Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Hier — 30 septembre 2022Vos flux RSS

L’OMS sous la loupe : Irrégularités et conflits d’intérêts

par Kla.TV. Les objectifs de l'OMS sont-ils complémentaires à la souveraineté individuelle des peuples ? Quelle est l'influence de l'industrie pharmaceutique, des banques ainsi que des fondations sur l'OMS ? Y a-t-il une personne clé ?
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Martine Wonner dévoile les coulisses de son mandat : Son discours en intégralité à l’UER/SPMF

« La première réunion du conseil scientifique, Macron entre avec le président de Gilead qui pose au milieu de la table une montagne de boîtes de Remdesivir et qui dit : Le traitement du Covid ce sera ça ».

Le très vacciné Albert Bourla, le patron de Pfizer, également traité au paxlovid, malade du Covid tous les mois…

L’information est-elle avérée ? Nous la livrons en tout cas telle que publiée sur le site Nouvelles de France : Énorme ! On dit que c’est toujours le cordonnier le plus mal chaussé…. Les milliards d’euros engrangés et les milliards de doses vendues n’y font rien : ça ne marche pas ! (NDLA)

Le très vacciné Albert Bourla, le patron de Pfizer, également traité au paxlovid, malade du Covid tous les mois…

Albert Bourla, le patron de Pfizer, vacciné 4 doses et traité au paxlovid, chope le covid tous les mois. C’est impressionnant, Pfizer.

Vraiment super.     pic.twitter.com/PAkKLNo3sY

— Alexis Poulin (@Poulin2012) September 24, 2022

Nouvelles de France

maximeverneuil

Le très vacciné Albert Bourla, le patron de Pfizer, également traité au paxlovid, malade du Covid tous les mois…

Oxyde de graphène dans les vaccins, anomalies sanguines, nanoparticules lipidiques: l’analyse de Jean-Marc Sabatier

Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS
Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS                                            France Soir


ENTRETIEN — Que savons-nous des troubles de la coagulation sanguine qui peuvent se retrouver chez les personnes infectées par le Covid-19, mais également chez une personne non-infectée après une ou plusieurs injections vaccinales ? Comment expliquer les formations en rouleaux de globules rouges dans les échantillons de sang observés au microscope, notamment chez les personnes vaccinées ? Quelles seraient les conséquences de la présence d’oxyde de graphène si la présence de ce matériau dans les vaccins à ARNm venait à être confirmée ? Les injections vaccinales peuvent-elles provoquer des modifications durables dans la composition du sang des vaccinés ? Quel est le rôle de nanoparticules lipidiques (NPL) ? Que savons-nous des effets délétères associés à l’emploi des NPL dans les vaccins à ARNm ? Les effets délétères des NPL observés chez les souris, sont-ils susceptibles de s’appliquer à l’homme ? Qu’en est-il des adjuvants dans le Novavax ? Quelle est la balance bénéfices-risques des nouveaux vaccins contre la Covid-19 dit « bivalents », validés par les autorités sans aucun essai clinique ?

Nous précisons que Jean-Marc Sabatier s’exprime ici en son nom.

FranceSoir — Selon une étude, publiée par le British Medical Journal (BMJ), le SARS-CoV-2 pourrait accroitre le risque de développer des caillots sanguins graves jusqu’à six mois après l’infection. Cela se traduit par des thromboses veineuses, des embolies pulmonaires et des saignements chez les personnes qui ont contracté le Covid.

Ce problème, vous l’aviez identifié dès le début de l’épidémie en mars 2020. Un mois plus tard, vous avez fait paraître une étude dans laquelle vous aviez anticipé certaines maladies dont les coagulopathies et thromboses (qui sont normalement « opposées » car l’une correspond à une déficience de la coagulation, contrairement à la seconde qui correspond à une hyper-coagulation !). Depuis le début de la campagne de vaccination, parmi les multiples effets secondaires rapportés, des événements thrombotiques ont également été rapportés et consignés par les centres des pharmacovigilances suite à la vaccination.

Quelles sont selon vous les causes de ces caillots sanguins ?

Jean-Marc Sabatier — En effet, une infection au virus SARS-CoV-2 conduit à des anomalies de la coagulation du sang chez environ 15% des personnes infectées. Ces problèmes de coagulation sanguine peuvent également se retrouver chez des personnes non-infectées (au SARS-CoV-2), après une ou plusieurs injections vaccinales. Environ 70 à 80% des personnes atteintes de formes graves de la Covid-19 présentent des troubles de la coagulation. Nous avions anticipé ces anomalies de la coagulation lorsque nous avons identifié (dès mars 2020) le mode d’action du SARS-CoV-2 dans l’organisme, qui est un dysfonctionnement du système rénine-angiotensine (SRA) de l’hôte induit par la protéine Spike virale, et une suractivation de son récepteur « délétère » AT1R humain. Pour rappel, le SRA est un système hormonal et physiologique majeur de notre organisme, qui contrôle les fonctions autonomes rénale, pulmonaire, cardiovasculaire, ainsi que l’immunité innée, et les divers microbiotes (dont le microbiote intestinal). Le SRA est ubiquitaire et se retrouve au niveau des divers organes et tissus de notre organisme.

Lorsque le SARS-CoV-2 (via la protéine Spike virale), ou la protéine Spike vaccinale, fait dysfonctionner le SRA en suractivant le récepteur AT1R, il induit (entre-autres) un syndrome d’activation macrophagique (SAM) et/ou un syndrome d’activation mastocytaire (SAMA). Le SAM est responsable d’une hémo-phagocytose qui est l’attaque et la destruction partielle — par les macrophages activés —  de globules rouges (hématies), de certaines cellules du système immunitaire (lymphocytes B et T, cellules NK), et des thrombocytes/plaquettes sanguines (il est notable que les précurseurs de ces divers types de cellules sanguines sont aussi attaqués).

Ce processus indésirable d’hémo-phagocytose conduit potentiellement à une anémie (déficit de globules rouges), une lymphocytopénie (déficit de lymphocytes) et à une thrombocytopénie (déficit de thrombocytes/plaquettes sanguines). Ceci s’accompagne d’une chute de la production des interférons de type I. Lors de la thrombocytopénie, la baisse du nombre de thrombocytes/plaquettes sanguines impliqués dans le processus (très complexe) de la coagulation entraîne une déficience de la coagulation (ou coagulopathie). C’est ce qui est observé avec les troubles de la menstruation chez certaines femmes suite à une infection au SARS-CoV-2 ou aux injections vaccinales. La coagulopathie peut dans certains cas être associée à la présence d’anticorps auto-immuns dirigés contre un ou plusieurs facteur(s) de la coagulation, comme dans le cas de l’hémophilie acquise (suite à la Covid-19) avec la présence d’anticorps dirigés contre le facteur VIII de la coagulation. De tels troubles auto-immuns sont aussi dus au dysfonctionnement du SRA qui pilote l’immunité innée, et donc la reconnaissance des molécules du « soi » et du « non soi » par le système immunitaire.

Parallèlement, lors du SAM, les macrophages « activés » produisent des cytokines pro-inflammatoires, et permettent à la fois un recrutement de thrombocytes/plaquettes sanguines et une prolifération des granulocytes neutrophiles (phénomène de neutrophilie) ; ces derniers seraient impliqués dans la mobilisation de plaquettes sur le site du thrombus. Le SAM peut donc être associé à un état potentiel d’hyper-coagulation caractérisé principalement par une augmentation importante des D-dimères (les D-dimères — dont le taux est généralement inférieur à 250 ng/mL de sang — apparaissent dans la circulation sanguine lors de la dissolution des caillots suite à une dégradation de la fibrine) et à un risque significatif de décès par thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, etc. en absence d’intervention thérapeutique (anti-thrombotique, prise d’aspirine). Il est notable que le taux sanguin « normal » en D-dimères peut varier suivant les personnes considérées (femmes enceintes, personnes âgées, individus présentant une pathologie inflammatoire ou une maladie hépatique, personnes ayant subi une opération chirurgicale récente ou présentant des hématomes, etc.).

En conclusion, les anomalies de la coagulation sanguine associées à la Covid-19 (résultant d’une infection au SARS-CoV-2 ou à des injections vaccinales anti-Covid-19) relèvent — sauf cas particuliers — d’un dysfonctionnement du SRA (via une suractivation de son récepteur AT1R induit par la fixation de la protéine Spike virale ou vaccinale sur le récepteur cellulaire cible ECA2).

Lire aussi : Les effets délétères associés au virus SARS-CoV-2 ou induits par les vaccins: Jean-Marc Sabatier

France Soir — Plusieurs documents ont mis en évidence des anomalies dans le sang des personnes vaccinées. Ces documents montrent des échantillons de sangs qui présentent au microscope des formations « en rouleaux ». Quelle crédibilité peut-on accorder à ces images ? Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Jean-Marc Sabatier — Ces anomalies sanguines m’apparaissent crédibles, voire probables. Les « rouleaux » que vous décrivez correspondent à des superpositions/empilements de globules rouges (aussi appelés hématies ou érythrocytes). De telles structures en « rouleaux » des globules rouges ont déjà été décrites. Les globules rouges (produits dans la moelle osseuse par des cellules souches hématopoïétiques) sont des cellules anucléées (chez les mammifères) chargées — entre autres — de transporter l’oxygène (dioxygène ou O2) des poumons aux autres tissus et cellules de notre organisme. Pour cette fonction vitale, ces cellules sanguines contiennent de l’hémoglobine capable de se lier à l’oxygène. Il est notable que le rôle des globules rouges ne se limite pas au transport d’oxygène : ils permettent de réguler le pH sanguin, de transporter les complexes immuns (grâce à une molécule de surface appelée CD20) et le CO2 produit par les cellules.

De façon inattendue, les globules rouges sont aussi directement impliqués dans la réponse de notre organisme contre les microbes. En effet, les globules rouges présentent une grande quantité de glycophorines-A à leur surface (un million de récepteurs par globule rouge), qui servent de « leurre » pour les protéines virales (telle que la protéine Spike du SARS-CoV-2 ou vaccinale). Ainsi, ces cellules sanguines sont des « pièges » permettant de neutraliser les agents pathogènes circulants (ou à en diminuer la charge circulante), via une interaction directe avec leurs protéines de surface. Il apparaît alors possible que la protéine Spike produite ou contenue dans les vaccins anti-Covid-19 interagisse avec les globules rouges modifiant leurs propriétés et comportement.

Parallèlement, nous savons que le SARS-CoV-2 affecte le transport et/ou la distribution de l’oxygène aux tissus et cellules de notre organisme (variation du taux de saturation en oxygène en fonction de la sévérité de la Covid-19). Des travaux expérimentaux suggèrent une potentielle interférence entre la protéine Spike et l’hémoglobine des globules rouges servant au transport de l’oxygène (l’hémoglobine est constituée de deux sous-unités d’alpha-globine et deux sous-unités de beta-globine, dont chacune est associée à un groupe hème qui contient un atome de fer capable de s’associer à l’oxygène).

Le SARS-CoV-2 — via la protéine Spike — induit le dysfonctionnement du SRA via une suractivation de son récepteur « délétère » AT1R. Le récepteur AT1R suractivé (par la protéine Spike virale ou vaccinale) est pro-hypertenseur, pro-inflammatoire, pro-oxydant, pro-angiogénique, pro-thrombotique, pro-fibrosant, pro-hypertrophiant et fait chuter le monoxyde d’azote (NO). AT1R suractivé provoque une hypoxémie (faible taux d’oxygène dans le sang) et une hypoxie (état de disponibilité réduite en oxygène dans les tissus). Rappelons que la suractivation de AT1R (du SRA) est responsable du syndrome d’activation macrophagique (SAM) et de l’hémo-phagocytose associée, qui détruit des globules rouges et ses précurseurs au sein de la moelle osseuse. L’ensemble de ces données suggère une atteinte possible à l’intégrité des globules rouges pouvant répondre de la formation en « rouleaux » déjà décrite et parfois observée/rapportée chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, ou vaccinées.

Personnellement, je pense que dans le cas des effets observés après injections des vaccins anti-Covid-19, la protéine Spike vaccinale produite (vaccins à ARNm et à vecteurs viraux) ou existante (vaccins à virus inactivés et à protéine Spike recombinante) entrainerait la formation de « rouleaux » de globules rouges en s’adsorbant à la surface de ces cellules — via les glycophorines (glycophorine-A) — modifiant ainsi la charge électrique de surface et le potentiel Zêta membranaire (ce potentiel Zêta — correspondant à la différence entre les charges électriques situées à la surface des globules rouges et celles du nuage externe — permet normalement de repousser ces cellules les empêchant de s’agréger). Les glycophorines sont donc des molécules de surface des globules rouges servant de « leurres » aux microbes qui s’y fixent (via les nombreuses charges négatives des acides sialiques portés par les glycophorines) et qui ne peuvent s’y multiplier, car il s’agit de cellules sanguines « vides » dépourvues de noyau et du matériel cellulaire nécessaire à la multiplication des microbes. Il y a donc un rôle central des globules rouges dans le transport de l’oxygène aux cellules, mais également un rôle de soutien du système immunitaire en participant à la « clearance » (élimination) des microbes. De telles structures en « rouleaux » des globules rouges ont été décrites lors d’états inflammatoires (ici état inflammatoire résultant d’une infection au SARS-CoV-2), possiblement de grossesse (dues à l’augmentation du fibrinogène), ainsi que lors de dysglobulinémies (apparition et prolifération d’anticorps « anormaux » sanguins et tissulaires) chez l’hôte. Il est notable que cet empilement de cellules sanguines peut être parfois simplement lié aux solvants utilisés dans des médicaments injectables (tels que le miconazole, la cyclosporine ou l’huile de ricin). Les globules rouges peuvent aussi être regroupés en amas, notamment en présence d’anticorps assurant un pontage inter-cellulaire.

France Soir — On a beaucoup parlé de particules métalliques notamment d’oxyde de graphène, pensez-vous que cette piste soit sérieuse ?

Jean-Marc Sabatier — Le graphène et ses dérivés, dont l’oxyde de graphène, ne sont pas décrits (par les fabricants et l’OMS) comme étant des constituants des vaccins actuellement utilisés contre le SARS-CoV-2 et la Covid-19. La présence de tels nanomatériaux est néanmoins mentionnée par de nombreux auteurs et expérimentateurs. Il serait très grave que la présence de tels composés soit réelle pour des raisons de transparence sanitaire et d’innocuité vaccinale (bien qu’il ne soit pas opportun de parler d’innocuité vaccinale dans le cadre des pseudo-vaccins anti-Covid-19).

Le graphène est constitué de carbone (il s’agit d’un feuillet monocouche d’atomes de carbone organisés en nids d’abeilles). Avec ses dérivés, le graphène présente des potentialités et propriétés physico-chimiques exceptionnelles en termes de légèreté, transparence, flexibilité, résistance (résistance à la rupture 100 fois supérieure à celle de l’acier), stabilité, conduction électrique, magnétisme (seulement en conditions non-naturelles), source potentielle d’énergie (grâce aux mouvements vibratoires), et stockage énergétique propre (batterie au graphène). Les domaines d’application de ces matériaux sont actuellement en pleine expansion comme capteurs/biocapteurs ultra-sensibles, biocatalyseurs, micropuces et autres, ainsi qu’en nanomédecine (principalement comme vecteur de thérapie génique et plate-forme de vaccins).

Est-il utilisé expérimentalement comme une plate-forme vaccinale dans les vaccins anti-Covid-19 à ARNm ? Nous devrions le savoir prochainement, notamment parce que la justice a été saisie dans plusieurs pays pour une étude approfondie de la composition de ces vaccins. Pour ma part, je n’ai à ce jour aucune certitude quant à la présence ou non de graphène ou d’oxyde de graphène (ou autre(s) dérivé(s) apparenté(s)) dans les vaccins à ARNm, mais je ne suis pas la personne la mieux informée dans le domaine… et il y a rarement de fumée sans feu. Les problèmes majeurs posés par une présence de nanomatériaux carbonés de type graphène ou dérivé seraient potentiellement une réaction inflammatoire « délétère » avec stress oxydant, une mort cellulaire (par apoptose, nécrose et/ou dérèglement autophagique), une toxicité directe sur des organes (notamment les poumons et le cerveau), une génotoxicité (altération de l’ADN qui est une source de cancers et/ou de déficiences transmissibles aux générations suivantes), ainsi que la biodégradabilité (catabolisme) et ses conséquences sur l’organisme. Il est notable qu’à ce jour, des effets indésirables de ces nanomatériaux (par exemple, l’oxyde de graphène) ont déjà été rapportés sur certains types cellulaires (dont des cellules nerveuses et épithéliales pulmonaires), et sur des organismes vivants incluant des plantes (via des terres enrichies en nanotubes de carbone). Il apparait que l’enzyme humaine myéloperoxydase (MPO) produite par des globules blancs (granulocytes neutrophiles appartenant à l’immunité innée) serait capable de dégrader l’oxyde de graphène ; ces cellules immunitaires — en charge de l’élimination de microbes et corps étrangers dans l’organisme — sont fortement représentées dans les poumons. Finalement, les nanoparticules de graphène (et ses dérivés) apparaissent d’autant plus toxiques que leur taille est importante. Dans le cas d’une présence effective d’oxyde de graphène, ou autre composé apparenté dans les vaccins à ARNm (ce qui reste à ma connaissance à démontrer formellement), une élimination rapide par un mécanisme de phagocytose de cellules immunitaires spécialisées est probable.

France Soir — Pensez-vous que ces vaccins puissent provoquer des modifications durables dans la composition du sang des vaccinés ? 

Jean-Marc Sabatier — Personnellement, je pense que ces injections vaccinales provoquent des modifications plus ou moins durables dans la composition du sang des personnes « vaccinées ». Le dysfonctionnement du système rénine-angiotensine (SRA) et la suractivation associée du récepteur AT1R sont potentiellement induits par la protéine Spike vaccinale, d’où les effets « délétères » parfois observés après les injections de vaccins. Ce dysfonctionnement du SRA conduit — entre autres —  à un syndrome d’activation macrophagique (SAM) responsable du phénomène d’hémo-phagocytose. L’hémo-phagocytose conduit à une anémie (diminution du nombre de globules rouges), une lymphocytopénie (diminution du nombre de globules blancs, dont les lymphocytes T auxiliaires et cytotoxiques, les lymphocytes T « Natural Killer », et les lymphocytes B), ainsi qu’une thrombocytopénie (diminution du nombre de thrombocytes/plaquettes sanguines). Les macrophages « hyper-réactifs » s’attaquent aussi aux précurseurs myéloïde et lymphoïde de ces cellules sanguines dans la moelle osseuse. À l’opposé, on observe une neutrophilie, qui correspond à une prolifération des granulocytes neutrophiles impliqués dans l’immunité innée. Ces évènements affectent la composition du sang. Les effets des injections vaccinales devraient être plus ou moins « visibles » et durables en fonction du nombre d’injections vaccinales reçues et des personnes (âge, sexe, état de santé, patrimoine génétique, etc.). Selon moi, le vrai problème lié aux multiples injections de ces pseudo-vaccins va être le potentiel fonctionnel altéré du sang de l’hôte. En effet, ces injections vaccinales répétées vont inévitablement conduire à une déficience du système immunitaire inné (immunité immédiate non spécifique) et, par voie de conséquence, à une déficience du système immunitaire adaptatif/acquis (immunité plus tardive d’environ 4 jours et spécifique de l’agent infectieux, ou autre), c’est-à-dire à une déficience généralisée du système immunitaire. Ainsi, il m’apparait urgent et vital d’arrêter ces injections inefficaces et délétères, car elles vont inexorablement conduire à un dérèglement majeur du système immunitaire chez les personnes « vaccinées ». Le syndrome d’immunodéficience acquise (SIDA) pourrait être une modification durable de l’immunité chez l’hôte « vacciné », à l’origine du déclenchement et/ou du développement de diverses pathologies (cancers, maladies auto-immunes, maladies neurodégénératives, etc.).

France Soir — On a beaucoup accusé la protéine de pointe Spike d’être à l’origine des effets secondaires très nombreux dans le cadre de la vaccination. Comme vous l’aviez déjà expliqué dans des entretiens précédents, le virus, en se fixant sur le récepteur cellulaire ECA2 (enzyme conversion de l’angiotensine 2) par l’intermédiaire de sa protéine Spike, interfère avec un système hormonal complexe et ubiquitaire, appelé système rénine-angiotensine (SRA). Présent au niveau de tous les tissus, des organes (le cerveau, le cœur, les poumons, la rate, le pancréas, le système vasculaire, le système auditif, les yeux, la peau, les intestins, les organes reproducteurs, etc.) et des microbiotes intestinal, buccal et vaginal, le SRA pilote également l’immunité innée. En s’attaquant au SRA, le Sars-CoV-2 le rend dysfonctionnel, ce qui entraîne de possibles répercussions sur de très nombreux organes et tissus. Au niveau du SRA, le récepteur cellulaire AT1R qui contrôle diverses voies de signalisation au sein des cellules est le récepteur le plus impliqué dans les phénomènes immunitaires, inflammatoires et mnésiques. Lorsqu’il est suractivé, celui-ci devient délétère, car il possède des propriétés pro-hypertensives, pro-inflammatoires, pro-oxydante, pro-thrombotique, pro-hypoxique, pro-fibrosante, pro-hypertrophiante et pro-angiogénique. Ce dysfonctionnement entraîne également des pathologies qui peuvent également être induites par la protéine Spike vaccinale.

Dernièrement, une étude en prépublication sur le site bioRxiv fait état des effets délétères induits par les nanoparticules lipidiques (NPL) sur la réponse immunitaire chez les souris.

Pouvez-vous tout d’abord rappeler le rôle des NPL, de quoi ils sont constitués, leur durée de vie dans l’organisme d’après les données actuelles de la science ?

Jean-Marc Sabatier — Pour rappel, les injections vaccinales répétées sont basées sur la protéine Spike (modifiée) du SARS-CoV-2. Dans le cas des vaccins Comirnaty (Pfizer-BioNTech) et Spikevax (Moderna) qui sont les plus utilisés en France, la protéine Spike vaccinale est directement produite par nos cellules suite à une injection d’ARN messager. Il existe plusieurs raisons (scientifiques) de ne pas procéder à des injections vaccinales multiples avec les pseudo-vaccins anti-Covid-19, le rapport bénéfices/risques étant très défavorable :

(1) Ces pseudo-vaccins sont inefficaces : ils n’empêchent pas l’infection au SARS-CoV-2 et la transmission du virus (une protection actuelle contre les formes graves ou mortelles de la Covid-19 reste à prouver) ;

(2) L’action néfaste de la protéine Spike vaccinale sur de nombreux organes et tissus, y compris le système vasculaire : la protéine Spike peut provoquer des maladies Covid-19, car elle peut potentiellement se fixer sur le récepteur ECA2 des cellules cibles et induire un dysfonctionnement du SRA et une suractivation de son récepteur délétère AT1R (par un excès d’angiotensine-2), comme le fait le virus SARS-CoV-2 ;

(3) La répétition des injections vaccinales ciblant le même antigène (ici la protéine Spike) qui dérègle l’immunité innée de l’hôte. Ceci s’ajoute au dérèglement de l’immunité innée induit par le dysfonctionnement du SRA qui contrôle l’immunité innée ;

(4) L’existence chez l’hôte des phénomènes de facilitation de l’infection virale médiée par les anticorps anti-protéine Spike « facilitants » (ADE : Antibody-dependent enhancement) et de facilitation des maladies respiratoires (ERD : Enhanced respiratory diseases). Les phénomènes ADE/ERD s’observent avec les nouveaux variants et sous-variants émergents du SARS-CoV-2 ;

(5) La toxicité potentielle directe des nanoparticules lipidiques (NPL) et autres adjuvants et excipients utilisés dans les pseudo-vaccins anti-Covid-19.

France Soir — Qu’appelle-t-on nanoparticules lipidiques ?

Jean-Marc Sabatier — Les nanoparticules de ces vaccins contiennent quatre types de composés, à savoir des lipides ionisables cationiques (les charges positives se lient aux charges négatives de l’ARNm), des lipides pégylés (qui stabilisent les nanoparticules), ainsi que des phospholipides et du cholestérol (qui participent à la structure des nanoparticules). Les lipides ionisables cationiques diffèrent selon les vaccins à ARNm : ALC-0315 (Pfizer-BioNTech) ou SM-102 (Moderna). Les lipides pégylés diffèrent également : ALC-0159 (Pfizer-BioNTech) ou PEG2000-DMG (Moderna). Ces vaccins ont en commun les phospholipides (DSPC) et le cholestérol. Tous ces composés encapsulent l’ARNm pour le protéger des enzymes de dégradation et permettent le transport de celui-ci à l’intérieur des cellules afin de produire la protéine Spike vaccinale. Dans les vaccins à ARNm, les NPL pourraient être fortement toxiques (lipides ionisables et pégylés), selon les données expérimentales.

France Soir — Quels effets potentiellement délétères peuvent causer les nanoparticules lipidiques de certains vaccins ?

Jean-Marc Sabatier — Les dommages (plus ou moins sévères) dus à la protéine Spike vaccinale sont de nos jours bien documentés. Il existe des risques supplémentaires d’effets délétères associés à l’emploi de NPL hautement inflammatoires dans les vaccins à ARNm. En effet, divers types de NPL sont capables de franchir des barrières biologiques et d’exercer des effets toxiques sur des organes tels que le cerveau, les reins, le foie, la rate, les ganglions lymphatiques, les muscles et les organes reproducteurs. Les NPL peuvent traverser les barrières hémato-testiculaire, placentaire et épithéliale pour s’accumuler dans les organes reproducteurs, et les endommager en détruisant les cellules de Sertoli et de Leydig, ainsi que les cellules germinales. Ceci affecte les organes reproducteurs masculins en modifiant la qualité, quantité, morphologie et motilité des spermatozoïdes, et féminins en réduisant le nombre d’ovocytes matures et en perturbant le développement folliculaire. Les NPL peuvent perturber les niveaux d’hormones sécrétées, affectant la libido. Les mécanismes impliqués dans la toxicité des NPL reposent sur l’inflammation, le stress oxydatif, l’apoptose, et/ou la génotoxicité. Il est notable que les NPL peuvent induire une réaction allergique chez certaines personnes souffrant d’allergies graves (environ un cas de choc anaphylactique par million d’injections du vaccin de Pfizer-BioNTech). De nombreux effets délétères des NPL sont (globalement) comparables à ceux induits par la protéine Spike vaccinale. En résumé, les NPL sont potentiellement dangereuses.

France Soir — Qu’en est-il des adjuvants, notamment pour le vaccin Novavax ?

Jean-Marc Sabatier — D’autres adjuvants des vaccins peuvent également présenter une toxicité potentielle. Par exemple, le vaccin Novavax — utilisé en France — contient un dérivé de saponine extrait de l’écorce du bois de Panama. Les propriétés tensioactives, détergentes et émulsifiantes des saponines semblent bénéfiques ou toxiques, et font l’objet de controverses. Les saponines pourraient s’attaquer aux globules rouges (activité hémolytique) et à d’autres types cellulaires, en interagissant avec le cholestérol des membranes de ces cellules. À forte dose, les saponines peuvent provoquer des problèmes respiratoires, gastriques, une atteinte au foie, ainsi que des convulsions et diarrhées.

France Soir — Quels sont les effets délétères des NPL observés chez les souris ?

Jean-Marc Sabatier — Les travaux de Quin et collaborateurs (Université Thomas Jefferson aux États-Unis) visibles sur le site bioRxiv de pré-publication d’articles scientifiques (non encore évalués par les pairs) concernent les effets chez la souris des NPL seuls ou associés à des ARNm (ARNm-NPL). Ces travaux montrent que la pré-exposition des souris aux NPL ou ARNm-NPL affecte les réponses immunitaires innées et adaptatives. La pré-exposition aux ARNm-NPL a entraîné une inhibition à long terme des réponses immunitaires adaptatives des animaux. D’autre part, après une pré-exposition aux ARNm-NPL, la résistance des souris aux infections microbiennes hétérologues est modifiée. Les auteurs ont détecté une neutropénie (diminution du nombre de granulocytes neutrophiles) généralisée chez les souris exposées aux ARNm-NPL. De façon intéressante (et inquiétante), les souris pré-exposées aux ARNm-NPL ont été capables de transmettre les traits immunitaires acquis à leur progéniture. Ainsi, la plateforme vaccinale ARNm-NPL a induit des changements immunologiques à long terme qui peuvent affecter les réponses immunitaires adaptatives ainsi que la protection hétérologue contre les infections chez la souris, dont certaines peuvent être héritées par la progéniture. Il apparait ainsi que les NPL inflammatoires activent et « épuisent » le système immunitaire tant qu’elles restent dans l’organisme (de 20 à 30 jours).

France Soir — Ces effets observés sont-ils susceptibles de s’appliquer à l’homme ?

Jean-Marc Sabatier — Les effets indésirables observés chez la souris sont susceptibles de se retrouver chez d’autres mammifères, dont l’homme. Néanmoins, il ne s’agit ici que de données expérimentales préliminaires sur un modèle animal spécifique, ce qui mériterait des études plus approfondies. Il est regrettable — voire anormal — que de telles études ne soient pas encore disponibles et en accès public compte tenu de l’utilisation à grande échelle des NPL dans les vaccins à ARNm injectés chez les humains.

France Soir — D’ici à l’automne, les nouveaux vaccins contre le SARS-CoV-2 seront sur le marché. Fabriqués par les firmes Pfizer / BioNTech, pour deux d’entre eux, et par Moderna pour le troisième, tous ciblent le variant Omicron et ses sous-lignages. Deux nouveaux vaccins, l’un de la biotech Moderna, l’autre de l’entreprise pharmaceutique Pfizer / BioNTech, contiennent tous deux la séquence ARN de la protéine Spike de la souche sauvage de Wuhan à laquelle a été ajoutée la séquence ARN du variant BA.1. L’autre vaccin fabriqué par la firme Pfizer / BioNTech contient, lui aussi, la séquence ARN de la protéine Spike de la souche sauvage de Wuhan, à laquelle les chercheurs ont ajouté les séquences ARN de la protéine Spike des nouveaux sous-lignages BA.4 et BA.5.

Que pensez-vous de l’idée d’assembler deux protéines Spike différentes alors que les multiples mutations observées sur le variant Omicron et le phénomène ADE (Antibody Dependent Enhancement traduit en français par facilitation par les anticorps) qui peut subvenir ultérieurement et se produire lorsqu’une personne est infectée par un autre sérotype viral pour lequel le phénomène ADE de facilitation par les anticorps existe, ce qui va favoriser l’infection, a été observé ? Cet assemblage n’est-il pas antinomique ?

Jean-Marc Sabatier — Nos autorités sanitaires (Agence européenne du Médicament, et la Haute Autorité de Santé) viennent d’approuver les injections vaccinales avec les nouveaux vaccins anti-Covid-19 dits « bivalents », ainsi que leur couplage au vaccin contre la grippe. Il est notable que ces validations des autorités ne reposent —  à ce jour — sur aucun essai clinique.

Un vrai vaccin doit répondre à deux critères : l’efficacité et l’innocuité. En ce qui concerne l’efficacité, ces nouveaux pseudo-vaccins ne seront guère plus efficaces que les précédents, même avec l’ajout d’un ou deux ARN messager(s) codant pour les protéines Spike modifiées du variant Omicron (BA.1) et de ses sous-lignages BA.4, BA.5. Il est clair que les nouveaux vaccins à ARNm n’empêcheront ni l’infection, ni la transmission du SARS-CoV-2. Ces vaccins ne seront pas dénués d’effets secondaires, car les deux ou trois ARN messagers, injectés simultanément, devraient produire des protéines Spike toujours potentiellement capables de se fixer sur le récepteur ECA2 des cellules cibles, entraînant un dysfonctionnement du SRA et le déclenchement potentiel de maladies Covid-19. Les dangers associés aux nanoparticules lipidiques sont toujours présents dans ces nouveaux vaccins. En résumé, ces derniers ne vont rien apporter en termes de protection. Ces injections vaccinales supplémentaires ne feront qu’augmenter les risques de faire des formes plus graves de la maladie via les phénomènes de facilitation de l’infection ADE et ERD déjà décrits (en plus de la toxicité potentielle des nanoparticules lipidiques présentes dans les vaccins). La balance bénéfices-risques reste donc clairement défavorable avec les nouveaux vaccins toujours basés sur la protéine Spike virale. Idéalement, d’un point de vue sanitaire, il faudrait arrêter ces rappels pseudo-vaccinaux.

FranceSoir

maximeverneuil

Jean-Marc Sabatier, directeur de recherche au CNRS

32 médecins canadiens entièrement vaccinés sont « morts subitement »

32 médecins canadiens entièrement vaccinés contre le Covid-19 sont « morts subitement » au cours des 16 derniers mois.

« Ces médecins étaient jeunes, pratiquaient activement la médecine et étaient en parfaite santé avant de prendre les vaccins expérimentaux Covid-19 ».

L’Échelle de Jacob

arnauddebrienne

Patrick Sébastien victime d’effets secondaires de la « vaccination »

Patrick Sébastien révèle avoir eu un cancer du rein cette année. Il s’interroge sur le vaccin contre le Covid-19. « Je ne suis pas complotiste mais je regarde. Avant le vaccin, je n’avais rien. Et après, je me suis retrouvé avec un prédiabète, une prostatite. Je n’accuse pas mais je me pose la question. Autour de moi, c’est pareil, beaucoup de gens se sont retrouvés avec une pathologie. »
Patrick Sébastien aborde le sujet du « vaccin » dans son livre « Vivre et renaître chaque jour« .

Philippe Guillemant, ingénieur physicien et chercheur au CNRS, explique le véritable objectif des injections à ARN messager, baptisées « vaccins contre le Covid » :

arnauddebrienne

France : L’insuffisance cardiaque devrait progresser de +25% tous les quatre ans», tous âges confondus

25% de cas insuffisance cardiaque, un quart tous les quatre ans : c’est monstrueux ! Voilà qui devrait faire la une de tous les journaux télévisés, radios, quotidiens et magazines ! Mais non… silence ! La crainte qu’on ne recherche les causes, sans doute… Nos lecteurs les connaissent, il suffit de leur demander (NDLA)

L’Échelle de Jacob

arnauddebrienne

« Le Covid-19 tuait les très vieux, le vaccin s’occupe des jeunes… » explique le Professeur Seligmann (vidéo 40:01)

Entretien avec le Professeur Hervé Seligmann, chercheur en biologie, au sujet des effets secondaires du « vaccin » contre le Covid sur les jeunes.

maximeverneuil

Martine Wonner transmet le témoignage du Pr Raoult : c’est Macron qui a imposé aux scientifiques le « remède » de Gilead

Martine Wonner nous raconte la première réunion du Conseil scientifique le 12 mars 2020 et pourquoi le Pr Raoult a claqué la porte. Martine Wonner est d’autant plus libre de s’exprimer, qu’elle n’a pas été réélue. Désignée comme antivax par ses adversaires, elle a été battue par la macroniste Françoise Buffet. Une personne qui, elle, ne devrait pas gêner. Elle n’a jamais déposé aucune question écrite, aucune question orale, n’a proposé aucun amendement et n’a jamais pris la parole.

La corruption au plus haut niveau

Martine Wonner a recueilli le témoignage du Pr Didier Raoult. Ce dernier était présent à la première réunion du Conseil scientifique, ainsi que le Pr Delfraissy. Macron et le président de Gilead France sont arrivés au bout de 5 min. Ils ont carrément imposé le Remdesivir (Veklury®) comme l’unique remède contre le covid-19. Le Pr Raoult n’est plus jamais revenu et l’hydroxychloroquine, est bel et bien restée classée substance vénéneuse (par les soins du Pr Salomon et du ministre de la Santé Agnès Buzyn).

Le charlatanisme c’est ça pic.twitter.com/Yje6rvEUX6

— Idriss J. Aberkane Ph.D, Ph.D & Ph.D (@idrissaberkane) September 21, 2022

La France a enrichi Gilead

Le 26 juin 2020, le ministre de la Santé Olivier Véran a répondu au Pr Raoult, qui avait mis en cause l’indépendance du Conseil scientifique et laissé entendre que des conflits d’intérêts avaient pu favoriser le Remdesivir du laboratoire Gilead contre le coronavirus : « Je n’ai eu aucune recommandation du Conseil scientifique sur le Remdesivir ». En effet, la France n’a pas commandé de Remdésivir, mais… plusieurs milliers de doses de Remdesivir ont été « alloués » à la France par Gilead et par la Commission européenne dans le cadre d’un premier contrat en juillet 2020. Pour un traitement vendu 2 000 euros dont le prix de revient est de 6 euros, quelques milliers de doses, cela fait quelques millions d’euros.

Le Remdésivir mis en doute

En avril 2020, Karine Lacombe émet des restrictions quant à l’efficacité du Remdésivir : « un traitement encourageant mais pas un remède miracle ». Elle a pourtant reçu 31 534 euros de Gilead Sciences, mais la prudence l’a emporté.
Les 8 et 22 juillet, la commission de transparence de la HAS procède à une évaluation en vue d’un remboursement du VEKLURY® (nom commercial du Remdesivir). Son projet d’avis, transmis à Gilead, est tellement négatif que la firme retire le 31 août sa demande de remboursement. Elle se garde de transmettre des données qui auraient permis à la commission économique et de santé publique (CEESP) d’« évaluer son efficience dans l’indication revendiquée », précise la HAS. Donc Gilead savait en juillet-août que son Remdésivir ne valait pas un remboursement ou, plus trivialement, pas un clou.
Le 4 septembre 2020, l’OMS emboîte le pas et retire le Remdesivir de ses recommandations.

La fabuleuse arnaque d’Ursula !

Le 8 octobre 2020, la Commission européenne signe un contrat avec le laboratoire Gilead pour 500 000 doses de Remdesivir. À 2 000 euros la dose intraveineuse, cela fait 1,035 milliard d’euros au total ! Pour la présidente Ursula von der Leyen, ce ne sera qu’une casserole de plus. Pour le budget de l’Europe un milliard d’euros en moins.

– Le 9 octobre 2020, voyez quel fâcheux contre-temps ! l’Union européenne est informée des résultats négatifs d’une étude de l’OMS — que connaissait Gilead — réalisée dans 405 hôpitaux et 30 pays sur plus de 11 000 malades du covid-19. Cette étude, rendue publique le 15 octobre 2020, conclut que « l’hypothèse que le Remdesivir peut empêcher une fraction substantielle des décès est absolument exclue ».
– Le 21 octobre 2020, le directeur général de la Santé Jérôme Salomon liquide les stocks de VEKLURY® en les distribuant « gratuitement » aux établissements de santé. Il ne sert à rien mais c’est gratuit !
– Le 23 octobre 2020, la Haute Autorité de Santé conclut à une efficacité « faible à insuffisante ». Mieux vaut tard que jamais. L’essentiel étant d’avoir pu écouler les stocks.
– Le 20 novembre 2020, l’OMS finit par officiellement déconseiller « l’administration de Remdesivir aux patients hospitalisés, quelle que soit la gravité de leurs symptômes, dans la mesure où rien ne prouve à ce jour que le Remdesivir améliore pour ces patients les chances de survie et les autres résultats sanitaires. »
– Le 3 décembre 2020, le Haut Conseil de la santé publique, traînant les pieds, suit l’OMS et invite à « ne pas prescrire le Remdesivir ».

Gilead multirécidiviste à 97 millions de dollars d’amendes

Côté États-Unis, Gilead cumule 97 millions de dollars d’amende pour escroquerie, pots-de-vin et corruption.

Le 30 novembre 2020, Véronique Jorion, députée européenne RN, pose en vain ces questions (restées sans réponse) :

1. Sachant que l’OMS a indiqué qu’elle avait informé Gilead de ces résultats négatifs le 23 septembre 2020, avant la signature du contrat, quelle procédure a été engagée par la Commission pour dénoncer le contrat et poursuivre devant les tribunaux la société Gilead ?

2. Quelle autorité scientifique et quels experts ont identifié et confirmé le besoin de cette immense commande alors que l’OMS a retiré le Remdesivir le 4 septembre 2020 de ses recommandations et que les doutes sur l’efficacité de ce produit sont connus depuis février 2020 ?

Les affaires continuent

L’accumulation de preuves d’inefficacité du Veklury® (Remdesivir) n’a pas fait flancher les affaires de Gilead : en 2021, les ventes ont doublé par rapport à 2020 et le bénéfice net s’est envolé à 6,2 milliards de dollars. En 2022, la Commission européenne a délivré au Remdesivir une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) complète (finie l’autorisation provisoire). En France, depuis le 4 août, le Remdesivir est inscrit sur la liste des spécialités agréées à l’usage des collectivités. Si le médicament est inefficace, en revanche le lobby de Gilead est très efficace (il a dépensé 3,92 millions de dollars en 2022). Il arrose les partis politiques américains. En France, il s’est montré généreux avec des médecins de plateau, dont Karine Lacombe et le Dr François Raffi (52 000 €), l’ennemi juré du Pr Raoult. Les partis politiques français restent discrets. On ne sait donc pas qui a touché quoi. On suppute, on s’interroge, on devine un peu.

Le Média en 4-4-2

arnauddebrienne

LA VERITE ECLATE ENFIN SUR LES VACCINS : Les vaccins contre le Covid-19 sont beaucoup plus dangereux que le virus lui-même…Le CDC a fourni de fausses informations concernant le suivi des effets indésirables causés par le vaccin !!!

Alors que les rappels de vaccins n’ont pas été testés sur des humains, ils ont tout de même été largement déployés dans tout le pays. Mais une nouvelle étude indique que le vaccin contre le Covid est beaucoup plus dangereux que le virus du COVID-19 lui-même. Et nous avons la preuve désormais que le CDC a fourni de fausses informations concernant le suivi des événements indésirables liés aux vaccins.

Alors que les responsables gouvernementaux et les médias corrompus exhortent les vaccinés à recevoir un deuxième rappel dit « bivalent ». Ce dernier est censé cibler la variante Omicron, il s’avère que cette substance n’a pas été testée sur les humains. Et le seul essai qui a été effectué sur des animaux concernait huit souris.

« Cela n’a pas été prouvé dans un essai clinique, parce que nous n’avons pas eu le temps de faire un essai clinique parce que nous avons dû concocter des vaccins en très peu de temps. Ce fut le souhait de nos dirigeants aux États-Unis, mais parallèlement, nous avons eu 400 décès par jour et jusqu’à 5 000 hospitalisations par jour », a expliqué le Dr Anthony Fauci du NIAID dans une interview.

La directrice du CDC, Rochelle Walensky, a également déclaré que les vaccins de rappel devaient être rapidement développés pour fonctionner correctement. Un retard rendrait potentiellement les vaccins « obsolètes » à mesure que de nouveaux variants se formeraient, affirme Walensky.

Une nouvelle étude menée par des scientifiques de Harvard et de Johns Hopkins, actuellement en pré-impression, révèle que les vaccins contre la COVID-19 étaient jusqu’à 98 fois pires que le virus lui-même. L’étude critique l’exigence de rappel pour les étudiants universitaires américains, déclarant dans le résumé: « En utilisant les données sur les effets indésirables rapportés par le CDC et son promoteur, nous constatons que les obligations de se faire vacciner sous formes de rappels peuvent causer un préjudice net attendu: par hospitalisation COVID-19 évitée chez les jeunes adultes non infectés auparavant, nous prévoyons 18 à 98 effets indésirables graves, y compris 1,7 à 3,0 cas de myocardite associés au rappel chez les hommes, et 1 373 à 3 234 cas de réactogénicité de grade ≥3 qui interfère avec les activités quotidiennes ».

FAUSSES INFORMATIONS

Comme indiqué pour la première fois dans « Epoch Times », le CDC a fourni de fausses informations concernant son suivi des effets indésirables causés par les vaccins. Cela dit, Walensky admet qu’il existe une relation de cause à effet entre les vaccins à ARNm et la myocardite :

Dans une lettre datée du 2 septembre de la directrice du CDC, Rochelle Walensky, au sénateur Ron Johnson, le directeur déclare que « le CDC effectue systématiquement une collecte et une analyse approfondies des données pour détecter les événements indésirables potentiels et les signaux de sécurité, puis communique cette information au public. Par exemple, le personnel du VAERS a mené des évaluations montrant qu’il existe des associations causales entre la thrombose avec syndrome de thrombocytopénie et le vaccin COVID-19 de Janssen et entre la myocardite et la vaccination contre la COVID-19 à ARNm.

Dans la même lettre, Walensky a également déclaré que le CDC n’avait pas analysé certains types de rapports d’effets indésirables en 2021, bien qu’il ait déjà déclaré qu’il avait commencé ce suivi en février de la même année.

Source : thefloridasatndard

via Planètes 360

arnauddebrienne

94 % des patients vaccinés ayant des problèmes de santé ultérieurs ont un sang anormal

Des médecins en Italie ont étudié le sang de patients qui avaient reçu une injection de vaccins à ARNm COVID-19 et ont trouvé des corps étrangers longtemps après la vaccination, selon étude récente.

Les trois médecins et chirurgiens, Franco Giovannini, MD, Riccardo Benzi Cipelli, MD et Giampaolo Pisano, MD, ont examiné le sang fraîchement prélevé de plus d’un millier de patients en utilisant l’observation directe au microscope pour observer ce qui se produit dans le sang.
Leurs résultats ont été publiés dans l’International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research, en août 2022.

Pour cette étude, les médecins italiens ont utilisé la microscopie optique pour examiner le sang. Les cellules sanguines sont facilement visibles au microscope. Leur forme, leur type et comment et s’ils sont agrégés, regroupés, aident à mieux comprendre la santé du patient.
Dans leur étude de 60 pages, évaluée par des pairs, les chercheurs italiens ont rapporté des études de cas à partir de leurs observations. Bien qu’ils ne puissent pas expliquer les phénomènes observé, ils ont noté dans l’étude que ce qu’ils ont observé était si étrange qu’ils ont alerté la communauté médicale.

Microscopie à fond noir

Le microscope optique utilise la lumière visible et une série de lentilles pour agrandir les images. Contrairement à la microscopie électronique, la microscopie optique fournit une image directe de ce qui se trouve sous la lentille. Avec la microscopie optique, les scientifiques peuvent soit utiliser un fond blanc brillant placé derrière les cellules, avec la lumière qui éclaire derrière la lame, soit utiliser un fond sombre.

Cette technique, appelée microscopie à fond noir, fonctionne en bloquant le rétroéclairage et en faisant réfléchir la lumière sur le côté afin de faire ressortir la lame du fond sombre. La microscopie à fond noir utilise une ouverture spéciale pour focaliser la lumière, afin que l’arrière-plan reste sombre. La lumière ne passera pas directement à travers l’échantillon et aucune coloration n’est requise, de sorte que les cellules vivantes n’ont pas besoin d’être tuées pour être étudiées. Pour cette recherche, les médecins ont donc utilisé la microscopie à fond noir.

Sang anormal

Sur les 1.006 patients, 426 étaient des hommes et 580 étaient des femmes. Cent quarante et un ont reçu une seule dose d’un vaccin à ARNm, 453 ont reçu deux doses et 412 ont reçu trois doses. L’âge des patients variait de 15 à 85 ans. L’âge moyen des patients était de 49 ans. Les 1.006 patients présentaient une grande variété de problèmes de santé. En moyenne, les patients dont le sang a été examiné avaient été vaccinés environ un mois auparavant.

Sur les 1.006 patients vaccinés, seulement 5% environ, soit 58 personnes, avaient du sang apparaissant normal. Les médecins ont pu examiner le sang de 12 patients avant vaccination, les 12 patients présentaient un sang normal selon les chercheurs.

Les auteurs n’ont pas révélé le nombre total de personnes vaccinées, de sorte que le pourcentage de personnes vaccinées ayant développé une anomalie sanguine est inconnu. C’est une lacune de leurs recherches. Ce que l’on sait cependant, c’est que 94% des patients interrogés dans cette étude et qui ont développé des symptômes ultérieurement, avaient un sang anormal.

Chacun des patients était examiné pour des symptômes, dont beaucoup sont apparu depuis leurs vaccinations. Les images sont étranges. Des images côte à côte du sang d’un patient avant et après la vaccination montrent des différences marquées. Avant la vaccination, les globules rouges sont séparés les uns des autres et sont ronds, tandis que le sang prélevé après la vaccination montre des globules rouges déformés et qui se regroupent, coagulent autour de corps étrangers visibles, qui n’étaient pas présents auparavant.

Des corps étrangers agrégés dans le sang

Ce matériau étranger semblait se rassembler dans des structures, formant parfois des cristaux et d’autres fois formant de longs tubes ou fibres.
Les structures des corps étrangers dans le sang des patients, qui n’étaient pas présents avant la vaccination, sont inhabituelles et visibles sur les photos incluses dans l’étude. Les grandes structures semblaient s’être agrégées dans le sang, et les chercheurs ont observé des formes qui suggèrent la façon dont le graphène peut s’auto-assembler en structures. Le graphène est une forme de carbone dont les atomes sont agencés en hexagones, formant un cristal en forme de feuille. Sous cette forme, bien que le carbone ne soit pas un métal, il se comporte chimiquement comme un composé métallique.
Les deux structures qu’ils ont observé dans le sang étaient des morceaux cristallins et des formes semblables à des tubes. Bien que les chercheurs n’aient pas pu confirmer que ce qu’ils ont vu était du graphène, ils ont souligné que le graphène peut s’agréger en formes similaires à celles observées.

Est-ce du graphène ?

Le graphène a déjà été utilisé dans les vaccinations contre la grippe par voie nasale et est en cours de développement pour être utilisé dans d’autres médicaments. Cependant, il n’est curieusement pas répertorié comme ingrédient dans aucun des vaccins à ARNm.

Les médecins italiens n’ont pas testé chimiquement le graphène. Ils ont seulement émis l’hypothèse que le graphène pourrait être un composant de ces structures. Le graphène peut auto-assembler de minuscules nanostructures, ce qui le rend utile pour les nanotubes de carbone et la fibre de carbone. Cependant, comme les auteurs l’ont mentionné, l’auto-assemblage du graphène dans les structures de la circulation sanguine pourrait amener le sang à coaguler, provoquant des caillots sanguins à grande échelle.

Ces spéculations soulèvent plus de questions que de réponses, car ni le graphène ni d’autres composés métalliques n’étaient censés avoir été utilisés dans les vaccins. Alors pourquoi plus de 950 personnes souffrant de problèmes post-vaccination ont- elles présenté des corps étrangers dans leur sang ?

Ce n’est pas la seule étude à observer des anomalies sanguines après vaccination ARNm.
Dans une étude précédemment publiée dans la même revue, une équipe coréenne a également montré que le sang vacciné par l’ARNm contenait des objets métalliques qui n’auraient pas dû être là. Les scientifiques coréens ont analysé des échantillons de sang centrifugé de huit personnes qui avaient reçu des vaccins à ARNm COVID-19, contre deux personnes qui n’avaient reçu aucun vaccin COVID-19.

L’équipe de trois médecins sud-coréens, Young Mi Lee, Sunyoung Park et Ki-Yeob Jeon, a expliqué que : « La prépondérance des preuves suggère que les matières étrangères trouvées chez les vaccinés COVID-19… ont été injectées dans leur corps lorsque ils ont reçu une ou plusieurs doses de vaccins COVID-19. »

Selon cette étude : « Parmi les 8 receveurs du vaccin COVID-19 : 6 échantillons de plasma contenaient un disque multicouche de composition non identifiée ; 3 échantillons contenaient des matériaux en forme de bobine perlée ; 1 échantillon de plasma contenait un faisceau fibreux de matériau étranger perlé, d’apparence similaire ; et un groupe différent de 3 échantillons avait des formations cristallines de matière étrangère. Les différentes formes et tailles de matières étrangères dans les plasmas centrifugés des individus vaccinés contre le COVID-19, ressemblaient étroitement aux formes et tailles des matières étrangères précédemment observées directement dans les vaccins eux-mêmes.

L’étude italienne, qui a analysé plus de 10 fois plus d’échantillons de sang, semble confirmer les conclusions de la Corée. Cependant, il est difficile d’extrapoler à partir de leurs conclusions. Il serait plus facile de confirmer que les vaccins étaient bien la cause des anomalies sanguines si les chercheurs italiens avaient également analysé le sang d’un groupe témoin de patients présentant des symptômes inhabituels similaires (ou leur absence) qui n’avaient pas été vaccinés auparavant.

Problèmes de coagulation

Les problèmes de coagulation sont l’une des complications caractéristiques observées après la vaccination contre la COVID-19.
Comme le groupe de sujets était composé de personnes qui avaient été récemment vaccinées et qui ont ensuite eu des problèmes de santé, cette nouvelle science suggère que ces structures dans le sang et le comportement de coagulation anormal des cellules sanguines pourraient être une partie importante de la raison pour laquelle les médecins cliniciens voient si de nombreux problèmes de santé inhabituels consécutifs à la vaccination par l’ARNm.

En effet, de gros caillots ont même été retrouvés dans le corps des personnes décédées depuis le début du programme de vaccination. Un embaumeur de l’Alabama a remarqué que de gros caillots d’un genre qu’il n’avait jamais vu au cours de ses 20 ans de carrière ont commencé à devenir monnaie courante une fois le programme de vaccination lancé, selon une agence de presse à but non lucratif de l’Alabama.

Richard Hirschmann a déclaré à 1819 News qu’il avait rassemblé des photos de plus d’une centaine de cas de ces caillots sanguins. Hirschmann a également alerté les laboratoires locaux et a travaillé avec un radiologue, Phillip Triantos, MD, pour mieux comprendre pourquoi et comment les patients présentent des caillots sanguins à formation lente à grande échelle.

D’autres médecins, dont Ryan Cole, MD, un dermatopathologiste (qui est un médecin qui utilise un microscope pour examiner des échantillons de peau, de cheveux et d’ongles afin de diagnostiquer des maladies) et fondateur de la société basée dans l’Idaho, Cole Diagnostics , ont également vu de grands les caillots sanguins deviennent un phénomène émergent depuis le début des campagnes de vaccination à grande échelle, selon 1819 News .

Microscopes en médecine

Il était courant pour les médecins d’avoir des microscopes dans leurs bureaux et d’examiner eux-mêmes le sang (et d’autres fluides corporels) de leurs patients, selon Barron Lerner, MD, auteur de « The Good Doctor: A Father, a Son, and l’évolution de l’éthique médicale.

Alors que les médecins d’aujourd’hui, à quelques exceptions près, envoient presque toujours les tests à des laboratoires extérieurs pour analyse, Barron Lerner a décrit comment les médecins expérimentés avaient l’habitude de penser qu’il était de leur devoir d’enseigner à leurs jeunes collègues et étudiants en médecine comment effectuer eux-mêmes les tests : testez les infections bactériennes, analysez l’urine au microscope et centrifugez le sang pour vérifier l’anémie et d’autres problèmes.

Semblable aux médecins des époques passées, l’équipe italienne de médecins qui a publié ces nouvelles découvertes a expliqué qu’elle avait examiné le sang des patients tout au long de leur carrière, y compris après tout autre type de vaccination. Mais ils n’ont jamais vu de corps étrangers de ce genre auparavant.

La surveillance post-commercialisation des dispositifs médicaux, des nouveaux médicaments et des vaccins est de la plus haute importance pour garantir la sécurité. Ces découvertes inhabituelles et répandues d’anomalies dans le sang après la vaccination par l’ARNm devraient être une préoccupation mondiale. Si 94% des patients ayant des problèmes de santé indésirables ont des occlusions dans leur sang qui n’étaient pas présentes avant qu’ils ne soient vaccinés, ces scientifiques ont peut-être découvert un effet secondaire imprévu et dangereux des vaccins à ARNm.

Source

Via l’Échelle de Jacob

arnauddebrienne

Tous ces morts en trop… Pourquoi ?

Le plus stupéfiant dans tout cela, ce n’est pas la surmortalité que nous prédisions depuis le début et avant même la première injection de cette thérapie génique expérimentale. Non, le plus stupéfiant, c’est que les grands médias continuent à occulter les informations qui l’évoquent et circulent de plus en plus sur les réseaux et médias alternatifs. La question c’est : jusqu’à quand réussiront-ils à cacher tous ces morts qui n’auraient pas dû l’être ! Passivité, bêtise, paresse intellectuelle et lâcheté expliquent sans doute en grande partie le succès de cette omerta farouchement entretenue mais à condition de ne pas minimiser les stratégies de sidération des masses et d’ingénierie sociale poussées à leur paroxysme. (NDLA)

Un peu partout, on constate une surmortalité sans précédent depuis la vaccination Covid. La faute à la canicule? Cette explication tient mal la route. Des experts indépendants réclament une enquête sérieuse. Notre synthèse.


En rouge, les morts liés au vaccin Covid en 2021/ 1ère moitié 2022 et aux autres vaccins (en bleu) selon les déclarations au Système américain de notification des effets adverses des vaccins (VAERS):

SYNTHESE COVIDHUB: Les chiffres tombent les uns après les autres. On constate une surmortalité importante dans le monde en 2022. La plupart du temps, elle apparaît plus élevée dans les régions les plus fortement vaccinées contre le Covid. C’est ce que montrent plusieurs statistiques mentionnées dans notre synthèse ci-dessous.

Comme d’habitude, les agences de « fact-checking » cherchent à démontrer qu’une telle conclusion est fausse, en citant des données officielles ou des études favorables aux vaccins. Bien sûr, il est important de corroborer les informations. Le problème est que ces agences – comme l’AFP – ne contrôlent pas d’une façon tout aussi critique les sources étatiques ni celles du système médico-pharmaceutique dominant.

Une étude impartiale est indispensable

C’est pourquoi nous publions des études et informations divergentes et critiques, afin d’alimenter le débat contradictoire, ce que pour l’instant les agences de presse et les médias ne jugent pas utile de faire.

En revanche, beaucoup d’articles ou émissions des mass médias attribuent ces décès supplémentaires à la chaleur, au Covid et au vieillissement de la population, sans mentionner le rôle potentiel du vaccin.

A ce stade, cette surmortalité anormale ne peut pas encore être formellement attribuée à la vaccination Covid. Cependant, les indices mentionnés ci-dessous forment un faisceau qui devrait absolument être analysé par un groupe de travail diversifié et au-dessus de la mêlée.

→ Voir en fin d’article la pétition mondiale des scientifiques

  • La surmortalité en Europe

Les classes d’âge 0-14 ans et 15-44 ans présentent une plus forte augmentation de la mortalité que les autres pour 2022 par rapport aux années précédentes, selon les chiffres tirés du site EuroMomo.eu (European mortality monitoring).

Les classes 45-64 ans et 65-74 ans montrent également une hausse en 2021 et 2022, dépassant celles de 2020 malgré la plus forte dangerosité du virus de Wuhan.

Pour les deux premières tranches d’âge, l’année 2022 semble la plus critique, alors que presque toute la population est vaccinée et que les variants sont dits beaucoup moins délétères que la souche originale. Ces tranches d’âge sont d’intérêt capital pour la reproduction de notre espèce – et bien sûr, pour le financement de nos retraites ».

Exemple: Mortalité de 0 à 14 ans

La courbe de 2022 (bleu clair) atteignait 854 décès lors de la semaine 34 (du 22 au 28 août), contre 329 en 2019 (jaune) à la même période, soit une hausse de 63%. La courbe de 2021 (bleu foncé) amorce une forte hausse au milieu de l’année, lorsque la vaccination des enfants et pré-adolescents est fortement stimulée par les autorités. Les courbes 2021 et 2022 augmentent de façon similaire pour les 15-44 ans.

  • Allemagne: des médecins ouvrent un Bureau de déclaration pour les décès liés au vaccin

Des médecins allemands se sont regroupés dans une association en affirmant: « Jamais auparavant dans l’histoire de la médecine une vaccination n’a été associée à un nombre aussi élevé d’effets secondaires graves et de décès ».

Ils offrent ainsi un soutien pour aider à la clarification des causes pour les proches du défunt, avec une ligne d’assistance téléphonique et un courriel (meldestelle@mwgfd.de).

Avec le soutien financier du « Comité Corona » et de l’association « Médecins et scientifiques pour la santé, la liberté et la démocratie (MWGFD) », une équipe de pathologistes dirigée par le professeur Arne Burkhardt a créé un nouvel institut à cet effet. Il propose des examens anatomopathologiques ou histologiques complémentaires pour établir le lien éventuel entre décès et vaccin.

  • Assurances-vie aux USA: les réclamations pour décès ont doublé en 2021

La SOA (Société des Actuaires) a évalué les données de 2,3 millions de réclamations après décès auprès de 20 des 21 principales compagnies d’assurance-vie étasuniennes. En juillet, août et septembre 2021, celles-ci étaient 100% plus élevées que prévu selon les cas enregistrés durant les trois ans avant la crise du Covid.

Selon Edward Dowd, un ancien gestionnaire de portefeuilles pour Blackrock (principal consortium mondial d’investisseurs) qui étudie la surmortalité de ces derniers mois, l’excès de décès a connu un pic au moment où le président Biden a fait pression sur les administrations et les entreprises pour obliger les employés à se vacciner contre le Covid. Son analyse paraît prochainement dans « ‘Cause Unknown’: The Epidemic of Sudden Deaths in 2021 & 2022 » [«Cause inconnue» : L’épidémie de morts subites en 2021 et 2022].

A l’automne 2021, les 25-44 ans ont connu une surmortalité de 84%, les 45-54 ans de 80% et les 55-64 ans de 53%. M. Dowd estime à 61’000 le nombre d’Américains ainsi disparus de mars 2021 à février 2022.

C’est Josh Sterling, ancien analyste assurance à Wall Street, qui a aidé M. Dowd à ventiler, en fonction de l’âge, les données des CDC sur la mortalité toutes causes confondues, ainsi que les données des pompes funèbres. Son analyse infirme les explications avancées par la SOA, attribuant les décès à d’autres facteurs: «Covid longs», suicides, overdoses, examens médicaux manqués en raison des confinements… L’obligation vaccinale lui apparaît bel et bien comme le facteur principal.

  • Surmortalité 2022 en Israël: deux fois plus qu’en 2020

Dans le pays pionnier mondial de la vaccination, l’excès de morts durant les six premiers mois de 2022 atteint 13,9% contre 6,4% pour l’ensemble de l’année 2020 (où la vaccination n’avait commencé qu’en décembre)

Données du Ministère de la Santé portant uniquement sur les détenteurs d’un passeport israélien

  • Portugal: le pays le plus vacciné d’Europe a aussi le record de surmortalité

Selon les chiffres officiels, le nombre de morts enregistrés en juillet 2022 a été supérieur de 30% à la moyenne des années 2016-2019, alors que l’ensemble de l’Union européenne affiche une hausse de 6,2%.

Malgré le silence des médias (contrairement aux médias espagnols), de plus en plus d’experts s’interrogent sur le fait que le Portugal détient le record des vaccinations avec 86% de personnes ayant reçu au moins deux doses.

En effet, les chiffres des effets secondaires graves ou mortels commencent à sortir discrètement, notamment concernant les cardiopathies coronariennes inexpliquées chez des jeunes gens, dont la bonne santé était contrôlée régulièrement dans le cadre des nombreuses activités sportives. L’augmentation notable des accidents cérébraux-vasculaires est également très préoccupante chez les quadragénaires.

  • Espagne: +10’000 morts en juillet 2022 – «On ne sait pas pourquoi»

et ce n’est pas seulement à cause de la chaleur et du covid, titre El Pais, citant le rapport de l’Institut de Santé Carlos III. En effet, la chaleur (20% des victimes) affecte avant tout les plus de 80 ans, alors que cette fois la surmortalité touche tous les âges. Quant au coronavirus, il n’a tué en juillet que 1872 personnes. Et les Espagnols sont accoutumés et bien préparés aux températures dépassant les 40 degrés.

Etonnamment, aucun média ne mentionne l’hypothèse d’un lien avec le fort taux de vaccination. El Diario signale seulement la forte surmortalité du Royaume Uni, du Portugal et de l’Espagne (pays ayant un fort taux de vaccination). Il évoque d’autres hypothèses comme les failles du système de santé et la mauvaise situation économique. Mais le titre résume la perplexité : « … nous ne pouvons pas savoir pourquoi ».

Le gouvernement des Baléares reconnaît que 16 personnes ont été tuées par le vaccin, suite à une action en justice intentée par 549 citoyens. Les autorités sanitaires locales admettent aussi 3671 effets indésirables entre le 27 décembre 2020 et le 8 août 2022. Elles confirment aussi que 214 personnes vaccinées et 111 non vaccinées sont mortes du Covid de début novembre 2021 à mi-février 2022 – ce qui a démontré l’inutilité du pass sanitaire imposé fin 2021. En revanche, l’Etat espagnol a rejeté l’exigence des plaignants concernant la publication des contrats passés avec les producteurs de vaccins et des données sur leurs effets secondaires.

  • Suisse: 3000 morts « de trop » en 2022

C’est ce qu’indique le Bureau fédéral des statistiques, cité par 20 minutes. Là aussi, le journal parle du « cocktail explosif » canicule-covid, tout en ajoutant qu’à ce stade les épidémiologistes n’ont pas d’explications consistantes à ce jour.

  • Australie: +27% de morts dans la régions la plus vaccinée du monde

Et là, pas de de canicule à incriminer, puisqu’on est en hiver austral. Dans l’Etat de Victoria, où 95% des adultes sont injectés, dont beaucoup avec une 3e et 4e dose, 4598 décès toutes causes confondues ont été enregistrés en août 2022, soit 27% de plus que la moyenne de ce mois lors des cinq dernières années.

  • Médecins et scientifiques réclament une investigation mondiale

La généticienne Alexandra Henrion Caude et la Dre Sally Priester annoncent une pétition internationale lancée par des médecins (que les citoyens peuvent signer) pour dénoncer la catastrophe sanitaire liée aux injections anti-Covid:

«Nous, médecins et scientifiques du monde entier, déclarons qu’il existe une crise médicale internationale due aux maladies et aux décès co-liés à l’administration de produits connus sous le nom de « vaccins Covid-19».

»Nous assistons actuellement à une surmortalité dans les pays où la majorité de la population a reçu les soi-disant ‘vaccins Covid-19’. A ce jour, cette surmortalité n’a été ni suffisamment investiguée ni étudiée par les institutions sanitaires nationales et internationales».

Le texte rappelle les chiffres tirés des principales agences de surveillance: « 11 millions de rapports d’effets indésirables et plus de 70 000 décès co-liés à l’inoculation des produits dits «vaccins covid» (…). Nous savons que ces chiffres représentent à peu près entre 1% et 10% de tous les événements réels. »

Covidhub

arnauddebrienne

Aux Pays-Bas aussi…

Pays après pays, laborieusement et au compte-gouttes, les chiffres fuitent et nous disent tous la même chose… (NDLA)

arnauddebrienne

Une crise médicale internationale sans précédent dans l’histoire de la médecine : lancement d’une pétition mondiale

Alexandra Henrion-Caude m’informe d’une pétition mondiale lancée par les scientifiques et ouverte aux citoyens . Les liens sont ci dessous

https://t.co/wqWXmK3cMi

youtube.com/watch?v=mP0LNZs4XGM&ab_channel=AlexandraHenrionCaude

Nous, médecins et scientifiques du monde entier, déclarons qu’il existe une crise médicale internationale due aux maladies et aux décès co-liés à l’administration de produits connus sous le nom de « vaccins COVID-19 ».

Nous assistons actuellement à une surmortalité dans les pays où la majorité de la population a reçu les soi-disant « vaccins COVID-19 ». A ce jour, cette surmortalité n’a été ni suffisamment investiguée ni étudiée par les institutions sanitaires nationales et internationales.

Le grand nombre de morts subites chez des jeunes auparavant en bonne santé qui ont reçu ces « vaccins » est particulièrement préoccupant, tout comme l’incidence élevée de fausses couches et de décès périnataux qui n’ont pas fait l’objet d’enquêtes.

Un grand nombre d’effets secondaires indésirables, notamment des hospitalisations, des incapacités permanentes et des décès liés aux vaccins dits « COVID-19 », ont été officiellement signalés.
Le nombre enregistré n’a pas de précédent dans l’histoire mondiale de la vaccination.

En examinant les rapports sur le VAERS du CDC, le système de carte jaune du Royaume-Uni, le système australien de surveillance des événements indésirables, le système européen EudraVigilance et la base de données VigiAccess de l’OMS, à ce jour, il y a eu plus de 11 millions de rapports d’effets indésirables et plus de 70 000 décès co-liés à l’inoculation des produits dits « vaccins covid ».
Nous savons que ces chiffres représentent à peu près entre 1% et 10% de tous les événements réels.

Par conséquent, nous considérons que nous sommes confrontés à une grave crise médicale internationale, qui doit être acceptée et traitée comme critique par tous les États, les institutions de santé et le personnel médical du monde entier.
Par conséquent, les mesures suivantes doivent être prises de toute urgence :

  1. Un « arrêt » mondial des campagnes nationales d’inoculation avec les produits connus sous le nom de « vaccins COVID-19 ».
  2. Enquête sur toutes les morts subites de personnes qui étaient en bonne santé avant l’inoculation.
  3. Mise en place de programmes de détection précoce des événements cardiovasculaires pouvant entraîner des morts subites avec des analyses comme les D-dimères et la Troponine, chez tous ceux qui ont été inoculés avec les produits dits « vaccins COVID-19 », ainsi que la détection précoce des tumeurs.
  4. Mise en œuvre de programmes de recherche et de traitement pour les victimes d’effets indésirables après avoir reçu le soi-disant «vaccin COVID-19».
  5. Entreprendre des analyses de la composition des flacons de Pfizer, Moderna, Astra Zeneca, Janssen, Sinovac, Sputnik V et de tout autre produit connu sous le nom de « vaccins COVID-19 »,
    par des groupes de recherche indépendants sans affiliation à des sociétés pharmaceutiques, ni aucun conflit d’intérêts .
  6. Des études à mener sur les interactions entre les différents composants des vaccins dits « COVID-19 » et leurs effets moléculaires, cellulaires et biologiques.
  7. Mise en place de programmes d’aide psychologique et d’indemnisation pour toute personne ayant développé une maladie ou un handicap à la suite des soi-disant «vaccins COVID-19».
  8. Mise en place et promotion de programmes d’aide psychologique et d’indemnisation des membres de la famille de toute personne décédée des suites de l’inoculation du produit dit « vaccins Covid-19 ».

Par conséquent, nous déclarons que nous nous trouvons dans une crise médicale internationale sans précédent dans l’histoire de la médecine, en raison du grand nombre de maladies et de décès associés aux « vaccins contre le Covid-19 ». Par conséquent, nous exigeons que les organismes de réglementation qui supervisent la sécurité des médicaments ainsi que les institutions de santé dans tous les pays, ainsi que les institutions internationales telles que l’OMS, PHO, l’EMA, la FDA, le UK-MHRA et le NIH répondent à cette déclaration et agissent en conséquence. conformément aux huit mesures réclamées dans ce manifeste.

Cette Déclaration est une initiative conjointe de plusieurs professionnels qui se sont battus pour cette cause. Nous appelons tous les médecins, scientifiques et professionnels à souscrire à cette déclaration afin de faire pression sur les entités concernées et de promouvoir une politique de santé plus transparente

POUR SIGNER/ CLIQUEZ :

home – English

https://medicalcrisisdeclaration.com/all-signatures/

« Le nombre de participants à un groupe Facebook privé appelé « Died Suddenly News » est passé de 10 000 à plus de 100 000 en quelques semaines. De nombreuses personnes partagent des histoires sur des êtres chers décédés après avoir été vaccinés. »

Le blog de Patrice Gibertie

arnauddebrienne

SOUTIEN TOTAL au Professeur Perronne convoqué ce jour devant l’Ordre des médecins (vidéo 1:08:44)

Le Professeur Christian Perronne balance tout ! Covid, masque, « vaccin », Bill Gates ! « la vérité va éclater »

arnauddebrienne

Ce mardi 13 septembre, soutenons tous le Professeur Christian Perronne

Contre la mafia pharmaceutique, médicale et politique, pour la liberté thérapeutique et de vaccination, contre l’interdiction faite aux médecins de soigner :

Appel spécial à la prière le mardi 13 septembre

Le Professeur Perronne est convoqué mardi  13 septembre, 9 rue Borromée Paris 15° devant la chambre disciplinaire du conseil de l’ ordre des médecins de PARIS .

A cette occasion, une journée spéciale de prière est organisée partout en France.

De nombreux groupes et réseaux « résistants » en France ont fait des appels de soutien, lancé des pétitions et prévu des manifestations pour cette journée.

arnauddebrienne

L’Union européenne compte sur une nouvelle vague de Covid cet hiver

Aucune surprise ! Voici des mois que nous savons qu’il y aurait une nouvelle vague cet hiver (avant les suivantes…). Quantité d’articles reproduits depuis des mois sur ce blog l’annoncent. Tout est prêt, planifié, les « vaccins » sont achetés depuis bien longtemps. Tant que la majorité de nos concitoyens se soumettront, le processus ne s’arrêtera pas (NDLA)

Après le feu vert de l’EMA pour l’utilisation des deux premiers « booster » adaptés au variant Omicron de Pfizer (Comirnaty) et Moderna (Spikevax), vendredi, le régulateur européen a de nouveau exhorté les États membres à commencer dès que possible la distribution des vaccins de rappel Covid, car de nouveaux variants pourraient apparaître cet hiver. La Commission européenne nourrit déjà le narratif d’une nouvelle vague pour l’hiver alors que la pandémie connaît un étiage à travers l’Europe.

Alors que les cas de coronavirus et de décès continuent de baisser, comme par hasard, on parle de nouvelle vague…le refrain est désormais connu, puisqu’elle revient périodiquement. Sans surprise, l‘Union européenne prépare les Vingt-Sept à lancer une campagne de rappel visant à enrayer un probable pic d’infections au COVID-19 attendu cet hiver. Pour couronner le tout, l’EMA a prévenu « qu’il pourrait y avoir un nouveau variant émergent cet hiver », mais heureusement les vaccins sont « toujours capables de protéger contre la forme grave du Covid-19 et la mort ». Après que l’Agence européenne des médicaments (EMA) a approuvé jeudi 1er septembre, les deux vaccins actualisés des géants Pfizer et Moderna, la propagande vacciniste recommence. Mais certaines questions sont de nouveaux dans les esprits : y aurait-il un retour des restrictions comme le pass sanitaire, le port du masque obligatoire… ou encore va-t-on s’acheminer à la généralisation de la dose de rappel ?

Adoption de nouvelles mesures pour l’hiver

Vendredi, la Commission européenne a annoncé une série de mesures et de stratégies  que les États membres devront adopter à l’approche de l’automne et de l’hiver. Ces mesures consistent à donner la priorité aux rappels avec les vaccins bivalents sur les groupes de population à haut risque, ainsi qu’accélérer la couverture vaccinale pour ceux qui n’ont pas encore reçu une dose complète ou un premier rappel – en particulier chez les enfants qui peuvent désormais bénéficier du vaccin. Sans vaccination générale de la population, point de salut cet automne !

L’Union européenne invite les 27 à maintenir leur capacité de vaccination, soit en réactivant les centres de vaccination, soit en demandant aux médecins généralistes d’administrer les vaccins. Si de nombreuses restrictions concernant le port de masques en public ont été levées, la Commission a “vivement encouragé” les gouvernements à les recommander dans des contextes spécifiques, tels que les transports publics.

Arrivée de nouveaux variants et promotion des vaccins inefficaces

Alors que la situation sanitaire s’est améliorée en raison de l’immunité accrue de la population. Comme à son habitude, la Commission ne manque pas une occasion de tenter de ré-insuffler la peur dans la population. En effet, la Commission, l’organe exécutif de l’UE, a déclaré que le pic de cas enregistré cet été “nous a rappelé très clairement que la pandémie n’est pas encore terminée”.

Avec l’arrivée du froid, les activités se dérouleront de plus en plus à l’intérieur et avec les enfants retournant à l’école, le risque de propagation du virus augmente. La Commission redoute que la levée des restrictions et le relâchement des comportements face au Covid-19 pourraient relancer l’épidémie.

“Ces facteurs facilitent la circulation rapide du virus dans l’UE, ce qui ouvre la porte à l’émergence de nouvelles variantes qui pourraient échapper à l’immunité, se propager plus facilement ou provoquer une maladie plus grave”, a alerté le chef de la stratégie vaccinale de l’Agence européenne des médicaments (l’EMA), Marco Cavaleri. Ce dernier a mis en garde sur « un tout nouveau variant émergent », comme le variant BA2.75 qui se propage actuellement en Inde.

Il a exhorté les Européens à ne pas attendre les vaccins adaptés à la souche omicron, pour se faire vacciner. “Les vaccins originaux sont encore capables de protéger contre la maladie grave du Covid-19 et la mort”. Alors même que les études publiées sur New England Journal of Medicine ont confirmé que les sous-variants d’Omicron BA.4 et BA.5 échappent aux réponses anticorps à la fois chez les personnes ayant déjà été infectées par le Covid-19, mais aussi chez celles qui ont été entièrement vaccinées.

Vraisemblablement, ce discours de la Commission européenne rejoint la déclaration de l’Organisation mondiale de la santé, qui prévoit le scénario du pire face à l’émergence d’un virus plus virulent et plus transmissible. Prédiction similaire à celle de Bill Gates , l’un des principaux bailleurs de fonds de l’organisation, qui table également sur l’arrivée d’un nouveau variant du Covid-19  encore plus virulent, contagieux et mortel. Le milliardaire de l’informatique préconise déjà la création de vaccins plus durables et plus efficaces, de toute urgence.

Le Courrier des Stratèges

maximeverneuil

❌