Revue de presse

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 27 novembre 2022PLANETES360

LA CONNERIE A PRIS LE POUVOIR ! COMPRENDRE LE CERVEAU DE NOS « ÉLITES » – Jacques Généreux

▷ Jacques Généreux est professeur d’économie, une matière qu’il enseigne depuis près de trente-cinq ans. Pourfendeur de longue date du néolibéralisme et de l’absurdité des politiques économiques menée depuis 30 ans, Jacques Généreux a écrit de nombreux ouvrages fondamentaux pour proposer une économie plus égalitaire et rationnelle. Face au refus de nos élites de mettre fin au sabotage de la France, il explore dans son dernier livre « Quand la connerie économique prend le pouvoir » une nouvelle thèse à la croisée entre l’économie et les sciences cognitives : celle de la bêtise.

Une interview par Olivier Berruyer, pour le média indépendant en ligne Élucid.

L’article LA CONNERIE A PRIS LE POUVOIR ! COMPRENDRE LE CERVEAU DE NOS « ÉLITES » – Jacques Généreux est apparu en premier sur PLANETES360.

EN FINIR AVEC L’UNION EUROPÉENNE, CETTE OLIGARCHIE QUI NOUS MÈNE À LA RUINE – Olivier Delorme

▷ Olivier DELORME est historien et romancier, auteur notamment des trois tomes de « La Grèce et les Balkans du Ve siècle à nos jours » et de « 30 bonnes raisons pour sortir de l’Europe » aux Éditions H&O. Il vit en Grèce désormais, sur une petite île proche de la côte Turque.

Dans cet entretien par Olivier Berruyer pour Élucid, Olivier Delorme pourfend tous les mythes de l’Union européenne : L’Europe de la paix, l’Europe qui protège, l’Europe sociale… Il démontre que cette institution est en réalité antidémocratique, oligarchique, et menace nos intérêts économiques tout en anéantissant la voix de la France sur le plan géopolitique. Un état des lieux sans langue de bois, pour regarder la vérité en face : une coopération est nécessaire, mais pas au prix de l’anéantissement de la souveraineté des peuples.

L’article EN FINIR AVEC L’UNION EUROPÉENNE, CETTE OLIGARCHIE QUI NOUS MÈNE À LA RUINE – Olivier Delorme est apparu en premier sur PLANETES360.

Voiture électrique : ils sont devenus fous !

L’écologie n’est bien sûr qu’un prétexte. On est là encore dans la démolition contrôlée imposée aux peuples européens, cobayes malgré eux de la Grande Réinitialisation prévue à l’horizon 2030… L’oligarchie mondialiste (i.e. néo-communiste) sait parfaitement ce qu’elle fait. OD

L’oukase est tombé de Bruxelles, le 14 juillet 2001. Ce jour-là, la Commission européenne annonce sa volonté d’interdire, purement et simplement, la vente de véhicules neufs émetteurs de CO2 d’ici 2035. Quels qu’ils soient. Cela va du diesel en passant par l’essence, mais concerne aussi les hybrides qui tentent de concilier l’électrique et le thermique.

Cette décision idéologique et liberticide est une folie, aux conséquences économiques et sociales considérables pour la France.

CARACTÉRISTIQUES DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE

La voiture électrique a une autonomie réduite :

– qui dépend de la puissance de sa batterie et de son prix,

– qui diminue avec la vitesse, avec le froid et avec la chaleur.

La voiture électrique doit être rechargée, ce qui suppose, dès que l’on s’éloigne de son domicile – à condition d’avoir une maison particulière – de trouver une borne de recharge disponible et d’avoir du temps devant soi : des dizaines de minutes, comparées aux quelques minutes nécessaires pour les voitures thermiques. De plus :

Un plein électrique [est] plus onéreux qu’un plein au gazole.

Or, si l’oukase de Bruxelles est respecté, quinze millions de voitures électriques seront en circulation en France en 2035, qui nécessiteront 7,3 millions de chargeurs dès 2030 selon l’ICCT. Une borne de recharge est déjà coûteuse pour un particulier, même aidé, et problématique pour les copropriétés et les parkings.

La voiture électrique, subventionnée, a un surcoût de 50% et est donc réservée aux riches, qui sont de plus considérés comme ayant un comportement vertueux sur le plan écologique. Elle est déjà une bonne affaire pour les constructeurs, dont les marges, avec son prix élevé, sont plus grandes, pour de petites séries.

Mais ils ne le font toutefois pas vraiment de bon coeur : Pour les groupes contrevenants qui vendent leurs véhicules [thermiques] dans l’Union, les fonctionnaires européens ont fixé la punition à 95 euros par voiture et par gramme [de CO2 au kilomètre] excédant la limite fixée par Bruxelles. Soit 15 milliards € d’amendes…

Le prix d’une voiture électrique n’est plus affiché et, en lieu et place, est vanté le loyer mensuel, avec option d’achat, sauf que le chèque de rachat du véhicule en fin de partie est généralement salé, surtout si l’acheteur a dépassé le kilométrage annuel imposé sur la durée de « location » ou  s’il doit effectuer des réparations…  

UN OUKASE PEUT EN CACHER DEUX AUTRES

Avez-vous entendu parler des ZFE, les zones à faible émission ?

Deux textes de loi imposent, à un horizon très proche, une atteinte sans précédent à la liberté de circuler en France. La loi LOM (loi d’orientation des mobilités) et la loi Climat et Résilience.

Les véhicules les plus polluants – les véhicules essence d’avant 2006 et diesel d’avant 2011 – seront interdits de circuler dans les agglomérations de plus de 150 000 habitants dès le 1er janvier 2025. Cela représente 17,5 millions de véhicules, 43% du parc automobile actuel, dont l’âge moyen en France est de 10 ans.

Ce sera catastrophique pour tous ceux – ils sont nombreux, bien sûr dans les zones rurales, mais même dans les centres urbains -, qui utilisent leur véhicule pour aller au travail ou exercer leur métier, mais aussi pour faire leurs courses ou aller chercher leurs enfants à l’école. Quand ils le sauront, le réveil sera douloureux…

BILAN DE LA VOITURE ÉLECTRIQUE

La voiture électrique sera catastrophique pour tous ceux qui travaillent dans la filière automobile: ouvriers, équipementiers, garagistes, concessionnaires, casses auto, sous-traitants, stations-service, contrôle technique etc. Des dizaines de milliers d’emplois disparaîtront et ne seront pas compensés par les emplois nouveaux. 

L’oukase de Bruxelles ne fait pas que des malheureux. Ainsi les Chinois vont-ils s’engouffrer dans le marché européen de l’automobile où ils avaient du mal à pénétrer quand il était dominé par la voiture thermique et ses normes de sécurité. En effet 45% des véhicules électriques produits dans le monde le sont en Chine.

Le bilan moral et écologique de la voiture électrique est désastreux :

– Au coeur du Katanga, l’écrin minier de la République démocratique du Congo, 40 000 enfants sont exploités, dans des conditions indignes, pour creuser à main nue, transporter à même le dos, pour parfois 1 dollar par jour, des milliers de tonnes de cobalt [« l’or bleu »], […] indispensable à la fabrication des batteries.

– Quant au lithium devenu, lui, l’ »or blanc » des batteries, il est très largement exploité en Amérique latine, avec une fâcheuse et justifiée réputation. Celle d’assécher les sols. […] Extraire 1 tonne de lithium peut nécessiter la consommation de près de 2 millions de litres d’eau.

– Une voiture électrique doit rouler cinq ans en France avant de rattraper le bilan carbone d’une thermique.

– Le recyclage des batteries consiste à trier, démonter, broyer, faire fondre les alliages, purifier les liquides à risques, ce qui est énergivore, mais on s’est bien gardé d’en calculer l’impact carbone sur la vie d’une voiture électrique…

– Pour faire le plein des 15 millions de voitures électriques prévues en 2035, il ne faudra pas compter sur le parc nucléaire – il ne sera pas prêt à l’échéance -, ni sur les énergies renouvelables – il faudrait implanter d’ici-là 28 000 mâts d’éoliennes supplémentaires et 150 000 hectares de panneaux photovoltaïques -, alors il faudra recourir au charbon, l’énergie la plus émettrice de CO2.

QUOI QU’IL EN COÛTE

Enfin la mise en oeuvre sera coûteuse. L’État ne pourra plus compter sur les 40 milliards annuels que lui rapportent les taxes sur l’essence. Il aura dépensé sans compter, dans l’intervalle – quoi qu’il en coûte –  pour aider à l’acquisition ou à la location d’une voiture électrique, pour équiper le pays de bornes électriques et pour aider les entreprises de la filière automobile à investir massivement.

N’aurait-il pas mieux valu reculer l’échéance ? Compte tenu de l’âge de notre parc automobile – plus de 10 ans en moyenne en France – son simple renouvellement à 50% permettrait déjà de faire baisser les émissions de COde moitié, compte tenu des normes d’émission des véhicules thermiques plus récents.

Tout cela suppose évidemment que les émissions de COsoient polluantes et à l’origine du réchauffement climatique, ce que l’auteur ne remet pas en cause, mais qui est de plus en plus controversé. Il ne parle pas non plus de la faible part de la France et de l’Europe, dans les émissions mondiales de CO2. C’est dommage parce que l’effort demandé, qui profite déjà et profitera à la Chine, est disproportionné par rapport au résultat global.

CONCLUSION

Quoi qu’il en soit – ce livre le prouve – avec la voiture électrique imposée dans un délai court par les écolos-technocrates de la Commission de Bruxelles, imposée dans tous les sens du terme, la France et l’Europe vont droit dans le mur et, à moins d’un changement de cap ou d’échéance, connaîtront violence sociale et sociétale

Francis Richard, le 25 novembre 2022

Voiture électrique : ils sont devenus fous !, François-Xavier Pietri, 208 pages, Éditions de l’Observatoire

Publication commune avec LesObservateurs.ch

L’article <a href="https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2022/11/25/voiture-electrique-ils-sont-devenus-fous/">Voiture électrique : ils sont devenus fous !</a> est apparu en premier sur PLANETES360.

Cette maire pro-vax se fait fermer son clapet par André Bercoff !

Vidéo sur le thème de la réintégration du personnel non vacciné suspendu dans laquelle André Bercoff accompagné par Jean-Marc Morandini clouent littéralement le bec de cette maire du 5ème arrondissement de Paris.

L’article Cette maire pro-vax se fait fermer son clapet par André Bercoff ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Richard de Seze présente “Bob et bobette” et “Les bons mots de l’histoire”

Notre partenaire Valeurs actuelles Richard de Seze présente “Les bons mots de l’histoire” d’Hubert Van Rue aux éditions Robert Laffont et “Bob et bobette” aux éditions Triomphe.

L’article Richard de Seze présente “Bob et bobette” et “Les bons mots de l’histoire” est apparu en premier sur PLANETES360.

Hier — 26 novembre 2022PLANETES360

Les vaccinés sont bien moins nombreux ! Une fake-news de plus !

La stratégie mise en place par le gouvernement depuis 2 ans n’a jamais eu pour but de prendre soin des Français, mais de les pousser à la vaccination. Pour arriver à cette fin, des mesures coercitives lourdes ont été mises en place, et l’arsenal statistique a été déployé. Sa plus grande force a été d’invisibiliser les non vaccinés, les faisant passer pour des fous marginaux et insignifiants. Le nouveau rapport des statisticiens du ministère de la Santé lève le voile sur ce mensonge, un des plus insidieux depuis le début de la crise, et qui a servi de socle à l’attirail statistique permettant de surestimer l’efficacité vaccinale.

L’article Les vaccinés sont bien moins nombreux ! Une fake-news de plus ! est apparu en premier sur PLANETES360.

COVID : Surtout pas de vague ! (médias, science et politique)

Il se murmurait il y a quelques semaines encore l’arrivée d’une huitième vague covid importantissime. Aujourd’hui l’heure est surtout à ne plus faire de vague avec ce sujet délicat où des procès et annonces tombent et viennent enrayer le peur gangrénante des deux dernières années. Pourquoi ce silence gêné alors que les invectives menaçantes pleuvaient il y a quelques mois encore ?

L’article COVID : Surtout pas de vague ! (médias, science et politique) est apparu en premier sur PLANETES360.

Sixième 49.3 en un mois ! SILENCE la FRANCE DORT

Sixième 49.3 en un mois.

Si vous ne comprenez pas les forces à la manœuvre pour terminer notre mode de vie, il est trop tard.

Appelez ça démocratie, c’est mignon, mais c’est inexact.

— Alexis Poulin (@Poulin2012) November 25, 2022

L’article Sixième 49.3 en un mois ! SILENCE la FRANCE DORT est apparu en premier sur PLANETES360.

Géopolitique. Peut-on encore questionner la politique américaine ?

Peut-on encore critiquer la politique américaine ou émettre quelques jugements sans se retrouver immédiatement taxer de suppôt de Moscou ou d’agent du Kremlin se demande-t-on enfin et à juste titre sur CNews.

Il ne faut avoir aucune naïveté sur les Américains.

Ils sont charmants bien évidemment, ils nous ont libéré, sans eux nous parlerions allemand etc, etc…

Une fois évoqués tous ces poncifs bien pensants, n’oubliez jamais ce que disait François Mitterrand le président de la République que les moins de 20 ans n’ont pas connu.

« Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort ».

Un pouvoir sans partage.

C’est cette volonté de pouvoir sans limite qui met le monde à feu et à sang, cette volonté de pouvoir et la nécessité de mener des guerres pour l’énergie avec une stratégie de long terme du côté des Etats-Unis que bien peu de citoyens du monde comprennent.

La confrontation actuelle avec la Russie ne doit rien au hasard, de même que la confrontation avec la Chine est déjà prévisible et largement prévue par les états-majors américain de même que par les pays membre de l’Otan, comme l’Allemagne qui a décidé de « renforcer les règles applicables aux entreprises très exposées à la Chine, en les obligeant à divulguer davantage d’informations et éventuellement, à effectuer des tests de résistance aux risques géopolitiques, selon un projet de document confidentiel consulté par Reuters ».

Voici un homme qui a du respect pour mon intelligence. pic.twitter.com/SFRNBk02KW

— Max Lemire™ 💭® (@macaroni_kraft) November 21, 2022

Cherchez la volonté de pouvoir, cherchez l’énergie et vous comprendrez ce qui se passe et ce qui va advenir.

Charles SANNAT

L’article Géopolitique. Peut-on encore questionner la politique américaine ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Après FTX la plateforme GENESIS se prépare à la faillite.

Depuis la débandade de FTX la deuxième plus grosse plateforme d’échange de cryptomonnaies au monde, c’est la Bérézina dans l’écosystème des cryptos.

D’après Bloomberg, l’agence de presse financière américaine c’est Genesis qui s’apprêterait à rejoindre le cimetière des cryptos-faillites.

« C’est ainsi dans un climat de fin du monde sur les marchés crypto que Bloomberg rapporte les déclarations de Genesis : faute d’être parvenue à convaincre un ou plusieurs repreneurs, Genesis se prépare à une faillite inéluctable. Cité par Bloomberg, Genesis aurait cependant indiqué qu’elle n’avait « pas l’intention de déposer le bilan de façon imminente et que {la société} s’efforçait de résoudre la situation actuelle. »

Ne pas avoir l’intention de déposer le bilan de façon imminente… ce n’est pas franchement très engageant si vous avez des fonds chez GENESIS !

Encore une fois, il faut faire une distinction entre les cryptos et les plateformes d’échanges de cryptos. Vous pouvez avoir vos cryptomonnaies directement par exemple sur une clef « ledger » qui est le mode de conservation le plus connu sous forme « physique » de votre crypto-trésor.

Mais pour autant ce qui arrive aux plateformes d’échange n’est pas du tout anodin pour le marché. En effet, les dizaines de milliards de dollars d’échanges de cryptos quotidiens sont uniquement permis justement par l’existence de ces plateformes.

Sans plateforme d’échange vous n’avez pas d’échange !

Cela peut sembler évident.

Mais si vous n’avez pas d’échange vous n’avez pas de marché de cryptos !

Et si vous n’avez pas de marché, vous n’avez pas de liquidité.

Si vous n’avez pas de liquidité, vos actifs n’ont pas de valeur.

Cela peut sembler évident.

Tellement évident que personne ne vous parle de ce sujet.

C’est donc un véritable effondrement pour le marché des crypto-monnaies que la Banque centrale européenne préfère appeler … des crypto-actifs.

Charles SANNAT

Source Journalducoin.com ici

L’article Après FTX la plateforme GENESIS se prépare à la faillite. est apparu en premier sur PLANETES360.

Bercoff dans tous ses états: Émission du vendredi 25 novembre 2022

Bercoff dans tous ses états:

L’actualité du jour scrupuleusement analysée et commentée par André Bercoff et ses invités avec l’œil avisé des auditeurs. Retrouvez « Bercoff dans tous ses états » du lundi au vendredi de 12h30 à 14h

L’article Bercoff dans tous ses états: Émission du vendredi 25 novembre 2022 est apparu en premier sur PLANETES360.

Maintenant, Ces Médicaments Essentiels Sont Introuvables : « On Manque De Tout »

Certains médicaments essentiels sont introuvables. Il y a un mois, je vous avais alerté sur des ruptures possibles de médicaments. C’est confirmé. Et c’est même plus important que prévu. Pour les principales organisations de pédiatres et infectiologues : « Toutes les conditions sont réunies pour une crise majeure de santé publique en pédiatrie d’ici quelques jours ». Ce sont leurs mots. Et selon l’Union de syndicats des pharmaciens d’officine, le « nombre de médicaments en rupture est énorme ». On manque d’amoxicilline, de paracétamol de certains antihypertenseurs, d’antidiabétiques ou d’anticancéreux.

L’article Maintenant, Ces Médicaments Essentiels Sont Introuvables : « On Manque De Tout » est apparu en premier sur PLANETES360.

[Replay] Énergie : Visionnez absolument ce Symposium de l’Énergie avant le 6 Décembre !

Cher lecteur,

Ici Étienne Henri,

Voici le replay de mon Symposium Extraordinaire de l’Énergie.

Dedans vous y découvrirez :
 

  • ATLAS : L’entreprise qui pourrait bien devenir le Nouveau Moteur du Monde grâce à des boîtes qu’elle envoie déjà aux 4 coins du globe ;

  • Pourquoi nous sommes actuellement au meilleur moment pour investir dans la transition énergétique ;

  • La présentation de mon projet ATLAS : un petit groupe d’investisseurs pourra me rejoindre pour tenter de devenir les prochains millionnaires de l’énergie.

Et enfin… Une recommandation offerte sur une entreprise de la transition énergétique, avec un potentiel de gains de x10.

Vous n’aurez que jusqu’au 6 décembre à 18 heures pour regarder ce replay.

Cliquez sur l’image ci-dessous pour le visionner sur une page sécurisée.

Merci pour votre attention,

Étienne Henri
Rédacteur en chef

PS : Voici les gains de mon portefeuille actuel… Et je m’attends à ce que l’entreprise ATLAS soit la cerise sur le gâteau…

L’article [Replay] Énergie : Visionnez absolument ce Symposium de l’Énergie avant le 6 Décembre ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Les pays de l’UE se disputent le pétrole russe déjà interdit

25.11.2022

Les Etats de l’UE et le G7 se débattent actuellement sur le plafond mondial des prix du pétrole russe pour savoir à quoi il devrait ressembler. Ils doivent se décider rapidement car son succès dépend alors de la capacité des Etats à faire respecter la nouvelle sanction. Pour Die Welt, l’Occident n’a pas les moyens de le faire.

Les Etats-Unis, l’UE, le G7, sous pression. Avant même que Washington n’arrête en grande partie de travailler cette semaine de Thanksgiving, les pays du G7 devraient s’entendre sur le plafond mondial des prix du pétrole russe afin qu’il puisse entrer en vigueur début décembre. Ce mercredi, le G7, les Etats de l’UE et l’Australie ont envisagé la sanction pétrolière dans toute une série de réunions. Le niveau du plafond, qui vise à remplir trois objectifs, a été un point de discorde jusqu’à la fin des discussions. Le pétrole russe doit continuer d’être échangé sur le marché mondial afin que l’offre mondiale de pétrole reste élevée et que les pénuries ne fassent pas monter les prix. Dans le même temps, le plafond vise à garantir que la Russie tire le moins possible de l’activité pétrolière afin qu’elle ne puisse pas utiliser les recettes pour financer la guerre en Ukraine. «Sur la question du montant de ce plafond, les pays de l’UE et du G7 n’ont pas pu donner une réponse, préférant se disputer sur la mesure», fait savoir Die Welt

Les économistes supposent que la production de pétrole russe est économiquement intéressante à un prix de 30 dollars le baril, de sorte que les producteurs russes ne subissent aucune perte avec la production et la vente de pétrole. En fait, Die Welt précise que le budget de l’Etat russe est conçu pour un prix du pétrole de 50 à 60 dollars le baril. Un prix inférieur signifierait un choc massif pour le budget national et aussi pour l’économie russe. Selon les experts, Vladimir Poutine aurait des difficultés considérables à financer sa guerre en Ukraine – notamment parce qu’il doit également payer pour les centaines de milliers de réservistes qui viennent d’être appelés.

Un certain nombre de pays de l’UE ont, donc, fait pression pour obtenir le prix le plus bas possible dans les négociations, juste au-dessus des coûts de production, rapporte le média allemand: «Un diplomate d’Europe de l’Est a parlé de 20 dollars. La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, avait déjà évoqué, il y a quelques semaines un prix beaucoup plus élevé de 60 dollars. Plus récemment, les Etats de l’UE auraient discuté d’une valeur de 65 à 70 dollars». 

Doutes sur la capacité de plafonner le prix du pétrole russe. Même si le G7, l’Australie et l’UE veulent parvenir à un accord très prochainement, les experts estiment qu’ il n’est pas certain de voir les nouvelles sanctions mondiales être vraiment appliquées. Ils ont des doutes considérables. «Nous sommes très sceptiques quant à la possibilité d’appliquer ces règles compliquées», déclare Louis Wilson de l’organisation non gouvernementale Global Witness. «Il s’agit de l’une des sanctions les plus compliquées de tous les temps et plus une sanction est compliquée, plus il est difficile de surveiller et de faire respecter la conformité», rajoute-t-il.

«En fait, les Etats-Unis tentent de concilier les sanctions et leurs propres intérêts avec le plafonnement des prix», affirme Die Welt qui précise qu’à partir du 5 décembre, les sanctions de l’UE interdiront le transport, l’assurance et le financement des expéditions de pétrole russe. L’interdiction des assurances est particulièrement douloureuse pour la Russie: selon Global Witness, 80 % des livraisons de pétroliers russes sont actuellement couvertes par des compagnies d’assurance à Londres, au Luxembourg, en Suède et en Norvège.

L’interdiction d’assurance aurait dans un premier temps largement paralysé le commerce du pétrole russe. «Cependant, le gouvernement américain», signale Die Welt, ne veut pas de ce blocus du commerce pétrolier russe car il craint une hausse des prix du pétrole et de l’essence dans le monde si l’approvisionnement russe sur le marché mondial n’est plus présent. Au lieu de cela, les Etats-Unis s’appuient sur le plafonnement des prix du pétrole et ils se sont ainsi imposés à Bruxelles.

Une mesure impossible à tenir. Il est désormais prévu que les livraisons de pétrole russe ne pourront à l’avenir être transportées, assurées et financées dans le monde entier que si le prix reste inférieur au plafond. La mesure affecterait les entreprises de l’UE, des pays du G7 et de l’Australie, et toucherait aussi aux livraisons dans le monde entier, avertit Die Welt. En outre, Il faudrait que les producteurs russes,  les intermédiaires et les compagnies d’assurance en Europe, les assureurs alternatifs en Turquie et à Dubaï acceptent le plafonnement des prix. «Aucun de ces trois groupes n’a intérêt à respecter ces règles. Si un seul de ces groupes ne joue pas le jeu, tout le système s’effondre», affirme Louis Wilson.

Les Etats de l’UE, en particulier, n’ont pas la capacité de surveiller les règles. L’UE laisse le contrôle et l’application des sanctions en grande partie aux Etats membres. «Les Etats-Unis appliqueront correctement le plafond des prix du pétrole, ainsi que d’autres sanctions, mais les institutions de l’UE ne sont pas aussi puissantes que celles des Etats-Unis», expliquent-ils.  Le succès du plafonnement des prix dépend de la volonté des Etats-Unis d’imposer des sanctions aux entreprises des pays tiers. La question est de savoir si les Etats-Unis pourraient imposer des sanctions aux clients pétroliers, aux compagnies maritimes et aux assureurs en Chine ou en Inde. C’est un défi politique. Aussi, il sera intéressant de voir jusqu’où les Etats-Unis et d’autres gouvernements seront prêts à aller.

Observateur Continental titrait tout récemment: «L’Europe et les Etats-Unis se dirigent vers une guerre commerciale». Les Etats-Unis ont besoin du pétrole russe pour garder une certaine stabilité dans l’offre et la demande de cette matière première, ne voulant pas voir les prix grimper à des sommets catastrophiques qui, par retour, provoqueraient une crise chez eux alors qu’ils ont voté en août dernier la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 (The Inflation Reduction Act of 2022 (IRA) pour freiner l’inflation en réduisant le déficit, en abaissant les prix des médicaments sur ordonnance et en investissant dans la production d’énergie nationale tout en promouvant l’énergie propre, tout en créant des emplois. 

Indépendamment du plafond mondial des prix du pétrole, l’UE ne veut plus importer de pétrole russe par bateau à partir de début décembre. Des exceptions sont possibles pour le pétrole qui entre dans l’UE via des oléoducs, ce que veulent surtout revendiquer les pays d’Europe centrale et orientale sans accès à la mer. Pour les autres produits pétroliers des raffineries russes, encore plus difficiles à remplacer que le pétrole brut de Russie, l’interdiction d’importer n’entrera en vigueur que début février 2023.

A partir du 5 décembre, les entreprises de l’UE ne seront également plus autorisées à transporter du pétrole russe vers des pays hors de l’UE, ni à assurer ou à financer les livraisons correspondantes – à moins que la cargaison ne soit conforme aux spécifications du plafond de prix du G7. Ces sanctions devenant un défi, elles risquent tout simplement ne pas être appliquées, surtout que l’Europe et les Etats-Unis se dirigent vers une guerre commerciale.

Philippe Rosenthal 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental 

L’article Les pays de l’UE se disputent le pétrole russe déjà interdit est apparu en premier sur PLANETES360.

Au revoir G20, bonjour BRICS+

25.11.2022

Le sommet du G20, de moins en moins pertinent, s’est conclu sur des signes évidents que les BRICS+ seront la voie à suivre pour la coopération du Sud global.

La qualité rédemptrice d’un G20 tendu qui s’est tenu à Bali – géré, par ailleurs, par la gracieuseté louable de l’Indonésie – a été de définir clairement de quel côté soufflent les vents géopolitiques. Cela s’est traduit par les deux temps forts du sommet: la très attendue rencontre présidentielle entre la Chine et les Etats-Unis qui représente la relation bilatérale la plus importante du XXIe siècle, et la déclaration finale du G20.

La rencontre en tête-à-tête de 3 heures et 30 minutes entre le président chinois Xi Jinping et son homologue américain Joe Biden – demandée par la Maison-Blanche – a eu lieu à la résidence de la délégation chinoise à Bali, et non sur le site du G20, le luxueux Apurva Kempinski à Nusa Dua. Le ministère chinois des Affaires étrangères a exposé de manière concise ce qui était vraiment important. Plus précisément, Xi Jinping a dit à Joe Biden que l’indépendance de Taïwan était tout simplement hors de question. Xi Jinping a également exprimé l’espoir que l’Otan, l’UE et les Etats-Unis s’engagent dans un «dialogue global» avec la Russie. Au lieu de la confrontation, le président chinois a choisi de mettre en avant les couches d’intérêt commun et la coopération.

Joe Biden, selon les Chinois, a fait plusieurs remarques. Les Etats-Unis ne cherchent pas une nouvelle guerre froide, ne soutiennent pas «l’indépendance de Taïwan», ne sont pas favorables à «deux Chine» ou «une Chine, un Taïwan», ne cherchent pas à se «découpler» de la Chine et ne veulent pas contenir Pékin. Toutefois, le bilan récent montre que Xi Jinping a peu de raisons de croire Joe Biden sur parole. La déclaration finale du G20  est encore plus floue: c’est le résultat d’un compromis ardu.

Alors que le G20 se décrit lui-même comme «le premier forum pour la coopération économique mondiale», engagé à «relever les principaux défis économiques mondiaux», le G7 à l’intérieur du G20 à Bali a vu le sommet de facto détourné par la guerre. La «guerre» est presque deux fois plus mentionnée dans la déclaration que la «nourriture», après tout.

L’Occident collectif, incluant l’Etat vassal japonais, était déterminé à inclure la guerre en Ukraine et ses «impacts économiques» – notamment la crise alimentaire et énergétique – dans la déclaration. Sans pour autant offrir ne serait-ce qu’une ombre de contexte, lié à l’expansion de l’Otan. Ce qui importait, c’était de blâmer la Russie – pour tout.

L’effet Sud global. Il appartenait à l’Indonésie, hôte du G20 cette année, et à l’Inde, prochain hôte, de faire preuve de la politesse et de la recherche du consensus propres à l’Asie. Jakarta et New Delhi ont travaillé d’arrache-pied pour trouver une formulation qui soit acceptable à la fois pour Moscou et pour Pékin. Appelez cela l’effet Sud global. Pourtant, la Chine souhaitait que des modifications soient apportées au texte. Les Etats occidentaux s’y sont opposés, tandis que la Russie n’a pas examiné la formulation de dernière minute, le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov étant déjà parti.

Au point 3 sur 52, la déclaration «exprime son plus profond regret face à l’agression de la Fédération de Russie contre l’Ukraine et exige le retrait complet et inconditionnel des forces armées du territoire de l’Ukraine». «L’agression russe» est le mantra standard de l’Otan – qui n’est pas partagé par la quasi-totalité du Sud global. (…). Quant à ce passage, il ne pourrait pas être plus évident: «L’utilisation ou la menace d’utilisation d’armes nucléaires est inadmissible. La résolution pacifique des conflits, les efforts pour faire face aux crises, ainsi que la diplomatie et le dialogue, sont essentiels. L’ère d’aujourd’hui ne doit pas être celle de la guerre».C’est ironique étant donné que l’Otan et son département de relations publiques, l’UE, «représentée» par les eurocrates non élus de la Commission européenne, ne font pas de «diplomatie et de dialogue».

Fixés sur la guerre. Au lieu de cela, les Etats-Unis, qui contrôlent l’Otan, ont armé l’Ukraine, depuis mars, pour un montant énorme de 91,3 milliards de dollars, incluant la dernière demande présidentielle, ce mois-ci, de 37,7 milliards de dollars . Cela représente 33% de plus que les dépenses militaires totales de la Russie pour 2022.

Une preuve supplémentaire que le sommet de Bali a été détourné par la «guerre» a été fournie par la réunion d’urgence, convoquée par les Etats-Unis, pour débattre de ce qui s’est avéré être un missile S-300 ukrainien tombé sur une ferme polonaise, et non le début de la Troisième Guerre mondiale comme certains tabloïds l’ont hystériquement suggéré. Fait révélateur, aucun représentant des pays du Sud n’était présent à la réunion, la seule nation asiatique étant le vassal japonais, qui fait partie du G7.

Pour compliquer le tableau, le sinistre maître de Davos, Klaus Schwab, s’est une fois de plus fait passer pour un méchant de James Bond au forum des entreprises du B20, vendant son programme de «Grande Réinitialisation» consistant à «reconstruire le monde» par le biais de pandémies, de famines, du changement climatique, de cyberattaques et, bien sûr, de guerres. Comme si cela n’était pas assez inquiétant, Davos et son Forum économique mondial ordonnent maintenant à l’Afrique – totalement exclue du G20 – de payer 2800 milliards de dollars pour «remplir ses obligations» dans le cadre de l’accord de Paris visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

La disparition du G20 tel que nous le connaissons. La grave fracture entre le Nord global et le Sud global, si évidente à Bali, avait déjà été suggérée à Phnom Penh, alors que le Cambodge accueillait le sommet de l’Asie de l’Est le week-end dernier. Les dix membres de l’ANASE avaient clairement fait savoir qu’ils n’étaient pas disposés à suivre les Etats-Unis et le G7 dans leur diabolisation collective de la Russie et, à bien des égards, de la Chine. Les Asiatiques du Sud-Est ne sont pas non plus vraiment enthousiasmés par l’IPEF (Indo-Pacific Economic Framework) conçu par les Etats-Unis, qui ne sera d’aucune utilité pour ralentir les échanges commerciaux et la connectivité de la Chine à travers l’Asie du Sud-Est. 

Et ce n’est pas tout. Celui qui se décrit comme le «leader du monde libre» évite le très important sommet de l’APEC (Coopération économique Asie-Pacifique) qui se tiendra à Bangkok à la fin de cette semaine.

Pour les cultures asiatiques très sensibles et sophistiquées, cela est perçu comme un affront. L’APEC, créée dans les années 1990 pour promouvoir le commerce entre les pays du Pacifique, est une affaire sérieuse pour l’Asie-Pacifique, et non une militarisation américanisée de «l’Indo-Pacifique». Cette rebuffade fait suite à la dernière gaffe de Joe Biden, qui s’est adressé par erreur au Cambodgien Hun Sen en l’appelant «Premier ministre de Colombie» lors du sommet de Phnom Penh.

La queue pour rejoindre les BRICS. On peut affirmer, sans risque de se tromper, que le G20 s’est peut-être engagé sur la voie irrémédiable de l’insignifiance. Avant même la vague actuelle de sommets en Asie du Sud-Est – à Phnom Penh, Bali et Bangkok -, Sergueï Lavrov avait déjà annoncé la suite des événements lorsqu’il a indiqué que «plus d’une douzaine de pays» avaient demandé à rejoindre les BRICS  (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). (…). 

 Pepe Escobar 

Source: https://www.mondialisation.ca/au-revoir-g20-bonjour-brics/5672907

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Au revoir G20, bonjour BRICS+ est apparu en premier sur PLANETES360.

Dr Wargon Urgentiste, à l’instant sur BFM: «En fait tout le monde s’en fout des soignants non vaccinés… des complotistes et des antivax»

😡Dr Wargon Urgentiste , à l’instant sur BFM: «  on s’en fout des soignants NON VACCINÉS… ils ne sont RIEN … ce sont des COMPLOTISTES… et des IDIOTS » @tatiann69922625 #honteux #ReintegrerLesSoignants #ReintegrezLesPersonnelsSuspendu pic.twitter.com/toD2zeOHo3

— Petit-Boneige (@Petiboneige) November 25, 2022

Après avoir minimisé les suicides d’ados, la grande gueule macroniste @wargonm :«En fait tout le monde s’en fout des soignants non vaccinés, il faut le dire. La LFI, les LR et le FN se battent tous pour les gens qui sont des complotistes et des antivax, ça a tout à voir avec ça» pic.twitter.com/rQIQyouP6g

— Strategieduchoc 🇫🇷 (@strategieduchoc) November 26, 2022

L’article Dr Wargon Urgentiste, à l’instant sur BFM: «En fait tout le monde s’en fout des soignants non vaccinés… des complotistes et des antivax» est apparu en premier sur PLANETES360.

Le test d’indépendance : la justice enquête sur les comptes de campagne du chef de l’État

C’est sans aucun doute l’enquête judiciaire la plus sensible du moment. Et pour cause, elle est la première à viser directement le président de la République. Selon nos informations, confirmées par le parquet national financier (PNF), une information judiciaire a été ouverte le 20 octobre pour des soupçons de financement illégal des campagnes électorales d’Emmanuel Macron en 2017 et 2022.

Les investigations visent les liens entre le chef de l’État et le cabinet de conseil McKinsey. Elles s’intéressent aux conditions d’attributions de certains contrats publics aux montants colossaux à cette entreprise américaine. Une seconde information judiciaire des chefs de favoritisme et recel de favoritisme a été ouverte le 21 octobre. Dans les deux cas, le PNF précise avoir été destinataire de signalements et de plaintes émanant d’élus, de particuliers et d’associations.

Trois juges d’instruction, qui seront épaulés par des services de gendarmerie, ont été désignés pour mener ces enquêtes au cœur du pouvoir, parmi lesquels Serge Tournaire, actuellement doyen du pôle financier au tribunal judiciaire de Paris. Ce magistrat d’expérience est notamment connu pour avoir mis en examen François Fillon en 2017 dans l’enquête sur les emplois fictifs de son épouse Penelope, tous deux ayant depuis été condamnés en première instance puis en appel, ainsi que Nicolas Sarkozy, dans l’affaire Bygmalion.

Nouveaux soupçons

Ces nouvelles enquêtes font suite aux investigations menées lors d’une première procédure ouverte au printemps pour « blanchiment aggravé de fraude fiscale » visant notamment McKinsey. Tout est parti de la publication, en mars dernier, d’un rapport d’une commission d’enquête du Sénat dénonçant l’emprise des cabinets de conseils privés sur les politiques publiques. Les parlementaires avaient alors révélé que les contrats conclus entre l’État et ces entreprises de consultants avaient « plus que doublé » entre 2018 et 2021 pour atteindre le montant record d’un milliard d’euros l’an dernier. Parmi les cabinets mandatés par l’État, le cabinet américain McKinsey.

[…]

Les interrogations autour de ces marchés étaient d’autant plus grandes qu’il apparaît que McKinsey n’a payé aucun impôt sur les sociétés en France entre 2011 et 2020. Or son chiffre d’affaires français a été estimé à 329 millions d’euros en 2020. Dans la foulée du rapport, le parquet national financier avait ouvert une enquête préliminaire sur un volet uniquement fiscal le 31 mars dernier. Le siège français du cabinet de conseil avait été perquisitionné un mois plus tard à Paris.

C’est à la suite de ces opérations que le PNF a décidé d’élargir le mois dernier les investigations et de transmettre les rênes de ces procédures ultrasensibles à des juges d’instruction financiers, statutairement indépendants. Selon le communiqué du PNF, qui dans un premier temps n’avait pas souhaité communiquer sur nos révélations, la première information judiciaire vise des chefs de « tenue non conforme de comptes de campagne et minoration d’éléments comptables dans un compte de campagne, portant sur les conditions d’intervention de cabinets de conseils dans les campagnes électorales de 2017 et 2022 ».

Il s’agit en l’espèce des préventions de l’article L 113-1 du code électoral, passible de trois ans de prison et 45 000 € d’amende. C’est sur la base de cet article que Nicolas Sarkozy a été condamné en première instance dans l’affaire Bygmalion – il a fait appel. La justice cherche à savoir si les cabinets de conseil, dont McKinsey, n’ont pas fait bénéficier au candidat Macron de travaux et expertises qui auraient dû être comptabilisées dans les dépenses de campagne.

Lire l’article entier sur leparisien.fr

Pierre Gentillet : «Ce cabinet de conseil a fait sur l'année 2021 320 millions d'euros, sans jamais payer un centime d'impôt sur les sociétés à l'Etat […] Pourquoi prendre un conseil qui a été autant condamné ?» dans #SoirInfo pic.twitter.com/JLp72515gj

— CNEWS (@CNEWS) November 24, 2022

L’article Le test d’indépendance : la justice enquête sur les comptes de campagne du chef de l’État est apparu en premier sur PLANETES360.

SOUPÇONS DE FINANCEMENT ILLÉGAL/MCKINSEYGATE : QUE RISQUE VRAIMENT MACRON ?

L’information a fait l’effet d’une bombe : le quotidien Le Parisien a annoncé qu’une enquête judiciaire a été ouverte et vise Emmanuel Macron au sujet du financement de sa campagne. Avec en toile de fond les liaisons troubles qu’il a pu avoir, en tant que candidat à la présidence de la République, avec l’entreprise de conseil McKinsey…
On rappelle que dans cette affaire, tout commence par ce qu’on a appelé le McKinseyGate, en pleine campagne électorale en vue de la présidentielle de 2022. Une commission d’enquête sénatoriale a été mise en place au Sénat pour évaluer le rôle des cabinets de conseil auprès des services de l’Etat. Et dans le cadre de cette commission, Karim Tadjeddine, directeur associé senior de McKinsey France, responsable du pôle service public… répondait aux questions de la présidente de la Commission, Eliane Assassi. Et il s’est littéralement effondré, perdu dans un langage technocratique creux.
Progressivement, l’opinion apprend que les services de McKinsey dans le cadre de la stratégie gouvernementale de gestion du COVID ont coûté plus de 12 millions d’euros à l’Etat, que son implication dans la gestion de la réforme des APL a coûté au contribuable 4 millions d’euros. Et surtout, on s’intéresse à Karim Tadjeddine. Karim Tadjeddine, qui est une vieille connaissance d’Emmanuel Macron. Les deux hommes avaient travaillé ensemble dans le cadre de la commission Attali, et Tadjeddine bossait comme un bénévole missionné par McKinsey. La Commission Attali pour la “libération de la croissance française”, qui préconisait déjà un certain nombre de mesures comme la fin du monopole des taxis, et en filigrane l’ubérisation de l’économie. Quand Macron arrive au ministère de l’Economie, ben revoilà Tadjeddine. Qui vient le conseiller. Toujours missionné par McKinsey, toujours à titre bénévole. C’est le même modus operandi qui sera utilisé quand Tadjeddine et d’autres cadres de McKinsey rejoindront la campagne Macron avec armes et bagages. Tadjeddine se servant même de son adresse professionnelle pour échanger dans ce cadre strictement politique, dans le cadre d’une opération de conquête du pouvoir.
Toutes ces choses on les a sues au premier trimestre de cette année dans le cadre de ce qu’on a appelé le McKinseyGate, qui n’a eu à l’époque aucune conséquence réelle. Puisque Macron a été réélu. Mais voilà : aujourd’hui, on apprend qu’il existe assez d’éléments justifiant l’ouverture d’une information judiciaire pour “financement illégal de campagne” et “favoritisme”. Que dit le communiqué du Parquet ? Qu’est-ce que cette nouvelle donne change concrètement ? On en parle dans cet extrait de notre émission en direct, “Toujours debout”, tournée ce jeudi 24 novembre 2022.

L’article SOUPÇONS DE FINANCEMENT ILLÉGAL/MCKINSEYGATE : QUE RISQUE VRAIMENT MACRON ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Qatar et football : Argent et hypocrisie politique générale ! @Romain Molina

« Yémen, les guerres des bonnes affaires » : https://tinyurl.com/yc6dd2ye

« Il ne faut pas politiser le sport ! » selon Emmanuel Macron, mais cette affirmation est au moins aussi absurde (qui plus est en ce moment) que de crier « Il ne faut pas politiser la santé ou l’écologie ! »

Si la classe politique semble mollement partagée, la FIFA, sans vergogne, appelle trêve guerre le temps de la coupe du monde au Qatar.
Pays où 6 500 ouvriers sont morts sur les chantiers des stades, où les droits des femmes sont faméliques, et où ceux des étrangers et des homosexuels sont bafoués.

Toutefois 25 Milliards d’euros d’investissements en France et des ventes d’armes suffisent à détourner le regard.
Donc, oui, le sport est politique mais aussi économique.

Duplicité, hypocrise, géopolitique, corruption, argent sale… Bienvenue au merveilleux pays de la Géopolitique !

@Romain Molina

L’article Qatar et football : Argent et hypocrisie politique générale ! <a href="https://www.youtube.com/channel/UCxfusAsd_n5AMFheiipyaCw">@Romain Molina</a> est apparu en premier sur PLANETES360.

L’incroyable périple de la famille Poussin à Madagascar – Alexandre poussin

Alexandre Poussin, réalisateur d’une série documentaire de 16 épisodes sur Madagascar et auteur de “MadaTrek de Tuléar à Tamatave” aux éditions Robert Laffont.

L’article L’incroyable périple de la famille Poussin à Madagascar – Alexandre poussin est apparu en premier sur PLANETES360.

« Les services de renseignement turcs font parfois des attentats sous faux drapeaux ! »

Laurent-Arthur du Plessis, spécialiste en géopolitique et patron de l’émission « Libre journal de la crise sur Radio Courtoisie ».

L’article « Les services de renseignement turcs font parfois des attentats sous faux drapeaux ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

« La situation à Mayotte est quasi désespérée ! » – Régis Le Sommier

Régis Le Sommier, reporter de guerre et directeur de la rédaction d’Omerta, décrypte les évènements dramatiques survenus à Mayotte.

L’article « La situation à Mayotte est quasi désespérée ! » – Régis Le Sommier est apparu en premier sur PLANETES360.

Twitter dissout l’ensemble de son bureau à Bruxelles, suscitant l’inquiétude de l’UE en matière de contrôle des contenus en ligne

Twitter a démantelé l’ensemble de son bureau de Bruxelles, suscitant l’inquiétude de responsables européens qui se demandent si la plateforme respectera les nouvelles règles strictes de l’Union européenne en matière de contrôle du contenu en ligne.

Julia Mozer et Dario La Nasa, qui étaient chargés de la politique numérique de Twitter en Europe, ont quitté l’entreprise la semaine dernière, selon cinq personnes ayant connaissance de ces départs.

Ils avaient dirigé les efforts de l’entreprise pour se conformer au code de désinformation de l’UE et à la loi sur les services numériques, entrée en vigueur la semaine dernière, qui fixe de nouvelles règles sur la manière dont les grandes entreprises doivent assurer la sécurité des utilisateurs en ligne.

D’autres cadres de Twitter dans le petit mais vital bureau de Bruxelles, considéré comme un canal crucial pour les décideurs européens, avaient quitté l’entreprise au début du mois lors des réductions de personnel qui ont entraîné la suppression de la moitié de ses 7 500 employés.

Mozer et La Nasa ont survécu à la réduction initiale des effectifs, mais ne travaillent plus dans l’entreprise depuis que le nouveau propriétaire, Elon Musk, a lancé un ultimatum la semaine dernière pour que le personnel s’engage à adopter une “culture de travail hardcore”. Il n’est pas clair si les deux hommes ont démissionné ou ont été licenciés.

Musk et La Nasa ont refusé de faire des commentaires. Twitter n’a pas répondu aux demandes de commentaires.

Les départs de Bruxelles sont symptomatiques d’une tendance mondiale, de l’Inde à la France, où des cadres locaux de Twitter qui occupaient des postes clés pour traiter avec des représentants du gouvernement ont brusquement quitté l’organisation ces dernières semaines dans le cadre de réductions généralisées.

Cette situation a suscité une inquiétude croissante quant à la question de savoir si l’entreprise dispose du personnel nécessaire pour assurer le respect des lois locales destinées à contrôler le contenu en ligne, ce qui pourrait exposer l’entreprise à des poursuites judiciaires et à des mesures réglementaires.

“Je suis préoccupé par la nouvelle du licenciement d’une si grande quantité de personnel de Twitter en Europe”, a déclaré au Financial Times Věra Jourová, vice-présidente de l’UE en charge du code de la désinformation. “Si vous voulez détecter et prendre des mesures efficaces contre la désinformation et la propagande, cela nécessite des ressources.

“En particulier dans le contexte de la guerre de désinformation russe, j’attends de Twitter qu’il respecte pleinement la législation européenne et honore ses engagements. Twitter a été un partenaire très utile dans la lutte contre la désinformation et les discours de haine illégaux et cela ne doit pas changer.”

Financial Times

L’article <a href="https://www.fdesouche.com/2022/11/25/twitter-dissous-lensemble-de-son-bureau-a-bruxelles-suscitant-linquietude-de-lue-en-matiere-de-controle-des-contenus-en-ligne/">Twitter dissout l’ensemble de son bureau à Bruxelles, suscitant l’inquiétude de l’UE en matière de contrôle des contenus en ligne</a> est apparu en premier sur PLANETES360.

À partir d’avant-hierPLANETES360

[Replay] L’entreprise ATLAS va doubler sa valeur le 6 Décembre ? Symposium Extraordinaire sur l’Énergie !

Cette vidéo pourrait changer votre avenir – une opportunité générationnelle ?

Cher lecteur,

Ici Étienne Henri,

Il y a quelques jours, je lançais mon Projet ATLAS.

Ce projet est porté par l’opportunité d’investir sur une petite entreprise à 1,30 € l’action.

Jamais… Je dis bien JAMAIS… je n’ai vu ça de toute ma carrière.
 

• Une entreprise aussi peu chère…

• Avec un tel carnet de commandes…

Et avec autant de signes qui indiquent que, dès ce 6 décembre à 18 heures, elle pourrait bien doubler de valeur en quelques minutes ?

Cela méritait que je crée tout un projet autour de cette entreprise.

Et toutes les personnes nous rejoignant vont pouvoir avoir toutes les informations d’ATLAS…

… Mais aussi de 5 autres TITANS de la transition énergétique.

Ne tardez pas… Et regardez ce Symposium Extraordinaire OFFERT sur l’Énergie.

Merci pour votre attention.

Bien cordialement,

Étienne Henri
Rédacteur en chef

PS : Les gains de mon portefeuille disponibles ci-dessous paraîtront certainement ridicules à côté des gains que pourrait bien générer ATLAS à partir de ce 6 décembre, 18 heures.

L’article [Replay] L’entreprise ATLAS va doubler sa valeur le 6 Décembre ? Symposium Extraordinaire sur l’Énergie ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Ils détruisent notre planète…

Aujourd’hui on va parler chiffons.

Plutôt discret ou exubérant, moderne ou vintage, élégant ou sportif, les marques rivalisent de génie et d’imagination pour créer les tendances et des styles, et nous permettre d’adopter 1.000 looks différents, avant d’opter pour celui ou ceux qui conviendront le mieux à notre personnalité, quel que soit notre budget.

En 2022, le marché de l’habillement, c’est plus de 100 milliards de pièces vendues, soit deux fois plus qu’il y a 20 ans.

En deux décennies, le vêtement qui se voulait avant tout un objet utile, voire vital, est devenu un produit consommable à grande vitesse, jetable après quelques usages, qui ne durera pas plus d’une saison.

De toute façon, on ne lui en demandera pas plus, l’important est qu’il soit remplacé rapidement.

On appelle ce phénomène la fast-fashion, ou la mode éphémère.

Certaines grandes enseignes en ont fait leur spécialité, comme H&M, Gap ou Zara, mais de jeunes sociétés féroces ont émergé pendant la crise sanitaire entre les fermetures des magasins et le boom de la vente à distance.

Désormais SheIn, Boohoo, Pretty Little Things, Primark, Emmiol ou encore, le petit dernier, Cider se sont lancés sur ce marché colossal, bouleversent les méthodes, dévorent les parts de marchés et mènent une concurrence sans pitié aux acteurs plus traditionnels.

Des success stories qui n’ont pas qu’un seul visage hélas, car cette production frénétique de vêtements a un coût environnemental et sociétal qui aurait de quoi faire rougir une compagnie pétrolière.

La mode éphémère est une énorme industrie, et ces politiques de prix ultra-agressives sont le fruit de méthodes bien établies, et souvent controversées.

L’article Ils détruisent notre planète… est apparu en premier sur PLANETES360.

Quand l’Ukraine manquera de munitions

25.11.2022 

L’Ukraine commence à manquer de munitions, les projectiles, les roquettes et les cartouches partent très vite. Il n’y a pas de production locale, les anciennes réserves soviétiques sont pratiquement épuisées, alors que l’Occident constate que les États-Unis et les pays d’Europe « sont confrontés à un défi à cause de l’épuisement des stocks d’armes à envoyer à l’Ukraine ». Combien faut-il de munitions pour mener des activités opérationnelles? 

Les canons ukrainiens ouvrent encore le feu, des roquettes sont tirées, il s’agit principalement de projectiles de calibre otanien 155 mm ou de roquettes américaines Himars. L’armée ukrainienne tire des cartouches de 5,45 mm et de 7,62 mm à partir d’anciennes réserves, les otaniennes manquent sérieusement, alors que le M-16 automatique américain avec des cartouches de 5,56 mm n’est pas du tout utilisé. Sachant que le Washington Post se référant à une source de l’Otan écrit que les pays occidentaux « doivent creuser plus profondément dans leurs stocks » pour alimenter l’armée ukrainienne en munitions. 

Et Kiev lui-même parle d’un « épuisement d’armes et de munitions pour l’Ukraine dans les pays occidentaux ». En effet, une telle tendance existe. Il est indiqué que les pays de l’Otan procèdent à un audit et à un inventaire de toutes les armes et munitions disponibles pour « trouver dans les entrepôts ce qui pourrait être envoyé à l’Ukraine ». 

Un récent rapport du département d’État américain témoigne de l’ampleur de l’approvisionnement de l’Ukraine en armes. Depuis février 2022, les États-Unis ont envoyé à Kiev près de 90.000 tonnes d’armes et de munitions, l’aviation de transport militaire a effectué près de 900 vols. Près d’un million de projectiles d’artillerie ont été envoyés. 

Ce chiffre à lui seul paraît élevé. En réalité, un conflit d’une telle intensité et durée nécessite bien plus de munitions. En évaluant le potentiel restant de l’artillerie ukrainienne à hauteur de 70-80 pièces, en une journée d’hostilités actives elle aurait besoin d’environ 400.000 munitions. Étant donné qu’un wagon de train peut accueillir près de 300 munitions, cela représente plus d’un millier de wagons. 

L’armée ukrainienne utilise également les arsenaux à proximité immédiate de la ligne de contact. Les munitions y sont acheminées principalement depuis les bases de l’Otan en Pologne et en Roumanie par les chemins de fer et la route, dans des camions sans signes distinctifs. 

La règle d’or de la guerre: en présence de munitions elles sont gaspillées, en cas de déficit de munitions elles sont économisées. La réserve dite minimale de munitions doit s’élever à 25%, en dessous de ce seuil il faut exiger d’urgence un ravitaillement ou attendre des renforts. 

Cela fait longtemps que l’expression « ne lésinez pas sur les munitions » ne convient plus pour les guerres contemporaines.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Quand l’Ukraine manquera de munitions est apparu en premier sur PLANETES360.

Pourquoi Moscou est en position de force

24.11.2022

Ex-haut fonctionnaire, Bruno Guigue est un ancien élève de l’Ecole normale supérieure (Ulm) et de l’Ecole nationale d’administration. Il est chercheur en philosophie politique, analyste politique et observateur de la vie internationale, tout en étant l’auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles.

Sur le site Réseau International, l’expert a publié un article sur l’aveuglement des médias vis-à-vis de la réalité des faits concernant le conflit en Ukraine. Pour l’auteur, Moscou est, donc, en position de force. 

Contrairement à ce que racontent des médias aveuglés par leur parti pris, le rapport des forces en Ukraine demeure largement favorable à la Russie:

• Les sanctions occidentales sont un échec complet. L’économie russe tient le coup, le rouble est plus fort que jamais, et les exportations d’hydrocarbures n’ont jamais autant rapporté à la Russie. Ceux qui voulaient «mettre la Russie à genoux» en sont pour leurs frais.

• La tentative d’isolement international de la Russie est un fiasco. Les poids lourds démographiques du Sud (Chine, Inde, Brésil, Indonésie, Pakistan, Iran, Turquie, Nigéria, Éthiopie, Vietnam, etc..) refusent de participer à la croisade antirusse et coopèrent plus que jamais avec Moscou sur le plan politique et économique.

• Le ratio des pertes militaires sur le terrain est de 1 à 5 au détriment des forces ukrainiennes. La Russie n’ayant aucun intérêt à précipiter le mouvement, elle a su opérer les replis tactiques nécessaires, quitte à laisser l’OTAN crier victoire. Mais cette guerre d’usure profite aux forces russes qui ont déjà commencé une nouvelle offensive dans le Donbass.

• Parfois mal comprise, la retenue de Moscou dans la conduite des opérations garantit le soutien majoritaire du peuple russe : non seulement les pertes militaires russes sont limitées, mais les pertes civiles en Ukraine comme en Russie sont relativement faibles. Principal parti d’opposition, le parti communiste russe soutient l’opération militaire spéciale.

• Les forces russes contrôlent déjà 20% du territoire ex-ukrainien et il leur manque environ 6-7% à conquérir pour achever la réalisation de l’objectif principal: la libération des quatre divisions administratives à majorité russophone. Les forces ukrainiennes s’étant retranchées dans cette zone depuis 2014, ce sera sans doute la partie la plus difficile de l’opération militaire spéciale.

• Les USA commencent à comprendre que le jusqu’au-boutisme de Kiev est contre-productif, et ce pour trois raisons:

1. Les Ukrainiens ne reprendront jamais le Donbass et la Crimée.

2. Leur armée s’épuise en offensives coûteuses en vies humaines.

3. Le financement de cette guerre par procuration commence à coûter cher, surtout dans une conjoncture qui va tourner à la récession économique mondiale.

Si le conflit s’achève par une débandade ukrainienne, l’Otan et les USA seront sur la sellette.

Wait and see.

Bruno Guigue

Source: https://reseauinternational.net/pourquoi-moscou-est-en-position-de-force/

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Pourquoi Moscou est en position de force est apparu en premier sur PLANETES360.

La Chine ne lâche pas la pression quant à l’activité biologique US en Ukraine

24.11.2022

Les actions obscures de Washington, y compris avec la participation du Pentagone, dans le cadre de ses activités biologiques sur le sol ukrainien représentent non seulement un sujet de vive inquiétude pour Moscou, mais également pour Pékin – qui ne compte vraisemblablement pas reculer dans ledit dossier.

«La probabilité d’armes biologiques US en Ukraine ouvre un nouveau front dans les tensions sino-étasuniennes» – titre South China Morning Post– journal quotidien chinois de langue anglaise basé à Hong Kong.

Le média chinois note que Washington dénonce l’amplification de Pékin quant aux affirmations prétendument «absurdes» de Moscou selon lesquelles les USA financent la recherche sur les armes biologiques en Ukraine, aggravant les tensions sino-étasuniennes, y compris en ce qui concerne la position de la Chine dans ce que l’establishment washingtonien appelle l’invasion russe en Ukraine.

Le quotidien rappelle par la même occasion qu’un porte-parole chinois des Affaires étrangères avait récemment exhorté les Etats-Unis à rendre compte de leurs activités militaires biologiques dans le pays et à l’étranger, ainsi que de se soumettre à la vérification multilatérale. Evidemment lorsqu’on connait la capacité de Washington à ne pas soumettre à des mécanismes internationaux, en y faisant référence uniquement lorsque cela arrange ses intérêts, il est de-facto impossible à pouvoir s’attendre à une quelconque attitude honnête des USA sur cette question plus que sensible, à l’échelle mondiale.

D’autant plus que Washington peut toujours compter sur l’appui de ses fidèles sous-traitants britannique et français au niveau du Conseil de sécurité de l’ONU. Pour rappel lors du vote récent au CS onusien, la résolution rédigée par la Russie et soutenue par la Chine avait été bloquée par le trio néocolonial occidental Washington-Londres-Paris.

Quant à la prétendue «absurdité» des accusations russes selon les mots utilisés par l’establishment washingtonien, que dire des déclarations du 8 mars dernier de la sous-secrétaire d’Etat US aux affaires politiques – la sulfureuse Victoria Nuland – qui avait admis devant la commission des relations extérieures du Sénat étasunien l’existence «d’installations de recherche biologique» en Ukraine et avait fait part de sa préoccupation par le fait que les Forces armées russes pourraient rechercher à en prendre contrôle. Et aussi que les USA travaillaient étroitement avec les Ukrainiens sur la manière dont ils peuvent empêcher que l’un de ces matériaux de recherche ne tombe entre les mains de l’armée russe…

Comme le rappelle d’ailleurs Judicial Watch – organisation américaine qui se fixe l’objectif de surveiller les activités du gouvernement étasunien. Dans ce rapport, beaucoup d’autres informations importantes ont également été publiées en lien avec l’activité biologique US en Ukraine, plus exactement les dossiers du département de la défense étasunien qui révèlent le financement washingtonien d’activités du laboratoire d’anthrax (maladie infectieuse grave causée par des bactéries à Gram positif en forme de bâtonnets connues sous le nom de bacille du charbon, ndlr) en Ukraine.

Une chose semble sûre. Face aux activités largement opaques de Washington et son refus de transparence face à la communauté internationale, la Russie et la Chine n’auront d’autre choix que de trouver le moyen de faire la lumière sur ces activités. En ce en supplément des pressions politiques et diplomatiques. Dans un cadre certainement conjoint.

Mikhail Gamandiy-Egorov

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article La Chine ne lâche pas la pression quant à l’activité biologique US en Ukraine est apparu en premier sur PLANETES360.

« Ecorama. Les prix du pétrole baissent… Baisse durable ? ». L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Comme chaque lundi j’étais sur Ecorama avec David Jacquot où nous avons évoqué les cours du pétrole orientés à la baisse ces derniers jours.

Une baisse significative sur laquelle il est toujours intéressant de revenir, car il y a de vrais facteurs baissiers actuellement qui vont peser au moins pour quelques jours sur les cours.

Explications.

1/ La « situation de contango »

La psychose est telle que le marché de l’or noir est passé depuis vendredi dernier en situation dite de contango.

Techniquement, cela signifie que le prix payé pour du pétrole livrable à une date ultérieure est supérieur au tarif pour livraison immédiate. Lorsque les prix du « à emporter » sont plus chers que le sprix à termes est synonyme généralement d’un déséquilibre du marché en raison d’une demande affaiblie ou d’une offre trop abondante.

2/ Les cours du pétrole fléchissent avec l’apaisement du risque d’escalade en Ukraine

Les prix du pétrole ont commencé à reculer jeudi alors que l’Otan et Washington contredisaient les accusations de Kiev d’un tir de missile russe contre la Pologne, puisqu’il semblerait surtout que c’était un missile ukrainien qui soit tombé sur la Pologne tuant deux Polonais au passage. Les cours du pétrole ont reflué avec l’accalmie sur les craintes d’extension du conflit en Europe avec cette histoire de missile sur la Pologne.

3/ La demande de la Chine source d’inquiétudes

C’est sans doute, pour le moment le facteur principal qui explique la baisse des cours, et c’est également ce facteur qui peut entrainer les cours plus bas, beaucoup plus bas, et sans que les cours du pétrole soient négatifs comme en mars 2020 lors du confinement généralisé et mondial. Si la Chine va beaucoup plus loin dans ses confinements il serait possible de voir le prix du baril à 30$. Le marché reste donc particulièrement préoccupé par la demande chinoise, alors que le nombre de cas de coronavirus s’envole au plus haut depuis le mois de mai et que Pékin se confine.

4/ Le spectre d’un ralentissement économique et de la hausse des taux

« Certains experts estiment que les marchés s’inquiètent plus globalement d’un ralentissement de la demande induit par un resserrement monétaire brutal de la banque centrale américaine ». En Europe c’est la récession qui est déjà là et cela fait bien longtemps que ce n’est plus un risque mais une réalité, alors que Christine Lagarde la présidente de la BCE a déclaré que les taux allaient monter encore et pendant longtemps! De quoi déprimer un peu plus l’économie et donc la consommation de pétrole.

5/ Assouplissement des relations entre Etats-Unis et Arabie saoudite

Alors que les relations américano-saoudiennes sont très tendues, on semble s’acheminer vers une normalisation diplomatique et c’est assez logique.

Les Saoudiens restreignent la production de l’Opep. L’embargo sur le pétrole russe arrive à la fin du mois, et il va manquer des barils… seuls les Saoudiens peuvent mettre sur le marché rapidement ce qui pourrait manquer côté russe.

« Une partie des opérateurs sur les marchés jugent désormais fort probable qu’en contrepartie de l’ouverture de Washington, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses alliés réunis au sein de l’ Opep+ relèvent leur production lors de leur prochaine réunion, le 4 décembre prochain ».

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

L’article « Ecorama. Les prix du pétrole baissent… Baisse durable ? ». L’édito de Charles SANNAT est apparu en premier sur PLANETES360.

ORPEA, biscottes pour tous, pour les pensionnaires comme pour les actionnaires !

Je suis avec attention le naufrage de la société Orpea car c’est un cas d’école que anous avons sous les yeux.

Une société portée aux nues et au pinacle. Une société qui ne craignait rien ni personne, sur un marché tellement captif et tellement prometteur, celui de la « silver economy » comme on dit entre initiés pour parler du marché des vieux et des papy mamies. C’est plus joli Silver Economy qui désigne les cheveux gris et argentés que de parler des vieux, c’est plus « bankable ». Sauf, sauf… quand quelques journalistes mettent leurs nez dans les petites affaires de ce secteur pour dévoiler des pratiques lamentables et en aucun cas tolérables mais qui étaient connues de tous en réalité depuis fort longtemps.

On comptait les couches comme les biscottes rationnées pour chaque pensionnaire.

Malgré cette terrible gestion, Orpea est un colosse aux pieds d’argile, étranglé par une dette monumentale de 9,55 milliards !

Oui 10 milliards et le tout avec des taux en hausse.

Alors que la société a annoncé la semaine dernière son très lourd plan de restructuration, le titre continue à plonger et passe sous les 7 euros à 6.73€ en baisse de presque 10 % encore aujourd’hui.

Je vous avais annoncé il y a quelques semaines que la ligne d’arrivée se situait sous les 5 euros à 4.85 € l’action.

Nous y allons tout droit.

Dans cette affaire d’effondrement d’une très belle valeur, il faut y voir comme à chaque fois, les ravages de l’appât du gain de dirigeants prêts à tout et oubliant qu’ils avaient un métier et que c’est en s’occupant des anciens qu’ils pouvaient gagner de l’argent.

Il faut y voir pour les épargnants, toujours l’impérieuse nécessité de diversifier les actions que vous détenez, car même un groupe qui semble solide peut d’effondrer bien plus rapidement que l’on peut le penser.

Il faut y voir aussi la nécessité d’avoir des règles de gestion, et il faut savoir couper une ligne de façon automatique. Dès que je constate une perte de 5 % par exemple, je vends. Vous pouvez mettre 10 ou 15 % peu importe, mais ayez une règle de gestion.

Enfin, vous y voyez aussi la morale capitaliste, c’est-à-dire que les actionnaires, sont aussi ruinés, quand la société n’a pas su être à la hauteur de son métier.

C’est donc des biscottes pour tous, et finalement le fait qu’après les pensionnaires, les actionnaires soient mis au régime sec est tout à fait moral et vertueux.

Le capitalisme fonctionne, quand on le laisse fonctionner et que l’Etat ne vient pas privatiser les gains et socialiser les pertes.

Charles SANNAT

L’article ORPEA, biscottes pour tous, pour les pensionnaires comme pour les actionnaires ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Covid. La Chine se referme à nouveau et construit des centres de quarantaine toujours plus grands.

Rien ne va plus en Chine. Alors que la Chine recense officiellement plus de 27 000 cas de Covid et 2 morts hier à Pékin, c’est à nouveau confinements et bouclages qui dominent.

De Pékin à Canton, partout les Chinois sont mis en quarantaine chez eux ou dans d’immense centre construits plus que rapidement.

Vous pouvez voir l’un de ces centres avec des baraquements à perte de vue.

Sinistre.

More #Covid camps under construction in Korla, #Xinjiang, #CCPChina pic.twitter.com/EfjrT0Z7Om

— Jennifer Zeng 曾錚 (@jenniferzeng97) November 20, 2022

Il n’en fallait pas plus pour faire chuter les cours du pétrole et inquiéter l’économie.

La Chine est-elle en train de se refermer ?

Sans doute.

Va-t-il y avoir de fortes perturbations sur les approvisionnements et les chaînes logistiques ? Vraisemblablement si la situation perdure plus de quelques jours et se compte en semaines.

Que se passe-t-il réellement en Chine et à quoi rime cette stratégie de zéro covid ?

Voilà la question qui mériterait d’être posée et débattue.

Pourquoi les Chinois persistent-ils dans cette stratégie ?

Sacrée question n’est-ce pas ?

Le fait que cette question ne soit pas posée dans notre débat public révèle à quel point elle est essentielle.

La réponse donnée à cette question apporte bien évidemment une clef de lecture précieuse pour comprendre ce qui est en train et ce qui va se passer dans le monde.

Charles SANNAT

L’article Covid. La Chine se referme à nouveau et construit des centres de quarantaine toujours plus grands. est apparu en premier sur PLANETES360.

Le guide de la réserve alimentaire (… et plus encore): Apprenez à construire une réserve pour surmonter les situations de crise

​​

Guide mis à jour le 15 avril 2020Vous êtes vous déjà demandé ce qui se passerait si vous deviez rester confiné pendant plusieurs jours ou plusieurs semaines avec votre famille? Que se passerait t’il s’il était interdit ou trop dangereux de sortir en raison d’une situation de crise? Si vous souhaitez vous engager dans une démarche d’amélioration de votre résilience, vous pouvez commencer par mettre en place une réserve alimentaire. Moins exigeante et plus facile à réaliser qu’un potager, elle vous permettra de garder votre famille en sécurité le temps que les choses se normalisent. Ce petit livre s’adresse principalement aux débutants qui souhaitent se lancer dans la réalisation d’une réserve de crise.

Vous y trouverez les réponses à ces questions :- Quels sont les 12 aliments essentiels pour démarrer votre réserve alimentaire ?- Quels sont les produits de base non-alimentaires qui sont également indispensables dans votre réserve ?- Où et comment installer votre réserve?- Comment passer d’une réserve de survie à une réserve tournante, mieux adaptée et plus pérenne ?- Comment entretenir votre réserve ?- Comment obtenir des durées de conservation ultra-longues, de 20 ans et plus ?- Quelles sont les erreurs fréquentes de ceux qui se lancent ?- Et plein d’autres choses… Ancien ingénieur militaire, passionné par les thématiques de résilience et d’organisation, je vis depuis 8 ans en zone cyclonique où il est indispensable de posséder une réserve alimentaire d’urgence. Ce livre est celui que j’aurai aimé avoir à mes débuts. C’est le produit de mon l’expérience mais aussi des meilleurs enseignements issus de l’univers des preppers américains.

L’article Le guide de la réserve alimentaire (… et plus encore): Apprenez à construire une réserve pour surmonter les situations de crise est apparu en premier sur PLANETES360.

La Nouvelle Méthode Pour Constituer Votre Patrimoine Anti-Crise Sans Subir l’Inflation

Ce que vous allez découvrir :

L’article <strong>La Nouvelle Méthode</strong><strong> Pour </strong><strong>Constituer Votre Patrimoine Anti-Crise</strong><strong> </strong><strong>Sans Subir l’Inflation</strong> est apparu en premier sur PLANETES360.

Ce que les banques vous disent et pourquoi il ne faut presque jamais les croire

​​

LE LIVRE

 » On se fait balader!  » C’est le sentiment de toute la société face aux discours des banques depuis la crise de 2008. À les entendre, elles ne seraient pas responsables de la crise, n’auraient rien coûté aux contribuables, et toute nouvelle réglementation conduirait à aggraver la situation et à détruire des emplois.
Ces arguments martelés à grands coups d’opérations de communication, Pascal Canfin les entend tous les jours en tant que député européen. Il les démonte ici un par un et nous entraîne dans les coulisses de l’Europe, où se négocient les règles supposées encadrer la fi nance. On y découvre la réalité du lobbying exercé par les banques et le vrai bilan de Nicolas Sarkozy en matière de  » moralisation du capitalisme « . Dans la perspective de l’alternance en France en 2012, Pascal Canfin propose des réformes crédibles pour que le politique reprenne enfin la main sur la finance.

L’AUTEUR

Pascal Canfin, ancien journaliste économique, est député européen Europe Écologie-Les Verts,
vice-président de la commission spéciale sur la crise financière. Au Parlement européen, il a négocié les lois portant sur les fonds spéculatifs, les produits dérivés, les bonus des traders, les agences de notation, etc.
Il est à l’origine de l’ONG Finance Watch.

L’article Ce que les banques vous disent et pourquoi il ne faut presque jamais les croire est apparu en premier sur PLANETES360.

Idriss Aberkane – Le scandale derrière l’affaire « Facts and Furious »

André Bercoff reçoit Idriss Aberkane, essayiste, conférencier et auteur notamment de “Libérez votre cerveau”, publié chez Robert Laffont.

Retrouvez Bercoff dans tous ses états avec André Bercoff du lundi au vendredi de 12h30 à 14h sur #SudRadio.

L’article Idriss Aberkane – Le scandale derrière l’affaire « Facts and Furious » est apparu en premier sur PLANETES360.

Covid-19-Le livre choc de J.M. Jacquemin-Raffestin sur « la pandémie la plus manipulée de l’Histoire »

Avec Martine Wonner, psychiatre, présidente D’ensemble pour les libertés et Jean-Michel Jacquemin Raffestin, spécialiste des catastrophes sanitaires.

Retrouvez Bercoff dans tous ses états avec André Bercoff du lundi au vendredi de 12h30 à 14h sur #SudRadio.

L’article Covid-19-Le livre choc de J.M. Jacquemin-Raffestin sur « la pandémie la plus manipulée de l’Histoire » est apparu en premier sur PLANETES360.

Rémi Tell – « Ce qui nous a émancipé autrefois se retourne aujourd’hui contre nous »

Avec Rémi Tell, essayiste, chroniqueur, président du collectif « Peuple Libre » et auteur du pamphlet « La Chute de Prométhée ».

Retrouvez Bercoff dans tous ses états avec André Bercoff du lundi au vendredi de 12h30 à 14h sur #SudRadio.

L’article Rémi Tell – « Ce qui nous a émancipé autrefois se retourne aujourd’hui contre nous » est apparu en premier sur PLANETES360.

« Tu vas la fermer! »: un député s’emporte lors d’une séance tendue à l’Assemblée nationale

Le député LIOT Olivier Serva a dénoncé la « mesquinerie obstructive » de la majorité alors qu’est débattu la proposition de loi visant à réintégrer les soignants non-vaccinés contre le Covid-19.Moins

L’article « Tu vas la fermer! »: un député s’emporte lors d’une séance tendue à l’Assemblée nationale est apparu en premier sur PLANETES360.

Cet Expert Confirme Le Risque De Black-out Électrique

Depuis plus de 10 ans, l’Europe et nos gouvernements font n’importe quoi avec l’énergie. On en est arrivé au point ou les prix de l’électricité tue chaque jour des artisans et des commerçants. Ou des grandes entreprises quittent l’Europe pour s’installer aux USA à cause des prix de l’énergie. Pire, on ne sait même pas si on aura assez d’électricité pour se chauffer cet hiver parce que la moitié de nos réacteurs nucléaires sont encore à l’arrêt. 

L’article Cet Expert Confirme Le Risque De Black-out Électrique est apparu en premier sur PLANETES360.

« Des millions de Français sont les dindons de la farce de la mondialisation ! » – Nicolas Vidal

Nicolas Vidal, fondateur de Putsch Media, pointe la radicalisation de nos politiques après quatre ans de contestations sociales intense sur l’ensemble du territoire.

L’article « Des millions de Français sont les dindons de la farce de la mondialisation ! » – Nicolas Vidal est apparu en premier sur PLANETES360.

Quel est le véritable impact de la solitude pour notre mental ? – LA TABLE RONDE

Guillaume Travers, universitaire et collaborateur de la revue Éléments et Elie Collin, professeur agrégé de philosophie.

L’article Quel est le véritable impact de la solitude pour notre mental ? – LA TABLE RONDE est apparu en premier sur PLANETES360.

Le Camp des Saints, le livre prophétique de Jean Raspail – Alexandre Cuignache

Alexandre Cuignache, avocat au barreau de Paris, revient sur la gigantesque œuvre de Jean Raspail.

L’article Le Camp des Saints, le livre prophétique de Jean Raspail – Alexandre Cuignache est apparu en premier sur PLANETES360.

4 ans après les gilets jaunes, une révolte est-elle encore possible ? – Greg Tabibian

Greg Tabibian, humoriste et fondateur de la chaine YouTube « J’sui pas content TV » décrypte l’actualité politique et les tensions sociales en France.

L’article 4 ans après les gilets jaunes, une révolte est-elle encore possible ? – Greg Tabibian est apparu en premier sur PLANETES360.

Bercoff dans tous ses états: Émission du jeudi 24 novembre 2022

Bercoff dans tous ses états: Émission du jeudi 24 novembre 2022

L’actualité du jour scrupuleusement analysée et commentée par André Bercoff et ses invités avec l’œil avisé des auditeurs. Retrouvez « Bercoff dans tous ses états » du lundi au vendredi de 12h30 à 14h

L’article Bercoff dans tous ses états: Émission du jeudi 24 novembre 2022 est apparu en premier sur PLANETES360.

Vous êtes sous contrôle. Les élites françaises craignent, en privé, les États-Unis et une nouvelle étude explique pourquoi

Par Felix Livshitz − Le 15 novembre 2022 − Source RT

Une nouvelle étude [en français, NdT] publiée par l’École de guerre économique française a révélé des résultats extraordinaires sur les personnes et les éléments que les services de renseignement français craignent le plus lorsqu’il s’agit de menaces pour l’économie du pays.

Les résultats sont basés sur des recherches approfondies et des entretiens avec des experts du renseignement français, y compris des représentants d’agences d’espionnage, et reflètent donc les positions et la pensée de spécialistes dans le domaine peu étudié de la guerre économique. Leur opinion collective est très claire : 97 % d’entre eux considèrent que les États-Unis sont la puissance étrangère qui « menace le plus » les « intérêts économiques » de Paris.

Qui est votre véritable ennemi ?

L’étude a été menée pour répondre à la question suivante : « que deviendra la France dans un contexte de guerre économique de plus en plus exacerbé ?« . Cette question est devenue de plus en plus urgente pour l’UE car les sanctions occidentales sur les exportations de Moscou, en particulier l’énergie, ont eu un effet catastrophique sur les pays européens, mais n’ont pas eu l’effet prévu sur la Russie. Elles n’ont pas non plus nui aux États-Unis, le pays qui a poussé le plus énergiquement à l’adoption de ces mesures.

Pourtant, la question ne se pose pas dans les autres capitales européennes. C’est précisément l’échec à l’échelle du continent, ou du moins le manque de volonté, de prendre en compte les « répercussions négatives sur la vie quotidienne » des citoyens européens qui a inspiré le rapport de l’École de Guerre Économique.

Comme l’explique l’auteur principal du rapport, Christian Harbulot, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France « vit dans un état de non-dit« , comme d’autres pays européens.

À l’issue de ce conflit, la « peur manifeste » des élites françaises de voir le Parti communiste prendre le pouvoir en France « a fortement incité une partie de la classe politique à placer notre sécurité entre les mains des États-Unis, notamment en réclamant l’établissement de bases militaires permanentes en France. »

« Il va sans dire que tout a un prix. La contrepartie de cette aide venue d’outre-Atlantique a été de nous faire entrer dans un état de dépendance globale – monétaire, financière, technologique – à l’égard des USA« , indique Harbulot. Et à part entre 1958 et 1965, lorsque le général Charles de Gaulle a tenté d’accroître l’autonomie de Paris par rapport à Washington et à l’OTAN, les dirigeants français sont « rentrés dans le rang« .

Cette acceptation signifie qu’à l’exception de rares scandales publics tels que la vente d’actifs français à des entreprises américaines, ou l’annulation par l’Australie de son achat de sous-marins de fabrication française en faveur d’un accord controversé avec les États-Unis et le Royaume-Uni (AUKUS), il y a peu de reconnaissance – et encore moins de discussion – dans le grand public sur la façon dont Washington exerce un degré significatif de contrôle sur l’économie de la France, et donc sur la politique.

Par conséquent, les politiciens et le public ont du mal à identifier « qui est vraiment leur ennemi« . « Dans les sphères de pouvoir » de toute l’Europe, dit Harbulot, « il est d’usage de taire ce genre de problème« , et la guerre économique reste une « confrontation souterraine qui précède, accompagne puis prend le relais des conflits militaires classiques« .

Cela signifie à son tour que tout débat sur « l’hostilité ou la nocivité » des relations entre l’Europe et Washington passe à côté du fait sous-jacent que « les États-Unis cherchent à assurer leur suprématie sur le monde, sans s’afficher comme un empire traditionnel. »

L’UE peut avoir un excédent commercial de 150 milliards d’euros avec les États-Unis, mais ces derniers ne laisseront jamais volontairement cet avantage économique se traduire par une « autonomie stratégique » vis-à-vis d’eux. Et ce gain est obtenu dans le contexte constant – et plus que compensé – d’une « forte pression géopolitique et militaire » exercée par les États-Unis à tout moment.

J’espionne avec mes Five Eyes

Harbulot estime que l’ »état de non-dit » est encore plus prononcé en Allemagne, car Berlin « cherche à établir une nouvelle forme de suprématie au sein de l’Europe » fondée sur sa dépendance à l’égard des États-Unis.

Comme la France « n’est pas dans une phase de construction de puissance mais plutôt dans une recherche de préservation de sa puissance » – un état de fait « très différent » – cela devrait signifier que les Français peuvent plus facilement reconnaître et admettre la dépendance toxique vis-à-vis de Washington, et la considérer comme un problème qui doit être résolu.

Il est certainement difficile d’imaginer qu’un rapport aussi éclairant et honnête soit produit par un institut universitaire basé à Berlin, bien que le pays soit le plus durement touché par les sanctions anti-russes. Certains analystes ont parlé d’une possible désindustrialisation de l’Allemagne, car son incapacité à alimenter des secteurs économiques à forte intensité énergétique a détruit son excédent commercial de 30 ans – peut-être pour toujours.

Mais outre le fait que la « dépendance » de la France vis-à-vis de Washington est différente de celle de l’Allemagne, Paris a d’autres raisons de cultiver une « culture du combat économique » et de suivre de très près les « intérêts étrangers » qui nuisent à l’économie et aux entreprises du pays.

Un ordre d’espionnage de l’Agence nationale de sécurité des États-Unis envoyé à d’autres membres du réseau d’espionnage mondial Five Eyes (Australie, Canada, Nouvelle-Zélande et Royaume-Uni), publié par WikiLeaks, montre que, depuis au moins 2002, Washington adresse à ses alliés anglophones des demandes annuelles de « besoin d’information« , afin d’obtenir toutes les informations qu’ils peuvent trouver sur les activités économiques des entreprises françaises, les politiques économiques et commerciales du gouvernement français et les points de vue de Paris sur les sommets annuels du G8 et du G20.

Tout ce qui est découvert est partagé avec les principaux décideurs et départements économiques américains, notamment la Réserve fédérale et le Trésor, ainsi qu’avec les agences de renseignement, comme la CIA. Une autre publication classifiée de WikiLeaks montre que cette dernière – entre novembre 2011 et juillet 2012 – a employé des espions des Five Eyes pour infiltrer et surveiller les campagnes des partis et des candidats à l’élection présidentielle française.

Washington était particulièrement inquiet d’une victoire du Parti socialiste, et a donc cherché à obtenir des informations sur une variété de sujets, « pour préparer les principaux décideurs américains au paysage politique français post-électoral et à l’impact potentiel sur les relations entre les États-Unis et la France. » Un intérêt particulier a été porté à « l’opinion des candidats à la présidence sur l’économie française, les politiques économiques actuelles […] qu’ils considèrent comme ne fonctionnant pas, et les politiques […] qu’ils promeuvent pour aider à stimuler les perspectives de croissance économique de la France […]« .

La CIA était également très intéressée par les « points de vue et la caractérisation » des États-Unis de la part des candidats à la présidence, ainsi que par tout effort de ces derniers et des partis qu’ils représentaient pour « entrer en contact avec les dirigeants d’autres pays« , y compris certains des États qui forment le réseau des Five Eyes lui-même.

Naturellement, ces États n’étaient pas conscients que leurs amis de Washington, et d’autres capitales des Five Eyes, les espionnaient pendant qu’ils espionnaient la France.

Ce n’est manifestement pas pour rien que le vétéran de la grande stratégie américaine et ancien secrétaire d’État Henry Kissinger a fait remarquer un jour : « être un ennemi de l’Amérique peut être dangereux, mais en être un ami est fatal. »

Felix Livshitz

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

L’article Vous êtes sous contrôle. Les élites françaises craignent, en privé, les États-Unis et une nouvelle étude explique pourquoi est apparu en premier sur PLANETES360.

Cocaïne : L’Europe en passe de devenir le premier marché mondial, les consommateurs représentent 1,5% de la population de plus de 15 ans

Un tsunami de poudre. La vague qui déferle sur l’Europe depuis quelques années serait comparable, selon un analyste de la DEA, l’agence antidrogue américaine, à celle qui a frappé Miami dans les années 1980-1990. Une lame de fond que les services de police et de douane voient grossir sans parvenir à l’endiguer. L’Europe occidentale et centrale compte désormais plus de 4,5 millions de consommateurs de cocaïne (soit 1,5 % de sa population de plus de 15 ans), selon l’ONU, dont 600 000 en France. Le continent devrait bientôt devenir le premier marché mondial, devant l’Amérique du Nord.

L’explosion du commerce mondial de cocaïne se mesure à tous les niveaux de la chaîne avec des conséquences en cascade. Il génère de tels chiffres d’affaires qu’il permet de constituer des organisations criminelles surpuissantes, de contourner tous les obstacles, géographiques, logistiques, légaux, de gangréner des États au plus profond de leurs institutions.

(…)

Les grands ports, au départ et à l’arrivée, deviennent le centre de toutes les attentions, des territoires criminels en coupe réglée, où les organisations les plus puissantes et les plus violentes font la loi. Cette évolution progressive depuis plusieurs années a déplacé l’épicentre de la cocaïne depuis l’Espagne, où elle est arrivée massivement dans les années 1990, vers les grands ports de la mer du Nord, Anvers et Rotterdam en tête.

C’est dans les points d’accès maritimes au continent européen que les saisies les plus spectaculaires sont réalisées : Anvers (90 tonnes en 2020), Rotterdam (70 tonnes), Hambourg (19 tonnes en 2021), Gioia Tauro (14 tonnes), Le Havre (10 tonnes en 2021)… Plus de 250 tonnes ont été saisies au total en Europe l’an dernier. En 2022, Anvers devrait dépasser les 100 tonnes… En s’infiltrant par les ports, la cocaïne balaye tout sur son passage. Elle transforme les économies locales, renforce les réseaux criminels, gangrène les administrations et la politique…

(…)

L’Asie reste, selon les spécialistes, un grand point d’interrogation. La cocaïne y demeure pour le moment marginale, son coût étant trop élevé. Mais le marché chinois suscite la convoitise. Et, avec deux tiers du trafic mondial de conteneurs, l’Asie ne sera pas un marché inaccessible pour les narcotrafiquants. Rien ne semble pouvoir leur résister.

Le Point

L’article Cocaïne : L’Europe en passe de devenir le premier marché mondial, les consommateurs représentent 1,5% de la population de plus de 15 ans est apparu en premier sur PLANETES360.

Épidémie de nominations: « Emmanuel Macron n’a pas créé le recasage » mais « il l’a perpétué, amplifié […] trahissant par là même ses promesses »

[…]

Chaque mercredi, le compte-rendu du Conseil des ministres ressemble, pour une bardée de ministres ou parlementaires déchus, au tirage du Loto. L’heureuse élue de la semaine s’appelle Amélie de Montchalin.

L’ancienne ministre, économiste de profession, a été nommée ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Fin juin, elle perdait son siège de députée et – en conséquence – son poste de ministre de la transition écologique.

Cinq mois plus tard, après avoir été envoyée par la rumeur dans plusieurs ambassades européennes, Amélie de Montchalin a trouvé chaussure à son pied. Et la chaussure est confortable: un bureau dans le XVIe arrondissement de Paris, moyennant une rémunération de haut fonctionnaire et des avantages en nature.

Le destin étant bien fait, la ministre qui est devenue diplomate mercredi est celle qui a mis en œuvre la suppression du corps diplomatique, au printemps dernier.

L’élue essonnienne, battue en juin dernier, n’est pas la première gagnante de la grande loterie macroniste. Avant elle, nombre des soutiens du chef de l’État se sont vu remercier de leur engagement par des nominations de consolation.

Fidèle parmi les fidèles, Christophe Castaner a reçu l’honneur d’un double atterrissage la semaine dernière. L’ancien ministre de l’intérieur a été nommé président du conseil d’administration d’Autoroutes et tunnel du Mont-Blanc, deux jours après avoir été nommé au conseil de surveillance du Grand Port maritime de Marseille (GPMM).[…]

Jean Castex […] président de la RATP […]

Emmanuelle Wargon […] à la tête de la Commission de régulation de l’énergie […]

Agnès Buzyn […] Cour des comptes […]

Brigitte Bourguignon […] inspectrice générale des affaires sociales […]

Florence Parly : selon Les Échos et La Tribune, l’ancienne ministre des armées devrait prendre la présidence d’Air France-KLM au printemps 2023 […]

Pierre-Olivier Costa, directeur de cabinet de Brigitte Macron, dirige depuis le 12 novembre le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), sur nomination du chef de l’État dont il était (aussi) le conseiller spécial.

Un choix présidentiel qui a surpris, sinon indigné, dans les milieux culturels, où personne n’avait jusque-là entendu parler de l’intérêt de Pierre-Olivier Costa pour les civilisations méditerranéennes. Quant à Didier Lallement, l’ancien préfet de police de Paris, il est désormais secrétaire général à la mer – lui non plus n’avait jamais affiché de passion pour la biodiversité marine ou l’aquaculture.

Évacuons d’emblée un argument facile, régulièrement exhumé: non, Emmanuel Macron n’a pas créé le recasage, vieille pratique de la vie politique française. Il l’a simplement perpétué, amplifié à certains égards, trahissant par là même ses promesses de «République exemplaire» et de réinvention démocratique. […]

Le pire exemple de cela se trouve peut-être au Conseil constitutionnel. S’il est une institution qui devrait résister aux pressions politiques et aux soubresauts de l’instant, c’est bien celle de la rue de Montpensier. Emmanuel Macron y a nommé en mars une de ses ministres, Jacqueline Gourault, trois ans après y avoir casé Jacques Mézard, un autre membre du gouvernement.[…]

Médiapart

📰 "À défaut d’enfreindre la loi, le chef de l’État ne cesse de dévoyer ses prérogatives. Les postes qu’il offre à ses ami·es sont stratégiques, prestigieux, payés avec de l’argent public. Leur attribution devrait se faire sur la base de l’intérêt général"https://t.co/NrYL6JyNPt

— France corruption (@FR_corruption) November 24, 2022

L’article <a href="https://www.fdesouche.com/2022/11/25/epidemie-de-nominations-emmanuel-macron-na-pas-cree-le-recasage-mais-il-la-perpetue-amplifie-trahissant-par-la-meme-ses-promesses/">Épidémie de nominations: « Emmanuel Macron n’a pas créé le recasage » mais « il l’a perpétué, amplifié […] trahissant par là même ses promesses »</a> est apparu en premier sur PLANETES360.

BLOCAGE DES PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ : LE GOUVERNEMENT NE DIT PAS TOUTE LA VÉRITÉ

Crise énergétique, dotations aux collectivités, esquive d’Emmanuel Macron qui n’a pas voulu se rendre de manière formelle au Congrès des maires et y prononcer un discours au risque de se faire chahuter… Notre journaliste Cemil Sanli évoque ces sujets avec Jean-Philippe Gautrais, maire NUPES de Fontenay-sous-Bois.

L’article BLOCAGE DES PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ : LE GOUVERNEMENT NE DIT PAS TOUTE LA VÉRITÉ est apparu en premier sur PLANETES360.

MACRON « FUIT » LA FRANCE ET LES FRANÇAIS, VOICI POURQUOI

Macron s’intéresse-t-il encore aux Français ? Le président semble en tout cas de plus en plus déconnecté des politiques intérieures. Alors qu’à l’Assemblée nationale, les 49-3 se succèdent et que la majorité présidentielle est de plus en plus fragile, Emmanuel Macron ne semble pas prendre la mesure de la gravité de la situation intérieure. Inflation, pouvoir d’achat, coût de l’énergie… Macron répond à la misère sociale par des mesures de casse sociale, comme la réforme des retraites ou la réforme de l’indemnisation-chômage.

Le président ne fâche pas que le Français moyen ; il arrive à s’aliéner les corps intermédiaires et les grands élus. Cet après-midi, le président a snobé le congrès des maires de France, alors que les municipalités font face à des dépenses sans précédent, entre baisse des dotations, suppression de la taxe d’habitation et hausse des factures d’énergie. Macron ne semble plus se préoccuper que de ses postures à l’international, des postures pas très heureuses comme en témoignent ses sa dernière sortie sur la langue française au sommet de l’Organisation internationale de la francophonie à Djerba (Tunisie). Une sortie qui a montré à quel point Emmanuel Macron baignait encore dans un impensé colonial…

En compagnie de Nadiya Lazzouni, notre journaliste Thomas Dietrich revient sur ce « drôle » de président qui n’aime plus vraiment les Français. C’est l’éclairage de la rédaction.

L’article MACRON « FUIT » LA FRANCE ET LES FRANÇAIS, VOICI POURQUOI est apparu en premier sur PLANETES360.

SUICIDES, BURN-OUT… LE LIVRE NOIR DES TRIBUNAUX FRANÇAIS

Préventions : suicide, dépression.

“En un peu plus d’un an, le ministère de la justice a dû gérer au moins cinq décès parmi son personnel. Des magistrat.e.s et des greffier.ère.s victimes d’accidents cardio-vasculaire, voire qui se suicident. Pour la première fois, des rapports inédits lient ces décès tragiques à la souffrance au travail des personnels de justice”, révèlent nos confrères du média Off investigation. Manque d’effectif, pression, burn out, et même décès… Notre justice française va mal, alertent leurs professionnels. Et ses conséquences sont nombreuses et concernent toute notre société. Que se passe-t-il dans le domaine de la justice en France ? La justice, terme qui peut paraître abstrait, porteur aussi dans son sens, vecteur d’une démocratie, en France, pays des droits de l’Homme ? Pour tout comprendre à comment en sont arrivés à ce point nos tribunaux français je reçois Nelly Bertrand, secrétaire permanente du syndicat de la magistrature, et Fannie D’Hervé, greffière des services judiciaires travaillant au sein du service correctionnel au tribunal judiciaire de Nanterre.

L’article SUICIDES, BURN-OUT… LE LIVRE NOIR DES TRIBUNAUX FRANÇAIS est apparu en premier sur PLANETES360.

Panne d’électricité ! Les plans secrets du gouvernement pour éviter l’apocalypse Cartes Bleues

Avertissement à tous. Je ne vends rien et ne vous demande jamais d’argent par Telegram, WhatsApp ou autre messagerie. Faites attention aux margoulins et aux usurpations d’identité. Ma photo est utilisée dans les commentaires. Pour vous abonner à ma lettre Stratégies c’est uniquement sur mon site officiel www.insolentiae.com

Grenésiennes et Grenésiens, voici le 5ème épisode de ce nouveau format de vidéo appelé « Bref, l’effondrement ».

Cela ne vient pas remplacer nos JT du grenier, qui vont continuer, sans montage, ni trucage et j’aurai la joie de poursuivre nos échanges du dimanche soir.

Dans cette vidéo je vous parle du plan d’urgence que nos voisins allemands sont en train de mettre en place pour assurer la continuité des paiements en cas de coupures d’électricité.
Autant vous dire qu’en France, nous n’y réfléchissons même pas!

Partagez sans modération.

A bientôt.

Amicalement.

L’article Panne d’électricité ! Les plans secrets du gouvernement pour éviter l’apocalypse Cartes Bleues est apparu en premier sur PLANETES360.

Di Vizio balance ses 4 vérités au ministre de la santé, et ça décoiffe !

Nouvelle vidéo dans laquelle Fabrice Di Vizio tacle le ministre de la santé ouvertement et sans prendre de pincettes.

L’article Di Vizio balance ses 4 vérités au ministre de la santé, et ça décoiffe ! est apparu en premier sur PLANETES360.

A LIRE ! « Comment ignorer les travaux d’un homme qui prouvent que l’euro est une monnaie condamnée à s’effondrer et à ruiner des millions d’Européens ? »

« L’euro est à l’origine de la paupérisation des Français parce que nous avons la même monnaie que l’Allemagne, sans avoir la même compétitivité que l’économie allemande. »

C’est ce que déclare François Asselineau, le samedi 13 novembre 2021, lors du salon Made In France.

Si je vous en parle, c’est parce que M. Asselineau est un spécialiste des questions monétaires et économiques…
 

Il a passé plus de 25 ans à l’Inspection Générale des Finances, après sa sortie d’HEC et de l’ENA…

Il a accompagné le président Chirac lors de ses voyages pour être son conseiller économique et monétaire…

Il a même été délégué général à l’intelligence économique au ministère de l’Économie et des Finances sous Nicolas Sarkozy…

Alors franchement, comment ignorer les analyses d’un homme qui a étudié les dossiers monétaires au plus haut sommet de l’État depuis 35 ans ?

Comment ignorer les travaux d’un homme qui prouvent que l’euro est une monnaie condamnée à s’effondrer et à ruiner des millions d’Européens ?

J’ai rédigé un message pour vous expliquer toute son analyse et la gravité de la situation.

Il est garanti 100% authentique et sans langue de bois.

Lisez-le et découvrez ce que nos dirigeants et les médias vous cachent depuis plus de 20 ans !

Cliquez ici pour lire mon message.

Amicalement,


Philippe Béchade,
Rédacteur en chef de « La Lettre des Affranchis »

P.S : Soyons clairs, l’euro pourrait disparaître avant la rentrée… et emporter 15% de votre épargne dans sa chute ! Lisez mon message pour comprendre ce que vous cachent les médias et éviter le pire.

L’article A LIRE ! « Comment ignorer les travaux d’un homme qui prouvent que l’euro est une monnaie condamnée à s’effondrer et à ruiner des millions d’Européens ? » est apparu en premier sur PLANETES360.

Notre système de retraite s’effondre ! Comment s’en protéger ? (LIVRE GRATUIT)

La perte de ⅔ des cotisants précipite l’effondrement inéluctable du système des retraites.
Les cotisants chutent de 3 millions à 1 million en 40 ans.


Cher Lecteur,

Chaque année le gouvernement perd le contrôle sur ses réformes de retraites et c’est vous qui allez tôt ou tard en payer le prix. Et la vérité c’est que…

C’est seulement une question du temps avant que le modèle de retraite ne disparaisse.

Les cotisations des actifs actuels paient les pensions de retraite des retraités actuels.

Mais malheureusement.

L’âge d’or de la retraite est terminé.

Des millions de retraités ayant cotisé tout au long de leur carrière ne bénéficieront pas de la pension qui leur est due.

Et le pire c’est qu’ils ne le verront pas arriver et ne pourront donc pas se préparer !

A contrario, des investisseurs ont trouvé le moyen de sécuriser leurs retraites et même de les faire fructifier.

Leurs stratégies gagnantes vous seront révélées dans quelques secondes.

Mais, avant ça …

Revenons sur le comment la France a-t-elle pu se retrouver dans une telle situation.

Face à l’augmentation de l’espérance de vie et la diminution de la natalité en France, notre système de retraite a très vite montré ses limites.

De nos jours, nous vivons de plus en plus longtemps et il n’y a donc plus assez de cotisants pour couvrir l’ensemble des retraités, autant dire que…

… le constat est alarmant.

Il n’y a qu’à constater les chiffres du rapport de l’INSEE des Cotisants, retraités et rapport démographique du régime général de 1975 à 2015:

En 1975 vous aviez plus de 3 millions de cotisants pour 1 retraité tandis qu’en 2015 vous n’avez plus que 1 million de cotisants pour 1 retraité.

Ce système se dirige tout droit vers une situation où les cotisants ne pourront plus supporter la contribution pour nos retraités. Et ce n’est pas tout…

Ce système de répartition puise dans les ressources de l’Etat.

Selon le COR (Conseil d’Orientation des retraites), plus de 330 milliards d’euros, soit environ 14% du PIB, sont consacrés chaque année au financement des retraites.

Des bilans inquiétants comparés aux 10% observés en Allemagne et à une moyenne de 7,5% pour l’ensemble des pays de l’OCDE.

D’ailleurs vous souvenez-vous de la faillite de la Grèce en 2008 ?

Et bien le financement de ses retraites représentait 17% de son PIB.

Aujourd’hui encore la Grèce ressent les effets de cette crise.

Comme vous le voyez… notre système de retraite est une véritable bombe à retardement qui risque d’exploser dans très peu de temps.

Que faire lorsque ça arrivera ?

Il est plus qu’urgent de préparer sa retraite en augmentant son épargne.

Il vous faut un plan – mieux vaut tard que jamais…

Et je vais vous en donner un :

AGIR !

L’Etat ne sera plus en mesure de supporter les retraites des Français.

C’est pour toutes ces raisons qu’il est important que je vous parle d’une solution pour préparer et protéger votre retraite.

Une solution qui pourrait vous mettre à l’abri de la catastrophe, en plus de vous obtenir la retraite dont vous rêvez.

Cette porte de secours vous permettra de quitter le navire en plein naufrage.

Les initiés ont compris l’intérêt de mettre en place rapidement une voie de sortie…

C’est la capitalisation de votre retraite.

Pour faire simple, vous alimentez votre retraite grâce à votre épargne.

La stratégie la plus connue est d’investir dans un ETF, un panier de valeurs suivant les variations des indices boursiers comme le CAC 40.

Et entre nous… il y a bien mieux pour votre portefeuille.

Cette stratégie que nos adhérents ont utilisé peut vous faire générer des gains x5, x7 et même x11 fois plus élevés que l’indice de la Bourse de Paris…

C’est peut-être LA solution dont vous avez besoin aujourd’hui pour préparer la prochaine crise du système de retraite et vous constituer un capital rapidement

Découvrez les 10 valeurs à prix cassé pour doubler votre PEA

TÉLÉCHARGEZ MAINTENANT VOTRE GUIDE GRATUIT :

« 10 valeurs secrètes pour doubler votre PEA »

Vous pourrez y découvrir :

✔ Pourquoi le cours de ces 10 actions n’est pas le reflet de leur valeur réelle ;

✔ Pourquoi ces investissements sont incontournables pour votre PEA aujourd’hui ;

✔ Pourquoi ces 10 valeurs à prix cassé pourraient doubler dans les prochains mois…

Certains de nos abonnés se sont déjà positionnés alors n’hésitez plus.

L’article Notre système de retraite s’effondre ! Comment s’en protéger ? (LIVRE GRATUIT) est apparu en premier sur PLANETES360.

Pourquoi et comment acheter des lingots d’or GUIDE GRATUIT

Un rapport gratuit et exclusif vous est offert à la fin de cet article…

Ne cherchez pas plus loin que le dollar américain

Le véritable vent contraire pour l’or et la principale raison pour laquelle l’or a lutté ces deux dernières années est la force du dollar.

Après tout, le prix de l’or en dollars n’est que l’inverse de la force du dollar. Un dollar plus faible signifie un prix de l’or plus élevé.

Un dollar plus fort – comme c’est le cas aujourd’hui – signifie un prix en dollar plus faible pour l’or.

Il peut sembler paradoxal d’imaginer un dollar fort au milieu de toute l’inflation que nous connaissons, mais c’est pourtant bien le cas.

Ce qui est extraordinaire, ce n’est pas que l’or n’ait pas grimpé en flèche au cours des deux dernières années ; c’est qu’il ait tenu bon malgré la persistance d’un dollar fort.

Cela nous amène à la question suivante :

Qu’est-ce qui est à l’origine de la force du dollar et qu’est-ce qui pourrait provoquer son affaiblissement soudain et faire grimper les prix de l’or dans la stratosphère ?

La force du dollar a été stimulée par une demande de garanties libellées en dollars, principalement des bons du Trésor américain, nécessaires pour soutenir l’effet de levier dans les bilans des banques et dans les positions de produits dérivés des fonds spéculatifs.

Ces garanties de haute qualité sont rares (en partie parce que les émissions du Trésor américain sont plus faibles, en raison de déficits moins importants que prévu). Alors que les banques s’efforcent de trouver des garanties de haute qualité, elles ont besoin de dollars pour payer les bons du Trésor.

Cela alimente la demande de dollars au niveau mondial.

La ruée vers les garanties témoigne également de la faiblesse de la croissance économique, de la crainte de défaillances, de la diminution de la solvabilité des emprunteurs et de la crainte d’une crise mondiale des liquidités. Nous n’en sommes pas encore là, mais nous nous en approchons, et aucun répit n’est en vue.

Mais attention : lorsque la faible croissance économique se transformera en récession mondiale, une nouvelle panique financière se profilera à l’horizon. À ce moment-là, le dollar lui-même pourrait cesser d’être une valeur refuge, notamment en raison de l’utilisation agressive de sanctions par les Etats-Unis et du désir de grandes économies comme la Chine, la Russie, la Turquie et l’Inde d’éviter le système du dollar américain si possible.

Lorsque la panique s’installera et que le dollar ne sera plus considéré comme fiable, le monde se tournera vers l’or.

La frustration liée au mouvement latéral du prix de l’or est compréhensible. Mais derrière le rideau, une nouvelle crise de liquidité se prépare.

L’or devrait s’envoler

Les conditions de l’offre et de la demande favorisent la hausse du prix de l’or. La production mondiale d’or est restée relativement constante ces six dernières années. Au cours de la même période de six ans, alors que la production mondiale était stable, les banques centrales ont augmenté leurs avoirs officiels de 6%.

La Chine a acquis 1 400 tonnes d’or au cours des douze dernières années (c’est le chiffre officiel ; officieusement, elle possède probablement beaucoup plus). La Russie a acquis 1 500 tonnes au cours de la même période.

Parmi les autres grands acheteurs figurent la Pologne, la Turquie, l’Iran, le Kazakhstan, le Japon, le Vietnam et le Mexique. Désormais, les banques centrales du groupe de Visegard (République tchèque, Hongrie, Pologne et Slovaquie) achètent de l’or.

Ce qui est curieux, c’est que les investisseurs individuels aux Etats-Unis et en Europe semblent encore indifférents à l’or en tant qu’actif monétaire. En théorie, les banques centrales sont les mieux placées pour connaître l’état réel du système monétaire mondial.

Si les banques centrales achètent tout l’or qu’elles peuvent avec des devises fortes (dollars ou euros), on ne voit pas bien ce qu’attendent les investisseurs particuliers.

Concrètement, comment achète-t-on de l’or ?


Vous avez mille bonnes raisons de vouloir acheter de l’or en ce moment… et notamment AVANT que les cours ne s’envolent vers les sommets. Mais il n’y a QU’UNE façon sûre et profitable de le faire !

Et nous vous l’expliquons gratuitement, de la manière la plus claire possible dans le Rapport spécial réalisé par notre équipe d’experts. Il vous suffit simplement de cliquer ci-dessous.

TÉLÉCHARGEZ MAINTENANT VOTRE RAPPORT EXCLUSIF GRATUITEMENT :

« Pourquoi et comment acheter des lingots d’or »

Vous allez y découvrir :

✔ Comment acheter, conserver et revendre votre or

✔ Quelle part d’or intégrer dans vos investissements

✔ La seule façon sûre et profitable d’investir dans l’or

>>> CLIQUEZ ICI POUR RECEVOIR VOTRE RAPPORT GRATUITEMENT EN QUELQUES CLICS <<<

L’article Pourquoi et comment acheter des lingots d’or GUIDE GRATUIT est apparu en premier sur PLANETES360.

« Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi énorme que ce qui risque d’arriver avant Noël… » PREPAREZ VOUS

Cher lecteur,

Ici Philippe Béchade.

20 ans.

Cela fait plus de 20 ans que je suis journaliste économique…

20 ans que je passe sur BFM Business et d’autres médias pour décrypter l’économie…

20 ans que je partage mes découvertes pour aider des milliers de Français à protéger leur épargne…

Et bien je peux vous dire que je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi énorme que ce qui risque d’arriver avant Noël…
 

Car dans quelques jours, TOUS les Français risquent de perdre 15 % de leur argent !
 

C’est encore plus gros que la crise des subprimes… Plus catastrophique que la crise de 2008… Et plus puissant que la bulle internet des années 2000.

Car cette fois, c’est notre monnaie qui pourrait s’effondrer… Et entraîner notre ruine.

La situation est tellement dingue que j’ai décidé de vous écrire un message pour vous expliquer l’ampleur des dégâts.

Car vous méritez de savoir. Vous devez comprendre ce qui nous pend au nez.

Mais surtout, vous devez savoir comment protéger votre argent.

Cliquez ici pour lire mon message.

Amicalement,


Philippe Béchade,
Rédacteur en chef de « La Lettre des Affranchis »

P.S : Ceci est le message le plus important que j’ai rédigé depuis mes débuts chez Publications Agora. En 20 ans, je n’ai jamais vu un scandale aussi énorme. Car avant la fin d’année, notre système monétaire pourrait bien s’effondrer… et emporter avec lui 15 % de toute votre épargne. Lisez mon message pour éviter le pire.

L’article « Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi énorme que ce qui risque d’arriver avant Noël… » PREPAREZ VOUS est apparu en premier sur PLANETES360.

URGENT !! Affaire McKinsey : une enquête judiciaire ouverte pour «financement illégal» de la campagne d’Emmanuel Macron en 2017 (source Le Parisien)

🔴 !! URGENT !! Affaire McKinsey : une enquête judiciaire ouverte pour «financement illégal» de la campagne d’Emmanuel Macron en 2017 (source Le Parisien) #emmanuelmacron #mckinsey #affaire #justice

— Nicolas Vidal (@nicolasputsch) November 24, 2022

McKinsey aurait-il été favorisé dans la conclusion de contrats publics en échange d’un financement politique? C’est ce que cherchent à savoir le juge Tournaire et ses deux collègues, selon le journal. Le magistrat a mis en examen les époux Fillon et Sarkozy par le passé

— Nils Wilcke (@paul_denton) November 24, 2022

Il faut saluer la ténacité des sénateurs dont @ElianeAssassi: leur rapport a révélé que les contrats entre l’État et ces entreprises de consultants avaient "plus que doublé" entre 2018 et 2021 pour atteindre un milliard d’euros (!) l’an dernier https://t.co/KaIZtTcUnO

— Nils Wilcke (@paul_denton) November 24, 2022

Macron a balayé tout soupçon de favoritisme: "S’il y a des preuves de manipulation, que ça aille au pénal", a déclaré le président. On dirait que la Justice l'a pris au mot. En attendant, son immunité présidentielle le protège des juges pendant son mandat https://t.co/HOMxyRQEEm

— Nils Wilcke (@paul_denton) November 24, 2022

L’article URGENT !! Affaire McKinsey : une enquête judiciaire ouverte pour «financement illégal» de la campagne d’Emmanuel Macron en 2017 (source Le Parisien) est apparu en premier sur PLANETES360.

L’escroquerie du prix de l’essence en France est spectaculaire

2008 : baril à 145$, SP95 à 1€55. 2022 : Baril à 82$, SP95 à 2€09 !

Le pire ennemi de l’humanité moderne est certainement sa capacité à oublier, c’est clairement ce qui sauve les élites politiques corrompues actuelles. Revenons aux faits : comme c’est démontré avec les graphiques ci-dessous, pendant la grave crise de 2008 le baril était monté jusqu’à 145 $ et pourtant le litre de sans plomb 95 était à 1,55 €. Aujourd’hui, ce même baril de pétrole brut est à 82 $ et pourtant le sans plomb 95 dépasse les 2 € le litre. En d’autres termes, avec un prix du baril 40 % moins cher, le litre d’essence coûte 0,50 € de plus !

Il faut vraiment être totalement décérébré, atteint d’une profonde dégénérescence irréversible pour accepter de payer aussi cher le litre d’essence sans se révolter et demander des comptes au gouvernement ainsi qu’aux distributeurs !

L’article L’escroquerie du prix de l’essence en France est spectaculaire est apparu en premier sur PLANETES360.

Le scandale « Facts and Furious » ou la mafia du fact-checking

Idriss Aberkane, essayiste, Marc Doyer, porte-parole de Verity France et Malika Daoust, femme du fondateur du site “Facts and Furious” Antoine Daoust.

L’article Le scandale « Facts and Furious » ou la mafia du fact-checking est apparu en premier sur PLANETES360.

URGENCES : de la honte aux drames (mort et accidents graves)

Commander le livre du Dr Louis Fouché : https://tinyurl.com/47f464tf

Dans le dernier numéro du Courrier international, l’Allemagne pointait le KO du système de santé français

Dans une émission SUD Radio Jean-Jacques Bourdin le témoignage du Pr Laurence Verneuil, Cheffe de service d’un CHU à Caen. Elle nous raconte sa démission pour éviter de se suicider.

Proposition du gouvernement d’étendre les gardes médicales aux infirmiers, dentistes et sages-femmes .

« Vos vies, votre espérance de vie sont en jeu”, le cri d’alerte de Laurent Thines, neurochirurgien au CHU de Besançon, qui appelle à descendre dans la rue. Il fait partie des 1200 chefs de services qui ont démissionné en janvier 2020 de leur fonction administrative. Il avait également pointé le danger de l’usage des lanceurs LBD dans les manifestations de gilets jaunes.
notre système de Santé hospitalier qui n’est même plus capable d’absorber une banale épidémie de bronchiolite saisonnière

“patient énorme hernie discale, refuser l’admission aux urgences d’un hôpital de la Région après appel du 112, finisse par arriver sur la table d’opération à 5h du matin après un délai de 42h. Conséquence : paralysie membres inférieurs et de la vessie, séquelles l’obligeant aux auto-sondages urinaires et à marcher avec deux cannes”

Le Média rapporte que fin août CHU de Dijon, Claudette est morte de faim pour une banale fracture du péroné (à jeûn pendant 5 jours).

La Santé est un bien et deux voies s’offrent à nous : E-santé ou santé intégrative.

L’article URGENCES : de la honte aux drames (mort et accidents graves) est apparu en premier sur PLANETES360.

2023, année noire. Gaz et GNL, d’immenses problèmes d’approvisionnements à venir.

C’est un article de Bloomberg qu’il faut garder en tête pour comprendre ce qu’il se passe et prévoir ce qu’il va arriver.

Les réserves mondiales de GNL sont « épuisées » pour des années, prévient le principal importateur nippon et aucun contrat à long terme n’est disponible avant 2026, selon le Japon.

En clair il n’y a pas de GNL disponible avant… 2026. D’ici-là tout a déjà été vendu ! (et acheté, et le transport réservé).

Cette situation va intensifier la concurrence mondiale pour le GNL.

Le Japon prévient que la concurrence mondiale pour le gaz naturel liquéfié va s’intensifier au cours des trois prochaines années en raison d’un sous-investissement dans l’offre.

Les contrats de GNL à long terme qui commencent avant 2026 sont épuisés, selon une enquête menée par le ministère du commerce auprès des entreprises japonaises et publiée lundi. Ces types de contrats sont essentiels pour les acheteurs, car ils offrent des prix stables et un approvisionnement fiable pendant de nombreuses années.

Les pays du monde entier se bousculent pour obtenir des livraisons de centrales électriques et de combustible de chauffage de la part de grands exportateurs comme le Qatar et les États-Unis, mais il y a peu de nouveaux approvisionnements en ligne avant 2026. Pendant ce temps, l’Europe s’empresse de remplacer le gaz russe par du GNL, ce qui aggrave encore la pénurie mondiale de ce combustible.

Cela signifie que les importateurs seront contraints de dépendre davantage du marché spot, volatil et coûteux, qui se négocie actuellement près de trois fois plus cher que les contrats à long terme. Selon l’International Group of Liquefied Natural Gas Importers, environ 30 % de toutes les livraisons de GNL ont été effectuées sur le marché au comptant l’année dernière.

Des responsables du ministère japonais et des dirigeants de sociétés énergétiques se sont rencontrés le même jour pour discuter des plans d’approvisionnement en GNL. Le Japon est en passe de devenir le premier importateur mondial de GNL cette année, et ce combustible est le premier choix du pays pour la production d’électricité.

Le manque d’investissement dans les projets d’exportation de GNL signifie que l’approvisionnement sera très serré pendant des années, selon le document du ministère du commerce. Si le gaz russe acheminé par gazoduc vers l’Europe est complètement coupé, le monde pourrait connaître une pénurie de 7,6 millions de tonnes de GNL en janvier 2025, soit l’équivalent d’un mois d’importations pour le Japon, selon le document.

Le Japon a pris des mesures pour renforcer sa sécurité énergétique en permettant au gouvernement d’acheter du GNL sur le marché au comptant au cas où les entreprises ne pourraient pas le faire.

Pour résumer ?

Le GNL existe en quantité limitée.

1/ Plus personne ne veut vendre son GNL à terme (à prix fixés pour dans plusieurs annéees).

2/ Tout le monde vend au spot, c’est-à-dire à emporter comme on dirait chez Mac Do et pour une consommation immédiate avec évidemment des prix en hausse.

3/ Quand tout le monde veut du GNL en même temps et que la quantité reste globalement fixe, alors l’ajustement se fait par les prix qui explosent à la hausse.

4/ Le GNL ne sera pas suffisant pour remplacer en Europe tout le gaz russe.

L’année 2023 et l’hiver 2023 risquent d’être encore plus compliqués car nous pourrions bien aborder le prochain hiver avec des réserves vides s’il n’y a pas un processus de paix avec la Russie qui s’engage très vite.

Charles SANNAT

Source Bloomberg.com ici

L’article 2023, année noire. Gaz et GNL, d’immenses problèmes d’approvisionnements à venir. est apparu en premier sur PLANETES360.

L’Allemagne recense ses entreprises « exposées à la Chine ».

D’après l’agence de presse Reuters, le ministère allemand des Affaires étrangères envisage de « renforcer les règles applicables aux entreprises très exposées à la Chine, en les obligeant à divulguer davantage d’informations et éventuellement, à effectuer des tests de résistance aux risques géopolitiques, selon un projet de document confidentiel consulté par Reuters ».

Parmi les mesures décrites dans ce document de 65 pages, dont certaines ont déjà été rendues publiques, figure un renforcement des règles applicables aux entreprises actives en Chine afin de garantir la prise en compte des risques géopolitiques.

« Nous souhaitons obliger les entreprises particulièrement exposées à la Chine à préciser et à résumer les développements et les chiffres pertinents liés à la Chine, par exemple sous la forme d’une obligation de notification distincte, sur la base des exigences de divulgation existantes », indique le document.

« Sur cette base, nous évaluerons si les entreprises concernées doivent effectuer des tests de résistance réguliers afin d’identifier à un stade précoce les risques spécifiques à la Chine et de prendre des mesures correctives. »

Le gouvernement prévoit également de renforcer les garanties de crédit à l’exportation afin d’éviter les transferts de technologies indésirables, en particulier les technologies sensibles à double usage et celles qui peuvent être utilisées à des fins de surveillance et de répression ».

La Chine, l’ennemi commun…

La Chine est devenu l’ennemi commun des Etats-Unis et… de l’Allemagne.

En effet, la mondialisation a plus que largement été profitable à l’Allemagne et aux Etats-Unis jusqu’à il y a 5 ans environ.

Il y a 5 ans, la Chine qui était assez méprisée en raison de notre arrogance occidentale a montré qu’elle était capable de produire le pire…comme le meilleur. La Chine, pour le dire plus précisément a terminé, achevé, sa montée en gamme. La Chine peut désormais produire et maîtriser toutes les technologies, elle maîtrise tous les savoir-faire. Elle peut envoyer des hommes dans l’espace, construire des porte-avions, ou encore presque toutes les voitures électriques du monde.

La Chine, pose tout simplement un problème aux deux plus gros producteurs que sont l’Allemagne et les Etats-Unis.

Si l’Allemagne s’est moquée longtemps des pays comme la France ou l’Angleterre laminés par l’émergence de la Chine puisque nous avions une industrie moyenne de gamme, voici la Chine qui a désormais rattrapé la grande Allemagne qui subitement découvre les vertus du protectionnisme qui nous fait tant défaut depuis 20 ans et qui détruit nos emplois et nos capacités de production.

Lorsque vous voyez que l’Allemagne veut désormais mettre en place ce genre de législation, vous pouvez nourrir les plus grandes inquiétudes sur l’avenir de la mondialisation et cela implique d’immenses conséquences pour notre quotidien.

Vous avez ici une information capitale qui vous permet de comprendre que la mondialisation telle que vous la connaissiez jusqu’à présent touche à sa fin.

Cet effondrement de la globalisation, est à la fois porteur de grands espoirs sur l’environnement, les circuits courts, mais, présage, également, vous l’aurez compris de grands bouleversements et de très importants changements dans nos habitudes quotidiennes.

Charles SANNAT

Agence de presse Reuters via Boursorama.com ici

L’article L’Allemagne recense ses entreprises « exposées à la Chine ». est apparu en premier sur PLANETES360.

« Arnaque financière. Les 10 astuces pour les identifier, les déjouer et éviter de vous faire ruiner ! ». L’édito de Charles SANNAT

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Cette semaine dans le JT du Grenier normand, je vous propose de réfléchir aux règles qu’il faut appliquer pour éviter de se faire plumer, ruiner, spolier, voler, bref, comment faire pour que vos sous restent vos sous, que votre grisbi reste votre grisbi et comme on dit chez les tontons flingueurs… touche pas au Grisbi !

Bulle après bulle, génération après générations nous répétons les mêmes erreurs. Les enfants ont toujours du mal à apprendre de leur pères ou de leurs grands-pères !

La première chose qu’il faut faire c’est vous intéresser à votre argent, car si vous laissez les autres s’intéresser à votre argent plus que vous, alors, ils placeront l’argent dans leur intérêt à eux et pas dans le vôtre.

La seconde c’est de vous former, d’apprendre, et de prendre le temps de lire de potasser, de travailler ces sujets. Mieux vaut que vous dépensiez quelques centaines d’euros dans des magazines, des livres et des formations (abordables) car cela vous économisera des pertes qui peuvent se chiffrer le plus souvent en milliers d’euros.

La troisième c’est de toujours vérifier où vous envoyez votre argent ! Quand c’est vers une île paradisiaque, les Bahamas, les Iles Caïmans sachez qu’il y a une probabilité importante que vous envoyiez vos sous vers… une île au requin et la proie c’est vous.

La quatrième ? Quand c’est flou c’est qu’il y a un loup ! Vous devez comprendre, si vous ne comprenez pas, ce n’est pas vous qui êtes stupide c’est votre interlocuteur qui ne veut pas que vous compreniez ! Tout se comprend, même l’expansion de l’univers et les galaxies qui s’éloignent les unes des autres !

La cinquième ? Quand il y a un doute, il n’y a pas de doute. Fuyez.

Pour toutes les autres ? Ecoutez la vidéo !

Ici, encore une fois, aucune vérité absolue, mais des pistes de réflexion pour prendre de la hauteur et anticiper ce qui pourrait arriver pour vous protéger, vous, et ceux que vous aimez, ceux qui sont importants à vos yeux.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

L’article « Arnaque financière. Les 10 astuces pour les identifier, les déjouer et éviter de vous faire ruiner ! ». L’édito de Charles SANNAT est apparu en premier sur PLANETES360.

Centrale de Zaporijia: l’AIEA accorde à Kiev le droit de chantage nucléaire

23.11.2022 

L’armée ukrainienne a repris des bombardements massifs de la centrale nucléaire de Zaporijia en profitant de la protection de l’Occident. 

Comme l’a rapporté auparavant le ministère russe de la Défense, les forces armées ukrainiennes ont repris leurs frappes sur la centrale nucléaire de Zaporijia après une pause de deux mois. Au total, du 19 au 21 novembre, les forces ukrainiennes ont lancé sur la centrale de Zaporijia près de 30 projectiles, qui ont touché le bassin de la fontaine de refroidissement des réacteurs, le dépôt sec de déchets nucléaires, ainsi que le toit d’un bâtiment spécial où est stocké le combustible nucléaire frais. 

Un groupe d’experts de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), qui se trouve à la centrale, a déclaré qu’il n’y avait pas de menace directe à la sécurité nucléaire à la centrale. Des réservoirs de stockage de condensat ont été endommagés, ce qui a conduit à une fuite non radioactive. Le combustible usé et les déchets radioactifs de la centrale de Zaporijia n’ont pas été touchés lors des tirs, rapporte l’AIEA. 

Le directeur général de l’agence, Rafael Grossi, a insisté une nouvelle fois sur la nécessité de créer une zone de sécurité autour de la centrale. « Je ne baisserai pas les bras tant que cela ne deviendra pas réalité », a-t-il déclaré.

Le directeur général de l’AIEA a rencontré mercredi à Istanbul la délégation de l’entreprise publique russe Rosatom conduite par le directeur général de cette dernière, Alexeï Likhatchov, pour discuter de la mise en place d’une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire de Zaporijia. C’est ce qu’on lit dans un communiqué publié mercredi par l’AIEA sur Twitter.

Rosatom a pris le contrôle de la centrale et a placé tout le personnel de la centrale sous la juridiction russe. La centrale est arrêtée, on y maintient le refroidissement des réacteurs en procédant à d’autres travaux de maintenance. Le patron de Rosatom a annoncé que la centrale présentait un risque d’accident nucléaire, et il est évident que Kiev juge acceptable un incident nucléaire de faible ampleur. 

« Faible ou non, la radioactivité ne demandera pas l’avis de Kiev », a martelé M. Likhatchov. 

D’après ce dernier, les bombardements qui ont repris sont le résultat de la connivence de l’AIEA qui refuse de déterminer l’origine des tirs sur les réacteurs. Il a mentionné une résolution de l’agence stipulant que la Russie doit « retirer son personnel militaire et autre » de la centrale de Zaporijia. 

« Kiev a visiblement considéré cette résolution comme une sorte de feu vert pour tirer sur la centrale », a poursuivi le responsable de Rosatom. 

La direction de l’ONU ne parvient pas non plus à déterminer l’origine des tirs. Des pourparlers sur la création d’une zone de sécurité ou le retrait du contingent russe de la centrale sont menés, mais rien n’a été convenu à l’exception de la présence d’inspecteurs de l’AIEA. L’armée ukrainienne concentre un grand groupe de forces et d’équipements sur l’axe Pokrov-Nikopol en se préparant à prendre la centrale par la force. 

Ce serait une grande victoire militaire et morale pour l’Ukraine, un supplément de ressources énergétiques pour leur livraison en Occident, car auparavant la centrale de Zaporijia assurait jusqu’à 30% de l’électricité produite dans le pays. La centrale sera certainement au final une sorte de site international à gestion mixte assurant les besoins à la fois de la Russie et de l’Ukraine. 

Cependant, selon les experts, il faut chercher d’autres possibilités. Car une telle solution serait une concession pour Kiev, qui bombarde la centrale de Zaporijia en faisant ainsi du chantage à la communauté internationale par la provocation d’un nouveau Tchernobyl. 

Kiev dit aux Européens et aux Américains qu’ils doivent persuader Moscou de cesser son impact sur le système énergétique de l’Ukraine. Sinon, l’Europe ferait face à un hiver nucléaire qui serait provoqué par une frappe ukrainienne. 

La mise en place d’une zone de sécurité qui prémunirait la centrale contre les attaques ukrainiennes dépend de deux conditions, estime M. Likhatchov. Premièrement, l’activité de Rafael Grossi et la réussite de ses négociations avec Kiev. Deuxièmement et surtout, l’approbation de la décision de créer une zone de sécurité par les États-Unis. « Je pense que la grande distance entre Washington et Zaporijia ne doit pas être un argument pour les États-Unis dans le freinage d’une décision sur la zone de sécurité », a noté le patron de Rosatom. 

Il ne faut pas non plus compter sur la Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom) et d’autres structures de l’UE pour influencer Kiev.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Centrale de Zaporijia: l’AIEA accorde à Kiev le droit de chantage nucléaire est apparu en premier sur PLANETES360.

L’Europe et les Etats-Unis se dirigent vers une guerre commerciale

23.11.2022

En cas de crise, la première chose à laquelle tout le monde pense, c’est à sa propre économie. Les Etats-Unis sont un pays déchiré intérieurement. La lutte de pouvoir entre démocrates et républicains menace de paralyser le pays. Et, les camps politiques semblent se radicaliser de plus en plus.

Les Etats-Unis ont voté en en août dernier la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 (The Inflation Reduction Act of 2022 (IRA) qui vise à freiner l’inflation en réduisant le déficit, en abaissant les prix des médicaments sur ordonnance et en investissant dans la production d’énergie nationale tout en promouvant l’énergie propre, tout en créant des emplois. 

Levée de boucliers en Europe. L’Europe entend «donner une réponse sérieuse» aux Etats-Unis sur l’entrée en vigueur le 1er janvier de cette loi américaine de réduction de l’inflation. Les mesures envisagées par les autorités de l’UE pourraient conduire à une guerre commerciale transatlantique, écrit Politico. Comme le note le média anglophone, en Europe, en général, et en Allemagne en particulier les élites politiques sont «déçues que Washington ne propose pas d’accord de paix». «Les craintes de l’Europe sont liées au paquet de 369 milliards de dollars de subventions et d’allégements fiscaux pour soutenir les entreprises vertes aux Etats-Unis qui entrera en vigueur le 1er janvier», stipule Politico.

La loi sur la réduction de l’inflation de 2022, qui prévoit des réductions d’impôts, des avantages dans le domaine de l’approvisionnement énergétique pour les entreprises s’ouvrant aux Etats-Unis, a été signé par le président américain Joe Biden en août dernier. Pour les Européens, cette loi est dangereuse car elle pourrait inciter les entreprises à déplacer les investissements depuis l’Europe et inciter les clients à «acheter américain» lorsqu’il s’agit d’acheter des véhicules électriques. Cela exaspère les principaux constructeurs automobiles européens de France et d’Allemagne. En effet, la loi sur la réduction de l’inflation de 2022 précise bien que «les 369 milliards de dollars» sont «pour l’énergie propre afin de lutter contre la crise climatique, avec un soutien historique pour les véhicules électriques et l’énergie propre».

Le retour de «l’America First». Le moment de cette mesure protectionniste des Etats-Unis tombe très mal pour les économies des pays de la zone euro et en particulier pour l’Allemagne qui panique ouvertement à l’idée de voir que plusieurs de ses principales entreprises – en partie stimulées par la flambée des coûts de l’énergie après l’invasion de l’Ukraine par la Russie – ferment leurs opérations sur le sol allemand pour investir ailleurs. Politico avertit: «La dernière chose dont Berlin a besoin, c’est d’encore plus d’encouragements pour que les entreprises quittent l’Europe, et l’UE veut que les Etats-Unis concluent un accord dans lequel leurs entreprises peuvent profiter des avantages américains». D’éventuelles mesures envisagées en Europe, en réponse à la loi américaine, pourraient être des protestations «largement symboliques» auprès de l’OMC.

Cependant, «l’affrontement pourrait facilement revenir aux batailles tarifaires dans l’esprit de vengeance (en faisant une chose similaire) comme ce qui avait été initiée par l’ancien président américain, Donald Trump, à son époque», prévient Politico. A ce moment, l’UE – comme le Business Standard l’indiquait – a envisagé des réponses vengeresses aux tactiques tarifaires de Donald Trump. «Les relations de l’Europe avec les Etats-Unis ont été poussées à l’extrême par la politique étrangère du «America First» du président Donald Trump», relatait, ainsi, le média financier.

Guerre économique. Et, cela est, de nouveau, le cas entre les Etats-Unis et l’UE, annonçant une guerre économique. En effet, en cas de crise, la première chose à laquelle tout le monde pense, c’est à sa propre économie. En 2019, Hosuk Lee-Makiyama, directeur du Centre européen d’économie politique internationale à Bruxelles, avait, selon Business Standard, lancé: «L’Europe est acculée et doit riposter». L’UE est aujourd’hui dans la même position et s’apprête à riposter aux Etats-Unis en répondant à la guerre économique déclarée par les Etats-Unis contre -pourtant- ses alliés, notamment au sein de l’Otan. 

Observateur Continental avait analysé avant le conflit actuel entre Moscou et Kiev que «Washington a besoin d’une guerre et cherche à y entraîner la Russie» en provoquant une déstabilisation de l’Ukraine. Encore, toujours avant le conflit en Ukraine, Observateur Continental montrait la position de l’Allemagne, qui voyant le coup manichéen des Etats-Unis, voulait continuer à commercer et travailler avec la Russie: «L’Allemagne tourne le dos aux Etats-Unis au profit de la Russie». 

Avant l’arrivée de l’hiver, Berlin a, cependant, sous la pression du fort lobby US dans ce pays, décidé de suivre aveuglément la politique antirusse des Etats-Unis, poussant à refuser l’arrivée de gaz russe via Nord Stream 2 alors qu’il ne suffisait que de tourner le robinet dans le bon sens pour accéder au gaz. Et, alors que la population allemande commençait à réclamer ce gaz pour cet hiver et pour son industrie, le sabotage sous-marin est intervenu. Maintenant, les responsables politiques et les industriels allemands, voyant le jeu américain accouchant d’une traîtrise, commencent à ruer dans les brancards pour menacer les Etats-Unis de rétorsions commerciales.

Pour Politico, «si cette querelle devient incontrôlable, cela conduira à une guerre commerciale, ce qui terrifiera les Européens assiégés». Dans un premier geste, l’UE, donc, devrait protester de manière symbolique à l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Mais, «l’affrontement pourrait facilement retomber précipitamment vers les batailles tarifaires vengeresses de l’époque de l’ancien président américain, Donald Trump», met en garde Politico. Depuis août dernier, les médias allemands ne cessent pas de dénoncer l’action des Etats-Unis contre l’économie européenne.

Déjà en octobre dernier, Heise titrait: «Les Etats-Unis et l’Europe se dirigent vers une guerre commerciale». Le média allemand déclarait que «les USA sont une puissance protectrice avec une date d’expiration». 

Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental 

L’article L’Europe et les Etats-Unis se dirigent vers une guerre commerciale est apparu en premier sur PLANETES360.

Dominique Delawarde: «Se préparer à une guerre de haute intensité en quelques mois est stupide et irréaliste»

22.11.2022

Le Général français (2S) Dominique Delawarde, ancien chef «Situation-Renseignement-Guerre électronique 19» à l’état-major interarmées de planification opérationnelle, a donné à Observateur Continental son point de vue sur un article du journal Le Monde qui annonce que «l’armée française se prépare à une guerre de haute intensité».

Observateur Continental: Que pensez-vous de l’annonce: «L’armée française se prépare à une guerre de haute intensité»?

Dominique Delawarde: Ce sujet ne mérite même pas d’être traité tant l’idée même de se préparer à une guerre de haute intensité en quelques mois est stupide et irréaliste. Comme à son habitude, le journal Le Monde sort des énormités et prend ses désirs, où ceux des hommes politiques qu’il sert, pour des réalités. Au mieux, lorsque cette hypothétique capacité à se battre en haute intensité sera prête, la guerre en Ukraine aura déjà été perdue depuis longtemps par l’Otan et un traité de paix en bonne et due forme aura été signé. Il est trop tard, beaucoup trop tard pour se réveiller et rattrapper le temps perdu. 

Combien de temps faut-il à une armée pour être prête à faire une guerre de haute intensité?

– Pour rebâtir une armée prête à la guerre de haute intensité, les délais ne se comptent pas en mois, mais en années (et pas qu’une). Tout est à rebâtir: en particulier, l’équipement individuel et collectif, la logistique (munitions mais aussi et surtout la maintenance), l’entraînement des forces à la haute intensité qui n’a pas été suivi depuis plus de 20 ans, le combat de nuit et le combat en ambiance NBC (Nucléaire, Biologique et Chimique) qui n’est plus pratiqué depuis bien longtemps. Ensuite, il se posera le problème des réserves. Nous n’en n’avons quasiment plus depuis l’abandon du service national…. etc.

Quelle force peut l’armée française aligner actuellement?

– Aujourd’hui, la France ne peut guère aligner qu’une dizaine de milliers d’hommes sous entraînés dans le cadre de l’Otan. Les autres armées européennes sont dans le même état pitoyable. Il faudrait que le journal Le Monde nous explique comment la France et les pays européens vont financer le redressement de leur appareil de défense sur plusieurs années alors même que leurs économies tombent en ruine, que la dette est déjà abyssale, que la monnaie se dévalue de jour en jour et a perdu la confiance d’une majeure partie des pays de la planète qui a assisté en direct au gel, ou, selon la position, au vol, organisé des avoirs russes en occident et à la politique stupide des sanctions ayant un effet boomerang. 

Quel avenir pour la France? 

– Le journal Le Monde peut toujours spéculer, fanfaronner, donner dans la rodomontade. La messe est dite. Nous avons déjà perdu et nous allons continuer de perdre dans les prochains mois, quel que soit le bla-bla-bla politique et médiatique. L’observateur n’a plus qu’à attendre et à voir ce qui va se passer. Les propos guerriers et rassurants du journal Le Monde ne suffiront pas pour emporter la victoire. Si nous avions pu remporter la victoire, nous serions en guerre contre la Russie depuis longtemps. Si nous répugnons à entrer en guerre, c’est que nos gouvernants occidentaux savent pertinemment qu’ils la perdraient. Nous (appareils militaires et opinions publiques occidentales) ne sommes tout simplement pas prêts à la faire et à la gagner. 

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article Dominique Delawarde: «Se préparer à une guerre de haute intensité en quelques mois est stupide et irréaliste» est apparu en premier sur PLANETES360.

Géopolitique. Peut-on encore questionner la politique américaine ?

Avertissement à tous. Je ne vends rien et ne vous demande jamais d’argent par Telegram, WhatsApp ou autre messagerie. Faites attention aux margoulins et aux usurpations d’identité. Ma photo est utilisée dans les commentaires. Pour vous abonner à ma lettre Stratégies c’est uniquement sur mon site officiel www.insolentiae.com

Grenésiennes et Grenésiens, voici le 4ème épisode de ce nouveau format de vidéo appelé « Bref, l’effondrement ».

Cela ne vient pas remplacer nos JT du grenier, qui vont continuer, sans montage, ni trucage et j’aurai la joie de poursuivre nos échanges du dimanche soir.

Dans cette vidéo je vous parle de la volonté de pouvoir absolu des Etats-Unis et cette tentation de dominer le monde et de s’assurer sur le long terme un leadership sans partage.

Partagez sans modération.

A bientôt.

Amicalement.

L’article Géopolitique. Peut-on encore questionner la politique américaine ? est apparu en premier sur PLANETES360.

FTX : Miroir de l’empire bancaire de l’irréalité

par Sébastien Renault

Mystifications financières : crimes d’État

Un système qui ne repose plus sur rien de réel ne peut, pour survivre, que compter sur le renforcement systémique de la perception de ses propres mystifications sociales et politiques.

D’où

• le tapage antifasciste (puisqu’il faudrait « sauver la démocratie en péril ») ; celui du climatisme carbo-phobique (puisqu’il faudrait « sauver le climat » menacé par les émissions de CO2) ; celui du covidisme « vaccinaliste » (puisqu’il faudrait « sauver les populations du péril viral », sous prétexte de faire oublier le véritable péril pesant sur les populations fortement assujetties à l’injection expérimentale et à ses effets indésirables scandaleusement élevés, en atteste la dernière analyse en date, globale et par « vaccins », de l’ansm) ; celui du wokisme (puisqu’il faudrait « sauver la diversité en péril ») ; ou encore celui de l’ukrainisme (un cas particulier – géopolitique va-t-en-guerre – du wokisme institutionnel, puisqu’il s’agit en fait, quoiqu’il en coûte, de se débarrasser de Vladimir Poutine1) ;

et

• la sponsorisation programmatique de ce même tapage « multicolore » remontant, via le Forum économique mondial et son incontournable conférence annuelle de Davos chère aux milliardaires et aux dirigeants du monde entier, à l’une des plus grandes plateformes centralisées d’échange de cryptomonnaies, FTX (principal concurrent de Binance sur le marché des crypto-échanges), et à son PDG et fondateur « anticonformiste », Sam Bankman-Fried (crypto-milliardaire de 30 ans, deuxième principal contributeur aux fonds des démocrates américains après l’inénarrable George Soros, organisateur d’orgies polyamoureuses aux Bahamas, promoteur d’ « actions » consacrées à la prévention de futures pandémies, etc.).

Forum économique mondial

Malgré tous les efforts déployés par le Forum économique mondial ces derniers jours en vue d’expurger de son site toute référence à FTX, impossible de cacher que Sam Bankman-Fried (SBF) figurait parmi les principaux intervenants de sa dernière conférence en mai 2022.

Remarquez que nous sommes loin d’être sortis de l’auberge, à en croire le tissu de propagandes et d’inepties mondialistes que viennent de nous pondre, discrètement, les dirigeants du dernier sommet du G20 en Indonésie : G20 Bali Leaders’ Declaration | The White House.

Ces manipulations propagandistes hautement lucratives sont nécessaires à des fins de détournement et d’altération de la capacité des gens normaux à percevoir la réalité, tandis que les banques et les gouvernements s’entendent, en toute impunité, à l’asservissement financier systémique des peuples.

Un mécanisme systémique bien rodé

En guise de très simple rappel, pour faire au plus court dans cet article, le système bancaire de réserves fractionnaires en vigueur est précisément ce qui permet aux mammonistes invétérés derrière l’organisation des structures de pouvoir « démocratique » de nous spolier impunément. Comment s’y prennent-ils ?

La spoliation repose sur l’alliance des gouvernements et des banques privées, ce qui n’est pas nouveau. Dans un tel système, la fonction principale des banques consiste à générer et à procurer de l’argent qui n’existe pas (= l’argent de la dette) sous forme de prêts. De leur côté, les gouvernements se chargent d’augmenter les impôts de leurs populations afin de rembourser les intérêts générés par l’augmentation exponentielle des dettes nationales. Cette approche produit fatalement de l’inflation, c’est-à-dire de moins en moins d’argent réel perceptible par le consommateur en vue de sa réintroduction dans le circuit économique d’un pays. Aux États-Unis, les démocrates sont les seuls à faire semblant de ne pas le comprendre et à pointer du doigt d’autres « causes » de l’inflation actuelle (telles que les guerres par procuration qu’ils parrainent eux-mêmes, de concert avec leurs associés néoconservateurs du complexe militaro-industriel, aux quatre coins de la planète, notamment en Ukraine). On comprend pourquoi.

Dans le cadre systémiquement spoliateur de cette gestion économique criminelle, les principaux fonds « actifs » (disponibles) dont dépendent les populations ne consistent en rien d’autre qu’en argent de la dette (argent, par définition, inexistant). Ce mécanisme provoque une situation autobloquante, puisqu’elle rend impossible la lutte contre l’inflation.

Dans un tel système de collusion bien huilée, les banques, contrairement à ce que feraient de véritables gestionnaires de fonds, ne se contentent pas de canaliser l’épargne vers l’investissement : elles sont également chargées (par les gouvernements) de « créer » de la monnaie ex nihilo. La spoliation des peuples repose fondamentalement sur ce mécanisme de « création » de rien… à partir de rien !

Le stratagème FTX : montée et effondrement programmés

FTX a d’abord fait son beurre, « à la régulière », en percevant des frais de transaction pour chaque échange de jetons effectué sur sa plateforme. Le crypto-jeton de frais de transaction en usage sur FTX est appelé FTT. Grâce à ce jeton strictement fiduciaire, les investisseurs passant par l’intermédiaire de FTX pouvaient avoir accès aux différentes options et services de la plateforme. SBF a d’abord procédé à la transposition secrète de quelque 10 milliards de dollars de capitaux investis par ses clients – qu’eux-mêmes avaient d’abord convertis en crypto-monnaie, à leur insu, et dénuée de valeur, sous la forme de jetons FTT – vers les comptes de la société de trading quantitatif dont il était également le fondateur, Alameda Research. À la tête d’Alameda Research, on trouvait alors la petite amie de SBF, Caroline Ellisone, avide lectrice d’Harry Potter et prétendue « sylphide » du monde crypto-féérique de la bulle d’investissements fantomatiques concoctée par SBF…

Examinons brièvement l’orbite et les principales étapes ayant mené à la montée et à la chute de FTX en moins de trois ans.

Surfant sur la vague de « l’argent facile », SBF a d’abord su se frayer un chemin dans la nébulosité du marché des cryptomonnaies, tout en se fabriquant une réputation de Robin des bois de l’investissement crypto. D’où la notion, grossière au possible, d’« altruisme effectif » : générer beaucoup d’argent dans le but de le redistribuer et par-là d’œuvrer à la « construction d’un monde meilleur ». Une escroquerie aussi grossière n’a pu parvenir à mener en bateau ses nombreuses victimes du showbiz politicien et culturel avec pareille facilité qu’au vu de la manière dont le fléau du signalement vertueux influence aujourd’hui les esprits les plus insensés ; qui sont aussi, souvent hélas, les plus influents…

Sam Bankman-Fried et sa coupe de cheveux style feu d’artifice à la Einstein ne porte pas seulement un sweatshirt à capuche et des baskets blanches de « génie » excentrique. Il est avant tout le fils de Joseph Bankman et de Barbara Fried, tous deux professeurs à l’université de Stanford en Californie. Sa mère, Barbara Fried, est également cofondatrice d’une organisation de collecte de fonds politiques démocrates basée dans la Silicon Valley, appelée « Mind the Gap ». On trouve, en son frère Gabe Bankman-Fried, le fondateur et directeur de « Guarding Against Pandemics ». Sa tante, Linda P. Fried, depuis sa fonction d’épidémiologiste et de professeur de santé publique à l’université newyorkaise de Columbia, compte parmi les figures distinguées du… Forum économique mondial (encore eux) ! Les coïncidences politico-sanitaires qu’on pourrait ici être tenté de lier aux évènements de ces trois dernières années de covidisation soutenue des populations cobayes aux quatre coins du globe et de collusions à foison des grandes instances du mondialisme seront, évidemment, fortuites. Il faudrait être complotiste pour y supputer et y voir quelque anguille sous roche…

SBF inaugurera FTX immédiatement après l’annonce officielle, par Biden en 2019, de sa candidature à la présidence étasunienne – ayant abouti au résultat qu’on sait des élections scandaleusement truquées de novembre 2020. Il deviendra alors, comme indiqué plus tôt, le deuxième plus important donateur, derrière Soros, au service des « causes » du Parti démocrate. Il ne se contentera pas de verser d’importantes contributions dans les escarcelles de ce trou à rats politiques ; il travaillera en étroite collaboration avec certains comités du Congrès et des sénateurs ralliés respectivement à Nancy Pelosi (présidente de la Chambre des représentants) et à Chuck Schumer (chef de la majorité démocrate), afin d’assister le même Parti et ses aspirations, notamment en 2020 et 2022.

Au plus fort de la plandémie, la fortune accumulée par FTX explosera pour atteindre 25 milliards de dollars. Plus tôt cette année, FTX était estimé à une valeur approchant les 32 milliards de dollars. Le règne de l’illusion et du signalement vertueux portera du fruit, au moins pour quelque temps, la clique des « élites » de la bêtise wokiste institutionnelle ne pouvant contenir leur déférente admiration2,3. Le culte fera nombre d’émules au sein du milieu des médias financiers, les experts en la matière s’émerveillant des objectifs altruistes du golden boy de la sphère crypto, objectifs curieusement conformes aux lubies dominantes de la décadence climato-wokiste en place : changement climatique, équité, préparation aux pandémies futures…

Un exemple particulièrement pitoyable mais emblématique de ce en quoi consiste un tel culte médiatique rendu aux « luminaires » montants de cet entreprenariat générant magiquement des milliards, est le cas de Jim Cramer, animateur de télévision américain de la chaîne CNBC, ayant récemment qualifié SBF de « J. P. Morgan de cette génération »4. Cramer est pathétiquement coutumier du fait. En 2015, en admiration devant Elizabeth Holmes et l’escroquerie Theranos, Cramer lui déclarera au cours d’une interview : « Pour moi, il est raisonnable de vous comparer à Steve Jobs et à ce qu’il a accompli pour l’informatique […] Je vous considère comme une visionnaire, une personne de la prochaine génération »5.

En 2021, FTX, plus que jamais incarné par la figure chouchoutée de SBF, atteindra un sommet de popularité. Ce qui lui attirera le bénéfice d’investissements considérables de la part de sociétés de capital-risque parmi les mieux cotées au monde (Paradigm, Sequoia Capital, Temasek, …).

À la suite au déclenchement des hostilités russo-ukrainiennes en février 2022, le gouvernement bideniste allouera et enverra une première aide étrangère à l’Ukraine par l’entremise de FTX. À partir de mars 2022, la plateforme de SBF encaissera ainsi d’énormes fonds en provenance du gouvernement étasunien. SBF saura en tirer profit sous forme d’opérations promotionnelles de signalement vertueux sur les réseaux sociaux et à la conférence de Davos de mai 2022, pour finalement reverser une partie du pactole blanchi au parti démocrate en vue des élections législatives de novembre 2022.

Sous la houlette vigilante du « nouveau J. P. Morgan »6, l’argent du contribuable américain, scrupuleusement collecté par le gouvernement, sera donc affecté à des actions « d’aide à l’Ukraine » en exploitant la majorité démocrate au Congrès. L’Ukraine otanienne du bandit Zelensky fera transiter ces fonds de donations, prétextés au nom de son conflit avec la Russie, par l’entremise de la plateforme d’échange la plus en vogue du moment, FTX. Sans tarder, SBF, tête pensante et détrousseur en chef chez FTX, récupérera ces avoirs convertis sous forme de FTT virtuels pour les faire convoyer vers les comptes du Parti démocrate américain…

La boucle était ainsi bouclée…

Pour résumer, le détournement et le blanchiment des fonds de ses investisseurs par SBT via FTX, comporte les trois principales opérations suivantes :

• transférer l’argent réel des investisseurs chez FTX (quelques 10 milliards de dollars) pour le convertir en devises virtuelles sans valeur (les fameux jetons FTT) ;

• le transposer sous forme d’« actifs » chez Alameda Research, la société de trading quantitatif dont dispose FTX à titre de marché fictif de spéculation en crypto-monnaie, pour être en mesure d’emprunter de l’argent réel contre leurs propres jetons entièrement virtuels et exempts de la moindre valeur ;

• le risquer, comme on ferait au casino, en vue de le faire « flamber » par crypto-magie, ce qui, échouant, n’a fait qu’accentuer l’effondrement de toute cette entreprise de blanchiment crypto-mammoniste à la sauce Bankman-Fried…

Idéalisation de l’étalon-or et bitcoin

On pourra noter, pour finir, que le détournement par FTX des fonds qui lui avait été confiés (pour finir par les jouer à la roulette crypto) montrent à quel point, sous la houlette débridée de SBF et de ses compagnons dévoyés, la plateforme s’est éloignée de la raison d’être originale du modèle de crypto-monnaie basé sur le bitcoin – pour ne parler que des prémices objectivement énoncés du bitcoin par « Satoshi Nakamoto » et de la nature de sa production algorithmo-cryptographique limitée –, à savoir : permettre à ses utilisateurs d’opérer en dehors de la portée du contrôle centraliste du secteur bancaire sponsorisé par l’État (grâce à la décentralisation, à la sécurité et à la fiabilité de la blockchain) ; contrebalancer, dans une mesure aussi limitée soit-elle, le monopole total de l’expansion monétaire entre les mains des gouvernements ; et, par conséquent, réduire la dépendance des peuples à la tyrannie de la monnaie fiduciaire sans âme.

Or, la principale objection formulée à l’encontre du bitcoin est qu’il serait une monnaie fiduciaire, au motif qu’il ne serait pas réellement échangeable, faute de référence des opérations cryptographiques dans une blockchain à quelque actif « réel » dans le monde matériel des avoirs financiers. Cette affirmation présuppose que toute monnaie doit pouvoir être échangée contre quelque chose de tangible, ce qui n’est pourtant pas le cas. L’or lui-même existe sous une forme irréductible à des actifs de valeur monétaire (les lingots) ; en tant que tel, il existe donc sous forme de réserve dite de valeur (l’or bancaire de référence fixe).

En tant que métal précieux, en tant également que réserve de valeur, en tant encore que produit confectionné (un bijou), l’or possède bien, par sa constitution chimique, une certaine valeur intrinsèque. Pour autant, il n’acquiert de valeur monétaire que lorsqu’il passe de son statut de valeur métallique caractérisée par la rareté de ses propriétés minérales naturelles à celui d’intermédiaire des échanges au sein d’un groupe humain.

La seule chose qui confère à un objet de quelque nature que ce soit une valeur monétaire, qu’il s’agisse d’une substance tangible (l’or) ou intangible (le bitcoin), est son utilisation en tant qu’intermédiaire des échanges commerciaux entre les hommes. Une fois que tel x est devenu de l’argent par sa valeur d’échange, ses propriétés physiques intrinsèques, ou l’absence de toute propriété physique intrinsèque, n’importent pas.

Comme l’or, le bitcoin a de la valeur monétaire dans la mesure où il est accepté en tant qu’intermédiaire des échanges. Son immatérialité n’implique donc pas nécessairement qu’il soit intrinsèquement une monnaie virtuelle, un jeton bidon entre les mains démiurgiques perfides des mammonistes de l’espèce de SBF. En dehors de son immatérialité, le bitcoin existe lui aussi sous forme limitée et en dehors du secteur bancaire parrainé par l’État. C’est ce que l’effondrement programmé de FTX – et de toutes les plateformes crypto qui vont suivre dans son sillage – met à profit sous prétexte de réformer, en cherchant à introduire la surveillance systématique des gouvernements dans le domaine des crypto-monnaies, comme en rêvent les architectes d’un système de monnaie numérique mondial, par conséquent débarrassé du principe de décentralisation mis en œuvre par le bitcoin moyennant sa blockchain.

Moralité…

La saga crypto-politico-graveleuse FTX démontre, entre autres choses, la puissance de la fraude, non seulement mammoniste, mais aussi du signalement vertueux wokiste au XXIe siècle.

source : Entre la Plume et l’Enclume

  1. Pendant que le bonimenteur-acteur à la tête de l’Ukraine otanisée, Volodymyr Zelensky, en toute impunité, continue d’accuser la Russie d’avoir bombardé la Pologne, après qu’il ait été prouvé que c’est bien l’Ukraine qui est derrière l’émission de ce missile ayant entraîné la mort de deux citoyens polonais.
  2. FTX Sam Bankman-Fried, Bill Clinton, Tony Blair and Katy Perry @ Crypto Bahamas Conference, YouTube
  3. « A List Of Elites With Ties To FTX Con Artist And Dem Donor SBF », (thefederalist.com)
  4. Xeriland on Twitter : « Poor Jim Cramer is on record calling FTX’s Sam Bankman-Fried the JP Morgan of this generation. Is there anything Jim gets right ? » https://t.co/r34EX5p6ad
  5. GuruLeaks on Twitter : Jim Cramer on Elizabeth Holmes 2015… « To me, it’s reasonable to compare you to Steve Jobs and what he did for computing […] I regard you as a visionary, next-generation person ». @JimCramer @EHolmes2003 @Theranos April 2015 BOOYAH! @CNBC https://twitter.com/Guruleaks1/status/1478471122236723205?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1478471122236723205%7Ctwgr%5Eb015990f05b21e2ea6b83b519b44c9f419f127f2%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fuproxx.com%2Fviral%2Felizabeth-holmes-impressed-jim-cramer%2F .
  6. De nouveau Jim Cramer : In June, Jim Cramer called FTX CEO Sam Bankman-Fried the « new JP Morgan ».

L’article FTX : Miroir de l’empire bancaire de l’irréalité est apparu en premier sur PLANETES360.

Zelensky piégé par Moscou et Washington

par Thierry Meyssan

L’évolution du rapport de forces sur le champ de bataille ukrainien et l’épisode tragique du G20 de Bali marquent un retournement de situation. Si les Occidentaux croient toujours vaincre prochainement Moscou, les États-Unis ont déjà débuté des négociations secrètes avec la Russie. Ils s’apprêtent à lâcher l’Ukraine et à faire porter le chapeau au seul Volodymyr Zelensky. Comme en Afghanistan, le réveil sera brutal.

Discutant, il y a une dizaine de jours à Bruxelles, avec un chef de file des députés européens que l’on dit ouvert d’esprit, je l’écoutais me dire que le conflit ukrainien était certes complexe, mais que la chose la plus évidente était que la Russie avait envahi ce pays. Je lui répondis en observant que le droit international faisait obligation à l’Allemagne, à la France et à la Russie d’appliquer la résolution 2202, ce que Moscou, seul, avait fait. Je poursuivais en lui rappelant la responsabilité de protéger les populations en cas de défaillance de leur propre gouvernement. Il me coupa la parole et me demanda : « Si mon gouvernement se plaint du sort de ses ressortissants en Russie et attaque ce pays, vous trouverez cela normal ? ». Oui, lui répondis-je, si vous avez une résolution du Conseil de sécurité. En avez-vous une ? Décontenancé, il changea de sujet. Trois fois, je lui demandais si nous pouvions aborder la question des « nationalistes intégraux » ukrainiens. Trois fois, il refusa. Nous nous séparâmes avec courtoisie.

La question de la responsabilité de protéger aurait dû être nuancée. Ce principe n’autorise pas à une guerre, mais à une opération de police, menée avec des moyens militaires. C’est pourquoi le Kremlin veille à ne pas désigner ce conflit comme une « guerre », mais comme une « opération militaire spéciale ». Les deux manières de parler désignent les mêmes faits, mais « opération militaire spéciale » limite le conflit. Dès l’entrée de ses troupes en Ukraine, le président russe, Vladimir Poutine, a précisé qu’il n’entendait pas annexer ce territoire, mais uniquement libérer les populations persécutées par les « nazis » ukrainiens. Dans un long article précédent, j’ai indiqué que, si l’expression « nazis » est juste au sens historique, elle ne correspond pas à la manière dont ces gens se désignent. Ils utilisent l’expression : « nationalistes intégraux ». Rappelons que l’Ukraine est le seul État au monde à disposer d’une Constitution explicitement raciste.

Le fait d’observer que le droit international donne raison à la Russie ne signifie pas qu’on lui donne un blanc-seing. Chacun doit critiquer la manière dont elle applique le droit. Les Occidentaux trouvent toujours la Russie « asiatique », « sauvage » et « brutale », même s’ils se sont montrés eux-mêmes bien plus destructeurs en de nombreuses occasions.

Renversement de situation

Les points de vue russe et occidentaux ayant été précisés, force est de constater que plusieurs évènements ont suscité une évolution occidentale.

 Nous entrons dans l’hiver, une saison rude en Europe centrale. La population russe a conscience, depuis l’invasion napoléonienne, qu’elle ne peut pas défendre un pays aussi grand. Aussi a-t-elle appris à utiliser précisément l’immensité de son territoire et les saisons pour vaincre ceux qui l’attaquaient. Avec l’hiver, le front est figé pour plusieurs mois. Chacun peut constater que, contrairement au discours selon lequel les Russes sont vaincus, l’armée russe a libéré le Donbass et une partie de la Novorussia.

 Avant que l’hiver ne tombe, le Kremlin a replié la population libérée qui habitait au Nord du Dniepr, puis a retiré son armée, abandonnant la partie de Kershon située sur la rive Nord du Dniepr. Pour la première fois, une frontière naturelle, le fleuve Dniepr, marque une frontière entre les territoires contrôlés par Kiev et ceux contrôlés par Moscou. Or, durant l’entre-deux-guerres, c’est l’absence de frontières naturelles qui a fait tomber tous les pouvoirs successifs en Ukraine. Désormais, la Russie est en position de tenir.

Depuis le début du conflit, l’Ukraine peut compter sur l’aide illimitée des États-Unis et de leurs alliés. Or, les élections de mi-mandat aux USA ont enlevé la majorité de l’administration Biden à la Chambre des représentants. Désormais, le soutien de Washington sera limité. Identiquement, l’Union européenne trouve aussi ses limites. Ses populations ne comprennent pas la hausse des coûts de l’énergie, la fermeture de certaines usines et l’impossibilité de se chauffer normalement.

Enfin, dans certains cercles de pouvoir, après avoir admiré les talents de communiquant de l’acteur Volodymyr Zelensky, on commence à s’interroger sur les rumeurs concernant sa soudaine fortune. En huit mois de guerre, il serait devenu milliardaire. L’imputation est invérifiable, mais le scandale des Pandora Papers (2021), la rend crédible. Est-il nécessaire de se saigner aux quatre veines pour ne pas voir arriver les dons en Ukraine, mais disparaître dans des sociétés off shore ?

Les Anglo-Saxons (c’est-à-dire Londres et Washington) souhaitaient transformer le G20 de Bali en sommet anti-Russe. Ils avaient d’abord fait pression pour que Moscou soit exclu du Groupe comme ils y sont parvenus au G8. Mais si la Russie avait été absente, la Chine, de très loin le premier exportateur mondial, ne serait pas venue. Aussi, c’est le Français Emmanuel Macron qui a été chargé de convaincre les autres invités de signer une déclaration sanglante contre la Russie. Durant deux jours, les agences de presse occidentales ont assuré que l’affaire était dans le sac. Mais, en définitive, la déclaration finale, si elle résume le point de vue occidental, ferme le débat en ces mots : « Il y avait d’autres points de vue et différentes évaluations de la situation et des sanctions. Reconnaissant que le G20 n’est pas le forum pour résoudre les problèmes de sécurité, nous savons que les problèmes de sécurité peuvent avoir des conséquences importantes pour l’économie mondiale ». En d’autres termes, pour la première fois, les Occidentaux ne sont pas parvenus à imposer leur vision du monde au reste de la planète.

Le piège

Pire : les Occidentaux ont imposé une intervention vidéo de Volodymyr Zelensky comme ils l’avaient fait, le 24 août et le 27 septembre, au Conseil de sécurité des Nations unies. Or, alors que la Russie avait vainement tenté de s’y opposer en septembre à New York, elle l’a accepté en novembre à Bali. Au Conseil de sécurité, la France, qui détenait la présidence, avait violé le règlement intérieur pour donner la parole à un chef d’État par vidéo. Au contraire, au G20, l’Indonésie tenait une position absolument neutre et ne risquait pas d’accepter de lui donner la parole sans autorisation russe. Il s’agissait à l’évidence d’un piège. Le président Zelensky, qui ne connaît pas le fonctionnement de ces instances, y est tombé.

Après avoir caricaturé l’action de Moscou, il a appelé à l’exclure du… « G19 ». En d’autres termes, le petit Ukrainien a donné, au nom des Anglo-Saxons, un ordre aux chefs d’État, Premiers ministres et ministres des Affaires étrangères des 20 plus grandes puissances mondiales et n’a pas été entendu. En réalité, le litige entre ces dirigeants ne portait pas sur l’Ukraine, mais sur leur soumission ou pas à l’« ordre mondial américain ». Tous les participants latino-américains, africains et quatre asiatiques ont dit que cette domination était finie ; que désormais le monde est multipolaire.

Les Occidentaux ont dû sentir le sol trembler sous leurs pieds. Ils n’ont pas été les seuls. Volodymyr Zelensky a vu, pour la première fois, que ses parrains, jusqu’ici maîtres absolus du monde, le laissaient tomber sans hésiter pour maintenir quelques temps encore leur position.

Il est probable que Washington a été de mèche avec Moscou. Les États-Unis constatent qu’à l’échelle du monde, les choses tournent à leur désavantage. Ils n’auront aucune hésitation à faire porter le chapeau au régime ukrainien. William Burns, directeur de la CIA et opposant à la ligne straussienne, a déjà rencontré Sergueï Narychkine, le directeur du SVR, en Turquie. Ces entretiens font suite à ceux du straussien Jacob Sullivan, le conseiller national de Sécurité US, avec plusieurs officiels russes. Or, Washington n’a rien à négocier en Ukraine. Deux mois avant le conflit en Ukraine, j’expliquais que le fond du problème n’avait aucun rapport avec ce pays, pas plus qu’avec l’OTAN. Il porte essentiellement sur la fin du monde unipolaire.

Aussi ne faut-il pas s’étonner que, quelques jours après la gifle du G20, Volodymyr Zelensky ait contredit, pour la première fois en public, ses parrains états-uniens. Il a accusé la Russie d’avoir lancé un missile sur la Pologne et a maintenu ses propos lorsque le Pentagone a indiqué qu’il avait tort, c’était un contre-missile ukrainien. Il s’agissait pour lui de continuer à agir dans la droite ligne du Traité de Varsovie, conclu le 22 avril 1920, par les nationalistes intégraux de Symon Petlioura avec le régime de Piłsudski ; de pousser la Pologne à entrer en guerre contre la Russie. C’est la seconde fois que Washington faisait sonner une clochette à ses oreilles. Il ne l’a pas entendue.

Probablement, ces contradictions ne vont plus se manifester en public. Les positions occidentales vont s’assouplir. L’Ukraine est prévenue : dans les prochains mois, elle va devoir négocier avec la Russie. Le président Zelensky peut prévoir dès à présent sa fuite car ses compatriotes meurtris ne lui pardonneront pas de les avoir dupés.

Thierry Meyssan

source : Réseau Voltaire

L’article Zelensky piégé par Moscou et Washington est apparu en premier sur PLANETES360.

Les « valeurs occidentales » : Un énorme fantasme d’abrutis

par Caitlin Johnstone

C’est quand même drôle que le monde entier, contrôlé par les États-Unis, se soit acharné sur la Russie toute l’année pour avoir fait quelque chose que les États-Unis font couramment.

Dans notre civilisation détraquée, « l’individualisme » signifie de plus en plus avoir la liberté d’exprimer son caractère unique en choisissant entre des centaines de marques et de modèles d’automobiles tout en pensant exactement la même chose que tout le monde à propos de l’Amérique, du capitalisme et de la politique étrangère. On nous dit que l’individu est prioritaire dans notre société, tout en étant canalisé à travers diverses usines de fabrication de conformité comme l’école et la consommation de masse des médias. La véritable individualité est écrasée et remplacée par des prothèses de consommation aveugle et de pensée partisane.

Un véritable individualisme encouragerait l’individualité radicale et la divergence par rapport aux orthodoxies. Les soi-disant démocraties libérales du monde occidental font exactement le contraire, en nous martelant des perspectives autorisées au service du pouvoir et en nous rassemblant dans des chambres d’écho partisanes.

« Je suis bien content de ne pas vivre dans une nation homogène et oppressive comme la Chine, où l’individualité n’est pas autorisée », ont dit tous les Occidentaux à l’unisson en regardant leur écran de télévision.

L’Occident ne valorise rien de ce qu’il prétend valoriser. Nous écrasons l’individualité, censurons la parole, faisons des lavages de cerveau avec de la propagande, emprisonnons et torturons les journalistes dissidents, tyrannisons, terrorisons, bombardons, envahissons, volons, opprimons et exploitons. Les « valeurs occidentales » ne sont rien d’autre qu’une construction de propagande.

*

Les gens ne toléreraient jamais consciemment une compétition où les enjeux sont la vie et la mort à l’époque moderne, mais tous nos pour fournir des besoins de base sont basés sur cela. Le capitalisme est un sport de combat de gladiateurs systémique omniprésent auquel nous sommes tous forcés de participer.

*

On me traite souvent de communiste, ce qui me convient, mais en réalité je pense que je suis juste ce que les gens veulent appeler quelqu’un qui soutient le fait de pousser tous les systèmes vers la gauche jusqu’à ce que nous ayons créé un monde sain où tout le monde a assez et où nous collaborons tous entre nous et avec notre écosystème pour le bien de tous. Je répondrai communiste si vous voulez.

*

Les propriétaires s’énervent lorsque vous parlez de la nature frauduleuse de leurs revenus, car ils savent qu’ils se font avoir. Faire payer quelqu’un pour garder votre bien d’investissement à l’abri de la vermine, des vandales et de la décadence de la désuétude alors qu’il prend de la valeur est une arnaque à double détente.

Les gestionnaires immobiliers conseillent aux propriétaires de louer leur bien le plus rapidement possible s’ils n’ont pas l’intention de le vendre tout de suite, car s’il n’est pas habité, il devient rapidement un tas de ferraille inutile. Ils font payer les gens pour ce privilège tout en exploitant un besoin humain. Ensuite, ils revendent leur investissement pour un bénéfice confortable, après vous avoir demandé de vous en occuper (et souvent de rembourser leur hypothèque). Il s’agit d’une escroquerie immorale à double détente.

*

Si le capitalisme était vraiment une affaire de « transactions volontaires », les capitalistes ne travailleraient pas constamment à écraser les syndicats et à détruire le mouvement ouvrier.

Si votre « principe de non-agression » n’aborde pas les systèmes coercitifs qui obligent les travailleurs à vendre leur travail à des prix minimaux pour payer un loyer à des accapareurs de terres qui gonflent artificiellement le coût du logement, alors ce n’est pas un principe de non-agression, c’est un principe d’agression sélective.

*

Tous les quelques mois, les libertaires américains anti-guerre réapprennent collectivement que je suis un gauchiste avec de fortes opinions anticapitalistes et réagissent de manière catastrophique, puis l’oublient immédiatement et doivent répéter la leçon quelques mois plus tard.

Ce n’est pas vraiment un problème d’être d’accord avec quelqu’un sur certaines choses et de ne pas être d’accord avec lui sur d’autres. Ce n’est même pas quelque chose que vous devez faire. C’est juste être une personne normale. Ce n’est pas un gros problème et c’est bizarre qu’on le traite si souvent comme tel. Certains libertaires américains sont de brillants critiques de la machine de guerre impériale, et j’apprends beaucoup d’eux. Il est simplement important de ne pas conditionner le respect mutuel sur cette question à une demande d’adaptation de l’autre à notre idéologie complète.

J’ai beaucoup réfléchi à ce sujet au fil des ans et c’est une chose à laquelle je reviens sans cesse : s’opposer ensemble à la guerre ne peut pas inclure des demandes pour que ceux qui ne sont pas d’accord avec nous sur la politique économique ou autre restent silencieux ou acceptent notre position. Ce n’est pas de la collaboration, c’est de la domination.

C’est pourquoi je suis si frustré quand les libéraux de droite me disent « restez-en à l’anti-guerre ». C’est comme si vous alliez vous faire foutre, vous savez très bien que vous passez beaucoup de temps à critiquer le socialisme et à faire l’éloge du capitalisme, et pourtant vous voulez que je me taise sur ma position sur ces questions ? Va te faire foutre. Si vous voulez pousser votre idéologie entière tout en exigeant que je ne parle que des parties de mon idéologie que vous soutenez, alors vous ne voulez pas d’un allié contre la machine de guerre, vous voulez un serviteur.

Je me suis toujours bien entendu avec les libertaires qui se contentent de me laisser être moi tandis que je les laisse être eux et nous amplifions tous les deux les attaques de l’autre contre la machine de guerre. Cela fonctionne. Ce qui ne fonctionne absolument pas, c’est d’exiger que l’autre partie abandonne ce qu’elle est dans le processus.

Je n’ai rien contre les gens qui ne sont pas d’accord avec moi de manière forte et agressive, mais dès qu’ils commencent à me dire de ne dire que des choses avec lesquelles ils sont d’accord et de ne jamais dire des choses avec lesquelles ils ne sont pas d’accord, je me ferme, parce qu’ils me disent qu’ils veulent une relation inégale et malsaine.

Soit vous êtes prêt à travailler au-delà des lignes idéologiques contre la machine de guerre, soit vous ne l’êtes pas. Si vous l’êtes, vous devez accepter le fait que ces lignes idéologiques existent et ne pas conditionner votre coopération au fait que quelqu’un ne dise jamais quelque chose avec lequel vous êtes en désaccord. Cela ne fonctionne pas.

*

Eliminez les manipulateurs de votre vie en remarquant qui dépense beaucoup d’énergie à essayer d’influencer la façon dont vous pensez à eux, la façon dont vous pensez aux autres et la façon dont vous pensez à vous-même. Ces dernières sont les plus dangereuses. Les personnes qui essaient de manipuler vos idées sur vous-même sont vos ennemis. Mettez-les à l’écart.

Toute personne qui consacre beaucoup d’énergie à essayer de contrôler les récits que vous faites sur vous-même essaie de vous contrôler. Ils essaient de vous emprisonner dans une cage psychologique de leur fabrication. Il est important d’extraire leurs tentacules de votre esprit par tous les moyens nécessaires.

Si vous commencez à y prêter attention, vous constaterez que ce ne sont pas seulement des individus qui tentent de manipuler votre compréhension de vous-même, mais aussi des institutions. Les publicitaires, les propagandistes, les chefs religieux – ils vous disent tous qui vous êtes, de diverses manières, en permanence :

« Vous ne comptez pas. »

« Vous êtes défectueux. »

« Vous n’avez pas l’air bien. »

« Vous êtes ici pour travailler. »

« Vous êtes ici pour consommer. »

« Vous devez obéir. »

« Tu ne vaux rien si tu ne réussis pas, et la réussite signifie X, Y et Z. »

« Vous n’êtes pas assez intelligent pour vous faire votre propre opinion sur ce sujet. »

Nous sommes assaillis de messages toxiques de ce genre toute notre vie. La maturité consiste à extraire tous les récits sur vous qui ont été mis dans votre esprit par d’autres personnes, afin que vous puissiez devenir votre propre auteur. Cela demande du travail, car beaucoup de ces récits sont entrés là il y a longtemps et passent maintenant inaperçus dans notre subconscient, tirant nos ficelles depuis les coulisses.

La pire chose que vous puissiez faire est de laisser quelqu’un d’autre être l’auteur de votre histoire. Surtout lorsque les personnes les plus enclines à le faire sont celles qui n’ont pas vos intérêts à cœur. En général, les personnes les plus désireuses d’écrire votre histoire à votre place sont les moins qualifiées pour le faire.

source : Caitlin Johnstone via Arrêt sur Info

L’article Les « valeurs occidentales » : Un énorme fantasme d’abrutis est apparu en premier sur PLANETES360.

C’est eux ou nous ! Il n’y a pas de négociation pour sortir de l’Histoire

par Bruno Bertez

C’est eux ou nous !

Je cherche dans cet essai à tracer une vue d’ensemble de la situation, grossière, simplifiée, un survol de la situation historique.

Aucune ambition littéraire, aucune recherche d’élégance, dans cet essai, aucun autre objectif que celui de dessiner des contours, des articulations vues de très haut.

L’Histoire est en marche.

En marche au point de vue systémique interne aux differents pays et externe dans leurs relations entre eux.

Les systèmes internes bougent, se fracassent comme s’ils avaient atteints leurs limites ; le grand système mondial après une phase de coopération se disloque, il se clive, il redevient dominé par la compétition et l’affrontement.

La communication grand public occidentale a construit un monde imaginaire fait de romans comme le droit de l’hommisme, la démocratie, la solidarité, le Wokisme etc. Ce roman est à usage interne il est destiné à faire tenir tranquille les peuples. À leur faire croire que tout le monde est beau, que tout le monde est gentil, que tout le monde veut le bien de tous.

C’est à usage interne afin de préserver l’ordre social existant fondé sur la domination. Il s ‘agit grâce à ces discours de nier les antagonismes, d’émasculer, de féminiser les citoyens afin qu’ils n’utilisent pas leur force de groupe ou ou de classe pour faire cesser la domination.

Les valeurs ainsi enseignées et diffusées sont à usage interne, il s ‘agit d’imposer ces valeurs pour neutraliser les révoltes. Ceci est complementaire d’une idéologie du dialogue, érigé en processus de résolution des conflits ; dialogue truqué bien sur puisque ce sont toujours les dominants qui ont le dernier mot au nom de leur expertise et de leur compétence de gouvernance.

La communication occidentale est segmentée, cela veut dire que d’un coté il y a la cible grand public, des manants et de l’autre la cible de la caste, de la super classe, des élites internes et externes.

La communication des élites et à destination des élites est, sans ambiguité une communication belliqueuse, elle annonce clairement la couleur d’un monde sans pitié, de compétition pour la vie, pour le rang et la préeminence. Elle reconnait la legitimité de la violence interne et externe, à condition bien sur que cette violence soit monopolisée et monopolistique. Ce n’est pas une commmunciation de solidarité, de coopération, non c’est une communcation de rivalité féroce, binaire : eux ou nous.

L’Occident a donc deux principes l’un à usage interne qui fabrique des moutons et l’autre à usage élitiste qui fabrique des loups.

La mise en oeuvre des valeurs élitistes débouche sur l’exploitaion des moutons et la necessité de la guerre.

Soit nous dominons soit nous sommes dominés ; il n’y a que deux camps les dominants et les dominés. Le jeu mondial est somme nulle ; qui veut faire l’ange fait la bête.

C’est la guerre du Péloponnese de Thucydide, la guerre qui oppose nécessairemnt la nouvelle puissance montante à l’ancienne puissance déclinante. Il n’y a pas de place dans un système pour deux empereurs, il n’y a jamais deux crocodiles dans le même marigot.

Nous vivons dans ce cadre de la future guerre du Péloponnèse.

Les Chinois ont annoncé la couleur et affirmé il y a quelques années leur volonté quasi naturelle, dans l’ordre des choses, de devenir la puissance impériale et l’Amerique a considéré à juste titre, que cela ne devait pas être et qu’ils devaient s’y opposer. Ils ont décidé profiter de la période intermédaire de transition vers la suprématie chinoise pour soit retarder la montée en puissance de la Chine, soit l’annéantir en tant que puissance rivale.

D’ou la volonté américaine d’occidentaliser la Chine de lui faire adopter nos valeurs, de l’inciter comme on dit à se démocratiser/libéraliser. Ceci a fonctionné jusqu’en 2017 ou sous les coups de boutoirs de la crise , il est apparu clairement que la Chine profitait de cette stratégie d’occidentalisation sans en accepter la contrepartie, c’est à dire sa transformation sociale et politique. La Chine a alors cessé d’être perçue comme un partenaire convergent pour devenir un rival divergent.

Nous sommes dans l’Histoire.

Peu importent les habillages américains ou les affirmations de la Chine qui récuse l’analyse occidentale, le mouvement de révélation des antagonismes est lancé et il accélère.

La Chine prétend que l’on peut coopérer, cohabiter, en étant différents à condition de ne pas empêcher son développement bien sur et que tout le monde sera gagnant. Le jeu dit-elle n’est pas à somme nulle tout le monde bénéficie de cette ccooperation. C’est le principe du jeu gagant-gagnant.

Les occidentaux eux, ont certainement raison de ne pas y croire et de déceler dans les décisions des leaders chinois une confirmation de la préparation des affrontements futurs. Les occidentaux veulent préserver leur au droit au transfert inégal, leur droit au prélèvement du surptoduit mondial, à l’exploitation impérialiste des pays du sud, au controle des règles et des institutions internationales.

La Russie est au centre géographique de la zone de conflit.

L’Eurasie a été identifiée il y a fort longtemps comme telle. Ce qui rend le controle de l’Eurasie determinant dans le futur conflit mondial. La question n’est pas de savoir si ceux qui pensent cela pensent juste ou pas, il suffit de savoir qu’ils le croient. Il est cru par les stratèges que le rôle geopolitique de cette region du monde est central, que c’est un pivot et un levier. Le plus important c’est que les protagonistes des futurs conflits le croient.

Dans cette optique les Américains/Anglo-saxons veulent controler la zone centrale, ses matières premières, ses ressources, et pour cela ils considèrent qu’il faut démanteler la Russie, la vassaliser. Ils ont donc fait en sorte de faire de la Russie un ennemi depuis l’échec de l’annexion des années 90. Ils ont diabolisé la Russie pour pouvoir en toute bonne conscience de leur opinion publique, la coloniser.

La tactique vis à vis de la Russie vise à l’exploiter, la piller, l’intégrer à l’espace capitaliste financiarisé pour le renforcer et enfin à encercler la Chine.

Je simplifie mais c’est en gros le schema.

Il faut briser la nation russe, la forcer à se libéraliser, à se wokiser, c’est à dire à se diviser, à s’affaiblir. Il faut en prendre le contrôle politique direct par un gouvernement fantoche et le contrôle social indirect par l’occidentalisation.

Il faut donc en prendre le contrôle indirect, un peu à la façon dont le contrôle de l’Europe a été pris. Par le soft power multiforme et la séduction .

Les Russes ont été tentés un moment de jouer le jeu mondial américain mais les conditions posées par les élites capitalistes américaines et britanniques ont été tellement scandaleuses – pillage, soumission – qu’un gouvernement autoritaire s’est généré et il a adpoté la voie opposée. Il s’est rapproché de la Chine grace à la faveur de la multiplication des maladresses cyniques des occidentaux. De dépit et en vertu de l’engrenage anterieur, la coalition Anglo-saxonne a piegé la Russie dans une guerre fratricide censée l’affaiblir et renverser son régime de résistance.

Nous en sommes là.

Étant donné que la seule voie de survie dans cette phase historiquement descendante du capitalisme financiarisé est de soumettre l’Eurasie à une exploitation balkanisée – Nouveau Monde 2.0 – la Russie se trouve engagée une nouvelle fois dans le grand combat de sa vie. 

Il n’y a nulle exagération à comparer cette lutte à mort à celle des années 1920 puis à celle des années 1940.

Ce combat ne peut se terminer que de deux manières. 

Il n’y a pas de négociation pour sortir de l’Histoire.

source : Bruno Bertez

L’article C’est eux ou nous ! Il n’y a pas de négociation pour sortir de l’Histoire est apparu en premier sur PLANETES360.

Dérives sectaires : n’oubliez pas la plus grandes des sectes

La stupéfaction est totale : on apprenait il y a quelques jours que la France, pourtant pays du miel et du lait, serait le terreau fertile à l’apparition de certaines sectes et autres groupuscules louches à “caractère sectaire”. C’est en tout cas ce que s’est époumoné à dire la mission interministérielle dédiée, la Miviludes, dans un récent rapport dont il a rapidement été question dans tous les médias grand public.

Pire encore : ces dérives sectaires seraient même en pleine augmentation dans le pays, à tel point que le gouvernement, entre deux restrictions supplémentaires de liberté pour le peuple et l’une ou l’autre gabegie financière grotesque, entend fermement lutter contre ce nouveau fléau en instaurant un numéro vert pardon un Grenelle des Sectes des “assises des dérives sectaires et du complotisme”.

Et oui, pouf, comme ça et avec une décontraction assez caractéristique d’un pouvoir sans plus aucune retenue, vous aurez noté l’apparition du mot “complotisme” en même temps que “dérives sectaires”, la Miviludes ayant vu ses missions subitement gonfler de ce nouveau domaine : la France, cornaquée par le Mozart de la Finance, va donc se lancer dans une lutte âpre (mais nécessaire, il va de soi !) contre les sectes et les complotistes qui gangrènent la société française.

Coïncidence pratique : c’est aussi ce que vont faire d’autres pays occidentaux comme la Nouvelle-Zélande ou le Canada ou tous ceux qui expliquent à quel point “la démocratie est en danger” par ces dérives sectaires et ces théoriciens de conspirations toutes plus farfelues les unes que les autres. Dans ce tableau, on s’étonnera de la brévité du Ministère de la Vérité du “Conseil de gouvernance de la désinformation” américain qui n’a pas survécu plus de 6 mois. On se rassurera en se disant que ce n’est que partie remise, à l’évidence et devant l’insistance des autres pays à mettre en place ce genre d’institutions.

Bien évidemment, il n’y a pas de doute à avoir : en ouvrant ainsi, clairement et ouvertement, la chasse contre les sectes, les gouvernements occidentaux entendent en réalité assez évidemment lutter contre les complotistes, c’est-à-dire les non-conformistes et toutes ces mouvances gluantes qui ont le mauvais goût de ne pas prendre les informations officielles pour argent comptant.

Il n’y a en fait aucune coïncidence lorsque cette lutte renouvelée contre les sectes correspond aussi au moment où les médias grand public remettent deux sous dans le bastringue éculé de la “lutte contre la désinformation” et où les politiciens commencent à réfléchir à muscler leurs contre-offensives contre les vilains mal-pensants.

Tout ceci participe, n’en doutez pas, d’une véritable mobilisation des troupes gouvernementales et médiatiques contre l’effritement des opinions publiques par des déviants qui refusent de rentrer dans le moule. Et le mélange du sectarisme et du complotisme ne tient pas du hasard : si on y réfléchit deux minutes, on constate que ceux qui interprètent les faits communément disponibles d’une façon différente des réseaux officiels (sanctionnés par le gouvernement et les médias de grand chemin) peuvent parfois être jugés suffisamment intéressant pour s’attirer des suiveurs, des disciples qui se chargent ensuite de relayer leurs analyses et leurs conclusions, rarement syntonisées avec les messages (et les buts) de la propag l’information officielle.

Alors rebaptisés “gourous”, ces vilains complotistes ou désinformateurs tombent – de façon fort pratique – dans la cible de ces actions anti-sectes. Habile.

Evidemment, pour bien border juridiquement l’affaire, les gouvernements n’ont pas tardé à définir ce qu’est une secte. Une lecture attentionnée de l’article Wikipedia consacré à la question permet de dégager les grands points saillants de cette définition : une secte est juridiquement définie comme un groupe disposant d’une organisation pyramidale du pouvoir, centralisé aux mains d’une personne (un gourou) ou d’un collège restreint de dirigeants, qui pratique la manipulation mentale de ses adeptes, l’extorsion de fonds, cherche à exclure toute doctrine différente, s’inscrit en rupture de l’environnement d’origine des membres, peut atteindre à leur santé physique et psychique, recherche à embrigader les enfants, provoque assez souvent des troubles à l’ordre public et collectionne les démêlés judiciaires.

Or, à la lecture de cette définition, quelque chose apparaît assez clairement : la plus grosse secte qui sévit actuellement en France n’est certainement pas celle qui est la plus combattue, au contraire. Pourtant, aucun doute possible : quasiment par définition, l’État français remplit tous les critères et les dérives des deux dernières années accroissent encore le sentiment que l’augmentation des dérives sectaires constatées proviennent bien de lui en premier lieu.

En effet, est-il utile de revenir sur l’actuelle centralisation du pouvoir dans les mains d’un énarque de plus en plus difficilement contrôlable ? Doit-on évoquer la multiplication (artificielle) des collèges d’apparat pour les décisions les plus iniques et loufoques qui se sont succédé ces dernières années ?

Est-il vraiment nécessaire de revenir sur les manipulations mentales qui ont eu lieu pendant cette période, la multiplication des injonctions paradoxales, l’alternance visible des périodes de relâchement et celles de privation, les messages contradictoires et les interdictions ou obligations complètement loufoques dont on peut, pour l’essentiel, retracer la naissance dans les petits papiers de cabinets de conseils payés (par le contribuable) pour manipuler l’opinion publique dans le sens désiré ?

Est-il utile de rappeler que le chef de l’État entend depuis plus de deux ans faire entrer le peuple français (de gré ou de force) dans un “monde d’après” en véritable rupture avec le “monde d’avant” ? Comment ne pas voir là ce projet de rupture que toute secte mettrait en place pour durablement sectionner les liens des membres avec la réalité du monde extérieur ?

L’extorsion de fonds n’a jamais été aussi visible qu’actuellement où les finances de l’État français sont catastrophiques. Depuis les taxes (rappelez-vous qu’elles représentent plus de la moitié des prix de l’essence à la pompe, par exemple) et impôts jusqu’aux milliards distribués pour différentes causes qui, toutes, violent le bon sens ou les besoins fondamentaux du peuple français, est-il question d’autre chose que d’un véritable racket actuellement mis en place par la Macronie ?

L’exclusion de toute doctrine différente est précisément l’action actuellement engagée pour réduire les “complotistes” au silence : la Vérité ne peut être partagée, elle ne peut provenir que des porteurs officiels de la lumière gouvernementale.

Pour ce qui est des atteintes à la santé physique ou psychique du peuple français, nul besoin de détailler. Chacun a payé, paye et payera lourdement dans sa chair et dans son âme cette période qui s’est ouverte avec l’arrivée de Macron au pouvoir -les Gilets Jaunes s’en souviennent encore, s’est poursuivie avec la distribution d’injections miracle et continue actuellement avec les mantras permanents de crise énergétique ou de catastrophe climatique inéluctables.

Cette secte étatique, pieuvre malfaisante qui infuse maintenant toute la société française, s’est aussi attelée, comme toute secte, à embrigader les enfants qu’elle prétend éduquer. On en voit chaque jour le résultat calamiteux.

Sans surprise, cette secte, par les décisions qui ont été prises et qui continuent de s’enchaîner avec un rythme inquiétant, provoque bien des troubles à l’ordre public (repensez-y lorsque le courant tombera, en plein hiver) et collectionne les démêlés judiciaires qu’elle n’a aucun mal à écraser puisque la Justice, c’est elle.

En somme, lorsque l’État explique lutter contre les sectes, il ne cherche qu’une chose : en luttant contre des concurrents, il ne cherche qu’une chose, à savoir un monopole sur son marché, par la force s’il le faut.

Cependant, rassurez-vous : ce constat posé, il est évident qu’absolument personne n’en tirera la moindre conclusion. Aucune action ne sera posée, aucune remise en question ne sera envisagée. Et tout comme dans d’autres sectes, les membres actuels de l’Église de l’État Macronien Millénariste et Catastrophile iront jusqu’au bout. Il ne pourra y avoir d’autre voie, celle choisie par le Gourou étant la seule juste et bonne.

gouvernement relation abusive - contrainte psychologique et émotionnelle

L’article Dérives sectaires : n’oubliez pas la plus grandes des sectes est apparu en premier sur PLANETES360.

Le parti de Bolsonaro au Brésil dépose une plainte légale pour contester le vol des élections de Lula

Le parti politique du président brésilien Jair Bolsonaro a déposé une plainte auprès des autorités concernant les résultats de la récente élection dans le pays.

Les médias mainstream d’extrême gauche aux États-Unis rapportent les résultats des élections au Brésil comme s’ils avaient un enjeu pour le parti socialiste. Le socialiste Lula, a été présenté comme le vainqueur de l’élection du pays, mais le peuple ne laissera pas faire.

Des millions de personnes dans le pays sont sorties pour protester contre l’élection volée là-bas. L’armée est du côté du peuple ainsi que la police.

France 24 rapporte :

Le président brésilien Jair Bolsonaro a contesté l’élection qu’il a perdue le mois dernier face à son rival de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, selon une plainte déposée auprès des autorités électorales qui prétend que les votes de certaines machines à voter devraient être « invalidés. »

…Alexandre de Moraes, le juge de la Cour suprême qui dirige actuellement le TSE, a déclaré dans une décision vue par Reuters que la coalition électorale de droite de Bolsonaro, qui a déposé la plainte, doit présenter son audit complet pour les deux tours du vote du mois dernier dans les 24 heures, ou il le rejettera.

La coalition de Bolsonaro a déclaré que son audit du second tour du 30 octobre entre Bolsonaro et Lula avait trouvé des « signes de dysfonctionnement irréparable » dans certaines machines à voter électroniques.

« Il y avait des signes de défaillances graves qui génèrent des incertitudes et rendent impossible la validation des résultats générés » dans les anciens modèles de machines à voter, ont déclaré les alliés de Bolsonaro dans leur plainte. En conséquence, ils ont demandé que les votes provenant de ces modèles soient « invalidés ».

Les protestations massives auxquelles participent des millions de Brésiliens se poursuivent dans tout le pays. Le peuple brésilien ne tolérera pas le contrôle socialiste de son pays.

Les élections au Brésil rappellent à de nombreux Américains les élections volées de 2020 et 2022 aux États-Unis. En 2020, le président Trump a pulvérisé le record du plus grand nombre de voix pour un président et pourtant les politiciens d’extrême gauche et les RINO du Parti Républicain ont revendiqué la victoire de Joe Biden, un homme qui pouvait à peine sortir de son sous-sol.

Lors de l’élection de 2022, les résultats ont été similaires avec des candidats liés au président Trump qui ont perdu des courses qui étaient presque assurées. Les médias aux États-Unis ont fait ce qu’ils font avec le Brésil, en minimisant la majorité qui a voté contre les socialistes.

Ces vols électoraux ne pourraient pas se produire sans des médias corrompus. Heureusement, les gens aux États-Unis et au Brésil contournent les médias malhonnêtes pour obtenir la vérité.

Source : lesdeqodeurs.fr

L’article Le parti de Bolsonaro au Brésil dépose une plainte légale pour contester le vol des élections de Lula est apparu en premier sur PLANETES360.

« Jamais un micro-Etat comme le Qatar n’aurait dû se voir attribuer la Coupe du monde de football ! »

François Bousquet, directeur de La Nouvelle librairie et directeur de la rédaction de la revue Element, pointe les absurdités politiques et diplomatiques de l’attribution de la Coupe du monde au Qatar.

L’article « Jamais un micro-Etat comme le Qatar n’aurait dû se voir attribuer la Coupe du monde de football ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

Ursula von der Leyen, la femme qui se prend pour l’Europe

La présidente de la Commission européenne a pris du galon à l’occasion du Covid, puis de la guerre en Ukraine. Mais avec quelle légitimité ? Marianne a enquêté sur Ursula von der Leyen.

L’article Ursula von der Leyen, la femme qui se prend pour l’Europe est apparu en premier sur PLANETES360.

Ukraine : pourquoi l’Occident doit faire pression pour des négociations de paix

La guerre en Ukraine peut-elle se terminer sans négociations de paix entre l’Ukraine et la Russie ? Pour beaucoup de commentateurs, poser cette question c’est vouloir y apporter une réponse suspecte… Pourquoi cette hypocrisie ?

L’article Ukraine : pourquoi l’Occident doit faire pression pour des négociations de paix est apparu en premier sur PLANETES360.

Maintenant Une Pénurie De Nourriture Pour Votre Animal Domestique

Entre pénuries et hausse des prix de leurs fournisseurs, les industriels qui fabriquent de la nourriture pour votre animal domestique ne savent plus comment faire. Résultat, vous allez avoir du mal à trouver des croquettes et de la pâtée pour votre chien ou votre chat dans les semaines à venir.

L’article Maintenant Une Pénurie De Nourriture Pour Votre Animal Domestique est apparu en premier sur PLANETES360.

Ukraine : dans quoi les Etats-Unis nous entrainent ? – Bistro Libertés avec Laurent Obertone – TVL

Eric Morillot et les sociétaires de l’émission (Pierre Gentillet, Greg Tabibian, Olivier Piacentini et Mike Borowski) reçoivent le journaliste et essayiste Laurent Obertone, auteur de « Guerilla #3 – Le dernier combat ».

Au programme des débats :
1) L’auto-défense : seule solution face à une France Orange mécanique ? Quelles actions individuelles et politiques pour se protéger contre la montée de violences multiformes ?
2) Les États-Unis : entre changement et continuité – Quelles leçons tirer des Midterms ? Assiste-t-on à la fin du trumpisme ? Vers une évolution de la position américaine en Ukraine après l’affaire des missiles ?

L’article Ukraine : dans quoi les Etats-Unis nous entrainent ? – Bistro Libertés avec Laurent Obertone – TVL est apparu en premier sur PLANETES360.

Vous n’en avez pas marre de payer les pots cassés des politiques ? Il est temps d’agir !

Vous n’en avez pas marre ?

Nos gouvernements prennent des décisions politiques insensées… 

Puis ils nous font payer leurs erreurs en nous imposant des restrictions de plus en plus invasives. 

Ils n’ont pas pris le Covid au sérieux et ont ensuite utilisé l’urgence pour nous imposer de rester chez nous pendant plusieurs mois… Plus l’obligation de présenter un pass sanitaire pour s’éloigner de plus de 17 km… 

Et aujourd’hui ? 

Ils ont sous-estimé notre dépendance à la Russie quant à nos besoins énergétiques… 

Et pour garder la face devant l’Union Européenne et devant nos alliés, nous nous sommes engouffrés dans une guerre perdue d’avance… Mais c’est NOUS – peuple français – qui allons devoir payer les pots cassés. 

Car l’histoire se répète et ils sont partis pour nous imposer de nouvelles politiques de contrôles – et liberticides. 

Le pass énergétique sera imposé et sera présenté – en urgence – comme seul moyen de sauver notre pays du Black-Out total. 

Et ils vont déjà commencer par nous imposer des coupures d’électricité, de véritables black-out forcés, dès cet hiver. 

Imaginez-vous une seconde : 

  • Vous n’aurez pas le droit à plus de 2 machines à laver par semaine. 
  • Vous ne pourrez pas faire tourner votre four en même temps que votre lave-vaisselle. 
  • Vous devrez réfléchir à deux fois avant de faire bouillir votre théière. 

Car vous ne risquez pas seulement des sanctions… Comme des black-out forcés si vous dépassez votre quota… 

… Mais vous risquez également de voir votre facture exploser. 

Ce sont de nombreuses petites entreprises qui seront contraintes de fermer. 

Les boulangers… les pizzerias…  

Les verreries… les fonderies… 

Mais aussi de nombreuses autres entreprises comme Leclerc, qui a annoncé la fermeture volontaire et sans état d’âme de ses magasins… En échange de chèques de la part de l’État. 

Toutes ces fermetures pourraient mettre au chômage des milliers de Français. 

Et là où la France était le leader mondial de l’exportation d’électricité dans le monde il y a encore 1 an… 

… Aujourd’hui nous en arrivons à devoir payer notre électricité plus de 1 000 € le kW/h et à bientôt devoir couper volontairement l’électricité dans les foyers français pour pouvoir passer l’hiver. 

Et je pense que vous partagerez mon avis pour dire que :  

Notre France du général de Gaulle a bel et bien disparue. 

Et bien entendu… Ce sont les Français qui payeront la facture à la fin. 

Mais sachez qu’il existe de nombreux moyens pour ne PLUS vous laisser faire… 

Pour ne plus être aussi dépendant énergétiquement ET financièrement de notre Gouvernement… 

Et ce sont des moyens simples… 

Que VOUS pourriez mettre en place AVANT l’arrivée de l’hiver. 

Ce qui vous permettrait d’éviter de vous retrouver dans le froid… Vous et votre famille. 

De vous éviter de devoir expliquer à votre famille COMMENT vous avez perdu vos économies en les laissant se faire bouffer par l’inflation et par l’effondrement de certaines entreprises normalement qualifiées de “défensives”. 

Mais également de vous éviter de vous retrouver dans le noir… Avec la peur au ventre de voir des émeutes dehors…

Vous pourriez éviter tout ça. 

Et cela passe par plusieurs actions à mettre en place AVANT que toutes ces choses n’arrivent. 

Je ne dis pas qu’elles arriveront. 

Mais tout pourrait aller très vite en cas de Black-Out Forcé. 

Seulement 24 heures dans le noir… Pourraient suffire pour assister à une véritable guerre civile. 

Avec la peur au ventre d’ouvrir votre porte à quelqu’un et qu’on vienne vous voler vos ressources. 

La peur de voir quelqu’un s’introduire dans votre maison car votre système de sécurité ne sera plus fonctionnel. 

Mais encore une fois… Il y a une liste d’actions que vous pouvez prendre dès maintenant, pour éviter de devoir subir les conséquences des décisions politiques de notre Gouvernement. 

Pour éviter de devoir subir les conséquences de ces Black-Out Forcés. 

Et vous pouvez les obtenir ici, sur cette page, tant que les Black-Out Forcés n’ont pas commencé. 

Attention… Certaines ressources peuvent déjà commencer à se raréfier. 

En vous remerciant pour votre attention, 

Bien cordialement, 

Étienne Henri, 

Editeur en chef aux Publications Agora. 

L’article <strong>Vous n’en avez pas marre de payer les pots cassés des politiques ? Il est temps d’agir !</strong> est apparu en premier sur PLANETES360.

La GUERRE a commencé ! Le remplacement du cash par la monnaie numérique va détruire toutes nos libertés

Cher Lecteur,

Christine Lagarde l’a annoncé. 

L’euro numérique est sur les rails. 

Et elle n’est pas la seule. 

Joe Biden a fait de même avec le dollar. 

Alors… Qu’est-ce que ça veut dire pour nous, investisseurs français ? 

Je ne vais pas prendre de pincettes avec vous. 

Puisque le constat est très simple. 

Le remplacement du cash par la monnaie numérique va détruire toutes nos libertés.

Demain, pour la transition écologique, les gouvernements pourront vous limiter à un nombre de pleins d’essences par mois. 

Ou même vous interdire l’avion pour des déplacements trop courts. 

Ou encore vous faire payer le double sur votre assurance si vous venez à trop dépenser en médicaments à la pharmacie. 

Absolument toutes vos transactions seront surveillées. 

Comme vous pouvez vous en douter… Il existe des solutions. 

Avant de voir votre cash interdit d’utilisation… 

Et avant de subir la perte de valeur sur notre épargne que manigancent nos “Elus” pour pouvoir repartir sur une nouvelle monnaie “plus forte”… 

Je tiens à vous partager un plan en 5 étapes pour vous sortir de ce système et pour vous permettre de profiter légalement de ce sombre avenir. 

Vous le savez, c’est dans les grands bouleversements que de nombreuses fortunes se créent. 

Et ce que je vous ai préparé pourrait vous permettre – en plus de vous protéger – de sécuriser l’avenir financier de votre famille. 

>>> Cliquez simplement sur ce lien pour découvrir toute l’histoire et obtenir ce plan en 5 étapes <<<

Bien amicalement, 

Philippe Béchade, 

Rédacteur en Chef à la Chronique Agora et à la Lettre des Affranchis 

PS : Malheureusement… Vous allez devoir prendre ces 5 mesures avant le 13 décembre 2022.

Parce que la FED prépare une loi visant à interdire l’utilisation du cash. 

Et… La BCE est également en train de réfléchir à “Comment nous forcer doucement à nous séparer de nos euros”. 

L’article La GUERRE a commencé ! Le remplacement du cash par la monnaie numérique va détruire toutes nos libertés est apparu en premier sur PLANETES360.

L’or est sur le point d’exploser à la hausse, et ce n’est pas vraiment une surprise

Chère lectrice, cher lecteur,

L’or est sur le point d’exploser à la hausse, et ce n’est pas vraiment une surprise.

Après tout, nous connaissons une crise géopolitique sans précédent en Europe, et le contexte économique s’annonce plus que nuageux.

Et là où une majorité d’investisseurs commence déjà à acheter de l’or pour se protéger, je vous propose de faire quelque chose de beaucoup plus intelligent

Je parle de profiter de l’ascension inévitable de l’or vers les 3 000 € l’once… pour moins de 1€.

Avec le potentiel de générer une petite fortune en surfant sur ce nouveau marché haussier (sans toucher aux options et autres produits dérivés « risqués »).

Vous voulez en savoir plus ?

Cliquez ici pour découvrir comment profiter de ce nouveau marché ascendant de l’or, sans avoir besoin d’acheter des lingots.

Rendez-vous de l’autre côté,

Olivier Cros,
Directeur des Publications Agora France.

L’article L’or est sur le point d’exploser à la hausse, et ce n’est pas vraiment une surprise est apparu en premier sur PLANETES360.

Pénurie d’électricité en France cet hiver : ce sera encore pire que prévu

Cher lecteur, 

Voici ce qu’on pouvait lire de la part de notre Président il y a seulement quelques mois : 

“Il n’y a aucun risque de coupure d’électricité l’hiver prochain”. 

Puis… 

Ils ont commencé à préparer les esprits… Se rendant compte de leurs erreurs en matière de gestion géopolitique. 

Nous avons vu des messages comme :  

“Il faut faire attention aux éclairages souvent inutiles”. 

De la part de notre Président à nouveau… Alors qu’il est filmé en face de l’Elysée, en plein jour, avec pas moins de 4 lustres allumés. 

Puis ça été le tour de Bruno Le Maire qui a annoncé : 

“Que nous ne pourrons pas continuer à nous chauffer et à nous déplacer comme si de rien n’était”. 

Est-ce qu’ils ont prévu d’instaurer un nouveau pass pour limiter nos déplacements et notre température dans nos maisons ?

Va-t-on voir l’arrivée d’un éventuel pass énergétique ? Ouvrant ainsi la porte à de nouvelles lois toujours plus liberticides et contraignantes ? 

Cette idée se propageant dans l’esprit des Français, Olivier Véran a décidé de la démentir sur un plateau TV en affirmant :  

“Qu’il n’y avait pas de plan caché de réduction forcée ou de mesure de contrainte”. 

Mais pourtant… Seulement quelques jours plus tard…

L’union Européenne statuait sur l’autorisation d’en arriver à des mesures contraignantes pour obliger les 27 pays de l’Union Européenne d’atteindre une réduction de 15% minimum de notre consommation de gaz. 

Et Agnès Pannier Runacher a également avoué que ces dispositifs contraignants étaient envisagés… 

Dont le rationnement ET les COUPURES !

Et depuis quelques jours… Les fuites continuent de pleuvoir à propos des véritables intentions du gouvernement pour sauver leur peau. 

Mais les Français ne sont pas bêtes. 

Ils ont compris que le Gouvernement prévoit certainement de leur couper l’électricité cet hiver. 

Et selon les informations de l’agence Reuters, le Gouvernement envisagerait un plan prévoyant des coupures de courant dans certaines régions de l’Hexagone. 

Certainement pour les personnes consommant trop ou qui n’auraient pas respecté la règle des 19°C. 

N’oubliez pas… Vous avez certainement installé un compteur Linky… Ils savent exactement comment vous consommez. 

Et ces coupures seraient imminentes, elles interviendraient dès cet hiver 2022. 

Ce qui plongerait des centaines de milliers de Français dans le noir et dans le froid. 

Sauf que… 

Imaginez rester plus de 24 heures sans électricité. 

Il serait naïf de croire que les gens resteraient sagement chez eux. 

  • Vous pourriez jeter tout ce que vous avez dans votre réfrigérateur et dans votre congélateur… 
  • Les gens sortiraient dévaliser les supermarchés… 
  • Vous pourriez avoir peur que quelqu’un vienne braquer votre maison pour espérer y trouver des vivres… Pour subvenir aux besoins de sa propre famille. 

Tout peut basculer très vite s’il y avait un Black-Out de plus de 24 heures. 

Et c’est pour ça que, aux Publications Agora, nous souhaitons vous aider à vous préparer au maximum. 

Étienne Henri, notre expert de l’énergie, vous a concocté un plan en 3 étapes pour vous aider à vous préparer au maximum pour cet hiver. 

L’Etat a déjà prévu les Black-Out Forcés. 

Et vous n’avez plus beaucoup de temps pour vous y préparer. 

Découvrez ce qu’Étienne vous conseille de faire sur cette page… Avant qu’ils ne décident de vous mettre dans le noir et dans le froid. 

En vous remerciant pour votre attention. 

Bien cordialement, 

Les Publications Agora

L’article Pénurie d’électricité en France cet hiver : ce sera encore pire que prévu est apparu en premier sur PLANETES360.

DANGER « ils sont prêts à tout » : Un “Reset” qui pourrait bien ruiner des millions de français

De : Olivier Cros – Publications Agora France

Très cher lecteur, 

Quelque chose se prépare à Washington. 

Le point de départ du prochain grand bouleversement financier. 

Un “Reset” qui pourrait bien ruiner des millions de français. 

Et tout partira d’une loi que la FED imposera. 

Et si vous pensez que cela ne va pas nous toucher… 

Vous vous trompez. 

Parce que la Banque centrale européenne a également déjà commencé à travailler sur le même projet

Et si vous prenez le temps d’étudier l’histoire… C’est tout à fait normal. 

Le Dollar étant la réserve mondiale de la monnaie… S’ils décident d’opérer un changement aussi important que celui-là… 

Toutes les banques centrales devront suivre le mouvement. 

Et les conséquences pour nous, français, pourraient être terribles. 

Notre épargne pourrait perdre de la valeur, et nos euros durement gagnés pourraient disparaître.  

Nous pourrions également perdre toute notion de liberté. 

Alors le temps presse. 

Et les investisseurs français qui veulent empêcher l’Etat de croquer dans leur épargne…  

Et qui veulent profiter légalement de ce qui va se passer… 

… Sont invités à cliquer ici pour découvrir ce que Philippe Béchade nous dévoile aujourd’hui. 

Comme vous vous en doutez, il n’a pas gardé sa langue dans sa poche. 

Et il a tout de suite pris les devants en vous préparant un plan en 5 étapes afin que vous soyez prêts lorsque les banques centrales & Washington décideront de ronger vos économies. 

Ceci est l’occasion pour vous de leur dire “Eh non, pas cette fois !” 

Et c’est également pour vous l’occasion de prendre des mesures qui profiteront au bouleversement financier qui se prépare. 

De quoi faire fructifier votre épargne, là où la majorité des Français subiront cet événement de plein fouet. 

Alors je vous laisse prendre connaissance des recherches de Philippe Béchade, notre expert des marchés

Et je vous remercie pour votre attention. 

Bien cordialement, 

Olivier Cros, 

Directeur des Publications Agora. 

PS : Si vous souhaitez vous préparer comme il faut, vous allez devoir agir avant le 13 décembre 2022.

Après, la loi risque de passer et… il pourrait être trop tard. 

Et de toute façon, si vous êtes investisseur… 

Vous savez donc que, plus vite vous arrivez sur le plan en 5 étapes de Philippe… Plus la rentabilité de ces opportunités sera grande. 

Cliquez ici pour lire le message de Philippe Béchade

L’article DANGER « ils sont prêts à tout » : Un “Reset” qui pourrait bien ruiner des millions de français est apparu en premier sur PLANETES360.

❌