Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 18 janvier 2022Antidotes

Le film-évènement : Planet Lockdown (VOSTFR 1:49:20)

La rencontre avec l’équipe de Planet lockdown fut pour moi un moment incroyable tant la relation avec l’équipe du film a été intense. Imaginez des jeunes gens qui décident de faire quelque chose pour l’humanité. Ils voyaient bien que quelque chose ne tournait pas rond dans le monde des virus et du partenariat sanitaire issu de l’amalgame indigeste des secteurs publics-privés.
Ils ont donc pris le matériel nécessaire et sont partis à a découverte d’un Occident brisé dont la population semble prise en otage quand elle n’a pas tout simplement pas succombé à un virus dont les traitements ont été confisqués.

Le sort qui a été réservé aux personnes âgées isolées est un élément marquant de ce méprisable épisode de l’histoire humaine.
L’autre élément scandaleux étant la vaccination d’enfants et mineurs qui n’ont pas donné leur consentement à leur participation à l’immense expérimentation.

La bonne nouvelle est que l’édifice officiel commence à prendre l’eau de tous les côtés (cf article ci-dessous). Je suppose que les gestionnaires de la crise covidienne commencent à s’inquiéter….
Bref, après plus d’une année de travail, le film Planet Lockdown a été mis à disposition du public hier soir. .

arnauddebrienne

Révélations de la DARPA sur Fauci : Le troublant mutisme de la presse !

Il y a une semaine, le projet Veritas publiait différents documents dont le contenu, s’il était vérifié, pourrait largement remettre en question nombre d’affirmations colportées par les médias, les experts et les politiciens sur la pandémie, son origine et son déroulement, et éclairerait l’histoire de ce virus d’une lumière nouvelle, particulièrement incriminante pour une partie de l’administration américaine…

Si vous vous en tenez à la presse et aux médias grand public français, il est assez peu probable que vous ayez entendu parler du Projet Veritas, ni de ses dernières révélations.

Les rares articles évoquant cette association remontent à plusieurs mois, lorsqu’elle avait publié différentes vidéos montrant, en caméra cachée, ce que pensaient vraiment différents scientifiques et personnages haut placés dans différents groupes pharmaceutiques comme Pfizer : les allégations obtenues dans ces vidéos, jamais démenties ni par ces sociétés, ni par les personnes enregistrées, sont relatées dans une ou deux notules dans les médias français qui, bons soldats, ont fait le minimum syndical afin de bien faire comprendre à leurs (moins en moins nombreux) lecteurs que Project Veritas est avant tout une organisation ultra-conservatrice (lire « ultra-beurk ») et que peu importent les informations qu’elle a pu récolter, étant dans le Camp du Mal, elle ne peut être crédité d’absolument rien.

Au-delà de ces éléments, rien n’a donc transpiré depuis dans la presse française des allégations rassemblées et publiées lundi dernier. De rares journaux américains s’y sont intéressés, mais on constate essentiellement une distance gênée face aux révélations accumulées qui méritent cependant un peu plus d’intérêt.

En effet, selon Project Veritas, un responsable militaire, le Major du Corps des Marines Joseph Murphy, aurait affirmé dans un rapport adressé à l’Inspecteur Général de la DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) – une agence américaine chargée de recherches et développements militaires – que le virus SARS-CoV2 serait le résultat d’une manipulation génétique humaine dirigée par les Américains, cherchant essentiellement à combiner la viralité d’un coronavirus commun à la létalité de précédents virus SARS-CoV1 et MERS.

Mieux encore : ces documents incriminent directement Anthony Fauci, le directeur de l’Institut national des allergies et maladies infectieuses aux États-Unis, Institut qui aurait ainsi subventionné l’ONG EcoHealth Alliance dans ces dangereuses recherches alors que la DARPA les aurait refusées précisément en raison de la nature même de ces expériences et de l’interdiction qui frappait alors (et continuent de courir) sur de telles manipulations (dites « gain de fonction« ), et ce alors même que Fauci a déposé plusieurs fois sous serment, devant des commissions d’enquêtes du Sénat américain, qu’il n’en avait rien été.

À ces éléments déjà sulfureux qui viennent s’ajouter aux nombreuses et insistantes rumeurs sur l’évasion du virus du laboratoire de Wuhan ainsi qu’aux précédentes révélations provenant de la publication des emails détaillés de Fauci montrant des comportements étonnants (et très peu éthiques) de sa part, sans même évoquer les expériences de torture sur des chiens menées par le NIH et révélées en octobre dernier, on comprend que l’actuel conseiller de Joe Biden pour la gestion de l’actuelle pandémie soit mis sur la sellette…

Ce qui pose évidemment quelques soucis à l’ensemble des médias américains et européens qui n’ont eu de cesse de suivre assez scrupuleusement (et encenser un peu trop ouvertement) les orientations et diktats plus ou moins grotesques qu’il a empilés depuis le début de la crise.

Et pendant que les rumeurs et allégations s’empilent sur Fauci, la DARPA n’a pas confirmé mais pas plus infirmé l’exactitude des documents fuités. Cependant, s’ils sont confirmés exacts, ils sont particulièrement lourds de conséquences puisqu’ils indiqueraient notamment que les actuels vaccins sont d’assez mauvaise qualité et de sûreté douteuse et que des traitements curatifs auraient été identifiés très tôt, ce qui, là encore, jetterait une lumière crue sur les agissements de certains afin de cacher cette information.

Rassurez-vous, tous ces éléments ne vous seront pas fournis par les canaux habituels tant est grand l’écart avec le discours officiel. Vous pourrez cependant vous faire votre propre opinion en allant voir les éléments publiés et les vidéos qui les accompagnent :

Major Joseph Murphy claims that in March of 2018, the EcoHealth Alliance approached DARPA for funding for gain-of-function research on bat-borne coronaviruses.

DARPA rejected their request, calling it too dangerous. However, Dr. Fauci and the NIAID did not reject their proposal. pic.twitter.com/W0sM8Hgfbc

— The Vigilant Fox (@VigilantFox) January 11, 2022

Avant une possible disparition inopinée, la vidéo complète est ici :

À la suite de cette publication, certains élus américains ont cependant décidé d’agir : six députés (membres de la Chambre des représentants), à savoir Madison Cawthorn, Bill Posey, Diana Harshbarger, Lisa McClain, Randy Weber et Matt Gaetz, ont ainsi envoyé une lettre (consultable ici) au secrétaire à la Défense, au secrétaire à la Santé, aux Services sociaux ainsi qu’au directeur du CDC, Rochelle Walensky, avec une liste de questions auxquelles ils aimeraient obtenir des réponses.

De la même façon, le sénateur Ron Johnson (un Républicain du Wisconsin) exige également des réponses. Il a lui aussi envoyé une lettre au Secrétaire à la Défense Lloyd Austin avec une liste de questions et quelques demandes, notamment celle de connaître ce qui fut fait du rapport une fois celui-ci remis…

Même si l’on ne peut guère être optimiste quant à ces demandes – dont l’aspect politique n’est évidemment pas à écarter – gageons cependant que certains citoyens (américains et européens, en réalité) attendent ces réponses avec obstination, ne serait-ce que pour déterminer à quel point ces allégations sont exactes ou non. Si elles sont fausses, on s’étonnera du mutisme des institutions concernées. Si elles sont vraies, les conséquences devraient, dans un monde normal, être particulièrement dévastatrices.

Pourtant et jusqu’à présent, malgré l’enjeu évident, aucun journal grand public, aucune chaîne de télévision, aucune Elise Glucet sur la brèche toujours dans les bons coups fumants, ne semblent vouloir enquêter sérieusement. Du côté des GAFAM, on note même le déploiement des techniques habituelles lorsqu’une information gênante sort, puisque sur Twitter, différents membres du projet Veritas ont déjà été bannis, et que Google rivalise d’inventivité dans ses algorithmes pour camoufler ces informations (des recherches à ce sujet sur Google puis sur DuckDuckGo mettent bien en lumière le décalage qui existe entre les deux moteurs de recherche).

Si le passé est un indicateur en matière de comportement de ces firmes et de ces médias, on peut raisonnablement imaginer que ces allégations pour le moment sulfureuses seront admises du bout des lèvres dans six mois, le temps moyen qui sépare le complotisme de la froide réalité…

Source : h16free

Planètes 360

arnauddebrienne

Hier — 17 janvier 2022Antidotes

Cabale et gouvernance mondiale — Décryptage de la couverture 2022 du magazine The Economist (vidéo 20:23)

Les secrets du magazine The Economist : « The World ahead 2022 »​, ou le décryptage très intéressant mené par les Éditions Fractales de la nouvelle couverture du journal bien connu pour ses couvertures cryptées.
© Capture YouTube Les décryptages des couvertures pour les trois années antérieures :

Notez le changement entre « The World in » (Le monde en) des couvertures précédentes et « The World ahead » (Le monde à partir de) de cette année.

SOTT

arnauddebrienne

Ce que signifie vraiment « vivre avec le Covid » et la prochaine étape dans le plan de la gouvernance mondiale

Pourquoi les médias se mettent-ils désormais à minimiser l’hystérie Covid qu’ils ont jusqu’à aujourd’hui entretenue ? Est-ce parce que la « pandémie » est vraiment terminée ? Ou s’agit-il d’un élément important du processus de manipulation des esprits [particulièrement accéléré depuis près de deux ans – NdT] ?

© Inconnu
« Covid, je suis rentré à la maison ! »

Ces derniers jours, voire ces dernières semaines, nous avons assisté à une nette modification de l’attitude des médias mainstream face à la « pandémie » de Covid.

De nombreux exemples de ce que l’on pourrait qualifier de « dissidence » se sont produits, si les médias n’étaient pas aussi étroitement contrôlés. Mais, puisque les médias sont étroitement contrôlés, nous devons le qualifier de changement apparent du message.

Le Dr Steve James, consultant en anesthésie,a confronté le ministre britannique de la santé, Sajid Javid, sur la faiblesse de la science qui soutient les obligations vaccinales [anti-Covid-19 – NdT. Notez que cette confrontation a été diffusée sur Sky News :

Traduction : « La science n’est pas assez solide ».

« Regardez le moment où un consultant hospitalier non vacciné interpelle le ministre de la Santé Sajid Javid au sujet de la politique gouvernementale de vaccins COVID obligatoires pour le personnel du Service national de santé. »

Il y a quelques jours, le Dr Rochelle Walensky, directrice du CDC,a participé à l’émission « Good Morning America » pour parler de la vague « Omicron », et a fini par souligner que la plupart des décès « Omicron » présentent [à la base – NdT] de multiples comorbidités.

Note du traducteur : En effet, selon le CDC, « plus de 75 % des décès Covid se sont produits au sein d’une population qui était atteinte d’au moins quatre comorbidités. » et « 94 % des décès Covid se sont produits au sein d’une population qui présentait des problèmes de santé. »

CDC: 94% of Covid-19 deaths had underlying medical conditionshttps://t.co/XHD9VtiWro— Sine_Qua_Non (@SineQuaNon2015) January 10, 2022

On peut en effet parler d’un virage à 180° !!! Ou du moins, c’est à cela que ça ressemble…

Dans une autre interview, avec Fox News, le Dr Walenksy a déclaré que le CDC allait publier des données sur le nombre de personnes décédées à cause du Covid, et sur le nombre de personnes décédées avec le Covid.

Tout ceci soulève une série de questions importantes.

  • Pourquoi le directeur du CDC s’engage-t-il (apparemment) dans ces argumentations sceptiques quant au Covid après avoir prétendu pendant deux ans qu’elles n’existaient pas ?
  • Pourquoi Sky News a-t-elle diffusé, puis tweeté, le clip vidéo d’un médecin défiant le ministre de la Santé ?
  • Pourquoi The Guardian publie-t-il des titres tels que « Il faut mettre fin aux vaccinations massives et vivre avec le Covid, selon l’ancien Monsieur vaccins », et pourquoi cite-t-il des membres du personnel médical qui affirment que nous devons « traiter le Covid comme la grippe » ?
  • Pourquoi de nouvelles études selon lesquelles les cellules T de rhumes ordinaires peuvent « vous protéger du Covid » sont-elles mises en avant par les médias mainstream ?

On ne peut pas nier que le discours change et qu’ils lèvent le pied dans la narration [jusque-là hystérique – NdT]. Un nouveau chapitre s’ajoute au récit : celui de « vivre avec le Covid ».

Depuis plus d’un mois, c’est une expression à la mode dans toute la presse occidentale.

Le 1er décembreForbes titrait :

« Pourquoi le Covid-19 endémique sera une cause de célébration. »

Un article qui affirmait, entre autres, que « le Covid-19 endémique ne sera pas pire que la grippe saisonnière ». Ce sentiment a est désormais répété ad nauseum dans de nombreux médias.

Nous avons déjà mentionné l’article du Guardian du 8 janvier, mais il y a aussi un article antérieur daté du 5 décembre et intitulé « De la pandémie à l’endémie : voici comment nous pourrions revenir à la normale ».

CNBC a publiétrois articles presque identiques sur ce sujet en l’espace de deux semaines :

« La pandémie de Covid pourrait prendre fin l’année prochaine, selon les experts – voici à quoi cela ressemble, et comment les États-Unis pourraient y parvenir » — 9 décembre
« La pandémie pourrait prendre fin en 2022 – selon les experts médicaux, voici à quoi une vie ‘normale’ pourrait bientôt ressembler » — 15 décembre
« Omicron pourrait flamber à travers les États-Unis – et potentiellement accélérer la fin de la pandémie de Covid, selon un expert » — 22 décembre

Le jour de l’an, Voxa publié un article intitulé :

« Malgré Omicron, le Covid-19 va devenir endémique. Voici comment. »

Bloombergannonce qu’Omicron marque la fin de « la phase aiguë de la pandémie ».

Hier encore, The New York Posttitrait : « Le Covid deviendra endémique d’ici la fin de l’année, selon l’ancien chef du groupe de travail de Biden », et USA Todayposait la question « La pandémie change. Omicron apportera-t-il une nouvelle normalité pour le Covid-19 ? »

Et plus tôt dans la journée, Channel 4 a affirmé que « Le Covid en 2022 » signifie « apprendre à vivre avec le virus ».

Le message n’est pas seulement véhiculé par les médias. Des rapports indiquent que « vivre avec le Covid »sera la stratégie du gouvernement britannique à l’horizon 2022, avec une publication officielle sur ce sujet attendue « dans les semaines à venir ».

Ainsi, « vivre avec le virus » va être ajouté au vocabulaire de la narration Covid aux côtés de « aplatir la courbe » et de « la nouvelle normalité ». Mais qu’est-ce que cela implique réellement ? Quand ils disent « vivre avec le Covid », que veulent-ils vraiment dire ?

Tout d’abord, ne commettons pas l’erreur de faire confiance à un gouvernement, un média mainstream ou un « expert », simplement parce qu’ils commencent à dire 20 % de la vérité. Ce sont des menteurs, ils ont un dessein, c’est toujours vrai, et vous ne devriez jamais l’oublier, même quand — ou plutôt surtout quand — ils vous disent soudain ce que vous voulez entendre. Ils ne reconnaissent pas soudainement avoir eu tort. Ils ne font pas volte-face, ils ne corrigent pas leurs erreurs, ils ne retrouvent pas la raison et ils ne changent pas de camp. Il n’ont pas abandonné leurs convictions antérieures. Aucune vague de mauvaise conscience ne traverse l’élite [elle n’en a pas – NdT].

Ils ont un objectif. Ils ont toujours un objectif. Vous devriez également chasser de votre esprit toute idée de « retour à la normale ». Ce n’est pas le cas. Comment le savons-nous ? Parce qu’ils l’ont dit.

La moitié des articles qui parlent de « vivre avec le Covid » expliquent en détail comment les choses ne changeront pas vraimentPrenez celui-là, tiré du Guardian d’hier [9 janvier – NdT] :

« Vivre avec le Covid ne signifie pas forcément renoncer à toute mesure de protection. »

Il indique que le Covid pourrait bientôt devenir endémique, que les tests de dépistage de masse sur les personnes asymptomatiques pourraient être contre-productifs et qu’il faudrait peut-être y mettre un terme, mais rien ne change en ce qui concerne les masques ou les [soi-disant – NdT] vaccins et tout cela laisse la porte grande ouverte à un nouveau « variant » qui pourrait à l’avenir déclencher d’autres confinements :

« Vivre avec le Covid ne doit pas signifier inverser toutes les mesures de protection. Si une meilleure ventilation et des masques faciaux réduisent l’impact des maladies respiratoires hivernales, c’est un point positif, même si le Système de santé n’est plus sous la menace imminente d’être débordé. Nous devrons également rester vigilants face à la menace de nouveaux variants qui pourraient encore nous amener à revenir en arrière. Aucune garantie n’existe quant au fait qu’un autre variant, plus infectieux et plus virulent qu’Omicron, puisse à l’avenir émerger. Les scientifiques affirment que le soutien des efforts de vaccination à l’échelle mondiale sera crucial pour sécuriser le chemin vers la normalité. »

Les masques, le télétravail et la distanciation sociale dans les endroits bondés pourraient tous rester dans les parages, selon l’un des articles de CNBC mentionnés ci-dessus. Et « les rappels d’injection Covid pourraient bien se transformer en vaccins annuels comme ceux contre la grippe ». Pendant ce temps-là, les « experts » nous avertissent que même lorsque le Covid sera devenu endémique, nous devrons nous préparer à des « flambées » tous les trois ou quatre mois. Il semble bien que « vivre avec le virus » signifie maintenir le statu quo, assouplir quelques restrictions, mais laisser la voie libre à de nouvelles vagues de peur hystérique et paranoïaque si le besoin s’en fait sentir.

Mais pourquoi ? Pourquoi font-ils cela maintenant ? Il se pourrait qu’il y ait des scissions et des dissensions, voire des fissures dans les allées du pouvoir. Il est possible que certains membres du grand club suprême souhaitent à ce stade mettre un terme à la pandémie, par crainte que toute avancée supplémentaire sur la voie de la « Grande réinitialisation » ne mette en péril leur propre position ou leur propre richesse.

Peut-être.

Ce qui me semble le plus probable, c’est qu’ils ont le sentiment d’être déjà allés trop loin, et que pousser plus loin pourrait faire voler en éclats tout leur scénario.

Pour utiliser une métaphore appropriée, imaginez le programme de la « Grande réinitialisation » comme une armée d’invasion, traversant ville après ville, remportant bataille après bataille et brûlant tout sur son passage. Il arrive un moment où vous devez vous arrêter. Vos lignes d’approvisionnement sont tendues, vos hommes sont fatigués et leur nombre diminue, et les citoyens soumis à l’occupation opposent de plus en plus de résistance. Persistez néanmoins, et toute votre stratégie pourrait s’effondrer.

Dans cette situation, il faut se retirer sur une position défendable et la fortifier. Vous ne rendez pas les terres que vous avez prises, ou du moins pas en grande partie, mais vous cessez d’avancer. Les gens dont vous avez envahi les terres, si fatigués de se battre, seront tellement heureux que la guerre soit terminée qu’ils seront soulagés par ce répit avant de réaliser à quel point les terres qui leur ont été prises sont nombreuses. Ils pourraient même affirmer « qu’ils les gardent, à condition qu’ils cessent de nous attaquer ». C’est ainsi que fonctionnent les conquêtes, depuis l’époque de la Rome antique et au-delà. Un cycle d’agressions suivi de fortifications.

Lorsque nous passerons de « pandémie » à « endémie », nos droits [supprimés en raison d’une soi-disant crise – NdT] ne nous seront pas rendus, les injections, la surveillance et le climat de peur et de paranoïa subsisteront, mais les gens seront tellement soulagés par la trêve dans la campagne d’effroi et de propagande qu’ils cesseront de résister. Ils ne riposteront pas, et la « nouvelle normalité » deviendra littéralement juste ça, normale.

Ils donneront probablement leur feu vert au financement de tout ce que Bill Gates voudra faire pour s’assurer que « le Covid soit la dernière pandémie ». Et puis, un jour, lorsque les gens seront à nouveau sages et dociles, un nouveau variant fera son apparition, ou encore nous aurons besoin d’un « confinement climatique », et la pression pour le contrôle de tous les aspects de nos vies reprendra de plus belle. La meilleure chose que nous puissions faire à ce stade est de ne pas tomber dans le piège.

La presse, les politiciens et Big Pharma ne viennent pas tous de découvrir la vérité, ils utilisent simplement quelques petites parties de la vérité qu’ils ont [à dessein – NdT] ignorées pendant deux ans pour fortifier leur position. Mais ce n’est pas une mauvaise chose pour autant. Le fait même qu’ils ressentent le besoin de le faire montre que la résistance se développe, et qu’ils essaient de nous endormir.

Ce serait le pire moment pour arrêter de se battre.

Note du traducteur : Et pour votre information, ça ne peut pas être fini, puisqu’il il ne faut jamais présumer de l’issue d’un événement qui est toujours en cours.

On peut cependant suspecter que ce changement d’orientation dans les messages ne sert qu’à déblayer le terrain narratif pour mettre en place la phase suivante qui devrait être introduite rapidement :

  • des « chocs » environnementaux qui mèneraient à d’éventuels confinements climatiques,
  • des pénuries croissantes de nourriture et de chauffage,
  • un chaos économique et inflationniste,
  • la mise hors service et/ou le remplacement d’Internet,
  • sans oublier de mentionner des « problèmes » avec la Russie,
  • voire une cyber-attaque mondiale…

Cette liste n’est pas exhaustive et le choix est large.

En d’autres termes, ces monstres pourraient bien ouvrir un deuxième front très bientôt, car comme l’aurait dit Virgile dans l’Énéide, et en se référant au Cheval de Troie :

« Je crains les Grecs, même lorsqu’ils font des cadeaux. »

Source de l’article initialement publié en anglais le 10 janvier 2022 : Off Guardian
Traduction et emphases : Sott.net

arnauddebrienne

À partir d’avant-hierAntidotes

L’étau se resserre sur les criminels : des documents militaires contredisent le témoignage sous serment d’Anthony Fauci

Depuis la fuite des courriels d’Antony Fauci au printemps dernier, de forts soupçons pesaient sur celui qui est en charge de la politique sanitaire pour la Maison-Blanche. Interrogé par le Sénat, Anthony Fauci a toujours refusé de détailler l’origine du virus, l’implication des autorités américaines concernant des gains de fonctions pour acquérir un virus plus pathogénique, ou encore la suppression de traitements précoces en vue de faire adopter les vaccins en autorisation d’urgence. Pourtant, des documents classés secrets obtenus par Project Veritas montrent bien les liens entre les autorités américaines et les recherches menées au laboratoire P4 de Wuhan. 
 

Des documents classés secrets obtenus par « Project Veritas »

Project Veritas est à la fois un média alternatif et une organisation à but non lucratif qui mène de longue enquêtes pour dénoncer la corruption publique et privée, la fraude et le gaspillage. Connue pour diffuser des enregistrement en caméras cachées, l’organisation avait notamment présenté une vidéo dans laquelle trois scientifiques de chez Pfizer avaient émis des réserves sur l’efficacité du vaccin Pfizer qui selon eux, ne pouvait pas procurer le même degré de protection que l’immunité acquise après une infection.

Traduction des éléments du projet Veritas :

Il y a quelques mois, un rapport concernant la proposition de l’Alliance EcoHealth a fuité sur internet. Comme il n’avait pas été vérifié, Project Veritas a décidé d’attendre avant de le révéler au grand public.

Le 10 janvier 2022, Project Veritas a obtenu un rapport adressé à l’Inspecteur Général du Département de la Défense écrit par le Major du Corps des Marines, Joseph Murphy, un ancien membre de la DARPA   (Defense Advanced Research Projects Agency), une agence du Département de la Défense des États-Unis chargée de faciliter la recherche de technologies ayant des applications militaires potentielles. Ces documents de la Darpa étaient cachés dans un disque étiqueté « top secret ».

Le rapport indique qu’EcoHealth Alliance a approché la DARPA en mars 2018, demandant un financement pour mener des recherches sur le gain de fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris. La proposition, nommée Project Defuse, a été rejetée par la DARPA pour des raisons de sécurité et parce qu’elle violait le moratoire sur la recherche de gain de fonction de base.

Selon les documents, le NAIAD (National Institute of Allergy and Infectious Disease), sous la direction du Dr Fauci, a poursuivi les recherches à Wuhan, en Chine, et sur plusieurs sites aux États-Unis.

Le Dr Fauci a affirmé à plusieurs reprises, sous serment, que les NIH (National Institute of Health) et NAIAD n’ont pas été impliqués dans la recherche sur le gain de fonction avec le programme EcoHealth Alliance. Mais selon les documents obtenus par Project Veritas qui décrivent pourquoi la proposition d’EcoHealth Alliance a été rejetée, la DARPA a certainement classé la recherche comme un gain de fonction. 

Dans la lettre de rejet de la DARPA, il est écrit que « la proposition ne mentionne ni n’évalue les risques potentiels de la recherche sur le gain de fonction (GoF) ».

Le rapport du Major Murphy détaille les grandes inquiétudes suscitées par le programme COVID-19 de gain de fonction, la dissimulation de documents, la suppression de remèdes potentiels, comme l’ivermectine et l’hydroxychloroquine, et les vaccins à ARNm.

Project Veritas a contacté la DARPA pour obtenir des commentaires sur les documents cachés et s’est entretenu avec le chef des communications, Jared Adams.

Interrogé sur la façon dont les documents ont été entourés de secret, ce dernier aurait répondu : « Cela ne me semble pas normal ». « Si un document est classifié, il doit être marqué de manière appropriée. Je ne suis pas du tout familier avec des documents non marqués qui résident dans un espace classifié, non. » a ajouté Jared Adams.

Dans une vidéo publiée lundi soir, le PDG de Project Veritas, James O’Keefe, a posé une question fondamentale à la DARPA :

« Qui à la DARPA a pris la décision d’enterrer le rapport original ? Ils auraient pu tirer la sonnette d’alarme au Pentagone, à la Maison Blanche ou au Congrès, ce qui aurait pu empêcher toute cette pandémie qui a entraîné la mort de 5,4 millions de personnes dans le monde et causé beaucoup de douleur et de souffrance à des millions d’autres. »


Traduction et doublage : Quantum Leap

Le Dr Anthony Fauci n’a pas encore répondu à une demande de commentaire sur cette histoire.
 

Les détails du rapport du Major Joseph Murphy

L’origine du virus

Les documents publiés par Project Veritas révèlent que EcoHealth Alliance a approché la DARPA dès 2018 dans le but d’obtenir un financement pour mettre en place un programme qui visait à échantillonner des coronavirus de Chauves-souris en Chine, et à les modifier afin d’infecter par la suite des humains, avant de réinjecter des agents pathogènes modifiés sous forme d’aérosol dans les populations de chauves-souris afin de les vacciner.

murphy_1.jpg

Des vaccins dangereux et inefficaces

Des allégations très graves sont portées par le Major Murphy à propos des vaccins qui « fonctionnent mal parce qu’ils répliquent de manière synthétique des protéines de pointe du SRASr-CoV-WIV, elles-mêmes déjà synthétiques, et ne possédant aucun autre épitope (partie d’un antigène pouvant être reconnue par un récepteur présent à la surface de l’anticorps spécifique qui lui correspond et qui peut stimuler la production de cet anticorps).

Le document dénonce également l’ARN messager des vaccins qui donne ordre aux cellules de produire des copies de la protéine Spike synthétique directement dans le sang où elles se disséminent et sont susceptibles de produire les mêmes surréactions immunitaires que celles que certaines personnes connaissent lors de la phase inflammatoire de la maladie via une surréaction immunitaire du récepteur ACE2 (tempête de cytokine). Il rappelle également que « de nombreux médecins du pays ont constaté que les symptômes des réactions au vaccin reflètent les symptômes de la maladie ».

Le major Murphy estime également que les connaissances fournies sur ce vaccin indiquent que le risque de renforcement de la facilitation de l’infection par les anticorps (Antibody Dependent Enhancement, ADE) lié à la vaccination devrait être évaluée en priorité.

Si le virus, à mesure qu’il mute devient de moins en moins virulent, « la campagne de vaccination de masse permet un gain de fonction accéléré pour ce virus » selon lui.

murphy_2.jpg

capture_decran_2022-01-13_a_19.41.46.jpg

Sur les traitements précoces

Le document indique très clairement que l’ivermectine identifiée comme curative en avril 2020 agit pendant toutes les phases de la maladie, car elle inhibe la réplication virale et module la réponse immunitaire. Il convient de noter que le phosphate de chloroquine (hydroxychloroquine identifiée comme curatif en avril 2020) est identifié dans la proposition comme un inhibiteur du SRAS-CoV, tout comme l’interféron (identifié comme curatif en mai 2020).

murphy_5.jpg

Le Dr Fauci devrait être interrogé dans les prochains jours lors d’une audience du Congrès. Il sera intéressant d’entendre ce qu’il aura à dire sur tout cela. Si ces documents sont faux, alors le Major Joseph Murphy aura détruit sa carrière militaire pour un canular. Cependant, si ces allégations se révèlent exactes, s’il est prouvé qu’un virus conçu par les Américains et les Chinois a infecté et tué des personnes dans le monde entier, alors le docteur Fauci responsable de la santé publique américaine, aura à répondre de la gravité de ses actes. Des actes qui, s’ils étaient avérés, pourrait recevoir la qualification de haute trahison.

FranceSoir

arnauddebrienne

Au Parlement du Luxembourg le Pr Christian Perronne dénonce et résume tout en huit minutes (vidéo 8:16)

Vidéo essentielle : à relayer sans modération sur les sites, les blogs, les réseaux sociaux, par messagerie et tous autres moyens…

arnauddebrienne

Protégez-vous ! Participez au dépôt de plainte collective (vidéo 9:48)

Dans cette vidéo, appel à se joindre à la plainte collective auprès de la Cour pénale internationale et du Procureur de Paris pour « incitation à la haine, discrimination, menaces et chantage » à l’encontre des non « vaccinés ».

Pour tous renseignements et se joindre au dépôt de plainte, écrire à :

plainte-cpi@jurisconcept.fr

arnauddebrienne

Nuremberg 2 contre l’OMS : La plus grande plainte de l’histoire

Plus de 1000 avocats et de 10 000 experts médicaux ont déposé cette plainte appelée « Nuremberg 2 contre l’OMS » à la Cour suprême de justice du Canada.

Tests PCR frauduleux, les « vaccins » sont des expériences génétiques, Bref ça va faire très mal !

Ça y est c’est parti !! Le plus grand procès de l’histoire est sur le point d’arriver.

À écouter très attentivement !#Nuremberg2 #PassVaccinalDeLaHonte #Omicron pic.twitter.com/zFOiw0Lp0S

— Plume Mia #Reconquête (@Mlusine26715361) January 12, 2022

maximeverneuil

États-Unis : Hausse nationale des décès chez les personnes âgées de 18 à 49 ans. Aperçu État par État

Pour ceux qui s’interrogent encore sur les conséquences du très suspect virus SARS-coV-2 (Covid-19) et des injections de thérapie génique expérimentale, voici quelques débuts de réponse…

Les décès chez les personnes âgées de 18 à 49 ans ont augmenté de plus de 40 % au cours des 12 mois se terminant en octobre 2021 par rapport à la même période en 2018-2019, avant la pandémie de COVID-19, selon une analyse des données des certificats de décès des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC) par The Epoch Times.

Les premiers intervenants chargent un patient dans une ambulance depuis une maison de retraite où plusieurs personnes ont contracté le COID-19, le 17 avril 2020 à Chelsea, dans le Massachusetts. (Scott Eisen/Getty Images)

L’agence ne dispose pas encore des chiffres complets pour 2021, car les données des certificats de décès arrivent avec un décalage d’une à huit semaines, voire plus.

L’augmentation a été notable dans tout le pays et, dans aucun État, le COVID n’a été signalé dans plus de 60 % des décès excédentaires. Certains États ont connu des hausses beaucoup plus fortes que d’autres.

Le Nevada a été le pire, avec une hausse de 65 % de la mortalité chez les personnes d’âge mûr, dont 36 % seulement ont été attribués au COVID. Le Texas est arrivé en deuxième position avec un bond de 61 %, dont 58 % ont été attribués au COVID. L’Arizona et le Tennessee ont enregistré des augmentations de 57 %, dont 37 % et 33 % respectivement ont été attribués au COVID. La Californie n’est pas loin derrière avec 55 % et 42 % attribués au COVID, ainsi que le Nouveau-Mexique (52 %, 33 %), la Floride (51 %, 48 %) et la Louisiane (51 %, 32 %).

!function(e,i,n,s){var t= »InfogramEmbeds »,d=e.getElementsByTagName(« script »)[0];if(window[t]&&window[t].initialized)window[t].process&&window[t].process();else if(!e.getElementById(n)){var o=e.createElement(« script »);o.async=1,o.id=n,o.src= »https://e.infogram.com/js/dist/embed-loader-min.js »,d.parentNode.insertBefore(o,d)}}(document,0, »infogram-async »);

De l’autre côté du spectre, le New Hampshire n’a enregistré aucune augmentation de la mortalité et aucun décès dû au COVID dans cette tranche d’âge, et le Delaware a enregistré une augmentation de 10 % de la mortalité, dont aucune n’a été attribuée au COVID. Le Massachusetts n’a connu qu’une hausse de 13 %, dont 24 % attribuée au COVID, et le Maryland a connu une hausse de 16 %, dont 42 % attribuée au COVID. Le Connecticut, Hawaii et le New Jersey suivent de près avec des augmentations de 17 % (23 %, 45 % et 58 % attribués au COVID respectivement).

Les données des CDC sur les causes exactes de ces décès excessifs ne sont pas encore disponibles pour 2021, à l’exception de ceux liés au COVID, à la pneumonie et à la grippe. Il y a eu près de 6 000 décès excédentaires dus à la pneumonie sans COVID-19 dans le groupe d’âge 18-49 ans au cours des 12 mois se terminant en octobre 2021. La grippe n’a été impliquée que dans 50 décès dans ce groupe d’âge, contre 550 pour la même période avant la pandémie. Le nombre de décès dus à la grippe n’excluait pas ceux qui étaient également dus au COVID ou à la pneumonie, ont noté les CDC.

Des médecins attendent pour transporter une femme présentant de possibles symptômes de Covid-19 à l’hôpital d’Austin, au Texas, le 07 août 2020. (John Moore/Getty Images)

La raison pour laquelle le pic de mortalité semble présenter une tendance géographique n’est pas claire. Dans l’ensemble, une partie de la hausse pourrait probablement être imputée aux surdosages de médicaments, qui ont augmenté à plus de 101 000 au cours des 12 mois se terminant en juin 2021, contre environ 72 000 en 2019, selon les estimations des CDC. Environ deux tiers de ces décès impliquaient des opioïdes synthétiques, dont le fentanyl, qui sont souvent introduits clandestinement aux États-Unis depuis la Chine via le Mexique.

Pour les personnes âgées de 50 à 84 ans, la mortalité a augmenté de plus de 27 %, ce qui représente plus de 470 000 décès supplémentaires. Pour près de quatre décès sur cinq, le COVID figurait sur le certificat de décès comme cause ou facteur contributif.

Pour les personnes âgées de 85 ans ou plus, la mortalité a augmenté d’environ 12 %, soit plus de 100 000 décès supplémentaires. Avec plus de 130 000 décès liés au COVID dans ce groupe, les données indiquent que ces personnes âgées étaient moins susceptibles de mourir d’une cause non liée au COVID de novembre 2020 à octobre 2021 que pendant la même période de 2018-2019.

Des professionnels de santé s’occupent d’un patient à Apple Valley, en Californie, le 11 janvier 2021. (ARIANA DREHSLER/AFP via Getty Images)

Si l’on compare 2020 à 2019, la mortalité a augmenté de quelque 24 % pour les 18-49 ans, moins d’un tiers de ces décès supplémentaires étant liés au COVID. Pour les 50-84 ans, elle a augmenté de moins de 20 %, dont plus de 70 % pour le COVID. Pour les personnes encore plus âgées, la mortalité a augmenté d’environ 16 %, dont près de 90 % pour le COVID.

Pour les moins de 18 ans, la mortalité a diminué d’environ 0,4 % en 2020 par rapport à 2019. Au cours des 12 mois se terminant en octobre 2021, elle a diminué d’environ 3,3 % par rapport à la même période en 2018-2019.

Traduction de The Epoch Times par Aube Digitale

maximeverneuil

Des chiffres en voici et ils confirment ce que nous répétons depuis le début : la « vaccination » a très fortement aggravé la situation

Omicron, vaccins, petit tour du monde en images

J’ai une grande admiration pour les caricaturistes. En un dessin, une bulle de 3 mots, ils arrivent à faire passer un message bien plus efficacement qu’en 2 pages. J’en suis bien incapable, alors j’essaye avec mes moyens, avec quelques courbes.

FRANCE :

Commençons par l’intervention de notre premier ministre avec le ministre des solidarités et de la santé, le 27 décembre 2021 (à partir de 13’55’’) :

Vous avez dit le mieux protégé au monde ? Résultat : la France est championne du monde des contaminations.

Notre premier ministre notait pourtant un grand changement par rapport à l’an dernier, en mieux, se félicitant par-là de toutes les mesures prises depuis un an. (N.B. Sous-titrages ministère, les écrits sont les paroles prononcées)

Nous ne savons pas de quels changements il parle. Que peut-on voir pour étayer ces propos ?

Quelle est la différence principale entre fin 2020 et fin 2021 ? A priori la vaccination. En chiffres, et en date du 27 décembre 2021, avant omicron, qu’est-ce que cela donne ?

Contaminations : Les différents variants peuvent changer la donne, plus ou moins contagieux, plus ou moins virulents. Par contre, intéressant chez nous, nous avons eu au second semestre 2021, deux vagues avec le même variant, delta. La seule différence étant la première vague, avec 50% de vaccinés deux doses, et la seconde, avec près de 75% de vaccinés deux doses. Les chiffres sont sans appel : même variant, 50% de vaccinés en plus, et 3 fois plus de cas. Quelqu’un a-t-il des explications ?

Alors si la vaccination n’empêche en rien la diffusion de l’épidémie, elle évite les formes graves :

Sans doute, tout comme l’ivermectine (ce que montrent 73 études qui convergent), mais dans quelles proportions ? On n’a pas autant de publications que pour l’ivermectine pour le démontrer. Alors que donnent les chiffres ?

Hospitalisations : Nous avons eu, de fin 2020 à mai 2021, avec alpha, des moyennes d’hospitalisations de 27 000 patients, avec deux pics dépassant les 30 000. Aujourd’hui, avec un variant beaucoup moins virulent, nous en sommes à 23 000, et ce n’est pas fini, cela continue de grimper ! 20% d’amélioration ? Avec un variant moins létal ?

Si on regarde uniquement delta et ses deux vagues, avant l’apparition d’omicron, nous avions avec 50% de vaccinés en plus, près de deux fois plus d’hospitalisations et de soins critiques !

Si l’impression de la diminution des formes graves semble réelle, et qu’on le souhaite, les chiffres et les courbes semblent moins évidentes que le discours officiel.

Quant à la proportion de vaccinés/non-vaccinés, avec ces non-vaccinés « qui encombre les réanimations », là on ne comprend plus. En effet, l’an dernier, tous non-vaccinés, nous avons rempli 6 000 lits de réanimation. Aujourd’hui, nous arrivons à 4 000 lits, « occupés à 90% par des non-vaccinés », soit 3 600. L’an dernier, 10% de la population non-vaccinée occupait 600 lits, aujourd’hui elle en occupe 3 600 ? Avec un virus 5 fois moins virulent, on est 6 fois plus malade quand on n’est pas vacciné ? Faut qu’on m’explique : soit je suis bête, soit on me ment. Ceci dit, pour les hospitalisations, on est encore sur le delta, quand même moins virulent que l’alpha.

AFRIQUE DU SUD

Que se passe-t-il dans le premier pays où l’omicron a rapidement supplanté les autres variants, pionnier qui devrait orienter les autres ?

Variant plus contagieux, vague plus forte et plus brève, variant 5 à 6 fois moins virulent. Signalons que ce pays, est un des moins vaccinés au monde. Contrairement à ce que dit notre premier ministre, ce n’est pas parce qu’on est plus vacciné qu’on est mieux protégé que les autres, le temps et l’Afrique du Sud prouvent le contraire !

DANEMARK

Quid du Danemark, cité par nos ministres ? Il suit peu ou prou l’Afrique du Sud. Vague bien plus forte, ce qui aplatit la courbe de l’Afrique du Sud (pays trois fois moins vacciné…), et mortalité un peu au-dessus, les courbes étant superposables. Vague plus forte et plus de décès pour le Danemark, malgré plus de vaccins.

ROYAUME-UNI

Même situation qu’au Danemark, avec quelques jours d’avance en ce qui concerne la fin de la vague qui semble amorcée. Deux fois plus de décès également, vaccination oblige ?

INDE :

Le cas de l’Inde est très intéressant. Ce pays a fait face en mars 2021 à une vague delta, bien mieux que n’importe quel pays. Ceci malgré un taux de vaccination quasi nul (3% à l’époque), grâce à une utilisation massive d’ivermectine, ce que l’on cache, mais que personne ne conteste. Depuis 8 mois, calme plat, grâce à une immunité collective de 67%, acquise par la maladie traitée. Que va-t-il se passer avec omicron ?

La vague omicron vient de démarrer, le 28 décembre 2021. L’ascension est comme ailleurs, rapide, liée à la contagiosité. La courbe des décès, elle, reste pour le moment plate. Pour le moment car nous sommes à 14 jours du début de la vague. Pour delta, il y avait un décalage de 15 jours entre cas et décès, comme ailleurs. Les trois semaines qui viennent vont donc être très intéressantes à suivre. Est-ce que cela va confirmer nos propos sur omicron et sur les traitements ? Est-ce que le cocktail omicron+ivermectine nous ramène à une grippe saisonnière ? C’est ce que constatent ceux, qui chez nous l’ont testé : 2-3 jours pas méchants.

Il sera intéressant de voir si la vague est forte ou non, ce qui nous dira si l’immunité contre le delta marche sur l’omicron, ou pas. La courbe des décès nous dira ce que peut donner le cocktail : 5 fois moins de décès que delta ? 10 fois ? 15 fois ? Nous le saurons dans 3 semaines. Une petite réserve : sous la pression internationale et de l’OMS, la vaccination est aujourd’hui à 45%. On verra aussi si avec ce taux ils se défendent mieux ou moins bien, avec un virus moins virulent. Petite réserve également, les lobbies anti-ivermectine ont gagné du terrain en Inde, il faudra regarder les Etats qui traitent et ceux qui ne traitent pas, plutôt que le pays entier. L’Uttar Pradesh devrait traiter et être peu vacciné, le Tamil Nadu l’inverse : pas de traitement, plus vacciné. Ce ne sont pas des petits Etats, l’Uttar Pradesh, c’est 4 fois la France en population, donc plus que significatif.

ÉTATS-UNIS :

Aux Etats-Unis, ils ont démarré il y a un mois leur plus forte vague depuis le début. La courbe des décès reste (encore ?) plate. Signalons que depuis début décembre 2021, les EU vaccinent 3 fois moins que la France par habitant, leur vague est 2 fois moins forte…

RESTE DU MONDE :

Quand on regarde l’ensemble des pays du monde, une tendance saute aux yeux et devrait interpeller nos dirigeants et nos élus, ce qui n’est pas le cas : les pays où il y a le plus de cas sont les pays les plus vaccinés Gibraltar, Portugal, Seychelles, Irlande, Islande, France,..), et inversement, moins de cas dans les pays les moins vaccinés (Inde, Bulgarie, Afrique du Sud, Sénégal, Madagascar, Nigéria,..).

L’écart risque de s’aggraver avec omicron, comme on le voit en France.

En effet, les vaccins ont été élaborés à partir de la souche Wuhan. Depuis il y a eu plusieurs générations de virus. En simplifiant, on a connu une seconde génération avec alpha, beta, epsilon et lambda, une troisième génération avec delta, et nous en sommes à la quatrième génération avec omicron. Les vaccins étaient sans doute efficaces sur Wuhan (mais sont arrivés quand il avait disparu), un peu moins sur la génération suivante, et encore moins à chaque génération.

Pour la grippe saisonnière, nous anticipons et vaccinons contre les virus à venir (ou supposés à venir). Ici nous vaccinons contre des virus passés, comme si pour la grippe on vaccinait avec des vaccins périmés de 3-4 ans ! Tout le monde sait qu’aujourd’hui on vaccine contre un virus avec un vaccin non adapté à ce virus. On nous prépare un vaccin contre omicron, il sortira quand nous en serons à la génération suivante. Nous courrons après, avec une, voire deux batailles de retard. Raoult l’avait dit au départ, qu’il ne croyait pas dans les vaccins contre ce type de virus qui mute sans arrêt. Ce ne sont pas les affirmations de notre Ministre de la santé qui affirmait que ce virus ne mutait pas qui ont changé les choses. La méthode Coué ne marche pas.

Ce vaccin améliore un peu les cas graves ? OK. De moins en moins ? OK. Mais pourquoi cela peut-il tout aussi bien aggraver les choses ? Quand on développe des anticorps contre un agresseur, nous l’avons vu, il existe des anticorps neutres, qui ne font rien, des anticorps neutralisants, qui agressent l’intrus, mais aussi des anticorps facilitants, qui aident cet intrus. Tout est dans l’équilibre. Si en multipliant les injections, vous multipliez des anticorps neutralisants qui ne font rien, mais aussi des anticorps facilitants qui aident le virus, leur addition va aider l’épidémie, mais peut aussi aider les formes graves, c’est ce qui se passe avec les vaccins contre la dengue.

Ce n’est pas pour rien que l’OMS, l’agence européenne, freinent la répétition des injections, mais nous allons dans le sens contraire. Ce n’est pas pour rien que notre pays est champion du monde. Mais champion de quoi ?

Covid : Faits et chiffres

arnauddebrienne

Si le motif sanitaire est bidon, quelle est donc la vraie motivation du covidisme et du vaccinalisme actuels ?

Les chiffres disent que nous avons totalisé 40 malades de la covid-19 variant Omicron en une semaine pour 100 000 habitants en France (0,04% de la population sur une semaine). Ce chiffre a été donné par plusieurs réseaux dont le réseau Sentinelle. 

En une semaine 12,9 malades ont été hospitalisés pour 100 000 habitants (2,8 admissions en soins critiques pour 100 000 habitants). Pour 100 000 habitants, il y a 5800 lits d’hôpitaux. Les hôpitaux ne sont donc pas submergés de malades covid Omicron, contrairement aux mensonges diffusés comme d’habitude par les médias et certains médecins collaborateurs de cette campagne de propagande. 

Le « terrible » Omicron, représente 40 malades d’un gros rhume pour 100.000 habitants ! Tout le cinéma répressif actuel qui est organisé autour de la fausse pandémie, par les pervers au pouvoir, et leurs dévoués serviteurs, est une fois de plus pitoyable !

La comédie criminelle qui est jouée par les irresponsables de l’Etat profond, persiste dans sa conviction délirante et veut farouchement avoir le dernier mot sur toutes les résistances qui se sont organisées contre sa représentation… Pourquoi cet acharnement qui en devient énigmatique ? 

Nous disions, écrivions et publiions il y a déjà bien longtemps, que ce monde du capitalisme ultra libéral était un mensonge, une erreur de civilisation, un mal, auquel il fallait mettre fin sans tarder, car les immenses dégâts qu’il avait causés étaient considérables et continuaient de l’être pour l’humanité et la biosphère dans son ensemble. 

Les Gilets Jaunes avaient fait leur « Vrai Débat », du 29 janvier au 3 mars 2019, sur le nouveau monde à mettre en place. (Cf., Le rapport du 27 mars 2019, qui a été réalisé pour les Gilets Jaunes, suite au ‘vrai débat’, par LERASS, Laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales de l’Université de Toulouse.) Les Gilets Jaunes représentaient la plus grande aspiration de l’humanité : celle de la liberté, de la fraternité, de l’équité, de la justice sociale, de la paix dans la réalité de l’existence confrontée naturellement aux changements, aux altérations du monde dont la nature perpétuellement évolutive est foncièrement initiatique…

On ne peut plus aborder la question de la fausse pandémie sans faire référence au « Great Reset » : l’un éclaire l’autre, le second explique le premier.

Ainsi donc, le « Great Reset » dit lui aussi que le monde post-covidien ne redeviendra jamais plus comme celui que nous avions connu dans l’anté-covidien !

Enfin le grand changement tant attendu ! 

Mais voici qu’un bouleversement civilisationnel allait nous être annoncé, mettant en avant ce qu’allait être désormais l’ère d’un « transhumanisme » qui prétend éradiquer la mort, atteindre le bonheur et l’omnipotence !

Vous vouliez le changement ? Vous voilà servis : on vous annonce un grand changement, le « Great Reset » ! 

On le dit déjà depuis le début de cette fausse pandémie : les incohérences ont été tellement nombreuses, sidérantes, incompréhensibles, qu’il était impossible de croire qu’une équipe de « responsables politiques », « scientifiques », « médecins », personnel sanitaire, puissent à ce point-là errer dans l’amateurisme, l’aberration et la supercherie obscurantiste…

Lorsqu’on a vu les plus éminents spécialistes de France condamnés, censurés, arrêtés, interdits d’exercer la médecine, nous avons compris que le sujet ne pouvait pas être la « pandémie » ni le « SARS-COV-2 », et cela a été désormais prouvé aujourd’hui, mais que toute cette mise en scène mensongère n’était que le déguisement, le prétexte nécessaire à l’application d’un plan non déclaré, non avoué, caché aux yeux des populations qui n’auraient jamais accepté d’entrer dans un tel projet que le programme du Forum Economique Mondial de Davos appelle le « Great Reset »…

Nous devons nous poser des questions toutes simples sur deux niveaux, pour une clarification indiscutable de ce qui est en cause :

1 – Puisque la motivation sanitaire est totalement bidon, dans cette affaire du fanatisme covidiste et du radotage pervers sur des « vaccins » qui n’en sont pas, que révèlent donc « l’Agenda 2030 », le programme écrit et publié intitulé « The Great Reset », par les auteurs décomplexés de cette théorie idéaliste et de la violence sociétale qu’elle implique?

2 – Quel est le réel contenu de ces « vaccins » qui sont crapuleusement imposés aux peuples d’Occident et pourquoi ce contenu n’a pas été dévoilé par les laboratoires eux-mêmes ? Pourquoi a-t-on caché la nature réelle des injections à ARNm ? Pourquoi les députés européens ne pouvaient pas accéder aux informations « sensibles » inscrites dans le contrat signé entre les laboratoires pharmaceutiques et l’Union Européenne et engageant les milliards d’euros d’argent public ? Pourquoi des chercheurs indépendants ont-ils été obligés de travailler, parfois plus de 20.000 heures, pour analyser eux-mêmes des échantillons de ces « vaccins », afin d’être en mesure de nous informer sur ce qui aurait dû être annoncé d’emblée, par respect pour un « consentement libre et éclairé » de ceux qui seraient dans l’obligation de se faire injecter ces produits expérimentaux ?

Voilà les questions auxquelles nous allons tenter de répondre.

1 – LE « GREAT RESET » : UN NÉO-FÉODALISME 

Dans le programme publié par Klaus Schwab, le fondateur du Forum Economique Mondial de Davos, « The Great Reset », nous pouvons retenir l’essentiel en quelques points permettant de comprendre où cela nous mène. Cf., traduction française COVID-19 : La grande réinitialisation, Klaus Schwab, Forum Publishing, 2020.

Selon le créateur du Forum Economique Mondial de Davos, la « pandémie » du Coronavirus constitue « une fenêtre d’opportunité » qu’il fallait saisir absolument, car elle était une « chance » pour nous !

Klaus Schwab écrit, page 110 du « Great Reset » : « Dans le cas de la pandémie, le lien de causalité entre le virus et la maladie est évident : Le SRAS-CoV-2 est à l’origine de la COVID-19. Hormis une poignée de théoriciens du complot, personne ne le contestera. » 

Remarquons déjà que cette affirmation implique un a priori qui n’est même pas discuté alors qu’il est sérieusement discutable ! Cette affirmation hautement « manipulatrice » est radicalement fausse, puisque le SRAS-CoV-2 n’a jamais été isolé, purifié, identifié comme tel chez les malades de la Covid-19. Quant à ceux qui en sont morts, les autopsies ont toujours été interdites. On ne pouvait pas savoir ce qu’il en était exactement puisque tous les chiffres ont été falsifiés depuis le début, comme nous l’avons vu depuis si longtemps, le but étant de fomenter la peur justifiant une recherche du consentement (non éclairé) du grand nombre, pour une « vaccination » qui se faisait passer comme telle, alors qu’elle ne proposait que des injections dont nous allons voir quel en est le contenu et la véritable nature. Tous types de morts, suite aux multiples maladies existantes, étaient déclarés « morts de la COVID ou morts avec la COVID »…

On connaît finalement le pourcentage très faible que représentent réellement les morts dus à la Covid-19 : en novembre 2021, on en était à 0,06% de la population mondiale.

Mais, le « Great Reset » ou « La Grande Réinitialisation » a des intentions hautement morales.

Le « Great Reset » annonce :

« Il s’agit de rendre le monde moins clivant, moins polluant, moins destructeur, plus inclusif, plus équitable et plus juste que celui dans lequel nous vivions à l’ère pré-pandémique. Ne rien faire, ou trop peu, revient à avancer aveuglément vers toujours plus d’inégalités sociales, de déséquilibres économiques, d’injustice et de dégradation de l’environnement … »

Les intentions sont exemplaires : les maîtres du capitalisme ultra libéral, responsables du désastre commencé en 1976 par les accords de la Jamaïque abolissant ceux de Bretton Woods (Juillet 1944), annoncent aujourd’hui vouloir changer le capitalisme !

Pour y parvenir, la FEM propose « d’orienter l’économie vers des résultats plus équitables, canaliser les investissements pour « construire mieux », développer des infrastructures et techniques de construction qui ne dégradent pas l’environnement et se servir de la quatrième révolution industrielle pour notre bien ». Cette quatrième révolution industrielle est celle de l’automatisation des machines par l’intelligence artificielle et la généralisation des « énergies vertes ». C’est elle qui, en grande partie, mènerait à « un monde plus vert, plus juste et plus prospère ».

Klaus Schwab expliquait dans le journal allemand Die Zeit, que « le néolibéralisme a fait son temps (…) sa défaillance a été mise à nu par la crise de la Covid-19 qui a exacerbé les inégalités sociales ». Bien avant la fausse pandémie du Coronavirus, les Gilets Jaunes avaient dénoncé les « inégalités sociales » et mis à nu les « défaillances de l’ultra libéralisme » ! Le Grand Maître du Forum de Davos définit le néolibéralisme comme « un capitalisme non réglementé et sans restriction ». Il dit vouloir « privilégier un capitalisme responsable qui s’attaque à deux défis majeurs que sont l’écart grandissant entre les riches et les pauvres, et la crise climatique. »

La solution réside — selon Klaus Schwab et le projet de Grande réinitialisation — dans une « redéfinition du capitalisme, pour prendre en compte le capital financier, mais aussi le capital social, le capital naturel et le capital humain. »

Voilà qui est si réconfortant et tellement humaniste ! Mais, les Gilets Jaunes n’avaient pas été « une fenêtre d’opportunité » pour un grand changement ! La vraie insurrection des Gilets Jaunes devait être remplacée par la fausse pandémie, pour entraîner un vrai changement ! On peut déjà se dire que ce changement, le « Great Reset », construit à partir d’un mensonge, a toutes les chances d’être l’enfant bâtard de ce mensonge …

« Vous ne posséderez rien et vous serez heureux… »

Que dit le « Great Reset » ? Il s’agit en fait de créer une classe supérieure en réunissant ceux qui sont très bien placés dans l’industrie et la politique. Il faut ensuite paralyser la classe moyenne sur le plan économique, de sorte qu’elle n’ait plus le pouvoir de prendre ses propres décisions de vie. Puis, il s’agit d’offrir une dépendance considérablement accrue à l’égard de l’État profond pour soulager les difficultés économiques créées par l’État profond. Au final, il est question de supprimer les libertés, en échange de la promesse de largesses de la part des États profonds dirigés et contrôlés par la caste stato-financière qui les a incrustés.

Après tout cela, il est question d’instaurer un régime autoritaire puis totalitaire pour garantir la pérennité des nouveaux paradigmes de la société post-covidiste idéalisée.

Une fois que les contrôles seront pleinement mis en œuvre (grâce aux injections à ARNm : nous reviendrons sur ce sujet) et que la population sera devenue dépendante du nouveau système, le NOM commencera à supprimer les promesses faites dans sa propagande. L’idée qui sous-tend ce dernier point est que, lorsque les Etats Nations seront totalement dépendants des États profonds, ils auront perdu le pouvoir de s’opposer ou de se rebeller si les droits sont supprimés. Les Etats Nations seront alors totalement dominés.

Une vidéo du professeur Schwab présente l’état idyllique dans lequel les gens pourront se débarrasser de toutes les dettes personnelles, des bouleversements politiques et des troubles sociaux (Gilets Jaunes) qui éclataient si fréquemment jusqu’à présent.

La solution proposée est de céder son droit à la propriété de manière permanente, en échange d’une vie où la responsabilité serait minimale.

Selon le « Great Reset », le gouvernement aura le contrôle total de tous les aspects de votre vie, ainsi que la tâche d’éliminer tout obstacle à votre bonheur. Tout d’abord, vous renoncerez à tous vos droits au début de l’accord. Vous aurez perdu tous vos biens et toutes vos libertés. Vous dépendrez à 100 % de l’État profond. En échange de quoi « Le gouvernement mondial vous fournira un revenu de base. » Bien entendu, l’Etat profond nous inspire tellement la confiance, qu’il est évident que nous allons tous ensemble nous précipiter à ses pieds et accepter ce deal néo-féodaliste sans sourciller!

Vous louerez tout ce dont vous avez besoin : une résidence, un véhicule, des appareils électroménagers et même vos vêtements. Et surtout, vous serez heureux. Il n’y aura plus de guerres (comme si les peuples étaient responsables des guerres que seuls les Etats profonds leur ont infligées). Une « poignée de pays » (entendre « d’Etats profonds collaborateurs ») dirigera le monde en coopération. Il n’y aura plus d’attente pour des soins médicaux, puisque ceux-ci seront assurés « on line ».

« Il y aura un prix mondial pour les émissions de carbone. » Ceux qui utilisent des combustibles fossiles seront taxés pour leur utilisation. Autrement dit, les plus gros pollueurs industriels pourront polluer allègrement en payant cette taxe qui sera aussitôt répercutée dans les prix des ventes. Les « consommateurs » seront donc à nouveau dans la logique ultra libérale et les otages d’une organisation du pillage : rien de différent !

Toutes les choses qui ont été promises ou mises à votre disposition pourront évidemment être retirées une à une, jusqu’à ce que vous soyez à la fois serviable et appauvri. Vous n’aurez pas la capacité de vous rebeller ou même de vous plaindre. Dans ce néo-féodalisme, vous serez dans un rapport de pur servage à l’autorité : il faudra vivre à genoux face à votre seigneur tout puissant ! On vous dira, « ne méprise pas la main qui te nourrit ! » Ou encore, « Ne crache pas dans la soupe que le Maître t’a servie ! »

La violence exceptionnelle des problèmes sociaux, politiques et économiques qui caractérise le désastre actuel, a été causée par les choix des dirigeants politiques. Or, ce sont les mêmes qui vous demandent maintenant de leur faire confiance pour mettre fin à ces problèmes.

Les élites mondialistes veulent promouvoir des politiques telles que les taux d’intérêt négatifs, l’abolition de l’argent liquide et la migration de masse. Tout cela s’annonce comme un désastre de classe mondiale.

L’objectif final est le transhumanisme

Pour rendre possible un tel programme, il est indispensable de passer par la fusion des humains et des machines. Des micropuces implantables agiront comme des smartphones à l’intérieur du corps humain, transmettant les pensées au lieu de les verbaliser, y compris celles que la personne n’aura jamais le temps d’exprimer à un moment ou l’autre ! 

C’est cela qui est en cause dans le programme mondial de « vaccination » acharnée, organisé par les Etats profonds. On comprend dès lors à quel point il est insupportable pour eux de voir la résistance s’organiser contre ce programme. D’où la violence et la haine contre les résistants qu’ils appellent odieusement les « anti-vaxx », maniant cette manipulation scandaleuse sans scrupules … Dans notre deuxième chapitre, nous verrons ce qu’il en est.

Klaus Schwab déclare que le « Grand Reset » conduira à la fusion de l’identité physique, numérique et biologique

La porte est donc ouverte sur tous les abus possibles, mais nous devons faire une confiance aveugle en ceux qui ont organisé l’ultra libéralisme destructeur de l’humanité.

Margrethe Vestager, la commissaire européenne à la Concurrence écrivait: 

« Je pense que c’est un faux dilemme, parce que la technologie permet de faire des tas de choses qui ne portent pas atteinte à votre vie privée. Je pense que, très souvent, lorsque les gens disent que ce n’est faisable que d’une seule manière, c’est parce qu’ils veulent les données pour leur propre usage. Nous avons élaboré un ensemble de lignes directrices, et avec les États membres, nous en avons fait une boîte à outils, afin que vous puissiez faire une application volontaire avec un stockage décentralisé, grâce à la technologie Bluetooth. Vous pouvez utiliser la technologie pour suivre le virus, mais vous pouvez toujours donner aux gens la liberté de choix. Ainsi, ils font confiance à la technologie et savent qu’elle sert à tracer le virus et rien d’autre. Je pense qu’il est essentiel de montrer que nous sommes vraiment sincères lorsque nous disons que vous devez pouvoir faire confiance à la technologie lorsque vous l’utilisez, que ce n’est pas le début d’une nouvelle ère de surveillance. Il s’agit de suivre le virus, et cela peut nous aider à ouvrir nos sociétés. » (Cf., Chotiner, Isaac, « The Coronavirus and the Future of Big Tech », The New Yorker, 29 avril 2020.

Klaus Schwab : « Les entreprises invoqueront la santé et la sécurité pour justifier une surveillance accrue. » (GR, page 134) Un monde dystopique nous attend.

C’est Evgeny Morozov qui a clairement expliqué que la « pandémie » laissait entrevoir un sombre avenir de « surveillance étatique techno-totalitaire ». 

Morozov expliquait que l’utilisation de la technologie pour surveiller et contenir la « pandémie », « consacre la boîte à outils du solutionnisme comme option par défaut pour résoudre tous les autres problèmes existentiels, des inégalités aux changements climatiques. Après tout, il est beaucoup plus facile de déployer des technologies solutionnistes pour influencer le comportement individuel que de poser des questions politiques difficiles sur les causes profondes de ces crises. » (Cf., Morozov, Evgeny, « The tech ‘solutions’ for coronavirus take the surveillance state to the next level », The Guardian, 25 avril 2020)

Le porte-parole du Forum Economique Mondial de Davos se trahit lui-même en laissant entendre que les très riches seront toujours les gagnants dans cet avenir post-covidien !

Klaus Schwab :

« En France et au Royaume-Uni, plusieurs voix de l’industrie estiment que jusqu’à 75 % des restaurants indépendants pourraient ne pas survivre au confinement et aux mesures de distanciation sociale consécutives. Cela ne concernera pas les grandes chaînes et les géants de la restauration rapide. Cela laisse supposer que les grandes entreprises deviendront plus grandes tandis que les plus petites diminueront ou disparaîtront. » (Cf., GR, page 156) 

Comment être plus clair ?

Klaus Schwab écrit encore qu’à la suite de cette crise du Covid « les personnes souffrant de problèmes de santé mentale préexistants, comme la dépression, souffriront de plus en plus de troubles anxieux ; les mesures de distanciation sociale, même après avoir été réduites, auront aggravé les problèmes de santé mentale ; dans de nombreuses familles, la perte de revenus consécutive au chômage plongera les gens dans un phénomène de « mort de désespoir » ; la violence et les abus domestiques, en particulier à l’égard des femmes et des enfants, augmenteront tant que la pandémie perdurera ; et les personnes et les enfants vulnérables – les personnes prises en charge, défavorisées sur le plan socio-économique ou en situation de handicap nécessitant un niveau de soutien supérieur à la moyenne – seront particulièrement exposés à un risque accru de détresse mentale. » (Cf., GR page 184)

Klaus Schwab précisait :

Il s’agit « d’améliorer le capitalisme grâce à des investissements plus orientés vers le progrès mutuel en se concentrant davantage sur les initiatives environnementales … » 

C’est le programme inscrit dans « l’Agenda 2030 ». Globalement, « l’Agenda 2030 » promu par l’ONU, a entraîné l’adhésion des pays membres qui sont tenus désormais de le mettre en application. Ces mesures sont mondialistes mais sont mises en oeuvre régionalement. C’est pourquoi les gens ne se rendent pas compte de ce qui est déjà en marche depuis longtemps. Toutes les mesures qui y sont programmées consistent, en résumé, à dissuader toute personne de vouloir vivre ou d’aller vivre à la campagne, en faisant en sorte que la masse de la population soit rassemblée dans des mégapoles pour un contrôle plus aisé et complet de l’ensemble des populations. Il s’agit de détruire toute possibilité de créer une autonomie des personnes et une autarcie des groupes de personnes qui pourraient remettre en cause l’efficacité de l’organisation du dressage par le contrôle…

Ces réseaux indépendants ( éco-lieux, éco-villages, les Colibris, les Jardins du Nous, le Réseau Solidarité Active, La Vague, les réseaux de permaculteurs et tous les autres réseaux archipellisés…etc) qui existent déjà et qui fonctionnent déjà depuis un certain temps seront la cible du harcèlement policier des Etats profonds. C’est là que pourraient surgir les occasions de guerre civile…

Les petits agriculteurs artisans sont oppressés par les réglementations impossibles à respecter, la fiscalité dissuasive, l’obligation des emprunts massifs, les prix dérisoires qu’ils sont obligés de pratiquer… Comment s’étonner qu’ils se suicident par milliers chaque année ! Cette profession est dissuadée de poursuivre son chemin pendant que l’agriculture industrielle prospère avec indécence aux dépens de l’environnement et de la santé publique…

Dans « La quatrième révolution industrielle », Klaus Schwab explique que le numérique a pénétré définitivement le monde des humains. Il y a un changement de nature dit-il, un nouveau référentiel pour l’homme, prié de réinventer sa manière de vivre, de travailler, de consommer et de faire société.

 Klaus Schwab écrit : « Les valeurs occidentales auront été testées jusqu’au point de rupture ». Il s’agit de vérifier jusqu’où peut-on aller dans la rupture avec la liberté de pensée, la liberté d’expression, la liberté d’entreprendre…etc…

Nous voilà informés sur l’essentiel de ce que nous a concocté le « Great Reset », grâce à la « fenêtre d’opportunité » de la « pandémie » coronavirus, survenue justement maintenant par le plus pur des hasards ! Mais le plus important vient maintenant, car l’ère du transhumanisme annoncé ne serait pas possible sans une opération de grande envergure sur les humains eux-mêmes. 

2 – LE VERITABLE CONTENU DES « VACCINS » ET LEUR OBJECTIF

Le fer de lance de cette opération de grande envergure, ce sont les « vaccins » à ARNm. C’est pourquoi nous devons connaître leur contenu réel.

Le IoNT est l’Internet des Nano objets. Un certain nombre d’injectés (pas nécessairement tous) sont actuellement en cours de mutation pour devenir des transhumains. On peut supposer que pour atteindre l’étape finale du modèle, il faudra plusieurs doses. C’est la raison qui explique pourquoi les Etats profonds s’acharnent à vouloir à tout prix « vacciner » les récalcitrants et imposer une troisième dose en Europe en disant que les deux premières sont déjà obsolètes ! On en est déjà à une quatrième dose en Israël ! Le récit vaccinaliste va continuer d’évoluer en inventant l’arrivée continuelle de nouveaux variants, tous plus dangereux les uns que les autres, afin de maintenir, dans chacun d’entre nous, la peur en haleine. Lorsque les résistants auront été neutralisés et finalement injectés de force dans des camps d’isolement, lorsque le nombre de doses nécessaires aura été atteint et le nombre des survivants stabilisé, les autorités déclareront que le retour à la nouvelle normalité sera enfin devenu possible. Comme par enchantement, les nouveaux variants auront définitivement disparu du monde viral. 

1 – Le contenu

Tout d’abord, énumérons le contenu des « vaccins » en tant que tel, même si cette étape semble technique et fastidieuse. Puis nous expliquerons comment tout cela fonctionne.

Selon le site lilianeheldkhawam.com, l’analyse du contenu des injections à ARNm a révélé les éléments suivants :

« Nanotubes de carbone et dérivés CNT, SWCNT, MWCNT 

Points quantiques de graphène GQD 

Nanoantennes fractales en graphène 

Nanorouteur ou nanocontrôleurs

CODEC ou Nanointerface 

Topologie de nanoréseau 

Nanonodes (GQD, Hydrogel nageurs, Nanotubes, Fibres)

Nanocapteurs (circuits de nanotubes, nanofeuillets de graphène) 

Nanocontrôleurs (circuits de nanorouteurs QCA)

Nanointerface (circuits QCA nanoCODEC)

Communication avec l’extérieur  

Nageurs hydrogels 

La présence de points quantiques d’oxyde de graphène. Les points quantiques de graphène sont des morceaux de graphène ou d’oxyde de graphène à l’échelle micro- nanométrique avec des formes circulaires, hexagonales, triangulaires… qui résultent de la décomposition ou de l’oxydation de nanofeuillets de graphène. – Les GQD, loin d’être un défaut du réseau, jouent un rôle fondamental, puisque leur taille leur permet de fonctionner ou d’opérer comme des nano-antennes. De plus, ils circulent à travers le système circulatoire, les artères, les veines, capillaires, servant de marqueurs électriques, mais aussi biologique, car ils adsorbent les protéines et autres composants présents dans le sang. 

L’interface humain-machine avec transmission de données. 

La nanointerface est un circuit QCA plus complexe, qui contient une nanoantenne pour émettre et recevoir des signaux TS-OOK. Avec une forte probabilité, il dispose d’un CODEC pour crypter les paquets de données et les retransmettre à l’extérieur. 

Nanocapteurs et nanorouteurs. 

Lorsque le nanorouteur reçoit les signaux, il parvient à les encoder dans TS-OOK et à les acheminer sous forme de paquets de données à transmettre. 

Les signaux TS-OOK ont un modèle binaire facile à interpréter et à transmettre, ce qui augmente la capacité de transmission de données et la bande passante pouvant être prise en charge dans le nanoréseau. 

Le nanorouteur n’a pas besoin de processeur pour fonctionner, car l’architecture QCA (point quantique) lui permet de fonctionner à une fréquence d’horloge, tout comme le ferait un processeur d’ordinateur. De cette façon, les signaux sont transmis au nanorouteur le plus proche afin d’optimiser le nanoréseau et d’éviter la saturation du signal. Pour cette raison, plusieurs de ces composants sont prévu, assis grâce à l’hydrogel. »

A partir de cette observation, nous voyons qu’il est directement question du processus d’intégration homme-machine. Il faut également souligner que peu de scientifiques ont une vision d’ensemble de ce que peut être ce transhumanisme. 

Depuis plusieurs mois, des investigateurs du contenu des fioles pour injections, ont déclaré que certains lots ne contenaient pas de nano-particules (et autres entités non caractérisées, également découvertes dans ces produits expérimentaux,) et le premier d’entre eux a été le Professeur Campra, de nationalité Espagnole.  

Les flacons ont été identifiés selon leur lot : il y a des flacons qui ont un code 1, d’autres avec le code 2 et encore d’autres avec le code 3, inscrits dans la chaîne d’encodage du « vaccin ». Un chercheur polonais a identifié les trois codes sur les flacons témoins : l’un était un placebo, l’autre ne contenait rien de particulièrement inquiétant, mais le troisième contenait de l’oxyde de graphène. (Cf., Hold On, regarder à 01heure 14 minutes et 10 secondes). La vidéo a été censurée comme d’habitude et n’est plus accessible sur Youtube.

2 – L’explication

L’explication a été développée sur La Quinta Columna, à travers une vidéo publiée en décembre 2021 : https://vk.com/video625912804_456241171

Nous allons reprendre les termes de cette explication donnée par des chercheurs espagnols en faisant une traduction de l’espagnol en français. 

« Quelque soient les produits Pfizer, AstraZeneca, Janssen, Moderna, tous contiennent de la nanotechnologie.

Les nanorouteurs peuvent émettent des adresses Mac enregistrables via la technologie sans fil Bluetooth, sur votre téléphone portable à l’aide d’une application.

Comme on l’a dit, des micro-structures d’oxyde de graphène ont été identifiées : elles forment le complexe des nano-antennes plasmodiques destinées à amplifier ces signaux.

Il y a également des nano-antennes redresseuses agissant comme des ponts rectificateurs du courant alternatif/continu des codecs (codeurs-décodeurs) et certaines portes logiques pour crypter ces nano-communications entre l’individu inoculé et un serveur à distance.

La présence de l’oxyde de graphène est indispensable pour assurer un auto-assemblage de ces complexes micro-structurés.

Les principaux mécanismes d’exfoliation de l’oxyde de graphène dans le corps en points quantiques de graphène sont :

  • La biodégradation naturelle grâce à l’enzyme myéloperoxydase et le mécanisme de la teslaphorèse, soit des champs électromagnétiques de micro-ondes, générés à la base par des signaux de téléphonie mobile, à diverses qualités de fréquences.
  • L’oxyde de graphène injecté dans le corps développe des propriétés magnétiques en contact avec l’hydrogène et les cellules vivantes. C’est la raison pour laquelle la grande majorité des personnes « vaccinées » présentent ce magnétisme exacerbé au point de l’inoculation et postérieurement au plexus solaire supérieur et au crâne. L’oxyde de graphène est détecté dans l’organisme par notre système immunitaire, comme s’il s’agissait d’un agent pathogène.

Une fois injecté, le graphène a une affinité avec le système nerveux central (la moelle épinière et le cerveau) à cause de leur grande conductivité électrique. 

Mais, dans le système nerveux central, il peut causer l’immobilisation des membres, des AVC, des paraplégies et l’altération globale du système nerveux.

L’oxyde de graphène a un facteur coagulant du sang et augmente la thrombogénéité ou la prolifération de thromboses.

Les conséquences ultimes des thromboses sont les accidents cardio-vasculaires de tout genre, c’est-à-dire, des embolies, des ischémies, des crises cardiaques, des anévrismes, etc…

L’oxyde de graphène a aussi une affinité avec les organes éminemment électriques, comme le cœur, particulièrement lorsque l’activité cardiaque augmente, provoquant une activité électrique plus importante. Lorsque l’activité électrique du cœur augmente, l’oxyde de graphène se dirige vers lui en provoquant son inflammation elle-même responsable de myocardites ou de péricardites.

De plus, l’oxyde de graphène a la capacité d’absorber la radiation électromagnétique ambiante et de multiplier cette radiation par un effet transistor. 

C’est ainsi que l’oxyde de graphène génère de petites décharges responsables des arythmies dans le système cardiaque.

Ce que l’on vient d’évoquer explique pourquoi tellement de sportifs souffrent d’arythmies au moment où leur activité cardiaque est sollicitée.

Ces arythmies se traduisent par des évanouissements, des pertes de conscience, des syncopes, évanouissements liés parfois à une mort subite surprenante…

Une grande partie des « vaccinés » est concernée par la mort subite au moment d’interagir à proximité de foyers micro-ondes.

L’oxyde de graphène est aussi capable de générer de la mutagenèse, de l’altération chromosomique et des cancers, si bien que chez les personnes ayant récemment souffert de tumeurs ou de néoplasies après le « vaccin », le nombre des métastases peut ressurgir rapidement et des personnes complètement saines, peuvent se mettre à développer des tumeurs.

L’oxyde de graphène est extrêmement toxique. Sa toxicité dépend de la radiation électromagnétique qu’il absorbe.  Sur son chemin, il génère l’inflammation des tissus, des inflammations systémiques ou multi-organiques, provoquant par ailleurs une cascade de radicaux libres.

Lorsque le stress oxydatif causé par cette substance toxique dans le corps fait pencher la balance de « l’équilibre redox », et atteint un certain seuil, supérieur au niveau antioxydant de notre glutathion endogène, notre système immunitaire s’effondre et favorise le fameux orage de cytokines.

L’oxyde de graphène injecté dans le corps en tant que matière première des « vaccins », est éliminé par le travail des poumons. Mais s’il est irradié alors qu’il s’y trouve encore, il va provoquer une inflammation des tissus pulmonaires et causer une pneumonie bilatérale.

Si les « vaccinés » survivent aux premières doses d’oxyde de graphène injectées dans leur sang, celui-ci est dégradé dans le corps par les anticorps neutralisants qui sont les agents responsables de sa dégradation. La neutralisation de la toxicité du graphène fait monter les immunoglobulines. C’est ce phénomène qui entraîne l’obligation de se faire « vacciner » tous les trois mois, afin de maintenir dans le corps les niveaux de cette substance toxique, sous le prétexte qu’il y a une baisse de l’immunité naturelle innée et acquise.

Le virus SARS-CoV-2 inexistant, non isolé, non purifié, non cultivé, de la version officielle, ainsi que ses « variants », est en réalité, l’oxyde de graphène introduit volontairement et sciemment dans les « vaccins » contre la grippe de la saison 2019-2020.

Cette maladie qui a été réétiquetée comme « Covid-19 », est en réalité un syndrome de radiation sévère, renforcé par le graphène.

C’est aussi pourquoi, les victimes de la première vague de Covid-19 ont été les anciens des EHPADS, parce que le taux de vaccination contre la grippe y était proche de 100%. On se rappellera que les anciens ont été les premiers à être « vaccinés » avec ce produit expérimental, puis ils ont été irradiés par les antennes de téléphonie mobile, lesquelles sont justement implantées à proximité des EHPADS, 8 fois sur 10 !

Ce génocide des anciens, renforcé par les prescriptions de Rivotril recommandées par le ministère de la santé et les ARS, a alimenté copieusement les litanies quotidiennes des morts par « coronavirus » en boostant par la même occasion la fabrication de la peur d’un nouveau virus inconnu et d’une pandémie, indispensable au programme qui allait suivre.

Le travail des médias inféodés serait déterminant dans cette campagne de la peur, car il permettrait de passer aux injections généralisées de cette substance à ARNm chargées d’oxyde de graphène.

Il est inévitable de penser que l’un des objectifs recherchés ne pouvait être que l’élimination d’une grande partie de la population mondiale et d’utiliser ensuite les propriétés de modulation comportementale de l’oxyde de graphène dans le domaine des neurosciences et de l’intelligence artificielle, pour la population qui survivrait à ce premier tri par élimination.

L’oxyde de graphène a une affinité spéciale pour les neurones. Une fois qu’il s’est installé dans leur milieu, il y développe un réseau neuronal artificiel qui va remplacer peu à peu le réseau neuronal naturel.

Lorsque les nano-particules d’oxyde de graphène atteignent une taille inférieure à 35 nanomètres, elles peuvent facilement traverser la barrière hémato-encéphalique (la membrane qui protège notre cerveau des possibles agressions extérieures) en accédant à notre réseau neuronal naturel.

L’oxyde de graphène peut casser les synapses neuronales de manière qu’il est possible de cartographier le cerveau et de collecter des données comme les souvenirs, les pensées, des pensées localisées, des sensations, des émotions et des sentiments.

On peut dès lors comprendre pourquoi, dans ce contexte de fausse pandémie, certains pays ont adopté et imposé une loi sur les « neurodroits ».

Il faut également savoir que l’oxyde de graphène peut être stimulé à distance, sans fil, en utilisant à cette fin la mise en service de la nouvelle technologie 4G, 4G+ et 5G.

Tous les « vaccinés » transmettent, sans le savoir, leurs données personnelles à un serveur externe, contrôlé par une IA (intelligence artificielle).

L’ignorance et la méconnaissance de la communauté médicale et sanitaire, concernant l’oxyde de graphène comme de la nanotechnologie en général, a permis aux laboratoires concernés de passer massivement à une expérimentation mondiale sans précédent. L’espèce humaine est donc directement visée par ce programme d’injections qui ouvre la porte du transhumanisme. Une nouvelle espèce va sortir de cette expérimentation appelée le « projet humain 2.0 », « Avatar Project »… Cet avatar humain sera privé de ses propres pensées, de son autonomie et de son libre arbitre. Cette nouvelle espèce sera conditionnée par un esclavage radicalisé, entièrement dépendante d’une oligarchie technocrate qui s’occupera de tout vous concernant… »

En effet, « Vous ne posséderez(plus) rien, mais vous serez heureux ! » Pour les « vaccinés », il ne leur reste plus qu’à se poser la question de savoir ce qu’est vraiment le bonheur !

Jean-Yves Jézéquel

Mondialisation.ca

arnauddebrienne

Samedi 15 janvier 2022 : rassemblements dans toute la France contre le pass sanitaire

👉🏼Abbeville 14h Théâtre
👉🏼Agen 14h Quai du Gravier
🔺Aiguillon 10h Parking de la Poste
👉🏼Aix-en-Provence 10h La Rotonde
👉🏼Ajaccio 14h Mairie
👉🏼Albertville 10h Parking du Pénitencier
👉🏼Albi 14h Place du Vigan
👉🏼Alençon 14h30 Halle aux blés
👉🏼Amiens 14h Maison de la culture
👉🏼Ancenis/Saint-Géréon 10h Rond Point des 13 prés
👉🏼Angers 15h Place du Ralliement
👉🏼Angoulême 14h Place New York
👉🏼Annecy 14h30 Au Pâquier
👉🏼Annonay 11h Place des Cordeliers
👉🏼Argentat-sur-Dordogne 14h30 Parc de l’ancienne Gare
👉🏼Arpajon 10h Avenue de Verdun, face à l’Hôpital
👉🏼Arras 14h Place des héros
👉🏼Auch 14h Place de la Libération
👉🏼Aurillac 10h Place des droits de l’homme
👉🏼Autun 15h Champ de Mars (kiosque à musique) + terrasse libre
👉🏼Auxerre 15h Place de l’Arquebuse
👉🏼Avignon 14h Place de l’Horloge
🔺Bar-le-Duc 14h Gare
🔺Bastia 14h Place Saint-Nicolas
👉🏼Bayonne 14h Place de la Liberté
👉🏼Beauvais 14h Place de la Cathédrale
👉🏼Bédarieux 9h30 Centre Ville
🔺Belfort 14h Préfecture ?
👉🏼Bergerac 10h Tribunal
👉🏼Besançon 14h Place de la Révolution
👉🏼Béziers 10h30 Devant la médiathèque
👉🏼Blois 14h Place Louis XII
👉🏼Bordeaux 14h Place de la Bourse
👉🏼Boulogne-sur-Mer 15h Parvis de Nausicaa
👉🏼Bourg-en-Bresse 14h Parc (Square Joubert) en face de la Préfecture
👉🏼Bourges 15h Place Séraucourt
👉🏼Bourgoin-Jallieu 14h devant la médiatèque
👉🏼Brest 14h Place de Strasbourg
👉🏼Brive-la-Gaillarde 14h30 place De Lattre de Tassigny (place Thiers / Halle Gaillarde)
👉🏼Caen 14h Théâtre
👉🏼Cahors 14h Tribunal
👉🏼Carcassone 14h30 Square André Chénier
👉🏼Chalons-en-Champagne Kiosque du Grand Jard
👉🏼Chalon-sur-Saône 15h Place de Beaune
👉🏼Chambéry 14h Palais de Justice
👉🏼Chantilly 9h Tennis club de Chantilly – Chemin des Obstinés
👉🏼Charlevilles-Mézières 13h Place de l’Hôtel de Ville
👉🏼Chartres 14h30 Place Châtelet
👉🏼Châteauroux 14h Palais de Justice
👉🏼Chaumont 14h Mairie
🔺Chauny 14h Mairie
👉🏼Chazelles-sur-Lyon 14h Place de la Poterne
👉🏼Cherbourg 14h Place Charles de Gaulle
👉🏼Cholet 14h30 Jardin du Mail
👉🏼Clermont-Ferrand 14h Place de Jaude


👉🏼Colmar 14h Place Rapp
🔺Compiègne 11h Place Saint Jacques
👉🏼Davézieux 10h à 19h Rond Point Subway
👉🏼Digne-les-Bains 14h Préfecture
👉🏼Dijon 14h Place de la République
🔺Draguignan 15h Sous Préfecture
🔺Dreux 10h Place Mésirard
👉🏼Dunkerque 14h Place Jean Bart
🔺Épinal 14h Préfecture
👉🏼Évreux 14h Devant la Mairie
🔺Figeac 10h Jardin de l’Hôpital
👉🏼Flers 14h30 Château
👉🏼Foix 10h Allée Villote
👉🏼Forcalquier 14h Place du Bourguet
👉🏼Gap 14h Kiosque de la Pépinière
🔺Gif-sur-Yvette 10h Gare (côté bus)
👉🏼Grenoble 14h Place de Verdun
👉🏼Guéret 10h Place Bonnyaud (et non pas 14h)
👉🏼Herblay 15h Rond point La Foirfouille Herblay
👉🏼Kingersheim 7h30 Rond-Point Kaligone (Kalijaune) Matinée
👉🏼La Rochelle 13h30 Devant l’Aquarium
👉🏼La-Roche-sur-Yon 14h Place Napoléon
👉🏼Lannion 10h Quai l’Aiguillon
👉🏼Laval 14h Préfecture
👉🏼Le Havre 14h Hôtel de Ville (Rassemblement statique)
👉🏼Le Mans 14h Lycée Marguerite Yourcenar
👉🏼Le Puy-en-Velay 14h Place du Breuil

👉🏼Lille 13h30 Place Mitterand
+14h Place de la République
👉🏼Limoges 13h Place Jourdan
👉🏼Lisieux 10h15 Place Mitterrand
👉🏼Lons-le-Saunier 14h Place de la liberté
👉🏼Lorient 14h Place de l’hôtel de ville devant le théâtre
👉🏼Lyon 14h Place Bellecour, cortège citoyen « Lyon pour la Liberté »
👉🏼Mâcon 10h Place Saint-Pierre (devant la Mairie)
👉🏼Marseille 13h Vieux Port
👉🏼Massy 10h Place de France
👉🏼Melun 14h Place de la Préfecture
👉🏼Metz 14h Place de la République
👉🏼Mont-de-Marsan 14h Place Saint Roch
👉🏼Mont-Saint-Michel 14h Digue du Couesnon / Caserne
👉🏼Montauban 14h30 Devant la préfecture
👉🏼Montbéliard 15h À la Roselière
👉🏼Montbrison 10h Place des Pénitents
👉🏼Montluçon 10h Faubourg Saint Pierre
👉🏼Montpellier 14h Place de la Comédie
👉🏼Morlaix 10h Mairie
👉🏼Mulhouse 14h Place de la Bourse
👉🏼Nancy 14h Place Maginot
👉🏼Nantes 14h Croisée des Trams
👉🏼Narbonne 14h Les Barques
👉🏼Nevers 15h30 Place de la Résistance
👉🏼Nice 14h Métro Garibaldi
👉🏼Nîmes 14h Préfecture
👉🏼Niort 10h Place Pierre Semard
👉🏼Orléans 14h30 Place de la République
❌Palaiseau 10h Sous-Préfecture, pas de manif ce samedi
👉🏼Paris 14h => Place du Trocadéro, Défilé national unitaire contre le Pass Vaccinal, Union Sacrée
👉🏼+12h Place Félix Éboué (Gilets Jaunes)
👉🏼+15h Place Denfert Rochereau (Gilets Jaunes)
👉🏼+14h30 Maison de la Radio (Gilets Jaunes)
🔺+14h Fontaine des Innocents (UCPL) ⚠ Manifestation en cours de déclaration, parcours non validé
👉🏼Pau 10h Place Verdun
👉🏼Périgueux 10h Palais de Justice
👉🏼Perpignan 14h Place Catalogne
👉🏼Poitiers 14h Église Notre-Dame
👉🏼Quimper 14h Place de la Tourbie
👉🏼Reims 14h Place Boulingrin
👉🏼Rennes 14h Place de la République
👉🏼Revel 14h30 devant le Chiquito
👉🏼Roanne 14h Place de l’Hôtel de ville
👉🏼Rodez 14h Esplanade des Rutènes
👉🏼Rouen 14h Hôtel de Ville
👉🏼Royan 15h Place Général De Gaulle
👉🏼Saint-Brieuc 14h Place du Guesclin
👉🏼Saint-Denis (Réunion) 14h Préfecture
👉🏼Saint-Dié-des-Vosges 14h30 4 place du Géneral de Gaulle
👉🏼Saint-Étienne 14h Place Jean Jaurès
👉🏼Saint-Gaudens 16h Place Jean Jaurès
👉🏼Saint-Genis-Pouilly 15h Espace culturel Jean Monnet
👉🏼Saint-Germain-en-Laye 11h Église
Saint-Just en Chaussée – samedi 15 – 10h – McDonald’s
👉🏼Saint-Lo 14h Plage verte
🔺Saint-Maximin-la-Sainte-Baume 14h Pré de Foire
👉🏼Saint-Nazaire 14h Mairie
👉🏼Saint-Pierre 10h Marché forrain
🔺Saint-Pierre-et-Miquelon 14h Square Joffre
👉🏼Saintes 14h Palais de Justice
👉🏼Sarreguemines 15h Mairie
👉🏼Strasbourg 13h30 Place Kléber
👉🏼Tarbes 14h Devant la Mairie
👉🏼Thonon-les-Bains 14h30 Place des Arts
👉🏼Toulon 14h Place de la Liberté
👉🏼Toulouse 14h Métro Jean Jaurès
👉🏼Tours 14h Place Jean Jaurès
👉🏼Troyes 14h Préfecture
👉🏼Valence 12h Devant Préfecture
👉🏼Vannes 14h Esplanade Simone Veil au Port
👉🏼Versailles 11h Mairie
👉🏼Vesoul 14h30 Mairie
👉🏼Vichy 14h Place de la Poste (en face de la Mairie)
👉🏼Vienne 15h Jardin de Cybèle
👉🏼Villefranche sur Saône 10h Mairie
👉🏼Voiron 13h Cathédrale

*Symboles :
👉🏼 : confirmé/ très probable
💢 : possible/ probable
🔸 : très incertain, infos peu sourcées, tournante locale ou baisse mobilisation: manif à vérifier
🔺 : infos à préciser pour manif confirmée ou probable
⚠ : changement, info urgente, interdiction préfectorale…
❌ : manif annulée

Source Liste : Infos Manifs France (Telegram)

arnauddebrienne

Professeur Luc Montagnier : «Ce vaccin est un poison.»

Luc Montagnier : «Ce vaccin est un poison.»

Le Professeur Luc Montagnier était invité au Parlement du Luxembourg le mercredi 12 janvier pour parler du vaccin, accompagné de la généticienne Alexandra Henrion Caude.

Le Professeur Luc Montaigner invité au Parlement du Luxembourg le mercredi 12 janvier pour parler du vaccin. La généticienne Alexandra Henrion Caude était aussi de la partie. pic.twitter.com/i47fH4DiXW

— anaïs tea (@Anaiss_tea) January 13, 2022

Regarder la vidéo :

Le professeur français Luc Montagnier, prix Nobel de médecine, a dénoncé devant les députés luxembourgeois le fait que le monde scientifique, politique et médiatique est soumis à une «immense campagne de marketing» des grands groupes pharmaceutiques décidés à vendre par force un sérum contre le covid, une «maladie assez bénigne» qui ne serait en rien comparable à la «peste ou le choléra».

Âgé aujourd’hui de 89 ans, le virologue estime que les variants du covid sont provoqués par les vaccins.

La Chambre des députés était amenée à débattre de deux pétitions publiques :

  • une première dirigée contre l’obligation vaccinale, qui a récolté quelque 11 500 signatures,
  • une seconde demandant d’interdire l’administration de vaccins de «type thérapie génétique» aux enfants (4 700 signatures).

Le professeur français Christian Perronne, également invité, a déclaré :

«Ce vaccin ne repose sur aucune référence scientifique. Ce produit n’est pas un vaccin. Il faut arrêter le délire».

La directrice de recherche Alexandra Henrion-Caude a ajouté :

«Les vaccins ne disposent pas encore de la maturité suffisante. Au lieu d’établir une obligation vaccinale avec un sérum toujours en cours de développement, les politiciens feraient mieux de renvoyer les scientifiques dans les laboratoires afin d’établir un vaccin efficace qui empêche les transmissions du virus.»

Gouvernement et députés seront amenés à débattre la semaine prochaine sur l’introduction d’une obligation vaccinale au Luxembourg.

Même les plus provaccins ne nient pas que le sérum puisse provoquer des effets secondaires indésirables. Ces effets peuvent être graves. Cécile Paulus, venue accompagner mercredi les pétitionnaires militant contre l’obligation vaccinale, est une de ces victimes.

«J’avais de forts doutes à me faire vacciner, mais je me suis décidée à sauter le pas le 25 mars 2021. Quelques jours plus tard, j’ai ressenti de fortes douleurs. À un moment, j’étais à moitié paralysée».

Les médecins ont diagnostiqué chez elle le syndrome de Guillain-Barré. Il s’agit d’une affection rare dans laquelle le système immunitaire du patient attaque les nerfs périphériques.

«Neuf mois plus tard, je souffre toujours».

Au Luxembourg, 11 décès ont été signalés dans la foulée d’une vaccination contre le covid.

Lors du débat, a été citée la multiplication de myocardites et de péricardites, des thromboses, des embolies ou des morts subites, y compris de «centaines de sportifs». Le dentiste Dr Romain Blum estime que les «effets secondaires sont négligés».

«Je peux vous assurer qu’un véritable tsunami d’effets secondaires nous attend».

Le Salon beige

arnauddebrienne

Luc Montagnier : «Ce vaccin est un poison.»

Capsule #66 – Le vent tourne, rien ne va plus au pays de la dictature sanitaire ! (vidéo 12:32)

Liberté vaccinale, infirmières instrumentalisées, syndicat France Police ne veulent pas emmerder les Français. Booba entre dans le game, Ruquier est en colère, l’Espagne veut traiter le covid comme la grippe, l’Allemagne et l’Autriche repoussent l’obligation vacinale… Rien ne va plus au pays de la dictature sanitaire !

arnauddebrienne

Un immunologiste israélien de premier plan écrit une lettre ouverte : « Il est temps d’admettre l’échec »

“La vérité est que vous avez gaspillé des centaines de milliards de shekels en vain – pour des intimidations de publication, pour des tests inefficaces, pour des lockdowns destructeurs et pour avoir perturbé la routine de la vie au cours des deux dernières années”, lit-on dans la lettre ouverte du professeur Ehud Qimron au ministère israélien de la Santé.

Lettre originale en hébreu : N12 News  (6 janvier 2022) ; traduit par Google/SPR. Voir aussi : Prédiction du professeur Qimron  August 2020 : « L’histoire jugera l’hystérie » (DCI)

Ministère de la Santé, il est temps d’admettre l’échec,

La vérité finit toujours par être révélée, et la vérité sur la politique du coronavirus commence à être révélée. Lorsque les concepts destructeurs s’effondrent les uns après les autres, il ne reste plus qu’à dire aux experts qui ont dirigé la gestion de la pandémie : nous vous l’avions dit.

Avec deux ans de retard, vous réalisez enfin qu’un virus respiratoire ne peut être vaincu et que toute tentative de ce type est vouée à l’échec.

Vous ne l’admettez pas parce que vous n’avez admis presque aucune erreur au cours des deux dernières années. Pourtant, avec le recul, il est clair que vous avez échoué lamentablement dans presque toutes vos actions, et même les médias ont déjà du mal à couvrir votre honte.

Malgré des années d’observations et de connaissances scientifiques, vous avez refusé d’admettre que l’infection arrive par vagues qui s’estompent d’elles-mêmes. Vous avez insisté pour attribuer chaque déclin d’une vague uniquement à vos actions, et ainsi par une propagande mensongère, “vous avez vaincu la peste”.

Et encore une fois, vous l’avez vaincu, et encore et encore et encore.

Vous avez refusé d’admettre que le dépistage de masse est inefficace, malgré le fait que vos propres plans d’urgence le stipulent explicitement (“Plan de préparation du système de santé à une pandémie de grippe, 2007”, p. 26).

Vous avez refusé d’admettre que le rétablissement est plus protecteur qu’un vaccin, malgré les connaissances et les observations antérieures montrant que les personnes vaccinées non rétablies sont plus susceptibles d’être infectées que les personnes rétablies.

Vous avez refusé d’admettre que les vaccinés sont contagieux malgré les observations. Sur cette base, vous espériez obtenir une immunité de groupe par la vaccination – et vous avez échoué là aussi.

Vous avez insisté pour ignorer le fait que la maladie est des dizaines de fois plus dangereuse pour les groupes à risque et les personnes âgées que pour les jeunes qui ne font pas partie des groupes à risque, malgré les connaissances qui sont venues de Chine dès 2020.

Vous avez refusé d’adopter la “Déclaration de Barrington”, signée par plus de 60 000 scientifiques et professionnels de la santé, ou d’autres programmes de bon sens.

Vous avez choisi de les ridiculiser, de les calomnier, de les déformer et de les discréditer.

(Vidéos YouTube interdites : comment le ministère israélien de la Santé a supprimé des milliers de témoignages) https://videopress.com/embed/mgfrejsU?cover=1&preloadContent=metadata&hd=1

Au lieu des bons programmes et des bonnes personnes, vous avez choisi des professionnels qui n’ont pas la formation nécessaire pour gérer une pandémie (des physiciens comme conseillers principaux du gouvernement, des vétérinaires, des agents de sécurité, du personnel des médias, etc.)

Vous n’avez pas mis en place un système efficace pour signaler les effets secondaires des vaccins, et les rapports sur les effets secondaires ont même été supprimés de votre page Facebook.

Les médecins évitent de relier les effets secondaires au vaccin, de peur que vous ne les persécutiez comme vous l’avez fait pour certains de leurs collègues. Vous avez ignoré de nombreux rapports faisant état de modifications de l’intensité des menstruations et de la durée des cycles menstruels.

Vous avez caché des données qui permettent une recherche objective et correcte (par exemple, vous avez supprimé les données sur les passagers de l’aéroport Ben Gurion). Au lieu de cela, vous avez choisi de publier des articles non objectifs avec des cadres supérieurs de Pfizer sur l’efficacité et la sécurité des vaccins.

Une atteinte irréversible à la confiance.

Cependant, du haut de votre orgueil démesuré, vous avez également ignoré le fait que la vérité finira par être révélée. Et elle commence à être révélée.

La vérité est que vous avez amené la confiance du public en vous à un niveau sans précédent, et vous avez érodé votre statut de source d’autorité.

La vérité est que vous avez dépensé des centaines de milliards de shekels en vain – pour des publications d’intimidation, des tests inefficaces, des lockdowns destructeurs, et pour perturber la routine de la vie au cours des deux dernières années.

Vous avez détruit l’éducation de nos enfants et leur avenir. Comme l’attestent les directeurs d’école dans tout le pays, vous avez fait en sorte que les enfants se sentent coupables, aient peur, fument, boivent, deviennent dépendants, abandonnent et se disputent. Vous avez porté atteinte aux moyens de subsistance, à l’économie, aux droits de l’homme, à la santé mentale et à la santé physique.

Vous avez calomnié les collègues qui ne se sont pas rendus à vous, vous avez monté les gens les uns contre les autres, divisé la société et polarisé le discours.

Vous avez désigné, sans aucun fondement scientifique, les personnes qui ont choisi de ne pas se faire vacciner comme des ennemis du public et des propagateurs de maladies.

D’une manière sans précédent, vous avez promu une politique draconienne de discrimination, de déni de droits et de sélection des personnes, y compris des enfants, pour leur choix médical. Une sélection qui n’a aucune justification épidémiologique.

Lorsque vous comparez les politiques destructrices que vous menez avec les politiques saines de certains autres pays – vous pouvez clairement voir que la destruction que vous avez causée n’a fait qu’ajouter des victimes au virus en plus des personnes vulnérables.

L’économie que vous avez ruinée, les chômeurs que vous avez provoqués et les enfants dont vous avez détruit l’éducation – sont les victimes supplémentaires résultant uniquement de vos actions.

Il n’y a actuellement aucune urgence médicale, mais cela fait deux ans que vous cultivez une telle condition par soif de pouvoir, de budgets et de contrôle.

La seule urgence actuelle est que vous continuez à définir des politiques et à détenir d’énormes budgets pour la propagande et l’ingénierie de la conscience au lieu de les diriger vers le renforcement du système de soins de santé.

Cette urgence doit cesser !

Professeur Udi Qimron,

Faculté de médecine,

Université de Tel Aviv

Cogiito

arnauddebrienne

Professor-Ehud-Qimron

L’assureur Scott Davison signale une surmortalité « jamais vue » parmi les salariés de 18-64 ans en Indiana. Robert Malone fait le lien avec le vaccin

Le PDG des assurances vie et santé OneAmerica, Scott Davison, affirme que le nombre de morts dans la catégorie de la population active – le personnes âgées de 18 à 64 ans – a augmenté de 40 % au troisième trimestre de 2021 par rapport aux statistiques habituelles « pré-pandémiques », et que cette tendance s’est poursuivie pendant le quatrième trimestre. Cette surmortalité spectaculaire est totalement inédite aux Etats-Unis.
« Ce sont des chiffres énormes, énormes », a-t-il martelé.

Le nombre de dossiers ouverts pour inaptitude de longue durée au travail, soit pour COVID long, soit pour d’autres raisons est également sans précédent, selon Davison.
Davison s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse virtuelle organisée le 30 décembre dernier par la Chambre de commerce de l’Indiana, aux Etats-Unis, où l’assureur OneAmerica a son siège social depuis 1877. Le groupe « pèse » 100 milliards de dollars et compte 2.400 employés ; il est spécialisé dans la vente d’assurances-vie, notamment les assurances-vie collectives destinées aux employeurs de cet État.
Son constat de surmortalité porte précisément sur les employés de ces entreprises. Des gens dans la force de l’âge.
« Nous observons, en ce moment même, les taux de mortalité les plus élevés que nous ayons jamais vus dans l’histoire de cette activité – et pas uniquement chez OneAmerica », a déclaré Scott Davison, ajoutant : « Les données concordent chez tous les acteurs de cette filière. »
Une telle surmortalité – 40 % – c’est du « jamais vu », selon le PDG. Il a pris soin de préciser que la plupart des demandes d’indemnisation pour décès déposées ne sont pas classées dans la catégorie des décès dus au COVID-19. 

Davison a ainsi noté : « Pour vous donner une idée de la gravité de la situation, une catastrophe dite “trois sigmas”, qui n’arrive qu’une année sur 200, correspondrait à une augmentation de 10 % par rapport à la période pré-pandémique. Donc 40 %, c’est du jamais vu. »
Davison ne prétend pas connaître la cause de ces faits. Il s’est contenté de dire : « Ces données nous montrent que les décès qui sont déclarés comme des décès COVID sous-estiment grandement les pertes réelles de décès à cause de la pandémie parmi les personnes en âge de travailler. Il se peut que tous les décès ne soient pas inscrits dans la catégorie COVID sur leur certificat de décès, mais les chiffres sont tout simplement énormes, énormes. »

Rappelons d’abord que les attributions de décès au COVID, un peu partout dans le monde « développé », ont généralement péché par excès plutôt que par défaut, notamment parce que les hôpitaux sont mieux rémunérés pour la prise en charge de cette maladie. Il suffit souvent de mourir « avec » le COVID (et non « du COVID ») pour être inscrit au tableau de ses victimes.
Le Dr Robert Malone, pionnier de la technologie des vaccins ARNm aujourd’hui très critique de leur utilisation imposée à grande échelle, a commenté ces déclarations dans l’émission War Room de Steve Bannon, soulignant que « le taux de mortalité aux États-Unis est actuellement parmi les plus élevés du monde » et précisant que le problème ne semble pas se limiter au COVID-19 : c’est le « taux de mortalité globale » qui est « énorme » dans le pays, a-t-il dit.

Il a d’emblée fait remarquer que cette augmentation de la mortalité parmi les 18-64 ans, d’abord observée au 3e trimestre de 2021, coïncide justement avec le moment où les « MTA » (« mRNA therapy agent », agent thérapeutique ARNm qu’on présente comme un vaccin) ont été imposés à de nombreux salariés de moins de 65 ans par de nombreuses entreprises, faisant fortement augmenter la proportion de vaccinés parmi cette population.

Malone précise qu’il faut comparer le taux de mortalité de ces employés vaccinés avec celui de la population en général. Et il cite une journaliste qui a fait ce travail dans l’Indiana : elle a constaté que le taux de mortalité général dans l’Etat est « significativement plus bas » que chez les individus assurés et salariés dont l’assurance est financée par leurs employeurs. « Cela suggère que ces personnes qui se trouvent sous le coup de contraintes de la part des assurances et qui sont vaccinées en forte proportion ont un taux de mortalité beaucoup plus élevé que la population en général. C’est le genre de travail qu’il faut faire pour découvrir quelle est la relation de cause à effet. »
Malone ajoute que l’on ne peut qu’en déduire des hypothèses. « Néanmoins, il ne fait pas de doute que les politiques fédérales auront été un ratage abject. Que cela soit dû aux vaccins ou au refus du traitement précoce, nous sommes confrontés à une défaillance massive des politiques publiques », a-t-il dit.

Malone écrivait dimanche dernier sur Substack combien il avait été sceptique au départ face aux commentaires sur le « Great Reset » (la grande réinitialisation du Forum de Davos), et la possibilité que les « vaccins génétiques » puissent provoquer de nombreuses morts dans les trois années à venir. Il assurait à ses interlocuteurs que cela était « fort peu probable », se gardant par courtoisie de les accuser sans détours de « complotisme ».
Aujourd’hui son approche a changé, notamment après avoir pris connaissance des déclarations de Scott Davison. Il s’en explique :
« Il commence à me sembler que la plus grande expérience sur des êtres humains dans l’histoire enregistrée a échoué. Et, si ce rapport plutôt sec d’un cadre supérieur d’une compagnie d’assurance-vie de l’Indiana se vérifie, alors la campagne de Reiner Fuellmich sur les “Crimes contre l’humanité” en vue de la convocation de nouveaux procès de Nuremberg commence à sembler beaucoup moins chimérique et beaucoup plus prophétique. »

Malone a également affirmé qu’au minimum, nous sommes confrontés « à la fois à une énorme tragédie humaine et un profond échec de la politique publique du gouvernement américain et du système de santé américain », qui « ont contribué à une perte massive et évitable de vies humaines ». Au pire, ce sont des « crimes contre l’humanité » perpétrés par le MTA.
Et d’ajouter :« EN OUTRE, nous avons également vécu la campagne de propagande et de censure la plus massive et la mieux coordonnée au niveau mondial de l’histoire de l’humanité. Tous les grands mass médias et les entreprises “tech” qui gèrent les médias sociaux ont coordonné leurs efforts pour étouffer et supprimer toute discussion sur les risques des vaccins génétiques ET/OU sur les traitements alternatifs précoces.

« SI ce rapport [actuariel] est vrai, il faudra rendre des comptes. Il ne s’agit pas seulement d’écraser le premier amendement [sic] de la Constitution des États-Unis et de le broyer dans la boue avec une armée d’infanterie lourde alimentée par l’intelligence artificielle. Cet article se lit comme la description sèche d’un événement de masse évitable causé par une procédure médicale expérimentale obligatoire. Une procédure pour laquelle toutes les possibilités pour les victimes de s’informer sur ses risques potentiels ont été méthodiquement effacées de l’internet et de la conscience publique par une cabale internationale corrompue opérant sous le drapeau de la “Trusted News Initiative”. George Orwell doit se retourner dans sa tombe. »

Le blog de Jeanne Smits

arnauddebrienne

Révélations pour public averti : La face cachée du « pass » dans le cadre des enquêtes de Reiner Fuellmich (vidéo 01:19:03)

C’est réellement un système d’esclavage qui se met en place avec le « passeport vaccinal ». Nous devons à tout prix convaincre les naïfs et ne pas laisser cette loi passer.

arnauddebrienne

« Triple dosé », le Président du Parlement européen, David Sassoli, est mort d’un « dysfonctionnement du système immunitaire »

par Olivier Demeulenaere.

Le président du Parlement européen, le social-démocrate Italien David Sassoli, est décédé dans la nuit de lundi à mardi en Italie, à l’âge de 65 ans, a indiqué son porte-parole.

« David Sassoli est décédé le 11 janvier à 1h15 du matin au CRO (centre de référence d’oncologie) d’Aviano, Italie, où il était hospitalisé » depuis fin décembre, a annoncé sur Twitter Roberto Cuillo, le porte-parole de David Sassoli.

« La date et le lieu des funérailles seront communiqués dans les prochaines heures », a-t-il ajouté.

Lundi dans l’après-midi, son porte-parole avait annoncé l’hospitalisation de David Sassoli « en raison d’une complication grave due à un dysfonctionnement du système immunitaire » et l’annulation de ses activités officielles.

Ayant souffert par le passé d’une leucémie, David Sassoli avait déjà été hospitalisé cet automne pour une pneumonie qui l’avait tenu éloigné du Parlement pendant plusieurs semaines.

Le Président du Parlement européen, Davide Sassoli, promoteur dès février 2021 du passeport vaccinal européen, triple vacciné, a attrapé une … pneumonie en septembre avec grave dysfonctionnement de son système immunitaire : il n’a pas survécu et il est mort cette nuit. pic.twitter.com/JFGnj5fjB1

— Bernard Sudan 🇫🇷 🇨🇭🥕🥕🥕 (@BernardSudan) January 11, 2022

source : https://olivierdemeulenaere.wordpress.com

Source : reseauinternational

arnauddebrienne

Les guignols du Sénat font semblant d’amender le passe dit vaccinal

Larcher.jpg

Pour se distraire et surtout mieux manipuler l’opinion, les sénateurs jouent à l’opposition. En fait, la majorité sénatoriale soutient ardemment le principe du passe vaccinal et en commission, elle a adopté le projet de loi, l’ayant un peu amendé à la marge.

Le rapporteur du texte, l’ineffable félon, Philippe Bas jargonne comme à l’accoutumée : « une approche de responsabilité face à la crise sanitaire, et civique, dans la défense des libertés républicaines ». « Nous n’acceptons les mesures de contraintes que si elles sont strictement proportionnées aux objectifs de santé publique que nous poursuivons ». Il est vrai que restreindre les libertés et créer des sous-citoyens pour une épidémie de rhumes et de tests est totalement proportionné à la situation. Et le même de poursuivre…  « nous n’avons accepté ce principe qu’au nom d’un bénéfice sanitaire direct pour les personnes non vaccinées », dont le risque de développer une forme grave de la maladie est plus important que les vaccinés. » « Ce n’est en aucun cas une forme de chantage », « il s’agit pour moi d’une mesure de protection et non pas d’une punition ». Ben voyons! Comme par hasard, lui et les siens n’ont rien dit après les propos ignominieux de l’handicapé psychique de l’Élysée dans Le Parisien

 Comment continuer à trafiquer les chiffres…

La commission a fixé plusieurs critères pour encadrer le dispositif. « Cet amendement prévoit que le passe vaccinal ne pourra être imposé que lorsque le nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 sera supérieur à 10 000 patients au niveau national »,  ce seuil « correspond à un taux d’occupation des places d’hospitalisation soutenable et permettant d’assurer le bon fonctionnement de l’hôpital, notamment quant à la prise en charge des autres maladies » « Lorsque le nombre de patients hospitalisés sera inférieur à 10 000, le passe vaccinal sera maintenu dans les départements où moins de 80 % de la population dispose d’un schéma vaccinal complet » ou « dans lesquels une circulation active du virus est constatée, mesurée par un taux d’incidence élevé de la maladie Covid-19 ». 

Le niveau de ce taux d’incidence n’est cependant pas précisé et quand on sait leur art de truquer chiffres et statistiques voire de bloquer l’accès aux données, comme Véran l’a fait pour Omicron pendant trois semaines… On connaît le résultat !

Fliquons-nous les uns les autres !

Contrairement à leurs annonces de façade, les sénateurs ont évidemment accepté le principe d’une vérification, ce qui « constitue une évolution d’ampleur, qui entraînera une évolution de la pratique et de l’intensité des vérifications d’identité dans la vie courante ». Le rapporteur a voulu « encadrer » le dispositif, c’est à dire le simplifier… Cet amendement prévoit que puisse être substitué au document officiel d’identité « un document officiel comportant la photographie de la personne », une notion « plus large » qui « inclut notamment les permis de conduire ou encore les cartes vitales »… et c’est ici que l’on voit se profiler le portefeuille numérique que prépare activement l’UE… dans lequel, il sera tellement plus pratique de rassembler tous les documents importants… pour mieux vous coincer, vous paralyser et vous punir.

En cas de doute sur l’authenticité du passe, « la constatation de l’infraction d’usage de faux ne relève pas des personnes et services contrôlant le passe ». « On ne transforme pas les personnels des lieux où le passe vaccinal sera demandé en auxiliaires de la police. On leur permet seulement, en cas de doute, de demander un document avec photo, qui n’aura pas besoin d’être une carte d’identité. Ce peut être une carte vitale, un passe Navigo, une carte professionnelle ou un permis ». Et le piège se referma…

À 12 ans, l’on est vacciné ou la vie est finie !

Les députés ont relevé le passe vaccinal à 16 ans, au lieu de 12 ans pour les sorties scolaires, les activités périscolaires et extrascolaires. L’accès aux autres activités (activités de loisirs réalisées dans un autre cadre que les sorties scolaires, restauration, foires, déplacements de longue distance) est en revanche subordonné à la présentation d’un passe sanitaire pour les plus de 12 ans.  Pour rappel, le professeur Raoult a précisé que l’on devait vacciner à partir de 54 ans, les professeurs Claverie et Toubiana ont dénoncé la vaccination des enfants. Même le très télévisuel Martin Blachier, qui a peur que l’on piquouze ses gamins, s’est dit contre…

On est raciste ou pas… 

Évidemment, ces imbéciles d’Antillais, « ceux qui ne sont rien » ayant osé se rebeller ont droit à un régime de faveur : la Commission des lois a adopté un amendement du gouvernement qui prolonge « jusqu’au 31 mars 2022 inclus » l’état d’urgence sanitaire en Martinique, à La Réunion, en Guadeloupe, en Guyane, à Mayotte, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin. Sur ces deux dernière îles, cela pourrait s’arranger plus vite, les puissants y allant en vacances…

Utilisateurs d’un faux passe, pratiquez l’auto-délation !

Selon la mesure du gouvernement, ils seraient amnistiés en échange d’une primo-vaccination (Pfizer ?). Toutefois, le rapporteur du Sénat supprime ce « dispositif de repentir ». « Il constitue un dévoiement du droit pénal et va à l’encontre tant du principe d’égalité devant la loi, selon lequel il n’est pas possible de traiter différemment des situations similaires […] que, s’agissant d’un dispositif automatique, du principe d’opportunité des poursuites », dit l’amendement. Pour conserver l’objectif, il préfère « une circulaire de politique pénale afin de demander au parquet de ne pas poursuivre ou de classer sans suite », lorsque la personne compte se faire réellement vacciner. Qui y croit ?

« Les sanctions applicables en cas de détention d’un faux passe devraient être moins sévères que celles applicables pour son usage ». Un amendement « prévoit donc que la détention frauduleuse d’un tel document serait punie de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, et non pas de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende ». Des broutilles… Cette peine est cependant portée à cinq ans de prison et à 75 000 euros d’amende en cas de détention de plusieurs faux documents. Un scandale de plus !

Covidés et impossibles à vaccinés, vous serez dans le flou !

Dans le même esprit, un autre amendement prévoit que le certificat médical de contre-indication à la vaccination covid-19 permette de bénéficier du passe vaccinal. Pour les délais, il faudra attendra le décret d’application et c’est ici que se cacheront les plus ignobles détails pour les obliger au plus vite au vaccin…

·         Le bobard du transport longue distance autorisé aux non-vaccinés en cas de motif impérieux !

Les sénateurs ont adopté un amendement prévoyant de permettre aux non-vaccinés de prendre les transports longue distance pour motif impérieux d’ordre « professionnel ». Le texte prévoit déjà les « motifs impérieux d’ordre familial ou de santé». Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent…

·         Grâce au Medef, centres commerciaux et grands magasins interdits de passe vaccinal !

 Les intérêts des grands patrons étaient en jeu et là, on ne plaisante pas ! La Commission a adopté un amendement « a pour objet de retirer les centres commerciaux et les grands magasins de la liste des établissements pouvant être soumis à un passe sanitaire ou vaccinal ». Ça va passer.

·         Irrespect du télétravail : suppression très momentanée de l’amende de 1 000 euros par salarié

Le texte du gouvernement prévoit des amendes pour les employeurs ne mettant pas en place le télétravail pour leurs salariés. Cette amende est de 1 000 euros maximum par salarié concerné, plafonné à 50 000 euros. « Le corpus actuel de recommandations et d’obligations applicables aux employeurs est satisfaisant pour assurer la santé et la sécurité des salariés face à l’épidémie », « le dispositif proposé ne concernerait qu’un nombre très limité d’employeurs et son effectivité risquerait de se heurter aux moyens contraints des services de l’Inspection du travail. En outre, il donnerait un large pouvoir d’appréciation à l’Inspection du travail sur l’organisation de l’entreprise, ce qui n’est pas souhaitable pour le fonctionnement des entreprises, qui doivent rester responsables de l’évaluation des risques et de l’édiction des mesures de prévention, en concertation avec les salariés dans le cadre du dialogue social. » Blablabla… Il n’y a pas de petits profits quand on veut dilapider l’argent des contribuables.

Vous noterez que ce très provisoire passe vaccinal ne comportant pas de date de fin est donc illimité… Étant totalement complices, les collabos liberticides de la commission mixte paritaire vont très vite faire semblant de tomber d’accord. N’oublions pas que c’est le Sénat qui a publié en juin ce rapport épouvantable sur les outils numériques et les crises sanitaires, digne de la Corée du Nord, ayant inspiré le passe sanitaire et le passe vaccinal, sans parler du prochain…

Alors que c’est inacceptable et totalement condamnable, il ne faut pas être surpris que le député LREM de Saint-Pierre-et-Miquelon ait été lapidé devant chez lui… Il faut toujours savoir jusqu’où ne pas aller trop loin.

Riposte laïque

maximeverneuil

Larcher.jpg

L’épidémie sans malade

Nous sommes en 2022 et la France vient de battre son record de tests positifs avec plus de 400 000 patients positifs en une seule journée.

Le Ministre de la Santé a même annoncé que 10% de la population française est considérée cas contact. Malgré ces statistiques effrayantes montrant l’image d’une France paralysée par la maladie, Laurent Toubiana nous explique sur CNews que le Réseau Sentinelles ne relève quasiment pas de malades fin décembre 2021.

La question est donc simple, a-t-on encore le droit de parler d’épidémie quand il y a justes des tests positifs, mais pas de malades ?

arnauddebrienne

Le député néerlandais Thierry Baudet évoque le rapport de la Fondation Rockefeller de 2010 (vidéo 5:20)

Vidéo à regarder absolument. Si être complotiste consiste à avoir annoncé les faits et évènements de six mois à un demi-siècle avant tout le monde, eh bien assumons pleinement ce qualificatif en vogue. Le rapport de 2010 de la Fondation Rockefeller évoqué par le député néerlandais Thierry Baudet se révèle d’une stupéfiante actualité. Hasard ? Sans doute pas…

arnauddebrienne

Une pétition demande une commission d’enquête sénatoriale sur les effets secondaires post-vaccins Covid-19

Une pétition demande une commission d’enquête sénatoriale sur les effets secondaires post-vaccins Covid-19

Le 7 janvier 2022, une pétition a été déposée sur le site des pétitions du Sénat afin d’exiger l’ouverture urgente d’une commission d’enquête sénatoriale au sujet des effets secondaires des injections vaccinales contre la Covid-19, et la mise en place immédiate d’un « moratoire de la vaccination ».

Si cette demande de pétition est approuvée, elle devra être accessible en ligne deux semaines plus tard environ, moment à partir duquel elle pourra être signée. Et si 100 000 citoyens la signent, une commission d’enquête pourra éventuellement être ouverte par le Sénat.

 Une série de mystères à élucider

Les rédacteurs de cette pétition lancée par le Dr Devilleger, que l’on peut trouver sur le site de bonsens.info, déclarent que la France a principalement géré la crise Covid par des mesures plus sécuritaires que sanitaires, suivies d’une stratégie uniquement vaccinale, « réponse unique aux vagues successives de cas positifs, en interdisant les traitements précoces (pour des raisons qu’il restera à évaluer lors d’autres commissions d’enquête), pourtant utilisés avec succès dans de nombreux pays comme en Inde ». Ils remettent en cause les vaccins anti-Covid, lesquels, selon eux, « ne reposent pas, dans leur conception et dans leur action, sur des méthodes traditionnelles d’élaboration des vaccins selon Pasteur ».

Autres points qu’ils ne comprennent pas : les autorisations aussi rapides de mises sur le marché de produits dont les essais cliniques ne sont pas terminés, et les vaccinodromes sans réel « service après-vente » pour les personnes injectées.

 Les effets secondaires, les grands oubliés

Pour eux, « du fait de son ampleur même, cette campagne “vaccinale”, réalisée en pleine épidémie et à un rythme très soutenu, devrait être suivie d’une campagne de surveillance et de gestion du risque, similaire aux procédés habituels de surveillance et d’évaluation des risques en population générale ». Ce manque de suivi pourrait affecter les soignants : « Ce déficit de moyens peut entraîner des dérives, comme un fort taux de non-prise en compte d’effets secondaires et l’autocensure des soignants sur les déclarations par méconnaissance du mécanisme compliqué de déclaration en pharmacovigilance. »

La pétition s’appuie sur des données trouvées sur des sites de pharmacovigilance recensant les effets secondaires, à l’échelle nationale, européenne ou internationale, comme celui de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé française, de l’Agence européenne des médicaments, d’Eudravigilance ou du VAERS. Comme « on estime habituellement que 10 % seulement des cas sont déclarés », les rédacteurs de la pétition sont persuadés que ces institutions officielles n’ont pas recensé tous les effets indésirables : « Devant le nombre de décès et d’accidents graves laissant des séquelles à long terme, un moratoire de la “vaccination” est urgent. »

Est-ce que cette e-pétition sera validée et mise en ligne ? Est-ce qu’elle sera signée par au moins 100 000 personnes, condition pour qu’elle soit transmise à la Conférence des présidents du Sénat ? Si oui, est-ce qu’ils décideront d’y donner suite, d’enquêter et d’interroger toutes les personnes sur qui plane le doute durant cette crise Covid ?

Pour connaître l’intégralité du texte de la pétition, cliquez sur l’image ci-dessous :

Wikistrike

arnauddebrienne

Une pétition demande une commission d’enquête sénatoriale sur les effets secondaires post-vaccins Covid-19

Allez courage ! Plus que 8 « doses » par Européen avant 2024

Nous avons déjà communiqué sur le sujet et l’information semble se confirmer de jour en jour : l’Union européenne a bien commandé 4,4 milliards de « doses » de faux vaccins ARNm à livrer avant fin 2023. Soit, pour une population européenne totale de 447 millions d’habitants, l’équivalent de 10 « doses » par Européen, enfants compris, pour les deux années à venir. Rendons à César ce qui lui appartient, cette information de premier ordre avait été révélée par François Asselineau.

Ne nous leurrons pas, il n’existe que deux hypothèses : soit chaque Européen doublement « vacciné » reçoit bien ses huit injections supplémentaires dans les deux à trois années à venir, soit l’Union européenne en fera détruire des centaines de milliers voire un ou deux milliards. Quand on sait le prix auquel elles ont été vendues… Acceptons, sans trop y croire, une troisième hypothèse subsidiaire selon laquelle l’Union européenne pourrait revoir à la baisse sa commande et ainsi casser le contrat passé. Mais ne rêvons pas trop quand même.

Donc, tous ceux qui renâclent déjà et freinent des quatre fers pour aller se faire injecter leur troisième injection expérimentale doivent bien avoir à l’esprit que c’est 8 injections qu’il leur faudra encore subir dans les deux à trois ans à venir. Enfants compris…

Combien résisteront à ce pilonnage de substances toxiques et de protéine de pointe ? Mystère. J’ai personnellement promis à mes proches une bouteille de Champagne à celui ou celle qui aura survécu à sa dixième injection et je compte bien tenir parole.

arnauddebrienne

Médecine 2022. Un médecin sur les effets secondaires à venir des « vaccins » : « vous mourrez comme tout le monde ! » (vidéo 01:59)

Un sale type ce médecin qui s’amuse de la question sur les effets secondaires de ces injections géniques dans les années à venir : « Si le bateau coule, pas bien grave, tout le monde coulera » (…) « De toute façon on va tous mourir ».

Rassurés ?

arnauddebrienne

Le Professeur Didier Raoult balance du lourd chez Bercoff : « Ce que nous sommes en train de voir et d’analyser, c’est que les vaccins ont augmenté l’épidémie ! »

Leurs mensonges sont en train d’être démontés les uns après les autres. Les menteurs, les lâches, les vendus et les escrocs seront bientôt nommément et publiquement dénoncés. Le Professeur Raoult a confirmé ce matin sur Sud Radio ce que nous nous épuisons à répéter sur ce blog. Combien de morts et d’handicapés sévères aurions-nous pu épargner ?

Ce mardi 11 janvier, le professeur Didier Raoult était l’invité exceptionnel de « Bercoff dans tous ses états » sur Sud Radio.

raoult

Interviewé par André Bercoff au sujet de l’actualité sanitaire et de la question de la vaccination, le patron de l’IHU a lâché le morceau. « Ce que nous sommes en train de voir et d’analyser, c’est que les vaccins ont augmenté l’épidémie. », a-t-il déclaré. L’infectiologue marseillais a également tenu à répondre à Emmanuel Macron suite à ses propos polémiques à l’égard des non-vaccinés : « Quand on a la connaissance, on n’a pas besoin d’insulter les gens, ni de les menacer. Il suffit d’informer ces personnes. ». Retrouvez la rediffusion de l’entretien ci-dessous.

https://www.dailymotion.com/embed/video/x870se6?autoplay=1
« Ce que nous sommes en train de voir et d’analyser, c’est que les vaccins ont augmenté l’épidémie. Depuis trois mois je regarde toutes les données de John Hopkins, et je ne comprends pas cette épidémie, je ne comprends pas ce qui se passe », a déclaré Didier Raoult.

Didier Raoult : « Il y a la même incidence tant parmi les non-vaccinés que parmi les vaccinés »

« L’élément déclencheur de cette réflexion a été la présentation de Jacques Fantini sur les anticorps facilitants. Et il y a une zone dont personne ne veut parler, ce sont les 15 jours ou les trois semaines après l’injection vaccinale, que ce soit la première dose, la deuxième ou la troisième. C’est une zone grise parce qu’on n’avait envisagé qu’une seule éventualité : que le vaccin était protecteur. En réalité, on ne déclare pas toutes les infections qui surviennent dans les 15 jours suivant l’injection. C’est là qu’il y en a le plus en réalité. Chez nous, 200 patients par jour se présentent. Et il y a la même incidence tant parmi les non-vaccinés que parmi les vaccinés. Les gens qui sont vaccinés sont aussi symptomatiques que les non-vaccinés, ils ont les mêmes charges virales. Mais ce qui est intéressant, c’est que parmi les vaccinés, 25-30% ont une injection depuis moins de trois semaines. Et parmi les gens que nous diagnostiquons, 10% sont des gens qui viennent d’avoir une injection.

C’est facile : regardez sur John Hopkins, il y a une ligne sur les 28 derniers jours avec le nombre de cas, le nombre de décès et le nombre de vaccins administrés. Vous pouvez regarder les données par pays : ce n’est pas dans les pays où on a fait le plus de vaccins qu’on a le moins de cas« , a déclaré Didier Raoult.

« On sait désormais que la vaccination ne contrôle pas l’épidémie »

« En France, 25% des cas de Covid-19 sont survenus depuis moins d’un mois. Pendant le même temps, on a fait 15 millions d’injections vaccinales. Regardez l’Australie : pendant longtemps ils n’ont presque pas eu de cas, ils avaient enfermé leurs citoyens pendant 200 jours. Puis ils ont fait une campagne vaccinale massive. Et depuis un mois ils ont eu 800.000 cas. En d’autres mots, 80% des cas qu’ils ont eus, ils les ont eus en l’espace de 28 jours. Regardez Israël aussi. Ce qui se passe, on le voit très bien, il suffit de regarder.

Il y a donc cette question des anticorps facilitants. On sait désormais que la vaccination ne contrôle pas l’épidémie. La question, c’est : comment se fait-il que dans le pays le plus vacciné on a le plus de cas ? C’est une question scientifique extrêmement intéressante sur laquelle on travaille », a déclaré Didier Raoult.

« Ça va être compliqué de voir le bénéfice de la vaccination »

« Concernant les vaccins, je pense qu’on doit réfléchir en termes de coût-bénéfices, tant individuellement que collectivement. Au cours des deux années qui sont passées, il n’y a pas de surmortalité, il n’y a pas de surhospitalisation chez les gens de moins de 50 ans. Quant aux variants, avec Omicron il n’y pas de mortalité du tout. Ça va être compliqué de voir quel est le bénéfice de cette affaire. Récemment, la directrice de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) le disait au sujet de cette vaccination contre le Covid-19, en gros : le nombre d’effets secondaires est en hausse, tandis que les bénéfices, il n’y en a pas du tout« , a fait savoir Didier Raoult.

Sources : L’actu dissidente,Sud Radio

Voir également le dernier bulletin de l’IHU de Marseille (11/01/22) :

Effets de la vaccination sur l’épidémie
:

arnauddebrienne

Cliquer pour agrandir

Il est plus que jamais temps de lire ou relire Claire Séverac : sur les crises sanitaires et Big Pharma elle a tout dit !

Le meilleur hommage qui puisse être rendu à la courageuse chercheuse Claire Séverac, hélas disparue en 2015, reste encore de citer son œuvre, fruit d’un labeur colossal, et notamment « Complot mondial contre la santé« , publié en 2010 puis réédité et « La guerre secrète contre les peuples« . Deux ouvrages qui devraient figurer dans toutes les bonnes bibliothèques, deux mines d’informations qu’il est urgent de découvrir ou de relire pour comprendre ce qu’il nous arrive depuis près de deux ans. Zéro « complotisme » : des faits, rien que des faits, des sources, des témoignages, des preuves…

Voici quelques courts extraits glanés ici et là dans « Complot mondial contre la santé », ouvrage particulièrement documenté et sourcé et sans doute le coup le plus dur jamais encaissé par Big Pharma. Inutile de dire que la grande presse aux ordres n’en a jamais soufflé mot… On se demande bien pourquoi…

Voici donc quelques brefs extraits :

« Petite devinette, en passant: qu’est-ce qu’on peut vendre à tous les gens de tous les pays en bonne santé ? Avec un peu de frousse et un bon marketing … Des vaccins ! »

« Je me garderai bien de prendre position: pour ou contre la vaccination ? Je n’en ai pas les compétences. Mais, dès qu’ on se penche sur la question, on s’aperçoit que l’histoire n’est pas aussi jolie qu’on nous la raconte. Ce n’est pas dans le but de sauver nos vies que les campagnes sont de plus en plus pressantes, mais tout simplement parce que les vaccins sont le meilleur créneau de l’industrie pharmaceutique : peu chers à développer, ils laissent une marge de bénéfice de 98 % ; puisque préventifs, ils se vendent à toute la population et, contrairement aux autres médicaments, leur publicité est autorisée. »

« En 2003, les journaux français ont annoncé que des études indépendantes avaient totalement innocenté le vaccin, alors que ces deux études, réputées indépendantes, furent initiées et en partie financées par les fabricants de vaccins, la première par Aventis-Pasteur,à présent Sanofi Pasteur MSD, et la seconde par Merck, qui est, par hasard, associé de Pasteur-Mérieux »

« En février 2009, les autorités sanitaires espagnoles ont retiré du marché 75 582 doses de vaccins HPV après l’hospitalisation de deux adolescentes qui venaient d’être vaccinées dans la région de Valence et ont ensuite convulsé de façon grave, quelques heures après avoir reçu le traitement. I.:une des deux jeunes filles est sortie des soins intensifs ce week-end et l’autre y est encore, les deux sont dans un état
stable » (heureuse époque où l’on retirait du marché un vaccin pour deux cas d’effets secondaires sérieux… NDLR)

« Effectivement, les fabricants n’ont pas lésiné sur les moyens ni les subterfuges: payant des pubs télé juste avant Desperate Housewives ou Sex and the City, finançant des associations féminines, versant des sommes de manière détournée à des centaines de médecins, infirmières ou experts médicaux formés par Merck pour parler du Gardasil® (à 4 500 dollars l’intervention de cinquante minutes au cours de repas organisés par la firme, certains se sont fait des centaines de milliers de dollars) ; et à des
personnalités politiques parce qu’à la différence des antibiotiques, par exemple, les vaccins sont habituellement recommandés ou imposés par les pouvoirs publics ; à d’anciens hauts fonctionnaires, invités à faire du lobbying sur l’urgence de légiférer contre «un tueur planétaire» ; s’adressant à la
fois à tous les leaders d’opinion, et directement à la population en créant une panique qui disait : «Il faut vous faire vacciner sans attendre »

« La plupart des vaccins mettent trois ans pour obtenir l’ AMM et de cinq à dix ans pour une acceptation mondiale »

« Ce 25 mai 2009, les derniers chiffres de !’OMS font état de 15 510 cas de grippe Hl1N1 dans 53 pays et de 99 morts. Les gouvernements annoncent un peu partout craindre une pandémie, à l’automne, aussi grave que celle de la grippe espagnole et s’y préparent de toute urgence en stockant massivement vaccins, masques et médicaments. On espère qu’ils contrôlent la situation ! Quand tombe une
dépêche de RIA Novosti 22 1 (une des trois plus grandes agences de presse russe) à 15 h 50, heure de Moscou : « Grippe A/HlNl, un virus artificiel», disant textuellement : «Le virus de la grippe A/H 1N1 a été créé de façon artificielle pour réduire la population de la terre», estime Leonid Ivachov, ancien chef de la Direction de la coopération militaire internationale du ministère russe de la Défense et président de l’Académie des problèmes géopolitiques. Selon lui, toutes les épidémies actuelles ont été créées dans des laboratoires. « Les médecins militaires détiennent la formule de la pneumonie atypique qui a donné naissance au virus. La grippe aviaire a également une origine artificielle », a noté l’expert »

« Selon les renseignements américains, d’ici 2015 quelque 3 milliards de personnes seront « de trop », notre planète s’attend ainsi à une surpopulation. « L’activation des différents virus susceptibles de déboucher sur la mort massive de gens est une stratégie globale destinée à réduire la population de la planète», a déclaré M. Ivachov »

Toute ressemblance entre ce qui est décrit dans ce livre paru en 2010 et la situation actuelle peut-elle être fortuite ? A chacun de se faire une opinion.

arnauddebrienne

Le Professeur Patrick Meyer démontre que la vaccination anti-Covid fait exploser la mortalité des 14-44 ans (vidéo 06:57)

Les chiffres sont là, tétus et implaccables : le Professeur Patrick Meyer de l’université de Liège démontre que la vaccination anti-Covid fait exploser la mortalité. Il a croisé pour ce faire les données sur les 18 pays européens.

La toxicité des vaccins utilisés ne fait à ce jour plus aucun doute : c’est un empoisonnement globale de la population qui est en cours avec des conséquences gravissimes dont l’observation n’en n’est qu’à ses débuts.

La poursuite de la vaccination devrait donc qualifiée d’homocide volontaire.

Preprint: https://www.researchgate.net/publicat…

Data: http://www.bioinfo.uliege.be/meyer/co…

Medias-Presse-Info

arnauddebrienne

En 2022, face à la tyrannie, il faudra rester debout !

En 2022, face à la tyrannie, il faudra rester debout !

Par Michel Geoffroy, auteur de : Le Crépuscule des Lumières, Immigration de masse. L’assimilation impossible, La Super-classe mondiale contre les peuples et La Nouvelle guerre des mondes ♦ En 2022 il faudra rester debout ! À vrai dire on s’en était déjà aperçu, mais c’est désormais officiel depuis la déclaration du Premier ministre le 27 décembre dernier : le pouvoir préfère que les Français restent assis. Consommer ou assister à un spectacle debout n’est-il pas désormais interdit sous prétexte de lutter contre la propagation d’un virus ? Quel symbole, ce refus de la verticalité ! Et quelle belle façon de clore le catastrophique bilan covidien de 2021.

Une belle opportunité pour l’oligarchie

Comme l’a écrit avec une belle franchise Klaus Schwab dans son essai sur le grand reset, le Covid constitue une belle opportunité pour tout reconstruire conformément aux vœux de l’oligarchie de Davos.

Une belle opportunité en effet pour les dirigeants et actionnaires de Big Pharma sur lesquels pleuvent les dividendes. Le Figaro du 31 décembre ne titre-t-il pas triomphalement : « 2021, année euphorique pour la Bourse de Paris » ?

Une belle opportunité aussi pour les GAFAM pour promouvoir le tout-numérique et la surveillance de masse qui va avec.

Une belle opportunité pour les grandes entreprises mondialisées d’étrangler définitivement l’économie et le commerce de proximité et de déconstruire le droit social.

https://www.polemia.com/la-grande-reinitialisation-le-plaidoyer-cynique-de-davos-pour-un-monde-post-covid/embed/#?secret=oTy36wMeel

Le grand reset est surtout politique

Mais c’est surtout le grand reset politique qui constitue la principale opportunité.

L’épidémie a permis en effet de remiser la démocratie aux oubliettes et de remplacer la souveraineté nationale par le contrôle de la population et la tyrannie des experts en blouse blanche.

Car le Covid a confirmé en vraie grandeur les résultats de la fameuse expérience de Stanley Milgram, dite de soumission à l’autorité, réalisée dans les années 1960 aux États-Unis.

Ce chercheur montrait que dans plus de 60 % des cas, on pouvait être conduit à adopter un comportement que la morale réprouvait[1], par le seul fait qu’une personne en blouse blanche vous le demandait, pour un prétexte scientifique. À l’époque, ses travaux furent contestés. Mais force est de reconnaître qu’en 2021 ils sont avérés.

https://www.polemia.com/macron-veut-emmerder-les-non-vaccines-un-tournant-totalitaire-effrayant/embed/#?secret=xpfcRlj5Lg

La soumission du plus grand nombre à l’autorité

Les médecins de plateau télé, les ministres, les fonctionnaires du ministère de la Santé et les médias ont pris la place des expérimentateurs de Milgram pour sidérer la population et lui imposer des comportements qu’elle aurait réprouvés dans des conditions normales : confinements, restriction des déplacements, travail imposé à la maison, imposition de « jauges » partout y compris dans le cercle familial, injections obligatoires et répétées, obligation de se faire tester, autorisation donnée à des tiers de contrôler votre état sanitaire voire votre identité, couvre-feu, port du masque, fermetures des salles de spectacle ou des écoles, discrimination des non-vaccinés, etc.

Conformément à la théorie de Milgram, il faut bien constater que l’écrasante majorité de la population occidentale s’est pliée à ces injonctions. Elle en a même rajouté pour contrôler son voisin, chacun se transformant, non sans plaisir, en petit dictateur : « Mettez votre masque ! Respectez les gestes barrières ! Lavez-vous les mains ! ». Ou pour exécrer les non-vaccinés, comme on le lui demande.

L’épidémie a permis de domestiquer la population. Comme le fait remarquer à juste titre Florian Philippot dans l’une de ses dernières vidéos, les injonctions contradictoires ou ridicules imposées à la population sous prétexte de lutter contre le virus ont aussi pour fonction de désorienter l’opinion, pour lui ôter tout sens commun. C’est justement en forçant la population à adopter des comportements absurdes qu’on la rend obéissante !

https://www.polemia.com/la-france-de-macron-une-dictature-post-democratique/embed/#?secret=srr82Bftzf

Une démocratie désormais en sursis

La domestication de l’opinion a surtout permis aux gouvernants de mettre la démocratie entre parenthèses. Parce que l’oligarchie sent bien que les peuples européens peuvent lui échapper.

La France vit sous un régime d’exception désormais permanent ; le Parlement n’est plus qu’une machine à acquiescer aux souhaits de l’exécutif, lequel délibère dans le secret d’un conseil de défense sanitaire dont les décisions sont confidentielles. Les médias et les GAFAM censurent tous ceux qui contestent les choix effectués, pendant que le passe vaccinal nous fait entrer dans un régime de crédit social à la chinoise.

2021 a aussi démontré la vanité du fameux « État de droit » censé préserver nos libertés : en fait tant le conseil d’État que le Conseil constitutionnel ou les juges européens, d’habitude si chatouilleux quant aux « droits » des migrants et autres demandeurs d’asile, ont totalement validé l’avalanche de mesures liberticides prises par les gouvernements. Il est désormais manifeste que l’État de droit ne protège que les étrangers, pas les Européens !

https://www.polemia.com/covid-19-autopsie-dun-desastre-francais/embed/#?secret=WRKRVz4mt6

Il n’y aura pas de retour à la normale

Le pouvoir a fait miroiter la perspective d’un retour à « une vie normale » si on se pliait à ses injonctions. Beaucoup de nos concitoyens l’ont cru. Mais on voit bien que ce discours officiel était, une nouvelle fois, trompeur.

Il n’y aura pas de retour au monde d’avant. On sait même déjà que les injections ne cesseront pas puisque leur efficacité décline.

Il n’y aura pas de retour à la normale parce que l’oligarchie compte bien pérenniser le contrôle de la population qu’elle a mis en place et parce qu’elle veut détruire la souveraineté nationale.

À quelques mois de l’élection présidentielle française, le pouvoir instille déjà l’idée que cette échéance ne pourra pas se dérouler comme prévu à cause… du variant Omicron[2]. Dans les médias, serviles par nature, on lance des ballons d’essai : report de l’élection, vote par procuration, vote électronique, campagne électorale uniquement médiatique, restriction de meetings, passe vaccinal dans les bureaux de vote, etc. À l’évidence, même sur le plan électoral, le monde d’avant ne reviendra pas.

https://www.polemia.com/emmanuel-macron-face-a-limpopularite-la-tentation-du-chaos/embed/#?secret=gY0xVbr46q

En 2022 il faudra rester debout !

Alors faisons un vœu pour 2022.

Il y a quand même des Français qui, comme partout en Europe, ne se résignent pas à devenir un bétail pour Big Pharma ou un QR code que la police scannera.

Il y a encore des Français qui ne croient pas aux mensonges du pouvoir et qui dénoncent ses manigances. Des Français qui ne veulent pas qu’on les remplace. Des Français qui manifestent toutes les semaines contre les diktats sanitaires, dans le silence sépulcral des médias officiels.

Il y a encore des Français debout et qui veulent le rester.

Souhaitons qu’en 2022 beaucoup d’autres Français se lèvent aussi !

Polemia

arnauddebrienne

En 2022, face à la tyrannie, il faudra rester debout !

Dr Pierre Kory : « Les décès liés aux vaccins sont impressionnants et ne cessent d’augmenter…Cette situation est plus que critique en ce moment ! »

Le Dr Pierre Kory, expert en soins intensifs contre le CV19 et pulmonaire de renommée mondiale, affirme que les données sont claires, que les injections de CV19 ne sont « ni sûres, ni efficaces » mais au contraire montrent qu’elles causent un grand nombre de décès. La situation va s’aggraver si on n’arrête pas ces doses de rappel rapidement. Le Dr Kory prévient : « Ils ont déjà battu des records de mortalité avec ces vaccins il y a près d’un an. Maintenant, vous commencez à le voir dans les données actuarielles des compagnies d’assurance-vie. Les compagnies d’assurance-vie ont payé des compensations comme elles ne l’ont jamais fait auparavant, et elles remarquent que les décès ne peuvent pas être expliqués par le Covid. Si vous regardez la morbidité et la mortalité réelles du CDC. . . 2019, 2020 et 2021 chez les 18 à 64 ans . . . vous verrez en Amérique, à partir du deuxième trimestre de l’année 2021 (lorsque les vaccins ont commencé), la mortalité a commencé à augmenter, et elle est passée de 120 % au-dessus de la normale à 140 % au-dessus de la normale, et elle a largement dépassé les taux de mortalité en 2020. La différence en 2020 et 2021, nous avons eu du covid pendant les deux années. En 2021, nous avons eu les vaccins. Ils savent que le nombre de décès qu’ils signalent ne peut pas être expliqué par Covid. . . Il y a autre chose à l’origine du signal de mortalité énorme et extrêmement terrifiant dans la population américaine. Les vaccins ne fonctionnent pas aussi bien qu’ils ont été présentés au début, pour autant si nous nous trompons et si vous n’arrêtez pas de dire que ces vaccins sont sûrs, je peux vous dire que cette vision optimiste est déjà en chute libre, essentiellement depuis que nous continuons à vacciner avec frénésie. . .Cela doit absolument s’arrêter. Il faut arrêter ça rapidement car des gens meurent.

Pendant ce temps, les agences de réglementation reconnues comme le CDC et la FDA saccagent et commencent à utiliser les remèdes scientifiques pourtant mis de côté contre Covid tels que l’Ivermectine. Le Dr Kory dit que l’Ivermectine s’est avérée efficace pour vaincre les infections au Covid, et il dit : « C’est « l’un des médicaments les plus sûrs jamais mis sur le marché ». Le Dr Kory a également déclaré que les vaccins dits expérimentaux « ne sont ni sûrs ni efficaces ». Alors, pourquoi les agences gouvernementales les poussent-elles de cette façon ? Voici ce que le Dr Kory a déclaré : « J’ai été au premier plan pour observer cela. » . . . Et il poursuit en disant que les agences gouvernementales subissent « une certaine pression réglementaire sanitaire » par les grandes sociétés pharmaceutiques. Cela signifie que la FDA et le CDC proposent des vaccins inefficaces et dangereux afin que Big Pharma puisse en tirer profit, tout en ignorant les médicaments moins chers, plus sûrs et plus efficaces comme l’Ivermectine. Le Dr Kory donne un exemple concret pendant la pandémie et explique : « Les prescriptions dans ce pays (pour l’Ivermectine) en août atteignaient 90 000 par semaine. Tant de médecins l’utilisaient pour le Covid que cela a effrayé les sociétés pharmaceutiques. . . En réponse à l’utilisation massive de l’Ivermectine par les médecins ayant des ordonnances et les pharmaciens les remplissant, le CDC est passé à l’attaque. Ils ont envoyé un bulletin à chaque département de la santé de l’État qui était en réalité de la propagande et de la désinformation afin d’influencer La FDA pour qu’elle n’approuve pas l’Ivermectine (pour le traitement de Covid) et ce n’est pas un médicament éprouvé, et c’est dangereux et il y a des surdoses et toutes ces choses qui étaient fausses. Il est allé à tous les départements de la santé des États. Mais devinez ce qui s’est passé ensuite ? Les conseils médicaux et les conseils de pharmacie ont commencé à envoyer cela à tous les médecins et pharmaciens autorisés du pays. Le médecin et pharmacien moyen, je suis désolé de le dire, n’est pas bien lu. Ils ne suivent pas les données. Ils sont débordés et facilement influençables. C’est pourquoi dans ce pays il y a une guerre entre les médecins qui savent que l’Ivermectine est efficace. . . et sont en guerre avec les pharmacies. Une proportion énorme de pharmaciens refusera de remplir une ordonnance avec de l’Ivermectine, un médicament sûr mais vieux de plusieurs décennies contre le Covid parce qu’ils ont été menacés et manipulés par leurs conseils d’administration. Ils craignent de perdre leurs licences. Et ça marche. C’est un mensonge déloyal parce que vous ne pouvez pas perdre votre licence parce que vous utilisez un médicament sûr. . .Nous avons besoin que nos médecins fassent de la médecine, et nous avons besoin que nos pharmaciens fassent de la pharmacie et cessent d’être influencés par la propagande des sociétés pharmaceutiques qui ne veulent pas que vous utilisiez ce médicament. Nous devons nous lever et nous devons résister au nom de nos patients. Nous constatons qu’avec les pharmacies de préparation et les petites pharmacies, nous pouvons toujours avoir accès (à l’Ivermectine), mais c’est une bataille générale et elle doit être menée par tous.

L’ancien vice-président de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, a déclaré cette semaine : « La vaccination à outrance entraîne une mort massive. Le Dr Kory est tout à fait d’accord et explique ceci : « Ce ne sont pas seulement les données d’une compagnie d’assurance-vie qui sont sorties cette semaine qui sont basées sur les données du CDC qui ne peuvent pas être expliquées par le Covid uniquement, il y a une énorme augmentation de décès dans ce pays cette année. . .Ils ont effectué une analyse considérable des données de mortalité européennes ainsi que des données de mortalité américaines et ils ont contrôlé le statut vaccinal. Ils ont constaté que pour chaque tranche d’âge examinée, la mortalité toutes causes confondues des vaccinés était supérieur par rapport aux non vaccinés. La mortalité toutes causes confondues et cela signifie que vous êtes plus susceptible de mourir de quelque chose si vous êtes vaccinés. . .La mortalité toutes causes confondues sort de bases de données réelles par des scientifiques crédibles. Vous avez des compagnies d’assurance-vie qui montrent les données, et vous avez notre propre gouvernement fédéral qui affiche une forte augmentation inexpliquée du nombre de décès. . . Ne pensez-vous pas qu’une bonne question scientifique et une bonne hypothèse à tester seraient « Est-ce que cela pourrait être les vaccins ? » La réponse est « les vaccins », et je ne peux pas trouver de meilleur ajustement pour répondre à cette hypothèse que cela, c’est cette explosion massive de cette politique de vaccination frénétique avec des piqûres simples, doubles sans oublier les doses de rappel. C’est l’effet boule de neige à travers la population. Si la mortalité des vaccinés est plus élevée que celle des non vaccinés, vous disposez des données qui vous permettent de conclure en toute sécurité et en toute confiance que les vaccins sont associés et causent la mort.
En conclusion, le Dr Kory déclare ceci : « Ce qui s’est passé au cours du dernier mois environ, c’est que les données sur les effets indésirables et les effets indésirables ne sont plus cachées ou supprimées. Ils sortent sur des serveurs. . . et des tables actuarielles.
Le Dr Kory dit aux gens d’aller sur le site Web de Front Line Covid-19 Critical Care Alliance et d’obtenir gratuitement toutes les informations pour traiter Covid-19.

Source: usawatchdog.com

BusinessBourse

arnauddebrienne

Tyrannie sanitaire. La liste des députés qui ont voté pour le pass vaccinal (à conserver précieusement)

Au terme de trois jours de débats, les députés ont adopté, jeudi au petit matin, le projet de loi ouvrant la voie au pass vaccinal et au contrôle total de la population française.

Nous vous proposons de découvrir ci-dessous la liste des députés qui ont voté pour ce pass vaccinal, c’est à dire pour la prolongation, incessante, de l’état d’urgence sanitaire, qui fait suite à l’état d’urgence sécuritaire devenu permanent, et à qui pourrait faire suite un jour ou l’autre l’état d’urgence écologique. Bienvenue dans « le meilleur des mondes »…(car il est bien fou celui qui pense qu’avec 100% de vaccinés dans ce pays, les contraintes quotidiennes mises en place depuis des mois sauteront…)

A noter l’absence de plus de 200 députés pour ce vote fondamental, signe de tout l’intérêt que ces gens portent à la vie quotidienne des citoyens…tout en étant payé par vos impôts, taxes et charges.

Nombre de votants : 314

Nombre de suffrages exprimés : 299

Majorité absolue : 150

Pour l’adoption : 202

Contre : 97

Groupe La République en Marche(268 membres)

Pour: 125

  • Caroline Abadie
  • Damien Adam
  • Saïd Ahamada
  • Éric Alauzet
  • Aude Amadou
  • Pieyre-Alexandre Anglade
  • Jean-Philippe Ardouin
  • Stéphanie Atger
  • Laetitia Avia
  • Florian Bachelier
  • Frédéric Barbier
  • Sophie Beaudouin-Hubiere
  • Belkhir Belhaddad
  • Aurore Bergé
  • Hervé Berville
  • Bruno Bonnell
  • Julien Borowczyk
  • Éric Bothorel
  • Claire Bouchet
  • Florent Boudié
  • Bertrand Bouyx
  • Pascale Boyer
  • Yaël Braun-Pivet
  • Jean-Jacques Bridey
  • Anne Brugnera
  • Stéphane Buchou
  • Jean-René Cazeneuve
  • Sébastien Cazenove
  • Anthony Cellier
  • Philippe Chalumeau
  • Sylvie Charrière
  • Fannette Charvier
  • Philippe Chassaing
  • Mireille Clapot
  • Christine Cloarec-Le Nabour
  • Jean-Charles Colas-Roy
  • Fabienne Colboc
  • François Cormier-Bouligeon
  • Dominique Da Silva
  • Olivier Damaisin
  • Yves Daniel
  • Catherine Daufès-Roux
  • Dominique David
  • Marc Delatte
  • Nicolas Démoulin
  • Benjamin Dirx
  • Stéphanie Do
  • Coralie Dubost
  • Nicole Dubré-Chirat
  • Audrey Dufeu
  • Sophie Errante
  • Jean-Marie Fiévet
  • Alexandre Freschi
  • Jean-Luc Fugit
  • Séverine Gipson
  • Éric Girardin
  • Olga Givernet
  • Guillaume Gouffier-Cha
  • Florence Granjus
  • Stanislas Guerini
  • Marie Guévenoux
  • Christine Hennion
  • Alexandre Holroyd
  • Sacha Houlié
  • Catherine Kamowski
  • Guillaume Kasbarian
  • Yannick Kerlogot
  • Rodrigue Kokouendo
  • Sonia Krimi
  • Daniel Labaronne
  • Amélia Lakrafi
  • Jean-Claude Leclabart
  • Christophe Leclercq
  • Christophe Lejeune
  • Marion Lenne
  • Richard Lioger
  • Brigitte Liso
  • Mounir Mahjoubi
  • Jacques Marilossian
  • Denis Masséglia
  • Sereine Mauborgne
  • Jean François Mbaye
  • Graziella Melchior
  • Ludovic Mendès
  • Thomas Mesnier
  • Marjolaine Meynier-Millefert
  • Monica Michel-Brassart
  • Thierry Michels
  • Mickaël Nogal
  • Valérie Oppelt
  • Catherine Osson
  • Xavier Paluszkiewicz
  • Sophie Panonacle
  • Zivka Park
  • Charlotte Parmentier-Lecocq
  • Anne-Laurence Petel
  • Michèle Peyron
  • Béatrice Piron
  • Jean-Pierre Pont
  • Florence Provendier
  • Isabelle Rauch
  • Rémy Rebeyrotte
  • Stéphanie Rist
  • Mireille Robert
  • Laëtitia Romeiro Dias
  • Muriel Roques-Etienne
  • Cédric Roussel
  • Thomas Rudigoz
  • Nathalie Sarles
  • Denis Sommer
  • Bertrand Sorre
  • Bruno Studer
  • Marie Tamarelle-Verhaeghe
  • Liliana Tanguy
  • Sylvain Templier
  • Valérie Thomas
  • Nicole Trisse
  • Laurence Vanceunebrock
  • Pierre Venteau
  • Marie-Christine Verdier-Jouclas
  • Annie Vidal
  • Patrick Vignal
  • Corinne Vignon
  • Stéphane Vojetta
  • Souad Zitouni

Contre: 2

  • Marie-Ange Magne
  • Olivier Serva

Non-votant: 1

Ferrand

Groupe Les Républicains(103 membres)

Pour: 26

  • Damien Abad
  • Valérie Bazin-Malgras
  • Sandra Boëlle
  • Ian Boucard
  • Bernard Bouley
  • Marine Brenier
  • Bernard Brochand
  • Éric Ciotti
  • Rémi Delatte
  • Marianne Dubois
  • Nicolas Forissier
  • Claude de Ganay
  • Victor Habert-Dassault
  • Michel Herbillon
  • Sébastien Huyghe
  • Christian Jacob
  • Guillaume Larrivé
  • Constance Le Grip
  • Véronique Louwagie
  • Emmanuel Maquet
  • Alain Ramadier
  • Robin Reda
  • Jean-Louis Thiériot
  • Charles de la Verpillière
  • Michel Vialay
  • Éric Woerth

Contre: 33

  • Emmanuelle Anthoine
  • Julien Aubert
  • Nathalie Bassire
  • Valérie Beauvais
  • Anne-Laure Blin
  • Émilie Bonnivard
  • Jean-Yves Bony
  • Jean-Luc Bourgeaux
  • Xavier Breton
  • Fabrice Brun
  • Dino Cinieri
  • Pierre Cordier
  • Josiane Corneloup
  • Vincent Descoeur
  • Fabien Di Filippo
  • Pierre-Henri Dumont
  • Jean-Jacques Ferrara
  • Philippe Gosselin
  • Patrick Hetzel
  • Brigitte Kuster
  • David Lorion
  • Olivier Marleix
  • Maxime Minot
  • Jérôme Nury
  • Guillaume Peltier
  • Christelle Petex-Levet
  • Julien Ravier
  • Frédéric Reiss
  • Jean-Luc Reitzer
  • Laurence Trastour-Isnart
  • Isabelle Valentin
  • Pierre Vatin
  • Jean-Pierre Vigier

Abstention: 11

  • Philippe Benassaya
  • Jacques Cattin
  • Marie-Christine Dalloz
  • Éric Diard
  • Yves Hemedinger
  • Philippe Meyer
  • Bernard Perrut
  • Antoine Savignat
  • Raphaël Schellenberger
  • Nathalie Serre
  • Robert Therry

Non-votant: 1

Genevard

Groupe Mouvement Démocrate (MoDem) et Démocrates apparentés(57 membres)

Pour: 33

  • Erwan Balanant
  • Géraldine Bannier
  • Justine Benin
  • Christophe Blanchet
  • Philippe Bolo
  • David Corceiro
  • Michèle Crouzet
  • Jean-Pierre Cubertafon
  • Marguerite Deprez-Audebert
  • Nadia Essayan
  • Isabelle Florennes
  • Bruno Fuchs
  • Maud Gatel
  • Luc Geismar
  • Perrine Goulet
  • Brahim Hammouche
  • Élodie Jacquier-Laforge
  • Christophe Jerretie
  • Bruno Joncour
  • Fabien Lainé
  • Max Mathiasin
  • Jean-Paul Mattéi
  • Sophie Mette
  • Philippe Michel-Kleisbauer
  • Patrick Mignola
  • Bruno Millienne
  • Jimmy Pahun
  • Frédéric Petit
  • Josy Poueyto
  • François Pupponi
  • Nicolas Turquois
  • Laurence Vichnievsky
  • Philippe Vigier

Groupe Socialistes et apparentés(29 membres)

Pour: 5

  • Guillaume Garot
  • Chantal Jourdan
  • Dominique Potier
  • Valérie Rabault
  • Cécile Untermaier

Contre: 10

  • Jean-Louis Bricout
  • Alain David
  • Régis Juanico
  • Marietta Karamanli
  • Jérôme Lambert
  • Gérard Leseul
  • Philippe Naillet
  • Claudia Rouaux
  • Hervé Saulignac
  • Michèle Victory

Abstention: 2

  • Isabelle Santiago
  • Boris Vallaud

Groupe Agir Ensemble(22 membres)

Pour: 9

  • Olivier Becht
  • Annie Chapelier
  • Paul Christophe
  • Loïc Kervran
  • Aina Kuric
  • Luc Lamirault
  • Patricia Lemoine
  • Lise Magnier
  • Benoît Potterie

Groupe UDI et Indépendants(19 membres)

Pour: 2

  • Yannick Favennec-Bécot
  • Valérie Six

Contre: 8

  • Thierry Benoit
  • Pascal Brindeau
  • Béatrice Descamps
  • Grégory Labille
  • Christophe Naegelen
  • Agnès Thill
  • André Villiers
  • Michel Zumkeller

Groupe Libertés et Territoires(18 membres)

Pour: 1

  • Sylvia Pinel

Contre: 6

  • Jean-Félix Acquaviva
  • Michel Castellani
  • Paul-André Colombani
  • Jennifer De Temmerman
  • Jean Lassalle
  • Paul Molac

Abstention: 1

  • Stéphanie Kerbarh

Groupe La France insoumise(17 membres)

Contre: 13

  • Ugo Bernalicis
  • Éric Coquerel
  • Caroline Fiat
  • Michel Larive
  • Jean-Luc Mélenchon
  • Danièle Obono
  • Mathilde Panot
  • Adrien Quatennens
  • Jean-Hugues Ratenon
  • Muriel Ressiguier
  • Sabine Rubin
  • François Ruffin
  • Bénédicte Taurine

Groupe de la Gauche démocrate et républicaine(15 membres)

Contre: 9

  • Alain Bruneel
  • André Chassaigne
  • Pierre Dharréville
  • Elsa Faucillon
  • Sébastien Jumel
  • Karine Lebon
  • Jean-Paul Lecoq
  • Jean-Philippe Nilor
  • Stéphane Peu

Abstention: 1

  • Jean-Paul Dufrègne

Non inscrits(22)

Pour: 1

  • Emmanuelle Ménard

Contre: 16

  • Delphine Bagarry
  • Delphine Batho
  • Bruno Bilde
  • Émilie Cariou
  • Guillaume Chiche
  • Nicolas Dupont-Aignan
  • Paula Forteza
  • Myriane Houplain
  • Marine Le Pen
  • Marie-France Lorho
  • Nicolas Meizonnet
  • Catherine Pujol
  • Joachim Son-Forget
  • Aurélien Taché
  • Cédric Villani
  • Martine Wonner

Crédit photo : DR

[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Breizh Info

maximeverneuil

Jeux interdits

Traité en paria, Novak Djokovic ne lâche pas ! Opposé à l’obligation vaccinale réclamée par l’Australie, le meilleur tennisman du monde a été bloqué à son arrivée à l’aéroport de Melbourne. Une crise diplomatique est déclenchée, la Serbie n’appréciant guerre ce traitement inique.

On savait l’Australie hystérique sur la question du Covid, la voilà qui donne un nouvel exemple de ses dérives totalitaires. A quelques jours du début du tournoi de tennis du Grand Chelem organisé sur son sol, le gouvernement australien met des bâtons dans les roues à celui qui est pourtant le recordman de victoires. Novak Djokovic a remporté cet Open d’Australie à neuf reprises, mais il n’y a plus de sentiment depuis bientôt deux ans et la prolifération du virus chinois. Après avoir confiné son peuple plus que n’importe quel autre pays au monde et ouvert des camps de quarantaine pour les personnes positives au virus, l’Australie a décrété l’obligation vaccinale pour ceux qui souhaitent franchir ses frontières.

Novak Djokovic, qui, comme nous l’indiquions dans notre chronique sportive du 7 décembre dernier, laissait planer le doute sur son statut vaccinal, avait en fait demandé une dérogation. Celle-ci avait été validée à condition qu’il présente un test négatif, ce qu’il a fait à son arrivée le 5 janvier, mais le pouvoir fédéral a décidé de frapper fort et de le bloquer à l’aéroport.

Ce fut le début des ennuis pour le champion, isolé « dans des conditions de merde dans un hôtel avec des réfugiés ou des migrants », comme l’a souligné son compatriote Viktor Troicki, capitaine de l’équipe serbe de Coupe Davis.

On ne peut plus populaire dans son pays, Novak Djokovic a immédiatement reçu un soutien extraordinaire, y compris du président serbe, Aleksandar Vucic, qui déplore « une chasse politique », l’assurant du soutien de son peuple et notant en plus que plusieurs joueurs avaient eu l’autorisation d’entrer dans le pays avec un statut pourtant identique à celui du no 1 mondial.

Le père du tennisman s’est lui longuement exprimé, clamant que si son fils était en captivité, « il n’a jamais été aussi libre », car « il est devenu le symbole et le leader du monde libre », le comparant au passage à Spartacus.

Jeudi, le tennisman a déposé un recours en justice contre son expulsion. Il s’est aussi exprimé par l’intermédiaire de son frère, en bon chrétien : « Dieu voit tout. La morale et l’éthique, les plus grands idéaux, sont des étoiles qui brillent vers l’ascension spirituelle. Ma grâce est spirituelle et la leur est richesse matérielle.  »

Ce n’est pas la première fois que Novak Djokovic prend le contre-pied de l’idéologie dominante et assume ses positions. En 2008, il avait qualifié l’indépendance du Kosovo comme l’un des pires moments de l’histoire de la Serbie et ne cesse depuis de venir en aide aux Serbes des enclaves de Kosovo-Métochie.

La situation actuelle fait naturellement réagir dans le monde entier. En France, citons les propos improbables du député communiste Fabien Roussel, déclarant qu’il était normal que le Serbe ne puisse rester en Australie s’il n’en respectait pas les règles. Il faudra s’en souvenir la prochaine fois que lui et ses amis nostalgiques de Mao et des autres dictateurs rouges prendront la défense de criminels africains, maghrébins ou moyen-orientaux.

Présent

maximeverneuil

La peur par les chiffres. Et si nous reprenions nos esprits ? (vidéo 3:36)

La vidéo date un peu, d’une dizaine de mois, mais rien à en retirer aussi bien en ce qui concerne le raisonnement que les chiffres et proportions.

maximeverneuil

Le pass vaccinal sera permanent, avoue (enfin) Jean Castex

Malgré les fausses promesses et les dates butoirs régulièrement reculées, des lanceurs d’alerte, ces fameux « complotistes » dont le principal tort consiste à avoir raison avant tout le monde, nous ont prévenus depuis le lancement de ce « pass vaccinal » : non seulement il est prévu pour durer mais il ne sera jamais supprimé. C’est même la raison essentielle de cette épidémie entretenue artificiellement et follement exagérée depuis deux ans et du harcèlement vaccinatoire d’autant plus tyrannique qu’il apparait maintenant évident que les pseudo « vaccins » ne prémunissent de rien, bien au contraire. Le but est de tracer la population toujours et partout.

Voyez ces gentils citoyens présenter fièrement leur QR code sur smartphone pour simplement boire un café ou manger un sandwich, même en terrasse, aller au cinéma ou se déplacer…. Nous savions la majorité de nos concitoyens soumis et avachis mais qui aurait pu imaginer pareille soumission à pareil flicage il y a seulement deux ans ?

maximeverneuil

Nouvelle étude indépendante sur 145 pays : les vaccins Covid aggravent la situation !

Ce ne sera pas une découverte sensationnelle pour ceux qui nous suivent depuis des mois ou des années. Cette nouvelle étude conforte simplement nos intuitions depuis près de deux ans : à quoi sert cette crise ? à quoi servent les vaccins ? A protéger ? Évidemment non, il suffit de considérer les chiffres officiels : plus on « vaccine » plus il y a de contagions et le désastre annoncé commence à devenir évident….

Une nouvelle étude sur les mégadonnées de 145 pays montre que les vaccins COVID aggravent les choses (cas et décès)

J’ai raté cette étude. Les grands médias aussi, pour une raison quelconque. Mais cette étude est une autre analyse indépendante difficile à réfuter : nous avons été trompés par les CDC, la FDA et les NIH

La prochaine fois que vous verrez votre agent de santé du comté, le président Biden ou Boris Johnson, pourquoi ne pas leur demander s’ils peuvent trouver une erreur dans cette étude de Kyle A. Beattie intitulée  » Worldwide Bayesian Causal Impact Analysis of Vaccine Administration on Deaths and Cases Associated with COVID -19 : Une analyse BigData de 145 pays (la version PDF est ici ) ».

L’étude a révélé que les vaccins COVID causent plus de cas de COVID par million (+38% aux États-Unis) et plus de décès par million associés au COVID (+31% aux États-Unis).

Le résumé dit :

L’impact causal statistiquement significatif et extrêmement positif après le déploiement du vaccin sur le nombre total de décès et le nombre total de cas par million devrait être très inquiétant pour les décideurs politiques. Ils indiquent une augmentation marquée des cas liés au COVID-19 et des décès dus directement au déploiement du vaccin qui a été initialement vendu au public comme la « clé pour regagner nos libertés ». L’effet des vaccins sur le nombre total de cas par million et sa faible association positive avec le nombre total de vaccinations pour cent signifie un impact limité des vaccins sur la réduction des cas associés au COVID-19.

Ces résultats devraient encourager les décideurs politiques locaux à prendre des décisions politiques fondées sur des données , et non sur des récits, et sur la base des conditions locales, et non des mandats mondiaux ou nationaux. Ces résultats devraient également encourager les décideurs politiques à commencer à rechercher d’autres moyens de sortir de la pandémie en dehors des campagnes de vaccination de masse.

En d’autres termes, on nous a menti

Les vaccins aggravent la situation. C’est pourquoi nous ne sortons pas du trou. Les vaccins obligatoires produisent cela.

Ce n’est pas la première étude à parvenir à ces conclusions. Ces études, toutes menées indépendamment, ont trouvé la même chose : plus vous vaccinez, plus les choses empirent.

  1. Le journal Lyons-Weiler
  2. L’étude de Harvard
  3. L’étude allemande
  4. L’étude danoise (qui montre que le Dr James avait raison ; vous devez vous injecter tous les 30 jours pour maintenir la protection.
  5. Données du gouvernement allemand (celles-ci proviennent de The Expose )
  6. 80% des décès dus au COVID au Royaume-Uni sont vaccinés
  7. Lancet : 89 % des nouveaux cas de COVID au Royaume-Uni parmi les entièrement vaxxés

La réponse à cette nouvelle étude des autorités sanitaires est prévisible

Je pense avoir compris la tendance et je peux maintenant prédire avec confiance comment les autorités sanitaires du monde entier réagiront à ce résultat étonnant : elles l’ignoreront. Au lieu de cela, ils imposeront des vaccins pour tout le monde, à tout âge, dès que possible. Ai-je raison?

Steve KirschSteve Kirsch

Source

arnauddebrienne

Coronacircus la représentation continue : une combinaison des variants Delta et Omicron observée chez des patients à Chypre

Omicron et Delta pourraient-ils fusionner ? C’est ce que laissent penser les déclarations d’un biologiste chypriote qui affirme avoir observé ce phénomène chez certains patients hospitalisés.

« Deltacron », pour la contraction de Delta et d’Omicon, ces deux variants du Covid qui circulent actuellement de façon majoritaire, a été observé à Chypre chez environ 25 patients.

Leondios Kostrikis, professeur de Biologie à l’Université de Chypre a indiqué à la télévision qu’il y avait « actuellement des co-infections omicron et delta et nous avons trouvé cette souche qui est une combinaison de ces deux« , rapporte l’agence de presse Bloomberg, comme l’a repéré l’Indépendant. 

Une découverte qu’il faut analyser

Le chercheur chypriote explique qu’il l’a surnommé « deltacron » en raison « de l’identification de signatures génétiques de type omicron dans les génomes delta ».

Selon Bloomberg, les chercheurs ont envoyé ces découvertes au Gisaid, la base de données internationale sur les virus. Pour l’heure, la découverte est trop récente pour savoir quel est l’impact d’une telle fusion entre Omicron et Delta. « On verra à l’avenir si cette souche est plus pathologique ou plus contagieuse ou si elle prévaudra », indique encore Leondios Kostrikis.

En France, les deux variants continuent de circuler très largement dans la population. 303 669 nouvelles contaminations ont été enregistrées ces dernières 24 h en France annonce Santé publique France. C’est la troisième fois que le cap des 300 000 nouveaux cas est franchi depuis le début de l’épidémie. 

Midi libre

arnauddebrienne

Omicron : nous vous avions prévenus que la farce Covid ne se terminerait jamais

Vous vous souvenez quand Anthony Fauci et d’autres « professionnels » de la santé payés par le gouvernement ont déclaré que les Américains devaient porter un masquer et rester à la maison pendant deux semaines pour « aplanir la courbe » de la pandémie de Covid ? Rappelez-vous quand ils sont revenus deux semaines plus tard pour dire qu’il fallait encore deux semaines de plus ? Vous vous rappelez qu’ils ont un peu relâché les mesures de confinement et qu’ils sont revenus à la charge pour en demander davantage ? Rappelez-vous en 2019 quand les gens ne se recroquevillaient pas chez eux et derrière des masques à cause d’un virus dont le taux de mortalité par infection (IFR) moyen n’était que de 0,27 % ? Vous vous en souvenez ?

Au tout début de la réponse à la pandémie, moi et beaucoup d’autres personnes dans les médias alternatifs avons averti que les obligations et les confinements n’allaient jamais prendre fin ; ils sont censés durer éternellement. J’ai prédit cela en me basant sur les déclarations des globalistes et des institutions qui élaborent la politique de réponse à la pandémie pour les gouvernements nationaux. Dans mon article « Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash » publié en avril 2020, j’ai souligné les commentaires du globaliste Gideon Lichfield du MIT gravés sur des livres blancs publiés par l’Imperial College de Londres. Dans l’article intitulé « We’re Not Going Back To Normal », il décrit l’avenir du monde sous la tyrannie médicale Covid :

Pour arrêter le coronavirus, nous devrons changer radicalement presque tout ce que nous faisons : notre façon de travailler, de faire de l’exercice, de socialiser, de faire du shopping, de gérer notre santé, d’éduquer nos enfants, de prendre soin des membres de notre famille.

Nous voulons tous que les choses reviennent rapidement à la normale. Mais ce que la plupart d’entre nous n’ont probablement pas encore réalisé – mais le feront bientôt – c’est que les choses ne reviendront pas à la normale au bout de quelques semaines, ni même de quelques mois. Certaines choses ne reviendront jamais.

Il poursuit :

« Tant que quelqu’un dans le monde est porteur du virus, les épidémies peuvent et vont continuer à se reproduire sans contrôles rigoureux pour les contenir. Dans un rapport publié hier, des chercheurs de l’Imperial College London ont proposé un moyen d’y parvenir : imposer des mesures de distanciation sociale plus extrêmes chaque fois que les admissions dans les unités de soins intensifs (USI) commencent à monter en flèche, et les assouplir chaque fois que les admissions diminuent… »

Lichfield argumente :

« En fin de compte, cependant, je prédis que nous restaurerons la capacité de socialiser en toute sécurité en développant des moyens plus sophistiqués d’identifier qui est un risque de maladie et qui ne l’est pas, et de discriminer légalement ceux qui le sont.

…on peut imaginer un monde dans lequel, pour prendre un vol, il faudra peut-être s’inscrire à un service qui suit vos déplacements via votre téléphone. La compagnie aérienne ne serait pas en mesure de voir où vous êtes allé, mais elle serait alertée si vous avez été à proximité de personnes infectées ou de foyers de maladie connus. Des exigences similaires s’appliqueraient à l’entrée des grandes salles de spectacle, des bâtiments publics ou des plates-formes de transport public. Il y aurait des scanners de température partout, et votre lieu de travail pourrait vous demander de porter un moniteur qui suit votre température ou d’autres signes vitaux. Là où les boîtes de nuit demandent une preuve d’âge, elles pourraient à l’avenir demander une preuve d’immunité – une carte d’identité ou une sorte de vérification numérique via votre téléphone, montrant que vous avez déjà récupéré ou été vacciné contre les dernières souches de virus ».

Deux ans plus tard (au lieu de deux semaines), la farce Covid continue. Par farce, j’entends que le virus n’est pas une menace pour la santé de la grande majorité de la population, mais que les gouvernements et les médias continuent de semer la peur autour de son existence, tout en essayant de forcer les gens à accepter des vaccins expérimentaux dont l’innocuité n’est pas prouvée par des tests à long terme. Dans presque tous les pays où les gens ont été en grande partie désarmés ou dans tous les pays où le risque d’émeute est minime, les totalitaires Covid se précipitent pour s’emparer de chaque once de pouvoir qu’ils peuvent avant que la population ne réalise ce qui se passe.

Je pourrais continuer à exposer la montagne de faits et de preuves scientifiques qui démystifient complètement la panique suscitée par la Covid-19, mais je l’ai déjà fait dans plusieurs articles. Je pourrais parler du fait que 99,7 % ou plus des gens ne sont pas en danger de mort à cause de la Covid et que seul un infime pourcentage des personnes hospitalisées à cause de la Covid ont des effets secondaires à plus long terme. Je pourrais mentionner le fait que les pays ayant des taux de vaccination élevés comme Israël ou l’Irlande ont également les taux d’infection les plus élevés et de nombreux décès de personnes entièrement vaccinées. Je pourrais aussi mentionner que l’immunité naturelle a été prouvée par des études menées dans des pays majoritairement vaccinés et qu’elle est supérieure en tous points à la vaccination. Les autoritaires ne veulent pas l’entendre.

En Nouvelle-Zélande et en Australie, autrefois bastions supposés de la démocratie et de la liberté occidentales, les citoyens sont désormais enfermés selon les caprices des bureaucrates au premier signe d’un test PCR positif. Je dis depuis des mois que si vous voulez voir l’avenir que l’establishment réserve aux Américains, il suffit de jeter un coup d’œil à des pays comme l’Australie, où l’on construit actuellement des camps de prisonniers Covid gérés par l’armée. Des gens ont même été arrêtés en essayant de s’échapper de ces camps. Non, ce n’est pas une théorie du complot, c’est un fait.

Dans ces camps, vous êtes sous le contrôle total du gouvernement. Comme dans n’importe quelle prison, ils vous nourrissent quand ils le veulent, ils limitent vos mouvements, ils vous isolent de vos amis et de votre famille, etc. Votre séjour dans les camps peut même être « prolongé » par les administrateurs sans contrôle s’ils estiment que vous vous êtes « mal comporté ». C’est vrai, il ne s’agit pas de savoir si vous êtes contagieux, il ne s’agit pas de science, il s’agit de savoir si vous êtes soumis.

Et vraiment, c’est tout ce que la réponse à la pandémie de Covid a toujours été.

Regardez une nation comme l’Autriche, qui a 65 % de vaccination et des taux d’infection en constante augmentation. Ils ont décidé que les personnes non-vaccinées étaient à blâmer, donc ils ont ordonné à toute personne sans preuve de vaccination de se soumettre à des mesures de confinement. Après cela, les infections et les décès ont augmenté encore plus. Donc, au lieu d’admettre la conclusion évidente et logique (que les vaccins ne fonctionnent pas, ou au moins, que les confinements ne fonctionnent pas), ils ont ordonné un confinement pour TOUT LE MONDE. Pourquoi ? Pour cacher le fait que les non-vaccinés ne sont pas le problème.

Pour être clair, le pic initial qui a déclenché les mesures de confinement en Autriche s’est élevé à environ 300 décès, dont la grande majorité chez les personnes âgées. En Autriche, les patients des maisons de retraite représentent environ 36 % de tous les décès dus à la Covid-19. Pour être clair, ils éliminent les libertés de 9 millions de personnes et étranglent leur économie pour un pic de 300 décès. Les gens meurent chaque jour en grand nombre d’une foule de maladies transmissibles. C’est une réalité, ce n’est pas quelque chose qui doit être utilisé comme une arme politique et sociale.

Pour aller plus loin, l’Autriche menace également d’adopter un projet de loi sur la vaccination obligatoire qui prévoit des amendes et des peines de prison pour les non-vaccinés. Le statut vaccinal sera déterminé par le gouvernement et des rappels pourront être exigés à tout moment. Ce n’est pas parce que vous êtes entièrement vacciné aujourd’hui que vous serez considéré comme entièrement vacciné demain. Cela ne s’arrêtera jamais.

Les données montrent que la vaccination ne fait rien ou presque pour ralentir les taux d’infection ou les décès réels ; il y a eu plus de décès Covid en 2021 qu’en 2020 malgré la prolifération des vaccins cette année. Autrement dit, les vaccins ont été introduits cette année et pourtant il y a eu plus de décès Covid que l’année dernière. N’est-ce pas étrange ?

Les médias grand public prétendent qu’il s’agit maintenant d’une « pandémie de non-vaccination ». Je suppose qu’ils devraient dire cela aux milliers de personnes entièrement vaccinées qui ont été infectées et aux centaines de personnes qui sont mortes dans des États comme le Massachusetts, où l’on suit réellement les cas d’épidémie. Bien sûr, les médias continuent de chanter les louanges des vaccins malgré ces petits contretemps.

Si les vaccins fonctionnaient réellement, il n’y aurait pas besoin de vaccinations obligatoires. Les personnes vaccinées seraient protégées et les personnes non-vaccinées assumeraient les risques individuels. La secte Covid ne semble pas saisir la logique ici – soit les vaccins sont efficaces et il n’est pas nécessaire de les rendre obligatoires, soit ils ne sont pas efficaces, ce qui signifie que les rendre obligatoires est inutile.

Mais encore une fois, la logique et la science ne sont pas le sujet – le contrôle est le sujet. C’est un raisonnement sans fin pour un contrôle infini. Cela ne finira jamais.

La réalité est que l’agenda Covid n’a pas été si efficace que ça si l’on regarde la situation dans son ensemble. Si l’objectif est la vaccination à 100 % et le contrôle perpétuel des passeports de vaccination en utilisant des rappels réguliers comme mécanisme de domination à long terme (tyrannie médicale), alors jusqu’à présent le plan a échoué. Certains pays sont tombés dans le long hiver Covid, mais beaucoup d’autres ne l’ont pas fait. Presque tous les États conservateurs des États-Unis défient totalement les obligations vaccinales et les tribunaux fédéraux ont bloqué les tentatives de Joe Biden de contourner la constitution. Si les États rouges d’Amérique tiennent bon, cela donne de l’espoir aux autres. Alors, que reste-t-il à faire pour les tenants du pouvoir de l’establishment ?

C’est facile… ils font simplement plus de la même chose.

C’est là qu’intervient le variant Omicron, ce dont nous, les « théoriciens de la conspiration », avons averti ces deux dernières années. C’est la beauté du récit de la pandémie lorsqu’il s’agit de construire un régime autoritaire mondial ; les virus changent constamment et de nouveaux virus peuvent même être créés si nécessaire. Il y a donc toujours une nouvelle menace pour effrayer le public et toujours une nouvelle raison de l’enfermer chez lui ou de lui demander de renoncer à ses libertés. C’est un cycle vampirique sans fin qui draine lentement la liberté d’une population.

Mettons de côté le fait que les médecins qui ont découvert Omicron en Afrique du Sud l’ont étiqueté comme un variant léger de la Covid et non comme une menace significative pour le public. C’est parfaitement logique. Dans la grande majorité des scénarios de pandémie, les virus ont tendance à évoluer vers des versions légèrement plus infectieuses mais beaucoup moins mortelles que l’original. Mais cela n’empêche pas les médias et les scientifiques du gouvernement de hurler au meurtre à propos d’Omicron et même de suggérer que cette fois, la Covid « pourrait » évoluer pour devenir plus mortel plutôt que moins.

Cela doit être fait. Ils n’ont plus rien et s’ils perdent la Covid, ils perdent l’une des meilleures opportunités qu’ils aient jamais eues pour contrôler de manière centralisée presque tous les individus sur Terre.

La peur de la Covid s’estompe. Des centaines de millions de personnes ne sont pas prêtes à renoncer à leurs libertés pour une pandémie exagérée et farfelue avec un IFR de 0,27%. De nombreuses personnes vaccinées se battent contre les obligations aux côtés des non-vaccinés. La plupart d’entre nous ne sont pas obèses. La plupart d’entre nous n’ont pas 80 ans et ne sont pas dans une maison de retraite. La plupart d’entre nous n’ont pas de conditions préexistantes. Ce sont tous des facteurs qui constituent la majorité des décès dus à la Covid-19. Beaucoup d’entre nous ont déjà eu la Covid et y ont facilement survécu, ce qui signifie que nous avons une immunité naturelle qui est 13 à 27 fois plus efficace pour arrêter les infections futures que les vaccins. Sans plus de battage et plus de variants, la fête s’arrête pour les globalistes, et ils n’aiment pas du tout cette idée.

Si le public est autorisé à sortir un instant de la brume de la propagande et à retrouver ses repères, il pourrait se rendre compte qu’il a été la cible d’une campagne de terreur massive. Il pourrait se mettre en colère. Il pourrait exiger des enquêtes. Il pourrait même exiger que des têtes de globalistes tombent. Préparez-vous donc à ce qu’Omicron fasse la une des journaux pendant des mois, puis à la prochaine mutation, à la suivante et à celle d’après. Les globalistes et les opportunistes politiques continueront à jouer la comédie jusqu’à ce qu’ils obtiennent ce qu’ils veulent, ou jusqu’à ce qu’ils soient complètement éliminés de l’équation. Cela ne finira jamais, à moins qu’ils ne finissent eux.

Égalité et Réconciliation

maximeverneuil

Relevé sur Twitter : L’Autriche a tellement confiance dans la vaccination obligatoire qu’elle vient de voter l’obligation de port d’un masque FFP2 en extérieur…

En Autriche ils ont tellement confiance dans la vaccination obligatoire qu’ils viennent de voter, qu’ils imposent aussi le masque FFP2 en extérieur !
Voulez-vous vivre en enfer ou vous libérer ?!
https://t.co/Z1Pvi1H3P8

Florian Philippot (@f_philippot) January 6, 2022

maximeverneuil

Pourquoi la protéine Spike est toxique dans le Covid-19… et aussi dans les vaccins ARNm et ADN

ANALYSE – Des chercheurs, des universitaires, des statisticiens et quelques journalistes essayent d’alerter la population sur la « mortalité vaccinale », c’est-à-dire sur les morts provoquées par la vaccination COVID, qui se chiffrent déjà en milliers de personnes et qui est aussi accompagnée de centaines de milliers d’effets secondaires graves dans le monde. Ces personnes qui alertent, trop peu nombreuses si on considère la gravité de la situation, sont victimes de censure et les États ainsi que les firmes pharmaceutiques, par la bouche des médias, nient ou ignorent ces chiffres alors même que ces données sont officielles et accessibles si on fait l’effort de les rechercher (CDC-VAERS, Eudravigilance) et on estime que ces remontées ne représentent qu’environ 10% de la réalité.

Issu de (Starr TN et al., 2020)  Le but de cet article est d’évoquer les mécanismes biologiques pouvant expliquer la toxicité des vaccins qui utilisent des technologies génétiques à base d’ARNm et d’ADN, basées sur la fabrication par l’organisme humain d‘une réplique proche de la protéine spike du SARS-CoV2. Une fois cette protéine produite, elle induit une réaction immunitaire qui permet l’élaboration d’anticorps contre le virus SARS-CoV2, responsable de la pathologie du COVID.

Introduction sur la protéine Spike

La maintenant célèbre protéine « Spike » (protéine « de pointe » en français) permet au virus SARS-CoV2 (le virus qui provoque le COVID) de s’ancrer sur les cellules humaines grâce à son récepteur : l’ACE2. L’image ci-dessus représente cette liaison avec en rouge les protéines spike du virus qui lui donnent d’ailleurs le nom de coronavirus (couronne) ; la partie rose de la protéine spike (RBD ou domaine de liaison au récepteur) est la partie précise qui permet la liaison au récepteur ACE2 (en bleu) et permet ensuite au virus de pénétrer dans la cellule humaine où il va libérer son ARN et se répliquer avant d’infecter d’autres cellules.

Le récepteur ACE2 est une protéine qui traverse la membrane des cellules qui la contiennent (on dit qu’elle est transmembranaire), et s’appelle Angiotensin-converting enzyme 2.

Pourquoi la Spike est toxique 

Commençons par parler du virus. Notre « malchance », comme déjà écrit dans ma lettre d’information à l’attention des parlementaires, est que le récepteur ACE2 est une protéine clé pour notre santé ! C’est une enzyme (une protéine qui facilite des réactions chimiques) qui a des missions extrêmement positives et cruciales pour notre organisme : elle aide à réguler la pression sanguine et surtout, ce qui est particulièrement clé dans la pathologie du COVID, elle est très importante pour lutter contre l’inflammation dans notre organisme ! Et le COVID est une pathologie inflammatoire.

Le virus se fixe donc sur une protéine très utile pour l’équilibre de notre santé. En étant sollicitée/occupée par son lien avec le virus, l’ACE2 ne peut plus jouer son rôle anti-inflammatoire essentiel. Cela crée un déséquilibre avec une autre enzyme avec laquelle elle est normalement en balance : l’ACE (l’Angiotensin-converting enzyme) qui elle, active l’inflammation et qui elle, est laissée libre par le virus. La conséquence de ce déséquilibre ACE2/ACE est une hyper-inflammation qui se développe par l’intermédiaire de quatre voies biochimiques majeures qui seront ré-évoquées dans cet article.

Donc c’est précisément en se liant à ACE2 que la protéine spike du virus SARS-CoV2 produit une part significative de l’inflammation que l’on observe dans le COVID ! Et qui peut conduire au fameux « orage de cytokines », à la pneumonie et au syndrome de détresse respiratoire aiguë potentiel (ARDS) avec coagulation et enfin à la mort.

Et c’est cette même protéine spike que l’on demande aux vaccins ARNm et ADN de produire en grande quantité (incontrôlée) dans notre organisme ! Avec la même affinité pour le récepteur ACE2, donc capable de déclencher les mêmes processus inflammatoires que la spike du virus, ceci étant bien connu dans la littérature scientifique depuis dix ans au moins et donc aussi par les fabricants de vaccins.

Une toxicité diffuse de spike dans l’organisme, disséminée par le virus mais aussi par les vaccins

Le deuxième problème très préoccupant qui décuple la toxicité de cet interaction Spike/ACE2 est que ces récepteurs ACE2 sont présents à peu près partout dans l’organisme : pharynx, trachée, poumons, sang, cœur, vaisseaux, intestins, cerveau, organes génitaux masculins et reins, et aussi dans les liquides organiques (mucus, salive, urine, liquide céphalo-rachidien, sperme et lait maternel) (Trypsteen W et al., 2020).

Aperçu du niveau d’expression des récepteurs ACE2 dans l’organisme – Le gradient de couleur (orange) indique le niveau bas ou élevé d’expression d’ACE2 dans les tissus ou les fluides biologiques. Les plus hauts niveaux ont été détectés dans la cavité orale, le tractus gastrointestinal et le système reproducteur masculin – De (Trypsteen W et al., 2020)

Cela a pour conséquence pour le virus, de pouvoir créer cette inflammation dans de nombreux organes. D’ailleurs, la majorité des patients atteints de COVID présentent divers autres symptômes en plus de troubles respiratoires, notamment des dysfonctionnements neurologiques, cardiovasculaires, intestinaux et rénaux (Argenziano MG et al., 2020) (Huang Cet al., 2020) (Lin L et al., 2020) (Chu KH et al., 2005) (Mao L et al., 2020).

La protéine spike étant présente dans le SARS-CoV2 (et ses variants) etdans les vaccins la produisant, cette toxicité s’applique donc à la fois au COVID (formes graves mais aussi COVID longs) mais aussi potentiellement à tous les vaccins qui reposent sur une production non maîtrisée de protéine spike par les cellules, au contraire des vaccins qui sont réalisés à partir de virus entier désactivé ou à base de protéine spike désactivée. En effet, on sait maintenant qu’après injection de tels vaccins, on retrouve cette protéine spike à la fois à la surface des cellules (là où les fabricants nous avaient dit qu’elle se retrouverait) mais on retrouve aussi une quantité importante libre et circulant dans le sang et atteignant différents organes y compris le cerveau. Tous ces organes, cerveau compris, exprimant des récepteurs ACE2. L’inflammation peut avoir lieu partout y compris dans des organes vitaux : cœur, cerveau, foie, reins…

Alors ? pourquoi les dossiers des firmes vaccinales (Moderna, Pfizer) ne donnent que des informations (très incomplètes) sur la toxicité de l’ARNm ? Et rien sur la sécurité de la protéine spike !? Peut-être parce que des chercheurs ont montré que la protéine spike seule pouvait induire des thromboses. Et on parle bien ici de la spike seule, sans le virus entier, comme dans le cas des vaccins ARNm et ADN produisant de la spike (Nuovo GJ, et al., 2021). Il a été démontré en effet qu’une partie des protéines spike synthétisées par les cellules cibles du vaccin se retrouvent sous forme libre et circulent dans le sang où elles peuvent interagir avec les récepteurs ACE2 exprimés par diverses cellules, y compris les plaquettes, favorisant ainsi les phénomènes inflammatoires évoqués (Angeli F et al., 2021) (Zhang S et al., 2020).

Toxicité de la protéine spike issue des vaccins

Une étude très intéressante a montré qu’en utilisant un pseudo-virus à la surface duquel on a exprimé la protéine spike (partie S1 qui contient le RBD) du SARS-CoV2 mais dépourvu d’ARN viral, on provoquait une inflammation et des dommages dans les artères et les poumons de souris exposées par voie intratrachéale (Lei et al., 2021). La même chose a été observée sur des cellules humaines épithéliales (celles qui tapissent la paroi de nos vaisseaux) avec attaque des mitochondries (compartiment qui fabrique l’énergie de la cellule). Ce travail montre clairement que la protéine spike seule, non associée au reste du génome viral, est suffisante pour provoquer les dommages cardiovasculaires associés au COVID-19. Les implications pour les vaccins sont évidemment très préoccupantes !

Les images prises en microscopie confocale ci-dessus (Lei et al., 2021) montrent la fragmentation de la mitochondrie dans des cellules endothéliales vasculaires traitées avec la protéine Spike SARS-CoV-2 (à droite) par rapport à des cellules normales (à gauche).

Au moins aussi préoccupant, dans une étude in vitro, des chercheurs ont montré que la spike seule (partie S1) induisait une perte d’intégrité de la barrière hémato-encéphalique (qui sépare les vaisseaux irriguant le cerveau du système nerveux central) sur un modèle reconstituant cette barrière, ce qui suggère la possibilité d’une inflammation dans les vaisseaux du cerveau et dans le cerveau lui-même (Buzhdygan et al., 2020).

Ce passage de la barrière hémato-encéphalique a été confirmé chez la souris et la protéine spike a été observée sur les neurones dans tout le cerveau (Rhea EM et al., 2021). C’est très perturbant car on sait que l’ARNm des vaccins peut atteindre le cerveau (Bahl et al., 2017), comme le précise aussi l’Agence Européenne du Médicament (EMA) à hauteur de 2% de la concentration plasmatique (European Medicines Agency, 2021). Cet ARNm peut y produire de la protéine spike et les récepteurs ACE2 étant très nombreux dans le cerveau, on peut s’attendre à des problèmes d’ordre nerveux ou de dégénérescence? notamment de cellules qui ne sont pas renouvelées.

D’autre part, la protéine spike du SARS-CoV2 et du vaccin en mobilisant ACE2 induit aussi une diminution de la sérotonine, ce qui aggrave ou peut provoquer des états dépressifs voire suicidaires (Klempin F et al., 2018) (de Melo LA et al., 2020).

À noter aussi que des pertes d’odorat (anosmie) ont été décrites suite à la vaccination chez des sujets négatifs au COVID, ce qui montre que des symptômes identiques au COVID peuvent apparaître et avoir été déclenchés uniquement par la protéine spike (Konstantinidis I et al., 2020).

Au vu de ces travaux accessibles facilement sur les bases de données ou même Google… tout chercheur ou médecin consciencieux devrait se poser la question de la toxicité de la protéine spike dans les vaccins. Les déclarations de l’AFP, des politiques quelles que soient leur fonction, ou des fameux « fact Checkers » doivent être ignorées au profit d’une vraie recherche critique? car il en va de la santé de la plupart des humains sur cette planète, enfants compris, puisqu’on est entré dans une « logique » de vaccination de masse.

En fait, de nombreux chercheurs et médecins dans le monde ont conscience et observent la toxicité de ces nouvelles thérapies géniques, mais on leur donne peu de place dans les médias dans ce cadre très contrôlé de la doxa du COVID et de la vaccination comme seule solution à la crise que nous traversons, comme évoqué dans cette vidéo du Conseil Scientifique Indépendant du 29 avril 2021.

Les préoccupations légitimes sur le sujet passent parfois le filtre, comme cette lettre du Dr J. Patrick Whelan de l’Université de Californie dans un courrier de décembre 2020 à la FDA : https://www.regulations.gov/document/FDA-2020-N-1898-0246

« Aussi important soit-il d’arrêter rapidement la propagation du virus en immunisant la population, ce serait bien pire si des centaines de millions de personnes subissaient des dommages durables, voire permanents, de leur système microvasculaire cérébral ou cardiaque à la suite d’un défaut d’appréciation à court terme, un effet involontaire des vaccins à base de protéines de pointe, pleine longueur sur ces autres organes.

Une prudence particulière sera de mise en ce qui concerne la vaccination potentielle à grande échelle des enfants, avant qu’il n’y ait des données réelles sur l’innocuité ou l’efficacité de ces vaccins dans les essais pédiatriques qui ne font que commencer. »

C’est tout simplement du bon sens, de l’éthique et tout d’abord un peu de recherche bibliographique puisque sa lettre est étayée de publications.

Ce qui est plus grave encore, c’est que la toxicité de la spike seule (comme dans les vaccins) est connue depuis plus de dix ans (Chen IY et al., 2010) avec le SARS-CoV1 ! Et la protéine spike du SARS-CoV-1 est identique à 76-78% à celle du SARS-CoV-2 (Wan Y et al., 2021). Ainsi, des études in vivo ont démontré que la protéine de pointe du SARS-CoV-1 aggravait l’insuffisance pulmonaire aiguëe par des voies inflammatoires similaires au SARS-CoV2 (Kuba K et al., 2005) (Patra T et al., 2020).

Encore pire, des études remontant aussi à l’infection par le MERS-CoV et le SARS-CoV-1 ont montré que les vaccins basés sur la protéine spike entière induisaient une forte réponse inflammatoire immunitaire dans de nombreux organes et en particulier dans le poumon et le foie (Czub M et al., 2005) (Weingartl H et al., 2004). Dans ces études in vivo chez le furet, non seulement la vaccination n’a pas empêché l’infection mais les animaux vaccinés ont présenté des réponses inflammatoires significativement plus fortes que les animaux témoins et une nécrose focale dans le tissu hépatique !

Ces études et d’autres ont montré qu’il était très difficile de vacciner contre les coronavirus (Jaume M et al., 2012. Même Peter Daszak, le directeur d’EcoHealth Alliance qui a servi de relai financier entre le NIAID américain du Dr Fauci en collaboration avec RalphS. Baric (Université Caroline du Nord) et le laboratoire chinois de Wuhan, et qui ont très probablement conduit à l’unicité de ce SARS-Cov2, a écrit sur les coronavirus que « certains d’entre eux peuvent provoquer la maladie du SARS chez des modèles murins humanisés. Ils ne sont pas traitables avec les anticorps monoclonaux thérapeutiques et vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin ».

Quels vaccins diffusent la spike et quelles conséquences ?

En effet, c’est cette grande différence qu’il faut comprendre entre les vaccins :

  • les vaccins dits « classiques » où l’on injecte directement l’antigène qui est, soit le virus entier désactivé et contenant toutes les protéines du virus (le vaccin chinois Sinovac, le vaccin français Valneva), soit une protéine (Novavax), qui est à ce jour la spike. Dans les deux cas, la quantité de spike présente est limitée (et désactivée) ; cela va faire produire au corps des anticorps contre le virus mais ces protéines injectées sont en quantité définie et vont ensuite être éliminées.
  • les vaccins où l’on injecte de l’ARNm (Pfizer, Moderna) ou de l’ADN (Sputnik, Astrazeneca, Janssen) qui vont faire produire aux cellules humaines la protéine spike qui devient alors l’antigène de façon indirecte. Il faut ajouter qu’on ne sait pas précisément quelles cellules vont le faire et que de plus ce n’est pas leur fonction normale de toute façon !!

Une étude de Pfizer montre que l’ARNm a été détectée dans la plupart des tissus dès les premiers instants après injection (15 minutes) et les résultats confirment que le site d’injection et le foie sont les principaux sites de distribution (EMA, 2021). De faibles niveaux de radioactivité ont été détectés dans la plupart des tissus, les taux les plus élevés dans le plasma, étant observés une à quatre heures après la dose. Après 48 heures (avec un maximum des concentrations observées 8 à 48h), on retrouve cet ARNm surtout dans le foie (jusqu’à 21,5 %), les glandes surrénales, la rate (≤ 1,1 %) et les ovaires (≤ 0,1 %).

Ainsi, ce qui paraît « beau » sur le papier, pour beaucoup de scientifiques, semble aussi totalement inconsidéré et potentiellement très dangereux, en dehors même de la toxicité clairement établie de la spike pour de nombreux autres scientifiques ! Même si trop de ces derniers se taisent.

En réalité, la production de protéine spike par cet ARNm se fait de façon anarchique et on ne sait pas précisément combien de temps cette protéine toxique est produite et demeure présente dans les cellules de nos organes mais aussi dans la circulation sanguine. Il semble qu’on la retrouve après plusieurs semaines avec la possibilité de produire une inflammation chronique dans de nombreux organes.

En plus de la spike qui est libre et circulante, la spike est aussi exprimée sur les cellules endothéliales et peut activer les plaquettes sanguines et activer la coagulation, ce qui conduit aussi à des thromboses (en libérant du facteur plaquettaire 4 ou PF4) (Hermans C et al, 2021) (Greinacher A et al., 2021).

Le problème est donc que les vaccins qui induisent la production de protéine spike ont un potentiel inflammatoire et oxydant très fort et sur une durée qu’il est difficile encore d’évaluer, étant donné qu’on ne le sait pas précisément par les études de sécurité très incomplètes des fabricants. L’humanité presque entière fait l’objet d’un test clinique. On verra bien ! Une étude a montré que la protéine était retrouvée pendant au moins 15 jours après vaccination pour Moderna, avec un pic entre un et cinq jours à environ à 68 ng/L (nanogramme = milliardième de gramme par litre de plasma) (Ogata AF et al., 2021). Plus d’études sont nécessaires bien sûr mais ce travail aurait dû être fait et publié par les firmes elles-mêmes, étant donné la toxicité connue de cette protéine, et cela n’a pas choqué ni la FDA, ni l’EMA ni l’OMS !

Avec la deuxième injection (à partir de 21 jours) c’est un nouveau boostde spike qui est produit alors même que les anticorps et l’organisme sont en train de travailler à l’élimination de cette protéine. Même si Ogata et son équipe observent une présence beaucoup plus courte que pour la première dose (quelques jours), on a potentiellement une inflammation qui peut être chronique et étalée sur plusieurs semaines pouvant ainsi déstabiliser durablement l’équilibre inflammatoire dans les vaisseaux sanguins, le foie, le cerveau, les reins etc.

On parle donc ici de la possibilité de provoquer les mêmes symptômes que le COVID mais aussi potentiellement de promouvoir toutes les maladies inflammatoires à moyen et long terme (cardiovasculaires, neurologiques, cancers, auto-immunes) en particulier chez les sujets qui ont déjà un terrain inflammatoire (diabète par ex) ou des antécédents. « Nous devrions surveiller soigneusement les conséquences à long terme de ces vaccins, surtout lorsqu’ils sont administrés à des individus, par ailleurs en bonne santé » (Suzuki YJ, Gychka SG, 2021).

Vaccins : effets secondaires graves, morts vaccinales et pathologies inflammatoires à plus long terme

À court terme, on observe donc une mortalité importante largement sous-évaluée par les États et les médias avec environ 1000 morts déjà en France.

Beaucoup de personnes avaient prévu cette sous-évaluation, étant donné que les entreprises pharmaceutiques se sont déresponsabilisées des effets secondaires graves vis-à-vis des États qui eux, ont fait de même avec les citoyens. C’est ce qui explique en bonne partie qu’on estime que les remontées des effets secondaires ne représentent qu’environ 10% de la réalité.

Au niveau de ces effets graves, on sait en particulier que des thromboses sont dues directement à la vaccination, ainsi que des myocardites et péricardites, AVC etc. avec des taux élevés de D-dimères (marqueur de la coagulation) et de CRP (protéine C réactive : marqueur de l’inflammation) (Greinacher A et al., 2021) (Diaz GA et al., 2021) (Dionne A et al., 2021).

La thrombose est la présence anormale d’un caillot de sang qui entraîne une occlusion partielle ou totale? soit d’une veine (thrombose veineuse ou « phlébite »), soit d’une artère (infarctus, AVC).

La myocardite est une inflammation du myocarde (muscle qui, en se contractant, permet au sang de circuler dans les vaisseaux sanguins et de nourrir les organes du corps) entraînant la destruction de ses cellules et diminuant ainsi sa capacité de contraction et sa capacité à fournir un apport en sang. Progressivement, le cœur n’est donc plus capable de pomper du sang. L’inflammation peut s’étendre à tout le muscle cardiaque ou se limiter à une ou quelques zones. Une inflammation étendue dans tout le cœur peut entraîner une insuffisance cardiaque importante, de graves troubles du rythme cardiaque et parfois une mort subite.

L’inflammation à la base de ces phénomènes survient très probablement, comme évoqué précédemment, quand les protéines spike circulantes viennent réagir avec les récepteurs ACE2 omniprésents dans l’organisme et dérégler l’équilibre ACE2/ACE (Seneff S and Nigh, 2021) (Ogata AF et al., 2021). Et justement, on sait que dans presque toutes les conditions pathologiques, en particulier celles du système cardiovasculaire mais aussi neuro-dégénératives, il existe une diminution du rapport ACE2/ACE au sein des organes (Bernardi S et al., 2012) (Lavrentyev EN et al., 2009) (Mizuiri S et al., 2008) (Yuan YM et al., 2015) (Kehoe PG et al., 2016).

Dans une étude post vaccination avec le vaccin AstraZeneca des thromboses ont été observées chez onze sujets (entre 22 et 49 ans, moyenne 36 ans) ayant développé des thromboses veineuses dont neus cérébrales, trois avec des embolies pulmonaires. Six des patients sont décédés de ces effets secondaires graves, à un âge ou on ne meurt presque jamais du COVID (Greinacher A et al., 2021).

Devant le silence assourdissant et le déni des politiques, des médecins de plateau de télévision aux multiples conflits d’intérêts, c’est finalement les chercheurs qui expriment leurs craintes devant ces effets graves et demandent au moins que l’on fasse un suivi post vaccinal : « L’évaluation doit inclure une formule sanguine complète, une analyse des D-dimères, du fibrinogène, un panel de coagulation, des fonctions rénales et hépatiques et des électrolytes, ainsi qu’un test ELISA PF4-héparine si disponible » (Long B et al., 2021).

Pour ce qui est de la neurotoxicité, les effets secondaires graves post vaccination peuvent être liés vraisemblablement à la circulation de l’ARNm vers le cerveau mais aussi à la circulation de spike libre dans le sang qui passe la barrière hématoencéphalique (Buzhdygan et al., 2020) (Rhea EM et al., 2021). En plus des effets neurologiques observés (dont paralysie de Bell) dans les premiers mois de vaccination, les maladies neurodégénératives seront à suivre dans les années à venir. (Voir Stéphanie Seneff SARS-Cov2 Vaccines & neurodegenerative disease)

Des hépatites aussi sont observées suite à la vaccination impliquant potentiellement des réactions auto-immunes (Bril F et al., 2019) (Rocco A et al., 2021) dont certaines mortelles (Rela M et al., 2021). Les auteurs s’excusent presque de l’exprimer (ici AstraZeneca) : « Alors qu’un patient s’est rétabli sans incident, un autre a succombé à une maladie du foie… Nous espérons que notre rapport ne dissuadera pas les campagnes de vaccination COVID. Cependant, nous espérons également faire prendre conscience de ses effets secondaires potentiels et du rôle accru de la pharmacovigilance dans l’orientation du traitement ».

Il est à noter que les études préliminaires sur les vaccins, comme AstraZeneca par exemple, le furent sur des sujets assez jeunes et ont exclu les participants atteints de troubles sévères et/ou non contrôlés de maladies cardiovasculaires, gastro-intestinales, hépatiques, rénales, endocriniennes/métaboliques, de maladies neurologiques, ainsi que les personnes immunodéprimées, les femmes enceintes (Voysey M et al., 2021). C’est donc une façon de minimiser les effets secondaires graves et au final ces populations sont les premières à être vaccinées massivement parce que fragiles…
Facilitation par les anticorps (ADE en anglais)

Il faut aussi rappeler le phénomène appelé ADE (facilitation par les anticorps en français), où, quand on a des anticorps défectueux ou pas assez compétents (ils sont appelés facilitants), les cellules immunitaires portant les anticorps contre le virus le reconnaissent, mais au lieu de le détruire, vont l’« ingérer » et finalement contribuer à sa diffusion. La production d’anticorps facilitants a été observée dans de nombreuses maladies virales et/ou après vaccination (virus de la dengue, Zika, Ebola, VIH, SARS-CoV, MERS-CoV, rougeole, péritonite infectieuse féline, etc.).

Ceci a été brillamment vulgarisé par les Dr Fantini et Sabatier (Univ Aix- Marseille) dans cet article.

En résumé, il existe trois catégories d’anticorps fabriqués suite à une infection virale ou une vaccination :

  • les anticorps qui n’ont aucun effet sur l’infection virale (anticorps neutres),
  • les anticorps qui bloquent l’infection virale (anticorps neutralisants),
  • les anticorps qui facilitent l’infection virale (anticorps facilitants).

Dans le contexte actuel, si les anticorps qui sont acquis par les personnes qui se vaccinent avec les vaccins actuels, basés sur l’ARNm et ADN du SARS-CoV2 initial (février 2020), devenaient inefficaces pour détruire le variant delta ou les futurs variants (parce que ces virus auraient trop évolué, muté), alors ces variants se multiplieraient encore plus facilement au contact de ces anticorps (dits alors facilitants), et les personnes infectées peuvent faire souvent une forme plus grave.

Les auteurs de cet article ont aussi publié leur travail de modélisation, qui montre que les anticorps facilitant la diffusion du virus (ADE), ont plus d’affinités avec la protéine spike que les anticorps neutralisants en ce qui concerne le variant delta (au contraire de ce qui est observé avec la souche originale du ARS-Cov2 de 2020, Wuhan/D614G) !

D’où la conclusion des auteurs : « Nous suggérons donc d’évaluer au plus vite, dans les sérums d’individus vaccinés, la balance neutralisation/ADE sur le variant Delta. » (Yahi Net al., 2021). Cela pourrait expliquer l’inefficacité constatée des vaccins Pfizer et Moderna par exemple (utilisés en France) sur les contaminations. En ce qui concerne l’évolution de la pathologie en formes graves, pour l’efficacité de la vaccination il est un peu tôt pour en parler, et les données officielles manquent de transparence, nous serons fixés en octobre-novembre.

Ce phénomène se produit beaucoup plus fréquemment avec des vaccins qu’avec les anticorps produits lors d’une infection (Ulrich H et al., 2020) (Lee WS et al., 2020) (Cardozo T et al., 2021). C’est aussi un phénomène qui pourrait expliquer en partie le très grand nombre de vaccinés qui développent le COVID et en meurent, comme les non vaccinés (ex d’Israël, UK, Islande). Il n’est pas idéal, voire dangereux, de vacciner en pleine épidémie.

Possibilité d’intégration de l’ARN à l’ADN

Tous les scientifiques reconnaissent qu’on ne connaît pas les risques de ce vaccin à long terme. Le plus grand serait que cet ARNm ou ADN s’intègre à notre génome et produise de la protéine spike. Ce genre de phénomène, en plus de produire de la spike de façon continue, peut aussi venir interférer au niveau du génome sur des gènes promoteurs de tumeurs et induire des cancers. Ceci est un phénomène possible et décrit, réalisé par les enzymes de type transcriptases inverses (d’ARN à ADN).

La possibilité, et ce serait le pire, que l’ARN s’intègre définitivement dans l’ADN (deux enzymes au moins du corps humain sont capables de le faire) (Zhang, L et al., 2021) (Chandramouly G et al., 2021). Là, il s’agirait alors d’une flambée de cancers qui pourraient être observée entre un et dix ans. Maladies neurologiques et auto-immunes peuvent aussi en découler (Seneff S and Nigh, 2021).

Note sur les adjuvants

Certains des nanolipides utilisés par Pfizer ou Moderna pour encapsuler l’ARNm, n’ont jamais été utilisés, ni en injection, ni par voie orale, non présentés sur le site de référence de l’ECHA (type nanolipides ALC-1059) et dont les sous-produits sont des cancérigènes potentiels connus (N,N-Dimethyltetradecylamine) (EMA, 2021).

Il y aussi la présence d’adjuvants allergisants, comme le PEG qui peut entraîner jusqu’à un choc anaphylactique (Shiraishi K et al., 2019) (Kounis NG et al., 2021)

Un point préoccupant, en plus de la toxicité de la spike, est que ces naonolipides sont aussi connus pour entraîner des problèmes de coagulation. En fait, Moderna l’admet, même si on lit le brevet sur l’injection de vaccin ARNm encapsulé dans des nanolipides, qui est la base de la technique des vaccins actuels: WO 2017/099823 Al. COMPOSITIONS AND METHODS FOR DELIVERY OF THERAPEUTIC AGENTS. 15 June 2017.

« Dans certains modes de réalisation, l’effet indésirable comprend une coagulopathie, une coagulation intravasculaire disséminée (DIC), la thrombose vasculaire, la pseudo-allergie liée à l’activation du complément (CARPA), la réponse de phase aiguë (APR), ou une combinaison de celles-ci. » Il est même prévu dans ce brevet l’ajout d’anticoagulants, antiallergiques ! :

« Dans certains modes de réalisation, l’agent (molécule qu’on peut ajouter) inhibe l’activation plaquettaire. Dans certains modes de réalisation, l’agent est un inhibiteur de l’agrégation plaquettaire. Dans certains modes de réalisation, l’inhibiteur de l’agrégation plaquettaire est l’aspirine ou le clopidrogrel (PLAVIX®). Dans certains modes de réalisation, l’inhibiteur de l’agrégation plaquettaire est choisi parmi l’aspirine/pravastatine, le cilostazol, le prasugrel, l’aspirine/dipyridamole, le ticagrelor, le cangrelor, l’élinogrel, le dipyridamole et la ticlopidine. Dans certains modes de réalisation, l’agent inhibe le CD36 » (MODERNA, 2017). »

On note clairement que les effets néfastes de ces nanolipides ont beaucoup en commun avec ceux du COVID, y compris dans leur mode d’action inflammatoire (voie du complément) (Bumiller-Bini V et al., 2021) !

Conclusion 

Pour toutes les raisons exposées dans cet article et étayées par la littérature scientifique, on s’aperçoit que les formes graves et les décès observés, en particulier avec les vaccins de type ARNm et ADN que l’on nomme un peu rapidement vaccins, même s’ils produisent bien des anticorps dirigés contre le virus SARS-CoV2, peuvent être expliqués par des mécanismes biologiques et biochimiques.

Cette toxicité, en particulier due à la protéine spike, est connue depuis plus de dix ans. Certains des adjuvants et les nanolipides entourant l’ARNm sont aussi préoccupants et peuvent participer aux effets secondaires graves observés, dont, en particulier, les thromboses.

Nous n’avons pas suffisamment de recul sur ces technologies géniques comme les nomme l’inventeur lui-même, Robert Malone. Il serait plus sage de recommander des vaccins classiques (malgré les risques présents aussi d’ADE) ou avec une protéine spike désactivée et des adjuvants plus sûrs et connus. Cela pourrait d’ailleurs inciter de nombreux citoyens éclairés ou non à se faire vacciner.

Nous assistons donc à une totale expérimentation à l’aveugle à l’échelle planétaire et c’est inacceptable, car le risque est totalement inconsidéré notamment au vu de la mortalité et de la létalité faible de cette maladie du COVID. La létalité (mortalité chez les gens qui contractent le virus) est en moyenne, dans le monde, située entre 0.5 et 1% contre 0.1% pour la grippe (John Hopkins data, july 2021).

Il est encore temps de regarder en face les vrais bénéfices et les vrais risques de cette vaccination, et en particulier chez les jeunes, alors qu’il sont très peu affectés par la maladie, et que les vaccins n’empêchent pas la contamination. Ne perdons pas de vue que la vaccination, en dehors des populations à risques, s’adresse à des sujets sains, à qui l’éthique impose de ne leur faire courir aucun risque, primum non nocere.

Dr Jean-François Lesgards

Références

Angeli F, Spanevello A, Reboldi G, Visca D, Verdecchia P. SARS-CoV-2 vaccines: Lights and shadows. Eur J Intern Med. 2021 Jun;88:1-8.

Argenziano MG, Bruce SL, Slater CL, Tiao JR, Baldwin MR, Barr RG, et al. Characterization and clinical course of 1000 patients with coronavirus disease 2019 in New York: retrospective case series. Bmj-British Medical Journal. 2020; 369.

Bahl, K., Senn, J. J., Yuzhakov, O., Bulychev, A., Brito, L. A., Hassett, K. J. … Ciaramella, G. (2017). Preclinical and Clinical Demonstration of Immunogenicity by mRNA Vaccines against H10N8 and H7N9 Influenza Viruses. Molecular Therapy 25(6): 1316-1327.

Bril F, Al Diffalha S, Dean M, Fettig DM. Autoimmune hepatitis developing after coronavirus disease 2019 (COVID-19) vaccine: Causality or casualty? J Hepatol. 2021 Jul;75(1):222-224. 

Bumiller-Bini V, de Freitas Oliveira-Toré C, Carvalho TM, Kretzschmar GC, Gonçalves LB, Alencar NM, Gasparetto Filho MA, Beltrame MH, Winter Boldt AB. MASPs at the crossroad between the complement and the coagulation cascades – the case for COVID-19. Genet Mol Biol. 2021 Mar 17;44(1 Suppl 1):e20200199. 

Buzhdygana, T. P., DeOrec, B. J., Baldwin-Leclair, A., Bullock, T. A., McGary, H. M, Ramirez, S. H. (2020). The SARS-CoV-2 Spike Protein Alters Barrier Function in 2D Static and 3D Microfluidic in-Vitro Models of the Human Blood-Brain Barrier. Neurobiology of Disease 146: 105131.

Cardozo T, Veazey R. Informed consent disclosure to vaccine trial subjects of risk of COVID-19 vaccines worsening clinical disease. Int J Clin Pract. 2021 Mar;75(3):e13795. 

Chandramouly G, Zhao J, McDevitt S, Rusanov T, Hoang T, Borisonnik N, Treddinick T, Lopezcolorado FW, Kent T, Siddique LA, Mallon J, Huhn J, Shoda Z, Kashkina E, Brambati A, Stark JM, Chen XS, Pomerantz RT. Polθ reverse transcribes RNA and promotes RNA-templated DNA repair. Sci Adv. 2021 Jun 11;7(24):eabf1771.

Chen IY, Chang SC, Wu HY, Yu TC, Wei WC, Lin S, Chien CL, Chang MF. Upregulation of the chemokine (C-C motif) ligand 2 via a severe acute respiratory syndrome coronavirus spike-ACE2 signaling pathway. J Virol. 2010 Aug;84(15):7703-12.

Chu KH, Tsang WK, Tang CS, Lam MF, Lai FM, To KF, et al. Acute renal impairment in coronavirus associated severe acute respiratory syndrome. Kidney Int. 2005; 67[2]:698–705.

de Melo LA, Almeida-Santos AF. Neuropsychiatric Properties of the ACE2/Ang-(1-7)/Mas Pathway: A Brief Review. Protein Pept Lett. 2020;27(6):476-483.

Diaz GA, Parsons GT, Gering SK, Meier AR, Hutchinson IV, Robicsek A. Myocarditis and Pericarditis After Vaccination for COVID-19. JAMA. 2021 Aug 4.

Dionne A, Sperotto F, Chamberlain S, et al. Association of Myocarditis With BNT162b2 Messenger RNA COVID-19 Vaccine in a Case Series of Children. JAMA Cardiol. Published online August 10, 2021.

EMA Public Assessment Report on Pfizer-BioNTech Vaccine. (2020). Accessed 5/2/21.

Greinacher A, Thiele T, Warkentin TE, Weisser K, Kyrle PA, Eichinger S. Thrombotic Thrombocytopenia after ChAdOx1 nCov-19 Vaccination. N Engl J Med. 2021 Jun 3;384(22):2092-2101.

Hermans C, Goldman M. Thromboses et vaccins : un nouveau défi de la pandémie COVID-19. Louvain Med 2021 Avril : 140 : 207-215.

John Hopkins data, july 2021.

Huang C, Wang Y, Li X, RenL , Zhao J, Hu Y, Zhang L, Fan G, Xu J, Gu X, Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China, The Lancet 395 (10223) (2020) 497–506.

Jaume M, Yip MS, Kam YW, Cheung CY, Kien F, Roberts A, et al. SARS CoV subunit vaccine: antibody-mediated neutralisation and enhancement. Hong Kong Med J 2012;18(Suppl 2):31–6.

Klempin F, Mosienko V, Matthes S, Villela DC, Todiras M, Penninger JM, Bader M, Santos RAS, Alenina N. Depletion of angiotensin-converting enzyme 2 reduces brain serotonin and impairs the running-induced neurogenic response. Cell Mol Life Sci. 2018 Oct;75(19):3625-3634.

Konstantinidis I, Tsakiropoulou E, Hähner A, de With K, Poulas K, Hummel T. Olfactory dysfunction after coronavirus disease 2019 (COVID-19) vaccination. Int Forum Allergy Rhinol. 2021 May 28:10.1002/alr.22809. 

Kuba K, Imai Y, Rao S, Gao H, Guo F, Guan B, Huan Y, Yang P, Zhang Y, Deng W, Bao L, Zhang B, Liu G, Wang Z, Chappell M, Liu Y, Zheng D, Leibbrandt A, Wada T, Slutsky AS, Liu D, Qin C, Jiang C, Penninger JM. A crucial role of angiotensin converting enzyme 2 (ACE2) in SARS coronavirus-induced lung injury. Nat Med. 2005 Aug;11(8):875-9.

Lee WS, Wheatley AK, Kent SJ, DeKosky BJ. Antibody-dependent enhancement and SARS-CoV-2 vaccines and therapies. Nat Microbiol. 2020 Oct;5(10):1185-1191.

Lei Y, Zhang J, Schiavon CR, He M, Chen L, Shen H, Zhang Y, Yin Q, Cho Y, Andrade L, Shadel GS, Hepokoski M, Lei T, Wang H, Zhang J, Yuan JX, Malhotra A, Manor U, Wang S, Yuan ZY, Shyy JY. SARS-CoV-2 Spike Protein Impairs Endothelial Function via Downregulation of ACE 2. Circ Res. 2021 Apr 30;128(9):1323-1326. 

Lin L, Jiang X, Zhang Z, Huang S, Zhang Z, Fang Z, et al. Gastrointestinal symptoms of 95 cases with SARS-CoV-2 infection. Gut. 2020; 69[6]:997–1001.

Long B, Bridwell R, Gottlieb M. Thrombosis with thrombocytopenia syndrome associated with COVID-19 vaccines. Am J Emerg Med. 2021 May 25;49:58-61.

Mao L, Jin H, Wang M, Hu Y, Chen S, He Q, et al. Neurologic Manifestations of Hospitalized Patients With Coronavirus Disease 2019 in Wuhan, China. JAMA neurology. 2020:e201127

MODERNA, INC. WO 2017/099823 Al. COMPOSITIONS AND METHODS FOR DELIVERY OF THERAPEUTIC AGENTS. 15 June 2017.

Nuovo GJ, Magro C, Shaffer T, Awad H, Suster D, Mikhail S, He B, Michaille JJ, Liechty B, Tili E. Endothelial cell damage is the central part of COVID-19 and a mouse model induced by injection of the S1 subunit of the spike protein. Ann Diagn Pathol. 2021 Apr;51:151682. 

Ogata AF, Cheng CA, Desjardins M, Senussi Y, Sherman AC, Powell M, Novack L, Von S, Li X, Baden LR, Walt DR. Circulating SARS-CoV-2 Vaccine Antigen Detected in the Plasma of mRNA-1273 Vaccine Recipients. Clin Infect Dis. 2021 May 20:ciab465.

Patra T, Meyer K, Geerling L, Isbell TS, Hoft DF, Brien J, Pinto AK, Ray RB, Ray R. SARS-CoV-2 spike protein promotes IL-6 trans-signaling by activation of angiotensin II receptor signaling in epithelial cells. PLoS Pathog. 2020 Dec 7;16(12):e1009128.

Rela M, Jothimani D, Vij M, Rajakumar A, Rammohan A. Auto-immune hepatitis following COVID vaccination. J Autoimmun. 2021 Jul 3;123:102688. 

Rhea EM, Logsdon AF, Hansen KM et al. The S1 Protein of SARS-CoV-2 Crosses the Blood-Brain Barrier in Mice. Nature Neuroscience 2021; 24: 368-378. 

Rocco A, Sgamato C, Compare D, Nardone G. Autoimmune hepatitis following SARS-CoV-2 vaccine: May not be a casualty. J Hepatol. 2021 Jun 9:S0168-8278(21)00412-8.

Seneff S and Nigh G. Worse Than the Disease? Reviewing Some Possible Unintended Consequences of the mRNA Vaccines. International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research 2(1), May 10, 2021 Page | 38

Shiraishi K, Yokoyama M. Toxicity and immunogenicity concerns related to PEGylated-micelle carrier systems: a review. Sci Technol Adv Mater. 2019 Apr 15;20(1):324-336.

Starr TN, Greaney AJ, Hilton SK, Ellis D, Crawford KHD, Dingens AS, Navarro MJ, Bowen JE, Tortorici MA, Walls AC, King NP, Veesler D, Bloom JD. Deep Mutational Scanning of SARS-CoV-2

Receptor Binding Domain Reveals Constraints on Folding and ACE2 Binding. Cell. 2020 Sep 3;182(5):1295-1310.e20. 

Suzuki YJ, Gychka SG. SARS-CoV-2 Spike Protein Elicits Cell Signaling in Human Host Cells: Implications for Possible Consequences of COVID-19 Vaccines. Vaccines (Basel). 2021 Jan 11;9(1):36. 

Ulrich H, Pillat MM, Tárnok A. Dengue Fever, COVID-19 (SARS-CoV-2), and Antibody-Dependent Enhancement (ADE): A Perspective. Cytometry A. 2020 Jul;97(7):662-667.

Voysey M, Clemens SAC, Madhi SA, Weckx LY, Folegatti PM, Aley PK, et al. Safety and efficacy of the ChAdOx1 nCoV-19 vaccine (AZD1222) against SARS-CoV-2: an interim analysis of four randomised controlled trials in Brazil, South Africa, and the UK. Lancet 2021;397(10269):99–111.

Wan Y, Shang J, Graham R, Baric RS, Li F. Receptor Recognition by the Novel Coronavirus from Wuhan: an Analysis Based on Decade-Long Structural Studies of SARS Coronavirus. J Virol. 2020 Mar 17;94(7):e00127-20.

Weingartl H, Czub M, Czub S, Neufeld J, Marszal P, Gren J, Smith G, Jones S, Proulx R, Deschambault Y, Grudeski E, Andonov A, He R, Li Y, Copps J, Grolla A, Dick D, Berry J, Ganske S, Manning L, Cao J. Immunization with modified vaccinia virus Ankara-based recombinant vaccine against severe acute respiratory syndrome is associated with enhanced hepatitis in ferrets. J Virol. 2004 Nov;78(22):12672-6. 

Yahi N, Chahinian H, Fantini J. Infection-enhancing anti-SARS-CoV-2 antibodies recognize both the original Wuhan/D614G strain and Delta variants. A potential risk for mass vaccination ? J Infect. 2021 Aug 9:S0163-4453(21)00392-3.

Yu J, Yuan X, Chen H, Chaturvedi S, Braunstein EM, Brodsky RA. Direct activation of the alternative complement pathway by SARS-CoV-2 spike proteins is blocked by factor D inhibition. Blood. 2020 Oct 29;136(18):2080-2089. 

Zhang S, Liu Y, Wang X, Yang L, Li H, Wang Y, Liu M, Zhao X, Xie Y, Yang Y, Zhang S, Fan Z, Dong J, Yuan Z, Ding Z, Zhang Y, Hu L. SARS-CoV-2 binds platelet ACE2 to enhance thrombosis in COVID-19. J Hematol Oncol. 2020 Sep 4;13(1):120.  La source originale de cet article est FranceSoir Copyright © Dr Jean-François Lesgards, FranceSoir, 2021

Mondialisation.ca

maximeverneuil

Le « suicide » suspect d’un médecin italien est lié à sa thérapie novatrice pour le Covid

Pourquoi un médecin italien, qui avait trouvé un moyen bon marché et efficace de traiter le Covid, s’est-il soudainement donné la mort ? Le 27 juillet 2021, le Dr Giuseppe De Donno a été retrouvé sans vie par des membres de sa famille dans sa maison à Eremo, un hameau de la municipalité de Curtatone, près de Mantoue, en Italie. Il a été retrouvé pendu, sans laisser de note.

Son suicide apparent reste inexplicable. La tragédie de l’ancien chef du service de pneumologie de l’hôpital Carlo Poma de Mantoue, véritable pionnier du Covid, a d’abord été ignorée par les grands médias.

De Donno avait fait la promotion de la plasmaphérèse thérapeutique, qui a fait les gros titres en 2020 lors de la première période de confinements lorsque, le premier, avec Massimo Franchini, chef de l’immuno-hématologie et de la transfusion de Carlo Poma, avait commencé à traiter les patients infectés par le covid avec une thérapie par plasma hyperimmun.

Le traitement consistait à perfuser du sang de personnes ayant été infectées par le Coronavirus, traitées de manière appropriée, à d’autres patients infectés. Au cours de la période mars-avril 2020, à l’hôpital de Mantoue, environ 58 patients atteints du Coronavirus en phase terminale ont reçu la transfusion de 200 cc de plasma des patients guéris du Covid-19, riche en anticorps immunisants, et tous ont été sauvés. La thérapie a donné d’excellents résultats.

« Le plasma est démocratique car ce sont les gens qui donnent le plasma pour sauver les gens. Il est probable que certains n’aimeront pas cela », a commenté M. De Donno au sujet de sa thérapie salvatrice.

De Donno a également ignoré l’interdiction par le ministre de la Santé Roberto Speranza des autopsies qui lui ont permis de découvrir des microthrombi dans les embolies pulmonaires. En mai 2020, le pneumologue s’est retrouvé à devoir répondre à des appels répétés du NAS chargé de recueillir des informations sur le cas d’une femme enceinte qui avait guéri du Covid-19 grâce à l’administration de plasma à l’hôpital Carlo Poma.

Le NAS est un organisme qui dépend du ministère de la Santé et qui a pour mission de « superviser la réglementation en matière d’hygiène » suite à des accords entre le ministère de la Santé, le ministère de la Défense et le Commandement général des Carabiniers.

Giuseppe De Donno a raconté comment le NAS avait tenté de faire pression sur lui : « Le NAS a passé un simple appel téléphonique à l’hôpital pour recueillir des informations sommaires sur ce que nous faisions. Après ce coup de fil, je n’ai plus rien entendu et quelques jours ont passé ». Le traitement au plasma a également été utilisé sur un autre jeune patient pour une deuxième perfusion et les appels téléphoniques pour le NAS ont soudainement commencé à se multiplier.

Sur les médias sociaux, De Donno a écrit : « Si quelqu’un pense qu’il va me décourager, il ne réussira pas. Aujourd’hui, après la perfusion de plasma hyperimmun, le patient allait beaucoup mieux. La fièvre a presque disparu. Meilleure oxygénation. Moins d’heures de ventilation mécanique. Tout cela conformément au protocole. On ne réussit pas toujours à sauver tout le monde. Mais la plupart du temps, oui. Et si quelqu’un veut essayer de m’intimider, il devra répondre à sa conscience. La mienne est très claire ».

De Donno n’a pas baissé les bras et a continué à investir de l’énergie et des ressources sur son traitement au plasma, si bien que, toujours en mai 2020, il a réussi à obtenir un financement pour faire des recherches sur sa méthode à l’université de Pavie. Le ministère de la Santé a également commencé officiellement à tester le traitement au plasma, et l’hôpital de Pise a pris en charge le projet, mettant complètement de côté l’hôpital Carlo Poma de Mantoue et ignorant De Donno, malgré le fait qu’il travaillait sur la thérapie au plasma depuis plusieurs mois et qu’il voyait des résultats positifs.

« Il n’y a pas de raisons scientifiques à cela. Je pense que les raisons sont à chercher dans un autre domaine », a déclaré le médecin. Bientôt, on ne parlait plus de la thérapie par plasma et c’était le début d’une véritable censure concernant les résultats du traitement et la marginalisation et la persécution de De Donno.

Et en avril de l’année dernière, l’Administration nationale des médicaments a rejeté la thérapie par plasma hyperimmun de De Donno sur la base d’un essai confié à un hôpital de Pise. En revanche, à Mantoue, sur les 46 patients, 43 se sont rétablis et 3 sont morts. Beaucoup affirment que les autorités étaient hostiles au professeur De Donno parce que le plasma est bon marché.

Calomnié, déclassé, ignoré, acculé et tourné en dérision par les virologues de la télévision, les nouveaux protagonistes des écrans italiens, De Donno démissionne de l’hôpital de Mantoue début juin 2021 et décide en juillet d’ouvrir un cabinet de médecin généraliste. « Je ne me soucie pas du pouvoir, de la célébrité, de passer à la télévision. Je suis un médecin de campagne qui a toujours été un médecin de campagne et j’espère revenir le plus vite possible dans le plus grand anonymat puisque j’étais anonyme jusqu’à il y a un mois. C’est mon objectif. La seule chose qui compte pour moi, c’est qu’on me donne les outils pour sauver les gens ».

Sa mort soudaine et tragique a alarmé les détracteurs du vaccin car trop d’éléments ne concordent pas. Des enquêtes sont en cours, mais certaines preuves sautent aux yeux, même pour le lecteur le moins attentif. À la lumière de ce « suicide » soudain, ses propos tenus à Maglie (Lecce) en juin 2020 deviennent encore plus troublants : « Je suis très franc : il y avait et il y a toujours la volonté de cacher ce traitement. Si vous regardez les médias, il n’est question que de vaccins, alors que le traitement au plasma ne coûte presque rien. Un certain parti politique a essayé de me faire taire. Mais avec moi, comme ça, vous obtenez l’effet inverse », a conclu le médecin.

« Quelque 34 000 personnes sont mortes, mais nos résultats nous indiquent que nous aurions pu en sauver au moins la moitié ». Ces déclarations ne présageaient certainement pas de réflexions suicidaires mais, plutôt, de l’envie de bien faire. Sur sa page Facebook, le professeur avait écrit : « La démocratie n’est pas une option ».

La responsable des Frères d’Italie, Giorgia Meloni, s’est dite frappée et attristée par la tragique nouvelle de la mort du docteur Giuseppe De Donno. Carlo Bottani, maire de Curtatone et ami proche du médecin, le personnel de la pneumologie de l’hôpital de Mantoue et tous ceux qui ont eu l’occasion d’apprécier son honnêteté et son intégrité morale ont exprimé leur incrédulité face à son « suicide ».

Il incombe au colonel Antonello Minutoli, commandant provincial des carabiniers de Mantoue, coordonné par le parquet de Mantoue, d’exclure toute responsabilité de tiers.

Gabriele Ansaloni, célèbre animateur de télévision italien, est catégorique : « Ils l’ont tué. De Donno est une victime de ceux qui ont décrété ce massacre auquel nous assistons, on devrait en faire un saint ».

Il ajoute : « Un sac de plasma coûte 80 euros. […]. Il aurait aidé les malades à répondre [au traitement], à guérir. […] Il aurait sauvé des vies, s’ils l’avaient laissé travailler. Il aurait sauvé tout le monde. Mais le but n’est pas de les sauver », a déclaré Ansaloni.

« Avec ce geste, De Donno nous a motivés encore plus, nous qui croyons en l’humanité et non au profit, aux gains des médicaments. […] Ils veulent nous anéantir, anéantir tout le bien qu’il y a ».

Traduction par Aube Digitale

ZE Journal

maximeverneuil

Samedi 8 janvier 2022 : debout contre la dictature sanitaire !

👉🏼Abbeville 14h Théâtre
👉🏼Agen 14h Quai du Gravier
👉🏼Aiguillon 10h Parking de la Poste
👉🏼Aix-en-Provence 10h La Rotonde
👉🏼Ajaccio 14h Mairie
👉🏼Albertville 10h Parking du Pénitencier
👉🏼Albi 14h Place du Vigan
👉🏼Alençon 14h30 Halle aux blés
👉🏼Amiens 14h Maison de la culture
👉🏼Ancenis/Saint-Géréon 10h Rond Point des 13 prés
👉🏼Angers 15h Place du Ralliement
👉🏼Angoulême 14h Place New York
👉🏼Annecy 14h30 Au Pâquier
👉🏼Annonay 11h Place des Cordeliers
👉🏼Arras 14h Place des héros
👉🏼Auch 14h Place de la Libération
👉🏼Aurillac 10h Place des droits de l’homme
👉🏼Autun 15h Champ de Mars (kiosque à musique) + terrasse libre
👉🏼Auxerre 15h Place de l’Arquebuse
👉🏼Avignon 14h Place de l’Horloge
👉🏼Avranches 13h Mairie, Marche citoyenne en direction du Mont Saint Michel
👉🏼Bar-le-Duc 14h Gare
👉🏼Bastia 14h Place Saint-Nicolas
👉🏼Bayonne 14h Devant la place de la mairie
👉🏼Beauvais 14h Place de la Cathédrale
👉🏼Bédarieux 9h30 Centre Ville
❌Belfort 14h Préfecture . Annulée. Manif à Montbéliard
👉🏼Bergerac 10h Tribunal
👉🏼Besançon 14h Place de la Révolution
👉🏼Béziers 10h30 Devant la médiathèque
👉🏼Blois 14h Place Louis XII
👉🏼Bordeaux 14h Place de la Bourse
👉🏼Boulogne-sur-Mer 15h Parvis de Nausicaa
👉🏼Bourg-en-Bresse 14h Parc (Square Joubert) en face de la Préfecture
👉🏼Bourges 15h Place Séraucourt
👉🏼Bourgoin-Jallieu 14h devant la médiatèque
👉🏼Brest 14h Place de Strasbourg
👉🏼Brive-la-Gaillarde 16h Place de la Guierle (devant Cinéma) +14h ateliers au même endroit
👉🏼Caen 14h Théâtre
👉🏼Cahors 14h Tribunal
👉🏼Carcassone 14h30 Square André Chénier
👉🏼Chalons-en-Champagne Kiosque du Grand Jard
👉🏼Chalon-sur-Saône 15h Place de Beaune
👉🏼Chambéry 14h Palais de Justice
👉🏼Chantilly 9h Rond-point des lions (Manifestation déclarée)
👉🏼Charlevilles-Mézières 13h Place de l’Hôtel de Ville
👉🏼Chartres 14h30 Place Châtelet
👉🏼Châteauroux 14h Palais de Justice
👉🏼Chaumont 18h Mairie
👉🏼Chauny 14h Mairie
👉🏼Chazelles-sur-Lyon 13h30 Place de la Poterne
👉🏼Cherbourg 14h Place Charles de Gaulle
👉🏼Cholet 14h30 Jardin du Mail
👉🏼Clermont-Ferrand 14h Place de Jaude
👉🏼Colmar 14h Place Rapp
🔺Compiègne 11h Place Saint Jacques
👉🏼Davézieux 10h à 19h Rond Point Subway
👉🏼Digne-les-Bains 14h Préfecture
👉🏼Dijon 14h Place de la République
👉🏼Draguignan 15h Sous Préfecture
👉🏼Dreux 10h Place Mésirard
👉🏼Dunkerque 14h Place Jean Bart
👉🏼Épinal 14h Préfecture
👉🏼Évreux 14h Devant la Mairie
👉🏼Figeac 10h Jardin de l’Hôpital
👉🏼Flers 14h30 Château
👉🏼Foix 10h Allée Villote
👉🏼Gap 14h Kiosque de la Pépinière
👉🏼Gif-sur-Yvette 10h Gare (côté bus)
👉🏼Grenoble 14h Place de Verdun
👉🏼Guéret 10h Place Bonnyaud (et non pas 14h)
👉🏼Herblay 15h Rond point La Foirfouille Herblay
👉🏼Kingersheim 7h30 Rond-Point Kaligone (Kalijaune) Matinée
👉🏼La Rochelle 13h30 Devant l’Aquarium
👉🏼La-Roche-sur-Yon 14h Place Napoléon
🔺Lannion 10h Quai l’Aiguillon
👉🏼Laval 14h Préfecture
👉🏼Le Havre 14h Manif devant Lycée Marguerite Yourcenar?+15h à 17h30 Permanence au local associatif Rue Casimir Delavigne
👉🏼Le Mans 14h Lycée Marguerite Yourcenar
👉🏼Le Puy-en-Velay 14h Place du Breuil

👉🏼Lille 13h30 Place Mitterand
+14h Place de la République
👉🏼Limoges 13h Place Jourdan
👉🏼Lisieux 10h Place Mitterrand
👉🏼Lons-le-Saunier 14h Place de la liberté
👉🏼Lorient 14h Place de l’hôtel de ville devant le théâtre
👉🏼Lyon 14h Place Bellecour, cortège citoyen « Lyon pour la Liberté » (nouveau lieu => départ Bellecour et non pas Brotteaux)
👉🏼Mâcon 10h Place Saint-Pierre (devant la Mairie)
👉🏼Marseille 13h Vieux Port
👉🏼Massy 10h Devant la Gare Massy-Verrières 2, rue Pierre Picard
👉🏼Melun 14h Place de la Préfecture
👉🏼Metz 14h Place de la République
👉🏼Mont-de-Marsan 14h Place Saint Roch
👉🏼Mont-Saint-Michel 14h Digue du Couesnon / Caserne
👉🏼Montauban 14h30 Devant la préfecture
👉🏼Montbéliard 15h À la Roselière
👉🏼Montluçon 10h Faubourg Saint Pierre
👉🏼Montpellier 14h Place de la Comédie
👉🏼Morlaix 10h Mairie
👉🏼Mulhouse 14h Place de la Bourse
👉🏼Nancy 14h Place Maginot
👉🏼Nantes 14h Croisée des Trams
👉🏼Narbonne 14h Les Barques
👉🏼Nevers 14h Place de la Résistance
👉🏼Nice 14h Métro Garibaldi
👉🏼Nîmes 15h Préfecture
👉🏼Niort 10h Place Pierre Semard
👉🏼Orléans 14h30 Place de la République
❌Palaiseau 10h Sous-Préfecture. Pas de manif ce samedi (Manif à Massy)
👉🏼Paris 14h => Place du Palais Royal, Défilé national unitaire pour la Liberté, Union sacrée
+14h Place du 18 juin 1940 (Union Citoyenne pour la Liberté)
+14h Place de Catalogne (Gilets Jaunes)
❌14h30 Place de la Bourse (Gilets Jaunes) Manif annulée par les déclarants suite à désaccord avec la préfecture concernant le parcours
👉🏼Pau 10h Place Verdun
👉🏼Périgueux 10h Palais de Justice
👉🏼Perpignan 14h Place Catalogne
👉🏼Poitiers 14h Église Notre-Dame
👉🏼Quimper 14h Place de la Tourbie
👉🏼Reims 14h Place Boulingrin
👉🏼Rennes 13h Place de la République
👉🏼Revel 14h30 devant le Chiquito
👉🏼Roanne 14h Place de l’Hôtel de ville
👉🏼Rodez 14h Esplanade des Rutènes
👉🏼Rouen 14h Hôtel de Ville
👉🏼Royan 15h Place Général De Gaulle
👉🏼Saint-Brieuc 14h Place du Guesclin
👉🏼Saint-Denis (Réunion) 11h Barachois
👉🏼Saint-Dié-des-Vosges 14h30 4 place du Géneral de Gaulle
👉🏼Saint-Étienne 14h Place Jean Jaurès
👉🏼Saint-Gaudens 16h Place Jean Jaurès
👉🏼Saint-Genis-Pouilly 15h Espace culturel Jean Monnet
👉🏼Saint-Germain-en-Laye 11h Église
👉🏼Saint-Lo 14h Plage verte
👉🏼Saint-Maximin-la-Sainte-Baume 14h Pré de Foire
👉🏼Saint-Nazaire 14h Mairie
👉🏼Saint-Pierre-et-Miquelon 14h Square Joffre
👉🏼Saintes 14h Palais de Justice
👉🏼Strasbourg 13h30 Place Kléber
👉🏼Tarbes 14h Devant la Mairie
👉🏼Thonon-les-Bains 14h30 Place des Arts
👉🏼Toulon 14h ⚠ changement: Place Monsenergue
👉🏼Toulouse 14h Métro Jean Jaurès
👉🏼Tours 14h Place Jean Jaurès
👉🏼Troyes 14h Préfecture
👉🏼Valence 12h Devant Préfecture
👉🏼Vannes 14h Esplanade Simone Veil au Port
👉🏼Versailles 11h Mairie
👉🏼Vesoul 14h Mairie
👉🏼Vichy 14h Place de la Poste (en face de la Mairie)
👉🏼Vienne 15h30 Jardin de Cybèle
👉🏼Villefranche sur Saône 10h Mairie
👉🏼Voiron 13h Cathédrale

*Symboles :
👉🏼 : confirmé/ très probable
💢 : possible/ probable
🔸 : très incertain, infos peu sourcées, tournante locale ou baisse mobilisation: manif à vérifier
🔺 : infos à préciser pour manif confirmée ou probable
⚠ : changement, info urgente, interdiction préfectorale…
❌ : manif annulée

arnauddebrienne

Vaccination des enfants : l’accord des deux parents est un «obstacle», pour Alain Fischer

Dans un entretien sur LCI, le responsable de la stratégie vaccinale a regretté que le consentement des deux parents soit désormais exigé, ralentissant une vaccination qu’il juge justifiée pour les plus jeunes, eux aussi touchés par le virus.

Le président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, Alain Fischer, a regretté le 7 janvier sur LCI que l’accord des deux parents – et non plus d’un seul – soit désormais nécessaire pour vacciner les enfants de 5 à 11 ans contre le Covid-19. «Je pense que c’est un peu malheureux, parce que c’est un obstacle qui dramatise un peu cette notion de vaccination, qui reste un acte sûr», a déclaré Alain Fischer.

Environ 300 enfants de moins de 10 ans sont actuellement hospitalisés en France Evoquant «des données sur des millions d’enfants vaccinés» en Israël et aux Etats-Unis, Alain Fischer a souligné que «les effets indésirables sont encore plus faibles que ce qu’on observe chez les adolescents et les adultes», plaidant pour cette vaccination chez les plus jeunes.

Les vaccins sont «tout à fait sûrs, efficaces», a insisté le professeur, et d’autant plus justifiés par le fait que des enfants sont touchés par le coronavirus. «Environ 300 enfants de moins de 10 ans sont actuellement hospitalisés en France», a-t-il précisé, évoquant des «cas graves», avec des «syndromes inflammatoires qui surviennent environ six semaines après la contamination». «La vaccination prévient ces complications et les éventuels Covid longs», a-t-il plaidé, sans oublier le fait que les enfants participent à la transmission du virus.

La campagne de vaccination des 5-11 ans contre le Covid patine A la suite d’une demande du Conseil d’État, le ministère de la Santé a précisé le 6 janvier qu’il faudrait désormais l’accord des deux parents pour vacciner les enfants. Concrètement, un seul parent peut être présent lors du rendez-vous de vaccination d’un enfant de 5 à 11 ans, mais il devra être muni d’une attestation sur l’honneur selon laquelle le deuxième parent est d’accord.

Ouverte depuis fin décembre à tous les enfants, la vaccination pour cette tranche d’âge démarre «doucement», a reconnu le responsable de la stratégie vaccinale. A ce jour, le nombre de 5-11 ans vaccinés est d’environ «80 000, 90 000», soit un peu plus de 1% de cette catégorie. Selon Alain Fischer, l’accélération de la campagne nécessiterait d’accroître les possibilités de vaccination chez les médecins, les pédiatres et dans les centres, mais aussi faire de la «pédagogie», pour expliquer «l’intérêt, l’efficacité et la sûreté de la vaccination».

Les résultats d’une enquête réalisée du 2 au 17 décembre 2021, avant que la Haute autorité de la santé recommande l’ouverture de la vaccination aux 5-11 ans, ont d’ailleurs été publiés ce 7 janvier, révélant que deux tiers (67 %) des parents étaient défavorables à la vaccination de leurs enfants. Un résultat qui va dans le même sens qu’un sondage de l’institut YouGov publié par le HuffPost le 5 janvier, selon lequel seules 37% des personnes interrogées étaient favorables à cette vaccination.

En outre, Alain Fischer s’est prononcé en faveur de l’ouverture d’une dose de rappel pour les adolescents de 12-18 ans, actuellement réservée aux plus fragiles. «J’espère qu’on la généralisera à tous les adolescents dans les semaines qui viennent», a-t-il indiqué, en insistant sur le fait «qu’un rappel est indispensable pour se protéger et protéger les autres».

RT France

arnauddebrienne

Ce qui est le plus terrifiant aujourd’hui…

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire »

Albert Einstein

arnauddebrienne

La député Audrey Dufeu (où ça ?) soutient les insultes présidentielles : à sanctionner dans les urnes

À la suite des propos inquiétants du président de la République, Emmanuel Macron, assumant vouloir « emmerder les non-vaccinés », Audrey Dufeu, députée de la Loire-Atlantique, fait bloc. Elle semble sur la même position que le chef de l’État, affirmant, dans la presse locale, que celui-ci aurait « simplement dit tout haut ce que la plupart des Français pensent tout bas, et partagent en famille », relate Ouest-France, ce jeudi.

Bon petit toutou du Système elle ne semble pas se demander une seconde en quoi un non « vacciné » pourrait représenter un risque pour un « vacciné », en principe protégé du virus. Sinon à quoi pourrait bien servir ce « vaccin » ? Risque-t-on la coqueluche, le tétanos ou la poliomyélite lorsque l’on est vacciné (sans guillemets) avec de vrais vaccins (toujours sans guillemets) et au contact avec des non vaccinés pour ces pathologies ? Non, bien sûr.

Allez Audrey, active tes dernier neurones ! En attendant, on peut l’inviter à dîner…

Mais en tout cas, pas de réélection pour Audrey Dufeu (je me demande où).

arnauddebrienne

Bilan des campagnes de « vaccination » en France

Notre pays qui se targue d’afficher un taux de vaccination élevé, entre 75 et 90% selon les sources, peut aujourd’hui enorgueillir d’un nombre de « cas » record absolu depuis le début de cette prétendue pandémie.

Près de 410 000 (409 370 pour être précis) à date du lundi 3 janvier 2022. Du jamais vu dans ce pays champion de la « vaccination »…

Le plus étrange c’est que ce chiffre hallucinant fourni par la plateforme SI-DEP dénote avec les données du très officiel organisme Santé Publique France (SPF) qui n’en comptabilise que 70 000, ce qui est déjà énorme et suffirait à mettre en doute l’efficacité des injections de thérapie génique expérimentale.

Bien sûr le nombre record de 410 000 est à mettre en parallèle avec une utilisation exponentielle de tests et, évidemment, plus l’on teste plus l’on trouve de « cas ». On nous parle aussi de l’arrivée en force du variant Omicron, plus contagieux que les précédents.

Mais une question devrait hanter les esprits jour et nuit : à quoi ont donc servi les injections expérimentales ?

Nos concitoyens double ou triple-vaccinés, bientôt quadruple, masqués, distanciés, testés, hydro-alcolo-gélifiés, QRcodés et pistés, sont tous en passe de devenir positifs sans pour autant s’en étonner plus que cela, ni sembler regretter une vie normale. Stupéfiant ! Hallucinant ! Glaçant ! A pleurer.

Sans parler de la multiplication des effets secondaires graves dont le premier est, rappelons-le, le décès et notamment les accidents cardio-vasculaires. Même ceux qui ne sont pas encore positifs semblent plutôt mal en point : anormalement fatigués, migraineux, cycles menstruels perturbés, toussotant, crachotant, essoufflés et j’en passe sûrement. Cela ne semble pas leur poser question.

Je recherche une île déserte dans la Pacifique ou l’Océan indien. Faire offre rapidement.

arnauddebrienne

Nous, non-vaccinés, ce groupe témoin que Big Pharma doit éliminer coûte-que-coûte

A diffuser le plus largement possible sur les réseaux sociaux, par mail, etc…

L’émergence mondiale d’une réaction haineuse contre les non-vaccinés, quasiment accusés d’être à l’origine du COVID, désormais, soulève la question du groupe témoin que nous constituons. La coordination multilatérale de cette opération est très efficace, et souligne le poids réel de l’influence exercée par les laboratoires pharmaceutiques sur les décisions des Etats. Mais pourquoi les producteurs d’un vaccin qui ne marche pas, surtout face aux nouveaux variants, sont-ils si pressés d’en finir avec la résistance à ce vaccin ? Serait-ce parce que les non-vaccinés vont bientôt constituer le groupe-témoin gênant sur les effets secondaires durables de leur produit ?

Dans tous les essais pharmaceutiques, on choisit un groupe témoin : il sert d’étalon de comparaison entre ceux qui servent de cobaye et les autres. Le groupe témoin est celui qui n’est pas “expérimenté”. Il ne suit aucun traitement. Et si, statistiquement, tel ou tel phénomène se produit dans le groupe des cobayes, alors on peut suspecter qu’il s’agit d’effets secondaires produits par le traitement, puisque le groupe-témoin n’en souffre pas. 

Les non-vaccinés, cet inquiétant groupe-témoin

Transposée à l’échelle d’un pays, cette technique du groupe témoin correspond assez bien à la situation que nous connaissons entre vaccinés et non-vaccinés.

Officiellement, une très grosse majorité de la population a reçu le traitement magique, qui nous était présenté comme “la seule façon de retrouver une vie normale”. Toujours très officiellement, une infime minorité qui représente tout de même 5 millions de personnes, en France, vit encore à l’état de nature, c’est-à-dire sans vaccin. 

Il y a donc bien un groupe sous traitement et un autre groupe qui ne l’est pas. 

On n’a pas assez insisté sur le caractère perturbant de cette situation pour les laboratoires qui fabriquent les traitements expérimentaux, et pour les gouvernements qui en favorisent l’injection à tout-va. C’est que, si l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle devait se révéler durablement néfaste pour la santé publique, le groupe-témoin apporterait la preuve accablante, irréfutable, grandeur nature, de la forfaiture commise par les apprentis sorciers qui nous enjoignent d’être vaccinés. 

Supposons, par exemple, que le nombre de cancers augmente de 20% l’an prochain chez les vaccinés, alors qu’il reste stable chez les non-vaccinés, nous serions confrontés à une nouvelle affaire du sang contaminé, mais en puissance 10 ou 100. Les gouvernements devraient expliquer pourquoi ils ont miné la vie des non-vaccinés pour les pousser coûte-que-coûte à se faire inoculer un poison. 

Face au risque d’une révolte incontrôlable des vaccinés

Mais la grande peur des gouvernements tient évidemment à la réaction des vaccinés s’ils découvraient que la confiance qu’ils ont portée dans leurs chers dirigeants avait été trompée. 

Nous, les non-vaccinés, contemplons avec un sourire amusé la sotte fatuité de ceux qui se sentent ragaillardis par leurs deux doses de vaccin, qui ont pris la troisième sans broncher, et qui considèrent comme un honneur de pouvoir se faire injecter tous les 3 mois une nouvelle dose d’un produit dont ils ne connaissent rien. Tous ceux-là nous accusent d’être des contaminateurs qui revendiquent le droit de tuer les autres. Et comme Macron leur garantit l’impunité, ils ne sont pas loin de vouloir nous lyncher avec le zèle des petits lèche-culs qui veulent faire plaisir à l’instituteur. 

Mais c’est un pari dont ils n’ont pas conscience. Aveuglés par leur conformisme, ils n’imaginent pas un seul temps que l’Etat, le cher papa-Etat, la chère maman Sécurité Sociale, puissent leur avoir menti. Et ils tomberaient de leur chaise s’ils découvraient un jour que la décision de vacciner en masse n’a pas été prise par des âmes candides soucieuses de les protéger, mais par des incompétents, des marionnettes cyniques, qui signent des décrets rédigés par un gouvernement profond dont les rouages sont habilement cachés. 

Nous reviendrons la semaine prochaine sur le rôle joué par les cabinets internationaux de conseil dans la préparation de ces décisions. 

D’ici là, dans l’hypothèse sordide, mais dont chacun pressent la vraisemblance, où le vaccin produirait dans la durée des effets secondaires désastreux comme une recrudescence de cancers, il est imaginable qu’un Macron, qu’un Véran, qu’un Castex, et ailleurs qu’un Draghi ou un Johnson, passeraient de mauvais quarts d’heure. 

N’oublions jamais que, en septembre 1944, ce pays fut mis à feu et à sang par des communistes qui n’ont pas bougé une oreille lorsque Pétain prit le pouvoir en juillet 40, et qu’ils furent souvent aidés dans cette “épuration” par des résistants de la vingt-cinquième heure qui avait besoin de se racheter une conduite après une attitude douteuse durant l’occupation. 

Les moutons d’aujourd’hui peuvent très bien se transformer en liquidateurs, demain, de ce qu’ils ont aimé.

Et cela, les Macron, les Castex, les Véran, le savent parfaitement. 

L’urgence qu’il y a à supprimer le groupe-témoin

Donc, dans l’hypothèse où tout cela tournerait mal, la première manoeuvre d’urgence à actionner consiste évidemment à diminuer au maximum le nombre de “témoins”, pour éviter qu’ils ne constituent un groupe significatif statistiquement, et capable de constituer une preuve évidente des fautes commises par les gouvernements et leurs adjuvants pharmaceutiques. 

D’où le zèle pressant mis à travers le monde dans la répression des non-vaccinés. 

Je recommande à chacun de lire cet article de Marianne tout à fait saisissant sur les différentes sanctions inventées à travers le monde pour “dégrader” les non-vaccinés. On y lit l’anthologie de la violation de l’Etat de droit : amendes d’un montant variable selon les pays (administrables mensuellement), et même blocage de la carte SIM pour empêcher les non-vaccinés d’accéder à Internet. 

Tout cela relève du délire, mais le bon bourgeois macroniste adore ça, surtout quand il songe lui-même aux tortures qu’il s’inflige depuis tout petit pour réfréner ses passions et ses pulsions afin d’être un parfait prototype de la caste mondialisée : il n’y a pas de raison qu’il soit le seul à souffrir. Être mondialisé, ça se mérite, mon bon Monsieur. 

Ces humiliations quotidiennes infligées à une minorité ne sont évidemment par le seul produit du sadisme élitaire. Elles sont là pour une bonne raison : moins il y aura de non-vaccinés, moins il y aura de preuve sur une éventuelle, possible, plausible, vraisemblable, probable, dégradation générale de l’état de santé des populations du fait du vaccin. Non dans les six mois à venir, mais dans les deux ans, dans les dix ans. 

Il suffit de voir comment les 10.000 Australiens qui demandent réparation à leur gouvernement pour les effets secondaires du vaccin vont coûter pour comprendre que si le nombre de plaignants s’élevait à un million, l’opération “vaccination générale” commencerait à être bigrement saumâtre. 

Pour endiguer le raz-de-marée, il faut donc faire disparaître les preuves : vacciner, vacciner, vacciner et, au besoin, trouver la solution finale pour les “irresponsables” devenus non-citoyens qui résistent toujours. 

Depuis la nuit de Cristal, on connaît la chanson. 

Les prémisses d’une élimination programmée

J’entends d’ici les voix des sceptiques qui crient au complotisme. 

Les mêmes criaient au complotisme lorsque j’annonçais, au mois de mars 2021, l’instauration prochaine du passe obligatoire dans les restaurants. J’ai même eu droit à mon lot de fact-checkers m’expliquant à cette époque que tout cela n’était que fadaise. Je n’avais que quatre mois d’avance sur l’actualité. 

Les mêmes criaient au complotisme lorsque j’annonçais au printemps un projet de vaccination obligatoire pour le mois de novembre. Et finalement, c’est le groupe socialiste au Sénat qui a déposé ce texte en octobre…

Je vous annonce aujourd’hui que, dans les six mois, le gouvernement de la République Française proposera la relégation des non-vaccinés et la confiscation de leurs biens professionnels, si on ne l’arrête pas. 

D’ici là, il aura œuvré pour maquiller toutes les preuves. 

Regardez avec quelle obstination les médias subventionnés par le contribuable (sur décision de la caste mondialisée) refusent d’évoquer les millions de cas d’effets secondaires recensés par les organismes de pharmacovigilance publique, que ce soit avec le VAERS américain ou avec Eudravigilance en Europe. Il ne s’agit pourtant pas de chiffres complotistes, puisque ce sont des données officielles. 

Mais la peur que les puissants inspirent aux journaleux qui se prennent pour des intellectuels suffit à faire tourner en boucle des arguments bidon comme “ce ne sont pas des effets secondaires, mais des suspicions d’effets secondaires, le lien n’est pas prouvé”.

N’oubliez pas que Macron a effectivement fait couvrir les débats du Conseil de défense sanitaire par le secret défense. 

Tout ceci pue, mes amis. 

Cet acharnement systématique à répéter comme un mantra que le vaccin “marche, c’est prouvé”, alors que les pays les plus vaccinés sont obligés de mettre en oeuvre des mesures prophylactiques que les pays vaccinés n’utilisent pas, cet acharnement systématique à dissimuler la gravité des effets secondaires produits partout par le vaccin, puent le rat du mensonge organisé par les laboratoires pharmaceutiques. 

Partout, nous voyons les medias subventionnés mettre en tête de gondole, aujourd’hui, la question de la vaccination obligatoire.

Et, je le répète, dès la présidentielle passée, ces mêmes médias poseront sans complexe la question de la mise définitive hors d’état de nuire des non-vaccinés. 

Un agenda écrit ailleurs

Cet enchaînement n’est pas seulement le fruit du hasard ou d’une logique qui nous échappe. C’est le résultat concret et immédiat d’un agenda d’ores et déjà rédigé par la caste. 

Nous y reviendrons la semaine prochaine, mais l’intervention des Mc Kinsey et autres Roland Berger sert précisément à cela : à mondialiser un processus de vaccination qui relève de la formalisation industrielle. Ce qui, autrefois, était abordé pays par pays, haute administration par haute administration, fait désormais l’objet d’une “coordination multilatérale” qui permet d’imposer les mêmes mesures coercitives partout en même temps dans le monde. 

Et, dans l’agenda de Mc Kinsey, le processus d’exclusion physique des non-vaccinés est d’ores et déjà inscrit. 

Vous verrez, nous en reparlerons bientôt. 

Le Courrier des Stratèges

arnauddebrienne

307 arrêts cardiaques d’athlètes et problèmes graves, 175 morts après l’injection

http://

Il n’est certainement pas normal que de jeunes athlètes souffrent d’arrêts cardiaques ou meurent en pratiquant leur sport, mais cette année c’est une épidémie. Tous ces problèmes cardiaques et décès surviennent peu de temps après avoir reçu une injection COVID. Bien qu’il soit possible que cela puisse arriver à des personnes qui n’ont pas reçu de vaccin COVID, les chiffres indiquent clairement cette seule cause évidente.

Les soi-disant professionnels de la santé qui gèrent les programmes de vaccins COVID dans le monde répètent sans cesse que « le vaccin COVID est un vaccin normal et il est sûr et efficace ».

Alors en réponse à leurs propos, voici une liste non exhaustive et en constante augmentation de jeunes athlètes qui ont eu des problèmes médicaux majeurs en 2021, après avoir reçu une ou plusieurs injections. Au départ, beaucoup d’entre eux ne le signalaient pas. Nous savons que de nombreuses personnes sont restées discrètes sur leurs effets indésirables et que les médias ne les ont pas rapportées. Ils ont commencé à se produire après les premières vaccinations COVID. Les médias grand public ne rapportent toujours pas la plupart, mais les médias sportifs ne peuvent ignorer le fait que les joueurs de football et d’autres stars s’effondrent au milieu d’un match, en raison d’une crise cardiaque. Beaucoup d’entre eux meurent,​​environ 50%.

Athlètes mis à l’écart avec « maladie » non précisée dans ce rapport

De nombreuses équipes sportives ont maintenant plusieurs joueurs mis à l’écart. Il y en a des dizaines. Les équipes et les Big Media le cachent, pensant que personne ne le remarquera. Ces joueurs endommagés ne seront pas affichés dans ce rapport s’ils sont signalés comme « malades », mais cela vaudraient la peine d’être investigué, car il n’est pas normal d’en avoir autant. Leur système immunitaire est susceptible d’avoir été compromis par « quelque chose », ils seront donc affaiblis et susceptibles d’attraper toutes sortes d’affections, qu’ils auraient normalement évité. Nous laissons aux autres le soin de les suivre, nous avons déjà les mains pleines pour gérer les enquêtes de cette liste, car nous remontons dans le temps en essayant de trouver de nouvelles informations, qui n’étaient pas disponibles auparavant. Tout finira par sortir.

Tableau des effondrements et des décès d’athlètes jusqu’au 10 décembre 2021.

Liste des blessures

Voici une liste non exhaustive des blessures signalées. La plupart étaient des arrêts cardiaques.

  • Arrêt cardiaque
  • Caillots sanguins ou thrombose
  • Accident vasculaire cérébral
  • Rythme cardiaque irrégulier
  • Arythmie
  • Neuropathie
  • Décès

Rapport croissant

Cette histoire grandira avec le temps, au fur et à mesure que de nouvelles informations seront ajoutées. Si vous disposez d’une preuve d’informations que nous n’avons pas déjà, ou si vous avez une rectification, merci de nous l’envoyer via notre formulaire de contact, avec le plus d’informations possible. Les informations utiles seraient le nom de la personne, son âge, ce qui lui est arrivé, si elle a reçu le ou les vaccins COVID, la date du décès, un lien vers tout article d’actualité.

Pour les sceptiques qui pensent que c’est normal, n’hésitez pas à répéter les 18 mots suivants, après avoir lu chaque enregistrement ou nom de cette liste.

Répétez ceci après avoir lu chaque ligne :

« Le vaccin COVID est un vaccin normal. L’injection COVID est sûre. Ces blessures et ces décès sont normaux.

Janvier 2021

  1. 01/01/21, Windmore, Pennsylvanie, États-Unis Mort
    Blake Barklage (17 ans), joueur de tennis au lycée La Salle de Windmore, Pennsylvanie. S’est effondré et est décédé d’un arrêt cardiaque, après la victoire de son équipe dans le PCL.  Nouvelles histoires
  2. 01/03/21, Portugal  Mort
    Alex Apolinario (24), joueur de football brésilien Alverca FC s’effondrant sur le terrain avec un arrêt cardiaque pendant le match. Décès quatre jours plus tard  Nouvelles histoire
  3. 01/09/21. États-Unis
    Jordan Glenn, joueur de basket-ball du Wisconsin. S’est effondré sur une pause en début de mi-temps. RCR avec défibrillateur, transféré à l’hôpital par Ambulance.

Suite ICI

L’Échelle de Jacob

maximeverneuil

http://

Puce de passeport Covid ? Une start-up technologique suédoise réalise ce que beaucoup considéraient il y a peu comme une théorie du complot

Les esclaves-nés n’y verront sans doute rien à redire et sont probablement prêts à se faire « pucer » au plus tôt mais les femmes et les hommes libres ne peuvent accepter ce qu’il se prépare. Certains lanceurs d’alerte annoncent cette technologie de puçage-flicage intégral depuis des années sous les sarcasmes et sourires en coin de ceux qui se contentaient de les traiter de « complotistes », comme s’il s’agissait d’une injure. Pourtant, il n’y a de complotistes qu’à mesure qu’existent des comploteurs (NDLA)

Une micropuce de la taille d’un riz produite et jusqu’à présent « avec succès » testée par une entreprise technologique suédoise basée sur le consortium de start-up « Epicentre » de Stockholm, a amené ce qui n’était que récemment largement ridiculisé comme une théorie du complot folle dans le domaine d’un autre complot de l’ ère pandémique fait . Ou comme Joe Rogan aime maintenant plaisanter, au cours des deux dernières années, les hélicoptères noirs-Alex Jones ont fait leurs preuves sur « presque tout ». 

Une vidéo virale publiée dans plusieurs grands points de vente cette semaine a présenté le chef de la société partenaire de développement de technologies d’implantation de puces –  DSruptive , Hannes Sjöblad, expliquant comment cela fonctionne. « Pour le moment, c’est très pratique d’avoir un passeport COVID toujours accessible sur son implant »  , dit-il dans la vidéo. Epicentre a longtemps cherché à produire une « technologie compatible avec l’humain » utile. 

Une entreprise suédoise a mis au point une micropuce qui peut être insérée sous la peau afin que les utilisateurs puissent porter leur passeport Covid dans leur bras. pic.twitter.com/Vkl82q7dGR— Agence de presse AFP (@AFP)

21 décembre 2021

La technologie a été poursuivie et mise en œuvre pour de bon après que le gouvernement suédois a récemment promulgué de nouvelles lois obligeant les citoyens à produire une preuve de vaccination sur place lors de tout rassemblement impliquant plus de 100 personnes. Selon France24 « Suite à cette annonce, le nombre de personnes qui ont eu des micropuces insérées sous leur peau a augmenté : environ 6 000 personnes en Suède ont jusqu’à présent eu une puce insérée dans leurs mains « .

L’étrange et dystopique vidéo de démonstration dispose d’ un iPhone en cours d’ analyse à travers le poignet d’une personne pour obtenir des données confirmant la personne est complètement vacciné … tout pour « commodité » . Ses concepteurs affirment qu’il sera facile de retirer l’appareil si quelqu’un veut se retirer et changer d’avis à tout moment.

Vraisemblablement, en entrant dans un concert, un restaurant, une salle de sport ou un lieu public où les mandats de vaccination sont en vigueur, le personnel de sécurité pourrait scanner un téléphone ou un appareil pour voir immédiatement qui est vaxxé ou non. Sjöblad, qui se décrit également comme un « biohacker » qui a été biopucé, explique dans la vidéo de démonstration : « Par exemple, si je vais au cinéma ou dans un centre commercial, les gens pourront vérifier mon statut, même si Je n’ai pas mon téléphone. »

Pendant ce temps, les médias communistes chinois liés à l’État ont été parmi les premiers à exprimer un vif intérêt pour cette technologie « positive »…

Bip boop bip : Votre carnet de vaccination a été vérifié 🤖 pic.twitter.com/dpAkSCudxf– South China Morning Post (@SCMPNews)

17 décembre 2021

La technologie sous-jacente est basée sur l’identification par radiofréquence, ou communication RFID, qui envoie des signaux via des champs électromagnétiques pour identifier les informations stockées électroniquement. Il est déjà largement utilisé pour des choses comme les paiements mobiles et dans de nombreuses cartes de crédit sans contact – quelque chose qui a augmenté après le début de la pandémie, compte tenu de l’aversion du public à « toucher des choses » en public dans le cadre de leur vie quotidienne. 

Théoriquement, le stockage de données d’une telle puce pourrait éventuellement être étendu pour contenir une vaste gamme d’informations d’identification , ce qui soulève des questions séculaires de confidentialité et de facilité de surveillance par des parties extérieures ou des entités hostiles.

Il y a plus de 30 ans, mon décorateur (un chrétien né de nouveau) m’a dit que le gouvernement nous coderait tous à l’aide d’un code-barres. Cela commence à devenir effrayant.
Une entreprise suédoise propose un pass Covid qui se met sous la peau https://t.co/2AAveY3MUv via @YahooFinanceUK– Nicky Lambert 💫 (@nicedeepbreath)

22 décembre 2021

Par exemple, Fox News rappelle que « Three Square Market, une entreprise technologique basée dans le Wisconsin, est devenue la première entreprise aux États-Unis à  offrir à ses employés des implants de micropuce gratuits similaires  en août 2017. La puce donne aux employés l’accès à des pièces verrouillées et la possibilité de payer pour la nourriture et les boissons dans la salle de pause. »

Et FOX a présenté la photo ci-dessous de l’implant inséré dans le bras d’un employé…

L’affirmation de Sjöblad soulignée dans la vidéo est qu' »ils ne peuvent jamais dire votre position ». Les développeurs de la puce cherchent à assurer au public que vos informations personnelles ne peuvent pas être suivies ou récupérées par inadvertance.

Voyez à quelle vitesse cette vidéo macabre, avec de légères modifications, provient d’un point de vente appartenant au Parti communiste chinois pour refaire surface sur un point de vente allemand sans identifiant chinois dessus. https://t.co/NzWZQi9pQW– J Michael Waller (@JMichaelWaller)

22 décembre 2021

Mais il est clair que le fait que la moitié de la vidéo « d’introduction » de déploiement doit se concentrer sur la question de pouvoir secrètement « suivre » les individus avec l’implant de poignet sans leur consentement semble un aveu suffisamment flagrant pour que même ses développeurs sachent ce qui va sûrement suivre avec la diffusion de tels dispositifs, et une fois que cette boule proverbiale se mettra en branle.

Le PDG tient également à vous assurer que cela ne sera utilisé que « sur une base volontaire » . Ah oui…  faites nous confiance .

ZeroHedge

maximeverneuil

Klaus Schwab : le sort funeste des médias indépendants

Il va falloir se résoudre à regarder la vérité en face, même si elle est insupportable. Si vous avez suivi le live d’hier soir avec Valérie Bugault, vous aurez noté que la première question que je lui ai posée c’est : « Vivons-nous dans une démocratie et dans un Etat de droit ? »

Et si j’ai commencé l’entretien en posant cette question précise c’est parce que je savais que l’analyse des événements que nous vivons et subissons depuis 1 an et demi qui allait découler de sa réponse, serait naturellement plus aisée à expliquer.

Vous l’avez entendu, sa réponse a été catégorique et lourdement argumentée : non, nous ne vivons pas dans une démocratie et non nous ne vivons pas dans un État de droit. A partir de ce constat, tout le reste s’explique. Ce Système dont bénéficie une infime minorité est basé sur la corruption. Alors croire aux fables des valeurs de la République, aux droits de l’homme, à la justice, et au respect des lois quand ceux qui par un habile tour de passe passe, se retrouvent aux postes de pouvoir et s’assoient allégrement sur les lois et l’État de droit dont ils seraient les garants, constitue une première prise de conscience, une grande claque dans la figure…

Ben oui, nous avons tous cru à ces fables. On nous a gavés comme des oies avec leurs fameuses valeurs de la République, avec cette supposée démocratie de théâtre où les guignols gouvernent avec notre assentiment. On a été formatés tout au long de notre vie par cette fiction. Et ceux qui se posaient des questions étaient vite catalogués d’anarchistes, de dissidents, de marginaux. La pensée unique ne tolère pas une autre pensée que la sienne.

Alors pourquoi nous sommes de plus en plus nombreux à ne plus croire à ces fables ? Pourquoi sommes-nous chaque jour plus nombreux à dénoncer ce Système corrompu jusqu’à la moelle ?

Depuis près de 30 ans mes yeux se sont ouverts et la lecture intensive que je pratique depuis longtemps m’y a aidé. Je ne vais pas vous aligner les références littéraires, ce serait pompeux et inutile. Disons qu’acquérir savoir et connaissance m’a ouvert l’esprit et m’a conduit à m’interroger sur la réalité du monde dans lequel on nous fait vivre ou survivre. Et j’ai fini par comprendre que la réalité de ce monde, se cache derrière le rideau de la République, de la démocratie, des droits de l’homme, de l’État de droit et de toutes ces conneries juste utiles à nous maintenir dans le troupeau, à nous garder dans le rang, soumis et obéissants.

Nous sommes juste des machines à produire des richesses pour la minorité qui les détient toutes et qui en contre partie du temps de vie que nous leur vendons à bas prix, nous gratifient en retour d’un salaire tout juste suffisant pour faire face à nos frais de fonctionnement. Ni trop pauvres ni jamais assez riches pour avoir le temps de réfléchir. Les concepteurs de ce Système sont des êtres d’une intelligence supérieure ultra qualifiés en sciences sociales et politiques, mais aussi en économie et psychologie des masses. Ils nous ont parfaitement radiographiés. Du cerveau jusqu’à la pointe des pieds, ils savent parfaitement comment fonctionnent les êtres humains.

Et parce qu’ils sont restés longtemps cachés derrière le rideau, nous n’avions même pas conscience de leur existence. Naïvement nous avons cru que ceux qui dirigeaient le pays et donc nos vies, c’étaient les hommes politiques, les ministres, les présidents. Nous n’avions pas compris qu’ils ne sont que des hommes de paille, des gérants de passage, de simples prêtes noms. Non, nous avons vraiment cru que dans notre République, dans notre démocratie, ce sont eux les responsables de la destinée du pays. Quelle farce !

Alors bien sûr, nous avons eu quelques signaux pour nous aider à ouvrir les yeux. Rappelons-nous du gangster Sarkozy qui assénait dès le début de son mandat : « Nous irons ensemble vers le Nouvel Ordre Mondial et personne, je dis bien personne ne pourra s’y opposer !« 

Bon, à l’époque, combien d’entre nous ont compris ce qui se cachait derrière ces mots en forme de menace ? Combien l’ont pris au sérieux ? Et bien nous avons eu tort de ne pas ouvrir les yeux et de ne pas accorder à ces mots l’importance qu’ils avaient et ce qu’ils annonçaient.

Puis il y a l’effrayant Attali qui nous promet l’enfer sur terre depuis des décennies. Lui aussi est un adepte du Nouvel Ordre Mondial. Et pour cause il est l’un de ses agents les plus zélés, en connexion directe avec le sommet détaché de la pyramide, dans les secrets des dieux… Attali n’est pas un prophète, il est juste un acteur, un activiste forcené et acharné du Nouvel Ordre Mondial avec Jérusalem pour capitale. Son rêve. Le but ultime de sa vie.

Et avec ce Raspoutine, dans le monde occidental, beaucoup d’autres comme lui présents dans l’épicentre de la corruption et du mondialisme, à commencer par la City de Londres, siège social de tous les complots, de toutes les conspirations, de toutes les révolutions, de tous les coups d’Etat, de tous les génocides, de toutes les guerres…

Rappelons-nous ce que disait la mère des Rothschild : « Si mes fils ne voulaient pas la guerre, il n’y en aurait pas…« 

Aujourd’hui ces bâtisseurs du Nouvel Ordre Mondial qui jusqu’à présent se cachaient derrière les gouvernements, derrière le rideau de la fausse démocratie, donnant leurs ordres à nos présidents comme à de vulgaires domestiques, se sentent tellement puissants, qu’ils ont décidé d’apparaître en pleine lumière, et leur présence dévoile enfin la véritable imposture que nous appelons démocratie. Le choc est violent pour ceux qui l’ont compris car cela remet en cause tout ce que l’on nous a fait croire, durant toute une vie.

Et nous découvrons en même temps, qui sont leurs vrais fondés de pouvoir. Les Klaus Schwab, Bill Gates, Anthony Fauci, Georges Soros, Jacques Attali, la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, la BCE, et l’immense toile médiatico-politique obéissant comme un seul homme au moindre claquement de doigt.

La fable de « la démocratie » vient de nous apparaître devant les yeux comme une immense tromperie, une effrayante trahison car derrière ce mot qui ne veut plus rien dire, surgissent les vrais démons qui dirigent notre monde. Et ces démons considèrent que nous sommes trop nombreux sur la terre, ils disent que nous consommons « leurs » ressources, ils affirment qu’il y a trop de bouches inutiles, trop de bons à rien, trop d’imbéciles, trop d’êtres humains qui ne servent à rien.

Même le gangster Sarkozy a affirmé que l’urgence des urgences c’est la réduction de la surpopulation, répétant tel un bon soldat dressé les mêmes mots que Bill Gates qui pense réduire la population mondiale de 10 à 15% avec la vaccination.

Si après ça, nous sommes assez stupides pour ne pas comprendre d’où vient le Covid, qui l’a fabriqué, qui l’a financé et qui l’a disséminé, c’est que notre intelligence ne nous sert à rien. Et finalement nous donnerions raison aux conspirateurs qui n’ont pas le moindre scrupule à vouloir effacer de la surface de la terre, ces êtres stupides dont on ne peut rien tirer de bon.

Pour l’instant le plan se déroule à peu près comme ils le souhaitent. La psychose propagée par les médias a fait son oeuvre.

Une partie d’entre nous a succombé à la peur et suit le narratif officiel à la lettre et l’applique sans se poser la moindre question. Tout est accepté : les confinements, les couvre-feux, la distanciation sociale, la muselière, les tests bidons et même la vaccination, se laissant injecter dans l’organisme un poison dont ils ignorent tout, mais dont les médias et les gouvernements corrompus font croire que c’est bon pour eux, et que s’ils veulent partir en vacances et aller au restaurant, il faut passer par le vaccinodrome. Et ces ignorants, y vont tête baissée…

L’autre partie, celle qui doute, celle qui pose des questions, celle qui cherche des réponses crédibles, celle qui se méfie de cette classe politique vendue aux plus offrants, de ces médecins de plateau tous achetés par les labos, de ces Mr Vaccin plus liés à la Fondation Rothschild qu’à la Santé Publique, de ces pseudo journalistes relayeurs de fausses informations et manipulateurs d’opinion, cette partie là de la population disais-je, a beaucoup de mal à adhérer au narratif officiel et constitue l’épine dans le pied des mondialistes et de ses serviteurs. Cette partie des êtres humains utilise son cerveau et c’est là qu’est le problème…

Et d’où vient cette résistance, cette incrédulité, cette méfiance ? Qui est à l’origine de ce problème ?

Klaus Schwab l’a clairement identifié. Internet et les journalistes et médias indépendants, les lanceurs d’alerte, les esprits libres, les réfractaires, les dissidents et les « complotistes« . Voilà pourquoi ils nous préparent un « cyberpolygon », une interruption d’Internet pour nous réduire au silence.

Mais soyons clairs, pourquoi nous, les damnés du Système ne croyons plus à leurs mensonges ? D’abord parce que nous sommes sans doute plus méfiants que crédules et puis nous faisons intervenir le bon sens et la raison dans nos analyses et nos réflexions.

Quand nos sources d’information sont les médias indépendants qui relayent la parole de Luc Montagnier, Prix Nobel de médecine, du Pr Didier Raoult, le virologue le plus titré du monde mis sous pression et menacé de voir fermer son hôpital et détruire l’oeuvre de sa vie, du Dr Perronne, le Dr Louis Fouché, le Dr Toussaint, l’ancien vice président de Pfizer Michael Yeadon, le Dr Anders Tegnell, le Pr Peter Gøtzsche, le Pr Philippe Parola, le Pr Stefano Montanari, le Pr Carl Heneghan, le Pr Tom Jefferson, le Pr Sucharit Bhakdi, le Pr Bruno Mégarbane, le Pr Michaël Peyromaure, le Dr Nicole Delépine, le Dr Alexandra Henrion Caude, le Dr Heiko Schöning, le Dr Roger Hodkinson, le Pr John Ioannidis, le Pr Peter Schönhöfer, le Dr Pierre Cave, le Pr Yoram Lass, auxquels s’ajoutent de multiples collectifs de médecins dont United Health Professionals connu pour avoir lancé un ultimatum à Macron et à tous les dirigeants complices du plus grand mensonge de l’Histoire et de crime contre l’humanité, que peuvent valoir en face les Karine Lacombe, Gilbert Deray, Jérôme Salomon, Alain Fischer et autres Delfraissy relayés par les médias du mensonge et de la propagande ? Qui se ressemble s’assemble.

Quand en plus de tous ces grands spécialistes de la virologie mondiale, des microbiologistes et des scientifiques comme le Dr Lee Merrit, le Dr Vernon Coleman et le Pr Cherry Tenpenny viennent confirmer ce que leurs collègues internationaux affirment sur l’imposture covidique et le danger de la vaccination, que peut valoir la parole d’un Martin Blachier ou d’un Laurent Alexandre sur BFM ou Cnews ?

Et puis, ces centaines d’avocats de par le monde qui croient encore que le droit peut remplacer la force et la légitime défense, se mobilisent pour trainer devant une justice toute aussi corrompue que nos gouvernements, les labos, les médecins assassins et tous ceux qui par amour de l’argent ont oublié le Serment d’Ippocrate, sont-ils eux aussi victimes d’une halluciation collective, en déposant plainte pour crime contre l’humanité ?

Sans oublier tous les grands intellectuels, les grands penseurs, les sociologues, les historiens, les chercheurs qui viennent soutenir tout ce que la science et la médecine comprend de gens honnêtes et intègres, on ne peut quand même pas supposer que nous soyons tous devenus fous ou atteints de conspirationnisme chronique ?

Soyons sérieux, on ne va pas tous devenir des imbéciles pour faire plaisir aux labos et aux gouvernements corrompus. A l’impossible nul n’est tenu.

Nous sommes capables de mettre dans la balance les affirmations des médecins n’ayant aucun conflit d’intérêt avec les labos et ceux qui ne doivent leur notorieté médiatique qu’à leur haut niveau de corruption. Et si nous avons tendance à faire davantage confiance aux gens honnêtes qu’aux corrompus, ce n’est pas parce que nous sommes complotistes, mais simplement parce que comme toute personne censée et raisonnable, nous savons faire la différence entre les deux.

Donc je comprends pourquoi les chercheurs de vérité sont perçus comme une menace par les mondialistes et leur arme de dépopulation massive, les labos pharmaceutiques.

Je comprends pourquoi Klaus Schwab a décidé de nous criminaliser en nous accusant d’être des diffuseurs de « fausses informations« . Le mensonge ne supporte pas la concurrence de la vérité.

Mais ce que nos oppresseurs ne parviennent pas à comprendre c’est que nous sommes conscients de cette lutte à mort. Nous avons parfaitement compris que ces « bienfaiteurs de l’humanité » veulent nous génocider. Et ils doivent comprendre que notre instinct de survie nous oblige à résister et à lutter parce qu’à part les imbéciles, personne ne veut mourir de son plein gré.

Pour l’instant la guerre se déroule sur le champ de l’information. Le puissant rouleau compresseur médiatique des mondialistes tel un Goliath est freiné par les journalistes et les médias indépendants, les petits David d’Internet. Il est compréhensible que voyant cette campagne criminelle de vaccination patiner et ne pas avancer, cela puisse les agacer.

Mais constatant avec tristesse qu’ils ne renonceront pas à leur projet criminel, je leur prédis des lendemains houleux, des jours de sang et de feu, des jours de colère et de justice car tous ceux qui ont été assassinés jusqu’à présent, demandent des comptes dans leurs tombes. Et tôt ou tard les peuples se léveront et tel un tsunami déferleront sur tous ceux qui de près ou de loin, participent ou auront participé au plus grand crime contre l’humanité de l’Histoire.

Nous sommes conscients que cet affrontement sera biblique et restera dans la mémoire collective de l’humanité comme le Déluge et l’Arche de Noé. Nous savons quelles forces colossales nous avons en face de nous mais nous sommes guidés par la foi, cette foi qui déplace des montagnes et abat les tyrans furieux de ce monde.

Nous avons le coeur calme et l’esprit serein car nous nous sommes préparés à ce choc de Titans, nous nous sommes préparés à mourir pour nos frères et soeurs humains, nous n’avons pas peur. Nous savions que ce jour viendrait.

Mais eux qui veulent nous génocider par pure avidité, par pur égoïsme, par pure inhumanité, pour assouvir leur soif de pouvoir sur le monde, eux oui, devraient avoir peur car la justice de Dieu sera implacable et nous serons son arme la plus redoutable.

MediaZ

maximeverneuil

Jean Castex annonce ce matin la quatrième « dose »

« Nous sommes prêts » pour une 4eme dose de « vaccin » a-t-il affirmé ce matin alors qu’un nouveau record de contaminations quotidiennes a été annoncé mercredi avec 332 252 nouveaux cas de coronavirus en France. Du jamais vu depuis le début de la crise il y a près de deux ans. Cela ne surprendra que ceux qui s’en remettent aux grands médias et croient encore à l’efficacité des injections. Elles ne sont efficaces à 100% que pour enrichir les milliardaires qui les produisent et les circuits qu’ils arrosent, mais se gardent bien de se les faire administrer…

Tout a été dit et relayé sur ce blog, au risque de me répéter. La course folle vers toujours plus de « doses » mène au désastre, comme cela était hélas prévisible et prévu. Dans les hôpitaux, les soignants sont épuisés face aux entrées incessantes mais on oublie de nous rappeler que les instances politiques et sanitaires continuent de dépecer notre système de santé et ont encore fermé 5 700 lits d’hôpital l’an dernier, en pleine épidémie. Du jamais vu.

Une majorité de nos con-citoyens roupillent toujours et s’apprêtent à relever une fois de plus la manche pour recevoir leur troisième puis quatrième « dose » de thérapie génique. Nous leur conseillons le débardeur, nettement plus pratique pour recevoir les piquouses.

Pendant ce temps, une majorité de députés complices ont voté la nuit dernière en faveur du « pass vaccinal » qui n’est rien d’autre qu’une obligation déguisée de se faire « vacciner ». Nous saurons nous en souvenir. La Turquie vient d’annoncer la cinquième « dose » qui nous sera imposée dans les mois qui viennent. Enfin, curieusement, la grippe a, tout comme l’an dernier, curieusement disparu des radars…

maximeverneuil

Pourquoi vouloir à tout prix « vacciner » tout le monde le plus vite possible ?

Nous avons déjà répondu plusieurs fois à cette question et la réponse nous semble toujours aussi évidente :

Presque tout le monde commence à comprendre et à voir que le vaccin n’empêche pas d’attraper, de transmettre le virus du Covid et même d’en développer des formes graves et d’en mourir, contrairement à ce qu’on nous affirmait encore récemment. De plus, nombreux sont ceux qui commencent à se rendre compte aussi que la « vaccination » de masse a fortement aggravé l’épidémie et le taux d’infection avec un pic de contamination cinq fois supérieur à celui de l’an dernier, même période, et alors qu’il y aurait environ 90% de piquousés. Il y a donc forcément une motivation autre que sanitaire.

C’est tout simplement le fait qu’une « vaccination » généralisée permettra de dissimuler que les piquousés meurent plus vite à cause du « vaccin » alors que les non-piquousés semblent se porter plutôt mieux dans l’ensemble. A mesure que passent les mois, les non-piquousés deviennent des témoins gênants.

Loin de reconnaître s’être trompés, les responsables politiques, médiatiques et scientifiques rejetteront alors la faute de l’hécatombe sur une autre pathologie inconnue ou sur le réchauffement climatique, la pollution, la crise économique, la hausse des prix de l’énergie ou des matières premières etc…

C’est ce que nous allons vivre dans les mois et années à venir.

arnauddebrienne

Réflexion relevée sur Telegram aujourd’hui

« Pour un triple vacciné interdit de boites de nuit, masqué à vie, abonné aux « doses de rappel » et qui doit faire un test PCR pour sortir du pays, c’est comme pour un prof qui vote à gauche depuis 30 ans, a milité à SOS racisme, et se fait cracher dessus, insulter et bousculer tous les jours par des racailles… C’est trop tard, ils ne peuvent plus revenir en arrière, admettre qu’ils se sont trompés. Ne reste plus que la fuite en avant, et la haine virulente et absolue, de ceux qui témoignent qu’une autre voie était possible »

Pas mal vu !

arnauddebrienne

Reiner Fuellmich : « Nous avons à faire à des pyschopathes et à des sociopathes » (vidéo 2:39)

A mettre en perspective avec les déclarations d’un président de la République qui, à la stupeur générale déclarait hier : « Les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie ».

Passons sur le niveau minable de la déclaration mais les emmerder pour quoi Monsieur Macron ? Pour la santé publique ? Pour freiner la diffusion du virus ?

Évidemment non, puisque vous ne pouvez ignorer que Jean-François Delfraissy, Président du Conseil scientifique Covid-19, créé par Olivier Véran lui-même, ministre de la Santé, déclarait le mois dernier que pass-sanitaire ne prémunit de rien et ne sert qu’à faire pression pour généraliser la « troisième injection » de thérapie génique« .

Mais la généraliser pour quoi faire ? Pour ce qui concerne l’efficacité des injections elles-mêmes, nul besoin de débat : nous subirions, d’après le gouvernement et les médias un pic de contamination cinq fois plus élevé que l’an dernier dans un pays « vacciné » à 90%, tout est dit. En direct sur BFMTV, le Professeur Claverie a déclaré fin décembre que « La mauvaise nouvelle c’est que le vaccin ne marche pas », ajoutant immédiatement pour être sûr d’être bien compris : « ils ne marchent pas du tout ». Ces injections agissent comme un « booster » d’épidémie, comme cela avait été annoncé par quelques scientifiques indépendants, dès le début de la campagne de « vaccination ». Plus on « vaccine » plus le virus se démultiplie ». Sans parler de l’explosion des effets secondaires graves et décès.

Pour ceux qui veulent aller plus loin, tout a été publié sur ce blog qui a relayé des centaines d’articles et de vidéos sur le sujet.

arnauddebrienne

Martine Wonner, une députée courageuse contre le « pass vaccinal » (vidéo 5:28)

Voilà qui va conforter ma croyance qu’il n’y a plus que les femmes qui en ont !

arnauddebrienne

TVLibertés : Le pass-vaccinal à marche forcée (vidéo 23:23)

Émission du 03/01/2022

Au programme de ce 1er journal de l’année, retour sur les incohérences toujours plus criantes du gouvernement. A l’heure où le projet de pass-vaccinal arrive à l’Assemblée et où les mesures sont toujours plus coercitives, la stratégie du gouvernement n’a plus un seul argument pour tenir.

Également dans l’actualité, la rentrée des enfants. Une rentrée elle aussi bousculée par les règles aberrantes liées au Covid-19.

Et puis nous reviendrons sur Emmanuel Macron qui réalise son rêve, croire qu’il est au sommet de l’Union européenne.

arnauddebrienne

HOLD-ON le documentaire incontournable (vidéo 02:30:03)

La suite du fameux documentaire HOLD-UP qui aurait dû être visionné avant la moindre injection de thérapie génique expérimentale.

HOLD-ON en est la suite, c’est un long documentaire de deux heures et demie à voir absolument et de toute urgence même si le désastre sanitaire annoncé est déjà en cours. Il n’est jamais trop tard pour bien faire….

Nous le laisserons un certain temps épinglé en tête de ce blog tant il nous semble important, ce qui ne vous empêche pas de découvrir les mises à jour, juste en dessous.

arnauddebrienne

En France, la 4ème dose pourrait ne pas être la dernière, dit Véran

Rappel de la méthode maintenant bien rodée : une quatrième dose pour les plus de 65 ans et les plus fragiles… puis, peu après, pour tout le monde, enfants compris. Puis une cinquième pour les plus de 65 ans…. etc. (NDLA)

La question de la quatrième dose de vaccin anti-Covid se posera « assez vite » pour les personnes très âgées, fragiles et immunodéprimées, a déclaré Olivier Véran, évoquant la possibilité de se faire injecter régulièrement d’autres rappels vaccinaux si l’épidémie reste aussi meurtrière et paralysante pour le pays.Malgré les attentes d’Olivier Véran de voir l’épidémie se terminer avec cette vague, potentiellement l’une des dernières, le ministre a laissé entendre le risque de la mise en place d’une quatrième dose pour certains, voire l’éventuelle nécessité de se faire administrer régulièrement des doses de rappel, si la situation ne s’améliore pas.Moins d’une semaine après avoir évoqué la possibilité d’une quatrième dose, dont plusieurs catégories de la population bénéficient déjà en Israël, M.Véran a déclaré ce 3 janvier sur France Inter que ce sujet était à l’étude parmi les scientifiques. Comme pour les campagnes de vaccination précédentes, celle-ci serait ouverte en priorité à plusieurs groupes :

.@olivierveran : « La question d’une nouvelle dose de vaccin va se poser assez vite pour les personnes fragiles dans notre pays, les personnes immunodéprimées ou très âgées. On en discute avec les scientifiques, pour l’instant seul Israël a ouvert cette quatrième dose » #le79inter pic.twitter.com/RXjh2Ask8k— France Inter (@franceinter) January 3, 2022

Selon lui, l’administration d’une nouvelle dose est pertinente car l’immunité « qui est très forte acquise après le rappel » commence à baisser à son tour au bout de quelques semaines.Il a toutefois noté ne pas avoir de réponse précise sur le lancement d’une nouvelle campagne de vaccination.Jugeant probable d’acquérir une immunité soit par la vaccination, soit par l’infection, « vu le taux de contamination sur la planète », M.Véran a supposé que l’épidémie toucherait bientôt à sa fin:

« J’ai dit que c’était peut-être, peut-être, tout est dans le peut-être, la dernière des vagues. »

Dans le cas contraire, le gouvernement risque de procéder à l’immunisation régulière de la population :

« Si on a un vaccin sûr et efficace qui pourrait nous protéger dans la durée de vagues mortelles, plus paralysantes pour notre pays que celles que nous avons connues, nous prendrions, hélas pour celles et ceux qui n’aiment pas se faire vacciner, cette habitude d’avoir des rappels de temps en temps. »

La nécessité d’un nouveau rappel

Israël, le premier pays à autoriser une deuxième dose de rappel vaccinal, a ouvert cette campagne aux personnes vulnérables, très âgées et immunodéprimées, ainsi qu’à celles de plus de 60 ans et au personnel soignant.

Une étude clinique a été lancée le 27 décembre sur un groupe de 150 soignants d’un hôpital de la banlieue de Tel-Aviv afin de déterminer si l’injection d’une deuxième dose de rappel est nécessaire ou non, en particulier face à la propagation rapide d’Omicron. La France attend les résultats de celle-ci pour pouvoir avancer sur cette question, a souligné Olivier Véran, toujours ce 3 janvier.

Sputnik France

arnauddebrienne

Une seringue

Lettre ouverte d’un médecin français « suspendu » aux Conseils de l’Ordre des Médecins

A lire et à faire circuler par tous les moyens… Respect à ce médecin qui contribue à sauver l’honneur de toute une profession

Au Dr BOUET Patrick, Président du Conseil National de l’Ordre des Médecins, 4, rue Léon Jost, 75855 PARIS Cedex 17

Dr DEVYS Pierre-Yves, Président du Conseil Régional Ile-de-France de l’Ordre des Médecins, 9, rue Borromée, 75015 PARIS

Dr THERON Patrick, 4, rue Octave du Mesnil, 94000 CRETEIL

Le 18/12/2021

Messieurs et chers confrères : rendons-la médecine aux médecins

Messieurs et chers confrères,

Je vous adresse cette lettre ouverte pour vous exhorter à réagir face à l’incurie gouvernementale. Cette mascarade de politique prétendument sanitaire que nous, français, vivons n’a que trop duré et je pense que le conseil national de l’Ordre des Médecins a toute sa place pour rappeler à l’Etat le rôle du médecin.

Je tiens tout d’abord à vous rappeler vos devoirs envers les médecins. Vous avez pour mission de « défendre l’indépendance et l’honneur de la profession médicale auprès de l’ensemble de la société française ». Vous êtes les « garant[s] de la relation médecin-patient ».

Depuis la loi honteuse du 5 août 2021, vous acceptez que l’agence régionale de santé outrepasse ses fonctions et soumette les médecins libéraux. Pourquoi acceptez-vous que cette entité administrative boursouflée interdise aux médecins d’exercer ?

L’Etat français s’est arrogé, en opposition complète avec le serment d’Hippocrate, la déclaration de Genève de 1948, l’article 36 du code de déontologie médicale, les articles R4127-36 et L1122-1 du code de santé publique, l’article 16-1 du Code civil français, le code de Nuremberg de 1947, l’article 25 de la déclaration d’Helsinki de 1996, les articles 5 et 16 de la convention d’Oviedo sur les Droits de l’Homme et la biomédecine de 1997, l’article L1111-4 de la loi Kouchner de 2002, l’arrêt Salvetti de 2002, l’article 3 de la directive européenne 2001/20/CE, le droit d’imposer lâchement un traitement expérimental à base d’ARN messager au peuple français.

Un confrère du conseil m’a obligeamment indiqué en août dernier qu’il était de son devoir de me convaincre d’accepter cette « vaccination ». Je vous rappelle qu’en vertu des textes de lois cités et en tant que personne majeure, non soumise à tutelle ou curatelle, j’ai le droit de décider de mon intérêt à participer ou non à des essais de phase 3 dont la fin est prévue le 27 octobre 2022 pour le laboratoire Moderna et le 15 mai 2023 pour le laboratoire Pfizer. Si l’Etat français me refuse ce droit, pourquoi m’a-t-il donc donné des diplômes de docteur en médecine et de spécialiste en dermatologie et vénéréologie en 2016 et m’a donc par ce biais autorisé à prendre des décisions pour la santé de mes patients ? Serais-je devenue, sans que personne ne m’en ait informé, une mineure perpétuelle ?

La situation est grave car le gouvernement actuel, qui n’a pas conscience des limites de son pouvoir, cherche à nous retirer, à nous, médecins, notre capacité de décider des traitements que nous administrons à nos patients. Il a également émis une liste limitative des contre-indications à l’injection d’ARN messager. Cela signifie-t-il que les médecins n’ont plus de légitimité à faire valoir leur art et leur expérience ?

Un médecin a-t-il le droit d’injecter un traitement expérimental à une personne alors même qu’il a conscience que le consentement de cette personne a pu lui être extorqué par l’Etat ? Notre serment d’Hippocrate ne nous enjoint-il pas à ne pas exploiter « [notre] pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences » ? Qu’en est-il alors des corps ? Le médecin aurait maintenant le droit de forcer les corps ? Jamais vous ne me convaincrez de cette ineptie.

Alors que les pouvoirs législatif, judiciaire, médiatique ont laissé l’hubris présidentielle se déchaîner et l’ont même parfois encouragée, je pense que le médecin, conscient qu’il est des limites de son art, doit affirmer le principe de sacralité du corps humain.

Sommes-nous encore des médecins si nous acceptons d’être les instruments de cet Etat ? N’avez-vous pas conscience que l’État veut faire des médecins des techniciens médicaux sans âme ?

Avez-vous conscience que le gouvernement qui utilise actuellement l’autorité des médecins pour imposer des restrictions de tous ordres utilisera demain, dès que le vent tournera, les médecins comme boucs-émissaires ?

Je pense que nous risquons de perdre définitivement la confiance des Français.

Nous avons collectivement montré notre refus de traiter dans les meilleurs délais les personnes atteintes de la maladie à SARS-CoV-2.

Nous avons abandonné les patients non atteints de la maladie à SARS-CoV-2.

Nous nous sommes réfugiés derrière nos écrans, avec la téléconsultation, alors même qu’une nouvelle maladie inconnue était à définir.

Nous avons montré notre incapacité à nous opposer au viol du consentement des Français.

Nous avons montré notre incapacité à évaluer correctement les bénéfices et les risques de l’injection d’ARN messager.

Nous avons montré notre mépris du principe de précaution, notamment pour les enfants, les adolescents et les femmes enceintes alors même que l’histoire de notre discipline regorge d’exemples sordides incitant à la prudence.

Nous avons montré notre incapacité à rapporter efficacement les effets indésirables de l’injection d’ARN messager aux services de pharmacovigilance.

Nous avons montré notre incapacité à défendre les infirmières, les aides-soignantes et tous les autres soignants.

Quel exemple donnons-nous aux jeunes étudiants en médecine ?

Que ferons-nous demain quand l’étendue des complications de l’injection d’ARN messager sur les enfants, les adolescents, les jeunes adultes, les personnes âgées et surtout les femmes enceintes sera révélée ? Que dirons-nous durant les procès qui s’annoncent pour les décennies à venir ? Pensez-vous réellement que les hommes politiques nous protégerons ?

Enfin, je pense qu’il est temps pour le conseil de l’Ordre des médecins d’exiger du gouvernement le respect qui nous est dû et de retirer du code de la santé publique la loi n°2021-1040 du 5 août 2021 dont l’article L3136-1 menace d’emprisonnement les médecins et soignants qui exercent sans avoir au préalable participé aux études de phase 3 des laboratoires Pfizer et Moderna.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, je vous prie d’agréer, Messieurs et chers confrères, l’expression de ma considération distinguée.

Docteur Zineb Deheb

Le Saker francophone

arnauddebrienne

Prochainement, pour répondre à un succès grandissant, représentation supplémentaire et exceptionnelle du Coronacircus !

Devant le succès grandissant du Coronacircus et de sa troupe, son directeur artistique a décidé d’offrir prochainement aux Français une représentation exceptionnelle.

Selon nos informations, un illusionniste de renommée internationale pourrait y annoncer un certain nombre de mesures innovantes et scientifiquement validées pour freiner la prétendue pandémie de Couillonnavirus :

  • En préambule et dans un numéro de prestidigitation éblouissant, un mentaliste connu (dont le nom se termine par « tex » ou « sex », je ne sais plus) nous offrira un instant inoubliable de rêve et d’évasion sur le thème : comment dans un pays « vacciné » à 90% peut-on observer un pic de contamination cinq fois supérieur à celui d’il y a un an, avant « vaccination » ? Du grand art, de l’émotion, du sensationnel !
  • Après l’interdiction de manger en position debout, il serait préconisé de se sustenter accroupi ou en position du lotus. En revanche l’OMS déconseille la position dite du poirier.
  • Les jours impairs il sera obligatoire de traverser les rues à cloche-pied en scandant « Macron Président ! »
  • Les jours pairs c’est à reculons qu’il faudra traverser pour, à la fois éviter le virus et optimiser ses chances de trouver un emploi
  • Faute de mobilisation contre le virus sournois, certains experts redoutent l’apparition d’un nouveau variant au mois d’avril prochain : le Omacron, à la fois tenace et dont on peut mettre jusqu’à cinq ans à se débarrasser….
  • Une plume d’autruche ou de paon dans le derrière devrait permettre de réduire fortement l’intensité des contaminations et après avoir plumé les pigeons, le gouvernement s’engage donc à s’attaquer aux autruches et aux paons. Pour les petits budgets, une plume de dindon (de la farce) pourrait faire l’affaire
  • Dorénavant, le masque FFP2 devient obligatoire aux toilettes, sous la douche, pour manger des spaghettis bolognaises et pour tout ce qui concerne les galipettes et autres gaudrioles
  • Selon une récente étude financée par Bill Gates coiffer un pot de chambre sur la tête en extérieur permet d’éviter les formes graves de la maladie
  • Une bonne protection passe par une injection hebdomadaire ou même quotidienne
  • Enfin, invoquer chaque jour au réveil et au coucher St Albert Bourla (Saint patron et PDG de Pfizer) permettra d’écarter les esprits mauvais et surtout complotistes. Ce saint homme a renoncé à se faire injecter le merveilleux élixir dont il fabrique plusieurs milliards de flacons afin de laisser à un anonyme de par le monde sa petite dose. Cet esprit de sacrifice force l’admiration. Un saint homme !

arnauddebrienne

Pas vu à la télé ! Voici le résultat de la folle politique sanitaire menée par la France et de toutes ses incohérences

Source

En 2022 il faudra encore ouvrir les yeux, se tourner vers l’étranger pour trouver la vérité …Les injections exposent à la contamination plus qu’elles ne protègent…

Le blog de Patrice Gibertie

Lire et faire circuler le livre le plus complet sur le sujet : « Covid-19 – Enquête sur un virus« , de Philippe Aimar

arnauddebrienne

Pic de contamination cinq fois plus élevé qu’avant la « vaccination » massive ! Comme c’est bizarre…

Pr Eric Chabrière: « Pic record de l’épidémie cinq fois plus que les pics précédents. Selon Véran, ce doit être à cause des non vaccinés qui sont cinq fois plus nombreux cette année qu’il y a un an. Arrêtons de diviser et d’insulter les français avec des justifications minables. Échec du pass sanitaire »

arnauddebrienne

Se méfier du mouton berné…

Quand le mouton sait qu’il a été berné, il commence d’abord par se montrer agressif contre celui qui lui a révélé la vérité.

Puis il se calme, réfléchit et se retourne contre celui qui lui a fait du mal.

C’est ainsi que ça se passe et que ça se passera. Le mouton deviendra lion.

Florian Philippot

arnauddebrienne

Incroyable : Twitter suspend le compte du docteur Robert Malone, pionnier de l’ARN messager

Information à méditer par tous les bourrins qui riochent niaisement en évoquant les « complotistes », c’est-à-dire tous ceux qui ne se suffisent pas des mensonges d’État et de ce que publie la presse aux ordres (car grassement subventionnée). L’un des pionniers de la technologie ARNm se voit fermer son compte Twitter suivi par 516 000 abonnés pour avoir simplement critiqué l’injonction criminelle de faire injecter la substance expérimentale aux enfants. Compte tenu de ses conclusions (à la fin de cet article) on a toutefois du mal à comprendre qu’il puisse quand même préconiser ces injections pour certains publics… )(NDLR)

Le réseau social a suspendu le compte de Robert Malone, suivi par plus de 500 000 personnes, pour un motif inconnu. À l’origine d’une découverte liée au développement des vaccins à ARN, il est par ailleurs critique de leur inoculation aux enfants.

ñlkj



Ce 30 décembre dans l’après-midi, le compte du docteur Robert Malone n’était plus accessible depuis plusieurs heures sur Twitter, où il était suivi par environ 516 000 followers. Robert Malone est un biologiste moléculaire, épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses ayant travaillé sur l’ARN messager. Il est à l’origine de la découverte de la capacité de celui-ci à pénétrer dans des cellules humaines et à les conduire à produire des protéines : une avancée qui a permis le développement ultérieur des vaccins à ARN – comme ceux contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech et de Moderna. Twitter n’a pas commenté dans l’immédiat cette suspension.

Sur son compte Telegram, Robert Malone a réagi à la nouvelle en ces termes :

« Cela signifie […] que nous avons perdu un élément essentiel dans notre combat pour empêcher que ces vaccins soient imposés aux enfants et pour mettre fin à la corruption de nos gouvernements, ainsi que du complexe médico-industriel et des industries pharmaceutiques. »

Au cours de la pandémie, Robert Malone est apparu comme un critique de nombre de politiques mises en œuvre afin de lutter contre la propagation du Covid-19. S’il recommande la vaccination des populations à risque – telles que les personnes âgées ou celles souffrant de comorbidités – et a déclaré s’être personnellement fait vacciner en raison de son âge, il estime en revanche que chez les sujets jeunes et chez les enfants, les risques de la vaccination contre le Covid-19 à l’aide de vaccins à ARN l’emportent sur les avantages.

Comme le souligne Libération, Robert Malone promeut par ailleurs pour le compte du conglomérat Reliance Life Sciences un vaccin anti-Covid « traditionnel », RelCovaxTM, « concurrent » des vaccins à ARN messager. Le 12 décembre, dans une vidéo diffusée sur Internet, Robert Malone, s’était opposé frontalement à la vaccination des enfants à l’aide de vaccins à ARNm, en ces termes relayés par Libération : « Je suis un médecin et scientifique, mais plus important encore, je suis un père et grand-père […] Je suis vacciné contre le Covid et je suis généralement pro-vaccination. J’ai consacré toute ma carrière au développement de moyens sûrs et efficaces pour prévenir et traiter les maladies infectieuses. »

Il poursuit en évoquant « trois points essentiels » qui doivent selon lui être pris en considération par les parents « avant de prendre [la] décision irrévocable » de vacciner leur enfant :

« Le premier, c’est qu’un gène viral sera injecté dans les cellules de votre enfant. [Il] oblige son organisme à fabriquer des protéines spike toxiques. Ces protéines provoquent souvent des dommages permanents dans les organes vitaux des enfants. […] La deuxième chose que vous devez savoir est que cette nouvelle technologie n’a pas été testée de manière adéquate. Nous avons besoin d’au moins cinq ans de tests et de recherches avant que nous puissions réellement comprendre les risques associés à cette nouvelle technologie. Un dernier point : la raison qu’ils vous donnent pour vacciner votre enfant est un mensonge. Vos enfants ne représentent aucun danger pour leurs parents ou leurs grands-parents. C’est en fait le contraire. Leur immunité, après avoir reçu le Covid, est essentielle pour sauver votre famille, voire le monde, de cette maladie. »

Commentaire : Cet avertissement les adultes aussi devraient en tenir compte.

SOTT

arnauddebrienne

Cliquer pour agrandir

Les vœux du Professeur Didier Raoult

« Bonne année à vous tous dont mes amis et soutiens de l’IHU. Ne doutez pas, la raison, notre alliée, finira par triompher.

Je suis reposé, en pleine forme, nous ne nous coucherons pas, je n’ai pas peur et je suis avec vous pour faire face à la fois aux surprises de la nature et aux erreurs de ceux qui sont censés gérer les crises. Bon courage ! Pour moi je ne recule devant rien ni personne. »

Pr Didier Raoult

arnauddebrienne

Didier Raoult

Revirement spectaculaire du Garde des Sceaux Dupond-Moretti concernant la vaccination contre le Covid-19

Revirement spectaculaire du Garde des Sceaux Dupond-Moretti concernant la vaccination contre le Covid-19

Revirement spectaculaire du Garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti concernant la vaccination contre le Covid-19 ! Il ose traiter les non vaccinés de « faille dans le système » ! La seule faille dans le système c’est le fait que le Garde des sceaux soit mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et reste en poste refusant de démissionner, ce qui est une première historique. Rappelons qu’une plainte a été déposée contre lui par l’ avocat Fabrice Di Vizio.

Revirement spectaculaire du Garde des Sceaux
Éric #DupondMoretti concernant la vaccination
contre le #Covid19 ! #Escrocs #TerrorismeSanitaire pic.twitter.com/dxoDbyQUIQ

— LeLibrePenseur (@LLP_Le_Vrai) December 30, 2021

arnauddebrienne

Revirement spectaculaire du Garde des Sceaux Dupond-Moretti concernant la vaccination contre le Covid-19

Des résultats d’autopsie donnent des preuves irréfutables du rôle des injections à base d’ARNm dans les décès post-« vaccination »

Source Doctors4covidethics

Ce texte est un résumé écrit des présentations des docteurs Bhakdi et Burkhardt lors du symposium Doctors for COVID Ethics qui a été diffusé en direct par UKColumn le 10 décembre 2021.

Les preuves

Nous présentons ici des preuves scientifiques qui devraient provoquer l’arrêt immédiat de l’utilisation des vaccins génétiques COVID-19. Nous expliquons d’abord pourquoi ces agents ne peuvent pas protéger contre les infections virales. Alors qu’aucun effet positif ne peut en être attendu, nous montrons que les vaccins peuvent déclencher des processus autodestructeurs qui conduisent à des maladies débilitantes et à la mort.

Pourquoi les vaccins ne peuvent pas protéger contre l’infection

Une erreur fondamentale à la base du développement des vaccins COVID-19 a été de négliger la distinction fonctionnelle entre les deux grandes catégories d’anticorps que le corps produit pour se protéger des microbes pathogènes.

La première catégorie (IgA sécrétoire) est produite par les cellules immunitaires (lymphocytes) qui sont situées directement sous les muqueuses qui recouvrent les voies respiratoires et intestinales. Les anticorps produits par ces lymphocytes sont sécrétés à travers et à la surface des muqueuses.

Ces anticorps sont donc sur place pour rencontrer les virus transmis par l’air, et ils peuvent être en mesure d’empêcher la liaison virale et l’infection des cellules.

La deuxième catégorie d’anticorps (IgG et IgA circulants) se trouve dans la circulation sanguine. Ces anticorps protègent les organes internes de l’organisme contre les agents infectieux qui tentent de se propager via la circulation sanguine.

Les vaccins qui sont injectés dans le muscle – c’est-à-dire à l’intérieur du corps – n’induiront que des IgG et des IgA circulantes, et non des IgA sécrétoires. De tels anticorps ne peuvent pas et ne protégeront pas efficacement les muqueuses de l’infection par le SRAS-CoV-2. Par conséquent, les « percées infectieuses » actuellement observées chez les personnes vaccinées ne font que confirmer les défauts de conception fondamentaux des vaccins.

Les mesures d’anticorps dans le sang ne peuvent jamais fournir d’informations sur l’état réel de l’immunité contre l’infection des voies respiratoires.

L’incapacité des anticorps induits par le vaccin à prévenir les infections par coronavirus a été signalée dans des publications scientifiques récentes.

Les vaccins peuvent déclencher une autodestruction

Une infection naturelle par le SRAS-CoV-2 (coronavirus) reste, chez la plupart des individus, localisée aux voies respiratoires. En revanche, les vaccins amènent les cellules situées au plus profond de notre organisme à exprimer la protéine de pointe virale, ce qui n’était pas prévu par la nature. Toute cellule qui exprime cet antigène étranger sera attaquée par le système immunitaire, qui fera intervenir à la fois des anticorps IgG et des lymphocytes T cytotoxiques. Cela peut se produire dans n’importe quel organe. Nous constatons aujourd’hui que le cœur est touché chez de nombreux jeunes, ce qui entraîne une myocardite, voire un arrêt cardiaque soudain et la mort. Comment et pourquoi de telles tragédies pourraient être liés à la vaccination sont restés des conjectures, faute de preuves scientifiques. Cette situation est maintenant rectifiée.

Études histopathologiques : les patients

Des analyses histopathologiques ont été réalisées sur les organes de 15 personnes décédées après la vaccination.

L’âge, le sexe, le carnet de vaccination et le moment du décès après l’injection de chaque patient sont indiqués dans le tableau de la page suivante. Les points suivants sont de la plus haute importance :

– Avant le décès, seuls 4 des 15 patients avaient été traités dans une unité de soins intensifs pendant plus de 2 jours. La majorité d’entre eux n’ont pas été hospitalisés et sont décédés chez eux (5), dans la rue (1), au travail (1), dans la voiture (1) ou dans un service de soins (1). Par conséquent, dans la plupart des cas, il est peu probable que l’intervention thérapeutique ait influencé de manière significative les résultats post-mortem.

– Pas un seul de ces décès n’a été imputé à la vaccination par le coroner ou le procureur général ; cette relation n’a été établie que par les résultats de notre autopsie.

– Les autopsies conventionnelles réalisées en premier lieu n’avait pas non plus révélé d’indices évidents d’un rôle possible de la vaccination, puisque seul l’aspect macroscopique des organes était observé, sans aller dans le détail. Dans la plupart des cas, une « insuffisance cardiaque rythmogène » a été indiquée comme cause du décès.

Mais nos analyses histopathologiques ultérieures ont ensuite montré un résultat totalement différent. Voici un résumé des résultats fondamentaux.

Cas / Sexe / Age (années) / Vaccin (injections) / intervalle entre le décès et la dernière injection

  1. femme. 82. Moderna (1. et 2.). 37 jours
  2. hommes. 72. Pfizer (1.). 31 jours
  3. femme. 95. Moderna (1. et 2.). 68 jours
  4. femme. 73. Pfizer (1.). inconnu
  5. homme. 54. Janssen (1.). 65 jours
  6. femme. 55. Pfizer (1. et 2.). 11 jours
  7. homme. 56. Pfizer (1. et 2.). 8 jours
  8. homme. 80. Pfizer (1. et 2.). 37 jours
  9. femme. 89. Inconnu (1. et 2.). 6 mois
  10. femme. 81. Inconnu (1. et 2.). inconnu
  11. homme. 64. AstraZeneca (1. et 2.). 7 jours
  12. femme. 71. Pfizer (1. et 2.). 20 jours
  13. homme. 28. AstraZeneca (1.), Pfizer (2.). 4 semaines
  14. homme. 78. Pfizer (1. et 2.). 65 jours
  15. femmes. 60. Pfizer (1.). 23 jours

Études histopathologiques : résultats

Des résultats histopathologiques de nature similaire ont été détectés dans les organes de 14 des 15 personnes décédées. Les organes les plus fréquemment touchés étaient le cœur (14 cas sur 15) et le poumon (13 cas sur 15). Des altérations pathologiques ont en outre été observées dans le foie (2 cas), la glande thyroïde (thyroïdite de Hashimoto, 2 cas), les glandes salivaires (syndrome de Sjögren, 2 cas) et le cerveau (2 cas).

Un certain nombre d’aspects saillants ont dominé dans tous les tissus affectés de tous les cas :

  1. événements inflammatoires dans les petits vaisseaux sanguins (endothéliite), caractérisés par une abondance de lymphocytes T et de cellules endothéliales mortes séquestrées dans la paroi du vaisseau ;
  2. l’accumulation périvasculaire extensive de lymphocytes T ;
  3. une infiltration lymphocytaire massive de lymphocytes T dans les organes ou tissus non lymphatiques environnants.

L’infiltration lymphocytaire est parfois associée à une activation lymphocytaire intense et à la formation de follicules. Lorsque ces phénomènes étaient présents, ils s’accompagnaient généralement d’une destruction tissulaire.

Cette combinaison de pathologie multifocale, dominée par les lymphocytes T, qui reflète clairement le processus d’auto-attaque immunologique, est sans précédent. Comme la vaccination était le seul dénominateur commun à tous les cas, il ne fait aucun doute qu’elle a été le déclencheur de l’autodestruction chez ces personnes décédées.

Conclusion

L’analyse histopathologique montre des preuves claires d’une pathologie de type auto-immune induite par le vaccin dans plusieurs organes. Il est évident que l’on doit s’attendre à ce qu’une myriade d’événements indésirables dérivant de tels processus d’auto-attaque se produise très fréquemment chez tous les individus, en particulier après des injections de rappel.

Sans aucun doute, l’injection de vaccins génétiques COVID-19 met des vies en danger de maladie et de mort. Nous notons que tant les vaccins à base d’ARNm que de vecteurs sont représentés parmi ces cas, ainsi que les quatre principaux fabricants.

Les auteurs

Le Dr Bhakdi a passé sa vie à pratiquer, enseigner et rechercher la microbiologie médicale et les maladies infectieuses. Il a présidé l’Institut de microbiologie médicale et d’hygiène de l’Université Johannes Gutenberg de Mayence, en Allemagne, de 1990 jusqu’à sa retraite en 2012. Il a publié plus de 300 articles de recherche dans les domaines de l’immunologie, de la bactériologie, de la virologie et de la parasitologie. Il a été rédacteur en chef de Medical Microbiology and Immunology, l’une des premières revues scientifiques de ce domaine, fondée par Robert Koch en 1887.

Le Dr Arne Burkhardt est un pathologiste qui a enseigné aux universités de Hambourg, Berne et Tübingen. Il a été invité comme professeur invité/visiteur au Japon (Nihon University), aux États-Unis (Brookhaven National Institute), en Europe, en Corée, en Suède, en Malaisie et en Turquie. Il a dirigé l’Institut de pathologie de Reutlingen pendant 18 ans. Par la suite, il a exercé en tant que pathologiste indépendant avec des contrats de consultation avec des laboratoires aux États-Unis. Burkhardt a publié plus de 150 articles dans des revues scientifiques allemandes et internationales ainsi que des contributions à des manuels en allemand, en anglais et en japonais. Pendant de nombreuses années, il a audité et certifié des instituts de pathologie en Allemagne.

Sucharit Bhakdi et Arne Burkhardt

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

JeminformeTV

Lire et faire circuler le livre le plus complet sur le sujet : « Covid-19 – Enquête sur un virus« , de Philippe Aimar

arnauddebrienne

❌