Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 18 janvier 2022L'Échelle de Jacob

Les grandes manœuvres européennes viennent de commencer !

Par : Paul

http://

Voilà une information importante que relate Ouest-France ici.

En effet notre mamamouchi en chef préposé à l’économie de notre pays et qui porte le titre de « ministre de l’Économie et des Finances » Bruno Le Maire a jugé dimanche 16 janvier obsolètes ​les règles européennes encadrant la dette publique des États membres, dans un entretien à sept journaux européens dont Les Échos !

Hahahahahahaha. J’ai bien ri quand j’ai lu qu’il trouvait les règles obsolètes.

Remarquez je le comprends le Bruno, vu que nous sommes dans la merde jusqu’au cou, c’est sûr que respecter un ratio de 60 % de dettes sur PIB quand on va allègrement vers les 130 %, c’est un tantinet « obsolète », ou plus précisément, ça ne nous arrange pas vraiment !

« Le Pacte de stabilité et de croissance dans son ensemble n’est pas obsolète, mais la règle de la dette publique l’est​, fait-il valoir alors que la France a pris le 1er janvier, pour six mois, la présidence du Conseil de l’Union européenne.

En vertu de cette règle, la dette publique des États membres ne doit pas dépasser 60 % de leur PIB et leur déficit ne peut pas excéder 3 % de leur PIB ».

Voilà, c’est pas qu’il ne faut pas un pacte de stabilité, c’est qu’il faut revoir le pacte de stabilité en fait. Le problème ce n’est pas le pacte, ce sont les limites qu’il fixe. Je vous assure qu’à ce niveau, mes poules et mes chats pourraient être au ministère de l’économie avec la même efficacité !

Plusieurs propositions sur la table

« Avant la crise, il y avait un écart de près de 40 points de PIB entre les membres les plus et les moins endettés de la zone euro. Il y a maintenant un écart de plus de 100 % entre eux, constate Bruno Le Maire ».

Hahahahahahahaha.

Mon Bruno il est trop fort.

Hé les gars, vous avez vu ? Nos économies européennes ? Elles divergent méchamment !

Oui, c’est pas faute de vous le dire.

« Pour réformer le Pacte, il y a plusieurs propositions sur la table, notamment celle d’avoir des calendriers et des objectifs différents pour chaque pays, explique le ministre.

D’autres mettent en avant le concept […] selon lequel il devrait appartenir aux États membres de définir les étapes et les changements nécessaires à leurs politiques économiques, qui leur permettraient de revenir à des finances saines, une piste intéressante ​pour Bruno Le Maire ».

Bon vous avez compris ce qu’il se passe ?

Les grandes manœuvres viennent de commencer pour savoir comment nous allons faire pour faire reconverger des économies européennes qui divergent.

Et là, je peux vous dire que nous rentrons dans le dur.

C’est maintenant et c’est à relier à la dernière vidéo du JT du Grenier sur la fin de crise sanitaire.

Si la crise sanitaire se termine, alors il va falloir passer à la caisse. Il va falloir « casquer » les amis ! Et tout l’enjeu des négociations à venir avec l’Allemagne et les pays biens gérés de l’axe germanique va porter sur les modalités de paiement des dettes et la rapidité du remboursement. Si c’est trop rapide alors l’austérité sera terrible. Les Allemands nous feront des concessions, et nous y laisserons quelques grosses plumes et sans doute le peu qu’il nous reste de souveraineté et de grandeur. Je pense que les jours de notre siège à l’ONU sont comptés par exemple. Il vaut bien quelques centaines de milliards d’euros…

Bref, c’est maintenant qu’il faut surveiller la situation économique en Europe comme le lait sur le feu. Nous allons sans doute vivre de nouveaux moments de tensions.

L’année 2022 va être très tendue.


Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

-

Par : Paul

Comment se fait-il que Mediapart soutienne la thèse du gouvernement et s'attaque ainsi au Pr Raoult ? Le contrôle fiscal qui aurait été abandonnée contre Mediapart était-elle la contrepartie ?

— MIKE BOROWSKI (@BOROWSKIMIKE) January 17, 2022

Comment et pourquoi devenir objecteur de conscience vaccinale ?

Par : Paul

http://

Nous vous proposons aujourd’hui le kit express de l’objecteur de conscience vaccinale. Nous vous expliquons à quoi il sert… et comment s’en servir. Mobilisez-vous… tenez-nous au courant de vos initiatives pour transformer cet outil en arme de guerre contre le passe vaccinal…

Nous vous expliquons ici comment vous servir du kit d’objection de conscience vaccinale.

  1. Télécharger et remplissez le formulaire de déclaration de conscience vaccinale. Vous le trouverez ici :

Nous publions intentionnellement ce document à télécharger sur Slideshare, qui nous permet de mesurer le nombre de téléchargements, qui donne un aperçu sur l’impact réel du document. Si vous voulez disposer du document en fichier PDF envoyé par mail, vous devez adhérer à l’association et formuler votre demande d’envoi en PDF à l’adresse :

objectiondeconscience@protonmail.com

2. Présentez ce document aux commerçants ou aux fonctionnaires qui vous demandent un passe vaccinal. S’ils vous refusent l’accès aux lieux que vous souhaitez fréquenter, saisissez le juge judiciaire de cette discrimination.

3. Pour être plus efficaces pour instaurer un rapport de force, constituez un groupe d’au moins 5 personnes qui ciblent les commerces ou les administrations les moins fraternels de votre région. Présentez-vous à l’entrée de ces commerces et de ces administrations avec votre déclaration, et filmez la scène. Demander à chaque membre de rédiger un témoignage et intentez une action judiciaire pour discrimination avec le soutien des avocats que nous vous indiquerons.

Au besoin, consultez le forum de Rester libre ! sous l’onglet « Actions d’objection de conscience » pour vous organiser localement.

4. Faites-nous systématiquement remonter l’information.

Souvenez-vous d’une règle : l’action ne fonctionnera que si elle est pacifique. Nous nous désolidarisons par avance de toute provocation qui serait réalisée sous notre bannière. 

Source

Révélations de la DARPA sur Fauci : le troublant mutisme de la presse

Par : Paul

<img loading="lazy" src="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio.jpg" alt="" width="703" height="515" class="aligncenter size-full wp-image-68895" srcset="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio.jpg 703w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio-250x183.jpg 250w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio-624x457.jpg 624w" sizes="(max-width: 703px) 100vw, 703px" />

Il y a une semaine, le projet Veritas publiait différents documents dont le contenu, s’il était vérifié, pourrait largement remettre en question nombre d’affirmations colportées par les médias, les experts et les politiciens sur la pandémie, son origine et son déroulement, et éclairerait l’histoire de ce virus d’une lumière nouvelle, particulièrement incriminante pour une partie de l’administration américaine…

Si vous vous en tenez à la presse et aux médias grand public français, il est assez peu probable que vous ayez entendu parler du Projet Veritas, ni de ses dernières révélations.

Les rares articles évoquant cette association remontent à plusieurs mois, lorsqu’elle avait publié différentes vidéos montrant, en caméra cachée, ce que pensaient vraiment différents scientifiques et personnages haut placés dans différents groupes pharmaceutiques comme Pfizer : les allégations obtenues dans ces vidéos, jamais démenties ni par ces sociétés, ni par les personnes enregistrées, sont relatées dans une ou deux notules dans les médias français qui, bons soldats, ont fait le minimum syndical afin de bien faire comprendre à leurs (moins en moins nombreux) lecteurs que Project Veritas est avant tout une organisation ultra-conservatrice (lire « ultra-beurk ») et que peu importent les informations qu’elle a pu récolter, étant dans le Camp du Mal, elle ne peut être crédité d’absolument rien.

Au-delà de ces éléments, rien n’a donc transpiré depuis dans la presse française des allégations rassemblées et publiées lundi dernier. De rares journaux américains s’y sont intéressés, mais on constate essentiellement une distance gênée face aux révélations accumulées qui méritent cependant un peu plus d’intérêt.

En effet, selon Project Veritas, un responsable militaire, le Major du Corps des Marines Joseph Murphy, aurait affirmé dans un rapport adressé à l’Inspecteur Général de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) – une agence américaine chargée de recherches et développements militaires – que le virus SARS-CoV2 serait le résultat d’une manipulation génétique humaine dirigée par les Américains, cherchant essentiellement à combiner la viralité d’un coronavirus commun à la létalité de précédents virus SARS-CoV1 et MERS.

<img loading="lazy" src="http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ecohealth.jpg" alt="" width="680" height="383" class="aligncenter size-full wp-image-70395" srcset="http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ecohealth.jpg 680w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ecohealth-250x141.jpg 250w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ecohealth-624x351.jpg 624w" sizes="(max-width: 680px) 100vw, 680px" />

Mieux encore : ces documents incriminent directement Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses aux États-Unis, Institut qui aurait ainsi subventionné l’ONG EcoHealth Alliance dans ces dangereuses recherches alors que la DARPA les aurait refusées précisément en raison de la nature même de ces expériences et de l’interdiction qui frappait alors (et continuent de courir) sur de telles manipulations (dites « gain de fonction« ), et ce alors même que Fauci a déposé plusieurs fois sous serment, devant des commissions d’enquêtes du Sénat américain, qu’il n’en avait rien été.

À ces éléments déjà sulfureux qui viennent s’ajouter aux nombreuses et insistantes rumeurs sur l’évasion du virus du laboratoire de Wuhan ainsi qu’aux précédentes révélations provenant de la publication des emails détaillés de Fauci montrant des comportements étonnants (et très peu éthiques) de sa part, sans même évoquer les expériences de torture sur des chiens menées par le NIH et révélées en octobre dernier, on comprend que l’actuel conseiller de Joe Biden pour la gestion de l’actuelle pandémie soit mis sur la sellette…

Ce qui pose évidemment quelques soucis à l’ensemble des médias américains et européens qui n’ont eu de cesse de suivre assez scrupuleusement (et encenser un peu trop ouvertement) les orientations et diktats plus ou moins grotesques qu’il a empilés depuis le début de la crise.

<img loading="lazy" src="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio.jpg" alt="" width="703" height="515" class="aligncenter size-full wp-image-68895" srcset="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio.jpg 703w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio-250x183.jpg 250w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/faucinocchio-624x457.jpg 624w" sizes="(max-width: 703px) 100vw, 703px" />

Et pendant que les rumeurs et allégations s’empilent sur Fauci, la DARPA n’a pas confirmé mais pas plus infirmé l’exactitude des documents fuités. Cependant, s’ils sont confirmés exacts, ils sont particulièrement lourds de conséquences puisqu’ils indiqueraient notamment que les actuels vaccins sont d’assez mauvaise qualité et de sûreté douteuse et que des traitements curatifs auraient été identifiés très tôt, ce qui, là encore, jetterait une lumière crue sur les agissements de certains afin de cacher cette information.

<img loading="lazy" src="http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ivermectin.jpg" alt="" width="680" height="384" class="aligncenter size-full wp-image-70396" srcset="http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ivermectin.jpg 680w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ivermectin-250x141.jpg 250w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2022/01/veritas-ivermectin-624x352.jpg 624w" sizes="(max-width: 680px) 100vw, 680px" />

Rassurez-vous, tous ces éléments ne vous seront pas fournis par les canaux habituels tant est grand l’écart avec le discours officiel. Vous pourrez cependant vous faire votre propre opinion en allant voir les éléments publiés et les vidéos qui les accompagnent :

Avant une possible disparition inopinée, la vidéo complète est ici :

À la suite de cette publication, certains élus américains ont cependant décidé d’agir : six députés (membres de la Chambre des représentants), à savoir Madison Cawthorn, Bill Posey, Diana Harshbarger, Lisa McClain, Randy Weber et Matt Gaetz, ont ainsi envoyé une lettre (consultable ici) au secrétaire à la Défense, au secrétaire à la Santé, aux Services sociaux ainsi qu’au directeur du CDC, Rochelle Walensky, avec une liste de questions auxquelles ils aimeraient obtenir des réponses.

De la même façon, le sénateur Ron Johnson (un Républicain du Wisconsin) exige également des réponses. Il a lui aussi envoyé une lettre au Secrétaire à la Défense Lloyd Austin avec une liste de questions et quelques demandes, notamment celle de connaître ce qui fut fait du rapport une fois celui-ci remis…

Même si l’on ne peut guère être optimiste quant à ces demandes – dont l’aspect politique n’est évidemment pas à écarter – gageons cependant que certains citoyens (américains et européens, en réalité) attendent ces réponses avec obstination, ne serait-ce que pour déterminer à quel point ces allégations sont exactes ou non. Si elles sont fausses, on s’étonnera du mutisme des institutions concernées. Si elles sont vraies, les conséquences devraient, dans un monde normal, être particulièrement dévastatrices.

Pourtant et jusqu’à présent, malgré l’enjeu évident, aucun journal grand public, aucune chaîne de télévision, aucune Elise Glucet sur la brèche toujours dans les bons coups fumants, ne semblent vouloir enquêter sérieusement. Du côté des GAFAM, on note même le déploiement des techniques habituelles lorsqu’une information gênante sort, puisque sur Twitter, différents membres du projet Veritas ont déjà été bannis, et que Google rivalise d’inventivité dans ses algorithmes pour camoufler ces informations (des recherches à ce sujet sur Google puis sur DuckDuckGo mettent bien en lumière le décalage qui existe entre les deux moteurs de recherche).

Si le passé est un indicateur en matière de comportement de ces firmes et de ces médias, on peut raisonnablement imaginer que ces allégations pour le moment sulfureuses seront admises du bout des lèvres dans six mois, le temps moyen qui sépare le complotisme de la froide réalité…

<img loading="lazy" src="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/censure-et-conspirations.jpg" alt="" width="526" height="634" class="aligncenter size-full wp-image-68866" srcset="http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/censure-et-conspirations.jpg 526w, http://h16free.com/wp-content/uploads/2021/06/censure-et-conspirations-207x250.jpg 207w" sizes="(max-width: 526px) 100vw, 526px" />

-

Par : Paul

.@PascalPraud :"Le #PassVaccinal devient obligatoire pout tout le monde, sauf pour les députés ! Ces gens nous prennent pour qui ? Les restaurants sont vides, les soldes ne se vendent pas, et omicron baisse ..." #hdpros2

— Franck le Baulois (@FrkLaBaule) January 17, 2022

Ils voulaient le passe sanitaire, les restaurateurs couinent désormais !

Par : Paul

http://

Ils couinent nos amis restaurateurs.

Je suis bienveillant avec tout le monde et nous vivons une situation tellement compliquée qu’il est important de garder la nuance, la tempérance sur toutes les analyses.

Ici vous reconnaitrez un représentant de la profession des restaurateurs qui était prêt à tout pour réouvrir ses restaurants.

Alors ils ont accepté l’inacceptable démocratique avec le premier passe sanitaire, qui devient désormais un passe vaccinal avec contrôle d’identité.

L’expérience client pour aller boire un café va devenir de moins en moins excitante.

Leur activité s’effondre. Les bénéfices avec.

Le calcul de la compromission est toujours perdant, et ici les restaurateurs ont voulu sauvegarder les intérêts de court terme au détriment de ceux de long terme.

Ils pleurent désormais.

C’était prévisible.

Il faut que notre pays se ressaisisse et que nous quittions enfin le mode panique où nous faisons n’importe quoi aussi bien en termes sanitaires qu’en termes économiques.

La prise de conscience de nos amis restaurateurs est salutaire. J’espère qu’elle sera cette fois, durable. Pardonnons-leur, nous avons besoin de toutes les bonnes volontés pour faire revenir notre pays à plus de nuances et de sagesse.

Charles SANNAT

-

Par : Paul

🇫🇷 FLASH - Tout sportif venant de l'étranger devra être vacciné contre la #COVID19 pour concourir en France. (AFP) #COVID19France #coronavirus

— Mediavenir (@Mediavenir) January 17, 2022

-

Par : Paul

 http://

Tranfusions : réactions étranges lors de transfusions sanguines

Par : Paul
"J’ai jugé nécessaire de partager avec vous des nouvelles récentes, qui me sont parvenues d’une tierce personne, du milieu médical. Les gens peuvent refuser de se laisser transfuser avec un liquide gluant, qui pénètre en eux.

Des établissements recherchent des donneurs de sang qui n’ont pas participé à l’expérience vaccinale, afin de mettre de côté ce sang. Ils l’accumulent pour les situations d’urgence. Cette information provient d'une personne qui travaille dans une clinique privée et elle dit que de plus en plus de personnes viennent à l'hôpital avec leur propre sang, afin de le stocker au cas où. Cela signifie que si il y a des complications, après une opération, ils refusent catégoriquement les transfusions avec du sang d'origine inconnue, qui provient du centre de collecte.

Cette personne détient des d’information sur des gens qui ont dû être transfusés de toute urgence, avec du sang d’un centre de collecte et des réactions sanguines assez étranges ce sont produites.

Je ne voudrai rien dire de superflu ici, mais je pense que cette information vaut la peine d’être diffusée, afin de se poser les bonnes questions…"
Hier — 17 janvier 2022L'Échelle de Jacob

Résister c’est combattre la matrice

Par : Paul

« Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l'épée ».
Mathieu 10:34 – Bible Louis Second

Contrairement à bien des idées reçues, Jésus n’a jamais été une victime propitiatoire, selon la définition qu’en donne l’ancienne loi hébraïque. Le Messie est un envoyé de Dieu chargé de nous apporter la lumière vespérale qui témoigne de la fin de l’Ancien Monde pour que l’homme nouveau puisse renaître. Ceux qui ont repris en main les destinées du Saint Empire Romain auront transformé Jésus en bouc émissaire afin qu’il puisse servir de figure tutélaire auprès des masses qu’il convenait de toujours asservir un peu plus.

Se qualifiant d’« Agneau de Dieu », Jésus signifiait qu’il était venu offrir sa vie en juste sacrifice pour la rémission de nos péchés, mais pas comme bouc émissaire. Personne ne doit porter la faute des autres. Le don de soi est l’insigne marque de la grandeur et de la royauté. En effet, celui qui est consacré en qualité de ROI devrait normalement porter en lui toutes les qualités insignes qui font du titulaire un véritable nautonier, c’est-à-dire un passeur de lumière et un arbitre suprême. Le Roi veille à l’équité, à la réconciliation des partis et au rayonnement du royaume compris comme une agrégation d’« hommes de bonne volonté ». Le règne du souverain est un véritable sacerdoce puisqu’il prend sur ses épaules les destinées de chacun de ses sujets et de l’ensemble de l’humaine communauté.

L’offrande suprême est un combat, non une défaite

Jésus a offert toute sa VIE, non seulement sa MORT, en juste sacrifice afin que l’humanité puisse entreprendre sa véritable quête de lumière, cette marche qui la mènera vers une destinée noble et lumineuse. Quand Jésus dit qu’il est le « FILS DE L’HOMME », il signifie qu’il s’est incorporé à travers l’argile de l’humanité afin d’en éprouver les faiblesses, mais aussi toutes les potentialités. Toute sa vie durant, ce grand prêtre s’il en est – en ligne directe avec le grand Melchisédech, roi de justice par excellence – est venu par sa propre offrande nous libérer du poids des illusions. Car, le péché est le fils des illusions et la fatalité représente sa terre de prédilection. Il n’y a RIEN de fataliste dans la vie du Christ. Bien au contraire !

Prêchant parmi les humbles, issus de toutes les couches de la société, Jésus, messie ou envoyé de Dieu, est venu témoigner de notre filiation avec le divin.

« Jésus, prenant la parole, lui dit: Que veux-tu que je te fasse ? Rabbouni, lui répondit l'aveugle, que je recouvre la vue. Et Jésus lui dit: Va, ta foi t'a sauvé. Aussitôt il recouvra la vue, et suivit Jésus dans le chemin »
Marc 10:52 – Bible Louis Second

Le don de soi, même lorsqu’il commande le sacrifice suprême, mène à la victoire solaire s’il procède au gré d’une juste alchimie. Puisque les alchimistes nous ont démontré que c’est par la dissolution des substances – représentant notre EGO – qu’il est possible de purifier la matière jusqu’au point de non-retour. C’est-à-dire lorsque les qualités vibratoires de l’énergie cosmique sont restituées à travers la dissolution et la recomposition – mutatis mutandis – d’un matériau qui ne demeure qu’une illusion d’optique en fin de compte. Par-delà les illusions matérialistes se cache la lumière, qui est PURE QUALITÉ VIBRATOIRE. C’est cela que la physique quantique nous aura démontré au XXe siècle.

Jésus ressuscité, c’est l’être quantique qui a quitté son « habit de peau » pour revenir réconforter ses disciples en leur annonçant qu’il a VAINCU LA MORT, une fois pour toutes. Voilà ce qu’accomplissent tous les véritables héritiers du Grand Melchisédech, roi de justice. C’est-à-dire celui qui honore et restitue les qualités vibratoires primordiales de la matière ignée, libérée de sa gangue. C’est ce que Jésus est venu faire parmi nous : nous libérer de la gangue des illusions mortifères qui nous empêchaient de « renaître à nous-mêmes » et, à l’égal des dieux, de pouvoir accomplir l’œuvre de notre vie, ici-bas.

La lutte actuelle est un combat contre des nécromanciens

Dans un contexte où une horde de mages noirs s’est emparée du LEXICON – c’est-à-dire du « narratif de l’humanité en marche » – qui préside aux destinées de la Polis, il y a péril en la demeure alors que les citoyens sont condamnés à devenir des esclaves. Le transhumanisme représentant les TABLES DE LA LOI de la contrefaçon, ou de la contre-œuvre, les mages à la manœuvre nous promettent de rendre notre « habit de peau » imputrescible en repoussant l’échéance du passage vers la dissolution de notre état actuel. Se drapant avec une cape d’invisibilité, ils se font passer pour des thaumaturges, des guérisseurs et des éclaireurs. Mais, nous savons que leurs potions magiques – injections à ARN messager et autres chimères génétiques – ont été fabriquées à partir de lignées cellulaires fœtales humaines, de cellules souches pour faire court, et peuvent aussi contenir des microorganismes qui viennent parasiter les cellules des cobayes du grand sacrifice mondial actuel.

Et, de fil en aiguille, lorsque le Souverain Pontife invite ses ouailles de se faire vacciner « par amour pour leur prochain », il utilise la formule magique de la victime propitiatoire comme symbole opératoire afin de neutraliser le libre-arbitre et la volonté de puissance du peuple des croyants. Malheureusement, le peuple des croyants ne représente pas forcément la filiation des disciples de Jésus et la cité du Vatican n’est rien de plus qu’un état pontifical. Il faut cesser de « vendre vessie pour lanterne ».

Ayant signé un pacte avec les adeptes de la « contre-initiation », le pontife romain s’est empressé de lier les mains de ses ouailles avec les desseins du Conseil pour le capitalisme inclusif, un surgeon du Forum économique mondial de Davos. Aligné sur les objectifs de développement durable de l’ONU, ce pacte, qui a été parafé par le souverain pontife, scelle une association plus que discutable avec une poignée de conglomérats, incluant MasterCard, Allianz, Dupont, Rothschild, Merck, Johnson & Johnson, Visa, Bank of America et, même, les fondations Ford et Rockefeller qui n’ont jamais fait la promotion de valeurs chrétiennes dignes de ce nom.

Un gigantesque égrégore d’agneaux silencieux

Le Pape vient d’indiquer, sans ambiguïté, qu’il se conforme aux desiderata du Grand Reset de Klaus Schwab. Utilisant la formule magique de la victime propitiatoire afin de façonner un égrégore puissant à partir de l’énergie captive de ses fidèles, ce dangereux nautonier mène ses brebis silencieuses vers l’abattoir d’un Nouvel ordre mondial qui ne peut plus attendre.

Consentir à recevoir ces injections délétères, c’est accepter de se faire injecter des substances toxiques destinées à formater des cellules qui deviendront de véritables « usines à protéines spike ». Certaines études avancent, même, la possibilité d’une modification de l’ADN des cobayes humanoïdes, ce qui pourrait, en théorie, déposséder ces derniers de leur droit de propriété sur leur propre code génétique. En outre, certaines substances artificielles liées à ce formatage cellulaire pourraient permettre de suivre à la trace ce nouveau cheptel marqué du sceau de la Bête. Par-delà les effets secondaires indésirables ou la provenance douteuse de certaines composantes des dits « vaccins », c’est toute la problématique de la traçabilité numérique du cheptel humain qui pose problème.

Une religion mondialiste

Accepter de se faire marquer et de se conformer à tout un protocole de circulation en société, cela signifie renoncer à sa liberté en bonne et due forme. En outre, le fait de retirer aux « non conformes » leurs droits les plus élémentaires, tout en les confinant à perpétuité, institue un système de double citoyenneté, là où les pestiférés de cette prison panoptique occuperont la position du bouc émissaire afin de conforter la masse des « croyants » de cette nouvelle religion mondialiste. De fil en aiguille, la théologie transhumaniste et globaliste se calque sur les prémisses d’un catholicisme ultramontain qui s’est toujours appuyé sur la figure de la victime propitiatoire pour raffermir sa mainmise sur un troupeau de fidèles ayant été détourné des véritables bienfaits du christianisme.

Il s’agit, si mes lecteurs me suivent, d’utiliser le complexe de culpabilité des masses – pratiquants ou pas – pour les amener à consentir à l’irréparable : modifier la structure génétique de l’humanité; accepter d’être traqué en permanence et de se conformer à l’identité numérique; vivre au sein de SMART CITIES où les objets « intelligents » connectés permettront de prédire les moindres comportements des nouveaux esclaves; avaler les dogmes de l’empreinte écologique pour ne plus être maître de sa vie; perdre le droit de propriété et toute forme d’intimité sous prétexte d’un combat contre les iniquités; dépendre de l’état en toutes choses et ne plus pouvoir compter sur la protection d’une famille, cellule humaine qui remonte à la nuit des temps.

La religion mondialiste nous promettra l’immortalité et la justice sociale à condition que l’on renonce à la propriété de notre propre personne. Enfin, la fameuse question du libre-arbitre sera réglée puisque les pontifes de la nouvelle Rome prendront en main nos libertés en échange de notre tranquillité d’esprit. Une fois l’argent liquide retiré, la traçabilité du cheptel humain et l’interconnexion des objets « intelligents » acquises, l’identité numérique instituée et l’impossibilité de jouir de son propre corps devenue réalité, l’être humain ne sera plus. L’humanoïde aura pris sa place et c’est en calquant cet immense renoncement sur la foi chrétienne que les maîtres de la contre-initiation atteindront leur but. L’homme deviendra une masse informe, un GHOLEM manipulable à volonté.

La volonté de puissance ou le combat pour la liberté

Ceux qui ont consenti à se faire marquer du sceau de la bête l’ont fait afin de pouvoir conserver certaines prérogatives et d’avoir la satisfaction de voir une poignée de boucs émissaires se faire tondre sans autre forme de procès. Toutefois, on réalise bien qu’ils ont bradé leur liberté la plus élémentaire contre un plat de lentilles. Tôt ou tard, ils subiront le même sort que les moutons noirs actuels : les nautoniers de la contre-initiation les priveront, graduellement et par soustraction d’air, de leurs droits les plus élémentaires. Véritable coup d’État planétaire, cette gestion autoritaire de la prétendue pandémie jette par terre toutes formes de constitution en laissant libre-cours à la classe politique pour ce qui est de gouverner par décret.

Les gens bien informés ont compris que les lois d’exception adoptées dans le sillage des événements du 11 septembre 2001 auront permis à l’état profond de mettre en place un dispositif permettant d’abolir, de manière graduelle et indolore, tous les garde-fous qui permettaient à notre démocratie de façade de se maintenir. Tout vient de s’effondrer, avec la bénédiction du COVID et la soumission papale. Terrorisée et incapable d’ouvrir les yeux, la majorité de nos concitoyens accepte de se départir de tous ses droits, du moment qu’elle puisse encore conserver quelques « privilèges » qu’elle sait bien éphémères. La descente aux enfers économiques et l’éventuel conflit militaire mondial qui s’annoncent accentuent la PEUR ambiante et ses effets hypnotiques sur les restes de conscience de l’humanité. Conscients qu’il faille se sacrifier afin de passer le gué vers un nouveau millénaire « plus inclusif et respectueux de l’environnement », les mutants de Panurge acceptent de jouer le jeu, du moment que des boucs émissaires soient égorgés en premier.

Être résistant c’est être un disciple du fils de l’homme

Être un disciple du « fils de l’homme » commande un énorme courage et une abnégation à toute épreuve par les temps qui courent. Il faut refuser la MARQUE DE LA BÊTE et mettre tout notre poids dans la balance afin d’entraver cette fuite en avant funeste et démoniaque. Les chrétiens, qu’ils soient catholiques ou membres d’autres dénominations, doivent impérativement tendre la main aux autres résistants; du moment que ce mouvement collectif prenne en considération ce qu’il est convenu d’appeler la LOI NATURELLE et l’urgence d’un ressourcement spirituel collectif dans un contexte où le matérialisme ambiant représente un véritable cancer civilisationnel. Méditez, priez, aimez-vous et prenez soin de vos proches, faites en sorte de chasser cette PEUR qui représente un véritable virus. Chemin faisant, les brebis conformes pourraient vous envier cette erre d’aller et prendre la décision de laisser leur propre peur au vestiaire. Afin d'être en mesure de vous rejoindre dans cette grande marche collective vers notre libération véritable.

Source

L’ex-ambassadeur de France en Côte d’Ivoire sanctionné après des accusations de violences sexuelles

Par : Paul

Après deux ans d’enquête, l'ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire Gilles Huberson a été mis à la retraite d'office suite à des accusations de propos sexistes et de violences sexuelles à l’encontre de ses subordonnées. L’ex-diplomate indique vouloir faire appel devant le Conseil d’État.

Fin de l’omerta ? Gilles Huberson, 61 ans, ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, a été mis à la retraite d’office par mesure disciplinaire le 15 novembre 2021, selon un document interne consulté par Mediapart.

En cause, des présumées violences sexuelles et sexistes à l’encontre d’au moins deux de ses subordonnées. Les faits se seraient déroulés au Mali où le diplomate a été ambassadeur de 2013 à 2016, puis en Côte d’Ivoire en 2017.

Les femmes ont livré leur témoignage à la cellule d’écoute "Tolérance zéro" mise en place en 2018 pour les personnels du Quai d’Orsay victimes de violences sexistes et sexuelles. Une enquête administrative a été lancée en septembre 2020.

Un décret interne daté du 15 novembre 2021 et non publié au Journal officiel, que Mediapart a consulté, note que Gilles Huberson a procédé à des "agissements constitutifs de harcèlement sexuel" et émis répétitivement des "propos à connotation sexuelle". De plus, le diplomate a agressé l’une d’elles en l’embrassant de force, précise le document.

Le décret est signé par Emmanuel Macron, Jean Castex et Jean-Yves Le Drian. L’affaire ne sera pas traduite au pénal, et le parquet n’a pas été saisi.

"Nous sommes satisfaites de l’appréciation juste de la situation et du fait que ces comportements vis-à-vis des femmes ne peuvent perdurer et, a fortiori [lorsqu’ils sont perpétrés] par un haut représentant de l’État", commente auprès du média l’avocate des plaignantes, Me Corinne Dreyfus-Schmidt. 

Les avocats de l’ex-diplomate comptent faire un recours devant le Conseil d’État en février. En 2020, des gendarmes assurant la sécurité de Gilles Huberson et présents donc à ses côtés affirmaient n’avoir jamais rien remarqué de suspect. L’affaire a éclaté à près d’un mois de la présidentielle en Côte d'Ivoire, laissant ainsi place à des spéculations sur le prétendu volet politique de l’affaire.

"Il faut que je te décoince"

Bien que dans ce genre de dossiers les victimes soient réticentes à parler, certaines n’hésitent pas à témoigner. C’est le cas d’une ex-employée de l’ambassade du Qatar à Paris. La femme, 27 ans à l’époque des faits, a porté plainte en février 2017 pour harcèlement sexuel à l’encontre du secrétaire privé de l’ambassadeur.

Ce dernier lui a à plusieurs reprises envoyé des messages déplacés du type "Je pense que tu es coincée et qu’il faut que je te décoince" ou "Tu veux un bon massage?". Un autre diplomate aurait lui essayé de l’embrasser. Deux ans après avoir été embauchée, elle a été licenciée, après avoir refusé les avances de ses supérieurs.

La même année, un ancien ambassadeur de France auprès du Conseil de l’Europe, Paul Dahan, a été condamné par le tribunal parisien à 10.000 euros d’amende avec sursis pour harcèlement moral sur une agente contractuelle du ministère des Affaires étrangères. Il devait verser 20.000 euros de dommages et intérêts à la victime.

La représentante du ministère public avait fait état des "humiliations à répétition" infligées à la jeune femme, 25 ans au moment des faits, et des "plaisanteries grivoises" faites entre septembre 2009 et fin octobre 2010.

La défense de la partie civile s’est réjouie de la décision "symbolique", une première dans son genre.

-

Par : Paul

Véran j'ai au mois trois ans de réserves il va falloir songer à la perquise pauvre pommehttps://t.co/SLBsdLsLWJ

— Campagnol (@CampagnolTVL) January 17, 2022

-

Par : Paul

1er jour de l'Open d'Australie 2022 : un ramasseur de balles s'effondre au cours du match entre Delbonis et Martinez. https://t.co/EIFMBpiZ7m

— Un être humain (@Un_EtreHumain) January 17, 2022

-

Par : Paul

Si les concurrents sont vaccinés la compétition du ski de bosses devrait être intéressante au niveau cardiaque, et le slalom spécial aussi https://t.co/5bgRf5UUOJ

— Campagnol (@CampagnolTVL) January 17, 2022

La Chine stocke des quantités sans précédent de nourriture

Par : Paul

Moins de 20 % de la population mondiale a réussi à stocker plus de la moitié du maïs et des autres céréales de la planète, entraînant une forte augmentation des prix mondiaux et plongeant davantage de pays dans la famine.

La Chine thésaurise

Le groupe COFCO, un important transformateur de produits alimentaires appartenant à l'État chinois, gère l'une des plus grandes bases de stockage de produits alimentaires de Chine, au port de Dalian, dans le nord-est du pays. Il stocke des haricots et des céréales récoltés au pays et à l'étranger, dans 310 énormes silos. De là, les graines sont acheminées dans toute la Chine via le rail et la mer.

La Chine maintient ses stocks alimentaires à un « niveau historiquement élevé » , a déclaré aux journalistes Qin Yuyun, responsable des réserves de céréales à l'Administration nationale des réserves alimentaires et stratégiques, en novembre. « Nos stocks de blé peuvent répondre à la demande pendant un an et demi. Il n'y a aucun problème quant à l'approvisionnement en nourriture.

Selon les données du département américain de l'Agriculture, la Chine devrait disposer de 69 % des réserves mondiales de maïs au premier semestre de la campagne 2022, 60 % de son riz et 51 % de son blé.

Part de la Chine dans les réserves mondiales de céréales
Part de la Chine dans les réserves mondiales de céréales

Les projections représentent des augmentations d'environ 20 pourcent au cours des 10 dernières années, et les données montrent clairement que la Chine continue d'accumuler des céréales.

La Chine a dépensé 98,1 milliards de dollars pour importer des aliments (les boissons ne sont pas incluses) en 2020, soit 4,6 fois plus qu'il y a dix ans, selon l'Administration générale des douanes de Chine.

Au cours de la période janvier-septembre 2021, la Chine a importé plus de nourriture qu'elle n'en avait depuis au moins 2016, ce qui est aussi loin que remontent les données comparables.

Au cours des cinq dernières années, les importations chinoises de soja, de maïs et de blé ont été multipliées de deux à douze, grâce à des achats agressifs auprès des États-Unis, du Brésil et d'autres pays fournisseurs. Les importations de bœuf, de porc, de produits laitiers et de fruits ont bondi de deux à cinq fois.

La Chine accumule plus de la moitié des céréales mondiales, faisant grimper les prix mondiaux
La Chine accumule plus de la moitié des céréales mondiales. L'entreprise publique chinoise de transformation des aliments COFCO possède quelque 310 énormes silos à Dalian. Photo de Shin Watanabe

Certaines des importations chinoises sont aidées par des entreprises chinoises, qui font des acquisitions à l'étranger. Le principal transformateur de viande WH Group a acquis un homologue européen en juin, tandis que Inner Mongolia Yili Industrial Group a acheté une importante entreprise laitière néo-zélandaise en 2019.

Les prix des denrées alimentaires augmentent partout dans le monde. L'indice des prix alimentaires, calculé par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, était en novembre supérieur d'environ 30% à celui de l'année précédente.

« La thésaurisation par la Chine est l'une des raisons de la hausse des prix », a déclaré Akio Shibata, président de l'Institut de recherche sur les ressources naturelles de la préfecture de Tochigi, au nord de Tokyo.

La Chine importe plus de céréales et d'autres aliments parce que la production nationale n'est pas en mesure de suivre la consommation.

Alors que la demande d'aliments pour porcs et autres animaux d'élevage augmente, grâce à la croissance économique, le nombre de consommateurs à la recherche de produits étrangers de haute qualité augmente également.

 importations alimentaires chinoises par année
Importations alimentaires de la Chine par année

La production chinoise de blé et d'autres provisions ainsi que la quantité de terres utilisées pour l'agriculture ont plafonné en 2015. « La productivité agricole en Chine est faible en raison de la dispersion des terres agricoles et de la contamination des sols », a déclaré Goro Takahashi, professeur émérite à l'Université d'Aichi et spécialiste de l'agriculture chinoise. « Le volume de la production agricole continuera de stagner à mesure que les agriculteurs migrent vers les zones urbaines.

Le président chinois Xi Jinping ne cesse de souligner l'importance de la sécurité alimentaire. L'Assemblée populaire nationale, l'organe législatif national chinois, a adopté en avril une loi sur le gaspillage alimentaire qui interdit les restes excessifs. Fin octobre, le Parti communiste chinois et le Conseil des affaires d'État ont donné des instructions aux responsables sur la manière de réduire le gaspillage alimentaire.

Et l'APN n'a pas fini de légiférer sur la sécurité alimentaire.

Les Chinois dans la cinquantaine et plus ont connu des pénuries alimentaires pendant la Révolution culturelle (1966 à 1976). « Les gens de notre génération se souviennent plus ou moins de la faim », a dit un jour Xi, selon l'agence de presse chinoise Xinhua.

Tout au long de l'histoire, les pénuries alimentaires ont déclenché des troubles populaires. Ils ont contribué aux soulèvements qui ont renversé les dynasties chinoises.

Et la deuxième économie mondiale est désormais confrontée à des incertitudes alimentaires en raison de facteurs tels que la détérioration de ses relations avec les États-Unis et l'Australie, qui pourraient modifier radicalement l'environnement des importations. En fait, cela pourrait être ce qui pousse la Chine à augmenter ses réserves de calories.

Le nombre de personnes vivant dans des régions frappées par la famine a dépassé les 700 millions en 2020, soit une augmentation de plus de 100 millions par rapport à cinq ans plus tôt, selon l'ONU

« Bien que les nations développées dans leur ensemble soient responsables de la famine », a déclaré Takahashi, « la responsabilité de la Chine est plus lourde. La Chine devrait contribuer à résoudre la mauvaise distribution de la nourriture. »

Source

Open d’Australie : trois joueurs abandonnent pour des problèmes respiratoires

Par : Paul

Open d’Australie : trois joueurs abandonnent pour des problèmes respiratoires

Le Géorgien Nikolos Basilashvili (n° 22), la joueuse slovène Dalila Jakupovic (n° 180) ainsi que l’Australien Nick Kyrgios (n° 93) ont abandonné cette compétition pro à cause de problèmes respiratoires sérieux.

Les autorités ont trouvé le bon prétexte, la qualité de l’air à cause des incendies ! Après une simple recherche, la qualité de l’air à Melbourne est considérée comme bonne selon les standards internationaux (cf. capture écran ci-dessous) ! C’est donc un pur mensonge, une fake news dont se rendent coupables AFP, Reuters et Le Parisien.

Le torchon du Parisien va aller encore plus loin en parlant de « quintes de toux » concernant Dalila Jakupovic alors qu’il suffit de voir leur vidéo (ci-dessous) pour voir qu’elle ne tousse pas du tout, c’est bien l’inverse, on a l’impression qu’elle cherche son souffle et qu’elle est en apnée. Une quinte de toux est visible à plusieurs mètres, on peut également l’entendre, ce n’est pas le cas de Dalila Jakupovic. Le Parisien ment et il le sait , il veut faire passer des vessies pour des lanternes, comme quoi le monde réel n’est pas celui que vous observez, mais celui celui décrit par ces journalistes voyous.

De plus, on l’a démontré, la qualité de l’air est bonne, à moins que la météo officielle australienne soit incompétente ! Il faudra aussi expliquer pourquoi d’autres joueurs arrivent à jouer car si la fumée était épaisse, tout le monde serait incommodé sauf s’ils étaient atteints de maladies chroniques, chose inconcevable à ce niveau professionnel du sport !

Tennis star Nikoloz Basilashvili was forced to retire after struggling to breathe and needing treatment from a doctor.

The Georgian player was representing his country in the #ATPCup in Sydney.#seanknows pic.twitter.com/7YxYXsGXWM

— Sean Cardovillis (@sean_cardo) January 6, 2022
 

Pologne : le coût du gaz a augmenté de 800 %

Par : Paul


La Pologne a fermé des entreprises en raison du coût élevé du gaz. Beaucoup travaillent en continu depuis des décennies. Par exemple, la boulangerie nationale populaire de Gliwice a été forcée de cesser ses activités. Selon le propriétaire de la boulangerie, le coût du gaz a augmenté de 800 % et la facture approche les 8.000 $.

-

Par : Paul

 

Le parti de la guerre a gagné. La Russie est désormais libre d’agir unilatéralement

Par : Paul

Tout d’abord, une mise à jour rapide sur le Kazakhstan : l’OTSC commencera son retrait demain et cette opération sera terminée le 19 janvier (je ne sais pas si quelqu’un informera Blinken de la rapidité du départ des Russes). Cette opération est véritablement un triomphe pour la Russie et ses alliés.

On dit que l’espoir meurt en dernier, et aujourd’hui il semble que tout espoir que nous aurions pu avoir soit mort. Une série de négociations d’une semaine n’a apparemment rien donné. Si certaines voix saines d’esprit plaidaient en faveur d’une solution négociée, elles ont été noyées dans l’immense chœur des politiciens russophobes hystériques qui, se sentant en sécurité par leur nombre, ont dit à l’ours russe d’aller se faire voir.

C’est un triomphe pour les néoconservateurs américains et pour leurs protégés de l’UE.

Alors, où allons-nous maintenant ?

C’est assez évident : La Russie va entamer une politique d’actions unilatérales visant à promouvoir les intérêts nationaux vitaux de la Russie. Bon nombre de ces actions feront monter la pression sur les États-Unis, l’UE et l’OTAN. Plutôt que d’essayer de deviner ce qui va se passer, je préfère attendre que ces actions unilatérales soient rendues publiques.

Une bonne nouvelle est que le missile Zircon est maintenant officiellement accepté pour le service. Cela tombe bien, c’est sûr.

Je conclurai ce court billet en disant que, selon mon opinion strictement personnelle, le moment est venu pour la Russie de rompre toutes ses relations diplomatiques avec au moins les pires pays de l’Occident, à commencer par les États-Unis eux-mêmes, bien sûr. Pourquoi ?

Parce qu’avoir des relations diplomatiques avec des amis, des partenaires ou des homologues généralement civilisés et dignes de confiance a du sens. La plupart des pays occidentaux ne remplissent pas ces conditions, alors à quoi bon ?

77 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Occident a bouclé la boucle et est revenu à son homéostasie messianique habituelle : mégalomanie raciste, illusions sur sa propre invulnérabilité et son invincibilité.

Cela envoie un message puissant et important à toute la zone B, en particulier à la Chine.

La Russie a-t-elle eu raison de s’engager dans ces négociations ?

Oui, absolument. Un pays qui a perdu 27 millions de ses citoyens à cause de la mégalomanie occidentale avait le devoir moral d’essayer de tout faire pour éviter une autre guerre. Oui, les chances de succès étaient infinitésimales. Mais moralement, la Russie devait essayer et elle l’a fait.

Maintenant que ses mains ont été déliées, elle peut faire ce qu’elle juge nécessaire.

C’est bien ainsi.

La principale question qui se pose maintenant est la suivante : à combien s’élèvera cette fois le prix à payer pour ramener l’Occident messianique à la réalité ?

Nous le saurons bientôt.

Dans une déclaration faite mercredi, l’ambassade de Russie à Londres a partagé un article récent du Telegraph disant que l’administration du président étasunien, Joe Biden, a employé des météorologues pour prévoir quand Moscou allait lancer une offensive et une invasion de l’Ukraine. La Russie a rétorqué à ce plan en suggérant que les fonctionnaires étasuniens feraient plutôt mieux de louer les services d’astrologues.

J’ajouterai simplement que penser que l’hiver en Russie peut empêcher les militaires de se battre est d’une stupidité à couper le souffle. Cependant, puisque le Telegraph peut afficher de telles absurdités, cela montre que le grand public occidental a également été complètement hypnotisé et peut donc être nourri de n’importe quelle connerie sans que cela lui fasse froncer les sourcils.

Alors que les dirigeants de l’Empire (déjà mort) consultent des météorologues (ou même des astrologues ?), ils passent complètement à côté de la réalité fondamentale de la guerre moderne. Ils semblent particulièrement ignorants de trois faits fondamentaux :

La guerre moderne est principalement menée à distance, avec des armes à longue portée, ce qui rend la manœuvre par le feu beaucoup plus importante que la manœuvre par les forces.

La guerre moderne accorde une importance considérable aux défenses aériennes intégrées qui travaillent ensemble dans le cadre de systèmes automatisés de gestion de la bataille. Les missiles de défense aérienne modernes peuvent abattre des cibles situées à plusieurs centaines de kilomètres. Aucun système de défense aérienne occidental ne peut arrêter les armes hypersoniques.

La guerre moderne est avant tout non linéaire, c’est-à-dire qu’elle ressemble plus au football classique qu’au football américain : chaque joueur (disons chaque groupe tactique de bataillon) « suit/bloque » un autre joueur plutôt que d’essayer de tenir une ligne pour défendre un territoire.

Ceux qui pensent que Poutine prépare une attaque de type Seconde Guerre mondiale ne comprennent tout simplement pas du tout la guerre moderne.

Je voudrais conclure par deux petites notes :

Mobilité stratégique vs opérationnelle/tactique

Les États-Unis peuvent déployer très rapidement une force militaire à peu près n’importe où sur la planète, tant que cet endroit n’a pas de défenses aériennes modernes. Cela signifie qu’en termes de mobilité stratégique, les États-Unis restent le leader du déploiement d’une force légère très loin de chez eux.

Les forces mobiles russes sont beaucoup plus lourdes que leurs homologues américaines. Une division aéroportée russe est entièrement mécanisée et dispose de sa propre artillerie, de ses propres blindés, de ses propres moyens de guerre électronique, etc. En raison de ce poids, il est impossible pour les Russes d’utiliser, par exemple, des IL-76 ou des An-124 pour déployer une telle division aéroportée (ou une brigade ou même un bataillon) quelque part en Afrique ou en Amérique latine. Toutefois, en sacrifiant ainsi la mobilité stratégique, la Russie obtient une mobilité opérationnelle/tactique dont les pays de l’OTAN et des États-Unis ne peuvent que rêver. En termes simples, la Russie n’a pas les moyens de déployer un bataillon d’infanterie complet quelque part dans le lointain Paraguay, mais elle a les moyens de transporter une importante force aéroportée (jusqu’à plusieurs divisions) n’importe où à l’intérieur de la Russie (cela s’applique particulièrement aux forces désignées comme « réserve du commandant en chef ») ou, très approximativement, dans un rayon d’environ 1000 km de la frontière russe. Une fois débarquée, cette force disposera non seulement d’une puissance de feu que les forces occidentales mobiles ne peuvent même pas espérer acquérir un jour, mais elle pourra également se déplacer rapidement étant, comme je l’ai mentionné, totalement mécanisée (le déplacement de la Rusbat de Bosnie à Pristina a bien illustré bien ce type de capacité).

Tout cela pour montrer à quel point toutes les discussions sur la présence de forces russes à 100, 200 ou même 400 km de la frontière ukrainienne sont totalement stupides. Si nécessaire, la Russie pourrait facilement déplacer une très grande force (encore une fois, entièrement mécanisée) vers la frontière ukrainienne ou même dans l’Ukraine contrôlée par les nazis. Je ne crois pas qu’ils aient de tels plans (car la Russie a de bien meilleures options) mais la Russie a certainement la possibilité de renforcer très rapidement les 100 000 soldats qui seraient actuellement à 400 km de la frontière ukrainienne.

Cuba, Venezuela, Nicaragua, etc.

J’entends beaucoup de spéculations sur le déploiement de missiles (ou de forces) russes dans le style de la « crise des missiles de Cuba », soit à Cuba, au Venezuela, au Nicaragua ou dans d’autres pays amis d’Amérique latine. Je ne dirais jamais jamais (Poutine aime surprendre), mais à mon avis, à part la réouverture de la base de renseignement russe à Lourdes, la Russie ne déploiera pas réellement de missiles dans aucun de ces pays.  Il y a plusieurs raisons à cela :

La Russie n’a pas besoin de déplacer ses missiles, car elle a maintenant les moyens de frapper l’ensemble du territoire continental des États-Unis avec un large éventail d’armes à longue portée.

Ces pays sont tous plus ou moins instables, et la question de la protection des systèmes d’armes (ou des forces) russes avancés contre d’éventuels troubles politiques est un casse-tête dont personne en Russie n’a besoin.

Le déploiement de systèmes d’armes ou de forces dans un pays souverain nécessite des consultations et des négociations étroites avec le pays hôte (y compris une SOFA).  Pourquoi ces casses têtes si la Russie peut agir unilatéralement sans consulter qui que ce soit ?

Enfin, non seulement la Russie peut menacer les États-Unis continentaux sans impliquer aucun pays tiers, mais elle peut également menacer les intérêts américains là où ils sont les plus vulnérables : à l’étranger (notamment au CENTCOM et dans la région de l’Extrême-Orient et du Pacifique). Personnellement, j’espère vraiment voir des livraisons de systèmes d’armes russes importants à l’Iran et à la Chine. Cela étant dit, aider les pays d’Amérique latine comme Cuba, le Venezuela, le Nicaragua, la Bolivie, le Chili ou tout autre pays luttant pour sa souveraineté serait une très bonne idée. Cuba bénéficierait tout particulièrement des défenses aériennes russes modernes et des capacités de guerre électronique.

Pour l’instant, parlons plutôt des « sanctions infernales » et même des « sanctions personnelles contre Poutine » ou de l’incapacité des chars russes à faire face à la neige (ou à la boue) à l’endroit exact où l’URSS a vaincu l’Europe unie sous Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale ou, avant cela, l’Europe unie sous Napoléon.

Franchement, il me semble que les fous de 3B+PU ont totalement pris le contrôle de l’Empire, et l’histoire montre comment cela se termine chaque fois que ces « génies » et « hyènes » s’impliquent dans la politique internationale.

Enfin, j’espère vraiment que la Russie parviendra à protéger la LDNR contre les Ukronazis, mais SANS intervention militaire directe en Ukraine (je n’ai aucun problème avec des efforts indirects niables pour aider la LDNR). Une telle non-invasion serait le cauchemar ultime des Anglo-sionistes et j’espère vraiment qu’ils y parviendront !

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Les sénateurs ont jusqu'à ce soir pour saisir le Conseil constitutionnel

Par : Paul

Bousculés par l'urgence du calendrier, les sénateurs Alain Houpert et Loïc Hervé ont fait savoir au Conseil constitutionnel, par avance, qu'ils allaient déposer une saisine visant à faire annuler l'instauration du passe vaccinal, voté définitivement hier par l'Assemblée nationale. Le Secrétaire général du Conseil a répondu que le délai imparti pour déposer les 60 signatures de sénateurs, nécessaires à la saisine, était fixé à ce soir minuit.

Il ne reste donc que quelques heures aux sénateurs qui sont opposés à ce projet de loi pour apporter leur signature. Ce délai est excessivement court, eu égard de l'urgence de ce projet de loi à caractère liberticide, imposée par le gouvernement.

Il est à noter que les députés, notamment de gauche, ont déjà prévu de saisir le Conseil constitutionnel. Me Diane Protat nous confie à ce sujet : « Nous n'avons jamais vu une loi aussi liberticide dans l'histoire de la Vᵉ République. Le minimum, serait que les deux Chambres saisissent le Conseil constitutionnel avant de sortir le champagne. »

Pendant les débats, les sénateurs ont pâti de la supériorité légale de l'Assemblée nationale, qui a revu à la baisse presque toutes les modifications qu'ils avaient apportées. Cette saisine est d'autant plus importante que les sénateurs sont élus par les maires de France, et que ce sont eux qui sont les premiers liens entre le monde politique et les Français.

Source

-

Par : Paul

 

La grande démission : pourquoi les gens quittent leur emploi « en masse »

Par : Paul

Le chiffre a atteint un plus haut historique dans les annales du département de l'Emploi. En août, 4,3 millions de personnes ont démissionné de leur poste, faisant grimper le taux de turn-over parmi la population employée à 2,9 %. Un taux un demi-point au-dessus de son niveau d'avant-pandémie, et qui a bondi beaucoup plus rapidement que lors de la sortie de crise précédente.

Le phénomène donne déjà lieu à une formule : « The Great Resignation » - La Grande Démission. Elle illustre ce que beaucoup perçoivent déjà comme un tournant majeur dans le monde du travail : des salariés qui, avec la pandémie, ont modifié leur rapport au travail.

Les témoignages abondent dans la tech, mais pas seulement. A New York, un banquier se souvient d'une semaine où six salariés ont démissionné en deux jours : deux pour reprendre des études, un pour aller chez un concurrent, un autre pour changer de secteur… Dans une étude interne, 5 % de ses équipes disent envisager un changement de vie professionnelle, contre à peine 1 % avant la crise. Toujours sur la côte Est, une entreprise pharmaceutique doit proposer 100.000 dollars annuels pour espérer attirer un profil de technicien qualifié, bien au-delà de ce qui se faisait il y a encore deux ans.

Effet structurel

Plusieurs phénomènes se conjuguent et s'amplifient. Avec la pandémie, la population adulte (plus de seize ans) hors du marché du travail (ni en emploi, ni en recherche d'emploi) aux Etats-Unis a gonflé de 5 millions de personnes, à 100 millions (sur 330 millions d'habitants). Et le plus surprenant est que ce chiffre est resté stable depuis l'été 2020, malgré la forte reprise et les mois de croissance de l'économie américaine.

A l'examen, ce sont surtout les jeunes et les plus âgés qui sont sortis du marché du travail. Les premiers pour, peut-être, reprendre des études, les seconds pour partir… en retraite. Les aides aux ménages sous forme de chèques ont pu donner de l'air à ceux qui voulaient faire une pause. Les performances de la Bourse ont aussi permis à certains de gonfler leur patrimoine. Selon une étude de la Réserve fédérale de Saint-Louis (Missouri), ils sont ainsi plus de 3 millions à avoir anticipé leur départ en retraite.

Cela amplifie un problème structurel ancien aux Etats-Unis : le taux de participation au marché du travail (ceux en emploi ou en cherchant un) a chuté de près de 2 points en dix-huit mois, à 61,6 %, en septembre. Et les crises créent des effets de palier : le taux de participation était de 66 % aux Etats-Unis avant la « Grande Récession » de 2008…

Une offre et une demande élastiques

Cette sortie d'actifs, conjuguée à la reprise et au changement de nature de certains postes, crée des pénuries qui accélèrent le flux des démissions. Car la loi de l'offre et de la demande est particulièrement élastique aux Etats-Unis : les employeurs peuvent licencier sans préavis leurs salariés… qui peuvent aussi les quitter d'un jour à l'autre.

Sur les routes de Pennsylvanie, les offres d'emploi s'affichent en grand sur les panneaux publicitaires. RHI Magnesita, un industriel de York, offre même 3.000 dollars de bonus à l'embauche. Et beaucoup de grandes chaînes ont relevé leur salaire minimum à 15 dollars de l'heure, contre parfois 10 à 12 dollars précédemment.

De quoi motiver des démissions en masse dans les métiers de services mal payés, qui connaissent des taux de démission record : 6,8 % dans l'hôtellerie et l'alimentation. La vente de détail a elle aussi connu en août un taux de départ plus élevé que la moyenne. Le taux de démission dans la finance ou l'immobilier reste finalement beaucoup plus limité, à 1,3 % en août selon les statistiques du BLS . Par régions, c'est dans le sud et le Midwest que les taux de départ sont les plus élevés.

Le mouvement pourrait se tempérer avec la hausse des salaires intervenue ces derniers mois. Le niveau des bas salaires a bondi de 6 % au troisième trimestre, selon Goldman Sachs, après une hausse déjà forte le trimestre précédent. La fin des aides exceptionnelles aux demandeurs d'emploi, la réouverture des écoles en présentiel et une croissance plus limitée devaient détendre le marché du travail cet automne. Des prévisions qui restent à confirmer.

Source

-

Par : Paul

 

Pr. Didier Raoult : les pays les plus vaccinés sont aussi ceux où le virus circule le plus

Par : Paul

http://

Les vaccins auraient propagé l’épidémie, classant la France parmi les pays « où l’on a le plus de cas », d’après les travaux de Didier Raoult, microbiologiste, qui s’appuie entre autres sur les données de l’université Johns Hopkins.

« Comment se fait-il que dans un pays dans lequel on a le plus de vaccinés, il y a le plus de cas ? » C’est la question que soulève Didier Raoult, invité d’André Bercoff dans l’émission Sud Radio du 12 janvier. Dans un contexte de nouveau projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire, les travaux du microbiologiste et de son équipe dénoncent un vaccin propagateur d’épidémie, en s’appuyant notamment sur les données publiques de l’université Johns Hopkins.

Une zone grise qui interpelle

« Tous vaccinés, tous protégés. À chaque vaccination, c’est la vie qui reprend. Faisons-nous tous vacciner. Maintenant. » Dans sa campagne massive de vaccination, le ministère des Solidarités et de la Santé ne laissait paraître que la face émergée de l’iceberg. Pour Didier Raoult, il est une zone grise dont personne ne parle, qui correspond aux quinze jours ou trois semaines suivant une injection.

« Cette zone est considérée comme zone grise parce que les gens n’ont envisagé qu’une seule solution, c’est que le vaccin était protecteur. En réalité, on ne déclare pas toutes les infections qui sont dans les 15jours suivant l’injection, et c’est là qu’il y en a le plus en réalité. Chez nous, dans les cas que l’on diagnostique actuellement – un peu plus de 800 personnes par jour – chez les gens qui sont vaccinés, et ceux non vaccinés, il y a le même nombre de positifs. Les gens vaccinés sont aussi symptomatiques que les non-vaccinés. Ils ont les mêmes charges virales. »

◆ Vaccination massive synonyme de hausse des cas ?

Le microbiologiste insiste sur le fait que de 25 à 30 % des vaccinés qui ont été diagnostiqués positifs au CHU ont une injection depuis moins de trois semaines. « Cela veut dire que 10 % des cas que nous diagnostiquons actuellement sont des gens qui viennent d’avoir une injection. »

Les données publiques et disponibles Johns Hopkins annoncent des chiffres clés par pays sur une période définie : cas confirmés, nombre de décès, doses administrées, pourcentage de la population entièrement vaccinée.

Dans tous les pays survaccinés, comprenant la France, les données indiquent que ceux qui ont administré le plus de vaccins déplorent aujourd’hui le plus de cas. « L’Australie n’avait presque pas de cas. Ils ont fait une campagne vaccinale massive après avoir enfermé les gens pendant 200 jours, et depuis un mois, ils ont 800 000 cas. C’est leur politique qui a fait ça », rappelle Didier Raoult, prenant aussi en exemple les cas de Gibraltar et Israël.

Source : CovidTracker

◆ Quels bénéfices accorder aux vaccins ?

Si on peut se demander si la hausse des cas peut être liée au fait que l’on teste plus, on peut néanmoins affirmer une chose : que la vaccination ne stoppe pas la contamination, si on part du principe que les tests sont fiables.

Invitée de l’émission LCI du 8 janvier, Sylvie Briand, directrice des risques épidémiques et pandémiques à l’OMS, rappelle qu’on ne peut pas éliminer la maladie : « La confusion est due au fait qu’on a dit que le vaccin allait arrêter l’épidémie. On sait que les vaccins que l’on a actuellement ont très peu d’influence sur la circulation du virus, donc même en ayant vacciné l’entièreté de la population, on voit bien que les pays continuent à avoir des vagues. Il faut vraiment se poser la question de savoir ce que nous voulons exactement obtenir avec la vaccination. »

Rappelons également l’audition au Sénat du 1er décembre de Christelle Ratignier-Carbonneil, directrice générale de l’Agence nationale de sécurité du médicament, qui annonçait 45 000 effets indésirables par an, tous médicaments confondus avant la pandémie. Depuis son commencement, on dénombre plus de 110 000 déclarations d’effets indésirables pour 100 millions de doses administrées.

En imposant mordicus une politique sanitaire pesante pour nombre de Français, le gouvernement conserve à ce jour sa ligne de conduite par un arsenal de mesures dont l’utilité peut légitimement être remise en cause.

Source

-

Par : Paul

 http://

Questions sur le pass vaccinal adopté par le Parlement

Par : Paul

http://

Vous avez été nombreux à nous soumettre vos interrogations sur l'application des nouvelles mesures sanitaires votées dimanche soir. Voici nos réponses.

Quand ? Pour qui ? Où ? Le projet de loi "renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire", adopté définitivement dimanche 16 janvier, a créé des remous au Parlement. Le texte, qui prévoit une nouvelle batterie de mesures pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, dont l'instauration du pass vaccinal, a aussi suscité de nombreuses questions de lecteurs dans le direct de franceinfo.fr. Voici nos réponses.

A quelle date doit prendre effet la loi sur le pass vaccinal ?

Nous ne connaissons pas encore le jour exact de l'entrée en vigueur de la loi instaurant le pass vaccinal. Et pour cause : si le Parlement a bien adopté définitivement le projet de loi par un ultime vote de l'Assemblée nationale, dimanche en fin de journée, le texte doit encore passer plusieurs étapes avant son application. Deux recours différents devant le Conseil constitutionnel sont ainsi prévus à gauche, pour garantir le respect des "libertés fondamentales".

Le texte, dont le gouvernement espérait l'entrée en vigueur le 15 janvier, risque donc d'être une nouvelle fois retardé. Au sein de l'exécutif, on évoque une décision du Conseil constitutionnel rendue jeudi 20 janvier sur ce texte. En cas de validation, la loi pourra être promulguée vendredi 21 janvier et entrer en vigueur le lendemain ou le surlendemain, avec une semaine de retard. Enfin, les préfets pourront adapter la date, en particulier en outre-mer, où le taux de vaccination est plus faible.

Les moins de 16 ans seront-ils soumis au pass vaccinal ?

Non. Le pass vaccinal ne sera demandé qu'aux personnes d'au moins 16 ans, âge de la "liberté vaccinale" contre le Covid-19, c'est-à-dire à partir duquel l'autorisation parentale n'est plus nécessaire pour être vacciné contre le Sars-CoV-2. Les mineurs de 12 à 15 ans resteront soumis à l'obligation de présenter l'actuel pass sanitaire (test Covid négatif, attestation de vaccination complète ou certificat de rétablissement) pour l'accès aux activités de loisirs, restaurants et bars, foires ou transports publics interrégionaux. En dessous de 12 ans, aucun pass ne sera requis pour ces activités.

Quelles seront les conditions à remplir pour obtenir le pass vaccinal ? 

Pour obtenir le précieux sésame, il faudra un schéma vaccinal complet, soit deux doses ou une seule, en fonction du vaccin. A partir du 15 février, il faudra également avoir reçu une dose de rappel quatre mois (et non plus sept) après sa deuxième dose pour que le pass reste valable. L'Assurance maladie a mis en place un service en ligne pour calculer la date à laquelle vous devez effectuer votre rappel vaccinal.

Enfin, un certificat de rétablissement, délivré aux personnes qui ont été atteintes du Covid-19, donnera également accès au pass vaccinal, dans les mêmes conditions qu'il donnait accès au pass sanitaire, selon les déclarations d'Olivier Véran, lors des débats à l'Assemblée nationale. Ce certificat est valable six mois après le résultat du test positif.

Un pass vaccinal sera-t-il nécessaire pour aller à l'hôpital ?

Des exceptions à l'application du pass vaccinal sont prévues dans certains cas. Ainsi, un simple pass sanitaire (test Covid négatif, attestation de vaccination complète ou certificat de rétablissement) restera valable afin d'accéder aux établissements de santé et aux services médico-sociaux, que ce soit pour les malades ou leurs accompagnateurs. En cas d'urgence, aucun pass ne sera demandé pour accéder à ces établissements.

Idem dans les transports interrégionaux : pas besoin de pass vaccinal pour voyager en cas de "motif impérieux d'ordre familial ou de santé", comme un proche mourant par exemple, sous réserve de présenter un test négatif, "sauf en cas d'urgence".

Les salariés soumis au pass sanitaire devront-ils obligatoirement avoir un pass vaccinal ?

Oui. Les salariés des secteurs déjà soumis au pass sanitaire auront l'obligation de disposer d'un pass vaccinal pour continuer de travailler. Cela concerne environ 1,8 million de salariés, notamment ceux qui travaillent dans les cinémas, les salles de spectacle, de sport, les conservatoires, les bibliothèques publiques, ainsi que les restaurants et cafés. Cependant, un "justificatif d'engagement dans un schéma vaccinal" pourra être suffisant pour continuer à travailler dans ces secteurs, le temps de recevoir les doses requises, selon le texte.

Qui pourra effectuer un contrôle d'identité en plus de la vérification du pass vaccinal ?

Outre les forces de l'ordre, les gérants des lieux et activités soumis au pass, tels que les cafetiers et restaurateurs, pourront effectuer un contrôle d'identité en plus de la vérification du pass vaccinal... mais dans des conditions encadrées. Ainsi, "lorsqu'il existe des raisons sérieuses de penser que le document présenté ne se rattache pas à la personne qui le présente", il pourra être demandé "un document officiel comportant sa photographie", selon le texte.

Ces contrôles d'identité ont été beaucoup critiqués par les parlementaires de l'opposition et les professionnels des secteurs concernés. "Le contrôle d'identité ne sera pas appliqué car [premièrement], il n'est pas obligatoire, et deuxièmement, on n'est pas formés à juger de la validité de ce pass", a d'ailleurs réagi lundi matin sur franceinfo Jean Terlon, vice-président de la branche restauration de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih-restauration).

Quelles sont les sanctions prévues en cas de fraude au pass vaccinal ?

Les sanctions ont été durcies par les parlementaires par rapport aux règles en vigueur pour le pass sanitaire. Ainsi, le fait de présenter un pass vaccinal appartenant à autrui et le fait de transmettre à autrui un pass en vue de son utilisation frauduleuse seront punis dès le premier manquement d'une amende forfaitaire de 1 000 euros, contre 135 euros actuellement.

La détention elle-même de plusieurs faux pass sera réprimée d'une peine allant jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 75 000 euros d'amende. Cependant, il pourra ne pas y avoir de sanction pour faux pass à condition de s'engager dans un parcours vaccinal.

Y a-t-il une démarche à effectuer pour changer son pass sanitaire en pass vaccinal ?

Le texte de loi ne précise pas les modalités pratiques d'obtention du pass vaccinal et le gouvernement n'a pas donné d'indications à ce sujet pour le moment. Selon toute probabilité, si votre pass sanitaire est déjà valide avec des vaccinations à jour, celui-ci devrait automatiquement être remplacé par un pass vaccinal, notamment via l'application mobile Tous Anti Covid.

Quelles sont les mesures prévues pour favoriser le télétravail ?

La loi adoptée par le Parlement ne prévoit pas uniquement des dispositions sur le pass vaccinal. Les parlementaires ont aussi voulu renforcer le travail à distance lorsque cela est possible. Les entreprises ne jouant pas le jeu du télétravail pour lutter contre l'épidémie pourront ainsi être sanctionnées d'une amende administrative allant jusqu'à 500 euros par salarié, dans la limite de 50.000 euros.

Source

-

Par : Paul

Présence militaire russe à la frontière ukrainienne : et si l'on parlait de l'omniprésence militaire américaine dans le monde ?

Par : Paul

Alors que les médias occidentaux, reprenant tous en chœur le discours américain du "Ô, regardez ces 100.000 soldats russes à la frontière avec l'Ukraine, quel danger ! Quelle honte !". Il est surprenant de voir tant de monde s'indigner de la présence de l'armée russe en Russie et ne se poser absolument aucune question concernant la présence de l'armée américaine en Europe et au Japon, par exemple.

La guerre est terminée depuis bien longtemps, et ils sont toujours là. Il semblerait que les pays européens se complaisent parfaitement dans la mentalité des pays colonisés, de quelle souveraineté peut-on encore parler! Dans ce contexte, il vaut mieux, en effet, su focaliser sur autre chose, comme sur la présence militaire russe ... en Russie. Et oublier ces 750 bases militaires réparties dans au moins 80 pays.

Chaque jour, les médias nous martèlent le danger de la présence militaire russe à la frontière ukrainienne. Oui, la Russie a une frontière avec l'Ukraine et les troupes sont du côté russe de la frontière, donc sur le sol national. Oui, il y a un conflit sur le sol ukrainien, à la frontière avec la Russie et celle-ci est en devoir de protéger son territoire et sa population.

En revanche, la présence militaire à quelques milliers kilomètre de chez soi ne pose aucun problème. Au moins 75 bases militaires et près de 200 000 soldats déployés dans le monde :

Rappelons qu'il y a encore aujourd'hui environ 72.000 soldats et civils américains présents dans les pays européens membre de l'OTAN. La Seconde Guerre mondiale est terminée depuis longtemps, la Guerre froide aussi, mais l'armée américaine n'a pas pour autant quitté le territoire européen, même si l'on comptait 400 000 soldats américains en 1953. Maintenant entre la menace russe et celle du Covid, tous les prétextes sont bons. Je cite la source officielle de l'OTAN :

"Près de 72.000 militaires et civils, hommes et femmes, vivant et travaillant sur le théâtre européen assurent le maintien de la dissuasion et de l’aptitude au combat tout en prenant les mesures voulues pour empêcher le virus de se propager davantage."

On n'y avait pas pensé ... L'OTAN et le Covid ... Ce Covid, décidément, il sert vraiment à tout. 

Rien qu'en Allemagne, donc à la frontière avec la France, l'on en compte actuellement 34 500, sachant qu'il y en avait rien moins que 200.000 en 1990. Alors que Trump, le grand méchant, voulait réduire la présence militaire en Europe (vraiment, quel salaud!), Biden a gelé le processus et envisage une augmentation. Au lieu de s'indigner, l'Allemagne se voit soulagée, son maître la garde en laisse, elle réitère son allégeance éternelle :

Le changement de ton de la nouvelle administration américaine a donc été accueilli avec enthousiasme à Berlin. « Nous avons toujours été convaincus que les troupes américaines stationnées ici en Allemagne servent la sécurité européenne et transatlantique », a déclaré le porte-parole du gouvernement d’Angela Merkel, ajoutant que leur maintien allait « servir les intérêts des deux parties »Pour de nombreuses localités allemandes, le départ des « boys » américains signifiait le tarissement d’une importante source de revenus. 

En plus de cela, le Commandement des forces Alliées en Europe est toujours assuré par ... un Américain, actuellement le général Tod D. Walters, celui-là même qui assure le commandement des forces américaines en Europe. Au moins, les choses sont claires. Et la France d'aujourd'hui est reconnaissante à l'OTAN et aux Etats-Unis, je cite :

"Dans un contexte sécuritaire dégradé et imprévisible, le général d’armée François Lecointre a rappelé au SACEUR l’importance du rôle de l’OTAN, pierre angulaire de la défense de l’Europe."

Au Japon, en revanche, la présence militaire américaine passe de plus en plus mal dans la population. Heureusement, au Japon comme ailleurs, les élites dirigeantes sont là pour calmer les ardeurs souverainistes du bon peuple. Il est vrai que 54 000 soldats US dans ce petit pays, ça ne passe pas inaperçu. Surtout quand rien que la base d'Okinawa occupe ... 20% du territoire de l'archipel. En Corée du Sud, l'on compte 24 000 soldats américains. Et comme le dit BFM, en grognant un peu, mais en prenant cela comme un fait qui ne se discute pas : ils ne partent jamais vraiment, "c'est leur doctrine d'être présent partout, quel qu'en soit le prix".

Mais pour la souveraineté et la sécurité en Europe, il est effectivement fondamental de s'indigner de la présence de l'armée russe en Russie. Pendant ce temps-là, au moins, l'on ne parle pas des choses qui fâchent.

-

Par : Paul

C’est une bombe 💣 à retardement, il y a moins de contaminations en Espagne là ou il n’y pas le pass que là où il y a le pass.
Le pass vaccinal est une imposture sanitaire en bande organisée !

— Emmanuel de Villiers (@E2Villiers) January 16, 2022

-

Par : Paul

Quand j’étais enfant, l’amiante était une très bonne chose. Nous avions même acheté des rideaux qui contenaient des fibres d’amiante. On nous disait que ça ne prend pas feu… la suite de l’histoire nous la connaissons. La science se trompe. Très souvent…

— Aldo Sterone (@AldoSterone111) January 17, 2022

Génial, le déficit 2021 ne sera « que » de 7 % !

Par : Paul

« Initialement prévu à 8,2 %, le déficit public de la France se « rapprochera finalement de 7 % », a déclaré le ministre des Comptes publics, Olivier Dussopt. Le déficit de l’État devrait s’élever à 171 milliards d’euros, soit « près de 34,5 milliards d’euros de moins par rapport à nos dernières prévisions », s’est félicité le ministre ».

Il est content notre mamamouchi Olivier.

Son budget n’est pas du tout équilibré, mais il a le déficit heureux.

Je suis content pour lui.

Nettement moins de devoir payer, comme vous, les dettes abyssales que l’on contracte à notre place !

Alors oui, il est vrai que 7 % ce sera moins « pire » que 8.2 %, mais c’est toujours 7 % du PIB que nous dépensons alors que nous n’en avons pas les moyens !

« Le déficit de la sécurité sociale , « de 40 milliards d’euros en 2020, redescendrait en 2021 à environ 25 milliards. Nous nous attendions à près de 33 milliards », détaille le ministre. Le déficit de l’État s’élèverait pour sa part à 171 milliards d’euros, soit « près de 34,5 milliards de moins par rapport à nos dernières prévisions », s’est encore félicité Olivier Dussopt ».

171 milliards.

Ce n’est rien.

Une paille, et pas en plastique, i-coulogie oblige.

171 milliards c’est plus de trois fois le budget de l’éducation nationale !

Cela en fait des profs et des hôpitaux dans un pays qui désormais manque de tout.

Notre situation économique est affligeante.

Charles SANNAT

Source Europe1.fr ici

Pillage général. Etats-Unis, les colis des ventes en ligne pillés

Par : Paul

C’est une vidéo saisissante que CNEWS a diffusé concernant les vols qui sont en réalité des pillages des colis achetés en ligne aux Etats-Unis.

« Un phénomène en plein essor. Profitant de l’arrêt de longs convois ferroviaires, des malfaiteurs dévalisent en toute impunité, chaque jour, à Los Angeles, plusieurs dizaines de conteneurs de fret ferroviaire.

Abandonnés par les voleurs, une fois leurs méfaits accomplis, les cartons d’emballages éventrés d’Amazon, UPS, Fedex ainsi que les objets jugés sans grande valeur marchande ou trop difficiles à revendre, jonchent et envahissent certaines portions de voies ferrées de la mégalopole californienne.

Depuis plusieurs mois, ces vols qui concernent la plupart des grandes sociétés américaines de vente à distance et de messageries ont explosé. Union Pacific, l’opérateur ferroviaire a enregistré depuis décembre 2020, une augmentation de 160 % des vols dans le comté de Los Angeles. « Rien qu’en octobre 2021, l’augmentation a atteint 356 % par rapport à octobre 2020 », a indiqué Union Pacific, dans une lettre aux autorités locales transmise à l’AFP. Selon cette lettre, un accroissement des agressions et vols à mains armées visant des employés d’Union Pacific s’ajoute à cette envolée des pillages. » 


Je rappelle au passage, qu’il n’y a aucune économie saine qui puisse se développer sans sécurité.

Il faut une sécurité juridique (les contrats).

Il faut une sécurité fiscale (le juste impôt).

Il faut une sécurité de la propriété (droit de propriété respecté).

Mais, il faut encore plus une sécurité physique permettant à tous de faire des transactions et des échanges sans risquer de se faire tuer, voler ou piller !

Une sécurité qui n’existe presque plus à Los Angeles, où le wokisme et le progressisme mènent toujours au même résultat. Une chienlit terrible qui fait le lit d’un futur retour de bâton sécuritaire qui sera aussi excessif que le laxisme d’aujourd’hui.

Amazon peut toujours envoyer ses colis, il semblerait, qu’ils n’arrivent plus jusqu’aux clients !

Charles SANNAT

Source Cnews ici

EDF, le massacre du gouvernement. Achat à 300 € et revente à 46 € à perte à ses concurrents !

Par : Paul

http://

C’est un article de Marianne absolument terrible sur la réalité économique ahurissante imposée par l’Etat à EDF qui va racheter son électricité jusqu’à 300 euros le MWh… et la revendre à 46,20 euros à ses concurrents !!

C’est juste hallucinant.

Nous sommes en pleine vente à perte et destruction de valeur.

« Face à l’envolée des prix de l’électricité qui atteignent des sommets, la promesse du gouvernement de limiter la hausse pour les ménages à 4 % semblait tenir de la gageure. À trois mois des présidentielles, il fallait trouver une solution, quitte à inventer une usine à gaz. Problème : cela conduit EDF à fournir aux opérateurs alternatifs des volumes d’électricité qu’elle n’a plus.
Les circonvolutions du gouvernement autour du protocole sanitaire applicable dans les écoles ne pourraient être qu’une aimable mise en jambes. Son plan pour limiter la hausse de l’électricité à 4 % en 2022, promesse de Jean Castex faite septembre, risque lui d’être un véritable marathon pour la communication gouvernementale. Il va devoir expliquer qu’il demande à EDF de racheter aux prix vertigineux de 2022 l’électricité qu’il a déjà vendue pas cher, pour ensuite la brader à ses concurrents à un prix six fois inférieur.

En effet, le plan du gouvernement partage l’effort entre une baisse de 8 milliards d’euros des taxes supportée par l’État, et 8,4 milliards à la charge d’EDF. Des sommes importantes liées à l’envolée des prix et leur répercussion sur les tarifs pour les ménages. La Commission de régulation estimait en effet le 10 janvier que la hausse devait atteindre entre 30 % et 40 %, selon Le Parisien.

Dans cette optique, l’État, premier actionnaire de l’opérateur historique, a tout simplement intimé l’ordre à EDF d’augmenter le volume d’électricité nucléaire qu’il a l’obligation de vendre à ses concurrents à prix réduits. L’idée est simple : transférer aux clients finaux, les ménages et les entreprises, cette baisse des prix. Sauf que ces 20 TWh à 46,20 euros le MWh, qui s’ajoutent aux 100 TWh vendus à prix d’ami de 42 euros, EDF n’en dispose plus. Il les a déjà vendus sur le marché de gros lors des négociations qui ont eu lieu en 2021. L’électricien a donc déjà perdu une partie des bénéfices qu’il aurait pu retirer de la hausse des prix. Et il va les perdre une seconde fois car EDF va devoir racheter des montagnes de sa propre électricité, au prix de marché qui se situe entre 275 euros et 300 euros le MWh, et les revendre six fois moins cher. »

C’est juste incroyable.

La libéralisation du marché de l’énergie est une vaste fumisterie et une usine à gaz européenne à laquelle il faut mettre fin.

L’électricité est un bien commun, et il faut évidemment renationaliser EDF, ENEDIS.

Nous sommes dirigés par des vedettes !

Charles SANNAT

Source Marianne.net ici

2022, fin de crise sanitaire, début de la crise économique ?

Par : Paul

Alors que pour beaucoup Omicron semblerait offrir une porte de sortie à la crise sanitaire terrible que nous vivons depuis deux ans maintenant en favorisant l’immunité naturelle et en étant peu pathogène, c’est l’espoir d’une fin de crise sanitaire qui domine en ce début d’année.

Pourtant derrière cette évidente bonne nouvelle, la fin de la crise sanitaire, se cache une autre crise, celle-ci financière.

En effet si la crise sanitaire cesse, alors tous les plans de soutien à l’économie cesseront.

Retirer les perfusions financières risque de s’avérer très douloureux.

Paradoxalement, une fin de crise sanitaire peut donc cacher le début d’une crise financière et en réalité économique.

C’est cette thématique qui dominera si jamais Omicron met fin à la crise sanitaire.

Nous passerons alors à la crise économique en laissant derrière nous la crise sanitaire, qui comme la marée qui reflue, laissera apparaître tous ceux qui se baignaient tout nu, et je pense en particulier à quelques Etats européens forts impécunieux, dont notre pays fait partie.

Il nous faudra rembourser des dettes colossales, sans activité, sans croissance, sans capacité à vendre à l’extérieur notre déficit commercial étant abyssal.

Bref, nous sommes en bien mauvaise posture, et lorsque nous reviendrons à plus de « normalité » économique, alors la France sera au cœur du cyclone européen qui s’annonce.

Explications dans ce nouveau JT du Grenier.


Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

Didier Bourdon, qui traite les non-vaccinés de pauvres connards, annonce que son fils travaille pour Pfizer

Par : Paul

Loin d’un Pascal Légitimus qui annonçait « Je trouve dommage qu’on n’ait pas fait le choix des médicaments pour soigner cette maladie. La troisième dose, ce sera sans moi. », Didier Bourdon — du célèbre trio Les Inconnus— a déçu par ses propos insultants envers une partie de la population française qui pourtant n’a commis aucune faute devant la loi.

L’humoriste répondait en direct aux questions de BFMTV face à Jean-Marie Marchaut. Lors de cet entretien sur Twitch, Didier Bourdon lâchera cette invective : « Je me dis que vu le nombre de gens qui se sont fait vacciner, même si on doit tous crever, je préfère, plutôt que de rester sur terre avec les pauvres connards qui ne se sont pas fait vacciner, je préfère passer de l’autre côté. » Au-delà de la stupidité des propos, l’insulte est difficilement pardonnable et extrêmement décevante pour ceux qui ont grandi avec Les Inconnus.

Une fois passé l’épisode décevant de l’insulte, nous retrouvons une vidéo de France 2 où Didier Bourdon était L’invité du jour pour la sortie du film Mes très chers enfants. A cette occasion, celui qui est aussi producteur s’est laissé aller à quelques confidences, ainsi qu’à un certain intérêt sur l’évolution économique des laboratoires pharmaceutique. Il lâchera cette phrase: « J’ai pas à me plaindre, mon fils travaille pour Pfizer. » Il semble que les pauvres connards de non-vaccinés ne font pas gagner assez de pognon à son fils. Une chose est certaine, les millions de pauvres connards non-vaccinés ainsi que les faux-vaccinés — tout aussi connards et qui représentent 36 % des vaccinés — boycotteront les films et les productions de M. Bourdon.


Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

-

Par : Paul

 http://

-

Par : Paul

 

-

Par : Paul

Ça fait 3 jours qu'on est en Bretagne à enquêter sur la construction du parc éolien dans la baie de St Brieuc, et tt ce qu'on apprend est dingue. Entre menaces & intimidations des pêcheurs par les entreprises éoliennes + corruption d'élus & d'associations, le tableau est sombre.

— Erik Tegnér (@tegnererik) January 15, 2022

Moderna a breveté la séquence du gène du SRAS-CoV2 « fabriqué par l'homme » en 2018 !

Par : Paul

Revue de presse :
Tout finit par se savoir :
Moderna a breveté la séquence du gène du SRAS-CoV2 « fabriqué par l'homme » en 2018…https://t.co/WdR0GxAkF5

— CourrierDesStratèges (@CStrateges) January 16, 2022

Corruption ?

Par : Paul

COMMENTER CETTE PHOTO 😊 pic.twitter.com/bvlxWIBi0Q

— Et ça continue... 🔎 (@zoomabus) January 16, 2022

Initiative COVAX : les “pays pauvres” refusent l’hypocrisie des pays riches qui leur envoient des vaccins quasi-périmés

Par : Paul

Les Nations unies ont annoncé ce jeudi qu'un certain nombre de pays avaient refusé 100 millions de doses de vaccin contre le Covid-19 proches de la date de péremption. Ils demandent des vaccins qui se conservent plus longtemps. L’OMS souhaite promouvoir le tout vaccinal, en visant une vaccination de 70% de la population de chaque pays du monde d’ici la fin 2022 mais l'Afrique n'en a pas besoin pour lutter contre le COVID.

100 millions de doses refusées

Les pays riches se sont engagés à attribuer des vaccins aux pays défavorisés dans le cadre de l’initiative Covax de l’ONU., un dispositif mis en place dans le but d’assurer une distribution équitable des moyens de protection contre le Covid-19.

Pour permettre aux habitants des pays à faible revenu d’accéder aux vaccins, le programme mondial nommé COVAX a été créé. Il est co-administré par l’alliance Gavi et l’OMS (Organisation mondiale de la santé).

Le mois dernier, « plus de cent millions de doses ont été refusées », a déclaré jeudi la directrice de la Division des approvisionnements de l’Unicef, Etleva Kadilli, devant la Commission du développement du Parlement européen. Selon elle, la date de péremption des vaccins était trop proche.

En octobre et en novembre 2021, 15 millions de doses offertes par l’Union européenne (UE) ont été aussi refusées, car 75% d’entre elles étaient des vaccins AstraZeneca dotés d’une durée de péremption inférieure à 10 semaines.

Désormais, les pays défavorisés refusent de recevoir des doses de vaccins proches de la date d’expiration selon le Fonds des Nations unies pour l’enfance ou « Unicef », le principal responsable de la logistique dans le mécanisme Covax.

Une « honte morale » selon l’OMS

Selon l’OMS, ne donner aux pays défavorisés que des doses de vaccins proches de la date de péremption est une « honte morale ». Depuis le lancement des campagnes de vaccination, elle a toujours dénoncé l’accès inéquitable aux vaccins.

 Le directeur de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom, a révélé lors d’une réunion du Comité d’urgence sur le Covid-19, que 85% de la population africaine n’a reçu aucune dose de vaccin. Cela représente environ un milliard d’individus. Pourtant, plus de 9,4 milliards de doses de vaccins ont été administrées jusqu’à présent dans le monde.

Etleva Kadilli, a aussi rappelé devant la Commission du développement du Parlement européen que les pays pauvres ont besoin de doses de vaccins dotées d’une durée de conservation plus longue, afin qu’ils puissent mener à bien les campagnes de vaccination.

Il faut en effet du temps pour inciter la population à se faire vacciner et assurer l’acheminement des vaccins vers les zones les plus difficiles d’accès.

Notons que le Nigéria,  a dû brûler plus d’un million de doses de vaccin AstraZeneca vers la fin décembre 2021, car elles avaient atteint leur date d’expiration. Sur ce sujet, Osagie Ehanire, ministre de la Santé du Nigeria, avait déclaré : “Les fondations ne sont pas solides. Et si les fondations ne sont pas solides, il n’y a pas grand-chose à construire par-dessus”

Pour rappel, il n’y a pas qu’en Afrique que les vaccins accumulés par les autorités sont inutilisés. En Europe, les gouvernements ont-ils commandé trop de vaccins par rapport aux besoins à l’exemple de la Grande-Bretagne où les responsables ont répertorié un gaspillage qui s’élève à 10% dans le courant du mois de janvier 2021.

En France, le ministre Véran a indiqué un gaspillage à 25% du vaccin AstraZeneca, 7% du vaccin Pfizer et 20% du vaccin Moderna. Même cas pour le Japon, où  l’administration de 1.63 million de doses de Moderna   a été suspendue. Sur ce point, on comprend puisque les Japonais ont voulu abolir le risque que les vaccins à ARNm font courir à leur population. 

Il faut également savoir que les réfugiés, des demandeurs d’asile et des migrants pourraient ne pas accéder aux vaccins contre le Covid-19 dans le cadre de l’initiative COVAX en raison des effets secondaires graves qui pourraient générer des sanctions d’ordre juridique et financier pour l’industrie pharmaceutique. En effet, les fabricants des vaccins refusent de prendre cette responsabilité et dans le cas des “migrants”, aucune instance ne peut la porter à leur place...

Source

Demain, je me déclarerai objecteur de vaccination et je n’appliquerai pas la loi

Par : Paul

Quand la loi sur le passe vaccinal sera adoptée par le Parlement, je n'attendrai pas l'avis pipeauté du Conseil Constitutionnel pour me déclarer objecteur de vaccination. Je n'appliquerai pas cette loi illibérale qui instaure une ségrégation sans indemnité, là où le premier statut des Juifs, en octobre 1940, avait été plus doux et plus bienveillant... Face à la disparition de l’État de droit et à la neutralisation des contre-pouvoirs, les citoyens ne sont plus tenus de respecter la loi. L'ère de la sécession commence.

Objecteur de vaccination, c’est tout ce que je suis depuis le début, et c’est tout ce que je vais continuer à être. 

Ce n’est pas que je sois anti-vaccin. Jusqu’à cette affaire de Pfizer ou d’AstraZeneca, je n’avais jamais réellement réfléchi à la question, et comme tout le monde ou presque, j’ai reçu des vaccins. 

Simplement, j’estime que j’ai le droit de choisir quand je veux me soigner ou pas. Personne n’a à s’immiscer dans cette décision personnelle qui ne regarde que ma conscience. 

La farce des non-vaccinés qui contaminent les vaccinés

J’ai évidemment bien entendu la fable, la carabistouille, selon laquelle ne pas se vacciner est un acte criminel. 

J’ai même un proche qui est venu me dire, à la maison, que j’étais un contaminateur qui revendiquait le droit de tuer les autres. 

Si cette accusation, par les temps qui courent, n’avaient pas de conséquences aussi désagréables, elle m’amuserait. Si j’en juge au nombre de non-vaccinés de mon entourage qui sont devenus contagieux après une rencontre avec un double vacciné, ce genre d’assertion est grotesque. 

Je l’avais d’ailleurs écrit cet été : en autorisant les vaccinés à ne plus respecter les gestes barrières, le gouvernement a transformé les vaccinés en bombe virale. 

C’est la fameuse histoire des clusters dans les hôpitaux de Paris, survenus en décembre alors que l’obligation vaccinale était instaurée depuis plusieurs mois. 

En réalité, ce sont majoritairement les vaccinés qui contaminent les autres : ils sont les plus nombreux, ils sont malades, ils sont contagieux, et ils ne prennent quasiment pas de précautions. 

Mais, comme ils ont reçu la potion magique, on ne peut plus rien leur dire, et on doit les laisser contaminer le groupe. 

L’objection de conscience vaccinale, comment ça marche ?

Bref, demain, je me déclarerai objecteur de conscience vaccinale. 

C’est mon droit, au nom de la jurisprudence de la Cour Européenne de Sauvegarde des Droits de l’Homme, le fameux arrêt Vavricka

Je fournirai sur le site de Rester libre ! un modèle de déclaration officielle d’objection de conscience. 

N’hésitez pas à en devenir membre. L’association a besoin d’encore un peu de fonds pour financer un recrutement indispensable à son bon fonctionnement. 

D’ici là, notre intérêt est de nous rassembler pour faire valoir ensemble ce statut protecteur et pour être suffisamment nombreux pour l’imposer comme une donnée de la vie sociale. 

Ensemble, nous serons plus forts. 

Source

-

Par : Paul

http://
 

100 % des incapacités permanentes et des décès d'enfants liés au vaccin Covid-19 ont été provoqués par seulement 6 % des lots

Par : Paul

Une enquête sur les données trouvées dans le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des États-Unis a révélé qu'un nombre extrêmement élevé d'effets indésirables, d'hospitalisations, d'événements potentiellement mortels, d'invalidités permanentes et de décès d'enfants ont été signalés par rapport aux numéros de lot spécifiques du Covid-19. 19 vaccins plusieurs fois.

Cela signifie que les lots les plus dangereux et les plus meurtriers des injections expérimentales administrées aux enfants ont maintenant été identifiés , et en comparant les effets indésirables chez les enfants aux vaccins contre la grippe sur un certain nombre d'années, nous pouvons voir que les les injections de Covid-19 se révèlent extrêmement dangereuses pour les enfants.

Les données utilisées dans l'enquête ont été extraites de la base de données VAERS accessibles au public, qui peuvent être consultées ici . Le Vaccine Adverse Event Reporting System ( VAERS ) est un programme américain pour la sécurité des vaccins, cogéré par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis et la Food and Drug Administration (FDA).

Le programme recueille des informations via des rapports rédigés par des médecins, des infirmières et des patients sur les événements indésirables (effets secondaires nocifs possibles) qui se produisent après l'administration de vaccins pour déterminer si le rapport risque-bénéfice est suffisamment élevé pour justifier l'utilisation continue d'un vaccin particulier.

Les rapports extraits de la base de données étaient ceux qui avaient été soumis jusqu'au 5 novembre 2021 et ils incluaient tous les effets indésirables signalés contre les injections Pfizer Covid-19 chez les enfants âgés de 6 à 17 ans.

Mais d'abord, un ensemble de données de contrôle a été créé en utilisant tous les effets indésirables signalés contre tous les vaccins antigrippaux administrés à tous les enfants âgés de 6 à 17 ans en 2019 et 2020, une période de deux ans.

Nous pouvons être sûrs que beaucoup plus d'injections antigrippales ont été administrées aux enfants au cours de cette période que d'injections de Covid-19 n'ont été administrées aux enfants en 2021, en raison de la confirmation des données officielles publiées par les Centers for Disease Control (CDC).

La publication publiée par le CDC ( voir ici ) en octobre 2020 confirme que pendant la saison grippale 19/20, 63,8% des enfants âgés de 6 mois à 17 ans, ont reçu une dose du vaccin contre la grippe. Les données que nous avons extraites incluent également des chiffres de la saison grippale 18/19 dont 62,6% des enfants âgés de 6 mois à 17 ans ont reçu un vaccin antigrippal, et de la saison grippale 20/21 dont le nombre d' enfants à recevoir une grippe jab est inconnu.

La base de données VAERS a montré un total de 2 082 rapports d'événements indésirables contre les vaccins contre la grippe chez les enfants, ainsi que 278 visites aux urgences, 45 hospitalisations, 11 événements faisant la vie en danger, 17 invalidités permanentes et 2 décédé. Le nombre total de numéros de lots renvoyés était de 802.

Le « numéro de lot » est une chaîne spécifique de chiffres et de lettres qui convient à un lot spécifique de vaccin depuis la production jusqu'au bras d'une personne et il se trouve généralement sur l'étiquette du vaccin ou sur l'emballage qui l'accompagne.

Le tableau ci-dessus montre le nombre de rapports d'événements indésirables faits au VAERS contre les vaccins antigrippaux chez les enfants, triés par le numéro de lot du vaccin qui a été administré avant l'événement indésirable.

Les numéros de lot sont triés par ordre alphabétique et, à l'exception de quelques photos, le nombre d'événements indésirables par numéro de lot était distribué et généralement le même, avec pas plus de 17 déclarations faites pour un seul numéro de lot de vaccin antigrippal.

Le tableau ci-dessus montre le nombre d'hospitalisations signalées comme réactions indésirables au vaccin Pfizer par numéro de lot envoyé à travers les États-Unis. Ce tableau a identifié les numéros de lots réels de vaccins antigrippaux qui ont entraîné l'hospitalisation d'enfants.

Comme vous pouvez le voir, un seul lot numéro '3GG33' avait plus d'un rapport d'hospitalisation, mais cela ne représente que 2 hospitalisations. Alors que 33 autres numéros de lot ont amélioré une seule hospitalisation.

Toutes les données ci-dessus sur les effets indésirables du vaccin contre la grippe chez les enfants sur une période de deux ans ont été utilisées comme ensemble de données de contrôle pour les comparateur aux données du VAERS pour le vaccin Pfizer Covid-19.

La base de données VAERS a montré un total de 16 880 rapports d'événements indésirables contre le vaccin Pfizer Covid-19 chez les enfants âgés de 6 à 17 ans. Ceux-ci comprenaient 5 161 visites aux urgences, 1 365 hospitalisations, 264 événements présentant la vie en danger, 120 incapacités permanentes et 29 décès. Le nombre total de numéros de lots renvoyés était de 748.

La Food and Drug Administration (FDA) a accordé une autorisation d'utilisation d'urgence pour l'injection Pfizer Covid-19 à administrer aux enfants de plus de 12 ans le 10 mai 2021.

Cela signifie que dans une période de 6 mois, il ya eu -

  • 8 fois plus d'effets indésirables,
  • 18 fois plus de visites aux urgences,
  • 30 fois plus d'hospitalisations,
  • 24 fois plus d'événements potentiellement mortels,
  • 7 fois plus d'incapacités permanentes, et

15 fois plus de décès dus au piqûre de Pfizer que ce qui a été enregistré chez les enfants contre les vaccins contre la grippe sur une période de deux ans.

Le tableau ci-dessus montre le nombre de rapports d'événements indésirables faits au VAERS contre le vaccin Pfizer Covid-19 chez les enfants, triés par le numéro de lot du vaccin qui a été administré avant l'événement indésirable.

Le plus grand nombre de déclarations d'événements indésirables faites au VAERS contre un seul numéro de lot du vaccin antigrippal était de 17. Ce qui rend d'autant plus choquant de découvrir que le plus grand nombre de déclarations d'événements indésirables faites au VAERS contre un seul numéro de lot du Pfizer Le vaccin Covid-19 jusqu'au 5 novembre 2021 était de 428, et ce n'est pas une anomalie.

Des centaines de rapports d'événements indésirables ont été faits à plusieurs reprises contre un seul numéro de lot du vaccin Pfizer Covid-19.

Le tableau ci-dessus montre le nombre de lots par rapport à la gamme d'événements indésirables signalés par lot de vaccin Pfizer Covid-19. Les données révèlent que 511 lots (68 %) n'ont fait l'objet que d'un seul rapport d'événement indésirable, tandis que 2 lots spécifiques ont fait l'objet de plus de 401 rapports d'événement indésirable.

De manière choquante, nous pouvons également voir à partir des données que 30 lots de vaccins Pfizer avaient entre 12 lots distincts (1,6 %) avaient entre 151 et 250 rapports d'événements indésirables par lot, 11 autres lots (1,5 %) avaient entre 251 et 350 rapports d'événements indésirables par lot. lot, et 7 autres lots (0,9 %) avaient entre 350 et 400 rapports d'événements indésirables par lot.

Cela suggère qu'il y avait une petite quantité de lots dangereux du vaccin Pfizer Covid-19 et une grande quantité de lots apparemment inoffensifs (au moins à court terme) du vaccin Pfizer Covid-19 administrés aux enfants.

Nous pouvons également observer le même schéma parmi les effets indésirables plus graves, seuls quelques numéros de lot distincts du vaccin Pfizer étant associés à un nombre très élevé de visites aux urgences, d'hospitalisations, d'événements potentiellement mortels, d'invalidités permanentes et de décès.

Visites aux urgences

356 lots (48%) n'ont causé aucune visite aux urgences chez les enfants, et 311 lots (42%) provoquent entre 1 et 4 visites aux urgences chez les enfants. Mais 7 lots (0,9) ont causé plus de 100 visites aux urgences chez les enfants par lot.

Au total, 52 % des lots de vaccins Pfizer administrés aux enfants ont été responsables d'un effet indésirable ayant entraîné une visite aux urgences.

Hospitalisations

585 lots (78 %) du piqûre Pfizer n'ont causé aucune hospitalisation chez les enfants, et 87 lots (12 %) n'ont causé qu'une seule hospitalisation chez les enfants. Mais 5 lots du jab Pfizer (0,7%) ont causé plus de 30 hospitalisations chez les enfants par lot.

Au total, 22 % des lots de vaccins Pfizer administrés aux enfants ont été responsables d'un effet indésirable ayant entraîné une hospitalisation.

Événements mettant la vie en danger

670 lots (90 %) n'étaient associés à aucun événement mettant la vie en danger chez les enfants, et 40 lots (5 %) étaient associés à 1 événement mettant la vie en danger chez les enfants. Mais seuls 8 lots (1%) étaient associés à entre 5 et 8 événements mettant la vie en danger par lot chez les enfants.

Au total, 10 % des lots de vaccins Pfizer administrés aux enfants ont été responsables d'un événement menaçant le pronostic vital.

700 lots (94%) n'ont aucune incapacité permanente chez les enfants, tandis que 29 lots (4%) ont une seule incapacité permanente chez les enfants. Mais 4 lots (0,5) ont renforcé 4 incapacités permanentes par lot, ce qui équivaut à 33 % (16/48) de toutes les incapacités permanentes signalées comme réactions indésirables au vaccin Pfizer chez les enfants.

Au total, seuls 6 % des lots de vaccins Pfizer administrés aux enfants ont été responsables d'un effet accidentel entraînant une invalidité permanente de l'enfant.

Décès

733 lots étaient associés à zéro décès chez les enfants, mais 15 lots étaient associés à un seul décès chez les enfants. Il y a également eu 14 autres décès signalés dont le numéro de lot était inconnu. Cela signifie que le nombre minimum de lots responsables d'un décès est égal à 15 et que le nombre maximum possible est de 29.

Au total, entre 2 % (15 lots) et 4 % (29 lots) des lots de vaccins Pfizer administrés aux enfants ont été responsables d'un effet indésirable ayant entraîné le décès.

Les données extraites du VAERS sur les effets indésirables du vaccin Pfizer Covid-19 chez les enfants âgés de 6 à 17 ans ont également révélé quelque chose d'inhabituel, dans la mesure où les lots les plus dangereux de vaccin Covid-19 ont tous des numéros de lot qui se correspondent étroitement.

Il est logique d'attribuer des numéros de lot dans une certaine forme d'ordre, par exemple A1, A2, A3, plutôt que de générer au hasard différents numéros de lot, par exemple A1, Z5, T7.

Par conséquent, les données suivantes suggèrent que les lots les plus dangereux et les plus meurtriers du vaccin Pfizer qui ont été administrés aux enfants et qui sont toujours administrés aux enfants ont tous été fabriqués à proximité les uns des autres, plutôt qu'un lot dangereux fabriqué le jour même. 1 et le prochain lot dangereux en cours de fabrication au jour 86.

Le tableau ci-dessus montre le nombre de rapports d'événements indésirables par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans aux États-Unis. Ce tableau a identifié les numéros de lots réels de vaccins Pfizer qui ont causé le plus de tort aux enfants aux États-Unis. Le plus nocif est le numéro de lot « EW0187 » ; entraînant la rédaction de 428 rapports d'événements indésirables.

Mais examinons de plus près les 20 meilleurs lots avec les rapports d'événements indésirables à leur encontre.

Le tableau ci-dessus montre les 20 premiers numéros de lot avec le plus grand nombre de rapports d'événements indésirables, et comme nous pouvons le voir, 19 des 20 lots sont tous des numéros de lot « EW » allant de EW0167 à EW0217. La seule exception est le numéro de lot FA6780 qui a fait l'objet de 344 rapports d'événements indésirables.

Le tableau ci-dessus montre le nombre de visites aux urgences par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans à travers les États-Unis. Le lot Pfizer le plus nocif dans cette catégorie est le lot numéro « EW0185 », qui s'est classé troisième dans le nombre de rapports d'effets indésirables enregistrés. Le lot EW0185 a provoqué 137 visites aux urgences chez les enfants.

Le tableau ci-dessus montre les 20 premiers numéros de lot qui ont causé le plus de visites aux urgences, et comme nous pouvons le voir, 17 des 20 lots sont tous des numéros de lot « EW » allant de EW0168 à EW0217. Les trois exceptions sont les numéros de lot FA6780, FA7485 et ER8735 qui avaient 92, 83 et 80 rapports de visite aux urgences à leur encontre.

Le graphique ci-dessus montre le nombre d'hospitalisations par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans aux États-Unis. Le lot Pfizer le plus nocif dans cette catégorie est le lot numéro « EW0187 », qui s'est classé premier pour le nombre de rapports d'effets indésirables enregistrés et quatrième pour le nombre de visites aux urgences signalées . Le lot EW0185 Pfizer a provoqué 34 hospitalisations chez les enfants.

Le tableau ci-dessus montre les 20 premiers numéros de lot qui ont activé le plus d'hospitalisations, et comme nous pouvons le voir, 17 des 20 lots sont tous des numéros de lot « EW » allant de EW0167 à EW0217. Les trois exceptions sont les numéros de lot FA7485, FD8448 et UNKNOWN qui avaient 14, 15 et 19 rapports d'hospitalisation à leur rencontre.

Le tableau ci-dessus montre le nombre d'événements potentiellement mortels par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans à travers les États-Unis. Le lot Pfizer le plus nocif dans cette catégorie est le lot numéro « EW0182 » qui s'est classé quatorzième pour le nombre de rapports d'événements indésirables signalés et le nombre de visites aux urgences signalées, et deuxième pour le nombre de visites aux urgences signalées. Le lot EW0182 Pfizer a provoqué 8 événements potentiellement mortels chez les enfants.

Le tableau ci-dessus montre les 20 premiers numéros de lot qui ont ajouté les événements les plus potentiellement mortels, et comme nous pouvons le voir, 16 des 20 lots sont tous des numéros de lot « EW » allant de EW0167 à EW0202. Les quatre exceptions sont les numéros de lot EN6204, 5317, FE3592 et UNKNOWN qui avaient 2, 2, 3 et 5 rapports d'événements indiquant la vie en danger.

Le graphique ci-dessus montre le nombre d'incapacités permanentes par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans à travers les États-Unis. Le lot Pfizer le plus nocif dans cette catégorie est le lot numéro « EW0191 » qui s'est classé dixième dans le nombre de rapports d'événements indésirables signalés, seizième dans le nombre de visites aux urgences, dixième dans le nombre d'hospitalisations et troisième dans le nombre d'événements potentiellement mortels. événements. Le lot EW0191 Pfizer a rendu 5 enfants handicapés à vie.

Le tableau ci-dessus montre les 20 premiers numéros de lot qui ont ajouté le plus d'incapacités permanentes, et comme nous pouvons le voir, 13 des 20 lots sont tous des numéros de lot « EW » allant de EW0162 à EW0217. Les sept exceptions sont les numéros de lot EL3246, 220395, 10606, FC3182, FC3180, 5317, FE3592, ER8735 et EN6207 qui avaient 1, 1, 1, 2, 2, 2 et 2 rapports d'invalidité permanente.

Le graphique ci-dessus montre le nombre de décès par numéro de lot chez les enfants âgés de 6 à 17 ans aux États-Unis. Il y a un total de 15 numéros de lots différents, chacun causant un seul décès, et 11 sur les 15 sont encore tous des numéros EW, allant de EW010 à EW0217.

Le tableau ci-dessus montre les 10 premiers numéros de lot avec le plus grand nombre d'événements signalés contre eux dans les catégories d'événement indésirable, de visite aux urgences, d'hospitalisation, d'événement menaçant le pronostic vital, d'invalidité permanente et de décès. Cela démontre clairement qu'il y a eu un sérieux problème avec les numéros de lot EW allant de EW0167 à EW0217.

Le tableau ci-dessus montre le nombre d'événements indésirables, de visites aux urgences, d'événements mettant la vie en danger, d'invalidités permanentes et de décès dans les 10 premiers numéros de lot avec les événements les plus potentiellement mortels contre eux. Tous ces numéros de lot EW vont de EW0167 à EW0191.

Conclusion

Cette enquête sur les données du VAERS révèle plusieurs découvertes préoccupantes qui justifient une enquête plus approfondie, mais elle conduit également à se demander pourquoi les autorités américaines qui sont censées surveiller la sécurité des vaccins Covid-19 ne l'ont pas découverte elles-mêmes.

Les données montrent clairement que la campagne de vaccination contre le Covid-19 a été nettement plus nocive et mortelle pour les enfants que la campagne de vaccination contre la grippe. Ce seul fait soulève la question de savoir comment le comité consultatif de la FDA pourrait éventuellement voter dix-sept contre zéro en faveur de l'approbation du vaccin Pfizer pour une utilisation chez les enfants âgés de 5 à 11 ans.

Un membre votant du comité consultatif de la Food and Drug Administration (FDA) a admis qu'on ne saura pas entièrement si le vaccin de Pfizer est sûr pour les enfants de 5 à 11 ans, jusqu'à ce qu'il commence à être administré.

Le Dr Eric Rubin de l'Université de Harvard a déclaré : « Nous n'apprenons jamais à quel point le vaccin est sûr si nous ne commençons pas à le donner, et c'est comme ça que ça se passe ».

Mais l'enquête sur les données du VAERS a également identifié les lots spécifiques de vaccins Pfizer qui ont activé le plus de tort aux enfants à travers les États-Unis, ce qui conduit à d'autres questions extrêmement graves nécessitant des réponses urgentes.

Pourquoi certains lots de vaccins se sont-ils avérés plus nocifs que d'autres ?

Pourquoi certains lots de vaccin Covid-19 se sont-ils révélés plus meurtriers que d'autres ?

Pourquoi les 20 lots de vaccins Pfizer les plus nocifs parmi les 748 lots connus administrés aux enfants ont-ils tous des numéros de lot qui correspondent étroitement ? Allant de EW0162 à EW0217.

Serait-ce simplement un problème de contrôle qualité ?

Un dénonciateur de Pfizer d'une usine de fabrication du Kansas a après tout révélé que "les gens sont obligés de signer des choses qu'ils ne feraient pas normalement, puis ils se demandent pourquoi leurs propres employés ne le prendront pas".

Source

Nanopulpes de carbone ou formes de vie synthétique ?

Par : Paul

La crainte de la découverte d’éléments étrangers dans les vaccins coronavirus suscite l’intérêt de nombreux chercheurs, dont certains ont la possibilité et les moyens d’obtenir de nouvelles preuves confirmant leur existence. En particulier, le Dr Franc Zalewski (docteur en géologie) a récemment donné une conférence présentant ce qui a été décrit dans Corona 2 Inspect et dans la littérature scientifique comme une nanopulpe de carbone.

Le docteur appelle cet élément étrange « la chose ». L’image MEB qu’il présente comme preuve, voir figure 1 et vidéo 1, consiste en un sphéroïde à partir duquel plusieurs bras (tentacules, flagelles ou filaments) se développent. Le sphéroïde est identifié par Zalewski comme une tête. La composition de l’objet est principalement constituée de carbone et d’aluminium (bien que le brome soit également mentionné). Il explique ensuite les proportions de l’objet, avec un diamètre de 20 μm à la tête et des bras d’une longueur totalement disproportionnée de quelques millimètres (2,5 mm). Il est également mentionné que les bras ou les tentacules ont des couleurs différentes, peut-être en raison de la composition du matériau à partir duquel ils ont poussé. Dans la figure 2, on peut les voir comme des filaments extra-longs. 

Fig.1. Images du même type de corps étranger trouvé dans les vaccins par le Dr Franc Zalewski, le Dr Carrie Madej et le Dr Campra pour la Cinquième Colonne.
Fig.2. Détail des filaments observés par le Dr Franc Zalewski, où la tête à partir de laquelle ils poussent n’est pas visible. L’image est comparée à celles disponibles dans la littérature scientifique sur les nanotubes de carbone, qui montrent qu’ils peuvent atteindre les dimensions extra-longues citées par Zalewski.

D’autre part, dans la conférence, il fait allusion au fait que “l’organisme supposé” est né d’œufs. Cela n’a pas été prouvé, puisque Zalewski lui-même admet qu’il ne les a pas trouvés. Il fait toutefois allusion au fait qu’elles se développent dans un environnement fertile offrant des conditions propices à la croissance et à l’éclosion, c’est-à-dire une abondance de matériaux carbonés (graphène) et d’autres métaux. De plus, il explique que pendant 4 jours, les bras du corps étranger ont poussé dans une chambre de pulvérisation, où il aurait déclaré «la température est élevée, de sorte que le graphène est pulvérisé, l’arc électrique brûle». Enfin, l’exposition se termine par la présentation d’une troisième preuve graphique dans laquelle est présentée une “sorte de griffe” de carbone, dans laquelle se terminent les bras de l’objet/organisme, comme le montre la figure 3. 

http://
Fig.3. Image d’une « griffe » obtenue par le Dr. Zalewski, très similaire, bien que d’un point de vue différent, au panache du rapport du Scientific Club, sur lequel a travaillé le Dr.

Évaluation

La description et les images fournies par le Dr Zalewski ne permettent pas de conclure que le corps étranger observé est une forme de vie synthétique à base de carbone et/ou d’aluminium. Il n’existe aucune preuve vidéo de son évolution et de son développement. En revanche, il est vrai que Zalewski fournit toutes les clés qui permettent de développer les nanopulpes de carbone, comme nous allons l’expliquer dans les points suivants :

  1. Pour que les bras de la nanopulpe de carbone se développent, deux éléments sont nécessaires, d’une part le graphène ou le carbone, et d’autre part un matériau de nucléation catalytique, qui peut être le nickel (Ni) ou un autre tel que l’aluminium (Al), comme indiqué dans la recherche suivante (Lobo, L.S. 2017 | Ermakova, M.A. ; Ermakov, D.Y., Chuvilin, A.L. ; Kuvshinov, G.G. 2001 | 居艳 ; 李凤仪 ; 魏任重 ; 饶日川. 2004 | Wei, R. ; Li, F. ; Ju, Y. 2005 | Austing, D.G. ; Finnie, P. ; Lefebvre, J. 2004). L’aluminium est donc un matériau compatible avec la nucléation des nanotubes de carbone, ce qui explique la composition trouvée par Zalewski. En fait, selon (Pham-Huu, C. ; Vieira, R. ; Louis, B. ; Carvalho, A. ; Amadou, J. ; Dintzer, T. ; Ledoux, M.J. 2006 | Emmenegger, C. ; Bonard, J.M. ; Mauron, P. ; Sudan, P. ; Lepora, A. ; Grobety, B. ; Schlapbach, L. 2003) déclare que «Apparemment, le diamètre des CNF (Carbon Nanofibers) ne dépend pas du diamètre initial de la particule de catalyseur, mais seulement de la modification structurelle de la particule de nickel de départ pendant le processus de croissance.  Expliquer le diamètre homogène (c’est-à-dire 10-40 nm) des nanotubes de carbone multiparois cultivés à partir d’une couche initiale continue d’oxyde de fer déposée sur un substrat d’aluminium plat par revêtement par centrifugation. Une fragmentation continue des particules du catalyseur s’est produite au cours de la synthèse, conduisant à la formation de centres actifs plus petits par la formation d’un carbure métastable suivie de sa décomposition en particules de carbone et de fer».
Fig.4. échantillons de la littérature scientifique dans lesquels des nanotubes de carbone ont été cultivés à partir de divers catalyseurs à l’aluminium. Ils ont également été cultivés de différentes manières et dans des conditions environnementales et de température différentes, bien que dans tous les cas, ils aient réagi plus rapidement à la chaleur.

2. La tête du corps étranger, un sphéroïde, à partir duquel les bras se développent est en fait la particule sphéroïde nécessaire à la nucléation et à la croissance des bras de nanopulpe de carbone, comme l’a rapporté le Dr. (Lobo, L.S. 2017) dans son travail, dont le matériau est le carbone et le catalyseur le métal, voir figure 5. Selon la structure carbone-graphène de la surface sphéroïde, différentes géométries peuvent se développer à partir desquelles les bras observés émergent, ce qui explique pourquoi dans le cas de Zalewski, 3 ont émergé, mais dans le cas de Madej 4 ont été vus, et dans le cas de l’image de la Cinquième Colonne un total de 8, voir figure 1. Ce phénomène est décrit par (Lobo, L.S. 2017) comme suit «ici nous avons choisi de relier la forme du sphéroïde à une référence à un cube imaginaire pour aider à comprendre le nombre de ses facettes et sa géométrie. Avec cette géométrie en tête, lorsque la nucléation et la croissance ont lieu sur un ensemble particulier de facettes, le comportement observé peut être mieux compris. Y a-t-il une croissance préférentielle sur 6, 8 ou 12 pattes ? Ce sera une clé pour confirmer l’orientation cristalline dominante favorisée pour la nucléation.» Le processus de croissance des nanotubes de carbone est expliqué dans l’entrée sur les nanopulpes de carbone. 

Fig.5 Schéma de la croissance d’une pieuvre de carbone à partir d’une particule sphéroïde de carbure de nickel. (Lobo, L.S. 2017)

3. Selon Zalewski, la croissance la plus développée des filaments ou des bras, s’est produite lorsque l’échantillon a été introduit dans «une chambre de pulvérisation, où la température est élevée, de sorte que le graphène est pulvérisé, l’arc électrique brûle», ce qui coïncide avec les conditions de croissance des pieuvres de carbone, à des températures modérément élevées, comme l’indique la littérature scientifique (Lobo, L. S. 2017 | Saavedra, M. S. 2014 | Dasgupta, K. ; Joshi, J.B. ; Paul, B. ; Sen, D. ; Banerjee, S. 2013). En plus de cette méthode de croissance, la croissance de nanofibres/nanotubes de carbone par micro-ondes a également été rapportée (Mubarak, N.M. ; Abdullah, E.C. ; Sahu, J.N. ; Jayakumar, N.S. ; Ganesan, P. 2015) dans leur étude. 

4. La longueur des nanotubes de carbone est variable, ce qui coïncide avec la description donnée par Zalewski, qui est compatible avec les nanopulpes de carbone et la formation de leurs bras (nanotubes de carbone), comme le montre la figure 2. Selon (Lobo, L.S. 2017), la longueur dépend de la quantité de graphène environnant dans la solution et du catalyseur utilisé pour effectuer leur croissance.

5. Enfin, il convient de mentionner la question des “griffes de carbone” mentionnées par Zalewski, que l’on peut observer sur la figure 3. Cependant, l’image fournie comme preuve ne montre que l’objet, indépendamment des bras ou des tentacules, et il n’est donc pas possible de prouver qu’il y est attaché. L’image fournie comme preuve est très similaire à celle partagée dans le rapport de “The Scientists Club” auquel le Dr Campra a participé, sous le titre “NANOTECHNOLOGICAL INVESTIGATIONS ON COVID-19 VACCINES : Detection of toxic nanoparticles of graphene oxide and heavy metals”. La forme pointue, qui ressemble à un couteau ou à un stylo, pourrait être un défaut du matériau ou, comme ils l’appellent dans le travail de (Shudin, N.H. ; Aziz, M. ; Othman, M.H.D. ; Tanemura, M. ; Yusop, M.Z.M. 2021), un catalyseur, ou une partie de celui-ci, qui se brise sans croissance des nanotubes de carbone, ce qui expliquerait la forme pointue, voir figure 6b. Cependant, cet objet est encore en cours d’identification et il est trop tôt pour donner une identification fiable à ce stade. 

Fig.6. illustration schématique du mécanisme de croissance (a) catalyseur non réagi, (b) rupture du catalyseur sans croissance des CNT et croissance des CNT avec (c – f) faible P CH4 et (c′ – f ′) fort P CH4. (Shudin, N.H. ; Aziz, M. ; Othman, M.H.D. ; Tanemura, M. ; Yusop, M.Z.M. 2021)

Opinions

En résumé, par logique, en considérant tous les aspects exposés dans la section d’évaluation, il semble que la supposée forme de vie synthétique pourrait être plutôt une pieuvre en carbone, avec des particularités spécifiques de croissance et de physionomie, données par les matériaux de composition, la température et les conditions dans lesquelles elle a été analysée. Tous les paramètres de croissance, la morphologie, les matériaux, l’échelle et les dimensions sont conformes à ceux trouvés dans la littérature scientifique. Cependant, aucun organisme synthétique, vivant ou mobile, présentant la morphologie ci-dessus n’a encore été trouvé dans la littérature scientifique. 

Bien que les preuves conduisent à la mise en évidence de nanopulpes de carbone, et donc du résultat de la fabrication et de l’ingénierie humaine, sans vie, matérialisée par un phénomène de croissance inorganique, on ne peut exclure que dans le vaccin il n’y ait pas d’autres éléments qui répondent aux principes des organismes artificiels et présentent au moins une vie apparente propre. En fait, il existe des preuves d’un corps étranger qui présente un mouvement et une autonomie apparente, qui sera identifié dans l’une des prochaines entrées de ce blog. 

En ce qui concerne le travail effectué par le Dr Zalewski, nous lui sommes reconnaissants de son effort pour offrir au monde une analyse microscopique du vaccin, pour le partager, pour sensibiliser et pour le faire connaître avec le souci qui caractérise toute personne de science. Quel que soit le type d’objet en question, il semble évident que ces éléments, objets et matériaux, qui semblent clairement avoir été fabriqués intentionnellement par les fabricants, ne devraient pas être trouvés.

Les nanopulpes de graphène sont des éléments importants pour former le matériel neuronal nécessaire à la neuromodulation/neurostimulation sans fil par ondes électromagnétiques (EM micro-ondes), car ils permettent de relier les tissus cérébraux, les neurones, la glie, les astrocytes, etc., en augmentant les synapses, mais aussi les synapses des neurones, de la glie et des astrocytes, en augmentant la synapse, mais aussi en permettant de l’impacter, grâce à la capacité supraconductrice, comme expliqué dans l’entrée sur les nanopulpes et les nanotubes, les réseaux de nanocommunication pour les nanotechnologies dans le corps humain et le système de routage CORONA pour les nanoréseaux. 

Bibliographie

Les urls afférentes à cet article peuvent être consultées sur le blog de Mik Andersen. [239]

*************

L’oxyde de graphène en agriculture, à l’origine du coronavirus ?

Référence Zhang, M.; Gao, B.; Chen, J.; Li, Y.; Creamer, A.E. ; Chen, H. (2014). “Slow-release fertilizer encapsulated by graphene oxide films”. [269] Engrais à libération lente encapsulés par des films d’oxyde de graphène. 

Faits

1. La recherche montre que le nitrate de potassium KNO3 encapsulé dans des films d’oxyde de graphène GO permet une libération lente, adaptée à la croissance et à la production des cultures. Le KNO3 se lie aux films d’oxyde de graphène GO, formant des granules d’engrais qui se décomposent dans l’eau après 8 heures.

2. Selon les réflexions des auteurs, ils déclarent : «Nous pensons que cette nouvelle technologie d’enrobage pourrait être très prometteuse pour le développement d’engrais à libération contrôlée, sans danger pour l’environnement, destinés à la production végétale». C’est complètement faux, étant donné que l’oxyde de graphène GO est responsable de causer des effets très nocifs, toxiques, néfastes sur le corps humain, des maladies neurodégénératives, la destruction des cellules, la thrombose, la tempête de cytokines, entre autres effets du c0r0n@v|rus, déjà décrits dans ce blog.

3. Le raisonnement qui sous-tend leur recherche est également très intéressant, puisqu’ils affirment que «pour maintenir le rendement des cultures, il faut appliquer des engrais sur les sols afin de fournir aux plantes les nutriments essentiels. Des estimations prudentes montrent que 30 à 50 % des rendements des cultures sont attribués aux engrais commerciaux naturels ou synthétiques. L’agriculture moderne devenant de plus en plus dépendante des ressources en engrais non renouvelables, les minéraux connexes sont susceptibles de produire une qualité moindre à des prix plus élevés à l’avenir. Certains des éléments nutritifs contenus dans ces engrais non renouvelables ne sont pas assimilés par les plantes et s’infiltrent donc dans les eaux souterraines ou de surface, provoquant une eutrophisation et constituant un risque majeur pour l’écosystème. Afin d’améliorer la qualité des engrais et de protéger l’environnement et l’écosystème, de plus en plus de recherches ont été menées pour développer de nouvelles technologies permettant de délivrer les nutriments aux plantes de manière lente ou contrôlée dans l’eau ou le sol».

4. En revanche, les auteurs semblent tout à fait d’accord pour dire que l’oxyde de graphène ne présente pas de risque pour l’homme, ce qui est justifié par la méthode de fabrication, comme ils l’affirment dans le paragraphe suivant : «Bien qu’il y ait également des préoccupations concernant l’impact environnemental potentiel de la production à grande échelle de graphène ou d’oxyde de graphène (GO) par des méthodes traditionnelles d’oxydation et de réduction, les progrès récents des technologies permettent de les préparer par des méthodes respectueuses de l’environnement, qui ne nécessitent pas de matières premières toxiques et d’agents d’oxydation/réduction. Par exemple, il a été démontré que les oxydes de graphène peuvent être produits à grande échelle par exfoliation électrochimique de noyaux de crayons dans des électrolytes aqueux sans avoir recours à des agents chimiques toxiques». L’article ne mentionne absolument pas les effets néfastes sur la santé humaine que pourrait avoir la consommation de légumes et de plantes contenant de l’oxyde de graphène, ou l’absorption d’oxyde de graphène par les plantes et donc les implications très graves pour le consommateur. Cela montre l’intérêt scientifique d’améliorer les rendements et les profits dans l’agriculture au détriment de la santé et de la sécurité publiques. On en trouve un autre exemple dans l’étude de (Gao, M. ; Xu, Y. ; Chang, X. ; Dong, Y. ; Song, Z. 2020) sur les effets bénéfiques de l’oxyde de graphène dans la culture des laitues, qui empêche l’absorption du cadmium. Si l’on ne peut nier que l’oxyde de graphène limite l’absorption de certains métaux lourds, il s’agit de la substitution d’un matériau toxique par un autre, et cela ne résout donc pas l’objectif de la recherche, qui serait de le rendre sûr pour la consommation humaine. En ce qui concerne l’absorption du cadmium par le blé et le riz, les études de (Gao, M. ; Song, Z. 2019) et (He, Y. ; Qian, L. ; Zhou, K. ; Hu, R. ; Huang, M. ; Wang, M. ; Zhu, H. (2019) montrent clairement l’intérêt de réduire les niveaux de ce contaminant. Cependant, les résultats n’ont pas été ceux escomptés, car l’oxyde de graphène GO a affecté la croissance des racines des plantules de blé, amplifiant sa phytotoxicité (dommages aux plantes). En fait, (Gao, M. ; Song, Z. 2019) affirme que «les racines sont des organes d’absorption et métaboliques importants dans les plantes cultivées ; leur statut de croissance et leur force métabolique affectent directement la croissance des plantes. Nos résultats indiquent que le GO augmente la toxicité du cadmium dans les racines des semis de blé et inhibe la division cellulaire, entraînant une diminution de la longueur totale des racines, de la surface totale des racines, du diamètre moyen des racines et du nombre de poils racinaires. En outre, le cadmium a induit une diminution significative de la teneur en protéines de la carcasse et une augmentation marquée des cytochromes dans les racines en présence de GO, par rapport au traitement de contrôle, ou aux traitements avec Cd ou GO seuls. Les images TEM ont montré que le GO a pénétré dans les tissus des racines du blé et a ensuite été transféré dans les feuilles». Cette affirmation est cruciale, car elle prouve clairement que l’oxyde de graphène présent dans le sol des cultures est transféré aux racines, aux feuilles et donc aux fruits et aux comestibles qu’elles sont censées produire. C’est la preuve que l’oxyde de graphène peut contaminer les sols, les cultures et les aliments, ce qui est une raison plus que suffisante pour mettre un terme à son adoption. En revanche, les travaux de (He, Y. ; Qian, L. ; Zhou, K. ; Hu, R. ; Huang, M. ; Wang, M. ; Zhu, H. 2019) reconnaît le potentiel de l’oxyde de graphène pour la croissance des plantes, mais aussi la question du renforcement de la toxicité dans des sols préalablement contaminés par des métaux lourds, étant donné que l’oxyde de graphène GO est capable de les adsorber, comme l’ont démontré (Wang, X. ; Pei, Y. ; Lu, M. ; Lu, X. ; Du, X. (2015) et avec elle, l’assimilation des nutriments absorbés par les plantes. 

5. Pour en revenir à la critique de l’article de (Zhang, M. ; Gao, B. ; Chen, J. ; Li, Y. ; Creamer, A.E. ; Chen, H. 2014), la citation suivante «a développé une méthode simple, efficace et évolutive pour déposer chimiquement des nanoparticules de Fe3O4 sur GO. Cet hybride peut être chargé avec le médicament anticancéreux DXR avec une capacité de charge élevée». Cette nomination est d’une importance capitale pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle montre que les chercheurs se sont inspirés des techniques qui utilisent les nanoparticules de Fe3O4 (magnétite) et l’oxyde de graphène pour contrôler l’administration de médicaments et de biocides (Yang, X. ; Zhang, X. ; Ma, Y. ; Huang, Y. ; Wang, Y. ; Chen, Y. 2009). De plus, parce qu’ils ont pris comme référence l’étude de (Zu, S.Z. ; Han, B.H. 2009) pour la formation de nano-feuilles et de copolymères de graphène en hydrogel supromoléculaire. Il s’appuie également sur les travaux de (Yang, X. ; Wang, Y. ; Huang, X. ; Ma, Y. ; Huang, Y. ; Yang, R. ; Chen, Y. 2011 | Liu, Z. ; Robinson, J.T. ; Sun, X. ; Dai, H. 2008) qui établissent un lien direct entre l’utilisation de l’oxyde de graphène en solution aqueuse et le traitement du cancer. Et ce n’est pas tout, puisque les nanoparticules de Fe3O4 (magnétite) avec l’oxyde de graphène GO ont des propriétés électromagnétiques micro-ondes qui fonctionnent à des fréquences compatibles avec la 5G, voir (Ma, E. ; Li, J. ; Zhao, N. ; Liu, E. ; He, C. ; Shi, C. 2013), également cité dans l’entrée “L’oxyde de graphène absorbe aussi la 2G, la 3G, la 4G et la 5G”. En outre, les nanoparticules Fe3O4/GO sont utilisées dans l’administration de vaccins ADN pour des traitements expérimentaux du cancer (Shah, M.A.A. ; He, N. ; Li, Z. ; Ali, Z. ; Zhang, L. 2014), en raison de leur échelle nanométrique et de leur capacité à transporter des antigènes et des reformulations génétiques par des techniques CRISPR, comme l’ont démontré (Abbott, T. R. ; Dhamdhere, G. ; Liu, Y. ; Lin, X. ; Goudy, L. ; Zeng, L. ; Qi, L.S. 2020 | Ding, R. ; Long, J. ; Yuan, M. ; Jin, Y. ; Yang, H. ; Chen, M. ; Duan, G. 2021 | Teng, M. ; Yao, Y. ; Nair, V. ; Luo, J. 2021), qui feront l’objet d’un rapport dans les prochaines entrées. Il est donc clair que l’oxyde de graphène GO combiné au Fe3O4 est testé depuis longtemps dans le secteur agricole et dans les vaccins contre le cancer par modification génétique de l’ADN, et est bien connu pour ses propriétés électromagnétiques. 

6. Les granulés d’engrais enrobés d’oxyde de graphène (KNO3/GO) ont un procédé de fabrication particulier. Tout d’abord, une concentration de nano-feuilles d’oxyde de graphène (figure 1a-haut-gauche) est prélevée, séchée et combinée avec des granulés de KNO3 dans un four à 90°C pendant 6 heures. Les nano-feuilles d’oxyde de graphène GO recouvrent alors les granules pour former des boulettes (figure 1a, en haut à droite). Il convient de mentionner la forte ressemblance des images avec la microscopie obtenue dans le travail de (Campra, P. 2021), voir Détection d’oxyde de graphène dans une suspension aqueuse (Comirnaty™ RD1 = Pfizer Vaccine).

Opinions

L’oxyde de graphène pourrait être utilisé dans les engrais agricoles, étant donné ses capacités de libération lente des composés fertilisants. Si c’est vrai, cela signifierait une contamination du sol et probablement des cultures et de toute la chaîne alimentaire.

Il semble souhaitable que tous les engrais utilisés en agriculture soient testés pour détecter la présence d’oxyde de graphène et que l’utilisation de ces produits soit interdite, car ils pourraient contaminer les cultures.

S’il est confirmé que les champs sont contaminés par des engrais et des pesticides à base d’oxyde de graphène, cela signifierait qu’une partie importante des terres ne pourrait pas être utilisée pendant un certain temps (encore indéterminé, inconnu), jusqu’à ce que la contamination soit atténuée. Mais cela signifierait également que l’oxyde de graphène se retrouverait dans la nappe phréatique, de sorte que les puits d’eau utilisés pour l’irrigation et la boisson pourraient également être affectés. Toutes les sources d’eau doivent être analysées et les enquêtes nécessaires doivent être menées pour s’assurer que les champs, les sources et les eaux souterraines ne sont pas contaminés par l’oxyde de graphène et sont sans danger. Dans cette section, il convient également de réfléchir au fait que la perte de terres arables, ainsi que de réserves d’eau, peut entraîner l’augmentation nécessaire des prix des denrées alimentaires et des biens de base et essentiels, tels que l’eau. 

Il montre que l’oxyde de graphène a été largement utilisé dans la recherche, dans toutes les applications et utilisations possibles (agriculture, médecine, électronique, ingénierie, etc.), en concentrant l’attention et les efforts sur l’obtention de bénéfices et de meilleures performances, sans prêter attention à la biosécurité et à la toxicité potentielle, qui avaient déjà été mises en garde depuis de nombreuses années dans la littérature scientifique.

L’article fournit des indices très importants reliant l’oxyde de graphène aux vaccins ADN contre le cancer et la magnétite Fe3O4 qui correspond aux cadres magnétiques des personnes affectées par les c0r0n@v|rus et les radiations électromagnétiques 5G, ainsi que la relation avec les hydrogels et l’oxyde de graphène dans les solutions aqueuses. En fait, il est très probable que le contenu en oxyde de graphène détecté dans les vaccins coronavirus par (Campra, P. 2021) puisse contenir de la magnétite Fe3O4. 

Bibliographie

Les urls afférentes sont dans l’article original de Mik Andersen. [270]

Source

À partir d’avant-hierL'Échelle de Jacob

-

Par : Paul

 

Les pénuries aux États-Unis s'aggravent, alors que la pénurie de main-d'oeuvre continue

Par : Paul

http://

(Reuters) – La forte demande de produits d'épicerie combinée à la flambée des coûts de transport et aux pénuries de main-d'œuvre liées à Omicron créent une nouvelle série d'arriérés dans les entreprises d'aliments transformés et de produits frais, entraînant des rayons de supermarché vides chez les principaux détaillants à travers les États-Unis.

Les producteurs de produits périssables de la côte ouest paient près du triple des tarifs pour expédier des produits comme la laitue et les baies, avant qu'ils ne se gâtent. Shay Myers, PDG d'Owyhee Produce, qui cultive des oignons, des pastèques et des asperges le long de la frontière de l'Idaho et de l'Oregon, a déclaré qu'il avait retardé l'expédition d'oignons aux distributeurs de détail, jusqu'à ce que les coûts de transport diminuent.

Myers a déclaré que les perturbations des transports au cours des trois dernières semaines, causées par un manque de chauffeurs routiers et les récentes tempêtes bloquant les autoroutes, ont entraîné un doublement des coûts de transport pour les producteurs de fruits et légumes, en plus des prix pandémiques déjà élevés. "Nous expédions généralement de la côte est à la côte ouest – nous avions l'habitude de le faire pour environ 7.000 dollars", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui, c'est entre 18.000 et 22.000 dollars."

Le PDG du fabricant de légumes surgelés Birds Eye Conagra Brands, Sean Connolly, a déclaré la semaine dernière aux investisseurs, que les approvisionnements de ses usines américaines pourraient être limités pendant au moins le mois prochain, en raison des absences liées à Omicron.

Plus tôt cette semaine, le PDG d'Albertsons, Vivek Sankaran, a déclaré qu'il s'attend à ce que la chaîne de supermarchés soit confrontée à davantage de défis en matière de chaîne d'approvisionnement, au cours des quatre à six prochaines semaines, car Omicron a mis un frein à ses efforts pour combler les lacunes de la chaîne d'approvisionnement.

Les acheteurs sur les réseaux sociaux se sont plaints des rayons de pâtes et de viande vides dans certains magasins Walmart; un magasin Meijer à Indianapolis a été vidé de son poulet; un Publix à Palm Beach, en Floride, n'avait plus de papier hygiénique et de produits d'hygiène domestique tandis que Costco a rétabli les limites d'achat de papier hygiénique dans certains magasins de l'État de Washington.

La situation ne devrait pas s'apaiser avant au moins quelques semaines, a déclaré Katie Denis, vice-présidente des communications et de la recherche à la Consumer Brands Association, attribuant les pénuries à la pénurie de main-d'œuvre.

L'industrie des biens de consommation emballés manque d'environ 120.000 travailleurs, dont seulement 1.500 emplois ont été ajoutés le mois dernier, a-t-elle déclaré, tandis que la National Grocer's Association a déclaré que bon nombre de ses épiceries membres fonctionnaient avec moins de 50 % de leur capacité de main-d'œuvre.

Les détaillants américains sont désormais confrontés à environ 12 % de niveaux de rupture de stock sur les produits alimentaires, les boissons, les produits d'entretien ménager et les produits d'hygiène personnelle, contre 7 à 10 % en temps normal.

Le problème est plus aigu avec les produits alimentaires, où les niveaux de rupture de stock atteignent 15%, a déclaré la Consumer Brands Association.

SpartanNash, un distributeur alimentaire américain, a déclaré la semaine dernière, qu'il était devenu plus difficile de s'approvisionner auprès des fabricants de produits alimentaires, en particulier des produits transformés comme les céréales et la soupe.

Les consommateurs ont continué à s'approvisionner en produits d'épicerie, alors qu'ils se repliaient chez eux pour freiner la propagation du variant Omicron. Denis a déclaré que la demande au cours des cinq derniers mois a été aussi élevée ou plus élevée qu'elle ne l'avait été en mars 2020 au début de la pandémie. Des problèmes similaires sont observés dans d'autres parties du monde.

En Australie, l'exploitant de la chaîne d'épiceries Woolworths Group a déclaré la semaine dernière que plus de 20 % des employés de ses centres de distribution étaient en arrêt de travail à cause du COVID-19. Dans les magasins, le virus a mis au moins 10% du personnel hors de combat.

Jeudi, la société a rétabli une limite de deux packs par client pour le papier hygiénique et les analgésiques à l'échelle nationale, en magasin et en ligne, pour faire face à la pénurie de personnel.

Aux États-Unis, les récentes tempêtes de neige et de verglas qui ont bloqué la circulation pendant des heures le long de la côte Est ont également entravé les livraisons de nourriture à destination des épiceries et des centres de distribution. Ces retards se sont répercutés dans tout le pays, retardant l'expédition de fruits et légumes à durée de conservation limitée.

Alors que les producteurs de produits périssables sont obligés de payer des tarifs d'expédition exorbitants pour assurer des approvisionnements limités, des producteurs comme Myers choisissent d'attendre que les arriérés se résorbent.

"Les conserves, les sodas, les chips – ces choses sont restées, parce qu'ils n'étaient pas prêts à payer le double, le triple du fret, et leurs affaires ne se gâtent pas en quatre jours", a-t-il déclaré.

(Reportage supplémentaire de Praveen Paramasivam ; Montage par Vanessa O'Connell et Diane Craft)

Source

Effets secondaires des vaccins, particulièrement après la troisième dose, contagiosité importantes des vaccinés et chute de leur immunité...

Les pillards attaquent les trains Union Pacific à Los Angeles, à la recherche de colis Amazon et UPS

Par : Paul

La Californie ouvre la voie à la transition des États-Unis vers ce qui pourrait être considéré comme un pays du tiers monde. Le leadership progressiste dans l'État a supprimé le vol de 950$ ou moins, des crimes vers les délits, produisant une vague de vols à main armée. 

Les gangs du crime organisé dans le commerce de détail ne ciblent plus les grands magasins et/ou les boutiques, arrachant des marchandises de grande valeur des étagères, mais attaquent plutôt les conteneurs empilés sur les wagons de train. 

"Une section des voies ferrées de l'Union Pacific, dans le centre-ville de Los Angeles, a été jonchée de milliers de boîtes déchiquetées, de colis volés dans des conteneurs de fret qui s'arrêtent dans la région pour être déchargés", a rapporté CBS Los Angeles jeudi soir.

Le photojournaliste de la CBSLA, John Schreiber, a tweeté des vidéos choquantes de colis déchirés par des pillards après avoir pillé des conteneurs. La plupart des boîtes au sol provenaient d'Amazon et d'UPS. 

Continuez à entendre parler de cambriolages de trains à Los Angeles sur le scanner, alors allez à #LincolnHeights pour tout voir. Et… il y a des paquets pillés à perte de vue. Colis Amazon, boîtes @UPS , tests Covid inutilisés, leurres de pêche, stylos épi. Conteneurs de fret laissés ouverts dans les trains. @CBSLA pic.twitter.com/JvNF4UVy2K

– John Schreiber (@johnschreiber) 13 janvier 2022

"Les forces de l'ordre m'ont dit que ces sacs UPS sont particulièrement recherchés par les voleurs qui ouvrent des conteneurs de fret… ils sont souvent pleins de boîtes contenant des marchandises destinées à des adresses résidentielles. Plus précieux que, disons, un conteneur de fret rempli d'articles volumineux de faible valeur comme papier hygiénique », a déclaré Schreiber. 

Les forces de l'ordre m'ont dit que ces sacs @UPS sont particulièrement recherchés par les voleurs qui ouvrent des conteneurs de fret… ils sont souvent remplis de boîtes contenant des marchandises à destination d'adresses résidentielles. Plus précieux que, disons, un conteneur de fret rempli d'articles volumineux de faible valeur comme du papier toilette. pic.twitter.com/Tj5bQNIeby

– John Schreiber (@johnschreiber) 13 janvier 2022

Voici une autre vue imprenable sur les conséquences du pillage. 

Comme vous pouvez le constater, les trains ralentissent ou s'arrêtent fréquemment dans cette zone lorsqu'ils sont acheminés vers l' installation @UnionPacific Intermodal près du centre-ville de LA. Les voleurs profitent de cette occasion pour casser des conteneurs ouverts et prendre ce qu'il y a à l'intérieur. Je dirais qu'un wagon sur 4 ou 5 avait des conteneurs ouverts. pic.twitter.com/PHpujyB84M

– John Schreiber (@johnschreiber) 13 janvier 2022

Le journaliste a déclaré que les conteneurs sur cette route avaient été ciblés à plusieurs reprises. 

Il vous manque un colis ? Expédition retardée ? Peut-être que votre colis fait partie des milliers que nous avons trouvés abandonnés le long des voies. Ce n'est qu'un domaine où les voleurs ont ciblé les trains. On nous a dit que cette zone venait d'être nettoyée il y a 30 jours, donc ce que vous voyez est tout au cours du mois dernier. @CBSLA pic.twitter.com/43002DPyZa

– John Schreiber (@johnschreiber) 13 janvier 2022

Il semble que les gangs du crime organisé deviennent de plus en plus effrontés dans leurs vols, alors que les dirigeants progressistes s'assoient et laissent leur ville s'effondrer sous le poids de l'anarchie. Certains libéraux se retournent contre leur parti alors qu'ils voient leurs chances de réélection s'estomper. 

Source

Pfizer et le Vatican

Par : Paul

CITÉ DU VATICAN – Le Registre a appris que le pape François avait tenu des réunions privées avec le PDG de Pfizer l'année dernière, alors que des questions se posaient sur l'efficacité des vaccins pour prévenir la transmission, qui sont désormais obligatoires pour tout le personnel et les visiteurs du Vatican.

Selon des sources vaticanes, le Saint-Père a rencontré à deux reprises le PDG de Pfizer, Albert Bourla, au Vatican, bien que les détails précis ne soient pas connus. 

Contrairement à la plupart des audiences privées papales, ces réunions n'ont pas été annoncées par le Bureau de presse du Saint-Siège, qui n'a pas répondu aux demandes répétées de confirmation des réunions. 

Un porte-parole de Pfizer a déclaré : "Nous ne pouvons ni confirmer ni infirmer car, conformément à notre politique, les mouvements de nos dirigeants sont considérés comme confidentiels." 

Les rencontres de Bourla avec le pape ne seraient pas la première rencontre papale inopinée de ces dernières années. En novembre 2019, peu de temps avant le début de l'urgence sanitaire COVID-19, le pape a reçu en privé Melinda Gates . La rencontre, bien connue au Vatican, n'a pas été annoncée et n'a jamais été officiellement reconnue.

En mai dernier, Bourla a participé à une conférence en ligne sur la santé au Vatican intitulée "Unie to Prevent & Unite to Cure" qui comprenait un accent important sur les traitements et la prévention du COVID-19 ainsi qu'une plate-forme pour la promotion des vaccins produits par les grandes sociétés pharmaceutiques. 

Parmi les autres intervenants à la réunion co-organisée par le Conseil pontifical pour la culture figuraient Stéphane Bancel, le PDG de Moderna, un autre grand producteur de vaccins anti-COVID-19, le Dr Anthony Fauci, médecin-chef du président Joe Biden, et le Dr Francis Collins. , alors directeur des National Institutes of Health des États-Unis.

Premier à utiliser Pfizer

L'État de la Cité du Vatican a été l'une des premières autorités à administrer des vaccins après avoir signé un contrat avec Pfizer fin 2020 pour offrir en exclusivité son produit pharmaceutique Pfizer-BioNTech à son personnel. Les premières inoculations ont été déployées début 2021. 

Fervent partisan du vaccin à la lumière de ce qu'il considère comme "la poursuite et l'aggravation de l'urgence sanitaire actuelle", le Vatican a rendu obligatoire l'injection de Pfizer pour tout le personnel et les visiteurs depuis le 23 décembre. 

A partir du 31 janvier, la triple vaccination (deux doses plus le rappel) sera obligatoire pour entrer sur le territoire du Vatican. (La preuve d'une récupération récente de COVID-19 peut également être admise, et il n'y a aucune exigence pour les liturgies publiques et les audiences générales.)

Mais les mandats ont été imposés lorsque l'efficacité de tous les vaccins COVID-19 pour prévenir la propagation de la maladie est remise en question. 

En décembre 2020, le professeur Andrea Arcangeli, directeur de la Direction de la santé et de l'hygiène du Vatican, a déclaré que le Vatican avait choisi d'utiliser le vaccin Pfizer parce que dans les essais cliniques, il s'était « avéré efficace à 95 %. Il a ajouté que "par la suite, d'autres vaccins produits avec des méthodes différentes pourront être introduits après avoir évalué leur efficacité et leur innocuité totale".

Le chiffre de 95% signifie que les personnes vaccinées avaient un risque 95% moins élevé de contracter le COVID-19 par rapport aux participants du groupe témoin aux essais, qui n'étaient pas vaccinés. En d'autres termes, Pfizer disait au public que dans son propre essai clinique, les personnes vaccinées étaient 20 fois moins susceptibles que le groupe témoin de contracter le COVID-19. 

Cependant, dans une interview du 10 janvier avec Yahoo News, Bourla a reconnu que les deux premières doses du vaccin sont désormais largement inefficaces contre la propagation de la variante Omicron et que, bien qu'Omicron soit "plus doux" que les variantes précédentes, en raison de la forte les taux d'infection, les hospitalisations "ont beaucoup augmenté en termes de maladies graves, d'occupation en soins intensifs, etc." 

"Nous savons que les deux doses du vaccin ont une protection très limitée, voire aucune", a déclaré Bourla à Yahoo News. "Les trois doses, avec le rappel, offrent une protection raisonnable contre l'hospitalisation et la mort." 

Les cas continuent malgré la vaccination

Malgré le taux d'efficacité initial de 95 % par rapport aux variantes antérieures qui ont incité le Vatican à signer un contrat avec Pfizer, le personnel du Vatican a continué à contracter le COVID-19 au Vatican au cours de l'année écoulée malgré une double ou triple vaccination. Le dernier cas en date est celui de Mgr Brian Farrell, secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, qui est actuellement infecté par le COVID-19 bien qu'il ait reçu le rappel. 

Un responsable du Conseil pontifical a déclaré au Registre ce matin "qu'il a été testé positif, mais nous l'attendons de retour au bureau la semaine prochaine".

Des sources du Vatican ont également déclaré au Registre que pas moins de 14 gardes suisses avaient contracté le COVID-19 au cours du second semestre de l'année dernière, mais que les cas n'avaient jamais été signalés. Tous avaient reçu deux doses de Pfizer mais presque aucun symptôme. 

Le Vatican n'a signalé aucun cas d'hospitalisation ou de décès depuis le déploiement du vaccin, et tout au long de la pandémie, aucun décès lié au COVID-19 n'a été signalé dans la Cité du Vatican.

Cependant, depuis le début du programme de vaccination au début de 2021, le Bureau de presse du Saint-Siège a cessé de signaler de nouveaux cas de COVID-19, contrairement à 2020, lorsqu'il annonçait régulièrement si du personnel ou des résidents avaient été testés positifs pour le virus. 

Les derniers membres du personnel du Vatican à avoir été infectés étaient le cardinal Giuseppe Bertello, alors président de l'État de la Cité du Vatican, et l'aumônier papal, le cardinal Konrad Krajewski, en décembre 2020. Tous deux ont survécu à la maladie. 

Malgré les inquiétudes concernant le vaccin Pfizer entaché d'avortement, le secrétaire d'État du Vatican, le cardinal Pietro Parolin, a comparu cette semaine pour exclure tout droit d'exemption de conscience. 

Il a déclaré au Registre que les employés du Vatican demandant une exemption parce qu'ils s'opposent au lien du vaccin avec l'avortement "ne semblent pas justifiés" car le produit Pfizer n'a été testé qu'à l'aide de lignées cellulaires dérivées de l'avortement.

Le vaccin Pfizer-BioNTech a également provoqué des effets secondaires indésirables, notamment des maladies cardiaques et des caillots sanguins, en particulier chez les jeunes receveurs, certains entraînant la mort. Les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis insistent sur le fait que ces "rapports sont rares et que les avantages connus et potentiels de la vaccination contre le COVID-19 l'emportent sur les risques connus et potentiels [de ces effets secondaires]".

Des milliers de ces cas et d'autres ont néanmoins été signalés sur des sites gouvernementaux dans divers pays (voir les chiffres britanniques pour le vaccin Pfizer ici ) où les effets secondaires suspectés peuvent être signalés volontairement, et les citoyens ont créé des sites Web pour enregistrer leurs propres témoignages d'effets indésirables de tous les vaccins COVID-19. 

Edward Pentin

Source

-

Par : Paul

 

-

Par : Paul

Bonjour @olivierveran. Je suis professeur en collège. Une élève est absente, appel aux parents : elle est hospitalisée suite à un effet secondaire. Évanouissement post injection. Au réveil, découverte d’atteintes neurologiques : elle ne peut plus marcher. Elle a 13ans.

— Glaucophane (@Glaucophane15) January 8, 2022

JE SUIS EN COLÈRE, par Michelle d’Astier de la Vigerie, 80 ans...

Par : Paul

 

À monsieur le fallacieux Président de la France,

J’apprends avec stupeur, par votre bouche, que je ne suis pas une citoyenne française. Ah bon ? On a pourtant toutes les traces de ma lignée française depuis des siècles (ça remonte à l’époque de Jeanne d’Arc, mon ancêtre s’étant illustré à la guerre par son courage et ayant reçu le titre de chevalier lors du combat des Trente). Bien plus récemment un de mes oncles était conseiller de J. Chirac et député européen. Il y a eu bien d’autres serviteurs de l’État dans cette lignée illustre.

– Là, je parle de ma lignée de Silguy, qui a donné beaucoup de ses enfants pour la France …

Et la vôtre, E. Macron ?

En sus, vous injuriez 5 millions de Français en employant un langage de charretier, avec la grossièreté d’un gamin élevé dans le ruisseau ou celui d’un malfrat de banlieue !

Vous qui vous arrogez le titre de chef des armées sans avoir même fait votre service militaire, pourtant encore obligatoire quand vous auriez dû être incorporé… À peine élu par magouille, vous avez osé parler avec mépris au général de Villiers, mille fois supérieur à vous, à tous niveaux, et surtout au niveau de l’intégrité morale et de l’honneur. Vous auriez pu pourtant, des années auparavant, être condamné comme déserteur. C’eût été juste, puisque vous l’êtes toujours: traître et déserteur de vos responsabilités vis-à-vis de la France et des Français.

L’irresponsable, on a compris depuis longtemps qui l’était vraiment*.

* Lire mon commentaire du 8/1/21

——-

– Je parle aussi en tant que Michelle d’Astier de la Vigerie, nom que je porte depuis 57 ans.  J’ai fait partie de cabinets ministériels, de Conseils régionaux, j’ai travaillé pour A. Chalandon, j’étais une gaulliste de la première heure durant l’élection du Général comme Président de la France (j’ai 80 ans) mais la famille d’Astier à laquelle je suis alliée a fait hautement partie de la Résistance, avec trois Compagnons de la Libération et bien d’autres héros qui ont lutté pour la libération du pays, dont mon ex-mari, ma belle sœur, leurs cousins et cousines… et j’ai passé une bonne partie de ma vie au milieu de ces Résistants. C’est communicatif, l’héroïsme, quand on a les bonnes dispositions de cœur et l’héritage d’hommes valeureux.

Mais me voici désormais même plus digne de la citoyenneté française, selon vos propos. Est-ce cela, le nouveau négationnisme du macronisme, et celui de la lie politique qui l’entoure ?

Vous n’avez même plus peur du ridicule…

——–

Comme j’ai des tripes pour MON PAYS que j’aime, pour MA France, je milite jusqu’à épuisement depuis le début de la « plandémie » – presque deux ans – car j’ai immédiatement détecté vos MENSONGES ET MANIPULATIONS, surtout avec vos contradictions successives, la trahison de vos promesses, et surtout votre soumission coupable à ce qui était dicté, mois par mois, et même avec un long temps d’avance*, par un groupuscule de décideurs mondiaux – décideurs en se faisant des fortunes sur le dos des populations -. Un groupuscule d’où émergent quelques noms, bien sûr: Bigpharma, Pfizer, Moderna, Schwab, Attali, Soros, Bill Gates, GAFAM… le micromacron n’étant au final qu’un outil formaté par ces requins qui vous dévoreront quand vous ne leur servirez plus à rien.

* (j’ai pu voir plusieurs des documents distribués aux responsables des pays occidentaux, et je sais que vous aviez des rencontres secrètes à Bruxelles, notamment avec A. Merkel, à 2 h ou 3 h du matin, pour y recevoir votre feuille de route)

Je ne parle même pas de vos pieds nickelés successifs, E. Philippe, Castex, Véran, Buzyn, Attal, et quelques autres sinistres, sans compter tous les parlementaires corrompus – à moins qu’ils soient idiots – qui se font les chantres de votre objectif : DÉTRUIRE LA FRANCE ET LES FRANÇAIS sous prétexte – Pouah ! – de vouloir leur bien.

Mais non, ils ne sont pas idiots, ces députés, puisqu’ils ont voté pour eux-mêmes la non obligation d’un pass sanitaire. Tout le monde sait que les coronavirus s’arrêtent net quand ils voient la carte de visite des députés ! Nul doute qu’ils vont aussi voter pour eux-mêmes l’abstention de devoir présenter un pass vaccinal pour aller festoyer ensemble dans les chics restaurants de leur choix ou se pavaner dans leurs meetings électoraux.

J’oubliais, il paraît que les virus sont allergiques aux meetings électoraux. Selon la rumeur, ils préfèrent les petits restos tranquilles, surtout les comptoirs de bistrots où les braves Français aimaient venir se détendre après une dure journée de boulot. Évidemment, je vous parle d’un monde qui doit être situé, pour vous, sur la planète Mars…

Au fait, accepteriez-vous que l’on vous fasse des tests, dans un laboratoire indépendant assermenté, pour voir si vos « vaxxins » expérimentaux, ceux qu’on vous a soi-disant injectés, étaient bien composés d’oxyde de graphène, de protéine Spike, de nano particules, d’ARN messager, de RMC5…, ou étaient simplement une injection de vitamines ? Et vos ministres ? Et les membres de votre « Conseil scientifique » ? Du Conseil d’État ? Du Conseil Constitutionnel ? Et tous les parlementaires se prétendant vaxxinés ?

CHICHE, Mr le fallacieux président de la France et des Français ! Allez, chiche ! Parce que vos « fuites » de QR code, quelle mascarade ! Et votre chère et tendre Brigitte – Jean-Michel pour les intimes -, s’y prêterait-elle par amour pour la vérité, elle qui sait toujours paraître si sincère ?

CHICHE, Emmanuel, chiche !

Selon vos propres critères, vous êtes un ennemi de la France vous qui voulez éliminer le maximum de Français grâce à une injection qui va provoquer une hécatombe grandissante, selon les spécialistes qui savent ce dont ils parlent et que vous faites taire par tous les moyens ; vous qui faites stériliser par le vax les jeunes femmes, les ados, et même les gamins  pour qu’ils ne se reproduisent pas ; vous qui divisez familles, villages, communautés, via une propagande perverse ; vous qui jetez à la vindicte publique sa portion la plus lucide, courageuse et patriote… C’est vous qui devez être déchu de la citoyenneté française.

Même chose pour vos sbires. Tous vous devriez être traduits devant un tribunal militaire pour haute trahison, crime contre l’humanité et intelligence avec l’ennemi, dont vos copains Attali et Schwab, parmi bien d’autres. Et puisque vous avez trahi et fait trahir par nos Institutions, soigneusement et méthodiquement corrompues, quantités de conventions internationales, après avoir tordu et piétiné notre Constitution, un Tribunal style Nuremberg serait bien adapté, puisque vous avez programmé le GÉNOCIDE de MON pays :  les effets à terme du vaxx ont été annoncés par des sommités scientifiques, sans compter l’ex vice-président, et l’ex directeur de Pfizer, tous deux, et pour cause, démissionnaires. Et ces effets que vous tentez encore et encore de camoufler – malgré des preuves internationales criantes – se font déjà sentir dramatiquement partout.

VOUS ÊTES UN ASSASSIN, FROID, CALCULATEUR, PRÊT À ANÉANTIR LA FRANCE ET LES FRANÇAIS, CONTRE DE PITOYABLES SIÈGES D’HONNEUR ET CONTRE DES PARACHUTES DORÉS.

——-


LA FRANCE, C’EST MON PAYS. PAS LE VÔTRE ! CAR C’EST BIEN VOUS QUI EN ÊTES INDIGNE. C’EST VOUS, LE TOUT PREMIER, QUI DEVEZ ÊTRE DÉCHU DE LA CITOYENNETÉ FRANÇAISE, ET NON PAS MOI, NI AUCUN DES RÉSISTANTS COURAGEUX QUE VOUS VOULEZ FAIRE ÉCHARPER PAR CEUX QUE VOUS AVEZ FORCÉS, PAR LA RUSE, LE MENSONGE OU LA MENACE, À SE FAIRE EMPOISONNER.

Je milite, pour avertir mes amis les Français, avec mes moyens. J’ai repris à 79 ans mon travail de journaliste. Les nouvelles arrivent du monde entier, comme un tourbillon, évidemment des informations soigneusement zappées par nos médias subventionnés (donc payés par nous !) et corrompus par la pieuvre Vingard et ses succursales pharmaceutiques et chimiques, pour débiter le mensonge, les fake news (distillés par votre staff de bénis-oui-oui pourris) et la désinformation systématique… Vous crachez le mot de « complotistes » pour désigner les RÉSISTANTS. Vous n’étiez pas né quand j’étais entourée de RÉSISTANTS, les vieux de la veille, ceux qui donnaient leur vie par amour pour leur pays, et qui eux, ne détruisaient pas la vie de leurs compatriotes par avidité du pouvoir et de l’argent.

Vous croyez pouvoir vous servir de mots stigmatisants, en les rendant méprisants. Mais quand quelqu’un voit un complot là où il n’y en a pas, le mot juste est : « paranoïaque », pas « complotiste ». Ce dernier est quasiment toujours un observateur lucide, un chercheur de vérité, un vrai journaliste… et un vrai Français sachant parler le français. Ce que vous n’êtes pas…

Donc j’écris, je relaye les infos venant de gens qui connaissent et aiment la vérité, qui la trouvent, et qui mettent parfois leur liberté et leur vie en danger pour la diffuser et sauver le plus possible de ceux qui les écouteront et qui discerneront qui dit la VÉRITÉ !

Cela, c’est juste mon travail de citoyenne française, française depuis une cinquantaine de générations…

Venez me faire chercher par vos sbires, E.Macron, pour me faire déchoir de la citoyenneté française, puisque je refuse vos manipulations et vos mensonges et que j’ai le tort (à vos yeux) d’aimer mon pays et d’avoir une sainte colère contre vos menées pour le détruire et détruire ses enfants, son génie, son Histoire, sa Culture, sa langue, son esprit, sa brillance reconnue mondialement.

Moi, je suis fière d’être française. Vous pourriez me déchoir de la nationalité que j’ai reçue – par droit millénaire – à ma naissance, je me sentirai encore mille fois plus française.

À moins que vous ne vouliez me faire vacciner de force alors que JE SAIS, vu mes pathologies, que j’en mourrais très vite car je sais ce que contient vraiment l’injection. Mais j’oubliais, même pas besoin de l’injection pour m’éliminer : vous haïssez tant les « vieux » que vous les faites assassiner au Rivotril sur ordonnance de votre ministre « de la mortalité programmée », en interdisant qu’on les soigne, comme vous avez fait interdire, avant même que la « plandémie » soit déclarée, un précieux médicament peu cher et délivré sans ordonnance en pharmacie depuis des décennies, mais qui avait pour grave défaut de pouvoir guérir les malades avant qu’ils soient expédiés – trop tard – en réanimation après l' »ordre » gouvernemental de rester chez soi avec du paracétamol. Car il fallait remplir par tous moyens les hôpitaux, pour entretenir la panique, tout en supprimant – poursuivant ainsi le planning de vos prédécesseurs -, des milliers de lits, et ensuite, par coercition, des centaines de milliers de soignants, et ce pour parachever votre objectif de mettre les Français sous terreur pour qu’ils obéissent comme des moutons, sans même se poser de question – comme planifié dans toutes les nations du monde, et ce en même temps – .

Ah, la Terreur ! Le plus vieux truc du monde pour instaurer une dictature. Il suffisait juste de fabriquer le virus adéquat et de le répandre par tous les moyens possibles. C’était préparé de longue date, cela, comme l’avouait déjà votre copain Attali il y a quarante ans. Et là, je ne parle que de la France. 70 ans aux USA, avec les précieux conseils du docteur Mengele ?

À ce stade, je pourrais déjà vous dire que vous avez manqué votre but ! Et vos comparses avec. Vous avez sous-estimé l’intelligence des populations, la lucidité de beaucoup, la persévérance sans faille des RÉSISTANTS, car quand on touche à leur pays et à leurs enfants, ils sortent les griffes, même s’ils doivent y laisser leur vie ! C’est leur force et ça les rend indomptables et invincibles. Quand on en élimine un, il s’en lève mille…

Vous êtes allé trop vite, vous et vos comparses. Car je sais des choses que vous ignorez, faute que vous ayez un esprit réveillé par l’Esprit de VÉRITÉ. Je ne vais pas tout vous expliquer, car vous avez ‘l’intelligence obscurcie », comme disait l’apôtre Paul face aux mécréants et autres adorateurs de faux dieux, type Baphomet ou la déesse Gaïa… Sans oublier bien sûr Mammon, alias Satan, le prince de ce monde, grand distributeur d’un fric qui n’appartient pourtant qu’à Dieu :

Aggée 2:8
C’est à moi qu’appartient tout l’argent et tout l’or. Voilà ce que déclare le Seigneur des armées célestes.
Quand Il le voudra, Dieu vous enlèvera TOUT, ABSOLUMENT TOUT !
——-

Je le sais, car j’ai une toute autre mission en parallèle, une mission qui me conduit à savoir écouter et entendre mon Dieu. Dieu ne fait rien sans avoir averti ses serviteurs, les prophètes. C’est écrit.

J’ai une révélation pour vous, monsieur l’ignorant haineux et enragé : mon Dieu est PROPRIÉTAIRE DE LA FRANCE.
Jérémie 27:5
C’est moi qui ai fait la terre, les hommes et les animaux qui sont sur la terre, par ma grande puissance et par mon bras étendu, et je donne la terre à qui cela me plaît.
Psaumes 46:11
Arrêtez, et sachez que je suis Dieu : Je domine sur les nations, je domine sur la terre.
Psaumes 22:29
Car à l’Eternel appartient le règne : Il domine sur les nations.

Je sais qu’il vous est arrivé de vous poser des questions : des amis à moi ont été envoyés en esprit pour vous interpeler.  Mais votre orgueil était bien trop colossal pour entendre.

Ma mission parallèle est de lever une armée d’intercesseurs, ce que je fais depuis deux ans. Oh oui, Dieu semble mettre du temps à répondre à nos prières, bien que nous ayons reçu de Sa part beaucoup de promesses. Mais voilà, Dieu a en vue une stratégie bien supérieure à celle de nous ramener à notre « vie d’avant ». Il veut que la France crie à Lui, revienne à SA loi, ce qui annulera immédiatement toutes vos lois immondes, porteuses des malédictions qui déferlent maintenant sur le pays, et c’est bien pour cela qu’Il vous laisse vous enfoncer dans la méchanceté, dans la cruauté, dans la manipulation et dans le mensonge et promulguer des restrictions et obligations de plus en plus écœurantes, destructrices et aberrantes.

Car Il veut que les yeux s’ouvrent !

Et vous, durant ce temps, qui jouissez de votre pouvoir en vous croyant invulnérable ! C’est visible, et pour moi, tristement risible et dérisoire. J’en ai connu tant, des comme vous, vides tout autant qu’avides, médiocres parmi les médiocres, qui se sentent gonfler comme Jupiter (la planète gazeuse) dès qu’on leur donne une once de pouvoir. Cela se voit dans toutes les strates de la société. Mais en haut de l’échelle, le gaz devient explosif…

Vous ne le savez pas, mais vous êtes un instrument de Dieu POUR QUE LA FRANCE PLIE LE GENOU DEVANT SON ROI. Dans votre dictature génocidaire, de plus en plus de Français, par millions, commencent à crier à Dieu, À SE RÉVEILLER, et cela comprend bien sûr des chrétiens attiédis que Dieu vomissait de Sa bouche, tout comme Il vous vomit, mais beaucoup vont entendre, enfin, la voix du Roi des rois, Jésus-Christ, Roi de France. Car, depuis Clovis, la France appartient à Jésus-Christ, alliance qui a été renouvelée par Charles VII puis par Louis XVI. CETTE ALLIANCE EST IRRÉVOCABLE.

Tous ceux qui ne sont pas serviteurs du Dieu très Haut pour NOTRE BIEN dans les sièges de Pouvoir qu’ils occupent en France, ainsi que cela nous est rappelé en Roms 13, sont donc des USURPATEURS.

Dieu est lent à la colère, mais quand sa colère se déverse, les montagnes et les océans tremblent. C’est cette colère qui monte en moi, et je la ressens comme venant d’En Haut.

J’ai l’honneur, monsieur le fallacieux Pdt, l’usurpateur, de vous annoncer que, selon les Écritures, votre chute est désormais toute proche et quand on tombe de haut, la chute est dure. D’autant que tous vos faux amis d’hier se feront une joie de vous piétiner en espérant se refaire une virginité politique. Idem pour tous les magistrats ou les médecins qui ont saccagé leur éthique pour garder leurs privilèges… Ô combien ils s’empresseront de vous enfoncer en changeant brusquement de camp ! Ils croiront peut-être ainsi se racheter !

Ils auront tort, car Dieu ne laisse rien passer, sauf profonde repentance. Il voit tout. Il y a l’éternité, il y a la terre, et Dieu n’attend pas forcément l’éternité pour exercer sa vengeance.

Proverbes 11:31
Voici, le juste reçoit sur la terre une rétribution; Combien plus le méchant et le pécheur !
Eh bien, j’ai beau être chrétienne, moi, personnellement, et avec quelques milliers d’amis, je me réjouirai ! Je ne verserai aucune larme. Je sauterai de joie.

Es 14:4

… [Je dirai] : Eh quoi! le tyran n’est plus ! L’oppression a cessé !
5 L’Eternel a brisé le bâton des méchants, La verge des dominateurs. 6 Celui qui dans sa fureur frappait les peuples, Par des coups sans relâche, Celui qui dans sa colère subjuguait les nations, Est poursuivi sans ménagement. 7 Toute la terre jouit du repos et de la paix; On éclate en chants d’allégresse,

ALLÉLUIA !

Source 

Famille d'Astier de la Vigerie 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Rue_des_Fr%C3%A8res-d%27Astier-de-La-Vigerie

Données sur « l’épidémie de Covid » par le réseau Sentinelle

Par : Paul

Rappel sur le réseau Sentinelle

Ce sont 1400 généralistes et pédiatres, ainsi que des épidémiologistes de l’INSERM et de Sorbonne Université, dont les travaux de surveillance de la grippe et des infections respiratoires aiguës sont exploités par l’Institut Pasteur et l’European CDC depuis plus de 25 ans.

C’est le seul réseau qui observe en vie réelle les vraies COVID-19 (les malades
symptomatiques d’infections respiratoires aigües (IRA) à SARS-CoV-2 et non pas les PCR de nos concitoyens non malades.)

Où en est l’épidémie de COVID-19 ?

De toute l’année 2021, l’incidence réelle de la COVID-19 n’a jamais dépassé 35 cas pour 100 000 habitants par semaine 1.

En semaine 52, 47% des sujets éligibles à la vaccination n’étaient pas vaccinés, soit 53% de vaccinés 1.

Au même moment, les données SI-DEP fondées sur les PCR ont été systématiquement 10 fois supérieures (oscillant toute l’année entre 50 et 500/100 000 hab, jusqu’à 833/100 000 hab en semaine 51) : il s’agissait donc là de personnes testées positives mais majoritairement non malades d’IRA COVID-19.

Pour mémoire, le seuil épidémique de la grippe (une IRA particulière) a toujours été fixé autour de 170 / 100 000 habitants.

En semaine 52, seuls 3% de ces 43 831 nouveaux cas ayant consulté un généraliste ont été hospitalisés, et le taux d’hospitalisation n’a jamais dépassé les 5,4% en 2021 (pic entre s26 et s28) 1.

Que montre le bilan annuel de 2020 ?

L’activité hospitalière de février / mars 2020, appelée à tort « première vague », était une épidémie de grippe aux caractéristiques strictement similaires à celles des autres années (bilan annuel 2019 pour l’épidémie 2019-2020) 4.

Le surcroît d’activité dû à la COVID-19 à cette époque n’est pas connu.

Quant à l’épidémie 2020-2021, la surveillance s’est prolongée jusqu’en semaine 24 de 2021.

Sur toute cette période, l’incidence réelle (clinique) des COVID-19 n’a dépassé les 35 cas / 100 000 habitants qu’une fois avec un pic autour de 80 / 100 000 habitants en octobre 2020 (la première série de données avec un pic avant 2020-s15 [semaine 15, NdT] est uniquement « virologique » sans rapprochement clinique).

Sur 15 mois au moment du bilan de juillet 2020, l’estimation totale des cas de COVID-19 a été de 656.636 cas. Par comparaison, la grippe saisonnière (syndromes grippaux) fait tous les ans plus de 3 millions de cas dont la moitié sont de vraies grippes (virus influenza).

Avec 96,6% des cas ayant plus de 15 ans, la COVID-19, infection respiratoire aiguë, n’est donc pas une maladie pédiatrique.

Par comparaison, les IRA hors COVID-19 font 18,4% de cas en-dessous de 15 ans.

Enfin, 5,3% ont fait l’objet de demande d’hospitalisation par les généralistes, âge minimum 15 ans et médiane à 69 ans. C’est 10 fois plus que les demandes d’hospitalisation pour grippe saisonnière, ce qui se comprend bien étant donné l’âge élevé des patients atteints de forme grave de COVID-19.

En tout, c’est moins de 35.000 hospitalisations en 2020.

A RETENIR

  • La « première vague » de février-mars 2020 correspond au pic épidémique de grippe.
  • Parmi les « vagues » de COVID-19 suivantes, seule celle d’octobre 2020 a avoisiné le seuil épidémique de la grippe et mérite le nom de « pic épidémique COVID-19 pour la saison 2020-2021 ». À ce jour, nous sommes proches du pic épidémique de COVID-19 pour la saison 2021-2022.
  • Le reste du temps, la circulation de SARS-CoV-2 a constitué une situation endémique bénigne similaire à celle du rhinovirus ou d’autres virus respiratoires.
  • 1 an et demi de Covid19 (656 636 cas) ont fait moins de cas que la grippe saisonnière 2018-2019 en seulement 6 mois (1 618 166 cas de syndromes grippaux soit 828 501 grippes à influenza virus).
  • L’excellente méthodologie du réseau historique Sentinelles est passée sous silence depuis 1 an ½ (au mieux bénéficie-t-elle d’un lien de renvoi internet sur le résumé hebdomadaire de Santé Publique France).
  • Ces données confirment celles du rapport de l’ATIH sur l’importance exagérée accordée à l’épidémie de Covid-19 en France en 2020 et 2021. 5.

Notes

Eric Lanzarone, avocat en droit public, a déposé un recours contre le contrat signé entre l'entreprise Pfizer et l'Etat Français. Pfizer répond.

Par : Paul

http://

Les marchés publics c'est sa spécialité. L'avocat marseillais Eric Lanzarone dénonce la clause d'irresponsabilité imposée par Pfizer à l'Etat, dans le cadre de la vaccination anti-Covid.

"Pfizer ne sera jamais responsable des éventuelles conséquences du vaccin.  Comment accepter que l'Etat ait signé un tel contrat, avec cette clause, illégale dans le contrat public? " Selon maitre Lanzarone, normalement c'est l'administration qui impose ses conditions. "Là, on a privatisé les profits et socialisé les risques. C'est l'état qui va payer pour la responsabilité de Pfizer."

En cas de problèmes suite à la vaccination, qui indemnisera les victimes ? "Normalement c'est l'ONIAM, (l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux), mais avec cette clause, ce ne sera sûrement pas possible".

Des clauses disproportionnées 

"L'Etat s'est fait tout petit devant Pfizer en acceptant des clauses léonines". Car autre chose chiffone l'avocat marseillais : apparement, en cas de contentieux, Pfizer ne pourra être assigné uniquement devant une cour belge, au regard du droit belge. " Pourquoi ? Je n'ai pas de réponse ! Mais il est très possible que suite au recours déposé au tribunal administratif de Paris, on me renvoie vers une cour belge !

Opacité dans les bons de commandes

Depuis plusieurs mois, l'avocat demande à Olivier Véran, ministre de la santé, les bons de commandes des vaccins Pfizer. "Quel montant dépensé ? Combien de doses commandées ? Ces données sont publiques normalement et libres de consultation. Mais là impossible de les avoir. Le ministère me renvoie sur Santé Public France, qui ne répond même pas". 

Alors il a décidé de saisir la CADA, la Commission d'accès aux documents administratifs, une autorité administrative indépendante chargée de veiller à la liberté d'accès aux documents. " Dans quelques mois, j'aurai normalement accès aux bons de commandes".

1,8 milliard de doses commandées par l'Union Européenne

Comme l'explique le site "CheckNews" de Libération, l'Union européenne a commandé 1,8 milliard de doses supplémentaire pour tous les Etats membres de l’Union, entre fin 2021 et 2023 (une commande ferme pour 900 millions de doses et une option pour 900 millions de doses supplémentaires).

Dans le cadre d'un contrat négocié par la commission européenne, les prix sont alors identiques pour tous les Etats membre de l'Union, et les vaccins sont livrés au même moment dans chaque pays, au prorata de leur population.

Questions/ réponses au groupe Pfizer :

Nous avons sollicité une ITW auprès de l'entreprise Pfizer, qui nous a répondu par mail :

Comment se déroulent les commandes entre la France et Pfizer ? Comment les volumes à recevoir sont-ils évalués ? Les bons de commande de vaccins entre Pfizer et l'Etat français sont-ils consultables ?

Le système est conçu avec une certaine souplesse afin que nous puissions soutenir efficacement les programmes nationaux de vaccination. Pour la France, nous évaluons les besoins en collaboration étroite avec l’Etat français et les autorités de santé. Les bons de commande sont des documents contractuels confidentiels signés entre l'entreprise et les autorités sanitaires nationales.

Qu'est-ce qu'une clause d'irresponsabilité ? A quoi sert-elle ? 

Nous ne commentons pas les clauses incluses dans nos contrats signés avec les Etats ou la Commission Européenne. Pfizer a tenu ses engagements contractuels en livrant les quantités commandées selon le calendrier défini et en assurant la mise à disposition d’un vaccin sûr et efficace pour lutter contre la pandémie de la Covid-19. Dans une volonté de soutenir au mieux la stratégie vaccinale du gouvernement français, Pfizer a livré à plusieurs reprises des volumes conséquents de notre vaccin de manière anticipée, en amont du calendrier de livraison convenu.

Est-ce courant d'en inclure une dans les contrats entre les laboratoires et les gouvernements ?

Le principe général en matière de contrat est la liberté contractuelle, c’est-à-dire que les parties qui concluent un contrat acceptent les règles qui s’appliquent à son exécution. Toutes les clauses sont donc imaginables. Concernant les contrats dans le secteur pharmaceutique, les évènements exceptionnels comme une urgence de santé publique peuvent conduire à des clauses spécifiques.

Concernant la procédure lancée par l'avocat marseillais Eric Lanzarone, le recours est lancé. Il devrait aboutir d'ici 2 ans.

Source

-

Par : Paul


Les injections de rappel s'effondrent en angleterre, faute de volontaires

Par : Paul

http://

On estime que des centaines de milliers de doses Pfizer et Moderna sont sur le point d'expirer après un effondrement de la demande d'injections.

Les injections de rappel, distribuées en Angleterre pour la campagne de vaccination d'avant Noël, doivent être jetées en raison d'un manque de demande, révèle une note de service du NHS, qui a fait l'objet d'une fuite.

On ne sait pas exactement combien de vaccins seront jetés, mais il s'agira probablement de "centaines de milliers", ont déclaré des sources au Health Service Journal (HSJ), qui a obtenu le mémo.

La note de service, envoyée jeudi par l'équipe de vaccination du NHS England aux responsables gérant les 3.000 sites de vaccination à travers le pays, indique que certains stocks atteindraient leur date de péremption. Il les exhorte à essayer de les utiliser jusqu'à la dernière minute avant de devoir les jeter.

Il a déclaré: «Il y a une quantité de vaccin dans le système, qui a été publié en décembre pour soutenir la campagne de rappel, qui atteindra potentiellement sa date de péremption dans les deux prochaines semaines, avant de pouvoir être utilisé. Tous les sites doivent s'assurer qu'ils font tout leur possible pour l'utiliser jusqu'à l'expiration, conformément à nos communications précédentes.

Les doses non utilisées, qui ne sont plus à jour, doivent être « mises en quarantaine dans des réfrigérateurs médicaux appropriés » à la bonne température, ajoute-t-il. Les vaccinateurs ont utilisé une combinaison des piqûres Pfizer/BioNTech et Moderna dans la campagne de rappel, qui a débuté en Angleterre en septembre dernier.

Les patrons des soins primaires ont imputé le gaspillage à 30% des personnes qui ne se présentent pas à leur rendez-vous de rappel.

"Les équipes de soins primaires ont injecté plus de 30 millions de rappels et que tout stock de vaccins restant risque d'être gaspillé", a déclaré Ruth Rankine, directrice des soins primaires à la Confédération NHS. «Ils ont des arrangements avec d'autres sites et commissaires locaux, pour réduire ce risque, mais avec les dirigeants du NHS nous disent qu'environ 20% à 30% des rendez-vous de vaccination sont ignorés, c'est une véritable inquiétude.

"Il y a des raisons pour lesquelles les gens ne peuvent pas se rendre à leurs rendez-vous de vaccination, y compris s'ils s'auto-isolent, ont récemment eu le virus ou ont décidé de se faire vacciner ou de se faire vacciner ailleurs." Les gens devraient modifier leur réservation, s'ils réalisent qu'ils ne peuvent pas y aller, afin d' "aider à gérer l'offre et la demande", a déclaré Rankine.

Le professeur Martin Marshall, président du Royal College of GPs, a déclaré: «Bien que tout soit fait pour réduire au minimum le gaspillage de vaccins, les vaccins ont une date de péremption, et s'ils ne sont pas utilisés après cette date ou ne peuvent plus être stockés dans les bonnes conditions, ils doivent être détruits.

Le HSJ a cité une source du programme de vaccination, qui a déclaré : «La mission du Premier ministre le mois dernier était de stimuler tout le monde d'ici la fin de l'année, donc l'équipe nationale a poussé le vaccin avant Noël… que les régions le veuillent ou non.

"Le manque relatif de créneaux de livraison pendant la période des fêtes, signifiait qu'il était envoyé à l'avance, de sorte que des centaines de milliers de doses à l'échelle nationale arrivent maintenant, à la fin de leur durée de conservation réfrigérée."

Les chiffres du gouvernement sur le déploiement du rappel, montrent que le nombre de personnes à travers le Royaume-Uni en recevant un, a récemment chuté, passant d'un record de 968.665 le 21 décembre à 111.849 jeudi.

Un porte-parole du NHS England a déclaré: «Le programme de vaccination le plus rapide et le plus réussi de l'histoire du NHS a réaliser plus de 14 millions de piqûres au cours du seul mois de décembre 2021, à la suite de l'appel du Premier ministre, pour que tous les adultes se voient proposer un vaccin de rappel d'ici le 31 décembre.

« Bien que la date limite soit passée, le NHS continue de faire tout ce qui est en son pouvoir pour vacciner le plus de personnes possible contre le Covid-19… alors s'il vous plaît, venez et réservez votre vaccin.

Pendant ce temps, un nouveau rapport de l'Agence britannique de sécurité sanitaire (UKHSA) a fourni des chiffres actualisés sur l'efficacité des injections de rappel contre Omicron.

Le rapport suggère que les piqûres peuvent offrir une protection légèrement meilleure contre les conséquences graves que ne le suggèrent les premières données, révélant qu'une troisième dose réduit le risque d'hospitalisation de 92% deux à quatre semaines plus tard, bien qu'après 10 semaines ou plus, le chiffre soit inférieur à 83% . Les chiffres précédents de l'UKHSA évaluaient l'efficacité du vaccin contre l'hospitalisation à environ 88 % pour Omicron deux semaines ou plus après trois doses de vaccin.

"Il existe d'autres données montrant que l'efficacité contre la maladie symptomatique est nettement inférieure à celle du variant Delta et diminue plus rapidement", ajoute le rapport.

Cependant, le niveau de protection contre Omicron pour ce résultat reste similaire au rapport précédent, à environ 65-75% deux à quatre semaines après injection, tombant à environ 40-50% de protection à partir de 10 semaines ou plus après le rappel.

Le dernier rapport révèle également qu'une perte de goût et d'odeur est moins fréquente avec Omicron qu'avec le variant Delta.

Source

Particulièrement touchée par la crise sanitaire, l'économie allemande proche de la récession

Par : Paul

Le risque de récession se profile pour l'Allemagne après la contraction de son économie à la fin de 2021. Particulièrement touchée par les problèmes d’approvisionnement, elle s’en sort moins bien que l’Espagne, la France et l’Italie.

Le produit intérieur brut (PIB) de l’Allemagne a reculé de 0,5% à 1% au quatrième trimestre, selon des chiffres temporaires annoncés ce 14 janvier par l'agence nationale de statistiques Destatis. Les perspectives sont également négatives pour les trois premiers mois de 2022, et deux trimestres consécutifs de baisse placeraient officiellement l'Allemagne en récession. 

L'Allemagne est généralement considérée comme le moteur de la zone euro. Or, de nombreuses entreprises allemandes ont des fournisseurs ou des usines dans d'autres pays européens, de sorte que l'activité commerciale de l'Allemagne peut stimuler ou freiner la croissance de ses voisins. En 2021, le PIB allemand n’a connu qu’un rebond de 2,7%, après une chute de 4,6% en 2020, au plus fort de la pandémie. 

L’activité économique en Allemagne reste inférieure à son niveau d'avant la pandémie et la croissance a accusé, en 2021, un retard par rapport à la moyenne estimée de 5% dans la zone euro. Son activité a été moins  dynamique que ce qui est observé dans les autres grandes économies de la zone comme la France, l'Espagne et l'Italie. 

L'économie allemande, reposant pour une large part sur la production industrielle et les exportations, a été particulièrement affectée par les pénuries de composants et de matières premières, qui ont empêché les entreprises de satisfaire la forte demande de leurs clients au moment où un rebond était attendu, une fois le pic de la pandémie franchi. 

Carsten Brzeski, responsable économie à la banque néerlandaise ING, cité par l’agence Associated Press explique : «Aucun autre pays de la zone euro n'a souffert autant des ruptures dans la chaîne d’approvisionnement que l'économie allemande au milieu d'une série de frictions de la chaîne d'approvisionnement.» L’économiste a observé une quasi-stagnation de la production industrielle par rapport au printemps 2020, malgré des carnets de commandes bien remplis et des stocks très faibles.

Source

-

Par : Paul

Combien de personnes qui soutiennent le #PasseVaccinal ou qui doutent sont au courant de ça ? pic.twitter.com/fGlls43PJX

— Le Réveil d'Atlas (@lereveildatlas) January 14, 2022

Le Pr Montagnier arrive à Milan

Par : Paul

Le Pr Montagnier arrive à Milan

Je vous laisse regarder 🙏⬇️ pic.twitter.com/25J2QRswgq

— Carter john (@Carterj37919661) January 15, 2022

Pr. de pharmacologie : "J’ai du mal à croire que le traitement monoclonal Xevudy soit vraiment utilisable"

Par : Paul
http://

Face aux nouveaux variants de Covid-19, la Haute autorité de Santé conseille désormais la thérapie par anticorps monoclonal Xevudy. Un médecin hospitalier et un professeurde pharmacologie analysent les chances de cette "thérapie précoce".

Le 7 janvier, la Haute Autorité Sanitaire (HAS) a donné son feu vert à l’utilisation du Xevudy (sotrovimab) dans le traitement curatif du Covid-19. Si on parle d’"accès précoce" à ce nouveau traitement, il s’agit néanmoins d’une utilisation dans un cadre hospitalier et il est destiné "aux adultes et adolescents de 12 ans et plus infectés et qui présentent un risque de forme sévère".

La prophylaxie à large échelle en population générale repose toujours exclusivement sur la vaccination. Les anticorps monoclonaux ou "anticorps fabriqués par des cellules en culture pour traiter des maladies spécifiques" occupent pour leur part une place significative dans la prise en charge du Covid-19 à l’hôpital. Fin décembre, la part des patients contaminés par Omicron à l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris approchait les 19%.

Un médecin hospitalier a confié à Sputnik, sous couvert d’anonymat, son avis sur le sotrovimab, souvent présenté dans les médias comme une réponse à la déferlante Omicron. 

"Je ne connais pas son efficacité possible, mais je dirais la même chose que disait le Dr Raoult il y a quelque temps: je ne vois pas bien comment ce médicament peut se positionner en termes de stratégie", explique le praticien. 

La raison de son scepticisme est simple: il s’agit d’un médicament "à usage hospitalier via une perfusion et censé être utilisé tôt", dans les premiers jours de la maladie, avant qu’il y ait aggravation, laquelle "arrive entre le cinquième et huitième jour des symptômes".

Une stratégie incohérente

Or, notre interlocuteur pointe de doigt "un grand problème d’accès à l’information": pour que ce médicament puisse être administré, il faudrait que les médecins soient au courant –"et pas seulement les médecins hospitaliers"– pour qu’ils puissent "recruter" les patients répondant à ces critères, afin de les envoyer à l’hôpital à temps. Mais ce n’est pas tout : 

"Il faudrait aussi que les patients soient au courant, donc qu’ils aient la consigne de chercher un contact médical dans les premiers jours des symptômes. Pour l’instant, nous en sommes toujours à la consigne “restez chez vous et prenez du doliprane”", déplore le médecin. 

Le praticien hospitalier nous fait part de "nombreux" cas observés parmi ses patients: au cabinet de leur généraliste, ils tombent sur un secrétariat qui leur donne ce conseil vieux comme l’épidémie. Ainsi, la stratégie d’emploi du Xevudy entre-t-elle en contradiction avec la politique générale de lutte contre le Covid. Un écart entre la théorie et la réalité du terrain qui rend sceptique notre interlocuteur : 

"La stratégie actuelle ne permet pas d’utiliser ce médicament, puisque les patients ne sont examinés [à l’hôpital, ndlr] que quand ils ont des formes graves. J’ai du mal à croire que ce médicament soit vraiment utilisable, connaissant la difficulté actuelle de faire tourner les hôpitaux, avec leur saturation et le manque du personnel." 

Du point de vue de ce médecin hospitalier, utiliser le sotrovimab reviendrait en outre à "faire venir beaucoup du monde à l’hôpital". Et même s’il s’agit d’"un temps très court, juste quelques heures", notre interlocuteur n’est pas certain que les établissements "aient suffisamment de personnel pour le faire".

"Une situation impossible"

Pour notre interlocuteur, un accueil soigné et approfondi par un médecin de ville constituerait un début de solution à ce problème et, plus largement, "un début de premier traitement". 

"Les médecins généralistes ont été mis de côté dans la gestion de cette maladie. Si on veut l’utiliser [le Xevudy, ndlr], on devrait les faire intervenir. Ça me paraît mal pensé stratégiquement", souligne le médecin hospitalier. 

Cette proposition se fonde sur le constat que "beaucoup de gens n’arrivent pas à avoir un contact avec leur médecin généraliste et se retrouvent dans une situation impossible". L’information publique scande "que la maladie pourrait être grave", mais les patients n’ont pas suffisamment de repères "pour savoir à quel moment ça risque d’être grave". 

"Ils sont en situation de panique. Ils ne peuvent pas être rassurés parce qu’on leur refuse un contact médical particulier. On leur a martelé qu’ils devaient rester isolés. On a une situation beaucoup plus anxiogène que vis-à-vis de n’importe quel autre virus. C’est forcément défavorable", détaille le médecin. 

Ainsi, être reçu par un médecin de famille "serait un facteur de diminution du stress et de réassurance". Notre interlocuteur reste persuadé que "même en dehors des médicaments" recommandés ou non par la HAS, recevoir les malades et leur donner des conseils sur la respiration ou l’alimentation "peut améliorer beaucoup leur situation". De même, un médecin de famille peut aussi guider le patient, "notamment pour surveiller à domicile l’oxygénation et la saturation" afin d’essayer de repérer le passage à la pneumonie le plus rapidement possible. "J’ai rarement vu cette surveillance proposée, alors qu’elle est utile", déplore notre contact.

Efficace, le Xevudy? "On n’en sait encore trop rien"

Tout en jugeant que l’apparition du sotrovimab en tant que nouvelle arme thérapeutique dans une pandémie "qui a beaucoup tué jusqu’à présent" est une "bonne nouvelle", Bernard Bégaud, professeur de pharmacologie à l’Université de Bordeaux, "n’applaudit pas trop longtemps". 

"Il faut remettre les choses dans la hiérarchie, à leur vraie place. Je suis inquiet que l’on oublie que la prévention numéro un est les gestes barrière. Deuxièmement, la vaccination. Et après, les anticorps monoclonaux", détaille le Dr Bégaud. 

Ce nouvel anticorps monoclonal spécifique à ce type de virus est-il "efficace contre le variant Omicron"? "On n’en sait encore trop rien", répond le professeur de pharmacologie, qui doute d’être en face d’un médicament miracle. À l’appui de son scepticisme, la HAS elle-même, qui explique prudemment que "le mécanisme d’action de Xevudy permet d’espérer le maintien de son efficacité sur les différents variants, y compris Omicron". 

"Ce n’est pas une révolution comme on essaye de nous le vendre", en conclut le professeur.




Un tsunami frappe les côtes sud-ouest du Japon

Par : Paul
http://

Un tsunami avec des vagues pouvant aller jusqu'à trois mètres provoqué par une éruption de volcan dans les Tonga a frappé le littoral du Japon. Des alertes ont également été émises dans plusieurs archipels du Pacifique, en Nouvelle-Zélande et en Australie ainsi qu’aux États-Unis.

La zone côtière du Japon a été touchée par un tsunami provoqué par l’éruption d’un volcan sous-marin au large des îles Tonga enregistré la veille, rapporte ce samedi 15 janvier le Japan Times.
Le média fait savoir que les vagues ont frappé le littoral quelques minutes après la diffusion de l’alerte.
 
"L’arrivée des vagues se confirme dans la zone côtière de Tohoku jusqu’à Okinawa", d’après le journal.
Plus tôt, l’agence météorologique japonaise a annoncé une alerte aux tsunamis dans le pays avec des vagues d’une hauteur pouvant aller jusqu’à trois mètres.
Selon l’agence, l’alerte concernait en premier lieu les îles Amami et Tokara, mais des vagues jusqu’à un mètre auraient pu atteindre toute la côte Pacifique du pays.

Éruption du Hunga Tonga

Le 14 janvier, les météorologues ont enregistré une éruption d’un volcan sous-marin près d’une île inhabitée des Tonga.
Il s’agit du volcan Hunga Tonga-Hunga Ha’apai, qui se trouve à environ 65 kilomètres de la capitale Nuku’alofa, et dont l’éruption a duré huit minutes.
Selon les autorités fidjiennes, le phénomène naturel a été si fort qu’il a été entendu "comme un bruit de tonnerre lointain" sur les îles Fidji, à plus de 800 kilomètres des Tonga, dont plusieurs îles ont été frappées par des vagues pouvant aller jusqu’à 1,2 mètre de haut.
Une alerte a ensuite été déclenchée dans d’autres régions et pays, ainsi qu’aux Samoa, à Hawaï et sur la côte ouest américaine, au Chili, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Certaines zones ont été touchées par des inondations.

Responsabilités en cas de préjudices liés à la vaccination contre la covid-19 : qui est responsable ?

Par : Paul

http://

La vaccination contre la Covid-19 suscite beaucoup d’interrogations. Cet article a pour objet d’apporter des réponses à ces interrogations quant aux responsabilités qui peuvent se poser suite à la vaccination contre la Covid-19.

Que prévoit la loi pour les personnes qui se font vaccinées volontairement contre la Covid-19 ? L’obligation vaccinale qui peut être imposée par la législateur va-t-elle changer quelque chose à ce niveau ? Cet article a été rédigé à la suite de beaucoup de questions que se posent beaucoup de personnes en cas de responsabilité suite à la vaccination contre la Covid-19.

Il faut savoir qu’il y a deux régimes de responsabilité vaccinale prévus par le Code de la santé publique : d’une part, celui appliqué en cas de vaccination non obligatoire (I) et d’autre part, celui qui intervient dans le cas d’une vaccination imposée (II).

I - Le régime de responsabilité de la vaccination non obligatoire de l’article L3131-4 du Code de la santé publique.

Contrairement à certaines idées reçues, les personnes qui recourent volontairement à la vaccination contre la Covid-19 bénéficient, en application de l’article L3131-20 du Code de la santé publique, d’un mécanisme qui garantit la réparation intégrale par un organisme dénommé ONIAM, prévu à l’article L3131-4 du même code, pour des « préjudices imputables à des activités de prévention, de diagnostic ou de soins », réalisées sur le fondement des mesures prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire, cela en application des articles L3131-15 à L3131-17 qui ont en effet permis le déploiement de la campagne vaccinale.

Pour rappel, l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux, des Affections Iatrogènes et des Infections Nosocomiales (ONIAM) est un établissement public créé par la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé modifiée [1]. Il a pour mission d’organiser le dispositif d’indemnisation amiable, rapide et gratuit des victimes d’accidents médicaux.

Il est placé sous la tutelle du ministère de la Santé et a pour mission d’organiser le dispositif d’indemnisation amiable, rapide et gratuit des victimes d’accidents médicaux fautifs (en cas de défaillance de l’assurance) et non fautifs, sans passer par une procédure en justice.

Son intervention couvre les dommages résultant des faits suivants :

- Un accident médical ou des dommages imputables à une activité de recherche biomédicale,
- Une affection iatrogène (ou effet secondaire lié à un traitement médical),
- Une infection nosocomiale (ou infection contractée dans un établissement de santé),

Article L3131-20 du Code de la santé publique :

« Les dispositions des articles L3131-3 et L3131-4 sont applicables aux dommages résultant des mesures prises en application des articles L3131-15 à L3131-17.
Les dispositions des articles L3131-9-1, L3131-10 et L3131-10-1 sont applicables en cas de déclaration de l’état d’urgence sanitaire. »

Article L3131-3 du Code de la santé publique :

« Nonobstant les dispositions de l’article L1142-1, les professionnels de santé ne peuvent être tenus pour responsables des dommages résultant de la prescription ou de l’administration d’un médicament en dehors des indications thérapeutiques ou des conditions normales d’utilisation prévues par son autorisation de mise sur le marché ou son autorisation temporaire d’utilisation, ou bien d’un médicament ne faisant l’objet d’aucune de ces autorisations, lorsque leur intervention était rendue nécessaire par l’existence d’une menace sanitaire grave et que la prescription ou l’administration du médicament a été recommandée ou exigée par le ministre chargé de la santé en application des dispositions de l’article L3131-1.

Le fabricant d’un médicament ne peut davantage être tenu pour responsable des dommages résultant de l’utilisation d’un médicament en dehors des indications thérapeutiques ou des conditions normales d’utilisation prévues par son autorisation de mise sur le marché ou son autorisation temporaire d’utilisation, ou bien de celle d’un médicament ne faisant l’objet d’aucune de ces autorisations, lorsque cette utilisation a été recommandée ou exigée par le ministre chargé de la santé en application de l’article L3131-1. Il en va de même pour le titulaire de l’autorisation de mise sur le marché, de l’autorisation temporaire d’utilisation ou de l’autorisation d’importation du médicament en cause. Les dispositions du présent alinéa ne les exonèrent pas de l’engagement de leur responsabilité dans les conditions de droit commun en raison de la fabrication ou de la mise sur le marché du médicament ».

Article L3131-4 du Code de la santé publique :

« Sans préjudice des actions qui pourraient être exercées conformément au droit commun, la réparation intégrale des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales imputables à des activités de prévention, de diagnostic ou de soins réalisées en application de mesures prises conformément aux articles L3131-1 ou L3134-1 est assurée par l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales mentionné à l’article L1142-22.

L’offre d’indemnisation adressée par l’office à la victime ou, en cas de décès, à ses ayants droit indique l’évaluation retenue pour chaque chef de préjudice, nonobstant l’absence de consolidation, ainsi que le montant des indemnités qui reviennent à la victime ou à ses ayants droit, déduction faite des prestations énumérées à l’article 29 de la loi n° 85-677 du 5 juillet 1985 tendant à l’amélioration de la situation des victimes d’accidents de la circulation et à l’accélération des procédures d’indemnisation, et, plus généralement, des prestations et indemnités de toute nature reçues ou à recevoir d’autres débiteurs du même chef de préjudice.

L’acceptation de l’offre d’indemnisation de l’office par la victime vaut transaction au sens de l’article 2044 du Code civil.

L’office est subrogé, s’il y a lieu et à due concurrence des sommes qu’il a versées, dans les droits que possède le demandeur contre la personne responsable du dommage ou, le cas échéant, son assureur.

Les conditions d’application du présent article sont fixées par décret en Conseil d’Etat ».

II - Le régime de responsabilité de la vaccination obligatoire de l’article L3111-9 du Code de la santé publique ?

L’article 10 de la loi sur la crise sanitaire adoptée le 25 juillet 2021 a aligné le dispositif de réparation des préjudices imputables à la vaccination obligatoire contre la Covid-19 sur le régime d’indemnisation des dommages liés aux vaccinations obligatoires déjà existantes pour les professionnels de santé, prévu à l’article L3111-9 du même code.
Source

-

Par : Paul

Herald Scotland : « La probabilité d’aller à l’hôpital pour covid est désormais supérieure chez les double-vaccinés par rapport aux non-vaccinés » en Écosse !
« Que se passe-t-il ? » lancent les autorités.
Il se passe qu’on nous a gravement menti ! ⤵️ https://t.co/VPMg0MDhdL

— Florian Philippot (@f_philippot) January 14, 2022

-

Par : Paul

🇪🇸 Le malaise en Espagne où un ex commissaire, accusé de corruption, révèle au tribunal que ses services ont laissé commettre l’attentat de Barcelone en 2017, pour effrayer la population à la veille d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne.

🧵 pic.twitter.com/hmt0Hvd4Yv pic.twitter.com/6tDd9BoLsZ

— BAN 🎖🎖🎖 (@BAN05063867) January 13, 2022

Comme pour d'autres attentats, il suffit de laisser faire et d'utiliser l'horreur de la situation... 

Des chercheurs identifient un virus comme l'origine de la sclérose en plaques

Par : Paul


La sclérose en plaques est très probablement provoquée par le virus d'Epstein-Barr, selon un nouvelle étude de chercheurs américains, qui ont pour la première fois identifié un responsable de cette maladie auto-immune.

Cette découverte soulève l'espoir du développement possible d'un futur traitement, qui permettrait de guérir cette maladie affectant environ 2,8 millions de personnes dans le monde.

Environ 95% de l'ensemble des adultes sont infectés par le virus d'Epstein-Barr (EBV), qui peut également provoquer d'autres maladies, comme la mononucléose.

L'étude, publiée cette semaine dans la prestigieuse revue Science, montre que ce virus est nécessaire au développement de la sclérose en plaques, même si toutes les personnes infectées ne développent pas cette maladie pour autant.

L'hypothèse était étudiée depuis plusieurs années, mais difficile à prouver notamment parce que ce virus est très commun, et que les symptômes de la maladie ne commencent qu'environ dix ans après l'infection.

Il s'agit de "la première étude fournissant une preuve convaincante de causalité", a déclaré Alberto Ascherio, auteur principal et professeur d'épidémiologie à l'école de santé publique d'Harvard.

"C'est un pas important, car cela suggère que la plupart des cas de sclérose en plaques pourraient être empêchés en stoppant l'infection au virus d'Epstein-Barr", a-t-il ajouté, cité dans un communiqué. "Viser ce virus pourrait conduire à la découverte d'un remède."

Les chercheurs ont suivi durant 20 ans plus de 10 millions de jeunes adultes engagés dans l'armée américaine, dont 955 ont été diagnostiqués atteints de sclérose en plaques durant leur service.

Selon ces travaux, le risque de contracter la sclérose en plaques était multiplié par 32 après avoir été infecté par le virus d'Epstein-Barr, mais restait inchangé après l'infection par d'autres virus.

Selon des chercheurs de l'université de Stanford, ayant publié un commentaire de l'étude dans la revue Science, d'autres facteurs, par exemple génétiques, pourraient jouer un rôle dans le fait de développer ou non la maladie.

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune du système nerveux central (cerveau et moelle épinière). Elle provoque un dérèglement du système immunitaire, qui s'attaque à la myéline, la gaine servant à protéger les fibres nerveuses.

Évoluant par "poussées", la maladie est très variable d'un patient à l'autre mais peut aboutir à des séquelles, et est l'une des causes fréquentes de handicap chez les jeunes adultes.

L'entreprise américaine Moderna a annoncé la semaine dernière avoir démarré les essais cliniques sur des humains d'un vaccin contre le virus d'Epstein-Barr.

Source

Tout ça pour ça !

Par : Paul

http://

D'où l'on constate que la finalité n'est pas sanitaire !
 

Premier retournement de veste de Zemmour !

Par : Paul

La majorité LR au Sénat vote en faveur du passe vaccinal, maintenant que tout le monde sait pertinemment qu’il ne servira à rien. Je l'abolirai !#PasseVaccinal pic.twitter.com/xOTo2ftj3l

— Eric Zemmour (@ZemmourEric) January 15, 2022

On y vient : Une hausse "brutale" des décès observée en décembre dans les grandes villes de la Côte d'Azur

Par : Paul
http://

André Aschiéri, l’ancien député-maire de Mouans-Sartoux, Poupon et Joseph Acchiardo, deux figures de la gastronomie niçoise, Louis Broch, le dernier maire communiste de La Trinité, Jean-Claude Parize, l’ancien membre de l’État-Major particulier de François Mitterand qui avait pris sa retraite à Golf Juan, Marc Begot, ce Cannois qui faisait jouer les stars à la pétanque, Gilbert Mary, l’ancien adjoint de Jacques Médecin... Tous nous ont quittés ces dernières semaines. Ils ne sont pas les seuls à avoir tiré leur révérence fin 2021 ou au tout début de cette nouvelle année.

La plupart des villes azuréennes enregistrent une hausse significative du nombre de décès. À ce stade, difficile d’établir un lien entre cette surmortalité et la vague sans précédent de contamination causées par le variant Omicron.

Délais d’obsèques allongés


L’augmentation du nombre de morts, toutes causes confondues, semble néanmoins tout aussi exponentielle que la courbe des nouveaux "cas" de Covid (et surtout des vaccinations).

 
"Une vague significative" Les mots sont choisis, surtout pas d'affolement. Si Nice-Matin se fend d'un article c'est que les morts sont nombreux. Si cela continue ils enterreront même le dimanche, sans dérogation préfectorale au cas par cas. Plus les nocturnes. 
 
40% de décès en plus en 2021, par rapport à 2020, aux US, selon les assurances vie...  Le vaccin est sûr et efficace, mais pour quelle finalité?
 

-

Par : Paul

Alors qu'en #France le #PasseVaccinal vient d'être voté, l'Angleterre supprimera le #PasseSanitaire (exigé
uniquement dans les discothèques et grands événements) parce qu'ils sont difficiles à justifier maintenant qu'#Omicron se calme !https://t.co/137XNg9L0b#Brexit #Frexit

— 🇫🇷 Patrice Cali - UPR (@PatriceCali) January 15, 2022

-

Par : Paul


 

Centuripe

Par : Paul

http://

Pio Andrea Peri, un photographe local de 32 ans, a récemment utilisé son drone pour capturer la forme unique de Centuripe depuis les hauteurs du ciel. Après avoir découvert la forme inhabituelle de sa ville en la regardant sur Google Earth, Peri a décidé de prendre son drone et de la vérifier par lui-même.

Il a été tellement surpris par ce qu’il a vu sur son écran qu’il a pris quelques photos et les a partagées sur les médias sociaux, où elles sont devenues virales presque instantanément. Vu sous le bon angle, Centuripe ressemble à la silhouette d’une personne aux bras et aux jambes étendus.

« Le monde entier était incrédule devant la forme bizarre de cette ville, beaucoup ne croyaient pas que c’était vrai, et ils pensaient que j’avais dessiné la photo sur le PC », a déclaré le jeune photographe italien à Mail Online. « Mais quand ils ont réalisé la vérité en faisant une recherche sur Google Earth, beaucoup d’entre eux se sont personnellement excusés pour ce qu’ils m’avaient dit. »

Après que les photographies aériennes de Centuripe par Pio ont commencé à recevoir une attention internationale, le maire de la ville a invité le jeune artiste à organiser une exposition et à présenter son travail.

« C’était un cliché difficile à créer, et j’ai dû utiliser plusieurs plans en raison de la limite de hauteur du drone », a déclaré Pio à propos de sa photo la plus populaire. « J’ai superposé environ 18 plans manuellement en post-production et cela a pris deux heures d’édition, je suis très heureux du résultat. »

Construit sur une colline, à environ 730 mètres au-dessus du niveau de la mer, Centuripe offre des vues incroyables sur la campagne de la province d’Enna, ainsi que sur le célèbre mont Etna, situé à environ 64 km.


Source

Menace de sanctions américaines contre les dirigeants russes : la Russie va-t-elle s'imposer ?

Par : Paul
http://

Alors que se termine dans un vide attendu la "semaine diplomatique" initiée par la Russie pour tenter de trouver une sortie de crise politique avec les Etats-Unis et les organes de gouvernance globale, qui lui sont affiliés, le Sénat américain, soutenu par la Maison Blanche prépare un nouveau paquet de sanctions, équivalent à une rupture des relations entre les pays, conséquence à laquelle doivent s'attendre les Etats-Unis si le texte est validé. En effet, comment discuter avec un pays qui décide de sanctionner un Président, un Premier ministre, des ministres, etc.? La diplomatie, pour être efficace exige de la culte politique, ce dont manifestement les élites globalistes sont dépourvues. Dans ce cas, il ne reste que le rapport de force - ou la reddition.

Cette "semaine diplomatique" n'a permis qu'une seule chose : ôter tout doute quant à l'incapacité et à l'absence de volonté des Etats-Unis, et des structures qui leur sont affiliées, de parvenir à un équilibre géopolitique, reconnaissant à la Russie, comme tout pays souverain, le droit d'avoir des intérêts propres et de les prendre en compte. 

En proposant l'intégration de nouveaux pays dans l'OTAN, comme la Finlande et la Suède, V. Nuland provoque la Russie, cherchant à ridiculiser ses tentatives de sortie de crise, cherchant à la rabaisser en lui niant le droit d'avoir des exigences internationales - n'ayant pas les moyens de les faire respecter. Elle oppose le rapport de force brute à la diplomatie, elle nie la diplomatie. Cela se passe, alors qu'elle fait pression, avec la Maison Blanche, pour que des sanctions sans précédent soient adoptées contre les dirigeants russes, les grandes banques, etc. Sans oublier les déclarations officielles américaines concernant le refus de retirer ou réduire les forces militaires américaines en Pologne ou dans les pays Baltes ; ne parlons même pas de l'Ukraine ou du lancement de grandes manœuvre en Norvège par l'OTAN à la fin de ces "négociations".

Cette semaine, avec une violence inouïe, les Etats-Unis ont voulu pulvériser la tentative russe de reprendre la main sur l'ordre du jour international, lui déniant ainsi le droit de se permettre ce genre d'initiative. Sur le fond, la réponse apportée aux propositions russes d'équilibre des forces est claire : nous n'avons aucune raison de limiter nos forces puisque nous ne reconnaissons pas votre force, donc nous ne le ferons pas, nous lutterons jusqu'à la victoire totale, jusqu'à ce que le monde soit enfin complètement global - c'est-à-dire nôtre. 

Mais pour cela, les Etats-Unis ne sont pas prêts à une guerre traditionnelle, qu'ils remplacent par l'instrumentalisation des pays tiers et des conflits aux frontières russes, par l'imposition du calendrier covidien qui permet de déstabiliser les économies et les sociétés tout en fracturant la légitimité des pouvoirs nationaux et enfin par les sanctions. Mais c'est quand même une guerre :

Menendez said the legislation sends a clear message to Russia: “Putin need not collapse his entire economy nor does he need to sacrifice the lives of his own people in a futile attempt to rewrite the map of Europe.”

Le Sénat américains, sous l'impulsion des Démocrates, met en place un paquet de santions inédites selon le Washington Post :

The legislation, obtained by The Washington Post in advance of its release, would impose sweeping sanctions on top Russian military and government officials, including Putin and other leaders, as well as key banking institutions, if Moscow engages in hostilities against Ukraine. It would also target companies in Russia that offer secure messaging systems such as SWIFT, which banks use to exchange key information with other financial institutions.

Concrètement, en cas d'invasion de l'Ukraine, mais aussi d'une escalade militaire significative dirigée vers une tentative de renversement du régime ou d'atteinte à l'intégrité territoriale, le Président américain pourra activer les sanctions suivantes :

  • il sera possible de bloquer les biens accessibles au pouvoir américain et d'interdire l'accès au territoire américain du Président russe, du Premier ministre, du ministre des Affaires étrangères, du ministre de la Défense, du chef de l'état-major russe et d'autres officiers supérieurs du commandement ;
  • trois banques au moins tomberont sous sanction parmi Saberbank, VTB, Gazprombank, VEB RF, RFPI, Banque de crédit de Moscou, Alfa-Bank, Credit agricole russe, Bank Otkrytie, Promsviazbank, Sovkombank, Transkapitalbank ;
  • les Américains n'auront pas le droit de réaliser des opérations financières avec la dette publique russe et les titres de créance des entreprises publiques russes ;
  • il sera établi une liste de sanctions contre les personnes physiques et morales exerçant dans le domaine du pétrole, du gaz et du charbon, de l'extraction et de la transformation des minéraux et d'autres industries ;
  • toutes les possibilités d'empêcher la mise en service de Nord Stream 2 seront envisagées.
Par ailleurs, un chapitre spécial du projet de loi est consacré à l'augmentation de l'aide militaire apportée à l'Ukraine et en Europe à la "lutte contre la Russie". Ceci souligne l'absurdité des déclarations à la mode affirmant que les USA se retirent d'Europe, que leurs intérêts stratégiques sont redirigés vers l'Orient, que l'Europe n'est plus à l'heure du jour.

Le Kremlin a déclaré que si un tel texte est adopté, cela sera équivalent à une rupture des relations entre les pays. La Russie, à diverses occasions ces derniers temps, et les occasions n'ont pas manqué, a réitéré ce type de déclarations : nous allons arrêter de discuter pour discuter, nous allons prendre d'autres types de mesures, nous allons rompre les relations si ceci ou si cela. Le fameux "si" s'est concrétisé, que ce texte soit adopté ou non, puisque les propositions de normalisation des relations adressées par la Russie se sont vues opposer une fin de non-recevoir. 

Et il n'y a aucune raison pour laquelle les Etats-Unis devraient faire marche arrière : c'est leur projet globaliste qui est en jeu, c'est leur vision d'un monde dont il sont le seul et unique centre de pouvoir qui se décide. La Russie, comme pays même relativement souverain, n'y a pas sa place. Et la Russie, comme pays, ne peut pas exister autrement que sur le mode de la souveraineté, sinon elle implose.

Le temps est venu de montrer si ces déclarations des élites russes dirigeantes ne sont que de la communication pour toujours reporter le moment de la décision, espérant qu'un Deus ex Machina descende de Youtube pour sauver la situation, ou s'ils ont la carrure adaptée à un pays qui mérite d'être une contre-puissance dans cette folie globaliste destructrice. Leur marge de manoeuvre est extrêmement réduite, s'ils veulent non pas eux personnellement être pris au sérieux (ce qui est à peine secondaire dans ce jeu), mais s'ils veulent que la Russie, comme joueur international et comme pilier civilisationnel, ait sa place.

-

Par : Paul

 http://

Cryptomonnaies : la guerre d’usure des Banques Centrales

Par : Paul

L’année commence avec un gros bruit de casseroles pour Bitcoin et ses descendants : les cours des principales cryptomonnaies ont largement dévissé alors que l’année 2021 avait été remplie de plus hauts historiques et de mouvements violents, parfois propulsés par les déclarations plus ou moins intelligentes de l’un ou l’autre gourou industriel, et la médiatisation rapide des Non Fungible Tokens (NFT ou jetons non fongibles) a largement ajouté à la fébrilité du marché très spécial des cryptomonnaies.

Cependant et comme j’en faisais alors mention en mars dernier dans un billet à ce sujet, cette médiatisation et ces mouvements violents (dans les deux sens, à la hausse et à la baisse) masquent en partie plusieurs phénomènes de fond que certains commencent à percevoir.

D’une part, les cryptomonnaies sont bel et bien là pour rester, et les douleurs de naissance ne changent rien à la donne ; si Bitcoin et la plupart de ses descendants sérieux avaient dû mourir, ils l’auraient fait depuis un moment.

D’autre part, aussi incroyable que cela puisse paraître, si ces cryptomonnaies persistent à exister malgré tout et, mieux encore, à s’apprécier de plus en plus solidement au fil du temps, c’est bien qu’elles remplissent un besoin et couvrent des fonctions que les concurrents qui existaient auparavant remplissent mal ou pas du tout.

À ce titre, on pourra sourire des arguments qu’on qualifiera généreusement d’amusants des contempteurs des NFT qui, opaques au concept, ne comprennent pas l’engouement dont ils font l’objet : même si l’on peut aisément accepter que certains prix de ces jetons et la spéculation qui les entoure participent d’une folie de masse clairement disproportionnée bien qu’habituelle maintenant dans le monde des cryptomonnaies, il n’en reste pas moins que l’idée de base (qui, pour résumer rapidement, permet de créer enfin des biens rivaux dans le monde numérique).

Or, ceci représente, tout comme la comptabilité en partie triple qu’introduisent les technologies de la DeFi (finance décentralisée), de vraies révolutions majeures qui, progressivement et au contact du marché réel, acquièrent valeur et cherchent maintenant un prix. Cela prendra probablement encore des années, mais le processus est, indéniablement, lancé.

Cependant, de telles révolutions dans le domaine de la gestion des droits de propriété privée, de finance et de création monétaires ne peuvent avoir lieu sans qu’elles soient dûment remarquées et évaluées par les autorités financières actuelles, dont le pouvoir est, au final, intrinsèquement basé sur la monnaie et la gestion de la propriété privée.

Eh oui, le monde physique, notamment celui des Banques centrales et de la monnaie fiat, regarde attentivement ce qui se passe du côté des monnaies numériques… Et pas forcément d’un bon œil.

Ici, j’en veux pour preuve les éléments rassemblés par Sam Callahan dans un intéressant fil Twitter dans lequel il a résumé les tendances qu’il observe à ce sujet. Comme c’est un fil en anglais, en voici un résumé synthétique, avec les liens qu’il fournit, pour vous faire votre propre opinion.

Pour Callahan (et je tends à rejoindre sa position), tout indique que ces Banques centrales et surtout, derrière elles, la Banque des Règlements Internationaux (BIS), feront absolument tout pour sinon mettre en pièces (!), au moins règlementer (à mort) les cryptomonnaies indépendantes pour ne laisser survivre que celles qu’elles auront choisies ou, plus simplement, directement émises sous leur férule.

C’est ainsi que dans leur récent rapport annuel 2021, la BIS plaide pour (je vous le donne en mille) un système d’identité numérique mondial, ce qui nous rappelle au passage une antienne du Grand Reset, et cette volonté obstinée de coller chaque individu derrière un code barre.

C’est donc sans surprise que cette institution financière se prononce pour la vaccination généralisée (au prétexte qu’elle seule permettra une reprise économique) et pour la mise en place rapide des CBCD, ces monnaies numériques de banque centrales qui viendront en remplacement pur et simple des euros (et des autres dollars ou livres) que vous manipuliez jusqu’à présent.

Jouant bien évidemment sur les fadaises habituelles qui voient Bitcoin comme une monnaie pratique pour le blanchiment, le terrorisme et, air du temps, une menace pour l’environnement car trop consommatrice d’énergie (ce qui est une énorme bêtise, au passage), l’institution estime donc qu’il faut tout faire pour combattre cette abomination dont elle n’aurait pas le contrôle.



Dans leur idée, le remplacement de Bitcoin passe par l’utilisation des bonnes idées que les cryptomonnaies ont mis en œuvre, mais sous l’exclusive responsabilité des banques centrales. Dans ce schéma, chaque citoyen dispose d’un compte directement émis auprès de sa banque centrale (sans aucun autre intermédiaire bancaire) et chaque transaction est alors directement effectuée sur ces comptes.

Schéma intellectuellement séduisant pour ces banquiers puisqu’alors, la moindre transaction monétaire, partout dans le monde et pour chaque individu, chaque commerce, chaque entreprise, peut être décortiquée et analysée ; dans un monde de « Big Data » (dont se servent très largement les Banques centrales), voilà qui donne des possibilités particulièrement croustillantes de prévisions économiques. Mieux encore, après l’analyse vient la politique qui peut, à tout moment, décider qu’une transaction est valide ou non, « flécher » des dépenses, en interdire certaines en fonction de politiques spécifiques (environnementales par exemple au hasard), ou appliquer des taux (d’inflation par exemple) sur les comptes bancaires de millions d’individus d’une seule commande.

Soyons clair : une fois mis en place, ce système leur accorde immédiatement l’intégralité du pouvoir de vie ou de mort (sociale puis physique) sur chaque individu, pris seul ou en groupe, en fonction de critères plus ou moins arbitraires.

Le fil twitter va plus loin puisque le courageux analyste des pensées profondes de ces banquiers a identifié quelques autres éléments qui laissent plus que songeur sur l’avenir que nous réserve cette coterie : notant l’augmentation (dans un rapport 6) des outils de surveillances lors de la crise Covid, ils en profitent pour pousser toujours plus les régulations et la surveillance des plateformes crypto-monétaires, et ne se cachent même pas d’admirer les efforts entrepris… par le régime communiste chinois pour surveiller sa population.

Soyons clair : tout indique que les banques centrales sont de plus en plus chaudes à l’idée de s’associer pour former un système mondial d’identification numérique et de CBDC.

Dans ce tableau, Bitcoin, les cryptomonnaies en général, la finance décentralisée et les NFT apparaissent comme un incroyable caillou dans les chaussures de ces autocrates non élus, la voie d’une échappatoire possible pour les individus en dehors d’un système financier proprement hallucinant dans lequel le citoyen lambda n’est plus qu’une variable d’ajustement, éliminable à l’appui d’un bouton.

Il faut se rendre à l’évidence : si les cauchemars d’Orwell et de Huxley se mettent en place, ils ne le seront pas avec l’usage de la force, par la guerre et la violence directe, mais tout simplement avec l’usage détourné de la monnaie qui permettra un asservissement de chaque individu comme jamais auparavant.

Source

 

Plainte pour «agression sexuelle» contre Bourdin

Par : Paul

Une plainte pour «agression sexuelle» a été déposée contre Jean-Jacques Bourdin. Une jeune journaliste l'accuse d'avoir essayé de l'embrasser de force en 2013. Le journaliste phare de RMC et BFMTV dément les accusations.

Journaliste politique phare de RMC et BFMTV, Jean-Jacques Bourdin est visé par une plainte déposée le 11 janvier à Paris pour «agression sexuelle», a appris l'AFP ce 15 janvier auprès du parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

Le parquet de Paris a confirmé à l'AFP avoir «reçu (cette) plainte du chef d'agression sexuelle. Elle est en cours d'analyse.» Ces faits sont possiblement prescrits.

La plaignante est une ancienne journaliste de BFMTV et RMC qui a déposé plainte au commissariat du XVIe arrondissement.

Cette femme, aujourd'hui âgée de 33 ans, qui a travaillé «pendant plusieurs années» avec le journaliste à la matinale de BFMTV-RMC, affirme que celui-ci «l'a saisie par le cou» et «a tenté de l'embrasser à plusieurs reprises» dans une piscine d'un hôtel de Calvi en 2013, lors d'un déplacement professionnel, selon le récit du quotidien confirmé par Laure Heinich, avocate de la plaignante.

"J'obtiens toujours ce que je veux"

Cette journaliste se serait «débattue» et serait parvenue à sortir de la piscine. Jean-Jacques Bourdin aurait alors répondu selon elle : «J'obtiens toujours ce que je veux». Puis il lui aurait envoyé, toujours selon ce récit, «pendant plusieurs mois des mails et des SMS insistants».

L'animateur dément les accusations

«Il faut que les hommes de pouvoir se posent la question de l'autorité qu'ils exercent sur les femmes quand ils tentent d'obtenir des faveurs sexuelles, puisque bien sûr cette histoire d'autorité réduit les femmes au silence. C'est pour ça qu'elle a mis plusieurs années à déposer plainte», a commenté Laure Heinich. 

"Mais je n’ai jamais tenté de l’embrasser de force, ni elle, ni jamais personne d’autre"

Jacqueline Laffont, avocate de Jean-Jacques Bourdin, n'a pour sa part pas répondu à l'AFP. 

L'animateur a démenti de son côté ces accusations. «Je connais cette personne, et j’ai travaillé avec elle. Je reconnais m’être baigné avec elle dans la piscine de cet hôtel. Mais je n’ai jamais tenté de l’embrasser de force, ni elle, ni jamais personne d’autre», a-t-il répondu au quotidien Le Parisien.

Sollicitée par l'AFP, BFMTV-RMC, première chaîne d'information en continu qui a placé Jean-Jacques Bourdin au cœur de son dispositif pour l'élection présidentielle, n'a pas souhaité commenter l'affaire. 

Écarté de la matinale de RMC durant l'été 2020 après 19 ans de service, Jean-Jacques Bourdin mène sa dernière saison à la tête de l'interview politique de 8h30 sur la radio et la chaîne d'informations en continu du groupe Altice Média.

Figure de la station, connu pour ses interviews sans concession, l'animateur de 72 ans a commencé comme journaliste sportif sur RTL en 1976, où il a fait carrière avant de rejoindre RMC.

Source

Complot contre la vitamine D

Par : Paul

http://

La député des Hautes-Alpes Dominique Estrosi Sassone nous a appris le 11 janvier dernier  via Twitter que le gouvernement comptait inclure la vitamine D3 (cholecalciferol) dans un projet d’arrêté fixant la liste des substances présentant des propriétés de perturbations endocriniennes. Cette proposition s’inscrit dans la mise en application d’un des décrets de la loi AGEC qui prévoit la mise à disposition d’informations aux consommateurs permettant d’identifier ces perturbateurs dans les compléments alimentaires.

 

La député a interrogé le Ministre de la Santé  sur le bien-fondé de l’inclusion de la vitamine D3 dans cette liste, vitamine reconnue d’utilité publique par le corps médical. 

Le vitamine de l’immunité 

Le cholecalciferol qu’on prescrit actuellement à la population de tous âges, en plus de servir pour la fixation du calcium dans les os est utile aux fonctions métaboliques essentielles comme l’immunité.

La vitamine D a une action sur le système immunitaire inné : elle stimule les macrophages et les cellules dendritiques, les « soldats de première ligne » du système immunitaire. Notre organisme réagit ainsi rapidement en cas d’agression.

Elle stimule également le système immunitaire adaptatif : elle augmente le nombre de lymphocytes Th2, conduisant ainsi à un effet anti-inflammatoire.

Elle augmente les mécanismes d’élimination des pathogènes, tels que la synthèse d’agents antimicrobiens par les cellules immunitaires.

Enfin, la vitamine D a été très étudiée dans le cadre de la prévention des infections pulmonaires aiguës. Il apparaît que la supplémentation en vitamine D3 réduit le risque de contracter au moins une fois une infection des voies respiratoires. D’ailleurs le rôle bénéfique de la vitamine D3  sur la prévention de l’infection par le SARS-CoV-2 et des formes graves a été suggéré par de nombreuses publications scientifiques. 

La D3 contre de multiples pathologies

D’après les travaux du Prof. Michael F. Holick, référence mondiale sur la vitamine D, le maintien d’un taux sanguin de vitamine D à 50ng/mL permet de prévenir et de réduire un grand nombre de pathologies (Réduction en pourcentage) :

Rachitisme : 100%
Ostéomalacie : 100%
Diabète de Type 1 : 80%
Maladies vasculaires périphériques : 80%
Cancer du colon : 67%
Cancer du rein : 67%
Cancer du sein : 50%
Diabète de Type 2 : 50%
Fractures : 50%
Sclérose en plaque : 50%
Crise cardiaque chez l’homme : 50%
Cancer de l’endomètre : 35%
Lymphome Non-Hodgkinien : 30%
Cancer des ovaires : 25%

A prescrire plus qu’à proscrire 

Révolue l’époque de l’huile de foie de morue ? Environ 80% des Français présenteraient une concentration inférieure à 75 nmol/L, et seraient donc en déficit de vitamine D. L’Académie de médecine préconise un apport journalier de 800 à 1000 UI. Cette donnée est issue d’un rappel de ses recommandations paru en mai 2020 et lié à la pandémie de Covid 19. D’après  la littérature scientifique, la vitamine D n’est toxique que lorsque les doses apportées sont excessives soit de l’ordre de 50 000 UI/jour, et ce sur une période de plusieurs mois.

Huiles essentielles, chloroquine, ivermectine… et maintenant vitamine D3, la liste ne cesse de s’allonger. Au delà de cette interdiction, c’est l’interdiction de prendre soin de notre santé qui semble être clairement projetée. 

Source

-

Par : Paul

Video choquante : un homme pousse une femme sur les rails du métro à #Bruxellespic.twitter.com/RVaZ0Txz5q

— LesNews (@LesNews) January 15, 2022

Pendant que le gouvernement annule à nouveau le visa de Djokovic, une mère de famille australienne se voit contingenter les achats pour nourrir sa famille

Par : Paul

Nous avions annoncé que le Ministre de l'Immigration australien annulerait à nouveau arbitrairement le visa de Novak Djokovic. Il est probable que le gouvernement australien gagnera ce bras de fer. Et s'enfoncera un peu plus dans le collectivisme. Au moment où l'on apprenait le nouvel acte de tyrannie sanitaire de Canberra, une mère de famille déposait un message sur les réseaux sociaux pour raconter sa détresse devant des étalages mal ou pas approvisionnés qui l'empêchent de de nourrir sa famille correctement.

Comme nous vous l’avions annoncé, le Ministre de l’Intérieur, loin de respecter les Principes du Droit et la décision d’un tribunal. Il a considéré – dans une construction juridique digne d’un pays fasciste, que le Ministre pouvait intuitu personae, en son nom propre, annuler à nouvau le visa. Nous vous l’avions annoncé comme un rebondissement probable. 

Le joueur et le gouvernement australien en sont donc à deux manches partout ! Tout va dépendre du jugement rendu par la Cour Fédérale australienne dimanche. En attendant, il n’est pas impossible, que le joueur soit à nouveau placé samedi dans un hôtel de quarantaine. Et la direction du tournoi a prévu de le faire jouer lundi s’il gagne en justice dimanche. Autant dire que l’esprit de liberté de Djokovic en a fait une cible pour tous les médiocres et les esprits bornés. Certains joueurs ne brillent pas par leur ouverture d’esprit. Ainsi Andy Murray déclare-t-il avec suffisance qu’il ne va pas accabler quelqu’un qui est à terre. Et l’ancien champion allemand Boris Becker explique à l’actuel numéro un mondial avec le raisonnement qui permet toutes les tyrannies: “tout serait tellement plus simple si tu te faisais vacciner”. 

Pendant ce temps, une mère de famille australienne ne peut pas acheter assez de charculterie pour nourrir ses enfants

Ce 13 janvier, une mère de famille australienne écrivait ceci en interpelant sur twiter Dominic Perrottet, le Premier ministre de l’Etat de News South Wales où elle vit: 

“J‘ai pleuré dans un magasin Coles hier lorsque quelqu’un du personnel m’a demandé de remettre des saucisses en rayon du fait du rationnement. je lui ai expliqué que nous avions sept enfants et lui ai proposé de lui montré ma carte Medicare et des photos de Noël. 

Comment fait-on pour nourrir sept enfants quand le gouvernement les a laissés tomber.

Juste pour clarifier, je ne suis pas en train d’organiser un marché noir de saucisses ici.

Les seuls paquets restants étaient des saucisses gourmet coûteuses avec 5 dans un paquet, je voulais 3 paquets pour que les enfants puissent en avoir 2 chacun.
L’employée de Coles ne faisait que son travail, c’est un échec du gouvernement et c’est elle qui en fait les frais.

Mais elle a ajouté que la limite était “par personne” et que la prochaine fois, il fallait amener des enfants pour qu’ils effectuent leurs propres transactions.
Juste pour clarifier :

– Famille recomposée
– Nous vivons à la campagne = moins d’options
– Je ne suis pas retourné au magasin parce que j’étais contrarié et embarrassé.
– Mon père a pris de la viande de boucherie et l’a déposée, mes enfants ne sont pas affamés, je suis juste en colère contre l’échec du gouvernement dans cette situation prévisible.

On s’attendrait à voir cette curieuse combinaison – le gouvernement se concentre sur un cas individuel à traiter et il laisse par ailleurs l’économie péricliter – à l’autre bout du Pacifique, en Corée du Nord. Mais en fait l’histoire du XXè siècle nous enseigne comment les fascismes et les communismes ont détruit l’économie et fait basculer dans le totalitarisme. La politique du “zéro-Covid”, avec ses confinements inividuels drastiques,  a complètement désorganiser l’approvisionnement des magasins. 

Le contraste entre l’affaire Djokovic et la détresse de cette mère de famille est flagrant. 

Source

La chaîne d'approvisionnement est le talon d'Achille du mondialisme

Par : Paul

Les perturbations dans la chaîne d'approvisionnement n'ont pas été résolues, et on ne sait pas quand elles le seront [si tant est qu'elles le soient un jour - NdT]. On peut constater les effets de ces perturbations dans nos commerces sous la forme de pénuries et de prix plus élevés.

Pourtant, la chaîne d'approvisionnement est un sujet peu familier à la plupart au-delà d'une connaissance superficielle. La plupart des gens pensent que la chaîne d'approvisionnement fait simplement partie de l'économie mondiale. Ce n'est pas tout à fait vrai. La chaîne d'approvisionnement EST l'économie mondiale.

Il n'existe pas un seul bien ou service de quelque nature que ce soit qui ne passe pas par une chaîne d'approvisionnement. Pas un seul. Si la chaîne d'approvisionnement mondiale est rompue, alors l'économie mondiale est rompue. Ce qui semble être de plus en plus le cas. Les dysfonctionnements de la chaîne d'approvisionnement vont s'aggraver. Ce qui est encore plus inquiétant, c'est que la mise en œuvre des remèdes prendra des années, voire des décennies.

Les raisons de cette situation sont liées à l'augmentation des délais de livraison eux-mêmes dus aux délocalisations. Par exemple, les États-Unis pourraient réduire leur dépendance vis-à-vis des importations de semi-conducteurs asiatiques en construisant leurs propres usines de fabrication de semi-conducteurs. Le problème est que la construction de ces usines prend de trois à cinq ans et que le nombre d'unités nécessaires est énorme. Il existe des obstacles au redressement de la chaîne d'approvisionnement qui ne sont pas directement liés à des chaînes d'approvisionnement particulières mais qui nuisent néanmoins au processus d'adaptation et de substitution.

Par exemple, une pénurie de main-d'œuvre sévit déjà aux États-Unis. Les causes en sont complexes.

Ce n'est pas tant le réservoir de main d'œuvre qui est limité que le fait que de nombreux travailleurs préfèrent rester à la maison en raison d'une combinaison d'avantages sociaux, de responsabilités liées à la garde des enfants ou de salaires insuffisants offerts par les employeurs — qui ne peuvent pas eux-mêmes se permettre de payer plus sous peine de faire faillite. Une grande partie de cette pénurie de main-d'œuvre concerne les emplois à bas salaire tels que les serveurs, les employés de magasin, les employés de fast-food et les assistants de bureau. Mais une pénurie de main-d'œuvre sévira bientôt dans des domaines plus qualifiés tels que les ingénieurs, les pilotes, les machinistes et le personnel médical.

Cette pénurie ne sera pas due aux bas salaires, mais aux obligations « vaccinales ».

Le président Biden a ordonné que tous les contractants fédéraux soient entièrement injectés d'ici le 18 janvier 2022 — ce qui s'ajoute aux employés fédéraux et aux militaires qui sont déjà soumis à l'obligation de se faire injecter et n'ont pas le choix. Le taux de vaccination parmi les contractants fédéraux est en fait inférieur à celui du pays dans sa globalité. Le taux de vaccination national avoisine les 70 %, tandis que celui des contractants fédéraux est plus proche de 60 %. Il est encore plus faible dans certaines spécialités comme l'avionique.

Ces travailleurs savent que le [soi-disant - NdT] vaccin est disponible, comprennent les risques — dans les deux sens en raison des effets secondaires — et ont choisi de ne pas se faire injecter. À ce stade, il est presque impossible de les faire changer d'avis. Même si les tribunaux ont bloqué cette obligation [dite - NdT] vaccinale, l'administration Biden ne fait pas marche arrière. La main-d'œuvre des contractants fédéraux constitue un groupe énorme, ils sont des millions. Si l'administration parvient à ses fins, nous nous attendons à une vague massive de démissions et de licenciements parmi les travailleurs hautement qualifiés. Les professionnels et les ouvriers à forte valeur ajoutée de Boeing à Textron et de centaines de milliers d'autres entreprises seront licenciés ou démissionneront.

L'économie des États-Unis est déjà en mauvaise posture. La chaîne d'approvisionnement est déjà désorganisée. Ce licenciement massif d'entrepreneurs qualifiés pourrait plonger l'économie dans une récession. Certains analystes ont même suggéré que la chaîne d'approvisionnement mondiale est sabotée par les principaux participants, comme la Chine, dans le but de nuire aux économies occidentales pour des raisons géopolitiques. Il est difficile de dire si la chaîne d'approvisionnement est intentionnellement sabotée ou si elle s'effondre simplement sous son propre poids. Peut-être les deux. D'une certaine manière, cela n'a pas d'importance, car tout ce qui est aussi complexe et à aussi grande échelle que la chaîne d'approvisionnement mondiale finira toujours par s'effondrer ; il s'agit simplement de savoir quand.

Chaîne logistique mondiale
 
Depuis 30 ans, l'objectif de la gestion de la chaîne d'approvisionnement est l'efficacité, généralement définie comme l'élimination de la redondance, des stocks et de la latence (voir ci-dessous). C'est une bonne chose à court terme, mais le résultat est un système fragile qui ne tolère aucune perturbation, même minime. La nature des systèmes complexes est telle que de petites causes ont un impact énorme, jusqu'à l'effondrement total. Il est possible qu'une ou plusieurs parties aient choisi de perturber intentionnellement le système sans se rendre compte de la vulnérabilité réelle de l'ensemble du système. Cette combinaison d'actes intentionnels et de conséquences involontaires est un classique de l'histoire, y compris le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Une fois que l'implosion a commencé, il est très difficile de l'arrêter.
Note du traducteur : En d'autres termes, la Grande réinitialisation est en cours. Par ailleurs, la chaîne d'approvisionnement mondiale est principalement sous le contrôle et l'influence déterminante d'un groupe de mondialistes dont les objectifs sont très différents de ceux d'un consommateur aux États-Unis ou ailleurs, ou encore d'une usine de fabrication en Chine. Quiconque pense que l'objectif des quelques personnes en charge de la chaîne d'approvisionnement est de vous permettre de conserver votre activité professionnelle ou de vous permettre de choisir parmi une sélection illimitée de bibelots et de baskets bon marché n'est pas attentif à la situation. Nous sommes actuellement déjà au point de basculement voire même juste après.

La mondialisation moderne est intentionnellement sacrifiée afin que la Grande réinitialisation, alias la Technocratie totalitaire, puisse renaître sur les cendres de l'actuel système moribond et devenir le nouveau système qui ne profitera complètement qu'à l'élite autoproclamée.

Et pour faire une analogie, si la mondialisation était un corps vivant, alors la chaîne d'approvisionnement représenterait le système cardio-vasculaire nécessaire au transport des biens et services — le sang — entre les plus grandes destinations mondiales — les organes. Lorsque la mondialisation fera une crise cardiaque, autrement dit quand la chaîne d'approvisionnement s'effondrera sous les coups de boutoir assénés par l'oligarchie elle-même, elle s'écroulera soudainement comme un château de cartes et ne s'en remettra pas. Préparez-vous en conséquence.

Petit rappel selon Edward Bernays dans Propaganda :
« La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique [utilisée pour instaurer un système totalitaire - NdT]. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays [aujourd'hui le monde, avec Vanguard et Blackrock - NdT]. »
Et
« Nous sommes pour une large part gouvernés par des hommes dont nous ignorons tout, qui modèlent nos esprits, forgent nos goûts, nous soufflent nos idées. »
Source
Traduction et emphases : Sott.net

-

Par : Paul

 http://

Paris...

Par : Paul

#manifs15janvier Un monde énorme se rassemble en ce moment à Paris ! C’est phénoménal et ce n’est pas fini ! Macron dehors ! Le narratif change complètement ! Liberté ! 🇫🇷🇫🇷🇫🇷 pic.twitter.com/lk0HtCQyNP

— Florian Philippot (@f_philippot) January 15, 2022

4ème dose...

Par : Paul

Ca a l'air drôlement bien la 4è dose pour faire exploser les malades grâce aux ANTICORPS FACILITANTS, on comprend que Père Castor soit tout excité à l'idée de l'imposer dans quelques mois aux covidés qui se remettent à peine de leur 3è dose... https://t.co/ASEXvH5jia

— ButAlorsYouAreFrench 🐺🐭🐺 (@butalorsyouare1) January 15, 2022

Ce gamin vient tout juste de recevoir l'injection...

Par : Paul

@AssembleeNat @Senat
1/2
TRADUCTION CERTIFIÉE
- Il vient de se faire vacciner (maman)
- Oh mon oh mon dieu (personne qui enregistre)
_ Tu te sens bien ? Tu respires ? Est-ce que tu vas bien ? (personnel sanitaire)
- C’est ton fils ? (personne qui enregistre)
- Oui (la maman) https://t.co/qoso9gp9ge

— Laissonslesprescrire (@Laissonslespre1) January 15, 2022

Kazakhstan : retour au calme ?

Par : Paul

 

Alors qu’il s’apprêtait à commémorer le 30e anniversaire de son indépendance, le Kazakhstan a connu une dizaine de jours de violentes émeutes durant lesquels le pays a manqué de vaciller. Tout est parti de l’augmentation des prix du gaz liquéfié, utilisé comme carburant par les automobilistes. Des manifestations se sont déclenchées demandant la baisse du prix du gaz. Manifestation classique face à l’augmentation du prix d’un produit de base.

 

Ce qui est moins classique en revanche, c’est la tournure prise par les événements. Les manifestations sont devenues de plus en plus violentes, des bâtiments officiels ont été pris d’assaut et incendiés, l’aéroport de Nour-Sultan, la capitale, a été occupé. Outre les dégâts matériels, le bilan humain est très lourd : près de 150 morts selon les chiffres officiels, dont une vingtaine de policiers, dont 3 ont été décapités. Le pays a connu plusieurs jours de chaos, obligeant le gouvernement à couper internet et à faire appel à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC) afin que les pays membres lui prête main forte pour le maintien de l’ordre.

 

Le président du Kazakhstan, Kassym-Jomart Tokayev, a limogé son gouvernement et baissé les prix du gaz, sans que cela ne calme les émeutes. Il a aussi pris la place de l’ancien président Nursultan Nazarbayev comme directeur du Conseil de sécurité. Celui-ci, père de l’indépendance et dirigeant du pays de 1991 à 2019, avait conservé une partie du pouvoir en demeurant dans l’ombre de son successeur et en conservant de nombreux affidés dans les administrations et les cercles du pouvoir. Le président a également limogé Karim Massimov, chef du Comité national de sécurité, c’est-à-dire les services secrets, qu’il a ensuite accusés de haute trahison.

 

Le processus révolutionnaire

 

L’extrême violence des manifestations a surpris bien au-delà des frontières du Kazakhstan. Le passage de manifestations d’opposition à la hausse du prix du gaz à un embrasement du pays avec attaque de bâtiments et destructions de biens privés et publics témoigne d’une organisation et d’une velléité forte des manifestants. Ce n’est pas la même chose de demander que le prix du gaz baisse et d’incendier la mairie d’Almaty, de tuer des policiers et de prendre d’assaut un aéroport international. Ce que nous avons vu ici c’est le passage d’une manifestation d’opposition à un processus révolutionnaire. Or le processus révolutionnaire nécessite des troupes, qui cassent et qui font monter la violence, et des officiers, qui pensent le processus et qui l’aiguillent. Les troupes peuvent se recruter chez les manifestants, notamment les jeunes et les extrémistes. Mais les officiers doivent être coordonnés, se connaitre et s’organiser. Le processus révolutionnaire n’est jamais spontané. Il peut y avoir des débordements du peuple manifestants, il peut se trouver des imprévus et des moments d’accélération, mais il faut qu’il y ait une tête pensante qui organise et structure le processus révolutionnaire.

 

Vu l’état des violences et des dégâts, qui ont touché l’ensemble du pays, avec une prégnance plus forte pour le sud, il semble bien que le Kazakhstan a affronté un processus révolutionnaire qui a cherché à déstabiliser et renverser le régime.

 

C’est la thèse défendue par le président, qui a parlé de « groupes terroristes » qui auraient organisé et planifié les attaques et entrainé les combattants. Information reprise par le ministre des Affaires étrangères dans un communiqué du 10 janvier :

 

« Comme l’ont démontré les événements d’Almaty et de plusieurs autres régions du pays, le Kazakhstan a été confronté à une agression armée de groupes terroristes bien coordonnés, entraînés à l’étranger. Selon l’information préliminaire, parmi ces assaillants figuraient des individus ayant une expérience de zones de combat militaire, du côté des groupes islamistes radicaux. À l’heure actuelle, les forces de l’ordre et les forces armées du Kazakhstan font face à des terroristes, et non à des “manifestants pacifiques”. »

 

Aucune précision complémentaire n’a pour l’instant été donnée sur le nom de ces groupes ni sur leurs origines.

 

L’orbite de la Russie

 

Sans l’intervention des troupes de l’OTSC, majoritairement composées de Russes, mais aussi d’Arméniens et de Biélorusses, le pays serait tombé. La Russie a envoyé près de 2 500 soldats afin de sécuriser les points sensibles et de maintenir l’ordre. Alors que le Kazakhstan s’apprêtait à commémorer le 30e anniversaire de son indépendance, il doit sa survie au cours de cette crise à l’aide russe, qui démontre que Moscou continue d’avoir une grande influence dans l’ancien espace soviétique, le fameux « étranger proche ». Le Kazakhstan comprend près de 40% de Russes ethniques, essentiellement concentrés le long de la frontière avec la Russie. Grand comme quatre fois la France, mais peuplé de seulement 19 millions d’habitants, le Kazakhstan est un très vaste pays dont le défi est celui du contrôle du territoire. Si le processus révolutionnaire réussit et si le gouvernement était renversé, une partition du pays est à craindre, à l’exemple de l’Ukraine, avec une division entre un nord russe et un sud non russe. Ce serait ajouter un facteur d’instabilité supplémentaire à une Asie centrale qui est déjà sous ébullition et sous tension de la Chine, de la Turquie et de la Russie.

 

La présence de troupes arméniennes, chose qui n’a pas été assez signalée, replace également ce pays dans le concert international après sa défaite dans le Karabagh et la réintègre dans le giron russe, là aussi comme force d’appoint de l’OTSC. Comme si 30 ans après la fin de l’URSS se recréait l’ancien espace soviétique et se maintenait l’influence de Moscou.

 

Une tentative de coup d’État ?

 

Les dernières informations qui nous parviennent et qui filtrent dans les lieux numériques d’expression laissent penser que le président kazakh a affronté une tentative de coup d’État visant à le renverser pour maintenir le pouvoir des proches de l’ancien président. Il semblerait ainsi que les forces armées gardant l’aéroport soient parties plusieurs minutes avant l’arrivée des manifestants. De même, le chef déchu du Comité national de sécurité aurait planifié et organisé ce coup d’État, d’où son limogeage et l’accusation portée contre lui de haute trahison. Ces faits restent à vérifier et à préciser même s’ils permettent d’expliquer la violence des attaques et l’ampleur du phénomène. Ce serait donc ainsi une partie de l’État profond qui se serait soulevée contre son dirigeant afin de conserver les rênes du pouvoir. En retirant à Nursultan Nazarbayev la direction du Conseil de sécurité, Kassym-Jomart Tokayev a peut-être réalisé la bonne opération d’avoir réussi à évincer celui qui fut son protecteur et dont il fut Premier ministre.

 

À une échelle plus large, le Kazakhstan voit s’affronter les appétits territoriaux de la Russie, de la Turquie et de la Chine. Comme il avait défendu la Biélorussie, Vladimir Poutine a défendu son allié kazakh. Les Turcs ont tenté de pousser leur avantage en s’immisçant dans la crise, comme ils avaient réussi à avancer leurs pions en Afghanistan, mais ils se sont ici heurtés à la présence de Moscou. La Chine enfin a toujours vu dans le Kazakhstan un pays stratégique. C’est par lui que passent une grande partie de ses routes de la soie et son projet d’extension en Asie centrale. Tenir le Kazakhstan est une façon de prendre le contrôle de l’Eurasie et d’avancer son avantage par rapport à la Turquie et à la Russie. Une stratégie qui a là aussi échoué : la Russie est demeurée maitre de son espace stratégique.

 


 Jean-Baptiste Noé

Source

Les sanctions de l’enfer contre la Russie. Et si la Russie coupait le gaz à l’Europe ?

Par : Paul

http://

Voici ce que dit l’agence de presse Bloomberg, une agence de presse américaine rappelons-le.

« Les États-Unis poussent l’UE à préparer les sanctions contre la Russie dans les domaines de l’énergie et des banques »

Les États-Unis souhaitent que leurs alliés se mettent d’accord sur une liste, mais le calendrier reste flou.

L’administration Biden pousse les alliés de l’Union européenne à finaliser un vaste ensemble de sanctions contre les banques et les entreprises énergétiques russes qui pourraient être imposées conjointement avec les États-Unis si le Kremlin attaquait l’Ukraine, selon des personnes au fait des discussions.

L’urgence est d’autant plus grande que Vladimir Poutine n’a montré aucun signe de retrait des milliers de soldats qu’il a rassemblés près des frontières de son voisin. Les États-Unis estiment qu’un accord sur des options de sanctions spécifiques enverrait un signal ferme au président russe. »

Il vaut mieux que l’agenda reste flou, parce que prendre des sanctions terribles contre la Russie, en plein hiver, c’est une très mauvaise idée quand la moitié des centrales nucléaires françaises est à l’arrêt, que le vent ne souffle pas pour faire tourner nos moulins à vent modernes, et que l’Allemagne et une grande partie de l’Europe dépendent… du gaz russe.

C’est même une idée totalement stupide, parce que si les sanctions occidentales vont trop loin, et malgré la pondération russe, il arrivera à un moment où à force de chatouiller l’ours russe, il ne faudra pas s’étonner de ses coups de griffes.

L’agence Sputnik, russe, résume ainsi laconiquement la situation.

« Les démocrates du Sénat américain ont proposé de nouvelles sanctions contre la Russie si elle envahit l’Ukraine. Le texte vise de hauts responsables politiques, dont Vladimir Poutine, des institutions financières, ainsi que le Nord Stream 2.

Le 12 janvier, alors que le conseil Otan-Russie venait de se terminer, le sénateur démocrate Robert Menendez a dévoilé un projet de loi visant à imposer des sanctions radicales de hauts responsables du gouvernement et de l’armée russes, ainsi que contre des banques si Moscou s’engage dans des hostilités contre l’Ukraine.

Selon le texte intitulé « Défendre la souveraineté de l’Ukraine », Joe Biden devra déterminer si le gouvernement russe est « engagé ou soutient sciemment une escalade significative des hostilités ou des actions hostiles en ou contre l’Ukraine ». Une décision qui déclencherait automatiquement des sanctions.

Parmi les mesures proposées figurent une interdiction d’entrée aux États-Unis et le gel des avoirs américains du Président russe, du Premier ministre, des ministres russes des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi que des militaires hauts gradés (commandants en chef des forces aériennes, terrestres et de la marine).

De plus, dans les 30 jours suivants l’invasion, le Président américain devra imposer des sanctions contre au moins trois des plus grandes banques russes parmi les 12 de la liste, dont Sberbank, VTB, Gazprombank, ainsi que contre le Fonds russe des investissements directs (qui assure notamment la promotion des vaccins Spoutnik V et Spoutnik Light). Le texte prévoit également la fin de l’utilisation des services de communication entre les banques (comme le système SWIFT) pour les institutions sanctionnées.

Enfin, le projet de loi propose d’imposer des sanctions contre la dette extérieure russe et contre le gazoduc Nord Stream 2.

D’après le texte, Washington s’engage à apporter une aide financière à Kiev en cas d’invasion par la Russie ».

Par prudence, il vaudrait mieux attendre le printemps, ou alors c’est vraiment se tirer une balle dans le pied de la politique énergétique européenne, ce que fera l’Europe sans hésiter puisque nous sommes totalement soumis aux intérêts américains.

Charles SANNAT

Source et agence de presse Bloomberg ici

Les terribles dangers de la baguette à 30 centimes selon Pécresse

Par : Paul

Haaaa, la grande politique de Valérie Pécresse est tout de même sacrément impressionnante.

Voyez-vous, la baguette à 30 centimes chez Leclerc, c’est extrêmement dangereux pour notre future mamamouchette qui sert à remplacer le mamamouchi actuel au Palais, si les gueux en avaient trop marre, ce qui permettrait de continuer sensiblement la même politique, ce qui est le cas depuis Chirac !

Alors cette sortie est économiquement totalement outrancière et la baguette de Leclerc ne représente strictement aucun danger.

Le terme « extrêmement dangereux » c’est pour le terrorisme, l’attaque du Bataclan, c’est pour le Covid version 1, par forcément pour Omicron, mais vous voyez l’idée, ou encore pour Ebola, mais pour le prix d’une baguette cela manque cruellement de nuance.

Ceux qui veulent du bon pain n’iront pas perdre leur temps dans un centre Leclerc dans une périphérie urbaine déprimante pour acheter une baguette aussi industrielle que dégueulasse en ayant dépensé 10 euros d’essence pour s’y rendre rien que pour une baguette. Les boulangers traditionnels monteront en gamme et seront forcés de vendre certes plus cher des produits de meilleurs qualité.

Bref, il n’y a là aucun danger.

Alors ça couine du coté des couineuses habituelles c’est-à-dire de façon générale toutes les professions qui a un moment où un autre doivent affronter un « concurrent » ou une « rupture », bref, qui doivent s’adapter. Tous les gueux doivent s’adapter et ne pas avoir peur du changement, mais les patrons, eux, voudraient que leurs rentes, restent toujours constantes !

« Il faut rémunérer correctement les acteurs, ceux qui plantent, qui récoltent, qui assemblent les grains et font la farine, et ceux qui fabriquent le pain. Ce que fait Leclerc est honteux ».

« Il faudra que monsieur Leclerc nous explique comment et combien il rémunère les boulangers avec une baguette à 29 centimes », a réagi de son côté Christiane Lambert, patronne de la FNSEA, premier syndicat agricole.

Il va falloir que Pécresse monte un peu en gamme pour nous faire rêver, et cette histoire de baguette ne sert pas la grandeur de sa faible candidature.

Charles SANNAT

Source BFM TV ici

Les voitures d’occasion plus chères que le neuf !

Par : Paul

http://

L’inflation, une aubaine pour les vendeurs de voitures d’occasion

« Vendre sa voiture d’occasion au même prix, voire plus cher malgré un kilométrage plus élevé? C’est la conséquence inédite de la flambée des prix aux États-Unis.

« C’est une tendance totalement nouvelle » qui n’est pas près de s’arrêter, estime Aurelien Guillaud, propriétaire de Arlington Auto Group (AAG), un concessionnaire automobile implanté à Arlington, en Virginie.

« Ma voiture dormait dans le garage de mon appartement, donc elle était en bon état. Mais, ça m’a fait un choc » de voir que son prix était supérieur à celui d’il y a quatre ans », raconte à l’AFP Masaki Kondo, un journaliste japonais expatrié qui a revendu il y a quelques mois sa Chevrolet au même concessionnaire de Gaithersburg (Maryland), 62 000 dollars, soit 2 000 dollars de plus qu’à l’achat.

Les prix à la consommation ont flambé en 2021 aux États-Unis, +7 %, du jamais vu depuis près de 40 ans, alimentés par la hausse des prix des voitures et camions d’occasion encore plus vertigineuse (+37,3 %).

Depuis la pandémie, les constructeurs automobiles ont du mal à mettre la main sur certaines pièces, en particulier sur les puces informatiques importées d’Asie, ralentissant la production de nouveaux véhicules.

Avec la pénurie de voitures neuves, il y a eu un afflux de demandes pour les voitures d’occasion, explique le concessionnaire d’Arlington.

Les sociétés de location de voitures, dans l’incapacité d’acquérir de nouveaux véhicules, ont, elles, cessé de se défaire rapidement de leurs anciennes voitures, asséchant le marché de véhicules d’occasion et faisant grimper davantage les prix ».

Alors vous voyez le problème ?

Le sujet n’est pas l’inflation.

Le sujet ce sont les pénuries.

On ne sort plus de voitures, et on en sortira de moins en moins de thermiques puisque les constructeurs vont cesser d’investir pour les moteurs thermiques qu’on leur demandent de cesser pour migrer vers le tout électrique. Or, c’est la Chine qui s’arroge le marché des puces et des batteries, donc de l’électrique.

Bref, entre pénuries et chantage économique, sans oublier l’adaptation et la transition écologique, il n’y a plus assez de véhicules.

Alors tout ce qui est en état de rouler vaudra de plus en plus cher.

Passionnante année 2022 je vous dis, et nous ne sommes que le 14 janvier !

Charles SANNAT

Source Boursorama.com ici


Et la France qui a perdu sa capacité de production électrique, obligée de l'acheter à l'Allemagne ! 

A ce stade, il est impossible d'augmenter de façon significative le parc électrique !

Un jeune de 16 ans hospitalisé à Montpellier pour une myocardite après sa troisième dose

Par : Paul

http://

Un jeune de 16 ans, habitant Gigean a reçu une troisième injection de Pfizer le 29 décembre, à Sète. Puis, le 2 janvier, il a été admis en soins intensifs à l’hôpital Arnaud-de-Villeneuve de Montpellier.

"Mon fils ne voulait pas être privé de ses loisirs, notamment de ses séances de musculation." Sylvie (*) a donc fait le choix d’inscrire Alexandre (*), 16 ans, sur Doctolib. Pour ce qu’elle croyait être une troisième dose après deux injections de Pfizer l’été dernier (le 21 juillet puis le 12 août).

Sauf, qu’en théorie, elle n’aura pas dû pouvoir ! Car la troisième dose, dont le délai a été abaissé, le 28 décembre, de 5 à 3 mois après la dernière injection, n’est normalement accessible qu’aux plus de 18 ans.

Habitant Gigean, l’adolescent est accompagné, le 29 décembre par son frère aîné au centre de vaccination du Bassin de Thau, à Sète. Il y reçoit une injection de Pfizer… comme si de rien n’était. "Au bras gauche" détaille la feuille de synthèse des données de vaccination. Le document précise également, noir sur blanc, "troisième injection".

Marine (*), sœur aînée d’Alexandre, infirmière à Perpignan, s’étonne : "Le médecin n’a manifestement pas fait de vérifications. Comme la personne ayant pratiqué l’injection."

"Les poumons en feu"

Trois jours plus tard, au matin du samedi 1er janvier, Alexandre se plaint de douleurs à la poitrine. "J’ai pensé que c’était lié à la fête du 31, ou à une séance de musculation, raconte la maman. Cela m’a quand même mis la puce à l’oreille." Dimanche 2 janvier, vers 7 h, l’ado répète " avoir les poumons en feu. Je lui ai alors donné un Doliprane ".

Deux heures plus tard, après des douleurs au bras gauche, le papa appelle le 15. "On nous a dit que des examens étaient nécessaires mais qu’aucune ambulance ni médecin n’étaient disponibles et que nous devions nous rapprocher de l’hôpital."

Des risques peu fréquents mais reconnus

Une minorité de jeunes de moins de 30 ans (majoritairement des hommes) peuvent développer des problèmes cardiaques (myocardite ou péricardite) dans un délai moyen d’une semaine maximum après une injection.

Ces risques, peu fréquents et non mortels, concernent les vaccins à ARN messager (Pfizer et Moderna). Des problèmes dont les premiers signaux de pharmacovigilance ont été rapportés dès janvier 2021.

Selon un rapport de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) en date du 8 novembre dernier et portant sur la tranche d’âge des 12-50 ans en France il y a eu 919 cas de myocardites ayant entraîné des hospitalisations entre le 15 mai et le 31 août 2021.

Ces myocardites ont concerné à 79 % des hommes avec un âge moyen de 26 ans. Sur la même période les cas de péricardites se sont élevés à 917 cas (66 % d’hommes avec un âge moyen de 34 ans).

Pour la région Occitanie l’étude scientifique fait état d’un total de 88 cas de myocardites entre le 15 mai et le 31 août 2021. Cependant, le rapport bénéfice-risque des vaccins n’est pas remis en cause.

Héliporté le 2 janvier de Sète à Montpellier

La grande sœur Marine n’en revient toujours pas. "Je suis choquée ! Mon frère ne sentait plus son bras gauche et était déjà en arythmie cardiaque. Mon père a été contraint de le conduire de Gigean à la clinique Saint-Jean." Une prise de tension et un électrocardiogramme plus tard Alexandre est renvoyé… vers le centre hospitalier de Sète.

Les soignants décrètent alors l’état d’urgence. Alexandre est transporté par hélicoptère vers le CHU de Montpellier, au service soins intensifs d’Arnaud-de-Villeneuve.

"C’est quand mon père a dit à l’interne sétois qu’Alexandre avait récemment reçu une troisième dose que tout s’est accéléré", détaille Marine. La maman, elle, confesse " avoir culpabilisé au départ. Mais à l’hôpital on m’a dit "Madame vous n’êtes pas une professionnelle"."

Trois jours en soins intensifs

Alexandre passe finalement trois jours en soins intensifs puis deux jours en cardiologie. Avec un diagnostic clair : myocardite. Et une avalanche d’examens : prises de sang, échographie et IRM du cœur.

" Les médecins ont bien noté sur le compte rendu qu’il s’agissait d’un accident vaccinal, appuie Marine, la grande sœur infirmière. Son cas a été déclaré en pharmacovigilance auprès de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). "

Du côté du centre de vaccination du Bassin de Thau à Sète, l’infirmière coordinatrice affirme, selon ses fichiers, "qu’il s’agissait, pour nous, d’une deuxième injection."

Et qu’une myocardite est "effectivement possible". Pour le reste, "il arrive qu’on refuse des troisièmes injections à des patients".

Après, dans le cas présent, l’infirmière coordinatrice sétoise dit clairement "ne pas avoir été mise au courant. Nous sommes pourtant tenus de faire une remontée des incidents à l’ANSM. J’imagine que l’hôpital a dû le faire."

Rentré chez lui samedi 8 janvier Alexandre a repris, lundi 10, le chemin du lycée et de sa classe de première. Très fatigué. Inquiet aussi. Et avec interdiction de faire du sport pendant les trois prochains mois. "Il a un traitement de bêtabloquants avant un bilan sanguin d’ici quatre semaines, éclaire la maman. Puis un IRM du cœur en mars."

L’incompréhension le dispute finalement à la colère. "À la télé, dans les médias, on parle de la vaccination mais pas de ses effets. Mon fils est jeune. J’espère qu’il va guérir. C’est grave quand même !" Marine, la grande sœur, tranche : "Mon frère s’est fait vacciner pour pouvoir profiter de sa jeunesse et il s’est retrouvé dans un lit d’hôpital et cardiaque à 16 ans."

Source

Faudra t-il fournir un chien d’aveugle à tous ces vaccinés volontaires et ces médecins dans le déni ?

Le journal allemand Bild a su présenter ses excuses...

Par : Paul

Le journal allemand Bild a su présenter ses excuses « Pardon pour cette politique, cette couverture médiatique qui tel un poison vous a inculqué le sentiment que vous étiez un danger mortel pour la société ». « Nous vous demandons de nous pardonner ».
En France on attend encore ! pic.twitter.com/y8cvOG9sC5

— Florian Philippot (@f_philippot) January 14, 2022

Je me refuse à me soumettre à un contrôle de mon identité par je-ne-sais quel commerçant ou employé

Par : Paul

Moi qui étais fonctionnaire de police durant 20 ans (dont 15 en ayant la qualité d’officier de police judiciaire) je me refuse à me soumettre à un contrôle de mon identité par je-ne-sais quel commerçant ou employé au nom d’une loi votée par des larbins qui ne me représentent pas.

— Sébastien JALLAMION (@SJallamion) January 15, 2022

30.000 lobbyistes à Bruxelles pour 704 députés !

Par : Paul

30.000 lobbyistes à Bruxelles pour 704 députés. 42,5 pour 1. Ça en fait du pognon. pic.twitter.com/tI1mBmT50D

— jean francois Andre (@jeanfra60859785) January 15, 2022

“Hypnotiquement” votre...

Par : Paul

Écoutez, chers lecteurs, ce que je crois être un trait de lumière extraordinaire porté sur le comportement de l’immense simulacre dont l’information officielle est la porteuse, – ici, pour le cas du Covid, mais valable pour tout le reste, bien évidemment, car nous parlons ici d’une époque, de l’ère des temps-devenus fous... Voici l’affaire.

Certains s’en étonneront avec ravissement, et fort justement, – et ce fut notre première réaction mais je recommande d’aller au-delà. Il s’agit d’un très grand journal danois qui demande à ses lecteurs de l’excuser pour avoir, pendant deux ans, suivi “hypnotiquement” et validé sans le moindre sens critique les informations officielles sur la pandémie-Covid.

Pour plus de détails, allez voir ‘ZeroHedge.com’ et ‘Summit.News’ de Paul Joseph Watson. J’imagine que d’autres ont repris la chose, y compris le journal danois en question, ‘Ekstra Bladet’, mais j’en reste là pour les sources. C’est suffisamment ‘chécké’ anti-‘FakeNews’, ces incroyables gamineries enfantines de chercheurs de la vérité chez les sources postvérité issues du Système.

Donc, ‘ZeroHedge.com’ nous dit :

« “Nous avons échoué” : Un journal danois s'excuse d'avoir publié les récits officiels du COVID sans les remettre en question. [...]

» “Nous avons échoué”, lit-on dans le titre de l'article du tabloïd ‘Ekstra Bladet’, qui poursuit en admettant que “Depuis PRESQUE deux ans, nous, – la presse et la population, – nous sommes concentrés de manière presque hypnotique sur les chiffres quotidiens des autorités sur les coronavirus.” »

De son côté, l’héroïque Paul Joseph Watson, qui publie son ‘Summit.news’ malgré une censure systématique dans les grands réseaux et des problèmes économiques récurrents, écrit à propos de cette affaire :

« “NOUS N'AVONS PAS été assez vigilants dans la lecture de leurs informations lorsque les autorités devaient répondre à ce que signifiait réellement le fait que des personnes soient hospitalisées avec le corona et non à cause du corona. Parce que cela fait une différence. Une grande différence”, peut-on lire dans l'article.

» L’article affirme également que les politiciens et les autorités ont “menti” sur d’autres aspects de la pandémie et que cela a entraîné une perte de confiance de la population à leur égard.

» Le journal souligne également que l'efficacité des vaccins pour mettre un terme à la pandémie a été largement exagérée par les autorités sanitaires... »

Etc. etc., la litanie de leurs mensonges, de cette communication qui n’est faite que de mensonges, dont l’ontologie même est le mensonge évoluant dans un simulacre immense, comme si le simulacre était en fait notre univers entier, celui qui est né avec le ‘Big Bang’, il y a un peu plus de 13 milliards d’années.

J’arrête là les citations directes et autres de la chose ; juste une dernière précision, une autre nouvelle que je n’ai pas vue tant nous sommes submergés par la marée de l’exposition continuelle de leur imposture infâme et cosmique, si infâme et cosmique qu’effectivement leurs zélotes en hypnotisme ne cessent de balbutier religieusement “Credo, Credo, Credo”, – jusqu’à nous faire par instant nous boucher les oreilles de crainte que la folie nous envahisse... Voici donc la dernière information rapportée par les sources citées, ratée par votre serviteur submergé par instant mais toujours recommençant :

« En août [2021], le plus grand quotidien allemand, ‘Bild’, avait présenté ses excuses à ses lecteurs pour son traitement des informations Covid destinée à alimenter la peur, – avec un message spécial pour les enfants, à qui il fut répété “qu’ils étaient en train d’assassiner leurs grands-mères”. »

Là-dessus, et après nous avoir laissé le temps de mesurer la signification très-profonde de ce (ces) mea-culpa, je fais une première remarque en forme de question, la même question redoublée en fait :

• Depuis le mois d’août de l’an 2021 , ‘Bild’ a-t-il traité différemment les informations, notamment en passant au crible d’une critique de sens commun et d’honnêteté les informations du gouvernement,  notamment en cessant de faire peur aux petits enfants avec des affirmations telles que : “à cause de toi, ta grand’mère va mourir” ?

• Depuis le 10 (ou le 9, je ne sais) du mois de janvier de l’an 2022, ‘Ekstra Bladet’ a-t-il “traité différemment les informations, notamment en passant au crible d’une critique de sens commun et d’honnêteté les informations du gouvernement”, et tenant à distance l’hypnose où ces informations l’ont mis jusqu’ici ?

N’étant coutumier ni de l’allemand ni du danois, n’étant lecteur ni de ‘Bild’, ni de ‘Ekstra Bladet’, je ne peux répondre en conscience et toute bonne foi à ces questions. Je vous ferais part, pourtant, en conscience mais selon une foi que je ne sais ni bonne ni mauvaise, d’une sorte de doute m’invitant à répondre par la négative ; mais bon ! L’on comprend ce qui m’anime, et combien il y a de raison d’être dans ce doute de parti-pris néanmoins nourri d’une expérience déjà chenue.

Passons outre pour en venir à un autre propos... Celui de l’intérêt extraordinaire que je manifeste pour le concept d’“hypnose” que le quotidien danois a utilisé pour s’expliquer de sa déplorable conduite : « [N]ous nous sommes concentrés de manière presque hypnotique... ». J’ignore le sérieux et la conviction qu’a mis ‘Ekstra Bladet’ dans cet “argument” placé là comme s’il voulait plaider l’innocence d’avoir été victime d’une force qui l’a dépassé et qu’il n’a pas perçue, mais dans ce cas je le tiens fermement pour la vérité même, si vous voulez comme une sorte de vérité-de-situation psychologique qui les a frappés (et les frappe encore ?).

Cela signifie que je leur accorde le bénéfice de la sincérité, pour pouvoir mieux avancer une explication correspondant à ma conviction que le phénomène extraordinaire du mensonge permanent enveloppé dans un simulacre est imposé, effectivement “à l’insu de leur plein gré”, à tous ceux, à toute cette presseSystème, qui suivent aveuglément la narrative-Système que dispensent les pouvoirs effectivement au service du Système. C’est dire si, d’une façon générale, j’écarte les explications tourmentées sur un “complot” permanent les conduisant à diffuser en conscience et cette fois en toute mauvaise foi, des informations qu’ils savent fausses, mensongères, bidouillées, tordues et haïssables. Je ne les crois ni assez infâmes, ni assez sophistiqués dans la tromperie pour cela. Ils mentent mais, Seigneur, “pardonnez-leur parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font.

Littéralement, c’est plaider que ces étranges nigauds se sont effectivement « concentrés de manière presque hypnotique... ».

J’en viens donc à apprécier à ma manière ces forces d’influence qui anesthésient tout sens critique, qui pulvérisent le sens commun, qui subvertissent toute raison privée d’intuition haute pour la protéger. Le résultat est effectivement une sorte d’“hypnose” évidemment diabolique. Le qualificatif m’invite par ailleurs à développer l’appréciation que j’ai à l’esprit, qui confirme l’hypothèse de forces qui dépassent les êtres placés dans les réseaux essentiels de la communication qui règne, forces à l’influence desquelles certains, très rares, échappent, à l’influence desquelles les autres succombent, comme “hypnotisés”.

Que dire de ces “forces” sinon que l’on est en situation de justement ne pouvoir rien en dire parce qu’elles dépassent les entreprises humaines en conception et en capacités, et que l’essentiel est alors d’accepter l’hypothèse de la possibilité de leur existence ? Je ne fais que me répéter à cet égard, mais je ne crois pas cette répétition inutile, même s’il faut nécessairement céder à l’inconnaissance en sachant qu’il s’agit d’une posture vertueuse, parce qu’il y a dans cette répétition l’essence même de la résistance. Les autres, ceux qui font les esprits forts et ne cessent d’être bernés, sont comme cela, alignés devant les narrative dont ils croient qu’elles sont l’enjeu d’une bataille humaine, trop humaine.

Et le plus drôle dans le sens de l’ironie, le plus heureux pour les âmes poétiques c’est de voir que, des rangs de ceux qui les acceptent sans en rien savoir, parfois l’un ou l’autre, qu’il se nomme ‘Bild’ ou ‘Ekstra Bladet’, soudain fait un pas en avant, franchissant la très-fameuse “ligne rouge”, pour dire un instant, comme frappé d’une illumination, “Je crois que nous racontons n’importe quoi car nous sommes hypnotisés”. Même si cela ne dure qu’un instant, je suis assuré que cela réconforte, et pour mon cas, sans une seconde prétendre que j’ai ainsi compris le ressort de cette mécanique infernale (cette prétention, l’hybris inverse de celle des perroquets hypnotisés) ; cela réconforte dans le sens de ce que je vous ai dit sur mon “essence même de la résistance”, sans en savoir plus, sans en demander plus, simplement comme on est attiré par un secret destin.

Source

-

Par : Paul

Le problème c'est que les élites n'ont plus le dixième du niveau intellectuel de ceux qu'elles oppressent.

— Campagnol (@CampagnolTVL) January 14, 2022

-

Par : Paul

Par un très mauvais concours de circonstances ou de pur hasard, les footballeurs professionnels Davies, Aubamyang et Lemina sont obligés de cesser temporairement leur activité sportif lors de la CAN du fait de problèmes cardiaques...

— Christian Blanchon (@ChrisBlanchon) January 14, 2022

-

Par : Paul

La députée @AnneLaureBlin a déposé un amendement visant à garantir l'accès des non-vaccinés aux bureaux de vote.
Cet amendement a été rejeté par la majorité.
Pourquoi ?#PasseVaccinal pic.twitter.com/W2Cwexbx7o

— Geoffroy Lejeune (@GeoffroyLejeune) January 14, 2022

« Alors t’as du champagne au frais ? »

Par : Paul

🔴Sylvain Waserman pense que personne ne l'entend alors qu'il chuchote en plein débat sur le #PasseVaccinal :
« Alors t’as du champagne au frais ? » ...#AssembleeNationale #directAN pic.twitter.com/HEDzKJYcf6

— Le DéCaLé📽 (@ledecaledu25) January 15, 2022

L'obligation de porter un masque en extérieur suspendue dans le département de Loire-Atlantique

Par : Paul

http://

A l'instar d'autres départements qui sont récemment revenus sur le port du masque obligatoire en extérieur, le tribunal administratif de Nantes a lui aussi suspendu l'arrêté en question qui s'appliquait en Loire-Atlantique depuis le 31 décembre.

Selon une information de l'AFP, le tribunal administratif de Nantes a suspendu le 14 janvier l'arrêté qui rendait obligatoire le port du masque en extérieur en Loire-Atlantique depuis le 31 décembre 2021. 

Cette suspension fait écho à des mesures similaires récemment prises dans le département des Yvelines ainsi qu'à Paris. En effet, les tribunaux administratifs de Versailles et de Paris ont respectivement annoncé les 12 et 13 janvier avoir suspendu l'obligation de porter un masque en extérieur.

Dans les Yvelines, le juge des référés a considéré que le port du masque «ne pouvait être imposé qu’à condition que la situation épidémiologique locale le justifie et [d'être] limité aux lieux et aux heures de forte circulation», peut-on lire sur le communiqué.

Sollicitée par l’AFP, la préfecture de police de Paris a pour sa part réservé sa réponse à la réception de la décision. «Comme ce n’était ni nécessaire, ni strictement proportionné, le tribunal administratif a souhaité suspendre l’arrêté», a commenté auprès de l'agence de presse l'avocat Jean-Baptiste Soufron, qui a plaidé pour la suspension de cet arrêté.  

Source

-

Par : Paul

-

Par : Paul

💥UNE BOMBE 💥 a l’instant sur #LCI ! Ce médecin Espagnol explique que dans les régions qui n’ont pas appliqué le pass la propagation est moindre que dans celles qui l’ont appliqué !! Fin du jeu ! #PasseVaccinal #PassSanitaire #Omicron #vaccins #EffetsSecondaires pic.twitter.com/qbSozXpj2R

— 🥕Pruneaux Megaburne 🥕🥕🥕 (@bijouxdeMlleA) January 14, 2022

-

Par : Paul

« Je te vois harcelé par les mouches venimeuses (…) Ne lève plus la main sur eux. Ils sont innombrables; ton destin n’est pas de devenir chasse-mouches. »
Friedrich Nietzsche

— Didier Raoult (@raoult_didier) January 14, 2022

Pass vaccinal : quelles nouvelles restrictions pour les non vaccinés ?

Par : Paul

Examiné en procédure accélérée par l'Assemblée nationale, le projet de loi sur le pass vaccinal devrait bientôt être adopté. Il doit limiter l'accès à un nombre significatif de lieux et d'activités pour ceux qui continuent à refuser l'injection.

La navette parlementaire n'est pas encore parvenue à son terme après l’échec de la commission mixte paritaire le 13 janvier. Et bien que les débats à l'Assemblée risquent de s'éterniser, les grandes lignes du projet de loi sur le pass vaccinal ne devraient plus guère évoluer avant l'entrée en vigueur du nouveau dispositif, que le gouvernement espérait fixer au 15 janvier.

Où sera demandé le pass vaccinal ?

Le pass vaccinal est prévu pour l’accès aux bars et restaurants, aux activités de loisirs (cinémas, musées, théâtres, enceintes sportives, salles de sport et de spectacle...), aux foires et salons professionnels, aux grands centres commerciaux (sur décision des préfets) et aux transports interrégionaux (avions, trains, bus sauf pour motif impérieux d'ordre familial ou de santé).

Selon la mouture actuelle, seules les personnes vaccinées pourront donc accéder à ces endroits, événements et services, un test négatif au Covid-19 n'étant plus suffisant. La liste des lieux concernés devra être précisée dans un décret d’application, qui ne devrait pas pouvoir être publié avant le 16 janvier. Par ailleurs, les professionnels travaillant dans ces lieux et services sont aussi concernés et auront donc l'obligation de se vacciner. 

Dans certains cas toutefois, un certificat de rétablissement à la suite d'une contamination pourrait être présenté à la place du certificat de vaccination. Le décret mettant en œuvre le pass vaccinal précisera ces dérogations et pourra également demander, quand «l'intérêt de la santé publique» l'exige, un double pass cumulant un certificat de vaccination avec un test négatif pour certains lieux. Il prévoira, par ailleurs, la possibilité pour les professionnels de disposer d’un pass vaccinal transitoire «s’ils démontrent qu’ils se sont engagés dans un parcours vaccinal, le temps nécessaire à leur vaccination complète», selon le site Vie publique.

Ne seront pas concernés, en revanche, les hôpitaux, cliniques, établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) et maisons de retraite, dans lesquels sera toujours exigé le pass sanitaire, valide avec un justificatif de vaccination, un résultat de test négatif ou un certificat de rétablissement. 

Concernant le seuil d'âge des personnes concernées par le pass vaccinal, le Sénat l'avait repoussé aux plus de 18 ans. Devant l’Assemblée nationale, le gouvernement défendra l'obligation de présenter un pass vaccinal pour toutes les personnes âgées de plus de 16 ans. En première lecture, l'Assemblée nationale a précisé que les 12-15 ans n'auraient pas à présenter un pass vaccinal pour les sorties scolaires et les activités sportives ou culturelles. En revanche, il sera exigé hors de ces cas, pour aller au restaurant avec ses parents par exemple.

Contrôles et sanctions renforcés

L'ampleur du renforcement des contrôles et des sanctions en cas de fraude reste par ailleurs à préciser. Dans le projet de loi initial, un durcissement conséquent est prévu, puisque les personnes présentant un pass appartenant à quelqu'un d'autre ou prêtant leur pass risquent une amende forfaitaire de 1 500 euros dès la première infraction, et les professionnels ne contrôlant pas le pass une amende de 1 000 euros. De plus, le simple fait de détenir un faux pass pourra être puni de cinq ans de prison et 75 000 euros d'amende.

Reste à voir, enfin, si le système de repentir, introduit par un amendement du gouvernement puis supprimé par le Sénat, sera conservé pour les personnes en infraction avec le pass et qui décideraient de se faire vacciner. La chambre haute avait aussi supprimé le dispositif d’amende administrative de 1.000 euros par salarié pour les entreprises ne respectant pas le protocole sanitaire, et les règles applicables en matière de télétravail.

Source

Pass sanitaires désactivés: des Français entre rébellion

Par : Paul

Tristan*, 37 ans, est bien décidé à ne pas recevoir sa dose de rappel. Vacciné une seule fois le 11 juin dernier car il avait contracté le virus du Covid-19 six mois auparavant, le trentenaire ne souhaite plus jouer le jeu :"Franchement, ça suffit ! Ça ne peut pas continuer comme cela indéfiniment", peste le cadre commercial. Pourtant, en refusant l’injection, son pass sanitaire ne sera plus valide à partir de demain, samedi 15 janvier. 

Une sentence qui pourrait toucher entre 500.000 et 800.000 Français, selon Olivier Véran. Des chiffres "probablement surestimés", a néanmoins prévenu le ministère. Parmi ces personnes en effet, certaines d’entre elles "ont présenté une infection" et "n’ont pas encore mis la preuve de leur infection dans leur système TousAntiCovid", a expliqué le ministre de la Santé. Une telle contamination permet de prolonger le pass sanitaire de six mois.
Pour l’instant, car le gouvernement envisagerait de réduire ce délai. Depuis le début de l’année en tout cas, ce sont chaque jour plus de 200.000 Français en moyenne qui sont contaminés, principalement par le variant Omicron, plus contagieux, et qui pourraient donc échapper à la désactivation de leur pass. 
La désactivation imminente de son QR code ne fait en tout cas pas peur à Tristan, même s’il est entouré d’amis et de collègues qui possèdent un schéma vaccinal complet.
"Cela veut dire que je vais devoir un peu me couper de la vie sociale", s’amuse-t-il.
Reste qu’il concède que cela va être difficilement tenable, notamment à cause du pass vaccinal. Ce dispositif devrait entrer en vigueur "au plus tard dans les premiers jours de la semaine du 17 janvier", a annoncé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement. 

Cependant, tous les Français n’ont pas fait le choix de se priver de leur pass sanitaire. Olivier Véran a d’ailleurs assuré que "le taux d’acceptabilité du rappel est énorme". "Le rappel est la règle, le non-rappel est l’exception", a affirmé le ministre. Selon lui, 98% des personnes vaccinées de plus de 65 ans ont fait leur rappel sept mois après leur dernière injection. 

La volonté peut-être de pouvoir continuer à profiter des petits plaisirs quotidiens. C’est ce qui a poussé Manon, 27 ans, à recevoir sa troisième dose quelques jours avant la date fatidique : La jeune francilienne confie d’ailleurs que lorsqu’elle est tombée malade, il y a quelques semaines, avec des symptômes proches du Covid-19 (maux de tête, courbatures, toux et fièvre), "j’ai presque prié pour que ce soit ce virus afin d’éviter de faire cette dose".

Peur d’avoir le Covid-19 juste avant de faire le vaccin

De son côté, Anna* a hésité jusqu’au dernier moment avant de prendre rendez-vous pour sa nouvelle injection :Sans compter que la trentenaire a dû faire son rappel avec l'injection Moderna, faute de vaccin Pfizer disponible. Une "source de stress" supplémentaire, confie la Parisienne. Après avoir été cas contact et s’être fait tester, une fois le résultat reçu, elle a finalement sauté le pas… comme Manon à contrecœur. Cette dernière juge d’ailleurs sévèrement la politique sanitaire menée notamment par les pays européens. Selon elle, "ce n’est pas en multipliant les doses que l’on va venir à bout de l’épidémie", à l’image de l’Espagne qui vient d’autoriser une quatrième dose pour les personnes très vulnérables.

Le gouvernement espagnol envisage cependant dans le même temps de traiter la pandémie comme une épidémie grippe. Des experts de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) soulignaient quant à eux qu’une "stratégie de vaccination basée sur des rappels répétés", avec l’utilisation de produits développés à partir des premières souches du virus, "a peu de chances d’être appropriée ou viable". Pire même : l’autorité européenne de réglementation des médicaments craint que la réponse immunitaire ne soit en fin de compte diminuée, à force de "boosters" vaccinaux. 

*Les prénoms ont été modifiés à la demande des personnes interrogées. 

Pass vaccinal : l'Assemblée aux ordres adopte le texte

Par : Paul

http://

Le projet de loi transformant notamment le pass sanitaire en pass vaccinal a été adopté en deuxième lecture par l'Assemblée nationale par 185 voix pour, 69 contre et 8 abstentions. Le Sénat va de nouveau se pencher sur le texte.

Les députés ont adopté en deuxième lecture dans la nuit du 14 au 15 janvier le projet de loi controversé transformant le pass sanitaire en pass vaccinal. Les débats doivent désormais se poursuivre au Sénat.

Entamé le 29 décembre en commission, le marathon de ce douzième texte d'urgence sanitaire depuis mars 2020 s'achèvera le 16 janvier dans l'après-midi, avec un ultime vote de l'Assemblée nationale, au bout d'un parcours chaotique marqué par des couacs, des polémiques et des rebondissements. 

Commencée à 15h le 14 janvier, la deuxième lecture du texte, avec à la clef l'examen de près de 450 amendements, s'est achevée aux alentours de 4h du matin avec une adoption par 185 voix pour, 69 contre et 8 abstentions, dans une ambiance électrique.

Après l'échec tonitruant d'un compromis avec le Sénat, les députés ont planché sur une version du projet de loi proche de celle votée la semaine précédente en première lecture, mais avec certaines modifications, parfois inspirées par l'examen au Sénat dominé par la droite. Ainsi, le pass vaccinal ne s'appliquera par exemple plus aux adolescents entre 12 et 16 ans, toujours soumis cependant au pass sanitaire.

Source

La chute des grands médias

Par : Paul

Si l’année écoulée a confirmé une chose, c’est que les médias grand public sont totalement malhonnêtes. Oui, la plupart des gens s’en doutaient déjà, mais les 12 derniers mois ont apporté plus de confirmation que les dernières années réunies. L’année 2021 a clairement montré que les médias grand public sont le bras armé de la propagande des élites politiques et des entreprises, des grands gouvernements aux grandes entreprises pharmaceutiques.

Bien qu’il y ait eu quelques exemples brillants de journalisme indépendant et généralement impartial dans les MSM, ces moments sont aussi rares que les observations du monstre du Loch Ness et presque aussi incroyables. On a menti au public de façon si constante que nous ignorons parfois le journalisme légitime lorsqu’il apparaît, car il est plus sûr de supposer que les médias sont toujours malhonnêtes.

J’ai personnellement remarqué une avalanche de publicités récemment payées par les grandes plateformes médiatiques traditionnelles comme le New York Times, qui tentent désespérément de convaincre le public qu’elles sont toujours pertinentes. Le message est qu’ils sont la seule « vraie source » d’informations, tandis qu’ils supplient les gens de s’abonner et de lire à nouveau leur vomi tout chaud. Les médias de gauche s’effondrent, les colporteurs de propagande en ligne et les prostituées du click-bait comme Buzzfeed et Vox implosent. Le manque de profits est évident et les licenciements ont été agressifs.

Ces plateformes ont survécu ces dernières années grâce au battage médiatique et au capital-risque des start-ups, mais l’argent gratuit s’est épuisé et elles ne savent plus quoi faire. Le plan de Buzzfeed était d’entrer en bourse et de vendre des actions, mais ce plan a échoué si complètement et l’action de la société a plongé si fort que l’événement a exposé tous les autres médias technologiques naissants à un examen plus approfondi. En d’autres termes, personne ne fait confiance à ces médias, du moins pas assez pour y investir, et maintenant le voile de leur supposé « succès » a été levé. Buzzfeed prétendait valoir 1,5 milliard de dollars ; la réalité a révélé qu’ils ne valent presque rien.

Les médias traditionnels ont également vu leur audience s’effondrer au cours des dix dernières années, mais l’année dernière en particulier n’a pas été tendre avec eux. TOUTES les grandes chaînes d’information ont vu leurs taux d’audience baisser, CNN ayant enregistré la plus forte baisse. CNN est confrontée à une réduction épique de 68 % de ses chiffres en prime time en 2021, tandis que MSNBC a maintenant la plus petite audience en prime time qu’elle ait connue depuis 2016. Fox a également fait face à des baisses d’audience cette année, mais continue de rester le média d’information par câble le plus regardé jusqu’à présent, probablement en raison de la popularité continue de commentateurs comme Tucker Carlson.

Certains pourraient blâmer la perte de la couverture des élections, mais ce n’est pas comme s’il n’y avait pas eu assez de nouvelles pour faire le buzz en 2021. Avec des millions de personnes travaillant toujours à domicile et faisant face à des restrictions Covid intermittentes cette année (dans les États bleus), on pourrait penser que cela représente un public captif pour la machine à peur. Bon sang, même YouTube et d’autres plateformes de médias sociaux nous imposent quotidiennement le contenu du MSM tout en enterrant toute alternative. Pourtant, leurs chiffres continuent de chuter et le public se moque.

YouTube a même supprimé le bouton « J’aime pas », juste pour protéger les médias d’entreprise et la Maison Blanche du bombardement hilarant de pouces en bas qu’ils reçoivent sur chaque vidéo. Il est inacceptable que nous, les paysans, ayons la possibilité d’exprimer notre mécontentement.

Alors, où les gens se tournent-ils pour leurs informations si ce n’est vers les « médias dominants » ? Bien que les statistiques ne soient pas aussi bien suivies pour les sources indépendantes, il est évident, au vu des chiffres d’audience et d’abonnement, que les médias alternatifs deviennent rapidement la force dominante en matière d’information. Mes propres chiffres d’audience ont augmenté d’au moins 30 % rien qu’au cours des deux dernières années et cela semble être la tendance générale pour les médias conservateurs et libertariens. Des sites web comme Social Blade, qui suit les statistiques des chaînes YouTube, confirment la conclusion selon laquelle les médias alternatifs sont en train de devenir les médias de référence.

Pourquoi cela se produit-il ? C’est un phénomène qui s’est produit depuis longtemps. Les chiffres des médias traditionnels sont en baisse depuis de nombreuses années et les tranches d’âge de leur audience ont augmenté de façon spectaculaire. Cela s’est accéléré après 2016, lorsque le masque des médias grand public est complètement tombé et que s’est révélé ce que nous connaissons désormais comme la « guerre des cultures ».

La migration des audiences est indéniable dans les médias de divertissement et de culture pop. Les plateformes grand public financées par un flux de trésorerie constant provenant des coffres des entreprises de Disney, Time Warner, Comcast, Viacom, etc, régnaient autrefois en maître dans les publications de divertissement. Les médias technologiques de taille moyenne s’efforçaient de rester dans les bonnes grâces de ces sociétés en échange de faveurs et d’un accès privilégié. Aujourd’hui, des entreprises qui ont des milliards de dollars à leur actif sont contrecarrées par des chaînes YouTube à bas prix comme Geeks And Gamers, The Quartering, Nerdrotic, Clownfish TV, etc.

L’effusion de sang a été si horrible que les sociétés de médias sociaux (avec leur agenda partagé) se sont associées aux majors pour supprimer ces types de chaînes, les démonétiser ou les effacer de la vue du public avec leurs algorithmes. Les chaînes alternatives attirent l’attention parce qu’elles offrent quelque chose que les gens veulent – une opinion et une analyse honnêtes au lieu d’une opinion achetée et payée par les corporations.

Dans la sphère politique et sociale, de nombreuses réussites ont été enregistrées, notamment le podcast de Joe Rogan, Steven Crowder, Ben Shapiro, l’émission « You Are Here » de Blaze TV, Tim Pool, et la liste est encore longue. Dans le domaine des médias économiques, des sites comme Zero Hedge continuent d’attirer des millions de lecteurs que la plupart des autres institutions grand public souhaiteraient avoir.

Bien sûr, certaines de ces sources d’information sont encore en train de rattraper ceux d’entre nous qui étaient considérés comme des « théoriciens du complot » il y a quelques années. Mais ce n’est pas grave. Je ne dis pas qu’il n’y a pas plus rien à faire. Ce que je dis, c’est qu’une révolution est en train de se produire dans la façon dont les gens consomment les médias et qu’au moins certaines vérités parviennent aux gens normaux.

Je travaille et publie dans les médias alternatifs depuis 16 ans et je ne pense pas que les nouveaux venus dans ce domaine réalisent à quel point les Américains se sont affranchis du discours dominant au cours de cette période. Lorsque j’ai commencé, le simple fait de rêver à l’audience que nous avons aujourd’hui était considéré comme un fantasme naïf. Aujourd’hui, je continue à trouver un grand espoir dans la croissance du journalisme indépendant.

Le fait est que, pendant des décennies, les institutions corporatives ont trompé les masses en leur faisant croire qu’elles seules étaient qualifiées pour agir en tant que gardiennes et gardiens du goulot d’étranglement de l’information. Elles seules étaient les véritables « journalistes ». Elles ont maintenant perdu le respect du public et leur rôle de gardiennes est terminé. Sur cette note, examinons quelques-unes des raisons pour lesquelles la confiance dans les médias dominants a implosé. Examinons quelques-uns des plus gros mensonges perpétués par les MSM en 2021…

L’« insurrection » du 6 janvier

Probablement l’une des plus grandes infox de la décennie. Les médias grand public ont sans cesse répété la propagande selon laquelle la manifestation conservatrice au Capitole le 6 janvier était une sorte de tentative planifiée de prise de contrôle national et de coup d’État violent ayant entraîné plusieurs morts. La réalité était beaucoup moins sexy.

Tout d’abord, le FBI a été forcé d’admettre qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui de l’affirmation selon laquelle la manifestation était un coup d’État organisé. Et quand une institution extrêmement hostile aux patriotes admet cela, vous savez que le gouvernement n’a RIEN.

Pas un seul mort attribué à l’origine aux manifestants du 6 janvier n’a été causée par eux, de sorte que cette fable a été jetée dans le trou de mémoire. Bien qu’il y ait eu de la violence et qu’une manifestante non armée ait été abattue par la police (Ashli Babbitt), le résultat de l’événement n’avait rien à voir avec une insurrection. Les manifestants sont entrés, ont tourné en rond pendant un petit moment, certains ont volé quelques souvenirs, puis tout le monde est parti. Cela peut à peine être considéré comme une « émeute ». Comparez cela aux émeutes de BLM à travers le pays, qui ont entraîné de multiples meurtres réels par des personnes y participant directement, sans parler des milliards de dollars de dégâts matériels. Les médias ont qualifié ces émeutes de « protestations pacifiques » tout en condamnant les participants du 6 janvier comme des monstres.

Lorsque les conservateurs protestent contre quelque chose, au moins nous allons à la source au lieu de brûler les maisons et les entreprises de personnes innocentes. Et je veux expliquer quelque chose d’autre aux gauchistes parce que je ne pense pas qu’ils comprennent – Quand vous verrez une « insurrection » conservatrice (rébellion contre la tyrannie centralisée), ils ne seront pas désarmés comme ils l’étaient le 6 janvier et ils ne s’arrêteront pas tant que tous les éléments corrompus de l’establishment ne seront pas écartés du pouvoir. Si vous vous êtes cachés sous votre lit après les événements du 6 janvier, vous n’en avez vraiment aucune idée.

La défaillance du réseau électrique du Texas

Wow, quel gâchis politique la couverture de cet événement a été. Plusieurs personnes meurent à la suite d’une tempête hivernale qui frappe le Texas et met hors service une partie de son réseau électrique indépendant. La première chose que font les médias grand public est d’écrire des articles sur la façon dont cela « prouve qu’ils ne pourront jamais faire sécession de l’Union ». Ces gens sont obsédés par la centralisation au point qu’ils perdent la tête si vous produisez votre propre électricité.

Paul Krugman, un expert en communication notoire de l’establishment, s’est lancé dans une tirade dans le New York Times, rejetant toute preuve que les défaillances des éoliennes financées par le gouvernement fédéral ont conduit à la crise du réseau électrique du Texas. Les faits sur ce sujet sont enterrés à ce jour.

Les chiffres prouvent que Paul Krugman et le MSM ont complètement tort. Le Mises Institute a publié un article complet sur ce sujet, basé sur une analyse de l’Institute For Energy Research, mais je vais résumer :

Les médias et Paul Krugman ont affirmé que l’incident avait été causé par le réseau de gaz naturel mal préparé du Texas et que les éoliennes n’y étaient pour rien. Par extension, les médias ont affirmé que cela rendait « risible » toute idée qu’un État comme le Texas puisse devenir indépendant d’une gouvernance centralisée et d’un réseau centralisé. Il est important de noter que Krugman ne propose aucune statistique réelle pour étayer ses arguments. Un « économiste » devrait être mieux informé.

La vérité est que les éoliennes défaillantes ont effectivement été la principale source du déclin du réseau électrique. Avant la tempête hivernale de février, les éoliennes produisaient environ 28 % (près d’un tiers) de l’électricité du Texas, tandis que le gaz naturel en fournissait 43 %. À la fin du gel, l’énergie éolienne n’était plus que de 6 %, tandis que le gaz naturel a pris le relais pour atteindre 65 % du réseau. En d’autres termes, soit Krugman a menti, soit il n’a pas tenu compte des statistiques réelles. Bien qu’il y ait eu des défaillances dans certaines centrales au gaz naturel, la faute en revient en grande partie à l’énergie éolienne financée par le gouvernement fédéral. Pendant la crise du réseau, le gaz naturel a perdu 7 % de sa production globale, tandis que les éoliennes financées par le gouvernement fédéral ont perdu 47 % de leur production. C’EST UN FAIT.

Gardez également à l’esprit que la demande d’électricité dans l’État est montée en flèche à cette époque, battant tous les records précédents, peut-être parce que la population de l’État est passée de 29 à 30 millions d’habitants entre la fin de 2019 et le début de 2021. Des millions de personnes venaient de déménager au Texas en quelques mois pour échapper aux politiques des États bleus, comme les impôts élevés et les obligations oppressives autour de la crise Covid. Et c’est ici que nous trouvons ce qui est probablement le motif central derrière les mensonges des médias sur le Texas – L’establishment ne veut pas que les Américains migrent et se rassemblent pour lutter contre les obligations. Mentir sur le Texas à chaque occasion, même pendant une tragédie, révèle leurs craintes sous-jacentes.

La recherche sur le gain de fonction de Fauci

Anthony Fauci est peut-être le menteur le mieux payé de l’histoire récente, mais ses mensonges vont au-delà du simple rôle de propagandiste pour le gouvernement. La pandémie de Covid s’est heureusement traduite par un taux moyen de mortalité par infection très bas (seulement 0,27 % officiellement), ce qui signifie que plus de 99,7 % de la population n’a pas à s’inquiéter du virus à un moment donné. Avec le variant léger Omicron maintenant en circulation, le nombre de décès est encore plus bas. Cependant, il y a eu des décès qui n’auraient pas dû se produire et Fauci en est en partie responsable.

Bien que le plus grand laboratoire de virologie de niveau 4 d’Asie se trouve à Wuhan, en Chine, juste à côté de l’épicentre de l’épidémie de Covid-19, les médias grand public, sur ordre du gouvernement et de l’establishment médical, se sont battus bec et ongles pour nier tout lien. S’il s’agissait d’une enquête sur un meurtre, ce serait comme si un détective entrait dans une pièce pour trouver un cadavre et un voisin debout au-dessus avec un couteau ensanglanté, puis achetait une glace au suspect et l’envoyait promener. Si vous n’avez pas été témoin de l’agression au couteau, pourquoi enquêter davantage ?

Pourquoi les médias étaient-ils si catégoriques pour ignorer l’évidence ? Peut-être parce que des agences gouvernementales comme le NIAD et le NIH, sous la direction d’Anthony Fauci, ont participé au financement de recherches clandestines sur le « gain de fonction » des coronavirus dans ce même laboratoire de Wuhan. Cela expliquerait pourquoi la souche initiale de Covid qui s’est répandue dans le monde au début de 2020 correspondait à 96 % aux échantillons conservés dans ce laboratoire depuis 2013. Les 4 % restants pourraient être attribués à une manipulation génétique par gain de fonction.

Fauci a nié toute implication dans la recherche sur le gain de fonction, qui est principalement utilisée pour la militarisation d’un virus ou d’autres micro-organismes. Les médias l’ont violemment défendu et ont accusé toute personne critiquant Fauci d’être des théoriciens de la conspiration cinglés. Il s’avère qu’il mentait à nouveau. La publication de plus de 900 documents relatifs à la recherche sur les coronavirus financée par Fauci et le gouvernement américain à Wuhan prouve que les médias ont soit défendu aveuglément Fauci sans examiner les preuves, soit qu’ils partagent le même agenda.

La pandémie des non-vaccinés

Le terme « Breakout case » est aujourd’hui couramment utilisé dans les médias pour décrire les personnes entièrement vaccinées qui tombent tout de même malades et meurent d’une infection Covid. Mais il n’y a pas si longtemps, on disait que tous ceux qui tombaient malades à cause du virus n’étaient pas vaccinés. Les médias et le gouvernement continuent d’insister sur l’idée que les personnes non vaccinées remplissent les hôpitaux et les lits de soins intensifs, mais il n’existe AUCUNE preuve pour étayer ces affirmations. Pendant ce temps, les pays les plus vaccinés de la planète sont également confrontés à des taux d’infection parmi les plus élevés de la planète et à des décès incessants.

En Irlande, par exemple, plus de 63% des décès récents du fait de la Covid-19 étaient des personnes entièrement vaccinées. En Israël, près de 60 % des personnes hospitalisées pour la Covid sont entièrement vaccinées. L’Uruguay, le Bahreïn, les Maldives et le Chili ont tous des taux de vaccination très majoritaires et tous ont connu des pics de décès et d’infections dus à la Covid-19.

Si les vaccins fonctionnent réellement, comment cela est-il possible ?

Conclusion : Les vaccins ne fonctionnent pas, du moins pas de la manière dont les entreprises pharmaceutiques l’ont initialement prétendu. Ajoutez à cela le fait que les personnes ayant une immunité naturelle sont 13 à 27 fois plus protégées contre la Covid-19 que les personnes qui se soumettent au vaccin. On peut se demander quel est l’intérêt de ces vaccins expérimentaux à ARNm, dont l’innocuité n’est pas prouvée par des données à long terme.

« Stagflation » transitoire

Le déni de l’inflation américaine par les médias grand public est monnaie courante depuis un certain temps. Aujourd’hui, ils ne peuvent plus le cacher. Avec une inflation des prix qui atteint des sommets inégalés depuis 40 ans (selon les chiffres officiels), le portefeuille de l’Américain moyen en prend un coup, et cela ne peut qu’empirer à partir de maintenant.

Les médias semblent être spécifiquement investis dans la dissimulation des données économiques réelles au public et dans la protection de la Réserve fédérale et des pratiques bancaires centrales en général. Je n’entrerai pas dans mes théories sur la raison pour laquelle c’est le cas (j’ai déjà beaucoup écrit sur ce sujet dans mon dernier article), je dirai seulement qu’une population non préparée est une population facile à contrôler quand un crash économique se produit.

La Covid-19 empêche-t-elle le public de fréquenter les salles de cinéma ?

L’industrie du cinéma était sur le déclin bien avant l’arrivée de la pandémie de Covid-19, et il est indéniable que cela était largement dû à la propagande d’extrême gauche implantée dans les films hollywoodiens depuis 2016. Oui, Hollywood était « Woke » avant cela, mais loin d’être aussi mauvais que ce que l’industrie est devenue au cours des cinq dernières années. Hollywood appelle cette politisation des films « inclusivité », mais avoir plus de personnes noires et brunes dans les films n’est pas le problème. Il s’agit plutôt de l’injection de l’idéologie gauchiste « Woke » et du cultisme dans tout, des films aux séries télévisées en passant par les publicités.

La guerre culturelle est TRÈS réelle, et malheureusement, la plus grande erreur des conservateurs a été d’ignorer le combat dans le divertissement populaire jusqu’à récemment. Il y a cependant de l’espoir, et il se trouve dans le mantra « Get Woke Go Broke ! / Être Éveillé vous brise ! « . Les spectateurs votent avec leur porte-monnaie et le consensus est qu’ils ne veulent pas que la politique de gauche empoisonne leur divertissement. Ces deux dernières années, les gauchistes dans les médias ont dit que l’effondrement des profits des théâtres était dû à la peur du public vis-à-vis de la Covid-19. Cette excuse a récemment été détruite par le dernier film Spiderman, qui n’a pas de politique « Woke » et qui a attiré des millions de spectateurs dans les salles. Le film a rapporté plus d’un milliard de dollars en 5 jours, battant les records précédents.

Il est clair que la Covid-19 n’est pas du tout un facteur, mais si vous regardez presque tous les films ratés de l’année dernière, il y a un fil conducteur qui les relie : la propagande « Woke ». Personne n’en veut, personne n’aime ça. Les médias n’ont plus d’autre moyen de la nier.

Il y a beaucoup d’autres mensonges que je n’ai pas eu l’occasion de couvrir ici, mais je pense que vous avez saisi l’image. Qui sait ce que l’année prochaine nous réserve en termes de propagande de la part de nos gardiens d’entreprise ? Au moins, pour l’instant, les médias alternatifs ont pris le relais pour combler le vide et apporter des faits là où il n’y avait que tromperie. Pour se débarrasser de la vérité, ils devront se débarrasser de nous. Sinon, le marché libre a parlé.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Fauci a bien financé des recherches sur les « gains de fonction » en Chine

Par : Paul

http://

De nouveaux documents publiés par Project Veritas affirment que le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, le Dr Anthony Fauci, a directement financé des recherches controversées sur les coronavirus de chauve-souris en Chine. Fauci a précédemment nié ces faits.

Fauci a témoigné sous serment que le National Institute of Health (NIH) n’avait pas financé la recherche dite « gain-de-function » sur les coronavirus transmis par les chauves-souris à l’Institut de virologie de Wuhan en Chine. Le témoignage de Fauci a été remis en question lorsqu’il a été révélé que le NIH avait versé des subventions à une société de recherche privée, EcoHealth Alliance, pour mener ces recherches, et que des documents de recherche ont révélé que les scientifiques de l’institut de Wuhan étudiaient effectivement le potentiel de ces virus à infecter les humains.

Ces documents académiques ne prouvent pas de manière concluante que le Covid-19 provient d’un laboratoire, mais des documents publiés lundi par Project Veritas, un organisme d’investigation conservateur, montrent apparemment que l’armée américaine était au courant de ces recherches, et qu’elle n’a pas voulu participer à leur financement en raison de leur dangerosité.

Selon les documents, EcoHealth Alliance a approché l’Agence des projets de recherche avancée de la défense (DARPA) en 2018 en demandant 14 millions de dollars pour un programme qu’elle appelait « Project Defuse ». Le programme cherchait à échantillonner des coronavirus de chauve-souris dans des grottes du Yunnan, en Chine, à les modifier pour qu’ils infectent plus facilement les humains, puis à réintroduire ces agents pathogènes modifiés sous forme d’aérosol dans la population de chauve-souris pour vacciner les animaux.

La DARPA, une branche du Pentagone qui finance des projets scientifiques et technologiques ayant des applications militaires potentielles, a rejeté la proposition, selon un document censé provenir de l’agence. La lettre de rejet indique qu’EcoHealth Alliance avait « omis de mentionner ou d’évaluer les risques potentiels de la recherche sur le gain de fonction (GoF) », ou les « questions éthiques, juridiques et sociales » qui l’entourent.

En 2018, la DARPA sollicitait des recherches sur de nouveaux virus dans le monde entier, selon un autre document publié par Veritas lundi. L’agence y appelait les scientifiques à soumettre des propositions impliquant la vaccination d’animaux hôtes avant que les agents pathogènes qu’ils portent ne puissent s’adapter pour infecter les humains.

Une lettre prétendument écrite par le major du Corps des Marines Joseph Murphy, un boursier de la DARPA, à l’inspecteur général du Pentagone en août dernier, affirme que le projet d’EcoHealth Alliance a finalement été financé par le NIH de Fauci et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases, et qu’il a eu lieu à Wuhan et sur « plusieurs sites aux États-Unis ».

Murphy, sur la base de ce qu’il dit être les documents de la DARPA et de sa propre analyse des renseignements, décrit le Covid-19 comme un « vaccin recombinant américain contre la chauve-souris », créé par « un programme de l’Alliance EcoHealth à l’Institut de virologie de Wuhan ». Le major du corps des Marines poursuit en affirmant que les traitements efficaces contre le Covid-19 ont été supprimés au profit de vaccins « inefficaces ».

Les documents ont été trouvés sur un disque « top secret » au bureau des technologies biologiques de la DARPA, bien qu’ils ne soient pas classifiés. Dans sa lettre, Murphy suggère que cela indique une « dissimulation », car quelqu’un à la DARPA ne voulait pas que les fichiers soient trouvés.

« Qui à la DARPA a pris la décision d’enterrer le rapport original ? » Le PDG de Project Veritas, James O’Keefe, s’est demandé lundi. « Ils auraient pu tirer la sonnette d’alarme au Pentagone, à la Maison Blanche ou au Congrès, ce qui aurait pu empêcher toute cette pandémie qui a conduit à la mort de 5,4 millions de personnes dans le monde. »

RT

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Racailles : En voulant acheter une moto sur LeBonCoin, ils finissent battus et ligotés !

Par : Paul

http://

Les faits sont dramatiques. Un couple devait acheter une moto repérée sur le site LeBonCoin. Ils sont tombés dans un véritable guet-apens dans un parking à Lyon.

Le 29 décembre dernier, un couple trouve une annonce intéressante sur le site de vente entre particuliers, LeBonCoin. Ils se sont alors rendus à un rendez-vous avec l’acheteur, rue Lamothe à Lyon. Là, un individu les a conduit dans un parking.

Ils se font ligoter et bâillonner

Jusque-là, rien de bien surprenant pour la vente d’une moto. Sauf qu’une fois à l’intérieur du parking, aucune moto en vue; par contre le couple se retrouve se retrouve devant deux complices. Rapidement, ils se font ligoter et bâillonner avec du ruban adhésif.

Les agresseurs espèrent alors s’emparer de l’argent liquide que les victimes pouvaient avoir pour l’achat de la moto. Mais le couple n’avait pas pris l’argent sur eux.

Les individus ont vidé leurs poches tout en les frappant à plusieurs reprises. L’un d’eux a menacé de mort une victime avant de lui tirer dans la tête avec une arme de type airsoft, le blessant au front jusqu’à lui valoir trois jours d’ITT comme l’explique le journal 20 minutes.

L’enquête a permis de retrouver deux majeurs, interpellés le 11 janvier, et un mineur de 17 ans qui a été extrait d’un établissement pénitentiaire pour mineurs. L’un des majeurs a été mis hors de cause et libéré, tandis que les deux autres niaient les faits malgré l’enquête réalisée. Tous deux sont présentés au parquet ce jeudi en attendant leur jugement.

Source

EDF : les quatre plus gros réacteurs nucléaires français arrêtés jusqu’à l’automne

Par : Paul

http://

C’est une très mauvaise nouvelle pour EDF. Selon nos informations, les quatre plus gros réacteurs du parc nucléaire français de la centrale de Chooz dans les Ardennes et de Civaux dans la Vienne – mis à l’arrêt mi-décembre à cause d’un défaut détecté dans sur le circuit de refroidissement de secours – ne pourront pas être remis en marche avant l’automne, voire avant la fin de l’année. EDF a annoncé que leur arrêt serait prolongé sans préciser le calendrier.

Besoin de nouvelles pièces

Les quatre réacteurs, qui produisent environ 10% de l’électricité nucléaire en France, présentent un problème de corrosion qui nécessite des réparations et de nouvelles pièces. Il faudra donc attendre la fin de l’année, selon les informations d’Europe 1, le temps que ces nouvelles pièces soient fabriquées pour que les réacteurs puissent être remis en marche.

Cet arrêt prolongé devrait coûter plusieurs milliards d’euros à EDF. Par ailleurs, ce problème de corrosion touche aussi la centrale de Penly en Seine-Maritime et pourrait aussi concerner d’autres centrales nucléaires françaises.

Peu d’électricité pour passer l’hiver

Une nouvelle qui arrive au pire moment pour EDF qui a annoncé mercredi matin un nouveau retard sur le chantier de l’EPR de Flamanville, et au moment où la disponibilité de ses réacteurs est à son plus bas niveau historique. Dix réacteurs sur les 56 que compte le parc sont arrêtés. Soit pour des problèmes de maintenance, soit pour des problèmes techniques imprévus.

Le gestionnaire du réseau électrique RTE a alerté début janvier sur le risque de ne pas avoir assez d’électricité pour passer l’hiver. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a pris la décision il y a quelques jours d’augmenter la quantité d’électricité produite par les centrales à charbon pour compenser le manque d’électricité nucléaire.

Un risque de pénurie d'électricité ?

Invité sur Europe Midi vendredi, Nicolas Goldberg, expert en énergie chez Colombus consulting, a estimé que ce constat est plutôt inquiétant. "On savait qu'il allait y avoir certains réacteurs nucléaires arrêtés pour passer les visites décennales qui permettent de prolonger le parc nucléaire jusqu'à 50 ans voire plus, et que ça allait être compliqué pour passer l'hiver. Et en plus, on a ce problème de corrosion", a-t-il posé. Selon lui, ces problèmes ne sont par ailleurs pas forcément liés à un vieillissement des parcs nucléaires. En effet, les réacteurs concernés sont "les plus puissantes et les plus récents".

Concernant les risques de pénurie d'électricité, Nicolas Goldberg a affirmé sur notre antenne qu'"ils sont très circonscrits dans le temps". "On a bandeau de consommation supplémentaire en hiver en France, du fait que l'on se chauffe beaucoup à l'électricité. Donc là, jusqu'à fin février-début mars il y a un risque. RTE met chaque mois son étude à jour pour voir à quel point c'est risqué et à quel point ils sont susceptibles d'utiliser ce que l'on appelle des leviers post-marché", a-t-il expliqué. 

"Pour l'heure, tant que nous avons une météo clémente - tout cela dépend de la température - et un peu vent - parce que nous avons beaucoup d'éolien sur le réseau - il y a peu de risque", a enfin affirmé l'expert. "C'est pour cela que RTE a été plutôt rassurante pour janvier. Mais on se donne rendez-vous à l'hiver prochain. A priori, ces tensions sur le réseau sont prévues pour durer encore deux ou trois hivers."

Source 

Blablabla, c'est la production électrique allemande qui permet à la France de tenir, même avec un hiver doux. Nous importons de grandes quantités d'électricité de ce pays, dont les centrales fonctionnent avec un charbon très polluant (lignite) !

Omicron, le scénario du pire pour la Banque Mondiale !

Par : Paul

Tremblez d’effroi mes amis, la Banque Mondiale est pétrie de peurs. Omicron, c’est le scénario du pire pour la croissance mondiale.

Courrez aux abris.

Mais surtout, surtout, stockez du papier Qr.. code !

Hahahahahahahahaha.

Plus c’est grave, plus je suis d’humeur badine.

Comme vous le savez, nous avons expérimenté un covid familial pendant les fêtes.

Quelques observations d’ordre personnel. Rien de bien officiel ni de bien médical, disons que je vais vous raconter ma modeste expérience.

Omicron, semble bénin parce que pour l’essentiel cela n’entraîne pas d’hospitalisation. Remarquez qu’à plus de 300 000 cas par jour, il vaut mieux, car sinon nous serions obligés de soigner les gens dans la rue.

Petite anecdote du jour, je vous rappelle que je ne suis pas médecin, mais un bon copain m’appelle et me dit que son petit (qui est dans la même école que le mien) a très mal à la tête. Je lui demande s’il a mal à la gorge, il me dit oui. Et puis dans le bas du dos aussi ? Oui me dit-il. Tu es allé chez le médecin. Oui, j’en sors. Et qu’a-t-il dit ? Que c’est une gastro.

Hahahahahahahahaha.

J’ai beaucoup ri.

Je lui ai aimablement conseillé de changer de médecin et tu sais copain, je pense que le petiot il a Omicron, parce que le mal de dos, de tête et de gorge, c’est pas une gastro qui va nécessiter du papier Qr… code.

Bon deux jours après c’est-à-dire aujourd’hui le petit est positif au test antigénéique. Seul le médecin semblait surpris.

Le test à j+ o et J+ 2 ne servant à rien puisque tout cela sonne avec beaucoup de retard. Celui à J+4 est plus pertinent, mais c’est une autre histoire de protocole sanitaire qui finira par s’adapter, toujours trop peu et trop tard !

Bref, Omicron est une vacherie qui vous fatigue, vous cloue au lit et vous fait mal. Oui. Mais, je n’ai pas l’impression que cela soit de nature à faire dérailler le monde et l’économie.

Le problème c’est notre traitement de la situation.

Soit nous sommes confrontés à une maladie mortelle, soit pas ! C’est soit une maladie mortelle dans 10 % des cas, soit c’est une grippe, et pas une grippette mais une forte, une grosse et une vraie grippe qui couche même les costauds, mais… on se relève ! C’est toute la différence.

Si Omicron n’est pas mortel, et c’est une bénédiction dont on peut se réjouir, il n’est peut-être pas utile de tout fermer, de tout verrouiller, et de chercher à tout réduire.

Au contraire, affrontons cela la tête haute, à la guerre comme à la guerre, on ne gagne pas la guerre en tournant le dos au danger.

Pourtant la Banque mondiale tremble.

Omicron pourrait provoquer un scénario du pire pour la croissance mondiale, selon la Banque mondiale

« Le variant Omicron nous montre encore une fois que la pandémie est toujours parmi nous », a souligné Ayhan Kose, responsable des prévisions de la Banque mondiale. OSORIOartist / stock.adobe.com
L’institution a révisé en baisse de 0,2 point sa prévision de hausse de PIB mondial pour 2022, à 4,1 %.

La croissance mondiale va ralentir cette année et un scénario du pire n’est pas exclu sous l’effet du variant Omicron, qui se répand comme une trainée de poudre sur tous les continents accentuant pénurie de main d’oeuvre et problèmes logistiques, a prévenu mardi la Banque mondiale. L’institution a révisé en baisse de 0,2 point sa prévision de hausse de PIB mondial pour 2022, à 4,1 %, après 5,5 % en 2021, également en baisse de 0,2 point par rapport à l’estimation de juin dernier.

Mais, selon différentes hypothèses, « les perturbations économiques simultanées provoquées par Omicron pourraient réduire davantage la croissance mondiale cette année, de 0,2 à 0,7 point de pourcentage», indique l’institution, ce qui ferait tomber la croissance à 3,9 % voire 3,4 %. Dans ce scénario du pire, « la grande partie du choc se ferait sentir au premier trimestre 2022, suivi d’un rebond notable au deuxième trimestre », précise-t-elle.

« Le Covid-19 continue de faire des ravages, en particulier au sein de la population des pays pauvres », a déploré David Malpass, son président lors d’une conférence téléphonique, soulignant que l’on assistait à un «renversement troublant» de la réduction de la pauvreté, de l’amélioration de la nutrition et de la santé. Il s’est aussi alarmé de l’impact sur l’éducation: « la proportion d’enfants de 10 ans qui ne savent pas lire une histoire de base est passée de 53 % à 70 % dans les pays à revenu faible et intermédiaire ».

Il souligne que cette quatrième vague entraîne pour le moment moins de restrictions que la vague initiale de 2020. « Et si la vague venait à s’atténuer bientôt, l’impact économique serait plutôt bénin ». Mais « si le variant venait à s’installer durablement, avec un nombre d’infections demeurant élevé et mettant sous pression les systèmes de santé, alors la croissance serait plus faible », note-t-il.

Car dans un tel scénario, les pénuries de main d’oeuvre s’accentueraient, perturbant davantage les chaînes d’approvisionnement mondiales et alimentant l’inflation. Face à une inflation galopante, la banque centrale américaine (Fed) pourrait remonter brutalement les taux, ce qui renchérirait le coût de l’emprunt pour les pays émergents, déjà soumis à un endettement record.

Primum non nocere !

D’abord ne pas nuire !

C’est un vieux principe médical et politique de bon sens un peu oublié ces derniers temps, dans notre époque d’hystérie collective anti-covidiste.

N’imaginez pas que je fasse partie de ceux qui pensent que le Covid n’existe pas.

Il existe bien et quand vous le rencontrez, vous savez intimement que vous êtes en contact avec un agent pathogène que vous n’aviez jamais affronté jusqu’ici. Vous le ressentez profondément. C’est très différent. Donc il est indéniable que ce Covid n’est pas anodin.

Mais, une fois dit cela, qu’allons-nous faire. Que faisons-nous ?

Allons nous continuer à refuser de vivre parce que vivre veut dire savoir mourir parfois, même si cela n’arrive qu’une seule fois dans sa vie, et nous l’espérons tous, le plus tard possible ?

Allons-nous continuer à nous cacher, à nous enfermer ?

Si nous faisons cela, si nous poursuivons les stratégies stupides dites du 0 Covid, alors nous allons créer des dégâts économiques incommensurables et à ce stade ils sont déjà monumentaux, je pense, en particulier aux dettes d’Etat accumulées ces deux dernières années.

Si nous continuons à nous cacher, alors nous allons créer des dégâts psychologiques irréparables dans une partie très importante de la population. Or, l’économie c’est aussi beaucoup de psychologie. Lorsque les ventes de préservatifs s’effondrent, même si je vous en parle de manière badine, c’est un signal faible très fort de la dépression dans laquelle plonge le monde, notre monde.

Les décisions politiques sont essentielles, et la gestion d’une crise sanitaire comme celle que nous traversons depuis maintenant deux ans, ne se résume pas à un décompte macabre et anxiogène quotidien où nous affichons sur le tableau le nombre de victimes du jour et celui des nouveaux contaminés.

Le Covid est une zoonose !

Au mois d’août j’ai pris date avec un dossier intitulé, 2022, l’échec de la vaccination. Nous y sommes. Comme prévu. Tout le monde sait que je suis voyant et que je lis dans les entrailles de mes poules de cristal !

Et bien non, même pas.

Il s’agit juste d’analyse.

Qu’est-ce que le Covid, un SARS, et qu’est-ce un qu’un SARS ? Un virus qui va de l’homme à l’animal et inversement. C’est donc une zoonose.

Vous pouvez piquer et vacciner tous les bipèdes que vous voulez, autant de fois que vous le voulez. Vous pouvez pendre, tuer, ou taxer tous les bipèdes non-vaccinés pour vous faire du bien si cela vous chante. Vous pouvez faire des bûchers, ou aller cueillir du gui avec une serpe d’or et un chapeau pointu turlututu sur la tête, cela ne changera rien au fait que ce virus est dans les visons, dans les rats, les souris, les veaux, les vaches, les cochons, les chiens, vos chats et tous les animaux susceptibles de porter ce « Covid ». Ha, j’oubliais les pangolins et les chauves-souris !

Pour Omicron, il a muté dans… les souris !

Et oui !

Omicron vient des souris.

Des souris et des hommes donc !

Alors, je ne dis pas que la vaccination ne sert à rien de manière générale, bien que là pour Omicron, on ne peut pas dire que les résultats semblent satisfaisant, les vaccinés étant aussi couchés au lit pendant deux jours que les non-vaccinés et Omicron étant peu létal, il est impossible de parler de manière sérieuse de l’efficacité du vaccin sur les formes graves, vu qu’il n’y a pas de forme grave ou si peu et c’est tant mieux.

Je dis juste, comme l’OMS ou l’EMA, que la vaccination ne sera qu’un de nos outils mais que nous ne pouvons pas baser nos stratégies que sur la vaccination de masse qui ne fonctionne pas.

Je dis juste que nous ne pouvons pas nous enfermer à chaque pic épidémique.

Je dis que nous allons devenir fous si nous continuons à ne plus vivre ainsi.

Il faut vivre.

Et si la Banque mondiale a peur, ce n’est pas en réalité du virus, mais des réactions excessives et délirantes des Etats, et je pense ici notamment à la Chine quand elle sera confrontée à Omicron et cela va arriver au cours de l’année 2022.

Comment va réagir la Chine ?

Vu de chez moi et de ma petite ville normande, tout le monde attrape Omicron, c’est une hécatombe.

Alors que va faire la Chine ?

Enfermer un milliard et demi de Chinois ?

Va-t-elle poursuivre sa stratégie du 0 Covid ?

Même pour Omicron ?

Si oui, alors ce sera terrible pour l’économie mondiale car la Chine restera enfermée pendant au moins 6 mois et les pénuries seront d’une ampleur jamais vue. Nous manquerons de tout, toute notre économie s’éteindra faute de « produits » et de « marchandises » tout étant transformé en Chine.

Voilà pourquoi, la banque mondiale tremble, voilà la véritable raison.

Le problème n’est pas Omicron.

Le problème ce sont nos réactions.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

-

Par : Paul
"Un banquier président c'est comme un alcoolique qui garde une cave a vin."

-

Par : Paul

''Les juifs ne peuvent faire leurs courses que de trois heures à cinq heures, les juifs ne peuvent aller que chez un coiffeur juif ; les juifs n'ont pas le droit de sortir de huit heures du soir à six heures du matin ; les juifs n'ont pas le droit de fréquenter les théâtres...'' pic.twitter.com/Aa0I2m6kdE

— Geneviève Sénécal (@Darkfly_Qc) January 13, 2022

-

Par : Paul

RIP https://t.co/CIzhTcLcvt

— Aldo Sterone (@AldoSterone111) January 13, 2022

-

Par : Paul

🎾 FLASH - Le visa de Novak #Djokovic a de nouveau été annulé, a annoncé le ministre australien de l'Immigration. Le Serbe risque une interdiction d'entrée sur le territoire pendant 3 ans. (France Info) #AusOpen #Australie

— Mediavenir (@Mediavenir) January 14, 2022

-

Par : Paul
❌