Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 11 août 2022Vos flux RSS

La période de crise va-t-elle déclencher une révolte contre les personnes au pouvoir ?

par Markku Siira. Les cercles capitalistes parviendront-ils à maîtriser l'effondrement qu'ils ont eux-mêmes provoqué, ou le pouvoir de l'argent finira-t-il par trébucher sur sa propre ingénierie ? Que se passera-t-il si et quand les gens se réveilleront de la tromperie de la classe possédante ? Le nihilisme politique s'emparera-t-il de l'esprit des électeurs, même les plus loyaux ?
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Les Européens s’opposent majoritairement aux sanctions contre la Russie

Plus de la moitié des résidents d'un certain nombre de grands pays de l'UE sont contre l'introduction de nouvelles sanctions anti-russes si elles aggravent encore le niveau de vie de la population.

L’Euro décroche ! Effondrement de l’€ …

Par : Thomas

Pour comprendre le décrochage de l’euro, il faut d’abord comprendre comment les monnaies sont liées entre elles.

Nous avons l’habitude de voir varier la valeur des monnaies mais une variation négative qui ne remonte pas autant vous dire que ce n’est pas bon du tout.

La croissance économique étant une fonction à 98,5% directe de la consommation d’énergie, les marchés savent qu’une coupure totale ou très très partielle du gaz russe va tuer la croissance dans la zone euro.

Pouvons-nous réagir face à cette récession ? Faut-il complètement abandonner l’euro ?

__________ 👇 SOMMAIRE👇 __________

00 : 00 Euro contre Dollar

00 :54 Fonctionnement des monnaies

02 :26 Peut-on faire quelque chose ?

03 :40 L’Euro va-t-il remonter ?

06 :05 Crypto VS finance traditionnelle

L’article L’Euro décroche ! Effondrement de l’€ … est apparu en premier sur PLANETES360.

Notre économie réelle physique « en danse rythmée »

par Alastair Crooke. La modernité occidentale dépend d'un combustible fossile bon marché. Si ce dernier se réduit, nos économies se réduiront également. Si ce lieu commun n'est pas largement perçu, c'est à cause de l'emprise de la financiarisation.

Michael Hudson analyse les causes de la grande dépression qui vient

Par : Wayan

Par Benjamin Norton − Le 1 juillet 2022 − Source Naked Capitalism

Hudson

BENJAMIN NORTON :

Bonjour tout le monde, ici Ben Norton. J’ai le privilège d’être rejoint par l’un de mes invités préférés, Michael Hudson, l’un des plus grands économistes vivants aujourd’hui.

Nous allons parler de la crise de l’inflation. C’est une crise qui touche le monde entier, mais en particulier les États-Unis, où l’inflation a dépassé les 8 %. Et cela cause beaucoup de problèmes politiques. Elle va très probablement entraîner la défaite, entre autres, des Démocrates lors des élections de mi-mandat en novembre.

Et nous avons vu que la réponse du gouvernement américain et des économistes de haut niveau aux États-Unis consiste essentiellement à imputer l’inflation aux salaires, aux faibles niveaux de chômage et aux travailleurs.

Nous avons vu que le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, a déclaré que l’inflation était causée par des salaires supposés trop élevés. Nous avons également vu que l’économiste de premier plan et ancien fonctionnaire de l’administration Clinton, Larry Summers, a affirmé que la solution à l’inflation était d’augmenter le chômage, potentiellement jusqu’à 10 %.

Aujourd’hui, je suis rejoint par l’économiste Michael Hudson, qui dénonce ce type d’économie néolibérale depuis de nombreuses années. Le professeur Hudson vient de publier un article dont nous allons parler aujourd’hui. Il s’intitule  » Le programme d’austérité de la Fed pour réduire les salaires  » et je vais laisser le professeur Hudson résumer les principaux points de son article.

Professeur Hudson, pouvez-vous réagir à la décision de la Réserve fédérale d’augmenter les taux d’intérêt de 0,75 % ? Cela ne semble pas beaucoup – c’est moins de 1 % – mais il s’agit de la plus forte hausse de taux depuis 1994.

Et maintenant, nous avons déjà vu des rapports indiquant qu’il va y avoir une dépression. La présidente de la Fed en attribue la responsabilité aux salaires. Pouvez-vous répondre à la position de la Fed et à la crise de l’inflation aux États-Unis en ce moment.

MICHAEL HUDSON :

Pour la Fed, les deux seules choses qu’elle peut faire sont, premièrement, d’augmenter le taux d’escompte, le taux d’intérêt ; et deuxièmement, de dépenser 9000 milliards de dollars pour acheter des actions, des obligations et des hypothèques immobilières afin d’augmenter les prix de l’immobilier, et d’augmenter le montant de la richesse que possèdent les 10% les plus riches de la population.

Pour les 10 % les plus riches, en particulier les 1 %, il n’y a pas que l’inflation qui soit due aux salaires ; tous les problèmes de l’Amérique sont dus au fait que la classe ouvrière gagne trop d’argent. Et si vous êtes un employeur, c’est ça le problème : vous voulez augmenter vos profits. Et si vous regardez à court terme, vos profits augmentent en comprimant le cout du travail. Et la façon de comprimer le cout du travail est d’augmenter ce que Marx appelait l’armée de réserve de chômeurs.

Vous avez besoin du chômage pour empêcher la main-d’œuvre d’obtenir une plus grande partie de la valeur de ce qu’elle produit, afin que les employeurs puissent engranger de la plus-value et la verser aux banques et aux gestionnaires financiers qui ont pris le contrôle des entreprises aux États-Unis.

Vous avez mentionné que si la Fed impute l’inflation à la main-d’œuvre, ce n’est pas l’avis du président Biden, qui ne cesse de l’appeler « l’inflation Poutine ». Et bien sûr, ce qu’il veut vraiment dire, c’est que les sanctions que l’Amérique a imposées à la Russie ont créé une pénurie de pétrole, de gaz, d’énergie et d’exportations alimentaires.

Donc, nous sommes en fait dans l’inflation Biden. Et l’inflation Biden que connaît l’Amérique est le résultat essentiellement de la politique militaire américaine, de sa politique étrangère et, surtout, du soutien du Parti Démocrate à l’industrie pétrolière, qui est le secteur le plus puissant des États-Unis et qui oriente la plupart des sanctions contre la Russie ; et de l’État de sécurité nationale qui fonde la puissance de l’Amérique sur sa capacité à exporter du pétrole, ou à contrôler le commerce du pétrole de tous les pays, et à exporter des produits agricoles.

Ce que nous vivons actuellement n’est donc pas simplement une question domestique de salariés qui veulent des salaires plus élevés, qu’ils n’obtiennent pas vraiment ; le salaire minimum n’ayant pas du tout été augmenté. Mais il faut replacer cela dans le contexte de la guerre froide qui se déroule actuellement.

L’ensemble de la confrontation entre les États-Unis et l’OTAN et la Russie a été une aubaine, comme vous et moi en avons déjà parlé, pour l’industrie pétrolière et les exportateurs agricoles.

Et le résultat est que le dollar américain est en hausse par rapport à l’euro, à la livre sterling et aux devises du Sud. Eh bien, en principe, un dollar en hausse devrait faire baisser le prix des importations. Ce qui n’est pas le cas. Quelque chose d’autre est donc à l’œuvre.

Et ce qui est en jeu, bien sûr, c’est le fait que l’industrie pétrolière est un monopole, que la plupart des prix qui ont augmenté sont essentiellement le résultat d’une situatioin monopolistique, dans le cas de l’alimentation, par les sociétés de commercialisation, comme Cargill et Archer Daniels Midland, qui achètent la plupart des récoltes aux agriculteurs.

L’ironie est qu’alors que les prix des denrées alimentaires, après ceux du pétrole, sont le principal facteur de la flambée, les agriculteurs obtiennent de moins en moins pour leurs récoltes. Et pourtant, les coûts des agriculteurs augmentent – hausse des engrais, de l’énergie, des autres intrants – de sorte que vous avez d’énormes profits pour Archer Daniels Midland et les monopoles alimentaires, des distributeurs, et des gains énormes, énormes pour l’industrie pétrolière, et aussi bien sûr pour le complexe militaro-industriel.

Donc, si vous regardez ce qui se passe dans l’ensemble du système économique mondial, vous pouvez voir que cette inflation est montée de toutes pièces. Et les bénéficiaires de cette inflation ne sont certainement pas les salariés, loin s’en faut.

Mais la crise que la politique de Biden a créée est imputée aux salariés au lieu d’être imputée à la politique étrangère de l’administration Biden et, essentiellement, à la guerre entre les États-Unis et l’OTAN pour isoler la Russie, la Chine, l’Inde, l’Iran et l’Eurasie en général.

BENJAMIN NORTON :

Professeur Hudson, je voudrais parler de l’augmentation des taux d’intérêt par la Fed. On y a accordé beaucoup d’attention, bien que, encore une fois, il s’agisse de 0,75 %, ce qui n’est pas si important. Mais cela va bien sûr avoir un impact considérable sur l’économie.

Dans votre article, « Le programme d’austérité de la Fed pour réduire les salaires », vous parlez de « l’économie de pacotille » de la Fed, et vous dites que l’idée derrière l’augmentation des taux d’intérêt de 0,75% est que l’augmentation des taux d’intérêt guérira l’inflation en dissuadant les emprunteurs de dépenser pour les besoins fondamentaux qui constituent l’indice des prix à la consommation et le déflateur du PIB qui lui est lié. Mais les banques ne financent pas beaucoup la consommation, à l’exception de la dette liée aux cartes de crédit, qui est maintenant inférieure aux prêts étudiants et aux prêts automobiles. Les banques prêtent presque entièrement pour acheter des biens immobiliers, des actions et des obligations, et non des biens et des services.

Vous affirmez donc que l’un des effets de cette situation est qu’elle va faire reculer l’accession à la propriété aux États-Unis. Vous notez que le taux d’accession à la propriété est en baisse depuis 2008.

Pouvez-vous donc développer ces arguments ? Quel sera l’impact de l’augmentation des taux d’intérêt par la Fed ?

MICHAEL HUDSON :

Eh bien, pour obtenir le diplôme d’économie qui est nécessaire pour travailler à la Fed ou au Council of Economic Advisors, il faut suivre des cours d’économie dans les universités, et tous les manuels disent exactement ce que vous m’avez cité :

Ces manuels prétendent que les banques jouent réellement un rôle productif dans la société, en fournissant l’argent aux entreprises pour qu’elles achètent des machines, construisent des usines, fassent de la recherche et du développement, et embauchent de la main d’œuvre ; et que d’une certaine manière, l’argent que les banques créent est prêté à l’économie industrielle, et que cela permettra aux entreprises de gagner plus d’argent qu’elles dépenseront en main d’œuvre ; et bien sûr, comme elles dépensent plus d’argent en main d’œuvre, cela contribue à faire monter les prix au fur et à mesure que l’armée de réserve des chômeurs est épuisée.

Mais tout cela n’est qu’une fiction. Les manuels ne veulent pas dire que les banques ne jouent pas du tout un rôle productif comme celui-là. Et les entreprises ne font pas ce que disent les manuels.

Si vous regardez le bilan et les statistiques que la Réserve fédérale publie chaque mois, vous verrez que 80% des prêts bancaires aux États-Unis sont des prêts hypothécaires à l’immobilier commercial et surtout à l’immobilier résidentiel. Et bien sûr, les prêts hypothécaires à la population n’ont rien représenté, moins de 1 % au cours des 14 dernières années, depuis 2008.

Seules les banques et les gros emprunteurs, le secteur financier, ont pu emprunter à ces faibles taux. La population a toujours dû payer des taux très élevés, un peu moins de 4 %, et maintenant ils dépassent les 4 % et se dirigent vers les 5 %.

Eh bien, voici la situation que la Réserve fédérale a créée. Supposons que vous êtes une famille qui souhaite acheter une maison, et que vous découvrez que pour emprunter l’argent nécessaire à l’achat de la maison, car la maison moyenne en Amérique coûte 600 000 ou 700 000 dollars et les gens n’ont pas autant d’économie, la seule façon d’acheter une maison est de contracter une hypothèque.

Vous avez le choix : vous pouvez soit louer une maison, soit emprunter l’argent pour acheter une maison. Et traditionnellement, depuis un siècle, les frais de possession pour le financement d’une maison avec l’hypothèque sont à peu près équivalents au paiement d’un loyer. L’avantage est, bien sûr, que vous devenez propriétaire de la maison à la fin du prêt.

Voyons maintenant ce qui se passe. Tout d’un coup, les frais de portage des hypothèques ont augmenté de façon spectaculaire. Les banques font un énorme écart. Elles peuvent emprunter à environ 1%, et elles prêtent à 4,5%. Elles obtiennent un gain exceptionnel de la marge qu’elles ont dans les prêts hypothécaires, en prêtant aux propriétaires potentiels.

Et bien sûr, les futurs propriétaires n’ont pas assez d’argent pour pouvoir payer les intérêts plus élevés sur les prêts hypothécaires qu’ils contractent. Ils ne sont donc pas en mesure d’acheter une maison aussi chère qu’ils le souhaitaient auparavant.

Ils constituent donc une part décroissante de la population. Au moment où Obama a pris ses fonctions, plus de 68 % des Américains étaient propriétaires de leur logement. Obama a lancé la grande vague d’expulsions, 10 millions d’Américains qui vivaient dans des maisons, essentiellement pour les mettre à la porte de leur logement, en particulier les victimes des prêts hypothécaires de pacotille, notamment les personnes à faible revenu et les minorités raciales qui ont été redélimitées et sont devenues les principales victimes des prêts hypothécaires.

Le taux d’accession à la propriété en Amérique est maintenant inférieur à 61 %. Que s’est-il passé ? D’énormes sociétés de capital privé sont arrivées sur le marché en se disant : Attendez un peu, nous pouvons maintenant acheter ces propriétés et les louer. Et nous pouvons les acheter en cash, contrairement aux propriétaires, nous sommes multimilliardaires, nous sommes Blackstone, BlackRock.

Vous avez des fonds de plusieurs milliards de dollars, se disent-ils, eh bien, nous ne pouvons pas faire beaucoup d’argent en achetant des obligations ou des actions qui rapportent ce qu’elles rapportent aujourd’hui, maintenant que la Réserve fédérale a baissé les taux d’intérêt. Ce que nous pouvons faire, c’est gagner de l’argent en tant que propriétaires.

Et donc ils ont changé, ils ont inversé tout le mouvement qui s’éloignait du style grand propriétaire du 19ème siècle vers une économie basée sur la financiarisation, et les classes aisées qui gagnent de l’argent avec la finance, pour revenir à gagner de l’argent en tant que propriétaires.

Et donc ils achètent ces maisons que les propriétaires américains ne peuvent plus se permettre de payer. Parce que lorsque vous augmentez le taux hypothécaire, cela n’affecte pas du tout un milliardaire. Parce que l’entreprise milliardaire n’a pas besoin d’emprunter de l’argent pour acheter la maison. Ils ont les milliards de dollars de leur propre argent, de l’argent des fonds de pension, de l’argent spéculatif, de l’argent des 1% et des 10% à investir.

Donc, en augmentant les taux d’intérêt, vous évincez les propriétaires du marché et vous transformez l’économie américaine en une économie de location, au lieu d’une économie de propriétaires. Voilà l’effet.

Et c’est une aubaine pour les sociétés de capitaux privés qui voient maintenant qu’ils font de l’argent en tant que propriétaires, à l’ancienne, ça a bien marché pendant 800 ans sous le féodalisme. C’est de retour en force.

BENJAMIN NORTON :

Professeur Hudson, vous soulignez dans un article que plus de 50% de la valeur de l’immobilier américain est déjà détenu par les banquiers. Et bien sûr, ce pourcentage ne cesse d’augmenter.

Maintenant, vous, Professeur Hudson, avez fait valoir un point que je n’ai pas vu beaucoup d’autres personnes faire, bien que ce soit un point évident et correct, à savoir qu’il y a eu en fait beaucoup d’inflation aux États-Unis au cours des dernières années, mais cette inflation était dans le secteur FIRE : finance, assurance et immobilier.

Nous le voyons avec l’augmentation constante des prix de l’immobilier ; ils augmentent chaque année ; les loyers augmentent chaque année. La différence aujourd’hui, c’est qu’il y a aussi une augmentation significative de l’indice des prix à la consommation.

Et il y a une étude intéressante publiée par l’Economic Policy Institute, qui est, vous le savez, un groupe de réflexion de centre-gauche, affilié au mouvement ouvrier ; ce ne sont pas des radicaux, ce sont des progressistes. Et ils ont fait une très bonne étude.

Ils ont découvert, l’étude a été publiée en avril, que les bénéfices des entreprises sont responsables d’environ 54 % de l’augmentation des prix dans le secteur des sociétés non financières, alors que les coûts unitaires de main-d’œuvre ne sont responsables que d’environ 8 % de l’augmentation.

Ils ont donc démontré, scientifiquement, que plus de la moitié de l’augmentation des prix dans le secteur des sociétés non financières, c’est-à-dire dans l’indice des prix à la consommation, plus de la moitié de cette inflation est due aux bénéfices des sociétés.

Bien sûr, ce n’est pas la façon dont on en parle dans les médias grand public. Ce n’est pas la façon dont la Fed discute de tout cela. Nous voyons Larry Summers dire que nous devons augmenter le chômage. Larry Summers, bien sûr, était le secrétaire au Trésor de Bill Clinton.

Il dit que les États-Unis doivent augmenter le chômage ; la solution à l’inflation est d’augmenter le chômage. Même si ces études montrent que plus de la moitié de l’inflation dans l’indice des prix à la consommation est due aux bénéfices des entreprises.

Je me demande si vous pouvez commenter les raisons pour lesquelles tant d’économistes, y compris des personnes aussi vénérées que Larry Summers, refusent de reconnaître cette réalité.

MICHAEL HUDSON :

La plupart des économistes ont besoin de trouver un emploi, et pour être employé, vous devez donner une image de l’économie qui reflète la façon dont votre employeur a aidé la société en général. Vous n’êtes pas autorisé à dire que votre employeur agit de manière purement prédatrice.

Vous avez parlé des bénéfices des entreprises et des économistes classiques. Si vous étiez un économiste du marché libre comme Adam Smith, ou David Ricardo, ou John Stuart Mill, ce sont des rentes de monopole. Donc ce que vous appelez les bénéfices des entreprises sont bien supérieurs aux taux de rendement normaux des entreprises, aux bénéfices normaux. Ce sont des rentes économiques de monopole.

Et c’est parce qu’il y a environ 10 ou 15 ans, les États-Unis ont cessé d’imposer leurs lois anti-monopoles. Ils ont essentiellement laissé les monopoles concentrer les marchés, concentrer le pouvoir, et faire payer ce qu’ils veulent.

Et donc, une fois que vous avez démantelé tout le cadre juridique qui a été mis en place depuis les années 1890, depuis la loi antitrust Sherman, jusqu’au début du 20e siècle, le New Deal, une fois que vous avez démantelé tout ce contrôle étatique, en disant ce que Larry Summers dit essentiellement, c’est que nous sommes pour un marché libre.

Un « marché libre » est donc un marché dans lequel les entreprises peuvent facturer ce qu’elles veulent ; un marché libre est un marché sans réglementation gouvernementale ; un marché libre est un marché sans gouvernement ; un marché libre est un gouvernement suffisamment faible pour qu’il ne puisse pas protéger les salariés ; il ne peut pas protéger les électeurs. Une « démocratie » est un pays où la majeure partie de la population, les salariés, n’ont pas la possibilité d’influer sur la politique économique dans leur propre intérêt.

Un « marché libre » est un pays où, au lieu que le gouvernement soit le planificateur, Wall Street est le planificateur, au nom des grandes industries qui sont fondamentalement financiarisées.

Vous avez donc eu une transformation du concept de ce qu’est un marché libre, un démantèlement de la réglementation gouvernementale, un démantèlement de la réglementation anti-monopole, et essentiellement une guerre des classes qui est de retour.

C’est ce que veut l’administration Biden. Et très franchement, c’est ce qu’est le Parti Démocrate, plus encore que le Parti Républicain. Le Parti Républicain peut défendre des politiques pro-business et pro-financières, mais le Parti Démocrate est chargé de démanteler l’héritage de protection de l’économie qui avait été mis en place depuis un siècle.

BENJAMIN NORTON :

Oui, et c’est un article de Fortune qui était à l’origine basé sur un article de Bloomberg : « 5 ans à 6% de chômage ou 1 an à 10% » : C’est ce dont Larry Summers a besoin pour vaincre l’inflation. » C’est aussi simple que ça, vous savez, il suffit d’augmenter le chômage, et ensuite l’inflation disparaîtra comme par magie !

Maintenant, je voulais aussi avoir votre réponse, professeur Hudson, à ces commentaires que vous avez mis en évidence dans un panel qui a été organisé par l’International Manifesto Group. Ils ont tenu une conférence sur l’inflation et vous étiez l’un des nombreux intervenants.

Et vous avez souligné ces commentaires qui ont été faits par le président de la Fed, Jerome Powell. Et c’est selon la transcription officielle du Wall Street Journal. Il ne s’agit donc pas d’un site web socialiste de gauche. Voici la transcription officielle d’une conférence de presse donnée le 4 mai par le chef de la Fed, Jerome Powell.

Dans cette conférence de presse, il a dit qu’afin de faire baisser l’inflation, il faut « faire baisser les salaires, et ensuite faire baisser l’inflation sans avoir à ralentir l’économie et avoir une récession et une augmentation matérielle du chômage. »

Il s’agit donc d’une autre proposition. Larry Summers dit 6% de chômage pendant cinq ans, ou 10% de chômage pendant un an. Le président de la Fed, Jerome Powell, dit que la solution est « de faire baisser les salaires ». Je me demande si vous pouvez également répondre à cela.

MICHAEL HUDSON :

Eh bien, la chose importante à réaliser est que le président Biden a renommé Jerome Powell. Le président Biden est en réalité un Républicain. Le Parti Démocrate est essentiellement l’aile droite du Parti Républicain, l’aile pro-financière, l’aile pro-Wall Street du Parti Républicain.

Pourquoi diable, si les Démocrates étaient différents des Républicains, pourquoi Biden renommerait-il un Républicain anti-ouvrier à la tête de la Réserve fédérale, au lieu de quelqu’un qui essaierait réellement de stimuler l’emploi ?

Imaginez, voici un parti qui essaie de se faire élire sur un programme de « Élisez-nous, et nous créerons une dépression et nous ferons baisser les salaires« . C’est le programme du Parti Démocrate.

Et c’est un programme gagnant, car les élections sont gagnées par les contributions aux campagnes. Le programme « Nous ferons baisser les salaires en vous apportant la dépression » garantit un tsunami de contributions au Parti Démocrate, par Wall Street, par les monopoles, par tous les bénéficiaires de cette politique.

C’est pourquoi la décision de la Cour suprême contre l’avortement, l’autre jour, est un cadeau pour les Démocrates, car elle détourne l’attention de leur politique identitaire qui consiste à diviser l’Amérique en toutes sortes d’identités, toutes les identités imaginables, sauf celle du salarié.

Les salariés sont appelés les Déplorables, en gros. Et c’est ainsi que la classe des donateurs les considère, comme une sorte de frais généraux malheureux. Vous devez les employer, mais il est vraiment malheureux qu’ils aiment vivre aussi bien qu’ils le font, car plus ils vivent bien, moins vous gagnerez d’argent au final.

Je pense donc que cette question de l’inflation, et de ses causes réelles, devrait être au cœur des élections. Cela devrait être le cœur économique de la campagne électorale de ce mois de novembre et de la campagne électorale de 2024. Et les Démocrates mènent le combat pour faire baisser les salaires.

Et vous vous souvenez que lorsque le président Obama a été élu, il a promis d’augmenter le salaire minimum ? Dès son entrée en fonction, il a dit que la seule chose que nous ne pouvions pas faire était d’augmenter le salaire minimum. Et il avait aussi promis de revenir sur le contrôle des cartes syndicales. Il a dit que la seule chose que nous ne devions pas faire était d’augmenter la syndicalisation des travailleurs avec le contrôle des cartes, parce que si vous syndiquez les travailleurs, ils vont demander de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail.

Vous avez donc le Parti Démocrate qui adopte une position de droite aussi dure que le monétarisme de l’école de Chicago, en disant que la solution à n’importe quel problème est simplement de baisser les salaires et de devenir plus compétitif, alors que l’économie américaine est déjà rendue non compétitive, non pas parce que les salaires sont trop élevés, mais parce que, comme vous l’avez mentionné auparavant, le secteur FIRE, le secteur de la finance, de l’assurance et de l’immobilier est trop élevé.

Les loyers et l’accession à la propriété, avoir une maison, est trop cher pour être compétitif avec la main d’œuvre étrangère. Le fait de devoir payer 18 % du PIB pour les soins médicaux, les soins médicaux privatisés, prive la main-d’œuvre américaine d’y accéder. Tout le service de la dette que l’Amérique doit payer a pour effet d’empêcher l’Amérique populaire d’y accéder.

Le problème n’est donc pas que les salaires soient trop élevés. Le problème est que les frais généraux que la main-d’œuvre doit payer pour survivre, pour le loyer, pour les soins médicaux, pour les prêts étudiants, pour les prêts automobiles, pour avoir une voiture afin de se rendre au travail, pour l’essence afin de se rendre au travail, pour acheter aux prix que décident les monopoles alors que vous en avez besoin pour survivre ; tout cela est trop élevé.

Rien de tout cela n’apparaît dans les manuels d’économie qu’il faut pourtant répéter afin d’avoir les bonnes notes pour obtenir un diplôme d’économie, afin d’être suffisamment malléable pour être embauché par la Réserve fédérale, ou par le Council of Economic Advisers, ou par des entreprises qui utilisent les économistes essentiellement comme des porte-parole de relations publiques. Voilà dans quel pétrin nous nous trouvons.

Michael Hudson

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Guerre, inflation et paupérisation: Vers un féodalisme 2.0?

L'inflation participe-t-elle à une logique de domination via la paupérisation de la classe moyenne? C'est l'avis de certains analystes qui anticipent la venue d'un féodalisme 2.0.

The post Guerre, inflation et paupérisation: Vers un féodalisme 2.0? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

❌