Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 12 août 2022Vos flux RSS

Centrale de Zaporojie : de qui se moque-t-on?

La centrale nucléaire de Zaparojie, qui était tombée aux mains des forces russe le 4 mars dernier, soit dans les

Manifeste internationaliste contre la guerre et la paix capitaliste en Ukraine…Tridnivalka

https://www.autistici.org/tridnivalka/manifeste-internationaliste-contre-la-guerre-et-la-paix-capitaliste-en-ukraine/

« Leurs guerres ! Nos morts ! » C’est sous cette bannière que des
prolétaires radicaux se démarquèrent des défilés pacifistes organisés
en mars 2004 dans les rues d’Espagne après les attentats massacres
perpétrés à Madrid qui firent plus de 200 morts. C’est cette consigne
défaitiste qu’ils mirent en avant en réponse à l’engagement militaire
de l’Espagne en Irak et à la « guerre contre le terrorisme » imposé
par l’Etat capitaliste mondial et sa succursale espagnole, se faisant
ainsi l’écho des nombreuses manifestations historiques du défaitisme
révolutionnaire qui jalonnent le développement des sociétés de classe
et donc de la lutte de classe, de la guerre de classe.

En tant que prolétaires sociaux-révolutionnaires, communistes,
anarchistes…, nous n’avons absolument aucun intérêt matériel à nous
ranger d’une façon ou d’une autre du côté de l’Etat capitaliste et de
sa démocratie, quel qu’il soit, du côté de nos ennemis de classe, de
nos exploiteurs, de ceux qui, la baïonnette au fusil, nous ont
toujours rendu « plomb, mitraille, prison » lorsque nous luttons et
descendons dans la rue pour revendiquer notre humanité. Et cela,
quelle que soit la nature et l’orientation politique, le régime en
place dans la patrie A ou dans la patrie B qui s’affrontent dans un
conflit inter-étatique pour des intérêts de conquête et de pouvoir qui
sont les leurs. Nous n’exprimerons jamais aucune solidarité avec aucun
de nos exploiteurs !

Leurs intérêts ! Nos morts ! Nous ne prenons position pour aucun des
Etats en conflit, que l’un soit catégorisé selon la morale politique
bourgeoise dominante comme étant « l’agresseur » et l’autre «
l’agressé » ou vice versa. Leurs intérêts respectifs en jeu sont
exclusivement les leurs et en opposition totale à ceux de la classe
exploitée, c’est-à-dire nous autres prolétaires ; c’est pourquoi,
en-dehors et contre tout nationalisme, tout patriotisme, tout
régionalisme, tout localisme, tout particularisme, nous affirmons haut
et fort notre internationalisme !

Le prolétariat, en tant que classe révolutionnaire, n’affiche aucune
neutralité envers aucun de ses exploiteurs qui s’affrontent dans la
redistribution de leurs parts de marché, mais bien du contraire il les
renvoie dos à dos comme étant les deux faces d’une même réalité, le
monde de l’exploitation d’une classe par une autre, et il exprime sa
profonde solidarité avec tous les secteurs de notre classe qui
subissent les assauts démultipliés de l’un ou l’autre de ses ennemis
historiques. Mais qu’on nous comprenne bien, jamais à tout jamais nous
ne dénierons aux prolétaires la nécessité impérieuse de se défendre
contre toute agression, répression, torture, massacre…

Et ici, en l’occurrence, les prolétaires en Ukraine n’ont plus
désormais en face d’eux seulement leur ennemi habituel, quotidien,
c’est-à-dire l’Etat ukrainien « agressé » et ses bourgeois locaux
(appelés « oligarques » pour mieux occulter leur véritable nature de
classe, comme s’ils étaient différents de tous les autres capitalistes
ailleurs dans le monde), ils ne doivent plus subir non seulement les
attaques de leur propre bourgeoisie (avec les baisses de salaire, les
licenciements, l’économie de guerre, la répression des mouvements de
grève qui s’ensuivent), mais depuis le 24 février de cette année, ils
doivent aussi affronter l’offensive militaire de l’Etat « agresseur »
des capitalistes russes avec leur armée, leurs bombardements, leurs
missiles, leurs massacres quotidiens…

Leurs Nations ! Nos morts ! Et à tous les bellicistes de gauche et
d’extrême gauche du Capital qui accuseront une fois encore les
révolutionnaires d’être « neutres » et de ne pas « prendre parti »,
nous leur répondons que c’est tout le contraire que nous proposons
dans ce manifeste et dans notre activité militante en général : nous
prenons indéfectiblement position pour le parti du prolétariat et la
défense de ses intérêts historiques et immédiats, nous prenons parti
pour son action de subversion de ce monde de guerre et de misère, nous
prenons parti pour le développement, la généralisation, la
coordination et la centralisation des actes déjà existants de
fraternisation, de désertion, de mutinerie des deux côtés du front,
contre les deux belligérants, contre les deux Etats, contre les deux
nations, contre les deux fractions locales de la bourgeoisie mondiale…
Nous prenons parti pour l’extension de ces luttes et leur liaison
organique comme moments d’une totalité avec toutes les luttes en cours
depuis plusieurs mois, partout sous le soleil noir de la dictature
sociale du Capital, que ce soit au Sri Lanka, au Pérou, en Iran, en
Equateur ou en Lybie…

Nous prenons parti pour le développement du troisième camp, le seul
camp qui défende les intérêts globaux du prolétariat dans sa lutte
immédiate et historique contre l’exploitation, le travail salarié, la
misère et la guerre. Ce troisième camp, c’est celui du prolétariat
révolutionnaire internationaliste qui s’oppose à tous les camps
bourgeois bellicistes en présence, c’est le camp de nos frères et
sœurs de classe qui luttent pour leurs propres intérêts, qui sont
antagoniques aux intérêts de tous ceux qui défendent la propriété
privée, l’argent et l’ordre social qui va avec…

Leur paix ! Notre exploitation ! Si nous rejetons catégoriquement
toutes les guerres bourgeoises, où le prolétariat ne sert que de chair
à canon, quel que soit le camp dans lequel il est incorporé, nous
rejetons tout autant et avec la même force « la paix » qui n’est
jamais que le moment inversé mais complémentaire de « la guerre ». La
paix n’est qu’un moment de reconstruction entre deux guerres, car la
guerre est nécessaire au Capital pour résoudre provisoirement les
crises inhérentes à son mode de production. Mais la guerre est aussi
le moment suprême de la paix sociale, et cette dernière n’est jamais
que la matérialisation de la guerre permanente menée contre notre
classe à travers l’exploitation de notre force de travail, la
marchandisation de nos vies et l’aliénation de nos existences.

Pour en revenir à l’Ukraine, nous tenons à souligner ici que si nous
nous opposons fermement au soutien d’un camp quelconque dans la guerre
qui sévit actuellement, qui n’est jamais qu’une guerre inter-étatique,
si nous refusons de prendre parti pour l’un ou l’autre des
belligérants bourgeois, tant « l’agressé » ukrainien « occupé » que «
l’agresseur » russe « occupant », notre jugement est différent et même
antagonique lorsqu’on analyse les événements qui sont survenus juste
quelques semaines avant le début de la guerre en Ukraine. Nous voulons
parler ici de la répression militaire déclenchée au Kazakhstan et de «
l’occupation » de ce pays par des troupes d’élite de l’armée russe :
une « occupation » n’est pas forcément égale à une autre !

Nos révoltes ! Nos morts ! Manifestement, personne n’a été choqué, ou
très peu l’ont été, par la répression envers le soulèvement ouvrier au
Kazakhstan de janvier dernier, et pour cause. Pas même en occident, où
finalement les capitalistes ont très vite compris que la bourgeoisie
russe, en « envahissant » le Kazakhstan devenu socialement hors
contrôle, en écrasant le prolétariat en révolte, en rétablissant par
la terreur l’ordre des bonnes affaires, l’ordre du business
international, travaillait en fait objectivement pour les intérêts de
tous les capitalistes, et donc aussi des multinationales qui ont leurs
quartiers généraux en occident. Ici se situe toute la différence de
nature entre d’un côté « l’occupation » du Kazakhstan pour réprimer un
mouvement social qui mettait partiellement en danger l’ordre des
choses présent, l’ordre capitaliste, et de l’autre côté « l’occupation
» d’une partie de l’Ukraine dans un conflit qui répond à des intérêts
géostratégiques entre différentes fractions du même Capital mondial.

Tout le monde comprendra aisément que l’approche prolétarienne à ces
deux types d’occupation, et comment prendre parti, sera totalement
différente. Dans le cas, comme en Ukraine, où se sont deux acteurs
bourgeois qui s’affrontent, prendre position et s’engager contre l’un,
contre « l’agresseur » (ici en l’occurrence, l’Etat russe), mais pas
contre l’autre, « l’agressé » (l’Etat ukrainien), revient
objectivement, et surtout de manière éminemment pratique qu’on le
veuille ou non, en dépit de sa propre volonté, en dépit de ce que l’on
affirme, à s’engager avec et à soutenir ce dernier, et cela d’autant
plus en l’absence de toute véritable dynamique d’autonomisation
vis-à-vis des structures militaires, des structures
d’approvisionnement, qui encadrent cet engagement. Car ne nous
leurrons pas, il n’y avait pas avant le déclenchement de la guerre, et
il n’y a pas pour le moment, un quelconque mouvement révolutionnaire
fort en Ukraine, suffisamment antagonique pour qu’il puisse affirmer
la puissance sociale de notre classe et défendre ses intérêts tant
immédiats qu’historiques.

Par contre, dans le cas d’un soulèvement prolétarien dans une région
donnée que la bourgeoisie est obligée de réprimer par l’apport d’une
force d’intervention « externe » (à cause du défaitisme qui mine les
forces de répression locales), « l’occupation » qui en résulte prend
un tout autre caractère. Notre ennemi, c’est notre propre bourgeoisie,
certes, mais c’est avant tout la bourgeoisie que l’on a directement en
face de soi, celle qui nous réprime, celle qui nous bombarde, celle
qui nous massacre, c’est celle qui prend la place de la fraction
bourgeoise qui nous exploitait initialement, c’est celle qui se
substitue à elle. Certes, nous comprenons que face à une « agression
», face à une « occupation », face à des massacres et à la répression,
les prolétaires veuillent résister, prendre les armes, se défendre…
Mais autant au Kazakhstan cette résistance armée aurait pour but de
défendre le soulèvement social, de défendre un embryon de dynamique
révolutionnaire, autant en Ukraine la résistance des prolétaires,
encore une fois si celle-ci ne vise qu’un des protagonistes de
l’affrontement guerrier, risque très rapidement de s’anéantir dans les
bras de l’Etat ukrainien, de ses alliés et de leurs intérêts
bourgeois. C’est du moins ce que l’histoire des luttes de notre classe
nous a toujours démontré, jusqu’à preuve du contraire… et l’exemple
historique de l’Espagne 1936-37 est révélateur à ce sujet puisque la
révolution y fut sacrifiée au nom d’un « moindre mal » à défendre, la
république bourgeoise, le front populaire antifasciste, face à ce qui
était représenté comme « le mal absolu », le fascisme.

En Espagne hier comme au Rojava et en Ukraine aujourd’hui, « le peuple
en armes », ce n’est pas, loin s’en faut, le prolétariat armé ; armé
des armes de la critique qui permettent de développer la réelle
critique par les armes…

Nous ne pouvons dès lors que saluer les prolétaires qui refusent de se
situer dans l’un ou l’autre des camps bourgeois en présence et qui du
contraire affirment leur internationalisme et s’organisent pour
s’opposer aux deux frères ennemis. Comme dans les années 80 du siècle
dernier lorsque des soldats déserteurs « irakiens » se sont organisés
avec des soldats déserteurs « iraniens », durant la terrible boucherie
qui dura huit longues années, et lorsqu’ils ont uni leurs forces pour
combattre ensemble les deux armées bourgeoises.

Salut donc aux femmes prolétaires en Ukraine, tant dans la région
occidentale de Transcarpathie (donc sous administration militaire
ukrainienne) que dans le Donbass, dans les « provinces orientales »
(donc sous administration militaire russe), qui sont descendues dans
les rues pour exprimer leur mépris envers « la défense de la patrie »
et réclamer le retour de leurs fils, de leurs frères, de leurs proches
envoyés sur l’un quelconque des fronts pour défendre des intérêts qui
ne sont pas les leurs.

Salut aux prolétaires en Ukraine qui hébergent clandestinement des
soldats russes déserteurs, à leurs risques et périls car lorsqu’ils
sont arrêtés, soit par les autorités militaires russes, soit par les
ukrainiennes, on leur fait bien comprendre où se trouve la force
légale dans ce monde immonde, quel camp et quelle patrie ils se
doivent de défendre et qu’aucune fraternisation ne sera tolérée.

Salut aux prolétaires en Ukraine, qui malgré la conscription
obligatoire, fuient leur incorporation dans des unités militaires par
tous les moyens à leur disposition, légaux ou non, et refusent donc de
se sacrifier et de servir sous les plis du torchon national ukrainien.

Salut aux soldats russes qui depuis le début des « opérations
spéciales » en Ukraine fuient la guerre et ses massacres, abandonnant
tanks et véhicules blindés en état de fonctionner, et cherchant leur
salut dans la fuite, via des réseaux de solidarité envers les
déserteurs des deux armées.

Salut aussi (bien que les informations à ce sujet soient moins sûres,
guerre des communiqués et propagande militaire oblige !) aux 600
soldats du corps des Marines russes qui auraient refusé au tout début
du conflit de débarquer, faisant ainsi capoter une opération amphibie
dans la région d’Odessa.

Salut aussi (avec les mêmes réserves) aux soldats russes qui se
seraient mutinés et auraient refusé de monter à l’assaut de Kharkov,
également au tout début du conflit.

Salut aux soldats de l’armée de la « République Populaire de Donetsk
», incorporés de force et envoyés sur le front de Marioupol, et qui
ont refusé de continuer à combattre, de servir de « chair à canon »
(selon leur propre expression !), alors qu’ils étaient cette fois
envoyés défendre la « République Populaire » voisine de Lougansk.

Salut aux rebelles et aux saboteurs qui en Fédération de Russie ont
déjà incendié plusieurs dizaines de bureaux de recrutement militaire
et autres officines de porcs à travers tout le pays.

Salut aux cheminots en Biélorussie qui ont, à de nombreuses reprises,
saboté des voies de chemin de fer indispensables pour maintenir les
lignes d’approvisionnement de l’armée russe déployée en Ukraine.

Salut aux prolétaires en Ukraine qui dès les premiers bombardements
ont commencé à organiser des pillages collectifs de magasins
abandonnés par leurs propriétaires, de supermarchés et de centres
commerciaux comme on en a signalé à Melitopol, Marioupol, Kherson et
jusqu’à Kharkov, mettant ainsi en avant la satisfaction de leurs
besoins élémentaires de survie envers et contre toute loi et morale
qui protègent la propriété privée.

Salut à tous les prolétaires, à l’arrière du front, qui organisent des
grèves et refusent d’offrir ainsi leur travail et leur sueur à
l’économie de guerre, à l’économie de la paix sociale, et donc à
l’économie tout court, qu’ils en soient conscients ou non.

Salut enfin aux prolétaires, cheminots, dockers… en Europe, en Grèce,
en Angleterre… qui refusent de transporter du matériel militaire pour
l’OTAN en direction de l’Ukraine.

Salut donc à vous tous et toutes qui refusez de vous sacrifier sur
l’autel de la guerre, de la misère et de la patrie !!!

Et le jour, que nous espérons très proche, où les prolétaires
descendront dans les rues de Moscou et de Kiev, et de toutes les
grandes agglomérations urbaines de Russie et d’Ukraine, en scandant
d’une seule voix « Poutine et Zelenski, dégagez ! », alors nous
répondrons à notre tour, en nous référant aux camarades qui
brandissaient dans les rues d’Argentine il y a une vingtaine d’années
la consigne « _¡Que se vayan todos!_ », qu’ils s’en aillent tous, qu’ils
dégagent absolument tous, les Biden, les Johnson, les Macron, les
Scholz, les Sanchez, les von der Leyen, les Michel, les Stoltenberg…
tous ces fauteurs de guerre et de misère… et tous ceux, absolument
tous ceux, qui se présentent au portillon de l’alternance politique !

Mais soyons clairs : ils ne sont que des entremetteurs dans ce système
de prostitution généralisée qu’est le travail salarié, la vente
obligatoire de notre force de travail. Au-delà de toutes les personnes
qui incarnent la dictature sociale du Capital, celui-ci est avant tout
un rapport social impersonnel qui peut être, qui est et qui a été,
reproduit par tout élément, bourgeois ou prolétaire, coopté pour ce
faire. Alors, même si nous partageons pleinement la joie des
prolétaires au Sri Lanka qui, après avoir chassé le président en
exercice il y a quelques jours, ont envahi son palais présidentiel et
plongé dans la piscine de luxe de ce dernier, la question que nous
devons nous poser est la suivante : comment pousser la dynamique
révolutionnaire à ses ultimes conséquences, comment exproprier la
classe possédante et nous réapproprier nos moyens d’existence… et
surtout comment ne pas retourner en arrière !? C’est là que commence
la véritable aventure humaine…

« Guerre de Classe – 31 juillet 2022 «tridnivalka@autistici.org

Lyon : Insalubrité, marché sauvage, nuisances… Ce quartier lyonnais “prend la direction de la Guillotière”

Dans le 8e arrondissement de Lyon, nombreux sont les habitants qui ne reconnaissent plus leur quartier : celui des États-Unis. Témoignages.

« En 20 ans, c’est devenu dégoûtant et mal fréquenté », assure une habitante du quartier des États-Unis, dans le 8e arrondissement de Lyon. Ils sont nombreux à ne plus reconnaitre ce lieu qu’ils ont pourtant tant aimé, au sein duquel ils ont parfois grandi.

« Ca fait trente ans que je suis là. Les gens vivaient tous les uns avec les autres, c’était un quartier populaire sans vraiment d’insécurité, le marché était propre… », se souvient cette lyonnaise, qui enrage aujourd’hui contre ce à quoi elle fait fasse chaque jour.

« Toutes les problématiques de Guillotière sont en train de glisser dans notre quartier, c’est une catastrophe ». Un autre habitant a le même ressenti, estimant que les États-Unis « prend petit à petit la direction de Guillotière ».

« Aucun entretien, aucun nettoyage. C’est lamentable, toutes les rues sont concernées (…) Les parterres sont des toilettes publiques pour animaux ». « Rats, cafards, punaises de lits et j’en passe… Alerter la mairie n’y change rien », « Le quartier des États devient une poubelle géante », témoignent les habitants, qui pointent également du doigt les comportements déviants de ceux qui jettent tout par terre. 

Et il y a tout le reste, qui pourrit petit à petit l’âme du quartier : les trafics de drogue, les commerces qui ferment, les rixes, le Vival qui « vend de l’alcool sous le manteau après 21h et engendre des problèmes et des nuisances »… […]

Actu.fr

L’article Lyon : Insalubrité, marché sauvage, nuisances… Ce quartier lyonnais “prend la direction de la Guillotière” est apparu en premier sur PLANETES360.

Amiens : un salarié de la CAF violemment agressé par un bénéficiaire qui lui a lancé un écran d’ordinateur

Le site de la CAF d’Amiens est fermé ce vendredi, après la violente agression d’un salarié, indique la direction de la Caisse d’Allocations Familiales de la Somme. Mercredi, un bénéficiaire a notamment projeté un écran d’ordinateur sur la personne qui le prenait en charge. Le site reste fermé ce vendredi et rouvrira mardi prochain.

Nous recevions un allocataire que nous avions identifié comme étant un allocataire assez difficile puisqu’il a énormément de mal à nous fournir les pièces nécessaires à ses droits et énormément de mal à rentrer dans un dialogue“, raconte Loïc Simon, directeur comptable et financier de la CAF de la Somme. “C’est un locataire qui était déjà venu chez nous à la mi-mars, cela s’était très mal passé puisqu’il y a un dépôt de plainte qui est toujours en cours et donc on avait bien préparé des choses pour qu’il soit pris en charge par quelqu’un formé au public en difficulté et quelqu’un qui était bien briefé sur son dossier.

Un personnel averti, mais ce qui n’a pas empêché la situation de s’envenimer. “Dès qu’on a commencé à rentrer dans le renseignement du dossier, la personne s’est énervée, a arraché le plexiglass qui le séparait de notre collègue en charge de son accueil, a pris l’écran de l’ordinateur et l’a projeté vers notre collègue”, poursuit Loïc Simon. “Là, il a été arrêté par notre agent de sécurité qui s’est interposé immédiatement entre entre lui et notre collègue. Les forces de police sont intervenues très rapidement et elles ont interpellé l’allocataire, à la suite de quoi notre collègue a porté plainte en son nom et nous avons porté plainte au nom de la CAF.” […]

La direction souligne que ces faits de violences physiques sont heureusement très rares, “exceptionnels“, même si des incivilités verbales sont parfois relevées. Les services en ligne restent opérationnels d’ici mardi.

France Bleu

L’article Amiens : un salarié de la CAF violemment agressé par un bénéficiaire qui lui a lancé un écran d’ordinateur est apparu en premier sur PLANETES360.

France: l'inflation en juillet atteint son plus haut niveau depuis 1985 et serait encore sous-estimée

Par : FranceSoir
La hausse des prix à la consommation en France a de nouveau grimpé en juillet pour atteindre 6,1% sur un an après 5,8% en juin, a annoncé l'Insee vendredi dans son estimation définitive. Il s'agit du niveau d'inflation le plus élevé depuis juillet 1985.

Tous nos systèmes sont faits pour valoriser la méchanceté.

Par : Wayan

Par Caitlin Johnstone − Le 12 août 2022

Il y a une scène dans The Usual Suspects où Kevin Spacey raconte la fable du mystérieux Keyser Soze et comment il est devenu un seigneur du crime.

« L’histoire que les gars m’ont racontée, une histoire que je crois, c’est celle de son époque en Turquie« , dit-il. « Il y avait un gang de Hongrois qui voulait avoir sa propre mafia. Ils ont réalisé que pour être au pouvoir, vous n’aviez pas besoin d’armes, d’argent ou même d’être nombreux. Il fallait juste avoir la volonté de faire ce que l’autre ne voulait pas faire. »

Le personnage de Spacey décrit la façon dont les Hongrois s’en sont pris à Soze et à sa famille pour s’emparer de son commerce de drogue, mais la méchanceté avec laquelle ils l’ont fait n’était pas à la hauteur de celle qu’on leur a opposé.

« Puis il a montré à ces hommes de volonté ce qu’était vraiment la volonté« , dit Spacey, décrivant la façon dont Soze tue sa propre famille, puis anéantit les familles et les amis de toute la bande hongroise.

Et ce qui est amusant, c’est que si vous observez attentivement la façon dont le pouvoir évolue dans le monde, vous verrez que c’est à peu près comme ça que ça fonctionne. Les plus vicieux d’entre nous sont élevés au sommet, parce que tous nos systèmes sont construits d’une manière qui valorise la méchanceté.

L’empire américain est capable de dominer le monde exactement parce qu’il a « la volonté de faire ce que les autres ne feraient pas« . Chaque fois que j’expose mes preuves que les États-Unis sont le régime le plus tyrannique de la planète, je me heurte à quelqu’un qui concède que c’est vrai mais qui affirme aussitôt que les États-Unis se comportent ainsi uniquement parce qu’ils sont les plus puissants. Tout autre gouvernement ayant la puissance des États-Unis se comporterait avec la même méchanceté, voire pire, affirment-ils.

Et je leur réponds toujours qu’ils ont tout faux. Les États-Unis ne sont pas exceptionnellement vicieux parce qu’ils sont le gouvernement le plus puissant du monde, les États-Unis sont le gouvernement le plus puissant du monde parce qu’ils sont exceptionnellement vicieux.

Les États-Unis ont mis un terme à la fin de la seconde guerre mondiale en lâchant deux bombes nucléaires sur le Japon, non pas parce que c’était nécessaire (ce ne l’était pas), mais parce qu’ils voulaient intimider l’Union soviétique. Elle s’est ensuite immédiatement lancée dans une succession de nouvelles guerres et d’opérations stratégiques d’une étonnante brutalité, dans le but de devenir, à terme, le dominateur mondial. Elle y est parvenue à la chute de l’URSS, après quoi elle a immédiatement institué une politique visant à s’assurer qu’aucune superpuissance rivale ne se développe jamais et a commencé à travailler à la « domination totale » de la terre, de la mer, de l’air et de l’espace. Tous les conflits internationaux majeurs de notre époque sont le résultat direct de ces politiques.

Aucune des personnes qui dirigent la structure du pouvoir impérial qui nous gouverne n’occupe son poste en raison de sa sagesse ou de sa bonté. Les oligarques parviennent au sommet de leurs entreprises et de leurs échelles financières en étant prêts à marcher sur ceux qu’ils doivent piétiner pour avancer. Les stratèges militaires accèdent à leur poste en démontrant une aptitude à la domination militaire. Les responsables des services de renseignement accèdent à leurs postes parce qu’ils savent comment faciliter les intérêts de l’empire oligarchique. Les politiciens accèdent au sommet en faisant preuve d’une volonté de servir le pouvoir impérial.

Et ce principe s’applique du haut en bas de l’échelle au reste de notre société. Le seul système de valorisation que nous ayons pour le comportement humain est l’argent, mais quel comportement humain l’argent valorise-t-il ? La compétitivité rapporte de l’argent. La guerre et le militarisme font de l’argent. L’écocide rapporte de l’argent. La maladie rapporte de l’argent. Les marchandises finies font de l’argent. L’enchevêtrement du pouvoir des entreprises et de l’État fait de l’argent. Bourrer le crane des gens en leur faisant croire qu’ils ont besoin de plus que ce qu’ils ont rapporte de l’argent.

Qu’est-ce qui ne rapporte pas d’argent ? La gentillesse. La collaboration. La paix. Une biosphère florissante. La santé. Le bien-être psychologique. Transparence et intégrité politiques. Des décisions prises au bénéfice de l’ensemble. Des sources d’énergie qui ne peuvent pas être contrôlées par les puissants. L’abondance. Des gens qui se contentent de ce qu’ils ont.

Goldman Sachs demande dans un rapport de recherche sur les biotechnologies : « Soigner les patients est-il vraiment un modèle économique durable ? » https://t.co/My7QSINDHc

CNBC (@CNBC) 11 avril 2018

L’argent n’a pas de sagesse. La « main invisible » du marché libre ne valorisera jamais les meilleurs anges de l’humanité.

Les entreprises pharmaceutiques ont tout intérêt à valoriser les traitements au détriment des préventions et des cures. L’industrie de l’armement a tout intérêt à attiser les hostilités entre les nations. Les industries écocides ont tout intérêt à s’assurer qu’elles peuvent continuer à violer et à piller notre planète sans intervention légale, tout en se déchargeant du coût des conséquences sur le public. Les entreprises monopolistiques ont tout intérêt à se mêler au pouvoir gouvernemental pour se protéger des procès antitrust.

Tout ce que nous souhaitons ardemment pour notre monde – la façon dont nous savons qu’il devrait être au plus profond de notre cœur – est subverti par les systèmes que nous avons mis en place, qui sont tous orientés dans la direction exactement opposée.

Le monde ne connaîtra jamais la paix tant que la guerre sera rentable. Le monde ne connaîtra jamais la santé tant que la maladie sera rentable. L’écosystème ne prospérera jamais tant que l’écocide sera rentable. Nous resterons gouvernés par des tyrans aussi longtemps que nos systèmes valoriseront la tyrannie.

Pour avoir un monde sain, nous allons devoir mettre en place des systèmes qui valorisent la santé au lieu de la méchanceté. D’ici là, l’attraction gravitationnelle de ces systèmes nous poussera continuellement vers le dysfonctionnement. Espérer que nous pourrons évoluer vers la paix et l’harmonie sans changer ces systèmes, c’est comme sauter d’une falaise et espérer ne pas tomber.

Nous devons passer de modèles basés sur la compétition à des modèles basés sur la collaboration. Des systèmes qui valorisent le travail en collaboration pour le plus grand bien, à la fois en collaboration les uns avec les autres et avec notre écosystème. Tant que nous ne le ferons pas, nous tomberons à chaque fois.

Caitlin Johnstone

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Afghanistan, un an après la chute de Kaboul : Le douloureux prix de la barbarie des Talibans

C'était le 15 août 2021, il y a donc, très exactement, un an : date funeste pour l'humanité ! Ce sombre et triste jour-là, l'armée américaine, pourtant réputée être la plus puissante du monde, quittait précipitamment

- Tribune Libre

Comment investir son argent ? Guide, conseils et informations

FORMATION disponible ici : https://school.antoinebm.com/portefeuille-hydra/e48neMon plan de sécurité financière pour les 50 années à venir : je te montre comment j’investis mon argent et comment je diversifie mon portefeuille pour profiter des meilleurs intérêts tout en me protégeant du pire scénario.

L’article Comment investir son argent ? Guide, conseils et informations est apparu en premier sur PLANETES360.

France: l'inflation en juillet atteint son plus haut niveau depuis 1985 et serait encore sous-estimée

Par : FranceSoir
La hausse des prix à la consommation en France a de nouveau grimpé en juillet pour atteindre 6,1% sur un an après 5,8% en juin, a annoncé l'Insee vendredi dans son estimation définitive. Il s'agit du niveau d'inflation le plus élevé depuis juillet 1985.

La Russie multiethnique défie les services secrets ukrainiens

Pour une Marseillaise, cette ville mosaïque, dont chaque immigration finit par adopter l’accent, la richesse du « multiethnique » n’est pas à démontrer et elle ne se limite pas à la guerre. Pareil pour Cuba. L’URSS a été la civilisation de la paix et de la reconnaissance de la diversité et c’est ce que regrettent le plus tous ceux qui ont vécu sous sa paix. Dans les BRICS aujourd’hui la Russie est un facteur de paix y compris ceux qui comme l’Inde nationaliste d’aujourd’hui craignent la puissance de la Chine communiste. C’est pour cela que le trio Chine, Russie et Cuba est internationalement irrésistible, d’abord parce que le néo-colonialisme impérialiste n’a plus rien à donner sinon les guerres et la misère, ensuite parce qu’il y a dans les pays qui ont fait la révolution une aspiration à l’égalité, à la souveraineté, à la diversité que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Notez la tendance à transformer les religions en pratiques culturelles qui comme les langues sont respectées en tant que telles. Danielle Bleitrach

***

par Vera Zherdeva.

L’Occident collectif a longtemps cru que la composition multinationale était le point faible de la Russie. C’était un mauvais calcul.

La diversité des peuples et des langues de la Russie est un énorme avantage. Ainsi, les forces armées et les représentants des agences de renseignement occidentales ont rencontré des difficultés pour déchiffrer les communications radio dans la zone d’opérations spéciales en raison de la participation d’unités nationales. Il s’agit des représentants des bataillons formés en Bouriatie, Touva, Daghestan et Yakoutie. On peut également y ajouter les forces tchétchènes de la « Rosgvardia » (Garde russe).

Le point commun de ces unités est que les soldats se parlent dans leur langue nationale. Il s’est avéré que ni l’AFU ni les agences de renseignement occidentales ne comptent dans leurs rangs des spécialistes capables de parler les langues des peuples de Russie.

La CIA, en se préparant au conflit en Ukraine, a mis la main sur du personnel connaissant le russe et l’ukrainien. Et le reste des langues, apparemment, n’a pas été pris en compte. Bien qu’ils auraient dû. Parce que pendant la Seconde Guerre mondiale, les Américains eux-mêmes ont utilisé les Indiens Navajo comme chiffreurs. Ils transmettaient des messages codés dans leur propre langue, qui est considéré comme l’une des plus difficiles. Les Allemands et les Japonais ont dû avoir le cerveau en ébullition lorsqu’ils ont essayé de déchiffrer ce « code ».

L’histoire russe devrait être enseignée à ces Stirlitz1 d’outre-mer, afin qu’ils ne soient pas pris en défaut. Car dans la Russie tsariste, des représentants de diverses nations ont servi dans l’armée au cours des siècles. Et précisément dans des formations nationales, qui reflétaient largement les particularités de leur culture et de leur mentalité. Cela concernait les habitants du Caucase et de l’Asie centrale, les peuples indigènes de Sibérie et du Grand Nord.

Sous le pouvoir soviétique, il y avait plusieurs divisions nationales dans l’Armée rouge jusqu’en 1938, mais avant la guerre, ce système a été abandonné. Cependant la spécificité nationale a continué à être prise en compte. Ainsi, les divisions de tirailleurs de montagne étaient composées principalement de natifs des régions montagneuses du Caucase ou de l’Asie centrale.

Lorsque la Grande Guerre patriotique a éclaté, la pratique de la création d’unités nationales a été reprise. Par exemple, les célèbres fusiliers yakoutes, soldats des 3e, 19e et 40e brigades de ski du 12e corps de fusiliers de la Garde, étaient pour la plupart des chasseurs. C’est-à-dire qu’ils excellaient en ski et étaient exceptionnellement précis au tir, ce qui n’est pas surprenant compte tenu des conditions de leur vie habituelle. Beaucoup d’entre eux sont devenus des tireurs d’élite réputés, capables d’engager l’ennemi d’un seul coup.

Malheureusement, il n’y a pas de données exactes sur le nombre d’ennemis tués par les Yakoutes, car ce genre d’informations provenait le plus souvent des listes de récompenses au moment de la présentation pour une médaille. Le nombre réel de snipers est en fait plus élevé que le chiffre officiel. Par exemple, le Yakoute Fedor Okhlopkov, surnommé « sergent sans échec », a, selon certaines sources, tué plus d’un millier d’Allemands, car il a servi comme mitrailleur avant de devenir tireur d’élite.

Autre exemple : les Touviniens (Touva était indépendant jusqu’en 1944, puis a fait partie de l’URSS, mais des volontaires Touvains ont participé à la Seconde Guerre mondiale au sein des unités de l’Armée rouge), à leur tour, ont effrayé les Allemands par leur seule apparence. Les « vrais Aryens » considéraient les « barbares » montés sur de petits chevaux hirsutes comme les guerriers d’Attila. Ils sont surnommés der Schwarze Tod – « la mort noire ». Et pas seulement à cause de leur apparence « sauvage ». Les Touvains avaient leurs propres idées sur les règles de la guerre : par principe, ils ne faisaient pas de prisonniers chez l’ennemi.

Ce serait une grande folie de ne pas utiliser certaines des qualités des peuples de Russie dans l’opération spéciale, dit Sergei Gontcharov, un vétéran des services spéciaux.

« Le fait que les Ukrainiens et leurs manipulateurs occidentaux aient du mal à déchiffrer est une très bonne chose, c’est à notre avantage. Mais ce n’est qu’une partie du problème auquel ils sont confrontés. Les combattants tchétchènes sont différents non seulement parce qu’ils se parlent en tchétchène. Disons franchement que ce sont d’excellents guerriers, cela est connu des campagnes militaires de l’époque de Shamil, et cela ne fait aucun doute. Mais ils ont aussi une attitude particulière envers les prisonniers de guerre, pas comme les Russes. Ils ne se soucient pas de savoir si vous levez les mains ou non, si vous priez ou pleurez, si vous expliquez qu’au fond de vous, vous êtes pour les Russes – ils ne s’y retrouvent tout simplement pas. Il est clair que les Ukrainiens ont beaucoup plus peur des Tchétchènes que des Russes. Et, oui, ils sont une force sérieuse dans une opération spéciale. Ils soulignent toujours qu’ils sont russes, mais que crient-ils quand ils partent au combat ? Allahu akbar ! Et c’est normal. En général, je pense que chaque unité participant aux combats a droit à toute action approuvée par le commandement », déclare Serguei Gontcharov.

L’avantage sur le champ de bataille n’est pas le seul atout de la diversité nationale, est convaincu le politologue Sergei Markov.

« Tous les peuples de Russie contribuent à son développement. Certains ont traditionnellement la réputation d’être d’excellents constructeurs, d’autres excellent dans l’agriculture, la métallurgie, le travail du bois, la fabrication de bijoux, etc. Tous sont actifs à la fois dans les projets de gestion et dans la vie économique, créant ainsi un énorme marché. En outre, de nombreux groupes ethniques ont des diasporas à l’étranger. Ils communiquent activement entre eux, allant même jusqu’à mettre en œuvre des projets économiques et culturels communs. Ces liens sont l’occasion de développer et de renforcer les relations d’alliance entre les pays et de présenter la Russie sous son jour le plus favorable ».

source : SV Pressa

traduction Marianne Dunlop pour Histoire et Société

  1. Stirlitz est le héros de la série TV soviétique d’espionnage « 17 moments du printemps ». À voir absolument (sous-titres français) : https://www.youtube.com/watch?v=Ka9KeaTN6aw

L’article La Russie multiethnique défie les services secrets ukrainiens est apparu en premier sur PLANETES360.

La civilisation Xin – Ce que les Chinois peuvent et ne peuvent pas faire

Par Thorsten J. Pattberg – Le 19 juillet 2022 – Source The Saker Blog

Cette semaine se tiendra à Pékin un forum académique sur le thème « Les civilisations au milieu de profonds changements ». Il est organisé par la plus grande académie des sciences sociales du monde : L’Académie chinoise des sciences sociales ou CASS.

Vous n’en avez jamais entendu parler. Vous ne la trouverez jamais sur Google, dans les médias occidentaux, ou partout où vous pensez que l’information devrait être disponible pour vous – elle ne l’est pas.

L’Occident, et je veux dire les États terroristes d’Amérique et d’Europe, sont les partis les plus censeurs et dominateurs de la planète. Ils s’assurent que vous n’entendrez ou ne lirez jamais rien de russe, d’indien ou de chinois [à l’exception des dissidents pro-occidentaux, bien sûr].

Le Forum n’est que l’un des milliers de rassemblements de haut niveau dont l’Occident ne peut jamais rendre compte, car si les esclaves occidentaux savaient à quel point la Chine est en avance sur eux, nous assisterions à des changements de régime à Washington, Londres, Paris, Berlin et Bruxelles. Les Occidentaux sont désormais des peuples en cage. Ils sont le dernier peuple du monde, privés de la réalité. En fait, ils sont maintenant en dehors de l’humanité.

Permettez-moi d’expliquer cette dernière affirmation en répondant à trois questions sur la Chine et l’Occident que, selon moi, davantage de personnes dans le monde devraient connaître.

Quelles sont les différences entre la Chine et l’Occident ?

Les différences entre la civilisation chinoise et la civilisation occidentale sont de trois ordres : biologique, environnemental et épigénétique.

Premièrement, la souche ancestrale biologique chinoise vivait dans le bassin du fleuve Jaune il y a environ 9000 ans et s’est étendue à partir de là. Les « Asiatiques de l’Est » d’aujourd’hui sont les plus extrêmes en termes de capacités cognitives ; en général, ils ont un corps plus léger et un cerveau plus gros.

Deuxièmement, les Chinois ont été capables de construire la civilisation la plus avancée de la planète. Ce n’est pas du tout une bonne chose, car toutes les puissances occidentales ont envié la Chine, au moins à partir du 13e siècle. Aujourd’hui encore, la pensée et les technologies chinoises sont étrangères et incompréhensibles pour les Européens.

Troisièmement, les différences épigénétiques renvoient aux relations. Les cultures orientales et occidentales se trouveront toujours aux deux pôles opposés – mais complémentaires – de l’humanité, comme le bien et le mal, le masculin et le féminin, l’inductif et le déductif. Ainsi, au moins depuis le dernier impérialisme occidental il y a 500 ans, la Chine en est venue à assumer le rôle de la partie mauvaise, féminine et inductive de l’humanité. C’est l’équilibre cosmique sur lequel nous, les humains, n’avons pas notre mot à dire, mais nous devons tirer le meilleur parti de notre situation.

L’Occident est à nouveau très violent en ce siècle. Il veut partir pour une nouvelle croisade et conquérir l’Asie et la Chine.

Mais en agissant ainsi, il s’affaiblira à nouveau, sera en partie absorbé, et l’équilibre sera maintenu.

La dichotomie Est-Ouest, décrite en tous points ci-dessus, va probablement s’amplifier au cours des 1000 prochaines années. Les peuples occidentaux sont épuisés ; ils doivent maintenant absorber 1 milliard d’Africains, ce qui ramènera leur civilisation à l’âge néolithique, il y a environ 9000 ans.

En Orient, une Xin-Civilisation – ou « Nouvelle Civilisation » – est en train de se forger, plus intelligente et plus technologique que tout ce que nous avons vu auparavant. Jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau assaillie.

Ainsi, l’Est et l’Ouest sont les deux extrêmes de notre humanité tout court, et nos dirigeants des deux côtés et entre les deux doivent en tenir compte.

Que peut apprendre l’Occident de la Chine et vice-versa ?

Il ne peut y avoir d’apprentissage artificiel entre la Chine et l’Occident. Nous ne pouvons pas enseigner aux Occidentaux la pensée chinoise et la technologie chinoise. C’est impossible. Nous avons essayé cela pendant 2000 ans. Cela ne fonctionne pas. Ce qui fonctionnera, en revanche, c’est de choisir la voie cosmique [le Dao] de la non-action ou wu-wei. En acceptant que nous ne pouvons pas changer l’Occident, nous devons nous engager sur la voie du respect mutuel et de la tolérance. Si nous faisons cela, un véritable Grand Apprentissage [le Daxue] verra le jour, sans imposition et le plus naturellement du monde.

Comment devons-nous traduire la pensée chinoise ?

La traduction de concepts chinois comme shengren en « saints » et zhongyong en « voie du milieu » a beaucoup apaisé l’Occident. L’Occident ne peut pas apprendre la pensée chinoise correcte et la technologie chinoise. La Chine doit donc abaisser ses normes pour les formes d’intelligence plus faibles. C’est assez normal ailleurs. Les peuples sémites, par exemple, ont compris depuis longtemps que la pensée hébraïque ne peut être enseignée aux goys (non-juifs). Les non-juifs reçoivent des traductions anglaises ou allemandes des ordres de marche juifs, et ainsi de suite.

C’est ce que l’on constate, d’ailleurs, avec les Instituts Confucius chinois adverses en Occident. Les éducateurs occidentaux sont très superstitieux à l’égard des mots et des noms chinois. Ils pensent que les li et les de [rituels et éthique] sont tous magiques, ou étrangers, et que le mandarin pourrait séduire leurs enfants et polluer leurs cerveaux.

C’est pourquoi, en tant qu’auteur de Shengren [un livre], je soutiens depuis mon départ de l’Université de Pékin en 2012, que la Chine ne peut pas enseigner le chinois aux Occidentaux. Ce qu’elle peut faire, en revanche, c’est enseigner une petite sélection de ses concepts clés les plus importants.

Rien de ce que je viens d’écrire ne transpirera jamais auprès d’une plus grande audience occidentale. 1,4 milliard de Chinois patriotes ne sont certainement pas en vedette en Occident. 300 000 intellectuels chinois, interdits. Les résultats de recherche chinois ne sont pas affichés. Cherchez « sur la Chine » et vous verrez Henry Kissinger. Seul l’Occident doit représenter la Chine. C’est pourquoi vous ne trouverez jamais le forum de la CASS sur la civilisation. Je ne peux même pas trouver le fait que j’ai étudié en Chine.

Heureusement, nous avons des milliers d’années pour le faire. Ce n’est pas comme si les Européens allaient devenir chinois la semaine prochaine.

Thorsten J. Pattberg

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

L’article La civilisation Xin – Ce que les Chinois peuvent et ne peuvent pas faire est apparu en premier sur PLANETES360.

Amazon a-t-il acheté iRobot pour cartographier l’intérieur de votre maison ?

Par : Volti
Pour les amateurs de « gadgets »…. Source Aube Digitale via Reseau-International par Jade. L’acquisition par Amazon.com Inc., pour 1,7 milliard de dollars, de la société iRobot Corp. spécialisée dans les aspirateurs robots est une initiative de la mégacorporation visant à utiliser les Roombas pour cartographier l’intérieur des maisons. Ce type de données est une mine d’or numérique pour Amazon, car si les […]

Pourquoi les crises reviennent toujours

Pourquoi les crises reviennent toujours

Depuis les années 1980, des crises de plus en plus graves se sont succédé. Celle de 2008 a mené le système financier au bord de l’effondrement et engendré une récession dans les économies capitalistes. Pourquoi ces catastrophes que l’on croyait révolues reviennent-elles toujours ?

Krugman explique ici les ressorts de cette fatalité. Il démontre l’insuffisance des normes prudentielles et met au jour une crise du système lui-même, de sa logique fondée sur la libre circulation et la valorisation des capitaux, alors qu’une prospérité durable supposerait de satisfaire les besoins du plus grand nombre et de distribuer équitablement le pouvoir d’achat. L’auteur souligne une raison fondamentale du retour des crises : l’incapacité à laisser les faits remettre en cause des doctrines libérales erronées.

Paul Krugman

Professeur à l’université de Princeton, prix Nobel d’économie 2008, il est mondialement reconnu, tant par les spécialistes que par le grand public.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Joëlle Cicchini

L’article Pourquoi les crises reviennent toujours est apparu en premier sur PLANETES360.

La civilisation Xin – Ce que les Chinois peuvent et ne peuvent pas faire

Par : hervek

Par Thorsten J. Pattberg – Le 19 juillet 2022 – Source The Saker Blog

Cette semaine se tiendra à Pékin un forum académique sur le thème « Les civilisations au milieu de profonds changements ». Il est organisé par la plus grande académie des sciences sociales du monde : L’Académie chinoise des sciences sociales ou CASS.

Vous n’en avez jamais entendu parler. Vous ne la trouverez jamais sur Google, dans les médias occidentaux, ou partout où vous pensez que l’information devrait être disponible pour vous – elle ne l’est pas.

L’Occident, et je veux dire les États terroristes d’Amérique et d’Europe, sont les partis les plus censeurs et dominateurs de la planète. Ils s’assurent que vous n’entendrez ou ne lirez jamais rien de russe, d’indien ou de chinois [à l’exception des dissidents pro-occidentaux, bien sûr].

Le Forum n’est que l’un des milliers de rassemblements de haut niveau dont l’Occident ne peut jamais rendre compte, car si les esclaves occidentaux savaient à quel point la Chine est en avance sur eux, nous assisterions à des changements de régime à Washington, Londres, Paris, Berlin et Bruxelles. Les Occidentaux sont désormais des peuples en cage. Ils sont le dernier peuple du monde, privés de la réalité. En fait, ils sont maintenant en dehors de l’humanité.

Permettez-moi d’expliquer cette dernière affirmation en répondant à trois questions sur la Chine et l’Occident que, selon moi, davantage de personnes dans le monde devraient connaître.

Quelles sont les différences entre la Chine et l’Occident ?

Les différences entre la civilisation chinoise et la civilisation occidentale sont de trois ordres : biologique, environnemental et épigénétique.

Premièrement, la souche ancestrale biologique chinoise vivait dans le bassin du fleuve Jaune il y a environ 9000 ans et s’est étendue à partir de là. Les « Asiatiques de l’Est » d’aujourd’hui sont les plus extrêmes en termes de capacités cognitives ; en général, ils ont un corps plus léger et un cerveau plus gros.

Deuxièmement, les Chinois ont été capables de construire la civilisation la plus avancée de la planète. Ce n’est pas du tout une bonne chose, car toutes les puissances occidentales ont envié la Chine, au moins à partir du 13e siècle. Aujourd’hui encore, la pensée et les technologies chinoises sont étrangères et incompréhensibles pour les Européens.

Troisièmement, les différences épigénétiques renvoient aux relations. Les cultures orientales et occidentales se trouveront toujours aux deux pôles opposés – mais complémentaires – de l’humanité, comme le bien et le mal, le masculin et le féminin, l’inductif et le déductif. Ainsi, au moins depuis le dernier impérialisme occidental il y a 500 ans, la Chine en est venue à assumer le rôle de la partie mauvaise, féminine et inductive de l’humanité. C’est l’équilibre cosmique sur lequel nous, les humains, n’avons pas notre mot à dire, mais nous devons tirer le meilleur parti de notre situation.

L’Occident est à nouveau très violent en ce siècle. Il veut partir pour une nouvelle croisade et conquérir l’Asie et la Chine.

Mais en agissant ainsi, il s’affaiblira à nouveau, sera en partie absorbé, et l’équilibre sera maintenu.

La dichotomie Est-Ouest, décrite en tous points ci-dessus, va probablement s’amplifier au cours des 1000 prochaines années. Les peuples occidentaux sont épuisés ; ils doivent maintenant absorber 1 milliard d’Africains, ce qui ramènera leur civilisation à l’âge néolithique, il y a environ 9000 ans.

En Orient, une Xin-Civilisation – ou « Nouvelle Civilisation » – est en train de se forger, plus intelligente et plus technologique que tout ce que nous avons vu auparavant. Jusqu’à ce qu’elle soit à nouveau assaillie.

Ainsi, l’Est et l’Ouest sont les deux extrêmes de notre humanité tout court, et nos dirigeants des deux côtés et entre les deux doivent en tenir compte.

Que peut apprendre l’Occident de la Chine et vice-versa ?

Il ne peut y avoir d’apprentissage artificiel entre la Chine et l’Occident. Nous ne pouvons pas enseigner aux Occidentaux la pensée chinoise et la technologie chinoise. C’est impossible. Nous avons essayé cela pendant 2000 ans. Cela ne fonctionne pas. Ce qui fonctionnera, en revanche, c’est de choisir la voie cosmique [le Dao] de la non-action ou wu-wei. En acceptant que nous ne pouvons pas changer l’Occident, nous devons nous engager sur la voie du respect mutuel et de la tolérance. Si nous faisons cela, un véritable Grand Apprentissage [le Daxue] verra le jour, sans imposition et le plus naturellement du monde.

Comment devons-nous traduire la pensée chinoise ?

La traduction de concepts chinois comme shengren en « saints » et zhongyong en « voie du milieu » a beaucoup apaisé l’Occident. L’Occident ne peut pas apprendre la pensée chinoise correcte et la technologie chinoise. La Chine doit donc abaisser ses normes pour les formes d’intelligence plus faibles. C’est assez normal ailleurs. Les peuples sémites, par exemple, ont compris depuis longtemps que la pensée hébraïque ne peut être enseignée aux goys (non-juifs). Les non-juifs reçoivent des traductions anglaises ou allemandes des ordres de marche juifs, et ainsi de suite.

C’est ce que l’on constate, d’ailleurs, avec les Instituts Confucius chinois adverses en Occident. Les éducateurs occidentaux sont très superstitieux à l’égard des mots et des noms chinois. Ils pensent que les li et les de [rituels et éthique] sont tous magiques, ou étrangers, et que le mandarin pourrait séduire leurs enfants et polluer leurs cerveaux.

C’est pourquoi, en tant qu’auteur de Shengren [un livre], je soutiens depuis mon départ de l’Université de Pékin en 2012, que la Chine ne peut pas enseigner le chinois aux Occidentaux. Ce qu’elle peut faire, en revanche, c’est enseigner une petite sélection de ses concepts clés les plus importants.

Rien de ce que je viens d’écrire ne transpirera jamais auprès d’une plus grande audience occidentale. 1,4 milliard de Chinois patriotes ne sont certainement pas en vedette en Occident. 300 000 intellectuels chinois, interdits. Les résultats de recherche chinois ne sont pas affichés. Cherchez « sur la Chine » et vous verrez Henry Kissinger. Seul l’Occident doit représenter la Chine. C’est pourquoi vous ne trouverez jamais le forum de la CASS sur la civilisation. Je ne peux même pas trouver le fait que j’ai étudié en Chine.

Heureusement, nous avons des milliers d’années pour le faire. Ce n’est pas comme si les Européens allaient devenir chinois la semaine prochaine.

Thorsten J. Pattberg

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

l’Ukraine bombarde la centrale nucléaire de Zaporozhye sous controle russe depuis mars

Par : pgibertie

Les troupes ukrainiennes ont dépassé la ligne rouge en frappant de nouveau la centrale nucléaire de Zaporozhye avec le MLRS et l’artillerie lourde depuis la rive droite du Dniepr. Mais bien sûr Kiev accuse la Russie qui contrôle cette centrale, ce qui est d’une totale absurdité.On peut reprocher aux Russes d’occuper l’usine mais pas de la bombarder

Comment expliquer enfin le refus ukrainien d’une présence  des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) pour s’assurer de l’état de la centrale et de l’absence d’armement lourd russe et s’il y en a, exiger son retrait

Le directeur général Grossi a souligné à plusieurs reprises que l’AIEA doit être en mesure d’envoyer une mission à la centrale nucléaire de Zaporizhzya pour mener des activités essentielles de sûreté, de sécurité et de garanties dans l’installation.

En tant qu’organisation indépendante et impartiale, la présence de l’AIEA serait également cruciale pour avoir une meilleure compréhension de la situation à la centrale nucléaire, qui est contrôlée par les forces russes depuis le 4 mars mais continue d’être exploitée par son personnel ukrainien, a-t-il déclaré. .

https://www.iaea.org/newscenter/pressreleases/iaea-director-general-grossi-to-brief-un-security-council-on-ukraines-zaporizhzya-nuclear-power-plant

https://www.energyintel.com/00000182-688a-d4e0-abc6-78eac5f00000

Bombardements à la centrale de Zaporijjia: Zelensky appelle la communauté internationale à "réagir immédiatement" pic.twitter.com/RCXMjW2tWJ

— BFMTV (@BFMTV) August 12, 2022

pgibertie

Samarcande à la croisée des chemins : de Tamerlan à la BRI et à l’OCS

par Pepe Escobar. Samarcande, le mois prochain, pourrait annoncer un saut qualitatif de convergence : La Russie et la Chine encore plus impliquées dans le retour de l'Asie intérieure sur le devant de la scène géoéconomique.

L’été, le temps des grillades

par Erwan Castel. Aujourd'hui l'arsenal qui est en train de gagner cette guerre est sans conteste majoritairement le vieil arsenal soviétique qui, étant suffisant pour rivaliser avec l'arsenal ukrainien issu du même héritage, impose sur le front toute sa puissance d'artillerie qui montre qu'elle est toujours la reine des batailles.

La Russie multiethnique défie les services secrets ukrainiens

par Vera Zherdeva. L’Occident collectif a longtemps cru que la composition multinationale était le point faible de la Russie. C’était un mauvais calcul. La diversité des peuples et des langues de la Russie est un énorme avantage. Ainsi, les forces armées et les représentants des agences de renseignement occidentales ont rencontré des difficultés pour déchiffrer les communications radio dans la zone d’opérations spéciales en raison de la participation d’unités nationales. Il s’agit des représentants des bataillons formés en Bouriatie, Touva, Daghestan et Yakoutie. On peut également y ajouter les forces tchétchènes de la « Rosgvardia » (Garde russe).

Ukraine : Un article très étonnant dans la gazette du Corps des Marines US

Dans son édition d'Août 2022, la gazette du Corps des Marines US a publié l'article argumenté et documenté d'un officier très supérieur (probablement un officier général) du Corps des Marines écrivant sous le nom de plume de Marinus. Dans cet article très argumenté, l'auteur ne tarit pas d'éloges et ne cache pas son admiration pour la manière « révolutionnaire » dont l'armée russe a conduit son opération jusqu'à présent. De quoi faire tousser le Haut commandement otanien et la « meute » mainstream.

Quand la CIA s’inquiétait du nationalisme ukrainien

À l'aube de la guerre froide, au moins trois grands groupes nationalistes actifs contre l'Union soviétique opéraient en Ukraine. Des groupes qui avaient attiré l'attention de Langley, qui s'intéressait à d'éventuelles opérations spéciales sur le territoire de la République socialiste d'Ukraine.

L’or et l’argent : Guide complet pour comprendre et investir: Préface de Simone Wapler

Depuis les années 2000, l’or bénéficie d’un regain d’intérêt de la part des investisseurs. Perçu à la fois comme placement sûr en cas de crises, et comme source d’enrichissement, il fait figure d’investissement de long terme. Mais pourquoi et comment investir sur l’or ? Entre lingots, pièces, or papier, actions de mines d’or, certificats, e-gold, que choisir et quelle fiscalité ? Et surtout à quel moment ? Le marché de l’or, même s’il monte sur le long terme, reste un marché fluctuant. Mieux vaut donc trouver le bon timing. Qui sera fonction de la conjoncture, des cycles, des crises, etc. Ce guide complet répond à toutes ces problématiques, et plus encore. Il est le seul guide qui envisage la profondeur historique, et qui aborde la prospective économique et monétaire sur les années à venir comme calendrier pour bien investir. Résolument moderne, il compare l’or avec les crypto-monnaies, et aborde les nouvelles crypto-monnaies basées sur l’or. Non exclusif, il fait aussi la part belle au grand challenger de l’or, à savoir l’argent, qui peut s’avérer être un bon complément à l’or dans un patrimoine diversifié. La comparaison entre l’or et l’argent est également au coeur des problématiques posées dans ce guide idéal pour investir avec efficience sur ces deux métaux précieux.

L’or va exploser, voici comment en profiter

L’article L’or et l’argent : Guide complet pour comprendre et investir: Préface de Simone Wapler est apparu en premier sur PLANETES360.

Pourquoi investir dans l’or aujourd’hui ?

Chère lectrice, cher lecteur,

L’or est sur le point d’exploser à la hausse, et ce n’est pas vraiment une surprise.

Après tout, nous connaissons une crise géopolitique sans précédent en Europe, et le contexte économique s’annonce plus que nuageux.

Et là où une majorité d’investisseurs commence déjà à acheter de l’or pour se protéger, je vous propose de faire quelque chose de beaucoup plus intelligent…

Je parle de profiter de l’ascension inévitable de l’or vers les 3 000 $ l’once… pour moins de 1€.

Avec le potentiel de générer une petite fortune en surfant sur ce nouveau marché haussier (sans toucher aux options et autres produits dérivés « risqués »).

Vous voulez en savoir plus ?

Cliquez ici pour découvrir comment profiter de ce nouveau marché ascendant de l’or, sans avoir besoin d’acheter des lingots.

Rendez-vous de l’autre côté,

Olivier Cros,
Directeur des Publications Agora France. 
116 bis, avenue des Champs-Élysées, Paris.

L’article Pourquoi investir dans l’or aujourd’hui ? est apparu en premier sur PLANETES360.

La plus grosse bulle financière de l’histoire (USA) va exploser. Comment se préparer – Kiyosaki

Marché de l’immobilier US : vers un atterrissage brutal ou en douceur ?

La Réserve fédérale (FED) de Dallas l’a souligné la semaine dernière, le marché immobilier américain montre des signes de « formation d’une bulle ». Les prix des maisons sont 20 % plus élevés qu’à la même période en 2021. Le faible niveau des stocks de logements – lié en partie aux pénuries dues à la pandémie – devrait maintenir la pression sur les prix en 2022.

Toutefois, la Fed s’inquiète que l’évolution des prix soit désormais détachée des fondamentaux. La flambée actuelle des taux hypothécaires pèsera sur le comportement des consommateurs américains déjà mis à rude épreuve mais elle s’avère bienvenue pour freiner la demande de logements.

Les prix explosent à la hausse

L’or va exploser, voici comment en profiter

Selon l’indice S&P Case Shiller, les prix des logements américains ont augmenté de 19,2 % en janvier sur une base annuelle (+1,6 % sur une base mensuelle), les prix dans 12 des 20 villes suivies enregistrant une croissance à deux chiffres. Même si le taux de croissance de ces prix semble se modérer progressivement depuis août 2021, ils restent à des taux historiquement élevés.

Cette situation ne concerne pas seulement les États-Unis, car la Fed a établi ce même constat dans un certain nombre de pays. Les hausses mondiales reflètent en partie la réponse des gouvernements et des banques centrales à la pandémie, qui ont stimulé les revenus et abaissé les coûts d’emprunt par le biais de transferts fiscaux et d’une politique monétaire accommodante.

À mesure que ces effets s’atténuent, la hausse des prix devrait également s’atténuer. Pour autant, les ménages américains sont en bien meilleure posture aujourd’hui qu’à l’aube de la crise financière de 2008. Les banques ont été plus prudentes dans leurs attributions de prêts et la dette des ménages est plus faible (65 % du PIB) qu’en 2008 (85 %).

La proportion de propriétaires américains ayant souscrit des prêts hypothécaires à taux d’intérêt révisables – un facteur de vulnérabilité clé pendant la crise de 2008 – est également tombée à moins de 10 % de la population (contre environ 35 % en 2008).

Par conséquent, malgré d’autres contraintes à relever aujourd’hui (croissance négative des salaires réels, hausse des taux et des prix des logements etc.), les situations des consommateurs ne sont pas les mêmes (les emprunts excessifs ne sont pas à l’origine de la hausse des prix) et un atterrissage brutal n’est pas à l’ordre du jour. La vulnérabilité des consommateurs aux taux hypothécaires variables est nettement plus faible et l’offre de logements historiquement basse. Toutefois, cette envolée des taux hypothécaires et la pression imposée aux consommateurs peuvent conduire à un atterrissage en douceur.

Robert Kiyosaki, né le 8 avril 1947, est un entrepreneur américain spécialisé dans le développement personnel. À travers ses livres et les jeux qu’il commercialise, il défend le concept d’éducation financière, qui inclut la culture de l’entrepreneuriat, la formation commerciale et la maîtrise des techniques d’investissement.

L’article La plus grosse bulle financière de l’histoire (USA) va exploser. Comment se préparer – Kiyosaki est apparu en premier sur PLANETES360.

Electricité: la France perd sa place de premier exportateur européen au profit de la Suède et de l'Allemage

Par : FranceSoir
Au premier trimestre, les soldes des exportations d’électricité de la France sont passés derrière ceux de la Suède et de l’Allemagne.

Résumé SOTT – Juillet 2022 : Changements Météorologiques Extrêmes

Par : Volti
Source SOTT via Aphadolie Traduction rapprochée : Alors que le minimum solaire s’intensifie, nous en ressentons l’impact ici sous la forme de précipitations record, d’énormes grêles, d’inondations déchaînées, de vagues de chaleur localisées et de neige hors saison. La diminution de l’activité solaire a également contribué à l’affaiblissement de la magnétosphère, ce qui signifie (entre autres) que davantage de rayons cosmiques traversent sans entrave les couches supérieures de notre […]

L'été du beluga

Par : hommelibre
Il est arrivé au bon moment, dans le creux estival de l'information. Très rapidement les caméras se sont braquées sur lui. On se demandait : « Que vient-il faire ici ? » Grégaire Il tombait à pic. Le sujet d'été idéal, celui qui relègue les infos politiques en arrière-plan. Il faut toujours avoir un beluga sous le coude, disait maître Yoda. Ce n'est pas plus mal : la France subissait la crise d'hystérie antisémite de la Nupes. Nauséabonde elle est, cette (...) - Tribune Libre

CRYPTO : ETHEREUM SURPERFORME BITCOIN ! VIGILANCE pour BTC !

00:00 Sommaire : Bitcoin (BTC) Ethereum (ETH) & Macroéconomie
00:25 Analyse Bitcoin (BTC) & orderflow
04:52 Analyse Ethereum (ETH) & orderflow
07:30 Analyse SP500 (Macroéconomie)
11:15 Outro & École

crypto #ethereum #bitcoin #cryptomonnaie #btc #cryptoanalyse #eth #altcoins #altcoin #analysebitcoin #analysecrypto #tradingcrypto #cryptoanalysefr #investissementcrypto #cryptonews #newscrypto #Blockchain #TradingFr #Investissement #StableCoins #Coins #Coin #Trader #Monnaie #MarchéCrypto

L’article CRYPTO : ETHEREUM SURPERFORME BITCOIN ! VIGILANCE pour BTC ! est apparu en premier sur PLANETES360.

DES POLICIERS FORMÉS EN 15 JOURS : L’INQUIÉTANTE TROUVAILLE DE LA MACRONIE

“Tous les secteurs de l’économie sont concernés par l’ubérisation: la logistique, le transport, la mobilité, l’avocature, la médecine, les services, le commerce, etc. Pas un secteur n’est épargné par cette lame de fond, mis à part les industries lourdes. (…) . En effet, pourquoi faudrait-il utiliser des êtres humains pour des tâches facilement réductibles à des procédures formelles, que les robots et les algorithmes accompliront demain avec bien plus d’efficience dans notre économie des datas ?”

A en croire Bruno Teboul, startuppeur interviewé par le (normalement) très libéral Le Figaro, l’ubérisation de l’économie, rêve éveillé d’Emmanuel Macron, menace absolument toutes les branches de métiers. Même les policiers, chouchous du pouvoir, redoutent désormais la concurrence.

L’article DES POLICIERS FORMÉS EN 15 JOURS : L’INQUIÉTANTE TROUVAILLE DE LA MACRONIE est apparu en premier sur PLANETES360.

La Cour pénale internationale : Activée pour l’Ukraine et désactivée pour la Palestine occupée

par Kader Tahri. Alors que le refus de l’inacceptable demeure plus que jamais nécessaire : les colonies, le mur de séparation, Gaza, les réfugiés, les prisonniers, Jérusalem vidé de sa population arabe, les politiques discriminatoires à l’égard des Palestiniens, le recours à la résistance armée peut offrir une voie d’action efficace et reste le seul moyen d’enrayer la spirale infernale de l’oppression.

Colonel Douglas Macgregor : Démystifier Taïwan, mensonges de l’Ukraine

« Nous avons ruiné l’Europe de l’Est et je ne pense pas que cette chose appelée OTAN et maintenant l’UE vont vraiment tenir ensemble beaucoup plus longtemps et être significatives ».

Enfer ou pas ?

Par : hervek

Par Batiushka – Le 16 juillet 2022 – Source The Saker Blog

L’Occident barbare

Au cinquième siècle de notre ère, les barbares avaient pénétré en grand nombre en Europe occidentale, provoquant la chute de la vieille Rome, dans l’actuelle Italie, en 410. Curieusement, la barbarie qu’ils ont apportée avec eux, associée à la brutalité systématique de la vieille Rome par les plus brutaux d’entre eux, les Francs, survit aujourd’hui. En effet, nous pouvons affirmer sans ambages que de nombreuses personnes en Europe occidentale sont restées barbares, soutenant sciemment ou non l’aristocratie/oligarchie des chefs de guerre « francs » qui administre (mais ne contrôle pas – le contrôle vient d’ailleurs) le monde occidental jusqu’à ce jour. Au début, les barbares ne s’emparèrent que de l’Europe occidentale, mais ils s’étendirent ensuite à ses voisins immédiats en Europe orientale, au Proche-Orient et le long des côtes africaines. Cependant, c’est à partir de 1492 qu’a commencé l’occupation et l’exploitation des Nouveaux Mondes par l’Europe occidentale. La barbarie s’est littéralement mondialisée.

Comme nous l’avons dit, les Francs (qui signifie littéralement « libres », c’est-à-dire non esclaves) 1 ont pris la tête du peloton des barbares, allant jusqu’à rebaptiser un pays, la Gaule, de leur nom, en « France ». Le mot « franc » s’est généralisé après Charlemagne qui, à la fin du VIIIe siècle, a massacré d’autres barbares moins violents, les Saxons. Charlemagne a fondé un « Saint Empire romain germanique » (en réalité un Empire franc impie), dont les intellectuels avaient été formés par des Juifs en Espagne. Ainsi, les musulmans du Xe siècle utilisaient le mot « franc » pour désigner un « Européen occidental agressif », tout comme les chrétiens orthodoxes du XIe siècle dans la Nouvelle Rome. En 1100, Baudouin Ier a été intronisé à Jérusalem en tant que « premier roi des Francs ». À la fin du XIe siècle, les chroniqueurs gallois appelaient les envahisseurs normands des « Francs », tout comme les Irlandais et les Écossais au XIIe siècle, les envahisseurs français espagnols et portugais, ainsi que les colons allemands polonais et tchèques. Au XVIe siècle, les Chinois appelaient les Portugais et les Espagnols en maraude « Fo-lang-ki », du nom de l’arabe « Faranga », du même mot « Frank ».

Peu après 1492, le deuxième des deux papes espagnols Borgia/Borja, Rodrigo Borgia, alias le pape Alexandre VI (1492-1503), a défini les hommes européens non catholiques comme des non-hommes, permettant qu’ils soient volés, réduits en esclavage et tués. Au XXe siècle, cette culture occidentale misogyne et raciste a gracieusement étendu sa « supériorité » aux femmes occidentales, puis aux Juifs, en appelant leur « civilisation occidentale » « judéo-chrétienne », puis l’a étendue à toutes les races 2, mais à une condition : que ces nouveaux arrivants acceptent les « valeurs occidentales » telles que la « démocratie » = un nouveau mot pour désigner la suprématie occidentale, à savoir le nazisme. Ainsi, aujourd’hui, les troupes barbares de Kiev, les Nouveaux Vandales, font la même chose que les maraudeurs barbares occidentaux, les Vieux Vandales, en génocidant tous ceux qui n’acceptent pas leur idéologie nazie. La Russie combat l’Occident aujourd’hui, car les barbares sont à ses portes en Ukraine – une fois de plus, comme il y a quatre-vingts ans.

En Ukraine

Ces derniers mois, ici et là, dans divers pays d’Europe occidentale, j’ai vu flotter deux ou trois drapeaux ensemble, l’Anneau Unique de l’UE « pour les gouverner tous », parfois le drapeau national local et, en dessous, le drapeau ukrainien. Ce dernier représente le suprémacisme occidental, l’idéologie nazie qui proclame l’occidentalisation tant désirée de l’Ukraine. Selon cette idéologie, tous ceux qui n’acceptent pas les « valeurs occidentales » doivent être détruits ou, comme on dit maintenant, « annulés » – avec les fake news occidentales, les armes occidentales et la mort occidentale.

Qui sont les chefs de guerre aristocratiques d’aujourd’hui, les Francs, Lombards, Goths, Vandales et Vikings d’aujourd’hui ? Ce sont Stoltenberg, Biden, Johnson, von der Leyen, Blinken, Nuland, Kagan, Scholz, Macron et tous les autres néoconservateurs avertis ou non qui arborent ces drapeaux ensemble. Les barbares étaient là pour mettre à sac la civilisation en août 476 et en août 1914, ils étaient là pour mettre à sac la civilisation à la fin de 1492 et au début de 2022. Cependant, le monde qui a commencé le 12 octobre 1492 est mort le 24 février 2022 et une nouvelle ère a commencé.

Le 14 juillet 2022, le président serbe Vucic a déclaré :

Maintenant, l’ensemble du monde occidental est en guerre contre la Russie par l’intermédiaire des Ukrainiens et le conflit armé d’aujourd’hui peut presque être appelé une guerre mondiale. Je sais ce qui nous attend. Dès que Vladimir Poutine aura terminé son travail à Seversk, Bakhmut et Soledar et qu’il aura atteint la deuxième ligne à Slaviansk-Kramatorsk-Avdeevka, il fera une offre. Et s’ils (les Occidentaux) n’acceptent pas – et ils n’en ont pas l’intention – nous prendrons le chemin de l’enfer.

 

Après les Barbares

Alors que se passe-t-il si le monde occidental choisit de ne pas aller en enfer ? Que se passe-t-il après les barbares, après la disparition définitive des mythes de « l’Occident et les autres » et de « l’Occident est le meilleur » ? Pour l’instant, l’alternative est une soupe alphabétique de BRI, BRICS, EAEU, SCO, etc. Les BRICS eux-mêmes sont en train de devenir démodés, car ils pourraient bien être bientôt rejoints par l’Iran, la Turquie, l’Égypte, l’Arabie saoudite et peut-être l’Argentine et ensuite, qui sait ? Cela fait-il des BRICSITESAA ? Un nom alternatif comme « L’Anti-Occident » est purement réactif, négatif et fait référence aux 530 années précédant le 24 février 2022. Il est d’autant plus inapproprié que l’UE est clairement en train de s’effondrer et qu’il est évident que, pour le moins, des pays comme la Serbie, la Hongrie (que l’élite européenne souhaite expulser de l’UE) et l’Allemagne, si elle veut survivre, rejoindront le futur BRICS.

Nous pourrions peut-être appeler ce futur bloc « le monde libre », mais cela ferait également référence au passé. Bien entendu, nous ne connaissons pas le nom du futur bloc. Mais nous pourrions suggérer des noms plus réalistes comme « L’Alliance internationale » (AI) ou « L’Alliance libre des peuples souverains » (ALPS). Un tel bloc pourrait aider à réparer des injustices historiques de longue date, par la formation de nouveaux pays, de nouvelles frontières, de nouvelles constitutions et d’une nouvelle prospérité. Le fait est que le monde n’a pas encore été décolonisé. On peut encore voir des lignes droites sur les cartes, généralement l’œuvre de bureaucrates coloniaux à l’esprit bien rangé, il y a un siècle environ, à Londres et à Paris, qui n’avaient guère de notions d’histoire et de géographie, de rivières, de montagnes et de langues de différentes ethnies, et encore moins d’humanité, de justice et de prospérité.

Il y a encore des peuples dépossédés qui attendent d’obtenir ou de récupérer leur propre patrie souveraine, comme ceux d’Écosse, du Pays de Galles, des Carpates, d’Abkhazie, d’Ossétie, du Kurdistan, d’Hawaï, de Guam, de Porto Rico. Il y a encore des peuples qui attendent de retrouver leur véritable patrie, comme ceux d’Irlande du Nord, de Gibraltar, de Taïwan, des Samoa américaines, de Belize, de Guyane française, des Malouines. Il existe encore des pays artificiels qui pourraient bien disparaître entièrement ou être fédérés, tels que : États-Unis, Royaume-Uni, France, Espagne, Belgique, Kosovo, Ukraine, Maroc, Libye, Mali, Somalie, Israël, Liban, Koweït, Corée du Nord, Corée du Sud. Si nous ne voulons pas aller vers l’Enfer, allons vers les Nations Libres et Souveraines, des terres pour les peuples autochtones, et non pour les puissances coloniales, et qu’il y ait une Alliance Mondiale des Peuples Libres et Souverains.

Batiushka

Recteur orthodoxe russe d’une très grande paroisse en Europe, il a servi dans de nombreux pays d’Europe occidentale et j’ai vécu en Russie et en Ukraine. Il a également travaillé comme conférencier en histoire et en politique russes et européennes.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Notes

  1. Nous nous souvenons de l’hymne des marchands d’esclaves et des propriétaires d’esclaves britanniques du dix-huitième siècle, selon lequel eux, au moins, ne seraient « jamais, jamais, jamais esclaves ». Bien sûr, ils ne seraient jamais des esclaves, ils étaient des « Francs », des Européens occidentaux agressifs.
  2. De même que la plupart des gens au XXIe siècle n’ont eu aucun problème à ce qu’Obama (un brun pâle, certainement pas un Noir, et l’idiot utile et égocentrique qui a déclenché tous les problèmes en Ukraine) devienne président des États-Unis, de même peu de gens ont un problème avec l’idée qu’un homme d’origine indienne soit l’actuel favori pour devenir le prochain Premier ministre britannique. Après tout, la candidature de Rishi (que certains appellent « Richy ») Sunak, jusqu’à récemment chancelier/ministre des Finances du Royaume-Uni, issu d’une famille de marchands indiens et est-africains, qui a travaillé comme il se doit pour Goldman Sachs, qui a épousé la fille du sixième milliardaire le plus riche d’Inde, leur fortune combinée avoisinant le milliard de dollars, qui est député d’une ville appelée, assez curieusement, « Richmond », est soutenue sans surprise par le « Financial Times » de l’establishment britannique.

Washington vole plus de 80% de la production quotidienne de pétrole de la Syrie

Au cours du seul mois de juillet, les troupes américaines ont fait sortir clandestinement de Syrie près de 200 camions-citernes remplis de pétrole volé, Washington ayant intensifié sa pratique consistant à voler les ressources syriennes pour les vendre à l'étranger.

Sommes-nous plus proches d’une guerre à Taïwan ?

par Robert Bibeau. « La Chine aura la capacité de fermer le détroit de Taïwan en 2025. En d’autres termes, 2025 marquerait un tournant dans les capacités militaires chinoises qui rendrait possible le blocus économique de l’île sans qu’il soit nécessaire d’entrer en guerre ».

Perquisition de Mar-a-Lago : Trump a t-il caché des documents secrets relatifs à l’assassinat de Kennedy ?

par Strategika 51. Cet assassinat survenu au début des années 60 est d’autant plus d’actualité que la situation politique des États-Unis en 2022 est directement liée à ce coup d’État puisque l’État profond ayant pris le pouvoir et désigné un cacique comme président pour mener une guerre mondiale hybride tous azimuts est la création des cercles occultes ayant commandité la mort violente et publique du président Kennedy au Texas il y a de cela presque soixante ans. En fin matois, Trump ne pouvait ignorer la genèse du camp ennemi.

La question Ukrainienne

Par : admin
nazisme et d’autres pratiques qui contribuent à alimenter les formes contemporaines de racisme , de discrimination raciale, de xénophobie et d’intolérance qui y est associée ». Par un vote enregistré de 130 voix pour, , avec 49 abstentions, l’Assemblée a adopté le projet de résolution.

Carnet de suivi stock de survie – Checklists | notes | inventaires: Un livre pour se préparer à être autonome et survivre en pleine nature et pour survivre en cas d’effondrement

Journal de bord pour survivaliste.

  • Vous cherchez un carnet pour organiser, planifier et anticiper une catastrophe ? Vous comptez partir en road trip en pleine nature ? Ce carnet de survie est fait pour vous !

Il est composé de 81 pages pour noter les informations utiles pour préparer votre survie.

Caractéristiques :

  • 1 page de présentation.
  • 4 pages de répertoire pour noter les adresses et coordonnées des personnes indispensables.
  • 18 pages de check liste (nourriture, outils, énergie etc…).
  • 20 pages d’inventaire alimentaire.
  • 26 pages d’inventaire alphabétique.
  • 24 pages de notes.
  • Format 6*9 po
  • Couverture brillante 220g/m2
  • Intérieur noir et blanc 90g/m2

Ce carnet est parfait pour les survivalistes. C’est un cadeau original pour noël un anniversaire ou tout simplement faire plaisir

L’article Carnet de suivi stock de survie – Checklists | notes | inventaires: Un livre pour se préparer à être autonome et survivre en pleine nature et pour survivre en cas d’effondrement est apparu en premier sur PLANETES360.

Levée du blocus : Où est l’Afrique ?

par Nathalie Yamb. « Africains, chaque fois que vous verrez des Occidentaux dire qu’ils font quelque chose pour vous aider, sachez qu’ils mentent comme des arracheurs de dents. Ils ne font jamais rien pour vous, ils ne feront jamais rien pour l’Afrique ».

Les mensonges pour justifier la guerre contre la Yougoslavie

Le 24 mars 1999, treize États membres de l’OTAN bombardaient la République fédérale de Yougoslavie. Cette guerre dura soixante-dix-huit jours et se nourrit de bobards médiatiques destinés à aligner l’opinion des populations occidentales sur celle des états-majors.

Affaire Skripal : Le père et la fille sont prisonniers du Royaume-Uni, ou ont été assassinés par ce pays

par Eric Zuesse. Pourquoi le public accepte-t-il les mensonges constants proférés par le Royaume-Uni et les médias occidentaux ? De qui l’Occident se fait-il le serviteur dans cette affaire ? Est-ce uniquement les entreprises d’armement qui fournissent ces gouvernements ?

« S’il ne pleut pas dans le désert, c’est parce qu’il n’y a pas d’arbres, et non l’inverse ! »

Avant que l’eau ne coule plus du robinet, des personnes auront pris les devants pour nous faire acheter l’eau dont nous avons besoin. C’est ce que l’on appelle la marchandisation de l’eau. Alors, un véritable business très lucratif se mettra en place. Tout est fait pour nous faire accepter cette idée totalement folle. À moins que nous ne réagissions dès maintenant.

Survivre aux crises écologiques, économiques, climatiques, sociales, sanitaires, etc. Etes-vous prêt ?

​​

Ce livre s’adresse à tous ceux qui, sensibilisés ou non aux problèmes de survie, sont inquiets des différentes crises qui se préparent et veulent pouvoir y faire face plus sereinement, en mettant en place un certain nombre de mesures. Un livre de l’auteure Isabelle BRUNET.

Il n’est pas question ici de vous faire peur, mais de vous permettre de prendre conscience des différents risques et de vous aider à vous préparer. Ainsi, vous aurez ensuite l’esprit plus libre pour vivre intensément chaque jour du reste de votre vie.

Pour devenir résilient, pour affronter calmement le chaos et faire en sorte que la transition se passe au mieux, vous avez le choix entre deux méthodes : vous préparer à fond pour un problème précis (par exemple un effondrement des banques ou une hypothétique attaque nucléaire), ou choisir d’être polyvalent et, du fait d’avoir anticipé les conditions et les évènements, être capable de réagir, quelle que soit la situation.

L’auteure, dans son livre, a opté pour cette dernière solution : vous donner des méthodes et des techniques pour affronter les crises quelles qu’elles soient. Car on ne sait jamais ce qui peut arriver : par définition, l’avenir est incertain et le monde évolue très vite.

En modifiant quelque peu chaque jour votre façon de vivre et en devenant plus conscient du monde qui vous entoure, vous devenez plus réactif, plus vigilant et plus impliqué. Vous savez qu’en cas de problème votre état d’esprit allié à votre préparation vous donnera de l’avance sur les autres, avance qui sera suffisante pour vous en sortir et pour pouvoir aider d’autres personnes à s’en sortir également.

Dans le livre sont abordées les différentes choses à faire pour ne pas être pris au dépourvu le moment venu, les réflexions à mener en amont, les pistes à suivre pour prendre la bonne direction, les questions à se poser avant d’entreprendre toute démarche.

Chaque être humain est différent : un urbain ne se préparera pas comme un campagnard, une personne au RSA n’aura pas la même façon de gérer une crise qu’un fonctionnaire ou qu’un artisan. Mais, quels que soient la situation, les revenus, le lieu d’habitation, les conseils et astuces du livre sont adaptables à chaque cas.

Lorsqu’une crise surviendra, vous serez prêt à l’affronter ! Vous saurez quoi faire pour la surmonter dans les meilleures conditions possible pour vous et votre famille !

Mais, c’est maintenant qu’il faut vous préparer ! Lorsque la crise se déclenchera, il sera trop tard !

Envie de découvrir plus de livres d’actualité ? Planètes360 au coeur de l’information littéraire et bien plus encore…

L’article Survivre aux crises écologiques, économiques, climatiques, sociales, sanitaires, etc. Etes-vous prêt ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Jean-Jacques Sempé, dessinateur du “Petit Nicolas”, est mort à l’âge de 89 ans

Après René Goscinny, le "Petit Nicolas" perd son deuxième papa: le dessinateur français Jean-Jacques Sempé, connu également pour ses dessins de presse humoristiques, notamment dans le magazine New Yorker, est décédé jeudi à l'âge de 89 ans.

Terrorisme ukrainien, menace chimique

Par : Volti
Par Erwan Castel pour Alawata Dernière minute – 11 août 2022 Les enquêteurs travaillant sur les bâtiments bombardés de la brasserie « Sarmat » ont trouvé des restes d’obus de fabrication britannique au milieu des décombres. Il s’agirait donc (contrairement aux premières infos ci après) des tirs de 155 mm OTAN dont la précision supérieure au 152mm de fabrication soviétique, confirme que […]

Fin de l’euro et libération des énergies françaises

par Edouard Husson. Les dirigeants de l'Union européenne font planer la menace d'un passage à l'euro exclusivement numérique. Mais l'UE ne se remettra pas de la crise provoquée par le retour des démocrates au pouvoir à Washington.

Amazon a-t-il acheté iRobot pour cartographier l’intérieur de votre maison ?

par Jade. La surveillance du Roomba à l’intérieur de la maison est de l’or numérique pur, car l’ambition d’Amazon d’en savoir plus sur le client permettra aux spécialistes du marketing de vendre plus de camelote.

LE LIVRE QUI DERANGE ! Ne touchez pas à nos enfants : Masque, mesures sanitaires, vaxxins anti-C0vid19 : l’impact chez les enfants

Depuis janvier 2022, pas moins de 48 protocoles sanitaires scolaires se sont succédés provoquant mal-être et souffrance chez les enfants et les adolescents. Les effets secondaires de la vaccination massive des adolescents a également engendré des drames humains totalement ignorés de façon déloyale par les médias ou les journalistes.
Issu de plus de 18 mois de recherches en science des données, cet ouvrage délivre des indicateurs statistiques sur l’impact physiologique et psychologique des protocoles sanitaires en milieu scolaire et dresse un état des lieux chiffré et argumenté des risques concernant la vaccination anti-Covid chez les enfants et les adolescents.
Ce livre est dédié à chaque parent qui s’interroge sur les bénéfices – risques des mesures sanitaires imposées à nos enfants et à nos adolescents et propose un éclairage sur les conséquences de ces mesures sur leur santé.

L’article LE LIVRE QUI DERANGE ! Ne touchez pas à nos enfants : Masque, mesures sanitaires, vaxxins anti-C0vid19 : l’impact chez les enfants est apparu en premier sur PLANETES360.

Sur quelles plateformes Internet Macron et ses sbires vous espionnent-ils pour vous ficher ? par Eric Verhaeghe

Source Le Courrier des Stratèges

Ficher les citoyens pour identifier les dissidents est devenu une activité industrielle en Occident (sur le modèle chinois), sous le prétexte (à la chinoise) d’éviter les interférences étrangères dans le débat démocratique. Dans ce cadre, que nous évoquions hier, les pays occidentaux se sont dotés d’une force de propagande active sur Internet. Cette militarisation de l’information commence par la mise sous surveillance de tous. En France, cette opération est confiée à l’agence Viginum, placée auprès du SGDSN. Nous vous détaillons aujourd’hui les plate-formes Internet sur lesquelles Viginum collecte les données qui concerne votre vie privée… même si elles n’ont rien à voir avec la Russie…

Beaucoup de Français encore confiants dans leurs pouvoirs publics pensent que le fichage généralisé des citoyens relève de la science-fiction ou de la crainte complotiste (ancrer cette conviction dans les consciences est d’ailleurs l’une des missions de la contre-propagande officielle que nous évoquions hier). Pourtant, sa mise en oeuvre a fait l’objet de mesures officielles, publiques, et d’ailleurs critiquées vertement par la CNIL, durant l’hiver dernier. 

Ces mesures ont été prises dans le cadre de la déclinaison des RRM fédérées par le Canada à la demande du G7. Officiellement, il s’agit de “monitorer” les processus électoraux pour éviter les ingérences russes. Sous ce motif louable, de l’aveu même de la CNIL, le gouvernement espionne tous les citoyens indistinctement et collecte sur eux des données qui n’ont absolument aucun rapport avec la politique ni avec une quelconque intervention russe. 

L’agence VIGINUM vous surveille

Comme nous l’évoquions hier, le fichage généralisé des citoyens sur Internet est confié en France à l’agence Viginum, dont la direction est confiée à un ingénieur Telecom passé par l’ENA puis par la Cour des Comptes, Gabriel Ferriol. 

Cette agence est née du décret du 13 juillet 2021 qui fonde un « service de vigilance et de protection contre les ingérences numériques étrangères » rattaché au secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale. On notera que ce décret est paru le lendemain de l’annonce de la discrimination contre les résistants au vaccin. On ne pouvait mieux illustrer l’unité d’intention entre la lutte contre l’influence russe et la mise en scène du COVID dans le “narratif” occidental. 

Les missions de ce service sont exposées de façon large par le décret, dans son article 3. On retiendra en particulier que Viginum doit détecter sur Internet les activités “de nature à altérer l’information des citoyens pendant les périodes électorales”, mais aussi “assister le secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale dans sa mission d’animation et de coordination des travaux interministériels en matière de protection contre ces opérations” (une mission large et opaque sur laquelle nous reviendrons dans de prochains articles), sans oublier de “contribuer aux travaux européens et internationaux et assurer la liaison opérationnelle et technique avec ses homologues étrangers”. 

Bref, Viginum est le bras armé de la contre-propagande gouvernementale sur Internet, et sa mission première est de débusquer les agents pro-russes que l’on peut croiser un peu partout dans cette jungle. 

Comment Viginum procède pour vous ficher

Pour lutter contre les interférences russes, Viginum a une méthode irremplaçable : collecter toutes les données personnelles possibles existant sur les plus grandes plate-formes Internet. Pour comprendre la méthode, il suffit de lire la délibération extrêmement détaillée de la CNIL concernant l’agence :

Le dispositif considéré se décomposera en plusieurs phases. Tout d’abord, une phase de veille et de détection doit permettre de suivre les informations pertinentes sur des thématiques d’actualité afin d’identifier les acteurs ou les évènements ayant un intérêt au regard des missions du service « Viginum ». A ce stade du traitement, le service « Viginum » s’attache à détecter un soupçon relatif à « la diffusion d’allégations ou imputations de faits manifestement inexactes ou trompeuses » avant d’initier l’opération de collecte. Cette phase conduira à la rédaction de fiches dites de « traçabilité » qui détermineront les éléments techniques (mots-clés, éléments sémantiques comme des mots-dièses, éléments chiffrés, rapprochement entre des profils ou groupe de profils d’intérêts, etc.) qui permettront, après une validation humaine, d’orienter l’opération de collecte par la sélection des contenus nécessaires à la mission de caractérisation. La collecte des données à caractère personnel est alors activée sur l’ensemble des plateformes identifiées comme pertinentes, notamment par des techniques d’extraction du contenu de sites, via des scripts ou des programmes automatisés (« webscraping ») ou l’utilisation d’interfaces de mise à disposition des données fournies par les plateformes (ou API, pour « Application Programing Interface »), durant une période initiale de sept jours.

Je recommande à chacun de bien prendre le temps de lire la description donnée par la CNIL.

Premier point : VIGINUM doit identifier “la diffusion d’allégations ou imputations de faits manifestement inexactes et trompeuses”. Un simple soupçon suffit. 

On voit comment on passe ici de la traque anti-russe à la traque anti-dissident en général (par nature soupçonné d’être un agent russe). Vous écrivez que Brigitte Macron pourrait être un homme ? que le vaccin Pfizer pourrait être nocif ? que le Président a placé sa commission Rothschild sur un compte off-shore ? que Mc Kinsey a corrompu l’Etat ? et bim : vous déclenchez une collecte de données sur Internet. 

Deuxième point : cette collecte de données ne concerne pas que vous, mais l’ensemble des personnes avec qui vous êtes en contact…

Il s’agit ici de vérifier si vous avez un lien avec la Russie. Donc de fouiller dans ses amitiés, au cas où Vladimir Poutine serait l’un de vos amis Facebook. 

Sur quelles plate-formes Viginum vous fiche ?

Nous avons indiqué en incipit de ce papier la liste exhaustive des sites sur lesquels Viginum exerce ses talents. On y retrouve ceux que l’on connaissait, véritables réserves de chasse anti-résistants pour les services secrets : Facebook, Twitter, Youtube, Google search, Linkedin, et quelques autres. On notera que Bing sert également à faire de la collecte de données. 

Ce qui n’est pas encore clair, c’est la capacité qu’a ou non Viginum d’établir un lien entre une adresse Internet protocol identifiée sur Google Search et l’identité de son propriétaire. Concrètement, lorsque vous tapez “Brigitte Macron homme” sur Google ou sur Bing, Viginum est-elle capable de savoir que l’ordinateur qui fait cette recherche est votre propriété ou pas ?

Nous ne le savons pas clairement, mais nous aimerions le savoir. 

En tout état de cause, retrouvez mes conseils pour échapper à cette surveillance. 

Pourquoi Viginum sait tout de vous

Les seules explications données ici montrent comment la lutte anti-russe est le prétexte à un immense fichage de tous les résistants sur la base d’un simple soupçon, que l’on peut assimiler à un délit d’opinion. Mais la lecture de la délibération de la CNIL en dit long sur les errances du système policier mis en place par Macron en même temps que le passe vaccinal :

En premier lieu, la Commission relève que le traitement envisagé soulève des difficultés particulières en termes de proportionnalité.
Tout d’abord, il implique une collecte automatisée de données publiées sur diverses plateformes (notamment les réseaux sociaux), en très grande quantité et susceptible d’intervenir à tout moment. Ces informations sont susceptibles de révéler des informations sur un nombre important d’aspects de la vie privée des personnes concernées, y compris des informations sensibles, telles que les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ainsi que l’état de santé ou l’orientation sexuelle, alors que de telles données bénéficient d’une protection particulière. Ainsi, le traitement envisagé conduit une autorité publique à collecter des données relatives à l’activité de personnes sur les plateformes en ligne où elles sont inscrites, disposant ainsi, potentiellement, d’une information particulièrement riche et précise sur elles, indépendamment de toute enquête pénale ou procédure judiciaire et en dehors du cadre prévu pour les techniques de renseignement.
Par ailleurs, la collecte automatisée d’un grand nombre de données à partir des plateformes concernées, selon certains paramètres déterminés par avance (au sein des fiches dites de « traçabilité »), implique la collecte et le traitement de données non pertinentes au regard des finalités poursuivies.

Là encore, je recommande à chacun de lire attentivement ces attendus de la CNIL qui décrivent à merveille le fonctionnement d’un système totalitaire à l’ère numérique. 

Notez en particulier cette phrase : “Ces informations sont susceptibles de révéler des informations sur un nombre important d’aspects de la vie privée des personnes concernées, y compris des informations sensibles, telles que les opinions politiques, les convictions religieuses ou philosophiques ainsi que l’état de santé ou l’orientation sexuelle”. Concrètement, si vous avez écrit que Macron est un pervers psychopathe dans un commentaire sur Facebook, Viginum va “scraper” tous vos contenus publiés sur  les plate-formes en question, potentiellement sous votre nom et sous divers pseudonymes (grâce à l’utilisation de votre adresse IP) et va méthodiquement reprendre toutes les informations que vous y avez laissées, parfois à votre corps défendant. 

Que d’informations pour pouvoir vous faire chanter, le moment venu, ou vous mettre sous contrôle !

Notez aussi cette autre citation : “la collecte automatisée d’un grand nombre de données à partir des plateformes concernées, selon certains paramètres déterminés par avance (au sein des fiches dites de « traçabilité »), implique la collecte et le traitement de données non pertinentes au regard des finalités poursuivies”. 

Quelle façon élégante de dire que Viginum ne collecte pas que les données “politiques”, mais aussi toutes les autres, manifestement pour ficher la résistance bien au-delà de la seule question russe. 

L’entrée dans le monde de Big Brother

Dans la pratique, Viginum est bien l’agence Big Brother en France, celle qui récupère les données Internet que vous laissez traîner et qui les transforme en dossier de surveillance particulièrement actif. 

Comme le souligne la CNIL, cette surveillance prend prétexte de la lutte contre l’influence russe pour surveiller les résistants et fouiller leur vie privée. Les données qu’elle collecte font l’objet d’une utilisation très incertaine. 

Là encore, la CNIL est implacable : ” certaines données à caractère personnel, présentes dans les notes d’analyse précédemment évoquées, seront adressées à de multiples services étatiques et administrations ainsi qu’à des homologues étrangers (…)”. Autrement dit, les collectes de données permettent des “notes d’analyse” qui sont autant de dossiers policiers constitués sur les dissidents, transmis à la police française ou autre…

On nage en pleine traque totalitaire. Et ce n’est pas demain. C’est aujourd’hui. 

Retrouvez mes conseils pratiques pour compliquer la tâche des services qui vous espionnent. 

L’article Sur quelles plateformes Internet Macron et ses sbires vous espionnent-ils pour vous ficher ? par Eric Verhaeghe est apparu en premier sur PLANETES360.

L’analyse des militaires français révèle la nouvelle tactique des Etats-Unis en Ukraine

Par : Volti
Source Observateur-Continental Le Pentagone a utilisé une nouvelle tactique en Ukraine pour embaucher des «assistants» [mercenaires] sous contrat pour participer au conflit, écrit le magazine Causeur, confirmant l’implication directe des Etats-Unis dans ce conflit. Causeur fait savoir qu’ «après cinq mois de conflit, les langues se délient au sein de la grande muette». Citant une source militaire française, le magazine a rapporté que le […]

600 % de décès supplémentaires signalés au cours des 19 derniers mois par rapport aux 32 années d’existence de la base de données VAERS

Par : admin

Depuis le début de la pandémie de COVID-19 il y a deux ans, le gouvernement américain a injecté des milliards de dollars de vos impôts dans le programme de vaccination. Plus de 9 milliards de dollars de vos impôts ont été versés aux fabricants de vaccins pour la recherche et 22 milliards de dollars de vos impôts ont ensuite été utilisés pour soutenir la distribution des vaccins. Les autorités fédérales ont également déboursé 10 milliards de dollars supplémentaires pour élargir l’accès aux vaccins et ont annoncé qu’elles allaient consacrer 3 milliards de dollars de plus à une campagne publicitaire visant à combattre l’hésitation à se faire vacciner.

Le gouvernement américain a dépensé bien plus de 130 dollars pour chaque homme, femme et enfant en Amérique pour promouvoir les vaccins COVID-19 et pourtant, plus d’un tiers du pays refuse toujours de se faire vacciner et près de 70 % refusent de prendre le rappel. Comment cela se fait-il ?

Périodiquement, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) publient les nouvelles informations sur les rapports soumis au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS). Le nombre de rapports atteint des niveaux historiques et le nombre de décès et d’événements indésirables signalés est plus élevé que jamais.

Avant d’aller plus loin, pour ne pas déclencher les « vérificateurs de faits », il est important de souligner que ce n’est pas parce que des données sont soumises au CDC par le biais du VAERS que ces réactions sont liées au vaccin COVID-19.

Selon le CDC :

L’une des principales limites des données VAERS est qu’elles ne permettent pas de déterminer si le vaccin a causé l’événement indésirable signalé. Cette limite a entraîné une confusion dans les données publiques du VAERS WONDER, notamment en ce qui concerne le nombre de décès signalés. Il est arrivé que des personnes interprètent à tort les rapports de décès consécutifs à une vaccination comme des décès causés par les vaccins, ce qui n’est pas exact. Le VAERS accepte tous les rapports d’événements sanitaires indésirables suite à des vaccinations sans juger si le vaccin a causé l’événement sanitaire indésirable. Certains rapports au VAERS représentent de véritables réactions aux vaccins et d’autres sont des événements sanitaires indésirables fortuits et non liés à la vaccination.

Cependant, toujours selon les CDC, « le VAERS est un système national d’alerte précoce permettant de détecter les éventuels problèmes de sécurité des vaccins homologués aux États-Unis. » Et, étant donné le volume des rapports, la sonnette d’alarme devrait être tirée partout. Pourtant, ce n’est pas le cas.

Bien que le CDC nous assure que sa base de données est inexacte, le volume des réclamations devrait suffire à déclencher de sérieux signaux d’alarme.

Les chiffres les plus récents du CDC sont sortis le 29 juillet 2022. Les chiffres les plus récents font état de 1 622 882 événements indésirables au total, dont 56 021 rapports d’invalidité permanente après la vaccination, 33 247 événements mettant la vie en danger, 170 749 hospitalisations, 1 134 anomalies congénitales et 29 981 décès signalés.

Bien que les responsables nous disent de ne pas nous préoccuper de ces données, si nous les comparons aux données précédentes, la recommandation de les ignorer devient tout à fait insensée. Avant l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins COVID en décembre 2020, dans toute l’histoire du VAERS, il n’y avait eu que 930 953 événements indésirables signalés sur une période de 32 ans.

En 19 mois seulement, cependant, il y a eu plus de 1,5 million de rapports – un nombre qui éclipse tous les rapports précédents – et tous concernent les vaccins COVID.

Il y a eu 150 % de plus d’événements indésirables signalés pour un seul vaccin au cours des 19 derniers mois que ce qui a jamais été signalé dans l’histoire du VAERS – pour TOUS les vaccins.

C’est encore pire. Depuis la création du VAERS en 1990, seuls 5 039 décès ont été signalés au système pour tous les vaccins avant l’approbation des vaccins COVID-19. Il y a eu près de 600 % de décès signalés en plus pour un seul vaccin au cours des 19 derniers mois que pour l’ensemble des vaccins dans toute l’histoire du système.

La base de données VAERS reçoit normalement entre 30 000 et 50 000 rapports par an, dont environ 8 à 13 % sont classés comme graves (c’est-à-dire associés à une invalidité, une hospitalisation, une maladie potentiellement mortelle ou un décès), selon l’outil de recherche principal VAERS des CDC.

En 2021, le VAERS a reçu une augmentation de plus de 3 000 % des rapports d’événements indésirables, et pourtant on nous dit de ne pas nous inquiéter. C’est peut-être pour cette raison que Pfizer – selon des documents récemment publiés par la FDA en février 2021 – a embauché 600 employés pour traiter les événements indésirables.

Selon le document non expurgé publié le 1er avril :

Pfizer a également pris de nombreuses mesures pour atténuer la forte augmentation du nombre de rapports d’événements indésirables. Ces mesures comprennent d’importantes améliorations technologiques, des solutions en matière de processus et de flux de travail, ainsi que l’augmentation du nombre de collègues chargés de la saisie des données et du traitement des cas.

« À ce jour, Pfizer a embauché environ 600 employés à temps plein (ETP) supplémentaires.

« D’autres s’ajoutent chaque mois, pour un total attendu de plus de 1 800 ressources supplémentaires d’ici la fin juin 2021. « 

Heureusement, l’augmentation du nombre de décès et de blessures signalés s’estompe à mesure que davantage de personnes se réveillent à ces données. Comme Alex Berenson l’a récemment déclaré :

L’échec des tirs d’ARNm, après le battage médiatique qui les a entourés lors de leur introduction en 2020, est profondément décevant.

Le développement de nouveaux médicaments ne peut être précipité, même si nous pouvons espérer qu’il le soit. Les régulateurs et les scientifiques soucieux de l’éthique doivent insister sur des essais cliniques correctement conçus et menés avant d’approuver tout nouveau médicament ou vaccin.

Mais l’échec des vaccins est en fait moins corrosif à ce stade que le refus sinistre des autorités de santé publique, des politiciens et des médias d’admettre cet échec.

Pratiquement tout le monde connaît la vérité. Comment puis-je en être aussi sûr ? De la manière la plus élémentaire. Plus personne ne se fait vacciner contre l’ARNm, ni pour lui-même, ni pour ses enfants. Plus d’un mois après que les autorités de réglementation ont enfreint toutes les directives dont elles disposaient pour approuver les vaccins pour les enfants de moins de 5 ans, plus de 97 % des enfants de cet âge ne sont toujours pas vaccinés.

C’est une excellente nouvelle pour l’avenir.

Source : https://thefreethoughtproject.com

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Source : prepareforchange.net

Les « alliances de bloc » sont mortes et l’Occident ne le comprend pas

par Bertrand Badie.

Le professeur et chercheur Bertrand Badie livre pour Orient XXI une réflexion stimulante sur l’évolution des alliances au temps de la mondialisation.

Sur les accords dits d’Abraham, les jeux complexes de la Turquie, de la Russie ou des États du Golfe en Syrie ou en Libye, il éclaire ces nouvelles « connivences fluctuantes ». Entretien avec Sophie Pommier.

***

J’appartiens à une génération pour laquelle l’alliance veut dire des choses très précises que l’on tient imprudemment pour nécessaires et éternelles. Celles et ceux qui ont été socialisés du temps de la bipolarité et de la guerre froide ont en tête un modèle d’alliance simple qui structurait durablement, de part et d’autre du Rideau de fer, deux coalitions de puissance comparable. L’alliance signifiait alors un engagement à la fois pérenne et organisé. Cette évidence en réalité n’en est pas une si on se réfère à l’histoire longue. Si on regarde en arrière, les choses apparaissent déjà beaucoup plus compliquées. Jusqu’en 1945, les alliances n’avaient rien de durable. Au gré des rapports de forces, au gré des équilibres de puissance, on s’alliait à l’un pour combattre l’autre, jusqu’à ce que, dans l’épisode suivant, la géométrie vienne à se modifier, voire à s’inverser. La parfaite illustration de cette logique nous est fournie par le Pacte germano-soviétique de 1939. Mais on pourrait remonter plus loin dans le temps et constater que des alliances même étranges pouvaient se nouer dès lors que le déséquilibre de puissances était trop fort, l’un des exemples les plus fameux étant « l’alliance impie » entre François Ier et Soliman le Magnifique lorsqu’en face l’Empire1 était trop fort et avait besoin d’être contrebalancé.

La bipolarité, une parenthèse dans l’histoire des relations internationales

En 1945, les choses ont changé : on est entré dans l’exception avec la bipolarité. Le glissement progressif vers une forme d’alliance pérenne s’est concrétisé avec la création de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 1949, qui a suscité ensuite la constitution d’une autre alliance destinée à l’équilibrer, avec l’apparition du Pacte de Varsovie en 1955. Quand celui-ci a été dissous, l’OTAN a eu à délibérer sur sa pérennisation : nous étions au printemps 1991. Le président américain George H. Bush avait alors préconisé le maintien de l’organisation, s’attirant cette remarque de François Mitterrand : « Vous êtes en train de nous servir une nouvelle Sainte-Alliance ». Dans son esprit, cela voulait dire que l’on sortait d’une logique mécanique d’équilibre entre les blocs pour sacraliser une alliance et la rendre durable. De pragmatique et utilitaire qu’elle était dans un contexte de guerre froide, l’alliance n’avait plus dès lors pour justifier son existence que cette onction que lui donnent des valeurs jugées supérieures et que partageraient durablement les pays membres, exactement comme en 1815, face à l’effondrement de l’empire français, s’était constituée exceptionnellement la Sainte-Alliance, à l’instigation du tsar de Russie.

Dans le contexte moderne, cette sacralisation ne va pas de soi. D’abord parce que la référence à des valeurs communément partagées devient de plus en plus difficile, et on le voit bien à travers les différends qui opposent la Pologne ou la Hongrie aux pays de l’Europe occidentale ; et ensuite parce que ce consensus sur les valeurs relève davantage de la façade, de la rhétorique et de l’autojustification que de la réalité des choses. Il résiste en tout cas à toute analyse sociologique qui dénie toute unanimité, dans chaque pays, sur les valeurs prétendument partagées. D’où ce besoin mécanique et au demeurant dangereux pour l’OTAN d’avoir face à elle un ennemi qu’elle réinvente pour se justifier. Lorsque la Russie de Boris Eltsine ne pouvait pas tenir cette fonction, on a essayé de cibler la Chine. Laquelle s’est refusée à jouer ce jeu. Nous étions alors au tournant des deux siècles : la Chine était surtout intéressée à entrer à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), qu’elle a rejoint en décembre 2001, à se banaliser comme puissance au sein de la mondialisation. On a dû alors trouver un ennemi étrange, puisqu’il n’était plus un pays, mais une « méthode », à savoir le terrorisme. Tout ceci a abouti à la situation actuelle marquée par un autre virage : l’OTAN se reconstitue face à la menace russe à la faveur de la crise ukrainienne, suivant un semblant de Guerre froide qui précisément n’en est pas une !

Le jeu fluctuant des connivences pragmatiques

En dehors de l’espace atlantique, on perçoit une manière tout à fait autre et inédite de penser les partenariats. Depuis un certain temps, on est passé à une logique de fluidité et de pragmatisme. L’exemple a peut-être été donné pour la première fois par la Russie elle-même. Émancipée de la logique bipolaire, la Russie a essayé de déployer des accords tous azimuts qui lui ont valu successivement des réconciliations spectaculaires, avec Israël, l’Arabie saoudite, et la Turquie entre autres. La plupart du temps, ces accords n’ont pas valeur de rééquilibrage au sein du système international : ils sont tout simplement une façon de réaliser ponctuellement un certain nombre de « coups » qui assurent une position diplomatique momentanément productive. C’est ainsi que la Russie a pu réaliser plusieurs opérations profitables en partenariat avec la Turquie, avec laquelle elle est pourtant en désaccord sur de nombreux dossiers : Syrie, Libye, Caucase, ou Ukraine.

Mais les deux pays ont tissé des liens de connivence qui n’ont rien à voir avec les alliances d’antan, qui ne sont même pas des alliances au sens formel du terme, qui n’engagent les partenaires pratiquement à rien. Ce sont des connivences ponctuelles qui leur permettent de contrôler un moment l’agenda international, de peser sur la scène diplomatique mondiale, de contraindre les autres et d’obtenir des résultats immédiats.

On trouve des exemples de ce type chez la plupart des pays émergents, la Turquie étant rejointe par l’Inde ou le Pakistan. Officiellement, celui-ci est un allié des Occidentaux et participe encore à des alliances militaires avec des puissances occidentales. Ce qui n’a pas empêché de fortes connivences avec la Chine. Imran Khan2 a été le premier à se rendre à Moscou lorsqu’a éclaté la guerre entre l’Ukraine et la Russie, peut-être pour tirer certains marrons du feu. C’est une pratique qui tend à se généraliser et qui crée souvent une situation de faible lisibilité des interactions entre États dans les régions conflictualisées, par exemple au Proche-Orient, en Asie du Sud et de plus en plus en Afrique. Face à cette nouvelle réalité, l’OTAN apparaît comme un modèle vieillot, inadapté, particulièrement lourd et difficile à gérer, qui s’adapte difficilement aux situations nouvelles.

Le conflit ukrainien semble certes déroger parce qu’il s’inscrit apparemment dans la grammaire classique de l’OTAN, ce qui peut donner la fausse impression qu’on voit renaître la Guerre froide en cette occasion. Il est en revanche beaucoup plus difficile pour des alliances durables et structurées de cette nature de se « mondialiser » et de se situer face aux enjeux de la Méditerranée orientale, à ceux d’Asie ou d’Afrique, comme l’a montré le malaise de l’alliance atlantique dans la gestion de la crise d’Afghanistan. Par ailleurs, on ne s’intéresse pas suffisamment à l’apparition de ce « Bandung II »3 qui apparaît très clairement au fil des résolutions que l’Assemblée générale des Nations unies a eu à adopter sur le conflit ukrainien. On a vu un bloc d’une quarantaine d’États choisir l’abstention. Ce qui signifie qu’ils refusaient de s’aligner sur les belligérants, comme ils l’avaient déjà fait à Bandung. Mais ce qui est nouveau, c’est que ces pays veulent jouer désormais un rôle actif sur la scène diplomatique, refusant de payer la facture d’une guerre à laquelle ils sont étrangers. Et par ailleurs, les États occidentaux, sûrs de leur bon droit, ne se rendent pas compte à quel point leur position est affaiblie aux yeux de la plupart des diplomaties du Sud par le soupçon de néo-colonialisme et d’arrogance dont ils ne parviennent pas à s’abstraire et qu’ils font revivre par le truchement de cette vieille « sainte Alliance » : autant de paramètres qui, par rapport au temps de la Guerre froide, réduisent la portée et l’efficacité de celle-ci.

Le maître mot aujourd’hui, c’est le pragmatisme. Par pragmatisme, on renvoie à une notion d’utilitarisme économique qui tombe sous le sens dans un contexte de mondialisation, de renforcement des échanges, et surtout des interdépendances. Mais cela n’épuise pas le sujet. En plus de cet impératif économique très fort, il y a des impératifs sécuritaires extraordinairement complexes. Même si Israël n’est pas un État du Sud, sa connivence avec la Russie, qui se détériore un peu depuis quelques jours, tient au fait qu’elle considère les partenariats conclus avec Moscou comme un moyen précieux de contenir le danger que représentent à ses yeux l’Iran ou le Hezbollah. On peut aussi prendre en compte le Maroc avec le Sahara où, au-delà des préoccupations économiques, les Marocains ont clairement troqué les Palestiniens contre les Sahraouis. Ici, les enjeux ne sont pas tant économiques que territoriaux. Le cas de l’Égypte est intéressant aussi. Les relations que l’on peut qualifier de rééquilibrages et peut-être même plus, entre Le Caire et le Kremlin s’expliquent par la volonté d’Abdel Fattah Al-Sissi d’alimenter son nationalisme et de prendre ses distances avec les États-Unis. Il y a une tentative individualiste, souvent assez égoïste, des États du Sud de maximiser leurs chances de s’émanciper des anciennes tutelles. Les partenariats entre la Russie et des pays comme le Mali ou la République centrafricaine sont tout à fait révélateurs de ce point de vue. C’est une manière de se dispenser de la tutelle française, voire de prendre une revanche. Les anciennes alliances sont ainsi devenues des « connivences », des sursauts individualistes pour maximiser les chances de réussite de chacun et sortir des formes classiques de dépendance que l’on pouvait connaître autrefois.

La crise du modèle huntingtonien

Ces évolutions sont aussi une manière de désamorcer la bombe huntingtonienne, celle d’« une guerre de civilisations ». Ce qu’il y avait de dangereux dans la théorie de Samuel Huntington, était lié à sa nature de prophétie auto-réalisatrice. Rationnellement la thèse ne tenait pas, mais on investissait tellement dans cette idée qu’elle finissait par prendre sens. Or on voit bien que ces formes nouvelles de connivence se font en négation de tout alignement idéologique ou culturel. Des États qui pouvaient passer pour huntingtoniens dans leur diplomatie, comme l’Arabie soudite, les Émirats arabes unis, l’Iran ou la Turquie, sont les plus zélés dans cette diplomatie pragmatique et connivente. Ce qui – et c’est là toute la complexité – n’efface pas pour autant la méthode identitariste de ces diplomaties ou, d’une façon générale, des formes de mobilisation qui en dérivent. Le djihadisme a ainsi survécu à ces connivences nouvelles, ce qui aboutit à des paradoxes étonnants. On trouve en effet comme soutiens directs ou indirects de la cause djihadiste en Afrique, des États dont la diplomatie au niveau mondial se fait de plus en plus pragmatique, à l’instar de l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, ou même le Qatar. Ces pratiques djihadistes perdurent ainsi dans une ambiance pourtant post-huntingtonienne !

Le propre de la connivence, c’est son incohérence par rapport au modèle appris. Maintenant en quoi serait-il interdit d’avoir une diplomatie inspirée, quand il le faut, de considérations pragmatiques et, quand on le doit, de références identitaires, culturelles ou idéologiques ? Ce ne serait pas la première fois. Cela n’embarrassait pas François Ier de s’allier avec Soliman le Magnifique, ça ne gênait pas la diplomatie américaine de soutenir Oussama Ben Laden lorsqu’il fallait combattre les Soviétiques en Afghanistan, et on pourrait continuer l’énumération…

L’erreur, c’est de continuer à raisonner en termes de blocs. Les idéologues « occidentalistes » risquent d’être victimes de leur fausse naïveté en postulant que la culture à laquelle ils se réfèrent est l’expression d’une exception qui, à tout moment, doit surclasser toute autre considération, là où leurs partenaires de poids égal misent au contraire sur un parfait pragmatisme. Xi Jinping voue aux gémonies l’activisme djihadiste lorsqu’il s’agit de stigmatiser les Ouïgours, mais son ministre des affaires étrangères s’est affiché aux côtés du mollah Abdul Ghani Baradar4 en août 2021, pour sceller la coopération avec l’Afghanistan. C’est quand même amusant de voir que, dans ce pays de la révolution culturelle, le pragmatisme est plus affirmé que dans des pays pluralistes qui se disent libéraux.

Le « petit frère » l’emporte sur le « grand frère »

J’ai dit depuis longtemps, dans mes précédents ouvrages, qu’aujourd’hui le « petit frère » a tendance à l’emporter sur le « grand frère ». Je donnerais l’exemple de Benyamin Nétanyahou face à Barack Obama ou Donald Trump. Il y a une capacité étonnante des dirigeants israéliens à ne pas se laisser conduire par le « grand frère » américain et même à lui dicter leur volonté. Deux facteurs entrent ici en ligne de compte. D’abord la dépolarisation, qui fait que le « grand frère » n’a plus de statut formalisé comme ça pouvait être le cas lorsqu’il était le leader d’un des deux blocs en compétition. Et l’érosion des logiques de puissance a fait le reste. L’équilibre de puissance ne gouverne plus le monde. On l’a bien vu lorsque, systématiquement, les plus puissants ont été, qui battu en Afghanistan (l’URSS), qui battu au Vietnam, en Afghanistan, en Irak et en Somalie (les États-Unis) ou dans le Sahel (la France). Donc à partir du moment où le « grand frère » n’a plus l’alibi et l’argument d’une puissance infaillible dont il est seul détenteur, pourquoi voulez-vous que les autres lui obéissent passivement ? Quand celui qui vous domine a des armes qui ne fonctionnent plus, vous avez tendance à ne plus tenir compte de ce qu’il vous dit. Mais il faut quand même nuancer par le fait que, même si le « grand frère » ne commande plus, il garde une capacité de manipulation liée à toute une catégorie d’autres ressources qui ont moins de visibilité, et qui tiennent à son influence, ses capacités de maîtriser l’agenda international. Cette forme appauvrie du nouveau leadership pèse cependant d’un poids important, puisqu’elle conduit à requalifier les conflits : de guerre de décomposition sociale, le conflit sahélien glisse vers une autre identité du fait de la présence de l’armée française sur le terrain…

L’OTAN ne répond plus aux nouveaux enjeux

On ne peut pas comprendre le système international actuel autrement que par référence à cette fluidité des connivences. Bien des observateurs et, d’une façon générale, le langage courant utilisent couramment les images de « chaos » ou de « désordre international ». Mais notre monde n’est pas si chaotique ni désordonné qu’on le pense. Simplement, comme on veut le voir à travers les vieilles lunettes des alliances pérennes, on trouve que tout est devenu bizarre et ne fonctionne plus : on ne comprend pas les « pirouettes » turques, l’attitude des Émirats arabes unis, ou les retournements que l’on observe ponctuellement en Afrique. Ce nouveau modèle constitue en fait une rupture profonde : il est porteur d’éléments de progrès et aussi de défis nouveaux, sources d’incertitudes inédites. D’un certain point de vue, il y a progrès, parce que le monde bipolaire était un monde extrêmement dangereux : certes, on a expliqué que la dissuasion avait parfaitement fonctionné, grâce à la coexistence pacifique. Mais on oublie que celle-ci a fait 36 millions de morts hors de son périmètre. Cette bipolarité était un système finalement beaucoup plus létal que l’opinion publique ne le croit. Et donc cette multiplicité de connivences instables et sans cesse en recomposition peut être aujourd’hui une manière de frein à une conflagration généralisée.

Mais c’est aussi une source de dangers nouveaux parce que la principale conséquence de la généralisation de ces connivences et de leur fluidité, tient à l’imprévisibilité des situations. Personne ne sait comment les uns et les autres réagiront face à un fait nouveau, en Palestine, ou si un nouvel État venait à s’effondrer en Afrique, si une nouvelle crise éclatait dans le Golfe… quantité d’éléments qui autrefois conduisaient à une chaîne de conséquences qu’on maitrisait dans les chancelleries. Il suffit de regarder le conflit ukrainien pour mesurer ce jeu d’incertitudes. On n’y trouve pas simplement l’Occident face à la Russie, mais un écheveau de diplomaties fort complexes et instables, créant un jeu systémique difficile à décrypter et dont dépendra l’issue du conflit ! C’est notre entrée dans la mondialisation qui rend complexe ce jeu international.

Le journaliste Christian Makarian me disait, dans un débat récent, que les Russes étaient les inventeurs du jeu d’échecs. J’aurais pu ajouter que les Persans ont inventé le trictrac, ce qui leur donne plus d’agilité ! Les Occidentaux, eux, ont inventé Descartes. À peu près personne dans le camp occidental ne sait s’adapter à ces nouveaux jeux complexes qui n’ont rien de cartésien ! Quand on pense que, face à cette agression russe sur l’Ukraine, le réflexe occidental est d’élargir l’OTAN que d’aucuns disaient il y a encore quelques mois en situation de mort cérébrale, on perçoit la réalité du décalage par rapport au contexte présent. On répond à une situation entièrement nouvelle avec de vieilles méthodes.

Nous vivons une crise systémique

Ajoutons à ce tableau le poids des crises à dimension planétaire. J’ai écrit mes deux derniers livres, mon dernier notamment5, autour de l’idée que nous étions en train de passer, en l’espace d’une génération, d’une sécurité construite en termes nationaux à une sécurité reconstruite en termes globaux. La vraie menace aujourd’hui, n’est pas une insécurité découlant de l’action du voisin, mais l’insécurité issue des menaces objectives portées par le système tout entier. Le terrorisme tue entre 10 000 et 40 000 personnes par an, là où la faim dans le monde en tue à peu près dix millions, où le climat en tue 8 à 9 millions et où la situation sanitaire chiffre aussi les victimes en millions. Tout ceci ne peut être combattu par l’addition de 193 politiques nationales, mais bien par une politique globale. On ne viendra jamais à bout des incohérences en matière climatique autrement que par une gouvernance globale. Et une gouvernance globale, ce n’est pas une gouvernance négociée, au sens ancien du terme. C’est la raison pour laquelle les COP6 n’ont qu’une maigre efficacité. Chacun essaye de négocier son bout de gras pour qu’à la fin, il n’y ait plus de gras du tout à l’échelle globale. Nous avons besoin d’un changement de logiciel pour comprendre que la principale menace n’est plus le résultat d’une stratégie malveillante, mais l’effet d’un dérèglement systémique dont nous sommes tous responsables collectivement. La logique de connivence à mon avis ne sera pas, de ce point de vue, davantage efficace que la logique d’alliance. Au contraire, les accords pragmatiques, les coalitions d’un jour, peuvent rendre le dossier beaucoup plus difficile à gérer, avec des raisonnements du type « Je défends ton droit au charbon si tu défends mon droit à la déforestation ». À la base des logiques de connivence, il y a toujours un calcul à court terme, alors que là, il s’agit de faire gagner tout le monde en même temps, et sur le long terme.

Quelle est la place de l’ONU dans tout ça ? Elle a été créée en 1945 sur une base très claire qui était celle d’un système en voie de bipolarisation et sur la valorisation totale et absolue d’une puissance, les États-Unis, qui venait de montrer, et son efficacité en gagnant la guerre, et sa vertu en terrassant le monstre nazi. Ce qui faisait alors la force de l’ONU fait aujourd’hui sa faiblesse. À savoir une confiance absolue accordée aux plus puissants – en l’espèce les cinq membres permanents du Conseil de sécurité – pour régler tous les problèmes. Or l’évolution des relations internationales a fait que les cinq cogérants du monde se sont installés dans une fonction de blocage consistant à pérenniser à tout prix leur rang et leur statut dérogatoire, ce qui explique la totale paralysie du Conseil de sécurité et la connivence de ces cinq États pour refuser d’y délibérer sur les grands sujets globaux. C’est ainsi que le délégué russe, Vassili Nebenzia, a déclaré qu’il serait « contre-productif » de parler de questions climatiques au Conseil de sécurité, ce qui illustre parfaitement ce à quoi conduit la logique de puissance.

L’ONU est formellement non réformable puisque pour réformer le Conseil de sécurité, il faut l’accord des cinq membres permanents, ce qui est perdu d’avance. Mais en même temps, l’ONU s’est de facto considérablement réformée en poussant pragmatiquement à un multilatéralisme social qui existe indépendamment du Conseil. Les grands succès de l’ONU c’est le Programme alimentaire mondial (PAM), qui a quand même eu le prix Nobel il y a deux ans, c’est le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), c’est le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), c’est l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), c’est l’Organisation mondiale de la santé (OMS), contrairement à ce qu’on a pu dire pendant la crise du Covid. C’est ce qu’avait voulu Kofi Annan dans son discours du millénaire lorsqu’il a annoncé ses Objectifs millénaires pour le développement (OMD), repris par son successeur sous la forme des ODD, Objectifs de développement durable.

source : Orient XXI

  1. Le Saint Empire romain germanique de Charles Quint.
  2. Alors premier ministre pakistanais, il a été évincé en avril 2022.
  3. Référence à la Conférence afro-asiatique de 1955 regroupant 29 pays dont l’Inde de Jawaharlal Nehru, l’Égypte de Gamal Abdel Nasser, l’Indonésie de Sukarno et la Chine de Mao Zedong représentée par Zhou Enlai et qui a lancé le mouvement des non-alignés.
  4. Cofondateur du mouvement taliban, vice-premier ministre actuel du gouvernement de transition en Afghanistan.
  5. Les puissances mondialisées. Repenser la sécurité internationale, Ed. Odile Jacob, 2021.
  6. Conférence des parties à la convention des Nations unies sur les changements climatiques.

L’article Les « alliances de bloc » sont mortes et l’Occident ne le comprend pas est apparu en premier sur PLANETES360.

9 clefs pour comprendre le conflit taïwanais | Idriss Aberkane

Complexe, du latin cum-plexus, tissé ensemble, c’est ce qu’est le conflit Taïwanais à n’en pas douter, et c’est ce noeud gordien que voudrait trancher Xi Jinping d’un coup sec. Dans cette vidéo approfondie je détricote les neuf fils principaux de ce conflit et vous guide à travers leurs interactions.

taiwan #pelosi #geopolitics

L’article 9 clefs pour comprendre le conflit taïwanais | Idriss Aberkane est apparu en premier sur PLANETES360.

Point de situation sur la dette US

Par : admin

Bonjour à tous,

Alors que l’hégémonie du dollar, pilier de la puissance US, est aujourd’hui menacée, il m’a paru intéressant de réactualiser un de mes billets de mars 2019, sur l’évolution et l’état de la dette US, qui conditionnent la puissance du dollar mais surtout portent en germe son avenir.

En 2 pages et quelques tableaux commentés, vous trouverez le dernier point de situation. Cet article est sourcé sur les publications mensuelles du Département du Trésor US.

Général Dominique Delawarde

C’est lorsque l’on quitte le FBI, la CIA et les services de renseignements que l’on peut faire le choix de se taire ou de balancer.

Par : admin

C'est lorsque l'on quitte le FBI, la CIA et les services de renseignements que l'on peut faire le choix de se taire ou de balancer. En moins d'une minute, l'ancien chef du FBI, en public, résume le satanisme des services secrets au service des mondialistes. Écoutez et RT. https://t.co/kO6hw7nOeC

— sergiodde🐭 (@sergiodde) August 11, 2022

Ce n’est pas un vaccin !!!

Par : admin

Source : Youtube

Nous vous invitons également à lire : Palmarès de la chanson anticovidiste : 40 chanteurs du « Camp du Mal » !

Tout ce qui est bon… C’est mal… Alors ? Damne-toi !

« Qu’on l’opprime, il peste, il crie, Il s’agite en cent façons, Tout finit par des chansons »

L’Originale K – Peuple de France (Clip Officiel)

Par : admin

Découvrez le neuvième clip extrait de L’album « Monde de Fous » de la rappeuse française L’originale K, « Peuple de France » Réalisation : Pleine Conscience Prod Mixage : Dyna Studiosts Mastering : Antoine Chabert dit « Chab » Label : Pleine Conscience Prod Auteur : L’originale K Instrumentale / Beatmaker : LaBoucleDor L’album « Monde de Fous » est disponible sur toutes les plateformes de téléchargements légales : https://music.imusician.pro/a/eUWGL48…

Source : Youtube

Nous vous invitons également à lire : Palmarès de la chanson anticovidiste : 40 chanteurs du « Camp du Mal » !

Tout ce qui est bon… C’est mal… Alors ? Damne-toi !

« Qu’on l’opprime, il peste, il crie, Il s’agite en cent façons, Tout finit par des chansons »

Lettre d’un client « fidèle » à la direction de son supermarché.

Par : admin

Madame ou Monsieur,

Les ordinateurs de votre programme de fidélité ne doivent pas avoir manqué le fait que je n’ai plus utilisé ma carte de fidélité dans aucun de vos magasins depuis le mois de février ou mars. Je tiens à vous informer de la bonne nouvelle : je ne suis pas mort, et je n’ai pas déménagé dans un lieu dépourvu de votre enseigne. Il se trouve que je n’ai plus franchi les portes de vos magasins depuis à peu près six mois, surtout celles de celui où je faisais depuis 20 ans la majorité de mes emplettes. Pourquoi donc ?

Ce jour-là, quelques semaines avant que l’État national-covidiste français mette fin à l’obligation de porter la muselière dans les magasins, je suis entré visage nu dans ce magasin dont je suis un fidèle & vieux client. Aussitôt, comme si j’étais un voleur, le vigile m’a intercepté. Non, ce n’était pas une erreur, cela faisait un moment que je ne couvrais plus mon visage de cet ustensile inutile & dangereux pour la santé selon toutes les études scientifiques publiées depuis deux ans (je vous laisse faire vos recherches). Un autre vigile est arrivé en renfort, et il m’a été inutile de protester, on m’a refusé l’entrée, refoulé comme un vulgaire voleur. On m’a même proposé, en vain, de me donner une muselière. Avant d’être expulsé, j’ai dit à voix basse au vigile qui m’escortait : « En plus je suis sûr que vous en tant que personne, vous savez bien que ceci n’est qu’une mascarade ridicule ». Le vigile m’a fait un grand sourire et m’a serré la main discrètement.

Le pire dans tout ça c’est que vous obligez ces salariés souvent exploités à se comporter contre leur conscience, comme beaucoup de professions soumises à l’État national-covidiste corrompu que nous avons la malchance de subir. Pour information, j’ai cessé de revêtir la muselière dans les transports en commun depuis juin 2021. Je n’ai eu que deux amendes, que je n’ai pas payées, et qui ne m’ont jamais été réclamées. La grande distribution a donc commis l’exploit d’être plus zélée que la police nationale & les contrôleurs des bus & métros dans l’application des oukases liberticides du national-covidisme. Quand je tombais sur un policier (à part le 1er confinement), il se contentait de me faire une remarque et passait son chemin. Je ne parle pas de votre enseigne en particulier, mais de tous les lieux de consommation de masse. Le sieur Leclerc s’est même manifesté en se déclarant prêt à refuser l’accès à ses magasins aux non-vaccinés, imitant son père Édouard emprisonné pendant six mois après la Libération pour avoir dénoncé des résistants. Tout cela se retourne d’ailleurs contre ce type de commerce, et les enseignes de vente par correspondance sont les grandes gagnantes de cette mascarade.

Je vous renvoie donc ma carte de fidélité. Peut-être me la renverrez-vous avec un mot d’excuse. Sinon, je finirai peut-être par revenir dans votre enseigne, mais jamais aussi naïvement qu’avant. En effet, le covidisme aura eu cet avantage de m’ouvrir les yeux. Dans tous les petits commerces que je fréquente dans le quartier, y compris le marché & les enseignes de taille moyenne qui n’ont pas de vigiles, j’entrais sans masque à la même époque que cet incident, ce qui m’a d’ailleurs permis au passage de comparer les prix, qui sont loin d’être toujours en faveur de votre enseigne qui n’a que la particularité d’être la plus grande du quartier et de proposer tout en un seul endroit. Il s’agit donc d’un problème de taille critique. Dans les établissements à taille humaine, l’État national-covidiste ne dispose pas de ces relais involontaires que constituent les vigiles pour imposer une politique inhumaine. Seuls les commerçants sont responsables, et certains ont perdu pour longtemps ma clientèle, d’autres l’ont gagnée. Il revient donc à chaque citoyen de protester en faisant au maximum ses courses dans des endroits plus modestes où l’on n’est pas fliqué à cent pour cent.

Le problème de la muselière n’est qu’un avant goût de ce qui nous attend – vous en tant que personne et moi – avec tout ce que sont en train de nous préparer les prétendues élites mondiales dirigées en réalité par Bill Gates et un certain nombre de monstres impliqués dans l’affaire Epstein, affaire qu’avec tous leurs relais ils tentent d’étouffer. Je vous laisse faire vos propres recherches ; elles ne sont guère difficiles malgré la censure magistrale en vogue sur les réseaux sociaux et sur les médias ou sites Internet majeurs dirigés par Bill Gates ou George Soros ; en effet, en théorie nous sommes encore en « démocratie », c’est-à-dire un pays où l’État peut décider du jour au lendemain de mettre toute sa population en prison sous prétexte d’une prétendue épidémie qui, comme le prouvent les chiffres au bout de deux ans et demie, n’aura pas eu la moindre incidence sur la pyramide des âges d’aucun pays.
Oui, au cas où vous ne l’auriez pas compris, il n’y a eu aucune « pandémie » particulière, juste une variété d’infection respiratoire différente de celles des années précédentes. C’était juste une fake news encore plus massive que celle des armes de destruction massive de Saddam Hussein. Il est étonnant que tous les citoyens, y compris tous les cadres comme vous et moi qui ont joué sans discuter le rôle de relais de la folie nationale-covidiste, ne se soient pas encore révoltés. Ce qui nous attend et que vous aurez à mettre en œuvre dans vos magasins si vous ne décidez pas de changer de métier, ce sera un « passe » vaccinal pour des vaccins à répétition dont il est maintenant patent qu’ils sont à la fois inutiles & nocifs sans parler de leur coût, un « passe » carbone, un « crédit social » déjà en service en Chine, etc.
Cela au nom d’une « sécurité » illusoire et d’un « réchauffement climatique » qui n’est qu’une invention des mêmes truands (là aussi, je vous laisse faire vos propres recherches).

Êtes-vous prêt à vous faire le rouage d’une telle machine totalitaire ? Moi non, raison pour laquelle, même si ça ne sert à rien, je vous envoie ce message, et je le publie partout, sans référence à votre enseigne en particulier car ce qu’il y a d’effrayant, c’est que toutes les enseignes de taille critique disposant de vigiles ont adhéré de la même façon à cette politique nationale-covidiste, preuve de la leçon fameuse de Hannah Arendt sur la « Banalité du mal ». Nous voici dans un zoo, en cages, surveillés par des vigiles qui n’ont pas envie de nous surveiller, mais qu’une entité malfaisante force à nous surveiller pour pouvoir manger. Pouvez-vous encore vous regarder dans un miroir, vous qui – contre votre gré je l’espère aussi – avez été un rouage de cette machine à broyer les peuples ? Dans mon métier j’ai refusé de faire appliquer cette mesure liberticide au bout de quelques mois, qui étaient déjà des mois de trop ; en tout cas dès le premier jour j’ai refusé d’infliger sous ce prétexte quelque sanction que ce soit aux personnes que j’avais en responsabilité.

Tout ceci nous dépasse, mais au-delà de cette période infecte dans l’histoire de l’humanité, nous sommes des êtres humains qui n’avons pas le droit de faire comme si nous ne savions pas que l’histoire se répète. Sachant cela, j’espère au moins un mot de regret avec le retour de cette « carte de fidélité ». Et en tant que simple citoyen, vous pourriez vous-même envoyer cette lettre aux magasins dont vous être client et où vous avez subi la même politique. Et bien sûr si cela revenait, protester contre le port de la muselière, les « passes » et les injections obligatoires auprès de tous les autres rouages chargés de nous les imposer (écoles, hôpitaux, théâtres, restaurants, etc.)

Cordialement,

Lionel Labosse

Source : Alter sexualité

Paris : Un véhicule de police stoppe un fuyard grâce à un contact tactique. Regardez l’efficacité de cette technique

Par : admin

“Des victimes évitées, des passants protégés, un voyou interpellé!” commente sur Twitter Matthieu Valet, porte-parole du syndicat indépendant des commissaires de police (SICP).

Ce mardi 9 août, vers 21 heures à Paris un conducteur sans permis de conduire a refusé de se soumettre au contrôle des forces e l’ordre et a pris la fuite. Il a pris de nombreux risques pour tenter de prendre la fuite.

Mais les policiers ont fait preuve de détermination afin d’intercepter ce délinquant de la route. Le chauffeur du véhicule de police a utilisé une technique décriée en ce moment en France. Celle du “contact tactique” qui consiste à toucher le véhicule en fuite pour faire perdre le contrôle de son conducteur.

Cette technique a porté ses fruits sur l’intervention et a permis l’interpellation deux deux individus. En France, un refus d’obtempérer est constaté toutes les 20 minutes. Regardez l’intervention des forces de l’ordre :

Ce refus d’obtempérer a été commis mardi 9 août dernier vers 21h à #Paris.
Le conducteur sans permis et sous stupéfiants a pris tous les risques pour échapper à la #Police.
Les #policiers ont protégé les citoyens de ce danger public ambulant!
Des vies ont été sauvées.
Merci 🇫🇷. pic.twitter.com/f7UW1NNf6c

— Matthieu Valet (@mvalet_officiel) August 11, 2022

Source : Actu Forces de l’ordre

Quand le fric assassine les anges

Par : admin
Katya Kutubaeva, 12 ans tuée le 4 août 2022 à Donetsk par un obus de 155 mm français

Chaque jour et chaque nuit, des civils sont tués et blessés au coeur des cités républicaines du Donbass, victimes d’un artillerie ukrainienne qui peut redoubler ses bombardements terroristes jusqu’au paroxysme de la haine grâce aux aides militaires de l’OTAN et à la collaboration, elle aussi criminelle, des gouvernements occidentaux  et de leurs chiens de garde médiatiques…

Hier, la population de Donetsk accompagnait pour leur dernier voyage les victimes du bombardement terroriste ukrainien du 4 août, parmi lesquelles Katya Kutubaeva, une fillette de 12 ans, jeune ballerine de Donetsk promise à un bel avenir, mais fauchée par la haine ukrainienne avec sa grand mère Tatiana et son professeur de danse Galina Volodina sur le boulevard Pouchkine, au coeur de Donetsk. La fillette devait intégrer le 25 août la célèbre Académie de ballet russe « Vaganova » à Saint Pétersbourg. 

Ici, il faut aller chercher loin dans son coeur pour que la colère et la tristesse ne se transforment pas en haine indicible.

Et les bombardements ukrainiens, que les habitants ont  nommé « le tonnerre de Donetsk » tant ils sont devenus coutumiers de leur environnement, continuent d’imposer leurs vacarmes dans le ciel du Donbass entre les déflagrations sèches des départs ou fracas sourds des arrivées, et parfois un sifflements brefs annonçant la chute proche de cette épée de Damoclès fait bondir les corps vers le sol et les coeurs vers le ciel.

Chaque jour, les communiqués égrènent les noms des nouvelles victimes, les quartiers frappés par la haine et le nombre de munitions tombés sur ces zone résidentielles pourtant vides de combats et d’objectifs militaires… Ainsi pour la seule journée du 8 août ce sont encore 420 munitions ukrainiennes diverses (obus et roquettes) qui se sont abattues sur Donetsk, 4 civils qui ont été tués, 21 autres blessés et bien sûr 0 compte rendu de la part des « journalistes » occidentaux dont les radars, dans une servilité qui insulte leur profession et leur dignité, ne sont braqués que sur les communiqués des assassins ukrainiens. 

Dans la « cité au millions de roses » d’autres fleurs viennent 

marquer le martyr insupportable et la tristesse infinie qui

depuis 8 ans déversent des torrents de sang et de larmes.

Ici le lieu où la jeune Katya Kutubaeva a été assassinée.

Et ces soudards de Kiev qui préfèrent assassiner des enfants plutôt que de se battre contre des soldats ne s’arrêtent pas au terrorisme via des obus ou des roquettes mais, dans un sadisme sans limite, ils continuent à disséminer par roquettes à sous munitions de 220 mm tirées par les BM27 « Uragan » des milliers de mines antipersonnelles PFM 1 dont j’ai récemment souligné le triple crime de guerre que ce type de bombardement constitue au regard des traités internationaux.

Mine antipersonnelle ukrainienne PFM1 « Tulip » dans Donetsk

Chaque jour, les Lance Roquettes Multiples ukrainiens « Uragan » dispersent au milieu de la population de Donetsk et ses environs des centaines de ces mines antipersonnelles, de façon méthodique, quartier après quartier, terrorisant et blessant les civils qui désormais sont menacés autant du sol que du ciel. Ces mines plates, de 12 centimètres de long et 70 grammes, appelées ici « Tulip », ne sont pas conçues pour tuer mais pour mutiler, et surtout elles sont difficiles à détecter dans les jardins et les parcs qui sont très nombreux dans les localités du Donbass. 

Carte mise à jour des disséminations ukrainiennes des mines antipersonnelles « Tulip » 

Les sapeurs du Ministère des Situations d’Urgence de la République Populaire de Donetsk, en plus des déminages d’anciennes zones du front et les neutralisations des munitions non explosées, sont en première ligne dans tous les districts urbains de Donetsk, fouillant chaque centimètre de parc et jardin, neutralisant les pluies de mines tombées dans les rues, sur les toits et parfois sur les balcons, aidés en cela par des militaires et aussi des habitants qui fouillent leurs environnements et signalent à leur intention les mines repérées qui sont rapidement détruites sur place.

Pour exemple, dans le parc de l’hôpital psychiatrique situé dans le district de Kirovsky (quartiers à l’Ouest du centre ville), 66 mines antipersonnelles « Tulip » ont été découvertes dans l’heure qui a suivie le bombardement. Malheureusement, ailleurs d’autres mines explosent sous les pieds des habitants ou sous les pattes de leurs animaux de compagnie. Ici aussi plusieurs enfants ont été mutilés depuis le 20 juillet, date du premier minage réalisé à Yasinovataya. 

Ce 8 août, une grand mère de 87 ans Zoya Danilovna a été victime d’une mine « Tulip » alors qu’elle était dans son jardin et a dû être finalement amputée de la jambe droite.

Si vous pensez que nous avons atteint ici le pire de ce terrorisme ukrainien contre les populations russes du Donbass, vous vous trompez car en matière de sadisme les ukro-atlantistes n’ont aucune limite :

Ce 8 août, un étrange petit parachute a été trouvé sur le quartier bombardé de Kirovsky à Donetsk et identifié rapidement comme un élément spécifique appartenant à un obus de 155mm, le  M454 S-HE (« Super – High Explosive (S-HE) artillery projectile »).

Ici, il sera difficile aux crétins propagandistes ukrainiens ou pro-ukrainiens de prétendre que c’est l’armée russe qui bombarde Donetsk avec des munitions spéciales « hautement explosives » car tout comme la famille des 155 mm à laquelle il appartient ce type de munition spéciale porte la signature de l’OTAN qui est le principal client de la firme israélienne qui le produit.. 

Cet obus M454 S-HE est particulièrement redoutable sur le champ de bataille et effrayant dans une utilisation contre des populations civiles, car sa précision est inférieure à 20 mètres son rayonnement létal atteint 100 mètre et son efficacité est estimée 5 fois supérieure à celle des autres obus HE de 155mm. 

Le M454 S-HE est un obus à sous munitions, guidé par GPS dont le compartiment explosif, libéré à la verticale de la cible est freiné par un parachute et explose à 3 mètres du sol, projetant à l’entour 7000 billes d’acier, mortelles dans un rayon de 100 mètres (75 % de létalité à 75 m de distance selon le constructeur).

Fabriqué par la société israélienne Elbit System la portée de cet obus varie de 22 à 28 km selon le type d’obusier utilisé, mais il peut être tiré par tout canon standard de 155mm de l’OTAN. Son prix unitaire qui avoisine les 100 000 dollars (contre 6000 pour un obus de 155mm classique) peut paraître exorbitant mais il semble rentabilisé par une efficacité exceptionnelle laquelle demanderait, selon le retour d’expérience du conflit irakien, une vingtaine d’obus classiques pour le même résultat. 

Il y a donc déjà eu au minimum un de ces obus infernaux de tiré sur Donetsk (heureusement au dessus d’une zone non bâtie). Si l’emploi de ce type de munition est répété à l’avenir contre les populations civiles du Donbass, le terrorisme meurtrier de Kiev pourrait se transformer en massacre de masse !

Et on apprend ce même jour que Washington accorde une nouvelle aide militaire à l’Ukraine de 1 milliard de dollars comprenant entre autres des munitions HIMARS, des systèmes de missiles antiaériens NASAMS, des missiles antichars JAVELIN (1000), des obus de mortiers (20 000) et des obus de 155mm (75 000).

Tout pour que la guerre et la terreur occidentales continuent…

Dans Donetsk, l’allée de anges rappellent le martyr des enfants

du Donbass par une liste noire qui n’en finit pas de s’allonger .

Au moment où je termine cet article je ne peux pas détacher mes pensées du sort tragique de la petite ballerine Katya, assassinée par la folie d’un système occidental agonisant mais dont la cupidité vampirique, l’amoralité criminelle et l’abjection mensongère atteignent depuis ces dernières années en Ukraine (et ailleurs) un paroxysme inimaginable grâce surtout à la servilité des gouvernements capitalistes occidentaux et des populations européennes, complétement hypnotisées par leur consumérisme individualiste et la manipulation mentale des grande messes cathodiques de la nouvelle pensée unique mondialiste….

Puissent les peuples se réveiller enfin et rejoindre par toutes les rébellions possibles la lutte contre ce nouvel ordre mondial qui, avec ses séides étatiques, détruit la Nature, les peuples et les anges !

Erwan Castel

Source : Alawata Rebellion

40% des crédits immobiliers REFUSÉS : Faut-il encore investir dans la pierre ?

CLIQUEZ ICI POUR DEMANDER VOTRE EXEMPLAIRE DU DOSSIER : L’IMMOBILIER CONTRE L’INFLATION : https://www.investisseur-sans-costume.com/limmobilier-contre-linflation/?pcode=EISCE807

Ma chère lectrice, mon cher lecteur,

40% des dossiers de crédits immobiliers seraient actuellement refusés.
En voilà une raison d’être inquiet ! Ou peut-être pas.

Il y a là un enseignement pour tous les acheteurs immobiliers et une opportunité de plus sur laquelle vous positionner.

Le chiffre provient d’un sondage commandé par des associations de courtiers en crédits immobiliers réalisé mi-juillet.

Passons sur la méthode déclarative du sondage qui n’est pas des plus robustes.

Bien évidemment, si les dossiers sont refusés, c’est que les souscripteurs doivent être insolvables.

Eh bien non.

L’article 40% des crédits immobiliers REFUSÉS : Faut-il encore investir dans la pierre ? est apparu en premier sur PLANETES360.

« Nous aurons peut-être droit à des PASS ou CONFINEMENTS énergétiques ! », prévient Philippot.

Le narratif du gouvernement se met en place pour cet hiver, en prévision de le pénurie d’énergie : allons-nous avoir droit à des pass ou confinements énergétiques ? Florian Philippot s’en inquiète, et moi aussi…

L’article « Nous aurons peut-être droit à des PASS ou CONFINEMENTS énergétiques ! », prévient Philippot. est apparu en premier sur PLANETES360.

L’œuvre picturale de Nelly Roy: ET SI ON RETOURNAIT À L’HUMAIN

Par : Ysengrimus
MIRAGE (copyright © Nelly Roy)

.

YSENGRIMUS — L’art moderne est réifiant. Sa propension historique de tendance est donc de s’orienter vers le parti pris des choses. On a amplement développé sur les rapports de l’art moderne à l’industrie, à l’objet préfabriqué, au ready-made, au design, au monde des objets. La peintre Nelly Roy choisit de s’exprimer selon le modus operandi de l’art moderne. On a même parlé, pour qualifier son œuvre, de peinture surréaliste. Comme toujours dans un tel univers, c’est peut-être là parler pour ne rien dire ou pour dire la bonne chose. Le travail de Nelly Roy est, en effet, figuratif mais pas que. Elle a soigneusement choisi son style et ses thèmes. Et, de fait, nos choix nous choisissent toujours un peu aussi. C’est fatal. Les contraintes de l’art moderne comme idiome et comme tradition (eh oui, il faut déjà proférer ce gros mot concernant l’art moderne) vont s’exercer sur le travail de Nelly Roy. Mais elle va aussi arc-bouter une jolie résistance qui va démarquer son art de façon particulièrement intéressante.

Comme maints peintres modernes, Nelly Roy a des scotomes. Il s’agit de ces objets de fixation qui virevoltent un peu et viennent hanter le travail par leur récurrence visuelle et plastique. On connaît les exemples: les yeux rapprochés de Picasso, ou le petit personnage en gabardine chez Magritte, ou les grands hommes longilignes qui marchent de Giacometti, ou les immenses petits chiens sculptés dans des ballons oblongs de Koons. L’art semi-figuratif, moderne et contemporain, tant du fait d’avoir fait éclater les contraintes d’une représentation excessivement cadrée que de par une certaine dimension soit automatiste soit préfabriquée de la production, facilite la mise en place des scotomes. Cela se passe un peu comme dans la vie onirique. Même quand on traite ouvertement et explicitement un thème spécifique, l’esprit rêveur se laisse aller et ne se gène pas pour fixer sur ses fixations, si vous me passez l’insistant petit pléonasme. Chez Nelly Roy, on peut suggérer que les scotomes sont principalement les suivants: les doigts de mains et les doigts de pieds, les barques, les petits escaliers irréguliers, les oiseaux de profil, les fruits éparpillés des coupes de nature morte. Il faut bien faire attention de discerner ce qui distingue les scotomes des tableaux des thèmes (eux aussi récurrents) ouvertement traités par la peintre (sur lesquels je vais revenir dans un instant), nommément: les figures zoomorphes et (par-dessus tout) anthropomorphes.

Ce qui facilite la pêche aux scotomes dans ce corpus spécifique, c’est le fait que les tableaux de Nelly Roy sont très souvent des fresques-agoras, c’est-à-dire de grands ensembles humanisants, chargés de fourmillants détails. On peut donc aisément y chercher ce qu’on y cherche et y trouver ce qu’on y trouve. Contrairement aux fresques-agoras humoristiques bien connu de l’univers Où est Charlie?, la contrainte figurativiste d’une unité de temps ou de lieu ne joue pas ici. On se retrouve donc avec un vrac beaucoup plus libre, semi-figuratif, associatif, serein ou tourmenté, et configuré sur un mode plus onirique que platement réaliste. Une telle configuration est hautement favorable à l’apparition, habituellement périphérique, des scotomes. Ceux-ci se manifestent de toute façon même dans les toiles les plus dépouillées. Observer la toile MIRAGE placée supra (entête du billet). Elle déploie le problème que je vous expose ici, de façon sobre et limpide. Devant les figures humaines apparaissent le scotome de leurs mains doitues, distordues et intenses. Derrière ce thème net du collectif humain (sur lequel je reviendrai) se profilent les barques et les oiseaux faisant à la fois scotome et configuration périphérique. J’insiste sur ces derniers (scotome et configuration périphérique, intimement corrélés) parce qu’ils représentent ce que Nelly Roy concède à la dimension réifiante de l’art moderne. Et, du fait de cette concession, ils seront présents mais se tiendront habituellement dans les marges ou en fond de scène. Quand j’ai eu l’occasion de discuter la question de ses scotomes avec Nelly Roy, elle a d’abord mis de l’avant la nette dimension symbolique de ces récurrences. La main et les superpositions de mains (gantées ou non — souvent une petite main dans une grande, en tout cas. Certaines mains ont parfois six doigts) symboliseraient l’entraide. Les petits escaliers, eux, vaudraient pour l’accession à une situation améliorée. La barque serait là pour symboliser le voyage, notamment le voyage migratoire. Très généreuse et soucieuse de partager la nature profonde de son travail, Nelly Roy en vient vite à expliquer qu’elle est originaire de la Gaspésie, pays des barques se posant sur les plages et des oiseaux se posant sur les barques… À propos du scotome des doigts de pieds, elle est encore plus explicite: dans mon enfance, une chaussure, c’était comme une prison. Nous vivions pieds nus (notamment sur nos plages). On mettait des chaussures en septembre, quand c’était le temps de retourner à l’école. Le scotome retrouve donc sa manifestation naturelle, notamment en peinture automatiste. Il est bel et bien la récurrence semi-consciente d’une sensualité secrète. Mais, perfectionnée, la symbolisation habillant le scotome est ouvertement revendiquée par l’artiste, ce qui ne sera certainement pas à négliger.

On a donc affaire, en fait, à un surréalisme bien tempéré. Les pulsions automatistes, le facteur réification, et la transgression du figuratif y sont mais il ne s’agit pas ici de se laisser porter ou emporter n’importe où. C’est que Nelly Roy a des choses à dire. S’il fallait résumer son propos de peintre moderniste en une seule phrase synthèse, celle-ci serait: ET SI ON RETOURNAIT À L’HUMAIN… Le corpus, formulé dans un idiome pictural réifiant, va s’arc-bouter et inverser la tendance. La réification étant le fait de transformer l’humain en chose, sa converse dialectique sera la fétichisation (au sens strictement marxiste du terme): transformer les choses en réalités humaines, humaniser les choses, les historiciser. Concentrons, pour exemple, notre attention sur la toile BABYLONE:

BABYLONE (copyright © Nelly Roy)

.

On part (sans trop le savoir) de la nature morte cézannienne, disons, trois poires bien chosifiées dans une coupe. Puis la réification éclate. La coupe disparaît et les trois poires virevoltent dans les racoins du tableau, une au sol, côté jardin, une dans le décors lui-même, une troisième épinglée dans la tourelle, côté cours. Oh, et puisque nous sommes à régler nos comptes avec les scotomes du tableau, observer, au premier plan, la main ouverte tronçonnée du reste et, plus bas, les trois pieds nus (deux dans le sable et un troisième plus petit à l’intérieur d’un grand), ainsi que les petits escaliers irréguliers menant vers quelque choses d’autre. Le fond choral périphérique bien auditionné, passons au thème central du tableau. Il s’agit d’un espace convivial fétichisé (humanisé). Ma maison est devenu un grand totem humain. Le monde de mon humanité domine donc pleinement le monde de mes objets (sable extérieur, poires de nature morte, mobilier, escaliers, arches, configurations architecturales antiques). L’espace ici n’est pas seulement un espace humain (construit, architecturé, historique même). C’est aussi un espace humanisé et dominé par la figure gigantale et tutélaire du fétiche. Notons, en guise de souvenir réifiant rappelant les lois de l’idiome pictural mobilisé, les yeux intégralement noirs, comme chez le fameux Portrait de Madame Gagnon de Paul-Émile Borduas. S’il y a Babylone dans tout ceci, ses flonflons lointains, blanchâtres, émulsionnés, se font vaguement sentir au fond du torse de ce grand totem féminin. Le collectif antique babylonien (du titre) est réifié, pour ne pas dire mythifié, occulté. Il est marginal. Si quelque chose rappelle la pose hiératique (archéologique, mythique) de Babylone ici, c’est bien cette femme-chaise et son espace. Elle, elle est centrale. Conséquence inéluctable: le dispositif architectural est fétichisé. La figure humaine n’est plus dominée par son monde domestique ou archéologique (comme dans la peinture moderniste de l’ère industrielle) mais elle domine derechef celui-ci, dans une dynamique à la fois archaïsante, post-industrielle et, admettons-le, passablement triomphante. Retournement. On retourne à l’humain et on en vibre.

L’étude des figures humaines est de fait un aspect clef du travail de Nelly Roy. L’acte global de réification de la peinture moderne se subordonne à l’acte spécifique, fétichisant lui, de la démarche originale en cours. Bon, qu’est-ce que cela signifie concrètement? Revoyons le petit collectif humain du tableau MIRAGE (en entête du billet). Il y a là sept visages humains manifestant une intensité émotive peu commune des expressions faciales. Or, deux de ces figures sont soumises à un processus réifiant (d’ailleurs lui aussi récurrent dans l’œuvre). À deux reprises, on se trouve avec deux têtes siamoises qui semblent partiellement émerger l’une de l’autre comme, disons, les deux portions d’un brocoli ou d’un bourgeon. Le procédé est fatalement réifiant (chosifiant), en ce sens qu’il gère ces têtes humaines selon un traitement qui ne parviendrait à être factuellement figuratif que s’il s’agissait d’objets (de statues, par exemple). Et pourtant, malgré ce procédé, devenu plus ou moins convenu depuis Picasso, c’est la force humanisée, à la fois intime et ouverte, de ce collectif qui ressort, qui rejaillit. Un procédé pictural jadis fortement réifiant est mobilisé ici pour s’arc-bouter, inverser un vaste mouvement culturel, et retourner vers une humanisation semi-figurative (qui, cependant, préserve précieusement la sagesse moderniste de ne par retomber dans un réalisme plat). On notera que les effets de couleurs contribuent massivement au jeu, ici. Il y a de la chair et de la mer mais absolument aucun danger de se croire dans du photographique. La dimension anti-réaliste et semi-figurative est pleinement assumée. Le matériau bringuebalant et intransigeant du traitement moderniste est intégralement mis au service de l’aphorisme ET SI ON RETOURNAIT À L’HUMAIN… Le résultat est saisissant. On dirait que ces émouvantes figures, esquissées mais puissantes, vont se mettre à nous parler. Et c’est bel et bien parce qu’elles ont des choses à nous dire. N’épiloguons pas.

Concluons plutôt notre réflexion sur LE MARIAGE, une très belle fresque-agora évoquant la vie sociale d’immigrants du Congo-Kinshasa.

LE MARIAGE (copyright © Nelly Roy)

.

Tout est dit, ici. On retrouve les mains, au moins un pied nu et les petits escaliers, en guise de scotomes… mais aussi, au premier plan, les barques, désormais subtilement réinvesties et habillées en pirogues africaines et assumant ainsi plus explicitement leur chaloupeuse mission symbolique. Les figures humaines, hiératiques et solennelles en leur gestus social indubitable (un mariage), dominent calmement et solidement le tableau mais cela se fait comme par transparence ou par transcendance, au sein de la trame sémillante des petits objets de la fresque. Le propos nouveau ici, ce sont les figures animalières. Quand une figure animalière apparaît chez Nelly Roy, si elle n’est pas un des scotomes oiseaux conventionnels, elle est habituellement fortement anthropomorphisée, du fait d’être ouvertement fétichisée. Regardez les animaux dans ce tableau, un zèbre, un éléphant, d’autres figures de bestiaire moins directement figuratives et plus complexes. Elles ne sont pas si bestiales, ces bêtes. Elles ressemblent toutes plus ou moins à des jouets, des dessins encadrés, des toutous façonnés, ou des totems soigneusement fabriqués de main d’homme. Observez maintenant deux des trois figures humaines au bas du tableau. Côté cours, les deux figures humaine ont le visage assombri, comme peint ou ombragé. Elles ressemblent un peu à des poupées. Ici, tout partout, les animaux et les humains semblent ouvragés par l’Humain. Et leur passage par la phase réifiée (jouet, toutou, dessin, poupée) sert à rien d’autre qu’à les ramener tous et toutes vers l’humanité, comme dimension déterminante. Et ainsi, la fresque-agora sera de la densité, du bigarré et du complexe que l’on voudra, l’ensemble sobre et stable des déterminations travaillant l’œuvre de Nelly Roy la traversera, comme un inévitable flot de couleurs. Le torrent des petits objets est comme fracassé. L’humain en émerge. Le parti pris des choses est remplacé par le parti pris des hommes et des femmes. Que dire de plus?

ET SI ON RETOURNAIT À L’HUMAIN… L’art pictural moderne, réifié, industriel, matériel, redevient, chez Nelly Roy, fétichisant, post-industriel, social. La pulsion intime de peindre rencontre le devoir civique de dépeindre. Et ce faisant, cet art pictural moderne, déjà crucialement démarqué face à sa propre tradition, parle derechef de ce qui humanise.

PA IDF Rencontre avec Pierre-Yves ROUGEYRON

Par : admin

LE DELITEMENT DE LA FRANCE :

SOUVERAINETE ET DEPENDANCES…

PA IDF RENCONTRE PIERRE-YVES ROUGEYRON

Dans le cadre de l’organisation des cafés-débats, PA IDF est heureux de vous convier à notre prochain événement qui aura lieu jeudi 8 septembre à partir de 19 H 00 dans les locaux de l’Action Française au 10 Rue Croix des Petits Champs 75001 PARIS (Métro Pyramides, Palais-Royal Musée du Louvre).

Notre nouvel invité est Pierre-Yves Rougeyron.

Diplômé en sciences politiques à l’Université de Paris-Assas ainsi que de l’Ecole de Guerre Economique, Pierre-Yves Rougeyron a débuté sa carrière par le militantisme dans les courants de la droite souverainiste.

Proche de Paul-Marie Couteaux, ancien attaché parlementaire de Jean-Luc Schaffhauser, il prône la nécessité pour la France de recouvrer sa souveraineté en sortant notamment de l’Union Européenne et de l’Euro.

Essayiste, politologue, il dirige le Cercle Aristote, groupe de réflexion consacré à l’histoire et la pensée économique.

Il a notamment publié un ouvrage sur les désastreuses conséquences de la financiarisation de l’économie et l’abandon du circuit du Trésor intitulé “Enquête sur la Loi du 3 janvier 1973” aux Editions Le jardin des Livres.

Nous aurons l’honneur de pouvoir échanger avec lui et mieux comprendre les enjeux de la perte de la souveraineté de la France au travers d’exemples concrets et d’actualité avec pour conséquence le déclassement de la France dans le concert des nations.

Si vous souhaitez participer à cet événement, nous vous saurions gré de bien vouloir nous confirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://my.weezevent.com/conference-debat-delitement-de-notre-souverainete-avec-pierre-yves-rougeyron

Une participation de 5 euros vous sera demandée à l’entrée.

Pour protéger et servir avec honneur.

Merci pour votre soutien !

LE PEUPLE AVEC SON ARMEE !

Source : Place d’Armes

Les infos et news du 12 août 2022

Par : Volti
POLITIQUE/SOCIÉTÉ Jacques Attali parle de l’implantation d’une puce reçue volontairement ou sans le savoir La programmation prédictive, par Guy Boulianne. Attaques de commissariats : «La fin de la police de proximité a joué un rôle» Sécheresse : un commando sabote deux golfs de Toulouse en bouchant les trous avec du ciment « Un tsunami de haine » : une colonie de vacances […]
Hier — 11 août 2022Vos flux RSS

ROULER DANS UNE BOMBE INCENDIAIRE pour sauver la planète

Par : pgibertie

UNE batterie de véhicule électrique c’est, en tonnes de terre remuées: lithium => 11,34 T Cobalt => 13,6 T Nickel => 2,27 T Cuivre => 22,7 T et cet hiver les allemands rechargerons pour 40% ….au charbon Lutter contre la pollution sols, pesticides, produits chimiques…oui

4000 voitures électriques qui s’embrasent dans un cargo au milieu de l’Océan …

Une voiture qui s’enflamme plus de trois semaines après son arrivée à la casse, 17 000 litres d’eau, la construction en urgence d’un mini-bassin pour immerger les batteries électriques : l’incendie d’une Tesla début juin a pris de court les pompiers du district de Sacramento. Éteint, le feu n’arrêtait pas de reprendre. Même après avoir renversé la voiture sur le côté et dirigé l’eau directement sur les batteries.

Pas besoin de chercher loin, les incendies de voitures électriques sont très médiatisés à l’étranger, on les voit partout. Ils sont souvent très impressionnants, et ultraviolents étant donné que les batteries lithium-ion sont très denses en énergie. Elles flambent de manière violente et persistante. La popularité croissante des voitures électriques force les pompiers à affronter des incendies d’une violence et d’une ténacité aussi inusitées que spectaculaires.

En fait, les incendies de batteries lithium-ion dans les voitures électriques sont beaucoup plus difficiles à éteindre que les incendies de gaz, et la plupart des pompiers ne savent pas comment éteindre les incendies de véhicules électriques, qui sont relativement nouvelles. Étant donné que les batteries des véhicules branchés sont essentiellement leur propre source de carburant, elles peuvent brûler pendant des heures et être extrêmement difficiles à refroidir pour les pompiers.

https://www.frandroid.com/produits-android/automobile/voitures-electriques/1343831_pourquoi-les-incendies-de-voitures-electriques-sont-impressionnants-mais-heureusement-rares

A Paris 149 bus électriques ont été retirés de la circulation en avril 2022 suite à un incendie « à proximité de l’arrêt Bibliothèque François-Mitterrand, dans le XIIIe arrondissement ».

Le développement des véhicules électriques donne du fil à retordre aux spécialistes de l’assurance des navires de transport. « Les batteries lithium-ion ont un impact croissant sur la sécurité du transport maritime avec un certain nombre d’incendies », alerte un rapport d’AGCS, l’entité spécialisée dans la couverture des grands risques industriels de l’assureur allemand Allianz.

Parmi les derniers accidents spectaculaires, figure l’incendie du navire « Felicity Ace » cette année . Le navire a fini par couler en mars, emportant notamment par le fond des voitures des marques Porsche et Audi. En tout, quelque 4.000 véhicules coûtant entre 400 et 500 millions dollars ont ainsi été perdus. Même si la cause exacte du départ de feu reste inconnue, les batteries lithium-ion des véhicules électriques sont soupçonnées d’avoir contribué au naufrage.

https://www.lesechos.fr/finance-marches/banque-assurances/lincendie-de-vehicules-electriques-un-nouveau-defi-pour-les-assureurs-1408725

Le Felicity Ace, un cargo d’une longueur de 200 mètres, est en proie aux flammes depuis plusieurs jours alors qu’il transporte environ 4000 véhicules de luxe. L’incendie s’est déclaré alors qu’il naviguait au large des Açores. La marine portugaise a été en mesure d’évacuer les 22 membres d’équipage, mais les voitures sont quant à elles toujours en train de brûler.

LES BATTERIES DES VOITURES ÉLECTRIQUES ONT PRIS FEU

Tous les modèles appartiennent au groupe Volkswagen. Selon les estimations, 1100 Porsche se trouvent sur le Felicity Ace. Près de 200 Bentley sont également présentes, tout comme un parc de véhicules Lamborghini et Audi. Pour ce dernier cas, il pourrait s’agir plus précisément de la référence E-tron Sportbacks. Le cargo était censé rallier les États-Unis depuis l’Allemagne. La valeur marchande des voitures perdues dans l’incendie pourrait dépasser les 150 millions de dollars

Selon un capitaine portugais interrogé par Reuters, l’intervention sur le cargo pour tenter de sauver une partie de la cargaison qui peut encore l’être ainsi que le bâtiment en lui-même est très compliquée car la batterie d’un nombre indéterminé de véhicules électriques a pris feu, exposant les secours à un grand danger.

Pour l’heure, on ne sait pas encore si ce sont ces même batteries qui ont déclenché le départ d’incendie sur le Felicity Ace ou si l’origine du feu provient d’ailleurs. Si la situation est jugée stable, “le navire brûle d’un bout à l’autre” et “tout est en feu à environ cinq mètres au-dessus de la ligne de flottaison”, apprend-on d’un gradé de la marine portugaise.

Il reste que les véhicules électriques ou les batteries équipant les véhicules électriques sont potentiellement dangereux.

L’incendie d’un véhicule électrique en Californie, une Tesla, a nécessité 17000 litres d’eau pour l’éteindre note Le Point : « l’incendie d’une Tesla début juin a pris de court les pompiers du district de Sacramento. Éteint, le feu n’arrêtait pas de reprendre. Même après avoir renversé la voiture sur le côté et dirigé l’eau directement sur les batteries. On ne s’attendait pas à rencontrer tant de défis  pour maîtriser les flammes, indique Parker Wilbourn, capitaine de sapeurs-pompiers dans l’agglomération californienne…Il est aussi fréquent que des batteries prennent à nouveau feu plusieurs heures, voire plusieurs jours, après l’incident initial, à cause d’un phénomène dit d’emballement thermique  qui peut se produire dans les batteries lithium-ion endommagées ».

Le Point ajoute d’ailleurs que pour éviter les incendies, l’agence des logements sociaux de New York a interdit tous les véhicules équipés d’une batterie électrique à l’intérieur des appartements comme les trottinettes, vélos électriques ou batteries de vélos électriques.

Nous avions publié il y a quelques jours un article sur les dangers de la voiture électrique pour la planète et des dégâts énormes qu’elle va causer à l’environnement (Généraliser la voiture électrique, un non sens écologique).

On déplace donc le problème de la pollution dans les pays pauvres et la Chine pour l’extraction des minerais et la production recyclage des batteries. Ainsi 25% des émissions de CO2 d’un VE proviennent de sa construction contre 17% pour un véhicule thermique. Cette étude indique : « nous constatons que les véhicules électriques alimentés par le mix électrique européen actuel offrent une diminution de 10 % à 24 % du potentiel de réchauffement global (PRG) par rapport aux véhicules diesel ou essence conventionnels en supposant une durée de vie de 150 000 km. Cependant, les véhicules électriques présentent un potentiel d’augmentation significative de la toxicité humaine, de l’écotoxicité en eau douce, de l’eutrophisation de l’eau douce et des effets de l’épuisement des métaux, émanant en grande partie de la chaîne d’approvisionnement des véhicules. Les résultats sont sensibles aux hypothèses concernant la source d’électricité, la consommation d’énergie de la phase d’utilisation, la durée de vie du véhicule et les calendriers de remplacement de la batterie ». On voit que la réduction est faible par rapport aux problèmes posés par les véhicules électriques notamment dans les pays du tiers-monde.

Et quel sera le taux de recyclage réel?

« Leur durée de vie est de 1 000 à 1 500 cycles de charge/décharge et leur recyclage, qui n’est d’ailleurs souvent qu’un décyclage, ne concerne que 50 % des composants : que deviendra le reste, ces millions de tonnes annuelles de polluants non recyclés ? L’Inde et l’Afrique, déjà noyées sous les déchets électroniques de l’Occident, vont-elles devenir une immense poubelle quand on connaît le destin de beaucoup de véhicules d’occasion et d’appareils électroniques qui, sous couvert de revente d’occasion, finissent loin des yeux de l’Occident. Délicat à opérer compte tenu de la variété des métaux lourds et électrolytes utilisés, énergivore et supposant une organisation sans faille. Leur recyclage à 100 % promis par l’UE est une utopie, alors que plus des trois quarts des plastiques et 80 % des déchets électroniques ne sont toujours pas recyclés !» s’inquiète à juste titre Maxime de Blasi.

https://www.businesstravel.fr/generaliser-la-voiture-electrique-un-non-sens-ecologique.html

pgibertie

Effets graves des vaccins Covid: l’heure de vérité?

Par : Covid Hub

– Costa Rica: l’Etat mène une enquête sur les contrats de vaccins Pfizer et AstraZeneca

Encore une autre mauvaise nouvelle pour les pharmas. Moins d’une semaine après la menace brandie par la justice baléare d’obtenir du gouvernement espagnol tous les …

La Cour pénale internationale : Activée pour l’Ukraine et désactivée pour la Palestine Occupée

Il semble que pour la Cour Pénale Internationale, elle est restée, fidèle à son image, cultivée mais hermétique, intégriste et archaïque à souhait, mais franchement plus dangereuse que ses homologues institutions onusiennes qui se lancent carrément en croisades contre …

Remdesivir: de nouvelles doses ont été commandées par la Commission européenne au laboratoire Gilead

Par : FranceSoir
Le 19 juillet 2022, le laboratoire Gilead a signé un nouvel accord d'approvisionnement conjoint avec la Commission européenne pour délivrer sa molécule antivirale Veklury (Remdesivir) dans le cadre d’un traitement sévère du Covid-19.

Passe sanitaire Allemagne: un projet de lier le statut vaccinal à des couleurs accordant différents droits est à l'étude

Par : FranceSoir
Le ministre fédéral de la Santé Karl Lauterbach a révélé le 9 août un projet d'intégrer une nouvelle fonctionnalité à l'application Corona-Warn, l'équivalent en France de l'application TousAntiCovid : le statut vaccinal de chaque personne serait désormais reconnaissable à la couleur de son QR

La face cachée des médicaments

La face cachée des médicaments
  • Delépine, Nicole (Auteur)
11,99 €
DISPONIBLE ICI

Les scandales successifs du Distilbène, du Vioxx ou du Mediator, retirés très tardivement du marché, ne sont pas arrivés par hasard. La «chaîne du médicament» – de la recherche préclinique aux essais thérapeutiques en passant par l’autorisation de mise sur le marché (AMM), la fixation des prix, le taux de remboursement et la surveillance post-AMM – souffre d’innombrables dysfonctionnements.Désormais les firmes pharmaceutiques contrôlent presque tout, et la pression populaire, instrumentalisée par la propagande publicitaire, a conduit à une accélération du processus de commercialisation. Le médicament est devenu une marchandise qui obéit essentiellement à l’économie de marché.Nicole Delépine dresse ici un tableau sans complaisance de la dérive du système de santé français, orienté par les lobbies pharmaceutiques. Elle tente de sensibiliser les patients aux dangers des médicaments et d’alarmer médias et politiques sur leur passivité.Une analyse argumentée et courageuse qui propose des solutions pour sortir de ce cercle infernal et imposer une véritable démocratie sanitaire.Fille de l’un des fondateurs de la Sécurité sociale, Nicole Delépine est responsable de l’unité d’oncologie pédiatrique de l’hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches (APHP). Thérapeute engagée, elle a déjà publié Ma liberté de soigner et Neuf petits lits au fond du couloir aux éditions Michalon pour défendre en cancérologie pédiatrique une médecine de pointe, humaine et individualisée.

L’article La face cachée des médicaments est apparu en premier sur PLANETES360.

La fabrique du crétin – Vers l’apocalypse scolaire Tome 2

Pourquoi l’Éducation nationale a-t-elle autorisé les dérives successives qui ont amené à l’apocalypse scolaire ? Quinze ans aprèsLa Fabrique du crétin(160 000 ex vendus), Jean-Paul Brighelli poursuit la réflexion et dresse un bilan alarmiste, sans langue de bois.

La mort programmée de l’école

La fabrique du crétin
  • Brighelli, Jean-Paul (Auteur)
13,99 €
DISPONIBLE ICI

L’École de la transmission des savoirs et de la formation des citoyens est à l’agonie. Elle accomplit aujourd’hui ce pour quoi on l’a programmée voici un demi-siècle : adaptée aux nécessités du marché, elle fabrique à la chaîne une masse de consommateurs semi-illettrés et satisfaits d’eux-mêmes. Soucieuse d’élaborer enfin l’égalité promise par la République en nivelant par le bas, elle a réussi à détruire ce que la France avait mis deux cents ans à élaborer.
Plus de quinze ans après avoir prédit sa mort programmée, Jean-Paul Brighelli revient au chevet de l’École et la trouve plus mal en point que jamais. Collège unique,  » pédagogisme « , méthode globale, regroupement familial, laïcité à géométrie variable… les causes sont nombreuses, et l’action de Jean-Michel Blanquer – dont il dresse aussi le bilan contrasté – n’a pu empêcher la déroute, surtout en temps de Covid.


Aujourd’hui, l’École est au pied du mur : elle sera  » soit l’instrument d’une dissolution dans l’individualisme et le communautarisme, soit l’outil d’une résurrection « . Est-il trop tard pour réagir ?

L’article La fabrique du crétin – Vers l’apocalypse scolaire Tome 2 est apparu en premier sur PLANETES360.

Un urgentiste se révolte contre François Braun et l’épingle sur son « mensonge » en direct sur BFMTV !

« On s’est rendu compte que les assistants de régulation médicale c’est-à-dire les téléphonistes du SAMU, n’étaient pas formés, on a mis en place une formation et là qu’est-ce que nous propose M. Braun dans une de ses mesures ? « Vous pouvez embaucher n’importe qui ». C’est pas sérieux »

L’article Un urgentiste se révolte contre François Braun et l’épingle sur son « mensonge » en direct sur BFMTV ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Les pitres anglais et français planifient la contre-révolution sociale

Face à la propagande déversée jour après jour, se confirme le sentiment d’être la proie d’une secte, avec des « maitres » dérisoires qui prétendent faire vivre leurs citoyens dans une réalité parallèle psalmodiée par des chaines de désinformation en continu. Prenons l’annonce, hier 9 août 2022, de la volonté de Macron et de Johnson de mener ensemble le soutien armé à l’Ukraine, le caractère désormais acquis que nous envoyons armes, conseillers et que tout est permis sans que jamais le citoyen français n’ait été consulté, et ce au nom de la démocratie. Ces deux pitres nous infligent ce déni de respect de nos droits sur un mode primesautier, gamin, ils vantent leur camaraderie de bons copains, leur complicité de morveux se croyant tout permis. Leur protégé, Zelensky, dont on découvre les turpitudes, de fait pour tenter sauver sa peau et sa fortune mal acquise, semble déterminé à créer un incident nucléaire, alors que sa vénalité est démontrée grâce à die Welt, que le mythe s’effondre. Ce type sur lequel les illusions tombent, comme d’ailleurs sur Johnson et Macron, exige que l’UE refuse des visas aux Russes y compris ceux qui ont quitté leur pays à cause de leur désaccord avec la guerre. Son épouse papote sur son shopping avec Brigitte Macron. Tous ces gens illustrent la décadence des « puissants », l’impunité de leurs discours entre-soi est puéril et d’autant plus effrayant pour nous et pour eux parce que le Zelensky risque fort de mourir assassiné quand on a trouvé une autre marionnette, il le sait d’où la peur et l’excès. Le fond ce que cache le fonctionnement en secte, c’est que ces pitres, qui ruinent des pays entiers et d’abord le leur, sont en train de nous imposer à tous une contre-révolution sociale : la Banque d’Angleterre la planifie montre cet article et cette exhibition de camaraderie au sommet ne dit rien d’autre que leur volonté d’aller jusqu’au bout. La réalité de la France, hors secte médiatique est là : Sur le 1er trimestre 2022, le revenu réel des Français a diminué de 1,9%. Il s’agit de la baisse la plus importante observée parmi les 38 pays de l’OCDE. Et ce, alors que l’inflation y est moins forte que dans les autres pays de la zone EU… Voilà ce que masquent les délires de « bonne camaraderie » de ces dirigeants, minoritaires, déconsidérés, arrogants tandis que les plateaux de télévision nous offrent des spécialistes improbables venus nous inventer des fables pour cautionner leur opération. C’est un spectacle planétaire à l’indécence encore plus affichée que le défilé de mode en plein désert, le gâchis est de même essence mais beaucoup plus lourd. Danielle Bleitrach

***

par Chris Marsdenil.

La Banque d’Angleterre (BoE) a augmenté ses taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage à 1,75, la plus forte hausse en 27 ans. Elle l’a fait alors que le Royaume-Uni est sur le point d’entrer dans une longue période de récession et fera grimper le chômage et les difficultés sociales pour des millions de personnes.

Le Comité de politique monétaire (MPC) de la Banque d’Angleterre a annoncé sa décision vendredi. La hausse des taux fait partie des mesures agressives des principales banques centrales du monde, entraînées par la Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne, pour « écraser » les demandes de salaires plus élevés sur fond de la plus grande crise du coût de la vie depuis les années 1930.

Le gouverneur de la Banque d’Angleterre, Andrew Bailey, attablé lors de la conférence de presse sur le rapport sur la stabilité financière de la Banque d’Angleterre, à la Banque d’Angleterre, à Londres, le jeudi 4 août 2022. La Banque d’Angleterre a déclaré que l’économie du Royaume-Uni devrait entrer en récession au cours des trois derniers mois de l’année. La banque a déclaré jeudi que l’inflation s’accélérerait pour atteindre plus de 13 pour cent au quatrième trimestre et resterait « très élevée » pendant une grande partie de 2023.

Dans son communiqué publié vendredi, la BoE a déclaré que l’inflation s’était « considérablement intensifiée » depuis son rapport sur la politique monétaire de mai et la réunion précédente du MPC, affirmant que « cela reflète en grande partie un quasi-doublement des prix de gros du gaz depuis mai, en raison de la restriction de l’approvisionnement en gaz par la Russie à l’Europe et le risque de nouvelles limitations ».

Elle a prédit que l’inflation de l’indice des prix à la consommation (IPC) atteindrait plus de 13 pour cent d’ici octobre et « resterait à des niveaux très élevés pendant une grande partie de 2023 », principalement en raison de la levée des plafonds des prix de l’énergie. Les factures de l’énergie domestiques devraient augmenter de 65 pour cent supplémentaires en octobre et à nouveau en janvier.

La BoE a clairement indiqué que sa principale préoccupation était de contenir les revendications de salaires plus élevés. Les gouverneurs se sont plaints que les postes vacants étaient à des « niveaux historiquement élevés » avec un chômage à seulement 3,8 pour cent. Ceci, combiné à des pénuries de main-d’œuvre dans des secteurs clés, encourageait une forte « croissance des salaires nominaux sous-jacents » et une large « augmentation de salaires récemment négociée ».

Malgré des salaires loin derrière l’inflation, la BoE a tiré la sonnette d’alarme sur une croissance de 5% des salaires du secteur privé contre 3,5% avant la pandémie. Elle a averti que les salaires du secteur public devraient augmenter de 4%, contre 1,8% au cours des trois mois précédant mai.

De manière significative, l’enquête de la BoE auprès des employeurs « a suggéré que les entreprises s’attendaient à augmenter les salaires d’environ 6% lors des négociations au cours des douze prochains mois », moins de la moitié du taux actuel de la mesure de l’inflation du RPI (l’indice des prix à la consommation), mais suffisante pour chiffonner la BoE.

La banque a expliqué que « la pression sur la croissance des salaires » ne peut être combattue que par des politiques de récession, notamment par une augmentation du chômage d’au moins 600 000 l’année prochaine.

Les gouverneurs de la banque ont décrit les risques pour l’économie liés aux « chocs » externes et nationaux comme « exceptionnellement importants ».

En augmentant les taux d’intérêt, la BoE applique les diktats des marchés financiers, des conseils d’administration des entreprises et des banques en réponse à une vague croissante de mouvements sociaux et grèves sauvages qui menace de faire boule de neige. Ses déclarations économiques soi-disant impartiales sont un programme de guerre de classe.

La classe ouvrière va être forcée de payer pour une crise inflationniste mondiale déclenchée par : 1) des milliers de milliards de livres de renflouement des entreprises et des finances par les banques centrales pendant la pandémie, 2) la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie qui a conduit à des hausses des prix du carburant et des matières premières, et 3) le mercantilisme sans précédent de l’oligarchie financière qui a gonflé les prix des actifs mondiaux dans le monde entier.

L’élite dirigeante a l’intention d’imposer la plus forte augmentation jamais enregistrée des dépenses de défense pour faire la guerre à la Russie et à la Chine via un assaut frontal contre la classe ouvrière.

Son durcissement de la politique monétaire est avant tout une réponse à l’éruption de grèves impliquant des centaines de milliers de travailleurs après des décennies de répression de la lutte des classes.

Des grèves des travailleurs des chemins de fer, des postes et des télécommunications britanniques et des bus ont déjà eu lieu, et cette semaine a vu des grèves sauvages au sujet des salaires dans trois entrepôts d’Amazon et une entreprise de fabrication de produits alimentaires. La classe dirigeante craint que ce mouvement ne se propage, dans un contexte où des infirmières, des médecins, des enseignants, des pompiers, des conférenciers, des fonctionnaires, des avocats et des travailleurs des collectivités sont déterminés à faire grève après s’être vu offrir des augmentations de salaire d’à peine 2% qui pousseront des millions de personnes à bout.

L’objectif de la Banque est de contrer cette vague croissante de militantisme en forçant les travailleurs désespérés à accepter de nouvelles réductions de salaire brutales ou à faire face au chômage de masse et à la ruine financière.

Alors que les revendications salariales des travailleurs sont accusées d’être à l’origine de l’inflation, la véritable cause est une augmentation vertigineuse des bénéfices des sociétés. Au milieu de la pandémie et de la guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie, les bénéfices extrêmes sont responsables d’environ 60% de l’augmentation de l’inflation.

Des bénéfices records de près de 50 milliards de livres sterling ont été annoncés par les cinq plus grandes compagnies pétrolières mondiales, dont 6,9 milliards de livres sterling pour BP entre avril et juin et 11,5 milliards de dollars pour Shell. Un rapport de juin 2022 du syndicat Unite note que les 350 principales entreprises cotées à la Bourse de Londres ont vu leurs bénéfices bondir de 73% en 2021 par rapport à l’année précédant la pandémie. Les bénéfices des entreprises à l’échelle du Royaume-Uni ont bondi de 11,74% au cours des six mois d’octobre 2021 à mars 2022.

À l’autre bout de l’échelle, les salaires moyens ne restent pas plus élevés aujourd’hui qu’ils ne l’étaient avant la crise financière de 2008, soit une perte de 9200 £ par an. En conséquence, l’inflation galopante signifie que plus de deux millions de foyers se retrouvent sans « chauffage et rien à manger », selon la Fondation Joseph Rowntree, et sept millions de familles vivent une « année effrayante de peur financière ».

Les ménages à faible revenu ont emprunté 12,5 milliards de livres sterling de nouvelle dette en 2022, dont 3,5 milliards de livres sterling auprès de prêteurs à domicile et d’usuriers. Maintenant, ils seront harcelés pour des remboursements de prêts plus élevés. La hausse des taux d’intérêt se répercutera également sur les remboursements de prêts immobiliers. Avec des prix moyens des maisons déjà neuf fois supérieurs au revenu annuel moyen, des millions de personnes seront en faillite.

La moitié des familles ont des épargnes inférieures à un mois de revenu et plus de 1,3 million de ménages n’ont aucune épargne. Alors que les factures d’énergie au Royaume-Uni vont doubler pour atteindre près de 4000 £ cet hiver, parallèlement à la flambée des prix des denrées alimentaires, le nombre de familles sans épargne atteindra 5,3 millions. Pour 1,2 million de familles, les frais alimentaires et énergétiques dépasseront à eux seuls leurs revenus disponibles.

Dans cette situation explosive, la classe dirigeante s’est appuyée sur les syndicats pour imposer de fait des réductions de salaire en isolant et en réprimant les grèves et en acceptant des accords salariaux à rabais. Cela a entraîné une baisse des salaires réels de 3,7% au cours des trois mois précédant la fin mai.

Mais cela ne peut pas continuer. Une colère sociale massive menace d’éclater hors du contrôle des syndicats.

L’augmentation des taux d’intérêt n’est qu’un aspect de l’offensive de la classe dirigeante. Le gouvernement conservateur utilise sa course à la direction du parti pour façonner le programme politique le plus à droite depuis les années 1930 et introduire une panoplie de mesures répressives contre le droit de grève et de manifestation.

Le rôle du Parti travailliste est essentiel dans l’application de ce programme. Son chef, sir Keir Starmer, dénonce « l’économie de l’arbre monétaire magique » presque aussi souvent qu’il condamne les grèves. S’adressant à la BBC Radio Merseyside, il a déclaré que le Parti travailliste était « très clair que nous soutenons inébranlablement l’OTAN, étant très clair que nous sommes résolument pro-entreprises, nous travaillons avec les entreprises ».

La bataille à laquelle est confrontée la classe ouvrière n’est pas simplement contre l’un ou l’autre employeur mais contre l’ensemble de la classe capitaliste, son État et ses partis.

Pour vaincre cette conspiration de la classe dirigeante, les travailleurs doivent combiner une offensive sociale menée indépendamment de la bureaucratie syndicale par la formation de comités de base sur chaque lieu de travail, dans une lutte politique dirigée contre les partis de la grande entreprise.

Le Parti de l’égalité socialiste exige des élections générales immédiates pour démasquer et vaincre les plans impitoyables des conservateurs et des travaillistes et faire avancer la lutte pour une véritable alternative socialiste à l’austérité, à la pandémie en cours et au danger grandissant de guerre mondiale.

source : Histoire et Société

L’article Les pitres anglais et français planifient la contre-révolution sociale est apparu en premier sur PLANETES360.

De la Yougoslavie à l’Ukraine. (Géo)Politique et autres rumeurs🎙️SLOBODAN DESPOT | Anton Malafeev

0:00 Go
02:14 La Yougoslavie en 1999 et l’Ukraine en 2022
10:15 La Yougoslavie, une des racines de la scission du monde d’aujourd’hui ?
16:08 Brzezinski: « les peuples slaves (russes, ukrainiens, et biélorusses) sont les peuples les plus rebelles du monde »
18:37 La guerre en Yougoslavie – aussi – à cause des Russes ?
20:22 Washington et Moscou, les copains avant l’arrivée de Poutine
21:28 Les Occidentaux prennent conscience beaucoup trop tard
25:13 La preuve que l’Occident a tout fait pour conserver l’hégémonie mondiale
28:30 L’Occident va continuer à imposer ses valeurs aux pays qui n’en veulent pas
30:45 Entraîner l’Occident dans une impasse pour son autodestruction
32:37 Les valeurs occidentales
35:07 Propagande de RT France, des médiais européens et de LGBT
40:58 Russie, Chine, Iran, Turquie — démocraties ?
42:54 La Russie rejette la démocratie et le libéralisme économique. Et la France ?
45:58 Dictature sous Macron
48:13 Les membres de l’OTAN ne sont que des amis de circonstances
50:39 La Suisse toujours neutre
53:00 L’avenir se gâte
57:11 La Suisse, pays exemplaire
01:00:22 Le monde bipolaire en 2022. Et avant ?
01:04:47 Le double jeu de la Serbie
01:10:05 La Russie, un système autocratique
01:13:56 Navalny, l’installation de la démocratie à l’américaine
01:16:30 Le renseignement britannique impressionné par la stabilité de Poutine au pouvoir
VOX POPULI
01:20:31 Est ce qu’un média à parti pris, comme Antipresse, est vraiment la seule solution pour combattre les médias « occidentaux » ?
01:27:20 Le Monde émet les plus grandes réserves à propos du blog de Slobodan Despot
01:31:45 Quel regard sur notre société ?
01:36:10 Un journaliste peut avoir parti pris

L’article De la Yougoslavie à l’Ukraine. (Géo)Politique et autres rumeurs🎙️SLOBODAN DESPOT | Anton Malafeev est apparu en premier sur PLANETES360.

La dette US pour les nuls : Situation au 10 août 2022 (source US Treasury)

par Dominique Delawarde.

Alors que l’hégémonie du dollar, pilier de la puissance US, est aujourd’hui menacée, il m’a paru intéressant de réactualiser un de mes billets de mars 2019, sur l’évolution et l’état de la dette US, qui conditionnent la puissance du dollar mais surtout portent en germe son avenir.

Cet article est sourcé sur les publications mensuelles du département du Trésor US.

***
La dette US pour les nuls : Situation au 10 août 2022 (source US Treasury)

Le 6 juin 2019, j’écrivais à mes amis un billet pour leur expliquer l’état de la dette US.

En plus de trois années, la situation de cette dette US s’est considérablement détériorée avec la crise sanitaire et les 5 premiers mois de la guerre en Ukraine.

Souvent surpris des propos très approximatifs de mes interlocuteurs lorsqu’on évoque la dette états-unienne et les principaux créanciers des USA, je vais donc tenter de refaire un point sur la question dans les lignes qui suivent.

La dette US totale comprend : les dettes des ménages, des entreprises, des 50 États de l’union, des institutions locales, des institutions financières et enfin la dette fédérale.

Au 10 août 2022 cette dette totale US se monte à 92 000 milliards de dollars soit 370% du PIB US, 96% du PIB mondial, 33 fois le PIB français…1                               

Elle a donc augmenté de 18 000 milliards de dollars en 3 ans (depuis mon dernier point de situation de 2019), soit 6000 milliards de dollars par an …

Sur ce montant considérable, la dette fédérale, celle de l’État US, dont on parle le plus souvent en géopolitique, n’est que de 30 640 milliards de dollars, soit 123,4% du PIB US, le 10 août 2022. Elle n’était que de 22 356 milliards de dollars (105,5% du PIB) en juin 2019.

Elle continue de croître au rythme de 7 milliards de dollars par jour (moyenne sur les 3 dernières années).

Cette dette fédérale est, pour 75,8%, détenue par les Américains eux mêmes (fonds de pensions, épargne des citoyens, compagnies d’assurance, institutions financières privées ou étatiques).

Les États étrangers ne détiennent que 7422 milliards de dollars de dettes fédérales états-uniennes au 30 mai 2022 (dernier chiffre connu) soit 24,2% de la dette fédérale US. Cette proportion de la dette US détenue par l’étranger est désormais en forte baisse, probablement en raison d’un manque de confiance dans la solvabilité du pays débiteur (les USA) et par crainte de nombreux pays de se faire geler leurs avoirs en cas de sanctions unilatérales US. C’est à la fois peu et beaucoup, notamment en cas de crise économique mondiale résultant d’une faillite US.

Quels sont les continents et les pays les plus exposés au produit financier de plus en plus toxique que devient la dette US ?2

Europe                                                      

Commentaires DD : Il apparaît que le premier créancier des USA est bien désormais l’ensemble UE+UK+Norvège qui détient 2225 milliards de dollars de dette US, chiffre en hausse constante, et non la Chine+Hong Kong qui n’en détiennent plus que 1 167 milliards, chiffre en baisse progressive et continue depuis début 2018.

En clair, en cas de crise économique, monétaire et/ou boursière, partant des USA, c’est l’UE qui se trouverait la plus exposée, après les USA, aux conséquences immédiates d’un effondrement du dollar, de la bourse et/ou de l’économie US.

Il est vrai que la Chine perdrait, avec les USA, son troisième partenaire commercial, derrière l’UE et l’Asie, et serait durement affectée, elle aussi. Mais la Chine dispose d’un immense marché intérieur et surtout d’un gigantesque marché planétaire en développement rapide (Routes de la Soie, BRICS, OCS) qui lui permettrait sans doute de s’en sortir moins mal que d’autres …

Notons aussi que les paradis fiscaux (Îles Caïmans par exemple) regorgent de dettes US. Le blanchiment d’argent et la corruption se portent donc toujours très bien dans le monde.

La comparaison du tableau de mai 2022 avec celui de mars 2019, ci dessous, est édifiante. On réalise que seuls les pays de l’OTAN, à l’exception de la Turquie, et quelques alliés asiatiques (Japon, Taïwan, Corée du Sud) ou océaniens (Australie, Nouvelle Zélande) s’accrochent encore au dollar et viennent le soutenir en achetant toujours plus de dettes US et en liant ainsi leur sort à celui des États-Unis.

La quasi totalité des autres pays se désengage (Chine et Inde, bien sûr, mais aussi Afrique et Amérique latine), sans parler de la Russie et de ses amis (Biélorussie, Iran, Venezuela, Syrie, Cuba… etc) qui ont abandonné le dollar depuis longtemps.

L’exposition des pays de l’UE + UK à la dette US est en forte croissance depuis 2019.

Pour comparaison, le même tableau de juin 2019 :

Commentaires DD : Rien de bien surprenant à ces tableaux et à leur comparaison. L’engagement du Royaume Uni, principal allié, voire complice des USA, est de 2,5 fois supérieur à celui de la France pour un PIB supérieur de seulement 15%. L’exposition UK sur la dette US a plus que doublé en 3 ans. Le Royaume-Uni continue donc, plus que jamais, de lier son destin à celui des USA.

L’Allemagne, avec un PIB supérieur de 26% à celui du Royaume-Uni se montre beaucoup plus prudente en s’exposant 7 fois moins.

La France qui s’exposait moins que l’Allemagne le 30 avril 2017 (élection du président Macron) à 67 milliards contre 75 milliards, s’expose désormais beaucoup plus à 244 milliards contre 92 … alors que son PIB est d’un tiers inférieur à celui de l’Allemagne. Cherchez l’erreur.

Depuis l’arrivée de Emmanuel Macron au pouvoir, l’exposition française à la dette US a quadruplé en 5 ans passant de 67 milliards de dollars le 30 avril 2017 à 244 milliards le 31 mai 2022. La France prend donc tous les risques  pour participer au sauvetage du soldat « dollar » et par conséquent de l’hégémonie de son allié US.

Il est vrai que la France n’a désormais guère le choix. Alors que sa dette explose depuis l’an 2000, et plus encore depuis 2017, sa bourse (CAC 40) est toujours plus sous contrôle des fonds de pension américains et notamment de BlackRock, fondé par des membres de la diaspora new-yorkaise3.

Comme tous les fonds de pension US, BlackRock détient aussi de la dette US en quantité non négligeable. Si le système US de la dette « à la Madoff » venait à s’effondrer BlackRock serait évidemment impacté, et donc le CAC40 aussi… On comprend tout l’intérêt de la France à soutenir le système fou de la dette US « à la Madoff » dont l’effondrement provoquerait le sien…

Notons, au passage, que Madoff, était membre de la diaspora néoconservatrice, comme le sont les fondateurs de BlackRock, comme l’étaient Marthe Hanau et Stavisky, en France, à la veille et au lendemain de la crise de 1929 (ces deux derniers n’étaient pas néoconservateurs …) ou comme le sont bon nombre des milliardaires qui possèdent et/ou contrôlent les GAFAM, les laboratoires pharmaceutiques et la majorité des médias mainstream occidentaux.

Notons encore que Janet Yellen, secrétaire au Trésor US est également un membre éminent de la diaspora néoconservatrice comme tous ses prédécesseurs. C’est donc elle qui gère la dette US (à la Madoff) et concocte les sanctions ou pressions tous azimuts prises dans le cadre des guerres économiques et/ou commerciales à visée géopolitique (Russie, Iran, Syrie, Turquie, Venezuela, Chine, Mexique, UE, North Stream 2… etc…).

Il est vrai aussi que notre pays est soumis aux pressions très fermes de lobbies transnationaux, de multinationales, de grandes concentrations médiatiques et de pouvoirs politiques trans et supra-nationaux d’obédience néoconservatrice, très engagés dans la finance internationale, qui le « contraignent » quelque peu pour ce qui concerne sa politique économique et financière et, bien évidemment, sa politique étrangère.

On me dit souvent : « l’explosion de la dette n’est pas un problème dans la mesure où l’on sait bien qu’elle ne sera jamais remboursée. Une bonne petite guerre permettra de remettre les compteurs à zéro, comme après la crise de 1929 ». Nous y sommes, ou nous en approchons, peut être…

Il n’est pas impossible que cette prophétie peu rassurante finisse, hélas, par se réaliser, dans un réflexe de « fuite en avant » de ceux qui ont déjà beaucoup perdu, qui savent qu’ils vont tout perdre s’ils ne tentent rien, et qui n’ont plus grand-chose à perdre…

Dominique Delawarde

  1. https://www.usdebtclock.org
  2. https://ticdata.treasury.gov/Publish/slt3d.txt
  3. https://www.ouest-france.fr/blackrock-lefonds-de-pension-americain-patron-du-cac-40

L’article La dette US pour les nuls : Situation au 10 août 2022 (source US Treasury) est apparu en premier sur PLANETES360.

La période de crise va-t-elle déclencher une révolte contre les personnes au pouvoir ?

par Markku Siira.

Dans le journal britannique Daily Telegraph, Sherelle Jacobs avertit ses lecteurs que nous vivons un été « avant la tempête ». Qu’est-ce que le journaliste entend par là ? S’agit-il d’un autre canular de l’élite, préparant les gens aux temps instables à venir ?

Jacobs souligne que « les prix de l’énergie atteignent des niveaux sans précédent » et que « nous nous approchons de l’un des plus grands séismes géopolitiques depuis des décennies ». Les bouleversements à venir sont « susceptibles d’être bien plus importants que les convulsions qui ont suivi la crise financière de 2008 ».

La crise qui se profile pourrait s’avérer « encore plus catastrophique que le choc pétrolier des années 1970 ». Les pays en développement ont déjà été touchés, avec des pannes d’électricité s’étendant de Cuba à l’Afrique du Sud. Le Sri Lanka n’est qu’un des nombreux pays à faible revenu dont les troubles en cours pourraient se répéter ailleurs.

« Mais l’Occident ne peut échapper à cette apocalypse », explique Sherelle Jacobs. En fait, l’Occident semble à bien des égards être au centre de ce chaos – et le Royaume-Uni peut-être au point zéro.

En Europe et en Amérique, selon Sherelle Jacobs, le « système des élites technocratiques complaisantes » s’effrite. Sa genèse, qui prédisait l’enchevêtrement glorieux des États-nations dans la gouvernance mondiale et les chaînes d’approvisionnement, est devenue une métaphore des dangers de la mondialisation.

Malgré les tentatives de dépeindre la guerre en Ukraine comme un cygne noir, la hausse des prix des matières premières dans un monde volatile était entièrement prévisible avant même l’opération spéciale de Poutine. Les gens se demandent pourquoi leurs dirigeants n’ont pas fait de plans d’urgence à temps. La crise économique était prévue avant même l’ère de l’urgence sanitaire.

Sherelle Jacobs estime qu’il n’y a pas d’autre explication à ce fiasco que « des décennies d’hypothèses erronées et de faux pas politiques de la classe dirigeante ». Personnellement, j’y vois aussi une planification consciente, mais les vrais coupables – les familles milliardaires avec leurs banques centrales et leurs sociétés d’investissement tout-puissantes – devront-ils rendre des comptes, ou leurs sous-fifres politiques seront-ils une fois de plus sacrifiés ?

Après la crise financière, les personnes au pouvoir ont à peine réussi à convaincre le public de se soumettre à la discipline de l’austérité et à convaincre les électeurs que « tout le monde » était en partie responsable de la crise et que chacun devait donc contribuer à redresser les torts. L’élite peut-elle échapper plus longtemps à la responsabilité ?

Comme le dit le vieil adage, « l’empereur n’a pas de vêtements ». Les personnes au pouvoir n’ont tout simplement plus de message crédible, et réconfortant, à envoyer aux citoyens ordinaires face à l’adversité. La seule vision de l’avenir qu’ils ont pu proposer est un programme dystopique d’écologisation de la « neutralité carbone et du net zéro », qui pousse les politiques d’austérité et les biais de l’économie mondiale à un tout autre niveau.

Faire activement campagne pour des bulles vertes spéculatives semble fou dans ce contexte. Il s’agit toutefois d’un programme parfaitement logique pour une élite déconnectée de la réalité et qui, en cas d’urgence, cherche à retirer littéralement les marrons du feu. Malgré ce que les militants d’Elokapina peuvent penser, le monde ne sera pas sauvé par l’action climatique finlandaise.

Il y a plusieurs pays où nous pourrions voir les premiers signes de révolte populiste. Les Allemands devront avaler l’humiliation nationale et des factures énergétiques plus élevées au nom des intérêts américains. Seul un libéral qui croit aveuglément au caractère merveilleux de l’atlantisme sera reconnaissant de devoir prendre des douches froides et pratiquer une politique étrangère et de défense anti-russe.

Selon certains analystes, la France, qui n’est pas étrangère aux manifestations et à la subversion, pourrait être le premier pays d’Europe à connaître des coupures de courant malgré son importante industrie nucléaire. Pour Sherelle Jacobs, en revanche, les choses en Grande-Bretagne « pourraient vraiment exploser », le Royaume-Uni devenant une île poudrière à mesure que l’inflation augmente.

Les Britanniques ont reçu encore moins de soutien de leur gouvernement que les résidents des autres pays occidentaux. La réduction de cinq pence de la taxe sur les carburants est estimée être la deuxième plus faible en Europe. Entre-temps, l’Espagne a rendu de nombreux voyages en train gratuits jusqu’à la fin de l’année. La France a promis de nationaliser le géant de l’énergie EDF, qu’elle a déjà obligé à limiter les factures des consommateurs. Même ces mesures ne seront probablement pas suffisantes.

« Les futures hausses de prix seront si importantes que des millions de personnes pourraient tout simplement être incapables de payer leurs factures – y compris les retraités et les familles qui appartenaient jusqu’à présent à la classe moyenne », avertit Sherelle Jacobs.

La détresse à venir pourrait être un tournant, mais c’est ce que visent ceux qui ont l’intention de relancer l’économie mondiale. Nous avons à peine commencé à comprendre à quel point les prochaines années risquent d’être imprévisibles – et à quel point les gouvernements et les citoyens sont mal préparés à en affronter les conséquences.

« Gelez-vous les fesses pour l’Ukraine » l’hiver prochain et payez le prix de la démocratie et de la liberté, suggèrent les dilettantes nostalgiques de la politique de sécurité en Finlande, nostalgiques de la domination occidentale. En d’autres termes, rendez votre vie misérable au nom de la politique du grand pouvoir et des intérêts de l’élite financière, car il faut se débarrasser de la Russie. Les russophobes ne voient pas le tableau d’ensemble, dans lequel Poutine joue également son rôle dans la réinitialisation.

« Si le sevrage de la Russie est si douloureux, comment allons-nous mettre fin à notre dépendance à l’égard des produits chinois bon marché ? » demande Sherelle Jacobs, qui partage le message de l’Establishment. Il omet de mentionner que « l’indépendance énergétique » de l’Europe et de la Grande-Bretagne est également une blague, car la même énergie est toujours achetée par des intermédiaires, mais à un prix plus élevé.

Le pronostic semble sombre, mais Sherelle Jacobs estime que nous avons peut-être entamé « le dernier acte d’un système économique en faillite ». Une fois encore, il y a plus de questions que de réponses quant à notre avenir.

Est-ce que quelque chose va changer pour le mieux dans cette « réinitialisation du capitalisme » ? La monnaie numérique de la banque centrale fait son apparition. La période de crise conduira-t-elle à la redoutable éco-techno-dystopie ou à un nouveau départ, plus humain ?

Les cercles capitalistes parviendront-ils à maîtriser l’effondrement qu’ils ont eux-mêmes provoqué, ou le pouvoir de l’argent finira-t-il par trébucher sur sa propre ingénierie ? L’Union européenne va-t-elle s’effondrer alors que mon cauchemar d’un « ordre fondé sur des règles » touche à sa fin ? Aurons-nous besoin des troupes de l’OTAN pour garder les citoyens sous contrôle en pleine Grande Dépression ?

Que se passera-t-il si et quand les gens se réveilleront de la tromperie de la classe possédante ? Le nihilisme politique s’emparera-t-il de l’esprit des électeurs, même les plus loyaux ? Au moins, Sanna Marin a encore le temps de faire la fête au restaurant les soirs de fin du monde.

source : Geopolitika

traduction Robert Steuckers

L’article La période de crise va-t-elle déclencher une révolte contre les personnes au pouvoir ? est apparu en premier sur PLANETES360.

La France perd sa place de premier exportateur net d’électricité en Europe

Au premier semestre 2022, Paris a été doublé par la Suède. L’Allemagne est aussi en forte progression.

Un effondrement de la production française plus qu’une augmentation de celle de la Suède. C’est ce qui explique que l’Hexagone ait perdu sa première place d’exportateur net d’électricité entre janvier et juin 2022, selon un rapport de l’analyste de données énergétiques EnAppSys paru ce mercredi 10 août.

La France « est passée d’exportateur net, plus tôt dans l’année, à un importateur net, qui résulte d’une chute dramatique de sa position nette globale », écrit la structure britannique. Elle explique ce virage à 180° par des « problèmes structurels avec son parc nucléaire ». Plus grave, les difficultés que connaît le pays pourraient durer. La situation « ne montre aucun signe d’amélioration prochaine », a ainsi déclaré Jean-Paul Harreman, directeur de EnAppSys BV.

En plus de la canicule, qui oblige à arrêter certaines centrales, comme celle de Tricastin (Drôme), en raison des températures élevées des fleuves, le parc français fait face à des problèmes de corrosions affectant certains réacteurs et a conduit à stopper 12 d’entre eux (sur 56).

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

L’article La France perd sa place de premier exportateur net d’électricité en Europe est apparu en premier sur PLANETES360.

Après avoir menti, François Braun admet la fermeture de plusieurs services d’urgences

Cette déclaration marque un changement de discours de François Braun, qui réfutait jusqu’à présent toute fermeture d’urgences, n’évoquant qu’un accès régulé.

Plusieurs services d’urgence sont actuellement fermés en France, a reconnu mercredi François Braun, le ministre de la Santé, qui s’était jusqu’alors refusé à évoquer une telle situation dans un contexte d’inquiétudes sur la capacité des hôpitaux à traverser l’été.

« En termes de fermetures, c’est-à-dire un service d’urgences qui n’accueillerait plus personne, il y en avait quatre avant le mois de juillet, il y en a huit aujourd’hui », a déclaré François Braun sur RTL. Ces propos marquent un changement de discours du ministre qui réfutait toute fermeture d’urgences, n’évoquant qu’un accès régulé des patients à certaines urgences, malgré des témoignages en ce sens des professionnels de santé.

Lire la suite de l’article sur lefigaro.fr

L’article Après avoir menti, François Braun admet la fermeture de plusieurs services d’urgences est apparu en premier sur PLANETES360.

La Chine veut remplacer les influenceurs par des humains virtuels, plus dociles 

Par : FranceSoir
Pour garder le contrôle sur les influenceurs numériques, Pékin veut développer le secteur des humains virtuels

Robots taxis: le chinois Baidu décroche une licence pour exploiter un service commercial 

Par : FranceSoir
Lundi 8 août, le moteur de recherche chinois Baidu, l’équivalent de Google de l’empire du milieu, a annoncé pouvoir commencer à proposer des courses à bord de ses véhicules autonomes dans deux villes chinoises : C

L'opération Kaboul sauve la popularité de Biden  ?

Il y a environ un an, en août dernier, la cote de popularité du président américain Joe Biden a commencé à s'effondrer, tombant à des niveaux records sous l'effet des conséquences dramatiquement néfastes du retrait précipité des troupes américaines d'Afghanistan. Les scènes chaotiques qui ont suivi, le contrôle de la capitale afghane par les talibans et leur retour au pouvoir ont fait boule de neige et se sont transformées en une crise politique et un désastre de relations (...) - Tribune Libre

Kim Jong-un proclame une "victoire éclatante" de la Corée du Nord sur le Covid-19

Par : FranceSoir
Lors d’une réunion avec des personnels de santé et des scientifiques, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a proclamé le 10 août une « victoire éclatante » sur le Covid-19, se félicitant de cette « victoire [...] dans la guerre contre la maladie pandémique maligne », sel

Le laboratoire Novartis condamné à 678 millions de dollars pour avoir corrompu des médecins

Une information complètement passée sous silence dans la presse française, mais qui n’a pas échappé au radar du site d’information Lecourrier-du-soir.com qui l’a apprise du média américain The New York Times ces dernières heures. L’information date d’il y a deux ans, mais notre rédaction a jugé bon de la relayer afin d’exposer publiquement les pratiques malsaines auxquelles s’adonnent certains laboratoires pharmaceutiques.

En effet, il y a moins d’un mois, Lecourrier-du-soir.com avait été le premier média en France à avoir relayé la condamnation de Pfizer à une amende de 75 millions de dollars par le gouvernement britannique pour escroquerie. Et au moment où notre média mène un travail d’investigation pour dévoiler le montant que ce labo américain a dépensé pour « acheter » des experts sanitaires lors de la pandémie, on apprend que le géant pharmaceutique suisse, Novartis, a été condamné en 2020 à une amende de 678 millions de dollars par la justice américaine pour avoir corrompu des médecins et experts sanitaires.

L’information a été relayée par la justice américaine dans un communiqué intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com. Dans ledit communiqué, la justice de New-York accuse Novartis d’avoir organisé, pendant des années, des « speaker Programs », c’est-à-dire des événements organisés dans des lieux chics et durant lesquels des médecins et experts sanitaires corrompus à coup de plusieurs millions de dollars viennent faire la publicité d’un médicament en ne soulignant que ses bienfaits chez les patients.

Ainsi, dans son communiqué, la justice de New-York accuse Novartis d’avoir organisé plusieurs dizaines de milliers de « Speaker Programs » entre 2002 et 2011. L’information a été reprise par plusieurs autres médias tels que le New York Times qui révèle que le géant pharmaceutique suisse a dépensé quelque 100 millions de dollars dans ces événements mondains.

Reconnu coupable, le laboratoire suisse a ainsi été condamné à une amende de 678 millions de dollars. De cette somme, 591 442 dollars seront versés à l’État américain en guise de dommages et intérêts en vertu de la loi False Claims Act. Le laboratoire suisse a accepté de signer le Corporate Agreement Act (CIA) pour mener des réformes approfondies quant à son fonctionnement. Novartis s’engage également à réduire considérablement les montants alloués à ces événements.

Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois qu’un géant pharmaceutique est pris en flagrant délit de fraude. En effet, en juillet dernier, le gouvernement britannique avait annoncé, dans un communiqué officiel, une amende de 84 millions de dollars infligée à Pfizer pour escroquerie.

D’après The Guardian, le laboratoire américain, Pfizer et le géant britannique Flynn Pharma ont été tous deux condamnés à une amende de 70 millions de pounds. Il est reproché à ces deux géants pharmaceutiques d’avoir trompé l’agence sanitaire britannique (National Health Services) en lui surfacturant les prix des médicaments de lutte contre l’épilepsie.

L’information avait été confirmée par le gouvernement britannique dans un communiqué rendu public ce 21 juillet et consulté par Lecourrier-du-soir.com. Dans le communiqué en question, on y apprend que Pfizer a été condamné à une amende de 63 millions de pounds (75 millions de dollars) contre 6,7 millions de pounds (environ 8 millions de dollars) pour Flynn Pharma. Les deux amendes ont été prononcées par le CMA (Competition and Market Authority), agence gouvernementale britannique en charge de réguler la concurrence sur le marché britannique.

Les révélations faites par le gouvernement britanniques sont hallucinantes. Londres fait savoir que les deux labos ont supprimé le nom du médicament, jadis connu sous le nom de Epanutin, afin que le prix ne soit plus assujetti à une régulation du marché et ainsi pouvoir fixer leur propre prix comme bon leur semble. Faute de choix (car les deux labos étaient les plus grands fournisseurs sur le marché), l’agence sanitaire britannique était alors obligé d’acheter ledit médicament à un prix extrêmement élevé.

Le gouvernement ne s’arrête pas là. Dans le communiqué, on apprend que Pfizer a ainsi fait gonfler le prix du médicament de 780% à 1600% (de plus que le prix normal) en seulement 4 ans. Et ce n’est pas tout. D’après le communiqué, Pfizer a fourni le médicament à Flynn Pharma qui, à son tour, a revendu les boîtes à des grossistes et des pharmacies à un prix oscillant entre 2300% et 2600% de plus que le prix fixé par Pfizer.

Une pratique malsaine vigoureusement dénoncée par le gouvernement britannique qui a fait savoir que les coûts des médicaments (pour l’État britannique) sont ainsi passés de 2 millions de pounds (2 millions de dollars ) à 50 millions de pounds (59 millions de dollars) entre 2012 et 2013.

source : Le Courrier du Soir

via L’Échelle de Jacob

arnauddebrienne

Quelques réponses à vos questions sur l’Ukraine

Par : Wayan

Par The Saker – Le 10 août 2022 – Source The Saker’s Blog

Un lecteur m’a récemment demandé pourquoi je n’ai pas posté de cartes de la situation militaire en Ukraine, et c’est une question juste à laquelle je vais répondre ci-dessous.

Il y a plusieurs raisons à cela, mais la principale et la plus évidente est la suivante : contrairement au premier ou au deuxième mois de l’OMS [Opération Militaire Spéciale, NDT], il y a très peu de changements qui méritent d’être montrés sur une carte. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de changements sur les lignes de front, il y en a beaucoup, mais ils ne se traduisent pas par de belles cartes.

Un article récent de Moon of Alabama citait ce qui semble être une fuite du commandement ukrainien et je vais le reprendre ici :

Les chaînes ukrainiennes discutent de ce qui pourrait être une fuite de données de l’état-major des FAU :

– Les FAU n’ont plus que 43-48% de leurs effectifs.

– les travailleurs médicaux sont à leur limite.

– les armes légères et les blindés ne sont pas en nombre suffisant.

– 191 000 soldats ont été tués et blessés (uniquement les forces armées ukrainiennes, sans compter les autres).

– il n’y a pas assez de liquide hydraulique et d’azote liquide pour les obusiers M777.

– personne ne se soucie des disparus – il n’y a pas de statistiques.

– les équipements transférés par l’Occident s’épuisent.

– les armes occidentales sont utilisées par des amateurs, car il n’y a pas de spécialistes qualifiés.

– il n’est pas possible de réparer les armes sur place en raison du manque de pièces de rechange et de spécialistes. Tout est envoyé en Pologne.

Même avec ce rapport désastreux, je me garderais de prédire une rupture décisive du moral. Comme à Peski, les blessés de guerre sont renvoyés directement dans les tranchées.

Je voudrais juste ajouter ici que Peski a été prise.

Mais les faits essentiels sont les suivants : « Les FAU n’ont que 43-48 % d’effectifs » et « 191 000 soldats ont été tués et blessés (uniquement les FAU, sans les autres)« .

Les chiffres peuvent varier d’un pays à l’autre, et tout dépend du type de guerre qui est menée, mais la règle générale que l’on m’a enseignée est que toute unité qui perd plus de 30% de ses effectifs n’est pas en mesure de remplir ses missions de combat théoriques. Dans l’histoire, il existe de nombreux exemples d’unités ayant subi des pertes de 30 % ou plus, mais ces unités ne peuvent que tenir le terrain, et non opérer un retrait ordonné, sans parler d’une contre-attaque. Le résultat final est toujours le même, ces unités finissent par s’effondrer et disparaître (mortes, prisonnières ou en fuite).

En d’autres termes, à ce stade actuel de la guerre, les statistiques telles que celle ci-dessus nous racontent l’histoire, pas les cartes.

Ceci étant dit, la vérité est que les forces ukrainiennes dans le Donbass se trouvent de facto dans un chaudron opérationnel depuis la première semaine de l’OMS. Ce n’est pas le résultat d’une quelconque manœuvre militaire russe spéciale, mais un facteur géographique. Pour faire simple, l’Ukraine orientale est un gigantesque chaudron. Il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un chaudron verrouillé, ce qui signifie que les Ukrainiens peuvent encore y faire entrer et en sortir des forces, mais il était déjà « verrouillé par le feu« , ce qui signifie que les forces russes pouvaient attaquer, et ont attaqué, les forces qui y entraient et en sortaient avec une efficacité dévastatrice.

Petit rappel : les Ukrainiens, soutenus par des milliards de dollars de l’Occident combiné, ont eu huit ans pour préparer de très solides fortifications le long des villes qu’ils contrôlaient avant l’OMS. Peut-être quelqu’un s’attendait-il à ce que les Russes avancent de front, bombardent le Donbass contrôlé par les Ukrainiens (comme le feraient les États-Unis), puis attaquent de front en subissant d’énormes pertes. Les Russes, sagement, n’ont pas fait cela. Au lieu, ils ont choisi d’éroder lentement les défenses ukrainiennes.

Ces tactiques ont, soit dit en passant, permis à la Russie de libérer un certain nombre de villes et de villages (Izum, Peski et d’autres), ainsi qu’un certain nombre de « chaudrons » tactiques qui ont finalement été absorbés. Mais, là encore, les cartes ne reflétaient pas la nature de ce qui se passait.

Une question que l’on me pose souvent est la suivante : comment se fait-il que les Russes ne puissent même pas arrêter le bombardement de Donetsk depuis, disons, Avdeevka ? Ils disposent d’une force d’artillerie beaucoup plus puissante et plus grande et ils ont de très bonnes capacités de contre-batterie, alors quel est le problème ici ?

C’est simple, les Ukrainiens positionnent leur artillerie juste à côté de bâtiments occupés par des civils. Ainsi, lorsqu’un mortier, un obusier ou un MLRS ukrainien tire sur Donetsk ou Makeevka, les Russes voient bien d’où il a été tiré, mais ils ne peuvent pas simplement répondre par une volée de leurs propres tirs, car cela reviendrait à tuer des dizaines, voire des centaines de civils innocents. Cela donnerait également à l’Occident le « massacre russe » qu’il voulait tant à Bucha. Donc, au lieu de riposter, les Russes affinent leurs données de tir, ce qui non seulement prend du temps, mais permet aussi aux Ukrainiens de se déplacer, pas nécessairement de beaucoup, juste de quelques dizaines ou centaines de mètres, parfois juste de l’autre côté d’un bâtiment.

Les Russes ont donc décidé qu’il était beaucoup plus logique de se déplacer lentement que de prendre frontalement d’assaut les fortifications ukrainiennes. C’est mieux pour la LDNR et les forces russes et c’est bien mieux pour les civils.

Écoutez, pourquoi pensez-vous que toute l’infrastructure civile de, disons, Kiev ou Kharkov est entièrement fonctionnelle ? Si vous croyez vraiment sincèrement que les Russes n’ont pas pu la détruire au premier jour de l’OMS, vous pouvez aussi bien arrêter de lire et ne plus jamais revenir sur ce blog. Pour le reste, voici le truisme qui explique vraiment tout

==>>Les Russes ne font pas la guerre comme les États-Unis.

Qu’est-ce que je veux dire par là ?

Voici le plan de guerre américain de base :

  1. Attaquer un pays fondamentalement sans défense
  2. Obtenir la suprématie aérienne (en l’absence de toute défense aérienne moderne)
  3. Tirer un grand nombre de missiles de croisière, suivi de frappes aériennes massives.
  4. Si cela ne suffit pas, cibler et détruire délibérément toute l’infrastructure civile.
  5. Envoyez ensuite des forces terrestres dont la tactique de base est la suivante : avancez et tirez sur des personnes sans défense, et en cas de résistance, lancez une attaque aérienne. Puis continuer.
  6. Déclarer la victoire et partir (idéalement en laissant un régime fantoche compradore au pouvoir).

Le résultat est bien plus d’un million de morts en Irak, la dévastation totale de la Libye, le bombardement massif de civils serbes en Bosnie, Croatie, Serbie, Monténégro et Kosovo, etc. etc. etc.

Les Russes rejettent tout simplement cette « logique » pour des raisons morales et pragmatiques. Rappelez-vous le point 6 ci-dessus ! Ce n’est pas une option viable pour les Russes.

Historiquement, le génocide a TOUJOURS été le mode de guerre occidental, ceci étant particulièrement vrai pour les Britanniques et les Américains. Vous n’avez pas besoin de me croire, lisez simplement ce livre : The First Way of War : American War Making on the Frontier, 1607-1814 par John Grenier, qui a pris sa retraite de l’armée de l’air américaine en 2009 après une carrière de vingt ans au cours de laquelle il a atteint le rang de lieutenant-colonel et a servi deux fois comme professeur à l’Académie de l’armée de l’air. Il est actuellement professeur principal d’histoire militaire américaine pour le programme en ligne de maîtrise en histoire militaire (MMH) de l’université Norwich. Vraiment, je le pense, procurez-vous son livre, lisez-le et perdez toutes les illusions naïves que vous pourriez avoir sur la « démocratie occidentale » et la façon dont les « libéraux » font la guerre aux autres.

Une autre question que l’on me pose est la suivante : pourquoi les Russes ne contournent-ils pas les villes et villages ukrainiens du Donbass pour s’enfoncer plus profondément dans l’Ukraine ? La réponse est simple : parce que cela placerait les forces russes entre les positions ukrainiennes encore existantes, que les Russes sont en train d’écraser lentement, et les forces ukrainiennes en Ukraine centrale. Il n’est guère surprenant que les Russes ne veuillent pas que leurs forces se battent sur deux fronts, l’un à l’ouest et l’autre à l’est. Alors qu’en est-il des fameuses « opérations blindées en profondeur » ou de l’utilisation du groupe tactique du bataillon comme groupe de manœuvre tactique-opérationnel ? Tous ces éléments font partie d’une opération d’armes combinées régulière et à grande échelle, oui, mais l’OMS n’est PAS, je répète, PAS une opération d’armes combinées régulière. Par exemple, lorsque les Russes ont lancé leur OMS, les Ukrainiens avaient une supériorité numérique assez importante sur les Russes, combinée à des éléments technologiques militaires spécifiques (tels que des communications sécurisées avancées) que les forces de la LDNR n’avaient pas du tout, et que l’armée russe avait, mais pas au même niveau de sous-unités que les Ukrainiens. Que voyons-nous aujourd’hui ? La supériorité numérique a disparu, et les technologies avancées fournies aux Ukrainiens par l’Occident n’ont fait que rendre les choses plus difficiles pour les Russes, sans toutefois affecter le résultat.

Et, bien sûr, la question « préférée » : vous (et d’autres) avez dit à de nombreuses reprises que la Russie pouvait et allait vaincre l’Ukraine en quelques jours, quelques semaines maximum. Admettez-vous maintenant que vous aviez totalement tort ?

Tout d’abord, commençons par l’hypothèse de cette question, c’est-à-dire que la Russie n’a pas vaincu l’Ukraine en quelques jours ou semaines. Est-ce vrai ?

Je dirais que non. Les Russes ont réussi à mettre hors d’état de nuire les forces armées ukrainiennes au cours des premiers jours et des premières semaines de la guerre : la quasi-totalité de l’armée de l’air ukrainienne a été détruite, ainsi qu’une grande partie des défenses aériennes ukrainiennes. Quant aux forces terrestres, elles n’ont pas réussi à exécuter une seule contre-attaque efficace, tout au plus ont-elles affirmé que chaque retraite russe était le résultat de leurs contre-attaques, mais permettez-moi de poser une question simple : si ces contre-attaques ont été couronnées de succès, où est le résultat ? Rien, enfin, à part les contes de fées totalement fictifs qui sortent de Kiev, bien sûr. Et puisque Kiev a menti sur toute la ligne depuis le premier jour de l’OMS, comment peut-on prendre au sérieux leurs grandioses déclarations?

Que s’est-il alors réellement passé ?

Nombre de mercenaires étrangers en Ukraine

Ce qui s’est passé, c’est que l’Occident a décidé de jeter toute sa puissance militaire derrière le régime nazi de Kiev. Non seulement des MILLIARDS de dollars d’équipement ont été mis à la disposition des forces ukrainiennes, mais des MILLIERS de « volontaires » ont également été envoyés en Ukraine pour soutenir les forces ukronazies (voir le graphique de droite, cliquez ici pour une plus haute résolution. Traduction rapide des principaux termes : Страна : pays ; Прибыло : arrivé ; Уничтожено : détruit ; Убыло : parti ; Всего : total).

Enfin, et ce n’est certainement pas le moins important, les États-Unis et l’OTAN font appel à toutes leurs capacités C4ISR pour soutenir les forces ukrainiennes. En fait, il serait exact de dire que les États-Unis et l’OTAN ont maintenant pris le contrôle total de toutes les opérations militaires en Ukraine (ils ont également présidé à la répression totale de toutes les formes d’opposition interne ukrainienne !)

Une fois ceci compris, laissez-moi vous poser trois questions simples :

  • Ai-je, ou quelqu’un d’autre, déclaré que la Russie vaincrait militairement les forces combinées des États-Unis et de l’OTAN en quelques jours ou semaines ?
  • Combien de temps estimez-vous qu’il faudrait aux Russes pour atteindre un tel objectif ?
  • Ne voyez-vous vraiment pas que malgré ce soutien massif et total de l’Occident, la Russie est en bonne voie pour y parvenir, pour vaincre non seulement la meilleure et la plus grande force mandataire de l’histoire des États-Unis, mais aussi tous les efforts de l’Occident combiné pour vaincre la Russie militairement et économiquement ?

Si vous n’avez pas vu cela, disons, même il y a un mois ou deux, je pourrais comprendre. Mais si vous ne sentez toujours pas l’odeur du café, alors je vous déclare désespéré, je vous encourage à arrêter de lire cet article et à rester loin de ce blog 🙂

Sérieusement, si l’Occident combiné avait laissé le régime ukrainien de Kiev à ses propres moyens, « Ze » aurait dû capituler environ 10 jours après le début de l’OMS, ne serait-ce que pour épargner la vie des soldats et des civils ukrainiens.

Les Russes s’attendaient-ils à une réaction aussi massive de l’Occident ? Le terme « s’attendre » est très trompeur. Ce n’est pas ainsi que ces choses fonctionnent. Les plans opérationnels et stratégiques ne sont pas fondés sur un seul scénario dont vous « espérez » la concrétisation. Il y a également deux choses dont nous devons toujours nous souvenir :

  • C’est le travail des agences de renseignement et des départements de planification des opérations de préparer et de modéliser autant de scénarios (ou scenarii ?) qu’il est raisonnablement possible d’imaginer.
  • Les plans opérationnels et stratégiques ne traitent pas des questions tactiques et ils changent CONSTAMMENT en fonction d’une boucle de rétroaction et de prise de décision.

Un exemple : Poutine a admis lors d’une interview télévisée que lorsque les Russes sont entrés en Crimée, il avait placé les forces nucléaires russes en état d’alerte maximale. Cela signifie-t-il que quelqu’un au Kremlin ou à l’état-major « s’attendait » à ce que les États-Unis bombardent la Russie ? Bien sûr que non ! Mais ils ont envisagé cette possibilité et ont pris les mesures nécessaires pour tenter de l’empêcher.

Même chose ici. Je suis convaincu que les Russes étaient parfaitement préparés à la réaction insensée et franchement suicidaire de l’Occident à l’OMS. En fait, cette réaction « maximale » était l’une des très nombreuses éventualités auxquelles les Russes ont dû se préparer. En tant qu’ancien analyste du renseignement, je peux vous dire que l’analyse militaire examine le plus grand nombre possible d’options, puis les responsables de la planification opérationnelle se préparent à toute éventualité.

Il est désormais tout à fait clair que l’Occident est déterminé à combattre la Russie jusqu’au dernier Ukrainien. D’où l’ordre vraiment stupide donné aux forces ukrainiennes les meilleures et les plus compétentes de ne pas s’engager dans une défense mobile mais de tenir leur terrain dans le Donbass jusqu’à ce qu’elles soient totalement détruites.

En outre, il est tout à fait clair que les pays occidentaux sont prêts à détruire non seulement leurs propres économies, mais aussi l’ensemble du système financier international pour essayer de faire le plus de mal possible à la Russie (et à la Chine).

En d’autres termes, la Russie n’est pas engagée dans une guerre contre l’Ukraine, mais contre l’ensemble de l’Occident uni et consolidé.

==>N’ai-je pas dit exactement cela depuis au moins 2013 ?

Combien de temps cette guerre va-t-elle durer ?

Je ne peux pas répondre à cette question car la réponse dépend entièrement de : la stupidité suicidaire des dirigeants de l’Empire anglo-sioniste.

Les forces ukrainiennes dans l’est de l’Ukraine n’ont plus aucun espoir de retraite ordonnée, elles seront donc détruites. Dans combien de temps ? Je ne sais pas, cela dépend des gens dans les tranchées et de la force de l’emprise des nazis sur ces forces.

Y aura-t-il une contre-attaque ukrainienne vers Kherson ? J’espère bien que non.

Pourquoi ? Parce qu’actuellement, les forces ukrainiennes sont retranchées à l’intérieur de la ville de Nikolaev, et si elles décident d’attaquer, elles devront non seulement se mettre en ordre de bataille en dehors des limites protectrices de la ville, mais elles devront aussi traverser une plaine pratiquement vide. En d’autres termes, ce sera un massacre.

Peuvent-ils encore essayer ? Bien sûr ! TOUS les ordres donnés aux forces ukrainiennes par les USA+OTAN sont de facto suicidaires et n’ont aucun sens militaire. Aucun néocon ne se souciera de voir plus d’Ukrainiens massacrés.

Que peuvent faire d’autre les Ukrainiens ?

Principalement, ce qu’ils ont fait jusqu’à présent, notamment :

  • Massacrer autant de civils que possible dans les zones libérées, y compris en utilisant des armes interdites (mines anti-personnel et armes à sous-munitions).
  • Organiser des attaques terroristes efficaces non seulement dans les zones libérées du Donbass, mais aussi à l’intérieur de la Russie (ce pour quoi les Ukrainiens se sont montrés plutôt doués).
  • Ils pourraient mener d’autres attaques contre la Russie, la Crimée et le pont de Crimée. Aucune d’entre elles ne fera de différence sur le plan militaire ni n’aura d’impact, mais elles constitueront de bonnes relations publiques, surtout avec le soutien total de la machine de propagande anglo-sioniste, alias « la presse libre« .
  • Ils s’efforcent de bombarder la centrale nucléaire de Zaporozhie. La centrale de Tchernobyl pourrait redevenir une cible. Enfin, les Ukronazis ont encore accès à de nombreux déchets nucléaires usés qu’ils pourraient utiliser comme « bombe sale » contre leur propre population et accuser la Russie (pensez-y comme une « Bucha nucléaire »).
  • Le flux régulier d’avions et d’hélicoptères en provenance de Pologne, de Roumanie et d’autres pays se poursuivra, donnant à la propagande ukrainienne l’illusion que la Russie n’a pas la supériorité aérienne sur toute l’Ukraine.

Il existe également une possibilité très réelle que la Pologne et la Hongrie débarquent en Ukraine occidentale pour « protéger » leurs ressortissants. Jusqu’à présent, elles se sont abstenues de le faire, du moins ouvertement, probablement parce que les commandants des États-Unis et de l’OTAN ne veulent pas risquer une frappe russe sur les forces de l’OTAN (même ces idiots de Biden et de Stoltenberg l’ont dit publiquement !) Cependant, si elles agissent intelligemment, la Pologne et la Hongrie pourraient bien obtenir, par des canaux entièrement non officiels, une promesse russe de « regarder ailleurs » et de ne pas agir. Pourquoi ? Parce que la Russie n’a absolument aucun besoin de ces territoires et qu’elle sera plus qu’heureuse de laisser les Polonais et les Hongrois s’occuper des cinglés Ukronazis de l’Ukraine occidentale.

J’espère que ce qui précède répond au moins à certaines des questions que vous vous posiez.

Je mentionnerai une dernière chose : alors que l’effondrement du système financier international est déjà bien entamé, ses effets n’ont, jusqu’à présent, pas été pleinement ressentis, certainement pas aux États-Unis et même pas dans l’UE. Une fois que l’ampleur de ce désastre auto-infligé deviendra absolument indéniable, même par la « presse libre » dirigée par les néoconservateurs, les choses commenceront à changer politiquement en Occident. Il est donc temps d’attendre et de voir, et non de spéculer.

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Des français excédés face à la hausse du coût de l’énergie: « Mon abonnement gaz EDF vient d’augmenter de 40% en juillet passant de 170 a 230€

Mon abonnement gaz EDF vient d'augmenter de 40% en juillet passant de 170 a 230€, dernière facture sur 120€ttc, 20% de tva, 40€ de gaz et 60€ d'abonnement et taxes, je paye 80€ de taxes pour 40€ de produit, tout va bien APR…?

— Rénald Labbé (@LabbeRenald) August 11, 2022

L’article Des français excédés face à la hausse du coût de l’énergie: « Mon abonnement gaz EDF vient d’augmenter de 40% en juillet passant de 170 a 230€ est apparu en premier sur PLANETES360.

L’Europe et l’Asie se battent pour le gaz russe

11.08.2022 

« L’hiver en Europe pourrait devenir le printemps pour Poutine », décrivent les médias occidentaux le fait que l’UE n’est pas prête pour la saison de chauffage. Les Européens estiment que la seule solution consiste à augmenter les achats de gaz naturel liquéfié (GNL), mais pour cela ils devront affronter les pays d’Asie. Quelles pourraient être les conséquences d’une telle confrontation? 

The Wall Street Journal estime que dans les mois à venir l’Europe sera contrainte d’affronter l’Asie pour le GNL russe. Les auteurs de l’article supposent que la situation des pays de l’UE se détériora à l’approche de l’hiver, et le soutien de l’Ukraine par l’UE pourrait chavirer à cause de la baisse du niveau de vie. Au final, prédit WSJ, le pouvoir dans les pays européens pourrait être pris par des gouvernements qui détruiront la coalition antirusse. 

« Les prix élevés des hydrocarbures se répercutent sur l’économie européenne et provoquent des difficultés qui entraîneront des troubles publics. Les gens commenceront à voter avec leur portefeuille vide. Un second front s’est ouvert dans la bataille pour l’Ukraine – la guerre énergétique en Europe. La stratégie de Vladimir Poutine n’a aucun secret. Il a annoncé tout cela en juin pendant le forum économique de Saint-Pétersbourg », écrit l’article. 

Ses auteurs pensent également que « même les livraisons de GNL russe pourraient connaître des perturbations ». « L’ascension économique en Chine après le confinement de coronavirus ou un hiver froid en Asie deviendront un prétexte d’affrontement avec l’Europe pour les exportations de GNL, ce qui entraînerait une nouvelle hausse des prix », indique l’article. 

« Comme dans le cas de l’offensive de Napoléon contre la Russie en 1812 et l’invasion de l’URSS par l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, l’issue dépendra de la météo. C’est une chose que ni Poutine ni les dirigeants européens ne peuvent contrôler. Mais ils sont d’accord sur une chose: l’hiver approche », conclut l’article. 

En réalité, la crise énergétique mondiale n’a pas commencé cette année mais bien plus tôt. Elle a été provoquée par une réduction de production des hydrocarbures pendant la pandémie à cause d’un déclin économique supposé. Or, contrairement aux attentes, les pays d’Asie et notamment la Chine ont relancé leur économie bien plus rapidement. Ce qui a fait grandir la demande des hydrocarbures, alors que la production n’arrivait pas à suivre. Ces circonstances ont entraîné une hausse des prix en Asie. Puis c’est l’Europe qui a été confrontée au même problème. 

Le problème de l’Asie est qu’elle n’est pas orientée sur le gaz de pipeline, mais essentiellement sur le GNL. Si le prix de ce dernier en Asie dépassait le coût en Europe, la majeure partie des quantités sur lesquelles comptait l’Europe en tant qu’alternative au gaz de pipeline irait en Asie. Ce qui aggraverait la pénurie énergétique en Europe. 

Plusieurs secteurs de l’économie européenne ne sont plus rentables avec un prix de 1.000 dollars les 1.000 mètres cubes de gaz, or en Europe il dépasse déjà les 2.000 dollars. C’est pourquoi les Européens risquent d’être évincés de leurs positions solides sur le marché mondial, après quoi il sera aussi question du marché intérieur. 

L’Asie ne fera certainement pas de concessions au profit des Européens en étant préoccupée par ses propres problèmes liés aux hydrocarbures. Par exemple, le Japon reçoit du gaz du projet Sakhaline 2, et malgré les sanctions et même la subordination du projet à une compagnie russe, les Japonais ne s’empressent pas de quitter le projet parce qu’il est extrêmement bénéfique. 

L’Europe n’arrivera pas à augmenter les livraisons de GNL. D’ores et déjà elle achète tout le GNL disponible. 

Même si les Européens accomplissaient leur plan de remplissage des réservoirs souterrains à hauteur de 80-90% d’ici le 1er novembre, cela ne garantirait pas une saison de chauffage réussie. Les quantités fournies actuellement par la Russie sont très faibles. 

Au final, l’Europe recevra quotidiennement des quantités de gaz réduites. Cela forcera les autorités locales à débrancher du réseau une partie des consommateurs. Bien évidemment, les entreprises industrielles seront les premières à être déconnectées pour maintenir le chauffage et l’approvisionnement en électricité de la population. 

Après quoi, les entreprises industrielles ne pourront tout simplement pas vendre leurs marchandises fabriquées avec un tel prix d’énergie, car ce dernier est pris en compte dans le coût de production. Elles ne pourront pas non plus concurrencer les produits américains et asiatiques, où les prix des hydrocarbures sont moins élevés. 

C’est pourquoi l’Europe réduit dès à présent sa consommation de gaz. De facto nous assistons en UE à une désindustrialisation, l’industrie se meurt. On ignore pour l’instant avec quel niveau de consommation les Européens entreront dans la période de chauffage.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Abonnez-vous à notre chaîne Telegram: https://t.me/observateur_continental

L’article L’Europe et l’Asie se battent pour le gaz russe est apparu en premier sur PLANETES360.

"Il ne faut pas se mentir, ça va être dur": le gouvernement prépare les Français à une rentrée très compliquée

Par : FranceSoir
Une rentrée extrêmement compliquée se profilant pour les Français, le gouvernement réfléchit à sa communication pour préparer l’opinion aux contraintes à venir. « Il va y avoir des contraintes », prévient d'ores et déjà un député de la majorité.

La CHINE dénonce les ÉTATS-UNIS comme « le principal instigateur de la crise Ukrainienne »

⚠🇨🇳 LA CHINE DÉNONCE LES ÉTATS-UNIS COMME «LE PRINCIPAL INSTIGATEUR DE LA CRISE UKRAINIENNE»
C'est une nouvelle retombée du voyage Pelosi : la Chine abandonne ses formulations prudentes et décide d'appeler un chat un chat, par la voix de Zhang Hanhui, son ambassadeur en Russie. pic.twitter.com/HKIqwMb2CU

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 11, 2022

L’article La CHINE dénonce les ÉTATS-UNIS comme « le principal instigateur de la crise Ukrainienne » est apparu en premier sur PLANETES360.

À Strasbourg, des habitants impuissants face aux dealers

«Bagarres, trafics et vols» gangrènent plusieurs secteurs du vaste quartier de la gare depuis des mois.

Après Lyon et Marseille, Gérald Darmanin va-t-il débarquer à Strasbourg ? Un conseiller municipal d’opposition vient d’alerter, par lettre, le ministre sur «les bagarres de rue, l’accaparement de l’espace public, les intimidations, les vols, les trafics» qui pourrissent depuis des mois la vie des habitants de plusieurs secteurs du vaste quartier de la gare. En un an, l’élu a interpellé à quatre reprises la maire écologiste, Jeanne Barseghian, relayant l’exaspération des riverains. «En vain. L’idéologie prend le pas sur le bon sens, bloquant le déploiement de la vidéosurveillance», tacle l’élu qui est en contact avec les collectifs d’habitants. Celui de la place Karl-Ferdinand Braun, à quelques pas de l’École d’architecture, a entamé un bras de fer avec les dealers.

Le Figaro

L’article À Strasbourg, des habitants impuissants face aux dealers est apparu en premier sur PLANETES360.

Sa production d’électricité s’effondre, la France perd sa place de premier exportateur net en Europe

Un effondrement de la production française plus qu’une augmentation de celle de la Suède. C’est ce qui explique que l’Hexagone ait perdu sa première place d’exportateur net d’électricité entre janvier et juin 2022, selon un rapport de l’analyste de données énergétiques EnAppSys paru ce mercredi 10 août. La France est passée d’exportateur net à importateur net. De 21,5 TWh d’exportations nettes l’année dernière, la France est désormais déficitaire, de 2,5 TWh.

La France «est passée d’exportateur net, plus tôt dans l’année, à un importateur net, qui résulte d’une chute dramatique de sa position nette globale», écrit la structure britannique. Elle explique ce virage à 180° par des «problèmes structurels avec son parc nucléaire». Plus grave, les difficultés que connaît le pays pourraient durer. La situation «ne montre aucun signe d’amélioration prochaine», a ainsi déclaré Jean-Paul Harreman, directeur de EnAppSys BV.

En plus de la canicule, qui oblige à arrêter certaines centrales, comme celle de Tricastin (Drôme), en raison des températures élevées des fleuves, le parc français fait face à des problèmes de corrosions affectant certains réacteurs et a conduit à stopper 12 d’entre eux (sur 56).

Les pays du nord de l’Europe dominent largement ce classement. Derrière la Suède, qui a exporté 16 térawattheures (TWh) entre janvier et juin, principalement vers la Finlande et le Danemark, on trouve l’Allemagne. La première puissance économique du continent a envoyé 15,4 TWh d’électricité à ses voisins. Le double du semestre 2021 précédent, afin de répondre notamment à la demande Française. Les centrales nucléaires françaises ne fonctionnent plus qu’à la moitié de leur capacité totale, expliquait Reuters ce mercredi. La sécheresse et les hausses de température ont également obligé l’énergéticien à baisser sa production. EDF avait prévenu, début août, que la production de plusieurs centrales pourrait être affectée en raison de l’échauffement des cours d’eau, utilisés pour refroidir les réacteurs. De 21,5 TWh d’exportations nettes l’année dernière, la France est désormais déficitaire, de 2,5 TWh.

Le Figaro ; Capital

L’article Sa production d’électricité s’effondre, la France perd sa place de premier exportateur net en Europe est apparu en premier sur PLANETES360.

Biarritz : Le sang-froid héroïque de Julien, 12 ans, qui a sauvé une famille de la noyade

Julien, un adolescent francilien en vacances à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), a fait un preuve d’un sang-froid héroïque dimanche soir. Alors qu’il faisait du bodyboard dans l’eau, il entend les cris d’une famille en train de se noyer. Il a pris son courage à deux mains et s’est dirigé vers eux. Il témoigne sur RMC ce mardi 9 août.

Il n’y a pas d’âge pour être un héros. Julien a 12 ans, il vient de région parisienne, et cet été, il passe ses vacances à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques), comme tous les ans. Sauf que cette année, il s’en rappellera particulièrement.

🌊 Julien n’est pas prêt d’oublier ses vacances à Biarritz… Âgé de 12 ans, l’adolescent a fait preuve d’un sang-froid héroïque en sauvant une famille entière de la noyade. pic.twitter.com/FuNz8LIJzJ

— RMC (@RMCInfo) August 9, 2022

CINQ PERSONNES EN DIFFICULTÉ

Alors qu’il faisait du bodyboard dans l’eau, dimanche soir, Julien entend des cris au loin. “Au début je pensais que c’était une blague, et plus je me rapprochais, plus je voyais qu’ils étaient en danger”, explique l’adolescent sur RMC ce mardi 9 août 2022. Effectivement, face à lui, une famille de cinq personnes est en train de se noyer.

D’un côté, une mère de famille et deux enfants, son neveu et sa nièce, tous deux malentendants, sont accrochés à un rocher. À côté, dans l’eau, un enfant de 6 ans et son père, les jambes engourdies, sont aussi en difficulté.

Le jeune homme n’hésite pas une seconde et va à leur rencontre.

“C’était un peu mouvementé dans ma tête car je ne savais pas trop comment gérer ça, mais au final ça s’est bien passé.”

Il fait monter, en premier, sur sa planche, les deux personnes qui étaient dans l’eau. Hasard du calendrier, Julien venait de terminer un stage de sauvetage côtier qui lui a bien été utile.

“ILS M’ONT PRIS DANS LEUR BRAS”

“On a appris à ramener les gens qui se noyaient, du coup j’ai appliqué cette technique en attendant les sauveteurs, je les ai ramenés le plus que je pouvais”, souligne-t-il. Il a également pu être aidé par d’autres personnes.

(…) RMC

L’article Biarritz : Le sang-froid héroïque de Julien, 12 ans, qui a sauvé une famille de la noyade est apparu en premier sur PLANETES360.

Voici comment l’Ukraine aura perdu ses richesses


Par Moon of Alabama – Le 10 août 2022

Le 24 février, le jour où les troupes russes ont franchi les frontières de l’Ukraine, j’ai écrit sur l’état final potentiel de l’opération :

En regardant cette carte, je pense que l’état final le plus avantageux pour la Russie serait la création d’un nouveau pays indépendant, appelé Novorussiya, sur les terres situées à l’est du Dniepr et au sud le long de la côte, terres qui détiennent une population majoritairement russe et qui, en 1922, avaient été rattachées à l’Ukraine par Lénine. Cet État serait politiquement, culturellement et militairement aligné sur la Russie.

Agrandir

Cela éliminerait l’accès de l’Ukraine à la mer Noire et créerait un pont terrestre vers la Transnistrie, séparée de la Moldavie, qui est sous la protection de la Russie.

Le reste de l’Ukraine serait un État confiné, essentiellement agricole, désarmé et trop pauvre pour devenir rapidement une nouvelle menace pour la Russie. Sur le plan politique, elle serait dominée par les fascistes de Galicie, ce qui deviendra alors un problème majeur pour l’Union européenne.

Le 19 mars, j’ai réexaminé le sujet et ajouté Kryvyi Rih (Kriwoi Rog en russe), la partie jaune de la carte, à la liste :

La Novorossiya comprend en gros les zones roses et jaunes de la carte ci-dessus. Elle comprend également les précieuses mines de fer et les usines de Kryvyi Rih développées par les Soviétiques à l’ouest du Dniepr.

Je tiens tout particulièrement à souligner que j’ai parlé d’un « État essentiellement agricole, désarmé et trop pauvre pour constituer de sitôt une nouvelle menace pour la Russie« .

J’ai pu dire cela parce que presque toutes les ressources et industries de l’Ukraine se trouvent dans le sud et l’est. Si la Russie les prend ou crée un nouvel État nommé Novorossiya, le « reste de l’Ukraine » sera en grande partie désindustrialisé. Il convient également de noter que le sud et l’est englobent la plupart des fameuses zones de terre noire, qui consistent en une couche d’humus d’un demi-mètre de profondeur permettant d’obtenir de bons résultats agricoles sans utiliser beaucoup d’engrais.

Une grande partie des industries de l’acier et des machines lourdes dans le sud et l’est ont été négligées au cours des 30 dernières années sous la domination ukrainienne ou ont été détruites pendant les guerres qui font rage depuis 2014. Il faudra de très gros investissements pour les relancer, mais les bénéfices potentiels seront importants.

Près d’une demi-année après mon article, le Washington Post, avec l’aide de quelques Canadiens, rattrape son retard sur le sujet :

Dans la guerre d’Ukraine, une bataille pour les richesses minérales et énergétiques du pays

 

Après près de six mois de combats, la guerre bâclée de Moscou lui a apporté au moins un grand profit : un contrôle accru sur certaines des terres les plus riches en minéraux d’Europe. L’Ukraine abrite certaines des plus grandes réserves de titane et de minerai de fer du monde, des gisements de lithium inexploités, ainsi que d’énormes dépôts de charbon. Collectivement, ils valent des dizaines de milliers de milliards de dollars.

 

La part du lion de ces gisements de charbon, qui ont alimenté pendant des décennies l’industrie sidérurgique ukrainienne, est concentrée dans l’est du pays, où Moscou a fait le plus de percées. Selon une analyse réalisée pour le Washington Post par la société canadienne SecDev, spécialisée dans les risques géopolitiques, ces gisements sont passés aux mains des Russes, tout comme d’autres gisements énergétiques et minéraux de grande valeur, utilisés dans des domaines aussi variés que les pièces d’avion ou les smartphones. …

 

« Le pire scénario est que l’Ukraine perde des terres, n’ait plus une économie de matières premières forte et devienne davantage comme l’un des États baltes, une nation incapable de soutenir son économie industrielle« , a déclaré Stanislav Zinchenko, directeur général de GMK, un groupe de réflexion économique basé à Kiev. « C’est ce que veut la Russie. Nous affaiblir. » …

 

Pourtant, l’analyse de SecDev indique qu’au moins 12 400 miliards de dollars de gisements énergétiques, de métaux et de minéraux ukrainiens sont désormais sous contrôle russe. Ce chiffre représente près de la moitié de la valeur en dollars des 2 209 gisements examinés par l’entreprise. Outre 63 % des gisements de charbon du pays, Moscou s’est emparé de 11 % de ses gisements de pétrole, de 20 % de ses gisements de gaz naturel, de 42 % de ses métaux et de 33 % de ses gisements de terres rares et d’autres minéraux critiques, dont le lithium.

Je pense que la part de gaz naturel que détient déjà la Russie est plus élevée, car il existe plusieurs gisements de gaz sous-marins autour de la Crimée et au large de la côte orientale.

Si les forces russes prennent également Kryvyi Rih et Dnipro, elles contrôleront environ 75 à 80 % du PIB de l’Ukraine d’avant-guerre.

L’effort de guerre de la Russie est actuellement financé par l’« Occident », qui le paie par le biais des prix records de l’énergie créés par ses propres sanctions contre la Russie.

Comme le rapportait hier l’agence russe Interfax (traduction automatique) :

Le solde positif du compte courant de la balance des paiements de la Fédération de Russie de janvier à juillet 2022 s’est élevé à 166,6 milliards de dollars, soit 3,3 fois plus qu’au cours de la même période en 2021 (50,1 milliards de dollars). Ces informations figurent dans l’évaluation de la balance des paiements de la Fédération de Russie, publiée sur le site Internet de la Banque de Russie. …

 

Selon le scénario de base des prévisions de la Banque centrale pour 2022, mis à jour en juillet, avec un prix annuel moyen du pétrole de 80 dollars le baril, l’excédent de la balance courante devrait être de 243 milliards de dollars, le solde positif du commerce extérieur de biens et de services – 277 milliards de dollars, et le solde négatif des revenus primaires et secondaires – 33 milliards de dollars.

Si l’« Occident » veut vraiment priver la Russie d’argent, il doit immédiatement lever les sanctions et recommencer à importer du pétrole, du gaz et du charbon de Russie à des prix alors beaucoup plus bas.

La Russie ne manquera pas d’argent pour financer la reconstruction des grandes industries de Novorossiya. Une fois cela fait, ces régions seront manifestement capables de subvenir à leurs besoins et de garantir un niveau de vie élevé. Elles auront également assez d’argent pour se défendre militairement contre tout ce que le pauvre reste d’Ukraine sera capable de financer.

Fin mars, après des négociations entre la Russie et l’Ukraine en Turquie, un accord sur un cessez-le-feu et sur la fin de la guerre a presque été conclu. Joe Biden a alors chargé Boris Johnson de dire à Zelensky de poursuivre la guerre. Sinon, l’« Ouest » cesserait de le payer. Zelensky a fait ce qu’on lui a dit de faire et a cessé toute négociation avec la Russie.

Un accord avec la Russie à ce moment-là aurait permis à l’Ukraine de rester un seul État, avec seulement des pertes mineures dans le Donbass. Mais la décision de poursuivre cette guerre sans espoir a également mis fin à toutes les chances de l’Ukraine de conserver ses richesses.

Elle finira pauvre et impuissante tandis que ses voisins « occidentaux » s’en régaleront.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

L’article Voici comment l’Ukraine aura perdu ses richesses est apparu en premier sur PLANETES360.

Cycle économique. Pourquoi les causes exogènes reviennent à chaque fois sur les causes endogènes pour changer le cours de l'économie-monde ?

Par : Hamed
Nombreux sont les débats aujourd'hui sur le « cinquième kondratieff », qui d'ailleurs soulèvent à juste raison la question sur le sens de la crise financière actuelle. La question sur le « cinquième Kondratieff » est d'une importance capitale pour l'avenir du monde. Elle donnerait sens non seulement à l'existence de l'homme mais aussi à la flèche du temps humain. Qu'en est-il de cette « humanité qui se débat » dans ce mouvement sans fin de (...) - Tribune Libre

La fabrique du crétin : La mort programmée de l’école

Nos enfants ne savent plus lire, ni compter, ni penser. Le constat est terrible, et ses causes moins obscures qu’on ne veut bien le dire. Un enchaînement de bonnes intentions mal maîtrisées et de calculs intéressés a délité en une trentaine d’années ce qui fut l’un des meilleurs systèmes éducatifs au monde. Faut-il incriminer les politiques, les profs, les parents, les syndicats, les programmes ? En tout cas, la Nouvelle Pédagogie a fait ses  » preuves  » : l’école a cessé d’être le moteur d’un ascenseur social défaillant. Ceux qui sont nés dans la rue, désormais, y restent. Dès lors, que faire ?

L’article La fabrique du crétin : La mort programmée de l’école est apparu en premier sur PLANETES360.

L’histoire de John Law : Et de sa première planche à billets qui a ruiné la France et qui continue à ruiner le monde aujourd’hui

L'histoire de John Law
  • Jovanovic, Pierre (Auteur)
14,99 €
DISPONIBLE ICI

Il a séduit Le Régent! Il a berné les Français et ruiné la France… Il a inspiré Wolfgang Goethe «Faust» Il a inspiré Charles Gounod «Je ris de me voir si belle en ce miroir» Il a inspiré Michaël Boulgakov «Le Maître et Marguerite» Il a inspiré les Rolling Stones «Sympathy for the Devil» Il a inspiré des milliers d’autres écrivains et musiciens à travers le temps… Cet homme c’est John Law, un Anglais de bonne famille devenu monétariste qui a inventé le billet de banque et la «planche à billets» ou «monnaie de singe» afin de sauver la France en faillite de Louis XV. Avec toutes les planches à billets lancées aujourd’hui de manière frénétique par la Federal Reserve, la Bank of Japan, la Bank of England et la Banque Centrale Européenne des milliards de milliards d’euros, dollars, yens et livres de fausse monnaie, l’extraordinaire livre du président Adolphe Thiers est totalement contemporain et furieusement d’actualité. Intégralement illustrée et mise à jour en langue contemporaine par Anne Marie Bruyant, cette narration de la France ruinée par l’invention de la fausse-monnaie/planche à billets raconte aussi l’imminente faillite de la France pour exactement la même raison: l’usage de la fausse monnaie par la Banque Centrale Européenne, la Fed et la Bank of Japan! Ce livre exceptionnel du président Thiers avec le dossier de Pierre Jovanovic est à lire absolument pour comprendre que la seule politique menée par les économistes actuels n’est en réalité qu’une politique de faussaires «inspirés par le démon» selon Goethe. La Sympathie pour le Diable des Rolling Stones est en réalité leur sympathie pour John Law!

L’article L’histoire de John Law : Et de sa première planche à billets qui a ruiné la France et qui continue à ruiner le monde aujourd’hui est apparu en premier sur PLANETES360.

Lire les runes de guerre

Par : Zineb

La politique de Poutine visant à nettoyer les écuries d’Augias du « capital occidental prédateur » est une douce musique aux oreilles du Sud.


Par Alastair Crooke – Le 18 juillet 2022 – Source Strategic Culture

Bien sûr, le conflit, à toutes fins utiles, est réglé ; mais il est loin d’être terminé. Il est clair que la Russie l’emportera dans la guerre militaire – et dans la guerre politique aussi – ce qui signifie que tout ce qui émergera en Ukraine une fois l’action militaire terminée sera dicté par Moscou selon ses conditions.

Il est clair que, d’une part, le régime de Kiev s’effondrerait s’il se voyait dicter ses conditions par Moscou. Et, d’autre part, l’ensemble de l’agenda occidental derrière le coup d’État de Maïdan en 2014 imploserait également. (C’est pourquoi une porte de sortie, à défaut d’une déroute ukrainienne, est quasiment impossible).

Ce moment marque donc un point d’inflexion crucial. Un choix américain pourrait être de mettre fin au conflit ; et de nombreuses voix appellent à un accord, ou à un cessez-le-feu, avec l’intention humaine compréhensible de mettre fin au massacre inutile de jeunes hommes ukrainiens envoyés au « front » pour défendre des positions indéfendables, pour être cyniquement tués sans gain militaire, simplement pour que la guerre continue.

Bien que rationnel, l’argument en faveur d’une voie de sortie passe à côté d’un point géopolitique plus important : l’Occident est si fortement investi dans son récit fantaisiste de l’effondrement et de l’humiliation imminents de la Russie qu’il se retrouve « coincé » . Il ne peut aller de l’avant de peur que l’OTAN ne soit pas en mesure d’affronter les forces russes (Poutine a fait remarquer que la Russie n’avait même pas commencé à utiliser toutes ses forces). Et pourtant, conclure un accord, reculer, reviendrait à perdre la face.

Et « perdre la face » se traduit en gros par la défaite de l’Occident libéral.

L’Occident s’est donc rendu otage de son triomphalisme effréné présenté comme une infoguerre. Il a choisi ce chauvinisme effréné. Les conseillers de Biden, cependant, lisant les runes de la guerre – des gains russes incessants – ont commencé à sentir qu’une autre débâcle de politique étrangère était imminente.

Ils considèrent que les événements, loin de réaffirmer l’« ordre fondé sur des règles », mettent plutôt à nu aux yeux du monde les limites de la puissance américaine, mettant sur le devant de la scène non seulement une Russie renaissante, mais aussi une Russie porteuse d’un message révolutionnaire pour le reste du monde (bien que l’Occident n’ait pas encore pris conscience de ce fait).

En outre, l’alliance occidentale se désagrège à mesure que la fatigue de la guerre s’installe et que les économies européennes sont menacées de récession. La tendance instinctive contemporaine à décider d’abord, et à réfléchir ensuite (cf. les sanctions européennes), a plongé l’Europe dans une crise existentielle.

Le Royaume-Uni est un exemple de l’énigme européenne au sens large : la classe politique britannique, effrayée et désemparée, d’abord « déterminée » à poignarder son chef, finit par se rendre compte qu’elle n’a pas de successeur à portée de main ayant le sérieux nécessaire pour gérer la nouvelle normalité, et aucune idée de la manière de sortir du piège dans lequel elle est prise.

Ils n’osent pas perdre la face à propos de l’Ukraine et n’ont aucune solution pour faire face à la récession à venir (sauf un retour au thatchérisme ?). Et on peut dire la même chose de la classe politique européenne : elle est comme un cerf pris dans les phares d’un véhicule lancé à pleine vitesse.

Biden et un certain réseau qui s’étend de Washington à Londres, en passant par Bruxelles, Varsovie et les pays baltes, voit la Russie depuis une hauteur de 30 000 pieds au-dessus de celle du conflit ukrainien. Biden estime qu’il se trouve dans une position équidistante entre deux tendances dangereuses et inquiétantes qui engloutissent les États-Unis et l’Occident : le Trumpisme à l’intérieur et le Poutinisme à l’extérieur. Toutes deux, selon lui, présentent des dangers clairs et actuels pour l’ordre libéral fondé sur des règles auquel (l’équipe) Biden croit passionnément.

D’autres voix, principalement issues du camp réaliste américain, ne sont pas aussi obsédées par la Russie ; pour elles, les « vrais hommes » s’attaquent à la Chine. Ils veulent simplement maintenir le conflit ukrainien dans une impasse pour sauver la face, si possible (plus d’armes), pendant que le pivot vers la Chine est activé.

Lors d’un discours à l’Hudson Institute, Mike Pompeo a fait une déclaration de politique étrangère qui avait clairement en vue l’année 2024 et son accession au poste de vice-président. L’essentiel du discours portait sur la Chine, mais ce qu’il a dit sur l’Ukraine était intéressant : l’importance de Zelensky pour les États-Unis dépendait de sa capacité à maintenir la guerre (c’est-à-dire à sauver la face de l’Occident). Il n’a pas fait explicitement référence à la « présence au sol » , mais il était clair qu’il ne préconisait pas une telle mesure.

Son message était de fournir des armes, des armes et encore des armes à l’Ukraine, et d’aller de l’avant, en pivotant vers la Chine MAINTENANT. Pompeo a insisté pour que les États-Unis reconnaissent diplomatiquement Taïwan aujourd’hui, indépendamment de ce qui pourrait se passer (c’est-à-dire indépendamment du fait que cette action pourrait déclencher une guerre contre la Chine). Et il a intégré la Russie dans l’équation en disant simplement que la Russie et la Chine devraient être traitées comme une seule entité.

Biden semble toutefois vouloir laisser passer cette occasion et poursuivre la trajectoire actuelle. C’est également ce que souhaitent les nombreux participants à ce gâchis. Le fait est que les points de vue de l’État profond s’opposent et que les banquiers influents de Wall Street n’apprécient certainement pas les idées de Pompeo. Ils préféreraient une désescalade avec la Chine. La poursuite de ce processus est donc l’option la plus facile, car l’attention intérieure des États-Unis se concentre sur les problèmes économiques.

Le fait est que l’Occident est complètement bloqué : il ne peut ni avancer, ni reculer. Ses structures politiques et économiques l’en empêchent. Biden est bloqué sur l’Ukraine ; l’Europe est bloquée sur l’Ukraine et sur son bellicisme envers Poutine ; idem pour le Royaume-Uni ; et l’Occident est bloqué sur ses relations avec la Russie et la Chine. Plus important encore, aucun d’entre eux ne peut répondre aux demandes insistantes de la Russie et de la Chine en faveur d’une restructuration de l’architecture de sécurité mondiale.

S’ils ne peuvent pas bouger sur ce front de la sécurité, par peur de perdre la face, ils seront incapables d’assimiler (ou d’entendre – étant donné le cynisme bien ancré qui se rattache à toute parole prononcée par le président Poutine) que l’agenda de la Russie va bien au-delà de l’architecture de sécurité.

Par exemple, le diplomate et commentateur indien chevronné, MK Badrakhumar, écrit :

Après Sakhaline-2, [sur une île de l’Extrême-Orient russe] Moscou prévoit également de nationaliser le projet de développement pétrolier et gazier Sakhaline-1 en évinçant les actionnaires américains et japonais. La capacité de Sakhaline-1 est assez impressionnante. Il fut un temps, avant que l’OPEP+ ne fixe des limites aux niveaux de production, où la Russie extrayait jusqu’à 400 000 barils par jour, mais le niveau de production récent est d’environ 220 000 barils par jour.

 

La tendance générale à la nationalisation des participations des capitaux américains, britanniques, japonais et européens dans les secteurs stratégiques de l’économie russe apparaît comme la nouvelle politique. Le nettoyage de l’économie russe, libérée des capitaux occidentaux, devrait s’accélérer dans la période à venir.

 

Moscou était bien consciente du caractère prédateur des capitaux occidentaux dans le secteur pétrolier russe – un héritage de l’ère Boris Eltsine – mais devait s’accommoder de cette exploitation pour ne pas contrarier d’autres investisseurs occidentaux potentiels. Mais c’est désormais de l’histoire ancienne. La détérioration des relations avec l’Occident qui a presque atteint le point de rupture libère Moscou de ces inhibitions archaïques.

 

Après son arrivée au pouvoir en 1999, le président Vladimir Poutine s’est attelé à la tâche gigantesque de nettoyer les écuries d’Augias de la collaboration étrangère dans le secteur pétrolier russe. Le processus de « décolonisation » a été atrocement difficile, mais Poutine l’a mené à bien.

Mais ce n’est pas tout. Poutine ne cesse de répéter dans ses discours que l’Occident est l’auteur de sa propre crise de la dette et de l’inflation (et non la Russie), ce qui laisse perplexe en Occident. Permettez au professeur Hudson d’expliquer pourquoi une grande partie du reste du monde considère que l’Occident a pris un « mauvais tournant » sur le plan économique. En bref, le mauvais virage de l’Occident l’a conduit à une « impasse » , selon Poutine.

Le professeur Hudson soutient (paraphrasé et reformulé) qu’il existe essentiellement deux grands modèles économiques qui ont traversé l’histoire : « D’une part, nous voyons des sociétés proche-orientales et asiatiques organisées pour maintenir l’équilibre et la cohésion sociale en gardant les relations d’endettement et la richesse mercantile subordonnées au bien-être général de la communauté dans son ensemble » .

Toutes les sociétés anciennes se méfiaient de la richesse, car elle avait tendance à s’accumuler aux dépens de la société dans son ensemble, ce qui entraînait une polarisation sociale et de grandes inégalités de richesse. Si l’on considère toute l’histoire ancienne, on constate (selon Hudson) que le principal objectif des dirigeants, de la Babylonie à l’Asie du Sud et à l’Asie de l’Est, était d’empêcher l’émergence d’une oligarchie mercantile et créancière qui concentrerait la propriété des terres entre ses mains. Il s’agit là d’un modèle historique.

Le grand problème que le Proche-Orient de l’Age du bronze a résolu, mais que l’Antiquité classique et la civilisation occidentale n’ont pas résolu, était de savoir comment faire face à des dettes croissantes (jubilés périodiques de la dette) sans polariser la société et finalement appauvrir l’économie en soumettant la majeure partie de la population à la dépendance de la dette.

L’un des principes clés de Hudson est la manière dont la Chine est structurée en tant qu’économie « à faible coût » : logements bon marché, éducation, soins médicaux et transports subventionnés. Ce qui signifie que les consommateurs disposent d’un certain revenu excédentaire et que la Chine dans son ensemble devient compétitive. En revanche, le modèle occidental, financiarisé et fondé sur la dette, a un coût élevé, et des pans entiers de la population s’appauvrissent de plus en plus et sont privés de revenus discrétionnaires après avoir payé le service de la dette.

Cependant, la périphérie occidentale, dépourvue de la tradition proche-orientale, s’est « tournée » vers une riche oligarchie de créanciers pour prendre le pouvoir et concentrer la propriété foncière et immobilière entre ses mains. À des fins de relations publiques, elle a prétendu être une « démocratie » et a dénoncé toute réglementation gouvernementale protectrice comme étant, par définition, une « autocratie » . C’est le deuxième grand modèle, mais avec son surendettement et sa spirale inflationniste, il est lui aussi bloqué, sans moyens d’avancer.

C’est ce dernier modèle qui a été appliqué à Rome. Et nous en vivons encore les conséquences. Rendre les débiteurs dépendants de riches créanciers est ce que les économistes d’aujourd’hui appellent un « marché libre » . C’est un marché sans freins ni contrepoids publics contre l’inégalité, la fraude ou la privatisation du domaine public.

Cette éthique néolibérale pro-créanciers, affirme le professeur Hudson, est à l’origine de la nouvelle guerre froide actuelle. Lorsque le président Biden décrit ce grand conflit mondial visant à isoler la Chine, la Russie, l’Inde, l’Iran et leurs partenaires commerciaux eurasiens, il le décrit comme une lutte existentielle entre la « démocratie » et l’« autocratie » .

Par démocratie, il entend oligarchie. Et par « autocratie » , il entend tout gouvernement suffisamment fort, comme celui de Poutine, pour empêcher une oligarchie financière de prendre le contrôle du gouvernement et de la société et d’imposer des règles néolibérales par la force. L’idéal « démocratique » est de faire en sorte que le reste du monde ressemble à la Russie de Boris Eltsine, où les néolibéraux américains ont eu les coudées franches pour supprimer toute propriété publique des terres, des droits miniers et des services publics de base.

Mais aujourd’hui, nous avons affaire à des nuances de gris : il n’y a pas de marché véritablement libre aux États-Unis ; la Chine et la Russie sont des économies mixtes, bien qu’elles tendent à donner la priorité à la responsabilité du bien-être de la communauté dans son ensemble, plutôt que d’imaginer que des individus livrés à leurs intérêts égoïstes permettront de maximiser le bien-être national.

Voilà le problème : l’économie d’Adam Smith et l’individualisme sont ancrés dans le zeitgeist occidental. Cela ne changera pas. Cependant, la nouvelle politique du président Poutine visant à nettoyer les écuries d’Augias du « capital occidental prédateur » et l’exemple donné par la Russie de sa métamorphose vers une économie largement autosuffisante, immunisée contre l’hégémonie du dollar, sont une douce musique aux oreilles du Sud et d’une grande partie du reste du monde.

Si l’on ajoute à cela le fait que la Russie et la Chine ont pris l’initiative de contester le « droit » de l’Occident à fixer des règles, à monopoliser les moyens (le dollar) à la base des règlements des échanges entre États, et que les BRICS et l’OCS sont en train de prendre progressivement du galon, les discours de Poutine révèlent leur programme révolutionnaire.

Une question demeure : comment provoquer une métamorphose « révolutionnaire » sans provoquer de guerre contre l’Occident. Les États-Unis et l’Europe sont coincés. Ils sont incapables de se renouveler, car les contradictions politiques et économiques structurelles ont figé leur paradigme. Comment alors « décoincer » la situation, sans recourir à la guerre ?

La clé, paradoxalement, pourrait résider dans la compréhension profonde qu’ont la Russie et la Chine des failles du modèle économique occidental. L’Occident a besoin d’une catharsis pour se « décoincer » . La catharsis peut être définie comme le processus consistant à libérer, et donc à apaiser, des émotions fortes ou refoulées liées à des croyances.

Pour éviter une catharsis militaire, il semble que les dirigeants russes et chinois, comprenant les failles du modèle économique occidental, doivent alors faire subir à l’Occident une catharsis économique.

Ce sera douloureux, sans aucun doute, mais mieux que la catharsis nucléaire. Souvenons-nous de la fin du poème de CV Cafavy, En attendant les barbares,

Car la nuit est tombée et les barbares ne sont pas venus.
Et certains de nos hommes qui reviennent de la frontière disent qu’il n’y a plus de barbares.

 

Maintenant, que va-t-il nous arriver sans barbares ?
Ces gens étaient une sorte de solution.

Alastair Crooke

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

La Russie contrôle un trésor

par Bruno Bertez. Les gisements miniers les plus riches d’Ukraine, d’une valeur d’au moins 12,4 trillions de dollars, sont désormais entre les mains de la Russie, écrit le Washington Post. Nous parlons de 63% de tous les gisements de charbon, 11% de son pétrole, 20% de gaz, 42% de métaux et 33% d’éléments de terres rares. Depuis février, les Russes ont saisi des gisements de titane, de zirconium, de lithium, de strontium, d’uranium et d’or. Et c’est sans compter les terres agricoles. Il sera désormais plus difficile pour le continent de chercher des alternatives aux importations en provenance de Russie et de Chine.

Les vents de la guerre régionale soufflent

Ce dilemme pour Israël a précisément été au centre des discussions lors de la visite de Biden en Israël. Israël a insisté pour que Biden trace une « ligne rouge » pour l'Iran : Soit accepter une solution diplomatique avec Téhéran dans un délai déterminé, soit faire face à une guerre contre les Etats-Unis. Biden s'est défilé. Sayyed Hassan Nasrallah [chef du mouvement chiite libanais] a averti – explicitement – que si les droits d'exploration de la zone (...) - Tribune Libre

Électricité: des entreprises désemparées face à des prix toujours plus hauts

Des factures multipliées par deux, voire par six : certaines entreprises s’inquiètent alors que les prix de l'électricité pour cet hiver flambent à des niveaux inédits en raison d'un ensemble de causes, dont les problèmes du parc nucléaire français.

CLASH – « On va vous envoyer vous faire f***** »: le ministre brésilien de l’Économie juge la France « insignifiante »

LE MINISTRE DE L'ÉCONOMIE DU BRÉSIL DÉCLARE -HÉLAS NON SANS RAISON- QUE LA FRANCE DEVIENT «INSIGNIFIANTE»
Il dit vulgairement tout haut ce que le monde entier pense tout bas.
Notre disparition résulte de notre appartenance à🇪🇺.
Elle s'accélère avec Macron. https://t.co/ZSznCUmc93

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 11, 2022

L’article CLASH – « On va vous envoyer vous faire f***** »: le ministre brésilien de l’Économie juge la France « insignifiante » est apparu en premier sur PLANETES360.

CRYPTO : BITCOIN & ETHEREUM PUMP ! BAISSE de L’INFLATION !

00:00 Sommaire : CPI Inflation / Bitcoin (BTC) Ethereum (ETH)
00:35 CPI & Analyse Bitcoin (BTC) & orderflow
06:14 Analyse Ethereum (ETH)
10:10 Outro & Newsletter & École

crypto #bitcoin #ethereum #inflation #cryptomonnaie #btc #cryptoanalyse #eth #altcoins #altcoin #analysebitcoin #analysecrypto #tradingcrypto #cryptoanalysefr #investissementcrypto #cryptonews #newscrypto #Blockchain #TradingFr #Investissement #StableCoins #Coins #Coin #Trader #Halving #Monnaie #MarchéCrypto #ATH #FOMO

L’article CRYPTO : BITCOIN & ETHEREUM PUMP ! BAISSE de L’INFLATION ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Bruno Lemaire, le talent incarné !

Les élections présidentielles à peine passées, les candidats à la prochaine sont évidemment déjà sur les rangs. Si je me demande qui pourrait bien vouloir de la place en ce moment, d’aucuns doivent la trouver suffisamment attrayante pour se placer d’ores et déjà dans le jeu. L’on y trouve les têtes de liste des oppositions et leurs dauphins prêts à […]

La période de crise va-t-elle déclencher une révolte contre les personnes au pouvoir ?

par Markku Siira. Les cercles capitalistes parviendront-ils à maîtriser l'effondrement qu'ils ont eux-mêmes provoqué, ou le pouvoir de l'argent finira-t-il par trébucher sur sa propre ingénierie ? Que se passera-t-il si et quand les gens se réveilleront de la tromperie de la classe possédante ? Le nihilisme politique s'emparera-t-il de l'esprit des électeurs, même les plus loyaux ?

Terrorisme ukrainien, menace chimique

par Erwan Castel. Alors qu'elles bombardent également depuis plusieurs jours la centrale nucléaire de Zaporodje, une fois encore, les forces ukrainiennes montrent ici leur mépris des conventions internationales, leur intention criminelle, leur stratégie terroriste, et bien sûr dans l'indifférence totale des ukro-atlantistes.

Affaire Skripal : le père et la fille sont prisonniers du Royaume-Uni, ou ont été assassinés par ce pays

Par : jmarti

Par Eric Zuesse − Le 29 juillet 2022 − Source Oriental Review

Le 8 mars 2018, le brillant analyste géostratégique qui maintient anonymement le blog « Moon of Alabama » avait fait paraître un article sous le titre « L’agent double russo-britannique empoisonné a des liens avec la campagne Clinton« , et avait documenté le fait que Sergeï Skripal avait été un agent double russo-britannique sous les ordres de Pablo Miller, lui-même sous les ordres de Christopher Steele, qui appartient au MI6 britannique. Steele, quant à lui, avait été engagé à titre privé par l’équipe de campagne de Hillary Clinton, donc le parti Démocrate étasunien, pour trouver des preuves pouvant persuader les électeurs étasuniens que Trump était un agent secret à la solde de la Russie. (Peut-être Sergeï a-t-il été utilisé dans cette opération, mais si on l’empêche de communiquer avec le public, le public ne le saura jamais.) « MoA » poursuivait : « S’il existe un lien entre le dossier [Steele] [sur Trump] et Skripal, chose qui me semble très probable, alors il y a un tas de gens et d’organisations qui peuvent avoir des raisons de le tuer [Skripal]. Des deux côtés de l’Atlantique, beaucoup de types et de dirigeants ombrageux ont été impliqués dans la création et l’animation de la campagne anti-Trump/anti-russe. Plusieurs enquêtes sont en cours, et pourraient un jour ou l’autre révéler l’existence de linge particulièrement sale. Faire disparaître Skripal, tout en accusant la Russie de cette action, apparaît comme une manière bien pratique de se débarrasser d’un témoin potentiel » (pouvant menacer le parti Démocrate étasunien, s’il en venait à témoigner contre Steele, ou à impliquer l’employeur étasunien de Steele).

M. Steele, du MI6, a après tout fort bien servi au parti Démocrate contre Trump et la Russie (même si son « dossier » n’aura jamais mis au jour d’élément probant [dans l' »affaire » du Russiagate; NdT]. Sergeï Skripal était un renégat avéré, qui pouvait par conséquent se retourner une fois de plus, mais cette fois contre le MI6 et le parti Démocrate. On avait pu l’acheter à bon compte : « La récompense touchée par Skripal pour neuf années d’espionnage [pour le compte de la Grande-Bretagne, contre la Russie] s’élevait à la surprenante et modeste somme de 100 000$. » Le service par lui rendu aux Britanniques en échange de cette « modeste » somme était énorme : « Skripal et Miller étaient parvenus à un accord : contre de l’argent, Skripal avait livré des informations aux Britanniques sur au mois 300 de ses collègues dans les services de renseignements russes.«  (Et cette affirmation provient d’un site internet russe anti-Poutine.) Essayer de tuer Skripal et d’en faire porter le chapeau à la Russie aurait donc pu apparaître aux yeux du MI6 comme la meilleure solution à divers dangers guettant le MI6 (en se débarrassant de leurs déchets, tout en en faisant de l’or). (Qui plus est, si Skripal disposait vraiment de sources sur « au moins 300 collègues à lui au sein des renseignements russes, » alors il pouvait non seulement mettre chacun d’entre eux en danger, mais aussi, avant de les cramer, il aurait pu sonder les plus pertinents d’entre eux pour obtenir des pistes utilisables par Steele pour aider le parti Démocrate contre Trump. Et comme Skripal était déjà un traitre, et condamné, sans doute aucune de ces « informations » n’aurait-elle était avérée. Bien entendu, cela n’aurait pas importé le moins du monde aux yeux de Hillary.)

Il est certain que le gouvernement du Royaume-Uni ment au sujet des Skripals — Sergeï et sa fille Yulia Skripal qui lui rendait visite depuis la Russie, qui ont tous les deux (père et fille) été empoisonnés le 4 mars 2018 — en mentant sur les éléments établis dans le meurtre au poison supposé de Sergeï. Les Skripal (mais uniquement Yulia, pas son père Sergeï) ont (ou plutôt a) été présenté(s) au public pour la dernière fois au travers d’une vidéo, tournée courant mai 2018, montrant Yulia Skripal sur une base militaire étasunienne au Royaume-Uni, comme l’a rapporté le grand journaliste d’investigation John Helmer le 8 décembre 2019 au travers d’un article en ligne : « Les Skripal sont sous contrôle des États-Unis sur une base étasunienne de bombardiers nucléaires à Fairford, dans le Gloucestershire« . (Helmer ne livre pas d’explication au sujet des raisons pour lesquelles elle a été filmée sur une base nucléaire étasunienne, mais il a livré des recherches considérables rien que pour déterminer que tel était bien l’emplacement où son discours, rédigé par avance et lu par elle, a été filmé.) Cette vidéo montrant Yulia a été présentée, décrite et analysée le 24 mai 2018 par « MoA, » dans un article paru sous le titre « Publication d’une vidéo de l’otage britannique Yulia Skripal« . « MoA » a également montré le brouillon original en langue russe de son discours, écrit au stylo.

Le gouvernement du Royaume-Uni a menti au sujet du poison spécifique utilisé pour supposément essayer de tuer l’agent double russo-britannique, Sergeï Skripal, dans le but de faire endosser à la Russie la responsabilité de cette action. Une rare exception au milieu des mensonges parus dans la presse occidentale est parue dans le Washington Post, qui appartient à Jeff Bezos, dans un article paru le 4 avril 2018 sous le titre « En Grande-Bretagne, Boris Johnson est accusé de duper le public au sujet des preuves sur l’empoisonnement Skripal. » Cet article indiquait que celui qui allait bientôt devenir premier ministre avait menti en affirmant que l’étude menée par un laboratoire affilié au gouvernement britannique, sur le produit chimique, avait permis d’affirmer que la source du poison était russe, en lançant :

Des dizaines de pays se sont ralliés à la Grande-Bretagne contre la Russie après l’accusation portée contre Moscou d’avoir utilisé un agent innervant de qualité militaire pour empoisonner Sergeï Skripal, ancien espion russe, et sa fille Yulia, en Angleterre, le mois dernier. Boris Johnson, le secrétaire britannique aux affaires étrangères, se voit à présent accusé d’avoir publiquement déformé les faits dans cette affaire.

 

Le premier laboratoire militaire britannique a affirmé mardi ne pas pouvoir vérifier si l’agent innervant utilisé le 4 mars provenait ou non de Russie.

 

Gary Aitkenhead, dirigeant du Defense Science and Technology Laboratory à Porton Down, a affirmé à Sky News que bien que la substance utilisée dans l’attaque ait été identifiée comme du Novitchok — une classe d’armes chimiques développée dans l’ancienne Union soviétique et en Russie — on ne sait pas vraiment s’il avait été produit en Russie. …

 

Ces commentaires semblent contredire les remarques faites par Johnson au cours d’une interview avec l’émission allemande Deutsche Welle le 20 mars. Lorsqu’on lui a posé la question de savoir comment le gouvernement britannique pouvait être aussi sûr de lui sur le fait que la Russie était derrière cette attaque, Johnson avait mentionné « les gens de Porton Down », qui selon lui étaient « absolument catégoriques. »

 

« J’ai moi-même posé la question, j’ai demandé ‘Vous en êtes certain?’ Et il m’a répondu qu’il n’y avait aucun doute, » a affirmé Johnson.

Voici comment l’article Wikipédia [en anglais, NdT] sur l’« Empoisonnement de Sergeï et Yulia Skripal«  a (mal)traité ces informations centrales en provenance de Porton Down :

Porton Down

Le 3 avril 2018, Gary Aitkenhead, dirigeant le Government’s Defence Science and Technology Laboratory (Dstl) à Porton Down, responsable des tests sur la substance impliquée dans l’affaire, a affirmé qu’ils avaient établi que l’agent était du Novitchok, ou de cette famille d’agents, mais avaient été dans l’incapacité de vérifier la « source précise » de l’agent innervant et qu’ils avaient « livré l’information scientifique au gouvernement, qui avait alors utilisé diverses autres sources pour parvenir aux conclusions auxquelles vous êtes parvenus. » [193][194] Aitkenhead a refusé de commenter l’information selon laquelle le laboratoire avait développé ou conservait des stocks de Novitchok.[194] Il a également réfuté les hypothèses selon lesquelles la substance aurait pu venir de Porton Down : « Il n’est pas possible qu’une telle chose aurait pu venir de chez nous ou ait pu quitter les quatre murs de nos installations. »[194] Aitkenhead a affirmé que la création de l’agent innervant relevait « probablement uniquement des capacités d’un agent étatique », et qu’il n’existait pas d’antidote connu.[193][153]

Des membres de l’armée portant des tenues de protection enlèvent une voiture de police et d’autres véhicules d’un parking public dans la poursuite de leur enquête sur l’empoisonnement de Sergeï Skripal le 11 mars 2018 à Salisbury, Angleterre.

Cette phrase « source précise » est restée non-définie dans cet article, et l’on ne sait pas ce qu’elle signifie : s’agit-il de la source nationale, des produits chimiques desquels l’agent chimique a été dérivé, ou peut-être même d’autre chose ? Wikipédia ne le dit pas. Ce passage est rédigé pour détourner l’attention du lecteur de cette question — pas pour l’examiner. La phrase « source précise » a été laissée habilement, mais elle n’apporte pas de sens, pour empêcher que le lecteur découvre que Boris Johnson — le gouvernement britannique — a menti à ce sujet. Mais c’est bien son mensonge sur le rapport produit par Porton Down qui est ici l’élément clé. Wikipédia s’applique à le dissimuler.

La note de lecture « 153 » (la dernière note de lecture de ce passage) fait référence à l’article du Washington Post, mais omet avec soin d’intégrer le fait central présenté par cet article, le mensonge du gouvernement britannique au sujet de ce que son propre laboratoire lui avait dit, au sujet de la source nationale du poison. Qui plus est, comme Craig Murray, journaliste très soigneux, indépendant et honnête, l’a rapporté le 14 mars 2018 :

En résumé :

  1. Porton Down a certifié dans ses publications qu’il n’a jamais vu de « Novitchok » russe. Le gouvernement britannique ne dispose d’absolument aucune information « de type empreinte digitale », comme des impuretés dans le produit, permettant d’attribuer cette substance à la Russie avec certitude.
  2. Jusqu’à présent, ni Porton Down, ni les experts mondiaux de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ne sont convaincus de la simple existence de produits « Novitchok ».
  3. Le Royaume-Uni refuse de livrer un échantillon du produit à l’OIAC.
  4. Les produits « Novitchok » ont été spécifiquement conçus pour pouvoir être produits sur la base d’ingrédients courants, sur n’importe quelle paillasse scientifique. Les Étasuniens ont démantelé et étudié l’installation qui les développait supposément. Il est complètement faux que les Russes étaient seuls en mesure d’en produire, si n’importe qui peut le faire.
  5. Le programme « Novitchok » était localisé en Ouzbekistan, pas en Russie. Ce sont les Étasuniens qui en ont hérité au cours de leur alliance avec Karimov, et non pas les Russes.

Grand merci aux sources que je ne peux pas citer pour le moment.

Donc : Porton Down se montrait simplement honnête en affirmant ne pas savoir d’où le poison provenait. Mais les lecteurs de Wikipédia sont maintenus dans l’ignorance de ce fait central, ou même du fait que le laboratoire de Porton Down a publiquement réfuté les dires publics du gouvernement britannique au sujet de ce que ce laboratoire aurait affirmé.

Tristement, il s’agit de la procédure habituelle au sein de Wikipédia, édité et écrit par la CIA, qui tient sur liste noire (empêche de poster des liens vers) les sites (comme « MoA », Helmer ou Murray) non-approuvés par la CIA. Wikipédia a qui plus est été exposé de manière plutôt convaincante comme une opération de « désinformation » de l’État profond international (une opération pour orienter ‘l’information’ au profit des milliardaires planétaires), profondément corrompue et soldée à vil prix à un grand nombre de milliardaires, au lieu de ne compter que sur quelques donateurs très riches comme le font la plupart des organisations non-lucratives (qui ont moins de propriétaires, mais plus gros). Suivant cette méthode, ils affirment disposer de « revenus annuels dépassant les 109,9 millions de dollars« . En excluant tout lien pointant vers des sources que vous connaissez sans doute, puisque vous lisez le présent article, et en déformant de manière choisie, lorsque cela s’avère nécessaire ce qui a été rapporté par les sources qu’ils ont le droit de citer, ils dissimulent les faits centraux, comme (dans la présente affaire), le fait que la source du poison n’a pas pu être identifiée, et que le gouvernement britannique a menti à ce sujet.

Peu après le mensonge de Johnson, citant non seulement la Russie, mais le gouvernement russe comme source du poison, le premier ministre britannique, Theresa May, avait ordonné l’imposition de nouvelles sanctions contre la Russie, et le Royaume-Uni ainsi que ses alliés avaient promptement renvoyé 153 diplomates russes (dont 60 expulsés hors des États-Unis) ; une décision prise sur la base d’aucune preuve. La Russie avait répliqué en expulsant 189 diplomates de ces pays.

À ce jour, aucun dossier légal n’a été produit du côté du Royaume-Uni ou des États-Unis, affirmant que la Russie aurait bel et bien préparé ou opéré l’incident. Plus stupéfiant encore, le gouvernement britannique a empêché Yulia et Sergeï Skripal de répondre à la moindre question de la part du public, ou de la part du gouvernement russe, de leurs amis, ou même de membres de la famille Skripal. Sergeï et Yulia ont tout bonnement disparu de la circulation, n’ont jamais pu communiquer avec le public, et n’ont jamais eu le droit de témoigner dans le cadre d’une quelconque procédure légale.

Le 19 mars 2019, l’Independent britannique a eu le courage remarquable de titre un article « Un an après, l’affaire de l’empoisonnement Skripal reste percluse de questions auxquelles personne ne veut répondre«  ; mais à présent, la plupart des questions listées par cet article ont bien trouvé une réponse, et nous allons ici les documenter avec des liens. Les résultats (comme nous allons le voir) sont accablants pour le gouvernement britannique et ses alliés (principalement les États-Unis), qui ont tous expulsé des diplomates russes (comme cela est désormais clairement établi) sur la base de mensonges fabriqués contre la Russie au sujet de l’affaire Skripal. Mais le plus grand scandale est bel et bien la presse occidentale, qui continue à ce jour à couvrir ce scandale — un scandale qui la concerne désormais, et l’expose comme ne constituant pas une institution journalistique authentique au sein d’une authentique démocratie, mais plutôt comme organe de propagande de son propre régime, servant à tromper avec cynisme son propre public. Cet incident restera dans l’histoire — au travers de récits honnêtes et revenant sur le passé des événements publics importants — si cela peut encore exister en Occident (ce dont on peut sérieusement douter, si l’on prend cette affaire comme exemple), comme l’une des opérations menées par les dictatures occidentales : une opération de pure propagande, et pas du tout de journalisme.

Le 16 mars 2020, Helmer a rapporté que « Le Defence Science and Technology Laboratory (DSTL) de Porton Down, principale unité de tests sur la guerre chimique affiliée au ministère de la défense britannique, a reconnu avoir produit et testé l’agent innervant organophosphate Novitchok depuis 2014. » Il a livré l’ensemble des détails dans son article du 26 février 2020, paru sous le titre « Contrats de guerre chimique secrète étasunienne au sein du labo britannique de Porton Down« . Cette introduction de preuve, à partir des expériences menées à Porton Down, au bénéfice du programme de guerre chimique du gouvernement des États-Unis, livre bien l’argument clé du livre brillant écrit par Helmer à ce sujet, Skripal en prison, qui a été publié le 13 février 2020.

Précédemment, le gouvernement britannique avait réfuté tout ceci. Cela aurait dû faire les choux gras de la presse occidentale, et produit de nombreux mea culpa en son sein, mais au lieu de cela ils ont continué de tout dissimuler au public. Si l’on peut produire du Novitchok n’importe où, et que l’on en a produit à Porton Down, alors les allégations répétées du gouvernement britannique du contraire n’ont constitué que de purs mensonges.

Le British Guardian, libéro-néoconservateur (ou faussement « progressiste » pro-impérialiste) a titré le 13 avril un article : « la Russie a testé un agent innervant sur les poignées de portes avant l’attaque contre les Skripal, selon un dossier britannique«  et a rapporté :

La Russie avait testé si les poignées de portes pouvaient être utilisées pour transmettre des agents innervants et avait ciblé les comptes email de Sergeï et Yulia Skripal depuis au moins 2013, selon des renseignements précédemment classifiés sur l’attaque de Salisbury qui ont été rendus publics. Le Royaume-Uni a publié les renseignements vendredi, reliant la Russie à l’attaque contre l’ancien agent double et sa fille.

 

Les affirmations sur la poignée de porte et les e-mails ont été produits au sein d’une lettre de la part de Sir Mark Sedwill, le conseiller national à la sécurité du Royaume-Uni, adressée à Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN. Il est extrêmement rare que le Royaume-Uni rende publics de tels renseignements …

 

Sedwill a affirmé que la Russie considérait au moins certains de ses transfuges comme des « cibles légitimes d’assassinat », en suggérant que cela pouvait comprendre Skripal, …

Ici encore, les propagandistes ont fait usage de « suggestion », et pas d’affirmations claires, dans le simple but de se couvrir. Il s’agit d’un nouvel exemple de déviation verbale.

Cet article cite Sedwill comme affirmant qu’« il est improbable que du Novitchok ait pu être produit et déployé par des acteurs non-étatiques. » Aucun élément factuel n’est produit de ses allégations. Le « journalisme » produit par le Guardian ne consiste qu’à répandre typographiquement les allégations du gouvernement, exactement comme cela avait été le cas avec les « armes de destruction massive de Saddam ».

Bien entendu, quiconque a fait usage de Novitchok, ou d’un autre poison, sur Sergeï Skripal, avait pour but de l’assassiner afin qu’il ne fût pas disponible pour témoigner publiquement sur les circonstances qui avaient conduit à son empoisonnement. Cependant, il a survécu à cette tentative d’assassinat bâclée, et sa fille — cible collatérale — également. Cela a créé une crise au sein du régime britannique, qui s’est retrouvé à devoir couvrir ses actions, et c’est ce qu’il a fait en emprisonnant les deux Skripal au secret, en empêchant toute possibilité qu’ils auraient pu avoir de s’exprimer franchement auprès de la presse sur les circonstances qui ont amené à la tentative de meurtre contre M. Skripal. Ce régime n’a pas non plus produit de procès en justice visant à identifier et punir les individus que les Skripal, s’ils avaient été libres, auraient publiquement et librement accusés pour cette tentative d’assassinat. Un aspect intéressant de leur emprisonnement est qu’au moins pour partie (voir complètement), il s’est tenu sur la base étasunienne de bombardiers nucléaires de Fairford, dans le Gloucestshire, comme l’a révélé l’article de Helmer et son livre de 2020, Skripal en prison.

Le 6 avril 2022, Helmer a titré « LE GOUVERNEMENT BRITANNIQUE A ENGAGÉ SECRÈTEMENT UN AVOCAT POUR REPRÉSENTER SERGEÏ SKRIPAL ET YULIA SKRIPAL DANS UNE ENQUÊTE PUBLIQUE« , rapportant que « le paiement de Chapman par le gouvernement pour agir pour le compte des Skripal fait paraître qu’ils sont en vie, et pas en prison. » Cependant, Chapman a refusé de répondre à la moindre question posée par Helmer. Helmer note :

Sergeï Skripal n’est pas paru en public depuis le jour de la première attaque supposée au Novitchok, le 4 mars 2018. Les membres de sa famille ne lui ont pas parlé au téléphone depuis le 26 juin 2019 [6]. Yulia Skripal a été vue pour la dernière fois au cours d’une interview dirigée par les Britanniques et les Étasuniens sur une base de bombardiers étasuniens au mois de mai 2018 ; [7] son dernier appel téléphonique a été entendu le 20 novembre 2020 [8]. Au cours des dix-sept mois écoulés depuis lors, aucun élément indépendant [9] (après le 26 juin 2019) n’existe pour témoigner du fait qu’ils seraient en vie.

Puis, le 21 juillet 2022, Helmer a fait paraître un article sous le titre : « SEPT SECRETS SUR LES SKRIPAL QUE LES SERVICES SECRETS NE VOULAIENT PAS VOIR DIVULGUÉS« , et a indiqué que Chapman refusait même de répondre aux questions posées par le juge dans cette affaire, comme « Avait-il quelque chose à dire au tribunal pour le compte de Sergeï et Yulia Skripal, a-t-il été demandé à Chapman. ‘Rien’, a répondu Chapman » :

Le silence de Chapman, son refus d’affirmer qu’il avait communiqué directement avec les Skripal pour vérifier qu’ils sont en vie, capables de lui donner des instructions, et pas en prison ou sous quelque autre contrainte, est le troisième des secrets sur les Skripal que le gouvernement a laissé sortir. En désignant Chapman, le gouvernement britannique et les services secrets (le MI6), responsables de Sergeï Skripal depuis son arrivée en Angleterre, ont fait de Chapman la première et seule source d’éléments publics sur le sort des Skripal.

 

Depuis plus de quatre années, la presse britannique n’a pas enquêté à ce sujet. …

Ou bien les deux Skripal ont été assassinés par le gouvernement britannique (après le 26 juin 2019) pour empêcher que la culpabilité britannique soit jamais connue du public, ou on leur a donné de nouvelles identités, et envoyés en Nouvelle-Zélande, comme énoncé par les rumeurs en Grande-Bretagne. Cependant, même s’ils se trouvent dans un autre pays, sont-ils encore en prison ? Pourquoi le public accepte-t-il les mensonges constants proférés par le Royaume-Uni — et les médias occidentaux ? De qui l’Occident se fait-il le serviteur, dans cette affaire ? Est-ce uniquement les entreprises d’armement, qui fournissent ces gouvernements ?

Traduit par José Martí pour le Saker Francophone

L’Iran a attaqué des navires qui ont tenté de détourner son navire

Des navires qui ont tenté d'attaquer un navire iranien dans les eaux de la mer Rouge ont été attaqués par les forces du Corps des gardiens de la révolution islamique d'Iran. On sait qu'un groupe de navires inconnus a tenté d'attaquer un navire iranien, à bord duquel se trouvaient vraisemblablement des armes, mais les navires de guerre iraniens qui sont immédiatement arrivés sur les lieux ont pu repousser l'attaque et mettre l'inconnu en fuite.

UEE : L’accent sur les échanges en monnaies nationales

par Mikhail Gamandiy-Egorov. L’Union économique eurasiatique prend de plus en plus la voie d’une priorisation des échanges entre les États membres de l’union en monnaies nationales. Avec à terme la possibilité de l’introduction d’une monnaie unique.

Le jugement des nations

par Batiushka. Nous sommes en juillet. Dans huit semaines, le temps se refroidira. Dans seize semaines, l’hiver commencera. Attendez que la panique commence et que les palais des dirigeants du monde occidental tombent également devant des foules affamées, confrontées à une énorme inflation et à la faillite nationale.

Un urgentiste se révolte contre François Braun et l’épingle sur son « mensonge » en direct sur BFM TV

« On s’est rendu compte que les assistants de régulation médicale c’est-à-dire les téléphonistes du SAMU, n’étaient pas formés, on a mis en place une formation et là qu’est-ce que nous propose M. Braun dans une de ses mesures ? « Vous pouvez embaucher n’importe qui ». C’est pas sérieux »

Les soldats ukrainiens volent l’argent des soldats décédés étrangers venus les aider

par Le Média en 4-4-2. Une fois sur le terrain, c’est la totale désillusion. Les missions sont stupides, il n’y a pas de commandement, les hommes sont envoyés directement à la mort. Les soldats ukrainiens volent leur argent, leurs téléphones portables sur leurs cadavres, puis ils sont incinérés.

Ukraine : explosions dans un dépôt de munitions en Crimée, trois pays européens privés de pétrole russe

Des explosions ayant fait un mort et des blessés se sont produites mardi dans un dépôt de munitions sur le site d’un aérodrome militaire de la péninsule ukrainienne de Crimée, annexée par la Russie, qui a arrêté ses livraisons de pétrole via l’Ukraine. Transneft, a annoncé que les livraisons de pétrole russe par le territoire ukrainien à destination de la Hongrie, de la Slovaquie et de la République tchèque, États membres de l’Union européenne dépourvus d’accès à la mer, ont été interrompues le 4 août.

Ce qui se passe en réalité en Ukraine (Donbass et ailleurs)

par Vladimir Tchernine. « La moitié du visage de mon enfant a été arraché. L’un de nos voisins a perdu sa jambe, une personne a été tuée sur place. Nous les avons enterrés nous-mêmes, mon mari l’a fait ».

Nebenzya : « Le retrait des forces américaines facilitera la fin du terrorisme en Syrie »

« Le retrait des forces d'occupation américaines du territoire syrien signifierait l'élimination rapide et inévitable de la présence terroriste dans ce pays qui souffre tant et des réseaux terroristes dans les États voisins ».

Antony Blinken: «L’avenir du monde sera défini en Afrique»

Par : Volti
Source Observateur-Continental Pour les Etats-Unis l’avenir du monde sera déterminé dans une très large mesure par l’Afrique. Après la visite du président français, Emmanuel Macron sur le continent africain, Antony Blinken, vient débarquer comme s’il devait réparer les erreurs en communication réalisées par le président français, Emmanuel Macron. Même si le chef américain des Affaires étrangères persiste à clamer qu’il […]

Fake news de guerre 20

Par : Krokodilo
Riche actualité, entre le rapport d'Amnesty International (AI) et la Chine. Le rapport d'AI accuse l'Ukraine de faire prendre des risques aux civils en plaçant délibérément leurs forces armées dans des immeubles, écoles et autres bâtiments civils. Ils ne sont pas allés jusqu'à parler de crimes de guerre, et pourtant leur rapport a été un véritable séisme car, cette fois, les grands médias anglophones et les nôtres n'ont pu passer l'info sous silence, compte-tenu du (...) - Tribune Libre

LE LIVRES CHOC SUR LA JUSTICE : « Ne faites jamais confiance à la justice de votre pays » A LIRE D’URGENCE

La magistrature française est en souffrance. « Juger, c’est apprécier. » « Il faut respecter le temps de la justice. » De beaux principes ! Mais le pouvoir d’appréciation du juge se réduit de jour en jour, sous la pression de sa hiérarchie et sous le poids de lois opportunistes toujours plus contraignantes. On a récemment intégré dans la grille d’évaluation des juges, un critère de rentabilité : une prime annuelle est versée en fonction du nombre de dossiers traités. Les juges sont-ils encore capables de se prononcer en leur âme et conscience ? La justice peut-elle vraiment être rendue en toute liberté, sans tenir compte de ce qu’attend la hiérarchie ? Existe-t-il encore des magistrats prêts à exercer leur mission sans être d’abord préoccupés par leur avancement ? Ce livre est le témoignage sincère d’un juge passionné qui n’avait cessé de croire en la justice… jusqu’au jour où il a dû rendre des comptes à ses pairs, après s’être déplacé place Vendôme pour mettre son propre ministre en examen. Une plongée dans le monde de la justice, un constat sans concession qui fait froid dans le dos. Après avoir lu ce livre, vous vous y reprendrez probablement à deux fois avant de faire appel à un juge Né en 1948 en banlieue nord de Paris, Claude BUTIN passe son enfance à Sarcelles. Après avoir exercé plusieurs petits boulots dans la France des années 60 tels que soudeur, peintre en bâtiment, vendeur en porte à porte pour payer ses études, il devient avocat au barreau de Paris. Élu secrétaire de la conférence sous le bâtonnat de Guy DANET, il sera juge d’instruction. Nommé à Mayotte puis à Pontoise, l’époux de Babette de Rozières termine sa carrière comme vice-président du tribunal de grande instance à Rouen.

L’article LE LIVRES CHOC SUR LA JUSTICE : « Ne faites jamais confiance à la justice de votre pays » A LIRE D’URGENCE est apparu en premier sur PLANETES360.

France : un budget 2023 d'ores et déjà en trompe l'oeil

Par : bertie1064

La dette publique française a atteint 114, 5% de la richesse produite en une année au 31 mars 2022, soit la somme astronomique de 2 902 milliards selon l'INSEE. Plus personne n'ignore ce chiffre, alarmant pour les uns, soutenable pour les autres...

- Tribune Libre

Voici comment l’Ukraine aura perdu ses richesses

Par : Wayan

Par Moon of Alabama – Le 10 août 2022

Le 24 février, le jour où les troupes russes ont franchi les frontières de l’Ukraine, j’ai écrit sur l’état final potentiel de l’opération :

En regardant cette carte, je pense que l’état final le plus avantageux pour la Russie serait la création d’un nouveau pays indépendant, appelé Novorussiya, sur les terres situées à l’est du Dniepr et au sud le long de la côte, terres qui détiennent une population majoritairement russe et qui, en 1922, avaient été rattachées à l’Ukraine par Lénine. Cet État serait politiquement, culturellement et militairement aligné sur la Russie.

Cela éliminerait l’accès de l’Ukraine à la mer Noire et créerait un pont terrestre vers la Transnistrie, séparée de la Moldavie, qui est sous la protection de la Russie.

Le reste de l’Ukraine serait un État confiné, essentiellement agricole, désarmé et trop pauvre pour devenir rapidement une nouvelle menace pour la Russie. Sur le plan politique, elle serait dominée par les fascistes de Galicie, ce qui deviendra alors un problème majeur pour l’Union européenne.

Le 19 mars, j’ai réexaminé le sujet et ajouté Kryvyi Rih (Kriwoi Rog en russe), la partie jaune de la carte, à la liste :

La Novorossiya comprend en gros les zones roses et jaunes de la carte ci-dessus. Elle comprend également les précieuses mines de fer et les usines de Kryvyi Rih développées par les Soviétiques à l’ouest du Dniepr.

Je tiens tout particulièrement à souligner que j’ai parlé d’un « État essentiellement agricole, désarmé et trop pauvre pour constituer de sitôt une nouvelle menace pour la Russie« .

J’ai pu dire cela parce que presque toutes les ressources et industries de l’Ukraine se trouvent dans le sud et l’est. Si la Russie les prend ou crée un nouvel État nommé Novorossiya, le « reste de l’Ukraine » sera en grande partie désindustrialisé. Il convient également de noter que le sud et l’est englobent la plupart des fameuses zones de terre noire, qui consistent en une couche d’humus d’un demi-mètre de profondeur permettant d’obtenir de bons résultats agricoles sans utiliser beaucoup d’engrais.

Une grande partie des industries de l’acier et des machines lourdes dans le sud et l’est ont été négligées au cours des 30 dernières années sous la domination ukrainienne ou ont été détruites pendant les guerres qui font rage depuis 2014. Il faudra de très gros investissements pour les relancer, mais les bénéfices potentiels seront importants.

Près d’une demi-année après mon article, le Washington Post, avec l’aide de quelques Canadiens, rattrape son retard sur le sujet :

Dans la guerre d’Ukraine, une bataille pour les richesses minérales et énergétiques du pays

 

Après près de six mois de combats, la guerre bâclée de Moscou lui a apporté au moins un grand profit : un contrôle accru sur certaines des terres les plus riches en minéraux d’Europe. L’Ukraine abrite certaines des plus grandes réserves de titane et de minerai de fer du monde, des gisements de lithium inexploités, ainsi que d’énormes dépôts de charbon. Collectivement, ils valent des dizaines de milliers de milliards de dollars.

 

La part du lion de ces gisements de charbon, qui ont alimenté pendant des décennies l’industrie sidérurgique ukrainienne, est concentrée dans l’est du pays, où Moscou a fait le plus de percées. Selon une analyse réalisée pour le Washington Post par la société canadienne SecDev, spécialisée dans les risques géopolitiques, ces gisements sont passés aux mains des Russes, tout comme d’autres gisements énergétiques et minéraux de grande valeur, utilisés dans des domaines aussi variés que les pièces d’avion ou les smartphones. …

 

« Le pire scénario est que l’Ukraine perde des terres, n’ait plus une économie de matières premières forte et devienne davantage comme l’un des États baltes, une nation incapable de soutenir son économie industrielle« , a déclaré Stanislav Zinchenko, directeur général de GMK, un groupe de réflexion économique basé à Kiev. « C’est ce que veut la Russie. Nous affaiblir. » …

 

Pourtant, l’analyse de SecDev indique qu’au moins 12 400 miliards de dollars de gisements énergétiques, de métaux et de minéraux ukrainiens sont désormais sous contrôle russe. Ce chiffre représente près de la moitié de la valeur en dollars des 2 209 gisements examinés par l’entreprise. Outre 63 % des gisements de charbon du pays, Moscou s’est emparé de 11 % de ses gisements de pétrole, de 20 % de ses gisements de gaz naturel, de 42 % de ses métaux et de 33 % de ses gisements de terres rares et d’autres minéraux critiques, dont le lithium.

Je pense que la part de gaz naturel que détient déjà la Russie est plus élevée, car il existe plusieurs gisements de gaz sous-marins autour de la Crimée et au large de la côte orientale.

Si les forces russes prennent également Kryvyi Rih et Dnipro, elles contrôleront environ 75 à 80 % du PIB de l’Ukraine d’avant-guerre.

L’effort de guerre de la Russie est actuellement financé par l’« Occident », qui le paie par le biais des prix records de l’énergie créés par ses propres sanctions contre la Russie.

Comme le rapportait hier l’agence russe Interfax (traduction automatique) :

Le solde positif du compte courant de la balance des paiements de la Fédération de Russie de janvier à juillet 2022 s’est élevé à 166,6 milliards de dollars, soit 3,3 fois plus qu’au cours de la même période en 2021 (50,1 milliards de dollars). Ces informations figurent dans l’évaluation de la balance des paiements de la Fédération de Russie, publiée sur le site Internet de la Banque de Russie. …

 

Selon le scénario de base des prévisions de la Banque centrale pour 2022, mis à jour en juillet, avec un prix annuel moyen du pétrole de 80 dollars le baril, l’excédent de la balance courante devrait être de 243 milliards de dollars, le solde positif du commerce extérieur de biens et de services – 277 milliards de dollars, et le solde négatif des revenus primaires et secondaires – 33 milliards de dollars.

Si l’« Occident » veut vraiment priver la Russie d’argent, il doit immédiatement lever les sanctions et recommencer à importer du pétrole, du gaz et du charbon de Russie à des prix alors beaucoup plus bas.

La Russie ne manquera pas d’argent pour financer la reconstruction des grandes industries de Novorossiya. Une fois cela fait, ces régions seront manifestement capables de subvenir à leurs besoins et de garantir un niveau de vie élevé. Elles auront également assez d’argent pour se défendre militairement contre tout ce que le pauvre reste d’Ukraine sera capable de financer.

Fin mars, après des négociations entre la Russie et l’Ukraine en Turquie, un accord sur un cessez-le-feu et sur la fin de la guerre a presque été conclu. Joe Biden a alors chargé Boris Johnson de dire à Zelensky de poursuivre la guerre. Sinon, l’« Ouest » cesserait de le payer. Zelensky a fait ce qu’on lui a dit de faire et a cessé toute négociation avec la Russie.

Un accord avec la Russie à ce moment-là aurait permis à l’Ukraine de rester un seul État, avec seulement des pertes mineures dans le Donbass. Mais la décision de poursuivre cette guerre sans espoir a également mis fin à toutes les chances de l’Ukraine de conserver ses richesses.

Elle finira pauvre et impuissante tandis que ses voisins « occidentaux » s’en régaleront.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Pouvoir d’achat : le grand mensonge: Une enquête exclusive

UN INCONTESTABLE RECUL

Vous avez le sentiment que votre pouvoir d’achat régresse, que la hausse des prix est sous-estimée, mais année après année l’INSEE affirme que vous vous trompez. Ce livre va vous montrer que vous avez raison, chiffres à l’appui.

Philippe Herlin a mené un travail d’enquête approfondi pour recueillir des séries de prix sur un demi-siècle, entre 1965 et 2015, dans les catalogues de vente par correspondance, les brochures publicitaires de supermarchés, les publications spécialisées. Le résultat est sans appel : depuis la fin des Trente Glorieuses, au milieu des années 70, le pouvoir d’achat des Français a diminué.

Au-delà des chiffres, des extraits d’articles de presse font revivre plusieurs moments-clés de ces cinquante dernières années, du premier choc pétrolier à la crise des subprimes en passant par la mondialisation et le passage à l’euro. Ils montrent, concrètement, comment nos habitudes de consommation et notre niveau de vie ont été impactés par le contexte économique.

Pourtant, des solutions existent pour faire de nouveau progresser le pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés, et elles sont à notre portée.

L’article Pouvoir d’achat : le grand mensonge: Une enquête exclusive est apparu en premier sur PLANETES360.

Les « vaccins » Covid sont 7 402% plus mortels que tous les autres vaccins combinés, prévient l’agence de régulation Britannique des vaccins

L’agence britannique de réglementation des médicaments et des produits de soins de santé (MHRA) a publié son dernier rapport sur les cartons jaunes, documentant le nombre total de décès signalés dus à la vaccination par le covid-19 entre le 21 janvier et le 22 juillet. Au cours de cette période de dix-neuf mois, le nombre total de décès dus aux vaccins covid-19 a été comparé au nombre moyen de décès dus à tous les autres vaccins.

Les données montrent que les vaccins COVID sont 7 402 % plus mortels que tous les autres vaccins combinés.

Historiquement, les vaccins COVID ont causé 5,5 fois plus de décès que tous les autres vaccins autorisés COMBINÉS au cours des VINGT-NEUF DERNIÈRES ANNÉES !

Ce système de pharmacovigilance n’est pas du tout surveillé ni pris au sérieux.

Une demande de liberté d’information pour obtenir des réponses de la MHRA

  • La MHRA n’a pas mis en garde le public contre les blessures et les décès survenus au nom de la vaccination.
  • La MHRA est restée silencieuse sur la question depuis le début du déploiement du vaccin COVID. Essayant de ne pas créer une “hésitation vaccinale”
  • La MHRA a refusé d’aborder l’afflux de problèmes médicaux causés par les vaccins
  • La MHRA a le devoir éthique d’arrêter l’assaut sans fin des armes biologiques à base de protéines de pointe par le biais du processus de transcription de l’ARNm du vaccin.

Pour répondre à ces graves problèmes, un homme nommé M. Anderson a déposé une demande de liberté d’information auprès de la MHRA le 6 août 2021. La demande officielle demandait à l’agence de réglementation de fournir le nombre total de décès dus aux vaccins covid-19 et le nombre total de décès dus à tous les autres vaccins avant le covid-19. La demande visait également à savoir si les vaccins covid-19 sont toujours en cours d’essai et si un système d’IA aide à surveiller le système de carte jaune. Enfin, la demande demandait à la MHRA : ”

À partir de quel moment la MHRA peut-elle dire qu’un vaccin ou un médicament n’est pas sûr pour les humains ? “.

La MHRA révèle des données choquantes sur les statistiques de décès liés au vaccin COVID, mais maintient que les vaccins sont le “traitement le plus efficace”.
Sous la pression, la MHRA a confirmé qu’elle utilise des études épidémiologiques, des dossiers médicaux électroniques anonymisés provenant de médecins généralistes pour “surveiller de manière proactive la sécurité, en plus des rapports spontanés reçus via le système de la carte jaune”.

La MHRA a admis que le Yellow Card Scheme a reçu 404 rapports de décès après l’administration de tous les vaccins disponibles (à l’exception des vaccins COVID) sur une période de 20 ans et huit mois. En revanche, il y a eu un nombre choquant de 2 213 décès au cours des dix-neuf premiers mois du déploiement du vaccin COVID.

https://naturalnews.com/2021-07-11-coronavirus-vaccine-unsafe-humans-adverse-events.html

Les données ont également été ventilées par vaccin. Il y a eu

  • 62 décès associés au vaccin Moderna,
  • 808 associés au vaccin Pfizer et
  • 1 294 associés au vaccin AstraZeneca.
  • Il y a eu 49 décès supplémentaires non spécifiés.

Même si le système de la carte jaune explose de signaux de sécurité et d’un raz-de-marée d’événements indésirables, la MHRA proclame avec arrogance que les vaccins contre le covid-19 sont “le traitement le plus efficace pour prévenir les maladies graves dues au covid-19”.

L’agence mentionne également que les vaccins covid-19 n’ont pas reçu une autorisation de mise sur le marché complète et sont donc autorisés temporairement.

En d’autres termes, les essais sont actuellement menés sur la population sans aucune proclamation officielle.

La MHRA a confirmé que les vaccins Pfizer/BioNTech, Oxford/AstraZeneca et Moderna ont reçu des autorisations temporaires basées sur un examen accéléré et continu. Les vaccins ont été déployés au Royaume-Uni uniquement parce que l’Organisation mondiale de la santé et le gouvernement britannique ont maintenu “une urgence de santé publique”.

Dans un courriel officiel, la MHRA a répondu aux questions de M. Anderson concernant la fin du programme de vaccination contre le covid-19. Ils ont déclaré que “la MHRA ne détient pas d’informations complètes sur le moment du décès ou les statistiques de décès”. La MHRA a renvoyé M. Anderson à l’Office for National Statistics pour plus de précisions.

Quelle est l’utilité d’un système de pharmacovigilance si ses données sont systématiquement ignorées par les autorités médicales ?

À quoi sert un organisme de réglementation si les fonctionnaires du gouvernement refusent d’assumer la responsabilité de leur manquement continu au devoir ?

Les sources :

ExposeNews.com

NaturalNews.com

https://vaccines.news/

Via Cogiito

arnauddebrienne

Important: Avez Vous Le Droit À Tout Cet Argent ?

Le prix des carburants a augmenté à cause de l’inflation. Mais ne vous inquiétez pas, le bon gouvernement à une solution! Vous donner encore plus d’argent! Ou plutôt non… pas vous tous… que les personnes “modestes”. Et quand pourrez-vous toucher ces 100 à 300 euros de prime? A partir d’Octobre si tout va bien.

L’article Important: Avez Vous Le Droit À Tout Cet Argent ? est apparu en premier sur PLANETES360.

UBERFILES, MCKINSEYGATE… PLUS RIEN NE NOUS CHOQUE, ET C’EST TRÈS GRAVE

L’été, c’est aussi le moment de faire le bilan de la saison médiatique qui s’est achevée le mois dernier.

Quand on y pense, il y a eu pas mal de scandales ces derniers mois. Les Uberfiles. Le McKinseyGate. Le Rothschildgate. Etc. Etc. Et c’est peut-être ça le problème. Un scandale en chasse un autre. Le trop plein noie tout et finit paradoxalement à ressembler au vide. Et à la bataille du trop-plein, certains groupes d’intérêt ont plusieurs longueurs d’avance. Ce sont ceux qui ont les moyens de produire un nombre quasi infini de contenus d’information, de divertissement, d’info-divertissement, de gossip, de désinformation, etc…

Et à ce propos justement, je crois qu’on ne s’est pas assez appesanti sur une de ces “affaires” qui viennent, sont commentées, et puis “repartent” comme si de rien n’était. Il s’agit du scandale Avisa Partners, du nom de ce cabinet “d’intelligence” économique qui générait des faux articles d’information et des fausses tribunes d’experts. Et les “infiltrait” un peu partout. Y compris dans de vrais médias.

Peut-être que d’une certaine manière, nos capacités de réaction et d’indignation face à l’actualité semblent au moins en partie anesthésiées. Essayons de comprendre pourquoi. L’Actu démasquée, nouvel épisode, c’est parti.

L’article UBERFILES, MCKINSEYGATE… PLUS RIEN NE NOUS CHOQUE, ET C’EST TRÈS GRAVE est apparu en premier sur PLANETES360.

Macron face à la montée du sentiment anti-français en Afrique

Par : Volti
Proposé par Amar D. Par Mehdi Messaoudi pour Algérie54 Le sentiment anti français, est toujours aussi fort sur le continent africain. La France, qui a été chassée du continent, a mis en place un plan visant à appauvrir ses anciennes colonies. Pour les gouvernements français, il fallait poursuivre leur entreprise colonisatrice en empêchant l’indépendance économique du continent. L’entreprise destructrice de […]

Monkeypox, Variole du Singe : Le mensonge continue ! (Transmission, vaccination…)

Monkeypox, Variole du Singe : Le mensonge continue ! (Transmission, vaccination…)

Monkeypox #vaccination #divizio

L’article Monkeypox, Variole du Singe : Le mensonge continue ! (Transmission, vaccination…) est apparu en premier sur PLANETES360.

L’Office national des forêts va supprimer près de 500 postes en cinq ans

En réalité, les seuls responsables de ce désastre écologique sont les autorités politiques qui ont au fil des années, à l’instar de l’école, la justice, de l’hôpital…, détruit tous les moyens essentiels à la prévention et à la lutte contre les feux de forêts estivaux. Alors qu’ils nous bassinent à longueur de journée sur les risques de changements climatiques, comment est-il possible de supprimer 475 postes sur 8400 ? Si on ajoute à cela les pompiers suspendus car non injectés avec le manque criant de moyens aériens, comment voulez-vous être à la hauteur de ces incendies dévastateurs ? Au même moment, bien entendu, les cabinets de conseil tel McKinsey empoche des milliards d’euros chaque année, cet argent qui ne sera pas investi dans des structures essentielles à la vie de la nation.

Ces suppressions de postes interviennent alors que « le changement climatique et le dépérissement des forêts vont nécessiter de plus en plus de travail », selon l’intersyndicale de l’ONF. Le plan de relance post-Covid prévoit pourtant un budget important pour le reboisement.

L’Office national des forêts (ONF), qui gère les forêts publiques françaises, va supprimer 475 postes sur 8 400 dans les cinq ans. « Ce n’est pas un plan social, ce sont des départs à la retraite et des départs naturels », a fait savoir vendredi soir la direction. Les suppressions de postes se feront en tenant compte « des enjeux stratégiques de l’établissement », dont le « maillage territorial est préservé », tient-elle à préciser.

Cette annonce vient confirmer des craintes exprimées début février par l’intersyndicale de l’ONF. Elle avait estimé que cette décision était « de nature à amplifier gravement la dégradation des conditions de travail et à porter atteinte à la santé des personnels de l’ONF ». Elle avait notamment souligné que « le changement climatique et le dépérissement des forêts vont nécessiter de plus en plus de travail pour assurer le suivi sanitaire et le renouvellement des peuplements…

Source: Le Parisien

L’article L’Office national des forêts va supprimer près de 500 postes en cinq ans est apparu en premier sur PLANETES360.

Pr Perronne convoqué devant la chambre disciplinaire

Par : admin

A Faire circuler un maximum !

Christian Perronne  convoqué à 9 h 30 devant la « Chambre disciplinaire » du Conseil Régional de l’Ordre des Médecins le 13 septembre, 9 rue Borromée, Paris  15ème

9 Rue Borromée, 75015 Paris.
Adresse de l'ordre des médecins de l'Ile de France. il nous faudra être nombreux pour soutenir Christian Perronne le 13 septembre 2022.
En attente de l'heure de la convocation. pic.twitter.com/zv4eENiUZ3

— sergiodde🐭 (@sergiodde) August 9, 2022

Zelensky ciblé de toutes parts

Par : admin

Voir sous les 2 liens d’articles les excellents tweets postés le 10 août dernier par Asselineau.

https://www.leparisien.fr/international/ukraine-polemique-vogue-rapport-amnesty-comptes-offshore-zelensky-cible-de-toutes-parts-08-08-2022-RU7XPLJHGZAARE26J752BNZKRE.php

⚠LES SIGNAUX D’UN LÂCHAGE DE ZELENSKY SE MULTIPLIENT

[1]

Voici 3 jours, j’ai émis l’hypothèse que le rapport d’Amnesty (ONG financée par Soros+NED/CIA+🇪🇺) dévoilant les exactions🇺🇦 pouvait être le signe annonciateur du lâchage de Zelensky par les 🇺🇸.

Cf⤵

mobile.twitter.com/UPR_Asselineau…

⚠LES SIGNAUX D'UN LÂCHAGE DE ZELENSKY SE MULTIPLIENT
[1]
Voici 3 jours, j'ai émis l'hypothèse que le rapport d'Amnesty (ONG financée par Soros+NED/CIA+🇪🇺) dévoilant les exactions🇺🇦 pouvait être le signe annonciateur du lâchage de Zelensky par les 🇺🇸.
Cf⤵https://t.co/czxUAg1hop

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[2]

⚠0r plusieurs émissions et publications révélant les turpitudes de Zelensky sont apparues depuis lors dans des médias🇺🇸🇬🇧🇩🇪mainstream.

1⃣ Hier,sur la chaîne🇬🇧SkyNews de Robert Murdoch, le présentateur Bernard Cory a littéralement « flingué » Zelensky ⤵

twitter.com/AZmilitary1/st…

[2]
⚠0r plusieurs émissions et publications révélant les turpitudes de Zelensky sont apparues depuis lors dans des médias🇺🇸🇬🇧🇩🇪mainstream.
1⃣ Hier,sur la chaîne🇬🇧SkyNews de Robert Murdoch, le présentateur Bernard Cory a littéralement "flingué" Zelensky ⤵https://t.co/oSUB6elfHx

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[3]

😳Les auditeurs ont soudain entendu, médusés,SkyNews jeter le «héros» de Vogue à la poubelle:

🚮«Zelensky flatte les nationalistes, opprime les Russophones, n’a pas respecté les Accords de Minsk et a ouvertement provoqué la Russie avec des déclarations sur l’adhésion à l’OTAN»

[3]
😳Les auditeurs ont soudain entendu,médusés,SkyNews jeter le «héros» de Vogue à la poubelle:
🚮«Zelensky flatte les nationalistes, opprime les Russophones, n'a pas respecté les Accords de Minsk et a ouvertement provoqué la Russie avec des déclarations sur l'adhésion à l'OTAN» pic.twitter.com/OhaMuxZSFW

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[4]

2⃣Le grand journal🇩🇪 Die Welt a quant à lui :

⚠ publié les extraits d’une biographie explosive à paraître de #Zelensky, qui révèle sa «CORRUPTION À L’ÉCHELLE INDUSTRIELLE»

⚠ rappelé qu’un film consacré à cette pègre, « Offshore 5 », a été interdit de diffusion fin 2021 à Kiev

[4]
2⃣Le grand journal🇩🇪 Die Welt a quant à lui :
⚠ publié les extraits d’une biographie explosive à paraître de #Zelensky, qui révèle sa «CORRUPTION À L’ÉCHELLE INDUSTRIELLE»
⚠ rappelé qu’un film consacré à cette pègre, "Offshore 5", a été interdit de diffusion fin 2021 à Kiev pic.twitter.com/UJhRSKB9al

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[5]

3⃣Nouvelle stupéfaction aujourd’hui pour les auditeurs de CNN.

La chaîne🇺🇸d’infos en continu ppriété du groupe Warner a diffusé un reportage sur les centaines d’Ukrainiens qui fuient vers les zones russes pour s’y réfugier et acquérir la nationalité🇷🇺!

twitter.com/Circonscripti1…

[5]
3⃣Nouvelle stupéfaction aujourd'hui pour les auditeurs de CNN.
La chaîne🇺🇸d'infos en continu ppriété du groupe Warner a diffusé un reportage sur les centaines d'Ukrainiens qui fuient vers les zones russes pour s'y réfugier et acquérir la nationalité🇷🇺!https://t.co/9PJ5Y4XzMM

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[6]

⚠ Force est donc de constater que les révélations se succèdent rapidement dans les médias mainstream pour réduire à néant -en quelques jours !- le «narratif» de propagande à l’eau-de-rose sur le «héros Zelensky» qui a été déversé par les mêmes médias depuis des mois !

[6]
⚠ Force est donc de constater que les révélations se succèdent rapidement dans les médias mainstream pour réduire à néant -en quelques jours !- le «narratif» de propagande à l'eau-de-rose sur le «héros Zelensky» qui a été déversé par les mêmes médias depuis des mois ! pic.twitter.com/KUFDglwREZ

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[7]

🚨Tout cela ressemble à s’y méprendre à tous les lâchages de ses «alliés»,dont Washington s’est historiquement fait une spécialité.

🗡Dès qu’un vassal cesse de leur être utile,a fortiori s’il devient gênant,les dirigeants🇺🇸n’hésitent JAMAIS à le faire renverser ou assassiner.

[7]
🚨Tout cela ressemble à s'y méprendre à tous les lâchages de ses «alliés»,dont Washington s'est historiquement fait une spécialité.
🗡Dès qu'un vassal cesse de leur être utile,a fortiori s'il devient gênant,les dirigeants🇺🇸n'hésitent JAMAIS à le faire renverser ou assassiner. pic.twitter.com/8QCVSk0r33

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[8]

Ceux qui peinent à croire ce cynisme🇺🇸se renseigneront sur le «lâchage» sordide que Washington fit subir à ses anciens domestiques

▪Chah d’Iran

▪Ben Laden,agent CIA

▪Noriega,agent CIA et président du Panama

▪Saddam Hussein (CIA)

▪Kadhafi (CIA MI6)

▪Lon Nol (CIA)

▪Etc

[8]
Ceux qui peinent à croire ce cynisme🇺🇸se renseigneront sur le «lâchage» sordide que Washington fit subir à ses anciens domestiques
▪Chah d'Iran
▪Ben Laden,agent CIA
▪Noriega,agent CIA et président du Panama
▪Saddam Hussein (CIA)
▪Kadhafi (CIA MI6)
▪Lon Nol (CIA)
▪Etc pic.twitter.com/DIEASKWtwj

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

[9-FIN]

Je ne sais pas qui a fait ce photomontage sur le web, mais il est atrocement juste.

Du haut du ciel,plusieurs dirigeants autrefois alliés des🇺🇸, puis assassinés par eux ou chassés avec leur accord, tendent une main compréhensive à Zelensky, sachant le Destin qui l’attend.

[9-FIN]
Je ne sais pas qui a fait ce photomontage sur le web, mais il est atrocement juste.
Du haut du ciel,plusieurs dirigeants autrefois alliés des🇺🇸, puis assassinés par eux ou chassés avec leur accord, tendent une main compréhensive à Zelensky, sachant le Destin qui l'attend. pic.twitter.com/buLVQxKPZj

— François Asselineau (@UPR_Asselineau) August 8, 2022

« À l’école du vice, Gabriel Attal devait être major de promo » dixit un membre du gouvernement !

Nous sommes gouvernés par les plus gros pervers narcissiques sans foi ni loi

À la lecture de cet article on comprend encore une fois que le système politique actuel en France ne sélectionne que les pires vauriens, les plus incompétents et les plus pervers des hommes et des femmes. Il suffit de lire les témoignages de membres actuels du gouvernement et d’autres personnes ayant fréquenté de près Gabriel Attal pour se rendre compte à quel point les gens qui sont au pouvoir n’ont que faire de la France, de son peuple et de son avenir ; la seule chose qui les intéresse c’est leur carrière politique personnelle. Concernant la compétence de ces gens, il suffit de voir l’état de la France, sa justice, son économie, son école, l’insécurité… une faillite totale dans tous les domaines, pour en avoir une idée précise.

Lire la suite sur LLP

L’article « À l’école du vice, Gabriel Attal devait être major de promo » dixit un membre du gouvernement ! est apparu en premier sur PLANETES360.

La magie économique de la 3ème république

Par : admin

Notre pays est endetté jusqu’au trognon, ce qui veut dire pour La Palice que les caisses de l’état sont vides. Comment le sont-elles avec tout le pognon que nos dirigeants nous volent ? Si on compare la 5ème république depuis l’ère « Mitterrandienne » à la 3ème, on se demande comment cette dernière a fait pour continuer la colonisation et financer des guerres à buts éternellement privés ? Surtout après 1871 avec la perte de l’Alsace et la Lorraine, hauts lieux industriels donc avec de bonnes sources fiscales perdues. Ce n’est pas avec la Savoie et le pays Niçois fraîchement acquis à la suite de Solférino que la compensation économique était là. Il lui eut fallu de surcroît payer l’indemnité de guerre à l’Allemagne soit 5 Milliards de Francs qui correspondaient à 2 fois le budget annuel du pays. Une paille.

Jusqu’en Juillet 1914, l’impôt sur le revenu n’existait pas. Encore moins la TVA puisqu’elle n’est survenue « qu’en » 1954. Alors comment ce fait-il que les caisses de la 3ème étaient mieux achalandées que celles de la 5ème ?

L’impôt sur le revenu et la TVA sont les principales recettes de ce pays. Évidemment, les postes fiscaux sont pléthores, ce qui fait qu’au final l’essentiel du fruit de notre labeur part entretenir la bête. On devrait même dire que notre argent est boulotté par la maffia d’état (pléonasme). Et en retour, nous avons un niveau de vie qui se délite, une sécurité sociale moribonde, une possibilité économie inexistante. L’échec sur tous les tableaux est notoire. Pour autant, il y a encore des gens qui votent pour ces incapables. C’est bien la preuve que l’essentiel de ce pays n’arrive pas à analyser les données qui s’agitent pourtant sous leurs yeux et qu’ils sont incapables de faire des projections tangibles de bon aloi. Les Français votent depuis 50 ans pour des illusions, des mythes, des croyances, pas pour des vecteurs effectifs qui s’ébauchent très sérieusement dans la négativité. C’est terrifiant, mais c’est un fait.

Comme le Pape François n’étant plus le vicaire de Dieu, la 5ème a abandonné définitivement sa souveraineté sous l’initiative de Sarkozy. Nous passons sur le viol démocratique de cette affaire. Depuis, nos tissus industriels et agricoles ont définitivement disparu dans les poches du capitalisme mondial. Macron muni du verdugo (1) ne porte que le dernier coup final. Il y a des procès pour trahison qui se perdent.

La France, sous la 3ème, produisait plein pot. Elle exportait plus qu’elle n’importait. Sociologiquement, la population vivait à la campagne à hauteur de 80 %, ce qui veut dire qu’elle œuvrait dans le secteur primaire et secondaire, sources de création de richesse. Elle était globalement en mode autarcie pour l’essentiel. Il y a aussi un critère fondamental que personne ne met en avant, c’est qu’il n’y avait pas un certain parasitisme structurel administrato-politique. Il n’y avait pas toutes ces sous-couches administratives qui accompagnent le monde politique. Ces states gangrènent actuellement notre pays. On y perd de l’argent et de l’efficacité. Dans la pratique, on a 1 % de la population qui est élu pour palabrer sur les directives européennes qui imposent leur diktat. On paie tous ces élus, et les fonctionnaires qui vont avec, pour rien d’efficient.

Autre fait de société de la 5ème ignorée de la 3ème, c’est l’orgie de prestataires de service qui parasitent le créateur de richesse. Tels les ténias, ils se goinfrent de la richesse produite par d’autres. L’exemple du paysan est significatif. Cet élément fondamental du secteur primaire entretient une vingtaine de groupes parasitaires, improductifs par définition du secteur tertiaire. Ce déséquilibre est trop important pour être viable bien longtemps.

Si la 3ème était créatrice de richesse et avait des marges de manœuvre énormes, la 5ème est tout l’inverse. Elle est dépendante des autres pays dans tous les registres, même celui capital de notre suffisance alimentaire. Nous sommes ruinés, sans perspective d’une porte de sortie en dehors du frexit. Est-ce que l’excuse « Poutine source de tous nos malheurs » va perdurer bien longtemps ? La factuelle crise de l’Ukraine n’est en rien responsable des décisions faites par nos dirigeants depuis des décennies. Notre soumission à Washington est délibérée depuis Pompidou. Attali et consorts veillent bien à maintenir ce statu quo.

Dans la dernière allocution de Poutine lors du congrès économique de St-Pétersbourg, l’avenir de l’Europe est assuré pour la tourmente. Son propos ne fait pas acte de prophétie. Elle rejoint simplement ce que moult économistes occidentaux disent depuis des mois. Il ne peut en être autrement si l’autisme de la commission européenne s’éternise.

Soyons lucide et répétons le constat. Nous ne produisons plus rien et le peu qui génère du profit part dans les poches des grands capitalistes mondiaux. On est donc privé du peu de création de richesse de ce pays. Nous ne somme plus autonome alimentairement qu’à hauteur de 30 %. Le désastre économique nous impacte directement dans notre vie au quotidien. Adieu social et droits acquis. Il faut être fou pour croire à une sursaut économique dans ce pays dans les conditions actuelles. Personne n’ignore que notre pays vit à crédit. Nous sommes endettés à 120 % du PIB. Rappelons que cet indicateur a peu de rapport avec la création de richesse, ce qui accentue le phénomène dramatique de notre réelle situation. Comme le peuple a voté encore une fois et stupidement pour ses bourreaux, on peut dire que les carottes sont cuites. La grande misère va s’abattre sur nous.

Préparez de nouveaux trous dans votre ceinture et achetez vous des polaires car l’hiver social arrive à grands pas. Les premiers frimas se font déjà sentir.

1)- Épée de mise à mort en tauromachie.

Signé : WD

Avec 7 000 candidatures, la réserve de la police nationale couronnée de succès

Par : admin

7000… Reste à voir la motivation de service public ?

Le niveau est devenu bien trop bas pour avoir des candidats exemplaires et motivés. 

Il a été démontré que certains avaient des résultats scolaires médiocres et un comportement laissant à désirer s’agissant du code de déontologie

Le recrutement n’est plus ce qu’il était…

C’est une initiative qui rencontre un franc succès. En janvier dernier, relate France Bleu, Gérald Darmanin annonçait la création d’une réserve au sein de la police nationale, comme il en existe déjà au sein de la gendarmerie ou de l’armée. À l’époque, le ministre de l’Intérieur identifiait deux objectifs : renforcer les effectifs, et améliorer le lien entre la population et la police. Quelques mois plus tard, son projet est en passe de devenir réalité : en septembre, 700 réservistes effectueront leurs premières missions aux côtés de policiers d’active, à l’issue d’une formation de deux semaines.

L’article de Valeurs Actuelles ici

Source : Police & Réalités

Dr. Andrew Kaufman – La théorie virale mise à mal

  • « Vous pensez qu’elle va s’arrêter, cette plandémie ? Ou pensez-vous qu’elle va continuer encore et encore, parce qu’ils inventent toutes sortes de virus ? »

« Elle ne s’arrêtera que lorsque nous cesserons d’obéir à toutes les fausses informations et fausses politiques. Et il est crucial de le faire. Surtout les passeports numériques. Ce qui va se passer, c’est qu’ils vont continuer à créer de fausses pandémies jusqu’à ce que tout le monde ait le passeport numérique… et ensuite ils vont le relier aux finances. Et alors ils seront en mesure de vous contrôler et de vous surveiller de toutes les manières possibles. C’est le but ultime tel qu’il a été formulé dans de nombreux documents et discours de la Fondation Rockefeller, des Nations Unies, du Forum économique mondial, de Bill Gates, du Club de Rome, etc.

« Vous savez, c’est le Plan. Et les passeports numériques sont leur principal objectif. Quand ils auront enregistré tout le monde, ce sera terminé. On est dans une version cauchemardesque de la Russie communiste, de l’Allemagne nazie, de la Chine maoïste. Vous savez, dans la bulle technocratique… »

« Chaque acte de participation dans lequel vous vous engagez, chaque fois que vous mettez un masque, chaque fois que vous passez un test, que vous acceptez une injection, que vous scannez un QRcode, que vous vous enregistrez sur une application, n’importe quel acte de ce genre, vous les aidez à nous asservir… Et il est temps que vous en preniez la responsabilité. Mais je ne pense pas que ce soit ce que voulez. Et donc vous devez prendre la décision d’arrêter, et ce doit être maintenant… Vous êtes déjà au bord du contrôle totalitaire ».

L’article Dr. Andrew Kaufman – La théorie virale mise à mal est apparu en premier sur PLANETES360.

La guerre des blocs

Par : admin

Par notre ami WD



Au fil des jours, nous voyons que l’influence de la France en Afrique ne devient qu’un lointain souvenir. L’Amérique perd son ascendant partout dans le monde et ses vassaux s’effondrent inexorablement par autisme idéologique. En un mot, l’Occident coule comme le Titanic. Il faut dire que les pays alignés à la politique de l’état profond américain ne cessent de faire des bourdes et des erreurs stratégiques. Les incuries de Van der Layette sont inestimables. Ils s’en donnent du mal pour parfaire leur disparition. Ils voudraient se suicider qu’ils ne feraient pas mieux.


De l’autre côté, les pays voulant se dédouaner de l’Imperium américain s’accrochent à la locomotive Russe. Ce sont les pays en bleu et en blanc de l’infographie suivante. Ceux en rouge sont mal barrés en termes de démographie, de ressource naturelle, d’économie et de technologie. Sur ce dernier registre, il n’y a qu’à voir les performances du F-35 pour comprendre le déclin américain à ce niveau.


Le deal entre la Russie et l’Iran semble prometteur. Outre le fait de la collaboration militaire entre ces deux pays (drones, satellite déjà opérationnel, maintenance aéronautique), la mer Caspienne devrait dans les prochains mois devenir un grand carrefour économique.


Sur un point stratégique d’ordre militaire, la Russie qui a déjà quelques socles dans le monde (1) pose une base militaire en Serbie et au Mali. Sœur Anne, ne vois-tu donc rien venir ?


La position globale des Africains est très claire. Elle dit dans des harangues bien précises « Nous n’avons pas de haine pour la France. Nous contestons l’attitude de son élite politique ». « La coopération entre la France et le Cameroun est marquée par l’exploitation abusive de la France ». Ailleurs, elle affirme « La MONUSCO et la MINUSMA sont des excroissances d’une organisation

maffieuse appelée ONU ». « La France n’est pas consciente des mutations qui sont opérées dans le monde d’aujourd’hui ». Des déclarations tonitruantes émanant de tous les pays de ce continent, en veux-tu, en voilà. Ils sont prêts, au moins dans la conscience supérieure de son élite intellectuelle, à rejoindre le grand mouvement Bricsien où le leadership est tenu par la Russie. Son ancrage aux BRICS devraient leur faire obtenir une vraie collaboration économique non spoliatrice et une émancipation politique jamais vécues à ce jour dans ce continent.

L’Arabie Saoudite tout comme l’Algérie (en triangulaire coopératif avec le Nigéria et le Niger) se rapproche de la Russie. Ce qui promet une deuxième bonne claque au Dollar. La coopération Inde-Chine-Russie n’est plus a présenter. Les échanges financiers se font sur MIR et les monnaies nationales misent en avant. Par ailleurs, la Chine est très énervée contre les USA sur le dossier Taïwan et outre ses mouvements militaires aux abords de l’île, des mesures de rétorsion économique sont déjà actives et vont faire très mal.

L’embargo, arme étasunienne par excellence est périmé. Dans la crise Ukrainienne, nous observons son inefficacité et le retour de bâton nous est dommageable. Le maintenir est pure folie doctrinale.

Les prochaines élections de par le monde dès Septembre vont accélérer le processus de scission sociétale. Voici la liste des élections à suivre attentivement. En majuscule, celles qui sont fondamentales pour le processus anti état profond :

En Septembre : CHILI, SUÈDE, TCHÉQUIE, CUBA, ITALIE, Saotomé, Suisse, Nauru

En Octobre : LETTONIE, BRÉSIL, BULGARIE, BOSNIE, Lesotho, AUTRICHE, SLOVÉNIE, LIBAN.

En Novembre : ISRAËL, USA, Somalie, Népal, TAÏWAN, Fidji, Guinée-équatoriale, Barhein.

En Décembre : Tunisie, Guinée-bissau.

1)- Arménie, Kazakhstan, Tadjikistan, Kirghizistan en concomitance avec des bases US, Transnistrie qui veut être rattachée à la fédération Russe, Syrie et des bases fantômes à Cuba, Venezuela et Nicaragua.

BANQUES – Faut-il sortir notre argent ?

La débancarisation est une question d’actualité mais pourtant peu de gens se sentent concernés chez nous en FRANCE. Le secteur bancaire est en crise et les médias n’en parlent pas, bien sûr cela pourrait créer un mouvement de panique (le fameux « bank run ») et accélérer la chute, qui de toute façon est inévitable. Les mieux informés et les plus audacieux d’entre nous aurons plus de chance de s’en sortir après la bataille… Sur Autonomie Business je vous partage mes solutions de placements alternatifs, afin de gagner en liberté financière.

L’article BANQUES – Faut-il sortir notre argent ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Texte prophétique d’Alexandra David-Néel sur les passeports & les vaccins

Par : admin

J’ai découvert par hasard cette page prémonitoire de L’Inde où j’ai vécu d’Alexandra David-Néel (1868-1969). ADN est une icône dans le monde des écrivains-voyageurs. Spécialiste du bouddhisme, polyglotte, féministe de fait, cantatrice, anarchiste, franc-maçonne, morte centenaire, c’est un continent à elle toute seule.

Dans ce livre publié sous le titre L’Inde. Hier, aujourd’hui, demain en 1951 alors qu’elle était encore toute jeune (83 ans), puis réédité et augmenté en 1969 (à 100 ans !) sous le titre L’Inde où j’ai vécu, ADN fait le bilan de ses voyages en Inde (et à Ceylan) avant et après l’indépendance ; elle revient aussi sur son goût du voyage, et brosse un portrait sans concession de l’Inde de l’indépendance. C’est un livre abordable & exaltant sur l’Inde, sur le voyage, sur l’esprit d’aventure, à lire en priorité à notre époque où les tyrans nationaux-covidistes & les escrocs du prétendu « réchauffement climatique » veulent nous parquer comme des moutons dans l’enclos de nos frontières.

L’extrait ci-dessous est à faire circuler. Voyez aussi l’interview d’Alexandra David-Néel par Arnaud Desjardins réalisée à l’âge de cent ans et diffusée le 02.11.1969 (2 mois après sa mort) :
https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/i17097658/interview-d-alexandra-david-neel

La folie des passeports & des vaccins

« Un de mes étonnements est que les hommes, après avoir goûté d’une large mesure de liberté, aient pu y renoncer ; bien plus, qu’un grand nombre d’entre eux ignorent qu’il y a un peu plus de cinquante ans (1), chacun de nous pouvait parcourir la terre à son gré. Cinquante ans, cela ne nous fait pas remonter à une époque préhistorique ; il serait naturel que l’on se souvînt des coutumes qui prévalaient alors ou, tout au moins, qu’on en eût connaissance.
Me faut-il donc réveiller les souvenirs endormis de certains de mes lecteurs et éclairer les autres ? Au temps béni où j’abordai à Ceylan pour la première fois, les passeports étaient inconnus, comme l’étaient aussi les multiples vaccinations que l’on inflige maintenant aux hommes transformés en cobayes pour l’instruction – ou le simple amusement – de quelques expérimentateurs dilettantes (2).
Quelle sinistre farce que les Assemblées, les Congrès où, à grand renfort de discours, des politiciens prétendent préparer l’union des peuples ! Nous y étions arrivés, en partie ; il ne restait aux frontières que des barrières douanières peu gênantes. On se promenait à son gré de par le monde, emportant avec soi autant d’argent qu’on le pouvait pour subvenir à ses besoins.
Aujourd’hui, les peuples sont parqués en des cages distinctes en attendant le moment où ils franchiront de nouveau les clôtures qui les séparent pour se ruer les uns contre les autres et s’entre-détruire » (p. 15).

(1) Exactement avant 1914.
(2) À propos de prophylaxie, je lis, dans un journal, qu’au Brésil l’on oblige les passagers descendant de l’avion, à se laisser mettre un thermomètre dans la bouche, le même thermomètre servant pour tous, après avoir été rapidement trempé dans un liquide supposé être désinfectant.

Alexandra David-Néel

Consultez mon article entier sur ce livre :
http://altersexualite.com/spip.php?article1103

Lionel Labosse

Un ancien employé de Twitter jugé coupable d’espionnage pour l’Arabie saoudite

Le jury d’un tribunal de San Francisco a décidé qu’Ahmad Abouammo avait bien vendu au royaume saoudien des informations personnelles concernant des utilisateurs anonymes. Il encourt entre dix et vingt ans de prison.

Un ancien employé de Twitter a été jugé, mardi 9 août, coupable d’avoir espionné des usagers du réseau social pour le compte de l’Arabie saoudite, qui cherchait à connaître l’identité de personnes critiques à l’égard du régime et de la famille royale. Le jury d’un tribunal de San Francisco a jugé que les preuves étaient suffisantes pour considérer qu’Ahmad Abouammo avait bien vendu des informations personnelles concernant des utilisateurs anonymes à Riyad. L’homme, qui vit à Seattle, aurait reçu en échange plusieurs dizaines de milliers de dollars et une montre de luxe.

« Les preuves ont montré que, pour de l’argent et alors qu’il pensait faire ça à l’abri des regards, le prévenu a vendu son poste [d’employé de Twitter] à un proche » de la famille royale saoudienne, a déclaré le procureur fédéral Colin Sampson au jury, la semaine dernière, après deux semaines de procès. M. Abouammo risque entre dix et vingt ans de prison pour avoir agi pour le compte d’un gouvernement étranger et pour blanchiment d’argent, fraude et falsification de documents. Sa peine sera prononcée à une date ultérieure.

Ce verdict intervient après les critiques adressées par les défenseurs des droits humains à Joe Biden et Emmanuel Macron pour leur politique diplomatique à l’égard du prince héritier Mohammed Ben Salman, écarté de la scène internationale après l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi au consulat d’Arabie saoudite en Turquie, en 2018.

Lire la suite de l’article sur lemonde.fr

L’article Un ancien employé de Twitter jugé coupable d’espionnage pour l’Arabie saoudite est apparu en premier sur PLANETES360.

Nanterre (92) : deux patientes âgées de 68 et 77 ans violées à l’hôpital, un homme en fuite recherché par la police

Deux femmes âgées de 68 et 77 ans hospitalisées à Max-Fourestier à Nanterre, dans les Hauts-de-Seine, ont été violées à trente minutes d’intervalle dans la matinée du mercredi 27 juillet par un individu qui se trouvait à l’intérieur du centre hospitalier.

En fuite, les enquêteurs du commissariat de Nanterre sont actuellement à la recherche du suspect, comme l’a confirmé des sources concordantes à l’AFP. Selon ces mêmes sources, l’individu était étranger au centre hospitalier.

cnews

L’article Nanterre (92) : deux patientes âgées de 68 et 77 ans violées à l’hôpital, un homme en fuite recherché par la police est apparu en premier sur PLANETES360.

Toulouse : Des coups de feu tirés au centre commercial de Portet-sur-Garonne

Par : admin

Ce lundi 8 août, des coups de feu ont été tirés aux abords du centre commercial du Portet-sur-Garonne. Par chance, il n’y a aucun blessé. Trois individus ont été interpellés.

Un témoin de la scène explique les faits au journal actu.fr. Yohan était venu dîner avec des collègues de travail dans un restaurant qui donne sur le parking de la grande surface. Une serveuse a déboulé en panique dans la salle où se trouvaient une vingtaine de clients.

« On était en train de manger quand la serveuse nous a dit qu’ils allaient fermer les portes du restaurant parce que quelqu’un d’armé était entré dans le centre commercial », relate ce témoin. « Elle nous a ensuite montré une voiture à l’extérieur, en disant que c’était celle des malfaiteurs ».

“C’était un peu la panique. On pensait au pire : est-ce un attentat ? On s’est tous levés dans le restaurant, sans savoir quoi faire : se cacher sous les tables, ou bien sortir et partir sans payer ? La serveuse nous a proposé de nous accompagner dehors, c’était complètement irrationnel…”

Très rapidement, les gendarmes étaient sur place. « les gendarmes sont arrivés très vite, en moins de dix minutes, à bord de plusieurs véhicules ». Une autre source précise que « certains d’entre eux étaient déjà sur place pour un autre incident qui s’est produit avant ». 

Environ cinq minutes plus tard, on a finalement payé l’addition, avant de s’en aller. C’est en sortant qu’on a entendu deux ou trois coups de feu retentir

Yohan et ses collègues se sont « réfugiés dans la voiture » en attendant qu’on leur dise de partir. De son côté, la gendarmerie explique que les militaires de la brigade de Portet sont intervenus pour plusieurs coups de feu tirés « aux abords du centre commercial », sans qu’on ne sache précisément si les balles ont fusé à l’extérieur, ou à l’intérieur du centre. Mais elles « n’ont pas fait de blessé ».

Trois individus ont été interpellés par les forces de l’ordre. Âgés d’une vingtaine d’années, ils sont défavorablement connu des services de police pour des faits similaires. Selon les premiers éléments de l’enquête, il pourrait s’agir d’un différend entre plusieurs individus qui aurait mal tourné. 

Au moins un coup de feu “a été tiré en l’air par un des malfrats au niveau extérieur de la porte 2″, assure de son côté la direction de l’établissement. Selon elle, cette « interpellation en flagrant délit d’une tentative de règlement de comptes » s’est faite avec « l’appui de l’équipe de sécurité du centre commercial ».

Toujours d’après la direction, deux des trois suspects sont « arrivés, en voiture, à grande vitesse sur le parking, un comportement qui avait immédiatement alerté l’équipe de sécurité et les gendarmes ».

Source : Actu Forces de l’ordre

Saint-Denis (93) : une jeune fille de 14 ans violée dans un parking

L’adolescente aurait rencontré son agresseur sur les réseaux sociaux. 

Les faits ont eu lieu vers 1h du matin dans un parking souterrain situé avenue du président Wilson, non loin de la station de métro «Front Populaire». Née en 2008, la jeune fille avait fugué de chez ses parents la veille pour aller voir un homme dont elle avait fait la connaissance sur les réseaux sociaux.

Le Figaro

L’article Saint-Denis (93) : une jeune fille de 14 ans violée dans un parking est apparu en premier sur PLANETES360.

LES VÉRITABLES AMBITIONS DES RAPACES DE L’OMS PARFAITEMENT RÉSUMÉES PAR LE DR. RYAN COLE !!!

Par : admin

Non cette fondation n’a rien à voir avec une quelconque envie de soigner qui que ce soit mais une organisation mafieuse dont le but ultime est de de se goinfrer de fric de flouze de dollars et de faire bouffer de la merde en pilules en seringues en comprimés bref, sous toutes ses formes aux goyims que nous sommes comme dirait Schwab, aux milliards de mangeurs inutiles que nous représentons à leurs yeux, nous les encombrants !!!
ON SE RÉVEILLE !!!

https://rumble.com/v148zd6-loms-une-entreprise-collabo-de-la-mafia-nazie-bigpharma-.html
https://rumble.com/v13qg1x-achtung-loms-prpare-un-hold-up-mortifre-via-notre-sant-tous-les-coups-seron.html

Source : Rumble

GB : Surmortalité mesurée après les Injections Covid !

Par : admin

Les rapports officiels du gouvernement confirment que nous assistons à un dépeuplement par la vaccination Covid-19 ! 

Les statistiques officielles montrent que des centaines de milliers de personnes de plus meurent chaque semaine dans le monde que prévu. 
La raison ?
Les données officielles du gouvernement suggèrent fortement que tout cela est dû aux injections de Covid-19. 

Nous assistons à un dépeuplement par la vaccination Covid-19. 

L’Office for National Statistics (ONS) publie des chiffres hebdomadaires sur les décès enregistrés en Angleterre et au Pays de Galles. 

Les données les plus récentes montrent les décès jusqu’au 22 juillet 2022. 
Le graphique suivant, créé par l’ONS, montre le nombre de décès par semaine par rapport à la moyenne sur cinq ans – 

La source

Comme vous pouvez le voir ci-dessus, à partir de mai 2021 environ, l’Angleterre et le Pays de Galles ont enregistré une énorme quantité de décès excédentaires qui n’ont pas été attribués à Covid-19 par rapport à la moyenne sur cinq ans. 

Il apparaît alors que la surmortalité a baissé début 2022. 
Mais les apparences peuvent être trompeuses, et la seule raison pour laquelle elles ont chuté est que l’ONS a décidé d’inclure les données de 2021 dans la moyenne sur 5 ans. 

Cela rend d’autant plus préoccupant qu’un surcroît de décès est enregistré chaque semaine depuis fin avril 2022 par rapport à la moyenne quinquennale ( 2016 à 2019 + 2021 ). 
La semaine la plus récente montre qu’il y a eu 10.978 décès en Angleterre et au Pays de Galles, ce qui équivaut à 1.680 décès supplémentaires par rapport à la moyenne quinquennale. 

Seuls 745 de ces décès ont été attribués au Covid-19. 

La source

Nous voyons également un schéma similaire se produire en Ecosse. 
Le graphique suivant est tiré du « tableau de bord des impacts plus larges de Covid-19 » de Public Health Scotland trouvé ici , et il montre la variation en pourcentage des décès par rapport à la moyenne quinquennale 2015-2019 pour la période correspondante –

La source
L’Écosse a enregistré un excès de décès dans tous les groupes d’âge depuis le début de 2021. 

Mais ce qui est remarquable ici, c’est le même schéma que nous avons observé en Angleterre et au Pays de Galles. 

En janvier 2021, de nombreux décès ont été attribués au Covid-19. 

Mais ensuite, vers mai 2021, les décès excessifs ont recommencé à augmenter, mais cette fois, ils ne pouvaient pas tous être attribués à Covid-19. 
Il y a ensuite eu une légère baisse début 2022 avant de reprendre vers mai 2022, tout comme en Angleterre et au Pays de Galles. 
La question est pourquoi. 
On pourrait dire que la population du Royaume-Uni est peut-être en très mauvaise santé par rapport au reste du monde et que, par conséquent, davantage de personnes meurent. 

Mais ce n’est malheureusement pas une situation qui est juste isolée au Royaume-Uni. 
La majeure partie de l’Europe enregistre toujours une quantité importante de décès excédentaires, comme le montre le graphique officiel suivant compilé par Eurostat montrant la surmortalité à travers l’Europe en mai 2022 – 

La source

Comme vous pouvez le voir, le monde connaît un problème extrêmement grave où des dizaines à des centaines de milliers de personnes meurent de plus que prévu chaque semaine, et d’autres preuves suggèrent que c’est à cause des injections de Covid-19.

Selon un rapport publié le 6 juillet 2022 par l’Office for National Statistics du Royaume-Uni, quelques heures seulement avant que Boris Johnson n’annonce sa démission en tant que Premier ministre du Royaume-Uni, les taux de mortalité pour 100 000 sont les plus bas parmi la population non vaccinée dans tous les groupes d’âge. .

Le rapport est intitulé « Décès par statut vaccinal, Angleterre, 1er janvier 2021 au 31 mai 2022 », et il peut être consulté sur le site de l’ONS ici et téléchargé ici .

Le tableau 2 du rapport contient les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge par statut vaccinal par groupe d’âge pour les décès pour 100 000 personnes-années en Angleterre jusqu’en mai 2022.

Voici comment l’ONS présente les données pour les 18 à 39 ans en mai 2022 –

La source
Nous avons pris les chiffres et produit des graphiques pour chaque groupe d’âge dans un article récemment publié qui peut être lu ici . Mais voici quelques exemples pour prouver la gravité du problème.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge selon le statut vaccinal chez les 18 à 39 ans pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022 – 

Au cours de chaque mois depuis le début de 2022, les 18 à 39 ans partiellement vaccinés et doublement vaccinés ont été plus susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés. 

Les 18 à 39 ans triplement vaccinés ont cependant eu un taux de mortalité qui s’est aggravé d’un mois à l’autre après la campagne massive de rappel qui a eu lieu au Royaume-Uni en décembre 2021. 
En janvier, les 18 à 39 ans triplement vaccinés étaient légèrement moins susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés, avec un taux de mortalité de 29,8 pour 100.000 parmi les non vaccinés et de 28,1 pour 100.000 parmi les triple vaccinés. 
Mais tout a changé à partir de février. 

En février, les 18 à 39 ans triplement vaccinés avaient 27 % plus de risques de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés, avec un taux de mortalité de 26,7 pour 100.000 chez les triples vaccinés et de 21 pour 100.000 chez les non vaccinés. 
Les choses se sont malheureusement encore aggravées pour les triples vaccinés d’ici mai 2022. 

Les données montrent que les 18 à 39 ans triplement vaccinés étaient 52% plus susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés en mai, avec un taux de mortalité de 21,4 pour 100.000 parmi les triplement vaccinés et de 14,1 parmi les non vaccinés. 
Les pires chiffres à ce jour concernent cependant les personnes partiellement vaccinées, le mois de mai voyant les 18 à 39 ans partiellement vaccinés 202% plus susceptibles de mourir que les 18 à 39 ans non vaccinés.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge selon le statut vaccinal chez les personnes âgées de 60 à 69 ans pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022 – 

Les 60 à 69 ans présentent exactement le même schéma que les 18 à 39 ans. 

Les doubles et partiellement vaccinés sont plus susceptibles de mourir que les non vaccinés depuis le début de l’année, et les triples vaccinés sont plus susceptibles de mourir que les non vaccinés depuis février. 
En janvier, les personnes de 60 à 69 ans partiellement vaccinées avaient un risque choquant de 256 % de mourir en plus que les personnes de 60 à 69 ans non vaccinées. 

Alors qu’au cours du même mois, les 60-69 ans doublement vaccinés avaient 223% plus de risques de mourir que les 60-69 ans non vaccinés. 
En mai, les personnes de 60 à 69 ans triplement vaccinées avaient 117 % plus de risques de mourir que les personnes non vaccinées de 60 à 69 ans, avec un taux de mortalité de 1.801,3 pour 100.000 parmi les personnes triplement vaccinées et un taux de mortalité de seulement 831,1 parmi les non vaccinés.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge selon le statut vaccinal chez les 80 à 89 ans pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022 – 

Les personnes non vaccinées sont les moins susceptibles de mourir chaque mois depuis le début de l’année. 
En avril, les personnes de 80 à 89 ans doublement vaccinées étaient 213% plus susceptibles de mourir que les personnes de 80 à 89 ans non vaccinées, avec un taux de mortalité de 7.598,9 pour 100.000 parmi les non vaccinés et un taux de mortalité troublant de 23.781,8 pour 100.000 parmi les double-vaccinés. 
Mais au cours du même mois, les personnes de 80 à 89 ans partiellement vaccinées avaient 672% de risques de plus que les personnes de 80 à 89 ans non vaccinées, avec un taux de mortalité choquant de 58.668,9 pour 100.000 personnes partiellement vaccinées. 
En mai 2022, les personnes de 80 à 89 ans triplement vaccinées avaient 142% plus de risques de mourir que les personnes de 80 à 89 ans non vaccinées, avec un taux de mortalité de 14.002,3 chez les triples vaccinés et un taux de mortalité de 5.789,1 chez les non vaccinés.

Le graphique suivant montre les taux de mortalité mensuels normalisés selon l’âge par statut vaccinal pour les décès non liés au Covid-19 en Angleterre entre janvier et mai 2022 pour tous les groupes d’âge – 

Cliquez pour agrandir
Les chiffres officiels publiés discrètement par le gouvernement britannique fournissent des preuves irréfutables que les vaccins Covid-19 sont mortels et tuent des milliers de personnes. 
Sinon, comment expliquez-vous un excès important de décès et le fait que les vaccinés sont nettement plus susceptibles de mourir que les non vaccinés dans chaque groupe d’âge ? 

Par The Exposé le 10 août 2022 : https://expose-news.com/2022/08/10/depopulation-by-covid-vaccination-confirmed/

Cov1D, test PCR, Nanoparticules

Par : admin

Quel est le point commun entre les test PCR, le grand méchant virus et les nanoparticules inhalées, respirées, comme par exemple les particules fines PM 2.5 et PM10 ? Le nasopharynx.

Cet article s’appuie essentiellement sur le document nanoparticules et nanotechnologies, disponible sur ecologie . gouv . fr, thèse de docteurs en médecine, article du CEA, ainsi que divers articles de presse « généraliste ».

Nanoparticules et Nanotechnologies, rapport du 03 février 2020.

Considéré comme la solution la plus fiable pour détecter le grand méchant virus, les test PCR nasopharyngé (par le nez) sont plébiscités par le gouvernement et agences médicales. Mais que recherche t’on réellement avec un test PCR ?

Il peut détecter même une très faible quantité de « virus » (par exemple au début de l’infection ou chez une personne asymptomatique). Ce test est réalisé exclusivement par un professionnel de santé en laboratoire ou dans un centre de dépistage. Un écouvillon (long coton-tige) est inséré dans les deux narines pour réaliser un prélèvement.

Un peu d’humour

Qu’est ce que le nasopharynx ?

Le pharynx, appelé couramment gorge, fait partie des appareils digestif et respiratoire. Il est divisé en trois parties : le nasopharynx forme le haut du pharynx, derrière le nez ; l’oropharynx est la partie centrale du pharynx et l’hypopharynx forme le bas du pharynx. Plus précisément, le nasopharynx est la cavité aérienne située derrière les fosses nasales et le voile du palais.

Les NanoParticules (NP).

Les nanoparticules, également appelées particules ultrafines (PUF), sont des molécules dont la taille varie entre 1 et 100 nanomètres (1 nm = 10-9 m = 0,000000001 m). Elles sont donc plus grandes que des atomes et plus petites qu’une cellule. On distingue les nanoparticules « élaborées », fabriquées artificiellement, et les « émissions secondaires », sous-produits d’une réaction, comme les particules présentes dans la fumée de cigarette ou les émissions de diesel, de feux de forêt, incendies etc.

Les nanoparticules artificielles sont fabriquées soit par fractionnement d’un matériau massif (approche descendante), soit par agglomération d’atomes (approche ascendante). Elles se présentent sous la forme de poudres, de gel ou de solutions.

Il existe des nanoparticules de n’importe quel matériau : carbones, céramiques, métaux, etc. On ne peut donc pas parler de façon générique des NP: chacune a ses propres caractéristiques, notamment en ce qui concerne la toxicité et la pénétration. Elles sont aujourd’hui utilisées dans de nombreux domaines : électronique, cosmétique, automobile, chimie, textile, pharmacie, agroalimentaire, optique, etc.

Les nanoparticules peuvent représenter un risque pour la santé à cause de leur petite taille. Les NPont une taille qui les place entre la matière macroscopique et l’échelle moléculaire, elles sont dangereuses pour l’organisme, car elles sont plus petites que nos cellules. Elles sont si petites qu’elles traversent notamment sans difficulté la barrière encéphalique chez les humains.

Les NP peuvent également avoir un impact négatif sur l’environnement, car à cause de leur taille, elles ne sont pas filtrées dans l’eau ou dans l’air et se répandent directement dans la nature.

Quelques exemples d’utilisation de NP artificielles :

Santé, pharmacologie : Délivrance de vaccins, revêtements de textiles hospitaliers, aux nanoparticules d’argent ou de chlorure de zinc, antimicrobiens, masques, blouses de chirurgie, aux nanoparticules d’argent antibactérien, idem avec des NP de cuivre, pansements, avec des nanoparticules de zirconium qui renvoient les infrarouges lointains, accroissent la circulation sanguine et annihilent la douleur, mais aussi comme excipient : utilisation de dioxyde de titane pour l’enrobage ou la préparation des poudres pour les comprimés.

Cosmétiques et soins du corps : On peut constater la présence de nanomatériaux dans la presque totalité des produits cosmétiques : dentifrices, crèmes solaires, crèmes antiâges, fond de teint, vernis à ongles, mascaras, eye-liners, rouge à lèvres (silice amorphe), teintures pour cheveux, fards, poudres, blush, savons, gels douches, déodorants, shampooings, conditionneurs, produits de soins pour bébés, traitement de l’acné, etc…

L’obligation d’étiquetage (depuis 2013) étant peu respectée, il est très difficile de tenir une liste complète. Quoiqu’il en soit, les nanomatériaux présents dans les cosmétiques sont essentiellement des colorants, des agents de texture, des antibactériens, et des filtres UV.

Dans l’agriculture : Les applications des nanotechnologies à l’agriculture sont très nombreuses mais, malgré l’obligation de déclaration, il est difficile de trouver des indications précises sur les quantités et la nature des produits. La plupart du temps, ce sont surtout de petits tonnages qui sont déclarés, mais on peut estimer cependant à environ 500 000 tonnes/an le volume de nanoproduits mis en œuvre.

Le bilan 2016 fait état d’une quarantaine de substances à l’état nanométrique : des NP d’alumine, silice, calcium, soufre, dioxyde de titane, cuivre, pigments, et diverses argiles.

L’optimisation des conditions de culture devient possible grâce aux nanocapteurs. Ainsi, en 2011, au Canada, ils ont permis, grâce au support d’une « poussière intelligente », un meilleur contrôle de plusieurs paramètres : humidité, température, conditions de sol, et localisation de zones d’infestation par des ravageurs. Encore plus performant : un travail aux USA en 2018, a été rapporté qui montrait qu’un nanocapteur implanté directement à l’intérieur même d’un végétal, permettait de détecter précocement le stress hydrique et de déclencher automatiquement l’irrigation.

Projet Ermès, de nouveaux micro polluants (150) d’origine anthropique retrouvés dans les sols, cultures, en Alsace.

« L’Association pour la protection de la nappe phréatique de la plaine d’Alsace (Aprona) a publié son troisième rapport dans le cadre du projet ERMES … Plus de 200 micropolluants ont été analysés, dont 150 substances émergentes, c’est-à-dire nouvelles … L’objectif est d’alerter sur ces nouveaux polluants, certains dangereux à fortes doses. Elles sont toutes d’origine anthropique, c’est-à-dire fabriquées par les humains et leurs industries. Pour que les élus, les industriels, les responsables de la qualité de l’eau puissent d’ores et déjà avoir les outils en main. »

Clusters dans les abattoirs

Dans l’alimentation : Restauration-Alimentation : des nanomatériaux dans les emballages comme indicateur de conservation (« emballage intelligent ») ou conservateur (imperméabilité à l’oxygène, nanoAg…), comme exhausteur de goût d’un aliment d’autant plus accentué que l’aliment présente une grande surface d’échange avec les papilles gustatives, d’additifs pour la vue, l’appétence, la préparation de plats cuisinés. NP de silice colloïdale dans les poudres alimentaires – sucre, chocolat, sel, farine – un additif retrouvé également dans de nombreuses préparations culinaires, nanochocolat qui fait maigrir, produit à boire, avec addition de « nanoclusters » améliorant le transport des nutriments dans ces aliments sans qu’il soit nécessaire d’ajouter des graisses et sans que le goût soit modifié.

Comme chaque NP a ses « caractéristiques », l’exposition aux NP peut se produire par quatre voies principales : la voie respiratoire, la voie cutanée, la voie orale et la voie transplacentaire.

Si l’on inhale, respire des NP, où les détecte t’on le plus facilement ?

Comme par hasard, dans le nasopharynx.

En effet, « les nanoparticules de taille inférieure à 20 nm sont essentiellement déposées dans le nasopharynx. On estime que 90 % des particules de 1 nm sont déposées dans le nasopharynx et les 10 % restants dans l’arbre trachéobronchique. »

« L’appareil respiratoire est la voie d’entrée des particules inhalées, qui se déposent en fonction de leur granulométrie (taille) à des niveaux différents des voies respiratoires. Il est classiquement admis que les particules les plus fines, de diamètre égal ou inférieur à 1 µm, peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires.« 

« L’inhalation de NP peut induire un stress oxydant lequel peut engendrer un effet génotoxique et une inflammation, persistante ou réversible. Ces effets sont bien caractérisés pour les organes cibles (poumons et système cardiovasculaire) mais, plus récemment, il a été établi que les NP inhalées peuvent affecter aussi le système nerveux central et les fonctions de reproduction en rapport avec le passage des barrières biologiques« , comme l’endothélium vasculaire ou la barrière hémato-encéphalique.

La fameuse barrière hémato encéphalique que l’on détruit avec les test PCR.

A la vue de ces éléments, on peut se demander ce qui est réellement recherché avec ces test ? Un grand méchant virus, ou des nanoparticules d’origine anthropique, càd humaine ?

Si l’on prend l’exemple des NP magnétique, « l‘efficacité de plusieurs de ces systèmes (administration ciblée de produits pharmaceutiques par ciblage magnétique, et par ciblage actif grâce à la fixation de ligands de haute affinité) est souvent compromise en raison de la reconnaissance et de l’élimination des particules par le système réticulo-endothélial (RES) avant qu’elles ne puissent atteindre le tissu cible, ainsi que par l’incapacité de surmonter les barrières biologiques, comme l’endothélium vasculaire ou la barrière hémato-encéphalique. »

Paul Balint, thèse pour l’obtention du grade de DOCTEUR DE L’UNIVERSITÉ DE GRENOBLE Spécialité : MICRO&NANO ELECTRONIQUE, en … 2011.

Photo prise par moi.

Exposition par la voie respiratoire.

L’appareil respiratoire est la voie d’entrée des particules inhalées, respirées, qui se déposent en fonction de leur taille à des niveaux différents des voies respiratoires. Il est classiquement admis que les particules les plus fines, de diamètre égal ou inférieur à 1 µm, peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires. C’est à ce niveau que se font les échanges gazeux, et la proximité entre l’épithélium alvéolaire et l’endothélium des capillaires sanguins laisse supposer que des transferts de nanoparticules pourraient s’y produire et conduire à une EXPOSITION SYSTEMIQUE, ce qui signifie une exposition continue, aux nanoparticules inhalées !!!

Cependant les nanoparticules de taille inférieure à 20 nm sont essentiellement déposées dans le nasopharynx. On estime que 90 % des particules de 1 nm sont déposées dans le nasopharynx et les 10 % restants dans l’arbre trachéobronchique. Dans la région bronchique, le dépôt peut être hétérogène et des « points chauds » de dépôt ont été mis en évidence au niveau des bifurcations bronchiques.

Si les NP s’accumulent à certains points, elles peuvent pénétrer la couche de mucus et s’accumuler dans les cellules épithéliales. Cette rétention de particules dans les poumons peut entraîner une réaction inflammatoire et être à l’origine de pathologies pulmonaires, asthme, bronchite chronique voire cancers.

Ah non, on me dit à l’oreillette que c’est dû au grand méchant virus !!!

Les particules fines, comme par exemple les particules fines PM 2.5 et PM 10.

Certaines de ces NP inhalées sont, comme vu précédemment, présentes dans les émissions de diesel, les feux de forêt.

Or, quels sont les risques liés à la pollution aux particules fines PM 2.5 et PM 10, selon Santé Publique France ?

« Même à de faibles niveaux, l’exposition aux polluants peut provoquer, le jour même ou dans les jours qui suivent, des symptômes irritatifs au niveau des yeux, du nez et de la gorge mais peut également aggraver des pathologies respiratoires chroniques (asthme, bronchite…) ou favoriser la survenue d’un infarctus du myocarde, voire provoquer le décès. »

Ces symptômes ne vous rappellent ils rien ?

Quels sont les risques liés aux incendies, feux de forêt ?

La fumée des feux de forêt est un mélange de milliers de composés individuels, y compris des particules et des gaz nocifs qui posent un risque grave pour la santé de quiconque à proximité et sous le vent d’un incendie.

Le principal polluant qui menace la santé des personnes à proximité et sous le vent d’un feu de forêt est la matière particulaire. La fumée des feux de forêt contient souvent des particules fines (ou PM2,5) et ultrafines. Ces minuscules particules en suspension dans l’air sont les plus dangereuses pour votre santé.

Pourquoi, depuis l’apparition du grand méchant virus, les feux de forêt pourraient provoquer une hausse des cas d’une soit disant maladie qui n’existait pas il y’a 3 ans, alors que l’on a toujours su et connu les dangers de l’inhalation de fumées provenant d’incendie ?!? Bizarre, non ?

Exposition par la voie cutanée. 

La peau représente plus de 10 % de la masse corporelle et joue un rôle essentiel de barrière vis-à-vis de l’environnement externe, avec une fonction de protection et de maintien de l’homéostasie.

La question de l’exposition de l’épiderme aux nanoparticules s’est posée de façon cruciale ces dernières années, car les industriels de la cosmétologie ont incorporé des nanoparticules d’oxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les crèmes solaires « écran total », le maquillage etc …

L’intégrité de la barrière cutanée ou la présence de maladies de la peau peuvent favoriser l’absorption de NP, comme la dermatite allergique de contact, l’eczéma atopique et le psoriasis mais aussi les flexions mécaniques, l’usage de détergents irritants et de produits chimiques peuvent augmenter l’absorption au travers de lésions cutanées.

Exposition par la voie orale. 

Depuis 2006, les nanotechnologies se sont développées fortement dans le secteur alimentaire où elles rentrent essentiellement dans des techniques d’encapsulation de nutriments ou de vitamines, ainsi que dans des produits pour en renforcer la saveur et le goût.

Les emballages alimentaires peuvent contenir des nanoargiles et des nanofilms d’argent pour empêcher la détérioration et l’oxydation des aliments. On peut donc se poser la question de la stabilité de ces films et de leur éventuel transfert dans les aliments. Par ailleurs, les nanoparticules de silice sont largement utilisées comme fluidifiant dans le sel, le sucre, la farine et le chocolat en poudre.

Les nanoparticules sont absorbées de façon différente selon leur charge et leur liposolubilité.

Par exemple, dans le cadre du E171, interdit pas l’ANSES en 2019, les NP ont passé la barrière intestinale et on les retrouve au niveau du foie et de la rate.

Depuis 2020, donc 1 an après cette interdiction, et toujours dans le cadre du grand méchant virus, pourquoi les industriels de l’agroalimentaire peuvent désormais changer la composition de leurs produits sans en informer les consommateurs.

Encore une fois bizarre, non ?

Question bête : a t’on déjà retrouvé des souches non actives de la grippe, du rhume dans les eaux usées ?

Bah non, c’est viral, ça se transmet par voie aérienne directe ou le toucher.

Petite exception pour 2009, et le virus de la grippe A (H1N1) … Une 1ère … Ensuite plus rien, jusqu’à mars 2019 ou l’on retrouve des souches non actives du grand méchant virus dans les eaux usées de Barcelone (donc avant la pseudo pandémie) … Curieux, pour quelque chose qui se transmet normalement lui aussi de la même façon que la grippe

Petit bonus :

« Dans le cas de l’hémoglobine, les chercheurs ont observé de larges modifications de sa capacité à fixer l’oxygène alors même que sa forme n’était pas modifiée. Cette analyse a également permis de mesurer l’épaisseur de la corona, montrant que les molécules d’hémoglobine forment une monocouche organisée à la surface de la nanoparticule. L’objet ainsi formé est donc un véritable nanoassemblage contrôlé, permettant d’envisager le développement d’un nouveau type de biomatériaux à l’activité biologique maitrisée.« 

Pourquoi les nanoparticules de silice (nous en avons parlé précédemment) ?

« Elles possèdent des propriétés uniques, notamment une grande surface spécifique et une distribution étroite de taille de pores. Elles peuvent être facilement fonctionnalisées et sont biocompatibles, ce qui en font des candidates idéales pour des applications biologiques. Ainsi, des MSN ont été utilisées pour le marquage cellulaire« .

Petit bonus 2 : 

Piqure de rappel, les vaccins : Anticorps mono / polyclonaux : la première médecine, ne pas tout gober.

Se’Th

Pour les plus « courageux », retranscription des pages 22 à 29, principalement utilisées dans cet articles. Je vous conseille notamment les pages 54 à 60, 62, 65, 67 et 68, il y’a pleins de notions, de choses « intéressantes ».

La question de la connaissance de l’impact des nanomatériaux sur la santé et les écosystèmes est essentielle à considérer si on veut que le développement très prometteur des nanotechnologies n’entraîne pas de risque environnemental supplémentaire. Dans le premier rapport du CCP de 2006, la question de la toxicité des nanoparticules avait été posée en se basant sur les connaissances acquises sur l’impact des particules atmosphériques fines et ultrafines de l’atmosphère en particulier les particules Diesel. Depuis la communauté des toxicologues s’est fortement mobilisée pour mieux comprendre les interactions qui peuvent exister entre les nanoparticules et le vivant (Kettler et al. 2014).

Si les études épidémiologiques manquent encore sur l’exposition professionnelle ou environnementale, de très nombreuses études expérimentales ont été publiées, en particulier sur les nanoparticules les plus utilisées : NP de TiO2, de ZnO, d’Ag, de silice colloïdale, de CeO, de carbone…

Cependant, pour beaucoup de NM les informations sont partielles voire manquantes sur le devenir dans l’environnement (photodégradation, stabilité en solution aqueuse, transport entre compartiments, biodégradation) qu’il soit aquatique, terrestre ou aérien. Chez l’homme
les informations de toxicité chronique et d’exposition sont rarement établies. La faible production de données d’écotoxicologie et d’évaluation du risque environnemental conduit à concentrer les discussions sur les seuls bénéfices. La prise de considération insuffisante des risques dans les décisions, notamment pour les écosystèmes, joue probablement un rôle dans le rejet des NM par le public et la défiance envers les scientifiques et les industriels (voir la partie 2.5 relative à la controverse sur les nanotechnologies).

2.3.1 – Peut-on comparer les particules ultrafines atmosphériques et leur risque pour la santé avec les nanoparticules ? (pg24)

Les nanoparticules de forme sphérique se rapprochent, par leurs dimensions, des particules atmosphériques ultrafines, en particulier celles issues des processus de combustion telles que les particules rejetées par les moteurs Diesel dont on connaît actuellement bien les
effets néfastes sur la santé et qui ont été classés cancérigènes certains par le CIRC (Groupe 1) en 2012. De même, les nanotubes se rapprochent, par leur diamètre et leur longueur, des dimensions des fibres d’amiante même si la composition chimique de ces produits
manufacturés est très différente. En ce qui concerne les particules atmosphériques ultrafines (PUF) de taille nanométrique,
les résultats d’études épidémiologiques récentes mettent en relation les quantités de PUF dans l’atmosphère et l’augmentation de la morbidité et de la mortalité cardiorespiratoires. Les études épidémiologiques et toxicologiques menées ces dernières années ont montré que les
particules atmosphériques fines et ultrafines, après inhalation, peuvent avoir des effets systémiques sur des organes, tel le cœur, le foie, le cerveau, le placenta qui ne sont pas des cibles directes. Ces données conduisent donc à se poser la question de l’impact sanitaire des nanoparticules manufacturées. Leur composition est très différente mais les propriétés à l’échelle nano peuvent se rapprocher de celle des PUF.
Les interrogations sur les dangers potentiels des nanoparticules sont liées aux études expérimentales comparant les effets biologiques et toxicologiques de diverses particules manufacturées fines et ultrafines, en particulier des nanoparticules de carbone, de silice, de TiO2, de ZnO, etc. Il est important de comprendre les mécanismes mis en jeu et de déterminer si ces particules sont capables ou non de franchir les barrières biologiques, en particulier la barrière respiratoire, pour être ensuite disséminées dans l’organisme (Warheit 2018).
La toxicité des nanoparticules est liée à l’augmentation de la surface spécifique qui favorise les interactions avec les molécules biologiques, comme il a été vu plus haut. L’augmentation de la réactivité de surface est donc un critère essentiel à prendre en compte pour l’évaluation du danger des nanoparticules. Par ailleurs, pour une masse constante d’un ensemble de particules, plus la taille des particules diminue, plus leur nombre augmente, de sorte que la question de la quantification de l’exposition, en masse, en nombre, voire en surface de particules, se pose de manière cruciale. D’autres facteurs importants à prendre en compte sont la solubilité des particules et leur capacité à former des agglomérats.

2.3.2- Définir des catégories pour optimiser l’évaluation des effets toxiques ?

L’analyse croisée pour définir la toxicité de nouveaux agents dans une même famille chimique (hétérocyclique, sels métalliques solubles…) est souvent proposée pour limiter le nombre d’essais toxicologiques in vitro mais surtout in vivo. Cependant, il est généralement mis en évidence le particularisme de chaque NM contrairement aux produits chimiques. En effet, les effets (éco)toxiques dépendent, pour chacun des paramètres physico-chimiques (solubilité, potentiel zêta, agrégation / agglomération, taille, forme…), de leur évolution au long du cycle de vie (évolution du degré d’oxydation, dissolution et précipitation sous une forme minéralogique différente de l’initiale, homo et hétéroagrégation, adsorption…). Cette complexité associée à une littérature abondante mais hétérogène explique pour partie l’absence d’un consensus de la communauté scientifique pour réduire le nombre de cas en constituant des catégories de NM. Ce regroupement en différentes catégories soutenu par certains chercheurs, mais surtout par les industriels, avait pour objectif de raccourcir le délai requis pour une évaluation des risques (éco)toxicologiques (Mech et al. 2019).

2.3.3- Voies d’exposition aux nanoparticules et effets sanitaires potentiels.

Il existe certaines caractéristiques communes aux NP inductrices d’effets toxiques. Par exemple, l’inhalation de NP peut induire un stress oxydant lequel peut engendrer un effet génotoxique et une inflammation, persistante ou réversible. Ces effets sont bien caractérisés pour les organes cibles (poumons et système cardiovasculaire) mais, plus récemment, il a été établi que les NP inhalées peuvent affecter aussi le système nerveux central et les fonctions de reproduction en rapport avec le passage des barrières biologiques. Quel que soit le type d’exposition, il existe encore très peu d’informations et de possibilités de faire une évaluation réaliste de cette exposition pour l’homme, sauf pour l’exposition professionnelle. Les évaluations d’exposition professionnelle, principalement par inhalation, indiquent que des concentrations très faibles de particules ultra-fines sont détectées dans les lieux de travail. Ces faibles concentrations doivent cependant être considérées avec attention, car même si la masse est faible, étant donné la taille nanométrique des particules, elles représentent une très grande quantité en nombre de particules.

Les connaissances actuelles sur la translocation aussi bien que l’accumulation et la persistance dans des organes, ainsi que les mécanismes fondamentaux de transport, reposent sur des expériences réalisées avec des nanoparticules modèles chez l’animal de laboratoire.
Ces nanoparticules ont généralement été marquées avec des traceurs radioactifs ou fluorescents afin de pouvoir les suivre dans l’organisme, détecter leur site d’accumulation potentiel et leur vitesse d’excrétion. Des essais d’évaluation de changements qualitatifs de la biocinétique des nanoparticules dans des organismes malades ou à des périodes spécifiques d’exposition au cours de la vie (fœtus, petite enfance, vieillesse) ont été également tentés en utilisant des animaux modèles représentatifs de ces diverses situations. Ainsi l’exposition aux nanoparticules peut-elle se produire par quatre voies principales : la voie respiratoire, la voie cutanée, la voie orale et la voie transplacentaire.

A) Exposition par la voie respiratoire.

L’appareil respiratoire est la voie d’entrée des particules inhalées, qui se déposent en fonction de leur granulométrie à des niveaux différents des voies respiratoires (Geiser and Kreyling 2010). Il est classiquement admis que les particules les plus fines, de diamètre égal ou inférieur à 1 µm, peuvent atteindre les alvéoles pulmonaires. C’est à ce niveau que se font les échanges gazeux, et la proximité entre l’épithélium alvéolaire et l’endothélium des capillaires sanguins laisse supposer que des transferts de nanoparticules pourraient s’y produire et conduire à une exposition systémique aux nanoparticules inhalées.
Cependant les nanoparticules de taille inférieure à 20 nm sont essentiellement déposées dans le nasopharynx. On estime que 90 % des particules de 1 nm sont déposées dans le nasopharynx et les 10 % restants dans l’arbre trachéobronchique. Dans la région bronchique, le dépôt peut être hétérogène et des « points chauds » de dépôt ont été mis en évidence au niveau des bifurcations bronchiques, en particulier pour les particules de plus de 100 nm. Les nanoparticules inhalées sous forme d’agrégats ou d’agglomérats, et dont la taille peut atteindre 1 µm et plus, vont se retrouver au niveau des alvéoles. Les nanoparticules inhalées peuvent être éliminées par des mécanismes de clairance : la clairance mucociliaire, quand les nanoparticules se déposent dans les voies aériennes, et la clairance macrophagique, quand elles s’accumulent au niveau des alvéoles. Cette élimination va dépendre de divers facteurs, notamment de la taille, du nombre, de la solubilité et de la composition chimique des nanoparticules, ainsi que du site précis de dépôt et de l’état de l’appareil respiratoire. La rétention pulmonaire des nanoparticules sera d’autant plus importante que les patients seront atteints d’une pathologie obstructive, telle que l’asthme ou la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). Les nanoparticules solubles sont dissoutes dans la couche de mucus produite par les cellules de l’épithélium bronchique et qui couvre les voies aériennes. Elles sont ensuite éliminées par le transport mucociliaire, un tapis roulant de mucus qui remonte en permanence des voies respiratoires inférieures ou progresse depuis les orifices des fosses nasales, de manière convergente, vers le nasopharynx, grâce aux battements des cils des cellules ciliées de l’épithélium. Les nanoparticules, peu ou pas solubles, peuvent être également piégées dans le tapis de mucus sur lequel elles se déposent et, grâce au transport mucociliaire, être ensuite expectorées ou avalées. La clairance mucociliaire est très efficace ; elle est rapide dans les bronches, mais ralentit au niveau des bronchioles.

Cependant, si les nanoparticules ne sont pas correctement éliminées, en particulier en cas de surcharge ou de pathologie du transport mucociliaire (dyskinésie ciliaire), elles peuvent pénétrer la couche de mucus et s’accumuler dans les cellules épithéliales. Cette rétention de
particules dans les poumons peut entraîner une réaction inflammatoire et être à l’origine de pathologies pulmonaires, asthme, bronchite chronique voire cancers. Les nanoparticules, qui atteignent les alvéoles, sont phagocytées par les macrophages alvéolaires en fonction de leur taille. Ceux-ci, chargés de particules, quittent le niveau alvéolaire et migrent dans l’interstitium alvéolaire vers les ganglions lymphatiques, lieux de prolifération et de différenciation des cellules immunitaires, et vers la circulation sanguine. Une fraction estimée à 10-20 % des particules insolubles n’est jamais éliminée du poumon humain dans des conditions physiologiques, en raison de la cinétique très lente de la clairance
alvéolaire des particules, qui conduit chez l’homme à des temps très longs de rétention. Cette fraction pourrait conduire à la fibrose dans le cas d’expositions intenses.
Il n’existe pas actuellement de preuve incontestable de pathologies respiratoires induites chez l’homme par l’inhalation de nanoparticules manufacturées. Les données actuelles ont été obtenues dans le cadre de recherches chez l’animal ou d’études effectuées sur des cultures
cellulaires. Elles montrent que certains types de nanoparticules provoquent une inflammation et du stress oxydant, ce qui peut conduire à des pathologies respiratoires en particulier chez les personnes vulnérables pour ce type de pathologies, quelle qu’en soit la cause. Quoiqu’il en soit, compte tenu des dangers encourus, l’exposition chronique aux nanoparticules est un facteur de risque à prendre en compte quel que soit le contexte. Dans les alvéoles, la distance entre l’air et le sang est très réduite (environ 1 µm), ce qui rend les alvéoles susceptibles d’être une voie d’entrée favorable vers la circulation générale. Le passage de la barrière alvéolo-capillaire a été clairement démontré récemment chez le rat pour des nanoparticules telles que les NP de TiO2. Ces NP sont ensuite disséminées dans l’organisme et s’accumulent dans certains organes où elles sont persistantes. Elles peuvent franchir la barrière hémato-encéphalique et placentaire. La transposition des phénomènes biologiques de l’animal à l’homme est toujours d’interprétation délicate, cependant, par précaution, ces observations doivent conduire à préconiser la protection des personnels qui travaillent dans les usines de fabrication et les ateliers de manipulations de ces nanoparticules, en particulier les femmes enceintes.

B) Exposition par la voie cutanée.

La peau représente plus de 10 % de la masse corporelle et joue un rôle essentiel de barrière vis-à-vis de l’environnement externe, avec une fonction de protection et de maintien de l’homéostasie. Elle est constituée de trois régions principales : l’épiderme, le derme et l’hypoderme. La question de l’exposition de l’épiderme aux nanoparticules s’est posée de façon cruciale ces dernières années, car les industriels de la cosmétologie ont incorporé des nanoparticules d’oxyde de titane et d’oxyde de zinc dans les crèmes solaires « écran total ».
Cela conférait à ces protections solaires une plus grande efficacité grâce aux propriétés d’absorption du rayonnement UV par les nanoparticules, lesquelles étaient en revanche transparentes au rayonnement visible. Les crèmes devenaient, du même coup, transparentes et donc beaucoup plus esthétiques que celles contenant des microparticules blanches opaques ! Les études réalisées sur des peaux reconstituées en laboratoire concluent qu’il n’y a pas de passage vers le derme, en peau saine. La pénétration des nanoparticules est possible dans le stratum corneum de l’épiderme et dans les follicules pileux ou les glandes sudoripares. Les nanoparticules restent en surface de l’épiderme ou sont présentes dans le stratum corneum, la couche à la surface de la peau, mais n’arrivent pas à pénétrer ou à traverser les couches vivantes de l’épiderme, même si elles peuvent s’accumuler et persister dans les follicules pileux. Cependant, ce constat est à moduler selon l’intégrité de la barrière cutanée ou la
présence de maladies de la peau. La dermatite allergique de contact, l’eczéma atopique et le psoriasis mais aussi les flexions mécaniques, l’usage de détergents irritants et de produits chimiques peuvent augmenter l’absorption au travers de lésions cutanées.

C) Exposition par la voie orale

Depuis 2006, les nanotechnologies se sont développées fortement dans le secteur alimentaire où elles rentrent essentiellement dans des techniques d’encapsulation de nutriments ou de vitamines, ainsi que dans des produits pour en renforcer la saveur et le goût (Jampilek et al. 2019; McClements and Xiao 2017). Les capsules sont généralement à base de liposomes et sont donc constituées de molécules biologiques qui, a priori, ne posent pas de problème pour la santé. Cependant, les emballages alimentaires peuvent contenir des nanoargiles et des nanofilms d’argent pour empêcher la détérioration et l’oxydation des aliments. On peut donc se poser la question de la stabilité de ces films et de leur éventuel transfert dans les aliments. Par ailleurs, les nanoparticules de silice sont largement utilisées comme fluidifiant dans le sel, le sucre, la farine et le chocolat en poudre. La question de l’utilisation massive du dioxyde de titane dont une fraction se trouve sous forme nano s’est posée de façon aigüe au cours des dernières années. En effet, cet additif E 171 est très largement utilisé comme colorant blanc dans de nombreux produits agroalimentaires largement distribués, en particulier les bonbons, sucreries et gâteaux à destination des enfants. Des publications récentes montrent que la fraction nanométrique de cet additif est susceptible de pénétrer la barrière intestinale et qu’elle y induit une réponse
inflammatoire chez le rat (Bettini et al. 2017; Dorier et al. 2017; Radziwill-Bienkowska et al. 2018). Cela signifie que ces NP ont passé la barrière intestinale et on les retrouve au niveau du foie et de la rate. Le mécanisme le plus probable est celui de l’absorption par les cellules M des plaques de Peyer (agrégats lymphoïdes de l’intestin grêle). Les nanoparticules sont absorbées de façon différente selon leur charge et leur liposolubilité. Le CPP se félicite de l’interdiction du colorant E171 (Anses 2019), considérant que le colorant E171 n’a pas de qualité nutritive propre, voire induit une certaine forme d’appétence pour les aliments sucrés aux effets délétères sur la santé et parait susceptible de produire des réponses inflammatoires, il était raisonnable d’invoquer le principe de précaution pour ses utilisations alimentaires, notamment pour les produits à destination des enfants.

D) Exposition par voie trans-placentaire

L’exposition aux NP pendant la grossesse n’a été prise en compte que très récemment (Hougaard et al, 2015). Le passage de la barrière placentaire est étudié chez des rongeurs exposés pendant la gestation par voie pulmonaire, digestive ou IV/IP. Le modèle du placenta humain ex vivo sous perfusion est également utilisé pour déterminer et quantifier le passage des NP.
Par exemple, après exposition aérienne de souris à de faibles concentrations de nanotubes de carbone à paroi unique (SWCNT) marqués par fluorescence, on a pu identifier ces NP dans les placentas et les membranes fœtales, indiquant leur capacité à diffuser (Campagnolo et al., 2013). Le stade de la grossesse au moment de l’exposition est important comme pour tout composé chimique, et illustré par exemple pour les nanoparticules d’or administrées par voie intraveineuse (Yang et al, 2012). Suite à une exposition par voie inhalée de souris aux NP-Ag à concentration faible, correspondant à une exposition professionnelle, ces NP sont retrouvées au niveau du placenta et du fœtus, présence qui peut être reliée à la libération de médiateurs inflammatoires par le placenta (Campagnolo et al, 2017). Il convient de prendre des précautions chez les femmes qui sont potentiellement exposée aux NP-Ag voire à d’autres NP pendant leur grossesse. En effet, cela revêt une importance particulière pour l’issue de la grossesse car l’exposition aux stades très précoces (lorsque l’état de grossesse n’est pas toujours connu) semble être la plus dangereuse.

Source : Le club Médiapart

EN VÉLO

EN VÉLO

5 KM. En vélo
30 degrés à l’ombre
Sur 2 roux
Printemps 2022
2 kilos de perdus
À 10 heures du matin
À 79 ans!

Ô, que la vie est belle
Sans être gouverné par…
Le numérique,
Je contemple
Un nouveau printemps
Sans masque ni vaccin
Sur une route sans barricades,
Ni couvre feu!

Une liberté tan espérée.
C’est à prendre et non à laisser.
La retrouver c’est la… chérir!

John Mallette
Le Poète Prolétaire

Les infos et news du 11 août 2022

Par : Volti
POLITIQUE/SOCIÉTÉ « La légalisation du cannabis donnera les moyens d’agir plus efficacement pour protéger davantage nos concitoyens » La dépopulation des Européens en chiffres : seuls dix pour cent de la population allemande sont encore des jeunes Vendée : Deux réserves d’eau pour l’agriculture vandalisées De la pleurnicherie humanitaire à la mission génocidaire occidentale – par Nicolas Bonnal ÉCONOMIE Comptes bancaires bloqués : un […]
À partir d’avant-hierVos flux RSS

L’Afrique du Sud confirme le premier décès « causalement lié » au vaccin contre la COVID-19

L’autorité sanitaire sud-africaine a confirmé aujourd’hui qu’une personne est décédée à la suite de l’administration du vaccin contre la COVID-19 de Johnson & Johnson (J&J).

Il s’agit du premier décès dans le pays officiellement attribué à un vaccin contre la …

Commémoration d’Hiroshima et Nagasaki. Blâmer la Russie pour les crimes de guerre des États-Unis

La déclaration suivante du président Harry Truman a été formulée fin juillet 1945, il y a 77 ans.

Les gens au Japon, en Amérique et dans le monde entier devraient la lire :

« Cette arme doit être utilisée contre le

Antony Blinken: «L’avenir du monde sera défini en Afrique»

Pour les Etats-Unis l’avenir du monde sera déterminé dans une très large mesure par l’Afrique. Après la visite du président français, Emmanuel Macron sur le continent africain, Antony Blinken, vient débarquer comme s’il devait réparer les erreurs en communication réalisées

UEEA: l’accent sur les échanges en monnaies nationales

L’Union économique eurasiatique prend de plus en plus la voie d’une priorisation des échanges entre les Etats membres de l’union en monnaies nationales. Avec à terme la possibilité de l’introduction d’une monnaie unique, permettant l’établissement d’une union monétaire commune.

L’UEEA …

Les CDC affirment que le lien entre l’inflammation cardiaque et les « vaccins » Covid n’était pas connu pendant la majeure partie de 2021

C’est un MENSONGE. Un de plus… OD

Rochelle Walensky, directrice des CDC

Les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) ont affirmé qu’il n’y avait pas d’association connue entre l’inflammation cardiaque et les vaccins COVID-19 jusqu’en octobre 2021.

Les responsables des CDC ont fait cette affirmation, QUI EST FAUSSE, en réponse à une demande de Freedom of Information Act pour les rapports d’une équipe des CDC qui se concentre sur l’analyse du risque de myocardite et de péricardite post-vaccinales, deux formes d’inflammation cardiaque. Toutes deux ont commencé à être détectées à des taux plus élevés que prévu après la vaccination par le COVID-19 au printemps 2021.

L’équipe se concentre sur l’étude des données du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), un système de surveillance passive géré conjointement par les CDC et la Food and Drug Administration américaine.

La plage de dates pour la recherche s’étendait du 2 avril 2021 au 2 octobre 2021.

« Le National Center for Emerging Zoonotic Infectious Diseases a effectué une recherche dans nos dossiers qui n’a révélé aucun document relatif à votre demande« , a déclaré Roger Andoh, responsable des dossiers des CDC, à The Epoch Times. Le centre fait partie des CDC.

Aucun résumé ou rapport n’était disponible car « une association entre la myocardite et la vaccination par le mRNA COVID-19 n’était pas connue à ce moment-là », a ajouté Andoh.

Les vaccins COVID-19 de Pfizer et Moderna reposent tous deux sur la technologie de l’ARN messager (ARNm).

Premiers rapports de myocardite

Les rapports d’inflammation cardiaque après la vaccination par le COVID-19 ont été rendus publics pour la première fois en avril 2021 par l’armée américaine, qui a détecté le problème avec les autorités israéliennes bien avant les CDC.

Alors que le Dr Rochelle Walensky, directrice des CDC, a déclaré ce mois-là que l’agence avait recherché un signal de sécurité dans ses données et n’en avait trouvé aucun, à la fin du mois de juin, les chercheurs des CDC ont déclaré que les données disponibles « suggéraient une association avec l’immunisation » et, en août, ont décrit (pdf) le problème comme un « préjudice » lié à la vaccination.

L’affirmation selon laquelle le lien n’était pas connu « est manifestement fausse », a déclaré par courriel à The Epoch Times Barbara Loe Fisher, cofondatrice et présidente du National Vaccine Information Center. « Soit la main droite ne sait pas ce que fait la main gauche aux CDC, soit les responsables fédéraux de la santé diffusent des informations erronées sur ce qu’ils savaient de la myocardite après les vaccins COVID à ARNm et quand ils le savaient. »

Le sénateur Ron Johnson (R-Wis) a déclaré que la réponse à la FOIA « soulève encore plus de questions sur l’honnêteté, la transparence et l’utilisation, ou le manque d’utilisation, par l’agence de ses systèmes de surveillance de la sécurité, tels que le VAERS, pour détecter les événements indésirables du vaccin COVID-19 ».

« J’ai envoyé deux lettres aux CDC au sujet de l’incapacité de l’agence à trouver des dossiers démontrant son utilisation des systèmes de surveillance des vaccins. À ce jour, les CDC n’ont pas répondu à mes lettres », a-t-il ajouté.

Correction

« Apparemment, les CDC ont besoin de faire une correction ! », a déclaré une porte-parole de l’agence à The Epoch Times dans un courriel.

L’agence reconnaît qu’en juin 2021, les données ont commencé à indiquer un lien entre les vaccins à ARNm COVID-19 et l’inflammation cardiaque, souligné ce mois-là dans deux présentations faites aux groupes consultatifs gouvernementaux sur les vaccins.

« Des données supplémentaires se sont accumulées au cours des mois suivants, permettant finalement de conclure à l’existence d’une association causale. Cependant, une telle conclusion a nécessité du temps pour accumuler et analyser les données », a déclaré la porte-parole.

On ne sait toujours pas comment les CDC ont cherché un signal en avril 2021. Les CDC ont refusé de fournir des détails.

Le bureau des archives des CDC n’a pas répondu à une demande de commentaire.

La correction est la deuxième fois ces dernières semaines que l’agence revient sur une affirmation.

En juin, le Dr Andoh a déclaré à l’organisation à but non lucratif Children’s Health Defense que le personnel du Bureau de la vaccination et de la sécurité de l’agence l’avait informé que l’agence ne procéderait pas à l’exploration des données du VAERS, alors que plusieurs documents des CDC indiquaient que l’agence procéderait à ces analyses.

Interrogé à ce sujet, le Dr John Su, un responsable des CDC, a déclaré à The Epoch Times que l’agence avait commencé à effectuer l’exploration des données en février 2021.

Constatant ces déclarations contradictoires, M. Johnson a écrit à Mme Walensky pour lui demander des réponses. « L’affirmation des CDC et celle du Dr Su ne peuvent être toutes deux vraies », a-t-il déclaré.

Sources : ZeroHedge, Zachary Stieber via The Epoch Times – Traduit par Anguille sous roche, (via planetes360)

Olivier Demeunelaere

Lire aussi :

Des scientifiques découvrent que l’inflammation cardiaque est plus fréquente chez les personnes vaccinées que chez les personnes non vaccinées

Rappels :

Les agences sanitaires semblent déterminées à tuer et à mutiler autant d’Américains que possible

France : le poison expérimental Moderna déconseillé par la HAS pour les doses de “rappel”

Blachier : « Ce qui a été observé chez Moderna peut être observé avec Pfizer »

L’OMS admet enfin le lien entre vaccins et myocardite

arnauddebrienne