Revue de presse

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 9 décembre 2022Medias Alternatifs

Un putsch de sympathisants du Reich évité en Allemagne

07.12.2022

Ce mercredi matin, des raids ont été menés par la police allemande à l’échelle nationale pour briser un putsch visant à renverser l’actuel pouvoir politique allemand par un autre régime.

Une juge allemande et ancienne députée du Bundestag, d’anciens de la Bundeswehr, un descendant de la royauté allemande, et un sous-officier appartement au quartier général du commandement des forces spéciales (KSK), avec des membres bien organisés politiquement et armés, ont été stoppés dans leur élan putschiste. 

Un putsch de sympathisants de la citoyenneté du Reich (Reichsbürger) intercepté. «Le groupe terroriste des citoyens du Reich voulait apparemment éliminer l’Etat de droit», titre Stern.

3000 policiers ont, simultanément, participé à l’action dans onze Länder pour arrêter 25 personnes et fouiller plus de 130 maisons, bureaux et salles de stockage. 22 des personnes arrêtées seraient membres d’une organisation terroriste, dont deux meneurs, précise l’hebdomadaire. Une porte-parole de l’autorité de Karlsruhe signale qu’ il y a aussi «27 autres suspects».

Selon les informations, des personnes ont, entre autres, été arrêtées dans le Bade-Wurtemberg, la Bavière, Berlin, la Hesse, la Basse-Saxe, la Saxe et en Thuringe et une personne en Autriche et une autre en Italie. D’après des informations de Stern, «le point de départ de l’enquête serait des liens entre des membres de l’association aujourd’hui démantelée et des membres du groupe Patriotes unis, arrêtés en avril et qui auraient prévu d’enlever le ministre fédéral de la Santé, Karl Lauterbach (SPD)», le ministre qui a ordonné des mesures drastiques pour les confinements, le port du masque et les prises des vaccins. Selon le bureau du procureur fédéral, le groupe a planifié un putsch et s’est entraîné pour le «jour X» avec des armes.

Bras militaire. Les enquêtes du parquet fédéral sont également dirigées contre un soldat du commandement des forces spéciales (KSK) de la Bundeswehr. Un porte-parole du Service de contre-espionnage militaire (MAD) a déclaré qu’il s’agissait d’un homme de l’état-major, un sous-officier. Stern souligne qu’ «il avait déjà été remarqué dans la Bundeswehr comme un opposant à la vaccination et qu’il a ensuite été signalé par les troupes» et que «le MAD (les renseignements militaires) a été impliqué dans les enquêtes du procureur général à l’avance et a partagé ses conclusions avec l’Office pour la protection de la Constitution et avec l’Office fédéral de la police criminelle. Le «bras militaire» des citoyens du Reich était apparemment censé éliminer l’Etat de droit.

Selon les enquêteurs, le groupe terroriste a planifié une attaque armée contre le Bundestag et l’arrestation d’hommes politiques. En conséquence, selon les citoyens du Reich, des troubles à l’échelle nationale devaient apparemment éclater, après quoi des parties des forces de sécurité les auraient rejoints. L’ancien commandant parachutiste de la Bundeswehr, Rüdiger von P. Former, âgé de 69 ans, était censé prendre le pouvoir après le coup d’Etat prévu. Le «bras militaire» devait également «éliminer» l’Etat de droit démocratique au niveau des communes, des arrondissements, a déclaré mercredi le procureur fédéral à Karlsruhe. L’association est consciente qu’il y aurait eu des morts, est-il rajouté. Stern fait savoir que «certains membres présumés du bras militaire auraient fait du service actif dans la Bundeswehr» et qu’en «automne, des suspects du nord de l’Allemagne voulaient spécifiquement gagner des policiers pour l’association»: «Ils ont repéré les casernes de la Bundeswehr en Hesse, Bade-Wurtemberg et Bavière « pour inspecter leur aptitude à loger leurs propres troupes après le renversement »».

Un gouvernement constitué pour une prise de pouvoir. L’organe central du groupe est un «conseil» semblable au cabinet d’un gouvernement ordinaire. L’organisme comprend des départements tels que le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères et de celui de la Santé. «Les membres du « conseil » se réunissent régulièrement depuis novembre 2021 afin de planifier le projet de prise de pouvoir en Allemagne et la mise en place de leurs propres structures étatiques», a déclaré le procureur fédéral cité par Stern. Une ex-députée du Bundestag appartenant à l’AfD, Birgit Malsack-Winkemann, et qui est en poste comme juge à Berlin, devait s’occuper du ministère de la Justice pour le nouveau régime. Le prince Heinrich XIII, 71 ans, qui a activement participé au mouvement, devait représenter ce nouveau régime en montant sur le trône. Il aurait joué un rôle important dans les préparatifs, étant en charge de la collecte des fonds pour mener à bien leur plan. 

Reichsbüger. Le mouvement des Reichsbürger date de plusieurs décennies et continue de gagner en sympathisants. La crise de la Covid-19, la crise économique, l’occupation de l’Otan et de l’armée des Etats-Unis sur le sol allemand, la décision d’Angela Merkel d’ouvrir les frontières pour inviter des millions de migrants, ont intensifié les positions politiques de ces membres refusant la destruction de leur patrie (Heimat). L’obligation de faire subir à la population allemande les restrictions liées au conflit en Ukraine en appliquant une économie de guerre ont rajouté une louche au mécontentement général qui s’infiltre dans le peuple.

L’hebdomadaire allemand explique que «les citoyens du Reich sont des gens qui ne reconnaissent pas la République fédérale et ses structures démocratiques. Ils refusent souvent de payer des impôts». Ils expliquent leur position en affirmant que l’actuelle Allemagne ne possède pas de constitution depuis la chute du mur de Berlin et avancent que c’est la constitution du Reich qui est valable. En outre, ils affirment que l’Allemagne actuelle a un statut de SARL étant enregistrée à Francfort-sur-le-Main au registre du commerce (Handelregister B) sous le numéro HRB 51411 comme une société et que les pièces d’identités actuelles des habitants tout comme les actes de naissances sont des contrats faisant des habitants des propriétés de cette SARL. Ils précisent, aussi, que la police allemande ainsi que son armée et ses tribunaux, sont des sociétés privées.  Ils sont fermement convaincus que l’Allemagne est actuellement gouvernée par des membres d’un soi-disant Etat profond, selon un communiqué du procureur fédéral, selon Stern.

L’Office pour la protection de la Constitution compte environ 21.000 partisans sur la scène des Reichsbürger. Régulièrement, les forces de police allemande mènent des raids contre des sympathisants des Reichsbürger.

Philippe Rosenthal

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Un putsch de sympathisants du Reich évité en Allemagne est apparu en premier sur PLANETES360.

Accord de paix Ukraine-Russie en 2023?

06.12.2022

Une inflation galopante et l’entrée possible en récession de l’économie américaine l’année prochaine pourrait faciliter une prochaine rencontre personnelle entre Joe Biden et Vladimir Poutine qui conduirait à un accord de paix entre l’Ukraine et la Russie en 2023 et à la signature ultérieure d’un nouvel accord pacifique par un Traité de coexistence entre les Etats-Unis et la Russie qui mettrait fin à la guerre froide 2.0.

En ce qui concerne l’Ukraine, Vladimir Poutine essaie de faire en sorte que l’Ukraine n’entre pas dans l’Otan et que le différend ukrainien se dessine avec la division de l’Ukraine en deux moitiés, laissant l’Est du pays (y compris la Crimée et la mer d’Azov) sous l’orbite russe tandis que le Centre et l’Ouest de l’actuelle Ukraine navigueront dans le sillage de l’UE avec laquelle Vladimir Poutine obtiendra le contrôle total de la mer d’Azov tandis que l’Ukraine contrôlerait la mer Noire.

Stratégie kentienne pour étouffer la Russie. Vladimir Poutine était conscient de la nouvelle dynamique d’action-réaction dans laquelle seraient désormais impliquées les relations russo-américaines (guerre froide 2.0) et qui se traduisait par l’intensification de la stratégie kentienne des Etats-Unis pour étouffer l’économie russe. Cette doctrine se refléterait dans la mise en œuvre de sanctions contre la Russie qui cherchent à parvenir à sa famine financière et à l’asphyxie économique qui doivent conduire à un défaut ou à une suspension des paiements couplés à une inflation stratosphérique qui entraîne un coût de la vie inabordable pour la société russe. Le but est d’obtenir plus tard une révolution de couleur pour bloquer la stratégie de Vladimir Poutine.

Les déclarations dures de Joe Biden sur la Russie avec sa déclaration sur Vladimir Poutine, «Je pense que c’est un criminel de guerre» et la mise en place de sanctions pour parvenir à l’asphyxie économique et à la famine financière de la Russie à la suite de la crise ukrainienne ont mis en scène l’arrivée de la guerre froide 2.0 et le retour des thèses géopolitiques de George Kenna. Ledit stratège affirmait que «dire que le renversement des régimes hostiles aux Etats-Unis est l’objectif principal des services de renseignement américains est un secret de Polichinelle», ce qui serait symbolisé par la gaffe de Joe Biden lorsqu’il a déclaré que «Poutine ne peut pas rester au pouvoir». De cela, il découle que l’obsession de Joe Biden d’obtenir la soumission de la Russie aux diktats des Etats-Unis car elle serait un obstacle à la réalisation d’un nouvel ordre mondial.

Un accord de paix en Ukraine est-il proche? Les signes de sénilité de Joe Biden, le fiasco en Afghanistan, l’absence d’accords parlementaires pour approuver son programme New Deal avec des investissements dans les services sociaux, la lutte contre le changement climatique et la construction d’infrastructures évaluées à des milliards de dollars auraient provoqué la perte de contrôle du Congrès pour les démocrates après les élections de mi-mandat de novembre.

Les républicains ont déjà annoncé qu’ils prévoyaient de surveiller la future aide en armement à l’Ukraine. Le 10 novembre dernier, les Etats-Unis ont décidé d’envoyer 400 millions de dollars d’aide militaire américaine supplémentaire pour l’Ukraine. «Ce prélèvement de 400 millions de dollars comprend des armes, des munitions et des équipements supplémentaires provenant des stocks du département américain de la Défense. Ce nouvel envoi portera l’aide militaire américaine totale à l’Ukraine à un niveau sans précédent d’environ 19,3 milliards de dollars depuis le début de l’administration», précise le ministère des Affaires Etrangères des Etats-Unis. Les républicains réclament aussi le suivi minutieux du parcours des armes venant des Etats-Unis pour éviter leur passage au marché noir. 

La situation économique américaine pourrait pousser à la signature ultérieure d’un nouvel accord pacifique par un Traité de coexistence entre les Etats-Unis et la Russie qui mettrait fin à la guerre froide 2.0 

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Accord de paix Ukraine-Russie en 2023? est apparu en premier sur PLANETES360.

Un regard critique, bien que russe, sur le commandement militaire russe en Ukraine

Par Igor Strelkov – Le 8 décembre 2022 – South Front

L’ancien ministre de la défense de la RPD, Igor Strelkov, a rejoint les forces armées de la RPD en tant que volontaire en octobre. Après qu’il a annoncé être parti au front, la Direction principale du renseignement du ministère de la Défense de l’Ukraine a offert 100 000 dollars pour sa capture.

Cependant, le célèbre commandant militaire russe a rapidement été exclu des rangs de la milice populaire de la RPD pour des raisons inconnues. Après l’échec de sa « tentative n° 3 de prendre part aux hostilités contre les forces armées de partenaires de Kiev« , Strelkov est rentré à Moscou et a continué à couvrir le conflit militaire sur ses comptes de médias sociaux.

Après son retour du Donbass, Strelkov a décrit certaines de ses impressions :

Brièvement, voici quelques impressions de mon voyage, qui a été infructueux, mais pas inutile (puisque mes yeux et mes oreilles sont restés avec moi, et ma tête fonctionne aussi).

Bien sûr, j’ai l’intention de garder avec moi l’écrasante majorité de mes impressions et conclusions afin de « ne pas discréditer« .

Quant à mes impressions positives, je les partagerai dans le cadre des prochaines (je l’espère) vidéoconférences ; mais elles sont moins nombreuses que les négatives.

Je me contenterai pour l’instant de noter qu’au cœur de toutes nos « victoires dont le nombre augmente » sur les fronts et suivant les objectifs de l’Opération militaire spéciale se trouve la crise la plus profonde de la planification stratégique. En termes simples, les troupes se battent « par inertie« , sans avoir la moindre idée des objectifs stratégiques ultimes de la campagne militaire en cours et en devinant seulement les vagues plans du commandement pour des gestes aussi grandioses et insensés que la construction de la « ligne Surovikin« , totalement insensée en termes d’inutilité (mais extrêmement coûteuse).

Dans la plupart des secteurs des forces armées de la Fédération de Russie, les soldats et les officiers ne comprennent pas : pourquoi et pour quels objectifs ils se battent. C’est un mystère pour eux : quelle sont les conditions pour une victoire ou simplement la condition de la fin de la guerre ?

Les autorités de la Fédération de Russie ne sont pas en mesure de leur expliquer cela, car fixer un objectif clair à l’opération militaire spéciale signifie « limiter leur marge de manœuvre« . C’est-à-dire perdre la possibilité de déclarer les objectifs de l’opération militaire spéciale atteints, à tout moment que les dirigeants du Kremlin jugent opportun pour eux. (Je rappelle une fois de plus que la « réconciliation avec les adversaires« , passionnément souhaitée, pour laquelle de nombreuses mesures sont encore prises, mesures qui démoralisent pourtant la société et l’armée, est fondamentalement irréalisable, mais au Kremlin et sur la place Staraya, on ne veut en aucun cas l’admettre).

En particulier, de tels sentiments dans les troupes conduisent à l’apathie. À son tour, une telle apathie conduit à une baisse du moral et à l’accomplissement des tâches fixées « pour le spectacle » et « par les manches« , sans réel intérêt pour leur réussite. Ainsi, dans les Forces armées de la Fédération de Russie (et dans certaines parties des Forces armées de la RDPL, bien que la motivation des combattants soit bien plus grande), l’apathie prévaut.

L’absence d’une stratégie militaro-politique claire ne permet pas aux militaires d’élaborer des tactiques qui contribueront à sa mise en œuvre. Jusqu’à présent, sans autorisation préalable, les forces armées de la Fédération de Russie se préparent à une guerre de position prolongée, en construisant des structures à long terme sur l’ensemble du front « à la Mannerheim line » (elles ne sont pas assez nombreuses pour faire une « ligne Maginot« ). Le fait de suivre la stratégie d’une guerre prolongée est un suicide pour la Fédération de Russie (et ses autorités et élites – aussi, d’ailleurs). J’ai écrit cela en 2014, et l’ai dit (plus d’une fois et pas seulement deux), dès le début de la campagne actuelle.

Par conséquent, en observant comment l’ennemi met en œuvre sans hâte (et sans rencontrer d’opposition) ses propres tâches stratégiques au milieu de la passivité totale des autorités militaires et politiques de la Fédération de Russie, je ne m’attends à rien de bon dans les semaines à venir sur le front.

Et, oui, – la soi-disant « Ukraine » ne gèlera PAS cet hiver, ne se rebellera PAS et ne se battra pas plus mal. Ce sera plutôt l’inverse. Ses soldats, qui ont déjà cru en leurs forces à la suite des victoires des FAU en automne et qui sont pleinement soutenus par l’OTAN, ne seront que plus furieux et plus obstinés à se battre contre les « Moscovites« , pour venger les épreuves que leurs parents et leurs proches sont obligés de supporter à l’arrière. Par contre, nos soldats ne seront confrontés qu’à l’accomplissement apathique du devoir officiel, derrière lequel de nombreux combattants et commandants se posent depuis longtemps cette question non résolue : « Et que faisons-nous ici si Moscou se préoccupe surtout de la mise en œuvre de « l’accord sur les céréales », du pompage sans entrave de l’ammoniac à travers Odessa et des « prix plafonds » pour le gaz et le pétrole fournis à de nombreux partenaires occidentaux ? »

Igor Strelkov

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

L’article Un regard critique, bien que russe, sur le commandement militaire russe en Ukraine est apparu en premier sur PLANETES360.

Les nouvelles révélations d’Elon Musk sur les #TwitterFiles sont phénoménales !

Les nouvelles révélations d’Elon Musk sur les #TwitterFiles sont phénoménales !

Elles expliquent précisément comment Twitter invisibilisait sournoisement les comptes jugés politiquement incorrects ! Des listes étaient dressées, avec les mesures de censure à prendre !

— Florian Philippot (@f_philippot) December 9, 2022

The Twitter Files, Part Deux!! 🍿🍿 https://t.co/bH9UiTSEK2

— Elon Musk (@elonmusk) December 9, 2022

THREAD: THE TWITTER FILES PART TWO.

TWITTER’S SECRET BLACKLISTS.

— Bari Weiss (@bariweiss) December 9, 2022

L’article Les nouvelles révélations d’Elon Musk sur les <a href="https://twitter.com/hashtag/TwitterFiles?src=hashtag_click">#TwitterFiles</a> sont phénoménales ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Hier — 8 décembre 2022Medias Alternatifs

Les chefs d’entreprises n’en peuvent plus du 0 Covid en Chine !

C’est bien la première fois ou presque que l’ambassade de France en Chine se permet d’émettre une critique à l’égard du gouvernement de Pékin de manière publique et le courroux de la communauté française porte sur… la politique zéro Covid !

« L’ambassade de France en Chine critique à son tour la politique zéro Covid du géant asiatique. Un inhabituel message très commenté et salué vendredi par des Chinois, excédés par cette politique sanitaire. « La politique chinoise du zéro Covid dynamique a des répercussions sur les entreprises françaises présentes en Chine », a écrit en chinois l’ambassade de France jeudi soir sur son compte officiel du réseau social Weibo. « Afin de maintenir et de développer le commerce et les investissements bilatéraux entre la Chine et la France, un environnement commercial transparent, prévisible et équitable est indispensable », souligne-t-elle.

L’ambassade cite dans son message un communiqué de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) France Chine, laquelle estime que ces mesures « n’ont pas répondu aux attentes » et exhorte Pékin à « éliminer les restrictions inutiles et excessives ».

Ce message posté sur le plus grand réseau social chinois a déchainé les commentaires et les passions avec des milliers de commentaires.

C’est une manière détournée de la part de l’ambassade de France en Chine de savonner la planche de Pékin en remettant en cause la politique 0 Covid du grand Timonier Xi Jinping tout à son culte de la personnalité et à sa volonté de pouvoir sans partage.

Le problème, c’est que cette politique 0 Covid va être très difficile désormais à maintenir sans recourir à une violence extrême contre la population.

Ne doutons pas de la détermination de Xi Jinping. Néanmoins, encore faut-il que les leviers de commande répondent toujours et que les forces de l’ordre acceptent de tirer sur la foule.

Charles SANNAT

Source TF1 ici

L’article Les chefs d’entreprises n’en peuvent plus du 0 Covid en Chine ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Face aux risque, Apple réduit sa dépendance à la Chine.

C’est une information que je n’avais pas lors de la mise sous presse (virtuelle) du dernier dossier Stratégies consacré à la 3ème Guerre mondiale et les abonnés feront évidemment le lien avec les hypothèses que je défends.

Apple en réduisant son exposition à la Chine en particulier pour la fabrication de ses appareils. Certes fabriquer en Chine permet à Apple de limiter ses coûts de production mais cela comporte surtout des risques croissants pour la pérennité du modèle économique de la marque à la pomme.

Selon une analyse réalisée par Reuters « les données relatives aux chaînes d’approvisionnement d’Apple montre que la prééminence de la Chine dans le processus industriel du groupe au niveau mondial se réduit. Au cours des cinq années jusqu’en 2019, la Chine abritait 44 % à 47 % des sites de production de ses fournisseurs. Cette part est passée à 41% en 2020 et 36 % en 2021 ».

Pour le moment Apple n’est en aucun cas capable de se passer de la Chine. Foxconn, le géant dont les usines chinoises défrayent actuellement la chronique, fabrique 70 % des iPhones assemblés à travers le monde, le smartphone le plus rentable au monde…

Selon JP Morgan il serait logique qu’Apple « délocalise environ 5 % de sa production d’iPhones en Inde à partir de la fin de l’année et à ce qu’il assemble un iPhone sur quatre dans ce pays d’ici 2025. JP Morgan prédit aussi qu’environ un quart de tous les produits Apple, dont les Mac, les iPad, les Apple Watch et les AirPods, seront fabriqués en dehors de Chine d’ici 2025, contre 5 % actuellement ».

Apple est en train de se « dé-chinoisiser ». C’est une bonne nouvelle pour Apple, mais c’est une très mauvaise pour la paix entre les Etats-Unis et la Chine.

Charles SANNAT

Source agence de presse Reuters via Investing.com ici

L’article Face aux risque, Apple réduit sa dépendance à la Chine. est apparu en premier sur PLANETES360.

À partir d’avant-hierMedias Alternatifs

Le Pakistan et l’Afghanistan sont au seuil d’une grande guerre

07.12.2022 

Début décembre, les autorités pakistanaises ont annoncé que la situation en Afghanistan s’aggravait très rapidement. Au même moment il a été rapporté que les Pakistanais avaient envoyé un avion pour évacuer leurs diplomates de Kaboul. 

Une semaine plus tôt, le gouvernement taliban a annoncé avoir réparé 70 avions et hélicoptères militaires « hérités du gouvernement précédent ». Plus exactement offerts par les Américains parmi d’autres armements pour plus de 85 milliards de dollars. Grâce à cela, en termes d’aviation de combat l’Afghanistan taliban se place quatrième (derrière les États-Unis, la Chine et la Russie). Il possède notamment des An-32B, Mi-25, Mi-17B-5, UH-60A, MD530F et Cessna 208B. 

Début octobre, le commandement des talibans pakistanais Tehrik-e-Taliban Pakistan (TTP) ont diffusé un enregistrement de leur chef Noor Syed Mehsud ordonnant aux combattants de se préparer à une guerre contre les talibans afghans en Afghanistan. Le mufti affirme que « les talibans afghans ont commencé à humilier les combattants du TTP en fouillant leurs maisons, ce qui est d’autant plus inadmissible ». 

D’après la police pakistanaise, au 1er décembre, près de 5.000 combattants du TTP se trouvaient à titre permanent sur le territoire afghan. Leur nombre a significativement augmenté après le départ des troupes de l’Otan d’Afghanistan. 

En novembre, un conflit entre les talibans et les militaires pakistanais dans l’est de l’Afghanistan a débouché sur un affrontement armé menaçant de dégénérer en hostilités d’envergure. Le Pakistan a annoncé une invasion de terroristes en Afghanistan et y a envoyé des unités. Islamabad a également exigé de l’Occident de rendre à l’Afghanistan 9 milliards de dollars bloqués sur les comptes aux États-Unis. 

Certains experts font remarquer que la déclaration d’une guerre par les talibans pakistanais à Islamabad a eu lieu presque immédiatement après la perte de la course au poste de commandant en chef par l’ex-patron du renseignement pakistanais ISI général Faiz Hameed face à Asim Munir. Plus tôt, le premier a été l’initiateur et principal superviseur des négociations secrètes avec le TTP afin de faire une trêve avec les talibans. 

L’échec de Faiz Hameed a coïncidé avec l’annonce par l’ambassadeur afghan en Allemagne Hamid Sidig d’une soudaine activité des États-Unis par rapport à l’Afghanistan: « Le département d’État américain s’intéresse sérieusement à l’état des dialogues interafghans et se dit optimiste concernant la disposition et la capacité des Afghans à se réunir autour d’une même table et trouver un consensus. » 

Selon le diplomate afghan, les jours ayant coïncidé avec l’annonce d’un djihad contre le Pakistan « incluaient les négociations des représentants afghans avec l’USIP, le Conseil de l’Atlantique, le département d’État américain et le Congrès américain… Nos amis américains cherchent à soutenir le dialogue interafghan ». 

Il s’est avéré également qu’en quittant l’Afghanistan les États-Unis restaient son plus grand donateur, allouant an août 2021 à Kaboul plus de 1,1 milliard de dollars au niveau de l’Agence pour le développement international (USAID) et le département d’État américain. 

Certains experts écrivaient début novembre concernant la préparation d’un nouvel accord américano-taliban après lequel ce partenariat deviendrait le principal défi pour la Russie, la Chine et l’Iran en Grande Asie centrale. Si c’est le cas, alors la déstabilisation du Pakistan n’est que l’un des axes d’actions contre la Chine, principal allié et pilier d’Islamabad dans la région. 

Le Pakistan et l’Afghanistan sont au seuil d’une grande guerre où les talibans pakistanais et afghans se battront (y compris entre eux) ou s’affrontent déjà.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Le Pakistan et l’Afghanistan sont au seuil d’une grande guerre est apparu en premier sur PLANETES360.

L’Allemagne se prépare à quelques urgences : distribuer de l’argent liquide, gérer des paniques bancaires, et faire face à un « Mécontentement agressif » avant les coupures d’énergie de cet hiver

Par Tyler Durden − Le 16 novembre 2022 − Source Zero Hedge

L’Europe a maintenu jusqu’ici une façade globalement optimiste face à l’arrivée des froids de l’hiver, et a indiqué disposer de plus de gaz que nécessaire pour pallier le manque de livraison de la part de la Russie, y compris dans un scénario du « plus froid », mais en arrière plan, la plus grande économie d’Europe se prépare en silence à un scénario du pire intégrant des foules en colère et des faillites bancaires, si les coupures d’énergie empêchent la population d’accéder à l’argent liquide.

Comme l’indique Reuters en citant quatre sources, les autorités allemandes ont commencé à se préparer à distribuer de l’argent liquide en cas de coupure (ou de coupures multiples) pour maintenir l’économie à flot, sur fond d’anticipation de coupures énergétiques en raison de la guerre en Ukraine. Parmi les projets, on voit la Bundesbank accumuler des milliards pour répondre à une augmentation brutale de la demande, ainsi que de « possibles limitations sur les retraits », a indiqué l’un des interlocuteurs. Et si vous pensez que les investisseurs en cryptomonnaie sont en colère lorsqu’ils perdent accès à leurs actifs digitaux lors de la faillite d’une plateforme d’échange, attendez de voir un Allemand à qui l’on vient de couper l’accès à son argent liquide.

Les dirigeants et les banques ne s’intéressent pas uniquement à la création (c’est-à-dire, à l’impression de billets), mais également à la distribution, et discutent par exemple de la priorité de l’accès au carburant pour les transporteurs d’argent liquide, selon les autres sources qui commentent les préparations qui se sont accélérées au cours des dernières semaines, après que la Russie a coupé les livraisons de gaz.

Les discussions sur les projets impliquent la banque centrale, BaFin, son régulateur des marchés financiers, et de multiples associations de l’industrie financière, selon les sources évoquées par Reuters, qui se sont exprimées sous couvert d’anonymat sur les projets qui sont confidentiels et en cours.

Bien que les autorités allemandes aient, face au public, nié la potentialité d’une coupure et de paniques bancaires — pour des raisons évidentes — les discussions montrent le sérieux avec lequel elles considèrent cette menace, et la manière dont elles luttent pour se préparer à des coupures d’énergie potentiellement dévastatrices provoquées par la montée en flèche des prix de l’énergie, ou même le sabotage. Elles soulignent également les implications de plus en plus vastes de la guerre en Ukraine pour l’Allemagne, qui s’est des décennies durant appuyée sur une énergie abordable en provenance de Russie, et se trouve désormais confrontée à une inflation à deux chiffres et à une menace de coupure de carburant et à des coupures d’électricité.

Quiconque connaît l’histoire récente de la République de Weimar sait que l’accès à l’argent liquide constitue une préoccupation toute particulière pour les Allemands, qui accordent de l’importance à la sécurité et à l’anonymat, et qui ont tendance à utiliser le liquide davantage que les autres Européens, avec certains Allemands qui continuent de détenir des anciens Deutschemarks, pourtant remplacés par des euros il y a plus de vingt ans.

Selon une étude récente de la Bundesbank, ce sont à peu près 60% des achats quotidiens allemands qui sont payés de nos jours en liquide, et les Allemands, en moyenne, retirent plus de 6600 euros par an auprès des distributeurs bancaires.

Et voici la chute : il y a 10 ans, un rapport parlementaire évoquait le « mécontentement » et des « altercations agressives » si les citoyens n’étaient plus en mesure d’accéder à l’argent liquide durant une coupure. Traduction : en cas d’arrêt des retraits d’argent liquide, la société allemande pourrait fort bien s’auto-déchirer.

De fait, le début de la pandémie, au mois de mars 2020, fut le théâtre d’une course à l’argent liquide, et les Allemands ont retiré à cette occasion 20 milliards d’euros en plus que ce qu’ils ont déposé. Cela a constitué un record, et les choses s’étaient alors déroulées sans accroc. Mais une panne d’électricité potentielle lève de nouvelles questions au sujet des scénarios possibles, et les dirigeants reconsidèrent la question avec intensité maintenant que la crise énergétique s’étend au sein de la première économie européenne et que l’hiver approche.

En cas de coupure électrique, une option pour les décideurs serait de limiter la quantité d’argent liquide disponible par personne, a affirmé l’un des interlocuteurs. Il va sans dire que cela constituerait une très mauvaise option pour l’Allemagne, et pour la monnaie dans son ensemble (après tout, si la faillite de FTX a provoqué des dégâts dans les cryptomonnaies, que dire au sujet de la monnaie si l’une des économies les plus avancées au monde se retrouve à limiter les accès à l’argent liquide). C’est la Bundesbank qui s’occupe des flux d’argent liquide dans les magasins et l’économie d’Allemagne, en retirant les faux billets et en s’assurant que les flux circulent en bon ordre. Ses stocks importants la préparent à tout pic dans la demande, ajoute l’interlocuteur.

Une faiblesse exposée par ces préparations implique les sociétés de sécurité qui transportent l’argent depuis la banque centrale vers les distributeurs d’argent liquide et les banques. L’industrie, qui comprend la Brinks et Loomis, n’est pas bien protégée par la loi en matière d’accès aux carburants et aux télécommunications durant une panne électrique, selon l’organisation industrielle BDGW.

« Il existe de gros trous dans la raquette », a affirmé Andreas Paulick, directeur du BDGW. Les véhicules blindés devraient faire la queue aux stations essence comme tout un chacun, déclare-t-il. L’organisation a organisé une réunion la semaine dernière avec les dirigeants de la banque centrale et les législateurs pour faire connaître ses problèmes.

« Nous devons préventivement nous attaquer au scénario réaliste d’une panne d’électricité », affirme Paulick. « Il serait totalement naïf de ne pas l’évoquer en ce moment. »

À quel point les choses pourraient-elles empirer ? Ma foi, plus de 40% des Allemands craignent une panne électrique dans les six mois à venir, selon un sondage paru la semaine dernière dans Funke Mediengruppe. Et comme en pratique au moins une coupure électrique est assurée dans les mois à venir, une panique vers le distributeur de billets le plus proche va s’ensuivre, une chose que les infrastructures financières locales ne pourront sans doute pas gérer.

Par conséquent, le bureau allemand de gestion des catastrophes a affirmé recommander que les gens se mettent à conserver de l’argent liquide chez eux pour ce type d’urgence (cela va très certainement inspirer de la confiance).

Dans le même temps, une autre source de Reuters indique que les régulateurs financiers allemands s’inquiètent que les banques ne soient pas complètement préparées pour des coupures d’énergie, et considèrent ce type d’événement comme un risque nouveau, jusqu’alors imprévu. Les banques considèrent comme « improbable » une coupure d’électricité à grande échelle, selon la Deutsche Kreditwirtschaft, l’organisation parapluie du secteur financier. Mais les banques restent néanmoins « en contact avec les ministères et autorités compétentes » pour préparer un tel scénario, d’autant plus que tout chose qualifiée par les banques d’« improbable » tend à se produire de manière assez régulière. Il est évoqué que la finance devrait être considérée comme une infrastructure critique si l’énergie devait être rationnée.

De temps à autre, la politique peut s’opposer à la planification de coupures. À Francfort, la capitale bancaire de l’Allemagne, un membre du conseil municipal a proposé de rendre obligatoire la présentation d’un plan de coupure électrique pour le 17 novembre. L’homme politique, Markus Fuchs, membre du parti de droite AfD, a affirmé face au conseil municipal qu’il serait irresponsable de ne pas s’y préparer. Mais les autres partis ont rejeté la proposition, accusant Fuchs et son parti d’inciter à la panique.

Fuchs a ensuite ajouté au cours d’une interview par téléphone : « Si nous trouvions une solution pour la paix dans le monde, celle-ci se verrait rejetée. » Le sujet souligne également la dépendance du commerce envers les technologies, avec des transactions qui sont de plus en plus électroniques, et où la plupart des distributeurs de billets n’ont pas de source électrique de réserve.

L’argent liquide serait la seule méthode de paiement officielle qui continuerait de fonctionner, affirme Thomas Leitert, dirigeant de KomRe, une société qui conseille les villes sur les préparations aux coupures électriques ainsi qu’à d’autres catastrophes.

« Quelle autre méthode pour acheter les boîtes de raviolis ? » demande Leitert. Eh bien, il y a ces bidules de cryptomonnaies, mais le second donateur Démocrate vient de prendre un sacré coup…

Tyler Durden

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

L’article L’Allemagne se prépare à quelques urgences : distribuer de l’argent liquide, gérer des paniques bancaires, et faire face à un <em>« Mécontentement agressif »</em> avant les coupures d’énergie de cet hiver est apparu en premier sur PLANETES360.

Churchill était-il impliqué dans l’attentat contre Hitler en 1944?

06.12.2022 

Le premier ministre britannique Winston Churchill était directement impliqué dans l’opération Valkyrie durant laquelle des généraux allemands ont tenté d’assassiner Adolf Hitler en 1944. Les preuves de cela se sont accidentellement retrouvées en accès libre. 

Comme l’écrit The Mirror, pendant la pandémie de coronavirus, les archives publiques britanniques ont permis de télécharger gratuitement de nombreux documents, parmi lesquels se trouvaient « des tas de fichiers confidentiels datant de l’époque de la guerre ». Il est question de documents du MI6, service de renseignements extérieurs. Leurs collègues du MI5 devaient faire en sorte que ces documents restent inaccessibles, mais ils n’ont pas fait leur travail. Et à présent, le patron du MI6 Richard Moore est contraint de dévoiler la vérité sur l’implication des autorités britanniques dans l’attentat contre Hitler, car à ce jour Londres niait à voir quoi que ce soit avec le complot des généraux allemands. 

Les documents révélés parlent d’un certain Otto John, l’un des comploteurs qui avait réussi à fuir l’Allemagne après l’attentat raté. C’était un avocat de Lufthansa, ce qui lui a permis de s’échapper. John a réussi à s’enfuir en Espagne à bord d’un avion de la compagnie, puis a traversé la frontière du Portugal avant d’être évacué en Grande-Bretagne. 

Selon les documents rendus publics, il a été recruté par le MI6 en 1942 et portait le nom de code Whiskey. Avant la tentative des généraux allemands d’éliminer Hitler, il avait rencontré au moins 12 fois ses superviseurs. 

Comme l’a déclaré l’ancien député conservateur et expert britannique en espionnage Rupert Allason, « cela a une immense signification historique ». « Cela signifie que John était un agent britannique et pas simplement un comploteur. Cela signifie également que Churchill était au courant du complot et l’avait approuvé », a précisé Rupert Allason. 

L’expert a souligné que pendant la guerre Churchill rencontrait tous les jours Desmond Morton, responsable de liaison entre le gouvernement et les renseignements. « Il est impensable qu’une chose d’une telle ampleur n’ait pas été évoquée lors de ces réunions », a noté Allason. « L’histoire doit être réécrite. C’est pourquoi j’ai demandé au chef du MI6 de divulguer d’autres fichiers », a-t-il ajouté. 

La mallette contenant une bombe a été apportée au quartier général d’Hitler Wolfsschanze en Prusse orientale par le lieutenant-colonel Claus von Stauffenberg. Le dictateur nazi a été sauvé par un grand pied de table et n’a été que légèrement blessé. 

Si l’attentat avait réussi, il aurait été suivi d’un coup d’État militaire pour rétablir la monarchie et mettre un terme à la guerre. Cependant, le complot a échoué et la plupart de ses organisateurs ont été exécutés. 

Le lien direct avec le Royaume-Uni n’avait pas pu être établi à l’époque. Il était supposé que les explosifs et les détonateurs d’origine britannique utilisés par les comploteurs avaient été pris dans une cache organisée par des saboteurs et découverts par les forces allemandes. Cependant, les nouveaux documents attribuent à Otto John le rôle de médiateur entre les comploteurs et les renseignements britanniques. 

L’un des rapports indique qu’après sa fuite d’Allemagne John continuait de travailler pour les renseignements britanniques en interrogeant les espions allemands capturés et jouant un rôle clé dans l’organisation de la propagande antifasciste. 

Rupert Allason suppose qu’il existait une autre raison de tenir au secret l’activité de John au MI6. En 1950, il est devenu chef du service de contre-espionnage d’Allemagne de l’Ouest BfV, l’équivalent du MI5. « Cela signifiait qu’un agent du MI6 était responsable d’une agence d’espionnage européenne en première ligne de la guerre froide. Les informations qu’il pouvait fournir aux Britanniques sans que les autorités ouest-allemandes ne le sachent étaient inestimables », a expliqué l’expert. 

Par la suite, Otto John a disparu pour refaire son apparition en Allemagne de l’Est. Les Allemands de l’Ouest ont pensé qu’il avait déserté et, à son retour dans l’Ouest, il a été arrêté et jugé pour haute trahison, alors qu’il affirmait avoir été kidnappé. Il cherchait en vain jusqu’à sa mort en 1997 à prouver son innocence. 

Comme le note The Mirror, les Britanniques ne sont pas intervenus dans cette affaire, sinon ils auraient dû reconnaître que John travaillait pour le MI6 et que Londres était directement impliqué dans l’opération Valkyrie.

L’information obtenue à partir de sources ouvertes

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Churchill était-il impliqué dans l’attentat contre Hitler en 1944? est apparu en premier sur PLANETES360.

Président du Nigéria: les armes fournies par l’Occident à l’Ukraine apparaissent en Afrique

06.12.2022

Le président nigérian s’inquiète de l’arrivée d’armes en provenance du conflit ukrainien dans la région, impactant ainsi la sécurité aussi bien d’une des principales puissances africaines, que des autres pays voisins. Comme prédit – l’Occident semble perdre complètement le contrôle sur ses livraisons massives d’armes en faveur du régime kiévien.

Muhammadu Buhari, président du Nigéria – la première puissance économique africaine en termes de PIB nominal et la deuxième en termes de PIB à parité du pouvoir d’achat – a déclaré récemment que des armes en provenance du conflit ukrainien se glissent désormais dans la région du bassin du lac Tchad.

Le chef d’Etat nigérian a lancé cet appel dans son discours d’ouverture du 16ème Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT), qui s’est déroulé dans la ville d’Abuja, la capitale du Nigéria.

«Il faut cependant préciser que malgré les succès enregistrés par les vaillantes troupes de la MNJTF (Force multinationale mixte, composée des Forces armées du Nigéria, du Cameroun, du Bénin, du Niger et du Tchad, ndlr) et les différentes opérations nationales en cours dans la région, des menaces terroristes rôdent toujours dans la région, et malheureusement, la situation au Sahel et la guerre qui fait rage en Ukraine sont des sources majeures d’armes et de combattants qui renforcent les rangs des terroristes dans la région du lac Tchad», a déclaré le président nigérian.

«Ce mouvement illégal d’armes dans la région a intensifié la prolifération des armes légères et de petit calibre qui continue de menacer notre paix et notre sécurité collectives dans la région», a ajouté Muhammadu Buhari dans son discours.

Les déclarations du président nigérian ne font que confirmer les nombreuses prévisions et mises en garde sur les livraisons massives et incontrôlées d’armes en faveur du régime kiévien de la part de l’axe otanesque et de l’Occident. Et cela depuis de longs mois.

Au point que même certains représentants de régimes occidentaux avaient fini récemment par admettre timidement cette réalité. Il est donc parfaitement compréhensible pourquoi le président nigérian tire aujourd’hui la sonnette d’alarme, compte tenu des risques sécuritaires non pas seulement pour le Nigéria, mais également pour de nombreux autres pays de la région. Sans oublier évidemment les défis face au terrorisme dans le Sahel.

Mais au-delà du fait que l’Occident ne contrôle effectivement pas les processus post-livraisons de ses armements à destination du régime kiévien dans le but de combattre la Russie, la situation actuelle devrait nous interpeller sur un autre aspect. Et si ce flux d’armes à destination des réseaux terroristes opérant en Afrique en provenance de l’Ukraine était voulu par l’establishment occidental?

Surtout lorsqu’on sait que les nombreux problèmes sécuritaires sur le continent africain, y compris dans la région du Sahel, sont justement le «fruit» des actions occidentales. A commencer par la destruction de la Jamahiriya libyenne de Mouammar Kadhafi par l’Otan et en poursuivant par le manque total d’efficacité dans la lutte antiterroriste annoncée par des Etats comme la France et d’autres régimes otanesques.

Last but not least, il n’est pas à exclure que l’Occident nostalgique de l’unipolarité soit d’autant plus intéressé par une nouvelle vague de propagation terroriste en Afrique, dans l’objectif de punir les pays africains – qui pour de nombreux d’entre eux ont refusé de se joindre à la coalition anti-russe promue par l’establishment occidental. Provoquant l’hystérie collective du côté des régimes atlantistes.

A ce titre, le Nigéria peut également faire partie des cibles privilégiées, car au-delà d’être l’une des principales puissances du continent africain et ayant dû faire face aux défis sécuritaires, notamment contre la secte terroriste de Boko Haram – avait fait partie des pays n’ayant pas soutenu la dernière résolution occidentale anti-russe votée à l’Assemblée générale de l’ONU, le mois dernier.

Dans tous les cas, il devient aujourd’hui évident que les nations africaines doivent plus que jamais s’unir dans un cadre panafricain et accroitre l’interaction avec les puissances non-occidentales dans l’objectif de faire efficacement face au chaos promu et propagé par l’Occident, qui refuse obstinément à reconnaitre l’ère multipolaire mondiale. Des mesures fortes, ciblées et si nécessaire radicales devront fort certainement être engagées dans les plus brefs délais.

Après tout, si l’effet boomerang de la politique otanesque se retourne contre ses instigateurs – cela est une chose, même si c’est encore une fois les populations concernées qui en paieront le prix fort. Mais ce n’est certainement pas au monde non-occidental de payer un quelconque prix pour les folies d’un Occident complètement malade et en chute libre.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Président du Nigéria: les armes fournies par l’Occident à l’Ukraine apparaissent en Afrique est apparu en premier sur PLANETES360.

Autodétermination, référendums et droits des minorités: analyse d’un expert de l’Onu

05.12.2022

Dans le sillage des polémiques et des débats houleux générés à la suite des référendums organisés en septembre dernier dans les régions du Donbass, il est devenu nécessaire d’obtenir quelques éclaircissements sur les enjeux juridiques entourant cet événement. 

L’avocat en droit international, Arnaud Develay qui a participé à la défense de l’ancien président Saddam Hussein aux côtés de l’ancien procureur général américain Ramsey Clark, avant de documenter le régime de sanctions illégales imposées à la Syrie suite au passage de la loi César, a gentiment fourni à Observateur Continental un entretien réalisé avec le Dr Alfred de Zayas. Ce dernier est diplômé de la faculté de droit de Harvard et a été le premier expert indépendant des Nations Unies sur la promotion d’un ordre international démocratique et équitable, nommé par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (2012-18). Il a travaillé aux Nations Unies de 1981 à 2003 en tant qu’avocat principal au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, comme secrétaire du Comité des droits de l’homme des Nations Unies et chef des pétitions.

Arnaud Develay: Quelle est votre analyse de la situation difficile à laquelle sont confrontées les minorités russophones vivant dans les régions du Donbass à la suite des événements du Maïdan? Les actions du gouvernement ukrainien ces huit dernières années pourraient-elles être constitutives d’une tentative de génocide sur ces populations?

Alfred de Zayas: La population russe du Donbass avait certainement des raisons de se sentir menacée au vu de la virulence de la rhétorique antirusse des dirigeants du coup d’Etat du Maïdan et de la législation antirusse adoptée par le Parlement. Le niveau de haine exprimé par les politiciens et les médias constituait certainement un «discours de haine» et violait l’article 20 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP), qui interdit à la fois la propagande pour la guerre et l’incitation à la haine et à la discrimination.

Le bombardement de centres de population dans le Donbass de 2014 à 2022 a entraîné des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, mais n’a pas constitué un génocide aux fins de la convention sur le génocide de 1948. Alors que l’art. 2 de 1948 de la Convention sur le génocide comporte 5 catégories, elle n’inclut pas le génocide culturel. Il est plus sage d’éviter l’hyperbole. Les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité en vertu des articles 7 et 8 du Statut de Rome sont déjà assez graves.

Le droit de parler sa langue est protégé par les articles 2 et 27 du PIDCP. Il est également protégé par les articles 2 et 15 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) et de nombreuses résolutions des Nations Unies. De plus, cela constitue un exercice légitime du droit à la liberté d’expression en vertu de l’article 19 du PIDCP.

L’Ukraine est certainement en violation des articles 19 et 27 du PIDCP.

De plus, l’Ukraine viole l’article 1 commun au PIDCP et au PIDESC, qui stipule le droit à l’autodétermination de TOUS les peuples, y compris nécessairement les populations russes de Crimée et du Donbass. Art. 1 se lit comme suit:

«1. Tous les peuples ont le droit à l’autodétermination. En vertu de ce droit, ils déterminent librement leur statut politique et assurent librement leur développement économique, social et culturel.

2. Tous les peuples peuvent, à leurs propres fins, disposer librement de leurs richesses et ressources naturelles sans préjudice des obligations découlant de la coopération économique internationale, fondée sur le principe de l’avantage mutuel, et du droit international. En aucun cas, un peuple ne peut être privé de ses propres moyens de subsistance.

3. Les Etats parties au présent Pacte, y compris ceux qui ont la responsabilité de l’administration des territoires non autonomes et sous tutelle, favorisent la réalisation du droit à l’autodétermination et respectent ce droit, conformément aux dispositions de la Charte des Nations Unies».

Arnaud Develay: La Russie a-t-elle agi dans l’esprit de la Charte des Nations Unies alors qu’elle cherchait à s’engager dans la diplomatie plutôt que de succomber aux appels de ceux qui prônaient une intervention militaire immédiate dès 2014-15?

Alfred de Zayas: La Russie a passé trois décennies à articuler sa volonté politique de poursuivre la coopération internationale et les relations amicales avec tous les pays, comme envisagé dans la résolution 2625 de l’Assemblée générale. Elle a fait des ouvertures valables et des propositions concrètes de coopération et de construction d’une maison européenne commune basée sur l’égalité souveraine et la sécurité nationale globale. C’est une grande perte pour toute l’humanité que les initiatives de paix de Gorbatchev n’aient pas été reprises par les Etats-Unis et l’Otan et que les promesses faites en 1989-91 par le secrétaire d’Etat américain, James Baker, et d’autres n’aient pas été tenues. L’unique chance de s’entendre sur le désarmement nucléaire tel que prévu à l’article 6 du Traité de non-prolifération, c.-à-d. l’unique chance de mettre en œuvre le désarmement conventionnel et de réorienter le monde vers le développement et la paix, a été gâchée par le président Bill Clinton lorsqu’il a approuvé l’expansion orientale de l’Otan, un grave abus de confiance, une provocation inutile et une violation de l’article 2(4) de la Charte des Nations Unies, qui interdit non seulement l’usage de la force, mais aussi la menace d’y recourir.

Après le coup d’Etat du Maïdan et le bombardement ukrainien du Donbass, la Russie a passé 8 ans à tenter de résoudre le différend par des moyens pacifiques, comme l’exige l’art. 2(3) de la Charte des Nations Unies. Les accords de Minsk étaient valides et modérés et auraient conduit à une paix durable, s’ils avaient été mis en œuvre par l’Ukraine. La poursuite des bombardements du Donbass par l’Ukraine, documentée par l’OSCE1, constituait des violations répétées par l’Ukraine de l’art. 2(4) de la Charte. C’est l’ ultima ratio de faire la guerre à une population civile malheureuse pour empêcher l’exercice de son droit à l’autodétermination. Toutes les tentatives russes de négociation pacifique dans le cadre de l’OSCE et du format Normandie ont été ignorées. Pas plus tard qu’en décembre 2021, la Russie a mis sur la table les projets de deux traités qui auraient été la base d’un dialogue fructueux conformément à l’article 2, paragraphe 3, de la Charte des Nations Unies. Encore une fois, les Etats-Unis et l’Otan ont rejeté ces ouvertures pacifiques.

Arnaud Develay: Comment l’argument de l’autodétermination derrière les récents référendums se concilie-t-il avec le résultat dans le cas de la Catalogne?

Alfred de Zayas: Art. 1 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques est clair – TOUS les peuples ont le droit à l’autodétermination – pas seulement les anciens peuples coloniaux. Cela comprend l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovénie, la Croatie et le Kosovo. Il comprend également les Catalans, les habitants de la Crimée, la population du Donbass, les peuples du Haut-Karabakh, de l’Abkhazie et de l’Ossétie du Sud. Les détenteurs de droits à l’autodétermination sont des PEUPLES – les détenteurs d’obligations sont des Etats, qui n’ont PAS la prérogative d’accorder ou de refuser l’autodétermination. Bien entendu, l’autodétermination ne coïncide pas avec la sécession. Selon la doctrine de l’autodétermination interne, un peuple a le droit de l’exercer par le biais de l’autodétermination interne sous la forme d’un statut autonome (comme envisagé dans les accords de Minsk). Idéalement, l’autodétermination devrait être précédée de référendums fiables, organisés et surveillés par les Nations Unies, comme ce fut le cas au Timor Leste, au Soudan et en Ethiopie/Erythrée. L’Onu a laissé tomber les peuples ukrainien et russe lorsqu’elle n’a pas organisé de référendums en 1991, lorsque l’Ukraine a unilatéralement fait sécession de l’Union soviétique, ou au plus tard à la suite du coup d’Etat anticonstitutionnel contre le président ukrainien démocratiquement élu, Victor Ianoukovitch.

Arnaud Develay: La CIJ a-t-elle ouvert une boîte de pandore avec sa décision de 2010 portant sur la légalité de la déclaration unilatérale d’indépendance du Kosovo?

Alfred de Zayas: Je n’appellerais pas du tout ça une boîte de Pandore. Il représente une réaffirmation de l’article 1 du PIDCP. Dans l’ère post-Charte des Nations Unies, la décolonisation de l’Afrique et de l’Asie était obligatoire – l’autodétermination étant l’un des piliers de la Charte des Nations Unies et incorporée dans de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale. L’exercice progressif de l’autonomie était prévu au chapitre XI de la Charte. L’avis consultatif de la CIJ1 est très clair en affirmant que le principe de l’intégrité territoriale est réservé à un usage externe et ne peut être invoqué pour nier le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Voir par. 80. L’avis consultatif a créé un précédent en droit international, tout comme l’émergence de facto et de jure de l’Estonie, de la Lettonie, de la Lituanie, de l’Ukraine, de la Slovénie, de la Croatie, de la Bosnie, etc. en vertu de déclarations unilatérales d’indépendance aux dépens de l’intégrité territoriale de l’Union soviétique et de la Yougoslavie.

Arnaud Develay: Quels critères retenir pour évaluer si le droit à l’autodétermination doit l’emporter sur l’intégrité/cohésion territoriale et administrative d’un État déjà constitué?

Alfred de Zayas: Aucun droit n’est absolu. Les deux sont des principes de droit international importants qui peuvent coexister et coexistent dans le contexte du seul «ordre international fondé sur des règles» que nous connaissons – la Charte des Nations Unies. Certains juristes internationaux ont inventé le concept de «sécession réparatrice», que je rejette comme une «doctrine» artificielle, car il est impossible de fixer un seuil objectif.

Une meilleure approche consiste à appliquer le principe primordial de la paix durable qui est au cœur de la Charte des Nations Unies. Ce n’est PAS l’exercice de l’autodétermination qui cause les guerres, mais le refus injuste de celle-ci. En effet, le déni de l’autodétermination a conduit à des conflits armés dans d’innombrables cas depuis 1945. C’est la fonction de l’Onu et du Conseil de sécurité de prévenir les menaces et les atteintes à la paix aux fins de l’article 39 de la Charte des Nations Unies. Par conséquent, c’est la fonction de l’Onu d’assurer la réalisation du droit à l’autodétermination en tant que stratégie de prévention des conflits.2

https://www.osce.org/special-monitoring-mission-to-ukraine/512683 Alfred de Zayas, Countering Mainstream Narratives, Clarity Press, Atlanta, 2022, p. 80 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Autodétermination, référendums et droits des minorités: analyse d’un expert de l’Onu est apparu en premier sur PLANETES360.

Les États-Unis dévoilent les pertes de leur arsenal à cause de l’Ukraine

05.12.2022 

Les États-Unis ont épuisé leurs réserves de missiles antiaériens Stinger et de missiles antichars Javelin prévues pour plusieurs années d’avance à cause de l’aide accordée à l’armée ukrainienne, écrit National Review se référant à Greg Hayes, directeur général de l’entreprise militaire américaine Raytheon. 

D’après ce dernier, le principal problème est que les États-Unis ont déjà utilisé une quantité équivalente à 13 ans de production de Stinger et à 5 ans de production de Javelin au cours des premiers mois du conflit en Ukraine, alors qu’aujourd’hui la question de renflouement des réserves se pose sérieusement car le Pentagone n’a pas acheté de lance-missiles antiaériens portatifs depuis 2004. 

Le journaliste de la revue Jimmy Quinn écrit que Washington a envoyé 5.500 Javelin et 1.400 Stinger à Kiev à titre d’aide militaire, alors que Raytheon a remporté un appel d’offres de 624 millions de dollars pour réapprovisionner les stocks de l’armée. 

Christine Wormuth, secrétaire à l’Armée de terre des États-Unis, lors du forum Reagan National Defense, a ajouté que le Pentagone avait signé des dizaines de contrat pour plus de 6 milliards de dollars afin de recompléter l’arsenal de minutions à sec à cause du soutien à l’Ukraine. 

Cependant, les tentatives du Pentagone d’augmenter la production d’armement sont incertaines. La question est de savoir quelle sera la politique menée par la majorité républicaine au sénat. 

Plus tôt, le colonel à la retraite Mark Cancian, conseiller en chef du Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), a déclaré qu’au vu de l’épuisement des réserves, afin de pouvoir continuer de fournir des armes à l’Ukraine, les États-Unis devraient soit en prendre à leur propre armée, soit envoyer à Kiev des armes moins efficaces. Selon l’expert, le plus rapidement s’épuisent les munitions d’artillerie de 155 mm de l’Otan, dont 800.000 unités ont été transférées à l’Ukraine. Il a noté que le recouvrement des réserves de missiles antichars Javelin transmis à Kiev prendrait deux ans, c’est pourquoi le Pentagone envoie à Kiev des missiles antichars Tow, plus lourds et moins mobiles.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Les États-Unis dévoilent les pertes de leur arsenal à cause de l’Ukraine est apparu en premier sur PLANETES360.

Robocop. Des robots tueurs pour la police de San Francisco

« Un petit air de Robocop ? Le département de police de San Francisco a demandé au Conseil de surveillance de la ville (son organe législatif) l’autorisation de déployer des robots capables de tuer des suspects. L’utilisation létale de ces robots ne serait possible que dans le cas où « le risque de mort pour le public ou des officiers est imminent et l’emporte sur toute autre option » indique le département de police.

Loin d’être anecdotique, cette proposition de loi est réfléchie depuis des semaines et fait déjà dissension au sein des autorités de la ville. « Les robots ne doivent pas être utilisés comme recours à la force contre quiconque » a déjà critiqué le superviseur Aaron Peskin, membre du Conseil de surveillance. La proposition sera néanmoins bien sur la table cette semaine ».

Et oui.

Nous allons rentrer dans l’ère Skynet et l’ère Robocop.

Pas certain que l’humanité gagne en sagesse et en liberté.

Pas certain du tout que la vie l’emporte d’ailleurs.

Je note tout de même à quel point les débats éthiques sur ces technologies et leur utilisation sont totalement, mais alors totalement absents aussi bien des débats, que de la presse.

Pourtant cela fait longtemps que certains y pensent et y réfléchissent.

La référence dans le domaine c’est évidemment les 3 lois de la robotique rédigées par l’écrivain Isaac Asimov.

1. Un robot ne peut porter atteinte à un être humain ni, restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger.

2. Un robot doit obéir aux ordres que lui donne un être humain, sauf si de tels ordres entrent en conflit avec la Première loi.

3. Un robot doit protéger son existence tant que cette protection n’entre pas en conflit avec la Première ou la Deuxième loi.

Bref, un débat éthique sur les robots tueurs s’impose et vite, et le plus rationnel devrait être d’accepter les erreurs humaines, plutôt que la théorique perfection technique.

Car quand la technique échoue, il ne reste généralement plus de possibilité d’intervention humaine pour éviter le désastre.

Charles SANNAT

Source BFMTV ici

L’article Robocop. Des robots tueurs pour la police de San Francisco est apparu en premier sur PLANETES360.

Chroniques du 8 novembre 2022.

Où l'on parle du G20 de novembre, des élections de mid-term aux USA, de la vax Covid, de la COP27, de la fusion nucléaire, du marché du GNL, et de l'Ukraine.

The post Chroniques du 8 novembre 2022. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Chroniques de la Rhubarbe du 4 novembre 2022.

Chromiques du 4 novembre. Une republication de petits billets sur les élections en Israël, l'origine du Sars-CoV-2, la guerre de l'énergie entre l'UE et les USA.

The post Chroniques de la Rhubarbe du 4 novembre 2022. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Le 4ème Empire sera-t-il américain?

La logique d'Empire des USA fonde la guerre en cours face à la Russie, et celle à venir face à la Chine. L'Europe, trahie par ses élites, est supposée applaudir.

The post Le 4ème Empire sera-t-il américain? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Winter is coming, comme ils disent…

La politique de l'UE et des USA face à la situation en Ukraine impacte négativement l'Europe et l'avenir du continent. L'hiver arrive, le temps d'un tour d'horizon.

The post Winter is coming, comme ils disent… first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Guerre, inflation et paupérisation: Vers un féodalisme 2.0?

L'inflation participe-t-elle à une logique de domination via la paupérisation de la classe moyenne? C'est l'avis de certains analystes qui anticipent la venue d'un féodalisme 2.0.

The post Guerre, inflation et paupérisation: Vers un féodalisme 2.0? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

IA quelqu’un?

Les cas récents des IA LaMDA et GPT-3 sont des avertissements face à la possibilité d'une conscience artificielle. Le développement des IA militaires rend ceci d'autant plus urgent.

The post IA quelqu’un? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Suicide européen aux marches de l’Ukraine?

Nous sommes au bord d'un suicide économique lié aux mesures prises à l'encontre de la Russie. Comment en est-on arrivé là, et à qui cela profite-t-il?

The post Suicide européen aux marches de l’Ukraine? first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

Brexit Poker 30: le brelan perdant de Boris Johnson.

Brexit, Covid et Ukraine, le brelan perdant de Boris Johnson. Où en est le Royaume-Uni face aux promesses d'un Brexit heureux poussé par les vents de l'indépendance?

The post Brexit Poker 30: le brelan perdant de Boris Johnson. first appeared on Ze Rhubarbe Blog.

❌