Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
À partir d’avant-hierVos flux RSS

Dans un bois sombre

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 1 Octobre 2021 – Source kunstler.com

Regardez la photo (ci-dessus) montrant le président « Joe Biden » recevant sa piqûre de rappel du « vaccin » Covid-19, avec les médias regroupés à gauche de ce qui est apparemment un décor de scène construit dans une pièce plus grande. Vous vous demandez peut-être : pourquoi se donner la peine de construire un décor pour cet événement dans ou sous la Maison Blanche, quelque part – y compris même de fausses fenêtres éclairées par la lumière du jour – alors qu’il existe un certain nombre de pièces réelles dans la Maison Blanche parfaitement adaptées à la tenue de ce grand événement à la lumière du jour ? Qu’est-ce qui se passe ici ?

Et, au fait, comment savons-nous que « JB » reçoit un véritable booster d’ARNm ? Ou s’agit-il simplement de 10cl de solution saline ? La seringue n’est-elle pas, après tout, un accessoire de plus dans le spectacle ? La vidéo de cet événement a été diffusée partout sur les chaînes de télévision câblées et les sites Web des médias d’entreprise. Aucun d’entre eux n’a commenté l’étrange artificialité de la mise en scène. Et ainsi, le mystère reste entier…..

Cela ne fait que renforcer le soupçon rampant qu’absolument tout ce qui concerne le régime de « Joe Biden » est faux. Et ce, de manière malveillante. Comment se fait-il que tant de mauvaises choses se produisent en même temps dans ce pays s’il n’y a pas une faction qui cherche à le détruire ?

Par exemple, les obligations de vaccination pour le personnel médical. Dans le nord de l’État de New York, WNYT-TV a rapporté hier que 200 employés d’Albany Med, un grand hôpital universitaire régional, sont placés en congé sans solde de sept jours avant d’être licenciés pour avoir refusé le vaccin. La remplaçante d’Andrew Cuomo, la nouvelle gouverneure Kathy Hochul, a bloqué les allocations de chômage pour les infirmières et les techniciens licenciés s’ils persistent à se soustraire au vaccin. Les médecins sont également concernés.

Bien entendu, le licenciement d’un grand nombre de travailleurs de la santé ne fera que rendre plus difficile la prise en charge des patients, qu’ils soient atteints de la Covid ou de tout autre problème de santé, alors en quoi cette politique aide-t-elle qui que ce soit ? (À moins que vous ne considériez que, avec moins de personnel en service, moins de patients hospitalisés pour la Covid seront soumis à l’erreur médicale d’être placés sous ventilateur et traités avec le médicament tueur Remdesivir). Non seulement le traitement précoce efficace avec d’autres médicaments a été banni des normes de pratique médicale officielles aux États-Unis, mais le simple fait d’en parler a été interdit, notamment par l’application YouTube de Google.

Cette coercition exercée sur les travailleurs de la santé a lieu dans tout le pays, bien sûr, et pas seulement dans l’État de New York. Ces infirmières et techniciens travaillent autour de patients atteints de Covid depuis bientôt deux ans, et nombre d’entre eux ont contracté la maladie, avec ou sans symptômes, ce qui leur confère une immunité naturelle. Alors, quel est l’intérêt de leur imposer les vaccins ? Il est également avéré que les personnes vaccinées sont susceptibles d’attraper la maladie et que, dans tous les cas, les vaccinés portent une charge virale plus lourde que les non-vaccinés, ce qui en fait des propagateurs plus efficaces. Il est également avéré que la vaccination de masse au milieu d’une pandémie favorise la mutation de nouvelles variantes de virus qui sont de moins en moins affectées par les vaccins.

Jeudi soir, CNN a diffusé une séquence dans laquelle son médecin attitré, Sanjay Gupta, harcelait Andrea Babinski, une infirmière de La Crosse, dans le Wisconsin, qui a décidé de quitter son emploi à l’hôpital Gundersen plutôt que de se faire vacciner. Le Dr Gupta, perplexe, lui a demandé pourquoi. Mme Babinski a répondu qu’elle était préoccupée par la coagulation du sang. Le Dr Gupta a rejeté son inquiétude en disant : « Si vous avez un trouble de la coagulation, vous devriez vous faire vacciner. » Vraiment… ?

Après la séquence, le Dr Gupta et Anderson Cooper ont secoué la tête avec une perplexité amusée devant la stupidité obstinée de l’infirmière. Ils n’ont apparemment pas été informés que la protéine de pointe produite par le vaccin est connue pour se lier à la paroi endothéliale des vaisseaux sanguins et favoriser la formation de caillots sanguins, entraînant toute une série d’événements mortels tels que l’infarctus du myocarde et l’hémorragie cérébrale – crise cardiaque et accident vasculaire cérébral – ainsi qu’un large éventail de lésions organiques et de troubles neurologiques.

Le système de suivi de Medicare indique que 48 465 personnes sont décédées dans les 14 jours suivant une injection de vaccin. Nombre d’entre elles présentaient des comorbidités, bien sûr, de sorte que tous les décès ne peuvent être directement attribués aux vaccins, mais les autorités de santé publique répugnent à pratiquer des autopsies qui pourraient établir la vérité sur cette question. Quoi qu’il en soit, le CDC a récemment décidé qu’il ne considérerait comme officiellement vaccinés que les personnes se trouvant à plus de 14 jours d’un vaccin – ainsi, aucun des décès susmentionnés n’aurait été considéré comme une personne vaccinée selon cette règle. Vous voyez comment ils manipulent les statistiques pour que les Américains soient aussi mal informés que possible ?

Malgré tous les efforts déployés pour embobiner le public, le régime de « Joe Biden » a presque épuisé la corde de la paranoïa Covid et en a tiré toute l’utilité politique. À l’avenir, cela ne fera que se retourner contre eux. Pensent-ils que démolir les services hospitaliers tout en privant des milliers de travailleurs de la santé de leurs revenus est une stratégie gagnante ? Ce sont des menaces existentielles pour les citoyens américains.

Tout le reste, sous la surveillance de « Joe Biden », ressemble à un pyromane qui cherche à brûler le pays. Plus de 10 000 intrus haïtiens ont été subrepticement dispersés de Del Rio, au Texas, vers les régions les plus reculées des États-Unis. Le gouvernement n’a fait aucun effort pour les vacciner – qu’est-ce que cela vous dit ? Plus de 100 000 autres opportunistes envahisseurs venus du monde entier se dirigeraient vers la frontière sud. Un mois après la chute de l’Afghanistan, et après les auditions de cette semaine à la Chambre et au Sénat, personne ne sait encore qui a donné l’ordre insensé d’abandonner la base aérienne de Bagram, près de Kaboul. Le projet de loi malhonnête des Démocrates sur les « infrastructures » se fane au Congrès. Les prix des denrées alimentaires et de l’énergie augmentent rapidement, avec des pénuries à l’horizon. Les marchés financiers vacillent. Et le conseiller spécial John Durham est de retour sur la scène avec de nouvelles actions contre le cabinet d’avocats préféré d’Hillary Clinton, Perkins Coie, facilitateur de la campagne séditieuse RussiaGate. Mettez tout cela ensemble et vous avez un mécanisme qui ressemble à un grille-pain « Joe Biden ».

Dans un coin reculé de la News-O-Sphere, quelqu’un qui se fait passer pour John McAfee s’attarde sur un canal Telegram intitulé « OfficialMcAfee ». John McAfee, pour ceux qui ne le savent pas, est le riche inventeur d’un logiciel antivirus qui s’est retrouvé en désaccord avec le gouvernement américain, a perdu la tête et s’est soi-disant suicidé en Espagne en juin dernier. Aujourd’hui, il est apparu sur cette application de médias sociaux dans une série de vidéos et d’informations cryptées. On ne sait pas s’il est encore en vie ou s’il a enregistré ces vidéos avant de se suicider. Mais il avait menacé de diffuser des téraoctets de preuves numériques contre ses antagonistes, notamment des vidéos d’inconduite sexuelle entre des personnalités politiques connues liées à feu Jeffrey Epstein, ainsi que des documents compromettants du DNC et des dossiers de la campagne d’Hillary Clinton de 2016. Ces déversements d’informations ont commencé et le personnage qui semble être John McAfee dans les vidéos Telegram affirme que les déversements contiendront des documents de plus en plus choquants dans les semaines à venir.

Toute cette activité est évidemment bizarre à un point jamais vu dans les affaires nationales avant l’ère du « deep fake«  – au point que la réalité est presque impossible à établir pour le moment. Nous sommes un peuple perdu dans un bois sombre. Lorsque vous êtes perdu, la première chose que vous devez faire est d’arrêter votre locomotion inutile et autodestructrice, de vous accroupir sur place et d’évaluer soigneusement ce qui vous entoure. Même si tout le reste est trouble et perplexe, une chose est sûre : il y a un moyen de sortir de ces bois sombres. Restez calme et alerte et la sortie se révélera d’elle-même.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Le grand récit

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 27 septembre 2021 – Source kunstler.com

Draft report from partisan Arizona review confirms Biden defeated Trump in Maricopa County last November

L’audit des élections en Arizona a atteint son point culminant vendredi dans la nouvelle mode de l’histoire en devenir : le dépôt direct dans le « trou de mémoire » prouvant seulement (et de manière concluante) que nous sommes à l’ère du tout va et rien ne compte. Les médias corporatifs ont joué l’histoire comme un pet dans une tempête de vent pour leur public de crédules avides. Il n’y a rien à voir, les amis, passez votre chemin…..

Un examen plus approfondi des résultats de l’audit révèle qu’au moins 57 000 bulletins de vote ne sont pas en ordre d’une manière ou d’une autre et qu’il existe des preuves que les responsables du comté ont falsifié les enregistrements électoraux numériques avant l’audit. Ces questions sont maintenant renvoyées par le Sénat de l’Arizona au procureur général de l’Arizona, Mark Brnovich, connu dans le passé pour sa lenteur à traiter les questions difficiles. Cependant, Brnovich est candidat au Sénat américain en 2022 et a fait savoir qu’il prendrait les plaintes pénales au sérieux.

Quoi qu’il en soit, la foule MAGA n’a pas obtenu la victoire éclatante sur le mal manifeste qu’elle espérait et l’élection de 2020 sera probablement noyée par la prochaine vague de développements dans ce qui ressemble beaucoup au torpillage délibéré de la civilisation occidentale. L’élection de 2020, après tout, n’était qu’une question de procédure (même si c’était au plus haut niveau de la procédure nationale), mais ce qui nous attend, ce sont des questions de vie ou de mort : allez-vous gagner votre vie ? Allez-vous rester en bonne santé ? Aurez-vous assez à manger ? Aurez-vous un toit au-dessus de votre tête ? Allez-vous éviter la prison ? Ce genre de choses.

Tout cela est difficile à démêler sous les assauts de tyrannie officielle et de propagande incessante. L’effort pour vacciner la moitié récalcitrante de l’Amérique qui ne veut pas de vaccin a été repoussé vendredi lorsqu’une cour d’appel fédérale a émis une injonction temporaire contre l’ordre du maire de New York Bill DeBlasio d’obliger la vaccination de tous les enseignants des écoles publiques. Cette querelle se déplace rapidement vers un panel de trois juges pour une autre décision prévue pour mercredi. Si l’ordre est modifié en faveur de la vaccination maximale, cela accélérera la mort d’un système scolaire chroniquement malade qui, pendant des décennies, n’a fait que prétendre éduquer les enfants.

Pendant ce temps, les obligations de l’État de New York sur les vaccins pour tous les travailleurs de la santé entre en vigueur aujourd’hui. Cette ordonnance va paralyser les soins de santé pour un certain temps dans un État qui souffre déjà d’un manque de personnel hospitalier au niveau de la crise – en grande partie à cause des efforts déployés depuis des années par les hôpitaux à but lucratif pour se débarrasser de leurs employés, en particulier des infirmières, tout en augmentant les salaires de plusieurs millions de dollars des cadres qui dirigent les conglomérats hospitaliers. La remplaçante d’Andrew Cuomo, la désastreuse nouvelle gouverneure Kathy Hochul, a déclaré de façon hilarante la semaine dernière que les travailleurs de la santé licenciés pour avoir refusé les vaccins pouvaient être remplacés par des travailleurs étrangers.

Bien sûr, le système de santé américain implosait déjà sous le poids du racket intégré, et les vaccins obligatoires pour les travailleurs vont maintenant donner le coup de grâce. Cela s’ajoute au fait que la confiance et le respect du public envers les médecins commencent à reculer sous la faible estime pour les politiciens qui assistent ces opérations de racket. La profession médicale, dont la devise est d’abord de ne pas nuire, ressemble de plus en plus à un complice de meurtre de masse – en supprimant les traitements précoces efficaces contre la Covid-19, en promouvant les fiascos iatrogènes connus de l’intubation et du Remdesivir, en continuant à utiliser les tests PCR discrédités et en utilisant un système VAERS dont le site Web est si défectueux que les médecins ne se donnent même pas la peine de signaler les réactions nocives aux vaccins tandis que les bureaucrates médicaux se cachent et jouent avec les données qui passent à travers leurs puissants filtres. Sans parler du développement de l’arme biologique Covid-19 en premier lieu, puis d’un vaccin toxique pour finir le travail.

Dans le cadre d’un autre développement pandémique, Leana Wen, de l’Université George Washington, médecin de référence de CNN et promotrice de vaccins, a déclaré de manière surprenante que les personnes vaccinées constituent désormais une menace pour les personnes non vaccinées, car les vaccinés sont porteurs de charges virales élevées, ce qui fait d’eux des propagateurs efficaces de la Covid-19. C’est ce qu’un « vaccin » est censé faire ? Améliorer la transmission des maladies ? Si le public n’est pas déjà suffisamment embobiné, cette phrase va probablement sceller l’affaire.

Ce qui amène les personnes non embobinées à soupçonner que nous sommes au milieu d’une monumentale opération psychologique de deux ans menée par des forces politiques malveillantes déterminées à dominer totalement la vie quotidienne afin de la changer du haut en bas, principalement contre la volonté des gens. Il existe de nombreuses théories pour expliquer cette situation. La plus populaire est que l’élite économique veut réduire considérablement la population mondiale pour le bien de la planète. Si c’est vrai, ce serait un projet assez sévère. Il est difficile de concevoir une telle mégalomanie en dehors d’un film de James Bond. Mais sinon, on en reste à la conclusion quelque peu insatisfaisante que, comme le dit la vieille expression politique, des erreurs ont été commises. Oui, bien sûr, mais après avoir commis la première demi-douzaine d’erreurs, on pourrait penser que des personnes honorables reconnaissent leurs erreurs et changent de cap. Le fait que cela ne soit pas arrivé est le Grand Récit.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Biden se casse la figure

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 24 septembre 2021 – Source kunstler.com

Judge Halts Arizona Election Audit | KAWC

Le temps, dit-on, est la façon dont la nature s’assure que tout n’arrive pas en même temps. Aujourd’hui, nous nous trouvons peut-être à l’horizon des événements, où la nature est suspendue, car tout semble se produire en même temps. Les semaines à venir détermineront si nous sommes une société cohérente, capable de fonctionner sur la base d’une réalité consensuelle solide, ou si nous ne sommes qu’une convocation de récits contradictoires conçus pour dissimuler tout ce qui ressemble à la vérité, et qui tendent tous vers l’échec.

Cet après-midi (vendredi) par exemple : les résultats de l’audit électoral de Maricopa, AZ. Le New York Times a déclaré que l’ébauche préliminaire de l’audit était « un coup de chapeau final à une enquête dont les partisans ont laissé entendre qu’elle révélerait une canonnade de fraudes ». Leur conclusion : « Joe Biden » a gagné l’élection de 2020 de façon juste et équitable. Ce serait mémorable si c’était vrai, mais est-ce le cas ? Ou n’est-ce que le coup d’éclat d’un joueur qui court généralement en zig-zag à travers les faits ? Le Times a certainement intérêt à, disons, prendre de l’avance sur l’histoire dans sa quête sans fin pour contrôler la narration – plutôt que de fournir de véritables nouvelles dignes d’être imprimées. Je suis prêt à faire le tri entre les jokers et les cartes.

Sinon, le mois a été moins brillant pour le vainqueur putatif du concours 2020, la figure médiatique connue sous le nom de « Joe Biden ». Sa politique d’ouverture des frontières s’est retournée sauvagement contre lui lorsqu’un afflux durant neuf mois d’Américains du Centre et du Sud (et d’opportunistes venus de contrées encore plus lointaines) s’est transformé en mauvaise image lorsque quelque 15 000 Haïtiens (la plupart ayant vécu au Chili, en Colombie et dans d’autres pays non haïtiens) ont inondé la zone de Del Rio, au Texas. Comme on pouvait s’y attendre, leur installation sauvage sous le pont frontalier est devenue septique lorsque les quelques toilettes portables déposées là ont débordé – un instantané d’Haïti – et la situation épouvantable ne pouvait plus être cachée aux médias.

Les agents frontaliers fédéraux ont ensuite essayé de faire la police à cheval – une approche sans doute plus douce que de conduire des SUV dans la foule – et les médias ont immédiatement transformé la scène des cavaliers utilisant les rênes pour contrôler leurs montures en un récit sur les esclaves fouettés dans les champs de coton. En d’autres termes, un autre chapitre dans le testament du « racisme systémique ». Même le célèbre arnaqueur racial Al Sharpton s’est rendu à Del Rio pour jeter un peu d’huile sur le feu potentiel, mais son public l’a chahuté et l’opération a capoté.

Pendant ce temps, « Joe Biden » a mis en place un pont aérien cosmétique pour renvoyer quelques Haïtiens en Haïti – qu’ils avaient fui il y a des années pour vivre en Amérique du Sud – tout en envoyant une autre cohorte d’Haïtiens à Houston et dans d’autres villes des États-Unis, comme si personne ne pouvait se rendre compte du jeu de passe-passe auquel on se livre. Quoi qu’il en soit, le fiasco à la frontière américano-mexicaine s’est transformé en une grosse perte pour le Big Guy, car les sonnettes d’alarme économiques qui retentissent dans tout le pays vous disent que la dernière chose dont nous avons besoin, c’est d’un plus grand nombre d’immigrants illégaux pour concurrencer les citoyens pour un nombre décroissant d’emplois mal payés.

Le Big Guy a également connu une mauvaise semaine sur le front de l’escroquerie familiale, puisque l’histoire a éclaté, d’abord sur Politico, puis ailleurs, comme un feu de brousse, que la montagne de mémorandums compromettants sur l’ordinateur portable de Hunter Biden était bien réelle, et que l’effort concerté pour cacher toute cette saleté aux électeurs pendant la campagne électorale de l’année dernière était une opération complètement malhonnête. Ajoutez à cela tous les mémos et les courriels sur le disque dur de Hunter et vous obtenez une piste numérique assez claire d’une opération de racket majeure qui ne peut plus être niée. Alors, le DOJ de Merrick Garland va-t-il continuer à l’ignorer ?

Le procureur général a probablement été forcé d’approuver la récente mise en accusation par John Durham de Michael Sussman, le garçon de courses d’Hillary Clinton, de l’organisation Perkins Coie de DC Lawfare Central. Je dis forcé parce qu’il s’agissait d’un cas ouvert et fermé, et que le refus de M. Garland aurait été considéré comme un autre stratagème du RussiaGate par une agence désespérément entachée par des années d’inconduite criminelle officielle – et supposons que M. AG Garland ne veut pas être entraîné dans ce gâchis, en particulier alors que M. Durham est en train de le démêler. Et l’avocat spécial a signalé qu’il était en train de le faire en impliquant un grand nombre de personnalités publiques coupables dans un acte d’accusation de 27 pages pour le simple crime de M. Sussman, à savoir mentir au FBI, ce qui aurait pu être accompli en deux paragraphes concis. En d’autres termes, attendez-vous à ce que l’inculpation de M. Sussman ne soit pas la fin d’une affaire qui pourrait tendre vers une inculpation contre l’ensemble du musée de cire du DNC, composé de menteurs et de séditieux.

Par coïncidence – et sur un autre plan – nous avons la dernière exportation de la Chine vers les économies avancées du monde : l’effondrement de son marché obligataire, comme en témoigne le naufrage du conglomérat immobilier super gigantesque Evergrande. Voyez la chaîne d’obligations brisée qui s’étend jusqu’aux confins de la finance mondiale et l’effet délétère que cela aura sur les marchés de capitaux partout dans le monde. Les banques centrales font actuellement tout leur possible pour empêcher un effondrement général de la « richesse » hallucinée dans le monde entier et vous pouvez probablement mesurer le succès de cet ultime effort en jours, alors que nous entrons dans le mois maudit d’octobre, où les squelettes dansent sur les tombes des fortunes perdues. Les metteurs en scène de « Joe Biden » attendent cela avec impatience, comme ils attendraient tant de pieux enfoncés dans leurs cœurs dégénérés.

En parlant de cœurs, il y a le cœur du problème actuel, l’arme biologique fabriquée Covid-19 et utilisée au niveau international pour supprimer des citoyens autrefois libres de républiques autrefois démocratiques. Il devient chaque jour plus évident que tout ce qui est lié à cette extravagance est autre chose que ce qu’il semble être. Principalement, le vaccin n’est pas un vaccin et il finira probablement par tuer plus de gens que la maladie Covid-19 et ses variants. Une grande partie de ces décès sera causée dans les mois à venir par les dommages causés au cœur et aux autres organes des personnes par les protéines de pointe générées par les injections d’ARNm. Les chiffres officiels rapportés sont tous des mensonges d’une sorte ou d’une autre, émis par des agences principalement concernées non pas par la santé publique mais par le fait de couvrir des culs au plus haut niveau, donc ne les croyez pas. Si vous n’avez pas reçu de vaccin, vous devriez sérieusement envisager de vous tenir à l’écart des tentatives désespérées de votre gouvernement pour faire le travail.

Les événements convergent. Tout se passe en même temps. Les récits s’effondrent. Les gouvernements pourraient bientôt commencer à tomber. La nourriture et les pièces essentielles au fonctionnement des sociétés avancées sont les prochaines victimes. Que déciderez-vous de faire pour vous-même, votre communauté et votre pays ?

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Regardez, camarades de bord, il fait une brèche !

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 17 Septembre 2021 – Source kunstler.com

Comme la baleine blanche de la légende qui fait surface près du continent, le conseiller spécial John Durham est apparu cette semaine avec un certain Michael Sussmann dans ses mâchoires, un petit poisson parmi les monstres sournois et tentaculaires qui se cachent dans les profondeurs de l’État profond, sous les mers politiques déchaînées. Qui est-il, d’ailleurs ?

Parmi les créatures désormais bien connues impliquées dans l’épisode panoramique de sédition perfide connu sous le nom de RussiaGate, M. Sussmann était un petit joueur, un garçon de courses pour le cabinet d’avocats Perkins Coie qui a fait une grande partie du sale boulot d’Hillary Clinton pendant la campagne de 2016 et pour le parti Démocrate par la suite. M. Sussmann est accusé d’avoir menti au FBI en transmettant des rumeurs de campagne payées par Mme Clinton à l’avocat général du FBI, James Baker, un ancien collègue de M. Sussmann lorsqu’il travaillait comme expert en cyber-sécurité au FBI. Il a également colporté les mêmes informations, élaborées par la société Fusion GPS de Glenn Simpson et l’homme-mystère Christopher Steele, au New York Times et à d’autres médias, qui les ont utilisées comme des enfants, un cerf-volant.

J’ai une théorie sur cette affaire. Il s’agit d’un coup de semonce contre le navire de l’Attorney General Merrick Garland, pour savoir si le DOJ principal tentera d’interférer avec la mission de M. Durham, qui consiste à découvrir les fondements du RussiaGate et le vaste réseau d’actes malhonnêtes et illégaux perpétrés par la suite par des personnalités du FBI, du DOJ et d’autres coins sombres d’un gouvernement dévoyé contre ses propres citoyens. On soupçonne depuis longtemps M. Baker d’avoir agi comme un témoin coopérant dans l’affaire du RussiaGate, réalisant peut-être très tôt qu’il s’était fait avoir par son vieil ami M. Sussmann et qu’il avait été piégé pour être poursuivi.

Le problème pour Merrick Garland est que les activités de M. Sussmann n’étaient qu’une simple préface au développement plus grave de l’opération Crossfire Hurricane, qui impliquait un banc de poissons beaucoup plus gros dans plusieurs agences, dont les directeurs John Brennan de la CIA et James Comey du FBI, et bien d’autres. L’acte d’accusation de Sussmann ouvre également une fenêtre sur les falsifications de la Cour FISA que les forces de l’ordre fédérales ont utilisées pour s’en prendre aux personnes liées au candidat puis au président Donald Trump.

M. Garland devra expliquer pourquoi le DOJ et le FBI n’ont jamais été responsables des actes illégaux de leurs employés, y compris l’équipe de conseillers spéciaux de Robert Mueller, qui ressemble maintenant à une opération de dissimulation, sans parler des affaires en cours, comme le fait que le DOJ se soit assis sur l’ordinateur portable du fils du président « Joe Biden », Hunter, et ses balles en forme de mémorandums compromettants détaillant les pots-de-vin versés à la famille Biden par des sociétés dirigées par le PC Chinois. Vraiment, le sort du parti Démocrate est en jeu avec ce qui pourrait se développer si les actions de M. Durham vont au-delà de la petite cabriole de Michael Sussman.

L’opinion dominante depuis plus d’un an est que John Durham est un fantôme qui ne fait presque rien pour le plus grand scandale politique de l’histoire des États-Unis. Si ses efforts se terminent avec M. Sussmann, il se déshonorera, bien sûr, et c’est une possibilité. Mais j’ose supposer que cela ne s’arrêtera pas là. L’insulte à la nation de toute cette malhonnêteté épique est trop grave, voire potentiellement fatale – puisqu’elle a permis un écheveau dépravé d’activités séditieuses supplémentaires par la suite, y compris le subterfuge des élections de 2020, l’anarchie de BLM et Antifa, l’esprit psychotique de race et de genre « Woke » qui infecte l’armée américaine, l’invasion en cours à travers la frontière américano-mexicaine, toute la coercition autour de la Covid-19, en particulier les injections « obligatoires » d’un dangereux prétendu « vaccin », et la destruction des petites entreprises d’un océan à l’autre. Tout cela a laissé le public américain démoralisé et économiquement sinistré, et la position du pays dans le monde dangereusement réduite.

J’espère que vous êtes prêts pour un mois de chocs sur le système. La tromperie du CDC et de la FDA, qui ont truqué et trafiqué leurs données Covid-19, émerge maintenant du brouillard de l’hystérie pandémique. J’ose également supposer que le nombre de « cas » récents et actuels de Covid-19 s’avère être en réalité et en grande majorité des réactions indésirables à l’expérience ARNm, et non la maladie elle-même, et que l’enfer sacré éclatera parmi le public lorsqu’il comprendra que ses moyens de subsistance – et sa santé – sont volés dans le cadre de cette fraude. Dans une semaine, les résultats de l’audit des élections en Arizona doivent être publiés. Attendez-vous à un traumatisme. Demain, une manifestation de soutien aux prisonniers politiques du 6 janvier est prévue à Washington, DC. Le potentiel de manipulation de l’événement par l’État profond est élevé, alors restez à l’écart. Il y a suffisamment d’autres forces en mouvement maintenant pour mettre un frein au moteur de la malveillance qu’est devenu notre gouvernement. Laissez le Karma faire son travail et tenez-vous bien pour un voyage difficile.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

❌