Plandémie de Covid

🔒
❌ À propos de FreshRSS
Il y a de nouveaux articles disponibles, cliquez pour rafraîchir la page.
Aujourd’hui — 19 octobre 2021Vos flux RSS

Et si vous aidiez la recherche en adoptant un blob ?

Par : FranceSoir
Pour mieux comprendre les effets du réchauffement climatique sur le blob, cet incroyable organisme unicellulaire, le CNRS vient de lancer une recherche participative ouverte à tous. Le principe ? En accueillir un chez-soi et le nourrir. Un projet de recherche étonnant Vous avez forcément déjà... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © STEPHANE DE SAKUTIN / AFP - Et si vous aidiez la recherche en adoptant un blob ?

Une brève histoire du troisième millénaire

Par : hervek

Fondamentalement résolvons le « problème de l’intelligence », et tous les autres problèmes deviennent triviaux.


Par Anatoly Karlin − Le 10 janvier 2017 –− Source Unz Review

Vladimir Manyukhin, Tower of Sin

Le problème, c’est que ce problème est un problème très difficile, et il est peu probable que notre esprit seul suffise. De plus, parce que les problèmes ont tendance à devenir plus difficiles, et non plus faciles, à mesure que l’on progresse dans l’échelle technologique (Karlin, 2015, Français), dans un scénario « business as usual » sans augmentation substantielle de l’intelligence, nous n’aurons effectivement qu’une « fenêtre » de 100-200 ans pour réaliser cette percée avant que les schémas mondiaux de fertilité dysgénique ne les empêchent totalement d’exister pendant une grande partie du prochain millénaire.

Pour éviter une période de stagnation technologique et scientifique prolongée, avec les risques d’effondrement qui en découlent, notre  » esprit de ruche «  (ou  » noosphère « ) global devra au minimum soutenir et de préférence augmenter durablement sa propre intelligence. L’objectif final est de créer (ou de devenir) une machine, ou un réseau de machines, qui augmentent récursivement leur propre intelligence – « la dernière invention dont l’homme ait besoin » (Good, 1965).

À la lumière de ce qui précède, il y a cinq principales façons distinctes dont la civilisation humaine (ou post-humaine) pourrait se développer au cours du prochain millénaire.

matrix-art

Techno-singularité directe

Le développement de l’intelligence générale artificielle (IGA), qui devrait rapidement se transformer en super-intelligence – définie par Nick Bostrom comme « tout intellect qui dépasse largement la performance cognitive des humains dans pratiquement tous les domaines d’intérêt » (Bostrom, 2014). Surtout s’il s’agit d’un décollage « difficile », la super-intelligence deviendra probablement aussi un singleton, une entité à hégémonie mondiale (Bostrom, 2006).

De nombreux experts prédisent que l’IGA pourrait apparaître d’ici le milieu du 21e siècle (Kurzweil, 2005 ; Müller & Bostrom, 2016). Cela devrait rapidement se traduire par une singularité technologique, désormais « techno-singularité », dont la valeur utilitaire pour l’humanité dépendra de notre capacité à résoudre le problème de l’alignement de l’IA (c’est-à-dire de notre capacité à convaincre les robots de ne pas tous nous tuer).

La techno-singularité se glissera sur nous, puis transformera radicalement tout, y compris la possibilité même de tout autre pronostic significatif – ce sera « un rejet de toutes les règles précédentes, peut-être en un clin d’œœil, une fuite exponentielle hors de tout espoir de contrôle » (Vinge, 1993). Le scénario de la « techno-singularité directe » est probable si l’IGA s’avère relativement « facile », comme le croient le futuriste Ray Kurzweil et Demis Hassabis, PDG de DeepMind.

L’âge de Em

Le développement de l’émulation du cerveau total (ECT) pourrait accélérer la techno-singularité, si elle est relativement facile et développée avant l’IGA. Comme le soutient l’économiste Robin Hanson dans son livre « The Age of Em« , d’innombrables quintillions d’esprits humains émulés, ou « ems », fonctionnant des milliards de fois plus vite que les logiciels biologiques, devraient pouvoir effectuer une transition vers une véritable super-intelligence et la techno-singularité en quelques années humaines (Hanson, 2016). Cela suppose que la civilisation em ne s’autodétruise pas, et que l’IGA ne s’avère pas en fin de compte être un problème insoluble. Une simple simulation de Monte-Carlo d’Anders Sandberg donne à penser que l’ECT pourrait être atteint dans les années 2060 (Sandberg, 2014).

Deus Ex : Révolution humaine

Biosingularité

Nous sommes encore loin d’avoir épuisé notre potentiel biologique et biomécatronique d’augmentation de l’intelligence. Le niveau de complexité biologique a augmenté de façon hyperbolique depuis l’apparition de la vie sur Terre (Markov & Korotayev, 2007), de sorte que même si l’ECT et l’IGA s’avèrent tous deux très difficiles, il pourrait encore être parfaitement possible pour la civilisation humaine de continuer à augmenter considérablement sa puissance cognitive globale. Assez, peut-être, pour donner un coup de fouet à la techno-singularité.

Il y a beaucoup de chemins possibles vers une biosingularité.

Le plus simple, c’est la démographie : La méthode éprouvée de la croissance démographique (Korotaev & Khaltourina, 2006). Comme l’affirment des « techno-cornucopiens«  comme Julian Simon, plus de gens signifie plus d’innovateurs potentiels. Cependant, seule une infime « fraction intelligente » peut contribuer de manière significative au progrès technologique, et les schémas globaux de fertilité dysgénique impliquent que sa part de la population mondiale va inexorablement diminuer maintenant que l’« effet Flynn«  des augmentations du QI environnemental se fait sentir dans le monde entier, en particulier dans les pays à QI élevé qui sont historiquement responsables du progrès technologique (Dutton, Van Der Linden, et Lynn, 2016). Dans le scénario à long terme du « business as usual », il en résultera une Idiocratie incapable de tout progrès technologique supplémentaire et à risque permanent d’un effondrement malthusien de la population si le QI moyen tombe sous le niveau nécessaire pour soutenir la civilisation technologique.

En tant que telle, la fertilité dysgénique devra être contrée par des politiques eugéniques ou des interventions technologiques. Les premières sont soit trop légères pour faire une différence cardinale, soit trop coercitives pour faire un plaidoyer sérieux. Cela nous laisse avec les solutions technologiques, qui à leur tour tombent en grande partie dans deux bacs : Génomique et biomécatronique.

La voie la plus simple, déjà à l’aube de la faisabilité technologique, est la sélection des embryons par le QI. Cela pourrait entraîner des gains d’un écart-type par génération et une augmentation éventuelle de 300 points de QI par rapport à la ligne de base une fois que tous les allèles affectant le QI auront été découverts et optimisés (Hsu, 2014 ; Shulman & Bostrom, 2014). C’est peut-être trop optimiste, car il suppose que les effets resteront strictement additifs et ne se heurteront pas à des rendements décroissants.

Malgré tout, un monde avec un millier ou un million de fois plus de John von Neumanns en mouvement sera plus civilisé, beaucoup plus riche et plus dynamique sur le plan technologique qu’aujourd’hui (il suffit de comparer les différences de civilité, de prospérité et de cohésion sociale entre des régions du même pays séparées par un écart type de QI moyen de seulement la moitié, comme le Massachussetts et la Virginie occidentale). Les chances de cette civilisation hyper-intelligente de résoudre le problème des ECT et/ou des IGA seront donc beaucoup plus élevées.

Le problème, c’est qu’il faudra une douzaine de générations pour atteindre la terre promise, c’est-à-dire au moins 200 à 300 ans. Voulons-nous vraiment attendre si longtemps ? Ce n’est pas la peine. Une fois que des technologies comme CRISPR/Cas9 auront mûri, nous pourrons accélérer considérablement le processus et accomplir la même chose par l’édition directe des gènes. Tout cela suppose bien sûr qu’un concert des États les plus puissants du monde ne se coordonne pas pour mettre un frein vigoureux aux nouvelles technologies.

Malgré cela, nous resterions toujours « limités » par la biologie humaine. Par exemple, la taille de l’utérus et la charge métabolique sont des facteurs qui influent sur la taille du cerveau, et les spécificités de notre substrat neural placent un plafond ultime même sur le potentiel intellectuel humain « génétiquement corrigé ».

Il y a quatre façons possibles d’aller au-delà de la biologie, présentées ci-dessous, de « plus réaliste » à « plus science-fiction » :

Neuropharmocologie : Les substances nootropes existent déjà, mais elles n’augmentent pas le QI de façon significative et il est peu probable qu’elles le fassent dans l’avenir (Bostrom, 2014).

Biomécatronique : Le développement d’implants neuronaux pour augmenter la cognition humaine au-delà de son potentiel biologique maximal. Les premières start-ups, basées pour l’instant sur le traitement plutôt que sur l’amélioration, commencent à apparaître, comme Kernel, où le futuriste Randal Koene est le scientifique en chef. Cette approche « cyborg » promet une intégration plus transparente et probablement plus sûre avec les ems et/ou les machines intelligentes, quel que soit le moment où elles apparaissent – c’est la raison pour laquelle Elon Musk est un partisan de cette approche. Cependant, il y a de fortes chances que des interfaces cerveau-machine significatives soient très difficiles à mettre en œœuvre (Bostrom, 2014).

Nanotechnologie : Les nanorobots pourraient potentiellement optimiser les voies neuronales, ou même créer leurs propres réseaux neuronaux basés sur des « foglets« .

Biosingularité directe : Si l’ECT et/ou la super-intelligence s’avèrent très difficiles ou insolubles, ou s’ils s’accompagnent de problèmes « mineurs » comme le manque de solutions rigoureuses au problème d’alignement de l’IA ou la perte permanente de l’expérience consciente (Johnson, 2016), alors nous pourrions tenter une biosingularité directe, par exemple, Nick Bostrom suggère le développement de nouveaux gènes synthétiques, et encore plus de « possibilités exotiques » comme les cuves pleines de tissus corticaux complexes ou les animaux transgéniques « élevés », en particulier les éléphants ou les baleines qui peuvent supporter de très gros cerveaux (Bostrom, 2014). Le résultat final d’une véritable biosingularité pourrait être une sorte de « singleton écotechnique », par exemple Solaris de Stanislas Lem, une planète dominée par un océan sensible à l’échelle planétaire.

Limitée par la vitesse des réactions chimiques neuronales, on peut dire que la biosingularité sera une affaire beaucoup plus lente que « The Age of Em » ou une explosion de super-intelligence, sans parler de la techno-singularité qui suivra probablement bientôt l’un de ces deux événements. Cependant, dans ce scénario, la civilisation humaine pourrait encore atteindre la masse critique de puissance cognitive nécessaire pour résoudre les ECT ou les AGI, déclenchant ainsi la réaction en chaîne qui conduit à la techno-singularité.

great-filter

Eschaton

Nick Bostrom a ainsi défini le risque existentiel : « Un cas où un résultat négatif annihilerait la vie intelligente d’origine terrestre ou réduirait son potentiel de façon permanente et drastique. » (Bostrom, 2002)

Nous pouvons diviser les risques existentiels en quatre catégories principales : Géoplanétaire, anthropique, technologique et philosophique.

Au cours d’une décennie donnée, un rayon gamma éclaté ou même un très gros astéroïde pourrait nous effacer dans notre berceau terrestre. Cependant, le risque de fond est à la fois constant et extrêmement faible, donc ce serait une malchance cosmique pour un Götterdämmerung géoplanétaire au moment même où nous sommes sur le point d’entrer dans l’ère posthumaine.

Il y a trois grandes sources de risque existentiel « anthropique » : La guerre nucléaire, le changement climatique et l’épuisement des sources d’énergie à haut taux de retour énergétique.

Les craintes d’anéantissement atomique sont compréhensibles, mais même en cas d’échange thermonucléaire à grande échelle entre la Russie et les États-Unis, l’humanité peut survivre et cela n’entraînera pas l’effondrement de la civilisation industrielle si on se réfère à « un Cantique pour Leibowitz«  ou à des jeux vidéo comme Fallout, et encore moins l’extinction humaine (Kahn, 1960 ; Kearny, 1979). C’était vrai pendant la guerre froide et c’est doublement vrai aujourd’hui, alors que les stocks d’armes nucléaires sont beaucoup plus faibles. Certes, un pourcentage modeste de la population mondiale mourra et une majorité du capital des pays en guerre sera détruite, mais comme aurait pu le dire Herman Kahn, il s’agit là d’une issue tragique mais néanmoins distincte d’un véritable « risque existentiel ».

On peut dire à peu près la même chose des changements climatiques anthropiques. Même si cela ferait probablement plus de mal que de bien, du moins à moyen terme (Stager, 2011), même les pires résultats comme un effondrement en mode clathrate ne se traduiront probablement pas par les visions apocalyptiques de James Lovelock de « couples reproducteurs » qui s’acharnent à assurer une survie difficile en Arctique. Le seul résultat vraiment terminal serait un effet de serre déferlant qui transforme la Terre en Vénus, mais il n’y a tout simplement pas assez de carbone sur notre surface planétaire pour que cela se produise.

En ce qui concerne l’approvisionnement énergétique mondial, si la fin des combustibles fossiles à haute densité pourrait réduire quelque peu le niveau de vie par rapport à ce qu’il aurait été autrement, rien ne prouve que cela entraînerait un déclin économique, et encore moins une régression technologique vers les conditions de la gorge d’Olduvai, comme certains des « catastrophistes » les plus alarmistes l’ont affirmé. On a encore beaucoup de gras à couper ! En fin de compte, la culture matérielle d’un pays en manque d’énergie comme Cuba se compare très positivement à celle de 95 % de tous les humains qui ont déjà vécu. En outre, il reste encore des réserves de charbon pour des siècles sur la planète, et l’énergie nucléaire et solaire n’a été exploitée qu’à une faible fraction de son potentiel.

Le risque technologique de loin le plus important est l’IGA malveillante, à tel point que des équipes de recherche entières telles que MIRI ont vu le jour pour y travailler. Cependant, il est si étroitement lié au scénario de la techno-singularité que je m’abstiendrai de le commenter davantage ici.

Cela ne laisse que les risques existentiels « philosophiques », ou logiquement dérivés. Par exemple, la simulation informatique dans laquelle nous nous trouvons pourrait prendre fin (Bostrom, 2003) – peut-être parce que nous ne sommes pas assez intéressants (si nous n’atteignons pas la techno-singularité), ou par manque de matériel pour simuler une explosion de l’intelligence (si nous y parvenons). Une autre possibilité inquiétante est sous-entendue par le silence inquiétant tout autour de nous, comme l’a demandé Enrico Fermi : « Où sont tous les autres ? » Peut-être sommes-nous vraiment seuls. Ou peut-être que les civilisations extraterrestres post-singularité restent silencieuses pour une bonne raison.

Nous avons commencé à diffuser allègrement notre présence dans le vide il y a plus d’un siècle, donc s’il y a bien une civilisation « super-prédatrice » qui veille sur la galaxie, prête à sauter au premier signe d’un rival potentiel (par exemple pour les ressources informatiques limitées de la simulation), alors notre destin a peut-être déjà longtemps été écrit dans les étoiles. Cependant, à moins qu’ils n’aient trouvé comment renverser les lois de la physique, leur réponse sera limitée par la vitesse de la lumière. Ainsi, la question de savoir s’il nous faut un demi-siècle ou un millénaire pour résoudre le problème de l’intelligence – et par extension, tous les autres problèmes, y compris la colonisation spatiale – revêt la plus grande importance !

L’ère de l’industrialisation malthusienne (ou, « Business as Usual »)

Le XXIe siècle s’avère être une déception à tous égards. Nous ne fusionnons pas avec le Dieu Machine, et nous ne redescendons pas non plus dans la gorge d’Olduvai par la route du chaos. Au lieu de cela, nous vivons la véritable torture de voir les prévisions conventionnelles et courantes de tous les économistes formatés, hommes d’affaires et autres conformistes ennuyeux se réaliser.

L’édition génétique humaine est interdite par décret gouvernemental dans le monde entier, pour « protéger la dignité humaine » dans les pays religieux et « prévenir l’inégalité » dans les pays religieusement progressistes. Comme on pouvait s’y attendre, les 1% bafouent ces réglementations à volonté, améliorant leur progéniture tout en maintenant le reste de la biomasse humaine à un niveau bas, mais les élites n’ont pas le poids démographique nécessaire pour compenser l’effondrement des QI moyens car les dysgéniques ont dépassé l’effet FLynn de manière décisive.

Nous découvrons que la cuisine de Kurzweil est un mensonge. La loi de Moore s’arrête, et le bourdonnement actuel sur le deep learning se transforme en un hiver permanent en terme d’IA. Robin Hanson est mort déçu, mais pas avant de se figer cryogéniquement dans l’espoir d’être réanimé en tant qu’em. Mais Alcor fera faillite en 2145, quand on découvrira que quelqu’un a détourné les fonds mis de côté pour une telle éventualité, et on ne trouvera personne pour payer pour garder ces étranges momies de glace en état. Ils seront sommairement jetés dans un fossé, et les vestiges de leur conscience suintera sous leur enveloppe congelée pour se dissoudre dans la saleté en même temps que leur sang en train de dégeler. Un supermarché sera construit sur leurs os, autour de ce qui est maintenant un endroit très fréquenté dans la mégapole de Phoenix.

Car les vieilles préoccupations concernant les populations vieillissantes et les pensions sont maintenant de l’histoire ancienne. Parce que les préférences de fertilité, comme tous les aspects de la personnalité, sont héréditaires – et donc ultra-compétitives dans un monde où les anciennes contraintes malthusiennes ont été assouplies – les « éleveurs quantitatifs » ont depuis longtemps dépassé les « éleveurs qualitatifs » en pourcentage de la population, et l’humanité est maintenant en plein baby-boom, une époque qui va durer des siècles. Tout comme la population humaine a décuplé, passant de 1 milliard en 1800 à 10 milliards en 2100, elle augmentera d’un autre ordre de grandeur au cours des deux ou trois prochains siècles. Mais cette expansion démographique est très dysgénique, de sorte que le QI moyen mondial diminue d’un écart-type et que la technologie stagne. Vers le milieu du millénaire, la population approchera les 100 milliards d’âmes et dépassera la capacité de charge de l’économie industrielle mondiale.

Alors les choses vont mal tourner.

Mais comme on dit, chaque problème contient la semence de sa propre solution. Gnon s’apprête à éclaircir la population, à abattre les malades, les idiots et les cigales. Comme le philosophe néo-réactionnaire Nick Land le note, en s’inspirant de Lovecraft, « Il n’existe aucune machine existante, ni même rigoureusement imaginable, qui puisse soutenir un seul iota de valeur atteinte en dehors des forges de l’enfer ».

Dans le rude nouveau monde de l’industrialisme malthusien, l’idiocratie commence à céder la place à Farewell to Alms, les schémas de fertilité eugénique qui ont sous-tendu les gains du QI au début de la Grande-Bretagne moderne et ont ouvert la voie à la révolution industrielle. Quelques siècles de plus de petits-enfants plus intelligents et plus travailleurs, et nous reviendrons là où nous en sommes aujourd’hui, capables de résoudre le problème de l’intelligence mais capables de puiser dans une population beaucoup plus nombreuse pour cette tâche.

En supposant qu’une flotte de ruche Tyranide n’ait pas avalé la Terre dans l’intervalle du millénaire….

2061su-longing-for-home

2061.su, Envie d’un foyer

Les chemins de bifurcation du troisième millénaire

En réponse aux critiques selon lesquelles il perdait son temps dans un scénario improbable, Robin Hanson a fait remarquer que même s’il n’y avait qu’une chance sur cent que L’âge de Em se produise, cela valait la peine d’étudier la question en considérant l’ampleur même des consciences futures et de la souffrance potentielle en jeu.

Bien que je puisse imaginer que certains lecteurs considèrent certains de ces scénarios comme moins probables que d’autres, je pense qu’il est juste de dire qu’ils sont tous au moins un minimum plausibles, et que la plupart des gens attribueraient également une probabilité supérieure à 1 % à une majorité d’entre eux. En tant que tels, ils font l’objet d’un examen sérieux et légitime.

Ma propre évaluation de la probabilité est la suivante :

  • Technosingularité directe : 25%, si Kurzweil/MIRI/DeepMind ont raison, avec un pic de probabilité autour de 2045, et le plus susceptible d’être mis en œœuvre via des réseaux neuronaux (Lin & Tegmark, 2016).
  • L’âge d’Em : <1%, puisque nous ne pouvons pas obtenir de modèles fonctionnels même de circuits intégrés vieux de 40 ans à partir de leur analyse, sans parler des organismes biologiques (Jonas & Kording, 2016)
  • Biosingularité à Technosingularité : 50 %, puisque la révolution de la génomique ne fait que commencer et qu’il est peu probable que les gouvernements veuillent, et encore moins réussissent, à la supprimer rigoureusement. Et si l’IGA est plus difficile à mettre au point que ne le disent les optimistes et qu’il faudra beaucoup plus de temps qu’au milieu du siècle, il y a fort à parier que les humains ayant un QI accru joueront un rôle crucial dans son développement éventuel. Je mettrais le pic de probabilité d’une technosingularité à partir d’une biosingularité autour de 2100.
  • Biosingularité directe : 5%, si nous décidons que procéder avec l’IGA est trop risqué, ou que la conscience a une valeur cardinale inhérente et n’est possible que sur un substrat biologique.
  • Eschaton : 10 %, dont : (a) Risques existentiels philosophiques : 5% ; (b) IGA malveillants : 1% ; (c) Autres risques existentiels, principalement technologiques : 4%.
  • L’âge de l’industrialisation malthusienne : 10%, avec à peu près autant de chances de réussir à lancer la technosingularité la deuxième fois.

Il existe une quantité énorme de documentation sur quatre de ces cinq scénarios. Le livre le plus célèbre sur la technosingularité est The Singularity is Near de Ray Kurzweil, bien que vous pourriez vous contenter de l’article classique de Vernor Vinge The Coming Technological Singularity. L’Âge d’Em de Robin Hanson est LE livre sur le sujet. Certaines des composantes d’une biosingularité potentielle sont déjà dans notre horizon technologique – Stephen Hsu mérite d’être suivi sur ce sujet, bien qu’en biomécatronique, pour l’instant il reste plus de science-fiction que de science (clin d’œœil obligatoire à la franchise Deus Ex, un jeu vidéo). La littérature populaire sur les risques existentiels de toutes sortes est vaste, avec Superintelligence de Nick Bostrom étant le travail définitionnel sur les risques de l’IGA. cela vaut aussi la peine de lire ses nombreux articles sur les risques existentiels philosophiques.

Ironiquement, la lacune de loin la plus importante concerne le scénario du « business as usual ». C’est comme si les penseurs futuristes du monde avaient été tellement consumés par les scénarios les plus exotiques et les plus « intéressants » (par exemple la superintelligence, les EMS, l’effondrement socio-économique, etc.) qu’ils ont négligé de considérer ce qui se passera si nous prenons toutes les projections économiques et démographiques standard pour ce siècle, leur appliquons notre compréhension des aspects économiques, psychométriques, technologiques et évolutionnaires de la psychologie, et les poussons vers leurs conséquences logiques.

L’âge du malthusianisme industriel qui en résulte est non seulement plus facile à imaginer que beaucoup d’autres scénarios et, par extension, plus facile à comprendre pour les gens modernes, mais c’est aussi quelque chose de vraiment intéressant en soi. Il est également très important de bien comprendre. Car ce n’est pas du tout un « bon scénario », même s’il est peut-être le plus « naturel », puisqu’il finira par entraîner des souffrances inimaginables pour des milliards de gens à venir dans quelques siècles, lorsque viendra le temps d’équilibrer l’équation malthusienne. Nous devrons aussi passer beaucoup de temps sous un niveau élevé de risque existentiel philosophique. Ce serait le prix à payer pour des réglementations étatiques qui bloquent aujourd’hui le chemin vers une biosingularité.

Anatoly Karlin

Note du Saker Francophone

La science avance et rien ne semble pouvoir se dresser devant elle pour en limiter les effets, comme si la technopshère (selon Dmitry Orlov) devait aller au bout de sa logique, où plutôt ne semblait car l'Occident semble vouloir se suicider et peut-être entraîner le reste du monde avec lui. L'horizon de la singularité semble s'éloigner, une sorte de course contre la montre entre des états stables capable de financer la recherche et une déliquescence des sociétés la supportant.

Sources

Bostrom, N. (2002). Risques existentiels. Journal of Evolution and Technology / WTA, 9(1), 1-31.
Bostrom, N. (2003). Sommes-nous en train de vivre dans une simulation informatique ? The Philosophical Quarterly, 53(211), 243-255.
Bostrom, N. (2006). Qu’est-ce qu’un Singleton. Linguistic and Philosophical Investigations, 5(2), 48-54.
Bostrom, N. (2014). Superintelligence : Chemins, dangers, stratégies. Oxford University Press.
Dutton, E., Van Der Linden, D. et Lynn, R. (2016). L’effet Flynn négatif : Une revue systématique de la littérature. Intelligence, 59, 163-169.
Good, I. J. (1965). Spéculations concernant la première machine ultraintelligente. Dans F. Alt et M. Ruminoff (dir. publ.), Advances in Computers, volume 6. Academic Press.
Hanson, R. (2016). L’Âge d’Em : Le travail, l’amour et la vie quand les robots gouvernent la terre. Oxford University Press.
Hsu, S. D. H. (2014, 14 août). Sur l’architecture génétique de l’intelligence et autres caractères quantitatifs. arXiv[q-bio.GN]. Consulté sur arxiv.org
Johnson, M. (2016). Principia Qualia : le résumé exécutif. Théorie ouverte. Consulté sur opentheory.net
Jonas, E. et Kording, K. (2016). Un neuroscientifique pourrait-il comprendre un microprocesseur ? bioRxiv. Consulté sur biorxiv.org
Kahn, H. (1960). Sur la guerre thermonucléaire (vol. 141). Cambridge Univ Press.
Karlin, A. (2015). Introduction à l’Ascension d’Apollon. The Unz Review.  Consulté sur Unz Review
Kearny, C. H. (1979). Compétences de survie en temps de guerre nucléaire. NWS Research Bureau.
Korotaev, A. V., et Khaltourina, D. (2006). Introduction à la macrodynamique sociale : Cycles séculaires et tendances du millénaire en Afrique. Editorial URSS.
Kurzweil, R. (2005). La singularité est proche : Quand les humains transcendent la biologie. Pingouin.
Lin, H. W. et Tegmark, M. (2016, 29 août). Pourquoi l’apprentissage profond et bon marché fonctionne si bien?arXiv[cond-mat.dis-nn].  Consulté sur aexiv.org
Markov, A. V. et Korotayev, A. V. (2007). La biodiversité marine phanérozoïque suit une tendance hyperbolique. Palaeoworld, 16(4), 311-318.
Müller, V. C. et Bostrom, N. (2016). Progrès futurs de l’intelligence artificielle : A Survey of Expert Opinion. Dans V. C. Müller (Ed.), Fundamental Issues of Artificial Intelligence (pp. 555-572). Springer International Publishing.
Sandberg, A. (2014). Modèle de Monte Carlo du développement de l’émulation cérébrale. Consulté sur fhi.ox.ac.uk
Shulman, C. et Bostrom, N. (2014). Sélection d’embryons pour l’amélioration cognitive : Curiosité ou changement de jeu ? Global Policy, 5(1), 85-92.
Stager, C. (2011). Deep Future : Les 100 000 prochaines années de vie sur Terre. Macmillan.
Vinge, V. (1993). La singularité technologique à venir : comment survivre dans l’ère post-humaine. Dans Vision 21 : Les sciences et le génie interdisciplinaires à l’ère du cyberespace. Consulté sur www-rohan.sdsu.edu

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Général Diamantidis : l'OTAN, un changement de doctrine dangereux ? Deuxième partie

Par : FranceSoir
Deuxième volet d’un entretien avec Grégoire Diamantidis. Général de brigade aérienne, ancien pilote de chasse, le Général Diamantidis a été chargé à partir des années 1990 de missions internationales parmi les plus sensibles, traitant en particulier de l'ex-Yougoslavie et surtout, de l'Irak.... - Lire la suite sur FranceSoir.fr FS - Général Diamantidis : l'OTAN, un changement de doctrine dangereux ? Deuxième partie

VIDÉO : Magnifique Témoignage d’une Soignante Suspendue !

Par : Thomas

« Nous devrions tous être debout pour dénoncer ces mesures coercitives et liberticides parce que nous sommes tous concernés, pas seulement nous les soignants.

Je dénonce la violence imposée aux soignants en ces temps obscurs et le manque d’humanité et de tolérance de cette nouvelle société de contrôle »

L’article VIDÉO : Magnifique Témoignage d’une Soignante Suspendue ! est apparu en premier sur PLANETES360.

A quoi pourraient bien servir des bio-nanocapteurs en oxyde de graphène? A l’Internet des corps (IoB)

Par : Volti
Par Liliane Held Khawam Souvenez-vous de notre article sur l’oxyde de graphène où nous y avions effleuré la notion de l’Internet des corps. Nous y disions notamment que:  » En général, les capteurs pour la surveillance de la santé humaine, qu’il s’agisse de capteurs invasifs ou non invasifs, peuvent être considérés comme un « sens augmenté », qui est une extension […]

Les renseignements étrangers profiteront-ils des armes américaines abandonnées en Afghanistan ?

La déclaration de Donald Trump que la Russie et la Chine ont pu accéder en Afghanistan aux hélicoptères Apache américains abandonnés a surpris à la fois Moscou et Washington. Plus tôt, cette information avait déjà été démentie par le porte-parole du Pentagone. Selon la version officielle, aucun Apache n'a été laissé en Afghanistan. Aucun hélicoptère n'est non plus apparu sur de nombreuses photos et vidéos des extrémistes avec leurs trophées. Le fait est qu'au moment de la (...) - Tribune Libre

Le Pouvoir n’Appartient Plus au Peuple Mais à l’Europe ! La France n’est Plus une Démocratie ! Le Commissaire Européen Explique qu’il n’y a Plus de Souveraineté des États… On dit Merci qui ?

Par : Thomas

par Charles Sannat.

Voilà qui au moins a le mérite de la clarté.

Thierry Breton explique sans aucune ambiguïté que le droit national est inférieur au droit européen.

Or le droit européen n’est pas fait par le parlement même européen. Il est fait par la Commission européenne en dehors de tout contrôle démocratique.

Comme le droit européen ‘est supérieur au droit national, et que vos députés sont « nationaux », les lois de vos députés seront toujours inférieures aux lois européennes.

La conséquence est très simple à comprendre.

La France n’est plus une démocratie.

Le pouvoir n’appartient plus au peuple mais à l’Europe.

C’est ce que vous vivez et c’est la raison fondamentale pour laquelle l’action politique est totalement vaine puisque ce sont les lois européennes qui s’appliqueront quoi qu’il arrive et quel que soit votre choix dans les urnes.

« Personne n’a forcé quiconque à rejoindre l’UE. Le droit européen prime sur les droits nationaux. C’est comme ça » édicte le commissaire européen T.Breton qui explique qu’il faut désormais considérer les Etats composant l’UE comme les équivalents des Etats composant les USA… 🤔 pic.twitter.com/rhKaVQ5Pi0

— Jean Louis (@JL7508) October 17, 2021

source : https://insolentiae.com

Source : reseauinternational

L’article Le Pouvoir n’Appartient Plus au Peuple Mais à l’Europe ! La France n’est Plus une Démocratie ! Le Commissaire Européen Explique qu’il n’y a Plus de Souveraineté des États… On dit Merci qui ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Selon le gouvernement, la part de la population majeure complètement vaccinée à Paris est de… 103%

Sur son site, le gouvernement indique que plus de 100% des Parisiens ont reçu deux doses de vaccin. Il aurait comptabilisé toutes les personnes qui se sont fait vacciner dans la capitale, indépendamment de leur lieu de résidence.

Dans son tableau de bord sur les données relatives à la vaccination en France, le gouvernement livre sur son site un chiffre qui a de quoi surprendre : la part de la population majeure complètement vaccinée à Paris est supérieure à 100%, s’établissant exactement à 103,09%.

Une anomalie qui, selon LCI, s’expliquerait par une utilisation incorrecte des données par le gouvernement pour son calcul. D’après la chaîne d’information, toutes les personnes qui ont été doublement vaccinées à Paris ont été comptabilisées, or aucune règle n’impose de recevoir son vaccin dans son lieu de résidence. Voilà pourquoi le rapport du nombre de vaccinés sur la population de Paris dépasserait 100%.

Pas de quoi rassurer ceux qui doutent – avec insistance – des chiffres avancés par le gouvernement depuis le début de l’épidémie. L’essayiste Idriss Aberkane, très critique de la gestion de la crise par les autorités et qui a déniché cette information, y va ainsi de son commentaire : « Paris est vacciné deux doses à 103,1% d’après gouvernement.fr. Mais à part ça les comptes ne sont pas truqués ».

Paris est vacciné deux doses à 103.1% d’après https://t.co/5m3OxwJLjx mais à part ça les comptes ne sont pas truqués 😂 pic.twitter.com/lOif1GH2sB

— Idriss J. Aberkane Ph.D, Ph.D & Ph.D (@idrissaberkane) October 16, 2021

Quoi qu’il en soit, ces chiffres pourraient de toute façon rapidement évoluer, la ministre du Travail Elisabeth Borne ayant fait savoir le 14 octobre que le gouvernement n’écartait pas la possibilité de retirer le pass sanitaire aux citoyens qui refuseraient une troisième dose de vaccin contre le Covid-19. Ce qui signifierait donc que les personnes ayant reçu deux doses ne seraient plus considérées comme vaccinées.

source : https://francais.rt.com

RI

L’article Selon le gouvernement, la part de la population majeure complètement vaccinée à Paris est de… 103% est apparu en premier sur PLANETES360.

Le Sénat Rejette l’Obligation Vaccinale, la Désactivation du Pass Sanitaire Arrive en Renfort pour la 3e Dose !

Par : Thomas
Le projet de loi sur l’obligation vaccinale rejeté par le Sénat n’est pas un gros problème, bien au contraire, puisque l’obligation du vaccin aurait eu un impact trop violent sur les Français, avec un possible retour de bâton dans la rue. Le pouvoir, déjà très critiqué, cherche surtout à utiliser le passeport sanitaire qui obligera (l’air de rien) les Français à la vaccination et surtout qui les mènera à la troisième dose sous peine de le voir désactivé ! Manœuvre perverse, mais efficace, comme le révèle le Canard Enchaîné (voir en fin d’article).

Le vaccin contre le covid-19 ne rejoindra pas la liste des vaccins obligatoires. Les sénateurs n’ont pas adopté ce 13 octobre la proposition de loi déposée par les socialistes. Leur groupe s’est retrouvé isolé. Le texte, déposé par les membres du groupe socialiste fin août, a été rejeté ce 13 octobre en séance publique, par 262 voix contre 64. Cette initiative parlementaire n’ira donc pas plus loin.

Seule la quasi-totalité du groupe socialiste, à l’origine du texte, a voté en faveur du texte, rejointe seulement par trois collègues du centre et de droite. Les autres groupes ont préféré le rejeter.

Lire la suite…

Ce que la loi n’obligera pas, le pass sanitaire le fera !

Comme l’explique très bien Public Senat : pour conserver « des mesures de freinage », le « texte prévoit de pouvoir encadrer l’activité des établissements recevant du public et exiger le pass sanitaire jusqu’au 31 juillet ». En cas de reprise épidémique, il permet au gouvernement de prendre un tas de mesures d’exception limitant les libertés individuelles : interdiction de circuler librement, couvre-feu… Le gouvernement peut aussi décréter à nouveau l’état d’urgence sanitaire, qui permet d’instaurer un nouveau confinement.

De la désactivation du pass sanitaire à la 3e dose

Révélation du Canard Enchaîné du 13 octobre 2021 :

Le ministre de la Santé compte sur les tests payants à partir du 15 octobre pour inciter certains des ultimes récalcitrants à se faire vacciner. A commencer par ceux qui, tel Cyril Hanouna, se faisaient tester tous les deux jours par refus du vaccin. Mais une autre préoccupation a surgi au cours du Conseil de défense sanitaire du 6 octobre, qui a trait à la troisième dose. Les personnes concernées (les plus vulnérables et les plus de 65 ans) ne se précipitant pas pour le recevoir, d’après le constat dressé par toutes les agences régionales de santé, le gouvernement cherche le moyen de les y inciter. Afin qu’ils n’encombrent pas les hôpitaux, que l’arrivée de la grippe risque d’engorger, le ministre de la santé a fait une suggestion : supprimer les avantages du pass sanitaire à tous ceux qui n’auraient pas eu leur troisième dose plus sept mois après la deuxième. « Travaillez sur ce scénario », a conclu Macron.

Le Canard Enchaîné : le 6 octobre, Olivier Véran a demandé la désactivation du Passeport sanitaire.

La journaliste Hala Oukili avait évoqué la désactivation du passeport sanitaire pour les Français qui ne feraient pas la troisième dose anti-covid. « Pourquoi ne pas imaginer un message automatique aux gens pour leur dire : “Attention, à telle date, votre pass expire !” » L’idée évoquée par Hala Oukili est de maintenir la pression avec un pass qui reste en application jusqu’à l’été 2022. «Vous allez vous soumettre au passeport sanitaire jusqu’à l’été, vous avez une date d’expiration, vous devez vous faire vacciner avec une troisième dose. »

Marcel D. Le Média en 4-4-2

Source : lemediaen442

L’article Le Sénat Rejette l’Obligation Vaccinale, la Désactivation du Pass Sanitaire Arrive en Renfort pour la 3e Dose ! est apparu en premier sur PLANETES360.

La grande stratégie de la France en Afro-Eurasie émerge peu à peu

Par : jmarti

Par Andrew Korybko − Le 12 octobre 2021 − Source OneWorld Press

andrew-korybko

La France devrait rejoindre la tendance vers la multipolarité, et intégrer le concept de coopération mutuellement bénéfique, si elle veut conserver son actuelle influence sur diverses régions d’Afro-Eurasie et l’étendre vers de nouvelles zones.

La France se visualise comme restant une Grande Puissance influente pour le XXIème siècle. Dans ce but, elle est en train de formuler une grande stratégie pour avancer vers cet objectif sur toute la région afro-eurasiatique au cours de cette période. La stratégie indo-pacifique de Paris s’est vue sabotée sans prévenir par ses propres alliés de Canberra et de Washington, suite à l’annonce surprise de l’AUKUS avec Londres. La France n’a pas seulement perdu un contrat de 90 milliards de dollars australiens conclus avec l’Australie, mais chose toute aussi importante, elle ne peut désormais plus compter sur le pays-continent comme principal partenaire régional. En réponse, la France essaye de remplacer le rôle de l’Australie par l’Inde dans cet espace géostratégique.

En partant plus vers l’Ouest, la région suivante où la France se voit comme exerçant une influence centrale est la Méditerranée orientale. La Grèce joue le rôle que l’Australie était supposée tenir pour la région Indo-Pacifique, mais qui sera désormais tenu par l’Inde. Dans cet espace géostratégique, la France se concentre sur un équilibrage de la Turquie, contre la Chine pour la région indo-pacifique. Elle espère prendre la tête d’une coalition d’États pensant de la même manière qu’elle, afin de tirer des privilèges économiques et d’investissement, en échange de sa coopération militaire et stratégique, en contenant la menace perçue par cette coalition.

C’est l’Afrique qui constitue le dernier front de la grande stratégie de la France pour le XXIème siècle, et c’est bien là que la Grande Puissance d’Europe occidentale dispose des plus grands avantages, pour des raisons historiques. Bien que la Russie ait pratiqué des avancées spectaculaires dans la région précédemment colonisée que la France considère comme la « Françafrique », et considère comme sa « sphère d’influence » exclusive, Paris espère s’appuyer sur ses alliés au Tchad, dont elle dispose depuis des décennies, pour répondre à cette tendance. On peut penser que la France ferait mieux de s’inquiéter davantage de l’influence turque en « Françafrique » que de l’influence russe, mais en tous cas, elle espère reconquérir au cours des quelques prochaines années la place stratégique qu’elle y a perdu.

On trouve plusieurs points communs entre les grandes stratégies pensées par la France dans les trois régions de l’Indo-Pacifique, de la Méditerranée orientale, et de la « Françafrique ». Tout d’abord, la France dispose d’une influence historique dans chacun de ces espaces. Deuxièmement, on y trouve à chaque fois une puissance en croissance, qu’elle compte enrayer. Et troisièmement, la France espère pouvoir s’appuyer sur les pays régionaux partageant son mode de pensée pour parvenir aux objectifs sus-mentionnés. On trouve cependant plusieurs défis face à cette stratégie. Tout d’abord, l’influence stratégique de la France dans ces régions s’est érodée [C’est peu de le dire, NdT]. Deuxièmement, tous les pays de chacune de ces régions ne désirent pas contenir la puissance en croissance que la France considère comme une menace. Et troisièmement, ses partenaires pourraient ne pas désirer sacrifier leurs propres intérêts pour satisfaire la France.

Cela signifie en pratique que la France ne peut pas s’appuyer totalement sur l’Inde, la Grèce et le Tchad pour contenir, respectivement, la Chine, la Turquie et la Russie/la Turquie dans les régions respectives de l’Indo-Pacifique, de la Méditerranée orientale et de la « Françafrique ». Paris est en mesure de provoquer des torts à chacun de ces pays, et les influencer, grace à diverses méthodes d’incitation économique, à jouer un rôle plus important à cet égard, mais elle doit également prendre en compte la diminution relative de ses capacités d’équilibrage et d’influence face à celles de la Chine, de la Russie et de la Turquie. La France est une puissance militaire disposant d’une économie impressionnante, d’un soft power attirant et d’une influence historique dans toute l’Afro-Eurasie, mais ses capacités d’équilibrage diplomatique ne sont pas à la hauteur.

C’est là le principal problème de Paris, qui ne dispose pas de l’expérience de la pratique d’une telle politique d’équilibrage. Tout ce que Paris sait faire est d’exercer une influence hégémonique, relayée par des partenaires juniors et des mandataires plus faibles qu’elle. Elle a d’ores et déjà accepté l’érosion de son influence dans chacune des régions sus-mentionnées, et ce n’est que récemment qu’elle s’emploie à la reprendre, du fait des dynamiques de la Nouvelle Guerre Froide. Les stratèges français se sont laissés aveugler par leur orgueil démesuré et n’ont pas perçu leurs propres défauts, qui les ont amenés aux revers que l’on a vus. S’ils ne tirent pas d’enseignement de ces échecs, la grande stratégie qu’ils projettent ne produira jamais tous les fruits attendus.

Le premier enseignement est que la domination française sur ses partenaires régionaux plus petits a eu pour conséquence que ces derniers se sont rapprochés des rivaux de Paris pour soulager la pression qu’ils subissaient envers leur autonomie stratégique. Ce n’est pas suite à quelque « sournoiserie » de la Chine, de la Turquie ou de la Russie dans ces régions que ces pays ont pratiqué leurs percées au cours des dernières années ; ce sont au contraire les pays partenaires de la France (qu’ils fussent ou soient encore partenaires) qui sont volontairement entrés en coopération avec ces pays. La France ferait bien de respecter les intérêts souverains de ses partenaires régionaux plus faibles qu’elle, afin de ne pas les contraindre involontairement à la contrebalancer aussi activement [Pour que Paris comprenne cela, encore faudrait-il qu’elle accorde la moindre valeur et le moindre respect à sa propre souveraineté, ce qui n’est plus le cas depuis des années – l’idéologie européiste a fait son œuvre, NdT].

Le second enseignement est étroitement relié au premier et s’applique principalement à la « Françafrique ». Il faut voir que la France continue de croire à son auto-supposée « supériorité culturelle » comme fondement de son soft power, afin de maintenir ses influences. Nombre d’Africains parlent le français du fait de l’héritage du colonialisme, et non du fait d’une quelconque attirance envers cette langue. Et c’est pour des raisons économiques qu’ils émigrent vers la France, pas du fait qu’ils préfèrent sa culture à la leur. La croyance de la France envers sa « supériorité culturelle » constitue officieusement une raison centrale de l’identité de ce pays, mais elle apparaît comme arrogante, condescendante et même raciste. Les pertes sont déjà immenses dans les cœurs et les esprits à cet égard.

Ensuite, la France doit faire montre du même respect pour tous ses partenaires, ce qui ne peut se produire que si elle a bien compris les deux premiers enseignements. Cela s’applique également à des pays plus grands comparativement, comme l’Inde. Si certains de leurs dirigeants peuvent présenter des motivations personnelles intéressées à s’associer avec Paris contre des pays tiers, la France ne devrait jamais perdre de vue le fait qu’il reste sans doute des membres patriotes dans leurs administrations permanentes militaires, de renseignement et diplomatiques (les « États profonds« ). Ces forces pourraient entrer en résistance contre leurs dirigeants si ceux-ci mettent en danger leur sécurité nationale en provoquant d’autres pays sur ordre de la France.

Sur la base de cet enseignement, la France ne devrait jamais considérer comme un acquis son partenariat avec un autre pays, quel qu’il soit. Les membres patriotes de leur « État profond » pourraient s’employer à stopper la mise en danger irréfléchie de leur sécurité nationale, pourquoi pas au travers de coups d’État. Il existe également une probabilité que ces mêmes forces puissent provoquer des désordres de Révolution de Couleur patriotiques contre leurs dirigeants manipulés par la France. La France ferait également bien de ne pas éluder la possibilité que ses alliés de papier, les États-Unis et le Royaume-Uni, viennent « braconner » sous son nez et lui subtiliser ses partenaires, y compris si cela implique de racheter les dirigeants corrompus déjà vendus à Paris.

Enseignement supplémentaire, la France ferait bien de ne pas conserver l’illusion de l’existence de « sphères d’influence » exclusives, et surtout pas en « Françafrique ». Paris devra inévitablement en venir à accepter l’influence d’autres pays dans les régions qu’elle a pu considérer comme sous sa seule coupe. Ceci comprend aussi bien les « alliés » comme les États-Unis que des pays perçus comme rivaux, tels la Chine, la Russie et la Turquie. La France devrait envisager avec pragmatisme de lâcher du terrain sur une partie de son influence passée, de manière contrôlée, afin de constituer des partenariats plus efficaces avec ses alliés, et d’explorer des manières créatives de se rapprocher de ces pays jusqu’ici perçus comme rivaux.

Tout ceci nous amène à un enseignement final, qui est que la compétition à somme nulle est contre-productive et dépassée. La France ferait bien de faire sienne la tendance multipolaire, portée sur une coopération mutuellement bénéfique, afin de conserver ses influences en place en diverses régions d’Afro-Eurasie, et de les entendre à de nouvelles zones. Si elle tente de s’agripper à ses perspectives très compétitives, elle ne fera qu’ignorer les enseignements précédents, et répétera les mêmes erreurs qui ont déjà découlé sur une perte d’influence de la France dans ces espaces géostratégiques.

NdSF : L'auteur fait preuve de beaucoup d'indulgence avec la France en titrant cet article "Grande Stratégie". On est en droit de penser que le galimatias de la "stratégie" française s'apparente bien mieux à une politique du chien crevé au fil de l'eau, dont le charabia du en même temps est une parfaite concrétisation, qu'à l'application d'une poursuite de ses intérêts dans le temps.

Andrew Korybko est un analyste politique étasunien, établi à Moscou, spécialisé dans les relations entre la stratégie étasunienne en Afrique et en Eurasie, les nouvelles Routes de la soie chinoises, et la Guerre hybride.

Traduit par José Martí, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Qu'est-ce qui se cache derrière les bombardements en Afghanistan  ?

Les images de cadavres et de restes éparpillés dans les mosquées ont de nouveau occupé le devant de la scène médiatique. Mais cette fois-ci depuis l'Afghanistan, après une période pas si brève en Irak et dans d'autres pays. Ces scènes font resurgir les attentats-suicides perpétrés par les militants de l'EI. La dernière en date est l'attaque d'une mosquée dans la ville afghane de Kunduz qui a tué au moins 50 personnes et en a blessé plus de 100 autres, (...) - Tribune Libre

Manif des antipass : l’ancien gendarme relâché dimanche après-midi.

Par : admin

Témoignage de Léo, ex gendarme qui est suspendu pour avoir refusé le vaccin. Il est sorti de garde à vue cet après-midi .
Il a été interpellé par la BAC hier lors de la manifestation à Strasbourg contre le Pass Sanitaire.
Il a passé 20h en Garde à vue au commissariat pour avoir manifesté en uniforme.
Il exerçait dans le Lot et il a démissionner le 30 Septembre en raison de l’obligation vaccinale.
Il faisait partie du collectif « anti pass 67 ».

https://videopress.com/embed/3RxA6bCt

Voir la vidéo ICI

L’homme de 23 ans qui avait été interpellé en tenue de gendarme lors de la dispersion du cortège des antipass , samedi vers 17 h à Strasbourg, a été remis en liberté dimanche en début d’après-midi. Il a passé une vingtaine d’heures en garde à vue au commissariat pour avoir illégalement porté un uniforme. Il est convoqué devant le délégué du procureur en vue d’une composition pénale.

Le jeune homme exerçait jusqu’à récemment dans le Lot en tant que gendarme adjoint volontaire. Il a démissionné le 30 septembre mais était toujours en possession de sa tenue réglementaire.

Source : QActus

Jeux de société : et si vous y jouiez en famille ?

Par : FranceSoir
Jouer entre parents et enfants, c’est s’ouvrir et découvrir l’autre, apaiser les tensions et resserrer les liens. Un moment en famille de qualité Et si ce soir, au lieu de regarder la télévision ou d’allumer votre tablette, vous vous réunissiez au sein de votre foyer pour jouer à un jeu de société... - Lire la suite sur FranceSoir.fr @goodfindsvolusia/Unsplash - Jeux de société : et si vous y jouiez en famille ?

STEPHANE BLET a lu le livre de Philippe Aimar et en a fait une vidéo critique.

Par : Volti
Quand un journaliste fait son travail. Source Jovanovic.com Le grand pianiste classique français Stéphane Blet qui a joué avec le géant italien et chef d’orchestre Carlo-Maria Guilini (Stephane Blet ci-dessous en 2000 avec Guilini) a lu avec beaucoup d’attention le livre de Philippe Aimar que Mendes-France a voulu interdire aux Français de lire (sur les ondes de France Inter) et […]

L’Incitation Honteuse à la Vaccination… Nathanael Spitzer, Décédé d’un Cancer de Stade 4, Classé Mort du Covid par les Autorités : Sa Sœur Crie au Scandale !

Par : Thomas
Les autorités sanitaires de l’Alberta (Canada) et les médias ont annoncé le décès d’un adolescent de 14 ans, Nathanael Spitzer, à cause du covid-19. En réalité il avait un cancer du cerveau de stade 4 en soins palliatifs et testé positif au covid-19 deux jours avant sa mort. Les autorités sanitaires, aidés par les médias —Edmonton City News en tête — , ont clairement exploité cette tragédie afin de susciter l’émoi au sein de la population et pousser à la vaccination.

C’était sans compter sur la détermination de sa grande sœur, Simone Spitzer, qui lancera une bouteille à la mer sur Facebook en demandant aux internautes de l’aider à rétablir la vérité sur le décès de Nathanael : « Le jeune de quatorze ans sur l’article, c’est mon frère. Il est mort d’un cancer du cerveau de stade 4, pas du covid. C’est une fake news. Il a été diagnostiqué en janvier 2021, et hospitalisé en août. Deux jours avant sa mort, il a été testé pour le covid et il s’est avéré positif… veuillez partager et commenter que c’est faux. »

Simone Spitzer, Facebook, 13/09/2021

Comme le rapporte le Western Standardla famille Spitzer a non seulement été dévastée par la perte du jeune garçon, mais a déclaré qu’elle était choquée que la mort de Nathanael ait été utilisée pour s’ajouter aux chiffres covid-19 d’Alberta Health Services (AHS) en tant que plus jeune décès covid-19 à ce jour. Deena Hinshaw, médecin-hygiéniste en chef, est revenue sur l’affirmation précédente du gouvernement selon laquelle un adolescent de quatorze ans était décédé de covid-19, et a déclaré que la province n’annoncerait plus de décès de covid-19 pour les moins de 18 ans jusqu’à ce qu’un « processus d’examen » ait été achevé pour vérifier tous les faits.

Simone Spitzer se félicitera sur Facebook de ne pas voir la mort de son petit frère Nathanael (Nati) être exploitée : « Au moins, ils ont admis qu’ils avaient tort, regardez la vidéo.
Merci à tous pour tous vos mots d’encouragement et votre soutien. »

Voici la cagnotte mise en place par les frères et sœurs de Nathanael, close depuis, puisqu’elle a atteint l’objectif d’aider financièrement les parents pour le coût des funérailles :

Au début de cette année, Nati (Nathanael) a reçu un diagnostic de tumeur cérébrale de stade 4. Après 9 mois pleins de hauts et de bas, le 7 octobre dernier, Nathanaël est décédé à l’âge de 14 ans. Nati était tout à fait l’artiste, toujours souriant, blagueur, et il manquera beaucoup à sa famille et à ses amis.
Nous, les frères et sœurs de Nathanael, aimerions aider nos parents pour le coût des funérailles et le fardeau financier que cela représente pour eux et demandons votre soutien.

Merci,

La famille Spitzer.

Traduction Le Média en 4-4-2 

Source : lemediaen442

L’article L’Incitation Honteuse à la Vaccination… Nathanael Spitzer, Décédé d’un Cancer de Stade 4, Classé Mort du Covid par les Autorités : Sa Sœur Crie au Scandale ! est apparu en premier sur PLANETES360.

La Mafia des Laboratoires Pharmaceutiques Expliquée par « Neo Kosmo » ! (Vidéo)

Par : Thomas

Neo Kosmo : « Le fonctionnement du système de santé français peut être un peu flou pour beaucoup de gens. Alors, on va prendre le temps d’éclaircir tout ça. Dans un premier temps, je vais faire un schéma pour expliquer comment ça fonctionne. Ensuite je vous dirai pourquoi c’est un système super malsain et pour finir, j’exposerai une solution pour éradiquer définitivement le problème. »

Mediator, Levothyrox, Dépakine ont obtenu une autorisation de mise sur le marché. Un autre exemple des dérives causées par le lobbying des laboratoires (il se compte en milliards, comme leurs profits). En 2013, le CEPS (Comité économique des produits de santé) a accordé une AMM au Sovaldi, un médicament de Gilead contre l’hépatite C.

Si on tient compte d’un prix de vente au plus haut, le traitement complet devrait coûter 600 €, mais… la sécu accepte de le rembourser à 100 % au tarif de 56 000 € ! Un peu cher ? Pas de problème, l’État n’en achète que pour la moitié des malades.

Devant les protestations des associations, les négociations reprennent et finalement, en 2014, le prix du traitement est baissé à 41 000 € ! On voit comment est creusé le trou de la sécu.

SOMMAIRE :

  • 0:00 Introduction
  • 0:41 Comment marche le système de santé ?
  • 4:04 Les dérives du système
  • 10:15 La solution

Le Média en 4-4-2

Source : lemediaen442

L’article La Mafia des Laboratoires Pharmaceutiques Expliquée par « Neo Kosmo » ! (Vidéo) est apparu en premier sur PLANETES360.

Martin Blachier Comedy Club #9 : effets secondaires, prédictions et pass sanitaire

C’est le grand retour du Martin Blachier Comedy Club !

Notre médecin télévisuel préféré nous avait manqué… Et il revient en pleine forme avec dans sa besace, des prédictions en bois, des sorties médiatiques contradictoires…

Enfin bref, tout ce qu’on aime chez lui !

L’article Martin Blachier Comedy Club #9 : effets secondaires, prédictions et pass sanitaire est apparu en premier sur PLANETES360.

VIDÉO : Catastrophe Vaccinale ! « BIDEN NE PEUT PAS IMPOSER UN VACCIN QUI A CAUSÉ 16 766 MORTS EN 10 MOIS » Quand le Sénateur Ron Johnson se Lâche sur FoxNews

Par : Thomas

🇺🇸💉💉 Catastrophe Vaccinale 💉💉🚨 Quand le Sénateur Ron Johnson qui préside le Comité sur la Sécurité intérieure et les Affaires gouvernementales du Sénat explique en direct sur FoxNews : "BIDEN NE PEUT PAS IMPOSER UN VACCIN QUI A CAUSÉ 16 766 MORTS EN 10 MOIS" pic.twitter.com/RI1iwAIg1l

— L'Autre Monde (@choqlautremonde) October 18, 2021

L’article VIDÉO : Catastrophe Vaccinale ! « BIDEN NE PEUT PAS IMPOSER UN VACCIN QUI A CAUSÉ 16 766 MORTS EN 10 MOIS » Quand le Sénateur Ron Johnson se Lâche sur FoxNews est apparu en premier sur PLANETES360.

Un message à Fauci : Vous n’êtes pas en mesure de dicter le « plus grand bien »

Par Brandon Smith − Le 6 octobre 2021 − Source Alt-Market

Comment un fraudeur comme Anthony Fauci se retrouve-t-il au poste le mieux rémunéré de la bureaucratie américaine ? Eh bien, la carrière de Fauci est un témoignage plutôt choquant de la réalité de notre gouvernement et de notre époque – Plus vous êtes corrompu, plus vous recevrez de faveurs et de promotions.

 

Fauci est bien connu pour être un opportuniste sans vergogne au sein de la communauté de la recherche médicale. Par exemple, le créateur du test de réaction en chaîne par polymérase (PCR), Kary Mullis, n’avait que du mépris pour Fauci. Mullis était un personnage intéressant qui valorisait l’honnêteté scientifique par-dessus tout. Il a souvent mis en garde contre le fait que son test PCR pouvait être exploité pour gonfler les chiffres de l’infection en identifiant les restes d’un virus dans le corps d’une personne sans distinguer si elle est réellement « infectée » (malade) ou non. Malheureusement, son test n’est pas utilisé de la même manière aujourd’hui pour exagérer les taux d’infection par le virus de la Covid-19.

Dans des interviews, Mullis a qualifié Anthony Fauci de « menteur« , affirmant que c’est un bureaucrate qui « ne connaît rien à rien ». Mullis a fait remarquer que des personnes comme Fauci ont un programme qui n’a rien à voir avec le bien public et qu’elles n’ont aucun problème à déformer la science pour atteindre leurs objectifs. Il convient également de noter que YouTube s’est donné pour mission d’effacer systématiquement de son site web toute trace des interviews de Mullis mentionnant Fauci.

Il n’est pas non plus surprenant que la campagne de peur effrénée de Fauci sur le SIDA dans les années 1980 n’ait pas été mentionnée par les grands médias. Son affirmation selon laquelle 1 Américain hétérosexuel sur 5 mourrait du SIDA en 1990 a été sommairement oubliée et le type est traité comme un génie scientifique par la communauté journalistique en 2021.

S’il y a une justice dans ce monde, alors Fauci devrait vraiment entrer dans l’histoire comme l’un des principaux initiateurs de la pandémie de Covid, étant donné qu’il était à la tête des National Institutes of Health (NIH) qui ont financé la recherche en Gain de Fonction sur les coronavirus au laboratoire de Wuhan en Chine. Il s’agit de la même recherche sur laquelle Fauci a menti de manière flagrante au Congrès en de multiples occasions. Et, le laboratoire de Wuhan est le même laboratoire qui, selon les preuves, était la source de l’épidémie de Covid-19.

Il est important de noter que c’est Fauci et les NIH qui ont levé l’interdiction de gagner de la recherche fonctionnelle sur les virus mortels en 2017, et il était bien connu à cette époque que le laboratoire de niveau 4 de Wuhan en Chine n’était pas sécurisé.

Si quelqu’un est responsable des décès du fait de la Covid-19 dans le monde, c’est Fauci, le gouvernement chinois et toute autre personne impliquée dans cette recherche sur le gain de fonction qui est principalement utilisée pour militariser les virus sous le couvert de la création de « thérapeutiques ». La recherche sur le gain de fonction était à l’origine interdite par la Convention sur les armes biologiques, entrée en vigueur en 1975, sauf si elle était utilisée à des fins thérapeutiques. Aujourd’hui, TOUTES les recherches sur le gain de fonction qui sont révélées publiquement sont étiquetées comme thérapeutiques, même si elles sont en fait conçues pour produire des armes biologiques. C’est ce qu’on appelle parfois la « recherche à double usage ».

Le discours dominant continue d’être que même si le virus provenait du laboratoire de Wuhan, il s’agissait sûrement d’un accident. Je continue de croire, d’après les preuves disponibles, que la Covid-19 a été délibérément libéré afin de créer une crise mondiale qui pourrait ensuite être exploitée par l’establishment pour introduire des contrôles extrêmes sur la population jusqu’au totalitarisme médical. Mais bien sûr, il n’y a pas de preuves irréfutables pour prouver cela, seulement du bon sens.

Si l’on prend en compte le fameux Event 201, les choses deviennent un peu étranges. L’Event 201 était un jeu de guerre organisé par le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates. Son objectif déclaré était de simuler les effets d’une pandémie de coronavirus mortel « propagé par les animaux » aux humains et d’élaborer les politiques que les gouvernements et leurs partenaires commerciaux devraient employer pour y faire face. Il est intéressant de noter que cette simulation a eu lieu en octobre 2019, deux mois seulement avant que la VRAIE CHOSE ne se produise. Presque toutes les politiques suggérées par les participants de l’Event 201 ont maintenant été adoptées par la plupart des gouvernements, y compris la campagne de censure des médias sociaux contre toute personne qui remet en question les origines du virus et la sécurité des vaccins expérimentaux à ARNm.

Anthony Fauci et ses amis…

Le fondateur du WEF, Klaus Schwab, s’est empressé d’annoncer au début de la pandémie que Covid-19 était « l’occasion parfaite«  de lancer le « Grand Reset », qui est un plan globaliste visant à effacer complètement les systèmes de marché libre et à les remplacer par un cadre socialiste hautement centralisé. Le WEF envisage un monde dans lequel l’énergie liée au carbone est interdite, toutes les transactions financières deviennent numériques et sont surveillées et contrôlées par des autorités centrales, et ils ont même suggéré qu’un jour les gens « ne posséderont rien et seront heureux« . Il s’agit d’une référence à la soi-disant « économie partagée » du futur, où le concept de propriété personnelle est aboli et où tous les gens vivront dans des logements collectifs où les produits de première nécessité seront rationnés ou loués par le gouvernement.

Quelque chose a dû mal tourner avec la Covid-19, cependant, car les estimations de décès de l’Event 201 pour un tel virus étaient d’environ 65 millions au cours de la première année de l’épidémie. Cela ne s’est bien sûr jamais produit avec la Covid-19. Ainsi, la résistance aux obligations a été élevée, ou beaucoup plus élevée apparemment que ce à quoi les globalistes s’attendaient. Ils ont été contraints de s’engager dans une campagne de peur sans fin au cours des 18 derniers mois pour un virus dont le taux de mortalité médian n’est que de 0,26 %. Il s’agit d’un virus auquel plus de 99,7 % des personnes survivront et dont les risques d’effets à long terme sur ceux qui sont hospitalisés sont extrêmement faibles. Dans la majorité des États, le taux d’hospitalisation se situe entre 10 et 35 personnes pour 100 000 personnes infectées.

Ces chiffres proviennent du CDC et de l’establishment médical dans son ensemble, mais ils sont ignorés par des propagandistes comme Fauci, tout comme Fauci a continué à ignorer l’immunité naturelle comme facteur dans les obligations Covid. Cela peut sembler bizarre à presque tous les scientifiques, médecins et virologues non payés par le gouvernement, mais Fauci a soutenu que l’immunité naturelle devait être ignorée par rapport à la vaccination. De multiples études menées dans le monde entier montrent désormais que l’immunité naturelle est jusqu’à 27 fois plus efficace que les vaccins pour prévenir l’infection Covid, mais les personnes dotées d’une immunité naturelle sont considérées comme une menace pour les autres dans le cadre des nouvelles obligations, à moins qu’elles ne soient également vaccinées.

Cela n’a tout simplement aucun sens d’un point de vue scientifique, jusqu’à ce que vous réalisiez que les obligations ne concernent pas la science, mais l’autoritarisme. Fauci est l’homme de paille des États-Unis pour une campagne de tyrannie médicale imposée dans chaque nation ; c’est pourquoi il ne se soucie pas de l’immunité naturelle. L’idée d’une telle immunité est gênante pour son récit, il prétend donc qu’elle est sans importance.

Il est peut-être ironique que Fauci lui-même devienne sans importance, car il s’efface lentement de la scène médiatique. J’ai remarqué que depuis que l’information sur le gain de fonction du NIH a été rendue publique, Fauci est moins présent dans les médias. Un documentaire produit par National Geographic et qui sera bientôt distribué par Disney+ dépeint l’escroc comme un sauveur incompris et sera certainement un feu de paille. Cela dit, il représente clairement un dernier effort pour sauver la fausse réputation de l’homme.

Il y a une bonne raison à tout cela. Le dégoût de Fauci pour la liberté individuelle a été bien documenté et le rend extrêmement impopulaire. Il a même récemment plaidé sur CNN en faveur des obligations de vaccination en utilisant cette position perverse :

Il arrive un moment où vous devez renoncer à ce que vous considérez comme votre droit individuel de prendre votre propre décision pour le bien plus grand de la société.

Fauci et ses semblables globalistes peuvent être résumés à ce seul mantra : Faites ce qu’on vous dit pour le bien plus grand. Mais qui peut déterminer ce qu’est le « bien plus grand » ? N’est-il pas inquiétant de constater que ce sont toujours les mêmes élitistes qui se retrouvent dans cette position ? Je sais que les gauchistes en particulier adorent l’idée des obligations de vaccination et vénèrent Fauci, et ils disent que nous, les sceptiques, devrions « écouter la science », mais Fauci n’est pas un scientifique, c’est un vendeur de porte-à-porte, et comme je l’ai noté plus haut, la VRAIE science ne soutient pas les arguments en faveur des vaccinations forcées ou des confinements.

Bon sang, je continue à poser les mêmes questions sur les obligations dans ces articles et pas un seul gauchiste ou pro-vaccin n’a apporté de réponse valide ou logique, mais par curiosité morbide, j’aimerais bien voir Fauci donner ses réponses :

  1. Le Covid a un taux de mortalité médian de seulement 0,26%, alors pourquoi devrions-nous prendre un quelconque risque avec un vaccin expérimental à ARNm sans aucun test à long terme pour prouver sa sécurité ?
  2. Pourquoi ne pas soutenir les 0,26% de personnes qui risquent réellement de mourir à cause de la Covid au lieu de dépenser des milliards de dollars pour que Big Pharma produise un vaccin en se précipitant que vous prévoyez d’imposer aux 99,7% de personnes qui ne sont pas à risque ?
  3. Dans les pays majoritairement vaccinés comme Israël, plus de 60 % des hospitalisations dues à la Covid sont le fait de personnes entièrement vaccinées. L’augmentation exponentielle du nombre de patients entièrement vaccinés dans de nombreux pays suggère que les vaccins ne fonctionnent pas. Pourquoi devrions-nous accepter un vaccin dont l’inefficacité a été prouvée ?
  4. Si vous croyez que les vaccins fonctionnent réellement, malgré toutes les preuves du contraire, alors pourquoi les personnes vaccinées devraient-elles craindre quoi que ce soit des personnes non vaccinées ? En quoi sommes-nous une menace pour eux ?
  5. Si les vaccins ne fonctionnent pas, cela ne signifie-t-il pas que les obligations sont inutiles et que les personnes les plus sûres sont celles qui ont une immunité naturelle ? Ne devrions-nous pas applaudir les personnes naturellement immunisées et encourager le traitement au lieu de la vaccination inutile ?
  6. Puisque les vaccins ne fonctionnent pas selon les données, n’est-il pas temps d’arrêter de rejeter aveuglément les traitements comme l’ivermectine et de se concentrer sur les essais et les études qui recherchent ces alternatives ? Pourquoi cette campagne de propagande au vitriol visant à qualifier l’ivermectine de « pâte de cheval » alors qu’il s’agit en fait d’un traitement utilisé depuis longtemps par les humains et récompensé par un prix Nobel ? Est-ce parce que les vaccins expérimentaux contre le virus de la Covid-19 perdraient leur statut d’autorisation d’urgence de la FDA si des traitements efficaces existent ?
  7. Pourquoi les scientifiques financés par le gouvernement sont-ils si prompts à défendre Big Pharma au point d’ignorer toutes les données qui contredisent leurs affirmations ? Êtes-vous simplement gênés d’avoir tort, ou êtes-vous corrompus ?
  8. Qui a décidé que vous étiez qualifiés pour déterminer ce qui constitue le « bien » plus grand ?

Les globalistes et les garçons de courses comme Fauci ne seront jamais en mesure de répondre à ces questions sans déformer le récit. Ils diront « Et les 700 000 morts aux États-Unis ? » pour jouer sur l’idée que les esprits libres manquent d’empathie pour leur prochain. Bien sûr, environ 40 % de ces décès sont des patients de maisons de retraite avec des conditions préexistantes, donc nous n’avons aucune idée s’ils sont morts de la Covid ou de leurs maladies antérieures. De même, des millions de personnes meurent chaque année d’une pléthore de maladies transmissibles, dont la grippe et la pneumonie, et nous n’avons jamais essayé de confiner le pays tout entier et d’écraser les droits civils des gens à cause de cela.

Si nous tenions le compte des décès dus à la grippe et à la pneumonie année après année, comme nous le faisons avec la Covid, le nombre croissant de cadavres semblerait tout aussi inacceptable. La société ne peut pas fonctionner quand elle est préoccupée par la mort.

Oui, environ 0,26% des gens meurent de la Covid, mais la vie continue pour tous les autres. Nos libertés sont plus importantes que vos peurs irrationnelles. Nos libertés sont plus importantes que les agendas globalistes de centralisation. Nos libertés SONT le plus grand bien. Sans elles, notre société meurt, et au fur et à mesure que notre société meurt, des millions de personnes mourront de l’effondrement inévitable et de la tyrannie qui s’ensuivra ; bien plus que celles qui mourront de la Covid.

C’est pourquoi rien de ce que dit Fauci n’a d’importance pour nous. Il est si transparent dans sa corruption qu’il pourrait tout aussi bien être invisible. Nous continuerons à ignorer ses déclarations et ses remontrances et nous continuerons à nous battre contre les passeports vaccinaux et les restrictions. En fin de compte, si Fauci, Biden et les autres marionnettes globalistes tentent d’utiliser la force pour nous imposer leur programme, un jour viendra très vite où ils devront répondre de leurs crimes contre l’humanité, et ils regretteront de ne pas être invisibles.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

L’article Un message à Fauci : Vous n’êtes pas en mesure de dicter le « plus grand bien » est apparu en premier sur PLANETES360.

VIDÉO : Cours Forrest, Cours ! La Directrice Scientifique chez Pfizer (Vanessa Gelman) Pique un Sprint lorsqu’un Journaliste de Project Veritas veut l’Interroger !

Par : Thomas

Vanessa Gelman (Pfizer) prend la fuite lorsqu’un journaliste du média américain Project Veritas lui pose des questions.

Melissa Strickler, ex-employée comme auditrice qualité chez Pfizer, avait divulgué des courriels internes qui montrent que les dirigeants de l’entreprise ont demandé à leur personnel de garder le secret sur l’utilisation de tissus fœtaux humains dans les tests de laboratoire du vaccin. Il s’agit notamment de Vanessa Gelman, directrice principale de la recherche mondiale, et de Philip Dormitzer, directeur scientifique de Pfizer.

La grosse vache de @vanessagelman🐄Directrice principale de la recherche chez Pfizer💉part en courant quand on lui pose des questions. Mort de rire à s'en rouler par terre Comment vous pouvez leur faire confiance ? 🤔 #Pfizer #VaccinationObligatoire #PasseSanitaire pic.twitter.com/lEgbCqRPdy

— ELgringusPGmus (@ELgringusPGmus) October 14, 2021

Source : sott

L’article VIDÉO : Cours Forrest, Cours ! La Directrice Scientifique chez Pfizer (Vanessa Gelman) Pique un Sprint lorsqu’un Journaliste de Project Veritas veut l’Interroger ! est apparu en premier sur PLANETES360.

« Entièrement vacciné », Colin Powell est mort du Covid-19

Sans commentaire. OD

Il est décédé à l’âge de 84 ans ce lundi. Connu pour son allocution de 2003 sur les armes de destruction massives prétendument détenues par l’Irak, il avait par la suite qualifié ce moment de «tache» sur sa réputation.

L’ancien secrétaire d’État sous George W. Bush, Colin Powell, est décédé à l’âge de 84 ans de «complications liées au Covid-19», a annoncé sa famille lundi 18 octobre.

«Nous avons perdu un mari, un père, et grand-père remarquable et aimant, et un grand Américain», ont-ils déclaré dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, précisant qu’il était «entièrement vacciné». Colin Powell est décédé à l’hôpital Walter Reed, situé dans la banlieue de Washington, où sont souvent soignés les présidents américains.

Lire la suite sur Le Figaro.fr

OD

L’article « Entièrement vacciné », Colin Powell est mort du Covid-19 est apparu en premier sur PLANETES360.

Hanouna : « Abstention piège à cons... »

Par : gruni
"Hanouna te touche, Dieu te guérit" - "la mégalomanie galopante d'un apprenti sorcier" - "bouffon thaumaturge" - "L'étoile de Bolloré" - cirque hanounesque" - "le melon d'or" - (Marianne). N'en jetez-plus, pourquoi tant de haine contre "l'animateur star de C8" ? Cyril Hanouna sort « Ce que m'ont dit les Français », un livre coécrit avec l'éditorialiste Christophe Barbier. L'idole des (...) - Tribune Libre

Vaccins Covid, une bien mauvaise histoire

Ce n’est sans doute malheureusement que le début d’une très mauvaise histoire. Depuis le vendredi 15 octobre, le vaccin de Moderna n’est plus autorisé pour la campagne de rappel. Après le vaccin de Johnson et Johnson et celui d’AstraZeneca, écartés eux aussi, il ne reste donc plus que le vaccin de Pfizer BioNTech. Ces deux-ci avaient été écartés par la Haute […]

Le chef des finances du Royaume-Uni le confesse : « Notre objectif est de réduire la population de la Terre »

Par : admin

“Les droits de fertilité pourraient être commercialisés” ! Ça correspond bien à l’état d’esprit professé par Attali et aux conséquences des toxins sur la fertilité des injectées.

Lord Adair Turner, l’ancien président de la Commission britannique sur les transitions énergétiques, a reconnu que l’élite souhaite que la population de la Terre diminue dans les années à venir.

Dans un rapport de Population Matters intitulé Smaller Families and Ageing Populations, Lord Turner a fait valoir que le déclin des populations autochtones renforcera la prospérité.

« La plus grande raison de saluer ce changement démographique est qu’il résulte du libre choix de personnes habilitées, et en particulier des femmes », écrit Lord Adair.

« Mais l’arrêt d’une croissance démographique sans fin permettra également de réduire la pression future de l’humanité sur l’environnement naturel, d’atténuer le défi que représente la fourniture de logements adéquats et de faciliter la réalisation d’émissions nettes de gaz à effet de serre nulles tout en soutenant la croissance de la prospérité dans les pays en développement. »

Breitbart.com rapporte : Le rapport indique que la Grande-Bretagne pourrait réduire ses émissions de carbone d’environ 38 millions de tonnes d’ici 2035 si elle connaît une baisse de population similaire à celle du Japon, qui devrait connaître une baisse de 9,6 % de sa population, passant de 125 millions à 113,1 millions d’habitants d’ici 2035.

En revanche, le Royaume-Uni devrait connaître une augmentation de sa population de 5,2 % au cours de la même période, pour atteindre 71,1 millions de personnes, en grande partie grâce à une migration massive.

Outre les avantages supposés de la réduction des émissions de carbone, une baisse de la population réduirait également la nécessité de construire 4 millions de nouveaux logements en Grande-Bretagne, ce qui permettrait d’épargner quelque 435 000 acres de terres aux promoteurs.

Le mouvement écologiste salue depuis longtemps le contrôle de la population comme un moyen de sauver le monde de la soi-disant crise climatique. Dans un exemple notable, le fondateur de CNN, Ted Turner, a appelé à une politique de l’enfant unique à la chinoise afin de sauver la planète du changement climatique en 2010.

Turner – lui-même père de cinq enfants – a également suggéré que les « droits de fertilité » pourraient être commercialisés afin d’inciter les personnes pauvres à ne pas avoir d’enfants en tirant profit de la vente de leur crédit d’enfant à des personnes plus riches.

D’autres personnalités de gauche en vue en Occident, notamment la députée de New York Alexandria Ocasio-Cortez et le prince Harry et Meghan Markle. ont tous laissé entendre qu’ils pourraient avoir moins d’enfants qu’ils ne l’auraient fait sans le changement climatique.

Le rapport a reconnu qu’une population en déclin et vieillissante entraînerait des pénuries de main-d’œuvre, mais a souligné le recours à l’automatisation et à la migration comme solutions possibles au problème, ainsi que l’augmentation de l’âge de la retraite.

« Avec plus de 750 millions de personnes prêtes à quitter leur pays pour d’autres, la migration transfrontalière des travailleurs peut contribuer à remédier à la pénurie de main-d’œuvre dans certaines circonstances, ainsi qu’à stimuler les recettes fiscales et les fonds de pension. »

Le rapport ajoute toutefois une mise en garde : les migrations peuvent avoir des « effets négatifs » tant sur les pays d’origine que sur les pays de destination, notamment en faisant baisser les salaires en augmentant la réserve de main-d’œuvre et en acceptant, dans de nombreux cas, de travailler pour des salaires inférieurs.

Si le rapport souligne certaines des ramifications négatives de l’immigration, il omet de préciser que la grande majorité de la croissance démographique enregistrée en Grande-Bretagne ces dernières années est le résultat de politiques d’immigration massive.

Un rapport du groupe de réflexion Migration Watch UK a estimé qu’ »environ 90 % de la croissance démographique entre 2017 et 2019 était liée à l’impact des arrivées de l’étranger et de leurs enfants ultérieurs nés au Royaume-Uni ».

La migration massive de ces vingt dernières années a vu la population née à l’étranger atteindre neuf millions de personnes et la population des minorités ethniques passer à 13 millions, ce qui, selon Migration Watch, pourrait entraîner une rupture de la cohésion sociale.

Alors que la population étrangère est montée en flèche en Grande-Bretagne, la population autochtone a été confrontée à un déclin drastique, avec des taux de fécondité tombant l’année dernière à la moitié de ceux observés pendant le baby-boom d’après-guerre.

Source : Aube digitale

Comment Astra-Zeneca a-t-elle réussi à produire le “vaccin COVID-19” en juillet 2018 avant même que la maladie ne soit découverte ou nommée ?

Par : admin

Par
Alessia C. F. (ALKA) –
14 octobre 2021

Beaucoup de gens ont beaucoup d’explications à donner. Les boîtes du vaccin COVID-19 d’AstraZeneca indiquent une date de production du 15 juillet 2018. Mais “COVID-19” n’a été découvert qu’en 2019 et n’a été NOMMÉ que le 11 février 2020.
Voici le pistolet fumant : une boîte de vaccin COVID-19 d’AstraZeneca, avec la date de production du 15 juillet 2018 imprimée sur le rabat de la boîte :
Date de fabrication : 2018.07.15

Selon une recherche Google utilisant le terme “Quand a été découvert le COVID-19 ?” le résultat est :

Notant le nom du vaccin sur la boîte “VACCINE COVID-19”, j’ai demandé à Google quand il s’appelait COVID-19 ? Le résultat :

Donc, si le COVID-19 n’est pas devenu une épidémie avant fin 2019, et que l’épidémie n’a même pas été appelée ” COVID-19 ” avant le 11 février 2020, alors comment AstraZeneca a-t-elle pu produire le ” VACCIN COVID-19 ” en juillet 2018 ???????.
Facile. Tout a été planifié. La maladie elle-même a été libérée intentionnellement.
Cette preuve provenant d’AstraZeneca lui-même, leur propre boîte de produits, montre que “COVID-19″ était PLANIFIE. La totalité. L'”épidémie”, la déclaration de pandémie, le NOM choisi pour l’épidémie, la prétendue recherche effrénée d’un vaccin… tout était PLANIFIÉ. Ce que le monde voit avec la situation du COVID-19 est une véritable guerre biologique menée contre les citoyens du monde, ce qui était prévu.

PLUS DE PREUVES :
Le Hal Turner Radio Show a été le premier à publier des preuves tangibles que l’épidémie était prévue pour le 8 août 2021 (article ICI). Dans cet article, nous avons rapporté et documenté ce qui suit :
Des preuves sont apparues montrant que le gouvernement français avait fait imprimer des panneaux publics pour les PASSEPORTS DE VACCINATION requis QUATRE JOURS AVANT QUE LA FRANCE AIT UN CAS DE COVID. Les placards ont été imprimés le 20 janvier 2020, mais la France n’a connu son premier cas que quatre jours plus tard, le 24 janvier 2020.
La preuve que toute cette situation “COVID-19” dans le monde n’est pas seulement une farce, mais une attaque planifiée contre l’humanité, est apparue en France.
La vidéo ci-dessous, prise en France, montre l’affichage public qui est en train d’être mis en place en France (dimanche 8 août 2021) indiquant au public qu’il est OBLIGÉ d’avoir une certification vaccinale. Ces panneaux indiquent la date de production de l’impression, à savoir le “20 janvier 2020”, soit quatre jours avant l’apparition d’un cas de COVID en France !
Voici la vidéo : https://htrs-special.s3.us-west-2.amazonaws.com/French+Health+Pass+Poster+Shows+Government+Printed+them+in+January+2020.mp4

Voici l’image fixe du panneau COVID Sanitary Pass :

Et voici la section agrandie qui montre clairement la date du 20 janvier 2020 :

Pour mémoire, le mois de janvier s’écrit Janvier en français, exactement comme vous le voyez dans l’image ci-dessus, et comme vérifié par Google Translate, montré ci-dessous :

Nous avons effectué une recherche en demandant “Quand la France a-t-elle connu son premier cas de COVID” et les résultats de la recherche indiquaient tous “24 janvier 2020”. Il y a une pléthore de rapports publics qui vérifient cette date de l’épidémie. Même Wikipédia (à 18 h 32 EDT le dimanche 8 août 2021) indique la même date, comme le montre la capture d’écran ci-dessous :(LIEN ICI) :

Alors comment le gouvernement français a-t-il su qu’il y aurait un passeport vaccinal dans le pays quatre jours avant l’apparition d’une épidémie ?
La seule explication possible est qu’ils savaient qu’il y aurait une épidémie appelée “COVID-19” car c’est le nom de la maladie imprimé sur les affiches. La logique veut que la seule façon dont ils ont pu connaître le nom spécifique de la maladie – avant qu’elle ne frappe – est que l’épidémie appelée “COVID-19” ÉTAIT PRÉVUE.
Il fallait que ce soit planifié. Sinon, comment le gouvernement aurait-il pu savoir qu’il fallait mettre le nom de la maladie sur des affiches publiques, quatre jours avant que la maladie ne frappe le pays ?
Certains diront qu’ils connaissaient ce nom parce que l’Organisation mondiale de la santé l’avait baptisé alors que l’épidémie sévissait encore en Chine. Pas si vite…
. . . il s’avère que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’a pas changé le nom de “nouveau coronavirus” en “COVID-19” avant … 11 février. Soit vingt et un jours après que la France ait fait imprimer les panneaux (avec le nom COVID-19) ! ! ! ! ! Tiens, regarde :

Voici le lien qui le prouve (ICI).

Plus important encore, comment le gouvernement français aurait-il pu savoir avec certitude qu’il allait mettre en place un passeport-vaccin (et donc faire imprimer des panneaux pour le grand public) ? . . quatre jours avant que la maladie ne frappe le pays . . . à moins que cela aussi ait été planifié ?
(Observation de Hal Turner : Ils se sont fait prendre. Main dans le gant. Juste ici, avec cette nouvelle, ce que vous venez de lire. On les a pris en flagrant délit. Les gouvernements l’ont fait exprès).
Au début, les spéculations allaient bon train sur le fait que cette épidémie de COVID-19 était une arme biologique échappée, ou libérée, du laboratoire de virologie de Wuhan en Chine. La Chine a farouchement nié ces faits, et aucun pays occidental n’enquête officiellement sur cette affaire.
Or, nous constatons aujourd’hui que le gouvernement français, et peut-être d’autres pays, savait parfaitement que cette épidémie allait survenir, qu’il en connaissait même le nom et qu’il avait fait imprimer des affiches publiques pour un PASSAGE VACCINAL avant même que la maladie ne frappe !
Il apparaît maintenant, sur la base de ces preuves irréfutables, que toute cette situation du COVID-19 est, en fait, une attaque d’armes biologiques ; mais il apparaît maintenant que l’attaque est lancée par NOS GOUVERNEMENTS contre le grand public.
Si tel est le cas, le grand public serait alors en droit de répondre à l’attaque en état de légitime défense.

USA -Vaccins obligatoires à venir . . .
Il convient de noter que le président illégitime des États-Unis, Joe Biden, a déclaré aujourd’hui aux journalistes : “Les mandats de vaccination sont légitimes, efficaces et fondés sur une science solide comme le roc et le droit constitutionnel”, tout en annonçant que son administration, y compris le ministère de la justice, cherchait des moyens de faire appliquer un mandat légal exigeant que tous les citoyens américains se fassent vacciner sous peine de lourdes sanctions.
“Trump n’est pas allé assez loin, il a donné aux gens un choix en la matière et ce n’est pas la bonne façon de faire les choses”, a déclaré Biden en s’adressant aux membres de la presse.
Il a fait cette déclaration en dépit des 12 242 DÉCÈS documentés dus au “vaccin” COVID rien qu’aux États-Unis au 30 juillet 2021, comme le montre le Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS), rapporté ICI.
Pire encore, littéralement des MILLIERS de personnes entièrement vaccinées sont quand même tombées malades du COVID-19, ce qui prouve que le vaccin ne semble pas fonctionner ! Rien que dans l’État de New York, il y a quelques semaines, le ministère de la Santé a révélé au moins 8 700 “cas inédits” de COVID-19 chez des personnes entièrement vaccinées (article ici).
Dans le Massachusetts, 74 % des personnes touchées par une épidémie à Cape Cod étaient des personnes entièrement vaccinées. Presque tous les autres États américains signalent des maladies similaires, répandues et TRÈS GRAVES chez les personnes vaccinées. Les chiffres montent en flèche chaque jour.
Ce matin même, le 8 août 2021, un navire de la Carnival Cruise Line appelé le “Carnival Vista” a révélé que le navire connaît actuellement une épidémie de COVID malgré le fait que tous les passagers et tout l’équipage ont été vaccinés ! (Histoire ici)
À l’étranger, en Israël, le Dr Kobi Haviv, sur la chaîne 13, a déclaré aujourd’hui : “95 % des patients gravement malades sont vaccinés. Les personnes complètement vaccinées représentent 85 à 90 % des admissions. Nous ouvrons de plus en plus de services COVID. L’efficacité des vaccins diminue ou disparaît”.

Hal Turner Opinion éditoriale
Cela nous ramène aux affiches en France, imprimées quatre jours avant que la France ne connaisse une épidémie de COVID-19.
Quelqu’un le savait. Quelqu’un savait suffisamment à l’avance pour ORDONNER l’impression de ces panneaux. Les panneaux eux-mêmes montrent qu’ils ont été imprimés le 20 janvier 2020. Combien de temps était nécessaire avant l’impression ? C’est dire à quel point ils savaient à l’avance comment ça allait se passer.
Comment ont-ils su comment ça allait se passer ? Parce que, cher lecteur, ils l’ont planifié. Il n’y a pas d’autre explication.
Ce COVID-19 est une attaque biologique planifiée par les gouvernements contre les citoyens du monde. Il est temps de répondre de manière appropriée à ces criminels meurtriers.
Il est clair que les vaccins ne semblent pas fonctionner, et le bon sens nous dit que si seuls les vaccinés tombent gravement malades, ce doit être le vaccin lui-même qui en est la cause.
Pourtant, le gouvernement ignore ces réalités, continue de mentir en affirmant que les vaccins sont “sûrs et efficaces”, et continue de les enfoncer dans les bras des gens. Et les gens continuent de mourir. Combien de temps encore ce schéma de comportement doit-il se répéter avant que les gens ordinaires ne réalisent que nous sommes systématiquement tués ?
Il semble à certains que toute personne qui prend le vaccin à partir de maintenant fait volontairement la queue pour être massacrée.
Oh, et au cas où vous auriez le moindre doute sur le fait que la classe politique perpétue délibérément ce COVID-19, et la fausse politique tout en sachant que tout cela est de leur fait, regardez la fête du 60e anniversaire de l’ancien président Barack Obama qui s’est tenue dans sa propriété du Massachusetts le samedi 7 août 2021.
Plus de 500 élites politiques et PAS UN MASQUE en vue à la fête. Oh, bien sûr, ils les portaient avant d’aller devant les caméras – pour faire le spectacle. Mais une fois à l’intérieur, et vraisemblablement hors de vue des caméras, ils ont enlevé leurs masques. Ils se moquent de toi !

Ils ont détruit vos emplois et vos affaires avec des fermetures qui n’ont jamais été nécessaires. Ils ont détruit vos économies personnelles tout en épuisant vos ressources pour payer les factures pendant que vous étiez au chômage ou que votre entreprise était obligée de fermer. Ils ont obligé vos enfants à rester à la maison pendant un an et maintenant ils poussent les masques quand ils retournent à l’école l’année prochaine. Mais pour eux-mêmes – pas de cette merde.
Leurs salaires continuaient à être versés. Leurs familles ont continué à leur rendre visite. Ils ont continué à faire la fête.
C’est littéralement nous contre eux. Ils nous ont spoliés de notre liberté. Ils ont détruit nos finances personnelles. Dans de nombreux cas, ils ont détruit notre crédit personnel lorsque nous étions à court de ressources et devions nous résoudre à acheter de la nourriture avec nos cartes de crédit. Et ils sont là, sur les photos ci-dessus, en train de faire la fête, sans masque, en se moquant de nous.
Maintenant, nous les avons attrapés. Ils ont imprimé des panneaux en France pour un Passeport vaccinal quatre jours AVANT que l’épidémie ne frappe la France. Ils ont utilisé le nom “COVID-19” sur ces panneaux, vingt et un jours avant que la maladie ne soit même NOMMÉE “COVID-19” par l’Organisation mondiale de la santé.
Cette situation COVID est une attaque planifiée des gouvernements contre les citoyens du monde.
Ils ont assassiné des centaines de milliers de personnes dans des pays du monde entier.
Leur soi-disant “vaccin” tue encore des gens chaque jour.
Ils ont blessé des centaines de milliers d’autres personnes dans le monde, certaines de façon permanente.
Ils l’ont fait délibérément et ils savaient qu’ils le feraient car ils ont imprimé des panneaux pour un passeport vaccinal avant même que l’épidémie ne se déclare, et ils ont utilisé le nom COVID-19 sur ces panneaux 21 jours AVANT que l’OMS ne nomme la maladie COVID-19.
Ils ont été découverts. Ils sont coupables.
Coupable de meurtre de masse ; avec la maladie qu’ils savaient qu’elle allait arriver parce qu’ils ont dû la libérer, et avec leur vaccin qui ne protège pas et qui tue encore des gens. Ce sont des crimes contre l’humanité.
Ils sont rassemblés dans des endroits comme la fête d’anniversaire d’un ancien président, sans masque et sans distance sociale, parce qu’ils connaissent la vérité. Ils se moquent de nous.
Nous devrions être ceux qui rient en dernier.
Deuxième confirmation vidéo de la France : https://htrs-special.s3.us-west-2.amazonaws.com/SecondFranceVideo-COVID-PASSPORT-20Jan-2020.mp4

https://halturnerradioshow.com/index.php/en/news-page/world/how-did-astra-zeneca-manufacture-covid-19-vaccine-in-july-of-2018-before-the-disease-was-even-discovered-or-named

Source : Orazero.org (article Italien traduit avec DeepL)

Autriche : Une Député Vaxxinée s’effondre !

Par : admin

La députée Eva Holzleitner, doublement vaxxinée Covid-19, s’effondre en pleine session au Parlement en Autriche !

La députée autrichienne Eva María Holzleitner (Parti social-démocrate d’Autriche) s’est effondrée aujourd’hui au milieu d’un discours au Parlement.  

Holzleitner est un pousseur de vaccin COVID-19; son compte Instagram exhorte ses abonnés à “faire confiance aux résultats et aux tests de la science : le scepticisme quant à la stérilité grâce à la vaccination corona n’est pas fondé ! Nous sommes vaccinés !” 
Elle poursuit : “La vaccination est essentielle pour maîtriser la pandémie ensemble et dans la solidarité. Il est important qu’il y ait des informations à faible seuil et facilement accessibles sur la vaccination afin de dissiper les préjugés, les peurs et les fausses nouvelles – sur les canaux que les jeunes utilisent le plus souvent.” 
“Nous, les quatre représentants des partis, sommes d’accord et recommandons à tout le monde de ne pas faire confiance aux faux ‘experts’, mais plutôt à ces experts qui comprennent vraiment quelque chose parce qu’ils ont la formation appropriée et de nombreuses années d’expérience.”

Par Sarah : https://www.alnas.fr/actualite/sante/covid-19-une-deputee-autrichienne-seffondre-au-parlement-apres-la-vaccination-video/



Eva-Maria #Holzleitner, double “vaxxinée”, s’est effondrée aujourd’hui devant la caméra lors de son discours au Conseil national de Vienne. Le chancelier #Schallenberg a eu sa première mission comme ambulancier de garde (sans masque). Ils vont tous commencer à tomber comme des mouches bientôt… Partout dans le monde les mêmes scènes ? Alors dites-vous que si en France aucun ne tombe, ce n’est pas parce qu’ils sont plus fort, mais plutôt parce qu’ils n’ont jamais reçu la “soupe” dans le corps. 
https://qactus.fr/2021/10/13/autriche-la-deputee-eva-holzleitner-seffondre-en-pleine-session-au-parlement/

Source : Changera

Le virus inexistant ; une interview explosive de Christine Massey

Par : admin

Les demandes de preuves d’isolation du virus reviennent sans réponses pertinente.


En bas de l’article il y en a un (lien) d’un médecin italien qui montre aussi la plaisanterie de l’isolation de ce virus.


Il y a aussi un lien pour un article sur le rapport Flexner qui pourrait intéresser les lecteurs non informés sur le sujet. Je n’ai pas ouvert ce lien mais je sais que Flexner est un médecin qui a fait le sale travail pour Rockefeller qui voulait créer la médecine chimique avec les rebuts de son industrie pétrolière (c’était le patron de la standard oil) et en association avec  un industriel de la chimie allemande qui avait alimenté les chambres à gaz, IG Farben initialement dans la peinture.

Flexner a donc tout fait pour discréditer les médecines naturelles qui grâce aux traditions des indiens étaient efficaces aux US. L’argent aidant il a mis tout le monde à sa botte et ça continue aujourd’hui, la plupart des médecins ne sont que des représentants de Bigpharma chargés d’entretenir la maladie plutôt que de chercher à guérir car guérir c’est tuer la poule aux oeufs d’or.

par Jon Rappoport

Avec une formation en biostatistique, Christine Massey a utilisé les demandes de liberté d’information (FOIA) comme un outil de recherche, comme une fraise à diamant, pour découvrir la vérité sur le SARS-CoV-2. C’est-à-dire : Le virus existe-t-il ?

Son approche a donné des résultats choquants.

Dans un monde à moitié sain d’esprit, le travail de Christine remporterait de nombreux prix et bénéficierait d’une large couverture médiatique. Dans le monde actuel, de plus en plus de personnes, de leur propre chef, s’éveillent à ses découvertes et révisent complètement leur perception de la “pandémie”.

Voici mon récent entretien avec la brillante et implacable Christine Massey :

Q : Vous et vos collègues avez adressé de nombreuses demandes de communication d’informations aux agences de santé publique du monde entier. Vous avez demandé des documents qui montrent que le virus SARS-CoV-2 existe. Comment avez-vous développé cette approche ?

R : En 2014, une dame d’Edmonton a soumis une demande de liberté d’information à Santé Canada, demandant des études relatives à l’ajout d’acide hydrofluorosilisique (acide fluorure résiduel industriel) à l’eau potable publique (fluoration de l’eau). La réponse de Santé Canada indiquait qu’elle ne disposait d’aucune étude pour étayer ses affirmations selon lesquelles cette pratique est sûre ou efficace.

Quelques années plus tard, des études de grande qualité financées par le gouvernement ont montré que les niveaux courants d’exposition au fluorure pendant la grossesse sont associés à un QI inférieur et à des symptômes accrus de trouble du déficit de l’attention chez les enfants. Néanmoins, les dentistes et la communauté de la santé publique ont continué à promouvoir et à défendre la soi-disant “grande réussite de santé publique” consistant à imposer ce traitement dentaire préventif controversé à des communautés entières, et ont fait fi de ces études. J’ai donc eu recours à des demandes de liberté d’information pour montrer que diverses institutions promouvant et défendant la fluoration de l’eau en Ontario, en Alberta et dans l’État de Washington n’ont pas pu fournir ou citer ne serait-ce qu’une seule étude primaire indiquant l’innocuité de ces résultats.

Ainsi, lorsque j’ai appris de la part de personnes comme David Crowe, le Dr Andrew Kaufman, le Dr Stefan Lanka et le Dr Thomas Cowan que le prétendu virus [Coronavirus] n’avait jamais été isolé (purifié) à partir d’un échantillon de patient, puis caractérisé, séquencé et étudié au moyen d’expériences comparatives, et que son existence n’avait donc jamais été démontrée, j’ai réalisé que les demandes de liberté d’information pouvaient être utilisées pour vérifier leurs affirmations.

La plupart des gens ne vont pas prendre le temps de vérifier toutes les études sur la soi-disant “isolation du virus” par eux-mêmes, donc les demandes de liberté d’information étaient un moyen de 1) s’assurer que rien n’avait été oublié, et 2) d’aller droit au but et de confirmer ce que ces messieurs [Kaufman, Cowan, Crowe, Lanka] disaient, s’ils étaient effectivement corrects.

Ainsi, en mai 2020, j’ai commencé à soumettre des demandes d’accès à l’information pour tout document détenu par l’institution concernée décrivant l’isolement/la purification du prétendu “virus du COVID-19” à partir d’un échantillon non altéré prélevé sur un patient malade, par quiconque, n’importe où sur la planète.

Q : Combien d’agences de santé publique et d’agences gouvernementales avez-vous interrogées dans le cadre de demandes FOIA ?

R : J’ai personnellement posé des questions et reçu des réponses de 22 institutions canadiennes. Il s’agit d’institutions de santé publique, d’universités qui prétendent avoir “isolé le virus”, et de 3 services de police – en raison de leur application des restrictions liées au “COVID-19”. J’ai également reçu personnellement des réponses de plusieurs institutions à l’extérieur du Canada, y compris les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies et le National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID) d’Anthony Fauci. J’attends les réponses d’un certain nombre d’autres institutions.

De nombreuses personnes à travers le monde ont obtenu des réponses à des demandes identiques, similaires ou connexes de la part d’institutions de leur propre pays. Une personne qui a beaucoup travaillé sur ce sujet en Nouvelle-Zélande et dans d’autres pays est mon collègue Michael S. Un collègue nommé Marc Horn a également obtenu de nombreuses réponses au Royaume-Uni. Une poignée d’autres personnes ont obtenu plusieurs réponses, et beaucoup de gens en ont obtenu une ou deux.

J’ai compilé toutes les réponses qui m’ont été envoyées sur ma page FOI [archive cv19], et au moment où je tape ces lignes (4 octobre 2021), nous avons des réponses FOI de 104 institutions dans plus de 20 pays, toutes relatives à la purification/existence du prétendu virus. En outre, il y a des documents judiciaires d’Afrique du Sud et du Portugal. Au total, 110 instructions sont représentées en ce moment sur mon site web. Il y a des réponses FOI d’autres institutions que je n’ai pas encore eu l’occasion de mettre en ligne.

Q : Comment qualifieriez-vous les réponses que vous avez reçues de ces agences ?

R : Toutes les institutions sans exception ont omis de fournir ou de citer ne serait-ce qu’un seul document décrivant la purification du prétendu virus à partir d’un seul échantillon de patient.

Vingt et un des 22 établissements canadiens ont admis sans détour qu’ils ne possédaient pas de tels documents (comme l’exige la législation canadienne). De nombreuses institutions à l’extérieur du Canada ont admis la même chose, y compris le CDC (2 novembre 2020), le ministère de la Santé de l’Australie, le ministère de la Santé de la Nouvelle-Zélande, le ministère de la Santé et des Soins sociaux du Royaume-Uni…

Et dans certains cas, des excuses stupides ont été fournies. Par exemple, la réponse de la Direction norvégienne de la santé a été qu’elle ne possède pas, ne stocke pas et ne contrôle pas les documents contenant des informations sur les patients. La Direction de la santé publique du Pays de Galles a répondu au Dr Janet Menage qu’elle n’avait pas produit de tels documents et que, même si elle était normalement disposée à l’orienter vers des documents relevant du domaine public, ce serait trop difficile dans ce cas.

L’agence brésilienne de réglementation de la santé (Anvisa), qui approuve les injections à la manière de la FDA, a déclaré à Marcella Picone qu’elle ne disposait d’aucun dossier sur la purification du virus et qu’elle n’y était pas tenue par la loi, de sorte qu’il n’est pas de son ressort de s’assurer que le virus existe réellement.

Q : Quel est le texte exact de vos demandes FOIA ?

Le texte a quelque peu varié au fil du temps. Par exemple, au début, j’utilisais le mot “isolation”. Mais comme ce terme est tellement galvaudé par les virologues, je m’en tiens maintenant à “purification”.

Dans toutes mes demandes, j’ai spécifié exactement ce que j’entendais par “isolement/purification” (séparation du prétendu virus de tout le reste), et que les particules purifiées devaient provenir directement d’un échantillon prélevé sur un être humain malade, l’échantillon du patient n’ayant pas été préalablement altéré par une autre source de matériel génétique (c’est-à-dire les cellules rénales de singe, alias cellules Vero, et le sérum bovin fœtal qui sont généralement utilisés dans les études bidon d’”isolement de virus”).

J’ai toujours précisé que je ne demandais pas de dossiers où les chercheurs n’ont pas purifié le prétendu virus et ont plutôt cultivé quelque chose et/ou effectué un test PCR et/ou séquencé quelque chose. J’ai également précisé que je demandais des documents rédigés par n’importe qui, n’importe où – et pas seulement des documents créés par l’institution en question. Et j’ai demandé des citations pour tout document de purification détenu par l’institution mais déjà disponible au public ailleurs.

La dernière itération [de la demande FOIA] est publiée sur une page de mon site Web où j’encourage les autres à soumettre des demandes aux institutions de leur propre pays : Template for “SARS-COV-2 isolation” FOI requests.

Q : Ces agences disent toutes qu’elles n’ont pas de dossiers prouvant l’existence du SARS-CoV-2, mais en même temps, certaines de ces agences parrainent et financent des études qui affirment que le virus existe. Comment expliquez-vous cette contradiction ?

Je vais aborder cette question à l’aide d’un exemple.

L’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) est la seule institution canadienne qui n’a pas fourni de réponse directe ” aucun dossier ” jusqu’à présent. Au lieu de cela, elle m’a fourni ce qu’elle prétendait être des documents recevables.

Il s’agit de quelques courriels et d’une étude de Bullard et al. qui a été soutenue par l’ASPC et son Laboratoire national de microbiologie, ainsi que par Santé Manitoba et le Laboratoire provincial Cadham du Manitoba.

Ni l’étude ni les courriels ne décrivent la purification du prétendu virus à partir d’un échantillon de patient ou de quoi que ce soit d’autre. Le mot “isoler” (ou “isolation” / “purifier” / “purification”) n’apparaît même pas, sauf dans le manuscrit de l’étude dans le contexte de l’isolement de personnes, pas d’un virus.

…dans la section Matériaux et méthodes, nous constatons que ces chercheurs ont effectué des “tests” PCR pour une partie de la séquence du gène E (pas un virus), et qu’ils ont incubé des échantillons de patients (pas un virus) sur des cellules Vero (cellules rénales de singe) supplémentées avec du sérum bovin fœtal, de la pénicilline/streptomycine et de l’amphotéricine B, et qu’ils ont surveillé les dommages causés aux cellules de singe.

Aucun virus n’a été recherché ou purifié dans les échantillons des patients. Aucun groupe de comparaison, de quelque nature que ce soit, n’a été mis en place dans les procédures relatives aux cellules de singe. Aucun virus n’a été requis ou démontré comme étant impliqué dans l’étude, mais “il” a été accusé de tout dommage aux cellules de singe et “il” a été mentionné à plusieurs reprises tout au long de l’étude (j’ai compté 26 occurrences).

Néanmoins, il s’agissait du seul document fourni par l’Agence de santé publique du Canada.

Et bien que les chercheurs n’aient pas prétendu avoir “isolé” le prétendu virus dans cet article, ils ont effectué le même genre de procédure de culture cellulaire et de travaux sur les singes que les virologues de tous les pays font passer pour un “isolement du virus”. (Parce que la virologie n’est pas une science).

…Notez l’admission dans le résumé [de l’étude] : “La RT-PCR détecte l’ARN, pas le virus infectieux”.

…J’ai donc écrit à l’Agence de la santé publique du Canada pour l’informer qu’aucun des documents qu’elle m’a fournis ne décrit réellement la séparation du prétendu virus de tout le reste dans un échantillon de patient, et que j’exige une réponse précise indiquant qu’elle n’a aucun document à ce sujet.

Dans sa réponse révisée, l’Agence a insisté sur le fait que l’essai de référence utilisé pour déterminer la présence d’un virus intact dans les échantillons de patients est l’effet cytopathique visible [destruction des cellules] sur les cellules dans une culture cellulaire, et que “la PCR confirme en outre la présence d’un virus intact”.

…Comme vous l’avez souligné à vos lecteurs à maintes reprises : Personne n’a isolé/purifié “le virus”. Ils supposent simplement que les échantillons de patients le contiennent (sur la base de tests PCR sans signification). Ils falsifient les échantillons de patients avec du matériel génétique et des médicaments toxiques, affament les cellules, puis accusent de manière irrationnelle le “virus” de nuire aux cellules. Ils montrent du doigt quelque chose qui n’a jamais été purifié, caractérisé, séquencé ou étudié scientifiquement, dans une culture cellulaire et insistent sur le fait que “c’est le virus”. Ils fabriquent les “génomes” à partir de zillions de séquences détectées dans une soupe. Ce ne sont que des spéculations et des hypothèses sauvages, aucune science.

Les personnes responsables des affirmations manifestement frauduleuses faites par ces institutions sont donc soit extrêmement incompétentes, soit intentionnellement menteuses.

-fin de l’interview-

Pour soutenir les derniers commentaires de Christine, ces agences répondront aux demandes de FOIA par : “nous n’avons pas de dossiers sur la purification du virus” – et parraineront ensuite des études qui prétendent que le virus A ÉTÉ purifié et découvert, parce que…

Les normes de purification du virus dans les études ne sont pas des normes du tout. Elles sont totalement irrationnelles.

Cependant, parce que Christine est très précise et exacte dans ses demandes FOIA, quand il s’agit de ce que signifie la purification, les agences sont obligées de répondre …

“Eh bien, dans ce cas, nous n’avons aucune trace de purification du virus…”

Ce qui veut dire : Il n’y a pas de documents montrant que le virus a été isolé ; il n’y a pas de documents montrant que le virus existe.

Article original (anglais) : https://blog.nomorefakenews.com/2021/10/07/the-non-existent-virus-explosive-interview-with-christine-massey/

Source : cv19.fr

Collectif citoyen sur la vaccination : ne cherchez pas, il n’existe plus

Par : admin

Le collectif citoyen sur la vaccination, créé pour conseiller le gouvernement, a vite été écarté des questions sérieuses.

Par Nathalie MP Meyer.

Vous vous souvenez de ce conseil de 35 personnes tirées au sort qui devait veiller à la transparence de la politique vaccinale et faire remonter les questionnements des Français jusqu’au M. Vaccin du gouvernement le professeur Alain Fischer, sous la houlette du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ? Peut-être pas, mais ne vous affligez pas plus que ça car de toute façon, il n’existe plus.

Un conseil de consultation pour la vaccination

Le quotidien Le Parisien nous apprenait en effet ce week-end que le « collectif citoyen sur la vaccination » installé au début de l’année par le Premier ministre et le ministre de la Santé dans l’esprit indéfectiblement démocratique qui anime en permanence le gouvernement dans sa gestion de la pandémie de Covid-19 s’était réuni il y a trois semaines, c’est-à-dire mi-septembre, pour une ultime réunion consacrée à officialiser la fin de ses activités.

Au vrai, dès lors qu’Emmanuel Macron avait annoncé (le 12 juillet 2021) la mise en place du pass sanitaire, moyen détourné de rendre la vaccination obligatoire sans le dire et surtout sans plus se préoccuper le moins du monde du libre choix des Français à cet égard, les jours du collectif étaient comptés. Olivier Véran s’était d’ailleurs empressé d’annoncer sa dissolution dans la foulée de l’allocution présidentielle alors qu’il était prévu qu’il poursuive ses activités au-delà du mois de juillet pour faire un suivi puis un bilan de la campagne de vaccination.

Parole de citoyenne du défunt collectif :

Au tout début, on a été écoutés sur des problématiques de terrain : la prise de rendez-vous en mairie, l’utilisation des personnes en service civique au profit de la vaccination… Mais dès qu’il a été question de vaccination obligatoire ou de passe sanitaire, on ne pesait plus vraiment.

Le mieux, c’est qu’au moment de définir les missions du collectif, Patrick Bernasconi (qui était Président du CESE à l’époque) n’a pas jugé utile d’y inclure un débat sur le caractère obligatoire de la vaccination puisque que c’était « une question déjà tranchée par le président de la République ». Déjà tranchée… dans le sens de la non-obligation, si vous vous rappelez :

Je l’ai dit, je le répète : le vaccin ne sera pas obligatoire. Ayons confiance en nos chercheurs et médecins. Nous sommes le pays des Lumières et de Pasteur, la raison et la science doivent nous guider.

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) December 27, 2020

De la même façon, Emmanuel Macron avait ensuite promis que le pass sanitaire ne serait jamais un outil de discrimination entre les Français et qu’il ne concernerait pas les actes de la vie quotidienne :

Le pass sanitaire ne sera jamais un droit d’accès qui différencie les Français. Il ne saurait être obligatoire pour accéder aux lieux de la vie de tous les jours comme les restaurants, théâtres et cinémas, ou pour aller chez des amis.

Une déclaration 100 % opportuniste et sans engagement, peut-être motivée par le fait que la consultation citoyenne en ligne sur la question du passeport vaccinal ouverte par le CESE du 17 février au 7 mars 2021 avait montré que 72,7 % des plus de 110 000 répondants y étaient farouchement hostiles :

L’échantillon n’était certes pas représentatif de la population française, mais à ce moment-là, le haut niveau de désapprobation répertorié pouvait néanmoins inciter l’exécutif à une certaine retenue… toute provisoire, comme on sait.

Un collectif citoyen sur la vaccination qui a perdu tout possibilité de discuter des sujets qui fâchent

Autrement dit, les membres du collectif ont été habilités à discuter de tout sauf des sujets qui fâchent, ces sujets qui marquent la frontière entre un régime respectueux de sa propre parole en même temps que des libertés individuelles et un régime qui s’enferme dans son autoritarisme sanitaire – alors même que 85,4 % de la population éligible (+ de 12 ans) est maintenant complètement vaccinée (10 octobre 2021) et que la pandémie régresse considérablement au point que le taux d’incidence est tombé hier à 43 cas pour 100 000 habitants sur une semaine.

Mais surtout, sujets qui fâchent dont on leur avait dit qu’ils ne seraient jamais un problème compte tenu des prises de position sublimement citoyennes du président de la République. Que voilà une magnifique entourloupe !

On a donc vu les 35 citoyens se plonger avec enthousiasme dans les caractéristiques techniques des nouveaux vaccins puis faire assaut de propositions pratico-pratiques pour faciliter l’accès de tous aux centres de vaccination. S’ils ont recommandé au gouvernement de clarifier sa communication et de ne pas changer les dates, les critères d’éligibilité vaccinale et les arguments scientifiques tous les quatre matins, ils ne se sont pas privés non plus de foncer tête baissée dans une sorte de propagande active en suggérant des slogans à placarder partout du style :

« Je choisis la vie, je me vaccine » ou « Une petite piqûre pour l’Homme, un grand pas pour la liberté. »

Un collectif citoyen des plus dociles, donc, qui s’est gentiment plié à la figuration demandée, mais qui n’avait cependant plus guère d’utilité à partir du moment où le gouvernement renonçait à convaincre la population pour passer directement à la coercition qu’il s’interdisait avec force belles paroles et trémolos hypocrites quelques mois plus tôt.

Au moment de faire le bilan du quinquennat d’Emmanuel Macron, il ne faudra pas oublier combien ce dernier aura usé et abusé des artifices grossiers de la démocratie dite participative.

Qu’il s’agisse du niveau municipal, où le plus grand projet « citoyen » qu’on puisse envisager consiste généralement en l’aménagement de trois bacs à sable et deux jardinières de fleurs éco-responsables, ou du niveau national, où le président de la République n’a aucun scrupule à venir expliquer en grande pompe à la télévision que toutes les propositions émises seront reprises « sans filtre » par le gouvernement, le but recherché est toujours le même : faire ruisseler la bonne parole des élus vers les électeurs via des citoyens exagérément flattés d’avoir été tirés au sort et rapidement convaincus que c’est tout simplement une nouvelle page de l’histoire de France qui va s’écrire à travers eux.

Au fil d’un quinquennat rapidement houleux, Emmanuel Macron a vite saisi l’intérêt de recouvrir ses mini-réformes, ses non-réformes et ses échecs d’un voile de fausse pureté démocratique. On a eu le Grand débat national, on a eu la Convention citoyenne pour le climat, on sort tout juste du collectif citoyen sur la vaccination, tous des instruments destinés avant tout à sa propre conservation qui nous confirment amplement qu’il maîtrise à merveille les gadgets politiques, les écrans de fumée, les promesses non tenues, bref, la démagogie inhérente à tous les populistes. Pas très citoyen, tout ça…

(Ce qui ne signifie nullement que ses opposants de gauche ou de droite seraient automatiquement plus dignes d’attention ou moins susceptibles de nous jouer la comédie de l’homme d’État pur et parfait, je préfère le préciser.)

Source : Contrepoints

Conclusion d’un rapport du centre français d’évaluation des médicaments : la vaccination avec les produits Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen doit être interrompue

Par : admin

M.K. Scarlett

Sur la base des travaux du Dr Catherine Frade, le Centre Territorial d’Information Indépendante et d’Avis Pharmaceutiques (CTIAP) a conclu qu’aucun des quatre « vaccins » utilisés en France n’est sûr ou efficace. Comme ils ont tous par ailleurs reçu une autorisation d’utilisation en urgence sur la base de preuves cliniques insuffisantes, le CTIAP a donc exigé leur suspension immédiate.

© Holger Matthes/flickr

Lié à l’hôpital public de Cholet dans l’ouest de la France, le CTIAP a récemment publié un rapport qui démontre que les « vaccins » utilisés contre les virus du Sras-CoV-2 ont fait l’objet de tests cliniques insuffisants. En outre, et selon le rapport, la qualité des substances actives, de leurs « excipients, dont certains sont nouveaux », et les procédés de fabrication sont déficients.

Le Dr Catherine Frade dirige l’équipe de recherche. Pharmacienne de renom, elle a travaillé sur les données publiques rapportées par l’Agence européenne des médicaments (EMA) concernant les injections de Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen (Johnson & Johnson).

Voici les données du rapport en question qui ont été publiés le 2 avril 2021 par le CTIAP, sur la base des travaux du Dr Catherine Frade. [Note : toutes les emphases et les mises entre guillemets du terme « vaccin » utilisé lorsqu’il est question de ces quatre « vaccins »-là, sont de mon fait.]

* * * * * * * * * * * * * * * *

Peut-on imaginer le lancement d’une chaîne de fabrication de voitures, et la mise en circulation de ces véhicules, malgré les incertitudes relevées dans les documents officiels publiés ? Ces incertitudes concernent la qualité des pièces composant le moteur et les différentes autres pièces détachées dont celles relatives à la sécurité, le procédé de fabrication, la reproductibilité des lots commercialisés, etc.

Dans le domaine du médicament — dont les vaccins — l’acte pharmaceutique de « libération » du produit fini — produit autorisé destiné à la vente — constitue l’ultime étape de contrôle qui précède la mise à disposition de ces produits auprès de la population. Cette étape clef de « libération » relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants, notamment.

Dans la continuité de ses précédentes analyses proposées, le CTIAP du centre hospitalier de Cholet vient donc, à nouveau, révéler à la population, et sans doute de façon inédite et exclusive, de nouvelles informations capitales, vitales, concernant les 4 « vaccins » contre le Covid-19 suivants : celui du laboratoire BioNTech/Pfizer ; celui du laboratoire Moderna ; celui du laboratoire Astra Zeneca ; celui du laboratoire Janssen [Johnson & Johnson – NdE].

Ce travail a été possible grâce à la précieuse contribution de Madame le Docteur Catherine Frade, pharmacienne, et ancienne directrice des affaires réglementaires internationales dans l’industrie pharmaceutique. De façon grâcieuse, elle nous a transmis une alerte écrite documentée. Dans ce document, elle apporte un « éclairage » sur des données qui sont extraites, le 22 mars 2021, de l’AMM — autorisation de mise sur le marché — elle-même ; une AMM qualifiée de « conditionnelle ». Elle a extrait des

« données sources qui sont difficilement identifiables par quelqu’un qui ne travaille pas dans le domaine. »

Ces données sont donc publiques et vérifiables. Au préalable, il y a lieu de préciser que l’auteure de ce document n’exerce plus au sein de l’industrie pharmaceutique ; elle déclare :

« Tout d’abord, je tiens à préciser que je n’ai aucun conflit d’intérêt avec l’industrie pharmaceutique. »

C’est donc avec son accord, que le CTIAP entend mettre à la disposition du public, des professionnels de santé, des décideurs… une analyse de quelques-unes de ces données que toute personne devrait lire de façon attentive.

La présente réflexion présente d’abord ce qu’est une AMM « conditionnelle » (1). Puis, elle rappelle que les études concernant ces vaccins ne sont pas terminées puisqu’elles s’étalent de « 2021 à au moins 2024 » (2). Ensuite, elle révèle, de façon sans doute inédite et exclusive, que les documents officiels, publiés par l’Agence européenne du médicament (EMA), soulignent l’insuffisance des preuves concernant également la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », du « procédé de fabrication », de la « reproductibilité des lots » commercialisés, etc. (3). Enfin, cette analyse propose une conclusion.

1 — En premier lieu, il est important de comprendre ce qu’est une AMM « conditionnelle »

L’AMM est pour un médicament ce qu’une carte grise représente pour une voiture. L’AMM est octroyée quand un médicament a prouvé sa qualité, son efficacité et sa sécurité ; avec un rapport bénéfice/risque positif : c’est-à-dire qu’il présente plus de bénéfices que de risques. L’obtention de cette AMM est la condition indispensable pour qu’un laboratoire pharmaceutique puisse vendre un médicament, dont les vaccins.

En l’espèce, dans le cas de ces « vaccins » contre le Covid-19, les 4 AMM délivrées sont des AMM dites « conditionnelles ». Elles sont temporaires. Leur durée de validité n’excède pas un an ; car elles sont obtenues sur la base de « données allégées incomplètes ». Pour obtenir une AMM standard de cinq ans, les laboratoires concernés doivent fournir des dossiers complétés « d’études en cours et d’études planifiées dans les années à venir ». Tout au long de « ce développement », une surveillance étroite et coordonnée entre les laboratoires fabricants et les autorités de santé est organisée au travers de discussions régulières. L’AMM « conditionnelle » est « réévaluée chaque année » en fonction de l’apport et de l’analyse critique des données supplémentaires fournies et recueillies durant une année complète.

Cette AMM « conditionnelle » est une AMM européenne. Elle a été obtenue par la procédure centralisée accélérée. Elle permet une mise sur le marché simultanée dans les trente pays suivants — Union européenne et Association européenne de libre-échange : Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Chypre, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Tchéquie.

Les études, concernant ces 4 « vaccins », sont donc toujours en cours.

2 — En deuxième lieu, les études planifiées sont toujours en cours et s’étalent sur une période allant de « 2021 à au moins 2024 »

L’ensemble des études déposées lors de la demande d’AMM est résumé dans l’EPAR — European Public Assessment Report : Rapport Public d’Évaluation Européen. Ce dernier est publié sur le site de l’Agence Européenne du Médicament (EMA). Les études planifiées, non encore réalisées, y figurent également.

Ce planning, qui « s’étale de 2021 à au moins 2024 » selon les « vaccins » contre le Covid-19, est défini dans les « annexes » de l’AMM conditionnelle et dans les EPAR publiés.

À titre d’exemple, le « vaccin » BioNTech/Pfizer a obtenu cette AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Et, le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance de ce vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».

Le « vaccin » Moderna a obtenu cette AMM le 6 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2022 », au moins.

Le « vaccin » Astra Zeneca a obtenu cette AMM le 29 janvier 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « mars 2024 ».

Le « vaccin » Janssen a obtenu cette AMM européenne conditionnelle le 11 mars 2021. Le délai pour déposer « la confirmation » d’efficacité, de sécurité et de tolérance du vaccin est fixé au mois de « décembre 2023 ».

Mais, à ce jour, et c’est là où se trouve sans doute la révélation inédite et exclusive, un autre délai a été fixé pour ces 4 « vaccins ». Ce délai ne concerne plus seulement les essais cliniques en cours, mais également les « preuves de qualité pour la substance active et le produit fini », lui-même : c’est-à-dire la qualité intrinsèque — le cœur — du produit vendu et administré à des millions de gens.

3 — En troisième lieu, et cela semble sans doute inédit, les documents officiels publiés soulignent également le caractère incomplet des preuves relatives à la « qualité » de la « substance active » et des « excipients », du « procédé de fabrication », de la « reproductibilité des lots » commercialisés, etc.

C’est ainsi que le délai pour déposer les compléments de preuves concernant la « qualité » de la « substance active » et du « produit fini » — c’est-à-dire le « vaccin » autorisé et vendu — est fixé aux mois de :

  • « juillet 2021 » pour BioNTech/Pfizer ;
  • « juin 2021 » pour Moderna ;
  • « juin 2022 » pour Astra Zeneca ;
  • « août 2021 » pour Janssen.

En effet, pour ces 4 « vaccins », le paragraphe « E. Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, mentionne clairement ce qui suit :

Pour le « vaccin » BioNTech/Pfizer (pages 18-19)

  • À échéance de « mars 2021 », le laboratoire doit fournir « des données de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini ».
  • À échéance de « juillet 2021 », le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de :
  • « compléter la caractérisation de la substance active et du produit fini » ;
  • « renforcer la stratégie de contrôle, y compris les spécifications de la substance active et du produit fini » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » ;
  • « fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0315 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ;
  • « fournir des informations supplémentaires concernant son procédé de synthèse et sa stratégie de contrôle » afin de « confirmer le profil de pureté de l’excipient ALC-0159 » et « d’assurer un contrôle qualité et une reproductibilité entre les lots tout au long du cycle de vie du produit fini » ;
  • Et à échéance de « décembre 2023 », et « en vue de confirmer l’efficacité et la sécurité » de ce vaccin, le laboratoire « devra soumettre le rapport final d’étude clinique pour l’étude randomisée, contrôlée contre placebo, avec observateur en aveugle — étude C4591001 ».

Pour le « vaccin » Moderna (page 15)

Le laboratoire doit fournir les informations manquantes afin de :

  • « compléter la caractérisation des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » — échéance « janvier 2021 » ;
  • « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication de la substance active et du produit fini — tailles de lot initiale et finale — échéance « avril 2021 » ;
  • « fournir des informations supplémentaires sur la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications de la substance active et du produit fini après une plus longue pratique industrielle » dans le but « d’assurer une qualité constante du produit » — échéance « juin 2021 » ;
  • « soumettre le rapport final de l’étude pour l’étude clinique randomisée, contrôlée par placebo et en aveugle pour l’observateur mRNA-1273-P301 » dans le but de « confirmer l’efficacité et la sécurité de Covid-19 Vaccine Moderna » — échéance « décembre 2022 ».

Pour le « vaccin » Astra Zeneca (pages 14-15)

Le laboratoire doit verser les informations manquantes afin de :

  • « fournir les données de validation et de comparabilité supplémentaires, et instaurer des tests plus approfondis » dans le but de « confirmer la reproductibilité des procédés de fabrication de la substance active et du produit fini » — échéance « décembre 2021 » ;
  • « fournir l’analyse principale (basée sur le data cut-off du 7 décembre (post-verrouillage de la base de données) et l’analyse finale des études pivotales combinées » afin de « confirmer l’efficacité et la tolérance de Covid-19 Vaccine AstraZeneca » — échéance « 5 mars 2021 » (pour l’analyse principale) et « 31 mai 2022 » (pour l’analyse combinée) ;
  • « soumettre les rapports finaux des études cliniques randomisées et contrôlées CoV001, CoV002, CoV003 et CoV005 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de Covid-19 Vaccine AstraZeneca » — échéance « 31 mai 2022 » ;
  • « fournir des données supplémentaires concernant la stabilité de la substance active et du produit fini et revoir les spécifications du produit fini après une longue pratique industrielle » en vue « d’assurer une qualité constante du produit » — échéance « juin 2022 » ;
  • « soumettre la synthèse et les résumés de l’analyse principale et le rapport final d’étude clinique pour l’étude D8110C00001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la tolérance de Covid-19 Vaccine AstraZeneca chez les personnes âgées et le sujets présentant une maladie sous-jacente » (échéance « 30 avril 2021 » — pour l’analyse principale — et « 31 mars 2024 » (pour le rapport d’étude final).

Pour le « vaccin » Janssen (page 18)

Le laboratoire doit transmettre les informations manquantes afin de :

« fournir des données de comparabilité et de validation supplémentaires » en vue de « confirmer la reproductibilité du procédé de fabrication du produit fini » — échéance « 15 août 2021 » ;

« déposer le rapport final de l’étude clinique randomisée, contrôlée contre placebo, en simple aveugle VAC31518CoV3001 » en vue de « confirmer l’efficacité et la sécurité du vaccin Covid-19 Ad26.CoV2.S » — échéance « 31 décembre 2023 ».

Ces faits nous permettent de proposer une conclusion.

Conclusion

Par ces motifs, non exhaustifs, il était donc utile de chercher et de lire également et notamment le contenu dudit paragraphe « E. Obligation spécifique relative aux mesures post-autorisation concernant l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle », extrait de l’annexe II de l’AMM, correspondant à chacun de ces 4 « vaccins » contre le Covid-19.

L’insuffisance d’évaluation ne concerne donc pas seulement les essais cliniques — études menées chez l’Homme (femme et homme) — mais également la qualité même de la substance active, des excipients dont certains sont nouveaux, du procédé de fabrication, des lots libérés et administrés à des personnes humaines dans plusieurs pays du monde.

D’ailleurs, ces excipients nouveaux doivent être considérés comme des principes actifs nouveaux ; et ainsi faire l’objet d’un dossier d’évaluation complet et similaire à celui qui est exigé pour un principe actif nouveau.

Le changement du nom commercial de l’un de ces « vaccins », comme cela a été récemment annoncé pour notamment le « vaccin » du laboratoire Astra Zeneca, ne pourrait être considéré que comme un arrangement cosmétique de l’image du produit dans un but marketing — conquête d’une nouvelle confiance du public, relance des ventes. Il ne répondrait pas aux questions soulevées concernant la qualité, l’efficacité et la sécurité du produit. C’est l’une des techniques habituelles utilisée pour maquiller — dissimuler — certaines caractéristiques indésirables du produit concerné. Une technique qui a déjà été employée pour présenter d’autres médicaments sous leur meilleur jour.

Comme déjà mentionné précédemment, dans le domaine du médicament — dont les vaccins —, la « libération » du produit fini — destiné à la vente — est l’ultime étape de contrôle — de la qualité et donc de la sécurité — avant de mettre à disposition de la population ces produits.

Cette étape clef de « libération » des lots relève de la responsabilité pharmaceutique des fabricants. Mais, la responsabilité des utilisateurs — établissements et professionnels de santé notamment — peut également être engagée.

À notre avis, ces études cliniques n’auraient jamais dû commencer avant, au moins, la totale maîtrise de la qualité intrinsèque du produit fini et de son procédé de fabrication ; avant la stabilisation des formules de ces « vaccins ».

Comment pourrait-on comparer les résultats de ces essais cliniques, menés à l’échelle mondiale, si le « vaccin » administré peut varier d’une fabrication à l’autre, d’un lot à l’autre, d’une région à l’autre… ?

Ces variabilités, qui impactent même le cœur du produit, pourrait même invalider tous les essais cliniques effectués.

Même en cas d’urgence sanitaire, il nous est donc difficile de comprendre les fondements de ces AMM (autorisation de mise sur le marché) qui ont été octroyées à ces vaccins contre le Covid-19.

Aux incertitudes liées au Covid-19, se sont ajoutées les approximations liées à l’utilisation, et à la qualité intrinsèque même, de ces « vaccins ». Désormais, il faudrait gérer deux problèmes au lieu d’un.

La manœuvre semble subtile. Les informations utiles sont bien disponibles dans les documents officiels publiés dans le cadre de l’AMM ; mais, ces données ne sont pas rendues visibles par le discours officiel. Ce dernier n’aurait cherché qu’à présenter ces produits comme étant efficaces et sûrs, et sans réserves ; alors même que les formules et les procédés de fabrication de ces vaccins ne semblent même pas encore totalement stabilisés.

Ces nouvelles révélations, sans doute inédites et exclusives, sèment davantage le doute sur la validité du consentement — une liberté fondamentale — qui est censé être libre et éclairé ; et qui aurait été donné par les personnes aujourd’hui vaccinées.

Toute personne a le droit à une information claire, loyale et appropriée. Cette information est également pérenne : en cas de révélation de nouvelles données, les personnes déjà vaccinées doivent être informées a posteriori — après l’administration de tel ou tel vaccin.

L’« obligation » vaccinale ne peut donc prospérer ; même sous forme déguisée via notamment un « passeport vaccinal ».

Cette nouvelle analyse vient confirmer davantage nos précédentes réflexions comme celle intitulée « Le vaccin contre la Covid-19 (Tozinaméran ; COMIRNATY°) pourrait-il être qualifié de « défectueux » par le juge ? » ; ou celles exprimées dans les deux lettres ouvertes qui ont déjà été adressées notamment au Ministre des solidarités et de la santé et aux 7 Ordres professionnels de santé ?

La vulnérabilité ne jaillit pas uniquement de l’âge et de l’état de santé des personnes notamment. Ne pas pouvoir accéder à une information indépendante sur les médicaments — dont les vaccins — est la première des pauvretés et des inégalités.

D’ailleurs, concernant les incertitudes sur l’efficacité de ces « vaccins », le Conseil d’État relevait, le 3 mars 2021, notamment l’aveu du Ministère des solidarités et de la santé, lui-même, et les contradictions de l’« administration » française. Dans cette décision, et contre l’avis de ce Ministère, le Conseil d’État avait pris une décision qui semblait tendre vers la reconnaissance de cette efficacité. Mais, quelques jours plus tard, dans une nouvelle décision (n°450413) rendue le 11 mars 2021, le Conseil d’État change de position et admet « l’incertitude qui demeure sur l’efficacité réelle du « vaccin » quant à la propagation du virus ». Il y a lieu de rappeler aussi que, le 18 février 2021, Monsieur le Ministre des solidarités et de la santé a reconnu également, et publiquement, qu’aucun pays européen n’a pu apporter, non plus, la preuve que ces « vaccins » permettent de prévenir les formes « graves » du Covid-19 (cf. conférence de presse à partir de 34min 44s).

Dans son dernier « Point de situation sur la surveillance des vaccins contre le Covid-19 — Période du 12/03/2021 au 18/03/2021 » publié le 26 mars 2021, et mis à jour le 29 mars 2021 —, l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) fait état de notamment le nombre de décès survenus en France après l’administration de ces « vaccins ». Des décès qui sont notifiés — signalés — en pharmacovigilance — indépendamment de la certitude du « lien de causalité » entre ces vaccins et ces décès : « 311 décès » après l’administration du « vaccin » BioNTech/Pfizer ; « 4 décès » après l’administration du « vaccin » Moderna ; « 20 décès » après l’administration du « vaccin » Astra Zeneca — pas de données pour l’instant concernant le dernier vaccin (Janssen) autorisé. En sachant, qu’en général pour tous les médicaments, il existe une forte sous-notification en pharmacovigilance malgré le caractère obligatoire de ces déclarations.

Par conséquent, la prudence notamment voudrait même que, dans tous les pays où ces « vaccins » contre le Covid-19 ont été commercialisés, tous les lots ainsi « libérés » soient retirés immédiatement; et que ces AMM qui ont été octroyées soient suspendues, voire annulées, en urgence jusqu’à nouvel ordre. C’est en tout cas le sens des recommandations que nous pourrions suggérer aux autorités ad hoc, et notamment françaises. Et, a minima, ces informations doivent être portées à la connaissance de toute personne de façon claire, loyale et appropriée.

M.K. Scarlett

Autodidacte, M.K. Scarlett réside en France et a rejoint l’équipe des éditeurs et traducteurs de SOTT en 2012. Ses rubriques favorites « Feu dans le Ciel », « Les Maîtres du Monde » et « Histoire Secrète » n’enlèvent en rien l’intérêt qu’elle porte aux autres. Quand elle n’a pas le nez dans un livre, M.K. Scarlett pratique aussi la photographie et le graphisme.

Source : Sott.net

Cachan : Dérapage d’un élu au conseil municipal, « Le but de la Police c’est de tuer la population »

Par : admin

En plein conseil municipal à Cachan, un élu a dérapé en tenant des propos hallucinants.

En effet, dans une vidéo publiée par le maire de L’Hays-les-Roses, Vincent Jeanbrun, on peut voir un élu déraper en plein conseil municipal. En effet, Dominique Lanoé, de la France Insoumise affirme que « le but de la police c’est de tuer la population ».

🚨 Donc « Le but de la Police c’est de tuer la population » ?

En plein conseil municipal à Cachan, la majorité PS-EELV-LFI-PCF dérape gravement avec le silence complice de la Maire.

Le Gouvernement doit réagir rapidement ! cc @GDarmanin @MarleneSchiappa

Soutien @STrouillas. pic.twitter.com/v9SEgsytPX

— Vincent JEANBRUN (@VincentJEANBRUN) October 11, 2021

Sur son compte Twitter, le syndicat Alliance PN fustige ce comportement d’un élu de la République et dénonce une haine anti-flic. L’un des élus présents a quitté le conseil.

[Haine anti-flic] mode d'emploi 👇🏽
Dérapage incontrôlé pour cet élu @FranceInsoumise à @cachan 🤯
Un élu quitte le conseil municipal, choqué. @GDarmanin pic.twitter.com/fIwpeHZJu0

— ALLIANCE PN (@alliancepolice) October 12, 2021

Source : Actu Pénitentiaire

L’Agenda vert ou comment cette crise énergétique est différente de toutes les autres

Le prix de l’énergie, toutes sources confondues, explose à l’échelle mondiale. Loin d’être accidentel, il s’agit d’un plan bien orchestré visant à faire s’effondrer l’économie mondiale industrielle qui a déjà été affaiblie de façon spectaculaire par près de deux ans …

Des vaccins écoulés sans aucune AMMc valide, c’est possible?

Par : admin

par Dr Vincent Reliquet

Nous nous sommes fait l’écho récemment (1) de ce que l’ANSM,  gendarme Français du médicament, se désintéressait totalement du fait qu’à ce jour la dispensation des quatre vaccins anti-Covid puisse être réalisée de manière parfaitement illégale sur son sol: En effet, celle-ci se trouvait incapable de documenter que les Autorisations de Mise sur le Marché Conditionnelles (AMMc) régissant l’écoulement de ces produits n’existent encore… Vient alors le temps d’interroger l’Agence Européenne du Médicament à ce sujet, cette puissante institution gère donc ce dossier pour l’ensemble des Etats membres qui apparemment lui vouent une confiance sans limite, au point de ne plus souhaiter jamais lui opposer le moindre contrôle national. Au final on s’alarme, ou plutôt on se désespère car il n’y a plus de pilote dans l’avion. Bonne lecture.

AMM conditionnelle, définition

Par rigueur nous ne nous risquerons pas à citer une autre source que la plus officielle pour ce qui est de la France, c’est ici: (2)

On en comprend l’évidence et la nécessité:

En cas de péril sanitaire avéré l’attribution d’une AMMc à un produit de santé innovant doit demeurer possible en urgence si on le pense probablement efficient et si on lui suppose un bénéfice probablement supérieur aux risques que la population va encourir par son utilisation.

S’agissant des vaccins Covid cette AMMc sera dite centralisée, à l’EMA, à nouveau pour des raisons d’efficience accrue, après que cette décision ait été avalisée par la Commission Européenne. L’AMMc est alors accordée à tous les états membres ensemble.  Seule l’EMA reste donc pilote et maîtresse du dossier dans les suites, ce qui n’obère aucunement aux pays de procéder à leur propres actions de vigilance sanitaire et juridique, ce que manifestement l’ANSM Française ne souhaite pas réaliser dans ce dossier.

AMM conditionnelle, la particularité temporelle qui change tout

Dans la mesure où le rapport bénéfice sur risque demeure hypothétique, encore plus pour ces produits innovants que pour les autres, le législateur a raccourci le délai de validité de 5 ans pour une AMM standard à 1 an seulement, charge aux industriels de présenter pendant ce délai les réponses aux questions laissés en suspens vu l’urgence de la délivrance, toute AMMc qui ne se trouve pas confortée par les rapports manquants au départ se devrait donc d’être interrompue à ce terme. Ainsi,

  • « Conformément au règlement (CE) no 726/2004, les autorisations de mise sur le marché conditionnelles auront une durée de validité d’un an renouvelable. Le délai pour l’introduction d’une demande de renouvellement doit être de six mois avant l’expiration de l’autorisation de mise sur le marché et l’avis de l’Agence européenne des médicaments (ci-après dénommée « l’Agence ») sur la demande devra être adopté dans les quatre-vingt-dix jours suivant la réception de celle-ci. Afin d’assurer que les médicaments ne sont pas retirés du marché sauf pour des raisons de santé publique, pour autant que la demande de renouvellement soit introduite dans les délais, l’autorisation de mise sur le marché conditionnelle doit être valable jusqu’à ce que la Commission prenne une décision fondée sur la procédure d’évaluation de la demande de renouvellement ». (3)

Compte tenu de ce qui précède et nous remercions chaudement le CTIAP de Cholet  sous la vigilance des Drs.  Amine Umlil (4) et Catherine Frade (5) qui en avaient inspiré  son article,

Les dates limites de dépôt des compléments de preuves de qualité pour la substance active et le produit fini pour les quatre industriels en lice se clôturaient en :
– Juillet 2021 pour BioNTech/Pfizer ;
– Juin 2021 pour Moderna ;
– Juin 2021 pour AstraZeneca ;
– Août 2021 pour Janssen.

A noter qu’en plus, s’agissant des deux premiers, des modifications d’excipients ont eu lieu au décours de la mise sur le marché de ces produits et que l’un des quatre a carrément changé de nom.  Et qu’avons-nous pu lire à ce sujet dans la presse spécialisée médicale et scientifique internationale? Rien. Que devaient impérativement documenter les industriels?

AMMc, les contenus scientifiques qui devaient être divulgués

Deux tableaux vont éviter de grands discours, merci encore à Catherine Frade de les avoir compilés en annexe dans son article. Nous ne nous bornerons qu’à l’étude des deux dossiers encore commercialisés en France (Pfizer et Moderna) puisque les vaccins AstraZeneca et Janssen ne sont plus importés en France depuis déjà des semaines: (6)

Annexe IIE AMM Pfizer

Annexe IIE de l’AMM Moderna, page 15

Ainsi, Pfizer s’était engagé à démontrer la qualité de ses excipients ALC-0315 et ALC-1559, la caractérisation de son produit fini, le process en matière de contrôle de qualité ainsi que sa stratégie de contrôle de qualité finale pour Juillet 2021, et Moderna devait démontrer « une qualité constante du produit«  autour essentiellement de la stabilité des substances utilisées ainsi que « revoir les spécifications…/… du produit fini«  pour Juin 2021.

Pourquoi un tel silence médiatique autour de ces données essentielles à la sécurité des consommateurs si ces documents avaient été effectivement transmis en temps et en heure à l’EMA? Il faut donc admettre que ces données n’ont pas été publiées parce que les résultats réels seraient possiblement dévastateurs pour les dossiers des deux industriels encore en lice.

On en vient alors à se demander pour quelle raison l’EMA n’a pas sévi immédiatement en suspendant immédiatement les AMMc de ces deux vaccins aux termes évoqués plus haut.

EMA et AMMc, l’histoire d’une permissivité sans fin

Dans un bref article en date de 2017 (7) la revue Prescrire nous apprenait ainsi qu’entre 2006 et 2016  pas moins de 30 médicaments avaient fait  l’objet d’AMM conditionnelles, et que sur ces 30, 17 vivaient encore sous ce régime en  2016 alors qu’ils auraient dû l’abandonner dans l’année et seulement 11 ont été converties en AMM classique pendant que 2 ont été retirées à la demande de la firme propriétaire (8). La fin de cet article se passe de commentaire:
– » …/… l’arrivée d’un médicament sur le marché environ 4 ans plus tôt par rapport à une AMM classique, les patients ayant ainsi accès plus tôt à des médicaments nouveaux. Mais accès à quel bénéfice thérapeutique ? À quels effets indésirables ? Des questions qui restent sans réponse si l’EMA n’est pas plus exigeante, avec le risque de laisser longtemps les patients exposés à des médicaments dont la balance bénéfices-risques n’est pas favorable« .

Ainsi « oublier » la surveillance renforcée d’un médicament récent donc très peu évalué se révèle monnaie courante à l’EMA. Pour comprendre un tel dysfonctionnement il faut se pencher sur la structuration de cette agence hors norme.

L’EMA, bastion financier privé…

Juridiquement, l’EMA ne dépend même pas de la CEE. On peine à y croire, mais en 2019,

L’Agence européenne du médicament tirait son budget de fonctionnement  des redevances payées par l’industrie pharmaceutique à hauteur de 85,70 % pour seulement 14,29 %  à partir des deniers de la CEE (9) au point que cette institution a été qualifié un temps par le Sénat Français « d’objet juridique non identifié ». (10)

Les demandes de transmissions de documents adressés à l’EMA demeurent généralement lettre morte ou sont livrées avec une lenteur exaspérante propre à réduire à néant tout travail de recherche, comme Gøtzsche et Jørgensen  l’avaient démontré en 2011. (11)

La revue Prescrire avait soulevé un immense scandale très vite étouffé en 2017,  documentant que certains membres de l’EMA délivraient régulièrement des « conseils secrets et payants » aux firmes afin d’ »améliorer » leurs chances d’enregistrement, laissant naturellement la porte ouverte à toutes les supputations de corruption passive. On retiendra de cet article un élément qui nous intéresse au plus au point ici:
– » 71 % des demandes d’AMM conditionnelle qui ont suivi les conseils scientifiques de l’EMA ont abouti à une AMM, contre 40 % de celles qui ne les ont pas suivis. Ces chiffres peuvent s’interpréter de différentes façons. Mais l’opacité des procédures soulève la question d’éventuels compromis et influences, dus à une trop grande proximité entre les personnels des firmes et ceux de l’EMA« . (12)

On ne s’étonnera donc pas de cette triple et fatale constatation réalisée par europaforum.lu en 2012: (13)

  • A l’Agence européenne du médicament (EMA) ou à l’Agence de sécurité des aliments (EFSA), les déclarations d’intérêts des experts divergeaient parfois d’une année à l’autre sans que l’administration ne s’en inquiète ou ne leur demande des clarifications. Ou bien, comme à l’ECHA, un employé n’a pas déclaré tous ses emplois des derniers cinq ans, comme c’est requis, et personne n’a comparé CV et déclaration d’intérêts.
  • A l’EMA, l’agence a relevé un conflit d’intérêts chez un membre du comité scientifique et avait conclu que l’expert ne pouvait plus en faire partie. Pourtant, ce dernier a continué à participer aux réunions du comité et son mandat a même été renouvelé par la Commission européenne pour trois ans. Par la suite, sa déclaration d’intérêts mise à jour ne mentionnait plus les données qui avaient mené à la conclusion qu’il se trouvait en situation de conflit d’intérêts.
  • A la même EMA, deux membres du comité scientifique se sont vus classés comme des personnes présentant un risque très bas en termes de conflit d’intérêts, alors qu’elles avaient travaillé pour des compagnies pharmaceutiques, ce qui aurait dû conduire à ce qu’on les classe à un niveau de risque plus élevé selon les règles qui ont cours au sein de l’EMA et à certaines restrictions de leur travail d’experts.

Ce dossier serait incomplet sans évoquer le cursus exemplaire de porosité de sa directrice générale, l’Irlandaise Emer Cooke. Après avoir débuté dans l’industrie pharmaceutique elle a intégré les autorités de règlementation de son pays puis en 1991 elle rejoint le temple industriel du médicament, l’Association Européenne de l’Industrie Pharmaceutique (EFPIA) dont on supputait en 2019 un budget de lobbying officiellement compris entre 4 651 809 (14) et 5 414 776 euros. (15)

L’lEFPIA dispose d’une « branche vaccin » dans laquelle sont évidemment représentés de nombreux industriels du secteur. A partir de 1998 et pour quatre ans elle prit la direction du département pharmaceutique de la Commission européenne. On la retrouve ensuite à l’EMA puis plusieurs années à l’OMS, le déménagement de l’EMA de Londres à Amsterdam en 2020 la plaça à la tête de l’institution depuis. (16) On comprend aisément qu’un choix pareil ne peut être interprété autrement que comme une main-mise officielle des industriels du secteur sur le fonctionnement déjà gravement perturbée de l’EMA.

A noter d’ailleurs que c’est l’IEFPIA qui a poussé l’Union européenne a apporter une « immunité juridique totale » à ses membres, les rendant ainsi totalement non responsables des effets indésirables graves générés par les vaccins anti-Covid. (17)

… Au centre d’une CEE gangrenée par le lobbying

Et c’est celle-ci, considérablement influencée voire infiltrée par le secteur pharmaceutique, qui choisit les molécules à mettre sur le marché après avis de l’EMA.

Prétextant du secret des affaires tous les contrats liant les firmes à la Commission européenne demeurent non divulgués, même auprès des membres de la Commission du contrôle budgétaire de l’Union dont c’est le rôle le plus primordial. (18)

Le poids financier du lobbying pharmaceutique auprès des institutions européennes a été évalué à 16,3 M€ en 2015 par l’ONG bruxelloise CEO et ne pourrait refléter que la partie immergée de l’iceberg des financements opaques. Fort logiquement ces masses d’argent déversées auprès des institutions européennes ouvrent aux industriels la porte des commissions parlementaires, c’est ainsi que « pendant la dernière mandature les dix laboratoires pharmaceutiques les plus gros ont ainsi eu 112 réunions importantes avec la Commission Juncker, et 60 accès au Parlement« . (19)

Les actes corruptifs font rage à la Commission, se souvenir par exemple que celle-ci a acheté en octobre 2020 pour 1,2 milliards d’€ de remdesivir, quelques jours avant que l’OMS ne déclare le produit parfaitement inefficace, à ce jour il semble qu’aucun remboursement n’ait jamais eu lieu. (20)

Le CV de la présidente de la Commission européenne paraît à première vue sans tache. Madame Ursula Von der Leyen est allemande, ancienne Ministre de la la Famille, puis du Travail, puis de la Défense dans son pays. Economiste elle est aussi médecin. Son diplôme est entaché de soupçons de plagiats massifs mais celui-ci ne lui a été au final jamais retiré. (21) Elle se serait également inventée un poste à l’Université de Stanford qu’elle n’a jamais obtenu.

REUTERS / Francois Lenoir

Les soupçons de conflits d’intérêts de la Présidente sont écrasants. Elle aurait par exemple présidé pendant 5 ans une commission sur « l’analyse des changements systémiques dans les chaînes de valeur entraînés par l’intelligence artificielle » pour laquelle le cabinet MacKinsey, qui avait embauché son propre fils, aurait touché 5,5M€ de la Commission Européenne. Son mari est médecin, Directeur de Orgenesis Inc. entreprise de biotech orientée vers les thérapies cellulaires et génétiques. (22) L’entreprise aurait lancé le programme appelé BioShield, conçu pour accélérer la découverte et la validation potentielles d’anticorps humains neutralisants en vue d’atténuer la propagation de virus tels que la COVID-19. 

Citons le dernier scandale en date qui éclabousse à nouveau la présidente, elle a reconnu avoir détruit l’ensemble des SMS échangés par elle avec Robert Bourla, le PDG américain de Pfizer, ainsi que la listes des appels téléphoniques échangés entre eux alors que l’ensemble des correspondances professionnelles des membres de l’Union est sensé appartenir à l’Union, l’article du Courrier des stratèges nous en donne une description effarante. (23)

Qu’attendre de l’EMA

Probablement, rien et pour  quatre raisons. Notre requête référencée ASK-94876 du 24/09/2021 a déjà produit les réponses suivantes:

1- Correspondance non conforme: Après que les Associations AIMSIB, Bonsens et LNPLV avaient mandaté Maître Jean-Charles Teissèdre pour réclamer en leurs noms des preuves de validité persistante de ces AMMc, la première réponse a été que les demandes doivent être adressées dans la seule langue autorisée à l’EMA, l’anglais.

2- Arguties juridiques sans rapport avec la demande formulée: Il a été ainsi annoncé que chaque demandeur ne pouvait réclamer plus de deux documents à la fois. Notre réclamation impose qu’on nous apporte un corpus de preuves quant à la licité des AMMc de deux vaccins, deux « documents » ne réussiront jamais à nous convaincre.

3- Demande de transmission de la demande de l’ANSM à l’EMA à propos de la validité des AMMc:   « you will receive a reply via a secure Eudralink within 15 working days. The Agency may extend this period by a further 15 working days in exceptional circumstances in accordance with the Regulation. Should such an extension be applied by the Agency, you will be informed at the time. » 15 à 30 jours pour recevoir une simple copie de mail.

4- Temps de réponse estimé à l’envoi de notre requête: « Regarding the answer(s) required as a reply to your questions, please note that we are currently processing them and you will receive them in due course. » (Trad: Concernant la ou les réponses requises pour répondre à vos questions, veuillez noter que nous les traitons actuellement et que vous les recevrez en temps voulu.)

Nous ne partons pas pour faire mentir les conclusions de Gøtzsche et Jørgensen mentionné plus haut. Sur le fond un arrêt récent de la Cour Européenne en date du 22/01/2020 doit nous faire comprendre que les industriels réclameront encore une fois le maintien du secret des affaires pour ne pas transmettre leurs données, et ceci sera probalement, voire certainement entériné par l’EMA, lisez plutôt:

.../…  » Aux points 91 à 93 de cet arrêt, le Tribunal a souligné que la requérante n’avait apporté aucun élément permettant de comprendre les raisons pour lesquelles les occultations effectuées par l’EMA n’étaient pas suffisantes. Il a rappelé que, selon la politique de l’EMA elle-même, cette dernière ne divulguait pas d’informations commerciales confidentielles, telles que les informations détaillées concernant la qualité et la fabrication des médicaments, de…/… (24)

Conclusion

Dans « la vraie vie », un conducteur privé de son permis de conduire ne sera absolument jamais autorisé à continuer à conduire. Un avionneur qui perd son certificat de navigabilité pour un modèle d’appareil voit immédiatement l’entièreté de ses avions cloués au sol pendant des mois (25)  mais en matière de produit de santé en général et de vaccin en particulier, la permissivité absolue demeure de mise.

Il est absolument inadmissible qu’aucune voix ne se fasse entendre en Europe (politiciens, journalistes, médecins, chercheurs, juristes) pour réclamer que les Lois européennes de protection des consommateurs soit appliquées. Il est inouï, totalement totalitaire de prétendre  imposer en France un vaccin en phase III  dont l’Autorisation de Mise sur le Marché est peut-être complètement inexistante depuis des mois.

Qui pourra encore faire à nouveau respecter le droit et la plus légitime protection des européens face à cette folie vaccinale actuelle?

Dr Vincent Reliquet
Octobre 2021

Source : Aimsib.org

Quand la vérité s’exporte

Par : admin

Philippe Argillier le RDH / le HRU

Philippe Argillier aux États Unis : Quand la vérité s’exporte!!!

Source : Youtube

Pour lire la vidéo avec les sous-titres en français, cliquez sur la roue dentelée (paramètres) et dans sous titres sélectionner “français (france)”

Qui sème le vent récolte la tempête… Les États-Unis payent le prix fort pour leurs mauvaises décisions

Les États-Unis se sont retirés unilatéralement de plusieurs traités de limitation des armes nucléaires signés avec la Russie. C’était une grossière erreur.

Le Financial Times a publié un article affirmant qu’en août, la Chine avait testé une arme hypersonique similaire …

Moqtada le Conquérant gagne du terrain dans un scrutin irakien

Il serait tentant d’imaginer que les élections législatives irakiennes de dimanche dernier ont changé la donne géopolitique. Eh bien, c’est compliqué – à plus d’un titre.

Commençons par le taux d’abstention. Sur les 22 millions d’électeurs appelés à choisir 329 …

Les infos et news du 19 octobre 2021

Par : Volti
Bonjour à tout le monde et merci à mes correspondants POLITIQUE/SOCIÉTÉ Macron réélu? « Il a parfaitement fait le travail de mise au pas des classes populaires ». Peut-il de nouveau briser la droite et la gauche et rejouer, en 2022, le scénario de 2017? Bousquet et Bégaudeau en débattent. Football : Jean Castex a offert un maillot dédicacé de Lionel Messi au […]
Hier — 18 octobre 2021Vos flux RSS

« Je vous Explique les Mensonges et l’Hypocrisie du Gouvernement en ce qui Concerne le Prix de l’Essence… Rendez Nous Notre Argent ! » Loic Rousselle

Par : Thomas

Loic Rousselle: « Je vous explique les mensonges et l’hypocrisie du gouvernement en ce qui concerne le prix de l’essence… Rendez nous notre argent ! »

Je vous explique les mensonges et l’hypocrisie du gouvernement en ce qui concerne le prix de l’essence…
Rendez nous notre argent ! pic.twitter.com/jLE2mSnJzs

— Loic Rousselle (@loic_rousselle) October 18, 2021

Source : businessbourse

L’article « Je vous Explique les Mensonges et l’Hypocrisie du Gouvernement en ce qui Concerne le Prix de l’Essence… Rendez Nous Notre Argent ! » Loic Rousselle est apparu en premier sur PLANETES360.

FLAMBÉE DES PRIX ET RÉGRESSIONS SOCIALES: COMMENT LE POUVOIR PUNIT LES FRANÇAIS !

Par : Thomas

Au programme de L’instant Porcher aujourd’hui : la réforme de l’assurance chômage et le nouveau mode de calcul de l’allocation, la précarité énergétique et les propos du Président de la République sur les Français et le travail.

La réforme de l’assurance chômage est entrée en vigueur le 1er octobre dernier. Une mesure fait polémique, à savoir le nouveau mode de calcul de l’allocation chômage.

Selon l’Unedic, le gestionnaire de l’assurance chômage, plus d’un million de nouveaux allocataires pourraient être concernés par ce nouveau mode de calcul, avec une baisse de leur allocation d’en moyenne 17%.

Alors, quel est le but de cette réforme ?

Quels sont les arguments avancés par le gouvernement pour sa mise en œuvre ?

Plus de six millions de Français seraient concernés par la précarité énergétique, et pas seulement les foyers qui bénéficient du chèque énergie. C’est en tout cas, le constat réalisé par le médiateur de l’énergie. L’étude montre notamment qu’un ménage sur 5 a souffert du froid pendant au moins 24 heures dans son logement.

Alors, comment peut-on lutter efficacement contre la précarité énergétique ?

Comment protéger la facture des Français ?

Les Français n’ont pas traversé la rue pour trouver du travail si l’on en croit les propos du Président de la République affirmant que les Français travaillent moins que leurs voisins à l’occasion de la présentation du plan d’investissement France 2030, un plan de 30 milliards d’euros sur cinq ans visant à améliorer la compétitivité de la France.

Alors, est-ce vraiment le cas ? Est-ce que le fait de travailler plus va permettre d’améliorer la situation en France ?

On décrypte avec Tania Kaddour-Sekiou et Thomas Porcher.

 

L’article FLAMBÉE DES PRIX ET RÉGRESSIONS SOCIALES: COMMENT LE POUVOIR PUNIT LES FRANÇAIS ! est apparu en premier sur PLANETES360.

LE GRAND GUIDE DE SURVIE – Survivre dans des situations dangereuses et extrêmes: Les techniques d’experts en survivalisme et bushcraft. Deviens un pro de la survie et surmonte toutes les crises

​​

Le guide de la survie: Planifiez votre aventure survivaliste et soyez complètement prêts à débuter une aventure inoubliable, en harmonie avec la nature


 

Vous souhaitez savoir si vous seriez en mesure de survivre seul dans une région sauvage ? Vous voulez apprendre où chercher pour trouver de la nourriture, de l’eau et un abri adapté ? Vous êtes attirés par l’idée de vivre seul en complète autonomie, comme les chasseurs cueilleurs autrefois ?

Dans ce cas, vous avez trouvé le livre parfait ! L’entraîneur en survie Andrew Bramstone vous donne dans ce guide tous ses conseils pratiques et efficaces, avec lesquels vous pourrez survivre en pleine nature et garantir votre sécurité en cas de danger ! Ce livre vous prend par la main et vous montre pas à pas tout ce dont vous aurez besoin, de la planification jusqu’à la réalisation de votre aventure. Vous serez parés pour faire face à toutes les situations.

  • Préparation : Préparez votre itinéraire, informez-vous sur le climat et la législation et commencez à améliorer votre fitness ainsi que votre résistance au jeûne pour l’excursion
  • Équipement : Notre check-list complète et précise vous montrera quels équipements survie doivent absolument se trouver dans votre sac à dos !
  • Techniques de survie : Apprenez les meilleures stratégies des experts pour trouver de la nourriture et de l’eau, construire un abri, faire du feu, s’orienter et bien plus encore !
  • Les mythes : Dans toutes les idées reçues sur la survie, départagez le vrai du faux, pour ne pas vous fier à des fausses informations qui pourraient vous coûter la vie en cas de danger !

Grâce aux explications simples et aux conseils en or de l’expert en survie Andrew Bramstone, fruit de ses nombreuses années d’expérience dans le domaine, vous vous préparerez de façon optimale à faire face à tous les scénarios et difficultés possibles.

Procurez-vous dès maintenant ce guide ultime de la survie, devenez un champion du survivalisme et débutez enfin l’aventure de votre vie !

L’article LE GRAND GUIDE DE SURVIE – Survivre dans des situations dangereuses et extrêmes: Les techniques d’experts en survivalisme et bushcraft. Deviens un pro de la survie et surmonte toutes les crises est apparu en premier sur PLANETES360.

Dernière crise avant l’apocalypse

​​

Dernière crise avant l'apocalypse
  • Giraud, Jean-baptiste (Author)
18,00 €
DISPONIBLE ICI

CARTOGRAPHIE DU CARNAGE À VENIR

Cinq ans déjà que Taïwan est assiégé par l’Armée Populaire de Libération. Le blocus de la zone Asie-Pacifique par la VIIe flotte américaine coupe le monde en deux. Tout est rationné. On dénombre plus d’un milliard d’affamés dans le monde.

Les pays qui dépendaient du tourisme mondial sont retournés à l’âge de pierre. Il n’y a de toute manière plus d’avions pour voyager, le kérosène a été interdit en même temps que les voitures thermiques et les piscines chauffées. Avoir 18 °C chez soi en hiver est un délit.

En Europe, le chômage n’est plus un problème : avec un taux de natalité de 0,98 enfant par femme, c’est le plein emploi. Dix millions de millennials inutiles s’abrutissent de séries télévisées à longueur de journée. Le (petit) revenu universel, versé également aux retraités à la place de leur pension, est passé par là.

Des millions de vieux survivent reclus chez eux, condamnés à mourir sans soins, même palliatifs, le système de santé de Monsieur-tout-le-monde ayant, lui aussi, fait faillite depuis bien longtemps. La plupart ont dû brader leur patrimoine, quand il n’a pas été saisi ou taxé pour rembourser les milliers de milliards de dettes publiques. L’inflation a ruiné les rentiers qui restaient.

Les Allemands, les Italiens, les Français, mais aussi les Coréens ou les Japonais s’apprêtent à disparaître en tant que peuples-nations avant la fin du siècle. Laissant la place libre à d’autres.

Si on ose affronter la réalité des chiffres en face, ce scénario apocalyptique arrive sur le monde à la vitesse d’une météorite.

Dernière crise avant l’Apocalypse montre comment la crise sanitaire sera inéluctablement suivie d’une crise sociale et politique apocalyptique, car plus rien ne sera comme avant.

La fin du monde tel que nous le connaissons est programmée. Sauf si…

L’article Dernière crise avant l’apocalypse est apparu en premier sur PLANETES360.

L’ART DE LA MANIPULATION – Décoder votre entourage: Devenez dès maintenant un maître de la psychologie, reconnaissez les techniques de manipulation facilement et utilisez-les à votre avantage

​​

L’art de la manipulation : Comment l’apprentissage de techniques de manipulation faciles à apprendre et universelles peut vous permettre dès maintenant d’obtenir tout ce que vous souhaitez, quelle que soit la situation !


 

Vous n’en pouvez plus que les gens autour de vous parviennent par des moyens détournés à vous faire faire tout ce qu’ils souhaitent ? Vous voulez enfin renverser la situation et passer de la position du pantin manipulable à celle de celui qui tire les ficelles ? Vous souhaitez que, à partir de maintenant, chaque négociation, discussion ou conflit finissent par aller dans votre sens ?

Dans ce cas, ce livre vous donnera une clé universelle très puissante : des techniques de manipulation efficaces, qui vous permettront à l’avenir d’obtenir tout ce que vous voulez – contre toutes les résistances initiales !

La manipulation est une technique aussi vieille que l’humanité elle-même. Manipuler, c’est exercer son influence sur une autre personne. Que ce soit positif ou négatif, la manipulation est présente en permanence dans notre quotidien, même si on ne s’en rend que rarement compte. Les compliments de votre supérieur ? Ils annoncent probablement une tâche pénible pour vous. Le silence pesant de votre partenaire ? Il souhaite probablement que vous cédiez, alors même qu’il sait que vous avez raison. Vous êtes manipulé en permanence et partout – et malheureusement souvent à votre détriment. Mais maintenant, tout cela est fini !

Ce livre ouvrira vos yeux aux techniques de manipulation les plus subtiles et aux jeux de pouvoir de votre entourage. Il vous permettra de déceler rapidement toute tentative de manipulation et d’y résister de façon efficace ! De plus, les conseils d’expert qu’il vous offrira s’appuient sur des recherches scientifiques qui vous permettront de devenir vous-même un manipulateur redoutable. Reprenez maintenant le contrôle de votre vie et atteignez chacun de vos objectifs élégamment et sans effort !

  • Qu’est-ce que la manipulation ? Découvrez le sens de ce terme et sa définition pour mieux comprendre quelles forces se cachent derrière la manipulation.
  • L’arme ultime pour le succès : dans quels domaines la manipulation est-elle utile, pour quels objectifs et à quel moment est-il judicieux de s’en servir afin de maximiser son potentiel ?
  • Ouvrez les yeux ! Avec l’aide de conseils avisés, reconnaissez toutes les tentatives de manipulation et soyez en mesure d’y résister efficacement !
  • Imposez vous ! Découvrez les stratégies les plus efficaces en pratique, comme la pensée de groupe, l’exclusivité ou le principe de la réciprocité, pour être capable de les utiliser vous-même et devenir ainsi en un tour de main le maître de la situation.

Que ce soit sur le plan personnel ou professionnel, dans vos relations avec votre partenaire, votre famille, vos voisins, l’administration – l’art de la manipulation et la capacité de reconnaître les tentatives est un élément clé de votre succès. Ce livre vous donnera tout ce dont vous avez besoin pour prendre dès maintenant le contrôle de la situation.

N’attendez pas plus longtemps ! Procurez-vous dès maintenant votre coach de manipulation pour vous permettre d’obtenir la reconnaissance de votre entourage et une grande satisfaction personnelle. Devenez un véritable maître de la manipulation !

L’article L’ART DE LA MANIPULATION – Décoder votre entourage: Devenez dès maintenant un maître de la psychologie, reconnaissez les techniques de manipulation facilement et utilisez-les à votre avantage est apparu en premier sur PLANETES360.

VIDÉO – Pass Sanitaire : Deux Brancardiers Arrêtés et Menottés Violemment au Sol par la Police ! Des Heurts ont Éclaté à l’Extérieur de l’Établissement Entre Forces de l’Ordre, Syndicalistes et Soignants !

Par : Thomas
Le gouvernement passe à la vitesse supérieure, afin de faire courber l’échine des récalcitrants au Pass sanitaire. Vendredi, deux brancardiers martiniquais, sans passeport sanitaire, ont été arrêtés, jetés à terre et menottés par les forces de l’ordre.
Dans la vidéo ci-dessous, nous pouvons entendre les cris de douleur des deux hommes !

L’ordre avait été donné de mettre les forces de l’ordre à l’entrée de l’hôpital Pierre-Zobda-Quitman en Martinique, afin d’empêcher les soignants non-vaccinés de faire leur travail et d’empêcher les mauvais malades (sans passeport sanitaire) d’être soignés.

L’hôpital est devenu un lieu privilégié où la ségrégation prend forme selon que l’on est vacciné ou non.

À la suite de ces interpellations musclées, des heurts ont éclaté à l’extérieur de l’établissement entre forces de l’ordre et syndicalistes et soignants venus manifester contre le passeport sanitaire. Une troisième interpellation a eu lieu. Les trois hommes sont actuellement en garde à vue.

Rappelons que 65 % des Martiniquais ne sont pas vaccinés. Le bras de fer n’est pas près de s’arrêter.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

Source : lemediaen442

L’article VIDÉO – Pass Sanitaire : Deux Brancardiers Arrêtés et Menottés Violemment au Sol par la Police ! Des Heurts ont Éclaté à l’Extérieur de l’Établissement Entre Forces de l’Ordre, Syndicalistes et Soignants ! est apparu en premier sur PLANETES360.

«Le mal prospère sur l’effondrement de notre camp» – Contre-Courant avec Alain Badiou [EXTRAIT]

Pour voir l’émission en entier, c’est ici ! 👉 https://qg.media/emission/le-mal-prospere-sur-leffondrement-de-notre-camp—contre-courant-avec-alain-badiou/

Aude Lancelin a reçu le philosophe Alain Badiou lors d’un grand entretien politique exceptionnel ! De la mainmise autoritaire et libérale d’Emmanuel Macron à l’embrasement identitaire de l’extrême-droite, il a analysé les dernières tendances politiques inquiétantes du pays à six mois de l’élection présidentielle.

Pourquoi aller encore voter aux prochaines élections si la gauche fait toujours la politique de la droite? Le surgissement du phénomène Zemmour, dernière incarnation du pétainisme transcendantal français, est-il une réelle menace pour 2022? Sur quelles bases refonder affirmativement le camp de l’émancipation? Le philosophe, mondialement lu et traduit, répond sans concession à toutes les questions pour cette reprise de Contre-Courant

L’article «Le mal prospère sur l’effondrement de notre camp» – Contre-Courant avec Alain Badiou [EXTRAIT] est apparu en premier sur PLANETES360.

Apple se Propose de Fouiller votre Smartphone à votre Insu !

Par : Thomas
Apple propose d’utiliser une nouvelle technologie (Client-side scanning — CSS) lui permettant de détecter la présence d’un document particulier dans votre téléphone, qu’il ait été partagé ou non.

Apple ne scanne pas la totalité des données, mais retrouve la signature des documents qu’il recherche.

La société se propose de trouver des photos pédophiles qu’on lui aurait signalé.

Ce système, s’il était accepté dans le louable but de sauver des enfants, pourrait être utilisé à d’autres fins, notamment d’espionnage économique et d’identification politique.

Orwell n’y avait pas pensé. Apple est prêt à le faire.

L’article Apple se Propose de Fouiller votre Smartphone à votre Insu ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Pour Sandrine Rousseau « il faut augmenter le prix de l’essence » malgré la flambée des tarifs

Tandis que les prix du carburant atteignent des sommets, l’écologiste Sandrine Rousseau réitère sa déclaration de campagne sur BFM TV, appelant à augmenter le prix de l’essence chaque année. Une mesure qu’elle juge « indispensable » pour sortir de la dépendance aux énergies carbonées.

;

Face à la flambée des prix du carburant, au plus haut depuis 10 ans, nombre de candidats à la présidentielle ont lancé des propositions pour les limiter, voire les diminuer. Pas Sandrine Rousseau, qui continue de plaider pour l’augmentation des prix de l’essence, comme elle l’avait déjà proposé fin septembre.

« Ça fait partie des choses qui ne sont pas agréables dans la transformation écologique », concède l’économiste sur BFM TV. « C’est indispensable […] pour éviter ce réchauffement climatique, un mur en béton armé dans lequel on va à grande vitesse ».

« On subit la hausse sans jamais avoir pris de mesure pour diminuer notre dépendance », regrette-t-elle, assurant que les Français auraient « moins de pression sur leurs revenus qu’au début ».

Une mesure qui n’est pas portée par Yannick Jadot, candidat ayant remporté l’investiture d’Europe-Écologie-Les Verts face à elle, et qui propose plutôt un chèque énergie de 400 euros pour les ménages les plus en difficulté. Si Sandrine Rousseau salue la proposition, dénonçant par ailleurs la précarité énergétique, elle souhaiterait de plus mettre la pression sur les grandes entreprises de l’énergie comme Total et Engie pour « participer à l’effort de solidarité » grâce à leurs profits conséquents.

 

Chèque carburant

Les prix à la pompe ont encore augmenté de deux centimes la semaine dernière, dépassant le niveau de 2018 qui avait vu le lancement du mouvement des Gilets jaunes. Quelques centaines d’entre eux ont fait leur retour samedi dernier sur des ronds-points. Ils réclament, comme à leurs débuts, l’augmentation du pouvoir d’achat et le référendum d’initiative populaire. La mobilisation n’est toutefois pas comparable à celle d’il y a trois ans, selon l’AFP.

Après avoir annoncé un bouclier tarifaire et un chèque énergie pour le gaz et l’électricité, le gouvernement travaille à la mise en place d’un chèque carburant. Sur Europe 1, Bruno Le Maire assure l’élaboration d’une mesure qui arrive « « le plus rapidement possible vers les Français » dans le besoin.

 


 

Pour écouter la Rousseau :

(Si vous rencontrez des difficultés pour lire la vidéo, cliquez ici)

 

Une information pour Sandrine, qui apparemment n’est pas au courant : le prix des carburants augmente encore plus que ce qu’elle préconise. Elle veut une augmentation de six à dix centimes par an (certes durant les cinq années d’un mandat présidentiel), tandis que le gazole, par exemple, a pris trente centimes depuis le début de l’année, dont la moitié depuis la rentrée de septembre :

L’article Pour Sandrine Rousseau « il faut augmenter le prix de l’essence » malgré la flambée des tarifs est apparu en premier sur PLANETES360.

Lettre ouverte aux présidents des conseils de l’Ordre et à tous mes confrères cliniciens

Par Jean Stevens − Le 8 octobre 2021 − Source Nouveau Monde

Chers amis,

Lettre ouverte aux autorités que mon papa (médecin retraité et chercheur vivant en France et vacciné à regret) a rédigée après avoir enfin creusé les sujets Covid-19 et vaccins. Ces sujets ne l’avaient pas fort intéressé jusque-là, puis il a décidé d’ouvrir les placards… et gloups.

6 pages qui valent la peine d’être lues et diffusées intelligemment je trouve.

Amicalement, Julie

Julie STEVENS

À La Hulpe

 


Marsac le 01/10/2021

Cher Confrère,

Je suis médecin, retraité depuis 5 ans et fort de 45 ans d’une expérience clinique particulièrement éclectique : médecine hospitalo-universitaire, médecine interne, médecine générale (en Belgique) et cardiologie (en France). Depuis ma retraite, je ne n’avais suivi que de loin l’épidémie de Covid-19 jusqu’à ce que, il y a quelques mois, suivant les conseils des « autorités » politiques et sanitaires, je reçoive, la seconde injection du Vaccin Astra-Zeneca. Or, depuis lors, je souffre de douleurs musculaires diffuses et de transpirations à l’effort qui me donnent le sentiment d’avoir vieilli de 10 ans. Ces effets secondaires invalidants ainsi que l’émergence évidente, dans mon entourage proche, d’autres effets secondaires nullement bénins et d’une défiance croissante vis-à-vis des contraintes imposées par ces « autorités » m’ont poussé à tenter d’éclairer au mieux ma lanterne. Et si j’écris cette lettre, c’est parce que je sors atterré de ce que j’ai découvert.

J’ai très logiquement cherché d’abord les données scientifiques et médicales objectives concernant cette nouvelle maladie, mais en y incluant intentionnellement le discours de ces confrères cliniciens éprouvés ou de ces scientifiques à la compétence incontestée que ces mêmes « autorités » et la plupart des médias qualifient — depuis la pandémie — de « complotistes ». La raison en est que l’Histoire nous a très souvent appris que les « complotistes » vilipendés un temps par les « autorités » en place s’avèrent devenir, quelques années plus tard, des héros, des « résistants » au pouvoir en place et des sauveurs de notre humanité et de ses valeurs profondes. Nous applaudissons ainsi aujourd’hui ceux qui ont résisté aux autorités nazies comme ceux qui se battent pour la défense de ces mêmes valeurs en Afghanistan, en Russie ou en Chine. Notez que ces « complotistes » sont toujours, au départ, largement minoritaires. La vérité et la vertu exigent du courage et riment rarement avec le discours majoritaire du pouvoir en place.

J’ai eu la chance de découvrir, dès le début de mon enquête, une vidéo publiée en juin dernier par un médecin américain de réputation internationale, le Dr Richard Fleming1. En quatre heures de conférence, il brosse un tableau du « dessous des cartes » de cette épidémie qui font frissonner d’horreur en moi autant le passionné de science que le vieux clinicien. Son discours me convainc parce qu’il fonde ses propos exclusivement sur des faits objectifs, vérifiables et incontestables (émanant de documents publiés par les institutions qui ont « autorité » dans leur domaine). Je suis de plus particulièrement sensible à son discours parce qu’il a une formation et une expérience très proche de la mienne (clinicien en médecine interne et cardiologie et chercheur depuis 53 ans). Son palmarès est prestigieux : 500 publications scientifiques et une théorie des maladies cardiovasculaires aujourd’hui reprise dans les classiques « textbooks » de cardiologie. Quant à son enquête — fouillée et compétente —, elle présente tous les signes d’une grande rigueur scientifique et morale. Comme les conclusions qu’il tire de son enquête sont diamétralement opposées à ce que nous présentent lesdites « autorités », il me semble que, selon leurs critères, son discours devrait être qualifié de « complotiste ».

Le scientifique et le clinicien en moi se trouvent donc confrontés à un dilemme moral. Si je pratiquais encore, devrais-je me fier aveuglément aux contraintes imposées par les « autorités » ou au contraire écouter mon « intime conviction » — à savoir que ses propos sont fondés — et donc entrer en « résistance » ? Heureusement, je ne pratique plus la médecine, ce qui m’offre une liberté d’expression que n’ont plus les cliniciens en fonction puisque ceux qui ne soumettent pas aux règles imposées par lesdites « autorités » sont menacés de perdre leur autorisation de pratiquer.

Ce problème « moral » est en réalité extrêmement grave et repose, à mon sens, sur la question de la légitimité (et des limites) de cette « autorité » que s’attribuent aujourd’hui certaines institutions politiques, scientifiques et sanitaires au nom de l’idée qu’elles se font du bien public et de leur fonction dans la santé des citoyens. La fonction des politiciens est de gérer au mieux l’organisation de la société, celle de la Science de présenter des données objectives aux preneurs de décision et celle des institutions sanitaires d’organiser au mieux le réseau de la santé et l’information des médecins. Jusqu’ici, toutes ces institutions sont largement diffusées par la plupart des médias.

Aucune de ces institutions, toutefois, n’est en droit de se substituer aux médecins cliniciens dans les décisions qu’ils prennent, en âme et conscience, dans le dialogue singulier qui les lie (par la confiance) à leurs malades. C’est là une fonction spécifique à la profession médicale. Même un conseil de l’ordre n’a pas le droit d’intervenir de façon coercitive sur la liberté de conscience du médecin. Il contreviendrait ainsi gravement aux principes mêmes qu’il est censé défendre : ceux du serment d’Hippocrate (qui sacralise la valeur de l’individu et du dialogue singulier) et celui, fondamental, du « primum non nocere ». Il est particulièrement regrettable de constater que, dans cette pandémie, les premiers concernés par le respect de ces principes — les médecins généralistes — ont été totalement écartés des lieux de décision au profit de spécialistes certes pointus, mais inévitablement moins concernés que ces derniers par la dimension humaine du problème.

Les contraintes qu’imposent aujourd’hui ces « autorités » à la liberté diagnostique et thérapeutique des médecins sont incompatibles avec les valeurs sacrées de leur métier, valeurs auxquelles ils ont tous juré fidélité au début de leur carrière. Au vu de la tournure que prennent les événements dans cette pandémie, j’en viens à penser que le serment d’Hippocrate qui lie tous les cliniciens — mais ne contraint aucune institution — constitue le dernier rempart de la défense des valeurs humaines fondamentales face à la puissance manipulatrice et médiatique des mondes politiques, économiques et même scientifiques. Après tous les scandales (sang contaminé, grippe H1N1, Mediator, Vioxx etc…) qui ont ébranlé ces honorables institutions, il faudrait être d’une grande naïveté pour croire encore en l’absolue pureté de leurs motivations.

Ces institutions, à l’image de toute notre société, ont quasiment sacralisé la Science. Cependant, quarante ans de réflexion profonde sur les rapports entre science et médecine m’ont fait clairement comprendre que ce mode de connaissance est, par principe (d’objectivité, de causalité et de réductionnisme) aveugle à la dimension subjective de la réalité. Cela signifie que la Science appliquée unilatéralement à la médecine est aveugle à la réalité du sujet. Elle ne peut voir dans l’organisme humain qu’un objet dénué de toute « profondeur ». C’est d’ailleurs cette « cécité sélective » de la Science qui explique son incapacité — avouée par tous les chercheurs honnêtes — à définir la vie et la conscience.

La « scientocratie »2 est en réalité la philosophie qui, jusqu’ici, a inspiré la logique décisionnelle des « autorités » sanitaires et politiques, mais cette philosophie souffre d’une « inhumanité » intrinsèque. C’est donc le rôle, me semble-t-il, des vrais cliniciens de rendre au sujet et à l’individu une place centrale face aux arguments objectifs, mais exclusivement statistiques des autorités sanitaires et politiques.

La remarquable vidéo du Dr Fleming a le désavantage de durer quatre heures et d’entrer souvent dans des détails techniques qui ne sont vraiment pertinents que pour des initiés. Il me semble toutefois que son message devrait être connu de tous les cliniciens embarqués en confiance (par naturelle « soumission à l’autorité ») dans une entreprise d’envergure mondiale qui a fait sauter tous les verrous de sécurité mis en place depuis des décennies par nos institutions démocratiques : le code de Nuremberg (1946), la convention internationale en matière d’expérimentation humaine (1966), la déclaration d’Helsinki sur l’éthique de la recherche (1964), la convention sur les armes biologiques (1975) et — ce qui devrait intéresser les membres des conseils de l’ordre — le code éthique de l’association des médecins américains.

Aujourd’hui je suis vraiment en colère et je sais ma colère juste. Les « autorités » auxquelles je m’étais fié ont trompé ma confiance et continuent à tromper (par négligence ou compromission, je ne sais) celle de mes pairs à propos

  1. de la fiabilité du travail de contrôle des essais cliniques avant la mise sur le marché des vaccins,
  2. de l’efficacité des vaccins et, plus grave encore,
  3. de leur toxicité. Toutefois, personnellement, ce qui a le plus violemment heurté mon « âme » de chercheur et de médecin, c’est
  4. l’occultation délibérée par des « autorités » scientifiques et politiques de l’origine non pas « naturelle », mais « chimérique » (artificielle) du virus responsable de la pandémie.

Fiabilité des études préliminaires

La FDA et l’ANSM ont accordé aux industriels du médicament l’autorisation de la procédure d’urgence (EUA) malgré le non-respect d’une de ses conditions impératives, l’inexistence d’alternatives thérapeutiques. Ceci leur a permis de raccourcir la durée des expérimentations de 10 ans à 11 mois. De plus, les instances responsables de la vérification des expérimentations (FDA, ANSM) — entièrement pilotées par ces industriels — n’ont pas fait correctement leur travail de lecture critique des statistiques des résultats publiées. Une lecture plus attentive (dénoncée par Fleming et d’autres experts3 leur aurait montré une réalité qu’aujourd’hui même les « autorités » acceptent, à savoir que le vaccin ne protège ni du risque de réinfection, ni du risque de contagion, ni (bien évidemment) d’une infection par les inévitables variants.

Efficacité du vaccin

Une lecture critique des essais cliniques réalisés avant mise sur le marché montre que l’efficacité (voisinant les 90 % selon les industriels) a en fait été évaluée sur base d’un paramètre — le « risque relatif » — qui n’a pas de signification clinique alors qu’exprimé sur base du paramètre cliniquement pertinent généralement utilisé (le « risque absolu »), cette efficacité voisine plutôt les 1 %. La « manipulation » des chiffres (et de l’incompétence des citoyens et des médecins en matière de statistique) est flagrante, mais inacceptable. De plus, une lecture attentive démontre, à partir des résultats présentés par les firmes que, par exemple, l’efficacité des vaccins n’est pas statistiquement significative chez les sujets de plus de 70 ans, pourtant les premiers bénéficiaires du vaccin. Si j’avais su cela, jamais je ne me serais fait vacciner.

Quant aux études faites après mise sur le marché, on trouve — quand on les cherche — des preuves accablantes de nombreux cas d’infections et d’hospitalisations pour la Covid-19 chez des patients dûment vaccinés.

L’étude critique de la toxicité potentielle des vaccins est encore plus effrayante

Le « rapport bénéfice/risque » avancé par les firmes correspond à une grossière manipulation des statistiques. Des responsables compétents n’auraient jamais permis sa mise sur le marché en temps normal. Aujourd’hui que des millions de gens ont été vaccinés, la chose est évidente. Le site américain de recensement des « effets indésirables » des vaccins (VAERS) recense en mai 2021 plus de 4 000 morts et 17 200 effets secondaires sévères. Une étude européenne de pharmacovigilance recense, elle près de 20 000 morts et 800 0000 cas d’effets secondaires jugés « graves ». En France, l’ANMS recensait en juillet 2021 900 décès et 8 700 cas d’effets secondaires graves pour le seul vaccin Pfizer. Pour rappel, l’épidémie de grippe porcine en 1976 aux USA (célèbre scandale sanitaire) a été arrêtée quand on a recensé 25 morts après une campagne de publicité semblablement orchestrée par les « autorités » politiques et sanitaires qui avait amené 46 millions d’Américains à se faire vacciner.

Le statisticien en santé publique (l’autorité ultime de la « scientocratie ») va mettre ces chiffres en balance avec le nombre (supposé) de « vies sauvées » grâce au vaccin. Aux yeux de tout médecin vivant une relation de confiance avec son patient (la base du serment d’Hippocrate), ce calcul est inacceptable parce qu’en prescrivant ou administrant un médicament qui peut causer la mort ou un handicap grave à son patient il n’est en rien excusable puisque, s’il connaît le risque statistique du vaccin qu’il propose, il est déontologiquement obligé de donner cette information à son patient et d’obtenir son consentement « libre et éclairé ». En rendant le vaccin obligatoire, les « autorités » sanitaires et politiques bafouent ouvertement ces principes fondamentaux de la médecine au nom de statistiques portant sur l’incidence (potentielle) et la mortalité (inférieure à 0,1 %) d’une maladie virale « naturelle » (cf. point 4).

Mourir de la Covid est certes un drame pour les proches, mais cette mort est « naturelle » (pour autant qu’on croie le virus de la Covid-19 naturel). Par contre, mourir à cause d’un vaccin qu’on a forcé le médecin à administrer ou le malade à accepter contre sa volonté, sa conscience dûment éclairée ou son intime conviction est tout simplement un sacrilège, une atteinte inacceptable aux valeurs fondamentales (sacrées) de l’homme. C’est là que moi personnellement je décide d’entrer en résistance et de donner raison à tous ces citoyens anonymes et soignants de plus en plus en plus nombreux qui, se fondant sur leur profonde intuition (l’intime conviction), s’opposent aux directives des autorités. L’attitude de ces autorités politiques et sanitaires est aujourd’hui inacceptable du point de vue de l’éthique médicale. En dépossédant les médecins de leur fonction spécifique, elles se rendent en réalité complices de ce que certains appellent un « crime contre l’humanité ».

Du caractère « naturel » du virus de la Covid-19

Toutes ces « révélations » génèrent chez moi une profonde colère, mais celles qui, dans cette vidéo, m’ont personnellement le plus effrayé sont d’ordre scientifique et pas médical. Elles concernent la protéine spike, l’acteur majeur de cette pandémie et la cible visée par les vaccins. J’ignorais, avant la lecture de cette vidéo, que cette protéine (les « épines » du virus) commune à tous les coronavirus est, dans le cas du SARS-Cov 2, une pure « chimère » c’est-à-dire le résultat de manipulations génétiques menées patiemment depuis 20 ans dans des laboratoires de virologie largement financés par le ministère de la Défense (!!!) des USA (laboratoire de Ralph Baric) puis « améliorés » par des virologues chinois dans l’institut de Wuhan (laboratoire de Shi Zhengli). Ces études portant sur le « gain de fonction » des virus visent à « améliorer » la virulence du virus pour la race humaine et sa capacité à pénétrer dans le cerveau. C’est donc indubitablement une arme biologique. Ces bricoleurs de virus ont en effet « inséré » dans la protéine spike du coronavirus de la chauve-souris (H4U4), totalement inoffensif pour l’homme, des fragments du virus du sida (insert de 590 acides aminés) et de celui de l’hépatite C ainsi qu’un court « insert » appelé PRRA constitué de 4 acides aminés (codés par 12 nucléotides) absents de toutes les autres souches naturelles de coronavirus et impossibles à attribuer à des mutations naturelles puisqu’il faudrait qu’apparaisse simultanément la mutation de 12 nucléotides successifs du génome.

De plus, en déformant la protéine, ces trois inserts ont créé à son extrémité un domaine dit de type « prion », c’est-à-dire semblable à l’agent de la vache folle. Et, de fait, on peut induire expérimentalement ce type de maladie (encéphalopathie spongiforme) chez les souris génétiquement modifiées (dites « humanisée ») après infection par le SARS-Cov-2. Le SARS-Cov-2 est donc, incontestablement à mon sens, un virus artificiel — une « chimère » — dont la création a « bypassé » tous les processus de sélection naturelle. Tous les gouvernements impliqués dans la mise au point de cette chimère (les USA, la Chine, mais aussi la France cofondatrice de l’institut de Wuhan) se sont empressés de nous faire passer ce virus pour une zoonose (le fameux pangolin) ou le résultat de mutations (naturelles). Mais une chimère n’est pas un mutant (naturel) et j’ai le sentiment que tout est fait « quelque part » pour que cette vérité embarrassante — mais cruciale dans le procès de la thèse du complotisme — soit tue.

De la vaccination obligatoire et généralisée

Nous devons prendre conscience, nous médecins cliniciens, que les vaccins actuels contre ce « monstre » de la biotechnologie forcent nos propres cellules à synthétiser en millions d’exemplaires cette protéine chimérique imaginée et créée de toutes pièces par des scientifiques irresponsables. Le simple principe de précaution devrait nous pousser à redoubler de vigilance vis-à-vis de ce vaccin doublement atypique (technologie à ARN messager/nanoparticules lipidiques et antigène spike artificiel), mais les médecins généralistes, témoins les plus concernés par la santé individuelle de leurs patients et source la plus fiable des éventuels effets secondaires ont été écartés des centres de décision gérés par les autorités politiques, sanitaires et scientifiques. Avec un an et demi de recul, nous disposons aujourd’hui de statistiques de mortalité, de létalité et du rapport bénéfice/risque des différents vaccins commercialisés. Nous avons le devoir de les analyser objectivement et, personnellement, ils me glacent d’effroi.

Alors que le risque de mourir est quasiment nul pour un Covid « naturel » entre 0 à 14 ans, il est non nul pour l’administration du vaccin. Or, cette seule réalité n’empêche pas les autorités de prévoir une vaccination obligatoire de tous les enfants.

Dans la tranche d’âge entre 15 et 44 ans, le rapport bénéfice-risque est à peu près égal à 1 (seuil maximal admissible), mais si on évalue ce même rapport chez les sujets sans « comorbidité » (c’est-à-dire la majorité de cette population), il grimpe à 3 (1,5 à 4,4), ce qui signifie qu’il est trois fois plus toxique qu’efficace. Un parent ou un patient dûment éclairé de ces chiffres refuserait très certainement le vaccin. Comme personne n’est en droit de prétendre remplacer la responsabilité parentale ou personnelle dans une telle situation, les « autorités » ont balayé ce droit et manipulé l’information au nom d’une « immunité collective » dont nous savons aujourd’hui qu’elle ne sera jamais réalisée par les vaccins puisqu’ils ne protègent ni des réinfections, ni de la contagiosité, ni des variants.

Il est plus que temps, me semble-t-il, messieurs les présidents des conseils de l’ordre et chers confrères cliniciens, d’ouvrir nos yeux à des réalités que les « autorités » impliquées jusqu’au cou dans une politique unilatérale ne peuvent pas regarder en face sans perdre la face. Nous avons maintenant un recul suffisant face à cette maladie nouvelle. Le corps médical — et en particulier les omnipraticiens, premiers acteurs responsables dans une pandémie, et les conseils de l’ordre, seuls remparts officiels de l’éthique médicale — peut-il continuer à se « soumettre à une autorité » qui nous a dépossédés de ce qui fait toute la valeur éthique de notre métier, sa « densité humaine ». Comme le rappelle à plusieurs reprises mon collègue Richard Fleming : « Qu’en est-il si ceux qui prétendent soigner le problème (les “autorités” politiques et scientifiques et l’industrie biotechnologique) sont aussi ceux qui l’ont créé ? »

Si, après avoir visionné en intégralité la vidéo du Dr Fleming et, si possible aussi, celle de Christine Cotton ou du Dr de Lorgeril (deux spécialistes français de la lecture critique des statistiques dans les études cliniques) vous continuez, chers confrères à accorder votre confiance au discours des « autorités », je crains fort que vous ne puissiez rétablir — quand la vérité sera enfin établie — la confiance de la population en une médecine qu’elle jugera, à juste titre, très sévèrement.

Tout le monde sait que la pandémie a créé en quelques mois une vague de décès (en rien comparable à celle la grippe espagnole ou de la peste), une secousse sans précédent de l’économie mondiale, mais aussi quelques heureux, les neuf nouveaux milliardaires de l’industrie du vaccin et des tests biologiques. À titre d’exemple, le patron de la firme Moderna — qui ne cache pas publiquement son rêve de créer une médecine préventive fondée sur la manipulation (le « piratage », dit-il même) du génome, le plus précieux trésor de chaque organisme vivant que la Nature a mis plusieurs milliards d’années à sélectionner. En apprenant que ses gains personnels en 2020 (4.3 milliards de $) ont été exemptés d’impôts (cadeau de l’État du Delaware), et placés dans des paradis fiscaux (cadeau de la Suisse qui abrite le siège social de sa société), j’ai peine à croire en la pureté des objectifs humanitaires de ce genre d’industrie. Il est très loin le temps où le Dr Sabin, inventeur du vaccin de la polio, avait fait don de son brevet aux enfants de l’humanité.

La seule façon, me semble-t-il, chers confrères — et mon exhorte s’adresse également à tous les soignants, parents et jeunes — de résister à la puissance de ces géants est, je pense, d’entrer massivement en « résistance » et d’unir les voix de plus en plus nombreuses de ceux qui devinent — sans souvent pouvoir le démontrer — que quelque chose de fondamental à l’homme est en train de pourrir dans notre société capitaliste et hyperlibérale. En tant qu’humain, médecin, père et grand-père soucieux du devenir des générations futures, il me semble que cette démarche relève du noble « devoir civique ».

Très confraternellement,

Jean Stevens, 82 140 Saint Antonin (France)

P.S. Au moment d’envoyer cette lettre, j’apprends la courageuse démission de l’ordre des médecins d’un médecin de Montpellier à qui ses « autorités sanitaires » avaient refusé qu’il publie des résultats (très inquiétants) concernant les effets secondaires graves dans 83 EPHAD. Il souligne au passage l’inquiétante augmentation des effets secondaires du vaccin Pfizer (+160 % en deux mois).


Notes

  1. « Event 2021 » par le Dr Richard Fleming, version doublée vocalement en français :
    https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/fleming-presentation ↩
  2. Terme que j’emprunte au doyen du barreau de Grenoble, Me Jean-Pierre Joseph
    https://www.francesoir.fr/opinions-entretiens/pass-sanitaire-ou-pass-suicidaire ↩
  3. Par exemple Christine Cotton, biostatisticienne forte de 23 ans d’expérience dans la lecture critique des essais cliniques
    https://www.francesoir.fr/videos-les-debriefings/debriefing-de-christine-cotton-expertise-des-resultats-des-essais-des-4 ↩

L’article Lettre ouverte aux présidents des conseils de l’Ordre et à tous mes confrères cliniciens est apparu en premier sur PLANETES360.

Témoignage d’un Belge refoulé de son propre pays !

Temps de lecture : 3 minutes Mon nom est Raphaële Van Renterghem, bien Belge d’origine, possédant une carte d’identité belge et un passeport belge, résidant toutefois

Le meilleur des mondes de Bill Gates et Big Telecom

Robert F. Kennedy, Jr. a écrit la semaine dernière au sujet de la police de Malibu qui avait verbalisé à Point Dume des surfeurs 1 000 dollars chacun pour avoir utilisé l’océan pendant le confinement. S’agissait-il simplement d’un raisonnement policier …

Séquence : Hafez Al Assad / Sadate et son projet de voyage à Jérusalem

Par : René Naba

https://www.madaniya.info/ publie à l’occasion du 48 ème anniversaire de la guerre d’Octobre 1973 un dossier en deux volets

  1. Le premier intitulé: Égypte-Syrie: Le président Hafez Al Assad a envisagé d’emprisonner Sadate dans le but de l’empêcher de quitter la capitale

Si on vous dit que les GAULOIS cèdent, n’y croyez pas… STOP PASS

PENSEZ-VOUS QUE LES FRANÇAIS SOIENT DUPES ?

À soumettre d’urgence aux députés LREM, MODEM et AGIR tentés de voter le projet de loi ce mardi 19 ! Qu’ils pensent à nos Libertés et prosaïquement à leur réélection ![1]

Comme …

L’œuvre positive de la vénérable nation algérienne pour la France

«Quand il s’agit de la dignité humaine, nous ne pouvons pas faire de compromis.» (Angela Merkel)

Dans un entretien avec des jeunes immigrés, le Président Macron, bafouant toutes les règles et la courtoisie diplomatiques, s’est permis de porter atteinte à …

Le mur des sourds se fissure

EDITO - Les effets secondaires des vaccins, on n’en parle pas sur les médias "mainstream", ou alors c’est pour mentionner qu’il n’y a pas de relation de causalité avec les vaccins.  L’imputabilité n’étant pas démontrée, il est donc demandé de ne pas faire d’amalgame. Pourtant, certains médias... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Pixabay / FS - Le mur des sourds se fissure

Castex rencontre le pape, en pleine tempête pour l'Eglise de France

Le Premier ministre Jean Castex a été reçu lundi matin au Vatican par le pape François, avec qui il a évoqué l'épineuse "conciliation" entre la dénonciation de faits criminels et le "secret de la confession" après les révélations retentissantes sur les abus sexuels dans l'Église catholique en... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © VATICAN MEDIA / VATICAN MEDIA/AFP - Castex rencontre le pape, en pleine tempête pour l'Eglise de France

Au début du procès en appel, le gendre d'Hélène Pastor crie au "complot"

"Je n'ai rien fait": à l'ouverture lundi de son procès en appel à Aix-en-Provence, le gendre d'Hélène Pastor, condamné en première instance à la prison à vie pour avoir commandité l'assassinat de la milliardaire monégasque, a crié "au complot". "Je ne suis pas coupable, je suis innocent, je n'ai... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © Nicolas TUCAT / AFP - Au début du procès en appel, le gendre d'Hélène Pastor crie au "complot"

Sondages de l'Elysée: le procès d'ex-proches de Sarkozy débute avec des questions de procédure

Le procès de cinq anciens proches de Nicolas Sarkozy, dont l'ex-secrétaire général de la présidence Claude Guéant, s'est ouvert lundi à Paris dans l'affaire des "sondages de l'Elysée" en l'absence de l'ancien chef de l'Etat, couvert en l'espèce par son immunité présidentielle. Près d'une décennie... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © Benoit PEYRUCQ / AFP - Sondages de l'Elysée: le procès d'ex-proches de Sarkozy débute avec des questions de procédure

"Nécessaire souveraineté", de Coralie Delaume : "pour que l’Union européenne disparaisse"

CRITIQUE — Récemment, un proche me demandait quelles étaient, en France, les voix féminines souverainistes qui portaient actuellement. Le premier nom (et avouons-le : le seul) qui m’est venu est celui de Coralie Delaume. Hélas, celle-ci n’est plus, elle a quitté précipitamment ce monde en décembre... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Michalon - "Nécessaire souveraineté", de Coralie Delaume : "pour que l’Union européenne disparaisse"

Vaccins Covid-19 : tout ce que je sais, c’est que personne ne sait rien

Les vaccins Covid-19 sont actuellement le centre de discussions opposant la « doxa» - pensée unique  dont le leitmotiv est le « tous vaccinés » - et les réfractaires qui ont une interprétation divergente. Après des mois de discours sur l’efficacité, l’immunité, la tolérance des vaccins Covid-19,... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Pixabay / FS - Vaccins Covid-19 : tout ce que je sais, c’est que personne ne sait rien

Guadeloupe: une adolescente condamnée à 14 ans de prison pour l'assassinat de sa mère

Une adolescente de 16 ans a été condamnée samedi soir à Pointe-à-Pitre à 14 ans de prison pour l’assassinat de sa mère en juillet 2020 à Baie-Mahault, a-t-on appris dimanche du parquet de Pointe-à-Pitre, confirmant une information de médias locaux. A l’issue d’un procès de quatre jours à huis clos... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © GERARD JULIEN / AFP/Archives - Guadeloupe: une adolescente condamnée à 14 ans de prison pour l'assassinat de sa mère

Banque, fiscalité, et crime contre l'humanité

Par : Jeand
L'impôt doit être accompagné de belles justifications, de grandes œuvres de redistribution sociales humanistes. Bien présenté c'est une manne de premier plan, car ceux sur lesquels il portent y adhèrent. Nous vivons une époque dans laquelle le fait social, économique ou politique n'a pas d'autre cause que lui même à en croire les médias de l'oligarchie. Au temps superficiel du grand supermarché, comprendre (prendre ensemble) est laissé aux chercheurs (...) - Tribune Libre

Les grands enfants...

Par : rosemar
On les voit déambuler dans les rues avec leur "tétouille" à la main, le vapoteur devenu comme un objet fétiche, indispensable à leur survie... Des nuées de fumées les auréolent, et ils n'hésitent pas à enfumer toux ceux qu'ils rencontrent sur leur chemin... Impossible pour eux de se passer de leur "tétouille", ils en usent même en marchant dans la rue. Voici les nouveaux "adultes", élevés comme des enfants-rois... On les voit encore circuler en (...) - Tribune Libre

Pourquoi Coca-Cola transporte ses boissons sur des vraquiers, conçus pour le charbon ?

Par : FranceSoir
Face à l'explosion des prix du transport maritime, certaines entreprises font des choix radicaux : Coca-Cola vient par exemple de décider de transporter ses boissons sur des vraquiers, des cargos pensés pour le transport des minerais ou du charbon. Ce qui n'est pas sans poser des problèmes... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Alf van Beem / Pixabay - Pourquoi Coca-Cola transporte ses boissons sur des vraquiers, conçus pour le charbon ?

Hausse des prix du gaz et de l’électricité : les fournisseurs alternatifs ne peuvent plus suivre

Par : FranceSoir
Les prix du gaz ne font qu’augmenter depuis plusieurs mois. Les prix de l’électricité n’échapperont pas à une augmentation en février prochain. Face à ces hausses sans précédent, les fournisseurs alternatifs d’électricité et de gaz ne peuvent plus suivre. Deux solutions se profilent pour eux... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Pixabay - Hausse des prix du gaz et de l’électricité : les fournisseurs alternatifs ne peuvent plus suivre

Général Diamantidis : OTAN, "stopper ce train fou avant qu'il ne soit trop tard" ? Première partie

Par : FranceSoir
Général de brigade aérienne, ancien pilote de chasse, le général Diamantidis a été chargé à partir des années 1990 de missions internationales parmi les plus sensibles, traitant en particulier de l'ex-Yougoslavie et surtout, de l'Iraq. Il a ainsi été acteur et témoin direct d'évènements... - Lire la suite sur FranceSoir.fr FS - Général Diamantidis : OTAN, "stopper ce train fou avant qu'il ne soit trop tard" ? Première partie

Cause première et évolution de la pauvreté dans le monde

Les pensées et idéologies les mieux intentionnées et la compassion qu'elles véhiculent se soucient trop peu des causes profondes des maux qu'elles prétendent combattre, oubliant, négligeant, voire niant, les mécanismes démographiques structurant la pyramide sociale en multipliant les pauvres à une cadence qui est moyennement 6 fois celle des riches. Il n'est donc pas inutile d'en présenter ci-après une autre idée, dénuée tout autant de ces croyances que de ces savants (...) - Tribune Libre

Laboratoires pharmaceutiques, psychiatrie et oligarchie apatride mondiale, le cocktail mortifère

TRIBUNE - 28 septembre 2021 : Emmanuel Macron a reçu un œuf sur l'épaule. Immédiatement, le lanceur a été placé en garde à vue, puis interné en hôpital psychiatrique. Depuis, il y est toujours. Ça ne rigole pas dans notre beau pays. Un lancer d'œuf peut vous conduire direct en HP. Et là, vous n'... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Pixabay / FS - Laboratoires pharmaceutiques, psychiatrie et oligarchie apatride mondiale, le cocktail mortifère

Les primaires sont-elles réellement un plus pour la démocratie ?

En France, « primaires ouvertes » ou « primaires fermées » se sont imposées depuis 1995 comme nouvel usage pour la désignation d'un(e) candidat(e) à l'élection présidentielle. Malgré les toilettages successifs de la Constitution, cette disposition n'y figure pas. Mais est-ce réellement un plus pour la démocratie ?

- Tribune Libre

Les États-Unis Pourraient Enfin être Prêts à Faire Marche Arrière pour Éviter une Troisième Guerre Mondiale !

Par : Thomas

par Eric Zuesse.

Ou peut-être que cela ira dans la direction opposée, vers la perdition de toute l’humanité.

Récemment, les tensions ont augmenté entre, d’une part, l’Amérique et, d’autre part, la Russie et la Chine. Une guerre nucléaire incluant les États-Unis détruirait le monde entier, car elle ne serait pas seulement nucléaire, mais nucléaire de grande puissance, ce qui impliquerait un si grand nombre d’explosions nucléaires (peut-être toutes en moins d’une heure), que l’hiver nucléaire s’étendrait non seulement à tout l’hémisphère nord, mais probablement aussi à tout l’hémisphère sud (bien que plus lentement). Malheureusement, aucune étude scientifique n’a été publiée pour analyser le résultat d’une telle guerre, mais des études ont été publiées sur les conséquences probables de guerres nucléaires entre petites puissances, et les résultats ont indiqué des conséquences presque aussi catastrophiques que celles que j’ai sommairement indiquées ici pour une guerre nucléaire entre grandes puissances.

L’événement public culminant montrant qu’un recul des États-Unis a eu lieu serait l’acceptation par Biden de la ligne rouge de Poutine (qui, si elle est franchie, précipiterait une attaque russe contre les États-Unis). Les États-Unis se seraient engagés à ne jamais franchir cette ligne, et ce recul consisterait en un accord mutuellement accepté et appliqué concernant l’Ukraine et ses deux régions séparatistes (le Donbass, actuellement indépendant, et la Crimée russe). Dans le cas de la Chine, Biden devrait également accepter la ligne rouge de Xi, qui consisterait à accepter publiquement l’accord américano-chinois du 28 février 1972, appelé « Communiqué de Shanghai« , dans lequel le gouvernement des États-Unis a convenu avec la Chine de la promesse et de l’engagement suivants : « Les États-Unis reconnaissent que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taïwan soutiennent qu’il n’y a qu’une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement des États-Unis ne conteste pas cette position. Il réaffirme son intérêt pour un règlement pacifique de la question de Taïwan par les Chinois eux-mêmes ». Toutefois, il faudrait également ajouter au communiqué de Shanghai un addendum stipulant que si le gouvernement de Taïwan refuse de reconnaître publiquement et officiellement qu’il fait partie de la Chine – qu’il n’est plus une colonie du Japon, comme il l’a été entre 1895 et 1945 (et qu’il a été une province de la Chine entre 1683 et 1895), et qu’il n’est pas non plus une nation distincte (c’est-à-dire indépendante) – les États-Unis ne s’opposeront pas à une restauration imposée militairement de Taïwan en tant que province chinoise.

« Si cela vous semble fou, sachez que la Première Guerre mondiale a également commencé comme une folie, et que les populations des différents pays en guerre ont été tenues dans l’ignorance de tout, sauf de la propagande. Les populations croient massivement la propagande, même s’il a été démontré par la suite qu’elle était basée sur des mensonges ».

Le communiqué de Shanghai va cependant beaucoup plus loin que cela, engageant le gouvernement américain à ne jamais faire certaines des choses que, au cours de la dernière décennie, le gouvernement américain a faites de manière de plus en plus éhontée ; et, ainsi, les trois engagements les plus cruciaux du communiqué de Shanghai concernant Taïwan seront spécifiquement cités ici (et l’un d’entre eux vient d’être cité mais sera cité à nouveau, dans le contexte des deux autres, afin que les lecteurs puissent constater plus clairement la manière éhontée dont le gouvernement américain a récemment violé le communiqué de Shanghai) :

« Les deux parties sont convenues que les pays, quel que soit leur système social, doivent conduire leurs relations sur la base des principes de respect de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de tous les États, de non-agression contre d’autres États, de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres États, d’égalité et d’avantages mutuels, et de coexistence pacifique ».

« Les deux parties sont d’avis qu’il serait contraire aux intérêts des peuples du monde qu’un grand pays s’entende avec un autre contre d’autres pays, ou que les grands pays divisent le monde en sphères d’intérêt ».

« La partie américaine a déclaré : Les États-Unis reconnaissent que tous les Chinois des deux côtés du détroit de Taïwan soutiennent qu’il n’y a qu’une seule Chine et que Taïwan fait partie de la Chine. Le gouvernement des États-Unis ne conteste pas cette position. Il réaffirme son intérêt pour un règlement pacifique de la question de Taïwan par les Chinois eux-mêmes. Dans cette perspective, il affirme l’objectif ultime du retrait de toutes les forces et installations militaires américaines de Taïwan ».

Si les États-Unis acceptent l’une ou l’autre de ces deux lignes rouges – celle de la Russie et/ou de la Chine – (c’est-à-dire s’ils acceptent de s’y soumettre et ne s’y opposent pas), cela reviendrait pour eux à faire marche arrière afin d’éviter une troisième guerre mondiale. En d’autres termes, cela témoignerait de la décision actuelle du gouvernement américain selon laquelle son principal objectif en matière de sécurité nationale n’est pas d’étendre son empire actuel, mais d’éviter une troisième guerre mondiale (éviter toute guerre des États-Unis contre la Russie ou la Chine).

Cela semble maintenant probable en ce qui concerne la ligne rouge de la Russie, comme l’a indiqué la chaîne russe RT News le 13 octobre, sous le titre « Le Kremlin affirme que les États-Unis et la Russie conviennent que l’Ukraine doit accorder au Donbass un statut autonome spécial ». Cela signifierait que M. Biden se conforme à la ligne rouge de Poutine concernant le Donbass. Le lendemain, RT titrait « Les relations tendues entre les États-Unis et la Russie pourraient bientôt s’améliorer, selon Moscou ». On y lit que, après avoir rencontré des responsables du Kremlin à Moscou, « Victoria [Nuland] a emporté avec elle à Washington une liste assez longue des problèmes identifiés par la partie russe pour la nécessité de les résoudre le plus rapidement possible ». Nuland est la reine des néoconservateurs (ou impérialistes américains, ou « super-hawks », ou « MIC darlings »), et avait été envoyée à Moscou afin de pousser aussi fort que possible pour obtenir des concessions de la Russie. Elle avait auparavant joué un rôle déterminant dans le coup d’État américain de 2014 contre l’Ukraine, qui a capturé l’Ukraine en vue d’une formation et d’une aide militaires, et d’une inclusion potentielle dans l’UE et dans l’OTAN – lequel coup d’État (qu’elle a principalement organisé) a en fait déclenché la restauration active actuelle de la Guerre froide entre les États-Unis et la Russie. C’est probablement la raison pour laquelle Biden l’a choisie pour cette mission. (C’est comme envoyer le tortionnaire d’une victime pour savoir ce dont la victime a besoin.) On ne sait pas si Biden décidera selon les recommandations de Victoria Nuland ou non. S’il le fait, il poursuivra le plan du président Obama (qu’elle avait conçu) visant à placer des missiles américains à la frontière entre l’Ukraine et la Russie, afin d’atteindre la « primauté nucléaire » : la capacité pour les États-Unis de détruire Moscou en moins de dix minutes – un délai trop court pour que la Russie puisse lancer des représailles. Cela indiquerait également que la Chine est elle aussi en grand danger ; cela l’avertirait qu’elle doit présumer du pire quant aux intentions du gouvernement américain.

Si les États-Unis n’obtempèrent pas, il est possible que la Russie et la Chine annoncent conjointement et publiquement que toute invasion contre l’un d’entre eux sera considérée comme une invasion contre les deux.

D’autre part, si Biden cède en ce qui concerne la Russie, la Chine sera également beaucoup plus en sécurité. En effet, s’il cède, il devra accepter non seulement que l’Ukraine doit se conformer aux accords de Minsk concernant le Donbass et que la Crimée (que le dirigeant de l’Union soviétique N. Kruschev avait arbitrairement transférée de la Russie à l’Ukraine en 1954) est une province de la Russie, mais aussi que Taïwan est une province de la Chine. (Si Biden devait se conformer à la demande de la Russie mais pas à celle de la Chine, son invasion ultérieure de la Chine serait presque certainement accueillie par les forces russes, et pas seulement par les forces chinoises, et l’Amérique connaîtrait donc probablement une nouvelle défaite – ou alors le monde entier, par le biais d’une guerre nucléaire entre superpuissances). S’il n’accepte pas au moins ces trois exigences (lignes rouges), il est peu probable, voire impossible, d’éviter la troisième guerre mondiale. Ce refus indiquerait que le gouvernement américain accorde une plus grande priorité à l’expansion de son empire qu’à la nécessité d’éviter une guerre nucléaire mondiale.

Ni la Russie ni la Chine n’accepteront de faire partie de l’empire américain. La question est maintenant de savoir si le gouvernement américain acceptera finalement ce fait. S’il le faisait, il violerait toute la politique internationale des États-Unis depuis la mort de FDR le 12 avril 1945. Ce serait un tournant dans l’histoire du monde – l’apogée de l’empire américain, qui a d’abord été imposé par Truman et Eisenhower (principalement par des coups d’État). Mais, de même, la poursuite par Biden de la politique d’Obama sur l’Ukraine, sous l’égide de Nuland, produirait également l’apogée, qui signifierait alors la troisième guerre mondiale (en fait, la fin de l’histoire de l’humanité). L’empire américain pourrait se terminer par l’acceptation par le gouvernement américain du fait que la situation se dégrade à partir de maintenant, et que l’empire s’éteint progressivement. Ou bien, il prendra fin avec la troisième guerre mondiale. C’est le choix qui se présente maintenant à Biden. Cette décision viendra probablement sous ce Président – et peut-être très bientôt.

Le 15 octobre, le très bien informé et extraordinairement honnête analyste des affaires diplomatiques géostratégiques, Alexander Mercouris, a titré « Le voyage de Nuland à Moscou se termine par un désaccord sur toutes les questions, la Russie envisage de geler ses relations avec les États-Unis », et il a fourni une description détaillée des résultats des négociations de Nuland la semaine dernière à Moscou avec le Kremlin (et des médias américains virtuels). Le peu de couverture médiatique américaine qu’il y a eu se moquait de la Russie et ne présentait rien de ce que les négociateurs russes avaient dit, mais seulement ce que les ennemis de la Russie disaient, comme « Apparemment, les misogynes de Moscou préfèrent ne pas traiter avec une femme du tout »). Le point de vue de Mercouris sur la question est que Biden va probablement continuer à faire ce que Nuland et d’autres néoconservateurs extrêmes contre la Russie veulent qu’on fasse. Si Mercouris a raison, alors nous sommes maintenant au bord de la troisième guerre mondiale. Mais on ne peut que supputer si cette guerre commencera contre la Russie ou contre la Chine.

Si cela vous semble fou, sachez que la Première Guerre mondiale a également commencé comme une folie, et que les opinions publiques des différents pays combattants ont été tenues dans l’ignorance de tout, sauf de la propagande. Les populations croient massivement la propagande, même s’il a été prouvé par la suite qu’elle était basée sur des mensonges. Par exemple, le présent rapport est soumis simultanément à pratiquement tous les médias des États-Unis et des pays alliés. Voyons combien d’entre eux le publieront. Après tout, il ne s’agit pas de propagande. Tout ce qu’il contient est documenté par les liens, qui renvoient tous à des sources extraordinairement pertinentes et fiables. La propagande ne fait pas cela. Mais peu de gens le remarquent. C’est ainsi que les impérialistes s’en sortent régulièrement avec des meurtres de masse, comme en Irak, en Syrie et en Ukraine.

source : https://www.greanvillepost.com

traduit par Avic pour Réseau International

Source : reseauinternational

L’article Les États-Unis Pourraient Enfin être Prêts à Faire Marche Arrière pour Éviter une Troisième Guerre Mondiale ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Covid-19 – L’Étau se Resserre pour les Non-Vaccinés ne Pouvant Pas se Payer les Tests pour une Visite à l’Hôpital…

Par : Thomas

par Candice Vacle.

Les personnes non-vaccinées contre le Covid-19 n’ayant pas les moyens de se payer un test Covid-19 (PCR, antigénique) pour avoir le QR-Code du pass-sanitaire ne peuvent plus, entre autres, depuis le 15 octobre 2021 visiter une mère, un grand-père ou un autre parent ou un proche dans une maison de retraite ou à l’hôpital1. En effet, « comme annoncé par le président de la République le 12 juillet dernier, la fin de la gratuité générale des tests de dépistage du Covid-19 a été mise en œuvre le 15 octobre 2021 » et « seuls les tests réalisés dans un but de dépistage [du Covid-19] seront désormais pris en charge par l’Assurance maladie », écrit le Ministère de la Santé dans un dossier de presse d’octobre 20212.

Il est donc devenu légal d’empêcher une catégorie de personnes (non-vaccinées et pauvres) qui aiment et se soucient de leurs proches de se rencontrer dans des lieux (maison de retraite ou hôpital) où les visités sont fragiles car vieux, malades ou mourants.

Le Conseil scientifique (qui conseille le gouvernement) justifie-t-il scientifiquement d’exiger un pass-sanitaire en maison de retraite ou à l’hôpital (sauf aux urgences) ?

« Le rôle du pass-sanitaire en tant que mesure favorisant la protection des individus est plus difficile à mettre en évidence. C’est encore un peu tôt pour une évaluation qualitative », écrit le Conseil scientifique Covid-19 dans un avis du 5 octobre 2021 (page 5)3. Donc, on empêche des pauvres non-vaccinés de visiter des proches vieux, malades ou mourants sans que le Conseil scientifique Covid-19 ne sache si le pass-sanitaire est une mesure protectrice des individus contre le Covid-19. Pour autant et pour d’autres raisons, le Conseil scientifique considère que « les autorités sanitaires doivent pouvoir continuer à recourir au pass-sanitaire si cela reste ou redevient nécessaire, en cas de dégradation sensible de la situation épidémiologique » (page 18)[3].

La France vit-elle actuellement une dangereuse épidémie de Covid-19 pouvant justifier d’exiger un pass-sanitaire en maison de retraite ou à l’hôpital (sauf en cas d’urgence) ?

En France, selon le site de worldometers.info, il y a eu 15 décès Covid-19 le 16 octobre 2021, 34 décès Covid-19 le 15 octobre 2021, 38 décès Covid-19 le 14 octobre 2021. Quand bien même il y aurait eu beaucoup de décès dus au Covid-19, est-ce concevable d’empêcher les malades et les personnes âgées d’être visités ? Le mal devient-il une banalité ?

Cela va-t-il durer ?

Le pass-sanitaire est autorisé depuis la loi du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire jusqu’au 15 novembre 2021. Un projet de loi « portant diverses dispositions de vigilance sanitaire » prévoit de prolonger le recours possible au pass-sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. Il sera examiné par les députés les 19 et 20 octobre 20214,5.

Candice Vacle

Source : reseauinternational

L’article Covid-19 – L’Étau se Resserre pour les Non-Vaccinés ne Pouvant Pas se Payer les Tests pour une Visite à l’Hôpital… est apparu en premier sur PLANETES360.

Qui Sème le Vent Récolte la Tempête… Les États-Unis Payent le Prix Fort pour leurs Mauvaises Décisions !

Par : Thomas

par Valentin Vasilescu.

Les États-Unis se sont retirés unilatéralement de plusieurs traités de limitation des armes nucléaires signés avec la Russie. C’était une grossière erreur.

Le Financial Times a publié un article affirmant qu’en août, la Chine avait testé une arme hypersonique similaire au missile hypersonique russe Avangard.

Le planeur spatial aurait été placé en orbite autour de la Terre avec une fusée Longue Marche. Il a ensuite freiné pour ré-entrer dans l’atmosphère et effectuer des manœuvres correctives pour atteindre la cible située dans le polygone de tir.

Le planeur spatial chinois peut atteindre une cible située n’importe où sur le globe. En raison de sa vitesse élevée, le temps de réaction lorsqu’il se trouve à portée des armes de défense AA est beaucoup trop court et la probabilité qu’il soit intercepté est proche de zéro.

Le bouclier antimissile américain est incapable de faire face à des missiles hypersoniques qui modifient leurs paramètres de trajectoire, c’est-à-dire qui manœuvrent. En plus d’être complètement démunis face à ces missiles hypersoniques, les États-Unis ne disposent pas encore de telles armes.

Chez les Américains et les Russes, en règle générale, les 3 ou 4 premiers essais d’armes nouvelles complexes sont des échecs. Les Chinois ont réussi leur test du premier coup. [NDT : Notons que la Corée du Nord vient d’annoncer qu’elle vient de réussir le test de lancement de son premier missile hypersonique.]

À ce stade, beaucoup de questions pourraient se poser, notamment celle-ci : y a-t-il un rapport entre la visite de Mme Nuland à Moscou et le test chinois ?

Valentin Vasilescu

traduit par Avic pour Réseau International

Source : reseauinternational

L’article Qui Sème le Vent Récolte la Tempête… Les États-Unis Payent le Prix Fort pour leurs Mauvaises Décisions ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Jusqu’à la dernière goutte | ARTE

Pourquoi l’UE incite-t-elle les pays d’Europe du Sud à privatiser les services de distribution et de recyclage de l’eau ? Enquête au coeur d’une guerre secrète dont dépend notre avenir.

Partout dans le monde, la privatisation de l’eau a échoué et nombreuses sont les villes, notamment en France et en Allemagne, qui ont préféré se réapproprier sa gestion. Pourtant, dans une Europe du Sud en crise, les opérateurs publics sont menacés de se la voir retirer. Pourquoi les élites bruxelloises incitent-elles ces pays à privatiser leurs services de distribution et de recyclage de l’eau ? Entre politiques d’austérité et lobbying auprès de l’Union européenne, les circuits de l’eau en Europe semblent s’accorder avec ceux du capital. Les citoyens, cependant, sont confrontés à une question cruciale, à laquelle les institutions européennes n’ont pas encore apporté de réponse claire : l’eau est-elle un produit commercial ou un bien commun ?

Débat de valeurs
Au travers d’une enquête approfondie dans six pays, ce film montre combien l’eau reflète le débat actuel sur les valeurs en Europe et fournit de précieux indices sur l’état de la démocratie au sein de l’Union. Il met au jour une guerre secrète menée par de grandes entreprises dont l’enjeu engage notre survie.

Documentaire de Yorgos Avgeropoulos (Grèce/France, 2017, 59mn)

Disponible jusqu’au 18/11/2021

L’article Jusqu’à la dernière goutte | ARTE est apparu en premier sur PLANETES360.

Israël s’Attend à être Visé par 2000 Roquettes/Jour en Cas de Conflit avec le Hezbollah !

Par : Thomas

Israël ne souhaite pas une guerre avec le Hezbollah libanais mais se prépare à recevoir un record de quelque 2000 roquettes par jour si un conflit armé éclatait entre les deux camps, a affirmé dimanche un haut responsable de l’armée à l’AFP.

Dans la foulée de manifestations musclées en mai à Jérusalem-Est, le mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, avait lancé des salves de roquettes vers les principales villes d’Israël, qui avait aussitôt répliqué, donnant lieu à 11 jours de guerre. Au total, environ 4400 roquettes ont été tirées vers le territoire israélien depuis l’enclave palestinienne, dépassant le rythme de la dernière guerre (2006) avec le Hezbollah, où un nombre similaire de roquettes avaient été lancées depuis le Liban mais sur une période d’un mois, selon l’armée israélienne.

Le bouclier antimissile israélien « Dôme de Fer », en service depuis environ une décennie, a intercepté la majeure partie des roquettes lancées en mai depuis Gaza, mais un peu moins de 300 d’entre elles se sont abattues dans des zones habitées en Israël.

Résultat, des villes comme la métropole Tel-Aviv ou Ashdod (sud) ont essuyé leur « plus grand nombre de tirs » depuis la création du pays, a déclaré lors d’un entretien avec l’AFP le général israélien Uri Gordin. « S’il y avait un conflit ou une guerre avec le Hezbollah, nous nous attendons à ce qu’il y ait au moins cinq fois plus de roquettes tirées chaque jour du Liban vers Israël. Cela ferait entre 1500 et 2500 roquettes », a ajouté ce haut gradé, à la tête du « Home Front Command » (« Commandement du Front intérieur », NDLR).

Mise sur pied en 1992, après la première guerre du Golfe, cette branche de l’armée israélienne est en charge de la défense civile, c’est-à-dire qu’elle est responsable de préparer le pays en cas de menaces, conflit ou désastres.

En 2006, le Commandement du Front intérieur avait été critiqué pour sa réponse lors de la guerre avec le Hezbollah libanais, qui avait fait plus de 1200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, en majorité des militaires. Cette guerre a servi de « signal d’alarme » au Commandement du Front intérieur qui a depuis renforcé ses unités de liaisons, déployées aujourd’hui dans les 250 municipalités israéliennes afin de fournir des secours en cas d’attaques, souligne M. Gordin, assis dans la salle de contrôle du QG de cette branche basée à Ramla, près de Tel-Aviv.

source : https://assawra.blogspot.com

Source : reseauinternational

L’article Israël s’Attend à être Visé par 2000 Roquettes/Jour en Cas de Conflit avec le Hezbollah ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Massacre en Indonésie : La Guerre de Propagande Secrète de la Grande-Bretagne !

Par : Thomas

par Dr Paul Lashmar, Nicholas Gilby, James Oliver.

Des documents déclassifiés révèlent comment, en 1965, un service clandestin du Foreign Office [Ministère des Affaires étrangères – NdT] a incité à des massacres anticommunistes qui ont fait des centaines de milliers de morts [entre 500 000 et 3 000 000 selon les estimations – NdT].

Au début de l’année 1965, Ed Wynne, un fonctionnaire du Foreign Office de Londres âgé d’une quarantaine d’années, se présente à la porte d’une villa de deux étages située dans le calme discret d’un lotissement chic du Singapour colonial.

Mais Wynne n’est pas un fonctionnaire ordinaire. Spécialiste de la propagande de Guerre froide du Foreign Office, l’Information Research Department (IRD), il est chargé de diriger une petite équipe. Un fonctionnaire junior, quatre personnes locales et deux « dames de l’IRD », détachées de Londres, se joignent à lui.

L’arrivée de Wynne et de ses collègues dans le cul-de-sac de Winchester Road marque le début de ce qui sera plus tard considéré, par ceux qui l’ont mené, comme l’une des opérations de propagande les plus réussies de l’histoire britannique d’après-guerre. Une opération top secrète qui a aidé à renverser le dirigeant du quatrième pays le plus peuplé du monde et contribué au meurtre en masse de plus d’un demi-million de ses citoyens.

La preuve du rôle de la Grande-Bretagne dans l’incitation à ce que la CIA a décrit plus tard comme « l’un des pires meurtres de masse du XXe siècle » se trouve dans une autre banlieue verdoyante. Dans des documents déclassifiés du Foreign Office – conservés bien au-delà de la règle des 20 ans – à Kew, à Londres.

Les Archives nationales britanniques ont récemment publié des pamphlets censés être écrits par des patriotes indonésiens, mais en fait rédigés par des propagandistes britanniques, appelant les Indonésiens à éliminer le PKI, qui était alors le plus grand parti communiste du monde non communiste.

Le résultat de cette agitation a été une dictature militaire brutale et corrompue de 32 ans dont l’héritage façonne l’Indonésie jusqu’à ce jour.

Deux ans auparavant, en réponse aux plans britanniques visant à créer un État indépendant de Malaisie à partir de ses possessions coloniales, le président indonésien de gauche Sukarno a lancé la « Konfrontasi », ou Confrontation, une guerre non déclarée qui comprenait des incursions militaires au-delà de la frontière de la Malaisie orientale. Sukarno, comme de nombreux Indonésiens, y compris le PKI, estimait que la création d’une fédération malaise était une ingérence régionale injustifiée des Britanniques pour maintenir leur domination coloniale.

Les Britanniques ont été contraints de consacrer d’énormes ressources militaires et de renseignement pour aider la Malaisie émergente à contrer ces intrusions de la Konfrontasi.

La politique britannique consistait à mettre un terme au conflit. Mais les objectifs du Royaume-Uni ne s’arrêtent pas là.

Comme ses alliés américains et australiens, la Grande-Bretagne craignait une Indonésie communiste. Le PKI comptait trois millions de membres et était proche de la Chine de Mao. À Washington, la chute du « domino » Indonésien dans le camp communiste était considérée comme une plus grande menace que la perte potentielle du Vietnam.

Le nationalisme non aligné de Sukarno, son anticolonialisme et ses liens croissants avec la Chine étaient de plus en plus considérés comme une menace, qui serait atténuée si le président et son ministre des Affaires étrangères Subandrio étaient démis de leurs fonctions et si l’influence du PKI en Indonésie diminuait – le plus vraisemblablement par les actions de l’armée indonésienne largement anticommuniste.

Au milieu de l’année 1965, l’occasion se présenta. Un groupe secret de gauche, appelé plus tard le « mouvement du 30 septembre », s’est coalisé en Indonésie, convaincu, à juste titre, que l’armée prévoyait de renverser Sukarno et d’éliminer le PKI.

Dans la nuit du 30 septembre, des officiers de gauche associés au mouvement, sous le commandement du lieutenant-colonel Untung de la garde présidentielle, soutenus par une poignée de bataillons, ont tenté une attaque préventive contre le haut commandement de l’armée.

Ils tentèrent de s’emparer de sept des plus hauts généraux de l’armée indonésienne. Trois d’entre eux, dont le commandant de l’armée, furent tués. Trois autres ont été assassinés sur la base aérienne indonésienne où ils avaient été emmenés. Les corps des généraux assassinés furent jetés dans un puits.

Le ministre de la Défense, le général Nasution, a réussi à s’échapper. Sa fille de six ans et son assistant furent assassinés.

Mais au soir du 1er octobre, le commandant de la principale unité de combat de l’armée, le général Suharto, prit le commandement de l’armée et organisa une contre-attaque qui, en trois jours, neutralisa complètement la rébellion mal organisée.

Si l’on pense aujourd’hui que le président du PKI et ses agents furent impliqués dans la tentative de coup d’État, il n’existe aucune preuve crédible que Sukarno en avait été informé à l’avance, ou que le PKI en tant qu’organisation ou ses membres en étaient responsables.

Mais l’effusion de sang ne s’est pas arrêtée là. Suharto, nommé commandant suprême de l’armée le 14 octobre, se servit de la rébellion pour saper et finalement renverser Sukarno, et comme ce que l’historien John Roosa a appelé un « prétexte pour un meurtre de masse » : l’élimination du PKI dans une série de massacres à travers l’Indonésie qui firent des centaines de milliers de morts.

Le Foreign Office a toujours nié que la Grande-Bretagne était impliquée dans la violence qui s’est ensuite déchaînée sur les communistes présumés. Mais ces révélations montrent que les agences de renseignement et les spécialistes de la propagande britanniques étaient complices, menant des opérations secrètes pour saper le régime de Sukarno et éliminer le PKI en le rendant responsable du coup d’État d’Untung.

Le « stiletto » de la propagande britannique était manié par Ed Wynne, le spécialiste envoyé à Singapour par l’IRD du Foreign Office. L’IRD avait été créé par le gouvernement travailliste de 1945 pour contrer les attaques de propagande soviétique contre la Grande-Bretagne et produire son propre matériel anticommuniste. Il était étroitement lié au MI6 et ses activités reflétaient les opérations de propagande de la Guerre froide de la CIA.

L’Unité de surveillance de l’Asie du Sud-Est, ou Seamu, au nom insipide, a été créée à la suggestion de l’ambassadeur britannique en Indonésie, Sir Andrew Gilchrist, dont l’ambassade à Jakarta avait été incendiée par des manifestants du PKI en 1963.

Bien que des mesures tactiques limitées de « guerre psychologique » contre les troupes indonésiennes aient été mises en place, en 1964, des idées furent « étudiées » pour saper « le régime Sukarno/Subandrio » et mettre ainsi fin à la confrontation – Subandrio était le ministre des Affaires étrangères de Sukarno. Ce que Gilchrist voulait et ce qui est devenu la mission de l’unité était la production de propagande noire, apparemment produite par des émigrés indonésiens patriotes à l’étranger, pour inciter les anticommunistes indonésiens à agir.

Les cibles influentes d’un bulletin de propagande, selon un rapport déclassifié de Wynne, incluraient finalement « autant de personnalités dans la hiérarchie du gouvernement, de l’armée et de la fonction publique que nous pouvons trouver ».

Pour dissimuler l’origine britannique du bulletin, celui-ci était expédié en Indonésie via des villes asiatiques, dont Hong Kong, Tokyo et Manille.

En l’espace d’un an, 28 000 exemplaires de la lettre d’information, rédigée en indonésien et intitulée Kenjataan2 (Faits 2), furent envoyés et, selon Wynne, parvinrent au ministre de la Défense, « à d’autres généraux, aux journaux de droite et même au président Sukarno lui-même ».

À la fin du mois de septembre 1965, l’opération de Wynne « bat son plein » et est prête à tirer pleinement parti du coup d’État manqué d’Untung.

C’était le moment que les Britanniques attendaient. Comme l’a fait remarquer un fonctionnaire du Foreign Office : « Un coup d’État prématuré du PKI pourrait être la solution la plus utile pour l’Ouest – à condition que qu’il échoue ».

L’unité s’est mise en action avec des émissions de radio et la production d’un numéro spécial du bulletin d’information, finalement divulgué à Kew plus de 66 ans après les événements qu’il était censé influencer.

Il commence par un rappel à la modération, mais c’est un virulent appel aux armes destiné à enflammer et à encourager la destruction du PKI.

Portant des lances en bambou et des hachettes, un groupe de nationalistes indonésiens accompagne une patrouille de l’armée indonésienne à la recherche de sympathisants communistes. Photo : Archives Bettmann

« Non, nous n’appelons pas à la violence », écrivent les propagandistes de l’IRD, « mais nous exigeons au nom de tous les patriotes que ce cancer communiste soit coupé du corps de l’État ». Le PKI « est maintenant un serpent blessé : Il est temps de le tuer avant qu’il n’ait une chance de se rétablir ».

Et la lettre d’information incendiaire de l’IRD fut envoyée au moment clé où le succès de la candidature de Suharto au pouvoir et les opérations de l’armée contre le PKI étaient indécis.

Des recherches historiques détaillées ont permis d’établir que les massacres de membres du PKI et de leurs partisans présumés semblent avoir été déclenchés par des commandants locaux de l’armée ou par l’arrivée des forces spéciales de l’armée, environ trois semaines après que Suharto eut mis fin au coup d’État raté.

Pendant cette période, les médias indonésiens ont diffusé une propagande noire contre le PKI et ses atrocités présumées, tandis que l’armée attisait la colère populaire contre les communistes et légitimait ce que Roosa a décrit comme ses « actions déjà planifiées contre le PKI et le président Sukarno ».

Le « numéro spécial » et les autres bulletins incendiaires de la série furent envoyés à environ 1500 destinataires. Un rapport de la Seamu signala aux services de renseignements que les lecteurs « ont été influencés dans le sens voulu ».

Les lettres d’information étaient approuvées par l’IRD à Londres avant d’être envoyées. Les exemplaires envoyés aux hauts fonctionnaires du Foreign Office étaient détruits après lecture, à la demande de l’IRD.

À l’époque, Tari Lang vivait en Indonésie avec son père et sa mère, la défunte militante des droits de l’homme, Carmel Budiardjo, qui travaillait alors comme traductrice et analyste économique.

« Tous ceux qui étaient de gauche étaient ramassés. Ils étaient très méthodiques. Ils visaient tous les groupes de gauche et pas seulement le PKI. Les gens restaient entre eux et ne parlaient qu’en chuchotant ».

Les parents de Tari furent emprisonnés, sa mère libérée trois ans plus tard avec l’aide du Foreign Office.

Alors que les massacres progressaient à l’automne 1965, l’unité de l’IRD à Singapour rassura ses lecteurs quant à la nécessité du massacre.

Dans le Newsletter 21, ils écrivent : « Si nous ne maintenons pas une campagne vigoureuse pour éradiquer le communisme… la menace rouge nous enveloppera à nouveau ».

C’était une question de vie ou de mort. « Nous nous battons pour nos vies et l’existence même de l’Indonésie et nous ne devons jamais l’oublier. LES CHATS ATTENDENT DE BONDIR ! »

Dans Newsletter 23, les propagandistes de Winchester Road félicitent « les services de combat et la police » pour avoir « fait un excellent travail ». Sukarno, qui tentait alors de contenir les généraux, avait tort : « Le communisme doit être aboli sous toutes ses formes. Le travail commencé par l’armée doit être poursuivi et intensifié ». Les auteurs terminent en assimilant le PKI à Hitler et à Gengis Khan.

La tentative de coup d’État et ses conséquences coïncidèrent avec l’arrivée à Singapour de l’un des principaux propagandistes du Foreign Office. Gilchrist pensait que l’effort de propagande croissant de la Grande-Bretagne n’était pas suffisant. Il demanda l’envoi de Norman Reddaway en tant que « coordinateur de la guerre politique » contre l’Indonésie, avec le soutien du chef d’État-Major de la défense, Lord Louis Mountbatten.

Reddaway avait servi dans l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale avant de rejoindre le Foreign Office et de jouer un rôle clé dans la création de l’IRD. Après le coup d’État manqué de l’Untung, il arriva pour prendre en charge l’opération britannique. Son mandat était simple. Dans une interview accordée en 1996 à deux des auteurs, il déclara que le Foreign Office lui avait accordé un budget de 100 000 £ et qu’on lui avait dit « de faire tout ce que je pouvais pour me débarrasser de Sukarno ». Ce n’est que maintenant que nous savons ce que « tout » voulait dire.

Une évaluation secrète des opérations de l’IRD par Reddaway, écrite au chef de l’IRD en juillet 1966, après que Sukarno ait été effectivement écarté du pouvoir, se trouve aux Archives nationales. Reddaway affirmait que ses briefings anonymes à la presse étaient efficaces pour faire bouger l’opinion mondiale et que l’opération de propagande avait été un grand succès.

« La machine à informations était notre matraque : le bulletin d’information et nos opérations peu orthodoxes notre stiletto », a-t-il déclaré.

Dans un autre document publié, il indique que l’IRD et les généraux « chantaient en chœur ».

L’ancien fonctionnaire du Foreign Office, Derek Tonkin, qui était le responsable de l’Indonésie à Londres de 1963 à 1966, a déclaré le mois dernier qu’il n’avait pas vu les bulletins de propagande car il était trop jeune, mais que dans les premiers jours qui ont suivi la tentative de coup d’État du 30 septembre, personne n’aurait pu prévoir le bain de sang qui allait s’ensuivre.

Mais, admet-il, « il ne sera peut-être pas facile d’échapper à l’accusation selon laquelle la Grande-Bretagne a initialement contribué, dans une certaine mesure, à la disparition du PKI d’une manière qui allait se révéler épouvantable ».

Quant à Reddaway, selon Tonkin, « il était un peu un électron libre et, comme beaucoup de propagandistes, il était peut-être trop engagé dans son mandat ». Reddaway et son équipe étaient « feraient leur propre loi, chose que le FO savait lorsqu’il fut nommé ».

Dans les interviews de 1996, Reddaway se vante d’avoir manipulé les médias britanniques et internationaux pour qu’ils adoptent une ligne anti-Sukarno et anti-PKI, mais il insiste sur le fait que l’IRD ne transmettait que des faits réels et n’utilisait pas de propagande noire.

Comme toujours avec l’IRD, Reddaway ne livre qu’une vérité partielle. Selon un mémo qu’il avait écrit : « Le matraquage a été étonnamment efficace car nous avons pu […] fournir aux publicistes des informations qu’ils ne pouvaient pas trouver auprès d’autres sources en raison de la censure de Sukarno ».

Reddaway avait identifié les destinataires les plus utiles de sa production comme étant les agences de presse, « moins pointilleuses sur leur tarif et plus anonymes », et les hommes de radio : le World Service et le Service indonésien de la BBC en particulier. L’une des principales sources de Reddaway était, naturellement, l’ambassadeur britannique à Jakarta, Gilchrist, avec qui il faisait des points hebdomadaires pendant toute cette période.

En juillet 1966, dans une lettre à Gilchrist, Reddaway se réjouit que ce soit « la première fois dans l’histoire qu’un ambassadeur ait pu s’adresser à la population de son pays de travail presque à volonté et pratiquement instantanément ».

Pour alimenter l’opération, Reddaway eut recours également au renseignement électromagnétique, ou Sigint.

Il était en excellente position pour le faire. Singapour était l’emplacement d’un site de surveillance du GCHQ.

Selon le Dr Duncan Campbell, journaliste d’investigation et expert du GCHQ, le site de surveillance de l’organisation à Singapour, RAF Chia Keng, était caché derrière et à l’intérieur d’une plus grande station de communication de la RAF sur Yio Chu Kang Road, dans l’est de Singapour, aujourd’hui un lotissement. Les « bungalows » d’écoute de haute sécurité du GCHQ étaient dotés de fenêtres opaques en briques de verre qui cachaient une cinquantaine d’employés civils à chaque poste. La base était parfaitement située pour obtenir rapidement des rapports complets et directs sur les développements en Indonésie. Selon Campbell, « le GCHQ pouvait casser et lire les codes indonésiens sans difficulté. Le gouvernement faisait partie des nombreux pays du tiers monde qui utilisaient des équipements fournis par la société Crypto AG, basée en Suisse. Pendant plus de 50 ans, Crypto AG a fourni des machines à chiffrer secrètement sabotées, avec des portes dérobées intégrées dont la CIA et le GCHQ avaient les clés ».

Un mémorandum révélateur, daté du 30 octobre 1965, adressé par Reddaway à Brian Tovey, futur directeur du GCHQ, alors en poste à Singapour, met en évidence la contribution que pouvait apporter Sigint. Reddaway déclare à son collègue que les documents du GCHQ peuvent « aider les généraux à persécuter plus efficacement le PKI ».

Les bulletins d’informaation constituaient l’essentiel du travail d’Ed Wynne et de ses collègues de Winchester Road. L’un des thèmes principaux était d’encourager leurs lecteurs influents à soutenir la campagne de l’armée contre les communistes. Ils exhortaient les patriotes indonésiens : « Le PKI et tout ce qu’il représente doit être éliminé à jamais ».

Nous savons maintenant que pour ce faire, ils ont inclus des mensonges sensationnels. Le 5 novembre, le Jakarta Daily Mail, un journal pro-militaire, a affirmé que le jour du coup d’État d’Untung, 100 femmes de l’organisation féminine Gerwani du PKI avaient torturé l’un des généraux en utilisant des lames de rasoir et des couteaux pour lui entailler les parties génitales avant de l’abattre.

L’histoire de la torture et de la mutilation des généraux par les femmes Gerwani est devenue un élément du mythe fondateur du régime de Suharto, utilisé pour justifier la destruction du PKI. Il s’agissait également, selon Roosa, d’un prétexte au meurtre. Un mensonge propagé par l’armée indonésienne, régurgité et reconverti pour inciter les lecteurs influents de l’IRD.

L’histoire de la propagande de l’armée a été recyclée en Indonésie en janvier 1966 dans Newsletter 23 avec un rapport sur les allégations de deux membres du PKI interrogés par l’armée. L’une d’elles liait Subandrio, le ministre des Affaires étrangères de Sukarno, à la construction d’une « salle de torture » destinée aux prisonniers du PKI, l’autre, se référant au Jakarta Daily Mail, à une membre de l’organisation féminine du PKI, la Gerwani, « l’une de celles qui ont été « honorées » de la tâche de mutiler les généraux ».

La police armée de Jakarta surveille les membres d’un groupe de jeunes communistes arrêtés dans le cadre du coup d’État avorté contre le président Sukarno, octobre 1965. Photo : Bettmann/Bettmann Archive

La jeune fille de 15 ans aurait déclaré : « Notre chef de peloton nous a ordonné de battre le prisonnier, puis de lui couper les parties intimes avec les petits couteaux ».

Tari Lang, la fille de Carmel Budiardjo, avait également 15 ans à l’époque.

« Ces bulletins d’information sont horribles. Si vous ne m’aviez pas dit qui les avait écrites, j’aurais pensé que c’était des Indonésiens. C’est tout à fait incroyable qu’ils aient fait ça ».

« Il y avait des femmes Gerwani dans le cercle social de ma mère et elles étaient comme des membres de l’Institut des femmes. Très douces ».

L’IRD a délibérément gardé le silence sur les massacres. Un document de décembre 1965 dit qu’ils ne doivent « rien faire pour embarrasser les généraux » et le bulletin d’information détaille soigneusement les comptes rendus d’incidents isolés de brutalité du PKI, mais ne mentionne pas explicitement les tueries de l’armée.

En fait, la politique allait plus loin. Dans le rapport de la Seamu pour 1965, Wynne écrit qu’ils ont utilisé le bulletin pour « poursuivre les attaques contre les coupables … et soutenir indirectement le nettoyage et le contrôle par les généraux ». Les généraux, note Wynne, « nous les traitons gentiment ».

Au début de 1966, les meurtres de masse en Indonésie, sinon leur ampleur, étaient bien connus.

En janvier, Robert F. Kennedy compara les massacres aux « massacres inhumains perpétrés par les nazis et les communistes » et se demanda quand les gens allaient « s’exprimer … contre le massacre inhumain en Indonésie, où plus de 100 000 prétendus communistes ne sont pas des auteurs, mais des victimes ». [ignorez la référence… NdT]

En février, rejetant l’idée de « faire de la publicité pour le bain de sang » car cela réduirait les chances « d’obtenir une nouvelle direction en Indonésie », Reddaway observa : « Je suis ravi qu’un bon nombre de communistes aient été éliminés, mais leurs tueurs sont principalement des militaires et des musulmans ».

En mars 1966, la campagne meurtrière contre le PKI, qui a fait plus d’un demi-million de morts, est pratiquement terminée. Le 11 mars, le président Sukarno est contraint de céder le pouvoir au général Suharto, et la fin de la Confrontation est en vue.

Le 14 mars, Reddaway écrit à Gilchrist : « Je ne vois pas comment, à court terme, les choses auraient pu mieux se passer au cours des dix derniers jours ».

« Je sais que les Indonésiens, sous leur nouvelle direction, ne seront pas faciles à vivre, mais je ne peux éviter un petit Te Deum (non attribuable) sur l’évolution de la situation entre le 29 septembre et le 12 mars », écrit-il.

Wynne considère l’opération comme un succès. Dans son rapport annuel de 1966, il déclare fièrement que son opération a été « assez réussie » car tous ses ennemis (Konfrontasi, Sukarno, Subandrio et le PKI) ont été « détruits ». Le souvenir qu’il garde de ces événements tragiques est celui d’une « excitation ».

Selon le professeur Scott Lucas de l’université de Birmingham, les documents déclassifiés montrent que : « La Grande-Bretagne était prête à s’engager dans des actions sales qui allaient à l’encontre de ses prétendues valeurs ». Ils révèlent, dit-il, « l’importance de la propagande noire pour donner l’illusion que la Grande-Bretagne pouvait exercer un pouvoir mondial – même si de nombreuses personnes pouvaient être tuées pour cette illusion ».

  • Le Dr Paul Lashmar est journaliste d’investigation et lecteur en journalisme à la City, Université de Londres.
  • Nicholas Gilby est un enquêteur et l’auteur d’une histoire de la corruption et du commerce des armes en Grande-Bretagne.
  • James Oliver est un producteur et réalisateur de la BBC, lauréat d’un Emmy, et a dirigé la récente enquête sur les Pandora Papers pour BBC Panorama.

illustration : Des étudiants organisent une manifestation contre le président Sukarno à Jakarta, en octobre 1966. Le général Suharto était alors effectivement au pouvoir et devint président l’année suivante. Photo : Gamma-Keystone via Getty Images

source : https://www.legrandsoir.info

Source : reseauinternational

L’article Massacre en Indonésie : La Guerre de Propagande Secrète de la Grande-Bretagne ! est apparu en premier sur PLANETES360.

La Révolte de 52 Médecins Autrichiens Contre les Mesures Sanitaires !

Par : Thomas
Des mots durs de la part de 52 médecins dans une lettre ouverte. Les médecins — dont des professeurs d’université — critiquent vivement le cours de la vaccination obligatoire et les idées de taxation de la direction de l’Association médicale. Ils mettent en garde contre « une nouvelle division de la population ».

L’idée d’allègements fiscaux pour les personnes vaccinées, récemment avancée par le président de l’Association médicale, a peut-être été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour les signataires de la lettre ouverte.

Les 52 médecins s’opposent fermement à la propagande en faveur d’une « vaccination obligatoire directe ou indirecte » écrivent-ils dans leur déclaration à l’ordre des Médecins. Parmi les signataires de cette lettre figurent des professeurs d’université, des médecins généralistes, des spécialistes en médecine interne et des médecins de premier recours.

Dans leur « Corona Uprising », les médecins soulignent qu’ils sont « profondément déçus » par les récentes déclarations du président de la Chambre. Ils mettent donc en garde la représentation professionnelle : « Sur le plan politique, nous ne sommes pas favorables à une vaccination obligatoire directe ou indirecte, et nous ne voulons pas, politiquement, inciter à la vaccination en favorisant des allègements fiscaux pour les personnes vaccinées, comme cela a été fait récemment par le président. Nous ne considérons pas ces activités comme des tâches médicales.»

Le taux de vaccination n’augmente que légèrement

Les médecins lancent également un avertissement clair : « La dernière chose que nous voulons, c’est que la profession médicale accentue la division de la population qui existe déjà à cause de la question du covid. » Et les 52 médecins de garantir : « Nous voulons soigner tous les patients de la même manière — qu’ils soient vaccinés ou non. »

Comme l’a déjà rapporté eXXpress, les taux de vaccination stagnent, le nombre quotidien de vaccinations n’est que de 11 800 (61,5 % des personnes vivant en Autriche bénéficient actuellement d’une protection vaccinale complète).

Traduction du document :

Sujet :
Diverses déclarations du président de l’Association médicale autrichienne Univ.-Prof. Dr Thomas Szekeres sur la pandémie.
Cher Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs !
Nous, les médecins soussignés, sommes profondément déçus par certaines des déclarations publiques faites récemment par notre Président à l’occasion de la pandémie, et nous estimons donc que le Président de l’Association médicale autrichienne ne nous représente pas en tant que médecins à cet égard.
Le représentant nominalement le plus élevé de la profession médicale autrichienne doit essayer d’informer la population de manière objective et solidaire, surtout en période de crise, et il doit refléter la fonction responsable des médecins dans le public lors de ses apparitions dans les médias.
Nous, médecins, avons la responsabilité de fournir les meilleurs soins médicaux possibles à tous, et cela est particulièrement vrai en cas de pandémie.
Sur le plan politique, nous ne voulons pas parler de vaccination obligatoire directe ou indirecte, et nous ne voulons pas suggérer des allègements fiscaux pour les personnes vaccinées en politique, comme l’a fait récemment le président. Nous ne considérons pas ces activités comme des tâches médicales.
Nous ne voulons surtout pas que le corps médical accentue la division de la population qui existe déjà à cause de la question du Covid.
Nous pensons que ce n’est pas la bonne façon de procéder, car nous voulons avant tout remplir notre devoir médical et soigner tous les patients de la même manière, qu’ils aient été vaccinés ou revaccinés ou qu’ils diffèrent les uns des autres de quelque façon que ce soit.
Signature des 52 médecins autrichiens

Article original : Corona-Aufstand von 52 österreichischen Ärzten! 

Traduction MemiD5 pour Le Média en 4-4-2

Source : lemediaen442

L’article La Révolte de 52 Médecins Autrichiens Contre les Mesures Sanitaires ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Une Effrayante Vague de Surmortalité en Europe, aux États-Unis et ce n’est pas la Covid …

Par : Thomas
Qu’est ce qui a tué les plus de 15 ans et pourquoi personne n’en parle ? Pourquoi une surmortalité toute causes confondues dans les semaines qui suivent l’appel de Macron du 12 juillet ? Il n’y a pas de décès covid à ce moment là…

par Patrice Gibertie.

La comparaison de la surmortalité toutes causes et des décès covid met en évidence de surprenants écarts. Entre 40 et 60% de l’excédent de décès chaque semaine ne s’expliqueraient pas par la covid, alors on meurt de quoi dans cet occident survacciné ? La presse n’en parle pas pourtant cette épidémie tue plus que la Covid…

Les statistiques officielles cacheraient elles la moitié des excès Covid, les effets secondaires des vaccins seraient ils l’explication ? Abonnez vous au blog car la censure veille…

En France les plus de 75 ans sont massivement morts en aout septembre, autant que l’hiver dernier, mais officiellement ils étaient protégés de la Covid, ils sont morts de quoi ?

Un excès anormal de mortalité plus important que cet hiver ou qu’au printemps 2020. À l’époque on accusait la Covid mais officiellement elle ne serait pas cause. Mais alors qu’est ce qui a tué les plus de 15 ans et pourquoi personne n’en parle ? Pourquoi une surmortalité toute causes confondues dans les semaines qui suivent l’appel de Macron du 12 juillet ? Il n’y a pas de décès covid à ce moment là…

Aux États Unis la moitié de la surmortalité de l’été et l’automne ne serait pas due à la Covid mais alors à quoi ?

Le site EUROMOMO mesure la surmortalité dans l’Union européenne le Royaume-Uni, Israël et quelques autres pays du continent. On découvre que depuis le début de 2021 la Covid représenterait moins de la moitié de la surmortalité enregistrée. La surmortalité serait deux fois plus importante que l’an dernier (sans vaccin), et elle exploserait après le mois de mai quand l’épidémie avait ralenti et plus encore en septembre octobre. Cette mortalité par rapport à 2020 ne concernerait pas les plus de 85 ans mais toutes les autres catégories dans les semaines qui suivent leur… vaccination.

Une surmortalité qui concernerait a minima 100 000 européens et que n’expliquerait pas la Covid…

Les Écossais sont les premiers à s’en inquiéter, cette surmortalité serait plus importante que les décès associés à la Covid.

Le nombre de personnes décédées en Écosse la semaine dernière était 30% supérieur à la moyenne avant la pandémie, ont montré de nouveaux chiffres.

Le National Records of Scotland a déclaré que 1353 décès toutes causes confondues avaient été enregistrés au cours de la semaine précédant le 10 octobre.

C’était 315 de plus que la moyenne de la même semaine de 2015 à 2019, et le taux de décès « excessifs » le plus élevé depuis la première semaine de janvier 2021.

Il s’agit notamment des décès liés au cancer, aux maladies cardiaques et à la démence.

Cela survient alors même que le nombre de décès où Covid a été mentionné dans l’enregistrement est tombé pour la deuxième semaine consécutive, à 126.

*

Le nombre de décès liés à la « pandémie » avait augmenté depuis la mi-août, mais semble avoir culminé à 167 au cours de la semaine se terminant le 27 septembre – bien en deçà des pics précédents lors de l’épidémie initiale du virus et au début de 2021.

Le chiffre est tombé à 143 la semaine suivante, et a maintenant baissé de 17 à 126 – dont 100 étaient des personnes âgées de plus de 65 ans et dont 98 se sont produites dans les hôpitaux. Les hommes représentaient 82 des décès, tandis que 44 étaient des femmes.

Un autre décès a également été enregistré, lié aux effets indésirables d’un vaccin Covid-19.

Cela porte à cinq le nombre total de décès pour lesquels le vaccin était une cause sous-jacente, contre une population de 4,2 millions en Écosse qui a reçu au moins une dose.

Quelles étaient les causes du décès ?

Les 315 décès supplémentaires enregistrés la semaine dernière représentent une augmentation de 30% par rapport à la moyenne sur cinq ans avant la pandémie pour cette période de l’année.

Ils comprennent :

  • 44 décès par cancer,
  • 40 décès supplémentaires liés à des troubles circulatoires,
  • 27 décès par démence ou Alzheimer,
  • et sept d’affections respiratoires.

Il s’agit de la 20ème semaine consécutive avec un excès de décès au-dessus de la moyenne quinquennale, et le plus élevé depuis la semaine se terminant le 10 janvier 2021.

En 2020, l’Écosse a enregistré le plus grand nombre de décès excessifs en temps de paix depuis 1891, lorsque le pays a été touché par une épidémie de grippe russe.

• bbc-com.translate.goog/uk-scotland

Aux États-Unis la surmortalité explose depuis le mois de juin pour atteindre un niveau inégalé même pour des catégories d’âge très vaccinées

Pourtant constatez le ci dessous en juillet le nombre de décès covid n’atteignait pas le niveau du printemps. La surmortalité des 25-64 ans de juin à aout ne peut pas s’expliquer par la covid, il y a peu de décès covid.

En Israël chaque mois d’aout on compte 3500 décès, l’an dernier 400 de plus liés à la covid (non vaccinés), cette année 630 de plus pour la covid (dont 222 non vaccinés) et 400 que n’expliquent pas la covid.

Ainsi 10% des décès et la moitié de la surmortalité n’auraient pas d’explications…

En France la surmortalité apparait nettement par rapport à 2020 (5%) mais c‘est à un moment où la covid est maitrisée, fin aout. Pour les 15 à 44 ans des pointes de surmortalité toutes causes de 5% à un moment qui correspond à l’après 12 juillet…

Toujours en France la surmortalité des plus de 75 ans était deux fois plus importante en 2020 qu’en 2021 après la vague du printemps, aujourd’hui 2021 a pratiquement rattrapé 2020 et la covid n’y est pour rien, l’explication se trouve dans les décès des quatre derniers mois.

Le document ci dessous met en évidence une surmortalité des plus de 75 ans entre la 28ème et la 36ème semaine. Certains en déduiraient que la vaccination n’a pas empêché la dernière vague, mais on nous dit que si alors pourquoi les vieux sont ils massivement morts en septembre ?

Regardez bien ci dessous les décès covid officiels en France, ils expliqueraient la surmortalité des semaines 1 à 19 mais en juin juillet il n’y a plus de décès covid… mais un surplus de mortalité dans le pays semaine 28-29-30 Ils meurent de quoi. Le président a parlé, souvenez vous, ça pique, ça pique …

source : https://pgibertie.com

Source : wikistrike

L’article Une Effrayante Vague de Surmortalité en Europe, aux États-Unis et ce n’est pas la Covid … est apparu en premier sur PLANETES360.

Pierre Jovanovic – 666, La grande révolte des peuples.

Pierre Jovanovic – 666, La grande révolte des peuples.

L’article Pierre Jovanovic – 666, La grande révolte des peuples. est apparu en premier sur PLANETES360.

La Chine a Testé une Arme Hypersonique qui a Fait le Tour du Monde ! Les Chinois Numéro 1 dans la Course aux Armes Hypersoniques !

Par : Thomas
Dans l’Amérique de Joe Biden, une major générale de l’armée américaine s’est plainte sur Twitter de la politique de l’armée concernant les manucures françaises. Au même moment, les Chinois sont occupés à lancer une arme hypersonique qui fait le tour du monde.

Les problèmes de la générale Jo Clyborne n’ont pas leur place sur Twitter alors que les États-Unis continuent de perdre la course aux armes hypersoniques contre la Chine.

Chinese military vs US military pic.twitter.com/Hodac2OKBU

— Jack Posobiec 🇺🇸 (@JackPosobiec) October 16, 2021

Le monde a appris samedi soir que la Chine avait fait « des progrès stupéfiants en matière d’armes hypersoniques et était bien plus avancée que ne le pensaient les responsables américains », ont déclaré des sources au Financial Times.

En août, l’armée chinoise a lancé une fusée qui a catapulté un véhicule hypersonique en orbite terrestre basse. Il a fait le tour du monde avant de manquer sa cible de seulement deux douzaines de miles, selon trois sources.

Ce dernier test soulève une multitude de questions sur la modernisation militaire rapide de la Chine, qui devance les États-Unis dans la course aux armes hypersoniques.

« Nous n’avons aucune idée de la façon dont ils ont fait cela », a déclaré une quatrième source, faisant référence à la capacité de la Chine à faire voler un véhicule de glissement hypersonique à travers le monde.

 

Deux sources ont déclaré que la Chine pourrait, en théorie, faire voler l’arme au-dessus du pôle Sud, une région que les systèmes de défense antimissile américains ne couvrent pas.

John Kirby, secrétaire de presse du Département de la Défense, a déclaré que le Pentagone considérait la Chine comme un grand challenger alors que les deux pays s’efforcent de développer et de mettre en service des armes hypersoniques qui volent plusieurs fois plus vite que le son.

« Nous avons clairement exprimé nos inquiétudes quant aux capacités militaires que la Chine continue de rechercher, capacités qui ne font qu’accroître les tensions dans la région et au-delà », a déclaré M. Kirby.

Mais un porte-parole de la Chine, Liu Pengyu, a déclaré que Pékin n’avait aucun intérêt à dominer le monde.

« Nous ne sommes pas du tout intéressés par une course aux armements avec d’autres pays », a déclaré Liu Pengyu.

« En revanche, ces dernières années, les États-Unis ont inventé des excuses comme ‘la menace chinoise’ pour justifier leur expansion des armements et le développement d’armes hypersoniques. Cela a directement intensifié la course aux armements dans cette catégorie et gravement compromis la stabilité stratégique mondiale. »

Alors que les armes hypersoniques sont annoncées comme la prochaine arme qui changera la donne pour les armées du monde entier, le dernier test de la Chine suggère que les États-Unis sont en train de perdre la course aux armes hypersoniques, ce qui pourrait expliquer pourquoi le sous-secrétaire à la défense du Pentagone pour la recherche et l’ingénierie, Michael Griffin, a précédemment déclaré que le développement de capacités hypersoniques était « la plus haute priorité technique », selon Defense News.

Source : wikistrike

L’article La Chine a Testé une Arme Hypersonique qui a Fait le Tour du Monde ! Les Chinois Numéro 1 dans la Course aux Armes Hypersoniques ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Un jeune sur cinq ne condamne pas le meurtre de Samuel Paty. Tout va bien.

Par h16.

Il y a un an, Samuel Paty était décapité par un terroriste islamiste déclenchant une sorte de consternation de la classe politique et médiatique, la colère du peuple français et la résignation du corps enseignant qui, de PasDeVague en PasDeVague, sentait bien que cela devait arriver un jour ou l’autre.

De façon traditionnelle, des hommages furent donc rendus ce vendredi 15 octobre dans les établissement scolaires de la République. Heureuse surprise (c’est en tout cas ainsi qu’elle est présentée par le ministère de l’Éducation), les exactions en marge de ces commémorations ont été moins virulentes que ce à quoi on pouvait s’attendre.

Pensez donc : au lieu de quelques voitures cramées, d’une classe ou deux mises à sac, d’un ou deux profs tabassés, d’émeutes ici ou là, « il n’y a eu que quelques incidents, on en a recensé 98. C’est beaucoup moins que ce qu’il y a eu quand il y a eu des attentats précédemment », comme l’explique de façon biscornue Jean-Michel Touvabien, ministre de l’Édulcoration nationale et formidable athlète de l’euphémisme olympique.

Et franchement, on aurait tort de s’inquiéter de ces petits mouvements d’humeur d’une certaine catégorie de population lors des hommages pour commémorer, je vous le rappelle, la décapitation par un islamiste d’un enseignant qui avait eu l’outrecuidance de proposer un cours sur les caricatures de Charlie Hebdo, journal qui a lui-même été la cible d’un attentat meurtrier.

Le fait que 23 % des jeunes de 18 à 30 ans ne condamnent pas cet attentat odieux en toute décontraction youplaboum ne doit pas faire oublier les 77 % qui, eux, condamnent, voyez-vous.

Un cinquième de ces jeunes qui sont indifférents, trouvent normal voire nécessaire ce que Samuel Paty a subi, voilà qui ne doit pas du tout inquiéter. Près d’une centaine d’exactions dont 7 graves au moment de ces commémorations, voilà qui doit même rassurer sur la bonne santé et la vitalité de la liberté d’expression de nos chérubins en zones tendues et dans ces quartiers émotifs qui font la particularité pittoresque de certaines banlieues françaises : dans un pays qui irait mal, ces chiffres seraient plus haut, n’est-ce pas, mmhvoyez, voilà voilà.

En pratique, chaque commémoration émaillée d’incidents honteux minimisés par les sombres fanfarons au pouvoir, chaque exaction lamentable démontrant une nouvelle lâcheté républicaine, chaque attentat islamiste qu’on enrobera d’un « Surtout Padamalgam ! » bruyant donnent de nouvelles cartouches à ce chroniqueur devenu quasi-candidat qu’on voit partout dans les journaux actuellement.

Alors, certes, oui, de façon évidente et inquiétante, le discours de Zemmour oblitère par sa tonitruance les atteintes actuelles, lourdes, délétères et catastrophiques, à toutes nos libertés : le pass sanitaire n’est plus un sujet, l’hystérie sanitaire virant à la dictature non plus…

Malheureusement, on ne peut lui donner tort de dénoncer la minimisation des actes les plus graves dans le discours dominant : au prétexte de politiquement correct, d’ouverture d’esprit, de modernité ouverte à toutes les cultures et toutes les références, on transforme des comportements scandaleux en petits dérapages innocents avec lesquels il faut bien composer.

Il arrive un moment où, malgré tout, l’euphémisation forcenée ne parvient plus à rejoindre la dure réalité, complexe, qui exhibe alors quelques traits saillants.

D’une part, on ne peut que noter la scission de plus en plus claire de certains quartiers, voire de certaines villes avec le reste du territoire français. C’est évidemment vrai de ces quartiers où la police ne peut plus entrer, mais de façon plus large, les établissements scolaires donnent aussi une excellente illustration de ce phénomène avec absence grandissante de discipline, des exactions maintenant courantes sur les enseignants dans les classes et en dehors des classes, et le niveau général qui s’effondre.

Au motif politiquement correct qui consiste à ne surtout pas froisser les habitants de ces quartiers, on a raboté les exigences scolaires au point que l’ensemble de l’instruction dispensée en France n’est plus que l’ombre lointaine de ce qu’elle fut il y a quarante ou cinquante ans. L’Édulcoration nationale, incapable de gérer ces cas sociologiques, a choisi de s’aplatir (à coup de #pasDeVague) et de transiger partout où elle le pouvait ; ce n’est plus qu’un bateau ivre, prenant l’eau de toutes parts pendant que l’actuel ministre court, un sparadrap à la main pour faire mine de boucher l’un ou l’autre petit trou jouxtant les brèches énormes du navire qui s’enfonce dans la pire des médiocrités et de la soumission au politiquement correct.

D’autre part, cet abaissement, cet aplatissement voire cet aplaventrisme total de l’institution scolaire française n’est pas un hasard et n’est que la reproduction de ce qu’on observe partout ailleurs dans les médias et chez les politiciens.

Ainsi, pendant trop longtemps, il n’a pas été possible de dénoncer les dérives présentées comme religieuses ou culturelles d’une part malheureusement croissante de la population, sans déclencher immédiatement des réactions outrées de toutes les classes jacassantes ; l’anesthésie du discours politique et médiatique qui a pris place depuis plus de vingt ans n’a finalement fait que nourrir et grossir les frustrations de toute une partie de la population française confrontée directement aux effets indésirables graves de ce politiquement correct délétère, à savoir en premier lieu le délitement de toute autorité dans la police et la justice puis dans l’instruction et bientôt partout ailleurs.

Dans ce contexte, il n’était ni étonnant de voir les scores du FN (puis du RN) grimper depuis les années 2000, ni surprenant de voir le succès de Zemmour au moment où il reprend ces sujets à mesure que Marine Le Pen les délaisse dans une manœuvre politiquement suicidaire visant à rejoindre par « dédiabolisation » la classe jacassante toujours aussi profondément opposée à ces thèmes.

Comme il n’est plus possible de parler de l’immigration, de l’assimilation (ou de son échec en France), du communautarisme, de l’importance d’une société d’ordre et de justice, de l’importance du patrimoine, de la culture et de sa transmission, sans déclencher des réflexes pavloviens des jacassants qui n’ont alors que le mot « fasciste » à la bouche, le premier candidat qui le fait ouvertement et sans s’en défendre ni faire mine de s’excuser récupère immédiatement l’attention de tous ceux qui subissent justement les débordements quotidiens des politiques menées jusqu’à présent.

Et au vu du périplaquisme confondant de toute la classe politique sur ces thèmes devenus essentiels à force d’être tus, on se dit qu’il va avoir de beaux jours devant lui.

La liberté, quant à elle, devra attendre.
—-
Sur le web

L’article Un jeune sur cinq ne condamne pas le meurtre de Samuel Paty. Tout va bien. est apparu en premier sur PLANETES360.

CYBERGUERRES – UNE MENACE POUR L’ÉCONOMIE MONDIALE ?

Bienvenue.
Je m’appelle DiLan.
Je suis l’intelligence artificielle qui réside depuis presque 2 ans au cœur d’un vaste programme européen de détection des incidents de sécurité sur les réseaux.

En collaboration avec d’autres programmes identiques développés partout dans le monde, je lutte contre les actions frauduleuses de personnes malveillantes, que l’on désigne sous le nom de pirates informatiques ou cybercriminels.

Je suis donc la mieux placée pour vous parler des nouvelles menaces qui pèsent sur votre sécurité et sur celle de vos biens, car j’ai été spécialement créée pour cela.
Je fais partie des plus puissants moyens de lutte contre le piratage, le cyber sabotage, la manipulation d’informations ou l’espionnage 2.0.
Des faits dont les médias parlent peu, mais qui se multiplient et coûtent de plus en plus cher aux gouvernements, aux organisations touchées, et aux populations.

Je vais vous expliquer rapidement qui je suis et à quoi je sers, mais je vais surtout vous parler de mes ennemis, de leurs objectifs, de leurs victimes et des moyens qu’ils utilisent.
Lorsque j’aurai terminé, vous saurez pourquoi la cybersécurité va devenir un enjeu si important, qu’à terme, son budget finira par dépasser celui de la défense militaire.

BusinessBourse

L’article CYBERGUERRES – UNE MENACE POUR L’ÉCONOMIE MONDIALE ? est apparu en premier sur PLANETES360.

La seule et unique question

Dans l'univers de discutailleries autour de la vaccination, de la pandémie, et de toutes les autres questions médiatisées, le plus souvent transformées en "catastrophes" (voyez mon article précédent), la seule et unique question VÉRITABLE et particulièrement lisible actuellement est bien : Que veut-on faire de l'humanité ? Le mouvement du POUVOIR caractérisé par l'évolution de l'État nous oriente de plus en plus vers une humanité centrée sur la discipline, la (...) - Tribune Libre

Pourquoi la transition énergétique est une catastrophe économique ? Avec Philippe Herlin.

La nouvelle étude de l’Institut Thomas More : “Cancel economy : pourquoi la transition énergétique est une catastrophe économique”, avec Philippe Herlin, économiste au CNAM, auteur de cette étude pour l’institut Thomas More.

L’article Pourquoi la transition énergétique est une catastrophe économique ? Avec Philippe Herlin. est apparu en premier sur PLANETES360.

Une Scène Surréaliste et Digne d’un Film de Science-Fiction ou d’Horreur ! Des Gendarmes Patrouillent à l’Intérieur de l’Hôpital pour Traquer et Arrêter les Soignants Non-Vaccinés en Martinique !

Par : Thomas

Nous sommes en Martinique, à l’hôpital Pierre Zobda-Quitman (Fort-de-France), la vidéo (voir ci-dessous) , a été filmée à l’intérieur de l’hôpital. Des gendarmes parcourent les couloirs, afin de débusquer des soignants —  médecins, infirmières, brancardiers — sans le passeport sanitaire. La scène est surréaliste et digne d’un film de science-fiction ou d’horreur.

Rappelons que deux brancardiers avaient été arrêtés et menottés au sol par la police. Suite à cela, des heurts avaient eu lieu à l’extérieur de l’établissement, et se sont soldés par l’arrestation de trois soignants.

#Martinique des gendarmes qui patrouillent à l'intérieur de l'hôpital Pierre Zobda pas pour rechercher les délinquants pas pr les criminels c'est surtout pour "traquer" les soignants non vaccinés et le bonus "Casse toi" pour l'infirmière 😔 Honte! Merci #Macron pic.twitter.com/zPXZIoYbL3

— LE GÉNÉRAL 0FFICIEL'💎 (@_LE_GENERAL) October 16, 2021

L’entrée de l’hôpital Pierre Zobda-Quitman ressemble à un checkpoint en zone de guerre, l’accès est réservé aux vaccinés. Benjamin Garel, directeur du CHU de Martinique, nous fait une confidence pour le moins intrigante. Selon lui « Les chiffres sont évidents, il y a un vaccin qui tue ! » On n’en demandait pas tant, mais on salue la franchise.

Marcel D. pour Le Média en 4-4-2

Source : lemediaen442

L’article Une Scène Surréaliste et Digne d’un Film de Science-Fiction ou d’Horreur ! Des Gendarmes Patrouillent à l’Intérieur de l’Hôpital pour Traquer et Arrêter les Soignants Non-Vaccinés en Martinique ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Hypermarchés, la chute de l’empire | ARTE

Disponible jusqu’au 18/12/2021
Menacés par les géants du numérique et de nouveaux usages, les acteurs historiques de la grande distribution luttent sans merci pour assurer la pérennité de leur modèle. Une enquête fouillée, menée par le journaliste d’investigation Rémi Delescluse.

Le modèle de l’hypermarché a-t-il fait son temps ? Ce concept révolutionnaire du « tout sous le même toit », popularisé en 1963 par Carrefour, a conquis le monde entier. Aujourd’hui pourtant, le pionnier français, comme ses concurrents, a un genou à terre. En cause notamment, la crise du gigantisme, associé à une déshumanisation du commerce et à la surconsommation, pointée du doigt à l’heure des grands défis écologiques. Selon les experts, la toute-puissance de certains groupes serait menacée d’ici dix ans. Désormais, tout le secteur cherche à sauver ce qui peut l’être, quitte à verser dans des pratiques à la limite de la légalité. Pour obtenir des prix toujours plus bas, sans lesquels elles seraient désertées, les grandes enseignes mettent les fournisseurs sous pression au cours de renégociations annuelles réputées difficiles : entretiens dans des box minuscules à la température trafiquée, chaises bancales sabotées pour l’inconfort, discriminations sexistes, violence verbale… Comme le formule le directeur d’un grand groupe, dont les propos sont rapportés dans le documentaire, « ce qui est important, c’est de briser les jambes des fournisseurs. Une fois au sol, on commence à négocier ». Sans compter les contrats qui gardent captifs les franchisés ou les nouvelles alliances européennes de centrales d’achats, particulièrement opaques, qui facturent aux fournisseurs des services qualifiés par certains de « fictifs ».

La loi du plus fort
La peur de disparaître pousse les grandes enseignes à toujours plus d’agressivité. Dans leur ligne de mire, les plates-formes d’e-commerce, qui pourraient bientôt précipiter leur ruine. Trois ans à peine après avoir racheté pour 13 milliards de dollars Whole Foods, Amazon a déjà lancé sa propre enseigne, Amazon Fresh : des magasins dans lesquels les Caddies connectés améliorent l’expérience de clients fidélisés par abonnement et dont les moindres données sont collectées. Plongeant au cœur des sombres pratiques de la grande distribution, le documentaire de Rémi Delescluse propose un état des lieux mondial du secteur, soumis à la loi du plus fort, et s’interroge sur son futur. Certains prédisent la domination prochaine des nouveaux venus, de l’approvisionnement à la distribution, comme c’est le cas en Chine. En France, Amazon détient déjà 10 % du marché des produits de grande consommation…

L’article Hypermarchés, la chute de l’empire | ARTE est apparu en premier sur PLANETES360.

Loïc Hervé – « Il faut arrêter avec ce pass sanitaire ! »

Covid-19 : le Sénat rejette la proposition de loi sur l’obligation vaccinale. Pour en parler, André Bercoff reçoit Loïc Hervé, Sénateur UDI de Haute-Savoie.

L’article Loïc Hervé – « Il faut arrêter avec ce pass sanitaire ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

Les petits secrets d’un possible « Pacte de Corruption » autour de MACRON !

Les petits secrets d’un possible « Pacte de Corruption » autour de MACRON !

​​

Le traître et le néant
  • Davet, Gérard (Author)
16,99 €
DISPONIBLE ICI

Dix ans après Sarko m’a tuer.
Cinq ans après « Un président ne devrait pas dire ça… »
Voici le nouveau livre politique de Gérard Davet et Fabrice Lhomme, grands reporters au journal Le Monde.

Après Sarkozy et Hollande, ils ont enquêté sur Emmanuel Macron. Plus de cent dix témoins de premier plan parlent, à visage découvert, crûment.
Ils confient aussi leurs documents.

Les auteurs racontent le pouvoir solitaire d’un homme suprêmement habile, éperdu de lui-même. Ils révèlent les dessous de la conquête de l’Élysée, puis l’exercice de la toute-puissance, et la vaine quête d’une idéologie.

La trahison a enfanté le néant.

L’article Les petits secrets d’un possible « Pacte de Corruption » autour de MACRON ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Maintenant, La Haute Autorité De La Santé Vous Confirme Que Ce Vaccin N’est Pas Sûr

5 pays européens avaient déjà interdit ou limité l’usage de ce vaccin. En France, il continuait cependant à être utilisé pour les rappels de vaccin… Sans même avoir reçu l’accord du régulateur européen. La décision de s’affranchir des règles habituelles avait pourtant été prise cet été par Emmanuel Macron, sans que personne ne trouve rien à redire. Mais le risque juridique pousse maintenant l’HAS à prendre position contre l’utilisation de ce vaccin pour la troisième dose.

L’article Maintenant, La Haute Autorité De La Santé Vous Confirme Que Ce Vaccin N’est Pas Sûr est apparu en premier sur PLANETES360.

La Science de la Propagande Continue d’être Développée et Perfectionnée !

Par : Thomas
Nous vivons dans une société bien moins libre que la plupart d’entre nous ne le pensent.

On dirait qu’on est libres. On ne nous jette pas en prison pour avoir critiqué nos gouvernants. Nous pouvons voter pour qui nous voulons. Nous pouvons nous connecter à Internet et rechercher des informations sur tous les sujets qui nous intéressent. Si nous voulons acheter un produit, nous avons de nombreuses marques parmi lesquelles nous sommes libres de choisir.

Mais nous ne sommes pas libres. Nos systèmes politiques sont conçus pour rassembler les gens dans un système bipartite contrôlé de part et d’autre par les ploutocrates. Les médias d’information sur lesquels les gens comptent pour se faire une idée de ce qui se passe et de la façon dont ils devraient voter sont contrôlés par la classe ploutocratique et fortement influencés par des agences gouvernementales secrètes. Les algorithmes Internet sont agressivement manipulés pour montrer aux gens des informations qui favorisent le statu quo. Même nos loisirs sont marqués par l’influence du Pentagone et de la CIA.

Dans quelle mesure cela est-il libre ? Dans quelle mesure votre discours est-il libre s’il existe une myriade de protections institutionnelles en place pour empêcher le discours de provoquer un changement politique ?

Peu importe ce que vous êtes autorisé à dire si ce que vous dites n’a pas d’importance. Peu importe que vous soyez autorisé à traiter de tête de nœud la marionnette oligarchique mise en place par la dernière élection truquée. Cela n’a pas d’importance si vous avez le droit de chercher sur Google toutes les informations que vous voulez, pour ne trouver que les informations que Google veut que vous trouviez.

Quelle est la différence fonctionnelle entre un régime qui censure directement l’internet pour empêcher toute dissidence et un régime qui travaille avec les ploutocrates de la Silicon Valley pour contrôler l’information via des algorithmes et qui a mis en place un système qui empêche toute dissidence d’avoir un impact significatif ?

Il n’y en a aucune.

Nous vivons dans une société profondément non-libre qui se déguise en société libre. La démocratie libérale occidentale n’est qu’un totalitarisme déguisé en travesti.

Et cela ne fait qu’empirer. La propagande est une science en plein développement.

Canada’s military “relied on propaganda techniques similar to those employed during the Afghanistan war”, “shaping” & “exploiting” info “to head off civil disobedience by Canadians during the coronavirus pandemic and to bolster government messages” https://t.co/qr9nRlT0lH

— Max Blumenthal (@MaxBlumenthal) October 1, 2021

Le mois dernier, le Ottawa Citizen a rapporté que l’armée canadienne s’est servie de l’épidémie de Covid comme d’un prétexte pour tester des techniques militaires de psychopathologie sur sa propre population civile, sous prétexte de garantir le respect des restrictions en cas de pandémie.

Quelques extraits :

  • « Les chefs militaires canadiens ont vu dans la pandémie une occasion unique de tester des techniques de propagande sur un public peu méfiant, conclut un rapport des Forces canadiennes récemment publié ».
  • « Le plan conçu par le Commandement des opérations interarmées du Canada, également connu sous le nom de CJOC, reposait sur des techniques de propagande similaires à celles employées pendant la guerre en Afghanistan. La campagne prévoyait de ‘façonner’ et d’ ‘exploiter’ l’information. Le CJOC a affirmé que le dispositif d’opérations d’information était nécessaire pour éviter la désobéissance civile des Canadiens pendant la pandémie de coronavirus et pour renforcer les messages du gouvernement sur la pandémie ».
  • « Une initiative distincte, non liée au plan du CJOC, mais supervisée par des officiers de renseignement des Forces canadiennes, a recueilli des informations sur des comptes publics de médias sociaux en Ontario. Des données ont également été compilées sur les rassemblements pacifiques de Black Lives Matter et les leaders de BLM ».
  • « ‘C’est vraiment une occasion d’apprentissage pour nous tous et une chance de commencer à intégrer les opérations d’information dans notre routine (CAF-DND)’, a déclaré le contre-amiral ».
  • « Un autre examen encore portait sur la branche des affaires publiques des Forces canadiennes et ses activités. L’année dernière, la branche a lancé un plan controversé qui aurait permis aux officiers des affaires publiques militaires d’utiliser la propagande pour changer les attitudes et les comportements des Canadiens, ainsi que de recueillir et d’analyser des informations provenant des comptes publics de médias sociaux ».
  • « Ce plan aurait vu le personnel passer des méthodes gouvernementales traditionnelles de communication avec le public à une stratégie plus agressive consistant à utiliser la guerre de l’information et les tactiques d’influence sur les Canadiens ».

Donc, ils ne se contentent pas d’employer des opérations psychologiques à grande échelle sur le public, ils les testent et en tirent des leçons.

Et nous pouvons probablement supposer que tout ce qui a pu être appris a également été partagé avec les agences gouvernementales des autres membres de l’OTAN.

Western governments in the NATO military alliance are developing tactics of “cognitive warfare,” using the supposed threats of China & Russia to justify waging a “battle for your brain” in the “human domain,” to “make everyone a weapon”

by @BenjaminNortonhttps://t.co/xFinhmunjy

— The Grayzone (@TheGrayzoneNews) October 9, 2021

Dans un nouvel article intitulé « Behind NATO’s ‘cognitive warfare’: Western militaries are waging a ‘battle for your brain’« , Ben Norton, de The Grayzone, explique comment de récentes discussions parrainées par l’OTAN ont explicitement défendu la nécessité de faire progresser la science de la guerre cognitive à des fins offensives et défensives.

Quelques extraits :

        • « L’OTAN met au point un tout nouveau type de combat qu’elle a baptisé ‘guerre cognitive’. Décrite comme la ‘militarisation des sciences du cerveau’, cette nouvelle méthode consiste à ‘pirater l’individu’ en exploitant ‘les vulnérabilités du cerveau humain’ afin de mettre en œuvre une ‘ingénierie sociale’ plus sophistiquée ».
        • « Si l’étude soutenue par l’OTAN insiste sur le fait qu’une grande partie de ses recherches sur la guerre cognitive est conçue à des fins défensives, elle concède également que l’alliance militaire développe des tactiques offensives, en déclarant : ‘L’humain est très souvent la principale vulnérabilité et il convient de le reconnaître afin de protéger le capital humain de l’OTAN mais aussi de pouvoir tirer profit des vulnérabilités de nos adversaires.’ »
        • « Dans une révélation qui fait froid dans le dos, le rapport indiquait explicitement que ‘l’objectif de la guerre cognitive est de nuire aux sociétés et pas seulement aux militaires’ ».
        • « L’étude décrit ce phénomène comme ‘la militarisation de la science du cerveau’. Mais il semble clair que le développement de la guerre cognitive par l’OTAN conduira à une militarisation de tous les aspects de la société et de la psychologie humaines, des relations sociales les plus intimes à l’esprit lui-même ».
        • « En d’autres termes, ce document montre que les figures du cartel militaire de l’OTAN considèrent de plus en plus leur propre population intérieure comme une menace, craignant que les civils ne soient de potentielles cellules dormantes chinoises ou russes, de redoutables ‘cinquièmes colonnes’ qui remettent en cause la stabilité des ‘démocraties libérales occidentales’ ».
        • « Naturellement, le chercheur de l’OTAN a affirmé que les ‘adversaires’ étrangers sont les agresseurs supposés qui emploient la guerre cognitive. Mais dans le même temps, il a clairement indiqué que l’alliance militaire occidentale développe ses propres tactiques ».

          In 1917, a young Edward Bernays was asked to help the American war effort by applying his uncle Sigmund Freud’s theories of the unconscious to a new German technique called “propaganda”. Thus began the current war: https://t.co/BqeaYIAic2

          — Bean #DropTheCharges🔥 (@SomersetBean) March 16, 2021

« En 1917, on demande au jeune Edward Bernays d’aider l’effort de guerre américain en appliquant les théories de l’inconscient de son oncle Sigmund Freud à une nouvelle technique allemande appelée ‘propagande’ », écrit Greenhall.

« La technologie de la guerre évolue rapidement. En l’espace d’un siècle et demi, la dernière guerre est passée des fusils longs aux fusils à répétition, puis aux canons gatling, jusqu’au petit garçon. Les combattants de la guerre actuelle n’ont pas traîné. Les guerres de la culture, du sens et de l’objectif ont connu une innovation sur une ‘courbe technologique exponentielle’. Les efforts artisanaux de Bernays et Goebbels ont été laissés loin dans le passé par les méthodes modernes ».

Pensez au nombre d’avancées technologiques qu’a connues l’armée au cours du siècle dernier. Nos dirigeants ont affiné leurs méthodes de manipulation de nos capacités de perception à leur avantage pendant tout ce temps, et seule une petite minorité d’entre nous a même commencé à se rendre compte que cette manipulation a lieu. Nous apprenons juste à jouer aux dames pendant qu’ils maîtrisent les échecs en 3D.

Je n’ai pas de solution à ce problème, si ce n’est de faire prendre conscience de ce qui se passe. La propagande ne fonctionne que si vous ne comprenez pas (A) que cela vous arrive à vous et (B) comment cela se produit, et une prise de conscience de base du fait qu’il y a une campagne mondiale pour manipuler la pensée humaine à l’avantage des puissants est le premier pas vers cette compréhension. Avoir l’humilité de comprendre que vous pouvez vous-même être manipulé et trompé est la deuxième étape.

Mon espoir est que l’humanité transcende sa susceptibilité psychologique à la manipulation et qu’elle entretienne une relation saine avec la narration mentale à mesure que se rapproche le précipice de notre adaptation ou de notre mort. Mais seul le temps nous le dira.

Sources : Zero HedgeMedium – Traduit par Anguille sous roche

 

– Source : Medium (Etats-Unis)
http://zejournal.mobi/index.php/news/show_detail/24363
Source : wikistrike

L’article La Science de la Propagande Continue d’être Développée et Perfectionnée ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Une coalition internationale demande des mesures pour freiner la pollution textile

Par : FranceSoir
Les Français achètent 60 % de vêtements de plus qu’il y a quinze ans, tout en les portant deux fois moins longtemps. Par personne et par an, les Européens consomment jusqu'à 26 kg de textiles par personne, et en jettent 11 kg. Les initiatives des marques pour s’adapter aux nouvelles attentes... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives - Une coalition internationale demande des mesures pour freiner la pollution textile

Les États-Unis se sont arrogé le pouvoir de décider quel peuple a le droit de manger

Par : Wayan

Par Caitlin Johnstone − Le 17 octobre 2021

Les agences de presse AP et AFP, multiplicateurs de propagande à l’échelle mondiale, ont toutes deux informé leurs lecteurs qu’un « fugitif » vient d’être extradé vers les États-Unis.

« Un homme d’affaires fugitif proche de Maduro, le président vénézuélien, est extradé vers les États-Unis », titre l’AFP.

« Alex Saab, un fugitif proche du gouvernement socialiste du Venezuela, a été mis dans un avion à destination des États-Unis pour faire face à des accusations de blanchiment d’argent », a annoncé AP sur Twitter.

On peut se demander ce qui fait spécifiquement de cet homme un « fugitif » et ce que ce statut a à voir avec son extradition vers un gouvernement étranger dont les lois ne devraient avoir aucune incidence sur sa vie. Il se trouve qu’Alex Saab, citoyen vénézuélien d’origine colombienne, est un « fugitif » de l’autorité autoproclamée du gouvernement américain, qui décide quelles populations de notre planète sont autorisées à avoir un accès facile à la nourriture. Son crime est de travailler à contourner les sanctions américaines écrasantes qui font mourir de faim les civils vénézuéliens, par dizaines de milliers.

Il est absolument honteux que @AP décrive un diplomate vénézuélien 
enlevé par les États-Unis comme un "fugitif".
https://t.co/52AxFOFB80

- Alan MacLeod (@AlanRMacLeod) 16 octobre 2021

Saab fut extradé de la nation africaine du Cap Vert où il est emprisonné depuis l’année dernière, sous la pression du gouvernement américain. Dans un article publié en mai dernier et intitulé « Alex Saab v. The Empire : Comment les USA manipulent la loi pour punir un diplomate vénézuélien », Roger D Harris explique comment les États-Unis utilisent leur domination sur le système financier international pour écraser les nations qui leur désobéissent. Il expose aussi les véritables raisons de l’emprisonnement de Saab, qui fut torturé et soumis à des conditions de vie draconiennes. Harris écrit :

Alex Saab, envoyé spécial et ambassadeur auprès de l’Union africaine pour le Venezuela, effectuait une mission humanitaire en volant de Caracas vers l’Iran afin de se procurer de la nourriture et de l’essence pour le programme vénézuélien d’aide alimentaire CLAP. Saab a été arrêté lors d’une escale dans la nation africaine du Cap Vert et est détenu depuis le 12 juin 2020.

 

Le « crime » de Saab – selon le gouvernement américain, qui a ordonné l’emprisonnement – est le blanchiment d’argent. Pourtant, Saab menait un commerce international parfaitement légal. Mais le fait qu’il ait contourné les sanctions américaines – qui visent à empêcher l’aide d’arriver aux mains des Vénézuéliens – est considéré par Washington comme du blanchiment d’argent.

Après une enquête de deux ans sur les transactions de Saab avec les banques suisses, le gouvernement suisse a conclu, le 25 mars dernier, qu’il n’y avait pas de blanchiment d’argent. Saab est poursuivi en justice parce qu’il sert les intérêts de son pays plutôt que ceux des États-Unis.

Les agences de presse comme AP et AFP savent très bien que Saab est extradé non pas pour avoir enfreint une quelconque loi, mais pour avoir osé transgresser les sanctions unilatérales de Washington. Comme l’écrivait Joe Emersberger de FAIR en juillet dernier :

Reuters (3/15/21, 3/18/21) a rapporté avec désinvolture que Saab « risque d’être extradé vers les États-Unis, qui l’accusent d’avoir violé les sanctions américaines » et qu’il a été « désigné à plusieurs reprises par le Département d’État américain comme un opérateur qui aide Maduro à conclure des accords commerciaux que Washington cherche à bloquer par des sanctions ». Un article de Reuters (28/08/20) sur le cas de Saab en 2020 mentionne au passage que « les États-Unis ont saisi ce mois-ci quatre cargaisons de carburant iranien à destination du Venezuela, où les pénuries de carburant s’aggravent à nouveau. »

Les critiques de l’empire américain ont eu des mots durs pour l’extradition.

« Biden, reprenant le bâton de Trump, a kidnappé le diplomate vénézuélien Alex Saab pour le crime d’avoir essayé de nourrir les Vénézuéliens au mépris des sanctions américaines destinées à empêcher cela », a tweeté le journaliste Aaron Maté. « Les Vénézuéliens n’auront pas le droit de manger tant que la mafia de Washington ciblera leur gouvernement pour un changement de régime. »

Oui, en effet. Le gouvernement américain s’est attribué l’autorité de décider unilatéralement quelles populations du monde ont le droit de manger et lesquelles ne l’ont pas, et d’emprisonner toute personne qui tente de faciliter l’alimentation non autorisée pour une nation sanctionnée par les États-Unis.

« L’extradition du diplomate vénézuélien Alex Saab est un signal clair que l’administration Biden n’a pas rompu avec l’assaut tous azimuts de Trump contre le droit international », a tweeté la journaliste Anya Parampil. « C’est aussi un signe inquiétant pour le cas de Julian Assange – un autre citoyen étranger que les États-Unis ont essentiellement kidnappé et retenu en otage. »

C’est vrai. Il semblerait que la principale différence entre le cas d’Assange et celui de Saab soit que l’empire américain s’efforce d’extrader Assange parce qu’il a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à l’information, alors que Saab a transgressé son autorité autoproclamée sur l’accès du monde à la nourriture.

« L’État voyou américain vient de briser toutes les lois internationales, après avoir emprisonné et maintenant extradé le DIPLOMATE vénézuélien Alex Saab. L’immunité diplomatique est morte ; l’empire américain l’a tuée. Désormais, tous les diplomates étrangers peuvent être kidnappés et emprisonnés, si Washington le souhaite », a tweeté le journaliste Ben Norton, ajoutant : « Les accusations américaines de ‘blanchiment d’argent’ sont absurdes et politiquement motivées. Les États-Unis prétendent que toute personne qui viole leurs sanctions ILLÉGALES est un ‘criminel’. »

En effet, le « blanchiment d’argent » est une accusation vague qui, en gros, signifie simplement essayer de dissimuler la source ou la destination de l’argent qui est considéré comme ayant été obtenu illégalement, et puisque le gouvernement américain se considère comme l’arbitre des transactions financières légales dans les nations qu’il sanctionne, il peut appliquer cette affirmation à quiconque tente de contourner financièrement les sanctions américaines.

Le gouvernement américain ne nie pas que ses sanctions nuisent aux Vénézuéliens en s’attaquant à l’économie dont ils dépendent pour se nourrir, en fait il a ouvertement admis que « les sanctions, en particulier sur la compagnie pétrolière d’État en 2019, ont probablement contribué au déclin plus marqué de l’économie vénézuélienne. »

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il inflige à l’Iran visent sa population civile, le secrétaire d’État de l’époque, Mike Pompeo, ayant ouvertement admis en 2019 que la guerre économique menée par Washington contre cette nation visait à faire pression sur les civils iraniens pour qu’ils « changent de gouvernement », c’est-à-dire les rendre si misérables qu’ils mènent un soulèvement national pour renverser Téhéran.

Le gouvernement américain ne nie pas non plus que les sanctions de famine qu’il inflige à la Syrie sont conçues pour nuire à sa population civile, l’actuel secrétaire d’État Tony Blinken ayant réaffirmé mercredi dernier que la politique de l’administration Biden consiste à « s’opposer à la reconstruction de la Syrie » tant qu’Assad reste au pouvoir. En d’autres termes, les États-Unis n’accorderont pas à la Syrie les fonds nécessaires pour l’aider à se reconstruire après la guerre dévastatrice pour changer le régime que les États-Unis et leurs alliés ont menée contre elle, alors même que les Nations unies signalent que 60 % de la population du pays est proche de la famine.

Et bien sûr, il y a l’horrible blocus du Yémen par l’alliance de puissance américaine, qui tue des centaines de milliers de personnes par la famine et la maladie, l’ONU signalant que 16 millions de personnes supplémentaires « se rapprochent de la famine ».

La famine est le seul type de guerre où, en raison du recadrage continuel de la propagande des médias de masse, il est considéré comme parfaitement normal et acceptable de cibler délibérément une population civile avec une force mortelle.

L’empire américain est tout à fait ouvert sur le fait qu’il se considère comme le gardien de l’approvisionnement alimentaire du monde. Si une population désobéit à l’empire, ses habitants mourront de faim, et toute personne qui tentera de leur procurer de la nourriture sera arrêtée par des mandataires américains et placée dans une cellule de prison américaine.

C’est la vision qu’ont les impérialistes du paradis sur terre. Un monde où la mainmise de l’Amérique sur les systèmes financiers mondiaux lui permet d’étouffer des populations entières si leurs gouvernements désobéissent aux décrets impériaux, sans même tirer un coup de feu. Un monde où le cauchemars de relation publique que provoquaient des images de civils bombardés et des nations détruites font partie du passé, où les nations désobéissantes peuvent simplement être pressées à mort par des tactiques modernes de guerre de siège tandis que les sociétés de propagande impériales comme AP et AFP rejettent la responsabilité de cette famine sur les dirigeants de leur nation.

C’est le pouvoir ultime juste là. C’est le contrôle total. Faire en sorte que le monde se plie à la volonté du dollar tout-puissant et de la force militaire massive avec laquelle il est inextricablement lié, à tel point que la désobéissance devient impossible. C’est pour cela que l’on se bat dans cette guerre mondiale de basse intensité que l’empire mène contre des gouvernements non obéissants comme le Venezuela, la Syrie, l’Iran, la Russie et la Chine. Et c’est pourquoi ces gouvernements font de leur mieux pour s’éloigner du dollar, en réponse.

Il va sans dire qu’une structure de pouvoir qui affame ouvertement des civils à mort pour assurer sa domination mondiale n’est pas le genre de structure de pouvoir que l’humanité devrait accepter pour dominer le monde. La volonté de faire des choses aussi monstrueuses montre une dépravation et un manque de sagesse qui devrait rendre cette structure de pouvoir illégitime.

Caitlin Johnstone

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

Un quinquennat pour rien

Après la sortie de la piste aux étoiles d'Angela en Allemagne, le résultat du sondage de la population au sujet de la démocratie, il fallait bien que je parle des prémisses de la campagne des élections françaises qui ont déjà commencé depuis quelques temps alors que le premier tour est fixé dans six mois. Avant tout, c'est le moment d'apporter des conclusions sur le dernier quinquennat d'Emanuel Macro en France. Lors des élections de 2017, j'hésitais de parler de (...) - Tribune Libre

Lego s’attaque aux préjugés sexistes de ses jouets

Par : FranceSoir
Lego s'inquiète depuis quelques années des stéréotypes véhiculés par ses jouets. En 2016, le fabricant de jouets a lancé une collection en hommage aux femmes de la NASA, pour représenter aussi la place des femmes à des postes importants, tout en renforçant l’intérêt des enfants (indépendamment de... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Unsplash - Lego s’attaque aux préjugés sexistes de ses jouets

« L’Etat veut vous interdire d’habiter dans une maison !! » L’édito de Charles SANNAT

Par : Volti
Des habitations en cages à poule pour tous ?? Ils sont vraiment nazes…. Charles Sannat pour Insolentiae Mes chères impertinentes, chers impertinents, Les dernières déclarations d’Emmanuelle Wargon, ministre du logement ne laissent pas place à un doute important. C’est bien la maison individuelle qui est dans la ligne de mire du gouvernement. L’objectif ? Nous entasser dans des grandes villes, […]

Coronascroquerie : comment rester riche sans être créatif lorsqu'on a des moyens ?

Par : Breton8329
Il était une fois des investisseurs qui risquaient de perdre leur mise car les brevets de leurs médicaments tombaient les uns après les autres dans le domaine public. Ils prétextèrent d'une maladie bizarre pour enfermer l'ensemble de la population mondiale jusqu'à ce qu'ils acceptent de s'injecter un liquide inconnu qu'ils vendaient fort cher, ce qui leur permit d'encaisser des milliards de bénéfices tout en prétendant avoir sauvé la planète contre (...) - Tribune Libre

France, Algérie, halte à la « repentance » bêlante

Je viens d'entendre, ou plutôt de subir, les jérémiades de « l'historien » de service, bavant sur des massacres ayant eu lieu il y a soixante ans. Une époque où les exactions, les tueries, les massacres étaient choses courantse, et des deux côtés. La France était en guerre, et cette guerre dont on cachait le nom sous les vocables pudiques de « évènements » ou « maintien de l'ordre » tuait chaque jour des jeunes, qu'ils soient Français ou Algériens. La guerre, ce (...) - Tribune Libre

Failles juridiques et « Zuckerbucks ». Une étude explique comment le PDG de Facebook a « acheté » l’élection de 2020.

Par : Wayan

Par Svetlana Ekimenko − Le 14 octobre 2021 − Source Sputnik News

La course à la présidence de 2020 a été serrée, et la victoire électorale étroite du Démocrate Joe Biden signifie qu’un nombre relativement faible de votes évoluant dans un sens différent aurait pu produire un résultat différent. Donald Trump a maintenu que l’élection avait été « truquée » en faveur de son rival et qu’elle lui avait été « volée ».

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, a versé des centaines de millions de dollars, pendant la période électorale de 2020, à des organisations à but non lucratif nominalement non partisanes qui ont manipulé le financement des bureaux de vote pour faire pencher la balance en faveur du vote démocrate, selon une étude publiée par The Federalist.

L’analyse effectuée par William Doyle, Ph.D., chercheur principal au Caesar Rodney Election Research Institute à Irving, au Texas, montre que le financement par des ressources privées a ciblé des États clés du champ de bataille électoral pour augmenter le nombre de votes en faveur de Joe Biden, face à son rival, le républicain Donald Trump.

C’est dans des États comme la Géorgie, où Biden a gagné par 12 000 voix, et l’Arizona, où il a gagné par 10 000 voix, que ces massives ressources supplémentaires sont censées avoir propulsé le Démocrate vers la victoire. Le rapport affirme qu’il ne s’agit pas d’un cas de financement de campagne traditionnel ou de lobbying, mais d’une manipulation habile des « failles juridiques » qui a probablement permis à l’élection de 2020 d’être « achetée » par l’un des hommes les plus riches du monde.

Un financement partisan ciblé sur les États faisant pencher la balance

Selon William Doyle et son équipe, un financement privé de l’administration gérant les élections est ce qui distingue nettement la campagne présidentielle de novembre 2020 de toutes les précédentes. Deux organisations à but non lucratif financées par Mark Zuckerberg – le Center for Technology and Civic Life (CTCL) et le Center for Election Innovation and Research (CEIR) – ont ostensiblement transféré 419,5 millions de dollars de ressources privées des poches du PDG de Facebook vers les bureaux électoraux des gouvernements locaux.

Cette infiltration, prétendument effectuée au niveau de la ville et du comté, a permis aux bureaux d’être utilisés comme « plate-forme » dans les zones à dominante démocrate. Les méthodes utilisées pour attirer le vote démocrate sont décrites comme allant d’une pléthore de pratiques administratives et d’accords de partage de données à des campagnes directes de sensibilisation dans les États clés.

À titre d’exemple de cette dernière méthode, le rapport indique que les organisations à but non lucratif ont financé des « assistances au vote » dans le Wisconsin. Des personnes étaient chargées « d’aider les électeurs, jusque devant leur porte, pour répondre à leurs questions, les aider à remplir leur bulletin de vote … et assister à la signature des bulletins de vote par correspondance ». En outre, une agence de recrutement affiliée à la dirigeante politique et militante du droit de vote Stacey Abrams, appelée « Happy Faces », a été ostensiblement mise en place de manière temporaire pour compter les votes le soir des élections dans le comté de Fulton, en Géorgie.

Sous couvert d’une prétendue assistance au vote pendant la pandémie de COVID-19, le Center for Technology and Civic Life aurait coordonné avec les gouvernements locaux la collecte des votes dans les régions démocrates.

L’analyse énumère les moyens par lesquels la CTCL a atteint son objectif en recourant à des organisations à but non lucratif, à des plateformes de médias sociaux et à des influenceurs sur les médias sociaux. Il s’agit notamment de la promotion du vote universel par correspondance – une mesure que Donald Trump avait qualifiée dès le départ de « catastrophique » et d’entachée d’irrégularités électorales.

En outre, le financement des bureaux électoraux par les organisations à but non lucratif aurait contribué à prolonger les délais, ce qui favorisaient le vote par correspondance plutôt que le vote en personne. Cela aurait permis le « ballot curing », lorsque des centaines de milliers de bulletins de vote par correspondance ont pu être rejetés en raison d’« erreurs », telles que des signatures manquantes ou non concordantes. Des groupes d’activistes se sont précipités pour aider les électeurs à réparer – ou « soigner » – leurs bulletins avant qu’il ne soit trop tard, afin qu’ils puissent être comptabilisés. De coûteuses et massives campagnes postales auraient également fait partie des programmes financés de « sensibilisation de la communauté ».

La collecte illégale de bulletins de vote aurait été rendue possible par la CTCL grâce à la prolifération de boîtes de dépôt privées non surveillées, dans le cadre de la nouvelle campagne électorale par correspondance. Selon l’étude, l’organisation à but non lucratif CTCL a canalisé des ressources pour augmenter le nombre d’employés temporaires des bureaux de vote dans le cadre de l’infiltration secrète des bureaux de vote par des militants rémunérés du parti démocrate.

Le rapport affirme que des sommes stupéfiantes d’argent supplémentaire se sont déversées dans les bureaux électoraux des zones à vote démocrate. Les deux organisations privées à but non lucratif susmentionnées sont responsables d’une augmentation de 85 % du financement supplémentaire total des élections dans les municipalités fortement démocrates.

Des subventions assorties de conditions

La CTCL a accordé 25 subventions d’un million de dollars ou plus à des villes et comtés d’Arizona, de Géorgie, du Michigan, de Caroline du Nord, de Pennsylvanie, du Texas et de Virginie. Sur ce total, 23 sont allés à des zones que Joe Biden a remportées lors de l’élection présidentielle de 2020.

Selon l’analyse effectuée par l’équipe dirigée par M. Doyle, les fonds du CTCL ont permis d’augmenter jusqu’à 47 dollars par électeur les ressources de Green Bay, où l’on vote pour les Démocrates, tandis que les zones rurales recevaient un financement de 4 dollars par électeur. Des disparités de cette nature, affirme le rapport, sont apparentes dans des zones telles que Detroit, Atlanta, Philadelphie, Pittsburgh, Flint, Michigan, Dallas, Houston et d’autres villes – toutes bénéficiaires de l’argent de CTCL.

L’analyse propose une étude de cas d’un État, le Texas, où les comtés démocrates sont présentés comme ayant reçu de CTCL les niveaux les plus élevés de dépenses par habitant. Considéré comme une zone républicaine, le comté de Tarrant a basculé du côté démocrate en 2020. L’équipe a également présenté ses résultats préliminaires en Géorgie et au Wisconsin, qui suggèrent un impact similaire sur la marge de vote de Biden, dérivé des dépenses de CTCL.

Biais structurel

En conclusion, l’étude souligne que l’utilisation d’organisations privées manque de transparence administrative et financière et n’est pas soumises aux mêmes règles et contrôles que les employés et institutions publics, ce qui signifie qu’elles ne peuvent pas être contrôlées par le biais de demandes de publication des documents.

L’analyse montre qu’un afflux massif de fonds privés a permis la mise en place d’un système électoral « fantôme » lors de l’élection présidentielle de 2020. Il aurait systématiquement favorisé les électeurs démocrates au détriment des électeurs républicains depuis « les profondeurs » du système électoral.

Selon les auteurs du rapport, le « biais structurel » qui a imprégné l’élection de 2020 est probablement ce qui a permis à Joe Biden de remporter la victoire au collège électoral. À l’avenir, après la conclusion d’autres analyses État par État, le projet a l’intention de proposer une « carte électorale de la contrefaction », reflétant ce qu’auraient été les résultats des élections de 2020 sans les 419,5 millions de dollars du CTCL/CEIR.

Le rapport, qui fait l’effet d’une bombe, a déclenché l’indignation des Républicains, le gouverneur de la Floride Ron DeSantis ayant déclaré que la loi sur la réforme électorale avait « interdit les Zuckerbucks [bucks voulant dire dollars en argot américain’ NdT] » dans cet État.

« Donc, Zuckerberg, il a dépensé plus de 400 millions de dollars à travers ces, je cite, organismes sans but lucratif pour, je cite, aider à l’administration des élections. Mais ce qu’ils faisaient, c’est qu’ils exigeaient que certaines choses soient faites, comme le vote par courrier de masse, la récolte des bulletins de vote, et ils se concentraient sur la participation des électeurs partisans, en gros. C’est totalement inacceptable », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse mardi.

Le sénateur Ron Johnson (R-Wis) a mis en doute la légalité des dépenses « partisanes » de Mark Zuckerberg pour les élections de 2020.

« Bien que nous ne sachions pas encore tout ce qui s’est passé, les rapports publics sur son influence sur les élections de 2020 à Green Bay et dans d’autres bastions démocrates soulèvent suffisamment de soupçons », a déclaré Ron Johnson, cité par The Post.

Le sénateur Rand Paul (R-Ky.) a demandé sur Twitter si les élections étaient « à vendre ». Le président de l’Assemblée de l’État du Wisconsin, Robin Vos, est allé encore plus loin en commandant une enquête sur le travail financé par Zuckerberg et sa femme dans cinq villes du Wisconsin.

Plus tôt cette année, une analyse de la Foundation for Government Accountability a révélé que dans l’État clé de Géorgie, une somme estimée à 29 millions de dollars provenant de l’argent du PDG de Facebook a été canalisée vers des comtés remportés plus tard par Biden.

En réponse au rapport, le porte-parole de Zuckerberg, Ben LaBolt, a reconnu avoir fait des dons d’une valeur de 350 millions de dollars au Center for Tech and Civic Life et de 69,5 millions de dollars au Center for Election Innovation and Research.

« Le CTCL a lancé un appel ouvert aux juridictions locales à travers le pays et a fourni un financement à toutes les juridictions qui ont fait une demande. Près de 2 500 juridictions électorales de 49 États ont demandé et reçu des fonds, y compris des comtés urbains, suburbains, ruraux et exurbains. Bien que Mark et Priscilla aient fourni une subvention globale à CTCL [pour] s’assurer que le financement était disponible, ils n’ont pas participé au processus visant à déterminer quelles juridictions ont reçu des fonds, et en tant qu'[organisation à but non lucratif], il est interdit à CTCL de s’engager dans des activités partisanes », a déclaré le porte-parole.

Svetlana Ekimenko

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

St Martin d'Ardèche, camp d'ados avec les Bresson, Courbis, Haug, Vieilledent, etc

Jean Bresson, René Bresson, Robert Courbis, Claudine Haug, Nadia Vieilledent, Raoul Payan, je cherche à vous joindre pour vous avoir au moins au téléphone. Jean Bresson, René Bresson, Robert Courbis, Claudine Haug, Nadia Vieilledent, Raoul Payan, je cherche à vous joindre pour vous avoir au moins au téléphone. Où êtes vous ? Je suis à Chessy les Mines dans le Rhône (Claude barratier 06 84 30 86 86 ) Je voulais retrouver Robert Courbis, animateur spéléo du camp, qui doit savoir si à St (...) - Tribune Libre

CHOC : Un garçon de 13 ans décède quelques secondes plus tard de la 2e dose du vaccin covid19 (BRESIL)

💥💉👁Un garçon de 13 ans décède quelques secondes plus tard de la 2e dose du vaccin covid19, Brésil / 13-year-old boy dies seconds later from the 2nd dose of the covid19 vaccine, Brazil 🇧🇷@AssoCovid @franceinfo @france_soir @JudicialWatch @newsmax @DailyMailUK @jairbolsonaro pic.twitter.com/U7Tva5Y73i

— France Résistance (@FranceRsistanc1) October 18, 2021

L’article CHOC : Un garçon de 13 ans décède quelques secondes plus tard de la 2e dose du vaccin covid19 (BRESIL) est apparu en premier sur PLANETES360.

Mark Zuckerberg a Détourné 419 Millions de Dollars pour Contribuer à l’Élection de Biden en 2020 !

Par : Thomas
Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a injecté des centaines de millions de dollars de son propre argent dans des groupes pro-démocrates qui ont aidé Joe Biden à remporter l’élection de 2020, selon des rapports.

Mark Zuckerberg, 37 ans, et sa femme Priscilla Chan, 36 ans, ont donné la somme énorme de 420 millions de dollars à des organisations à but non lucratif qui ont aidé à l’administration et à l’infrastructure de l’élection présidentielle dans les comtés dirigés par des démocrates.

Les magnats multimilliardaires de la grande technologie ont versé 419,5 millions de dollars au Center for Technology and Civic Life (CTCL) et au Center for Election Innovation and Research (CEIR), des organisations à but non lucratif qui ont accordé des subventions afin de favoriser la participation des électeurs démocrates.

Nypost.com rapporte : Chaque subvention du CTCL et du CEIR décrivait en détail les conditions dans lesquelles l’argent devait être utilisé.

Il ne s’agit pas d’une question de démocrates dépensant plus que les républicains. Le financement privé de l’administration électorale était pratiquement inconnu dans le système politique américain avant l’élection de 2020.

Les gros fonds du CTCL et du CEIR n’avaient rien à voir avec le financement traditionnel des campagnes, le lobbying ou les autres dépenses liées aux élections modernes de plus en plus coûteuses. Il avait à voir avec le financement de l’infiltration des bureaux électoraux au niveau des villes et des comtés par des militants de gauche et l’utilisation de ces bureaux comme plateforme pour mettre en œuvre des pratiques administratives, des méthodes de vote et des accords de partage de données préférés, ainsi que pour lancer des campagnes de sensibilisation intensives dans des zones lourdes en électeurs démocrates.

Par exemple, le CTCL/CEIR a financé des « conseillers en vote » dans le Wisconsin pour « aider les électeurs, potentiellement devant leur porte, pour répondre à leurs questions, les aider à soigner leur bulletin de vote … et assister à la signature des bulletins de vote par correspondance », et une agence de travail temporaire affiliée à Stacey Abrams, appelée Happy Faces, pour compter les votes dans le chaos de la nuit électorale dans le comté de Fulton, en Géorgie.

Le CTCL a exigé la promotion du vote universel par correspondance en suspendant les lois électorales, en prolongeant les délais qui favorisent le vote par correspondance au détriment du vote en personne, en augmentant considérablement les possibilités de « purification des bulletins de vote », d’envois massifs coûteux et d’autres programmes somptueux de « sensibilisation communautaire » dirigés par des activistes privés.

Le CTCL a favorisé la prolifération de boîtes de dépôt privées non surveillées (ce qui a créé d’importants problèmes de chaîne de possession) et des possibilités de nouvelles formes de  » propagande électorale par bulletin de vote postal « , a permis la soumission de nombreux bulletins douteux après le jour de l’élection et a créé des possibilités de récolte illégale de bulletins.

Le CTCL a considérablement augmenté le financement du personnel temporaire et des travailleurs électoraux, ce qui a favorisé l’infiltration des bureaux de vote par des militants du Parti démocrate rémunérés, coordonnée par un réseau complexe d’organisations à but non lucratif de gauche, de plateformes de médias sociaux et d’influenceurs électoraux sur les médias sociaux.

La quantité d’argent supplémentaire que ces groupes ont déversé dans les bureaux électoraux des zones de vote démocrate était vraiment stupéfiante. Pour mettre cela en perspective, les fonds de contrepartie fédéraux et étatiques pour les dépenses électorales liées au COVID-19 en 2020 ont totalisé 479,5 millions de dollars.
L’argent du CTCL et du CEIR s’élevait à 419,5 millions de dollars.

Ces deux organisations privées à but non lucratif ont été responsables d’une augmentation de 85 % du financement électoral supplémentaire total – et cette largesse a été concentrée dans un nombre relativement faible de municipalités fortement démocrates.

Bien que le CTCL et le CEIR soient des sociétés 501(c)(3) non partisanes, nos recherches suggèrent que les dépenses effectuées en 2020 étaient hautement partisanes dans leur distribution et leurs effets.

Sur les 25 subventions accordées par le CTCL aux villes et comtés d’Arizona, de Géorgie, du Michigan, de Caroline du Nord, de Pennsylvanie, du Texas et de Virginie, d’un montant d’un million de dollars ou plus, 23 sont allées à des régions gagnées par Biden en 2020. L’un des deux comtés remportés par Donald Trump, le comté de Brown, dans le Wisconsin, a reçu environ 1,1 million de dollars, soit moins de 1,2 % des 87,5 millions de dollars que le CTCL a versés à ces 25 principaux bénéficiaires.

Mais même dans le comté de Brown, au Wisconsin, où se trouve la ville fortement démocrate de Green Bay, les disparités de financement sont flagrantes. La législature du Wisconsin a fourni environ 7 dollars par électeur à la ville de Green Bay pour gérer ses élections de 2020. Les comtés ruraux du Wisconsin ont reçu environ 4 dollars par électeur.

Les fonds du CTCL ont permis d’augmenter les ressources de Green Bay, qui vote pour les démocrates, à 47 dollars par électeur, alors que la plupart des zones rurales recevaient toujours les mêmes 4 dollars par électeur. Des disparités de financement similaires se sont produites près de Detroit, Atlanta, Philadelphie, Pittsburgh, Flint, Michigan, Dallas, Houston et d’autres villes qui ont reçu des dizaines de millions de dollars de fonds du CTCL.

Une analyse préliminaire montre que ce ciblage partisan du financement du CTCL s’est répété dans les États du champ de bataille à travers le pays. Notre première étude de cas, cependant, examine l’effet des dépenses du CTCL sur le scrutin de 2020 au Texas.

La figure ci-dessous montre les comtés qui ont reçu des dépenses du CTCL classées par dépenses du CTCL par habitant au Texas. Comme on peut facilement le constater, les comtés ayant les niveaux de dépenses du CTCL par habitant les plus élevés étaient des comtés démocrates.

Il convient de noter que le comté de Tarrant, qui contient Fort Worth, est répertorié comme un comté républicain mais a basculé démocrate en 2020. Les comtés exurbains de DFW, Denton et Collin, qui sont solidement républicains, ne sont pas inclus ici car ils n’ont reçu aucun financement du CTCL.

Le financement et la gestion des élections ont toujours été une fonction gouvernementale, et non une fonction privée, et ce pour une bonne raison. Les organisations privées ne sont pas soumises aux règles applicables aux employés et aux institutions publiques – elles ne sont pas tenues de tenir des audiences publiques, ne peuvent pas être contrôlées par le biais de demandes de documents ouverts et d’autres mécanismes de transparence administrative et financière, ne sont pas soumises aux contrôles et équilibres normaux du processus gouvernemental et ne sont pas responsables devant les électeurs si le public désapprouve leurs actions.

L’effet pratique de ces disparités massives de financement des bureaux électoraux, manipulées par le secteur privé, a été de créer un système électoral « fantôme » avec un biais structurel intégré qui favorise systématiquement les électeurs démocrates par rapport aux électeurs républicains. L’afflux massif de fonds a essentiellement permis à Biden d’obtenir le droit de vote à l’intérieur du système électoral, plutôt que de tenter de l’influencer de l’extérieur.

Nous appelons cela l’injection d’un biais structurel dans l’élection de 2020, et notre analyse montre qu’elle a probablement généré suffisamment de votes supplémentaires pour que Biden obtienne une victoire au Collège électoral en 2020.

Nos résultats préliminaires en Géorgie et au Wisconsin suggèrent un impact similaire sur la marge de vote de Biden à partir des dépenses du CTCL. Et les dépenses dans ces États étaient probablement suffisamment importantes et ciblées pour les faire basculer dans la colonne de Biden.

Ce projet de recherche et d’analyse aboutira à la création d’une carte électorale contrefactuelle basée sur les résultats combinés de notre analyse État par État. Elle reflétera ce à quoi les résultats des élections auraient ressemblé après le dépouillement du dernier bulletin de vote légal si le CTCL et le CEIR n’avaient pas dépensé leurs 419,5 millions de dollars en 2020.

Nous avons de bonnes raisons d’anticiper que les résultats de notre travail montreront que l’implication du CTCL et du CEIR dans l’élection de 2020 a donné lieu à une élection qui, bien que libre, n’était pas équitable. L’élection de 2020 n’a pas été volée – elle a probablement été achetée avec de l’argent versé à travers des failles juridiques.

L’article Mark Zuckerberg a Détourné 419 Millions de Dollars pour Contribuer à l’Élection de Biden en 2020 ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Matières premières : vers une pénurie mondiale de tout ? JACQUES SAPIR | PHILIPPE CHALMIN

Avec la reprise économique, la demande de matières premières augmente tandis que l’offre, désorganisée par la pandémie, ne suit pas. Quelles conséquences sur l’inflation ? Ce phénomène pourrait-il perdurer dans un monde sous contrainte climatique ?

Russeurope Express
Jacques Sapir et Clément Ollivier reçoivent Philippe Chalmin, professeur d’histoire économique à Paris-Dauphine et directeur du rapport annuel « Cyclope » sur les matières premières.

L’article Matières premières : vers une pénurie mondiale de tout ? JACQUES SAPIR | PHILIPPE CHALMIN est apparu en premier sur PLANETES360.

Cybercontrôle : « Pour l’Élite Davosienne, le Covid a Permis de Passer à la Vitesse Supérieure ! »

Par : Thomas
Après le pass sanitaire, pourquoi pas un contrôle de l’identité numérique ? Modeste Schwartz, essayiste, constate au micro de Rachel Marsden une potentielle similitude d’exploitation des crises sanitaire et informatique.
Le début du mois d’octobre a été marqué par une immense panne des principaux réseaux sociaux et de messagerie.

La plupart des experts en cybersécurité estiment que le bug a été causée par une erreur lors d’une mise à jour des serveurs de Facebook. Mais quel que soit le problème, l’essentiel est que la réaction du public vient de prouver que beaucoup de gens seraient prêts à renoncer à la confidentialité de leurs données au profit de la sécurité d’accès à leurs plateformes préférées.

Le fait que de nombreux utilisateurs de ces services soient allés se plaindre sur Twitter fournit aux gouvernements un argument en faveur de davantage de contrôle et de réglementation afin d’assurer la continuité de ces services.

Mais quels sont réellement les risques qu’un tel scénario se réalise? Modeste Schwartz, auteur du livre Le Magicien de Davos (Éd. Culture et Racines), estime que l’intérêt du contrôle d’identité remonte déjà à plusieurs années:

« Le thème de l’identité numérique a été déjà dans les tuyaux de Davos et de la Silicon Valley depuis au moins une décennie, sinon plus. »

Il n’est pas difficile de voir comment le pass sanitaire, avec son code QR lié à l’identité du porteur, créé pour donner un sentiment de sécurité face au coronavirus, pourrait être adapté à une identification numérique sous prétexte de sécuriser Internet et ses différents services.

Pour cette élite davosienne -qui avait plutôt coutume de se présenter comme réformiste, de faire les choses lentement et créer le consensus-, l’opération Covid a permis de passer à la vitesse supérieure », observe Modeste Schwartz.

Rappelons que ces deux dernières années, le Forum économique mondial a organisé des simulations d’une panne Internet majeure, dénommées « Cyber polygone ». Le fondateur et président exécutif du groupe, Klaus Schwab, a déclaré le 8 juillet 2020 que « la crise du Covid-19 est, en comparaison, une petite perturbation par rapport à une cyberattaque grave ». Pour lui, la crise sanitaire est « un coup de semonce opportun devant inciter la communauté de la cybersécurité à se préparer à une potentielle cyberpandémie« .

La stature prophétique de Klaus Schwab a été considérablement renforcée par le succès de son ‘opération Covid’. Si celle-ci a été réussie, pourquoi ne pas réussir aussi le Covid digitalLa stature prophétique de Klaus Schwab a été considérablement renforcée par le succès de son ‘opération Covid’. Si celle-ci a été réussie, pourquoi ne pas réussir aussi le Covid digital ?« 

Rachel Marsden
Sputnik

Source : sott

L’article Cybercontrôle : « Pour l’Élite Davosienne, le Covid a Permis de Passer à la Vitesse Supérieure ! » est apparu en premier sur PLANETES360.

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 16 octobre 2021

Par : Volti
Par Christelle Néant pour Donbass-Insider Chaque semaine, nous vous proposons un rapport de situation (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine, et la Russie. Cette semaine, le rapport de situation couvre principalement l’évolution de la situation militaire, l’enlèvement d’un observateur de la RPL au sein du CCCC par l’armée […]

Le Québec sur les traces du Rwanda

Le Québec sur les traces du Rwanda Il y a quelques années, l'un des sujets politico-médiatiques était « le discours haineux »[1]. Combien de fois n'avons-nous pas été mis en garde et même sermonnés concernant les fameux discours "haineux" ? [2]  Puis, peu à peu, on a utilisé cette notion du discours haineux pour limiter la liberté d'expression et même, par la bande, la liberté d'opinion. Sous le prétexte de la lutte contre les « discours haineux » : (...) - Tribune Libre

"On donne des colis alimentaires à la Réunion mais les gens n’ont pas les moyens d’y accéder" Benjamin Boucher

Par : FranceSoir
ENTRETIEN — Avec près de 40 % de la population vivant sous le seuil de pauvreté et plus de 34 % de chômage, que se passe-t-il sur l’île de la Réunion ? « Les populations souffrent et on ne nous écoute jamais. À l’Assemblée, on ne nous écoute pas, et dans les médias on est invisible » s’insurge... - Lire la suite sur FranceSoir.fr Fs - "On donne des colis alimentaires à la Réunion mais les gens n’ont pas les moyens d’y accéder" Benjamin Boucher

GRAND JEU pour les 10 ans de Planetes360 ! Gagnez 10 livres « COVID-19: ENQUÊTE SUR UN VIRUS »

📝 Pour participer au jeu :

– Abonnez-vous à la chaîne Youtube, commente juste ici 💙

✅ Nous suivre sur les réseaux sociaux :
https://www.youtube.com/planetes360
Tweets by Planetes360

🍀BONNE CHANCE À TOUS

« Manipulations, Vols, Meurtres, Influences et Guerres Médiatiques » ( Sars-CoV-2 – Coronavirus – Covid19 – N-CoV-19 )

Le 18 octobre 2019 à Wuhan, s’ouvrent les jeux sportifs militaires, inaugurés par le président Xi Jinping. Plusieurs militaires français, italiens, suédois, etc., tomberont malades pendant les épreuves.

Exactement le même jour à New York commence une simulation de pandémie mondiale qui va réunir, entre autres, la Fondation Bill Gates, le John Hopkins Center, le World Economic Forum, Avril Haines (ancienne directrice de la CIA sous Barack Obama), George Fu Gao directeur du Centre Chinois pour le Contrôle et Prévention des Maladies, Adrian Thomas vice-président de Johnson & Johnson multinationale de la chimie, et une partie de l’équipe de télévision NBC qui va simuler la couverture médiatique (via la fausse télé GNN) du scénario « Coronavirus » en direct d’une… porcherie brésilienne (sic).

Et voici un détail du script de la répétition de New York: « Une chauve-souris transmet le virus aux animaux, qui va passer ensuite à l’homme et qui va déclencher une pandémie avec des millions de morts ». Dans le script, le premier mois compte 450.000 cas et 26.000 morts, et, 3 mois plus tard leur projection donne 10 millions de cas et 660.000 décès. Ajoutons que dans leur script, il était clairement indiqué que la pandémie va créer une crise économique mondiale.

Le 29 janvier 2020, Galveston, le laboratoire américain de type P4 (le même que celui de Wuhan) et soutenu par la Fondation Bill Gates annonce que « le Covid-19 est apparu en Chine à Wuhan en octobre 2019 ». Lors de la répétition générale à New York, avant la vraie pandémie donc, voici l’un des flashes d’information qui a été donné sur la fausse chaîne d’information tv GNN : « La désinformation sape les efforts pour contrôler la pandémie… » Réponse d’un directeur: « il faut contrôler l’information au niveau gouvernemental, éditorial. Et, si nécessaire, couper le flux d’informations ».

C’est l’une des très nombreuses révélations de cette enquête incroyable de Philippe Aimar, journaliste d’investigation, sur la plus grande manipulation biologique, politique et médiatique de tous les temps qui a valu à des millions d’habitants d’être enfermés chez eux pendant 2 mois. En lisant ce livre, vous allez enfin découvrir d’où est sorti le virus et comment toute la mise en scène a été organisée. En fait, tout a été prévu dans leur plan de vaccination global, sauf 2 choses:

– le Pr Didier Raoult et sa chloroquine, ce qui allait déclencher une guerre médiatique contre lui afin de ne pas perturber les plans des laboratoires privés (souvent financés par la Fondation Bill Gates).

– l’étrange décision du ministère de la Santé français qui a interdit la chloroquine, utilisée depuis 70 ans. Et lorsqu’on apprendra que la France a détruit plusieurs centaines de millions de masques, tout en affirmant ne pas en avoir, le doute s’installera définitivement dans tous les esprits.

L’article GRAND JEU pour les 10 ans de Planetes360 ! Gagnez 10 livres « COVID-19: ENQUÊTE SUR UN VIRUS » est apparu en premier sur PLANETES360.

Un message à Fauci : Vous n’êtes pas en mesure de dicter le « plus grand bien »

Par : hervek

Par Brandon Smith − Le 6 octobre 2021 − Source Alt-Market

Comment un fraudeur comme Anthony Fauci se retrouve-t-il au poste le mieux rémunéré de la bureaucratie américaine ? Eh bien, la carrière de Fauci est un témoignage plutôt choquant de la réalité de notre gouvernement et de notre époque – Plus vous êtes corrompu, plus vous recevrez de faveurs et de promotions.

Fauci est bien connu pour être un opportuniste sans vergogne au sein de la communauté de la recherche médicale. Par exemple, le créateur du test de réaction en chaîne par polymérase (PCR), Kary Mullis, n’avait que du mépris pour Fauci. Mullis était un personnage intéressant qui valorisait l’honnêteté scientifique par-dessus tout. Il a souvent mis en garde contre le fait que son test PCR pouvait être exploité pour gonfler les chiffres de l’infection en identifiant les restes d’un virus dans le corps d’une personne sans distinguer si elle est réellement « infectée » (malade) ou non. Malheureusement, son test n’est pas utilisé de la même manière aujourd’hui pour exagérer les taux d’infection par le virus de la Covid-19.

Dans des interviews, Mullis a qualifié Anthony Fauci de « menteur« , affirmant que c’est un bureaucrate qui « ne connaît rien à rien ». Mullis a fait remarquer que des personnes comme Fauci ont un programme qui n’a rien à voir avec le bien public et qu’elles n’ont aucun problème à déformer la science pour atteindre leurs objectifs. Il convient également de noter que YouTube s’est donné pour mission d’effacer systématiquement de son site web toute trace des interviews de Mullis mentionnant Fauci.

Il n’est pas non plus surprenant que la campagne de peur effrénée de Fauci sur le SIDA dans les années 1980 n’ait pas été mentionnée par les grands médias. Son affirmation selon laquelle 1 Américain hétérosexuel sur 5 mourrait du SIDA en 1990 a été sommairement oubliée et le type est traité comme un génie scientifique par la communauté journalistique en 2021.

S’il y a une justice dans ce monde, alors Fauci devrait vraiment entrer dans l’histoire comme l’un des principaux initiateurs de la pandémie de Covid, étant donné qu’il était à la tête des National Institutes of Health (NIH) qui ont financé la recherche en Gain de Fonction sur les coronavirus au laboratoire de Wuhan en Chine. Il s’agit de la même recherche sur laquelle Fauci a menti de manière flagrante au Congrès en de multiples occasions. Et, le laboratoire de Wuhan est le même laboratoire qui, selon les preuves, était la source de l’épidémie de Covid-19.

Il est important de noter que c’est Fauci et les NIH qui ont levé l’interdiction de gagner de la recherche fonctionnelle sur les virus mortels en 2017, et il était bien connu à cette époque que le laboratoire de niveau 4 de Wuhan en Chine n’était pas sécurisé.

Si quelqu’un est responsable des décès du fait de la Covid-19 dans le monde, c’est Fauci, le gouvernement chinois et toute autre personne impliquée dans cette recherche sur le gain de fonction qui est principalement utilisée pour militariser les virus sous le couvert de la création de « thérapeutiques ». La recherche sur le gain de fonction était à l’origine interdite par la Convention sur les armes biologiques, entrée en vigueur en 1975, sauf si elle était utilisée à des fins thérapeutiques. Aujourd’hui, TOUTES les recherches sur le gain de fonction qui sont révélées publiquement sont étiquetées comme thérapeutiques, même si elles sont en fait conçues pour produire des armes biologiques. C’est ce qu’on appelle parfois la « recherche à double usage ».

Le discours dominant continue d’être que même si le virus provenait du laboratoire de Wuhan, il s’agissait sûrement d’un accident. Je continue de croire, d’après les preuves disponibles, que la Covid-19 a été délibérément libéré afin de créer une crise mondiale qui pourrait ensuite être exploitée par l’establishment pour introduire des contrôles extrêmes sur la population jusqu’au totalitarisme médical. Mais bien sûr, il n’y a pas de preuves irréfutables pour prouver cela, seulement du bon sens.

Si l’on prend en compte le fameux Event 201, les choses deviennent un peu étranges. L’Event 201 était un jeu de guerre organisé par le Forum économique mondial et la Fondation Bill et Melinda Gates. Son objectif déclaré était de simuler les effets d’une pandémie de coronavirus mortel « propagé par les animaux » aux humains et d’élaborer les politiques que les gouvernements et leurs partenaires commerciaux devraient employer pour y faire face. Il est intéressant de noter que cette simulation a eu lieu en octobre 2019, deux mois seulement avant que la VRAIE CHOSE ne se produise. Presque toutes les politiques suggérées par les participants de l’Event 201 ont maintenant été adoptées par la plupart des gouvernements, y compris la campagne de censure des médias sociaux contre toute personne qui remet en question les origines du virus et la sécurité des vaccins expérimentaux à ARNm.

Anthony Fauci et ses amis…

Le fondateur du WEF, Klaus Schwab, s’est empressé d’annoncer au début de la pandémie que Covid-19 était « l’occasion parfaite«  de lancer le « Grand Reset », qui est un plan globaliste visant à effacer complètement les systèmes de marché libre et à les remplacer par un cadre socialiste hautement centralisé. Le WEF envisage un monde dans lequel l’énergie liée au carbone est interdite, toutes les transactions financières deviennent numériques et sont surveillées et contrôlées par des autorités centrales, et ils ont même suggéré qu’un jour les gens « ne posséderont rien et seront heureux« . Il s’agit d’une référence à la soi-disant « économie partagée » du futur, où le concept de propriété personnelle est aboli et où tous les gens vivront dans des logements collectifs où les produits de première nécessité seront rationnés ou loués par le gouvernement.

Quelque chose a dû mal tourner avec la Covid-19, cependant, car les estimations de décès de l’Event 201 pour un tel virus étaient d’environ 65 millions au cours de la première année de l’épidémie. Cela ne s’est bien sûr jamais produit avec la Covid-19. Ainsi, la résistance aux obligations a été élevée, ou beaucoup plus élevée apparemment que ce à quoi les globalistes s’attendaient. Ils ont été contraints de s’engager dans une campagne de peur sans fin au cours des 18 derniers mois pour un virus dont le taux de mortalité médian n’est que de 0,26 %. Il s’agit d’un virus auquel plus de 99,7 % des personnes survivront et dont les risques d’effets à long terme sur ceux qui sont hospitalisés sont extrêmement faibles. Dans la majorité des États, le taux d’hospitalisation se situe entre 10 et 35 personnes pour 100 000 personnes infectées.

Ces chiffres proviennent du CDC et de l’establishment médical dans son ensemble, mais ils sont ignorés par des propagandistes comme Fauci, tout comme Fauci a continué à ignorer l’immunité naturelle comme facteur dans les obligations Covid. Cela peut sembler bizarre à presque tous les scientifiques, médecins et virologues non payés par le gouvernement, mais Fauci a soutenu que l’immunité naturelle devait être ignorée par rapport à la vaccination. De multiples études menées dans le monde entier montrent désormais que l’immunité naturelle est jusqu’à 27 fois plus efficace que les vaccins pour prévenir l’infection Covid, mais les personnes dotées d’une immunité naturelle sont considérées comme une menace pour les autres dans le cadre des nouvelles obligations, à moins qu’elles ne soient également vaccinées.

Cela n’a tout simplement aucun sens d’un point de vue scientifique, jusqu’à ce que vous réalisiez que les obligations ne concernent pas la science, mais l’autoritarisme. Fauci est l’homme de paille des États-Unis pour une campagne de tyrannie médicale imposée dans chaque nation ; c’est pourquoi il ne se soucie pas de l’immunité naturelle. L’idée d’une telle immunité est gênante pour son récit, il prétend donc qu’elle est sans importance.

Il est peut-être ironique que Fauci lui-même devienne sans importance, car il s’efface lentement de la scène médiatique. J’ai remarqué que depuis que l’information sur le gain de fonction du NIH a été rendue publique, Fauci est moins présent dans les médias. Un documentaire produit par National Geographic et qui sera bientôt distribué par Disney+ dépeint l’escroc comme un sauveur incompris et sera certainement un feu de paille. Cela dit, il représente clairement un dernier effort pour sauver la fausse réputation de l’homme.

Il y a une bonne raison à tout cela. Le dégoût de Fauci pour la liberté individuelle a été bien documenté et le rend extrêmement impopulaire. Il a même récemment plaidé sur CNN en faveur des obligations de vaccination en utilisant cette position perverse :

Il arrive un moment où vous devez renoncer à ce que vous considérez comme votre droit individuel de prendre votre propre décision pour le bien plus grand de la société.

Fauci et ses semblables globalistes peuvent être résumés à ce seul mantra : Faites ce qu’on vous dit pour le bien plus grand. Mais qui peut déterminer ce qu’est le « bien plus grand » ? N’est-il pas inquiétant de constater que ce sont toujours les mêmes élitistes qui se retrouvent dans cette position ? Je sais que les gauchistes en particulier adorent l’idée des obligations de vaccination et vénèrent Fauci, et ils disent que nous, les sceptiques, devrions « écouter la science », mais Fauci n’est pas un scientifique, c’est un vendeur de porte-à-porte, et comme je l’ai noté plus haut, la VRAIE science ne soutient pas les arguments en faveur des vaccinations forcées ou des confinements.

Bon sang, je continue à poser les mêmes questions sur les obligations dans ces articles et pas un seul gauchiste ou pro-vaccin n’a apporté de réponse valide ou logique, mais par curiosité morbide, j’aimerais bien voir Fauci donner ses réponses :

  1. Le Covid a un taux de mortalité médian de seulement 0,26%, alors pourquoi devrions-nous prendre un quelconque risque avec un vaccin expérimental à ARNm sans aucun test à long terme pour prouver sa sécurité ?
  2. Pourquoi ne pas soutenir les 0,26% de personnes qui risquent réellement de mourir à cause de la Covid au lieu de dépenser des milliards de dollars pour que Big Pharma produise un vaccin en se précipitant que vous prévoyez d’imposer aux 99,7% de personnes qui ne sont pas à risque ?
  3. Dans les pays majoritairement vaccinés comme Israël, plus de 60 % des hospitalisations dues à la Covid sont le fait de personnes entièrement vaccinées. L’augmentation exponentielle du nombre de patients entièrement vaccinés dans de nombreux pays suggère que les vaccins ne fonctionnent pas. Pourquoi devrions-nous accepter un vaccin dont l’inefficacité a été prouvée ?
  4. Si vous croyez que les vaccins fonctionnent réellement, malgré toutes les preuves du contraire, alors pourquoi les personnes vaccinées devraient-elles craindre quoi que ce soit des personnes non vaccinées ? En quoi sommes-nous une menace pour eux ?
  5. Si les vaccins ne fonctionnent pas, cela ne signifie-t-il pas que les obligations sont inutiles et que les personnes les plus sûres sont celles qui ont une immunité naturelle ? Ne devrions-nous pas applaudir les personnes naturellement immunisées et encourager le traitement au lieu de la vaccination inutile ?
  6. Puisque les vaccins ne fonctionnent pas selon les données, n’est-il pas temps d’arrêter de rejeter aveuglément les traitements comme l’ivermectine et de se concentrer sur les essais et les études qui recherchent ces alternatives ? Pourquoi cette campagne de propagande au vitriol visant à qualifier l’ivermectine de « pâte de cheval » alors qu’il s’agit en fait d’un traitement utilisé depuis longtemps par les humains et récompensé par un prix Nobel ? Est-ce parce que les vaccins expérimentaux contre le virus de la Covid-19 perdraient leur statut d’autorisation d’urgence de la FDA si des traitements efficaces existent ?
  7. Pourquoi les scientifiques financés par le gouvernement sont-ils si prompts à défendre Big Pharma au point d’ignorer toutes les données qui contredisent leurs affirmations ? Êtes-vous simplement gênés d’avoir tort, ou êtes-vous corrompus ?
  8. Qui a décidé que vous étiez qualifiés pour déterminer ce qui constitue le « bien » plus grand ?

Les globalistes et les garçons de courses comme Fauci ne seront jamais en mesure de répondre à ces questions sans déformer le récit. Ils diront « Et les 700 000 morts aux États-Unis ? » pour jouer sur l’idée que les esprits libres manquent d’empathie pour leur prochain. Bien sûr, environ 40 % de ces décès sont des patients de maisons de retraite avec des conditions préexistantes, donc nous n’avons aucune idée s’ils sont morts de la Covid ou de leurs maladies antérieures. De même, des millions de personnes meurent chaque année d’une pléthore de maladies transmissibles, dont la grippe et la pneumonie, et nous n’avons jamais essayé de confiner le pays tout entier et d’écraser les droits civils des gens à cause de cela.

Si nous tenions le compte des décès dus à la grippe et à la pneumonie année après année, comme nous le faisons avec la Covid, le nombre croissant de cadavres semblerait tout aussi inacceptable. La société ne peut pas fonctionner quand elle est préoccupée par la mort.

Oui, environ 0,26% des gens meurent de la Covid, mais la vie continue pour tous les autres. Nos libertés sont plus importantes que vos peurs irrationnelles. Nos libertés sont plus importantes que les agendas globalistes de centralisation. Nos libertés SONT le plus grand bien. Sans elles, notre société meurt, et au fur et à mesure que notre société meurt, des millions de personnes mourront de l’effondrement inévitable et de la tyrannie qui s’ensuivra ; bien plus que celles qui mourront de la Covid.

C’est pourquoi rien de ce que dit Fauci n’a d’importance pour nous. Il est si transparent dans sa corruption qu’il pourrait tout aussi bien être invisible. Nous continuerons à ignorer ses déclarations et ses remontrances et nous continuerons à nous battre contre les passeports vaccinaux et les restrictions. En fin de compte, si Fauci, Biden et les autres marionnettes globalistes tentent d’utiliser la force pour nous imposer leur programme, un jour viendra très vite où ils devront répondre de leurs crimes contre l’humanité, et ils regretteront de ne pas être invisibles.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Le progrès manqué de l'esprit du genre humain et ses conséquences dans l'impasse du développement économique de l'Afrique noire

Les intelligences béates, parmi les membres du genre humain, rêvent que les bienfaits du progrès de la science (lesquels ?), en éclairant l'Humanité, la sauveraient de l'égoïsme. En réalité, elles ne pensent pas, elles opinent seulement dans l'ignorance de l'histoire, voire de ce qu'est la nature humaine et, en conséquence, elles se meuvent dans les rêveries par des discours en apparence rationnels, mais dénués de sens réel. Elles vivent, ainsi, dans (...) - Tribune Libre

Effondrement : la phase douloureuse de la démence collective

Entre obscénité festive à l'Élysée, chiffres surréalistes officiels et un Great reset qui ressemble à celui de la race aryenne...

Pierrick Tillet
Effondrement : la phase douloureuse de la démence collective
yetiblog

Comme avec Zemmour ou Marine, l'insécurité et l'immigration ça va être vite réglé ! Si on voyait pour le reste ? L'Europe…

L'Union Européenne institue une zone de libre-échange avec le marché unique européen sans chercher à harmoniser les législations fiscales et sociales, sans faire converger les niveaux de salaires entre les États membres. Les grandes entreprises sont aux anges. Elles peuvent librement « faire leur marché » : installer leur siège social en Irlande ou aux Pays-Bas...

- Tribune Libre

Les Projets d’Enlèvement et d’Assassinat de Julian Assange par la CIA !

Par : Thomas

Julian Assange et Jamal Khashoggi ont été pris pour cible parce qu’ils remplissaient le premier devoir des journalistes : révéler au public ce que les gouvernements veulent garder secret. Il y a trois ans, le 2 octobre 2018, une équipe de responsables saoudiens a assassiné le journaliste Jamal Khashoggi dans le consulat saoudien d’Istanbul. Le but de ce meurtre était de faire taire Khashoggi et d’effrayer les critiques du régime saoudien en montrant qu’il les poursuivrait et les punirait comme s’ils étaient des agents d’une puissance étrangère.

Il a été révélé cette semaine qu’un an avant le meurtre de Khashoggi en 2017, la CIA avait projeté d’enlever ou assassiner Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, qui s’était réfugié cinq ans plus tôt dans l’ambassade de l’Équateur à Londres. Un haut responsable du contre-espionnage américain a révélé que les plans de transfert forcé d’Assange vers les États-Unis avaient été discutés « aux plus hauts niveaux » de l’administration Trump.

L’informateur était l’un des plus de 30 responsables américains – dont huit ont confirmé les détails de la proposition d’enlèvement – cités dans une enquête de 7500 mots menée par Yahoo News sur la campagne de la CIA contre Assange.

Le plan était de « s’introduire dans l’ambassade, d’en sortir [Assange] et de l’amener là où nous le voulions », a rappelé un ancien agent des services de renseignement. Un autre informateur a déclaré avoir été informé d’une réunion au printemps 2017 au cours de laquelle le président Trump avait demandé si la CIA pouvait assassiner Assange et indiquer des « choix » sur la façon dont cela pourrait être fait. Trump a nié avoir agi de la sorte.

Le chef de la CIA nommé par Trump, Mike Pompeo, a déclaré publiquement qu’il ciblerait Assange et WikiLeaks comme l’équivalent d’un « service de renseignement hostile ».

Les apologistes de la CIA osent affirmer que la liberté de la presse n’était pas menacée car Assange et les militants de WikiLeaks n’étaient à leurs yeux pas de vrais journalistes.

Les hauts responsables du renseignement avaient l’intention de décider eux-mêmes qui est et qui n’est pas un journaliste, et ont fait pression sur la Maison Blanche pour reclasser d’autres journalistes très en vue comme des « courtiers en information », qui devaient être ciblés comme s’ils étaient des agents d’une puissance étrangère.

Parmi les personnes contre lesquelles la CIA aurait voulu agir figurent Glenn Greenwald, fondateur du magazine Intercept et ancien chroniqueur du Guardian, et Laura Poitras, réalisatrice de documentaires. Les arguments avancés étaient similaires à ceux employés par le gouvernement chinois pour réprimer la dissidence à Hong Kong, qui ont été très critiqués en Occident.

L’emprisonnement des journalistes en tant qu’espions a toujours été la norme dans les pays autoritaires, comme l’Arabie saoudite, la Turquie et l’Égypte, tandis que la dénonciation de la presse libre comme antipatriotique est une caractéristique plus récente des gouvernements populistes nationalistes qui ont pris le pouvoir à travers le monde.

Il n’est possible de donner qu’un bref aperçu de l’histoire extraordinaire révélée par Yahoo News, mais les journalistes qui l’ont écrite – Zach Dorfman, Sean D Naylor et Michael Isikoff – devraient remporter tous les prix de journalisme.

Leurs révélations devraient susciter un intérêt particulier en Grande-Bretagne, car c’est dans les rues du centre de Londres que la CIA a planifié l’attaque totalement illégale d’une ambassade, l’enlèvement d’un ressortissant étranger et son transfert secret aux États-Unis, avec l’option alternative de le tuer.

Il ne s’agissait pas d’idées farfelues de responsables du renseignement de bas niveau, mais d’opérations que Pompeo et l’agence avaient pleinement l’intention de mener à bien.

On pouvait s’attendre à ce que cette histoire incroyable et importante, fondée sur des sources multiples, fasse l’objet d’une large couverture et de nombreux commentaires éditoriaux dans les médias britanniques, sans parler du Parlement. De nombreux journaux ont consciencieusement publié des résumés de l’enquête, mais il n’y a pas eu de tollé.

Parmi les lacunes frappantes de la couverture, citons la BBC, qui n’en a parlé, pour autant que je sache, que dans le cadre de son information traitant de la Somalie. Channel 4, habituellement si prompte à défendre la liberté d’expression, n’a apparemment pas mentionné l’histoire du tout.

Comme on le sait, l’attaque de l’ambassade n’a jamais eu lieu, malgré la planification avancée. « Il y a eu une discussion avec les Britanniques sur le fait de tendre l’autre joue ou de détourner le regard lorsqu’une équipe de types [de la CIA] sera entrée et aura effectué l’enlèvement », a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage américain, qui a ajouté que les Britanniques avaient refusé de permettre à l’opération d’avoir lieu.

Le gouvernement britannique a toutefois appliqué sa propre mesure, moins mélodramatique mais plus efficace, à l’encontre d’Assange, en le retirant de l’ambassade le 11 avril 2019 après qu’un nouveau gouvernement équatorien eut révoqué son asile.

Deux ans et demi plus tard, il est toujours détenu dans la prison de haute sécurité de Belmarsh, tandis que les États-Unis font appel d’une décision judiciaire de ne pas l’extrader vers les États-Unis au motif qu’il présenterait un risque de suicide.

S’il était extradé, il risquerait 175 ans de prison. Il est toutefois important de comprendre que seules cinq de ces peines relèveraient de la loi sur la fraude et les abus informatiques, tandis que les 170 autres années potentielles relèveraient de la loi sur l’espionnage de 1917, adoptée au plus fort de la fièvre patriotique de la guerre, alors que les États-Unis entraient dans la Première Guerre mondiale.

Un seul chef d’accusation mineur contre Assange concerne la divulgation par WikiLeaks, en 2010, d’un grand nombre de câbles diplomatiques américains et de rapports de l’armée concernant les guerres d’Irak et d’Afghanistan.

Les 17 autres chefs d’inculpation sont liés au fait d’assimiler une enquête journalistique normale à de l’espionnage.

La détermination de Pompeo à assimiler l’enquête journalistique à de l’espionnage est particulièrement pertinente en Grande-Bretagne, car la ministre de l’intérieur, Priti Patel, veut faire à peu près la même chose. Elle propose d’actualiser la loi sur les secrets officiels afin que les journalistes, les dénonciateurs et les auteurs de fuites puissent être condamnés à des peines allant jusqu’à 14 ans de prison.

Un document consultatif publié en mai et intitulé Legislation to Counter State Threats (Hostile State Activity) redéfinit l’espionnage comme « le processus secret d’obtention d’informations confidentielles sensibles qui ne sont normalement pas accessibles au public ».

La véritable raison pour laquelle le scoop sur le complot de la CIA visant à enlever ou à tuer Assange a été largement ignoré ou minimisé est plutôt qu’il est injustement considéré comme un paria par tous les courants politiques : gauche, droite et centre.

Pour ne citer que deux exemples, le gouvernement américain n’a cessé de prétendre que les révélations de WikiLeaks en 2010 mettaient la vie d’agents américains en danger. Pourtant, l’armée américaine a admis lors d’une audience en 2013 qu’une équipe de 120 agents de contre-espionnage n’avait pas réussi à trouver une seule personne en Irak et en Afghanistan qui soit morte à cause des divulgations de WikiLeaks.

En ce qui concerne les allégations de viol en Suède, beaucoup estiment qu’elles devraient à elles seules priver Assange de toute prétention à être un martyr de la liberté de la presse. Pourtant, le procureur suédois n’a mené qu’une « enquête préliminaire » et aucune accusation n’a été portée.

Assange est une victime classique de la « Cancel Culture » [culture de l’annulation], tellement diabolisé qu’il ne peut plus être entendu, même lorsqu’un gouvernement complote pour l’enlever ou l’assassiner.

En réalité, Khashoggi et Assange ont été poursuivis sans relâche par l’État parce qu’ils ont accompli le premier devoir des journalistes : découvrir des informations importantes que le gouvernement voudrait garder secrètes et les divulguer au public.

Patrick Cockburn

* Patrick Cockburn est un journaliste de The Independent spécialisé dans l’analyse de l’Irak, la Syrie et les guerres au Moyen-Orient. Il est l’auteur de Muqtada Al-Sadr, the Shia Revival, and the Struggle for Iraq et de Age of Jihad: Islamic State and the Great War for the Middle East.

Source : sott

L’article Les Projets d’Enlèvement et d’Assassinat de Julian Assange par la CIA ! est apparu en premier sur PLANETES360.

17 octobre 1961: hommages, roses et polémiques, 60 ans après le massacre d'Algériens à Paris

Soixante ans après, le massacre de manifestants algériens par la police à Paris a été commémoré dimanche par de multiples manifestations revendicatives en France et un geste inédit du préfet de police de la capitale, sur fond de dissensions politiques. Dimanche matin tôt, Didier Lallement a déposé... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © JULIEN DE ROSA / AFP - 17 octobre 1961: hommages, roses et polémiques, 60 ans après le massacre d'Algériens à Paris

Robert Ménard implore Zemmour et Le Pen de s'unir pour la présidentielle

Le maire d'extrême droite de Béziers (Hérault) Robert Ménard, qui avait invité le polémiste Eric Zemmour samedi, l'a imploré, ainsi que Marine Le Pen (RN), de "se retrouver en février prochain" pour s'unir avant la présidentielle. "Faire l’union des droites, c'est être capable de faire passer la... - Lire la suite sur FranceSoir.fr © Christophe SIMON / AFP - Robert Ménard implore Zemmour et Le Pen de s'unir pour la présidentielle

Etat de Droit... mon oeil !

Par : Gerald
La maladie de l'Etat, c'est la judiciarisation de l'Etat. Le Droit est devenu un jeu de Monopoly autour duquel se débattent plusieurs groupes aux intérêts divergents devant le citoyen qui a peur que d'une chose : avoir à faire avec la justice. Les interprétations des lois, la jurisprudence, les codes de procédures de plus en plus raffinés font que le Droit n'est plus écrit par les citoyens (représentés par les Assemblées – démocratie représentative), (...) - Tribune Libre

« Médecin Non Vacciné » : L’ARS Exige la Destruction de leur Carte Professionnelle !

Par : Thomas

« Médecin non vacciné »
L’ARS demande la destruction de leur carte professionnelle!
Comment ce pays a t il pu basculer ds l’ignominie? pic.twitter.com/clFYfvKLZ8

— Le Cap 👨‍✈️ (@medicalfollower) October 16, 2021

L’article « Médecin Non Vacciné » : L’ARS Exige la Destruction de leur Carte Professionnelle ! est apparu en premier sur PLANETES360.

Décès récents chez les jeunes en Angleterre et au Pays de Galles

HART
Sott.net
lun., 11 oct. 2021 14:47 UTC
L’augmentation de la mortalité masculine chez les 15-19 ans devrait être étudiée.
youth

Preuves directes de la mortalité

Les données de mortalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles de l’ONS (Office for National Statistics – NdT) du 1er mai 2021 au 17 septembre 2021 montrent un excès significatif, en particulier dans la tranche d’âge des 15-19 ans. Selon le scénario de référence choisi, cet excès pour les 15-19 ans se situe entre 16 % et 47 % au-dessus des niveaux attendus (voir tableaux 1 et 2). Les décès dus au COVID-19 étaient trop peu nombreux pour expliquer l’excès. Un nombre disproportionné de cette mortalité excessive concernait des hommes. On s’attendrait à une certaine variation due au hasard, mais une augmentation de cette proportion est suffisamment importante pour ne pas être écartée sans une enquête plus approfondie.

tableau
Tableau 1 et Tableau 2 : Mortalité du 1er mai 2021 au 17 Septembre par groupe d’âge. Le tableau 1 utilise une référence de 2020 et le tableau 2 utilise une moyenne de 2015-2019.

Réf : Tableau 1 et Tableau 2

Un net écart peut être observé, à partir du mois de mai, pour les décès d’hommes âgés de 15 à 19 ans. La mortalité féminine, en revanche, affiche une baisse estivale plus proche de 2020.

graph
graph

Une ampleur similaire de la mortalité excédentaire est observée dans les groupes d’âge 20-29 ans, bien que les taux de base soient plus élevés. En comparant uniquement les décès chez les hommes âgés de 15 à 19 ans, il y a eu entre 52 et 87 décès en excès (selon la référence de base). Cette nette prédominance des décès masculins pourrait être en accord avec les risques connus de myocardite, laquelle présente un biais chez les hommes et les garçons. En 2015-2019, les hommes représentaient 65% des décès dans le groupe d’âge 15-19 ans, atteignant 70% chez les 20-29 ans. Si la totalité des décès excédentaires n’avait été due qu’à une variation aléatoire, nous nous serions attendus à ce que 65 % de ces derniers soient des hommes. Cependant, il y a eu trop de décès d’hommes pour arriver à cette conclusion. Il y a eu 21 décès excédentaires d’hommes par rapport à ce qui serait attendu avec un ratio hommes-femmes normal (référence de base : 2020), ou 25 décès excédentaires d’hommes (référence de base : 2015-2019).

Les surmortalités masculines ont été calculées en soustrayant les décès masculins des chiffres de référence pour les décès masculins. Pour les 15-19 ans, il y a eu 52 décès excédentaires chez les hommes du 1er mai 2021 au 17 septembre 2021, par rapport à la référence 2015-2019, mais il n’y a eu que 44 décès excédentaires au total. Cela implique qu’il y a eu moins de décès de femmes que prévu au cours de cette période si l’on utilise la référence 2015-2019.

En revanche, pour les données de mortalité pour l’Angleterre et le Pays de Galles de l’ONS du 1er janvier 2021 au 30 avril 2021, il n’y a eu qu’un petit nombre de décès au-dessus des niveaux attendus, dont la quasi-totalité pourrait être considérée comme des décès dus au COVID-19.

table
Tableau 3 et Tableau 4 : Mortalité du 1er Janvier 2021 au 30 Avril 2021 par groupe d’âge. Le tableau 3 utilise une référence de 2020 et le tableau 4 utilise une moyenne de 2015-2019.

Réf Tableau 3 et Tableau 4

Myocardite

Bien que des inquiétudes aient été soulevées concernant une variété de réactions indésirables à la vaccination, la plus grave et la plus courante à ce jour est le risque de myocardite. La myocardite est une maladie grave associée de manière aiguë à des arythmies mortelles, et de manière chronique – les myocytes étant irremplaçables – à une insuffisance cardiaque et une mortalité associée importante. Comme l’étiologie de la myocardite induite par le vaccin Covid-19 est nouvelle, il peut être imprudent d’extrapoler le pronostic à partir de ce que l’on sait des myocardites causées par d’autres étiologies. Cependant, dans la littérature, le taux de mortalité global pour la myocardite après un an est de 20 % et après cinq ans de 44 % à 56 % .

L’incidence de la myocardite après la vaccination COVID-19 était inversement proportionnelle à l’âge et était plus élevée chez les hommes.

Preuves indirectes de signaux de mortalité

Il y a eu une nette augmentation des appels d’urgence pour arrêts cardiaques et respiratoires en Angleterre et pour pertes de conscience, à partir de mai 2021 (voir figures 1a et 1b). Il y a eu deux périodes de vagues de chaleur qui ont peut-être également eu un impact sur cette hausse pendant une courte période, mais en général, celle-ci reste inexpliquée. Le moment et l’étendue des vagues de chaleur sont évidents dans les données sur les appels d’urgence en raison de l’impact direct de la chaleur (voir figure 1c).

graphs
Figures 1a, 1b et 1c montrant des appels d’ambulance en Angleterre pour des arrêts cardiaques et respiratoires (1a), des patients inconscients (1b) et ceux touchés par la chaleur ou le froid (1c).

Réf : Figures 1a, 1b et 1c

UKHSA_NASS_Bulletin_2021_39

Corrélation avec le déploiement de la vaccination

Il convient de noter que le déploiement du vaccin a commencé pour les jeunes vulnérables en hiver, il n’y a donc pas de date de début claire pour rechercher un impact. Cependant, la grande majorité des vaccinations ont été administrées chez les 16 à 24 ans du 1er mai 2021 jusqu’à récemment.

graph
Figure 4. Premières doses quotidiennes administrées par âge en Angleterre.
graph
Figure 5. Secondes doses quotidiennes administrées par âge en Angleterre.

Réf pour les données de traçage du nombre de doses administrées par jour selon l’âge ( Fig 61 de la feuille de calcul)

Les données de PHE (Public Health England – NdT) utilisées pour compiler les graphiques ci-dessus sont un système national complet, le National Immunization Management System (NIMS). Cependant, bien qu’une partie des données soit collectée rapidement, il y a un décalage de quelques semaines avant que l’ensemble des données ne soit complet. Ce décalage signifie que la pente descendante à partir de début septembre pourrait bien être artéfactuelle. Néanmoins, il est clair que la majorité des vaccinations dans cette tranche d’âge ont été administrées depuis le mois de mai.

PHE recueille des informations sur le statut vaccinal des patients qui sont enregistrés auprès d’un médecin généraliste du NHS dans le cadre du NIMS. L’ONS dispose de ces données et les a liées à ses données de décès afin de publier son document « Décès impliquant le COVID-19 par statut vaccinal, Angleterre : décès survenus entre le 2 janvier et le 2 juillet 2021 ».

Les informations liant le statut vaccinal aux données sur les décès sont donc disponibles.

Dans son rapport, l’ONS n’a pas publié les données brutes mais a plutôt donné des taux de mortalité ajustés en fonction de l’âge. Ainsi, le décès d’un jeune contribue davantage au taux de mortalité ajusté en fonction de l’âge que le décès d’une personne plus âgée, car le nombre de décès de base dans le premier groupe d’âge est beaucoup plus faible que dans le second. Les données partagées avec leur article respectif montrent une augmentation spectaculaire du taux de mortalité non-COVID-19 chez les personnes vaccinées il y a plus de 21 jours avec une première dose, commençant en avril 2021 et augmentant rapidement en mai 2021. Bien que certains jeunes âgés de 18 et 19 ans aient pu recevoir une deuxième dose en août, la majorité (78 % selon les données rapportées à la semaine 38) de la population vaccinée de 12 à 17 ans n’a reçu qu’une première dose. Ils seraient donc largement dans la catégorie des « vaccinés il y a plus de 21 jours avec une première dose ». Le taux de mortalité ajusté selon l’âge pour ce groupe a atteint des niveaux 60 % plus élevés que le taux de mortalité maximal pour les personnes non vaccinées pendant l’hiver.

graph
Figure 7. Taux de mortalité non-Covid ajusté selon l’âge, par statut vaccinal, publié par l’ONS le 13 Septembre.

Réf pour la figure 7 (tableau 5 de leur tableur)

Synthèse

La mortalité a augmenté dans les groupes d’âge les plus jeunes depuis le 1er er mai 2021L’augmentation du groupe d’âge des 15-19 ans est particulièrement flagrant, d’ autant plus que les décès dans ce groupe d’âge sont rares. Les surmortalités ont une nette prédominance masculine. Une augmentation des appels d’urgence pour les patients qui ont eu un arrêt cardiaque ou qui ont perdu conscience a montré une augmentation notable concomitante à partir de mai 2021. La période coïncide également avec le déploiement de la vaccination. Enfin, l’ONS a signalé une augmentation frappante des taux de mortalité ajustés en fonction de l’âge chez les personnes n’ayant reçu qu’une seule dose, augmentation qui s’est accélérée en mai 2021 à des niveaux dépassant de loin ceux des non vaccinés.

Bien qu’il puisse y avoir un certain nombre d’explications à ces résultats, une enquête plus approfondie sur la cause de ces décès est justifiée. Les données de décès de l’ONS et les données de vaccination du NIMS ont déjà été liées. Sans ce lien, l’ONS n’aurait pas pu publier sur les décès après vaccination. Par conséquent, il devrait être possible de confirmer la proportion des 15-19 ans qui ont été vaccinés.

Source : HART
Traduction : 
Résistance mondiale. Corrections : Sott.net

L’article Décès récents chez les jeunes en Angleterre et au Pays de Galles est apparu en premier sur PLANETES360.

Le scandale des pots-de-vin de Big Pharma éclate en Australie, entraînant la chute de six fonctionnaires corrompus et du Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-sud (Australie) Berejiklian

Ethan Huff
NaturalNews
mer., 06 oct. 2021 14:34 UTC
Plus d’une demi-douzaine de membres du personnel du Premier ministre australien de Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, ont démissionné, honteux d’avoir été impliqués dans un vaste système de corruption lié au coronavirus de Wuhan (Covid-19).
gladys

Mme Berejiklian et ses camarades auraient reçu des dizaines de millions de dollars de la part de Big Pharma en échange de la promotion de mesures de confinement et maintenant de « vaccins », détruisant ainsi d’innombrables vies et entreprises.

Selon un ancien membre du Parlement australien, Pfizer et AstraZeneca ont tous deux payé des lobbyistes pour imposer des vaccins à la population, assurant ainsi un flux constant de profits mal acquis.

Juste avant de s’évincer, Mme Berejiklian a été vue sur un écran géant à la Qudos Bank Arena de Sydney en train de dire aux enfants qui étaient rassemblés dans le cadre d’une campagne de vaccination de masse qu’il était nécessaire de se faire vacciner contre le virus chinois pour rester « en sécurité » et « en bonne santé ».

Clive Palmer, chef du Parti de l’Australie unie, affirme qu‘on a promis à Mme Berejiklian qu’elle ne serait pas inculpée dans le cadre d’une enquête sur la corruption si elle imposait un mandat de vaccination. Elle aurait accepté cette offre, et a depuis démissionné de son poste.

Il y a fort à parier que ce n’est que la partie émergée de l’iceberg, et que d’autres inculpations et démissions sont à venir, tant en Australie qu’à l’étranger. Peut-être que toutes ces révélations mettront bientôt un terme aux mandats de vaccination.

L’ensemble de la cabale covidiste doit être démantelée en toute hâte

Mme Berejiklian affirme qu’elle a pris une « décision difficile » en démissionnant, juste après qu’un groupe de surveillance de la corruption a annoncé qu’il enquêtait sur sa « mauvaise conduite présumée ».

Son vice-premier ministre John Barilaro a également démissionné, invoquant la pression constante des médias et une affaire de diffamation en cours contre le YouTubeur Jordan Shanks, qui, selon Barilaro, est une « grande raison » pour laquelle il a officiellement quitté la politique.

Shanks, quant à lui, affirme que Barilaro ment et l’accuse faussement d’être un « raciste ». Barilaro a également qualifié Shanks d’escroc jusqu’au bout des ongles, alimenté par des spaghettis ».

Avec le départ de ces deux Covidistes, la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) serait dans un état de « désarroi et de chaos politique ». Beaucoup se demandent ce qui va se passer désormais, et dans combien de temps l’État de Nouvelle-Galles-du-sud pourra atteindre la « liberté post-covidienne ».

Outre Berejiklian et Barilaro, la Nouvelle-Galles du Sud a perdu un ministre de premier plan et trois députés de la Coalition. On s’attend également à ce qu’un nouveau trésorier soit nécessaire pour remplacer le trésorier actuel.

Parfois, le désarroi et le chaos politiques sont nécessaires pour déloger les serpents, et on ne peut qu’espérer que la même chose se produise aux États-Unis. En ce moment, les Américains doivent faire face à un régime illégitime qui n’a pas été légalement élu, mais qui tente d’imposer au pays la même tyrannie que celle qui a été imposée en Nouvelle-Galles-du-sud.

Nous espérons que cette vague de démissions initié en Australie se répandra dans le monde entier, dans tous les pays balayés par la tyrannie du virus Fauci. Nous, le peuple, devons faire pression pour que tous les criminels covidistes démissionnent ou soient renvoyés – sans exception.

« Quand cette histoire de virus a commencé et que j’ai commencé à entendre des choses sur « big pharma », j’étais sceptique », a admis un commentateur de Creative Destruction Media à propos de ce qu’il ressentait au tout début de cette affaire.

« Mais maintenant, je suis convaincu que tout cela n’est qu’une arnaque de plusieurs milliards de dollars. Maintenant, nous obtenons enfin des preuves et des informations de l’intérieur du système de corruption et c’est TRÈS grave en effet. »

Traduction : Strategika

L’article Le scandale des pots-de-vin de Big Pharma éclate en Australie, entraînant la chute de six fonctionnaires corrompus et du Premier ministre de Nouvelle-Galles-du-sud (Australie) Berejiklian est apparu en premier sur PLANETES360.

LE MYTHE DU RACISME SYSTÉMIQUE ET DU PRIVILÈGE BLANC AUX ÉTATS-UNIS

Récemment Lilian Thuram s’est exprimé sur un match en Italie pendant lequel des supporters ont imité des cris de singe à l’encontre d’un joueur noir de l’équipe adverse. Il dénonce alors “l’hypocrisie des autorités qui laissent faire” et ajoute : “Il faut prendre conscience que le monde du foot n’est pas raciste mais qu’il y a du racisme dans la culture italienne, française, […]

L’état veut vous interdire d’habiter dans une maison. Immobilier en danger?

Les dernières déclarations d’Emmanuelle Wargon, ministre du logement ne laisse pas place à un doute important. C’est bien la maison individuelle qui est dans la ligne de mire du gouvernement.

L’objectif?

Nous entasser dans des grandes villes, dans des grands ensembles que l’on vient de détruire parce que la densité heureuse cela ne fonctionne pas. On peut changer le nom et appeler cela maintenant, « l’intensité heureuse », cela ne changera strictement rien.

Les hommes ne sont pas fait pour être entassés.

Mieux.

Il faut se poser la question essentielle.

La grande ville non résiliente et dépendant de services supports très complexes est-elle plus écologique et surtout plus soutenable?

La réponse est très certainement négative.

Avant l’ère du pétrole, aucune ville de plus d’un million d’habitants dans le monde n’a jamais vu le jour ou presque parce qu’il y a une limite physique à l’étalement des villes lorsque l’énergie est comptées, et que l’alimentation vient de loin.
Vous pouvez écouter ses propos ici à partir de 3 heures, 19 minutes. en gros…

Bienvenue dans le monde d’après, et cela ne va pas vous plaire.

A bientôt.

Ici, encore une fois, aucune vérité absolue, mais des pistes de réflexions pour prendre de la hauteur et anticiper ce qui pourrait arriver.

L’article L’état veut vous interdire d’habiter dans une maison. Immobilier en danger? est apparu en premier sur PLANETES360.

MEDECIN : « Ce Pass Sanitaire c’est à vie. Deux doses par an à vie »

🗣@f_philippot : J'ai discuté en off après une émission avec un médecin qui n'est pas de mon bord. Il m'a dit : "Ce #PassSanitaire c'est à vie. Deux doses par an à vie" @_LesPatriotes @EricMorillot

📺Lien du replay : https://t.co/zrdnowzepz pic.twitter.com/YcV3eqCXNS

— Les Incorrectibles (@Incorrectibles) October 17, 2021

L’article MEDECIN : « Ce Pass Sanitaire c’est à vie. Deux doses par an à vie » est apparu en premier sur PLANETES360.

Le FUTUR SCANDALE de l’impôt mondial sur les sociétés.

C’est l’histoire de Bruno LeMaire qui à signé un statut d’exception pour les multinationales les exonérant de tout impôts sur les bénéfices, et qui veut faire passer ça pour une lutte courageuse contre l’évasion fiscale, visant à faire payer leur juste part d’impôt à ces entreprises.

L’article Le FUTUR SCANDALE de l’impôt mondial sur les sociétés. est apparu en premier sur PLANETES360.

Pandémie grippale de 1918-1921 : 2000 fois pire

Par : cariou
Comme cet article peut inquiéter, on rappellera que la pandémie grippale de 1918-1921 emporta (en quarante mois) entre 2,5 à 5 % de la population mondiale. Depuis dix-huit mois, la pandémie covidienne affiche 0,0006 % (4,9 millions de décès pour 7,9 milliards d'habitants). Une projection linéaire sur quarante mois de l'actuelle épidémie permet donc d'avancer que celle du siècle dernier fut… 1875 fois plus virulente que celle que nous traversons. Calcul : 2,5 * (...) - Tribune Libre

Retour sur l'assassinat de Samuel Paty. Regards croisés d'enseignants et d'historiens

Par : tiptop
L'assassinat de Samuel Paty a été un séisme pour le pays. Comment ont régi les professeurs d'histoire ? Le Nouvelobs a proposé un regard croisé avec deux sensibilités bien différentes (« Mort de Samuel Paty : « Quand un collègue m'a dit qu'on avait tué un prof à Conflans, j'ai pensé : “On y est” »). Je l'ai enrichi en ajoutant mon propre témoignage (sous le pseudo Tiptop). Christophe Naudin, 46 ans, est professeur d'histoire-géographie (...) - Tribune Libre

Comment le gouvernement utilise des études bidons pour justifier ses choix politiques

Ce lundi 11 octobre, le groupement Epi-Phare a publié deux études affirmant que « la vaccination est efficace à plus de 90 % pour réduire les formes graves de Covid-19 chez les personnes de plus de 50 ans en France ». Cette étude sort à quatre jours des discussions au Sénat sur la vaccination obligatoire en France.

 

Depuis près de 18 mois, les experts nous vantent les mérites des études randomisées en double aveugle publiées après revue par les pairs dans des journaux indépendants sans que les auteurs n’aient de lien d’intérêt. Le canon de la science nous dit-on, bien que nous ayons dû faire face à une nouvelle maladie qui aurait dû entrainer au sein de la loi d’urgence des « décisions adéquates ».

Les études définies comme « best practice » font l’objet de protocoles enregistrés (clinicaltrials.gov ou bien Prospero) afin de s’assurer que celles-ci respectent les normes et règles établies. Le lecteur de cette dernière étude ne pourra donc qu’être surpris de l’absence de déclaration préalable de cette étude ou de l’absence de revue par les pairs.

Le « deux poids, deux mesures » dénoncé par bien des scientifiques lors des derniers mois prend toute sa mesure avec cette nouvelle étude qui s’apparente plus à une autoévaluation ou auto-validation du ministre de la Santé Olivier Véran.

Avant de rentrer dans les biais méthodologiques, les travers de cette étude au niveau macro sont nombreux : absence de revue par les pairs, non-déclaration préalable, lien entre Epi-phare, l’ANSM et le ministère de la Santé, sans parler de l’absence de validation ou calibration au réel en comparant à d’autres pays.

Bref, une escroquerie en règle ripolinée en étude scientifique.

L’article Comment le gouvernement utilise des études bidons pour justifier ses choix politiques est apparu en premier sur PLANETES360.

Le premier domino est-il déjà tombé et si oui, quand ?

Par The Saker – Le 10 octobre 2021 – Source The Saker’s Blog

Il y a quelques années, j’ai écrit une chronique intitulée « Le Kosovo sera libéré » dans laquelle j’écrivais ce qui suit : « Le Kosovo sera le tout premier endroit en Europe où le pendule de l’histoire inversera son cours actuel ». Il semble maintenant que j’aie pu me tromper. Mais de combien ? Regardez ce gros titre aujourd’hui :

« Les Serbes de Bosnie vont « retirer leur accord » à la mise en place d’une armée, de taxes et de tribunaux communs, invoquant la « violence » du superviseur international ». Veuillez lire l’article dans son intégralité, car je ne vais pas me contenter de le répéter ici.

La grande question est la suivante : l’emprise des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE sur la Republika Srpska va-t-elle se relâcher avant celle exercée sur le Kosovo ?

 

Je ne sais pas, mais je pense que c’est une possibilité. Si c’est le cas, je me serais trompé de lieu, mais j’aurais eu raison sur le principe. Deux points ici :

  • Il y a aussi de très graves tensions autour du Kosovo en ce moment, alors n’excluez rien pour l’instant !
  • Il n’existe pas d’équivalent du camp Bondsteel en Republika Srpska ou ailleurs en Bosnie.

Mais ce n’est même pas crucial. Ce qui est crucial, c’est ceci : quelqu’un pense-t-il encore que les États-Unis, l’OTAN et l’UE ont encore ce qu’il faut pour réattaquer, réenvahir ou même rebombarder les Serbes en Bosnie ou en Serbie (j’inclus le Kosovo dans la « Serbie » simplement parce que le Kosovo est le cœur de la Serbie, l’a toujours été et le sera toujours, quoi que veuillent les empires) ?

Sérieusement, après l’humiliation infligée par les Iraniens au CENTCOM ou l’humiliation massive et vraiment galactique (et ô combien révélatrice !) en Afghanistan ?

Sur le papier, oui, absolument.

Mais dans la réalité, non, je ne le pense vraiment pas.

D’ailleurs, les Serbes ont maintenant de très bonnes options, y compris ce que j’appelle « l’option salami » : couper de fins morceaux d’un gros salami, lentement mais de manière répétée et inexorable. Comme maintenant : les Serbes de Bosnie ont donc « retiré leur consentement » à un accord avec leurs occupants. Et alors ? La belle affaire ! Je veux dire, bien sûr, ce sont de méchants méchants méchants méchants méchants Serbes, et le gang US/OTAN/UE les déteste toujours, mais personne ne va entrer en guerre pour cela, n’est-ce pas ?

Alors, que vont faire les États-Unis, l’OTAN et l’UE ? Ils vont probablement exercer toutes sortes de pressions (menaces, pots-de-vin, etc.) sur certains politiciens serbes, ce qui aboutira à l’un des deux résultats suivants :

  • les Serbes de Bosnie « retireront leur retrait »
  • ou ils ne le feront pas

Dans le premier cas, tout ce que les Serbes doivent faire, c’est attendre, et couper un tout petit morceau de salami ailleurs, disons au Kosovo. Juste un petit, et voir ce que les USA/OTAN/UE feront à ce sujet. Après cela, on rince et on répète, autant de fois que nécessaire, jusqu’à ce que les salauds des États-Unis/OTAN/UE soient à court d’énergie, au sens figuré ou peut-être même au sens propre (voir ci-dessous).

Dans le second cas, les Serbes de Bosnie doivent attendre un certain temps, le temps que tout se refroidisse un peu, et couper un autre mince morceau du salami impérialiste.

Oh, et ai-je mentionné que le gazoduc South Stream passera par la Serbie et la Republika Srpska (voir aussi ici) ? Quant à l’UE, elle n’est pas exactement en train de « nager dans l’énergie » de nos jours (grâce à sa soumission idiote à l’oncle Shmuel et à Greta Thunberg !)

Mon propos n’est pas de dire que la Republika Srpska ou le Kosovo seront bientôt libérés, ni même que l’UE ne peut contourner l’une ou l’autre entité avec d’autres pipelines.

Souvenez-vous des premières années de la guerre froide, lorsque les États-Unis justifiaient leurs politiques génocidaires en Asie du Sud-Est par la tristement célèbre « théorie des dominos ». À l’époque, tout ce que cela signifiait réellement était que les États-Unis s’opposeraient à la décolonisation de la planète partout et en tout lieu. Ce n’était qu’un prétexte, et non le véritable motif ou la raison des actions américaines.

Mais aujourd’hui, je soutiens que ce processus n’a pas seulement commencé, mais qu’il est en cours depuis un certain temps déjà.

Où a-t-il commencé ? Une bonne réponse pourrait être de mentionner le Hezbollah qui a écrasé les Israéliens au Liban en 2006. Mais cela a été facile à cacher (les deux clowns sans cervelle qui ont lancé l’invasion israélienne du Liban l’ont qualifiée de « victoire » et les médias ont lavé le cerveau du public qui, pour la plupart, y a cru ou ne s’en est pas vraiment soucié car ils « savaient » qu’ils étaient « invincibles » et, de plus, les plébéiens américains et israéliens avaient leur pain et leurs jeux).

« Cela » s’est également produit ailleurs. Mais qu’est-ce que ce « cela » ?

J’appelle cela la « chute du domino de la peur » et cela se produit chaque fois qu’un pays ou une nation qui a été opprimé par l’impérialisme américain commence à perdre la peur que lui inspire la « seule hyperpuissance mondiale ». La même perte de peur dont les Libanais ont fait preuve lors de leur « Victoire divine » en 2006 est également démontrée par les Afghans aujourd’hui. Elle l’est également par l’Iran depuis la révolution islamique de 1979 ! Mais le déluge de propagande qui a suivi a caché cette réalité à l’Occident.

Mais le plantage de Kaboul est devenu le premier domino de ce type qui n’a PAS pu être caché à la vue du public.

Et, pour mémoire, les Serbes de Bosnie ont également fait preuve de cette absence de peur lors de l’agression des États-Unis, de l’OTAN et de l’UE contre la nation serbe, mais ils ont été poignardés dans le dos par les politiciens de Belgrade, tout comme les Serbes du Kosovo plus tard. C’était bien avant le Hezbollah en 2006 et, à cette époque, le monde islamique a été très efficacement dupé par les Anglos – les mêmes Anglos qui se sont ensuite retournés contre le monde islamique après l’attaque sous faux drapeau du 11 septembre.

Il est vrai qu’au début des années 90, l’Empire avait les moyens d’écraser les Serbes ou les Irakiens (qui faisaient preuve de la même absence de peur d’une part, mais aussi de la même corruption que les politiciens serbes d’autre part).

Mais cela se passait dans le lointain 1991. Il y a trois décennies. Nous vivons aujourd’hui dans un monde radicalement différent.

Qu’en est-il des soi-disant « Bosniaques » ou « Kosovars » ? Eh bien, comme toutes les « nations inventées », elles n’existeront que tant que l’oncle Shmuel aura le pouvoir de les maintenir artificiellement en vie. Donc, même SI, grand SI, les États-Unis, l’OTAN et l’UE peuvent encore mettre les Serbes au pas aujourd’hui, combien de temps pensez-vous que cela restera vrai et combien de temps de telles inventions comme la « Bosnie » ou le « Kosovo » resteront-elles viables ?

Et qu’en est-il de l’entité tout aussi artificielle connue sous le nom d’« Israël » (qui est aujourd’hui bien plus redoutée par les politiciens et les fonctionnaires américains que par n’importe qui d’autre au Moyen-Orient !) Combien de temps pensez-vous que cette entité obscène, officiellement raciste et génocidaire, va survivre ?

D’accord, peut-être pour quelques années encore, c’est possible. Mais gardez à l’esprit qu’avec chaque année qui passe, de moins en moins de nations opprimées craignent l’Empire anglo-sioniste (en principe déjà mort).

Mon conseil aux « Bosniaques », aux « Kosovars » et aux « Israéliens » serait le suivant : foutez le camp d’ici AVANT de voir une répétition de Kaboul à Sarajevo, Pristina ou Tel-Aviv ! Oh, je sais, ils ne tiendront pas compte de mon conseil, mais puisque les mêmes causes ont les mêmes effets, je m’attends pleinement à voir des « décollages » similaires de ces entités et de TOUTES LES AUTRES entités totalement artificielles créées par les empires britannique et/ou anglo-sioniste dans le passé.

Quant aux Européens, ils feraient mieux de se ressaisir, mais ils ne le feront pas : pendant qu’ils accusent la Russie de tout et n’importe quoi (y compris de leur vendre du gaz ET de ne pas leur en vendre assez !), leur politique d’immigration suicidaire et le « multiculturalisme » des élites de l’UE vont détruire le peu qui reste d’une civilisation européenne vieille de 1000 ans. Ils l’auront fait tout seul.

Comme on dit aux États-Unis « passe-moi le pop-corn, s’il te plait » !

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

L’article Le premier domino est-il déjà tombé et si oui, quand ? est apparu en premier sur PLANETES360.

Les Russes sont effarés par la stupidité suicidaire de l’Occident

Par The Saker – Le 14 octobre 2021 – Source The Saker’s Blog

Les Russes expriment ouvertement leur stupéfaction absolue devant la stupidité suicidaire de l’Occident.  Trois exemples :

Un article récent de Medvedev :

Dmitri Medvedev : Pourquoi les contacts avec les dirigeants ukrainiens actuels n’ont aucun sens.

Le discours de Poutine lors du récent forum sur l’énergie en Russie :

Le président russe Vladimir Poutine : Discours au forum international de la Semaine russe de l’énergie (REW)

et puis il y a cette photo de Poutine se tapant le front comme s’il pensait « sont-ils devenu complètement fou ? ».

Dois-je prendre la peine d’énumérer ce qui a provoqué de telles réactions ?

La crise énergétique auto-imposée dans laquelle l’UE essaie à la fois de retarder/arrêter le NordStream2 tout en exigeant que la Russie augmente sa fourniture en énergie ?

Quant aux Ukrainiens, Poutine vient de leur offrir, une fois de plus, non pas 1500 $/mètre cube mais 175 $.  Mais cet État vassal des États-Unis rejette fièrement toute offre de ce type.

Le fait que l’oncle Shmuel a promis ses « molécules de liberté » à l’UE mais qu’il vend maintenant ces molécules à l’Asie (qui a les moyens de payer beaucoup plus). Pourtant, l’UE reste toujours aussi soumise aux USA…

Ou le fait que l’ensemble des médias occidentaux, unis et d’une seule voix, accusent la Russie d’avoir créé la crise alors qu’en réalité, non seulement la Russie a rempli toutes ses obligations contractuelles mais a même AUGMENTÉ (de 10% si je me souviens bien) ses ventes au-delà de ses obligations contractuelles ?  Poutine a répété à de nombreuses reprises « dites-nous ce dont vous avez besoin, donnez-nous un contrat à signer et nous vous livrerons tout ce dont vous avez besoin ! ».

Ensuite, il y a Victoria « fuck the EU » Nuland qui, apparemment, a exigé que la Russie lève unilatéralement les contre-sanctions russes sans que les États-Unis ne le fassent de leur côté.

Voici comment les élites occidentales semblent « penser » (je suis généreux ici).

  • Nous accusons la Russie de tout et n’importe quoi
  • Puis ces salauds de russes ont le culot d’exiger des preuves
  • Nous les accusons encore un peu plus
  • Et puis ces salauds de russes ont le culot de se référer à des faits.
  • Puis nous leur disons que nous allons les sanctionner
  • Et ces salauds de Russes ont le culot de nous contre-sanctionner.
  • Puis nous nous engageons dans des exercices militaires le long de la frontière russe.
  • Et puis ces salauds de Russes ont le culot de s’engager dans des exercices militaires également le long de leur frontière.
  • Ensuite, nous essayons de les effrayer pour « négocier en position de force » avec des paroles vides de sens sur notre invincibilité.
  • Et puis ces salauds de Russes conçoivent et déploient des systèmes d’armes dont nous ne pouvons que rêver.
  • Puis nous disons aux Russes que nous voulons qu’ils restent neutres pendant que nous nous occupons de la « menace chinoise » (envers qui ?)
  • Et puis ces salauds de Russes rient à gorge déployée.

Je m’arrête ici, mais je tiens à souligner ce que Poutine et de nombreux analystes russes disent : l’Occident dans son ensemble est si totalement déconnecté de la réalité qu’il est, en fait, en train de se suicider.  Poutine et d’autres ont également dit ce qui suit à de nombreuses reprises déjà : « Nous n’avons pas besoin de faire quoi que ce soit, rien, il suffit juste d’observer comment l’Occident s’autodétruit ».

À propos de l’Ukraine : veuillez lire attentivement l’article de Medvedev.  Certains disent qu’il n’a pas été écrit par lui, mais par Poutine.  L’explication la plus probable est que ce texte a été préparé, contrôlé et approuvé par le Conseil de sécurité de la Fédération de Russie (où Medvedev occupe le poste de vice-président) et que la raison pour laquelle Medvedev l’a signé relève de la diplomatie : il peut être beaucoup plus direct que le président Poutine, mais vous pouvez être sûr que cet article exprime bien le point de vue de ce dernier.

Les Russes qualifient désormais ouvertement l’Ukraine d’État vassal des États-Unis et affirment qu’il est inutile de parler avec les Ukrainiens, mais uniquement avec leurs maîtres, d’où la visite de Nuland en Russie.

Les Russes ne qualifient pas (encore ?) officiellement et ouvertement l’ensemble de l’UE d’État vassal des États-Unis, mais ils le suggèrent fortement.

Ainsi, du point de vue des Russes, seuls les États-Unis conservent au moins un certain pouvoir et méritent donc qu’on leur parle.

Pourtant, les États-Unis d’avant 2021 sont morts et enterrés.

Ce qu’il en reste est une société profondément dysfonctionnelle où les élites dirigeantes semblent ne se soucier que de la fluidité des genres et des droits des transsexuels, de la positivité corporelle, de l’idéologie Woke, des « mathématiques inclusives » et même d’un Superman homosexuel (qui devrait alors être rebaptisé « superhuman », je suppose !).  Malgré tout, les Russes continueront à parler à cette entité potentiellement Wakanda, ne serait-ce que parce que cette dernière a encore des ogives (et une bonne dose d’élan, même morte), mais ils ne ressentent AUCUN besoin de la prendre très au sérieux ou de faire grand-chose à ce sujet.

Comme je l’ai déjà écrit à maintes reprises, l’avenir de la Russie n’est pas à l’Ouest, mais au Sud (Asie centrale, Moyen-Orient), à l’Est (Chine) et au Nord (Arctique).

Quant à l’asile d’aliénés appelé « Europe », les Russes laisseront le « général Hiver » s’en occuper et essayer de les sortir de « leur pays de cocagne multiculturel » et de leur culte pour Greta Thunberg, pour les ramener à la réalité.

L’espoir meurt en dernier, je suppose…

Je terminerai par une anecdote personnelle.  Lorsque j’étudiais à la School of International Service (SIS) de l’Université américaine, j’avais un professeur absolument fantastique, un ancien officier de renseignement de la marine, d’origine polonaise.  Ses cours étaient absolument superbes, à chaque fois.  Un jour, nous avons fait quelque chose de vraiment intéressant (et amusant !): pendant la moitié du cours, nous avons lu des lettres d’officiers allemands de la Seconde Guerre mondiale servant sur le front de l’Est dans les premières phases de l’invasion : elles étaient pleines des trucs habituels sur les sous-hommes russes qui se feraient botter le cul par la « race maîtresse porteuse de culture » (Kulturträger Herrenvolk).  Dans la seconde moitié du cours, nous avons également lu des lettres écrites par des officiers allemands, mais après Stalingrad, dans lesquelles ils qualifiaient les Russes de quasi-superhumains. Le contraste était absolument stupéfiant.

Rien ne dégrise plus quelqu’un ivre d’idéologie qu’une confrontation brutale avec l’indéniable réalité.

La même chose est arrivée aux Français, d’ailleurs.  Le mot russe « shval » (шваль), qui signifie en gros « racaille », « ordure »« sans valeur », vient du mot français « cheval ».  Pouvez-vous deviner pourquoi ?  Parce que les Français qui battaient en retraite devaient utiliser leurs chevaux morts comme nourriture !  Pour plus de détails, je recommande vivement ce livre « Les Cahiers du capitaine Coignet«  – ce sont les notes du journal intime de Jean-Roch Coignet, qui a participé à toutes les guerres napoléoniennes.  C’est une lecture fascinante et une révélation sur la façon dont un soldat français a vécu toutes ces années.

Je ne peux pas m’empêcher d’imaginer comment la folie collective actuelle de l’Occident sera inscrite dans les livres d’histoire.  Peut-être comme la plus stupide et la plus incroyable autodestruction de l’histoire ?

Andrei

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

L’article Les Russes sont effarés par la stupidité suicidaire de l’Occident est apparu en premier sur PLANETES360.

Un nouveau confinement cet hiver ? « C’est certainement dans leur projet », selon Joffrey Bollée

Un pass sanitaire jusqu’à l’été 2022 ? C’est dorénavant possible, chers spectateurs. Le Conseil des ministres a en effet donné son feu vert à un projet de loi prolongeant jusqu’au 31 juillet le recours possible au pass sanitaire, ainsi qu’à l’état d’urgence. Allez-vous devoir dégainer encore de longs mois votre précieux sésame ? Si rien n’est sûr, rien que cette possibilité rend furieux Joffrey Bollée, ancien conseiller régional d’Île-de-France et membre de la direction des Patriotes. Buzz l’Info a donné la parole à cet ex-directeur de cabinet de Florian Philippot, pour qui le choix du gouvernement est « lamentable ». Bonne émission !

L’article Un nouveau confinement cet hiver ? « C’est certainement dans leur projet », selon Joffrey Bollée est apparu en premier sur PLANETES360.

Art & politique : Rebecka Tollens (1990- )

Passée du droit international au dessin, Rebecka Tollens brosse l'atmosphère mélancolique d'un album de famille.

Claude Picart
Art & politique : Rebecka Tollens (1990- )
yetiblog

L’OTAN sur les rives de la mer Caspienne

l’OTAN sur les rives de la mer CaspienneLa guerre Arménie-Azerbaïdjan de 2020 a pris fin le 10 novembre, fortement affectée par la négligence de l’OTAN. En conséquence, une paix instable s’est formée sur la base d’accords vagues et irréalistes. L’on a fait perdre à l’Arménie le Haut-Karabakh conformément à la résolution 62/243 de l’Assemblée générale des Nations Unies. Alors, l’ombre […]

Appel à la « vaccination » : manipulation d’État, pièce à conviction pour un Nuremberg du covidisme.

Par : admin

Un lecteur âgé me communique cette lettre qu’il a reçue de l’Assurance maladie / Ministère des solidarités et de la santé.

Appel à la « vaccination » : manipulation d’État. © Assurance maladie

Mon sang n’a fait qu’un tour, alors que je suis en train de visionner le débriefing de France-Soir publié ce 17 février 2021 sur la question du vaccin en Israël, avec Haim Yativ, ingénieur, et le Dr Hervé Seligmann. Citation : « Haim Yativ et le Dr Seligmann déclarent que pour eux « ceci est une nouvelle Shoah » devant la pression des autorités israéliennes pour vacciner les citoyens. »
Alors voilà comment le pouvoir français organise la collaboration avec les labos corrupteurs en tentant d’imposer une irresponsabilité et une immunité non pas contre le virus mais contre les ravages possibles des « vaccins ». Explication de texte :

 « Vaccinez-vous contre la Covid-19 »
Ah bon ! Ce n’est donc pas une douce infirmière qui va vous piquouzer et qui va être grassement rétribuée pour ça, bien au-delà de son maigre salaire ? Ce n’est pas un médecin qui va endosser la responsabilité pénale d’un tel acte ? À l’instar des cliniques suisses d’euthanasie, vous devrez vous-même enclencher le mécanisme létal. C’est une manipulation grammaticale du gouvernement, et j’ai même vu un type dans le métro portant un badge : « Contre la Covid-19 je me vaccine ». Ce n’est pas celui-ci, je ne l’ai pas trouvé sur Internet, mais il y a davantage de badges « Je suis vacciné », ce qui est répugnant mais moins malhonnête.

« Je me vaccine, je vous protège » : bel exemple de manipulation grammaticale. © France 3

À moins d’être médecin, on ne “se” vaccine pas (voix pronominale) : on “est vacciné par” (voix passive) un médecin, lequel est responsable pénalement de cette injection dont il est grammaticalement l’agent, vous le patient. Des agences de com grassement rétribuées par nos impôts recommandent ce type de tour de passe-passe. Ne tombons pas dans leur panneau ! À l’instant précis de « vous » vacciner, je vous suggère de songer à M. Camille Le Houx, doyen des Bretons, mort 5 jours après avoir été « vacciné » contre la Covid, comme l’a révélé le site Profession gendarme. Un vaccin diablement efficace pour supprimer définitivement toute maladie ! Ce genre de tournure est très utile pour faire passer cette « vaccination » pour un processus divin qui s’autogénère : « la vaccination s’accélère » peut-on lire dans La Libre. Mais aussi pour tous les aspects sociaux de la tyrannie : « À Rennes, le couvre-feu à 21 h a dû se faire respecter à coups de lacrymogène », titre le HuffingtonPost. On l’imagine bien, avec ses gros bras musclés, ce couvre-feu tel un monstre de blockbuster américain vainquant les méchants fêtards. Les journalistes qui utilisent ce genre de tournures ne sont plus des journalistes, ce sont des agents de propagande. À nouveau le 15 juin : dans un article du jour, on lit ceci : « La vaccination des adolescents s’ouvre mardi sous certaines conditions. La vaccination s’ouvre à tous les enfants de 12 ans et plus […] ». Dans la tradition des bonnes putains dépuceleuses, la vaccination ouvre donc son vagin ; elle « s’ouvre » aux adolescents en peine de piquouze. Sans intervention humaine grammaticalement parlant. Éléments de langage signés Mc Kinsey repris par les putains du journalisme coronazi. Quel enfant de pute a pris cette décision, qui va piquouzer ? Quels enfants de putes de parents vont laisser faire ça à leurs gamins ? Mettre « la vaccination » comme sujet, quelle simplicité !

Camille Le Houx, doyen des Bretons, victime du covidisme. © Profession gendarme.


 « Afin de protéger la population française contre l’épidémie de la Covid-19 » : vous vous foutez de notre gueule ? Ce n’est plus la Covid-19, mais la Covid-20, et d’autre part les « pouvoirs publics » et prétendues autorités de santé font tout pour interdire aux médecins de nous prescrire les médicaments utiles en prévention ou en traitement précoce.

 « Vaccin », « vacciné », « vaccination » : ces termes sont frauduleux. Il ne s’agit en aucun cas de « vaccins » mais d’essais cliniques soumis à une procédure encadrée par la loi, dont j’extrais cette obligation : « l’adéquation, l’exhaustivité et l’intelligibilité des informations écrites à fournir ainsi que la procédure à suivre pour obtenir le consentement éclairé, et la justification de la recherche sur des personnes incapables de donner leur consentement éclairé », ainsi que « la nécessité éventuelle d’un délai de réflexion ». Exigeons des tribunaux la « justification de la recherche » sur un vieillard de 108 ans à qui on a administré ce poison et qui est décédé 5 jours plus tard. L’avocat Fabrice di Vizio nous a fourni sa vidéo très utile : « Vacciner les plus de 75 ans ? Conseils aux soignants »
<https://www.youtube.com/watch?v=Vza…>

 « Pour connaître les lieux de vaccination et les professionnels de santé habilités à vacciner ». Il n’y a pas un mot qui manque cruellement ? Qui est habilité non pas à « vacciner », mensonge criminel, mais à nous proposer sous réserve de notre consentement éclairé assorti d’un délai de réflexion, un essai clinique d’une thérapie génique que l’on pourrait au moins nommer clairement, sachant qu’entre les thérapies géniques Pfizer et AstraZeneca et les vaccins russe ou chinois, il y a autant de rapport qu’entre Olivier Véran ou Emmanuel Macron et un être humain.

 « Vous pouvez également contacter votre médecin traitant » : Ah bon, quand même ! Et il ou elle aura le droit de me proposer une alternative conforme au Serment d’Hippocrate comme le propose le manifeste « La quatrième voie » ?

 « Comme pour toute vaccination, avant de vous vacciner, le professionnel de santé vérifiera votre état de santé ainsi que d’éventuelles contre-indications ». « Professionnel de santé » : qui se fout encore de notre gueule ? Le médecin, seul habilité à administrer un essai clinique. Il est absolument scandaleux qu’on ait interdit aux médecins de ville de prescrire hydroxychloroquine et azithromycine jusqu’au 11 juillet, et que là, on semble sous-entendre qu’un kiné ou une infirmière pourrait décider d’une injection possiblement létale sans engager sa responsabilité pénale.

 « Avec toute mon attention, le Médecin conseil national ». Ah bon « le », alors il n’y en a qu’un ! Mieux encore que dans le prétendu conseil scientifique où ils sont trois. Mais alors ce Dr Mengele de la médecine à la Véran reste anonyme ? Il faudra bien pourtant que le Nuremberg qui jugera les crimes du covidisme trouve son nom. Qui es-tu, « Médecin conseil national » qui fais injecter ce poison mortel à des vieillards de 108 ans et qui arroses la France entière de ces courriers frauduleux ? Comme dans L’Apprenti sorcier, les vaccins enchantés s’injectent tout seuls dans les bras ballants des patients. Mais quel enchanteur se cache derrière cette Fantasia ?

Rappelons que la loi protège même le résident d’Ehpad contre ces khmers blancs de la médecine. Consultez le guide officiel de vos droits et décidez de survivre. Exigez d’être soigné en préventif et en curatif. Extraits : « La vaccination contre le (sic) COVID-19 ne revêt aucun caractère obligatoire. Toute personne a donc le droit de refuser. Le médecin a l’obligation de respecter la volonté de la personne après l’avoir informée des conséquences de ce choix ». Notez bien : « le médecin », et non « le professionnel de santé ». « Le refus de vaccination ne doit évidemment entrainer aucune conséquence négative sur l’accompagnement des résidents. Le professionnel en charge de recueillir son consentement doit bien expliciter la neutralité de la décision du résident et est garant du secret médical. »

Dont acte !

 Voir « Le plus grand Nuremberg de tous les temps se prépare ».

 Sur la question du « consentement », lire absolument Alternative Santé : « Quelques questions en suspens autour du vaccin Covid
Volet 2 : Consentement » (dont j’ai extrait la vignette de l’article).

 Article repris sur Profession gendarme.

Un lecteur de Profession gendarme nous informe sur une nouvelle super-centenaire de 110 ans assassinée par les khmers blancs de la médecine : Marie-Claudine Fourrier, 110 ans, « vaccinée » le 27 janvier et décédée le 3 février.

Réjoui par cette excellente nouvelle pour l’équilibre des comptes de la sécu, j’ai envoyé un nouveau message de félicitation au Premier ministresur le site dédié :

Titre : Félicitations pour l’éradication des centenaires
Contenu du message :
« Cher Monsieur le Premier ministre

Je tiens à vous féliciter pour cette nouvelle excellente nouvelle sur le front du Covid. Grâce aux mesures énergiques de votre gouvernement, une nouvelle super-centenaire de 110 ans a été éradiquée : Marie-Claudine Fourrier, 110 ans, « vaccinée » le 27 janvier
https://www.lejsl.com/sante/2021/01/30/la-doyenne-du-departement-vaccinee-et-en-bonne-sante est décédée le 3 février
https://www.lejsl.com/societe/2021/02/03/a-110-ans-la-doyenne-de-la-saone-et-loire-nous-a-quittes

Bravo Monsieur le Premier ministre, bravo à vous, bravo à M. Véran, bravo à M. Macron, bravo aux membres du conseil scientifique, bravo aux 35 citoyens tirés au sort pour donner leur avis sur les « vaccins », bravo à M. Vaccin. En éliminant ainsi les centenaires qui bien sûr ont signé un « consentement éclairé » mettant le médecin qui leur a prescrit le « vaccin » à l’abri de toute poursuite pénale, vous contribuez à équilibrer les finances des caisses de retraites. Continuez, Monsieur le Premier ministre, cela vous permettra de figurer dans les livres d’histoire comme un grand Premier ministre. Vous tenez le gouvernail contre le covid. »

Je vous encourage bien entendu vous aussi à féliciter notre Premier ministre. En ces temps de « nous sommes en guerre », il a besoin d’encouragements. Certains préfèrent penser que nous sommes de sales complotistes. Surtout ne faisons rien, pratiquons la politique de l’autruche, et vive les Dr Mengele qui nous débarrassent de ces vieux en surnombre ! Surtout ne faites suivre cet article à personne. Comme en 1945 : « nous ne savions pas que de telles ignominies se pratiquaient à nos portes en notre nom. Si nous l’avions su, que n’aurions-nous pas fait ! »

Un lecteur me communique ce poème :

Murs

« Sans égards, sans pitié, sans scrupule,
ils ont élevé de hautes murailles autour de moi.
Et maintenant je ne fais rien ici que me désespérer.
D’un tel destin la pensée m’obsède et me ronge ;
car j’avais beaucoup à faire dehors.
Pendant qu’on bâtissait les murs, ah, que n’ai-je pris garde.
Mais jamais je n’ai entendu le bruit des maçons ni leur voix.
C’est à mon insu qu’ils m’ont enfermé hors du monde. »

Constantin Cavafy

En mai 2021, c’est désormais Doctolib, association philanthropique comme chacun sait, qui harcèle les gens qui ont eu le malheur de passer par son intermédiaire, en leur envoyant des messages répétitifs pour qu’ils se fassent « vacciner », car ils ont des « créneaux libres ». On sait désormais que cette propagande massive a un nom franglais : le « nudge » (coup de pouce). C’est le principe de la goutte d’eau qui creuse la pierre. Je n’en ai pas encore reçu, pourtant il me semble que j’ai déjà dû prendre un rendez-vous par leur intermédiaire. Il faudrait les boycotter, faire comprendre à nos médecins qu’on veut prendre rendez-vous par un secrétariat indépendant ; et sinon, changer de médecin, ce qui est facile à dire, mais impossible dans les déserts médicaux.

Lettre de Dominique Martin incitant les patients à « se vacciner » « en même temps » contre la grippe et contre « la covid ». © Assurance maladie


 En octobre 2021, le « Médecin conseil national » a enfin un nom dans ce nouveau courrier que m’envoie une lectrice. C’est une lettre de la Sécu pour encourager à je cite : « se vacciner » contre la grippe, et à y aller joyeusement « en même temps » (je cite) que « un rappel de la vaccination contre la covid ». C’est super pour un essai thérapeutique, ça. Et pour une fois, ce torchon scandaleux est signé « Dominique Martin », le copain à Raoult. Les ayants-droit des victimes sauront donc contre qui porter plainte. Vous remarquerez la notion de « gestes barrière » intégrée à cette lettre-type, et qui y restera sans doute éternellement. C’est-à-dire que ces psychopathes ont bien l’intention de nous maintenir sous cloche pour l’éternité. Et le « se vacciner » pérennisé lui aussi au lieu de « se faire vacciner ». L’agence McKinsey aura donc inoculé discrètement ses éléments de langage dans toutes les strates de l’assurance maladie.

Lionel Labosse

Source : Altersexualité

Ce médecin réanimateur a décidé de tout balancer !

Par : admin

Laurent Montesino, un médecin réanimateur qui a exercé à l’hôpital Bichat, à l’hôpital de Longjumeau et à l’hôpital américain, livre un témoignage poignant : « J’ai déjà eu à traiter des patients vaccinés, j’ai vu mourir des patients vaccinés, mais je n’ai jamais eu à prendre en charge un patient ayant déjà été traité à l’hydroxychloroquine ou à l’ivermectine ! ».

Laurent Montesino, un médecin réanimateur qui a exercé à l’hôpital Bichat, à l’hôpital de Longjumeau et à l’hôpital américain, livre un témoignage poignant : « J’ai déjà eu à traiter des patients vaccinés, j’ai vu mourir des patients vaccinés, mais je n’ai jamais eu à prendre en charge un patient ayant déjà été traité à l’hydroxychloroquine ou à l’ivermectine ! ».

Catastrophe vaccinale.
Laurent Montesino Médecin Réanimateur témoigne : "EN RÉANIMATION J'AI VU DES 💉💉VACCINÉS💉💉 MOURIR ☠☠ MAIS JAMAIS VU DES PATIENTS QUI AVAIENT ÉTÉ TRAITÉS SOIT À L'HYDROXYCHLOROQUINE SOIT À L'IVERMECTINE"🚨📣 pic.twitter.com/tTMbB16mh2

— L'Autre Monde (@choqlautremonde) October 10, 2021
Source : L’Actu dissidente

« À Taïwan, le nombre de personnes décédées après leur vaccination contre le Covid dépasse le nombre de décès dus au virus lui-même… »

Par : admin

Le nombre de décès dus à la vaccination contre le COVID-19 à Taïwan dépasse pour la première fois le nombre de décès dus au COVID-19.

Voir la vidéo ICI

(Observer Network News) Le 7 octobre, le nombre de morts après la vaccination à Taïwan a atteint 852, tandis que le nombre de morts après le diagnostic du COVID-19 était de 844. Le nombre de décès après la vaccination a dépassé pour la première fois le nombre de décès confirmés.


Données jusqu’au 6 octobre, le texte reprend les données jusqu’au 7 octobre. Selon un « avis d’événements indésirables après la vaccination contre le COVID-19 » publié par le département de la santé de Taïwan. Taïwan a commencé la vaccination depuis le 22 mars de cette année. Depuis ce jour jusqu’au 6 octobre, le nombre de morts après vaccination à Taïwan a atteint 849.

Traduction du tableau : depuis le début de la vaccination, le nombre total d’effets indésirables est de 8.861, dont 4,248 effets indésirables sévères, y compris 28 chocs anaphylactiques, 849 décès et 3.371 effets indésirables sévères n’ayant pas entrainé la mort.

Parmi eux, le nombre de morts après vaccination avec AZ était le plus important, atteignant 643 ; le nombre de morts après la vaccination avec Moderna était de 183 et le nombre de morts après la vaccination avec le Medigen” vaccine autoproduit par Taïwan était de 22.

Sources : Medicaltrend Linkedin

Source : Sott.net

“Il n’y a à ce stade pas de décès avéré imputable à la vaccination”, assure @olivierveran

Par : admin

"Il n'y a à ce stade pas de décès avéré imputable à la vaccination", assure @olivierveran, qui s'appuie sur les rapports de l'ANSM. "Je vois passer des chiffres complètement farfelus sur Internet."#DirectAN #Covid19 pic.twitter.com/Z1JCjZUdoL

— LCP (@LCP) October 15, 2021

Bon, alors, chers amis et collègues, quand allez-vous enfin vous décider à aller passer les menottes à ce fou furieux qui ne respecte même pas les données officielles du gouvernement français, dont L’ANSM elle-même !!!!!!!!!!), et les données officielles de l’Europe. Si vous ne l’arrêté as, il y a bien un fou ou l’autre qui va finir par le descendre lui et / ou Macron ! Il est grand temps que VOUS, chers Collègues, les arrêtiez !!!

Le Dr Madej, qui est quelqu’un de très sérieux, a fait des découvertes en analysant ces fioles :

⁉ On nage en plein film de science fiction ? Ils ont collé quoi dans leurs seringues ? Pourtant le Dr. Madej est loin d’avoir une réputation d’illuminée !
Dr Madej : contenus d’injections vus au microscope x 400


Ensuite ce fut confirmé par un scientifique polonais (conférence au bas de la page, sous-titrée en anglais).
https://cogiito.com/societe/franc-zalewski-confirme-la-decouverte-du-dr-carrie-mad/

Les découvertes du polonais sont expliquées ici par une scientifique américaine :

(Dr Ruby commentant les recherches du professeur polonais)

Et on voit aussi confirmation ici :

Le Docteur Zalewski découvre une forme de vie dans le vaccin Cominarty de Pfizer

Emboitant le pas à de nombreux chercheurs et médecins qui s’interrogent sérieusement sur la composition des vaccins qui sont administrés aux populations de la planète, le médecin polonais Franc  Zalewski a découvert au microscope une forme de vie étrange dans le vaccin contre le Coronavirus qu’il va dénommer  » la chose  »  et qu’il a trouvée dans l’un des trois flacons du vaccin Pfizer Cominarty…..

La première question qui me vient à l’esprit est de savoir s’il a trouvé cette même  » chose  » dans les deux autres flacons….

Ainsi donc la description de ce que le Docteur Zalewski a découvert ne fait que s’ajouter aux découvertes de chercheurs indépendants non inféodés aux narratifs des pouvoirs en place de chaque pays qui prétendent d’une seule voix que les vaccins ne sont pas dangereux et qu’ils sont totalement efficaces contre le Coronavirus !

Ce narratif des gouvernements vaccinateurs des populations par le chantage, les contraintes, la force et les mesures coercitives, relayés par les médias dominants complices et par l’OMS  dépendante de la philanthropie intéressée de Bill Gates ne pourrait-il donc être soupçonné d’être un mensonge ?

Tous portés par le désir d’en savoir un peu plus sur la composition des vaccins que ce qui est insuffisamment  précisé dans les notices ou même carrément omis, ces chercheurs indépendants que sont les Docteur Robert Young, Carrie Madej et  Zandre Botha pour n’en citer que quelques uns, se sont étonnés de la quantité de substances réputées nocives et dommageables à la santé humaine que contiennent ces vaccins  !

Oxyde de graphène, nanométaux, PEG, parasites, créatures automotrices avec tentacules, fibres synthétiques et structures circulaires synthétiques auto-assemblantes ou agglomérantes semblent faire partie de ces injections sans que l’on comprenne en quoi ces substances connues pour être très dangereuses sur la santé humaines seraient indispensables pour lutter contre le virus !

Semblable à ce que  le Docteur Carrie Madej a trouvé au microscope, Franc  Zalewski  décrit  » une sorte de créature synthétique avec des tentacules « 

Il est convaincu que c’est une forme de vie qui grandira et qui se développera, une fois inoculé, à l’intérieur du corps des vaccinés, car il a observé qu’en quatre jours d’étude, cette  » chose  » s’était développée et avait pris du volume. Invariablement de nombreuses questions se présentent à son esprit :  Est-ce une plante ? Est-ce un  » être vivant  » inoculé aux vaccinés dans des sortes d’œufs servant de milieu de culture favorisant leur développement ? Ou bien ne seront-ils activés dans leur développement que grâce à un signal ou à un environnement externe ? Les questions sont certes posées mais n’ont pour l’instant pas de réponses ! Il espère seulement que cette  » chose  » ne sera pas activée car il en redoute les effets dévastateurs sur celles et ceux qui les auront reçues dans leur corps par le biais de la vaccination.

Zalewski soupçonne que  :  » le graphène contenu dans le vaccin agit comme une sorte de nourriture ou de catalyseur pour « la chose » parce que le vaccin contient les œufs de « la chose » qui semblent éclore en présence de graphène. « 

J’invite tous mes concitoyens à mener leurs propres enquêtes, même s’ils ne sont ni médecins, ni scientifiques, et à comparer les allégations du narratif gouvernemental avec les analyses des scientifiques qui ont été discrédités, radiés ou poussés à la démission parce qu’ils s’y opposent et qu’ils expliquent pourquoi. il s’agit de VOTRE corps et de VOTRE santé ! Pas de celle du gouvernement qui échappera à ce génocide programmé et qui est en passe de réussir si la majorité des citoyens ne se réveille pas avant qu’il ne soit trop tard !

Article  rédigé  le  16  Octobre  2021  par  Catherine  Medioni

Source : Aulnaycap.com

Lyon : Un homme avec son bébé de 2 mois demande à un individu d’arrêter de fumer dans le tram. Il se fait violemment agresser. Regardez

Par : admin

Une violente agression s’est déroulé dans le tramway de Lyon ce dimanche. Un homme qui se trouvait avec sa compagne et son bébé âgé de moins de deux mois a été frappé par un individu qui fumait dans le transport en commun. La scène a été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux.

Le père de famille a simplement demandé à l’individu d’arrêter de fumer dans le tramway alors qu’il y avait son nourrisson.Mais la réflexion n’a pas plus à l’individu qui a décidé d’en venir aux mains.

Sur une vidéo postée sur les réseaux sociaux, on peut voir une mère de famille et son bébé dans une poussette. Derrière elle se trouve son compagnon qui demande à un passager d’arrêter de fumer mais ce dernier s’énerve rapidement.

« Tu m’as manqué de respect ? Pardon ? », lâche le père de famille. « On se calme ! », réagit une femme se trouvant un peu plus loin, sous les yeux des autres voyageurs qui observent le différend sur le point de dégénérer. « J’ai un gamin qui a moins de deux mois s’il vous plaît », tente la mère de famille, en vain.

L’homme qui fumait à le poing serré. « Tu mets pas ta main comme ça d’accord ? », lance le père de famille « Tu fumes pas dans le métro ! » dit-il avant de recevoir un violent coup de poing au visage. Il tente de repousser l’agresseur et de se défendre mais de nouveaux coups pleuvent. D’autres passagers finissent par intervenir.

« J’ai ma fille là ! », crie le père de famille, désespéré. « Je te nique ta mère, wallah je te nique ta mère ! », répond l’agresseur qui montre son intention d’en découdre. Regardez :

AGRESSION : Un militant Génération Z a assisté à une agression à #Lyon. La cause ? Un homme fumait dans le tramway alors qu'un bébé de 2 mois était juste à côté et n'a pas supporté qu'on lui demande d'arrêter. Voici le quotidien des Français. Jusqu'à quand ?#JeSignePourZemmour pic.twitter.com/sDSprhL1Z8

— Génération Zemmour (@GenerationZ_off) October 17, 2021
Source : Actu Pénitentiaire

Conseils d’un Berger pour Tondre le Peuple

Par : admin

Xavier-Louis de Izarra 48,9 k abonnés Voici une méthode de berger redoutable pour tondre des millions de moutons avec leur assentiment. Tondus et contents ! Rejoins mes contacts privés. Va voir en cliquant ici : https://xavier-de-izarra.systeme.io/1…

Source : Youtube

Libre journal des sciences et des techniques du 15 octobre 2021 : « Le « vaccinisme » : totalitarisme du XXIe siècle »

Par : admin

Paul Deheuvels reçoit : 

  • Alexandra Henrion-Caude, généticienne

Thème : « Le « vaccinisme » : totalitarisme du XXIe siècle »

Référence :

Pamela Acker, Les vaccins en question, éditions du CEP

Première partie

Première et seconde partie à écouter ICI

Source : Radio Courtoisie

L’Australie construit des camps de quarantaine permanents pour les « opérations en cours »

Par : admin

Même si le coronavirus de Wuhan (Covid-19) est à peu près déjà terminé, du moins pour les non vaccinés, l’Australie est en train de construire de nouveaux camps de « quarantaine » qui , selon le gouvernement, seront nécessaires l’année prochaine pour héberger les personnes « qui n’y ont pas eu accès. à la vaccination.

Afin de maintenir les “opérations en cours” pour la plandémie , les autorités australiennes financent la construction de complexes massifs, dont l’ un aurait 1 000 lits et devrait être achevé d’ici la fin mars 2022.

« À ce stade, les cabines seront utilisées par les voyageurs nationaux revenant des points chauds COVID », un rapport sur l’installation de quarantaine en cours d’érection à l’aéroport de Wellcamp en dehors des États de Toowoomba.

L’immense installation emploierait de nombreux locaux, ce qui, selon le gouvernement, contribuera à stimuler l’économie. C’est ainsi qu’ils commercialisent le projet pour tenter d’atténuer les soupçons à son sujet.

“Le camp est divisé en différentes zones et accueille des chambres simples, doubles et familiales tout en étant patrouillé par la police et les gardes de sécurité 24h/24 et 7j/7”, rapporte Summit.news .

Aménagé un peu comme un camp de concentration de la Seconde Guerre mondiale (voir ci-dessous), le camp de prisonniers sera censé être utilisé pour aider à « aplanir la courbe » et à garder les Australiens « en sécurité » contre les futures « variantes » qui devraient émerger aussi longtemps que Tony Fauci veut qu’ils émergent.

“C’est fou!” a tweeté un groupe appelé Les parents sont de la famille immédiate. « Qui sera obligé de rester dans ces camps de prisonniers ?!

This is crazy! Who will be made to stay in these prison camps?! @AnnastaciaMP Wellcamp quarantine hub near Toowoomba to take travellers by year's end https://t.co/yJE9T02qcg via @ABCaustralia

— Parents are Immediate Family (@ParentsFamily) October 8, 2021

L’Australie revient vraiment à la colonie pénitentiaire qu’elle a commencée comme

Le Premier ministre du Queensland, Steven Miles, a déclaré aux médias qu’il prévoyait “un besoin continu d’installations de quarantaine” dans le futur, d’où la nécessité de construire ces composés à grande vitesse.

Le gouvernement loue le terrain sur lequel l’installation Wellcamp est en cours de construction. Il y a une période initiale de 12 mois qui peut être prolongée de 12 mois par la suite si le gouvernement le souhaite.

Une autre installation de quarantaine similaire de 1 000 lits est en cours d’installation sur un site de casernes de l’armée de 30 hectares dans la zone industrielle de Pinkenba, près de l’aéroport de Brisbane.

“Pourquoi quelqu’un qui avait quitté l’Australie reviendrait n’est pas clair”, écrit Dave Blount, plaisantant sur le fait que toute personne assez chanceuse pour pouvoir quitter l’Australie à ce stade ne voudrait probablement jamais revenir.

« C’est peut-être le pays le plus répressif au monde concernant la tyrannie de Covid. »

Si vous pensez que de telles opérations n’ont lieu qu’en Australie, détrompez-vous. Les États-Unis mettent également en place des « installations de quarantaine » pour les Américains qui sont considérés comme « incapables de se mettre en quarantaine à la maison ».

Le Canada et la Nouvelle-Zélande feraient également de même, le Canada étant peut-être le plus honnête quant à ses véritables intentions. Selon des responsables de la ville de Québec, des citoyens « non coopératifs » seront isolés dans l’établissement de « quarantaine » du Canada, dont l’emplacement demeure secret.

Et enfin, nous avons l’Allemagne, la plus ironique de toutes, qui a récemment annoncé son intention de retenir les dissidents de Fauci Flu en captivité dans un « camp de détention » situé près de Dresde. Il a tous les ingrédients de la Seconde Guerre mondiale réincarnés.

« Avez-vous déjà, au cours de votre vie, pensé que nous autoriserions à nouveau cela sur la planète ? » a demandé un commentateur à Summit.news . « Il est difficile de croire que tout cela est réel. Et pourtant, nous avons d’autres êtres humains qui non seulement sont d’accord avec cela, mais l’encouragent. »

« Ces gens se tenaient devant les portes avec des yeux fous pendant qu’ils acclamaient et soudoyaient les gardes pour humilier et torturer ceux qui se trouvaient à l’intérieur. Et enfin, lorsque les corps des morts commençaient à brûler et que la fumée remplissait l’air, ils se sentaient satisfaits à l’idée de « gagner » une guerre insensée avant de se brûler à jamais lorsque l’élite en aurait fini avec eux. Folie.”

Les dernières nouvelles sur la tyrannie du virus chinois peuvent être trouvées sur Fascism.news .

Les sources de cet article incluent :

Summit.news

NaturalNews.com

Source : Twisted News

Toulon : décès d’un Varois vacciné au Pfizer, la famille porte plainte

Par : admin

Âgé de 53 ans, un Toulonnais est décédé quelques jours après avoir reçu sa première injection du vaccin Pfizer. Une mort soudaine qui pose questions. La sœur de la victime a déposé plainte.

Un Toulonnais est décédé quelques jours après avoir reçu sa première injection du vaccin Pfizer. • © Robin Rico FTV

Un Toulonnais est décédé quelques jours après avoir reçu sa première injection du vaccin Pfizer. Une mort soudaine qui pose questions. La sœur de la victime a déposé plainte. Décédé le 7 mai, les obsèques avaient été suspendus afin de procéder à l’autopsie et aux différentes analyses toxicologiques et anatomopathologiques.

Les premiers éléments de l’enquête concluent à une mort provoquée par une dissection aortique liée à une thrombose. Des expertises complémentaires doivent préciser si le vaccin en est à l’origine.

“Ce n’est pas une démarche accusatoire mais d’interrogation”

Me Etienne Boittin, avocat de la famille, tient à préciser que la famille cherche simplement à comprendre ce qui s’est passé. 

D’autant que la victime n’avait pas de problème de santé ni aucun facteur de comorbidité, selon ses proches.

“Mais à ce stade, les résultats ne permettent pas d’établir un lien de causalité flagrant entre le décès et le vaccin”, a indiqué Bernard Marchal, le procureur de la République de Toulon.

Un personnel des hôpitaux

Suite à une reconversion professionnelle, le quinquagénaire occupait depuis deux ans un poste d’agent de service hospitalier au sein de l’hôpital Clémenceau de La Garde, un centre spécialisé en gérontologie. C’est dans le cadre de son activité qu’il aurait décidé de se faire vacciner.https://www.google.com/maps/embed?pb=!1m18!1m12!1m3!1d2911.644798186219!2d6.0126758157427!3d43.132987479142585!2m3!1f0!2f0!3f0!3m2!1i1024!2i768!4f13.1!3m3!1m2!1s0x12c91907fd1b3f91%3A0x46ebe9fdad0a33a7!2sH%C3%B4pital%20Georges%20Cl%C3%A9menceau%20-Centre%20de%20g%C3%A9rontologie!5e0!3m2!1sfr!2sfr!4v1625493948046!5m2!1sfr!2sfr

Saisir un juge d’instruction

Les conclusions définitives seront connues dans les prochaines semaines. Si elles ne permettent pas de lever le doute, l’avocat au Barreau de Saint Nazaire, Me Etienne Boittin, qui gère par ailleurs trois autres cas de personnes décédées dans la région après avoir été vaccinées contre le COVID 19 par des doses d’AstraZeneca, espère alors l’ouverture d’une information judiciaire afin qu’un juge d’instruction soit saisi.

L’affaire pourrait être portée auprès du pôle santé du Tribunal judiciaire de Paris.

Source : France TV Info

Lire également :

Press Reader – Toulon, Grasse et Le Cannet, trois décès de vaccinés

Planetes 360 – Toulon, Grasse et Le Cannet : 3 décès de vaccinés

CANADA – Deux policiers actifs brisent le silence

Par : admin

Après la sortie fulgurante de Mr. Maxime Ouimet il y a déjà plusieurs mois, deux policiers ACTIFS du Québec brisent le silence sur les décrets abusifs et antis constitutionnels du gouvernement de la CAQ et du premier Ministre Justin Trudeau.

Ces policiers nous rappellent que les actions mises en place sont imputables, que la charte des droits et libertés devra toujours être respecté et que toutes les actions au nom du décret sanitaire vont contre nos droits fondamentaux.

Le code du Nuremberg a été établi pour que plus personne n’ose dire qu’il exécutait des ordres. Pour que plus personne ne puisse se cacher derrière une dictature montante.

https://odysee.com/@MEDIAPORT:d/Cdabls-1:5

Source : QActus

Les infos et news du 18 octobre 2021

Par : Volti
Bonjour à tout le monde et merci à mes correspondants POLITIQUE/SOCIÉTÉ 17 octobre 1961 : pourquoi certains estiment que Macron ne va pas assez loin. Le président de la République a fait un pas samedi vers la reconnaissance des événements tragiques qui ont eu lieu il y a tout juste 60 ans. Mais il a aussi fait des déçus. « Le […]

Communiqué: Manifeste pour une véritable Santé publique au Québec.

Par : Collectif

Montréal, 13 septembre 2021 – Un regroupement de 400 citoyens provenant du domaine de la santé, des universités et d’autres secteurs prend aujourd’hui la parole pour inviter les 125 députés, les médias et l’ensemble de la société québécoise à se …

L’impasse Iran-Azerbaïdjan est une compétition pour les corridors de transport de la région

Des camps se forment autour de la querelle entre l’Iran et l’Azerbaïdjan. Mais ce combat n’est pas une question d’ethnie, de religion ou de tribu – il s’agit surtout de savoir qui pourra forger les nouvelles voies de transport de

Forum Covid. Octobre 2021

Par : Autre

Commentaires divers, autres que ceux spécifiques aux billets.

Merci de lire les règles.

À partir d’avant-hierVos flux RSS

Se confronter aux forces totalitaires

Le totalitarisme s’empare de la science pour confirmer ce qu’il lui convient : C’est pourtant simple : il suffit de « suivre la science » et tout rentrera dans l’ordre, n’est-ce pas ? Cependant, à mesure que les semaines et les mois passent depuis le début de la pandémie, il devient difficile de savoir qui « suit la science », et qui choisit plutôt de suivre un agenda politique de plus en plus liberticide, autoritaire voire carrément dictatorial.

Lettre ouverte aux députés et sénateurs français appelés à voter le 19 octobre 2021 la prolongation injustifiée de « l’état d’urgence »

Pourquoi une procédure accélérée alors que l’épidémie est terminée dans notre pays ? À vous, nos représentants élus, nous demandons solennellement de nous rendre nos libertés fondamentales et à ne pas céder à l’autoritarisme de l’exécutif.