’histoire, selon les données d’échange de vendredi.
Selon ces données, le volume des échanges de la monnaie chinoise s’est élevé vendredi à 52,8 milliards de roubles (908 millions de dollars). Le volume des transactions en euros, quant à lui, a à peine dépassé les 41 milliards de roubles (705 millions de dollars). Il s’agissait également du deuxième jour consécutif où le volume des échanges de yuan sur le MEX dépassait les 50 milliards de roubles, alors qu’au cours de la première moitié de juillet, le volume des échanges de yuan avait été en moyenne de 30 milliards de roubles (516 millions de dollars) par jour.
Le yuan n’a toutefois pas réussi à dépasser le dollar américain, le volume d’échanges du billet vert ayant atteint vendredi 124,7 milliards de roubles (2,1 milliards de dollars).
Les analystes suggèrent que la croissance du volume d’échange du yuan sur le MOEX est due aux actions de dévaluation des banques et aux spéculations sur les interventions en devises, qui pourraient prendre la forme d’achats de yuans dans le cadre de la nouvelle règle budgétaire très attendue de la Russie. »
https://www.rt.com/business/559555-yuan-lands-major-success-against-euro/
« Le jet à fuselage étroit C919 de la Chine, le premier avion commercial de passagers de conception nationale du pays, est sur le point d’être certifié, ayant passé avec succès les tâches de vol d’essai, a déclaré samedi le constructeur public Commercial Aircraft Corp of China (COMAC) sur son compte officiel de médias sociaux, cité par Reuters.
Selon le constructeur, six avions d’essai ont terminé avec succès leurs tâches et l’appareil est désormais prêt à recevoir un certificat de vol de l’Administration de l’aviation civile de Chine, nécessaire pour les opérations commerciales.
Pékin a lancé le programme de l’avion C919 en 2008, mais il a dû faire face à une avalanche de revers réglementaires et techniques, notamment les contrôles américains à l’exportation. Bien que l’avion soit assemblé en Chine, le C919 s’appuie sur des composants occidentaux, tels que les commandes de vol et les moteurs à réaction. La production a commencé en 2011, et le premier prototype était prêt en 2015.
Le premier C919 devrait être livré à la compagnie publique China Eastern Airlines en août. »
https://www.rt.com/business/559542-china-first-passenger-plane-tests/
« Selon les médias d’État, la Chine a ajouté à sa station spatiale orbitale, Tiangong, le premier des deux modules de laboratoire prévus. Il s’agit d’une étape importante pour le programme spatial humain de Pékin, que la Chine a été contrainte de poursuivre seule après avoir été exclue de la Station spatiale internationale.
Trois astronautes chinois, qui effectuent actuellement une mission de six mois en orbite à bord du Tiangong (qui se traduit par « palais céleste »), ont supervisé l’arrivée et l’amarrage, mais n’ont pas encore pénétré dans le nouveau module. Le trio – le commandant Chen Dong, Liu Yang et Cai Xuzhe – fait partie de la mission Shenzhou-14, au cours de laquelle la station spatiale chinoise doit recevoir un autre module et devenir pleinement opérationnelle. »
https://www.rt.com/news/559581-china-space-laboratory-module-wentian/
« L’Iran va construire un nouveau réacteur de recherche nucléaire de fabrication nationale près de la ville d’Ispahan, a déclaré mercredi Mohammad Eslami, vice-président du pays et chef de l’Organisation nationale de l’énergie atomique.
« Nous prévoyons de commencer officiellement la construction d’un réacteur de recherche sur le site nucléaire d’Ispahan dans les prochaines semaines », a déclaré Eslami aux journalistes lors d’une visite de l’installation de conversion de l’uranium (UFC) du site.
Construit dans les années 1980, le centre de technologie nucléaire d’Isfahan, dans le centre de l’Iran, est la plus grande installation de recherche nucléaire du pays. Outre l’UFC, il abriterait plusieurs réacteurs de recherche de fabrication chinoise, une usine de production de combustible et d’autres infrastructures nucléaires essentielles.
Selon M. Eslami, ce projet de construction « entièrement national » aidera l’Iran à accéder à terme à la chaîne complète de production d’énergie nucléaire, dont le pays a besoin puisque les quelques nations qui la possèdent ne veulent pas coopérer avec Téhéran. »
https://www.rt.com/news/559777-iran-nuclear-program-new-step/

Mille fois plus grave que le désastre nucléaire de Tchernobyl

Par : jmarti

Par Ron Unz − Le 11 juillet 2022 − Source Unz Review

Il arrive qu’un seul événement joue un rôle central dans l’effondrement d’un empire en cours de dislocation.

Tel a été le cas du désastre de Tchernobyl de 1986. Le processus de fusion nucléaire accidentelle, et l’explosion d’un des réacteurs nucléaires les plus avancés de l’URSS ont libéré un nuage de radiation à grande échelle sur l’Europe. La catastrophe a été considérée comme une preuve dévastatrice de la terrible décrépitude du système soviétique, et est devenue l’une des affaires les plus considérables des dernières décennies du XXème siècle.

De fait, dans un écrit produit en 2006 à l’occasion du vingtième anniversaire de Tchernobyl, Michael Gorbatchev a même suggéré que le désastre « fut possiblement la véritable raison de l’effondrement de l’Union soviétique. »

Probablement le communisme soviétique aurait-il chu en l’absence de cet événement, mais Tchernobyl a sans doute grandement accéléré le processus, et les quelques années qui ont suivi ont vu la chute du Mur de Berlin, l’exode des pays d’Europe de l’Est hors du Pacte de Varsovie, et peu après, la désintégration de l’Union soviétique elle-même.

Pourtant, quoique Tchernobyl se soit classée comme le pire désastre nucléaire de l’histoire, et quoique ses conséquences politiques aient été immenses, l’important article Wikipédia, qui compte 33 000 mots dans sa version anglaise, révèle que les statistiques associées à cet accident étaient loin d’être accablantes. Deux ingénieurs sont morts lors de l’explosion initiale, et deux autres ont été grièvement brûlés. 134 autres membres du personnel ont été hospitalisés pour un syndrome de radiation aigu, et parmi eux 28 sont morts dans les mois qui ont suivi, ainsi que 14 autres sur plus d’une décennie.

Des études ultérieures ont suggéré que l’augmentation des radiations sur l’Union soviétique et sur les États qui lui ont succédé a fini par produire plus de 4000 décès, auxquels s’ajoutent les 16 000 morts supplémentaires sur toute l’Europe au cours des décennies qui ont suivi. Mais en prenant en compte le fait que toutes causes confondues, le nombre de décès annuel sur cette vaste région géographique était établi à environ 8 millions de morts par an, une augmentation annuelle d’un millier de personnes environ représentait un changement imperceptible.

Qui plus est, hormis les quelques millions de personnes qui vivaient aux abords du désastre, le seul impact sur la vie des gens normaux a été la crainte de radiations, générée par les médias. De fait, si le désastre de Tchernobyl et les radiations qui s’en sont suivies n’avaient pas été largement relayés par la presse, fort peu de gens dans le monde n’en auraient même jamais eu conscience.

Il en va tout autrement lorsque l’on considère l’impact global de l’épidémie de Covid qui a commencé à Wuhan, en Chine, à la fin 2019. Selon les meilleures estimations produites par l’Organisation Mondiale de la Santé, quelques quinze millions de personnes sont déjà mortes en conséquence de cette épidémie, soit directement à cause du virus, soit en raison de ses effets indirects, et the Economist a estimé qu’avec les « décès excédentaires » on peut être plus proche des vingt millions. En outre, la vie quotidienne de plusieurs milliards de personnes dans le monde entier a été très fortement perturbée, à la fois à cause de la maladie elle-même, et en raison des mesures de santé publique sans précédent qui ont été prises pour la contrôler. Des transformations économiques colossales, et des changements dans les flux commerciaux mondiaux se sont également produits.

Tchernobyl s’est classé parmi les événements les plus importants de la fin du XXème siècle, mais ces statistiques comparées suggèrent que l’épidémie globale de Covid a engendré un impact social destructeur d’un ordre de grandeur mille fois plus important.

Peut-être bien que ce gigantesque désastre, encore en cours, n’a été qu’une calamité naturelle produite par la mutation ou la recombinaison naturelle d’un virus animal déjà existant. Si des millions de personnes mourraient par suite d’importants tremblements de terre ou d’éruptions volcaniques, les conséquences politiques resteraient mineures. Mais il existe des éléments très probants indiquant qu’en cette occurrence, la main de l’homme a été responsable de ce virus.

À la fin 2021, le Wall Street Journal a consacré une pleine page à la discussion et à la critique de plusieurs ouvrages récents analysant les origines de l’épidémie de Covid, tous ces ouvrages affirmant haut et fort que le virus est sorti d’un laboratoire. J’ai assez vite répondu par un article de mon cru, pour discuter à la fois ces ouvrages et le résumé qui en a été produit.

American Pravda: Confronting Covid Crimestop
The Unz Review • 13 décembre 2021 • 6400 Mots

L’ensemble de ces auteurs pointaient du doigt l’Institut de Virologie de Wuhan comme source probable du virus, affirmant que celui-ci s’en est échappé par accident et s’est répandu dans la ville voisine, puis dans le monde entier, un scénario comportant d’immenses implications politiques. Comme je l’ai écrit :

L’un des ouvrages discutés a été écrit par Jasper Becker, un journaliste britannique qui a passé 18 années comme correspondant à Pékin, et le dernier paragraphe de l’article du Wall Street Journal le cite suggérant que si les Chinois reconnaissaient cette responsabilité, le régime en place pourrait chuter :

La honte nationale pourrait sonner le glas du joug de soixante-dix années du Parti Communiste chinois. Cela engendrerait un séisme politique dont l’épicentre se trouverait en Chine, mais qui se propagerait dans le monde entier.

Cependant, comme je l’ai expliqué, l’auteur et celui qui l’a commenté semblent très mal informés au sujet d’éléments importants de l’histoire du XXème siècle :

Le critique note que Becker revient sur l’histoire passée pour suggérer que l’on ne peut pas faire confiance dans les dénégations avancées par les Chinois, soulignant que durant la guerre de Corée, les Communistes chinois avaient lancé une offensive de propagande majeure, affirmant faussement que l’armée étasunienne avait fait usage d’« armes microbiennes » interdites pour attaquer l’armée chinoise :

Il s’agit de l’une des raisons pour lesquelles les agences de renseignements occidentales vont probablement douter ou au moins remettre en question les thèses officielles au sujet des origines du virus et du rôle joué par l’Institut de Virologie de Wuhan… Car les gouvernements chinois et soviétique avaient propagé un récit complètement faux évoquant une guerre biologique lancée par leurs ennemis contre des civils, tout en menant en secret leur propres programmes d’armes microbiennes.

Becker et le critique affirment tous deux raisonnablement que si l’on détecte qu’un gouvernement a menti par le passé au sujet de la guerre biologique, alors ce que ce gouvernement affirme dans le présent au sujet de l’épidémie de Covid n’est pas digne de confiance.

Je suis convaincu que la plupart des lecteurs ont simplement hoché la tête en apprenant tous ces éléments, et il y a quelques mois encore, j’en aurais fait autant. Mais il y a plusieurs mois, j’ai soigneusement étudié l’histoire de la guerre biologique étasunienne, et j’ai découvert que le récit que j’avais tranquillement accepté de la part de nos médias est l’exact opposé de la réalité historique. Sur la base de documents gouvernementaux déclassifiés et d’autres sources conventionnelles, les preuves sont en réalité écrasantes que les Chinois disaient bien la vérité durant la guerre de Corée, alors que c’étaient nos propres dénégations qui étaient inexactes. Les États-Unis ont bel et bien fait usage d’armes biologiques durant ce conflit.

American Pravda: Waging Biological Warfare
Ron Unz • The Unz Review • 9 août 2021 • 7500 Mots

Je n’ai aucun doute quant au fait que Becker se soit montré tout à fait sincère, et que ce qu’il affirme sur cette question historique spécifique résulte simplement de son acceptation du récit médiatique conventionnel, et ne relève pas de la tromperie délibérée. Mais si nous employons à présent ses propres valeurs, dès lors que nous reconnaissons que la Chine a dit la vérité par le passé, alors que les États-Unis ont non seulement fait usage d’armes biologiques interdites mais ont aussi menti à ce propos, ces faits perturbants doivent éclairer notre analyse au sujet de l’épidémie de Covid.

Peut-être que le Covid est un virus naturel, et peut-être qu’il est sorti par accident d’un laboratoire situé à Wuhan. Mais il existe également une troisième possibilité logique : qu’il ait été volontairement répandu dans l’une des plus grandes villes de Chine dans le cadre d’une attaque de guerre biologique préparée. L’épidémie de Covid s’est produite au plus haut du conflit international en cours entre la Chine et les États-Unis si bien que les éléments de notre propre gouvernement hostile peuvent constituer des suspects évidents. Aucune de ces trois ouvrages ne semble reconnaître l’existence de cette possibilité hypothétique, même pour simplement la repousser : voici un énorme trou noir qui résulte peut-être, ou peut-être pas, des contraintes propres à l’industrie de publication des États-Unis.

Au moment où sont parus ces livres et cet article de critique, la possibilité que le virus du Covid trouve ses origines aux États-Unis était restée absolument impossible à mentionner dans les médias occidentaux, mais au cours des quelques semaines passées, la situation a subitement changé.

Le professeur Jeffrey Sachs, de l’Université de Columbia, se classe comme pilier de l’establishment dominant et a occupé le poste de président de l’influente commission sur le Covid instituée par le Lancet, un journal médical de premier plan. Au mois de mai, il est sorti de son silence, et a co-signé un article dans la prestigieuse revue Proceedings of the American Academy of Sciences, affirmant que le virus était clairement artificiel, et appelant à une enquête indépendante au sujet de sa possible origine étasunienne.

A call for an independent inquiry into the origin of the SARS-CoV-2 virus
Neil L. Harrison and Jeffrey D. Sachs • PNAS • 19 mai 2022 • 2800 Mots

L’énorme bombe politique lâchée par Sachs est restée presque totalement ignorée de nos médias occidentaux timorés. Cependant, au mois de juin, il a réitéré des remarques semblables lors d’une conférence en Espagne, et un clip concentrant ses propos est devenu viral sur Twitter au début du mois de juillet : il a été retweeté à ce jour 11000 fois, et a accumulé presque un million de vues.

Wow😯Prof. Jeffrey Sachs:

« J’ai présidé pendant 2 ans la commission du Lancet sur le Covid. Je suis convaincu que ce virus est sorti d’un laboratoire de biotechnologie étasunienne […] Nous n’en avons pas la preuve, mais nous disposons de suffisamment d’éléments. [Pourtant] aucune enquête n’est menée, ni aux États-Unis, ni ailleurs ». pic.twitter.com/IYvSJnlv1q

— Arnaud Bertrand (@RnaudBertrand) 2 juillet 2022

Dans un article paru la semaine passée, j’ai avancé que le pot aux roses était bel et bien dévoilé, et le Daily Mail britannique m’a donné raison, en publiant un article qui a enfin brisé l’embargo médiatique :

Le Covid est sorti d’un laboratoire ÉTASUNIEN et non pas du célèbre laboratoire chinois au centre de la dissimulation de la pandémie, affirme un professeur étasunien décrit comme « propagandiste pro-chinois »
Connor Boyd • Daily Mail • 4 juillet 2022 • 1,500 Words

Le Daily Mail s’est spécialisé il y a longtemps pour couvrir les sujets considérés comme trop « chauds » par le reste des médias dominants. En résultante, il a réalisé l’exploit de se positionner en deuxième rang des audiences, derrière la vénérable BBC, avec plus du double du trafic du Washington Post et cinq fois celui du Wall Street Journal. Le récit explosif sur les révélations de Sach a rapidement accumulé des milliers de partages et 1800 commentaires.

Qui plus est, un article précédent du Daily Mail, remontant au mois de février, avait discuté de nouvelles preuves scientifiques établissant qu’un composant central du virus du Covid provenait d’une séquence précédemment développée et brevetée des années plus tôt par Moderna, une entreprise de biotech étasunienne de premier-plan. Quoiqu’il n’existe aucun élément permettant d’avancer que Moderna ait en soi des connexions directes avec le Covid, ce point semble établir que le virus était bel et bien artificiel, et suggérait en outre une origine aux États-Unis.

Des Scientifiques affirment que le virus du Covid contient des séquences d’ADN qui « correspondent à un brevet déposé par Moderna TROIS ANNÉES avant le début de la pandémie. »
Connor Boyd • Daily Mail • 4 juillet 2022 • 2100 Mots

Ainsi, grâce à Sachs, un débat public est désormais lancé pour savoir si le Covid est ou non sorti d’un laboratoire étasunien. Mais les deux premières flambées épidémiques se sont produites en Chine et en Iran, frappant les deux pays du monde les plus exposés à l’hostilité des États-Unis, ce qui serait sans doute très improbable si le virus s’était répandu par accident.

Le sous-texte absolument impossible à évoquer de la discussion en cours est la possibilité évidente que le virus du Covid ait été créé dans un laboratoire aux États-Unis, puis volontairement déployé contre la Chine et l’Iran exactement comme l’avait dénoncé l’Iran à l’époque, pour ensuite fuiter et dévaster les États-Unis et le reste de l’Occident.

Au cours des deux dernières années, j’ai été pratiquement seul à soutenir cette hypothèse controversée, qui s’est vue presque totalement exclue des médias dominants et alternatifs. Ma longue suite d’article est consultable sur mon site unz.com et a été concentrée en un livre électronique téléchargeable gratuitement, déjà téléchargé plus de 11000 fois :

Covid/Biowarfare Series
Ron Unz • The Unz Review • avril 2020 – décembre 2021 • 60000 Mots

En 1986, les médias occidentaux qui dominaient le monde se sont assurés que le désastre de Tchernobyl en vint à symboliser l’incompétence et la malhonnêteté soviétiques, et ont utilisé cet incident pour infliger un coup terrible et peut-être fatal à l’Empire soviétique vacillant. Mais de nos jours, l’Occident continue de dominer les médias mondiaux, si bien que l’Empire étasunien n’a eu à souffrir d’aucune conséquence grave de son rôle probable dans le désastre du Covid pourtant bien plus conséquent. Cependant, les choses sont peut-être en train de changer.

Google et Facebook sont les principaux gardiens de l’internet mondial, et quelques jours après la publication de mon premier article sur les origines du Covid, au mois d’avril 2020, ils avaient censuré notre site web et avaient déréférencé toutes nos pages, réduisant fortement notre capacité à répandre nos informations. De même, la division Youtube de Google est la plateforme vidéo dominante au niveau mondial, et apparemment elle relègue à l’obscurité les vidéos discutant du Covid qui s’écartent trop du récit standard.

Mais la censure politique de plus en plus stricte pratiquée par Youtube sur de nombreux sujets a créé une ouverture pour des plateformes vidéo concurrentes, et selon un article du New York Times paru au mois de mars, Rumble est devenu le principal concurrent, surtout pour attirer les conservateurs et les soutiens de Trump exclus par les sévères restrictions pratiquées par Youtube. Après que la grande chaîne russe RT a été interdite par Youtube, elle a également basculé sur Rumble.

Le trafic géré par Rumble reste marginal par rapport à celui de Youtube, la plateforme dominante continuant d’attirer environ cent fois plus de visites mensuelles. Mais le refus par Rumble de supprimer les contenus controversés en fait l’un des meilleurs choix pour qui défie le dogme de l’establishment, et je suis très satisfait de mes propres résultats. Juste avant l’éclatement de la guerre entre la Russie et l’Ukraine au mois de février, j’ai produit plusieurs interviews vidéos sur mon analyse du Covid avec des petits podcasteurs, et ceux-ci ont été vus plus de 600 000 fois sur Rumble, dont plus de 100 000 fois rien qu’au cours des dix derniers jours.

En outre, deux de mes interviews vidéo ont désormais dépassé les 200 000 vues chacune, des totaux qui semblent se classer parmi les plus populaires sur cette plateforme.

Après que Youtube l’a banni, Alex Jones se concentre désormais sur Rumble, où il dispose de 127 000 abonnés, mais si vous classez ses vidéos par nombre de vues, aucune n’a dépassé les 70 000 vues. Si vous cherchez « Tucker Carlson » une dizaine de ses vidéos dépassent les 300 000, mais l’écrasante majorité est bien en dessous des 100 000. Et hormis son flux vidéo continu, la chaîne RT sur Rumble n’a produit que quatre vidéos dépassant les 100 000 vues, et une écrasante majorité de vues plus proche des 10k.

Si mes interviews avec de petits podcasteurs ont désormais accumulé davantage de vue sur Rumble que 98% des vidéos montrant Alex Jones, Tucker Carlson ou RT, cela suggère l’énorme audience potentielle que pourrait produire une discussion candide sur les vraies causes probables d’un désastre global sans doute mille fois plus grave que celui de Tchernobyl.


Lien vidéo




Lien vidéo




Lien vidéo

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Voir venir le TOTALITARISME – Jeudi Chouard n°4, 21 juillet 2022 21h, avec Ariane Bilheran et Slobodan Despot


Le 21 juillet 2022 21h, rendez-vous à l’émission en direct Jeudi Chouard, le jour des citoyens constituant, avec Ariane Bilheran et Slobodan Despot au sujet du totalitarisme.

Rejoindre l’émission sur Facebook
Rejoindre l’émission sur YouTube
Partager sur Twitter
Partager sur Telegram

PARTIE 1. Présentation : pendant environ 30 minutes, les invités présenteront leurs engagements, les problèmes qu’ils cherchent à résoudre, puis répondront aux questions du public.

PARTIE 2. Atelier constituant avec les invités et les spectateurs : que faudrait-il écrire dans la Constitution pour résoudre les problèmes énoncés ? Nous débattrons sur les solutions à constitutionnaliser.

À LA FIN DU LIVE. À partir de 22h30 les spectateurs pourront rejoindre la radio libre sur Discord pour continuer le débat constituant et faire des retours. Se connecter


Chers amis,

Sur ce site (chouard.org), on travaille — ensemble — depuis 2005 sur les abus de pouvoirs : leurs différentes formes, leurs causes profondes, et les différentes solutions que les humains pourraient imaginer pour les empêcher durablement.

En ces temps inquiétants de prétendues « urgences » (déclarées fort habilement par les pouvoirs exécutifs, appuyés par de complaisantes instances « internationales »), on entend de plus en plus souvent le mot TOTALITARISME dans les conversations des citoyens, inquiets pour leur liberté.

Ce mot important mérite d’être étudié publiquement pour éviter entre nous les malentendus, pour être sûrs de bien nous comprendre, sans exagérations ni euphémismes ou contresens.

Je vous propose d’y réfléchir jeudi prochain, 21 juillet à 21h, avec deux personnalités dont je trouve le travail important : Ariane Bilheran (https://www.arianebilheran.com/ et https://www.youtube.com/c/ArianeBilheranOfficiel) et Slobodan Despot (https://antipresse.net/auteurs/slobodan-despot/ et https://www.youtube.com/c/Antipresse_net/videos) . Ils se connaissent, ils travaillent ensemble, ce sont des résistants à toutes les formes de domination, ce sont des gens bien.

Je voudrais qu’Ariane et Slobodan nous expliquent chacun (exposé d’Ariane, puis réactions de Slobodan et moi, puis échanges avec les auditeurs, point par point) :
• leur définition du mot totalitarisme, la distinction avec les non synonymes comme dictature, despotisme, tyrannie…
• les indicateurs (« warnings dans la tête ») qui permettent de dire qu’on se trouve dans (ou qu’on se dirige vers) un régime totalitaire,
• les causes profondes de cette catastrophe antidémocratique,
• et les solutions, curatives et préventives, qu’Ariane et Slobodan — et les auditeurs — préconisent pour les simples citoyens.

De mon point de vue, un régime totalitaire est le bout d’un chemin, le terme d’un processus d’autonomisation des pouvoirs, faute de constitution digne de ce nom c’est-à-dire faute de citoyens constituants. Il me semble que dans un peuple éduqué à rester vigilant, dans une population de citoyens constituants, il n’y a pas de place pour un tyran, et encore moins pour un régime totalitaire : une démocratie ça s’institue et nous sommes seuls à pouvoir le faire, nous les représentés qui avons tout à craindre de nos représentants tant que ce n’est pas nous qui leur fixons nous-mêmes leurs limites. J’espère pouvoir passer cette idée au feu de l’esprit critique de mes invités.

Ensuite de quoi, comme d’habitude dans cette émission, j’aimerais inciter mes invités — ainsi que nos auditeurs et commentateurs — à rédiger avec moi des (ébauches d’) articles de constitution sur ce sujet ; je vous poserai à tous la question : si vous aviez le pouvoir constituant (si vous étiez souverain, quoi), quelques minutes ou quelques heures , quelles règles institueriez-vous pour empêcher durablement tout pouvoir de devenir totalitaire ? Vous allez naturellement penser à rédiger de grandes règles fondamentales, mais pensez bien à rédiger aussi les modalités d’exécution pratique des grandes règles fondamentales (procédures sans lesquelles tout est corruptible) : Qui contrôle qui ? Qui juge ? Qui punit ? Qui révoque ? Qui contrôle les contrôleurs ? etc.

J’ai hâte de vous y retrouver, ça va être passionnant.

Étienne.


Liens pour voir l’émission :

Sur Facebook : https://www.facebook.com/354125540254908/posts/355348993465896

Sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=lmcgqcQHreE


Comme d’habitude, pour vous aider à vous préparer un peu à l’avance à cette réflexion, je vous signale ci-dessous quelques documents importants déjà publiés par mes invités sur le sujet :

Ariane et Slobodan ont déjà fait une émission ensemble (très intéressante) sur le totalitarisme, c’était sur la (très utile) chaîne « Un être humain » :

Ariane a écrit plusieurs livres importants sur ce sujet, et notamment :

Ariane Bilheran et Vincent Pavan Le debat interdit. Langage Covid et totalitarisme 2022
dont je vous ai déjà parlé ici, en juin : https://www.chouard.org/2022/06/04/ariane-bilheran-et-vincent-pavan-le-debat-interdit-langage-covid-et-totalitarisme-2022-nous-devons-nous-preparer/

Dans la vidéo ci-dessous, Ariane a parlé de ce livre avec son coauteur, Vincent Pavan, que je trouve passionnant sur sa critique au vitriol du scientisme et des charlatans qui utilisent des « modèles » mathématiques aux prétentions divinatoires délirantes pour terroriser le monde entier :

Ariane Bilheran a aussi écrit :

Ariane Bilheran 2021 Chroniques du totalitarisme

Présentation en 4e de couverture :

Les Chroniques du totalitarisme ont été rédigées au cours de l’année 2021, pour certaines publiées dans « L’Antipresse », et pour d’autres directement sur le site de l’auteur.

Elles étudient, à partir de l’actualité, différentes notions, comme la mise au pas, la violence, le corps, la folie, la perversion, la paranoïa, le sacrifice, le témoignage, la charité et l’héroïsme, en époque totalitaire.

Elles sont ici accompagnées d’articles, dont « Psychopathologie du totalitarisme » qui, en trois volets, résume le problème totalitaire selon les procédés psychiques collectifs décryptés par Ariane Bilheran.

Par son analyse en prise directe avec les événements de 2021, l’auteur interroge avec profondeur et amplitude, selon la philosophie politique et la psychopathologie, les troubles qui envahissent périodiquement l’humanité. À certaines époques, l’humanité, prise dans la démesure et la tentation de transgresser les interdits fondamentaux de la civilisation, régresse dans la barbarie.

Ariane Bilheran, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Ulm), philosophe, psychologue clinicienne et docteur en psychopathologie, est spécialiste de l’étude de la paranoïa, de la perversion, du harcèlement et des manipulations. Elle est l’auteur de nombreux livres parus chez Dunod et Payot, dont Psychopathologie de la paranoïa et Psychopathologie de l’autorité.

Sommaire :
Introduction
Préface de Slobodan Despot
Le totalitarisme et le choix de la vie héroïque
Chroniques du totalitarisme 1 — La mise au pas du 12 juillet 2021
Chroniques du Totalitarisme 2 — De la violence en phase totalitaire
Chroniques du totalitarisme 3 — La vie nue, et encore…
Chroniques du totalitarisme 4 — Le corps dans le système totalitaire
Chroniques du totalitarisme 5 — Quand tout devient fou…
Note rectificative
Chroniques du totalitarisme 6 — Le témoin par destin
Chroniques du totalitarisme 7 — La charité
Chroniques du totalitarisme 8 — Hommage aux héros français le 15 septembre 2021
Psychopathologie du totalitarisme 1 — La structure totalitaire, le délire paranoïaque
Psychopathologie du totalitarisme 2 — Méthodes, étapes, objectif du projet totalitaire
Psychopathologie du totalitarisme 3 — Contagion délirante et alliances psychiques, sortie du délire
Totalitarisme, idéologie et paranoïa
Conclusion
Intervention lors de l’Assemblée franco-italienne du 29 janvier 2022, tenue à Paris (signature du traité de Paris)
Expertise transmise au Dr Reiner Füllmich pour le grand jury
Les profils qui résistent à l’embrigadement sectaire
Sur l’auteur

et

Ariane Bilheran Psychopathologie de lautorite 2010

Autres articles et vidéos publiés par Ariane :

1° L’imposture des droits sexuels 5ème édition, sous-titre « ou la loi du pédophile au service du totalitarisme mondial » (première édition : 2017…) :
https://www.bookelis.com/sciences-humaines/51301-L-imposture-des-droits-sexuels.html
Ne pas le lire avant de dormir !

2° Article Totalitarisme sanitaire, écrit en avril 2020 :
https://www.arianebilheran.com/post/totalitarisme-sanitaire-c-est-pour-ton-bien-le-mal-radical

3° Article Le déferlement totalitaire, où Ariane a posé la première, en août 2020, l’expression que Louis Fouché et d’autres ont popularisée ensuite :

https://www.arianebilheran.com/post/le-moment-paranoiaque-vs-deferlement-totalitaire-face-a-la-dialectique-du-maitre-et-de-l-esclave

Hold-Up interview intégrale en septembre 2020 où Ariane parle des comploteurs et des tyrans, du totalitarisme :

Interview Radio Canada, décembre 2020 (depuis, Stephan Bureau s’est fait sortir, suite à son interview… Ariane et lui sont devenus amis) :

6°) PERSONNE N’EST À L’ABRI. Le nœud totalitaire exige une propagande de tous les instants (2021)

On peut se demander pourquoi, en 2020, Ariane a posé un tel diagnostic (tout le monde lui riait au nez). Mais déjà en 2017 (avec le sous-titre), et finalement, avec Tous des harcelés en 2010, Ariane avait parlé de «démocratie totalitaire»… Même Ariane, finalement, la question l’intéresse : à quoi a‑t-elle repéré cela au point de s’exposer publiquement à en poser le diagnostic dès avril 2020 (ce qui aurait pu lui coûter cher en crédibilité, ce qui lui a coûté d’ailleurs cher, mais pas parce qu’il était faux, au contraire !) à part à son flair ? Pourquoi Giorgio Agamben le philosophe italien a vu clair également au même moment ? Quels ont été leurs outils ?


Slobodan Despot est un personnage important, de mon point de vue : sa culture littéraire (il est éditeur), son analyse calme, décalée (il est Serbe, il vit en Suisse et son épouse est Russe) généreuse et puissante m’éclairent chaque semaine : je me suis abonné à l’Antipresse il y a quelques mois, et c’est passionnant. Je ne rate plus un débriefing du vendredi soir 🙂

ANTIPRESSE 1 1

ANTIPRESSE 2

ANTIPRESSE 3

Le compte twitter de Slobodan : https://twitter.com/despotica

Edit, 21 juillet 2022, 14h15 :
ATTENTION :
CHANGEMENT D’HEURE de dernière minute : l’émission aura lieu à 21 h au lieu de 19 h.
Pardon pour le dérangement.

L’article Voir venir le TOTALITARISME – Jeudi Chouard n°4, 21 juillet 2022 21h, avec Ariane Bilheran et Slobodan Despot est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

Je suis allé parler de vraie démocratie et de PCPP — processus constituant populaire permanent — sur la chaîne LIVRE NOIR

Bonjour,

C’est encore un média de droite qui me donne la parole pour parler de vraie démocratie : cette fois, c’est « Livre Noir », et je crois avoir défendu là quelques idées que je n’avais jamais évoquées ailleurs.

Je ne comprends rien aux titres que la chaîne a donnés à cet entretien : ni à celui de la vidéo, ni à celui de la vignette… Peut-être que vous arriverez à me les expliquer ? 🙂 Moi, j’aurais plutôt intitulé cette émission « Parler de vraie démocratie entre gens « de gauche » et gens « de droite » » ou « Pourquoi Citoyen journaliste complotiste est doublement un pléonasme »… Bon, je ne suis pas bon pour les titres, je le vois bien 🙂 mais vous allez m’aider à en trouver un meilleur, n’est-ce pas ? 🙂

Les commentaires sur la chaîne YT sont déjà nombreux ; il y en a là qui n’aiment vraiment pas (du tout) la démocratie, mais c’est parfois très intéressant à découvrir.

Je remercie les animateurs de cette chaîne pour leur gentille invitation. Je me permets de suggérer à leur équipe, si ça les intéresse (et s’ils arrivent à trouver un volontaire), d’organiser un débat à la loyale entre un connaisseur-défenseur du gouvernement représentatif et moi (moi qui conteste radicalement la légitimité de ce système de domination institué par les dominants eux-mêmes).

Il me semble qu’une fonction essentielle des vrais journalistes est de mettre en scène les conflits, pour éclairer l’opinion avec des controverses présentant les différents arguments en opposition.

Je n’arrive pas à comprendre le désintérêt (voire le dégoût) des médias de gauche sur ce sujet central (du processus constituant nécessairement populaire —en refusant surtout l’élection de l’assemblée constituante— pour produire une émancipation des opprimés au plus haut niveau du droit mais en partant du bas, une sorte d’auto-institution de la société), et ce silence (redoublé récemment d’hostilité) dure depuis 2005 (17 ans de silence, quand même) : pas un article dans le Diplo, ni dans Politis, ni dans l’Huma, ni sur LBSJS, ni nulle part à gauche dans les directions des partis, des syndicats, et chez les intellectuels ; je suis invité seulement dans les collectifs militants locaux, ça oui, et souvent. tout se passe comme si (une grande partie de) « la gauche » avait (très) peur d’un peuple aspirant à devenir souverain (et donc peur de toute forme véritable de démocratie).

Étienne.

PS : pour voir les (centaines de) commentaires sur YT, il faut cliquer ci-dessous sur le titre de la vidéo, en haut à gauche de l’image)

 

L’article Je suis allé parler de vraie démocratie et de PCPP — processus constituant populaire permanent — sur la chaîne LIVRE NOIR est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

[sabotage de l’hôpital] « SUSPENDUS… Des soignants entre deux mondes » – Un film important et poignant, de Fabien Moine, sur les premières vaporisations (1984, Orwell) des opposants politiques en régime totalitaire

Chers amis,

Voici un film poignant, un film important.
Un film émouvant et éclairant.
Qui donne la parole à des soignants résistants.

Il s’agit, pour nous, les autres, de ne pas oublier la torture quotidienne qui est scandaleusement infligée — encore aujourd’hui, tous les jours, et sans aucune base scientifique — à des héros qui dévouent leur vie à soigner les autres, au seul motif qu’ils résistent à une évidente oppression.

Allez voir ce film, il est épatant :


https://exuvie.fr/livre/suspendus_des_soignants_entre_deux_mondes/

J’éprouve une grande admiration pour ces belles personnes, dévouées, honnêtes, et courageuses jusqu’au bout.

Et aussi, je n’arrive pas à me départir d’une certaine rancune contre ceux qui les abandonnent sans les aider, alors qu’il s’agit des plus dévouées, et qu’on va tous y passer.
Un régime totalitaire ne peut exister QUE avec la complicité active d’une partie apeurée et servile de la population.
Cette complaisance de la population à l’oppression a quelque chose de profondément désespérant.

Je veux dire mon admiration et ma solidarité à tous les soignants arbitrairement vaporisés par Bad Brother.

On peut les aider (même un peu c’est déjà beaucoup) là :

https://lesessentiels.org/

Merci à tous. Pueblo unido jamás será vencido.

Étienne.

PS : à la question « POURQUOI nos prétendus « représentants » continuent à accabler les soignants, même en pleine « crise sanitaire » ? », je voudrais rappeler que la destruction de tous les services publics (et pas seulement l’hôpital) est criminellement programmée depuis 50 ans, pour en faire des centres de profits.

Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » (« vaporisés » aurait dit Orwell dans 1984) :https://t.co/1S0apw3jTI

La révoltante TORTURE DES OPPOSANTS politiques dans le système de soin est conforme à la logique de destruction de l’hôpital public depuis 50 ans. pic.twitter.com/bFmRp4PBi6

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 5, 2022

Relayée sur le blog :
Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » (« vaporisés » aurait dit Orwell dans « 1984 »)https://t.co/Q8HDumrOdi

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 5, 2022

Ariane Bilheran et Vincent Pavan :
LE DÉBAT INTERDIT–Langage, covid et totalitarisme
NOUS DEVONS NOUS PRÉPARERhttps://t.co/d9tuaV0FcS

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 4, 2022

Amine UMLIL, important lanceur d’alerte sur l’effondrement de la pharmacovigilance en France au sujet des injections expérimentales forcées :https://t.co/Szd75osEKg

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) May 31, 2022


D’abord ils vinrent chercher les soignants opposants
Et je n’ai pas protesté
Car je n’étais ni soignant ni opposant.
Puis ils vinrent chercher les Communistes
Et je n’ai pas protesté
Car je n’étais pas un Communiste.
Puis ils vinrent chercher les Socialistes
Et je n’ai pas protesté
Car je n’étais pas un Socialiste.
Puis ils vinrent chercher les syndicalistes
Et je n’ai pas protesté
Car je n’étais pas un syndicaliste.
Puis ils vinrent chercher les Juifs
Et je n’ai pas protesté
Car je n’étais pas un Juif.
Puis ils vinrent me chercher –
Et il ne restait plus personne pour protester.

d’après le Pasteur Niemöller


 


Fil Facebook correspondant à ce billet :


Tweet correspondant à ce billet :

[sabotage criminel de l’hôpital, depuis 50 ans]
« SUSPENDUS… Des soignants entre deux mondes »
Un film important et poignant, de Fabien Moine, sur les premières vaporisations (1984, Orwell) des opposants politiques en régime totalitairehttps://t.co/XOuu6LgTSV pic.twitter.com/tCsgbvYC6H

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 7, 2022


Telegram correspondant à ce billet :
https://t.me/chouard/620


 

L’article [sabotage de l’hôpital] « SUSPENDUS… Des soignants entre deux mondes » – Un film important et poignant, de Fabien Moine, sur les premières vaporisations (1984, Orwell) des opposants politiques en régime totalitaire est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » (« vaporisés » aurait dit Orwell dans « 1984 »)

Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » :
https://www.leslignesbougent.org/petitions/pour-la-reintegration-des-15–000-soignants-suspendus-8410

Faute de constitution, les despotes se foutent pas mal de nos cris de colère, même légitimes. Mais j’ai quand même signé cette pétition, avec ce commentaire :

La révoltante TORTURE DES OPPOSANTS politiques dans le système de soin est conforme à la logique de destruction de l’hôpital public, crime perpétré depuis 50 ans par nos prétendus « représentants » — devenus par corruption des fanatiques du marché : leur objectif (inavouable à la télé) est de faire de tous les services publics des « centres de profit » : « starve the beast » (« affamer la bête »… en parlant de l’État) est leur slogan, qui résume leur programme anarcho-capitaliste.

La construction arbitraire et délibérée d’une épouvantable « DETTE PUBLIQUE », absolument non nécessaire et totalement ruineuse, a été, depuis POMPIDOU, l’outil central permettant tous les CHANTAGES, rabâchés par ceux qu’on appelle frauduleusement des économistes (alors que ce sont des employés de banque, des collaborateurs des usuriers).

Diagnostiquer « l’erreur des responsables », leur incompétence, c’est refuser de voir à la fois leur trahison et, précisément, leur irresponsabilité.
Ce à quoi nous avons affaire est un COMPLOT (stricto sensu, et ultra documenté, depuis des décennies) contre le concept même de service public : en privant ceux qui travaillent de leurs protections (services publics, droit du travail, institutions de solidarité), les comploteurs livrent les travailleurs sans défense à leurs exploiteurs.

Mais, si nous sommes gouvernés par nos pires ennemis, et sans défense contre leurs félonies, c’est parce que nous n’avons pas de constitution.

Et cette absence de constitution digne de ce nom découle logiquement, fatalement, de NOTRE PROPRE DÉMISSION du processus constituant.

Si l’on veut protéger nos services publics, il faudra apprendre à instituer NOUS-MÊMES la puissance politique qui nous manque pour nous défendre contre nos représentants.

Étienne Chouard.

 


 
Fil Facebook correspondant à ce billet :

 


 
Tweet correspondant à ce billet :

Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » (« vaporisés » aurait dit Orwell dans 1984) :https://t.co/1S0apw3jTI

La révoltante TORTURE DES OPPOSANTS politiques dans le système de soin est conforme à la logique de destruction de l’hôpital public depuis 50 ans. pic.twitter.com/bFmRp4PBi6

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 5, 2022


 


 
Telegram correspondant à ce billet :
https://t.me/chouard/618
 


 

L’article Pétition pour la réintégration des 15 000 soignants « suspendus » (« vaporisés » aurait dit Orwell dans « 1984 ») est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

Ariane Bilheran et Vincent Pavan : LE DÉBAT INTERDIT – Langage, covid et totalitarisme – NOUS DEVONS NOUS PRÉPARER

Chers amis,

Dans cette ambiance de (début de) fin du monde, je suis en train de lire un livre passionnant, d’Ariane Bilheran et Vincent Pavan ; il s’intitule « LE DÉBAT INTERDIT – Langage, covid et totalitarisme », et je vous le recommande car il aide à prendre du recul sur ces deux années charnières en présentant une lecture très hétérodoxe mais aussi très instructive.

Ariane Bilheran et Vincent Pavan Le debat interdit. Langage Covid et totalitarisme 2022

.

SOMMAIRE
Avant-propos
Préface
Introduction
Préambule

LA LANGUE COMME PATRIMOINE

CHAPITRE 1.
LA PERVERSION DE LA SCIENCE : LA LOGIQUE, L’ÉPIDÉMIOLOGIE ET LE RAPPORT À L’EXPÉRIENCE
Le langage mathématique : un formalisme devenu vide de sens
Une bien pauvre épidémiologie
Une crise de la science et de la politique

CHAPITRE 2.
LA PERVERSION DE LA LANGUE À DES FINS POLITIQUES : ANALYSE DE LA LANGUE COVID ET DE SA SÉMANTIQUE
Les sophismes au principe de la politique déployée
Les biais interprétatifs occultant l’argumentation principale
La persuasion par la charge émotionnelle des discours politiques et médiatiques
Les néologismes, le nouveau lexique pour penser et le langage administratif
Les amalgames, les assimilations et les interrogations faussées
Les euphémismes, les superlatifs et les slogans
Les glissements de sens, la disparition de mots et les métaphores
Les incantations hypnotiques et le collage
Les paradoxes et les clivages

CHAPITRE 3.
LA PERVERSION MORALE, ÉPISTÉMOLOGIQUE ET PSYCHOLOGIQUE
Épistémologie et déontologie : le rapport à la vérité
L’irresponsabilité scientifique et politique
La fracture du temps et de l’espace
Le déni des origines et le primat du mimétisme

CHAPITRE 4.
L’IDÉOLOGIE SANITAIRE ET LE PARADIGME TOTALITAIRE
Rappel historique : des dangers d’une idéologie sanitaire
La rupture silencieuse et masquée du contrat social par une néo-réalité guerrière et numérique
Le corps social malade : l’idéologie de la santé et son corollaire xénophobe
« L’homme nouveau » et le paradigme totalitaire
L’effondrement de la morale et de la Justice

Conclusion

LE TOTALITARISME EN MARCHE ET LA SUITE

Je rapproche ces analyses de celles d’Alain Supiot qui, lui aussi, repère et dénonce les projets scientistes de gouvernance par les nombres qui sont en train de dépolitiser nos sociétés et d’essayer de nous transformer en rouages d’une mécanique inhumaine, en éliminant progressivement toutes les formes de débat véritablement contradictoire.

Je suis souvent gêné par une tendance des psychologues à tout psychologiser, et finalement à nous voir tous un peu comme des malades mentaux (…), et je sens ça parfois chez Ariane aussi ; mais dans l’urgence des dangers de la bascule en cours, je ne prête pas trop attention à ces appréhensions.

Dans la vidéo ci-dessous, je trouve également utiles les réflexions d’Ariane sur les conditions qui rendent possible une bascule totalitaire, et notamment ce qui conduit une population à accepter — et même à participer — à la persécution de boucs émissaires (par définition parfaitement innocents) : si nous étions nombreux à être transformés — par l’urgence des dangers — en résistants héroïques (courageux), le régime autoritaire ne pourrait pas devenir totalitaire, car un régime totalitaire a besoin à la fois de la passivité générale et de la complicité de nombreux petits chefs arbitraires :

.

Vous pourrez retrouver de nombreuses interventions d’Ariane et de Vincent dans des réunions du CSI — le très instructif Conseil Scientifique Indépendant, tous les jeudis à 21 h —, et plus généralement sur CrowdBunker :

https://crowdbunker.com/search?q=bilheran

https://crowdbunker.com/search?q=pavan

Je vous souhaite à tous beaucoup de courage.

Étienne.

 


Fil Facebook correspondant à ce billet :


Tweet correspondant à ce billet :

Ariane Bilheran et Vincent Pavan :
LE DÉBAT INTERDIT–Langage, covid et totalitarisme
NOUS DEVONS NOUS PRÉPARERhttps://t.co/d9tuaV0FcS

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) June 4, 2022


Telegram correspondant à ce billet :
https://t.me/chouard/617


 

L’article Ariane Bilheran et Vincent Pavan : LE DÉBAT INTERDIT – Langage, covid et totalitarisme – NOUS DEVONS NOUS PRÉPARER est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

Amine UMLIL, important lanceur d’alerte sur l’effondrement de la pharmacovigilance en France au sujet des injections expérimentales forcées

Bonjour à tous.

Ce qui se passe depuis deux ans est révoltant à tout point de vue. Le piétinement de tous les grands principes protecteurs des libertés publiques par ceux-là mêmes qui sont (très bien) payés pour les protéger est consternant. J’y vois la confirmation que, privés de garantie de nos droits et faute de séparation des pouvoirs, nous n’avons pas de constitution.

Pour aider à percevoir les composantes de ce qui peut s’analyser comme une bascule  totalitaire, je rappelle le « Rapport Dictature 2020 publié et tenu à jour par l’avocate Virginie de Araujo-Recchia : https://drive.google.com/file/d/1MO0vQn4ug-oe3L5TuFKwNL2fhWgBWkNP/view

Au milieu de cette ambiance de fin du monde (avec le consentement —  plus effroyable encore que les intrigues des puissants — d’une grande partie de la population, hébétée par une désinformation quotidienne), surgissent quelques héros, personnalités vertueuses et courageuses entrées en résistance contre les pouvoirs abusifs. Parmi ces héros, je voudrais signaler aujourd’hui le cas d’Amine UMLIL, pharmacien spécialiste de la pharmacovigilance depuis des décennies, qui vient de présenter une communication importante au Sénat. Je reproduis d’abord ici cette audition, puis je profiterai de ce billet pour regrouper ici quelques autres documents sur le travail de ce formidable pharmacien lanceur d’alerte :


L’audition complète devant l’OPECST, Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (la vidéo dure 18h20) :
https://videos.senat.fr/video.2908931_628cbfd4c67cf.declaration-analyse-et-communication-autour-des-effets-indesirables-des-vaccins-contre-la-covid-19


Le rapport d’Amine Umlil, rapport important, évoqué au tout début de son audition :

Amine UMLIL Limpossible consentement Effets indesirables des vaccins contre la Covid 19 et systeme de pharmacovigilance francais

(Cliquer sur l’image pour vous procurer le rapport.)


Cette audition essentielle aurait dû donner beaucoup plus de temps à Amine Umlil et, au lieu de cela, elle a été interrompue « pour des raisons techniques », puis interrompue par ceux dont il dénonçait les crimes, puis carrément écourtée « faute de temps »… Son président, collaborateur attitré du système, avait été intimidé par les chiens de garde du régime pour avoir osé donner (un tout petit peu de) la parole publique à des dissidents de la doxa du covid.

Il est important, pour nous tous, de donner vraiment la parole à nos lanceurs d’alerte.
Je vous demande de signaler, dans les commentaires, tout ce que vous connaissez et qui a trait aux trucages de la pharmacovigilance partout sur terre.

Je copie ci-dessous quelques autres interventions d’Amine Umlil que j’ai vu passer ces derniers temps.

Étienne.


[Chez Bercoff, Sud Radio] Audition choc du Dr Amine Umlil devant le Sénat :
« Il y a un principe d’inviolabilité du corps humain »


Dr Amine Umlil : « Aujourd’hui, il n’y a pas de contre-pouvoir » :

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/amine-umlil-entretien-essentiel


Les communications d’Amine Umlil au CSI, Conseil Scientifique Indépendant (CSI tous les jeudis soirs, à 21h) :

Réunion publique n°19 du CSI Conseil Scientifique Indépendant, 19 août 2021 :

Réunion Publique n°32 du Conseil Scientifique Indépendant, 18 novembre 2021 :

Réunion publique n°44 du Conseil Scientifique Indépendant, 24 février 2022


 


 
Pas de fil Facebook correspondant à ce billet,
pour cause de CENSURE sur ce sujet,
considéré comme « interdit au peuple » par les dominants 🙄
 


 
Tweet correspondant à ce billet :

Amine UMLIL, important lanceur d’alerte sur l’effondrement de la pharmacovigilance en France au sujet des injections expérimentales forcées :https://t.co/Szd75osEKg

— Étienne Chouard (@Etienne_Chouard) May 31, 2022


 


 
Telegram correspondant à ce billet :
https://t.me/chouard/613

L’article Amine UMLIL, important lanceur d’alerte sur l’effondrement de la pharmacovigilance en France au sujet des injections expérimentales forcées est apparu en premier sur Étienne Chouard - Blog du Plan C.

À propos de la déontologie journalistique

Ou comment l’expédier aux oubliettes C’est fin mars 2021 que « l’affaire » a démarré par un courrier envoyé au CDJ (Conseil
❌