Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

La reconnaissance

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 12 Novembre 2021 – Source kunstler.com

Le sommet sur le climat de Glasgow peut-il vraiment sauver le monde ? | ArabiaWeather | ArabiaWeather

L’agitation autour du changement climatique repose sur une erreur grandiose centrale de notre ère technocratique vacillante : l’idée que si l’on peut mesurer suffisamment de choses, on peut les contrôler. Dans ce cas, quel est exactement le souhait du maître ? Contrôler le temps ? (que nous pourrions définir comme l’expression quotidienne du climat de la planète) ? Cela n’arrivera pas. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, le modèle économique de la civilisation industrielle est déjà brisé, et nombre de ses astuces éblouissantes avec lui. Et, de toute façon, le climat de la Terre est toujours et encore en train de changer, tout comme la réponse adaptative des populations humaines au fil des siècles, parfois lentement, parfois rapidement.

Ainsi, le résultat net du sommet climatique de Glasgow de cette année est de promettre des masses d’argent des nations « riches » pour protéger les nations pauvres, tout en rendant obligatoire la réduction du pétrole, du gaz naturel et du charbon dans toutes les nations, c’est-à-dire dans l’économie mondiale. A propos de ces nations « riches », devinez quoi : tout notre argent moderne repose sur des promesses de livraison de volumes futurs d’énergie (et de produits de valeur fabriqués à partir de cette énergie) et ces promesses sont sans fondement dans la réalité, de sorte que l’argent lui-même a de moins en moins de valeur. Ainsi, le coût d’obtention de cette énergie future dépasse les promesses intégrées dans l’argent basé sur l’énergie. C’est un paradoxe, non ? Nous sommes le proverbial serpent qui se dévore la queue et nous avons mordu plus que ce que nous pouvions avaler.

Nous allons utiliser moins d’énergie, que cela plaise ou non à Klaus Schwab (et au chat persan sur ses genoux), car notre argent est de plus en plus inutile, ce qui se traduit par une perte de moral générale pour ce cycle de civilisation. La matrice massive d’activités qui se renforcent mutuellement est en train de s’effondrer – l’extraction, la fabrication, la récolte et le transport de biens. C’est exactement ce dont il s’agit dans le mélodrame de la « chaîne d’approvisionnement ». Bien sûr, le sommet de Glasgow a permis à un certain nombre de personnes de se sentir importantes, de se croire moralement supérieures, ce qui est la devise de notre époque – le point brownie ayant plus de valeur réelle que le dollar de nos jours. Cela certifie les « bonnes » personnes et valide leur persécution des « mauvaises », qui est le drame politique central de notre époque. La récompense est le pouvoir pour lui-même, ce qui est – avouons-le – l’essence du mal.

L’effondrement de l’économie mondiale est en cours et se déroule comme prévu, et la peur associée à cette perte épique de ressources, de biens, de confort et de commodités rend la société occidentale complètement folle. D’où les folies autour du virus de la Covid-19, une autre manie de mesure et de contrôle. Sauf que la plupart des mesures officielles concernant la Covid-19 sont fausses, manipulées, truquées, jonglées, déformées et utilisées à des fins politiques. En fait, malgré toutes les mesures statistiques obsessionnelles et compulsives, tout ce que les autorités de santé publique et l’establishment médical ont fait pour contrôler la maladie après janvier 2020 n’a fait qu’aggraver et prolonger la pandémie.

Et donc, maintenant, toutes ces autorités sont déterminées à « vacciner » tous les humains jusqu’au dernier, ce qui est absolument la dernière chose à faire rationnellement au milieu d’une pandémie, puisque cela ne fait que provoquer de nouvelles itérations du virus qui sont immunisées contre les « vaccins ». De plus, les « vaccins » sont tellement inefficaces, et tellement toxiques, que les dommages qu’ils causent sont sans doute pires que la maladie. Mais ce dilemme offre une autre occasion aux « bonnes » personnes auto-désignées (les vaccinés) de se distinguer des « mauvaises » personnes (les non-vaccinés), et donc une autre façon de les persécuter. (Pensez-vous que c’est une simple coïncidence si les personnes qui refusent de s’agiter devant la panique du changement climatique sont souvent les mêmes que celles qui sont sceptiques à l’égard des « vaccins ») ?

Un autre paradoxe intéressant dans ce panorama de mystification est que les personnes auto-désignées comme « bonnes » se sont comportées avec une mauvaise foi et une malhonnêteté uniformes tout au long de la crise – au moins depuis le RussiaGate jusqu’à la croisade actuelle pour vacciner tous les enfants – et c’est ce qui va changer la donne, probablement bientôt. Il se trouve que le leadership des « bonnes » personnes comprend la plupart des figures d’autorité sur l’ensemble du pays : les responsables de la santé publique comme le Dr. Fauci, les directeurs d’hôpitaux qui ont mis hors la loi les protocoles de traitement précoce, les dirigeants des entreprises pharmaceutiques qui ont enterré les essais de médicaments qui ont échoué, les éditeurs de revues scientifiques qui ont tué les rapports qui ne soutenaient pas le récit du « vaccin », les rédacteurs et producteurs des médias d’information qui ne peuvent s’arrêter de diffuser des mensonges, les censeurs et annulateurs totalitaires des médias sociaux, les maires tyranniques de New York, San Francisco et Los Angeles, les gouverneurs des États « bleus » qui ont détruit les petites entreprises à coups de confinements et de « passeports », les bureaucrates d’État et fédéraux véreux toujours préoccupés de couvrir leurs arrières, les managers qui se cachent derrière l’ectoplasmique « Président Joe Biden » (et leurs servantes au Congrès) – cette foule satanique de maîtres de la coercition, d’inquisiteurs, de despotes d’entreprise, de bourreaux de réputation, de profiteurs, de putes politiques et de sadiques accrédités qui essaient de diriger votre vie – vont tomber.

Ils tomberont parce que la malhonnêteté sape l’ensemble de l’échafaudage de leur « récit ». Il suffit qu’une vérité cruciale s’affirme sans équivoque dans l’air du temps pour que toute l’armature plie. Par exemple, la vérité que les « vaccins » tuent et mutilent beaucoup de gens. Ou la vérité que le renvoi des personnes non vaccinées de leur emploi les poussera à la misère et à la révolte – même si cela détruit les services essentiels dont toutes les personnes, « bonnes » et « mauvaises », dépendent, des ambulanciers à l’armée. Ou la vérité que l’effondrement de l’économie va désorganiser toutes les pierres angulaires de la vie quotidienne et nous obliger à faire de grands changements pour rester civilisés. Ce moment de reconnaissance de la façon dont les choses se sont passées et de la direction qu’elles prennent est arrivé. Nous y sommes. Le tourbillon de Yeats s’est élargi. Nous sommes proches de la vitesse de fuite. Et alors peut-être pourrons-nous recommencer, en marchant à la lumière du soleil plutôt que dans l’obscurité.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Inepties, dangers et solutions du choix énergétique contemporain

Par : Volti
À l’heure où l’idéologie verdoyante laisse poindre des mesures aussi ineptes que, le passe sanitaire pour « protéger » l’environnement. Un article sur le choix énergétique de la France, qui mise tout sur le nucléaire. (Macron désire construire quelques EPR …) Ça en dit long sur sa volonté d’atteindre la « souveraineté » énergétique, avec toujours plus de nucléaire, au lieu de regarder vers […]

Propos insignifiants.

Nouvelles apparemment insignifiantes.   Rappelez-vous mon article d’une semaine et demie sur les « scientifiques » du domaine des « sciences sociales ». Il s’intitulait Pourquoi ils détestent et traitait de la toute nouvelle famille de satellites russes Arctika-M qui sont clairement et présentent un danger pour l’ensemble (principalement d’origine occidentale) du schéma de Ponzi sur le réchauffement climatique anthropique. Beaucoup de vrais scientifiques du monde entier qui […]
❌