Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 3 décembre 2020Vos flux RSS

Les États-Unis luttent pour s’imposer en Asie du Sud-Est

Alors que beaucoup dans le monde espèrent qu’un changement à la Maison Blanche se traduira par un changement de la politique étrangère américaine – beaucoup des aspects les plus controversés et les plus perturbateurs de la politique étrangère américaine menée …

Maradona, au-delà du « pied », le révolutionnaire: entrevue Claude Morin

Suite au décès de Diego Maradona, les grands médias portaient aux nues le grand joueur de foot mais passaient relativement sous silence ses engagements politiques en faveur des peuples opprimés et contre l’impérialisme.

Claude Morin, spécialiste de l’Amérique latine, rectifie …

“Aucun intérêt” à “un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05%” affirme le Professeur Perronne.

Nous reproduisons ici l’intégralité de la lettre publiée par le Professeur Christian Perronne sur son compte Facebook le 30 novembre. Il y évoque la progression de l’épidémie, les mesures sanitaires, le masque obligatoire et l’intérêt des vaccins à venir.

“Chers …

Le prochain chef de l’OMC imposera-t-il le programme de Bill Gates et Davos?

Il est pratiquement certain que le prochain chef de l’influente Organisation mondiale du commerce (OMC) sera une Africaine de naissance. Mais ce n’est pas la raison pour laquelle s’inquiéter de la candidature de Ngozi Okonjo-Iweala, d’origine nigériane. Il s’agit

Covid-19: Jean Castex annonce que la France va disposer de 200 millions de doses de vaccin

Jean Castex a annoncé une validation par l’Agence Européenne du Médicament de deux premiers vaccins « avant le 29 décembre », lors d’une conférence de presse pour faire le point sur l’épidémie de Covid-19 et la stratégie de vaccination du gouvernement. Le Premier ministre a précisé lors de sa prise de parole que la France allait disposer d’un potentiel de 200 millions de doses. Toutefois, selon Alain Fischer, en charge de la campagne de vaccination en France, Il faudra plusieurs mois pour « savoir si le vaccin protège contre l’infection mais aussi contre la transmission »…

L’État a dépensé 1,5 milliard d’euros pour ce vaccin, qui devrait permettre de vacciner 100 millions de personnes. Quoi qu’il en soit, la vaccination, gratuite pour tous, devrait débuter « dans les prochaines semaines ». En janvier, un million de personnes à risques seront vaccinées en priorité, a encore précisé le ministre.

Sputnik

L’article Covid-19: Jean Castex annonce que la France va disposer de 200 millions de doses de vaccin est apparu en premier sur PLANETES360.

Pr Perronne balance tout : Ce «ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique.»

​​

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

L’article Pr Perronne balance tout : Ce «ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique.» est apparu en premier sur PLANETES360.

Didier Raoult : Quand la #corruption se voit trop !

Didier Raoult : Quand la #corruption se voit trop !

L’article Didier Raoult : Quand la #corruption se voit trop ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Post-effondrement : gérer le passage dépressif d’avant reconstruction

S'opposer au vieil ordre dissolu ne suffira pas à faire naître le nouveau monde. Construire un projet politique cohérent est devenu vital.

Gérald Darmanin, le pire ministre de l’intérieur ?

Mike Borowski directeur de la publication de Gérard Info Le média de la France populaire https://gerardinfo.fr/
Le pauvre Gérald Darmanin est attaqué de toute part, tout le monde veut sa tête. Alors ses ennemis ont-ils raisons ont-ils torts ? C’est tout l’objet de cette chronique sur notre fameux ministre de l’intérieur.

L’article Gérald Darmanin, le pire ministre de l’intérieur ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Habeas Corpus

Par : shining

Habeas Corpus est une loi américaine qui exige qu’une personne incarcérée doit obligatoirement avoir un procès. Cette loi n’a pas toujours été appliquée notamment par Abraham Lincoln. De nombreux et récents tweets, notamment de L. Lin Wood évoquent cette partie de l’Histoire américaine et font référence à notre actualité. J’ai voulu en savoir plus et je partage cette vidéo avec vous.

L’article Habeas Corpus est apparu en premier sur PLANETES360.

Klaus Schwab et le grand reset

Par : shining

Qu’est-ce que le grand reset ? Qui est Klaus Schwab ? Quel est le but derrière la 4ème révolution industrielle ? Il est temps de cesser d’avoir peur des mots “théorie du complot” ou “complotiste” qui sont vides de sens et dont le seul but est de couper le débat ou de ridiculiser les gens sans aucuns arguments valables.

L’article Klaus Schwab et le grand reset est apparu en premier sur PLANETES360.

Réforme de la justice pénale

Par : heber
Le bon fonctionnement, l'impartialité, la rapidité et l'efficacité de la justice pénale constituent des conditions indispensables à la pérennité des sociétés démocratiques. Force est de constater que de graves insuffisances affectent l'appareil judiciaire dans tous nos pays occidentaux. Quelles sont les réformes nécessaires pour y remédier ? La justice pénale remplit un rôle essentiel pour : rassurer les citoyens sur le fait qu'ils sont efficacement protégés par la (...) - Tribune Libre

Le retour contagieux des Shadoks

Par : gruni
Nous vivons la triste réalité d'un gouvernement à côté de ses pompes, où les couacs à répétition des ministres ne se comptent plus. Cette pagaille fait immanquablement penser au retour des Shadok. Souvenez-vous de la naissance à l'ORTF des Shadoks en avril 1968, un mois avant la "chienlit" selon le grand Charles. Non, l'histoire ne se répète pas, elle balbutie. Les Gilets jaunes et leur flamboyant "cavalier volant" Shadok, ont bien essayé d'enrayer la (...) - Tribune Libre

Dans sa dernière vidéo, Didier Raoult dézingue Macron et son confinement autoritaire

⚠️Dans sa dernière vidéo, Didier #Raoult dézingue Macron et son #confinement autoritaire ("un jeu vidéo" 2'40, une "idée politique" 10'00), il dénonce les pressions étatiques contre l'#Hydroxychloroquine (10'50) et la corruption dans la science (21'45)https://t.co/TeH0YHX4hm

— Philippe Herlin (@philippeherlin) December 3, 2020

L’article Dans sa dernière vidéo, Didier Raoult dézingue Macron et son confinement autoritaire est apparu en premier sur PLANETES360.

Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie

Patrick est un Gilet Jaune ! C'est un gars hors pair avec une faconde inhabituelle. Il aime discuter de tout et de rien. Et entre deux verres, il peut raconter tout un tas d'anecdotes, jusqu'au point que l'on s'imagine qu'il en invente certaines. Parisien de naissance, aucune ville française ne lui est étrangère, tellement la passion du voyage est ancrée dans son esprit. Méditerranéen de culture (d'après sa définition), il s'intéresse à tout ce qui se (...) - Tribune Libre

La bêtise humaine : puits sans fond… (suite)

Par : PETINOS
Mon précédent papier[1] a suscité de nombreuses réactions, notamment par des complotistes, qui m'ont même attaqué personnellement. Je conçois que des personnes ne soient pas d'accord avec ce que je dis, mais, de grâce, arrêtez d'insulter ceux qui expriment une opinion divergente de la vôtre. Vous pouvez attaquer les idées, les idéologies, les postures, mais pas la personne qui les exprime en l'insultant. La fameuse citation attribuée à Voltaire : « Je ne suis pas (...) - Tribune Libre

« INTERPOL inquiet. La France a peur. Menaces contre les vaccins COVID-19 » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Partagez ! Volti ******* Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Haaaaa…. Tremblez madame Michu. INTERPOL a peur. La France doit avoir peur. La France a peur… Avant de reprendre mes sarcasmes épistolaires, je vous laisse avec le véritable communiqué officiel de l’institution basée dans notre belle ville de Lyon. Notice Orange… INTERPOL met en garde contre la […]

Le Parlement iranien aide Joe Biden à rejoindre l’accord sur le nucléaire

Par : Wayan

Par Moon of Alabama – Le 2 décembre 2020

Le président élu Joe Biden prévoit de renouveler la participation américaine à l’accord nucléaire avec l’Iran. Trump avait quitté le Plan d’action global conjoint (JCPOA) que l’Iran et six autres nations avaient signé.

Biden est sous pression pour fixer des conditions préalables, inacceptables pour l’Iran, à un retour des États-Unis dans l’accord :

Biden et son équipe n'ont fait qu'appuyer du bout des lèvres l'idée de rejoindre le JCPOA. Cependant, les conditions préalables qu'ils ont attachées à une telle action - l'Iran devrait d'abord revenir à une conformité totale et s'engager à des négociations de suivi immédiates sur un accord qui serait plus restrictif - ont été largement considérées comme un facteur de rupture de l'accord. Le fait est que nombre des plus proches conseillers de M. Biden - dont le secrétaire d'État désigné Antony Blinken et le conseiller à la sécurité nationale désigné Jake Sullivan - ont indiqué que M. Biden n'aurait peut-être pas d'autre choix que de poursuivre la politique de "pression maximale" fondée sur les sanctions.

Jusqu’à présent, Biden lui-même avait été quelque peu ambivalent sur la question. Mais dans un récent entretien avec le chroniqueur du New York Times, Tom Friedman, il semble rejeter l’utilisation de conditions préalables à un retour au JCPOA :

Biden et son équipe de sécurité nationale estiment qu'une fois l'accord rétabli par les deux parties, il faudra, dans un délai très court, un cycle de négociations pour tenter d'allonger la durée des restrictions sur la production par l'Iran de matières fissiles pouvant servir à fabriquer une bombe - 15 ans à l'origine - ainsi que s'attaquer aux activités régionales malveillantes de l'Iran, par l'intermédiaire de ses mandataires au Liban, en Irak, en Syrie et au Yémen.

Idéalement, l'équipe Biden souhaiterait que les négociations de suivi incluent non seulement les signataires originaux de l'accord - l'Iran, les États-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France, l'Allemagne et l'Union européenne - mais aussi les voisins arabes de l'Iran, en particulier l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Au début de cette semaine, j'ai écrit une chronique dans laquelle je faisait valoir qu'il serait imprudent pour les États-Unis de renoncer à l'influence des sanctions pétrolières imposées par le président Trump pour reprendre l'accord nucléaire là où il s'est arrêté. Nous devrions utiliser ce levier pour amener l'Iran à freiner ses exportations de missiles à guidage de précision vers ses alliés au Liban, en Syrie, au Yémen et en Irak, où ils menacent Israël et plusieurs États arabes. Je continue à penser ainsi.

L'équipe de Biden est consciente de cet argument et ne pense pas qu'il soit insensé, mais pour l'instant ils insistent sur le fait que l'intérêt national primordial de l'Amérique est de reprendre le contrôle du programme nucléaire iranien et de le soumettre à une inspection complète. ...

Selon eux, le développement d'une arme nucléaire par l'Iran constitue une menace directe pour la sécurité nationale des États-Unis et pour le régime mondial de contrôle des armes nucléaires, le Traité sur la non-prolifération.

"Écoutez, on parle beaucoup de missiles de précision et de toute une série d'autres choses qui déstabilisent la région", a déclaré Biden. Mais le fait est que "la meilleure façon d'obtenir une certaine stabilité dans la région" est de s'occuper "du programme nucléaire". ...
Ensuite, Biden a déclaré : "en consultation avec nos alliés et partenaires, nous allons engager des négociations et des accords de suivi pour renforcer et allonger les contraintes nucléaires de l'Iran, ainsi que pour traiter du programme de missiles". Les États-Unis ont toujours la possibilité de revenir sur les sanctions si nécessaire, et l'Iran le sait, a-t-il ajouté.

C’est encore un peu obscur. Lever les sanctions qui ont été imposées à l’Iran par Trump pour revenir au JCPOA, mais ensuite introduire de nouvelles sanctions contre l’Iran pour son programme de missiles non nucléaires ? Cela ne marchera pas.

Biden aura peu de temps pour se décider et revenir à l’accord. En réponse à l’assassinat par Israël du meilleur scientifique nucléaire iranien, Mohsen Fahrizade, le Parlement iranien a pris des mesures pour franchir les limites imposées dans l’accord nucléaire, à moins que les États-Unis n’y reviennent dès que Biden sera en fonction :

La chambre politique iranienne a donné son approbation finale à un projet de loi obligeant le président Hassan Rouhani à mettre fin aux inspections nucléaires internationales à moins que les États-Unis ne lèvent les principales sanctions d'ici février, donnant ainsi au nouveau gouvernement Biden quelques semaines seulement pour faire une percée diplomatique.

Le puissant Conseil des Gardiens, un organe politique et juridique composé de religieux et d'universitaires de haut niveau, a ratifié le projet de loi mardi et en a fait une obligation légale, tout en prolongeant le délai d'allègement des sanctions à deux mois, au lieu d'un, a rapporté la télévision d’État iranienne.

Cela semblerait donner au gouvernement Rouhani, sévèrement affaibli depuis que le président américain sortant Donald Trump s'est retiré de l'accord nucléaire de 2015, à peine deux semaines après l'entrée en fonction de son successeur Joe Biden, la possibilité de faire de grands pas vers la suppression des sanctions américaines sur le pétrole et les banques.

Les détails de la nouvelle loi ne sont pas encore connus. Une partie ordonne au gouvernement de réduire la surveillance de l’AIEA sur les sites nucléaires en Iran. Une autre instruction consiste à créer un stock d’uranium plus fortement enrichi qui pourrait être utilisé pour enrichir davantage et obtenir des armes nucléaires :

Le plan exige, entre autres, que l'Organisation iranienne à l'énergie atomique (AEOI) produise au moins 120 kg d'uranium enrichi à 20 % par an et le stocke à l'intérieur du pays dans les deux mois suivant l'adoption de la loi.

La nouvelle loi iranienne soutient l’argument de Biden selon lequel un retour rapide à l’accord nucléaire est la voie la plus sure, plutôt que de parier sur le temps et des sanctions supplémentaires pour obtenir des concessions supplémentaires que l’Iran est de toute façon peu susceptible d’accorder.

Biden devrait immédiatement lever les sanctions contre l’Iran et rétablir pleinement les États-Unis en tant que membre du JCPOA. L’Iran a déclaré qu’il reviendrait à toutes les limites de l’accord dès que cela serait fait.

Le grand fantasme d’une négociation et d’un suivi qui inclurait également l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis peut être repoussé à une date (très) ultérieure.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

Les pieds d'argile de l'offre politique

Se scandaliser des effets ou prétendre les soigner sans jamais en analyser la cause est le triste spectacle auquel nous sommes forcés d'assister depuis un demi-siècle. Le jeu pervers et stupide qui consiste à s'échanger simplement les rôles de soigneurs et de contestataires en les habillant de droite et de gauche, et en multipliant les types de contestations pour ratisser large, fait que les soigneurs incapables deviennent de plus en plus dictatoriaux, et les contestataires, de (...) - Tribune Libre

Covid-19 : L’intervention explosive de l’avocat Patrice Spinosi chez Yann Barthès au sujet des atteintes à nos libertés

Gestion de la crise du Covid-19 : Patrice Spinosi, avocat, spécialiste des questions de libertés publiques, tire la sonnette d’alarme sur le plateau de Quotidien. Pour lui, la France prend un chemin qui risque de nous priver, petit à petit, de nos libertés.

L’article Covid-19 : L’intervention explosive de l’avocat Patrice Spinosi chez Yann Barthès au sujet des atteintes à nos libertés est apparu en premier sur PLANETES360.

Aléas

Aléas. Aléas ? Imprévus ? Malchance ? Bonne ou mauvaise fortune ? Fini tout ça, ça n'existe pas, on ne l'accepte plus, pourtant …. Petit fils de viticulteur du midi j'ai toujours entendu récriminer contre "la sécada, la gelada, la padragada", traduisez la sécheresse, la gelée, la grêle. Ces phénomènes naturels susceptibles de nuire gravement aux ressources de la famille étaient considérés comme des risques inhérents aux métiers de la terre, ils faisaient (...) - Tribune Libre

Liberté - Egalité - Fraternité

Elle est inscrite au fronton de toutes les mairies de France, quelle que soit leur couleur politique. Elle est la devise de la France depuis la Révolution se composant entre 1789 et 1790 de ces/ses 3 mots sur lesquels ont reposé toutes les Républiques, et bien sûr, sont le socle sur lequel a été bâtie la Vème : ce sont des mots, ce sont censé être des valeurs de fondation : Liberté - Egalité - Fraternité Elle est inscrite au fronton de toutes les mairies de France, quelle que soit leur (...) - Tribune Libre

La démocratie est une bonne idée

Par : hervek

Il est donc dommage que nous ne l’ayons jamais expérimenté.


Par Iain Davis − Le 7 Novembre 2020 − Source In This Together

La démocratie, ou plutôt la démocratie réelle, est sans doute la meilleure forme de gouvernance que nous ayons imaginée. Malheureusement, comme l’ont démontré les récentes élections américaines et le soutien massif en faveur d’un nouveau « confinement » au sein du parlement britannique, la démocratie n’existe que dans notre imagination.

Ce que nous avons au contraire, c’est un système corrompu de pouvoir centralisé et autoritaire. Il règne par la tromperie, la coercition, la menace et l’usage de la violence.

Abraham Lincoln a tenté de définir la démocratie comme « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». C’est ce que l’on nous apprend de la démocratie. En effet, c’est ce qu’elle est censée être. Malheureusement, ce n’est pas ce que nous avons.

Nous avons une tyrannie mondiale unifiée, dirigée uniquement au profit d’une petite clique de barons voleurs parasites. Ils ont établi leur hégémonie par l’usure, la guerre, le terrorisme, la corruption et le contrôle de l’offre monétaire.

Ils y sont largement parvenus sans résistance, car nous sommes trop nombreux à penser que leur système de démocratie représentative est la démocratie. Ce qui n’est pas le cas.

La pandémie de Covid-19 a été planifiée depuis longtemps pour permettre au Forum économique mondial de faire son « Grand Reset« . Cela ne fait que remettre en place les vieilles obsessions de la classe parasitaire . A savoir, la création d’un Nouvel Ordre Mondial.

Il est courant aujourd’hui que nos oppresseurs habillent leur rhétorique de mantras pelucheux et progressistes, donnant la fausse impression qu’ils s’en soucient vraiment. Tout cela fait partie de l’argumentaire de vente.

Par exemple, Richard Haas (président du Council on Foreign Relations) suggère que l’ordre mondial 2.0 est la voie à suivre. On pourrait se demander ce qu’était l’ordre mondial 1.0, mais c’est certainement l’ambition des globalistes depuis un certain temps.

La version « 2.0 » suggérée par Haas visait à éroder la souveraineté nationale, comme c’est toujours le cas, en construisant une « autorité unique » globale et centralisée pour diriger chaque nation sur Terre. Le but étant que les quelques élus contrôlent l’autorité unique. Il s’est servi de la durabilité, de la résilience et de l’action climatique comme des caprices flous pour masquer ses aspirations totalitaires.

Ces slogans sont populaires auprès d’autres aspirants dictateurs. Le goutte-à-goutte les nourrit dans tout ce qu’ils disent, pour nous mettre à l’aise.

Se positionnant souvent comme des sauveurs, invariablement face aux menaces qu’ils ont créées, la Covid-19 est le nouveau danger dont ils entendent nous sauver. Ainsi, dans l’espoir de nous faire accepter leur Nouvel Ordre Mondial 3.0 (ou quel que soit le nom qu’ils veulent lui donner)

Les mots du co-fondateur et actuel président du Forum économique mondial, Klaus Schwab, illustrent parfaitement ce point. Selon Schwab :

Le 21e siècle sera très probablement une ère dépourvue d’hégémonie absolue au cours de laquelle aucune puissance n’obtiendra une domination absolue … Dans ce nouveau monde désordonné … stimulé par le nationalisme et la concurrence pour les ressources. Si aucune puissance ne peut faire respecter l’ordre, notre monde souffrira d’un « déficit d’ordre global »…

La crise pandémique a à la fois exposé et exacerbé ce triste état de fait … aucun scénario extrême ne peut désormais être retiré de la table … les grands problèmes qui nous assaillent échappent au contrôle même des États-nations les plus puissants … de fortes interconnexions existent entre l’échec de la gouvernance mondiale, l’échec de l’action climatique, l’échec des gouvernements nationaux, l’instabilité sociale et bien sûr la capacité à faire face aux pandémies avec succès.

En bref, la gouvernance globale est au cœur de toutes ces autres questions … Sans une gouvernance globale appropriée, nous serons paralysés … – il n’existe pas de « comité pour sauver le monde ».

Un vide de gouvernance globale …. rend plus difficile la lutte contre l’épidémie … La Covid-19 nous a rappelé que les plus grands problèmes auxquels nous sommes confrontés sont globaux par nature. Qu’il s’agisse de pandémies, de changement climatique, de terrorisme ou de commerce international, ce sont tous des problèmes globaux que nous ne pouvons aborder que de manière collective …

Si votre objectif est la liberté, ne mettez pas les pieds sur le champ de bataille des élections et de la politique. Ne votez pas, ne faites pas campagne, ne faites pas de pétition. Ne faites même pas attention à ce spectacle de marionnettes absurde. Ce qui compte, ce ne sont pas les rituels stupides et les nominations de parasites politiques. Ce qui compte, c’est ce que les gens comprennent et ce en quoi ils croient. Ni le problème ni la solution n’existent à Washingthon DC ; ils existent environ 8 milliards de paires d’oreilles. Ne vous laissez pas entraîner sur le terrain de la politique. Vous êtes perdus. A chaque fois. Gardez la bataille sur le champ des idées. C’est le seul endroit où la liberté pourrait gagner. – Larken Rose

M. Schwab déplore l’absence d’un système unique de gouvernance globale et défend fermement l’idée d’une puissance globale capable de nettoyer la planète. Il s’offre avec désintéressement à ses collègues et à lui-même pour ce poste.

En nous forçant à nous conformer à ses ordres, le monde renaîtra. L’épidémie de Covid-19 a ouvert la voie à une nouvelle réalité d’événements globaux extrêmes contre lesquels seul un comité global unique peut nous protéger.

Que nous n’ayons jamais eu besoin d’être sauvés de telles menaces auparavant n’a pas d’importance. Nous en avons besoin maintenant, c’est donc ça.

Un régime autoritaire et le désir de construire une dictature totalitaire, en accordant le pouvoir absolu à quelques privilégiés, est le rêve qui sous-tend ce marketing. Il est aussi vieux que l’humanité elle-même.

Jusqu’à présent, une dictature globale n’était pas pratique. La technologie moderne a enfin mis cette perspective à la portée de ceux qui ont les ressources suffisantes pour en acheter une.

La plupart des gens ne sont pas très enthousiastes à cette idée et nos futurs maîtres d’esclaves ont été réticents à déclarer ouvertement leur intention de faire de nous leurs vassaux malgré eux. Cela pourrait alerter un trop grand nombre de personnes sur leurs projets et risquer que la population refuse de s’y conformer. Leurs espoirs seraient alors anéantis.

Ils ont plutôt besoin d’une sorte de récit faiblement plausible pour nous convaincre d’obéir à leurs ordres. La pandémie de Covid-19 est le problème auquel le diktat autoritaire réagit et le Nouvel ordre mondial est la solution.

Leur affirmation selon laquelle le salut ne peut être trouvé qu’à travers eux, et la réalisation de leur « vision » technocratique, est manifestement absurde. L’idée qu’un petit groupe de personnes puisse créer un ordre mondial égalitaire est stupide. Affirmer que « les problèmes globaux nécessitent des solutions globales » équivaut à dire que « la solution au crime avec un couteau est de disposer de plus de couteaux ».

Les problèmes les plus urgents de l’humanité, tels que les conflits, les inégalités en matière de santé, la pénurie de nourriture et d’énergie et la pauvreté globale, sont en grande partie causés par les entreprises globales, leur corruption des États-nations et l’influence pernicieuse des institutions financières globales. Alors que les divers complexes industriels, économiques, militaires et de renseignement mondiaux sont en concurrence, nous en subissons tous les conséquences. Certains plus que d’autres, notamment.

Il est peu probable qu’une seule « société des élus » puisse même définir l’énorme éventail de problèmes auxquels sont confrontées les communautés disparates à travers le monde. Il est ridicule de penser qu’ils peuvent proposer une plate-forme politique unique qui servira toutes les communautés de la planète. Bien sûr qu’ils ne le peuvent pas, mais l’amélioration du sort de l’humanité n’est pas leur préoccupation.

Pour être juste, malgré le langage duveteux que l’on trouve dans des documents comme l’Agenda 2030, ou le Scénario du futur 2010 de Rockefeller ou les plans d’intelligence stratégique de longue date du WEF, ce n’est pas comme si nous n’avions pas été prévenus. L’idée d’une élite technocratique et scientifique à la tête du monde a enflammé l’imagination des oligarques globalistes pendant près d’un siècle.

Avec leurs divers plans de lutte contre les pandémies, comme l’opération Dark Winter en 2001 et l’Event 201 en 2019, le plan consistant à utiliser les pandémies comme catalyseur pour créer une technocratie globale n’est pas un secret.

Dans cette technocratie, des scientifiques bienveillants, des économistes objectifs, des philosophes politiques et des ingénieurs impartiaux ne seront pas vraiment aux commandes. C’est prétendument l’IA qui prendra les décisions. Elle sera programmée par la classe des parasites.

Tout comme nous l’avons vu avec les réponses politiques de confinement en réponse à la Covid-19, la science peut être choisie en fonction de l’agenda des oligarques. Des institutions bien financées comme l’Imperial College seront toujours disponibles pour créer une science sur mesure.

En vérité, le désir déclaré d’une technocratie globale se résume à la croyance des sociopathes selon laquelle ils sont nés pour exercer le « droit divin des rois« . Leur offre d’une société globale dans laquelle nous ne possédons rien signifie seulement que nous, le peuple, ne possédons rien. C’est eux, la classe parasitaire, qui posséderont tout. Y compris nous tous et la Terre elle-même.

Toute leur éthique est assez insensée et ressemble plus à la myopie et aux illusions de chefs de secte qu’à toute philosophie politique rationnelle. Ils l’obscurcissent donc en parlant de durabilité, d’égalité et de diversité. Tout cela n’est que tromperie. La racaille des vendeurs d’huile de serpent.

Alors que nous entrons dans un nouveau confinement d’anéantissement économique assuré, en préparation au « Grand Reset », étant donné qu’il n’y a aucune preuve que les confinements fonctionnent, il est clair que les fous sont responsables de l’asile. Ils ont été en charge pendant des milliers d’années, mais maintenant leurs ambitions globales se concrétisent. La question est de savoir ce que nous allons faire à ce sujet.

Notre consentement à cette folie est un choix. Nous n’avons pas à nous y conformer. Si quelques uns seulement refusent d’obéir, des exemples seront faits pour dissuader les autres. Cependant, si des millions, et éventuellement des milliards, décident qu’ils ne vont pas suivre aveuglément leurs ordres d’autodestruction, le jeu est fini pour la classe des parasites.

Leur emprise sur le pouvoir est basée sur l’illusion, et non sur la réalité. Tout simplement, ils n’ont pas le nombre nécessaire pour faire respecter leur dictature globale sans notre consentement collectif.

C’est pourquoi on nous donne le stupide rituel d’ordination des élections et on nous dit que le gouvernement existe grâce au consentement des gouvernés. Cela permet à la classe parasitaire, qui possède les politiciens, de nous vendre la supercherie selon laquelle nous avons notre mot à dire dans le pouvoir.

Ainsi distraits, il semble que la grande majorité d’entre nous ne reconnaisse même pas l’évidence. Nous ne prenons pas les décisions et n’avons aucune influence sur les politiques qui régissent nos vies.

Il n’existe aucun mécanisme politique qui nous ait jamais permis d’accéder au pouvoir exécutif. Il arrive que des populistes émergent, mais lorsqu’ils le font, ils sont entravés, affaiblis et contenus avant d’être éjectés à la première occasion.

Les politiques, autrefois formées dans les cours royales, sont maintenant élaborées dans des groupes de réflexion globalistes et dans les salles de conseil d’administration des entreprises. Le seul but de la classe politique est de maintenir l’illusion de cette mascarade inutile dans nos cerveaux et, ce faisant, de nous convaincre d’accepter les politiques de la classe parasitaire.

Les gens du commun sont tellement attachés à cette idée de démocratie représentative, qui nous promet un contrôle par le biais du processus démocratique, que nous résistons farouchement à quiconque prétend que nous n’avons aucun intérêt dans le système politique.

Afin d’accepter notre propre impuissance, de voir le mirage de la démocratie représentative pour ce qu’elle est, nous avons besoin de l’humilité nécessaire pour faire face à notre propre manque de pouvoir politique. La plupart d’entre nous ne semblent pas vouloir le faire tout en accusant ceux qui le font d’arrogance.

La classe politique, et ses manipulateurs parasites, voudraient nous faire croire que la démocratie représentative est le meilleur et le seul système de gouvernement équitable que nous ayons jamais conçu. Ce mensonge contient deux faussetés fondamentales.

Premièrement, la démocratie représentative est une forme de démocratie, et non la démocratie elle-même. Elle est diluée et conçue pour concentrer le pouvoir dans les mains d’une minorité. C’est pourquoi les tyrans veulent que vous l’aimiez.

Plus important encore, nous n’avons pas besoin de gouvernement. Il faut un processus décisionnel de gouvernance, mais celui-ci ne doit pas être plus que les règles selon lesquelles nous acceptons de vivre. L’État de droit, en d’autres termes.

La bonne nouvelle est que, dans les juridictions sous la « Common Law« , nous avons déjà ce système de gouvernance en place. L’État de droit est le pouvoir ultime et il est du seul ressort du peuple. Notre problème est que cela nous a été refusé pendant des siècles.

Des despotes avides, comme Haas et Schwab, sont déterminés à ce que vous ne vous en rendiez jamais compte. D’où la démocratie représentative, avec ses revendications de souveraineté parlementaire, leur garantissant un contrôle sur nous tous.

Dans une démocratie représentative, nous n’avons pas l’État de droit, nous avons un « système juridique ». Il s’agit d’un droit censé être formé à partir de précédents, appelé à tort « Common Law » dans certaines juridictions, et d’une législation, décidée par les parlements, les sénats et autres.

Avec des juges, souvent malhonnêtes, en charge de leur système juridique, la justice est à vendre. Ce sont les poches profondes, et non les preuves, qui déterminent ce que vous pouvez obtenir.

Nous n’avons pas à accepter cela. Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi, surtout si, parce que le système de démocratie représentative auquel nous nous accrochons est intrinsèquement corrompu et conçu pour servir la classe parasitaire qui le possède. Des gens comme Klaus Schwab, George Soros et Bill Gates peuvent tirer les ficelles des politiciens marionnettes qu’ils nous donnent à sélectionner.

La vraie démocratie (demos kratos), qui signifie « pouvoir du peuple », est une gouvernance par procès devant un jury. C’est l’État de droit qui se situe au-dessus de toute autre autorité. Elle n’a rien à voir avec les représentants, les sénats ou les parlements. Ce ne sont que des constructions supplémentaires pour donner à la classe parasitaire un pouvoir politique.

Dans une véritable démocratie, régie par l’État de droit, si nous choisissions d’élire des dirigeants pour légiférer, toute législation pourrait être annulée par un jury choisi au hasard, composé d’hommes et de femmes ordinaires. La justice serait ainsi rendue de manière beaucoup plus régulière et chacun, quelle que soit sa position sociale ou sa richesse, serait égal devant la loi.

Corrompre les hommes politiques serait une perte de temps, car les lois et politiques corrompues qui détruisent des vies humaines seraient annulées par les tribunaux de droit commun. Les politiciens seraient contraints de créer uniquement des lois et des règlements que les citoyens jugent raisonnables et justes. Si la population les jugeait déraisonnables ou injustes, ils seraient annulés.

Il serait impossible d’adopter des lois antidémocratiques et de prise de pouvoir, telles que la loi sur les coronavirus et le projet de loi dégoûtant sur les sources de renseignement humain secrètes, par lequel le gouvernement britannique entend se donner le pouvoir légal de commettre n’importe quel crime, y compris le meurtre. Les organes représentatifs, tels que le Parlement britannique ou la Chambre et le Sénat des États-Unis, ne seraient pas la plus haute autorité du pays.

Afin de construire une dictature mondiale, des organismes tels que la Banque des règlements internationaux, le Forum économique mondial, le Club de Rome, le Groupe Bilderberg et d’autres devraient corrompre, intimider et contrôler chaque homme et femme sur Terre. Pas seulement quelques marionnettes politiques choisies à la main.

Ils n’auraient aucun moyen de savoir lequel d’entre nous serait tiré au sort pour juger les lois qu’ils veulent faire pencher en leur faveur. Une grande partie de leur pouvoir s’évaporerait.

Leur capacité à élaborer des politiques et à créer des lois se limiterait uniquement à ceux que nous acceptons. Si nous ne le faisions pas, nous les annulerions. La corruption politique deviendrait pratiquement inutile.

Aucun État-nation ne pourrait décider unilatéralement de déclencher une guerre, ni aucun dirigeant fou ne pourrait décider d’attaquer son propre peuple. S’ils le faisaient, le peuple pourrait convoquer un Grand Jury et se débarrasser non seulement du gouvernement idiot ou du tyran fou qui l’a fait, mais aussi de tous les partisans de l’ordre qui pensaient pouvoir s’en tirer en faisant du mal aux autres parce que quelqu’un d’autre leur avait dit de le faire.

En fait, le gouvernement lui-même ne servirait pas à grand-chose si ce n’est à administrer les décisions des gens qui vivraient librement dans un État de droit, en exploitant toutes leurs affaires dans le cadre d’un contrat légal.

La dernière chose que la classe parasitaire souhaite voir est la fin de son système préféré appelé « démocratie représentative ». Pourtant, si nous le voulions, nous pourrions insister pour que nos coutumes et nos droits soient respectés et installer un système bien meilleur. Un système où le peuple est le pouvoir souverain, via l’État de droit.

Ce système s’appelle la démocratie.

Iain Davis

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Déclarations de complotistes historiques ?

Par : Volti
Si même de grands hommes ont fait des déclarations « conspis », ça peut faire réfléchir. Partagez ! Volti ****** Source atma via L’Échelle de Jacob

World Freedom Alliance Stockholm – Part 1

Par : Volti
Merci à Thierry65 et à ConscienceU12. Partagez ! Volti ****** Source MEDIAPORT Source Vivre sainement La grande réinitialisation est un projet de contrôle des masses orchestré par une élite autoproclamée qui veut nous obliger à suivre leur vision du monde qui ne va que dans un sens, le leur. Ces gens qui se prennent pour des dieux se fichent royalement […]

La France n'est plus le 2ème pays le plus peuplé d'Europe

La France vient d'être dépassée par le Royaume-Uni (67,2 millions d'habitants mi-2020 selon le PRB, contre 67,1 millions). - La France est presque le bonnet d'âne de la croissance démographique en Europe de l'Ouest, classée 17ème sur les 18 pays de la région en 2019 (selon Eurostat, et hors micro-États comme Monaco ou Saint-Marin). - Si la France métropolitaine, 2,3 fois plus grande, était aussi peuplée que le Royaume-Uni (RU), elle compterait 151,5 millions (...) - Tribune Libre

Pourquoi le mode de gouvernement de la Chine convient aux Chinois

Par : jmarti

Par ShanghaiPanda − Le 15 septembre 2020 − Source twitter

Sur Twitter, en tant que Chinois, la question que l’on me pose le plus souvent est : « Pourquoi ne vous opposez-vous pas au Parti Communiste Chinois (PCC)? » Pourquoi les Chinois ne soutiennent-ils pas une démocratie à l’occidentale? Pourquoi le peuple chinois soutient-il le président Xi sans l’avoir élu? Je vais vous répondre.

Contrairement aux dits « pays démocratiques », le peuple chinois fait confiance à l’expérience plus qu’aux élections ou à d’autres capacités de ses dirigeants. Depuis la Dynastie Sui (il y a 1 400 ans), les dirigeants ont été sélectionnés et promus par des épreuves, et non par le sang ou la naissance.

Dans la Chine contemporaine, si vous voulez entrer en politique, vous allez devoir vous engager sur une voie difficile et jalonnée de compétition. Que vous proveniez d’une famille populaire, ou d’une famille rompue à la politique, vous ne pourrez pas sauter d’étape. C’est la seule méthode qui pourra vous amener au plus haut échelon du pouvoir, comme le président Xi.

Pour commencer, vous devez décrocher un diplôme universitaire, du moins pour la plupart des dirigeants gouvernementaux chinois. Vous devez postuler à l’examen du service civil national, et être admis. En 2019, 92 000 personnes se sont présentées à cet examen, et 14 537 ont été admises, pour un taux d’admission de 1,58%. [Il y a une erreur d’une décimale quelque part, NdT].

Le parti qui est au pouvoir en Chine est le PCC. On compte outre celui-ci 8 autres partis politiques. Vous devez être membre de l’un d’entre eux. Si votre idéal est de devenir le dirigeant suprême de la Chine, je vous suggère de rallier le PCC. Vous serez l’un des 90 millions de membres du PCC. Chacun d’eux est un rival.

Voilà, vous êtes à présent un fonctionnaire de base. Votre niveau administratif est « employé » ; le niveau administratif du président Xi est « premier niveau national ». On compte 10 niveaux entre vous et le président Xi. Monter d’un niveau vous demandera plusieurs années d’efforts, et plusieurs examens.

En Chine, des « Départements d’organisation » sont responsables, pour chaque niveau, de l’encadrement des employés civils. Chacun de ces employés doit participer à l’évaluation annuelle des échelons.

Cette évaluation est le plus souvent menée par vos collègues, vos subordonnés, et vos supérieurs, par un vote. Votre avenir dépend des résultats de l’évaluation.

Si vous travaillez dur, et que vous avez de la chance, vous deviendrez dirigeant d’un district ou d’un comté. C’est ce qui s’est produit pour le président Xi en 1983 : il est devenu le plus haut dirigeant du comté de Zhengding. Pour prétendre s’occuper du sort de centaines de milliers, ou même de millions de personnes, il convient d’acquérir une certaine expérience.

La prochaine étape sur votre parcours est de devenir l’un des dirigeants d’une ville, délégué à l’industrie, à l’agriculture, à l’éducation ou au commerce. Vous pourrez alors devenir maire. Cela va vous demander quelques années supplémentaires.

En 1990, le président Xi est devenu le principal dirigeant de la ville de Fuzhou, dans la province de Fujian.

Vous pouvez à présent vous battre pour devenir gouverneur!

Il faut réitérer les efforts que vous avez déjà fournis. Ce qui change, c’est que vous avez de plus grandes responsabilités, et un travail plus ingrat.

En 2000, le président Xi est devenu gouverneur de la province de Fujian. Une nouvelle étoile politique.

Après être devenu gouverneur d’une province pas trop grande [La ville de Fuzhou susnommée compte tout de même la bagatelle de 7 millions d’habitants, et la province de Fujian 37 millions, NdT], il vous faut devenir gouverneur d’une province plus importante.

Ou bien viser une région frontalière, comme le Xinjiang ou le Tibet.
Le président Hu Jintao, ancien dirigeant suprême de la Chine, fut jadis gouverneur du Tibet.

Le bureau politique est l’un des corps dirigeants centraux du PCC. Vous devez en être membre. Les membres du bureau politique sont élus par la session plénière du comité central.

C’est votre prochain objectif.

Les représentants de l’Assemblée nationale populaire (ANP) sont les membres du plus haut organe de pouvoir de l’État chinois, et sont élus conformément à la loi.
Vous devez devenir l’un d’entre eux.

Si vous pouvez devenir membre du comité permanent du bureau politique du comité central du PCC, qui comporte en général entre sept et neuf membres, vous aurez pénétré au cœur de la puissance de l’État chinois.

En 2007, le président Xi y a été élu.

De même, divers comités permanents sont en charge de gérer diverses régions du pays. À l’issue d’une compétition acharnée, vous devenez enfin le dirigeant suprême de la Chine.

En 2012, le président Xi y est parvenu.

Bien que l’on puisse le qualifier de « génie politique » (quel dirigeant d’un pays ne l’est pas ?), il lui a fallu 40 années pour y parvenir.

Voilà la voie difficile à suivre pour devenir dirigeant suprême de la Chine. Je l’appelle démocratie à la Chinoise. Ce système est fondé sur une sélection rigoureuse, et l’élection de représentants à l’assemblée populaire, à tous les niveaux.

En Chine, ce système fonctionne.

Chaque pays devrait choisir un système politique convenant à ses conditions nationales. Il n’y en a pas de « bon » ou de « mauvais ».

Je suis dégoûté lorsque je constate que certains Occidentaux semblent toujours penser que leur système est « bon ». Je ne suis pas d’accord. Je ne crois qu’aux faits. [On juge un arbre à ses fruits, NdT]

Utilisez des faits pour me convaincre. Merci.

Note du Saker Francophone

Comme le révèlent les études en la matière, 73% des Chinois considèrent la Chine comme démocratique. 49% des Étasuniens considère les États-Unis comme démocratiques.

Traduit par José Martí, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Joseph Ratzinger - Benoît XVI et le ministère pétrinien par Christian Gouyaud

L'abbé Christian Gouyaud, prêtre du diocèse de Strasbourg, docteur en théologie et enseignant, a commis une étude passionnante « pour qui veut comprendre en profondeur le pontificat de Benoît XVI » comme le dit à raison le Cardinal Robert Sarah dans sa préface très encourageante. Sarah écrit également : « Gouyaud a eu l'intuition novatrice de faire une véritable lecture théologique de ce pontificat. Il a su en dégager la cohérence interne et en exposer les lignes (...) - Tribune Libre

« Vaccin » contre le Covid : la mise en garde du Pr Perronne

Par : Volti
Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a prévenu, ce lundi 16 novembre 2020, qu’un vaccin ne suffira pas à lui tout seul à vaincre la pandémie de Covid-19. Voir. Donc, même avec un de ces supposés « vaccins », rien ne reviendra à la normale. Si les propos du Pr Perronne sont vrais et, il n’y a aucune raison […]

Kurdes, les damnés de la guerre

Par : CHALOT
« Kurdes, les damnés de la guerre » Livre écrit par Olivier Piot 279 pages éditions : les petits matins mars 2020 Un essai pour mieux comprendre la cause kurde Nous avons tous été admiratifs, estomaqués devant le courage inouï de ces combattants et combattantes kurdes qui ont vaincu daesh, les armes à la main. Nous avons été, comme l'auteur, scandalisés par l'attitude des puissances occidentales qui ont laissé fin 2019 le « sultan » Erdogan intervenir militairement contre (...) - Tribune Libre

Sommet Au-Delà Du Pétrole : Du dimanche 6 décembre au vendredi 11 décembre 2020. Inscription gratuite

Par Etienne Henri

A votre avis, quel est le secteur boursier le plus performant de cette année ?

Surprise… ce n’est pas la technologie et les GAFAM…

Ce n’est pas non plus le bitcoin et les crypto-monnaies…

Et ce ne sont pas non plus les pharma ou les biotechnologies, malgré cette triste période de pandémie…

Non, ce secteur aux performances inégalées, c’est celui des énergies renouvelables.

Alors que l’économie est en panne sèche depuis mars dernier, les renouvelables connaissent un essor fulgurant…

La valeur du secteur dans son ensemble a été multipliée par 2 comme le montre cet ETF du secteur.

 

Plusieurs valeurs entrent en croissance exponentielle :

Comme le spécialiste du solaire Enphase, qui a explosé de 551%, le pionnier de l’hydrogène français McPhy, en hausse de 939%… ou encore le Tesla chinois, Nio, qui a connu une hausse de 2 362% en un an !

Comprendre la méga-tendance des 10 années à venir

A notre avis, ce n’est qu’un début. Le marché est en pleine effervescence ; des gains à trois chiffres sont désormais la norme.

Nous parlons ici de la plus grosse MEGA-TENDANCE en cours, qui devrait se prolonger sur les 10 prochaines années — au minimum.

C’est incontournable… et c’est pour vous permettre d’en profiter que nous organisons pour vous un événement exceptionnel :

Du dimanche 6 décembre au vendredi 11 décembre 2020, vous allez pouvoir assister GRATUITEMENT à notre tout premier Sommet Au-Delà Du Pétrole.

Six experts reconnus viendront vous présenter, chaque jour, les points essentiels à maîtriser sur ce secteur qui fait couler beaucoup d’encre… mais reste très mal connu.

Comment en savoir plus ?

Il suffit de cliquer ici pour découvrir tout le détail.

L’article Sommet Au-Delà Du Pétrole : Du dimanche 6 décembre au vendredi 11 décembre 2020. Inscription gratuite est apparu en premier sur PLANETES360.

Florian Philippot expose ses doutes sur les vaccins anti-Covid-19 sans langue de bois !

Florian Philippot, président des Patriotes, expose ses doutes sur les vaccins anti-Covid-19 chez Julien Pasquet.

L’article Florian Philippot expose ses doutes sur les vaccins anti-Covid-19 sans langue de bois ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Le test PCR va au tribunal : au Portugal, mais aussi en Allemagne et dans de nombreux pays (FranceSoir)

Par : Volti
Il y a vraiment un déni avec ces tests qui sont dénoncés depuis le début comme non fiables, chaque pays ayant son propre protocole de « dilution ». On rappelle qu’au delà de 25/30 cycles, on va forcément trouver des résidus de tout ce que le corps contient et donc déclarer une fausse positivité. Ne pas oublier que ce sont ces tests […]

Didier Raoult : « L’hydroxychloroquine tue soudainement 10 % des gens en 2020, et on croit ça ! C’est fou ! »

Quatrième édition de Méditerranée du futur – Didier Raoult : « L’hydroxychloroquine se faisait livrer sans ordonnance l’année dernière, 32 millions de comprimés distribués, et brutalement en 2020, on nous dit que ça tue 10 % des gens. Et des gens croient ça à l’OMS et au gouvernement, et ne reviennent pas en arrière. Comment c’est possible ? Vous êtes fous ! »

L’article Didier Raoult : « L’hydroxychloroquine tue soudainement 10 % des gens en 2020, et on croit ça ! C’est fou ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

“Entre 30 à 75 % des bars et restaurants risquent de faire faillite”

Entretien avec Charles Sannat Editorialiste/économiste chez Insolentiae.com

Sommaire :

00:00 : Introduction
00:54 : Biden vs Trump le combat continue
11:22 : Bars et restaurants: avalanche de faillites en vue dans le secteur
21:36 : Le droit privé
31:32 : 3eme & 4eme confinement / Vaccin
42:03 : Les entreprises « zombies »
48:17 : Banque en faillite ? quels risques pour l’épargne ?
52:03 : Les solutions
1:01:54 : Le Grand Reset

Rappelons que Klaus Schwab a achevé l'écriture de son livre en juillet 2020, bien avant la soi-disant "2e vague". Vraiment, quelle prescience😉
➡️Il y a zéro "complotisme" ici, on parle d'un livre publié par le patron du Forum de Davos, OK?

— Philippe Herlin (@philippeherlin) November 25, 2020

L’article “Entre 30 à 75 % des bars et restaurants risquent de faire faillite” est apparu en premier sur PLANETES360.

USA: les coulisses de l’élection américaine Biden-Trump avec Charles Gave

Par : Volti
Merci à Christine G. Partagez ! Volti ****** Source Sud Radio Avec Charles Gave, Président de l’institut des Libertés, fin connaisseur de la politique américaine.

Valéry Giscard d’Estaing est mort

On apprend ce mercredi soir la mort du 20e président de la République française, Valéry Giscard d’Estaing. L’ancien chef de l’État de 1974 à 1981, âgé de 94 ans, était hospitalisé dans le service de cardiologie du CHU Trousseau de Tours depuis la mi-novembre.

Elu en 1974, Giscard, bourgeois humaniste bien éduqué, souhaite en ingénieur créer une dynamique intellectuelle raisonnée, il va publier Démocratie française, un ouvrage rationnel qui explique le pourquoi et le comment.

La mémoire vivante du pays, qui transmet morale et traditions, et qui est faite d’adultes respectables et respectés, va subir une révision brutale.

La génération 68 revendique sa part dans l’autorité, et elle représente l’avenir. Après avoir astucieusement mêlé majorité et civilité, responsabilité et adolescence en fin de scolarité, Giscard obtempère et fixe la liberté de conscience à 18 ans.

Valéry Giscard d’Estaing et Simone Veil constatent que le pays arrive à la ligne de partage des eaux, le lieu où notre société de chrétienne devenait païenne et ils en ont tiré les conséquences.

Une loi démocratique formalise l’IVG pour les jeunes françaises, une autre loi organise le regroupement familial, une natalité remplace l’autre, le droit du sol a été instauré juste avant, ce mouvement général indique la procédure à suivre ! La France vient de basculer.

De la noosphère à l’apostasieSancho Pança

L’article Valéry Giscard d’Estaing est mort est apparu en premier sur PLANETES360.

Alexandre Devecchio : « Pourquoi y a-t-il un risque pour la chloroquine, mais pas pour le vaccin ? »

Cette vidéo est extraite de l’émission “Le Débat” (LCI) du mardi 1 décembre 2020.

Alexandre Devecchio, journaliste au Figaro, au sujet de la vaccination contre la Covid-19 : « Moi, je ne vais pas me faire vacciner tout de suite. (…) Je ne comprends pas pourquoi il y a un risque énorme pour la chloroquine qu’on connaît depuis des années, et il n’y en a pas pour un vaccin développé dans des conditions incroyables ! »

L’article Alexandre Devecchio : « Pourquoi y a-t-il un risque pour la chloroquine, mais pas pour le vaccin ? » est apparu en premier sur PLANETES360.

Le Grand Reset pour les nuls

L’univers « complotiste » propose des concepts tirés de la dramaturgie fantastique comme: « Great Reset« , « Nouvel ordre Mondial« , « État profond« , « effondrement systémique« , « matrice« , « formatage de la pensée« , « conditionnement du comportement« ,  « pandémie« ,  « chaos programmé« , « Conseils des sages« , « transhumanisme » et autres termes de la « novalangue » de la mystique conspirationniste. À l’examen de cette littérature ésotérique, la principale difficulté consiste à démêler les faits authentiques des interprétations fantasmagoriques. En effet, comme vous pourrez l’observer dans le texte qui suit – pur jus « complotiste » – l’ensemble du récit s’étaye sur des faits concrets observables dans notre quotidien de « citoyen ». Le défi consiste non pas à identifier puis stigmatiser les auteurs et à les dénoncer à l’État fétiche, à l’État policier totalitaire et complotiste, mais à prendre acte des multiples situations véridiques, méfaits et malversations légitimement rapportées et à identifier là où le bât blesse dans l’interprétation de cette conjoncture mondiale apocalyptique authentique.  Afin de résoudre cette énigme, voici un indice tiré du texte idéaliste de Tessa Lena: «Et permettez-moi de répéter encore une fois qu’absolument tout dans l’histoire est le résultat de choix subjectifs faits par des personnes subjectives. La façon dont tout se passe dans l’histoire est que les gens se réunissent, décident de ce qu’ils veulent faire et le font. Lorsque des personnes importantes agissent, l’impact est plus visible. Donc, d’une certaine manière, tout est une «conspiration», parce que tout vient de l’action humaine.»  Bonne lecture. Robert Bibeau. Éditeur.  https://les7duquebec.net


 

Par Tessa Lena.  Source Tessa SubStack

Qu’est-ce que le « Grand Reset » ? Le « Grand Reset«  est un projet massivement financé, désespérément ambitieux, coordonné au niveau international, mené par certaines des plus grandes multinationales et acteurs financiers de la planète et réalisé par des organismes publics et des ONG coopérants. Son âme est une combinaison de science-fiction du début du XXe siècle, d’affiches soviétiques idylliques, de l’obsession d’un comptable dérangé avec une dépendance au jeu, et d’une version numérique améliorée de la « Destinée Manifeste ».

 

La raison mathématique du « Grand Reset » est que grâce à la technologie, la planète est devenue petite, et le modèle économique d’expansion infinie est foutu – mais de toute évidence, les super riches veulent continuer à rester super riches, et ils ont donc besoin d’un miracle, d’une autre bulle, plus un système chirurgicalement précis pour gérer ce qu’ils perçoivent comme « leurs ressources limitées ». Ainsi, ils veulent désespérément une bulle qui leur apporte une nouvelle croissance sortant littéralement de nulle part, tout en cherchant à serrer la ceinture des paysans, un effort qui commence par une « modification du comportement », c’est-à-dire le « reset » du sentiment des paysans occidentaux qu’ils ont droit à un niveau de vie élevé et à des libertés (ces horribles « privilèges »).

La raison psychologique du « Grand Reset » est la peur de perdre le contrôle de leur propriété, la planète. Je suppose que si vous possédez des milliards et que vous en déplacez des milliers de milliards, votre perception de la réalité devient étrange, et ce qu’il y a tout en bas ressemble à une fourmilière qui n’existe que pour vous servir. Juste des fourmis et des chiffres… votre patrimoine.

Ainsi, l’objectif pratique du « Grand Reset » est de restructurer fondamentalement l’économie mondiale et les relations géopolitiques en se basant sur deux hypothèses : premièrement, que chaque élément de la nature et chaque forme de vie fait partie de l’inventaire global (géré par l’État prétendument bienveillant, qui, à son tour, est détenu par plusieurs personnes riches devenues soudainement bienveillantes, via la technologie) – et deuxièmement, que tout l’inventaire doit être strictement comptabilisé : être enregistré dans une base de données centrale, être lisible par un scanner et facilement identifiable, et être géré par l’IA, en utilisant la « science » la plus récente. L’objectif est de compter puis de gérer et de contrôler efficacement toutes les ressources, y compris les personnes, à une échelle sans précédent, avec une anxiété et une précision numériques sans précédent – tout cela pendant que les maîtres continuent de s’adonner à leurs loisirs, profitant de vastes étendues de nature préservée, à l’abri des paysans souverains inutiles et de leur imprévisibilité. Le monde du roi se sent beaucoup plus prévisible et détendu lorsque le chaos de la subjectivité humaine est contenu pour de bon.

De plus, en guise de parenthèse potentiellement lucrative, une partie de ces « actifs » étroitement gérés peut également être transformés en de nouveaux instruments financiers et vendus. Le jeu continue !

En d’autres termes, c’est un féodalisme mondial « efficace » qui va bien plus loin que son frère médiéval puisque le scanner est un système de vision globale : chaque personne, chaque pierre et chaque baie est étiquetée et suivi numériquement. Dans ce cadre, chaque paysan a une fonction qui découle non pas du mystère de la vie, et non pas de sa vocation intérieure, mais de l’IA, le maître de l’efficacité et le serviteur du roi. Idéalement, les paysans peuvent être convaincus que c’est bon pour eux (ou nécessaire pour être en sécurité, voir « traçage des contacts ») et que c’est à cela que ressemblent le progrès et le bonheur – mais sinon, il y a d’autres moyens, de la violence classique aux prisons virtuelles en passant par les « pilules de la moralité« .

La réforme en question est censée bouleverser tous les domaines de la vie, à l’échelle planétaire : gouvernement, relations internationales, finances, énergie, alimentation, médecine, emploi, urbanisme, immobilier, application de la loi et interactions humaines – et elle commence par changer la façon dont nous nous considérons et dont nous entretenons notre relation avec le monde. En particulier, la vie privée est une énorme épine dans le pied de nos « grands resetters » – et au moment où je tape ces lignes, ils insistent sur le fait que la vie privée est un concept vraiment dépassé – en particulier lorsqu’il s’agit des données médicales des personnes, par exemple – et que nous ne pouvons tout simplement pas aller de l’avant vers un avenir radieux si des personnes stupides continuent à s’accrocher à leur vie privée.

Je passerai brièvement en revue les différents éléments de cette réforme glissante dans une seconde – mais pour résumer, le résultat final souhaité est un gigantesque convoyeur mondial, sans joie, hautement contrôlé, de tout et de tous, où la vie privée est extrêmement coûteuse, la dissidence est impensable et la soumission spirituelle est obligatoire. C’est comme une réalité médicamenteuse 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sauf que les médicaments sont à la fois chimiques et numériques, et qu’ils vous signalent au vaisseau-mère, qui peut alors vous punir pour mauvais comportement en bloquant, par exemple, votre accès à certains endroits ou en bloquant votre compte bancaire numérique – peut-être sans aucune intervention humaine.

Ainsi, sur le plan sensoriel – en ce qui concerne l’argent et le pouvoir – ce convoyeur (chaîne de montage) est une tentative des super riches d’organiser et de monétiser leurs « actifs », y compris les personnes, plus efficacement que jamais auparavant. Sur le plan théologique, l’initiative est façonnée par le transhumanisme, un système de croyance formel enraciné dans un sentiment pathologique d’être repoussé par tout ce qui est naturel – et une vision résultante des formes biologiques comme des robots défectueux, qui sont rendus parfaits, des tueurs en série parfaits, en se fusionnant avec les machines d’une manière qui redéfinit le sens de la vie et défie la mort elle-même.

Je voudrais souligner que nous ne devrions jamais sous-estimer l’importance des sentiments subjectifs et de la théologie dans la formation des événements historiques. Toute notre histoire est une somme de choix subjectifs – où les choix des plus puissants et des plus motivés pèsent plus lourd. Et la réforme religieuse, qui découle généralement de la préférence subjective de divers individus puissants pour ce à quoi devrait ressembler l’ensemble du tableau, a été un moteur de changements sociaux, économiques et culturels à grande échelle sur cette planète pendant des siècles. Ce que nous voyons ici, c’est une nouvelle religion – et même si je veux croire à la propreté et à la rationalité générales du système – à un niveau plus élevé, nous n’avons pas affaire à une tentative rationnelle, scientifique, honnête, bienveillante – ou même malavisée – d’améliorer les choses. Lorsqu’il s’agit des cerveaux du « Grand Reset », nous avons affaire à une combinaison d’avidité standard et de pathologie émotionnelle de fous agités et pourris qui paniquent devant la sauvegarde de leurs biens dans cette nouvelle ère, et qui en veulent à leur nature biologique en tant que telle et veulent être des dieux. Malheureusement, les fous sont riches et ont de bonnes relations, et ils peuvent engager un million de sous-fifres pour faire une présentation extérieure convaincante et rationnelle de leur nouvelle religion. Et pour soudoyer les médias. Et les politiciens. Et les universitaires. Et les organisateurs de campagne. Et les organisations à but non lucratif. Et n’oublions pas mes frères, les artistes, qui, par faim et par indignité, créeront alors de belles publicités artistiques et émouvantes pour tout ce qui rapporte. Et lorsque la boucle est bouclée, nous avons une toute nouvelle opinion publique et, techniquement, toujours une « démocratie » ! Si seulement ces théoriciens de la conspiration s’en allaient…

Alors, qui sont les personnes à la tête de cet effort et comment cet effort est-il coordonné ?

À première vue, ce sont les suspects habituels : les principaux capitalistes du monde, les dynasties historiquement riches de différentes parties de la Terre, les membres de la royauté laïque et religieuse, les milliardaires, etc. – en d’autres termes, ce sont les gens qui ont assez d’argent pour sentir que ce monde leur appartient, les 0,0001% – et peut-être aussi les gens qui se trouvent immédiatement en dessous d’eux qui cherchent à gravir les échelons. Certains visages familiers, d’autres que nous n’avons jamais vus.

De toute évidence, ils ne constituent pas une masse monolithique, et je suis sûr qu’ils ne sont pas d’accord entre eux sur tout et qu’ils se disputent probablement le droit de manger plus de paysans. Il y a certainement une rivalité entre les élites américaines et chinoises, par exemple, ou entre les élites américaines et russes – ainsi qu’entre les différents super requins à titre individuels. Mais dans l’ensemble, même s’ils sont en compétition, ils ont des intérêts et des messages communs, et il y a plus de camaraderie stratégique et de terrain d’entente entre eux qu’entre eux et les paysans. Par exemple, aucun d’entre eux n’est susceptible de refuser l’idée de créer une nouvelle classe d’actifs financiers pour gagner de l’argent ! En outre, ils ont aussi des conseillers qui, à leur tour, sont en concurrence les uns avec les autres pour obtenir le meilleur salaire, en essayant de faire passer leurs idées. Tous ces conseillers sont subjectifs, mais ils sont aussi largement et coûteusement coordonnés dans les domaines où ils partagent des intérêts communs.

Et actuellement, le concept « gagnant » du jour semble être un monde rempli d’abréviations : IA, 5G, IoT, et ainsi de suite. Un monde où l’argent est numérique, la nourriture cultivée en laboratoire, où tout est compté et contrôlé par des monopoles géants, et où les gens sont largement privés de leur libre arbitre. Un monde où chaque élément de la nature et chaque être vivant est soit un producteur de données, soit une source d’énergie – ou les deux. Un monde où le flux quotidien des paysans est micro-géré par une IA qui enregistre les pensées et les sentiments avant même que les gens n’aient la possibilité de les faire leurs. Un monde où la vie elle-même est sous-traitée à la machine, et où l’être humain est essentiellement un costume de viande.

Maintenant, je ne pense pas que cette vision exacte se réalisera jamais complètement. Il est probable qu’elle implose avant d’arriver à mi-chemin – et une partie de ce que je viens de décrire n’est rien d’autre que le rêve éveillé d’un esprit malade. Mais les puissants fous font de leur mieux pour que ce cauchemar devienne réalité. Ainsi, le danger n’est pas d’être dépassé par une IA prenant soudainement conscience d’elle même, mais de perturber la vie normale et de provoquer la misère totale que les fous peuvent causer à nos esprits et à nos corps alors qu’ils se précipitent pour découper le monde en morceaux, en utilisant diverses expressions pratiques telles que « crise sanitaire mondiale » ou « changement climatique ».

Et oui, il y a bien une coordination et une continuité, comme il y a une continuité dans les dynasties et les courants philosophiques. Certaines sont plus éphémères, d’autres plus concrètes. Du côté éphémère, la vision des « resetters » est liée aux idées futuristes qui étaient populaires au début du 20e siècle, au rêve d’un monopole mondial des entreprises qui a soutenu la révolution bolchevique de 1917, et à la volonté générale de contrôler le monde avec la technologie, ce qui a été tenté et a échoué en Union soviétique dans les années 60 – en utilisant un langage très similaire à celui d’aujourd’hui. Sur le plan concret, le « Grand Reset » (qui, soit dit en passant, est très bien coordonnée, dans la mesure où Biden et Johnson utilisent les mêmes mots codés proposés par le WEF) est issue des efforts déployés après la Seconde Guerre mondiale pour maintenir un équilibre des pouvoirs « acceptable » dans le monde, et une récolte les bénéfices « acceptable » des intérêts financiers.

Le langage de la « durabilité », qui est un pilier important du kit de marketing du « Grand Reset », a été initialement créé dans le cadre de divers programmes des Nations unies, tels que l’« Agenda 21«  et l’« Agenda 2030« , et je suis sûr que lors de la production de ces programmes, les deux éléments – conspiration et bienveillance – étaient présents. Ce sont tous deux des ensembles de documents extrêmement secs et ennuyeux sur la gestion des ressources et la justice, qui se lisent comme quelque chose écrit par un professeur soviétique fatigué et formaté, maîtrisant bien les termes bureaucratiques, écrit surtout pour justifier le salaire des bureaucrates et l’existence des Nations unies. Ce qui est intéressant dans ce dernier cas, c’est qu’en général, les Nations unies sont plutôt inutiles, ce qui signifie que les gens se réunissent, discutent, produisent de longs documents bureaucratiques et des résolutions non contraignantes – et qu’ensuite, il ne se passe rien d’essentiel. Mais pas cette fois-ci. Pas maintenant. Le programme est lancé ! Il doit donc être important pour quelqu’un qui paie. Et oui, je suis cynique. Dans tout ce qui se passe, il y a toujours une combinaison de bonnes intentions, d’avidité, d’ambition, de relations personnelles, d’intérêts financiers, d’illusions, etc. Les politiciens parlent aux financiers, les généraux parlent aux politiciens, quelqu’un est l’oncle de quelqu’un d’autre, et c’est ainsi que les choses se font. Malheureusement, moins le message est direct et plus la propagande est abondante, moins les bonnes intentions ont de valeur et plus il est facile pour les méchants de réaliser des absurdités.

Et bien sûr, des initiatives d’une telle ampleur peuvent passer par de très longues et tranquilles « phases de planification », au cours desquelles les idées souhaitées sont plantées dans la tête des personnes désirées par le biais de conversations privées, de petites réunions, de recherches financées, de conventions industrielles, etc. Ainsi, au moment où l’on appuie sur le bouton « action », on a l’impression qu’une tendance est déjà là. Et permettez-moi de répéter encore une fois qu’absolument tout dans l’histoire est le résultat de choix subjectifs faits par des personnes subjectives. La façon dont tout se passe dans l’histoire est que les gens se réunissent, décident de ce qu’ils veulent faire et le font. Lorsque des personnes importantes agissent, l’impact est plus visible. Donc, d’une certaine manière, tout est une « conspiration », parce que tout vient de l’action humaine. Et souvent, les personnes importantes dissimulent leurs actes. Cela ne devrait pas être une idée radicale.

Et oui, à l’heure actuelle, les principaux détenteurs du pouvoir en Occident ont compris qu’il est plus rentable et moins laborieux pour eux de simplement soudoyer les médias « officiels », les scientifiques, les universitaires, les politiciens et même l’« opposition contrôlée » – de convaincre les paysans à leur place – que de contrôler tout et tout le monde par la force. Et d’ailleurs, si le sommet de cette tour est une conspiration sérieuse, dans un sens où il s’agit d’un effort coordonné où les cerveaux agissent en général en alignement les uns avec les autres, sans révéler leurs véritables objectifs à long terme aux paysans, le reste de la tour est probablement l’affaire habituelle des humains, multipliée par le manque de sens des responsabilités morales, à l’ancienne. Plus on se rapproche du fond, plus l’ignorance et les intentions sont bonnes – car la plupart des gens croient qu’ils font le bien – mais cela ne change rien à la trajectoire tragique de la cavalcade du « reset ».

D’accord, mais attendez, il y a une vraie crise, et les riches se sont réveillés parce qu’ils veulent vivre ? Et s’il n’y avait pas de conspiration en soi, et qu’ils avaient simplement réalisé que la planète était en désordre, et qu’ils voulaient maintenant s’attaquer aux problèmes de la surpopulation et de la pollution parce qu’il y a vraiment trop de gens sur la planète qui consomment et polluent à l’excès ? Que répondez-vous à cela ?

Je suis heureux que vous posiez la question, alors parlons-en.

Il est absolument vrai que l’approche sans âme et utilitaire de la nature, de la vie et des autres êtres vivants a été extrêmement destructrice – la destruction la plus immédiate et la plus visible étant externalisée vers les « pays du tiers monde » et les personnes les moins fortunées financièrement en Occident. (Voyez les décharges, les allées du cancer, et les aliments non biologiques malsains et empoisonnés). Il est vrai que le consumérisme massif et l’utilisation de produits jetables (apportés par plus ou moins les mêmes partis qui réprimandent maintenant les gens pour leur consumérisme) ont créé beaucoup de désordre. Il est vrai que nos océans et nos poumons sont remplis de plastique, que le nombre de maladies chroniques monte en flèche et que de nombreuses espèces meurent. Il est vrai que notre sol, notre nourriture et notre corps sont contaminés par du glyphosate hautement toxique. Il est vrai qu’il s’écoule généralement des décennies entre le moment où les fabricants réalisent la toxicité de leur produit et celui où le dire dans une conversation cesse d’être une théorie du complot. Tout cela est vrai. Cependant, il est également vrai que les personnes qui pointent du doigt les maux sociaux et nous disent que nous avons besoin d’un « Grand Reset » sont issues des mêmes camps et lignées qui en sont à l’origine. Il est vrai que sous le langage de leurs brochures de marketing, il y a une toxicité et des ravages qui dépassent largement ce que nous avons aujourd’hui. Ainsi, ils sont soit des idiots, soit des menteurs – et je crains que ce soit le dernier cas. Aussi riches soient-ils, ils ne sont même pas moralement qualifiés pour réparer quoi que ce soit dans ce monde. Et quoi que nous choisissions de faire pour soigner notre relation avec la nature et entre nous, ça ne sera certainement pas le « Grand Reset » techno-fasciste et néo-féodal.

Une métaphore : Si le chef du Parti des violeurs proposait une plate-forme contre le viol qui n’arrêterait pas le viol mais qui donnerait une nouvelle image à l’acte même en disant que si l’on utilise un gode rose en plastique recyclé pour pénétrer, alors ce n’est pas un viol… penseriez-vous que c’est une plate-forme contre le viol pour de vrai ?

Alors non, ce ne sont pas eux qui doivent montrer la voie (regardez cette idée de poubelle dans l’espace). Si nous suivons, nous finirons par avoir un monde qui ressemble à ça :

 

 

En parlant de solutions, il y a beaucoup d’activistes et de leaders locaux, comme Vandana Shiva, par exemple, qui trouvent des moyens de guérir notre relation avec la nature. Il y a des lanceurs d’alerte. Il y a des avocats qui se battent contre les géants des entreprises et qui gagnent parfois. Il y a des médecins qui risquent leur carrière pour protéger leurs patients. Il y a des agriculteurs locaux. Il y a des artistes qui mettent leur âme à nu. Il y a des diseurs de vérité. Il y a de la dignité, et il y a du respect si nous insistons sur eux. Je crois que les bonnes solutions à long terme viennent de l’honnêteté et de la paix intérieure, et que chacun d’entre nous possède le génie unique qui nous aide à trouver la pièce du puzzle qui, en fin de compte, guérit le monde.

En ce qui concerne le fait qu’il y ait trop de gens sur la planète, je pense que même cela est une erreur. En fait, Vandana Shiva a produit une analyse de l’agriculture industrielle par rapport à l’agriculture locale traditionnelle en termes de chiffres, et il semble que « Big Agro » nous ait également menti sur leur importance. De plus, le plus grand « problème démographique » de l’Occident en ce moment est le nombre croissant de personnes âgées par rapport aux jeunes [un problème qui se règle tout seul et naturellement, NdT]. Et même dans le « monde en développement », les tendances semblent être différentes de ce que l’on nous apprend à penser. De plus, la planète en a assez pour tout le monde, et la raison pour laquelle nous sommes confrontés à la pénurie est que 0,0001% des gens contrôlent beaucoup de choses. Ironiquement, ce sont ces mêmes personnes qui s’inquiètent du fait qu’il n’y en a pas assez, qui poussent l’idée de surpopulation – souvent en se reproduisant avec enthousiasme – et qui infectent les jeunes cerveaux avec l’idée de surpopulation, au point que maintenant, certains jeunes de la classe moyenne ne veulent pas avoir d’enfants, « pour sauver la planète ». C’est vraiment la pagaille ?

Et oui, l’idée de surpopulation inquiète les dirigeants depuis quelques décennies. Je dirais qu’à certains moments, leurs pensées ont eu des connotations eugéniques (voir, par exemple, ce rapport Kissinger de 1974 qui se vante d’« inciter » les hommes en Inde à subir des vasectomies). Et non, il ne serait pas complètement fou d’affirmer que l’eugénisme n’a pas tout à fait disparu depuis qu’Hitler a ruiné la marque, et que quiconque se croit propriétaire du monde ne serait probablement pas contre une gestion un peu plus chirurgicale des tendances démographiques. Puis-je lire dans leurs pensées ? Non. Je ne peux pas dire qui pense quoi exactement, et heureusement pour moi, je ne suis pas invité à leurs réunions – mais de temps en temps, des personnalités comme Gates ou le Prince Charles disent des choses qui semblent tout à fait hitlériennes, et cela me fait réfléchir. D’un autre côté, je ne trouve pas cela particulièrement choquant parce que la nature humaine n’a pas changé depuis l’époque où l’eugénisme était socialement acceptable dans la « société respectable ». Ainsi, ma théorie est que certaines personnes puissantes du monde sont vraiment mauvaises et qu’elles tripotent probablement l’eugénisme – et certaines sont probablement simplement indifférentes aux désirs des paysans – mais de mon côté, je ne me soucie pas vraiment de savoir que quel côté ils penchent. Méchants ou indifférents, je ne veux pas qu’ils détruisent mon monde. Est-ce trop demander ?


Maintenant, examinons rapidement les zones qui, selon le plan du « Grand Reset », doivent être perturbées et complètement réaménagées. C’est un sujet gigantesque en soi, et je ne l’aborderai qu’en surface, en me concentrant particulièrement sur le langage utilisé et sur la manière dont il recoupe la « réponse à la pandémie ». Je vous encourage vivement à vous rendre sur le site du Forum économique mondial et à y jeter un coup d’œil.

État et gouvernance

Dans le nouveau monde, les pays existent toujours, mais ils obéissent tous à un ordre central. C’est « coopératif ». De nombreuses fonctions gouvernementales sont automatisées et déléguées à l’IA. Les décisions sont basées sur des données et des algorithmes. Il n’y a pas de vie privée, et il y a beaucoup plus de fluidité en ce qui concerne les migrations (donc malheureusement, le sentiment très humain d’être gentil avec les migrants qui est promu dans les médias n’est peut-être pas une question de gentillesse, ce qui est une déception pour moi personnellement). Il y a aussi une possibilité de remplacer les gouvernements humains par l’IA, mais pas immédiatement. Le raisonnement est simple : Pour que les super riches puissent gérer l’inventaire mondial, les gouvernements individuels doivent agir davantage comme des gestionnaires de niveau intermédiaire responsables devant les autorités internationales que comme des gouvernements fédéraux indépendants.

Vous vous rappelez comment les « magasins familiaux » ont été écartés du marché et remplacés par des chaînes de magasins ? Même chose ici, sauf que dans ce cas, ces « magasins du coin » sont des pays.

L’Amérique traditionnelle, aujourd’hui, s’y oppose fortement. Son habitude de la consommation généreuse et de la libre expression, sa politique étrangère égocentrique, son sentiment de droit et ses grandes maisons de banlieue sont une évidence. Une Amérique traditionnelle, indépendante et forte est un obstacle. Dans cette optique – et avec une mise en garde selon laquelle je ne pense pas qu’il existe un empire juste – j’ai le sentiment qu’il y a un effort actif pour « réduire l’Amérique », pour coopter son gouvernement, pour détruire les fermes et les petites entreprises – en particulier celles qui ne sont pas compatibles avec cet avenir entièrement numérique – et pour déchoir la classe moyenne qui y a droit, en particulier dans les carrières « dépassées ». On a l’impression que nous sommes actuellement en pleine « révolution colorée », un coup d’État en douceur. Habituellement, les élites américaines le font à d’autres nations, mais maintenant, cela se passe sur le sol national. On a l’impression que le programme du « Grand Reset », par ses messagers et par son argent, façonne à la fois la « réponse au Covid-19 » schizophrène et le mouvement « justice sociale / climat » soudainement généralisé et bien financé des super-entreprises, qui sont tous à ce stade entremêlés en termes de messages.

Tous deux prétendent promouvoir le bien public, et tous deux utilisent habilement des armes pour régler de vrais problèmes et faire monter en puissance des gens qui ont un réel amour de l’équité dans leur cœur – tout cela pour ouvrir la voie aux objectifs financiers des « grands resetters », tels que l’érosion complète de la vie privée (avec le traçage des contacts), le déplacement de toutes les activités humaines en ligne (eh bien, tout), l’application de la loi et la précriminalité basées sur l’IA (voir « définancer la police »), et ainsi de suite. Et oui, l’Amérique a de nombreux vrais problèmes. Mais ce n’est pas comme si les structures actuelles étaient remplacées par un conseil d’anciens indigènes sages et spirituellement ancrés qui sont profondément connectés à la Terre et qui ne blesseront aucune vie innocente. Ce que l’on tente – même si l’on dissimule mal le marketing – est bien pire, bien moins humain et bien plus destructeur que ce que nous avons aujourd’hui. Je n’aime pas cela.

La finance

C’est de la monnaie numérique, de la cryptographie et des paiements par téléphone portable tout le temps. Les citoyens doivent être totalement transparents et laisser une trace de tout ce qu’ils font, vous vous souvenez ?

La nourriture

Tout ce que je peux dire, c’est que j’espère que vous aimez la viande de cafard, parce que ça vient.

Remarques cyniques mises à part, le « futur de la nourriture » est un désastre. Les menteurs sur les chaises hautes ont le culot d’utiliser de bons mots comme « développement durable » mais il n’y a rien de durable dans cette chose. C’est du « Big Agro » sous stéroïdes, très toxique. Et, accessoirement, c’est aussi consommateur d’énergie car tous ces robots, capteurs et centres de données ne sont pas gratuits, mais qui compte.

De plus, les fermes d’aujourd’hui doivent disparaître. Non seulement les fâcheux fermiers traditionnels locaux sont en concurrence avec les aliments cultivés en laboratoire et les OGM brevetés, ainsi qu’avec les sols brevetés, mais ils prennent également la place nécessaire aux aires de loisirs de nos seigneurs, ainsi qu’aux parcs d’éoliennes et de panneaux solaires (qui prennent tous beaucoup de place, d’ailleurs). Et que savez-vous, peut-être que les rois veulent vraiment « conserver » certaines parcelles de la nature en la gardant libre de toute présence humaine. C’est leur inventaire, après tout, il est logique de bien l’entretenir.

Pas étonnant que la « réponse Covid-19 » frappe si durement les fermes, les obligeant à faire faillite…

Agriculture

Un nouveau rapport sur les citoyens du monde, publié par Navdanya, montre que derrière la bonne image de la Fondation Gates se cache une philosophie toxique de philanthro-capitalisme qui repose sur le rachat par les entreprises de nos semences, de notre agriculture, de notre alimentation, de nos connaissances et de la santé mondiale.

La cupidité de Bill Gates est l’une des personnes les plus riches de la planète et le fondateur de la plus grande organisation philanthropique au monde, la Fondation Bill et Melinda Gates. Un nouveau rapport sur les citoyens du monde, publié par Navdanya International, montre que derrière l’image de bon augure de la Fondation Gates se cache une entreprise toxique …

organicconsumers.org

L’éducation

En ligne.

Médecine

Télé-  Jusqu’à présent, tant en terme médecine qu’en terme d’éducation, nous sommes sur la bonne voie, grâce à la pandémie mondiale …

L’énergie

Celui-ci est intéressant. Parce que les combustibles fossiles, le diable du marketing actuel, sont vraiment mauvais. Il est vrai que l’extraction du pétrole est abusive pour la planète. Les déversements créent beaucoup de dégâts, et ils se produisent tout le temps. Les barons du pétrole sont des bandits. Les gens qui vivent à proximité des raffineries tombent malades. Le plastique, qui provient du pétrole, pollue tout, des océans à nos estomacs et à nos poumons. Cependant, les combustibles fossiles sont également la seule source d’énergie – en dehors du nucléaire – qui soit actuellement capable de soutenir les niveaux de consommation de la population mondiale. De plus, si vous regardez sous le capot du « vert », ce n’est pas si vert que ça, à moins que nous parlions de la couleur de l’argent. Les panneaux solaires prennent beaucoup d’espace, ils se dégradent rapidement et se transforment en amas toxiques.

solar power

Retour à la nature @backt0nature

Une ferme solaire étonnante

Les éoliennes prennent également beaucoup de place et ont leurs propres problèmes. Elles sont toutes deux très dépendantes du temps et ne fournissent pas suffisamment d’énergie. Il est également à noter que le récent film de Michael Moore, « Planète des Humains », qui explorait certains des aspects pas si verts de l’« énergie verte » et faisait la lumière sur une partie de la corruption du mouvement environnemental, a été attaqué par les leaders écologistes de manière vicieuse et si uniforme que le film a été retiré des principales plate-formes et a en quelque sorte disparu de l’attention du public.

Quoi qu’il en soit, que se passera-t-il si les combustibles fossiles disparaissent ? Au fait – et c’est un point important – je ne suis pas convaincu que les « resetters » aient l’intention de faire disparaître les combustibles fossiles. Je pense que nous pourrions envisager un acte de repositionnement de l’image de marque. Jusqu’à récemment, je pensais qu’ils voulaient vraiment « démanteler » les combustibles fossiles, mais j’ai ensuite examiné la « technologie climatique » et maintenant je pense que les choses sont plus complexes, que cela pourrait être une manœuvre géopolitique stratégique. Je ne sais pas. Il existe des chevauchements technologiques particuliers entre les combustibles fossiles et l’énergie « verte », mais le temps nous le dira. En tout cas, s’ils disparaissent ou font semblant de disparaître, nous découvrirons rapidement que l’éolien et le solaire ne sont pas à la hauteur – et nous rencontrerons alors notre nouveau roi de l’énergie « verte », la fusion nucléaire, oui !!.

Quand cela arrivera, notre ami, le célèbre philanthro-capitaliste, viendra à notre secours. Il est très investi dans les réacteurs à fusion nucléaire – en fait, son projet préféré, selon lui. (En fait, il se trouve qu’il est très impliqué dans à peu près tous les points de la liste « Grand Reset », quel génie des affaires il est). Mais attendez, pour rendre l’intrigue encore plus intéressante, l’OMS, qui bénéficie bien sûr de son généreux financement, s’est donné beaucoup de mal dans le passé pour minimiser le bilan sanitaire d’incidents nucléaires tels que Tchernobyl et Fukushima.

Parlant d’énergie et de finances, parlons de « capital humain ». Dans le nouveau monde, le « capital humain » n’est pas seulement une métaphore pour les ressources humaines ou le travail. Microsoft, par exemple, a déposé un brevet pour une méthode permettant de transformer le comportement humain en crypto-monnaie, ce qui se fait grâce à un dispositif non spécifié couplé à un serveur qui enregistre l’activité du corps et « mine » la crypto. Puisque dans le cadre de la Nouvelle Normalité, le numérique et la cryptographie sont censés devenir courants, cela ressemble étrangement à un outil qui peut être utilisé à la fois pour contrôler étroitement le comportement des pauvres qui peuvent en dépendre pour leurs revenus et pour miner littéralement les corps des personnes dépendantes de l’aide sociale / recevant un revenu de base pour l’énergie (qui, soit dit en passant, est une chose réelle, croyez-le ou non).

En outre, ce brevet pourrait potentiellement être utilisé pour créer un nouvel instrument financier car, si elles sont exploitées pour l’énergie, ces personnes deviennent des « actifs » qui pourraient éventuellement être regroupés dans des portefeuilles virtuels et échangés virtuellement. Vous voyez comme c’est peaufiné ? Maintenant, nous parlons de véritable servage ! Et oui, cela fait très science-fiction, mais n’oublions pas que certains « visionnaires » milliardaires ne pensent pas comme les gens normaux, ou alors les travailleurs des entrepôts d’Amazon ne porteraient pas des couches pour sauter les pauses toilettes. N’oublions pas non plus qu’aujourd’hui, il y a des échanges d’objets très théoriques ainsi que des paris sur la météo. Beaucoup d’argent dans ce monde est gagné sur des choses étranges et arbitraires !

En parlant de la météo, le « Grand Reset » légitime également l’atrocité dangereuse et envahissante de la géo-ingénierie, et la rend potentiellement « cool » et « salvatrice », tout comme le font certains livres blancs sur le « mouvement pour le changement climatique ». J’ai remarqué cela et j’ai fait le deuil de ce fait il y a quelques années, en criant sur tous les toits à quel point c’était le bordel. Pulvériser de la merde toxique dans l’air, c’est cool et « vert » ? Quel acte de tromperie linguistique.

Un mot aussi sur le carbone. Je ne vais pas entrer dans le vif du sujet parce que l’article est déjà long, mais il semble que, quelle que soit l’histoire du carbone à sa naissance, elle s’est transformée en un outil permettant de créer un marché à partir de rien, et un tas d’instruments financiers permettant de gagner de l’argent, également à partir de rien. Prenez par exemple ce plan, soutenue par Gates et quelques géants du pétrole. Ce que je préfère, c’est qu’une fois le dioxyde de carbone éliminé de l’atmosphère à l’aide d’un cocktail de produits chimiques, l’une des façons de stocker le butin est de brûler un bouquet d’arbres (pardon, « biomasse »). Oui, c’est tout à fait logique, car qui peut gagner de l’argent en laissant simplement les arbres tranquilles et en les laissant faire le travail, gratuitement ? Quel genre d’idiot permettrait cela ?

Je voudrais également souligner le fait que lorsqu’il est stocké, il l’est en profondeur, comme jamais auparavant. (Que font les processus internes de la planète ? Quelqu’un a-t-il bien réfléchi à la question ?) Il faut aussi construire des pipelines pour transporter le dioxyde de carbone d’un endroit à l’autre, un peu comme on transporte du pétrole. Et enfin, le captage et le stockage du carbone sont incroyablement gourmands en énergie, et cette énergie provient de… combustibles fossiles ? Du nucléaire ? D’éoliennes qui doivent alors occuper la moitié de la surface de la planète ? Oh je ne sais pas… Et en parlant de langage, l’objectif n’est pas « Zero Carbon Emissions », mais « Net Zero Carbon Emissions », ce qui signifie que nous pouvons continuer à polluer, et ensuite construire une nouvelle industrie lucrative par-dessus, tout en créant un nouveau type de pollution. En d’autres termes, les affaires comme d’habitude…

Par ailleurs, alors que nous sommes sur le thème du « développement durable vert », la construction de technologies et d’infrastructures de surveillance – qui sont toutes extrêmement consommatrices d’énergie, sans parler des déchets – ne va-t-elle pas à l’encontre de l’idée écologique ? J’y ai pensé il y a quelque temps lorsque j’ai lu, avec beaucoup d’enthousiasme au début, le texte de la proposition de loi sur le Green New Deal.  justice oui !! … droits des indigènes, oui !! … attendez … des réseaux électriques « intelligents » ? N’est-ce pas exactement ce que veut la Big Tech, et cela n’implique-t-il pas un besoin de capteurs intelligents qui viennent avec plus d’infrastructures et de satellites, plus de tours, une perte de vie privée, et un nouveau type de pollution sans fil produisant des effets non testés sur la santé ? Cela m’a empêché d’avancer et m’a obligé à me pencher sur diverses initiatives « vertes » et, par conséquent, à découvrir divers squelettes dans le placard. Et puis je suis tombé par hasard sur le travail de Cory Morningstar, et je me suis dit : « ouahh ! Mon instinct était bon, ce n’est pas exactement ce qu’il semble ! »

Voilà une belle transition vers la façon dont le récit de la « crise sanitaire mondiale » s’inscrit dans le « Grand Reset ».

Tout d’abord, quelques notes de ménage.

Comme je l’ai déjà dit, le « Grand Reset » est un plan extrêmement ambitieux de restructuration de l’économie mondiale – et de la notion même de ce que signifie être en vie. (Est-ce qu’un zombie poussé par l’IA dont la prise de décision est externalisée est vraiment vivant ?) Sans une population qui coopère, cette réforme économique et religieuse ambitieuse ne peut pas réussir.

Quelle est la meilleure façon de faire coopérer la population à cette très étrange réforme ? C’est la peur, car les promesses de plaisir ne suffisent pas pour réaliser un changement aussi massif et bizarre. Il faut donc que ce soit la peur et le stress, que ce soit à cause d’un ennemi extérieur, d’une perspective de catastrophe naturelle ou d’une maladie.

N’oublions pas qu’avant 2020, il y a déjà eu un récit de la peur très coûteux, soutenu par plus ou moins les mêmes acteurs qui font maintenant pression pour le « Grand Reset ». Je parle bien sûr du récit militarisé du « changement climatique ». Et alors qu’il y a de nombreux problèmes environnementaux qui doivent être résolus dès que possible, le mouvement des entreprises en faveur du « changement climatique » s’est étrangement concentré sur des messages qui coïncident grosso modo avec ceux de la campagne pour le « Grand Reset », servant leurs objectifs financiers – et les trajectoires de financement se chevauchent également. Il semble donc que les intérêts financiers derrière la campagne du « Grand Reset » aient d’abord essayé d’utiliser le « mouvement climatique », mais cela n’a pas généré les niveaux de peur souhaités assez rapidement. Les gens ne s’en sont pas suffisamment souciés. J’ai personnellement suivi une formation et je connais bien l’« organisation » et les astuces de programmation neurolinguistique qui sont censées rendre le public très inquiet au sujet du climat. Le message est très bien pensé et bénéficie d’un généreux soutien financier, ce n’est pas un mouvement hippie de base – même si beaucoup de personnes y mettent sincèrement du leur. Tout comme les témoins de Jéhovah de la base qui frappent à votre porte peuvent être extrêmement sincères.

En tant qu’être humain, je ne fais confiance à aucune entité qui, froidement et de manière calculée, essaie de me faire peur et de déclencher une réaction de stress. Les personnes que j’ai écoutées ne semblaient pas elles-mêmes très effrayées. Ils étaient bien nourris, de classe moyenne, et pas sous-employés. Ils n’avaient pas peur d’être arrêtés lors d’une manifestation – et en fait ils ont cherché à être arrêtés, sans aucune crainte pour leur futur emploi. Après avoir vu cela, j’ai commencé à poser des questions sur les raisons pour lesquelles ils voulaient que j’aie peur, et sur ce qu’ils voulaient que je fasse. Lorsque j’ai commencé à poser des questions et à faire des recherches, il s’est avéré que la trajectoire des « solutions » comprenait des choses comme les réseaux intelligents, les voitures électriques (qui ne sont pas écologiques à distance) et la géo-ingénierie. Cela, pour moi, n’était pas acceptable. Cela signifiait également qu’ils ne respectaient pas vraiment la planète, car s’ils le faisaient, ils ne voudraient pas coller des tours partout ou pulvériser des saletés dans l’atmosphère pour bloquer le soleil. Maintenant, il est très possible que le mouvement environnemental ait été bon et honnête lorsqu’il a commencé – mais une grande partie a été détournée depuis, d’une manière très furtive où les gens sur le terrain ne se rendent même pas compte qui ils servent. Et encore une fois, permettez-moi de répéter : il y a un besoin énorme de vraie durabilité, c’est juste que les mesures pratiques qu’implique le langage codé du marketing ne sont pas du tout durables !

En tout cas, le fait d’effrayer les gens avec le récit officiel de l’urgence climatique a certainement créé une vague dans la conscience des gens et un certain degré d’anxiété environnementale, en particulier dans la Génération Z – mais cela n’a pas suffi à paralyser ou à mobiliser. Mais lorsque le virus est apparu, comme par magie, les choses ont commencé à se mettre en place rapidement – ce qui était impensable auparavant. Non, je ne dis pas que le virus n’est pas réel. Et je ne fais aucune déclaration définitive sur son origine ou sur la façon dont il est apparu. J’ai mes théories, mais il y a des choses que je ne peux pas savoir et que je ne peux pas changer. Mais ce que je sais, c’est que la réaction a été absurde, sans précédent, et étrangement conforme aux mesures qui étaient déjà à l’ordre du jour. En parlant d’urgence, Woodstock s’est produit pendant une grande pandémie…

Voyons donc

Avons-nous déplacé avec force la plupart des activités – telles que l’éducation, la médecine, le shopping, le sexe et les loisirs – en ligne pour l’instant, alors que nous travaillons à « numériser » le monde physique, pour faciliter le suivi et la surveillance ?

Validé.

Avons-nous, malgré le confinement des paysans en col blanc, poursuivi les travaux de construction, y compris la construction très robuste de nouvelles structures de télécommunications et d’antennes cellulaires, nécessaires pour soutenir l’Internet des Objets ?

Validé.

Avons-nous réussi à presque détruire les moyens de subsistance de nombreux agriculteurs indépendants qui étaient en concurrence avec nos nouveaux produits « comestibles », et aussi à perturber les chaînes d’approvisionnement alimentaire traditionnelles ?

Validé.

Avons-nous également réussi à détruire un bon nombre de petites entreprises locales ?

Bien sûr !

Les salles de concert et les théâtres ?

C’est certain.

Travaillons-nous à remplacer les services répressifs par l’IA ?

Bien sûr ! Définancez ! Définancez ! Définancez !

Essayons-nous de légitimer l’érosion complète de la vie privée et l’accès facile aux données de santé privées ?

Oui ! Parce qu’il y a urgence sanitaire.

Sommes-nous sur la bonne voie lorsqu’il s’agit de suivre chaque mouvement de chaque personne ?

Traçage des contacts, oui ! Mais certains pays sont encore à la traîne.

Une carte d’identité médicale numérique est-elle désormais exigée pour les voyages internationaux ?

Oui, le Common Pass est en ligne !

Avons-nous réussi à perturber les procédures politiques et juridiques et à créer le chaos ?

Oui, Monsieur !

Plus important encore, avons-nous réussi à perturber la pensée et les relations humaines au point que nous, le robot, l’agresseur, sommes maintenant le seul ami de tout le monde ?

Nous y travaillons encore, mais nous sommes proches.

Sommes-nous en bonne voie de préparer les gens à un large déploiement de vêtements intelligents ?

Oui. Portez votre masque.

Contrôlons-nous légalement la vie sexuelle des gens ?

Oui !

En parlant de cela, le contrôle par l’État du corps et de la sexualité des gens est un signe classique de réforme religieuse. Chaque fois que cela se produit, faites attention.

Ou alors, prenons des mesures d’enfermement, par exemple. Le confinement et les restrictions de mouvement et de contact physique sont d’excellents outils de modification du comportement – et la modification du comportement, également connue sous le nom d’ingénierie sociale, est certainement une forme d’art très respectée parmi les puissants. Un ingénieur social qui se respecte planifie dix étapes à l’avance et crée des situations dans lesquelles les cibles demandent les changements souhaités ! Je postule qu’actuellement, nous sommes soumis à une danse Sado&Maso involontaire. Nous sommes au milieu d’un rituel destiné à créer un sentiment de confusion, d’insécurité et de dépendance – qui sera finalement résolu par nos maîtres, ce dont nous serons très reconnaissants car nous voudrons juste que la tension insupportable soit résolue. Déjà, beaucoup ont développé le syndrome de Stockholm, se mettant du côté de l’agresseur. Les mesures sont totalement arbitraires – mais peu importe, on attend de nous que nous nous y pliions et que nous acceptions que nos souffrances et nos privations soient pour notre propre bien. Cela fait de nous une « meilleure personne ».

Aux yeux d’un psychopathe, il n’y a pas de joie.

Aux yeux d’un esclave, il y a acceptation d’un étrange sentiment d’engourdissement là où l’âme se trouvait auparavant.

Où allons-nous à partir de là ?

Pour ma part, je ne pense pas que nous devrions accepter l’obscurité. Je pense que notre meilleure option est d’insister sur la dignité et de trouver notre cœur. Nos cœurs nous diront quoi faire ensuite.

Tessa Lena


Liens et références

Histoire

https://harpers.org/archive/2008/02/the-next-bubble/
https://www.forbes.com/sites/johnmauldin/2017/05/31/mauldin-brace-yourself-for-the-great-reset/#ee9ce795d382
https://www.imf.org/en/News/Articles/2020/06/03/sp060320-remarks-to-world-economic-forum-the-great-reset
https://www.worldbank.org/en/programs/sdgs-2030-agenda
https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld
https://www.weforum.org/press/2019/06/world-economic-forum-and-un-sign-strategic-partnership-framework/
https://www.weforum.org/agenda/2020/09/how-much-is-this-planet-worth-the-value-of-nature
https://sustainabledevelopment.un.org/outcomedocuments/agenda21
https://www.weforum.org/projects/frontier-2030
amazon.com/Wall-Street-Bolshevik-Revolution-Capitalists/dp/190557035X

Finance

https://www.securities.io/federal-reserve-developing-cbdc-digital-dollar/
https://www.forbes.com/sites/darrynpollock/2020/01/28/the-global-consortium-for-digital-currency-governance-represents-cryptocurrency-arriving/#802128eae729
https://www.weforum.org/agenda/2019/01/visualizing-the-snowball-of-government-debt

Gouvernance

https://newrepublic.com/article/159823/constitution-crisis-supreme-court
https://www.weforum.org/agenda/archive/the-new-data-economy/
https://www.weforum.org/agenda/2017/02/role-of-government-digital-age-data/
https://www.weforum.org/agenda/2014/06/joseph-nye-government-age-internet/
https://www.weforum.org/agenda/2018/10/could-robot-government-lead-better-current-politicians-ai/
gouvernance-et-mondialisation-plus-intelligente-klaus-schwab-colonne/940531001
https://www.usatoday.com/story/opinion/2017/12/12/our-fractured-world-needs-agile-

Modification du comportement

https://theconversation.com/morality-pills-may-be-the-uss-best-shot-at-ending-the-coronavirus-pandemic-according-to-one-ethicist-142601
https://www.wired.co.uk/article/virtual-prisons
https://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PCAAB500.pdf

Alimentation et agriculture

https://ieep.eu/news/how-to-deliver-on-the-eu-farm-to-fork-s-protein-transition-objectives
https://interestingengineering.com/the-explosion-of-insect-protein
https://www.cnbc.com/2020/02/14/bug-protein-how-entrepreneurs-are-persuading-americans-to-eat-insects.html
https://www.ibm.com/blockchain/solutions/food-trust

Éducation

Énergie et environnement

https://www.gov.uk/government/news/uk-and-world-economic-forum-to-lead-regulation-revolution-to-foster-industries-of-the-future
https://www.npr.org/2019/09/10/759376113/unfurling-the-waste-problem-caused-by-wind-energy
https://www.weforum.org/agenda/2020/10/ai-billion-trees-sahara-desert-technology
https://www.wired.com/story/the-world-might-actually-run-out-of-people
https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=WO2020060606
https://patentscope.wipo.int/search/en/detail.jsf?docId=US291464337
https://www.weforum.org/agenda/2018/05/from-synthetic-life-to-re-engineering-the-climate-how-were-learning-to-manage-the-earth
https://www.popsci.com/environment/article/2009-01/harvesting-energy-humans
https://www.bloomberg.com/news/articles/2020-10-19/space-garbage-solutions-could-help-fix-earth-s-plastic-problem-kggdc0e9
https://time.com/collection/great-reset/5900739/fix-economy-by-2023
https://www.nasdaq.com/articles/bill-gates-and-big-oil-are-chasing-the-nuclear-fusion-dream-2020-06-03
https://www.bloomberg.com/news/articles/2018-10-30/nuclear-fusion-financed-by-billionaires-bill-gates-jeff-bezos
https://futurism.com/the-byte/bill-gates-nuclear-energy
https://www.imdb.com/title/tt6818554
https://www.theclimatemobilization.org/resources/whitepapers/victory-plan
https://twitter.com/TessaMakesLove/status/1318237788400209921
https://www.congress.gov/bill/116th-congress/house-resolution/109
https://www.ecowatch.com/asbestos-climate-crisis-solutions-2648226767.html
https://www.bbc.com/news/technology-54538849

Reconstruire en mieux

https://www.weforum.org/agenda/2020/04/how-to-build-back-better-after-covid-19
https://joebiden.com/build-back-better
https://www.gov.uk/government/news/build-build-build-prime-minister-announces-new-deal-for-britain

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

SIX DÉCEMBRE 1989 à 2019

Trente ans plus tard, on décide que la tuerie de Polytechnique était un geste anti féministe. Ce que toutes les femmes du monde entier savaient depuis 1989. Vous savez pourquoi ça  pris trente ans pour nous dévoiler ce petit détail? Parce que le féminisme était trop fort et trop politisée pour leur laisser la chance de s’exprimer librement à ce moment là.

L’establishment a plutôt misé sur l’Église Catholique, beaucoup plus accommodante, pour endormir le peuple. Les politiciens, les médias et la bourgeoisie ont habilement tenu à l’écart toutes ces femmes des milieux intellectuels qui en auraient eu long à dire sur la situation des femmes au Québec.

Maintenant qu’on a un mouvement féministe, beaucoup plus accommodant, on peu sortir la carte, beaucoup plus modérée,  du féminisme de l’an 2020, même si rien n’a changé depuis 1989! Les femmes gagnent toujours moins que les hommes, elles gagnent moins de quinze dollars l’heure (en moyenne) en élevant des enfants seules (car l’homme n’est pas obligé de payer une pension) et seulement 15% des ingénieurs québécois sont des femmes.

Voilà la triste réalité. Le mouvement féministe a été infiltré. Pour la tragédie de la Polytechnique, on s’est attaquée à la MÈRE de Marc Lépine? Et maintenant, on s’attaque aux femmes musulmanes qui souffrent déjà suffisamment. Pourquoi on ne s’attaque pas au sort dégradant des femmes en général?  Les femmes amérindiennes par exemple, qu’on ignore complètement?

John Mallette
Le Poète Prolétaire

Un rapport explose le test PCR !

Par : admin

tests-covid-19-pcr-serologique-trodCapture d’écran 2020-12-02 à 16.42.51

2 décembre 2020

Le temps s’accélère et chaque semaine apporte son lot de révélations sur la coque-vide faussement intronisée comme pandémie dévastatrice. Avant-hier, je pensais vous parler de l’étude réalisée par les CDC (Centres américains de prévention et de lutte contre les maladies) et publiée mercredi dernier. Les chercheurs ont prélevé et testé le sang de plus de 3.000 soignants dans 13 hôpitaux américains d’avril à juin 2020 : 194 personnes (6%) étaient porteuses d’anticorps au coronavirus. Deux mois plus tard, 156 d’entre elles ont été à nouveau testées : chez 94%, le niveau d’anticorps avait baissé et chez 28%, il était tombé en-dessous du seuil qui indique généralement une infection passée. Ça signifie que les tests de sérologie sous-estiment le nombre de personnes qui ont déjà été contaminées et qu’un résultat négatif n’exclut pas forcément une rencontre antérieure du système immunitaire avec le sars-cov-2. Mauvaise nouvelle ? Que du contraire ! Ça veut dire que des tas d’épisodes infectieux sont très probablement passés sous le radar et que plein de gens ont « fait le covid » sans s’en apercevoir. Ils sont restés asymptomatiques ou ont à peine ressenti l’état grippal accompagnant le séjour et l’excrétion de l’agent viral. En clair, cette étude confirme ce que dit depuis le début John P.A Ioannidis, professeur de médecine et chercheur à l’Université de Stanford, pour qui la grippe covid est en réalité moins meurtrière que la grippe saisonnière. Évalué initialement à plus de 5% et estimé pour l’instant à 0,37% maximum, son taux de létalité (nombre d’issues fatales parmi les infectés) est sans doute encore très inférieur ! Dans plusieurs pays, il se confirme aussi que des réinfections peuvent survenir en l’espace de quelques mois. On ne compte plus les covidés du printemps qui ont récidivé en automne. Cela suggère également que la maladie est le plus souvent tellement légère – un simple rhume – que les cellules immunitaires ne mémorisent même pas l’information. Puisque la maladie elle-même n’est pas, ou à peine, immunisante, cela anéantit au passage l’espoir d’un vaccin efficace. À moins de se vacciner plusieurs fois par an avec toutes les souches mutantes, l’échec de la solution vaccinale est garanti sur piqûre !

Pas de morts en plus !

Malgré l’intérêt évident de cette étude, je pensais cependant vous entretenir d’autre chose aujourd’hui, à savoir d’un article explosif publié le 22 novembre dans l’infolettre de la prestigieuse Université américaine John Hopkins. Vous pouvez le lire (en anglais) en cliquant ici, mais sachez d’abord que cet article a été rétracté par la direction de l’établissement universitaire. Motif ? Il était l’œuvre d’un étudiant et il contenait des éléments pouvant « faussement » et « dangereusement » faire douter de l’impact de la pandémie COVID-19. En réalité, l’auteur estudiantin n’a fait que rapporter et coucher sur papier une conférence tenue le 13 novembre par Geneviève Briand, professeur d’économie et de statistiques au sein de la même institution. Cette allocution a été enregistrée et diffusée sur YouTube mais ne la cherchez pas car elle a été – elle aussi – prestement censurée ! Pour avoir le fin mot de cette imbroglio, vous pouvez cependant lire cet article en français publié ce matin. Qu’avait donc exposé de si scandaleux Geneviève Briand ? Pour le savoir dans la langue de Molière, vous pouvez aller sur le site de France Soir et lire l’article que ce média français, décidément en pointe de la ré-information, a consacré à l’affaire. Directrice-adjointe du programme de maîtrise en économie à Hopkins, la brillante enseignante a analysé de manière critique les données de mortalité des six dernières années aux États-Unis. Et elle a découvert le pot-aux-roses, à savoir que les décès toutes causes n’étaient pas plus nombreux en 2020 sur le territoire américain ! En examinant les causes officielles de décès, elle a aussi trouvé que les morts par crises cardiaques et autres affections mortelles habituelles (cancer, diabète, grippe, pneumonie, maladies respiratoires chroniques…) avaient drastiquement et anormalement baissé cette année, autrement dit que les CDC ont abusivement labellisé « covid » une bonne part des trépassés US. Clou de la démonstration statistique: les pourcentages de décès parmi toutes les tranches d’âge restent relativement identiques par rapport aux années précédentes et il n’y a même pas de surmortalité parmi les personnes âgées ! « La raison pour laquelle nous avons un nombre plus élevé de décès par COVID-19 signalé chez les personnes âgées est tout simplement que chaque jour aux États-Unis, les personnes âgées meurent en plus grand nombre que les personnes plus jeunes » a déclaré Geneviève Briand. On comprend que ces propos aient fait scandale et que l’économiste ait été réduite au silence, tant son analyse contredit le « story telling » officiel !

La PCR ne vaut pas tripette !

Ce matin, il y avait une troisième bombe informative dans ma boîte mail et c’est sur elle que je choisis de zoomer cet après-midi : un rapport établi par une vingtaine de scientifiques renommés et publié le 27 novembre conclut que le fameux test PCR n’est pas un outil de diagnostic fiable ! Plus exactement, ces spécialistes en sciences de la vie (microbiologistes, généticiens moléculaires, biochimistes, immunologues…) ont passé au crible l’étude dite « Corman-Drosten » et sur laquelle a été fondé un protocole de dépistage du sars-cov-2 abondamment utilisé en Europe et dans le monde. On évalue que ce test PCR mis au point en Allemagne a permis de détecter 60% des cas à travers le globe. Or d’après le consortium de scientifiques, cet outil de séquençage génétique fabriqué à la hâte ne correspond pas aux standards de qualité requis et comporte pas moins de 10 erreurs de fabrication majeures ! Si vous ne voulez pas vous farcir tout le rapport, de toute façon peu compréhensible par le profane, allez directement à la fin pour lire le résumé des dix « failles » ou « défauts » dénichés par les 22 rapporteurs. Pour ma part, ce sont le 1er et le 7ème point qui ont retenu toute mon attention. En voici la traduction française :

1) Il n’existe aucune raison précise d’utiliser ces concentrations extrêmement élevées d’amorces dans ce protocole. Les concentrations décrites entraînent une augmentation des liaisons non spécifiques et des amplifications des produits PCR, ce qui rend le test inadapté en tant qu’outil de diagnostic spécifique pour identifier le virus SARS-CoV-2.

7) Le test PCR ne contient ni un témoin positif unique pour évaluer sa spécificité pour le SARS-Cov-2, ni un témoin négatif pour exclure la présence d’autres coronavirus, ce qui le rend inutilisable comme outil de diagnostic spécifique pour identifier le virus SARS-CoV-2.

En d’autres termes, le test PCR « Corman-Drosten » manque de spécificité, c’est-à-dire que les amorces et les séquences d’ARN sélectionnées ne permettent pas de distinguer le sars-cov-2 des autres coronavirus qui donnent des rhumes banals et des syndromes grippaux bénins. C’est très important car jusqu’à présent, seule la trop grande sensibilité des tests faisait l’objet de critiques scientifiques. Selon le nombre de cycles d’amplification arbitrairement choisi, la méthode PCR peut en effet trouver la trace de débris cellulaires et de fragments viraux qui ne sont ni vivants ni entiers. A fortiori, ces traces infinitésimales n’autorisent pas à dire que le patient dépisté est malade, ni même contaminé, et qu’il représente un quelconque danger de propagation. Le problème est désormais archiconnu et même les médias mainstream ne nient plus qu’il y a un gros souci avec le dépistage moléculaire. Par son extrême sensibilité, le test PCR peut générer une foultitude de cas faussement positifs ! C’est d’ailleurs ce que souligne aussi le rapport. Mais la grande nouveauté, j’insiste là-dessus, c’est que ce document détonant dénonce également les failles du procédé en termes de spécificité : l’écouvillon prélève du matériel génétique qui peut tout aussi bien appartenir à des particules coronavirales communes et inoffensives ! Cette probabilité de confusion, la revue Néosanté en a déjà maintes fois fait état depuis 10 mois. Notamment dans le dossier rédigé par le scientifique canadien David Crowe et reproduit dans notre numéro de juin dernier. Aujourd’hui, 22 chercheurs et praticiens de renom accréditent l’hypothèse à travers un rapport accablant pour la PCR. Comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois, la technique de Polymerase Chain Reaction est le sable sur lequel a été planté le chapiteau du Corona Circus. Ce sable est à présent inondé, l’édifice s’en trouve ébranlé et la mystification pandémique pourrait s’écrouler avec lui. Vœu pieu ou pronostic réaliste ? Tout dépendra de la capacité des décideurs à ouvrir leurs œillères et à cesser de faire aveuglément confiance aux experts maintenant que le principal instrument de détection du covid s’avère carrément bidon.

Yves Rasir
Source : Néo Santé

AstraZeneca et l’Université d’Oxford se trompent dans leur vaccin anti-Covid qu’ils avaient qualifié de « très efficaces »

Par : admin
Même si on préfère se faire tuer que de se faire vacciner on ne peut pas ne pas montrer au grand jour l’inconséquence de ces marchands du temple qui disent et font tout et n’importe quoi pour vendre leurs poisons avec la complicité béate de nos politiques plus que débiles.
1606448375AstraZeneca et l’Université d’Oxford ont reconnu mercredi une erreur qui soulève des questions sur les résultats préliminaires de leur vaccin expérimental COVID-19.

Une déclaration reconnaissant l’erreur est arrivée quelques jours après que la société et l’université aient qualifié les vaccins de “très efficaces” et n’ont pas mentionné pourquoi certains participants à l’étude n’ont pas reçu autant de vaccin que prévu lors de la première des deux séries d’injections.

À la surprise générale, le groupe de volontaires ayant reçu une dose plus faible semblait être beaucoup mieux protégé que les volontaires ayant reçu deux doses complètes.

Dans le groupe ayant reçu une faible dose, a déclaré AstraZeneca, le vaccin semblait être efficace à 90%. Dans le groupe qui a reçu deux doses complètes, le vaccin semble être efficace à 62%.

Les fabricants de médicaments ont déclaré que le vaccin combiné semblait être efficace à 70%. Mais la manière dont les résultats ont été obtenus et communiqués par les entreprises a suscité des questions pointues de la part des experts.

Les résultats partiels annoncés lundi proviennent d’importantes études en cours au Royaume-Uni et au Brésil visant à déterminer la dose optimale de vaccin, ainsi qu’à examiner la sécurité et l’efficacité.

De multiples combinaisons et doses ont été testées chez les volontaires. Ils ont été comparés à d’autres qui ont reçu un vaccin contre la méningite ou une injection de solution saline.

Selon les experts, le nombre relativement faible de personnes dans le groupe à faible dose rend difficile de savoir si l’efficacité constatée dans le groupe est réelle ou s’il s’agit d’une bizarrerie statistique. Quelque 2741 personnes ont reçu une demi-dose de vaccin suivie d’une dose complète, a déclaré AstraZeneca. Au total, 8895 personnes ont reçu deux doses complètes.

Autre facteur: aucune des personnes du groupe ayant reçu la faible dose n’avait plus de 55 ans. Les jeunes ont tendance à développer une réponse immunitaire plus forte que les personnes plus âgées, il se pourrait donc que ce soit la jeunesse des participants du groupe à faible dose qui explique l’efficacité du vaccin, et non la taille de la dose.

Et ce genre d’études sont censées nous aider à combattre l’épidémie.

- Source : FL24
Source :ZE Journal

Chro-Nique de T’Ché RIEN…

Par : admin

 

Nous remercions vivement « RIEN » de ce message d’amitié, de gratitude, de remerciements et de soutien qu’il adresse ici aux complotistes que nous sommes.

RIEN c’est peu, mais c’est aussi beaucoup.

Aussi afin de remercier RIEN de ce petit RIEN je vous laisse découvrir en fin de publication une petite vidéo pleine d’optimisme :

Capture d’écran 2020-12-02 à 20.41.14Message d’amitié, de gratitude, de remerciements et de soutien aux complotistes. Dans le désordre, ça va de soi!

Nicolas Bonnal, Résistance 71, Profession Gendarme, Maxime Tandonnet, Olivier Demeulenaere, jbl1960 (la mère de clan aux 5 cerveaux qui ne dorment jamais), Pr Christian Perronne, Pr John Ioannidis, Dr Peter C. Gøtzsche, Dr Louis Fouché, Pr Didier Raoult, Pr Jean-François Toussaint, Pr Laurent Toubiana…et ceux que je ne cite pas.

Comme le hasard est têtu! Voilà que la France se retrouve dirigée par le duo Macron/Castex et leur masque de faire. De faire ce qu’il leur a été ordonné.

Quels jeux de mots! Quels “je“ de maux !

Pour le deuxième c’est clair/obscur, il a l’accent, ce n’est pas un signe diacritique, mais il est évident qu’il est là comme Casse-texte.

La langue française ne possède pas de macron! Ce diacritique est un signe dans certains alphabets pour indiquer l’allongement phonétique de la prononciation de la lettre. Le macron est ce bâton, cette barre horizontale placée en règle générale au dessus des voyelles.

Donc « Ā»par exemple. Un accent plat en quelques sortes si vous préférez.

La France s’est donc dotée d’un accent plat, d’une barre au dessus d’elle, d’une chape de béton, d’un bâton, comme président de la république. Puisque le macron allonge, c’est sa nature, il y a de fortes probabilités que ça dure longtemps, tout comme ses discours où il n’a rien à dire mais où il tient à le dire le plus longtemps possible!

Quand aux coups de bâtons, les siens et ceux des farces de l’ordre ? Ça suffit. Non, basta…

Gageons que “notre antiquaire“ pourra toujours avoir une explication de sa blonde professeure de français, de théâtre, elle aussi sans doute à retardement, du style femme à qui on ne la fait pas, cherche homme à qui on ne l’a pas fait!

Oui je sais, citez Dac peut toujours faire bas de plafond, mais moi j’aime.

Revenons à notre diacritique macron. Cette barre au dessus. Il y a donc quelque chose qui l’empêche de grandir, de s’élever. C’est écrit, c’est un signe, ça le suit partout, tout le temps et ça ne vole pas très haut et pour tout dire, c’est aussi, ici, bas de plafond.

Un ex-gosse de 40 ans, violé à 15 ans, toujours pas père et qui se croit donc obligé de nous infantiliser, et qui persuadé qu’il n’a pas de limites. Un espèce de mâle-barré qui veut faire de nous des mal-barrés.

Revoyez l’analyse du Psychiatre italien Adriano Segatori au sujet de Macron le psychopathe. Nous n’allons pas citer tous les idiots et les stupides qui gouvernent, la liste est vraiment longue, et parfois opaque. Ils sont probablement à considérer, comme le suggérait Einstein, comme la majorité.

Les idiots en raison de leur nombre infini d’une part, et de leur stupidité illimitée d’autre part. Nous nous contenterons des Macron, Attali, Veran, Castex, Schwab, Gates, Biden, Soros, et une note particulière pour la blonde à retardement Lacombe.

Il n’y a pas à ma connaissance de traité philosophique de la stupidité. Il y a des essais. Celui de Robert Musil :

“Il n’est pas une seule pensée importante dont la bêtise ne sache aussitôt faire usage; elle peut se mouvoir dans toutes les directions et prendre tous les costumes de la vérité. La vérité, elle, n’a jamais qu’un seul vêtement, un seul chemin: elle est toujours handicapée. La bêtise dont il s’agit là n’est pas une maladie mentale; ce n’en est pas moins la plus dangereuse des maladies de l’esprit, parce que c’est la vie même qu’elle menace.“

Et puis “les lois fondamentales de la stupidité humaine“ de Carlo.M Cipolla…

Et si la philosophie et la bêtise avaient la même racine, la même matrice ? l’étonnement! Tiens! Faudrait demander à BHL ou Onfray ? Nan, je plaisante!

La philosophie naît de l’émerveillement, de l’étonnement d’être dans le monde, de se poser des questions et de savoir. Mais la racine de la stupidité vient aussi de l’étonnement. Le stupide est, comme le philosophe, celui qui est étonné.

Avez-vous remarqué comment les stupides ont toujours l’air étonné ? Qu’on les écoute dans leur diarrhée verbale, ils sont étonnés! Qu’on ne les écoute pas ? Ils sont étonnés et en colère. Comme le Veran, toujours prêt à faire pan pan cucul. Faut-dire qu’être pris en flagrant délit d’inintelligence est toujours douloureux pour un crétin.

La différence est que chez le philosophe, l’étonnement est à l’origine de la connaissance, tandis que chez le stupide, la connaissance est à l’origine de l’étonnement. Le philosophe va de l’étonnement à la réflexion, le stupide reste coincé dans l’étonnement. Chez le philosophe, la connaissance est un processus, chez le stupide, c’est juste un contact avec la connaissance! Seulement un contact.

Autant il peut m’arriver de supporter la simple bêtise ou la bêtise dite des simples, voire même faire naître chez moi une forme de sympathie ou d’attendrissement, autant j’ai un mépris absolu pour la bêtise qui se prétend intelligente! Il n’y a pas pire bêtise que la bêtise des vaniteux, qui croient représenter l’esprit du monde. Comme Caroline Fiat cette députée LFI, aide-soignante, qui est surnommée par les députés de la majorité, “la Bac moins deux“!

Cette bêtise des vaniteux, m’est tout simplement insupportable. Mais cela ne leur suffit pas, car comme le disait Ortega Y Gasset, le stupide, se sentant dans l’air du temps, proclame le droit à la stupidité et l’impose partout.

Que des bobos considèrent une aide-soignante comme stupide, comme autrefois était considéré comme stupide l’innocent qui venait de la campagne en ville, qui descendait de ses montagnes pour “monter à Paris“ et déjà son accent, certaines expressions, sa façon de s’habiller, ou son regard, étaient gages de sa candeur, sa naïveté.

Or, ces “imbéciles intellectuels“(Bernanos) sont aux commandes, et prétendent être les sachants et détenir le monopole du savoir! Et là, va falloir se bouger, car avec leur soi-disant vaccin, ça craint pour l’humanité.

Ces imbéciles, ne sont pas intelligents, certes. Mais ils sont rusés, nauséabonds, toxiques, stupides et méchants. Au plus profond de leur crasse pensée d’idiot, ils sont persuadés qu’ils font une bonne action en éliminant les inutiles, les bouches de trop à nourrir, les sans dents, les tous ceux qui ne sont rien!

Une vaccination de masse, pour nous par pour eux, avec une nouvelle technique dont on ne connait pas les conséquences si ce n’est qu’il est sûr que cela modifiera de manière irréversible notre génome et que cela sera transmis à notre descendance.

En Angleterre, le ministre Nadhim Zahawi veut contraindre par tous les moyens et imposer ce vaccin. “Tout sera vérifié par smartphone“. Ils veulent donc depuis le début de cette fausse pandémie, par la peur et la terreur nous imposer ce vaccin exterminateur.

Depuis Einstein, la stupidité a fait des progrès. Cent ans de crétinerie, pour passer de la stupidité passive à la stupidité active. De la stupidité technologique en très haute définition. La stupidité au pouvoir, qui a inventé son propre canon et son lexique, le politiquement correct, ce croisement entre idéologie et stupidité, intolérance et imbécillité.

Exit donc l’ancien prototype de l’idiot. C’est maintenant l’ère de “l’idiot global“. Cet idiot, pense en idiot, il connait les moyens techniques d’entrer en relation avec le monde entier en temps réel, mais il n’a toujours rien à dire! Cet idiot global, bas du plafond peut toujours mettre le bâton à la verticale pour se tenir debout.

Start-up nation oblige, le bâton de l’idiot global, sans lequel il se sent perdu, est son smartphone! Encore du hasard certainement quand on sait que smart en russe se traduit par mort, et phonos en grec par meurtre. Il est dit que quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt. L’inverse est aussi vrai! Je regarde le doigt de ceux qui nous accusent de cons, de complotistes, de conspirationnistes. Je n’y vois que des stupides.

En certains temps comme a pu le constater G. Courteline, “Se faire traiter de con par un imbécile est une volupté de fin gourmet.“ Là, il est temps d’agir, et de mettre en prison à perpétuité Mr Macron, son gouvernement et l’administration pour génocide contre le peuple Français. http://www.francesoir.fr/politique-france/plainte-penale-pour-genocide-des-francais-contre-macron-ses-ministres-et-son

Voilà! Basta les idiots, la lie de l’humanité.

Signé : RIEN

Comme promis en début de publication, pour remercier RIEN et tous les complotistes qui nous lisent

« Il au faut peu pour être heureux »

Source : Youtube

Trois études qui devraient tout changer

Par : admin

Capture d’écran 2020-12-02 à 16.42.51629e203a-f248-4c9e-8cdd-30d4b447539bAu départ, je voulais titrer ce billet « Trois études qui vont tout changer ». J’ai changé d’avis parce que je ne veux pas vous donner de faux espoirs et que 10 mois de mascarade coronavirale m’ont appris à me défier des autorités de santé. Même confrontés aux évidences, les virocrates virophobes qui nous gouvernent préfèrent s’enferrer dans leurs croyances covidistes, dédaigner la bonne science et abdiquer tout bon sens. Il est donc à craindre que les trois recherches récemment publiées et dont je vais vous parler ne vont guère infléchir le cours de la dictature sanitaire. D’ailleurs, le despote à la tête de la France n’y a puisé aucun enseignement et les a superbement ignorées dans son discours d’hier soir annonçant un progressif et provisoire relâchement de la tyrannie. Quant aux médias de masse, ils les ont passées sous silence ou à peine évoquées. Logique car les résultats de ces travaux scientifiques ne plaident pas en faveur de la terreur pathogène qu’ils répandent parmi la population et de la narration anxiogène qu’ils nous font de la pandémie. Tout ce qui ne cadre pas avec le récit officiel n’existe pas ou ne mérite pas qu’ils s’y intéressent. À Néosanté, c’est évidemment le contraire : ces trois études ont retenu toute notre attention car elles sont autant d’arguments pour confondre les menteurs et faire avancer la vérité. L’une suggère que le masque facial protège peu, voire pas du tout, ceux qui les portent, l’autre que les mesures de confinement sont parfaitement inopérantes, et la troisième que les soignants hospitaliers ne sont guère menacés par un virus pourtant présenté comme terrifiant.

1) Le masque ne prouve pas son efficacité

La première de ces trois pépites ré-informatives est cette fameuse étude danoise contrôlée et randomisée, effectuée entre avril et juin 2020, sur 6 000 personnes réparties en deux groupes : 3 000 personnes choisies au hasard et incitées à porter un masque chirurgical à l’extérieur de leur domicile, et 3 000 personnes sélectionnées tout aussi aléatoirement et invitées à ne pas porter de masque, même si la distanciation sociale était impossible. Les chercheurs ne violaient pas la loi puisque le port du masque n’a jamais été rendu obligatoire au Danemark. Mieux que les études d’observation rétrospectives, cette étude d’intervention en temps réel allait permettre de vérifier si les gens masqués étaient efficacement protégés contre la grippe covid. Est-ce parce que leurs conclusions ne correspondaient pas aux attentes de la communauté scientifique et des instances politiques ? Toujours est-il que l’étude danoise a été refusée par les journaux internationaux les plus prestigieux, au grand dam de leurs auteurs. Ceux-ci ont néanmoins trouvé l’hospitalité dans la revue Annals of Internal Medicine, qui n’est pas une feuille de chou puisqu’elle émane du Collège des médecins américains. Publiée le 13 novembre, l’étude indique que 54 des porteurs de masques (1,8 %) ont contracté le covid, contre 63 (2,1%) de ceux qui ne le portaient pas. La différence est tellement ténue qu’elle n’est pas statistiquement significative et que le léger effet protecteur n’est donc même pas établi. « Nous n’avons pas pu montrer un effet significatif » a expliqué le Pr Iversen, pour qui l’effet du port du masque « n’était pas aussi important que nous l’anticipions ». En clair, la recommandation de porter un masque chirurgical n’a pas eu la portée escomptée et n’a pas réduit l’incidence de l’infection chez les personnes censées être protégées. Certes, ce travail de recherche a ses faiblesses et ses limites, notamment le fait que moins de la moitié des participants masqués (46 %) a correctement appliqué la consigne. Les résultats se basent aussi sur des tests sérologiques, ceux qui mesurent les anticorps et dont la fiabilité n’est pas assurée. Il n’empêche : c’est à ce jour la seule étude de terrain qui a comparé la propagation du virus chez des individus avec ou sans protection recommandée, or elle conclut que l’effet minime n’est pas certain ! Dans un communiqué, l’Université de Copenhague a même précisé que l’étude « ne peut pas exclure l’hypothèse que les masques faciaux n’offrent aucune protection ». C’est un gros pavé dans la mare qui aurait dû faire beaucoup de remous puisque la vulgate covidiste s’appuie en bonne partie sur l’hypothèse inverse. Au lieu de quoi, les gardiens du dogme ont préféré… se voiler la face.

2) Les confinements sont inutiles

La deuxième étude retentissante et néanmoins snobée par les médias subsidiés a été publiée le 19 novembre dans la revue en libre accès Frontiers of Public Health. Elle est l’oeuvre du Pr Jean-François Toussaint et de son équipe de l’IRMES (Institut de Recherche Médicale et d’Épidémiologie du Sport), en collaboration avec l’Université de Toulouse. Elle porte sur 188 pays dont les chercheurs ont méticuleusement analysé les statistiques de mortalité en les rapportant à toute une série de facteurs ayant possiblement influencé les courbes, comme la latitude, la température, la densité de population ou… les mesures sanitaires imposées. Le principal et capital enseignement de ce travail est que le confinement et son degré de sévérité n’ont eu absolument aucun impact sur l’évolution de l’épidémie en termes de décès. Le confinement n’est pas corrélé à l’importance de la mortalité et donc a fortiori ne peut être explicatif d’une augmentation ou d’une diminution de la mortalité liée au covid. En d’autres termes, la décision de nous enfermer et de mettre l’économie à l’arrêt n’a pas empêché le virus de circuler et n’a nullement fait baisser le nombre de victimes. C’est ce que le Pr Toussaint… se tue à dire depuis des mois et qui est maintenant certifié par ce travail comparatif incontestable. Comme l’a souligné Christophe de Brouwer (pour rappel président émérite de l’École de santé Publique de l’Université libre de Bruxelles), l’étude toulousaine apporte de surcroît la preuve que la poussée épidémique d’octobre-novembre s’est déroulée de manière parfaitement synchrone dans toute l’Europe, quelle que soit l’importance de cette pseudo-deuxième vague et quelles que soient les mesures prises. Autrement dit, la politique de lockdown et de répression féroce assortie d’un couvre-feu révèle sa totale inutilité : on nous opprime et on massacre la vie professionnelle de millions de gens pour rien ! Cette vaste et riche étude multifactorielle confirme également ce que nous avions pointé dès le mois d’avril : ce sont les pays les plus développés qui ont les taux de mortalité les plus élevés. La prévalence de l’obésité et de la sédentarité joue sans doute un rôle aggravant dans ce phénomène mais probablement aussi les effets délétères de la fuite en avant sécuritaire. Plus les pays se sont (im)mobilisés et ont dépensé d’argent pour réparer les dégâts, moins bons sont leurs résultats ! Ça signifie qu’il fallait réfléchir à deux fois avant de prendre la décision imbécile et criminelle de séquestrer les personnes en bonne santé et de les empêcher de travailler. Tout ça pour une virose pas très dangereuse dont le caractère saisonnier et le lien avec les conditions climatiques sont également étayés par l’étude de l’IRMES. Si vous voulez en savoir plus sur ce remarquable travail, écoutez Jean-François Toussaint au micro de Sud-Radio, l’un des rares médias français qui ne craint pas d’informer à contre-courant.

3) Les soignants ne risquent rien

Last but not least, la troisième étude qui aurait dû faire grand bruit a été publiée fin octobre dans le British Medical Journal. Elle a été mentionnée sur quelques sites médicaux mais n’a fait l’objet, à ma connaissance, que de brefs articulets dans la presse grand public. Il faut dire que de prime abord, cette vaste enquête menée en Écosse entre mars et juin ne fait qu’enfoncer une porte ouverte : elle indique que les soignants hospitaliers et leur famille ont été plus à risque d’hospitalisations pour covid-19. Les auteurs de cette grande étude de cohorte ont suivi 158 445 professionnels de santé et 229 905 membres de leur cercle familial. Bilan ? Les soignants et leurs familles ont constitué un sixième (17,2%) des admissions hospitalières étiquetées covid chez les 18-65 ans, alors même qu’ils ne représentent que 11,2% de la population en âge de travailler. Ceux qui étaient en contact direct avec les patients (médecins réanimateurs, infirmières des soins intensifs…) avaient trois fois plus de risques d’être admis à l’hôpital et les membres de leur famille deux fois plus. Les chercheurs écossais ont bien travaillé puisqu’ils ont ajusté leurs données en tenant compte de variables confondantes comme l’âge, le sexe, l’origine ethnique et les comorbidités. Les blouses blanches seraient donc véritablement héroïques et auraient payé un « lourd tribut » à l’épidémie ? Ma lettre du 22 avril aurait donc erronément mis en doute cette partie du récit médiatique ? À voir : cette étude révèle bien un sur-risque pour le personnel soignant mais n’en éclaire nullement les raisons. L’exposition aux bactéries multirésistantes, qui grouillent dans la plupart des structures hospitalières, pourrait fort bien suffire à l’expliquer. Le scénario est d’autant plus probable que les infections nosocomiales pullulent aux soins intensifs et sont très fréquemment provoquées par l’intubation, un geste reproduit à l’envi lors de la première vague. L’état de stress et de fatigue des médecins et infirmières n’est pas non plus à négliger, de même que la terreur qui a été la leur puisqu’ils étaient envoyés sur le front combattre un ennemi réputé sans merci. En psychobiologie, on sait que la peur de la maladie peut engendrer la maladie, surtout au niveau de la sphère pulmonaire qui est sensible à la frayeur d’étouffer. Vu que la vaccination antigrippale est vivement conseillée (sinon imposée) aux soignants, leur statut vaccinal est aussi une variable qu’il eut fallu examiner avant d’incriminer le virus couronné. En outre, on peut supposer que les travailleurs hospitaliers et leurs familles sont plus enclins à se faire hospitaliser à la moindre alerte, voire à être plus facilement admis en cas de pépin de santé. Mais qu’importe ce débat quant aux vraies causes de ces hospitalisations en hausse chez les soignants : l’information essentielle de cette recherche écossaise est que le nombre de décès répertoriés dans leurs rangs est dérisoire : 6 d’entre eux seulement sont décédés, soit seulement 0,003% du contingent ! L’étude ne dit pas si certains ont succombé en dehors de l’hôpital mais on peut raisonnablement penser que ce n’est pas le cas. Les issues fatales ont été rarissimes et cela démontre que le coronavirus ne représente aucun danger particulier pour les « soldats » chargés de l’affronter. On nous affirme sans cesse que ces valeureux combattants sont exposés à une menace terrible mais ce n’est tout simplement pas vrai, comme le démontrent les chiffres écossais. Non, il n’y a pas eu d’hécatombe parmi les blouses blanches ! Non, leurs contaminations et leurs hospitalisations surnuméraires n’ont pas été synonymes de désastre sanitaire et de remplissage des cimetières ! Cette vérité nous est cachée car le travestissement des faits permet d’entretenir la légende d’une pandémie dévastatrice. Et, au-delà, de perpétuer le mythe pasteurien de la contagiosité indépendante de la vitalité du terrain. Ce mythe vacille et je me réjouis de son écroulement prochain.

Yves Rasir
Source : Néo Santé

Holger Strohm : Le plus grand massacre de l’histoire de l’humanité – KlagemauerTV – Français

Par : admin
Un intellectuel et docteur en philosophie allemand reconnu ose dénoncer calmement et en face le complot franc-maçon et tous les coups tordus depuis le 19 ième siècle. Cela peut heurter le naïf incrédule (pourquoi on nous voudrait du mal ? et il y en a ) mais confirme certaines observations de quelques uns d’entre nous depuis 50 ans. Beaucoup de ces prévisions malveillantes se sont réalisées.
 
Cette présentation de nature à effrayer ceux qui ont déjà peur  d’un virus devrait au contraire réveiller comme avec un seau d’eau les derniers endormis toujours dans le rêve sinon c’est le cauchemar qu’ils vivront. A une époque j’avais transmis une courte vidéo d’une conférence d’un biologiste dans un amphi d’officiers supérieurs qui leur expliquait que la technologie des nanoparticules était désormais au point (pour modifier le comportement des individu avec les O.E.M.) et que ceux qui n’accepteraient pas les nouveaux vaccins pourraient les recevoir par voie aérienne par les chemtrails ou des disséminations plus ciblées.
 
    Tout ça n’est pas réjouissant mais justifie qu’on appelle toutes ces manoeuvres des complots n’en déplaise aux demeurés à la pensée unique. (le « à » est volontaire et signifie qu’ils n’ont pas été capables de bouger et de réfléchir différemment).
 
Cela ressemble à de la science fiction mais ne pas oublier que ce type de film est aussi l’un des moyens d’appliquer la fenêtre d’Overton ingénierie imparable pour obtenir une modification des sociétés. (C’est à l’œuvre depuis des années pour les histoires de mœurs, LGBT, PMA puis GPA avec des fictions, des associations etc… jusqu’à terminer par un texte de loi à l’AN ; CQFD)

29,5 k abonnés
Le docteur en philosophie Holger Strohm est un des principaux protecteurs de l’environnement. Il donne une analyse de la situation mondiale actuelle et explique les liens avec des événements destructeurs de vie tels que les guerres, la destruction de l’environnement et le déclin des valeurs à tous les niveaux. Strohm a étudié l’ingénierie de fabrication à Berlin , l’administration des affaires à Toronto et Göteborg et l’éducation à l’ Université de Hambourg . Il a travaillé comme professeur d’école professionnelle et a travaillé dans l’industrie en tant qu’employé et en tant que consultant organisationnel et industriel.
▶ Source Allemande : https://youtu.be/z0skkYGoEeU
▶ Source Française : https://youtu.be/wtjx2NPc2JU
▶ Date : 17-02-2019

 

L’arnaque des tests PCR enfin dénoncée par le journal Le Monde !

Par : admin
Le Monde sait bien qu’une telle mascarade finira par sortir au grand jour . Je pencherai plutôt pour une précaution pour ne pas devoir répondre de manipulation.
Reste que c’est une indication que le vent commence à tourner.
Surtout ne jamais oublier toutes les manipulations qu’ils ont matraquées dans le paysage français !

37,8 k abonnés
Dans un article historique du 07/11/2020 titré Covid-19 : « Des biais amplifient artificiellement le nombre de cas positifs et faussent la perception de la gravité de l’épidémie », Le Monde reprend à son compte des thèses soit disant « complotistes » que ce journal s’était jusque là bien gardé de relayer. Ces journalistes inféodés au pouvoir profond commenceraient-ils à sentir le vent tourner, la révolution poindre, et à retourner leurs vestes pour sauver leurs têtes ? L’article du Monde: https://www.lemonde.fr/idees/article/… L’article du NYT: https://www.nytimes.com/2020/08/29/he… Mon compte Tipeee: https://fr.tipeee.com/jcrabiller Bouton de don Paypal : https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr… Pour vous abonner: https://www.youtube.com/channel/UCEWq… Twitter: https://twitter.com/jcrabiller Contact: jcrabiller[at]yahoo[point]fr
Source : Youtube

Plainte pénale pour génocide des Français contre Macron, ses ministres et son administration

Par : admin

handcuffs-921290_1280_field_mise_en_avant_principale_0

Plainte pénale pour génocide du peuple français contre Macron, ses ministres et son administration
Klaus Hausmann
près les saisies chez divers ministres ou ancien ministres (Edouard Philippe, Olivier Véran, Agnès Buzyn), ce 1er décembre, une plainte au pénal pour « génocide du peuple français » a été déposée par Mme Bonny, ancien médecin militaire aux maladies infectieuses, contre le président de la République, ses ministres et son administration.Pierre-Alain Depauw, de medias-presse.info, rapporte que Mme Bonny encourage chacun à adresser copie de cette plainte aux parlementaires, à son député et son sénateur.

La plainte a été transmise en français avec traduction dans six autres langues : allemand, anglais, espagnol, italien, danois, néerlandais.

La plainte complète est reproduite ci-dessous.


A Mesdames et Messieurs les parlementaires,

à Monsieur François Molins, Procureur général près la Cour de cassation,
à Monsieur Rémy Heitz, Procureur de la République près le tribunal judiciaire de Paris,

Je soussignée, Madame Marion BONNY, née le 9 décembre 1980 à Nice (06), de nationalité française, thérapeute domiciliée xxxxxxx.

Ancien médecin militaire formée aux maladies infectieuses et à la prise en charge de catastrophes sanitaires. Suite à une blessure de guerre j’ai été réformée le 14 juillet 2020, à cause de mes séquelles d’un syndrome de stress post traumatique suite à une mission de cinq mois en Afghanistan.

Après huit ans de psychothérapie, je me suis spécialisée dans la prise en charge des traumatismes psychiques. Désormais je n’exerce plus la médecine. Je préfère, dans ma thérapeutique, faire le lien que je crois essentiel entre l’histoire émotionnelle du patient et la survenue d’une maladie, car l’environnement socio-économique et le contexte émotionnel sont des facteurs importants de notre état de santé global.

Forte de mon expérience, je veux contribuer à mettre un terme aux abus du gouvernement dans le cadre de la crise sanitaire, épidémie ou pandémie dite du « coronavirus », puis du « covid-19 ».

La population de notre pays subit depuis le mois de janvier 2020 une insupportable persécution faite de terreur alimentée par des informations floues ou contradictoires et par des mesures en tous sens : « gestes barrières », masque déconseillés puis obligatoire, confinements à échelle variable, couvre-feu, obligation de rester chez soi sans soins en cas de symptômes, drame des EPHAD, fermeture administrative des magasins, des bars, des restaurants et des dancings, des cinémas et des théâtres, interdiction de se réunir, mises au chômage, travail et enseignement à distance etc.

Cela se paie d’une épouvantable casse économique, sociale, culturelle, spirituelle, éducative et scientifique. Toutes ces mesures sont sources de traumatismes psychiques qui auront toujours plus de conséquences (isolement, violence, burn-out, dépression, intoxications médicamenteuses, usages de stupéfiants, suicide). En particulier, les jeunes générations sont privées d’un accès au savoir qu’elles ne rattraperont jamais, et spécialement les tout petits sont en danger, parce qu’ils sont privés de phases essentielles à l’humanisation (depuis leur premier souffle jusqu’aux années d’apprentissage de la parole et de la socialisation).

L’argument du protocole sanitaire doit être sérieusement interrogé. Nombre de scientifiques se sont élevés, en vain, contre l’absurdité des mesures prises. Derrière l’irresponsabilité d’un appareil administratif aveugle, il ne faut écarter ni l’œuvre de corruption d’une industrie pharmaceutique orientée exclusivement par la soif de profit, ni la possibilité de la volonté délibérée d’un ennemi invisible qui se sert de la crise sanitaire comme d’un prétexte.

Il est nécessaire d’établir ce fait par une enquête indépendante, sérieuse et objective, notamment en clarifiant les conflits d’intérêts entre gouvernants, administratifs et lobby pharmaceutique.

Parmi les nombreuses infractions en cause, la principale et la plus claire à établir est celle qui figure à l’article 211-1 du code pénal :

Constitue un génocide le fait, en exécution d’un plan concerté tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux, ou d’un groupe déterminé à partir de tout autre critère arbitraire, de commettre ou de faire commettre, à l’encontre de membres de ce groupe, l’un des actes suivants :

– atteinte volontaire à la vie ;
– atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ;
– soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe ;
– mesures visant à entraver les naissances ;
– transfert forcé d’enfants.

Le génocide est puni de la réclusion criminelle à perpétuité.

C’est pourquoi

Vu que d’après l’article 68 de la Constitution et la Loi organique du 24 novembre 2014, dans le cas de manquement aux devoirs d’un Président de la République manifestement incompatible avec l’exercice d’un mandat, une Haute Cour peut prononcer la destitution du chef de l’Etat. L’initiative de cette procédure appartient à un dixième des parlementaires de l’une ou l’autre chambre qui déposent sur le bureau de leur assemblée une proposition motivée de résolution portant mise en accusation et tendant à la réunion de cette Haute Cour.

Vu l’article 68-2 de la Constitution du 4 octobre 1958 et les articles 13 et suivants de la loi n°93-1252 du 23 novembre 1993 sur la Cour de justice de la République, étant donné que pour la saisine de la Cour de Justice de la République, s’agissant de la responsabilité de ministres, le procureur général près la Cour de cassation peut agir d’office.

Vu l’article 40 du code de procédure pénal et la compétence des magistrats judiciaires, s’agissant de voie de fait et de crime commis par des fonctionnaires dans l’exercice de leurs fonctions.

J’ai l’honneur de porter plainte, en tant que victime individuelle directe, contre le chef de l’Etat, contre ses ministres et contre son administration, et par conséquent, la chaîne de commandement et la spécialisation des procédures commandant une action trine,

De demander

Au parlementaire, de prendre l’initiative de déposer une proposition de résolution portant mise en accusation du président de la République, Emmanuel MACRON,

A Monsieur le Procureur Général près la cour de cassation, de saisir d’office la Cour de justice de la République concernant les premiers ministres, les ministres de la santé et de l’intérieur en exercice depuis janvier 2020 jusqu’à aujourd’hui. Nommément Madame Agnès BUZYN et Messieurs Edouard PHILIPPE, Jean CASTEX, Gérald DARMANIN, Olivier VERAN ainsi que tous ceux dont l’enquête déterminera la responsabilité,

A Monsieur le Procureur de la République, d’ouvrir une enquête afin de déterminer les négligences et les intentions, et, en fonction des résultats de cette enquête, de requérir les mises en examen nécessaires.

Sous toutes réserves

Le 30 novembre 2020

Marion BONNY
Madame ou Monsieur le sénateur

Palais du Luxembourg

15, rue de Vaugirard

75291 PARIS Cedex 06
Madame ou Monsieur le député

Assemblée nationale

126 rue de l’Université

75355 Paris 07 SP

 

Monsieur le Procureur près la Cour de cassation

Cour de cassation

5 quai de l’Horloge – TSA 19201

75055 Paris Cedex 01

 

Monsieur le Procureur de la République

Parvis du Tribunal de Paris

75017 PARIS

Auteur(s): France Soir

Vos infos, news ( et autres ) du 3 décembre 2020..

Par : Volti
POLITIQUE/SOCIÉTÉ Voici comment le gouvernement compte empêcher les Français de skier pendant les fêtes. Si l’amélioration de la situation sanitaire se confirme, les Français auront toute liberté de se rendre dans les stations de sport d’hiver à partir du 15 décembre. Ils pourront y faire du shopping. Mais les remontées mécaniques resteront fermées. Et les bars et restaurants également. Autant […]

LES 10 RAISONS POURQUOI JE VEUX ABSOLUMENT ME FAIRE V-a-666-n-e-r (Partie 3)

Par : admin

29,8 k abonnés
Pour visionner les parties 1 et 2:
Et n’oubliez pas de vous abonner à mes chaînes Odysee et Youtube!????
Source : Youtube

ARRESTATIONS MASSIVES EN VUE

Par : admin
image_1849353_20200822_ob_c023bc_grids
L’Alliance prêt pour le combat ultime
Nous sommes à la croisée des chemins. Récemment, je discutais avec un ami, et quand je lui expliquais la différence fondamentale entre Trump et Biden, il m’a répondu d’un air désabusé :
< Oui mais
qu’est-ce que cela va changer dans ma vie ? >.
Et pourtant..
Il est vrai que c’est un évènement qui se déroule outre atlantique, et selon moi l’issue des ces élections est cruciale pour l’avenir de l’humanité,  pas seulement l’avenir des Etats-Unis.
Des personnes ont parfois du mal à le comprendre, et il y a beaucoup de gens qui sont dans ce cas, plus qu’on ne le pense. Ils  ne se rendent pas compte des enjeux actuels.
On m’a traité de paranoïaque, de complotiste, de conspirationniste, dans mon entourage. Je ne serai pas le premier ni le dernier !  Jean-Jacques Crevecoeur a été traité de covidiot par le journaliste Richard Martineau.
En étant un ex-journaliste de la presse écrite, parfois je me demande comment travaillent les journalistes Mainstream ? Quelle est leur déontologie du métier ? Comment mènent-ils leurs enquêtes ? Face à une info que font-ils ? la rejettent-ils systématiquement, si elle est dérangeante ? et la curiosité qui fait l’adage d’un bon reporter, c’est quoi ? la prise de risque, c’est quoi ?
Je pense notamment à ceux qui sortent de grandes écoles de journalisme ? On peut légitimer qu’une partie de ces journalistes ou plutôt la grande partie est enchainée, coincée,  Soit ils se rendent compte
de certaines choses et ils font semblant de ne rien savoir, puisque de toute façon, ils ne peuvent outrepasser la ligne directrice de leur journal.
Car leur patron obéit à des Milliardaires. Ou bien ils quittent leur métier pour se consacrer à du journalisme indépendant. Mais se mettre en indépendant, ce n’est pas aisé, loin de là. Il n’y a pas forcément une sécurité de l’emploi. Mais ici au moins ils auraient plus de liberté, d’autonomie. Les hypothèses sont multiples. Une chose est certaine : beaucoup de journalistes mainstream probablement vont perdre leur crédibilité bientôt.  Idem pour les Politiciens et les Médecins payés par des labos pour nous faire peur. Pour moi c’est une certitude, je ne le mets plus au conditionnel.
Récemment j’ai assisté sur W9 (chaine TV française) à la présentation du documentaire < Hold Up > par son créateur, le journaliste Pierre Barnérias. Il a été littéralement attaqué de tous les cotés : une députée représentant le président Macron, un journaliste de Conspiracy Match, spécialiste des théories du complot (sic), sans oublier la présentatrice de l’émission qui a manifestement déjà choisi son camp….pendant tout le débat, on lui a reproché  de ne faire entendre qu’un son de cloche…bien entendu, on l’a traité de conspirationniste, de complotiste, que le documentaire manquait d’objectvité..etc…Il faut saluer le courage de Pierre Barnérias, car il savait ce qui l’attendait. Il s’est défendu comme il a pu.
Quoi qu’on en dise, ce débat a été très positif, puisque le documentaire a réussi un bon coup de pub…il  aurait été déjà vu 6 millions de fois sur le net !  pourtant il est sorti seulement le 11 novembre…en attendant sans aucun doute la projection future dans les salles obscures.
Je vous conseille vivement de regarder ce documentaire, sur la manipulation mondiale à propos du covid 19. On y voit de nombreux témoins qui commentent les dérives face à cette manipulation planétaire : nous faire peur au maximum en attendant les vaccins, et le traçage numérique. Vers l’Agenda 2030.
L’ÉTAT PROFOND AU CENTRE DES DÉBATS
 
Du covid 19, on passe aux élections américaines, et un peu plus loin on parlera des arrestations massives. D’après vous quel est le lien entre tout ceci ? l’État Profond bien entendu !
J’en ai suffisamment parlé dans mes précédents articles (voir mon reportage du 19 novembre sur Latableronde.over-blog.com et sur Changera-blogspot.com intitulé Élections américaines, un choix crucial).
Cette élite composée de Mondialistes Milliardaires ne nous veut pas du bien. Ceux sont eux qui auraient commandité la fabrication artificielle de ce virus en laboratoire afin de nuire la population mondiale, mais également nuire au Président Trump qui peut se targuer d’avoir un bon bilan économique.
Mais le covid 19 est passé par-là. C’était voulu, calculé. Pour lui mettre des bâtons dans les roues, avant les élections américaines. Mais le président Trump a tout anticipé.
En 2018, puisqu’il combat cet État Profond, il a voté un décret qui sanctionne les ingérences étrangères dans les élections américaines. Il se doutait qu’il allait y avoir des fraudes.
Des articles ont été écrits la-dessus. Je vous invite à lire ou à relire l’article sorti sur Latableronde du 29 novembre  intitulé < Rapport sur la saisie des serveurs de la CIA >.
Les Forces Spéciales US auraient attaqué un centre informatique de la CIA basé en Allemagne < dans le cadre d’une opération de saisies de serveurs de fraudes électorales >. Juste pour dire  que les preuves s’accumuleraient prouvant non seulement les fraudes, mais qu’elles seraient contrôlées de l’étranger, d’Allemagne voire d’Espagne (machines à voter, vol de votes)…
Venons en aux faits. Que va-t-il se passer d’ici le 14 décembre ? A cette date, logiquement Les Grands Électeurs vont déclarer officiellement  le président des États-Unis pour les quatre prochaines
années.
Joe Biden s’est auto-proclamé nouveau président des USA, alors que son adversaire conteste fermement les résultats pour fraudes massives. C’est un Coup d’État.
Les Médias se sont précipité aussi pour le déclarer vainqueur. Mais il n’a pas encore gagné !
On dit qu’il devrait se passer des choses d’ici le 5 ou 6 décembre. Les premières infos sur les arrestations massives pourraient être divulguées au monde entier, grâce au fameux SDU (Système de Diffusion d’Urgence). Donald Trump l’a annoncé en sous-texte : < Mes gars pourraient s’en occuper en un quart d’heure >.
Est ce le fameux blocage tant attendu ? Un instant.
Puis sur un même canal, le monde entier serait mis au courant sur leur écrans TV ou d’ordis…Ce serait une diffusion mondiale..Ce sera la stupeur, la tempête, < The Storm > tant attendu.
Le monde entier saurait alors qu’il y a des réseaux mondiaux de pédophiles et satanistes qui seront démantelés, ou l’ont été en partie, pas seulement aux USA mais dans le monde entier. L’Alliance américaine aurait 16 autres pays (donc l’Alliance internationale) comme partenaires, dont la Pologne, la Russie, la France…tout serait déjà en place.
Toutes les personnes éveillées attendent impatiemment le mois de décembre. C’est excitant.  C’est obligé, il se passera quelque chose, comme le dit si bien Le Phare (Yves Dubé) dans son article
Le Dénouement est proche du 30 novembre sur Latableronde….
A noter que le 23 novembre dernier, Joe Biden a commencé à nommer les membres de son gouvernement, parmi lesquels John Kerry, qui a fait partie de l’équipe Obama.
Joe Biden comme je l’ai dit n’est qu’une marionnette, un pion de l’Etat Profond. Au surlendemain de sa < pseudo > victoire, il invitait les Américains à continuer à porter les masques et à pratiquer la distanciation sociale etc…il annonce la couleur…
Parmi les premiers à le féliciter, MM. Macron et Netanyahu. Comme par hasard.
Comme je l’ai déjà expliqué, les arrestations massives seraient relatives tout d’abord à la pédocriminalité et au satanisme. Mais probablement aussi sur la manipulation mondiale concernant ce covid 19.
Je continue à soupçonner tous les Gouvernements de la Terre (ou presque) d’avoir reçu beaucoup d’argent_ de la part de ces Milliardaires de l’État Profond_ pour nous confiner : objectif, nous rendre malades, nous mettre en faillite, nous stresser, nous rendre pauvres, voire nous tuer…en attendant le fameux Grand Reset, l’Agenda 2030 de ces Mondialistes (voir mon article du 17 octobre sur Latableronde),  ou l’humanité sera envahie par l’Intelligence Artificielle, notre ADN serait transformé par des vaccins hyper-toxiques à base de nanoparticules.
Trump a une bonne stratégie pour rassurer les gens qui ont peur. Il faut un vaccin pour ces gens-là. Il fait mine de jouer le jeu de L’État Profond. Comme le dit si bien le lanceur d’Alerte Alexis Cossette, .
Donald Trump pratique, < L’Art de la Guerre >, livre qui explique un traité de stratégie militaire chinois, un ouvrage  mondialement connu écrit par Sun Tzu. Trump fait mine d’être d’accord avec l’ennemi pour mieux le combattre et le tromper.
Je suis d’accord avec Yves Dubé (Le Phare). Dans son article du 30 novembre, < Le dénouement est proche >, il indique que le vaccin proposé par Donald Trump est inoffensif, contrairement à celui de Bill Gates et l’OMS.
D’ailleurs la Russie a aussi son vaccin, Vladimir Poutine l’aurait testé sur sa fille, c’est justement pour couper l’herbe sous les pieds de Bill Gates. Il n’y a aucune collaboration entre le président Trump et la fondation Gates, contrairement à certaines personnes qui pensent à tort le contraire. Ou alors c’est une STRATEGIE.
Un proche avenir dira si j’ai tort ou raison. Cela commence par les arrestations massives des membres de L’État Profond. On saura ce jour-là que Trump combat vraiment la Cabale. Il mettra tout le monde d’accord. Il est là pour le BIEN de l’Humanité. Plus que quelques jours.
Rendez-vous donc début décembre. Veuillez acheter vos pop corn s’il vous plait et appréciez le spectacle !
Namasté.
Nouveau Monde

« Va-t-on créer des camps d’internement ? » : les députés divisés sur l’isolement des cas Covid

Par : admin

MESURES SANITAIRES – Le sujet de l’isolement contraint des cas Covid divise sur les parlementaires. Un sénateur LR a même exprimé son indignation en évoquant « des camps d’internement. » Une proposition de loi a été déposée. Voici ce qu’elle contient.

Les députés pourront-ils trouver un consensus sur des mesures d’isolement coercitives pour les cas positifs au Covid-19 ? La question se pose sérieusement, après l’appel d’Emmanuel Macron à un débat parlementaire, mardi soir.Ce sujet, qui questionne directement les libertés fondamentales, est déjà un casse-tête au sein même de l’exécutif. Forcé de constater que l’isolement des personnes positives est loin d’être optimal en France, ce dernier envisage plusieurs pistes, dont celle consistant à rendre la mesure plus coercitive qu’elle ne l’était.

Sur ce sujet ultrasensible, alors que les députés de l’opposition ont déjà été échaudés par les débats autour de la loi sur la « sécurité globale », le chef de l’État veut trouver un terrain d’entente. « Je souhaite que le gouvernement et le Parlement prévoient les conditions pour s’assurer de l’isolement des personnes contaminées, y compris de manière plus contraignante. Un vrai débat démocratique doit se tenir », a-t-il indiqué mardi lors de son allocution. « Si nous voulons éviter un confinement, nous devons être plus contraignants à l’égard de celles et ceux qui ont le virus. »

1500 euros d’amende ?

Dans une lettre adressée début novembre au président de la République, les députés du groupe Agir Ensemble, proche de la majorité présidentielle, avaient plaidé pour un cocktail de mesures destinées à mieux contrôler l’épidémie, et notamment de rendre cette quarantaine beaucoup plus contraignante. Pour éviter un nouveau confinement, ils proposaient de faire de l’auto-isolement « une obligation légale », avec décision administrative individuelle notifiée aux personnes positives pour une durée de 14 jours, aux cas contacts pour une durée de 7 jours, assortie de contrôles aléatoires au domicile.
Une proposition de loi du même groupe a été déposée mercredi à l’Assemblée nationale, en écho à l’appel au débat du chef de l’État. « Nous déposons une proposition de loi sur le dépistage massif, l’accompagnement/isolement des personnes positives et cas contacts et un système d’indemnisation et de sanction », a ainsi énoncé Olivier Becht, le président du groupe. L’article 3 de ce texte prévoit de « rendre obligatoire l’isolement des personnes positives ou définies comme cas contacts » et de « sanctionner son non-respect ». Il est notamment question d’instaurer une amende de 1500 euros en cas de non-respect de ces obligations.En contrepartie, la proposition de loi veut suspendre le délai de carence, créer un « gratification financière exceptionnelle » de 30 euros par jour pour les personnes concernées – qui devraient les rembourser en cas de rupture de l’isolement – et « faciliter le recours aux hébergements aménagés ». Le texte veut enfin mobiliser la réserve civique pour accompagner les personnes placées à l’isolement.

Le problème « redoutable » des malades qui n’oseront plus se faire tester

Des propositions qui risquent de diviser jusque dans la majorité, qu’il s’agisse du principe même de coercition ou bien des modalités concrètes pour l’appliquer. « Je suis pour l’isolement si l’on arrive à garantir  le secret médical, qui relève de l’Assurance maladie », a ainsi plaidé le patron des députés LaREM, Christophe Castaner, mercredi matin sur LCI. « Il faut que les contrôles se fassent dans ce cadre-là. Si, par contre, on se retrouve dans un fichier qui est diffusé largement, y compris aux forces de sécurité intérieure, à la police, à la gendarmerie pour faire des contrôles dans la rue, je suis contre. »
Le délégué général de LaREM, Stanislas Guerini, a insisté sur l’accompagnement des personnes. « On doit inciter absolument tout le monde dès les premiers symptômes à pouvoir s’isoler. Si on veut donner une chance à nos stratégies de dépistage et de vaccination d’aboutir, on doit apporter de l’accompagnement, on doit convaincre de l’intérêt », a-t-il jugé sur France Info. Jean Castex a pointé, de son côté, « le problème redoutable » que constituerait un refus des personnes de se faire dépister pour la simple raison qu’elles redouteraient d’être contraintes à l’isolement.En outre, des députés comme Patrick Vignal (LaREM), Bertrand Plancher (Libertés et Territoires) et Ugo Bernalicis (LFI) se sont montrés hostiles au principe de l’amende de 1500 euros en cas de non-respect de l’isolement. « Se dirige-t-on vers la création de camps d’internement ? » s’est indigné, pour sa part, le sénateur LR Alain Houpert.  »Va-t-on demander aux parlementaires de voter pour la création de lois d’exception pour les personnes positives au virus ? C’est la mort des droits humains ! »
Le débat ne fait donc que commencer et l’on ignore, pour l’heure, la forme que pourrait avoir ce texte d’ici à son examen, probablement en fin d’année ou au début de l’année 2021.Source et Vidéos : LCI
Hier — 2 décembre 2020Vos flux RSS

“Vous savez que ce mensonge va s’effondrer” Le Dr. Merritt sur les masques.

Par : shining

Le Dr Lee Merritt s’est exprimée lors du conseil de la ville de Omaha aux Etats-Unis, le 29 Septembre 2020. Elle explique pourquoi d’après son expérience, les masques ne sont d’aucune utilité contre le COVID, qu’ils nuisent à la population et surtout aux enfants.

L’article “Vous savez que ce mensonge va s’effondrer” Le Dr. Merritt sur les masques. est apparu en premier sur PLANETES360.

Bill et Melinda Gates et leur vaccin….et les OGM

Par : shining

Le 22 janvier 2015, Bill et Melinda Gates font l’apologie des OGM et des vaccins OGM administrés aux enfants devant le public bruxellois EURACTIV. Personne dans le public ne semble choqué par les propos tenus.

L’article Bill et Melinda Gates et leur vaccin….et les OGM est apparu en premier sur PLANETES360.

Le retour aux frontières : en défense de François Ruffin

François Ruffin a suscité le tollé en en appelant, sur France Inter "au retour des frontières". Il a pourtant raison et voici pourquoi.

BRICS: coopération médiatique d’un monde multipolaire

Le cinquième Forum des médias des BRICS a eu le mérite de remettre à l’ordre du jour une orientation fort importante d’interaction entre les puissances composant le groupe – celle d’une coopération accrue dans le secteur médiatique. Le tout à

Loi «sécurité globale»: La France s’enfonce dans la dictature

Plus de 40.000 personnes étaient présentes à Paris pour dénoncer la loi sur la «sécurité globale». Plusieurs villes de France ont connu aussi des manifestations réunissant des dizaines de milliers de manifestants. L’inquiétude monte en France avec cette nouvelle loi

Racisme et ‘lawfare’ aux États-Unis

Et la première chose que la structure du pouvoir américain ne veut pas, c’est que les Noirs commencent à penser au niveau international. Malcolm X – Autobiographie

La couleur n’est pas une réalité humaine ou personnelle, c’est une réalité politique.

Pr Perronne : “quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun.”

​​

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

L’article Pr Perronne : “quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun.” est apparu en premier sur PLANETES360.

Quel avenir pour les banques centrales ? Olivier DELAMARCHE et Philippe BÉCHADE

Quels rôles vont jouer les banques centrales pour la prochaine décennie ?
Pour répondre à cette question, AuCOFFRE.com a interrogé Olivier Delamarche, analyste et Chroniqueur sur BFM Business et RT France, et Philippe Béchade, rédacteur en chef de la Bourse au Quotidien.

Dans cet échange à distance, ils nous livrent leurs analyses concernant la politique économique des banques centrales, et nous font part de leur vision sur les potentielles évolutions à venir.

Rediffusion de la rencontre annuelle AuCoffre du 28 novembre 2020.

L’article Quel avenir pour les banques centrales ? Olivier DELAMARCHE et Philippe BÉCHADE est apparu en premier sur PLANETES360.

Covid-19 : des vaccins à base de matériels génétiques prêts à être livrés dès décembre

Ce mardi, l'alliance Pfizer/BioNTech a annoncé avoir déposé la demande d'autorisation conditionnelle de son vaccin contre la Covid-19 dans l'UE auprès de l'Agence européenne du médicament (EMA). Elle espère sa distribution d'ici la fin du mois. Dans un communiqué les laboratoires allemand BioNTech et américain Pfizer ont indiqué que la « demande formelle » auprès de l'EMA a été déposée ce lundi après que les résultats des tests à grande échelle ont montré une (...) - Tribune Libre

LE MONDE EST FOU : “Faites de la distanciation sociale un plaisir avec ce zapper de 3 watts !” en vente chez Kikkerland

🔺️En vente le distanciateur social😳
Qqln trop près de vous, vs lui balancez 4.5 volt.
Bienvenue ds ce monde de FOU‼ pic.twitter.com/WC3PU1rjyC

— Ęńvøľ 🦋 (@eveilenvol) December 2, 2020

Faites de la distanciation sociale un plaisir avec ce zapper de 3 watts ! Attention : Ne doit pas être utilisé par des enfants de moins de 14 ans, ou par des adultes ayant des problèmes médicaux sous-jacents.

Social Distance Zapper

L’article LE MONDE EST FOU : “Faites de la distanciation sociale un plaisir avec ce zapper de 3 watts !” en vente chez Kikkerland est apparu en premier sur PLANETES360.

Image power ! Une civilisation mondialisée dessine sa nouvelle écriture

Au-delà des violences "révélées", des "coups de gueule", des mises en scène de tous genres, une nouvelle écriture se dessine. Par l'utilisation des images, les prémices d'une civilisation mondialisée perdant la précision des événements et se livrant à la tyrannie de l'impulsivité émotionnelle s'annoncent-ils ? A l'heure où il devient de plus en plus simple de produire, monter, et transmettre des images, tant les outils numériques banalisent (...) - Tribune Libre

Olivier Delamarche : “On va clairement vers une société d’esclaves”

« Grand Reset : Christine Lagarde lance l’euro numérique » : entretien avec Olivier Delamarche.

L’article Olivier Delamarche : “On va clairement vers une société d’esclaves” est apparu en premier sur PLANETES360.

Pr Perronne sur les vaccins : «Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français pour des cobayes ! »

​​

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

L’article Pr Perronne sur les vaccins : «Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français pour des cobayes ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

Louis Fouché : Injections et COVID, dangers possibles

Ma maison d’édition : https://www.exuvie.fr
Ma chaîne Youtube : https://www.youtube.com/c/FabienMoineNutrinamie/

Reproduction avec l’aimable autorisation de Fabien Moine

Interview du docteur Louis Fouché, médecin-réanimateur à Marseille.
Troisième partie consacrée aux vaxx.ins spécifiquement développés à la hâte dans le cadre de la crise sanitaire du Covid. Sur quoi reposent-ils? Peuvent-ils être efficaces en quelques mois de développement? Quels sont leurs spécificités et comportent-ils des risques potentiels?
Dans un climat où on évoque ouvertement dans les médias une vaccination qui pourrait être obligatoire ou qui conditionnerait la vie sociale.
Combien de temps faut-il a priori pour développer un vax.in fiable et sécurisé?
Comment agit un vax.in à ARN et avec d’éventuelles nanoparticules?

Les laboratoires Pfizer et Moderna ont déjà annoncé leur vax.in comme prêts et générés autant de polémiques que des bénéfices en bourse…

L’article Louis Fouché : Injections et COVID, dangers possibles est apparu en premier sur PLANETES360.

De l'émigration et de la violence !

Cela fait plus de quatre décennies que le thème de l'émigration occupe la devanture de l'actualité et fait les manchettes d'une bonne partie la presse mondiale et surtout dans le monde dit « développé » ou « riche ». Monde qui s'est accidentellement trouvé dans la situation de l'accueil. La problématique de l'émigration est souvent voire toujours traitée dans une large partie de cette presse de manière tendancieuse et anti-émigré. L'émigré est (...) - Tribune Libre

Covid-19 et guerre scientifique

Face au dogme autoritaire de la gestion covidienne soutenu par certains scientifiques, d'autres experts prônent des mesures intelligentes. Scientific American s'inquiète de la violence idéologique opposant les deux camps...

- Tribune Libre

Le fascisme est de retour

L'idéologie fascisante est de nouveau à l'œuvre en Occident au sein des pays utilisant le régime démocratique parlementaire. Elle utilise la faiblesse des systèmes représentatifs élus et leurs divisions pour mieux réinstaurer l'Ordre suprémaciste nationaliste raciste. Toutes les conditions sont actuellement réunies pour imposer la dictature d'une poignée de familles élitistes riches ou revanchardes s'alliant entre elles afin d'atteindre des intérêts (...) - Tribune Libre

La Cour des comptes constate l’échec de la politique de la ville : des dizaines de milliards d’euros investis dans les cités pour très peu de résultats

Depuis 40 ans, la politique de la ville a pour objectif de réduire les écarts entre les quartiers dits « prioritaires » et les autres, en améliorant les conditions de vie de leurs habitants. L’État y consacre environ 10 Md€ chaque année, auxquels s’ajoutent les financements de la rénovation urbaine et les dépenses, difficilement mesurables, des collectivités territoriales.
En s’appuyant sur une enquête nationale et l’étude approfondie de la situation de huit quartiers prioritaires, la Cour et quatre chambres régionales des comptes ont procédé à l’évaluation d’un des objectifs clefs de cette politique publique : l’attractivité des quartiers prioritaires autour de trois dimensions de la vie quotidienne : le logement, l’éducation et l’activité économique.
En dépit des moyens financiers et humains déployés, cette attractivité a peu progressé en dix ans. Pour y remédier, la Cour formule quatre orientations générales et 13 recommandations.

L’attractivité des quartiers prioritaires a peu progressé en dix ans

La politique de la ville prend en compte de manière partielle les multiples dimensions susceptibles de rendre un quartier plus attractif, pour ses habitants actuels ou pour de nouveaux résidents. Dans bien des cas, l’objectif fixé par la loi de réduire les écarts entre les quartiers prioritaires et les autres quartiers s’efface devant un objectif plus modeste d’amélioration des conditions de vie de leurs habitants.

En matière de logement, au cours des dix dernières années et en dépit de l’amélioration du bâti et de l’urbanisme, l’attractivité des quartiers ayant bénéficié du plan national de rénovation urbaine (PNRU), évalué à environ 46 Md€, reste faible, leur image restant durablement ternie par les problèmes de sécurité. La politique d’attribution des logements sociaux ne contribue pas à atteindre l’objectif de mixité sociale et elle peine à inverser la tendance à la concentration des difficultés dans ces quartiers.

En matière d’éducation, si l’image des établissements scolaires évolue comme celle de leur quartier, les élèves accueillis, généralement dans des dispositifs d’éducation prioritaire, y connaissent des résultats scolaires inférieurs à la moyenne de leur académie, malgré une amélioration depuis dix ans.

En matière d’activité, enfin, les quartiers prioritaires ont connu un recul économique et commercial au cours de la dernière décennie. Les services de proximité, peu diversifiés, souvent situés en pied d’immeubles, tendent à se délocaliser en périphérie.

Ces résultats décevants mettent en lumière qu’à côté de la rénovation urbaine, nécessaire mais pas suffisante, les moyens déployés par l’État et les collectivités au titre du « droit commun » en termes de sécurité, de propreté, d’aide à la petite enfance ou de transport répondent insuffisamment aux besoins spécifiques ou amplifiés des quartiers et de leurs habitants.

Un cadre d’action plus pertinent et plus efficace doit être construit

La Cour recommande une réforme substantielle de la politique de la ville pour lui offrir un cadre plus efficace et plus pertinent, et en particulier de :

  • renforcer la décentralisation de cette politique, en permettant une différenciation accrue autour de « projets de quartiers » affichant leurs propres priorités, objectifs et indicateurs de suivi. Leur mise en œuvre et leur évaluation devraient être confiées à la collectivité signataire la plus pertinente ;
  • préciser le sens et la portée des objectifs de mixité sociale et fonctionnelle des quartiers, en les attachant à une stratégie pluriannuelle d’évolution du parc social, d’attribution des logements et d’affectation des locaux d’activité. Cette stratégie devrait être clairement exposée dans les projets de quartiers et les contrats de ville, et s’imposer aux bailleurs sociaux et aux services de l’État ;
  • mieux articuler le renouvellement urbain et l’accompagnement social, éducatif et économique des habitants dans le cadre des projets de quartiers. L’accompagnement, notamment des plus jeunes, doit être une priorité pour l’ensemble des intervenants de la politique de la ville ;
  • renforcer l’articulation des actions financées par les crédits de la politique de la ville et par les politiques publiques générales, pour mieux répondre aux besoins spécifiques des habitants des quartiers prioritaires. À cet effet, la Cour recommande d’améliorer les outils de connaissance de ces besoins, de garantir le juste calibrage des dispositifs de droit commun et d’assurer leur bonne articulation avec les crédits de la politique de la ville.

 

Cours de comptes

 

Telécharger le rapport (pdf)

L’article La Cour des comptes constate l’échec de la politique de la ville : des dizaines de milliards d’euros investis dans les cités pour très peu de résultats est apparu en premier sur PLANETES360.

Encore raté !


La fuite de documents « Blame China » de CNN montre que la Chine n’a rien fait de mal


Par Moon of Alabama − Le 1er décembre 2020

L’administration Trump a tenté de blâmer la Chine pour la pandémie de SRAS-CoV-2.

Les agences américaines ont fait certains efforts pour obtenir des documents de Chine qui pourraient en fournir la preuve.

Au moins certains de ces documents ont maintenant été divulgués à CNN, qui les a publiés sous le nom de Wuhan Files.

Mais les documents ne montrent aucune faute de la part de la Chine. Ils montrent un système de santé et une bureaucratie sous tension alors qu’ils ont du mal à maîtriser une épidémie de maladie infectieuse jusque-là inconnue.

C’est le problème le plus incriminant que CNN a pu trouver dans les journaux :

Dans un rapport portant la mention «document interne, veuillez garder la confidentialité», les autorités sanitaires locales de la province du Hubei, où le virus a été détecté pour la première fois, répertorient un total de 5918 cas nouveaux le 10 février, soit plus du double du nombre public officiel confirmé, décomposant le total en plusieurs sous-catégories. Ce chiffre plus élevé n'a jamais été entièrement révélé à ce moment-là, car le système comptable chinois semblait, dans le tumulte des premières semaines de la pandémie, minimiser la gravité de l'épidémie. ...
Le gouvernement chinois a fermement rejeté les accusations formulées par les États-Unis et d'autres gouvernements occidentaux selon lesquelles ils auraient délibérément caché des informations relatives au virus, affirmant qu'ils étaient francs depuis le début de l'épidémie. Cependant, bien que les documents ne fournissent aucune preuve d'une tentative délibérée de dissimuler les conclusions, ils révèlent de nombreuses incohérences entre ce que les autorités croyaient et ce qui a été révélé au public.

Plus loin dans l’article, il devient clair que les différences dans la déclaration des nombres de cas et les « nombreuses incohérences » étaient basées sur l’utilisation de plusieurs catégories :

Le 10 février, lorsque la Chine a signalé 2478 nouveaux cas confirmés dans tout le pays, les documents montrent que Hubei a en fait diffusé un total différent de 5918 nouveaux cas signalés. Le nombre est divisé en sous-catégories, ce qui donne un aperçu de toute la portée de la méthodologie de diagnostic du Hubei à l'époque.

Les «cas confirmés» sont au nombre de 2 345, les «cas diagnostiqués cliniquement» 1 772 et les «cas suspects» 1 796.

Ainsi, le service de santé central chinois a signalé 2 478 cas confirmés pour toute la Chine, tandis que la province du Hubei a signalé 2 345 cas confirmés. En quoi cela est-il censé être une différence significative ?

Début février, la Chine avait encore des problèmes pour tester suffisamment d’infections à la Covid-19. Il a fallu du temps pour confirmer les nouveaux cas. Les tests n’étaient pas encore fiables. La catégorie « cas diagnostiqués cliniquement » concernait ceux qui avaient été testés négatifs avec un test toujours défectueux mais présentaient des signes de pneumonie aiguë – c’est-à-dire « opacité de verre dépoli » sur les scanners thoraciques. Une fois le problème de test résolu, la catégorie a été éliminée :

Les autorités chinoises ont rapidement amélioré le système de notification, plaçant les cas «diagnostiqués cliniquement» dans la catégorie «confirmés» à la mi-février.

Plus avant, les rédacteurs de CNN admettent que les documents qui leur ont été remis ne montrent pas que la Chine a fait quelque chose de mal :

Cependant, Mertha, universitaire du JHU, a déclaré que l'inadéquation entre les chiffres internes élevés et ceux, publics, inférieurs sur le bilan des morts de février "semblait être une tromperie, pour des raisons évidentes".

"La Chine avait une image à protéger au niveau international, et les fonctionnaires de rang inférieur étaient clairement incités à sous-déclarer - ou à montrer à leurs supérieurs qu'ils sous-déclaraient - aux yeux de l'extérieur", a-t-il dit.

À l'inverse, cependant, les documents divulgués fournissent également une sorte de défense de la gestion globale du virus par la Chine. Les rapports montrent qu'au début de la pandémie, la Chine était confrontée aux mêmes problèmes de comptabilité, de test et de diagnostic qui hantent encore aujourd'hui de nombreuses démocraties occidentales - des problèmes aggravés par l'arrivée à Hubei d'un virus entièrement nouveau.

De même, les responsables ne font aucune mention d'une soi-disant fuite de laboratoire, ni du fait que le virus était d'origine humaine, comme certains critiques, y compris de hauts responsables américains, l'ont affirmé sans preuves.

Comme le déclare sarcastiquement le Département de la peur :

U.S. Dept. of Fear @FearDept - 16:55 UTC · 1 déc.2020

Des documents divulgués par CNN révèlent que la Chine a mis des semaines à se ressaisir et à éradiquer le COVID de son sol.

(Personne n'a pris la peine de divulguer notre situation car il est parfaitement clair que toute l'année a été un spectacle de merde et le pire est encore à venir.)

En effet, la Chine a tellement «mal» fait, qu’elle n’a plus de problème avec la Covid-19.

Il y a un détail intéressant dans les fichiers remis à CNN qui pourrait devenir pertinent pour la recherche en cours sur l’origine de l’épidémie :

Le mardi 1er décembre marque un an depuis que le premier patient connu a présenté des symptômes de la maladie dans la capitale provinciale du Hubei, Wuhan, selon une étude clé publiée dans le journal médical The Lancet.

Au même moment où le virus est censé avoir émergé pour la première fois, les documents montrent qu'une autre crise sanitaire se déroulait, et Hubei faisait face à une importante épidémie de grippe. Elle a fait augmenter de 20 fois le niveau enregistré l'année précédente, selon les documents, plaçant un niveau énorme de stress supplémentaire sur un système de soins de santé déjà surchargé.

L'"épidémie" de grippe, comme l'ont noté des responsables dans le document, n'était pas seulement présente à Wuhan en décembre, mais était encore plus importante dans les villes voisines de Yichang et Xianning. On ne sait toujours pas quel impact ou quel lien le pic de grippe a eu sur l'épidémie de Covid-19.

Il n’y a aucune preuve que la toute première infection par le SRAS-CoV-2 d’un être humain ait effectivement eu lieu en Chine. Des infections au SRAS-CoV-2 ont été détectées rétroactivement en France et en Italie dans des échantillons de sang prélevés en novembre 2019 ou avant. L’épidémie de grippe dans la province du Hubei pourrait avoir silencieusement renforcé la propagation du SRAS-CoV-2 en Chine. Cela pourrait expliquer pourquoi le Hubei a été le premier endroit où une épidémie de Covid-19 a été remarquée alors qu’elle se propageait silencieusement ailleurs.

Le jeu du «blâmez la Chine» se poursuivra indépendamment de ce que disent les preuves. Mais il devient de plus en plus difficile d’affirmer que le désordre dans lequel se trouvent la plupart des pays « occidentaux » a été causé par la Chine alors qu’il est tellement évident qu’il est causé par le comportement de nos propres sociétés.

Mon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Le vaccin contre le coronavirus

Par : do

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7426

Bonjour à toutes et à tous,

Jusqu’à présent, la gestion du covid par l’État français a été désastreuse. Il n’y a aucune raison de penser que ça se passera mieux pour la vaccination contre le SARS-CoV-2.

Ce vaccin est une folie dangereuse encore pire que celui du H1N1 en 2009. D’ailleurs, « ils » veulent le tester sur les vieux qui sont dans les maisons de retraite et qui ne sont pas en mesure de dire non. Je répète : les vieux vont servir de cobaye ! et s’ils en crèvent tant pis, se disent-ils, de toute façon leur vie ne vaut pas grand chose et ça fera des retraites en moins à payer.

Je tiens à préciser que je suis loin d’être anti-vaccin et que je me fais vacciner chaque année contre la grippe. Et que je suis à jour sur mon carnet vaccinal.

Mais, de même que j’ai refusé en 2009 le vaccin contre le H1N1, de même je refuserai au moins dans un premier temps le vaccin contre le coronavirus.

Ce qui est sûr, c’est que je ne ferai JAMAIS leur vaccin à ARN messager.

Je viens d’entendre sur Sud Radio que le vaccin chinois (qui n’est pas à ARN messager) avait déjà été testé sur 1 million de personnes. Si celui-ci ne présente vraiment aucun inconvénient, et que le coronavirus SARS-CoV-2 ne disparait pas de lui-même comme l’avaient fait le MERS et le SARS-CoV-1 ; alors, c’est celui-là que j’envisagerai. Mais, uniquement quand le calme sera revenu, et que je pourrai donc vraiment savoir de quoi il retourne.

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

_____________

Coronavirus – ATTENTION, le vaccin de Pfizer et BioNTech est à ARN messager :

http://mai68.org/spip2/spip.php?art…

Coronavirus – ATTENTION, le vaccin Moderna est à ARN messager :

http://mai68.org/spip2/spip.php?art…

_____________

Note de do : Jusqu’à présent, ce genre de vaccin, à ARN messager, était interdit sur les êtres humains.

Par ailleurs il faut savoir que d’autres vaccins existent qui sont des vaccins normaux.

Le vaccin Russe « Sputnik V » est sans ARN messager :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6680

Sanofi Pasteur prévoit un vaccin sans ARN messager :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6953

Le vaccin chinois produit par SinoVac s’appelle CoronaVac il marche contre toutes les souches de coronavirus. il est sans ARN messager :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7152

__________________________

Les technologies à ADN et à ARN messager (ARNm) n’avaient auparavant jamais autorisées chez l’humain :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6136

Pr Perronne : “Moderna, Pfizer, ce ne sont pas des vaccins, c’est de la thérapie génique”

​​

Avec le Professeur Christian Perronne, Chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital de Garches. Pendant quinze ans, il a été l’un des principaux conseillers en matière de santé publique de plusieurs gouvernements. Il est déjà l’auteur de La Vérité sur la maladie de Lyme. Auteur du livre “Il y a t-il une erreur qu’ILS n’ont pas commise” Albin Michel.

Actualité, politique, invités… Du lundi au vendredi, de 12h à 14h, retrouvez André Bercoff dans tous ses états.

L’article Pr Perronne : “Moderna, Pfizer, ce ne sont pas des vaccins, c’est de la thérapie génique” est apparu en premier sur PLANETES360.

Les robots et l’IA peuvent multiplier la productivité par 10 s’ils sont combinés avec l’humain

Par : Volti
C’est super expliqué comme cela mais, quand sera t-il vraiment alors que le chômage augmente de façon exponentielle ? Produire toujours plus ? Pas pour ceux qui sont sans emploi et sans ressource. On retrouve toujours les mêmes con-seilleurs, Gates et le forum économique. Partagez ! Volti ****** Source Forbes.com via La-Robolution Lior Elazary pense que les robots sont un […]

Communiqué de Presse N°7 29 Novembre 2020

BonSens.org, votre association A ce jour nous sommes plus de  23000 personnes à s’être retrouvées dans BonSens.org depuis le lancement il y a quelques semaines. Retrouvez toutes les actions et actualités sur le site BonSens.org ainsi que sur le Facebook https://www.facebook.com/BonSensAssociation et sur twitter @BonSensOrg. Merci beaucoup d’éviter de nous envoyer des emails à ce […]

L’article Communiqué de Presse N°7 <br /> 29 Novembre 2020 est apparu en premier sur BonSens.org.

Dr Claude Escarguel

L’article Dr Claude Escarguel est apparu en premier sur BonSens.org.

Maitre Carlo Brusa

Les debriefings de FranceSoir sont proposés en association avec BonSens.org Debriefing de Me Carlo Brusa, avocat et président de l’association Reaction 19.  En parallèle à ses activités d’avocat, Me Brusa a créé Reaction19, une association qui met en œuvre tous les moyens juridiques et judiciaires dans toutes les actions individuelles et collectives, ayant un lien avec les […]

L’article Maitre Carlo Brusa est apparu en premier sur BonSens.org.

Pr Vincent Pavan

L’article Pr Vincent Pavan est apparu en premier sur BonSens.org.

Dr Paul Trouillas

L’article Dr Paul Trouillas est apparu en premier sur BonSens.org.

Lettre à votre député -Rôle de l’ANSM dans la crise sanitaire COVID19

Dans le cadre des activités de BonSens, nous pensons qu’il est critique que la lumière soit faire sur toutes les informations que les autorités sanitaires avaient à leur disposition. Dans le cadre du traitement sur le remdesivir, l’information d’un avis du HCSP contient beaucoup d’information jugée confidentielle et donc barrée de noir. Nous conseillons d’alerter […]

L’article Lettre à votre député -Rôle de l’ANSM dans la crise sanitaire COVID19 est apparu en premier sur BonSens.org.

Dr Alain Houpert

L’article Dr Alain Houpert est apparu en premier sur BonSens.org.

Vers une dictature vaccinale ?

Par : rosemar
Rendre le vaccin contre le Covid-19 obligatoire ? C'est ce que propose l'écologiste Yannick Jadot... Un vaccin qui suscite pourtant encore bien des inquiétudes et incertitudes... Seulement 54 % des Français seraient prêts à se faire vacciner... Alors, certains pensent qu'il faut utiliser la contrainte pour imposer le vaccin... Mais ce serait pire que tout ! De quoi entraîner encore plus de méfiance et de rejet ! Quand on y songe : même pas un tiers des soignants se (...) - Tribune Libre

Lord Malloch Brown exposé …

Par : jj

… les manœuvres britanniques derrière les coups de l’État  profond aux États-Unis montrent à nouveau leur ampleur


Par Matthieu Ehret − Le 17 novembre 2020 − Source Strategic Culture

Tout au long du drame de quatre ans du Russiagate, la main des renseignements britanniques s’est révélée en permanence.

 

Malloch Brown –  Photo Wikimédia

Du rôle évident de Sir Richard Dearlove, et de son ancien sous-jacent du MI6, Christopher Steele, qui ont ensemble joué un rôle moteur dans l’élaboration du dossier douteux du Russiagate, en passant par leur implication avec l’Oxford Rhodes Scholar, Strobe Talbott, dans la composition, la promotion et la commercialisation du dossier frauduleux auprès des membres ciblés du Congrès et des médias, et ensuite par l’ambassadeur britannique Sir Darroch surpris à «inonder la zone» d’agents du renseignement britanniques pour façonner la perception du monde par Trump, pour finir avec les opérations britanniques qui ont piégé Michael Flynn dès 2014 à Londres… où que l’on regarde, la main du renseignement britannique semble être partout.

Alors que de vastes efforts sont faits pour minimiser les racines britanniques de l’État profond aux États-Unis par les médias qui ont tendance à dépeindre ce problème à partir d’un récit partisan de «corruption du parti Démocrate», ce tour de passe-passe rate le lien causal et veut nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

La vérité inconfortable est que beaucoup de gens, par peur, paresse ou corruption ne veulent pas admettre que depuis le moment où John F. Kennedy est mort le 22 novembre 1963, les partis Démocrate et Républicain ont subi une lente prise de contrôle par ce parasite étranger, une chose qui est connue sous le nom d ‘«État profond». Ce dernier  n’a jamais été basé sur un parti ou un autre, et n’a jamais émané de quoi que ce soit d’originaire dans les traditions constitutionnelles du gouvernement américain lui-même, comme je l’ai souligné dans un article précédent «Comprendre la triple nature de l’État Profond ».

Alors que le parti Républicain de George Bush était au pouvoir, cet État profond avait utilisé son contrôle du dépouillement informatisé des votes pour truquer les élections de 2000 et 2004 en sa faveur, comme le montre brillamment le documentaire 2006 Hacking Democracy. Plus tard, quand il a été temps pour une opposition contrôlée de prendre le pouvoir en 2008, elle a fait la même chose avec une distribution différente des personnages.

Alors qu’un côté de l’agenda du gouvernement mondial unipolaire était motivé par l’idée que les États-Unis devraient être à jamais la principale force de police mondiale régissant un système à somme nulle [ce que je gagne, tu le perds, NdT] en guerre perpétuelle, avec une élite non élue gérant le système par le haut, l’autre côté croyait que les États-Unis devraient abandonner leurs revendications de souveraineté à un organisme international mondial, avec des technocrates et des financiers non élus au sommet, gérant le système à somme nulle de guerre perpétuelle par le haut.

Avez-vous noté le dénominateur commun ?

Le vol d’élections, nouveau Russiagate 5.0

Maintenant qu’il est devenu de plus en plus clair qu’une fraude électorale massive a balayé les États-Unis dans le but d’accomplir ce que quatre ans de Russiagate n’ont pas réussi à réaliser [virer Trump, NdT], un autre projecteur est braqué sur la main britannique derrière Biden, qui vise à dissoudre tout esprit nationaliste restant dans la république US assiégée.

Comme je l’ai souligné dans mon dernier rapport, le plus grand système privé de vote par ordinateur aux États-Unis, utilisé par 30 États et concernant 70 millions d’électeurs, s’est avéré être au cœur du hold-up électoral actuel. Dans cet article, il était clair que Dominion Voting Systems, une société canadienne qui domine les systèmes de vote informatisés privés des États-Unis, est étroitement liée à une autre société plus grande appelée Smartmatic.

Pour ceux qui ne sont pas encore informés, Smartmatic fournit des machines à voter et ses logiciels – codes informatiques utilisant des porte dérobée etc. – aux gouvernements du monde entier et est étroitement lié à la Fondation Clinton, à l’Open Society de Soros et à la propre chef de cabinet de Nancy Pelosi.

Non seulement cela, mais le personnage clé contrôlant Smartmatic n’est autre que Lord Mark Malloch Brown, ancien vice-président des fonds d’investissement de George Soros (2007), ainsi que de l’Open Society Institute et du Forum économique mondial de Soros, ancien vice-président de la Banque mondiale (1995-1999), administrateur des Nations Unies pour le développement (1999-2005), Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Ministre d’État britannique pour l’Afrique, l’Asie et les Nations Unies (2007-2009). Ce ne sont là que quelques casquettes qu’il a portées ces dernières années et que nous explorerons plus en détail.

Lord Malloch Brown n’est pas votre agent secret britannique typique

Grâce à son affiliation de longue date avec Soros, Lord Malloch Brown – Chevalier de l’Ordre de Saint-George et Saint-Michel – a joué le rôle de parrain dans les révolutions de couleur et de contrôleur clé de «dirigeants technocrates et marionnettes sympathiques» comme Corazon Aquino ainsi que son fils Benigno Aquino III aux Philippines, Mikheil Saakachvili en Géorgie et même le malheureux égotiste bavard Barack Obama.

Après avoir travaillé durant un «apprentissage» prolongé sous le couvert de travailleur humanitaire de l’ONU et journaliste en maraude pour le London Economist, Malloch Brown s’est retrouvé à travailler pour un cabinet de conseil de Washington nommé Sawyer Miller en 1985. C’est à ce moment que Malloch Brown a été mis en place pour devenir conseiller et rédacteur du discours du chef de l’opposition philippine Corazon (Cory) Aquino sous la supervision du secrétaire d’État de l’époque George Shultz. Corazon était un chouchou de l’establishment occidental, mais avait la tâche presque impossible de défier le président nationaliste populaire Ferdinand Marcos qui avait conduit son pays à la souveraineté économique en s’opposant aux financiers internationaux depuis son investiture en 1965.

En appliquant tous les arts de la gestion de la perception et du marketing, Malloch Brown a pris le contrôle de la campagne d’Aquino en la transformant en «People Power Revolution» qui était à bien des égards la première révolution de couleur réussie de nos temps modernes. Sachant que les votes favoriseraient probablement le président d’alors, Marcos, Malloch Brown a écrit qu’il avait rédigé le discours de victoire d’Aquino avant les élections et l’avait fait prononcer avant même que les votes ne soient finalisés – ce que ses complices dans les médias étaient trop heureux de diffuser publiquement pour alimenter le mythe que Corazon avait gagné.

Décrivant ces événements des années plus tard, Malloch Brown a déclaré :

Une réalisation exceptionnelle pendant la campagne Cory a été de produire un sondage de sortie des urnes indiquant qu’elle avait gagné. Cela a atterri en première page de l’Inquirer et a eu un impact profond en implantant l’idée que Aquino avait battu Marcos… Marcos ne s’en est pas vraiment remis. Ce fut une expérience très excitante à regarder.

Malloch Brown a omis de mentionner que les «résultats des bureaux de vote» qui ont produit la fausse perception que Corazon avait gagné ont été manipulés par les agents locaux de George Shultz, les sociétés de sondage Social Weather Station et Pulse Asia, qui n’ont jamais été tenues pour responsables de leur rôle dans leur coup d’État contre Marcos.

Thérapie de choc

Peu de temps après cet «exploit», Malloch Brown a commencé à travailler en étroite collaboration avec George Soros sur un certain nombre de projets qui ont radicalement changé le monde pendant la période intense de transition de l’ âge bipolaire à l’âge unipolaire.

En 1993, Soros n’avait encore mené qu’une attaque spéculative contre la livre sterling britannique qui avait rapporté un milliard de dollars de bénéfices au  spéculateur hongrois tout en fournissant au Royaume-Uni une excuse pratique pour lui éviter de tomber dans le piège de l’euro que Soros avait tendu à d’autres cibles européennes pour les pousser vers  «l’ère de l’État post-national». En 1994, Soros a annoncé une subvention de 50 millions de dollars pour des opérations de «renforcement de la démocratie» en Macédoine et en Bosnie, qui avaient embauché Malloch Brown comme administrateur  dans le cadre du programme de thérapie de choc de Shatalin.

De 1993 à 1994, Malloch Brown a fait partie du Comité consultatif Soros sur la Bosnie où ont avancé les projets de balkanisation des années 1990. En 1998, Malloch Brown a également cofondé la Cour pénale internationale (CPI) de Soros après que le duo ait créé l‘International Crisis Group (ICG) en 1994. Ces institutions ont servi, d’une part à façonner la «perception internationale» des causes et des solutions aux « crises », réelles ou fabriquées, et d’autre part à préconiser des solutions qui ont supprimé la souveraineté dans les affaires militaires et judiciaires des États-nations souverains, qui avait été consacrée dans la Charte des Nations Unies, les lois de Nuremberg et la Déclaration des droits de l’homme des Nations Unies, aux organisations supranationales non élues sous le contrôle d’ “experts ».

En tant que vice-président de la Banque mondiale de 1995 à 1999, il s’est attribué le mérite d’avoir transformé son image en une organisation plus démocratique et, de 1999 à 2005, a conduit à la création des objectifs du Millénaire pour le développement qui ont de plus en plus lié le financement de l’ONU aux opérations internationales de la société ouverte de George Soros – pendant son séjour à New York, Malloch Brown vivait sur une propriété appartenant à Soros.

« Right to Protect » et encore plus de révolutions de couleur

Au cours de cette période, Malloch Brown a été l’un des premiers partisans de la responsabilité de protéger (R2P) et a fait plus que quiconque pour intégrer la doctrine dans les perspectives de gouvernance «post-westphalienne» des Nations Unies en 2005 en tant que Secrétaire général adjoint (2005-2006).

Démontrant sa vision impériale en mars 2011, le «pacifiste» autoproclamé s’est impatienté contre les nations réticentes à détruire la Libye et a écrit dans le Financial Times : «Déclarez la victoire et continuez en évinçant Kadhafi».

En tant que coprésident de l’International Crisis Group – qui est né des semences du capital de Soros, et au conseil d’administration duquel siège Larry Summers,  le conseiller de Joe Biden, Jake Sullivan, ainsi que George et Alexander Soros – Malloch Brown a soutenu l’Armée de Libération du Kosovo, liée aux narco-terroristes, qui a également été soutenue par la CIA et l’OTAN pendant la crise de Bosnie, en étroite coordination avec son collègue des Rhodes Scholars, Strobe Talbott, qui a qualifié Soros en 1995 de «ressource nationale – en fait, un trésor national».

Décrivant Talbott, Malloch Brown a récemment écrit :

Strobe Talbott, est un très vieil ami à moi et à certains égards comme moi, un type similaire de praticien et de théoricien de la mondialisation… En tant que tel, il a vraiment compris l’histoire cachée de la politique moderne, qui est toujours occultée par l’histoire plus familière des États-nations.

Après avoir financé la Révolution rose de Géorgie en 2003, qui a mis au pouvoir la marionnette de Soros, Saakashvili, l’État géorgien a été rendu ingouvernable en raison d’un mélange de grande incompétence et de corruption. Dans ce cas, Soros et Malloch Brown sont de nouveau venus à la rescousse en organisant un événement, en janvier 2004, à New York qui a recueilli 1,5 million de dollars pour les programmes de réforme du gouvernement géorgien – 75% venant de la société ouverte de Soros et 25% du Programme de développement des Nations Unies (PNUD) dirigé par Malloch Brown. Le rapport du PNUD a justifié les dépenses engagées pour payer le salaire de Saakashvili ainsi que les hauts fonctionnaires du gouvernement et les forces de sécurité en déclarant : «La Géorgie manquait des professionnels qualifiés nécessaires pour concevoir et exécuter des réformes radicales».

Le fait que ces actions ont conduit au meurtre de 1 600 personnes en Ossétie du Sud – principalement des Russes – en 2008 et ont failli déclencher la Troisième Guerre mondiale ne doit pas être oublié, ni le rôle néfaste de Saakashvili en tant que gouverneur d’Odessa (2015-16) où le criminel condamné a protégé les néo-nazis du bataillon Azov. De même, l’étrange montée en popularité de Saakashvili, en cours en Géorgie, devrait inquiéter quiconque a un peu de cervelle.

Gestionnaire de l’équipe Obama

Le 24 février 2008, Samantha Power, épouse du comportementaliste de Harvard, Cass Sunstein, et bientôt ambassadrice à l’ONU sous Obama, a donné une interview au London Times décrivant en détail la relation Malloch Brown-Obama. Dans cette interview, Power a déclaré :

«Le principal intermédiaire entre la Grande-Bretagne et le candidat [Obama] a été Lord Malloch Brown, le jeune ministre des Affaires étrangères, qu’Obama est venu admirer lorsqu’il [Malloch Brown] était secrétaire général adjoint des Nations Unies, et dont il s’est vraiment épris. C’est une relation qui a persisté et ils se sont entretenus plusieurs fois depuis.

En effet, la carrière politique d’Obama, à l’instar de celle de Saakashvili et d’Aquino, a toujours été une création des puissances supérieures, Soros ayant même fourni les premiers 60 000 dollars pour la campagne au Sénat d’Obama en 2004, puis organisant les premières collecte de fonds pour la course présidentielle d’Obama en 2007.

Samantha Power elle-même a attribué sa carrière à Soros et Lord Brown en disant en 2004 :

Mon livre et mes recherches étaient totalement insoutenables sur le marché libre. Si je n’avais pas pu obtenir une subvention de George Soros et de l’Open Society Institute, je n’aurais pas pu faire le genre de reportage d’enquête que je devais faire.

Le cas de Cass Sunstein

Alors que Power passait son temps à l’ONU à se battre vicieusement pour pousser un changement de régime préventif  humanitaire R2P en Libye et plus tard en Syrie, son mari Cass Sunstein travaillait comme conseiller d’Obama de 2009 à 2012 et a rédigé un article sur la dangereuse montée des «théories du complot» qui menacent son idée de bon gouvernement. Sunstein a écrit que «l’existence de théories du complot tant nationales qu’étrangères, selon nous, n’est pas anodine, posant des risques réels» et a recommandé «une série de réponses possibles» qui incluent l’infiltration cognitive des groupes de conspiration par des agents du gouvernement.

De plus, cinq options sont développées par Sunstein :

(1) Le gouvernement pourrait interdire la théorie du complot. (2) Le gouvernement pourrait imposer une sorte de taxe, financière ou autre, à ceux qui diffusent de telles théories. (3) Le gouvernement pourrait lui-même s’engager dans un contre-discours, rassemblant des arguments pour discréditer les théories du complot. (4) Le gouvernement pourrait engager formellement des parties privées crédibles pour s’engager dans un contre-discours. (5) Le gouvernement pourrait engager une communication informelle avec ces parties, en les encourageant à apporter leur aide.

Le 24 août 2020, Sunstein a été sollicité pour présider le groupe consultatif technique de l’Organisation mondiale de la santé chargé de modifier le comportement mondial conformément aux nouvelles normes de l’ordre pandémique. Le chef de l’OMS a déclaré :

Face à la pandémie de COVID-19, les pays utilisent une gamme d’outils pour influencer le comportement : les campagnes d’information sont un outil, mais les lois, les réglementations, les directives et même les amendes le sont aussi … C’est pourquoi la science du comportement est aussi importante.

Lord Malloch Brown à l’époque d’Obama

En 2007, Malloch Brown a quitté l’ONU pour diriger le Quantum Hedge Fund de Soros – un poste lucratif qu’il a rapidement quitté pour rejoindre le ministère britannique des Affaires étrangères en tant que ministre d’État pour l’Afrique, l’Asie et l’ONU de 2007 à 2009.

Après avoir quitté son poste au sein du gouvernement britannique en 2009, Lord Malloch Brown a conseillé les compagnies pétrolières et dirigé son International Crisis Group (ICG). À ce moment-là, l’ICG avait un quasi-monopole sur la rédaction de rapports publiés de manière anonyme sur les points chauds des crises internationales, se vantant de maintenir des armées de spécialistes «sur le terrain» qui pouvaient dresser le profil de toutes les parties en conflit et publier leurs opinions sur le marché international. Ces rapports ont été utilisés par les gouvernements, les ONG, les entreprises et les organismes internationaux comme l’ONU et ont joué un rôle majeur dans l’élaboration de la politique mondiale et des perceptions des causes et des remèdes aux conflits.

Utilisant son expertise en matière de fraude électorale et de gestion de la perception, il ne devrait pas être surprenant que Malloch Brown se soit rapidement retrouvé à la tête de SGO Corporation Ltd en 2014, qui sert de société holding dont le principal actif est la technologie de vote Smartmatic. Celle-ci se vend comme ayant «traité plus de 3,7 milliards de votes au cours des 14 dernières années dans des projets électoraux sur les cinq continents» et bien qu’il nie avoir des activités directement sur le sol américain, une capture d’écran de la Way Back Machine montre une histoire très différente.

Depuis 2010, Smartmatic a été au cœur de la fraude électorale au Mexique, au Venezuela, aux États-Unis et aux Philippines où la première élection présidentielle utilisant ce système a abouti à la victoire du fils de Corazon Aquino, Benigno Aquino. Après que des montagnes de preuves ont été révélées sur le rôle de Smartmatic dans la fraude systémique, la Fondation IBON a qualifié Lord Brown d’«étranger qui a fait carrière en influençant les élections».

C’est une ironie de l’histoire que non seulement Lord Malloch Brown ait installé au pouvoir une silhouette en carton de deuxième génération aux Philippines [le fils Aquino], mais qu’il ait déployé son système de vote pour saper le populaire Ferdinand Marcos Jr en faveur de Len Robredo, du Parti libéral,  lors des élections de 2016. Heureusement, la même année où Trump devait battre le système via sa victoire populaire écrasante aux États-Unis, une victoire similaire s’est produite contre toute attente lorsque le président nationaliste Duterte a pris ses fonctions et a ensuite exigé que les Philippines se débarrassent de la technologie Smartmatic.

L’obsession ultime de Lord Malloch Brown

S’exprimant lors du Sommet du gouvernement mondial de juin 2020 aux côtés de Cass Sunstein et d’un éventail d’autres créatures de Davos, Lord Malloch Brown a exprimé son dédain pour la montée de l’alliance multipolaire dirigée par la Russie, la Chine et les États-Unis de Trump, qui met évidemment en danger l’œuvre de sa vie. Malloch Brown attaque hypocritement la Chine d’être un régime qui n’a aucun respect pour les droits individuels mais seulement une préoccupation pour «le plus grand nombre», puis fustige la montée des gouvernements autoritaires «Russie, Chine, Inde, Turquie, Hongrie et USA» qu’il croit nécessaire d’arrêter à tout prix en disant :

Dans le monde plus large, une forme de gouvernement plus autoritaire est la nouvelle majorité. Ce n’est pas seulement la Chine. Cette «nouvelle majorité» comprend les dirigeants qui arrivent au pouvoir par les urnes et ceux qui ne l’ont pas fait, mais qui partagent tous une préférence pour une politique étrangère nationaliste, l’affaiblissement des institutions nationales et de l’état de droit.

Malloch Brown se sentait manifestement très à l’aise avec son public et supposait que personne ne penserait à l’hypocrisie évidente d’avoir admis que ces nationalistes de la «nouvelle majorité» arrivent souvent au pouvoir «par les urnes» et symbolisent ainsi les principes démocratiques, tandis que sa défense de l’ingénierie sociale des libertés individuelles et de la liberté de choix survient toujours en dehors de la volonté démocratique de la plèbe qui est manifestement considérée comme stupide, incapable de savoir ce qui est bon pour elle, et ceci aux dépens des nombreuses personnes qui doivent être sacrifiées dans les guerres, les changements de régime et l’anarchie « pour le plus grand bien ».

Ces hypocrisies ont été rendues encore plus évidentes dans un discours d’ouverture plus récent du 26 octobre 2020 lors des 75 ans de l’ONU sur le thème : « mort lente ou nouvelle direction ? » Dans ce discours, Lord Brown appelle à la création d’une ONU réformée pour éviter son obsolescence en se débarrassant du Conseil de sécurité qui a empêché les actions humanitaires nécessaires en raison du veto insupportable détenu par la Russie et la Chine. Lorsqu’on lui a demandé comment le veto pourrait être aboli, Lord Brown admet que les nations n’acquiesceront jamais et donc « la seule façon d’amener ces membres retranchés à s’engager dans cette voie est de les mettre largement hors-jeu … nous devons agir hors du Conseil de sécurité. »

Comment pourrait-on s’attendre à ce que quelqu’un «agisse hors du Conseil de sécurité», vous demanderez-vous ?

Ici, Lord Brown répond en appelant à l’autonomisation des «groupes de la société civile» et de la «mosaïque de la société civile» qui peuvent atteler à la tâche la coalition énergétique d’acteurs non étatiques. Brown déclare :

Construire des coalitions variées d’acteurs étatiques et non étatiques désireux d’être les premiers à agir sur différentes parties de ce programme n’est pas une nouvelle voie d’action à l’ONU. Maintenant, elle doit être poussée en mode turbo. Le monde n’attendra pas que les nations les plus difficiles et les plus résistantes se mettent à l’action.

Estimant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU «inapte à son objectif» en raison de sa «capture régulière» par la Russie, la Chine et Cuba qui ont remporté des sièges dans cette institution cette année, Lord Brown a déploré la plus grande menace qui pèse sur sa vision d’un monde post-national :

…les échecs qui nous ont tous individuellement fait pâlir, par le  simple fait que les États-nations ont finalement – en particulier les plus grands et les plus puissants – résisté à la concession de leur pouvoir, de leur souveraineté et de leur prise de décision dans cet organe multilatéral.

C’est la main britannique, derrière la phase actuelle du Russiagate 5.0, qui s’est rapprochée de ses objectifs de provoquer un coup d’État américain plus qu’à tout autre moment au cours des quatre dernières années. C’est la vision d’un ordre mondial dystopique post-nation géré par des technocrates misanthropes qui souhaitent dominer un âge sombre féodal techno-électronique au 21e siècle et au-delà. Autant cela pourrait vous décevoir de l’entendre, mais en ce moment, la chose la plus importante qui fait obstacle à cet ordre mondial anti-humain et à votre avenir est le président Trump, assiégé, qui a besoin du soutien sérieux d’une citoyenneté éveillée, informée, et active.

Dans un prochain article, nous examinerons de plus près la figure de feu Maurice Strong et la destruction auto-induite de la civilisation occidentale au cours des 50 dernières années, ainsi que de la bataille pour résister à un coup d’État des banquiers en Grande-Bretagne il y a plus de 300 ans, qui vaut des leçons particulières pour l’époque actuelle.

Matthew Ehret

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Mélenchon suppôt de Macron

Le bilan de la défaite qu'a été l'élection de Macron est tiré depuis longtemps. Au besoin, je vous invite, pour le revoir, à lire ou relire le chapitre 10 de mon livre "Macron démission - Révolution". La première des causes, dans l'ordre chronologique, a été la division des rangs ouvriers. S'il y avait eu un seul candidat à la place de Hamon et Mélenchon, il aurait été élu. Mélenchon le sait très bien. Il explique lui-même comment l'unité des organisations (...) - Tribune Libre

Allemagne : surtout pas de sanctions contre la Turquie !

Dans la revue de la presse internationale du jour (1er décembre 2020) je suis tombé sur un article de la presse grecque[1] qui me parait très intéressant. En effet, l'article du site Militaire News, signé de Kyra Adam et intitulé : « Les sanctions européennes contre la Turquie et les ‘‘menaces'' d'Erdogan d'acheter des sous-marins russes sont à l'ordre du jour ! » J'ai déjà écrit un papier sur le sujet[2], c'est pourquoi j'y (...) - Tribune Libre

De quel côté de l’Histoire êtes-vous ? James Corbett.

Par : shining

James Corbett explique les conséquences des confinements et appelle à la désobéissance civile.

L’article De quel côté de l’Histoire êtes-vous ? James Corbett. est apparu en premier sur PLANETES360.

“Vaccin” contre le Covid : la mise en garde du Pr Perronne

​​

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille.

Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie.

En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie.

Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’État.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première.

Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés.

Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence.

Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN.

Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement.

Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés).

Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale.

Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant.

Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

Christian PERRONNE

L’article “Vaccin” contre le Covid : la mise en garde du Pr Perronne est apparu en premier sur PLANETES360.

Les Grecs en lutte : grève et manifestation

Par : Volti
Nous vous disions en 2015*, en 2016* que la Grèce servait de laboratoire, et que l’austérité qui y était appliquée serait le quotidien de tous les pays membres ? Ce qui est demandé au peuple grec est hallucinant. qui le tour ? Voyez plutôt.. Partagez ! Volti *Taper « Grèce » dans le moteur de recherche du blog pour voir tous nos […]

Donald Trump VS Joe Biden : La partie est loin d’être finie

Entretien avec Charles Sannat Editorialiste/économiste chez Insolentiae.com

Sommaire :

00:00 : Introduction
00:54 : Biden vs Trump le combat continue
11:22 : Bars et restaurants: avalanche de faillites en vue dans le secteur
21:36 : Le droit privé
31:32 : 3eme & 4eme confinement / Vaccin
42:03 : Les entreprises « zombies »
48:17 : Banque en faillite ? quels risques pour l’épargne ?
52:03 : Les solutions
1:01:54 : Le Grand Reset

L’article Donald Trump VS Joe Biden : La partie est loin d’être finie est apparu en premier sur PLANETES360.

Ski à l’étranger : “Vous serez placés en quarantaine de 7 jours et vous subirez des tests” prévient Castex

.@JeanCASTEX annonce "un isolement de sept jours" pour les personnes parties skier à l'étranger pic.twitter.com/YOvD38xm1q

— BFMTV (@BFMTV) December 2, 2020

02/12/20

01/12/20

Le chef de l’État souhaiterait empêcher les Français d’aller skier à l’étranger alors que les remontées mécaniques seront fermées en France.

Emmanuel Macron a indiqué ce mardi 1er décembre que le gouvernement envisageait de prendre «des mesures restrictives et dissuasives» pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger, notamment en Suisse, à Noël alors que les remontées mécaniques seront fermées en France.

«S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français» et pour «ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France», a expliqué le chef de l’État devant la presse après avoir reçu le premier ministre belge Alexander de Croo.

En Suisse, frappée de plein fouet par la deuxième vague de Covid-19, les autorités et secteurs concernés présentent de leur côté un front uni, après une fin de saison écourtée mi-mars par la première vague. «En Suisse, nous pouvons aller skier, avec des plans de protection», a assuré jeudi dernier le ministre de la Santé, Alain Berset, en soulignant que le gouvernement ré-examinerait la situation avant les fêtes de fin d’année.

www.lefigaro.fr

L’article Ski à l’étranger : “Vous serez placés en quarantaine de 7 jours et vous subirez des tests” prévient Castex est apparu en premier sur PLANETES360.

Dans les rues malgré le confinement

Le mouvement des Gilets jaunes, (nommé ainsi parce que les manifestants portent des gilets de sécurité jaune visible de jour comme de nuit), a été créé en octobre 2018 tant contre la hausse des prix du carburant que pour contester l'administration politique, sociale et économique du président Macron. Début novembre 2018, des milliers de mécontents bloquent des axes routiers, des carrefours et péages sur les entrées d'autoroutes et se retrouvent. Dès le samedi 17 novembre, dans (...) - Tribune Libre

« Les commerces n’ont pas été fermés pour des raisons sanitaires !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Depuis que nous disons que c’est une opération psychologique, ça se confirme chaque jour un peu plus. Jusqu’où les « con-vidés » de leur bon sens, vont-ils accepter ces mesures absurdes et dévastatrices ? La majorité des peuples dans la fabrique du consentement ? Partagez ! Volti ****** Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Les commerces dits non-indispensables n’ont […]

Article 24 : Linda Kebbab dénonce un “mensonge” de BFMTV et révèle avoir été sermonnée par Marc-Olivier Fogiel

[…]

Linda Kebbab répond à Bruce Toussaint et Marc-Olivier Fogiel dans #HDPros pic.twitter.com/dpu2AW2Ko5

— CNEWS (@CNEWS) December 1, 2020

« Raid numérique organisé »

Sur CNews mardi 1er décembre, Linda Kebbab a fustigé l’attitude du journaliste, coupable de lui avoir fait « un grand sourire » quand il l’a croisée dans les locaux de la chaîne. « Il aurait pu me laisser un droit de parole voire un droit de débat parce qu’il prend beaucoup parti pour un journaliste », tonne-t-elle, dénonçant ces fameuses « moqueries » de sa part. Elle révèle aussi le contenu de l’appel de Marc-Olivier Fogiel qu’elle a reçu. « Il m’a appelée pour me fustiger comme si j’étais son employée […] Si vous n’interprétez pas, vous n’avez pas le sentiment que c’est liberticide. Il m’a dit ‘C’est comme ça que nous interprétons’. Mais vous n’avez pas à interpréter, vous devez citer les mots tels qu’ils sont et laisser l’opinion faire sa propre interprétation », s’emporte-t-elle.

Retour sur un truc pas terrible : @LindaKebbab dit à @JJBourdin_RMC que, malgré ce qu'on raconte sur #BFMTV, l'#Article24 ne restreint pas la liberté de FILMER les forces de l'ordre, mais de DIFFUSER les images (raison pour laquelle, personnellement, j'y reste hostile).

— Raphaël Enthoven (@Enthoven_R) December 1, 2020

Sur CNews, Linda Kebbab a également remis en cause le rôle de la presse dans la diffusion de certaines informations. « Vous savez, quand on dit de la presse qu’ils sont le quatrième pouvoir, j’ai le sentiment qu’ils sont le premier parce qu’ils ont le pouvoir de faire basculer une opinion ; ils ont le devoir de s’assurer que l’ordre public soit maintenu », lâche la syndicaliste. Revenant sur l’article 24, qu’elle a jugé toutefois « mal rédigé » et « imparfait », elle rappelle qu’il serait bon de « ne pas ajouter du feu au feu et ne pas réinterpréter cet article ». Car pour elle, il ne dit pas qu’il restreindra la liberté de filmer : « Il ne parle ni de filmer ni de capter, ni même d’informer ni de dévoiler, mais il parle seulement de diffusion malveillante ». Victime d’un « raid numérique organisé » selon ses dires, elle demande à certains journalistes de « revoir leur morale ».

L’intégralité sur VA

L’article Article 24 : Linda Kebbab dénonce un “mensonge” de BFMTV et révèle avoir été sermonnée par Marc-Olivier Fogiel est apparu en premier sur PLANETES360.

Le retrait de Trump en Afghanistan ne signifie pas la fin de la guerre

Par : hervek

Par M. K. Bhadrakumar – Le 28 novembre 2020 – Source Oriental Review

Biden and Petraeus
Le vice-président Joe Biden (à gauche) s’entretient avec le général David Petraeus (à droite), alors commandant de la FIAS et des forces américaines en Afghanistan, à bord d’un hélicoptère Chinook au-dessus de Kaboul, Afghanistan, 11 janvier 2011

Le récent remaniement de la hiérarchie du Pentagone a montré la détermination de Trump à imposer sa volonté aux commandants militaires réticents à se conformer à son ordre de retirer les troupes avant Noël.

Le NPR a rapporté que, selon les responsables américains, l’ordre de retrait de Trump réduit la présence américaine d’environ un tiers, passant de 4 500 à 2 500 en Afghanistan. Le Pentagone a déjà publié un avis aux commandants, connu sous le nom d’« ordre d’avertissement », pour commencer à planifier le retrait des troupes en Afghanistan.

L’ancien secrétaire à la défense Mark Esper avait envoyé au début de ce mois une note classifiée à la Maison Blanche affirmant qu’il s’agissait de la recommandation unanime de la « chaîne de commandement » – Esper, le président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, le chef du commandement central américain, le général des Marines Kenneth McKenzie et le commandant de la mission de l’OTAN en Afghanistan, le général Austin Miller – selon laquelle il serait peu judicieux de retirer les troupes d’Afghanistan à ce stade.

Esper aurait affirmé que les négociations de paix à Doha sont au point mort, que les talibans ont intensifié leurs attaques et qu’il n’y a pas encore de clarté quant à la volonté des talibans de se détacher d’Al-Qaïda. Mais un Trump en colère l’a apparemment viré pour le remplacer par ses loyalistes au Pentagone.

Cependant, le retrait ne signifie pas que la « guerre sans fin » en Afghanistan est vraiment terminée. Les commandants militaires américains, en cohorte avec les politiciens, jouent un jeu diabolique dans lequel ils vont exécuter l’ordre du commandant en chef comme toute armée disciplinée mais avec un plan B qui se déroulera sous peu.

Fondamentalement, c’est là que réside la contradiction : Les hauts gradés du Pentagone sont loin d’en avoir fini avec la guerre afghane qui dure depuis 19 ans. Ils ne l’ont jamais vue comme Trump la voit – une « guerre sans fin » – parce qu’ils pensent encore qu’ils peuvent la gagner et réaliser leurs principaux objectifs. En fait, certains d’entre eux pensent encore qu’ils auraient pu gagner la guerre du Vietnam si seulement le Pentagone avait eu les coudées franches.

Lorsque la présidence de George W Bush a pris fin et que Barack Obama a pris le relais en 2009, la guerre en Afghanistan aurait pu prendre fin. Le candidat Obama s’est montré très virulent quant à la futilité de la guerre. Mais les commandants militaires pouvaient s’attendre à ce que le premier président noir des États-Unis soit un novice dans les bois sombre de Washington DC, comme le proclamait haut et fort le fait qu’il ait gardé Robert Gates comme ministre de la défense.

Ils ont compris qu’Obama était indécis et faible et qu’ils pouvaient le faire changer d’avis. Et ils ont eu raison. Ils l’ont même amené à approuver la « poussée afghane », qui a bien sûr été présentée de manière convaincante comme un dernier effort pour vaincre les talibans de manière concluante.

Maintenant, cette poussée s’est poursuivie pendant les sept années suivantes sous Obama. Par chance, lors de son second mandat, Obama a également choisi Hillary Clinton comme secrétaire d’État, qui était bien sûr la coqueluche du complexe militaro-industriel. Pour faire court, Obama a finalement remis à son successeur Donald Trump une guerre « intacte ».

Les commandants militaires ont de nouveau eu de la chance car Trump, bien qu’Américain blanc, était un outsider de l’establishment américain. Dès le premier jour, il a été à couteaux tirés avec le Deep State, la classe politique, l’ensemble de l’establishment de Washington et les médias. En outre, sa capacité d’attention limitée et sa paresse pure et simple, ses préoccupations concernant l’enquête sur la « collusion avec la Russie », la mise en accusation, l’enchevêtrement avec la Chine et, enfin, le coronavirus – c’est devenu une présidence sur montagnes russes.

Trump n’a pas persévéré – il n’a jamais été « totalement impliqué » – lorsqu’il s’est agi de la guerre en Afghanistan. Il n’a jamais téléphoné une seule fois au président afghan Ashraf Ghani, ou été laissé seul avec lui lors d’une réception dans le bureau ovale. Les commandants militaires pouvaient brillamment enchaîner Trump. Ils l’ont simplement épuisé dans un jeu d’attente jusqu’à la dernière ligne droite de son mandat de 4 ans.

Aujourd’hui, les commandants militaires se préparent à recevoir un nouveau président qui leur tient probablement à cœur, autant que George Bush. En tant que vice-président, Biden était un visiteur régulier en Afghanistan. Il a déclaré un jour en présence du président de l’époque, Hamid Karzai :

Nous ne partirons pas en 2014. Nous espérons que nous aurons totalement transféré [les responsabilités en matière de sécurité] aux forces de sécurité afghanes pour maintenir la sécurité dans le pays. Mais nous ne partirons pas, si vous ne voulez pas que nous partions. Et nous avons l’intention de continuer à travailler avec vous, et c’est dans l’intérêt mutuel de nos deux nations.

Il est certain que Biden s’est lui aussi prononcé contre les « guerres éternelles ». Il a écrit dans la revue Foreign Affairs au début de cette année : « Il est plus que temps de mettre fin aux guerres éternelles, qui ont coûté aux États-Unis un sang et un trésor incalculables. Comme je l’ai longtemps soutenu, nous devrions ramener la grande majorité de nos troupes des guerres en Afghanistan et au Moyen-Orient et définir de façon plus précise notre mission comme étant de vaincre Al-Qaida et Daesh ».

Mais à l’époque, Obama était bien plus passionné que Biden. Le fait est que, alors que M. Trump souhaite que toutes les troupes rentrent chez elles d’ici Noël, M. Biden a déclaré qu’il envisagerait de maintenir une petite force antiterroriste sur place. « Je suis favorable au retrait des troupes. Mais voilà le problème, nous devons encore nous préoccuper du terrorisme et [de État islamique] », a déclaré M. Biden lors d’une interview accordée à Stars and Stripes en septembre.

C’est tout ce que les commandants du Pentagone veulent pour le moment. Ils sont conscients que M. Biden n’aura pas beaucoup de temps à consacrer à la politique étrangère, car il se concentrera sur la pandémie de coronavirus, la reprise économique et le changement climatique, sans compter les innombrables questions qui déchirent la société américaine, allant de la course à la maîtrise des armes à feu au maintien de l’ordre et aux soins de santé.

Il est important de noter que les commandants militaires sont convaincus qu’ils peuvent compter sur le Sénat républicain si les choses évoluent. Le leader de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, a réagi avec tact à la décision de Trump. Le sénateur chevronné ne s’en prendra pas à M. Trump, qui est de loin le président républicain le plus populaire depuis Ronald Reagan. McConnell a donc simplement fait un tour de table pour avertir des ramifications potentielles d’un retrait rapide des forces américaines d’Afghanistan.

Dans un discours prononcé lundi au Sénat, McConnel a déclaré :

Nous jouons un rôle limité, limité mais important dans la défense de la sécurité nationale américaine et des intérêts américains contre les terroristes qui ne souhaitent rien d’autre que la plus puissante force du bien dans le monde se contente de ramasser ses billes et de rentrer chez elle.

« Il n’y a pas un Américain qui ne souhaite pas que la guerre en Afghanistan contre les terroristes et leurs facilitateurs soit déjà définitivement gagnée. Mais cela ne change rien au choix qui s’offre à nous aujourd’hui. Un retrait rapide des forces américaines d’Afghanistan maintenant ferait du tort à nos alliés et réjouirait les gens qui nous veulent du mal.

Ce à quoi nous pouvons nous attendre maintenant, c’est que les commandants militaires vont se retrancher avec les 2500 soldats en Afghanistan jusqu’au départ de Trump. Et alors ils recréeront un très bon scénario pour une autre « poussée afghane ». Ce n’est pas difficile à faire.

La présence d’État islamique fournit justement l’alibi nécessaire pour justifier une opération anti-insurrectionnelle. En attendant, malgré le retrait demandé par Trump, les attaques aériennes américaines contre les talibans vont se poursuivre – peut-être même s’intensifier. Elles pourraient être organisées à partir de bases situées en Afghanistan ou de l’une des nombreuses bases du Commandement central dans la région du Golfe.

A un moment donné, il est concevable que les talibans aient du mal à supporter l’assaut militaire américano-afghan. Nous pouvons donc nous attendre à ce qu’un horrible cycle de violence reprenne à nouveau.

C’est pourquoi les talibans ont demandé à M. Biden de respecter le calendrier du pacte de Doha et de retirer les troupes américaines. « L’émirat islamique souhaite souligner au nouveau président américain élu et à la future administration que la mise en œuvre de l’accord [de Doha] est l’outil le plus raisonnable et le plus efficace pour mettre fin au conflit entre nos deux pays », ont déclaré les talibans dans une déclaration.

Les commandants du Pentagone imaginent bien sûr que la guerre en Afghanistan va reprendre de plus belle. La guerre a été la première opération hors zone de l’Organisation de l’Atlantique Nord [OTAN] et constitue une étape irrévocable vers la projection de l’alliance en tant qu’organisation de sécurité mondiale. Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a exprimé son soutien au Pentagone en déclarant : « Le prix à payer pour quitter la région trop tôt ou de manière non coordonnée pourrait être très élevé ».

Une congruence d’intérêts régionaux et internationaux impliquera de nombreuses parties en Amérique – le Pentagone et l’opinion de droite américaine qui est toujours attachée à la mentalité de la guerre froide ; le complexe militaro-industriel américain ; les stratèges de la sécurité nationale américaine qui considèrent la Russie et la Chine comme des « puissances révisionnistes » et qui accordent la primauté à l’hégémonie mondiale des États-Unis ; Les intérêts « corporatifs » de l’OTAN, qui est une alliance à la recherche d’une raison d’être pour l’après-guerre froide ; le lobby de la guerre en Afghanistan, les profiteurs de guerre et les groupes anti-talibans ; et, bien sûr, certains États régionaux pour lesquels l’Afghanistan est devenu un terrain d’action pour la poursuite de leur programme de politique régionale.

Dans ces circonstances, une présence militaire sans limite de temps des États-Unis et de l’OTAN en Afghanistan, sous une forme ou une autre, est inévitable dans un avenir prévisible. Le défi pour les États-Unis dans le cadre diplomatique consiste à faire accepter au Pakistan et aux talibans la notion occidentale d’un gouvernement « à large assise » à Kaboul. Très certainement, sous Biden, la perspective d’un gouvernement dominé par les talibans en Afghanistan ne sera pas acceptable pour les États-Unis et leurs alliés occidentaux.

M. K. Bhadrakumar

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à autoriser le vaccin Pfizer/BioNTech: “Disponible la semaine prochaine”

Le Royaume-Uni est le premier pays au monde à autoriser le vaccin contre la Covid-19 de BioNTech (Allemagne) et Pfizer (États-Unis). Il y sera disponible dès “la semaine prochaine”, a annoncé le gouvernement britannique mercredi.

“Le gouvernement a accepté aujourd’hui la recommandation de l’Agence indépendante de réglementation des médicaments et des produits de santé (MHRA) d’approuver l’utilisation du vaccin contre la Covid-19 de Pfizer/BioNTech”, a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé, indiquant que “le vaccin sera disponible dans tout le Royaume-Uni à partir de la semaine prochaine.”

Première mondiale

“Le Royaume-Uni est le premier pays au monde à disposer d’un vaccin approuvé cliniquement” s’est félicité dans un tweet le ministre de la Santé Matt Hancock. Ce feu vert des autorités britanniques “fait suite à des mois d’essais cliniques rigoureux et d’une analyse approfondie des données par des experts MHRA qui ont conclu que le vaccin répondait à ses normes strictes de sécurité, de qualité et d’efficacité”, a indiqué le porte-parole du ministère.

Lire la suite sur 7sur7.be

L’article Le Royaume-Uni, premier pays au monde à autoriser le vaccin Pfizer/BioNTech: “Disponible la semaine prochaine” est apparu en premier sur PLANETES360.

Le président et la presse

Vous portez de lourdes responsabilités ces jours-ci et un article que j'ai lu il y a quelque temps m'a rappelé à quel point les fardeaux des événements actuels pèsent particulièrement sur votre profession.

- Tribune Libre

L’Amérique latine sous la présidence Joe Biden

Par : Volti
Partagez ! Volti ****** Source Observateur-Continental L’administration de Joe Biden mettra en œuvre en Amérique latine la doctrine Monroe, «l’Amérique pour les Américains» et procédera à la déstabilisation des gouvernements réfractaires à ses diktats dans le cadre de sa stratégie géopolitique mondiale d’assèchement des sources d’énergie chinoises.  Renforcer l’Alliance du Pacifique. L’Alliance du Pacifique, qui, est née en 2011 avec […]

Les évangiles ont-ils occulté le christianisme primitif ?

Par : Laconique
Les polémiques liées au christianisme sont focalisées sur les évangiles, au point qu'ils semblent renfermer l'intégralité du message du Christ. Les épîtres de Paul, en revanche, ne sont plus guère lues ni étudiées, et sa théologie est à peu près complètement ignorée par un grand nombre de chrétiens sincères. On peut se demander si les évangiles, écrits les plus récents du Nouveau Testament, n'ont pas contribué, contrairement à ce que l'on croit, à déformer (...) - Tribune Libre

Les Français appellent les élus à s'opposer au vote de la prochaine loi de finances 2021

Par : JPE
APPEL AUX FRANCAIS : Faites pression sur vos élus afin que ces derniers s'opposent au vote de la prochaine loi de finances (pour 2021) Chers français, chers compatriotes, Dans le contexte de la présente « crise politico-sanitaire » que traverse la France – ainsi d'ailleurs que l'ensemble des pays occidentaux - le projet de loi de finances pour 2021 apparaît extrêmement problématique. En effet, à la faveur du premier confinement, suivi du couvre-feu (...) - Tribune Libre

Le Grand jeu : l’ours pose sa patte

Biélorussie : - Loukachenko promet de démisionner ; - l'opposante Tikhanovskaïa fait profil bas face à Poutine ; - la Russie reprend la main.

Paris : un homme de 18 ans tué à coups de marteau en pleine rue

Un homme âgé de 18 ans est décédé après avoir reçu des coups de marteau à Paris ce lundi en fin d’après-midi. Un suspect est recherché par les forces de l’ordre.

La police et les sapeurs-pompiers ont été alertés peu avant 17h30 ce lundi. Un homme grièvement blessé gisait au sol dans la rue du Général Henrys, près de la porte de Saint-Ouen (XVIIe). Ce dernier avait reçu plusieurs coups de marteau. L’outil avait été utilisé du côté de la tranche, au niveau du ventre de la victime. L’agresseur a rapidement pris la fuite.

Les motivations du tueur restent à élucider

(…) Les circonstances de cette attaque sanglante ne sont pas encore connues. Un différend aurait éclaté entre les deux hommes avant le meurtre. Les policiers pourront notamment s’appuyer sur les images de vidéosurveillances de la capitale pour identifier l’auteur des faits, et comprendre ce qu’il s’est passé avant que la victime s’effondre.

Actu 17

L’article Paris : un homme de 18 ans tué à coups de marteau en pleine rue est apparu en premier sur PLANETES360.

Un large collectif de journalistes s’alarme que le gouvernement s’octroie un droit à la censure sur les reportages

Cosignataire de la tribune “En exigeant une validation de nos reportages, les pouvoirs publics veulent s’octroyer un droit à la censure”, la présentatrice de “Cash Investigation” et “Envoyé Spécial” alerte sur une volonté accrue de certains ministères d’avoir un droit de regard sur le travail des journalistes. 

[…]

Ce qui est clair pour Elise Lucet, c’est que l’ampleur et la diversité des signataires de cette pétition montre qu’il y a “péril dans la demeure”. “Les signataires, ce sont 70 personnes qui représentent tout le métier et toutes les chaînes”, indique-t-elle, insistant sur le fait qu’il est très rare que des médias en concurrence s’allient pour signer un texte commun. […]

Pour Elise Lucet, la nouvelle convention du SICoP détourne cette pratique ancienne. “Les services de communication des différents ministères n’écoutent pas nos commentaires, ne regardent pas nos reportages en intégralité et ne demandent pas à viser le reportage avant diffusion et à donner l’autorisation d’une diffusion. Or, c’est ce que demande clairement la convention du SICoP”, s’insurge la journaliste. “Et c’est cela que nous refusons clairement.” […]

Europe 1

L’article Un large collectif de journalistes s’alarme que le gouvernement s’octroie un droit à la censure sur les reportages est apparu en premier sur PLANETES360.

« Le mur de la dette. Le Figaro inquiet !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
On ne pourra jamais rembourser… Partagez ! Volti ****** Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, « La France face au mur d’une dette colossale », c’est le titre inquiet de cet article du Figaro dont les journalistes pas vraiment Trotskistes défilaient samedi contre la nouvelle loi sur la sécurité globalement rejetée par tous dans ce pays, mais ce n’est […]

Le nationalisme face à la mondialisation

La mondialisation libérale, comme l’appelle la gauche antimondialiste ou altermondialiste, entraîne une résurgence du nationalisme qui serait le remède tout usage au chaos économique, politique, diplomatique, juridique, sanitaire et social qui bouleverse la terre tout entière, preuve indubitable que le monde est déjà passé de l’autre côté du miroir de la mondialisation.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
2.12.2020.Souyri-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese: Que o Silêncio dos Justos não Mate Inocentes: O nacionalismo face à mundialização (queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com)

Plongeant dans les entrailles du mouvement socialiste-communiste-gauchiste nous allons exhumés quelques textes présentant les théories nationalistes bourgeoises sous un fard «révolutionnaire» parfois même prolétarien. Il nous faut toujours garder en tête que ce ne sont pas ces idées et ces théories qui ont façonné le monde réel, mais que c’est l’histoire – la lutte des classes – qui a engendré ces idées cristallisées sous forme d’un corpus théorique se prétendant au service de la classe prolétarienne, ce que nous contestons.

 

Comme premier texte nous ferons la critique des Notes de lecture de Pierre Souyri: « LES MARXISTES ET LA QUESTION NATIONALE 1»  publiées dans les Annales de juillet 1979, et portant sur le volume de Georges Haupt, Michel Lowy, Claudie Weill, intitulé : «Les marxistes et la question nationale, 1848-1914». Nous émaillons ces notes de Pierre Souyri de nos propres commentaires identifiés par les lettres NDLR-Robert Bibeau.

 

Pierre Souyri écrivait ceci à propos du marxisme et de la question nationale «En établissant ce dossier qui rassemble quelques-uns des textes dont la publication a jalonné les prises de position, tour à tour complémentaires et opposées, des théoriciens de la IIe Internationale sur la question nationale, G. Haupt, M. Lowy et C. Weill ont pris soin de ne pas privilégier les conceptions des bolchéviques. Ce choix n’a pas seulement l’avantage de faire connaître aux lecteurs des points de vue que l’hégémonie du marxisme russe avait rejetés dans  l’oubli ; il permet aussi de rompre avec une représentation banale et pourtant insoutenable qui ordonne l’histoire des théories marxistes, comme s’il existait un marxisme constituant un système cohérent et achevé, dont les bolchéviques se seraient réapproprié la méthodologie et les concepts pour déboucher, enfin, après que tous les autres théoriciens de l’époque de la II° Inter­nationale aient interminablement erré, sur la solution juste et nécessaire de la question nationale, comme du reste de toutes les autres.»

 

         Lorsque les théoriciens qui se réclament de Marx sont contraints par les circonstances – la montée du nationalisme en Europe orientale puis en Asie – de repenser la question des nationalités dont Marx et surtout Engels s’étaient principalement occupés à l’époque des révolutions de 1848, ils ne trouvent dans les écrits des « pères fondateurs » que des indications fragmentaires, parfois contradictoires et en tout cas très fortement datées. Marx et Engels qui pensaient que l’antagonisme du capital et du travail constitue le ressort essentiel du processus historique de la société moderne, n’avaient accordé à la question nationale qu’un statut marginal et subordonné.

 

         Celle-ci ne les intéressait que pour autant que le fait national interférait avec la lutte des classes et que la formation de grandes nations pouvait favoriser la croissance du capitalisme et du même coup celle de la négation prolétarienne de la société bourgeoise. N’envisageant les aspirations nationales que sous l’angle de leurs conséquences éventuelles pour la lutte des classes, Marx et Engels n’accordaient de légitimité qu’aux luttes nationales qui pouvaient affaiblir la contrerévolution européenne. De là leur soutien au nationalisme polonais qui se dresse contre la puissance du tsarisme et, plus tard, au nationalisme irlandais dont la victoire, pensent-ils, favoriserait à la fois l’intensification des luttes sociales en Angleterre et en Irlande. De là aussi leur hostilité furieuse envers les Slaves du Sud qui ont été utilisés par la contrerévolution en 1848 et leur haine du panslavisme qui se fait l’instrument de l’expansion russe. Engels, surtout, a multiplié contre les Slaves du Sud les épithètes injurieuses. M. Lowy, qui a relevé quelques-uns des pronostics les plus malencontreux d’Engels sur l’avenir des nations slaves et de quelques autres, montre, cependant, que les fureurs d’Engels sont les fureurs d’un révolutionnaire et non pas celles d’un chauvin allemand et d’un Slavophobe aveugle. Procédant à une analyse superficielle et erronée des causes de la contrerévolution, Engels en rejette injustement toute la responsabilité sur les Slaves, sans apercevoir que l’échec des révolutions de 1848-1849 a des racines de classe au cœur même des nations révolutionnaires. »

 

**********

 

Quant à nous, contrairement à Souyri nous n’observons aucune « nation révolutionnaire prolétarienne ». Et, s’il existe des nations révolutionnaires, ce sont nécessairement des nations révolutionnaires bourgeoises aspirant au capitalisme comme mode de production, assurant leur plein épanouissement national, jusqu’à sa négation et son dépassement. Pendant deux siècles la gauche s’est refusée à admettre que les « échecs » des révolutions prolétariennes du XIXe et du XXe siècle s’expliquent non pas par des erreurs tactiques, mais par l’incapacité stratégique des forces révolutionnaires prolétariennes d’accomplir leur mission historique. Le mode de production capitaliste n’avait pas atteint son stade ultime – impérialiste – et en conséquence en résultait le sous-développement démographique, économique, politique et idéologique de son fossoyeur, la classe prolétarienne internationale. Il est impossible de mener une révolution prolétarienne anticapitaliste dans une société paysanne féodale (Russie, Chine) ou dans une société capitaliste en plein essor (Allemagne, France, États-Unis). Ce que la société allemande post spartakiste prouva, trébuchant et se relevant jusqu’à l’époque moderne où elle a enfin atteint la maturité révolutionnaire prolétarienne. NDLR-Robert Bibeau.

 

**********

 

Pierre Souyri poursuit « Du reste, le même Engels qui attribue à l’occasion aux peuples slaves une essence réactionnaire, n’en avait pas moins appelé, en 1848, au renversement de l’Empire des Habsbourg qui faisait obstacle à la libération des Slaves et des Italiens. Il reste qu’Engels avait analysé les problèmes nationaux en utilisant à plusieurs reprises le concept hégélien et étranger au matérialisme historique de « peuple sans histoire », sans que Marx formule la moindre critique contre l’hégélianisme pré-marxiste de son compagnon. Lorsque les générations postérieures se trouvent contraintes de réactualiser la ques­tion des nationalités dans la théorie marxiste, elles partent d’un héritage qui est des plus incertains et G. Haupt souligne toutes les difficultés auxquelles va se heurter leur entreprise. »

 

**********

 

La position intellectuelle petite-bourgeoise qu’adopte Pierre Souyri pose le problème en termes de « réactualiser la question des nationalités dans la théorie marxiste » comme si un révolutionnaire prolétarien avait à se préoccuper d’une posture théorique marxiste face à un problème que pose la révolution. Pour la classe prolétarienne, la question n’est pas d’être ou ne pas être « marxiste », mais de faire avancer la lutte d’émancipation de la classe ou non.  Un révolutionnaire prolétarien n’est pas membre d’une secte marxiste ou autre et il a le devoir de trouver une réponse révolutionnaire prolétarienne à un problème pratique que pose l’organisation de la révolution prolétarienne. Nous verrons plus loin ce qu’un prolétaire doit faire à propos de la question nationale bourgeoise. Ce n’est pas l’enrichissement théorique du marxisme qui nous préoccupe, mais l’avancement de la révolution. NDLR-Robert Bibeau.

 

**********

 

Pierre Souyri ajoute « D’abord des difficultés liées à la terminologie et aux concepts qui ne permettent pas toujours de différencier clairement États, nations et nationalités et qui font surgir des incertitudes et des controverses d’autant plus vives que les marxistes sont captifs des modèles occidentaux de la formation des nations qui ne leur permettent pas de comprendre ce qui est en train de s’accomplir en Europe centrale et sud-orientale à la fin du XIXe siècle. Là, à la différence de ce qui s’était passé dans les pays de l’ouest où les États avaient été les instruments du rassemblement et de l’unification des nations, les États n’apparaissent qu’à la dernière étape, longtemps après que les nations aient commencé à s’affirmer en prenant lentement conscience d’elles-mêmes comme communautés de langue et de culture. Les marxistes devaient, en outre, faire souvent violence à leurs propres habitudes de pensée pour parvenir à admettre qu’il n’y avait pas seulement, comme le disait J. Guesde, « deux nations ; la nation des capitalistes, de la bourgeoisie, de la classe possédante d’un côté, et de l’autre la nation des prolétaires (sic) de la masse des déshérités, de la classe travailleuse » et que le prolétariat pouvait se sentir concerné par des revendications nationales et pas seulement dans ses couches attardées et mal dégagées de l’idéologie bourgeoise. G. Haupt montre comment, vers la fin du XIXe siècle, les progrès de l’industrialisation dans l’Empire des Habsbourg bouleversent la composition sociale et nationale du prolétariat et font surgir au-dessous de la couche des ouvriers qualifiés allemands, une masse de manœuvres issue des diverses nationalités de l’Empire et qui se sentent à la fois socialement et nationalement opprimées. (sic) «Être Tchèque à Vienne, c’est être prolétaire ».

 

Dès lors, refuser de prendre en considération les aspirations nationales ou ne leur accorder qu’une attention réticente au nom d’un rigoureux internationalisme de principe, revient à enfermer le socialisme dans des positions pétrifiées qui risquent de le rendre étranger au prolétariat réel. À mesure que le socialisme se diffuse vers l’Europe orientale, puis vers les pays extraeuropéens, les marxistes se trouvent contraints à remanier leur problématique de la question nationale et à reconsidérer leur vision du mouvement historique. II leur faut « désoccidentaliser » le marxisme, ad­mettre qu’il n’est pas vrai que l’internationalisation croissante de la vie économique suffise à produire une homogénéisation de la civilisation et des cultures ouvrant la perspective d’un dépassement des particularités nationales et qu’il existe, au moins, des contre tendances qui font que la pénétration du capitalisme chez « les peuples sans his­toire » aboutit non pas à leur assimilation, mais à leur éveil national.»

 

**********

 

À force de fouiller pour justifier le nationalisme chauvin Souyri finit par trouver quelques squelettes dans le placard. Il ne fait pas ici œuvre d’originalité. Tous les nationalistes chauvins vous diront qu’il faut être nationalistes puisque le prolétariat est pétri – contaminé – d’idées nationalistes – tout comme il est contaminé d’idées religieuses – d’aspirations bourgeoises – de culture bourgeoise – mêmes que le prolétariat croit très souvent qu’il n’existe pas en tant que classe sociale – puisque toute la propagande des médias bourgeois dénie son existence de classe. Dans une société de classe, les idées dominantes sont celles de la classe dominante. Dans une société capitaliste nationaliste chauvine bourgeoise, les idées dominantes sont celles de la classe bourgeoise, jusqu’au jour où la bourgeoise elle-même est forcée de répudier sa propre idéologie nationaliste pour la faire évoluer vers le mondialisme impérialiste afin de se conformer aux nécessités de la mondialisation des marchés internationaux ; aux migrations des prolétaires en marche vers de nouveaux foyers d’exploitation (les Africains vers l’Europe, les latinos vers les États-Unis ; aux besoins d’expropriation des richesses naturelles ; et aux nécessités de l’importation des marchandises et des capitaux venus d’horizons internationaux.

Souyri n’aurait pas écrit ceci s’il avait simplement compris que les idées internationalistes mûrissent chez les bourgeoisies ex-nationalistes qui deviennent mondialistes et que ces idées contaminent la classe prolétarienne en retour… il suffit de donner du temps au temps. En 1950 par exemple, l’expansion mondialiste du capitalisme libéral était en plein essor et n’avait pas encore contaminé l’Afrique, l’Asie du Sud-Est, la Chine et l’Inde. Par ailleurs, quelle est l’importance que « dans les pays de l’Ouest les États ont été les instruments du rassemblement et de l’unification des nations, alors qu’à l’Est les États n’apparaissent qu’à la dernière étape, longtemps après que les nations aient commencé à s’affirmer en prenant lentement conscience d’elles-mêmes comme communautés de langue et de culture »? Et après ? Aujourd’hui, l’ex-empire soviétique a été balkanisé – fragmenté en États-nations soi-disant « libérés », en fait, dominés et spoliés par une poignée de monopoles impérialistes géants représentés par des marionnettes politiques nationalistes chauvines.

Parfois il suffit d’attendre que la roue de l’histoire ait complété son cycle pour voir le monde sous un jour différent. Il fut un temps où le capital était national, aujourd’hui il est devenu international, comme le prolétariat, la classe qui le renversera. Pour les prolétaires révolutionnaires, il est réactionnaire de s’acoquiner avec la petite bourgeoisie réformiste et avec le petit capital national pour tenter de ralentir la marche de l’histoire mondiale vers l’émergence puis l’effondrement du capitalisme déclinant. NDLR-Robert Bibeau.

 

**********

 

Pierre Souyri poursuivant sa critique écrit : « Dans cette évolution historique du marxisme, la contribution des Autrichiens, de Otto Bauer surtout, constitue une étape capitale. Sans doute les austro-marxistes sont-ils surtout préoccupés d’empêcher l’éclatement de l’empire multinational rassemblé par les Habsbourg et de contenir les forces centri­fuges qui menacent de désagréger leur propre parti. Ce souci a conduit Otto Bauer à élaborer une conception de la nationalité qui ampute le problème de sa dimension politique et fait abstraction du caractère de classe des productions culturelles. O. Bauer sera aussi bien attaqué par l’extrême gauche du mouvement socialiste — A. Pannekoek et Strasser qui persistent à considérer qu’il ne peut pas y avoir, pour le prolétariat, d’intérêts nationaux spécifiques —, que par Kautsky qui n’admet pas que l’avènement du socialisme puisse s’accompagner d’un approfondissement des différences nationales et par les bolchéviques qui remettront en question les conceptions  « psycho-culturelles » de la nation qu’ont élaborées les austro-marxistes et les solutions que pro­pose la social-démocratie autrichienne pour résoudre la question nationale. Pourtant, les théoriciens viennois ont contribué à secouer l’inertie de la IIe Internationale. Leurs recherches ont ouvert la voie à l’idée que la naissance des nations n’appartenait pas nécessairement au passé de l’Europe et du monde et que l’internationalisme prolétarien ne pouvait pas tourner le dos aux aspirations des nationalités opprimées. »

 

**********

 

On nous pardonnera cette redite, mais l’argument est récurrent. Qu’est-ce que les « aspirations des nations opprimées » ? Quelles nations oppriment les nations opprimées ? Une certaine gauche bourgeoise québécoise est allée jusqu’à inventer «la classe nation québécoise francophone opprimée», par la «classe nation canadienne-anglaise opprimante» (sic), l’appartenance de classe étant fixée selon la langue dominante dans chacune des communautés aux dires des gauchistes. Cette mystique fasciste provient des sociaux fascistes allemands, autrichiens, français et autres. Une nation est composée d’une communauté humaine qui avant que d’avoir des ressemblances linguistiques, morales et culturelles est d’abord mue par des antagonismes de classes, une petite portion (bourgeoise) de la nation exploite une grande portion (prolétarienne) de la nation et ceci est la mère de toutes les contradictions sociales. Une portion de la nation est disposée à mener la guerre nationale, jusqu’au dernier prolétaire si nécessaire, alors qu’une autre portion de la nation aspire à la paix jusqu’au dernier bourgeois si requis. Ainsi, une petite portion de la nation québécoise francophone est devenue riche, prospère, en exploitant le travail salarié des prolétaires québécois francophones et anglophones et en exigeant toujours plus d’aides de l’État des riches – leur État et non pas l’État de la nation toute entière.

 

 Aujourd’hui, cette portion de la nation est propriétaire de grands conglomérats internationaux, tandis qu’une grande partie de la nation québécoise francophone et anglophone est criblée de dettes, vend quotidiennement sa force de travail à vil prix – reçoit toujours moins de service de l’État national québécois et migre hors du «foyer national chauvin» pour trouver à «s’employer» en anglais ou en français, peu importe. Les prolétaires ont abandonné toute religion et se désintéressent de la politique bourgeoise démagogique. La situation est identique entre les deux classes antagonistes qui composent le reste de l’ensemble canadien majoritairement de langue anglaise. La situation est identique pour les nations amérindiennes que la go-gauche idéalise comme les missionnaires idéalisaient les «bons sauvages». Quelles nations sont opprimées – quelles nations sont opprimantes au Québec et au Canada? Aucune. Nous pouvons identifier une classe sociale opprimée – indépendamment de la langue d’usage de ses membres et nous pouvons identifier une classe sociale opprimante – indépendamment de la langue d’usage de ses «adhérents». Un capitaliste anglophone canadien exploite les prolétaires canadiens, il n’exploite pas les capitalistes de la nation québécoise avec lesquels il brasse des affaires et qu’ils concurrencent, et inversement pour les capitalistes québécois en «affaires» avec les capitalistes du reste du Canada et du monde entier. Les intérêts des capitalistes québécois n’ont rien de commun avec ceux des prolétaires québécois. Nous reviendrons sur ces questions. NDLR-Robert Bibeau.

 

**********

 

Revenons aux Notes de lecture de Pierre Souyri « Lorsque, à la veille de la guerre, Lénine aborde à son tour la question nationale, sa réflexion peut prendre appui sur l’ensemble des recherches faites depuis Marx et qui ont largement étendu et transformé le champ théorique du socialisme. Mais il parvient à renouveler presque complètement le problème des rapports entre les aspirations nationales et le socialisme parce qu’il le pense en fonction du thème des inégalités de développement que le capitalisme imprime au processus historique et au télescopage qui se produit dans les pays attardés entre les tâches bourgeoises démocratiques et les tâches prolétariennes de la révolution. L’effacement des particularités nationales par le développement du capitalisme qu’avait longuement souligné Kautsky se poursuit, mais il devient, au XXe siècle, contemporain d’un éveil national que suscite l’expansion du capital impérialiste vers les pays attardés. Ces deux mouvements ne sont pas nécessai­rement contradictoires dans la mesure où il appartient au mouvement prolétarien de pousser jusqu’à son terme la révolution démocratique dont les aspirations nationa­les ne constituent qu’un élément. Dans le système théorique de Lénine, le nationalisme des peuples opprimés se trouve ainsi intégré à une stratégie cohérente de la révolution. Il s’insère dans un processus plus général au travers duquel la réalisation des aspirations nationales prépare le dépérissement des particularismes nationaux et en constitue même la condition. Comme pour Marx ou Rosa Luxemburg, les aspira­tions nationales n’ont pas pour Lénine d’intérêt intrinsèque. Elles ne sont reconnues que pour être utilisées aux fins d’un mouvement qui implique leur dépassement.

 

Pourtant, il est impossible de ne pas constater aujourd’hui que la conception léniniste n’a pas résisté à l’épreuve des évènements. M. Lowy montre que l’histoire n’a cessé de démentir les conceptions et les pronostics d’Engels. Or, quoique pour des raisons différentes, il en va de même de ceux de Lénine. La plupart des nations qui se sont constituées après 1918, puis après la désintégration des empires coloniaux, ne se sont pas fait sur la base d’une subordination des aspirations nationales au mouvement prolétarien. C’est même l’inverse qui s’est le plus souvent produit : même dans des pays où existait un mouvement ouvrier, celui-ci s’est laissé intégrer à la lutte nationale et a constitué une simple force d’appoint pour le nationalisme qui a abouti à la formation d’États bourgeois ou d’États bureaucratiques qui ont trouvé leur point d’appui principal dans la guérilla paysanne. La grande stratégie conçue par les bolchéviques n’est cohérente que dans l’abstrait ou dans l’imaginaire des théoriciens : elle n’a pas trouvé de répondant dans la pratique. »

 

**********

 

La grande stratégie conçue par les bolchéviques comme l’écrit ici Pierre Souyri ne souffrait pas d’incohérence ni d’un manque de corrélation pratique. Les bolchéviques se sont retrouvés à la tête d’une révolution démocratique bourgeoise antiféodale menée par la bourgeoisie russe dirigée par Kerenski et s’appuyant sur une immense paysannerie asservie et affamée à laquelle les bolchéviques ont apporté le soutien du petit prolétariat russe naissant – tout aussi naissant que fût le mode de production capitaliste industriel en Russie tsariste –. Les bolchéviques ont arraché la direction de cette révolution bourgeoise à Kerenski en se ralliant la paysannerie grâce au slogan réformiste, c’est-à-dire révolutionnaire bourgeois et républicain : «Pain, Paix, Terre». En excellent tacticien, Lénine a forgé une théorie adaptée à cette pratique de lutte de classe dans un contexte de guerre de libération nationale bourgeoise qu’il a affublée des épithètes d’« anti-impérialiste et socialiste », imaginant même un nouveau mode de production à cheval entre le capitalisme et le communisme qu’il a appelé le socialisme de la Nouvelle Économie Politique (NEP). La révolution russe était effectivement une révolution anti-impérialiste, mais non pas contre l’impérialisme moderne, phase ultime du mode de production capitaliste, mais contre l’impérialisme féodal agraire décadent, terminant son existence et devant laisser la place (comme il l’avait fait des années auparavant dans les pays de la vieille Europe) au mode de production capitaliste industriel émergent – une tâche révolutionnaire taillée sur mesure pour la bourgeoisie révolutionnaire, mais certainement pas pour le prolétariat naissant, qui devra attendre encore un siècle que son heure survienne. Nous y sommes aujourd’hui. L’impérialisme moderne (capitaliste) a complété son expansion jusque dans les plaines du Gange et du Yang Tsé. Voici la rose prolétaire du monde entier, à vous de danser. NDLR-Robert Bibeau.

 


Notes

  1. Pierre Souyri (1979) Notes de lecture. Nous avons utilisé la version du texte publié sur le blogue Spartacus le 20.07.2016. Url http://spartacus1918.canalblog.com/archives/2016/07/20/34091094.html. Les Notes de lecture de Pierre Souyri portent sur le volume de Georges Haupt, Michel Lowy, Claudie Weill.  Les marxistes et la question nationale, 1848-1914. Paris, Maspero. 1974. 391 p. Notes de lecture de Pierre Souyri publiées dans les Annales en juillet-août 1979. Le livre a été réédité par L’Harmattan, Paris, en 1997.

 

   Source : QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE.  142 pages • 15,5 €  •  EAN : 9782343114743

QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS L’IMPÉRIALISME MODERNE. CLIQUER POUR COMMANDER LE VOLUME EN FRANÇAIS CHEZ L’HARMATTAN/   COMMANDER SUR AMAZON

Amazon : https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

Pour le volume gratuit en Anglais, en Italien et en Espagnol : https://les7duquebec.net/archives/225366

Paris libéré… malgré de Gaulle?

En 1964, pour le vingtième anniversaire de l’événement, Maurice Kriegel-Valrimont publie La Libération, sous-titré « Les archives du Comac* (mai-août 1944) », aux éditions de Minuit. C’est un recueil, au jour le jour, des archives du Comité d’action militaire du Conseil national de la Résistance, « l’organe de commandement suprême des FFI* en France ». L’auteur indique sobrement :
« La publication de ces textes de 1944, en grande partie inédits, m’a paru nécessaire pour rétablir une vérité historique trop souvent ignorée ou travestie, en particulier pour ce qui concerne le rôle joué à l’époque par le général de Gaulle. »
Sa « vérité historique » à lui, c’est que Paris ne fut pas sauvé par la clémence d’un général allemand, mais par le soulèvement des habitants. Et que cette insurrection ne s’est pas produite grâce à Londres, mais plutôt malgré Londres, dont les représentants ont à plusieurs reprises freiné le mouvement.

Je vais en reproduire de larges extraits. Pas seulement parce que ces documents, avec leur ton à la fois martial et enthousiaste, possèdent un certain charme, comme l’indice stylistique de la fougue, de l’ardeur, qui habitait ces hommes. Mais aussi parce que, comme tout épisode observé d’assez près, ce passé contient des leçons pour le présent.

D’abord, le souci permanent qu’ont ces combattants de ne pas s’isoler, de ne pas s’appuyer seulement sur une avant-garde, mais de s’enraciner dans le pays, de construire une « action de masse ». Aussi déploient-ils des efforts constants pour mesurer le rapport de forces, pour prendre le pouls du peuple, pour ne pas se tromper sur son état d’esprit, avant de passer à l’insurrection.

Surtout, la place qui demeure pour la volonté. L’espoir est mince : « Si pour Noël Paris est pris, ce sera épatant », estime alors Churchill. Les Alliés ont prévu de contourner la capitale, et rien ne semble infléchir Eisenhower. Mais l’élan des résistants, non pas impulsé du sommet, mais du moins encouragé – quand les sceptiques voudraient le ralentir – cet élan va bouleverser la donne.

C’est un véritable drame qui se déroule, à huis clos, avec une immense tension : entre leurs mains, ces personnages tiennent, en partie, le destin de Paris, et donc du pays, pour la guerre mais aussi pour l’après-guerre. La capitale finira-t-elle rasée par l’occupant comme Varsovie ? Pour échapper à cette tragédie, doit-on faire profil bas ou au contraire se rebeller contre l’ennemi ? Et comment gagner, pour la suite, la souveraineté nationale ?
« Tout le monde connaît maintenant la réalité des plans alliés pour l’ensemble de la France, commente Kriegel. L’administration  militaire américaine, l’Amgot, avait prévu de faire passer sous sa coupe jusqu’aux sous-préfets ! Comment l’avons-nous évité ? Grâce à notre action et à celle de de Gaulle. »

. 

Les personnages

« Villon, représentant du Front national*, est entré au Comac comme délégué du CNR, rapporteur pour les questions militaires, écrit Kriegel-Valrimont. Villon est architecte, il a 43 ans. Sa compagne, Marie-Claude Vaillant-Couturier, est déportée en Allemagne. Né à Soultz, dans le Haut-Rhin, il a déjà été interné pendant plusieurs mois au cours de l’occupation. C’est l’un des principaux artisans du rassemblement de la Résistance française. Que de responsabilités sur d’aussi frêles épaules ! Quand, au haut d’un escalier, au début de l’année 1944, deux agents nazis ont voulu l’arrêter, il a trouvé assez d’énergie pour s’en débarrasser d’un coup de pied bien ajusté, et sauter ensuite par une fenêtre. C’est le chirurgien des hôpitaux Leibovici qui soignera ses fractures. A Yves Farge qui s’étonne de la détermination que cache ce visage buriné et intelligent, il répond : “Voilà ce que le communisme fait d’un petit Juif malingre.” »

« Le représentant de la zone Nord, Vaillant (Jean de Vogüé), est un homme des “deux cents familles”, selon le terme qui a fait fortune à l’époque du Front populaire. C’est un des dirigeants du mouvement “Ceux de la résistance”. Il est proche de la quarantaine, élégant, les cheveux séparés par une raie impeccable. Vogüé était à Londres au moment de la défaite. Il en est revenu pour reprendre le combat. Animé d’un tranquille courage, il est sans cesse soucieux de traduire les intentions en actes. »

Les « trois V » – Villon, Vaillant et Valrimont, représentant de la zone sud – dirigent le Comac. Ils sont assistés de Jacques Chaban-Delmas, le représentant de Londres.

« Délégué militaire. Celui-ci a 29 ans. Venant des milieux de l’inspection des finances, ce garçon brun, souple et sportif est apparu assez tardivement parmi les clandestins. L’évident souci qu’il a de nous séduire s’accommode mal des efforts qu’il déploie pour imposer la volonté de l’état-major de Londres. »

Quand sonne l’heure de libérer Paris, le général Pierre Koenig a 44 ans et déjà une longue carrière de militaire derrière lui. Il était parti à la Première Guerre mondiale sur ces mots de sa mère : « J’aimerais mieux te voir mort que vaincu ! » En 1940, il rejoint de Gaulle à Londres « avec la résolution de continuer la lutte jusqu’au bout, quelle qu’en fût l’issue ». Pour avoir résisté à l’avancée allemande en Afrique du Nord, notamment face au général Rommel à Bir Hakeim en 1942, il est une figure militaire emblématique de la France libre. Il représente le gouvernement d’Alger auprès du général Eisenhower. Et entend bien, comme le Comac, commander les FFI…

.

22 mai 1944. « Harcelez les troupes ! »

A peine créé, le Comac estime que les instructions de Koenig « tiennent un compte tout à fait insuffisant de la liaison nécessaire entre l’action des FFI et les actions de masse ». Aussi lui adresse-t-on un télégramme :

« Comac à Koenig.
« Primo : peuple français tout entier uni dans même désir de participer à la libération du territoire. Nécessaire dès à présent d’envisager non seulement actions FFI mais aussi désir d’action du peuple entier, prouvé par augmentations du nombre actions armées et recul allemand, devant grèves patriotiques 1er mai. »

Dès cette date, explique Maurice Kriegel-Valrimont, « s’engage un débat qui ne se terminera qu’au mois d’août. Deux positions, deux directions, vont s’affronter. D’un côté, l’état-major qui siège à Londres et qui s’exprime par sa délégation militaire à Paris, de l’autre la Résistance intérieure.
« Sur les bords de la Tamise, on estime que le commandement des FFI doit dépendre de Londres et d’Alger, que les questions militaires doivent passer au premier plan et qu’il faut créer un état d’esprit unissant le peuple français en armes contre l’envahisseur.
« Le Comidac [premier nom du Comac] est unanime à penser que les FFI doivent exécuter les plans prescrits et les missions confiées par les Alliés, mais l’essentiel pour la Résistance reste la possibilité d’engager et de réaliser des opérations conçues par elle-même, destinées à libérer tout ce qui sera possible du territoire national par sa propre action. Pour cela, les F.F.I. doivent être commandés d’ici, de Paris, et non de Londres. »
Ce désaccord sur le commandement traduit un désaccord sur le fond, sur la lutte : les résistants de l’intérieur réclament de l’« action dès maintenant sans attendre le Jour J », des « armes distribuées sans délai », que « tous les cadres des FFI, y compris les cadres subalternes, auront à faire la preuve de leur sens de l’initiative et de leur esprit de sacrifice », tandis que l’état-major de Londres temporise, se montre méfiant à l’égard de la guérilla, sceptique sur un soulèvement populaire.

Pour son baptême, le Comac envoie ainsi à tous les FFI une déclaration tout feu tout flamme « à lire devant chaque formation militaire ». Je la cite quasi-intégralement, tant cette fièvre traduit la volonté qui anime ces hommes.


« Ordre du jour du 22 mai 1944.
« A tous les officiers, sous-officiers et soldats des Forces françaises de l’intérieur, combattants des groupes francs, corps francs, francs-tireurs et partisans, hommes du maquis !
« Le Comité d’action militaire, par décision du Conseil national de la Résistance et en accord avec le gouvernement provisoire de la République siégeant à Alger, agit dorénavant comme l’organe de commandement suprême des FFI en France.
« Dans ces heures graves pour l’avenir de la patrie et peut-être à la veille d’événements décisifs, la nation a les yeux fixés sur vous.
« Avant-garde de notre peuple, vous devez lui donner l’exemple de l’union la plus complète, par-dessus les différences d’origine et d’opinion, de métier et de croyance, par-dessus les différences d’organisation.
« Qu’une seule pensée vous anime : LIBERER LA FRANCE !
« Qu’une seule volonté vous hante : rivaliser d’ardeur pour porter des coups à l’ennemi et aux traîtres.
Camarades de combat,
« Il dépend de votre courage, de votre discipline, de votre esprit d’initiative que l’ennemi, chancelant sous les coups de l’armée soviétique et de l’aviation anglo-américaine, soit écrasé.
« De votre audace et de votre dévouement à la patrie dépend l’échec du plan de l’envahisseur qui, dès les débarquements alliés, veut transformer la France en un immense camp de concentration, et tenir tous les Français à la merci de quelques milliers de mitraillettes de ses SS et de la milice du traître Darnand*.
« C’est en affaiblissant, aujourd’hui, par la guérilla et le sabotage, les forces de l’ennemi que vous répondrez à ce plan.
« C’est ainsi que vous acquerrez l’expérience du combat et la science militaire.
« C’est ainsi que sortiront de vos rangs des chefs aguerris, dignes de votre confiance et de l’admiration de notre peuple.
« C’est ainsi que vous serez capables d’encadrer les milices patriotiques qui se constituent dans les entreprises et les villages et l’immense multitude des patriotes qui ne demandent qu’à s’armer et à se battre contre l’oppresseur allemand exécré.
« C’est ainsi que vous serez capables de susciter et de prendre la tête des mouvements de masse pour empêcher les arrestations et les massacres et pour entraîner tout le pays à la désobéissance générale aux ordres de Hitler et de ses agents de Vichy.
« C’est ainsi que vous assurerez la possibilité pour notre peuple de passer à l’insurrection, inséparable, selon le général de Gaulle, de la libération nationale.
« C’est ainsi que vous contribuerez à la victoire de la France et des alliés.
« C’est ainsi que vous assurerez à la France un avenir digne de son passé de grandeur.
« Le Comac, sous l’autorité du CNR, vous ordonne donc :
« Attaquez l’envahisseur où vous le trouvez !
« Harcelez les troupes !
« Tendez des embuscades à ses convois !
« Faites dérailler ses trains !
« Faites couler ses péniches !
« Coupez ses lignes de communication !
« Armez-vous à ses dépens !
« Exterminez les traîtres, agents de la Gestapo, miliciens-assassins, PPF*, RNP* !
« FRAPPEZ, FRAPPEZ, FRAPPEZ par tous les moyens les bourreaux de notre peuple !
« Prouvez au monde que les Français de 1944 sont dignes de leurs aînés de Verdun et de Valmy !
« Gloire éternelle aux héros tombés dans les combats !
« En avant pour la victoire de la patrie !
« En avant pour la liberté de la nation !
« En avant pour son indépendance et sa grandeur !
« Mort à l’envahisseur allemand !
« Mort aux traîtres !
« Vive le gouvernement provisoire de la République présidé par le général de Gaulle !
« Vive la France ! »

.

12 juin. « Intensifier partout guérilla »

Le Comac adresse à Koenig le télégramme suivant :

« Comac demande à général Koenig user autorité pour obtenir Radio Alger, Brazzaville, BBC, New-York, Moscou, lecture intégrale et répétée ordre ci-dessous :
« Ordre à toutes les formations armées de la Résistance.
« Primo : soutenir par tous moyens action alliée…
« Deuxio : intensifier partout guérilla destruction dépôts de carburant, etc.
« Tertio : sabotage généralisé des productions ennemies… »

.

La guérilla mobile en France
« Nous n’avions pas de formation militaire ancienne. Il a bien fallu en acquérir une ! Qu’avons-nous fait ? Nous avons examiné les expériences du XIXe siècle, les soulèvements populaires, la Commune et les autres. Les francs-tireurs de Hugo* nous ont servi de référence. Et puis j’ai étudié de façon très sérieuse Clausewitz. J’étais devenu un bon connaisseur de la conception du soulèvement populaire contre un occupant, telle qu’il l’a formalisée. Nous avons utilisé tous ces éléments dans les conditions où nous nous trouvions. Tillon* l’a fait de son côté. D’un groupe à l’autre, il y avait des nuances, des différences. Mais l’important, c’est ce à quoi nous avons abouti, à savoir une conception de la guérilla mobile en France. Elle ne nous est pas venue de Tito – nous ne savions pas ce qui se passait en Yougoslavie –, ni de Mao dont nous avons découvert la pensée militaire des années plus tard. C’est ainsi que nous avons pris pour règle : “Ne vous accrochez pas à un terrain si vous n’en avez pas la maîtrise.” »
Maurice Kriegel-Valrimont.

.

14 juin. « Freinez au maximum ! »

Chaban-Delmas informe le Comac que les parachutages seront interrompus « jusqu’à la lune d’août », et il donne connaissance d’un télégramme du général Koenig.


« Ordre formel général Koenig. Etant donné l’impossibilité actuelle d’effectuer ravitaillement armes et munitions freinez au maximum je répète freinez au maximum activité de guérilla constituez petits groupes isolés plutôt que gros détachements rompre partout contact lorsque cela est possible en attendant que soyons en mesure effectuer nombreux parachutages. »

Valrimont « élève une très vive contestation basée sur les trois points suivants :

  • l’interruption des parachutages est décidée au moment où on en a le plus besoin ;
  • la communication d’ordres directs aux mouvements constitue la négation de tout commandement intérieur ;
  • la transmission d’un ordre absolument contraire aux décisions du Comac, celui de freiner la guérilla, risque de briser la lutte en France et de causer au pays le plus grave préjudice. « Nous disons à Chaban-Delmas que la résistance intérieure ne peut pas admettre ce qui vient de se produire. Visiblement, Chaban-Delmas est bien ennuyé. Il invoque un rendez-vous impérieux pour nous quitter et nous demande de reporter la question à la prochaine réunion. »

Et le Comac adresse aussitôt aux FFI un ordre contraire… s’appuyant sur le général de Gaulle, dont « les trois V » retiennent ce qui les arrange !

« En aucun cas il ne faut, comme l’a dit le général de Gaulle, se laisser mettre hors de combat sans combattre.

« Exemple : si des Allemands interdisent de sortir dans la rue, afin d’avoir le temps de mettre en place un dispositif de contrainte contre un quartier ou une ville, la descente dans la rue des troupes FFI est capable d’entraîner des masses d’hommes qui, malgré leur désir de se battre ou de se défendre, n’oseraient pas en prendre l’initiative.
« Si les Allemands ou la milice de Darnand tentaient de fouiller un groupe d’immeubles afin de découvrir des “suspects”, une attaque venant de l’extérieur dirigée contre les forces répressives peut être déclenchée et déborder l’ennemi, si des groupes de FFI en prennent l’initiative.
« Pour de telles actions des forces armées de la Résistance en faveur de l’action des masses, les diverses formations, y compris les groupes de base, doivent avoir la plus grande liberté d’initiative, chaque soldat des FFI doit être à l’affût de toute occasion d’action de ce genre et la proposer à son chef.
« (AUCUN CHEF FFI NE POURRA EXCUSER SON INACTION PAR L’ABSENCE D’ORDRE DE SES CHEFS HIERARCHIQUES.)
« Partout où le rapport de force le permet, le but de l’insurrection doit être de débarrasser le pays de l’envahisseur, de destituer les représentants de Vichy, et de les remplacer par des pouvoirs provisoires instaurés et contrôlés par les comités de la libération. »

19 juin. « Déchiré l’ordre de Koenig »

Le télégramme de Koenig a néanmoins semé la confusion :

« Villon rapporte que le délégué militaire de l’Ain, où l’action était en cours, a purement et simplement déchiré l’ordre de Koenig. Mais la paralysie qu’a provoquée ce télégramme dans les régions voisines peut causer les plus graves préjudices aux départements de la région de Lyon partiellement libérés. »

De plus, « Chaban-Delmas informe alors le Comac qu’il n’a pas transmis le télégramme du 12 juin adressé à Koenig [concernant la demande de radiodiffusion], parce qu’il le considérait contradictoire avec celui de l’état-major de Londres. »

Le Comac note que Chaban « s’est interposé comme un écran entre le commandement FFI et l’état-major de Londres. »

Koenig fait parvenir un nouveau télégramme, qui contredit complètement le précédent :

« Ordre général opération n°1. La mission de toutes forces de l’armée intérieure est de se battre… Faire continuer au maximum la guérilla insaisissable contre lignes communication ennemies… »

Et Valrimont de conclure : «
“Faire continuer au maximum la guérilla insaisissable”, tel avait été l’ordre du Comac, telle avait été la réalité de la lutte, et le dernier télégramme de Koenig en était le constat. »

.

21 juin. « Soumis au général Koenig »

Chaban ne lâche pas le débat : il « considère que les FFI doivent être soumis au commandement du général Koenig [et non au Comac]. Il considère que l’action extérieure est essentielle et que l’action intérieure doit lui être subordonnée.
L’insurrection nationale ne doit se faire que lorsque la désorganisation de l’armée ennemie sera suffisante pour l’empêcher d’utiliser les moyens dont elle disposera encore, et dont l’utilisation à l’heure actuelle aboutirait à des représailles dont il ne pense pas que la Résistance doive prendre la responsabilité. »

.

3 juillet. « Un million d’hommes prêts à agir »

Pascal Copeau, alias Corton, co-dirige le Mouvement de Libération de la zone sud.
« Il apporte au Comac les informations sur l’action qui a suivi le débarquement en zone sud.
« Nombreuses opérations militaires insurrectionnelles… Trois foyers de soulèvement dans la région de Lyon… Dans l’Ain, dès le 6 juin, occupation de certaines villes comme Bellegarde, Oyonnax, Saint-Claude et La Cluze. Dans le Vercors, les FFI contrôlent le massif, mais ils sont exposés à des attaques. Dans l’Ardèche, un important mouvement insurrectionnel a libéré Annonay et la région avoisinante.
« La conclusion de Copeau est formelle : étant donné la température du pays, on peut dire qu’il y a un million d’hommes prêts à agir et à se battre. Dans l’ensemble, dit-il, la répression est peu importante ; elle a été au total moins coûteuse que deux heures de bombardement sur une grande ville.
« Chaban-Delmas déclare que, devant cet exposé des faits, il est prêt à soutenir l’action.
« Je rappelle que Chaban-Delmas avait prévu que les foyers d’insurrection ne tiendraient pas quinze jours devant le retour offensif de l’ennemi et que l’action intérieure n’aboutirait jamais au moindre changement d’attitude des Alliés et au moindre envoi d’armes. Je me félicite, par conséquent, de l’accord de Chaban-Delmas, à condition qu’il ne change pas d’avis et qu’il participe aux solutions nécessaires. »

.

5 juillet. « Grande nation indépendante »

C’est publiquement que, dans sa directive, le Comac désavoue les envoyés de Londres :

« L’aspiration à la liberté, à l’indépendance et à la grandeur n’a de sens que dans la mesure où le peuple français participe au combat.
« La France ne pourra faire figure de grande nation indépendante que si les Français sont les artisans de leur libération.
« Les FFI, liées aux masses populaires, ont libéré des portions de territoire dont la superficie dépasse de très loin celle de la tête de pont alliée. Cette libération, non conçue par l’état-major interallié, est le fait de l’initiative des formations de l’intérieur, elle est le fait de la France.
« Contrairement aux prévisions du DMN [le Délégué militaire national, Chaban], ces actions ont été hautement appréciées par l’état-major interallié qui, dans un communiqué, a reconnu que des divisions entières de l’ennemi avaient été paralysées par les FFI et tenues loin des zones de combat.
« Les missions alliées qui ont pu constater l’ampleur des actions en France sont immédiatement intervenues pour satisfaire aux demandes d’armes et de matériel, et le jour où parvenait dans l’Ain l’information du général Koenig que les parachutages étaient suspendus et le télégramme donnant l’ordre de freiner la guérilla, parvenait également, sur la demande d’officiers alliés, le plus important parachutage jamais reçu.
« Nul doute que le rôle des chefs de la Résistance soit de souligner les possibilités intérieures pour obtenir les moyens qui permettront de développer l’action libératrice, à tel point qu’elle devienne un élément dont la stratégie alliée ne puisse pas méconnaître l’importance.
« Il est dès maintenant impossible de nier que l’action intérieure n’est pas dans une dépendance étroite des conceptions stratégiques alliées.
« Certaines fautes ont été commises. Des formations se sont livrées au jour J à des actions qui n’étaient pas liées à l’action des populations et qui ont abouti à des échecs dans la mesure où les objectifs étaient trop ambitieux ; l’erreur a été d’agir sans liaison avec les masses, en vertu d’une “idée” qui attribuait au jour J des vertus magiques.
« Les ordres du Comac précisent qu’il faut agir selon la situation concrète et tenir compte des possibilités et de la volonté de participation des masses à l’action que l’on veut entreprendre.
« Une autre faute a été commise : sur les indications des radios alliées, de nombreux Français ont quitté leur foyer pour rejoindre le maquis. Dans certaines villes, on a constaté des départs massifs ; dans ce cas, on a agi en vertu de “l’idée” de “ groupements mobilisateurs” exposée dans une instruction Koenig, dans le cadre de la stratégie alliée.
« Là encore, les faits ont démontré qu’on avait simplement dirigé vers des lieux de concentration qui n’étaient nullement préparés à cet effet, des hommes désarmés, courant des risques inutiles, sans aucune possibilité d’action. »

31 juillet 1944. « Même seul »

Le Comac durcit encore le ton : qui ne combat pas est un traître !
Voilà l’« Ordre du jour adressé à tous les officiers de l’armée française » :

« I – Rechercher immédiatement le contact avec l’une des organisations intégrées aux FFI.
(…)
« II – Si vous n’avez pas le moyen de prendre contact avec une organisation de Résistance, formez vous-même un groupe de combat avec cinq ou six patriotes sûrs, afin d’agir sans cesse contre l’ennemi, ses troupes, ses transports.
(…)
« IV – Même seul, sans moyen immédiat de joindre les FFI, les milices patriotiques, ni de former un groupe de combat, même sans armes, vous devez agir contre l’ennemi en exécutant des sabotages, en vous attaquant à ses soldats ou officiers isolés, ou contre les traîtres avérés ou agents de la Gestapo ou délateurs.
« Ceux qui se soustrairaient à l’exécution de ces ordres, ceux qui se contenteraient d’attendre qu’on vienne les chercher, (…) ceux-là perdraient définitivement le droit de revendiquer la qualité d’officier ou de sous-officier français. »

.

16 août. « Vous creuserez des tranchées »

Alors que « des troupes françaises, anglaises et américaines ont débarqué entre Nice et Marseille », même à mains nues, luttez !, exige le Comac :
« Empêchez les formations d’Hitler d’opérer les mouvements prévus. Que pas une voie de chemin de fer, pas une route,           pas un canal allant du midi au nord de la France ne soit utilisable par l’ennemi ; que chaque tournant de route soit une            embuscade, que de chaque fourré surgisse un danger pour lui.

« A défaut d’armes, vous tendrez des câbles, vous abattrez des arbres, vous creuserez des tranchées, vous déboulonnerez des rails, vous crèverez des pneus, vous incendierez les citernes et les dépôts de carburant ennemis.
« Et chaque fois que vous le pourrez, vous prendrez des armes à l’ennemi et vous armerez les patriotes. »

.


17 août. « Attaquer un char »

La grève s’étend à Paris, chez les cheminots, dans le métro, la police. Les affiches des résistants ne sont plus arrachées. Laval* et certains services nazis évacuent la ville. Von Choltitz exécute soixante-huit patriotes.
Le Comac diffuse une instruction très détaillée sur les moyens d’attaquer un char…

.

19 août. « Sans pitié »

La grève devient presque totale : PTT, textile, métallurgie, etc.
Les FFI s’emparent des Halles, de la poste centrale, de la Pitié, de la préfecture de police.
D’après von Choltitz, « la liaison entre les points d’appui allemands devient difficile ». Et le général allemand ordonne de « nettoyer les points de résistance importants », « sans pitié », de « détruire les maisons d’où partiront les coups de feu ».

.

20 août. « Un sabotage »

Alors que l’insurrection gagne du terrain, coup de tonnerre :


« Rol à Comac
Le 20, à 7 heures du matin
J’apprends par un officier d’état-major que Chaban (DMN) a donné hier des ordres impératifs au colonel Lizé [le chef FFI du département de la Seine, adjoint de Rol-Tanguy] pour éviter tout combat dans Paris, et toute effusion de sang. »

Par le biais du consul de Suède, Von Choltitz a proposé une trêve aux résistants. Une option qu’appuie, devant le CNR, Chaban – de retour de Londres : « Après des conversations qu’il avait eues avec les généraux américains, et en particulier avec Patton, il n’y avait pas lieu de compter sur une arrivée prochaine des Alliés. Il se prononçait en faveur d’une trêve. Villon s’y était opposé de la manière la plus vive, en dénonçant les dangers que ces pourparlers faisaient courir à la population et la gêne majeure qu’ils apportaient au développement de la lutte.
Le CNR avait renvoyé sa décision au lendemain. »


Dès lors, dans les rues, en pleine bataille, des ordres contradictoires sont délivrés.
A la préfecture, « il a été décidé de cesser le feu à 21 h 40 », et des voitures de police circulent dans les rues, avec des haut-parleurs, prônant la trêve… »
Le commandement FFI condamne, à l’inverse, ce « sabotage ».

Les « trois V » donnent leur « opinion sur les pourparlers de trêve ».

« Le Comac exprime sa surprise de voir que des pourparlers pour une trêve ont été poursuivis par des personnalités non-qualifiées. »

Voilà pour la forme.
Et sur le fond :

« Les partisans de la trêve prétendent que celle-ci doit avoir pour but de sauver les occupations de certains bâtiments publics d’une attaque où elles auraient le dessous par manque de munitions.
« Le Comac, fort de son expérience et de l’étude des bons et mauvais exemples de lutte menée par les FFI dans le pays, peut affirmer que le sort de l’action engagée ni celui des combattants ne dépendent de la possession d’un immeuble, qui n’a qu’une valeur de symbole.
« A Paris comme ailleurs, la tactique du plateau des Glières* est une faute, alors que la guérilla mobile est efficace.
« Il faut appeler toute la population à participer effectivement à la lutte, l’inviter à établir des obstacles gênant l’ennemi, etc. »

21 août. « Je n’obéis pas »

Le CNR se réunit pour trancher.

« Chaban-Delmas évoque encore des représailles possibles ; il soutient qu’une quantité considérable de chars Tigre peut intervenir à tout moment et il qualifie la trêve avec von Choltitz de gentleman’s agreement. »

Les « trois V » se fâchent.
Jean de Vogüé est le plus acéré :
« Je viens de quitter les combattants et j’y retourne car, avec eux, je suis à mon aise et le devoir est clair. Nous faisons la guerre : c’est une chose dure, qui réclame de l’énergie, de l’audace et de l’abnégation. On l’a oublié en 1940, d’où la défaite. Il ne faudrait pas l’oublier maintenant. Il faut de la clairvoyance dans les décisions, puis du caractère, et une énergie indomptable dans l’exécution ; enfin de l’audace réfléchie de la part du commandement et de la troupe.
« Je parle en officier français, venu en France pour combattre et, depuis quatre ans, j’attends ce moment. Depuis deux jours, les combats sont déclenchés. Le moral des FFI est magnifique ; ils prennent des armes sur l’ennemi, la cohésion des diverses formations se réalise, l’autorité des chefs sur les hommes s’affirme, la population apporte son aide. Le moral de l’ennemi est brisé : il ne veut plus se battre dans Paris, mais sauver ce qui reste : ses propositions le prouvent, elles émanent d’un ennemi qui se sent battu.
« Et c’est ce moment-là qu’un homme, se parant du titre de général français, choisit pour négocier, pour accepter les conditions d’un ennemi en pleine retraite ! Il ne voit donc pas la place de ces journées dans l’histoire du pays ? Il arrête des combats victorieux qui rendront au peuple parisien sa fierté, son sens de la grandeur, l’unité dans la victoire !
« N’importe quel sous-lieutenant sait que, quand l’ennemi faiblit, il faut redoubler les coups pour l’abattre, qu’il ne faut jamais arrêter une troupe bien engagée, qu’on ne négocie pas sous le feu ! Ce n’est pas au moment où on peut saisir la victoire qu’il faut s’arrêter, laisser s’échapper l’ennemi et se déshonorer !
« Et quel effet cela aura-t-il sur les combattants ? Quel effet moral ? On risque de rompre leur cohésion, et de livrer leur enthousiasme qui est leur force principale. Il ne faudrait pas croire qu’on peut ainsi les arrêter, puis les relancer dans la lutte comme des pantins. Pour ma part, je n’obéis pas à un ordre de trêve. Ma conscience d’officier et de Français me l’interdit.
(…)
C’est tout ce que j’avais à dire : je demande aux membres du CNR de se hausser à la hauteur des événements, et je vais retrouver mes camarades de combat. »

Le CNR se rallie à un appel au combat.
Sera placardée l’affiche suivante :


« Parisiens,
« L’insurrection de Paris a déjà libéré de nombreux édifices publics de la capitale. Une première grande victoire est remportée.
« La lutte continue. Elle doit se poursuivre jusqu’à ce que l’ennemi soit chassé de la région parisienne.
« Plus que jamais, tous au combat !
« Abattez les arbres, creusez les fossés antichars, dressez des barricades.
« C’est un peuple vainqueur qui recevra les Alliés. »

.


22 août. « Rôle de frein »

Devant les faits, Chaban se rend.
« Les conditions de l’insurrection nationale sont réunies depuis aujourd’hui. Contrairement à certaines informations que l’on m’avait données, le commandement allemand ne dispose pas d’une importante réserve de chars Tigre. L’état-major de l’hôtel Meurice doit disposer au total d’environ 3 000 hommes. Que ceci soit notre dernière discussion. Jusqu’à maintenant, j’ai joué un rôle de frein ; aujourd’hui, je suis décidé à me battre. »

Et voici simple, immédiate, la réponse de Jean de Vogüé : « Vous avez joué un rôle de frein… Consolez-vous, vous n’avez pas freiné grand-chose. »

.

24 août. « Des forces d’ordre »

L’offensive FFI s’est accentuée.
La division Leclerc parvient à Longjumeau.
Les Allemands sortent par la porte Dorée et la porte de Vincennes.
Mais une consigne tombe de la préfecture : « Par ordre du général Koenig, les gardiens de la paix ne sont plus sous le commandement des FFI. Ils repassent sous l’autorité du préfet de police. »
Il s’agit, explique-t-on, de constituer des « forces d’ordre ». Et les gardes gouvernementaux refusent, désormais, d’obéir au commandement. Un groupe de la préfecture reprend même un canon aux FFI !
Alors que les barricades sont encore attaquées par les chars, les policiers se préparent à lutter contre un autre ennemi : les rouges. Que l’insurrection nationale ne tourne pas à la révolution sociale.

Les patriotes en pestent :
« Lizé (…) est un colonel d’active, un homme tout d’une pièce. Pendant la préparation de l’insurrection, il disait à son chef d’état-major, Massiet-Dufresne, qu’il était décidé à faire obstacle à une emprise communiste sur Paris. Mais il a vécu l’insurrection au contact des combattants et il s’est comporté comme un combattant. Maintenant, il s’indigne : “Que signifient toutes ces interventions de Koenig qui nous empêchent d’utiliser toutes les forces disponibles pour porter à l’ennemi des coups décisifs ?” »

Et Kriegel-Valrimont de conclure : « Tous les regards sont fixés sur Chaban-Delmas. »

.

25 août. « Mission accomplie »

La division Leclerc arrive, et le QG allemand est pris.

« Il reste une seule question, celle de la signature de la reddition.
« Je fais remarquer à Leclerc que les combattants de la Résistance française, qui ont engagé la lutte et qui la poursuivent, seraient écartés de la victoire d’une bataille qu’ils ont menée et qu’ils sont décidés à poursuivre.
Le général Leclerc convient de la nécessité de faire participer les combattants de Paris à la victoire obtenue et l’acte de reddition est immédiatement dactylographié à nouveau, portant en tête qu’il est conclu entre le colonel Rol, commandant des FFI de l’Île-de-France, le général Leclerc, commandant de la deuxième division blindée, et le général Von Choltitz, commandant militaire des forces allemandes dans la région de Paris.
« C’est à la suite de cette décision que Rol et moi emmenons von Choltitz dans une voiture blindée à la gare Montparnasse. Quand je regarde Rol à côté de moi, je lis, comme dans un miroir, des sentiments simples et forts : nous sommes maigres, mal rasés, mal habillés, mais enfin ce pourquoi tant des nôtres ont sacrifié leur liberté et leur vie est accompli. »

.

27 août. « La France, c’est moi »

« Le général de Gaulle a convié au ministère de la Guerre les dirigeants militaires de l’insurrection parisienne. Nous sommes un peu plus d’une vingtaine. Il fait une entrée solennelle. Les présentations sont d’un laconisme militaire ; il congédie chacun des officiers par un “C’est bien, au suivant !” L’un des présents a le bras droit en écharpe, il a été blessé ; au moment où de Gaulle s’approche de lui, dans un geste touchant, il tend sa main gauche. De Gaulle ne la voit pas, et cette main tendue tombe, inerte, au bruit sec du : “Au suivant !”
« Nous aurons tout de même droit à quelques paroles, parmi lesquelles on entendra : “Je vous remercie de ce que vous avez fait ; c’est très bien, vous avez libéré Paris. Grâce à vous, la France aura sa place plus glorieuse dans le monde. ” (…)
« Quelques temps plus tard, avec une délégation du Mouvement de libération national, nous constatons la même attitude, et nous entendons tomber, de sa bouche un peu amère, cette formule lapidaire : “La France, c’est moi.” »

Une Trouvaille de Robert Bibeau

.

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

Un expert de la CIA témoigne sur la fraude électorale de Joe Biden

Par : admin

samedi 28 novembre 2020

navid-keshavarz-nia-9f3d1D’après un expert en cybercriminalité de la CIA, des centaines de milliers de votes ont été manipulés au profit de Joe Biden.

Un expert de la cybercriminalité, récemment encensé par le New York Times, a déclaré dans une déposition sous serment lors d’une plainte de l’avocate Sidney Powell que des centaines de milliers de voix ont été transférées du président Trump à Joe Biden lors de la soirée électorale.

En septembre 2020, le Times a écrit un article élogieux de Navid Keshavarz-Nia, mentionnant qu’il était considéré par ceux qui ont travaillé avec lui, comme une personne très intelligente. Navid Keshavarz-Nia est vice-président et directeur principal de la sécurité de l’information pour Black Key Solutions LLC, il a également été sollicité par des géants financiers tels que la Deutsche Bank.

Son expertise en matière de big-data architecture, cloud computing, security and blockchain technology a été utilisée par la CIA, le FBI, l’Agence nationale de sécurité, le contre-espionnage militaire américain et le Département de la sécurité intérieure.

Sa déclaration sous serment a été déposée en même temps que la plainte de Powell mercredi dernier dans un tribunal de Géorgie.

« Je constate avec certitude que les données relatives aux élections de 2020 ont été modifiées dans tous les États, ce qui a entraîné des transferts de vote du président Trump au vice-président Biden par centaines de milliers. »

Ces manipulations, sont le résultat de vulnérabilités généralisées des logiciels et des systèmes de vote qui ont permis une « cyber-attaque » par des opérateurs clandestins.

Powell a déposé mercredi soir, deux plaintes affirmant que les preuves de fraude massive devraient annuler les résultats de la Géorgie et du Michigan.

Rudy Giuliani, ainsi que des législateurs de l’État de Pennsylvanie, ont entendu des témoins confirmant la fraude qui a eu lieu le soir de l’élection, notamment le déversement présumé de quelque 570 000 bulletins de votes en faveur de M. Biden aux petites heures du matin après la fermeture des bureaux de vote. Le soir de l’élection, Trump a mené en Pennsylvanie avec près de 700 000 voix, dont 65 % ont été enregistrées.

Sidney Powell a décrit, dans un dépôt de plainte de 104 pages en Géorgie, un plan qui aurait pour but de « manipuler illégalement et frauduleusement le décompte des votes pour assurer l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis ».

« Le bourrage des urnes à l’ancienne », a été « amplifié et rendu pratiquement invisible par des logiciels informatiques créés et gérés par des protagonistes dans le pays et à l’étranger ».

La fraude a été possible par les machines de vote électronique de Dominion Voting Systems qui peuvent être connectées à Internet.

Selon la plainte « ces anomalies mathématiques et statistiques sont impossibles, comme le démontrent les déclarations de plusieurs témoins, la documentation et les témoignages d’experts concernant ce système de vote utilisé dans l’État de Géorgie »

Source

titre documents joints

Source : Geopolintel.fr

Pourquoi cette défiance des Français envers la Presse ?

Par : admin

176 k abonnés
Certains se plaignent du développement du « complotisme » et de l’hostilité croissante des Français à l’encontre de leurs médias ? Mais cette défiance ne tombe pas du ciel. Elle a des raisons objectives. François Asselineau en examine plusieurs dans cette nouvelle vidéo : problèmes de financement, subventions publiques qui bafouent le principe de neutralité, subventions privées qui influent sur la ligne éditoriale, parti pris scandaleux de l’AFP… #Media #Debunk #Presse
Source : Youtube

AH2020 *LE 20 HEURES* 30/11/2020 ***TENEZ-VOUS PRÊTS***

Par : admin

Il y a peu de temps, nous les lanceurs d’alerte nous étions catalogués de « vilains complotistes », l’Etat profond est une invention de notre imagination, les méfaits de la 5G n’en parlons pas, quand au vaccin à Nanoparticules, il faut être « dérangé » du cerveau  pour parler de cette Macro-dictature…

Et bien voyez par vous même le lien situé sous cette vidéo et osez nous traiter encore de complotiste…

Channel profile picture
L’alliance Humaine 2020
Source : Odysee

Il y a peu de temps il fallait être complotiste pour imaginer que le futur vaccin contre la Covid serait à Nanoparticules. Ouvrez les yeux et regardez par vous même :

Vos infos, news ( et autres ) du 2 décembre 2020..

Par : Volti
POLITIQUE/SOCIÉTÉ «Des mesures restrictives et dissuasives» envisagées pour les Français qui iront à l’étranger pour skier à Noël, annonce Macron. Le président de la République a évoqué ce sujet lors d’une conférence de presse commune avec le premier ministre belge, qu’il recevait à l’Élysée mardi 1er décembre. Il a indiqué que le gouvernement envisageait de prendre «des mesures restrictives et […]

Suicide d’un gendarme de 57 ans.

Par : admin

Deuil-Grenade-Gie-600x400

 

Le corps sans vie d’un sous-officier de gendarmerie de 57 ans a été découvert en début de matinée, ce lundi 30 novembre, dans le Morbihan. Affecté dans une unité de l’Hérault, l’adjudant-chef aurait prévenu un membre de sa famille avant de se donner la mort
La brigade de recherches de Vannes est en charge de l’enquête. D’après les premiers éléments, tout laisse penser que le militaire a choisi de se suicider avec son arme de service. Une arme retrouvée à côté de lui.
(Source l’Essor)
128683370_680764359228695_4353802858590570950_oLe compteur de la honte
bandeau-Asso-APG-1024x91 Resized
L’Association Professionnelle Gendarmerie (APG) présente  à sa famille et à ses collègues ses sincères condoléances.Depuis le 1er janvier 2020 à ce jour, 28 Policiers, 9 Gendarmes et 4 Policiers Municipaux se sont donné la mort.Rappelons qu’au cours de l’année 2019 nous aurons eu à déplorer le suicide de 59 Policiers,  10 Policiers municipaux et 17 gendarmes.
Nous publions ci-dessous une liste qui, nous nous l’espérons, ne s’allongera pas comme l’année dernière.
bougie-carree600x400
04/01/2020 – 1 policier, Thierry H., la quarantaine, Affecté au SDLP, ex SPH Paris (75)13/01/2020 – 1 policière, Marielle M. 52 ans, arme de service, commissariat de Saint-Nazaire (44)13/01/2020 – 1 Policier, Laurent P. 52 ans, affecté au Centre de Rétention Administratif  RENNES (35)23/01/2020 – 1 policier, William M. 47 ans, affecté à la Police aux frontières (PAF) d’Orly (94)25/01/2020 – 1 gendarme, Benjamin B. 38 ans – Gendarmerie nationale  Valenciennes (59)

22/02/2020 – 1 policier, Mathias âgé de 26 ans, ADS affecté à la PAF de Nantes (44)

09/03/2020 – 1 policier, Thomas S. 36 ans, BAC Nuit de Vitry sur Seine (94)

10/03/2020, 1 policier, Jean-Marc 56 ans, Major de police à la CRS 48 à Chatel-Guyon (63)

07/04/2020 1 policier, Lionel T. était Major de Police, FTSI de SENS (89)

07/04/2020 1  Policier.  Thiérry  père de 2 enfants en poste à l’État-Major de Mayotte

10/04/2020  – 1 policière,  Céline P.  45 ans, affectée au Service central du renseignement territorial (SCRT), Charenton-le-Pont (94)
13/04/2020 – 1 gendarme, Meddy, femme gendarme en poste  brigade de DUMBEA (Nouvelle Calédonie)
25/04/2020 – 1 policier, Christian V-Q, âgé de 51 ans,  Cie Musique Gardiens de la Paix à Paris Meudon(92)
03/05/2020 – 1 policière, Naïma M., mariée mère de 4 enfants, affectée au HAVRE (76)

02/06/2020 –   1 policier,  Olivier L. – Brigadier-Chef 49 ans – Commissariat de  Reims (51)

05/06/2020 – 1 policier Municipal,   Mickaël M. 34 ans – Police municipale de Raon l’Etape (88)

09/06/2020 – 1 policier, Jean-Baptiste C., arme de service, 3ème division de la DPJ, Paris (75) 

10/06/2020 – 1 Policier, Frédéric D., 48 ans, 2 enfants, Police Aux Frontières de Chambéry (73)

29/06/2020 – 1 policier,  âgé de 24 ans,  ADS en poste en Seine Maritime à ROUEN (76)

30/06/2020 – 1 policier, il n’avait pas 21 ans, ADS en poste à Marseille centre (13)

02/07/2020 – 1 policier, Ludo D, ancien motocycliste, en poste à NANCY (54)

08/07/2020 – 1 policier, Pascal D., Major à la CRS 52 de Sancerre (18)

15/07/2020 – 1 gendarme, affecté à la  brigade de recherche de Meylan (38)

28/07/2020 – 1 policier municipal, Brigadier Chef Principal, affecté à Chartres de Bretagne (35)

29/07/2020 – 1 Policier, âgé de 47 ans, brigadier chef à AGEN (47)

18/08/2020 – 1 gendarme, âgé de 34 ans, arme de service, brigade de Tessy-Bocage (50)

18/08/2020 – 1 policier municipal, Brigadier-Chef principal, 50 ans, police municipal de Nice (06)

22/08/2020 – 1 policier, brigadier-chef de la police, CP de Thionville (57)

23/08/2020 – 1 policier, Major âgé de 50 ans, service opérationnel à Marseille (13)

25/08/2020 – 1 gendarme adjoint volontaire (GAV) de la brigade territoriale de Colmar (68)
03/09/2020 – 1 policier, Marcel R., 51 ans, affecté au GAJ du CSP de Villeneuve-d’Ascq (59)
04/09/2020 – 1 policier, Olivier P., affecté au commissariat de Bourges (18)
06/09/2020 – 1 policière, Aurélie, 27 ans, du CSP de Sartrouville (78)
15/09/2020 – 1 gendarme, 31 ans, arme de service, Strasbourg (67)
29/09/2020 – 1 gendarme, caserne Chateaubriand à Bourg-en-Bresse (01)
09/10/2020 – 1 policier, Marc 47 ans, en poste à Montauban (82)

07/10/2020 – 1 policière – Thérèse M. – Police nationale  75 Paris

18/11/2020 – 1 gendarme -  officier du GBGM –  Versailles-Satory (78)

30 novembre 2020 – 1 gendarme,  adjudant-chef affecté dans une unité de l’Hérault,

À partir d’avant-hierVos flux RSS

VIDÉO- La théorie de l’Inhibition de l’action (Henri Laborit)

En images, l’expérience sur les rats citée dans le Tome 2 de la Méthode.

Ceux qui ne connaissent pas cette expérience doivent s’attendre à être… secoués !

Beaucoup parmi vous vont se reconnaitre (pour ne pas dire tout le monde).…

[LIVE A 21h] COVID19 : l’accélérateur du Grand RESET

Entretien avec Charles Sannat Editorialiste/économiste chez Insolentiae.com

L’article [LIVE A 21h] COVID19 : l’accélérateur du Grand RESET est apparu en premier sur PLANETES360.

Fermeture des commerces: sacrifiés pour un «effet choc»?

La réouverture des magasins dits «non essentiels» n’a pas calmé l’inquiétude des commerçants qui n’ont que quatre semaines pour rattraper le retard accumulé pendant le deuxième confinement. Le nouveau protocole sanitaire est jugé contraignant, la concurrence avec le commerce en ligne est critiquée car déloyale, et les surplus de stock demeurent. Bien que le gouvernement tente d’apporter des solutions, beaucoup s’interrogent encore sur les causes qui ont poussé à la fermeture des magasins. Mais il semblerait qu’un ministre belge ait donné la véritable raison… et elle n’a rien de sanitaire.

L’article Fermeture des commerces: sacrifiés pour un «effet choc»? est apparu en premier sur PLANETES360.

Le dragon vole, l’aigle s’écrase lors des sommets géoéconomiques

Par Pepe Escobar.  Sur  Mondialisation.ca

Quatre sommets géoéconomiques en une semaine racontent l’histoire de notre situation en ces temps de dystopie suprême.

La signature (virtuelle) du RCEP au Vietnam a été suivie par la réunion tout aussi virtuelle du BRICS à Moscou, la réunion de l’APEC en Malaisie et le G20 le week-end dernier en Arabie Saoudite. (Ce qui donne un aperçu de la panique qui s’épand parmi ces puissances tétanisées qui tentent de reconstruire leur unité de façade avant la grande chevauchée de la crise incontrôlée. NDLR).

 

Les cyniques n’ont pas manqué de remarquer le théâtre spectaculaire de l’absurde d’avoir les 20 premières économies – du moins en théorie – discutant de ce qui est sans doute le tournant du système mondial, reliées à une hacienda pétrolière du désert favorable à la décapitation avec une mentalité du 7ème siècle. (Pour un regard différent sur le sommet du G20 voir ici: https://les7duquebec.net/archives/260362).

 

La déclaration de Riyad a fait de son mieux pour lever le sombre climat planétaire, en promettant de déployer « tous les outils politiques disponibles » (sans détails précis) pour contenir le Covid-19 et héroïquement « sauver » l’économie mondiale en « faisant progresser » la préparation à la pandémie mondiale, le développement et la distribution de vaccins – en tandem avec l’allégement de la dette – pour le Sud global.

 

Pas un mot sur la Grande Réinitialisation – le plan du « Meilleur des Mondes » concocté par Schwab de Davos et entièrement soutenu par le FMI, Big Tech, les intérêts transnationaux du Grand Capital et le si bienveillant Prince Charles. Pendant ce temps, les sherpas du G20 se plaignaient officieusement de l’absence de véritable gouvernance mondiale et des multiples attaques contre le multilatéralisme. (Dont la Chine de Xi. NDLR). Et pas un mot non plus sur la véritable guerre des vaccins entre les coûteux candidats occidentaux – Pfizer, Moderna, AstraZeneca – et les versions russo-chinoises beaucoup moins chères – Sputnik V et Sinovac.

 

Ce qui semble être le cas, c’est que tout programme – sinistre ou autre – correspond à la promesse unique du G20 d’offrir «les opportunités du 21ème siècle pour tous en donnant du pouvoir aux gens, en sauvegardant la planète et en façonnant de nouvelles frontières».  (Et blablabla… en 20 langues ou presque. NDLR).

 

La Maison de Xi

Au G20, le Président Xi Jinping n’a pas manqué l’occasion – après le RCEP, le BRICS et l’APEC – (on comprend ici qui a l’initiative mondiale. NDLR) de souligner une nouvelle fois les priorités de la Chine : multilatéralisme, soutien à la réforme de l’OMC, vaste coopération internationale en matière de recherche et de production de vaccins.  Mais ensuite, parallèlement à la réduction des droits de douane et à la facilitation du commerce de fournitures médicales essentielles, Xi a proposé un code QR mondial pour la santé – un moyen judicieux de rétablir les voyages et le commerce mondiaux : « Tout en contenant le virus, nous devons rétablir le fonctionnement sûr et harmonieux des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales ». (Xi pousse le bouchon du contrôle de masse via les technologies numériques, un terrain où la Chine retarde sur les États-Unis. NDLR).

 

Comme on pouvait s’y attendre, des cris d’intrusion néo-orwellienne ont été entendus, comparant le code QR au système de crédit chinois, exceptionnellement mal compris. La Grande Réinitialisation de Schwab propose en fait quelque chose de similaire, avec des connotations encore plus néo-orwelliennes, déguisées sous une innocente application « Covid Pass », ou « passeport santé » hautement sécurisé.  Ce que propose Xi n’est rien d’autre qu’une reconnaissance mutuelle des certificats de santé, délivrés par différentes nations, sur la base de tests d’acide nucléique. Pas de vaccins modificateurs de gènes couplés à des nanopuces. Ces codes QR, intégrés aux applications de santé, sont déjà utilisés pour les voyages intérieurs en Chine.

 

Les responsables chinois ont clairement indiqué que Pékin travaillait en tant que représentant du Sud Global au sein du G20. C’est le multilatéralisme en action. Et la dynamique multilatéraliste s’étend du RCEP – signé entre 15 nations – à la brillante manœuvre de Sun Tzu de la Chine qui accepte même maintenant l’Accord Global et Progressif pour le Partenariat Trans-Pacifique (CPTPP), le successeur du TPP promu et approuvé par Obama.

 

Ce renouveau – un cas de « Rendre le TPP Chinois à nouveau » – peut être envisagé parce que Pékin a non seulement maîtrisé la manière de contenir le Covid-19 mais se remet aussi en marche à la vitesse de l’éclair. La Chine sera la seule grande économie en croissance en 2020 – conduisant de facto le monde vers un paradigme post-Covid provisoire. La réunion de l’APEC a clairement montré qu’avec l’Asie de l’Est sous les feux de la rampe, comme le montre le RCEP, le « leadership » américain tant vanté diminue inévitablement.  (Autant de signes indiquant qui est le dauphin qui succèdera au vieil empereur déchu. NDLR).

 

L’APEC a promu une « Vision 2040 de Putrajaya », qui condense une Asie-Pacifique « ouverte, dynamique, résistante et pacifique » jusqu’en 2040. Cette vision s’inscrit parfaitement dans les trois plans quinquennaux chinois cumulés jusqu’en 2035, approuvés le mois dernier lors du plénum du PCC à Pékin.

L’accent est mis, une fois de plus, sur le multilatéralisme et une économie mondiale ouverte.

Peu de personnes sont plus à même de saisir le moment que le professeur Wang Yiwei, de l’Institut des Affaires Internationales de l’Université de Renmin, qui a écrit le meilleur livre chinois sur l’Initiative Ceinture et Route (BRI). Wang souligne que la Chine se trouve dans une période « d’opportunité stratégique » et qu’elle est aujourd’hui « le plus puissant leader de la mondialisation ». L’accent mis par la Chine sur le multilatéralisme va « activer la connectivité et la vitalité d’une plateforme commerciale comme le RCEP ».

Plus étrange que la fiction

Comparez maintenant tout cela avec le tweet de Trump au G20 sur la dystopie électorale et le fait de privilégier le golf au lieu de discuter de l’endiguement du Covid-19.

Et puis il y a « Les Éléments du Défi Chinois », la nouvelle épopée délirante de 74 pages concoctée par le bureau du Secrétaire d’État Mike  » Nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo.  Les hurlements diplomatiques qui le comparent au tristement célèbre « long télégramme » de George Kennan qui codifiait l’endiguement de l’URSS pendant la Guerre Froide sont absurdes. La réaction du Ministère des Affaires Étrangères chinois était plus pertinente : ce télégramme a été concocté par des « fossiles vivants de la Guerre Froide » et est condamné à être « consigné dans la poubelle de l’histoire ».

 

Le Président Xi Jinping, au RCEP, au BRICS, à l’APEC et au G20, a exposé de façon concise le cas chinois : multilatéralisme, coopération internationale dans de multiples domaines, économie mondiale ouverte, représentation adéquate des intérêts du Sud Global. (Voilà le crédo de la concurrence pour qui administre une économie expansionniste. Les USA ne disaient pas autrement il y a un siècle. NDLR).

Alors que nous attendons un ensemble d’impondérables jusqu’au 20 janvier 2021, la fiction offre peut-être une approche angulaire de ce qui pourrait arriver à l’économie mondiale.

Entre « Billions », saison 5, épisode 2, dialogue écrit par Andrew Ross Sorkin.

Axe : « Vous savez qu’on nous appelle les commerçants « joueurs ». L’économie mondiale est un grand casino, alimenté par une bulle de dette géante et des produits dérivés gérés par ordinateur. Et il n’y a qu’une seule chose de mieux que d’être un joueur dans un casino ».

Wags : « C’est être la maison ».

Axe : « C’est ça. Il y a une machine systématisée qui aspire les capitaux des localités et les injecte sur les marchés mondiaux, où ils peuvent être utilisés pour spéculer et manipuler. Et si quelque chose tourne mal, il y a des renflouements et des sauvetages, des aides fédérales et des assouplissements. Où le gouvernement ne vous traque pas, mais vous donne au contraire un beau filet de sécurité dans lequel vous pouvez atterrir ».

Wags : « C’est votre réponse à la discussion : Vous voulez devenir une banque ».

Hache : « Je veux devenir une banque ».

Wags : « Pour la voler ? »

Hache : « Pour que je n’aie pas à le faire ».

Pepe Escobar


Article original en anglais : Dragon flies, eagle crashes at geoeconomic summits. XI made his case for multilateralism, international cooperation and Global South representation while Trump was absent or golfing, Asia Times, le 23 novembre 2020.

Traduit par Réseau International

La source originale de cet article est Asia Times

De nouveaux effets français créés par une haine extrême

Il y a eu une erreur technique dans le dernier article : « On sait sous quelles règles les « soldats de la paix » russes sont présents en Ossétie du Nord et en Abkhazie en Géorgie, et quelles en sont les conséquences ». Il aurait dû être écrit « Ossétie du Sud ». Un cher lecteur nommé « roman_garev » a vu cette erreur et m'a accusé d'ignorance. Merci, cher lecteur, pour votre attention. Ceci, bien sûr, est une erreur technique, j'ai rappelé que je suis allé en Ossétie du Sud (...) - Tribune Libre

Belgique, une incroyable censure de l’Etat filmée en direct. Voici la question interdite. Vidéo

Le Nouveau Monde exige le « consensus ». Toute dissonance est soumise à censure. D’une manière ou d’une autre. Et celle-ci prend différentes formes en 2020. On a largement assisté à la décrédibilisation de personnes de premier plan, étiquetées complotistes. Une stratégie redoutable, bien rodée, qui fait mouche encore (de moins en moins) auprès des personnes qui ne s’informent qu’auprès des médias sous contrôle de la haute finance. Nous vivons au quotidien les suppressions brutales de vidéos de la plateforme youtube. Facebook est pas mal dans son genre aussi. Toutefois, dans cette vidéo, nous découvrons une forme surprenante de censure. Cette fois-ci, elle est directe, et empêche un représentant de la presse de formuler sa question normalement lors d’une conférence de… presse de son gouvernement. Assez troublant. En cas de censure de cette vidéo, vous pouvez allez directement sur la page de KAIROS – journal antiproductiviste pour une société décente

La question interdite

« Des dizaines de milliers de chômeurs, une augmentation massive de suicides, des violences familiales exacerbées, des personnes mises à la rue, un décrochage scolaire massif ; divorces, alcoolisme, violences sociales, croissance des cas psychiatriques, perte de repère, chez les jeunes notamment, totalement incapables de se projeter dans l’avenir, étudiants du supérieur rivés devant des écrans toute la journée, en dépression, paupérisés par l’absence de jobs, des sans domiciles qui meurent encore plus nombreux… Afin d’évaluer le rapport coût/bénéfice des mesures politiques prises contre le Covid, quand comptabiliserez-vous les conséquences sociales, économiques, sanitaires de ces mesures ? Ne pensez-vous pas que les supposés effets bénéfiques de ces mesures sont contrebalancés par leurs conséquences dramatiques? «

L’article Belgique, une incroyable censure de l’Etat filmée en direct. Voici la question interdite. Vidéo est apparu en premier sur PLANETES360.

Policiers et police : les abrutis et les gouvernants

Policiers et police : les abrutis et les gouvernants. Après que des policiers ont été (grâce aux progrès de la technique - vidéos de caméras de surveillance ou de téléphones portables- ) pris sur le fait de s'être comportés comme des abrutis, en contradiction avec le code pénal, on a assisté au développement de la logorrhée habituelle. Ce n'est pas parce que certains policiers se comportent mal, qu'il faut mettre tous les policiers dans le même « sac »… Les (...) - Tribune Libre

L’hypocrisie au sommet du G20 – l’unité de façade des brigands

Par  Israël Adam Shamir.

 

Les dirigeants du G20 sont parvenus à un consensus d’une ampleur déjà observée lors des sommets du Pacte de Varsovie. Bref : ils veulent nous vacciner, puis, avant qu’on se remette à bouger, passer à la lutte contre le réchauffement climatique. Si nous survivons aux masques et aux vaccins, c’est l’austérité qui tuera les survivants.

 

Vous vous souvenez qu’avant la pandémie, il y avait Greta ? Greta reviendra, dès que tout le monde aura reçu sa petite piqûre. Ce programme « Sauvez le monde » (Save-The-World) s’adresse à une partie importante de l’humanité, y compris les Russes, les Européens, les Américains. D’abord, une bonne petite piqûre pour nous sauver ; ensuite, on visera plus haut: nous faire sauver la planète du réchauffement. Une grande partie de ce programme de sauvetage du monde est tout droit sortie d’une bande dessinée. Prenons maintenant le temps de regarder ce qui se passe.

 

Pendant que vous passiez votre week-end aux préparatifs de Thanksgiving, les dirigeants de vingt des plus grands pays du monde ont tenu leur sommet en ligne. D’habitude, ils se réunissent, discutent, abordent des problèmes dans les couloirs – cette fois, tout était en ligne. Bien que le sommet ait été officiellement accueilli par l’Arabie saoudite, Zoom c’est Zoom – les hôtes du sommet ont eu peu d’occasions de montrer leur hospitalité. Et il y a eu peu de controverse. Les dirigeants étaient généralement d’accord entre eux.

 

Le principal opposant – le monstre orange, alias le président Trump – aurait pu lancer un bâton dans les rayons du chariot, mais il n’avait pas le temps de le faire. Il était plongé dans sa bataille pour la Maison Blanche devant les tribunaux, et pendant son temps libre, il jouait au golf.  Le précédent sommet du G20 avait eu lieu en mars, et là, ils avaient décidé de lancer les confinements et de détruire le monde tel que nous le connaissions. Avant mars, l’obsession du Covid était encore un souci minoritaire. Les Russes se contentaient d’en rire. Après la décision du G20 de mars, c’est devenu la priorité absolue. Le sommet de novembre a confirmé les décisions de mars et il est allé plus loin, beaucoup plus loin.

 

Alors que le président Poutine soulignait lors du sommet que le principal danger pour le monde est le chômage, la pauvreté et la dépression économique d’une ampleur sans précédent, d’autres intervenants ont donné l’impression qu’ils étaient satisfaits de la situation actuelle, car elle permet de tout reconstruire. « Reconstruire en mieux »: c’est précisément le slogan de Joe Biden.

 

Pour certains, le Covid est un fléau, mais pour nos dirigeants, c’est une fenêtre d’Overton. Ils feraient mieux de croquer dans un citron avant de parler. Bien sûr, cela n’aidera en rien contre le Covid,  mais au moins cela effacera les sourires béats de leurs têtes à claque. (« Vous feriez mieux de croquer dans un citron, avant de minauder », conseil donné à une dame qui se plaignait d’excès d’attention masculine à son endroit, en Italie).

 

Le leader chinois Xi a proposé d’introduire un puçage avec des codes QR mondiaux afin que, sans eux, les gens ne puissent pas se balader de manière irresponsable sur la planète. Personne ne s’y est opposé, mais ils n’ont pas non plus soutenu cette initiative. Xi redoute que les Occidentaux rusés n’imposent leurs propres passeports sanitaires permettant de voyager uniquement aux personnes ayant reçu des injections de vaccins occidentaux. Cette possibilité inquiète également Poutine, car la Russie aussi a mis au point deux ou trois vaccins. Si les vaccins chinois et russes ne sont pas reconnus par l’Europe, leurs populations ne pourront pas voyager.

 

L’OMS estime que ce virus n’est pas le dernier ; il y aura d’autres pandémies, et seuls les vaccins, les masques et les généreuses contributions à son budget nous sauveront. Ils ont également promis une nouvelle vague de Covid en janvier, puis une autre, et ainsi de suite jusqu’à ce que la terre entière soit vaccinée. Pour aider les pays pauvres, les dirigeants ont déclaré que le remboursement des dettes pourrait être reporté et que des vaccins seront fournis gratuitement aux nations impécunieuses. Gratuit pour eux, mais c’est vous qui les paierez. (Non pas qu’ils en aient besoin. Les pays pauvres ne souffrent pas de Covid. La Mongolie, voisine de la Chine, malgré une frontière ouverte avec la Chine, n’a pas eu de Covid. Pauvre Cambodge, idem. L’Afrique, aucun, sauf l’Afrique du Sud.)  (Étrange vraiment. NDLR).

 

Les représentants de l’Union européenne ont appelé à une reconstruction globale – « BBB, Build Back Better« , reconstruire en mieux). C’est-à-dire que nous allons tout reconstruire, mais « en mieux », selon des normes inclusives, écologiques et durables. Et beaucoup plus coûteuses. Et à vos dépens. La lutte pour le climat, c’est l’austérité sous un autre nom ; ce qui implique une baisse radicale du niveau de vie. Nous nous serrerons la ceinture, et nous allons regretter que le Covid ne nous ait pas soulagés d’un tourment inutile.

 

Dans les forums précédents, Trump n’avait cessé de s’exprimer contre la lutte contre le réchauffement, mais cette fois-ci, il s’est résigné. Et son successeur probable, Joe Biden, s’est déjà engagé à remettre l’Amérique sur les rails de l’OMS et de l’accord de Paris sur le climat.

 

La reconstruction du monde, la nouvelle perestroïka, semble donc aussi inévitable que celle de Gorbatchev en 1986. La perestroïka russe a tué plus de gens que le goulag de Staline ; elle a détruit les moyens de subsistance de millions de personnes. La richesse du peuple russe a été pillée par MM. Abramovitch, Deripaska et d’autres. Dès les premiers jours de ces changements, une minorité de Russes n’était pas optimiste quant à l’issue, mais ils ont été marginalisés et leurs voix ont été réduites au silence. Il en va de même pour les mécontents et les dissidents – si les 20G empruntent tous cette voie désastreuse, cela est presque inévitable. Je ne sais pas ce qui est le pire, le verrouillage universel grâce au Covid ou l’austérité climatique, mais il n’est pas nécessaire de trancher car nous aurons les deux.

 

Quelques chiffres concernant l’austérité climatique. La perestroïka russe avait réduit les émissions de CO2 de 5 % année après année pendant dix ans. La Grande Dépression avait fait mieux : une baisse de 10 % des émissions année après année. Des millions d’Américains sont morts (Relisez Les Raisins de la colère), et personne ne leur a dit qu’ils étaient en train de sauver la planète. Des chercheurs optimistes du Global Carbon Project affirment que les émissions devraient être réduites de 5,5 % par an au cours des 45 prochaines années. C’est un effondrement mortel ; ce que nous avons maintenant, c’est un aperçu de ce qu’ils nous réservent, à nous et à nos enfants. (Vous pouvez consulter les chiffres ici).

 

Cela ne dérange pas les Chinois, car ils n’ont rien contre les restrictions, la reconnaissance faciale et le passeport sanitaire. Leur film populaire The Wandering Earth montre un monde qui lutte contre le réchauffement climatique à la manière chinoise et dépeint un avenir si sombre que 1984 paraît une riante utopie à côté. Malgré cela, le public chinois le considère comme un film positif et encourageant. Nous ne devrions pas accepter les méthodes chinoises de lutte contre les maladies ou le changement climatique, ni même la gouvernance générale. Elles sont trop étrangères pour nous.

 

S’ils insistent sur la lutte contre le réchauffement climatique, commençons par eux personnellement. Laissons Gore et Greta et leurs partisans vivre écologiquement avec un salaire moyen. Ce n’est pas difficile de vivre écologiquement si vous êtes millionnaire. Faites-le avec un revenu moyen. Après avoir payé l’électricité, l’eau, les impôts, les transports, l’école, vous ne penserez plus à payer encore plus pour rendre votre voiture « verte » et neutre en CO2. Vous serez heureux de survivre comme ça. J’en ferais une loi : tout militant écologiste devrait renoncer à ses actifs, les mettre en lieu sûr, et gérer sa vie verte avec le revenu moyen local pendant au moins un an.  (Je seconde cette proposition. NDLR).

 

Le sommet a appelé à poursuivre la numérisation, à accroître les flux d’information transfrontaliers, à combiner l’enseignement à distance avec l’enseignement traditionnel. Une certaine numérisation est peut-être inévitable, mais en avons-nous besoin de plus? Nous avons besoin de plus de liberté, et la numérisation semble être fortement répressive. C’est un bon outil pour la tyrannie. Tout tyran d’autrefois, qu’il s’agisse d’Hitler ou de Borgia, aurait pu faire bien mieux, s’il avait pu compter sur Zuckerberg. Nous devons mater les géants numériques, les taxer à fond, leur rendre la vie impossible, changer leur PDG par le vote des utilisateurs au moins une fois par an.

 

L’enseignement à distance est probablement la pire innovation de ce genre. Et les gens riches le savent bien. À New York, les écoles publiques ont été interdites, mais les écoles privées ont fonctionné normalement, car l’enseignement à distance ne vaut pas mieux que l’apprentissage par la télévision. Il tue également le tissu et les habitudes sociales, rendant les enfants grossiers et incapables de communiquer. Et c’est inutile, car les enfants n’attrapent pratiquement pas le Covid. La principale raison de l’enseignement à distance est de rendre nos enfants encore plus stupides qu’ils ne le seront probablement de toute façon après avoir regardé YouTube sans limite. Autre raison: les rendre asociaux et incapables d’agir ensemble contre leurs supérieurs. Cela devrait être carrément interdit, et non encouragé.

 

Une déclaration détaillée a été préparée et rédigée avant le sommet, puis confirmée par les dirigeants. Elle contient également la ratification de la précédente déclaration de mars qui a lancé la marche triomphale des confinements dans le monde entier.

 

Bien entendu, le sommet n’a pas pris de décisions contraignantes – il n’y a que  des déclarations d’intention, mais elles sont détaillées et sans ambiguïté. Les vaccinations, une lutte perpétuelle contre les pandémies, se transformant en douceur en une lutte contre le réchauffement climatique, et plus d’austérité accompagnée de codes QR pour tous à l’échelle mondiale. Ce que nous avons déjà, c’est ce que nous aurons, c’est ce qu’ils ont décidé. Les masques, c’est maintenant et pour toujours, Biden a parlé de « devoir patriotique ».

 

Les dirigeants ont convenu de renforcer l’OMC (les États-Unis reviendront à ce qu’ils étaient auparavant, sous Biden) et de s’efforcer de créer un système fiscal mondial unifié. Le FMI sera au centre des efforts visant à coordonner les cryptomonnaies en relation avec les pays débiteurs, les banques et les autres institutions financières. Certains analystes s’attendaient à ce que le dollar cesse d’être la monnaie de réserve, mais cela n’a pas encore été débattu.

 

Dans la discussion en cours entre le mondialisme libéral et le nationalisme, le G20 a opté pour le mondialisme et le libéralisme sous stéroïdes. Bien que le président Trump espère toujours solder les élections en sa faveur, le G20 a déjà emprunté l’option Biden. C’est difficile à comprendre, car l’OMC, le FMI et l’OMS sont universellement détestés par les Russes, les Américains et de nombreux Européens également. C’est une décision triste et qui met mal à l’aise.

 

L’humanité a fait un grand pas vers l’unité lors de ce sommet. Je ne suis pas sûr qu’il faille s’en réjouir. Le désaccord est quelque chose de dangereux et conduit à des guerres, mais l’unanimité peut être encore plus dangereuse si c’est l’unanimité des experts et non des peuples.

 

Une pensée réconfortante quand même, contre le désespoir : des déclarations d’unité avaient déjà été adoptées plus tôt, notamment lors de la création de la Société des Nations et de l’ONU, mais les désaccords ont ensuite pris le dessus et une diversité d’opinions bénie est revenue. Je ne pense pas que nous soyons mûrs pour une telle unité.

 

Joindre l’auteur: adam@israelshamir.net

Source: The Unz Review.

Traduction: Maria Poumier

Le meilleur secteur financier de 2020 va vous surprendre

Par Etienne Henri

A votre avis, quel est le secteur boursier le plus performant de cette année ?

Surprise… ce n’est pas la technologie et les GAFAM…

Ce n’est pas non plus le bitcoin et les crypto-monnaies…

Et ce ne sont pas non plus les pharma ou les biotechnologies, malgré cette triste période de pandémie…

Non, ce secteur aux performances inégalées, c’est celui des énergies renouvelables.

Alors que l’économie est en panne sèche depuis mars dernier, les renouvelables connaissent un essor fulgurant…

La valeur du secteur dans son ensemble a été multipliée par 2 comme le montre cet ETF du secteur.

 

Plusieurs valeurs entrent en croissance exponentielle :

Comme le spécialiste du solaire Enphase, qui a explosé de 551%, le pionnier de l’hydrogène français McPhy, en hausse de 939%… ou encore le Tesla chinois, Nio, qui a connu une hausse de 2 362% en un an !

Comprendre la méga-tendance des 10 années à venir

A notre avis, ce n’est qu’un début. Le marché est en pleine effervescence ; des gains à trois chiffres sont désormais la norme.

Nous parlons ici de la plus grosse MEGA-TENDANCE en cours, qui devrait se prolonger sur les 10 prochaines années — au minimum.

C’est incontournable… et c’est pour vous permettre d’en profiter que nous organisons pour vous un événement exceptionnel :

Du dimanche 6 décembre au vendredi 11 décembre 2020, vous allez pouvoir assister GRATUITEMENT à notre tout premier Sommet Au-Delà Du Pétrole.

Six experts reconnus viendront vous présenter, chaque jour, les points essentiels à maîtriser sur ce secteur qui fait couler beaucoup d’encre… mais reste très mal connu.

Comment en savoir plus ?

Il suffit de cliquer ici pour découvrir tout le détail.

L’article Le meilleur secteur financier de 2020 va vous surprendre est apparu en premier sur PLANETES360.

Les Labos avouent les limites de leurs vaccins : Faut-il envisager sérieusement la préférence à donner à des traitements ?

Alors que les États-Unis se préparent à distribuer les vaccins contre le coronavirus à partir de décembre, des médecins alertent sur les « effets secondaires difficiles ». Ils réclament que les responsables

- Tribune Libre

“Je suis enragé, on nous prend pour des cons! On nous manipule, on organise une dictature chez nous”

“Je suis enragé, on nous prend pour des cons! On nous manipule, on organise une dictature chez nous… Comment je ne serais pas en colère? On détruit nos commerces, on détruit l’industrie mondiale… Pourquoi? À qui profite le crime? Est-ce que je peux me poser cette question?”, enrage-t-il.

L’émission d’Hanouna TPMP a aussitôt sauté sur le buzz pour deux raisons : d’abord parce que son émission fonctionne sur les autres émissions, c’est le hachis parmentier de la télé ; ensuite parce qu’il fallait à tout prix éteindre l’incendie. Pour cela, Cyril a invité deux personnalités bien-pensantes, le ministre de la Citoyenneté Marlène Schiappa et le comédien Gérard Jugnot qui va comparer Bigard et son prétendu complotisme à « Hitler ».
Télé-Loisirs a repris les arguments de l’ancien humoriste de la bande du Splendid :

« “Ça parle par soi-même. Je veux dire, il est fou, quoi.” Cyril Hanouna l’a tout de suite interrogé plus en détail : “C’est trop là ? En plus je vous le dis, il est sincère, moi je le connais bien”. Mais l’avis de son invité était arrêté : “Oui, c’est ça le pire, mais Hitler aussi… Hitler était très sincère”, a lancé Gérard Jugnot en dérapant, aussitôt repris par l’animateur de TPMP : “Non, alors là, on peut pas comparer.”
Gérard Jugnot s’est alors repris et a expliqué ses propos tout en humour : “C’est pas comparable mais ce que je veux dire c’est le problème des élites. Les élites, les mecs sont contre les élites… C’est vrai, nous on est contre les élites. À Roland-Garros, y en a marre des élites. J’en ai marre de voir jouer Nadal et Djokovic. Il y a mon beau-frère, il joue très, très bien, y en a marre, faut arrêter là !” »

Gérard Jugnot, soumis à la pression dominante comme la majorité des acteurs (qui ont besoin du CNC et de leurs grasses rémunérations d’intermittents) a marqué un joli point Godwin sans le savoir. Il explique qu’il était en conflit avec Coluche à ce sujet :

« Le “tous pourris” me fait chier »

"Faut arrêter les bêtises"

Gérard Jugnot et @MarleneSchiappa réagissent au coup de gueule de @JM_Bigard #TPMP pic.twitter.com/J4j4RtJcPb

— TPMP (@TPMP) November 30, 2020

L’article “Je suis enragé, on nous prend pour des cons! On nous manipule, on organise une dictature chez nous” est apparu en premier sur PLANETES360.

La Bombe est prête : bientôt en Italie

Une vidéo, publiée le 23 novembre par les Sandia National Laboratories, montre un chasseur USA F-35A qui, volant à vitesse supersonique à 3 000 mètres d’altitude, lance une bombe nucléaire B61-12 (dotée pour le test de tête non-nucléaire). La bombe …

Belgique – La fermeture des commerces non essentiels avait été décidée pour «créer un électrochoc»: Vandenbroucke sous le feu des critiques

Par : Le Soir

Des propos du ministre fédéral de la Santé publique Frank Vandenbroucke (SP.A) sur la fermeture des commerces non essentiels créent des remous. Cette mesure était « nécessaire », a rétorqué lundi le ministre flamand Bart Somers (Open Vld) dans …

Dr Pascal Sacré: « Laissez les médecins de première ligne prescrire et soigner. »

Bonjour

Je suis Pascal Sacré, docteur en médecine, chirurgie et accouchements en Belgique depuis 25 ans.

Anesthésiste, j’exerce la médecine de soins intensifs depuis 17 ans et ce n’est pas fini.

J’ai été licencié par un hôpital où je travaillais …

Une journée au pays des douceurs

Par : Gabriel
07H30, je sors du parking souterrain et commence à descendre l'avenue Jean Jaurès quand, plusieurs sonorités agressives me cueillent au bout d'une centaine de mètres. Je regarde dans le rétroviseur et j'aperçois un excité vociférant dans son véhicule les mains crispées sur le volant. Il me double avec un doigt levé bien haut, signe d'une élégante éducation. Manque de chance pour l'australopithèque, au croisement suivant le feu passe au rouge l'obligeant (...) - Tribune Libre

En politique, la vie privée est-elle si inséparable des actions d'un gouvernant ?

L'engagement politique est une démarche aujourd'hui entière. Qui ne le comprendrait pas ne devrait en aucun cas prétendre à ce type de responsabilité. A l'ère de la lutte contre les discriminations de toute nature et du combat pour le respect des femmes, il est surprenant de noter encore les différentes natures de traitement de la sphère intime des élus que cela soit en premier lieu par les médias mais aussi par l'opinion publique. Si certains tiennent encore le (...) - Tribune Libre

Faire face aux conflits par Anselm Grün

Anselm Grün, moine bénédictin de l'abbaye de Münsterschwarzach, anime de nombreuses retraites spirituelles. Tout à la fois nourris de psychologie et de spiritualité, ses livres rencontrent un réel succès et sont traduits dans le monde entier. Nous vivons, sans forcément nous en rendre en compte, avec le conflit. L'auteur écrit dès les premières lignes : « Il n'est pas de vie sans conflits. Nous connaissons tous des crises, des situations compliquées ou tendues (...) - Tribune Libre

Les promoteurs du Brexit déplorent les résultats pourtant prévisibles du Brexit

Par : Wayan

Par Moon of Alabama – Le 30 novembre 2020

Il ne reste qu’un mois avant que le Royaume-Uni ne quitte l’Union européenne. Il n’y a toujours pas d’accord sur les futures relations entre les deux entités et le temps presse. Mais même si un accord sur les questions économiques est finalisé et signé, il y aura encore de nombreux changements et inconvénients.

L’un des arguments avec lesquels le gouvernement britannique a promu le Brexit était la « fin de la libre circulation ». La plupart des personnes qui ont voté pour le Brexit ont probablement pensé que cela signifierait la fermeture d’une rue à sens unique qui ne concerne que les migrants en provenance de pays pauvres. Aujourd’hui, ils se rendent compte que le Brexit ferme une route à double sens.

Les expatriés britanniques en colère critiquent vertement les nouvelles règles de l'UE sur les voyages post-Brexit, qui leur interdiront de passer plus de trois mois d'affilée dans leur maison de vacances, à partir de janvier

* Les règles de voyage changeront après la fin de la période de transition post-Brexit
* Après le 1er janvier, les touristes britanniques visitant les pays de l'UE seront limités à des séjours de 90 jours
* Les règles ont provoqué une réaction brutale de la part des Britanniques qui possèdent une maison de vacances dans l'UE

Il ne s’agit pas de « nouvelles » règles européennes. À compter du 1er janvier, les Britanniques pourront prendre des vacances dans l’UE pendant 90 jours au maximum par semestre. Il s’agit des règles en vigueur depuis longtemps pour les citoyens non européens si leur pays n’a pas conclu d’accord bilatéral de libre circulation avec l’UE.

Le Daily Mail, qui se lamente aujourd’hui sur cette question, a fait campagne pendant des années pour que le Royaume-Uni devienne l’un de ces pays. Il est aujourd’hui indigné par les conséquences de cette décision.

Il y aura d’autres « surprises » de ce genre, dont les promoteurs du Brexit pourront se lamenter, même si elles étaient tout à fait prévisibles.

Aujourd’hui, alors que le Brexit devient une réalité, les gens prennent enfin conscience de la myriade de problèmes que cela va créer pour les constructeurs automobiles, les agriculteurs, la logistique et tout le monde en Grande-Bretagne :

Le 1er janvier, la libre circulation des marchandises à travers la Manche doit prendre fin pour la première fois depuis un demi-siècle. Ce changement fait craindre de graves goulets d'étranglement dans les ports et les autoroutes britanniques, où les douaniers inspecteront les camions dans un contexte de manque aigu de personnel, ce qui pourrait perturber les chaînes d'approvisionnement.

Quelque 10 000 camions traversent la Manche sur des ferries chaque jour, transportant environ la moitié des marchandises qui transitent entre le Royaume-Uni et le continent, tandis que des dizaines de traversées quotidiennes transportent du fret principalement entre Douvres, du côté britannique, et les ports français de Calais et de Dunkerque.

"Le problème est qu'il faut s’arrêter", déclare Richard Ballantyne, directeur général de la British Ports Association, un organisme commercial. "Le conducteur et le transitaire devront tous deux présenter des documents et si vous faites la queue, vous serez immédiatement confrontés à des embouteillages et des retards".

Une grande partie des entreprises qui définissaient Londres comme un centre financier mondial s’installent maintenant dans l’UE :

La plateforme paneuropéenne de négociation d'actions du London Stock Exchange, Turquoise, a ouvert ses portes lundi, a déclaré une porte-parole de la bourse, rejoignant ainsi deux opérateurs rivaux.

La plate-forme, basée à Amsterdam, a été mise en place pour éviter de perturber les clients européens de la Bourse de Londres, qui devront négocier des actions libellées en euros à l'intérieur du bloc à partir de janvier, car l'accès libre de la Grande-Bretagne à l'UE se termine le 31 décembre.

Deux autres plate-formes de négociation d'actions basées à Londres, Cboe et Aquis Exchange, ont ouvert des plateformes dites Brexit dans l'UE pour négocier des actions libellées en euros.

Goldman Sachs ouvre également une plateforme, juste à temps pour le mois de janvier. ...
Si l'ouverture de plates-formes financières alternatives dans l'UE n'entraînera pas la fuite de nombreux emplois de Londres, d'autres activités liées à la négociation, telles que la compensation et le règlement, sont également susceptibles de se déplacer au fil du temps.

De nombreuses banques internationales basées à Londres ont ouvert des plate-formes Brexit dans l'UE et subissent des pressions de la part des régulateurs pour entreprendre des activités telles que les transactions sur actions, obligations et produits dérivés pour les clients de l'UE à l'intérieur du bloc plutôt qu'à Londres.

Il s’agit là de nombreux emplois très bien rémunérés et de recettes fiscales considérables qui manqueront à la Grande-Bretagne :

Dans un rapport publié le mois dernier, [la société de conseil] EY a déclaré que les 7 500 postes et les 1 200 milliards de livres sterling (1 600 milliards de dollars) d'actifs qui ont déjà été transférés ne sont peut-être qu'un début. Elle s'attend à d'autres changements de personnel et d'actifs une fois que la période de transition du Royaume-Uni sera officiellement terminée.

Cela est de mauvais augure pour le Royaume-Uni, où la finance emploie plus d'un million de personnes, représente environ 7 % de l'économie et plus d'un dixième de toutes les recettes fiscales. Malgré cela, cette industrie n'a guère bénéficié de l'attention accordée à la pêche, qui ne représente que 0,1 % de l'économie britannique, dans les longues négociations du Brexit.

Le niveau d’accès entre les marchés de la Grande-Bretagne et de l’UE n’est toujours pas défini. Les négociations sont toujours en cours, mais elles portent sur les droits de pêche, sur des conditions de concurrence équitables pour éviter la concurrence déloyale et sur la gouvernance de l’accord.

Bien que l’UE souhaite un accord, personne ne sait si le Premier ministre britannique Boris Johnson veut vraiment en conclure un. Il se peut qu’il ne fasse que jouer avec le temps pour parvenir à un Brexit dur, sans accord avec l’UE.

Mais même si un accord de dernière minute est conclu, il y aura encore de nombreux changements et perturbations. En l’absence d’accord, ces changements seront considérables et risquent de causer des dommages irréparables à la Grande-Bretagne.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

[MAJ] Une partouze clandestine interrompue en plein centre de Bruxelles. 25 personnes interpellées dont un député européen, qui a tenté de prendre la fuite, et plusieurs diplomates

⚡SUIVI -Orgie à #Bruxelles sur fond de stupéfiants : l'eurodéputé hongrois a tenté de prendre la fuite en passant par une corniche, mais il s’est retrouvé le long d'une gouttière en fâcheuse posture & s’est blessé. Plusieurs individus ont invoqué leur immunité diplomatique. (DH)

— Brèves de presse (@Brevesdepresse) December 1, 2020

Après les soirées, voici les partouzes clandestines.

Les faits se sont produits vendredi soir dans un bar du centre de Bruxelles, relate La Dernière Heure ce mardi. La police a mis un terme à une partie de jambes en l’air à laquelle participaient 25 hommes. De l’alcool et des stupéfiants auraient également été retrouvés sur les lieux.

“On a interrompu un gang bang!”, confie une source proche du dossier à La DH.

Parmi les contrevenants se trouvait… un député européen. Celui-ci a tenté de prendre la fuite. Une fois interpellé, il a brandi son immunité parlementaire entraînant l’intervention du Ministère des Affaires étrangères. Des diplomates auraient également participé à la soirée clandestine.

Toutes les personnes présentes ont été verbalisées mais relaxées par le parquet.

7sur7.be

L’article [MAJ] Une partouze clandestine interrompue en plein centre de Bruxelles. 25 personnes interpellées dont un député européen, qui a tenté de prendre la fuite, et plusieurs diplomates est apparu en premier sur PLANETES360.

Jean-Marie Bigard s’emporte contre la “dictature”, Gérard Jugnot le compare à “Hitler”

“Je suis enragé, on nous prend pour des cons! On nous manipule, on organise une dictature chez nous… Comment je ne serais pas en colère? On détruit nos commerces, on détruit l’industrie mondiale… Pourquoi? À qui profite le crime? Est-ce que je peux me poser cette question?”, enrage-t-il.

L’émission d’Hanouna TPMP a aussitôt sauté sur le buzz pour deux raisons : d’abord parce que son émission fonctionne sur les autres émissions, c’est le hachis parmentier de la télé ; ensuite parce qu’il fallait à tout prix éteindre l’incendie. Pour cela, Cyril a invité deux personnalités bien-pensantes, le ministre de la Citoyenneté Marlène Schiappa et le comédien Gérard Jugnot qui va comparer Bigard et son prétendu complotisme à « Hitler ».
Télé-Loisirs a repris les arguments de l’ancien humoriste de la bande du Splendid :

« “Ça parle par soi-même. Je veux dire, il est fou, quoi.” Cyril Hanouna l’a tout de suite interrogé plus en détail : “C’est trop là ? En plus je vous le dis, il est sincère, moi je le connais bien”. Mais l’avis de son invité était arrêté : “Oui, c’est ça le pire, mais Hitler aussi… Hitler était très sincère”, a lancé Gérard Jugnot en dérapant, aussitôt repris par l’animateur de TPMP : “Non, alors là, on peut pas comparer.”
Gérard Jugnot s’est alors repris et a expliqué ses propos tout en humour : “C’est pas comparable mais ce que je veux dire c’est le problème des élites. Les élites, les mecs sont contre les élites… C’est vrai, nous on est contre les élites. À Roland-Garros, y en a marre des élites. J’en ai marre de voir jouer Nadal et Djokovic. Il y a mon beau-frère, il joue très, très bien, y en a marre, faut arrêter là !” »

Gérard Jugnot, soumis à la pression dominante comme la majorité des acteurs (qui ont besoin du CNC et de leurs grasses rémunérations d’intermittents) a marqué un joli point Godwin sans le savoir. Il explique qu’il était en conflit avec Coluche à ce sujet :

« Le “tous pourris” me fait chier »

"Faut arrêter les bêtises"

Gérard Jugnot et @MarleneSchiappa réagissent au coup de gueule de @JM_Bigard #TPMP pic.twitter.com/J4j4RtJcPb

— TPMP (@TPMP) November 30, 2020

L’article Jean-Marie Bigard s’emporte contre la “dictature”, Gérard Jugnot le compare à “Hitler” est apparu en premier sur PLANETES360.

Symbole patriotique aux origines de notre Histoire, la tour de Taisey

Je suis une voix qui crie dans le désert... (évangile de Jean, I, 23). Au début de notre ére, Jean-Baptiste avait proclamé, en termes voilés, une révélation qui devait éclairer la marche du monde, la Vie et l'Esprit pour guides. Pour avoir oublié cette révélation, notre nation est aujourd'hui en crise. Merci aux commentateurs de mes précédents articles qui ont compris que je n'étais motivé que par le rétablissemnt de la vérité concernant les origines de notre Histoire nationale. (...) - Tribune Libre

💥 POURQUOI L’OR CHUTE ? LA RÉPONSE VA VOUS ÉTONNER !

L’or en chute libre. Pourquoi l’or a-t-il brusquement baissé ? Est-ce le bon moment pour acheter de l’or ? Les réponses dans cette vidéo.

Surtitre : Bayramdan sonra

Titre : Le Sénat français vient d'adopter [1] une Résolution sur le conflit du Haut-Karabagh ! Le 25 novembre, plus de quinze jours après la fin de la guerre du Haut-Karabagh, le Sénat français condamne le comportement turc et azerbaidjanais. C'est ce retard à l'allumage qui m'a donné l'idée d'utiliser l'expression turque « Bayramdan sonra » comme surtitre à ce papier… Effectivement, c'est trop tard ! Je ne vais pas reprendre ici les (...) - Tribune Libre

Pour ceux qui s’apprêtent à remettre en cause l’autorité – Je vous salue

Par : hervek

Par Iain − Le 29 octobre 2020 − Source  In This Together

Il y a beaucoup de gens qui, peut-être pour la première fois de leur vie, commencent à se poser des questions fondamentales sur la nature de la société et leur rapport à l’autorité. Cela va à l’encontre de tout ce qu’on leur a appris à croire et constitue une expérience extrêmement inconfortable. Il faut du courage pour remettre en question ses propres valeurs et systèmes de croyance.

Nous sommes tous instruits, presque depuis le berceau, que l’obéissance est une bonne chose. Faire ce qu’on nous dit est toujours récompensé et la désobéissance punie. C’est en partie une leçon précieuse pour un jeune enfant. Nous devons obéir aux ordres de nos parents, sous peine de conséquences désagréables. Lorsqu’un parent dit « non », l’enfant doit obéir. Les parents aiment leurs enfants et exercent leur autorité pour les protéger. L’enfant en sait moins que son parent.

En grandissant, nous devenons de plus en plus capables d’exercer une pensée critique. Nous apprenons à évaluer les dangers par nous-mêmes et, à mesure que l’expérience s’accumule, nous devenons des adultes capables d’exercer leur propre jugement. Nous avons le libre arbitre et assumons la pleine responsabilité de nos propres actions.

Cependant, à mesure que nous grandissons, les autorités exigent que nous ne mettions jamais de côté les choses enfantines. Nous devons rester obéissants, suivre les règles et apprendre à accepter la convention de l’autorité. Plutôt que d’assumer la pleine responsabilité de notre propre vie, on nous dit que nous avons signé ce qu’ils appellent le contrat social.

Les autorités ne nous aiment pas. Elles n’exercent pas l’autorité qu’elles revendiquent pour nous protéger. Elles n’en savent pas plus que nous.

Ce contrat social, jamais vu ni signé, nous est vendu comme étant essentiel au « bon » fonctionnement de notre société. Les autorités nous disent que sans lui, nous ne serions guère plus que des habitants des cavernes, incapables d’ordre spontané. Le chaos régnerait et seule notre volonté de faire exactement ce qu’on nous dit, comme des bambins bien formés, nous protège.

Vidéo

Ce contrat invisible exige d’être honoré. Nous ne devons enfreindre aucune des nombreuses règles qui nous sont imposées. La liste des règles ne cesse de s’allonger et les règles auxquelles nous devons obéir changent constamment. Il est pratiquement impossible de savoir quelles sont toutes les règles, mais l’ignorance n’est pas une excuse pour désobéir.

Dans le cadre du contrat social qu’ils disent avoir créé avec leurs règles, nous devons payer les autorités. Nous devons nous mettre au travail afin de payer ce tribut.

Ils utilisent l’argent que nous devons leur donner de manière sage et efficace. Comme les autorités sont exemptes de corruption et qu’elles n’ont que nos intérêts à cœur, nous pouvons compter sur elles pour utiliser l’argent qu’elles nous prennent pour nous fournir les choses dont nous avons besoin.

Nous avons besoin de beaucoup de choses que, sans les autorités, nous serions incapables de nous procurer nous-mêmes. Nous avons besoin de soins de santé et d’aide sociale, d’ordre public, d’infrastructures vitales et d’accès aux services, de scolarisation pour nos enfants, de services publics, d’une énorme bureaucratie et bien d’autres choses encore.

Les autorités nous prennent notre argent afin de pouvoir payer des entrepreneurs privés pour nous fournir les choses dont nous avons besoin. Cela signifie que les entreprises privées n’ont qu’à faire appel aux autorités pour obtenir leur part du contrat social.

Comme les autorités sont incorruptibles, elles agissent avec bien plus de clairvoyance que si nous nous réunissions en tant que communauté, établissions nos propres contrats et achetions ces services directement. Nous sommes trop incompétents pour le faire.

En échange de notre argent, les autorités nous protégeront toujours. En fait, elles prétendent que c’est leur premier et plus important devoir. Tant que nous payons et faisons ce qu’on nous dit, elles nous protégeront, ainsi que nos familles et nos moyens de subsistance.

Parfois, pour assurer notre sécurité, les autorités doivent établir des priorités. Il est souvent essentiel qu’elles consacrent une grande partie de notre argent à des bombes et à des milices par procuration. Ces dépenses sont nécessaires car les autorités doivent parfois s’attaquer à d’autres autorités. Bien sûr, ce sont rarement les autres autorités qui sont massacrées dans leur lit. Ce sont surtout ses habitants qui, comme nous, vivent ailleurs.

Cela entraîne toutes sortes de dangers. Pour que les autorités nous protègent contre les menaces qu’elles ont créées, elles doivent investir beaucoup de temps. Nous ne pouvons tout simplement pas travailler assez dur pour payer directement toute cette protection. Donc, pour s’assurer que nous restons en sécurité, les autorités doivent emprunter l’argent en notre nom pour payer notre sécurité.

Cela crée des niveaux d’endettement ahurissants que nous devons nous efforcer de rembourser, malgré le fait qu’ils soient si importants que nous ne le ferons jamais. Cette dette est détenue par un nombre infime de personnes qui ne sont pas, elles-mêmes, soumises aux mêmes règles d’autorité que nous.

Contrairement au reste d’entre nous, si elles deviennent insolvables, elles sont trop grosses pour faire faillite. Bien que nous ayons payé les autorités pour maintenir les choses dont nous avons besoin, nous devons tout sacrifier pour protéger ceux qui sont très importants. C’est ainsi que nous serons en sécurité.

Même ces dangers sont insignifiants par rapport à la menace existentielle à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui. La Covid-19 est si dangereuse que les autorités ont décidé que nous devons complètement réorganiser toute notre société et l’économie mondiale afin qu’elles puissent continuer à nous protéger.

Pour rester en sécurité, nous devons disposer d’un État de surveillance bio-sécurisé, contrôlé par les globalistes. Il est essentiel que nos entreprises se voient imposer des règles qui les rendront non viables. Ces obligations sont si lourdes que seules quelques unes, des méga-corporations, auront les moyens de survivre. Cela a été fait dans un souci de sécurité.

Toutes nos transactions, nos déplacements, les personnes que nous rencontrons (le cas échéant) et les services que nous utilisons doivent être suivis et tracés afin que les autorités puissent nous protéger. La Covid-19 est tellement mortelle que nous sommes devenus un danger pour nous-mêmes.

L’ancienne société que nous connaissions doit être complètement détruite afin de construire un nouveau système de gouvernance mondiale, administré de manière centralisée, dans lequel chacun d’entre nous est une menace potentielle pour tous les autres. Nous devons prendre nos distances les uns par rapport aux autres et traiter nos propres proches comme des risques biologiques.

Parce que nous sommes tous désormais des sources d’infection, pour rester en sécurité, nous devons incontestablement obéir aux nouvelles règles conçues pour nous protéger. Les autorités doivent avoir un pouvoir illimité pour nous incarcérer, elles doivent pouvoir commettre tout crime qu’elles jugent nécessaire pour maintenir l’ordre et elles doivent rechercher, isoler et faire taire tous ceux qui remettent leur autorité en question. Car ce n’est qu’en acceptant aveuglément tous les ordres des autorités que nous pouvons espérer rester en sécurité.

Si cela vous semble être le genre de racket de protection dont Al Capone aurait été fier, alors vous avez raison, c’est le cas. Il n’a jamais été autre chose que cela. Les autorités, qu’il s’agisse de rois, de reines, de PDG, de chefs de groupes de réflexion, de parlements ou de sénats, ont toujours régi par un seul mécanisme. La peur.

Elles doivent nous maintenir dans un état de terreur constant car sinon nous n’apprécierions pas leur protection. Nous sommes devenus si effrayés que nous nous croyons incapables de gérer notre propre société.

Sans ces craintes, notre besoin des autorités s’évapore. Leur pouvoir corrompu et inepte, leurs règlements mesquins et leur mépris total pour l’humanité sont devenus d’une évidence impardonnable.

Nous le savons tous. Qui parmi nous regarde la classe politique et les banquiers avec admiration ? Cela ne veut pas dire qu’ils sont tous mauvais ou même corrompus. Nous serions stupides de ne pas soutenir ceux d’entre eux qui, peut-être mal à l’aise avec la dictature naissante, sont prêts à s’exprimer.

Cependant, ce n’est pas non plus un groupe de personnes particulièrement douées ou sages. Qu’est-ce qui nous fait croire que nous sommes incapables d’ordonner notre propre vie tout en imaginant que ce groupe de personnes possède des pouvoirs spéciaux et peut guider en toute sécurité la vie de milliards de personnes ?

C’est une notion absurde. Et pourtant, comme les lemmings proverbiaux, il semble que nous ne puissions pas échapper à notre obligation de suivre, profondément ancrée. Même si la Covid-19 était un fléau capable d’anéantir l’humanité, ce qui n’est certainement pas le cas, quelle part de votre vie êtes-vous prêt à abandonner pour rester en sécurité ?

Si vous ne pouvez pas être avec vos proches quand ils ont besoin de vous, si vous ne pouvez pas ressentir la chaleur et l’affection d’autres êtres humains, si vous ne pouvez pas vous réunir, célébrer, danser et chanter, si vous ne pouvez même pas faire l’amour sans vous soumettre au diktat des autorités, pourquoi êtes-vous en vie ? Votre liberté, acquise grâce au sacrifice de sang des générations qui vous ont précédé, signifie-t-elle vraiment si peu pour vous que vous la donniez simplement parce que vous avez peur ?

Nous ne sommes pas des enfants. Nous sommes capables d’assumer la responsabilité de notre propre vie. Nous n’avons pas besoin qu’on nous dise quoi faire, où aller, quoi dire et quoi penser. Si les autorités disparaissaient demain, décideriez-vous soudainement de rouler du mauvais côté de la route ? Commenceriez-vous à vous battre juste parce que vous êtes en enfer ou frapperiez-vous une vieille dame et lui voleriez son sac à main ? Renonceriez-vous à toutes vos responsabilités et ne vous donneriez-vous tout simplement plus la peine ?

Si la réponse à ces questions est non, alors regardez attentivement les autres personnes que vous voyez, descendant la rue, la tête baissée, muselée et effarouchée, et demandez-vous lesquelles d’entre elles le feraient ? Qu’est-ce qui vous fait si peur que vous pensez avoir besoin d’être protégé contre eux ?

On vous fait subir un lavage de cerveau pour vous faire croire que tout le monde est un danger pour vous. Ce n’est pas le cas. Ce sont vos semblables. Ils sont extrêmement ingénieux, pleins d’esprit, tristes, expérimentés, naïfs, intelligents, stupides, apaisants, colériques, certains et confus. Ils sont tout comme vous.

La perspective que nous puissions dissiper nos craintes terrifie les autorités jusqu’à la moelle. C’est pourquoi elles consacrent tant de temps, d’argent et d’efforts à marginaliser, rabaisser et persécuter quiconque critique leur politique et revendique le droit de gouverner. En réaction, nous sommes devenus incapables de voir les ombres sur le mur de la grotte. En fait, nous attaquons ceux qui défendent notre liberté pour défendre ceux qui veulent la supprimer.

Si une maladie représentait vraiment une menace existentielle pour vous et votre famille, imaginez-vous un instant qu’il faudrait vous « convaincre ». Vous verriez les preuves tout autour de vous. Mais où sont-elles ? À la télévision ?

Pour que nous puissions voir que l’empereur n’a pas de vêtements, nous devons surmonter les années d’endoctrinement auxquelles nous avons tous été soumis ; notre servitude entraînée à l’égard de quelques personnes, qui assument le manteau d’autorité que nous leur donnons volontiers. Qui nous enseigne que nous devons obéir à leur autorité ?

Sans notre foi dans les histoires qu’ils tissent et les cauchemars qu’ils affirment être réels, le pouvoir des autorités n’est rien d’autre que l’illusion de futurs tyrans. Si personne n’obéit, il n’y a pas de dirigeants. C’est aussi simple que cela.

Si nous décidons de ne plus obéir, alors que les premiers à se lever affronteront leur colère, en fin de compte, ils ne pourront rien y faire. Leur emprise sur le pouvoir disparaîtra en moins d’une génération. Ce ne sera pas facile. Rien de ce qui vaut la peine d’être fait n’est jamais simple. Mais lorsque le travail sera terminé, nous pourrons peut-être alors discuter, comme des adultes, de ce que nous voulons que soit le Grand Reset.

Je sais que de plus en plus de gens commencent à remettre en question l’autorité et leur relation avec le gouvernement. Cette relation est en train de changer, que cela vous plaise ou non, et nous devons tous faire de même. Cela peut être un processus difficile et parfois inconfortable.

Remettre en question tout ce que nous pensons comprendre sur la nature de notre société, signifie inévitablement que nous devons nous remettre en question. Ce n’est pas pour les timorés et, dans des circonstances normales, il est plus facile et plus sûr de ne pas s’en préoccuper.

Ce ne sont pas des circonstances normales. Même si c’est terrible pour ceux qui en souffrent, la Covid-19 n’est pas le danger le plus pressant auquel nous sommes confrontés. Notre ennemi mortel est notre propre apathie individuelle. Si nous permettons simplement à une nouvelle société mondiale anormale d’être construite par un minuscule groupe de courtiers en pouvoir immensément riches, cette société les servira et nous asservira tous, ainsi que nos enfants, pour les générations à venir.

À ceux qui commencent à remettre en question l’autorité, à poser des questions sur le pouvoir, je vous salue. Pour ceux qui ne le font pas, je vous demande pourquoi ? Vous n’avez rien à perdre. Vous ne pouvez pas garder la tête baissée et espérer que vous serez épargnés. Le nouvel État bio-sécuritaire que les autorités sont en train de construire est pour tout le monde. La résistance ou l’esclavage sont vos seules options.

Iain

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

« Vous vous sentez mal ? C’est normal. Vous vivez en Absurdistan !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Partagez ! Volti ***** Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Beaucoup de gens, ces derniers temps, se sentent de plus en plus mal et l’on voit d’ailleurs, partout, l’agressivité considérablement augmenter. Il faut dire que les contraintes imposées aux gens, dans des conditions le plus souvent très contradictoires, deviennent de plus en plus insupportables. La raison ? […]

Relire « Le mur invisible » à l'époque du confinement

Par : velosolex
« Aujourd'hui cinq novembre, je commence mon récit. Je noterai tout, aussi exactement que possible. Pourtant je ne sais même pas si aujourd'hui est bien le cinq novembre. Au cours de l'hiver dernier quelques jours m'ont échappé. Je ne pourrais pas dire non plus quel jour de la semaine c'est. Mais je pense que cela n'a pas beaucoup d'importance. Je n'ai à ma disposition que quelques rares indications, car il ne m'était jamais venu à (...) - Tribune Libre

Juin 40, l'étrange défaite des élites des années 1930

Par : Zevengeur
La défaite de juin 1940 est le parfait exemple d'une faillite des élites françaises ayant conduit à un désastre. Cette faillite fut suivie sous le régime de Vichy par la trahison d'une partie de ces dernières et durant la même période l'action du général De Gaulle sauva l'honneur de la nation. Années 30, Hitler annonce le programme et la France se bouche les oreilles Dès l'arrivée au pouvoir d'Hitler en 1933, l'observation de l'évolution (...) - Tribune Libre

Ne vous en prenez pas à Miz Powell

Par : hervek

Par James Howard Kunstler – Le 16 novembre 2020 – Source kunstler.com

Malgré les risques pour la nation, Trump résiste à la transition et alimente les théories du complot. Le refus du président Trump de céder est entré dans une phase plus dangereuse puisqu’il refuse à son successeur les renseignements, les informations sur la pandémie et l’accès au gouvernement.

C’est un titre du New York Times, qui d’autre ?, édition du lundi matin. Le journal ne publie plus d’articles, il publie les sujets de discussion du DNC [Organe de gouvernance du parti Démocrate, NdT], comme celui-ci, qui fait référence à une théorie du complot, l’une de leurs préférées. Le hic, bien sûr, est le suivant : lorsqu’une organisation, disons le parti Démocrate, se mêle de la comptabilisation des votes électoraux, vous avez… quoi ? C’est  un plan mis en œuvre par un groupe pour faire quelque chose d’illégal. Ce serait… une conspiration. Ils avaient sûrement le motif et, apparemment, les moyens. On peut jouer sur la rhétorique avec la partie théorique, mais il y a aussi la piste des preuves, et la façon dont elle s’accorde avec la réalité. Le mot théorie, voyez-vous, n’est pas synonyme de mensonge – comme ils le prétendent. De nombreuses théories se sont avérées vraies.

Sidney Powell.jpg
Sidney Powell

Un silence sinistre a régné dans l’espace médiatique des élections pendant une bonne partie de la semaine dernière, alors que M. Trump et son équipe semblaient faire profil bas, à la manière de Br’er Rabbit, au point que beaucoup de gens se demandaient ce qui se passait dans cette zone de bruyère. Arrivé au week-end, Rudolf Giuliani a méthodiquement décrit certaines des preuves disponibles sur les bulletins de vote frauduleux, mais cela a dû être trop lourd à digérer pour la bande des Big Media. Puis un autre avocat de Trump, Sidney Powell, est venu à l’émission de Lou Dobbs du vendredi soir et certaines personnes ont commencé à prêter attention à certaines choses qu’elle a dites, comme « Je vais lacher le kraken » – en référence au plus grand et plus redouté des monstres marins de la mythologie nordique ancienne. Miz Powell, elle veut dire « bidness«  [Bad business, NdSF]. Elle a poursuivi : « Nous avons des preuves statistiques stupéfiantes ; nous avons des témoignages personnels stupéfiants… nous commençons à rassembler des preuves sur les intérêts financiers des gouverneurs et des secrétaires d’État qui ont acheté les systèmes de comptage des votes du Dominion… Le président Trump a gagné cette élection de façon écrasante, c’est irréfutable… nous allons poursuivre la lutte, et je vais dénoncer chaque malversation. »

Eh bien, cela pourrait avoir rempli de peur certains de voir Dieu lui-même. Au cas où quelqu’un au fond de la classe n’aurait pas fait attention, Miz Powell est retournée à l’antenne dimanche matin avec Maria Bartiromo et a déclaré : « Nous nous préparons à renverser les résultats de cette élection dans plusieurs États… Le président Trump a gagné non pas par des centaines de milliers de voix mais par des millions de voix qui ont été décalées par ce logiciel qui a été conçu expressément à cet effet…. Nous avons tellement de preuves que j’ai l’impression que les données arrivent par lance d’incendie ».

Au cas où vous l’auriez manqué :

Est-ce que Mme Powell bluffe ? Pourquoi essaierait-elle, puisque le temps restant dans ce jeu est court et que son seul jeu est de montrer ses cartes ? « Je ne dis jamais rien que je ne puisse prouver », a-t-elle déclaré.

Si l’on combine le logiciel avec des opérateurs de bureaux de votes malhonnêtes, un schéma se dessine : les votes sont ajoutés et soustraits dans une opération de glisser-déposer en coulisses, avec des liasses de bulletins de vote papier acheminés par camion pour soutenir désespérément la fraude pendant les heures de black-out, tard dans la nuit du scrutin, lorsqu’il est devenu évident que le vote pour Trump était plus écrasant que prévu. Le système de vote du Dominion semble avoir été connecté à Internet malgré les règles électorales qui ne l’autorisaient pas. Des déclarations sous serment indiquent que les ports USB de la machine, censés servir uniquement à des fins de diagnostic, ont été alimentés à plusieurs reprises par des clés USB pendant les heures de black-out.

L’entreprise qui gère le système de vote Dominion a son siège américain à Denver, mais est basée au Canada. Ses systèmes de vote sont utilisés dans trente États américains, y compris tous les États dits « en balance ». Les machines et les logiciels de Dominion ont été impliqués dans la manipulation des élections au Venezuela et aux Philippines. En 2009, Dominion a conclu un accord de partenariat avec Smartmatic, un logiciel complémentaire de tabulation des votes, dont le président, Lord Mark Malloch Brown, est l’ancien vice-président des fonds d’investissement de George Soros. Dominion a formé un partenariat de développement avec le projet canadien DELIAN en 2014, avec le soutien financier de la Fondation Clinton. Dominion et Smartmatic ont toutes deux échangé la propriété de Sequoia Voting Systems, la société impliquée dans la fraude électorale vénézuélienne.

Sidney Powell a déclaré que ces relations internationales laissent entrevoir une possible « ingérence étrangère » dans les élections américaines, l’accusation même que le Parti Démocrate a fait peser sur l’affaire RussiaGate, qui dure depuis trois ans. Au moins, cela soulève la question suivante : pourquoi les élections américaines utilisent-elles des machines de vote et des logiciels affiliés à des pays étrangers ?

Dans ses déclarations du week-end, Mme Powell n’a pas fait référence aux deux programmes de manipulation des élections de la CIA (ou de la DIA ?), #Hammer et #Scorecard, bien qu’elle ait explicitement demandé le licenciement du chef de la CIA, Gina Haspel. Mme Haspel, vous vous souvenez, était à la tête du bureau de la CIA à Londres lorsque la communauté des renseignements américains était occupée à préparer le dossier Steele, parrainé par Hillary Clinton et monté par l’ancien agent britannique du MI-6 Christopher Steele. Elle a également participé à l’organisation du piège du général Michael Flynn lors d’une conférence organisée par l’agent Stefan Halper, au Magdalene College (Cambridge, Royaume-Uni [où a étudié notre fameux Lord, NdSF]).

C’est un jeu assez dense et l’heure tourne. Les résultats possibles sont multiples : Les assemblées législatives des États contestés pourraient choisir leurs propres listes électorales. Les avocats du président vont bientôt porter leur affaire devant la Cour suprême des États-Unis, qui pourrait invalider les élections des États contestés et renvoyer la contestation à la Chambre des représentants, comme ce fut le cas pour les élections de 1876 dans l’affaire Hayes-Tilden. Le ministère de la justice pourrait porter des accusations de délit avant le 8 décembre sur une longue liste de sociétés et de personnes impliquées dans des fraudes électorales avérées. Cela pourrait équivaloir à une décapitation de l’État profond. M. Barr oserait-il ? Beaucoup de gens en doutent. Je suis sûr que les lecteurs peuvent évoquer d’autres possibilités.

En tout cas, une victoire finale de Joe Biden entacherait désespérément toute administration qu’il dirige et entraînerait une résistance beaucoup plus dure de la part de l’autre partie cette fois-ci – alors qu’il tente de gouverner pendant une calamité économique pire que la Grande Dépression des années 1930. Peut-être que l’ancien chef de la CIA, John Brennan, n’aurait jamais dû se frotter au général Mike Flynn. Je dis juste ça comme ça.

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

[MAJ] ALERTE : Le ministre belge de la Santé avoue que la fermeture des commerces n’avait pas de fondement sanitaire mais visait à créer un électrochoc dans la population

Interrogé à la sortie du Comité de concertation ce vendredi 27 novembre, le ministre de la Santé a tenu un discours qui a interpellé de nombreuses personnes, y compris ses partenaires de coalition. Revenant sur la décision de rouvrir les commerces non essentiels dès le 1er décembre, Frank Vandenbroucke (sp.a) a ainsi expliqué que “faire du shopping ne comportait pas vraiment de risque quand tout était bien contrôlé”. Des propos auxquels le journaliste de la VRT a immédiatement réagi, demandant dès lors pourquoi ces magasins avaient dû fermer leurs portes le 30 octobre dernier. “Parce qu’à un moment on avait besoin de prendre une décision choc, il fallait un électrochoc et cela impliquait que l’on ferme immédiatement les commerces non essentiels”, a rétorqué le ministre de la Santé, qui a également admis qu’il s’agissait d’une mesure “psychologique”.

L’intégralité a lire sur LaLibre

Des gens se sont suicidés d'autres meurent de pauvreté, ces politiciens méritent la chaise électrique

Le ministre belge de la Santé avoue que la fermeture des commerces n'avait pas de fondement sanitaire mais visait à créer un électrochoc ds la populationhttps://t.co/TcAMDWZOuD

— Pas⚔️De⚔️Mensonge🇧🇪🇱🇺🇫🇷#Patriote🔱 (@Carpesos) November 30, 2020

L’article [MAJ] ALERTE : Le ministre belge de la Santé avoue que la fermeture des commerces n’avait pas de fondement sanitaire mais visait à créer un électrochoc dans la population est apparu en premier sur PLANETES360.

Linky : Jeudi 3 décembre à 13h30 au TGI de PARIS – Important procès :

Par : Volti
Depuis 2015 Stéphane Lhomme lutte contre ces compteurs dits « intelligents » Linky, Gaspar et Aquarius. Il doit faire face à un énième procès intenté par ÉNÉDIS. Vous pouvez le soutenir si vous habitez Paris ou l’Île de France. Merci à Élysées ! Partagez ! Volti ****** Enedis contre Stéphane Lhomme (Refus Linky Gazpar) Jeudi 3 décembre 2020, à 13h30 au TGI de Paris, se tient un procès important à propos des nombreux incendies engageant la responsabilité d’Enedis et de son compteur communicant Linky. Alors que l’organisme *Promotelec* (dont fait partie Enedis !) a alerté sur les incendies possibles  <http://refus.linky.gazpar.free.fr/promotelec-censure-incendie-linky.htm>  après la pose du Linky, *Enedis* n’a rien trouvé de mieux à faire que d’attaquer en justice *Stéphane Lhomme*, animateur du mouvement  anti-Linky depuis son lancement en 2015. Pendant ce temps, les incendies mettant en cause le compteur Linky, parfois mortels, continuent à se multiplier voir divers exemples  <http://refus.linky.gazpar.free.fr/incendies-linky.htm>. En fin de compte, il faut… remercier Enedis d’avoir initié ce procès qui pourra permettre de mettre en exergue le comportement irresponsable de cette filiale d’EDF et les conséquences dramatiques des incendies générés par les compteurs Linky. Expéditeur original: Stéphane_Lhomme  Adresse expéditeur original: stephane.lhomme@wanadoo.fr Bonjour à toutes […]

Contribution à une nouvelle résistance (4) : Manifestation du 28 novembre : y'a de l'espoir !

Par : Tristan

Qu'on soit clair : la coupe est pleine. Si pleine que n'importe quel événement aurait libéré la colère. Pour l'Etat, l'urgence est de discréditer la colère de ce peuple. Connaissant la machine de propagande, on peut se demander comment une vidéo aussi choquante tourne dans les médias main-stream...

- Tribune Libre

En vrai, c'est quoi, l'« islamogauchisme » ?

Par : Jordi Grau
Avant de regarder Islamogauchisme... La trahison du rêve européen, je craignais de m'ennuyer. J'avais tort : ce film n'est pas un documentaire sérieux, mais une plaisante fiction, dont le comique involontaire réjouira petits et grands. On en parle depuis des années, mais l'actuel gouvernement a mis le sujet sur le devant de la scène : l'islamogauchisme est un des pires fléaux de notre temps. Comme le dit si bien monsieur Blanquer, cette étrange alliance fait des « (...) - Tribune Libre

Trump : la réélection d'un Géant ?

En écrivant le titre de cet article, je savais qu'il pouvait susciter des réactions clivantes entre les lecteurs. Je percevais d'autant plus l'effet produit par ce titre que pour ma part, j'ai vécu un radical changement de perception du président américain. Je le percevais comme un milliardaire ayant transformé la fonction présidentielle en un hobby...

- Tribune Libre

Belgique, une incroyable censure de l’Etat filmée en direct. Voici la question interdite. Vidéo

Par : Volti
Amis belges, il est des questions qu’il est interdit de poser. Ça devient récurrent et ça n’est pas une bonne nouvelle. Il reste de vrais journalistes libres; qui posent les vraies questions, à ceux-la, c’est une fin de non recevoir, pour que les citoyens ne sachent pas que les vrais problèmes de société engendrés par cette « crise sanitaire », ne sont […]

Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande de vacciner les résidents des Ehpad en priorité

Alors que la stratégie vaccinale française doit être présentée cette semaine par le gouvernement, la Haute Autorité de santé (HAS) a émis ce lundi son avis sur quels devraient être « les publics cibles » à vacciner en priorité. Pour cette future campagne, l’autorité sanitaire définit « cinq phases progressives ». Favorable à une vaccination volontaire, elle rappelle que prioriser est nécessaire pour diminuer les hospitalisations et les décès tout en préservant le système de santé. Deux critères principaux ont donc été pris en compte pour établir cette priorisation : l’existence d’un facteur de risque individuel de développer une forme grave de la maladie et l’exposition accrue au virus. Le passage d’une phase à une autre se fera en fonction de la disponibilité des doses.

 

Première phase : compte tenu du nombre limité de doses qui seront disponibles au démarrage de la campagne de vaccination, la HAS recommande de vacciner « en priorité des priorités » les personnes âgées résidant en Ehpad ou tout autre hébergement collectif car ils représentent « un tiers des décès ». Les personnes âgées qui ont déjà été malades pourront-elles aussi être vaccinées en priorité ? La question n’est pas tranchée. La HAS recommande aussi de commencer à vacciner dans cette première phase les professionnels du secteur de la santé exerçant dans les établissements accueillant des personnes âgées présentant eux-mêmes un risque accru de forme grave/de décès. Elle consistera à vacciner un peu moins d’un million de personnes.

Deuxième phase : « Dès lors qu’un nombre plus important de doses sera disponible – la HAS recommande de vacciner les personnes ayant plus de 75 ans, puis les personnes de 65 à 74 ans ayant une comorbidité, puis les autres personnes de 65-74 ans. » Seront ensuite vaccinés les professionnels des secteurs de la santé et du médico-social âgés de 50 ans et plus et/ou présentant une ou plusieurs comorbidités. Cela représente environ 15 millions de personnes.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

L’article Covid-19 : la Haute autorité de santé recommande de vacciner les résidents des Ehpad en priorité est apparu en premier sur PLANETES360.

Les vaccins de la terreur – Je sauve des vies – je vous donne ma dose

Il y a péril en la demeure. Les géants internationaux de l’industrie pharmaceutique (Big Pharma) reniflent le fric attaché à la promesse de vaccins devant apaiser la panique que les médias et les États (terrorisant) ont semé parmi la population tétanisée.

 

Le docteur Louis Fouché de l’hôpital de la Conception de Marseille frappe encore. « Il y a pire qu’un mauvais virus… c’est un mauvais vaccin » et que faire au centre de cette mascarade politique-pandémique qui a asservi la science médicale aux intérêts véreux? Ainsi, ajoute le médecin anesthésiste, Big Pharma se dégage de toute responsabilité quant aux effets secondaires inconnus de ce nouveau type de vaccin ARN très risqué et fabriqué dans l’urgence alors que rien ne presse puisque le taux de mortalité du Covid-19 est à peine de 0,05 %… aussi bas qu’une grippe hivernale. Bref, Big Pharma n’a pas à presser le pas pour encaisser les milliards de dollars au risque de notre santé conclu le médecin qui ne recevra aucune ristourne de Big Pharma. Écoutez…

 


Le Pr Eric Caumes sur les dangers du vaccin expérimental ARN qu’on nous impose en urgence

 


Coronavirus en Suède : l’ombre d’un fiasco plane sur les nouveaux vaccins

De nombreux Suédois ne font plus confiance aux vaccins depuis l’épidémie de grippe A en 2009, lorsque des centaines de jeunes ont développé une narcolepsie après injection.

En Suède, plus question de se faire vacciner avec un sérum développé à la hâte. Depuis une vaste campagne contre le H1N1 en 2009, de nombreux Suédois ne font plus confiance aux antidotes, dont celui contre la Covid-19.

Comme des centaines de jeunes compatriotes, Meissa Chebbi est narcoleptique depuis son vaccin contre la grippe A. En cause : un adjuvant dont le rôle était de démultiplier l’effet immunitaire. « Je ne recommanderais jamais » de prendre un vaccin développé en urgence, « sauf si vous devez absolument le prendre, en danger de mort », dit la jeune Suédoise de 21 ans à l’Agence France-Presse. « J’attendrai cinq ans, quand on connaîtra les risques« , affirme l’étudiante.

 

« Ca a détruit ma vie« , explique Meissa, qui avait onze ans à l’époque. « Je m’endors tout le temps, dans toutes les situations et à des moments inappropriés : à table, lors d’entretiens d’embauche, pendant des discours, des séminaires, à l’université. Je me suis endormie au travail, dans des bus, partout… », énumère la jeune résidente d’Örebro, dans le centre de la Suède.

702 plaintes déposées après la campagne de vaccination

Il y a onze ans, les autorités sanitaires locales ont appelé les Suédois à se faire volontairement vacciner contre la grippe porcine, avec le Pandemrix produit par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline. Plus de 60% de la population, soit presque six millions de personnes, avait répondu à l’appel. Un record mondial dans un pays où aucun vaccin n’est pourtant obligatoire.


Kla.tv (Allemagne)  Appel urgent à la vigilance, la vaccination anti-coronavirus intervient dans l’ADN ! (Warning)


Docteur Louis Fouché. (Marseille)  Vaccin inutile contre le Covid 19 et les dangers des vaccins à ARN.


Le microbiologiste Didier Raoult (IHM) se dit “sceptique” et se demande à qui profite la nouvelle de futurs vaccins.  Il veut le voir pour le croire. C’est, en substance, ce qu’a dit Didier Raoult à propos d’un éventuel prochain vaccin contre le coronavirus, annoncé par plusieurs laboratoires pharmaceutiques, tels Pfizer et BioNTech, ou encore Moderna.

« Celui qui va gagner le plus d’argent, c’est Bill Gates »

Au micro de CNews et Non Stop People, mercredi 18 novembre, le médecin a rappelé que « pour l’instant, il n’y a pas de vaccination contre le Covid19. On verra bien. » Et d’ajouter : « Si c’est un vaccin qui est sûr, pourquoi pas. Pour l’instant, la question ne se pose pas. C’est de la science-fiction ». « Le jour où on sera dans la réalité, je vous donnerai une opinion. Je ne fais pas de prévision», a-t-il poursuivi.  Le microbiologiste s’est aussi questionné sur les annonces en cascade de ces derniers jours à propos de futurs vaccins. «Je suis sûr que les actions de la Bourse montent comme des fous. Celui qui va gagner le plus d’argent, c’est celui qui en a gagné le plus jusqu’à maintenant : Bill Gates avec Moderna. Je suis un peu sceptique et je me demande si ce n’est pas un jeu de Bitcoin », a jugé le directeur de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille.


Raoult torpille le vaccin anti-covid    Raoult sur Sud Radio :

« J’ai dit que le vaccin relevait de la science fiction pour moi ; je ne vais pas rentrer dans des explications trop compliquées mais prenez l’exemple du vaccin contre la grippe, on a mis une quinzaine d’années à le stabiliser et encore à l’heure actuelle il n’est pas fiable à 100%. Et là, pour une maladie qu’on connaît depuis un an à peine, certains laboratoires nous sortent des résultats à plus de 90% ! Non mais franchement, qui peut croire une chose pareille ? D’ailleurs où sont les études sur ces vaccins parce que je cherche et je n’ai rien trouvé !

Non ce n’est pas sérieux du tout, certains vont devenir milliardaire avec cette connerie qui est rabâchée par les médias alors quand on me demande ce que je pense du vaccin et de sa réussite, je dis que je ne joue pas en Bourse, je pense que les Français comprendront, ils sont moins bêtes que ce que les Politiques veulent croire… »

Qu’on soit pro ou pas Raoult, il reste un scientifique expert en maladies infectieuses et en microbiologie avec une vision scientifique objective neutre sans conflit d’intérêt. C’est pourquoi son avis sur le vaccin covid compte !


« Vaccin » contre le Covid : la mise en garde du Pr Perronne

L’agenda mercantile avance à marche forcée : quelques mois seulement après l’apparition « officielle » du Sars-CoV-2 (on en repère désormais des traces dès l’été 2019… fort loin de la Chine !), voici que les pharmas, à grand coups d’effets d’annonce et sous les acclamations diligentes de la presse qui semble avoir définitivement avoir perdu tout recul, prétendent nous vacciner à tour de bras dans les semaines et les mois à venir.

Ceci pose tout de même un certain nombre de problèmes.

D’abord parce qu’il ne s’agit en réalité non pas d’un vaccin mais d’une thérapie génique encore jamais expérimentée sur l’être humain. Qui aurait requis de cinq à dix ans pour être développée d’une manière qui respecte les protocoles de sécurité normaux. Et dont on ne comprend pas l’urgence au regard du taux de létalité du nouveau coronavirus, équivalent bel et bien à celui d’une grippe moyenne !

Tout ceci, Didier Pittet l’avait écarté d’un revers de main au cours d’un débat radiophonique dans le cadre de l’émission Forum de la RSR cet été, rétorquant à un jeune contradicteur qui venait d’énoncer ces faits :  » ah oui, ça on connaît c’est le discours des Antivaxx. » Ajoutant avec le paternalisme le plus éculé : « J’espère au moins que vos parents se feront vacciner, eux ! » C‘est toute la difficulté avec la suppression du débat d’idées et donc de la complexité sur des sujets comme celui-là : s’il n’y a plus que les gens raisonnables (évidemment pro-vaccins) d’un côté et les irrationnels et dangereux antivaxx de l’autre, nous sommes bel et bien dans un délire religieux et dans plus rien qui ait quoi que ce soit à voir avec la science ni même la pensée.

Le fait est que pour les vaccins, comme pour toute mesure sanitaire, la question qui se pose est celle de l’opportunité ou de l’indication en fonction d’une pesée d’intérêts entre bénéfices et risques. Avec les postures religieuses actuelles face au vaccin, au port du masque ou au confinement, nous n’avons simplement plus cette liberté de la pensée et du débat, d’une manière qui non seulement nous fait violence mais multiplie gravement les risques.

Le fait est que cette nouvelle technologie apparaît aussi casse-gueule qu’il est possible. Parce qu’il absolument impossible de prédire son impact réel sur la santé de celles et ceux qui recevront le vaccin. Comme l’a magistralement résumé  la généticienne Alexandra Henrion-Caude chez Morandini, dès lors que la pharmacodynamique, la pharmacocinétique et la génétique (avec analyse spécifiées) n’ont pas été évaluées dans les études, on est dans une absence totale de sécurité -ou pour parler français un risque majeur.

Le Pr Arnaud Fontanet, un des membres du conseil « scientifique » français (chez Bourdin) a bien pataugé dans l’exposé de ce à quoi nous pouvons nous attendre pendant que le  Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à la Pitié-Salpêtrière (chez Pujadas), exprimait quant à lui ses vifs doutes quant à la sécurité du machin.  Ce qui n’empêche pas les médias romands de s’en donner à cœur joie, Le Temps (what else ?!) occultant totalement la réalité dans un article ressemblant plus à un informercial qu’à un travail journalistique digne de ce nom.

Le Pr Christian Perronne est une des voix admirables de l’époque qui rappelle depuis le début de cette crise que la médecine a eu à une époque une certaine intégrité et qu’il s’agirait (peut-être) de la retrouver plutôt que d’accepter de basculer dans un monde où l’incompétence le dispute bel et bien à l’arrogance. Ayant le plus grand respect pour cet infectiologue, professeur de médecine et grand connaisseur de la santé publique, c’est avec joie et soulagement que j’ai pris connaissance de la lettre qu’il a publiée ce matin pour tenter de remettre les pendules à l’heure.

Avec son accord (dont je le remercie chaleureusement), je la reproduis ici.

Chers amis,

La France, qui vit un cauchemar depuis des mois, se réveille. Dans beaucoup de villes de notre beau pays, le peuple est en marche pour retrouver sa liberté, pour exiger le retour de la démocratie. En tant que médecin, spécialiste des maladies infectieuses et ayant été président de nombreuses instances ou conseils de santé publique, y compris sur les vaccins, je mesure chaque jour les incertitudes générant la peur et le désarroi croissant de nos concitoyens. Je prends le risque d’être à nouveau qualifié de « complotiste » ou mieux de « rassuriste », termes désignant ceux qui critiquent ou challengent la pensée unique. Je finis par être fier de ces appellations, mes propos exprimant la vérité n’ayant jamais changé depuis le début de l’épidémie. Je considère donc qu’il est de ma responsabilité de m’exprimer à nouveau ce jour sur l’ensemble du volet médical de la Covid-19 et en particulier sur le sujet vaccinal, désormais l’élément central et quasiment unique de la politique de santé de l’Etat.

Beaucoup de Français ont été hypnotisés par la politique de la peur. Depuis septembre 2020, on nous avait annoncé une deuxième vague terrible de l’épidémie, pire que la première. Le Ministre de la Santé, le Dr Olivier Véran, le Président du Conseil scientifique de l’Elysée, le Pr Jean François Delfraissy, le Directeur Général de la Santé, le Pr Jérôme Salomon, l’Institut Pasteur nous ont annoncé des chiffres catastrophiques avec une augmentation exponentielle du nombre de morts. Les hôpitaux devaient être saturés et débordés. Même le Président de la République, lors d’une allocution télévisée récente annonçant le reconfinement, nous a prédit pas moins de 400.000 morts, renchérissant sur les 200.000 morts estimés peu de temps auparavant par le Pr Arnaud Fontanet de Pasteur. Ces chiffres irréalistes n’avaient qu’un but, entretenir la peur pour nous faire rester confinés, sagement masqués. Pourtant l’usage généralisé des masques en population générale n’a aucun intérêt démontré scientifiquement pour enrayer l’épidémie de SARS-CoV-2. L’utilisation des masques devrait être ciblée pour les malades, leur entourage (surtout les personnes à risque) et les soignants au contact.

Or l’épidémie régresse et n’a entraîné aucune apocalypse. La dynamique de la courbe montrait depuis des semaines le profil d’un rebond épidémique saisonnier qui s’observe avec certains virus, une fois la vague épidémique terminée. Cela témoigne de l’adaptation du virus à l’homme et est aussi le reflet de l’immunité collective qui progresse dans la population et qui nous protège naturellement. Les souches de virus qui circulent actuellement ont perdu de leur virulence. Les autorités ne pourront pas dire que c’est grâce au confinement car la tendance à la baisse avait commencé avant même sa mise en place. La régression de l’épidémie avait même commencé, dans certaines agglomérations, avant l’instauration du couvre-feu.

Malheureusement, il y a encore des décès qui surviennent chez des personnes très âgées, des grands obèses ou des personnes souffrant d’un diabète sévère, d’hypertension artérielle grave, de maladies cardiorespiratoires ou rénales déjà invalidantes. Ces personnes à risque sont parfaitement identifiées. Les mesures sanitaires devraient donc être ciblées pour les protéger, les dépister et les traiter le plus tôt possible dès le début des symptômes par l’hydroxychloroquine et l’azithromycine dont l’efficacité et l’innocuité sont largement confirmées, si on donne le traitement précocement.

Beaucoup de décès auraient pu être évités. Or on a dissuadé les médecins généralistes et les gériatres de traiter. Dans ce contexte, continuer à persécuter nos enfants derrière des masques inutiles reste incompréhensible.

Toutes ces mesures sont faites pour que les Français réclament un vaccin. Or quel est l’intérêt d’un vaccin généralisé pour une maladie dont la mortalité est proche de 0,05% ? Aucun. Cette vaccination de masse est inutile. De plus, les risques de la vaccination peuvent être plus importants que les bénéfices.

Le plus inquiétant est que de nombreux pays, dont la France, se disent prêts à vacciner dans les semaines qui viennent, alors que la mise au point et l’évaluation de ces produits se sont faites à la va-vite et qu’aucun résultat de l’efficacité ou de la dangerosité de ces vaccins n’a été publié à ce jour. Nous n’avons eu le droit qu’à des communiqués de presse des industriels fabricants, permettant de faire flamber leurs actions en bourse.

Le pire est que les premiers « vaccins » qu’on nous propose ne sont pas des vaccins, mais des produits de thérapie génique. On va injecter des acides nucléiques qui provoqueront la fabrication d’éléments du virus par nos propres cellules. On ne connait absolument pas les conséquences de cette injection, car c’est une première chez l’homme. Et si les cellules de certains « vaccinés » fabriquaient trop d’éléments viraux, entrainant des réactions incontrôlables dans notre corps ? Les premières thérapies géniques seront à ARN, mais il existe des projets avec l’ADN. Normalement, dans nos cellules, le message se fait de l’ADN vers l’ARN, mais l’inverse est possible dans certaines circonstances, d’autant que nos cellules humaines contiennent depuis la nuit des temps des rétrovirus dits « endogènes » intégrés dans l’ADN de nos chromosomes. Ces rétrovirus « domestiqués » qui nous habitent sont habituellement inoffensifs (contrairement au VIH, rétrovirus du sida par exemple), mais ils peuvent produire une enzyme, la transcriptase inverse, capable de transcrire à l’envers, de l’ARN vers l’ADN. Ainsi un ARN étranger à notre corps et administré par injection pourrait coder pour de l’ADN, tout aussi étranger, qui peut alors s’intégrer dans nos chromosomes. Il existe donc un risque réel de transformer nos gènes définitivement. Il y a aussi la possibilité, par la modification des acides nucléiques de nos ovules ou spermatozoïdes, de transmettre ces modifications génétiques à nos enfants. Les personnes qui font la promotion de ces thérapies géniques, faussement appelées « vaccins » sont des apprentis sorciers et prennent les Français et plus généralement les citoyens du monde, pour des cobayes. Nous ne voulons pas devenir, comme les tomates ou le maïs transgéniques des OGM (organismes génétiquement modifiés). Un responsable médical d’un des laboratoires pharmaceutiques fabricants a déclaré il y a quelques jours qu’il espérait un effet de protection individuelle, mais qu’il ne fallait pas trop espérer un impact sur la transmission du virus, donc sur la dynamique de l’épidémie. C’est bien là un aveu déguisé qu’il ne s’agit pas d’un vaccin. Un comble.

Je suis d’autant plus horrifié que j’ai toujours été en faveur des vaccins et que j’ai présidé pendant des années des instances élaborant la politique vaccinale. Aujourd’hui, il faut dire stop à ce plan extrêmement inquiétant. Louis Pasteur doit se retourner dans sa tombe.

La science, l’éthique médicale et par-dessus tout le bon sens doivent reprendre le dessus.

 

 

Christian PERRONNE


Un haut moment de propagande au cours duquel l’auditeur a pu apprendre bien des choses…

Vaccin mon beau soucis

Marie-Paul Kieny n’est pas une invitée lambda dans l’émission de Marc Fauvelle : elle a été nommée par le gouvernement à la tête du comité chargé d’évaluer les avancées sur le vaccin contre le covid-19.

L’auditeur apprend beaucoup de choses, toutes plus ahurissantes les unes que les autres, assénées comme des banalités :

  • Les taux (annoncés par les entreprises) de réussite des vaccins sont « une bonne surprise parce qu’on a beaucoup discuté pour savoir quel devait être le taux d’efficacité minimum d’un vaccin pour qu’il soit mis en place, l’OMS avait suggéré 50 % … et on a excédé ces 50 %, là c’est un résultat très intéressant ».
  • Durée de la protection ? Marc Fauvelle s’interroge en se référant au patron français du laboratoire américain Moderna, dont il ne précise pas combien ce laboratoire est lié à Bill Gates : « il parle d’une immunité de 6 mois, voir 12 mois, avez-vous des données ? ». Réponse : « Je ne sais pas, nous n’avons jamais vu ces données dans le comité, je pense que se positionner sur une durée longue est un peu optimiste mais nous en apprendrons plus au fur et à mesure de l’utilisation de ces vaccins. Il faudra attendre pour connaître l’efficacité dans la durée ».

Donc, des vaccins s’apprêtent à être mis sur le marché mais ils pourraient vacciner pour une courte durée, ce qui n’est pas exactement ce que l’on attend d’un vaccin. Qui plus est, seul un essai grandeur nature sur les populations donnera une idée réelle de son efficacité. Sur Franceinfo, cela s’exprime en toute tranquillité.

Marc Fauvelle veut en savoir plus. Madame Kieny précise que « ce sont les autorités de réglementation qui donnent les autorisations d’utiliser les vaccins (…) ils auront sûrement accès à des données que nous n’avons pas vues (…) on ne saura pas tout, au fur et à mesure de l’utilisation on pourra confirmer l’efficacité dans la durée ».

Lequel sera le plus efficace, « faudra-t-il attendre les publications scientifiques ? » Réponse : « La différence très nette tient au mode de conservation ». Avantage à Moderna, dit-elle.

« On aura plusieurs vaccins (…) Ce sont des vaccins fabriqués sur une plateforme très novatrice puisqu’on n’utilise pas du virus tué ou des protéines purifiés, c’est le matériel génétiqueles gènes mêmes du virus qui sont administrés directement avec une seringue, et une fois qu’on a administré ces gènes, ce sont eux qui se permettent de fabriquer la protéine d’enveloppe du virus dans la personne vaccinée (…) on est très contents de savoir que cela fonctionne »

Résumons : des vaccins de nouvelle génération, génétiques, ayant la capacité d’agir sur les gènes des patients sont en passe d’être administrés à la population mondiale, à l’occasion de cette pandémie. Ce sont des vaccins dont nous ne connaissons pas la durée de l’immunité qu’ils apporteront, ni leur réelle efficacité, sinon ce qui est affirmé par les laboratoires fabricants, mais nous savons que c’est justement leur utilisation à grande échelle qui permettra de les connaître.

On verra à l’usage

Rien de complotiste, c’est sur Franceinfo et c’est à la responsable du comité nommé par le gouvernement que la radio s’adresse. Pour dire simplement ce que les « complotistes » disent chaque jour : que des vaccins génétiques aux propriétés inconnues des États concernés vont être administrés en masse à des populations civiles. Concernant l’efficacité des différents vaccins, selon les personnes, les âges, Madame Kieny le dit : « De toute façon, cela on ne le sait pas, il faudra le voir à l’usage (…) À l’usage, les meilleurs resteront avec nous sur la durée ». Autrement dit, ceux qui auront eu de mauvais résultats seront éliminés. De mauvais résultats sur des êtres humains, s’entend.

Fauvelle veut des précisions sur le vaccin et demande s’il s‘agit bien de « matériel génétiquement modifié que l’on met dans nos organismes ». Réponse : « Évidemment, tout ce qui est nouveau peut faire peur mais il faut savoir aussi que les scientifiques humains et la population humaine est très ingénieuse, et surtout au moment des crises (…) on prend un gène, comme si vous aviez votre propre gène qui permet de vous donner les yeux bleus ou les yeux bruns, vous le manipulez un peu et vous l’utilisez comme un vaccin. Ce gène est très fragile, il fallait le stabiliser. Deux sociétés travaillent dessus, Moderna et Pfizer ».

« La communication des entreprises est essentiellement dirigée vers les actionnaires. On est dans une situation où la finalité particulière des industries cotées en bourse est de générer des revenus pour les actionnaires (…) c’est plus facile de faire un communiqué de presse qu’une publication scientifique qui va être évaluée par les pairs. Mais les deux sociétés se sont engagées à rédiger et à soumettre le plus rapidement possible ces résultats à une revue à comité de lecture afin qu’ils puissent être évalués par le monde entier »

La question est avant tout celle des bénéfices des actionnaires, c’est pourquoi il faut que les vaccins arrivent vite et soient testés grandeur nature. Normalement, les résultats des entreprises privées devraient être d’abord soumis à évaluation par la communauté scientifique. Ce n’est ici pas le cas : les vaccins sont mis en œuvre, ils seront évalués après…

Un vaccin et un peu plus
  • Or, selon l’OMS un vaccin ne suffira pas. Madame Kieny : « C’est un outil précieux mais ce ne sera pas l’alpha et l’omega. Il faudra du temps pour immuniser une part importante de la population, encore plus dans les pays en voie de développement. Pour arriver à interrompre la propagation, il faudrait vacciner 100 % de la population, avec un vaccin 100 % efficace et qui dure toute la vie (…) On va pas éradiquer ce covid, les chances qu’on y arrive sont quasiment nulles. Sera-t-il endémique ? Épidémique ? (…) Ce virus, il mute toute le temps, pour le moment il n’y a pas d’indication que ces mutations ont un impact sur le vaccin. Mais cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas. »
  • Les Français sont méfiants ? « quand on voit la corrélation entre le refus de la vaccination et la défiance contre le gouvernement et contre le système en général, on voit que la parallèle est évidente (…) On peut être transparents, expliquer les bénéfices mais aussi les risques, aucun acte médical n’est sans risques. Il faudra être clair et transparent sur ces vaccins. Le fait qu’ils peuvent aider à protéger la personne vaccinée mais aussi ses proches, et être transparent sur les inconvénients (…) J’espère que ça va se passer bien en France, les gens sont fatigués des confinements, des peurs… »

« On sait déjà que la maladie n’immunise pas contre une deuxième infection (…) »Ceux qui ont été malades devront donc aussi être vaccinés.

Complotisme gouvernementale

Franceinfo dénonce souvent les théories du complot et voit des complotistes partout. Par contre, en ce mardi 17 novembre 2020, la radio ne semble pas s’être aperçue combien elle reprenait et diffusait, en forme de propagande gouvernementale officielle, ce qu’elle prétend combattre habituellement.

Face à un virus qui se propage de façon impossible à contenir, des tombereaux de dollars sont donnés à des laboratoires privés. Ces derniers fabriquent des vaccins supposément efficaces mais dont l’efficacité sera connue une fois des vaccinations grandeur nature réalisées, car ces laboratoires ne font pas vérifier leurs résultats, contrairement à l’usage, par la communauté scientifique, même s’ils ont signé des clauses contractuelles promettant de le faire… après. Ces vaccins ne suffiront pas à lutter contre le virus, n’immuniseront sans doute pas (?) sur la longue durée, sont produits par des entreprises dont l’une, au moins, est pointée du doigt du fait de ses actionnaires. Ces derniers sont destinés à être les bénéficiaires de l’opération et c’est normal. On oublie quelque chose ? Ah oui… ces vaccins pourraient peut-être modifier génétiquement l’être humain, créant des HGM comme il y a des OGM.

Mardi 17 novembre 2020, sur Franceinfo, la réalité ressemblait au complot à s’y méprendre. On aurait dit la suite de Hold-up. En moins intéressant.  SourceVu ici


À gauche, dans un CHSLD- un EPAD – un patient réticent à recevoir le vaccin que l’État stipendié a acheté pour lui. Quelques fiers à bras tentent de lui « sauver la vie »  malgré lui en lui injectant une dose de vaccin frelaté – non homologué – dont on saura dans une année l’efficacité.

Le passeport sanitaire international pour infiltrer votre risque de déplacement et supputer  votre « dangerosité »: L’Échelle de Jacob: Passeport sanitaire pour se déplacer : Vers une vaccination obligatoire de fait ! (echelledejacob.blogspot.com)

 

Alexandra Henrion-Caude magistrale face à un médecin qui veut imposer le vaccin à tout le monde

La généticienne Alexandra Henrion-Caude magistrale face au professeur André Grimaldi, qui veut imposer la vaccination contre la Covid-19 à tout le monde.

L’article Alexandra Henrion-Caude magistrale face à un médecin qui veut imposer le vaccin à tout le monde est apparu en premier sur PLANETES360.

Ile-de-France : soignants, sapeurs-pompiers, enseignants, policiers… : «Le coût de la vie n’est pas tenable»

Qu’ils soient soignants, sapeurs-pompiers, enseignants, policiers, surveillants de prison … se loger décemment en Ile-de-France est parfois tout juste impossible. Nous avons rencontré ces fonctionnaires qui expriment tous cette difficulté de joindre les deux bouts. La tentation d’aller voir ailleurs est surtout liée aux loyers prohibitifs, y compris pour les fonctionnaires qui gagnent plus que le smic. Témoignages.

Ce service de réanimation à Paris où elle travaillait, c’était son premier poste. […] « Beaucoup partent aussi. Si je veux construire une vie de famille, il me faut un salaire décent, le coût de la vie ici n’est pas tenable », résume la jeune femme qui partage sa vie avec un enseignant. Difficile de s’imaginer fonder une famille quand on ne parvient à louer qu’un studio de 13 mètres carrés pour 700 euros près du périphérique. Son salaire : « Environ 1800 euros par mois, avec deux week-ends de garde ». Pour le même loyer, elle loue à la campagne une maison « avec trois chambres et un jardin ! »   […]

Le Parisien

L’article Ile-de-France : soignants, sapeurs-pompiers, enseignants, policiers… : «Le coût de la vie n’est pas tenable» est apparu en premier sur PLANETES360.

L’OMS promet de «tout faire» pour connaître les origines du Covid-19

L’Organisation n’a toujours pas pu envoyer une équipe d’experts en Chine pour mener ses propres recherches.

Une équipe internationale, composée d’une dizaine de scientifiques reconnus, a bien été constituée pour tenter de remonter aux origines du virus et de savoir comment il s’est transmis à l’homme, mais elle n’a pour l’instant pas pu se rendre en Chine.

(…) Une autre hypothèse évoque un virus possiblement échappé d’un laboratoire, et pourquoi pas notamment. Sur ce point, plusieurs spécialistes estiment qu’il ne faut pas écarter cette hypothèse, bien qu’elle ne soit absolument pas étayée à ce jour.

Le Parisien

L’article L’OMS promet de «tout faire» pour connaître les origines du Covid-19 est apparu en premier sur PLANETES360.

Nucléaire-Monde arabe (4/4) – L’Otan, la Russie et les avatars du nucléaire arabe

Par : René Naba

EPILOGUE

1- La sanctuarisation d’Israël

Le Monde arabe et l’Iran sont entourés de quatre puissances nucléaires (Russie, Inde, Pakistan, Israël), mais la stratégie atlantiste a constamment visé à édifier un Moyen orient dénucléarisé, à faible capacité balistique, placé sous la coupe atomique d’Israël; un pays qui dispose pourtant d’un arsenal de près de deux cents ogives à charge nucléaire, soustrait à tout contrôle international.

La position méprisante américaine à l’égard de la Jordanie relève de ce dessein, tout comme le projet mort-né de Nicolas Sarkozy d’Union Pour la Méditerranée (UPM) visant à substituer l’Iran à Israël, comme principal ennemi du Monde arabe. Dans un renversement de tendance sans pareille dans l’histoire, l’Iran, voisin millénaire des Arabes serait ainsi hissé au rang d’ennemi héréditaire, et Israël, considéré pourtant par les Palestiniens et la majorité des pays du tiers monde comme l’usurpateur de la Palestine, comme leur plus vieil allié traditionnel.

.

2 – Les ambiguïtés de la position française sur le nucléaire arabe.

La France, un des grands pollueurs atomique de la planète, équipementier du centre atomique de Dimona (Israël), de l’Afrique du sud du temps de l’Apartheid et de l’Iran impériale via le consortium Eurodif, par ailleurs co belligérant d’Israël contre l’Égypte (Suez 1956), de l’Irak contre l’Iran (1979-1989) et des États Unis et du Royaume Uni contre la Syrie (2018), est fortement réticente à engager un partenariat atomique avec les pays arabes, du fait de leur position limitrophe d’Israël , qui la handicape en raison du lourd passif de Vichy et de la collaboration nazie anti juive.

.

A- Le cas de l’Irak

Co belligérante de l’Irak dans sa guerre contre l’Iran (1979-1989), la France a amorcé une timide coopération dans le domaine nucléaire avec l’Irak baasiste de Saddam Hussein.

Elle demeurera toutefois inerte lors du sabotage du réacteur expérimental, -en fait deux cœurs en acier de réacteurs nucléaires commandés par l’Irak à la France-, sur le site des Constructions industrielles de la Méditerranée (Cnim), à Brégaillon à La Seyne (Var), en 1979.

Récidiviste, elle sera amorphe lors de la destruction du site nucléaire de Tammouz, en juin 1981, tout en percevant pleinement le montant des deux contrats. Une opération hautement rentable pour le complexe militaro-industriel française.

Dupé, Saddam Hussein cherchera à compenser cette perte en développant une capacité balistique chimique de dissuasion. Il en paiera le prix au titre de dommage collatéral du raid terroriste contre les symboles de l’hyperpuissance américaine, le 11 septembre 2001, pourtant mené par un commando de 19 membres dont quinze de nationalité saoudienne et aucun irakien. Son pays sera envahit, en 2003, son régime détruit, son parti éradiqué et lui même pendu.

En superposition à la destruction des deux installations nucléaires, l’Irak subi une hécatombe scientifique avec l’exécution de 130 universitaires, savants et chercheurs.

Pour aller plus loin sur ce sujet :

https://www.madaniya.info/2018/09/21/le-martyrologe-scientifique-irakien/

.

B- La Syrie

Du fait du primat nucléaire israélien, la Syrie, elle aussi, a payé un lourd tribut pour son accession à la technologie nucléaire avec l’assassinat de deux des responsables de son programme atomique: Le général Aziz Esber, directeur du centre des recherches scientifiques de Syrie, assassiné au moyen d’une voiture piégée dans la localité de Missiaf, dans la province de Hama, le 4 aout 2018, au lendemain de la défaite des djihadistes du sud de la Syrie (Dera’a, Suneitra). Son prédécesseur, quatorze ans plus tôt, le Général Mohamad Soleymane, en charge du programme nucléaire syrien, avait été liquidé depuis la mer en 2004 à Tartous, alors qu’il se prélassait dans sa villa du bord de mer.

.

c- Le cas de la Libye

Éternel trublion de la diplomatie occidentale en Afrique, piètre stratège, général d’opérette et de parade, Mouammar Kadhafisera aura été un parfait dindon d’une farce dont il aura été un acteur majeur.

Un blocus draconien de dix ans (1992-2002) aura raison de sa résistance. Kadhafi livrera son plus proche collaborateur à la justice internationale en tant que victime expiatoire de l’attentat de Lockerbie, avant de basculer lui-même sous les fourches caudines américaines, trop heureux d’échapper au sort funeste de l’irakien Saddam Hussein.

En décembre 2003, en une opération apparue comme une capitulation en rase campagne, Kadhafi s’abandonnera aux Américains livrant sans coup férir la totalité de son programme nucléaire à l’administration néo-conservatrice du président George Bush jr, dévoilant du même coup tout un pan de la coopération des pays arabes et musulmans (Pakistan, Iran, Syrie) dans le domaine de la technologie nucléaire.

Pour prix de cette forfaiture, Kadhafi gagnera un sursis de 6 ans. Il sera honoré par Nicolas Sarkozy qui tolérera- fait exceptionnel- l’installation d’une tente arabe dans le périmètre de l’Élysée en l’honneur du guide la révolution libyenne, avant que le meute atlantique, menée par la France, ne se déchaine contre lui, le déloge de sa capitale Tripoli, le traque, et pour finir par le livrer à la hargne vindicative de ses ennemis et de confier le pays, aux islamistes libyens d’Afghanistan et l’imposition corrélative de la Chariah, à quelques encablures du flanc méridional de l’Europe.

.

D- Le cas de la Jordanie

Areva écarté du marché jordanien: Un gisement de 20.000 tonnes d’uranium

En 2010, la Jordanie avait signé un accord avec Areva accordant au géant nucléaire français des droits exclusifs pour l’exploitation de l’uranium dans le centre de la Jordanie.

A l’époque, des responsables jordaniens avaient indiqué qu’Areva, qui a commencé ses explorations dans le centre de la Jordanie en 2008, pourrait extraire quelque 130.000 tonnes d’uranium des 1,2 milliard de tonnes de réserves de phosphate du royaume. Une découverte fruit de la coopération entre Areva et Jordan Energy Resources Incorporated, en vertu d’un partenariat scellé en 2010.

Contre toute attente, sans qu’il ait été possible d’établir le moindre lien de causalité entre la position américaine hostile à toute prolifération, surtout dans les pays limitrophes d’Israël, et la vulnérabilité des entreprises françaises face aux pressions américaines, le partenariat franco jordanien a été subitement rompu, alors que le Royaume hachémite cherche à développer l’énergie nucléaire pour satisfaire ses besoins intérieurs croissants en électricité.

La Jordanie a en effet annoncé avoir annulé la licence d’exploitation d’uranium attribuée à Areva, lui reprochant d’avoir transmis des informations sous-estimant la quantité de minerai découvert.

« La licence de la Jordanian French Uranium Mining Company (JFUMC) l’autorisant à exploiter des mines d’uranium dans le centre de la Jordanie est désormais nulle », a fait savoir la Commission jordanienne pour l’énergie atomique. » L’entreprise n’a pas remis ses rapports à temps, et les découvertes d’uranium qu’elle a annoncées étaient inexactes, » a expliqué la commission dans un communiqué.

Mais la Commission Jordanienne pour l’Énergie Atomique a indiqué avoir « embauché une importante firme australienne pour réévaluer les ressources en uranium, et celle-ci a découvert que les ressources atteignent le double du montant annoncé par la JFUMC ».

« L’annulation de la licence n’entraîne aucune responsabilité financière ou légale pour aucune des parties. La Jordanian French Uranium Mining Company devra assumer le coût d’exploration de 20 millions de dinars (28 millions de dollars) », a-t-elle souligné.

Le royaume, constitué à 92% de désert, est l’un des 10 pays les plus secs de la planète, et cherche à développer l’énergie atomique afin d’alimenter des usines de dessalement de l’eau.

La Jordanie importe 95% de ses besoins en énergie. Elle veut développer des alternatives au gaz égyptien qui couvre habituellement 80% de ses besoins pour produire de l’électricité mais dont l’approvisionnement a été interrompu à plusieurs reprises depuis 2011 en raison d’attaques contre le gazoduc reliant l’Egypte à la Jordanie et Israël.

Les principaux pays producteurs d’uranium dans le monde sont le KazakHstan (4 mines à ciel ouvert), le Canada et l’Australie. Ils totalisent les deux tiers de la production mondiale d’uranium. La production d’uranium a atteint 56,2 milliers de tonnes, en 2014. Le gisement d’Arlit (Niger-Areva) produit 5 pour cent de la production mondiale est en baisse de 5,7% par rapport à 2013.

.

E- Les Émirats arabes Unis, en tête du peloton arabe.

Contre toute attente, les Émirats Arabes Unis se sont hissés en tête du peloton pour l’exploitation de l’énergie nucléaire dans le Monde arabe. La centrale nucléaire de Barakah, la première du monde arabe, a en effet reçu le feu vert pour son exploitation le 17 Février 2020.
«L’Autorité fédérale de régulation nucléaire (FANR) a approuvé la délivrance à l’entreprise Nawah de la licence d’exploitation du réacteur 1 de la centrale», a déclaré le représentant permanent des Émirats à l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Hamad Alkaabi, lors d’une conférence de presse à Abou Dhabi.
Fondée en 2016, Nawah Energy Company exploitera et entretiendra, à terme, les quatre réacteurs de la centrale de Barakah, dans le nord-ouest du pays. L’installation a été construite par un consortium mené par Emirates Nuclear Energy Corporation (ENEC) et le coréen Korea Electric Power Corporation (KEPCO), pour un coût estimé à 24,4 milliards de dollars (22,5 milliards d’euros).

Le premier des quatre réacteurs devait être mis en service fin 2017, mais la date de démarrage a été reportée à plusieurs reprises pour satisfaire, d’après les responsables, aux conditions légales de sécurité. Lorsqu’ils seront pleinement opérationnels, les quatre réacteurs auront la capacité de produire 5.600 mégawatts d’électricité, soit environ 25 % des besoins des Émirats arabes unis, qui compte une population de 9,3 millions d’habitants, dont environ 80 % d’expatriés.

.

F- Le cas de l’Iran

Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, trahissant les obligations de sa charge, n’hésitera à se transformer en «petit télégraphiste des Israéliens» dans les négociations sur l’accord international sur le nucléaire iranien, s’appliquant à faire obstruction à la conclusion de tout accord pourtant souscrit par les Américains et leurs alliés atlantistes.

Déconsidéré par sa position et déconsidéré dans ses fonctions de chef de la diplomatie française, Laurent Fabius sera exfiltré par le président François Hollande et propulsé à la tête de la présidence du Conseil Constitutionnel. Une prime à la déloyauté en somme.

https://www.madaniya.info/2015/07/24/iran-nucleaire-laurent-fabius-petit-telegraphiste-des-israeliens/

Emmanuel Macron sera sur la même longueur d’onde que son ancien collègue socialiste. Dans son discours prononcé mercredi 24 avril 2018 devant le Congrès américain, M. Emmanuel Macron se proposait d’aménager un Moyen orient placé sous la coupe atomique d’Israël.

«L’Iran n’aura jamais d’arme nucléaire. Ni maintenant, ni dans cinq ans, ni dans dix ans», a déclaré le président français, s’engageant en outre à réduire la capacité balistique de la République islamique iranienne de même que son influence régionale au Yémen, en Irak et au Liban, sans accompagner cet engagement d’une mesure de réciprocité concernant le désarmement nucléaire d’Israël.

A propos de l’accession de l’Iran au rang de «puissance du seuil» et sa forte charge symbolique, cf à ce propos:
https://www.madaniya.info/2015/07/12/le-message-subliminal-de-l-iran-au-monde-arabo-musulman/

La défection d’Areva de la Jordanie pourrait ainsi mieux s’expliquer. Quoiqu’il en soit, elle offrira à la Russie la possibilité de s’impliquer dans un projet ultra-sensible de la sécurité régionale – le nucléaire- auprès d’un pays, la Jordanie, qui a fait longtemps office de pivot de la stratégie atlantiste dans la zone et de garde frontières de l’état hébreu, comme en témoigne la séquence dite du «septembre noir» jordanien, en 1970, le massacre des Fedayines par les troupes bédouines de la Légion Arabe hachémite.

.

III – La Russie

La Russie, sans le moindre complexe vis à vis d’Israël, nullement tétanisée par le lobby juif américain, ayant été l’un des premiers pays à avoir reconnu l’état hébreu, dispose d’une plus grande marge de manœuvre sur le dossier ultra-sensible du nucléaire.

.

III/A – Le cas de l’Égypte

La Russie et l’Égypte ont ainsi signé un accord visant à la construction de la première centrale nucléaire égyptienne à El-Dabaa, dans le nord-est du pays, à l’occasion d’une visite éclair du président Vladimir Poutine au Caire, l’Égypte et la Russie ont signé, le 11 décembre 2017. Le coût du projet est estimé à 30 milliards de dollars (25 milliards d’euros), financés à 85% par un prêt russe.

Un projet qui marque le retour de Moscou au Proche-Orient, parallèlement à l’édification d’une base aérienne en Syrie, à Hmeymine et de l’agrandissement de la base navale russe de Tartous, sur la Méditerranée.

Le contrat prévoit la fourniture de quatre réacteurs de 1200 mégawatts chacun. La construction devrait être terminée en 2022 et le premier réacteur nucléaire entrer en production vers 2024. La maitrise du projet a été confiée au groupe public russe Rosatom qui va aussi «livrer le combustible nucléaire et former les employés» et assurer «la maintenance et la réparation des unités de production».

Maitre d’œuvre du barrage d’Assouane, une fierté de l’Egypte, édifié alors que l’Égypte de Nasser cherchait à affirmer son indépendance en s’émancipant de l’influence occidentale, Moscou et le Caire envisagent en outre la création en Égypte d’une «zone industrielle russe», destinée à être «le plus grand centre de production et d’exportation de biens russes sur les marchés du Moyen-Orient et d’Afrique avec un volume total d’investissement de sept milliards de dollars environ (six milliards d’euros).

Les ambitions nucléaires de l’Égypte sont anciennes. Au début des années 80, sous le régime du président Hosni Moubarak, Le Caire avait déjà envisagé la construction d’une centrale nucléaire à el-Dabaa. Mais le projet avait été suspendu après la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

L’Égypte dispose déjà de deux réacteurs nucléaires qui sont uniquement destinés à la recherche et à la formation, notamment la centrale nucléaire d’Inshas. Située dans un centre de recherche à la périphérie du Caire dans le delta du Nil, en Egypte, Inshas est soumis à l’Autorité de l’énergie atomique égyptienne. Il est constitué d’un complexe de plusieurs laboratoires et réacteurs nucléaires pour la recherche égyptienne.

Le complexe nucléaire d’Inshas comprend 3 principales installations: Un accélérateur de particules du type Van De Graff de 4 MW (ICF (Inshas Cyclotron Facility), un réacteur à eau légère de 2 mégawatts thermiques, fourni par l’URSS et mis en service en 1961 (ETRR-1), un réacteur à uranium enrichi de 22 mégwatts thermiques fourni par l’Argentine et mis en service en 1997 (ETRR-2)

Le centre comprend également: un laboratoire à eau lourde, un incinérateur de déchets à faible activité, ainsi qu’un laboratoire de recherche sur les rayonnements ionisants NCRRT et un autre laboratoire de traitement et analyse des matériaux irradiés HLWMC,

Polémique sur les applications militaires
Le centre de recherche d’Inshas aurait procédé à de nombreuses expériences non déclarées pouvant être utiles à la réalisation d’un programme militaire. Selon un rapport confidentiel de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dévoilé en mai 2009, des traces d’uranium hautement enrichi auraient été découvertes à deux reprises, en 2007 et 2008, sur le site d’Inshas, alors que l’Égypte n’entretient pas de programme nucléaire de production d’électricité et n’a jamais cherché à se doter de la bombe atomique.
Le 4 juin 2011, à la suite de l’explosion d’une pompe du réacteur, alors mis en service sans autorisation, une fuite de 10 m3 d’eau radioactive s’est produite. L’incident est classé niveau 3 de l’échelle INES3. Le directeur du département de recherche nucléaire égyptien, Samer Meikheimar, a précisé que “Le fait que le réacteur était par chance non activé le lendemain de l’incident a sauvé le territoire d’un désastre environnemental.

.

III/ B- L’Arabie saoudite et la Jordanie face à l’attraction russe.

Fer de lance du combat contre l’athéisme soviétique au paroxysme de la guerre froide sovieto-américaine, (1945-1990), un des artisans de l’implosion de l’URSS via la guerre anti soivétique d’Afghanistan (1980-1989), le royaume wahhabite n’échappe plus à l’attraction russe.

Le russe Rosatom a arraché en octobre 2017 un contrat avec la King Abdallah City for Atomic and Renewable Energy (KACARE) sur la fabrication de réacteurs nucléaires de petite et moyenne taille. Dans le cadre du programme stratégique «Vision 2030», l’Arabie Saoudite a pour objectif de se doter de seize réacteurs durant la prochaine décennie, afin de diversifier ses sources d’énergie et d’augmenter sa production électrique.

En Jordanie, la firme russe Atom Stroy Export a négocié, quant à elle, la construction de quatre unités nucléaires, tandis qu’un accord a été signe avec Rosatom pour construire un micro réacteur nucléaire à Amman.

Dans le domaine du nucléaire civil, de plus en plus prisé dans une région qui souffre d’une dépendance pathologique au pétrole et de la morgue occidentale, la Russie avance à pas feutrés, mais fermes.

Mahmoud Abbas, dépité par le comportement des Occidentaux, notamment des Américains, à exhorter les Arabes en ce termes: «Ne faites jamais confiance aux Américains. Si vous voulez récupérer vos droits, adressez-vous aux Russes», avait lancé le dirigeant palestinien exacerbé par les nouvelles requêtes américaines concernant de nouvelles concessions palestiniennes en faveur d’Israël.

Paroles d’expert.

.

Pour le locuteur arabophone, cf ces liens concernant la totalité des thèmes abordés :

1 – Cet article

2 – La Jordanie, centre nucléaire régional; Réponse des États-Unis: Bull Shit

3 – « Washington: : L’enrichissement de l’Uranium interdit à la Jordanie

4 – Le chantage de MBS: Je me porte fort de convaincre les Américains

5 -Le rêve nucléaire des Saoudiens de Sultan à Salmane

La hiérarchie policière laisse-t-elle des “Black Blocs” identifiés agir en toute impunité ? C’est ce qu’a laissé entendre la syndicaliste policière Linda Kebbab

⚡🇲🇫VIDÉO- La hiérarchie policière laisse-t-elle des "Black Blocs" identifiés agir en toute impunité ? C'est ce qu'a laissé entendre la syndicaliste policière Linda Kebbab, en précisant qu'elle a fait l'objet d'une "menace d'enquête de l'IGPN" en évoquant cette situation. (BFMTV) pic.twitter.com/qflrc6ZzMC

— Brèves de presse (@Brevesdepresse) November 30, 2020

L’article La hiérarchie policière laisse-t-elle des “Black Blocs” identifiés agir en toute impunité ? C’est ce qu’a laissé entendre la syndicaliste policière Linda Kebbab est apparu en premier sur PLANETES360.

Jean-Marie Bigard : son coup de gueule en pleine émission

Par : admin

On aime ou on n’aime pas Jean Marie Bigard, mais écoutez ses propos jusqu’à la fin….

« On nous prend pour des cons. On nous manipule. On fait crever nos commerces. A qui profite le crime? »

27,2 k abonnés
« Comment veux-tu que je ne sois pas en colère? Jean-Marie Bigard, excédé par la gestion du confinement et du COVID.
Source : Youtube

 

Affaire Zecler : suivez la conférence de presse du procureur

Par : admin

Affaire Zecler : suivez la conférence de presse du procureur de la République de Paris

Source : Facebook

Pas vu à la TV : la Résistance progresse partout ! (Covid, UE, Trump,…)

Par : admin

Aucun média Mainstream ne vous montrera ceci ! :

30 nov. 2020

110 k abonnés
♦️ADHÉREZ AUX PATRIOTES : http://les-patriotes.fr/jadhere
???????? (possibilité aussi de dons via le site) (Pour rappel, Les Patriotes, nouvelle formation politique, ne bénéficient d’AUCUN soutien financier public ni d’aucun soutien bancaire. Ils vivent exclusivement des adhérents et donateurs.)
♦️FAIRE UN DON AUX PATRIOTES : http://les-patriotes.fr/don
???????? ♦️SIGNER LA PÉTITION : https://les-patriotes.fr/petition-non…
♦️ACHETER MON NOUVEAU LIVRE : https://les-patriotes.fr/livre-loliga…
Source : Youtube

Pourquoi tout le monde semble-t-il avoir oublié comment fonctionne le système immunitaire ? Le « terrain », les nutriments essentiels, le Covid-19 et les vaccins partager sur:FacebookTwitter Linked InEmail

Par : admin
Ceux qui iront au bout de cet article constateront que depuis 2005 et pour obtenir les subventions les maisons de retraites sont tenues de faire vacciner leurs résidents contre la grippe alors que les statistiques d’efficacité sont quasi nulles mais en revanche c’est cette vaccination qui a pu les rendre plus sensibles au covid comme l’a constaté la Pentagone.
système-immunitaire-20201130

par Dr Alan Palmer.

Le bombardement médiatique autour de la crise du Covid-19 omet étrangement toute mention du pouvoir du système immunitaire humain. Il est essentiel pour les personnes qui ont un esprit critique de regarder au-delà du vacarme et d’apprendre pourquoi un mode de vie sain et une approche nutritionnelle ciblée – que je défends passionnément depuis plus de 30 ans dans ma pratique – constituent en réponse au Covid-19 une stratégie à ce point efficace.

Microbe ou terrain ?

Cette question reprend le grand débat entre deux hommes de science célèbres, Louis Pasteur et Antoine Béchamp. L’essentiel du débat peut se résumer à cela : Les microbes (Pasteur) provoquent-ils les maladies ? Ou est-ce un terrain pauvre (Béchamp) qui permet aux microbes de s’implanter et de se propager à un rythme rapide ? En d’autres termes, l’exposition à un microbe signifie-t-elle que vous êtes destiné à « attraper » la maladie ou à être « infecté » ? Le microbe possède-t-il le pouvoir total de contrôler votre destin ? Ou la personne exposée est-elle un hôte réceptif ? Son système immunitaire est-il une machine bien réglée, ou est-il faible et insuffisant ? En d’autres termes, son niveau de résistance à l’exposition est-il élevé ou faible ? Voir mon récent post sur Facebook pour une explication plus détaillée de ce « Grand Débat » [en anglais – NdT].

Nous baignons dans une mer de micro-organismes

Les scientifiques ont déterminé qu’il existe approximativement :

  • 30 milliards de milliards de cellules dans un corps humain de taille moyenne ;
  • 40 milliards de milliards de bactéries sur et dans le corps humain ;
  • 380 milliards de milliards de virus sur et dans le corps humain ;

Ainsi, et à en juger par les chiffres, il semblerait que les virus soient de loin le plus grand nombre d’organismes présents sur et dans notre corps, quoique nous fassions pour les éviter ou les éliminer. Ils font partie de notre constitution.

[Note du traducteur : Cet article est constituée de deux parties distinctes publiées à deux dates différentes. Nous les avons rassemblés en un seul.

À propos du vieux débat Louis Pasteur et Antoine Béchamp, voir aussi notre article « Pasteur versus Béchamp – La crise du coronavirus relance une controverse vieille de 150 ans ».

Rappelons que dans l’approche matérialiste de Pasteur et de ses suiveurs, notre système immunitaire serait « niais, étourdi et sans conscience » et il faudrait inoculer à l’organisme des agents extérieurs dont il « serait » dépourvu « à l’intérieur », tout en stérilisant l’environnement extérieur constitué de micro-organismes pathogènes à l’influence « néfaste ». On ne sait jamais, des fois que certains d’entre eux nous rendent plus intelligents ou plus réceptifs à certaines idées ou convictions situées à l’opposé du mantra délivré par les autorités bien mal pensantes, basé sur la toute-puissance médicale, pourtant bien insuffisante à éclairer les chercheurs de vérité.

Cette vision limitée de la Vie est exclusive, linéaire, compétitive, iatrogène, inopérante et fait l’objet d’un culte qui prétend que la maladie est extérieur à l’organisme, et qu’elle ne peut jamais, en rien, procéder d’un équilibre intérieur.

Concernant la vraie nature des virus, nous avons publié le 1er juillet dernier un Focus qui aborde aussi le sujet :

« Les virus figurent parmi les plus anciens organismes dont la présence sur Terre est attestée depuis plus de cinq cent cinquante millions d’années. Ils constituent en outre les organismes les plus nombreux de notre planète, et de loin, avec environ 1031virus dans les seuls océans. C’est mille milliards de plus que le nombre d’étoiles estimé dans l’Univers — 1021.

Les virus sont aussi, et de beaucoup, les organismes les plus divers sur Terre, avec environ cent millions de types de virus différents. À titre de comparaison, il existe environ cinq mille cinq cents espèces de mammifères connues sur notre planète. Parmi ces cent million de types de virus, seulement 200 types (soit 0.0002%) peuvent parfois être pathogènes chez l’homme.

En dépit de leur stupéfiante ancienneté, de leur grande diversité, de leur générale bénignité et de leur abondance, les virus ont jusqu’à récemment été catalogués dans un rôle exclusivement pathogène qui répandent la maladie, la souffrance et la mort – attribué notamment par le scientifique Louis Pasteur, à l’origine de la théorie microbienne à la fin du XIXe siècle, qui a limité les germes (y compris les virus) à ce rôle.

[…] Notre code ADN est littéralement constitué de séquences virales. Cette prévalence des séquences virales dans l’ADN humain est stupéfiante, même lorsque seules les séquences virales connues sont prises en compte. Cette omniprésence est confirmée par les nombreuses copies de la même séquence virale que l’on trouve dans tout le génome humain […] En outre, la plupart des séquences virales sont intégrées dans nos gènes non codants. Les gènes codants sont comme des musiciens qui, au lieu de produire du son, produisent des protéines, et qui constituent les éléments fondamentaux de toutes les formes de vie. Les gènes non codants jouent un rôle encore plus fondamental ; ils sont en quelque sorte un chef d’orchestre qui module l’expression des gènes codants.Les nombreuses séquences virales présentes dans notre ADN ne relèvent pas d’un archaïsme génétiquement neutre ; il est maintenant prouvé que les virus endogènes ont des effets bénéfiques sur l’hôte.

[…] Le rôle des virus dans l’ADN humain est tellement remarquable que certains scientifiques se demandent si « les virus ne sont pas nos plus lointains ancêtres ». […] Pour établir une analogie, les virus qui infusent de nouvelles informations dans notre code génétique s’apparentent à une mise à jour de logiciel. De ce point de vue, les maladies causées par des virus exogènes sont la manifestation physique des luttes du porteur pour s’adapter à cette « mise à jour ». Dans de rares cas, la mort s’ensuit – l’ordinateur est trop vieux, n’est pas prêt pour le changement, ou est incapable de phagocyter la mise à jour. Mais comme le dit le proverbe chinois, « un arbre qui tombe fait plus de bruit qu’une forêt qui pousse ». Dans la plupart des cas, la mise à jour est réussie et totalement asymptomatique ».source : Les preuves irréfutables de l’origine humaine du Sras-Cov-2]

Le Projet microbiome humain, lancé en 2007 par les National Institutes of Health (NIH), s’efforce de cartographier, de classer et de comprendre les rôles des habitants de l’Univers qui nous composent. Il nous a permis de mieux apprécier les associations et les relations incroyablement complexes qu’ils jouent dans la santé et la maladie.

Il existe des milliers d’espèces de bactéries et de virus qui se disputent l’espace et le contrôle de nos tissus, composés d’acteurs bénéfiques, d’opportunistes et d’acteurs nuisibles. Ces organismes sont fortement influencés par notre mode de vie, l’exercice physique, le sommeil, l’alimentation et la boisson, et ces facteurs liés au mode de vie ont même une incidence sur l’expression de nos gènes [ce que l’on nomme l’épigénétique – NdT]. Nous appelons symbiotiques tous ces organismes sains, parce que nous bénéficions mutuellement les uns des autres. En fait, nous ne pourrions pas survivre sans eux ! Notre environnement et notre mode de vie déterminent si nous aidons nos organismes symbiotiques à prendre le dessus et à nous doter d’une résistance aux maladies, ou si nous sabotons leurs efforts et favorisons la croissance d’organismes destructeurs et l’effondrement de notre santé.

Des agents essentiels

Les bactéries bénéfiques sont les gardiens et les défenseurs de notre système gastro-intestinal. Elles produisent des vitamines B, des molécules de signalisation cérébrale comme la sérotonine (l’hormone antidépressive du « cerveau » — environ 80 % de celle-ci est fabriquée dans l’intestin), des acides gras à chaîne courte qui nourrissent et maintiennent les cellules qui tapissent notre tractus gastro-intestinal, régulent les cytokines pro-inflammatoires et anti-inflammatoires (molécules de protéines de signalisation cellulaire) pour prévenir les maladies auto-immunes et inflammatoires et de nombreuses autres activités bénéfiques. Les bactéries saines vivent également dans notre bouche, sur notre peau et dans tous les recoins de notre corps. Elles y assurent toutes des tâches de nettoyage essentielles au maintien de la santé. La force de la santé et le nombre de nos bactéries bénéfiques constituent la première ligne de défense de tout notre système immunitaire. On estime qu’il réside pour 70 % dans le tissu lymphoïde associé à l’intestin.

Ensuite, il y a les bactéries nocives qui se disputent les territoires de notre système gastro-intestinal et de tout notre organisme. Une dégradation de la situation se produit dès lors que les facteurs environnementaux font pencher la balance en leur faveur. Notre alimentation, nos modes de vie, nos médicaments, notre utilisation de produits chimiques et notre santé émotionnelle influencent tous ensemble l’équilibre entre les organismes sains et les organismes malsains.


© Carol Potear, NIHLes bactériophages, en vert, s’en prennent à une bactérie Escherichia coli, en jaune.

Il existe également des virus bénéfiques, sur et dans toutes les parties de notre corps. Les bactériophages [omniprésents dans la biosphère – NdT], parfois appelés phages en abrégé, sont des virus qui infectent les bactéries et finissent par les détruire. Ils peuvent aider à contrôler les populations de bactéries indésirables et nuisibles. Les scientifiques et les médecins du monde entier utilisent depuis des décennies différentes espèces de phages qui s’attaquent aux bactéries pathogènes pour traiter des infections bactériennes graves, voire mortelles, y compris celles causées par des espèces résistantes aux médicaments.

Pourquoi le Covid-19 a-t-il frappé plus durement certaines personnes ? Le terrain !

Le terrain se rapporte au corps et au système immunitaire, et représente notre résistance aux maladies. Nous sommes chaque jour exposés à des millions de micro-organismes et nous le serons pour le reste de notre vie. On estime qu’il existe environ 200 espèces de virus respiratoires ; virus de la grippe, rhinovirus, coronavirus, adénovirus, virus parainfluenza, virus respiratoire syncytial et plus encore. Nous avons toujours vécu et interagi avec ces virus ainsi qu’avec des milliers d’autres. Un grand nombre de ces catégories de virus peuvent chez certaines personnes provoquer des maladies graves et même la mort. Chez d’autres, ces infections sont très bénignes et s’arrêtent d’elles-mêmes. En fait, c’est l’exposition à ces virus, bactéries et champignons qui fait mûrir et renforce notre système immunitaire. Ainsi, l’idée que nous devrions éviter tous les microbes est absurde et s’avère en réalité préjudiciable à notre santé. Deux personnes peuvent être exposées au même virus et à la même charge virale, et l’une tomber malade et l’autre non.

[Note du traducteur : Par ailleurs, la liste des symptômes du Covid-19 ne cesse de s’allonger, c’est devenu un fourre-tout bien pratique pour maintenir une peur constante et sans fin. Nul doute que la liste continuera de s’allonger, et tant pis si c’est complètement incohérent, tant pis si nous atteignons des summums de bêtise crasse et mal intentionné, pendant ce temps là, l’État fait sa tambouille, nos libertés chéries s’effritent et le monde sombre dans le chaos d’un Nouvel Ordre Mondial qui accélère tous ses programmes :

Si les deux personnes sont exposées au même organisme, alors pourquoi le résultat est-il différent ? Même microbe, terrain différent. C’est pourquoi le Covid-19 frappe certains groupes beaucoup plus sévèrement que d’autres. Il s’agit notamment des personnes âgées, des obèses, des personnes souffrant de maladies pré-existantes telles que le diabète, les maladies cardiaques, l’hypertension et les maladies vasculaires, les troubles immunitaires, le cancer, les maladies respiratoires, les maladies auto-immunes, les personnes qui prennent certains médicaments, les personnes mal nourries qui consomment en grande quantité (malbouffe) des aliments à faible densité nutritionnelle, carencés en vitamines et minéraux et qui ne prennent pas de suppléments pour compenser ces carences, et même certains groupes minoritaires qui courent tous un risque beaucoup plus élevé de complications graves et de décès. Cela n’est pas surprenant et n’est pas spécifique à cette version de coronavirus ou à tout autre virus ou bactérie pathogène d’ailleurs.

Le Sras-CoV-2 n’est pas unique

Tout au long de l’histoire, les maladies infectieuses ont ravagé les mêmes groupes, les niveaux de mortalité étant beaucoup plus élevés dans les zones densément peuplées, chez les personnes âgées