Revue de presse

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Le capitalisme des parties prenantes du Forum économique mondial n’est qu’un autre nom du fascisme global.

Par : hervek

Par Brandon Smith − Le 8 novembre 2022 − Source Alt-Market

Le concept de « fascisme » a été introduit à l’origine dans l’Encyclopedia Italiana par le philosophe italien Giovanni Gentile, qui a déclaré que « le fascisme devrait plutôt être appelé corporatisme, car il s’agit d’une fusion du pouvoir de l’État et des entreprises ». Benito Mussolini s’attribuera plus tard le mérite de cette citation comme s’il l’avait écrite lui-même, mais il est important de la noter car elle souligne l’objectif premier de l’idéologie plutôt que de simplement jeter l’étiquette sur les personnes que nous n’aimons pas comme un moyen malhonnête de saper leur légitimité.

Malgré le fait que les gauchistes d’aujourd’hui attaquent souvent les conservateurs comme des « fascistes » en raison de notre désir de protéger les frontières nationales et l’héritage occidental, la vérité est que tout fascisme est profondément enraciné dans les philosophies et les penseurs de gauche.

Mussolini était un socialiste de longue date, un membre du parti qui admirait beaucoup Karl Marx. Il s’est écarté des socialistes en raison de leur volonté de rester neutres pendant la Première Guerre globale et a continué à défendre une combinaison de socialisme et de nationalisme, ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de fascisme. Adolph Hitler était également un socialiste et un admirateur de Karl Marx [Le débat existe y compris sur Wikipédia, NdT], tout comme Mussolini. Il est en fait difficile de trouver où Marx, les communistes et les fascistes diffèrent réellement les uns des autres – Un sens plus profond du nationalisme semble être l’un des rares points de divergence.

Bien que Marx ait considéré l’existence des États-nations comme temporaire pour le prolétariat et la classe dirigeante, il a noté que les industriels effaçaient de toute façon les frontières nationales. Dans le Manifeste Communiste, Marx affirme avec un certain optimisme :

Les différences nationales et les antagonismes entre les peuples tendent déjà à disparaître de plus en plus, en raison du développement de la bourgeoisie, de l’essor du libre-échange et d’un marché global, et de l’uniformisation croissante des procédés industriels et des conditions de vie correspondantes.

Marx considère le développement du pouvoir des entreprises comme utile et comme la prochaine étape nécessaire vers le socialisme, notant que les sociétés par actions (corporations) et le système de crédit sont :

L’abolition du mode de production capitaliste au sein même du mode de production capitaliste.

En d’autres termes, les sociétés sont considérées comme un outil pour la transition éventuelle vers une « Utopie » socialiste et la mort des marchés libres. Une fois de plus, nous voyons qu’il y a très peu de différence de motivation entre la gauche politique et les fascistes. La progression naturelle de toute forme de marxisme, de communisme, de socialisme, de fascisme, etc. conduit finalement à une sorte d’idéologie globaliste et à l’effacement de la séparation culturelle. Les méthodes peuvent différer légèrement mais le résultat final est le même. Certains pensent que c’est une bonne chose, mais c’est en fait assez toxique.

Le globalisme nécessite une dynamique sociale globale, un esprit de ruche unique, sinon il ne peut pas survivre. Si les gens ont la possibilité de choisir ou de créer de meilleures options (ou des options différentes) pour vivre, alors le globalisme perd de son importance. L’existence du choix doit être effacée. C’est un comportement que la gauche politique a pleinement adopté et elle est plus qu’heureuse de travailler main dans la main avec les oligarques des entreprises pour faire de son système idéal une réalité. L’époque des progressistes anti-corporatifs est révolue – ils ADORENT la domination des entreprises, mais seulement si celles-ci promeuvent et appliquent des modèles de société de gauche.

Le fascisme de Mussolini est à l’origine de la gouvernance d’entreprise que les gauchistes applaudissent et convoitent aujourd’hui. Ils ont bien plus en commun avec les fascistes qu’ils ne le pensent.

Le nouveau fascisme est une philosophie remaniée, mieux représentée par ce qu’on appelle le « capitalisme des parties prenantes » ou SHC. C’est un terme souvent utilisé par les globalistes au Forum économique mondial et par le chef du WEF, Klaus Schwab. La définition médiatique du capitalisme des parties prenantes est la suivante :

Une forme de capitalisme dans laquelle les entreprises ne se contentent pas d’optimiser les profits à court terme pour les actionnaires, mais cherchent à créer de la valeur à long terme, en tenant compte des besoins de toutes leurs parties prenantes, et de la société en général.

Mais qui sont « toutes les parties prenantes » selon le WEF ?

Eh bien, selon Klaus Schwab, il s’agit de l’ensemble de la civilisation humaine, aujourd’hui et à l’avenir. En d’autres termes, l’objectif du SHC est que les dirigeants d’entreprise et la bureaucratie globaliste assument la responsabilité du monde entier, et pas seulement de leurs propres employés, actionnaires et profits. Et ces dirigeants n’agiraient pas en tant qu’individus, mais en tant que collectivité. En d’autres termes, le SHC exige que toutes les grandes entreprises agissent comme une seule unité avec un seul objectif et une idéologie collectiviste unifiée – un monopole idéologique.

Comme l’affirme Klaus Schwab :

La caractéristique la plus importante du modèle des parties prenantes aujourd’hui est que les enjeux de notre système sont désormais plus clairement globaux. Les économies, les sociétés et l’environnement sont plus étroitement liés les uns aux autres qu’il y a 50 ans. Le modèle que nous présentons ici est donc fondamentalement global par nature, et les deux principales parties prenantes le sont également.

…Ce qui était autrefois considéré comme des externalités dans l’élaboration des politiques économiques nationales et dans les décisions individuelles des entreprises devra désormais être incorporé ou internalisé dans les opérations de chaque gouvernement, entreprise, communauté et individu. La planète est donc le centre du système économique mondial, et sa santé devrait être optimisée dans les décisions prises par toutes les autres parties prenantes.

Le concept du SHC est trompeur en soi car il prétend que les entreprises seront tenues responsables par le public dans le cadre d’une forme de « démocratie commerciale », comme si le public avait le droit de vote sur ce que font les entreprises. En réalité, ce seront les entreprises qui diront au public ce qu’il est acceptable de penser et de faire, et les entreprises, conjointement avec les gouvernements, qui utiliseront leur pouvoir pour punir les personnes qui ne sont pas d’accord.

Le grand tour de magie est que ces mêmes entreprises unifiées utilisent le bouclier de la « propriété privée » et des droits des entreprises comme moyen de contrôler la société sans répercussion. Après tout, un principe fondamental du conservatisme et de la constitution américaine est le droit à la propriété privée. Ainsi, intervenir pour perturber la gouvernance des entreprises reviendrait à violer l’un de nos propres idéaux bien-aimés. Cela ressemble à une impasse, mais ce n’en est pas une.

Comme mentionné plus haut, les entreprises sont au cœur même d’un concept socialiste : Elles sont créées par une charte gouvernementale, dotées du statut de personne morale et bénéficient de protections spéciales de la part du gouvernement. Elles ne sont PAS des entités du marché libre, et Adam Smith, l’initiateur de la plupart des idéaux du marché libre, s’est opposé aux sociétés, qu’il considérait comme destructrices et enclines au monopole.

Tant qu’elles recevront des protections de la part du gouvernement, y compris des stimuli monétaires et des renflouements, les sociétés ne devraient pas bénéficier des mêmes protections de la propriété privée que les entreprises ordinaires. Elles sont des créations parasites, étrangères au monde naturel des affaires. Dans une société fondée sur la liberté, elles seraient démantelées afin d’éviter des résultats autoritaires.

Le capitalisme actionnarial est également une prémisse incroyablement arrogante car il suppose que les dirigeants d’entreprise ont la sagesse ou l’intelligence objective pour étendre leur rôle au-delà des affaires et dans les sphères sociales et politiques. Cela s’est déjà produit à bien des égards, créant un grand chaos, mais la gouvernance ouverte des entreprises est la finalité et elle est tout sauf objective ou bienveillante.

Quels sont les exemples de ce type de gouvernance d’entreprise/politique (fascisme) en action ?

Que pensez-vous de la censure des médias sociaux par les grandes entreprises qui s’en prennent aux conservateurs et aux défenseurs des libertés ? Que pensez-vous des preuves de collusion entre les entreprises Big Tech et le gouvernement, comme l’administration Biden et le DHS qui travaillent en étroite collaboration avec Twitter et Facebook pour supprimer activement les voix et les points de vue qu’ils n’aiment pas ? Qu’en est-il des chefs d’entreprise qui s’entendent pour détruire les médias sociaux conservateurs concurrents comme Parler ?

Qu’en est-il des prêts ESG financés par des bailleurs de fonds tels que Blackrock ou des organismes à but non lucratif globalistes comme la Fondation Rockefeller ?

Si toutes les entreprises prêteuses appliquaient l’ESG à leurs pratiques de prêt, tous les individus et toutes les entreprises devraient adopter des idéologies sociales gauchistes et des revendications environnementales douteuses pour avoir accès au crédit. L’ESG est une incitation monétaire créée par les élites corporatives pour garder toutes les autres entreprises dans le droit chemin. Si elle se poursuit, la GNE pourrait anéantir l’opposition politique au globalisme en l’espace d’une seule génération.

Et que dire du Conseil pour un capitalisme inclusif ? Il s’agit de l’expression la plus flagrante de fascisme global ouvert que j’ai jamais vue, avec des élites financières et des politiciens travaillant de concert avec l’ONU et même des chefs religieux comme le pape François. Leur objectif est d’instituer une plateforme unique de gouvernance globale centralisée, construite autour des mêmes programmes que ceux décrits dans l’ESG et le SHC, en faisant des entreprises les membres d’un nouveau conseil global qu’ils appellent « les gardiens ». Ils n’essaient même plus de cacher la conspiration, elle est au grand jour.

Klaus Schwab prend soin de mentionner souvent que les crises globales sont l’« opportunité«  nécessaire pour pousser le public dans les bras du capitalisme des parties prenantes par le biais d’un point de jonction appelé « Le Grand Reset ». En d’autres termes, il pense que la peur et le désespoir généralisés doivent exister (ou être fabriqués) pour perpétuer rapidement le cadre du SHC.

De toute évidence, les globalistes sont sur une ligne de temps qui se rétrécit, bien qu’il soit difficile de dire pourquoi. Ils arrachent le masque plus rapidement ces deux dernières années qu’au cours de la décennie précédente. Il est plus que probable qu’ils comprennent dans une certaine mesure que s’ils vont trop lentement, le public aura le temps d’organiser une défense contre eux.

Ils inventeront toutes sortes de distractions et de boucs émissaires pour empêcher les personnes soucieuses de liberté de les frapper en retour. Ils feront cibler la Russie, la Chine, pour la majorité et pour nous ça sera ces idiots utiles de gauchistes. Ils essaieront de nous envoyer à la guerre, ils nous traiteront d’insurrectionnels, de terroristes, ils diront que nous avons provoqué tout cet effondrement et que nous sommes à blâmer pour les maux du monde. Rien de tout cela n’a d’importance. Ce qui importe, c’est que les globalistes au sommet paient le prix du mal qu’ils causent.

Ce n’est que lorsque la tête du serpent aura été enlevée que nous pourrons déterminer qui est à blâmer, qui étaient les héros, qui étaient les méchants et qui étaient les idiots. Ce n’est qu’alors que nous pourrons reconstruire en gardant à l’esprit la véritable liberté.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

❌